Vous êtes sur la page 1sur 7

1

Détermination du résultat fiscal a partir du résultat


comptable

Le résultat fiscal = Le résultat comptable+les réintegrations-les déductions

Les réintegrations comprennent les charges non déductibles et les produits non comptabilisés

Donc

Le résultat fiscal =Le résultat comptable +(charges non déductibles+produits non comptabilisés) -les produits non imposables

Conditions générales de déduction des charges

Les conditions de déductibilité fiscale des charges se déduisent des règles définies par le code
de l’IRPP et de l’IS ainsi, pour être admises en déduction, les charges doivent remplir des
conditions de fond et des conditions de forme :
a. Les conditions de fond :
la charge doit se rattacher à la gestion ou être exposées dans l’intérêt de l’entreprise, ce
qui exclut les dépenses à caractère privé et celles pouvant être qualifiées d’acte anormal de
gestion.
 la charge doit se traduire par une diminution de l’actif net, ce qui exclut les dépenses
ayant une contrepartie à l’actif.
Ne pas être exclues du droit à déduction par une disposition expresse de la loi.
b. Les conditions de forme :
Être comptabilisées et déduites de l’exercice auquel elles se rattachent.
Être appuyées de justifications suffisantes et probantes.
Être portées sur certaines déclarations lorsqu’une telle condition est exigée par la loi

Les réintégrations
1-Les Produits non comptabilsées sont à réintegrer au résultat fiscal

2- Plus value de cession des actifs non comptabilisée ou insuffisamment comptabilisée


sont à réintegrer au résultat fiscal

I- les charges décaissables


1 - Les charges non liéés à l'exploitation sont non deductibles en application du
principe de fond la charge doit se rattacher à la gestion ou être exposées dans l’intérêt de
l’entreprise .

2- La rémunération de l’exploitant individuel est non déductibles expressément par


la Loi .

1
2

3- Les intérêts servis à l’exploitant en contre partie des sommes versées pour
l'exploitation sont non déductibles expressément par la Loi.

4-La taxe sur les voyages


La taxe sur les voyages est non déductible de l’assiette de l’impôt expressément par la Loi.

5-Transactions, amendes, confiscations et pénalités non déductibles.


Ne sont pas admis en déduction pour la détermination du bénéfice, les transactions, amendes,
confiscations et pénalités de toutes natures mises à la charge des contrevenants aux
dispositions légales .

6- Les commissions, courtages, ristournes commerciales ou non,


remunerations payées aux salariés et aux non salariés en contrepartie d’un
travail occasionnel ou accidentel en dehors de leur activité principale, ainsi
que les honoraires, rémunérations et gratifications accordées aux membres
des conseils, des comités et des directoires constitués au sein des sociétés
anonymes et les sociétés en commandite par actions et qui ne sont pas
déclarés dans la déclaration de l’employeur ne sont pas déductibles
expressément par la Loi .

7-Dons et subventions excédentaires ou accordés à des associations ou


organismes qui n’ouvrent pas droit à la déduction.

7.1 Dons et subventions déductibles intégralement

Les dons et subventions accordés aux bénéficiaires suivants sont totalement déductibles :
L’Etat, les collectivités locales et les entreprises publiques ;
Les familles des martyrs appartenant à l’armée, les forces de sécurité intérieure et la
douane ;
Les associations pour les handicapés.

7.2 Dons et subventions déductibles partiellement

-Les dons et subventions servis à des oeuvres ou organismes d’intérêt général, à caractère
philanthropique, éducatif, scientifique, social ou culturel sont, dans la mesure où ils sont
justifiés, admis en déduction pour la détermination du résultat net imposable à concurrence de

2‰ du chiffre d’affaires brut .

8- Les mécénats affectés à la création et à l'entretien des espaces verts et des parcs familiaux
et ruraux raux dans le cadre de conventions conclues à cet effet avec le ministère chargé de
l’environnement ou le ministère chargé de l’équipement et l’habitat sont déductibles, pour la
détermination du résultat fiscal, dans la limite de 150.000 DT par an..

9-N’est pas admis en déduction pour la détermination du bénéfice, l’amortissement :

2
3

Des avions et bateaux de plaisance mis à la disposition des dirigeants ou employés de


l’entreprise et don’t l’utilisation ne concerne pas directement l’objet de l’entreprise ainsi que des
résidences secondaires.

10-Ne sont pas admis en déduction pour la détermination du bénéfice toutes les charges et
amortissements relatifs aux véhicules de tourisme d’une puissance
fiscale supérieure à 9 CV ne faisant pas l’objet principal de l’exploitation. Exp ( Les
loyers, les dépenses d’entretien, de fournitures, de carburant ou de vignette, ..)

11-Les réceptions, cadeaux, frais de restauration et de spectacle excédentaires


Sont déductibles les cadeaux de toutes natures, les frais de réception y compris les frais de
restauration et de spectacle qui ne dépassent pas 1% du chiffre d’affaires brut avec un
maximum déductible de vingt mille (20.000) dinars par exercice.

12-Rémunérations excédentaires des titres participatifs et des comptes


courants associés Intérêts excédentaires des comptes courants associés
Cadre général
Les intérêts alloués par la société aux associés ou aux actionnaires en contrepartie des
sommes qu’ils mettent à sa disposition sont déductibles dans la limite de 8% par an à condition
que :
Le capital soit au préalable totalement libéré.
Les sommes génératrices des intérêts sont plafonnés pour l’ensemble des associés pris
globalement à 50% du capital social ne dépassent pas 50% du capital.
Tout intérêt n’ouvre pas droit à déduction si le capital n’est pas intégralement libéré et tout
intérêt versé en dépassement des deux plafonds susvisés n’est pas déductible.

Sur la base de ce qui précède, seront réintégrés aux résultats imposables :


La quote-part des intérêts qui dépasse 8% calculée sur la base d'un montant n'excédant
pas 50% du capital
La quote-part des intérêts relatifs aux sommes mises à la disposition de la société par les
associés qui dépasse 50% du capital et ce, quelque soit le taux d'intérêt décompté.

13- Les charges dont le montant est supérieur au seuil légal et dont la
contrepartie est payée en espèces

Pour la détermination du résultat imposable, la déduction des charges relatives aux biens ou
services et des amortissements relatifs aux actifs nécessités par l’exploitation dont la valeur est
égale ou supérieure à 5 .000 dinars hors taxe sur la valeur ajoutée est subordonnée au non
paiement de leur valeur en espèces .

3
4

II- Les charges non décaissables :


1-Les amortissements déductibles pour la
détermination du résultat fiscal

1.1-L’amortissement linéaire :
La loi de finances pour l’année 2008 a limité les annuités d’amortissements déductibles à
celles calculées sur la base des taux maximum fixés par le décret n°2008-492 du 25 février
2008.Ainsi, sur le plan fiscal, l'amortissement déductible est celui qui résulte de l'application
des règles du système comptable des entreprises sans dépasser les seuils de taux admis
fiscalement.
L’annuité d’amortissement déterminée selon les dispositions du décret n°492 du 25février
2008 est une annuité maximale, l’entreprise reste habilitée à déduire une annuité inférieure
sous réserve de respecter la même annuité pour toute la durée d’utilisation des actifs

Amortissement linéaire =cout d’acquisition *durée d’utilisation*tx amt

Biens exclus du droit à l’amortissement

Par dérogation aux dispositions de l’article 12 bis du présent code, n'est pas admis en
déduction pour la détermination du
bénéfice, l'amortissement:
Des terrains
Des fonds de commerce;
Des avions et bateaux de plaisance mis à la disposition des dirigeants ou employés de
l'entreprise et don’t l'utilisation ne concerne pas directement l'objet de l'entreprise ainsi que des
résidences secondaires ;
Des véhicules de tourisme d'une puissance fiscale supérieure à 9 chevaux vapeurs à
l'exception de ceux constituant l'objet principal de l'exploitation.
Les actifs dont le coût d’acquisition est supérieur ou égal à 5.000 dinars hors taxe sur la
valeur ajoutée et dont la contrepartie est payée en espèces
Les amortissements relatifs aux immobilisations acquises auprès des personnes
résidentes ou établies aux paradis fiscaux.

1.2 L’amortissement intégral :


Les amortissements des actifs immobilisés de faible valeur sont entièrement déductibles des
résultats de l’exercice de leur mise en service. L’article 4 du décret n° 2008-492 du 25 février
2008 a fixé la faible valeur à 500D.

4
5

1.3 L’amortissement accéléré


En vertu de l’article 2 du décret n°2008-492, les entreprises qui exercent une activité
industrielle relevant des industries manufacturières non saisonnières et qui utilisent leur
matériel de production à plus d’une équipe en conformité avec la législation en vigueur en
matière d’organisation de travail par équipes, peuvent pratiquer l’amortissement accéléré.
Les autres entreprises ne peuvent pas bénéficier de cette mesure ,Le matériel éligible à ce
mode d’amortissement est celui prévu par le point 1.a du paragraphe IV du décret susvisé, soit
les machines, matériels et équipements industriels exclusivement.

Entreprise fonctionnant à 2 équipes :


Amortissement accéléré=1.5 * amortissement linéaire
Entreprise fonctionnant à 3 équipes :
Amortissement accéléré =2* amortissement linéaire

1.4 L'amortissement exceptionnel


En vertu des dispositions de l'article 13 du code, les entreprises qui construisent, font
construire ou achètent des immeubles d'habitation destinés au logement de leur personnel, à
titre gratuit, peuvent, dès achèvement de la construction ou l'acquisition, pratiquer un
amortissement exceptionnel égal à 50% du prix de revient de ces immeubles ; la valeur
résiduelle est amortissable au taux linéaire constant de 10%.L'amortissement exceptionnel est
subordonné aux deux conditions suivantes:
L'immeuble doit être destiné pour les 3/4 au moins de sa superficie au logement du
personne ;
Les logements doivent être mis gratuitement à la disposition du personnel

Les entreprises nouvellement crées prévues à l'article 71 du code de L'IRPP et L'IS


bénéficient d'une déduction supplémentaire de 30% au titre des amortissements des machines
du materiel et des équipement destines à l'exploitation .,à l'exception des voitures de tourisme

2-La déduction des provisions


Provisions deductibles :

En dehors du régime spécifique pour certains secteurs, la législation fiscale prévoit la


déduction des catégories de provisions suivantes :
les provisions pour créances douteuses
les provisions pour dépréciation des stocks destinés à la vente
les provisions pour dépréciation des actions cotées en bourse
Les provisions autres que celles se rapportant aux créances douteuses, à la dépréciation des
stocks destinés à la vente ou à la dépréciation des actions cotées en bourse ne sont pas
déductibles de l’assiette de l’impôt.
Il en est ainsi des provisions suivantes :
Les provisions pour risques et charges
Les provisions pour dépréciation des immobilisations corporelles ou incorporelles
Les provisions pour dépréciation des actions non cotées ou des parts sociales208
Les provisions pour dépréciation des actifs courants.

5
6

Les catégories des provisions deductibles

2.1 Les provisions pour créances douteuses


Définition des créances douteuses
Les provisions pour créances douteuses sont destinées à couvrir une charge dont la réalisation
est non seulement éventuelle, mais probable . En outre, les créances douteuses donnant droit
à la constitution d'une provision, sont celles dont le recouvrement deviant incertain en raison
d'évènements intervenus avant la clôture de l'exercice et continuant à exister à la date de
l'inventaire.

Condition : Nécessité de l’action en justice


La déduction est subordonnée à l'engagement d'une action en justice contre le débiteur
défaillant. La condition relative à l’engagement d’une action en justice n’est pas exigible pour le
besoin de la déduction des provisions pour créances douteuses des entreprises en difficultés
économiques et ce durant la période de suspension des procedures judiciaires prévues par la
loi n°95-34 du 17 avril 1995 relative au redressement des entreprises en difficultés
économiques.
La loi de finances pour l'année 2016 a supprimé la condition relative à l'engagement d'une
action en justice pour la déduction des provisions constituées par les personnes morales au
titre des créances douteuses de l'Etat .

NB : Les créances définitivement compromises sont déductibles, sous forme de


comptabilisation en pertes, lorsque le débiteur est déclaré en faillite ou en liquidation judiciaire
ayant abouti à une perte définitive ou lorsque l’insolvabilité est constatée par un procès-verbal
de carence établi par un huissier notaire sur la base d’un jugement.

2.2 Provisions pour dépréciation des stocks destinés à la vente

Les stocks pouvant faire l'objet de provisions déductibles sont constitués des produits destinés
à la vente. Il s'agit donc des stocks de produits finis détenus par l'entreprise pour être vendus
dans le cadre de la réalisation de l'objet social.
En conséquence, sont exclus de la déduction les provisions constituées au titre :
- des stocks en cours de production,
- des stocks de matières ou des fournitures devant être consommées au cours du processus
de production
Détermination du montant des provisions déductibles
Le montant des provisions déductibles au titre de la dépréciation des stocks est constitué par
la différence entre le prix de revient du produit finis constaté en comptabilité et la valeur de
réalisation nette connue du meme produit à la date de clôture du bilan de l'exercice au titre
duquel les provisions sont constituées sans que le montant des provisions
déductibles ne dépasse 50 % du prix de revient .

2.3. Provisions pour dépréciation des actions cotées en bourse


La dépréciation des actions cotées en bourse peut être constatée par voie de provisions
lorsqu’à la clôture de l’exercice leur cours moyen journalier de la bourse est inférieur à leur
coût d'acquisition ou de souscription..Les actions sont évaluées d'après le cours moyen

6
7

journalier à la bourse des valeurs mobilières de Tunis du dernier mois de l'exercice au titre
duquel les provisions sont constituées.

2.4 Conditions communes de déduction des provisions

Limite générale des provisions deductibles

Le montant global à déduire au titre des trois catégories de provisions ne peut excéder 50% du
benefice fiscal imposable avant déduction des provisions .

Provisions non déductibles


En déterminant le résultat fiscal, l’entreprise doit, dans une première étape, réintégrer toutes
les provisions constituées et enregistrées dans sa comptabilité.Ensuite, elle doit calculer un
résultat fiscal avant déduction des provisions (toutes réintégrations et notamment des
réintégrations des provisions et diminué des déductions). Le résultat fiscal avant
déduction des provisions est la base du calcul du plafond général 50% de déductibilité des
provisions (créances douteuses+stocks produits finis+titres cotées ).

Vous aimerez peut-être aussi