Vous êtes sur la page 1sur 5

Abdelilah Ammar 2020/2021

Module Géométrie riemannienne II, Devoir 3


Master Géométrie, Analyse et Applications

Solution 1. Soit (M, g) une variété riemannienne, et ∇ sa connexion de Levi-Civita. Une structure
hermitienne sur (M, g) est un champ d'endomorphismes J : T M −→ T M qui
satisfait J 2 = −IdT M , pour tout x ∈ M , J : Tx M −→ Tx M est une endomorphisme
et pour tout u, v ∈ Tx M ,

g (Ju, Jv) = g (u, v) .

Pour tout champ de vecteur X, JX est un champ de vecteur déni par

(JX) (x) = J (X (x)) .

La dérivée de J est dénie par : (∇X J) (Y ) = ∇X (JY ) − J (∇X Y ) , le tenseur de Ni-jenhuis de J est
donnée par :

NJ (X, Y ) = 2 {[JX, JY ] − J [X, JY ] − J [JX, Y ] − [X, Y ]}

et la forme fondamentale de J est donnée par

ω (X, Y ) = g (JX, Y ) .

On dira que la structure hermitienne (M, g, J) est Kahlérienne si (∇X J) (Y ) = 0


pour tout X, Y ∈ X (M ) .
(1) On suppose que (M, g, J) est hermitienne.
(a) Montrer que N et ∇J sont C (M ) −linéaire.
J

(i) Pour N , Soit f ∈ C (M ), on a


J

NJ (f X, Y ) = 2 {[Jf X, JY ] − J [f X, JY ] − J [Jf X, Y ] − [f X, Y ]}
= 2 {Jf X.JY − JY.Jf X − Jf X.JY + JJY.f X − JJf X.Y
+JY.Jf X − f X.Y + Y (f ) X + f Y.X}
= 2 {f JX.JY − J (Y (f )) .JX − f JY.JX − f JX.JY
+JJ (Y (f )) .X + f JJY.X − f JJX.Y + J (Y (f )) .JX
+f JY.JX − f [X, Y ] + Y (f ) X}
= 2 {f [JX, JY ] − f J [X, JY ] − f J [JX, Y ] − f [X, Y ]
−J (Y (f )) .JX + JJ (Y (f )) .X + J (Y (f )) .JX
+Y (f ) X}

en utilisant le fait que (M, g, J) est hermitienne J 2 = −IdT M , on obtient que




NJ (f X, Y ) = f NJ (X, Y ) .
1
2

et on a

NJ (X, f Y ) = 2 {[JX, Jf Y ] − J [X, Jf Y ] − J [JX, f Y ] − [X, f Y ]}


= 2 {JX.Jf Y − Jf Y.JX − JX.Jf Y + JJf Y.X − JJX.f Y
+Jf Y.JX − X (f ) .Y − f X.Y + f Y.X}
= 2 {J (X (f )) .JY + f JX.JY − f JY.JX − J (X (f )) .JY
−f JX.JY + f JJY.X − JJ (X (f )) .Y − f JJX.Y
+f JY.JX − X (f ) .Y − f [X, Y ]}
= 2 {f [JX, JY ] − f J [X, JY ] − f J [JX, Y ] − f [X, Y ]
+J (X (f )) .JY − J (X (f )) .JY − JJ (X (f )) .Y
−JJ (X (f )) .Y }
= f NJ (X, Y ) .

D'où NJ est C ∞ (M ) −linéaire.


(ii) Pour ∇J , soit Soit f ∈ C ∞ (M ), on a

(∇f X J) (Y ) = ∇f X (JY ) − J (∇f X Y )


= f ∇X (JY ) − f J (∇X Y )
= f (∇X J) (Y )

et on a

(∇X J) (f Y ) = ∇X (Jf Y ) − J (∇X f Y )


= ∇X (f JY ) − J (∇X f Y )
= X (f ) .JY + f ∇X (JY ) − J (X (f ) .Y + f ∇X Y )
= f ∇X (JY ) − f J (∇X Y )
= f (∇X J) (Y ) .

D'où ∇J est C ∞ (M ) −linéaire.

(b)
(c) Calculer N en fonction de ∇ et dω en fonction de ∇
J J J

(i) N en fonction de ∇ , on a
J J

NJ = 2 {[JX, JY ] − J [X, JY ] − J [JX, Y ] − [X, Y ]}


= 2 {∇JX (JY ) − ∇JY (JX) − J∇X (JY )
+J∇Y (JX) − ∇X Y + ∇Y X + J∇JY X − J∇JX Y }
= 2 {∇JX (JY ) − J∇JX Y − (∇JY (JX) − J∇JY X)
−∇X (JJY ) + ∇Y (JJX) − (∇Y J) (JX) + (∇X J) (JY )}
= 2 {(∇JX J) (Y ) − (∇JY J) (X) + (∇X J) (JY ) − (∇Y J) (JX)}
3

(ii) dω en fonction de ∇ ,soient X, Y et Z ∈ X (M ), on a


J

dω (X, Y, Z) = X.ω (Y, Z) − Y.ω (X, Z) + Z.ω (X, Y )


−ω ([X, Y ] , Z) − ω ([Y, Z] , X) + ω ([X, Z] , Y )
= X.g (JY, Z) − Y.g (JX, Z) + Z.g (JX, Y )
−g (J [X, Y ] , Z) − g (J [Y, Z] , X) + g (J [X, Z] , Y )
= g (∇X JY, Z) + g (JY, ∇X Z) − g (∇Y JX, Z)
+g (∇Z JX, Y ) + g (JX, ∇Z Y ) − g (J (∇X Y ) , Z)
+g (J (∇Y X) , Z) − g (J (∇Y Z) , X) − g (JX, ∇Y Z)
+g (J (∇Z Y ) , X) + g (J (∇X Z) , Y )
= g (∇X J (Y ) , Z) − g (∇Y J (X) , Z) + g (∇Z J (X) , Y )
+g (JY, ∇X Z) − g (JX, [Y, Z])
+g (J (∇X Z) , Y ) − g (J [Y, Z] , X)
= g (∇X J (Y ) , Z) − g (∇Y J (X) , Z) − g (∇Z J (X) , Y )
car g (∇X Z, JY ) = −g (J (∇X Z) , Y ) et −g (JX, [Y, Z]) = g (X, J [Y, Z])
(d) Montrer que si ∇J = 0 alors N et dω sont nulles
J
Puisque NJ et dω sont écrit en fonction de ∇J il est facile de voir que NJ = 0 et dω = 0.
(e) Montrer la formule :
4g ((∇X J) (Y ) , Z) = 6dω (X, JY, JZ) − 6dω (X, Y, Z) + g (NJ (Y, Z) , JX)
on a
2g (∇X (JY ) , Z) = X.g (JY, Z) + JY.g (X, Z) − Z.g (X, JY )
+g ([X, JY ] , Z) + g ([Z, X] , JY )
+g ([JY, Z] , X)
et
6dω (X, JY, JZ) = 6 {X.g (JJY, JZ) − JY.g (JX, JZ)
+JZ.g (JX, JY ) − g (J [X, JY ] , JZ)
− g (J [JY, JZ] , X) + g (J [X, JZ] , JY )}
et
−6dω (X, Y, Z) = −6 {X.g (JY, Z) − Y.g (JX, Z) + Z.g (JX, Y )
−g (J [Y, Z] , X) + g (J [X, Z] , Y ) − g (J [X, Y ] , Z)}
et
g (NJ (Y, Z) , JX) = 2 {g ([JY, JZ] , JX) + g ([Z, JY ] , X)
−g ([Y, Z] , JX) + g ([JZ, Y ] , X)}
et on a (∇X J) (Y ) = ∇X (JY ) − J (∇X Y ), donc
4g ((∇X J) (Y ) , Z) = 4g (∇X (JY ) − J (∇X Y ) , Z)
= 4g (∇X (JY ) , Z) − 4g (J (∇X Y ) , Z)

(2) On suppose que (M, g, J) est Kahlérienne.


(a) Montrer que le tenseur de courbure R vérie R (X, Y ) ◦ J = J ◦ R (X, Y ) .
4

Soient X, Y et Z trois champs de vecteurs dans X (M ), on a


R (X, Y ) ◦ JZ = ∇X ∇Y JZ − ∇Y ∇X JZ − ∇[X,Y ] JZ

= ∇X (J∇Y Z) − ∇Y (J∇X Z) − J ∇[X,Y ] Z

= J (∇X ∇Y Z) − J (∇Y ∇X Z) − J ∇[X,Y ] Z
= J ◦ R (X, Y ) Z.
D'où le résultats.
(b) Soit
 (E , · · · , E ) un champ de repère orthonormée, on pose un champ de repère orthonormée
1 n
Ẽ1 , · · · , Ẽn tq Ẽi = JEi ∀i. On a
n
X
ric (JX, JY ) = g (R (Ei , JX) JY, Ei )
i=1
Xn
= g (J (R (Ei , JX) Y ) , Ei )
i=1
n
X
= − g (R (Ei , JX) Y, JEi )
i=1
n
X
= g (R (Y, JEi ) JX, Ei )
i=1
Xn
= g (J (R (Y, JEi ) X) , Ei )
i=1
n
X
= − g (R (Y, JEi ) X, JEi )
i=1
n
X    
= g R Ẽi , X Y, Ẽi
i=1
= ric (X, Y ) .
et
n
X
T race (J ◦ R (X, JY )) = g (J (R (X, JY ) Ei ) , Ei )
i=1
n
X
= − g (R (X, JY ) Ei , JEi )
i=1
n
X n
X
= g (R (Ei , X) JY, JEi ) + g (R (JY, Ei ) X, JEi )
i=1 i=1
n
X n
X
= g (J (R (Ei , X) Y ) , JEi ) + g (R (X, JEi ) JY, Ei )
i=1 i=1
n
X n
X
= g (R (Ei , X) Y, Ei ) − g (R (X, JEi ) Y, JEi )
i=1 i=1
Xn Xn    
= g (R (Ei , X) Y, Ei ) + g R Ẽi , X Y, Ẽi
i=1 i=1
= 2ric (X, Y ) .
5

Exercice 2. Soit X un champ de Killing dans une variété riemannienne. Montrer que si
γ : [a, b] −→ M est une géodésique alors V (t) = X (γ (t))est un champ de Jacobi le long de γ.
 Soit Y ∈ C ∞ (M ), montrons que X (γ (t)) vérier l'équation de Jacobi, soit W le champ vectoriel
coïncide avec γ 0 (t) le long de γ , on a
 2 
D X (γ (t)) 0
 0
+ R γ (t) , X (γ (t)) γ (t) , Y = h∇W ∇W X, Y i + hR (W, Y ) W, Xi
dt2
= h∇W ∇W X, Y i + hR (W, Y ) X, W i
donc
D2 X
 
(γ (t)) 0
 0

+ R γ (t) , X (γ (t)) γ (t) , Y = h∇ W ∇W X, Y i + ∇W ∇ Y X − ∇ Y ∇ W X − ∇ [W,Y ] X
dt2
puisque X est un champ de Killing on obtient que
 2 
D X (γ (t)) 0
 0
+ R γ (t) , X (γ (t)) γ (t) , Y = W. h∇W X, Y i + h∇W ∇Y X, W i
dt2
= W. h∇W X, Y i + W h∇Y X, W i
Dγ 0 (t)
car γ est une géodésique ce qui donne que ∇W W = dt = 0, alors
D2 X (γ (t))
 
0
 0
+ R γ (t) , X (γ (t)) γ (t) , Y = 0
dt2
car X est de Killing. D'où le résultat.

Vous aimerez peut-être aussi