Vous êtes sur la page 1sur 52

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH

FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES FES


Département Génie Électrique

Généralités sur la mise en


œuvre des capteurs

Pr : M. LAHBABI

Filière ingénieur : SiCoM


Pr : M. LAHBABI
Systèmes Intelligents, Communicants et Mobiles
Contenu :

1- Introduction
2- Principes fondamentaux
3- Capteurs actifs, capteurs passifs
4- Conditionneurs de capteurs passifs
5- Corps d’épreuve
6- Grandeurs d’influence
7- Chaine de mesure
8- Principales caractéristiques des capteurs
9- Quelques exemples de capteurs
2
1- Introduction :
Dans de nombreux domaines (industrie, recherche scientifique,
services, loisirs ...), on a besoin de surveiller de nombreux
paramètres physiques (température, pression, flux, vibration,
charge, humidité, force, position, vitesse, luminosité, produits
chimiques, etc...).

Le capteur est l'élément indispensable à la mesure de ces


grandeurs physiques
Un capteur est conçu pour fonctionner de façon fiable dans des
environnements extrêmes, très difficiles, voire hostiles.
Il permet d’éviter des situations à risque.
En milieu industriel, le capteur joue le rôle d’un organe/dispositif
de contrôle commande.
Le type de capteur utilisé et ses propriétés dépendent soit de
l’application, soit de l’environnement de fonctionnement. 3
a- Capteur dans une chaine de mesure :
Une chaine de mesure assure la mesure et le traitement de l’information,
et est constituée de trois fonctions :

Acquisition Traitement de Sortie des


des données l’information résultats
(mesures)

Chaque fonction est assurée par des équipements particuliers :

Capteur/sonde Composants Afficheur


conditionneur électroniques Alarme
Automate Signal
Micro-contrôleur
….

4
b- Synoptique général d’une chaîne de transmission:
Signal Signal
électrique électrique

A B
émetteur support
récepteur
Trois éléments de base : Émetteur, récepteur et support

Capteur

Conditionnement
Convertisseur Emetteur du signal
Source
ou transducteur

Signal C
Information a
ou message électrique
n
a
l
Convertisseur Récepteur
Destination
de sortie
ou actionneur
5
Source: permet de fournir sous forme d’une grandeur physique
l’information à transmettre,
Exemples : son, image, température, pression, vitesse, etc….

Le convertisseur d’entrée : c’est un capteur permettant de


convertir l’information ou la grandeur physique à une forme
électrique ou signal,
Exemples : microphone, etc, …

L’émetteur : il permet de conditionner le signal électrique


avant de l’envoyer au support de transmission,
Exemples de blocs de l’émetteur : amplificateurs, filtres,
modulateur, codeur, CAN, CNA, etc…

6
Le canal : c’est le milieu ou le support de transmission entre
l’émetteur et le récepteur.
Le canal permet de décomposer les télécommunications en
deux grandes familles :
* les télécoms filaires (par câble ou par fibre optique)
* les télécoms sans fils où le canal est en général l’air
(faisceaux hertziens, satellite).

Le récepteur : il reçoit et traite le signal électrique. Il contient en


général les opérateurs inverses des éléments de l’émetteur,
Exemples : Amplificateurs, filtres, décodeur, démodulateur,
CNA ou CAN, etc…

Le convertisseur de sortie : ou actionneur, il permet de


reconstruire l’information sous forme physique initiale,
Exemples: haut-parleurs, etc, …
7
c- Capteurs dans la chaine de mesure (industrie) :

Chaine de mesure :
souvent intégrés au
capteur

Sortie du capteur
8
2- Principes fondamentaux :
Définitions et caractéristiques générales :
• Un capteur est un dispositif, qui soumis sous l’action d’un
mesurande non électrique, présente une caractéristique de
nature électrique (charge, tension, courant ou impédance)
désignée par s et qui est fonction du mesurande.
s = f (m)

Mesurande Grandeur
m capteur électrique
s

La mesure de s permet de connaître la valeur de m.


s étant la grandeur de sortie ou réponse du capteur.
m est la grandeur d’entrée du capteur ou excitation.
9
• Le mesurande m : la grandeur physique objet de la
mesure, exp : température, pression, déplacement, etc….

• Le mesurage : l’ensemble des opérations expérimentales


conduisant à la connaissance de la valeur numérique du
mesurande.

Remarques :
En général, le mesurage utilise des moyens électroniques du
traitement du signal, il est donc nécessaire de produire à
partir du mesurande m une grandeur électrique s qui en soit
une représentation aussi exacte que possible.
La grandeur électrique s et ses variations doivent apporter
toute l’information nécessaire à la connaissance du
mesurande m.
10
La relation s = f (m) :
sa forme théorique résulte des lois physiques qui
régissent le fonctionnement du capteur.
son expression numérique résulte de sa construction:
géométrie et dimension des matériaux qui le constitue, de
son environnement et de son mode d’emploi (température,
alimentation).
s = f (m) sous sa forme numérique s’obtient par
étalonnage.
s

s2
Principe d’étalonnage s1

m
0 m1 m2 11
La courbe d’étalonnage permet d’associer une valeur de m
à toute valeur de s mesurée.
Pour des facilités d’exploitation, on s’efforce d’utiliser le
capteur dans sa partie linéaire de sorte que :
∆s = S. ∆m
S est la sensibilité du capteur.
On peut toujours trouver une plage de m où S est
constante : le capteur est linéaire (indépendant de m).
S doit dépendre aussi peu que possible de :

la valeur de m et de sa fréquence de variation


(bande passante).
du temps (vieillissement).

des grandeurs d’influence (environnement). 12


3- Capteurs actifs, passifs :
Vu de la sortie, le capteur peut se présenter :
Une charge
Soit comme un générateur, s étant Une tension
Un courant

Capteur actif
Une résistance
Soit comme une impédance, s étant alors Une inductance
Une capacité

Capteur passif

13
a- Capteur actif :
C’est un générateur qui délivre immédiatement un signal
électrique. Son principe est fondé sur un effet physique qui
assure la conversion d’énergie propre au mesurande
(thermique, mécanique, rayonnement, etc…) à une énergie
électrique.

Les plus importants de ces effets sont :

mesurande Effet utilisé Grandeur de


sortie
Température Thermoélectrique tension

Ray. optique Photoélectrique, courant


photovoltaïque tension
Vitesse, Induction tension
déplacement électromagnétique
Force, pression Piézoélectrique charge
accélération
14
Effet thermoélectrique :
Utilisé pour les capteurs actifs et les capteurs passifs, il lie le
flux de chaleur qui traverse certains matériaux thermoélectriques
au courant électrique qui les parcourt.
Les capteurs de température (électrique) les plus courants sont :
les sondes RTD (Resistance Temperature Detectors), les thermistances
(La mesure d'une température est ramenée à la mesure d'une résistance) et
les thermocouples.
Thermocouple : Un circuit formé de deux conducteurs de nature
différents dont les jonctions sont portées à des températures T1 et T2 est le
siège d’une f. e. m. u(T1,T2).
La mesure de u permet de déterminer la température T1 lorsque T2 est
connue. M1
T1
M2 u T1
T2
(0°C) M1
15
Effet photoélectrique :
Phénomène électrique qui est provoqué par l'action de
la lumière sur la matière, il a souvent lieu dans les
matériaux Semiconducteurs.
Les photons (rayons lumineux) qui transportent l'énergie
lumineuse transmettent toute leur énergie à la matière et
disparaissent : C’est le phénomène d’absorption.
hυ φ
I

Rc V φ

Le courant I ou la tension V mesurée sont directement


proportionnels au flux de photons incident φ.
16
Effet d’induction électromagnétique :
Phénomène physique conduisant à l'apparition d'une force
électromotrice dans un conducteur électrique soumis à
un flux de champ magnétique.

Lorsqu’un conducteur se déplace dans un champ


d’induction fixe B, il est le siège d’une f.e.m. e proportionnelle
au flux coupé par unité de temps, donc à sa vitesse de
déplacement.
La mesure de la f.e.m. d’induction e permet de connaître
la vitesse de déplacement qui est à son origine.

B
v
e v
17
Effet piézoélectrique :
Est la propriété que possèdent certains matériaux de se polariser
électriquement sous l’action d’une contrainte mécanique.
L’application d’une force à certains matériaux dits
piézoélectriques tels que le quartz entraîne une déformation
qui fait apparaître des charges électriques égales et de signe
contraires sur les faces opposées ⇒ condensateur associé.
La mesure de la tension aux bornes du condensateur
associé à l’élément piézoélectrique donne la force F.
F

V F

Pastille piézoélectrique:
18
Contrainte ∝ signal électrique
b- Capteur passif :
Les variations d’impédance ne sont mesurables qu’en
intégrant le capteur dans un circuit électrique alimenté par
une source extérieure.
Ce circuit nécessairement associé au capteur passif
constitue son conditionneur.

capteur passif + conditionneur signal électrique.

Dans les capteurs passifs la variation d’impédance peut


être due à l’action du mesurande (température, pression,
éclairement;…) soit sur :
Les caractéristiques géométriques des matériaux
Les propriétés électriques des matériaux (résistivité ρ,
perméabilité magnétique µ ou constante diélectrique ε).
19
Exemples de mesurandes susceptibles de modifier les
propriétés électriques des matériaux pour la réalisation de
capteurs passifs :
Caractéristique Types de
Mesurande
électrique sensible matériaux utilisés
Température Résistivité Matériaux-SC
Ray. optique Résistivité SC

R sistivit
Résistivité Alliages de Nickel,
Déformation Si dopé
Perméabilité magnétique Alliages
ferromagnétiques
Position résistivité Matériaux magnéto
résistants
Humidité Résistivité, Cte diélectrique Chlorure de Lithium, Alumine
Niveau Cte diélectrique Liquides isolants (huiles)

Changement de résistivité: avec la température, avec le rayonnement


20
optique, avec la géométrie. ⇒ Place importante des capteurs résistifs.
b1- Changement de capacité : (Capteurs capacitifs)

Condensateur plan Condensateur cylindrique

L’impédance du condensateur dépend de la constante diélectrique


relative (εεr) du matériau placé entre les deux électrodes, de la
distance (d) qui les sépare (condensateur plan) et de la hauteur l
(condensateur cylindrique).
La constante diélectrique du matériau change avec des variations de
température et/ou d'humidité → ♦ capteurs de température
♦ capteurs d’humidité.
21
La distance d entre les deux plaques d'un condensateur plan peut
changer avec la pression. Ce principe est utilisé dans un capteur de
pression à membrane : celle-ci étant l'une des deux plaques du
condensateur.
La déformation de la membrane change la capacité.

La hauteur du cylindre l dans le cas du condensateur cylindrique


peut changer en fonction du niveau de remplissage par un produit
non conducteur (fluide: pétrole, huile, etc…) ⇒ capteur de niveau.

Rmq: Avec un capteur capacitif, on peut réaliser des :


capteurs de température, capteurs d’humidité, capteurs
de pression, capteurs de niveau. 22
b2- Changement d'inductance : (capteurs inductifs)
la relation entre la tension et le courant dans une inductance :

L'inductance d'une bobine de N spires enroulées autour d'un noyau


magnétique est :

Air libre

µr la perméabilité magnétique relative du


noyau magnétique
S la surface du noyau magnétique
l la longueur du circuit magnétique.

L'inductance peut être changée par les variations de la perméabilité


magnétique relative µr qui est fonction des contraintes mécaniques
présentes dans un métal ferromagnétique soumis à une force.
⇒ capteur de force ou de pression. 23
b3- Changement de résistance : (capteurs résistifs)
La résistance est liée à la résistivité ρ d’un matériau par :

La résistivité d’un matériau peut changer avec la température,


avec le rayonnement optique, avec la géométrie, etc….
* Capteur de température à résistance métallique:
Le conducteur est un élément métallique (Cu, Ni, Pt…).
On peut établir une relation entre la résistance R et la température
T et ainsi déterminer T en mesurant R.
RT= R0(1+aT+bT2+cT3)
avec T la température en °C, R0 la résistance à 0 °C,
a, b et c des coefficients positifs, spécifiques au métal.
Le type le plus courant, à base de platine «Pt100», a une résistance de 100Ω
à 0°C et 138,5Ω à 100°C (variation quasi linéaire entre -200 et 800°C)
24
* Thermistance :
Pour une thermistance (agglomérat d'oxydes métalliques);
la résistance est très sensible à l'action de la température, et décroit
selon une loi de type :
a et b sont des coefficients
R(T)= a exp (b/T) spécifiques au métal.

Symbole électrique

La variation de résistance des thermistances dépend des matériaux


utilisés. Leur domaine d'utilisation va de -80°C à +700°C avec une
précision de 0,1 à 0,5 °C.
L'emploi des thermistances a donc des avantages de sensibilité et
de faible encombrement, mais la loi de variation de la résistance
en fonction de la température n'est pas linéaire.

Rmq: Dans les deux cas; la mesure de la température se ramène


donc à une mesure de résistance. 25
* Magnétorésistance :
Une magnétorésistance est un dipôle électrique passif dont la
résistance R varie en fonction du champ B dans lequel elle plongée.
⇒ capteur magnétorésistif.
On l’utilise pour détecter un champ magnétique.

* Photorésistance :
Ce sont généralement des matériaux SC dont la résistance
(résistivité) varie avec l’éclairement.
Les photons incidents absorbés dans le matériau, font augmenter le
nombre d’électrons et donc font augmenter la conductivité ⇒
la résistance diminue.

⇒ Capteur optique : LDR 26


Remarque :
Dans le cas d’un capteur passif, il est nécessaire d’utiliser
un circuit associé pour réaliser un conditionneur.
Les types de conditionneur le plus généralement utilisés sont :
Le montage potentiométrique.

Le pont d’impédance. (l’impédance du capteur est l’une des


impédances du pont).

Ampli Op, ampli d’instrumentation. (l’impédance du capteur


est l’un des éléments déterminant de son gain).

Circuit oscillant. (contient l’impédance du capteur).

27
4- Conditionneurs des capteurs passifs :
Montage potentiométrique :
Soit ; ZC : l’impédance du capteur
ZC0 : valeur initiale au repos
∆ZC0 : variation avec ∆ZC0 = ZC - ZCO
eS
Vm = ZC
( R S + ZC )
RS
es dVm es (RS + ZC ) − ZCeS RSeS
= =
ZC Vm
dZC (RS + ZC )2 (RS + ZC )2
∆ZC
∆Vm = R SeS
(R S + ZC )2
La variation ∆Vm est une fonction non linéaire de Z.
Sauf si RS >> ZC. 28
Une solution consiste à utiliser une source de courant idéale :

Où RS >> |ZC | (source idéale)


IS ZC
RS Vm Vm = ZC (IS – IRs) ≈ ZCIS
∆ Vm ≈ ∆ Z C . I S
La variation ∆Vm est une fonction linéaire de ZC.
On peut aussi utiliser des sources continues pour les
capteurs résistifs :
RC
Vm = ES
(R S + R C )
RS
R SE S ES
∆ Vm = ∆R C
(R S + R C )2
RC Vm

Si RC = RS ⇒
29
Inconvénients des montages potentiométriques :
Existence d’une tension de repos.
Sensibilité aux dérives de la source.

Montage en pont :
Il réalise une mesure différentielle.

I1 I2
R1 R2 à l’équilibre : R1R3 = R2RC
VA Vm
ES VB Vm = VA – VB = 0
RC R3 Pas de décalage

ES ES
VA =RC I 1= RC ;VB =R3 I 2= R3
R1 + RC R2 + R3 30
Influence d’une variation de source ∆ES :

R C 0 + ∆R C
R1 R2 VA = (E S + ∆ E S )
R 1 + R C 0 + ∆R C
∆ES
ES+∆
VA VB
∆RC0
RC0+∆ VB =
R3
(E S + ∆E S )
R3 R2 + R3

R C 0 + ∆R C R C 0 + ∆R C
VA = E S + ∆E S
R 1 + R C 0 + ∆R C R 1 + R C 0 + ∆R C

R3 R3
VB = E S + ∆E S
R 2+R 3 R 2+R 3

En négligeant R C0 + ∆R C R C0 R3
≅ =
∆RC devant RC : R1 + R C0 + ∆R C R1 + R C0 R 2 + R3
31
∆RC faible ⇒ ∆RC. ∆ES très faible 0; infiniment petit.
Les termes en ∆ES se compensent entre eux d’où :

 RC0 + ∆RC R3 
VA − VB = Vm = ES  − 
 R1 + RC0 + ∆RC R 2 + R3 

Dans la pratique on choisit R3=R2=R1=RC=R0

ES ∆R C 1 ES ∆R C
Vm = ≅ ∆R C
4 R 0 1 + ∆R C 4 R0 〈〈 1
2R 0
2R 0

Quand ∆RC est faible, la variation de Vm est quasi linéaire


et indépendante de la dérive de la source.

32
Montage avec ampli op :
Amplificateur inverseur

Il suffit de remplacer l’une des résistances par celle du


capteur
33
Circuit oscillant :
L’oscillateur permet de transférer l’information liée à la valeur
de l’impédance (mesurande) sur la fréquence des oscillations
(convertir le signal utile en fréquence).
On utilise le plus souvent des oscillateurs de relaxation
(multivibrateur astable) dont la fréquence dépend d’un produit RC
(R ou C du capteur).

T = 2RC Ln(1+ 2 R1 )
R2
Pour R1 et R2 fixées, la fréquence d’oscillation ne dépend que
de R et/ou de C. ⇒ 34
Dans le montage, le capteur est soit la capacité C, soit la
résistance R. Soit R0, (C0) la résistance (capacité) du capteur au
repos, le multivibrateur oscille à la fréquence f0 :

Sous l’action d’un mesurande,


C0 → C = C0+∆ ∆C et R0 → R= R0+∆ ∆R
On obtient alors une variation de la fréquence du signal VS, tel que :

∆f
où f = f0+∆

avec

La fréquence du multivibrateur est modulée par les


variations de l’impédance du capteur.
35
5- Corps d’épreuve :
Le corps d’épreuve est le dispositif qui, soumis au
mesurande, en assure une première traduction en une autre
grandeur physique non électrique que le capteur traduit en
grandeur électrique.
Ces corps d’épreuve sont très utilisés pour la mesure de
grandeurs mécaniques.

Mesurande
m2 Grandeur
primaire capteur
m1 électrique
Corps s
d’épreuve

Exp1 : La membrane d’un microphone:


c’est son mouvement qui est la conséquence de la
pression acoustique à laquelle elle est soumise, que
résulte le signal électrique. 36
Exp2: la mesure d'une force à partir d'un capteur de déplacement :
Dans ce cas, le corps d'épreuve est un ressort qui traduit la force
(mesurande primaire) en élongation (mesurande secondaire) ensuite un
capteur de déplacement traduira cette élongation en signal électrique.

Le mesurande (force) est


transformé en déplacement

k est la raideur du ressort

Exp3: la jauge de contrainte (déformation ou d’extensiomètrie):


Une jauge de contrainte est constituée d’un circuit résistif (grille) collé
sur un support en résine dont la résistance varie en fonction de
contrainte de traction à laquelle il est soumis (poids, force, pression).
La déformation du conducteur (jauge) modifie la longueur l entraînant
une variation de la résistance R.
La relation générale pour les jauges est :

où K est le facteur de jauge.

Remarque :
La relation qu’établit le corps d’épreuve entre les
mesurandes primaire et secondaire est très souvent linéaire.
Nécessité d’un étalonnage global de l’ensemble corps
d’épreuve et capteur. 38
5- Grandeurs d’influence :
Les grandeurs d’influence ou « parasites » sont des
grandeurs physiques dus à l’environnement du capteur dont
les variations sont succéptibles d’entraîner un changement de
la grandeur électrique de sortie qu’il n’est pas possible de
distinguer de l’action du mesurande :

s = f (m) devient s = f (m, g1, g2, …)

Exp :
• La température :
* agit sur les caractéristiques électriques, mécaniques et
dimensionnelle des composantes du capteur.
* La température est une grandeur d’influence pour un
capteur optique.
39
• La tension d’alimentation des circuits (amplitude et
fréquence).
• Les vibrations et la pression.
• L’humidité.
• Les champs magnétiques.

Il existe plusieurs moyens pour réduire ou annuler


l importance des grandeurs d’influence
l’importance d influence :

• Protéger le capteur par un isolement adéquat : blindage,


supports antivibratoires.
• Amener ces grandeurs à des valeurs connues.
• Utiliser des méthodes de zéro : des montages qui
permettent de compenser l’influence de ces grandeurs
parasites.
40
7- La chaîne de mesure :
C’est l’ensemble des dispositifs, rendant possible la
détermination précise de la valeur du mesurande m.
La chaîne de mesure comprend les différents systèmes
associés à la transmission et au traitement des informations :
amplification, adaptation, conversion, modulation,…

Mesurande s Information
capteur Chaîne
Cha ne de
m de sortie
mesure

La chaîne de mesure traite le signal électrique support de


l’information et le converti sous une forme qui rend possible sa
lecture directe.
L'information délivrée après le traitement peut être logique
(TOR : 2 états), numérique (valeur discrète), analogique.
41
8- Principales caractéristiques des capteurs :
On distingue les capteurs par les propriétés caractéristiques
suivantes : (aident dans le choix d’un capteur pour une
application donnée)
• Étendue de mesure :
Définition des valeurs extrêmes de la grandeur à mesurer
ou domaine nominal d’utilisation du capteur [mmin, mmax].
E.M=mmax-mmin
• Limites d’utilisation ou portées :
Conditions d’utilisation pour éviter la détérioration du capteur:
vitesse limite; effort limite; température limite d’utilisation….

42
• Sensibilité du capteur :
Facteur de proportionnalité entre le signal de sortie du capteur s
et la grandeur mesurée. Pour une valeur donnée m du mesurande, la
sensibilité S(m) du capteur est égale au rapport entre la variation de
la sortie électrique et la variation du mesurande : (∆ssortie/ ∆mmesurée).

Si s(m), dans l’étendue de mesure, est une fonction linéaire du


mesurande m, le capteur est dit linéaire. Sa sensibilité S(m) est
43
alors constante sur l’étendue de mesure.
• Résolution du capteur :
La plus petite variation de la grandeur à mesurer à laquelle
est sensible le capteur. Plus petite variation ∆m mesurable par
le capteur.
• Précision du capteur :
Caractérise la fidélité et la justesse du capteur ou fiabilité
de la mesure qu’il donne par rapport à la grandeur à
mesurer. Aptitude du capteur à donner une mesure proche
de la valeur vraie.
• Rapidité ou temps de réponse :
Temps de réaction du capteur ou le temps que met le
capteur pour fournir une mesure.
(la rapidité est liée à la bande passante du capteur:
gamme de fréquence pour laquelle le capteur fonctionne )
• Réversibilité du capteur :
Hystérésis, ou aptitude à donner les mêmes mesures
quelque soit le sens de variation de la grandeur. 44
9- Quelques exemples de capteurs :
a- Capteurs optiques :
Utilisent l’effet photoélectrique pour convertir l’énergie optique
en énergie électrique.
L’élément sensible étant un phototransistor, ou une photodiode.

a1- Télémètre laser :


Pour mesurer les distances ou les longueurs

t: temps entre émission et réception, c : vitesse de la lumière


d : distance entre source et obstacle, c(vide)=3. 108m/s 45
a2- Lecteur laser :

lecteur de code barre

a3- Capteur de fumée :


Chambre optique avec une LED et une photodiode
En présence de fumée, le rayonnement provenant de la LED est
réfléchi sur les particules de la fumée et la photodiode est éclairée
Rmq: Peut être utilisé pour la détection d’incendie ou de feu .

1. Chambre optique
2. Couvercle
3. Boitier
4. Photodiode
46
5. LED infrarouge
Illustrations de capteurs optiques:

47
b- Capteurs ultrason :
Même principe de fonctionnement que les télémètres. Ondes à des
fréquences supérieures à 20khz.
Utilisés aussi dans les systèmes radars pour la détection d’objets.

Vitesse de propagation du son :


Air : 340 m/s
Eau : 1500 m/s
Acier : 5000 m/s 48
b1-Capteurs de niveau à ultrason :
Emission et réception d’une onde ultrasonore qui se réfléchit
sur la surface du produit

b2- Capteur de débit : Le débitmètre à ultrason :


mesure du temps de propagation d’une onde ultrasonore dans le fluide
entre émetteur et récepteur.
Le temps mis par le signal pour parcourir la distance entre l’émetteur et
le récepteur nous permet de déterminer la vitesse du fluide.

Débit volumique : Qv=S.U (m3.s-1).


S la section de la conduite, U la vitesse du fluide.
c- Capteur de débit : Le débitmètre à effet doppler

Principe : modification de la fréquence d’une onde en fonction


de la vitesse de déplacement.
Lorsqu’on envoie une onde électromagnétique de fréquence f0 sur
une cible en mouvement animée d’une vitesse v dans l’axe de
l’émission, l’onde se réfléchit alors sur la cible et revient vers
l’émetteur avec une fréquence f légèrement différente de f0
avec : ∆f = 2.V. f0 /c

Le glissement de fréquence ∆F entre l’émetteur et le récepteur


permet de remonter (à la vitesse) au débit.

Fs : fréquence d’émission

50
c1- Le radar :

utilise le même principe de l’effet Doppler, pour le contrôle


de la vitesse des véhicules.
les radars émettent une onde, de fréquence connue f, en direction de
la cible. Par effet Doppler, cette onde est réfléchie et possède alors
une fréquence légèrement différente fr. avec fr= f ± ∆ f
En mesurant la différence de fréquence entre l'onde émise et celle
retournée, on peut alors calculer la vitesse de la cible.

51
d- Capteur de mouvement ou de présence :

Constitué d’un capteur infrarouge qui réagit au rayonnement


thermique (chaleur) émis par un corps humain. Le capteur entre
en action lors des fluctuations de température, lorsqu'un individu
se déplace dans son champ de vision.

Très utilisé dans les alarmes et dans les systèmes d'éclairage.

52

Vous aimerez peut-être aussi