Vous êtes sur la page 1sur 11

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Université Mohamed Khider - Biskra


Faculté des sciences et de la technologie
Département de Génie Civil
Filière Tronc-commun ST

Rapport de TP n°1
Introduction aux travaux pratique de la MDS
Et l’expérience de la teneur en eau dans le sol

Module : Mécanique du sol Préparer par :

Groupe : 27-2 NADJI Yousra

Année universitaire :

2017-2018
Sommaire :

I. Introduction
II. But de l’expérience
III. Intérêt de l’expérience en génie civile
IV. Matériels utilisés
V. Notions
VI. Mode opératoire
VII. Interprétation
VIII. Conclusion
I. Introduction:
A la différence des autres matériaux du génie civil et du bâtiment, les sols et les roches
préexistent sur le site des travaux et la première phase de toute étude géotechnique
consiste à définir la nature et l’état de ces terrains.

Les ouvrages utilisent le sol autant qu’un élément de l’infrastructure qui transmet la
charge globale de l’ouvrage vers une couche du sol suffisamment stable et résistante.
Selon le type de l’ouvrage et son mode de conception, le sol peut constituer une base
d’appuis pour l’ensemble de l’ouvrage tel que : route, tunnel, barrage poids ; ou un pont
d’appuis pour quelques éléments seulement tel que : bâtiment, pont, barrage en arc.

Un sol est généralement constitué de trois phases: phase solide (est constituée de grains
essentiellement minéraux et est celle qui montre la plus grande variabilité), phase
liquide (qui est généralement constituée par de l'eau. Cette eau intervient
essentiellement par la nature des ions présents. Elle peut constituer une quatrième
phase, sous forme de glace, dans les sols gelés) et phase gazeuse (qui est constituée
généralement par de l'air, mais peut dans certaines conditions, être de nature
différente).

Dans le domaine de la géotechnique, l’eau est généralement considérée comme un


élément perturbateur, voire un ennemi. La présence d’eau dans un sol et les interactions
eau-sol qui en découlent, ont pour résultat de compliquer les problèmes de construction.

Pour connaître les paramètres et les caractéristiques du sol de notre projet, nous
devons étudier le sol sous ce que nous appelons la mécanique des sols .La mécanique
des sols est une des disciplines du génie civil (stabilité des ouvrages, génie de
l’environnement), il s’agit d’une science mais c’est également une discipline de
l’ingénieur et un art. Elle s’appuie sur des bases mécaniques, physico-chimiques et
géologiques, elle a, de plus, développé ses propres théories et les résultats qui en
découlent sont appliqués à la résolution de problèmes techniques dans un double souci
d’économie et de sécurité.

Et par conséquent nous faisons beaucoup d'expériences et d’essais que l’on peut
diviser en deux grands types : Essais au laboratoire et Essais sur le site. C'est ce que nous
allons discuter dans la séance des travaux pratiques.
Quelques ouvrages géotechniques

II. But d’expérience :

- La détermination du la masse d’eau dans le sol étudié


- La détermination du pourcentage massique d’eau (la teneur en eau) dans le sol
étudié.

III. Intérêt de l’expérience en génie civil :

- L’essai de la teneur en eau permet de connaître la teneur en eau du matériau à


mettre en œuvre et dans notre cas le sol, afin de la corriger au besoin en aérant le
sol, ou en l’humidifiant.

- Cet essai permet également de définir les dosages en chaux et ciment en vue d’un
traitement de sol.

- La correction d’une teneur en eau et le but est de se rapprocher de la teneur en


eau optimale qui permet d’obtenir un compactage maximum du matériau.
- Dans les chantiers de terrassement, c’est un indicateur significatif qui
renseigne sur la portance du sol afin de décider du niveau de circulation des
engins.

- Cet essai permettra de décider du traitement ou du compactage à apporter au


sol

IV. Matériel utilisés:


- Tarière
- balance électronique
- Spatule
- Calculatrice
- Four
- Capsule d’évaporation
-

V. Notions:
Définitions de certains termes utilisés dans le TP :

- Le sol :
le sol est la formation naturelle de surface, à structure meuble et d'épaisseur
variable, résultant de la transformation de la roche-mère sous-jacente sous l'influence
de divers processus, physiques, chimiques et biologiques, au contact de l'atmosphère et
des êtres vivants.

- La Mécanique des sols :

La mécanique des sols est l'application des lois mécaniques et hydrauliques au


matériau sol. Comparé aux nombreux autres matériaux étudiés en mécanique, les
bétons, les aciers, les plastiques, le bois..., le sol présente deux originalités. C'est tout
d'abord un milieu discontinu qu'il faudra donc étudié à la fois dans sa globalité et dans
sa composition élémentaire.

- La tarière :

Est un outil permettant de percer le sol ou des matériaux comme le bois1.


Manuelle ou mécanique, en forme de gouge, de cuiller ou de spirale1 (vis sans fin)
permet de percer des trous étroits et profonds pour travailler le bois par exemple. C'est
un outil utilisé par les charpentiers et les menuisiers.
- Quartage :

Le quartage est une opération d’échantillonnage permettant de diviser un tas de


sol bien homogénéisé en quartiers à l’aide d’une truelle sensiblement égaux puis on
élimine les deux fractions 2 et 4 ou bien 1 et 3 afin de sélectionner
un échantillon représentatif du matériau. Et ainsi de suite.

- Teneur en eau :

Le teneur en eau est le rapport de la masse d’eau évaporais sue la masse des gains
solides en pourcentage

VI. Mode opératoire:

La mesure de teneur en eau se déroule en trois phases :


1. Phase 1 : Déterminer "mh" la masse Humide

On prélève deux échantillons remaniés de sol avec la tarière des deux hauteurs (0
cm) et (50 cm) on les remet dans deux différents bacs métallique et on les amène au
laboratoire, puis on fait l’échantillonnage par quartage deux fois et on obtient deux
échantillons de chaque uns des deux hauteurs et on met chaque échantillon dans
une capsule d’évaporation puis on détermine ses masses humide : (mh) avec le
balance électronique

- Sur le terrain, disposer d’une balance (type balance de cuisine) et d'une capsule
d’échantillonnage.
- On pose la capsule d’échantillonnage et on fait la tare. (La balance doit indiquer
«00» lorsque la capsule d’échantillonnage est dessus).

- On répartit dans la capsule d’échantillonnage une couche de sol (épaisse d’environ


2cm).
-On note le poids indiqué par la balance. C'est le poids humide (mh).

2. Phase 2 : Déterminer md (la masse sec) de l’échantillon : (md)

- On installe le four sur un endroit plan et abrité.


- On Utilise des gants et une spatule afin de prévenir tout risque de brûlure.
- On allumer le réchaud et «cuire» le sol en le mélangeant jusqu’à obtenir un
mélange poudreux et totalement sec. (En laboratoire on évapore l’humidité du sol
en le plaçant 24 heures dans une étuve à 105°).

- Laisser la capsule d’évaporation refroidir sous surveillance.


- Peser le mélange et noter le poids sec indiqué. C'est le poids sec (ms)

3. Phase 3 : Déterminer W% le teneur en eau


- A l’aide de la calculette, on remplace les valeurs de (md) et (mh) dans la formule
mathématique et on détermine la teneur en eau (W) du sol étudié.

- Puis déterminé la masse d’eau évaporais mw, par remplacer les valeurs de W, mh
et md dans la formule mathématique.

 mw =mh - md
𝑚
 W (Teneur en eau)= 𝑚𝑤 .100
𝑑
VII. Calcule et résultat:

m01 m02 m03


(capsul (capsul (après mh md mhé mdé mw
Hauteur Echantillo e e séchag (mh en (md en (en g) (en g) W%
(H en n vide rempli e en g) g) g)
cm) en g) en g)

01 106.47 178.06 171.14 71.59 64.67


H=0.00 71.24 64.41 6.83 10.60
cm 02 103.89 174.83 168.04 70.89 64.15

01 98.46 186.24 173.18 87.78 74.72


H=50.00 76.25 64.92 11.32 17.44
cm 02 102.28 166.98 157.41 64.7 55.13 5 5

Exemple de le méthode de remplissage du tableau :

 mh = m02 – m01

⇒ mh = 178.06g – 106.47g = 71.59g

 md = m03 – m01

⇒ md = 171.14g – 106.47g = 64.67g


𝑚ℎ 1+𝑚ℎ 2
 mhé (équivalente) = 2

71.59𝑔+70.89𝑔
⇒ mhé (équivalente) = =71.24g
2

𝑚𝑑 1+𝑚𝑑 2
 mdé (équivalente) =
2

64.67𝑔+64.15𝑔
⇒ mdé (équivalente) = =64.41g
2

Calcule de la masse d’eau :

 mw= mh - md

⇒ mw= 71.24g – 64.41g = 6.83g


Calcule de la teneur en eau :
𝑚
 W= 𝑚𝑤 .100
𝑑

6.83
⇒ W (H=0.00cm) =64.41.100 =10. 60%

11.325
⇒ W (H=50.00cm)=64.925.100=17.44%

VIII. Interprétation

Dans notre essais ; on a basé sur deux zones : la hauteur (H= 0.00 cm) et la hauteur (H=
50.00 cm) et on a pris deux échantillons de chaque profondeurs pour plus de précision
et de confirmation).

- A la hauteur (H=0.00 cm) on remarque que la masse d’eau avant séchage


(mh=71.24 g) est supérieure à celle après séchage (md=64.41 g) donc la masse
d’eau dans le sol (mw) est la différence entre le deux masse : (mw= mh-md =06.83
g).
- A la hauteur (H=50.00 cm) on remarque que la masse d’eau avant séchage
(mh=76.25 g) est supérieure à celle après séchage (md=64.925 g) donc la masse
d’eau dans le sol (mw) est la différence entre le deux masse : (mw= mh-md =11.325
g).

D’après les résultats si dessue on remarque que la masse d’eau de la hauteur (m


w(h=0)) est inferieur a celle de la hauteur (m w(h=50)) donc :

(m w (h=50)) -(m w(h=0)) = 11.325 g - 6.83 g= 4.495 g.

D’après cette étude on conclue que la teneur en eau dans le sol augmente
proportionnellement avec la profondeur.
IX. Conclusion:

La mécanique des sols est la science qui étudie les caractéristiques et les
paramètres de sol en utilisant des expériences et des essais. Et parmi ses expérience
l’expérience de la teneur en eau qu’on à réalisé dans ce TP pour déterminer la masse
d’eau dans notre sol et déterminer également son type (gonflante ou non, …etc), à la fin
de l’essai on a prouvé que la masse d’eau augment lorsque nous atteignons le
profondeur du sol, ça veut dire que la valeur de la teneur en eau n’est pas la même dans
tout les couches du sol, cette valeur est très importante au domaine de génie civil car elle
permet de mieux connaitre le sol sur laquelle on vas réaliser notre projet afin de
déterminer comment on peut le traiter (compactage, aération ou hydratation... etc.).

Vous aimerez peut-être aussi