Vous êtes sur la page 1sur 62

AIDS Support and Technical

Assistance Resources

L’utilisation des technologies


de l’information et de la communication
pour les programmes de planification familiale,
santé de la reproduction
et autres programmes de santé:
une étude des tendances et données factuelles

Réalisé pour l’Agence des États-Unis pour le développement


international par Management Sciences for Health

Ce document a été réalisé grâce au généreux soutien du Plan d’urgence du Président des États-Unis pour la lutte contre le SIDA
(PEPFAR) et l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) sous le contrat No. GHH-I-00-0700068-00.
Les opinions exprimées dans ce document sont celles du Projet AIDSTAR-Two et ne reflètent pas nécessairement les points de
vue de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) ou celles du gouvernement américain.
Table des matières
Acronymes ........................................................................................................................................4
Remerciements ..................................................................................................................................6
Synthèse ............................................................................................................................................1
Introduction ......................................................................................................................................4
Objectif de ce document ....................................................................................................................5
TIC pour la santé : Définitions et tendances ........................................................................................7
Éléments indispensables à la réussite de programmes de planification familiale : synthèse
d'applications choisies de TIC en planification familiale, santé de la reproduction et autres
programmes .................................................................................................................................... 12
Élément No 1: S’entourer d’un personnel hautement performant et très qualifié. ............................... 13
Élément No 2 : Fournir un leadership fort. .............................................................................................. 17
Élément No 3 : Communiquer de manière efficace. ............................................................................... 19
Élément No 4 : Fonder les décisions sur des données factuelles. ........................................................... 22
Élément No 5 : Garantir la sécurité des méthodes contraceptives à l’aide d’un solide système
logistique................................................................................................................................................. 23
Utiliser les TIC pour le renforcement des systèmes ........................................................................... 28
Conditions permettant l'utilisation des TIC et leur application à grande échelle ................................. 32
Conclusion ....................................................................................................................................... 39
ANNEXE A : Définitions des termes liés aux TIC ................................................................................. 42
ANNEXE B : Matrice sur les TIC et leur relation avec la planification familiale et la santé de la
reproduction.................................................................................................................................... 43
ANNEXE C : Références et Ressources ............................................................................................... 44
Acronymes

AMREF Fondation pour la recherche et la médecine en Afrique


ANP Assistant numérique personnel
ARV antirétroviral
ASC Agent de santé communautaire
CED Centre d’enseignement à distance
CHMI Centre pour les innovations du marché de la santé
DGFP Direction Générale de la Planification Familiale
eHealth santé en ligne
EHSDI E-Health Software Development and Implementation
FAI Fournisseur d’accès Internet
FHI 360 Family Health International 360
FIPP Fédération internationale de planification parentale
FNUAP Fonds des Nations Unies pour la Population
FOOS logiciel libre et gratuit
FSN Foreign Service National
GAID Alliance mondiale des Nations-Unies pour les TIC au service du développement
GHI Initiative mondiale pour la Santé
ICT4D Technologies de l’information et de la communication au service du
développement
IEC Information, éducation et communication
ILS système logistique intégré
IRH Institut pour la santé de la reproduction
JHU CCP Centre des programmes de communication de l’Université Johns Hopkins
JSI John Snow International
K4H Knowledge for Health
KNH Hôpital national de Kenyatta
m4RH Mobile for Reproductive Health
mHealth santé mobile
mHealthEd formation mobile à la santé
MoH Ministère de la Santé
MRS système électronique de tenue des dossiers médicaux
MSD Medical Stores Department (service gouvernemental du Ministère de la Santé et
de la Protection sociale de Tanzanie)
MSH Management Sciences for Health
NCK Conseil national du personnel infirmier du Kenya
OMD Objectif du Millénaire pour le développement
OMS Organisation mondiale de la Santé
ONG organisation non gouvernementale
PEPFAR Plan d'urgence du Président des États-Unis pour la lutte contre le SIDA
PNB Produit national brut
PHN Programme population, santé et nutrition de l’USAID
PPS point de prestations de services
PRB Population Research Bureau
PVRCL Programme virtuel de renforcement des capacités de leadership
R4D Results for Development
RH ressources humaines
S&E Suivi et évaluation
SCCSC Stratégie pour le changement social et de comportement
SCIP Portail de gestion de la chaîne d’approvisionnement
SIDA syndrome d'immunodéficience acquise
SMS Short message service (messagerie texte)
SR Santé de la reproduction
TB Tuberculose
TI Technologies de l’information
TIC Technologies de l’information et de la communication
TPC Taux de prévalence contraceptive
UHIN Réseau national d’informations de la santé en Ouganda
USAID Agence des États-Unis pour le développement international
VIH virus de l'immunodéficience humaine
Remerciements

Ce document a été réalisé par le Projet AIDSTAR-Two en collaboration avec la Mission en Afrique de
l’Ouest de l’Agence des États-Unis pour le développement international. Financé par le bureau du VIH-
SIDA de l’Agence des États-Unis pour le développement international, l’objectif général d’AIDSTAR-Two
est de contribuer à renforcer et pérenniser les programmes nationaux, organisations et réseaux de lutte
contre le VIH / SIDA. Le consortium AIDSTAR-Two, mené par Management Sciences for Health (MSH)
comprend l’Alliance internationale contre le VIH / SIDA ; Cardno Emerging Markets USA, Ltd. (Cardo) ;
Health and Development Africa, Ltd. ; Initiatives, Inc ; la fédération Save the Children et Religions for
Peace.

Willow Gerber, Spécialiste de la gestion des connaissances pour le Projet AIDSTAR-Two, est l’auteur de
ce document. Ummuro Adano, Chef de mission du Projet et Conseiller technique principal en capacité
organisationnelle a apporté son précieux soutien technique. Nous exprimons notre reconnaissance à
l’Agence des États-Unis pour le développement international, en particulier à Ishrat Z. Husain, Conseiller
principal en santé publique du Bureau en Afrique de l’Ouest et à Laurie Rushton, Conseiller technique,
Agent des contrats à AIDSTAR-Two pour leur collaboration ainsi qu’à Peggy D’Adamo, Conseiller en
technologies de l’information et gestion des connaissances du Bureau international pour la santé de
l’Agence des États-Unis pour le développement international, Bureau de la Population et de la Santé de
la reproduction, pour sa remarquable révision technique et ses précieux conseils. Sarah Johnson,
Directrice du Projet AIDSTAR-Two a apporté son aide technique, sa relecture et ses commentaires aux
premières versions. Elizabeth Walsh de MSH a apporté son expérience considérable en matière de
révision et Johanna Chao ses conseils sur le programme.

Nous remercions également les nombreuses personnes et organisations qui ont offert leur temps pour
nous apporter leur contribution essentielle sur les nouvelles technologies et leurs conseils et
informations précieuses sur les technologies de l’information et de la communication (TIC). Leurs points
de vue et contributions ont été essentiels pour la rédaction de ce document. Nous sommes tout
particulièrement reconnaissants aux personnes qui ont aimablement accepté d'être interrogées,
notamment Peggy D'Adamo de l'Agence des États-Unis pour le développement international, David
Aylward, grand spécialiste en transformation de la santé mondiale à Ashoka ; Kelly L'Engle, PhD,
scientifique principal à FHI 360 ; Josh Nesbit, PDG de Medic Mobile \+/ ; Dr Solomon Orero, conseiller
technique principal à la planification familiale / santé reproductive au programme de JHPIEGO MChip ;
Jody Ranck, DrPH, grand spécialiste en santé en ligne et innovation ; Rose Reis, agent de programme à
Results for Development Institute ; Dykki Settle d’IntraHealth ; Dr Adam Slote de l’Agence des États-Unis
pour le développement international ; et Dr Marsden Solomon, de FHI 360 Kenya, Conseiller régional en
planification familiale et santé de la reproduction.

Enfin, nous sommes extrêmement reconnaissants envers les personnes et organisations dont les projets
liés aux TIC sont mentionnés dans ce document. Ils sont les pionniers des applications créatives et utiles
des TIC qui sont conçues pour améliorer les systèmes et obtenir des résultats dans le domaine de la
santé. Nous sommes conscients qu’il existe bien d’autres personnes dans le monde qui sont activement
engagées dans les applications des TIC pour la santé. Même si les contraintes budgétaires et de temps
ne nous ont pas permis d’effectuer une étude plus approfondie, nous tenons à les remercier de leur
contribution dans ce domaine.
Synthèse
Depuis 2001, l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et ses partenaires
œuvrent pour garantir que la planification familiale et la santé de la reproduction conservent une place
prioritaire face aux demandes croissantes des questions de santé publique. Le domaine sans cesse en
évolution des technologies de l’information et de la communication (TIC) joue un rôle important dans les
efforts de soutien à la planification familiale, à la santé de la reproduction et aux autres besoins de
santé. Le terme « santé en ligne » a été introduit pour désigner l’usage combiné de la communication
électronique et des technologies de l’information dans le domaine de la santé, mais, comme le
remarque un universitaire de renom : « Dans un sens plus large, le terme englobe non seulement les
progrès techniques, mais également une nouvelle approche du travail, une attitude et un engagement
envers une pensée globale organisée en réseaux pour l’amélioration de la santé au niveau local, régional
et international à l’aide des technologies de l’information et de la communication » (Pagliari 2005).

Au fur et à mesure que cette nouvelle conception du travail s’affirme, les TIC actuelles – en particulier
les technologies mobiles – sont capables d'améliorer les informations et services de planification
familiale et santé de la reproduction pour les femmes, les hommes et les jeunes, avec l'ultime but
d'améliorer à la fois leur état de santé et leur qualité de vie. Les TIC peuvent aussi éventuellement
contribuer au renforcement du personnel de santé à travers des possibilités de formation et d’éducation
en connectant les travailleurs de santé à tous les niveaux du système.

Ce document examine l’utilisation actuelle des TIC pour l’amélioration de la planification familiale, de la
santé de la reproduction et d’autres programmes et identifie les conditions nécessaires pour poursuivre
leur application à grande échelle. Les exemples de TIC à l’œuvre sur le terrain sont structurés autour des
cinq principales activités mises en lumière dans le rapport financé par l’USAID en 2008 intitulé :
« Éléments du succès des programmes de Planification familiale » : (1) s’entourer d’un personnel
hautement performant et très qualifié ; (2) assurer un leadership fort ; (3) communiquer de manière
efficace ; (4) fonder les décisions sur des données factuelles ; et (5) garantir la sécurité des méthodes
contraceptives à l’aide d’un solide système logistique (Richey et Salem, 2008).

Il existe dans de nombreux pays d’Afrique des exemples de TIC qui permettent de soutenir ou de faire
avancer des programmes de planification familiale et de santé de la reproduction. Nous examinons ici des
exemples observés en Éthiopie, au Kenya, au Rwanda, au Sénégal, en Tanzanie et en Ouganda et nous
envisageons également les efforts réalisés au Bangladesh et en Inde, ainsi que plusieurs programmes
virtuels internationaux. Le document examine également la manière dont les plates-formes de technologie
numérique et mobile s'intègrent dans l'approche globale de renforcement des systèmes de santé.
L'examen collectif de ces programmes illustre la myriade de moyens par lesquels la technologie s’adapte
pour répondre aux besoins locaux tout en soutenant les programmes de santé nationaux et les initiatives
internationales de santé, notamment les Objectifs du Millénaire pour le développement, l’Initiative globale
pour la Santé et l’Initiative du Président des États-Unis pour la lutte contre le VIH / SIDA (PEPFAR).

Ce document identifie les neuf conditions générales suivantes, comme indispensables à l’utilisation des
TIC et l’application à grande échelle de la planification familiale et d’autres programmes de santé :
1. Une infrastructure adéquate : Tandis que l’infrastructure des TIC en Afrique s’est
considérablement améliorée au cours des dix dernières années, l’Internet en est encore à ses
balbutiements en Afrique sub-saharienne. Les efforts d’amélioration de la capacité de la bande
passante ne font que commencer et des câbles de fibres optiques ont été mis en place autour

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 1
du continent africain. Un récent rapport sur les TIC indique que le prochain défi à envisager et
auquel devront faire face les décideurs de cette région est la fourniture d’un accès Internet à
haut débit à un coût raisonnable pour les utilisateurs.
2. Le coût : Les systèmes de santé possèdent des priorités concurrentielles et certains considèrent
les TIC comme un luxe, en particulier les versions actuelles mobiles et sans fil. En supplément
des coûts relatifs à l’accès Internet à haut débit, les équipements et logiciels sont rapidement
obsolètes, exigeant des investissements supplémentaires et pesant lourd financièrement sur des
budgets de santé déjà tendus. Les organisations de la société civile, les organisations
gouvernementales (ONG), le secteur public et autres parties concernées doivent joindre leurs
forces et utiliser leur pouvoir collectif pour négocier des taux favorables auprès des fournisseurs
de télécommunications du secteur privé.
3. Les compétences en matière de TIC : Il est possible que des travailleurs de santé débordés
considèrent les TIC comme une exigence supplémentaire de travail qu'ils doivent s'efforcer
d'introduire dans leur emploi du temps. De nombreux travailleurs de santé n’ont pas encore
reçu de formation informatique de base et il est possible que certains, dans des régions rurales,
n’aient jamais utilisé d’ordinateur. L’engagement total auprès des personnels de santé est
indispensable à l’intégration et à l’expansion des TIC au sein des efforts de planification familiale
et de santé de la reproduction et cet engagement est largement facilité lorsqu’il existe une
valeur clairement perçue, une formation et un soutien adéquats.
4. Les normes et l’interopérabilité : La prolifération des TIC numériques et mobiles a créé des
systèmes qui, quoique bien partant d’une bonne intention, sont souvent incapables de partager
l’information. Les recherches confirment le besoin de normes d'interopérabilité des systèmes
d’information du domaine de la santé permettant le partage, la reproduction et l’application à
grande échelle de différentes applications de TIC. Les applications basées sur des sources libres
ou des normes ouvertes peuvent améliorer les TIC, leur permettant d’être plus facilement
partagées, d’être évaluées de manière efficaces et d’être disponibles à un coût plus abordable
pour les pays à faibles ressources.
5. Les politiques nationales et dispositions réglementaires : Dans le passé, les dirigeants n'avaient
pas besoin de beaucoup s’occuper des télécommunications dans l’élaboration de leurs
politiques nationales et réglementations en matière de santé. Avec la croissance exponentielle
de la santé en ligne, les hauts fonctionnaires et décideurs politiques sont maintenant tenus de
tenir réellement compte des TIC dans leurs discours officiels. De nombreux pays africains
doivent également faire face aux défis engendrés par des réglementations restrictives en
matière de télécommunications qui entravent les progrès des TIC.
6. Une perception contextuelle : Les contextes sociaux-culturels façonnent les comportements et
attitudes face à la planification familiale et la majeure partie des services de conseil de
planification familiale est effectuée par des agents de santé communautaires locaux (ASC) en
dehors du cadre officiel des services de santé. La conjonction des complexités du service de
conseil avec les ressources disponibles pour les prestataires de services locaux exige de
s’occuper des besoins des membres de la communauté, y compris d’adopter et d'adapter les
nouvelles technologies.
7. Une gestion saine : L’afflux de volumes considérables d’informations générés par les TIC
représente un défi pour les managers qui doivent décider quelles technologies sont les plus
adéquates pour leur personnel, quelles sont les plus rentables et quelles sont celles qui
amélioreront leur productivité. Le renforcement des capacités des personnels de santé et autres

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 2
intermédiaires afin de leur permettre d’utiliser de manière efficace, de gérer, d’adapter et de
développer les TIC appropriées et de les adopter pour le travail est une tâche permanente.
8. La langue : À l’exception des programmes de radio et de télévision, la question de la langue est
largement ignorée dans les programmes de TIC, dont la plupart n’offrent que peu de contenu en
langues locales. Le renforcement des capacités des travailleurs de santé pour qu’ils fournissent
des services de planification familiale et autres services implique de mettre à leur disposition
des informations à jour et une orientation dans une langue qu’ils comprennent facilement – de
préférence la leur.
9. L’évaluation : De nombreuses technologies semblent prometteuses au stade de la planification,
mais se montrent incapables de tenir leurs promesses lors de la mise en œuvre. L’évaluation
permet de mettre en place des mesures correctives qui seront prises le cas échéant et offre des
occasions de partager des leçons et d’échanger des connaissances.

Face aux évolutions rapides, de nombreux impératifs et systèmes de santé demeurent inchangés : le
besoin de méthodes et services de planification familiale fiables et accessibles, la demande de formation
continue pour les personnels de santé à tous les niveaux du système, la nécessité de surmonter les
inégalités des sexes de telle sorte que les femmes soient en mesure de gérer leur propre santé et
l’exigence d’informations sanitaires fiables. Alors qu’il semble que la technologie évolue chaque
nanoseconde, ce rythme époustouflant a donné lieu à de nombreux progrès au sein de la communauté
internationale de la santé, comme l’illustrent les exemples de ce document. Les TIC peuvent jouer un
rôle toujours croissant dans la fourniture de services de santé de qualité et dans le soutien du système
de santé, en particulier si l’application à grande échelle des interventions TIC tient compte des
conditions du succès soulignées par cette recherche.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 3
Introduction
Je commence à percevoir un changement persistant de tendance vers une meilleure
compréhension et une attitude plus positive à l’égard des technologies appropriées
dans le domaine des technologies de l’information et de la communication au service du
développement. Les choses commencent à évoluer dans le bon sens – appropriation
locale des outils et technologies, contenu local et projets dont l’élaboration est le
résultat de projets issus de l’implication des utilisateurs – et au fur et à mesure que
naissent de nouveaux projets… J’espère que nous verrons bientôt des actions qui font
davantage de bruit que les mots.
—Ken Banks, spécialiste de technologies mobiles, anthropologue et conservateur.
Lauréat du Tech Awards 2009. Fondateur de kiwanja.net; créateur : FrontlineSMS1

Depuis quelques dizaines d’années, les efforts de promotion et d’amélioration de la planification


familiale et de la santé de la reproduction ont été constants, en particulier dans le monde en
développement. En dépit de ces efforts, les « besoins non satisfaits »2 vont sans doute augmenter
d’environ 40 pour cent dans les 15 prochaines années (Fonds des Nations-Unies pour la population
[FNUAP] 2011). En Afrique sub-saharienne, où presque une femme sur deux est en âge de procréer,
une femme mariée sur quatre a toujours des besoins non satisfaits en matière de contraception et le
taux de fécondité est 5,2 fois plus élevé que la moyenne mondiale. Cette région a également le
pourcentage le plus élevé d’adultes entre 15 et 49 ans atteints du VIH / SIDA. Ceci a gravement
retardé les progrès économiques et sociaux, entravant davantage les efforts déployés en matière de
planification familiale et santé de la reproduction. De même que dans de nombreuses régions du
monde, il existe en Afrique d’importants obstacles liés à l’inégalité des sexes, qui entrainent des
relations de pouvoir inégales, limitant l’aptitude des femmes à gagner leur indépendance financière et
à améliorer leur état de santé. Les normes de l’inégalité des sexes peuvent faire obstacle aux services
de santé et à l’usage de méthodes contraceptives lorsque l’homme contrôle les finances, les
déplacements de la femme et les décisions concernant les soins de santé (Foreman 2011).

Depuis 2001, l’Agence des États-Unis pour le développement international – par le biais du Bureau de
la Population et de la Santé de la reproduction, de la Mission en Afrique de l'Ouest et des missions
locales – ainsi que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et d’autres partenaires, œuvrent pour
repositionner la planification familiale en Afrique sub-saharienne afin de garantir que celle-ci demeure
une priorité face aux autres besoins concurrentiels de santé mondiale. Ces activités comprennent :
Identifier les régions cibles pour accroître les investissements et le soutien technique en
planification familiale au niveau national ;
Offrir une formation de développement du leadership pour garantir que les défenseurs de ce
secteur et les managers possèdent les compétences nécessaires pour œuvrer dans ce nouvel
environnement ;

1
FrontlineSMS est un logiciel gratuit, en libre accès qui transforme un ordinateur portable et un téléphone
mobile en un nœud central de télécommunications. Une fois installé, le programme permet aux utilisateurs
d’échanger des messages courts avec des groupes de personnes via leurs téléphones mobiles.
2
Les « besoins non satisfaits » correspondent à ceux des femmes en âge de procréer qui ne pratiquent aucune
contraception mais ne souhaitent plus avoir d’enfants (limiter le nombre des naissances) ou qui souhaitent
retarder la naissance de leur prochain enfant d’au moins deux ans (espacer les naissances).

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 4
Élaborer des méthodologies pour l’analyse par catégorie des dépenses nationales de santé
ainsi que d'autres outils financiers afin de soutenir les efforts des ministères de la santé en
planification et budgétisation pour les services et produits liés à la planification familiale ;
Améliorer le cadre de réglementation pour l’implication du secteur privé dans la fourniture de
services de planification familiale ;
Accroître la capacité du secteur de santé en élargissant le cadre d’intervention des
prestataires de services, y compris les distributeurs communautaires qu’il faut former, pour
l’administration de méthodes de contraception injectable ;
Œuvrer avec les partenaires nationaux et internationaux dans le domaine de l’identification et
de la diffusion des bonnes pratiques (Agence des États-Unis pour le développement
international, 2006).

L’Initiative globale de Santé (GHI) lancée par le gouvernement américain accorde une place
importante aux résultats de planification familiale / santé de la reproduction qui comprennent la
prévention de 54 millions de grossesses non désirées pour atteindre un taux de prévalence
contraceptive (TPC) moderne de 35 pour cent dans tous les pays aidés par ce programme GHI. De
manière similaire, les gouvernements nationaux et les bailleurs internationaux s’efforcent de
revitaliser leur campagne de planification familiale et santé de la reproduction et, suite à ces efforts
combinés, de nombreux pays sont à des niveaux variés de repositionnement de la planification
familiale / santé de la reproduction (Judice, 2011 ; UNC, 2010).

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) peuvent être partie intégrante des
efforts de soutien à la planification familiale, à la santé de la reproduction, à la lutte contre le
VIH / SIDA, la tuberculose (TB) et de nombreux autres besoins de santé. Les méthodes des TIC peuvent
servir à informer et éduquer les responsables de la planification des programmes de planification
familiale / santé de la reproduction, le personnel des établissements locaux de santé, les agents de
santé communautaires et les prestataires de services, sans oublier les clients. Utilisés de manière
adéquate, les TIC actuelles – en particulier les technologies mobiles – ont la capacité d’améliorer
l’accès à l’information concernant la planification familiale et la santé de la reproduction, pour les
femmes, les hommes et les jeunes. Elles permettent également d’accroître leurs chances d’être
activement engagés dans une activité économique, avec la possibilité finale d'améliorer à la fois leur
état de santé et leur qualité de vie. Ces technologies peuvent également jouer un rôle dans l’approche
générale des questions de l’égalité des sexes, si l’effort est fait de soutenir volontairement et
d'encourager leur utilisation par et pour les femmes.

Objectif de ce document
La liaison entre les TIC et le développement mondial de la Promouvoir l’innovation implique d’« élargir
santé n’est pas un concept nouveau, en revanche la l’accès aux technologies et pratiques
prolifération des applications des TIC depuis les dix existantes » tout en « accroissant l’accès
dernières années est sans précédent. Les principaux mondial aux connaissances en exploitant les
technologies modernes d’information pour
documents portant sur la santé mondiale font désormais
réduire la « fracture numérique ».

Stratégie des États-Unis pour atteindre les


OMD, Juillet 2010

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 5
mention des TIC en tant qu’appui des objectifs stratégiques de développement. L’objectif du
Millénaire pour le développement numéro 8 (OMD 8) demande expressément un accès accru aux
nouvelles technologies,3 mais les TIC peuvent également faire avancer les résultats des sept autres
OMD. Plus spécifiquement, les applications TIC utilisées en faveur des efforts de planification
familiale / santé de la reproduction sont cruciales pour faire avancer l’OMD 3 (promouvoir l’égalité
des sexes et l’autonomisation des femmes), l’OMD 4 (réduire la mortalité infantile), l’OMD 5
(améliorer la santé maternelle) et l’OMD 6 (combattre le VIH/SIDA, le paludisme et autres maladies.)
Les stratégies de programmes, alignées pour soutenir l’objectif de l’Initiative globale de Santé d’un
taux de prévalence contraceptive de 35 pour cent, peuvent tirer parti de l’intégration d’une
composant TIC dans chaque phase du cycle de programme de santé de la planification
familiale / santé de la reproduction. Il existe également de multiples occasions d’inclure des
interventions TIC en appliquant les sept principes qui sont au cœur de l’initiative GHI.4 Selon les High
Impact Practices in Family Planning (Pratiques à haut impact de la planification familiale) de l’Agence
des États-Unis pour le développement international, les TIC sont reconnues comme des catégories
recommandées et émergentes des pratiques de prestations de service à haut impact, d’après les
données factuelles sur la puissance et la cohérence de la planification familiale / santé de la
reproduction (Agence des États-Unis pour le développement international, 2011).

L’objectif de ce document est d’examiner l’utilisation actuelle des TIC pour l’amélioration de la
planification familiale, de la santé de la reproduction et d’autres programmes ainsi que d’identifier les
conditions nécessaires pour poursuivre leur application à grande échelle. Ce document tient compte
des trois domaines clés d’intervention, suggérés par l’Initiative de repositionnement de la planification
familiale de l’Agence des États-Unis pour le développement international (à savoir la sensibilisation à
un changement des politiques, le renforcement du leadership et l’amélioration des capacités à fournir
des services), pour atteindre ses objectifs d’accroissement de l’engagement politique et financier
envers la planification familiale, pour soutenir l’expansion de l’accès et aider les femmes à atteindre
leur désir déclaré d’une contraception sûre, efficace et moderne (Agence des États-Unis pour le
développement international, 2009). Cette étude envisage les activités clés des TIC, telles que
présentées dans Elements of Success in Family Planning Programming (Éléments du succès des
programmes de Planification familiale) (Richey & Salem, 2008). La portée géographique de cette étude
est l’Afrique sub-saharienne, où les besoins non satisfaits de contraception sont les plus élevés (PRB,
2011) ; le manque de prestataires de soins de santé est aigu, bien que les initiatives de santé en ligne
se multiplient considérablement, elles le font en l’absence de coordination des systèmes ce qui
freinent la rentabilité et l’application à grande échelle.

En préparation de la rédaction de ce document, l’auteur a étudié plus de 140 documents pertinents à


l’aide de recherches en ligne et de documentation fournie par les parties concernées. De plus, l’auteur

3
L’OMD 8 stipule : « Mettre en place un partenariat mondial pour le développement ». La cible 6 de l’OMD 8
précise : « En coopération avec le secteur privé, faire en sorte que les avantages des nouvelles technologies, en
particulier des technologies de l’information et de la communication, soient accordés à tous ». Ses indicateurs
spécifiques sont : Nombre de lignes fixes pour 100 habitants, Abonnées à un service de téléphonie mobile pour
100 habitants et Nombre d’utilisateurs Internet pour 100 habitants.
4
Les principes clés de l’initiative GHI comprennent : la mise en œuvre d’une approche axée sur la femme- et la
jeune fille ; l’augmentation de l’impact à travers la coordination et l’intégration stratégiques ; le renforcement et
la validation des organisations multilatérales clés, des partenariats internationaux de santé et de l’engagement
du secteur privé ; l’encouragement de l’appropriation nationale et l’investissement dans des programmes
nationaux ; la pérennisation des systèmes de santé par le biais du renforcement des capacités ; l’amélioration
des mesures des indicateurs, le suivi et l’évaluation ; et la promotion de la recherche et de l’innovation.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 6
a interrogé les acteurs clés pour mieux comprendre ce vaste sujet et obtenir davantage d’informations
sur les exemple de TIC cités en référence.

TIC pour la santé : Définitions et tendances


Les définitions des TIC sont peu claires et parfois conflictuelles. Les termes technologies de
l’information et de la communication (TIC), technologies de l’information et de la communication au
service du développement (ICT4D en anglais), santé en ligne (eHealth en anglais) et santé mobile
(mHealth en anglais) sont souvent utilisés sans distinction. Un autre terme a récemment fait son
apparition – formation mobile à la santé (mHealth education ou mHealthEd en anglais) – pour décrire
les applications des dispositifs mobiles utilisés principalement pour l’éducation et la formation des
personnels de santé. Le présent document reprend les définitions figurant ci-dessous, des définitions
liées figurent en Annexe A.

Technologies de l’information et de la communication : des outils qui permettent la communication,


le traitement et la transmission de l'information ainsi que le partage des connaissances par voie
électronique. Ceci comprend l’éventail complet de tous les TIC numériques et analogiques, de la radio
et la télévision aux téléphones (fixes et mobiles), aux ordinateurs, médias électroniques tels que les
SMS, enregistrements audio et vidéo et Internet, y compris Web 2.0 et 3.0, le réseautage social et les
communautés virtuelles sur le web.

L’utilisation des TIC dans le monde est montée en flèche depuis une vingtaine d’années, avec certes
une différence considérable d’usage et d’échelle entre le Nord et le Sud en raison du coût, de la
disponibilité, de l’accès et de l’interopérabilité. L’usage croissant des TIC au Sud – en particulier la
santé mobile – prouve combien cette région est capable d’adapter les TIC pertinents aux contextes
locaux et de modifier considérablement les pratiques habituelles de santé publique. Claudia Pagliari,
une universitaire de renom dans le domaine des TIC, est persuadée que la santé mobile représente
non seulement une avancée technique mondiale, mais un phénomène plus large encore : « Dans un
sens élargi, le terme désigne non seulement un progrès technique, mais également une nouvelle
approche du travail, une attitude et un engagement envers une pensée globale, organisée en réseaux,
pour l’amélioration de la santé au niveau local, régional et international à l’aide des technologies de
l’information et de la communication » (Open Clinical 2011). Les TIC ont indubitablement révolutionné
notre façon de vivre et de travailler, et ont un profond impact sur la santé. En bref, reprend-elle :
« utilisées de manière efficace, les TIC sont des outils potentiellement capables d'accroître
considérablement les flux d'information et de diffusion des connaissances basées sur des données
factuelles et de responsabiliser les citoyens » (InfoDev, 2006).

La plupart des gens sont familiarisés avec l’usage des TIC plus classiques pour les interventions dans le
domaine de la santé, notamment la radio, la télévision, les ordinateurs, Internet, le courrier
électronique, les téléphones fixes et mobiles et le télécopieur. Certains d'entre eux, la radio et la
télévision par exemple, sont utilisés depuis des générations avec des résultats variables pour soutenir
une multitude de programmes de planification familiale / santé de la reproduction, de lutte contre le
VIH / SIDA et d’autres programmes de santé. Les personnels et organisations de santé en connaissent
une myriade d’exemples : le conducteur qui transporte les contraceptifs d’un dépôt à un
établissement de santé suite à un courriel d’inventaire de stock envoyé du bureau principal ; la femme
qui entend à la radio communautaire où elle écoute son programme favori, un spot ou une annonce
recommandant l’usage de contraceptifs modernes ou conseillant aux couples de discuter ouvertement

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 7
de la question du VIH / SIDA ; le médecin qui accède à Internet pour faire des recherches sur les
protocoles de planification familiale / santé de la reproduction ou sur la manière d’intégrer des
services de santé : tous ces exemples sont les TIC en action.

Les TIC pour le développement durable

L’émergence du secteur des TIC est le véhicule idéal pour la diffusion d’informations. À l’heure actuelle, le
secteur de la radio communautaire utilise les télécopieurs, téléphones, courriels et téléphones mobiles
comme outils promotionnels.

L’autoroute de l’information est censée provenir et être diffusée des pays développés vers les pays en
développement. Cependant, depuis quelques années, les technologies de l’information et de la
communication ont pris la forme d’une vague déferlante vers le pays en développement.

Les pays en développement n’ont d’autre choix que d’adopter de telles technologies. Ceux qui s’en
abstiennent risquent une marginalisation accrue. Nous devons préserver jalousement le rôle des contenus
de diffusion locale, alors que nous devons faire face aux défis de l’autoroute de l’information et à la
convergence des technologies. Nous devons garantir que l’information et la communication sont
respectées au même titre que les droits de l’homme, en bâtissant une société des connaissances
[actuelles].
« La radio communautaire, le berceau de la technologie de l’information »
Africa.oneworld.net

De toutes les pratiques classiques de TIC, la radio et la télévision sont celles qui ont été le plus testées
et qui ont le plus fait l’objet de communications ; il existe de nombreux sites et portails Internet
consacrés à la documentation de leurs résultats, par exemple le Johns Hopkins University Center for
Communication Programs (JHU-CCP) (Centre des programmes de communication de l’Université Johns
Hopkins), Drumbeat, Soul Beat, InfoDEV, Knowlege4Health, C-Hub Communication for Change et
Communication Initiative. Les interventions actuelles de stratégie de communication pour le
changement social et de comportement (CCSC) utilisent les mass media dans leurs modèles structurels
et environnementaux et la radio et la télévision possèdent les plus larges audiences pour soutenir ces
efforts.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 8
La radio, souvent appelée « le médium de l’Afrique », est depuis des dizaines d’années le médium de
choix le plus couramment utilisé pour l’information, l'éducation et la communication (IEC) et les
efforts de stratégie de CCSC. Les programmes populaires de radio ont recueilli une audience
extrêmement importante – souvent des millions d’auditeurs – et ses coûts de production et de
distribution sont relativement peu élevés. La radio crée « des communautés d’écoute qui font
littéralement basculer la nature de la sphère publique » et ses programmes peuvent « transcender les
barrières des coûts, les frontières géographiques, l’héritage linguistique colonial et les faibles niveaux
d’alphabétisation » (WITS, 2011).

Il existe d’innombrables exemples de programmes radio très populaires sur des sujets de santé
comme la planification familiale / santé de la reproduction, dont beaucoup intègrent de multiples TIC
dans leur mise en œuvre, comme par exemple lorsqu’un programme radio portant sur la planification
familiale / santé de la reproduction effectue des sondages quiz (par téléphone) ou est enregistré sur
cassettes audio pour être rediffusé, éventuellement en tant que moyen de contact futur avec la
communauté par des ONG locales ou pour être rediffusé dans un établissement de santé local. La
station radio SANYU FM de Kampala, en Ouganda a récemment adopté une approche faisant
intervenir différentes TIC dans leur programmation ; ils ont réalisé un sondage radio demandant à
leurs auditeurs quel domaine de service public (santé, éducation, sécurité, transport ou
assainissement) devrait être prioritaire, selon eux. À l’aide d’un nouvel outil appelé TRAC FM, la
station a demandé à ses auditeurs d’envoyer leurs commentaires par SMS, sollicité une discussion sur
l’antenne et ensuite créé et affiché des diagrammes de résultats en ligne sur Facebook. Sur l’ensemble
des auditeurs à l’écoute, 65 pour cent ont répondu que le domaine des soins de santé était la question
primordiale à leurs yeux. 5 La station continue de solliciter l’avis de ses auditeurs sur un large éventail
de sujets. En se servant de la radio, des SMS et d’Internet, Trac FM effectue un panachage de
technologies classiques et nouvelles pour promouvoir un débat public et créer une boucle de
rétroaction qui permet aux citoyens ougandais de donner leur point de vue et de tenir leurs leaders
responsables.

La télévision est également fréquemment utilisée dans des efforts de mobilisation de la communauté
dans le domaine de la planification familiale / santé de la reproduction, même si les télévisions sont
plus rares en Afrique que les radios. Elle est considérée comme un outil efficace de sensibilisation et
d’enseignement à distance. Les images en mouvement captent et accrochent l’attention des
téléspectateurs et « peuvent concrétiser des idées abstraites comme la planification familiale, les
valorisant réellement » (Munyanziza 1993).

Les leçons retenues sur l'utilisation de la télévision dans le domaine de la santé sont :
La programmation doit être adaptée aux contextes locaux et aux réalités culturelles et
concevoir avec soin la préparation, la pré-enquête, l'évaluation et la révision.
Dans le cas de programmes portant sur la planification familiale /santé de la reproduction,
ceux–ci doivent clairement expliquer quels sont les choix de contraception disponibles et
fournir aux téléspectateurs des informations sur les lieux où ils peuvent trouver des services
de planification familiale /santé de la reproduction.

5
TRAC FM est une plate-forme en accès libre, fonctionnant en partie grâce au dispositif RapidSMS et développée
à l'origine par l'UNICEF. Des visualisations de données complémentaires sur les sondages de TRAC FM sont
disponibles pour ses auditeurs intéressés sur ses pages Facebook et Twitter. La page Facebook de TRAC FM est
située au : http://www.facebook.com/#!/pages/TRAC-FM/123256091082072. Leur lien Twitter est :
http://twitter.com/#!/TracFM.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 9
Les inconvénients de la télévision sont son coût élevé et son accès limité en zones rurales et
en zones urbaines défavorisées (populations dont les besoins en planification familiale /santé
de la reproduction sont les plus aigus), un vivier restreint de diffuseurs compétents pour la
soutenir et son aspect de communication unilatérale, ne permettant pas d’interactivité
(Munyanziza 1993).

La radio et la télévision demeurent tous deux des outils TIC fiables pour la planification
familiale / santé de la reproduction, le VIH / SIDA et d’autres problèmes de santé pour les années à
venir. Il reste à découvrir de quelle manière ils seront transformés par la technologie de diffusion
numérique en Afrique sub-saharienne et ailleurs.

Les ordinateurs, en particulier les ordinateurs personnels, sont une technologie extrêmement
précieuse qui peut être utilisée pour renforcer les systèmes de santé, faire progresser les services de
soins et permettre un large échange et partage de
l’information sanitaire. Il existe cependant de vastes régions L'ordinateur est désormais un outil privilégié,
d'Afrique sub-saharienne où les ordinateurs ne sont pas au même titre que l’avion, pour apporter les
encore utilisés et où les établissements de santé disposent soins de santé modernes aux hôpitaux isolés
rarement du personnel possédant le temps et les en zones rurales. À l’aide de téléphones
compétences nécessaires pour maîtriser leur usage de mobiles et d’ordinateurs, les conseillers de
l’AMREF peuvent conseiller les médecins (qui
manière pérenne. En outre, le système de santé ne fournit
souvent ne sont pas des spécialistes) dans les
que peu de soutien constant pour entretenir et tenir à jour les
hôpitaux ruraux par le biais de liens audio et
équipements informatiques et les logiciels. Tandis que le taux
vidéo sur la manière de gérer des cas
d’équipement en ordinateurs personnels dans les ménages
complexes.
est de plus de 70 pour cent dans les pays industrialisés, dans – AMREF (Fondation pour la recherché
le Sud, ce taux est inférieur à 25 pour cent (Ahonen & Moore, et la médicine en Afrique
2011). S'il n'existe aucune donnée fiable sur l'accès aux
ordinateurs dans le contexte cadre des services de santé de l'Afrique sub-saharienne, celui-ci est sans
aucun doute faible. Même si l’usage de l’ordinateur est fréquemment associé à l’usage d’Internet,
tous les ordinateurs n’y sont pas connectés. Les petits dispositifs portables, y compris les téléphones
mobiles, sont désormais utilisés de manière très courante pour se connecter à Internet et sont
généralement moins coûteux et plus facile à utiliser que des ordinateurs de bureau ou portables ; et ils
ne requièrent pas d'alimentation électrique continue.

La pénétration d’Internet en Afrique était de 11,4 pour cent en avril 2011, tandis que la moyenne
mondiale était de 30,2 pour cent. Le Nigeria possède à l’heure actuelle le nombre d’internautes
(44 millions) le plus élevé du continent (ce qui n’est pas surprenant, compte tenu de sa forte
population), mais ne compte que 28 pour cent de taux de pénétration d’Internet. Dans la région sub-
saharienne, les Seychelles possèdent le plus fort taux de pénétration d’Internet, à 37 pour cent, et la
Sierra Leone celui le plus bas à 0,2 pour cent, suivi de près par la République Centrafricaine, le Congo,
le Niger – tous à 0,3 pour cent (Miniwatts Marketing Group, 2011). Si de larges régions d’Afrique ont
bénéficié de l’accès à la bande passante internationale par fibre optique entre 2009 et 2010 par câbles
sous-marins, la pénétration actuelle de l’accès à Internet haut débit en Afrique sub-saharienne est
inférieure à 1 pour cent, rendant cet accès très couteux et la connectivité restreinte. Il n’en reste pas
moins que de remarquables avancées des télécommunications sont actuellement en cours à travers la
région, ce qui aura un impact déterminant sur l’usage d’Internet et des TIC.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 10
Les nouveaux TIC sans fil métamorphosent tous les aspects de la vie et du développement dans le
monde. Les générations précédentes de TIC sont mises à jour sur de nouvelles plates-formes
numériques et l’usage de logiciels libres accroît la transparence et l’opérabilité.

Il n’est pas rare d'associer technologie sans fil et téléphonie mobile ou assistants numériques
personnels (ANP), mais le nombre et la complexité des produits et des services est ahurissante ;
nombre d’entre eux sont conçus spécifiquement pour l’amélioration des informations, diagnostics et
services de santé. En 2009, l’intérêt de la technologie mobile pour la santé a provoqué le lancement
de mHealth Alliance pour « exploiter la puissance des technologies sans fil afin d’améliorer les
résultats de santé dans les pays à faibles et moyens revenus ».6 Les chiffres sont indiscutables : il
existe à présent plus de 5 milliards d'abonnés à la technologie sans fil dans le monde et plus
de 70 pour cent habitent dans des pays à revenus faibles ou moyens. Les signaux commerciaux sans fil
couvrent plus de 85 pour cent de la population mondiale, atteignant un public beaucoup plus large
que celui des réseaux d’électricité.

La technologie sans fil ne dépend pas des lignes de téléphones fixes qui sont assez rares dans de
nombreuses régions d’Afrique. En 2009, l’Afrique sub-saharienne comptait plus de 300 millions
d’abonnés à la technologie sans fil et la couverture mobile atteignait 60 pour cent (Aker & Mbiti 2010).
Au-delà de ce qu’apporte la technologie sans fil à l’utilisateur, elle est également une importante
source de revenus pour les pouvoirs publics ; entre 2000 et 2012, les gouvernements sub-sahariens
auront reçu 71 milliards de dollars américains en revenus d’impôts issus de l’industrie de la
technologie sans fil (Wireless ICT Task Force 2010).

La santé mobile (mHealth en anglais), une TIC plus récente qui s’appuie sur la capacité numérique et
mobile est désormais au premier rang des discours sur la santé mobile en raison de sa capacité à
transformer les échanges d’informations et de connaissances à l’aide de la technologie sans fil. Il
existe de multiples exemples d’initiatives de santé mobile dans le monde, notamment la collecte de
données, la gestion des chaînes d’approvisionnement, le financement de la santé, le soutien à
l’observance des traitements, les messageries d’informations sanitaires, les services d’aide au
diagnostic et les services d’assistance téléphonique. Certaines applications peuvent être intégrées en
un programme unique de telle sorte qu’un personnel de santé peut se servir du même téléphone
mobile pour des tâches multiples, par exemple l'accès à l’aide au diagnostic et à la formation, la
collecte et l'envoi de données pour des enquêtes épidémiologiques et la mise à jour de dossiers de
patients. Les données factuelles disponibles sur l’utilisation de la santé mobile ont tendance à n’être
qu’au stade de la validation de principe et très peu d’évaluations formelles ont été conduites à ce jour.
Avec la faible disponibilité d’études à grande échelle sur la santé en ligne et la santé mobile
permettant de déterminer leur pertinence, applicabilité et rentabilité, les gouvernements sub-
sahariens ont peine à décider des priorités dans les investissements liés à la santé (infoDEV 2006).
Quoiqu’il en soit, un travail remarquable est effectué et il est crucial d’évaluer ces expériences pour
élaborer des directives pertinentes et contribuer aux étapes suivantes.

6
Les partenaires fondateurs de mHealth Alliance sont notamment la Fondation Rockefeller et la Fondation
Vodafone. D’autres partenaires sont notamment le GSMA, le PEPFAR et Hewlett Packard.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 11
Éléments indispensables à la réussite de programmes de planification
familiale : synthèse d'applications choisies de TIC en planification familiale,
santé de la reproduction et autres programmes
En principe, tout TIC disponible peut être utilisé pour soutenir, directement ou indirectement, des
activités dans le domaine de la planification familiale / santé de la reproduction et de la lutte contre le
VIH / SIDA et contribuer au renforcement des capacités tant des prestataires de services que des
clients. Une TIC qui « améliore l’aptitude d’une personne ou d’un organisme à poursuivre des objectifs
déclarés » (LaFond 2002) peut être considérée comme un élément de renforcement des capacités et
des systèmes. La diversité, la disponibilité et le coût des TIC influencent directement leur utilité et leur
mise en application. L’expertise avec laquelle les individus les utilisent est fonction de leur propre
compétence en TIC et de l’opérabilité de ces dernières.

L’utilisation des TIC dans le domaine de la santé ne concerne pas uniquement la technologie ; il s’agit
également d’un moyen d’atteindre les résultats escomptés, par exemple :
Les personnels de santé prenant de meilleures décisions thérapeutiques ;
Les hôpitaux fournissant des soins de meilleure qualité et plus sûrs ;
Les pouvoirs publics devenant plus réactifs dans le domaine des besoins de santé ;
Les systèmes d’information locaux et nationaux soutenant le développement de systèmes de
santé efficaces, efficients et équitables ;
Les décideurs politiques et le public devenant mieux informés des risques de santé ;
Les individus ayant un accès plus large aux informations et aux connaissances dont ils ont
besoin pour prendre des décisions éclairées concernant l’amélioration de leur propre santé
(infoDEV, 2007).

Cette partie du document reprend des exemples d’applications actuelles des TIC qui figurent dans le
rapport financé par l’Agence des États-Unis pour le développement international : Elements of success
in Family Planning Programming (Éléments indispensables à la réussite des programmes de
planification familiale) (Richey & Salem 2008) :
1. S’entourer d’un personnel hautement performant et très qualifié.
2. Assurer un leadership fort.
3. Communiquer de manière efficace.
4. Œuvrer à des politiques de soutien.
5. Rendre les services abordables.
6. Fonder les décisions sur des données factuelles (S&E).
7. Garantir la sécurité des méthodes contraceptives à l’aide d’un solide système logistique.
8. Proposer des soins centrés sur le client.
9. Intégrer les services.
10. Rendre les services accessibles grâce à un ensemble de sites de prestations.

Pour en faciliter la référence, les exemples de TIC qui suivent ont été regroupés sous cinq de ces 10
éléments. Les autres catégories (œuvrer à des politiques de soutien, rendre les services abordables,
proposer des soins centrés sur le client et rendre les services accessibles grâce à un ensemble de sites
de prestations) ont été regroupées sous les cinq catégories suivantes :

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 12
1. S’entourer d’un personnel hautement performant et très qualifié.
2. Assurer un leadership fort.
3. Communiquer de manière efficace.
4. Fonder les décisions sur des données factuelles (S&E).
5. Garantir la sécurité des méthodes contraceptives à l’aide d’un solide système logistique.

o
Élément N 1: S’entourer d’un personnel hautement performant et très qualifié.
Les programmes peuvent préserver la motivation et la fidélisation des personnels en créant un
bon environnement de travail, en adaptant les compétences aux tâches et en récompensant
le travail bien fait (Richey & Salem 2008).

Les TIC peuvent jouer un rôle vital dans la formation, la mise à niveau et les pratiques des étudiants en
services de santé et des professionnels : dans les écoles d’infirmiers et les universités de médecine, les
établissements de santé, les cadres urbains et en particulier les régions rurales, où les besoins sont
souvent les plus importants. Les TIC peuvent par exemple soutenir les personnels de santé dans les
hôpitaux isolés, les centres de santé et les dispensaires qui sont généralement sous dotés en
personnel et où il est difficile d’atteindre les populations desservies. Les services de planification
familiale peuvent se servir des TIC pour améliorer les compétences des prestataires de services et
aider les personnels de santé à progresser au niveau supérieur, les aidant à mettre leurs
connaissances à jour et également à optimiser leurs interactions directes avec les patients. La
technologie existe d’ores et déjà pour fournir sur site des occasions de formation de haut niveau aux
personnels de santé qui se trouvent dans des régions rurales et isolées, par le biais de petits dispositifs
portables et d'ordinateurs recevant les données concernées directement par satellite.

Les programmes décrits ci-dessous utilisent les SMS, des textes courts et des plates-formes
d’enseignement à distance par Internet et sans fil pour s’entourer d’un personnel hautement
performant et très qualifié.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 13
L’enseignement à distance de l’AMREF pour les personnels infirmiers au Kenya et ailleurs : Le Kenya
compte 20 000 personnels infirmiers, parmi lesquels un personnel diplômé pour 27 000 habitants.
Plus de 85 pour cent d’entre eux ne possèdent pas la qualification requise pour être considérées
« personnels infirmiers diplômés » et ne possèdent pas les compétences suffisantes pour traiter les
maladies les plus importantes. Le nombre d’écoles de soins infirmiers est insuffisant pour le nombre
de candidats postulant pour les cours en salle ; seuls 100 sur les 20 000 personnels infirmiers peuvent
y être admis chaque année.

À partir de 2005, la Fondation pour la recherche et la médecine en Afrique (AMREF) et le Conseil du


personnel infirmier du Kenya (NCK) sont passés d’un enseignement en classe traditionnelle à un
enseignement à distance avec des supports papier pour finalement adopter une option de formation
en ligne : l’e-formation. Ceci a permis d’augmenter les possibilités pour le personnel infirmier
d’accéder à la formation dont il avait besoin pour obtenir sa
qualification de « personnel infirmier diplômé » en ligne. L’e-formation est moins coûteuse et plus
Désormais, en partenariat avec le ministère kenyan de la rapide que les programmes traditionnels en
Santé, Accenture et les collèges du Kenya Medical Training, campus. Elle offre un mode formation
interactif et permet aux étudiants d’acquérir
l’AMREF et le NCK utilisent l’e-formation avec pour objectif des compétences en TI. Ce type de formation
l’immatriculation de 20 000 personnels infirmiers au Kenya. tire parti des progrès technologiques pour
améliorer la santé et réduire la pauvreté au
Quatre modules de formation sur ordinateur sont offerts par niveau local et est parfaitement applicable à
travers toute l’Afrique.
le biais de 100 centres d’e-formation et 400 formateurs et
Peter Ngatia
disponibles pour les infirmières même dans les régions les plus Directeur de formation en capacité
reculées du Kenya. Vingt-cinq écoles de soins infirmiers sont organisationnelle, AMREF
également engagées dans le programme. Si les étudiants
doivent s'acquitter de frais d'inscription auprès des établissements d'enseignement, certains employeurs
comme l’Hôpital national de Kenyatta (KNH) participent désormais à la prise en charge de la formation de
leurs employés dans le cadre de ce programme (ReliefWeb 2008).

Entre 2005 et mars 2011, plus de 7000 étudiants se sont inscrits à ce programme, qui est désormais
reproduit par les ministères de la Santé en Ouganda et en Tanzanie, avec le soutien de l’AMREF. Les
diplômés du programme qui travaillent au sein de l’hôpital kenyan de Kangundo ont la réputation d’être
motivés, compétents et proactifs. Ils ont également amélioré leurs compétences informatiques, ce qui
renforce leurs aptitudes professionnelles en général. Selon un diplômé : « J’ai *à présent+ beaucoup de
relations avec les patients et je suis en mesure de leur accorder plus d’attention qu’autrefois. Même les
médecins nous respectent. Auparavant, notre tâche consistait strictement à exécuter les ordres, mais à
présent qu’ils peuvent observer ce dont nous sommes capables, ils nous écoutent et parfois même nous
demandent notre avis » (iheed 2011).

La formation professionnelle continue de SpacedEd : L’application à grande échelle de la formation


du personnel de santé, indispensable pour faire face à une demande croissante des effectifs de
personnel de santé, nécessite généralement d’énormes ressources, y compris des investissements en
infrastructures et établissements de formation, ainsi que des coûts permanents de frais de personnel
et de matériel de formation. L’enseignement traditionnel en salle de classe requiert souvent que les
participants s’absentent de leur travail et tient rarement compte des différents modes
d’apprentissage individuels ou des horaires conflictuels. Pour combler ces lacunes, le projet
CapacityPlus d’IntraHealth International a mis au point, en collaboration avec SpacedEd, une approche
originale de formation et de mise à niveau des compétences, disponibles par le biais d’Internet et des
téléphones mobiles.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 14
Spaced education est une méthode de formation de pointe qui associe deux constats clés de la
recherche en psychologie : le facteur d’espacement et le facteur du contrôle des connaissances. Le
facteur d’espacement se fonde sur le résultat de recherches indiquant qu’il est plus facile
d’apprendre et de retenir des informations lorsqu’elles sont présentées et répétées à intervalles
donnés. Le facteur de contrôle des connaissances fait référence au constat que la mémorisation des
acquis à long terme est nettement améliorée si les participants subissent des contrôles de
connaissance. En conséquence, « le contrôle des connaissances n’est pas uniquement un outil de
vérification du niveau des connaissances de l'étudiant, mais plutôt un moyen de garantir que ces
acquis sont mémorisés de manière plus efficace à long terme » (IntraHealth 2011). SpaceEd.com se
sert de cette méthodologie pédagogique pour diffuser ses contenus de formation.

CapacityPlus conçoit et effectue des contrôles de connaissances sur des cours adaptés au contexte de
la santé, à l’aide de la plate-forme pédagogique de l’université de Harvard, pour offrir des formations
continues personnalisées via SMS et des systèmes de réponse vocale interactive sur téléphones
mobiles. Les cours portent sur la planification familiale / santé de la reproduction, le VIH / SIDA, la
santé maternelle et infantile, le paludisme et l'inégalité des sexes. Si la formation n’est actuellement
disponible qu’en anglais, la plate-forme projette d’inclure quatre langues supplémentaires : le
français, le mandarin, le portugais et l’espagnol. Le Ministère de la Santé éthiopien a demandé à
CapacityPlus d’élaborer un cursus sur l’allaitement pour les mères séropositives auquel les personnels
de santé peuvent accéder par téléphones mobiles. Au Mali, CapacityPlus prépare un cursus de
formation continue sur la planification familiale après l’accouchement et un programme de suivi des
protocoles de planification familiale.

Knowledge for Health (K4H): Au Malawi, 83 pour cent de la population vit en région rurale, les
services de planification familiale / santé de la reproduction sont donc largement la responsabilité des
centres de santé communautaires et des hôpitaux de district situés à des kilomètres des villages
ruraux. Pour améliorer l’accès à ces services, le Ministère de la Santé du Malawi œuvre avec ses
partenaires de coordination pour revitaliser le cadre d’intervention des agents de santé
communautaires bénévoles (ASC), afin de leur permettre de distribuer des contraceptifs et de fournir
des conseils en planification familiale /santé de la reproduction et VIH / SIDA directement aux
populations rurales. Le projet pilote K4H financé par l’Agence des États-Unis pour le développement
international encourage la diffusion et l’échange d’informations en matière de planification
familiale / santé de la reproduction, vise à améliorer l’accès à des informations à jour sur ces thèmes à
travers l’utilisation des centres de formation de santé des districts et des boîtes à outils d’informations
de santé en ligne, ainsi qu’un réseau basé sur les SMS et les téléphones mobiles destinés aux
managers et prestataires de services aux niveaux communautaire, de district et national afin
d’améliorer les services de planification familiale / santé de la reproduction et de VIH / SIDA.

Pour centraliser ces informations et en élargir l’accès, des centres de formation des districts (DLC)
ont été mis en place dans les hôpitaux de Nkhotakota et de Salima ; ceux-ci offrent un large éventail
de ressources, notamment des documentations imprimées ainsi que des possibilités de formation
présentielle et de réseautage. Les DLC fournissent des ordinateurs avec accès gratuit à des
formations par CD-Rom et en ligne, y compris des « boîtes à outils » standardisées, adaptées au
contexte de Malawi en matière de planification familiale /santé de la reproduction et de VIH / SIDA.
Au Malawi, des groupes techniques de travail, parrainés par le Ministère de la Santé, ont mis au
point trois boîtes à outils spécifiques portant sur la planification familiale, la santé maternelle et
néonatale et la santé de la reproduction adaptée aux jeunes ; celles-ci contiennent des informations

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 15
soutenant la mise en œuvre des politiques et des normes au niveau national. Il incombe aux groupes
de travail d’actualiser ces boîtes à outils.

En collaboration avec Medic Mobile \+/, un réseau de téléphonie mobile basée sur les SMS a été mis
en place pour permettre aux agents de santé communautaires d’échanger des textes courts entre
téléphones mobiles et autres dispositifs. À travers le réseau mobile, le programme peut avertir ces
agents de santé de la disponibilité de nouvelles ressources, de possibilités de formation, de
modification des protocoles et autres échanges pertinents des connaissances ou activités liées à la
santé publique dans leur district.

Grâce à ces efforts, 60 pour cent des personnels de santé au niveau national et 40 pour cent au
niveau du district accèdent à des informations par le biais des boîtes à outils. Deux centres DCL
fonctionnent et 91 personnels de santé ont reçu une formation informatique. Soixante-sept pour
cent des ASC ont reçu des téléphones et se servent des SMS pour les urgences, le diagnostic et la
communication avec leurs superviseurs. Nombreux ont fait état de réductions importantes de leur
temps de déplacement et de leurs frais, grâce à l’utilisation de ces TIC (Management Sciences for
Health 2011).

Le Centre d’e-formation pour la Santé mondiale (Global Health eLearning Center) : Le Programme
population, santé et nutrition de l’Agence des États-Unis pour le développement international (PHN)
et ses agents étrangers ont besoin d’informations à jour sur les sujets de santé mondiale, mais les
contraintes logistiques et de temps traduisent souvent ces échanges de connaissances en défi. En
réponse aux demandes répétées de son personnel sur le terrain pour l’amélioration de l’accès aux
informations techniques en matière de santé publique, le Bureau pour la santé mondiale de l’Agence
des États-Unis pour le développement international a lancé son Centre d’e-formation pour la Santé
mondiale, qui offre des cours sur Internet afin de :
Fournir aux professionnels de la santé une formation continue pertinente et opportune ;
Offrir des contenus techniques d’avant-garde sur les thèmes clés de la santé publique ;
Servir de source de référence pratique pour la diffusion des connaissances en santé publique
(Agence des États-Unis pour le développement international 2011).

Il existe neuf « certificats à valider » sur la santé mondiale et chaque certificat offre des dizaines de
formations en ligne. Plus d’une vingtaine de cours portent sur la planification familiale /santé de la
reproduction, notamment « Éléments de base de la planification familiale », « Programmation de
la planification familiale – Éléments de réussite », « Législation de la planification familiale &
exigences réglementaires », « Planification familiale / santé de la reproduction pour les personnes
vivant avec le VIH », « Logistiques contraceptives » et bien d’autres. Des experts du sujet concerné
rédigent et conçoivent les formations, qui peuvent être suivies en ligne par les utilisateurs en une
heure ou deux. Les participants peuvent également télécharger et imprimer les cours pour des
études plus approfondies (Agence des États-Unis pour le développement international 2011).

Depuis son lancement en 2005, des participants issus de 150 pays du monde, représentant
l’Agence des États-Unis pour le développement international, ses organismes de coopération et
d’autres partenaires se sont rendus sur le centre d'e-formation. Le programme a délivré plus de

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 16
68 000 certificats à ce jour pour des cours sur la planification familiale / santé de la reproduction
ou des cours connexes.7

o
Élément N 2 : Fournir un leadership fort.
Un leadership fort permet aux programmes de s’adapter au changement. Un bon
management résout les problèmes de fonctionnement (Richey & Salem 2008).

Le Programme virtuel de renforcement des capacités de leadership (PVRCL) : Pour répondre aux
demandes émanant d’organisations de santé, publiques et privées, pour le développement de
techniques de management et de leadership rentables, pratiques et accessibles, Management
Sciences for Health (MSH) a élaboré en 2002 le Programme virtuel de renforcement des capacités
de leadership (PVRCL). En septembre 2011, le PVRCL – disponible en anglais, arabe, espagnol,
français, portugais et russe – a été suivi par plus de 2900 participants membres de 379 équipes de
santé issues de 63 pays du monde, dont de nombreux
managers et prestataires de services de planification La formation ne peut se terminer sans que je
familiale / santé de la reproduction, VIH / SIDA et puisse dire à quel point elle a changé ma vie.
autres programmes. Pour connaître ses propres difficultés, il faut
apprendre à en analyser la cause profonde. Il
Le PVRCL utilise Internet, un guide des participants s’agissait autant des personnes que je dirige
imprimé et le travail en équipe pour renforcer les
que de mes difficultés personnelles…
capacités des personnels de santé pour relever les
Remigio Kadzviti, Participant à la formation
défis qu’ils rencontrent dans leur travail. Tandis que
du programme PVRCL, Botswana, 2011
les programmes traditionnels de renforcement des
capacités de leadership sont souvent limités à la
formation d’un public de managers de haut niveau, hors site, pendant au moins une ou deux
semaines, le PVRCL forme entre 4 et 10 personnes à distance sur une durée de 13 semaines.
Chaque équipe élabore un plan d’action destiné à résoudre un défi actuel, rencontré dans son
travail, auquel elle doit faire face et met en application les compétences acquises tout le long de la
formation pour le surmonter.

Le PVRCL requiert environ quatre à six heures d’engagement personnel par semaine de la part des
participants qui peuvent travailler en fonction de leur propre emploi du temps. Les membres de
l’équipe travaillent individuellement sur le site Internet du PVRCL, reçoivent un soutien d'une
équipe de formateurs experts et peuvent s’aider de leur guide de formation. Ils participent
également à des réunions d’équipe sur site, au sein de leur propre organisation, tout le long de la
formation.

Un programme virtuel comme celui du PVRCL offre des possibilités d’apprentissage à un coût bien
inférieur à celui des autres formations présentielles comparables. Le coût estimé par participant pour
la mise en place d’une formation de 16 semaines du PVRCL est de 78 dollars américains par semaine,
tandis que le coût estimé pour envoyer un participant d’un pays est-africain aux États-Unis pour une
formation de trois semaines est d’environ 1433 dollars américains par semaine (MSH 2010).

7
Données fournies par des courriels du service informatique et des responsables de programmes de MSH.
Septembre 2011.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 17
iHRIS Manage : La manière dont est géré et soutenu le personnel de santé est directement liée à la
qualité des soins de santé que ce personnel fournit. Selon l’expert en gestion des ressources humaines
(RH), Ummaro Adano : « La capacité de gérer de manière adéquate les ressources humaines est une
des lacunes principales des efforts actuels pour atteindre les objectifs nationaux et les efforts
internationaux de renforcement des systèmes de santé, y compris les importantes initiatives de santé
mondiale » (McCaffery & Adano 2009). Les récents efforts pour soutenir la professionnalisation du
personnel des RH à travers l’Afrique sub-saharienne peuvent bénéficier des applications et outils des
TIC susceptibles d’aider les personnels des RH à rationaliser les fonctions de gestion, notamment le
recrutement, l’affectation aux postes et la formation. Le projet CapacityPlus financé par l’Agence des
États-Unis pour le développement international a élaboré et mis en œuvre un tel outil : « iHRIS
Manage ».

iHRIS Manage est un outil gratuit, s’appuyant sur la technologie libre, qui donne aux managers des
informations opportunes pour évaluer les questions et fonctions de RH, afin de planifier et d'évaluer
des interventions pertinentes. Il est essentiellement conçu pour faciliter la gestion des personnels de
santé au sein d’un ministère national de la Santé, d’un hôpital ou d’une importante organisation de
santé publique, mais peut aussi servir à des prestataires de santé privés ou être adapté à d’autres
contextes.

Pour alléger le lourd fardeau administratif des RH, Nous ne fournissons pas uniquement un logiciel,
iHRIS fournit un module d’enregistrement des mais un programme de soutien technique et
documents scannés pour « archiver les formulaires et d’expertise pour garantir que la technologie est
les lettres papier générés et distribués lorsque les transmise de manière efficace et qu’elle renforce
personnels de santé sont embauchés, promus ou l’aptitude des décideurs à utiliser les données
transférés » (IntraHealth 2011). Au Kenya et en pour mener et diriger.
Ouganda iHRIS Manage donne des résultats, aidant la CapacityPlus, 2011
direction des ressources humaines du ministère à
gérer ses effectifs de manière plus efficace, réduisant les coûts et les erreurs de données. À l’aide de
ce système, les professionnels des RH sont capables de standardiser les titres de postes et les
catégories, de solliciter des demandes d’embauche pour les postes vacants, de désigner des employés
pour occuper des postes et de maintenir une base de données consultable de tous les employés
incluant leur identité et qualifications. Les managers peuvent également retracer l’historique des
employés au sein de l’organisation, y compris les postes occupés et la reconstitution de leurs salaires
et d'enregistrer le motif de leur départ lorsqu'ils la quittent.

Les concepteurs sont convaincus que la philosophie de la « diffusion anticipée et régulière » favorise le
feed-back. Au cours de l’année passée, de multiples nouveaux modules et nouvelles fonctions
logicielles pour la gestion avancée des RH ont vu le jour. Le logiciel d'iHRIS s’intègre désormais plus
facilement avec d’autres systèmes d’informations de santé, permettant aux données sur les effectifs
d’être agrégées avec celles des prestations de services et des statistiques épidémiologiques.

« Un des aspects que je trouve le plus fascinant est la possibilité d’établir des rapports personnalisés
pour faciliter l’analyse des données sur le personnel de santé. Même si à l’installation, le logiciel
d’iHRIS est livré avec de nombreux rapports standard, l’équipe d’iHRIS reçoit souvent des demandes
d’aide à la création de rapports personnalisés. La nouvelle direction s’efforce d’atteindre les objectifs
de l’équipe iHRIS de renforcement des capacités locales à l’aide du logiciel iRHIS, tout en diversifiant et
en élargissant la communauté des concepteurs d’iRHIS » explique Kabelo Bitsang, administrateur iRHIS
au Ministère de la Santé du Botswana.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 18
Avec le lancement de Translatewiki, un site qui regroupe une large communauté de traducteurs
bénévoles, le programme offre aussi désormais un meilleur soutien aux utilisateurs dans les langues
actuellement disponibles : hollandais, anglais, estonien, français, allemand, portugais, portugais du
Brésil, espagnol, swahili et tagalog.

o
Élément N 3 : Communiquer de manière efficace.
La communication fondée sur les théories comportementales et adaptée aux pratiques
locales motive les clients à rechercher des services et les aide à effectuer les bons choix
en matière de planification familiale (Richey & Salem 2008).

La santé d’une femme, celle de sa famille et de sa communauté dépend de l’accès à des informations
sur la santé et à une éducation de qualité. Il existe d’innombrables exemples de TIC utilisés pour
sensibiliser, éduquer et informer la communauté sur la planification familiale / santé de la
reproduction, le VIH / SIDA et autres questions de santé, ainsi que la disponibilité de services
connexes. Les programmes décrits ci-dessous utilisent les SMS et la messagerie mobile pour atteindre
la communauté de manière efficace.

La technologie mobile pour la santé de la reproduction (m4RH) : En 2010, le projet m4RH (technologie
mobile au service de la santé) de Family Health International (FHI 360) a lancé une série de SMS et
messages courts sur huit méthodes de planification familiale à l'intention des usagers de téléphonie
mobile au Kenya et en Tanzanie. Ce projet pilote de neuf mois a débuté à Nairobi en collaboration avec
neuf des établissements de santé de la ville, y compris deux cliniques privées dirigées par Marie Stopes
International/Kenya et Family Health Options Kenya, le partenaire kenyan de la Fondation internationale
de planification familiale et parentale. Les messages étaient rédigés à l’aide d’informations provenant
sources de données factuelles, notamment le guide de la planification familiale de l’Organisation
mondiale de la Santé. Ils étaient conformes aux limites de 160 caractères des textes courts et avaient
été soigneusement testés pour leur facilité de compréhension par les utilisateurs. Le système du projet
m4RH fournit également des informations sur les prestations de services de telle sorte que les usagers
peuvent facilement localiser les établissements de santé qui offrent les méthodes de planification
familiale de leur choix. Les codes d’accès mobiles que doivent saisir les clients pour accéder au système
m4RH sont diffusés sur affiches, mini cartes et dépliants (voir les Figures 1 et 2).

Figures 1 et 2 : Exemples de cartes d’information de m4RH


Ces cartes d’information à l’intention des utilisateurs de téléphones mobiles leur indiquent comment obtenir les informations dont ils ont besoin
en matière de méthodes contraceptives, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, à l’aide d’un seul message SMS.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 19
L’évaluation qui suivit ce projet des SMS a révélé que plus de 10 pour cent des abonnés avaient
accédé aux informations sur toutes les méthodes contraceptives, mais tant au Kenya qu’en Tanzanie le
menu des méthodes naturelles de planification familiale avait reçu le plus grand nombre de réponses
(9,1 %). Le nombre d’abonnés kenyans intéressés était sensiblement plus élevé que ceux de Tanzanie
(20 489 contre 7377), mais les réponses étaient plus rapides en Tanzanie où le service de téléphone
mobile du projet m4RH est offert en langue locale, le Swahili. Bien que le service n’ait pas été
formellement évalué, les preuves anecdotiques suggèrent que ce projet a été très bien reçu parmi les
jeunes couples et les jeunes en général.

Le projet m4RH est un des rares projets de textes courts en Afrique conçu pour l’éducation et
l’information du grand public et toute personne munie d’un téléphone mobile au Kenya ou en
Tanzanie peut accéder au service. Les partenaires voient dans le projet m4RH un moyen accessible et
abordable de fournir des informations sur la santé Nous parlons toujours de nos difficultés à communiquer
concernant la planification familiale / santé de la avec les jeunes — ils connaissent si bien ces nouvelles
reproduction à de larges segments de la population, dont technologies que celles-ci sont un le moyen de
la plupart n'ont pas l'habitude de rechercher ce type communication par excellence pour les atteindre !
–Dr Marsden Solomon
d'informations sur les établissements de santé. Cet accès Conseiller régional en santé, spécialiste de la planification
à l’information devrait générer des demandes pour les familiale / santé de la reproduction, FHI 360 Kenya
services connexes. Un autre projet de Family Health
International (FHI 360) assure actuellement la promotion
du projet m4RH chez les éducateurs pairs des questions sur le VIH/SIDA et les ASC y voient un moyen
d’intégrer la planification familiale aux projets de lutte contre le VIH/SIDA.

Il est d’ores et déjà prévu « d’intégrer une application à grande échelle et une reproduction *du projet
m4RH] pour couvrir une zone géographique plus large » (Mwaila 2011). Lors d’une réunion de
diffusion des parties concernées en mars 2011, les participants ont recommandé que cette plate-
forme soit utilisée pour promouvoir des services de centres ouverts aux jeunes, pour élargir le champ
des informations diffusées aux prestataires de services afin d’améliorer la qualité des soins et pour
renforcer les systèmes d’informations de gestion de la santé liés à la sécurité des produits. Une
proposition a également été formulée pour la création d’une équipe de travail sous l'égide de la
direction du département de la santé de la reproduction « visant à soutenir sa rediffusion, son
développement et sa standardisation » (Mwaila 2011). Avec 25 millions d’abonnés à la téléphonie
mobile au Kenya et plus de 14 millions en Tanzanie, le projet m4RH possède un excellent potentiel
d’application à grande échelle (International Telecommunications Union 2011 ; JamiiForums 2010).

L’outil CycleTel™ : L’institut de la santé reproductive (IRH) de l’université de Georgetown a développé


l’outil CycleTel™ un outil pédagogique et de soutien pour les clients qui préfèrent une méthode
moderne de contraception non hormonale. CycleTel™ est une version adaptée à la téléphonie mobile
du produit bien connu de connaissance de la fécondité, Cycle Beads®. Les concepteurs envisagent les
tendances suivantes pour soutenir cette initiative :
« À la lumière du taux élevé de besoins non satisfaits en
Plus des deux-tiers des 5 milliards d’abonnés matière d’informations sur la planification familiale et la
à la téléphonie mobile vivent dans les pays en santé de la reproduction, il existe un potentiel important
développement. d’aide à apporter aux femmes pour leur permettre d’éviter
les grossesses et d’améliorer leur santé de la reproduction
Plus de 3 milliards d’entre eux (sur ces par le biais d’informations opportunes, proactives et
5 milliards) utilisent des textes courts (SMS). personnalisées via SMS. »
L’Inde était au premier rang des usagers de la Institut pour la santé de la reproduction
téléphonie mobile, avec 350 millions Université de Georgetown

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 20
d’usagers en 2008 (en juin 2011, l’Inde comptait 852,7 millions d’abonnés à la téléphonie
mobile).
La grande majorité des abonnés sont des femmes et des hommes en âge de procréer.
Les services de téléphonie mobile sont extrêmement populaires et en croissance, avec des
usagers envoyant plus de 3 trillions de messages chaque année dans le monde (Puleio 2011).

La validation du concept en Inde a utilisé la diffusion, par SMS de la messagerie Frontline, de la


méthode des jours fixes, où 500 femmes s’abonnent au service SMS le premier jour de leurs règles et
reçoivent des messages courts les jours suivants leur indiquant leur statistiques de fécondité. Il a été
observé que la méthode des jours fixes était efficace à 95 pour cent pour éviter les grossesses non
désirées et elle est reconnue comme une « pratique basée sur des données factuelles » par l’OMS. Un
autre service disponible à partir d’un menu permet aux femmes de recevoir des informations via SMS
sur des méthodes alternatives de planification familiale / santé de la reproduction (mettant l’accent
sur l’importance de la gestion saine du temps et de l’espacement des naissances), la prévention du
VIH et des MST, l’usage de préservatifs et les informations sur le conseil et le dépistage, ainsi que la
localisation des établissements de santé locaux. Un numéro d’assistance en ligne est également
disponible pour les consultations individuelles par téléphone (Bhavsar pour MobileActive.org 2010).
Au fur et à mesure que le projet se développe, des hommes et des femmes seront en mesure
d’accéder au service et d’y poser des questions sur la méthode des jours fixes et d’autres questions
liés à la SR via SMS.

Voxiva, Inc. est le fournisseur d’accès de CycleTel™, dont les services sont très susceptibles d’être
appliqués à grande échelle dans de nombreux pays et dans différentes langues. Son application est
capable de traiter d’importants volumes d’abonnés et de messages — en connectant éventuellement
des millions de personnes sur demande. Selon l’Institut de la santé de la reproduction, « le système de
Voxiva peut envoyer jusqu’à 200 messages SMS par seconde et possède la capacité d’augmenter ce
volume en messages et en données au fur et à mesure que le projet est appliqué à grande échelle. La
collecte de données s’effectue en temps réel et est sauvegardée sur une base centrale de données,
accessible aux chercheurs et aux responsables de projets à tout moment à partir de n’importe quel
ordinateur personnel connecté à Internet » Devries 2009).

Les résultats d’études préliminaires de faisabilité indiquent que CycleTel peut « s’intégrer facilement à
l’usage et aux habitudes SMS de la téléphonie mobile dans les régions concernées par ces études et
que les femmes sont très intéressées lorsqu’il s’agit de se servir des SMS pour utiliser la méthode des
jours fixes et de recevoir des informations liées à la santé de la reproduction » (Devries 2009).
D’autres résultats pertinents indiquent que :
Les messages doivent être précis et non techniques.
Les participants préfèrent recevoir un texte plutôt qu’un message vocal.
L’expression « journée fertile » est perçue comme péjorative.
Les participants de l’étude semblent préférer l’expression « journée sûre/peu sûre » plutôt
que « vous pouvez/ne pouvez pas tomber enceinte aujourd’hui » pour protéger leur vie
privée : la confidentialité est toujours une question sensible, même lorsque le téléphone n’est
pas partagé avec d’autres.
La préférence va aux messages ne concernant que les jours non sûrs et à l'information
minimale sur la durée de la fenêtre de fécondité (informations uniquement au début et à la fin
de cette période).

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 21
Les messages doivent être en Hindi, rédigés en alphabet romain (« Hinglish »), les chercheurs
suggèrent d’évaluer la faisabilité de messages rédigés dans des langues qui n’utilisent pas
l’alphabet romain.
Un homme participant sur deux pense que les messages doivent être envoyés aux deux
partenaires.
Les participants seraient prêts à payer des frais mensuels pour ce service.
Ces résultats sont actuellement traités pour affiner l’application de CycleTel et le service sera appliqué
à grande échelle en Inde et éventuellement adapté à d’autres pays.

o
Élément N 4 : Fonder les décisions sur des données factuelles.
La recherche, le suivi et l’évaluation apportent des informations cruciales au processus
décisionnel et ces activités ne sont pas nécessairement coûteuses (Richey &
Salem 2008).

Le suivi et l’évaluation (S&E) sont un élément clé de la conception et de la gestion d’un programme
solide et sont essentiels à la planification familiale / santé de la reproduction, la prévention du
VIH/SIDA et autres objectifs connexes de santé. Les données recueillies à l’aide d’une recherche
pertinente et du S&E permettent au personnel chargé du programme d'observer les progrès, de
fournir des informations vitales permettant de prendre des décisions éclairées sur sa performance, de
planifier des activités fondées sur des données factuelles et enfin de déterminer si les projets
s’orientent vers l’atteinte des objectifs escomptés. Cela permet également de vérifier si les systèmes
sont en place et fonctionnent de manière efficace et, enfin, si un programme est bien accepté par la
communauté. Le suivi et l’évaluation peuvent servir à renforcer et institutionnaliser des programmes,
à influer sur les décisions de financement et contribuer à une compréhension globale de « ce qui
fonctionne » (Adamchak 200).

Les deux exemples qui suivent décrivent des interventions utilisant des outils de collecte de données
grâce à la téléphonie mobile afin de faciliter le S&E et les efforts de recherche.

Les 10 derniers kilomètres (L10K) : Le projet L10K (les 10 derniers kilomètres) de John Snow
International (JSI) utilise le logiciel EpiSurveyor de DataDyne 8 (un logiciel gratuit de collecte de
données téléphoniques mobiles) au sein d’un programme permettant aux chercheurs sur le terrain
dans plus de 115 communautés situées dans quatre régions d’Éthiopie de recueillir des données qui
renforcent les liens entre les ménages, les communautés et le programme phare d’extension des
services de santé du gouvernement. Les efforts portent sur « la mobilisation des familles et des
communautés pour consolider les pratiques de santé et potentiellement améliorer les résultats clés
en matière de santé de la reproduction, maternelle, néonatale et de l’enfant ». Les bénéficiaires de

8
EpiSurveyor est un outil Internet – et téléphone mobile – qui facilite la collecte de données, notamment celles
relatives à la santé publique, via les téléphones mobiles. Fonctionnant sur les téléphones mobiles traditionnels
de tous les pays, ainsi que les ANP et sur différents smartphones, EpiSurveyor est un outil simple et gratuit qui
ne nécessite que des compétences de base en informatique et téléphonie mobile. Les questionnaires d’enquête
peuvent être téléchargés et modifiés, les données saisies et synchronisées. Les versions récentes d’EpiSurveyor
incluent des analyses automatiques sur diagrammes et graphiques, des rapports envoyés par courriel et des
données téléchargées via SMS. EpiSurveyor est désormais le logiciel libre mobile le plus largement adopté dans
le monde et a officiellement été désigné par l’OMS comme une norme de la collecte des données.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 22
L10K comptent environ 14,5 millions de personnes, dont 2,6 millions d’enfants de moins de cinq ans et
3,5 millions de femmes en âge de procréer (John Snow International 2011).

EpiSurveyor au Sénégal : En 2008, le Ministère de la Santé du Sénégal, en partenariat avec l’OMS, a


amélioré la collecte de données de S&E de santé grâce aux TIC mobiles. Ils ont équipés 20 ASC dans
10 districts d'ANP fonctionnant avec l’application EpiSurveyor et les ont formés à leur utilisation.
Pendant les six mois du projet pilote, munis de leur ANP, les ASC ont visité 90 postes de santé par mois.
Ils ont mené une enquête comportant 82 questions fondamentales concernant la supervision et ont saisi
les réponses obtenues en temps réel sur EpiSurveyor. Les données ont ensuite été envoyées au niveau
du district, où elles ont été analysées puis retransmises au Ministère de la Santé pour y être centralisées
et regroupées avec celles des autres districts. Les établissements de santé pilotes équipés d’ANP ont fait
état d’une amélioration des indicateurs de santé de 67 pour cent. Dans un district, la collecte de
données qui aurait pris une journée entière a pu être réalisée en une heure. Le district a observé une
augmentation des vaccinations infantiles de 500 pour cent et une commande de 10 000 comprimés de
vitamines A a été effectuée à la suite d’une rupture de stock décelée grâce à l’enquête. Le traitement
opportun des données a permis aux responsables de santé de réajuster leurs budgets pour répondre
rapidement aux besoins identifiés (Ranck 2011).

Des données pertinentes de l’enquête pilote ont fait état d'une dangereuse rupture de stock de
partogrammes, un outil de base de l'accouchement, dans les établissements de santé des districts
pilotes. Les sages-femmes utilisent le partogramme dans la surveillance du travail pour garantir la
sécurité de l’accouchement. Les données recueillies par l’enquête ont permis au ministère de la Santé
d’identifier que seuls 55 pour cent des districts interrogés possédaient des partogrammes. En
s’appuyant sur cette information, le ministère de la Santé a augmenté la distribution des
partogrammes et demandé aux personnels de terrain d’encourager les sages-femmes à les utiliser
pour tous les accouchements. Des d’enquêtes de suivi ont permis d’établir que les sages-femmes
avaient besoin d’être formées pour utiliser les partogrammes de manière efficace, la formation
nécessaire a donc été introduite. Les données d’enquêtes suivantes d’EpiSurveyor ont permis
d’observer que l’utilisation du partogramme pendant l’accouchement avait augmentée de 28 pour
cent dans les 10 régions pilotes, comparativement à seulement un pour cent dans les régions qui
n’étaient pas concernées par l’enquête (OMS 2011).

o
Élément N 5 : Garantir la sécurité des méthodes contraceptives à l’aide d’un solide système
logistique.
Un solide système logistique et une planification à long terme de la sécurité des
méthodes contraceptives garantissent la disponibilité continue d’un éventail de
méthodes et des fournitures et équipement indispensables à celles-ci (Richey & Salem
2008).

Les programmes de gestion de la chaîne d’approvisionnement de nombreux pays africains utilisent la


santé en ligne et la santé mobile pour transmettre des informations « entre les établissements de
santé, les unités de gestion logistique, les pharmaciens locaux et les patients pour accroître l’efficacité
et lutter contre la contrefaçon de médicaments » (Vital Wave Consulting 2011). Les compétences
requises pour occuper un poste de Chef conseiller de la chaîne d’approvisionnement de produits
contraceptifs incluent désormais des connaissances et une expérience professionnelle en matière de
TIC appliquées à la gestion de la chaîne d’approvisionnement et ses applications liées (à savoir la
conception de logiciels et l’automatisation des systèmes d'information et de gestion logistique,

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 23
l’utilisation de technologies mobiles pour les données de rapport, les commandes et le suivi de la
chaîne d’approvisionnement), ainsi que le renforcement des capacités et le développement
organisationnel en matière de gestion de la chaîne d’approvisionnement (eTransformAfrica 2011).

Les interventions décrites ci-dessous se sont servi des TIC pour faciliter la sécurité de la contraception
à l'aide de solides systèmes logistiques.

Portail d’informations de la chaîne d’approvisionnement au Bangladesh : L’Agence des États-Unis pour


le développement international soutient les efforts de renforcement du système de gestion de la chaîne
d’approvisionnement au Bangladesh depuis de nombreuses années, afin de garantir la sécurité des
produits de planification familiale / santé de la reproduction. Certes des progrès ont été réalisés, mais
certains problèmes entravent toujours la disponibilité permanente des produits de santé de la
reproduction. Depuis l’automne 2009, le programme SPS de renforcement des systèmes
pharmaceutiques de l’Agence des États-Unis pour le développement international fournit un soutien
technique au DGFP (Directorate General of Family Planning ou Direction générale de la Planification
familiale), ainsi qu’à d’autres partenaires nationaux, afin d’améliorer la gestion de l’approvisionnement

Figure 3 : Capture d’écran du dispositif de suivi de l’approvisionnement du SCIP (Portail de


gestion de la chaîne d’approvisionnement) du Bangladesh

Le portail d’informations de la chaîne d’approvisionnement du DGFP permet de garantir la


disponibilité des produits contraceptifs à Upazila et sur le terrain, ce qui aide à réduire le
nombre de grossesses non désirées et la croissance de la population, étapes pour atteindre
les OMD pertinents.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 24
des produits de santé de la reproduction, de renforcer les systèmes actuels de gestion des données et
de distribution et d’accroître la capacité locale de renforcement des systèmes de santé en général. Ce
soutien a aidé le gouvernement du Bangladesh de rationaliser son approvisionnement, lui permettant
ainsi de recevoir une aide de la Banque mondiale pour des intrants d’une valeur de 63 millions de
dollars américains. Le portail d’informations de la chaîne d’approvisionnement (SCIP) de la DGFP est
un élément clé de l’amélioration du système de gestion de l’approvisionnement, qui fournit des
données pertinentes et opportunes pour la prise de décisions éclairées.9

Le dispositif de suivi de l’approvisionnement (voir Figure 3) aide les responsables des pouvoirs publics
à suivre le processus d’approvisionnement étape par étape, ce qui permet d’éviter les retards de
livraison et encourage la transparence. Le portail SCIP fournit également des informations sur les
appels d’offres en cours de la DGFP et les possibilités d’approvisionnement, la documentation
concernant les appels d’offres, les résultats des précédents appels d’offres, un bulletin d’informations
et une sélection de photos (http://dgfplmis.org/). Ce portail est unique dans le secteur public, du fait
qu’il permet à ses utilisateurs de gérer les données et de réaliser des présentations à l’aide de
tableaux de bord informatiques.

Le système logistique intégré ILS Gateway (Tanzanie) : La performance du système de santé et les
résultats connexes en matière de planification / santé de la reproduction sont gravement touchés
lorsque les fournitures essentielles et les produits contraceptifs ne sont pas disponibles sur demande
pour les services des établissements de santé. Une mauvaise gestion de l’approvisionnement résultant
en ruptures de stock ou en surplus se traduit par des surcharges de coûts et entraîne une mauvaise
qualité des soins offerts aux clients. Depuis une vingtaine d’années, le projet DELIVER, financé par
l’Agence des États-Unis pour le développement international, a acquis expérience et expertise en
matière de logistique de sécurité des produits contraceptifs et, plus récemment, des produits
antirétroviraux et antipaludéens. Le personnel de DELIVER y est parvenu en concentrant l’essentiel de
ses efforts sur l’utilisation pertinente des TIC.

Les systèmes logistiques génèrent des volumes considérables de données et le fait de posséder un
moyen d’organiser ces données à l’aide d’un tableau de bord facilite le travail des décideurs, leur
permettant d’interpréter les informations de manière efficace. Les rapports réguliers produisent
également de grandes quantités d’informations qu’il est difficile de résumer et d’analyser au niveau
central. Pour répondre à ce défi de « surdose d’informations », le projet DELIVER en Tanzanie a
travaillé avec un concepteur local de logiciels pour créer une application de base de données qui
permet la capture et l’analyse de données au niveau central. La base de données facilite le traitement
des commandes à l’organisme « Medical Stores Department (MSD) », simplifie également la collecte
des données sur l’utilisation des produits au niveau de l’établissement de santé, que le MSD ne
recueillait pas régulièrement auparavant. Le système est « conçu avec une fonction d‘accès à distance
et des applications qui permettront également aux établissements équipés d’Internet de passer des
commandes en ligne et de fournir un accès aux données sur l’utilisation des produits pour les
responsables de programmes du Ministère de la Santé » (JSI 2007).

9
Le SCIP a reçu deux prix très convoités au salon des innovations numériques du Bangladesh en juillet 2011. Le
secrétaire d’état du Ministère de la Santé et de la Protection sociale a accepté au nom du SCIP le prix pour la
meilleure initiative de gouvernance en ligne ; en outre, le portail a remporté le prix de l’innovation numérique
nationale dans la catégorie santé en ligne, le rendant éligible pour le World Summit Award : l’initiative mondiale
pour la promotion des applications de technologies de l’information les plus novatrices au niveau international.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 25
En 2010, le projet a commencé à travailler avec le Ministère de la Santé et de la Protection sociale de
Tanzanie pour développer une série d’innovations techniques destinées à combler les lacunes du tout
nouveau système de gestion de la chaîne d’approvisionnement, le système logistique intégré ILS. L’ILS
Gateway est conçu comme un système traditionnel de génération de rapports utilisant des messages
courts SMS et des scanners USB à code barre pour scanner les formulaires de commande.

Les messages SMS, les rapports scannés et les formulaires de commandes alimentent un site Internet
doté d’une interface de tableau de bord facile à utiliser, ce qui fournit un système de génération de
rapports avec une visibilité accrue des niveaux de stock aux points de livraison. L’information
graphique visuelle est conçue pour améliorer les commandes, la fréquence des rapports et
l’observance des procédures ILS. Cela permettra aussi aux responsables de la logistique des districts
d’effectuer des diagnostics et d’éviter les ruptures de stock fréquentes de produits contraceptifs et
autres produits de santé. L’ILS Gateway a débuté sa phase pilote dans plusieurs districts en novembre
2010, avec les objectifs suivants :
1. Fournir en temps réel des informations sur l'état des stocks de produits de santé de la
reproduction.
2. Améliorer la ponctualité et la précision des commandes et des rapports papier issus des points
de prestations de services.
3. Optimiser la précision et la ponctualité des livraisons aux PPS en confirmant les livraisons en
temps réel.
4. Permettre aux décideurs à tous les niveaux de suivre la régularité et la fréquence de la
supervision effectuée par les managers au niveau notamment du district.
5. Éviter les commandes d’urgence trop fréquences qui sont le résultat d’anciennes méthodes de
transmission des rapports en aidant les districts et les établissements à passer leurs
commandes de manière régulière et systématique (JSI 2011).
La Figure 4 représente une capture d’écran du site Internet ILS Gateway.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 26
Figure 4 : Capture d’écran du système logistique intégré ILS Gateway
Cette capture d’écran du système logistique intégré ILS Gateway résume les données de stock, y compris le nombre
d’établissements qui ont envoyé leurs rapports, la disponibilité des produits et la répartition des activités par districts.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 27
Utiliser les TIC pour le renforcement des systèmes
Nous nous sommes rendu compte que c’est la manière dont nous utilisons ce nouveau
jeu d’outils pour changer le système qui fait toute la différence. Le plus important, ce
sont les personnes au sein du système, leur rôle et la façon dont elles sont reliées les
unes aux autres. Dans le domaine des TIC, l'aspect mobile a l'impact le plus significatif,
car il s'articule autour des personnes. Il permet aux patients et aux agents de santé
communautaires d’être immédiatement PARTIE INTÉGRANTE du système. Ceci modifie
les attentes et les rôles des patients et des agents de santé communautaires d’une
manière extrêmement positive. L’individu qui parcourt 40 kilomètres à pied pour suivre
une formation de santé est vraiment déterminé à jouer un certain rôle au sein du
système. La technologie mobile permet cela.
Josh Nesbitt
PDGde Medic Mobile \+/

Les systèmes de santé sont complexes et les acteurs au sein de ces systèmes ont besoin d’une attention, de
compétences et d’un soutien particuliers pour que leurs actions aient un effet positif sur la santé. Les TIC
sont actuellement en cours d’application dans chacun des six modules de construction des systèmes de
santé recommandés par l’OMS : l’information, la fourniture de prestations de services, les ressources
humaines, le financement, la gouvernance et le leadership et les médicaments / vaccins. Les systèmes
d’information, en particulier, font intervenir des applications complexes pour recueillir, envoyer, analyser,
sauvegarder et diffuser de considérables volumes de données issus de sources multiples. Les TIC sont
utilisés notamment dans la tenue électronique de dossiers médicaux, la surveillance de
l‘approvisionnement en médicaments, les systèmes de commande, la gestion des budgets et le suivi de la
prévalence des maladies.

Les exemples qui suivent illustrent l’utilisation des plates-formes numériques et de la technologie
mobile au service du renforcement des systèmes nationaux de santé.

Le réseau national d’informations de la santé en Ouganda (UHIN) : L’Ouganda est l’un des pays les
plus touchés par les maladies au monde, mais possède aussi l’une des meilleures couvertures de
téléphonie mobile en Afrique. L’UHIN, lancé en 2003, est un réseau sans fil établi à partir du réseau de
téléphonie mobile du pays, d’ordinateurs portables et des serveurs sans fil permettant aux ASC
d’accéder aux informations vitales. Il facilite la collecte de données, la génération de rapports, la
diffusion d’informations sur la santé, la transmission de documents pédagogiques et les échanges de
courriels entre les personnels de santé. Au départ, le projet a
équipé 700 prestataires de soins de santé dans les cinq districts Nous recevons du SIGIS des données en temps
opportun, qui nous permettent de prendre des
d'Ouganda d’ANP contenant une bibliothèque clinique mobile, y décisions fondées sur des données factuelles en
compris des documents du Ministère de la Santé, à savoir les matière d'allocation des ressources et de
directives cliniques ougandaises et autres ressources sur le répondre rapidement à des maladies à potentiel
traitement et la prise en charge du VIH /SIDA, du paludisme et de endémique.
la santé maternelle et infantile. –Dr Robert Mayanja
Conseiller en santé publique du district de Rakai,
Ouganda
Selon un responsable de programme de l'UHIN, les personnels de
santé se servent de leur ANP pour recueillir des données de santé
publique au niveau de la communauté et télécharger ensuite ces
informations avec les courriels qu'ils doivent envoyer aux différents points d'accès sans fil, via des

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 28
connexions infrarouges, Bluetooth ou Wi-Fi à partir d'un établissement de santé rural.10 Ces points
d’accès transmettent l’information et les messages à travers le réseau à un serveur situé à Kampala,
qui les retransmet à son tour aux bénéficiaires concernés et renvoie messages, données et
informations de santé dont ont besoin les praticiens. La technologie étant solaire, les agents de santé
communautaires peuvent accéder aux informations et les échanger à partir de zones reculées sans
lignes de téléphone fixe ni alimentation continue.

Les échanges d'informations concernent : les rapports mensuels des systèmes d’informations et de
gestions sanitaires, les données de surveillance des maladies, les rapports liés au VIH / SIDA, la
tuberculose et le paludisme, ainsi les données de suivi sur l’utilisation des médicaments et les stocks.
D’autres outils ont été développés pour la collecte de données électroniques à partir de sources
d’information non traditionnelles – en particulier en liaison avec la prise en charge de la santé au
niveau de la communauté, comme la nutrition et les programmes environnementaux
d’assainissement ; les établissements de santé ruraux se servent du réseau pour saisir ces données et
les envoyer aux bureaux de santé des districts et au Ministère de la Santé.

De plus, la formation médicale continue de tous les personnels de santé est régulièrement diffusée à
travers l’UHIN. Trois fois par semaine, les personnels de santé reçoivent des contenus d’e-formation
sur le diagnostic, le traitement et la prévention des principales questions de santé sur leur ANP. Ils
reçoivent également quotidiennement les nouvelles des média traditionnelles par l’intermédiaire du
réseau.

Une étude de 2010 a montré que l’UHIN réduisait de 25 pour cent le coût de la gestion de
l’information, par rapport aux « systèmes manuels traditionnels papier, encombrants, sujets au retard,
moins fiables et parfois incomplets » (NSJ 2010). Dès la fin du projet initial, le Ministère de la Santé
d’Ouganda a inclus l’UHIN à sa stratégie complète de système national d’informations sanitaires et les
districts l’utilisent toujours pour recueillir et envoyer des rapports et des données essentielles
d’informations concernant la santé.

Le système national d’enregistrement des données médicales au Rwanda : Un élément clé pour
l’amélioration de la qualité des services de santé est l’usage régulier des dossiers médicaux pertinents
associé à un système stratégique d’informations de santé. Si le secteur privé possède de multiples
systèmes de tenue électronique des dossiers médicaux, on observe en Afrique une généralisation de
systèmes nationaux de dossiers médicaux informatisés.

Dans la cadre du projet national Vision 2000, le gouvernement rwandais a mis en œuvre un vaste
système de tenue électronique des dossiers médicaux dans tous les établissements de santé à l’aide
de TraCNET, d’Open MRS (système de dossiers médicaux informatiques) et du système national
d’informations sanitaires. Le système comprend des programmes pour la tenue informatique des
dossiers de patients, la surveillance des maladies infectieuses, la gestion des médicaments et de la
chaîne d’approvisionnement, les communications de télémédecine avec les professionnels de santé en
zones reculées et l'e-formation ou la formation des personnels de santé (Fasier, May & Wanchoo
2008). Le système devra se pencher sur les questions de sécurité des données de patients et de
confidentialité, au sein de son dispositif de contrôle de la qualité, sujet particulièrement sensible pour
les clients dans les domaines de la planification familiale / santé de la reproduction et du VIH / SIDA.

10
Les technologies sans fil Bluetooth, Wi-Fi et infrarouges sont couramment utilisées pour la communication
sans fil à courte portée entre dispositifs électroniques.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 29
Cette initiative nationale fait Figure 5 : Architecture de la plate-forme électronique de santé du Rwanda
appel à des compétences L’architecture de la plate-forme électronique de santé du Rwanda s’articule autour d’un système de
dossiers médicaux informatisés (DMI), relié à d’autres éléments, notamment les systèmes de chaîne
techniques étendues de la part
d’approvisionnement, de couverture médicale et autres systèmes.
des techniciens locaux, des
gestionnaires de données et des
programmeurs pour mettre en
place, gérer et développer
continuellement les logiciels afin
de répondre aux besoins
cliniques du Rwanda. À cet effet,
le Centre international de
recherche et développement a
financé un programme de
mentorat technique pour former
les programmeurs rwandais à
devenir des concepteurs locaux
de logiciels pour OpenMRS.

Le programme de formation « E-
Health Software Development
and Implementation (EHSDI) » est
géré principalement par Partners
in Health, situé aux États-Unis et
la Rwanda Information
Technology Authority.11 Dès le départ, 10 diplômés récents des meilleures universités rwandaises ont
été sélectionnés à la suite d’un examen écrit pointu et d’entretiens poussés. Les trois mentors d’EHSDI
qui soutiennent les étudiants diplômés sont des programmeurs informatiques aguerris et le
programme fait intervenir des conférenciers invités du Rwanda et d'autres pays. En poursuivant la
logique du partage ouvert des expériences pédagogiques, l’équipe de l'EHSDI rédige également un
blog pour décrire leur méthode (Partners in Health 2011).

M-Pesa : En 2005, Nick Hugues, le directeur exécutif de Signal Point Partners et Susie Lonie, directrice
exécutrice de Mobile Payments avec Vodacom en Afrique du Sud, ont lancé une initiative de
règlement par téléphonie mobile au Kenya appelée M-Pesa (M pour mobile et P pour « l’argent » en
Swahili). Cette coentreprise entre Sabricom, le leader en technologies mobiles de télécommunications
au Kenya et Vodafone permettent aux usagers de transférer des fonds, de régler des factures et
d'épargner en utilisant un téléphone, tout cela sans compte en banque. L’application de téléphonie
mobile M-Pesa permet aussi à ses usagers d’acheter du temps d’antenne. Depuis son lancement en
2007, M-Pesa a attiré plus de 13,8 millions d'abonnés et son réseau compte 24 000 points de vente. À
dater de 2009, 40 pour cent des Kenyans avaient utilisé ce service pour envoyer ou recevoir de
l’argent. La valeur cumulée des fonds transférés via M-Pesa depuis son démarrage dépasse
3,7 milliards de dollars américains – presque 10 pour cent du produit national brut (PNB) annuel du

11
Le cursus d’EHSDI en est désormais à sa deuxième d’année de mise en œuvre au Rwanda, géré en partenariat
avec le Bureau du développement du Rwanda. L’objectif du cours est de former des concepteurs locaux de
logiciels avec les connaissances et compétences nécessaires pour élaborer des dossiers médicaux informatisés,
en particulier les modules d’OpenMRS. La formation dure neuf mois (la première année, la formation était de
onze mois).

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 30
Kenya (Safaricom 2009). M-Pesa a inspiré d’autres services de téléphonie mobile dans le monde et ces
systèmes d’« argent mobile » sont récemment passés de simples systèmes de transferts de fonds à
des plates-formes de règlement permettant aux ONG, écoles, hôpitaux et entreprises d’envoyer et de
recevoir des fonds.

Au Kenya, en Tanzanie et en Afghanistan, M-Pesa est une aide directe à l’amélioration des soins de
santé en permettant aux familles de recevoir de « l’argent rapide » pour payer les transports vers les
établissements de santé ou hôpitaux. En Tanzanie, M-Pesa œuvre avec le Comprehensive Community
Based Rehabilitation Center (Centre de rééducation communautaire) pour transférer rapidement et
directement des fonds aux compagnies de transport, permettant aux ménages de rembourser le petit
prêt de transport à une date ultérieure. Au Kenya, l’initiative soutient la Changamka Medical
Smartcard, permettant aux femmes dont les moyens financiers sont limités de payer pour les soins liés
à la maternité (Kim 2011).

Center for Health Market Innovations (Centre pour les innovations du marché de la santé) (CHMI) :
Le CHMI ou Centre pour les innovations du marché de la santé est un réseau international de
partenaires qui recueille, analyse et diffuse des informations sur les innovations du marché de la santé
dans les pays en développement avec pour objectif la vulgarisation des modèles de réussite. L’équipe
de recherche comprend huit organisations partenaires issues de 16 pays qui recherchent des
programmes novateurs dans le domaine de la santé à décrire et inclure dans une base de données
d’innovations, disponible sur une plate-forme Internet libre, sur : http://healthmarketinnovations.org.
Les activités sélectionnées peuvent être mises en œuvre par des gouvernements, ONG, entrepreneurs
sociaux ou entreprises privées – dans la mesure où elles sont susceptibles d'améliorer la manière dont
fonctionnent les marchés de la santé.

Au-delà de l’équipe de base, le CHMI compte sur les usagers de son site (qui comprend des
administrateurs de programmes et des entrepreneurs sociaux dans les secteurs privés commerciaux et
non commerciaux, des bailleurs et des investisseurs, des décideurs des pouvoirs publics et des
praticiens, des chercheurs d’établissements universitaires) pour contribuer au recensement
d’informations sur des programmes capables d’enrichir le marché des innovations et de mettre à jour
des programmes déjà intégrés dans la base de données. Le site fournit des informations précises sur
plus de 1000 programmes dans plus de 100 pays et possède une base de données capable de
présenter des données comparatives et visuelles sur le nombre croissant des programmes. Les
utilisateurs et les contributeurs peuvent « afficher » des innovations internationales par type de
programme, statut juridique et population cible. Les utilisateurs enregistrés peuvent également se
connecter avec les personnes responsables des projets figurant sur la base de données pour
s’informer sur la recherche de partenaires dans leur propre pays. Ils peuvent dialoguer avec la
communauté élargie sur le blog du CHMI et télécharger la totalité de la base de données pour l’utiliser
– en mentionnant leur source, bien entendu. La base de données du CHMI est un remarquable outil
pour les chercheurs qui étudient le rôle du secteur privé sur le marché de la santé et pour les bailleurs
ou investisseurs à la recherche d’éventuels programmes à financer.

« Le CHMI utilise la richesse de ses informations sur les programmes du monde entier pour identifier
et analyser des modèles novateurs émergeants qui peuvent être appliqués à grande échelle ou
adaptés dans d’autres pays. Le CHMI œuvre pour mieux comprendre les modèles de programmes
innovants qui sont réellement susceptibles d’améliorer la santé et la protection financière au sein des
marchés de la santé (Center for Health Innovations 2011). Le CHMI est coordonné par le Results for
Development Institute avec un financement des fondations Bill et Melinda Gates et Rockefeller.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 31
Conditions permettant l'utilisation des TIC et leur application à grande échelle
Ainsi que nous l’avons déjà souligné, de nombreuses TIC traditionnelles (radio, télévision, téléphones
fixes et télécopieurs) ont été utilisées pendant des générations et sont totalement intégrées aux
interventions de santé notamment la planification familiale / santé de la reproduction et le VIH / SIDA.
Leur usage dépend étroitement de la fiabilité de l’alimentation électrique, des lignes de téléphone
fixe, des ressources nécessaires pour payer les factures d’électricité et d’un certain niveau de confort
pour leur utilisation régulière. Les ordinateurs personnels, avec accès Internet et courriel, dépendent
aussi d’une alimentation électrique stable et sont actuellement moins disponibles en zones reculées
pour diverses raisons, y compris le manque d’infrastructures adéquates, le coût et les compétences
informatiques limitées.

Ces obstacles à l’utilisation s’appliquent également aux TIC plus actuelles, mobiles et numériques, et
sont les principales questions qui doivent être résolues pour accélérer le développement des TIC en
Afrique sub-saharienne.

David Aylward, grand spécialiste en transformation de la santé mondiale, résume l’état actuel des TIC
et ce qui doit se produire pour poursuivre le développement de ce domaine :

Ce qu’il reste à effectuer, sur les marchés développés ou en développement, c'est l'expansion
de la santé mobile ou son application à très grande échelle. Ce qui existe actuellement sont
des démonstrations de faisabilité non pérennes, à petite échelle qui résolvent des problèmes
ponctuels plutôt que ceux de larges systèmes de santé. Nous sommes en fait à la recherche de
moyens pour soutenir et faciliter l’intégration des services pour qu’au lieu d’avoir une série de
solutions de services ponctuels, comme l’envoi de SMS pour modifier les comportements
individuels, nous soyons en mesure de tout connecter dans un système intégré totalement
transformé. Ceci signifie évidemment de responsabiliser les personnels de santé dans les
communautés à l’aide d’informations et de dispositifs mobiles pour la santé, mais ils doivent
pouvoir se connecter avec les établissements de santé ; ils doivent, tout comme ces
établissements être connectés à des centres d’information et ensuite tout cela doit être relié
au système traditionnel de santé. Cette intégration doit s’effectuer au niveau des soins
primaires, il ne devrait subsister aucun cloisonnement spécifique à une maladie.
L’intégration de ces soins de santé primaires est une mission en elle-même. Viendra ensuite
l’intégration de ces types de services au sein des systèmes de soins de santé sous-jacents, la
santé en ligne comme on l’appelle actuellement. Ceci signifie se connecter aux laboratoires,
pharmacies, hôpitaux, médecins, assurances et moyens de règlement dans leur ensemble. En
d’autres termes, la santé mobile ne peut survivre par elle-même. Elle est l’extension d’un
système de santé réformé.
L’obtention d’une économie durable pour sous-tendre ces deux défis en est un troisième.
Quels sont les organismes, quels sont leurs coûts et leurs profits ? La recherche et la mise en
évidence des effets économiques et sur la santé de ces approches de transformation est un
quatrième défi. La recherche dans un environnement riche en informations est totalement
différente que la situation de pénurie d’informations que nous connaissons actuellement.
Voici donc essentiellement les quatre objectifs que nous recherchons.12

12
Communications personnelles. Septembre-Octobre 2011.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 32
Cette avant-dernière partie du document aborde les neuf conditions indispensables à la réussite de
l’utilisation et de l’application à grande échelle des TIC : une infrastructure adéquate, le coût, des
compétences en matière de TIC, des normes et une interopérabilité, des politiques nationales et
dispositions réglementaires, une perception contextuelle, une gestion saine, une langue appropriée et
l’évaluation.

1. Une infrastructure adéquate : Dans l'ensemble, les infrastructures des TIC ont considérablement
évolué en Afrique sub-saharienne au cours des dix dernières années, le nombre de lignes de
téléphones fixes reste cependant limité, elles offrent un service médiocre, et les taux d’abonnement à
ces services sont stagnants.13 L’objectif principal des TIC porte désormais sur Internet à haut débit, qui
requiert des câbles à fibre optique et des satellites, et dont l’utilisation est devenue essentielle pour
les pays en développement en termes de stratégie économique à long terme. En Afrique sub-
saharienne, on dit qu'Internet en est à ses balbutiements et les efforts pour développer la capacité du
haut débit ne font que commencer. Néanmoins, d’énormes progrès sont réalisés, comme l’illustre la
figure 6. En 2009, les câbles sous-marins en fibre optique ont commencé à relier l’Afrique au réseau
international de télécommunications. Le travail est en cours et un investissement d'1,7 milliards de
dollars américains en câbles en fibre optique se traduit par un trafic Internet potentiel d’un volume
radicalement supérieur. Un récent rapport sur les TIC indique que le prochain défi majeur à venir pour
les décideurs politiques de cette région est « d'assurer que les réseaux sont capables de fournir un
accès Internet à haut débit à un coût abordable » (Banque mondiale 2011).

13
Selon la Banque mondiale, en 2005, jusqu’à 70 pour cent des lignes fixes étaient hors service à un moment
donné de l’année et le nombre d’abonnés en 2008 était le même qu’en 2000, soit 1,4 abonnés
pour 100 personnes.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 33
Figure 6 : Carte des câbles sous-marins en Afrique

« La carte dépeint une image bien différente de l’Afrique que celle à laquelle nous sommes
habitués. Ce n’est pas l’image d’un contient sombre, mais au contraire superbement éclairé,
illuminé par des térabits de capacité-lumière alimentés par une douzaine de câbles amerrissant
sur les côtes de l’Afrique sub-saharienne soit d’ores et déjà soit dans un avenir proche. L’Afrique,
le continent brillant. Il se trouve que c’est l’Afrique en laquelle je crois. » Steve Song
(http://manypossibilities.net/)

2. Le coût : Les systèmes de santé possèdent des priorités concurrentielles et certains, au sein du
système, considèrent les TIC comme un luxe, en particulier les versions actuelles mobiles et sans fil.
« Le coût de l’équipement, des logiciels, des connexions téléphoniques et des fournisseurs d’accès à
Internet (FAI) est élevé dans les pays à faibles et moyens revenus, à la fois en termes absolus et
comparativement aux revenus disponibles pour les ménages » (K4H 2009). De plus, l’équipement
informatique et les logiciels sont rapidement obsolètes, exigeant des investissements technologiques
supplémentaires pesant lourd financièrement sur des budgets de santé déjà tendus. L’utilisation de
logiciels libres peut permettre de contenir ces coûts et aussi de soutenir des économies transparentes.

Le nœud central de l’échange de connaissances est l’Internet et le coût de son accès en Afrique sub-
saharienne est très élevé comparativement au Nord, un facteur qui limite l’expansion de son usage.
Des volumes de haut niveau d’informations requièrent désormais une connexion efficace au haut
débit et en 2008, le coût moyen d’une connexion Internet à haut débit était de 92 dollars américains
par mois, nettement hors de portée pour beaucoup d'organismes et de particuliers. Les technologies à
haut débit sans fil entraînent la chute des prix d’accès et au fur et à mesure que de multiples

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 34
opérateurs entrent sur le marché, les coûts devraient continuer à baisser (Banque mondiale 2011). Les
organisations de la société civile, les ONG, le secteur public et d’autres parties concernées organisées
doivent joindre leurs forces et utiliser leur pouvoir collectif pour négocier des tarifs inférieurs auprès
des fournisseurs de télécommunications du secteur privé.

3. Les compétences en matière de TIC : Il existe une grave pénurie en personnels de santé dans toute
l'Afrique sub-saharienne. Des travailleurs de santé déjà débordés peuvent considérer l’utilisation et la
formation sur les TIC comme une exigence supplémentaire de travail pour lesquelles ils doivent
s'efforcer de dégager du temps. Il est possible que de nombreux travailleurs de santé n’aient pas
encore reçu de formation informatique de base et que certains, dans des régions rurales, n’aient
jamais utilisé d’ordinateur.

Les lacunes en matière d’expérience de santé mobile peuvent parfois se traduire par des décideurs et
des utilisateurs peu à l’aise ou intimidés par les TIC qui demandent de solides bases informatiques.
Même dans les pays largement plus habitués aux TIC modernes et qui y ont accès, il reste des utilisateurs
réticents. Il se peut que ceux qui n’ont pas grandi à l’âge de l’informatique et du numérique n’adoptent
pas la technologie pour diverses raisons, y compris le fait qu'ils préfèrent les échanges en face à face ou
les méthodes pédagogiques traditionnelles. De plus, « les professionnels de la technologie de
l’information capables d’effectuer la maintenance des ordinateurs ou de diagnostiquer des problèmes
sont [aussi] rares dans certains pays, en dehors des villes principales » (K4H 2009), laissant ceux qui sont
prêts à essayer ces nouvelles technologies inquiets sur leur avenir en cas de problèmes techniques. »

En raison de graves pénuries de personnels, les systèmes de santé dans toute l’Afrique dépendent des
agents de santé communautaires pour la fourniture des services de soins de santé de base et, dans
certains cas, des postes à compétences plus pointues comme d’administrer des contraceptions
injectables. Certains de ces agents de santé communautaires peuvent ne posséder qu’un niveau
d’éducation primaire ou avoir un faible niveau d’alphabétisation, ce qui peut représenter une
difficulté pour l'adoption des TIC en santé mobile, en formation mobile à la santé ou en aide au
diagnostic avec des menus qui offrent des services complexes. Les programmes doivent être conçus
en conséquence et disposer d’un personnel disponible dans les sites centraux ou régionaux pour
répondre directement aux appels plutôt que d’offrir des instructions par SMS pour les ASC qui se
trouvent dans cette situation.

D’un autre côté, il est remarquable d’observer le nombre de personnels de santé qui a adopté l’usage
des TIC – ordinateurs, Internet, SMS, messagerie et e-formation ou formation mobile à la santé. La santé
mobile demeure une catégorie à part, car elle associe la capacité d'échanges par textes de haut niveau
(le texte écrit) et l'échange verbal direct. L’engagement total auprès des personnels de santé est
indispensable à l’intégration et à l’expansion des TIC dans le secteur de la planification familiale et de la
santé de la reproduction et cet engagement est largement facilité lorsqu’il existe un intérêt clairement
perçu, une formation et un soutien adéquats. Les TIC peuvent modifier radicalement la manière dont
sont offerts les soins de santé, y compris les changements de pratiques professionnelles, en donnant aux
praticiens la possibilité de prendre des décisions concernant la santé du patient et en permettant aux
patients de prendre en charge leur propre santé de la reproduction. Beaucoup voient ici un progrès
extraordinaire, même si certains professionnels peuvent penser que leur bonnes méthodes éprouvées
sont mises au défi. C’est ici qu’intervient ce dont parle Pagliari, citée auparavant, la nouvelle manière de
travailler, le changement d’attitude et c’est là où le renforcement des capacités en matière de TIC est
essentiel.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 35
4. Les normes et l’interopérabilité : La prolifération des TIC numériques et mobiles a créé des
systèmes qui, quoique partant d’une bonne intention, sont souvent incapables de transmettre
l’information. Pour remédier à ce problème, les programmeurs de TIC de santé encouragent
l’utilisation de logiciels libres et gratuits (FOOS). Les recherches effectuées dans le Sud confirment le
besoin de normes d'interopérabilité des systèmes d’information du domaine de la santé permettant le
partage, la reproduction et l’application à grande échelle de différentes applications des TIC. Les
applications de santé basées sur des systèmes en source libre, ainsi que des normes ouvertes,
garantissent leur large utilisation et leur évaluation de manière efficace ; Les FOOS sont extrêmement
utiles en termes de réduction du coût pour les pays aux faibles ressources.

L’interopérabilité est également essentielle pour des processus transparents et inclusifs – qui peuvent
être améliorés en permettant la libre circulation des informations relatives à la santé, lorsque les
systèmes de TIC peuvent être reliés et être capables d’échanger des données en respectant une série
de normes et protocoles établis. Les pays en développement n’ont toutefois qu’un accès limité à de
telles normes. Une des solutions possibles pourrait être les « normes ouvertes » que les organisations
non commerciales peuvent mettre à la disposition du public, soit gratuitement, soit à coût nominal.

La reconnaissance de la nécessité de l’interopérabilité et sa mise en pratique sont deux choses bien


distinctes. Comme le soulignent les experts d'un consortium technologique, « les normes, directives et
bonnes pratiques de l’interopérabilité peuvent permettre de résoudre un problème, mais pour
parvenir à une interopérabilité des produits et des services, il faut un changement d’attitude de la part
des décideurs clés, des fabricants de produits et des prestataires de services... La normalisation est un
instrument capital des processus transparents qui doit être promu par les entreprises innovantes. Plus
cette industrie mettra en œuvre des processus d’interopérabilité et de normalisation, moins les
pouvoirs publics devront intervenir (The World Standards Cooperation 2011).

5. Les politiques nationales et dispositions réglementaires : Dans le passé, les dirigeants du domaine
de la santé n'avaient pas besoin de beaucoup s’occuper des télécommunications dans l’élaboration de
leurs politiques nationales et réglementations en matière de
santé. À présent, avec la croissance exponentielle de la santé en « La réglementation environnementale sur
ligne, les hauts fonctionnaires et décideurs politiques sont tenus les télécommunications peut jouer un rôle
de clairement tenir compte des TIC dans leurs discours officiels. important pour encourager l’augmentation
Peu de politiques de santé en ligne sont en place en Afrique et de l’adoption de la téléphonie mobile.
celles qui existent correspondent rarement aux les stratégies L’appropriation par les pouvoirs publics des
nationales en matière de santé. Seuls trois pays d’Afrique sub- opérateurs de télécommunications fausse le
saharienne disposent actuellement de politiques de santé en marché et a un effet néfaste sur la
ligne dans leurs stratégies nationales. Selon Brahima Sanu, concurrence. Conscients de cette situation,
les gouvernements de toute la région ont
représentant du syndicat régional des télécommunications
privatisé leurs opérateurs nationaux de
internationales en Afrique, la nouvelle économie fondée sur les
télécommunications. D’ici à 2010, 28 pays
connaissances oblige un changement de paradigme de la part
africains auront achevé ce processus. »
des décideurs africains qui doivent désormais inclure la
(Banque mondiale, 2011)
rationalisation des TIC comme un facteur essentiel des
politiques régionales et nationales.

De nombreux pays d’Afrique sub-saharienne possèdent encore des politiques restrictives en matière
de réglementation des télécommunications, ce qui entrave les progrès des TIC. Ces politiques
restrictives peuvent également gêner « l’harmonisation transfrontalière des norme de licence,
décourageant les économies d’échelle qui sont indispensables pour rendre les larges projets *de TIC+

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 36
abordables » (IDRC & CRDI 2010). Fin 2007, le sommet Connect Africa a permis de « démarrer le
lancement du haut débit et de l’e-formation en Afrique ». Les participants ont élaboré cinq objectifs,
mais peu parmi ceux-ci, s’il en est, sont réalisables dans le court délai qu’ils ont proposé. Il y a lieu de
noter l'Objectif 3, qui préconise l’allègement de la réglementation pour faciliter l’expansion des TIC. Il
stipule :
L’adoption de mesures de règlementation favorisant l'accès généralisé et abordable à
tout un éventail de services de TIC à haut débit, y compris les pratiques neutres
d'autorisation ou d’octroi de licences de technologies et services, l'attribution
concurrentielle des fréquences entre de multiples fournisseurs d’accès du haut débit
sans fil, la création de points d’interconnexion Internet nationaux (IXP) et l'application
de la concurrence pour la fourniture de la connectivité Internet internationale.

Selon la GSMA, une association qui représente les intérêts de l’industrie internationale des
communications mobiles, la libéralisation du marché se traduit par une augmentation du volume et de
la qualité des services mobiles (à la fois pour le trafic national et international). La libéralisation du
marché entraîne également une baisse des prix ; à l’issue d’une libéralisation partielle, les prix ont
chuté de 31 pour cent en Afrique et jusqu’à 90 pour cent à la suite de la libéralisation totale (Banque
mondiale 2011).

Il serait important d’envisager dans ce domaine la manière dont la structure du système de santé et le
cadre de règlementation national peuvent encourager une rapide collaboration technique et
interdisciplinaire, axée vers la résolution des problèmes. En outre, quelles sont les tâches politiques,
réglementaires et managériales indispensables pour faire face aux actuels défis techniques, complexes
et aux multiples facettes qui se présentent à mesure de l’évolution du paysage des TIC qui continue
d’évoluer rapidement ? (infoDev 2006)

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 37
6. Une perception contextuelle : Le choix de l'adoption des
Contexte et contenu de l’utilisation des technologies doit être déterminé essentiellement en fonction
TIC pour l’expansion de la planification
des contextes locaux et de la demande (Weigel & Waldburger
familiale
L’adoption de méthodes de planification 2004). Le contexte et les facteurs du contenu sont
familiale est influencée non seulement par la d’importants éléments à considérer pour l’expansion et
méconnaissance des méthodes contraceptives l’application à grande échelle, y compris la création d’un
modernes, mais également par les croyances contenu local, la langue utilisée et la pertinence de ce
culturelles et l’opinion de la communauté. Dans
une telle situation, il peut être extrêmement
contenu en fonction de la situation locale. Les informations
bénéfique de disposer des conseils d’une sur les contextes socioculturels qui façonnent les
personne vivant dans la communauté qu’elle comportements, attitudes et modèles des mouvements de
sert et qui, par conséquent est parfaitement au population, les attitudes culturelles et la disponibilité
courant de la nature des problèmes locaux. opérationnelle des TIC définissent l’aptitude des usagers à
Les agents de santé communautaires peuvent
rendre visite à leurs clients de manière s’impliquer pour concevoir des approches innovantes de leur
régulière et sont en mesure de répondre, là où utilisation et les appliquer à grande échelle. Les améliorations
les établissements ne le peuvent pas, aux pertinentes des TIC reposent sur la connaissance du contexte,
questions relatives à l’observance et la comme le décrit l’extrait de Routen et al. dans l’encadré à
poursuite des méthodes. Le conseil en
planification familiale est toutefois
gauche de cette page.
relativement complexe et il risque d'exister un
conflit entre cette complexité et les ressources 7. Une gestion saine : Comme indiqué précédemment,
à la disposition de l'agent de santé chacun des six modules de construction du système de
communautaire, qui reçoit souvent peu de santé peut bénéficier des TIC qui fournissent des moyens
formation.
stratégiques de collecte, d’organisation, de gestion et de
Notre projet est de développer un logiciel de partage des informations. L’afflux de volumes considérables
téléphonie mobile pour soutenir les agents de d’informations générés par les TIC actuels représente un
santé communautaires en leur permettant de défi pour les managers qui doivent décider quelles
fournir des conseils de qualité en matière de
planification familiale à leurs clients. Notre
technologies sont les plus adéquates pour leur personnel,
objectif est d’utiliser une méthode éprouvée de quelles sont les plus rentables et quelles sont celles qui
bonnes pratiques de planification familiale et amélioreront leur productivité. Le renforcement des
de coder le dialogue entre le client et le capacités des personnels de santé et autres intermédiaires
prestataire de services qui en découle au sein afin de leur permettre d’utiliser de manière efficace, de
d’une application interactive L’agent de santé
communautaire pourra alors utiliser cette gérer, d’adapter et de développer les TIC appropriées et de
application pour guider chaque session de les adopter pour le travail est une tâche permanente.
conseil selon ces directives de bonnes Nombreux se sentent dépassés par l‘abondance
pratiques. Nous sommes convaincus que ce d’informations disponible à travers des moyens rapidement
modèle sera un apport important aux
ressources disponibles pour soutenir les efforts
croissants (par exemple les contenus diffusés en continu, les
de promotion des conseils en matière de archives numériques et le vaste nombre de sites, de
planification familiale au niveau serveurs de listes, de blogs, etc.). En conséquence, la gestion
communautaire. des connaissances dépend fortement de savoir si les TIC
–T. Routen et al.
sont perçues comme une aide ou comme une entrave. Le
Utiliser la technologie mobile
pour le soutien de la planification familiale domaine des TIC est confronté à une croissance
dans la communauté exponentielle et ceux qui observent de l’extérieur y voient le
feu continu d’une technologie et de ses applications en
constante évolution, avec admiration et souvent inquiétude.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 38
8. La langue : À l’exception des programmes de radio et de télévision, la question de la langue est
largement ignorée dans les programmes de TIC, dont la plupart n’offrent que peu de contenu en
langues locales. L’Afrique sub-saharienne possède un nombre considérable de langues et près de deux
douzaines d’entre elles sont considérés comme langues « officielles ». L'Afrique du Sud à elle seule
compte 11 langues officielles. Parmi les ressources portant sur les informations de santé disponibles
sur Internet, un nombre très limité est rédigé en ces langues officielles, à l’exception de l’anglais, du
français, du portugais et de l’espagnol. La plupart des applications de TIC conçues pour faciliter la
formation et les échanges de connaissances n’existent pas non plus dans des langues locales. Le
renforcement des capacités des personnels de santé pour qu’ils fournissent des services de
planification familiale et autres services implique de mettre à leur disposition des informations à jour
et une orientation dans une langue qu’ils comprennent facilement – de préférence la leur.

9. Évaluation
L’évaluation est extrêmement importante pour déterminer si l’investissement dans l’utilisation des TIC
est rentable, en particulier lorsqu’il s’agit d'évaluer les avantages apportés à l'initiative de santé que la
TIC soutient. L’évaluation permet d’appliquer des mesures correctives si nécessaire et offre des
possibilités de partage des leçons retenues pour des efforts continus ou renouvelés. Cependant, les
organisations ont tendance à ne pas évaluer officiellement leurs systèmes de TIC et peuvent ne pas
savoir comment surmonter ou résoudre les limites actuelles des techniques d’évaluation qui sont
encore aux prises avec des modèles d’évaluation de la gestion des connaissances.

Comme le décrit Charles Kenny du Center for Global Development (Centre pour le développement
mondial),
La technologie est au cœur des principales améliorations de la qualité de vie. En même
temps, la relation entre la technologie et le développement est une relation complexe
et de nombreuses technologies qui semblent merveilleuses sur le papier échouent
misérablement sur le terrain. Le grand bravo à l’Agence des États-Unis pour le
développement international pour son nouvel engagement doit donc s’accompagner de
multiples précautions. Sans doute l’élément le plus important est-il que toute initiative
technologique doit être étroitement liée à la focalisation renouvelée sur le suivi et
l’évaluation que préconise l’Agence des États-Unis pour le développement international.

Conclusion
En tant que personnel de la santé publique, nous devons nous tenir AU CŒUR de la
technologie, influencer la manière dont celle-ci est créée et acquérir de nombreuses
compétences de telle sorte que nos préoccupations concernant son avenir
interviennent en amont, plutôt que de rester des bénéficiaires passifs. Il me semble que
ce sera le cas pour la génération prochaine des acteurs en santé publique. Nous n’avons
pas à accepter passivement les choses, il nous faut participer à leur création. . . Nous
devrions être au premier rang de l’innovation de ces outils.
Jody Ranck, PHD en santé publique
Spécialiste en santé en ligne et innovation

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 39
Les solutions de TIC facilitent l’accès à l’information et à l’éducation, pour les patients comme pour les
personnels de santé. Comme l’a décrit ce document, les applications des TIC en matière de
planification familiale et santé de la reproduction vont de l’utilisation de SMS et messages courts qui
informent les femmes utilisatrices de téléphonie mobile sur les méthodes de planification familiale,
aux solutions sans fil qui connectent et tiennent au courant les personnels de santé en zones rurales
sur les programmes d'enseignements à distance, en passant par les téléphones mobiles et solutions
informatiques qui aident les responsables à gérer les données de santé, les approvisionnements en
médicaments, les dossiers informatisés des patients et les effectifs de personnels de santé.
L’utilisation des TIC font disparaître les obstacles, permettant aux prestataires de services de santé de
travailler plus étroitement ensemble et d'atteindre aussi bien leurs clients locaux que les
communautés plus éloignées de leurs frontières géographiques.

En même temps, les pouvoirs publics et les agences de bailleurs du monde entier s’efforcent de
réconcilier la complexité des possibilités des TIC actuelles, la multitude de nouvelles TIC qui
apparaissent en ligne et les réalités de la fracture numérique internationale. Ils le font dans le même
temps qu’ils tentent d'exploiter la puissance de la technologie numérique haut de gamme au sein de
leur propre organisation. Dans certains cas, il est demandé à ces personnels de santé déjà débordés et
aux responsables de programmes d'adopter de nouvelles technologies alors que les politiques et
normes concernant leur utilisation ne sont pas encore en place.

Les coûts des TIC sont encore prohibitifs pour de nombreux africains et peu d’entre eux possèdent les
règlementations nécessaires de la santé en ligne pour gouverner ce domaine à la croissance
exponentielle. Il est extrêmement important de se concentrer sur le contexte local pour le
renforcement des capacités dans le domaine de l’information à l’heure du numérique, tout comme
sont essentielles la collaboration et la transparence au sein des ministères de gouvernement qui ont
chacun un rôle à jouer pour faire progresser la santé en ligne ; il ne s’agit plus seulement des
ministères de la santé, mais également des ministères et des leaders qui gèrent l’éducation,
l’économie, l’environnement, l’énergie, l’égalité des sexes et même le commerce.

Les bailleurs, les chercheurs et les praticiens de la santé publique s’accordent à dire que les TIC jouent
un rôle décisif dans la fourniture d’interventions s’appuyant sur des données factuelles pour un
meilleur impact sur la santé. Ceci requiert un investissement continu, non seulement en équipement,
logiciels et autres technologies, mais aussi en personnel, la clé du succès de tout système de santé.

Il est important d’aller de l’avant et d’agir sur certaines des recommandations et leçons que nous
pouvons tirer des études précédentes. Par exemple, dans l’étude « Improving Health, Connecting
People » (« Améliorer la santé, relier les personnes ») : The Role of ICTs in the Health Sector of
Development Countries, (Le rôle des TIC dans le secteur de la santé des pays en développement)
Document de travail No. 1, 2007, les auteurs présentent les leçons retenues suivantes sur l’utilisation
des TIC pour le renforcement des systèmes de santé :
Tenir compte des expériences passées.
Impliquer les utilisateurs dans la planification et l’élaboration du système.
Bâtir des cultures de l’information.
Renforcer la capacité des utilisateurs.
Établir des objectifs réalistes.
Se concentrer sur les avantages apportés au système, plutôt que sur les technologies.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 40
Face aux évolutions rapides, de nombreux impératifs et systèmes de santé demeurent inchangés : le
besoin de méthodes et services de planification familiale / santé de la reproduction fiables et
accessibles, la demande de formation continue pour les personnels de santé à tous les niveaux du
système, les exigences d’informations de santé fiables ainsi que de l’approvisionnement régulier en
vaccins et médicaments et la nécessité de surmonter les inégalités des sexes de telle sorte que les
femmes soient en mesure de gérer leur propre santé et l’exigence d’informations sanitaires fiables.
Les jeunes, avec leur ralliement enthousiaste à la technologie et leur aptitude apparemment naturelle
pour la maîtriser rapidement, peuvent être une ressource essentielle au fur et à mesure que les TIC
répondent à ces besoins.

Alors qu’il semble que la technologie évolue chaque nanoseconde, ce rythme époustouflant a donné
lieu à de nombreux progrès au sein de la communauté internationale de la santé, comme l’ont illustré
les exemples de ce document. Les TIC peuvent jouer un rôle important pour répondre à ces besoins et
un rôle encore plus essentiel dans la fourniture de services de soins de santé efficaces et de qualité, le
soutien du système de santé, en particulier si l’application à grande échelle des interventions TIC tient
compte des conditions du succès soulignées par cette recherche.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 41
ANNEXE A : Définitions des termes liés aux TIC

Technologies de l’information et de la communication (TIC) : des outils qui permettent la


communication, le traitement et la transmission de l’information ainsi que le partage des connaissances
par voie électronique. Ceci comprend l’éventail complet de tous les TIC numériques et analogiques, de la
radio et la télévision aux téléphones (fixes et mobiles), les ordinateurs, médias électroniques tels que les
messages courts, les enregistrements audio et vidéo et Internet, y compris Web 2.0 et 3.0, le réseautage
social et les communautés virtuelles sur le web. (GAID 2010)

Technologies de l’information et de la communication au service du développement (en anglais


ICT4D) : un domaine relativement récent et hautement dynamique d’interventions au service du
développement qui utilise les TIC pour venir en aide aux communautés démunies et marginalisées du
monde entier en améliorant leur qualité de vie. Les TIC au service du développement sont par nature
multidisciplinaires et leur utilisation implique une approche multi-bailleurs, ne serait-ce que pour se
maintenir au niveau et bénéficier pleinement des développements technologiques rapides. (SPIDER
2011)

La santé en ligne (en anglais eHealth) : l’usage combiné de la communication électronique et des
technologies de l’information dans le secteur de la santé, pour « l’utilisation à un coût abordable et de
manière sécurisée des TIC soutenant la santé publique et les domaines connexes, y compris les services
de soins, la surveillance sanitaire, la documentation médicale, l’éducation dans le domaine de la santé,
les connaissances et la recherche » [OMS].WHO]. Les principales applications de la santé en ligne
englobent, sans s’y limiter, la tenue électronique de dossiers médicaux, la télémédecine, les réseaux
d’information sanitaire, les outils d’aide à la prise de décision, les technologies et services Internet,
l’imagerie numérique, la chirurgie assistée par ordinateur, les systèmes de surveillance portable et sur la
personne, ainsi que les portails de santé. (Open Clinical 2011)

La santé mobile (en anglais mHealth) : un nouveau domaine de la santé en ligne qui soutient la
prestation de services de santé et l’information par le biais des technologies mobiles et sans fil. Selon
l’Observatoire mondial de l’OMS pour la santé en ligne (GOe), la santé mobile est « la pratique médicale
et les pratiques de santé publique rendues possibles grâce aux dispositifs mobiles, à savoir les
téléphones mobiles, les dispositifs de surveillance des patients, les assistants numériques personnels
(ANP) et autres dispositifs sans fil. La santé mobile implique l’utilisation et l’optimisation des
technologies au cœur de la téléphonie mobile que sont l’enregistrement de la voix et l’envoi de textes
courts (SMS), ainsi que des fonctionnalités et applications plus sophistiquées y compris le GPRS, les
télécommunications mobiles de la 3e et 4e génération (systèmes 3G et 4G), les systèmes de localisation
GPS et la technologie Bluetooth. » (OMS, 2011)

La formation grâce à la santé mobile (en anglais mHealthEd) : un jeu récent d’applications mobiles mis
au point pour les dispositifs mobiles et utilisé pour la formation, le contrôle des connaissances, l’aide et
la supervision des travailleurs du secteur de la santé, sans oublier les applications qui fournissent aux
individus des informations sur la santé. (iheed 2011)

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 42
ANNEXE B : Matrice sur les TIC et leur relation avec la planification familiale et la
santé de la reproduction
Quels sont les aspects prévalant actuellement l’utilisation des TIC Quelles technologies Comment la Comment
en Planification familiale et santé de la reproduction (en particulier émergentes sont recherche les innovations
susceptibles d’avoir un contribue-t-elle à en matière de
en termes de santé en ligne) ?
impact sur la santé la santé en ligne ? santé en ligne
publique ? contribuent-elles
à
la recherche ?
Informatique clinique Suivi électronique des Informatique pour les Nouvelles Apport de la Résultats de
destinée patients et consommateurs technologies recherche la recherche
aux professionnels de leurs dossiers (DPI, dans le domaine de la
DMI) santé
- Aide à la prise de décision - Tenue électronique des - Aide à la prise de décision - Communications par - Développement - - Potentiel des
pour les praticiens dossiers de patients pour les patients face aux satellite Besoin d’impliquer bases de données
(incitations, mémos, Liens entre les dossiers décisions difficiles (pour les soins à l’utilisateur dans la électroniques
Bases de données et (dépistage génétique) distance) conception, le design Telles que les
cheminement clinique,
registres de population - Informations sur Internet et la mise à l’essai registres de
directives) ou télévision numérique - Réseaux sans fils des produits. population pour la
- Outils de gestion clinique - Obtenir un accès multi- (information du public et outils (au sein de l’hôpital ou Élaboration itérative. recherche
(tenue électronique des professionnel pédagogiques pour certains dans une zone Évaluation des épidémiologique
dossiers médicaux Questions techniques et groupes cliniques particuliers) géographique donnée) besoins, recherche
informatisés, outils d’audit) éthiques - Outils de communication dans le domaine de - Recherche sur
entre le médecin et ses - Les technologies de l’accessibilité et de la l’impact ou
- Supports de formation - Protection des données et patients : poche facilité d’emploi. l’usage des outils
(directives, enseignement questions de sécurité 1. À distance : systèmes de (à usage informatif ou Des compétences informatiques
médical) courrier électronique médical pour la tenue des multisectorielles sont Suggère des
- Accès du patient aux et messagerie Internet pour dossiers) indispensables. priorités adaptées
- Outils électroniques de donnés et contrôle des les consultations, la et rentables pour
communication clinique informations personnelles surveillance de pathologies et - Nouveaux téléphones - Mise en œuvre les décideurs
(recommandations, les tâches administratives mobiles Compréhension
admissions, autorisations de - Intégration avec d’autres relatives aux soins psychologique des - Domaines
sortie, correspondance, services (services sociaux, (prise de rendez-vous, - TV numérique (pour la personnes et facteurs transversaux
courriel médical ou deuxième police en cas de viol) renouvellement diffusion d’informations organisationnels, (bio-informatique)
avis, demandes d’analyses de d’ordonnances) sur la santé et la acceptabilité des
laboratoire et envoi des - Questions de codage 2. De proximité : partage communication avec les systèmes, résistance
résultats) clinique d’outils d’aide à la prise de patients) au changement.
(terminologies) décision, information sur le Recours à une mise
- Réseaux électroniques consentement éclairé - Internet et ses en application
(réseautage clinique) - Gestion organisationnelle 3. À distance et de proximité : applications dans le personnalisée.
- Outils et informations 1. Facturation et systèmes de outils de domaine de la santé
relatifs à une pathologie suivi de données dépistage en ligne (contre la (questions : contrôle de la
spécifique 2. Systèmes d’audit & dépression) et interventions qualité, confidentialité,
(données informatiques sur le d’évaluation de la qualité thérapeutiques (thérapie accès)
diabète, données 3. Gestion des Ressources comportementale et cognitive)
informatiques sur humaines - Questions d’accès et - Réalité virtuelle
l’hypertension, etc.) d’équité
- Applications en (questions de protection des
télémédecine données, le fossé numérique)
(pour la communication - Problème de la qualité des
interprofessionnelle, la informations disponibles
communication avec le patient sur Internet
et consultation à distance) - Communautés « virtuelles »
de santé
- Sous-domaines (domaine
infirmier et aspects
informatiques des soins de
santé primaires)

Source : Vital Wave Consulting, 2011

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 43
ANNEXE C : Références et Ressources

Adamchak, S., et al. A Guide to Monitoring and Evaluation of Adolescent Health Programs, Tool
Series 5. Focus on Young Adults for USAID. 2000.
http://www.fhi.org/NR/rdonlyres/eix2wdqdzrfy34nj7xgdqyc4nxnkzi3mghpymg3wqcu5u53yg6g
4uf654mn5k2iosigwudwyp2ezlc/mandEguidepart3enyt.pdf (consulté le 9 septembre 2011).

African Society for Information and Communication Technology. « Women in Pink Collar ICT Jobs in
Cameroon. » ASICT Research and Teaching Repository, 2010.
http://asictresearch.wordpress.com/2010/05/21/272/ (consulté le 1er juin 2011).

Ahonen, Tomi. « Household Penetration Rates for Technology Across the Digital Divide. »
http://communities-dominate.blogs.com/brands/2011/01/household-penetration-rates-for-
technology-across-the-digital-divide.html. Blog on Communities Dominate Brands book
website. Affiché le 21 janvier 2011 (consulté le 16 septembre 2011).

Ahonen, Toni. « Latest Unique Ability for Mobile, the 8th is Discovered: Augmented Reality. » Blog
on Communities Dominate Brands book website. Affiché le 10 décembre 2009.
http://communities-dominate.blogs.com/brands/2009/12/latest-unique-ability-for-mobile-the-
8th-is-discovered-augmented-reality.html (consulté le 1er juin 2011).

Aker, Jenny C. et Isaac M. Mbiti. 2010. Mobile Phones and Economic Development in Africa. CDG
Working Paper 211. Washington, D.C. : Center for Global Development.

Allocate, Version 1 : A Computer Program to Improve Priority Setting and Resource Allocation for
Reproductive Health. http://www.policyproject.com/pubs/manuals/AlloManE.pdf (consulté le
15 septembre 2011).

Page Internet d’APC Africa ICT Policy. http://africa.rights.apc.org/ (consultée le 14 septembre 2011).

Site Internet de BiztechAfrica. « Renewed Call for Interoperability. »


http://www.biztechafrica.com/section/computing/article/renewed-call-interoperability/784/
(consulté le 12 juin 2011).

BRIDGE Project. « Building Media Capacity to Cover Population and Reproductive Health. »
Population Reference Bureau. https://www.prb.org/pdf10/bridge-media.pdf (consulté le
28 août 2011).

Butcher, D., « Mobile Software Reinventing Healthcare in the Developing World. » Mobile Marketer
TM. 2009. Page Internet. http://www.mobilemarketer.com/cms/news/software-
technology/3204.html (consulté le 28 août 2011).

CapacityPlus. « iHRIS—A Year of Development. » 2011.


http://www.capacityplus.org/hris/blog/index.php/2011/08/ihris-a-year-of-development/
(consulté le 18 septembre 2011).

Capps, J. et Wilcox, S. pour l’Agence des États-Unis pour le développement international BRIDGE
Project Final Evaluation, September 2008.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 44
http://www.ghtechproject.com/Attachment.axd?ID=4c2f7742-1015-42ad-a33f-24f82c24b468
(consulté le 28 août 2011)

Casier, Peter, How to Convert « Social Media Reach » to « Impact »—Part 2. ICT-KM. 9 June 2011.
http://ictkm.cgiar.org/2011/06/09/how-to-convert-social-media-reach-to-impact-part-2/
(consulté le 12 août 2011).

Center for Health Market Innovations. Fact Sheet. Washington, D.C.: Results for Development
Institute. 2011.
http://resultsfordevelopment.org/sites/resultsfordevelopment.org/files/CHMI%202%20pager.
pdf (consulté le 12 septembre 2011).

Chetley, Andrew, ed. « Improving Health, Connecting People: The Role of ICTs in the Health Sector
of Developing Countries A Framework Paper. » 2007. Washington: infoDev.
http://www.infodev.org/en/Document.84.pdf (consulté le 27 août 2011).

Chuhan-Pole, Punam, and Manka Angwafo, eds. « ICT in sub-Saharan Africa: Success Stories. » Ch.
19 in Yes Africa can : success stories from a dynamic continent. Washington, DC: The World
Bank, 2011. http://siteresources.worldbank.org/AFRICAEXT/Resources/258643-
1271798012256/ICT-19.pdf (consulté le 10 août 2011).

Cole, R. ICTs, Telecenters, and Community Development. Ithaca, NY : Cornell University. 2001.

Commonwealth Secretariat. Concept Note. « Commonwealth West Africa Regional Meeting on


eHealth—Use of Information and Communication Technology for Health. » 2009.
http://www.thecommonwealth.org/files/220413/FileName/ConceptNote.pdf (consulté le 10
août 2011).

Community-based Family Planning Toolkit: Monitoring & Evaluation. K4H.


http://www.flexfund.org/resources/training/English_PDME/Facilitators_Guide_FINAL.pdf
(consulté le 14 septembre 2011).http://www.flexfund.org/resources/cbfp_French.cfm

Connor, C. et al. « Paying for a Healthier Future ». Global Health Magazine, Summer 2011, Issue 11.
http://www.abtassociates.com/articles/GHC_summer_2011.pdf (consulté
le 21 septembre 2011).

Core Group. « Cell Phone Hotline Spreads Family Planning Information in DR Congo. » Washington,
DC : The CORE Group. 2010.
http://www.flexfund.org/resources/technical_updates/psi_drc_case_study.pdf (consulté
le 1er juin 2011).

Core Group. « mHealth Fundamentals Debate. » 2011. http://www.coregroup.org/our-technical-


work/initiatives/mhealth/126 (consulté le 11 août 2011).

Corker J. « Ligne Verte » Toll-Free Hotline: using cell phones to increase access to family planning
information in the Democratic Republic of Congo. Cases in Public Health Communication &
Marketing, 2010, 4 :23–37. www.casesjournal.org/volume4 (consulté le 10 juin 2011).

DELIVER. Tanzania: Final Country Report. Arlington, Va. : DELIVER, for the U.S. Agency for
International Development, 2007.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 45
Devries, K. « Creating Healthy Families in Nepal: Sustaining Family Planning Practices Among
Marginalized Groups. » The CORE Group. ICT for Development Network website. 2009.
http://www.comminit.com/community-radio-africa/node/288856. (consulté le 10 août 2011).

Devries, K. « Elements of Family Planning Success. » ICT for Development Network website. 2008.
http://www.comminit.com/?q=africa/node/274968 (consulté le 10 août 2011).

Devries, K. « Family Planning via Mobile Phones: Proof-of-concept Testing in India (CycleTel). »
Institute for Reproductive Health, Georgetown University. ICT for Development Network
website. 2009. http://www.comminit.com/?q=ict-4-development/node/307314 (consulté
le 10 août 2011).

Devries, K., Uganda Health Information Network. 2011. ICT for Development Network web page.
http://www.comminit.com/?q=ict-4-development/node/119535 (consulté
le 14 septembre 2011).

Donner, J., et al. « Reflections of MobileActive 2008 and the M4D Landscape. » 2008.
http://mobileactive.org/files/DVT_M4D_choices_final.pdf (consulté le 10 août 2011).

eHealth Connection. « Health Informatics and eHealth Capacity Building. » 2008. http://ehealth-
connection.org/wiki/index.php?title=Health_Informatics_and_eHealth_Capacity_Building
(consulté le 10 août 2011).

eHealth Strategies, page Internet de l’Union Européenne. http://www.ehealth-


strategies.eu/about/about.html (consulté le 18 août 2011).

Family Health International 360. « M4RH Innovative Approach with Global Potential. » 2009.
http://www.k4health.org/system/files/m4RH%20description%20FHI%20Oct%202010.pdf
(consulté le 1er juin 2011).

Foreman, Mia. « The Challenges of Integrating Family Planning and Maternal/Child Health
Services. » The Population Reference Bureau. 2011. http://www.prb.org/Articles/2011/family-
planning-maternal-child-health-integration-programs.aspx (consulté le 10 septembre 2011).

Foreman, Mia. « Unmet Need for Contraception in the 21st Century: sub-Saharan Africa. » 2002.
http://www.prcdc.org/files/Unmet_Need_Africa.pdf (consulté le 10 septembre 2011).

Futures Group. Rapid/Women Flyer. Health Policy Initiative. 2011.


http://www.healthpolicyinitiative.com/Publications/Documents/1452_1_RAPID_Women_Flyer
_FINAL_May_2011_acc.pdf. (consulté le 10 septembre 2011).

Gebru, Berhane. « Disease Surveillance with Mobile Phones in Uganda. » Mobile Active. 2008.
http://mobileactive.org/berhane-gebru-disease-surveillance-mobile-phones-uganda (consulté
le 16 août 2011).

Gerardy, Justine. « Africa turns to cellphones for better health. » mHealth Alliance.
http://www.mhealthalliance.org/news/africa-turns-cellphones-better-health (consulté
le 21 mai 2011).

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 46
Global Alliance for ICT and Development (GAID). « Information and Communication Technologies for
Development: Health. » Document de recherche. 2010.
http://www.scribd.com/doc/35120854/GAID-White-Paper-on-ICT4D-Health (consulté
le 8 août 2011).

GOOD. « The UN Millennium Declaration. » Video, 2000.


http://www.youtube.com/watch?v=nuvl9vOZedE. (consulté le 12 juin 2011).

Health Policy Project : Software and Models. The Futures Group.


http://www.healthpolicyproject.com/index.cfm?id=software (consulté le 14 septembre 2011).

Health Unbound. « Mobile Operators as Clinical Service Providers? »


http://www.healthunbound.org/ (consulté le 10 août 2011).

Henrie, Gervais. « Mapping Seychelles ICTs. » BlogSpot posting. http://henrieict.blogspot.com/


(consulté le 14 septembre 2011).

HUB : Health Unbound. mHealth Alliance. http://www.mhealthalliance.org/hub (consulté


le 10 août 2011).

ICT for Development Network. « Family Planning Through Mobile Phone, No Doctor Necessary! » 10
Nov 2010. http://www.comminit.com/ict-4-development/node/325843 (consulté
le 1er juin 2011).

ICT for Development. « Family Planning via Mobile Phones : Proof-of-concept Testing in India
(CycleTel). » ICT for Development Network. 2009.
http://change.comminit.com/en/node/307314/307 (consulté le 1er juin 2011).

ICT for Development Network. ClareG Blog: The Challenges of Promoting Southern Knowledge. 13
Sept 2011. http://www.comminit.com/global/blogaboutGDNet (consulté le 12 octobre 2011).

IDRC:CRDI. « The Development Challenge: Kick-starting Africa’s Digital Revolution. » « Le défi :


amorcer la révolution numérique »
http://www.idrc.ca/EN/Programs/Information_and_Communication_Technologies_for_Develo
pment/Acacia/Pages/ArticleDetails.aspx?PublicationID=594 (consulté le 12 août 2011).

iheed Institute. « mHealth Education: Harnessing the Mobile Revolution to Bridge the Health
Education & Training Gap in Developing Countries: Report for mHealth 2011 at the Mobile
Health Summit June 2011. » Iheed Institute and Dalhberg Global Development Advisors. 2011.
http://www.mhealthed.org/iheed_report_updates.pdf (consulté le 28 août 2011).

Implementing Integrated Family planning and HIV/AIDS Policies and Programs Tools and Resources
Futures Group and CEDPA, 2007.
http://www.policyproject.com/pubs/generalreport/ImplementingPoliciesandPrograms.pdf
(consulté le 10 septembre 2011).

infoDev. « ICT in Health: The Role of ICTs in the Health Sector in Developing Countries. » InfoDev
Activity Fichier No 1254. http://www.infodev.org/en/Project.38.html (consulté
le 12 août 2011).

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 47
infoDev. « Summary of On-line Discussions. » infoDev Working Paper Series---Improving Health,
Connecting People: The Role of ICT in the Health Sector in Development Countries. April 2008.
http://www.infodev.org/en/Publication.486.html (consulté le 28 août 2011).

infoDev. « Transforming the East African ICT Sector by Creating a Business Engine for SMEs: What’s
next for ICT in Africa? » Affiché le 15 avril 2011. http://www.infodev.org/en/Article.703.html
(consulté le 12 août 2011).

Information for Development Program. « Improving Health, Connecting People: The Role of ICT in
the Health Sector in Developing Countries. » K4H Toolkit. 2006.
http://www.k4health.org/toolkits/mhealth/improving-health-connecting-people-role-ict-
health-sector-developing-countries (consulté le 12 août 2011).

Integrating ICT into Sustainable Local Policies. IGIGlobal.com.


http://www.igiglobal.com/bookstore/chapter.aspx?TitleId=43194 (consulté
le 15 septembre 2011)

International Development Research Centre, Acacia Program web page.


http://www.idrc.ca/EN/Programs/Information_and_Communication_Technologies_for_Develo
pment/Acacia/Pages/ArticleDetails.aspx?PublicationID=594 (consulté le 12 août 2011).

International Development Research Centre. « Cape Town to Cairo: Connecting Africa. » Ottowa:
2010. http://www.idrc.ca/EN/Documents/cape-town-to-cairo-connecting-africa.pdf (consulté
le 12 août 2011).

International Telecommunications Union. « Kenya Adds 2.9 MLN Mobile Users in Q4. » Web post on
ICT Statistics Newslog June 28, 2011. http://www.itu.int/ITU-
D/ict/newslog/Kenya+Adds+29+Mln+Mobile+Users+In+Q4.aspx (consulté le 10 août 2011).

International Telecommunication Union. « Measuring the Information Society: The ICT Development
Index. » International Telecommunication Union. p. 108, 2009. http://www.itu.int/ITU-
D/ict/publications/idi/2009/material/IDI2009_w5.pdf (consulté le 12 août 2011).

IntraHealth iHRIS Manage Overview. Web page. https://launchpad.net/ihris-manage (consulté


le 12 septembre 2011).

ITU-D. The World in 2010: ICT Facts and Figures. International Telecommunications Union, Genève :
Suisse. 2010. http://www.itu.int/ITU-D/ict/material/FactsFigures2010.pdf (consulté
le 12 août 2011).

JamiiForums. « Tanzania 4th Mobile Phone User in Africa. » Page Internet. 2010.
http://www.jamiiforums.com/business-and-economic-forum/48668-tanzania-4th-mobile-
phone-user-in-africa.html (consulté le 14 août 2011).

Jembi Health Systems. District hospital in South Africa : Jembi. www.jembi.org

Jones, Becca. « Executive Summary—Unmet Need for Contraception in the 21st Century: sub-
Saharan Africa. » Insert. Population Resource Center, Septembre 2002.
http://www.prcdc.org/files/Unmet_Need_Africa.pdf (consulté le 12 août 2011).

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 48
Judice, R. and Snyder, E. « Framework for Monitoring and Evaluating Efforts to Reposition Family
Planning. » [Non publié], Washington: MEASURE Evaluation, 2011.

Juma, Sahim. Guest post on Consultant Value Added. « Africa Broadband Revolution 2010: Tanzania
Case Study. » 2010. http://consultantvalueadded.com/2010/04/14/africa-broadband-
revolution-2010-tanzania-case-study/ (consulté le 14 août 2011).

K4Health. « Elements of Family Planning Success: Supportive Policies. »


http://www.k4health.org/toolkits/fpsuccess (consulté le 15 septembre 2001).

K4Health. « Mobile Outreach Service Delivery. » Community Based Family Planning–Technical


Update No. 8, 2010.
http://www.flexfund.org/resources/technical_updates/No8_MobileOutreachServiceDelivery.p
df (consulté le 1er juin 2011).

K4H—mHealth Toolkit. « Behavior Change Communication. »


http://www.k4health.org/toolkits/mhealth/behavior-change-communication-8 (consulté
le 11 août 2011).

Kanter, Andrew, et al. « Bringing Together Millennium Villages Throughout sub-Saharan Africa. »
International Journal of Medical Informatics, 78, 802–807. 2009.
http://millenniumvillages.org/files/2011/02/Kanter_MGV-Net.pdf (consulté le 12 août 2011).

Kenya Launches eHealth Strategy. Aug. 2011. Reliefweb website. http://reliefweb.int/node/440501


(consulté le 28 août 2011).

Kim, G. « M-PESA Supports Healthcare. » Mobile Marketing and Technology website. Affiché
le 19 mars 2011. http://www.mobilemarketingandtechnology.com/2011/toppost/m-pesa-
supports-health-care/ (consulté le 4 août 2011).

Kols, Adrienne. « Summary Report of the K4Health Environment Scan: Findings and Implications. »
Baltimore: Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, Center for Communication
Programs, Knowledge for Health [K4Health], 2009. http://www.k4health.org/needs-
assessments/EnvironmentScan (consulté le 1er juin 2011).

LaFond, A. B. « Mapping capacity in the health sector: A conceptual framework. » International


Journal of health Planning and Management, 17:3–22.

L’Engle, Kelly, et Vadhat, Heather. « Mobile Phone Interventions for Reproductive Health (m4RH):
Testing the Feasibility of Text Messaging to Improve Family Planning. » Family Health
International. 2009.
http://www.fhi.org/NR/rdonlyres/e426xemcs6kjxllp2t37p3k2h7sgpol5rjzft4gzqdwztaxjp7afnh6
pck6hedydsyzxzinimbfe3o/FormativeResultsM4RH1.pdf (consulté le 28 août 2011).

Li, JunHua, Lesley Pek Wee Land, Subhagata Chattopadhyay, et Pradeep Ray. « eHealth Readiness
from Electronic Health Records Perspective. » University of New South Wales, Sidney: Australia,
non daté. http://www.globdev.org/files/9-Paper-Li-E-Health-Readiness-Revised.PDF (consulté
le 12 août 2011).

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 49
Luk, Rowena, Matei Zaharia, Melissa Ho, Brian Levine, and Paul M. Aoki. « ICTD for Healthcare
in Ghana: Two Parallel Case Studies. »
http://www.cs.berkeley.edu/~matei/papers/2009/ictd_ghana.pdf. Proc. IEEE/ACM Conf. on
Information and Communication Technologies and Development, Doha, Qatar, Apr. 2009, 118-
128. IEEE CS Press (consulté le 28 août 2011).

Making/the/eHealth/Connection (conference website) and The Rockefeller Foundation.


« Archbishop Desmond Tutu Launches Bellagio eHealth Call to Action. » Video, 2011.
http://ehealth-connection.org/content/archbishop-desmond-tutu-launches-bellagio-ehealth-
call-action (consulté le 28 août 2011).

Mano, Winston, and Wendy Willems. « Emerging communities, emerging media: the case of a
Zimbabwean nurse in the British Big Brother show. » Critical Arts, 22 (1), pp. 101–128, 2008.
http://www.scribd.com/doc/18755393/Journal-of-African-Media-Studies-Volume-1-Issue-1
(consulté le 14 août 2011).

Mars, Maurice and Chris Seebregts. « Country Case Study for e-Health: South Africa. »
http://ehealth-
connection.org/files/resources/County%20Case%20Study%20for%20eHealth%20South%20Afri
ca.pdf (consulté le 28 août 2011).

mBillionth Award South Asia 2011. http://mbillionth.in/. (consulté le 28 août 2011).

McCaffery, James and Ummuro Adano. « Strengthening Human Resources Management:


Knowledge, Skills and Leadership. » Capacity Project Legacy Series 11, Chapel Hill, NC: Capacity
Project, 2009. http://www.capacityplus.org/files/resources/LegacySeries_11.pdf (consulté
le 12 septembre 2011).

MDG. Celebrate, Innovate, and Sustain: Toward 2015 and Beyond. The United States’ Strategy for
Meeting the Millennium Development Goals. 2010. http://www.globalproblems-
globalsolutions-files.org/pdf/2010/US_MDG_Strategy.pdf (consulté le 14 août 2011).

Measure Evaluation Population and Reproductive Health Project for USAID. Indicators Database.
Chapel Hill: UNC Carolina Population Center, 2010.
http://www.cpc.unc.edu/measure/prh/rh_indicators/specific/repositioning-family-planning
(consulté le 28 août 2011).

Ministerial-Leadership Initiative. Program website. http://www.ministerial-leadership.org/blog


(consulté le 21 août 2011).

Miniwatts Marketing Group. « Internet World Stats—Usage and Population Statistics. » 2011.
http://www.internetworldstats.com/list4.htm (consulté le 18 septembre 2011).

MobileActive.org. « Family Planning Through the Mobile Phone, No Doctor Necessary! » 10 Nov
2010. http://www.mobileactive.org/case-studies/family-planning (consulté le 2 juin 2011).

Mobihealthnews. « Could Apricot Forest become the Epocrates of China? » 2011.


http://mobihealthnews.com/11711/could-apricot-forest-become-the-epocrates-of-china/
(consulté le 2 août 2011).

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 50
Mobihealthnews. « J&J Clinton launches MAMA maternal mobile health service. » 2011.
http://mobihealthnews.com/10865/jj-clinton-launch-maternal-mobile-health-service/
(consulté le 2 août 2011).

Mobihealthnews. « Text4Baby plans to reach 1M moms by 2012. » 2011.


http://mobihealthnews.com/10683/text4baby-plans-to-reach-1m-moms-by-2012/ (consulté
le 1er septembre 2011).

MobileActive.org. « Bad Services? Holding Officials Accountable with SMS, Radio, and TRAC FM. »
Sept. 21, 2011 web post. http://www.mobileactive.org/casestudies/tracfm (consulté
le 24 septembre 2011).

Munyanziza, B., « Television could be effective in the family planning program in Rwanda. »
Imbonezamuryango. 1993 Apr; (26):31–4.

Musembi, V. & Kariuki, J. Private Sector Franchising for Long Term Methods in Kenya. Présentation
Powerpoint. PSI.
http://www.fpconference2009.org/media/DIR_169701/15f1ae857ca97193ffff837cffffd524.pdf
(consulté le 14 septembre 2011).

Mwaila, M. « Reproductive Health Services Going Mobile. » Affiché le 19 mars 2011 sur GIZ Health
Sector Program Blog. http://www.gtzkenyahealth.com/blog3/?p=7403 (consulté
le 28 août 2011).

Nakkazi, E., Uganda to Adopt Electronic Health Records System.


http://www.newsciencejournalism.net/index.php?/news_articles/view/uganda_to_adopt_elec
tronic_health_records_system/ (consulté le 14 septembre 2011).

NGOconnect Africa. « Spotlight on Jembi. »


http://www.ngoconnectafrica.org/NGOCONNECTAFRICA/NGOCONNECTAFRICA/Communities/
NGOSpotlight/Jembi/ (consulté le 28 août 2011).

Nigeria : ICT4D Annual Review. 2007. http://www.jidaw.com/itsolutions/ict4dreview2007.html/


(consulté le 14 septembre 2011).

Nigeria : ICT4D National Policy. https://www.comminit.com/?q=ict-4-development/node/148341


(consulté le 19 septembre 2011).

Official Google Blog. « An Update on Google Health and Google Power Meter. » 2011.
http://googleblog.blogspot.com/2011/06/update-on-google-health-and-google.html (consulté
le 19 septembre 2011).

One World Africa. « Community Radio, the Cradle of Information Technology. » Page web, 2011.
http://africa.oneworld.net/editorchoice/community-radio-the-cradle-of-information-
technology (consulté le 9 août 2011).

Open Clinical. « eHealth. » Page web. 2011. Open Clinical: Knowledge Management for Medical
Care: http://www.openclinical.org/e-Health.html#applications (consulté le 13 juillet 2011).

Pagliari, Claudia, David Sloan, Peter Gregor, Frank Sullivan, Don Detmer, James P Kahan, Wija
Oortwijn, Steve MacGillivray. « What is eHealth? A Scoping Exercise to Map the Field. » J
L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 51
Med Internet Res. 2005 Jan-Mar; 7(1) : e9.
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1550637/?tool=pubmed (consulté
le 12 juin 2011).

Podcast. « Mobile Health in Africa: What Can We Learn? » 2010.


http://www.mhealthalliance.org/news/audio-mobile-health-africa-what-can-we-learn
(consulté le 19 septembre 2011).

« Program Design, Monitoring and Evaluation (PDME) of Family Planning Programs. Facilitators
Guide. » ORC Macro and Save the Children for USAID. 2009.
http://www.flexfund.org/resources/training/English_PDME/Facilitators_Guide_FINAL.pdf
(consulté le 2 août 2011).

Puleio, M., and V. Jennings. « CycleTel in India, From Proof-of-Concept to Development. »


Présentation PowerPoint.
http://www.coregroup.org/storage/CycleTel_mHealth_WG_Jan2011-1.pdf (consulté
le 2 août 2011).

Radio in Africa, 2011 : http://witspress.co.za/wp-


content/uploads/2011/07/WUPcatalogue2011lr.pdf (consulté le 14 septembre 2011).

Ranck, J., « Health Information and Health Care : The Role of Technology in Unlocking Data and
Wellness – A Discussion Paper. » Washington, D.C.: United Nations Foundation & Vodafone
Foundation Technology Partnership, February 2011.

Page Internet de Reliefweb. « AMREF to train nurses for Kenya's largest referral hospital. »
http://reliefweb.int/node/272530 (consulté le 18 septembre 2011).

RH Reality Check. http://www.rhrealitycheck.org/about-us (consulté le 12 septembre 2011).

Richey, Catherine, et Ruwaida M. Salem. Elements of Success in Family Planning Programming.


Population Reports, Series J, No. 57. Baltimore, INFO Project, Johns Hopkins Bloomberg School
of Public Health, 2008. pdf.usaid.gov/pdf docs/PNADN430.pdf (consulté le 24 août 2011).

Routen, T. Silas, et al. « Using Mobile Technology to Support Family Planning Counseling in the
Community—Case Study, Proceedings of the 3rd International Conference on ICT for Africa,
March 25-27, Yaounde, Cameroon. » Baton Rouge, LA: International Center for IT and
Development, 2010.

Solo, J. Expanding Contraceptive Choice to the Underserved Through Mobile Outreach Service
Delivery: a Handbook for Program Planners. Washington, D.C. : USAID, 2010.

Song, Steve. « Randomness vs. Leadership or the Inevitable Meets the Ineffable. » Blog on Many
Possibilities website, 2011. http://manypossibilities.net/ (consulté le 2 août 2011).

Soul Beat Africa. « Impact Data: Radio and Family Planning. » From Valente, T.W., et al. « Radio
Promotion of Family Planning in The Gambia ». International Family Planning Perspectives, Vol.
20, pp. 96–100, 1994. http://www.comminit.com/?q=community-radio-africa/node/295247
(consulté le 12 juillet 2011).

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 52
Southwood, Russell. « Achieving a High-speed Africa—Closing the Gap Between the Potential
Promise and Current Reality. » AllAfrica.com, 2011.
http://allafrica.com/stories/201109190475.html (consulté le 17 septembre 2011).

SpacedEd : Continuing Professional Development. « L’apprentissage en ligne ultra-simplifié »


http://www.spaceded.com/?locale=en (consulté le 20 septembre 2011).

SpacedEd : An Innovative Learning Methodology to Support Health Workforces.


http://www.capacityplus.org/files/resources/spaced-education-overview.pdf (consulté
le 20 septembre 2011).

Spicehandler, Joanne. The Role of Health Systems Strengthening in Effectively Updating and
Disseminating Family planning/Reproductive Health Guidelines. The Capacity Project for USAID,
Washington, DC: 2009, http://www.intrahealth.org/page/the-role-of-health-systems-
strengthening-in-effectively-updating-and-disseminating-family-planningreproductive-health-
guidelines (consulté le 6 août 2011).

SPIDER. (2011 July). About ICT4D. The Swedish Program for ICT in Developing Regions :
http://www.spidercenter.org/about-ict4d (consulté le 14 juillet 2011).

Stroetmann, Karl, Jörg Artmann, and Veli N. Stroetmann. European countries on their journey
towards national eHealth infrastructures—eHealth strategies final European progress report.
Brussels : Commission Européenne, 2011. http://www.ehealth-
strategies.eu/report/eHealth_Strategies_Final_Report_Web.pdf (consulté le 4 août 2011).

Tatalovid, Mido. « New technologies altering healthcare landscape, says UN report. »


http://www.textually.org/ (consulté le 20 septembre 2011).

Telecom Regulatory Authority of India. « Highlights of Telecom Subscription Data as on 30th June
2011. » Communiqué de presse, 11 août 2011.
http://www.trai.gov.in/WriteReadData/trai/upload/PressReleases/835/Press%20Release%20Ju
ne11.pdf (consulté le 29 août 2011).

Torero, Maximo, and Von Braun, Joachim. Information and Communication Technologies for
Development and Poverty Reduction : The Potential of Telecommunications. Johns Hopkins
University Press. 2006.

Torgan, Carol. « The mHealth Summit: Local and Global Converge. » Blog on Kinetics website, 2009.
http://www.caroltorgan.com/mhealth-summit/ (consulté le 17 juillet 2011).

Transparency and Accountability Program. http://tap.resultsfordevelopment.org/ (consulté


le 14 septembre 2011).

Unifying Kenyan Information systems for Health web page.


http://www.abtassociates.com/Page.cfm?PageID=12605&CSB=1&OWID=2109769387
(consulté le 12 septembre 2011).

United Nations. Compendium of ICT Applications on Electronic Government, Volume 1 : Mobile


Applications on Health and Learning. United Nations : 2006.

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 53
http://unpan1.un.org/intradoc/groups/public/documents/UN/UNPAN030003.pdf (consulté
le 12 juin 2011).

United Nations Population Fund. « Ensuring that Every Pregnancy is Wanted. » UNFPA.
http://www.unfamily planninga.org/rh/planning.htm (consulté le 1er juin 2011).

US Agency for International Development. Family Planning Projects web page.


http://www.usaid.gov/our_work/global_health/pop/partnerships/projects_purpose.html.
(consulté le 25 juillet 2011).

US Agency for International Development. Global Health eLearning.


http://www.globalhealthlearning.org/assets/filelib/GHeL%20eLearning%20Fact%20Sheet.pdf
(consulté le 12 septembre 2011).

US Agency for International Development. High Impact Practices in Family Planning. 2011,
Washington. D.C. : USAID, 2011.
http://www.usaid.gov/our_work/global_health/pop/publications/docs/high_impact_practices.pdf
(consulté le 14 septembre 2011).

US Agency for International Development. « Repositioning Family Planning in sub-Saharan Africa. »


Issue Brief, Washington, D.C.: USAID, 2006.
http://www.usaid.gov/our_work/global_health/pop/techareas/repositioning/briefs/repo_suba
fr.pdf (consulté le 14 septembre 2011).

US Agency for International Development. « Repositioning family planning operational plan 2008–
2013. » [Non publié]. Washington: USAID. 2009.

Ushahidi. « Old War. New Peace. What it takes to send a text in Liberia. » Ushahidi blog. 2011.
http://blog.ushahidi.com/index.php/2011/10/03/old-war-new-peace-and-what-it-takes-to-
send-a-text-in-liberia/ (consulté le 5 octobre 2011).

Vasquez, Paloma. « Digital Life, Today and Tomorrow. »


http://consultantvalueadded.com/2011/06/03/digital-life-today-and-tomorrow/ (consulté
le 28 août 2011).

Virtual Learning Development Program (VLDP). Program Description. Cambridge, MA: Management
Sciences for Health. Undated. http://www1.msh.org/projects/lms/Documents/upload/VLDP-
Brochure.pdf (consulté le 8 septembre 2011).

Vital Wave Consulting. ICT Landscape Analysis for eTransform Africa: Health Sectorial Study. June
21, 2011. http://etransformafrica.org/sites/default/files/Opportunities-challanges-
health%20.pdf (consulté le 28 août 2011).

Vital Wave Consulting. mHealth for Development: The Opportunity of Mobile Technology for
Healthcare in the Developing World. Washington, D.C., and Berkshire, UK : UN Foundation-
Vodafone Foundation Partnership, 2009.
http://www.vitalwaveconsulting.com/pdf/mHealth.pdf (consulté le 28 août 2011).

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 54
Walter, D. « Radio in Africa. » Wits University Press. ICT for Development Network website. 2011.
http://www.comminit.com/community-radio-africa/content/radio-africa. (consulté
le 28 août 2011).

Wikipedia. Information and Communication Technologies for Development (ICT4D). 2011.


http://en.wikipedia.org/wiki/Information_and_communication_technologies_for_development
(consulté le 12 juin 2011).

Wikipedia. mHealth. 2011. http://en.wikipedia.org/wiki/MHealth. (consulté le 12 juin 2011).

Wireless ICT Task Force. « Helping Fuel ICT Growth in Ethiopia. » Présentation PowerPoint, Éthiopie :
2010. http://www.ictet.org/downloads/Duty%20Waiver.pdf. (consulté le 28 août 2011).

World Bank. Recent Developments in the Telecoms Sector in sub-Saharan Africa—a Booming Sector.
The World Bank. 2011.
http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/EXTDEC/EXTDECPROSPECTS/EXTGBLPROSPECTS
APRIL/0,,contentMDK:22931817~menuPK:659178~pagePK:2470434~piPK:4977459~theSitePK:
659149~isCURL:Y,00.html (consulté le 12 septembre 2011).

World Standards Cooperation. No. 2, May 2011 Newsletter.


http://worldstandardscooperation.org/newsletters/002/newsletter02.html. (consulté
le 28 août 2011).

World Summit on the Information Society. http://www.itu.int/wsis/index.html (consulté


le 1er juin 2011).

www.AllAfrica.com. « Growing Use of Cell Phones for Family Planning. » 2009.


http://allafrica.com/stories/200911200001.html (consulté le 1er juin 2011).

L’utilisation des TIC pour les programmes de planification familiale et autres programmes de santé :
tendances et données factuelles Page 55

Vous aimerez peut-être aussi