Vous êtes sur la page 1sur 6

1.

Formulation du béton :
La composition d’un béton consiste à déterminer les quantités (en litres ou en
kilogrammes) de granulats (sables et graviers), de ciment et d’eau nécessaire à mettre
pour obtenir un mètre cube de béton. Deux critères essentiels doivent guider cette
étude: l’ouvrabilité c.-à-d la facilité de mise en œuvre du matériau et la résistance
mécanique à la compression. Ces critères sont en fonction de la nature de l’ouvrage
et de l’élément de l’ouvrage à réaliser. De nombreuses méthodes de formulation du
béton sont proposées par des chercheurs spécialistes tels que la méthode de Bolomey,
De Faury, De Dreux-Gorisse et bien d’autres.

1.1 Formulation selon la méthode faury :

Cette méthode est venue en 1941 compléter la méthode de Bolomey. La méthode de


Faury donne des bétons comportant moins de sable et plus de gravier. Ces bétons sont
plus raides et conviendront à des travaux pour lesquels une très bonne maniabilité
n’est pas indispensable. Les bétons Faury auront une résistance mécanique supérieure
aux bétons Bolomey correspondants.
Particularités de la méthode :
1. Applicables à tous les granulats, quelle qu’en soit masse volumique.
2. Faury a étudié l’effet des vides, vides qui varient avec .
Courbe optimale : Ce n’est plus un segment de droite ; mais deux segments formant
une ligne brisée. Il faut définir : l’origine, l’extrémité et le point de brisure.
• origine : point de l’axe des abscisses correspondant au tamis de 0,0065 mm. On
représente sur l’axe des abscisses les dimensions des tamis et sur l’axe des ordonnées
le % des tamisât cumulés en volume absolu.
• extrémité : point d’abscisse D et d’ordonnée 100.
• point de brisure : abscisse D/2; ordonnée YD/2 donnée par la formule :

Tel que :
A : Coefficient dépend de la nature des granulats (roulés, concassés) et la mise en
œuvre de coulage (se choisit dans le tableau au-dessous TAB1).
B : Varie de 1 à 2 selon que le béton ferme ou mou
R : Le rayon moyen de moule.
Remarque :
Puisque l’utilisation de béton est généralement limitée sur les constructions bâtiment
donc nous avons une formule pratique pour déterminer la valeur de tel que :

Dn-1 : le diamètre qui correspond au tamis n-1 ;


X : le refus sur tamis n-1.
Y : le refus entre Dn-1 et .

Figure 1.1:Courbe de fraction maximum introduite dans la composition de béton.

La quantité d’eau E est donnée par la formule suivante :

Tab1 : Valeur de A.
Sable et graviers Sable roulés et Sable et graviers
roulés graviers concassés concassés
Consistance très
> 32 > 34 > 38
fluide sans serrage
Consistance fluide
30-32 32-34 36-38
faible serrage
Consistance molle 28-30 30-32 34-36
serrage moyen
Consistance ferme
26-28 28-30 32-34
serrage soigné
Consistance très
ferme serrage 24-26 26-28 30-32
puissant
Consistance de
terre humide,
22-24 24-26 28-30
serrage très
puissant
Serrage
exceptionnellement < 22 < 24 < 28
puissant

partie graphique pour la détermination des pourcentages(S+C ,G) :


Avant l’étude, on effectue les essais suivants :
 Essai granulométrique sur sable.
 Essai granulométrique sur gravier.
 Essai de l’équivalent de sable ES.
 Les densités apparentes et absolues de sable et graviers.
 On trace les courbes granulométriques continues.
 On détermine les trois points de la courbe de féférance de faury :

Et on trace cette courbe (elle est composée de deux droites de pentes différentes).
 On fait glisser une règle sur les courbes granulométriques et la courbe de référence
détermine le point d’intersection (ordonné) ; (100-ordonné) est le pourcentage des
éléments de cette fraction
Exemple pratique :
Dans notre cas nous avons trois types de granulats : sable, graviers (8/15 ;15/25).
Après le tracé des courbes granulométrique relatives, on détermine les paramètres suivants

La courbe de référence de faury est définie par trois points

D100%=31.5mm.

Dans 1m3 de béton on a :

Détermination des éléments secs :(ciment compris)


Éléments secs =1000-E 1000-204=796l
Le dosage de ciment est fait selon la teneur en fines du sable qui est en fonction de l’ES.
Pour notre cas on a: le dosage de ciment égal à 375 kg/m3
La densité de ciment égal à 3.1
Donc le volume de ciment dans 1m3 de béton égal à 375/3.1=121L.
Le pourcentage de ciment dans 796l d’éléments secs égal à :
C%= 121/796*100=15.2%.
Le pourcentage C+S :
Des graphes on a : %(C+S)=43%
Le pourcentage de S% : 43-15.2=27%( voir les graphes).
Les pourcentage (8/15)et (15/25) :d’après les graphes on a8/15=20.5%
15/25=36.5%
La composition d’un 1m3de béton pour un dosage de ciment égal à 375kg/m3
La composition poids = le pourcentage x volume des éléments secs x densité absolue .
La composition volume=la composition poids / la densité apparente
Pour notre cas :
Sable :0.278 x 796x 2.63/1.71 = 582kg =340L.
8/15 : 0.205 x 796x 2.60/1.30=424kg = 326L
15/25 : 0.365x796x2.60/1.40=756kg = 540L
On admet que le volume de V brouette=55 L
V pelle =3L
Tab 1.2: La composition pour un sac de ciment de 50 kg de béton pour un dosage de ciment
égal à 375kg/m3
Composition poids kg Composition volume L
Sable 582x50/375 78 45→1b-3p
8/15 :424x50/375 57 45→1b-4p
15/25 :756*50/375 101 72→1b+6p
Eau 204x50/375 - 27

1.2 Préparation du béton


Le mélange est préparé à l’aide de la bétonnière, selon le procédé suivant :

 Faire marcher la bétonnière quelques minutes vide.


 Verser le gravier après l’avoir lavé et séché.
 Ajouter le sable et le ciment
 Puis verser l’eau progressivement.

On a préparé une gâchée pour un dosage de 350 ;400… Kg/m3, avec des éprouvettes 15x30
cm3 les résultats des compressions seront donnés à l’âge de 28 jours.

 Affaissement au cône d’Abrams

Cet essai consiste à mesurer la hauteur d’affaissement d’un volume tronconique de béton
frais où ce dernier est compacté dans un moule ayant la forme d'un tronc de cône.
Lorsque le cône est soulevé verticalement, l’affaissement du béton permet de mesurer sa
consistance.
Tableau 1.3: Appréciation de la consistance du béton en fonction de l’affaissement.

Affaissement (cm) Qualification du béton Mise en œuvre


0à2 très ferme Vibration puissante
3à5 ferme Bonne Vibration
6à9 plastique Vibration courante
10 à 13 Mou Piquage
≥ 14 très mou à liquide Léger piquage
fluide

Figure 1.2 : Affaissement au cône d’Abrams.

Vous aimerez peut-être aussi