Vous êtes sur la page 1sur 155

ETUDE D’I

Etude d’Impact ’ENVIRONNEMENT


surLl’Environnement
MPACT SUR

Projet de construction d'une unité industrielle


de fabrication de biscuits, de boissons et de chocolats
Présenté Par
La Société FORTUNE MAROC
Siège social : N° 100, Km 18, Route 109, Quartier Industriel Ouled Salah
Tel :+212 522 320 285 – Fax :+212 522 320 286
email : info@fortune-maroc
Site du projet : Titre Foncier 5151/31, Commune des Ouled Saleh
Province de Nouaceur

Etude Réalisée par

-1-

Novembre , 2020
Table des matières
I. Synthèse..................................................................................................................................11
1. Présentation du projet.............................................................................................................11
2. Situation géographique du site du projet................................................................................11
3. Description du projet...............................................................................................................17
4. Procédé de production adopté................................................................................................19
4.1. Ligne de production des biscuits..............................................................................................19
4.2. Ligne de production du chocolat :...........................................................................................19
4.3. Ligne de production des boissons :..........................................................................................19
4.4. Ligne de production du chips  :................................................................................................19
5. Principaux impacts du projet sur l’environnement..................................................................20
5.1. Impacts durant la phase d’aménagement et de construction.................................................20
5.2. Impacts positifs de la phase d’aménagement et de construction............................................20
5.2.1. Impacts négatifs de la phase d’aménagement et de construction Impacts du bruit et des
vibrations.............................................................................................................................................20
5.2.2. Impacts sur la qualité de l’air...................................................................................................20
5.2.3. Impacts sur le Sol.....................................................................................................................20
5.2.4. Impact sur l’infrastructure routière.........................................................................................21
5.3. Impacts durant la phase d’exploitation...................................................................................21
5.3.1. Impacts positifs durant la phase d’exploitation.......................................................................21
5.3.2. Impacts négatifs durant la phase d’exploitation......................................................................21
5.3.3. Impacts sur la qualité de l'air...................................................................................................21
5.3.4. Impacts du bruit......................................................................................................................22
5.3.5. Impacts des rejets liquides......................................................................................................22
5.3.6. Consommation en eau.............................................................................................................22
5.3.7. Rejets liquides..........................................................................................................................22
5.3.8. Impacts sur le sol et les ressources en eaux souterraines.......................................................22
5.3.9. Impacts des déchets solides :..................................................................................................22
5.3.10. Impacts sur le trafic routier.....................................................................................................23
5.3.11. Impacts sur la sécurité des ouvriers.........................................................................................23
6. Mesures d’atténuation et de compensation des impacts négatifs du projet...........................23
6.1. Mesures à prendre durant la phase de construction...............................................................23
6.1.1. Mesures pour réduire l’impact relatif aux bruits et vibrations................................................23
6.1.2. Mesures pour réduire l’impact sur la qualité de l’air...............................................................23

-2-
6.1.3. Mesures pour réduire l’impact des rejets liquides et solides du chantier...............................23
6.1.4. Mesures pour réduire l’impact sur l’infrastructure routière....................................................24
6.2. Mesures à prendre durant la phase d’exploitation..................................................................24
6.2.1. Mesures prises pour réduire l'impact sur la qualité de l'air.....................................................24
6.2.2. Mesures atténuantes de l’impact des rejets liquides..............................................................24
6.2.3. Mesures à prendre pour la gestion des eaux pluviales............................................................24
6.2.4. Mesures pour réduire l’impact de bruit...................................................................................24
6.2.5. Mesures de réduction des impacts sur le sol...........................................................................25
6.2.6. Mesures d’atténuation des impacts des déchets solides.........................................................25
6.2.7. Mesures pour réduire l’impact sur le paysage.........................................................................25
6.2.8. Mesures prises pour la protection de la sécurité du personnel...............................................25
6.2.9. Mesures prises pour garantir l’hygiène...................................................................................26
7. Programme de Surveillance et de Suivi Environnemental (PSSE)............................................26
II. Introduction.............................................................................................................................26
III. Présentation de l’EIE et démarche suivi pour son élaboration................................................28
IV. Cadres juridique et institutionnel............................................................................................30
A. Cadre juridique........................................................................................................................30
B. Cadre institutionnel.................................................................................................................36
V. Description du projet...............................................................................................................38
1. Situation géographique...........................................................................................................38
2. Situation urbanistique.............................................................................................................40
VI. Présentation de la Société FORTUNE MAROC.........................................................................40
1. Investissement prévu...............................................................................................................40
2. Composantes du projet...........................................................................................................40
3. Moyens humains.....................................................................................................................41
4. Matières premières.................................................................................................................42
4.1. Farine :.....................................................................................................................................43
4.2. L’eau H2O................................................................................................................................44
4.3. Sel NaCl...................................................................................................................................44
4.4. Sucres......................................................................................................................................44
4.4.1. Saccharose...............................................................................................................................44
4.4.2. Dextrose :................................................................................................................................45
4.4.3. Glucose : C₆H₁₂O₆.....................................................................................................................45
4.5. Lait en poudre..........................................................................................................................45

-3-
4.6. Huiles et graisses alimentaires.................................................................................................46
4.7. Formule chimique de l’huile de Palme....................................................................................46
4.8. Les huiles de type oléique (C18:1 ω9, ou n-9).........................................................................47
4.9. Les huiles végétales de type linoléique (C18:2 ω6 ou n-6) : acide gras appartenant à la famille
des Oméga 6.........................................................................................................................................48
4.9.1. Cacao en poudre :....................................................................................................................48
4.9.2. Additifs....................................................................................................................................48
5. Energie.....................................................................................................................................50
6. Procédés de fabrication adoptés.............................................................................................50
6.1. Diagramme de fabrication de boisson aromatisée « Mr Frost »..............................................50
6.2. Diagramme de fabrication de biscuit.......................................................................................51
6.3. Diagramme de fabrication de mais soufflé..............................................................................52
6.3.1. Diagramme de fabrication de chocolat....................................................................................53
6.3.2. Ligne de production du chocolat :...........................................................................................53
6.3.3. Composition du chocolat :.......................................................................................................54
6.3.4. Ligne de production des biscuits..............................................................................................55
6.4. Méthode de stockage..............................................................................................................58
6.4.1. Quantité des produits primaires stockés.................................................................................58
6.4.2. Quantité des produits fabriqués stockés.................................................................................59
6.5. Contrôle de qualité..................................................................................................................59
6.6. Contrôle de la qualité de la matière première :.......................................................................60
6.7. Aspect organoleptique............................................................................................................62
6.8. Analyses physicochimiques qui seront effectuées au sein de la l’unité...................................62
6.9. Test d’acidité...........................................................................................................................62
6.10. Test de pH................................................................................................................................63
6.11. Analyses biologiques...............................................................................................................63
6.12. Contrôle biochimique..............................................................................................................63
6.13. Contrôle microbiologique........................................................................................................63
VII. Justification du projet..............................................................................................................63
VIII. Horizon temporel du projet.....................................................................................................64
1. Phase de construction de l’unité et d’installation des équipements.......................................64
2. Phase d’exploitation :..............................................................................................................64
3. Phase de démantèlement :......................................................................................................65
IX. Périmètre de l’étude................................................................................................................67

-4-
Aire d’étude éloignée...........................................................................................................................67
X. Description et analyse de l’état initial de l’environnement.....................................................73
1. Situation administrative et géographique...............................................................................73
1. Contexte climatique.................................................................................................................76
1.1. Climagramme d’Emberger.......................................................................................................76
1.2. Vents........................................................................................................................................77
1.3. Géologie...................................................................................................................................78
1.4. Pédologie.................................................................................................................................83
1.5. Occupation du sol....................................................................................................................85
1.6. Hydrogéologie.........................................................................................................................86
1.7. Occupation des sols.................................................................................................................92
1.7.1. Au niveau de la commune.......................................................................................................92
1.7.2. Espace urbanisé.......................................................................................................................93
1.7.3. Zones agricoles........................................................................................................................93
1.7.4. Espace forestier.......................................................................................................................93
1.7.5. Au niveau de l’aire de l’étude..................................................................................................94
1.8. Milieu biologique.....................................................................................................................94
1.8.2. Flore.........................................................................................................................................96
1.8.3. Forêt........................................................................................................................................97
1.9. Démographie et population...................................................................................................100
1.10. Importance et composition de la population.........................................................................100
1.10.1. Importace de la population...................................................................................................100
1.10.2. Structure organique de la population....................................................................................100
1.10.3. Ménages et structures matrimoniales...................................................................................101
1.10.4. Effectif et dimension des ménages........................................................................................101
1.10.5. L’état matrimonial.................................................................................................................101
2. Infrastructures de bases........................................................................................................102
2.1. Réseau routier et ferroviaire.................................................................................................102
2.2. Taux de desserte routière......................................................................................................104
2.3. Services publics......................................................................................................................105
2.4. Alimentation en eau potable.................................................................................................105
2.5. Alimentation en électricité et taux de raccordement............................................................106
2.6. Niveau d’instruction et Scolarisation.....................................................................................106
2.7. Réseau d'assainissement.......................................................................................................107

-5-
2.8. Activités économiques...........................................................................................................108
2.8.1. Tourisme et loisir...................................................................................................................108
2.8.2. Industrie et activités tertiaires...............................................................................................108
Superficie : 143 Ha.............................................................................................................................108
Capacité d’accueil : 120 unités...........................................................................................................108
Emplois : 10700 principalement dans les industries aéronautiques...................................................108
2.8.3. La zone franche MIDPARC.....................................................................................................108
2.8.4. La zone Industrielle de SAPINO..............................................................................................109
2.8.5. Complexe industriel de Bouskoura........................................................................................109
2.8.6. Complexe industriel d’Ouled Saleh........................................................................................109
2.8.7. Zone Industrielle Ouled Azzouz.............................................................................................109
2.8.8. Parc industriel d’Ouled Saleh.................................................................................................109
Figure : Situation du parc industriel d'Ouled Saleh.............................................................................110
3. Risques sismiques..................................................................................................................110
3.1. Paramètres sismiques du site................................................................................................111
XI. Identification et évaluation des impacts positifs et négatifs du projet sur l’environnement.113
1. Impacts du projet durant la phase d’aménagement et de construction................................113
2. Impacts positifs de la phase d’aménagement et de construction..........................................113
3. Impacts négatifs de la phase d’aménagement et de construction........................................113
3.1. Impacts du bruit et des vibrations.........................................................................................113
3.2. Impacts sur la qualité de l’air.................................................................................................114
3.3. Impacts sur le Sol...................................................................................................................114
3.4. Impacts dus aux rejets solides...............................................................................................115
3.5. Impacts dus aux rejets liquides..............................................................................................115
3.6. Impacts sur la flore................................................................................................................115
3.7. Impacts sur la faune...............................................................................................................116
3.8. Impacts sur la sécurité des ouvriers et du public...................................................................116
3.9. Impact sur l’infrastructure routière.......................................................................................116
3.10. Impacts sur le paysage...........................................................................................................116
4. Impacts du projet durant la phase d’exploitation..................................................................117
4.1. Impacts positifs durant la phase d’exploitation.....................................................................117
4.2. Impacts négatifs durant la phase d’exploitation....................................................................117
4.2.1. Impacts sur la qualité de l'air.................................................................................................117
4.2.2. Impacts du bruit....................................................................................................................117

-6-
4.2.3. Impacts des rejets liquides....................................................................................................118
4.2.3.1. Eaux pluviales........................................................................................................................118
4.2.3.2. Consommation d’eau.............................................................................................................118
4.2.3.3. Rejets liquides........................................................................................................................118
4.2.3.3.1.Rejets liquides domestiques................................................................................................118
4.2.3.3.2.Rejets liquides industriels....................................................................................................119
4.2.3.3.3.Eaux de lavage estimées à 350 litres par jour.....................................................................119
4.2.3.3.4.Eaux générées par l’adoucisseur.........................................................................................119
4.2.4. Impacts sur le sol sur les ressources en eaux et sur les eaux souterraines............................119
4.2.5. Impacts des déchets solides..................................................................................................120
4.2.6. Impacts sur le trafic routier...................................................................................................120
4.2.7. Impacts sur la sécurité des ouvriers.......................................................................................121
5. Impacts de la phase de démantèlement................................................................................121
5.1. Impacts positifs de la phase de démantèlement...................................................................121
5.1.1. Impacts négatifs de la phase de démantèlement :................................................................121
5.1.1.1. Impacts socio-économiques..................................................................................................121
5.1.1.2. Bruits et vibrations................................................................................................................121
5.1.1.3. Qualité de l’Air.......................................................................................................................121
5.1.1.4. Impacts sur le sol...................................................................................................................121
5.1.1.5. Impacts sur les ressources en eaux........................................................................................122
5.1.1.6. Impacts sur la sécurité des ouvriers.......................................................................................122
5.1.1.7. Impacts sur l’infrastructure routière......................................................................................122
6. Matrice d’évaluation des impacts..........................................................................................122
XII. Mesures de suppression, atténuation et compensation des impacts négatifs du projet sur
l’environnement.................................................................................................................................124
1. Mesures prises durant la phase de construction...................................................................124
1.1. Mesures prises pour réduire les impacts dus aux bruits et vibrations...................................124
1.2. Mesures prises pour réduire l’impact sur la qualité de l’air...................................................124
1.3. Mesures prises pour réduire l’impact des rejets liquides et solides au niveau du chantier...124
1.4. Mesures pour réduire l’impact sur le sol...............................................................................125
1.5. Mesures prises pour réduire l’impact sur les ressources en eaux.........................................125
1.6. Mesures prises pour réduire l’impact sur la sécurité des ouvriers........................................125
1.7. Mesures prises pour réduire l’impact sur l’infrastructure routière.......................................126
1.8. Mesures prises pour réduire l’impact sur le paysage............................................................126

-7-
2. Mesures proposées pendant la phase d’exploitation............................................................126
2.1. Mesures prises pour réduire l'impact sur la qualité de l'air...................................................126
2.2. Mesures atténuantes de l’impact des rejets liquides............................................................127
2.2.1. Mesures à prendre pour la gestion des eaux pluviales..........................................................127
2.2.2. Mesures à prendre vis à vis de rejets liquides domestiques..................................................128
2.2.2.1. Mesures à prendre vis à vie de rejets liquides industriels.....................................................128
2.2.2.1.1.Eaux de lavage.....................................................................................................................128
2.2.2.1.2.Huiles de maintenance et de lubrification..........................................................................129
3. Conclusion.............................................................................................................................129
2.2.2.1.3.Mesures de réduction des impacts sur le sol......................................................................129
2.2.3. Mesures d’atténuation des impacts des déchets solides.......................................................130
3.1. Mesures pour réduire l’impact sur le paysage.......................................................................134
3.1.1. Mesures pour réduire l’impact de bruit.................................................................................134
3.1.2. Mesures de réduction des impacts sur le sol.........................................................................134
3.1.3. Mesures d’atténuation des impacts des déchets solides.......................................................134
3.1.4. Mesures pour réduire l’impact sur le paysage.......................................................................134
3.1.5. Mesures prises pour la protection de la sécurité du personnel.............................................135
3.1.6. Mesures prises pour garantir l’hygiène.................................................................................135
3.2. Mesures d’atténuation de la phase de démantèlement........................................................136
3.2.1. Mesures pour réduire l’impact sur l’air.................................................................................136
3.2.2. Mesures pour la préservation des sols et des ressources en eaux........................................136
3.2.3. Mesures pour la sécurité des ouvriers...................................................................................136
3.2.4. Mesures prises vis-à-vis de l’infrastructure routière.............................................................136
XIII. Programme de surveillance et suivi environnemental...........................................................137
Performance de la STEP......................................................................................................................143
XIV. Bilan environnemental..........................................................................................................147
XV. Conclusion.............................................................................................................................148
XVI. Références bibliographiques.................................................................................................148
XVII. Annexes.................................................................................................................................150

Liste des figures

Figure 1 : Localisation géographique du site de l'unité projetée par la société FORTUNE MAROC........9
Figure 2 : Localisation par satellite du site de l'unité projetée par la société FORTUNE MAROC.........10
Figure 3 : Délimitation du site du projet...............................................................................................11

-8-
Figure 4 : Démarche adoptée dans l'élaboration de la présente étude d'impact sur l’environnement25
Figure 5 : Schéma du Process de production du chocolat....................................................................44
Figure 6 : Composition du chocolat......................................................................................................44
Figure 7 : Four de cuisson.....................................................................................................................47
Figure 8 : Diagramme de fabrication des biscuits.................................................................................49
Figure 9: Procédé de fabrication de la confiserie.................................................................................51
Figure 10 : Localisation géographique du site de l'unité projetée par la société FORTUNE MAROC....60
Figure 11 : Localisation par satellite du site de l'unité projetée par la société FORTUNE MAROC.......61
Figure 12 : Périmètre d'étude et voies impactées.......................................................................62
Figure 13 : Situation administrative de la commune de Bouskoura (Monographie régionale, 2015)...65
Figure14 : Emplacement de la commune de Bouskoura......................................................................66
Figure 15 : Diagramme ombrothermique de la commune de Bouskoura (calculé sur 28 ans).............68
Figure 16 : Positionnement de la commune de Bouskoura sur le climagramme pluviothermique
d'EMBERGER........................................................................................................................................69
Figure 17 : Rose des vents de la commune de Bouskoura...................................................................69
Figure 18 : Situation géographique de la nappe de la Chaouia côtière Site du projet.....................71
Figure 19 : Situation géographique de la nappe Berrechid Site du projet FORTUNE MAROC........71
Figure 20 : Lit naturel de Oued BOUSKOURA.......................................................................................72
Figure 21 : Projet de Super Collecteur Ouest de Casablanca................................................................73
Figure22 : Distance séparant le site du projet / oued A. Jemaa et O. Bouskoura.................................74
Figure 23 : Cours d’eau de Bouskoura Site du projet....................................................................74
Figure24 : Bassin versant de Oued BOUSKOURA (source : STOFFNERR Fabian  2016)........................75
Figure 25 : Situation géographique de la zone d’étude et stations d’échantillonnage au niveau de
l’Oued Bouskoura.................................................................................................................................76
Figure 26 : Photographies des stations d’échantillonnage au niveau de O. Bouskoura et O. Ain Jemaa.
.............................................................................................................................................................77
Figure 27 : coupes lithologiques de la zone d'etude.............................................................................80
Figure  28 : Occupation des sols..........................................................................................................82
Figure 30 : Localisation géographique du site de l'unité projetée par la société FORTUNE MAROC....84
Figure 29 : Position du site de projet de FORTUNE MAROC par rapport aux riverains........................84
Figure 31 : Evolution de la population et des ménages à la commune de Bouskoura..........................90
Figure 32 : Cartes sismiques, introduisant en plus de l’accélération, la vitesse sismique du sol..........98
Figure 33 : Schéma résumant la gestion des eaux pluviales à FORTUNE MAROC...............................113
Figure  34 : Schéma synoptique de la gestion des déchets à l’unité de FORTUNE MAROC................118
Liste des tableaux
Tableau I : Coordonnées Lambert du site du projet...............................................................................8
Tableau II : Fiche technique du projet..................................................................................................12
Tableau III : Coordonnées Lambert du site...........................................................................................32
Tableau IV : Composantes du projet....................................................................................................34
Tableau V : quantité nécessaire pour produire une tonne Chocolat au lait.........................................35
Tableau VI : quantité nécessaire pour produire une tonne de Végéca Confiserie...............................35
Tableau VII : Quantité nécessaire pour produire une tonne de Biscuit Coupé.....................................36
Tableau VIII : Composition chimique de la farine.................................................................................37
Tableau IX : Composition d'un lactosérum doux et d'un lactosérum acide (d'après Sottiez 3 1990).....38

-9-
Tableau X : Principaux acides gras (proportions moyennes)................................................................39
Tableau  XI : Type de chocolats produits par FORTUNE MAROC..........................................................43
Tableau XII : différents types d’acides gras...........................................................................................45
Tableau XIII : Composition du biscuit...................................................................................................48
Tableau XIV: Produits de confiserie......................................................................................................50
Tableau XV : Contrôle qualité du procédé de fabrication.....................................................................52
Tableau XVI : Planning prévisionnel de la réalisation du projet............................................................58
Tableau XVII : Température moyenne et précipitations de la commune de Bouskoura......................67
Tableau XVIII : Fréquences et volumes des crues à O. Bouskoura (Débits extrêmes)...........................74
Tableau XIX : Synthèse de la qualité des eaux du cours d’eau Bouskoura selon les normes marocaines
des eaux de surfaces............................................................................................................................79
Tableau XX : Caractéristiques géotechniques des sols.........................................................................81
Tableau XXI : Résistance des sols..........................................................................................................81
Tableau XXII : Liste des oiseaux présents ou potentiels dans la zone d’étude (Bouskoura).................87
Tableau XXIII : Evolution de l’effectif de la population et des ménages à la commune au sein de la
Province de Nouaceur..........................................................................................................................90
Tableau XXIV : Taux de desserte routière au Niveau provincial :..........................................................91
Tableau  XXV : Taux de desserte routière au Niveau communal..........................................................91
Tableau N° XXVI : Taux moyen de desserte en eau potable.................................................................92
Tableau XXVII : Taux d’électrification...................................................................................................93
Tableau n° XXVIII : Taux moyen de scolarisation :................................................................................93
Tableau n°XXIX : Taux de scolarisation par catégorie :.........................................................................93
Tableau n° XXX : Taux d’analphabétisme.............................................................................................94
Tableau n°XXXI : Taux d’analphabétisme.............................................................................................94
Tableau n°XXXII : Taux moyen de déperdition scolaire........................................................................94
Tableau n°XXXIII : Taux de déperdition scolaire par catégorie.............................................................94
Tableau XXXIV : Matrice d'évaluation des impacts.............................................................................109
Tableau XXXV : Plan de gestion des déchets......................................................................................116
Tableau XXXVI : Programme de surveillance et de suivi des mesures d'atténuation..........................123
Tableau XXXVII : Programme de surveillance et de suivi de l'environnement affecté........................131

-10-
I. Synthèse

1. Présentation du projet

Ce rapport représente une étude d’impact sur l’environnement présentée par la Société
FORTUNE MAROC; une SARL, dont le siège social est situé au N° 100, Km 18, Route 109,
Quartier Industriel BOUSKOURA .Ce projet consiste en la création d'une unité industrielle de

fabrication de biscuits, de boisson et chocolaterie, à la Commune des Ouled Saleh , Province


de Nouaceur, Région de Casablanca-Settat.
Avec un capital de 300 000,00 DH, FORTUNE MAROC investit 100 000 000,00 DH et prévoit
la création de 177 emplois et des dizaines d’emplois indirects (distribution, transport,
ventes etc….).
Cette unité industrielle sera équipée par des machines de production utilisant les nouvelles
technologies et va pouvoir contribuer à assurer une production répondant au besoin du
marché en biscuits, en produits chocolatiers et en confiserie. Elle contribue également au
développement social et économique à l’échelle régionale voir nationale.
Afin de répondre aux normes actuelles de réalisation des projets industriels, l’étude d’impact
sur l’environnement a été réalisée par le bureau d’études ASES Ingénierie, Bureau d’études
Agréé D19 (Etudes d’impact sur l’Environnement) en respectant les termes de références de
l’EIE.
Cette EIE est établie dans le but d’obtenir l’attestation de l’acceptabilité environnementale
pour que la Société FORTUNE MAROC puisse construire son unité.

2. Situation géographique du site du projet

Le projet se situe au niveau du titre foncier TF : 5151/31propriété dite N° 100, Km 18, Route
109, Quartier Industriel Ouled Saleh relevant de la Province de Nouceur – Région
de Casablanca –Settat. La superficie du terrain est de 5 ha 00 ares 21 ca = 52 100 m 2(voir
copie du certificat de propriété joint à ce dossier en annexes).
Tableau I : Coordonnées Lambert du site du projet

-11-
Figure 1 : Localisation géographique de la commune des Ouled Saleh

-12-
Figure :carte topographique de la zone d’étude

-13-
Figure : carte de situation de la zone d’étude

-14-
Figure 2 : Localisation par satellite du site de l'unité projetée par la société FORTUNE MAROC

-15-
Figure 3 : Délimitation du site du projet

-16-
3. Description du projet

Le projet est une unité industrielle fabricant les biscuiteries, les produits chocolatiers et de
boissons.
La réalisation de ce projet mobilisera 100 000 000,00 DH et créera 177 emplois directs et
permanents et des emplois saisonniers.
La Société FORTUNE MAROC a comme objectifs de mettre sur le marché des composés
essentiellement de farine, de graisses, de sucres et d’agents levant présentés sous
différentes formes.La diversité et la qualité de ces produits sont le fruit du savoir-faire puisé
dans la tradition culinaire marocaine, faisant preuve d’une incessante innovation
d’imagination en vue d’adapter les produits et répondre aux attentes des consommateurs.
Le tableau ci-après présente les principales informations relatives au projet :

Tableau II : Fiche technique du projet

Situation géographique du site de la Société

Région de Casablanca – Settat

Province NOUACEUR

Commune Ouled Saleh

Douar Parc Industriel

Informations sur la société : pétitionnaire

Dénomination de l’unité Industrielle FORTUNE MAROC


Raison sociale

NOM et Prénom du PDG OSAMA ISAM WASEF JABER

Nom du Gérant OSAMA ISAM WASEF JABER

Forme juridique S.A.R.L.

Date de création 2012

Registre de commerce 254493

Capital 10000,00 DH

ICE 000062719000013

Montant d’investissement 100000000,00 DH

Secteur d’activité et Type d’activités Agroalimentaire

-17-
Adresse du siège social N° 100, Km 18, Route 109, Quartier Industriel
BOUSKOURA

Tél +212 522 320 285

Fax +212 522 320 286

Email info@fortune-maroc;

Adresse du site d’implantation du N° 100, Km 18, Route 109, Quartier Industriel


projet BOUSKOURA

Coordonnées Lambert du site du X : 287850,00 Y : 313600,00 Z : 195,73


projet

Foncier : Titre foncier : N° du TF : T.5151/31

Superficie globale du site du projet 5 ha 00 ares21 ca

Superficie couverte : terrain bâti 25000 m2

Date prévue pour le démarrage de


l’aménagement du site et des 01/03/2021
constructions

Date prévue de démarrage des 01/03/2022


activités

Nature de matières premières :


Eau -
Autres matières utilisées dans le -
process de fabrication
Capacité de production : produits finis Biscuits, Chocolat et chips: 35 tonne par jour
Boissons: 4000 litres
Impacts de la société  sur l’environnement et sur le milieu socio-économique

Effectif du personnel prévu :


Cadres :
Création d’emplois Techniciens :
Ouvriers :
Agents : ……………………..
Autres catégories : ………………….
Personnel :
Consommation en eau
Industriel :

Source d’approvisionnement en eau ONEP Puits


Autres ……………………………………

Rejets liquides prévus


-Personnel * :…………………………………… l/jour

-18-
- Process : industriels * :…………………………………… l/jour

Rejets solides prévus Domestiques : ………………………… kg par jour


Industriels : ………………. Kg par jour

Contexte environnemental
Présence de réseau d’assainissement
au niveau du site d’implantation du Oui Non

Présence de service de collecte des


déchets solides : Oui Non
Domestiques
Industriels

Energie utilisée Electricité : 200.000 KWH/mois


Gaz : 200kg /jour
Mesures prises par la société

Présence cafétéria pour le personnel Oui Non

Présence de vestiaires pour le Oui Non


personnel

Présence de réfectoire pour le Oui Non


personnel

Transport du personnel Oui Non

Médecin de Travail Oui Non

Présence d’infirmerie Oui Non

4. Procédé de production adopté

Les lignes de production de ces produits sont décrites dans les paragraphes correspondants
(Pages : )

4.1. Ligne de production des biscuits

Les biscuits fabriqués sont composés essentiellement de farine, de graisses, de sucres et


d’agents levants et fabriqué sous différents formes.

4.2. Ligne de production du chocolat :

Les articles chocolatiers est un mélange de masse de cacao, de sucre, de beurre de cacao et
éventuellement de lait. Le pourcentage de chaque élément dépend de la variété et du type
de chocolat à obtenir.

-19-
4.3. Ligne de production des boissons :

4.4. Ligne de production du chips  :

5. Principaux impacts du projet sur l’environnement

5.1. Impacts durant la phase d’aménagement et de construction

Durant la phase d’aménagement et de construction de son unité, la société FORTUNE


MAROC s’engage à tenir compte des exigences de la note de renseignements précisant que
le site du projet se compose d’une partie Zone I (I2S, une zone non aedificandi et une partie
réservée à des voies d’aménagement.

5.2. Impacts positifs de la phase d’aménagement et de construction

Les impacts positifs de la phase chantier sont d’ordre socio-économique concrétisés par la


création d’emplois directs et indirects, résorption d’un certain nombre de chômeurs parmi la
population de la commune et l’augmentation des échanges commerciaux,la phase
d'aménagement et de construction est génératrice d'emplois dans le secteur du bâtiment
concrétisés par des journées d'emplois dans ce secteur d'activités.

5.2.1.Impacts négatifs de la phase d’aménagement et de construction Impacts du bruit et


des vibrations

Pendant la phase de construction, un dérangement sonore sera occasionné sur la zone


d’étude qui proviendra essentiellement de la circulation des engins, du transport des
matériaux de construction, des travaux d’aménagement et de construction.

5.2.2.Impacts sur la qualité de l’air 

Pendant les travaux d’aménagement et de construction prévus dans le cadre de ce projet, la


qualité de l’air sera localement impactée tout en demeurant modérée ; ceci est dû aux
émanations de poussières et de fumée générée par le chantier auxquels il faut ajouter la
pollution due aux échappements des gaz générés par la combustion des carburants des
engins du chantier. Les émissions atmosphériques (poussières et gaz d’échappement)

-20-
dépendent aussi de l’état du fonctionnement et de la vitesse de circulation des engins, de
l’état des voies parcourues et de l’humidité du sol.

5.2.3.Impacts sur le Sol 

Les principaux impacts qui affectent le sol sont dus aux excavations du sol et remaniement.
Ces actions affectent les couches superficielles du sol. Cette étape est souvent accompagnée
par la génération des rejets liquides (fuites d’huile, carburant…). Les déchets solides
sontsurtout constitués par des chutes de ferrailles et les déchets générés par les besoins
vitaux des ouvriers.

5.2.4.Impact sur l’infrastructure routière 


La présence des travaux générera des perturbations au niveau du réseau routier desservant
le site à savoir l’autoroute A7, la P3011. Ces perturbations sont dues à la circulation des
camions d’approvisionnement du chantier en matériaux de construction et aux manœuvres
des engins du chantier. Ces opérations sont susceptibles d’affecter la sécurité de leurs
usagers et provoquer une dégradation potentielle de l’état des voies.

5.3. Impacts durant la phase d’exploitation

5.3.1.Impacts positifs durant la phase d’exploitation

Les impacts positifs de la phase d’exploitation sont nombreux, puisque la Société permettra
de :

Créer 177 emplois directs et permanents et des dizaines d'emploi indirect,

Investir 100 000 000,00 DH, ce qui permettra à la commune de bénéficier des taxes (TVA),
et d’avoir une ressource financière supplémentaire,

Permettre au consommateur de profiter d’un produit national d’une bonne qualité qui
satisfait les normes sanitaires et qui respecte les conditions d’hygiène.

-21-
5.3.2.Impacts négatifs durant la phase d’exploitation

5.3.3.Impacts sur la qualité de l'air

La qualité de l'air peut être impactée par des rejets gazeux issus du fonctionnement des
installations de production, ainsi que des gaz issus des fours et dus à la combustion du gaz
propane.
Afin de maîtriser les émissions de gaz, les installations sont équipées de filtres adaptés
garantissant un rejet inférieur à la réglementation de 150mg/nm³. Ces filtres sont
régulièrement contrôlés et changés à chaque fois que c’est nécessaire et au moins 2 fois par
an par une société spécialisée et autorisée.
L'impact des activités de l’unité sur la qualité de l’air reste donc très limité.

5.3.4.Impacts du bruit

Les machines de la production ne génèrent pas des nuisances sonores. Les émissions de
bruit proviennent essentiellement de la circulation des véhicules de transport. Ces émissions
restent faibles.

5.3.5.Impacts des rejets liquides

5.3.6.Consommation en eau

Durant la phase d’exploitation de l’unité, la consommation en eau sera comme suit :


Eaux potables du personnel de l’unité : 25 litres par personne par jour
(25*177=4425litres/jour), L'approvisionnement en eau potable sera assuré par les réseaux
d’adduction du gestionnaire LYDEC.
La consommation en eau de l'unité pour le process est de 156m3 /mois .

5.3.7.Rejets liquides

Les eaux usées domestiques présentent 80 % de l’eau consommée et par conséquent elles
sont de l’ordre de 4425 *80 % =3540 litres par jour. Ces eaux seront évacuées vers un
système de traitement des eaux usées (STEP).
En plus de ces rejets domestiques, on note des rejets industriels formés par les eaux de
lavage des cuves où se font les préparations des matières premières de production et les
huiles et graisses issues de la maintenance des machines et outils.

-22-
5.3.8.Impacts sur le sol et les ressources en eaux souterraines

Les principales sources d’impacts sur le sol et les ressources en eaux seront dues aux risques
de pollution accidentelle par les rejets liquides non traités, et les déchets solides.
Ces impacts ne seront pas permis puisque la Société FORTUNE MAROC prendra toutes les
mesures nécessaires pour combattre ce type d'impacts.

5.3.9.Impacts des déchets solides :

Les déchets solides de la phase d’exploitation sont de 2 types :

Les déchets inertes et les déchets domestiques qui sont estimés à 35.4 Kg/ jour soit 200
g/personne/ jour et qui résultent de l’activité du personnel.

Les déchets spécifiques à l’activité, particulièrement le reste de l'industrie agro-alimentaire


de nature organique. En général ces déchets sont recyclables.

Ceci exige un traitement approprié pour réduire les impacts sévères sur l’eau et le sol.

5.3.10. Impacts sur le trafic routier

Lors de la phase d’exploitation de l’unité, on aura une augmentation au niveau du trafic


routier au niveau de la route RP3011.

5.3.11. Impacts sur la sécurité des ouvriers

L’exploitation de l’unité peut provoquer des accidents de travail qui constituent un danger
pour la sécurité des ouvriers comme au niveau de toute unité industrielle.

6. Mesures d’atténuation et de compensation des impacts négatifs du projet

6.1. Mesures à prendre durant la phase de construction

6.1.1. Mesures pour réduire l’impact relatif aux bruits et vibrations

Pour réduire l’impact lié aux bruits et aux vibrations, la Société prévoit l’utilisation des engins
bien entretenus présentant un bon état de fonctionnement et respectant les niveaux
sonores dictés par l'OMS, la société s’engage également à planifier un calendrier des travaux
tout en respectant les horaires de travail et de repos des populations.

-23-
6.1.2. Mesures pour réduire l’impact sur la qualité de l’air

Pour réduire l’impact sur la qualité de l’air la société s’engage à arroser le sol avant de
procéder aux travaux afin d’atténuer le dégagement des poussières, et bâchage des camions
lors du transport des matériaux de construction, et la limitation des vitesses de circulation.

6.1.3. Mesures pour réduire l’impact des rejets liquides et solides du chantier

La société s’engage à réaliser des sanitaires amovibles et vidange ables à la fin de chaque
journée pour les rejets liquides. Pour les déchets solides ils seront collectés et stockés dans
des bacs fermant prévus à cet effet pour être évacués dans la décharge en concertation avec
la commune .

6.1.4. Mesures pour réduire l’impact sur l’infrastructure routière

La société s'engage à faire respecter la charge autorisée en tonnage des camions utilisés à
contribuer à la limitation des perturbations de la circulation par le placement des enseignes
de circulation et quand il le faut la réparation immédiate des dommages causés au niveau de
dés d’accès au site.

6.2. Mesures à prendre durant la phase d’exploitation

6.2.1. Mesures prises pour réduire l'impact sur la qualité de l'air

Afin de maîtriser les émissions de gaz, les installations de production sont équipées de filtres
adaptés garantissant un rejet inférieur à la réglementation de 150mg/nm³. Ces filtres sont
régulièrement contrôlés.

6.2.2. Mesures atténuantes de l’impact des rejets liquides

Pour réduire l’impact des rejets liquides de la phase d’exploitation sur les ressources en
eaux, la société s’engage à :

Ne pas évacuer les rejets liquides dans le milieu naturel,

Traiter les rejets aquatiques industriels dans un système de traitement des eaux usées avant
leur évacuation dans le réseau d’assainissement conformément au plan d’aménagement

Acheminer les eaux usées vers un système de traitement des eaux usées (STEP)

-24-
Collecter les huiles et graisses dans des fûts étiquetées et les placer au niveau d’un hangar
avec plateforme étanche, bétonnée et avec rétention pour les Confier à une Société
spécialisée autorisée

6.2.3. Mesures à prendre pour la gestion des eaux pluviales

Les eaux pluviales au niveau de l’unité de la Société FORTUNEMAROC sont acheminées vers
un bassin de rétention des eaux pluviales, ce bassin est étanche évitant ainsi toute
infiltration vers les ressources en eaux souterraines.

6.2.4. Mesures pour réduire l’impact de bruit

Les émissions du bruit au niveau du site du projet sont négligeables. Notons qu'au sein de
l'unité, le niveau du bruit demeure inférieur à 50 db.

6.2.5. Mesures de réduction des impacts sur le sol

La protection du sol et du sous-sol s’effectuera à partir des points suivants :


L’interdiction de tout déversement de liquides sur le sol.

La mise en place des bacs à ordure au sein de l’unité.

L'évacuation des eaux usées domestiques vers la STEP.

Confier les huiles usagées à une Société spécialiséeautorisée

Le ramassage des déchets solides ménagers dans des conteneurs spécifiques et leur
évacuation vers la décharge autorisée en concertation avec le conseil communal.

Confier les déchets solides industriels à une Société spécialisée

6.2.6. Mesures d’atténuation des impacts des déchets solides

Les déchets spécifiques à l’activité seront confiés à une société spécialisée pour leur
valorisation.

Les déchets domestiques dus aux besoins vitaux du personnel qui sont estimés à 200 g par
personne et par jour seront mis dans des bacs fermants, et collectés puis transportés vers la
décharge autorisée en concertation avec le conseil communal à la fin de chaque journée à la
charge de la société.

-25-
6.2.7. Mesures pour réduire l’impact sur le paysage

La société mettra sur place une clôture délimitant le site, et s’engage à planter un espace
vert dans le but d’atténuer l’impact sur le paysage environnant et de compenser l’impact sur
la flore.

6.2.8. Mesures prises pour la protection de la sécurité du personnel

Lors de la phase d’exploitation de l’unité, la protection du personnel s’effectuera de la façon


suivante :

L’Embauche de personnel qualifié ;

Le respect strict de la procédure de travail ;

Le port des blouses, gants bonnet, chaussures adéquates pour le personnel de l’unité.

Formation du personnel sur les basesde la sécurité avant toute prise de service ;

Présence d’une pharmacie pour les soins de premiers secours ;

Tenu du dossier médical  par un médecin de travail ;

Disposition des extincteurs, des RIA et des moyens de lutte contre l’incendie.

6.2.9. Mesures prises pour garantir l’hygiène

Toute personne travaillant au sein de l’unité, sera obligée de porter des blouses, des gants et
des bonnets pour éviter toute contamination des produits.

La société s’engage aussi à installer un système de dératisation, désinfection et désinfection


au sein de l’unité par l’utilisation des produits homologués par le Ministère de la santé.

7. Programme de Surveillance et de Suivi Environnemental (PSSE)

Dans le but de garantir la mise en œuvre toutes les recommandations formulées dans cette
EIE pour préserver l'environnement durant les différentes phases, un programme de
surveillance et de suivi environnemental (PSSE) a été élaboré ce PSSE devra être respecté et
maintenu durant l’existence du projet.

Ainsi, des analyses fréquentes et répétées réalisées par des laboratoires spécialisés. Ces
analyses concerneront l’état de la qualité de l’eau et de l’air.

-26-
Les analyses faites seront archivées et des copies seront transmises aux organismes chargés
du suivi et de la protection de l’environnement au niveau local, régional et national.

II. Introduction

Les secteurs de la biscuiterie, de la confiserie et de la chocolaterie ne font pas partie


des secteurs alimentaires ayant connu la plus forte progression, ils sont nettement distancés
par les industries laitières et le secteur de la transformation des produits de mer.
Comparativement aux autres secteurs industriels, les industries de
2émetransformation des produits céréaliers et sucrés bénéficient d’une croissance de la
production supérieure à la moyenne des produits manufacturés. Cet élément est un
indicateur du dynamisme de la branche. La progression des produits de biscuiterie pâtisserie
et boulangerie est continue depuis plusieurs années, cela est probablement relie au
renforcement des industriels suite à l’apparition de nouvelles concurrences et à l’apparition
sur le marché de nouveaux acteurs particulièrement actifs dans le domaine de la pâtisserie
industrielle.
L’origine du biscuit remonte aux civilisations les plus anciennes de Mésopotamie. Il est
alors toutefois, difficile de bien distinguer le biscuit du pain, des biscottes et d'autres
produits.
Le mot "biscuit" apparaît, pour la première fois en France, dans un écrit d’unchroniqueur du
9éme siècle A.D. Il pouvait signifier soit "cuit deux fois" (bis-cuit), soit" cuitd'avance" (be
cuit). Il servait à désigner de petites galettes dures.

Plus tard, dans l’Europe du Moyen Age, le mélange d'épices et de jus de viandes renditles
"galettes" plus agréables à déguster.

Dès cette époque, le biscuit s'affirme comme la nourriture par excellence des marins.
Comme le rappelle l’expression passée depuis dans le vocabulaire courant « Ne pas
s'embarquer sans biscuits". Par la suite, le développement de la biscuiterie coïncide avec
l'essor du commerce maritime entre l’Europe, l’Afrique, l’Amérique et l’Asie. Ces longs
voyages en bateaux nécessitent une nourriture se conservant longtemps, facilement, et très
énergétique. C'est pourquoi le biscuit est sec et composé de farine, sucre, corps gras, œufs
et lait. Tous les grands ports Européens disposent alors d’une production importante de

-27-
biscuits de mer fournissant sous une forme réduite un apport énergétique important aux
équipages des bateaux.

La naissance de la « biscuiterie industrielle » est donc liée aux besoins en aliments de


longue conservation des marins et des populations au cours des phases des grandes
découvertes qui se sont déroulées entre le 15éme et le 19éme siècles. Les biscuits de marin
ou de guerre encore fabriquée aujourd’hui permettent de fournir sous forme concentrée un
élément énergétique à base de farine, facile d’emploi, transportable en tous lieux et dont le
stockage ne pose pas de problème de volume ni sanitaire insurmontable contrairement aux
produits de boulangerie ou de la farine.

Au fil des années, le biscuit est devenu un produit nutritionnel qui doit procurer du
plaisir au consommateur. La recherche de fantaisie et de différenciation par des formules de
plus en plus sophistiquées incorporant des matières premières de plus en plus variées telles
que le chocolat, les fruits, les épices vise à flatter la gourmandise du consommateur. Par
ailleurs, des produits allégés en calories ou enrichis en éléments nutritionnels (vitamines,
minéraux, fibres, etc.) sont proposés aux consommateurs soucieux de maîtriser l’apport
énergétique de leur alimentation et nutritionnel. La texture des produits a également
évoluée ; de dure et cassante, elle est passée à friable et fondante. L’essor rapide des
produits de pâtisserie moelleux constaté depuis une cinquantaine d’année en Europe et une
dizaine d’année au Maroc répond à cette logique de recherche de plaisir par le
consommateur. L'emballage est devenu un élément essentiel du marketing de ces produits.
La création d’une unité industrielle de biscuiterie, confiserie et chocolaterie par la société
FORTUNE MAROC dans la commune de Bouskoura, vient pour assurer l’approvisionnement
en biscuits d’un marché très demandeur.

III. Présentation de l’EIE et démarche suivi pour son élaboration

Depuis le Sommet de la Terre de Rio en 1992, la protection de l’environnement et le


développement durable ont pris une place prépondérante dans les préoccupations des
pouvoirs publics et de la société civile marocaine. Ce concept est aujourd’hui au cœur de la
stratégie nationale en matière de préservation de l’environnement.
Le Maroc s’est engagé au niveau international à utiliser l’étude d’impact sur l’environnement
en adoptant lors de la conférence de Rio :

-28-
La Déclaration de Rio et l’Agenda 21 des Nations Unies ;
La Convention sur la biodiversité ;
La Convention sur la lutte contre la désertification ;
La Convention cadre sur les changements climatiques.

Au niveau national, la Loi n°11.03 élaborée en 2003, relative à la protection et à la mise en


valeur de l’environnement, introduit l’obligation d’établir une étude permettant d’évaluer
l’impact sur l’environnement de tout projet et sa compatibilité avec les exigences de
protection de l’environnement. Cette loi a été suivie, en 2003, par une loi spécifique
relative à l’étude d’impact sur l’environnement (la loi 12-03). L’Etude d’impact sur
l’environnement est définie, selon l’article 1,Chapitre 1 de la loi 12-03, comme : «Une étude
préalable permettant d’évaluer les effets directs ou indirects pouvant atteindre
l’environnement à court, moyen et long terme suite à la réalisation de projets économiques
et de développement et à la mise en place des infrastructures de base, et de déterminer des
mesures pour supprimer, atténuer ou compenser les impacts négatifs et d’améliorer les
effets positifs du projet sur l’environnement».
L’Etude d’Impact sur l’Environnement (EIE) constitue cependant un instrument de
prévention dans le cadre d’une politique de protection de l’environnement. Elle permet de
définir les objectifs suivant (article 5 chapitre 2 de la loi 12-03):
Evaluer de manière méthodique et préalable les effets éventuelles, directs et indirects,
temporaire et permanent du projet sur l’environnement ;
Supprimer, atténuer et compenser les impacts négatifs du projet ;
Mettre en valeur et améliorer les impacts positifs du projet sur l’environnement ;
Informer la population concernée sur les impacts négatifs du projet sur l’environnement.
Par conséquent, on peut dire que l’Etude d’Impact sur l’Environnement (EIE) constitue un
instrument de prévention dans le cadre d’une politique de protection de l’environnement
qui comprend trois volets :
la surveillance et le suivi de l’état de l’environnement ; (Volet évaluatif)
La réparation des dégâts déjà causés par l’homme (volet curatif) ;
la prévention de futurs dégâts (volet préventif).
Dans notre cas, le dossier présente une analyse détaillée des effets prévisibles du projet
d’uneunité industrielle de confiserie, biscuiterie et chocolaterie sur l’environnement. Les
mesures à mettre en œuvre pour limiter les inconvénients pendant l’exploitation de l’unité.
La démarche suivie par le bureau d’études ASES INGENIERIE pour l’élaboration de la
présente étude est résumée sous forme de l’organigramme suivant :

-29-
Conception du projet et réalisations des
Promoteur
Etudes économiques et techniques

Formulation de la demande réalisation de l’EIE

Description du projet et de ses composantes Description du milieu environnant


Promoteur et Assistance du BET BET mesures, analyses et données de la
littérature

Processus d’interaction

Simulations Identification des impacts


types Evaluation des impacts
Elaboration de la Matrice d’impact

Proposition des Mesures d’atténuation Réglementation et normes

Programme de surveillance et de suivi environnemental

Synthèse et Bilan environnemental

Prise de décision vis-à-vis de l’acceptabilité environnementale

Figure 4: Démarche adoptée dans l'élaboration de la présente étude d'impact sur


l’environnement

IV. Cadres juridique et institutionnel

A. Cadre juridique

L’objectif principal de cette partie de l’étude consiste à définir le cadre législatif et


réglementaire régissant la mise en œuvre d’une unité industrielle de confiserie,biscuiterie et

-30-
chocolaterie présentée par la Société FORTUNE MAROC et résume de manière générale les
principales lois qui réglementent les aspects de la protection de l’environnement.
Le projet de construction d’une unité industrielle de confiserie, biscuiterie et chocolaterie
est soumis à la réglementation suivante :

1. Dans le domaine de l’environnement

La loi 11-03 relative à la protection et la mise en valeur de l’environnement,

La loi 12-03 relative aux études d’impact sur l’environnement et ses décrets d’application
;

Le décret n° 2-04-563 du 5 Kaada 1429 (4 novembre 2008) relatif aux attributions et au


fonctionnement du CNEI et des comités régionaux des études d’impact sur
l’environnement,

Le décret n° 2-04-564 du Kaada 1429 (4 novembre 2008) fixant les modalités


d’organisation et de déroulement de l’enquête publique relative aux projets soumis aux
études d’impact sur l’environnement.

La loi cadre n°99-12 portant charte nationale de l’environnement et du


développement durable.

2. Dans le domaine de l’agroalimentaire

La loi 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires.

Le décret d’application n°2-10-473 du 7 chaoual 1432 (6 septembre 2011) pris pour


l’application de certaines dispositions de la loi n°28-07 relative à la sécurité sanitaire des
produits alimentaires.
Le décret n°2-12-389 du 11 joumada II 1434 (22 avril 2013) fixant les conditions et les
modalités d’étiquetage des produits alimentaires

La loi 03-12 relative aux interprofessions agricoles et halieutiques.

Le décret n°2-12-602 pris pour l’application de la loi 03-12.

3. Dans le domaine de l’eau

La loi 36-15 sur l’eau, et les textes d’applications de la loi 10-95 sur l’eau ;

Décret n° 2-05 – 1326 du 25 juillet 2006 relatif aux eaux à usage alimentaire,

La norme marocaine NM 03.7.002-1990 relative au contrôle et surveillance de l’eau dans


les réseaux d’approvisionnement public,

La norme marocaine NM 03.7.00.1 relative à la qualité des eaux d’alimentation humaine ;

Décret n° 2- 97 – 875 du 4 février 1998 relatif à l’utilisation des eaux usées,

-31-
Décret n°2 -97- 787 du 4 février 1998 relatif aux normes de qualité des eaux et à
l’inventaire du degré de pollution des eaux,

Arrêté conjoint du ministre de l'équipement et du ministre chargé de l'aménagement du


territoire, de l'urbanisme et de l'habitat et de l'environnement n° 1276-01 du 10
chaabane 1423 (17 octobre 2002) portant fixation des normes de qualité des eaux
destinées à l’irrigation.

Décret n° 2-04-553 du 24 Janvier 2005 relatif aux déversements, écoulements, rejets,


dépôts directs ou indirects dans les eaux superficielles ou souterraines.

Décret n° 2-05-1533 du 14 moharrem 1427 (13 février 2006) relatif à l'assainissement


autonome,

Arrêté conjoint du Ministre de l’équipement et au Ministre chargé de la l’aménagement


du territoire, de l’urbanisme, de l’Habitat et de l’environnement n°277-01 portant fixation
des normes de qualité des eaux superficielles utilisées pour la production de l’eau
potable,

Arrêté conjoint du Ministre de l’Intérieur, du Ministre de l’Aménagement du territoire, de


l’Eau et de l’Environnement, du ministre des Finances et de la Privatisation, du Ministre
de l’Industrie, du Commerce et de la Mise à niveau de l’économie, du Ministre de
l’Energie et des Mines et du Ministre du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie Sociale
n°1180-06 du 12 juin 2006 fixant les taux de redevances applicables aux déversements
des eaux usées et définissant l’unité de pollution,

Arrêté conjoint du Ministre de l’Intérieur, du Ministre de l’Aménagement du territoire, de


l’Eau et de l’Environnement, du ministre des Finances et de la Privatisation, du Ministre
de l’Industrie, du Commerce et de la Mise à niveau de l’économie n° 1607-06 du 25 juillet
2006 portant fixation des valeurs limites spécifiques des rejet domestique.

4. Dans le domaine de l’air

La loi 13-03 relative à la lutte contre la pollution de l’atmosphère et son décret


d’application : Décret n°2-09-286 du 20 Hija 1430 (8 décembre 2009) fixant les normes de
qualité de l’air et les modalités de surveillance de l’air,

Décret n° 2-09-631 du 23 Rajeb 1431 (6 juillet 2010) fixant les valeurs limites de
dégagement, d’émission ou de rejet de polluants dans l’air émanant de sources de
pollution fixes et les modalités de contrôle.

5. Dans le domaine de la gestion des déchets solides

Loi 28-00 : relative a la gestion des déchets solides et a leur élimination

Décret d’application n ° 2-07-253 du 14 rejeb 1429 (18 juillet 2008).

Décret n° 2-09-139 du 25 joumada I 1430 (21 mai 2009) relatif à la gestion des déchets
médicaux et pharmaceutiques.

-32-
Décret n°2-09-538 du 5 Rabii II 1431 (22 mars 2010) fixant les modalités d’élaboration du
plan directeur national de gestion des déchets dangereux

Loi 23-12 modifiant la loi 28-00 relative à la gestion des déchets et à leur élimination 

Décret n°2-14-85 du 28 Rabi I 1436 (20 Janvier 2015)

Loi 77-15  relative à l’interdiction de la fabrication, de l’importation, et l’utilisation de


sacs en matières plastiques 

6. Dans le domaine de l’urbanisme

Dahir n° 1-60-063 du 25/05/1960 (30 hija 1379) relatif au développement des


agglomérations rurales (B.O. 8 juill. 1960) ;

Loi 12-90 relative à l’urbanisme (17 juin 1992).

Décret n°2-92-832 du 27 rebia II 1414 (14 octobre 1993) est celui pris pour l’application
de la loi n°12-90

Décret n°2-13-424 du 24 Mai 2013 portant promulgation du règlement général de


construction fixant les conditions d’octroi des autorisations de construire, de lotir et de
créer des groupes d’habitations et de morceler.

Loi 25-90 relative aux lotissements, groupes d’habitations et morcellements promulguée


par le dahir n°1-92-7 du 15Hijja 1412 (17juin 1992) et son décret d’application.

Décret n°2-13-424 du 24 Mai 2013 portant promulgation du règlement général de


construction fixant les conditions d’octroi des autorisations de construire, de lotir et de
créer des groupes d’habitations et de morceler.

Loi n°66-12 relative au contrôle et à la répression des infractions en matière d’urbanisme


et de construction, elle modifie et complète la loi n°12-90 relative à l’urbanisme.

7. Dans le domaine de l’investissement

Loi-cadre n° 18-95 formant charte de l'investissement ;

Décret n° 2-00-895 du 6 kaada 1421 (31 janvier 2001) de la loi-cadre n° 18-95 formant
charte de l’investissement tel qu’il a été modifié et complété par le décret n°2-04-847 du
8 ramadan 1425 (22 octobre 2004).

Loi 47-18 portant réforme des centres régionaux d’investissement et création des
commissions régionales unifiées d’investissement promulguée par le dahir n°1-19-1du 13
Février 2019.

8. Dans le domaine du travail

Loi 65-99 relative au code du travail et ses textes réglementaires.

Loi n°18-12 relative à la réparation des accidents du travail.

9. Établissements classés insalubres, incommodes ou dangereux

-33-
Le Dahir du 3 chaoual 1332 (25 août 1914) portant réglementation des établissements
insalubres, incommodes ou dangereux

Arrêté viziriel du 22 joumada II 1352 (13 octobre 1993) portant classification des déchets
et fixant la liste des déchets dangereux.

10. Dans le domaine de la gestion des communes

Loi organique n°113-14 relative aux communes relative aux communes.

11. Dans le domaine du transport

Loi n°16-99 relative au transport routier et ses textes d’application.

Loi n°52-05 portant code de la route.

Loi n°116-14 modifiant et complétant la loi n°52-05 relative au Code de la route.

12. Dans le domaine de l’énergie

Arrêté du ministre des travaux publics du 14 avril 1956 portant réglementation sur la
production de l’énergie électrique régissant l’emploi des groupes électrogènes et au
transformateur électrique.

Loi n° 47-09 relative à l'efficacité énergétique.

Loi n° 13-09 relative aux énergies renouvelables, promulguée par Dahir n° 1-10-16 du 26
Safar 1431 (11 février 2010).

Décret n° 2-13-874 du 20 Hija 1435 (15 Octobre 2014) pris pour l’application de
l’application de la loi 47-09.

Loi n°58-15 modifiant et complétant la loi n°13-09 relative aux énergie


renouvelables,

Décret loi n°2-94-503 du 23 septembre 1994 portant modification du Dahir de création de


l'ONE précise, dans son article 2, que l'Office "est habilité à passer, après appel à la
concurrence, des conventions avec des personnes morales de droit privé, pour la
production par ces dernières de l'énergie électrique d'une puissance supérieure à 10
MW".

13. Lois et textes régissant le domaine forestier et les sols

Dahir du 20 Hija 1335 (10 Octobre 1917) sur la conservation et l'exploitation des forêts;

Arrêté viziriel du 04/09/1918 relatif aux mesures à prendre en vue de prévenir les
incendies de forêts,

Cahier des conditions générales du 21/10/1948 concernant l’occupation temporaire du


domaine forestier,

-34-
Dahir du 25 Juillet 1969 sur la défense à la restauration des sols.

14. Dans le domaine d’Hygiène et sécurité

La Loi n°13-83 relative à la répression des fraudes sur les marchandises et ses textes
d’applications.

Dahir n° 1-09-20 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi 25-08
portant création de l’Office National de Sécurité Sanitaire des produits alimentaires
(ONSSA),

Norme marocaine d’Hygiène NM 08.0.00 relative aux principes généraux d’hygiène


alimentaire du 16 Aout 1995,

Norme marocaine sur les principes généraux d’hygiène (NM.08.0.000).

15. Textes régissant les appareils à pression de gaz

Dahir du 22 Juillet 1953 portant règlement sur la fabrication et l’emploi des appareils
à vapeur (AV) et ses arrêtés d’applications.

Dahir du 12 Janvier 1955 (18 Joumada I 1374) (B.O n°2207 du 11 février 1955) portant
règlement sur les APG, complété par le dahir n° 1-62-302 du 22 Chaabane 1382 (18
janvier 1963) (B.O n°2623 du 1er février 1963);

Dahir du 12 Janvier 1955 portant règlement sur la fabrication et l’utilisation des appareils
à gaz (APG) et ses arrêtés d’applications.

Circulaire n° 2456 du 02 décembre 2005 relative aux agréments des organismes de


contrôle réglementaire des appareils à vapeur et à pression de gaz;

Arrêté du sous-secrétaire d’état au commerce et à l’industrie du 11 Avril 1957 relatif aux


appareils extincteurs d’incendie. (B.O n°2323 du 3 mai 1957);

B.O. n° 2571 du 02 février 1962) relatif aux caractéristiques des GPL, modifié et complété
par arrêté de la ministre de l’énergie des mines de l’eau et de l’environnement n°699-09
du 25 mars 2009 (B.O n° 5736 du 21 mai 2009);

Circulaire n° 01-09 du 8 janvier 2009 relative au renforcement du contrôle des appareils à


pression de gaz pétrole liquéfiés (GPL).

Arrêté conjoint du ministre de l’énergie et des mines, du ministre des travaux publics, de
la formation professionnelle et de la formation des cadres et du ministre des transports
n°1263-91 du 9 Choual 1413 (1er Avril 1993) approuvant le règlement général relatif aux
normes de sécurité applicable aux centres emplisseurs, aux dépôts en vrac ou en
bouteilles et aux stockages fixes à usage industriel ou domestique de gaz de pétrole
liquéfiés ainsi qu’aux conditionnement, la manutention, le transport et l’utilisation de ces
produits (B.O n°4201 du 5 mai 1993).

-35-
La société FORTUNE MAROC s'engage à obtenir toutes les autorisations requises pour la
construction, la mise en place et l’exploitation de son projet notamment :

La société FORTUNE MAROC s'engage à respecter toutes les exigences de l’ABH de BC en


vue de valider le système de traitement des eaux usées générées par les activités de son
unité,

Se raccorder au réseau public d’assainissement liquide,


Réaliser la conduite qui reliera le site du projet au réseau publique d’assainissement
liquide,
Respecter les normes de rejets consignées dans la convention de déversement signée
avec LYDEC,
N’effectuer les prélèvements d’eau à partir des eaux souterraines et ne réaliser de bâche
à eau pour accumulation des eaux sans autorisation préalable à obtenir auprès de
l’Agence du Bassin Hydraulique.
Respecter l’avis de l’ONEE – Branche électrique concernant le recul par rapport à la
servitude des lignes électriques,
Fournir au moment opportun à la à la à la Direction Régionale, Energies et Mines de
Casablanca  (DRC):
* Les dossiers techniques des APG et AV
* les certificats des épreuves hydrauliques réglementaires des appareils à pression
délivrés par un organisme agréé par l’Etat
* Le certificat de conformité de l’emplacement des AP délivrée par un organisme agréé
par l’Etat
* L’attestation d’installation des groupes électrogènes délivrée la Direction Electricité
du Département Energies et Mines.
- La société FORTUNE MAROC s’engage également à aménager l’accès au site de l’unité objet
de ce projet,
- La société FORTUNE MAROC s’engage à ne rien construire au niveau et au-dessus de la ZNA
et à laisser le recul exigé aux alentours de cette zone.
La société FORTUNE MAROC s'engage à confier à une société spécialisée et autorisée dans
le traitement des déchets pharmaceutiques et médicaux :

-36-
- les déchets générés par le laboratoire d’analyses et de contrôle de qualité des produits
fabriqués (laboratoire interne),
- les déchets générés par les locaux de l’infirmerie et du médecin de travail.

B. Cadre institutionnel

De nombreuse institutions et départements techniques marocains s’occupent directement


et/ou indirectement de la gestion et de la protection de l’environnement.

Le Ministère de l’Energie, des Mines et de l'environnement est l’institution principale de


coordination.

Le projet relève de plusieurs Ministères et départements ministériels, des établissements


publics assurant d’une manière directe ou indirecte la gestion, la coordination des aspects
environnementaux et la préservation des ressources naturelles et la protection de l’Homme,
notamment :

- Ministère de l’Intérieur;
- Ministère de la Justice;
- Ministère de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’Administration;
- Ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural, de l’Eau et
des Forêts;
- Ministère de la Santé;
- Ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Économie verte et numérique;
- Ministère de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau;
- Ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de
la Politique de la Ville;
- Ministère du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport aérien et de l’Économie sociale;
- Ministère de l’Energie, des Mines et de l’Environnement;
- Ministère du Travail et de l’Insertion professionnelle.

Il existe également des organismes de coordination rattachés aux institutions ministérielles


citées, représentés par :
Le Conseil Supérieur de l’Eau et du Climat et le Conseil National de l’Environnement,
rattachés au Ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement.
Observatoire National de l'Environnement du Maroc
Au niveau régional le projet concerne :
L’Agence urbaine
L’Agence du Bassin Hydraulique du Bouregreg et de la Chaouia.

-37-
La Direction Régionale des Eaux et Forêts (DREF).
L’Observatoire Régional de l’Environnement et de Développement Durable (OREDD).
La Direction Régionale de l’agriculture.
La Commission Régionale Unifiée d’investissement (CRUI)
Les procédures liées à l’investissement sont traitées dans le cadre de la Commission
Régionale Unifiée d’Investissement conformément aux dispositions réglementaires dictées
par la loi 47-18 relative à la réforme des CRI et à la création de la Commission Régionale
Unifiée d’Investissement (CRUI).
La CRUI fusionne et remplace l’ensemble des commissions territoriales existantes liées à
l’investissement. Elle constitue ainsi le cadre unique d’évaluation, d’instruction et de
traitement des dossiers d’investissement y compris pour statuer et donner un avis sur les
demandes d’actes administratifs, d’autorisations nécessaires à la réalisation des projets et
des incitations à l’investissement.
V. Description du projet

1. Situation géographique

Le site du projet s’étale sur une superficie de 5 ha 00 ares 21 ca = 52 100 m 2au niveau du
titre foncier TF : 5151/31 au niveau de la commune de Bouskoura relevant de la province de
Nouaceur. Le tableau ci-après regroupe toutes les informations sur le foncier.

Tableau III: Coordonnées Lambert du site

Nom du Nature et numéro du Superficie


foncier foncier
Privé Hectares Ares Centiares Total en m2
!!!!!!
Titre N°5151/31 05 00 21 52 100
foncier
X Y
287449,44 313336,40
287580,80 313638,88
287712,74 313641,69
287879,78 313645,14

-38-
-39-
Figure : situation géographique de la zone d’étude

-40-
2. Situation urbanistique

Le plan d’aménagement actuel (PA de 1989) couvre prés de 82% du territoire de la


commune d’Ouled Saleh. De part les caractéristiques agricoles de la commune le plan
d‘aménagement a destiné la quasi-totalité du territoire communale en zone RA.
Seul 1,32% du territoire de la commune est destiné aux équipements et à l’industrie. Ce plan
d’aménagement est devenu dépassé du fait :
• Du développement que connait la commune actuellement.
• De l’orientation de l’organisation urbaine du Grand Casablanca.

VI. Présentation de la Société FORTUNE MAROC

La société FORTUNE MAROC est une unité de fabrication agroalimentaire  « les biscuits, le
chocolat et les boissons »

Porté par un projet d’entreprise ambitieux et des ressources humaines mobilisées autour
d’une vision commune, la société consolide son leadership, en poursuivant une politique
d’innovation et une stratégie de croissance entreprenante, dans le sillage de la dynamique
économique nationale impulsée au plus haut niveau. Il investit dans de grands secteurs
stratégiques pour l’essor durable du Maroc et du continent africain.
Le projet que la Société FORTUNE MAROC envisage de créer une unité de fabrication de
confiserie, de biscuits et chocolaterie à la commune des Ouled Saleh, Province de Nouaceur.

1. Investissement prévu

Pour la réalisation de ce projet, la société FORTUNE MAROC investira 100 millions de DH ce


montant prend en compte les différentes phases de réalisation notamment les travaux de
construction et les différents besoins de l’exploitation de l’unité.

2. Composantes du projet

Les différentes composantes du projet sont :

-41-
Tableau IV: Composantes du projet

Etage Composantes

-Guérite,
-Pont à bascule,
-Poste transformateur,
-Chaudière,
-Salle air comprimé,
-Groupe électrogène,
-Station de traitement eau,
- Citerne de Propane : 4,5 m3,
- Bâche à eau 1200 m3,
- Zone déchet non récupérable,
- Quai,
RDC - Administration,
- Parking administration,
- Réfectoire et vestiaires,
- Atelier d'emballage et de conditionnement,
- Atelier de cuisson et mise en forme,
- laverie,
- Atelier moules,
- Atelier maintenance,
- Atelier PR,
- Zone de stockage des MP en vrac,
- Stockage de MP,
- Stockage des A.C,
- Stockage des P.F,
- Entrepôt de stockage,
- Parking semi remorque

- Administration
- Réfectoire et vestiaires,
- Chambre froide,
- Laboratoire,
- Bureau responsable de production et maintenance,
- Salle de réunion,
Mezzanine - Atelier de préparation des PSF Chocolat
- Atelier de pétrissage,
- Atelier de préparation de crème de fourrage,
- Zone tampon de stockage des MP,

-42-
3. Moyens humains

La société FORTUNE MAROC envisage de créer 177emplois directs et permanents, répartis


comme suit :

12 Cadres,
33 Techniciens,
105 Ouvriers,
25 Agents,
2 gardiens.
4. Matières premières

Les matières premières utilisées pour la production au niveau de l’unité de FORTUNE


MAROC sont de deux natures : i) matières premières et ii) additifs.
Les tableaux suivants précisent les quantités nécessaires pour produire 1 tonne de cahque
produit fabriqué :
Chocolat au lait : il contient au minimum, et 25% de matières grasses (beurre de cacao et
matière grasse lactique)

Tableau V : quantité nécessaire pour produire une tonne Chocolat au lait

Quantité
Désignation Unité %
pour1 T
EAU 2350,00 L 23,50%
SUCRE EN POUDRE 2500,00 KG 25,00%
LAIT EN POUDRE 1500,00 KG 15%
Cacao (beurre de caco et matière grasse
3000,00 KG 30%
lactée) 25%
LÉCITHINE 500,00 KG 0,05%
SEL 150 KG 0,15%
TOTAL 1 0000 KG 100,00%
Après cuisson 2 % d’humidité 200 KG

Tableau VI : Quantité nécessaire pour produire une tonne de Végéca Confiserie
Quantité
Désignation Quantité Unité %
pour1 T
SUCRE EN POUDRE 446,00 KG 41,09% 410,95
PALM OIL – ML – (CBS – CBR) 350,00 KG 32,25% 322,49
LACTOSÉRUM EN POUDRE 135,00 KG 12,44% 124,39
POUDRE DE CACAO NATURELLE (10-12% FAT) 65,00 KG 5,99% 59,89
LAIT ÉCRÉMÉ EN POUDRE 50,00 KG 4,61% 46,07

-43-
MASSE DE CACAO (40 – 50% FAT) 24,00 KG 2,21% 22,11
POUDRE DE CACAO ALCALINISEE (10-12% FAT) 10,00 KG 0,92% 9,21
LÉCITHINE 3,50 KG 0,32% 3,22
AROME CHOCOLAT 1,00 KG 0,09% 0,92
SALT – SEL 0,40 KG 0,04% 0,37
ARÔME VANILLE 0,40 KG 0,04% 0,37
TOTAL 1 085,30 KG 100,00% 1 000

Tableau VII : Quantité nécessaire pour produire une tonne de Biscuit Coupé
Quantité
Désignation Quantité Unité %
pour1 T
FARINE DE BLÉ 100,00 KG 55,83% 558,28
EAU 27,00 KG 15,07% 150,74
GRAISSE VÉGÉTALE 21,00 KG 11,72% 117,24
SUCRE EN POUDRE 19,00 KG 10,61% 106,07
LAIT ÉCRÉMÉ EN POUDRE 4,00 KG 2,23% 22,33
SIROP DE GLUCOSE 2,60 KG 1,45% 14,52
SUCRE INVERTI 2,60 KG 1,45% 14,52
AMMONIUM BICARBONATE 1,30 KG 0,73% 7,26
SEL 0,60 KG 0,33% 3,35
SODIUM BICARBONATE 0,50 KG 0,28% 2,79
ARÔME VANILLE 0,20 KG 0,11% 1,12
ARÔME BEURRE 0,20 KG 0,11% 1,12
LECITHIN – LÉCITHINE DE SOJA 0,12 KG 0,07% 0,67
TOTAL 179,12 KG 100,00% 1 000
Après cuisson2,5 % d’humidité 178,62 KG 99,72% 997,21

Matières premières : Farine, Eau, Sel, Sucres (Saccharose et glucose), Lait en poudre,
Graisse et Huiles végétales, Palme, Cacao en poudre et Masse de Cacao, Pâte de noisette
additifs : Lécithine, Arômes alimentaires, levures alimentaires, Bicarbonate d’ammonium,
Vanilline, Bicarbonate de sodium et Pyrophosphate

4.1. Farine :

La farine du froment est la plus utilisée pour la confection des biscuits et des gaufrettes.
Elle doit contenir un gluten qui ne formera pas une structure rigide. On emploie donc des
farines de blé tendre (farine de froment) renfermant le moins de protéines « gluten » de
façon à obtenir des mélanges qui peuvent être travaillés mécaniquement au cours du
processus technologique.
L’utilisation d’une farine à teneur protéique trop élevée provoquerait une résistance trop
forte à la levée de la pâte, ce qui donnerait des pâtisseries et des gâteaux aux alvéoles
(cases) trop serrés, à volume réduit et à texture ferme.

-44-
Tableau VIII : Composition chimique de la farine

Amidon 68 à 72 % Glucides complexes

Gluten 10 à 12 % Protides

Sucre 1à2% Glucides simples

Matières grasses 1,2 à 1,4 % Lipides

0,5 à 0,6 %
Matières minérales

4.2. L’eau H2O

L’eau sert à hydrater la farine, rassembler, coller, gonfler toutes les particules d’amidon qui la
composent .Dès que le gluten est imbibé d’eau, il deviendra élastique et pourra jouer son rôle
agglutinant. On obtient une pâte corsée, souple, homogène et presque imperméable au gaz qui
essaient de la traverser.

4.3. Sel NaCl

Composé essentiellement de chlorure de sodium. Donne du goût, de la saveur, Améliore les


propriétés plastiques des pâtes, Apporte de la ténacité à la pâte, Par temps sec, il contribue à la
fixation de l’eau, Accélère le ramollissement de la croûte, Joue un rôle important dans la conservation
des constituants et protège l’aliment des microorganismes.

4.4. Sucres

4.4.1.Saccharose

Les physiciens vous diront que le sucre, ou saccharose, est une molécule


organique composée de carbone (C), d'hydrogène (H) et d'oxygène (O). Sa formule
chimique brute est C12H22011, avec une masse molaire de 342,30 g/mol.

-45-
Plus précisément, le saccharose est constitué de deux molécules, une de fructose et une de
glucose. Alors, les savants lui ont accordé le nom officiel (et international) de D-
glucopyranosyl-D-fructofuranose. Vous pouvez répéter

Le sucre (saccharose) = C12H22011

4.4.2.Dextrose :

Connu en tant que glucose est un monosaccharide ou sucre simple qui est au moins 20% sucré que le
sucre de canne. Il est complètement dérivé du maїs, et à prix réduit, il ne contient pas de fructose ou
de lactose. C’est une poudre blanche finement cristalline ayant une faible saveur sucrée, elle est
obtenue par hydrolyse enzymatique de l’amidon de maїs purifié et cristallisé.
En biscuiterie, le dextrose permet d’ajouter la coloration des biscuits. Il constitue source de sucres
directement fermentescibles.il améliore la levée, la coloration extérieure et la durée de conservation
des produits.
Il prolonge dans le temps la qualité de fraîcheur des produits finis.

Formule chimique de Dextrose : C₆H₁₂O₆


4.4.3.Glucose : C₆H₁₂O₆

Le glucose est un sucre de formule brute C6H12O6. Le mot « glucose » provient du grec


ancien τὸ γλεῦκος / gleukos qui désignait les vins doux ou liquoreux, 
4.5. Lait en poudre

Lait obtenu par déshydratation du lait cette opération permet d'abaisser ce taux à 3 % et
conserve les protéines, des sels minéraux et les matières grasses du lait.
Lactosérum (poudre) : ou petit lait, est la partie liquide issue de la coagulation du lait, il
provient soit de l’action d’une présure, soit de l’action d’un acide.
Il est également utilisé en industrie pharmaceutique, ou en remplacement d’une partie du
lait dans le chocolat. Il est utilisé dans la biscuiterie pour son rôle protéique.

Tableau IX : Composition d'un lactosérum doux et d'un lactosérum acide (d'après
Sottiez3 1990)
Nature Lactosérum doux Lactosérum acide
(Emmental) (Caséine)
Liquide % 93,5 94
Extrait sec % 6,5 6,00
pH 6,70 4,60
Composition en g/l
Lactose 76,00 74,00

-46-
Protéines 13,50 12,00
Cendres 8,00 12,00
Acide lactique 1,80 1,80
Matière grasse 1,00 0,50
Matière minérale
Ca % 0,60 1,80
P % 0,60 1,50
NaCl 2,50 7,50

4.6. Huiles et graisses alimentaires

Graisse : corps gras se présente à l’état solide à température ordinaire. Le terme


s’oppose aux huiles qui se présentent sous forme liquide.
Formule chimique de la Graisse

Phosphatidylcholine, un phosphoglycéride constituéd'un résidu glycérol (en
noir) estérifié par la phosphocholine (en rouge), l'acide palmitique (en bleu) et l'acide
oléique (en vert).
Palme : le palme brute est le produit végétal le plus riche en carotène, ce qui donne
une teinte jaune orangé à rouge selon sa concentration en caroténoïdes.
La cuisson détruit ces molécules : elles deviennent blanches après avoir bouillie
plusieurs minutes.
Sa richesse en acide gras saturé le rend semi solide à température ambiante. Son point de
fusion se situe entre 35 et 42 ºC.
Industriellement le palme est utilisé en chocolaterie pour recristalliser le chocolat, et le
rendre difficile à fondre.

4.7. Formule chimique de l’huile de Palme

L'huile de palme est considérée comme l'aliment naturel le plus riche en Alpha et β-
carotène : (500 à 700 mg/kg), elle en contient environ 15 fois plus que la carotte.

-47-
Cette particularité a été utilisée pour lutter contre les carences en vitamine des populations
(le β-carotène pouvant se transformer dans le corps en vitamine A)14.
C'est également la deuxième huile la plus riche en vitamine E (tocophérols), après l'huile de
germe de blé.
Tableau X : Principaux acides gras (proportions moyennes)

Famille d'acide
Composé Teneur pour 100 g
gras

Acide laurique (saturé) 0,1 g

Acide myristique (saturé) 1 g

Acide palmitique (saturé) 43,5 g

Acide stéarique (saturé) 4,3 g

Acide érucastique (mono-insaturé) oméga-9 0,1 g

Acide oléique (mono-insaturé) oméga -9 36,6 g

Acide palmitoléique (mono-insaturé) oméga -7 0,3 g

Acide linoléique (poly-insaturé) oméga -6 9,3 g

Acide alpha-linolénique (poly-insaturé) oméga -3 0,2 g

Acides gras trans -

Total acides gras saturés 49,3 g

Total acides gras mono-insaturés 37 g

-48-
Famille d'acide
Composé Teneur pour 100 g
gras

Total acides gras poly-insaturés 9,3 g

Vitamine E 15,94 mg

Vitamine K 8 µg

Sa richesse en acides gras saturés la rend solide et malléable à température ambiante, son


point de fusion se situe entre 35 °C et 42 °C. De ce fait, c’est une graisse végétale (comme
le beurre de cacao) et non une huile.
À l'échelle mondiale, l’huile de palme est principalement utilisée dans l’industrie alimentaire
(près de 70 %), dans l’oléochimie (savon, cosmétiques…) et en tant qu’agrocarburant (plus
de 20 %). En Europe, la moitié des importations d'huile de palme servent à fabriquer les
biocarburants ; en France, cette part est même de 60 %17.
Avec plus de 50 millions de tonnes produites chaque année, c'est l'huile végétale la plus
consommée au monde (35 % de la consommation mondiale en 2017).

Huiles végétales : ces huiles diffèrent selon le végétal d’origine de l’huile, celle-ci
dispose de quantités variables des différents acides gras, répartis eux-mêmes de façons
variable sur la molécule de glycerol (triglycérides) et de différents  constituants mineurs.

4.8. Les huiles de type oléique (C18:1 ω9, ou n-9)

Ex : huile d’olive, huile de prune, huile de noisette.

4.9. Les huiles végétales de type linoléique (C18:2 ω6 ou n-6) : acide gras appartenant à la
famille des Oméga 6.

Une huile de type linoléique est riche en  triglycérides à base d’acide linoléique.
Ex : huile de soja, tournesol, huile de noix, huile de chanvre

Les huiles végétales de type linolénique (C18:3 ω3 ou n-3)  : Cette huile est constituée de
triglycérides à base d’acide linolénique. C’est un acide gras appartenant à la famille des
Oméga 3.

Ex : huile de lin, huile de cameline, huile inca inchi

-49-
4.9.1. Cacao en poudre :

Produit alimentaire obtenu à partir des fèves de cacao du cacaoyer après une série


d'opérations de transformation.
Elle est relativement riche en protéines (en moyenne 22 %) et très riche en fibre alimentaires
(30 %). Elle se distingue parmi les aliments comme étant la meilleure source
de flavanols (épicatéchine, catéchine, proanthocyanidine).

Pâte de cacao :(ou masse de cacao) Obtenue après broyage. Ce produit semi-fini subit un
pressage pour séparer la partie grasse, ou beurre de cacao, de la matière sèche, ou
tourteaux. La poudre de cacao s'obtient en broyant les tourteaux. La poudre de cacao sert à
fabriquer une boisson énergisante, appréciée en hiver, nommée « chocolat chaud », fait
avec du cacao en poudre, du lait et du sucre.
Noisettes : Les noisettes sont composées de 40% de chocolat et 38% de cacao de l’ezu et
des sels minéraux.

4.9.2. Additifs

Lécithine : ou phosphatidylcholine, extraite du jaune d’oeuf : c’est un lipide de la classe


des phosphasylglyceroles, formé à partir d’une choline, d’un phosphate, d’un glycérol et
deux acides gras. Ainsi les lécithines vont adopter diverses couleurs selon cette
composition du jaune pour la lécithine végétale à la brune pour la lécithine de poisson.

Formule chimique de la lécithine

Bicarbonate d’ammonium : se présente sous forme de masse blanche translucide, à forte


d’ammoniac. Au début de la cuisson, il se décompose en produisant du gaz carbonique
servant à la levée de la pâte et l’ammoniac entraînant une caramélisation plus intense des
sucres par la chaleur. Les produits auront une couleur brune plus foncée.
Le bicarbonate d’ammonium est stable et offre les avantages suivants :
Une stabilité à basse température, une force de levée supérieure et une absence de
résidussalins. NH4HCO3 NH3 + CO2 +H2O
Formule chimique de Bicarbonate d’ammonium NH₄HCO₃

Vanilline : est un aldéhyde aromatique naturel qui se développe dans les gousses de
vanille lors de la préparation de celles-ci comme épice.

-50-
Elle est utilisée pour ses propriétés aromatisantes, soit seule soit en tant que
constituant d’un arôme, il ne faut pas abuser dans l’arome car elle possède un goût
amer à haute dose.

Formule chimique de Vanilline : C8H8O3

Arômes alimentaires : Les arômes alimentaires font sont les principaux responsables du
goût des aliments que nous mangeons chaque jour. Pourtant, si leur nature chimique est
évidente, ils sont peu ou mal connus. Ils sont pourtant des acteurs majeurs de la grande
tradition culinaire, et sont également d'une grande importance industrielle et économique.

Bicarbonate de sodium : c’est la substance chimique de levée la plus ancienne et la plus


universelle, cette poudre blanche, cristalline, inodore, à saveur salée, est assez peu
soluble dans l’eau.
Le bicarbonate de sodium soumis à une température (à partir de 20º C) ou mélangé avec
l’acide dans la levure chimique, dégage du dioxyde de carbone, ce qui rend les produits
meilleurs et plus digestibles, il facilite la digestion alimentaire et favorise la levée des pâtes.
Cette substance ne doit jamais être chauffée ou mise en solution préalablement à son
emploi. On l’ajoute en saupoudrage sur les pâtes en cours de pétrissage. En cas
d’apport excessif.
Les produits seront durs, jaunâtres et à saveur amère avec un arrière goût de lessive.
Formule chimique de Bicarbonate de Sodium : NaHCO₃

Pyrophosphate: Il a pour rôle d’accélérer les dégagements de CO2 et augmente les


gonflements en présence de la chaleur et neutraliser le goût amer du bicarbonate développé
à la cuisson.
Formule chimique du Pyrophosphate P₂O₇⁴⁻
Levures alimentaires : Le terme « levure » découle de l'observation des fermentations et
tout particulièrement celle qui a lieu durant la fabrication du pain : on dit communément et
depuis longtemps que le pain lève. Ce n'est pas, à proprement parler, une dénomination
scientifique actuelle. Mais l'importance des levures dans le domaine des fermentations
conduit à conserver ce terme générique qui continue à être correctement perçu.

5. Energie 

Pour sa production l’unité de la société FORTUNE MAROC aura besoin de l’électricité (1200
KVA) et du propane 770 m3/an stocké dans une citerne de 4,5 m3.

6. Procédés de fabrication adoptés

L’unité projetée par la société FORTUNE MAROC fabriquera des biscuits du chocolat , Chips
et des boissons, ci-dessous les descriptions sommaires des lignes de production de ces
produits :

-51-
6.1. Diagramme de fabrication de boisson aromatisée « Mr Frost »

Transfert
Sucre + CMC (Carboxyméthylcellulose)Eau traitée par osmose inversedes arômes vers le laboratoire

des Ingrédients 1& 2du stock vers le laboratoire

Pesage

Pesage
Mélange (homogénéisation)

Bouteilles en plastiques Conditionnement


Traitement thermique
(82°C/ 3min)

Refroidissement rapide

Séchage

Stockage

Ingrédient 1 : Sorbate de potassium


Ingrédient 2 : Acide citrique Emballage/Expédition

6.2. Diagramme de fabrication de biscuit

Sucre
Sucre
Farine de forment
Lactosérum
Pate de Pate Huile végétale
Arome Chocolat biscuitière
Lécithine
Lécithine Sirop de glucose
Graisse végétale Mélange des Lactosérum
Pétrissage
ingrédients
Lait en poudre
Arome vanilline
Poudre de cacao -52- Sel
Façonnage
Conchage
Cuisson

Injection chocolat
Roulage de la
gaufrette
Découpage

Ressuyage

Triage

Conditionnement

Emballage/Expédition

6.3. Diagramme de fabrication de mais soufflé

Mais

Huile végétale
Mélange des ingrédients
Eau

Ext
rus
ion
Huile végétale

Sel Cuisson
-53- et
Arome séchag
e
Aro
Mélang
mati
e de
satio
l'arome
n
Condi
tionne
ment

Emballage
et
expéditio
n

6.3.1. Diagramme de fabrication de chocolat

Sucre

Lactosérum Malaxage du
mélange
Arome

Lécithine
Conchage
Graisse végétale

Lait en poudre Moulage

Injection chocolat
-54-
Découpage
Ressuyage

Triage

Conditionnement

Emballage/Expédition

6.3.2. Ligne de production du chocolat :

La ligne et composée par la Ligne de Production de Chocolat, par une Tempéreuse et par
la Ligne de Moulage pour tablettes de chocolat. La ligne de chocolat est complètement
automatisée avec contrôle des recettes au moyen de PC industriel.
Elle est équipée par un fondoir graisses divisé en deux parties pour masse de cacao et
beurre de cacao, deux pompes à graisse, deux tuyauteries technologiques à graisse, trois
alimentateurs poudres pour lait, cacao et sucre en poudre, un mélangeur, une pompe de
recyclage, un moulin à billes et deux tanks de stockage en connexion avec la ligne de
moulage.
Le chocolat envoyé à un petit tank est tempéré et ensuite envoyé à la pour obtenir les
coquilles et les fonds des bonbons.
La deuxième doseuse fournit la crème de fourrage et deux distributeurs fournissent la
noisette pour le fourrage de bonbons et tablettes de chocolat.
Un ascenseur augmente la permanence à l'intérieur du tunnel à 30 minutes.
La ligne se termine avec un système Automatique de démoulage sur plaques.
Les lignes sont complétées avec des machines d'emballage en style «flow-pack»,
«portefeuille», «papillote» et «double papillote».

-55-
Figure 5 : la ligne de production du chocolat.

6.3.3. Composition du chocolat :

Figure 8 : composition du chocolat.


6.3.4. Ligne de production des biscuits

Les biscuits fabriqués par l’unité de la Société FORTUNE MAROC sont composés

-56-
essentiellement de farine, de graisses, de sucres et d’agents levants et fabriqué sous
différents formes, l’infinie variété des biscuits et gâteaux est le fruit des savoir-faire les plus
divers, puisés dans la tradition culinaire familiale, faisant preuve d’un incessant
nouvellement d’imagination pour s’adapter aux attentes des consommateurs.
Les produits se présentent essentiellement sous forme de produits : Biscuits sucrés, salés,
produits secs, produits à humidité intermédiaire et produits humides.
Le diagramme de fabrication comporte les étapes suivantes :
Arrivée matières premières
La matière première (farine, sucre, matières grasses, œuf, beurre) est sélectionnée, et
contrôlée rigoureusement.
Stockage
Elle est ensuite stockée à l’abri et sur un plancher étanche et imperméables dans des
conditions (à température ambiante ou réfrigérée) qui permettent d’en préserver les
qualités.
Préparation de la pâte
A chaque recette, un dosage et un pesage rigoureux. Un tableau de commande permet de
visualiser les quantités nécessaires.
Pétrissage
Une fois pesés, les ingrédients sont acheminés dans des pétrins d’une contenance de 300 à
600 kilos. Ces ingrédients sont pétris de 5 à 40 min environ selon les recettes.
Stockage de la pâte
La pâte est transférée dans une cuve pour un repos de durée variable permettant la
fermentation par la levure : levée de la pâte durée variable permettant la fermentation par
la levure : levée de la pâte.
Façonnage
Après pétrissage et repos, et selon le type de pâte (dure ou sablée) la pâte est alors
façonnée et détaillée en portion individuelle selon la forme bien connue des
consommateurs.- la pâte des biscuits à pâte dure passe sur un tapis roulant entre deux gros
rouleaux et est ensuite découpée automatiquement.- dans le cas des pâtes sablées, la mise
en forme est réalisée par une rotative où le dessin du biscuit est gravé au creux dans un
cylindre.
Fourrage (fruits-chocolat)

-57-
Certains produits peuvent être fourrés avant cuisson (tartelettes aux fruits), d'autres après
cuisson (mini pâtisseries fourrées).
Cuisson
La cuisson est l'étape la plus spectaculaire de la fabrication. Les produits crus rentrent dans
un four en forme de tunnel assure la cuisson à plus de 200°C pouvant atteindre 100 mètres
de long et ressortent par milliers, tout dorés à l'autre extrémité. Les temps de cuisson
varient de 3 min pour les biscuits secs à plus de 45 min pour les pâtisseries familiales
moelleuses.
Refroidissement :
Les biscuits sont ensuite refroidis avant de recevoir un décor, un enrobage ou un fourrage si
la recette l’exige.
Contrôle de qualité :
Afin de garantir la qualité des produits, la Société FORTUNE MAROC réalise
systématiquement des contrôles de ses fournisseurs : un contrôle de conformité est effectué
à chaque livraison sur les matières premières.
Les analyses portant sur les aspects microbiologiques, organoleptiques et biochimiques sont
effectués par le laboratoire qui sera in situ.
Conditionnement et stockage
Pour préserver la qualité des biscuits, l’emballage se fait en continu grâce à des machines
automatisées, qui assurent également la pesée et le décompte des paquets. Ceux-ci sont
regroupés dans des cartons réunis sur des palettes et destinés au stockage ou à la livraison.
On identifie jusqu'à trois niveaux de conditionnement :
- Le conditionnement primaire : correspond à ce qui contient directement le produit.
- Le conditionnement secondaire : comprend tout ce qui protège le conditionnement
primaire et est jeté lorsque le produit est utilisé, exemple carton. Cas par exemple de
barquette ou casier.
- Le conditionnement d'expédition enfin, c’est l'emballage nécessaire au stockage, à
l'identification, et au transport.
La durée de conservation du biscuit varie selon sa composition, elle peut aller jusqu’à 10
mois.

Préparation de la pate

-58-
Pétrissage Façonnage

Emballage Contrôle de qualité


Cuisson

Stockage
Expédition

6.4. Méthode de stockage

Les matières premières et les produits finis sont stockés emballés dans des cartons étiquetés
et scellés à l’abri dans des endroits aérés sécurisés contre les rats et les contaminations pour

-59-
assurer une bonne qualité hygiénique des produits.
Toutes les marchandises (matières premières et produits finis) sont toujours clairement
identifiées.
Les produits ne sont pas stockés contre un mur, un espace d’au moins 60 cm entre le mur et
les stocks est respecté. Cela permet de nettoyer aisément derrière les palettes et d’inspecter
quant à la présence d’animaux nuisibles.
Un programme de lutte contre les nuisible est mis en place par un prestataire
Les produits ne sont jamais exposés à la lumière directe du soleil.
La gestion du stock est faite de façon à pouvoir garantir le fait que les matériaux et les
produits sont utilisés dans le bon ordre (First In First Out) et dans le respect des durées de
vie.
Les produits non conformes ou retournés, sont clairement identifiés et sont dans une zone
distincte jusqu'à ce qu’ils aient été évalués par les spécialistes expérimentés désignées.

6.4.1. Quantité des produits primaires stockés

-Farine – Sucre – Huiles végétales – Cacao en poudre – Masse de cacao – Lait en poudre
– glucose – Lécithine de soja – Pâte de noisette – Arômes alimentaires –levures
alimentaires.
………………………….. tonnes renouvelables au fur et à mesure de la production.

Tableau : Quantités stockées

Produit Quantité en Kg

Sucre 7200

Huile 12000

Graisse végétale 120000

Perméat de lait 6300

Lait en poudre 10400

Farine 9000

Sirop de glucose 35100

Poudre de Cacao 18000

Lécithine de Soja 1200

-60-
Sorbitol 5300

Malt dextrine 2600

Poudre de Cacao 50000

Amidon 1200

Bicarbonate de
900
Sodium

Carbonate de Calcium 1700

Mais 40000

CMC 1000

AcideCitrique 1400

Sorbate de Potassium 800

Arômes 16000

Colorants 50

Carton d'emballage 300000

Bobine d'emballage 90000

Boite d'emballage 1500000

6.4.2. Quantité des produits fabriqués stockés

100 tonnes
35 tonne par jour
Boissons : 4000 litres
La capacité de stockage de l’unité est de 5 fois la quantité produite.

6.5. Contrôle de qualité

En première approche, la qualité pourrait être définie comme l’aptitude à satisfaire le


consommateur sans oublier la préservation de sa santé et son environnement, c’est à dire
répondre à ses exigences liées au goût, à l’utilisation du produit, à la qualité
bactériologique, et à ses besoins exprimés et inexprimés devra surveiller et maitriser les

-61-
conditions de stockage. Pour les autres critères (le taux de matières grasses, taux
d’humidité), il sera équipé par un laboratoire qui assurera le contrôle de qualité et de
sécurité alimentaire.

6.6. Contrôle de la qualité de la matière première :

Pour faciliter le travail, chaque produit a une fiche de contrôle caractérisée par les
informations suivantes :

Le poids
la date de fabrication et d’expiration
le numéro de lot
le numéro du bon livraison
la température de conservation

Tableau XI : Contrôle qualité du procédé de fabrication

Etape Danger Mesures préventives

Contamination croisée S’assurer que les produits sont bien


de la matière disposés dans le camion avant le transport.
première: camion non-
conforme (fuite
d’huiles).
Réception
Réception de
Contrôle systématique des produits et tenue
produit non
d’un cahier de surveillance.
conforme.
Développement de
microorganisme
pathogène.
Etablir une liste de fournisseurs agréés et
Présence d’éléments
autorisés et exiger un certificat de
étrangers dans les
conformité
matières premières.

Cas où la température, Contrôle de la température, pression,


l’humidité, la pression l’humidité.
sont non contrôlées.
Stockage des Présence de rongeurs et Plan de système 3D : Dératisation et pièges
matières développement de aux rongeurs, Désinfection, Désinsectisation
premières microorganismes par l’utilisation des produits homologués par
pathogènes le Ministère de la santé
Mettre des portoirs en bois pour éviter tout
contact des matières premières au sol.

-62-
Corps étrangers dans les bien refermer les sacs après utilisation.
ingrédients (sans
couverture).
Compartimenter : ne pas laisser les
Résidus de produits ingrédients à portée de nettoyage
d’entretien. mettre les produits d’entretien loin des
produits alimentaires et matières premières
Utiliser des produits d’entretien homologués
par le Ministère de la santé
Pétrissage Risque de Sensibiliser les personnels aux règles
(personnel) contamination de la d’hygiènes.
pate par le personnel. Port de gants.
Contamination par le
plan de travail. Tenue d’un cahier de nettoyage.
Pétrissage
(équipements et Application d’un programme de nettoyage
Contamination par des
locaux) des équipements.
insectes.
Contamination par des
Pate hors porté des produis chimiques
produits
chimiques.
Contamination par la Tenue de cahier de nettoyage ;
Stockage de la cuve, personnel
pâte (développement de
microorganismes)
Façonnage Idem que pétrissage Idem que pétrissage

Tenue d’un cahier de contrôle de


Cas de mauvais
température ;
Cuisson contrôle de la
Contrôle visuelle, auto régulation ;
température
Utiliser de four munis de ventilateur.
Refroidissement Une diminution trop Disposer d’une surface de ressuage plus
lente de la grande et utiliser un système de ventilation.
température
(développement de
microorganismes) et
présence d’insectes.
Triage Contamination par le Sensibiliser les personnels aux règles
personnel d’hygiènes
Conditionne Contamination par le Sensibiliser les fournisseurs des bancs aux
ment personnel pendant la exigences des normes.
pesée
(bacs non-conformes).
Altération du produit Utiliser des bacs hermétiquement fermés.
fini (gâteau) par excès
d’humidité.

Le poids de 4 biscuits secs est24g.


Le poids des blocs de gaufrettes constitués de 4 feuilles est 640g.

-63-
Les contrôles porteront sur :

6.7. Aspect organoleptique

Le biscuit ne doit pas être trop sucré, ni trop salé. Il ne doit pas avoir le gout de cuisson. Il
doit être croustillant.

6.8. Analyses physicochimiques qui seront effectuées au sein de la l’unité

Test d’humidité : L’humidité d’une matière englobe toutes les substances qui s’évaporent
par chauffage en entraînant une perte de poids de l’échantillon. La perte de poids est
mesurée par une balance et interprétée comme taux d’humidité. Par conséquent, cette
notion d'humidité concerne outre l'eau, d'autres pertes de masses comme les graisses,
huiles, composants aromatiques et produits de décomposition et de combustionévaporés.

Principe

Ce procédé repose sur l’absorption des micro-ondes par les molécules d’eau de
l’échantillon. Cette absorption dégage de la chaleur qui évapore les composants volatils.
La grandeur mesurée ici est également la totalité des composants volatils. Elle est
déterminée par pesage, avant et après séchage. C’est une mesure de mesure rapide et qui
permet d’utiliser de grandes quantité, mais, on risque d’avoir une décomposition de
l’échantillon « problématique pour les substances contenant peu d’humidité ».

6.9. Test d’acidité

Il est effectué pour les matières premières comme : huile de soja, huile de palme et la
margarine.

Principe

L'acidité est le degré ou le pourcentage d'acide gras libre exprimé conventionnellement


en acide oléique. Son principe est basé sur la mise en solution d'une quantité de matière
grasse dans de l'éthanol chaud, puis titrage des acides gras libres avec une solution
aqueuse d'hydroxyde de sodium ou de potassium en présence d'un indicateur coloré
phénolphtaléine et cela, selon la réaction suivante:

R-COOH + NaOH R-COONa +H2O


Acide gras hydroxyde savon eau

-64-
6.10. Test de pH

Cette analyse est applicable pour la poudre et la pate dure. Le pH mesure l’acidité ou la
basicité d’une solution aqueuse. Elle se fait par le pesage de 10 g de produit à analyser et
90 ml d’eau distillée, l’agitation du mélange produit-eau distillée dans un mixeur puis le
mesure du pH.

6.11. Analyses biologiques

6.12. Contrôle biochimique

Il s’agit de garantir l’absence de dans les biscuits de certains constituants ou d’en vérifier la
teneur qui doit rester inférieure à un seuil de tolérance. Cela concerne en particulier les
toxines, les hormones, les antibiotiques, les pesticides et autres constituants pouvant
porter atteinte à la santé de certaines personnes comme par exemple le gluten et les
allergènes.

6.13. Contrôle microbiologique

Recherche et dénombrement des micro-organismes capable d’altérer la qualité marchande


des biscuits potentiellement pathogènes pour l’Homme.

VII. Justification du projet

Les principaux objectifs de la création de l’unité de FORTUNE MAROC est la fabrication du


biscuit, du chocolat et de la confiserie qui sont des aliments énergétiques qui peuvent se
conserver longuement ; Le marché de ses produits est très compétitif. La consommation de
biscuits est déjà importante au Maroc.
La consommation de biscuits et chocolat au Maroc ne dépasse pas 2 kg et 1 kg
respectivement par habitant.
La consommation marocaine de confiserie est estimée à 42.000 tonnes annuellement soit
1,2 kg par habitant et par an. Une consommation faible mais qui progresse régulièrement en
volume. “Ce qui est significatif d’une orientation du marché vers des produits à bas prix”.

-65-
Selon les experts, les facteurs prix et pouvoir d’achat sont les deux éléments prédominants
pour cette filière. L’arrivée de produits étrangers à plus faible prix a enclenché un processus
de réduction des prix au kilogramme ce qui a contraint les industriels à revoir leurs gammes.
Ces derniers ont réussi à tenir leur marché, à proposer de nouveaux produits et même pour
certains à exporter sur les marchés européens et autres.
Les entreprises de confiserie et chocolaterie enquêtées ont amélioré régulièrement leur
chiffre d’affaires, leurs ventes et leurs effectifs (sans tenir compte des emplois intérimaires).
Il en est de même des capacités de production qui se sont accrues avec la mise en place par
une chocolaterie d’une ligne de production confiserie ultramoderne.
Des données qui “témoignent d’une filière en plein développement qui a su anticiper les
effets de la libéralisation des échanges”.
De même, prendre en compte les besoins des consommateurs pour adapter rapidement leur
production et leur mode de commercialisation.
Tous ces avantages ont été à la base de la création de cette unité de confiserie, biscuiterie et
chocolaterie par la Société FORTUNE MAROC .

Ainsi, pour répondre aux attentes du marché, la Société FORTUNE MAROC projette de
créer cette unité à Bouskoura toute proche de Casablanca, et placé au centre de la Région
Casablanca- Settat, grand marché potentiel de ce type de productions agro-industrielles

VIII. Horizon temporel du projet

L’étude d’impact sur l’environnement objet de ce rapport montre que la réalisation de ce


projet de l’unité industrielle de confiserie, biscuiterie et chocolaterie,par la Société FORTUNE
MAROC nécessitera trois phases qui sont comme suit :

1. Phase de construction de l’unité et d’installation des équipements

Une fois le projet sera autorisé, le pétitionnaire procédera à une phase d’aménagement du
site par la mise en place du chantier des travaux puis l’excavation des sols puis la
construction de l’unité suivie de la mise en place et les installations des équipements
nécessaires au fonctionnement de l’unité, cette phase s’étalera à une durée de 12 mois.

-66-
2. Phase d’exploitation :

C’est la phase couvre la période de démarrage des activités puis au recrutement du


personnel et au début de la production et elle s’étale sur toute la période de l’existence de
l’unité. Elle se manifeste par toute l’activité de présence des employés de la société, par la
réception des matières premières par leur traitement et par l’expédition des produits finis
vers les clients et par la naissance d’une vie au niveau du site du projet contribuant au
promouvoir le secteur des biscuits.

3. Phase de démantèlement :

Cette phase correspond à la fin de vie du projet. Mais la raison d’être du projet actuel et la
volonté du pétitionnaire ne laissent présager d’aucun abandon du site à court ou moyen
terme.

L’étude d’impact sur l’environnement traitera l’ensemble des impacts positifs et négatifs du
projet sur l’environnement durant ces différentes phases, et présentera les mesures
nécessaires afin de supprimer, d’atténuer et/ou de compenser les impacts négatifs qui sont
résiduels malgré les efforts déployés pour les atténuer.

Par conséquent, toutes les dispositions seront prises pour une réalisation de ce projet dans
des conditions optimales, en matière de sécurité des ouvriers, de respect de
l’environnement biophysique et de respect du planning des travaux.

-67-
Années 2020 2021 2022 ….. n
T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4
Phases
Autorisations
administratives
Obtention des autorisations
et phase de construction et
de mise en place des
équipements
Phase d’exploitation
Phase d’extension Non prévue
Phase de démantèlement À réaliser selon les normes définies en respectant les textes régissant, l’environnement et l’urbanisme
La réalisation de l’unité industrielle de confiserie, biscuiterie et chocolaterie se fera selon le planning ci-après :

Tableau XII: Planning prévisionnel de la réalisation du projet

Tn : Trimestre de l’année

-68-
-69-
IX. Périmètre de l’étude

Le périmètre de l’étude ou l’aire d’étude représente l’aire dans laquelle se produiront les
principaux impacts générés par le projet. Sa délimitation tient compte des différents impacts
directs ou indirects susceptibles d’atteindre l’environnement du site. Les limites sont prises
avec une marge suffisante, pour s’assurer que tous les éléments environnementaux du
milieu touchés par les impacts seront inclus dans le périmètre délimité.

Ce périmètre est pris en compte en fonction de la chronologie des activités liées au projet, et
c’est ce qu’on appelle l’horizon temporel et notamment lesphases du projet présentés au
niveau du planning prévisionnel des travaux.

L’aire d’étude a été définie, selon le principe de proportionnalité et de précaution, afin de


prendre en compte les impacts directs et indirects de l’exploitation du site du projet, sur le
paysage et l’environnement (physique, naturel et humain).
Afin de s’assurer que l’insertion du projet n’induira pas d’impacts significatifs sur
l’environnement, la zone d’influence est définie de manière à englober les composantes
sensibles du milieu naturel qui pourraient subir directement ou indirectement les effets de
l’exploitation du projet. La zone d’influence comprend à la fois le milieu biologique et le
milieu physique environnants de la zone d’étude, et l’aire d’étude d’un rayon de 500 m de
part et d’autre du site du projet à l’intérieur de cette zone.

Aire d’étude éloignée

Les données recueillies sur le milieu socio-économique couvrent à la fois la dimension


régionale et la dimension locale. Il s’agit de la région de Casablanca Settat.

L’étendue du périmètre doit englober l’espace restreint (le site de l’unité), l’espace
d’influence (les milieux récepteurs) et l’espace étendu et qui dépend à la fois de l’élément de
l’environnement affecté et des impacts identifiés, basé d’une part sur la description du
milieu biophysique et humain et d’autre part de la qualité de l’environnement de la zone du
projet.

Dans le cas de ce projet, les impacts restent limités à l’espace occupé par le site du projet.
Ces impacts ne dépasseront pas l’étendue de l’espace prévu pour l’installation de l’unité et

-70-
le réseau routier desservant le site car l’unité nécessitera un approvisionnement par les
matières premières et les expéditions des biscuits et chocolats. La venue du personnel au
site et leur présence impacteront et le réseau routier et le site lui-même. Par conséquent, le
périmètre de l’étude touchera tous les éléments impactés par les activités liées à l’unité.

Le périmètre global de l’étude correspondra à l’enceinte du projet, aux voisinages et à l’axe


routier emprunté par les moyens de transports des matières premières et produits finis, et
du personnel dans un rayon ne dépassant pas les 300 m.

-71-
Figure 5 : Localisation par satellite du site de l'unité projetée par la société FORTUNE MAROC

-72-
Figure 6 : Localisation géographique du site de l'unité projetée par la société FORTUNE MAROC

-73-
Figure 7 : Périmètre d'étude

-74-
Site du projet
Site du projet

Accès au site

Voisinage du site

Photos de site du projet


X. Description et analyse de l’état initial de l’environnement

L’objectif de ce chapitre est de cerner les éléments du milieu, tant biophysiques qu’humains,
qui pourraient nous indiquer les secteurs problématiques ou sensibles lors de la réalisation
du projet.
La description du milieu vise à comprendre comment les différentes composantes de
l’environnement s’agencent et quelle est leur importance relative à l’intérieur de la zone
d’étude. Elle comprend une description des composantes environnementales les plus
importants pour la bonne évaluation des répercussions du projet.
Dans ce chapitre nous présentons une description de l’état initial de l’environnement
biologique, humain, physique, et socio-économique de la zone d’études pour mettre en
évidence les caractéristiques sensibles de cet environnement.
Afin de situer le projet dans son contexte régional puis local, une attention particulière est
accordée à la caractérisation des composantes environnementales naturelles et humaines
existantes au niveau de la Province de Nouaceur et de la commune de Bouskoura dont
dépend administrativement le site du projet.

1. Situation administrative et géographique

Administrativement, la commune des Ouled Saleh relève de la Province de Nouaceur dans la


région de Casablanca-Settat, elle est limitée au nord par la municipalité de Bouskoura, à l'est
par l'autoroute et la voie de chemin de fer. Elle est partagée en deux parties par la voie de
chemin de fer, nord et sud
Figure 8: Situation administrative de la commune des Ouled Saleh(Monographie régionale, 2015)
Figure9: Emplacement de la commune des Ouled Saleh

-78-
1. Contexte climatique

La zone d’étude est caractérisée par un climat semi-aride sous l’influence tempérée et
humide due à la proximité de l’océan atlantique, et marquée aussi par une
est , 400mm/an à Bouskoura et 392mm/an à Nouaceur et ce pour les dernières cinq années
(Figure 11).
- Les variabilité importante des précipitations.
La pluviométrie moyenne annuelle de la zone où s’encarte le projet biscuiterie objet de
l’étude températures moyennes annuelles des deux stations de la zone d’étude sont de et
17,4 pour Nouaceur et Bouskoura (fig
Ces valeurs moyennes sont en général très stables lorsqu’elles sont établies pour des
longues périodes, qu’elles soient anciennes ou récentes.
le climat de la zone du projet apparaît comme modérément tempéré par les alizés avec une
température moyenne variant entre 23°C et 11°C à Nouaceur et Bouskoura. Les mois les plus
froids sont les mois de décembre, janvier et février, le climat devient relativement chaud en
Juillet et Août.

1.1. Climagramme d’Emberger

Le climagramme d’Emberger avec un quotient pluviothermique (Q2) est égal à 95,42 ; la


province de Nouaceur se place dans l’étage bioclimatique méditerranéen semi-aride à
variante chaude.
La combinaison des 3 principaux facteurs du climat, positionnent la commune de Bouskoura
dans le climagramme pluviothermique d'EMBERGER, ainsi, le climat de la commune de
Bouskoura est classé comme étant un climat semi-aride chaud.
2000 × P
Quotient pluviothermique Q 2= Q 2=59.27
M 2−m 2

P : Précipitations annuelles en mm


M : Température du mois plus chaud en Kelvin
m: Température du mois plus froid en Kelvin

-79-
Ouled saleh

Figure10 : Positionnement de la commune de Ouled Saleh sur le climagramme


pluviothermique d'EMBERGER

1.2. Vents

Les vents les plus fréquents (fig. 17) au niveau de la région sont d’origine océanique c’est-à-
dire en provenance du Nord-Nord-Ouest et du Nord (Gharbi). Les vents soufflent également
du NNE à NE. En été, un vent chaud et sec (Chergui) vient de l’Est et du Sud-Est et augmente
l’effet d’évaporation et a un effet très desséchant, surtout sur les cultures de printemps. Ces
vents sifflent avec des vitesses maximas moyennes de 10 à 15 km/h, exceptionnellement
peuvent atteindre des vitesses de 40 à 50 Km/h.

-80-
Figure 11 : Distribution des directions des vents au niveau de la Province de Nouaceur
(à droite) et de la commune de Bouskoura (à gauche)

1.3. Géologie

Le site du projet FORTUNE MAROC est à cheval entre la plaine de Berrechid et la Môle
côtière qui englobe le bassin versant de Bouskoura (Figure). Les limites de la plaine de
Berrechid sensu stricto sont assez nettement définies et contribuent à lui donner son
originalité propre. Ce sont au SE, le plateau de Settat avec sa falaise ; au NE, la vallée de
l'oued Mellah, très fortement encaissée ; au SW, la pénéplaine primaire de Souk-Jemaa,
infertile et parsemée de nombreuses Dayet ; enfin au NW, le
Sahel côtier au relief dunaire qui constitue le débouché aval de la plaine vers l’Océan. C’est
pour cette raison que la zone côtière comprise entre Médiouna et Mohammedia qui
s'intègre dans la Basse- Chaouia est adjointe à la plaine de Berrechid mais faisant partie du
Môle côtier.
A l'intérieur de ces limites, la plaine de Berrechid forme grossièrement un secteur elliptique
dont le grand axe est orienté sensiblement SW-NE. Sa topographie est très calme et
l'altitude varie très régulièrement du S vers le N, entre 350 m et 140 m environ. L'altitude du
Sahel côtier se situe entre 140 m et 0 (Figure 18).

Figure : Situation géologique du secteur d’étude (D’après Lyazidi, 2003)

Géologiquement, le secteur de notre étude, s'inscrit dans la Meseta (fig.) appartenant au


domaine hercynien. La Meseta est divisée en plusieurs sous-domaines structuraux en
fonction du type de déformation, cassante à l'Ouest et ductile à l'Est. C'est ainsi que l'on

-81-
rencontre de l'Ouest en Est : môle côtier, Meseta moyenne, centrale et orientale. La plaine
de Berrechid est située entre le môle côtier et la Mesetamoyenne.
Sur le plan géologique, la plaine de Berrechid est une zone tabulaire constituée
essentiellement de formations de l’Eocène (terrains phosphatés) et de ceux du Crétacé
(marnes jaunes, marno-calcaire et dalles calcaire) qui génère certains problèmes
d’érodabilité. La zone de transition entre la plaine de Berrechid et le plateau de Benahmed
est une zone tabulaire de marnes blanches et jaunes (marno – calcaires) en plaquette et
calcaires intercalaires appartenant au Quaternaire ainsi que du Dévonien moyen schisteux
et des lentilles calcaires. Le môle côtier est constitué entièrement de formations
paléozoïques essentiellement des schistes et quartzites.

-82-
Figure: Géologie de la région d’étude (d’après la carte géologique au 1/1000 000 du Maroc)

De bas en haut de l'échelle stratigraphique, on rencontre les formations suivantes (Fig. 19) :

Les traits majeurs de la géologie de la région sont décrits par Gigout (1951). Des études
ultérieures (Des tombes & Jeannette, 1966) ont surtout apporté des précisions sur divers
aspects plus ponctuels de la région lors de l'établissement des cartes géotechnique et
hydrogéologique de la région de Casablanca.

La zone d’étude fait partie de la région Ouest de la Meseta côtière marocaine caractérisée
par une structure géologique subtabulaire à formations d’âges secondaire, tertiaire et
quaternaire (Limons continentaux) succédant à un socle primaire plissé. Ces formations,
discordantes et constituant une couverture perméable, correspondent à des dépôts
quartzitiques du cambro-ordovicien, pélitico-basaltiques du permo-trias, marno-calcaires du
crétacé et gréso-calcaires du plio-quaternaire. Le socle paléozoïque, imperméable, plissé et
tectonisé, est de nature schisteuse d’âge cambrien (Khatami 1992).

Figure 12 : stratigraphie de la zone d'étude(ElMansouri, 1993)

 Le Paléozoïque

-83-
Il affleure en divers points : dans la région de Casablanca à I'W et en bordure, à I'E de la
plaine de Berrechid. De la base au sommet, la série est constituée par : des schistes verts
acadiens entre Médiouna et Bouskoura, cette formation quelques fois micacée est
surmontée de quartzites d'El-Hank (Ruhard, 1975) et des schistes ordoviciens.

Le Silurien et le Dévonien sont représentés par des schistes intercalés de niveaux plus
gréseux (quartzites) qui apparaissent sous l'aspect de rochers très caractéristiques dans le
Paysage, appelés "les Sokhrates" (Bolelli & Nérat De Lesguisé, 1952 ; Destombes &
Jeannette, 1966). La série renferme quelques passées de calcares dolomitiques.

 Le Mésozoïque
Les terrains recouvrant en discordance les séries paléozoïques sont considérées du Permien
et du Trias, la similitude entre les dépôts rend généralement leur distinction délicate sinon
impossible, c'est pourquoi, ils sont regroupés.

 Le Permo-Trias
Les formations du Permo-Trias sont conservées dans des dépressions assimilées à des
synclinaux (Lecointre, 1935, in Destombes & Jeannette, 1966) : Synclinal de Berrechid-
Elgara, de Médiouna- Sidi Larbi et de Mohammedia. La série est surtout évaporitique, très
puissante (plus de 200 m) ; (Salvan, 1974) et constituée de bas en haut par :

un terme pélitique inférieur de puissance d'environs 400 rn et un terme salifère inférieur à


niveaux potassiques de 450 m à 470 m d'épaisseur.

une intercalation basaltique de 135 m à 140 m.

un terme pélitique supérieur de 145 m à 170 m et un terme salifère supérieur de 35 m à 250


m (Destombes & Jeannette, 1966).

Cette série peut contenir un conglomérat de base attribué au Permien (Destombes &
Jeannette, 1966).

La formation triasique affleure en bordure de la plaine, surtout dans le NE (bassin triasique


d'Elgara), dans la vallée d'Oued Mellah. Les meilleurs affleurements étant sur la rive gauche
d'Oued Nefifikh.

La limite entre le Permien et le Trias n'a pas été clairement définie, mais les découvertes
paléontologiques dans les faciès les plus divers indiquent que ces formations sont
essentiellement du Trias (Muschelkalk supérieur ou Keuper) ; (Owodenko, 1946 ; Dutuit,
1964).

 L'lnfra-Cénomanien
Au-dessus des formations précédemment décrites, celles de l'lnfra-Cénomanien sont ainsi
constituées par des formations rougeâtres, riches en gypse, avec quelques niveaux
conglomératiques ; par conséquent, il est difficile de les séparer rigoureusement de celles du

-84-
Trias autrement que par des méthodes très lourdes (Analyse minéralogique au rayons X)
(Ruhard, 1975).

 Le Cénomanien
Les formations cénomaniennes comprennent des sables, des grés tendres et des argiles
sableuses surmontées par des calcaires dolomitiques finement interstratifiés, des marnes
jaunâtres ou des argiles marneuses vertes ou bariolées (Ruhard, 1975). Cette dernière
constitue l'essentiel du Plateau des Phosphates.

 Le Cénozoïque
 Le Miocène.
Dans la Meseta côtière, à l'Est de Casablanca, les dépôts miocènes ne sont conservés que
sous forme de minces placages que l'érosion a conservés dans des zones très réduites, les
lignes de rivage du Miocène sont difficiles à reconstituer.

 Le Pliocène.
Les formations pliocènes marines sont transgressives sur une surface pénéplanée
(transgression d'origine atlantique d'âge Maghrébin (Destombes & Jeannette, 1966)). Dans la
mer, se sont déposés des calcaires bioclastiques et lumachelliques peu épais qu'on
rencontre dans la région de Ben Slimane. La mer y a déposé également une mince dalle
calcaire discontinue. De nombreuses dépressions appelées daya sont installées dans la dalle
calcaire et rappellent les dolines souvent associées à des formes karstiques. La régression de
la mer pliocène est marquée par l'édification de cordons dunaires parallèles au rivage.

 Le Quaternaire
Durant le Quaternaire, la région a été le siège de pulsations marines (régressions et
transgressions). Chacune de ces transgressions a élaboré une plage de galets et de
lumachelles (Destombes & Jeannette, 1966), envahie lors de la régression par des dunes. Les
dépôts quaternaires sont sous la dépendance étroite de ses conditions de genèse. La région
est marquée différemment, suivant chaque cycle transgression - régression, suivant le lieu et
selon l'intensité des phénomènes climatiques ou tectoniques locaux.

Les dépôts diffèrent donc suivant chaque cycle. C'est ce qui permet d'expliquer la présence
de faciès variés :

- dépôts marins observés le long de l'Oued Mellah avec des calcaires dunaires et des
conglomérats consolidés où on a identifié deux cycles sédimentaires. Plus au S, ces dépôts
n'apparaissent plus et seul le calcaire dunaire moghrébien constitue le plateau d'Ain Taleb
(Lecointre 1952, in Destombes & Jeannette, 1966).

sur la rive droite de l'Oued Mellah, des calcaires dunaires gris, attribués au Quaternaire
moyen ont été reconnus. Dans d'autres région (au N de l'autoroute Casablanca-Rabat) on a
reconnu des galets fluviatiles emballés dans des limons rouges sableux. D'autres
observations ponctuelles du Quaternaire moyen ont été faites dans plusieurs zones de la
zone d’étude.

-85-
Les dépôts récents sont identifiés surtout à l'embouchure de l'Oued Mellah (Destombes &
Jeannette, 1966) avec : des limons fluviatiles, gris et plastiques, des vases plastiques parfois
sableuses, des sables marins, des limons rouges. Ces limons, reconnus dans le Maroc
atlantique, sont habituellement attribués au Soltanien (étage du Quaternaire marocain) ;
(Destombes & Jeannette, 1966).
Les formations anté-quaternaires sont généralement couvertes dans la plaine de Berrechid
par des limons subactuels à actuels. La base de la série de cette époque est formée par un
niveau plus ou moins conglomératique surmonté par des argiles rouges limoneuses à galets
et graviers. La richesse des limons en galets diminue au fur et à mesure que l'on s'éloigne de
la bordure du Plateau de Settat.

Figure : Stratigraphie de la zone d’étude (D’après El Mansouri, 1993)

1.4. Pédologie

Les sols les plus dominants dans la région d’étude sont de type Vertisol (Tirs), très
riches dont la profondeur peut atteindre 8 à 10 m et les Calcimagnésique. Ensuite
à des pourcentages variés on trouve les Fersialitiques et les isohumiques suivi des
sols peu évolués (sableux). Les sols sableux n’ont pas une localisation bien définie

-86-
étant donné qu’on peut les retrouver au niveau de toutes les zones homogènes de
larégion.
La pédogenèse des sols de la zone d’étude dépendent de : la nature des matériaux
des roches mères, du micro- relief, du climat, de l’âge et des actions anthropiques.
La pédologie de la zone d’étude est caractérisée par les types de sols suivants :

Les vertisols:

Sol profond à très profond et argileux, souvent chargées par les éléments dissous
et d’autres transportés et altérés surplace.

Cette classe de sol est localisée dans les extrémités de la zone d’étude plus
précisément dans l’extrémité gauche de la commune Sidi El Aidi et l’extrémité
droite de la commune Riah. Ainsi que presque toute la zone des communes de
Lambarkiyine, Sidi El Mekki et Lahsasna.

Les vertisols sont plus ou moins homogénisés, et les propriétés vertiques sont
acquises après le dépôt des eaux de ruissellement venant des altitudes, chargées
par des éléments dissous et d’autres transportés et altérés sur place. Par rapport à
l’échelle géologique, ces sols sont considérés développés, la chose qui se révèle
par la nette différenciation des horizons.

Les sols calcimagnésiques :


C’est un sol peu profond, saturé à plus de 90% par le calcium ou le magnésium.
Carbonatés avec une structure en générale grenue ou polyédrique. Le pH de ses
sols est supérieur à 7.

Les sols isohumiques:

C’est un complexe saturé principalement en calcium, évoluant sous un climat très


froid, pendant une partie de l’année. La teneur en matière organique de ses sols
est relativement élevée.

Le complexe Calcimagnésique & peu évolué:


C’est un complexe de sol peu évolué non climatique et un sol calcimagnésique.
Classe de sol peu évolué :

-87-
Ils présentent un profil textural, structural et organique peu différencié, ce type de
sol est caractérisé par une profondeur extrêmement variable.

Classe Hydromorphe:
Cette classe est caractérisé par un sol riche en eau ce qui est dû à une nappe perchée ou un
engorgement de surface

Photo 1 : Vertisol Photo 2 : Sol Calcimagnesique

Photo 3 : Sol isohumique Photo 4 : Sol peu évolué sableux

figure : Type de sol de la zone d’étude

1.5. Occupation du sol

La zone d’étude dans son ensemble est constituée essentiellement des éléments
d’occupation des sols suivants :
 Des Vertisols (Tirs) et des sols calcimagnésiques dominants au niveau de la plaine.
 Espaces de cultures correspondants à de grandes et petites parcelles de Bour ou
d’irrigation.
 Zone de bâti correspondant à des habitations dispersées et/ou groupées.
 Unités industrielles dispersées au niveau de toute la zone du projet.

-88-
Photo 1 : Quelques photos du paysage de la zone d'étude

1.6. Hydrogéologie

La zone d'étude situe en sa majorité au niveau de la nappe de Berrechid située au


Sud de la ville de Casablanca au niveau du bassin versant de Chaouia- Bouregreg.
La nappe de Berrechid, se distingue des autres nappes du bassin, par l'importance
de son étendue qui avoisine 1500km 2. Elle s'insère dans le quadrilatère formé par
les villes de Settat, d'El Gara, de Mediouana et le centre de Bouskoura (k.El
Bouqdaoui et al, 2009).

Cette nappe se développe dans des formations gréseuses d'âge plio–quaternaire,


sous une couverte limoneuse d'épaisseur moyenne de 20m.D’une profondeur
moyenne de 30 à 50 m et d’un débit moyen de 2 à 40 l/s, son eau est utilisée à des
fins agricoles et domestiques (AEP), mais sa qualité pourrait se détériorer du fait
de l’utilisation de plus en plus forte d’intrants agricoles et le développement de
l’élevage avicole de type industriel. Cette ressource souffre actuellement de
surexploitation et subit un rabattement important (-1.05m en 2006).

-89-
Les activités agricoles et industrielles, de plus en plus intensives, auxquelles
s’ajoutent unecroissance démographique importante et une pluviométrie
déficitaire, ont contribué à la diminution des réserves en eau souterraine de cet
aquifère et à la dégradation de leur qualité. Parmi les agents chimiques
susceptibles d’être à l’origine de la pollution de lanappe phréatique de la plaine de
Berrechid figurent les nitrates, divers sels et les métaux lourds.

Son bilan largement déficitaire est présenté dans le tableau suivant :

Tableau : Bilan hydraulique de la nappe de Berrechid et la nappe de la Chaouia Côtière


(Mm3/an)

Nappes Berrechid
E1 Infiltrations directes des eaux de pluie 17.0
E2 Apports par infiltration des eaux de crues 8.0
E3 Abouchement souterrains 22.0
Total entrées 47.0
S1 Sources captées 0.0
S2 Drainage par les oueds 2.0
S3 Prélèvements agricoles 58.0
S4 Sorties vers la mer et autres nappes 7.5
S5 Evaporation 0.0
Total sorties 67.5
Bilan -20.5
Sourc
e : PDAIRE, 2012

La situation des ressources en eaux souterraines est extrêmement préoccupante,


ce qui a conduit à la mise en œuvre de mesures drastiques. Les autorisations de
forage sont suspendues et seuls les projets d’irrigation en goutte à goutte pourront
s’y développer. Il est probable que des mesures d’encadrement seront nécessaires
(compteurs, redevances et quotas) et l’incitation à l’abandon de l’irrigation de
surface (submersion, Robta,..) qui peut générer des pertes de l’ordre de 80% au
profit de mode d’irrigation localisée.

-90-
Figure : Carte de situation de la nappe de Berrechid au sein du bassin de
Bouregreg-Chaouia (Source : PDAIRE, 2012)

La surexploitation au niveau du bassin de Bouregreg-Chaouia est de l’ordre de 30


hm3/an, dont les 2/3 proviennent de la nappe de Berrechid.

Etat de dégradation de la nappe :

-91-
Les eaux de la nappe phréatique de Berrechid présente une qualité moyennement
dégradée, suite à l’accroissement du taux de salinité et de la teneur en nitrates, dû
à l’usage abusif des engrais, ainsi grâce au mode d’irrigation adopté par les
agriculteurs de la région qui est le gravitaire.

La nappe de Berrechid est classée parmi les nappes marocaines les plus dégradée
en raison de sa forte minéralisation et plus précisément à cause de la forte teneur
et concentration en chlorure et nitrate,
enregistrées au niveau de 90%des puits prospectés (Nazaghi, 2010). Par contre,
ces eaux sont en bonne état du point de vue organique et bactériologique.

La pollution de la nappe par les nitrates est due à l’infiltration des engrais et des
produits phytosanitaires directement vers les eaux souterraines, dont on trouve
aujourd’hui que les concentrations des nitrates sont très élevées dans la nappe et
dépasse 100mg/l au niveau de plusieurs puits contrôlés (Nazaghi, 2010).

En générale, sur 80% des stations de mesure de la qualité de la nappe de Berrechid


est mauvaise (EL HAJI, 2010).

En effet une simulation sur l’évolution des teneurs en nitrates dans la nappe a été
faite sur une période de 22 ans, de 1993 à 2015 (Fig. 14). Les résultats de la
modélisation numérique montrent une dégradation continue et globale de la
qualité de la nappe par les nitrates, sauf dans la partie sud-est à proximité de la
frontière de réalimentation de l’aquifère par le plateau de Settat (EL BOUQDAOUI,
2009).

Figure : Répartition des teneurs en nitrates simulées en 2004 et prédites en 2015


(EL BOUQDAOUI, 2009)

-92-
Non seulement, elle souffre d’une pollution croissante d’une année à autre mais
aussi, elle connaît le phénomène de surexploitation de ses ressources
souterraines.

Tableau : Etat de surexploitation de la nappe de Berrechid (El Haji, 2010).

Entrées 47m3
Sorties67,5m3

Bilan -20,5

La nappe de Berrechid connaît un phénomène important comme toutes autres


nappes du royaume. Ce phénomène est celui de la surexploitation des ressources
souterraines. Comme ça se montre dans la figure 10, une grande superficie
irriguée comme celle de Berrechid (39000ha) demande une quantité importante
d’eau se qui mène à une surexploitation continue de la nappe.
La zone de Berrechid, est caractérisée par la présence des eaux souterraines
saumâtres destinées principalement à l’irrigation engendrant la dégradation de la
qualité des sols irrigués. Le degré de cette dégradation du sol varie d’une
compagne à l’autre selon les conditions climatiques et d’un secteur à un autre
selon les propriétés physiques du sol.

-93-
-94-
Figure : Carte du réseau hydrographique du Bassin de Chaouia-Bouregreg (ABHBC)

-95-
1.7. Occupation des sols

1.7.1. Au niveau de la commune


Les terrains aux alentours de la commune des Ouled Saleh sont à vocation agricole. Ils ont
l’activité céréalière (cultures bour) domine. La commune renferme une forêt sur une
surface de 300 hectares. La forêt de Bouskoura, lieu de détente pour les habitants des viles
riveraines Casablanca et autres.

Figure  13 : Occupation des sols

Légendes

La commune d’Ouled Saleh limité au nord par la municipalité de Bouskoura, à l’est par
l’autoroute et la voie de chemin de fer. Elle est partagée en deux parties par la voie de
chemin de fer, nord et sud.

Les deux noyaux qui constituent la zone d’urbanisation, ne sont reliés directement entre
elles que par des pistes.

L’accessibilité vers les centres limitrophes est inexistante. Le seul accès possible se fait à
partir de la municipalité de Bouskoura, ou à partir des routes provinciales en venant de
Souk Jemaa d’Ouled Abbou (Province de Settat) RP3011.

96
La zone industrielle crée une continuité urbaine avec la municipalité de Bouskoura.

L’espace communal est réparti en trois grandes parties :

1.7.2. Espace urbanisé


L’espace urbanisé comprend de l’habitat, des équipements et des zones industrielles et
d’activité. La voie ferrée constitue une coupure entre la zone urbanisée, la zone en cours
de développement et la zone essentiellement rurale.

En matière d’équipement, plus de 75% des logements sont équipés en cuisine, wc, et
électricité. En matière d’assainissement 73% des logements sont assainis par fosse
septique.

- Equipements existants

En matière d’équipements, la commune d’Ouled Saleh, en dehors de la pharmacie et de la


station service, domicilie 13 équipements : écoles, un collège, un lycée, deux terrains de
sports, un centre de santé, gendarmerie etc….

Des mosquées et des cimetières sont dispersés sur l’ensemble du territoire de la commune,
surtout au niveau de la zone agricole.

1.7.3. Zones agricoles


Plus de la moitié de l’espace agricole est constitué de terre arable fertile propice à une
production agricole importante. Cet espace est situé au sud de la voie ferrée. Il a été
préservé par le plan d’aménagement actuel et par les dispositions du SDAU. Toutefois on
dénombre plus de 20 douars implantés sur ces terres, ce qui constitué le risque
d’urbanisation signalé précédemment.

La partie nord de l’espace agricole est de potentialité moyenne à faible, du fait notamment
de la présence de pierres.

1.7.4. Espace forestier


L’espace forestier planté, constitué essentiellement d’eucalyptus (forêt de Krota), est situé
dans le prolongement de l’urbanisation de la municipalité de Bouskoura, et accolé coté est
aux zones d’urbanisation d’Ouled Saleh.

Cet important espace, un des poumons du grand Casablanca devra être entretenue et
aménagé afin de le sauvegarder et le valoriser.

- Foncier et parcellaire

A la lecture du parcellaire, on constate que presque 35% du territoire communal est non
immatriculé, et que 52% de l’espace communal est titré.

L’étude du parcellaire montre également que la commune est composé de grandes


parcelles. En effet plus de 70 % de l’espace communal est constitué de grande parcelle de
un hectare et plus.

97
Le statut foncier est composé de terre melk à raison de 90,7%, de 5,3% de collectif, 4%
divers.

1.7.5. Au niveau de l’aire de l’étude


La commune d’Ouled Saleh est constituée d’un important territoire. La superficie totale
communale est de 135 Km².

C’est l’une des communes rurales de la province de Nouaceur, elle est délimitée par la
municipalité de Bouskoura, de la municipalité de Nouaceur et par la province de Settat.

Selon le recensement de 2004, corrigé après le nouveau découpage, la population totale


est de 11 484 habitants, ce qui donne une densité très faible de l’ordre de 0,85 habitant à
l’hectare.

L’aire de l’étude est caractérisée par :

• Une très faible densité.


• Un espace peu urbanisé.
• Une présence des zones agricoles et forestières.
• Un développement industriel.
• Une difficulté d’accès.

1.8. Milieu biologique

1.8.1. Description de la faune

D’une manière générale, la région comprend une faune relativement peu diversifiée
et ce en raison de l’anthropisation accentuée du milieu qui a entraîné la dégradation
d’un habitat favorable susceptible de constituer un abri pour les espèces animales qui
viennent y chercher refuge. Les principales espèces qui caractérisant cette faune â
l’échelle de la région sont :

1.8.1.1. Mammifères

Les Mammifères et surtout les Carnivores sont rares, excepté les rongeurs et les
insectivores. D’une manière globale, les Mammifères qui peuvent être rencontrés
dans la région où s’encarte le projet sont:

Erinaceus algirus (Hérissond’Algérie)


Crocidura russula (Musaraignemusette)

98
Lepus capensis(lièvre)
Oryctolagus cuniculus(Lapin degarenne)
Gerbillus campestris(Gerbillechampêtre)
Meriones shawi (Merione de Shaw)
Mus spretus (Sourissauvage)
Canis aureus(Chacal) : trèsrare
Vulpes vulpes (Renard) : trèsrare
Mustela nivalis (Belette) : trèsrare
Genetta genetta (Genette) : trèsrare
Herpestes ichneumon (Mangouste) : trèsrare
Sus scrofa (Sanglier) : trèsrare

1.8.1.2. Amphibiens et reptiles

Les Reptiles les plus caractéristiques de la zone incluant le projet sont :

Testudo graeca (Tortue mauresque),CITES,


Chamaeleo chamaeleon (Caméléon commun),CITES,
Psammodromus microdactylis (Psammodrome vert) :fréquent
Blanus mettetali (Amphisbène cendré du Maroc) :fréquent
Chalcides mionecton (Seps mionecton) :fréquent
Chalcides polylepis (Seps à écailles nombreuses) :fréquent
Acanthodactylus lineomaculatus (Acanthodactyle ligne) :fréquent
Vipera mauritanica (Vipère de Mauritanie) : rare,discrète

1.8.1.3. Oiseaux

Outre les Oiseaux cosmopolites et communs, certaines espèces remarquables


affectionnent l’aire de répartition biogéographique qui inclut le secteur d’étude
considéré et ses infrastructures annexes, à savoir :
Coturnix coturnix (caille des blés), espècegibier
Alectoris barbara (perdrix gambra), espècegibier
Columba palumbus (Pigeonramier)
Falco peregrinus (Faucon pèlerin) : rare, protégé, CITES / AnnexeI

99
Falco tinunculus (Faucon crécerelle) : protégé, CITES / AnnexeII
Tyto alba (Chouette effraye) :protégée
Otus scops (Hibou petit duc) :protégé
Accipiter nisus (Epervier) :protégé,
Buteo buteo (Buse variable) :protégée
Burhinus oedicnemus (oedicnèmecriard)
Ciconia ciconia (Cigogne blanche) :protégée
Au niveau des zones humides (Oued Haçar sa retenue et ses affluents), ce sont
surtout les Oiseaux d’eau (migrateurs et sédentaires) appartenant à différents
Groupes et Familles dont les Anatidés qui dominent (Ansériformes, Foulques,
Rallidae…).

Photo 1 : Chamaeleo chamaeleon Photo 2 : Columba palumbus (Pigeon ramier)


(Caméléon
commun)

Photo 3 : Erinaceus algirus (Hérisson Photo 4 : Ciconia ciconia (Cigogne blanche)


d’Algérie)
Figure : Quelques espèces communes et rares dans la région de l’étude

1.8.2. Flore

100
La flore et les écosystèmes naturels potentiels présentent dans la zone de projet étaient
constitués par des Oléastraies à Olea europaea var. oleaster (Olivier sauvage ou Oléastre)
marqué par de rares pieds encore présent sporadiquement dans la région casablanca-settat.

En effet, de très rares pieds à Oléastre existent toujours à l’état très épars au niveau des
douars de la région, au voisinage , voire au niveau de certains Marabouts et Cimetières
situés également hors de l’emprise

Photo 5 : Photo 6 : Verbascum sinuatum

Photo 7 : Foeniculum vulgare Photo 8 : Silybum marianum

Figure 27 : Quelques espèces végétales communes du milieu agricole de la zone d’étude

101
1.8.3. Forêt
Figure : Situation de la zone d'étude avec la foret de Bouskoura

La forêt de Bouskoura se situe dans la zone périurbaine de la ville de Casablanca. Elle s’étend
sur une superficie globale de 2992 ha, divisé en deux cantons :

Commune de Bouskoura : 276ha

Commune de Médiouna : 2716ha

Elle est située dans la basse chaouia côtière sur l’axe Casablanca-Nouaceur à 14 km de
Casablanca.. C’est une forêt artificielle composé essentiellement d’un reboisement
d’Eucalyptus, dans les zones vides une végétation a doum et à espèces herbacées annuelles
domine (Fig. 30).

102
La végétation naturelle arborée est actuellement quasi absente. Le cortège floristique
représenté dans la state arbustive et herbacé se compose de : Oléa europea, Pistachia
lentiscus et Chamerops humilis

Photo1 : Eucalyptus et son sous-bois Photo 2 : Palmier nain

Photo 3 : Joncs Photo 4 : Fenouille sauvage


Figure 29 : Végétation de la forêt de Bouskoura

La forêt de Bouskoura connait certaines formes de dégradation, dues aux rejets de déchets
suite aux activités récréatives et de tassement du sol par les véhicules (Etat de
l’environnement, région du Grand Casablanca.).

Photo 1 : Forêt de Photo 2 : Rejets de déblais à


Bouskoura l’orée de la Forêt

103
Photo 3 : Douar limitrophe Photo 4 : Petite Dayat sèche au
de la forêt niveau de la forêt

1.9. Démographie et population

Le volet démographique et socio – économique est le résultat de l’exploitation et de


l’analyse d’informations diversifiées dont les bases statistiques sont constituées
notamment :

• des données du recensement général de la population et de l’habitat de 2004 ;

• de l’enquête nationale sur le niveau de vie des ménages de 2000 – 2001 ;

• des recensements antérieurs à 2004, enquêtes et statistiques courantes élaborées par le


Haut Commissariat au Plan (HCP) ;

• des monographies, annuaires et études sectorielles ayant concerné l’aire d’étude.

Tout en s’attachant à établir un diagnostic de la situation actuelle et des tendances, il est


proposé d’établir les projections démographiques d’avenir de 2010 à 2020 pour l’ensemble
de l’aire d’étude.

1.10. Importance et composition de la population

1.10.1. Importace de la population

Selon les données du recensement de 2004, la population légale de la commune des Ouled
Saleh au premier septembre 2004 s’élève à 11 484 habitants.

1.10.2. Structure organique de la population.

La distribution de la population selon le sexe montre un léger déséquilibre global entre les
hommes et les femmes, lié à la migration différentielle selon le genre. Le rapport global de
masculinité est 109 hommes pour 100 femmes.

104
Selon l’âge, la structure en 2004 montre une jeunesse relative de la population, puisque
32,2% des habitants sont âgés de moins de 15 ans. Quant au rapport de dépendance
démographique , il est de 0,65, soit presque 65 personnes à charge pour cent adultes.

1.10.3. Ménages et structures matrimoniales.

1.10.4. Effectif et dimension des ménages

L’effectif des ménages s’élevait en 2004 à 2 159 familles, enregistrant ainsi un accroissement
de 735 ménages en dix ans, soit une progression relative globale de 52%.

Concernant la dimension des ménages, le nombre moyen de personnes par ménage s’établit
en 2004 à 5,32 individus contre 6,03 en 1994, soit une baisse de 12%.

1.10.5. L’état matrimonial

Pour les deux sexes réunis, d’âge 15 ans et plus, la proportion des célibataires est de 38,9%.
Cette proportion est variable selon le genre en raison de la précocité des mariages féminins
par comparaison aux mariages masculins.

L’âge moyen au premier mariage s’établit à 27,6 ans en moyenne pour l’ensemble de la
population. Celui-ci de sous population féminine est inférieur de 5,1 ans inférieur à celui des
hommes.Tableau

La population totale de la Province de Nouaceur s’élève à 186 070 habitants répartie


comme suit :

*Commune des Ouled Saleh : 12 237

*Commune des Ouled Azzouz : 27 765

*Municipalité de Bouskoura: 63 911

* Municipalité de Dar Bouazza: 64 228

* Municipalité de Nouaceur : 17 929

105
Figure 14 : Evolution de la population et des ménages selon les provinces

2. Infrastructures de bases

2.1. Réseau routier et ferroviaire


La commune des Ouled Saleh jouît d'un réseau routier et ferroviaire important, dont deux
autoroutes:

- Autoroute Casa-Marrakech,

- Autoroute Casa- El Jadida,

- Trois échangeurs permettant l'articulation de la circulation avec les territoires


limitrophes,

106
- Des voies structurantes desservent également ce territoire, notamment : la RP 3007, La
RP 3009 et la RP 3011 ex (109).

Figure : réseau routieret autoroutier de la zone d’etude

La Province de Nouaceur est bien desservie par le réseau routier  on note :

4 voies rapides et autoroutes


2 routes nationales
2 routes régionales
16 routes provinciales
3 passages de voies ferrée

107
Source : SNTL
Figure : Réseau routier et autoroutier de la province Nouaceur

2.2. Taux de desserte routière


Tableau XIII : Taux de desserte routière au Niveau provincial :

Indicateur 2005 2017


Taux moyen de desserte routière  36% 82.5%
Source : Communes de la province de Nouaceur

Tableau  XIV : Taux de desserte routière au Niveau communal


Communes 2005 2017
Oulad Azzouz   35% (en 2009) 60%
Oulad Saleh 5% 80%
Nouaceur 70% 100%
Bouskoura   -* 90%
Dar Bouazza -* -*

108
Source : Communes de la province de Nouaceur

- Une voie ferrée traverse le territoire constituant une coupure physique importante.

La commune abrite le plus grand aéroport du Maroc;

L’aéroport Mohammed V : Hub régional et une porte vers l’Afrique avec plus de 100
capitales mondiales à moins de 8h de vol.
Trois terminaux (le terminal 1 est en cours de rénovation avec un investissement de 1,6
mdh de DH)
8 millions de voyageurs constituant 50% des voyageurs du Maroc;
25 compagnies aériennes;
80 destinations;
50 000 tonnes de fret.

2.3. Services publics

Malgré les efforts déployés par les élus et les autorités, les services publics offerts restent
dépassés vu le développement socio-économique, les services pubics n’arrivent à répondre
pas aux besoins de la population de la province Nouaceur qui a connu une forte croissance
durant la dernière décennie.

2.4. Alimentation en eau potable

Depuis 2004, des efforts sont consentis par les différents intervenants à savoir l'ONEE et
LYDEC, afin de desservir le nombre important de douars et de noyaux non réglementaires
disséminés sur ce territoire. Il Ya lieu de signaler que Bouskoura héberge une conduite
importante d'eau potable alimentant la partie ouest de Casablanca et dont il convient de
prévoir une servitude dans le nouvel aménagement.

Tableau N° XV: Taux moyen de desserte en eau potable

2005 2017
Province de Nouaceur 9.62% 75.34%
Oulad Azzouz   10% (en 2009) 45%
Oulad Saleh 0% 75%
Nouaceur 20% 90%
Bouskoura   -* 85%

109
2005 2017
Dar Bouazza   8.5% (2004) 81.7% (2014)
Source : Communes de la province de Nouaceur

2.5. Alimentation en électricité et taux de raccordement

Le pourcentage des ménages raccordés au réseau électrique à Bouskoura est en évolution


constante. Ainsi, 81,5% de la population de Bouskoura était déjà raccordée au recensement
de 2004
L'une des plus grandes contraintes qui entachent le paysage urbain de la commune est la
présence des lignes HT et MT qui traversent ce territoire à partir de son centre.

Tableau XVI : Taux d’électrification

Indicateur 2005 2017


Taux moyen de desserte en eau potable  à
la province de Nouaceur 54.47% 94.46%
Oulad Azzouz   65% (en 2009) 90%
Oulad Saleh 50% 98%
Nouaceur 50% 90%
Bouskoura   - 98%
Dar Bouazza   52.9% (2004) 96.3% (2014)
Source : Communes de la province de Nouaceur

2.6. Niveau d’instruction et Scolarisation

Tableau n° XVII : Taux moyen de scolarisation

Indicateur 2009 2017


Taux de scolarisation   70% 79%
Source : Direction provinciale de l’éducation Nationale

Tableau n°XVIII : Taux de scolarisation par catégorie

Indicateur 2009 2017


Catégorie d’Age Ensemble Filles Ensemble Filles

110
Indicateur 2009 2017
6-11 ans 87.8% 89.65% 92.97% 93.70%
12-14 ans 73.25% 76.34% 77.58% 78.15%
15-17 ans 50.16% 54.37% 65.62% 67.45%
Source : Direction provinciale de l’éducation Nationale

Tableau n° XIX : Taux d’analphabétisme

Indicateur 2004 2014


Taux d’analphabétisme  39.2 26.5
Source : Direction provinciale de l’éducation Nationale

Tableau n°XX : Taux d’analphabétisme

Indicateur 2004 2014


Taux d’analphabétisme  39.2 26.5
Source : Direction provinciale de l’éducation Nationale

Tableau n°XXI : Taux moyen de déperdition scolaire

Indicateur 2009 2017


Taux moyen de déperdition 8.40% 4.17%
scolaire
Source : Direction provinciale de l’éducation Nationale

Tableau n°XXII : Taux de déperdition scolaire par catégorie

Tranche d’Age 2009 2017


6-11 ans 3.6% 1.02%
12-14 ans 12.16% 5.2%
15-17 ans 9.45% 6.3%
Source : Direction provinciale de l’éducation Nationale

2.7. Réseau d'assainissement

L'assainissement reste très insuffisant, et très peu opérationnel, un pourcentage minime de


la population y est raccordé.
Face à cette situation délicate, le mode d'assainissement le plus utilisé est la fosse septique
et ce plus spécialement dans les poches d'habitat.

111
Le site du projet en question se trouve à 900 mètres du réseau public d’assainissement.

2.8. Activités économiques

2.8.1. Tourisme et loisir

Sur un littoral s’étendant sur 20 Km, la Province est l’une des destinations balnéaires les plus
prisées par les casablancais comme part les touristes marocains et étrangers.
La forêt de Bouskoura quant à elle, permet aux habitants des provinces avoisinantes de
profiter d’un Véritable poumon vert essentiellement composée d'arbres d'eucalyptus.
La forêt de Bouskoura accueille famille, sportif et amoureux de la nature à la recherche de
dépaysement et d'air pur.
Hormis ces qualités naturelles, la Province dispose d’une infrastructure d’accueil, hôtels,
clubs de sport et de divertissement, complexes touristiques….
Activités sportives et de divertissement :
La Province organise plusieurs manifestations sportives et de divertissement :
Le marathon de Bouskoura, 15Km courus par plus de 7000 sportifs/ personnes ;
Course pour les personnes à besoins spécifiques ;
La course féminine de 6Km, avec la participation de 3000 sportives / personnes ;

2.8.2. Industrie et activités tertiaires

La province constitue l’un des pôles industriels les plus actifs dans la Région de Casablanca-
Settat, disposant de 8 zones industrielles dont 5 zones de nouvelle génération, elle regroupe
tous les secteurs industriels.
L’aéropole de Nouaceur

Superficie : 143 Ha
Capacité d’accueil : 120 unités
Emplois : 10700 principalement dans les industries aéronautiques

2.8.3. La zone franche MIDPARC

MIDPARC est la première zone franche spécialisée au Maroc, elle s’étend sur 125 Ha,
projetant la création de 12000 emplois à terme.

112
La zone peut abriter les industries aéronautiques et spatiales, électriques/électroniques,
métalliques, métallurgiques, systèmes embarqués les industries médicales ainsi que les
activités liées aux systèmes de sécurité et de détection ainsi que les services liées à ces
activités.

2.8.4. La zone Industrielle de SAPINO

Elle s’étend sur 276 Ha, avec une capacité s’estimant à 624 unités industrielles et 25000
emplois.

2.8.5. Complexe industriel de Bouskoura

S’étend sur une superficie de 28Ha avec une capacité de 87 unités industrielles et 3600
emplois.

2.8.6. Complexe industriel d’Ouled Saleh

S’étend sur une superficie de 32Ha avec une capacité de 88 unités industrielles et 4400
emplois.

2.8.7. Zone Industrielle Ouled Azzouz

S’étend sur une superficie de 10Ha avec une capacité de 123 unités industrielles et 6400 emplois.
Parc industriel de Bouskoura
S’étend sur une superficie de 65Ha avec une capacité de 66 unités industrielles et 5800 emplois.

2.8.8. Parc industriel d’Ouled Saleh

S’étend sur une superficie de 105Ha avec une capacité de 150 unités industrielles et 8500
emplois.
La Province abrite le fleuron de l’industrie aéronautique du Maroc, de grands noms comme
Bombardier, EADS, Creuzet, Eaton, Stelia, Dassault Aviation, Ratier-Figeac, Matis et bien
d’autres
Plus de 100 entreprises sont installées dans les différentes zones industrielles, créant plus de
10 mille emplois, avec un CA à l’export d’1 milliard de dollar.

113
C’est le pôle numéro 1 de cette industrie à l’échelle nationale avec une ambition de
développement accélérée.

Figure : Situation du parc industriel d'Ouled Saleh

3. Risques sismiques

L’analyse de la carte sismique suivante montre que le Maroc est soumis à une sismicité
modérée en général et il est divisé en plusieurs zones ayant approximativement le même
niveau de risque sismique pour une probabilité d’apparition estimée à 10% (en 50 ans).
Après sept ans d’application du RPS 2000, le Ministère de l’Habitat de l’Urbanisme et de
l’Aménagement de l’Espace a initié, dans un cadre partenarial avec l’Université Mohammed
V, l’actualisation de ce règlement. Cette actualisation a principalement pour objectif de :

Accompagner l’évolution incessante du génie parasismique ;

Dépasser les problèmes d’application détectés quant à l’application du RPS2000


auprès des professionnels du BTP ;

Mettre à jour le contenu technique du RPS 2000 : de nouvelles cartes sismiques du


Maroc et de nouveaux paramètres sismiques ;

114
Redéfinir une nouvelle classification des bâtiments selon leur importance et leurs
fonctions.

Les principales modifications apportées par le nouveau RPS 2011 ont été définies suite à une
approche de concertation élargie avec les partenaires du Ministère institutionnels et
professionnels et ce, entre autres, par le lancement d’une enquête en 2008 auprès des
professionnels du secteur de l’Habitat et de la Construction (Architectes, Bureaux d’études,
Bureaux de contrôles, Laboratoires de BTP, Promoteurs Immobiliers et Entrepreneurs). Cette
enquête avait principalement pour objectif d’évaluer l’avis des professionnels concernant le
RPS 2000 et de détecter les difficultés rencontrées lors de son application.
La nouvelle version RPS 2011 dispose de deux cartes sismiques, introduisant en plus de
l’accélération, la vitesse sismique du sol. Précisant des paramètres sismiques de chaque
commune et chaque province du Maroc. D’après ce règlement,le site du projet est situé
dans la zone A2 (si on considère l’accélération) et dans la zone ZV2 si on considère la vitesse
(cm/s) de propagation des ondes.
Les figures suivantes représentent les cartes sismiques introduisant l’accélération et la
vitesse sismique au sol.

3.1. Paramètres sismiques du site


L’étude géotechnique des sols du site a permis de conclure ce qui suite
* d’après le règlement de construction parasismique (RPS 2011) applicable aux
bâtiments, les paramètres sismiques de la région d’étude sont récapitulés comme suit :

D’après la carte marocaine du zonage sismique, le projet est en zone d’accélération A2


et de vitesse ZV2 ;

Un coefficient d’accélération : 𝐴 = 𝐴

𝑚𝑎𝑥/g = 0.1 ;

Une vitesse sismique v = 10cm/s ;

- Le coefficient du site est : S1=1 pour la formation gréseuse.

115
Figure 15 : Cartes sismiques, introduisant en plus de l’accélération, la vitesse sismique du sol

116
XI. Identification et évaluation des impacts positifs et négatifs du projet sur
l’environnement
1. Impacts du projet durant la phase d’aménagement et de construction

La phase d’aménagement de construction du site est une étape transitoire limitée dans Le
temps et dans l'espace, elle consiste à exécuter les travaux décrits comme suit :
Le promoteur s’engage à ne rien construire au niveau de la ZNA.
Délimitation du site installation du chantier par une clôture afin de réguler l’accès au site,
Implantation du chantier et installation d’une base-vie pour les ouvriers travaillant dans les
BTP et de gardiennage ainsi que tout le matériel et les engins servant utilisés pour les
aménagements et la construction ;
Installation des enseignes provisoires de signalisation (sens de circulations des engins,
limitation de vitesse de circulation, consignes de sécurité etc. …
Excavation et décapage du sol ;
Construction des différentes composantes du projet,
Mise en place des sanitaires amovibles et leur indication.

2. Impacts positifs de la phase d’aménagement et de construction

Parmi les impacts positifs de la phase chantier sont ceux d’ordre socio-économique :
création d’emplois directs et indirects dans le secteur des BTP, augmentation des échanges
commerciaux, résorption d’un certain nombre de chômeurs parmi la population de la
commune. En effet, une part relativement importante des travaux (décapage des sols,
terrassement, génie civil, fournitures de matériaux,) est généralement réalisée par des
entreprises locales ou régionales, ce qui conduirait à un apport économique additionnel aux
entrepreneurs locaux.

La phase d’aménagement et de construction est génératrice d’emplois dans le secteur du


bâtiment concrétisé par des journées d’emplois dans ce secteur d’activités.

3. Impacts négatifs de la phase d’aménagement et de construction

3.1. Impacts du bruit et des vibrations

Pendant la phase de construction, un dérangement sonore sera occasionné sur la zone


d’étude qui proviendra essentiellement de la circulation des engins, du transport des

117
matériaux de construction, des travaux d’aménagement, d’excavation des sols et de
construction.

La gêne auditive qui aura lieu est peu fréquente (les horaires du travail sont bien définis),
ainsi que son intensité sera forte pour l’ensemble des ouvriers du chantier, des mesures
d’atténuation à respecter sont prévues dans le chapitre qui suit.

3.2. Impacts sur la qualité de l’air 

Pendant les travaux d’excavation des sols, d’aménagement et de construction prévus dans le
cadre de ce projet, la qualité de l’air sera affectée localement tout en restant légère et
limitée dans le temps et dans l’espace. Elle sera due aux poussières et à la fumée générée
par les engins du chantier causant une pollution due aux échappements des gaz dus à la
combustion des hydrocarbures. Les émissions atmosphériques (poussières et gaz
d’échappement) dépendent aussi de l’état et de la vitesse des engins, de l’état des voies
parcourues et de l’humidité du sol.

L'envol des poussières ne constituera pas une source importante de pollution


atmosphérique au cours des travaux d’aménagements car la durée de ces travaux est limitée
dans le temps. Ces envols impactent les riverains, surtout les unités industrielles existantes
et proches du site du projet. Rappelons que le site se situe dans une zone industrielle dédiée
aux activités économiques et industrielles.
Cette phase n’aura qu’un impact négatif négligeable sur la qualité de l’air si les consignes
recommandées dans le chapitre qui suit sont respectées.

3.3. Impacts sur le Sol 

Pendant la phase d’aménagement et de construction, les principales nuisances du sol sont


les travaux qui vont perturber et modifier les couches superficielles du sol, et les sources de
pollution telles que les rejets liquides et les déchets solides composés de gravats, de
ferraille, seaux de peinture, sans oublier les déchets solides de type ménager dus aux
besoins vitaux des ouvriers estimés à 200g par personne chaque jour.
Cette phase n’aura qu’un impact négatif négligeable sur le sol si les consignes
recommandées dans le chapitre qui suit sont respectées.

118
3.4. Impacts dus aux rejets solides

Les rejets solides produits sont ceux du déballage des produits et des matériaux de la
construction et les rejets ménagers générés par les ouvriers au niveau de la base-vie du
chantier. La quantité des rejets solides des ouvriers est estimée à 200 g par personne et par
jour.
L’accumulation des déchets est en mesure de dégager la mauvaise odeur irritant le système
respiratoire du personnel ainsi que la production des lixiviats qui présentent des effets
négatifs sur la qualité de l’eau, du sol et de l’air et la santé des ouvriers.
L’impact des rejets solides lors de la présente phase est significativecar son intensité est
présente même si sa durée est courte, d’où la nécessite d’un ensemble de mesures pour
atténuer cet impact.

3.5. Impacts dus aux rejets liquides

Les rejets liquides de l’unité lors de la phase d’aménagement et de construction sont deux
types :

Les eaux issues des chantiers sont généralement chargées de matières en suspension et
polluées par :

Produits chimiques : réactifs, adjuvants pour béton, peintures, solvants, dissolvant,


diluants, nettoyant, colles, laques, vernis, décapants

Carburants des engins de chantier

Les eaux usées domestiques résultant des besoins vitaux du personnel du chantier, et ils
sont estimées à peu près 20 litres par personne par jour.

Les rejets liquides présentent un impact d’une forte intensité sur le milieu biophysique ainsi
que la santé du personnel et l’hygiène du chantier. L’impact des rejets liquides est significatif
et nécessite des mesures pour assurer une bonne gestion des rejets.

3.6. Impacts sur la flore

Le site du projet est très restreint, et n’héberge pas d’espèces à intérêt biologique ou rares.
L’impact reste non significatif.

119
3.7. Impacts sur la faune 

Le site n’héberge pas d’espèces faunistiques rares, menacées, ou endémiques, donc L’impact
reste non significatif.

3.8. Impacts sur la sécurité des ouvriers et du public

La circulation des engins et des camions de transport des matériaux, et le prolongement de


la durée des travaux pourra affecter la sécurité du public et des ouvriers.
A noter que la mauvaise gestion des rejets solides et liquides des ouvriers génère des
conditions insalubres et pourra porter atteinte à la sécurité des ouvriers.
L’impact est significatif, son intensité est moyenne vue qu’il est fréquent.

3.9. Impact sur l’infrastructure routière 

La présence des travaux générera des perturbations au niveau des axes routiers les plus
proches. Ces perturbations qui sont dues à la circulation des camions d’approvisionnement
du matériel et des engins du chantier. Ces perturbations sont en mesure d’affecter la
sécurité de leurs usagers (accidents de la route) et provoquer une dégradation potentielle de
l’état du réseau routier emprunté.
Le réseau routier est impacté d’une manière négative, temporaire et d’un niveau modéré.
Les routes et les voies concernées sont l’accès au site à partir de la P3007 , la P3009 ainsi que
l’échangeur au niveau d’accès à l’autorute A1.

3.10. Impacts sur le paysage

Le terrain est une propriété privée, et suite à sa préparation l’impact engendré est une faible
modification du paysage. Cet impact est dû aux activités liées à la construction de l’unité à
l’aménagement des voies d’accès au site.
L’existence du chantier dans la zone d’étude affectera les composantes paysagères de son
environnement puisqu’il va affecter le paysage local par la présence d’engins et des
véhicules utilisés dans cette phase. Ceci demeure limité dans le temps et dans l’espace.
L’impact sur le paysage est peu significatif.

120
4. Impacts du projet durant la phase d’exploitation

4.1. Impacts positifs durant la phase d’exploitation

Les impacts positifs de la phase d’exploitation sont nombreux, puisque la Société permettra
de :

Créer 177 emplois directs et permanents et des dizaines d'emploi indirect ,

Investir 100 000 000,00 DH, ce qui permettra à la commune de bénéficier des taxes
(TVA), et d’avoir une ressource financière supplémentaire,

Permettre au consommateur de profiter d’un produit national d’une bonne qualité qui
satisfait les normes sanitaires et qui respecte les conditions d’hygiène.

4.2. Impacts négatifs durant la phase d’exploitation

4.2.1. Impacts sur la qualité de l'air

La qualité de l'air peut être impactée par des rejets gazeux issus du fonctionnement des
installations de production, ainsi que des gaz issus de four et dus à la combustion du gaz
propane.
Afin de maîtriser les émissions de gaz, les installations sont équipées de filtres adaptés
garantissant un rejet inférieur à la réglementation de 150mg/nm³. Ces filtres sont
régulièrement contrôlés.
L'impact des activités de l’unité sur la qualité de l’air reste donc très limité.

4.2.2. Impacts du bruit

Les machines de la production ne génèrent pas des nuisances sonores. Les émissions de
bruit proviennent essentiellement de la circulation des véhicules de transport. Ces émissions
restent négligeables.

121
4.2.3. Impacts des rejets liquides

4.2.3.1. Eaux pluviales 

Les eaux pluviales sont les eaux réceptionnées par les toits des bâtiments à édifier au niveau
du site, par toutes les aires bétonnées ou rendues imperméables et gardées non couvertes
telles que les parkings les voies de circulation à l’intérieur de l’unité.
Ces eaux sont susceptibles de transférer des polluants et peuvent contenir des huiles (fuites
lors des stationnements de vieux véhicules). La présence des polluants et des huiles dans les
eaux pluviales risquent de constituer des écrans sur les masses d’eaux collectées dans le
bassin de rétention des eaux pluviales ; c’est pour cela qu’il faudra les faire passer par un lit
de sable à prévoir à l’entrée du bassin de rétention des eaux pluviales à installer par une
société spécialisée et à nettoyer à chaque fois que c’est nécessaire par cette société qui
récupérera les huiles retenues par le lit de sables.

4.2.3.2. Consommation d’eau

Durant la phase d’exploitation de l’unité, la consommation en eau sera comme suit :


Eaux potables du personnel de l’unité : 25 litres par personne par jour
(25*177=4425litres/jour),
La consommation en eaupour le processau niveau de l'unité est de 156 m3 /mois.
L'approvisionnement en eau potable sera assuré du réseau d’adduction géré actuellement
par la Lydec, la société FORTUNE MAROC s’engage à ne pas creuser de puits au niveau du
site.

4.2.3.3. Rejets liquides

4.2.3.3.1. Rejets liquides domestiques

Les rejets liquides sont les eaux usées domestiques générées par le personnel et les eaux
industrielles issues des opérations de lavage des cuves de préparations des pâtes.
D’autres types de rejets sont les huiles et de graisses occasionnés par les opérations de la
maintenance et des entretiens des machines et des outils utilisés dans la production. Ce type
de rejets sera confié à une société spécialisée et autorisée, la société FORTUNE MAROC
s’engage à singer un contrat avec cette société avant le démarrage de ces activités.

122
Les eaux usées domestiques présentent 80 % de l’eau consommée et par conséquent elles
sont de l’ordre de 4425 *80 % =3540 litres par jour. Ces eaux seront évacuées vers le
système de traitement des eaux usées à installer après validation de la LYDEC et de l’ABH BC.

4.2.3.3.2. Rejets liquides industriels

Toute l’eau prélevée pour préparer les pates est consommée dans les produits finis et elle
sera évaporée au moment de la cuisson. Donc les rejets liquides industriels sont limités à ces
deux types :

4.2.3.3.3. Eaux de lavage estimées à 350 litres par jour

Les eaux utilisées dans le nettoyage et le lavage des cuves de préparation des matières
premières utilisées pour la fabrication des articles de biscuits, de confiserie et de chocolats.
Les eaux utilisées pour le lavage sont des eaux déjà chauffées la température élevée de ces
eaux facilite le nettoyage des huiles et graisses alimentaires qui restent sur les surfaces des
cuves.

4.2.3.3.4. Eaux générées par l’adoucisseur

Les eaux générées par l’adoucisseur sont estimées à8,9% du volume consommé dans le cas
de FORTUNE MAROC le volume généré sera égal à 156 m 3/ mois soir 5,2 m 3 par jour x 8,9%
= 462,8 litres par jour.
Les huiles de maintenance et de lubrification : Le process de fabrication génère des rejets
liquides industriels (dangereux) matérialisés par les huiles et graisses utilisées pour la
lubrification des machines de fabrication. Ces rejets sont récupérés en fin de cycle de vie
dans des futs étanches à des endroits couverts et imperméables avec des surfaces de
rétention.

4.2.4. Impacts sur le sol sur les ressources en eaux et sur les eaux souterraines

Le site du projet est relativement éloigné de Oued Bouskoura et Oued Ain Jemaa à 1 km à
1,20 Km et on note l’absence d’une nappe d'eau souterraine dans la zone du projet (en
dehors de la nappe de la Chaouia et la nappe de Berrechid). Le substratum de l'ensemble,
est constitué d’une roche relativement dure (quartzite), ne renferme que peu de ressources
en eau.

123
Les principales sources d’impact sur le sol et les ressources en eaux seront dues aux risques
de pollution accidentelle par les rejets liquides non traités, et les déchets solides.
Malgré l'absence d'aquifère et l’éloignement des deux Oueds, il faudrait éviter toute
hypothèque dégradation de sol et des ressources en eau.
Le site du projet est relativement éloigné d’Oued Bouskoura Oued Ain Jemaa, à 1 km à 1,20
Km, loin des nappes de Berrechid et de la nappe de la chaouia côtière. Le substratum au
niveau du site est constitué d’une roche relativement dure, ne renferme que peu de
ressource en eau (Quartzite).
Les principales sources d’impact sur le sol et les ressources en eaux seront dues aux risques
de pollution accidentelle par les rejets liquides non traités, et les déchets solides.
Malgré l'absence d'aquifère et l’éloignement de l’Oued, il faudra éviter toute hypothèque
dégradation de sol et des ressources en eau.

4.2.5. Impacts des déchets solides

Les déchets solides de la phase d’exploitation sont de 3 types :

- Les déchets inertes et les déchets domestiques qui sont estimés à 35.4 Kg/ jour soit 200
g/personne/ jour et qui résultent de l’activité du personnel.
- Les déchets spécifiques à l’activité : Les déchets de la biscuiterie sont des restes
d’industrie agro-alimentaire de nature organique. En général, ces déchets sont valorisables.
Leur valorisation se fait en alimentation animale ceci consiste à broyer les restes
alimentaires (biscuits, liquides) et les mélanger avec un complément adapté. Des déchets de
biscuiterie (pâte, confiture, fraise, chocolat, biscuits déclassés etc…) sont produits par la
biscuiterie. Ils représentent 1 à 2 % de la production.
- Déchets industriels (Chiffons souillés par des huiles et graisses) utilisés pour nettoyage
lors de l’entretien et de la lubrification des machines et outils de production.
- Ceci exige un traitement approprié pour réduire les impacts sur l’eau et le sol.
- Les déchets générés par le laboratoire d’analyses et de contrôle de la qualité des
produits finis ; Verrerie, réactifs périmés gants, bavettes, lunettes de protection jetables.
- Les déchets générés par l’infirmerie et les locaux de soins rattachés au médecin de
travail ; seringues jetables, bistouris, emballages du matériel utilisé etc…

4.2.6. Impacts sur le trafic routier

Lors de la phase d’exploitation de l’unité, on aura une augmentation au niveau du trafic


routier au niveau de l’autoroute A1, P3009 et P3007.

124
4.2.7. Impacts sur la sécurité des ouvriers

L’exploitation de l’unité peut provoquer des accidents de travail qui constituent un danger
pour la sécurité des ouvriers comme au niveau de toute unité industrielle.

5. Impacts de la phase de démantèlement

La phase de démantèlement est une phase non prévue par le pétitionnaire. Pourtant, les
impacts de cette phase devront être abordés dans cette étude. Ils sont présentés ci-après et
ne seront engendrésqu’au cas où la Société FORTUNE MAROC sera contrainte d’arrêter ses
activités pour une des raisons soit économiques ou administratives.

5.1. Impacts positifs de la phase de démantèlement

Les impacts positifs de cette phase sont minimes, et se présentent par un seul impact
significatif qui est l’emploi d’une main d’œuvre occasionnelle dans les travaux de
démantèlement et d’autres emplois indirects

5.1.1. Impacts négatifs de la phase de démantèlement :

5.1.1.1. Impacts socio-économiques

Les impacts les plus significatifs durant cette phase sont d’ordre socio-économique
puisqu’on a une perte d’emplois pour le personnel de la société (177 emplois directs seront
perdus sans compter les emplois indirects).

5.1.1.2. Bruits et vibrations

Les travaux de démolition effectués pendant cette phase de démantèlement (si elle doit se
faire) vont certainement engendrer des nuisances sonores. Mais le caractère temporaire
rend cet impact modéré.

5.1.1.3. Qualité de l’Air

Les travaux de démolition peuvent impacter la qualité de l’air par des émanations des
poussières.

5.1.1.4. Impacts sur le sol

Les travaux de démolition peuvent présenter un risque de pollution du sol dû aux engins qui
peuvent occasionner des contaminations par les hydrocarbures. La dénudation du site déjà
construit met le site de nouveau à l’air ambiant.

125
5.1.1.5. Impacts sur les ressources en eaux

Pendant les travaux démantèlement, le risque de déversement accidentel des hydrocarbures


peut engendrer des impacts négatifs sur les eaux souterraines.

5.1.1.6. Impacts sur la sécurité des ouvriers

La circulation des camions de transport des matériaux issus du démantèlement, s’ils se font
en l’absence de clôtures et des plaques de signalisation peuvent constituer un risque pour la
sécurité des ouvriers et du public.

5.1.1.7. Impacts sur l’infrastructure routière

Cette phase peut entrainer une légère augmentation de circulation au niveau des routes
desservant le site cela pourra être compensé par la disparition des véhicules en activité
pendant la phase d’exploitation.

6. Matrice d’évaluation des impacts

Le tableau suivant donne d’une de manière synthétique les principaux impacts générés
durant les différentes phases de réalisation du projet : la phase d’aménagement et de
construction, la phase d’exploitation et la phase de démantèlement de l’unité :

126
Tableau XXIII : Matrice d'évaluation des impacts

routièreInfrastructure

économiquesMilieux socio-
Sol

Paysage
Ressources en eaux
Bruit et vibrations
Qualité de l’air

Flore et faune
Phase d’aménagement et de
construction
NC NC NC NC NC NC NC NC
Excavation et décapage du sol L L L L L L L L
--- --- - --- - -- -- ++
NC NC NC NC NC NC NC
Construction des différentes
L L L L 0 L L L
composantes du projet. -- -- -- - -- -- ++

Phase d’exploitation

C C C C C C
Production Lieux et distributions L L L 0 0 L L L
- - - - - ++
C C C C C
0
Bâtiments annexes L L 0 0 L L R
L
- -- + - +++
C C C NC C
STEP L 0 L 0 L L 0 L
- -- + - ++
NC NC NC NC NC C
Phase de démantèlement L L 0 L 0 L L L
- -- - -- -- ---
NC NC NC NC NC NC
Démolition L L 0 L 0 L L L
- -- - -- - ++
NC NC C C C
Valorisation et réaménagements L L L 0 0 L 0 L
- - ++ + ++
Impact positif : Elevé (+++), Moyen (++), Faible (+)
Impact négligeable ou insignifiant (0).
Impact négatif : Elevé (---), Moyen (--), Faible (-).
Impact continu (C), Impact non continu (NC), Impact de portée ponctuelle (P)
Impact de portée locale (L), Impact de portée régionale (R).

XII. Mesures de suppression, atténuation et compensation des impacts


négatifs du projet sur l’environnement

127
Les mesures d’atténuation sont l’ensemble des moyens envisagés pour renforcer les impacts
positifs liés à l’activité du projet et aussi pour prévenir, réduire, ou supprimer les impacts
négatifs liés aux activités du projet sur l’environnement. Les principales mesures
d’atténuation porteront sur :

La gestion des effluents liquides ;

la sécurité du personnel ;

La protection des ressources naturelles (sols, sous-sol, eaux souterraines etc.) ;

La gestion des rejets liquides et solides spécifiques à l’activité.

1. Mesures prises durant la phase de construction

1.1. Mesures prises pour réduire les impacts dus aux bruits et vibrations

Pour réduire l’impact lié aux bruits et aux vibrations, la Société prévoit l’utilisation des engins
bien entretenus présentant un bon état de fonctionnement et respectant les niveaux
sonores dictés par l’OMS (<50db).La société s’engage également à adopter un calendrier des
travaux tenant compte des horaires de repos des populations riveraines (éviter le travail de
nuit et durant les jours de repos). Par des panneaux de signalisation la société s’engage à
faire savoir la nature des travaux et le planning choisi.

1.2. Mesures prises pour réduire l’impact sur la qualité de l’air

Dans le but de réduire l’impact sur la qualité de l’air,les envols de poussières seront atténués
par l’arrosage fréquent des lieux d’émanation de poussièreset par le bâchage des camions
assurant le transport des matériaux de construction et par la limitation des vitesses de
circulation des camions.

1.3. Mesures prises pour réduire l’impact des rejets liquides et solides au niveau du
chantier

Vis-à-vis des rejets liquides, la société s’engage à mettre à la disposition de l’ensemble des
ouvriers des sanitaires amovibles et vidangeables à la fin de chaque journée à des endroits
appropriés et autorisés et aux frais de la société. Les déchets solides seront collectés et
stockés dans des bacs fermants prévus à cet effet pour être évacués vers la décharge de la
commune et aux frais de la société. Lors de la phase de construction, les déchets solides

128
composés de gravats, de ferraille, seaux de peinture,…etc sont collectés et évacués par une
société spécialisée et autorisée.

1.4. Mesures pour réduire l’impact sur le sol

Afin d'éviter les fuites d'huiles au niveau du site, la société s’engage à ne pas réaliser les
opérations d'entretien des engins in situ. Cette opération se fera en hors site par des
sociétés appropriées et autorisées. Elle s’engage à établirun plan d’urgence contre les
déversements accidentels des produits contaminants. La société adopte une politique
consistant à minimiser les déchets générés par les chutes de matériaux de construction. Elle
devra prévoir le réaménagement de la voirie à l’intérieur du site et le nettoyage des parties
et la remise en état des zones non construites.

1.5. Mesures prises pour réduire l’impact sur les ressources en eaux

La société s’engage à éviter toute fuite d'huiles et/ou de carburant ou de tout autre polluant
sur les sols dans le but de lutter contre les infiltrations vers les ressources en eau. Un plan
d’urgence contre les déversements accidentels des produits contaminants sera mis en
œuvre dès que c’est nécessaire.

1.6. Mesures prises pour réduire l’impact sur la sécurité des ouvriers
Pendant la phase des aménagements et de l’installation des équipements, la protection et
l’assurance de la sécurité du personnel s’établira sur les points suivants :

Embauche de personnel qualifié,

Le respect strict des procédures de travail,

Le port des équipements de protection individuelle adaptés aux risques éventuels E.P.I (un
casque de sécurité, des gants et des vêtements à haute visibilité et des bottes à embout
d'acier),

Prévention d’une valise pour les soins de premier secours,

Mise en place des panneaux de signalisation des travaux et de limitation de vitesse des
véhicules à l’approche du site, et de la régulation d’accès au site.

129
Mise en place d’une clôture pour circonscrire la zone des travaux et réguler l’intrusion des
personnes au sein du site en construction. Une barrière de chantier d’une hauteur de 3 m
avec mention « chantier interdit au public » sera également placée à l’entrée.

1.7. Mesures prises pour réduire l’impact sur l’infrastructure routière


La société s’engage à faire respecter la charge autorisée en tonnage des camions utilisés à
contribuer à la limitation des perturbations de la circulation par le placement des enseignes
de circulation et quand il le faut la réparation immédiate des dommages causés à la route
provinciale au niveau de l’accès au site.

1.8. Mesures prises pour réduire l’impact sur le paysage


Au niveau du site du projet la société va mettre une clôture, et elle s’engage à aménager un
espace vert pour atténuer l’impact sur le paysage environnant et pour compenser l’impact
sur la phyto-diversité. Le choix des espèces se fera en concertation avec la Direction
Provinciale de l’agriculture et la Direction provinciale des eaux et forêts.
La Société s’engage aussi à enlever les débris après l’achèvement des travaux et remettre en
état toute modification apportée à l’état initial.

2. Mesures proposées pendant la phase d’exploitation

La société FORTUNE MAROC s’engage à faire une caractérisation de l'état initial de


l'environnement par des analyses à faire par un laboratoire spécialisé.
La société FORTUNE MAROC s’engage à faire la caractérisation des différents paramètres
environnementaux avant le démarrage de l'activité.

2.1. Mesures prises pour réduire l'impact sur la qualité de l'air

Afin de maîtriser les émissions de gaz, la société FORTUNE MAROC va équiper l’unité par
une hotte aspirante et un système de ventilation. Les installations de production sont
équipées de filtres adaptés garantissant un rejet de particules dans l’air respectant les
normes fixées par la réglementation de 150mg/nm³. Ces filtres sont régulièrement contrôlés.
Le changement des filtres se fait à chaque fois que c’est nécessaire par une société
spécialisée, en principe 2 fois par an.

130
2.2. Mesures atténuantes de l’impact des rejets liquides

2.2.1.Mesures à prendre pour la gestion des eaux pluviales

Les eaux pluviales au niveau de l’unité de la Société FORTUNE MAROC sont acheminées
vers un bassin de rétention des eaux pluviales, ce bassin est étanche évitant ainsi toute
infiltration vers les ressources en eaux souterraines.
Les eaux pluviales tombant sur les toits et sur les aires bétonnées non couvertes seront
acheminées par les gouttières et descentes de gouttières (1) vers un bassin de rétention de
ces eaux pour y être traitée à travers un lit de sable de filtration (2) Avant de joindre le
bassin de rétention des eaux pluviales, les eaux de pluies traversent un lit de sable
(élimination des MES et de tous les résidus organiques contenus dans l’eau), L’eau de pluie
filtrée est ensuite stockée dans le bassin de rétention pour servir à l’arrosage des espaces
verts en périodes sèches (7 mois de l’année). Une pompe de refoulement (3) munie d’une
crépine d’aspiration permet l’exploitation de l’eau stockée dans le bassin. La crépine
d’aspiration est équipée d’un flotteur afin d’éviter l’aspiration des fins sédiments déposés
sur le fond.
Le schéma ci-dessous donne une idée sur la gestion des eaux pluviales au sein de l’unité
FORTUNE MAROC:

Lit de sables
1 Bassin de rétention des
eaux pluviales

Figure 16 : Schéma résumant la gestion des eaux pluviales à FORTUNE MAROC

131
2.2.2.Mesures à prendre vis à vis de rejets liquides domestiques

Les rejets liquides sont les eaux usées domestiques générées par le personnel. Ces eaux
seront évacuées vers le système de traitement des eaux usées à installer après validation de
la LYDEC et de l’ABH BC.
Toute l’eau prélevée pour préparer les pates est consommée dans les produits finis et elle
sera évaporée au moment de la cuisson.

2.2.2.1. Mesures à prendre vis à vie de rejets liquides industriels

2.2.2.1.1. Eaux de lavage 

Le nettoyage des cuves et des surfaces se fera par l’eau chaude et par la vapeur d’eau : 
Se fait par des Machine de lavage en continu à vis d'Archimède (Annexe4).
La vapeur haute pression, haute température a un effet 100% bactéricide, elle dissout les
graisses et élimine le biofilm microbien. Cela constitue un désinfectant naturel, cette
solution écologique «zéro produit chimique» détruit les bactéries, virus et microbes des colls
aux surfaces des cuves.
Les applications de nettoyage et désinfection à la vapeur couvrent l’ensemble des
équipements et surfaces de la production agroalimentaire :
Entretien vapeur des vannes, des grilles de protection, des structures et passerelles.
 Nettoyage vapeur des zones et racks de stockage des produits.
Dégraissage vapeur des blocs moteur, transmissions et connexions.
 Désinfection vapeur des machines inox de conditionnement, de remplissage ou de
pesage.
Décapage par la vapeur des équipements annexes : cuves, four et grilles de cuisson,
mélangeurs, trieurs, etc.
 La vapeur élimine tous les corps gras et préserve les installations : La réduction maximale
d’utilisation d’eau permet d’obtenir des niveaux d’humidité résiduelle minimum sans altérer
la qualité de la production et le fonctionnement des installations électriques.
Les corps gras tel le beurre, les huiles alimentaires, le chocolat, le lait, les graisses, le sucre,
se décollent et disparaissent très rapidement au premier passage de la vapeur.

132
2.2.2.1.2. Huiles de maintenance et de lubrification

Ces rejets sont collectés dans des futs étanches imperméables stockés dans des aires
couvertes dont les sols sont bétonnés et rendus imperméables à toute fuite liquide et munie
de système de rétention. Ces rejets seront confiés à une société spécialisée et autorisée
avec laquelle la société FORTUNE MAROC s’engage à signer avec elle un contrat dans ce
sens.

3. Conclusion

Pour réduire l’impact des rejets liquides de la phase d’exploitation sur les ressources en
eaux, la société s’engage à :

Ne pas évacuer les rejets liquides dans le milieu naturel,

Acheminer les eaux usées vers un système de traitement des eaux usées puis vers le réseau
d’assainissement de la ZI.

Evacuer les rejets industriels générés par le lavage des cuves de préparations des pâtes vers
le système de traitement des eaux usées avant de les faire évacuer vers le réseau
d’assainissement de la ZI

Collecter les huiles et graisses issus des opérations de maintenance dans des fûts étiquetées
placés dans une plateforme étanche, bétonnée et avec rétention, ces fûts sont ensuite
confiés à une Société spécialisée et autorisée.

Collecter les eaux pluviales des toitures par les gouttières et évacuées via les conduites et
canalisation vers le collecteur des eaux pluviales puis acheminées vers le bassin de rétention
des eaux pluviales après passage au niveau d’un lit de sable installé au préalable et nettoyé
et entretenu par une société spécialisée et autorisée.

2.2.2.1.3. Mesures de réduction des impacts sur le sol

Cependant La protection du sol et du sous-sol s’effectuera à partir des points suivants :


L’interdiction de tout déversement sur le sol.
La mise en place des bacs à ordure dans l’unité.
L'évacuation des eaux usées vers le système de traitement des eaux usées.
Le ramassage des déchets solides dans des conteneurs spécifiques et leur évacuation vers la
décharge.

133
2.2.3. Mesures d’atténuation des impacts des déchets solides

Les déchets domestiques dus aux besoins vitaux du personnel qui sont estimé à 200 g
personne par jour seront mis dans des bacs fermant, et collectés puis transportés vers la
décharge en concertation avec la commune à la fin de chaque journée à la charge de la
société.
Les déchets spécifiques à l’activité seront confiés à une société spécialisée pour leur
valorisation. Les déchets dangereux (chiffons souillés et bidons ayant contenu des huiles et
graisses) seront ramassés et mis dans des contenairs spécifiques pour les confier à une
société spécialisée.

134
3. Plan de gestion des déchets

Les déchets générés pat l’unité de confiserie, biscuiterie et chocolaterie sont comme suit :

Tableau XXIV : Plan de gestion des déchets

Type Quantité Source Conditionnement et Devenir


stockage
Rejets liquides Selon pluviométrie Bassin de rétention
annuelle Précipitations des eaux pluviales Bassin de rétention des
Eaux pluviales
annuelles eaux pluviales
(360 mm par an)
Réseau du système Système de traitement
20 / litres/jour par
de traitement des des eaux usées
Rejets liquides personne soit 177 x Personnel de
eaux usées Puis réseau
domestiques 20 = 3540 litres par l’unité
d’assainissement public
jour
Bouskoura
Réseau du système
lavage des cuves Système de traitement
Rejets de lavage 350 l/j de traitement des
de préparation des eaux usées
eaux usées
Cuve de réception
Réseau
reliée au réseau
Rejets de l’adoucisseur 462,8 litres par jour Adoucisseur d’assainissement public
d’assainissement
Bouskoura
interne
Rejets liquides Variable estimé à 300 Entretien des Dans des futs Confiée à une société
dangereux litres par semestre machines et fermants au niveau spécialisée et autorisée
changement des d’une aire couverte à (contrat à signer)
huiles et plateformes
bétonnée et avec
lubrifiants
rétention
Container fermant à Décharge la plus
Déchets solides 35.4 kg par jour Activités du ordures ménagers proche en concertation
ménagers (177*200g /j) personnel avec le conseil
communal
1 à 2% de la
Déchets solides production Activités de la
Container fermant Société Spécialisée
spécifiques à l’activité 2 x 15 200 t / an production
Déchets solides
Soit 304 tonnes par an
Déchets dangereux nettoyage /
(chiffons souilles par les entretien et
huiles usagées, les lubrification des Container fermant
Variables Société Spécialisée
graisses) machines et
Boues de la STEP outils de
Refus du lit de sables production

Emissions Selon consommation Four de cuisson Emanations vers filtres


Eau CO2 et H2O hotte aspirante
atmosphériques et production Chaudière

------------------------
Système de
Bruits Bruits émis <50 DB Air ambiant
production

136
Gestion des déchets : Le plan ci-dessous résume comment seront gérés les déchets au sein de l’unité FORTUNE MAROC

Devenir Aspiration par des hottes à installer Vers la Station d’Epuration des Eaux usées Bassin de Rétention des
Eaux pluviales

Eaux pluviales
CO2 et H2O Matières premières : Farine, Eau, Sel, Sucres, Lait en poudre, Graisse et Huiles
végétales, Palme, Cacao en poudre et Masse de Cacao, Pâte de noisette
Additifs : Lécithine, Arômes alimentaires, levures alimentaires, Bicarbonate
d’ammonium, Vanilline, Bicarbonate de sodium et Pyrophosphate
Eau pour le Personnel : 4425 litres / jours, eau Industrielle :156 m3 / mois
Energie :Electricité : 1 200 KVA, Gaz Propane: Citerne de 4,5 m3 770 m3/ an

Types Gazeux Déchets solides liquides

Gazeux Boues de STEP, refus du lit de sables Domestiques


3540 litres/ jour
Solides

Nature Industriels : spécifique à l’activité : 304 tonnes /an Huiles et graisses : 300l/semestre


Industriels dangereux variable Eaux de lavage : Variable
Domestiques35.4 kg/jour
Quantité

Besoins vitaux du personnel Chiffons souilles par les huiles usagées, les graisses issus de la maintenance des équipements
Origine Lydec Procédé de fabrication Besoins vitaux du personnel
Maintenance des équipements Lavage des matériaux de la production
137
Décharge la plus proche en concertation avec la commune

Les eaux pluviales seront évacuées vers le bassin de rétention des eaux pluviales. Société spécialisée
Les huiles usagées, les chiffons souillés par les huiles et les déchets industriels sont
stockés dans une plateforme couverte, étanche confiés à une Société spécialisée.
Les Déchets solides ménagers sont stockés dans un contenair à déchets ménagers
puis évacués vers la décharge la plus proche en concertation avec le conseil
communal.

3.1. Mesures pour réduire l’impact sur le paysage

3.1.1.Mesures pour réduire l’impact de bruit

Les émissions du bruit au niveau du projet sont négligeables. Notons qu'au sein de l'unité, le
niveau du bruit demeure inferieur à 50 db.
Mais pour raison de sécurité, la société proposera des équipements de protection
individuelle pour le personnel et aussi la société veillera à réaliser des écrans acoustiques,
par exemple en prévoyant un revêtement adéquat sur les plafonds et les murs.

3.1.2.Mesures de réduction des impacts sur le sol

Cependant La protection du sol et du sous-sol s’effectuera à partir des points suivants :


L’interdiction de tout déversement sur le sol.
La mise en place des bacs à ordure dans l’unité.
L'évacuation des eaux usées domestiques vers le système de traitement des eaux usées.
Le ramassage des déchets solides dans des conteneurs spécifiques et leur évacuation vers la
décharge.

3.1.3.Mesures d’atténuation des impacts des déchets solides

Les déchets spécifiques à l’activité seront confiés à une société spécialisée pour leur
valorisation.
Les déchets domestiques dus aux besoins vitaux du personnel qui sont estimé à 200 g
personne par jour seront mis dans des bacs fermant, et collectés puis transportés vers la
décharge en concertation avec la commune à la fin de chaque journée à la charge de la
société.

Les chiffons souillés et bidons ayant contenu des huiles et graisses issues de la maintenance
des équipements sont confiés à une Société spécialisée et autorisée.

3.1.4.Mesures pour réduire l’impact sur le paysage

138
La société met en place une clôture délimitant le site, et s’engage à aménager un espace
vert dans le but d’atténuer l’impact sur le paysage environnant et de compenser l’impact sur
la flore.

3.1.5.Mesures prises pour la protection de la sécurité du personnel

Lors de la phase d’exploitation de l’unité, la protection du personnel s’effectuera de la façon


suivante :

- L’Embauche de personnel qualifié ;


- Le respect strict desprocédures de travail ;
- Le port des blouses, gants, bonnet, casques antibruit et chaussures adéquates
pour le personnel de l’unité. Et celui-ci suivra une formation de base sur la
sécurité en unité avant toute prise de service ;
- Présence d’une pharmacie pour les soins de premiers secours ;
- Tenu du dossier médical  par un médecin de travail ;
- installation des extincteurs pour lutter contre les incendies, ces extincteurs
devront être faciles à l’usage par le personnel ;

3.1.6.Mesures prises pour garantir l’hygiène

Toute personne travaillant au niveau de l’unité, sera obligée de porter les EPI : lunettes de
protection, blouses, gants et bonnets pour éviter toute contamination des produits
fabriqués.
La société FORTUNE MAROC s’engage à instaurer un système de surveillance de la qualité
et salubrité des produits fabriqués : mesures d’hygiène et de sécurité alimentaire le long
de la chaine de fabrication. Cette tâche sera confiée au laboratoire d’analyses de la
société. Les services de l’ONSSA seront autorisés à effectuer des visites de contrôle
inopinées à l’unité de FORTUNE MAROC.
La société FORTUNE MAROC s’engage à faire valider le plan de masse de l’unité par l’ONSSA
pour assurer une qualité des produits à mettre sur le marché.
La Société Biscoalnd s’engage à ce que toute sa production soie soumise au contrôle de
l’ONSSA et avoir les agréments requis

139
La société s’engage aussi à installer un système3D : Dératisation, Désinfection et
Désinfection au sein de l’unité les produits utilisés à cet effet devront être homologués par
les services du Ministre de la santé.

3.2. Mesures d’atténuation de la phase de démantèlement

3.2.1. Mesures pour réduire l’impact sur l’air

Les mesures proposées pour l’air sont les mêmes que celles proposées durant la phase de
construction notamment : i) l’utilisation de l’eau pour l’arrosage des points et des voies
d’envols de poussières avant de procéder aux travaux, ii) le bâchage des camions de
transport, et iii) la limitation des vitesses de circulation de tous les engins utilisés.

3.2.2. Mesures pour la préservation des sols et des ressources en eaux

Afin de réduire les risques sur le sol durant cette phase, il faut favoriser la réutilisation des
matériaux et équipement démantelés, réserver des places spécifiques pour le stockage des
produits polluants dans l’attente de les confier à une société spécialisée, empêcher tout
déversement dans le milieu naturel de toute sorte de rejet liquide, et remette en état initial
le sol à la fin des travaux.
Dans ce sens, la Société FORTUNE MAROC prendra toutes les mesures nécessaires pour
combattre ce type d'impacts et interdire tout rejet dans le milieu naturel quelque soit sa
nature et son origine

3.2.3. Mesures pour la sécurité des ouvriers

La société s’engage à respecter les horaires du travail, et obliger le port des EPI par
l’ensemble des ouvriers opérant sur le site du projet.

3.2.4. Mesures prises vis-à-vis de l’infrastructure routière

Pour réduire l’impact sur l’infrastructure routière, on propose de mettre les matériaux issus
du démantèlement loin des accès afin d’éviter le blocage de circulation et d’évacuation en
cas d’accident. La limitation de la vitesse des camions de transport des matériaux

140
démantelés atténue fortement la dégradation de la route. Lorsque cela se produit une
réparation des tronçons dégradés de la route s’impose, ainsi que l’implantation des
enseignes de signalisation et l’affichage des consignes de sécurité.

XIII. Programme de surveillance et suivi environnemental

Un plan de surveillance et de suivi de l’environnement sera mis en place afin de s’assurer du


respect des éléments suivants lors des phases de l’aménagement et pendant l’exploitation :
Lois et réglementation en vigueur.
Mesures d’atténuation prévues dans l’étude d’impact sur l’environnement.
Engagements de La société pour le respect de l’environnement.
Le plan de surveillance et de contrôle décrit les actions, les méthodes et les fréquences
nécessaires pour le suivi et l’enregistrement des niveaux d’impact sur l’environnement.
Dans le but d’assurer un suivi des actions entreprises par la société FORTUNE MAROC , suite
aux recommandations et prescriptions techniques de la présente étude, le promoteur
s’engage à adopter et à respecter le plan de surveillance consigné dans le tableau ci-
dessous :

141
La société FORTUNE MAROC s'engage à appliquer les actions prévues pour atténuer les impacts générés par les activités du projet
Tableau XXV: Programme de surveillance et de suivi des mesures d'atténuation

Phases Milieu concerné Indicateurs Lieu / point de Méthodes et équipement Fréquence des Responsabilité
de suivi prélèvement mesures
Phase d’aménagement et de construction

Air Poussières Au voisinage du -Bâchage des camions


chantier -Arrosage des points d’envol des
poussières

Bruits Au voisinage du -Suivi de l’état des engins


chantier -Limiter la vitesse de circulation

Voies de circulation Etat des Les accès au site -Contrôle visuel et aménagement
Société
routes de la route
FORTUNE
-La société FORTUNE MAROC
Durant toute la MAROC
s’engage à aménager l’accès au
phase de
site de l’unité objet de ce projet
construction
- La société FORTUNE MAROC
s’engage à tenir compte de la note
de renseignements concernant La
ZNA et les voies d’accès.

à collecter puis faire évacuer


Déchets par une société spécialisée et
solides autorisée.
Ressources en eaux générés FORTUNE MAROC exigera
composés Au niveau du site du l’évacuation de ces déchets et
de gravats, projet leur traitement à des endroits
de ferraille, appropriés et autorisés

142
seaux de
peinture
-L’utilisation des sanitaires Durant toute la
amovibles et vidangeables à la fin phase de
Pollution Voisinage du site de chaque jour pour les rejets construction Société
liquides FORTUNE
-Evacuation des déchets solides MAROC
domestiques vers la décharge en
concertation avec la commune.
Phase d’exploitation

Qualité de Au sein de l’unité Installation d’une hotte aspirante Durant toute la


Air l’air et des filtres pour réduire les phase
émissions gazeuses d’exploitation
Bruits Au sein de l’unité Utiliser des équipements en bon Durant toute la
état de fonctionnement phase
d’exploitation
Eaux Pluviales pH, Bassin de rétention Selon les méthodes d’analyses
Température, des eaux pluviales normées Semestrielle Un laboratoire
DBO5, DCO , agréé
MES, sels
azotés,
coliformes
totaux,
coliformes
fécaux,
Hydrocarbure
s et huiles

143
Société
- Collecter et trier les déchets Durant toute la FORTUNE
solides ménagers dans des bacs phase MAROC
Déchets appropriés, et les placer dans des d’exploitation
Rssources en eaux solides Au sein de l’unité endroits convenables pour leur
évacuation vers la décharge la plus
proche en concertation avec le
conseil communal.
-Confier les déchets spécifiques à
l’activité à une société spécialisée
pour la valorisation.
-Les chiffons souillés huiles et
graisses issus de la maintenance
et l’entretien des équipements
sont confiés à une Société
spécialisée
Eaux Au niveau de l’unité Acheminer les eaux pluviales vers Durant toute la
pluviales un bassin de rétention des eaux phase Société
pluviales d’exploitation FORTUNE
MAROC

- Evacuer les eaux usées Durant toute la


domestiques dans le système de phase
Eaux usées et Au niveau du site traitement des eaux usées. d'exploitation Société
huiles -Collecter les huiles et graisses FORTUNE
usagées dans des fûts étiquetées placés MAROC
dans une plateforme étanche et
bétonnée et les confier vers une
Société spécialisée
- La société FORTUNE MAROC

144
s’engage à ne pas creuser de puits
- La société FORTUNE MAROC
s’engage à prendre toutes les
dispositions nécessaires pour
éviter le déversement des rejets
liquides non traités dans le milieu
naturel et de prévoir la mise en
service du système de traitement
des eaux usées en concertation
avec la LYDEC avant le démarrage
de la phase d’exploitation
-La société s’engage à raccorder
son unité au réseau
d'assainissement conformément
au plan d'aménagement et à signer
une convention avec Lydec
La société FORTUNE MAROC
s’engage à traiter les rejets
aquatiques industriels dans un
système de traitement des eaux
usées avant leur évacuation
dans le réseau d’assainissement
conformément au plan
d’aménagement
-La société FORTUNE MAROC
Produits Au niveau du site s’engage à valider le plan de masse
Qualité du produit fabriqués de l’unité par l’ONSSA pour assurer Durant toute la Société
une qualité des produits à mettre phase FORTUNE
sur le marché d'exploitation MAROC
-La société FORTUNE MAROC
s’engage à instaurer un système de
surveillance de la qualité et

145
salubrité des produits fabriqués :
mesures d’hygiène et de sécurité
alimentaire le long de la chaine de
fabrication.
-La société s’engage aussi à
installer un système 3D :
Dératisation, Désinfection et
Désinfection au sein de l’unité les
produits utilisés à cet effet devront
être homologués par les services
du Ministre de la santé.
Humain Sécurité du Au niveau de l’unité -Assurer le port des équipements Durant toute la Société
personnel de protection individuels adaptés phase FORTUNE
aux risques éventuelles (Gants, d'exploitation MAROC
blouses, bonnet, chaussures de
sécurités et casques)
-Installer des extincteurs
d’incendies
Phase de démantèlement

-Arrosage des points et endroits


d’envol des poussières, et bâchage Durant toute la
Atmosphère Poussières Voisinage du des camions de transport des phase de
chantier matériaux de construction démantèlement
Obliger aux conducteurs de limiter
les vitesses de circulation
Société
Bruits Voisinage du Suivi de l’état des engins FORTUNE
chantier MAROC
Voies de circulation Etat des Les accès du site Contrôle visuel
routes
Ressources en eaux -L’utilisation des sanitaires
Voisinage du site amovibles et vidangeables à la fin

146
de chaque jour pour les rejets
liquides.
-Evacuation des déchets solides
domestiques vers la décharge en
concertation avec la commune.

147
Performance de la STEP
Les données techniques présentées à l’annexe 2 montrent que la STEP aura les performances de la STEP

Phases Milieu concerné Indicateurs de suivi Lieu / point de Méthodes et Fréquence des Responsabilité
prélèvement équipement mesures

Indicateurs de pollution : Entrée de la STEP Prélèvements et analyse Sté FORTUNE


DBO5, DCO, NTK , Sels selon les méthodes MAROC
azoté : NO3, NO2 et Ions normées
STEP ammonium
Germes pathogènes
Débit Semestrielles
Exploitation Indicateurs de pollution : Sortie de la STEP
STEP DBO5, DCO, NTK , Sels
azoté : NO3, NO2 et Ions
ammonium
Germes pathogènes
Débit

148
149
150
Afin de s’assurer du respect de l’application des mesures d’atténuation et de compensation et des exigences fixées par la loi régissant le
secteur de l’environnement, la société FORTUNE MAROC s’engage à suivre la qualité des eaux et de l’air.La société FORTUNE MAROC s’engage
à fournir le bulletin d’analyses biologiques et physico-chimiques des éléments du milieu récepteur de l’unité (sol, air et eau) avant le démarrage
de l’activité et s’engage également pour en faire le suivi en définissant un Programme de Suivi et de Surveillance Environnementale (PSSE).
Tableau XXVI : Programme de surveillance et de suivi de l'environnement affecté

Milieu affecté Indicateurs / paramètre à Lieu / point de Méthodes et Fréquence des Responsabilité Organismes
surveiller prélèvement équipement mesures chargés
Eaux pH, Température,
souterraines Conductivité électrique, Puits le plus proche Selon les méthodes Semestrielle Société BISCOLAND Un laboratoire
matières organiques, MES, d’analyses normées agréé
coliformes totaux,
coliformes fécaux
(conformément à la
réglementation en vigueur)
Air Oxydes d’azote NOx, Au niveau de Selon les méthodes Annuelle Société BISCOLAND Un laboratoire
Oxydes de soufre SOx, l'unité d’analyses normées agréé
Monoxyde de carbone CO, Et au voisinage
Dioxyde de carbone CO2
Humain Suivi médical Local réservé au Tenue du dossier Annuelle et à Société BISCOLAND Médecin de
médecin de travail médical chaque fois que travail
c’est nécessaire

151
XIV. Bilan environnemental

L’évaluation de l'état initial de l'environnement a permis de montrer que le milieu est peu
sensible de plusieurs points de vue : les composantes abiotiques et biotiques du milieu,
l’esthétique paysagère.
Compte tenu de l'état initial du milieu, il a été relevé que la majorité des impacts mis en
évidence sont moyens à faibles. Les mesures d'atténuation proposées dans le cadre de la
présente étude d’impact devraient minimiser et maîtriser les impacts négatifs identifiés.
Les impacts positifs générés par le projet, se concrétisent par le dynamisme économique
qu'il apporte à la zone de l'étude :

L’investissement dans ce projet atteint de 100 000 000,00 DH et aura un impact très positif
par :
Le développement de la commune,
La création d’emplois de 177 emplois;
La commune bénéficiera des taxes liées à l’activité (TVA),
La contribution au développement du secteur agroalimentaire.
Le projet aura des impacts négatifs durant la phase d’aménagement, construction et la
phase de l’exploitation sur la qualité de l’air, l’infrastructure routière et sur le sol ainsi que
des impacts liés aux déchets solides et liquides.
Ces impacts sont maitrisables par les mesures que la société met en œuvre au sein de son
site.
La société a mis en place un programme de suivi et de surveillance qui assure la continuité
de renforcement des effets positifs du projet et une surveillance suivie de tous les effets
négatifs. Ce contrôle se fera par les analyses fréquentes et répétées par un laboratoire
spécialisé de l’état des ressources en eaux situé au périmètre de l’étude. La qualité de l’air et
l’état de la santé du personnel de la société feront aussi l’objet d’un contrôle régulier.

152
XV. Conclusion

La présente étude d’impact sur l’environnement concerne les activités du projet d’une unité
industrielle de boisson, biscuiterie et chocolaterie présenté par la Société FORTUNE MAROC
au niveau de la commune de OUELED SALAH , Province de Nouaceur .
Il importe de souligner l’importance de ce projet dans la création de 177 emplois directs et
par un investissement de l’ordre de 100 000 000,00 DH et par un apport à la commune lié
aux taxes (TVA).
Il importe de souligner que comme tout projet industriel assujetti à l’étude d’impact sur
l’environnement, ce projet présente des impacts négatifs qui sont surtout des rejets liquides,
rejets solides, des émissions gazeuses issus de l’ensemble des activités de l’unité, mais ces
impacts négatifs restent non significatifs puisque la société FORTUNE MAROC s’engage à
prendre des mesures d’atténuation susceptibles de réduire fortement les effets négatifs et
de renforcer les impacts positifs. LeProgramme de Surveillance et de Suivi Environnemental
développé dans cette étude et de toutes les recommandations de la Commission Régionale
d’investissement (CRUI) de la Région Casablanca-Settat sont des garants pour que l’unité
puisse être installée tout en accordant à la dimension de la protection de l’environnement
l’importance qu’elle mérite.
Il est souhaitable que la société FORTUNE MAROC puisse être autorisée à s’installer à la
zone Industrielle de Bouskoura, le bilan environnemental est relativement positif,
l’autorisation de ce projet d'une unité de confiserie, biscuiterie et chocolaterie présenté
apportera de la valeur ajoutée à la commune et à toute la Région de Casablanca-Settat.

XVI. Références bibliographiques

A. ZEROUALI, L .LAKFIFI, A . LARABI*, A . AMEZIANE 2001 : Modélisation de la nappe de


Chaouia Côtière (Maroc) First International Conference on Saltwater Intrusion and
Costal Aquifers Monitoring, Modeling, and Management. Essaouira, Morocco, April 23-
25, 2001.
Agence du Bassin Hydraulique de Bouregreg et de la Chaouia : Rapports disponibles sur les
sites web et à l’occasion des rencontres scientifiques depuis 1994 – 2018.
Bear J. 1979 : Hydraulics of groundwater Mc Graw-Hill Inc.
Bolelli E., Lesguise N. 1952 : Chaouia. Hydrogéologie du Maroc, Monographie régionales.
XIX Congrès Géologique international d’Alger.

153
Bolelli E., Lesguise N. 1951 : Étude hydrogéologique de la région de Bouskoura-Mediouna
Berrechid. – Rapport inédit, Centre Et. Hydrogéol, Rabat.
Bonnet M. 1978 : Thèse Doctorat Ing., Institut National polytechnique de lorraine,
Nancy. Méthodologie des modèles de simulations en hydrogéologie.
Direction Générale de l’Hydraulique (DGH) 1997 : Etude de la plaine de Berrechid,
mission 1. Description et analyse, Edition définitive (Annexes A et B). Rabat. Maroc.
Direction Générale De L’hydraulique (Dgh).1985) : Etude du plan directeur intégré
d’aménagement des eaux des bassins Sébou, Bouregreg et Oum Errabia. Sous-
mission IB3-IB4, Etude hydrogéologique de la nappe de Berrechid..
El Bouqdaoui K. 1995 : Etude géologique et géotechnique de la ville de Settat.
Cartographie géotechnique et substances utiles de la province de Settat, Doctorat
3ème cycle, Univ. Med V, Fac. Sc. Rabat.
EL BOUQDaOUi Karima, AACHiB Mostafa, BLaGHEN Mohammed et KHOLtEi Sanaa 2008:
Modélisation de l’écoulement de la nappe de Berrechid (Maroc) 2008 : Article published
by SHF and available at http://www.shf-lhb.orgor
http://dx.doi.org/10.1051/lhb:2008019
El Mansouri B. 1990  : Modélisation mathématique des écoulements souterrain de la
nappe de Berrechid (Maroc). DEA Univ. Sc. Tech. Lille I.
El Mansouri B. 1993 : Structure et modélisation quantitative de l’aquifère de Berrechid.
Validation par l’approche géostatistique. Thèse Doctorat Univ. Sc. Tech. Lille I.
Environmental Modeling Research Laboratory. (1999) : Groundwater Modeling System
GMS Reference Manual Birmingham Young University. Birmingham.
Hasnaoui Moulay Driss,  Bouziane Ahmed, Ouazar Driss,  Alaoui Mohamed,   Boudaoud
Youness et  Hadine Achraf 2015 : Modélisation de l'impact de la collecte des eaux
pluviales sur l'atténuation des crues dans le bassin du Bouskoura et perspectives
d'adaptation au changement climatique. La Houille Blanche, n°1, 2015, p. 56-62.
Hazan R. M., MoullardL. 1962 : Notice hydrogéologique de la plaine de Berrechid, Office
National des Irrigations, Services des Ressources en Eau, Rabat.
Hazan R., Ferre M. 1964 : Notice hydrogéologique de la plaine de Berrechid, Office
National des Irrigations, Services des Ressources en Eau, Rabat.
Ministère charge de L’Aménagement du Territoire, de L’Eau et de L’Environnement (MATEE)
2003 : Etat de la qualité des ressources en eau au Maroc (année 2000-2001). Rabat.
Maroc.
Moniton L., Lesguise N. 1960 : Notice explicative de la carte hydrogéologique de la
région de Casablanca. Notes et Mémoires du Service Géologique Rabat, Maroc. 131
Moullard L., Hazan R. 1960 : Nappe phréatique de la plaine de Berrechid. Assoc. Inter.
Hydrol. Sc. Helsinki. 52 : 105-142
Mounjid J., R. M’hamdi, S. Oubraim, S. Karim, S. Fadlaoui, S. El Amrani, N. Iounes  2010 :
Evaluation d’impact des rejets de la zone industrielle d’Ouled Saleh sur la qualité des
eaux du cours d’eau Bouskoura : Caractérisation physicochimique et écotoxicologique
4ème journée : Gestion Environnementale des Produits Chimiques Mardi 13 avril Fac
Sciences Ben M’sik Casablanca,
Mounjid J. 2014  : Caractérisation et évaluation des risques environnementaux liés aux
activités anthropiques sur les cours d'eau périurbains (Bouskoura et Merzeg) du Grand
Casablanca. : Thèse de Doctorat, Faculté des Sciences de Ben M’SIK université Hassan II –
Casablanca.

154
Ruhard J. P. 1975 : Chaouia et la plaine de Berrechid (Tome 1). Ressources en Eau du
Maroc. Notes et Mémoire du Service Géologique. 231.
STOFFNERR Fabian  2016 : Modélisation du bassin de Bouskoura avec STORM -
Méthodologie du développement d’un modèle hydrologique - Fabian STOFFNERR – GIZ
AGIRE.

XVII. Annexes
Liste des annexes

- Descriptif technique de la STEP


- Fiche technique de la chaudière
- Description de la laverie
- Plan de situation
- Attestation de classement des activités de l’unité
- Bilan des matières à l’unité de FORTUNE MAROC
- Fiche technique du four
- Fiche technique du filtre
- Plan de masse
- Plan d’assainissement
- Convention avec Polluclean
- Fiche technique acide citrique
- Fiche technique arome
- Fiche technique arome1
- Fiche technique arome2
- Fiche technique Lécithine
- Fiche technique Vanilline
- Assainissement tracé en plan
- Assainissement bassin rétention eaux pluviales
- Bassin rétention eaux pluviales

155

Vous aimerez peut-être aussi