Vous êtes sur la page 1sur 43

GROUPE 6

L'ÂGE BAROQUE 1600 - 1750


Le triomphe des immaculés,
Paolo de Matteis, 1710-1715
GROUPE 1
PETER PAUL RUBENS
L’ÉLÉVATION DE LA
CROIX
1610-1611
GROUPE 2
LE
CARAVAGE
LE MARTYRE
DE SAINT
MATTHIEU
1599-1600
REMBRANDT
GROUPE 3 LA RONDE DE NUIT 1642
GROUPE 4
JOHANNES
VERMEER
LA JEUNE FILLE À
LA PERLE
1665
GROUPE 5
DIEGO VELÁZQUEZ
LES MÉNINES
1656
GEORGES DE LA TOUR
LA MADELEINE AUX DEUX FLAMMES
1640

MERCI MAINTENANT DE RÉPONDRE À CETTE QUESTION,


EN DONNANT UN OU DEUX ARGUMENTS:
SELON VOUS, QU'EST-CE QUI EST CARACTÉRISTIQUE
DE VOTRE ŒUVRE BAROQUE PAR RAPPORT À CELLE-CI?
Conscience individuelle Mouvement

Effets dramatiques
Ornementation

Contraste

Virtuosité
Exagération

CE QUE L’ON REMARQUE DANS L’ART BAROQUE


GÉNÉRALITÉS

• Le mot baroque est repris de l’histoire de l’art, il désigne


en portugais une perle irrégulière.

• C’est pourquoi on peut voir le baroque comme l’art de


l’emphase et de la surcharge.

• L’homme du baroque n’est plus la seule créature de Dieu,


mais il est aussi un être sensible, dans ses passions et dans
son imagination…

• Il cultivera donc le luxe et l’éclat, il aime la plénitude des


sonorités et les excès…
• Le monde est vu comme harmonieux et rationnel : la musique
cultivera aussi cela (les nombres, le rythme, la basse continue…).

• L’homme devient rationnel, il analyse plutôt que de croire et de


faire confiance à la tradition : il découvre que la terre est ronde
et tourne autour du soleil…

• Les mathématiques dominent les sciences, car l’harmonie des


nombres régit l’univers et ses phénomènes…

• C’est pourquoi l’artiste ne se contente plus d’imiter la nature,


mais crée selon des schémas rationnels… ce qui rend ces
créations parfois artificielles !
ET EN MUSIQUE ?

• Comment traduire ses caractéristiques en


musique ?

• Exercice d’écoute :

• Hallelujah!, Messiah, G.F. Haendel

• Gloria, Vivaldi

• Concerto brandebourgeois, J.-S. Bach


LA PASSION AVANT TOUT !

• L’idée centrale de la musique baroque est la représentation en


musique des passions et des états d’âme.

• Par exemple, le mode majeur est utilisé pour exprimer la joie,


de même que le registre aigu et le tempo rapide. À l’inverse, la
tristesse est mise en musique dans les modes mineurs, le
registre grave, les dissonances…

• Les instruments de cette période sont aussi utilisés dans le but


de rendre les passions, surtout par l’interprétation. Il y a peu
d’invention de nouveaux instruments, les musiciens baroques
préférant exploiter un maximum les possibilités déjà existantes.
LE 'TYPIQUEMENT' BAROQUE

• La basse continue est le fondement harmonique de la


musique baroque. Dans cet élément essentiel des
compositions de cette période, une ligne de basse
ininterrompue sert de soubassement aux voix concertantes.

• Le style concertant correspond à une individualisation des


différentes voix, notamment dans l’ornementation et
l’improvisation.

• Les voix concertantes trouvent dans les harmonies qu’elles


forment au-dessus de la basse continue l’unité de leur jeu avec
et contre l’une l’autre.
UN EXEMPLE CÉLÈBRE
DE JEAN SÉBASTIEN BACH
VOICI CE QUE L’ON PEUT DIRE
DE LA MUSIQUE BAROQUE
• Contraste

• Virtuosité

• Contrepoint

• Basse continue

• Harmonie

• Codification

• Modes majeurs/mineurs
PLAN DU COURS

• La place de la musique et du compositeur

• Le théâtre chanté

• L’oratorio

• Le concerto
LA PLACE DE LA MUSIQUE ET DU
COMPOSITEUR

Elle doit être vue selon différents angles :

• historique

• géographique

• sociologique

• musical
L’HISTOIRE…

• C’est le XVIIe siècle historique qui


est au centre de la période
baroque.

• En France, les historiens font


commencer le XVIIe siècle avec
l’assassinat du roi Henri IV en
1 610 et le font terminer avec la
mort de Louis XIV en 1 715.

• Le XVIIe siècle est marqué par la


naissance de la science moderne
avec Galilée, par la guerre de
Trente Ans, la Contre-Réforme et
par la poursuite de la colonisation
européenne des Amériques.
Louis XIV
LA GÉOGRAPHIE…
C’EST AU NORD DE L’ITALIE QUE LA MUSIQUE BAROQUE VOIT LE
JOUR, POUR SE PROPAGER EN DIRECTION DU NORD.
LA SOCIOLOGIE…

• La mythologie, les histoires des dieux et parfois aussi des rois sont au
centre des représentations : l’aristocratie veut s’admirer sur scène !

• L’inspiration se tourne, comme durant la Renaissance, vers l’Antiquité


grecque, notamment pour pouvoir, au travers de récit célèbre, montrer des
émotions et des passions fortes, les prodiges, les surprises…

• La musique a un nouveau statut et une nouvelle fonction : la musique est


ornementale.

• Il faut donc chercher les lieux musicaux dans les endroits demandant cette
mise en valeur : l’Église, la cour ou encore la maison d’un riche marchand.

• Le musicien baroque n’est pas un artiste au sens actuel du terme, mais


plutôt un artisan œuvrant pour son seigneur.
…ET LA MUSIQUE !

• C’est l’Opéra qui est le nouveau genre d’ampleur


de la période baroque. Notamment : l’Orfeo de
Monteverdi, composé en 1 607.

• Cependant, de très nombreux genres voient le


jour durant cette période, notamment des genres
purement instrumentaux.
LE THÉÂTRE CHANTÉ

Selon les pays et les


traditions, le théâtre
chanté prend différents
noms :

Opera, Tragédie lyrique,


Singspiel, Mask, Zarzuela
L’ORIGINE DE L’OPÉRA

• « Intermedi »

• représentation allégorique insérée pendant les


entractes des comédies (surtout à Florence)

• alternance de scènes parlées et d’autres chantées

• « Madrigaux » :

• mise en musique de situations avec des


dialogues
• Réaction à la complexité polyphonique et le
contrepoint complexe de la fin de la Renaissance

• Le rapport entre la musique, la voix et le texte est


une priorité (Camerata fiorentina)

• Développement du « recitar cantando »

• Écoute 1 : Jacobo Peri, L’Euridice

• Ecoute 2 : Monteverdi, L’Orfeo


LES CARACTÉRISTIQUES DE
L’OPÉRA BAROQUE
• Œuvre destinée à être chantée sur scène

• Sujets non religieux

• Alternance de :

• Parties récitées (recitativo secco ou cantando)

• Parties chantées (aria) en solo, duo,…

• Parties chorales
Jean-Baptiste Lully,
Thésée,

1675

• Déclamation en musique, très proche du parlé


• Rôle principal : faire avancer la trame narrative
LE RÉCITATIF • Recitativo secco : accompagné seulement par la basse continue
• Recitativo accompagnato : accompagné par tout l’orchestre
L’ARIA

• Partie plus mélodique, lyrique

• Rôle principal : expression des sentiments des


personnages (interrompt la narration)

• Souvent de structure A-B-A' (aria da capo), qui permet


le contraste et également la démonstration de la
virtuosité des chanteurs (dans la reprise de la partie A)

• Exemple : « Svegliatevi nel core », extrait de Giulio


Cesare, G.F. Haendel, Aria de forme A – B – A
LA TRAGÉDIE LYRIQUE

• Origine : « Pastorale »

• Pièce lyrique destinée à la scène (France)

• Mise en scène de dieux et héros mythologiques

• Alternance entre parties parlées et chantées


(p.ex. : chœur qui commente la scène à la fin d’un
acte)
LA STRUCTURE

• La plupart du temps en 5 actes

• Ouverture solennelle

• Prologue : allusion allégorique

• Succession de récitatifs, d’airs solistes, de chœurs et


d’intermèdes de danses

• Air instrumental conclusif est une danse (ou une


suite de danse)
FRANCE VS ITALIE

• Spectacle « complet »

• La tragédie lyrique met sur pied d’égalité tous les


éléments qui la composent : texte (en vers),
costumes, musique, danses, décors…

• Le merveilleux est un élément fondamental

• Grande importance donnée au chœur, moins aux


solistes
EXEMPLE DE PIÈCES

• Alceste, J.-B. Lully

• Castor et Pollux, J.-P. Rameau

• Médée, M.A. Charpentier


• Ces différences de conception du théâtre en
musique entre Italiens et français donneront lieu à
la fameuse « Querelle des Bouffons ».

• Pergolesi et Rousseau (pro-Italien) vs. Rameau et


Lully (pro-français) !
L'ORATORIO
ERSATZ RELIGIEUX DE L'OPÉRA ?
ORIGINE

• À la Renaissance, il y avait des ensembles qui


pratiquaient le chant « de dévotion » (sujet sacré).

• Il y avait des « concerts spirituels », qui peu à peu


se sont développés grâce à l'essor de l’opéra.

• L’oratorio se développe d'abord à Rome, puis est


ensuite adopté par les catholiques et également
les protestants.
QU'EST-CE QU'UN ORATORIO ?

• C’est un genre dramatique à sujet sacré.

• Il n'est jamais représenté, mais il y a parfois des décors.

• Il est écrit soit en :

• Latin : le texte biblique est directement utilisé ;

• Langues vulgaires : ce n’est pas une traduction, mais


une paraphrase libre de la Bible, souvent organisé
en vers.
• La structure est proche de celle de l’opéra.

• Les grandes parties sont présentes : récitatif, aria,


choral.

• Il y a une forte dimension dramatique.

• Présence d'un chœur et d'un orchestre qui jouent


des rôles importants
EXEMPLES DE PIÈCES

• Le Messie, G.F. Haendel

• Israël en Égypte, G.F. Haendel

• Oratorio de Noël, J.-S. Bach

• Sieben Worte J.C am Kreuz, H. Schütz

• Passion selon St-Matthieu, J.-S. Bach


MUSIQUE INSTRUMENTALE
LE CONCERTO

• Concertare (lat) : lutter, s’opposer

• Concortare (it) : se rejoindre, se réunir

• Le concerto est une composition musicale qui


oppose ou fait dialoguer des instruments solistes
(concertino) avec un orchestre (ripieno ou grosso)
LA STRUCTURE

• Différences fonctionnelles :

• Tutti : présente les éléments thématiques principaux,


énoncés les uns après les autres => RITORNELLO.

• Les thèmes peuvent réapparaître, mais avec des


modifications.

• Solistes : relient les différentes parties du tutti Écriture


musicale virtuose.

• Passage permettant les modulations.


• Généralement 3 mouvements (systématisé par
Vivaldi !)

1. Vif

2. Lent

3. Vif
EXEMPLES DE PIÈCES

• Concerto pour la nuit de Noël, A. Corelli (1 712)(6


mouvements !)

• Le printemps, Vivaldi (1 724)

• Concertos brandebourgeois, J.-S. Bach (1 721)

• Concerti grossi op.3 et op.6, G.F. Haendel

Vous aimerez peut-être aussi