Vous êtes sur la page 1sur 308

RÉPUBLIQUE DU MALI

Un Peuple - Un But - Une Foi

Maître d’Ouvrage
MINISTÈRE DES TRANSPORTS ET DES INFRASTRUCTURES

TRAVAUX DE REHABILITATION DE LA ROUTE


SEVARE-DOUENTZA-GAO (559,503 km) :
Section Sévaré-Boré (111 Km)

DOSSIER D’APPEL D’OFFRES N°_____________________

VOLUME 2 :
• Cahier des Prescriptions Techniques (CPT)
• Bordereau Descriptif des Prix Unitaires (BPU)
• Cadre du Devis Estimatif (DE)

Novembre 2020

i
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

PARTIE I : CAHIER DES PRESCRIPTIONS


TECHNIQUES (CPT) - ROUTE

ii
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Table des Matières


PARTIE I : CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES (CPT) - ROUTE ...................................... II
A INDICATIONS GENERALES .................................................................................................................. 1
A.1 OBJET DES TRAVAUX .......................................................................................................................... 2
A.2 DESCRIPTION DES TRAVAUX ............................................................................................................... 3
A.2.1 Installation ...................................................................................................................................... 3
A.2.2 Travaux préparatoires :................................................................................................................ 4
A.2.3 Travaux de terrassements : ........................................................................................................ 4
A.2.4 Travaux de chaussées : .............................................................................................................. 5
A.2.5 Travaux de couche de roulement............................................................................................... 5
A.2.6 Travaux d'assainissement : ......................................................................................................... 5
A.2.7 Signalisation - Sécurité - Divers : ............................................................................................... 5
A.2.8 Eclairage public............................................................................................................................. 6
A.2.9 Travaux de protection d’environnement .................................................................................... 6
A.3 PRESCRIPTIONS GENERALES .............................................................................................................. 6
A.3.1 Normes techniques ...................................................................................................................... 6
A.3.2 Circulation sur le chantier ............................................................................................................ 6
A.3.3 Hypothèse de chargement .......................................................................................................... 8
A.3.4 Prescriptions relatives à la circulation ....................................................................................... 8
A.3.5 Impact sur l’environnement ......................................................................................................... 9
A.3.6 Intempéries, suspension des travaux ........................................................................................ 9
A.4 CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DES ROUTES ............................................................................ 9
A.5 LES CONTROLES DE QUALITE ............................................................................................................ 10
A.5.1 Contrôle interne au Titulaire : Plan Assurance Qualité (PAQ) ............................................. 10
A.5.1.1 Généralités ........................................................................................................................................ 11
A.5.1.2 Organisation générale ...................................................................................................................... 11
A.5.1.3 Procédures d'exécution ................................................................................................................... 11
A.5.2 Contrôle de la mission de contrôle ........................................................................................... 13
A.5.3 Contrôle extérieur ....................................................................................................................... 15
A.6 ORGANISATION ET PREPARATION DES TRAVAUX ............................................................................. 15
A.6.1 Dessins d'exécution ................................................................................................................... 17
A.6.2 Plans de récolement .................................................................................................................. 21
A.7 INSTALLATION DE CHANTIER ............................................................................................................. 21
A.8 JOURNAL DE CHANTIER ..................................................................................................................... 22
A.9 REUNION DE CHANTIER ............................................................................................................. 22
A.10 ORGANISATION / POLICE DE CHANTIER / SECURITE ........................................................ 23
A.11 INSTRUMENTS -OUTILS - MATERIEL DE VERIFICATION ................................................... 23
A.12 RESEAUX DES CONCESSIONNAIRES..................................................................................... 23
A.13 MESURES ENVIRONNEMENTALES ......................................................................................... 23
A.13.1 Obligations environnementales générales de l’entrepreneur .......................................... 23
A.13.2 Obligations environnementales générales de l’entrepreneur .......................................... 24
B PROVENANCE, QUALITE ET PREPARATION DES MATERIAUX .............................................. 26
B.1 FOURNITURE ...................................................................................................................................... 26
B.1.1 Généralités .................................................................................................................................. 26
B.1.2 Matériaux et produits manufacturés ........................................................................................ 26
B.1.3 Matériaux d'emprunt ou de carrière ......................................................................................... 27
B.1.3.1 Généralités ........................................................................................................................................ 27
B.1.3.2 Protection de l’Environnement ........................................................................................................ 29
B.1.3.3 Avertissement.................................................................................................................................... 31
B.2 PROVENANCE DES MATERIAUX......................................................................................................... 32
B.2.1 Matériaux Graveleux Naturels pour remblais d’élargissement ............................................ 32
B.2.2 Corps de Chaussée ................................................................................................................... 32
B.2.2.1 Recherche de Gites .......................................................................................................................... 32
B.2.3 Carrières pour Revêtement ....................................................................................................... 33
B.2.3.1 Provenance des Matériaux .............................................................................................................. 33
B.2.3.2 Gravillons pour Revêtement ............................................................................................................ 33
B.2.4 Gravier et Sable pour Enrobés Bitumineux et Bétons Hydrauliques et ciment ................. 34
B.2.4.1 Graviers .............................................................................................................................................. 34
B.2.4.2 Sables................................................................................................................................................. 34

iii
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)
B.2.4.3 Ciments .............................................................................................................................................. 35
B.3 QUALITE DES MATERIAUX ................................................................................................................. 35
B.3.1 Normes et Essais ....................................................................................................................... 35
B.3.2 Exécution des Essais ................................................................................................................. 35
B.3.3 Matériaux de Remblais .............................................................................................................. 35
B.3.3.1 Matériaux pour Remblais et Couche Supérieure des Terrassements ...................................... 35
B.3.3.2 Matériaux pour remblais contigus aux ouvrages .......................................................................... 36
B.3.3.3 Contrôle.............................................................................................................................................. 36
B.3.4 Graveleux latéritiques naturels pour couche de fondation ................................................... 36
B.3.4.1 Spécifications .................................................................................................................................... 36
B.3.4.2 Contrôle.............................................................................................................................................. 36
B.3.5 Graveleux latéritiques naturels pour couche de Base .......................................................... 37
B.3.5.1 Spécifications .................................................................................................................................... 37
B.3.5.2 Contrôle.............................................................................................................................................. 37
B.3.6 COUCHE DE BASE POUR AMELIORATION AU CIMENT (POUR MEMOIRE) ............. 37
B.3.6.1 Spécifications .................................................................................................................................... 37
B.3.6.2 Contrôle.............................................................................................................................................. 37
B.3.6.3 Remarques ........................................................................................................................................ 38
B.4 GRAVILLONS POUR COUCHE DE CHAUSSEE EN BETON DE CIMENT (POUR MEMOIRE) ................... 38
B.4.1 Gravillons pour revêtement (grave bitume 0/14, béton bitumineux 0/10 et enduits
superficiels) et grave concassées pour couche de base .................................................................... 39
B.4.1.1 Spécifications .................................................................................................................................... 39
B.4.1.2 Gravillons pour Grave Bitume ......................................................................................................... 39
B.4.1.3 Gravillons pour Béton Bitumineux .................................................................................................. 40
B.4.1.4 Granulats pour Enduit Superficiel ................................................................................................... 40
B.4.1.5 GRAVE CONCASSEE POUR COUCHE DE BASE .................................................................... 41
B.4.1.6 Contrôle.............................................................................................................................................. 42
B.4.2 Liants hydrocarbonés pour revêtement ................................................................................... 42
B.4.2.1 Terminologie ...................................................................................................................................... 42
B.4.2.2 Liant pour les différentes couches.................................................................................................. 43
B.4.2.3 Livraison et stockage ....................................................................................................................... 43
B.4.2.4 Contrôle.............................................................................................................................................. 43
B.4.3 Sables pour Lit de pose du Pavage (Pour mémoire) ............................................................ 43
B.4.4 Sables pour mortier et béton de ciment .................................................................................. 44
B.4.4.1 Nature ................................................................................................................................................. 44
B.4.4.2 Reconnaissance préalable des gîtes et essais ............................................................................ 44
B.4.4.3 Reconnaissance en cours d'exploitation ....................................................................................... 44
B.4.5 Granulats pour béton de ciment ............................................................................................... 44
B.4.5.1 Nature ................................................................................................................................................. 44
B.4.5.2 Production et contrôles .................................................................................................................... 45
B.4.6 Dispositions communes à tous les agrégats pour béton ...................................................... 45
B.4.7 Liant hydraulique (Ciment) ........................................................................................................ 45
B.4.7.1 Nature et qualité................................................................................................................................ 45
B.4.7.2 Mode de livraison .............................................................................................................................. 46
B.4.7.3 Stockage ............................................................................................................................................ 46
B.4.7.4 Contrôles ............................................................................................................................................ 47
B.4.8 Eau de gâchage pour béton ...................................................................................................... 47
B.4.9 Adjuvants ..................................................................................................................................... 48
B.4.10 Produits de cure ..................................................................................................................... 48
B.4.11 Aciers ....................................................................................................................................... 48
B.4.11.1 Origine ................................................................................................................................................ 48
B.4.11.2 Qualité ................................................................................................................................................ 49
B.4.11.3 Façonnage des Armatures .............................................................................................................. 49
B.4.11.4 Protection et Entreposage des Armatures .................................................................................... 49
B.4.11.5 Livraison ............................................................................................................................................. 49
B.4.12 Bois d'Etaiement et de Coffrage .......................................................................................... 49
B.4.13 Pavés autobloquants (pour mémoire)................................................................................. 50
B.4.14 Géotextile ................................................................................................................................ 50
B.4.15 Garde-corps type S8 ............................................................................................................. 50
B.4.16 Joint de Chaussée ................................................................................................................. 51
B.4.17 Appareils d’appui ................................................................................................................... 51
B.4.18 Moellons pour maçonnerie, gabions, enrochement .......................................................... 51
B.4.19 Gabions ................................................................................................................................... 52
B.4.19.1 Définition des cages ......................................................................................................................... 52
B.4.19.2 Longueur, largeur et hauteur. ......................................................................................................... 52
B.4.19.3 Diamètre en mm du fil. ..................................................................................................................... 52

iv
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)
B.4.19.4 Dimensions D et d des mailles ....................................................................................................... 52
B.4.19.5 Poids des gabions. ........................................................................................................................... 52
B.4.19.6 Qualité du fil....................................................................................................................................... 52
B.4.19.7 Réception des gabions .................................................................................................................... 52
B.4.20 Glissières de sécurité ............................................................................................................ 53
B.4.21 Bordures .................................................................................................................................. 53
B.4.22 Descentes d'eau .................................................................................................................... 53
B.4.23 Autres matériaux .................................................................................................................... 54
B.4.24 Enrobés anti-orniérants (Pour mémoire) ............................................................................ 54
Sable-enrobé (anti remontée de fissures) (pour mémoire) ................................................................ 55
B.4.25 Signalisation et sécurité ........................................................................................................ 55
B.4.25.1 Signalisation Verticale ...................................................................................................................... 55
B.4.25.2 Signalisation Horizontale ................................................................................................................. 56
B.4.25.3 Balises et Bornes .............................................................................................................................. 56
B.4.26 Matériaux pour Bureaux, Laboratoires et Logements ...................................................... 57
B.5 SYNTHESE DES ESSAIS DE RECEPTION DES MATERIAUX .................................................................. 57
C MODE D’EXECUTION DES TRAVAUX .............................................................................................. 83
C.1 PRESTATION A LA CHARGE DE L’ENTREPRENEUR ........................................................................... 83
C.1.1 Installations de l’Administration (POUR mémoire) ................................................................ 83
C.1.1.1 Laboratoire de la mission de contrôle ............................................................................................ 84
C.1.1.2 Bureaux de chantier de la mission de contrôle ............................................................................ 84
C.1.1.3 Logements de la Mission de Contrôle ........................................................................................... 85
C.1.1.4 Dispositions générales ..................................................................................................................... 86
C.1.1.5 Achat d’un Véhicule pour l’Administration ..................................................................................... 87
C.1.2 Engins et matériels ..................................................................................................................... 87
C.1.3 Ressources en eaux pour les travaux ..................................................................................... 87
C.1.3.1 Généralités ........................................................................................................................................ 87
C.1.3.2 Eau de Chantier ................................................................................................................................ 87
C.2 TRAVAUX PREPARATOIRES ............................................................................................................... 88
C.2.1 Travaux topographiques et implantation de détails ............................................................... 88
C.2.1.1 Emprise de la Route ......................................................................................................................... 88
C.2.1.2 Piquetage de base ............................................................................................................................ 88
C.2.1.3 Bornage.............................................................................................................................................. 88
C.2.1.4 Repères.............................................................................................................................................. 89
C.2.1.5 Repères hectométriques.................................................................................................................. 89
C.2.1.6 Implantation des ouvrages hydrauliques ....................................................................................... 89
C.2.1.7 Implantation des Parkings et postes de péage ............................................................................ 90
C.2.2 Réseaux et installations existantes .......................................................................................... 90
C.2.3 Nettoyage, curage, débroussaillement et abattage d'arbres ............................................... 90
C.2.4 Décapage de la terre végétale ................................................................................................. 91
C.2.5 Réparation des dégradations de la chaussée existante ....................................................... 92
C.2.6 Nettoyage d'ouvrages ................................................................................................................ 93
C.2.7 Démolition d'ouvrage existant de toute nature ....................................................................... 93
C.2.8 Récupération de la signalisation existante ............................................................................. 94
C.2.9 Traversée des forêts classées .................................................................................................. 94
C.2.10 Protection du Patrimoine Culturel ........................................................................................ 94
C.3 TERRASSEMENTS ET ELARGISSEMENT DE LA PLATE-FORME ........................................................... 94
C.3.1 Exécution des déblais ................................................................................................................ 94
C.3.1.1 Déblais en dépôt ............................................................................................................................... 94
C.3.1.2 Déblais utilisés en remblais ............................................................................................................. 95
C.3.1.3 Déblais Rocheux ............................................................................................................................... 95
C.3.1.4 Rectification de lit de cours d’eau ................................................................................................... 95
C.3.1.5 Fouilles pour ouvrages ..................................................................................................................... 95
C.3.2 Préparation du terrain sous les remblais ................................................................................ 96
C.3.3 Exécution des remblais.............................................................................................................. 97
C.3.3.1 Mise en place et compactage des remblais .................................................................................. 97
C.3.3.2 Compacité des remblais .................................................................................................................. 98
C.3.3.3 Remblais contigus aux ouvrages d’assainissement .................................................................... 98
C.3.3.4 Stabilité des remblais ....................................................................................................................... 99
C.3.3.5 Evacuation des eaux ........................................................................................................................ 99
C.3.4 Plate-forme des terrassements .............................................................................................. 100
C.3.5 Contrôles d'exécution des terrassements ............................................................................. 100
C.4 CORPS DE CHAUSSEE ..................................................................................................................... 100
C.4.1 Généralités ................................................................................................................................ 100

v
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)
C.4.2 Conformité permanente des matériaux ................................................................................. 101
C.4.3 Planches d'essais ..................................................................................................................... 101
C.4.4 Couche de fondation et de Base (pour élargissement) ...................................................... 103
C.4.5 COUCHE DE BASE EN GRAVE CONCASSEE 0/31,5 ..................................................... 104
C.4.5.1 Spécifications pour grave concassée .......................................................................................... 104
C.4.6 Couche de base existante améliorée au ciment (pour mémoire) ...................................... 105
C.5 GRAVE BITUME (POUR MEMOIRE) ET BETON BITUMINEUX POUR REVETEMENT DE LA CHAUSSEE 107
C.5.1 Imprégnation ............................................................................................................................. 107
C.5.2 Revêtement en enduits superficiels ....................................................................................... 108
C.5.2.1 Mesures générales ......................................................................................................................... 109
C.5.2.2 Spécifications .................................................................................................................................. 110
C.5.2.3 Etude et contrôle ............................................................................................................................. 111
C.5.3 Couche d'accrochage .............................................................................................................. 113
C.5.4 Enrobés Bitumineux (Grave bitume et béton bitumineux) .................................................. 114
C.5.4.1 Etude et formulation ....................................................................................................................... 114
C.5.4.2 Fabrication des enrobés ................................................................................................................ 115
C.5.4.3 Contrôle de fabrication ................................................................................................................... 118
C.5.4.4 Mise en œuvre /Transport ............................................................................................................. 120
C.5.4.5 Contrôle de mise en œuvre : Tolérances et Sanctions ............................................................. 122
C.6 BETONS DE CIMENT......................................................................................................................... 126
C.6.1 Etudes et Contrôles .................................................................................................................. 126
C.6.1.1 Dispositions générales ................................................................................................................... 126
C.6.1.2 Confection et transport des éprouvettes ..................................................................................... 126
C.6.1.3 Conditions techniques des essais ................................................................................................ 127
C.6.1.4 Epreuve d’étude .............................................................................................................................. 127
C.6.1.5 Epreuve de convenance ................................................................................................................ 128
C.6.1.6 Epreuves de contrôle ..................................................................................................................... 128
C.6.1.7 Interprétation des essais................................................................................................................ 129
C.6.1.8 Performances des bétons.............................................................................................................. 130
C.6.1.9 Fabrication et transport du mortier et du béton .......................................................................... 130
C.6.2 Composition des mortiers ........................................................................................................ 132
C.6.3 Utilisation et choix des coffrages ............................................................................................ 132
C.6.4 Armatures pour béton armé .................................................................................................... 132
C.6.5 Mise en œuvre du béton.......................................................................................................... 133
C.6.6 Cure des bétons ....................................................................................................................... 133
C.6.7 Traitement des parements ...................................................................................................... 134
C.6.7.1 Parements cachés .......................................................................................................................... 134
C.6.7.2 Parements vus ................................................................................................................................ 134
C.6.7.3 Parements non coffrés ................................................................................................................... 134
C.7 BETON DE CIMENT POUR CHAUSSEE (POUR MEMOIRE) ................................................................. 134
C.7.1 Détermination de l’épaisseur de la chaussée ...................................................................... 134
C.7.2 Conception ................................................................................................................................ 135
C.7.2.1 Dimension des dalles ..................................................................................................................... 135
C.7.2.2 Drainage........................................................................................................................................... 135
C.7.2.3 Joints transversaux......................................................................................................................... 135
C.7.3 Réalisation ................................................................................................................................. 136
C.7.3.1 Béton ................................................................................................................................................ 136
C.7.3.2 Fabrication et mise en œuvre du béton ....................................................................................... 136
C.7.3.3 Traitement de surface .................................................................................................................... 137
C.7.3.4 Bordure de sécurité ........................................................................................................................ 137
C.8 PAVAGE DE LA CHAUSSEE (POUR MEMOIRE) ............................................................................... 137
C.8.1 Bordures .................................................................................................................................... 137
C.8.2 Mise en place du lit de Pose ................................................................................................... 138
C.8.3 Pose des Pavés ........................................................................................................................ 138
C.9 TRAVAUX PREPARATOIRES AUX OUVRAGES ................................................................................... 138
C.9.1 Implantation des ouvrages ...................................................................................................... 138
C.9.2 Fouilles pour fondations d'ouvrages ...................................................................................... 139
C.10 OUVRAGES D'ASSAINISSEMENT ET DIVERS..................................................................................... 139
C.10.1 Exécution des dalots ........................................................................................................... 139
C.10.1.1 Préparation et réception du fond de fouille ................................................................................. 139
C.10.1.2 Exécution du dalot ou Elargissement de dalot ........................................................................... 140
C.10.1.3 Implantation - Tolérances ............................................................................................................. 140
C.10.1.4 Exécution des remblais techniques des dalots........................................................................... 140
C.10.2 Ouvrages de têtes ............................................................................................................... 140
C.10.3 Fossés ................................................................................................................................... 140

vi
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)
C.10.3.1 Fossés latéraux, de crête et divergents en terre à créer .......................................................... 140
C.10.3.2 Fossés maçonnés........................................................................................................................... 141
C.10.3.3 Caniveaux bétonnés....................................................................................................................... 142
C.10.4 Bordures ................................................................................................................................ 142
C.10.5 Descentes d'eau .................................................................................................................. 143
C.10.6 Gabionnage .......................................................................................................................... 143
C.10.6.1 Mise en œuvre des gabions .......................................................................................................... 143
C.10.6.2 Remplissage .................................................................................................................................... 144
C.10.7 Perrés maçonnés ................................................................................................................. 144
C.10.8 Enrochements ...................................................................................................................... 144
C.10.9 Remplacement des Appareils d’appui .............................................................................. 145
C.10.10 Remplacement des Joints lourds ...................................................................................... 145
C.10.11 Garde-corps (Type S8) ....................................................................................................... 146
C.11 SIGNALISATION ET SECURITE .......................................................................................................... 146
C.11.1 Signalisation verticale ......................................................................................................... 146
C.11.2 Signalisation horizontale ..................................................................................................... 147
C.11.3 Balises ................................................................................................................................... 149
C.11.4 Bornes ................................................................................................................................... 149
C.11.5 Glissières de sécurité .......................................................................................................... 149
C.11.6 Ralentisseurs ........................................................................................................................ 150
C.11.6.1 Bandes rugueuses (ou bandes sonores) .................................................................................... 150
C.11.6.2 Ralentisseurs ................................................................................................................................... 150
C.12 SYNTHESE DES ESSAIS ET CONTROLE D'EXECUTION DES TRAVAUX .............................................. 151
C.13 TRAVAUX ENVIRONNEMENTAUX ET CONNEXES .................................................................... 170
C.13.1 Plantations d‘Ombrage .................................................................................................... 170
C.13.2 Aménagement des emprunts et des carrières après exploitation ................................ 170
C.13.3 Murs de Clôture (Pour mémoire) ....................................................................................... 171
C.13.4 Sensibilisation des riverains aux IST/SIDA, en matière de Sécurité Routière et
d’Environnement ..................................................................................................................................... 171
C.13.5 Renforcement des capacités de fourniture d'eau potable des populations riveraines
(Forages) 171
C.13.5.1 Localisation et Implantation des forages ..................................................................................... 172
C.13.5.2 Organisation des travaux de forage : Programme technique des travaux ............................. 172
C.13.5.3 Vérification du matériel .................................................................................................................. 172
C.13.5.4 Déroulement des travaux .............................................................................................................. 172
C.13.5.5 Foration ............................................................................................................................................ 172
C.13.5.6 Journal des travaux ........................................................................................................................ 173
C.13.5.7 Description des travaux ................................................................................................................. 173
C.13.5.8 Foration ............................................................................................................................................ 174
C.13.5.9 Equipement...................................................................................................................................... 174
C.13.5.10 Verticalité .................................................................................................................................... 174
C.13.5.11 Développement du forage ........................................................................................................ 175
C.13.5.12 Pompage d’essai ....................................................................................................................... 175
C.13.5.13 Equipement des forages avec pompes à motricité humaine .............................................. 175
C.13.6 Réalisation de piste (POUR mémoire) ............................................................................. 176
PARTIE II : CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES (CPT) – OUVRAGES D’ARTS ........ 177
I - DISPOSITIONS GÉNÉRALES ............................................................................................................. 178
1.1- OBJET DU CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES ............................................... 178
1.2- SITUATION, DONNÉES GÉOMÉTRIQUES ET FONCTIONNELLES DES OUVRAGES ...... 178
1.2.1 Situation .................................................................................................................................... 178
1.2.2 Description des ouvrages .................................................................................................... 178
1.2.3 Nature et consistance des travaux .................................................................................... 178
1.2.4 Contraintes particulières imposées au chantier ............................................................ 178
1.3 NORMES ........................................................................................................................................ 179
II - PROVENANCE, QUALITÉ ET PRÉPARATION DES MATÉRIAUX ............................................ 181
2.1 MATÉRIAUX À INCORPORER AUX OUVRAGES ................................................................ 181
2.2 PROVENANCE DES MATÉRIAUX ........................................................................................... 181
2.3 GÉNÉRALITÉS SUR LA QUALITÉ ET PRÉPARATION DES MATÉRIAUX ..................... 183
2.3.1 Méthode d’essais ................................................................................................................... 183
2.3.2 Bétons : indications liminaires ........................................................................................... 183
2.4 CIMENTS ....................................................................................................................................... 183
2.4.1 Nature et qualité ..................................................................................................................... 183
2.4.2 Livraison et stockage ............................................................................................................ 184
2.4.3 Prélèvements conservatoires ............................................................................................. 185

vii
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)
2.5 ADJUVANTS POUR BÉTONS ................................................................................................... 186
2.6 SABLE POUR MORTIERS ET BÉTONS ................................................................................. 186
2.6.1 Nature ........................................................................................................................................ 186
2.6.2 Propreté .................................................................................................................................... 186
2.6.3 Granularité ............................................................................................................................... 186
2.6.4 Friabilité .................................................................................................................................... 187
2.6.5 Stockage ................................................................................................................................... 187
2.7 GRANULATS MOYENS ET GROS POUR BÉTONS ............................................................. 187
2.7.1 Nature ........................................................................................................................................ 187
2.7.2 Propreté .................................................................................................................................... 187
2.7.3 Granularité ............................................................................................................................... 187
2.7.4 Stockage ................................................................................................................................... 188
2.8 PRODUIT DE CURE..................................................................................................................... 188
2.9 EAU DE GÂCHAGE POUR MORTIER ET BÉTONS ............................................................. 188
2.10 PRODUIT POUR COALTARISATION ...................................................................................... 188
2.11 ARMATURES RONDES LISSES.............................................................................................. 188
2.11.1 Nuances des aciers ........................................................................................................... 188
2.11.2 Domaine d'emploi .............................................................................................................. 188
2.12 ARMATURES À HAUTE ADHÉRENCE ................................................................................... 189
2.12.1 Classe des aciers .............................................................................................................. 189
2.12.2 Approvisionnement – Stockage..................................................................................... 189
2.12.3 Domaine d'emploi .............................................................................................................. 189
2.13 COLLECTE ET ÉVACUATION DES EAUX ............................................................................. 189
2.13.1 Gargouilles .......................................................................................................................... 189
2.13.2 Descente d'eau en polyéthylène .................................................................................... 189
2.13.3 Barbacanes ......................................................................................................................... 189
2.14 COFFRAGE ................................................................................................................................... 189
2.15 CHAPE D’ÉTANCHÉITÉ TYPE B3A ........................................................................................ 190
2.15.1 Composition du complexe étanche .............................................................................. 190
2.15.2 Couche d'accrochage ....................................................................................................... 190
2.15.3 Chape de bitume armé ..................................................................................................... 191
2.15.4 Deuxième couche d'étanchéité ...................................................................................... 191
2.16 COUCHE DE ROULEMENT SUR OUVRAGE ......................................................................... 191
2.17 APPAREILS D'APPUI.................................................................................................................. 191
2.18 JOINT LOURD DE CHAUSSÉE ................................................................................................. 191
2.19 JOINT LÉGER DE TROTTOIR ................................................................................................... 192
2.20 GARDE CORPS TYPE S8 .......................................................................................................... 192
2.21 GLISSIÈRE DE SÉCURITÉ ........................................................................................................ 192
2.22 SUPPORTS DE GLISSIÈRE SUR OUVRAGES ..................................................................... 192
2.23 BARRIÈRE NORMALE BN4 ...................................................................................................... 192
2.24 BORDURES DE TROTTOIR ....................................................................................................... 192
2.25 BLINDAGE ..................................................................................................................................... 192
2.26 MATÉRIAUX DE REMBLAIS POUR COMBLEMENT DES FOUILLES ............................. 192
2.27 REPÈRES DE NIVELLEMENT ................................................................................................... 193
2.28 BÉTON POUR CORNICHES ...................................................................................................... 193
2.29 JOINTS ENTRE PARTIES D’OUVRAGES .............................................................................. 193
2.30 CAILLEBOTIS ............................................................................................................................... 193
2.31 REVÊTEMENT EN GRÉS ........................................................................................................... 193
III - MODE D'EXÉCUTION DES TRAVAUX ........................................................................................... 194
3.1 ÉTUDES D'EXÉCUTION ............................................................................................................. 194
3.1.1 Consistance des études d'exécution ................................................................................ 194
3.1.2 Programme des études d'exécution .................................................................................. 194
3.1.3 Calculs justificatifs des structures .................................................................................... 195
3.1.4 Dessins d'exécution .............................................................................................................. 198
3.1.5 Ouvrages provisoires nécessaires pour l'exécution des ouvrages .......................... 199
3.1.6 Études préparatoires aux épreuves d'ouvrages ............................................................ 200
3.2 FOUILLES - ÉPUISEMENTS – COMBLEMENTS .................................................................. 200
3.2.1 Fouilles...................................................................................................................................... 200
3.2.2 Épuisements ............................................................................................................................ 200
3.2.3 Comblements .......................................................................................................................... 201
3.3 MORTIERS .................................................................................................................................... 201
3.4 COMPOSITION ET DESTINATION DES BÉTONS ................................................................ 201

viii
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)
3.5 FABRICATION ET TRANSPORT DES BÉTONS ................................................................... 202
3.5.1 Fabrication sur le Chantier .................................................................................................. 202
3.5.2 Fabrication par centrale de béton prêt à l'emploi .......................................................... 202
3.5.3 Appareils de fabrication ....................................................................................................... 203
3.5.4 Transport .................................................................................................................................. 204
3.5.5 Centrales de secours ............................................................................................................ 204
3.6 MISE EN PLACE ET DURCISSEMENT DES BÉTONS ........................................................ 204
3.6.1 Mise en place des bétons ..................................................................................................... 204
3.6.2 Programme de bétonnage .................................................................................................... 204
3.6.3 Vibration du béton.................................................................................................................. 205
3.6.4 Bétonnage par temps froid (pour mémoire) .................................................................... 205
3.6.5 Bétonnage par temps chaud ............................................................................................... 206
3.7 CURE DES BÉTON ...................................................................................................................... 206
3.8 PAROIS DES MOULES (COFFRAGES) .................................................................................. 206
3.8.1 Domaine d'emploi ................................................................................................................... 206
3.8.2 Coffrages pour parements fins ........................................................................................... 206
3.9 TRAITEMENT DES PAREMENTS - TOLÉRANCES SUR LES DIMENSIONS ET LE
TRACÉ DES OUVRAGES ......................................................................................................................... 207
3.9.1 Parements fins, bruts de décoffrage ................................................................................. 207
3.9.2 Parements cachés .................................................................................................................. 207
3.9.3 Parements non coffrés .......................................................................................................... 207
3.9.4 Tolérance sur les dimensions des ouvrages terminés ................................................ 208
3.9.5 Tolérance sur le tracé des ouvrages terminés ............................................................... 208
3.10 CINTRES ET ÉCHAFAUDAGES ............................................................................................... 208
3.10.1 Chargé de l'échafaudage ................................................................................................. 209
3.10.2 Dessins d'exécution et calculs justificatifs ............................................................... 209
a) Généralités................................................................................................................................................ 209
b) Consistance des dessins d'exécution ............................................................................................... 209
c) Règles générales de calcul ................................................................................................................... 211
3.10.3 Signalisation de Sécurité ................................................................................................. 211
3.10.4 Exécution de l'Étaiement ................................................................................................. 211
3.10.5 Contrôle des flèches et des déformations .................................................................. 212
3.10.6 Décintrement ...................................................................................................................... 212
3.11 ARMATURES POUR BÉTON ARMÉ ........................................................................................ 212
3.12 APPAREILS D'APPUI.................................................................................................................. 213
3.13 JOINTS LOURDS ......................................................................................................................... 213
3.14 REPÈRES DE NIVELLEMENT ................................................................................................... 214
3.15 ÉTANCHÉITÉ DES OUVRAGES D’ART .................................................................................. 214
3.15.1 Préparation du support .................................................................................................... 214
3.15.2 Couche d'accrochage ....................................................................................................... 214
3.15.3 Première couche d’étanchéité........................................................................................ 215
3.15.4 Deuxième couche d’étanchéité ...................................................................................... 215
3.15.5 Essais à effectuer sur les produits pour la chape d’étanchéité ............................ 216
3.16 ÉVACUATION DES EAUX .......................................................................................................... 216
3.16.1 Tuyaux pour évacuation des eaux ................................................................................ 216
3.16.2 Gargouilles .......................................................................................................................... 216
3.16.3 Barbacanes ......................................................................................................................... 216
3.17 CORNICHES PRÉFABRIQUÉES EN BÉTON ......................................................................... 216
3.17.1 Composition du béton ...................................................................................................... 216
3.17.2 Traitement des parements .............................................................................................. 216
3.17.3 Préfabrication - Transport et Pose ................................................................................ 216
3.18 DISPOSITIFS DE SÉCURITÉ ..................................................................................................... 217
3.18.1 Garde-corps (Type S8) ..................................................................................................... 217
3.18.2 Glissière de sécurité ......................................................................................................... 217
3.19 REMBLAIS CONTIGUS AUX OUVRAGES ............................................................................. 217
3.20 REMPLISSAGE DES TROTTOIRS ........................................................................................... 218
4.1 ESSAIS ET CONTRÔLES SUR LA QUALITÉ DES MATÉRIAUX ...................................... 218
4.1.1 Essais à effectuer sur les granulats .................................................................................. 218
a) Sable pour mortier et béton.................................................................................................................. 218
b) Granulats moyens ................................................................................................................................... 218
c) Réception .................................................................................................................................................. 219
d) Essais Facultatifs .................................................................................................................................... 219

ix
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)
4.1.2 Essais à effectuer sur les liants hydrauliques ................................................................ 219
4.1.3 Essais à effectuer sur les appareils d’appuis ................................................................. 220
4.1.4 Essais à effectuer sur les produits pour chape ............................................................. 221
4.2 ESSAIS ET CONTRÔLE SUR LA MISE EN OEUVRE DES MATÉRIAUX ........................ 221
4.2.1 Étude et contrôle des bétons .............................................................................................. 221
V – ÉPREUVES ........................................................................................................................................... 228
5.1 ÉPREUVES DES OUVRAGES ................................................................................................... 228
5.2 ESSAIS À EFFECTUER SUR LES CINTRES ......................................................................... 228
VI - ASSURANCE DE LA QUALITÉ ........................................................................................................ 228
6.1 CONTRÔLE DE CONFORMITÉ ................................................................................................. 228
6.2 COMPOSITION DU PLAN D’ASSURANCE QUALITÉ .......................................................... 229
6.2.1. Plan Général d’Assurance Qualité .................................................................................... 229
6.2.2. Procédure d’exécution .......................................................................................................... 230
6.3 PHASES D’ÉTABLISSEMENT ET D’APPLICATION DU PAQ ............................................ 232
6.3.1 Phase 1 - Avant signature du Marché ............................................................................... 232
6.3.2. Phase 2 - Pendant la période de préparation des travaux ........................................... 232
6.3.3. Phase 3 - Pendant l’exécution des travaux ..................................................................... 233
6.3.4. Phase 4 - PAQ définitif .......................................................................................................... 233
6.4 CONTRÔLE EXTÉRIEUR AU PRODUCTEUR (ASSURÉ PAR L’INGÉNIEUR) ............... 233
6.4.1 Contenu du contrôle extérieur ............................................................................................ 233
6.4.2 Sujétions à l’égard de l’Entrepreneur ............................................................................... 233
6.5 POINTS CRITIQUES ET POINTS D’ARRÊT ........................................................................... 234
PARTIE III : ................................................................................................................................................. 238
BORDEREAU DESCRIPTIF DES PRIX UNITAIRES (BPU) ................................................................ 238
CADRE DU DEVIS ESTIMATIF (DE) ...................................................................................................... 238
CE PRIX REMUNERE LA REALISATION DES COFFRAGES PLAN ORDINAIRE POUR PAREMENT CACHE ET LES
TRAITEMENTS DES PAROIS QUELLES QUE SOIENT LEUR FORME. ILS COMPRENNENT NOTAMMENT : ........... 270

CE PRIX REMUNERE LA FOURNITURE DE TOUS LES MATERIAUX ET MATERIELS


NECESSAIRES, LA PREPARATION DES SURFACES A TRAITER, L’APPLICATION DU
BADIGEON SUR LES PARTIES DES OUVRAGES EN CONTACT AVEC LE SOL EN TROIS
COUCHES CROISEES ET TOUTES SUJETIONS DE BONNE EXECUTION...................................... 271

CE PRIX RÉMUNÈRE L'EXÉCUTION DE GABION SELON LES DISPOSITIONS DU CPT. IL


COMPREND NOTAMMENT : ........................................................................................................................ 272

CE PRIX RÉMUNÈRE AU MÈTRE LINÉAIRE, LA FOURNITURE ET LA POSE DE GLISSIÈRE DE


SÉCURITÉ CONFORMÉMENT AUX PLANS D'EXÉCUTION ET AUX NORMES EN VIGUEUR. IL
COMPREND NOTAMMENT LES OPÉRATIONS SUIVANTES : ............................................................ 276
Aménagement des emprunts en points d’eau temporaire :.............................................................. 282

x
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

A INDICATIONS GENERALES
Le présent Cahier des Prescriptions Techniques (CPT) concerne l'exécution des travaux de
réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km), de la route nationale n°16 (RN16 : Sévaré-
Douentza-Gao), de la route communautaire CU5 au Mali, de l’UEMOA, de la route
transsaharienne (RTS) ou de la route Trans African High Way n°2, d’une longueur d’environ
559,503 Km.
Si ce CPT prévoit que le matériel, les matériaux ou le mode d'exécution doivent répondre à
certaines normes nationales ou autres, il est précisé que le matériel, les matériaux ou le mode
d'exécution, conformes à d'autres normes seront également acceptés si leur qualité est
équivalente ou supérieure à la norme spécifiée.
A défaut, il sera fait référence, pour tout ce qui ne déroge pas aux documents contractuels, aux
Cahiers des Clauses Techniques Générales du Ministère de l'Equipement français.
Si pour des marchandises ou des matériaux ou du matériel, des noms de marque ou des
numéros de catalogue ou des classifications analogues sont cités dans ce CPT, il est précisé que
des marchandises ou des matériaux ou du matériel qui ont des caractéristiques semblables ainsi
qu'une qualité et un rendement au moins égal, seront aussi acceptés.
Il sera fait, tout au long du CPT, références aux fascicules du Cahier des Prescriptions
Communes (CPC) français applicable au Mali suivants (cette liste n'est pas exhaustive) :

DENOMINATION TITRE
Préambule et
Dispositions Générales aux diverses natures de travaux
Fascicule n°1
Fascicule n° 2 Travaux de terrassements
Fourniture des liants hydrauliques complétés par les normes AFNOR NF
Fascicule n° 3
P 15 299, NF P 15 300 et NF P 15 301
Fascicule n° 4 Fourniture d'acier et autres métaux : Titre II aciers pour béton armé
Fascicule n° 7 Reconnaissances des sols
Fourniture de granulats employés à la construction et l'entretien des
Fascicule n° 23
chaussées complété par la norme XP 18 540
Fourniture des liants hydrocarbonés employés à la construction et
Fascicule n° 24 l'entretien des chaussées, complété par les normes NF T 65 001 et 65
011
Fascicule n° 25 Exécution des corps de chaussées
Fascicule n° 26 Exécution des enduits superficiels
Fascicule n° 27 Fabrication et mise en œuvre des enrobés
Fascicule n° 29 Construction et entretien des corps de chaussées
Transport par route de matériaux destinés à la construction et à
Fascicule n° 30
l'entretien des chaussées
Bordure et caniveaux en pierre naturelle ou en béton, complété par la
Fascicule n° 31
norme AFNOR NF P 98 302
Fascicule n° 50 Travaux topographiques
Fascicule n° 61 Conception, calcul et épreuves des ouvrages d’art- titre I et II
Fascicule n° 62 Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et

1
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

DENOMINATION TITRE
construction en béton armé,
Fascicule n° 63 Fourniture et mise en œuvre des mortiers et bétons non armés
Fascicule n° 64 Travaux de maçonnerie non armée d’ouvrages de génie civil
Fascicule n° 65 Exécution des ouvrages en béton armé ou précontraint
Fascicule n° 65A Exécution des ouvrages de génie civil en béton armé ou précontraint
Fascicule n° 68 Exécution des travaux de fondations des ouvrages de génie civil
Fascicule n° 70 Canalisation d’assainissement et ouvrages annexes

De plus, les essais en laboratoire et en place seront conduits conformément aux modes
opératoires de l'AFNOR (France), du LCPC (France) ou à défaut aux procédures AASHTO
(American Association of State Highway and Transportation Official), ASTM (American Society
for Testing and Material) ou du BS (British Standard), en vigueur le premier jour du mois qui
précède la date limite de la remise des offres.
Les matériaux, produits et composants de construction doivent être conformes aux stipulations
du marché et aux prescriptions des normes AFNOR homologuées, les normes applicables étant
celles en vigueur le premier jour du mois qui précède la date limite de remise des offres.
En ce qui concerne le vocabulaire des essais de laboratoire et les documents émis par les
laboratoires d'essais, les termes fondamentaux et leurs définitions seront conformes à la norme
AFNOR NF X 10-001 et NF P 08 - 500 (conditions générales minimales d'un procès-verbal
d'essai de matériaux).
L'ensemble des fascicules du Cahier des Clauses Techniques Générales applicable aux marchés
publics de travaux de Génie Civil en France peut être acheté à : Direction des Journaux Officiels
26 rue Desaix, 75727 Paris Cedex 15
L'ensemble des normes AFNOR peut être acheté à : Association Française de Normalisation
Tour Europe, 92049, Paris - La Défense - Cedex 7.

A.1 OBJET DES TRAVAUX


Les travaux concernent : La réhabilitation de la section Sévaré-Boré, de la route nationale n°16
(RN16 : Sévaré-Douentza-Gao), de la route communautaire CU5 au Mali, de l’UEMOA, de la
route transsaharienne (RTS) ou de la route Trans African High Way n°2, d’une longueur
d’environ 559, 503 Km.
Le projet de réhabilitation de la route Sévaré-Douentza-Gao, fait partie des cinq (05) projets
d’infrastructures routières présentés par le Gouvernement de la République du Mali à la
concertation sectorielle avec les Partenaires Techniques et Financiers lors de la Conférence de
l’OCDE tenue à Paris en octobre 2015. Ces projets s’inscrivent également dans le cadre de la
mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger,
signé à Bamako, les 15 et 20 juin 2015.
Le projet est situé dans les régions de Mopti (5ème région administrative du Mali) et Gao (7ème
région administrative du Mali). Le début du projet est Sévaré et la fin est la fin de la RN16 à Gao.
Les travaux seront décomposés en cinq (05) sections comme suit :
- Section 1 : Sévaré-Boré (111 Km) ;
- Section 2 : Boré-Douentza (59 Km) ;
- Section 3 : Douentza-Hobori (148,31 Km) ;
- Section 4 : Hombori-Gossi (90 Km) ;
- Section 5 : Gossi-Gao (Wabaria) (151,200 Km).
Les travaux comprennent :
2
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- le déplacement éventuel des réseaux dans les traversées urbaines (électricité, eau, téléphone
etc.) ;
- préparation du terrain ;
- le nettoyage et le débroussaillement des abords de la chaussée ;
- les travaux de terrassements et d’élargissements par redans de la plateforme de chaussée
existante de 9 m en moyenne à 10,20 m en rase campagne et 12,20 en traversée
d’agglomération ;
- la scarification du revêtement existant ;
- le recyclage de la couche de base existante sur une épaisseur de 20 à 25 cm environ avec
apport de matériaux et à maintenir comme couche de fondation de la nouvelle chaussée ;
- la fourniture et la mise en œuvre de couche de base en grave concassé 0/31,5 sur épaisseur
de 20 cm;
- la fourniture et la mise en œuvre de couche de roulement en béton bitumineux 0/10 de 5 cm
d’épaisseur ;
- la fourniture et la mise en œuvre d’enduit superficiel monocouche sur les accotements ;
- la démolition d’ouvrages hydrauliques,
- la construction d’ouvrages d’assainissement et de drainage;
- la réhabilitation et le rallongement d’ouvrages hydrauliques ;
- la protection par bordures, perrés et gabions des rives de chaussée, talus et pieds de talus et
exutoires d'ouvrages ;
- la mise en place des signalisations verticale et horizontale ;
- la démolition et reconstruction de ponts ;
- la réalisation des dispositifs de sécurité : avertisseurs sonores, glissières, balises,
- la protection des passages piétons par des ralentisseurs ;
- les travaux spécifiques à la protection de l’environnement ;
- l’aménagement de postes de péage ;
- la fourniture et la mise en place d’éclairage public ;
- la mise en œuvre de mesures environnementales et sociales
- le nettoyage complet du chantier avant la réception provisoire des travaux.

A.2 DESCRIPTION DES TRAVAUX


Ils comprennent la fourniture à pied d'œuvre de tous les matériaux nécessaires, les études
d’exécution, les plans d’exécution et toutes les opérations topographiques nécessaires à la
bonne exécution des différents ouvrages, les reconnaissances géotechniques, la signalisation de
chantier, la mise en place obligatoire de déviations de la circulation et plus spécifiquement par
types de travaux mais de manière non exhaustive :
A.2.1 Installation
Ces travaux comprennent notamment :
- la réalisation des pistes et voies d'accès et des plates-formes d'installation de chantier y
compris leur entretien,
- les travaux préparatoires (débroussaillement, préparation des emprises, clôture,
signalisation, installations de chantier, implantations de repères topographiques),
- la réalisation et l'entretien des aires d'installation du chantier et d'exécution,
3
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- les installations de chantier y compris la base vie pour l'Entrepreneur, la mission de


contrôle et l'Administration,
- l'installation d'une centrale de concassage, éventuellement d'une centrale de
béton (si l'Entrepreneur envisage l'utilisation de matériel autre que la bétonnière) et
d'une centrale d'enrobage,
- la réalisation de retenue d'eau pour la fourniture de l'eau du chantier,
- la réalisation de forages profonds pour le ravitaillement du chantier et leur
aménagement en fin des travaux et leur remise aux populations,
- la production des notes de calcul détaillées, des plans et détails d'exécution et des
plans conformes à l'exécution des routes et de leurs ouvrages accessoires, des
ouvrages d'assainissement hydraulique,
- les travaux de raccordement aux différents réseaux nécessaires au bon fonctionnement
du chantier,
- la réalisation des déviations là où c’est nécessaire et de tous les travaux ou dispositions
nécessaires au maintien de la circulation dans les zones affectées par les chantiers,
l’entreprise a à sa charge l’entretien de la route objet du projet de nature à rendre
toujours le trafic fluide,
- la fourniture et l'entretien de toute la signalisation provisoire pendant la durée des
travaux,
- les travaux topographiques nécessaires à l'exécution,
- l'installation et le fonctionnement du laboratoire de chantier,
- les travaux géotechniques nécessaires à l'exécution,
- la remise en état des lieux après exécution des travaux,
- Les études d’exécution pour les travaux d’électrification, des réseaux d’eau et
téléphone ;
- la production des études d’exécution des ponts, notamment les calculs béton armés et la
fondation,
- la réalisation de postes de péage conformément aux plans types UEMOA ;
- les plans de recollement
A.2.2 Travaux préparatoires :
- débroussaillement, défrichement, déplacement de clôture et abattage d'arbres pour le
dégagement de l'emprise des terrassements,
- évacuation de tout matériau impropre situé aux abords de la chaussée, (décapage
éventuel)
- nettoyage de la chaussée et de l'assiette des terrassements, permettant une inspection
complète et détaillée de l'état des ouvrages d'assainissement préalable à
l'établissement du projet d'exécution définitif des ouvrages à curer, réparer ou
reconstruire.
- la démolition de certains ouvrages,
- déplacement éventuel du réseau des concessionnaires,
- la dépose de bordures de glissière et d’une manière générale de tous les éléments dont
leur déplacement est nécessaire pour l’exécution des travaux.
A.2.3 Travaux de terrassements :
- identification des emprunts proposés, recherche éventuelle d'emprunts
complémentaires et approvisionnement sur le site,

4
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- remblais et déblais,
- travaux d’élargissement de la plateforme de 9 m en moyenne à 10,2 m en rase
campagne et de 9 m en moyenne à 12,20 m en agglomération (y compris déblai
rocheux).

A.2.4 Travaux de chaussées :


- identification éventuelle des gisements et carrières,
- préparation et élaboration des matériaux de couche de chaussée,
- scarification du revêtement existant,
- recyclage de la couche de chaussée existante sur une épaisseur d’environ 20 à 25 cm
environ avec apport de matériaux,
- purges et décaissements localisés,
- fourniture et mise en œuvre des matériaux de couche de fondation et de couche de
base en grave latéritique naturelle au niveau de l'élargissement de la plate-forme y
compris mise en gabarit des accotements,
- fourniture et mise en œuvre de grave concassé 0/31,5 sur une épaisseur de 20 cm pour
la couche de base,
- fourniture et mise en œuvre d'une couche d'imprégnation au cut-back 0/1,
- réalisation de rampes ou d'amorces d'accès.

A.2.5 Travaux de couche de roulement


- fourniture et mise en œuvre d'une couche de revêtement en béton bitumineux 0/10 de 5
cm sur une largeur de 7,20 m,
- la remise en forme et élargissement des accotements,
- la fourniture et la mise en œuvre d'un enduit superficiel monocouche sur les
accotements de 1,5 m de largeur de part et d’autre de la chaussée.

A.2.6 Travaux d'assainissement :


- nettoyage, curage et reprofilage des fossés existants,
- exécution de nouveaux fossés longitudinaux et divergents en terre,
- exécution de nouveaux fossés revêtus
- exécution de nouveaux caniveaux en béton armé,
- construction de nouveaux ouvrages,
- allongement d’ouvrages existants en bon état pour se mettre au gabarit de la nouvelle
plateforme,
- réhabilitation d’ouvrages d’art et d’assainissement,
- la démolition et reconstruction de Ponts,
- dispositifs de drainage et lutte contre l'érosion : bordures, perré, gabions,
enrochements.

A.2.7 Signalisation - Sécurité - Divers :


- établissement du projet de signalisation,
5
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- travaux de mise en place des signalisations verticale et horizontale et pose de balises


de virage,
- de Glissières de sécurité ainsi que les bornes kilométriques et penta kilométriques,
- travaux de réalisation de ralentisseurs (bandes sonores et dos d'âne),
- travaux de réalisation de postes de péage dans la localité de Ty.

A.2.8 Eclairage public


- Eclairage Public Conventionnel pour la ville de SEVARE,
- Eclairage Public Solaire pour la ville de KONNA,
- Eclairage Public Solaire pour la ville de BORE,
- Eclairage Public Solaire pour le village de TIABALY,
- Eclairage Public Solaire pour le village de KONI,
- Eclairage Public Solaire pour le village de SAMBERE
- Eclairage Public Solaire pour le village de TAKOUTALA,
- Eclairage Public Solaire pour le village d’AMBA,

A.2.9 Travaux de protection d’environnement


- remise en état des emprunts et carrières suivant les Directives environnementales
(éventuellement aménagement en mare abreuvoir),
- plantation d’arbres dans les traversés de village ou en bosquet,
- réalisation de travaux connexes (mur de clôture pour école, centre de santé,…..),
- réalisation de forages positifs et mise en œuvre des équipements et aménagements,
- réalisation de pistes d'accès,
- sensibilisations du personnel de chantier et des riverains sur l'IST/SIDA, l'environnement
et la sécurité routière.

A.3 PRESCRIPTIONS GENERALES


A.3.1 Normes techniques
Sauf stipulation contraire dans le présent CPT, les normes techniques pour la définition de la
qualité des matériaux et leur mise en œuvre sont les normes en vigueur au Mali.
Les citations des normes qui sont faites dans le texte du présent CPT ayant seulement le but de
définir la qualité des matériaux, l’Entrepreneur est libre de présenter des produits analogues,
dont la qualité correspondrait à des spécifications officielles internationales (A.S.T.M. ou B.S. par
exemple), mais à la condition que les produits proposés présentent des qualités au moins
équivalentes à celles requises.

A.3.2 Circulation sur le chantier


- L’entrepreneur devra prendre les dispositions nécessaires pour que les conducteurs
d’engins respectent les limitations de vitesse. De façon générale, ils devront se
conformer aux prescriptions du code de la route et limiter leur vitesse à 40 km /h aux
traversées des villages,
- L'Entrepreneur doit tenir compte des limitations de charges sur les routes et ponts

6
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

existants. Il est tenu de charger le matériel sur des remorques à essieux multiples afin
d'assurer une distribution de la charge totale respectant la limitation de la charge à
l'essieu (11,5 T) fixée par l'UEMOA (Règlement n°14/2005/CM/UEMOA relatif à
l'harmonisation des normes et des procédures du contrôle du gabarit, du poids et de la
charge l’essieu des véhicules lourds de transport de marchandises dans les Etats
membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).

7
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

A.3.3 Hypothèse de chargement


Les hypothèses de chargement pour les ouvrages d'assainissement ainsi que pour la chaussée
sont celles appliquées au Mali (essieu 13T), défini par le fascicule 61 titre II.

A.3.4 Prescriptions relatives à la circulation


Le trafic et les accès locaux doivent être maintenus pendant toute la durée des travaux.
L'Entrepreneur aménage des rampes d'accès raisonnablement aplanies traversant les travaux de
chaussée pour permettre aux véhicules et aux piétons de les traverser.
Les déviations pour les circulations de véhicules et piétons doivent être aménagées, être
régulièrement arrosées et reprofilées afin d'éviter des bourbiers et la poussière en vue de
permettre une circulation dans les conditions normales de confort et de sécurité. L'Entrepreneur
en assure de jour comme de nuit le balisage et la signalisation nécessaire selon les dispositions
du code de la route et les normes en vigueur au Mali. L'Entrepreneur sera tenu entièrement
responsable pour tous dégâts, accidents, pertes, résultant d'un manque ou d'une insuffisance de
signalisation conformément à la réglementation en vigueur au Mali et de tous dommages
survenus à la suite de négligence de sa part. Les plans des déviations sont soumis à
l'approbation du Représentant du maître d'œuvre.
La chaussée des déviations est constituée de matériaux présentant des caractéristiques de
portance acceptables. Les terres de mauvaise tenue sont remplacées par des matériaux
latéritiques sur une épaisseur de 15 cm au moins. Les déviations sont remises au profil au moins
deux fois par semaine et arrosées de façon régulière, surtout en saison sèche, pour éviter la
mise en suspension de la poussière. Elles sont rechargées et entretenues de façon satisfaisante
par l'Entrepreneur.
La signalisation de chaque déviation devra être conforme au plan spécifique établi par
l'Entrepreneur et soumis au visa du Représentant du maître d'œuvre. Elle comprendra de chaque
côté :
Des panneaux de 2,00 m x 1,50 m à 1,80 m du sol, avec limitation de vitesse à 40 km/h, placés à
300 m en avant la zone de travaux,
Un groupe de panneaux (avec limitation de vitesse à 30 km/h, panneau triangulaire de danger,
plaque de déviation à 150 m, panneau circulaire d'interdiction de dépasser) placés à 150 m en
avant de la zone de travaux,
Un groupe de panneaux (barrière horizontale à chevrons, panneaux circulaires de sens interdit et
de sens unique) placés aux extrémités des zones de travaux. Ces extrémités des zones de
travaux sont à signaler de nuit par des indicateurs lumineux clignotants, des panneaux avec
limitation de vitesse à 30 km/h placés aux extrémités de la déviation.
Si, par suite du mauvais état des sections et des déviations, un véhicule privé ou de
l'Administration venait à s'enliser, l'Entrepreneur aurait à sa charge et à ses frais l'obligation de
remorquer ledit véhicule, pour que celui-ci puisse reprendre sa marche normale.
L'Entrepreneur devra imposer à l'ensemble de ses chauffeurs et à ses éventuels sous-traitants
une limitation de vitesse à 40 km/h dans tous les villages et hameaux, tant que la route n'est pas
revêtue.
En ce qui concerne la circulation du matériel, l'Entrepreneur devra se conformer au Code de la
Route en vigueur, notamment en ce qui concerne la charge maximale à l'essieu autorisée (11,5
tonnes / essieu). Les matériels non conformes ne seront pas autorisés à circuler sur la chaussée.
L'Entrepreneur sera tenu dès le début des travaux d'indiquer clairement le long de la route,
l'arrivée dans un village, hameau ou le croisement avec les déviations. Il devra remettre un plan
indiquant les différents emplacements et structures prévus au Représentant du maître d'œuvre et
sera responsable de leur maintien durant la totalité des travaux.

8
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Par ailleurs, l'Entrepreneur assurera l'entretien régulier de toute la longueur du tronçon de la


route concernée par les travaux de manière à ce que celui-ci soit parfaitement circulable sous un
trafic T3 en toute saison et en tous points à une vitesse de 80 km/h. ce niveau de service devra
être atteint 4 mois au plus tard après l’ordre de service de démarrage des travaux.
Afin de déranger le moins possible l’exploitation de la route, l’Entrepreneur doit :
- soumettre un schéma de circulation temporaire incluant les circulations techniques des
chantiers après information et consultation des autorités administratives locales. Ce
schéma précisera : (i) les itinéraires de remplacement de la circulation générale, des
transports en commun et des piétons ; (ii) les itinéraires de transport des matériaux allant
des carrières jusqu’aux travaux ; (iii) les dispositifs de déviation du trafic (barrières,
signalisation, etc.) ; et (iv) les circulations et lieux de stationnement des véhicules sur le
chantier,
- des séances publiques de sensibilisation auprès des populations locales concernées par le
projet de ce schéma de circulation seront organisées par l’Entrepreneur à ses frais,
- aménager les accès provisoires aux parcelles riveraines et aux arrêts de transport en
commun et les maintenir pendant le chantier dans des conditions satisfaisantes de sécurité,
- entretenir les traversées temporaires maintenant ou remplaçant les passages de piétons et
véhicules jusqu’à leur rétablissement.

A.3.5 Impact sur l’environnement


Pour les aspects sur l’environnement, les textes en la matière en vigueur au Mali serviront de
référence.
L'Entrepreneur doit prendre à sa charge les mesures de protection de l'environnement (pertes de
matériaux aux cours du transport, poussières, salissures sur la chaussée revêtue, etc.).

A.3.6 Intempéries, suspension des travaux


Le Représentant du maître d'œuvre pourra prescrire, par ordre de service, la suspension des
travaux du fait d'intempéries sans que l’Entrepreneur puisse élever une réclamation de ce fait.
Dans ce cas, le délai contractuel pourra être prolongé d'autant de jours calendaires qu'il en sera
écoulé entre la date de suspension et la date de reprise des travaux, si cela est prescrit dans
l'ordre de service.
Le délai contractuel comprenant la/les saisons des pluies, ces éventuelles suspensions ne
donnent pas lieu à une prolongation quelconque du délai contractuel.

A.4 CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DES ROUTES


Les caractéristiques géométriques de la route sont définies dans les plans du dossier. Les
paramètres fondamentaux sont déterminés conformément à une vitesse de référence de 100
km/h. Des plans types indiquent les différentes caractéristiques des profils en travers ainsi que
leur zone d’emploi. En section courante, la chaussée a une largeur de 7,2 m, des accotements
2x1, 5 m, soit une plate-forme de 10,20 m.

9
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

L'axe du projet est donné par un tracé en plan ainsi que le profil en long qui définit les altitudes à
atteindre ainsi que les caractéristiques géométriques.

Type de Zone
Descriptif
profil d’application

Chaussée 2x3,60 m avec accotement 2x1,50 m soit une


T1 plateforme totale de 10,2 m. Couche de roulement en En rase campagne
béton bitumineux de 5 cm d’épaisseur.

Chaussée 2x3,6 m avec accotement 2x2,50 m, soit une


Dans les traversées
T2 plateforme totale de 12,20 m. Couche de roulement en
d’agglomérations
béton bitumineux de 5 cm d’épaisseur.

A.5 LES CONTROLES DE QUALITE


A.5.1 Contrôle interne au Titulaire : Plan Assurance Qualité (PAQ)
L’Entrepreneur est responsable de la bonne exécution des travaux et est tenu d'effectuer un
contrôle technique continu de l'ensemble des opérations qui y concourent à tous les stades
d'avancement du projet.
Il est tenu d'avoir sur le chantier, son propre laboratoire permettant d'exécuter tous les essais
d'identification et d'études des matériaux définis dans le CPT, ainsi que toutes les planches
d'essais. Le matériel de ce laboratoire doit recevoir l'agrément du Représentant du maître
d’œuvre.
Il sera tenu de fournir avant toute mise en œuvre un dossier complet prouvant que le matériel
arrivé sur le chantier satisfait aux conditions du CPT.
Le laboratoire, auquel la mission de contrôle aura libre accès, sera utilisé par l’Entrepreneur pour
conduire son chantier. A ce titre, l’Entrepreneur devra exécuter, à ses frais, les essais de contrôle
de matériaux prescrits au présent CPT.
Les qualités professionnelles des agents du Titulaire chargé de toute la partie "laboratoire" seront
vérifiées par le Maître d'Œuvre dès leur mise en place sur le chantier. A la suite de cette
vérification, l’Entrepreneur se verra signifier l'agrément ou le non agrément de ces agents. Cet
agrément pourra être retiré à tout moment en cas de carence manifeste.
Tous les essais de contrôle effectués par l’Entrepreneur seront communiqués au Représentant
du maître d'œuvre au fur et à mesure de leur exécution et dans un délai maximum de deux (2)
jours après l'obtention des résultats.
Dans le cas de mauvais fonctionnement persistant du Laboratoire du chantier, le Maître d'Œuvre
pourra exiger soit le remplacement du personnel de ce Laboratoire, soit la réalisation de tous les
essais dans un laboratoire de son choix et aux frais du Titulaire, sans que celui-ci puisse de ce
fait élever de réclamation en raison de retards ou d'interruptions de chantier consécutifs à cette
sujétion, et ce jusqu'à ce qu'il soit fait la preuve que le Laboratoire du Titulaire peut reprendre son
activité dans des conditions satisfaisantes.
Le Plan d'Assurance Qualité (PAQ) est conforme à l'article 35 du fascicule 65 A, il est soumis au
visa du Représentant du maître d'œuvre et pour le projet il est de degrés de développement 3
en application de l'article 35.3. Il est établi pour l'ensemble des travaux à réaliser. L'agrément du
PAQ est un préalable absolu au démarrage effectif des travaux.

10
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

En cours de chantier, le PAQ pourrait être modifié dans les cas suivants :
Adaptation du projet (lié à un aléa géotechnique par exemple),
Modification des procédures d'exécution (lié à un changement de méthode d'exécution par
exemple).
Ces modifications devront être validées par le Représentant du maître d'œuvre. Le plan de
contrôle qui est établi à partir des éléments contenus dans le PAQ sera modifié en conséquence.

A.5.1.1 Généralités
Le PAQ est constitué de :
- un document d'organisation générale détaillant les moyens de laboratoire et de contrôle, la
méthodologie d'étalonnage et de vérification du matériel (laboratoire, engins d'exécution des
travaux) et la nature des documents émis pour les résultats des contrôles,
- un ensemble de procédures d'exécution comprenant par tâche les conditions d'exercice du
contrôle intérieur, et précisant la nature et la fréquence des contrôles, les intervenants et les
modalités de réalisation,
- le cadre des documents de suivi.
Les articles qui suivent définissent le contenu minimal du document général du PAQ et les
éléments communs aux procédures d'exécution. Ils sont complétés par les articles du fascicule
65 A et du présent CTP qui traitent des documents que l'Entrepreneur doit soumettre au
Représentant du maître d'œuvre et aux contrôles qu'il doit exécuter.

A.5.1.2 Organisation générale


Le document d'organisation traite les points définis ci-après :
- l'affectation des tâches, moyens en personnel : en plus de ce qui est demandé à l'article
35.2.2 du fascicule 65 A, le document doit préciser les responsables des sous-traitants sur le
chantier,
- l'organisation du contrôle interne : le document rappelle les principes et présente les
conditions d'organisation et de fonctionnement du contrôle interne, ces conditions étant en
relation avec les indications concernant les personnes désignées pour exécuter ou
coordonner les tâches correspondantes. Il précise les moyens qui y sont consacrés et définit
la liste des procédures d'exécution et leur échéancier d'établissement. Il établit en outre la liste
des tâches pour lesquelles il est prévu d'effectuer les épreuves d'étude et de convenance. Il
précise enfin les conditions d'authentification des documents et dessins visés par le
Représentant du maître d'œuvre pour l'exécution, afin de les distinguer des versions
provisoires qui ont pu être distribuées.
A.5.1.3 Procédures d'exécution
a) Contenu
Les procédures d'exécution sont établies conformément aux prescriptions des chapitres ci-après,
et définissent notamment :
- la partie des travaux faisant l'objet de la procédure considérée,
- les moyens matériels spécifiques utilisés (dans le cas les plus fréquents, les moyens à
décrire dans les différentes procédures sont ceux qui figurent à l'article 35.2.3 du
fascicule 65 a),
- les choix de l'entrepreneur en matière de matériaux, produits et composants (qualité,
certification, origine, marque et modèle exact s'il y a lieu). les matériaux et les produits
visés sont ceux qui figurent à l'article 35.2.3 du fascicule 65 a,

11
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- les points sensibles de l’exécution (un point sensible est un point d’exécution qui
doit particulièrement retenir l'attention en vue d'une bonne réalisation), par référence aux
phases d'exécution des travaux, avec s'il y a lieu, une description des modes opératoires
et les consignes d'exécution,
- le cas échéant, les interactions avec d'autres procédures et les conditions préalables à
remplir pour l'exécution ultérieure de certaines tâches, notamment lorsque celle-ci est
soumise à l'accord explicite du représentant du maître d'œuvre ou à l'obtention de
résultats du contrôle extérieur (points d'arrêt),
- les modalités du contrôle interne,
b) Contrôle interne
La partie du document traitant du contrôle interne explicite :
- pour les matériaux, produits et composants utilisés, soumis à une procédure
officielle de certification de conformité (les procédures officielles de certification de
conformité recouvrent notamment la marque NF, l'homologation, l'agrément et le
certificat Qualifib), les conditions d'identification sur le chantier des lots livrés
(l'identification consiste à comparer d'une part le marquage ou les informations
portées sur les documents accompagnant la livraison, d'autre part le marquage prévu
par le règlement de certifications ou la décision accordant le bénéfice du certificat),
- en l'absence de procédure officielle de certification ou lorsque, par dérogation, le
produit livré ne bénéficie pas de la certification, les modalités d'exécution du contrôle
de conformité des lots en indiquant les opérations qui incombent aux fournisseurs ou
sous-traitants,
- le laboratoire retenu pour le contrôle des remblais d'élargissement et des couches de
chaussée, et son organisation,
- le laboratoire retenu pour le contrôle des revêtements, et son organisation,
- le laboratoire retenu pour le contrôle des bétons, et son organisation,
- les conditions d'exécution et d'interprétation des épreuves de convenance, lorsque
celles-ci sont prescrites à l'origine ou s'avèrent nécessaires en cours d'exécution,
- le modèle des documents, dits de suivi d'exécution, à recueillir ou à établir au titre du
contrôle interne, ainsi que les conditions de leur transmission au Représentant du
maître d'œuvre ou de tenue à sa disposition.
Le contenu de cette partie du PAQ doit satisfaire aux prescriptions des autres articles du présent
CTP et du fascicule 65 A.

PHASES D'ETABLISSEMENT ET D'APPLICATION DU PAQ


Les documents constituant et appliquant le PAQ sont établis en plusieurs étapes (conformément
à l'article 35.4 du fascicule 65 A) :
> Avant la signature du marché
• mise au point du cadre du PAQ
> Pendant la période de préparation des travaux
• mise au point du document d'organisation générale
• établissement des procédures d'exécution correspondant aux premières phases de
travaux
> Au cours des travaux, mais avant toute phase d'exécution et conformément aux délais
prescrits par le marché
• établissement des autres procédures d'exécution
12
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

• préparation des documents de suivi d'exécution


> Pendant l'exécution
• renseignement et tenue à disposition sur le chantier des documents de suivi et remise
de ces derniers en trois (3) exemplaires au Représentant du maître d'œuvre
> À l'achèvement des travaux
• regroupement et remise au Représentant du maître d'œuvre de l'ensemble des
documents du PAQ et des documents de suivi d'exécution. Ces documents sont fournis
en un (1) exemplaire facilement reproductible.

A.5.2 Contrôle de la mission de contrôle


Le Maître de l'ouvrage ou le Maître d'Œuvre se réserve le droit d'effectuer, en tout point et à toute
époque qu'il jugera utile, le contrôle de la qualité des matériaux utilisés, de la provenance, du
mode de stockage et des conditions de transport avec le laboratoire du Titulaire.
L’Entrepreneur devra cependant donner toutes facilités au représentant habilité du Maître de
l'ouvrage pour effectuer certains contrôles.
Dans le cas où le résultat ne serait pas satisfaisant, le représentant du Maître de l'ouvrage peut
refaire l'essai ou les essais avec le laboratoire du contrôle en présence du Titulaire.
Au cours de l'exécution des ouvrages, le Représentant du maître d'œuvre procède à des
contrôles préalablement définis pour lesquels la poursuite des opérations par l'Entrepreneur est
subordonnée à son acceptation prononcée dans un délai déterminé. Ces points de contrôle sont
appelés « Point Arrêt » et sont associés à des délais de préavis.
Dans le cadre des différentes procédures d'exécution du PAQ, l'Entrepreneur récapitule les
délais de préavis associés aux points d'arrêt. Pour les points d'arrêt d'exécution récapitulés ci-
après, le délai de préavis comporte, outre le délai d'information au Représentant du maître
d'œuvre, le délai d'exécution des contrôles internes et le délai de remise des résultats
correspondants. Ce délai est exprimé en jours travaillés.
> Etudes d'exécution
• contrôle extérieur des études géotechniques complémentaires 21 jours
• contrôle extérieur des notes de calcul d'exécution 21 jours
• contrôle extérieur des autres documents d'exécution 21 jours
> Implantation
• contrôle extérieur de l'implantation générale 5 jours
• contrôle extérieur de l'implantation de l'axe 2 jours
• contrôle extérieur de l'implantation des entrées en terre 2 jours
• contrôle extérieur de l'implantation des dalots 1 jour
• contrôle extérieur de l'implantation des différents ouvrages d'assainissement et
équipements 1 jour

13
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

> Géométrie
• contrôle extérieur du niveau de fond de fouille 2 jours
• contrôle extérieur du niveau de chaque type de couche 2 jours
• contrôle extérieur de la largeur de chaque type de couche 1 jour
• contrôle extérieur du surfaçage de chaque type de couche 2 jours
• contrôle extérieur de l'épaisseur de chaque type de couche 1 jour
• contrôle extérieur des dévers de chaque type de couche 2 jours
> Fond de déblais
• contrôle extérieur du fond de déblais 1 jour
> Remblais, matériaux sélectionnés pour le corps de chaussée
• provenance 15 jours
• respect des contraintes environnementales 5 jours
• contrôle de qualité des matériaux 8 jours
• contrôle de mise en œuvre 1 jour
• contrôle du réaménagement des emprunts 2 jours
> Fabrication et mise en œuvre de la latérite améliorée au ciment (pour mémoire)
• respect des contraintes environnementales 5 jours
• étude de formulation 15 jours
• niveau d'aptitude du matériel de mise en œuvre 15 jours
• début de fabrication in situ et de mise en œuvre 3 jours
• contrôle du dosage au ciment immédiat
• réception de la surface à revêtir 1 jour
• épreuves de contrôle (qualité et épaisseur) 3 jours
> Couches d'imprégnation et d'accrochage
• provenance 15 jours
• contrôle de qualité des matériaux 3 jours
• contrôle de mise en œuvre 1 jour
> Fabrication du concassé
• niveau d'aptitude de la centrale de concassage 15 jours
• respect des contraintes environnementales 5 jours
• provenance 15 jours
• début de fabrication 3 jours
• contrôle de qualité des matériaux 1 jour
• contrôle du réaménagement de la carrière 2 jours
> Fabrication et mise en œuvre des revêtements
• niveau d'aptitude de la centrale de fabrication 15 jours
• respect des contraintes environnementales 5 jours

14
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

• étude de formulation 15 jours


• niveau d'aptitude du matériel de mise en œuvre 15 jours
• début de fabrication et de mise en œuvre 3 jours
• réception de la surface à revêtir 2 jours
• réception de la couche d'imprégnation 1 jour
• confection des carottes pour l'épreuve de contrôle immédiat
• épreuves de contrôle (qualité et épaisseur) 3 jours
> Fond de fouille et coffrages
• contrôle extérieur de la mise en œuvre des coffrages 1 jour
• contrôle extérieur du fond de fouille 1 jour
> Armatures de béton armé
• accord sur la provenance 15 jours
• contrôle extérieur de la mise en œuvre avant chaque phase
de bétonnage 1 jour
> Fabrication et mise en œuvre des bétons
• niveau d'aptitude de la centrale de fabrication 15 jours
• respect des contraintes environnementales 5 jours
• étude de formulation 35 jours
• épreuve de convenance 10 jours
• début de bétonnage 2 jours
• confection des éprouvettes cylindriques pour l'épreuve de contrôle immédiat
• contrôle de qualité 30 jours
> Equipements divers (signalisation, glissières, etc.)
• accord sur la provenance 15 jours
• contrôle extérieur de la mise en œuvre 1 jour

A.5.3 Contrôle extérieur


Le Maître d'Ouvrage sur proposition du Maître d'Œuvre se réserve le droit de faire effectuer des
essais et contrôles, en tout point et à toute époque qu'il jugera utile, en sus de ceux définis par le
Marché. Dans le cas où le résultat ne serait pas satisfaisant, le Maître d'Ouvrage peut refaire
l'essai ou les essais en présence de l'Entrepreneur et à sa charge.
Le contrôle extérieur pourrait être assuré par un laboratoire agréé par le maitre d’ouvrage.

A.6 ORGANISATION ET PREPARATION DES TRAVAUX


L’Entrepreneur soumettra au visa du Maître d'Œuvre un programme d'exécution des travaux
selon une présentation ayant reçu l'accord de celui-ci. Le programme devra être soumis dans un
délai d'un (1) mois à compter de l'Ordre de Service du démarrage des travaux. Ce programme
d'exécution sera établi au moyen d'une méthode "à chemin critique" et mettra en évidence :
- les tâches à accomplir pour réaliser les travaux et leur enchaînement.

15
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- pour chaque tâche, la date prévue pour son achèvement et la marge de temps
disponible pour son exécution.
- les tâches qui conditionnent la durée de réalisation des travaux (tâches critiques).
Il devra tenir compte de toutes les sujétions afférentes à l'exécution des travaux, et en particulier:
- le maintien de la circulation,
- les délais de constitution des dossiers d'approbation pour l'agrément des carrières, des
gisements et des emprunts,
- les prescriptions particulières du présent CPT,
- les intempéries normalement prévisibles.
Ce programme d'exécution des travaux devra être accompagné des pièces suivantes dont la liste
est non limitative :
- une note sur l'installation générale du chantier et incluant un plan des installations (ce
plan fera apparaître les différents réseaux - eaux, électricité, téléphone, etc.),
- un planning des fournitures et approvisionnements,
- un état détaillé du matériel devant être utilisé sur le chantier comportant pour chaque
engin ses caractéristiques, son état et sa valeur et la date de son acheminement,
- une note sur les méthodes de travail utilisées ainsi que les précisions quantitatives
d'emploi en personnel,
- le pourcentage du personnel recruté dans la zone de travail,
- le règlement interne du Titulaire incluant les spécifications des Directives
environnementales,
- une liste du personnel d'encadrement,
- un planning des prévisions d'avancement,
- le plan d'organisation du contrôle qualité,
- le plan de signalisation temporaire du chantier,
- le plan de sécurité et d’hygiène conformément à l’article 21 du CCAP,
- un échéancier financier (décaissement prévisionnel pour un meilleur suivi de l’exécution
des travaux).
L’entreprise remettra un Plan d’Assurance Qualité (PAQ) conformément à l’article 35 du fascicule
65A, qu’il est soumis au visa de l’Ingénieur, qu’il est de degrés de développement 3 en
application de l’article 35.3. Il remet aussi le Plan de Gestion Environnemental et Social (PGES)
conformément aux Conditions Particulières (CP).
Le PAQ est constitué de :
• un document d’organisation général présentant les éléments communs à l’ensemble du
chantier ;
• un ou plusieurs documents particuliers à une procédure d’exécution et désignés en
abrégés par « procédures d’exécution »,
• le cadre des documents de suivi.
L’Entrepreneur devra procéder, chaque fin de trimestre calendaire au moins, à l'examen et à
la mise à jour du programme d'exécution et présenter au Maître d'Œuvre, au plus tard le 10 du
mois suivant, les résultats de son examen avec, le cas échéant, les modifications qu'il se
propose d'apporter au programme en vigueur. Toutefois, des modifications importantes
apportées à ce programme ne pourront être appliquées qu'après accord du Représentant du
maître d'œuvre. Ces documents seront fournis en cinq (5) exemplaires.

16
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Qu'il s'agisse de l'approbation du programme d'exécution des travaux initial ou de ses


modifications en cours de travaux, le Représentant du maître d’œuvre disposera d'un délai de
sept (7) jours pour faire connaître son accord ou ses observations sur les dispositions
proposées.
L’Entrepreneur devra apporter les modifications éventuellement prescrites par le Représentant
du maître d’œuvre dans un délai de sept (7) jours à compter de la date de leur notification.
Le démarrage effectif des travaux sera subordonné à l'approbation du programme d'exécution
des travaux par le Représentant du maître d'œuvre, sans que le délai d'exécution des travaux
soit de ce fait modifié.
Le programme des travaux, ses additifs et rectificatifs éventuels devront être remis au Maître
d'Œuvre. La présentation des plannings, leur suivi et mises à jour se feront de la manière
suivante:
• Planning général des travaux :
Il sera présenté sous forme d'un diagramme à barres. L’Entrepreneur aura pour
obligation de maintenir à jour ce planning et de présenter mensuellement les
ajustements éventuels ainsi que leurs justifications.
• Planning hebdomadaire d'activité :
L’Entrepreneur aura pour obligation de présenter, chaque fin de semaine, un planning
détaillé définissant les activités diverses qu'il compte entreprendre durant la semaine
suivante. Le Représentant du maître d’œuvre pourra y apporter ses observations ou
son approbation sous un délai de 24 heures.
• Plan de Protection de l’Environnement du Site (PPES).

A.6.1 Dessins d'exécution


L'Entrepreneur doit définir, d'une façon précise et complète les dispositions particulières que
comporte son projet. Il établit, à ses frais les levés topographiques nécessaires à l'établissement
du projet d'exécution tant de la route que des ouvrages d'assainissement et d'art y compris tous
les calculs et toutes les justifications avant le commencement des travaux éventuellement par
tronçons de 20 km.
Le projet d'exécution comprend tous les plans de détail et d'exécution et autres documents
exigés par les documents contractuels qui lui sont nécessaires pour mener à bonne fin
l'exécution du marché. Il spécifie toutes les conditions de qualité, de façon et de réception se
rapportant à ceux des matériaux ou des ouvrages proposés par lui, dont la nature, les
spécifications ou l'emploi ou encore le mode d'exécution ne seraient pas prévus par le présent
Marché ou les normes homologuées.
L'Entrepreneur soumet à l'approbation du Représentant du maître d'œuvre, en trois (3)
exemplaires, un (1) mois au moins avant le commencement des travaux auxquels ils se
rapportent : les plans d'exécution, profil en long, cubature, profils en travers, de détail, de
ferraillage, de coffrage, les notes de calcul (surcharges conformes au fascicule 61 titre II,
surcharge exceptionnelle du convoi type de 30 tonnes), les avant métrés détaillés et
éventuellement un mémoire justificatif des dispositions envisagées, basés sur les sondages de
reconnaissance géotechnique effectués par lui et les plans types ou particuliers des ouvrages à
réaliser.

17
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Un (1) exemplaire de ces dessins lui est retourné, soit revêtu du visa "Bon pour exécution" du
Représentant du maître d'œuvre, soit accompagné, s'il y a lieu, de ses observations, dans un
délai de quinze (15) jours à dater de la réception. Dans cette éventualité, l'Entrepreneur dispose
d'un délai de quinze (15) jours pour y apporter les mises au point demandées et soumettre à
nouveau, suivant la même procédure, à l'approbation du Représentant du maître d'œuvre les
documents rectifiés.
Après accord du Représentant du maître d'œuvre sur ces documents, l'Entrepreneur devra
fournir cinq (5) exemplaires supplémentaires dans un délai maximum de quinze (15) jours avant
l'exécution des travaux correspondants. Deux (2) exemplaires lui seront retournés approuvés. Un
(1) exemplaire de ces documents approuvés sera adressé par le Représentant du maître
d'œuvre au bailleur de fonds et au Maître d'ouvrage délégué.
L’entrepreneur devra prendre toute disposition pour présenter ces documents en temps voulu,
pour assurer la continuité des travaux, étant entendu que le Représentant du maître d'œuvre
disposera d'un délai de quinze (15) jours pour approuver chaque document ou faire connaître les
modifications à y porter et que, quelles que soient ces modifications, le délai contractuel
d'exécution prévu par le présent Marché demeurera inchangé ainsi que la responsabilité
d'exécution de l'Entrepreneur.
L'approbation du Représentant du maître d'œuvre ne saurait relever l'Entrepreneur d'erreurs
existantes dans ses dessins ou notes et le dégager de ses responsabilités en cas d'omissions ou
de contradictions avec les dispositions contractuelles.
L'Entrepreneur demeure responsable de tous les accidents qui viendraient à se produire du fait
des travaux ou qui seraient la conséquence directe ou indirecte des dispositions adoptées.
L'Entrepreneur ne pourra en aucun cas formuler de réclamation ou demander des indemnités
quelconques du fait d'une interruption quelconque des travaux, motivée par la non-présentation
en temps voulu d'un des documents quelconques pour l'exécution.
Si le Représentant du maître d'œuvre constate au cours des travaux d'implantation, qu'il convient
d'apporter des modifications ponctuelles au projet, soit à cause d'un changement de
configuration, soit à cause de circonstances imprévues, ou pour éviter des démolitions ou des
travaux inutilement coûteux, il peut, par écrit, prescrire les modifications à l'Avant-Projet Détaillé,
qu'il juge nécessaire.
Si le Représentant du maître d'œuvre constate au cours des travaux, soit lors des terrassements,
soit lors de la construction de la chaussée, qu'il y a lieu d'apporter des modifications aux
dispositions prévues, il peut, par écrit, demander à l'Entrepreneur d'appliquer de nouvelles
dispositions qui ne changent pas la nature des travaux.
PROJET D'EXECUTION DES TERRASSEMENTS
Le piquetage de l'axe de la route sera effectué par l'Entrepreneur conformément au dossier de
conceptions et de plans. Le Représentant du maître d'œuvre vérifiera contradictoirement les
implantations.
L'Entrepreneur établira à sa charge un projet d'exécution de terrassement comportant les profils
en travers, profils en long, métrés des cubatures et mouvement des terres. Ces documents
serviront de base à l'évaluation des quantités et à leur comparaison, par tronçons, aux quantités
figurant au dossier d'Appel d'Offres.
Les plans sont transmis au Représentant du maître d'œuvre sous forme :
- plans et listings « papier », et de
- fichiers informatisés en 3D compatibles AUTOCAD et logiciel de conception de tracé
routier défini au préalable en accord avec le Représentant du maître d'œuvre.

18
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Le projet d'exécution, principalement pour les traversées d'agglomérations, devra faire apparaître
la présence des différents réseaux des concessionnaires (réseau d'eau, le réseau électrique et
d'éclairage, le réseau téléphonique et la fibre optique). La non présence de réseau devra être
confirmée par écrit par les concessionnaires concernés.
En cas de modification ordonnée par le Représentant du maître d'œuvre, l'Entrepreneur établira
les avant métrés modifiés et les soumettra au Représentant du maître d'œuvre pour accord. Il est
spécifié que les travaux de débroussaillement et de préparation, ne peuvent être pris en compte
dans le métré des terrassements.
Le cas échéant, le Représentant du maître d'œuvre pourra faire apporter à l'avancement toute
modification au projet d'exécution proposé par l'Entrepreneur, en vue d'assurer le respect des
quantités et du coût d'objectif du projet.
PROJET D'EXECUTION DE LA CHAUSSEE
Les projets d'exécution de la chaussée seront établis par l'Entrepreneur sur la base des détails
indiqués dans les plans, vérifiés et si besoin rectifiés par lui en tenant compte des hypothèses de
trafic qui lui seront communiquées par le Représentant du maître d'œuvre.
L'Entrepreneur devra soumettre à l'approbation du Représentant du maître d'œuvre le dossier
des calculs de vérification de la structure de la chaussée, en fonction des caractéristiques des
gisements réellement exploités par l'Entrepreneur, et fournir toutes les justifications requises.
PROJET D'EXECUTION DES OUVRAGES D'ART ET D'ASSAINISSEMENT
Le Projet d'exécution (plan de coffrage et de ferraillage, nomenclature des armatures, notes de
calculs, etc.) des ouvrages d'art et d'assainissement sera établi par l'Entrepreneur à partir des
plans types figurant au dossier d'Appel d'Offres, après vérification par lui des calculs
hydrauliques, des bassins versants et leur implantation.
Les ouvrages sont calculés selon les hypothèses suivantes :
• Caractéristiques des matériaux
Béton B25 : Fc28 = 25 MPa ft = 2,2 MPa
Acier : Fe E 500
Remblais : y = 2 t/m3 cp = 30° C = 0
• Chargement
Surcharge : 1 t/m2
Roue de 61 sur 0,25x0, 25 m
• Vérification par le calcul aux sollicitations suivantes : condition de non poinçonnement sur
la charge induite par la roue de 61, charges prises en compte poids propre et les
différentes combinaisons possibles :
• roue de 61
• surcharge de 1 t/m2
• ouvrage rempli d'eau ou non
• poussée des terres d'un seul côté (excavation d'un côté).
• Règles relatives aux parties en béton armé
De manière générale, les justifications relatives aux éléments en béton armé sont menées
conformément aux textes énumérés ci-après :
• Fascicule 65 A : exécution des ouvrages de génie civil en béton armé ou précontraint (en
vue de la fixation de certaines données des calculs),

19
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

• Fascicule 62 Titre I section 1 : règles techniques de construction et de calculs des ouvrages


en béton armé suivant la méthode des états limites dénommées règles BAEL 91 révisé 99,
• En application de l'article 1.4.5.3 des règles BAEL (état limite d'ouverture des fissures), il
est précisé que la fissuration est considérée comme préjudiciable.
L'enrobage de toute armature ordinaire est au moins de 30 mm au droit des épingles et étriers,
ou du diamètre nominal des armatures si celui-ci est supérieur à 30 mm au droit des épingles et
des étriers.
L'Entrepreneur fournit les dossiers d'exécution avec les notes de calcul justificatives des
épaisseurs de béton et des surfaces de ferraillage. Ils définissent complètement les formes
extérieures des ouvrages, la nomenclature complète du ferraillage, les plans de coffrage, etc.
Ces différents projets sont accompagnés des avants-métrés correspondants. Pour chaque
ouvrage, l'Entrepreneur fournit également un plan de calage.
Les dessins d'exécution devront préciser notamment :
• le recouvrement des armatures,
• les armatures laissées en attente, au droit des reprises de bétonnage,
• la distribution des joints de coffrage,
• les dispositions envisagées, en cas d'arrêt inopiné de bétonnage, dans les différentes
parties des ouvrages.
Pour les ouvrages courants l'Entrepreneur fournira des dessins types et un tableau de cotes
indiquant, par ouvrage, toutes les dimensions nécessaires à son implantation sur le terrain.
Pour les ouvrages nécessitant des aménagements spéciaux, l'Entrepreneur établira un projet par
ouvrage.
PROJET D'EXECUTION DE LA SIGNALISATION ET DES EQUIPEMENTS
Les projets d'exécution de la signalisation sont établis par l'Entrepreneur conformément aux
dispositions des livres 1 à 7 de la Signalisation Routière en France et aux dispositions de l'Etude
d'Avant-Projet Détaillé.
En ce qui concerne la signalisation horizontale, l'Entrepreneur fournira un projet d'exécution
détaillé y compris les marquages spéciaux (flèches de rabattement, chevrons et zébrures, aires
de stationnement, flèches de sélection, bandes stop, passages piétons, etc.) de tous les
aménagements qu'il se propose de réaliser.
ETUDE D'EXECUTION DE POSTES DE PEAGES
Il est prévu de réaliser un poste de péage dans la localité de Ty. Des plans types inspirés par
ceux habituellement utilisés dans la zone UEMOA figurent dans les dossiers plans de l’appel
d’offres. L’entrepreneur devra, sur la base des plans types, élaborer une étude d’exécution
complète pour le poste de péage. Après approbation du Représentant du Maître d’œuvre, ces
plans seront exécutés.

20
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

A.6.2 Plans de récolement


A la fin des Travaux et en tous cas avant la dernière réception provisoire, l'Entrepreneur fournit
au Représentant du maître d'œuvre cinq (5) exemplaires, ainsi qu'un (1) exemplaire reproductible
(contre-calque invariant et support informatique) des plans de récolement.
Tant que ces plans n'auront pas été fournis, la réception provisoire ne pourra être prononcée. Sur
ces plans figurent tous les ouvrages tels qu'ils ont réellement été réalisés, avec leurs positions,
cotes et dimensions. L'établissement de ces documents est à la charge de l'Entrepreneur. Ils
devront être soumis à la vérification du Représentant du maître d'œuvre.
Les échelles sont :
- En planimétrie l/200Ome
- Plans détaillés au niveau des villages et des grands
ouvrages d'assainissement 1/500™
- En profil en long l/2000ta (H) et l/200ta (V)
- En profil en travers 1/100™
- Ouvrages divers l/50toe

A.7 INSTALLATION DE CHANTIER


Les emplacements d'installation de chantier de l’Entrepreneur seront soumis à l'agrément du
Maître d'Œuvre.
Le projet d'installation de chantier devra donner toutes les précisions concernant :
- la mise en place des déviations de la circulation publique et son entretien au cours du
chantier,
- la circulation et la surveillance sur le chantier,
- la signalisation du chantier de jour et de nuit au regard des usagers étrangers à
l’Entrepreneur,
- les moyens envisagés au regard de la sécurité du personnel en cas d'accident,
- les mesures prises pour assurer le libre accès des propriétés riveraines,
- le laboratoire de chantier équipé situé à proximité du chantier,
- les locaux à usage de bureaux, magasins et ateliers,
- les locaux à usage de bureaux, laboratoire et de logements pour l'Administration et la
Mission de Contrôle,
- le respect du PGES.
L’Entrepreneur aura à sa charge la maintenance de tous les équipements et les frais de
fonctionnement y afférent.
Le choix du site d'installation devra prendre en compte, en accord avec les autorités
locales, leur utilisation à la fin des travaux par ces dernières.

21
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

A.8 JOURNAL DE CHANTIER


Ce journal de chantier sera rédigé par l’Entrepreneur qui le présentera au Représentant du
maître d'œuvre pour approbation. Il devra rester accessible à tout moment au Représentant du
maître d'œuvre, ou son représentant, et reviendra au Maître d'Œuvre en fin de chantier. Il sera
établi conjointement suivant un modèle à définir et devra contenir au minimum les informations
journalières suivantes :
- les conditions atmosphériques,
- les travaux exécutés dans la journée ainsi que le nombre du personnel et la liste du
matériel employés pour ces travaux,
- l'avancement précis des travaux,
- le détail des quantités de travaux,
- les opérations administratives relatives à l'exécution et au règlement du marché
(notification, résultats et essais, attachements),
- les réceptions des matériaux et agréments de toutes sortes,
- les travaux et interventions de son laboratoire programmés pour le jour (j+1) ou à date
fixe, de façon à ce que la mission de contrôle puisse assister lorsqu'elle le juge utile à
ces diverses phases de travaux,
- les incidents, les accidents ou détails de toutes sortes présentant quelque intérêt au
point de vue de la tenue ultérieure des ouvrages et de la durée des travaux,
- les visites officielles.

L’Entrepreneur est tenu de remplir régulièrement et fidèlement le journal de chantier. Il devra le


soumettre au bureau de contrôle qui pourra y faire ses commentaires.
Le journal de chantier sera signé chaque jour par le représentant du Maître d’œuvre et du
titulaire.
Les quantités de travaux, quelles qu'elles soient, devront être indiquées clairement au journal de
chantier et constitueront les données nécessaires à l'établissement des états d'avancement de
l’Entrepreneur.

A.9 REUNION DE CHANTIER


Une réunion officielle hebdomadaire ou bimensuelle selon les nécessités appréciées par le
Représentant du maître d’œuvre, à laquelle participeront obligatoirement l’Entrepreneur et le
Représentant du maître d'œuvre, ainsi qu'éventuellement le Maître d'Ouvrage, permettra de
discuter de points relatifs à l’exécution du Marché, d’évaluer l’avancement des travaux et de
préciser tout élément n'ayant pas une définition suffisamment claire au contrat avant la mise en
travaux.
Ces réunions feront l'objet de procès-verbaux, rédigés par le Représentant du maître d’œuvre,
approuvés et signés conjointement par l’Entrepreneur, le Représentant du maître d’œuvre et le
Maître de l'Ouvrage.

22
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

A.10 ORGANISATION / POLICE DE CHANTIER / SECURITE


L'Entrepreneur veillera à ce que, dans toute la mesure du possible, et à compétences égales,
une attention particulière soit accordée au genre et au personnel local dans les emplois, de toute
nature, à pourvoir sur les sites.
L'accès au chantier doit être contrôlé et les itinéraires d'accès correctement signalés et balisés.
L'Entrepreneur et le Bureau de contrôle sont responsables des dispositions prévues à cet effet.
L'Entrepreneur sera responsable, vis à vis des tiers, de tous les dommages ou dégradations qui
auraient lieu du fait du fonctionnement des chantiers. Il sera également responsable des
dommages éventuels pouvant résulter du transport de ses matériaux à travers des propriétés
privées. Les indemnités à payer en cas d'accidents sont dues par l'Entrepreneur. En aucun cas le
Maître d'Ouvrage ne pourra être inquiété à cet égard.
La sécurité étant une composante importante, les dispositions à prendre par l'Entrepreneur
consisteront entre autre à :
- équiper les zones de travaux jugées dangereuses, de signalisations verticale et horizontale et
éventuellement d'éclairage public,
- assurer la régulation de la circulation publique aux endroits où elle pourrait être perturbée par
la circulation des chantiers, l'emprise des travaux, la présence d'emprunts ou d'installations
annexes,
- couvrir ou protéger les tranchées des caniveaux de manière à empêcher tout accident.

A.11 INSTRUMENTS -OUTILS - MATERIEL DE VERIFICATION


L'Entrepreneur aura en permanence sur le chantier tous les instruments, outils, matériels et
normes techniques nécessaires pour effectuer les vérifications prévues aux présentes
spécifications techniques, préalable indispensable à la prise en compte des travaux exécutés.
Par ailleurs, l'Entrepreneur, sera tenu de veiller à la conservation du bornage géodésique et
cadastral, de la polygonale principale et secondaire implantée spécifiquement pour le projet,
d'ajouter les bornes manquantes, de les rétablir à ses frais, ou de les remplacer en cas de
besoin, soit à leur emplacement initial, soit à un autre point, si l'exécution des travaux l'exige.

A.12 RESEAUX DES CONCESSIONNAIRES


L'Entrepreneur est tenu de signaler le nombre, la nature et la localisation sur la totalité de
l'itinéraire du tronçon des réseaux des différents concessionnaires avec un délai de préavis
compatible avec le planning d'exécution des travaux.

A.13 MESURES ENVIRONNEMENTALES


A.13.1 Obligations environnementales générales de l’entrepreneur
Il s’agit de mesures à prendre par l’Entrepreneur sous le double contrôle du Représentant du
maître d’œuvre et de la cellule de suivi environnemental.
Les obligations environnementales générales de l’Entrepreneur au titre du présent Marché sont,
sans préjudice d'autres dispositions officielles en vigueur :
- de respecter les dispositions réglementaires environnementales en vigueur au Mali,
- d’assumer pleinement et entièrement les conséquences de ses choix et actions; en
particulier, et sans préjudice des dispositions réglementaires en vigueur, il assure le cas
échéant la réparation à ses frais et selon la technique et les délais les plus appropriés,
notamment en regard du degré de sensibilité du site concerné, des dommages causés à
l'environnement et aux riverains par le non-respect des dispositions réglementaires et/ou

23
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

administratives et/ou des prescriptions techniques applicables, ainsi que le paiement des
amendes, dommages et intérêts ou autres pénalités dont il se verrait en charge,
- de mettre en œuvre tous ses moyens pour assurer la qualité environnementale des
opérations objet du présent Marché, notamment par application des prescriptions et
dispositions applicables. L’Entrepreneur considérera l'exécution des travaux ou la mise en
œuvre de dispositions à caractère environnemental comme faisant partie intégrante des
opérations relevant du programme général d'exécution des travaux, tel que défini au Cahier
des Prescriptions Spéciales,
- de mettre en place une stratégie environnementale interne par ses services pour s'acquitter
de ses obligations en la matière, stratégie incluant notamment :
✓ l'embauche à temps plein d'un ingénieur responsable environnement, autonome et
véhiculé, rattaché directement au directeur de projet de l’Entrepreneur (le plus haut
niveau hiérarchique sur site). Son profil sera soumis à approbation du Maître
d’œuvre,
✓ la rédaction, la mise en œuvre et l'actualisation si besoin de procédures simples,
soumises à l'approbation du Représentant du maître d’œuvre, l'une portant sur
l'organisation générale de sa stratégie, les autres sur des aspects techniques,
✓ le contrôle par des inspections régulières du respect des dispositions
environnementales de toute nature prescrites,
✓ le suivi environnemental des travaux par le responsable environnement, et la
rédaction de rapports mensuels et de bilans semestriels correspondants,
✓ l'information systématique du Représentant du maître d’œuvre pour chaque incident
ou accident, dommage, dégradation, etc. causé à l'environnement dans le cadre des
travaux, ainsi que sa consignation dans le journal de chantier contresigné par le
Représentant du maître d’œuvre,
✓ l'information et la formation appropriée de son personnel, cadres compris, en vue de
la sécurisation et/ ou de la qualité des opérations,
✓ et la prise de sanctions appropriées contre son personnel ne respectant pas les
prescriptions et dispositions applicables en matière d'environnement.
L’Entrepreneur doit sensibiliser son personnel de chantier en matière de protection de
l’environnement spécifique au projet. Le Représentant du maître d’œuvre doit veiller à l’exécution
de cette activité en proposant avec l’appui de la cellule de suivi environnemental un calendrier de
mise en œuvre de ce volet.

A.13.2 Obligations environnementales générales de l’entrepreneur


Les obligations environnementales particulières de l’Entrepreneur au titre du présent Marché
comprennent notamment, sans préjudice de l'application des textes officiels en vigueur :
- l'utilisation rationnelle et économique d'eau pour le chantier sans concurrence avec
l'alimentation en eau des riverains (consommation humaine, bétail et arrosage des
cultures) conformément aux lois en vigueur au Mali concernant la gestion de l’eau, ainsi
que la préservation stricte de la qualité des eaux exploitées pour les besoins du chantier
(notamment pompes adaptées et en bon état),
- la réalisation de constats initiaux de l'état de surface des sites d'emprise provisoire (toutes
catégories), précisant la nature et la qualité du couvert végétal et des sols, les sensibilités
éventuelles, etc., le modèle de constat et son contenu étant fixé par le Représentant du
maître d’œuvre. De même, l’Entrepreneur effectue un constat final des sites, précisant
notamment leur état par rapport à l'initial, ce en vue des réceptions de travaux,

24
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- l’étude et la mise en place des installations de drainage temporaire adéquates pour


prévenir la destruction des sols par le ruissellement autour des emprises de travaux, dépôts
de déblais et sites d’emprunt. Et l’entretien des installations,
- le stockage, la stabilisation et la protection de la couche de sol superficielle (terre végétale)
enlevée sur les sites d’emprunt de manière à assurer la conservation jusqu’à sa remise en
place lors de la restauration du site d’emprunt,
- le nettoyage, la remise en état puis, le cas échéant, la réhabilitation ou le réaménagement
approprié des sites de travaux (toutes catégories) libérés par l’Entrepreneur au fur et à
mesure de l'avancement des travaux. Cette obligation, qui inclut le drainage éventuel des
eaux stagnantes et la réalisation des plantations arborées compensatoires, conditionne les
réceptions de travaux et la mise en règlement par le Maître d’œuvre des sommes dues à
l’Entrepreneur,
- le contrôle des risques pour la santé propres aux travaux et au personnel de l’Entrepreneur,
notamment l'adoption de règles d'hygiène minimale sur son installation et vis-à-vis des
riverains, le contrôle par arrosage des envols de poussière en zones habitées et le contrôle
des eaux stagnantes,
- l'identification des zones, lieux, éléments ou périodes environnementaux sensibles, leur
signalisation le cas échéant et la mise en œuvre de mesures appropriées, de mesures de
protection et/ou de sécurisation et/ou d’évitement,
- le contrôle des pollutions et des nuisances générées par les travaux,
- l'interdiction stricte de recours au feu pour le débroussaillage, le nettoyage des sites, sauf
pour le traitement des déchets en incinérateur agréé et selon les modalités fixées par le
Représentant du maître d’œuvre,
- l'interdiction pour l’Entrepreneur et son personnel d'exploitation et de vente de la flore
(notamment la cueillette, le ramassage ou le prélèvement de tout ou parties d'espèces
végétales en vue de leur consommation, utilisation à des fins médicinales, production de
bois d'œuvre, de service ou de feu, production de charbon de bois) et de la faune
(notamment la chasse, le braconnage, la pêche), dans le cadre de l’exécution des travaux
objet du présent Marché, et sur les lieux de travaux (installations comprises).
L’Entrepreneur pourra toutefois exploiter les ressources en bois abattus par ses soins dans
l'emprise stricte de la nouvelle voie, aux fins de constitution d'étais, coffrages, fascines, etc.
ou pour des besoins justifiés en bois de ses employés. En dehors de cette situation, les
bois abattus restent la propriété du Maître d’Ouvrage, et sont laissés le cas échéant à
disposition des riverains,
- la préservation maximale des ressources naturelles, et l'économie des consommations
d'espace, de sol et de végétation, notamment par la minimisation des surfaces
débroussaillées et décapées, par le passage d'engin lame haute (5 cm au-dessus du
terrain naturel) chaque fois qu'un simple débroussaillage ou un dépôt provisoire de
matériau est requis, par le contrôle des abattages, dont les arbres d'alignement, par la
gestion adaptée de la terre végétale, par la circulation et le travail des engins
perpendiculairement à la pente, par le maintien sur les sites de bandes naturellement
enherbées (formations savanicoles ou forestières), par le contrôle de l'érosion des sites,
- le décapage préalable systématique de tous les sites d'opération sauf (accord préalable du
Représentant du maître d’œuvre) si l'horizon pédologique de surface, à dominante
organique ("terre végétale" ou vase), n'existe pas ou présente une épaisseur inférieure au
réglage opérationnel de la lame du bouteur ou de l'engin utilisé compte-tenu de l'état du
terrain (sol érodé, sol gravillonnaire, sol à blocs rocheux ne permettant pas le passage de
l'engin, etc.),
- la réutilisation des matériaux disponibles sur la chaussée existante chaque fois que les
conditions techniques et économiques permettent de l'envisager de manière satisfaisante
du point de vue du Représentant du maître d’œuvre,

25
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- l'arrosage, l'entretien et le remplacement éventuel des plants mis en place dans le cadre
des travaux connexes objet du présent Marché, durant la période des travaux puis durant
une période de garantie d’un an jusqu’à la réception définitive de l'ouvrage.
La liste des pièces contractuelles applicables au présent Marché inclut le détail des
prescriptions environnementales développées dans le présent CPT.

B PROVENANCE, QUALITE ET PREPARATION DES MATERIAUX


B.1 FOURNITURE
B.1.1 Généralités
La fourniture de tous les matériaux destinés directement ou indirectement à l’exécution des
travaux du présent Marché incombe entièrement à l’Entrepreneur qui devra en soumettre la
provenance au Représentant du maître d’œuvre avant leur mise en œuvre et en temps utile pour
respecter le programme d’exécution des travaux.
Pour les matériaux provenant des fournisseurs extérieurs, l’Entrepreneur communiquera au
Représentant du maître d’œuvre, en temps utile, toute pièce justificative de ses fournisseurs,
prouvant que les matériaux sont conformes aux spécifications requises. Cette procédure ne
dégage pas pour autant la responsabilité de l’Entrepreneur en aucune façon.

B.1.2 Matériaux et produits manufacturés


Les matériaux devront être conformes aux prescriptions des présentes spécifications techniques.
Dans chaque espèce, catégorie ou choix, ils doivent être de la meilleure qualité, travaillés et mis
en œuvre conformément aux règles de l’art.
L’Entrepreneur a la charge de soumettre la provenance des matériaux et produits manufacturés
de toute nature destinés à l'exécution du présent Marché à l'agrément préalable du Représentant
du maître d'œuvre, avant leur mise en œuvre et en temps utile pour respecter le programme
d'exécution des travaux. Ils ne peuvent être employés qu’après avoir été vérifiés et
provisoirement acceptés par le Représentant du maître d’œuvre
La demande d'agrément devra fournir toutes les informations ou toutes justifications sur la
provenance des matériaux proposés, de listes de colisage, de lettres du fournisseur et être
accompagnée d'une notice rédigée en langue française définissant, sans ambiguïté, les
caractéristiques du matériau ou du produit du fabricant, et, le cas échéant, des résultats des
analyses et essais de conformité faits en usine, qui peuvent être prescrits, pour le matériau ou le
produit concerné dans les articles suivants du présent chapitre, ou tout autre document.
Lorsque la quantité ou les circonstances le justifieront, il pourra être procédé, avec l’accord
préalable du Représentant du maître d’œuvre, à la réception des matériaux, soit au lieu de
provenance, soit à l’usine.
Les matériaux qui, bien qu’acceptés au lieu de provenance, seraient reconnus défectueux sur le
chantier, seront refusés et remplacés aux frais de l’Entrepreneur. Malgré cette acceptation, et
jusqu’à la réception définitive des travaux, ils peuvent, en cas de mauvaise qualité ou de
malfaçon, être rebutés par le Représentant du maître d’œuvre et seront alors remplacés par
l’Entrepreneur, et à ses frais.
L’Entrepreneur devra s'assurer auprès des fabricants et fournisseurs qu'ils acceptent les
prescriptions du présent Cahier des Prescriptions Techniques (CPT), tant en ce qui concerne la
qualité des matériaux et produits que les conditions de contrôle et d'essais.
En cours de travaux, l’Entrepreneur ne pourra modifier l'origine des matériaux des produits
fabriqués qu'avec l'autorisation écrite du Maître d'Œuvre, sous réserve que les matériaux et
produits de remplacement soient de qualité équivalente et répondent aux mêmes prescriptions
concernant leur conformité aux normes en vigueur.

26
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

L’Entrepreneur justifiera sa demande avec tous les éléments nécessaires : spécifications


techniques, mode d'emploi et contre-indications éventuelles.

B.1.3 Matériaux d'emprunt ou de carrière


B.1.3.1 Généralités
Les dispositions du présent paragraphe concernent les matériaux pour remblais, couche de
terrassement, élargissement des accotements, couche de fondation, litho stabilisation, couche de
base, rechargement des accotements, blocs techniques des ouvrages, les enduits superficiels,
les enrobés bitumineux, le béton de ciment pour la chaussée des parkings, le béton hydraulique
ou le mortier et les moellons.
Toutes les fournitures, tous les matériaux pour terrassements, chaussées ou entrant dans la
composition des ouvrages hydrauliques incombent à l’Entrepreneur.
Les matériaux pour remblais, substitutions, fondation, reprises d'accotements et du corps de
chaussée proviendront d'emprunts, gisements et carrières proposés par l’Entrepreneur à
l'agrément du Représentant du maître d'œuvre. Celui-ci pourra retirer son agrément s'il estime
que le gisement ne donne plus de matériaux de qualité convenable, sans que l’Entrepreneur
puisse réclamer une indemnité quelconque.
L’Entrepreneur a pour obligation permanente de s'assurer de la conformité des matériaux aux
prescriptions du CPT.
L’Entrepreneur est tenu de se conformer aux décrets et règlements en vigueur pour tout ce qui
concerne les extractions des matériaux. C’est pourquoi, avant l’ouverture de tout emprunt, gîte
ou carrière, il contactera les services concernés du Ministère des Mines et avant tout
débroussaillage ou abattage d’arbre, il contactera les services concernés des Eaux et Forêts. Les
éventuelles redevances ou tout autre paiement éventuel dû aux propriétaires pour l’ouverture et
exploitation d’emprunt, de gîte ou de carrière ou pour l’abattage d’arbres seront à ses frais.
L’Entrepreneur a la charge de rechercher à ses frais les gisements de tous les matériaux
d'emprunt ou de carrière, en limitant les distances de transport, et de les présenter à l'agrément
du Représentant du maître d'œuvre. Ce dernier peut rejeter les propositions de l’Entrepreneur s’il
juge les distances de transport excessives, à moins que l’Entrepreneur fasse la preuve de
l’inexistence de matériaux adaptés à des distances raisonnables.
La prospection, la reconnaissance, les études des matériaux d’un emprunt, d’un gîte ou d’une
carrière seront effectuées par le laboratoire de l’Entrepreneur. Le Représentant du maître
d’œuvre fera lui-même ses propres essais. Il disposera du matériel et des locaux nécessaires
pour l’exécution de ce contrôle.
Aucun emprunt ne sera réalisé à moins de cinquante (50) mètres de la limite de l'emprise de la
route ni dans une zone lotie.
L’Entrepreneur remettra joints à tout projet d'exécution soumis à approbation, les dossiers
géotechniques relatifs aux zones d'emprunts de matériaux qu'il se propose d'utiliser dans un
délai de (45) quarante-cinq jours suivant l’ordre de service de commencer les travaux.

27
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Ces zones seront, soit celles indiquées au dossier géotechnique du Marché, soit celles qu'il aura
lui-même prospectées et étudiées. Pour chaque emprunt prospecté, l’Entrepreneur indiquera :
- la position repérée par rapport à l'axe du tracé de la route ainsi que les coordonnées x, y
levées au GPS selon la référence WG84,
- un croquis de la zone indiquant l'emplacement des sondages effectués (carrés de 50
mètres de côté environ) avec indication des sondages où les essais ont été effectués.
Ce croquis devra montrer l'emplacement des arbres, les aménagements concernant le
drainage, les travaux de protection de l'environnement,
- une coupe de sondage avec indication de la découverte éventuelle et du fond des
emprunts,
- le volume présumé des matériaux utilisables.
Il sera complété par l'indication des zones de mise en œuvre du matériau (plan de répandage).
Le Représentant du maître d'œuvre devra faire connaître sa décision ou ses instructions sur
l'exploitation de la zone d'emprunt dans un délai de 30 (trente) jours.
Si les emprunts ne donnent pas le cube de matériaux utilisables escomptés, l’Entrepreneur devra
prospecter de nouvelles zones d'emprunt et remettra au Représentant du maître d'œuvre les
dossiers techniques correspondants.
L’Entrepreneur ne pourra se prévaloir de l'insuffisance qualitative ou quantitative des zones
d'emprunt figurant au dossier géotechnique du Marché pour présenter des réclamations de prix
ou de délais.
L’Entrepreneur reste seul responsable vis-à-vis du Maître de l'Ouvrage de la provenance, de la
recherche de carrière, de la qualité des matériaux et de leur conformité aux prescriptions du
Marché.
L’Entrepreneur devra faire à ses frais les sondages et essais qui sont nécessaires pour
déterminer les emprunts et carrières et justifier de la qualité des matériaux dont il reste seul
responsable de leur conformité aux spécifications du Marché pendant toute la durée du chantier.
Trente (30) jours avant le commencement des travaux concernés, l’Entrepreneur doit présenter
au Représentant du maître d'œuvre, pour approbation, les matériaux qu'il a l'intention de mettre
en œuvre, provenant des gisements et des carrières qu'il aura identifié par ses soins et à ses
frais. Il ne pourra commencer à exploiter les emprunts et carrières qu'après avoir reçu
l'autorisation écrite du Représentant du maître d'œuvre.
Les frais d’établissement de ces dossiers sont à la charge de l’Entrepreneur. La demande
d'agrément doit être accompagnée d’un dossier complet par emprunt, comportant :
- un plan de situation,
- les résultats de la reconnaissance,
- les résultats de laboratoire des analyses et essais prescrits, pour le matériau concerné,
conformément aux spécifications mentionnées ci-après dans le présent chapitre.
- Les résultats des essais définissant sans ambiguïté les caractéristiques des matériaux
naturels et/ou après traitement correspondants suivant la destination des matériaux,
- une note technique définissant l'utilisation, la destination des matériaux, les parties de la
route ou ces derniers seront approvisionnés (plan de répandage) et leur quantité
exploitable,
- le schéma de principe d’exploitation de l’emprunt,
- les distances de transport,
- le plan de Protection de l’Environnement du Site (PPES).

28
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Ces essais seront exécutés sur des échantillons pris en différents emplacements et à différentes
profondeurs de la zone d'emprunt. L’Entrepreneur fournira la documentation complète au
Représentant du maître d'œuvre qui se réserve le droit d'exécuter les contrôles complémentaires
qu'il jugera opportuns, dans le laboratoire du chantier aux frais de l’Entrepreneur.
Le Représentant du maître d’œuvre aura 15 jours (quinze) pour se prononcer sur l’agrément d’un
emprunt, d’un gîte ou d’une carrière, ou prescrire des études complémentaires.
En cas d’agrément d’un emprunt, d’un gîte ou d’une carrière, le Représentant du maître d’œuvre
précisera à l’Entrepreneur les limites autorisées et les épaisseurs de matériaux exploitables.
L’agrément d’un emprunt, d’un gîte ou d’une carrière ne dégage en rien la responsabilité de
l’Entrepreneur qui demeure entièrement responsable de la conformité des matériaux aux
spécifications définies dans les présentes spécifications techniques, après leur mise en œuvre.
L’Entrepreneur supportera toutes les charges d'exploitation des lieux d'emprunt et notamment
l'ouverture et l'aménagement des pistes d'accès, le débroussaillement, le déboisement,
l'essouchement, le décapage de la terre végétale, l'enlèvement des matériaux indésirables et leur
mise en dépôts séparés hors des limites de l'emprunt.
Le décapage sera poussé jusqu'à ce que le matériau à exploiter présente, de l'avis du
Représentant du maître d'œuvre, des qualités d'homogénéité et de propreté suffisantes.
Après l’exploitation de chaque gisement, l’Entrepreneur est tenu de réaménager la surface
exploitée pour la rendre propre à sa destination d’origine et de réaliser le ou les exutoires
nécessaires au drainage des eaux de ruissellement.
Si l’Entrepreneur demande à substituer aux gisements retenus d’autres gisements, le
Représentant du maître d’œuvre ne pourra lui accorder cette autorisation que si la qualité des
matériaux extraits est supérieure ou au moins égale à celle des matériaux initialement prévus.
L’Entrepreneur ne pourra alors prétendre à aucune révision des prix du Marché, du fait de la
variation des frais d’extraction et de transport des matériaux.
L’Entrepreneur ne peut, sans autorisation écrite, employer soit à l’exécution de travaux privés,
soit à l’exécution de travaux publics autres que ceux en vue desquels l’autorisation a été
accordée, les matériaux qu’il a fait extraire des gisements exploités par lui, en vertu du droit qui
lui a été conféré par le Maître d’Ouvrage.

B.1.3.2 Protection de l’Environnement


L’Entrepreneur devra au titre de la prise en compte de l'environnement :
- épargner les sites d'intérêt particulier, écologique, agricole, touristique ou sensible pour le
respect des cultures locales,
- remettre en état les lieux en accord avec la destination d'usage du site après remise en état
telle que souhaitée par les usufruitiers coutumiers du site en tenant compte de l'usage du
site avant son exploitation ainsi que des aptitudes et contraintes du contexte écologique
local. Cette destination pourra être, suivant les cas, celle d'un milieu naturel ou un
aménagement productif agricole ou forestier.
B.1.3.2.1 Enquête préalable - Plan de remise en état
L’Entrepreneur devra soumettre au Représentant du maître d’œuvre la liste et la localisation des
sites qu’il compte exploiter, ainsi que pour chaque site, un plan de réaménagement. Après
prospection et identification, les sites destinés à l'emprunt de matériaux feront l'objet d'une
enquête préalable qui devra déterminer :
- la nature des droits fonciers coutumiers (propriété familiale, réserve villageoise indivise,
etc.),
- l'utilisation traditionnelle du site et notamment si elle est agricole, permanente ou en
rotation avec jachère de durée plus ou moins longue,

29
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- la présence d'arbres plantés ou spontanés, objets d'une collecte régulière, fruitière ou


autre,
- la destination, l'usage du site, agricole ou autre, souhaité par les propriétaires après remise
en état.
Les données recueillies au cours de cette enquête seront partie prenante du plan général de
réhabilitation que l’Entrepreneur doit soumettre.
Le PPES, qui sera préparé et soumis à l’agrément du Représentant du maître d’œuvre avant
toute mise en exploitation, précisera les mesures que l’Entrepreneur propose d’adopter pour
réduire l’érosion et la sédimentation et réhabiliter le site à la fin des travaux.
Ce plan spécifiera les obligations de l’Entrepreneur et les contributions éventuelles des
populations usufruitières à des aménagements productifs agricoles ou forestiers qu'elles auraient
sollicités.
L’autorisation d’ouverture de chaque site et l'accord sur le plan de réaménagement par le
Représentant du maître d’œuvre seront notifiés à l’Entrepreneur dans un délai de trente (30)
jours à compter de la date de réception de la demande de l’Entrepreneur.

B.1.3.2.2 Exploitation
Les emprunts seront déboisés, débroussaillés et dessouchés. Les ressources en bois et autres
matériaux réutilisables seront mis à la disposition du propriétaire ou des utilisateurs coutumiers
du terrain. La terre végétale sera décapée ainsi que les couches de surface inutilisables. Ces
matériaux seront mis en dépôt séparés, sous forme de tas longitudinaux ne dépassant pas une
hauteur de 2 mètres et de telle manière qu'ils ne subissent pas une érosion rapide mais puissent
être facilement réutilisés.
Les emprunts seront aménagés de façon à assurer l'écoulement normal des eaux hors du site
mais sans entraîner d'érosion. L’Entrepreneur installera et entretiendra des systèmes de
drainage du site temporaire et permanents dans le but de réduire l’érosion des eaux de
ruissellements à l’extérieur et à l’intérieur du site ; ces systèmes se déverseront dans les réseaux
de drainage et comprendront des cuves et bassins de sédimentation pour réduire la quantité de
sédiments entraînés.
L’attention de l’Entrepreneur est attirée sur la nécessité de prévoir l’accumulation de matériaux à
prélever dans les cours d’eau pendant les périodes d’étiage.
Dans les carrières, l’Entrepreneur devra mettre en œuvre des mesures de lutte contre la
poussière, notamment au niveau des stations de concassage où des arroseurs devront être
installés sur les tapis. Les agents travaillant à proximité des stations devront être munis de
casques de sécurité et de masques filtrant les poussières.

B.1.3.2.3 Réhabilitation
Dès que l'exploitation d'un emprunt ou gisement est abandonnée, la zone est réaménagée
conformément aux plans proposés, et un état des lieux est dressé en fin de réaménagement, en
présence du Représentant du maître d'œuvre.
Les travaux seront réalisés sur la base de l'accord préalable conclu avec les propriétaires et
usufruitiers du site en tenant compte de l'état des lieux initial et de la valeur initiale productive ou
environnementale du site, sa configuration et la nature des matériaux récupérés en vue de sa
réhabilitation. Dans tous les cas, le réaménagement implique :
- un remodelage du terrain visant à minimiser les risques d’érosion,
- l’installation d’ouvrages de drainage appropriés pour réduire l’accumulation des eaux (sauf
si les populations locales souhaitent la création de mares),

30
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- la redisposition des matériaux mis en dépôt, la terre végétale devant constituer la dernière
couche,
- la plantation d’un nombre d’arbres et arbustes au moins équivalent à celui des pieds
arrachés,
- La fourniture d’engrais appropriés au niveau des zones de culture.
Dans le cas où des arbres fruitiers productifs auraient été éliminés, l’Entrepreneur fournira le
nombre d'arbres correspondants pour les espèces souhaitées par le propriétaire et disponibles à
partir des pépinières existantes. Les plants seront livrés sur le site, leur plantation, protection et
maintenance ultérieures étant à la charge du propriétaire.
Sur instruction du Représentant du maître d'œuvre, certains sites d’emprunt pourraient être
transformés en mare pastorale au moment de leur restitution. Le coût d’un tel aménagement est
inclus dans les prix appropriés. Ces aménagements font l’objet de plans types et impliquent sans
être exhaustif:
- la sélection d'une excavation de taille et de profondeur adaptées (au moins 1.000 m2), avec
remblai éventuel pour rehausser et stabiliser les parois,
- la création d'une pente artificielle au fond de la mare (type piscine) pour limiter
l'évaporation,
- l’imperméabilisation du fond et des parois de l'excavation par tassement,
- la mise en place d'une plantation d'arbres entourant l'excavation, en utilisant la terre
végétale mise en réserve, afin de stopper l'érosion ultérieure, de constituer une zone
d'ombre et de fraîcheur pour les hommes et les animaux, et d'améliorer l'aspect esthétique
du site.
Dans le cas des carrières de matériaux rocheux, la remise en état fera l'objet d'un accord
particulier avec les propriétaires coutumiers portant sur une remise en l'état à la fin des travaux si
une exploitation ultérieure de la carrière est souhaitée. L’Entrepreneur aura néanmoins à charge
de mettre en place un dispositif durable destiné à contrôler les ruissellements éventuellement
issus du site de la carrière exploitée.
L'exploitation de sables, graviers, galets et tous matériaux prélevés dans les lits mineurs ou
majeurs des cours d'eau devra faire l'objet d'une demande d'autorisation particulière. Celle-ci
sera accompagnée d'une étude d'impact certifiant l'absence d'impact majeur pour la stabilité de
la rivière, les possibilités de restauration par alluvionnement naturel, des volumes et nature de
matériaux objets de la demande d'extraction. Dans le cas contraire, l'autorisation pourra être
refusée ou assortie de l'exigence de travaux de réhabilitation du type construction de seuils en
rivière. L’attention de l’Entrepreneur est attirée sur la nécessité de rétablir, avec un soin
particulier, les zones en lit de rivières utilisées comme zone d’emprunt dans le but d’éviter des
phénomènes de remous dans le flux des eaux.

B.1.3.3 Avertissement
L'emplacement et les caractéristiques des gisements et carrières prospectés sont décrits dans le
"Rapport Géotechnique" et ses annexes.
Il est spécifié que les renseignements apparaissant sur ces documents sont d'une valeur
purement indicative et n'engagent en rien la responsabilité du Maître d'œuvre quant à la qualité
et aux quantités de matériaux qui y sont indiquées.
L’Entrepreneur reste maître de la recherche et de la sélection des emprunts et gîtes qu’il
présentera, avant exploitation, à l’approbation du Représentant du maître d'œuvre.
L’Entrepreneur, avant toute prospection ou exploitation d’emprunts ou matériaux, devra s’assurer
de la disponibilité des terrains.

31
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

B.2 PROVENANCE DES MATERIAUX

Les matériaux destinés à la réalisation des travaux proviendront d’emplacements situés le plus
proche possible du tracé. Ils seront soumis à l’agrément du Représentant du maître d'œuvre
après les essais de laboratoire exécutés aux frais de l’Entrepreneur.

B.2.1 Matériaux Graveleux Naturels pour remblais d’élargissement


- Les matériaux pour remblais au niveau de l’élargissement de la plate-forme peuvent être
empruntés dans les zones suivantes :
- de déblais du profil ou des profils voisins, prioritairement,
- d’emprunts latéraux les plus favorables au point de vue de qualité et distance de transport,
prenant en compte la réalisation d’exutoires et le remodelage du terrain au voisinage du
projet.

B.2.2 Corps de Chaussée


Le matériau pour couche de fondation et de base au niveau de l’élargissement de la plate-forme
sera du graveleux latéritique naturel provenant d’emprunts approuvés par le Représentant du
maître d'œuvre, et sélectionné en fonction de ses caractéristiques pour optimiser l’emploi des
ressources et des distances de transport.
Une partie des gîtes utilisables figure au dossier géotechnique, avec des extensions déjà
identifiées. L’Entrepreneur indiquera au Représentant du maître d'œuvre les sites qu'il compte
exploiter ; il pourra proposer de nouveaux gîtes de matériaux à l'agrément du Représentant du
maître d'œuvre.
Tous les gîtes seront reconnus par le Représentant du maître d'œuvre dans un délai de quinze
(15) jours à compter de la date de réception de la demande de l’Entrepreneur dûment
accompagnée de l’étude géotechnique établie par l’Entrepreneur pour lesdits gîtes. Si
l’Entrepreneur demande au Représentant du maître d'œuvre de reconnaître plusieurs gîtes en
même temps, il devra définir une priorité entre ces gîtes. Les résultats des reconnaissances
seront communiqués à l’Entrepreneur avec un délai de sept (7) jours entre chaque gîte.
Les frais correspondants seront à la charge de l’Entrepreneur. Le Représentant du maître
d'œuvre pourra autoriser ou refuser l'exploitation d'un gîte en fonction des résultats de la
reconnaissance. En cas d'autorisation, il précisera à l’Entrepreneur les limites d'exploitation
autorisées y compris l'épaisseur exploitable.
Cependant, l'attention de l’Entrepreneur est attirée sur le fait qu'à l'intérieur même des limites
précisées par le Représentant du maître d'œuvre, il pourra rencontrer certaines zones de
matériaux dont l'utilisation serait impropre dans le corps de chaussée. L’Entrepreneur ne pourra
pas se prévaloir de l'autorisation du Représentant du maître d'œuvre pour exploiter ces zones
impropres.
L’Entrepreneur ne pourra en aucun cas se prévaloir de l'autorisation du Représentant du maître
d'œuvre d'exploiter un gîte si les essais de contrôle effectués in situ sur le corps de chaussée ne
satisfont pas aux spécifications requises.

B.2.2.1 Recherche de Gites


L’Entrepreneur utilisera dans la mesure du possible les gîtes, emprunts et carrières repérés
figurant au dossier géotechnique après les avoir vérifiés. Si les renseignements fournis
concernant les gîtes et carrières de matériaux ne sont pas suffisants, l’Entrepreneur est tenu
d'effectuer les recherches systématiques de gisements de matériaux nécessaires pour
l'exécution de son marché. Il doit communiquer les résultats sous une forme détaillée, ces
32
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

recherches constituant une charge pour l’Entrepreneur.


Pour chaque nouveau gîte ou emprunt, l’Entrepreneur devra au préalable remettre au
Représentant du maître d'œuvre une étude géotechnique comprenant :
- le schéma de l’emplacement du gîte (en indiquant le PK et la distance jusqu’aux villages
environnants) et la position des sondages effectués, repérés par GPS en coordonnées UTM,
- les essais d'identification du sol au niveau des sondages,
- un essai Proctor Modifié,
- un essai CBR à 4 jours d'imbibition, effectué sur un mélange de matériaux provenant de
plusieurs sondages.

B.2.3 Carrières pour Revêtement


B.2.3.1 Provenance des Matériaux
Toute exploitation de carrière pour les revêtements superficiels, les enrobés bitumineux, la litho
stabilisation (pour mémoire), concassé (0/d) et les bétons hydrauliques doit recevoir l'accord
préalable écrit du Représentant du maître d'œuvre, tous les matériaux doivent être agréés avant
leur emploi et après examen des résultats d'essais.
Ces matériaux pourraient provenir des carrières prospectées par l’étude qui sont :
- Pour les carrières de quartz : PK 0+300,
- Pour les carrières de roches massive : PK 155+400 (ancienne carrière)
Les matériaux seront des granulats concassés obtenus par criblage provenant de carrières de
roche préalablement agréées par le Représentant du maître d'œuvre sur base du résultat des
essais exécutés par l’Entrepreneur.
L’Entrepreneur pourra proposer de nouvelles carrières de matériaux à l'agrément du
Représentant du maître d'œuvre.
Le Représentant du maître d'œuvre est tenu de veiller à l'uniformité de qualité des matériaux
approvisionnés, de façon que les propriétés des couches réalisées soient conformes aux
résultats de laboratoire obtenus au moment de la prospection. Les matériaux non conformes
seront évacués et les travaux déjà réalisés avec ces matériaux seront repris aux frais de
l’Entrepreneur.
Les dossiers et échantillons seront conservés et serviront de référence en cas de contestations
ultérieures entre le Représentant du maître d'œuvre et l’Entrepreneur.
B.2.3.2 Gravillons pour Revêtement
L’Entrepreneur utilisera dans la mesure du possible les carrières et emprunts repérés figurant au
dossier géotechnique après les avoir vérifiées. Les dossiers techniques indiqueront :
- l’emplacement de chaque carrière devant être utilisée ;
- un plan d'exploitation que l’Entrepreneur compte réaliser (front de taille) ;
- le mode d'extraction (plan de tirs, nature des explosifs) les traitements (lavage, criblage,
concassage, etc.) et les modes de stockage et de transport prévus ;
- la masse volumique réelle (NF EN 1097-6) ;
- la résistance à l’abrasion (Los Angeles, Micro Deval humide) ;
- le résultat des essais suivants pour chaque type de granulométrie (échantillon de 5 litres de
matériaux) requise :
- courbe granulométrique,
- pourcentage d’éléments fins passant au tamis de 63 micromètres,

33
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- coefficient de forme,
- essai d’adhésivité avec les caractéristiques du dope d’adhésivité devant être utilisé.
Pour les granulats du revêtement, si l'adhésivité du bitume est jugée insuffisante par le
Représentant du maître d'œuvre, l’Entrepreneur devra prévoir l'utilisation de dopes d'adhésivité.
Le type et le dosage du dope seront proposés par l’Entrepreneur à l'agrément du Représentant
du maître d'œuvre accompagné de tous les essais de laboratoire nécessaires prouvant qu’il
donne des résultats conformes aux spécifications.
Le Représentant du maître d’œuvre se réserve le droit de demander l’exécution de tout essai
qu’il juge utile avant de donner son agrément ou rejeter la proposition de l’Entrepreneur.

B.2.4 Gravier et Sable pour Enrobés Bitumineux et Bétons Hydrauliques et ciment


L’Entrepreneur utilisera dans la mesure du possible les carrières et emprunts repérés figurant au
dossier géotechnique après les avoir vérifiées. Si les renseignements fournis concernant ces
carrières ne sont pas suffisants, l’Entrepreneur complétera le dossier technique. L’Entrepreneur
pourra proposer de nouvelles carrières de matériaux à l'agrément du Représentant du maître
d'œuvre.
En ce qui concerne l'extraction, l’Entrepreneur effectuera ses propres recherches et soumettra au
Représentant du maître d'œuvre les dossiers d’identification des matériaux qu’il se propose
d’utiliser.
Avant tout commencement d’utilisation de ces matériaux, l’Entrepreneur soumettra au
Représentant du maître d'œuvre les dossiers techniques et les échantillons des matériaux. Les
dossiers techniques indiqueront :
- l’emplacement de chaque carrière devant être utilisée ;
- l’analyse granulométrique, suivant les granulométries requises ;
- la masse volumique réelle (NF EN 1097-6) ;
- le mode d’extraction et le mode de stockage et de transport prévus.
Il est à souligner que :
- l’Entrepreneur ne pourra utiliser que des granulats approvisionnés depuis au moins deux
(2) jours; la capacité de stockage de différents granulats devra être prévue en
conséquence,
- tous les matériaux mis en œuvre doivent être exempts d’éléments végétaux, comme
racines, branches, humus, etc. et de gros éléments : pierres, etc.
B.2.4.1 Graviers
Les graviers pour béton et béton armé proviendront soit de roches concassées soit d’un criblage
de sols des gisements. En plus des essais indiqués, les dossiers techniques comprendront la
résistance à l’abrasion (Los Angeles et Micro Deval).
Sur l’aire de stockage, les granulats seront classés par nature en lots nettement séparés (fins,
moyens et gros).

B.2.4.2 Sables
Les sables pour béton, mortier et enrobé dense proviendront d’emprunts formés de dépôts
naturels ou, exceptionnellement, du concassage de roches. En plus des essais indiqués, les
dossiers techniques comprendront l’équivalent de sable.

34
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

B.2.4.3 Ciments
La fourniture des liants hydrauliques incombe à l’Entrepreneur.

B.3 QUALITE DES MATERIAUX


B.3.1 Normes et Essais
Sauf indication contraire, les normes et essais applicables sont ceux de l’AASHTO, AFNOR et
DIN en vigueur à la date de publication de l’Appel d’Offres.

B.3.2 Exécution des Essais


L’Entrepreneur devra assurer, avec les fréquences indiquées dans les présentes spécifications
techniques, l’autocontrôle de sa production, au fur et à mesure de l’avancement du chantier. Il
établira trois (3) fiches de résultats par essai et les transmettra au Représentant du maître
d'œuvre qui en rendra un (1) exemplaire paraphé.
Les prélèvements relatifs aux essais seront faits contradictoirement. Si l’Entrepreneur ou son
représentant dûment convoqué fait défaut, les prélèvements seront exécutés en leur absence.
Le contrôle de qualité se fera sous la responsabilité du Représentant du maître d'œuvre qui aura
la possibilité d’augmenter les fréquences, si cela s’avère nécessaire, ainsi que tout autre essai
jugé nécessaire.
• Terminologie :
- Granulat : ensemble de grains minéraux de dimensions comprises entre 0 et 80 mm
- Granulométrie : détermination des dimensions des grains aux tamis à maille carrée selon
la norme NF XP P 18-545
- Fines : fraction granulaire passant au tamis de 0,063 mm
- Sables : granulats 0/D avec D  4 mm
- Gravillons : granulats d/D : d  2 mm D  31,5 mm
- Cailloux : granulats d/D : d  20 mm D  80 mm
- Grave ou tout venant : granulats 0/D avec 6,3 mm < D ≤ 80 mm
Il est convenu que l'expression "essai d'identification" désigne les essais granulométriques et les
limites d'Atterberg, et l'expression "essai de portance" désigne les essais Proctor Modifié et CBR
à trois (3) énergies de compacité et quatre (4) jours d'imbibition.

B.3.3 Matériaux de Remblais


B.3.3.1 Matériaux pour Remblais et Couche Supérieure des Terrassements
Les matériaux pour remblais au niveau de l’élargissement de la plate-forme, proviendront des
emprunts. Les matériaux du corps de remblai, doivent avoir un indice portant Californien (CBR),
supérieur ou égal à 10, pour 95 % de compacité rapporté à l'Optimum Proctor Modifié (OPM)
après 4 jours d'imbibition.
Les 30 cm supérieurs des matériaux mis en remblai ou couche de forme doivent avoir un indice
portant Californien (CBR), supérieur ou égal à 15, pour 95 % de compacité par rapport à OPM
après 4 jours d'imbibition. L'indice de plasticité des 30 cm supérieurs sera inférieur à 30 sauf cas
d’espèce approuvé par le Représentant du maître d'œuvre.

35
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Il est bien entendu que dans tous les cas, l’Entrepreneur aura la responsabilité après mise en
place, de la conformité des matériaux aux spécifications requises. Ils seront exempts de matières
végétales ou organiques ainsi que d’éléments dont une des dimensions est supérieure à 20 cm
pour le corps de remblai et à 60 mm pour les 30 cm supérieurs.
Les spécifications des matériaux utilisables en plateforme et corps de remblais sont récapitulées
dans le TABLEAU Q 1 et Q 1a en fin de la section B.

B.3.3.2 Matériaux pour remblais contigus aux ouvrages


Les matériaux pour remblais contigus aux ouvrages d'art ou d’assainissement seront les mêmes
que ceux utilisés pour la couche de fondation.
Les spécifications des matériaux contigus aux ouvrages sont récapitulées dans le TABLEAU Q 2
en fin de la section B.
B.3.3.3 Contrôle
Par tranche de cinq cent (500) m3 de matériau mis en œuvre, il sera effectué :
- un CBR à 4 jours d'imbibition et pour le taux de compactage de 95%OPM,
- une analyse granulométrique,
- une détermination des limites d'Atterberg.
Pour la couche supérieure des 30 cm, par tranche de deux cent cinquante (250) m³ maximum de
matériau mis en œuvre, il sera effectué :
- un essai CBR après 4 jours d'imbibition et un taux de compactage égal à 95% OPM,
- une analyse granulométrique,
- une détermination des limites d'Atterberg.

B.3.4 Graveleux latéritiques naturels pour couche de fondation


B.3.4.1 Spécifications
Les matériaux destinés à la couche de fondation au niveau de l’élargissement de la plate-forme
seront des graves provenant des gisements proposés par l’Entrepreneur s'ils satisfont, après
mise en place et compactage, aux spécifications récapitulées dans le TABLEAU Q 2 en fin de la
section B.
B.3.4.2 Contrôle
Sur stock en tas gerbés de cinq cents (500) m³ maximum de matériau avec un minimum de (1)
une série de contrôle ou suivant demande du Représentant du maître d'œuvre :
- une analyse granulométrique (par voie humide),
- une détermination des limites d'Atterberg,
- un essai Proctor,
- un poinçonnement CBR après 4 jours d'imbibition et un taux de compactage égal à 95% de
l’OPM,
- une analyse granulométrique complémentaire sur les matériaux compactés.
Les spécifications des matériaux utilisables en plateforme et corps de remblais sont récapitulées
dans le TABLEAU Q 2 en fin de la section B.

36
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

B.3.5 Graveleux latéritiques naturels pour couche de Base


B.3.5.1 Spécifications
Les matériaux destinés à la couche de base au niveau de l’élargissement de la plate-forme
seront des graves provenant des gisements proposés par l’Entrepreneur s'ils satisfont, après
mise en place et compactage, aux spécifications récapitulées dans le TABLEAU Q 3 en fin de la
section B.
B.3.5.2 Contrôle
Sur stock en tas gerbés de cinq cents (500) m³ maximum de matériau avec un minimum de (1)
une série de contrôle ou suivant demande du Représentant du maître d'œuvre :
- une analyse granulométrique (par voie humide),
- une détermination des limites d'Atterberg,
- un essai Proctor,
- un poinçonnement CBR après 4 jours d'imbibition et un taux de compactage égal à
95% de l’OPM,
- une analyse granulométrique complémentaire sur les matériaux compactés.
Les spécifications des matériaux utilisables en plateforme et corps de remblais sont récapitulées
dans le TABLEAU Q 3 en fin de la section B.

B.3.6 COUCHE DE BASE POUR AMELIORATION AU CIMENT (POUR MEMOIRE)


B.3.6.1 Spécifications
Les matériaux destinés à être améliorés au ciment sont : (i) ceux de la couche de base
existante au niveau de la chaussée ; (ii) ceux de la couche de base au niveau du rehaussement
de la ligne rouge du PK 85,3, des remblais d'accès au pont sur le Mouhoun et ceux de la couche
de base dans le traitement en pleine largeur au niveau de la traversée de certains villages. Dans
le deuxième cas, ils seront des graves provenant des gisements proposés par l'Entrepreneur s'ils
satisfont, après mise en place et compactage, aux spécifications récapitulées dans le TABLEAU
Q 3a enfin de la section B.
B.3.6.2 Contrôle
In situ ou sur stock en tas gerbes de cinq cents (500) m 3 maximum de matériau avec un
minimum de (1) une série de contrôle ou suivant demande du Représentant du maître d'œuvre :
• une analyse granulométrique (par voie humide),
• une détermination des limites d'Atterberg,
• un essai Proctor,
• un poinçonnement CBR après 4 jours d'imbibition et un taux de
compactage égal à 95 % de l'OPM,
• une analyse granulométrique complémentaire sur les matériaux compactés.
ETUDE EN LABORATOIRE DE L'AMELIORATION AU CIMENT
Ces études consistent à mettre en évidence l'évolution des caractéristiques géotechniques du
mélange grave naturelle + ciment, en fonction de la proportion de ciment dans le mélange
(normalement de 2 à 4 % en poids sec du mélange).
Ces essais se feront par variation de 0,5 en 0,5 % entre 2 et 4 % et consisteront à mesurer
sur le mélange en carotte, pour chaque % d'apport en ciment :
• la résistance à la compression (Rc à 7 jours à l'air libre),
• la résistance à la compression (R'c à 3 jours à l'air et 4 jours dans l'eau),

37
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

• le facteur T = R’c/ Rc,


• la résistance à la traction (Rt à 7 jours à l'air libre- essai brésilien – NF EN 13286-42),
• l'indice CBR sur échantillon amélioré au ciment, à 95 % de l'OPM à 7 jours, dont 4 jours
d'imbibition.
B.3.6.3 Remarques
Le pourcentage de ciment retenu sera celui dont le mélange donne les spécifications
minimales suivantes :
• Rt 1 an = 0,65 MPa,
• E 1 an = 5.500 MPa
Ces valeurs sont celles obtenues en laboratoire, car les valeurs sur le terrain risquent de subir
un abattement de 25 % pour Rt (soit 0,5 MPa) et de 10 % pour Et (soit 5.000 MPa).
La masse volumique (MV) du mélange étudié devra être 0,97 de la MV maximale de l'OPM.
Les relations suivantes seront applicables :
• Rt directe = 0,8 Rt brésilien,
• Rt 3 mois (éprouvette conservée à 20°c) = 0,8 Rt 1 an,
• Rtd = 1/10 Rc
La mesure du module E se fait pendant les essais de Rc ou Rtdirecte en plaçant sur l'éprouvette
ou la carotte (si sa géométrie le permet - cylindre de bonne régularité, faces parallèles,
élancement de 1,8 à 2,5) un dispositif de mesure du raccourcissement ou de l'allongement de
l'éprouvette pendant l'essai. Le delta de la longueur est ramené à la longueur entre deux
sections fixes avant mise en charge. La force développée pendant l'essai est F et la section de
l'éprouvette S, on a sigma = F/S et epsilon = Al/1, d'où E = sigma/epsilon (NF EN 13286-43).

B.4 GRAVILLONS POUR COUCHE DE CHAUSSEE EN BETON DE CIMENT (POUR


MEMOIRE)
Les granulats (fillers, sable, et gravillons) pour bétons seront des graviers naturels ou
proviendront du concassage de roches dures, parfaitement saines, dégagées de toute gangue ou
terre végétale. Les granulats appartiendront à la catégorie C de résistance, III bis et a bis de la
fabrication selon les normes NF EN 12620 et NF XP P 18-545.
Pour la gamme des résistances mécaniques visées pour le béton, le choix des granulats peut
être large tant pour la nature de la roche d’origine que pour les caractéristiques intrinsèques et de
fabrication. Les caractéristiques intrinsèques des granulats sont régies par les normes NF EN
1097-1/A1 ; 1097-2 et 1097-8. Les caractéristiques de fabrication dépendent des normes : NF EN
933-1 et NF EN 933-3.
Le respect des valeurs indiquées par les normes intervient peu sur la résistance mécanique du
béton, mais elles sont importantes à d’autres titres, notamment :
- éviter la production de fines pendant les phases de stockage, manutention et malaxage,
- assurer le transfert de charge au droit des discontinuités (joints, fissures),
- résister à l’usure sous le trafic en couche de roulement.
Même lorsque la discontinuité est fermée (chaussée neuve, cas de forte température), la flexion
des dalles sous le passage des charges, induit un frottement entre les éléments en contact
(granulats en particulier). Avec le temps et lorsque la discontinuité s’ouvre sous l’effet du retrait
thermique, l’usure s’accroit. Au bout d’un certain temps, le jeu qui se crée fait que le transfert de
charge n’est plus assuré.
Cette situation peut être fortement retardée par la présence de goujons ou d’armatures.

38
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Compte tenu des traitements pratiques (striage ou balayage), la résistance à l’usure est, dans les
premières années de service, principalement assurée par les caractéristiques du sable utilisé.
Cela implique que la cure du béton ait été correctement réalisée, la dessiccation du béton
rendant la couche supérieure très fragile à l’usure.
Le contrôle sera identique à celui des gravillons pour revêtement ci-après.
Les spécifications, que doivent respecter ces matériaux, sont récapitulées dans le TABLEAU Q 4
en fin de la section B.

B.4.1 Gravillons pour revêtement (grave bitume 0/14, béton bitumineux 0/10 et
enduits superficiels) et grave concassées pour couche de base
B.4.1.1 Spécifications
Les gravillons pour la grave bitume, les enduits superficiels et les bétons bitumineux seront
exclusivement obtenus par concassage et criblage de roche massive en provenance des
carrières indiquées aux dossier géotechnique du DAO ou toutes autres carrières agréées par le
Représentant du maître d'œuvre sur proposition de l’Entrepreneur et exploitées par
l’Entrepreneur sous sa responsabilité. Les dimensions des gravillons pour les revêtements et
couche de base concassée seront en principe les suivantes :
- Pour le concassée en couche de base : 0/31,5 recomposé, d'autres granulométries peuvent
être proposées,
- pour la grave bitume (GB) de classe 3 : de type EB 14 assise 35/50 conformément à la norme
NF EN 13108-1 (pour mémoire)
- pour le béton bitumineux (BB): de type EB 10 roulement 35/50 conformément à la norme NF
EN 13108-1, il aura une épaisseur de 5 cm,
- pour les éventuels enduits bicouches(BC) pour accotement et TPC :ESU de classe B et de
catégorie EDV II conformément à la norme NF EN 12271 une couche 10/14 et une couche de
6/10,
- pour les enduits monocouches(MC) de liaison entre la couche de fondation recyclée et le
grave bitume (GB) :ESU de classe B et de catégorie EDV II conformément à la norme NF EN
12271 une couche de 10/14 ou 6/10 selon l’étude d’exécution.
- un gravillon 2/4 pour sablage éventuel.
B.4.1.2 Gravillons pour Grave Bitume
La grave bitume 0/14 sera élaborée à partir d’une grave concassée approvisionnée en quatre
fractions granulométriques 0/4 – 4/6,3 – 6,3/10 – 10/14 avec ou sans sable roulé d’apport.
D’autres fractions granulométriques différentes peuvent être soumises à l'agrément du
Représentant du maître d’œuvre.
Les granulats appartiendront à la catégorie C de résistance et III a de la fabrication selon les
normes NF EN 13043et NF XP P 18-545.
Les spécifications, que doivent respecter ces matériaux, sont récapitulées dans le TABLEAU Q 4
en fin de la section B.
Les gravillons devront être exempts de terre végétale et de matières organiques, selon la norme
NF EN 1744-1.
Les tolérances granulométriques des gravillons à mettre en œuvre pour chacune des couches
devront répondre aux spécifications de la norme NF XP 18-545 et aux caractéristiques figurant
dans le tableau ci-après (d et D étant les tamis extrêmes définissant chaque gravillon d/D).
En cas de dépassement de ces tolérances, des réductions de prix seront appliquées de plein
droit aux taux indiqués ci-après, et au-delà des limites indiquées dans le même tableau la
fourniture des gravillons incriminés sera refusée.

39
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

B.4.1.3 Gravillons pour Béton Bitumineux


Les matériaux pour le béton bitumineux seront des 0/10 recomposés à partir d'au moins trois
fractions granulométriques plus un filler d'apport de type hydraulique (ciment ou de préférence de
la chaux). Les fractions granulométriques peuvent être les suivantes : 0/4 – 4/6,3 – 6,3/10.
D’autres fractions granulométriques différentes peuvent être soumises à l'agrément du
Représentant du maître d’œuvre.
Les granulats appartiendront à la catégorie C de résistance et III a de la fabrication selon les
normes NF EN 13043 et NF XP P 18-545.
Les spécifications, que doivent respecter ces matériaux, sont récapitulées dans le TABLEAU Q 4
en fin de la section B.
Les gravillons devront être exempts de terre végétale et de matières organiques, selon la norme
NF EN 1744-1.
Les tolérances granulométriques des gravillons à mettre en œuvre pour chacune des couches
devront répondre aux spécifications de la norme NF XP 18-545 et aux caractéristiques figurant
dans le tableau ci-après (d et D étant les tamis extrêmes définissant chaque gravillon d/D).
En cas de dépassement de ces tolérances, des réductions de prix seront appliquées de plein
droit aux taux indiqués ci-après, et au-delà des limites indiquées dans le même tableau la
fourniture des gravillons incriminés sera refusée.
B.4.1.4 Granulats pour Enduit Superficiel
Les granulats devront appartenir à la catégorie C de résistance et II de la fabrication selon les
normes NF EN 13043 et NF XP P18-545.
Les gravillons devront être exempts de terre végétale et de matière organiques, selon la norme
NF EN 1744-1.
Les tolérances granulométriques des gravillons à mettre en œuvre pour chacune des couches
devront répondre aux spécifications de la norme NF XP P 18-545 et aux caractéristiques figurant
dans le tableau ci-après (d et D étant les tamis extrêmes définissant chaque gravillon d/D).
En cas de dépassement de ces tolérances, des réductions de prix seront appliquées de plein
droit aux taux indiqués ci-après, et au-delà des limites indiquées dans le même tableau la
fourniture des gravillons incriminés sera refusée.
Les spécifications, que doivent respecter ces matériaux, sont récapitulées dans le TABLEAU Q 4
en fin de la section B.
Eventuellement, le Représentant du maître d'œuvre pourra appliquer, entre les différentes
caractéristiques intrinsèques, les règles de compensation ci-après : tolérance de 5 points des
valeurs LA et MDE à condition que (LA+MDE) ≤ 45.
L’Entrepreneur est tenu de prendre ses dispositions, dépoussiérage par criblage et/ou lavage,
afin que la valeur de la propreté soit respectée jusqu'au moment de la mise en œuvre, en tout
point. Les granulats pour les revêtements superficiels seront lavés sur crible.
Le tableau ci-après donne les spécifications imposées (colonne 1), les limites de refus au-delà
desquelles la fourniture est refusée (colonne 2) et la valeur en pourcentage des réductions de
prix des fournitures pour chaque pour cent en tolérance (colonne 3).

40
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

DESIGNATION Spécifications Limites de Réduction prix par


refus % de tolérance
(1)
(2) (3)
% en poids retenu sur le tamis D 10% 15% 1%
% en poids passant sur le tamis d 10% 15% 1%
% en poids passant sur le tamis D/1,4 30% ±5% 3%-
% en poids retenu sur le tamis 1,4D 2% 5% 5%
% en poids passant à travers le tamis d/2 5% 5% 3%
% de grains friables ou altérés 3% 5% 3%
% de grains longs ou plats (% 4/D; G/E>1,58) 20% 25% 1%
% passant au tamis de 0,063 mm (Propreté) 0,5% 0,5% -

Les dimensions des gravillons pour les enduits seront en principe les suivantes :
- bicouche :
▪ une couche de 10/14,
▪ une couche de 6/10.
- monocouche : une couche de 6/10 ou 10/14.
B.4.1.5 GRAVE CONCASSEE POUR COUCHE DE BASE
Les matériaux pour le concassé de couche de base conformément à la norme NF XP P 18-540
seront des 0/31,5 recomposés à partir d'au moins trois fractions granulométries plus si
nécessaire un filler d'apport. Les fractions granulométriques peuvent être les suivantes : 0/10 –
10/14 – 14/25. Des fractions granulométriques différentes peuvent être soumises à l'agrément de
l'Ingénieur.
Les spécifications que doivent respecter les matériaux concassés de renforcement sont les
suivantes :

CRITERES D’ACCEPTABILITE Spécifications


Caractéristiques intrinsèques
Los Angeles (LA) selon NF P 18-573 < 30
Micro-Deval humide (MDE) selon NF P 18-572 < 28
(LA + MDE) < 55

41
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

CRITERES D’ACCEPTABILITE Spécifications


Caractéristiques de fabrication
Granularité selon NF P 18-560
Tamis en mm

25 93-100 (0-5)
20 74-95
10 41-70
6,3 30-55(28-35)
4 23-46
2 16-36 (44-62)
0,5 6-21
0,2 3-15(5-9)
0,08 2-10
indice de plasticité IP NM
équivalent de sable à 10 % de fine ES > 50
coefficient d'aplatissement < 20
% de refus à D et d pour les gravillons < 15
% de refus à D pour les sables < 15
propreté (% tamisât à 0,5 mn) <1

B.4.1.6 Contrôle
Dans le but de vérifier que les opérations de concassage, criblage et de lavage assurent bien le
respect des spécifications ci-dessus, l’Entrepreneur procédera à :
- une analyse granulométrique, un essai de forme et de propreté pour chaque catégorie de
gravillons par cent (100) m³ de gravillons,
- des essais mécaniques (LA, MDE, PSV) pour chaque catégorie de gravillons et par mille
(1.000) m³ de gravillons.
- Les spécifications, que doivent respecter ces matériaux, sont récapitulées dans le
TABLEAU Q 4 en fin de la section B.
B.4.2 Liants hydrocarbonés pour revêtement
B.4.2.1 Terminologie
Bitumes purs : obtenus par raffinage de brut pétrolier et ne comportant aucun
ajout
Bitumes fluidifiés ou : obtenus par un mélange de bitume pur avec un diluant
cut back provenant de la distillation du pétrole (à l’exclusion du gazole)
Bitumes fluxés : obtenus par une addition à du bitume pur d'une huile de fluxage
Emulsion de bitume : dispersion pouvant être du bitume ou éventuellement du bitume
fluidifié ou fluxé

42
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

B.4.2.2 Liant pour les différentes couches


Pour l'enduit superficiel bicouche et monocouche, on utilisera un bitume pur 50/70 conformément
à la norme NF EN 12591.
Pour la couche d’imprégnation, on utilisera un bitume fluidifié 0/1 conformément à la norme NF T
65-002.
Pour les enrobés bitumineux (grave bitume et béton bitumineux), on utilisera un bitume pur 35/50
conformément à la norme NF EN 12591.
Pour la couche d'accrochage, on utilisera une émulsion cationique de bitume dosée à 69
%environ de bitume résiduel (ECR 69) conformément à la norme NF EN 13808.
B.4.2.3 Livraison et stockage
Les liants seront livrés en citernes ou en fûts de 200 kg. L’Entrepreneur doit prendre toutes les
dispositions de sécurité pour le transport de ces produits et notamment utiliser des camions en
parfait état respectant les normes de sécurité.
L’Entrepreneur remettra à la mission de contrôle les bons d'origine et de transport indiquant la
qualité et la quantité du produit livré. Dans le cas de livraison par fûts, les fûts seront stockés par
arrivage, obturés et référencés sur l'aire de stockage.
B.4.2.4 Contrôle
L’Entrepreneur prélèvera 2 litres par camion-citerne ou par 25 t de produit transporté pour
effectuer le contrôle de conformité et s'assurer que la livraison correspond aux caractéristiques
indiquées par le fournisseur.

Les essais de réception seront les suivants :


Bitume pur Bitume fluidifié Emulsion de bitume
Pénétrabilité à 25°C (NF EN Pseudo viscosité (NF T 66- Pseudo viscosité
1426) 020)
Teneur en eau (NF EN 1428)
Point de ramollissement bille et Distillation fractionnée
Indice de rupture (NF T 66-
anneau (NF EN 1427)
Pénétrabilité à 25°C sur le 017)
Pénétrabilité résiduelle après liant résiduel
chauffage (essai RTFOT)
Les spécifications relatives à la qualité et la mise en œuvre des liants hydrocarbonés pour les
enduits superficiels et les bétons bitumineux sont récapitulées dans le TABLEAU Q 5 en fin de la
section B.

B.4.3 Sables pour Lit de pose du Pavage (Pour mémoire)


Les sables pour lit de pose de pavage proviendront du concassage de roches dures non altérées
parfaitement saines de toute gangue ou terre végétale. Le lit de pose sera constitué de sable de
concassage 0/7 mm.
Les spécifications relatives à la qualité et la mise en œuvre du sable pour lit de pose sont
récapitulées dans le TABLEAU Q 13 en fin de la section B.

43
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

B.4.4 Sables pour mortier et béton de ciment


B.4.4.1 Nature
Les sables pour mortier et béton de ciment seront des sables de rivière ou de carrière non
micacés. L'emploi des sables de concassage est interdit. Ils seront durs, propres, sains, criblés
avec soin, débarrassés de tous détritus organiques ou terreux. Ils doivent être conformes aux
spécifications des normes NF XP P18-545 et NF EN 12620.
Les matériaux latéritiques ne sont pas admis comme agrégats. Le Représentant du maître
d'œuvre pourra exiger le criblage et le lavage s'il le juge nécessaire.
Les spécifications, que doivent respecter les sables pour mortier et béton, sont récapitulées dans
le TABLEAU Q 7 en fin de la section B.
B.4.4.2 Reconnaissance préalable des gîtes et essais
Avant toute exploitation et préalablement à l'étude des bétons, l’Entrepreneur est tenu d'effectuer
une reconnaissance préalable des gîtes qu'il compte utiliser et de s'assurer que les matériaux
répondent aux caractéristiques requises avant toute exploitation.
Cette reconnaissance sera menée de façon à ce que sur les gîtes retenus par l’Entrepreneur, les
prélèvements d'échantillons soient uniformément répartis tant en plan qu'en profondeur à raison
d'au-moins 10 échantillons par gîte. Ces prélèvements seront repérés sur un plan d'implantation
et les limites de l'aire ainsi reconnue seront matérialisées sur le terrain.
Sur ces échantillons seront effectués les essais suivants :
- pour chaque échantillon : granulométrie et équivalent de sable,
- tous les 5 échantillons : tous les autres essais précités.
Après réception des résultats de cette reconnaissance, le Représentant du maître d'œuvre
disposera d’un délai de quinze (15) jours pour donner son agrément ou formuler ses
observations.
B.4.4.3 Reconnaissance en cours d'exploitation
Des essais de conformité (analyse granulométrique par tamisage et équivalent de sable) auront
lieu en cours d'exploitation, sur les sables approvisionnés sur l’aire de stockage par stocks de
livraison ou de production ou tous les cent (100) m³, conformément à la norme NF XP P18-545.
Dans le cas où l’Entrepreneur serait obligé d'apporter des corrections aux sables reconnus pour
pouvoir les utiliser, les nouveaux essais destinés à reconnaître la validité de ces corrections
seraient effectués à un rythme égal à ceux définis plus haut.
Tout essai négatif entraînera l'exécution de deux contre-essais, tout résultat non satisfaisant de
l'un de ces contre-essais donnera lieu au déclassement ou au rejet du lot incriminé.

B.4.5 Granulats pour béton de ciment


B.4.5.1 Nature
Les granulats moyens et gros pour bétons de ciment seront des graviers naturels ou proviendront
du concassage de roches dures, parfaitement saines, dégagées de toute gangue ou de terre
végétale. Les matériaux latéritiques ne seront pas admis comme granulats. Ils seront conformes
aux spécifications aux normes NF XPP18-545 et NF EN 12620. Selon la qualité des bétons
exigée, les granulats seront criblés pour obtenir les deux classes 5/15 et 15/25 exprimées en
diamètres de passoires au sens de la norme NF P 18-306. Pour les bétons de qualité, les
dimensions extrêmes des granulats résulteront de l'étude de composition des bétons, toutefois,
les dimensions maximales ne dépasseront pas vingt-cinq millimètres.

44
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Les granulats pour les bétons seront criblés de façon à obtenir les deux classes 5/12,5 et 12,5/25
au sens de la norme NF XP P18-545.
Les spécifications, que doivent respecter les granulats pour béton, sont récapitulées dans le
TABLEAU Q 8 en fin de la section B.
B.4.5.2 Production et contrôles
a) Préalablement à l'étude des bétons, et pour chaque carrière utilisée, l’Entrepreneur devra
produire cinquante (50) m³ de matériaux également répartis entre les diverses classes des
composants. Sur cette production, il sera effectué au moins les essais suivants :
2 essais d'analyse granulométrique par tamisage,
1 essai de propreté,
1 essai Los Angeles (LA),
1 essai de coefficient d'aplatissement.
Après réception des résultats de ces essais, le Représentant du maître d'œuvre aura un délai de
quinze (15) jours pour donner son agrément ou formuler ses observations. En cas de granularité,
de propreté ou de forme non conformes, les études de bétons et donc les bétonnages ne
pourront pas démarrer avant que l’Entrepreneur ait fait la preuve qu'il peut produire des granulats
conformes.
b) Durant la production ultérieure, sur l’aire de stockage, les essais suivants seront effectués
chaque jour de production sur chaque classe de matériaux :
2 essais d'analyse granulométrique par tamisage,
1 essai de propreté,
1 essai de coefficient d'aplatissement.
Tout résultat non satisfaisant donnera lieu, suivant sa nature, au lavage, au recriblage ou au rejet
du lot incriminé. Tout essai négatif entraînera l'exécution de deux contre-essais ; tout résultat non
satisfaisant d'un de ces contre-essais donnera lieu, suivant sa nature, au lavage, au recalibrage,
au déclassement ou au rejet du lot incriminé.

B.4.6 Dispositions communes à tous les agrégats pour béton


Les granulats seront stockés par lots nettement séparés, sur des aires bétonnées parfaitement
nettoyées et drainées. Des précautions seront prises pour éviter la ségrégation en cours de
stockage ou de reprises et empêcher l'accumulation de boues sur les fonds. Ces aires auront
une surface suffisamment grande de façon à ce que l’Entrepreneur n'utilise que des granulats
approvisionnés depuis plus de trois (3) jours. En conséquence, la capacité de stockage des
différents sables ou de granulats gros et moyens, devra répondre au moins à la plus forte
consommation prévue de trois (3) jours de bétonnage.
Dans le cas où les granulats seraient destinés à entrer différemment dans la confection de
bétons de classes différentes, les essais sur ces granulats seraient effectués au rythme réclamé
par le béton le plus exigeant.

B.4.7 Liant hydraulique (Ciment)


B.4.7.1 Nature et qualité
Le choix de la provenance du ciment doit être arrêté suffisamment tôt pour permettre la
réalisation de l’étude de composition du béton. Il est toujours préférable que son
approvisionnement soit assuré à partir d’une cimenterie unique. Il peut être envisagé de traiter
l’approvisionnement par lot d’ouvrage. Aucun mélange de ciment ne peut cependant être toléré
dans un même lot d’ouvrage. Le ciment doit être conforme à la norme NF EN 197-1.

45
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Choix du ciment : L’attestation de conformité à la norme est donnée par la marque NF-LH ou par
une procédure reconnue. Parmi les différentes natures de ciment disponibles, ce sont les ciments
CPA-CEM I et CPJ-CEM II/A ou B qui sont les plus appropriés.
Tout autre type de ciment sera préalablement soumis à l'agrément du Représentant du maître
d'œuvre, qui pourra demander à l’Entrepreneur les résultats de l'autocontrôle de l'usine de
production. L’Entrepreneur devra fournir les certificats de conformité de ces liants.
Le choix du ciment est fait à partir de sa classe de résistance et de ses caractéristiques
d’hydratation (teneur en C3A, temps de prise…). L’annexe B de la norme NF P 98-170 précise
les caractéristiques souhaitables pour le ciment en fonction de la nature pétrographique des
granulats et de la température ambiante au moment du chantier.
Compte tenu des résistances mécaniques généralement demandées, la classe 32,5 de
résistance du ciment suffit. On pourra éventuellement retenir la classe 42,5. Dans le cas où une
remise en service rapide est prévue, on choisira un ciment ayant une vitesse de durcissement
élevée.
B.4.7.2 Mode de livraison
Les ciments pour béton et mortier seront livrés en vrac ou en sacs faits de papier renforcé,
emballage six feuilles, et imperméable de cinquante (50) kilogrammes ou en « bigs-bags » de
mille cinq cents (1.500) kilogrammes. L'emploi du ciment ré-ensaché est interdit.
L'Entrepreneur est tenu de fournir les dates d'ensachage des ciments.
Lorsque le ciment est livré en vrac, l’Entrepreneur s'engage à tenir à la disposition du
Représentant du maître d'œuvre, sur le chantier, une bascule permettant de peser la masse de
ciment approvisionné avec une précision d'un demi (0,5) kilogramme. L’Entrepreneur sera tenu
de fournir les dates d'ensachage des ciments.
Les ciments pour bétons et mortiers devront être, si possible, livrés sur chantier à une
température inférieure à soixante (60) degrés Celsius.
Durant le transport et en transit, les sacs de ciment seront continuellement protégés contre tout
contact avec l'eau et l'humidité. Aucun sac de ciment ne devra être posé à même le sol et en
plein air; sauf pour la brève période durant le chargement et cela sous des conditions
atmosphériques favorables. La fourniture, le transport et le stockage des ciments font partie des
prix unitaires des ouvrages.
L’Entrepreneur devra s'assurer que l'ensemble des opérations de transport et de stockage des
ciments est conçu de manière à éviter tout risque d'atteinte à la qualité des liants, notamment par
pollution ou par mélange de ciments de classes différentes.
B.4.7.3 Stockage
Sur le chantier, les sacs de ciment seront emmagasinés dans les dépôts ou des locaux qui
seront autant que possible tenus secs et à l'abri des courants d'air; ils seront clos, étanches et
couvert capable d'emmagasiner au moins vingt (20) tonnes de ciment.
En cas d'utilisation de plusieurs natures de ciments, ceux-ci devront être nettement séparés. Les
sacs seront entreposés sur des plates-formes en bois; ils seront arrimés sans laisser d'espace
entre eux et ne devront pas être placés contre des murs extérieurs. Les sacs de ciment altérés
par l'humidité seront refusés et enlevés immédiatement du chantier.
Le stockage en magasin des ciments n'excédera en aucun cas six (6) mois au-delà de la date de
fabrication. La récupération des poussières est interdite.
Les ciments pour bétons de qualité pourront être mis en œuvre après une durée de stockage
minimale de cinq (5) jours si lors de l'essai de fissuration à l'anneau sur pâte pure, le temps de
fissuration après démoulage observé est au moins égal à quinze (15) heures. Sinon le temps de
stockage minimum sera de quatorze (14) jours.

46
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

B.4.7.4 Contrôles
Les essais de contrôle des ciments seront effectués aux frais de l’Entrepreneur dans un
laboratoire préalablement agréé par le Représentant du maître d'œuvre.
Il sera procédé sur chantier au prélèvement conservatoire et contradictoire systématique d'un
échantillon par lot de livraison de vingt (20) tonnes de ciment stocké.
Chaque échantillon sera soumis aux frais de l’Entrepreneur à une série d'essais normalisés dont
les résultats devront être conformes aux spécifications de la norme NF EN 197-1correspondant à
la nature du ciment et au gré du Représentant du maître d'œuvre.
Notamment sur les prélèvements de ciments pour béton B 30 ou plus, les essais seront les
suivants :
- temps de prise (épreuve normale) : un essai par prélèvement,
- résistance sur mortier normal,
- perte au feu,
- finesse Blaine,
- stabilité à expansion à chaud (sur pâte pure) et à froid : deux essais par prélèvement.
Les résultats de ces essais devront être communiqués au Représentant du maître d'œuvre dans
les soixante-douze (72) heures et en tout état de cause avant l'emploi de ces ciments. En cas
d'essais défavorables, l'ensemble du lot sera rebuté sous réserve de la possibilité pour
l’Entrepreneur de demander une double contre-épreuve.
Les résultats d'un même essai obtenu sur les prélèvements analysés seront interprétés
conformément au paragraphe 8 de l'article 10 du fascicule 3 du CCTG.
Sur demande du Représentant du maître d'œuvre, l’Entrepreneur devra produire les factures, les
certificats d'origine et les résultats d'essai correspondant des usines productrices.
Tout ciment présentant des signes de fausse prise ou d'éventement sera systématiquement
réputé non conforme et évacué hors du chantier.
Les normes et spécifications, que doivent respecter les ciments pour béton, sont récapitulées
dans le TABLEAU Q 6 en fin de la section B.

B.4.8 Eau de gâchage pour béton


L’Entrepreneur se procurera à ses frais l'eau de gâchage pour la confection des bétons. Elle
pourrait, en règle générale, provenir des points d'eau à proximité des travaux ou des cours d’eau
franchis pourvu que sa qualité réponde aux conditions stipulées ci-dessous. Autrement, l'eau
proviendra d'autres sources, soit forages ou similaires.
La provenance de l'eau sera soumise par l’Entrepreneur à l'agrément du Représentant du maître
d'œuvre.
L'eau, utilisée à la fabrication des mortiers et bétons, devra être conforme à l’article 24.2.3 du
fascicule 65 du C.C.T.G. Elle devra être propre, non salée, pratiquement exempte de matières en
suspension et de sels minéraux dissous, notamment de sulfates, chlorures et matières
organiques. Elle ne doit pas contenir plus de deux (2) grammes par litre de matières en
suspension, ni plus de deux (2) grammes par litre de sels dissous. La seule réaction chimique
admise sur le ciment est la prise.
Elle devra répondre aux spécifications de la norme NF XP P 18-303. Le Représentant du maître
d'œuvre se réserve le droit d'exiger éventuellement, après l'avis d’un laboratoire agréé, des
clauses plus sévères. Il sera procédé à un prélèvement pour essai.
Les spécifications, que doivent respecter les eaux de gâchage pour béton, sont récapitulées
dans le TABLEAU Q 9 en fin de la section B.

47
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

B.4.9 Adjuvants
L’incorporation en usine de tout adjuvant dans les liants est interdite. L’emploi et le choix d'un
adjuvant éventuel pour la confection des bétons sont strictement soumis à l'approbation écrite du
Représentant du maître d'œuvre. Ceux-ci doivent alors être conformes à la norme NF EN 934-6
et aux autres normes visées par cette dernière. Tous les adjuvants utilisés doivent faire l’objet
d’une vérification de la sensibilité avec les autres constituants du béton telle que définie dans le
document FD P 98-171 § 11.2.
Toute livraison d’adjuvant donne lieu à la présentation d’un certificat d’origine, indiquant la date
limite au-delà de laquelle les produits doivent être mis au rebut. L'adjuvant doit être garanti sans
chlore.
Les spécifications à satisfaire par les adjuvants pour béton sont récapitulées dans le TABLEAU Q
9 en fin de la section B.

B.4.10 Produits de cure


Le produit de cure pour béton est soumis à l’agrément du Représentant du maître d'œuvre par
l’Entrepreneur, au moment de l’étude de composition des bétons. Il est appliqué aux bétons
témoins de l’épreuve de convenance. Le résultat de celle-ci conditionne la décision d’agrément.
L’Entrepreneur doit être particulièrement vigilant sur la cure des bétons. Il faut choisir
correctement les produits et respecter les règles d’application (moment d’application et durée de
maintien) conformément à l'Article 36.6.3 du fascicule 65 du C.C.T.G. La mise en œuvre de ce
produit de cure sera soumise à l’agrément du Représentant du maître d'œuvre.
Deux types de produits, couramment utilisés pour protéger le béton contre la dessiccation, sont
la feuille de polyéthylène et les produits de cure :
- la feuille de polyéthylène ne doit pas présenter de discontinuité (trou ou déchirure). Ses
dimensions doivent être suffisantes pour couvrir totalement (plan supérieur et flanc) la couche
de béton. Afin de ne pas modifier l’état de surface du produit fini, on évitera que la feuille soit
en contact avec le béton,
- les produits de cure répondant aux spécifications d’efficacité mesurées conformément à la
norme NF P 18-370 :
✓ produit devra être compatible avec les revêtements susceptibles d'être placés sur le béton,
✓ coefficient de protection du béton frais doit être au minimum de 90 % à 6 h, de 85 % à 24 h
et supérieur à 65 % à 48 heures,
✓ temps de séchage inférieur à 8 heures,
✓ insolubilité dans l'eau,
✓ teinte différente de celle du béton.
Il est recommandé d’utiliser des produits faisant l’objet d’une certification.
Les spécifications à satisfaire par les adjuvants pour béton sont récapitulées dans le TABLEAU Q
10 en fin de la section B.

B.4.11 Aciers
B.4.11.1 Origine
Les aciers proviendront d'usines reconnues et agréées par le Représentant du maître d'œuvre,
leur fourniture à pied d'œuvre sera à la charge de l’Entrepreneur. Sur demande du Représentant
du maître d'œuvre, l’Entrepreneur devra produire les factures, les certificats d'origine et les
résultats d'essais correspondants des usines ou des fonderies de provenance.

48
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

B.4.11.2 Qualité
Les aciers utilisés pour constituer les armatures de béton armé sont, en application du C.C.T.G.,
Fascicule 4 titre I, des armatures à haute adhérence :
Type d’armature : acier Tor ou équivalent,
Classe de l’acier : FeE 500 conformes à la norme NF A 35-016,
Limite d'élasticité nominale : 500 MPa.
Les armatures de traction seront des armatures à haute adhérence qui seront conformes à
l'agrément n° 2 bis, prononcé par la Commission Internationale française d'agrément des aciers à
haute adhérence, le 2 février 1965.
Avant d'utiliser une armature à haute adhérence, il est indispensable de se reporter à sa fiche
d'identification.
Les aciers pour armature devront être parfaitement propres, ne pas présenter la formation de
plaques de corrosion ni trace d'huile ou de graisse, d'argile ou de terre végétale, etc.
Les aciers de liaison (treillis soudés) ou de construction (chevalet, etc.) seront des ronds lisses et
conformes aux normes NF A 35-015 et NF A35-019-2. Les fils en acier Fe TLE 500 seront lisses
et leur limite d'élasticité sera supérieure ou égale à 500 MPa. Les fils auront un diamètre de 4
mm. La maille sera carrée de 150 x 150 mm.
B.4.11.3 Façonnage des Armatures
Le pliage des barres à haute adhérence devra obligatoirement être effectué sur mandrins. Dans
tous les cas, les rayons de courbure répartis à l'axe des barres pliées devront être conformes à
ceux recommandés dans les fiches d'agrément se rapportant aux aciers utilisés.
Le soudage des barres est interdit. Toute barre présentant un défaut d'homogénéité apparent
sera refusée.
Si des armatures devaient être amenées 'pré-façonnées' sur le chantier, le Représentant du
maître d'œuvre devra être avisé de la date et du lieu de leur confection au moins une semaine à
l’avance de façon à pouvoir éventuellement faire procéder à un prélèvement d’échantillon dans
l’atelier de confection.
B.4.11.4 Protection et Entreposage des Armatures
Les armatures pour béton armé doivent être exemptes de saleté, terre, huile, peinture et rouille,
et ne doivent pas être déformées, tordues ou indûment pliées. A cet effet, l’Entrepreneur doit les
entreposer sur des supports suffisamment rapprochés dès leur arrivée sur le chantier.
La durée et les conditions de stockage des armatures devront être soumises à l'agrément du
Représentant du maître d'œuvre. Ces conditions devront comporter au minimum le stockage sur
un plancher de 0,30 m au minimum au-dessus du sol, à l'abri de la pluie, cet abri pouvant être
constitué par une bâche. Les différents lots d'acier devront être nettement séparés et stockés en
fonction de leur section.
B.4.11.5 Livraison
Les barres doivent être livrées en fardeaux homogènes. Chaque livraison doit être accompagnée
d’un certificat d’origine et de la qualification de la part du fabricant.
Les spécifications que doivent respecter les aciers pour béton armé sont récapitulées dans le
TABLEAU Q 10 en fin de la section B.

B.4.12 Bois d'Etaiement et de Coffrage


Le bois nécessaire pour les étaiements et les coffrages sera choisi par l’Entrepreneur qui
justifiera éventuellement par des essais, les qualités de résistances requises pour un bon
comportement du coffrage sous les charges.

49
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Les coffrages peuvent être soit en bois, soit en contre-plaqué, soit métalliques. Dans le cas
d'emploi de panneaux de contre-plaqué pour l'obtention de parements fins, l'épaisseur minimale
de ces panneaux sera de quinze (15) millimètres.
Les parements cachés des ouvrages sont réalisés à l'aide de coffrages ordinaires tels que définis
à l’article 52.2.1 du fascicule 65A du CCTG.
Les parements vus sont réalisés au moyen de coffrages soignés tels que définis à l’article 52.2.2
du fascicule 65A du CCTG.
Les coffrages perdus sont constitués de polystyrène expansé, d'isorel mou ou d'un matériau
similaire.

B.4.13 Pavés autobloquants (pour mémoire)


Les pavés autobloquants seront à emboitement et épaulement pour la chaussée avec une
épaisseur de 8 ou 13 cm maximum. Les pavés seront conformes à la norme NF P 98-303.
Les pavés pourront être préfabriqués suivant une méthode et avec du matériel qui devront être
agréés par le Représentant du maître d'œuvre ou provenir d’un fournisseur agréé par le
Représentant du maître d'œuvre. Ils seront réalisés avec du ciment CPA-CEM 1 32,5 dosé au
minimum à 375 kg de ciment par mètre cube.
Il ne sera pas réalisé d’essais systématiques d’absorption d’eau, de rupture par fendage ou
d’usure par frottement sous abrasif. Toutefois le Représentant du maître d'œuvre pourra décider
de réaliser de tels essais.

B.4.14 Géotextile
Le géotextile utilisé sera un matériau non-tissé constitué de fibres de polypropylène et de
polyéthylène agglomérées à chaud.
Son épaisseur selon NF G 38-012 sera au moins égale à 0,9 mm et sa masse surfacique sera au
moins égale à 250 g/m². Il devra répondre aux spécifications suivantes :
- Résistance à la traction selon NF G 38-014 supérieure ou égale à 12 kN/m,
- Allongement à l'effort maximal selon NF G 38-014 supérieur ou égal à 50%,
- Résistance à la déchirure selon NF G 38-015 supérieure ou égale à 0,30 kN,
- Perméabilité selon NF G 38-016 supérieure ou égale à 25 l/m²/s,
- Porométrie selon NF G 38-017 inférieure ou égale à 50Nm.
Des essais de contrôle sur la qualité des géotextiles seront effectués à discrétion de l'Ingénieur:
- ils seront fait à l'extérieur dans un laboratoire à choix de l'Ingénieur
- le transport des échantillons à tester est à charge de l'Entreprise
- les résultats seront adressés au siège de l'Ingénieur
- les délais d'obtention des résultats doivent être pris en compte par l'Entrepreneur.

B.4.15 Garde-corps type S8


Les qualités de matériaux constitutifs et les normes d'utilisation devront être conformes aux
spécifications du Guide Technique du SETRA.
Les garde-corps seront constitués de tubes et profilés, conformément au plan du marché, en
acier galvanisé. Ils auront une hauteur de 1,00 m pour assurer la contention efficace des
troupeaux en traversée de l’ouvrage. Tous les aciers constituant les supports et les lisses du
garde-corps seront de nuance E 24 qualité 2 conformes à la norme NF EN 100-25 (A 35.501).

50
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

B.4.16 Joint de Chaussée


Le joint de chaussée ou similaire devra également être proposé à l'agrément du Représentant du
maître d'œuvre. Les qualités de matériaux constitutifs et les normes d'utilisation devront être
conformes aux spécifications des dossiers ou aux recommandations du dossier JADE DU
SETRA. Les profilés métalliques constituants les joints de chaussée seront de nuance minimale
S235N.

B.4.17 Appareils d’appui


Les appareils d'appui seront en élastomère fretté, totalement enrobé, la liaison entre
"élastomère" et frettes étant obtenue au cours de la vulcanisation. Ils seront du type appui à
déformation multidirectionnelle. Ils devront provenir d'usines agréées par le Représentant du
maître d'œuvre. Les caractéristiques mécaniques portées aux fiches d'agrément seront
conformes aux normes NF T 46-002 et NF T 46-003.
Leurs dimensions et la nature des plaques de frettage devront être conformes aux plans du
marché et au Bulletin Technique n° 4 du SETRA (Ministère de l'Équipement Français).
Un certificat de conformité accompagnera la livraison du fournisseur conformément aux
spécifications de la norme NF T 47-815. Il devra être daté et signé par le fournisseur. Il sera
obligatoirement fourni. La réception des appareils d’appui se fera en présence du Représentant
du maître d'œuvre.
Les appareils d'appui devront être livrés sur chantier, dans des emballages permettant leur
identification par le numéro du lot de la fabrication. Ils seront stockés ensemble sur une surface
propre et plane, à l'abri de la pluie, du soleil, des souillures et des poussières.
La numérotation d'usine doit pouvoir être disponible en cas de mauvais fonctionnement. La
position exacte de chaque appareils d'appui sera imprimée sur l'une de ses faces, soit chez le
fournisseur, soit sur le chantier (par ex. : pile P, appareils n° X), ainsi que le sens d'orientation
dans le cas d'appareils d'appuis rectangulaires.
Les faces des appareils d'appui, en contact avec le béton, doivent être enrobées d'élastomère.
Les normes d'utilisation devront être conformes aux spécifications des dossiers ou aux
recommandations du dossier JADE DU SETRA.
Les spécifications des matériaux utilisés pour les bossages seront conformes au recueil des
règles de l'art indiquées dans le document SETRA-LCPC "environnement des appareils d'appui
en élastomère fretté".

B.4.18 Moellons pour maçonnerie, gabions, enrochement


Les moellons seront extraits de roches massives ou de blocs rocheux durs, non altérés et
dégagés de toute gangue ou de terre végétale. Ils proviendront d'une carrière agréée par le
Représentant du maître d'œuvre. Ils devront être conformes aux stipulations du fascicule 64 du
C.P.C.
Les moellons pour maçonnerie auront au moins 10 cm d'épaisseur et 20 cm de queue pour les
massifs, ou 30 cm de queue pour les parements.
Les moellons employés en parement seront choisis et dégrossis de manière à ne présenter ni
saillie ni flaches de plus de 3 cm par rapport au plan de l'ouvrage.
Les moellons pour remplissage de gabions ne devront pas passer au travers de l'anneau de
diamètre 10 cm. Les moellons au contact des mailles devront avoir une dimension dans tous les
sens au moins égales à 1,5 fois l'ouverture des mailles, et avoir au moins 3 dm³ de volume.
Les moellons pour enrochement devront avoir un poids minimal de 50 kg et ne devront pas
passer au travers de l'anneau de diamètre 20 cm. Les spécifications à satisfaire sont récapitulées
dans le TABLEAU Q 11 en fin de la section B.

51
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

B.4.19 Gabions
B.4.19.1 Définition des cages
Les gabions sont constitués par des cages en grillage galvanisé ayant la forme de
parallélépipède rectangle, sauf formes particulières. Les mailles sont hexagonales et à double
torsion. Les gabions sont définis par les éléments suivants :
B.4.19.2 Longueur, largeur et hauteur.
Les hauteurs sont d’un (1) mètre sauf dans le cas de gabion semelles. La hauteur est dans ce
dernier cas de 0,50 mètre. Les largeurs sont d’un (1) mètre, les longueurs sont de deux (2)
mètres sauf cas exceptionnel où elles doivent être réduites à un (1) mètre.
B.4.19.3 Diamètre en mm du fil.
Le diamètre du fil sera égal à 3 mm (tolérance plus ou moins 2% conforme au fil n° 17 de la
Jauge de Paris),
B.4.19.4 Dimensions D et d des mailles
d étant la distance entre les deux côtés parallèles de l'hexagone; D la distance entre les deux
sommets des deux angles aigus. Les dimensions des mailles doubles torsion seront 100/120 mm
(tolérance 5%).
B.4.19.5 Poids des gabions.
Le tableau ci-dessous donne le poids approximatif de différents gabions pour des fils n° 17 J.P.
mailles double torsion.

Dimension Cube Poids unitaire en kg


Maille 100/120 Maille 80/100
2 x 1 x 0,50 1 13,5 15
3 x 1 x 0,50 1,50 19,4 21,5
4 x 1 x 0,50 2 24,5 28
2x1x1 2 18 21
Le fil pour ligatures et tirants doit être d’au moins 2,2 mm de diamètre et de même qualité que le
fil constituant les gabions. Le poids de ce fil est évalué par gabion à 5 % du poids de celui-ci.
Tous les bords du grillage seront renforcés par des fils de diamètre 3,4 mm pour augmenter la
résistance.
B.4.19.6 Qualité du fil
Le fil de fer entrant dans la fabrication des gabions ou fourni en vue de la confection des ligatures
et tirants sera à galvanisation riche sur recuit. Tout le fil employé aura une résistance à la traction
de 380 à 500 MPa en accord avec la norme BS 1052/80 "MildSteelWire" (la mesure étant faite
avant le tissage). La couverture en zinc devra résister à six torsions autour d'un mandrin de
diamètre égal à quatre fois le diamètre du fil.
Les spécifications à satisfaire par les cages de gabions sont récapitulées dans le TABLEAU Q 11
en fin de la section B.
B.4.19.7 Réception des gabions
Pour chaque lot de 100 à 200 gabions il sera procédé sur cinq (5) gabions pris dans ce lot aux
vérifications suivantes :
- dimensions et poids des gabions,
- diamètre du fil,

52
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- dimension des mailles,


- qualité des fils.

B.4.20 Glissières de sécurité


Des glissières en métal pourraient être installées sur les accotements surtout aux abords de
certains ouvrages. Les emplacements exacts des glissières seront définis par le Représentant du
maître d'œuvre.
Le dispositif à implanter est constitué d’une bande en acier boulonnée sur des supports
métalliques par l’intermédiaire d’écarteurs en acier servant de caches supports.
Tous les éléments métalliques constituant la glissière doivent être en acier de qualité non
inférieure à S235 JR (anciennement Fe 360 B), conforme à la norme NF EN ioo25 (ou
équivalente), apte à la galvanisation (classe I, II selon la norme NF A 35-503 ou équivalente).
La bande devra avoir une épaisseur minimale de 3 mm, un profil à double onde, une hauteur
effective non inférieure à 300 mm, développement non inférieur à 475 mm.
La description et la provenance des matériaux constitutifs seront conformes au dossier GC 77 du
SETRA. Il s’agira du profil A type GS2 avec un support type C 100, une épaisseur non inférieure
à 5 mm, une longueur non inférieure à 1,95 m.
L’écarteur aura une hauteur de 30 cm, une profondeur non inférieure à 15 cm, une épaisseur
minimale de 2,5 mm. Les boulons auront une tête ronde et une résistance élevée.
En ce qui concerne la liaison entre une bande et l’autre, les dimensions de la plaque cache
support seront de 45x100 mm et son épaisseur de 4 mm.
Les fixations des supports de glissières sur un ouvrage se feront par des platines et des
longrines ancrées.
Les spécifications à satisfaire sont récapitulées dans le TABLEAU Q 12 en fin de la section B.

B.4.21 Bordures
Les bordures seront de type T1, T2, T3 et arasé. Ces éléments seront préfabriqués suivant une
méthode et avec un matériel qui devront être agréés par le Représentant du maître d'œuvre. Ils
seront réalisés conformément au Fascicule 31 du C.C.T.G.
Ils seront réalisés avec du béton B30 réalisé avec du ciment CPA CEM I 32,5. La dimension
maximale des granulats sera de 12,5 mm, le béton servant à la fabrication des bordures sera
ainsi que ses composants soumis aux prescriptions relatives aux matériaux pour bétons et
mortiers, y compris pour les contrôles.
Il ne sera pas réalisé d'essais systématiques de flexion, toutefois, le Représentant du maître
d'œuvre pourra décider de réaliser de tels essais.
Les bordures préfabriquées auront une longueur d’un (1) mètre. Pour les zones en courbe, des
bordures de 0,50 et 0,33 m seront fabriquées.
Les spécifications à satisfaire sont récapitulées dans le TABLEAU Q 12 en fin de la section B.

B.4.22 Descentes d'eau


Les descentes d'eau et leurs ouvrages de tête et de pied seront préfabriqués, aux dimensions
indiquées sur les plans d'exécution approuvés.
Elles seront réalisées avec du béton B30 réalisé avec du ciment CPA CEM I 32,5. La dimension
maximale des granulats sera de 12,5 mm.

53
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Le béton servant à la fabrication des descentes d'eau sera ainsi que ses composants soumis aux
prescriptions relatives aux matériaux pour bétons et mortiers, y compris pour les contrôles.

B.4.23 Autres matériaux


Les matériaux et matériels divers non énumérés ci-avant et appelés à être incorporés à titre
définitif dans les ouvrages seront choisis parmi ceux qui répondent aux conditions d'emploi ou de
fonctionnement auxquels ils sont soumis.
Leur utilisation est subordonnée à l'agrément préalable du Représentant du maître d'œuvre.

B.4.24 Enrobés anti-orniérants (Pour mémoire)


Spécifications :
• Les Enrobés seront de granulométrie 0/10 (épaisseur de 5 à 7 cm) ou 0/14 (épaisseur
de 7 à 9 cm) ;
• Le % de vides à la PCG à 60 girations devra être compris entre 4 et 9 % maxi pour la
granulométrie 0/10
• Le % de vides à la PCG à 80 girations devra être compris entre 4 et 8 % maxi pour la
granulométrie 0/14
• La sensibilité à l'eau ITSR devra être au minimum de 85
• La résistance à la déformation permanente (ornièrage) devra être inférieur à 4% à 30
000 cycles.
• Le module de rigidité devra être au minimum à 11 000 Mpa (15°C et 10 Hz ou 0.02 s)
• La fatigue e6 devra être au minimum de 105 (idef (10°C et 25 Hz).
Afin de pouvoir réaliser cet enrobé il faudra avoir recours à un bitume classique de
grade 50/70 avec un additif à introduire dans le malaxeur de la centrale.
Seuls les additifs correspondants aux critères ci-dessous pourront être utilisés :
• L'additif recherché est composé d'une base polyoléfine (polymères) contenant du bitume
sous forme de granulés lenticulaires.
• Sa composition spécifique permet de fabriquer des enrobés à haut module et à très forte
résistance à l'ornièrage à partir de l'emploi de grade classique de bitume 50/70.
• Afin d'assurer le bon comportement des enrobés, les additifs doivent répondre aux
normes suivantes :
• Seules les polyoléfines ayant les caractéristiques suivantes sont acceptées.
• Point de fusion 120-125°C mesuré par DSC (Norme ISO 11357-1)
• Matériaux traité anti- Retrait avec un résultat inférieur à 1% (Normes NF EN ISO 294-4)
• Fluidité à 190°C sous 2.16 kg supérieur à 1.5 gr par 10 mn
• (Norme NF EN ISO 1133)
• Matériaux (granulés) prés-gavés au bitume (0-5%)
- Produit granulé de taille inférieure à 2.5 mm.

54
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Sable-enrobé (anti remontée de fissures) (pour mémoire)


Spécifications :
• Le sable-enrobé devra avoir une granulométrie continue 0/4 ou 0/6
• Le % de vides à la PCG à 20 girations devra être compris entre 4 et 6 %
• La quantité en fines devra être comprise entre 12 et 15 %
• Sa teneur en liant comprise entre 9 et 11%
• Le module de rigidité devra être au minimum à 7 000 Mpa (15°C et 10 Hz ou 0.02 s)
• La fatigue devra être au minimum de 165 (idef (10°C et 25 Hz).
• Après désenrobage et extraction du liant celui-ci devra avoir un retour élastique d'au moins 50%
Afin de pouvoir réaliser ce sable enrobé il faudra avoir recours à un bitume classique de
grade 50/70 avec un additif à introduire dans le malaxeur de la centrale.
Seuls les additifs correspondants aux critères ci-dessous pourront être utilisés :
L'additif recherché est composé d'une base d'élastomère prédigérée dans du bitume sous
forme de granulés lenticulaires.
Sa composition spécifique permet de fabriquer des sables enrobés ayant des caractéristiques
élevées en fatigue partir de l'emploi de grade classique de bitume 50/70 et un excellent retour
élastique après désenrobage et récupération de liant.
Afin d'assurer le bon comportement des enrobés, les additifs doivent répondre aux normes
suivantes :
Seuls les additifs ayant les caractéristiques suivantes sont acceptés.
- Point de fusion 120-125°C mesuré par DSC (Norme ISO 11357-1)
- Fluidité à 190°C sous 2.16 kg supérieur à 1.5 gr par 10 mn
(Norme NF EN ISO 1133)
- Matériaux (granulés) prés-gavés au bitume (10-25%)
• Produit granulé de taille inférieure à 2.5 mm.

B.4.25 Signalisation et sécurité


B.4.25.1 Signalisation Verticale
Les panneaux de signalisation verticale proviendront d'une usine agréée et auront fait l'objet
d'une homologation. Ils seront de la gamme normale et auront les dimensions suivantes :

1- panneaux de danger A - Triangulaires de 1.000 mm de côté


2-panneaux de prescription B - Circulaires (diamètre = 850 mm)
3- panneaux d'intersection AB - Triangulaires (1.000 mm de côté), ou octogonaux (800
mm de côté)
4- panneaux de direction D - Rectangulaires avec ou sans pointe de flèche
ou de localisation
(Hc : hauteur des caractères type "L1 majuscules" = 200
mm)

Tous les panneaux en acier galvanisé seront rétro réfléchissants de Classe 2 et conformes à la
réglementation française en vigueur et notamment à l'Arrêté français du 19 janvier 1982.
L’Entrepreneur précisera dans son offre la dénomination commerciale et le numéro
55
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

d'homologation du film rétro-réfléchissant qu'il compte utiliser.


Les panneaux de direction et de localisation seront munis d'un film anti graffiti appliqué sur toute
leur surface pour lutter contre les risques d'accrochage ou de malveillance.
Le pouvoir réflecteur des matériaux rétro-réfléchissants ne doit pas subir une perte de plus de
20% par rapport à l’état sec initial, après une période de deux ans d’exploitation.
Les matériaux réfléchissants de fond doivent être suffisamment flexibles pour résister aux chocs
et intempéries. Ils doivent renvoyer la lumière incidente pour des angles allant jusqu’à 25 degrés.
Les supports de panneaux seront métalliques et de section en U pour éviter toute rotation du
panneau sous l'effet de turbulences lors du passage rapproché de la circulation lourde .Les
panneaux et signaux sont boulonnés sur les supports. Ces supports ne doivent présenter aucun
angle vif. Les boulons, une fois serrés à leur position définitive, sont soudés sur la tige filetée.
Les boulons de fixation seront également galvanisés.
Les poteaux et panneaux sont étudiés et calculés pour une poussée au vent de 240 daN/m 2. Les
efforts doivent être entièrement repris par les supports et les fondations, à l’exclusion de câbles
tenseurs non admis.
Les panneaux sont garantis dix (10) ans.
Les spécifications à satisfaire par les panneaux de signalisation verticale sont récapitulées dans
le TABLEAU Q 12 en fin de la section B.
B.4.25.2 Signalisation Horizontale
Les marques sur chaussée seront réalisées conformément aux dispositions de la réglementation
française en vigueur au moyen de produits homologués par le Représentant du maître d'œuvre,
pour cet usage. Elles seront réflectorisées et constituées de bandes blanches continues ou
discontinues.
L’Entrepreneur précisera dans son offre la dénomination commerciale et le numéro
d'homologation du produit qu'il compte utiliser.
L'origine et le type de peinture munis de son certificat d'homologation délivré par un organisme
agréé devront être soumis à l'agrément du Représentant du maître d'œuvre. L’Entrepreneur
pourra proposer un enduit à chaud ou à froid homologué.
Les bordereaux de livraison des produits devront indiquer la date de fabrication et la référence du
certificat correspondant. Les récipients contenant les produits devront en plus de leur
dénomination, porter la référence d'homologation, la date de fabrication et le temps limite de
conservation sans brassage.
En tout état de cause, l’Entrepreneur devra donner des garanties pour une durée de vie de sa
peinture d’au moins deux (2) ans.
Les spécifications à satisfaire par les panneaux de signalisation verticale sont récapitulées dans
le TABLEAU Q 12 en fin de la section B.
B.4.25.3 Balises et Bornes
Les balises de virage, d'intersection ou d'entrée d'ouvrage d'art seront des balises J1 de section
circulaire (diamètre 200 mm) de hauteur 1,30 m par rapport au niveau de l'accotement. Les
balises seront en béton armé B 30.
Les balises de virage porteront un dispositif rétro réfléchissant blanc, de classe 2, sauf instruction
contraire du Représentant du maître d'œuvre, constitué par une bande de 200 mm de hauteur
placée à 300 mm de la tête de la balise. Les balises seront aux dimensions indiquées sur le plan
type.

56
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Les bornes penta-kilométriques, du type F2 tel que défini par la réglementation française en la
matière, seront préfabriquées en béton B 30 aux dimensions indiquées sur le plan type
correspondant. Elles porteront en bas-relief les inscriptions de type L1 (hauteur 80 mm)
indiquées par le Représentant du maître d'œuvre.
Les bornes et balises seront revêtues sur toutes les parties vues de 3 couches de peinture
vinylique dont une couche d'apprêt ou de peinture mate à base de résine pliolite.

B.4.26 Matériaux pour Bureaux, Laboratoires et Logements


Les matériaux mis en œuvre pour la construction des bureaux, laboratoires et logements pour
l’Entrepreneur et la Mission de Contrôle seront de première qualité, du type utilisé normalement
au Mali pour les constructions permanentes, mobiles ou préfabriquées de bon standing.
L’Entrepreneur en soumettra les plans de détail à l’approbation du Représentant du maître
d'œuvre avant tout début de construction.
Le paiement du prix – Installation de chantier – est conditionné par la réception qualitative et
quantitative de ces bâtiments par le Représentant du maître d'œuvre. Caractéristiques des
matériaux pour constructions permanentes:

Couverture : Tôles d’acier galvanisées d’au moins 7,2 kg/m² sur charpente
métallique ou en bois traité.
Murs : Briques hourdées au mortier ou agglomérés au ciment avec
enduit 2 couches (épaisseur minimum des briques pour murs
extérieurs 20 cm) ; peintures selon normes.
Menuiseries extérieures : Métalliques pour portes et fenêtres
Vitrage : Verre à vitre fixe ou NACO mobiles
Menuiseries intérieures : En bois vernis
Plafond : Plaques d’agglomérés (faux plafonds)
Electricité: A prévoir dans toutes les pièces, plus 2 luminaires extérieurs,
l’ensemble en « tube de néon » (deux prises de courant par
pièce)
Sanitaires: Selon normes
Sol : Dallage en béton légèrement armé avec peinture type “ Matsol
” ou équivalent
Climatisation : Un climatiseur par pièce, de puissance appropriée,
particulièrement pour la salle de réunion
Téléphone : Installation, branchement et mise en service de l’installation
téléphonique

B.5 SYNTHESE DES ESSAIS DE RECEPTION DES MATERIAUX


Les principaux essais de réception des matériaux sont rappelés ci-après sous forme de tableaux
de synthèse. Ils déterminent les processus, les résultats exigés et le nombre d'essais.
Le Représentant du maître d'œuvre pourra néanmoins, s'il le juge nécessaire, modifier la teneur
de ces tableaux.

57
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T
QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q1
MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Matériaux de Teneur en matières NF EN 1744-1 Teneur en matières organiques - MO% < 0,5 % Au gré du Représentant du
terrassement organiques maître d'œuvre
pour
élargissement
Essai au bleu de NF EN 933-9 Valeur au bleu du sol total : MB < 3g/100g
méthylène NF P 94-040
Limites d'Atterberg NF P 94-051 Limite de Liquidité (WL) : <70 – remblais Au moins une série d'essais par
Indice de plasticité <30 emprunt

Analyse NF EN 933-1 Absence de sols impropres, humides, sols Tous les 500 m³ de matériau mis
granulométrique par compressibles, sols rocheux de dimension supérieure à en œuvre pour le corps de
tamisage celle prescrite et de débris végétaux et divers remblai

Passant au tamis de 80 µ ≤ 35 %
Dimension maximale des éléments : D (mm) ≤ 200
remblais
Proctor Modifié NF EN 13286-2 Densité sèche de l'OPM -  d OPM  1,8 t/m³
Portance CBR à NF EN 13286-47 CBR (95% OPM, 4 jours d'immersion dans l'eau) 10 -
95% de l'OPM et à 4 corps de remblai
jours d'immersion
dans l'eau
Gonflement linéaire NF EN 13286-47 Gonflement linéaire – g% < 0,5 %
dans le moule CBR

58
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T

QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q 1a


MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Matériaux de Teneur en matières NF EN 1744-1 Teneur en matières organiques - MO% < 0,5 % Au gré du Représentant du
couche pour les organiques maître d'œuvre
derniers 30 cm
Essai au bleu de NF EN 933-9 Valeur au bleu du sol total : MB < 3g/100g
méthylène NF P 94-040
Limites d'Atterberg NF P 94-051 Limite de Liquidité (WL) : <40 Au moins une série d'essais par
Indice de plasticité <30 emprunt

Analyse NF EN 933-1 Absence de sols impropres, humides, sols


granulométrique par compressibles, sols rocheux de dimension supérieure à
tamisage celle prescrite et de débris végétaux et divers
Tous les 250 m³ de matériau mis
Passant au tamis de 80 µ ≤ 35 % enœuvre pour les 30 derniers cm
ou
Dimension maximale des éléments : D (mm) ≤- 60 pour la couche de forme
Proctor Modifié NF EN 13286-2 Densité sèche de l'OPM -  d OPM  1,8 t/m³
Portance CBR à NF EN 13286-47 CBR (95% OPM, 4 jours d'immersion dans l'eau) 15
95% de l'OPM et à 4 derniers cm
jours d'immersion
dans l'eau
Gonflement linéaire NF EN 13286-47 Gonflement linéaire – g% < 0,5 %
dans le moule CBR

59
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T

QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q2


MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Graveleux Teneur en matières NF EN 1744-1 Teneur en matières organiques - MO % < 0,5 % Au gré du Représentant du
latéritiques organiques maître d'œuvre
naturels pour Essai au bleu de NF EN 933-9 Valeur au bleu du sol total < 0,3 g/100 g
couche de méthylène
fondation et NF P 94-040
matériaux Limites d'Atterberg NF P 94-051 Limite de liquidité < 40 Au moins une série d'essais par
contigus aux
ouvrages Indice de plasticité  20 emprunt et après par tas gerbés
de
d’assainissemen
t Analyse NF EN 933-1 FUSEAU APRES COMPACTAGE «IN SITU" 500 m3
granulométrique par ___________________________________________
tamisage
Maille tamis (mm) Tamisât en %
50 100 Tous les 500 m³ de matériaux
mis en œuvre
40 95 - 100
31,5 85 - 100
20 60 - 100
10 35 - 90
5 20 - 75
2 12 - 50
1 10 - 40
0,5 7 – 35
0,08 4 - 30

Proctor Modifié NF EN 13286-2 Densité sèche de l'OPM -  d OPM  2,0 t/m³

60
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T
QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q2
MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS

Portance CBR à NF EN 13286-47 CBR (95% OPM, 4 jours d'immersion dans l'eau) 30
95% de l'OPM et à 4
jours d'immersion
dans l'eau

Gonflement linéaire NF EN 13286-47 Gonflement linéaire - g % < 0,5%


dans le moule CBR
Graveleux Teneur en matières NF EN 1744-1 Teneur en matières organiques - MO % < 0,5 % Au gré du Représentant du
latéritiques organiques maître d'œuvre
naturels pour Essai au bleu de NF EN 933-9 Valeur au bleu du sol total < 0,3 g/100 g
couche de base méthylène
au niveau de NF P 94-040
l’élargissement Limites d'Atterberg NF P 94-051 Limite de liquidité < 40 Au moins une série d'essais par
de la plate-forme
Indice de plasticité  15
emprunt et après par tas gerbés
de
Analyse NF EN 933-1 FUSEAU APRES COMPACTAGE "IN SITU" 500 m3
granulométrique par ___________________________________________
tamisage
Maille tamis (mm) Tamisât en %
50 100 Tous les 500 m³ de matériaux
mis en œuvre
40 95 - 100
31,5 85 - 100
20 60 - 100
10 35 - 90

5 20 - 75

61
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T
QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q2
MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
2 12 - 50
1 10 - 40
0,5 7 – 35
0,08 4 - 20
Proctor Modifié NF EN 13286-2 Densité sèche de l'OPM -  d OPM  2,0 t/m³

Portance CBR à NF EN 13286-47 CBR (95% OPM, 4 jours d'immersion dans l'eau) 80
95% de l'OPM et à 4
jours d'immersion
dans l'eau

Gonflement linéaire NF EN 13286-47 Gonflement linéaire - g % < 0,5%


dans le moule CBR

62
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T

QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q 3a

MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NO MBRE D'ESSAIS


NOM PROCESSUS

Graveleux Teneur en NF EN 1744-1 Teneur en matières organiques - MO % < 0,5 % Au gré du Représentant du
latéritiques matières maître d'œuvre
organiques
naturels pour Essai au bleu NF EN 933-9 Valeur au bleu du sol total < 0,3 g/100 g
couche de de méthylène NF P 94-040
base améliorés
au

Ciment (pour Limites d'Atterberg NFP 94-051 Limite de liquidité < Au moins une série d'essais
mémoire) 40 Indice de par emprunt et après par tas
plasticité ^ 25 gerbes de

Analyse NF EN 933-1 FUSEAU APRES COMPACTAGE "IN SITU" 500 m3


granulométrique
par tamisage

Maille tamis (mm) Tamisât en %

63
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T

QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q 3a

MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NO MBRE D'ESSAIS


NOM PROCESSUS

50 Tous les 500 m3 de matériaux


100 40 mis en œuvre
95 -100 31,5
85-100 20
60 - 100 10
35 - 90 5
20-75 2
12-50 1
10-40 0,5
7-35 0,08
4 - 30

Procter Modifié NF EN 13286-2 Densité sèche de l'OPM - ^d OPM > 2,0 t/m3

Portance CBR à NF EN 13286-47 CBR (95% OPM, 4 jours d'immersion dans l'eau) > 40
95% de l'OPM et à Après amélioration CBR (95 % à 7 jours dont 4 j
4 jours d'immersion d'immersion dans l'eau) > 160
dans l'eau

Résistance NF EN 13286-42 T>0,6


Rt= 0,5
Gonflement NF EN 13286-47 MPa
Gonflement linéaire - g % < 0,5%
linéaire dans le
moule CBR

64
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T

QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q 3a

MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NO MBRE D'ESSAIS


NOM PROCESSUS

i) Granulats Los Angeles NF EN 1097-2 Coefficient Los Angeles - LA  25 sur le 10/14


pour couche de Micro-Deval NF EN 1097-1/A1 Coefficient micro-Deval en présence d'eau  20
chaussée en
béton de ciment LA+MDE≤45
(pour mémoire)
– C III bis a bis
(NF XP P 18-545
et NF EN 12620)

Analyse NF EN 933-1 Granularité d/D (0/6 - 0/25) Une série d'essais par lot de
granulométrique Passant à 2 D : 100 % livraison ou de production ou au
par tamisage minimum toutes les 500 tonnes
Passant à 1,4 D : 98 % de matériaux mis en œuvre
Passant à D : 80 – 99 %
Passant à D/2 : 20 - 70
Passant à d : 0 - 15 %
Passant à d/2 :<5 %
Etendue maximale du passant à D et tamisât à d : 10
%
Etendue maximale du fuseau de régularité à D/1,4 :
30 %

65
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T
QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q 3a

MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NO MBRE D'ESSAIS


NOM PROCESSUS

Aplatissement NF EN 933-3 Coefficient d'aplatissement - Fl ou A < 20 %


Polissage accéléré NF EN 1097-8 Coefficient polished stone value PSV  50
Equivalent de NF EN 933-8 ES > 60
sable sur le 0/2
Homogénéité NF P 18-571 Coefficient d'homogénéité > 97 pour  = 0,4 homogénéité une série tous les
(tolérance maximale de grains friables ou altérés 5.000 m3
égale à 5 %).

ii) Granulats pour Los Angeles NF EN 1097-2 Coefficient Los Angeles - LA 25sur le 10/14 Une série d’essais par carrière
grave bitume – Micro-Deval NF EN 1097-1/A1 Coefficient micro-Deval en présence d'eau  20
0/14 assise 35/50
- C III a (NF XP P LA+MDE≤45
18-545 et NF EN Analyse NF EN 933-1 Granularité d/D (0/4–4/6,3 – 6,3/10 - 10/14) Une série pour chaque catégorie
13043) (pour granulométrique de gravillons par 100 m3 –
Passant à 2 D : 100 %
mémoire) par tamisage granulo, A, propreté
Passant à 1,4 D : 98 %
Passant à D : 85 – 99 %
Une série pour chaque catégorie
Passant à D/1,4 (si D/d≥2) : 20 - 70 de gravillons par 1.000 m3 – LA,
Passant à d : 0 - 20 % MDE, PSV
Passant à d/2 :<5 %
Etendue maximale du passant à D et tamisât à d : 10
%
Etendue maximale du fuseau de régularité à D/1,4 :
30 %
Propreté NF XP P 18-591 Passant au tamis de 0,063 mm < 1 % sur les
superficielle gravillons

66
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T

QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q 3a

MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NO MBRE D'ESSAIS


NOM PROCESSUS

Aplatissement NF EN 933-3 Coefficient d'aplatissement - Fl ou A < 25 %


Polissage accéléré NF EN 1097-8 Coefficient polished stone value PSV  50
Equivalent de NF EN 933-8 ES >60
sable sur le 0/2
Homogénéité NF P 18-571 Coefficient d'homogénéité > 97 pour  = 0,4 homogénéité une série tous les
(tolérance maximale de grains friables ou altérés 5.000 m3
égale à 5 %).

iii) Granulats pour Los Angeles NF EN 1097-2 Coefficient Los Angeles - LA 25sur le 10/14 Une série d’essais par carrière
béton bitumineux –
Micro-Deval NF EN 1097-1/A1 Coefficient micro-Deval en présence d'eau  20 Sur stock en centrale tous les
0/10 roulement
LA+MDE≤45 2.500 m3
35/50 - C III a (NF
XP P 18-545 et NF Analyse
NF EN 933-1 Granularité d/D (0/4–4/6,3 – 6,3/10) Une série pour chaque catégorie
EN 13043)
granulométrique Passant à 2 D : 100 % de gravillons par 100 m3 –
par tamisage granulo, A, propreté
Passant à 1,4 D : 98 %
Une série pour chaque catégorie
Passant à D : 85 – 99 % de gravillons par 1.000 m3 – LA,
Passant à D/1,4 (si D/d≥2) : 20 - 70 MDE, PSV
Passant à d : 0 - 20 % Une série pour chaque catégorie
Passant à d/2 :<5 % de gravillons par 500 m3 sur
stock en centrale – granulo, ES
Etendue maximale du passant à D et tamisât à d : 10
%
Etendue maximale du fuseau de régularité à D/1,4 :
30 %

67
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T
QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q 3a

MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NO MBRE D'ESSAIS


NOM PROCESSUS

Propreté NF XP P 18-591 Passant au tamis de 0,063 mm < 1 % sur les


superficielle gravillons
Aplatissement NF EN 933-3 Coefficient d'aplatissement - Fl ou A < 25 %
Polissage accéléré NF EN 1097-8 Coefficient polished stone value PSV  50
Equivalent de NF EN 933-8 ES >60
sable sur le 0/2
Homogénéité NF P 18-571 Coefficient d'homogénéité > 97 pour  = 0,4 homogénéité une série tous les
(tolérance maximale de grains friables ou altérés 5.000 m3
égale à 5 %).

iv) Granulats Los Angeles NF EN 1097-2 Coefficient Los Angeles - LA  25 sur le 10/14 Une série d’essais par carrière
pour enduit Micro-Deval NF EN 1097-1/A1 Coefficient micro-Deval en présence d'eau 20 Sur stock en centrale tous les
superficiel – ESU 2.500 m3
B EDV II 6/10 et
10/14 - C II (NF XP Analyse NF EN 933-1 Granularité d/D (6/10, 10/14) Une série pour chaque catégorie
P 18-545 et NF EN granulométrique Passant à 2 D : 100 % de gravillons par 100 m3 –
13043) par tamisage granulo, A, propreté
Passant à 1,4 D : 98 %
Une série pour chaque catégorie
Passant à D : 85 – 99 % de gravillons par 1.000 m3 – LA,
Passant à D/1,4 (si D/d≥2) : 20 - 70 MDE, PSV
Passant à d : 0 - 20 % Une série pour chaque catégorie
Passant à d/2 :<5 % de gravillons par 500 m3 sur
stock en centrale – granulo, ES
Etendue maximale du passant à D et tamisât à d : 10
%
Etendue maximale du fuseau de régularité à D/1,4 :
30 %

68
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T

QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q 3a

MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NO MBRE D'ESSAIS


NOM PROCESSUS

Propreté NF XP P 18-591 Passant au tamis de 0,063 mm < 0,5 % sur les


superficielle gravillons
Aplatissement NF EN 933-3 Coefficient d'aplatissement - Fl ou A < 20 %
Polissage accéléré NF EN 1097-8 Coefficient polished stone value PSV  50
Homogénéité NF P 18-571 Coefficient d'homogénéité > 97 pour  = 0,4 (tolérance homogénéité une série tous les
maximale de grains friables ou altérés égale à 5 %). 5.000 m3

Grave Analyse XPP 18-540 Maille tamis (mm) Tamisât en % Une série d'essais par
concassée granulométrique NF P 18-304 0/14 0/25 production de 500 tonnes, sauf
NF P 18-560 25 93- pour le LA, MDE et
NF P 18-321 100
20 74-
95
14 95-100
10 76-82 41-70
6,3 55-60 30-55
4 23-
46
2 32-36 16-36
0,5 15-20 6-21
0,2 3-15
0,08 6-9 2-10

69
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T
QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q 3a

MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NO MBRE D'ESSAIS


NOM PROCESSUS

Propreté NF P 18-591 < 1 % sur les gravillons l'homogénéité une série tous
superficielle les 10 000 tonnes
Aplatissement NF P 18-561 < 20 %
Los Angelès NF P 18-573 LA < 30
Micro Deval NF P 18-572 MDE < 25 pour 0/14 et 28 pour 0/25

Homogénéité NF P 18-571 Coefficient d'homogénéité > 97 pour  = 0,4 (tolérance


maximale de grains friables ou altérés égale à 5 %
Pour chaque 25 T de lot livré
vérification des documents de livraison (certificat de
contrôle du fournisseur).
i) Liant pour Bitumes purs NF EN 12591 Conformité aux spécifications de la norme Pénétration à 25°C
Enduit - Spécifications Bitume pur 35/50 - 50/70 – Point de ramollissement bille
superficiel, grave anneau
bitume et
Pénétrabilité résiduelle
béton bitumineux (RTFOT)
ii) Liant pour Bitumes fluidifiés NF T 65-002 Conformité aux spécifications de la norme. Pseudo viscosité
couche
- Spécifications Bitume fluidifié (cut-back) 0/1 à base de bitume pur Distillation fractionnée
d'imprégnation
35/50
Pénétrabilité résiduelle
(RTFOT)
iii) Liant pour Emulsion de NF EN 13808 Teneur en bitume = 69% Pseudo viscosité
couche bitume cationique
Teneur en eau
d’accrochage –
Indice de rupture
Spécifications

QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q7

70
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T
MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Adhésivité globale NF EN 12272-3 90
à la plaque VIALIT
Tenue d'un film de NF EN 12272-3  90 à 20°C et  75 à 60°C.
liant en présence
d'eau
Adhésivité active à NF EN 12272-3  90
la plaque VIALIT
Bétons et NATURE ET QUALITE
mortiers
Le fascicule 3 du CCTG, est applicable ainsi que les normes NF P 15-300 et NF EN 197-1
Il ne peut être fait appel qu'à des ciments normalisés agréés par le Représentant du maître d'œuvre.
i) Ciments pour
- En évaluation (B 30) : seul est utilisé le ciment CPA-CEM I ou CPJ-CEM II/A ou B de classe 32,5 N ou 42,5 N - NF EN 197-1
ouvrages de
drainage, - En fonction : si les eaux en contact avec le béton de fondation sont agressives, il est utilisé pour les fondations et appuis des
ouvrages divers ciments répondant aux spécifications de la circulaire n° 23 du 17 avril 1968 du Ministère de l'Équipement et du Logement, intitulée
et chaussée en "Résistance à l'eau de mer et aux eaux agressives des bétons des ouvrages maritimes et des voies navigables". Les ciments
béton de ciment suivants sont alors utilisés : CEM III et CHF - NF EN 197-1.
MODE DE LIVRAISON
Les ciments sont livrés, soit en sacs de cinquante kilogrammes, soit en vrac. L’Entrepreneur s'engage à tenir à la disposition du
Représentant du maître d'œuvre sur le chantier, une bascule permettant de peser la masse des sacs de ciments approvisionnés avec
une précision d'un demi-kilogramme.
Lorsque le ciment est livré en vrac, l’Entrepreneur assure le nettoyage préalable des containers, et en particulier l'élimination de tout
résidu contenant du sucre ou des nitrates.
Le ciment doit être livré sur le chantier à une température inférieure à soixante (60) degrés Celsius.

71
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T

QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q7


MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
Vitesse de prise NF EN 196-3 Début de prise à 20°C ≥ 1 h 30 mn 1 prélèvement par chargement
de ciment de même
spécification avec
Expansion à chaud NF EN 196-3 ≤ 10 mm au moins un prélèvement par 20
et à froid tonnes.
Retrait à 28 jours NF P 15-433 < 800µ/m
d’âge
Résistance à 28 NF EN 196-1 32,5 N ≥ 32,5 et ≤ 52,5 6 essais par prélèvement
jours d'âge
42,5 N ≥ 42,5 et ≤ 62,5

Perte au feu NF EN 196-2 ≤ 5,0 %

Surface spécifique NF EN 196-6 Finesse Blaine Conformité aux prescriptions de la norme

Essais chimiques NF EN 196-2 Conformité aux prescriptions de la norme

Les résultats de ces essais doivent être communiqués au Représentant du maître d'œuvre moins de 72 heures après la date du
prélèvement, et en tout état de cause, avant l'emploi du ciment.
Les cadences d'essais indiquées dans le tableau ci-dessus peuvent être augmentées par le Représentant du maître d'œuvre en
fonction des dispersions constatées dans les résultats des essais.
Cadence de prélèvement d'un échantillon tous les 20 tonnes.

72
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T
QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q7
MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
ii) Sables pour NATURE :
mortiers et béton
Le granulat fin est du sable répondant aux prescriptions des normes NF EN 197-1 et XP P 18-545 complétées par les spécifications
ci-dessous.
Les cadences d'essais définies ci-après peuvent être augmentées par le Représentant du maître d'œuvre en fonction des résultats
obtenus et des dispersions.
En cas de résultats négatifs d'un seul de ces essais, il est procédé à un nouveau prélèvement dans le stock. En cas de résultats
négatifs, le lot est rebuté.

Analyse NF EN 933-1 Béton armé, non armé, chapes, préfabrication (0 -5 Pour chaque gîte prélèvement
granulométrique mm) de 10 échantillons–sur chaque
par tamisage échantillon 1 granulo et 1 ES et
FUSEAU DE SPECIFICATION
tous les 5 échantillons les autres
Passant à 2 D : 100 % essais
Passant à 1,4 D : 98 %
Passant à D : 85 – 99 %
_____________________________________________
_
Maille tamis (mm) Tamisât en %

73
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T

QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q7


MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
4 50–90
1 20 - 60 1 essai granulo et 1 ES tous les
100m3
0,063 <11
Mortier (0 - 2,5 mm)
2,5 <8 %
Béton de propreté
5 <10 %
Module de finesse - MF compris entre 1,5 et 2,8
(tolérance maximale pour une fourniture donnée  0,35
en valeur absolue)
Friabilité NF P 18-576 Coefficient de friabilité  40

Équivalent de NF EN 933-8 ES  70 sur la fraction granulométrique 0/2


sable

Bleu de NF EN 933-9 Valeur au bleu - MB (0/D)  1,5g/ 100 g


méthylène
NF P 94-040

74
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T
QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q7
MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
iii) Granulats Quantité nécessaire de granulat concassé pour approbation carrière : 50 m³
moyens et gros
NATURE :
pour béton
Les granulats pour béton doivent répondre aux normes NF XP P18-545 et NF EN 12620 complétées par les prescriptions suivantes :
Le rythme d'essai peut être augmenté à la demande du Représentant du maître d'œuvre, en fonction des résultats des premiers
essais et de leur dispersion. En cas de résultats négatifs d'un seul de ces essais, il est procédé à un nouveau prélèvement dans le
stock. En cas de résultats négatifs, le lot est rebuté.
Préalablement aux livraisons et avant tout agrément, il est effectué les essais suivants sur chaque classe granulaire.
Analyse NF EN 933-1 Granularité d/D (15/25) approbation carrière : 2 essais
granulométrique
NF XP P18-545 Passant à 2 D : 100 %
par
éléments moyens Passant à 1,4 D : 98 % approbation exploitation sur 50
tamisage
m3:
Passant à D : 80 – 99 %
2 essais granulo, P, LA, A
Passant à d : 0 - 20 %
Passant à d/2 :<5 %

Béton armé : Granularité d/D (5/15)


• petits éléments Passant à 2 D : 100 %
Passant à 1,4 D : 98 %
Passant à D : 90 – 99 %
Passant à D/2 25 - 70
Passant à d : 0 - 15 %
Passant à d/2 :<5 %

75
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T
QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q7
MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Etendue maximale du passant à D et tamisât à d : 15 %
Etendue maximale du fuseau de régularité à D/1,4 : 30
%
Los Angeles NF EN 1097-2 Coefficient Los Angeles - LA <40 sur échantillon de la 2 essais granulo, P, A
classe 10/14
Micro-Deval NF EN 1097-1/A1 Coefficient micro-Deval en présence d'eau < 30
Aplatissement NF EN 933-3 Coefficient d'aplatissement - Fl ou A  35 %

Propreté NF XP P 18-591 Passant au tamis de 0,063 mm P < 1,5 %


superficielle
Homogénéité NF P 18-571 Coefficient d'homogénéité > 90 pour  = 0,4 (tolérance
maximale de grains friables ou altérés égale à 5 %).
Eau de gâchage Analyse NF XP P 18-303 Elle doit satisfaire aux spécifications de la norme NF XP
pour béton chimique P 18-303 pour le béton dit "de type A" et à celles du
Au gré du Représentant du
fascicule 65, article 24.2.3 du CCTG.
maître d'œuvre
Elle doit contenir par litre :
−moins de 2 grammes de matière en suspension
−moins de 2 grammes de sels dissous
Sa température doit en outre être inférieure à trente-cinq
(35) degrés Celsius au moment de son utilisation.

76
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T

QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q9


Adjuvant pour AGREMENT :
béton
-L'incorporation en usine de tout adjuvant dans les liants est interdite.
-L'emploi éventuel d'adjuvant pour la confection des bétons est soumis à l'agrément du Représentant
du maître d’œuvre et conforme à la norme NF EN 934.
-Si l'adjuvant a fait l'objet d'un agrément par la commission constituée par le Ministère français de
l'Équipement et du logement (COPLA), ou par toute autre Commission analogue, l’Entrepreneur doit
joindre à sa demande le texte de l'agrément.
- Dans tous les cas s'il s'agit d'adjuvant non agréé, et dans le cas où la température de mise en place
du béton risque d'avoisiner ou de dépasser trente (30) degrés Celsius, s'il s'agit d'adjuvant agréé, on
effectue les mesures mentionnées aux articles 4.1 et 4.5 de la circulation n°6 du 31 janvier 1968 du
Ministère français de l'Équipement et du Logement.
- Pour cela on effectue les épreuves d'étude du béton décrites dans le présent CPT pour les quatre (4)
bétons suivants :
1. Béton sans adjuvant,
2. Béton normalement dosé en adjuvant (conformément aux prescriptions du fabricant),
3. Béton sur-dosé en adjuvant,
4. Béton sous-dosé en adjuvant.
Les taux de sur et sous dosages sont soumis à l'agrément du Représentant du maître d'œuvre.
RECEPTION :
Toute livraison d'adjuvants sur chantier donne lieu à la présentation d'un certificat d'origine indiquant
la date limite au-delà de laquelle ces produits doivent être mis au rebut.

77
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T

QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q 10


MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Aciers pour AGREMENT :
béton armé
Le titre I du fascicule 4 du CCTG est applicable.
Il est précisé que :
- - parmi les aciers à haute adhérence, seuls les aciers de la nuance Fe E 500 ayant fait l'objet d'une fiche d'identification peuvent être
utilisés et conformes à la norme NF A 35-016;
- parmi les ronds lisses, seuls ceux de la nuance Fe E 24 sont utilisés et conformes aux normes NF A 35-015 et NF A 35-019-2.
FAÇONNAGE :
Le pliage des barres à haute adhérence doit être effectué sur mandrins.
Le soudage des barres est interdit.
STOCKAGE :
Les armatures doivent être exemptes de saleté, terre, huile, peinture et rouille, et ne doivent pas être déformées, tordues ou indûment
pliées.
Le stockage doit se faire sur une planche de 0,3 m au minimum au-dessus du sol, à l’abri de la pluie.
Les différents lots d’acier doivent être nettement séparés et stockés en fonction de leur section.
LIVRAISON :
Les barres doivent être livrées en fardeaux homogènes.
Chaque livraison doit être accompagnée d’un certificat d’origine et de la qualification de la part du fabriquant.

78
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T
QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q 10
MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Produit de cure Le produit de cure pour béton est soumis par l’Entrepreneur à l'agrément du Représentant du maître
d'œuvre et doit être conforme à la norme NF P 18-370.
Son application doit être conforme à l’article 36.6.3 du fascicule 65 du CCTG.
Il doit répondre aux spécifications d’efficacité suivantes :
− produit compatible avec les revêtements susceptibles d'être placés sur le béton,
− coefficient de protection du béton frais : ≥ 90 % à 6 h, = 85 % à 24 h et > 65 % à 48 heures,
− temps de séchage :< 8 heures,
− insolubilité dans l'eau,
− teinte différente de celle du béton.
Matériaux pour Provenant de roches dures, propres et non altérées (LA
assainissemen < 30)
NF P 18-573
t Moellons
Pour maçonnerie Au gré du Représentant du
Épaisseur 10 cm maître d'œuvre
Queue pour massif: 20 cm

En parement
Queue pour parement : 30 cm
Pas de saillie ni flache : > 3 cm

Pour gabion
d > 10 cm

Pour enrochement
Poids> 50 kg
d > 20 cm
Gabions Cage En grillage galvanisé Tous les 100 à 200 gabions :

79
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T
QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q 10
MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Forme parallélépipède rectangle Contrôle sur 5 cages :
Poids 14 kg/m³ ( 5 %) de la dimension
du poids
Maille Hexagonale et à double torsion du diamètre du fil
dimension : 100 x 120 mm ( 5 %) de la dimension de la maille
de la qualité des fils
Fil Galvanisation très riche sur recuit
Diamètre : 3 mm ( 0,08 mm)
Poids : 5 % du poids de gabion
Bordures d'îlot Les éléments T11, T2 et arasées préfabriqués sont en béton B 30 ; la longueur de chaque élément est Au gré du Représentant du
de 1 m en alignement droit, de 0,50 m en courbe de rayon inférieur à 20 m, et de 0,33 m en courbe de maître d'œuvre
éléments
rayon inférieur à 2m.
préfabriqués
Les essais sont réalisés conformément aux prescriptions de l'article 6 paragraphe 2.3 de l'additif au
fascicule 31 du CCTG.
Tolérance :
- Sur les dimensions transversales de chaque élément  5 %
- Sur la longueur de chaque élément  1 cm.

Qualité des Les produits utilisés doivent être homologués en application de l'Instruction Interministérielle du 30 Au gré du Représentant du
peintures pour octobre 1973 maître d'œuvre
marquage au
sol
Les récipients contenant les produits en stock ou prêts à l'emploi doivent porter en plus de leur
dénomination, leur numéro d'homologation, la date de fabrication et le temps limite de conservation
sans brassage.

80
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T
QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q 10
MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Signalisation Produits homologués par l'Administration française et le Fournisseur agréé par le Représentant du Au gré du Représentant du
maître d'œuvre. maître d'œuvre
verticale
Les panneaux en acier galvanisé sont rétro-réfléchissants de classe 2 et conformes à la
réglementation française.
Les panneaux de direction et de localisation sont munis d’un film anti-graffiti.
Ils sont de la gamme dite normale.
Les supports de panneaux sont métalliques de section U.

Glissières de Produits homologués par l'Administration française. Au gré du Représentant du


sécurité maître d'œuvre
Fournisseur agréé par le Représentant du maître d'œuvre

81
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques C.P.T

QUALITE - PREPARATION DES MATERIAUX Q 13


MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Sable pour lit de Analyse NF EN 933-1 Maille tamis (mm) Tamisât en % 1 essai par livraison
pose de pavage granulomètriqu
NF XP P18-545 7 100
e par tamisage
éléments moyens 5 90-100
2,5 85-95
1,25 65-85
0,6 40-60
0,315 20-30
0,16 2-5
0,08 0-2
Equivalent de NF EN 933-8 ES≥ 70
sable
Propreté NF XP P 18-591 Passant au tamis de 0,063 mm P < 1,5 %

Essai NF XP P 18-303 Conforme à la norme Au gré du Représentant du


calorimétrique maître d'œuvre

Pavés Doit être conforme à la norme NF P 98-303. Au gré du Représentant du


autobloquants maître d'œuvre

82
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C MODE D’EXECUTION DES TRAVAUX


C.1 PRESTATION A LA CHARGE DE L’ENTREPRENEUR
L’Entrepreneur assurera la construction, l’équipement, le gardiennage, le nettoyage
(entretien) et le fonctionnement de l’ensemble des installations et équipements mis à la
disposition de l’Administration, pendant toute la durée des travaux.

C.1.1 Installations de l’Administration (POUR mémoire)


L’Entrepreneur construira les bureaux, laboratoire et logement de la mission de contrôle. Un
terrain sera mis à sa disposition par le Maître d’œuvre, en cas d’impossibilité de mise à
disposition l’Entrepreneur prendra à sa charge les frais de location des terrains. Le choix du
site doit prendre en considération la possibilité future d’utilisation par les Autorités
locales des installations à la fin des travaux. Un accord sera signé entre les Autorités
locales et l’Entrepreneur, une copie de cet accord accompagnera la demande d’agrément
des plans d’installation par le Représentant du maître d'œuvre.
Tous les bâtiments définis ci-dessous, conformes aux normes anti-incendie, doivent être
équipés d’extincteurs, d’eau courante, d’électricité (220/380 V triphasé pour le laboratoire), et
de sanitaires. Les bureaux et le laboratoire, séparés de ceux de l’Entrepreneur, ainsi que les
logements et les chambres de passage seront gardés, entretenus, nettoyés, meublés,
climatisés, approvisionnés en eau, électricité et en gaz vingt-quatre heures sur vingt-quatre
par l’Entrepreneur et à ses frais jusqu’à deux mois après la réception provisoire finale des
travaux. Les frais de communications téléphonique sont à la charge du locataire.
L’ensemble de ces installations devra être délivré et être opérationnel dans un délai de deux
(02) mois calendaire à compter de la notification de l'ordre de service de démarrer les
travaux. Si ces installations ne sont pas délivrées et opérationnelles après le délai prescrit,
l’Entrepreneur louera et meublera des locaux provisoires pour les besoins de la Mission de
Contrôle, jusqu’à l’achèvement des installations définitives.
A la fin de chantier, les bureaux, le laboratoire et les logements seront remis par
l’Entrepreneur aux Autorités locales en présence du Maître d’œuvre conformément à
l’accord signé en début des travaux, au plus tard deux (2) mois après la réception provisoire
de la totalité des travaux. L’Administration récupèrera l’équipement non fixe, le mobilier,
les climatiseurs alors que les installations fixes, y compris ouvrants, sanitaires et
toitures seront remises aux autorités locales.
Dans tous les cas, l’Entrepreneur mettra en place les installations suivantes qui seront
utilisées par l’équipe de surveillance et de contrôle pendant toute la durée de leur mission. Si
l’Entrepreneur déplace son installation de chantier au cours des travaux, il prévoira le
déplacement simultané des installations du Maître d’œuvre et en avisera le Chef de Mission
de Contrôle au moins un mois à l’avance.
Le site sera nettoyé et clôturé. Les installations sanitaires seront raccordées
convenablement à une fosse septique de capacité suffisante et écartée d’au moins 10
mètres des logements. De même, les eaux usées (salle de bain, cuisine, etc.) seront
convenablement évacuées.

83
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.1.1.1 Laboratoire de la mission de contrôle


Le laboratoire sera édifié conformément aux plans de principe fournis par le Maitre d’œuvre
et situé dans un bâtiment de 110 m² au minimum comportant :
• une salle ventilée d’essai ouvrant par une grande porte à glissière et équipé d'une
paillasse centrale et de deux paillasses latérales ;
• un (01) bureau climatisé pour le personnel de la Mission de Contrôle et comprenant :
- un (01) bureau (meubles) avec fauteuil et lampe de bureau,
- deux tables,
- quatre chaises,
- deux armoires,
- un réfrigérateur de 0,30 m3.
• une douche et un lavabo avec eau courante chaude et froide ;
• un WC ;
• le bâtiment sera alimenté en courant de force 380 volt à 3 phases ;
• des installations de gaz, de téléphone et de télécopie ;
• des bains de 1.0x1.0x0.60, pour curage de cube de béton ;
• des semelles de béton, si besoin est, pour l'installation de certains équipements ;
• des extincteurs de feu en nombre suffisant ;
• une aire de compactage (ESSAI PROCTOR)
• sol en béton de 125 mm d'épaisseur
L'Attributaire devra assurer à ses frais le maintien en état de toutes les installations et
matériels de laboratoire y compris leur remplacement en cas de détérioration éventuelle.
Le bâtiment sera alimenté en électricité, eau, téléphone (hors-mis équipement technique de
laboratoire).
C.1.1.2 Bureaux de chantier de la mission de contrôle
Les bureaux seront regroupés dans un bâtiment d’environ 150 m2 éclairé climatisé, alimenté
en eau. Ce local comprendra sept (07) bureaux indépendants et une salle de conférence
climatisés, éclairés ainsi qu'une salle de bains avec douche et lavabo, et de trois (3) WC. Il
sera complété par une aire de stationnement pour cinq (05) véhicules et d'un parking couvert
pour cinq (05) véhicules. Le mobilier et les équipements de bureaux à fournir devront être
fournis à l'état neuf.
Les bureaux de la Mission de Contrôle, dont les plans de principe sont soumis par
l’Entrepreneur à l’agrément du Maitre d’œuvre, devront être séparés de ceux de l’Entreprise.
Les frais de raccordement et de consommation d’eau et d’électricité, ainsi que le
gardiennage et le nettoyage, seront à la charge de l’Entrepreneur.
La liste des mobiliers et des équipements des bureaux de la mission de contrôle et de
l’Administration est la suivante :
1. Sept bureaux (meubles) de 2 m² comportant trois tiroirs chacun, avec fauteuils
pivotants ; lampes de travail ;
2. un bureau de secrétaire avec retour pour machine de 2 m² et trois tiroirs, fauteuils et
lampe;
3. une grande table de conférence avec sept (07) chaises ;
84
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

4. dix-huit chaises visiteurs ;


5. cinq meubles de classement vertical, avec quatre tiroirs ;
6. cinq armoires métalliques de 0.70 m3 avec quatre étagères ;
7. une photocopieuse numérique A3/A4 avec un stabilisateur de tension ;
8. périodiquement et selon les besoins : fournitures de bureaux (papier, spirale, …) ;
9. Un réfrigérateur de 0.20 m3 ;
10. Une bouilloire électrique ;
11. Deux extincteurs d’incendie.
12. Deux ordinateurs portables neufs et une imprimante couleur laser A3/A4 pour le
compte de l’administration.
Les frais de tirage de photocopies et les tirages de plans et dessins seront exécutés aux frais
de l'Attributaire et ce, avec tous les frais de réparation, entretien et remplacement. De même
les fournitures de bureau seront supportées par l’attributaire pendant toute la durée des
travaux.
Ces installations et équipements seront mis à la disposition de la Mission de Contrôle en
même temps que l'Attributaire installe son personnel et au plus tard 2 mois après notification
de l'ordre de service de commencer les travaux.
L’Attributaire mettra à la disposition de la mission de contrôle et de l’Administration, un
bureau de travail totalement fonctionnel dès leur arrivée sur le chantier et ce jusqu'à ce qu'il
soit en mesure de fournir les bureaux prévus à leur intention, selon les dispositions ci-
dessus.
C.1.1.3 Logements de la Mission de Contrôle
Ils comprendront deux (02) logements de cent dix (110 m²) habitables avec deux chambres à
coucher, cinq (05) logements de quatre-vingts (80 m²) habitables avec deux chambres à
coucher. Tous ces logements doivent avoir 2.70 m de hauteur sous plafond, être peints
d'une façon appropriée à l'intérieur comme à l'extérieur, avoir un plafond ayant une isolation
thermique, avoir des grillages de protection contre les vols, et seront maintenus en bon état
pendant la durée des travaux.
Chaque logement devra en plus comprendre :
▪ deux salles de bain avec douche, lavabo et WC séparé,
▪ une salle de séjour,
▪ une cuisine avec une réserve attenante (sauf pour les logements de passage),
▪ une aire de stationnement couverte,
▪ des installations avec l'eau courante chaude et froide et eau potable,
▪ des systèmes d'évacuation des eaux usées,
▪ alimentation et éclairages électriques en bon état de fonctionnement,
▪ un climatiseur dans chaque chambre ou salle,
▪ trois extincteurs de feu,
▪ écrans moustiquaires aux portes et fenêtres.

85
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Ces logements seront remis à l’Administration, prêts pour occupation, complètement équipés
et meublés. Chaque logement comportera les mobiliers et équipements indiqués ci-
dessous :
1. une salle à manger comprenant une table, six chaises et buffet ;
2. un salon intérieur comprenant sofa, quatre fauteuils et une table basse ;
3. un lit double avec matelas, draps, commodes et lampes ;
4. deux armoires, 206 x 172 x 63 cm à deux portes coulissantes ;
5. deux meubles de rangement, 73 x 89 x 46 cm à quatre tiroirs ;
6. une armoire à pharmacie ;
7. un réfrigérateur électrique de 0.25 m3 ;
8. une armoire de cuisine de 10 m² de rangée ;
9. une table de cuisine avec quatre chaises ;
10. une cuisinière quatre feux et un four électrique ou à gaz ;
11. un ventilateur électrique ;
12. rideaux pour toutes les fenêtres ;
13. ustensiles de cuisine ;
14. un téléviseur couleur ;
Pour les chauffeurs, il sera aménagé un logement constitué de trois (03) chambres d’au
moins 12 m2 chacune et trois (3) douches et deux WC non incorporés au logement seront
aménagés. Ces logements seront équipés d’un lit simple avec matelas, chaises, tables-
guéridons.
Ces logements seront remis à l’Administration, prêts pour être occupés, complètement
équipés et meublés de neuf, y compris les draps, ustensiles de cuisine et services de table.
A la fin des travaux, le local servant de Laboratoire, les bureaux, les logements et leurs
équipements seront remis à l’Administration en bon état de fonctionnement.
Pendant toute la durée des travaux, l'Attributaire supportera les frais de gardiennage,
d'entretien, de réparation et de nettoyage des locaux et de leurs abords.
En outre, les dépenses correspondantes d'eau, d'électricité, et de gaz pour les logements
seront à ses frais.
L'Attributaire prendra à sa charge l'hébergement des agents de l’Administration et de la
mission de contrôle à leur arrivée sur le chantier et ce jusqu'à ce qu'il soit en mesure de les
loger dans les logements prévus à leur intention, selon les dispositions ci-dessus.
C.1.1.4 Dispositions générales
L'ensemble des infrastructures (laboratoire de chantier, bureau de la mission de contrôle,
logements de l’Administration) seront en matériaux définitifs (maçonnerie - béton).
L'attention de l'Attributaire est attirée sur le fait que toutes les dispositions nécessaires
doivent être prises pour assurer l'aménagement de la base vie, la mobilisation rapide des
équipements et l'installation effective de la Mission de Contrôle permettant ainsi d'éviter les
situations susceptibles de perturber les délais contractuels.

86
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.1.1.5 Achat d’un Véhicule pour l’Administration


L'Entrepreneur mettra à la disposition de l’Administration, dans un délai de trente (30) jours à
partir de la date de notification de l’ordre de service de commencer les travaux, un (01)
véhicule neuf climatisé de type Station Wagon V8 Land Cruiser 200 VX-R tout terrain diesel
en bon état.
L'entrepreneur aura également à sa charge les frais de fonctionnement de ce véhicule,
assurance tous risques, entretiens, réparations, prise en charge du chauffeur, pendant toute
la durée des travaux. A l'issue des travaux, ce véhicule restera la propriété de
l'Administration.
Ce véhicule aura les caractéristiques minimales suivantes jointes en annexes.
C.1.2 Engins et matériels
L’Entrepreneur est tenu de remettre la liste des engins et matériels qu'il se propose d'utiliser
pour l'exécution des travaux.
Le Représentant du maître d'œuvre pourra empêcher l'exécution de certains travaux s'il juge
que le matériel prévu par l’Entrepreneur n'est pas suffisant ou mal adapté à ces travaux.
Le Représentant du maître d'œuvre pourra exiger le remplacement de tout engin ou matériel
qui ne satisferait pas à la parfaite exécution des travaux objet du présent Marché.
L’Entrepreneur ne pourra prétendre à aucune indemnité s'il devait, en application du présent
article, remplacer un engin ou un matériel quelconque, même si ledit engin ou matériel
figurait sur la liste jointe à son offre.
L’Entrepreneur fournira à la fin de chaque mois la liste des matériels utilisés en précisant les
périodes d'entretien et de réparation ou de non utilisation de chacun de ces matériels.
C.1.3 Ressources en eaux pour les travaux
C.1.3.1 Généralités
Dans un délai de soixante (60) jours à compter de la date de notification du marché,
l’Entrepreneur fournira au Représentant du maître d'œuvre une étude détaillée pour
l'approvisionnement en eau.
L’Entrepreneur sera assujetti aux dispositions en matière de prélèvement de l’eau au Mali.
C.1.3.2 Eau de Chantier
La création de points d'eau pour l'approvisionnement du chantier pendant les travaux est à la
charge et sous la responsabilité de l’Entrepreneur. Tous les frais d'étude, d'exécution de
barrages seuils en terre et de forages, d'équipement, de pompage et de transport (autres
que ceux réglés dans les prix 800) sont compris dans les prix unitaires.
L’Entrepreneur soumettra à l'approbation du Représentant du maître d'œuvre son projet
d'approvisionnement en eau du chantier.
Le choix de l'implantation des forages à utiliser pour l'eau de chantier est laissé à
l’Entrepreneur.
La profondeur moyenne de foration pourra atteindre environ 100 m. Il est précisé que les
profondeurs moyennes des forages indiquées sont des estimations et donc susceptibles de
changer selon les résultats de la prospection géophysique.
Il convient de signaler que l'espacement entre les forages tiendra compte seulement des
exigences d'approvisionnement en eau pour la construction de la route. Dans un second
temps, les forages positifs ayant une eau de bonne qualité et se trouvant à une profondeur
exploitable seront aménagés avec une margelle, un mur de clôture, une pompe à motricité
humaine et un abreuvoir. L’intérieur du mur de clôture devra être enduit. A la fin des travaux
d’aménagement des forages une réception par le Représentant du maître d'œuvre doit

87
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

intervenir avant la remise aux populations riveraines de la route pour usage comme eau
potable, pour l'abreuvage du bétail ou, en cas de besoin, pour l'irrigation.
Pour les barrages en terre, à la fin des travaux l’Entrepreneur devra convenablement
nettoyer tous les terrassements effectués.

C.2 TRAVAUX PREPARATOIRES


C.2.1 Travaux topographiques et implantation de détails
C.2.1.1 Emprise de la Route
La réimplantation se fera à partir du dossier des plans joint au dossier d’Appel d’Offres.
L’emprise de la route sera en général de 25 m de part et d’autre de l’axe. Pour les passages
en zone bâtie, l’emprise sera fixée par le Maître d’œuvre, en concertation avec les autorités
locales.
C.2.1.2 Piquetage de base
Les travaux topographiques engagés lors de la phase étude ont conduit à l'implantation et au
bornage sur le terrain d'une polygonale de base des levés réalisés.
L'implantation des bornes de la polygonale nécessaires ou leur complément, l'implantation
de l'axe, le lever du profil en long et des profils en travers, l'établissement du projet
d'exécution sur la base des documents fournis par le Représentant du maître d'œuvre sont à
la charge de l’Entrepreneur et sont réputés inclus dans les prix de règlement des ouvrages.
L'implantation comprend la fourniture, le transport et la mise en place des bornes
éventuellement manquantes, les observations et la vérification des calculs en coordonnées
polaires.
Les travaux topographiques à réaliser par l’Entrepreneur, sous contrôle du Représentant du
maître d'œuvre, comportent :
- le piquetage général de l'axe du tracé à partir des repères d'implantation posés par le
Maître d'Œuvre et désignés sur les plans d'implantation du dossier technique,
- le piquetage spécial au niveau des ouvrages à réaliser. Ce piquetage sera établi et
arrêté dans les mêmes conditions que le piquetage général. Toutefois les levés
s’effectueront en coordonnées cartésiennes (x, y, z).
La distance entre deux points matérialisés consécutifs sur l'axe du tracé ne doit pas excéder
50 mètres (généralement 25 mètres).
Dans le cadre du piquetage complémentaire, le piquetage de l'axe sera remplacé par le
piquetage d'une ligne située en plan à une distance fixe de l'axe et hors de l'emprise des
travaux.
Le piquetage général et le piquetage spécial agréés par le Représentant du maître d'œuvre
feront l'objet de procès-verbaux contradictoires.
En application de l'article 18 du fascicule 1 du CPC, à défaut d'observation de l’Entrepreneur
dans les vingt (20) jours qui suivent la notification du procès-verbal de piquetage, ou avant le
début des travaux, les indications fournies par les plans du dossier du Maître d'Œuvre
concernant le relief de la route existante seront considérées comme arrêtées définitivement
d'accord partie.
C.2.1.3 Bornage
L’Entrepreneur mettra en place les bornes déportées d’implantation de l’axe du projet, selon
les données d’implantation fournies dans le dossier d’Appel d’offres.
L’Entrepreneur établira les plans côtés de toutes les bornes.
Deux bornes déportées seront mises en place à chaque :
88
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- sommet de la polygonale,
- origine de courbe,
- fin de courbe,
Pour permettre les visées tachéométriques directes avec une distance maximale limitée à
500 m.
C.2.1.4 Repères
Les repères seront fixés par des tubes ou tiges métalliques ou en bois enfoncés dans le sol.
L’Entrepreneur doit prendre toutes les mesures nécessaires afin de protéger ces repères ;
en cas de perte, il les remplacera à ses frais.
La distance maximale des repères sera de 50 m en ligne droite et de 25 m en courbe pour
les terrassements, et de 25 m pour le corps de chaussée. Pour chaque tronçon ainsi piqueté,
un procès-verbal sera dressé.
Il est rappelé à l’Entrepreneur qu’il aura la responsabilité complète des erreurs faites par lui
dans le piquetage et le nivellement et qu’il aura à subir toutes les conséquences de ces
erreurs.
C.2.1.5 Repères hectométriques
Avant tout commencement des travaux et pour permettre un repérage instantané des
opérations en cours, l’Entrepreneur placera des repères hectométriques provisoires à 5 ou
10 m de l'axe de la chaussée. Les repères seront surmontés d'une planchette de 0,10 x0,30,
ou tout autre dispositif approprié aux contraintes de l'environnement, indiquant à l’encre
indélébile le P.K. et l’hectomètre correspondant.
C.2.1.6 Implantation des ouvrages hydrauliques
L'axe longitudinal de l'ouvrage, l'axe de la route et l'intersection de ces deux axes seront
implantés contradictoirement entre le Représentant du maître d'œuvre et l’Entrepreneur.
Ils seront matérialisés par des piquets en bois de section minimum 10 x 10 centimètres
scellés au béton et protégés par une chaîne (scellement et protection à la charge de
l’Entrepreneur).
Cette implantation fera l'objet d'un procès-verbal de piquetage établi, pour chaque ouvrage,
contradictoirement et obligatoirement avant tout début des travaux. Les implantations sur
béton de propreté feront l'objet d'une vérification par le Représentant du maître d'œuvre
avant le bétonnage de l'ensemble des semelles ou de chaque radier.
Ces opérations ci-avant seront à la charge et aux frais de l’Entrepreneur, sous le contrôle du
Représentant du maître d'œuvre qui fixera en accord avec le Maître de l'Ouvrage le P.K. de
référence. Aucune rémunération spéciale n'est prévue pour ces prestations (repères et
implantation) qui sont réputées être comprises dans les prix unitaires des travaux
proprement dits.
L’Entrepreneur sera tenu de veiller, pendant toute la durée d'exécution des travaux, à la
conservation des éléments d'implantation : repères hectométriques, bornes, piquets, etc. et
de les rétablir ou les remplacer en cas de besoin afin de garder toujours disponibles les
éléments du contrôle géométrique. Il conservera seul l'entière responsabilité des dégâts et
des accidents qui pourraient se produire.

89
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.2.1.7 Implantation des Parkings et postes de péage


L'Entrepreneur est tenu de faire confirmer, à ses frais, l’emplacement des parkings et des
postes de péage par les autorités locales et/ou les personnes concernées. Cette
confirmation sera finalisée par un procès-verbal d’accord signé dont l’original sera remis au
Représentant du maître d'œuvre.
C.2.2 Réseaux et installations existantes
Avant tout démarrage des travaux, l’Entrepreneur s'informera auprès des Services
concernés, de la nature et de la position des réseaux éventuellement rencontrés dans les
zones d'intervention.
L’Entrepreneur devra effectuer une étude d’exécution des réseaux eaux, électricité, fibre
optique et téléphones. Il devra présenter au Maître d’Œuvre pour approbation, un mois après
la notification des travaux, cette étude.
Cette étude devra signaler au Représentant du maître d'œuvre tous les réseaux en service
qui devront être conservés ou déviés, ainsi que les travaux de remplacement de certains
éléments.
Dans le cas de rencontre lors des travaux, d'un réseau inconnu, celui-ci ne sera démoli que
si l’Entrepreneur apporte la preuve qu'il n'est pas en service, à quelque titre que ce soit.
Il est précisé que les travaux provisoires et définitifs relatifs aux réseaux et installations
existantes sont considérés inclus dans le délai d'exécution contractuel du présent Marché.
Toute réclamation de l’Entrepreneur à cet effet sera rejetée systématiquement. Les travaux
comprennent :
- le repérage des réseaux existants (électricité, eau, téléphone, fibre optique) enterrés ou
aériens en collaboration avec les services compétents,
- l'établissement des documents d'exécution par l’Entrepreneur pour les déplacements
éventuels,
- l’Entrepreneur devra faire approuver les plans par les services compétents et ceci avant
de les soumettre au Représentant du maître d'œuvre qui devra les approuver selon les
règles du présent CPT.
L’Entrepreneur est responsable de tous les désordres qui pourraient survenir lors des
travaux (notamment une coupure de réseau non programmée) et devra en supporter
intégralement les coûts.
A l'issue des investigations et de l'approbation des plans, l’Entrepreneur établira un métré
détaillé des travaux de déplacement de réseaux dont la prise en charge sera assurée par les
prix unitaires. Les prix du marché comprennent les démarches, les études et les travaux de
déplacement, des réseaux provisoires et définitifs, pendant la durée des travaux.

C.2.3 Nettoyage, curage, débroussaillement et abattage d'arbres


L’Entrepreneur prendra le terrain dans l'état où il se trouve. Il sera tenu de débarrasser
l'emprise définie par le Représentant du maître d'œuvre de tous les arbres quelle que soit
leur circonférence, des souches, des broussailles, des racines et de toutes autres
végétations et détritus et l'enlèvement de clôtures en bois ou banco, de haie. Cette emprise
est délimitée par les entrées en terre des élargissements nécessaires à la mise au gabarit de
la route actuelle plus cinq (5) mètre. A l'intérieur de cette emprise seule la ou les surfaces
dotées de végétation (herbes et/ou arbres) sont à considérer après accord du Représentant
du maître d'œuvre.

90
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Lors du débroussaillement, l’Entrepreneur sera tenu, quinze (15) jours avant d'entamer les
travaux, d'informer les chefs des différents villages concernés, de la date du début des
travaux et de la possibilité pour eux de récupérer les bois et les matériaux enlevés
n'appartenant pas à des particuliers. De plus, il devra vérifier que les propriétaires d'arbres
fruitiers sont indemnisés et que les tombes ont été déplacées.
Les abattages d’arbres seront strictement limités aux arbres acceptés par le Représentant
du maître d'œuvre dans le cadre du plan d’abattage proposé par l’Entrepreneur. Celui-ci
veillera à ne pas endommager les arbres proches de la route dont la conservation a été
décidée. Les alignements d’arbres dans les villages seront préservés autant que possible.
Sur demande du Représentant du maître d'œuvre, l’Entrepreneur procédera à leur élagage.
Les troncs et les principales branches des arbres abattus seront tronçonnés par
l’Entrepreneur.
Après récupération par les populations riveraines des matériaux réutilisables, l'Entrepreneur
devra enlever les débris végétaux et les évacuer en un lieu de dépôt agréé par le
Représentant du maître d'œuvre, soit afin d'être compostés, soit brûlés sur une aire
spécialement aménagée à cet effet, afin d'éviter tout risque de feu de brousse, pendant cette
opération l’Entrepreneur doit disposer d’une citerne de 10.000 litres et d’une pompe
d’arrosage pour pallier cette éventualité de propagation du feu.
Si les arbres enlevés appartiennent à la collectivité, ils seront remis au Représentant du
maître d'œuvre et l’Entrepreneur se conformera aux règles de celui-ci. Si les arbres
appartiennent à des particuliers, ils leur seront remis. Tous les débris non attribués seront
évacués en des lieux de dépôts agréés par le Représentant du maître d'œuvre. Tout brûlis
sur place est strictement interdit.
Les trous formés par l'enlèvement des souches et des racines doivent être rebouchés par
l’Entrepreneur, à l'aide de matériaux utilisables pour les remblais. Ces matériaux de remblais
seront soigneusement compactés selon les spécifications relatives à la couche à laquelle ils
appartiennent.
Sur ordre du Représentant du maître d'œuvre, le débroussaillement de certains endroits peut
être fait sans essouchement.
L’Entrepreneur prendra toutes les précautions utiles pour ne causer aucun dommage aux
riverains, aux conduites d'eau, aux lignes téléphoniques ou électriques, aux supports des
lignes elles-mêmes. Le dédommagement des riverains et les frais de remise en état des
lignes et poteaux sont à la charge de l’Entrepreneur.
L’Entrepreneur devra veiller à la conservation des piquets et repères d'implantation situés
dans la bande à nettoyer et à ses abords, en évitant qu'ils soient détruits ou déplacés par la
chute des arbres ou par le passage des engins mécaniques. Ces repères seront dégagés au
préalable à la main de toute végétation dans un rayon de dix (10) mètres environ, et
nettement balisées de façon à être perceptibles aux conducteurs des éventuels engins de
débroussaillement et déboisement. Si l'un des piquets ou repères venait à disparaître ou à
être déplacé, il serait rétabli par les soins de l’Entrepreneur ou à ses frais, à partir des
repères de sommets de la polygonale restant en place.

C.2.4 Décapage de la terre végétale


Avant les travaux de terrassement d’élargissement et de rechargement des accotements,
l’Entrepreneur devra exécuter si besoin est un décapage de la terre végétale. Cette
prestation ne devra pas être entreprise trop tôt avant le démarrage des travaux de
terrassements proprement dits (le délai le plus court est en général le meilleur afin d’éviter
des risques d’érosion et de modification de l’état hydrique des matériaux sous-jacent).
L’enlèvement s’effectue sur la largeur d’emprise est délimitée par les entrées en terre des
élargissements nécessaires à la mise au gabarit de la route actuelle, sauf aux endroits

91
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

précisés par le Représentant du maître d'œuvre. Le décapage sur l'emprise des emprunts de
matériaux est compris dans le prix de mise en œuvre de ces matériaux.
Il procèdera à l'enlèvement de la couche superficielle de terre végétale sur la totalité de son
épaisseur soit en moyenne 10 cm d'épaisseur et sa mise en dépôt (stockage en tas de
hauteur inférieure à 2 m) provisoire ou définitif, compte tenu des besoins résultant de la
réutilisation ultérieure lors des opérations de remise en état ou de végétalisation des talus,
en des emplacements agréés par le Représentant du maître d'œuvre.
Le Représentant du maître d'œuvre confirmera les emplacements exacts avant tout début
d'exécution. Il pourra demander un décapage complémentaire au vu des résultats des
premiers travaux de décapage.
Les matériaux mis en dépôt ne devront pas entraver l'écoulement normal des eaux et être
régalés.

C.2.5 Réparation des dégradations de la chaussée existante


L’Entrepreneur assurera l’entretien régulier de toute la longueur du tronçon concerné
par les travaux de manière à ce que celle-ci soit parfaitement circulable sous un trafic
T3 en toute saison et en tous points à une vitesse de 80 km/h. Ce niveau de service
devra être atteint 4 mois au plus tard après l’ordre de service de démarrage des
travaux.
Sur toute partie de la chaussée de consistance insuffisante où il existe une déformation
importante due à la présence de matériaux de mauvaise qualité, qu’elle soit décelée par le
Représentant du maître d’œuvre ou par l’Entrepreneur, il sera effectué une purge de
chaussée, sur instruction ou après accord du Représentant du maître d’œuvre.
Les zones qui présentent des déformations, flaches, fissures ou des nids de poule, seront
traitées de la manière suivante :
- les zones à purger seront préalablement délimitées par un marquage à la peinture dont
deux des côtés seront parallèles à l’axe de la chaussée et les deux autres
perpendiculaires à ce même axe,
- la découpe soignée de la zone délimitée sur le terrain par le Représentant du maître
d’œuvre sera effectuée. Après avoir enlevé les couches de revêtements résiduels
notamment sur les bords de l’excavation, l’Entrepreneur continuera jusqu’à atteindre
une couche stable et saine de tous côtés mais en aucun cas la profondeur atteinte ne
sera inférieure à 0,10 m. Le fond des purges de chaussée sera réglé de façon à
présenter une surface parallèle à la surface à reconstituer. Les matériaux provenant
des purges seront évacués à un dépôt définitif,
- l’excavation qui sera de forme carrée ou rectangulaire aura des parois verticales
correctement dressées. Après compactage du fond de l’excavation à 95% de l’OPM,
l’Entrepreneur procédera à son remblaiement jusqu’au niveau supérieur de la couche
de revêtement avec des matériaux similaires et compactés à une densité égale à celle
du matériau utilisé pour le corps de chaussée existant.
Les purges seront exécutées par demi- chaussée. La purge sur une demi- chaussée, son
comblement et le compactage des matériaux correspondants, devront être exécutés dans la
même journée.
Comme pour les nids de poule, l’Entrepreneur exécutera la reprise des épaufrements de rive
conformément aux prescriptions et aux instructions du Représentant du maître d’œuvre. Ce
dernier matérialisera ou fera matérialiser par un marquage à la peinture sur le terrain, les
zones d’intervention.

92
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Les bords des épaufrements seront découpés de façon rectiligne et l’excavation sera
poussée jusqu’à une profondeur d’au moins 10 cm. Les bords seront verticaux et
correctement dressés. Le reste du traitement sera identique à celui indiqué pour les nids de
poules.

C.2.6 Nettoyage d'ouvrages


Le nettoyage des buses, dalots et ponts comprend l'enlèvement et l'évacuation en dépôt
définitif de la végétation et des matériaux obstruant l'intérieur de la buse ou du dalot ainsi
que l'ouvrage de collecte amont et l'exutoire aval sur une longueur de cinq mètres.
- tous les déchets végétaux seront soigneusement enlevés et évacués vers des zones
désignées permettant leur élimination en toute sécurité,
- les matériaux mis en dépôt ne devront pas entraver l'écoulement normal des eaux et
être régalés.

C.2.7 Démolition d'ouvrage existant de toute nature


Avant toute démolition d’habitation, case, etc., l’Entrepreneur devra s’assurer que le
propriétaire a été informé et que les indemnisations ont effectivement été fixées et payées.
Dans le cas contraire, il devra informer le Représentant du maître d'œuvre du problème et
qu’il ne pourra en aucun cas procéder aux démolitions sans qu’un accord n’ait été négocié et
avalisé par le Représentant du maître d'œuvre.
L’Entrepreneur protégera les ouvrages ou propriétés privées qui se trouvent à proximité des
endroits de démolition. Il utilisera le matériel approprié. L’Entrepreneur est responsable des
dommages qu'il provoquerait sur les constructions riveraines. La démolition des
constructions existantes comprend :
- l'abattage des superstructures situées dans l'emprise des travaux (habitations, murs et
murets, etc.),
- la destruction ou la dépose des ouvrages indiqués au projet ou prescrits par le
Représentant du maître d'œuvre. La démolition des fondations des ouvrages
concernés est poursuivie jusqu'au niveau du lit du cours d’eau ou jusqu'à 30 cm au-
dessous du terrain naturel. Si les fondations des ouvrages concernés sont situées
dans l'emprise d'un ouvrage de remplacement, elles doivent être enlevées de manière
à permettre la construction du nouvel ouvrage,
- le comblement, par un matériau de remblai agréé par le Représentant du maître
d'œuvre, de tous les vides résultant de la démolition des fondations ou des ouvrages
enterrés,
- l'évacuation et la mise en dépôt des produits de démolition à la décharge, en des lieux
agréés par le Représentant du maître d'œuvre,
- la démolition ou la dépose de bordures et descentes d'eau, ainsi que l'entreposage des
éléments récupérables en un lieu indiqué par le Représentant du maître d'œuvre.
Tous les matériaux de récupération sont placés sur des aires approuvées par le
Représentant du maître d'œuvre. Ils restent propriété du Maître de l'Ouvrage et ne peuvent
être éventuellement réemployés qu'avec son autorisation. Le Représentant du maître
d'œuvre peut prescrire à l’Entrepreneur de transporter les matériaux ainsi récupérés jusqu'au
lieu de stockage du Maître d'Œuvre le plus proche.
L’usage d’explosifs et les opérations de démolition, risquant d’endommager l’ouvrage de
remplacement, doivent être achevés avant la construction du nouvel ouvrage.

93
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.2.8 Récupération de la signalisation existante


Les panneaux de signalisation, balises de virage, bornes kilométriques et penta
kilométriques seront déposés, transportés et entreposés dans un lieu qui sera indiqué par le
Représentant du maître d’œuvre, en l’occurrence les entrepôts de l’administration des
travaux publics. Ces prestations sont incluses dans le prix unitaire de préparation de terrain.

C.2.9 Traversée des forêts classées


L’Entrepreneur, en accord avec le Représentant du maître d'œuvre, prendra toutes les
dispositions nécessaires pour réduire les nuisances et la durée des travaux dans la
traversée des forêts classées.

C.2.10 Protection du Patrimoine Culturel


L’Entrepreneur, en accord avec le Représentant du maître d'œuvre, prendra, pendant toute
la durée des travaux, toutes les dispositions nécessaires pour protéger les sites des tombes
dans les villages riverains du tracé.

C.3 TERRASSEMENTS ET ELARGISSEMENT DE LA PLATE-FORME


C.3.1 Exécution des déblais
Les dispositions suivantes s’appliquent à l’exécution des déblais :
Les fossés longitudinaux des déblais font partie des travaux d'exécution liés à cette
opération; le volume correspondant a été pris en compte dans les calculs géométriques des
cubatures des déblais. Le dressage et la régularisation des talus en déblai conformément au
profil en travers type approprié font également partie des sujétions attachées à l’exécution
des travaux de déblai de différentes natures.
En cas de déblayage excessif, seulement les cubatures dérivant de l’application du profil
type seront prises en compte. Si le Représentant du maître d'œuvre impose de respecter le
profil théorique après avoir constaté une excavation excessive, l’Entrepreneur sera amené à
rapporter des matériaux pour la mise en profil selon les prescriptions relatives aux remblais,
cette opération s'effectuera sans rémunération.
Le fond de la fouille de déblai sera compacté avant la mise au profil prévue au projet et cela
à une profondeur d’au moins 0,30 m.
Si le matériau en place ne possède pas une densité sèche en place suffisante, il faudra
remplacer ces derniers suivant les instructions du Représentant du maître d'œuvre.
Les processus de réception des fonds de déblais, les essais et les résultats exigés sont
récapitulés dans le tableau CT 1 présenté en fin de section C.
C.3.1.1 Déblais en dépôt
Tous les matériaux de terrassement non utilisables du fait de leur nature défectueuse ou des
distances de transport trop importantes, seront mis en dépôt à des endroits agréés par le
Représentant du maître d'œuvre.
La mise en dépôt sur les bords de la route et dans les zones qui n'ont pas reçu l'approbation
du Représentant du maître d'œuvre est absolument interdite.
L'Entrepreneur devra préparer et soumettre à l'agrément du Représentant du maître d'œuvre
un plan de protection de l'environnement du site pour chaque zone de dépôt. Ce plan
précisera les mesures prévues pour remettre en état le site à la fin des travaux.
L'aménagement et l'entretien des zones de dépôts sont à la charge de l'Entrepreneur. Les
94
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

prescriptions suivantes sont à prévoir en complément de celles déjà prévues :


- les dépôts seront organisés de façon à assurer l'écoulement normal des eaux sans que
cela entraîne une modification du drainage naturel ou une érosion des dépôts ou des
zones voisines ou l'apport sur celle-ci de sédiments issus des dépôts, ou gêner les
travaux champêtres,
- en fin d'utilisation de la zone de dépôt, un réaménagement de la zone sera effectué, en
accord avec le Représentant du maître d'œuvre. Ces travaux de remise en état
comprendront, entre autres, le remodelage du terrain, l'installation d'ouvrages de
drainage appropriés pour réduire l'accumulation des eaux, le replacement de la terre
végétale et la végétalisation des pentes pour réduire l'érosion.
C.3.1.2 Déblais utilisés en remblais
Les déblais pourraient être réutilisés en remblais avec l'accord du Représentant du maître
d'œuvre si leur qualité le permet.
C.3.1.3 Déblais Rocheux
Seront considérés comme terrains rocheux :
- le terrain qui résiste au ripper à une dent équipant un tracteur à chenilles d'une
puissance de 300 CV et d'un poids égal à 40 T (type Caterpillar D8H), jusqu'à le
bloquer.
- les éboulis et amas de boules rocheuses comportant des éléments trop volumineux
pour être déplacés par un tracteur de même type.
L'emploi d'explosifs et leur mode d'utilisation restent soumis à l'agrément préalable du
Représentant du maître d'œuvre. Les sols meubles avoisinants devront alors être
suffisamment dégagés pour permettre une évaluation précise des volumes de déblai
rocheux à prendre en compte.
Sur l'assiette de la plate-forme, les déblais en terrain rocheux seront poursuivis jusqu'à une
cote inférieure de 0,30 mètre à la cote théorique de fond de déblai.
Le lieu de dépôt des produits de déblai en terrains rocheux sera soumis à l'agrément du
Représentant du maître d'œuvre. L’Entrepreneur pourra récupérer les dits produits et les
débiter ou les exploiter à sa convenance en vue de leur emploi dans les ouvrages à réaliser
si les qualités de la pierre sont en accord avec les spécifications du présent dossier.
C.3.1.4 Rectification de lit de cours d’eau
Les déblais pour rectification de lit de rivière sont assimilés au curage du lit de cours d’eau.
Les lits, mineurs et majeurs, seront proprement délimités avant tout commencement des
travaux. Les travaux importants de terrassement en rivière seront réalisés en période
d’étiage, leur durée sera limitée dans le temps.
L’Entrepreneur veillera à la protection des berges au moment des travaux et au
rétablissement des conditions normales d’écoulement de la rivière, après la remise en état
du lit.
C.3.1.5 Fouilles pour ouvrages
Avant tout commencement d'exécution, les fouilles seront implantées et matérialisées par
l’Entrepreneur sur le terrain. L’Entrepreneur devra présenter au Représentant du maître
d'œuvre l'inventaire des réseaux souterrains qu'il aura recueilli auprès des différents
concessionnaires. Il devra réaliser l'implantation matérielle sur indications des
concessionnaires.

95
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Les terrassements seront exécutés par des engins mécaniques laissés à l'initiative de
l’Entrepreneur, mais qui devront être agréés par le Représentant du maître d'œuvre, là où il
sera reconnu que leur emploi ne présente ni danger ni risque de détérioration des conduites;
dans le cas contraire, les terrassements seront exécutés à la main, avec les précautions
d'usage.
L’Entrepreneur aura à sa charge l'étaiement éventuel des conduites et canalisations,
effectué avec l'accord du responsable du réseau concerné. Pour les terrassements des
buses, dalots et regards, le blindage éventuel des fouilles est également à la charge de
l’Entrepreneur.
Pour ces terrassements, les quantités à prendre en compte forfaitairement pour le règlement
du cube des fouilles (volumes compris à l'intérieur d'un prisme vertical), quels que soient les
cubes effectivement réalisés par l’Entrepreneur, seront fixées comme suit :
- plans verticaux du pourtour du béton de propreté, conformément aux plans-types ou
aux projets d'exécution approuvés, sans aucune sur-largeur d'exécution,
- surface supérieure située à l’assise du terrassement du profil théorique du projet avant
excavation pour l'ouvrage considéré,
- surface inférieure égale à la cote du fond de fouille telle que précisée sur les plans
approuvés ou justifiée en cours d'exécution et relevée contradictoirement.
En saison des pluies, l’Entrepreneur prendra toutes dispositions pour éviter les stagnations
d'eau dans les fonds de fouilles (creusement d'exutoire, pompages, etc.).
Les fouilles relatives au détournement d'écoulement permanent ou temporaire sont
considérées comme des sujétions d'exécution et ne font pas l'objet de rémunération
particulière.
Les fonds de fouilles seront énergiquement compactés et réglés suivant le profil en long de
la génératrice inférieure de l'ouvrage, selon les documents d'exécution. Les fonds de fouilles
devront être maintenus en permanence hors d'eau. Ils seront réceptionnés obligatoirement
par le Représentant du maître d'œuvre.
Tous les matériaux de fonds de fouilles non utilisables seront mis en dépôt à des endroits
agréés par le Représentant du maître d'œuvre. Aucun dépôt ne devrait se faire en amont de
l'ouvrage et les dépôts en aval devront être à au moins 50 m du cours d'eau et un drainage
adéquat est à prévoir afin que les matériaux de dépôt ne soient pas emportés vers le lit du
cours d'eau.
C.3.2 Préparation du terrain sous les remblais
Outre le débroussaillement avec ou sans essouchement, la démolition des constructions
existantes, le décapage de la terre végétale, et le déblai des terrains de mauvaise qualité, la
préparation du terrain sous les remblais comprend :
- le remblaiement soigné des fouilles résultant des essouchements,
- le nivellement du terrain de façon à permettre le passage des engins de compactage,
- le compactage sera conduit de façon à obtenir une densité sèche conforme aux
spécifications, sur une épaisseur de vingt (20) centimètres,
- pour les terrains de pente transversale supérieure à 15 %, l'exécution des redans
sensiblement horizontaux présentant une légère pente vers l'intérieur (5 à 10 %). Les
redans seront exécutés au fur et à mesure de la montée du remblai en effectuant un
rentrant dans le terrain naturel, sur une hauteur au moins égale à 0,50 m. Le fond de
chaque redan doit être compacté à 90 % de l’OPM avant la mise en œuvre du
matériau d'apport. Les matériaux extraits des redans ne seront pas réutilisés. Sous
réserve de l'accord du Représentant du maître d'œuvre, ces redans pourront être

96
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

remplacés par des sillons, également horizontaux, ayant au moins 0,20 mètre de
profondeur lorsque la pente sera comprise par exemple en 5 % et 15 %.
Le régalage en pleine largeur comme l’exécution des redans constituent des sujétions
d’exécution destinées à assurer l’homogénéité de la plateforme.
Dans tous les cas, l’Entrepreneur est tenu d'arracher toute la végétation qui pourrait
repousser avant l'exécution des phases suivantes de travaux, et d'en débarrasser le terrain à
remblayer.
Ces préparations complémentaires font parties des sujétions d'exécution des remblais et ne
donnent lieu ni à une ré-estimation des volumes de déblais et de remblais mesurés au profil
théorique ni à une rémunération particulière.

C.3.3 Exécution des remblais


La réalisation des remblais sera exécutée par la méthode des remblais excédentaires
méthodiquement compactés, telle que définie à l'article 12 du fascicule 2 du CPC. Les sur-
hauteurs et sur-largeurs de remblais effectuées par l’Entrepreneur de manière que la section
finale après stabilisation des terres et talutage soit bien celle du profil en travers théorique ne
feront l'objet d'aucune rémunération supplémentaire.
Avant exécution du remblai, l’Entrepreneur procédera à la scarification de l'assise existante
si nécessaire.
C.3.3.1 Mise en place et compactage des remblais
La mise en œuvre des matériaux de remblai sera effectuée par couches régulières
successives réparties sur toute la largeur de l’élargissement ou de la plate-forme de façon à
permettre simultanément un compactage par les engins de transport et par les engins
spéciaux de compactage.
L'épaisseur maximale d'une couche sera déterminée en fonction des moyens de
compactage dont disposera l’Entrepreneur et après essais en début du chantier. Cette
épaisseur maximale sera déterminée pour chaque type de sol mis en remblai. L’épaisseur
maximale généralement admise pour une couche est de 30 cm pour les remblais meubles.
Lorsque le remblai à réaliser chevauche un remblai existant, ce dernier sera écrêté de
manière à constituer la base du futur remblai après avoir été expurgé de tous les matériaux,
débris ou produits ne satisfaisant pas aux prescriptions du présent CPT.
L'écrêtement sera réalisé de telle sorte que le remblai écrêté présente une surface
supérieure en contact avec le nouveau remblai, parallèle à la plate-forme à réaliser sur toute
sa largeur et sur toute la longueur à remblayer, et où l'élargissement sera scarifié de manière
à assurer une liaison intime avec le matériau rapporté.
Afin de préserver la sécurité de la circulation, il est demandé à l’Entrepreneur, soit de dévier
les véhicules sur des déviations permettant une circulation en toute sécurité, soit :
- d'approvisionner uniquement les quantités qui peuvent être mises en œuvre le jour
même,
- tous les tas devront être régalés à la fin de la journée afin de ne pas constituer des
obstacles,
- de mettre en place une signalisation adéquate et de régler la circulation alternée par un
porteur de drapeau.

97
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.3.3.2 Compacité des remblais


Avant tout début des travaux, l’Entrepreneur devra soumettre à l'agrément du Représentant
du maître d'œuvre les moyens de compactage qu'il compte utiliser pour l'exécution des
travaux (conformité par rapport aux fiches techniques du matériel annoncé dans le PAQ).
Ces moyens de compactage devront être adaptés aux différentes natures des terrains
rencontrés lors des terrassements (vérification préalable que les moyens de compactage
sont en adéquation avec le rendement de mise en œuvre). Les travaux ne pourront
commencer que lorsque l’Entrepreneur aura amené sur le chantier les engins et les
matériels de nature et en nombre agréés.
Une couche ne pourra être mise en place et compactée avant que la couche précédente n'ait
été réceptionnée après vérification de son compactage et de sa qualité. L’Entrepreneur sera
tenu d’attendre le résultat des essais de laboratoire correspondant, sinon il procédera à ses
risques et périls.
Le Représentant du maître d'œuvre s'engage à ne pas retarder l'exécution des travaux par
des délais de contrôle.
L’Entrepreneur ne pourra demander la réception d'une couche que si toutes les compacités
correspondantes sont conformes aux spécifications exigées.
Pour exécuter le compactage aux conditions optimales, l’Entrepreneur sera tenu :
- soit d'arroser les terres trop sèches,
- soit, le cas échéant et pendant la saison des pluies, d'attendre leur séchage en facilitant
au besoin celui-ci par aération après scarification.
Les matériaux seront portés à leur teneur en eau optimum de l'essai Proctor modifié et
compactés en vue d'obtenir sans tolérance les valeurs indiquées dans les tableaux ci-après.
C.3.3.3 Remblais contigus aux ouvrages d’assainissement
L'assiette des remblais sera d'abord compactée. Les remblais seront, ensuite, mis en œuvre
par couches élémentaires horizontales n'excédant pas quinze centimètres (15 cm) après
compactage. La densité sèche des remblais en place devra être conforme aux spécifications
sur tout le volume du remblai.
Sur une largeur d’un mètre derrière les maçonneries, les remblais seront expurgés des
éléments dont la plus grande dimension excéderait quarante millimètres (40 mm).
Le réglage des matériaux devra s'effectuer par bandes sensiblement parallèles à l'axe
longitudinal de l'ouvrage.
Dans la zone annulaire contiguë à l'ouvrage, le compactage ne pourra être effectué qu'au
moyen de petits matériels du type plaques vibrantes ou rouleaux vibrants de petit format et
dont les caractéristiques devront être soumises à l'agrément du Représentant du maître
d'œuvre.
Les modalités de compactage devront être définies en fonction des caractéristiques du
matériau utilisé, des épaisseurs de couches indiquées ci-dessus et des performances du
matériel retenu.
Les parties latérales de chaque couche de remblai devront être compactées à l'aide d'engins
légers ou moyens et jusqu'au talus et au même taux que la partie centrale du remblai. Pour
arriver à ce résultat, l’Entrepreneur sera tenu de réaliser à l'exécution un sur profil provisoire
élargi qui sera retouché et mis au profil définitif après compactage.
Les talus seront exécutés conformément aux dessins d'exécution. Ils seront soigneusement
dressés. Toutefois le Représentant du maître d'œuvre pourra modifier la pente des talus.

98
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Tous les matériaux de remblais de fouille en surplus seront mis en dépôt à des endroits
agréés par le Représentant du maître d'œuvre. Les matériaux mis en dépôt ne devront pas
entraver l'écoulement normal des eaux et être régalés. Aucun dépôt ne devrait se faire en
amont de l'ouvrage et les dépôts en aval devront être à au moins 50 m du cours d'eau et un
drainage adéquat est à prévoir afin que les matériaux de dépôt ne soient pas emportés vers
le lit du cours d'eau.
Le Représentant du maître d'œuvre pourra prescrire tout essai pour s'assurer que les
conditions ci-dessus sont bien respectées. En cas de résultat non satisfaisant, l’Entrepreneur
sera tenu de reprendre les parties défectueuses.
C.3.3.4 Stabilité des remblais
Compte tenu qu’une partie des remblais représentent un remblai pour élargissement de la
route existante par apport latéral de matériaux, l’Entrepreneur doit veiller à la parfaite
exécution de ces travaux.
Des redans seront exécutés conformément aux plans des profils en travers types afin de
permettre une bonne cohésion de la chaussée existante avec l’élargissement. L'exécution
des redans sensiblement horizontaux présente une légère pente vers l'intérieur (5 à 10 %).
La largeur des redans sera en principe en fonction de la hauteur du remblai. Après
décapage, le fond de forme et les redans seront soigneusement compactés. Les matériaux
d’élargissement seront alors mis en œuvre jusqu’aux cotes à atteindre. La qualité du
compactage sera particulièrement contrôlée pour permettre une bonne homogénéisation des
anciens et nouveaux matériaux et éviter des zones de faiblesses et éviter un comportement
mécanique différent entre les deux parties.
L’Entrepreneur sera considéré comme responsable de la stabilité des remblais qui ont subi
des désordres ou des mouvements du fait de négligence ou de manque de soins de sa part,
ou bien du fait de phénomènes naturels comme les orages etc. Lorsque les matériaux jugés
inutilisables par le Représentant du maître d'œuvre auront été placés dans les remblais par
l’Entrepreneur, il devra procéder à leur évacuation et à leur remplacement par des matériaux
de qualité convenable à ses frais. L'obligation pour l’Entrepreneur d'utiliser des matériaux
conformes aux prescriptions du présent Marché est permanente et le Représentant du
maître d'œuvre à pouvoir à tout moment d'ordonner l'enlèvement de ceux qui ne le sont pas.
C.3.3.5 Evacuation des eaux
L’Entrepreneur est tenu de conduire les travaux, de construire et d'entretenir les ouvrages
provisoires de manière à assurer la protection des remblais contre les eaux. Il devra évacuer
et remplacer, à ses frais, les matériaux qui auraient perdu leur cohésion par suite d'un
mauvais drainage du chantier. L’Entrepreneur doit notamment maintenir en permanence une
pente suffisante à la surface des remblais, et exécuter en temps utile les saignées, rigoles,
fossés et ouvrages provisoires nécessaires à l'évacuation des eaux hors des tranchées de
façon à maintenir leur efficacité pendant la durée du présent Marché. Ces prestations font
partie des sujétions de bonne exécution couvertes par les prix du bordereau et aucun
paiement séparé ne sera effectué pour ces travaux.
L’Entrepreneur doit fournir les moyens d'assèchement, d'évacuation ou de dérivation des
eaux nécessaires à l'exécution et à la protection des travaux.
Pendant la saison des pluies, l’exécution des remblais et des déblais se fera avec toutes les
précautions requises pour éviter les dégâts causés par les eaux (fossés de garde, déviations
de cours d’eau, banquettes de protection, fossés provisoires, divergents, saignées, etc.).
Ces dispositions provisoires ne font pas l’objet d’un paiement spécial.
En cours de travaux, la surface de terrassement sera, en fin de poste, fermée par un
compactage sommaire et présentera une pente transversale supérieure à 5 %.

99
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Une fois le remblai terminé toutes les dispositions devront être prises pour assurer un
écoulement correct des eaux de ruissellement vers les fossés (banquettes, descentes d’eau
provisoires ou saignées dans le terrain en place). La surface des remblais sera lissée en
évitant de laisser des ornières, des flaches, etc. même à titre provisoire.
L’Entrepreneur procédera pendant toute la durée des travaux à l’entretien constant et attentif
du réseau de drainage provisoire ou définitif (fossés, ouvrages, etc.). Les réparations des
dégâts causés par les eaux sont à la charge intégrale de l’Entrepreneur jusqu’à la réception
définitive de l’ouvrage.

C.3.4 Plate-forme des terrassements


La plate-forme est la partie supérieure des terrassements. Compte tenu de la nature de
certains terrassements (élargissement), la plate-forme représente le niveau théorique de
l'interface fondation/base de l'ancienne chaussée.
L’Entrepreneur sera tenu d'effectuer une mise en forme et un compactage complémentaire
général de la partie supérieure de l'ensemble de la plate-forme, qu'elle soit en déblai ou en
remblai.

C.3.5 Contrôles d'exécution des terrassements


Les processus de réception des remblais et de la plate-forme, les essais et les résultats
exigés sont récapitulés dans le tableau CT 1 présenté en fin de section C.

C.4 CORPS DE CHAUSSEE

C.4.1 Généralités
Les différentes couches constituant la chaussée seront exécutées suivant les prescriptions
du CPC, et notamment de ses fascicules 25, 26 et 27.
Dans le cas où la plate-forme ou l'une des couches constituant la chaussée ne répondrait
plus aux conditions de sa réception au moment de la mise en œuvre de la couche suivante,
l’Entrepreneur devra reprendre à ses frais les opérations de réglage et de compactage
nécessaires à sa remise en état. Une nouvelle réception technique sera alors exigée par le
Représentant du maître d'œuvre avec les mêmes essais et contrôles que lors de la réception
initiale. Les frais correspondants sont à la charge de l’Entrepreneur.
Les travaux de corps de chaussée et de revêtement de chaussée comportent la mise en
œuvre des éléments suivants:
- la mise en œuvre d’une couche de fondation d’au moins 20 cm d’épaisseur sur la plate-
forme de terrassement des élargissements,
- la mise en œuvre d’une couche de base d’au moins 20 cm d’épaisseur sur la fondation
des élargissements,
- la mise en œuvre d’une nouvelle couche de base en concassé 0/31,5 de 20 cm
d’épaisseur sur toute la plateforme,
- une imprégnation au cut-back 0/1 sur la nouvelle couche de base en concassé,
- un enduit superficiel monocouche sur les accotements,
- une couche de roulement en béton bitumineux 0/10 de cinq (05) cm sut tout le linéaire.

100
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.4.2 Conformité permanente des matériaux


L'attention de l’Entrepreneur est attirée sur la variabilité possible des caractéristiques
géotechniques des matériaux à l'intérieur d'un même gisement. Cette hétérogénéité
géotechnique, même à l'intérieur des limites d'exploitation éventuellement précisées par le
Représentant du maître d'œuvre, peut conduire à découvrir des zones de matériaux dont
l'utilisation est impropre. L’Entrepreneur ne pourra en aucun cas se prévaloir de l'autorisation
préalable du Représentant du maître d'œuvre pour exploiter ces zones impropres.
Il est rappelé que l’Entrepreneur garde, pendant toute la durée d'exécution de son chantier,
l'entière responsabilité, après extraction, transport, mise en place et compactage, de la
conformité aux spécifications requises des matériaux provenant d'un gisement autorisé par
le Représentant du maître d'œuvre. L’Entrepreneur ne pourra en aucun cas se prévaloir de
l'autorisation du Représentant du maître d'œuvre d'exploiter un gisement si les essais de
contrôle effectués en place ne satisfont pas aux spécifications requises.

C.4.3 Planches d'essais


Le Représentant du maître d'œuvre demandera l’exécution par l’Entrepreneur, et à ses frais,
de toutes les planches d’essais qu’il jugera nécessaires, qu’elles concernent la fondation, la
base, la litho stabilisation, la chaussée en béton, les différents revêtements (grave bitume,
béton bitumineux, enduits superficiels), tant au démarrage du chantier qu’en cours
d’exécution des travaux, pour :
- la mise au point des techniques des différentes solutions,
- un contrôle systématique des densités obtenues par l'utilisation progressive des engins de
l'atelier de compactage,
- la détermination des dosages.
Elles permettront de fixer les modalités pratiques d'utilisation de l'atelier de compactage
proposé par l’Entrepreneur, en particulier la composition de l'atelier de compactage, le
nombre d'engins, l'ordre de passage, le lestage, le nombre de passes, la vitesse de marche
des engins et la pression de gonflage des pneumatiques.
Durant ces essais, l’Entrepreneur est tenu d'effectuer toutes les modifications de méthode de
travail et toutes les vérifications qui pourraient lui être prescrites par le Représentant du
maître d'œuvre.
Le Représentant du maître d'œuvre disposera d'un délai de sept (7) jours pour formuler ses
observations ou donner son agrément sur la proposition de mise en œuvre présentée par
l’Entrepreneur.
En ce qui concerne les matériaux latéritiques ou graveleux, quelle que soit la méthode de
répandage adoptée par l’Entrepreneur, le matériau, avant compactage, devra être amené à
une teneur en eau égale à celle de l'OPM à plus 1 % ou moins 2 % près. Une épandeuse à
eau devra donc se trouver en permanence avec l’atelier de mise en œuvre. Ce n'est que
lorsque cette condition sera satisfaite que l'opération de compactage pourra être entreprise.
Le compactage pourrait être réalisé à l'aide de compacteurs à pneus lourds (30 KN par roue
au minimum) et de rouleaux vibrants lourds (0,3 kN par centimètre de génératrice au
minimum). L'engin de compactage le mieux adapté pour les graveleux naturels est le rouleau
lourd à pneus. La pression de gonflage sera supérieure à 0,5 MPa et le poids par roue d'au
moins 30 KN.
La définition et le contrôle des moyens de compactage et leur mode d’utilisation sera basée
sur les résultats d’une série de 20 mesures après le compactage en dynamique et une série
de 20 mesures après le compactage en statique.

101
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

En ce qui concerne l’amélioration au ciment, le type de compacteur devra être approprié et


déterminé après essais (comparaison entre courbes granulométriques avant et après
compactage). L’usage des rouleaux à pied-de-mouton sera exclu. Le nombre de passe à
préciser sera de l’ordre de 5 à 8 pour le rouleau vibrant (M/L> 20 kg/cm) et de 15 à 20 pour
le rouleau à pneus (charge> 5 T par roue avec une pression > 0,5 MPa). L'objectif final est
d'obtenir en surface ne présentant pas de plaque de glissement.
Après séchage de l’imprégnation, il sera vérifié qu’elle a pénétré dans la couche de base sur
plus de cinq millimètres de profondeur.
La « planche d’essai préalable » à tous travaux de revêtement devra être exécutée au moins
sept (7) jours avant le démarrage prévu des travaux de revêtement du projet. L’Entrepreneur
fixera la date à sa convenance, sous réserve d'en aviser par écrit le Représentant du maître
d'œuvre avec un préavis d'au moins quinze (15) jours.
Les essais seront réalisés en présence du Représentant du maître d'œuvre. La longueur du
tronçon d'essais sera de deux cents (200) ml en pleine largeur. Son emplacement,
obligatoirement choisi en "alignement droit" et hors d'une zone circulée, sera soumis par
l’Entrepreneur à l'agrément du Représentant du maître d'œuvre.
Quel que soit le type d'atelier utilisé, le compacteur à pneus devra intervenir directement
derrière le finisseur, ses roues avant s'en approchant au plus près. Il faudra éviter le
refroidissement des pneus et favoriser leur réchauffement ; à cet effet, ils ne devront en
aucun cas être arrosés d'eau et les compacteurs seront équipés de jupes de protection pour
éviter les échanges thermiques.
La planche d'essai aura deux objets :
1. Choix des modalités d'utilisation de l'atelier adopté et en particulier :
- plan de marche de chaque engin en vue d'assurer un nombre de passes aussi constant
que possible en tous points de la chaussée,
- vitesse de marche de chaque engin,
- pression de gonflage des pneumatiques des compacteurs qui devra être, dans tous les
cas, supérieure à 0,7 MPa.
2. Vérification des qualités exigées portant sur :
- l'épaisseur avant et après compactage,
- la compacité en place,
- la température de répandage obligatoirement supérieure à 130°C,
- la mesure de l'évolution de la teneur en liant entre la fabrication et la mise en œuvre
pourra éventuellement être demandée par le Représentant du maître d'œuvre.
Quatre (4) méthodes au moins, de compactage seront testées et l'exécution de la bande
d'essais fera l'objet d'un procès-verbal dressé par les soins du Représentant du maître
d'œuvre.
L’Entrepreneur aura à sa charge tous les frais et sujétions en personnel, matériels,
fonctionnement et autres inhérents à la réalisation de la planche d'essais proprement dite et
à la fourniture, transport et mise en œuvre de l’enrobé bitumineux.
Quarante-huit (48) heures après l'achèvement de la planche d'essais, l’Entrepreneur
procédera aux prélèvements ci-dessous, à des emplacements choisis par le Représentant
du maître d'œuvre :
- la composition de l'enrobé sera contrôlée préalablement par des prélèvements effectués
dans le finisseur au moment de l'application,

102
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- la vérification des compacités par carottage Ø10 (cm) associées aux mesures de gamma-
densimétrie. La corrélation sera utilisée ensuite pour effectuer des contrôles non
destructifs en section courante.
Ces prélèvements seront destinés aux essais suivants :
- compacités en place à quarante-huit (48 heures),
- teneur en liant à la mise en œuvre.
Dans la limite de seize (16) carottages et de huit (8) extractions par modalités de
compactage, l’Entrepreneur aura à sa charge tous les frais inhérents aux prélèvements
proprement dits et aux essais correspondants.
Au-delà de cette limite, l'Administration prendra à sa charge les prélèvements et essais
supplémentaires jugés utiles par le Représentant du maître d'œuvre.
L’Entrepreneur sera dûment convoqué par écrit pour assister ou se faire représenter aux
prélèvements et essais. En cas d'absence de sa part, aucune réclamation ou contestation
sur la validité de ceux-ci ne sera prise en considération.
L'obturation de toutes les cavités laissées par les carottages sera effectuée dans les
meilleurs délais par les soins et aux frais de l'Entrepreneur. Les matériaux enrobés utilisés
devront avoir les mêmes qualités que ceux de l'ensemble de la couche mise en œuvre.
L'obturation sera soigneusement exécutée de façon à ne laisser aucune flache ou saillie et
les matériaux seront soigneusement compactés.
Les résultats de tous les essais seront communiqués par ordre de service à l’Entrepreneur
qui proposera en fonction de ceux-ci, diverses méthodes de compactage parmi celles ayant
donné de façon courante et généralisée une compacité en place à 48 h, au moins égale à
celle de référence.
On entend par "compacité de référence" la compacité obtenue à partir de la masse
volumique apparente (MVA) sur l’éprouvette LCPC Duriez et la masse volumique réelle
(MVR) obtenue à partir de chaque constituant et de leur pourcentage dans le mélange
donnée par la formule agréée conformément aux dispositions du présent CPT.
Parmi les méthodes proposées, le Représentant du maître d'œuvre choisira celle qui lui
paraîtra optimale.
Dans l'éventualité de plusieurs formules d’enrobé bitumineux, résultant d'un changement de
graviers ou de toute autre cause, une planche d'essais distincte sera réalisée aux frais de
l’Entrepreneur pour chaque formule selon les modalités et prescriptions précitées.

C.4.4 Couche de fondation et de Base (pour élargissement)


Les couches de fondation et de base sont réalisées avec des graves naturelles. La mise en
œuvre se fait en une seule couche de 20 cm pour la base et de 20 cm pour la fondation ou
par couches successives selon les indications du Représentant du maître d'œuvre.
Les matériaux sont répandus en cordons. Si l'approvisionnement et le déversement
provoque de la ségrégation, les matériaux seront homogénéisés par brassage à la
niveleuse. Si les matériaux ont été détrempés par les pluies, ils doivent être aérés par
scarification et brassage à la niveleuse.

103
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

L’Entrepreneur doit maintenir sur le chantier le matériel nécessaire soit à l'arrosage des
matériaux (citerne équipée d'une rampe permettant un arrosage homogène), soit à leur
hersage afin que la teneur en eau soit égale à celle de l'OPM à plus 1 % ou moins 2 % près.
Un pré arrosage pourrait être fait au niveau du gerbage et complété lors de la mise en
œuvre. Il sera conduit de façon progressive pour éviter tout ruissellement sur le matériau.
Quand cette condition est réalisée, le compactage peut être entrepris. Il est exécuté à l'aide
d'un rouleau vibrant lourd (engin de classe V2 minimum) pour les premières passes, et à
l'aide d'un rouleau à pneus lourd pour la finition (engin de classe P2 minimum). L'utilisation
d'un compacteur à pieds de mouton est proscrite pour cette phase. Les zones de surface
réduite qui ne peuvent pas être compactées à l'aide des moyens énoncés ci-avant, sont
traitées au petit cylindre vibrant (engin de classe PV2 minimum) ou à la plaque vibrante
(engin de classe PQ2 minimum).
L'atelier de compactage doit être conforme aux modalités arrêtées lors de la réalisation de la
planche d'essais et agréé par le Représentant du maître d'œuvre.
Lorsque dans une zone, les matériaux mis en place ne répondront pas aux spécifications,
l’Entrepreneur sera tenu de retirer les matériaux nécessaires. L'opération sera suivie dans la
zone défectueuse par une scarification générale des matériaux sur toute leur épaisseur, son
arrosage si nécessaire et son compactage, toutes ces opérations étant à la charge de
l’Entrepreneur. Il en sera de même dans les zones où il aura été constaté, après les essais
de contrôle de densité, une insuffisance de compactage ou de portance.
Le réglage fin sera fait après les 2/3 des passes du compacteur vibrant. Après achèvement
du compactage, tout réglage fin est interdit. Dans le cas normal d'utilisation de la niveleuse, il
peut être procédé, après pré-compactage, à un rabotage de toute la surface à régler sur une
épaisseur légèrement supérieure à celle des flaches les plus profondes et les matériaux
récupérés pourront être réutilisés à l'aval de la section réglée.
Lorsque dans une zone, les matériaux mis en place ne répondent pas aux spécifications de
nivellement, l’Entrepreneur est tenu soit d’ajouter, soit de retirer les matériaux nécessaires.
Dans les deux cas, cette opération est suivie par une scarification générale des matériaux
sur toute leur épaisseur dans la zone défectueuse, suivie de l'arrosage éventuel et du
compactage. Toutes ces opérations sont à la charge du Titulaire. Il en est de même des
zones où une insuffisance de compactage est détectée.
Les processus de réception des couches de fondation et de base, les essais et les résultats
exigés sont récapitulés dans le tableau CT 2 présenté en fin de section C.

C.4.5 COUCHE DE BASE EN GRAVE CONCASSEE 0/31,5


La couche de base en grave concassée sera mise en œuvre après élargissement et
traitement des accotements et des déformations localisées au niveau des zones où la
chaussée.
C.4.5.1 Spécifications pour grave concassée
La couche de renforcement sera réalisée en grave concassée conforme aux caractéristiques
géotechniques décrites au paragraphe B.4.1.5 ci – avant. Elle reposera sur la couche de
fondation ou sur le revêtement existant et les accotements remis en forme dans les zones où
la chaussée est maintenue.
La mise en œuvre se fera en une seule ou deux couches en fonction des épaisseurs à
mettre en place et du matériel de comptage de l’entreprise et conformément aux directives
du Représentant du maître d’œuvre.
Le compactage devrait être aussi poussé que possible et le compactage des bords de
couche sera particulièrement soigné. Les matériaux pour pistes cyclables et accotements
seront mis en œuvre simultanément avec ceux du corps de chaussée.
104
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Les matériaux ne pourront être approvisionnés que lorsque la couche sous-jacente aura été
réceptionnée, en compacité et en altimétrie par l’Ingénieur.
Si l’approvisionnement et le déversement des matériaux provoquent de la ségrégation, les
matériaux devront être homogénéisés par brassage à la niveleuse. Si les matériaux ont été
détrempés par les pluies, ils devront être aérés par scarification et brassage à la niveleuse.
La mise en œuvre de la couche de renforcement se fera sur toute la largeur de la plate-
forme de la fondation y compris accotements ou trottoirs.
Les matériaux mis en œuvre en accotement et pistes cyclables devront satisfaire aux
mêmes exigences de qualité de mise en œuvre et de contrôle que celles imposées pour la
couche de chaussée.
Le fin réglage sur la couche de fondation devra faire apparaître les pentes transversales de
la chaussée définitive, a fortiori sur la couche de renforcement.
La réception altimétrique se fera par comparaison aux plans, profil par profil (ou
éventuellement par demi profil).
Les spécifications de mise en œuvre d'une couche en grave concassée conforme aux
spécifications du § B.4.1.5 du présent CPT sont les suivantes :

Caractéristiques Spécifications
a) Mise en œuvre
- Epaisseur maximale par couche 25 cm
- Teneur en eau de compactage W OPM  1 %
- Atelier de compactage (pneus, lisses) bande d'essai
- Compacité minimale  98%OPM ; > 85%γs
- Epaisseur, par rapport aux prescriptions -1/+1 cm
- Largeur, par rapport aux prescriptions 0/+5 cm
- Pose du revêtement < 7 jours

b) Critères complémentaires de réception


- Flache maxi à la règle de 1,5 m 1 cm
- Dévers, par rapport aux prescriptions %  0,5
- Contrôle d’épaisseur de la couche + 2/-0
- Contrôle de la largeur +5/-0
- Contrôle du nivellement ±1cm
- Déflexion à la poutre de Benkelman D90 ≤60/100 mm
Les processus de réception des couches de fondation et de base, les essais et les résultats
exigés sont récapitulés dans le tableau CT 2.a présenté en fin de section C.

C.4.6 Couche de base existante améliorée au ciment (pour mémoire)


L'amélioration au ciment concerne la couche de base existante de l'ancienne route sur une
largeur de 8 m environ et sur une profondeur de 25 cm.
Le pourcentage de ciment sera précisé par l'étude de la formulation en laboratoire et par
105
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

l'exécution de planches d'essais.


Le procédé consiste à conserver la couche de base et une partie de la couche de fondation
actuelle de la chaussée existante en grave latéritique (15 + 10 cm). Le ciment sera répandu
à l'épandeuse. Le malaxage sur 25 cm sera effectué à l'aide d'un pulvimixeur (type
recycleuse).
L'attention de l'Entrepreneur est attirée sur le fait que la qualité finale de la Grave Latérite
Ciment (GLC) repose sur les paramètres suivants :
• régularité du ciment épandue (qualité du conducteur),
• régularité du fonctionnement du pulvimixeur,
• puissance du pulvimixeur pour homogénéiser le matériau sur l'équivalent de 25
cm compactés,
dont une fraction importante est argileuse et donc requiert une puissance suffisante,
• mise à la teneur en eau optimale,
• compactage par des moyens performants (vibrants de type Ml/1 > 30 à 35
kg/cm et pneus de
5 t/ roue et pression > 0,5 MPa),
• maintien de la teneur en eau optimale.
Une fois les conditions d'emploi arrêtées, le contrôle quotidien sur le chantier se fera par la
vérification de conformité de l'utilisation par l'Entrepreneur de son atelier de compactage
par rapport aux modalités arrêtées lors de la réalisation de la planche d'essais afin, le cas
échéant, de permettre l'exécution de l'imprégnation le plus rapidement possible après
l'exécution de la couche de base.
Chaque compacteur sera muni d'un compteur relevé chaque jour en fin de chantier, de
façon à contrôler globalement le nombre de passes effectuées journellement.
L'Entrepreneur pourra proposer l'utilisation d'un retardateur de prise. Cet emploi sera
soumis à l'agrément du Représentant du maître d'œuvre.
Lorsque dans une zone, les matériaux mis en place ne répondront pas aux
spécifications, l'Entrepreneur sera tenu de démolir la zone concernée, de remettre de
nouveaux matériaux et de reprendre les opérations d'amélioration in situ, toutes ces
opérations étant à la charge de l'Entrepreneur. Il en sera de même dans les zones où il
aura été constaté, après les essais de contrôle à la poutre Benkelman, une insuffisance de
compactage ou de portance.
L'Entrepreneur devra maintenir en permanence sur le chantier le matériel nécessaire à
l'arrosage ou à la scarification de la latérite améliorée au ciment afin de garantir avant
compactage une teneur en eau comprise entre la teneur en eau à l'OPM (WOPM) et moins 2 %
de WOPM- La citerne à eau devra être équipée d'une rampe permettant un arrosage
homogène et constant des matériaux.
Le réglage fin sera réalisé au 2/3 des passes du compacteur vibrant. Après achèvement du
compactage, tout réglage fin est interdit. Dans le cas normal d'utilisation de la niveleuse, il
peut être procédé, après pré-compactage, à un rabotage de toute la surface à régler sur
une épaisseur légèrement supérieure à celle des flaches les plus profonds et les matériaux
récupérés pourront être réutilisés à l'aval de la section réglée. Lorsque dans une zone,
l'épaisseur de la couche de base ne répond pas aux spécifications de nivellement,
l'Entrepreneur est tenu : soit d'enlever les matériaux excédentaires en compactant de
nouveau les zones correspondantes soit de recharger les zones trop basses, après les
avoir scarifiées sur une profondeur minimum de 10 cm.
L'emploi de cylindres à jantes lisses est interdit. L'atelier comprend des compacteurs vibrants
106
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

lourds (engin de classe V3 minimum et utilisation de la vibration maximale) et des


compacteurs à pneus lourds (engin de classe P3 minimum) dont la pression de gonflage est
supérieure à 0,5 MPa et le poids par roue d'au moins 5 tonnes, en parfait état de marche. Le
compactage sera effectué moins de quatre (4) heures après le malaxage, les conditions
locales pourraient même exiger de réduire ce délai à deux (2) heures. Le compactage devra
être aussi poussé que possible et le compactage des bords sera particulièrement soigné.
L'Entrepreneur a à sa charge le maintien en parfait état de la couche de graveleux latéritique
amélioré au ciment jusqu'à la mise en œuvre de l'imprégnation.
L'imprégnation sera répandue, après arrosage, dans un délai maximal de quatre (4) heures
après le compactage et la réception.
Les contrôles in situ de l'amélioration au ciment comporteront un contrôle :
* du dosage de ciment (contrôle de l'épandage),
* de la masse volumique,
* de la teneur en eau.
Les processus de contrôle de la couche de base améliorée au ciment avant réception, les
essais et les résultats exigés sont récapitulés dans le tableau CT 2.b présenté enfin de
section C.
Les essais relatifs à la mise en œuvre de la couche de base ainsi que leur fréquence par
rapport au volume des matériaux mis en œuvre sont précisés dans les tableaux de
synthèse joints en fin de ce chapitre. La fréquence ne sera pas inférieure pour chacun des
essais ci-avant, à une série par 75 m de chaussée à réaliser en quinconce pour chaque voie
de circulation, sauf dérogations du Représentant du maître d'œuvre.
Le contrôle du nivellement de la couche de base sera réalisé suivant les modalités du
paragraphe 2 de l'article 15 du fascicule 25 du C.C.T.G.
Pour la couche de base, le paragraphe 3 de l'article 16 du fascicule 25 du C.C.T.G.
s'appliquera in extenso.
Le contrôle de la portance de la couche de base sera effectué, suivant la décision du
Représentant du maître d'œuvre, par des mesures de déflexions à la poutre Benkelman.
Ces mesures de déflexions seront réalisées au plus tôt sept (7) jours après la mise en
œuvre de la GLC et en tout état de cause avant l'application du revêtement. La valeur de la
déflexion caractéristique (m + 1,3a) sera mesurée sous l'essieu de 128 kN.
L'Entrepreneur aura à sa charge le maintien en parfait état de la couche de base et des
accotements jusqu'à la mise en œuvre de l'imprégnation puis du revêtement.

C.5 GRAVE BITUME (POUR MEMOIRE) ET BETON BITUMINEUX POUR


REVETEMENT DE LA CHAUSSEE
C.5.1 Imprégnation
La couche d'imprégnation sera appliquée en sur toute la largeur de la plate-forme ou selon
les indications du Représentant du maître d'œuvre Elle doit pénétrer entièrement dans la
couche de base.

107
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

L'imprégnation ne pourra être mise en œuvre que sur une couche remplissant les
spécifications requises et préalablement réceptionnée par le Représentant du maître
d'œuvre. Les irrégularités éventuelles seront reprises.
Le répandage ne sera effectué qu'après exécution d'un balayage mécanique de la surface
afin d'éliminer les matériaux non solidaires de la structure. Ce travail pourra être complété au
balai à main, les impuretés seront transportées hors de la plate-forme.
L’Entrepreneur répandra uniformément et, au taux fixé, le liant d'imprégnation après légère
humidification de la surface à imprégner. Pour une pulvérisation uniforme sans atomisation,
la température de répandage sera comprise entre 35°C au minimum et 50°C au maximum, la
répandeuse sera munie d'un tachymètre enregistreur de mètres/minute pour une vitesse
constante durant l'opération et d'un dispositif enregistreur des débits en litres/minute passant
à travers les gicleurs. De plus la répandeuse sera munie d'un thermomètre précis et
sensible. Ces trois instruments devront être d'une lecture facile et placés de telle sorte que le
conducteur, l'opérateur et le Représentant du maître d'œuvre puissent les contrôler à tout
instant.
Le taux de bitume fluidifié 0/1 par m² sera en principe de 1,0 kg/m²sur la couche de base.
Pour améliorer les résultats, le Représentant du maître d'œuvre pourra prescrire un dosage
différent après essais.
Les excès de liant éventuels seront sablés ou gravillonnés aux frais du l’Entrepreneur. Celui-
ci devra prendre en outre les dispositions nécessaires pour ne pas souiller les maçonneries
et ouvrages en béton. Aucune opération de répandage ne devra être entreprise en cas de
pluie imminente ou sur une surface mouillée. Toutefois, il est conseillé de procéder à une
légère humidification de la surface afin de favoriser l'absorption du liant par le support.
Le Représentant du maître d'œuvre pourra exiger que la couche soit imprégnée par demi-
largeur.
A chaque début de répandage, l'ouverture des rampes sera effectuée au-dessus d'une
feuille de papier kraft ou similaire, disposée sur la chaussée, immédiatement avant le début
de la zone à traiter. Il est demandé le respect d'un temps de séchage de 48 heures avant
mise en œuvre de la couche suivante en prenant toutes dispositions pour interdire la
circulation de tout véhicule sur la zone imprégnée jusqu'à évaporation totale des produits
volatils. Aucune circulation n'est autorisée sur les couches ayant reçu l'imprégnation.
Si la grave de la couche de fondation doit provisoirement supporter la circulation avant la
réalisation du revêtement, l'imprégnation est sablée à l'aide d'un gravillon 2/4 ou d'un sable
très propre (ES piston > 80) dosé à 6 l/m², aux frais de l’Entrepreneur.
Les processus de contrôle de l’imprégnation avant réception, les essais et les résultats
exigés sont récapitulés dans le tableau CT 4 présenté en fin de section C.

C.5.2 Revêtement en enduits superficiels


Les accotements seront revêtus par un enduit superficiel. Ces enduits superficiels seront
réalisés dans les trois jours qui suivent l'achèvement de l'imprégnation.
Un enduit superficiel monocouche sera réalisé comme couche de liaison (collage entre la
couche de fondation en latérite (sur accotement) et la grave bitume).
Nous résumons ci-après, à titre indicatif, les classes granulaires, les dosages en liant
résiduel et granulats au mètre carré. Les dosages à retenir proviendront des planches
d’essais.

108
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Revêtement 1èrecouche 2ème couche


Classes granulaires 10/14 6/10
Dosages :
− bitume pur 35/50 ou 50/70 1.11 kg/m² 12 kg/m²
− 12 l/m² 8 l/m²
Granulats l/m2
Classes granulaires 6/10
Dosages :
− bitume pur 35/50 ou 50/70 1,13 kg/m²
− 9 l/m²
Granulats l/m2

Dans ce tableau, les dosages en liant sont exprimés en bitume résiduel afin qu'ils soient
valables pour tous les types de liant. D'autres granulométries assorties de dosages différents
peuvent être soumises au Représentant du maître d'œuvre.
Cette formulation pourra être modifiée après l’exécution de planches d’essais en fonction
des qualités des gravillons par le Représentant du maître d'œuvre.
C.5.2.1 Mesures générales
Ces enduits superficiels seront réalisés, après évaporation complète des solvants (surface
mate), dans les trois jours qui suivent l'achèvement de l'imprégnation.
Un balayage préalable énergique avec une balayeuse mécanique suivi d’un soufflage sera
effectué sur la surface de la chaussée avant mise en œuvre de la couche de façon à éliminer
tout matériau roulant, poussières, traces d'argile, excréments, etc. Au cas où le
Représentant du maître d'œuvre le demanderait, l’Entrepreneur devra effectuer un léger
lavage préalable.
L’Entrepreneur utilisera un matériel fiable, en bon état, en particulier :
- la répandeuse de liant sera calorifugée et munie de dispositifs permettant le maintien en
température du liant dans la cuve, dans la pompe et dans la rampe d'une part, et assurant
un dosage régulier du bitume (par pompe doseuse ou à pression) d'autre part,
- le camion gravillonneur assurera une parfaite régularité du dosage en gravillons.
Les températures de répandage des liants hydrocarbonés devront être telles qu'elles
assurent le maximum de fluidité, sans atteindre toutefois des valeurs dangereuses. Le cut-
back sera porté à une température comprise entre 120 °C et 140 °C avant répandage. Le
répandage du liant sera effectué à une température comprise entre 140 à 160°C pour le
bitume pur.
Le répandage des granulats ne devra présenter que cinquante (50) mètres de retard
maximum sur le répandage des liants. En cas de panne des gravillonneurs, les répandeuses
à bitume seront stoppées, et les surfaces non gravillonnées seront recouvertes
exceptionnellement à la main.
Les joints transversaux seront réalisés sans excès ni manque de liant : en attendant qu'un

1 Les dosages en liant sont susceptibles d'être modifiés à l'issue de planches d'essais et en particulier en fonction de la forme des granulats
2 Les dosages en liant sont susceptibles d'être modifiés à l'issue de planches d'essais et en particulier en fonction de la forme des granulats
3 Les dosages en liant sont susceptibles d'être modifiés à l'issue de planches d'essais et en particulier en fonction de la forme des granulats

109
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

débit homogène soit atteint, l'ouverture des rampes sera effectuée sur une bande de papier
kraft recouvrant l'extrémité précédemment enduite.
Le compactage sera réalisé au moyen d'un compacteur à pneus lisses avec une pression de
gonflage de 0,6 MPa et une charge par roue de 1,5 tonne. Le cylindrage devra être poursuivi
jusqu'à l'obtention d'une parfaite incorporation des gravillons dans le liant.
La surface terminée devra présenter un aspect uniforme et la tolérance de surfaçage est la
même que celle définie pour la couche de base.
Les gravillons et le bitume utilisés sont définis ci-dessus dans le chapitre B.
Il est précisé que la réparation des malfaçons éventuelles des enduits superficiels est à la
charge de l’Entrepreneur. Le peignage et le ressuage sont expressément considérés comme
des malfaçons.
- toutes les sections, livrées au trafic où se développerait une anomalie avant la fin du
chantier ou pendant la période de garantie, devront recevoir un nouvel enduit d'usure aux
frais de l’Entrepreneur.
- les surfaces présentant un ressuage doivent être traitées immédiatement par un sablage
avec un sable 2/4, à la charge de l’Entrepreneur.
- en cas de sous-dosage en liant, il conviendra de refaire, aux frais de l’Entrepreneur, une
nouvelle couche conformément aux directives du Représentant du maître d'œuvre.
Le procédé de sablage sera agréé par le Représentant du maître d'œuvre. Il sera utilisé :
- pour la protection des surfaces imprégnées sous circulation,
- pour les reprises de pelage avant exécution de l'enduit superficiel,
- pour le traitement des surfaces ressuées.
La route sera remise à la circulation au plus tôt quarante-huit heures après la mise en œuvre
du revêtement. Après mise en œuvre des enduits superficiels, la vitesse du trafic doit être
limitée à 20 km/h pendant trois jours.
A cet effet, l’Entrepreneur devra mettre en place une signalisation temporaire composée de
panneaux, barrières, obstacles et surveillants conformément aux directives du Représentant
du maître d'œuvre, afin d'éviter que les usagers et ses propres véhicules, à grande vitesse,
ne provoquent un plumage précoce des gravillons faiblement retenus par le liant encore
relativement fluide.
L’Entrepreneur veillera également à ce que ses engins ne provoquent pas de dégradations
sur l'enduit d'usure par des manœuvres et freinages brusques et il réparera à ses frais les
dégâts éventuels. La décision finale sur l'ouverture au trafic revient au Représentant du
maître d'œuvre. Lorsque ce dernier aura autorisé le trafic rapide, l’Entrepreneur procédera
au déplacement de la signalisation temporaire et au balayage du rejet.
C.5.2.2 Spécifications
Lorsque les seuils minimaux de l’essai VIALIT ne seront pas atteints, l'emploi d'agents
d'adhésivité (dope) sera requis par le Représentant du maître d'œuvre.
Toute modification dans l'origine ou les caractéristiques du liant ou des gravillons donnera
lieu à l'exécution préalable de nouvelles planches d'essais dans les mêmes conditions que
celles indiquées ci-avant, ainsi qu'à de nouveaux essais VIALIT.

110
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.5.2.3 Etude et contrôle


L’Entrepreneur a la charge de procéder à l'exécution de planches d'essais : les dispositifs de
dosage seront étalonnés contradictoirement, avant le début d'exécution des travaux. Ces
opérations seront à la charge de l’Entrepreneur.
Pendant l'exécution des travaux, il sera procédé par l’Entrepreneur et à ses frais aux
contrôles des quantités répandues par les méthodes suivantes :
- pour les liants : méthode dite du "papier buvard",
- pour les agrégats : méthode dite du "cadre rigide".
Les processus de contrôle de mise en œuvre des revêtements superficiels, les essais et les
résultats exigés sont récapitulés dans le tableau CT 4 présenté en fin de section C.

a)Pour les liants hydrocarbonés

1. Régularité dans le sens transversal


Le liant sera recueilli sur des plaques. Pour une opération de contrôle donnée, trois (3)
séries de plaques seront disposées tous les cent (100) mètres linéaires sur des lignes
perpendiculaires à l'axe de la route ; les plaques équidistantes entre elles ayant leurs côtés
parallèles à cet axe.
La vérification portera sur la zone délimitée par l'aplomb des orifices extérieurs de la rampe.
Selon la largeur de la bande intéressée, le nombre des plaques par série sera de trois (3)
pour une demi-chaussée ou de cinq (5) pour la pleine largeur.
En désignant par "P1" et "p1", les poids maximal et minimal de liant recueilli pour chacune
des 3 séries de plaques d'une même opération de contrôle, la régularité transversale sera
donnée par la formule :

r1= avec rl ≤ 10 %

2. Régularité dans le sens longitudinal


Le liant sera recueilli sur des plaques de même type que celles utilisées pour la vérification
transversale.
Une série de cinq (5) plaques disposées tous les cents (100) mètres linéaires selon une ligne
parallèle à l'axe de la route sera mise en place pour chaque opération de contrôle.
Les plaques étant pesées avant et après le passage de la répandeuse, la régularité
longitudinale sera donnée par la formule :

r2= avecr2≤ 10 %
dans laquelle "P2" et p2 » représentent respectivement le maximum et le minimum des poids
de liant recueilli sur les 5 plaques d'un contrôle donné.

3. Dosage
Les contrôles de dosage seront effectués à l'aide des essais de régularité longitudinale par
les formules suivantes :

111
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

" Dm1" =
 Pi et " Dr" = 100
Dm1
 Si Dm0

Dans lesquelles " Pi" représente le poids total de liant recueilli sur l'ensemble des plaques
d'une opération de contrôle donnée, " Si" leur surface totale, "Dm1" le dosage moyen
réalisé et "Dm0" le dosage prescrit.
Les différents paramètres seront exprimés de la façon suivante :
 P : en grammes
 S : en mètres carrés
Dm0 et Dml : en grammes par mètre carré
Nous devons avoir 95 ≤ Dr ≤ 105

4. Densité des contrôles


Le contrôle des régularités longitudinales sera fait au minimum par mille (1.000) mètres
linéaires de bande de répandage ou pour tout répandage ponctuel d'une longueur d'au
moins quatre cents (400) mètres linéaires.
Le contrôle des régularités transversales s'effectuera au démarrage du chantier et au gré du
Représentant du maître d'œuvre par la suite.
L'emplacement des prélèvements sera fixé par le Représentant du maître d'œuvre selon les
espacements précités, aucune plaque n'étant cependant placée à moins de trois (3) mètres
linéaires des extrémités de la bande considérée et à moins de trente (30) centimètre de ses
rives.
Pour tous les contrôles, les manques de liant aux emplacements des plaques seront
complétés par des répandages manuels, réalisés à la lance avec le maximum de soucis et
de précautions afin d'éviter tout surdosage des zones avoisinantes.

5. Sanctions
Pour tous les répandages de liants, les quantités à prendre en compte seront celles
effectivement mises en œuvre en cas de sous-dosage et celles résultant des dosages
prescrits en cas de surdosage.
Si les tolérances fixées au paragraphe 1, 2 et 3 du présent article pour les valeurs, r1, r2 et
Dr ne sont pas respectées, les sanctions suivantes seront appliquées.

5.1. Réfaction des prix


Le prix du répandage de toute la surface concernée par l'opération de contrôle considérée,
subira les réfactions ci-après.
Cette surface sera le produit de la largeur totale de la bande considérée par la longueur du
tronçon soit : mille (1.000) mètres linéaires dans les cas courants ou moins pour les
répandage ponctuels.
1er cas - 0,10 < r1 ≤ 0,20 ou 0,10< r2  0,20 : Dix pour cent (10%)
2èmecas 0,10 < r1 ≤ 0,20 et 0,10< r2  0,20 : Vingt pour cent (20%)
3ème cas 85 ≤ Dr < 95 ou 105 < Dr ≤115 : Vingt pour cent (20%)

112
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

5.2. Réfection des répandages


Pour une opération de contrôle donnée, si la valeur de r1 ou de r2 dépasse zéro virgule vingt
(0,20) :
r1 ou r2 > 0,20 ou si "Dr" est supérieur à cent quinze (115) ou inférieur à quatre-vingt-cinq
(85) :
Dr < 85 ou Dr > 115
Le revêtement sera refusé pour non-conformité et le Représentant du maître d'œuvre
définira les dispositions qui doivent être prises aux frais de l’Entrepreneur pour rendre le
revêtement réceptionnable.

b) Pour les gravillons des enduits superficiels


Le procédé de vérification sera celui indiqué au commentaire de l'article 68 du fascicule 23
du CPC.
Il sera effectué trois (3) pesées dans un même profil à chaque opération de contrôle, le
nombre des opérations de contrôle est fixé à une vérification par jour de répandage, ou selon
les indications du Représentant du maître d'œuvre.
Les pesées successives opérées dans un même profil ne devront pas s'écarter de plus ou
moins quinze pour cent ( 15%) du poids de l'agrégat correspondant au dosage prescrit. Si
la tolérance en moins est dépassée, des apports complémentaires seront effectués.
Les quantités totales ne devront pas s'écarter de plus ou moins dix pour cent (10%) des
quantités prescrites. Vérification en sera faite par section de un kilomètre, à raison d'une
mesure tous les 1.500 m². Si ces quantités totales s'avèrent inférieures à la limite prescrite, il
sera appliqué un abattement de cinq pour cent (5%) sur les prix correspondants pour le
tronçon concerné.

c) Tolérance de finition
La surface "finie" ne devra présenter, ni flaches, ni bosses, ni ondulations et devra être
parfaitement unie. Le contrôle de l'état de la chaussée sera effectué au moyen de règles de
trois (3) mètres de longueur. Les règles de trois (3) mètres seront disposées parallèlement à
l'axe de la chaussée en un point quelconque d'un profil et en section droite, ou
transversalement à cet axe dans les courbes.
En désignant par "T" la dénivellation constatée sous les règles ainsi disposées :
Si "T" est inférieure à cinq (5) millimètres, la dénivellation sera considérée comme
acceptable,
Si "T" est comprise entre cinq (5) et dix (10) millimètres, il sera appliqué une pénalité
égale à 2 x (T - 5) pour cent sur le prix de mise en œuvre de l'enduit superficiel
bicouche de la section intéressée (T exprimé en millimètres),
Si "T" est supérieure à dix (10) millimètres, l’Entrepreneur sera tenu de procéder à ses
frais à la mise en œuvre d'un Déflachage en béton bitumineux sur la zone
intéressée.
C.5.3 Couche d'accrochage
Une couche d'accrochage est prévue avant la mise en œuvre des enrobés bitumineux. Il
s'agit d'une émulsion de bitume à 69 % à raison de 400 g/m² de bitume résiduel.
L’Entrepreneur prendra toutes les dispositions pour assurer une pulvérisation uniforme dans
113
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

les limites des températures prescrites. La variation de dosage ne devra pas être supérieure
à 100 g/m² de bitume résiduel.
Elle sera répandue à l'avancement du finisseur et ne devra pas avoir une avance supérieure
à 30 m sur ce dernier; elle ne devra pas coller aux pneumatiques des camions alimentant le
finisseur.
Les processus de contrôle de mise en œuvre de la couche d’accrochage, les essais et les
résultats exigés sont récapitulés dans le tableau CT 5 présenté en fin de section C.
C.5.4 Enrobés Bitumineux (Grave bitume et béton bitumineux)
Les graves bitumes seront de type EB 14 assise 35/50 conformément à la norme NF EN
13108-1. (pour mémoire)
La grave bitume sera élaborée à partir d’une grave concassée recomposée par quatre
fractions granulométriques 0/4 – 4/6,3 – 6,3/10 – 10/14 avec ou sans sable roulé d’apport.
Alors que les bétons bitumineux seront de type EB 10 roulement 35/50 conformément à la
norme NF EN 13108-1. L’épaisseur sera de cinq (5) cm sur tout le linéaire.
Le béton bitumineux sera élaboré à partir d’au moins trois fractions granulométriques 0/4 –
4/6,3 – 6,3/10, plus un filler d'apport de type hydraulique (ciment ou de préférence de la
chaux) et d'un bitume pur 35/50.
Dans tous les cas, l’Entrepreneur devra proposer une formulation à l’agrément du
Représentant du maître d’œuvre.

C.5.4.1 Etude et formulation


La formulation donnée dans le rapport géotechnique est fournie à titre indicatif,
l’Entrepreneur devra faire obligatoirement à ses frais une étude complète de formulation de
grave bitume et de béton bitumineux conformément à la norme NF EN 13108-20. Le niveau
d’épreuve de formulation sera de niveau 2 pour les deux enrobés.
L'étude devra porter sur trois (3) teneurs en filler variant d'au moins un (1) point l'une par
rapport à l'autre.
Ces études se fonderont sur les essais DURIEZ et les essais à la presse de cisaillement
giratoire.
La composition proposée par l’Entrepreneur sera soumise en outre à des essais à l'ornièreur
LCPC, conformément à la norme en vigueur.
Les processus de contrôle de mise en œuvre des revêtements, les essais et les résultats
exigés sont récapitulés dans le tableau CT 5 présenté en fin de section C.
La teneur en liant sera supérieure ou égale à 5,2 % pour EB 10 roulement et à 4,2 % pour
EB 14 pour la couche de liaison.
A partir de l'étude précitée, l’Entrepreneur soumettra à l'agrément du Représentant du maître
d'œuvre une formule précise assortie d'un rapport justificatif complet, remis en trois (3)
exemplaires récapitulant tous les essais propres à l'étude et ceux relatifs à la roche utilisée
(dureté, analyse chimique, désenrobage et adhésivité).
Le Représentant du maître d'œuvre disposera d'un délai de quinze (15) jours pour donner
par Ordre de Service, l'agrément demandé ou formuler ses observations avec la faculté
d'exiger tous les essais complémentaires qu'il jugerait utiles. L'agrément précisera la
fourchette de la teneur en liant minimale résultant de l'étude de formulation avec les
pourcentages de liant correspondants.
Pour la fabrication des enrobés bitumineux, l’Entrepreneur devra disposer d'une centrale de
type discontinue à commande automatique assurant un débit horaire minimal de cent (100)
114
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

tonnes/heure garanti par le fabricant. Cette centrale sera équipée d'un dispositif permettant
l'introduction d'un filler d'apport. Dans le cas où la centrale est de type continu, les conditions
suivantes devront être remplies:
- tous les dosages doivent être pondéraux,
- le système extérieur obligatoire de rajout du filler doit être muni :
- d’un dispositif de mesure du débit du filler avec enregistrement en continu de celui-ci au
tableau de commande,
- d’un dispositif permettant d’effectuer des prélèvements pour vérifier à tout moment le
débit du filler
- d’une alarme pour signaler tout arrêt accidentel d’alimentation en filler “
L’Entrepreneur soumettra par écrit, à l'agrément du Représentant du maître d'œuvre, la
centrale qu'il compte utiliser, préalablement à son amenée à pied d'œuvre ou à son
montage. Cette demande devra être accompagnée de tous les renseignements utiles et
notamment les dates d'achat et de révision avec documents justificatifs, le livre de bord avec
les heures de fonctionnement et tous les autres éléments permettant de juger l'état du
matériel.
Le Représentant du maître d'œuvre disposera d'un délai de quinze (15) jours pour formuler
ses observations ou donner son agrément qui, dans tous les cas et de quelque façon que ce
soit, n'engagera pas la responsabilité de l'Administration. En particulier, il ne préjugera en
rien de l'acceptation des enrobés en cas de non-conformité avec les spécifications exigées.
De plus, si après la mise en service de la centrale des écarts sensibles et répétées dans la
qualité de fabrication étaient constatés, l'agrément pourrait être retiré par un ordre de service
du Maître d'Œuvre.
Le squelette minéral des enrobés bitumineux à l'exception d'un filler d'apport éventuel, sera
réalisé à partir de trois à quatre composants de classe granulométrique distincte, stockés en
trémies pré-doseuses automatisées permettant à la fabrication toutes variations de dosage
et tous contrôles aisés. L’adjonction de filler dans la formulation se fera obligatoirement par
des systèmes de dosage pondéral.
Les proportions des divers constituants seront déterminées de façon à ce que la courbe
résultant du mélange s'inscrive dans le fuseau de spécifications des enrobés bitumineux.
L’Entrepreneur vérifiera l’éventuelle opportunité d’utiliser des additifs anti-orniérages
(adjonction de polymères).
C.5.4.2 Fabrication des enrobés
Les conditions de fabrication et de mise en œuvre du béton bitumineux et de la grave bitume
sont définies dans les normes NF P 98-150-1 et NF EN 13108-21, avec les précisions ci-
après : la capacité nominale de la centrale sera au moins de cent (100) tonnes par heure.
Les enrobés seront élaborés dans une centrale de type discontinue à dosage pondéral ou
de type continue aux conditions énoncées au C.5.4.1, agréé par le Représentant du
maître d’œuvre.
C.5.4.2.1 Emplacement de la centrale
L’emplacement de la centrale et des plans d’installation y afférents seront soumis à
l’agrément du Représentant du maître d’œuvre.

C.5.4.2.2 Préparation, emploi et approvisionnement des granulats


Au moment du démarrage de la fabrication des enrobés, 50% des quantités de granulats
nécessaires devront être approvisionnés à la centrale.
115
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.5.4.2.3 Alimentation du sécheur - Pré doseur de granulats


L’Entrepreneur doit limiter au maximum la ségrégation au cours des manipulations de
granulats. Lorsque l’enrobé bitumineux sera fabriqué à partir de plusieurs granulats,
l’installation devra permettre un mélange dans les proportions établies.
A cet effet, la centrale comportera plusieurs trémies doseuses, divisées en compartiments
séparant les classes et les catégories de granulats; le cloisonnement sera réalisé de manière
qu’au chargement des trémies aucun mélange de granulats ne soit possible; en particulier, la
largeur en tête des trémies devra être supérieure d’au moins 50 centimètres à celle du godet
de l’engin de chargement.
Les différentes catégories de granulats seront entraînées par un tapis roulant ou par un
distributeur mécanique; le débit de chaque granulat sera réglé par une trappe à position
variable définie automatiquement à partir d’un appareil de pesage continu dans le cas d’un
pré doseur à dosage pondéral.
Le débit des trémies à sable sera régularisé par vibration.
Les tapis roulants ou les distributeurs mécaniques seront asservis entre eux de telle sorte
que le rapport de leur vitesse reste constant et ne puisse être modifié accidentellement.
Dans le cas du dosage pondéral, le rapport des vitesses sera contrôlé électriquement et
indiqué au pupitre de commande.
Les tapis pourront être débrayés séparément. Ils débiteront sur un tapis auxiliaire, dont le
sens de rotation pourra être inversé: une extrémité débouchera sur l’élévateur du sécheur et
l’autre sur une aire de contrôle aménagée à cet effet par l’Entrepreneur.
Un tapis annexe devra permettre la reprise des granulats sur cette aire de contrôle et leur
chargement sur camions. Chauffage et déshydratation des granulats
La centrale doit disposer des moyens mécaniques appropriés pour que l’introduction des
granulats dans le sécheur ait lieu de manière uniforme, de manière à obtenir une
température de sortie constante.
Le sécheur doit être capable de chauffer les granulats de façon à obtenir une teneur en eau
limite de 0,5%. La température des granulats à la sortie du sécheur sera comprise entre les
limites suivantes:
- par temps chaud, 140° à 150° C,
- par temps frais, 150° à 160° C.
Toutes les précautions devront être prises pour que les températures maximales ne soient
pas dépassées, pour éviter tout risque de brûlage du bitume.
A cet effet, la centrale doit être munie d’un appareil de mesure placé de telles sortes qu’il
indique la température du granulat avant l’entrée dans le malaxeur.
C.5.4.2.4 Dépoussiérage
Le dépoussiérage sera assuré par un appareil associé au poste d’enrobage et fonctionnant
en permanence lors de la préparation du granulat.
Lorsque le Représentant du maître d’œuvre le prescrit, les poussières récupérées doivent
pouvoir être réincorporées dans le mélange de façon uniforme; sinon, elles sont évacuées
par les soins de l’Entrepreneur.

C.5.4.2.5 Alimentation en granulats d’un malaxeur discontinu


La centrale sera équipée d’une balance sans ressort destinée à peser les granulats. A cette
balance sera suspendue une boite ou une trémie tampon intermédiaire.

116
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

La boite de pesée doit être assez grande pour contenir une quantité de granulats
correspondant à une gâchée entière, sans déborder. Elle sera supportée par des pivots et
munie d’une porte étanche.
La balance doit permettre d’effectuer des pesées avec une précision telle que l’erreur
relative sur le poids de chaque granulat soit inférieure à 2%.
Préparation et emploi du filler
Le filler sera stocké en silos dont la capacité correspondra à la consommation de deux
journées au moins de fabrication et sa manutention se fera par vis et par pompes. La
manutention par aéroglisseurs est formellement interdite entre les silos et la centrale. Le
doseur comportera un dispositif permettant d’effectuer des prélèvements pour vérifier le
dosage.
Dans le cas d’une centrale à malaxeur discontinu, le filler sera pesé dans une boîte ou une
trémie spéciale, au moyen d’une balance spéciale. Celle-ci devra permettre d’effectuer les
pesées avec une précision telle que l’erreur relative sur le poids du filler soit inférieure à 2%.
Le mélange doit se faire à l’entrée dans le malaxeur à partir d’une trémie de stockage
spéciale. Si l’entraînement de la pompe doseur est indépendant de la machinerie principale,
l’installation sera équipée d’un système d’alarme pour signaler tout arrêt accidentel de
l’alimentation en filler.
C.5.4.2.6 Préparation et emploi du liant
Stockage et chauffage du liant : La centrale doit disposer de réservoirs pour le stockage du
liant, d’une capacité, totale suffisante pour assurer le fonctionnement continu de la centrale,
et comportant une jauge préalablement étalonnée.
Les réservoirs de stockage comportent un dispositif permettant de chauffer le liant entre 150°
et 160°C, en évitant toute surchauffe locale.
Un thermomètre protégé, d’une précision de 5° C, doit être placé à un endroit approprié de la
conduite d’alimentation en liant du malaxeur, de façon à indiquer la température du liant à
l’entrée de cet appareil.
C.5.4.2.7 Alimentation en liant du malaxeur
La centrale doit comporter un dispositif de dosage de l’alimentation en liant, soit en poids,
soit en volume, soit par la mesure d’un débit. Si le dosage du liant est effectué en poids, la
centrale doit être équipée d’une balance sans ressort, munie d’un godet pouvant contenir
une quantité de liant d’un poids au moins égal à 10% du poids du granulat nécessaire à une
gâchée. La balance doit permettre d’effectuer les pesées avec une précision telle que
l’erreur relative sur le poids du liant soit inférieure à 1,5%.
Si le dosage est effectué en volume ou en débit moyen d’une pompe d’injection,
l’équipement doit comporter un dispositif permettant d’arrêter automatiquement la pompe
lorsque la quantité voulue de liant a été introduite dans le malaxeur et d’obtenir la même
précision que dans le cas du dosage par pesée.
C.5.4.2.8 Malaxage
La centrale doit être équipée d’un malaxeur capable de produire des enrobés homogènes. Si
la boîte du malaxeur n’est pas fermée, elle doit être pourvue d’un capot pour empêcher la
perte de poussières par dispersion. Le malaxeur doit porter une plaque, apposée par le
fabricant, indiquant sa capacité volumétrique en fonction de la hauteur du remplissage.
La durée de malaxage des granulats et du filler avec le bitume doit être suffisante pour
obtenir un enrobage parfait, et la centrale doit être dotée de moyens efficaces permettant de
régler les temps de malaxage et de les maintenir constants.
Dans le cas d’un malaxage discontinu, il faut d’abord procéder, avant le malaxage humide

117
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

avec le liant, à un malaxage à sec, afin d’obtenir un mélange homogène des granulats et,
éventuellement, du filler. La centrale doit être dotée de systèmes efficaces pour régler les
temps, en fonction de la formule suivante:
Durée du malaxage sec = Capacité du malaxeur en kg x Rendement du malaxeur en kg/sec.
La température des enrobés à la sortie du malaxeur sera fixée dans les limites suivantes :

Nature du Température des enrobés à la sortie du malaxeur en


liant degrés C°

Temps chaud Temps frais pluvieux longs


transports

50/70 150° 160°

35/50 150° 170°

C.5.4.3 Contrôle de fabrication


Sur stock en tas pour chaque classe granulométrique qui ne dépasseront pas cinq cents
(500) m3 avec un minimum de 2 séries de contrôle :
- une mesure du L.A (un pour 2.500 m3),
- une analyse granulométrique (par voie humide),
- une détermination des équivalents de sable.

A la centrale d'enrobage :
- quatre prélèvements, dont deux seront soumis aux essais, à la sortie du malaxeur par
journée de production pour la mesure de la teneur en bitume (extraction) et la
granulométrie,
- mesures de la température de l’enrobé bitumineux une fois chargé sur le camion.
En cas de moyenne des résultats insuffisante sur la teneur en liant pour la première série de
deux essais, ces essais seront également réalisés sur les deux autres prélèvements. Si les
résultats obtenus sur les deux premiers échantillons sont confirmés, par dérogation aux
articles 9 et 17 du fascicule 25 du CPC, il sera fait application des réfactions de prix ou
sanctions suivantes :
1ercas : Dépassement égal ou inférieur à zéro virgule deux (0,2) point des limites de la
fourchette des teneurs fixées à l'agrément de la formule
a) De zéro (0) à zéro virgule un (0,1) inclus : abattement de trois pour cent (3 %) sur le prix
du m3 ou de la tonne de l’enrobé bitumineux
b) Supérieur à zéro virgule un (0,1) à zéro virgule deux (0,2) point inclus : abattement de dix
pour cent (10 %)
2ème cas : Dépassement supérieur à zéro virgule deux (0,2) point
a) dépassement positif (surdosage) :
Refus ipso facto de l’enrobé bitumineux avec, aux frais exclusifs de l’Entrepreneur :

118
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- démolition obligatoire de la couche refusée, enlèvement, transport, et mise en dépôt des


produits issus de la démolition, en des lieux agréés par le Représentant du maître
d'œuvre,
- réfection des dégradations de la couche sous-jacente,
- exécution d'un nouveau tapis conforme aux spécifications du Marché.
b) Dépassement négatif (sous-dosage)
Refus ipso facto de l’enrobé bitumineux avec aux frais exclusifs de l’Entrepreneur :
- faculté pour le Représentant du maître d'œuvre d'exiger, sur ordre de service, la
démolition de la couche dans les conditions précisées au paragraphe ci-dessus,
- en cas de démolition, réfection des dégradations de la couche sous-jacente,
- exécution, même s'il n'y a pas eu démolition, d'une nouvelle couche conforme aux
spécifications du Marché.
Dans les deux cas (réfaction ou refus), les sanctions seront appliquées d'une part :
- sur les enrobés fabriqués et mis en œuvre entre l'essai considéré et la mise en route ou
l'arrêt de la centrale si aucun autre contrôle n'a été fait entre temps.
Et d'autre part :
- sur la moitié des enrobés fabriqués et mis en œuvre entre l'essai considéré et le contrôle
suivant et précédent.
Cependant dans le 2ème cas (refus) et dans ce cas seul, l’Entrepreneur aura la faculté de
demander que des prélèvements contradictoires en place soient effectués sur les enrobés
intéressés.
La densité de ces derniers prélèvements sera de quatre (4) échantillons par cinquante
(50) m3 ou cent (100) tonnes environ, deux emplacements étant choisis par l’Entrepreneur et
deux par le Représentant du maître d'œuvre.
La moyenne des teneurs en liant obtenus sur les échantillons du lot de cinquante (50) m 3 ou
cent (100) tonnes environ considéré sera admise pour la décision définitive (confirmation du
refus ou réfaction).
Tous les frais inhérents à ces essais complémentaires et à la remise en état de la couche, si
la démolition n'est pas exigée, seront à la charge de l’Entrepreneur.
D'autre part, en considérant six (6) contrôles consécutifs quelconques, s'il est constaté qu'à
trois (3) reprises :
- la courbe granulométrique sort du fuseau-type défini au présent article,
Ou
- la teneur en liant s'écarte de plus de zéro virgule deux (0,2) point des limites fixées par la
formule agréée,
- la fabrication devra être immédiatement arrêtée par un simple ordre du Représentant du
maître d'œuvre sur le chantier. Cet ordre sera confirmé par un ordre de service et
l’Entrepreneur ne pourra invoquer cette décision pour formuler quelque réclamation ou
demande d'indemnité que ce soit.

119
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Après l'arrêt de la centrale et avant toute reprise de fabrication, l’Entrepreneur sera tenu de
soumettre par écrit au Représentant du maître d'œuvre les dispositions qu'il envisage pour
remédier aux défauts constatés. Celles-ci devront être assorties de tous essais utiles et au
besoin d'une nouvelle étude et d'une nouvelle planche d'essai.
La reprise de la fabrication des enrobés bitumineux destinée à la mise en œuvre ne pourra
intervenir que sur un ordre écrit du Représentant du maître d'œuvre.
Tout changement d'origine (carrière, gîtes, etc.) des éléments constitutifs des enrobés
bitumineux entraînera obligatoirement l'étude complète, aux frais de l'Entrepreneur, d'une
nouvelle formule selon les modalités et prescriptions précitées.
Tous les matériaux enrobés fabriqués pendant toutes les périodes d'essais et de calages de
la centrale ne devront pas être utilisés pour l'exécution du Marché.

C.5.4.4 Mise en œuvre /Transport

• Préparation
Les revêtements seront réalisés sur toute la largeur de la chaussée : (i) en grave bitume
avec une épaisseur minimale de 12 cm et (ii) en béton bitumineux avec une épaisseur
minimale de 5 cm sur tout le linéaire. La mise en œuvre des enrobés bitumineux sera
précédée :
- du nettoyage de la surface sous-jacente,
- de l'exécution d'une couche d'accrochage.
Tout début de mise en œuvre ne pourra être exécuté qu'après accord écrit du Représentant
du maître d'œuvre sur la formulation des enrobés et réception par le Représentant du maître
d’œuvre de la couche sous-jacente.
L’enrobé bitumineux sera transporté et mis en œuvre conformément aux stipulations du
fascicule 25 du C.P.C. et aux prescriptions ou précisions ci-après.
Préalablement à toute mise en œuvre, l’Entrepreneur soumettra simultanément et par écrit à
l'agrément du Représentant du maître d'œuvre.
- un schéma détaillé donnant toutes précisions sur la façon dont il envisage
d'organiser le chantier d'exécution en prévoyant, chiffres à l'appui, une parfaite
synchronisation des cadences de fabrication et de mise en œuvre,
- la liste complète du matériel qu'il compte utiliser pour le transport, le répandage
et le compactage, assortie de tous renseignements et documents permettant
d'apprécier son état.
Le Représentant du maître d'œuvre disposera d'un délai de trois (3) jours pour formuler ses
observations ou donner un agrément qui, dans tous les cas et de quelque façon que ce soit,
n'engagera pas la responsabilité de l'Administration.
En particulier, il ne préjugera en rien l'acceptation de la couche en cas de non-conformité
avec les spécifications exigées. Passé ce délai de trois (3) jours, l'agrément sera censé être
acquis.
• Transport
L’Entrepreneur devra disposer d'un parc de camions suffisant pour, compte tenu de la durée
du trajet, évacuer normalement la production de la centrale d'enrobage et alimenter
régulièrement le chantier de répandage, afin d'éviter tout arrêt anormal de la fabrication ou
de la mise en œuvre.
Le transport des enrobés de la centrale au chantier de répandage devra être effectué dans
des véhicules à bennes métalliques, nettoyées de tout corps étranger avant le chargement.

120
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

L'intérieur des bennes pourra être graissé légèrement, à l'huile ou au savon, l'utilisation de
produits susceptibles de dissoudre le liant ou de s'y incorporer (fuel, mazout, etc.) étant
formellement interdite.
Les camions affectés au transport devront être compatibles avec le travail qui leur est
demandé. En particulier, la hauteur du fond de la benne et le porte-à-faux seront tels qu'en
aucun cas il n'y ait pas de contact entre la benne et la trémie du finisseur. Avec les finisseurs
courants, cette condition impose que le fond de la benne en position de déchargement
(benne levée) soit au minimum à 0,65 m du sol et que le porte-à-faux soit au maximum de
1,80 m.
Le camion devra obligatoirement être équipé en permanence d'une bâche appropriée,
capable de protéger les enrobés bitumineux et d'éviter son refroidissement. Quelles que
soient la distance de transport et les conditions météorologiques, cette bâche sera
obligatoirement mise en place à la fin du chargement et devra y demeurer jusqu'à la vidange
de la benne dans la trémie du finisseur. La vidange des camions dans la trémie de la
répandeuse sera complète : les reliquats éventuels d'enrobés refroidis devront être éliminés
avant tout nouveau chargement du camion.
L'approche des camions contre le finisseur sera faite sans heurt ; à cet effet, dans la dernière
phase de la manœuvre, le finisseur devra s'approcher du camion, celui-ci étant arrêté et mis
au point mort.
• Répandage
La température normale de répandage est 140 à 160°C. L’enrobé bitumineux devra être
obligatoirement répandu à une température supérieure à 130°C faute de quoi il pourrait être
refusé.
L’Entrepreneur devra disposer d'un moyen de communication (liaison radio, cellulaire, etc.)
entre le poste d'enrobage et le chantier de répandage, de façon à pouvoir stopper
immédiatement la fabrication en cas d'incident, pannes intempéries, etc.
L’enrobé bitumineux sera mis en œuvre à l'aide d'un ou plusieurs finisseurs automoteurs
capables de les répartir sans produire de ségrégation, en respectant les épaisseurs et les
profils fixés. La vitesse des finisseurs devra être aussi régulière que possible, le rapport de
boîte de vitesses étant choisi de façon à réduire les arrêts au maximum.
• Atelier de compactage
Le compactage sera réalisé selon la méthode dite "compacteur à pneumatiques en tête". Les
ateliers devront avoir le potentiel minimal suivant, les compacteurs étant obligatoirement
équipés de pneumatiques lisses. Seront équipés :
- les compacteurs à pneus, lestés à 5 T/roue, pneumatiques gonflés à des pressions de
l’ordre de 0.7 à 0.8 MPa, de jupes de protection et de dispositif de pulvérisation de
produit anti-collage,
- les compacteurs vibrants de système d’arrosage des cylindres et de coupure de la
vibration avant l’arrêt complet de la translation – rouleau tandem à jantes métalliques
de dix (10) tonnes.
Toute panne de l'un ou de l'autre des 2 engins prévus entraînera l'arrêt immédiat de la
fabrication jusqu'à la réparation de l'engin ou son remplacement.
Sera considéré comme une panne, toute immobilisation pour cause mécanique ou
accidentelle d'une durée supérieure à trente minutes (30 mn).

121
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Dans l'éventualité où l’Entrepreneur envisagerait l'utilisation de deux finisseurs en parallèle


(ou d'un finisseur en grande largeur), il soumettra par écrit à l'agrément du Représentant du
maître d'œuvre une organisation de chantier particulière, adaptée aux cadences de
répandage et dont l'atelier de compactage aura un potentiel obligatoirement supérieur à celui
précité. La demande d'agrément précisera les dispositions prévues en cas de panne de l'un
ou l'autre des engins.
• Méthode de compactage
L’Entrepreneur ne pourra démarrer les travaux à l’emplacement de la route définitive que
lorsque la «planche d’essai préalable» sera jugée acceptable par le Représentant du maître
d'œuvre. Sinon une nouvelle «planche d’essai préalable» sera exécutée. La méthode de
compactage sera celle acceptée lors de la planche d’essai.
• Joints longitudinaux
Le joint longitudinal des deux bandes de mise en œuvre devra être parfaitement régulier et
situé dans l'axe des alignements et courbes de la chaussée, surlargeurs comprises.
Juste avant l'exécution de la seconde bande, le flanc de la bande contiguë déjà réalisé sera
badigeonné au bitume.
Le répandage de la seconde bande sera conduite de façon à recouvrir sur un ou deux
centimètres le bord longitudinal de la première bande : les matériaux en excès, recouvrant la
bande ancienne seront repoussés et régalés sur la nouvelle bande à l'emplacement du joint,
avant passage du compacteur, afin d'assurer un joint bien rempli et au profil. Tout
bombement devra être arasé avant compaction finale du joint.
Les dispositions ci-dessus s'appliquent pour les répandages par bandes. Dans le cas d'un
répandage à deux finisseurs en parallèle, afin de supprimer pratiquement le joint longitudinal,
ceux-ci devront avancer de façon aussi simultanée que possible, leur distance moyenne
devant être de l'ordre de cinq (5 ml) sans jamais excéder trente (30ml).
• Joints transversaux
Ils seront réalisés, à chaque reprise de la mise en œuvre, par une coupe franche à la scie,
perpendiculairement à l’axe de la chaussée et parfaitement rectiligne, de l’extrémité de la
bande ancienne afin d’éliminer une longueur de quarante (40) cm. Il sera enduit d’une
couche de bitume pure à raison de 0,3 kg/m² de bitume résiduel.
Les joints transversaux de différentes couches seront décalés d’au moins un mètre.
Le précédent réglage de l’épaisseur sera respecté grâce à un calage approprié du finisseur à
la fin de chaque période de travail.
Les rives de la couche devront être parfaitement régulières et respecter au plus près les
caractéristiques du projet (alignements, cercles).
C.5.4.5 Contrôle de mise en œuvre : Tolérances et Sanctions
C.5.4.5.1Température
Aucune tolérance ne sera admise sur la limite inférieure de température exigée pour la mise
en œuvre de l’enrobé bitumineux.
Des contrôles bi-horaires de la température des enrobés dans le finisseur, seront effectués
au moment du répandage.
Toute constatation d'une insuffisance des températures entraînera le refus immédiat de la
livraison concernée, la vidange de la trémie et l'évacuation des matériaux refusés.

122
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.5.4.5.2 Compacité en place


Les contrôles de compacité en place, à sept (7) jours seront réalisés par carottages espacés
de cent mètres (100 ml) et répartis, à l'avancement, de la façon suivante :
coté G - axe - côté D - coté G - axe - côté D - etc.

Les carottes latérales seront prélevées à trente centimètres (30 cm) des rives du tapis et les
carottes centrales à trente centimètres (30 cm) du joint longitudinal, alternativement de part
et d'autre de celui-ci.
Le premier prélèvement sera situé à cent mètres (100 ml) de l'origine du tronçon considéré.
La possibilité de coupler mesures de densité au gammadensimètre et carottage est admise
lorsqu'une corrélation entre les résultats des deux mesures aura été établie afin de réduire
les contrôles destructifs du tapis d'enrobés. En posant :
Co : compacité de référence de la formule agréée
Cp : compacité en place issue des carottages
Les dispositions suivantes seront prises selon les valeurs "Rc" constatées :
100 x Cp
Rc =
C0
Rc> 100 : acceptation
100 >Rc 99 : abattement de cinq pour cent (5 %)
99 >Rc 98 : abattement de dix pour cent (10 %)
98 >Rc : refus
La valeur "Rc" sera calculée pour chaque carotte prélevée.
Les abattements affecteront le cube ou le tonnage mis en œuvre sur la largeur totale du
tapis et sur une longueur de cinquante (50) mètres de part et d'autre du carottage concerné.
Le refus entraînera l'exécution d'une couche supplémentaire d'une épaisseur compactée
minimale de cinq (5) centimètres sur la largeur totale de la chaussée et sur des longueurs de
cent (100) mètres de part et d'autre du prélèvement intéressé, aux frais exclusifs de
l'Entrepreneur.
Si Rc< 95 sur la chaussée, le Représentant du maître d'œuvre jugera de l'opportunité de
déposer au préalable la couche défectueuse concernée.
C.5.4.5.3Tonnages
A défaut par l’Entrepreneur de disposer sur le chantier d'une bascule agréée par le
Représentant du maître d'œuvre permettant la tenue contradictoire de fiches de pesée, le
contrôle des tonnages mis en œuvre sera réalisé à l'aide des carottes prélevées pour la
compacité en place.
A l'avancement, en partant de l'origine du projet, on calculera pour chaque longueur d'un (1)
kilomètre en pleine largeur, le dosage moyen "Tm" mis en œuvre, en excluant les carottes
éventuellement prélevées sur les ouvrages ; celles-ci étant utilisées par ailleurs pour le
contrôle du tonnage sur les ouvrages.
Les valeurs "Tm" seront forfaitairement arrêtées de la façon suivante en posant :
S: section intérieure du carottier exprimée en centimètres carrés (cm²) ;
To : dosage prescrit exprimé en grammes par centimètre carré (g/cm²) ;

123
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Po = S x To : poids minimal exigé par carotte ;


Pi : poids constaté de chaque carotte exprimé en grammes ;
N: nombre de carottes prélevées sur le tronçon d'un kilomètre considéré.

Nous aurons :
 Pi
= Tm= Dosage moyen constaté, exprimé en grammes par centimètre carré (g/cm 2) à
n xS
trois (3) décimales.
Le contrôle du tonnage sur chaque ouvrage sera fait par deux prélèvements, leur poids
moyen servant au calcul des valeurs "Tm" correspondantes.
D'autre part, la relation suivante sera vérifiée pour chaque carotte prélevée sur la chaussée
et sur les ouvrages :
Pi ≥ Po x 0,80
A la suite de ces opérations de contrôle, un état des valeurs "Pi", ne remplissant pas la
condition ci-dessus, et des valeurs "Tm", pour chaque ouvrage ou kilomètre de chaussée,
sera dressé et notifié par ordre de service à l'Entrepreneur.
En fonction du poids "Pi" des carottes prélevées et des dosages moyens "Tm" constatés à la
suite des contrôles prévus au présent CPT, les dispositions suivantes seront prises,
kilomètre par kilomètre et pour chaque ouvrage.

1er cas Tm < 0,90 x To


Tout dosage moyen constaté donnant cette relation, entraînera l'exécution par les soins et
aux frais de l'Entrepreneur, d'un second tapis au dosage minimal de cent kilogrammes au
mètre carré (100 kg/m²).
Ce tapis sera mis en œuvre, sur toute la surface de la dalle s'il s'agit d'un ouvrage
d’assainissement, ou en pleine largeur de chaussée sur toute la longueur du tronçon d'un
kilomètre intéressé.
Dans l'éventualité d'un prélèvement situé à moins de 100 ml d'un ouvrage, le tapis
supplémentaire sera exécuté jusqu'à la dalle de l'ouvrage.
2ème cas Pi < 0,80 x Po
Tout prélèvement isolé, non situé dans un tronçon d'un kilomètre entrant dans le 1er cas ci-
dessus, entraînera l'exécution par les soins et aux frais de l’Entrepreneur d'un second tapis
au dosage minimal de cent kilogrammes par mètre carré (100 kg/m²)
Ce tapis régnera, suivant le cas, sur tout l'ouvrage ou en pleine largeur de chaussée sur des
longueurs de cent mètres (100 ml) de part et d'autre du prélèvement intéressé.
3èmecas To > Tm ≥ 0,90 x To
Rémunération de tous les enrobés de l'ouvrage ou du tronçon d'un kilomètre intéressé, sur la
base du dosage moyen "Tm" constaté, exclusion faite des surfaces ayant éventuellement
reçu le tapis supplémentaire prévu au 2ème cas ci-dessus.
4ème cas Tm ≥ To
Rémunération de tous les enrobés de l'ouvrage ou du tronçon d'un kilomètre intéressé, sur la
base du dosage prescrit "To".

124
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

o Uni
La surface "finie" de la couche de l’enrobé bitumineux devra être parfaitement régulière et ne
présenter aucune flache, supérieure à cinq millimètre (5 mm) sous une règle de trois mètres
(3 ml) posée de champ sur le tapis selon n'importe quelle orientation.

1er cas
Si sur un tronçon quelconque de deux cents mètres (200 ml) de chaussée en pleine largeur,
il est constaté plus de cinq (5) zones défectueuses, l’Entrepreneur procédera, à ses frais
exclusifs, à l'exécution d'un second tapis. Celui-ci couvrira la largeur totale de la chaussée
sur une longueur délimitée par les deux flaches extrêmes du tronçon de 200 mètres
considéré.
2ème cas
Si cette densité n'est pas atteinte, les dispositions suivantes seront prises :
- découpe de toutes les zones délimitées, selon la même technique que celle
exigée pour les joints,
- démolition de la couche intéressée,
- en cas de détérioration de la couche de base, réfection de celle-ci avec nouvelle
imprégnation,
- application d'un cut back sur la tranche des joints et mise en œuvre immédiate
d'un nouveau tapis sur toutes les zones découpées.
C.5.4.5.5 Généralités
Dans l'éventualité d'un même tonnage d'enrobé frappé de plusieurs sanctions, les
dispositions suivantes seront prises :
a) Cas de plusieurs réfactions :
Cumul des réfactions ou abattements et application au tonnage rémunéré (Tm ou To suivant
le cas).
b) Cas de réfaction et d'un ou plusieurs tapis supplémentaires
Seule l'exécution d'un tapis supplémentaire sera exigée avec ou sans démolition.
D'autre part, il est précisé que la totalité des enrobés mis en œuvre sur les surfaces ayant
reçu un tapis supplémentaire ne sera rémunérée que sur la base du dosage initialement
prescrit "To", quels que soient les tonnages effectivement répandus.
Enfin, il est souligné que tous les gravois issus des démolitions ou des découpes de tapis
refusés, devront être évacués et regroupés, aux frais de l'Entrepreneur, en des lieux de
dépôt agréés par le Représentant du maître d'œuvre.
Avant la Réception Provisoire de l'ensemble des travaux l’Entrepreneur devra
exécuter, une campagne de mesure de l'UNI. La classification IRI (en m/km) ne
dépassera pas 4.

125
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.6 BETONS DE CIMENT


C.6.1 Etudes et Contrôles
La formule de composition des bétons B 25/30/40 sera proposée par l’Entrepreneur après
son étude granulométrique de composition des bétons selon la méthode "Dreux Gorisse" (cf.
Georges DREUX - Nouveau Guide du béton - Collection UTI - ITBTP - Editions Eyrolles -
1986) et agréé par le Représentant du maître d'œuvre.
Les études et les contrôles relatifs à la qualité des bétons sont soumis aux prescriptions des
articles 75 à 77 du fascicule 65A du CCTG, ainsi que l’article 14 de l’additif au fascicule 65 A,
complétés comme suit :
Toutes les épreuves à la charge de l’Entrepreneur dans le cadre du contrôle intérieur
(interne et externe) sont réputées rémunérées par les prix de béton.
Seules les épreuves de contrôle extérieur sont à la charge du Représentant du Maître
d’œuvre comme indiqué ci-après.
C.6.1.1 Dispositions générales
La totalité des bétons à l'exclusion des bétons de classe C sera soumise :
- à une étude préalable,
- à des épreuves de convenance avant démarrage du bétonnage,
- à des épreuves de contrôle en cours de chantier.
La détermination de la formule nominale et la constitution du dossier d’étude, selon l’article
75.1 du fascicule 65 A, sont exécutées à la charge de l’Entrepreneur. Ces opérations et
l’analyse de leurs résultats font l’objet d’un chapitre du PAQ.
L’Entrepreneur a la responsabilité de procéder aux épreuves d’études et aux épreuves de
convenance, en temps utile pour respecter ses obligations contractuelles relatives au délai
d’exécution, quel que soit le résultat desdites épreuves. Ces épreuves sont à la charge de
l’Entrepreneur.
Pour chacun des bétons étudiés, le dossier d’étude remis au Maître d'Œuvre devra
comporter :
- un chapitre indiquant avec précision l'origine de chacun des composants du béton
(ciment, granulats, eau, adjuvants éventuels) et regroupant toutes les informations
demandées à l'appui de la proposition d'acceptation de ces composants. C'est dans ce
chapitre que l'Entrepreneur indiquera les fuseaux de tolérance de la granulométrie des
différents granulats qu'il propose, ainsi que la formule nominale de composition de chacun
des bétons,
- un chapitre indiquant avec précision les caractéristiques du matériel utilisé pour la
fabrication du béton, et les tolérances qu'elles permettent sur le dosage des constituants,
- un chapitre rassemblant les résultats de l'épreuve d'étude,
- un chapitre traitant de l'étude spécifique des bétons traités thermiquement si ceux-ci sont
proposés.
C.6.1.2 Confection et transport des éprouvettes
L’emploi de moules en matière plastique de caractéristiques préalablement agréées par le
Représentant du maître d'œuvre, est autorisé pour la confection des cylindres de
compression (selon les normes NF P 18-400 et suivantes).
Le transport des éprouvettes de convenance, de contrôle et d’information au laboratoire de
contrôle, est effectué par l’Entrepreneur et à ses frais (conservation et essais conformes aux
normes NF P 18-400 et suivantes).

126
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.6.1.3 Conditions techniques des essais


Les éprouvettes cylindriques pour essais de compression ont une section de deux cents
(200) centimètres carrés, et une hauteur de trente-deux (32) centimètres.
Les éprouvettes prismatiques pour essais de traction par flexion ont une section de cent
(100) centimètres carrés et une longueur de quarante (40) centimètres.

C.6.1.4 Epreuve d’étude


Seuls les bétons B 25, B 30 et B 40 sont soumis à l’épreuve d’étude dans le cadre de l’étude
de la composition des bétons. L'étude des bétons sera faite par l’Entrepreneur à ses frais.
Le Représentant du maître d'œuvre peut autoriser l’Entrepreneur à utiliser, à ses risques et
périls, comme épreuve d’étude, les résultats d’essais relatifs à des chantiers antérieurs, à
condition que les matériaux utilisés soient de nature, désignation et provenance
rigoureusement identiques, et que les dosages soient conservés.
La composition des bétons sera déterminée de façon à obtenir la compacité maximale
compatible avec une maniabilité suffisante pour la mise en œuvre (slump - test compris entre
deux et quatre centimètres).
L'étude fera sortir des dimensions maxima des agrégats pour chaque partie de l'ouvrage et
la composition granulométrique des bétons ; le laboratoire chargé de l'étude indiquera non
seulement la courbe granulométrique optimum, mais aussi le fuseau de tolérance de la
granularité du béton, les fuseaux de tolérance des granulats conformément aux articles
correspondants du présent CPT, le dosage global en eau et la consistance optima par la
méthode du cône ASTM.
Les valeurs des résistances à la traction et à la compression seront, par convention, les
moyennes arithmétiques des valeurs obtenues pour chaque série d'essais à 7 et 28 jours,
diminuées des huit dixième (8/10ème) de leur écart quadratique moyen. Ces résistances dites
"résistances nominales" devront être égales ou supérieures aux valeurs indiquées dans le
tableau de classification. Les résultats d'étude de béton serviront de base à l’Entrepreneur
pour établir ses propositions : celles-ci seront présentées sous forme de mémoire détaillé et
adressées en trois (3) exemplaires au Représentant du maître d'œuvre qui disposera d'un
délai de huit (8) jours pour donner son accord ou formuler ses observations à l’Entrepreneur
qui devra éventuellement compléter, à ses frais, son étude et ses justifications. Passé ce
délai, les propositions de l’Entrepreneur seront censées être acceptées.
Quelle que soit la composition des bétons adoptée à la suite de l'étude précitée,
l’Entrepreneur ne pourra prétendre à aucune plus-value ou indemnité.
D'autre part, une étude complète sera obligatoirement faite, aux frais de l’Entrepreneur, à
tout changement de l'origine ou d'une qualité d'un quelconque des composants des bétons.
L’épreuve d’étude implique l’exécution :
- de trois gâchées répondant à la formule nominale,
- de deux gâchées dérivées de la formule nominale par une modification du rapport entre le
poids de sable et celui du total des granulats,
- de deux gâchées dérivées de la formule nominale par une modification de la quantité
d’eau de gâchage.
Chaque gâchée donne lieu à un prélèvement à partir duquel sont effectués :
- un essai de maniabilité,
- un essai de résistance à la compression à 7 jours (6 cylindres),
- un essai de résistance à la compression à 28 jours (16 cylindres),
127
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- un essai de résistance à la traction à 7 jours (6 prismes),


- un essai de résistance à la traction à 28 jours (12 prismes).
La maniabilité du béton doit être adaptée à sa destination et aux moyens de mise en œuvre.
Les affaissements mesurés au cône ASTM seront compris entre 2,5 et 5 cm pour les bétons
dont la résistance caractéristique en compression est au minimum 30 MPa (classe B 30) et
ne seront pas inférieurs à 1,5 cm pour les autres bétons.
Si les résultats de l’épreuve d'étude d’un béton ne satisfont pas aux conditions énumérées
au paragraphe 4.3 de l’article 24 du fascicule 65 du CCTG, l’Entrepreneur doit présenter un
nouveau béton d’étude qui est soumis aux mêmes essais.
C.6.1.5 Epreuve de convenance
Seuls les bétons B 25, B 30 et B 40 sont soumis à l’épreuve de convenance.
Un béton témoin est exécuté sur le chantier, avant le démarrage des travaux de bétonnage,
pour chaque atelier de bétonnage sur décision du Représentant du maître d'œuvre qui
jugera de l'état des installations de la centrale et de son fonctionnement. On considère
comme un atelier de bétonnage, un ensemble déterminé d’appareils, qu’il soit à poste fixe ou
mobile d’un chantier à l’autre, servi par une équipe déterminée.
Ce béton sera utilisé à la fabrication d'un nombre d'éprouvettes et à l'exécution d'essais
identiques à ceux prévus pour l'étude des bétons. Toutes ces éprouvettes seront conservées
dans du sable humide. La fabrication effective du béton destiné à la construction de
l'ouvrage intéressé ne pourra démarrer qu'après accord du Représentant du maître d'œuvre
et en particulier, le cas échéant, que si les résistances moyennes à la compression à 7 jours
données par les éprouvettes de convenance sont au moins égales aux huit dixième (8/10ème)
des résistances minimales exigées. Dans le cas contraire, il conviendrait d'attendre les
résultats à 28 jours.
Si les résistances moyennes à 28 jours (sur 10 éprouvettes) ne sont pas au moins égales à
celles requises, il appartient à l’Entrepreneur de présenter un nouveau béton témoin, après
avoir apporté à ses installations les améliorations nécessaires.
Tous les frais inhérents aux épreuves de convenance sont à la charge de l’Entrepreneur et
les essais seront obligatoirement réalisés sous le contrôle du Représentant du maître
d'œuvre et effectués sur place, notamment pour les essais de compression, par
l'approvisionnement à la charge de l’Entrepreneur d'une presse à béton d'un modèle agréé.

C.6.1.6 Epreuves de contrôle


L’épreuve de contrôle comprend des essais de résistance à la compression à 7et28jours, de
résistance à la traction par flexion aux mêmes dates, et des mesures de la maniabilité du
béton frais (cône d'Abrams).
Il est prélevé au minimum 8 cylindres (4 pour l'essai à 7 j, 4 pour l'essai à 28 j) par partie
d’ouvrage. Cependant le Représentant du maître d'œuvre se réserve le droit d’augmenter le
nombre d'éprouvettes prélevées, et de fixer le nombre de prismes pour les essais de
résistance à la traction.
En ce qui concerne le contrôle de maniabilité du béton frais, il est d’au moins un (1) par
heure de bétonnage. Les mesures de maniabilité au cône d’Abrams sont groupées par trois
(3) au fur et à mesure de leur exécution et par convention, leur valeur représentative est
prise égale à la moyenne arithmétique des résultats des trois (3) mesures.

128
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Les prélèvements, la fabrication des éprouvettes et les essais seront contradictoires ; le


résultat d'un essai donné sera la moyenne arithmétique des trois valeurs obtenues. La
gâchée est refusée si le slump-test dépasse de deux centimètres la limite supérieure prévue.

C.6.1.7 Interprétation des essais


Par convention, les résistances visées ci-dessus sont égales :
- aux quatre-vingt-cinq centièmes (85/100ème) de la moyenne arithmétique des mesures
effectuées, lorsque le nombre de ces mesures est inférieur à douze (12),
- à la moyenne arithmétique des mesures diminuées des huit dixièmes (8/10ème) de leur
écart quadratique moyen, lorsque le nombre de ces mesures est égal ou supérieur à
douze (12). Toutefois, le résultat est plafonné aux neuf dixièmes (9/10ème) de la moyenne
arithmétique.
Dans le cas où l’une des résistances à la traction ou à la compression, et a fortiori les deux,
obtenue par une épreuve de contrôle à sept (7) jours est inférieure à neuf dixième (9/10ème)
de la valeur déduite de l’épreuve de convenance, l’Entrepreneur doit immédiatement arrêter
le bétonnage et rechercher, à ses frais, les causes de la défaillance constatée, vérifier au
besoin par tous les essais utiles. Le bétonnage ne pourra reprendre qu’après autorisation du
Représentant du maître d'œuvre subordonnée à un rapport de l’Entrepreneur précisant les
résultats de ses recherches et les mesures prises.
Si les résultats obtenus à vingt-huit (28) jours sont insuffisants, le Représentant du maître
d'œuvre peut prescrire des essais non destructifs tels que l’auscultation dynamique ou des
investigations complémentaires portant sur des carottes prélevées dans le béton en place,
en vue de l’appréciation de la résistance de l’ouvrage ou d’une de ses parties ; ces essais
sont à la charge de l’Entrepreneur. Au vu des résultats de ces essais complémentaires, le
Représentant du maître d'œuvre juge de la position à prendre eu égard à la destination de
l’ouvrage (acceptation ou destruction).
Sans préjudice des dispositions de l'article 63 du CGC qui restent dans tous les cas
applicables, la mesure suivante sera prise s'il est constaté que des résultats des essais de
contrôle donnent des valeurs inférieures aux résistances exigées ; la moyenne "RmB" de
tous les essais de contrôle à la compression à 28 jours de la partie d'ouvrage intéressée
sera considérée pour l'application des sanctions ci-dessous qui affecteront la totalité de cette
partie d'ouvrage :
- 0,90 x RB <RmB< RB : abattement de dix pour cent (10%),
- 0,80 x RB <RmB< 0,90 x RB : abattement de vingt pour cent (20%),
- RmB< 0,80 x RB : démolition et reconstruction aux frais de l’Entrepreneur.
Dans ces formules "RB" représente la résistance contractuelle à la compression à 28 jours.
La maniabilité du béton est considérée comme conforme, si l'affaissement est compris entre
80 et 120 % de celui obtenu lors de l'épreuve d'étude du béton correspondant.
Les processus de contrôle de mise en œuvre des bétons de ciment, les essais et les
résultats exigés sont récapitulés dans le tableau CT 6 présenté en fin de section C.

129
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.6.1.8 Performances des bétons


Les performances minimales à atteindre sont les suivantes :
Désignation Dosage Destination Résistance en MPa sur
minimal éprouvettes cylindriques
ciment/m3 Compression Traction
minimale à 28j minimale à 28j
C 150 150 kg Béton de propreté ou de calage Non exigée
C 250 250 kg Gros béton de fondation d’ouvrages,
remplissage des trottoirs
B 25 300 kg Regards, ouvrages de tête 25 2,2
d’assainissement, revêtement de fossés
B 30 350 kg Dalles de couverture de fossés, dalots, 30 2,6
BA en élévation, murs de soutènement,
puisard, culées, caniveaux en BA
B 40 400 kg Pour ouvrage d’art 40 2,8

Les essais de contrôle des performances doivent être réalisés par l’Entrepreneur et vérifiés
par le Représentant du maître d'œuvre, conformément à la méthodologie décrite auparavant.

A titre indicatif, les coefficients de minoration ou de majoration de la résistance à la


compression sur une éprouvette de forme donnée, sont :

Nature Dimensions Coefficient de forme


de l'éprouvette en cm Limite de variation Valeur moyenne admissible
Cylindre 16 x 32 - 1,00
Cube 10 0,70 à 0,90 0,80
15 0,70 à 0,90 0,80
20 0,75 à 0,95 0,83
30 0,80 à 1,00 0,90

Pour des éprouvettes d'une autre forme, les coefficients sont donnés par le Représentant du
maître d'œuvre.
C.6.1.9 Fabrication et transport du mortier et du béton
C.6.1.9.1 Mortier
Le mortier sera de préférence fabriqué mécaniquement.
Les appareils de fabrication mécanique devront permettre de doser la composition du mortier
(y compris la proportion d'eau). Leur type et leur mode d'emploi, particulièrement la durée du
malaxage, seront agréés par le Représentant du maître d'œuvre.
Le mortier devra être employé aussitôt après sa confection. Tout mortier qui serait desséché
ou aurait commencé à faire prise devra être rejeté et ne devra jamais être mélangé avec du
mortier frais.
C.6.1.9.2 Béton
La fabrication du béton doit être mécanique et peut faire appel à des appareils :
- du type à axe vertical,
- du type à coquilles,
- du type à axe horizontal avec vidange par inversion du sens de marche.
Néanmoins, avant toute installation ou approvisionnement de matériel, l’Entrepreneur doit
130
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

avoir reçu l’agrément du Représentant du maître d'œuvre délivré sur la base de plans
détaillés et notices techniques. Ce matériel doit permettre de faire varier, en cas de besoin,
les dosages des éléments constitutifs.
Avant toute mise en marche des centrales, il sera procédé à une vérification des bascules et
des doseurs en eau.
En principe, il doit être à dosage pondéral pour tous les constituants y compris l’eau
(éventuellement compteur d’eau, à l’exclusion de tout autre dispositif). Tous les instruments
doivent être vérifiés en présence du Représentant du maître d'œuvre.
L’appareil assurant le dosage de l’eau de gâchage doit posséder un dispositif de sécurité
suffisant, pour interdire toute possibilité d’ajouter de l’eau à une gâchée après déversement
de la dose prescrite.
Lorsque les appareils de fabrication des bétons sont placés à plus de trois (3) mètres de
hauteur par rapport au fond des engins de transport, il est prévu une trémie de stockage du
béton frais avec vidange totale instantanée.
Les constituants du béton sont introduits dans l’appareil de fabrication, dans l’ordre suivant :
granulats moyens et gros, ciment et sable, puis eau. L’Entrepreneur ne peut procéder
autrement, que s’il est démontré qu’il en résulte une meilleure homogénéité des composants
du béton. Les dosages des constituants des bétons sont soumis à l'agrément préalable du
Représentant du maître d'œuvre.
Dans tous les cas, la fabrication de gâchées sèches, en vue d’une addition ultérieure d’eau,
est interdite.
La durée de malaxage est telle que tous les matériaux introduits soient parfaitement et
complètement enrobés. Cette durée sera fixée à l'issue des épreuves de fabrication du béton
de convenance. La durée minimum après introduction de tous les éléments est :
- 20 tours pour une bétonnière à axe horizontal,
- 30 tours pour une bétonnière à axe incliné,
- 10 tours pour un malaxeur à axe vertical.
Si un adjuvant est utilisé dans la fabrication du béton, le procédé de mise en œuvre de
l’adjuvant (qui doit être agréé par le Représentant du maître d'œuvre) doit permettre d'éviter
toute concentration anormale. A cette fin, le mélange de l’adjuvant avec l’eau de gâchage
doit avoir lieu dans le réservoir d’eau, qui est muni d’un dispositif autonome de brassage,
suffisamment puissant et en mouvement permanent. L’emploi d’un adjuvant n’autorise pas à
diminuer le dosage en ciment.
Le Représentant du maître d'œuvre peut arrêter la fabrication des mortiers et bétons s’il juge
que la température de l’eau est trop élevée, et interdire le bétonnage par transporteurs
pneumatiques en période de grosse chaleur.
L’Entrepreneur a le choix du moyen de transport du béton de son lieu de fabrication à son
lieu d’emploi. Toutefois, il doit recevoir l’agrément du Représentant du maître d'œuvre sur la
méthode et le matériel utilisé. Dans le cas d’utilisation de camions malaxeurs, l’Entrepreneur
veille particulièrement à la bonne rotation de ses camions, de façon à éviter au maximum
l’insolation et la ségrégation de son produit.
Le transport du béton par bétonnière portée est interdit.

131
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Le délai maximal compris entre la fabrication du béton et sa mise en place dans les
coffrages, à définir selon la température maximale extérieure et les moyens de
déchargement du béton à partir des camions jusque dans le coffrage, est également soumis
à l’agrément du Représentant du maître d'œuvre. Celui-ci peut subordonner son agrément à
l’obtention des résultats de tests complémentaires portants sur le béton transporté. Cette
épreuve est entièrement à la charge de l’Entrepreneur.
C.6.2 Composition des mortiers
Les mortiers utilisés sont ceux pour les ragréages de petits ouvrages ordinaires (têtes de
dalots, etc.) et le jointoiement des maçonneries et des bordures en béton. Ces mortiers sont
dosés à 450 kg de ciment CPA-CEM I par mètre cube de sable mis en œuvre.
C.6.3 Utilisation et choix des coffrages
Les coffrages doivent être parfaitement propres, sans aucune trace de béton, mortier ou
laitance. On doit particulièrement veiller au nettoyage et au traitement des coffrages avant
bétonnage :
- immédiatement avant bétonnage, les coffrages doivent être nettoyés avec soin, de
manière à ce qu’ils soient débarrassés des poussières et débris de toute nature,
- avant mise en place du béton, il convient d’arroser de manière abondante les coffrages
composés de sciages ou de panneaux de bois (fibres, particules, contre-plaqués) non
spécialement traités,
- les coffrages en métal, en béton, en bois traité ou en matière plastique sont traités avec
un produit de démoulage. Le produit employé ne doit pas laisser de trace sur les
parements de béton, ni couler sur les surfaces verticales ou inclinées des coffrages. Il doit
permettre des reprises ultérieures de béton ou l’application d’enduits et divers
revêtements.
Les tolérances sur les coffrages sont récapitulées dans le tableau CT 6 présenté en fin de
section C.

C.6.4 Armatures pour béton armé


Au moment de leur mise en place, les armatures doivent être propres, sans rouille non
adhérente ni traces de terre, de peinture, de graisse ou de toute autre matière nuisible. Elles
doivent être placées conformément aux indications des plans. Elles ne doivent subir aucun
déplacement pendant le bétonnage. Les bouts sont coupés et cintrés à froid selon nécessité.
Le pliage à chaud n'est pas admis.
Tous les aciers en attente exposés à un pliage suivi d'un dépliage seront rigoureusement
des ronds lisses.
Les supports d'armatures, qu'ils soient en acier, en mortier ou en autres matières, doivent
être rigides et stables aussi bien avant que pendant la mise en œuvre du béton.
Les armatures doivent être parfaitement enrobées par le béton. La distance entre les
armatures et les parements est au minimum de deux centimètres et demi (2,5 cm).
La continuité des armatures dont la longueur n'est pas définie par les plans, est assurée par
recouvrement de cinquante (50) fois le diamètre pour les barres droites, et de trente (30) fois
le diamètre mesuré hors crochets pour les barres munies de crochets.
Les écarts tolérés dans la position de chaque armature ne dépassent pas la moitié de son
diamètre, et ne doivent pas être supérieurs à six (6) millimètres.

132
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.6.5 Mise en œuvre du béton


La qualité du béton doit être conforme aux prescriptions du présent CPT. Avant tout
bétonnage, il convient que :
- la composition du béton soit agréée par le Représentant du maître d'œuvre,
- le fond de fouille, les coffrages et armatures soient réceptionnés par le Représentant du
maître d'œuvre,
- la totalité des matériaux et des équipements nécessaires à la bonne exécution du
bétonnage soit sur le chantier,
- le programme de bétonnage soit approuvé par le Représentant du maître d'œuvre
(soumis quinze jours ouvrables avant tout commencement d'exécution).
Le béton qui n'est pas en place dans le délai fixé par le Représentant du maître d'œuvre ou
qui est desséché ou qui a commencé à faire prise, est rejeté.
L’Entrepreneur veille lors du coulage du béton, à éviter toute manœuvre ou disposition
pouvant favoriser la ségrégation du béton. Le béton ne doit pas tomber librement d’une
hauteur supérieure à 1,50 m, sauf autorisation du Représentant du maître d'œuvre.
Les bétons B 25, B 30 et B 40 sont pervibrés dans la masse, une fois la mise en place
terminée. Les appareils de vibration doivent être de fréquence élevée, de neuf à vingt mille
cycles par minute, soit de 150 à 335 Hz. Ils sont soumis à l’agrément du Représentant du
maître d'œuvre. Le nombre des appareils de vibration sera proportionné à la cadence de
bétonnage. Leur efficacité est contrôlée par des essais sur le chantier. Les vibreurs doivent
présenter des dimensions telles qu’ils puissent atteindre avec leur rayon d’action toutes les
parties de béton à vibrer. Pendant le coulage, l’Entrepreneur devra tenir en réserve sur le
chantier les appareils de vibration et de production d'énergies capables de remplacer le
matériel en action, en cas de défaillance de celui-ci. La finition des dalles ou des parties
horizontales de bétonnage peut être effectuée par vibration horizontale.
Toutes les reprises devront être prévues sur les dessins d'exécution. Les surfaces de
reprises seront repiquées, nettoyées et humidifiées avant le bétonnage. La superposition
d’une couche de béton frais sur une couche déjà mise en place n'est pas considérée comme
une reprise si le béton sous-jacent peut encore être vibré.
L’Entrepreneur propose à l’agrément du Représentant du maître d'œuvre, les dispositions
qu’il compte prendre en cas de bétonnage par grosse chaleur. Ces dispositions peuvent
consister en :
- maintenant les réservoirs d’eau à l’abri du rayonnement direct du soleil,
- refroidissant de façon permanente les engins servant au transport du béton,
- refroidissant les coffrages par un arrosage permanent (surtout les coffrages
métalliques).
Il est interdit de faire supporter des charges quelconques à un béton, notamment d’y circuler
et d’y faire procéder à des installations avant que le Représentant du maître d'œuvre ait jugé
la résistance de ce béton suffisante. L’accord pouvant être donné par le Représentant du
maître d'œuvre à ce sujet ne diminue en rien la responsabilité de l’Entrepreneur.

C.6.6 Cure des bétons


Afin d’éviter des retraits trop importants et surtout pour les bétonnages par temps chaud des
zones exposées au soleil, l’Entrepreneur doit prendre toutes ses dispositions pour assurer la
cure des bétons.

133
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

La cure des bétons peut être assurée par humidification pendant sept (7) jours après la
prise. Les moyens à employer sont :
- soit des toiles, nattes ou paillassons maintenus constamment humides,
- soit un arrosage léger et permanent des surfaces (l’arrosage intermittent est interdit),
- soit des feuilles plastiques empêchant l'évaporation,
- soit des produits spéciaux qui doivent être agréés par le Représentant du maître d'œuvre.
La cure s'applique aux surfaces définitives et aux surfaces de reprise. Dans le cas d'emploi
d'enduit de cure sur des surfaces de reprise, un repiquage et un nettoyage à vif de ces
surfaces sont nécessaires avant toute mise en place du béton sur ces surfaces.

C.6.7 Traitement des parements


C.6.7.1 Parements cachés
Les parements non vus à la fin des travaux peuvent être ragréés si des nids de cailloux
restent visibles, pour autant qu’il ne s’agisse pas d’une ségrégation trop importante,
notamment aux reprises de bétonnage.
C.6.7.2 Parements vus
Les parements vus doivent être de teinte uniforme. Aucun nid de cailloux ne doit être
apparent. Les ragréages sont strictement limités et soumis préalablement à l’appréciation du
Représentant du maître d'œuvre, qui juge s’il y a malfaçon ou non. En cas de malfaçon,
l’ouvrage est démoli et repris aux frais de l’Entrepreneur.
Les joints des coffrages sont disposés de manière régulière ; les dispositions envisagées
pour ces joints sont soumises à l’agrément du Représentant du maître d'œuvre.
En dehors des réservations prévues aux dessins d’exécution, l’Entrepreneur doit reboucher
les éventuels trous de montage requis pour la mise en place de certains éléments de
coffrage.
Les parements vus ne doivent présenter, ni arêtes mal dressées, ni empreintes des
panneaux de coffrage, ni traces de laitance, ni fissures, ni bulles d’air apparentes, ni reprises
visibles de bétonnage.
C.6.7.3 Parements non coffrés
Ils doivent être conformes au chapitre 5 du fascicule 65A du CCTG.
La finition de ces parements est assurée par lissage à la règle métallique. Aucun nid de
cailloux ni aucune irrégularité de surfaçage ne sont admis.

C.7 BETON DE CIMENT POUR CHAUSSEE (POUR MEMOIRE)


C.7.1 Détermination de l’épaisseur de la chaussée
L’épaisseur de la chaussée à faible trafic en béton de ciment se définit à l’aide :
- de la période de service,
- du trafic initial à la mise en service,
- du taux de croissance,
- de la classe de portance de la plate-forme support.

134
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Ensuite :
- soit avec le trafic cumulé et à partir d’abaques de dimensionnement,
- soit avec la période de service, le taux de croissance annuel du trafic et à partir de
tableaux à double entrée,
- On déduit l’épaisseur.
En prenant en compte les différents paramètres ci-dessus, l’épaisseur des dalles de
chaussée est de 15 cm en béton de ciment B30.

C.7.2 Conception
C.7.2.1 Dimension des dalles
Le revêtement sera en dalles courtes non armées. La largeur de la dalle doit être inférieure
ou égale à la longueur soit pour une largeur de 3,5 m une longueur de 3,5 à 4,5 m. Le
revêtement couvrira toute la largeur du parking.
Le profil en travers sera le même que celui de l’accotement de la route.

C.7.2.2 Drainage
Le revêtement couvrant toute la largeur, il ne paraît pas nécessaire de prévoir un drainage
complémentaire. Si la dalle, coté talus, est bloquée par une bordure non arasée ou une
bordure solidaire de la dalle. Ces dernières présenteront un passage d’eau de type
trapézoïdal (50 cm par 80 cm pour une hauteur de 25 cm) tous les 5 m.
C.7.2.3 Joints transversaux
Les joints transversaux comprennent :
- les joints de retrait,
- les joints de dilatation,
- les joints de construction.
Joint de retrait
Leur rôle est de réduire les sollicitations dues au retrait et au gradient de température.
Ils sont réalisés en créant dans le revêtement une saignée ou une entaille qui matérialise un
plan de faiblesse selon lequel le béton est amené à se fissurer sous l’action des contraintes
de traction ou de flexion. Ces joints doivent avoir une profondeur comprise entre ¼ et ⅓ de
l’épaisseur du revêtement et une largeur comprise entre 3 et 5 mm.
Leur exécution s’effectue dans le béton frais par incorporation d’une languette en plastique
ou en contreplaqué.
L’espacement de ces joints dépend des propriétés du béton, des caractéristiques de friction
de l’infrastructure et de l’épaisseur de la dalle.
Pour une dalle d’épaisseur 15 cm, le joint doit être espacé tous les 3,75 m.
Joint de dilatation
Leur rôle est de compenser les variations dimensionnelles des dalles, dues essentiellement
à l’élévation de température. Ils constituent une interruption totale du revêtement.
Quand les joints de retrait sont correctement espacés, comme indiqué ci-dessus, les joints
de dilatations ne sont pas requis.
Joint de construction
135
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Ils sont réalisés après chaque arrêt de bétonnage supérieur à une demi-heure.
La dalle est retaillée à 90°, pour obtenir un bord franc. Ce joint ne sera pas goujonné.
C.7.2.3.2 Joints longitudinaux
Ce joint est parallèle à l’axe de la route. Il sert principalement à compenser les contraintes
provoquées par le gradient thermique. Il est nécessaire quand la largeur de la chaussée est
supérieure à 4,5 m.
Il est réalisé de la même façon que les joints de retrait transversaux soit aussitôt après la
mise en œuvre du béton par incorporation dans le béton frais d’une languette plastique.
C.7.3 Réalisation
C.7.3.1 Béton
Le béton doit être de très bonne qualité avec un retardateur et un entraîneur d’air. Le rapport
E/C 0,5 avec près de 70 % de 5/25. Le dosage de ciment doit être au minimum 350 kg. La
résistance à la compression à 28 jours de l’ordre de 32 à 36 MPa et une résistance à la
flexion de 4 à 4,5 MPa.
C.7.3.2 Fabrication et mise en œuvre du béton
D’après les relevés de températures, la température maximale est voisine de 45°C et les
différences de températures (jour/nuit) peuvent atteindre 20°C.
Comme le montre le tableau ci-après ces conditions nécessitent quelques précautions
particulières pour la fabrication du béton et pour sa protection.
Température
extérieure
Au-dessus de
De 5 à 20°C De 20 à 25°C De 25 à 30°C
(1) 30°C
Hygrométrie
De 60 à 100 % Conditions normales de bétonnage Cure renforcée
De 50 à 60 % Cure renforcée Cure renforcée Bétonnage à
et arrosage de partir de 16
la fondation heures (2)
De 40 à 50 % Cure renforcée Cure renforcée
Bétonnage à
< 40 % Arrosage de la fondation partir de 12 Pas de
heures bétonnage
sans mesures
Cure renforcée
spéciales
(1) Le vent est aussi un facteur très important.
(2) Dans ce cas on peut envisager aussi d’abaisser la température du béton à la mise en
œuvre par l’arrosage des granulats gros et moyens.
Il aura lieu de :
- prévoir un arrosage constant des gros granulats sur le stock et de la couche de fondation,
juste avant le bétonnage (l’évaporation de l’eau est un moyen peu coûteux d’abaisser la
température),
- stocker le ciment dans un endroit ventilé et protégé du soleil,
- prévoir l’utilisation d’un retardateur de prise,
- placer la bétonnière dans un endroit ombragé,

136
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- éviter autant que possible de bétonner pendant les heures les plus chaudes de la journée
(éventuellement une première phase de bétonnage de 6 heures à 12 heures et une
deuxième phase de 16 heures à 19 heures),
- assurer une protection efficace du béton aussitôt après la finition. Cette protection
consiste en :
- l’épandage d’un produit de cure sur la dalle, y compris les flancs, par pulvérisation. Le
produit sera de préférence de couleur blanche ou à pigmentation métallisée, de manière à
réfléchir les rayons solaires. Ce produit doit être mis en œuvre en général moins d’une
demi-heure après la mise en œuvre du béton immédiatement après la finition. Le dosage
est fonction des conditions atmosphériques du moment. La feuille de polyéthylène est
interdite pour raison de collage sur le béton frais,
- l’arrosage du béton durci, pour éviter son réchauffement dès qu’il n’y a plus de risques de
délavage de la surface (en principe 4 à 5 heures) et lorsque le soleil brille. La surface est
maintenue humide pendant 48 à 72 heures. Cet arrosage peut être remplacé par la pose,
sur la surface de toiles de jute maintenues humides ou par du sable mouillé.
Il y aurait lieu de prévoir des bâches ou rouleaux de plastique afin de protéger le béton frais
d’un éventuel délavage par la pluie.
Le trafic est autorisé après 4 jours.
C.7.3.3 Traitement de surface
Le traitement de surface sera réalisé par brossage (à l’aide de balai en fibre de noix de coco)
transversal afin d’accélérer l’évacuation de l’eau de la chaussée.
C.7.3.4 Bordure de sécurité
La bordure pourra être solidaire de la dalle et présentera aussi des joints.
Les processus de contrôle de mise en œuvre du béton de ciment pour chaussée, les essais
et les résultats exigés sont récapitulés dans le tableau CT 7 présenté en fin de section C.

C.8 PAVAGE DE LA CHAUSSEE (POUR MEMOIRE)


C.8.1 Bordures
Suivant les largeurs indiquées sur les plans types, une bordure de type T2 sera posée de
chaque côté de la chaussée (sauf en présence d’un caniveau, dans ce cas ce dernier servira
de calage longitudinal). Cette bordure servira de calage longitudinal pour les pavés.
Les bordures seront posées sur un lit de pose en béton C 150 d’une épaisseur minimum de
10 cm et épaulées par du béton C 250 d’une épaisseur minimum de 10 cm, selon les plans.
Le mortier à utiliser pour les joints est dosé à 450 kg de ciment par m 3 (M 450). Ce dernier
sera fini à la truelle langue de chat.
Les processus de contrôle de mise en œuvre des bordures, les essais et les résultats exigés
sont récapitulés dans le tableau CT 8 présenté en fin de section C.
Tous les débris, matériaux, etc. provenant de cette opération seront évacués, puis mis en
dépôt par l’Entrepreneur et à ses frais en un endroit agréé par le Représentant du maître
d'œuvre.

137
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.8.2 Mise en place du lit de Pose


L’Entrepreneur, avant la mise en place des matériaux de lit de pose, vérifiera que l’assise de
la chaussée (couche de fondation) est conforme aux cotes du plan, le cas échéant il
effectuera à ses frais une remise niveau de la chaussée à l’aide de matériaux agréé par le
Représentant du maître d'œuvre. La plate-forme doit respecter le profil en long et en travers
des plans avec une tolérance de 0/+1 cm.
Le lit de pose en sable concassé 0/7 mm aura une épaisseur de 5 cm pour les pavés de 8
cm et une épaisseur de 10 cm pour les pavés de 13 cm. Cette couche devra respecter les
profils des plans.
A la fin de cette opération, l’Entrepreneur demandera la réception au Représentant du maître
d'œuvre avant de pouvoir continuer l’exécution des autres taches.

C.8.3 Pose des Pavés


Conformément aux spécifications ci-avant l’Entrepreneur proposera pour agrément par le
Représentant du maître d'œuvre le pavé qu’il envisage d’utiliser. Le Représentant du maître
d'œuvre, avant la fabrication, précisera les motifs et les couleurs avant la production.
L’Entrepreneur fera réceptionner les pavés avant leur mise en œuvre, le but de cette
réception est de vérifier le respect des formes, des dimensions et l’aspect.
Les pavés seront posés sur le lit de pose et calés longitudinalement par les bordures. Le
calage transversal sera réalisé au début et à la fin de la zone à paver par une poutre en
béton armé de 20 x 30 cm.
Les pavés à double emboîtement seront posés perpendiculairement au sens de la
circulation. Au début et en fin, le pavage commencera et finira par des pavés de départ dit
pavés de rive. Le long des bordures, les pavés seront en alternance des pavés standards et
des demi-pavés.
L’Entrepreneur s’assurera que les pavés sont bien serrés et bien posés les uns par rapport
aux autres. Il est conseillé à l’Entrepreneur d’utiliser des cordons tendus dans le sens de la
longueur et dans le sens de la largeur, afin d’assurer la régularité des joints. L’Entrepreneur
fera un autocontrôle de cette régularité toutes les 10 rangées, il fera vérifier cette régularité
journellement par le Représentant du maître d'œuvre.
L’Entrepreneur assurera le tassement des pavés à l’aide d’une dame vibrante ou de tout
autre équipement approprié de compactage (cet équipement ne doit être ni batteur, ni
sauteur, ni glisseur) en allant d’abord dans le sens de la longueur des pavés, puis dans le
sens perpendiculaire. Le compactage se fera sur des matériaux secs. Après ces opérations,
l’Entrepreneur sablera la surface des pavés posés avec sur sable lavé 0/2 mm.

C.9 TRAVAUX PREPARATOIRES AUX OUVRAGES


C.9.1 Implantation des ouvrages
Le piquetage des ouvrages est effectué par l’Entrepreneur conformément aux dispositions
indiquées sur les projets d’exécution et aux instructions du Représentant du maître d'œuvre.
Dans un délai de quinze (15) jours après la notification des instructions du Représentant du
maître d'œuvre, l’Entrepreneur en vérifie le bien-fondé, faute de quoi, elles sont réputées
acceptées sans réserve par l’Entrepreneur. En cas de désaccord, un levé topographique
contradictoire doit permettre de trancher le litige. Tout début d’exécution sans réclamation,
engage la responsabilité de l’Entrepreneur. En cas d’erreur, il a l’obligation de prendre à sa
charge toutes les opérations de destruction et reconstruction éventuelles.

138
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.9.2 Fouilles pour fondations d'ouvrages


L’Entrepreneur doit prendre toutes les dispositions nécessaires (signalisation, déviation,
gardiennage, etc.) pour maintenir la sécurité de la circulation automobile et des piétons.
Les fonds de fouilles pour les fondations doivent être descendus aux profondeurs requises
pour la construction des ouvrages indiquées sur les plans. La profondeur de la fouille peut
être modifiée (purges) par le Représentant du maître d'œuvre s'il apparaît, après examen
contradictoire, que la portance du sol au niveau prévu est insuffisante pour supporter
l'ouvrage. L’Entrepreneur procédera alors à l'enlèvement ou à la purge de tous les éléments,
blocs, poches ou lentilles susceptibles de provoquer des désordres dans l'ouvrage et au
comblement des vides ainsi créés par un matériau de bonne qualité, compacté si nécessaire
pour obtenir des caractéristiques équivalentes à celles du terrain environnant.
La profondeur sur laquelle les poches de sol mou seront curées et les obstacles durs
dégagés sera fixée par le Représentant du maître d'œuvre sur proposition de l’Entrepreneur.
Les parois et le fond doivent être convenablement damés et réglés suivant les documents
d'exécution. Si le Représentant du maître d'œuvre le juge utile, le fond de fouille pourrait être
compacté à 95% de l’OPM sur les 30 derniers centimètres.
Les fonds de fouilles devront être réceptionnés par le Représentant du maître d'œuvre. Dans
tous les cas, le béton de propreté devra être mis en place dès réception du fond de fouille
par le Représentant du maître d'œuvre.
L’Entrepreneur exécute tous les blindages, drainages et épuisements qui peuvent s’avérer
nécessaires. L’Entrepreneur évitera toute entrée d'eau dans les fouilles et en cas d'entrée
d'eau, il procédera à l'évacuation rapide de cette eau. Si dans ce dernier cas, le terrain
d'assise se trouve perturbé, l’Entrepreneur procédera, à ses frais, à l'excavation des
matériaux perturbés et à leur remplacement par des matériaux de bonne qualité.
Au cas où, lors de l’exécution de la fouille, l’Entrepreneur rencontre des terrains durs ou
rocheux nécessitant l’emploi de matériels spéciaux de perforation ou autres, il doit en aviser
le Représentant du maître d'œuvre qui décide de maintenir ou non, la cote arrêtée sur les
plans. Des attachements contradictoires doivent être pris pour estimer le volume
correspondant des terrains rocheux ainsi extraits.

C.10 OUVRAGES D'ASSAINISSEMENT ET DIVERS


C.10.1 Exécution des dalots
Les dalots sont exécutés d’après les plans type et métrés. D’une façon générale, ces
ouvrages sont constitués :
- du corps de l’ouvrage proprement dit, formé d’un cadre en béton armé B 30,
- de finitions latérales représentées par des murs en aile, amont et aval, reposant sur un
radier en béton protégé par un para-fouille. Ces murs en aile sont aussi réalisés en béton
B 30 et leur positionnement exact doit tenir compte de la largeur finie de la chaussée.
C.10.1.1 Préparation et réception du fond de fouille
Dans tous les cas, l’Entrepreneur avertit le Représentant du maître d'œuvre au moins vingt-
quatre (24) heures à l'avance de la date à laquelle la cote du fond de fouille est atteinte en
vue de procéder à un examen contradictoire de la nature et des qualités des terrains
rencontrés.

139
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.10.1.2 Exécution du dalot ou Elargissement de dalot


L’Entrepreneur veillera particulièrement à ce que le fil d’eau présente une pente minimum de
1% pour faciliter son nettoyage par auto-curage.
Les prescriptions applicables sont identiques à celles définies au paragraphe « Etude,
fabrication, mise en œuvre et contrôle des bétons ».
C.10.1.3 Implantation - Tolérances
Les tolérances d'implantation de l'ouvrage sont les suivantes :
- en nivellement 5 cm
- en plan  10 cm
C.10.1.4 Exécution des remblais techniques des dalots
Les matériaux nécessaires aux remblais techniques des dalots sont des matériaux de
remblai latéritique pour couche de fondation. Ces matériaux sont mis en œuvre par couches
élémentaires de 20 cm d’épaisseur maximale (de façon symétrique de part de d'autre de
l'ouvrage), dont le compactage doit être poussé jusqu’à 95 % de la densité sèche de l’OPM.
La limite supérieure du bloc technique correspond au niveau de la face supérieure de la dalle
de l'ouvrage.
L’Entrepreneur prend les dispositions nécessaires (légères pentes transversales et
éventuellement longitudinales, réalisation et entretien d'ouvrages provisoires de drainage,
fermeture de la plate-forme, etc.) pour éviter toute stagnation d'eaux pluviales, étant entendu
que l'écoulement de ces eaux doit toujours se faire vers l'extérieur et non vers le dalot.
Les processus de contrôle de mise en œuvre du remblai contigu aux dalots, les essais et les
résultats exigés sont récapitulés dans le tableau CT 7 présenté en fin de section C.

C.10.2 Ouvrages de têtes


Les ouvrages de têtes des dalots et tous autres ouvrages en béton pour l'assainissement,
seront réalisés aux emplacements prévus au projet. Ils seront exécutés suivant les
conditions du fascicule 70 du CPC.
Chaque ouvrage devra faire l’objet d’un plan d’exécution établi par l’Entrepreneur et à ses
frais.
Le béton de propreté sera un béton maigre C 150. Pour les autres travaux, on utilisera un
béton ordinaire C 250. Le béton pour béton armé sera du type B 30.

C.10.3 Fossés
C.10.3.1 Fossés latéraux, de crête et divergents en terre à créer
Les fossés seront exécutés aux emplacements et type définis sur les plans d'exécution
approuvés par le Représentant du maître d'œuvre. Des fossés supplémentaires pourront
être prescrits par le Représentant du maître d'œuvre.
L'emplacement des fossés à exécuter est déterminé par le Représentant du maître d'œuvre.
L’Entrepreneur aura à sa charge l'étude d'exécution des fossés et des divergents pour
assurer un écoulement naturel par gravité sans débordement.
Les fossés divergents seront de la même nature que le fossé dont ils constituent la suite
naturelle.

140
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Les fossés longitudinaux triangulaires, exécutés au grader ou tout autre moyen mécanique,
auront une profondeur minimale de 0,60 m et une géométrie conforme au plan type. Si la
configuration l’exige, le Représentant du maître d'œuvre peut prescrire des formes et des
profils différents. La pente longitudinale est autant que possible, identique à celle de l’axe de
la chaussée. Si cela s’avère nécessaire, la pente est augmentée pour éviter toute
accumulation d’eau en un point du tracé. Elle doit toutefois rester inférieure à celle
conduisant à la vitesse critique d’érosion (0,5 m/s).
Les matériaux excédentaires ou impropres sont mis en dépôt à l'aval des écoulements pour
éviter leur retour dans le fossé. Les matériaux utilisables seront stockés pour être
réemployés dans les travaux de terrassement.
Le profil en travers type du fossé triangulaire se présente comme suit :
- largeur minimale (gueule du fossé) : 1,50 m,
- profondeur minimale : 0,60 m,
- pente des parois : 3/2 et 2/3,
- écartement minimum entre l’arrête supérieure du fossé et la fin de l’accotement en
zone de déblai (ou du pied de talus de remblai) : 1,00 m ; cet écartement sera réduit à
0,30 m dans les zones de déblai rocheux.
L'exécution des fossés divergents d'évacuation se fera conformément aux instructions du
Représentant du maître d'œuvre.
Les divergents sont réglés en profil en long pour assurer une parfaite évacuation des eaux
des fossés latéraux, et sont orientés de 30 à 45° par rapport à l’axe de la route, dans le sens
de la pente du terrain.
L’Entrepreneur maintiendra les fossés au profil, à ses frais, pendant toute la durée des
travaux et jusqu'à la réception définitive des travaux.
La mise en dépôt et l'épandage des terres provenant des déblais pour fossés en terre ne
perturbera en rien ni la visibilité, ni le drainage et s'effectuera en dehors de l'assiette de la
route, en aval des fossés et en dehors des champs cultivés et des villages. En tout état de
cause, ces dépôts à proximité des fossés ou ailleurs devront être agréés par le Représentant
du maître d'œuvre.
Les débits potentiels des différents exutoires seront évalués et des aménagements
complémentaires seront entrepris pour que la conduite de ces débits ne porte pas préjudice
à l'environnement proche ou plus éloigné de la route (apports de sédiments, inondations
locales, surcreusement et érosion du réseau hydrographique naturel récepteur des eaux de
l'exutoire, forte sensibilité à une pollution issue de la route).
L'Entrepreneur sera responsable de l'exécution des travaux et dispositifs de contrôle des
eaux issues de la route et du bon fonctionnement ultérieur de ceux-ci pendant les travaux de
construction de la route comme après sa réalisation. Pour le cas où les travaux et dispositifs
nécessaires, tels que spécifiés dans le CPT se révéleraient, soit omis, soit insuffisants,
l'Entrepreneur devra en aviser le Représentant du maître d'œuvre pour suite à donner. A cet
effet, l'Entrepreneur lui fournira le document détaillé, localisant les compléments de travaux
qu'il considère comme justifiés et le devis estimatif correspondant sur les bases des coûts
unitaires retenus pour l'exécution de travaux analogues dans le cadre du présent Marché.
Les processus de contrôle de mise en œuvre des fossés, les essais et les résultats exigés
sont récapitulés dans le tableau CT 8 présenté en fin de section C.
C.10.3.2 Fossés maçonnés
Les fossés maçonnés sont réalisés selon les plans types et aux endroits indiqués par le
Représentant du maître d'œuvre.

141
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Les prescriptions applicables à ces travaux sont identiques à celles définies aux
paragraphes "Travaux préparatoires aux ouvrages d'assainissement" et "Etude, fabrication,
mise en œuvre et contrôle des bétons".
La maçonnerie est constituée de moellons dont les joints sont remplis au mortier de ciment
M 450. La tolérance sur le fil d'eau des fossés est égale à  2 cm par rapport au profil
théorique.
C.10.3.3 Caniveaux bétonnés
La localisation et l’implantation de ces ouvrages sont arrêtées en accord avec le
Représentant du maître d'œuvre, qui s'assure de l'absence de contre-pente en profil en long.
Les prescriptions applicables à ces travaux sont identiques à celles définies aux
paragraphes "Travaux préparatoires aux ouvrages d'assainissement" et "Etude, fabrication,
mise en œuvre et contrôle des bétons".
Ces ouvrages en béton armé B 30 sont conformes aux plans types. Le radier est coulé sur
un béton de propreté. Ils seront jointoyés au mortier de ciment M 450.
Suivant la nature des terrains et en accord avec le Représentant du maître d'œuvre, ils
peuvent être coulés en pleine fouille. Dans ce cas, celle-ci a des parois parfaitement
dressées et sans aspérité.
Lorsque les ouvrages ne sont pas coulés en pleine fouille, le remblaiement de la fouille
derrière les piédroits est exécuté par couches de 20 cm de terre expurgée de pierres
supérieures à 60 mm, soit avec les matériaux d'extraction si ceux-ci sont convenables, soit
avec des matériaux d’apport répondant aux spécifications d’une couche de fondation.
Les matériaux d’apport font partie du prix de béton des caniveaux. Dans le cas où
l’Entrepreneur propose la préfabrication, le remblayage derrière les parois fera partie du prix
du béton
Ces caniveaux peuvent recevoir une couverture constituée de dallettes en béton armé B 30,
auquel cas l’Entrepreneur doit ménager dans le coffrage intérieur des piédroits, le siège
d’appui de ces dallettes.
Les processus de contrôle de mise en œuvre des caniveaux, les essais et les résultats
exigés sont récapitulés dans le tableau CT 8 présenté en fin de section C.

C.10.4 Bordures
Les bordures seront de type T1, T2, T3 et arasé. Les opérations de vérification et la
réception de tous les éléments seront effectuées sur le chantier ; tout élément refusé devra
être enlevé dans un délai de deux (2) jours par l’Entrepreneur et à ses frais.
Les bordures seront posées sur un lit de pose en béton C 150 d’une épaisseur minimum de
10 cm et épaulées par du béton C 250 d’une épaisseur minimum de 10 cm, selon les plans.
Le mortier à utiliser pour les joints est dosé à 450 kg de ciment par m 3 (M 450). Ce dernier
sera fini à la truelle langue de chat.
Les processus de contrôle de mise en œuvre des bordures, les essais et les résultats exigés
sont récapitulés dans le tableau CT 8 présenté en fin de section C.

142
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.10.5 Descentes d'eau


Les descentes d'eau seront réalisées selon les implantations, longueurs et orientations
précisées sur le chantier par le Représentant du maître d'œuvre ou sur proposition de
l’Entrepreneur. Ces descentes d'eau intéresseront en particulier les talus de grande longueur
en forte déclivité ou à l'intérieur des virages, les talus de grande hauteur, et les remblais
d’accès aux ouvrages d’art.
Les descentes à mettre en place seront mises en œuvre après décapage sur une largeur
égale à celle de la descente et sur une épaisseur variable, de façon à obtenir un profil en
long régulier, épousant au mieux le terrain, sans variation excessive de pente. Les déblais
seront régalés de façon à éviter leur entraînement dans les descentes d'eau.
Les ouvrages de tête et de pied auront une épaisseur de 0,20 m pour les parties en béton
B 25.
Après la pose, les descentes d'eau devront être butées latéralement par des apports de terre
parfaitement damée sur une largeur de 0,50 m environ. Elles reposeront sur un bloc de
béton qui sera protégé par un gabion.
La continuité des fils d'eau sera parfaitement assurée par tous les travaux annexes
complémentaires requis. L'acceptation des diverses descentes sera subordonnée à la
vérification :
- de leur épaisseur,
- de leur bon fonctionnement, de leur étanchéité,
- de la continuité des fils d'eau par observation sous un régime de pluie ou sous le
déversement pendant au moins dix (10) minutes d'une citerne à eau ouverte à plein
débit.
Les processus de contrôle de mise en œuvre des descentes d’eau, les essais et les résultats
exigés sont récapitulés dans le tableau CT 8 présenté en fin de section C.

C.10.6 Gabionnage
C.10.6.1 Mise en œuvre des gabions
Les gabions ne pourront être mis en place qu'après notification à l’Entrepreneur de
l'acceptation de la qualité des cages métalliques.
Le gabion reçu à pied d’œuvre sera au moment de son utilisation, déplié de façon que toutes
ses faces reposent à plat sur le sol. Les quatre faces latérales seront relevées pour former
une caisse dont le couvercle restera ouvert, puis le gabion ainsi posé sur l'emplacement
définitif qu'il devra occuper.
Si ce gabion doit être juxtaposé à d'autres déjà en place, ses faces de contacts avec ces
derniers seront parfaitement appliquées contre les gabions voisins (on utilise à cet effet un
maillet de bois).
Les autres arêtes verticales seront cousues avec du fil de fer galvanisé ; pour les gabions en
contact les uns avec les autres, les coutures des arêtes des gabions en cours de montage
se feront en englobant les arêtes des gabions déjà en place. Les arêtes horizontales des
gabions en contacts, y compris l'arête d'articulation du couvercle du gabion en cours de
pose, seront ligaturées ensemble avant tout commencement de remplissage de ce gabion.
Toutefois, les coutures ou ligatures seront faites en utilisant un fil de fer galvanisé,
parfaitement tendu en effectuant au moins un tour complet de l'arête à ligaturer par longueur
de maille de gabion.

143
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

L'utilisation de pinces ou tenailles pour obtenir la tension du fil de ligature est formellement
prohibée, cette tension sera obtenue par traction à l’aide d’une petite barre de bois ou d'acier
sur laquelle aura été enroulée l'extrémité libre du fil.
Enfin, les gabions seront soigneusement contreventés :
- avant remplissage par la mise en place des tirants verticaux,
- pendant le remplissage par la mise en place des tirants horizontaux et des tirants d'angle.
C.10.6.2 Remplissage
Au cours du remplissage, on donnera une forme rigide aux faces verticales libres du treillis
en disposant le long des arêtes verticales, non reliées à des gabions en place, des piquets
qui auront pour but d'assurer une tension parfaite des faces libres.
Le remplissage du gabion s'effectuera à la main en rangeant sommairement les pierres les
plus grosses le long des parois des treillis. Des gabions bien parallélépipédiques présentent
toutes les garanties de stabilité.
Les dernières rangées de pierres seront disposées de telle sorte que la surface supérieure
soit bien dans le plan des arêtes supérieures des gabions (tolérance admise : + 3 %).
Au cas où il se trouverait à l'intérieur du gabion, une pierre ne présentant pas les qualités, le
Représentant du maître d'œuvre sera en droit d'exiger qu'il soit entièrement vidé et regarni
de pierres, le tout aux frais exclusifs de l’Entrepreneur.
Après l’achèvement du remplissage du gabion, les piquets d'angle seront retirés et le
couvercle sera rabattu. Les trois arêtes libres du couvercle seront, à l'aide d'un levier de fer,
tordues avec les arêtes des parois latérales correspondantes. Cette torsion sera faite tous
les 20 centimètres et chaque opération sera faite de façon à ce que les arêtes fassent au
moins quatre tours complets l'une sur l'autre.
La fermeture sera complétée par une couture des trois arêtes supérieures. On se dispensera
de coudre les arêtes libres destinées à être ligaturées avec les gabions à juxtaposer.
Tout déplacement de gabion lesté partiellement ou totalement est à proscrire.

C.10.7 Perrés maçonnés


Les perrés maçonnés ne seront exécutés que sur ordre du Représentant du maître d'œuvre,
lorsque celui-ci aura estimé les remblais stabilisés. Les perrés maçonnés auront une
épaisseur minimum de 0,20 m.
Les moellons, de roche massive ou provenant de cuirasses latéritiques dures, sont posés
sur un lit de béton frais (C 150) de 10 cm d'épaisseur refluant de tous cotés, serrés les uns
contre les autres aussi régulièrement que possible. Les vides entre les moellons sont remplis
au moyen de pierrailles hourdées dans du mortier M 450. Les moellons sont abondamment
mouillés avant leur emploi.
Les joints sont maçonnés au mortier M 450. Les parements sont jointoyés à joints creux,
serrés, lissés et séchés sous la truelle "langue de chat" en suivant l’avancement des travaux.
Lorsque le mortier a fait prise, la maçonnerie est lavée à grande eau.
La butée en pied de talus est assurée par une bêche de 40 cm de profondeur réalisée avec
du béton C 250.

C.10.8 Enrochements
Le calibre des moellons d'enrochement doit être de 50 à 100 kg par pièce.

144
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.10.9 Remplacement des Appareils d’appui


L’Entrepreneur devra vérifier la nécessité de remplacer les appareils d’appui existant. Cette
vérification sera menée selon les règles du bulletin technique n° 4 de la DOA du SETRA et
présentée pour accord au Représentant du maître d'œuvre.
Le remplacement des appareils d'appui se fera après le relevage du tablier à l'aide de vérin.
Les appareils d'appui devront être mis en place de manière à ce que leur liberté de
fonctionnement soit totale.
Ils devront reposer par l'intermédiaire d'un mortier ou d'un micro-béton de calage sur une
zone de béton fretté au-dessus et en-dessous de la plaque d'appui. Ils ne devront en aucun
cas risquer de baigner dans de l'eau stagnante sur le chevêtre. Ils seront posés sur un
bossage d'une hauteur de cinq (5) centimètres au moins. L'emploi du plâtre est interdit
comme matériau pour coffrage perdu des bossages en béton, ainsi que l'utilisation de
matériaux trop mou comme le polystyrène expansé. Un coffrage formant boite à sable est
recommandé.
La tolérance de positionnement des appareils d'appui est de trois (3) millimètres dans toutes
les directions.
Les processus de contrôle de mise en œuvre des appareils d’appui, les essais et les
résultats exigés sont récapitulés dans le tableau CT 8 présenté en fin de section C.

C.10.10 Remplacement des Joints lourds


La pose des joints lourds sera conforme aux spécifications relatives aux joints lourds du
dossier pilote JADE du SETRA. Les joints lourds seront pourvus d'une étanchéité aux eaux
les percolant.
Les joints seront posés après l'exécution des enrobés sur l’ouvrage.
La pose des joints de chaussées comprendra :
- la dépose de l’ancien joint,
- le sciage et l'enlèvement du tapis en enrobés,
- l'exécution du mortier de pose,
- la reprise en asphalte pur,
- le remplissage en asphalte coulé gravillonné,
- les drains en aluminium,
- les bavettes en élastomère,
- les ajustages pour évacuation des eaux,
- le raccordement de l'étanchéité au réseau d'évacuation des eaux de l'ouvrage.
Le béton utilisé pour les ancrages sera du béton B 30, soigneusement vibré au moyen
d’aiguilles de diamètre adapté.
Les processus de contrôle de mise en œuvre des joints de chaussée, les essais et les
résultats exigés sont récapitulés dans le tableau CT 8 présenté en fin de section C.

145
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.10.11 Garde-corps (Type S8)


L'Entrepreneur proposera à l'agrément du Représentant du maître d’œuvre les dessins
d'exécution, le mode de fabrication, les dispositions de pose et la protection envisagée.
Les éléments de garde-corps seront fixés en encorbellement à l’extérieur du gabarit des
trottoirs, sur des platines scellées dans les trottoirs. Ils seront assemblés puis posés
boulonnés sur les platines scellées en attente. Ils seront réglés en alignement et en altitude ;
l’Entrepreneur proposera les dispositions constructives permettant tout ajustement pour le
réglage correct : il sera vérifié que les montants seront bien verticaux, la tolérance pour faux
aplomb sera de zéro virgule cinq (0,5) centimètre sur la hauteur.
La tolérance pour faux alignement en plan ou en hauteur est d’un (1) centimètre par rapport
à la ligne idéale tout le long de l'ouvrage intéressé, quelles que puissent être les irrégularités
du béton des corniches.
Les surfaces à reconditionner au droit des blessures, des coupes ou des soudures
exécutées sur chantier seront convenablement dégraissées, décalaminées ou dérouillées s'il
y a lieu, puis recevront, en l'absence d'humidité, l'application d'une peinture riche en zinc.
L'épaisseur de la peinture mise en œuvre sera supérieure ou égale à celle du revêtement
adjacent. Lorsque la surface des défauts à reconditionner dépassera vingt (20) % de la
surface totale du garde-corps, la peinture de reconditionnement sera généralisée pour
donner une homogénéité de teinte.
Le béton ou micro béton de scellement des montants dans la corniche sera un béton B25.
Les processus de contrôle de mise en œuvre de garde-corps, les essais et les résultats
exigés sont récapitulés dans le tableau CT 8 présenté en fin de section C.

C.11 SIGNALISATION ET SECURITE


C.11.1 Signalisation verticale
La signalisation verticale (type des panneaux, texte, taille et police des caractères,
positionnement sur le profil en long, implantation sur l'accotement) est proposée au
Représentant du maître d'œuvre qui dispose d’un (1) mois pour approuver ces dispositions.
Les panneaux doivent être conformes aux normes NF EN 12899-1 et XP P98-501.
En rase campagne : Sur accotement, le bord du panneau doit être à une
distance minimale de 1,50 m de la chaussée.

En agglomération : Le bord du panneau doit être à 1,50 mètre au moins de la


bordure du trottoir.

• Implantation
Position latérale des panneaux :
- sauf instruction contraire du Représentant du maître d'œuvre, les panneaux seront
implantés sur la droite de la chaussée dans le sens de la circulation, sur les bords
extrêmes des accotements.
- la réflexion spéculaire sur le fond et les lettres des panneaux sera évitée en donnant à
celui-ci une inclinaison judicieusement comprise entre 88° et 92° soit ± 2° (cf. : article
8 des instructions ministérielles) par rapport à la normale de l'axe de la route (le sens
positif étant le sens trigonométrique).

146
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Position verticale des panneaux :


- la hauteur sous panneau est fixée à 2,00 m au minimum au-dessus du niveau fini de
l'accotement en rase campagne et de 2 à 2,3 m au-dessus du niveau du sol en
agglomération,
- si plusieurs panneaux sont placés sur un même support, cette hauteur est celle du
panneau inférieur.
Localisation des panneaux :
- les panneaux de danger sont implantés à une distance de 150 m du point ou du début
de la zone à signaler en rase campagne et à 50 mètres en agglomération,
- les panneaux et leur éventuel panonceau associé sont placés sur le même support,
- les ouvrages présentant un danger particulier sont signalés par des balises,
- les panneaux de prescription sont implantés au voisinage immédiat de l’endroit où
s’applique la prescription, sauf certains panneaux notamment d’obligation qui doivent
être implantés comme les panneaux de danger,
- les panneaux d’indication, de direction et de repérage sont implantés à une distance de
100 m du point ou du début de la zone à signaler en rase campagne et à 40 mètres en
agglomération, et ceux du type EB sont placés en début et fin des villes et villages, aux
emplacements fixés par le Représentant du maître d'œuvre.
• Ancrage et fondation
Avant le début effectif des travaux de mise en place, l’Entrepreneur doit être en mesure de
fournir sur la demande du Représentant du maître d'œuvre une note de calcul justifiant les
dimensions adoptées pour les supports et les massifs d'ancrage sur la base d'une surcharge
statique horizontale de 240daN/m² et de soumettre à l'agrément du Représentant du maître
d'œuvre le piquetage de l'axe des supports de panneaux.
Les fondations doivent être exécutées très soigneusement. En particulier la partie supérieure
visible des socles est lissée et arasée au niveau de l'accotement.
Les supports des panneaux sont scellés dans un massif de béton C 250 de dimensions 0,40
x 0,40 x 0,60 m.
Les processus de contrôle de mise en œuvre de la signalisation verticale, les essais et les
résultats exigés sont récapitulés dans le tableau CT 8 présenté en fin de section C.

C.11.2 Signalisation horizontale


La signalisation horizontale (largeur unitaire des lignes "U", type de lignes, positionnement
des lignes sur le profil en long, marquages divers) est proposée au Représentant du maître
d'œuvre qui dispose d’un (1) mois pour approuver ces dispositions.
Ces bandes ont pour but d'assurer le guidage des usagers. La réglementation internationale
distingue différents types de marques, dont les principales sont les suivantes :
a) les lignes longitudinales :
- continues infranchissables,
- discontinues axiales ou de délimitation des voies,
- discontinue d'annonce d'une ligne continue ou de dissuasion (dépassement dangereux),
- discontinue de bord de chaussée.
b) les lignes transversales continues (STOP) ou discontinues (céder le passage) :

147
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

c) les autres marques :


- pour passage de piétons,
- pour stationnement et autres périmètres protégés,
- les flèches.
La largeur des lignes est définie par rapport à une largeur unité "U" qui peut varier selon le
type de route.
Pour cet itinéraire, il sera utilisé U = 6 cm, avec :
2 U = 12 cm pour les lignes longitudinales axiales,
3 à 10 U (18 à 60 cm) pour les lignes de rives et transversales.
Les caractéristiques longitudinales des lignes discontinues varient dans le rapport des pleins
aux vides. Les modulations, tirets plus intervalles, sont des multiples ou des sous-multiples
de 13 m.
En rase campagne pour les lignes axiales de délimitation des voies, elles seront de type T1
(soit une bande de 3 m de trait plein pour 10 m de vide).
• Application de la peinture
Le marquage sera effectué sur une chaussée sèche et propre, après le tracé préalable de
l'axe des lignes, des bandes et du contour des flèches éventuelles. Ce pré marquage des
bandes est effectué par un filet continu ou pointillé.
L’Entrepreneur procède immédiatement avant l'application du produit, au dépoussiérage des
parties de la chaussée devant recevoir les bandes. La réflexion sera conforme aux
caractéristiques portées sur les certificats d’homologation.
L'application du produit est réalisée à l'aide d'un moyen mécanique agréé par le
Représentant du maître d'œuvre. Ce moyen mécanique sera étalonné en présence du
Représentant du maître d'œuvre.
• Contrôle d'exécution
Le dosage sec du produit seul devra être en moyen au moins égal à celui figurant sur la
Circulaire relative à l'homologation.
L’Entrepreneur devra fournir chaque jour au Représentant du maître d'œuvre l’ensemble des
fiches de contrôle interne prévues à cet effet par son PAQ.
Il sera prélevé, pendant toute la durée du chantier, un échantillon de trente (30) kilogrammes
de peinture, ainsi qu’un sac de microbilles de verres. Les analyses de ces échantillons
seront alors effectuées à la discrétion du Représentant du maître d'œuvre, et ce, par le
laboratoire de son choix, à la charge de l’Entrepreneur.
Si le dosage est inférieur de plus de 15 % à celui préconisé par le fournisseur, l’Entrepreneur
procèdera à ses frais à l'application d'une couche supplémentaire dans la journée qui suit
l'obtention des résultats.
Le contrôle du module des bandes est fait par sondage à l'initiative du Représentant du
maître d'œuvre. L’Entrepreneur a à sa charge tous les travaux de complément de marquage
qui s'avèreraient nécessaires.
Pendant la durée de la garantie, le niveau de service du marquage devra présenter les
caractéristiques minimales suivantes :
- degré d’usure : note 6 à l’échelle d’usure du LCPC 75,
- rétro-réflexion : R = 150 mld/lux/m²,
- glissance : G = 0,45 SRT
148
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- contraste : facteur de luminance L > 0,27.


Le Représentant du maître d'œuvre se réserve le droit d’effectuer les contrôles de garantie à
l’aide du matériel d’un laboratoire agréé. Le choix des sections à contrôler sera établi lors du
démarrage des travaux de marquage. La longueur contrôlée sera de l’ordre de 50 % de la
longueur réalisée.
Les processus de contrôle de mise en œuvre de la signalisation horizontale, les essais et les
résultats exigés sont récapitulés dans le tableau CT 8 présenté en fin de section C.

C.11.3 Balises
Elles seront implantées sur l'accotement extérieur du virage, l'axe à un mètre du bord
extérieur de la couche de roulement.
L'espacement des balises sera tel que quatre balises au moins se trouvent simultanément
dans le champ visuel de l'usager. Une balise sera implantée sensiblement dans l'axe des
voies que peut suivre un conducteur abordant la courbe. Deux ou trois balises devront être
posées avant l'entrée et après la sortie de la courbe. L'espacement entre deux balises
consécutives sera d'autant plus faible que le rayon de la courbe serait plus étroit. Il ne doit
pas être inférieur à 8 m.
Le mode d'ancrage doit être tel qu'elles ne présentent qu'un faible danger en cas de choc. Il
doit être soumis à l'approbation du Représentant du maître d'œuvre avant toute exécution.

C.11.4 Bornes
Un plan d’exécution sera proposé à l'agrément du Représentant du maître d'œuvre.
L’emplacement, les inscriptions et la couleur des peintures des bornes sont agréés par le
Représentant du maître d'œuvre.
L'encastrement dans le sol pour fondation doit être de l'ordre de 35 à 40 cm.
Les surfaces des bornes faisant saillie du sol sont peintes avec trois (3) couches d’une
peinture agréée par le Représentant du maître d'œuvre.
Les inscriptions (texte et taille des caractères) sur les bornes sont définies à l’Entrepreneur
par le Représentant du maître d'œuvre. Elles seront du type à caractères incrustés. Elles
concernent :
- sur chaque face dans le sens de circulation, le nom et le kilométrage de la localité la plus
proche, le nom et le kilométrage de la ville la plus proche,
- sur la tranche, la distance par rapport à l'origine de la route,
- sur la calotte, la classe et le numéro de la route.

C.11.5 Glissières de sécurité


Des glissières pourraient être installées sur les accotements surtout aux abords de certains
ouvrages. Les emplacements exacts des glissières seront définis par le Représentant du
maître d'œuvre.
Il faut respecter les instructions suivantes de mise en place :
- le bord supérieur de la bande doit se trouver à non moins de 70 cm du plan viable,
- la superposition des bandes ne doit pas être supérieure à 32 cm,

149
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- l'espacement entre les supports est compris entre 3,00 et 4,00 mètres conformément aux
instructions du Représentant du maître d’œuvre,
- les supports seront enfoncés sur 121,5 cm dans le terrain sans bloc d’ancrage,
- le support d’extrémité dans le cas d'un élément de fin de file incliné est fondé sur un bloc
d’ancrage en béton C250 de 100 x 100 cm conformément aux plans type.
Les processus de contrôle de mise en œuvre du remblai contigu aux dalots, les essais et les
résultats exigés sont récapitulés dans le tableau CT 8 présenté en fin de section C.

C.11.6 Ralentisseurs
Ils ont pour objet d’inciter les conducteurs à réduire la vitesse de leur véhicule. Deux types
de ralentisseurs sont couramment utilisés.
C.11.6.1 Bandes rugueuses (ou bandes sonores)
Elles sont constituées de bandes d’enduit en relief disposées transversalement à la
chaussée induisant de légères secousses dans les véhicules. L'épaisseur de quelques
millimètres de ces bandes provoque une légère secousse; la nature rugueuse des gravillons
fixés à l'aide d'un liant bitumeux ou synthétique provoque un bruit de roulement; et le tout
provoque une surprise du conducteur, accentuée par la répétition et la multiplication de ces
stimuli. Ces dispositifs attirent l’attention du conducteur afin que celui-ci adapte sa vitesse à
la configuration du site. Elles ne doivent cependant pas constituer une gêne excessive, ni
entraîner des réactions dangereuses.
L’ensemble du dispositif comporte plusieurs bandes parallèles de 50 cm de largeur à une
distance variable avec la distance d’approche. Elles sont généralement disposées en séries
de onze, réparties en quatre groupe de, respectivement dans le sens de circulation : 1, 2, 3
puis 5 (voir plan). Le conducteur doit voir les bandes à l’avance et il est donc important
qu’elles se distinguent de la chaussée, en particulier par leur couleur et qu’elles soient pré
signalisées. Ce dispositif est signalé par des panneaux de danger de type A2a, A2b ou A14
accompagnés d'un panonceau M9et parfois même de limitations de vitesse.
Plusieurs techniques sont utilisables :
- les enduits classiques ou des enduits à base de brai-époxy avec, dans les deux cas,
utilisation de gravillons durs,
- les résines thermoplastiques gravillonnées ou non,
- les moquettes routières constituées de rouleaux de PVC, gravillonnées, fabriquées en
usine, appliquées sur la chaussée par collage à chaud,
- l’inclusion de pavé.
L’Entrepreneur proposera au Représentant du maître d’œuvre la technique qu’il envisage
d’utiliser avant l’exécution des bandes sonores.
C.11.6.2 Ralentisseurs
Du fait de leur agressivité, notamment pour les deux-roues, leur utilisation doit être limitée
aux zones où l’on souhaite imposer une vitesse très réduite (moins de 30 km/h). Leurs
caractéristiques sont strictement codifiées sur la base du résultat des essais réalisés par
l’Union technique de l’automobiliste, du motocycle et du cycle (UTAC). Ils doivent être établis
perpendiculairement à l’axe de la chaussée et continus sur toute la largeur de celle-ci. Ils
doivent être bien visibles par l’automobiliste et, pour cela, situés à plus de 20 m des virages
et des carrefours. Le matériau qui les constitue doit avoir une couleur différente de celle de
la chaussée. Ils doivent être annoncés par un panneau portant la mention « ralentisseur » en
signalisation avancée (voir plan).

150
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

La réalisation des ralentisseurs doit être conforme à la norme NF P 98-300.


Dans le cas de passage pour piéton, ce dernier sera :
- sur le ralentisseur de type trapézoïdal,
- ou encadré par des ralentisseurs de type dos d’âne ou par des ralentisseurs
réflectorisés préfabriqués et vissés sur la chaussée.

C.12 SYNTHESE DES ESSAIS ET CONTROLE D'EXECUTION DES TRAVAUX


Les principaux essais de contrôle des travaux sont récapitulés dans les articles suivants. Ils
déterminent les processus, les résultats exigés et le nombre d'essais. Le Représentant du
maître d'œuvre pourra néanmoins, s'il le juge nécessaire, modifier la teneur des tableaux

151
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Technique C.P.T

CONTROLE DES TRAVAUX CT 1


MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Densité en place et Densitomètre à 1 tous les 25 m alternativement à
teneur en eau membrane NF P 94- gauche et à droite
95% OPM (pour 95 % des mesures, avec un minimum
Plate-forme 061-2 ou
de 92%)
terrassée en Gammadensimètre
déblai
NF P 98-241-1
Proctor Modifié NF P 94-093 1 tous les 2.500 m²
Densité en place Densitomètre à
membrane NF P 94-
Surfaces et teneur en eau 90 % OPM (pour 95 % des mesures, avec un minimum 1 tous les 1.000 m²
061-2 ou
destinées à être de 87%)
Gammadensimètre NFP
remblayées 98-241-1
Proctor Modifié NF P 94-093 1 tous les 5.000 m²
Densité en place Densitomètre à
membrane NF P 94-
et teneur en eau 92 % OPM (pour 95 % des mesures, avec un minimum 1 tous les 250 m3
Corps de 061-2 ou
de 90%)
remblai Gammadensimètre NFP
98-241-1
Proctor Modifié NF P 94-093 1 tous les 2.500 m²
Densité en place et Densitomètre à 1 tous les 25 m alternativement à
plate-forme
teneur en eau membrane NF P 94- gauche et à droite
Terrassements – 95% OPM (pour 95 % des mesures, avec un minimum
061-2 ou
couche de forme de 92
Gammadensimètre NFP
98-241-1 %)
Proctor Modifié NF P 94-093 1 tous les 2.500 m²

152
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Technique C.P.T

CONTROLE DES TRAVAUX CT 1


MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Portance CBR à NF P 94-078 CBR (95%OPM, 4 jours d'immersion dans l'eau) 15 Au gré du Représentant du maître
95% d’œuvreau moins 1 tous les 5.000

OPM et à 4 jours
d'immersion dans
l'eau
Réglage Nivellement de précision  2 cm par rapport au profil théorique à chaque profil en travers(3 points
minimum)
Surfaçage Règle de 3 m Flèche maximum 2 cm à chaque profil en travers

Dévers Règle + 0,5 % par rapport au profil théorique à chaque profil en travers

Largeur Chaîne - 0 cm à + 5 cm par rapport à la largeur théorique à chaque profil en travers

Talus en déblai Réglage Nivellement de précision + 10 cm et – 0 cm par rapport au profil théorique à chaque profil en travers
et en remblai

Fossé en terre Réglage Nivellement de précision ± 2 cm par rapport au profil théorique à chaque profil en travers

153
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Technique C.P.T

CONTROLE DES TRAVAUX CT 2

NATURE DES ESSAIS


MATERIAU RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Densité en place et Densitomètre à 97 % OPM (pour 95 % des mesures, avec un minimum 1 tous les 75 ml pour le corps de
teneur en eau membrane NF P 94- de 95%) chaussée et 1 tous les 50 ml
061-2 ou pour les élargissements
Gammadensimètre
NF P 98-241-1
Proctor Modifié NF P 94-093 1 tous les 250 ml
Portance CBR à 95
% de l'OPM et à 4
Graveleux
jours d'immersion
NF P 94-078 CBR (95 %OPM, 4 jours d'immersion dans l'eau) 30 1 tous les 500 ml
latéritiques
dans l'eau
naturels pour
fondation Déflexion Poutre de Benkelman Déflexion caractéristiques d90= (m+1,3σ) ≤ 80/100 mm à chaque profil en travers
Réglage Nivellement de + 1 cm et - 1 cm par rapport au profil théorique
précision
Surfaçage Règle de 3 m Flèche maximum 2 cm
à chaque profil en travers(3
Largeur Chaîne - 0 à + 5 cm par rapport à la largeur théorique points minimum)
Épaisseur - 1 à + 2 cm par rapport à l'épaisseur théorique
Dévers Règle 0,5 %
Densité en place et Densitomètre à 98 % OPM (pour 95 % des mesures, avec un minimum 1 tous les 75 ml pour le corps de
Graveleux teneur en eau membrane NF P 94- de 97%) chaussée et 1 tous les 50 ml
latéritiques 061-2 ou pour les élargissements
naturels pour Gammadensimètre
base
NF P 98-241-1

154
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Technique C.P.T

CONTROLE DES TRAVAUX CT 2

NATURE DES ESSAIS


MATERIAU RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Proctor Modifié NF P 94-093 1 tous les 250 ml
Portance CBR à 95
% de l'OPM et à 4
jours d'immersion
NF P 94-078 CBR (95 %OPM, 4 jours d'immersion dans l'eau) 80 1 tous les 500 ml
dans l'eau
à chaque profil en travers
Déflexion Poutre de Benkelman Déflexion caractéristiques d90= (m+1,3σ) ≤ 60/100 mm

Réglage Nivellement de + 1 cm et 0 cm par rapport au profil théorique


précision

Surfaçage Règle de 3 m Flèche maximum 1 cm


à chaque profil en travers(3
Largeur Chaîne - 0 à + 5 cm par rapport à la largeur théorique points minimum)

Épaisseur - 0 à + 2 cm par rapport à l'épaisseur théorique

Dévers Règle 0,5 %

155
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Technique C.P.T

CONTROLE DES TRAVAUX CT2.a

Densité en place Densitomètre à


et teneur en eau membrane NF P 94- 98%OPM 1 tous les 75 ml pour le corps
050 ou de chaussée et 1 tous les 50
Gammadensimètre ml alternativement pour les
élargissements pour pistes
NF P 98-241-1 cyclables
Proctor Modifié NF P 94-093 1 tous les 1.000 ml
Portance CBR à 98 %
Grave concassée de l'OPM et à 4 jours
0/31,5 d'immersion dans l'eau NF P 94-078 CBR (98%OPM, 4 jours d'immersion dans l'eau)  80 1 tous les 1.000 ml

Réglage Nivellement de + 1 cm et - 1 cm par rapport au profil théorique à chaque profil en travers


précision
(3 points minimum)

Surfaçage Règle de 1,5 m Flèche maximum 1 cm

Largeur Chaîne - 0 à + 5 cm par rapport à la largeur théorique à chaque profil en travers

Épaisseur - 1 à + 1 cm par rapport à l'épaisseur théorique

156
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Technique C.P.T

CONTROLE DES TRAVAUX CT2.b


MATERIAU NATURE DES ESSAIS RESUITATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Densité en place et Gammadensimètre MV apparente (sèche mesurée en place) > 97 % MV 1 tous les 50 ml pour le corps
teneur en eau NFP 98-241-1 et sèche) de référence (OPM de chaussée
NFP 94-061-1

Proctor Modifié NF P 94-093 1 tous les 150 ml

Couche de base Portance CBR à 95 % NF P 94-078 CBR (95 % OPM, 7 jours dont 4 jours d'immersion 1 tous les 500 ml
de l'OPM dans l'eau) > 160
améliorée
au ciment Vérification matériel inspection visuelle propreté des tuyauteries, filtres, gicleurs, etc.
de répandage

Dosage du ciment Pesée de plaquettes m, = M/S kg/m2 - variation < + 2 à 4 % 1 tous les 1.500 m2

Déflexion Poutre de Benkelman Déflexion caractéristiques d90= (m+l,3o) < 60/100 mm à chaque profil en travers

Réglage Nivellement de précision + 1 cm et - 0 cm par rapport au profil théorique à chaque profil en travers (3
points minimum)

Surfaçage Règle de 3 m Flèche maximum 1 cm

Largeur Chaîne - 0 à + 5 cm par rapport à la largeur théorique

Epaisseur - 0 à + 2 cm par rapport à l'épaisseur théorique

Dévers Règle + 0,5 %

157
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Technique C.P.T

CONTROLE DES TRAVAUX CT 3

NATURE DES ESSAIS


MATERIAU RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Densité en place et Gammadensimètre MV apparente (sèche mesurée en place) ≥ 97 % MV 1 tous les 50 ml pour le corps
sèche) de
teneur en eau NF P 98-241-1 et de référence (OPM chaussée
NF P 94-061-1
Proctor Modifié NF P 94-093 1 tous les 150 ml
Portance CBR à 95 NF P 94-078 CBR (95 %OPM, 7 jours dont 4 jours d'immersion 1 tous les 500 ml
% de l'OPM dans l'eau) 160
Couche de base Vérification matériel inspection visuelle propreté des tuyauteries, filtres, gicleurs, etc.
litho stabilisée de répandage
(pour mémoire)
Dosage du Evaluation de eps = 5 cm² - variation ≤  2 à 4 % 1 tous les 500 ml
concassé l’épaisseur
Déflexion Poutre de Benkelman Déflexion caractéristiques d90= (m+1,3σ) ≤ 60/100 à chaque profil en travers
mm
Réglage Nivellement de + 1 cm et - 0 cm par rapport au profil théorique
précision
Surfaçage Règle de 3 m Flèche maximum 1 cm
à chaque profil en travers(3
Largeur Chaîne - 0 à + 5 cm par rapport à la largeur théorique points minimum)
Épaisseur - 0 à + 2 cm par rapport à l'épaisseur théorique
Dévers Règle  0,5 %

158
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Technique C.P.T

CONTROLE DES TRAVAUX CT 4

NATURE DES ESSAIS


MATERIAU RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Imprégnation Dosage du liant Pesée de plaquettes  0,1 kg/m² 1 tous les 1.500 m2
Régularité Pesée de plaquettes r1<0,15
Transversale Au gré du Représentant du
maître d’œuvre
Vérification matériel inspection visuelle propreté des tuyauteries, filtres, gicleurs, etc.
Vérification matériel Inspection visuelle propreté des tuyauteries, filtres, gicleurs, au gré du Représentant du
Enduit superficiel
gravillonneurs, etc. maître 'œuvre
Dosage du liant Pesée de plaquettes Dr ≤5 % 1 tous les 1.500 m²
Régularité NF EN 12271 r1≤ 0,10 au gré du Représentant du
transversale du liant maître d'œuvre
Régularité 1 opération de contrôle/1.000
Longitudinale ml
r2≤ 0,10
Température du Thermomètre bitume pur : 160 à 170°C au gré du Représentant du
liant maître d'œuvre
Dosage des Pesée de plaques ≤ 10 % quantité prescrite ( 15 % pour valeur isolée) 1 tous les 1.500 m²
granulats
Régularité NF EN 12271 ≤ 15 % de la valeur moyenne sur un même profil 20 mesures au début de la
transversale des mise en œuvre de chaque
granulats couche de granulats
Rejet des granulats ≤ 5 % des quantités répandues

159
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Technique C.P.T

CONTROLE DES TRAVAUX CT 5

NATURE DES ESSAIS


MATERIAU RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS

Couche Dosage du liant Pesée de plaquettes  0,1 kg/m² 1 tous les 1.500 m2
d'accrochage NF EN 12272-1
EB 10 EB 14 assise
roulement/liaison
Essai de NF EN 12697-31 et NF % de vides60 >5 % et < 10 %
compactage à la EN 13108-20 girations
PCG
% de vides à 100 ≤ 10 %
girations
Essai de NF EN 12697-12 Compacité : C 92 <C< 96
compression
simple LCPC - Résistance à la R > 7 MPa R ≥ 6 MPa
Enrobé Duriez compression à
bitumineux sec à 18 °C à 7 j
(études et avec bitume
formulation) 35/50
Rapport r / R ≥ 0,75 ≥ 0,7
Essai d’orniérage NF EN 12697-22 et NF à 60 girations ≤ 10 %
EN 13108-20 (30.000 cycles)
à 100 girations
≤ 10 %
(10.000 cycles)
Module de rigidité NF EN 13108-20 à 15 °C, 10 Hz ≥ 5 500 MPa ≥ 9 000 MPa
ou 0,02s

160
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Technique C.P.T

CONTROLE DES TRAVAUX CT 5

NATURE DES ESSAIS


MATERIAU RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Résistance à la NF EN 13108-20 à 10°C, 25 Hz ɛ6-100≥100.10-6 ɛ6-90≥90.10-6
fatigue

Température de Thermomètre 145 à 155 °C au gré du Représentant du


stockage du liant maître d’œuvre
Analyse
granulométrique par
NF EN 12697-2 respect du fuseau 2 analyses par jour
tamisage
Teneur en eau des
Enrobé
bitumineux granulats à la sortie NF EN 1097-6 < 1 %
(fabrication) du sécheur
Température de l’EB Thermomètre à régler pour avoir 150 à 170 °C 2 analyses par jour
à la sortie du
malaxeur
Teneur en liant de LCPC Rec 2 / 3 respect de la teneur en liant résultant de l'étude
l’EB
NF EN 12697-1et 39
Vérification matériel Inspection visuelle propreté des bennes de camions, du finisseur, des au gré du Représentant du
compacteurs maître d’œuvre
Température de l’EB Thermomètre 140 à 160°C Contrôle bi-horaires
Enrobé
bitumineux (mise derrière finisseur NF EN 12697-13
en œuvre)
Compacité en place Gammadensimètre 100 % de la compacité LCPC de référence résultant 1 tous les 25 ml
de l'étude de formulation
NF P 98-241-1
entre 98 et 100 % = pénalités ; < 98% refus

161
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Technique C.P.T

CONTROLE DES TRAVAUX CT 5

NATURE DES ESSAIS


MATERIAU RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Réglage Nivellement de + 1 cm et - 0,5 cm par rapport au profil théorique à chaque profil en travers
précision
(3 points minimum)

Surfaçage Règle de 3 m Flèche maximum 0,5 cm

NF EN 13036-7

Largeur Chaîne - 0 cm par rapport à la largeur théorique à chaque profil en travers

Dévers Règle 0,5 %

Épaisseur Carottage Contrôle indirect par respect du dosage prescrit 1 carotte tous les 100 ml

NF EN 12697-36 Tm< 0,90 To – second tapis

Compacité sur LCPC 100 % de la compacité LCPC de référence résultant 1 carotte tous les 100 ml
carotte de l'étude de formulation ; entre 98 et 100 % =
pénalités ; < 98 % refus Côté G - axe - côté D

Déflexion Poutre Benkelman Déflexion caractéristique (m+1,3σ) 45 / 100 mm 1 mesure tous les 50 m

NF P 98-200-2

UNI NF P 98-218-3 IRI< 4 m/km

162
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Technique C.P.T

CONTROLE DES TRAVAUX CT 6

NATURE DES ESSAIS


MATERIAU RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Bétons Désignation et destination des bétons :
hydrauliques C 150 : béton de propreté
C 250 : semelles de fondation non armées, béton de blocage et de remplissage, fossés triangulaires
B 25 : radier, fossés rectangulaires ou trapézoïdaux armés ou non
B 30 : dalots
C 150 - C 250 Pas de résistance exigée
1 - Par convention, les résistances visées aux paragraphes suivants sont prises égales :
· au quatre-vingt-cinq centièmes (85/100ème) de la moyenne arithmétique des mesures effectuées, lorsque le nombre de ces mesures
est inférieur à douze (12).
· à la moyenne arithmétique des mesures diminuée des huit dixièmes (8/10 ème) de leur écart quadratique moyen, lorsque le nombre
de ces mesures est égal ou supérieur à douze (12), plafonnée aux neuf dixièmes (9/10 ème) de la moyenne arithmétique.
2 - La résistance du béton à 7 jours est déterminée par les épreuves d'études.
Epreuve d'étude Formulation Analyse granulométrique des constituants. Détermination d'une composition
pondérale par courbe de référence.
B 25–B 30 – B 40
Affaissement Détermination de la maniabilité optimale (ou maniabilité LCPC) par étude de la
variation du rapport sable/gravillon.
Essai d'affaissement selon NF P 18-451
Résistance à la NF EN 12390-3 R (28 jours, sur cylindres) > 25 MPa pour le B 25 6 cylindres à 7 jours
compression
R (28 jours, sur cylindres) >30 MPa pour le B 30 16 cylindres à 28 jours
R (28 jours, sur cylindres) >40 MPa pour le B 40

163
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Technique C.P.T

CONTROLE DES TRAVAUX CT 6

NATURE DES ESSAIS


MATERIAU RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Résistance à la NF P 18-407 R (28 jours, sur prismes) >2,2 MPa pour le B 25 6 prismes à 7 jours
rupture par flexion
R (28 jours, sur prismes) > 2,6 MPa pour le B 30 12 prismes à 28 jours
R (28 jours, sur prismes) > 2,8 MPa pour le B 40
Epreuve de Résistance à la NF EN 12390-3 R (7 jours) = 80/100ème des résistances obtenues à 28 14 éprouvettes en compression
convenance compression jours lors de l'épreuve d'étude
et 14 en traction
Résistance à la NF P 18-407 R (28 jours) = résistance exigée. · 4 utilisées à 7 jours
rupture par flexion
· 10 utilisées à 28 jours
Dans le cas de résultats insuffisants, l’Entrepreneur après examen de la centrale et des divers
constituants doit produire un nouveau béton de convenance fournissant des résultats satisfaisants,
tout bétonnage avec le béton concerné étant interdit.
Affaissement NF P 18-451 Entre 80 et 120% de l'affaissement obtenu avec le béton 3 mesures toutes les heures de
d'étude correspondant (moyenne sur 3 mesures) bétonnage
Résistance à la NF EN 12390-3 R (7 jours) = 9/10ème de la résistance à 7 jours du béton 8 éprouvettes par journée de
compression de convenance bétonnage :
R (28 jours) = résistance exigée · 4 pour l'essai à 7 jours
· 4 pour l'essai à 28 jours
Epreuve de
contrôle Résistance à la NF P 18-407 R (7 jours) = 9/10ème de la résistance à 7 jours du béton au gré du Représentant du
rupture par flexion de convenance maître d'œuvre
R (28 jours) = résistance exigée
Si les résistances d'un béton de contrôle sont insuffisantes, le Représentant du maître d'œuvre peut prescrire l'arrêt du bétonnage,
l'inspection des installations de fabrication et la production d'un nouveau béton de convenance.
Le Représentant du maître d'œuvre peut en outre, prescrire toutes les vérifications nécessaires pour apprécier la résistance du béton de
l'ouvrage et les mesures de consolidation, réparation ou démolition nécessaires.

164
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Technique C.P.T

CONTROLE DES TRAVAUX CT 6

NATURE DES ESSAIS


MATERIAU RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Coffrages Tolérances · 5 cm en valeur absolue pour l'implantation, par rapport au piquetage général
· 2 cm en valeur relative pour l'implantation, entre deux points quelconques des
coffrages des différentes parties d'un même appui.
· 4 cm en valeur relative pour l'implantation, entre deux points quelconques des
coffrages des différents appuis.
·  1 cm sur le nivellement de tous points d'un coffrage
· - 3 mm sur la largeur ou l'épaisseur de tout élément coffré

165
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Technique C.P.T

CONTROLE DES TRAVAUX CT 7

NATURE DES ESSAIS


MATERIAU RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Béton Idem ci-dessus pour les épreuves d’étude, de convenance et contrôle
hydraulique Bc 3
Béton de ciment Fabrication NF P 98-730 Centrale de fabrication doit être de classe B ou C Documentation et vérification
pour chaussée avant le démarrage
(fabrication et
fourniture) Aire de stockage Eviter la pollution des stocks et l’évolution de la
granulométrie
Transport du béton Annexe F NF P 98-170 Temps de transport de 90 mn avec une bétonnière
portée et 45 mn avec un camion benne
Béton de ciment Réglage Nivellement de + 2 cm et - 0 cm par rapport au profil théorique à chaque profil en travers
pour chaussée précision
(3 points minimum)
(mise en œuvre)
Epaisseur des + 2 cm et - 0 cm
dalles
Surfaçage Règle de 3 m Flèche maximum 0,5 cm
NF EN 13036-7
à chaque profil en travers
Largeur Chaîne - 0 cm par rapport à la largeur théorique
Dévers Règle  0,5 %

166
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Technique C.P.T

CONTROLE DES TRAVAUX CT 7

NATURE DES ESSAIS


MATERIAU RESULTATS EXIGES NOMBRE D'ESSAIS
NOM PROCESSUS
Dalot Densité en place et Densitomètre à au gré du Représentant du
teneur en eau membrane NF P 94- maître d'œuvre
(fouille) 90 % de l'OPM sur le fond de fouille
050
Proctor Modifié NF P 94-093
(ouvrage) Implantation Nivellement de  5 cm en nivellement
précision
 10 cm en plan
(bloc technique) Densité en place et Densitomètre à 1 toutes les couches
teneur en eau membrane NF P 94-
95 % de l'OPM
050
Proctor Modifié NF P 94-093 1 par ouvrage
Portance CBR à 95 NF EN 13286-47 CBR (95 % OPM, 4 jours d'immersion dans l'eau) 
% de l'OPM et à 4 30
1 par ouvrage
jours d'immersion
dans l'eau

167
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Technique C.P.T

CONTROLE DES TRAVAUX CT 8


Fossé en terre Réglage Nivellement de précision  2 cm par rapport au profil théorique à chaque profil en travers
Caniveaux en Réglage Nivellement de précision  2 cm par rapport au profil théorique à chaque profil en travers
Béton et en Résistance NF EN 12390-3 R (28 jours) = résistance exigée au gré du Représentant du
maçonnerie maître d'œuvre
compression
Descentes d'eau Epaisseur respect des plans types pour chaque descente d'eau
Fonctionnement écoulement correct à plein débit pendant 10 minutes
Bordures Alignement  1 cm en plan et en hauteur par rapport à la ligne sur toute la longueur
idéale
± 5 cm en plan
Glissière de Montage Eléments de glissière : vérification du sens de dès la pose des 200 premiers
sécurité recouvrement mètres
Boulonnerie : conformité de la mise en œuvre
Appareils d’appui Implantation Nivellement de précision ± 3 mm dans tous les sens
Planéité Surface du bossage ± 1 mm en plan
Horizontalité 1 mm entre les bords extrêmes
Joint de chaussée Alignement +2 et -0 géométrie des éléments par rapport au plan
théorique
± 2 mm en plan sur 1 m de long
Garde-corps Verticalité < 0, 5 cm par rapport à la hauteur
Alignement ± 1 cm par rapport à la ligne idéale

168
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Technique C.P.T

Signalisation Implantation · respect de la distance par rapport au bord de au gré du Représentant du


chaussée maître d'œuvre
Verticale
· respect de la hauteur sous panneau
· respect de l'angle panneau / axe de la route

Signalisation Dosage de la Pesée de plaques Dosage > 85 % du dosage préconisé par le au gré du Représentant du
peinture fournisseur maître

horizontale Largeur Chaîne respect de la largeur prévue d'œuvre

Modules Chaîne respect des longueurs trait / espace

Rétroréflexion Degré d’usure : note 6 à l’échelle d’usure du LCPC 75,

Rétro-réflexion : R = 150 mld/lux/m²,

Glissance : G = 0,45 SRT

Contraste : facteur de luminance L > 0,27.

169
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.13 TRAVAUX ENVIRONNEMENTAUX ET CONNEXES


C.13.1 Plantations d‘Ombrage
L’aménagement en matière visuel paysager des agglomérations traversées par la route,
constitue une opportunité pour mettre en place les haies d’espèces ligneuses tant à l’entrée,
à l’intérieur qu’à la sortie desdites agglomérations.
Les plantations d’arbres d’alignement ainsi envisagées seront réalisées à écartement de six
(6) mètres sur les deux côtés de la chaussée.
Les espèces végétales à utiliser répondront aux critères ci-après :
- avoir une hauteur minimale de 1,50 (un virgule cinq) mètre,
- être d’essences à croissance rapide, économiquement utiles,
- avoir un enracinement profond,
- avoir un houppier épais.
A titre indicatif, les espèces ci-après peuvent être requises : Khayasenegalensis,
Gmelinaarborea, Ceibapentandra, Terminaliamentalis, Cassia siamea, Dolenixregia, Tectona
grandis, Azadirachtaindica (Neems), etc.
Toute autre variété présentant les garanties de durabilité pourrait être proposée par
l’Entrepreneur, sur avis favorable du Service des Eaux et Forêts.
L’Entrepreneur mettra en place les espèces en collaboration avec le Représentant du maître
d’œuvre et la structure chargée du suivi environnemental.
Chaque arbre recevra une protection efficace contre le bétail (par exemple: grillage et
piquets métalliques). Les arbres seront entretenus, arrosés par l’Entrepreneur jusqu’à la
réception définitive des travaux. Les arbres manquant par défaut de reprise, par manque
d'entretien, ou par défaut de protection, devront être remplacés aux frais de l’Entrepreneur.

C.13.2 Aménagement des emprunts et des carrières après exploitation


Après exploitation, les zones d’emprunts feront l’objet d’une revégétalisation et bénéficieront
de plantation d’arbres sur les berges. Alternativement, certaines zones pourront être
aménagées en mare en accord avec les populations concernées. L’Entrepreneur est
responsable de ces travaux sous le contrôle strict du bureau de contrôle et de la structure
chargée du suivi environnemental.
Au niveau de chaque carrière exploitée pour les travaux de chantier, une remise en état est
prévue. La remise en état comprend :
- le nettoyage des sites,
- la remise en état des aires de dépôt,
- le remodelage du terrain,
- la création de réseaux de drainage,
- la protection contre l’érosion,
- la revégétalisation,

170
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- la fourniture d’engrais,
- les plantations.
L’Entrepreneur doit proposer pour chaque carrière sur la base des plans types
environnementaux, un plan d’exécution de l’aménagement en indiquant les espèces
proposées et les modes d’exécution de l’aménagement (matériel à utiliser etc..).

C.13.3 Murs de Clôture (Pour mémoire)


Les travaux d’exécution des murs de clôture comprennent :
- l’implantation,
- la réalisation des longrines de fondations en béton armé,
- la réalisation de poteaux en béton armé tous les quatre (4) mètres et d’un double poteau
tous les vingt (20) m,
- la réalisation du chaînage haut en béton armé,
- la mise en œuvre des parpaings de 15 cm sur un virgule cinq (1,5) mètres de hauteur par
rapport au sol,
- la réalisation d’un enduit taloché des deux côtés du mur,
- la fourniture et la pose d’un portail métallique double battant.
Ces travaux seront réceptionnés par le Représentant du maître d'œuvre avant leur remise
aux autorités responsables de l’école concernées.

C.13.4 Sensibilisation des riverains aux IST/SIDA, en matière de Sécurité


Routière et d’Environnement
La sensibilisation consistera à la mobilisation des riverains des routes et des ouvriers des
chantiers pendant et après les travaux.
Cette formation sera facilitée par l’utilisation d’une approche participative. La diffusion des
informations se fera à travers les prospectus et les affiches ainsi que par des causeries
éducatives.
La sensibilisation des populations se fera de façon systématique dans toutes les localités
situées le long des routes du projet. Ces séances s’appuieront sur les programmes
régionaux de lutte contre le SIDA, de sécurité routière et de protection de l’environnement.
Les activités de sensibilisation seront menées par des ONG spécialisées en la matière.
L’Entrepreneur est chargé de la mise à disposition de la somme à valoir prévue dans le devis
et de la mobilisation de ses ouvriers lors des sessions de cette sensibilisation.
La sensibilisation sera réalisée par l’intermédiaire de deux (2) campagnes par an pendant
trois (3) ans.

C.13.5 Renforcement des capacités de fourniture d'eau potable des populations


riveraines (Forages)
L’Entrepreneur exécutera des forages pour renforcer la capacité de fourniture d’eau potable
aux populations riveraines. Ces forages seront également utilisés pour les besoins en eau
des travaux. Ces forages seront implantés en fonction de la réduction du transport d’eau et
des besoins en infrastructure hydraulique pour la population en accord avec le Représentant
du maître d'œuvre.

171
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.13.5.1 Localisation et Implantation des forages


La liste des sites aux conditions photogéologiques favorables à la réalisation d'études
géophysiques et d'implantation et pour faciliter les études géoélectrique, géomagnétique etc.
est à élaborer par l’Entrepreneur et sous sa propre responsabilité pour permettre la
détermination optimale des sites d'implantation des forages.
Les implantations des forages sur le terrain seront à la charge de l’Entrepreneur et
effectuées en présence et sous le contrôle du Représentant du maître d'œuvre. Chaque
implantation fera l'objet d'un procès-verbal, étant entendu qu'en principe la préférence sera
donnée aux implantations à proximité des villages.
C.13.5.2 Organisation des travaux de forage : Programme technique des travaux
Dans un délai de soixante (60) jours à compter de la notification de l’ordre de service de
démarrage des travaux, l’Entrepreneur fournira au Représentant du maître d'œuvre :
- une étude détaillée pour l'approvisionnement en eau,
- un planning des travaux,
- un programme de mise en place du personnel et du matériel d'après la liste détaillée de
sa soumission.
C.13.5.3 Vérification du matériel
La vérification du matériel se fera en deux phases :
- quantitative et de conformité. Elle aura lieu avant le début des travaux en vue de vérifier la
conformité entre les listes descriptives soumises par l’Entrepreneur dans sa soumission et
le matériel effectivement fourni. Cette vérification sera faite à la base que l’Entrepreneur
réalisera dans les lieux de travail, soit le long du tracé de la route.
- technique aura lieu sur le chantier lors du premier forage.
C.13.5.4 Déroulement des travaux
La succession des travaux sera la suivante :
- implantation des ouvrages sur le terrain, après étude complète approuvée par le
Représentant du maître d'œuvre,
- matérialisation des implantations retenues,
- pour chaque forage, l'ordre de réalisation sera le suivant :
C.13.5.5 Foration
1°cas. forage négatif = abandon,
2°cas : forage avec débit compris entre 0,8 et 5 m3/h: même si un tel débit peut ne pas
intéresser l’Entrepreneur pour la réalisation des travaux, le Représentant du maître d'œuvre
peut demander son équipement,
3°cas : forage avec débit > 5 m3/h,
- équipement: avec tubage, crépines et gravier filtrant, développement par air lift,
- pompage d'essai par palier ;
- pose de moellon, remblai avec tout-venant, cimentation et construction de la dalle de
surface ;
- réception provisoire des forages ;

172
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- pose des pompes à motricité humaine et construction des margelles et murets de clôture
pour les forages retenus à cet effet par le Représentant du maître d'œuvre, soit en cours
des travaux si l’Entrepreneur n'est pas intéressé (faible débit), soit à la fin des travaux,
après son utilisation par l’Entrepreneur ;
- réception provisoire de chaque pompe et margelle.
L’Entrepreneur pourra, s'il le désire, proposer au démarrage ou en cours des travaux, une
variante pour l'ordre des opérations qu'il sera tenu de justifier.
C.13.5.6 Journal des travaux
L’Entrepreneur tiendra un journal des travaux sur lequel seront notés quotidiennement tous
les détails techniques des travaux. Ce journal sera à la disposition permanente du
Représentant du maître d'œuvre.
Sur ce journal seront consignés les renseignements suivants :
- marque et type de l'atelier de forage,
- appellation du site de forage,
- emplacement du forage avec coordonnées GPS,
- dates de début et fin des travaux,
- diamètres et profondeur de foration,
- diamètre de l'alésage, s'il y a lieu,
- description lithologique des terrains rencontrés,
- vitesse d'avancement,
- fluides de circulation (air, boue, mousse),
- pertes de circulation,
- incidents divers,
- coupe technique (tubages et crépines, bouchons, packers, etc.),
- volume, qualité et dimensions du gravier mis en place,
- niveaux : statique et dynamique avec le débit correspondant,
- marque, type et caractéristiques de l'atelier de pompage, des groupes électrogènes, des
pompes, etc.,
- résultats des pompages d'essai,
- et d'une façon générale, tous détails techniques.
Le journal des travaux sera visé par le Représentant du maître d'œuvre et par
l’Entrepreneur. Les remarques et réserves éventuelles du Représentant du maître d'œuvre
et de l’Entrepreneur seront portées sur le journal des travaux.
Lors de la réception du forage, l'original du Journal des travaux ainsi que les coupes
lithologiques et techniques du forage seront formellement remis au Représentant du maître
d'œuvre.
C.13.5.7 Description des travaux
Les articles ci-dessous sont à considérer comme une proposition. L’Entrepreneur est libre de
proposer d'autres techniques, matériaux et matériels au moins équivalents, à condition qu'ils
permettent de couvrir les besoins en eau du chantier et qu'ils respectent les règles de l'art.

173
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

L’Entrepreneur sera le seul responsable du choix des zones à capter et du type de captage à
réaliser pour satisfaire à ses besoins en eau de chantier.
Les forages munis de pompes à motricité humaine en vue de leur utilisation future par la
population locale, doivent répondre aux exigences exposées aux articles ci-dessous.
C.13.5.8 Foration
Dans le recouvrement, en terrains de mauvaise terre, la foration débutera au F 12", ce qui
permettra l'installation d'un tubage provisoire F 11"1/4. Ce forage sera exécuté au rotary ou
au MFT, à l'eau, la boue ou la mousse, sur une profondeur de 20 à 40m en moyenne. Par la
suite, le forage sera continué au MFT F 6 "1/2. En présence de terrains tendres, les premiers
mètres de forage seront exécutés au F 12" avec tubage provisoire à l'avancement F 11"1/4.
En roche dure les forages seront continués au Marteau Fond de Trou (MFT) F 6".
Pendant les travaux de foration, des échantillons de cuttings seront prélevés, emballés dans
des sachets en plastique, sur lesquels sera porté, à l'encre indélébile, le nom et numéro du
forage, la date et la profondeur de prélèvement. Ces échantillons seront tenus à la
disposition du Représentant du maître d'œuvre qui décidera de leur destination finale.
Une fois les travaux de foration terminés, après contrôle du niveau statique, une mesure
approximative du débit du forage sera faite au moyen d'un pompage à travers les tiges de
forage. Ce pompage permettra de décider si le forage est à équiper.
L’Entrepreneur tiendra en permanence sur l'atelier de forage une sonde électrique, un
thermomètre, un résistivimètre pour H²O et un pH-mètre afin de pouvoir vérifier l'aptitude de
l'eau à la confection du béton.
La fermeture supérieure du forage avec cadenas complétera l'ouvrage.
C.13.5.9 Equipement
L'achèvement sera réalisé par tubage en PVC, lisses, de qualité alimentaire, non
manchonnés, filetés à mi- épaisseur et présentant toutes garanties de résister aux efforts de
cisaillement, d'écrasement et de torsion jusqu'à 10 bars. (Plein, crépine et gravier filtrant) : en
PVC F 178-195 mm pour les forages avec Q > 5 m3/h; pour les forages avec Q < 5 m3/h, en
PVC F 126-140 mm. Un tube plein de 6m de longueur, avec bouchon de pied, sera mis en
œuvre comme décanteur. L'équipement sera achevé par un tube plein à la cote + 0,5 m par
rapport au sol. L'équipement sera complété par la mise en place d'un massif filtrant de
gravier siliceux, de granulométrie2 / 3 mm, jusqu'à 5m au-dessus de la crépine la plus haute.
Pendant la mise en place du gravier le forage sera mis en pompage par air lift. Le plan de
gravillonnage est donné à titre indicatif et pourra subir des modifications.
La profondeur d'installation des crépines sera fixée en fonction de la profondeur des venues
d'eau observées en cours de forage.
Les crépines auront les mêmes caractéristiques que le tubage, les fentes auront une
ouverture de 1mm.Jusqu'à 5 m au droit de la crépine la plus haute sera mis en œuvre, par
pompage à l'air lift, le massif filtrant qui sera composé de gravier siliceux, roulé, correctement
calibré F 2 / 3 mm et propre. Au-dessus du massif filtrant seront mis en œuvre 3 m de
quellon pour empêcher toute infiltration dans la nappe et, par conséquent la pollution de
celle-ci. L'espace annulaire restant sera comblé par du tout-venant et les 5 derniers mètres
cimentés jusqu'en surface.
C.13.5.10 Verticalité
Tous les forages seront creusés verticalement et de façon rectiligne pour permettre la mise
en œuvre d'un tubage vertical et parfaitement cylindrique.

174
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

C.13.5.11 Développement du forage


Le développement du forage sera fait aussitôt l'équipement terminé, par air lift (ligne d'air et
ligne d'eau), ou par électropompe immergée jusqu'à obtention d'eau claire. Si nécessaire du
gravier sera ajouté. Le dispositif d'air lift aura les caractéristiques suivantes :
- ligne d'eau, composée de tubes non manchonnés F 4",
- ligne d'air, composée de tubes non manchonnés F 1 "1/4.
- tête d'air lift étanche, du même diamètre intérieur que la ligne d'eau.
Des mesures de débit, niveau, température, pH et résistivité seront effectuées aux moments
indiqués par le Représentant du maître d'œuvre. Ce dernier décidera de l'arrêt ou de la
poursuite du pompage.
C.13.5.12 Pompage d’essai
Pour la réalisation des pompages d'essai, l’Entrepreneur mettra à la disposition du
Représentant du maître d'œuvre deux techniciens qui seront chargés d'effectuer toutes les
mesures pendant toute la durée des essais, soit descente et remonté.
Tous les pompages seront effectués au moyen d'électropompes immergées de diamètres
adéquats. Le débit de pompage ne dépassera pas 90m3/h. Il sera fixé par le Représentant
du maître d'œuvre sur la base des résultats de l'air lift. Le pompage d'essai sera exécuté par
4 paliers d'une heure et demi de durée chacun, le débit sera augmenté à chaque palier pour
atteindre le débit maximum pendant le dernier palier. La remontée sera suivie jusqu'au
niveau statique et en tout cas pendant un minimum de 12 (douze) heures.
Le pompage d'essai ne se fera qu'après un minimum de douze heures de repos de la nappe
et dans tous les cas à partir du niveau statique du forage. Dans les forages avec Q > 5 m3/h,
l'essai de longue durée (vingt-quatre heures) sera conduit à70 % du débit critique.
Le contrôle périodique des niveaux se fera au moyen d'une sonde électrique et celui du débit
au moyen d'un compteur volumétrique.
A la fin du pompage, on suivra la remontée du niveau dynamique jusqu'au rétablissement du
niveau statique et dans tous les cas, jusqu'à 95 %, ou jusqu'à 5 cm du niveau statique initial.
Au début et à la fin du pompage seront mesurés la température, la résistivité et le pH de
l'eau. Ces données seront enregistrées et remises au Représentant du maître d'œuvre avant
la réception provisoire.
C.13.5.13 Equipement des forages avec pompes à motricité humaine
La liste des implantations des forages à réaliser sera transmise par l’Entrepreneur au
Représentant du maître d'œuvre qui lui indiquera les forages éventuellement à équiper de
pompes à motricité humaine, en fonction de la distance des bénéficiaires potentiels et du
débit.
La décision sur l'équipement ou non d'un forage en vue de son exploitation pour les besoins
du chantier appartient au seul Entrepreneur.
L'équipement des forages retenus pour être munis de pompes à motricité humaine en vue
d'être utilisés par les villages comprend les prestations suivantes:
- fourniture, transport et installation de pompes à motricité humaine répondant aux
caractéristiques suivantes:
- pompe type VLOM (Village Lever Opération Maintenance),
- hauteur manométrique de pompage: 40 m en moyenne,
- débit: 800 l/h minimum à 45 coups par minute,
- corps de la pompe, tringles, tuyau.
175
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- aménagement du lieu de forage avec margelle en béton, dalle de scellement, muret de


clôture, abreuvoir, scellement de l'embase de la pompe dans la margelle du forage,
installation de la pompe, essais de fonctionnement et réception.
L’Entrepreneur précisera dans son offre :
- la marque et le modèle de la pompe proposée (les pompes devront être d'origine
européenne ou ACP),
- ses caractéristiques techniques,
- une liste détaillée des pompes de la marque proposée déjà installées au Mali,
- la durée de vie des pièces composant la pompe,
- les interventions d'entretien nécessaires par an,
- les coûts des pièces et des interventions d'entretien.
Il fournira une brochure avec les modalités d'installation et d'entretien de la pompe proposée.
La brochure ne comportera que des images et aucun texte écrit.
Dans les cas où un forage est exploité par l’Entrepreneur pour couvrir les besoins en eau du
chantier et que le Représentant du maître d'œuvre a manifesté son intérêt pour mettre le
forage par la suite à la disposition de la population locale, l’Entrepreneur, à ses frais, sera
tenu, après l'achèvement des travaux, de remettre au Représentant du maître d'œuvre le
forage en question, muni d'une pompe à motricité humaine en vue de la réception provisoire
de l'ensemble. Une condition préalable est que la profondeur, du niveau statique et la qualité
de l'eau sont telles que le forage se prête à un équipement avec pompe manuelle. Cet état
de fait est à confirmer par le Représentant du maître d'œuvre sur base du dossier technique
de chaque forage à présenter par l’Entrepreneur.
C.13.6 Réalisation de piste (POUR mémoire)
L’Entrepreneur, en accord avec le Représentant du maître d'œuvre, réalisera des pistes
d’accès de 7 m de large en matériaux latéritiques de couche de roulement de vingt (20)
centimètres. Il sera aménagé environ 50 km de pistes. Leur identification se fera avec les
communes traversées. L’Entrepreneur fera une étude détaillée en considérant une largeur
de 7 mètres, un terrassement minimum, des ouvrages simple de types radiers, dalots et
buses avec une épaisseur de couche de roulement de 20 cm en matériaux grave naturelle.
La couche de roulement sera compactée à 95% de l’Optimum Proctor.
L’Entrepreneur devra effectuer une étude complète qu’il soumettra au représentant du Maître
d’Œuvre.

176
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

PARTIE II : CAHIER DES


PRESCRIPTIONS TECHNIQUES (CPT) –
OUVRAGES D’ARTS

177
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

I - DISPOSITIONS GÉNÉRALES

1.1- OBJET DU CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES


Le présent Cahier des Prescriptions Techniques (CPT) définit les spécifications relatives à la
provenance et à la qualité des matériaux ainsi que les conditions d’exécution des travaux
d’ouvrages d’arts nécessaires à la réalisation du projet de réhabilitation de la section
Sévaré-Boré (111 Km) de la route Sévaré-Gao.

1.2- SITUATION, DONNÉES GÉOMÉTRIQUES ET FONCTIONNELLES DES OUVRAGES

1.2.1 Situation
La situation ainsi que l’implantation exacte de l’ouvrage sont données dans les pièces
graphiques annexées au dossier.

1.2.2 Description des ouvrages


Les travaux comprennent la construction de 02 ouvrages d'art (01 pont à poutre et 01 pont
cadre), 125 dalots cadres fermés sur la section Sévaré – Douentza (170 km) ainsi que 01
ouvrage d’art (pont cadre) et 654 dalots fermés la section Douentza – Hombori – Gossi –
Gao (389,503 km) de la route Sévaré –Gao.

1.2.3 Nature et consistance des travaux


Les travaux nécessaires à la réalisation des ouvrages d’art, objet de ces présentes
spécifications techniques comprennent la réalisation :
- des terrassements : fouilles pour fondation d’ouvrages, remblais de fouilles, remblais
d’accès aux ouvrages,
- des fondations pour ouvrages d’art,
- de tabliers, de piles ou piédroits, de culées comprenant des murs en ailes ou en retour,
des dalles de transition et des murs de soutènement en béton armé,
- des travaux de pose et y compris fourniture d’équipements spécifiques d’ouvrages
d’art : complexe d’étanchéité, bordures et séparateur en béton, garde-corps, joints de
chaussée, joint de trottoir, corniches…

1.2.4 Contraintes particulières imposées au chantier


Les travaux de construction des ouvrages se feront avec les contraintes suivantes :
a) Maintien des circulations
La circulation publique est prioritaire sur la circulation de chantier, notamment au
raccordement des pistes de chantier avec les voies publiques. Toutes les sujétions de
transport et d’organisation du chantier découlant de cette règle sont incluses dans le prix
unitaire d’installation de chantier.

178
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Pendant toute la durée des travaux, la circulation devra être maintenue sur la Route
Nationale et sur les voies d’accès aux villages et plantations voisins.
En outre, les accès aux voies de desserte locale, aux services et aux autres chantiers situés
à proximité du chantier seront toujours maintenus libres.
b) Contraintes dues aux phasages des travaux
Il n’est pas imposé de phasage particulier à l’Entreprise, pour la réalisation des travaux,
cependant celui adopté par elle devra permettre la réalisation de l’ensemble des travaux
suivant les règles de l’art tout en respectant les autres contraintes (délai d’exécution,
contraintes dues à l’environnement...).
c) Contraintes liées aux travaux simultanés
L’Entreprise devra gérer (organisation de chantier, planning, concertation avec les tiers...) les
contraintes liées à d’éventuels travaux qui pourraient se dérouler simultanément sur le site
même des travaux ou à proximité.
d) Contraintes liées à l’hygiène et à la sécurité
L’Entrepreneur prendra en compte dans son planning toutes les dispositions prévues dans le
présent marché pour assurer l’hygiène et la sécurité sur le chantier.
e) Contraintes liées aux intempéries
Le programme tiendra compte des intempéries prévisibles, de la nature des terrains et
notamment des difficultés d’accès au chantier et celles relatives à sa situation.
f) Contraintes liées à l’environnement
L’Entrepreneur prendra en compte dans son programme les sujétions liées à
l’environnement urbain pour les protections vis-à-vis du bruit et de la poussière.
g) Permanence et gardiennage
Durant toute la durée des travaux les zones d’installations de chantier seront ceinturées par
une clôture de 2,00 m de hauteur et le chantier sera interdit au public ; l’accès sera
réglementé.
Le gardiennage du chantier devra être assuré en permanence par l’Entrepreneur.

1.3 NORMES
Les notes de calculs, plans d'exécution, tous les matériaux et matériels entrant dans la
composition des ouvrages, l’exécution des travaux, doivent satisfaire aux normes, règles ou
règlements français en vigueur au Mali. Ces normes, règles ou règlements sont considérés
comme pièces contractuelles.
Les plus récentes prévalent dans chacune des catégories ci-après sur les anciennes :
- Cahier des Clauses Techniques Générales (CCTG) applicables aux marchés des
travaux passés au nom de l’État,
- Fascicules du CPC applicables aux marchés de Travaux Publics relevant des Services
du Ministère de l’Équipement et des Services du Ministère de l'Agriculture,
- Documents Techniques Unifiés (DTU) Français,
- Cahier des Clauses Administratives Générales applicables aux Marchés Publics,
- B.A.E.L.91,
- Normes Françaises (AFNOR et UTE),

179
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- D.C. 79 : Instruction technique sur les directives communes de 1979 relatives au calcul
des constructions.
Toutes les dispositions indiquées dans les documents précédents devront être suivies ainsi
que celles des fascicules ci-après :
• Préambule et fascicule n°1 : Dispositions Générales et Communes diverses natures de
travaux
• Fascicule n° 2 : Terrassements Généraux,
• Fascicule n° 3 : Fourniture des liants hydrauliques,
• Fascicule n° 4 : Fourniture d'acier et autres métaux, titre I et titre II,
• Fascicule n° 7 : Reconnaissance des sols,
• Fascicule n°23 : Granulats routiers,
• Fascicule n°24 : Fourniture des liants hydrocarbonés employés à la
construction et à l'entretien des chaussées,
• Fascicule n° 26 : Exécution des enduits superficiels,
• Fascicule n° 27 : Fabrication et mise en œuvre des enrobés,
• Fascicule n° 30 : Transport par route de matériaux destinés à la construction
et à l'entretien des chaussées ,
• Fascicule n°31 : Bordure et caniveaux en pierre naturelle ou en béton,
complété par la norme AFNOR NF.T 98-302.
• Fascicule n°32 : Construction de trottoirs.
• Fascicule n°50 : Travaux topographiques.
• Fascicule n°61 : Titre II Programme de charge et épreuve des ponts route.
• Fascicule n°62 : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages
et constructions en béton armé (BAEL 91 modifié 99).
• Fascicule n° 63 : Exécution et mise en œuvre des bétons non armés,
confection des mortiers,
• Fascicule n° 64 : Travaux de maçonnerie d'ouvrages de génie civil,
• Fascicule n° 65 : Exécution des ouvrages de génie civil en béton armé ou
précontraint,
• Fascicule n° 65 A (N) : Exécution des ouvrages en béton armé,
• Fascicule n° 67 Titre I : Étanchéité des ouvrages d'art. Support en béton de ciment,
• Fascicule n° 68 Titre I : Exécution de fondation d'ouvrages,
• Fascicule n° 70 (N) : Canalisation d'assainissement et ouvrages annexes,
• Recommandation pour les terrassements routiers S.E.T.R.A. - L.C.P.C
• Instruction Provisoire du 13 décembre 1971 sur les Directives Communes Relatives aux
Calculs des Constructions.
Seront aussi suivies les dispositions du bulletin technique suivant :
• Dossier pilote JADE 68 du SETRA pour la conception et la mise en œuvre des joints de
chaussée, des trottoirs et des appareils d'appui.
• Les Articles 1972 et 2270 du Code Civil Français relatifs à la garantie décennale.

180
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Pour toutes les dispositions non prévues au présent Cahier des Prescriptions Techniques,
les règles de l’art sont à observer.
De plus, les essais en laboratoire et en place seront conduits conformément aux modes
opératoires de l'AFNOR (France) ou du LCPC (France).
Les matériaux, produits et composants de construction doivent être conformes aux
stipulations du Marché et aux prescriptions des normes AFNOR homologuées, les normes
applicables étant celles qui sont en vigueur le premier jour du mois qui précède celui de la
signature de la Soumission par l'entrepreneur.
La signalisation sera conforme à la circulaire n°82-31 du 22 Mars 1982 et aux livres I, parties
1 à 8, sur la signalisation routière du Ministre de l'Équipement de France.
Les joints de chaussée, les appareils d’appui, les garde-corps seront conformes aux
prescriptions du SETRA (France) : Avis technique sur les joints de chaussée des ponts-
routes (juillet 1988), Bulletin Technique n°4 (1974), GC.77.

II - PROVENANCE, QUALITÉ ET PRÉPARATION DES MATÉRIAUX

2.1 MATÉRIAUX À INCORPORER AUX OUVRAGES


Les matériaux destinés à la construction des ouvrages devront satisfaire aux conditions
fixées par le Cahier des Clauses Techniques Générales (C.C.T.G.)4 et complétées par le
présent C.P.T.
À défaut de stipulation du C.C.T.G. ou du C.P.T. concernant certains matériaux,
l'Entrepreneur devra préciser au moment de la présentation de son offre les conditions
auxquelles devront répondre ces matériaux et les essais de contrôle auxquels ils devront
être soumis.

2.2 PROVENANCE DES MATÉRIAUX


Les provenances des matériaux et des produits ainsi que leurs caractéristiques devront être
soumises à l'agrément de l’Ingénieur avant utilisation en temps utile pour respecter le délai
d'exécution contractuel et au maximum dans un délai de Trente (30) jours ouvrables à
compter de la notification de l'Ordre de Service dans le cas où le tableau ci-après ne fait pas
ressortir explicitement ce délai.
L'Entrepreneur sera tenu de justifier à tout moment, sur demande de l’Ingénieur, la
provenance des matériaux. Les matériaux dont l'origine n'est pas imposée, devront faire
l'objet de proposition d'agrément par l'Entrepreneur, étant entendu que l'agrément ne pourra
être donné que pour les meilleures carrières et ballastières, les usines et carrières ayant les
meilleures références, les lieux de production dont la qualité n'a pas donné lieu à des
difficultés au cours des années précédentes.
Dans tous les cas, les demandes d'agrément seront accompagnées de toutes justifications
et de tous résultats d'essais nécessaires, établis à la charge de l'Entrepreneur.

4
Décret n°83.905 du 7 octobre 1983 relatif à la composition du C.C.T.G. applicables aux marchés publics de travaux (Journal Officiel du 13/10/83).

181
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

NATURE DES MATÉRIAUX PROVENANCE OBSERVATIONS


Délai : 1 mois avant utilisation,
Qualités agréées par
Sables et Granulats pour béton avec présentation des bétons
l’Ingénieur
d'études
Dans tous les cas, les ciments
Usines agréées par le
d'une même spécification
Maître d'Ouvrage
Liants hydrauliques proviendront d'une même
Qualités agréées par usine.
l’Ingénieur
Délai : idem "granulats"
Ronds lisses et aciers à haute Qualités agréées par
Délai : 1 mois avant utilisation
adhérence l’Ingénieur
Délai : 1 mois avant utilisation,
Qualités agréées par
Adjuvants avec présentation des bétons
l’Ingénieur
d'études
Produits et usines agréés
par le Maître d'Ouvrage
- Joints lourds de chaussée Délai : 3 mois avant utilisation
Qualités agréées par
l’Ingénieur
- Chape d'étanchéité
- Joints de trottoirs
- Bordures de trottoirs
- Gargouilles et barbacanes en
PVC
- Élastomère fretté pour
appareils d'appui
- Perrés maçonnés
- Enrochements
- Barrière BN4
- Garde-corps Type S8
- Glissière de sécurité
- Supports de glissières
- Produits de cure
- Produits pour coaltarisation
- Descentes d'eau en PVC
- Corniches préfabriquées
Matériaux pour comblement des Qualités des Emprunts
fouilles agréées par l’Ingénieur

182
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

2.3 GÉNÉRALITÉS SUR LA QUALITÉ ET PRÉPARATION DES MATÉRIAUX


- La qualité des matériaux sera contrôlée par des essais de réception. Tout essai donnera
lieu à l'établissement d'une fiche de résultats en trois exemplaires dont deux sont destinés
à l’Ingénieur et le troisième à l'Entrepreneur.
- Les essais effectués par le laboratoire du Maître d'Ouvrage seront à la charge de ce
dernier s'ils montrent que les matériaux ont la qualité exigée. Dans le cas contraire, ces
essais seront à la charge de l'Entrepreneur. Les prélèvements relatifs à ces essais seront
faits contradictoirement. Si l'Entrepreneur ou son représentant dûment convoqué fait
défaut, les prélèvements seront faits en son absence.
- Les essais exécutés par l'Entrepreneur sont clairement stipulés dans la suite du CPT. Le
nombre d'essais est donné à titre indicatif. L’Ingénieur est seul juge de la fréquence des
essais à effectuer. Il pourra toujours, s'il le juge nécessaire, demander des essais
supplémentaires.
- L'Entrepreneur fera lui-même son propre contrôle. Il devra disposer du personnel et du
matériel nécessaire pour l'exécution de ce contrôle.

2.3.1 Méthode d’essais


Les essais devront être exécutés dans les conditions et suivant les méthodes préconisées
dans les documents suivants classés par ordre de priorité :
- le présent CPT,
- les normes maliennes,
- les procédés d’essais du Laboratoire Central des Ponts et Chaussées du Ministère de
l’Équipement et du Logement Français,
- les normes françaises AFNOR,
- les normes américaines AASHO,
- les normes américaines ASTM.

2.3.2 Bétons : indications liminaires


Les désignations utilisées pour le mortier et les bétons dans la suite du présent CPT ont les
significations suivantes :
- "M" signifie : mortier,
- "C" signifie : béton courant,
- "Q" signifie : béton de qualité,
- "QF" signifie : béton de qualité pour fondation.
Les trois derniers chiffres qui suivent les lettres traduisent le dosage en ciment exprimé en
kg par m3.

2.4 CIMENTS
2.4.1 Nature et qualité
La fourniture des liants hydrauliques est à la charge de l’Entreprise. Ils doivent satisfaire aux
prescriptions de la norme NF P 15-301.

183
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Les ciments devront satisfaire respectivement aux normes en vigueur ou aux circulaires
ministérielles d’agrément ou d’emploi.
Le ciment à utiliser est du Ciment Portland Artificiel (CPA) 45 ou 45R pour les bétons armés,
les mortiers et les micro-bétons. Tout autre type de ciment doit être préalablement soumis à
l’agrément de l’Ingénieur, qui peut demander à l’Entrepreneur les résultats de l’autocontrôle
de l’usine de production.
Les ciments à mettre en œuvre devront satisfaire aux normes :
- NFP 15.300 : liants hydrauliques, vérification de la qualité des livraisons, emballage,
marquage.
- NFP 15.301 : liants hydrauliques, ciment courant, compositions, spécifications et critères
de conformités.
- NFP 15.436 : la chaleur d'hydratation du ciment par calorimétrie semi adiabatique (dite
méthode du calorimètre langavant) à douze heures sera inférieure ou égale à 230
joules/g (55 cal/g) avec une tolérance de mesure sur un résultat individuel de 20 j/g (5
cal/g).
Les ciments à mettre en oeuvre devront satisfaire aux dernières normes en vigueur.
Les ciments ci-après pourront être utilisés :
i) Pour les ouvrages en béton armé ou en béton précontraint non enterré
• Ciment Portland CPA – CEM I 32,5
• Ciment Portland CPA – CEM I 42,5
• Ciment Portland CPA 45
• Ciment Portland CPA 45R
ii) Pour les ouvrages enterrés
• Ciment Portland CPA – CEM I 32,5 H.R.S
• Ciment Portland CPA – CEM I 42,5 H.R.S
Dans tous les cas, les ciments d'une même spécification proviendront d'une même usine
pour chaque partie complète d'ouvrage.
Les ciments normalisés devront être titulaires de la marque NF.VP dont la liste est publiée
tous les deux mois par l'A.F.N.O.R.

2.4.2 Livraison et stockage


a) Circuits de distribution
L’Entrepreneur doit s’assurer que l’ensemble des opérations de transport et de stockage des
ciments, depuis le lieu de distribution jusqu’à l’introduction dans le malaxeur à béton, est
conçu de manière à éviter tout risque d’atteinte à la qualité des liants, notamment par :
• le mélange entre ciments de nature, de classe ou de qualités différentes,
• la pollution du ciment, notamment durant son transport,
• une erreur d’identification du produit.
Les conclusions de ces vérifications seront présentées par écrit à l’Ingénieur.

184
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Mode de livraison
Les ciments pour béton et mortier sont livrés en sacs de cinquante (50) kilogrammes, faits de
papier renforcé et imperméable (emballage six feuilles). L’Entrepreneur s’engage à tenir à la
disposition de l’Ingénieur, sur le chantier, une bascule permettant de peser les sacs de
ciment approvisionnés avec une précision de 0,5 kilogramme. L’Entrepreneur est tenu de
fournir les dates d’ensachage des ciments.
Les ciments pour béton et mortier doivent être livrés sur chantier à une température
inférieure à soixante (60) degrés Celsius.
Durant le transport et en transit, les sacs de ciment sont continuellement protégés contre tout
contact avec l’eau et l’humidité. Aucun sac de ciment ne peut être posé à même le sol et en
plein air, sauf pour la brève période du chargement, et cela sous des conditions
atmosphériques favorables. Les sacs éventrés pendant le transport ne seront pas utilisés et
seront immédiatement évacués du chantier.
L’Entrepreneur doit prévenir l’Ingénieur de toute livraison, au minimum trois (3) jours avant la
date de celle-ci.
b) Stockage
Le stockage réalisé devra être supérieur à la quantité du liant nécessaire à la réalisation de
toute partie d’ouvrage ne permettant pas de reprise. L'Entrepreneur doit assurer en
permanence un stock de ciment correspondant aux travaux des deux (2) mois à venir.
Sur le chantier, les sacs de ciments doivent être gardés dans des locaux maintenus secs,
clos, à l’abri des courants d’air et couverts, capables d’emmagasiner la quantité prescrite ci-
dessus. En cas d’utilisation de plusieurs natures de ciments, ceux-ci doivent être nettement
séparés. Les sacs sont entreposés sur des plates-formes en bois. Ils sont arrimés sans
laisser d’espace entre eux et ne doivent pas être placés contre des murs extérieurs. Chaque
pile doit être munie d'une plaque donnant toutes les caractéristiques de fourniture et de
qualité.
En utilisant le ciment, une rotation des stocks doit être respectée. Le stockage en magasin
des ciments ne doit pas excéder six (6) mois après la date de fabrication. La récupération
des poussières est interdite.
Les silos éventuels doivent être adaptés aux matériaux pulvérulents, être équipés de
thermomètres, permettre de préserver le ciment de l’air et des intempéries, et disposer de
systèmes de sécurité pour le personnel. Le dispositif d’aspiration ou de refoulement du
ciment de la citerne de transport dans le silo, doit être muni d’une grille afin d’écarter tout
nodule.
Les sacs de ciment altérés par l’humidité ainsi que les demis -sacs ou sacs percés sont
refusés et enlevés immédiatement du chantier.

2.4.3 Prélèvements conservatoires


Les ciments pour béton ne feront pas l'objet de réception avant utilisation mais seront
assujettis aux prélèvements conservatoires de ciment :
L'Entrepreneur devra effectuer selon les modalités prévues aux clauses 2.2. et 2.3. de la
norme N.F.P. 15.300 des prélèvements conservatoires de ciment :
• de vingt-cinq (25) kilogrammes pour chaque lot de ciment utilisé pour les épreuves
d'étude et de convenance des bétons, définies au fascicule 65 du C.C.T.G.,
• de cinq (5) kilogrammes pour les lots de ciment utilisés au cours du chantier.
Dans le cas de la livraison de ciment, le terme "lot" désigne la quantité de produit faisant
partie de la même "unité de transport" (conteneur, wagon, camion...).
185
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

La cadence des prélèvements conservatoires est au minimum d'un prélèvement pour chaque
partie d'ouvrage (piles, culées, piédroits, traverses, murs de soutènement, tabliers par phase
de bétonnage, poutres préfabriquées).
De plus, un prélèvement est effectué au début de chaque livraison d'un ciment de qualité
nouvelle sur le chantier. Ces prélèvements sont à conserver à l'abri en récipients étanches et
étiquetés.

2.5 ADJUVANTS POUR BÉTONS


L'incorporation en cimenterie de tout adjuvant dans les liants est interdite.
L'Entrepreneur pourra être autorisé à incorporer à ses frais et après agrément de l’Ingénieur,
un adjuvant dans son béton mais un essai de convenance (aux frais de l'Entrepreneur) sera
obligatoire.
Cet adjuvant sera choisi obligatoirement dans la liste des adjuvants agréés dans la Circulaire
du Ministère de l'Environnement et du Cadre de Vie n°80-108 du 8.08.80.
Les adjuvants éventuellement utilisés par l'Entrepreneur et approvisionnés par lui sur le
chantier devront donner lieu à la présentation d'un certificat d'origine, indiquant la date de
fabrication et la date au-delà de laquelle ils devront être mis au rebut. Ils devront être
exempts de tout chlorure.
Par ailleurs des dispositifs de dosage automatiques seront installés sur les centrales à béton.

2.6 SABLE POUR MORTIERS ET BÉTONS


Le sable pour mortier et bétons devra satisfaire à la norme XPP 18540.
2.6.1 Nature
Sable siliceux du fleuve ou de carrière éventuellement tamisé.
Les essais d'identification préalables devront avoir montré que les granulats ne sont pas
altérables.
La teneur en silice devra être supérieure à 75 %.
Les sables de mer sont totalement exclus, de même que tous ceux dont la teneur en
carbonate de calcium seraient supérieurs à vingt-cinq pour cent (25 %).

2.6.2 Propreté
- L'équivalent de sable humide, apprécié par la méthode visuelle devra satisfaire aux
conditions indiquées dans le tableau ci-après :
Destinations Équivalent de sable
C 150 et C 250 Es > 70
M 450, QF 350, Q 350 et Q
Es > 80
400
- Les sables devront être lavés à l'eau douce. La quantité d'argiles, vases, matières solides
susceptible d'être éliminée par décantation ne devra pas être inférieure à 1%.
2.6.3 Granularité
- Sable pour mortier M 450 : la proportion maximale d'éléments retenus sur le tamis de
2,50 mm devra être inférieure à 10 %.

186
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- Sable pour bétons C150 et C250 : la proportion maximale d'éléments retenus sur le tamis
de 5,00 mm devra être inférieure à 15 %.
- Sable pour bétons QF350, Q 350 et Q 400 : la granularité devra être contenue dans le
fuseau de tolérance proposé par l'Entrepreneur après son étude granulométrique de
composition des bétons et agréée par l’Ingénieur.

2.6.4 Friabilité
Le coefficient de friabilité devra être inférieur à vingt (20).

2.6.5 Stockage
L'Entrepreneur ne pourra utiliser que des sables approvisionnés depuis au moins deux (2)
jours; en conséquence, la capacité de stockage des différents sables devra correspondre au
moins à la plus forte consommation prévue de deux (2) jours de bétonnage.
Les sables apportés au cours du chantier seront obligatoirement déposés au stock différé.
Le stockage sur centrale sera approvisionné par reprise au stock différé.
Pour chaque livraison, l'Entrepreneur devra remettre à l’Ingénieur un bordereau de livraison
faisant apparaître, nettement, la provenance des granulats ainsi que la date et l'heure de
chargement.

2.7 GRANULATS MOYENS ET GROS POUR BÉTONS


Les granulats moyens et gros pour béton devront satisfaire à la norme XPP 18 540.

2.7.1 Nature
Les granulats pour béton pourront être roulés ou concassés.
Les essais d'identification préalable devraient montrer que les granulats ne sont ni altérables,
ni gélifs. Le coefficient "Los Angeles " LA.P18 573 devra être inférieur à 25.

2.7.2 Propreté
La proportion maximale en poids des granulats destinés aux bétons QF 350, Q350, QF 400
et Q400 passant au lavage au tamis de 0,5 millimètres devra être inférieure à deux (2) pour
cent (mode opératoire L.C.P.C.).
L'indice de plasticité sur ce passant devra être non mesurable.
La proportion de matières susceptibles d'être éliminées par décantation suivant le processus
de la norme NFP 18 591 ne devra pas dépasser un virgule cinq (1,5) pour cent.

2.7.3 Granularité
Les fuseaux granulométriques de tolérance des granulats pour les bétons QF 350,
Q350, QF 400 et Q400 seront ceux proposés par l'Entrepreneur après son étude
granulométrique de composition des bétons et agréés par l’Ingénieur.
Le seuil supérieur (D maximum) sera 25 mm. Dans chaque classe granulaire d/D, le passant
à d et le refus à D devront être, en poids, inférieurs ou égaux à 10 % pour les bétons QF
350, Q350, QF 400 et Q400 et à 15 % pour les bétons C150 et C 250.

187
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Le refus à 1,56 D devra être nul.


Le passant à 0,63 d devra être inférieur à 3 %.
Les dimensions sont exprimées en mailles de tamis normalisées.

2.7.4 Stockage
Les règles spécifiques de l'article " SABLES POUR MORTIERS ET BÉTONS " seront
appliquées aux granulats moyens et gros.

2.8 PRODUIT DE CURE


Le produit de cure pour béton sera soumis par l'Entrepreneur à l'agrément de l’Ingénieur.
Dans le cas d'emploi d'un enduit temporaire imperméable, le produit devra avoir un
agrément officiel.

2.9 EAU DE GÂCHAGE POUR MORTIER ET BÉTONS


L'eau de gâchage devra répondre aux caractéristiques de la norme NFP 18-303.
Elle devra contenir par litre :
- moins de deux (2) grammes de matière en suspension,
- moins de deux (2) grammes de sels dissous.
Sa température devra être comprise entre 5 et 35 degrés centigrades.

2.10 PRODUIT POUR COALTARISATION


Les parements cachés de béton seront enduits avec un goudron désacidifié, un bitume à
chaud ou une émulsion non acide de bitume.

2.11 ARMATURES RONDES LISSES


2.11.1 Nuances des aciers
Les armatures rondes lisses seront de la nuance Fe E 24 telle que définie au chapitre II du
titre I du Fascicule 4 du C.C.T.G.

2.11.2 Domaine d'emploi


Ces aciers seront utilisés :
- Comme armatures de frettage ;
- Comme barres de montage ;
- Comme armatures en attente, de diamètre inférieur ou égal à 10 mm si elles sont
exposées à un pliage suivi d'un dépliage ;
- Aciers de manutention des pièces préfabriquées.

188
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

2.12 ARMATURES À HAUTE ADHÉRENCE


2.12.1 Classe des aciers
Les armatures à haute adhérence utilisées seront choisies parmi celles qui sont définies au
chapitre III du titre I du fascicule 4 du C.C.T.G. et qui font l'objet d'une fiche d'identification.
La catégorie utilisée sera de l'acier écroui.

2.12.2 Approvisionnement – Stockage


Les armatures seront approvisionnées en longueur telle qu'aucune armature transversale
des ouvrages dont le tablier a moins de 12,00 m de largeur droite ne nécessite de
recouvrement, que toute armature transversale des autres ouvrages puisse comporter autant
de tronçons d'au moins douze (12) mètres qu'il pourra être utile pour l'économie des
ouvrages, et que les armatures longitudinales puissent être constituées d'éléments de 12 m
au moins. Les armatures seront stockées sur un platelage en bois ou une aire bétonnée
présentant des pentes transversales.

2.12.3 Domaine d'emploi


Seuls, les aciers Fe E 40 A seront utilisés pour constituer les armatures coudées de
diamètre supérieur ou égal à 14 (quatorze) millimètres, les cadres, les étriers et les épingles
non prévus en ronds lisses, à l’exception des armatures principales des tabliers des
passages supérieures et des grands ouvrages hydrauliques qui seront de Classe FeE50A.

2.13 COLLECTE ET ÉVACUATION DES EAUX


2.13.1 Gargouilles
Les gargouilles constituant les pénétrations à travers le tablier seront constituées par des
tubes polyvinyle - chlorure rigide.
Chacune devra être équipée à sa partie supérieure :
- d'une platine à moignon en plomb de trois (3) millimètres d'épaisseur,
- d'une virole à lumières, en tôle d'acier galvanisée ou inoxydable.

2.13.2 Descente d'eau en polyéthylène


Les descentes d'eau devront être en polyéthylène et seront assemblées entre elles avec
leurs éléments de raccordement par collage. Pour récolter les eaux des gargouilles, elles
devront être équipées d'un raccord adéquat.

2.13.3 Barbacanes
Les barbacanes seront réalisées par des tubes en matériau inerte tel que polyvinyle de 100
mm de diamètre intérieur.

2.14 COFFRAGE
Les coffrages et éventuellement les étaiements seront en bois, métalliques ou autres, au
choix de l'Entrepreneur.

189
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Celui-ci justifiera les qualités requises pour un bon comportement des coffrages et soumettra
les matériaux utilisés à l'agrément de l’Ingénieur.
De plus, les coffrages des faces visibles devront être du type pour parements fins au sens
donné par le C.P.C. Ils seront réalisés soit en planches assemblées par rainures et
languettes et rabotées après assemblage, soit en feuilles de contreplaqué avec joints collés
ou par tout autre dispositif agréé par l'Ingénieur de manière à obtenir un parement lisse et
sans bavure ou ségrégation.
Les caractéristiques des bois sont définies par les normes NF B 51-001 et B 51-002. Les
bois pour coffrage seront en sapin ou en bois du pays de qualité supérieure équarri, arêtes
vives. Les bois pour blindage, échafaudages et supports seront à choisir par l'Entrepreneur
dans le cadre des prescriptions de la norme NF B 51-001 et dans les catégories
correspondant aux contraintes calculées.
Tous les bois seront droits, sains, unis, sans roulure, pourriture, gélivures, nœuds vicieux,
chancres et gui, trous de vers, piqûres ou vermoulures.
En cas de contestation sur la qualité des bois, il pourra être procédé sur demande de
l’Ingénieur et aux frais de l’Entrepreneur aux essais définis par les normes NF B 51-003 et B
51-013. Les résultats de ces essais devront être supérieurs aux valeurs des contraintes
admissibles données aux articles 9 et 10 de la norme NF B 52-001 pour les bois de
catégorie II.
De plus, en cas d'emploi de panneaux de contreplaqué pour l'obtention de parements fins, la
qualité choisie sera du type à imprégnation spéciale pour béton. L'épaisseur minimale de ces
panneaux sera de 15 mm.

2.15 CHAPE D’ÉTANCHÉITÉ TYPE B3A


2.15.1 Composition du complexe étanche
Les produits d’étanchéité doivent être présentés à l’Ingénieur au moins trois (3) mois avant
utilisation en vue d’obtenir son agrément.
La chape d'étanchéité sera une chape épaisse en asphalte coulé selon le procédé B.3.A
décrit ci-après ou similaire.
Le complexe étanche sera constitué comme suit :
- une couche d'accrochage au béton de ciment,
- une première couche d'étanchéité en bitume armé auto protégée par une feuille
d'aluminium. Cette couche assure l'étanchéité,
- une deuxième couche en asphalte coulé dit porphyré procurant une deuxième couche de
matériau imperméable et une protection mécanique de l'étanchéité.

2.15.2 Couche d'accrochage


Elle est constituée par un enduit d'imprégnation à froid au dosage de deux cents (200) à
deux cent cinquante (250) grammes par mètre carré.
Les solvants utilisés seront des solvants légers dont la température d'ébullition sera
nettement plus faible que la température d'application des couches d'étanchéité.

190
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

2.15.3 Chape de bitume armé


Elle est constituée par une chape de bitume 100/40, légèrement fillérisé (température, bille et
anneau : 100°, pénétration : 40), d'une armature de voile de verre et d'une feuille de
protection en alliage d'aluminium (alliage A 5) gaufrée de 16/100 mm. Son épaisseur totale
est de quatre (4) millimètres. Son poids est de quatre (4) kilogrammes par mètre carré en
moyenne.
2.15.4 Deuxième couche d'étanchéité
Cette couche en matériau imperméable réalise une protection mécanique. Elle est en
asphalte coulé qui est constitué de mastic d'asphalte et de granulats (sable et gravillons durs
concassés). La teneur totale en bitume sera au moins égale à sept (7) pour cent.
L'indentation, selon les normes NF P 84-305, T 66-001 et T 66-002 sera comprise entre dix
(10) et trente (30) dixième de millimètres.
L'Entrepreneur devra soumettre au visa de l’Ingénieur la composition qu'il se propose
d'utiliser, en indiquant notamment les caractéristiques suivantes :
- la nature du composant de base : asphalte naturel (poudre d'asphalte, pains de
mastic d'asphalte), avec l'origine et la teneur en bitume de la roche asphaltique, ou
asphalte synthétique avec la nature et l'origine des fillers ainsi que la dureté du
bitume utilisé,
- La nature et l'origine du liant d'apport et des granulats,
- le matériel de fabrication et les modalités de son contrôle,
- Les résultats escomptés d'essais d'indentation sur la deuxième couche suivant les
NF P 84-305, T 66-001 et T 66-002.

2.16 COUCHE DE ROULEMENT SUR OUVRAGE


La couche de roulement sera constituée d'un béton bitumineux. Ses caractéristiques, son
mode d'exécution seront proposés par l'Entrepreneur au visa de l’Ingénieur.

2.17 APPAREILS D'APPUI


Les appareils d'appui seront en élastomère fretté, la liaison entre "élastomère" et frettes
étant obtenue au cours de la vulcanisation.
Les appareils d'appui devront être livrés sur chantier, dans des emballages permettant leur
identification par le numéro du lot de la fabrication. Ils seront stockés ensemble sur une
surface propre et plane, à l'abri de la pluie, du soleil, des souillures et des poussières.
Si les faces des appareils d'appui en contact avec le béton ne sont pas enrobées
d'élastomère, elles devront être protégées contre l'oxydation par deux couches de peinture
antirouille à la résine époxy. Les tranches de frettes seront protégées contre l'oxydation par
un enrobage d'élastomère ou une couche de peinture antirouille.
Les matériaux constitutifs devront avoir les qualités définies dans le Bulletin Technique N°4
du SETRA.
2.18 JOINT LOURD DE CHAUSSÉE
Le joint lourd de chaussée sera soit du type WOSD 50 soit du type WOSD 80 ou similaire et
devra être proposé à l'agrément de l’Ingénieur.
Les qualités de matériaux constitutifs et les normes d'utilisation devront être conformes aux
spécifications des dossiers ou aux recommandations du dossier JADE du SETRA.

191
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

2.19 JOINT LÉGER DE TROTTOIR


Le joint léger de trottoir sera du type TR 50 ou similaire et devra également être proposé à
l'agrément de l’Ingénieur.
Les qualités de matériaux constitutifs et les normes d'utilisation devront être conformes aux
spécifications des dossiers ou aux recommandations du dossier JADE du SETRA.

2.20 GARDE CORPS TYPE S8


Les qualités de matériaux constitutifs et les normes d'utilisation devront être conformes aux
spécifications du dossier G.C. 77 de SETRA.
Le béton ou micro-béton de scellement des montants dans la corniche sera un béton Q 350.

2.21 GLISSIÈRE DE SÉCURITÉ


Les qualités de matériaux et éléments constitutifs de la glissière de sécurité sur ouvrage
devront être conformes aux spécifications du dossier G.C. 77 du SETRA.
Le béton ou micro-béton de scellement dans la longrine sera un béton Q 350.

2.22 SUPPORTS DE GLISSIÈRE SUR OUVRAGES


Les fixations des supports de glissières sur ouvrages seront réalisées par platine et longrines
ancrées. La description et la provenance des matériaux constitutifs seront conformes au
dossier GC77 du SETRA.

2.23 BARRIÈRE NORMALE BN4


Les barrières normales seront constituées d'éléments en acier. Les spécifications seront
conformes au dossier GC77 du SETRA (mise à jour comprise).
Il est précisé en particulier que tous les éléments des BN4, ainsi que les pièces de fixation,
seront protégées contre la corrosion par métallisation ou galvanisation à chaud.

2.24 BORDURES DE TROTTOIR


Les bordures de trottoir seront du type T1. Elles devraient avoir les qualités physiques et
mécaniques correspondant à la classe B définie au Fascicule 31 du C.P.C.
2.25 BLINDAGE

Tous les matériaux constitutifs de tout système de blindage de fouilles, proposés par
l'Entrepreneur, seront soumis à l'agrément de l’Ingénieur.

2.26 MATÉRIAUX DE REMBLAIS POUR COMBLEMENT DES FOUILLES


Les matériaux de remblais pour comblement des fouilles seront du tout-venant ayant les
caractéristiques suivantes :
- Granularité 0/D avec D = 100,
- Pourcentage de fine (0,08 mm) inférieur à 15 %.

192
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

2.27 REPÈRES DE NIVELLEMENT


Trois types de repères pourront être utilisés :
- sur les parois verticales accessibles, le type "M" de l'I.G.N. en fonte rendue inoxydable,
- sur les parois verticales difficilement accessibles, le type "cible" en fonte émaillée,
- sur les surfaces horizontales, le type "rivet" en acier inoxydable.

2.28 BÉTON POUR CORNICHES

Les corniches seront préfabriquées et prévues en béton confectionné à partir de ciment CPA
– CEM I 32,5 et des granulats de qualité supérieure. La formule de celui-ci sera proposée
par l'Entrepreneur à l'agrément de l’Ingénieur. Dans le cas où les résultats de l'épreuve
d'étude ne satisfont pas aux conditions énumérées, dans le présent CPT, l'entrepreneur
devra présenter un nouveau béton qui sera soumis aux mêmes essais.

2.29 JOINTS ENTRE PARTIES D’OUVRAGES


Les joints seront exécutés par mise en œuvre des produits suivants, après agrément de
l’Ingénieur.
Joints étanches : Joints types ‘noyés dans la masse’ : ils seront utilisés pour la réalisation
des joints :
- entre les piédroits des demi-cadres,
- entre les traverses supérieures des cadres sous les remblais,
- entre les piédroits et les murs en L.

2.30 CAILLEBOTIS
Les matériaux constitutifs des caillebotis devront être soumis à l’agrément de l’Ingénieur.
Toutes les pièces métalliques oxydables entrant dans leurs constitutions recevront une
couche de zinc de quatre-vingt (80) microns d’épaisseur.

2.31 REVÊTEMENT EN GRÉS


Il sera posé sur l’étanchéité un film polyane d’épaisseur 600 microns conformes aux règles
de l’art et accepté par l’Ingénieur et conformément aux plans d’exécution.
Une chape de rattrapage, de 0,036m d’épaisseur et dosée à 250kg de ciment CPA –CEM I
32,5/m3 sera exécutée sous le revêtement de grès.
Le revêtement de sol sera posé : en grès mono-cuisson, de 1er choix, teinté dans la masse,
calepiné avec bordure, couleur au choix de l’Ingénieur, pose à joints droits serrés ou larges
mais non jointifs, mise en œuvre à la règle sur mortier dosé à 300kg de ciment/m3 de sable
à 0,08/2,5. Mortier de ciment de 0,02m d’épaisseur minimale, joints repris au coulis de
ciment super blanc pur teinté, y compris toutes fournitures, chutes, coupes, seuils, toutes
sujétions de joints de dilatation et de retrait, pentes éventuelles, nettoyage, protection et
toute sujétions.

193
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

III - MODE D'EXÉCUTION DES TRAVAUX

3.1 ÉTUDES D'EXÉCUTION


3.1.1 Consistance des études d'exécution
Les études d'exécution comportent :
- le programme des études d'exécution,
- les notes de calculs justifiant la stabilité et la résistance pendant les différentes phases
de la construction et en service,
- les plans d'ensemble et de détails nécessaires à l'exécution,
- les notices et programmes techniques (programme de bétonnage, etc...)
- les plans et les notes de calcul justificatives des ouvrages provisoires courants (cintres,
échafaudages, etc...),
- les études préparatoires aux épreuves des ouvrages,
- la fourniture du dossier d'ouvrage conforme à l'exécution.

3.1.2 Programme des études d'exécution


Les études d'exécution des ouvrages seront scindées en général en cinq (5) phases :
Une adaptation adéquate sera proposée par l'Entrepreneur pour chaque ouvrage.

A - PHASE I : PROGRAMME PRÉVISIONNEL ET COORDINATION


L'Entrepreneur devra soumettre à l'acceptation de l’Ingénieur un programme d'exécution
comprenant notamment :
a) le programme détaillé et le contenu de la campagne géotechnique à réaliser
préalablement à l’étude d’exécution.
b) la liste prévisionnelle des notes de calculs,
c) la liste prévisionnelle des plans,
d) les propositions techniques éventuellement nécessaires pour compléter les indications
des documents contractuels du marché,
e) la liste des méthodes de calcul qu'il est prévu d'utiliser,
f) la liste des hypothèses de calcul que l'entrepreneur aura retenues en complément de
celles indiquées au marché, en indiquant ou en rappelant la valeur des différents
paramètres ou coefficients retenus, par exemple :
- caractéristiques mécaniques des matériaux,
- coefficients de poussée des terres,
- masses spécifiques des terres et des différents matériaux,
g) la présentation des différents programmes informatiques utilisés,
h) le calendrier détaillé de réalisation des études d'exécution, en isolant les phases
d'études définies ci-après.

194
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

L'ensemble des points ci-dessus sera discuté au cours d'une réunion primaire de
coordination qui permettra au Bureau d'Études de l’Entreprise de commencer l'élaboration
des notes de calculs et plans d'exécution.
B - PHASE II : STABILITÉ D'ENSEMBLE PAR MODULE DE TABLIER INDÉPENDANT
- Étude de la flexion longitudinale du tablier,
- Plan de coffrage définissant l'ouvrage,
- Cinématique de construction,
- Étude des ouvrages provisoires pour l'exécution du tablier et des fondations,
- Note de stabilité générale,
- Note de calcul des fondations en construction et en service,
- Plan de coffrage des fondations.
C - PHASE III : FONDATIONS
- Note de calcul et plans d'armatures des fondations

D - PHASE IV : APPUIS
- Étude des ouvrages provisoires autres que ceux cités ci-dessus,
- Note de calculs des appuis,
- Plan de coffrage des appuis,
- Plan d'armatures des appuis,
- Note de calculs et plans de détail des appareils d'appuis.

E - PHASE V : TABLIERS
- Note de calculs détaillés des tabliers,
- Plan de coffrage des tabliers,
- Plan d'armatures des tabliers
F - MODALITÉS DE REMISE DES DOCUMENTS
Les documents constituant l'étude d'exécution seront remis à l’Ingénieur par groupe formant
des parties d'études homogènes et contenant tous les éléments nécessaires à leur
vérification.

3.1.3 Calculs justificatifs des structures


A - CHARGES À PRENDRE EN COMPTE DANS LES CALCULS
- Les ouvrages à réaliser sont rangés en PREMIÈRE classe. Ils sont soumis aux
surcharges civiles réglementaires du fascicule 61 Titre II.
- Ils sont susceptibles d'être empruntés par les convois militaires MC120.

195
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Les surcharges transmises à la structure par les dispositifs de sécurité sont les suivantes :
Par rapport à l'ouvrage
Transversalement Longitudinalement
Au droit de chacun des
Au droit de chacun des supports : un moment
UPN 100 supports : un moment d'axe
Supports d'axe longitudinal de 3,5kN.m
transversal de 15 kN.m
des
Glissières Au droit de chacun des
Au droit de chacun des supports : un moment
C 125 supports : un moment d'axe
d'axe longitudinal de 6,2 kN.m
transversal de 19 kN.m
Au droit de chacun des supports et à
l'encastrement de ceux-ci :
Barrière BN 4
- une force horizontale de 300 kN
- un moment d'axe longitudinal de 200 kN.m

B - ENGINS DE CHANTIER
En cas d'emploi d'engins dont l'effet sur certaines parties d'ouvrage, compte tenu d'un
coefficient de majoration dynamique de 1,5 serait supérieur à l'effet le plus défavorable des
charges d'exploitation précisées au paragraphe A précédent, l'Entrepreneur devra fournir
une justification et les renforcements d'ouvrages seront à sa charge.
Les engins de chantier seront réputés circuler sans croisement sur une bande de largeur
droite égale à 6 m centrée sur l'ouvrage. Leurs intervalles seront tels que les efforts
engendrés ne dépasseront pas les surcharges civiles.

C - RÉGLEMENTS ET MODALITÉS DE PRISE EN COMPTE DES CHARGES


L'Entrepreneur devra se conformer aux prescriptions des textes suivants :
- Titre II du fascicule 61 du C.C.T.G. :
"Programme de charges et épreuves des ponts-routes" (Circulaire n° 71-155 du 29
Décembre 1971) y compris l'instruction du Directeur des Routes sur les mesures
transitoires à observer pour l'application du nouveau Titre II du fascicule 61 (circulaire n°
71-156) ;
- L'Instruction provisoire du 13 Décembre 1971 sur les directives communes relatives au
calcul des constructions ;
- Le fascicule n° 62 du C.C.T.G. titre 1er, Section I "règles techniques de conception et de
calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode aux états limites
(règles BAEL 91 révisé 99)" ;
- Le titre V du fascicule 61 du C.P.C. ainsi que les circulaires n° 78-33 et 79-115.

D - HYPOTHÈSES DE CALCULS PARTICULIERS


a) L'Entrepreneur devra se conformer aux indications données dans les dossiers pilotes du
SETRA (et leurs mises à jour), à savoir :
- PSIDA 68 ;
- PP 73 ;

196
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- FOND 72 ;
- Bulletin Technique N°4 sur les appareils d'appui;
- Environnement des appareils d'appui;
- MUR 73 ;
- Dalles de transition des ponts routes "technique et réalisation".
b) Poids propre
Variation ± 3 %
- Revêtement de chaussée :
- Variation + 40 % - 20 % sur le béton bitumineux ;
- Autres équipements :
L'Entreprise devra tenir compte des transformations ultérieures que les équipements
sont susceptibles de supporter et qui sont éventuellement décrites au CPT.
- Vérinage du tablier :
Les équipements des têtes de piles et le ferraillage des tabliers devront permettre le
vérinage et le calage de sécurité nécessaires au changement des appareils d'appui
hors circulation ou sous trafic léger.
- Fissuration du béton :
L'Entrepreneur proposera à l'agrément de l’Ingénieur les dispositions à prendre pour
limiter la fissuration du béton, les calculs seront conduits en tenant compte d'une
fissuration au moins préjudiciable.

E - NOTES DE CALCULS AUTOMATIQUE


a) Notes de calculs remises à l'Entrepreneur : Néant
b) Notes de calculs imposées à l'Entrepreneur : Néant
c) Calculs automatiques produits par l'Entrepreneur :
Au cas où l'Entrepreneur ferait établir, par des moyens de calcul automatique, tout ou partie
des calculs qui lui incombent, il joindra une notice indiquant de façon complète les
hypothèses de base des calculs, leur processus, les formules employées et les notations.
Les "sorties" de tout programme de calcul utilisé devront être suffisamment nombreuses et
comporter, outres les données particulières du calcul, assez de résultats intermédiaires pour
que les options tant techniques que logiques, soient mises en évidence et que les fractions
du calcul, comprises entre deux options consécutives, puissent être isolées en vue d'une
éventuelle vérification. Sur demande de l’Ingénieur, l'Entrepreneur lui fournira tout autre
résultat intermédiaire du calcul qu'il estimerait utile; au cas où la note de calcul automatique
serait très volumineuse, l'Entrepreneur fournira un extrait faisant apparaître les résultats
déterminants du dimensionnement proposé.
L’Entrepreneur devra remette le fichier relatif au calcul sur CD ROM compatible aux logiciels
CAO sur PC.
L’Ingénieur pourra demander de compléter manuellement toute note de calcul automatique
incomplète.

197
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Sur toute demande de l’Ingénieur, l'Entrepreneur devra lui fournir de nouvelles notes de
calcul, obtenues par le même programme, à partir d'autres données particulières fixées par
l’Ingénieur. Si ces nouvelles notes de calcul faisaient apparaître que les notes initiales sont
acceptables, les frais nouveaux seront à la charge du Maître de l'Ouvrage ; dans le cas
contraire ceux-ci seront à la charge de l'Entrepreneur.

3.1.4 Dessins d'exécution


a) Dispositions générales
Chaque plan devra porter l'indication de la localisation de la partie de l'ouvrage concernée,
au besoin à l'aide d'un croquis à petite échelle sur lequel cette partie sera repérée. Ce
croquis devra se trouver soit à l'intérieur du cartouche, soit à proximité immédiate de celui-ci.
Les dessins devront indiquer le phasage de la construction et les opérations successives
nécessaires à l'exécution d'une pièce ou d'un ensemble.
Toutes les inscriptions et toutes les côtes devront être portées sur les plans à l'aide de
caractères dont les minuscules auront une hauteur minimum de 2 mm.

b) Dessins de coffrage
L'ouvrage sera défini sur un plan d'ensemble précisant notamment :
- les éléments géométriques et topographiques des voies concernées,
- l'environnement des ouvrages,
- les équipements,
- les dispositions techniques particulières provisoires ou définitives (blindages, protections,
etc...).
Les dessins détaillés d'exécution concernant chaque partie de l'ouvrage préciseront
notamment :
- les reprises de bétonnage,
- la distribution des joints de coffrage,
- les chanfreins éventuellement prévus aux angles aigus et droits,
- la position et les détails des bossages des appareils d'appui,
- dans le cas d'emploi d'éléments préfabriqués, leurs assemblages et les dispositions
adoptées pour leur mise en place,
- les tolérances d'exécution des parties coulées sur chantier,
- les tolérances concernant la mise en place des éléments préfabriqués,
- les réservations à prévoir.

c) Dessins d'armatures
Les dessins d'exécution concernant les armatures devront préciser notamment :
- les diamètres, le type, la classe ou la nuance des armatures ainsi que leur nature,
- les diamètres des mandrins de cintrage (donnée type),
- le recouvrement des armatures,
- les armatures laissées en attente au droit des reprises de bétonnage;
198
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- les reprises de bétonnage,


- les dispositifs assurant le positionnement prévu des armatures,
- les réservations dans le béton.
Dans le cas d'un hourdis ou d'une dalle, il ne sera pas présenté plus d'une nappe
d'armatures de même direction sur une même vue en plan.
Les parties où le ferraillage est dense, seront représentées par des détails cotés à grande
échelle comportant outre les armatures, les cheminées de bétonnage et les cheminées de
vibration. Ces détails devront permettre, par simple inspection visuelle, de justifier :
- de la possibilité géométrique de disposer les armatures dans leur agencement prévu,
- de la possibilité d'effectuer correctement la mise en place du béton compte tenu de la
grosseur de son granulat et des moyens de vibration.
Chaque dessin d'armatures sera accompagné d'un ou de plusieurs tableaux récapitulatifs
des armatures utilisées (ou nomenclatures).

Chaque tableau devra indiquer pour chaque armature :


- le numéro de repérage,
- le diamètre,
- le nombre d'armatures semblables,
- la longueur développée (longueur à couper),
- le croquis coté du tracé géométrique,
- l'indication éventuelle du lit (inférieur, supérieur, 1er, 2ème, etc...)
- le diamètre des mandrins de cintrage (cependant cette indication peut faire l'objet d'un
tableau séparé).
De plus, il indiquera également :
- le poids total par diamètre,
- le poids total des armatures prévues à l'ensemble du plan.
L'indication "longueur variable", tant dans la longueur développée que dans le croquis coté
du tracé géométrique, ne sera tolérée qu'à la condition d'indiquer les longueurs extrêmes
(minimale et maximale).
Des armatures de même diamètre, de même forme et de même longueur, mais situées dans
des parties différentes de l'ouvrage devront porter des numéros de repérage différents.

d) Métrés
Tous les plans (coffrage ou ferraillage) devront porter les tableaux de métrés suivant la
décomposition de prix du bordereau des prix unitaires.
Des métrés récapitulatifs par parties d'ouvrage seront établis à la demande de l’Ingénieur.
3.1.5 Ouvrages provisoires nécessaires pour l'exécution des ouvrages
Les ouvrages provisoires qui sont à la charge de l'Entrepreneur feront l'objet d'une étude à
part. L'étude doit préciser :
- les ouvrages éventuels nécessaires pour assurer l'écoulement dans le lit de l'oued si
celui-ci est partiellement barré,

199
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- les ouvrages nécessaires pour l'étaiement et le coffrage des tabliers,


- les ouvrages nécessaires pour l'exécution des fouilles.

3.1.6 Études préparatoires aux épreuves d'ouvrages


Les ouvrages subiront les épreuves par poids mort définies à l'article 21.2 du Titre II du
fascicule n°61 du C.C.T.G.
Le programme détaillé des épreuves sera arrêté par l’Ingénieur sur proposition de
l'Entrepreneur. Cette proposition sera faite sous forme d'un projet de procès-verbal qui
tiendra compte des caractéristiques exactes des véhicules dont l'utilisation est prévue.
Au moment des épreuves, l'âge des bétons sera au moins égal à 90 jours.
L'Entrepreneur devra établir à ses frais et présenter à l’Ingénieur, avant les épreuves, une
note de calculs des flèches et des sollicitations que sera susceptible de prendre, au milieu
des portées, à chaque phase principale des essais, l'ouvrage chargé dans les conditions
définies au programme. Un plan devra expliciter clairement la nature et la position de chacun
des véhicules. Toutes les parties de tabliers indépendantes seront soumises aux épreuves.
3.2 FOUILLES - ÉPUISEMENTS – COMBLEMENTS
3.2.1 Fouilles
Sont considérés comme fouilles, les déblais exécutés à un niveau inférieur à celui des
plates-formes exécutées préalablement aux appuis ou radiers et du terrain naturel.
La tolérance qui donne lieu à application du paragraphe 2 de l'Article 9 du fascicule 68 du
C.C.T.G. est égale à plus ou moins dix (10) centimètres.
Le fond des fouilles sera, si l’Ingénieur le juge utile, compacté.
Les matériaux en provenance des fouilles, s'ils sont reconnus de qualité suffisante, seront
mis en dépôt provisoire pour être éventuellement réutilisés au remblaiement des fouilles.
Avant tout coulage du béton de fondation, les fonds de fouilles seront réceptionnés par
l’Ingénieur.
Les surprofondeurs de fouilles seront, après décision de l’Ingénieur, remblayées en grave-
ciment ou en gros béton C.250.

3.2.2 Épuisements
Les prescriptions de l'article 24 du F. 1 du C.P.C. sont complétées comme suit :
- l'Entrepreneur devra, sous sa responsabilité, exécuter, si besoin est, l'épuisement des
fouilles pour les fondations et assurer la protection de son chantier contre les eaux de
toute nature et de toute origine,
- il sera responsable des conséquences des perturbations qu'il porterait dans le régime de
l'écoulement des eaux de surface et des eaux profondes,
- il assumera également sous sa responsabilité l'évacuation des eaux de toute origine,
depuis le chantier jusqu'aux exutoires où elles pourront être reçues.

200
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Ces obligations comprennent la construction et l'entretien des ouvrages (rigoles, drains,


puisards) de captage et d'adduction des eaux, la fourniture et l'entretien du matériel de
pompage (y compris le matériel de rechange) la fourniture de l'énergie et du combustible, la
main d'oeuvre d'exploitation et de surveillance, la remise en état des lieux, etc.…, de telle
façon que tous les ouvrages décrits dans le présent CPT soient exécutés à sec.

3.2.3 Comblements
Les matériaux pour remblaiement des fouilles seront :
- soit des matériaux extraits des fouilles qui auront été reconnus acceptables par
l’Ingénieur,
- soit à défaut, des matériaux tels que définis à l’article 2.26 du présent CPT.

3.3 MORTIERS
Les mortiers seront dosés à 450 kg de ciment par mètre cube de sable sec 0/2,5 mm.
Lorsque l'épaisseur du mortier à mettre en œuvre excédera vingt-cinq (25) millimètres, on
utilisera un micro béton dosé à 400 kg de ciment dont la composition sera soumise au
préalable à l'agrément de l’Ingénieur.

3.4 COMPOSITION ET DESTINATION DES BÉTONS


a) La désignation, la classe et le dosage du liant, l'appellation, les destinations et les
résistances exigées, des différents bétons, sont indiqués dans le tableau ci-après.

Liants Résistances
caractéristiques
Désignation en Méga Pascals
et classe Dosage Destinations Age
des bétons Nature en Compressi Traction
kg/m3
Jour on Fcj Ftj
s
- Béton de propreté
C.150 CPA-CEM I 32,5 150 - Béton maigre pour
remplissage de trottoirs
- Assise des fondations des
ouvrages
C.250 CPA-CEM I 32,5 250 28 18 1.7
- Bêches et parafouilles des
ouvrages hydrauliques
- Appuis (culées et piles)
- Dalle de transition
- Dalots
- Murs en aile ou de
soutènement
CPA-CEM I 32,5
Q.350 350 - Caniveaux 28 25 2,1
CPA-CEM I 42,5
- Longrines pour glissière de
sécurité
- Scellement des garde-
corps
- Regards
CPA-CEM I 32,5
QF.350 350 - Semelles de fondations 28 25 2,1
HRS

201
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Liants Résistances
caractéristiques
Désignation en Méga Pascals
et classe Dosage Destinations Age
des bétons Nature en Compressi Traction
kg/m3
Jour on Fcj Ftj
s
CPA-CEM I 42,5 - Semelles des murs en aile
HRS ou de soutènement
CPA-CEM I 32,5 - Hourdis, poutres, 7 20 1,8
Q 400 400 entretoises
CPA-CEM I 42,5 - Prédalles et ponts-cadres 28 30 2,4
CPA-CEM I 32,5 Semelles de fondation ou
HRS 400 ouvrages hydrauliques en 7 20 1,8
QF 400 pour contact avec des sols
environnement ou des eaux fortement
fortement agressif CPA-CEM I 42,5 agressifs (notamment les
28 30 2,4
HRS sols à teneur en gypse
élevée)
Béton pour
corniches Suivant résultats
350 Corniches 28 25 2,1
Préfabriquées et épreuve d'études
coulées sur place
- Mortier de pose et de
calage des corniches,
M 450 CPA-CEM I 32,5 450
chape bouchardée des
trottoirs, perrés… etc.

b) La composition des bétons C.150 et C. 250 sera telle que le volume des granulats
moyens et gros soit double de celui du sable.
La consistance des bétons frais Q.350, QF 350 et Q 400 les limites admissibles pour les
affaissements mesurés au cône ASTM seront fixées d'après les études de laboratoire.

3.5 FABRICATION ET TRANSPORT DES BÉTONS


3.5.1 Fabrication sur le Chantier
Le béton sera fabriqué par une centrale unique, de capacité suffisante. Cette installation sera
implantée en un point permettant d'alimenter l'ouvrage sans difficulté. Le terrain choisi devra
avoir une superficie suffisante pour recevoir la totalité des installations (centrale et stockage)
et assurer des circulations rationnelles.
Le béton d'un ouvrage donné proviendra d'une seule centrale.

3.5.2 Fabrication par centrale de béton prêt à l'emploi


La fourniture des bétons par une centrale de béton prêt à l'emploi ne pourra être admise que
si la centrale proposée par l'Entrepreneur à l’Ingénieur a reçu au préalable l'agrément du
Ministère concerné.
La continuité dans l'approvisionnement des matériaux entrant dans la fabrication du béton
devra être assurée dans les mêmes conditions que celles décrites pour une centrale de
chantier.

202
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

La fourniture de béton prêt à l'emploi devra pendant toute la durée du chantier, être assurée
par la même centrale. La centrale de secours doit être prévue à l'origine des travaux et sera
soumise aux mêmes contraintes.

3.5.3 Appareils de fabrication


Les appareils de fabrication mécanique des bétons, en usine ou sur chantier seront
proposés à l’Ingénieur pour agrément dans un délai maximal de quinze (15) jours à compter
de la notification du marché ; ils devront répondre aux spécifications suivantes :
- les dosages pondéraux respectifs du ciment et des granulats seront réalisés par deux
chaînes de mesures distinctes,
- les dosages respectifs de l'eau et des adjuvants éventuels pourront être pondéraux ou
volumétriques. Dans ce cas, l'eau et les adjuvants seront mesurés par débitmètres de
précision distincte.
- le cycle de dosage des constituants devra être entièrement automatique et fonctionner
après déclenchement, sans intervention du conducteur de centrale, selon un programme
mémorisé à l'avance,
- le skip de chargement sera muni d'un vibreur,
- le mélange sera effectué par un malaxeur à axe vertical. Sa capacité utile minimum devra
être calculée en fonction de la plus forte cadence de bétonnage du chantier et du temps
minimum de malaxage nécessaire pour obtenir un mélange homogène de constituants du
béton. Cette capacité ne sera pas inférieure à 500 litres de béton mis en œuvre. Le circuit
d'alimentation des moteurs sera muni d'un shunt permettant à l’Ingénieur de placer un
wattmètre différentiel,
- les moyens de stockage de granulats à la centrale devront permettre d'utiliser au
minimum 4 classes granulaires différentes et interdire toute possibilité de mélange entre
elles,
- la vidange des silos par aéro-glissière est interdite,
- un certificat de vérification des bascules sera exigé avant le démarrage des travaux.
Lorsque les appareils de fabrication des bétons seront placés à plus de 3 mètres de hauteur
par rapport au fond des engins de transport, il sera prévu une trémie de stockage du béton
frais avec vidange totale instantanée.
Les constituants du béton seront introduits dans l'appareil de fabrication mécanique dans
l'ordre suivant :
- granulats moyens et gros,
- ciment,
- sable,
- eau.
L'Entrepreneur ne pourra procéder différemment que s'il est démontré qu'il en résulte une
meilleure homogénéité des composants du béton. Dans tous les cas, la fabrication des
gâchées sèches en vue d'une addition ultérieure d'eau est interdite.
La durée de malaxage sera fixée lors des essais de convenance d'après les indications du
wattmètre différentiel ou des résultats d'analyses de béton frais. Elle devra permettre une
homogénéité complète du mélange des constituants. Elle ne sera pas inférieure à 1 minute
30.

203
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

3.5.4 Transport
Dans le cas où les bétons destinés à certains ouvrages ne seraient pas fabriqués sur le
chantier de mise en œuvre de ces ouvrages, il sera fait application des Articles 11.4 à 11.6
du Fascicule 65 du CCTG.
L'Entrepreneur devra établir une liaison par téléphone ou tout autre moyen agréé par
l’Ingénieur entre les ateliers de la fabrication du béton et les chantiers de bétonnage. Le délai
maximal compris entre la fabrication du béton et sa mise en place dans les coffrages, à
définir selon la température maximale extérieure et les moyens de déchargement du béton
depuis les camions jusque dans les coffrages, sera également soumis à l'agrément de
l’Ingénieur. Celui-ci pourra subordonner son agrément à l'obtention des résultats d'une
épreuve supplémentaire d'information portant sur le béton transporté.
Cette épreuve sera entièrement à la charge de l'Entrepreneur. Dans tous les cas, la
fabrication de gâchées sèches en vue d'une addition d'eau ultérieure est interdite.
Dans le cas de fourniture de béton par une centrale de béton prêt à l'emploi, le mode de
transport devra être conforme aux clauses de l'agrément de la centrale. La durée de
transport devra être compatible avec la règle de délai maximal entre fabrication et mise en
œuvre déjà énoncée.
L'emploi des transporteurs pneumatiques est interdit.
Les pompes à béton à pistons pourront être utilisées après agrément de l’Ingénieur. Cet
agrément ne pourra être accordé qu'après :
- une étude particulière de la composition des bétons,
- des essais probants,
- une proposition des dispositions particulières de mise en œuvre résultant de l'utilisation
de pompes à béton.
3.5.5 Centrales de secours
Ces installations de secours alimentées en énergie indépendamment des centrales
principales auront un débit suffisant pour suppléer une défaillance des premières et pour
mener à bien une quelconque des phases de bétonnage prévues au programme de
bétonnage proposé par l'Entrepreneur. Voir notamment :
- C.P.C., fascicule 65, articles 9 et 10,
- Directive provisoire, Titre III, chapitre 8.
3.6 MISE EN PLACE ET DURCISSEMENT DES BÉTONS
3.6.1 Mise en place des bétons
La mise en place des bétons C.150 et C.250 sera parachevée par damage.
L'épaisseur minimale du béton de propreté est fixée à dix (10) cm.

3.6.2 Programme de bétonnage


Les programmes de bétonnage des bétons Q.350, QF 350 et Q 400 seront soumis à
l'agrément de l’Ingénieur.
Chaque phase de bétonnage devra être effectuée sans interruption ni reprise de bétonnage
(autre que celles prévues sur les plans).
Sur les surfaces de reprise il est formellement interdit de couler des galettes de bétons
servant au calage des coffrages.

204
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Des reprises de bétonnage des colonnes des piles culées, des fûts, des piles ou des parties
visibles des murs de tête et des piédroits, sont interdites.
Les murs de front des culées ne comporteront que la reprise de bétonnage précisée sur les
plans type des culées.
Les tabliers des ponts-dalles seront coulés sans reprise de bétonnage.
Les corniches des tabliers seront préfabriquées.
Des cavités seront ménagées dans le béton des corniches pour le scellement des montants
de barrières ou garde-corps.
En aucun cas il ne sera autorisé une hauteur de chute supérieure à 2 m, hauteur de goulotte
comprise.

3.6.3 Vibration du béton


a) Vibration interne
Il ne sera agréé que des vibrateurs à fréquence élevée, supérieure à douze mille (12.000)
cycles par minute.
Les bétons Q.350, QF 350 et Q 400 seront pervibrés dans la masse.
L'entreprise devra constamment posséder un nombre de pervibrateurs suffisant, en
fonctionnement, pour assurer un serrage régulier et total à la cadence de bétonnage. Elle
devra avoir sur un chantier un assortiment de diamètre de 25 mm à 100 mm, permettant la
pervibration dans toutes les conditions de mise en œuvre.
Le groupe compresseur aura une capacité suffisante pour alimenter sans difficulté la totalité
des engins pneumatiques.
L'Entreprise devra, maintenir en secours sur un chantier un groupe compresseur et un jeu de
3 pervibrateurs de Ø 35 mm, 50 mm et 80 mm.
La pervibration sera assurée par un personnel compétent et l’Ingénieur pourra récuser tout
ouvrier qui effectuerait cette opération dans de mauvaises conditions.

b) Vibrations superficielles
La finition des dalles sera effectuée par vibration superficielle.

3.6.4 Bétonnage par temps froid (pour mémoire)


a) Dans le cadre de l'application du paragraphe 4 de l'article 36 du fascicule 65 du Cahier
des Clauses Techniques Générales, la température au-dessous de laquelle la mise en
place du béton ne sera autorisée que sous réserve de l'emploi des moyens et procédés
préalablement agréés par l’Ingénieur est fixée à plus cinq (+ 5) degrés centigrades.
L'Entreprise peut notamment prendre les dispositions suivantes: réchauffage de l'eau de
gâchage et des granulats et protection de la partie d'ouvrage en cours de bétonnage, de
telle sorte que l'on obtienne le maintien de la température du béton en cours de
malaxage à + 15 degrés centésimaux et de la partie d'ouvrage bétonnée à + 12 degrés
pendant 24 heures au minimum.
b) Lorsque la température, mesurée sur le chantier, sera inférieure à zéro (0) degré
centigrade, le bétonnage sera formellement interdit.
En tout état de cause, après exécution d'un bétonnage au-dessus de plus cinq (+ 5)
degrés centigrades, si l’Ingénieur estime qu'une baisse importante de température est
205
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

possible au cours de la nuit, il pourra exiger que la surface libre des ouvrages ainsi que
les parois maintenues à l'aide de coffrages métalliques, soient protégées à l'aide de
bâches suffisamment isolantes.

3.6.5 Bétonnage par temps chaud


La protection des bétons courants sera assurée par humidification. La cure des bétons
Q.350, QF 350 et Q 400 sera assurée par humidification puis par enduit temporaire
imperméable. L’Ingénieur arrêtera sur proposition de Si, durant la période de protection, le
film protecteur est endommagé pour une raison quelconque, l'Entrepreneur devra recouvrir à
ses frais la zone en cause par un nouveau traitement complet.
Les bétons Q400 seront, en outre, protégés contre toute élévation de température par une
pulvérisation d'eau.
Les réservoirs d'eau seront maintenus à l'abri du rayonnement direct du soleil. Les coffrages
métalliques seront refroidis par arrosage permanent.

3.7 CURE DES BÉTON


La cure de tous les bétons sera conforme aux prescriptions du paragraphe 6 de l'article 36
du fascicule 65 du C.C.T.G, qui sont complétées comme suit :
- les procédés de cure et les produits de cure, en cas de cure par enduit temporaire, seront
soumis à l'agrément de l’Ingénieur,
- le béton du tablier sera tenu à l'abri de la pluie jusqu'au début de la cure.

3.8 PAROIS DES MOULES (COFFRAGES)


3.8.1 Domaine d'emploi
Les parements vus seront réalisés au moyen de coffrages pour parements fins définis au
paragraphe 2.2 de l'article 32 du fascicule 65 du C.C.T.G.
Les parements cachés de tous les ouvrages seront réalisés s'ils sont coffrés, au moyen de
coffrages ordinaires définis au paragraphe 2.1 de l'article 32 du fascicule 65 du C.C.T.G.

3.8.2 Coffrages pour parements fins


a) Les coffrages pour parements fins seront constitués de panneaux identiques ayant
le même nombre d'emplois antérieurs; les bois seront de même épaisseur, sans
nœud, leurs fibres seront parallèles ou bien ils devront être pourvus d'un revêtement
plastique ou de peinture soumis préalablement à l'agrément de l’Ingénieur.
b) Les joints éventuels de coffrages des palées, des piles et des parties visibles des
culées seront horizontaux, continus, rectilignes et régulièrement appareillés. Le
dessin de leur appareillage sera soumis à l'approbation de l’Ingénieur.
c) Les coffrages pour parements fins ne devront comporter aucun dispositif de fixation
non prévu sur les dessins d'exécution qui pourront prévoir des trous régulièrement
espacés.

206
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

3.9 TRAITEMENT DES PAREMENTS - TOLÉRANCES SUR LES DIMENSIONS ET LE


TRACÉ DES OUVRAGES
3.9.1 Parements fins, bruts de décoffrage
a) Aucun nid de cailloux ne devra être apparent et tout ragréage sera strictement interdit.
Ces parements ne devront présenter aucun des défauts suivants : arêtes mal
dressées ou épaufrées, empreintes de panneaux de coffrage, trace de laitance dues
à des déformations de coffrages fissurés, reprises visibles de bétonnage.
b) Il est notamment interdit de laisser en attente des trous non prévus sur des dessins
d'exécution ou de refouiller un panneau de béton exécuté.
c) Trous : la quantité et l'importance des trous (bulles...) répartis sur les parements fins,
devront permettre de classer ce parement en catégorie un (1) ou deux (2) de l'échelle
par photographies dans l'annexe 2 du rapport n°24 du Comité International du
Bâtiment (C.I.B).
d) Variation des teintes : les teintes des parements fins devront être uniformes et se
situer dans les catégories 1 à 4 de l'échelle définie par photographies dans l'annexe 3
du rapport n° 24 du C.I.B. (Comité International du Bâtiment).
La différence des catégories des teintes dans l'échelle précitée devra être au maximum :
- de un (1) pour des surfaces voisines,
- de deux (2) pour des surfaces éloignées.
Deux surfaces séparées par une arête vive seront considérées comme éloignées.
En cas de différences de teintes inadmissibles, les parements défectueux seront, au frais de
l'Entrepreneur, peints après nettoyage et dégraissage par lessivage.
Des essais préalables de teinte seront effectués sur des panneaux de dimensions
convenables et du même béton que celui à peindre; le produit utilisé et la teinte seront
choisis par l’Ingénieur après essais.
La peinture sera appliquée en trois couches croisées.
L'uniformité de la teinte des parements d'un même ouvrage devra être réalisée lors de la
réception définitive.

3.9.2 Parements cachés


Les parements non vus des ouvrages terminés seront ragréés partout où des nids de
cailloux seront visibles et notamment aux reprises de bétonnage, puis seront badigeonnés
de trois couches dont la deuxième sera de teinte différente, d'un des produits définis par le
présent CPT.
3.9.3 Parements non coffrés
Les dispositions du paragraphe 2.4 de l'article 36 du fascicule 64 du C.C.T.G. sont
complétées comme suit :
- le réglage de l'extrados des tabliers sera fait en utilisant des règles guides, sur
lesquelles s'appuieront des cerces balayant la surface du parement.
- la finition de ces parements sera assurée par lissage à la règle vibrante. Aucun nid de
cailloux ne sera admis, ni aucune irrégularité d'aspect et de surfaçage.
- il sera interdit de marcher sur ces parements pendant les trois jours qui suivent la fin de
la mise en œuvre du béton les constituants. À cet effet, l'Entrepreneur devra avoir défini
à l'avance le mode d'application de la cure et comment s'effectuera la circulation
nécessaire au chantier.
207
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

3.9.4 Tolérance sur les dimensions des ouvrages terminés


Conformément au paragraphe 1.3. de l'article 39 du fascicule 65 du C.C.T.G., la tolérance de
rectitude sur une arête rectiligne ou sur toute génératrice rectiligne d'une surface plane ou
réglée est caractérisée par la flèche maximale sur tout segment de longueur L (cm) de cette
arête ou de cette génératrice. Cette flèche est égale à la plus grande des deux quantités
L / 20 (cm) en élévation ou L / 10 (cm) en plan et un (1) cm.

Cette tolérance est étendue aux parties non planes de l'extrados des tabliers et sera
appréciée par rapport à des cerces respectivement longitudinales et transversales épousant
le profil de l'extrados dans les deux directions.

3.9.5 Tolérance sur le tracé des ouvrages terminés


Les tolérances lors de la réception définitive sont données dans le tableau ci-après :
Toutes parties Par rapport aux bases
d'ouvrages d'implantation de l'ouvrage ± 6 cm
Par rapport à des repères Par rapport à des repères quelconques
Piles quelconques pris sur une autre pile pris sur la même pile ou sur fondation  2
2 cm cm
Par rapport à des repères Par rapport à des repères quelconques
quelconques pris sur une pile ± 2 pris sur la même culée ou sur sa
cm fondation  2 cm
Culées
Par rapport à la culée Par rapport à des repères quelconques
correspondante de l'autre demi pris sur la culée  2 cm
ouvrage  2 cm
Faces latérales et Par rapport à des repères quelconques
arêtes Par rapport aux piles et palées de pris sur cette même face latérale  1 cm
correspondantes l'ouvrage (selon le cas)  2 cm
des ponts dalles
Par rapport aux piles de l'ouvrage  Par rapport à des repères quelconques
Tabliers
3 cm pris sur le même tablier  2 cm
Écarts dans le profil en long de la ligne
Corniches supérieure de la corniche  5 mm sur 10
Dimensions extérieures  1 cm
préfabriquées m, par rapport à une parallèle à la ligne
rouge du projet.
Les écarts sur le profil en long de l'ouvrage terminé seront de + ou - 2 cm par rapport au
profil en long des dessins contractuels, dans les conditions précisées par les dessins et les
calculs d'exécution.
Au cas où l’Ingénieur estimerait devoir faire effectuer les mesures à d'autres moments de la
vie de l'ouvrage, elles pourront être corrigées si l'une des parties le demande, en extrapolant
les déformations de l'ouvrage par chargement ultérieur, fluage ou tassement selon les
prévisions de calcul des contre-flèches visées par l’Ingénieur ou selon les mesures faites si
celles-ci sont plus favorables à l'Entrepreneur.

3.10 CINTRES ET ÉCHAFAUDAGES


Les dispositions de l'article 31.7 du fascicule 65 et de l'article 16 du Cahier des Prescriptions
Communes et les Directives Provisoires titre III, chapitre 9 sont complétées comme suit :

208
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

3.10.1 Chargé de l'échafaudage


L'Entrepreneur devra désigner, nommément, au début des études, un "chargé de
l'échafaudage" et faire connaître son nom à l’Ingénieur, le chargé de l'échafaudage ne
pourra ensuite être remplacé qu'en cas de départ de l'Entreprise, de maladie ou de force
majeure.
Sous réserve d'intervention personnelle de ses supérieurs hiérarchiques à l'intérieur de
l'Entreprise le "chargé d'échafaudage" devra, à l'intérieur de l'Entreprise, assumer
personnellement la responsabilité de l'échafaudage en ce qui concerne la convenance et la
qualité des études et la conformité et la qualité de l'exécution. Certains aspects de ces
obligations sont détaillés dans les paragraphes suivants :

3.10.2 Dessins d'exécution et calculs justificatifs


a) Généralités
Le "chargé de l'échafaudage" devra réunir les informations nécessaires à l'étude de
l'échafaudage porteur, qu'elles résultent de l'ouvrage lui-même ou de son environnement :
géométrie, réactions du sol d'appui, échelonnement dans le temps des diverses phases
d'exécution, programmes et moyens de bétonnage, flèches finales, sujétions de circulation
publique ou de chantier, etc... et les faire figurer dans les dessins et calculs d'exécution.
Les dessins et calculs, signés ou contresignés par le "chargé d'échafaudage" seront soumis
à l’Ingénieur avant tout commencement d'exécution et dans les mêmes délais que ceux
impartis pour les calculs justificatifs et les dessins d'exécution des ouvrages.
Ils devront faire apparaître clairement la conception, en ce qui concerne les descentes de
charges prévues, les contreventements, le ripage, le décintrement et le démontage.
Ils devront en outre faire apparaître et justifier :
- les profils avant et après déformation, tant du point de vue de la conformité et de l'aspect
de l'ouvrage fini, que pour le bon comportement mécanique de l'échafaudage et de
l'ouvrage lui-même.
- les tolérances d'exécution relatives aux profils et aux points critiques pour la résistance.
Les descentes de charges seront aussi directes que possible, et les contreventements
devront assurer à l'échafaudage une excellente rigidité latérale.
Les raboutages et les calages pour rattrapage de dimensions et de cotes ne seront utilisés
que pour de petits rattrapages et ne devront pas être assurés par des successions de
pièces ; en particulier les empilages de cales sont interdits. Les surfaces d'appui sur béton
seront éloignées d'au moins 6 cm de l'arête de béton la plus proche, cette distance pouvant
être augmentée selon les nécessités de calcul.
Les échafaudages seront dimensionnés en prenant compte tout le poids de la structure à
exécuter, sans faire appel à la résistance d'aucune partie de celle-ci. Ils ne devront pas subir
de déformation excédant deux (2) centimètres en quelque point que ce soit.
b) Consistance des dessins d'exécution
Les dessins d'exécution définiront de façon complète les détails de l'échafaudage
notamment :
❑ les possibilités et modalités d'appui de l'ossature de coffrage sur l'échafaudage :
• d'une part pour les parties extérieures du tablier (encorbellement, angles biais,
etc),
• d'autre part en ce qui concerne le rattrapage des différences de niveau
importantes éventuelles entre l'intrados du tablier et le dessus de l'échafaudage.
209
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

❑ les types et modules normalisés de tous profilés à utiliser, les épaisseurs des tubes et
non pas seulement leurs diamètres extérieurs :
• les marques et modèles exacts des pièces préfabriquées,
• les pièces qui doivent être constituées d'un acier autre que l'acier doux de qualité
courante du commerce, ou avoir une résistance spéciale déterminée ou au moins
égale à celles d'autres pièces à assembler,
• les pièces qui, du fait de la pente ou de dévers de l'intrados de l'ouvrage à
construire, devraient avoir leur plan de résistance spéciale déterminée ou au
moins égale à celles d'autres pièces à assembler,
• les pièces qui, du fait de la pente ou du dévers de l'intrados de l'ouvrage à
construire, devraient avoir leur plan de résistance principal non vertical, ainsi que
les surfaces d'appui des pièces qui doivent comporter des boites à sable ou des
cales d'épaisseur variable en vue d'assurer un contact correct des pièces (surface
sur surface ou non ligne ou point sur point).
• les points d'appui de moindre résistance (par exemple tiges portant des fourches)
où la pièce porteuse (sans prise en compte des fourrures) doit être
mécaniquement centrée, et les points où, au contraire, un appui excentré est
prévu ou toléré,
• les cales et raidisseurs à prévoir dans ces différents cas et pour tout autre motif de
stabilité,
• le détail des contreventements prévus dans les diverses directions, non seulement
entre pièces verticales, mais aussi entre pièces fortement ou légèrement inclinées,
et éventuellement entre pièces horizontales,
• les pièces de contreventement et de fixation qui sont à attacher de façon
excentrée par rapport aux nœuds d'une triangulation, et la distance maximale, de
ces attaches aux nœuds les plus proches,
• les soudures de chantier,
• les dispositions constructives générales ou particulières nécessaires à une
exécution correcte, notamment :
- les goupilles indispensables,
- les emboîtements minimaux,
- les nombres et dimensions minimales des boulons, broches, colliers,
manchons, écrous, contre-écrous,
❑ les raboutages et ajustages nécessaires et toutes tolérances d'exécution utiles
concernant notamment :
• les niveaux d'appui de tous les éléments,
• la verticalité des pièces,
• les valeurs maximales des sorties des vis et vérins prolongeant les pièces
préfabriquées.
❑ les niveaux théoriques d'appui de tous les éléments verticaux :
• les précautions prévues pour pallier l'hétérogénéité des appuis de l'étaiement,
• les précautions prévues pour pallier l'instabilité d'une zone d'appui en pente.

210
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

❑ le plan de bétonnage indiquant notamment l'ordre de coulage prévu comme hypothèse


de chargement et les mesures à faire (déformations, pressions...) en vue de contrôler
au cours de la mise en charge, que le comportement de l'échafaudage reste normal.
❑ les manœuvres par lesquelles commencer le déchargement et le démontage des
échafaudages et cintres et l'emplacement des boites à sables, coins ou vérins
nécessaires au démontage des échafaudages et cintres.
Des schémas types pourront être utilisés et, en cas d'emploi de pièces préfabriquées, des
notices ou parties de notices du fabricant pourront être incorporées aux dessins d'exécution
à condition de former avec les dessins particuliers un ensemble complet, cohérent et sans
risque d'ambiguïté ; en particulier les parties de ces notices applicables au cas d'espèce
seront clairement mises en évidence.
c) Règles générales de calcul
L'Article 14.2 du Fascicule 61.Titre II du C.P.C. est étendu aux échafaudages porteurs.
Pour les échafaudages porteurs constitués de files multiples de pièces, ajoutées ou non, la
note de calcul fera apparaître la justification de l'effort exercé par le vent sur l'échafaudage.
Le poids du béton frais est considéré comme charge d'exploitation.
En l'absence ou en complément de règles particulières au mode de construction utilisé, le
coefficient de sécurité vis à vis d'une perte d'équilibre ou d'un glissement sera au moins égal
à 1,5 sur la base des valeurs probables des charges et des coefficients de frottement.

3.10.3 Signalisation de Sécurité


L'étaiement sera balisé conformément à la réglementation en vigueur.

3.10.4 Exécution de l'Étaiement


Lors de l'exécution, on veillera particulièrement à n'omettre aucune des précautions
suivantes :
• L'étaiement devra reposer sur un sol dont la portance permet d'assurer l'appui des étais
sans tassement appréciable. Ceci pourra conduire l'Entrepreneur à exécuter sous
l'ouvrage une plate-forme bien drainée méthodiquement compactée et éventuellement
traitée. L'exécution de cette plate-forme est supposée rémunérée par les prix relatifs aux
coffrages,
• On s'assurera de l'absence de ravinement de chaque appui et d'arrivée d'eau de
ruissellement,
• On s'assurera visuellement que les pièces verticales des échafaudages sont fortement
contreventées dans les diverses directions,
• Les pièces horizontales successives seront arrimées l'une à l'autre d'une manière
continue jusqu'à leurs deux extrémités où elles seront butées sur les maçonneries en
place,
• Aucune pièce ne sera simplement posée sans dispositif de fixation,
• Aux points où des actions concentrées s'exerceront sur des pièces non pleines, des
calages assureront l'étalement de ces actions et empêcheront le déversement,
• On remédiera sérieusement à tout défaut accidentel de centrage,
• L'emploi de pièces faussées, ou présentant un jeu anormal, est interdit,

211
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

• Aucune tige destinée à être utilisée en traction ou en compression ne devra travailler en


flexion, notamment à ses attaches,
• Tous les vides qui se produiraient entre des pièces réputées jointives jusqu'au jour du
bétonnage seront bourrés de mortier. Chaque semaine, l'entrepreneur visitera et, le cas
échéant, resserrera tous les boulons,
• L'Entrepreneur sera tenu d'apporter à l'échafaudage, et à ses frais, les modifications qui
seraient prescrites en cours de travaux par l’Ingénieur, dans l'intérêt de l'ouvrage définitif
ou de la sécurité,
En outre le "chargé d'échafaudage" devra personnellement inspecter l'échafaudage terminé,
le faire modifier s'il y a lieu, et après en avoir reconnu la conformité au projet et aux
prescriptions ci-dessus, donner au chantier l'autorisation écrite de mettre l'échafaudage en
charge. En cas d'impossibilité de visite du "chargé d'échafaudage" et sauf le cas de
remplacement de celui-ci par un de ses supérieurs hiérarchiques, envisagé en 3.10.1 ci-
dessus, l'Entrepreneur sera tenu de faire procéder à un contrôle des études et de l'exécution
de l'échafaudage par un contrôle indépendant de son entreprise.
Ces autorisations ne sauraient prévaloir sur les ordres éventuels de l’Ingénieur.

3.10.5 Contrôle des flèches et des déformations


Pour mesurer les tassements et les déformations des échafaudages, des repères seront mis
en place par l'Entrepreneur en des points soumis à l'acceptation de l’Ingénieur. Ces repères
devront permettre d'opérer un nivellement précis qui sera effectué par l'Entrepreneur, à ses
frais, sous la surveillance de l’Ingénieur ou de son représentant.

3.10.6 Décintrement
Le décintrement des ouvrages devra être exécuté à la date arrêtée par l’Ingénieur, compte
tenu des délais de décintrement proposés par l'Entrepreneur et des résultats des essais
d'information relatifs au dernier béton de structure exécuté.

3.11 ARMATURES POUR BÉTON ARMÉ


Les conditions d'emploi des armatures devront satisfaire aux recommandations incluses
dans leur fiche d'identification instaurées par le titre 1er du fascicule 4 du C.C.T.G.
En l'absence d'acier soudable, toute fixation par points de soudure sur chantier est interdite.
Les prescriptions de l'article 33 du fascicule 65 du C.C.T.G. sont complétées comme suit :
(1) avant de commencer le bétonnage, l'Entrepreneur préviendra le représentant de
l’Ingénieur chargé de la surveillance, pour lui permettre de vérifier le nombre, les
dimensions, la position et l'alignement des armatures ;
(2) pour la correction des imperfections de ferraillage, les armatures seront au besoin
enlevées des coffrages et replacées correctement après les dressages utiles ;
(3) pour les aciers à haute adhérence le pliage des barres devra être obligatoirement
effectué sur mandrins; les rayons de courbure rapportés à l'axe des barres pliées, s'il
s'agit d'acier à haute adhérence devront satisfaire aux conditions reprises dans
l'agrément dont devra obligatoirement avoir fait l'objet l'acier utilisé ;
(4) lorsqu'il y a lieu de constituer une armature avec plusieurs barres, les recouvrements
seront répartis sur toute la longueur, de telle sorte que dans une section, il y ait au moins
les 2/3 de l'armature en barre continue ;

212
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

(5) on ne versera jamais de coulis de ciment sur les armatures; aux reprises de travail, on
enlèvera soigneusement les matières inertes et les éclaboussures de mortier qui
auraient pu se déposer sur les armatures.

3.12 APPAREILS D'APPUI


Les appareils d'appui devront être dégagés des maçonneries de manière à ce que leur
liberté de fonctionnement soit totale.
Les appareils d'appui ne devront, en aucun cas, risquer de baigner dans l'eau stagnante sur
le chevêtre; ils seront posés sur un bossage d'une hauteur au moins égale à 2 cm.
Les appareils d'appui devront reposer horizontalement par l'intermédiaire d'un mortier ou
d'un micro-béton de calage armé sur une zone de béton fretté.
Le sommet de l'appui sera repiqué à l'emplacement des bossages avant pose du coffrage.
Les faces en contact avec l'appareil d'appui devront être planes, et la surface supérieure du
bossage inférieur horizontale. La tolérance en planéité et en horizontalité est de 1 mm sur la
surface des bossages.
Les tolérances sur l'implantation des bossages seront :
- en plan de 1 cm dans toutes les directions;
- en nivellement de ±10 mm par rapport à un repère absolu et de ± 10 mm par rapport à un
bossage d'une même ligne d'appui.
Sauf calcul justificatif particulier, deux appareils d'appui ne pourront être placés l'un derrière
l'autre suivant l'axe longitudinal de l'ouvrage. Ils pourront en revanche être juxtaposés s'ils
ont la même dimension.
La résistance au glissement de toute face collée devra être éprouvée sous un effort égal à
1,5 fois l'effort maximal prévu en service normal.

3.13 JOINTS LOURDS


La pose des joints lourds sera conforme aux spécifications relatives aux joints lourds du
dossier pilote JADE du SETRA.
Les joints lourds seront pourvus d'une étanchéité aux eaux les percolant.
Les joints seront posés après l'exécution des enrobés sur ouvrage. Celle-ci interviendra dès
l'achèvement du tablier.
La pose des joints de chaussées sera exécutée conformément aux détails fournis dans les
plans et comprendra :
- le sciage et l'enlèvement du tapis en enrobés,
- le scellement des joints,
- les drains en aluminium,
- la reprise de l’étanchéité conformément au plan et son raccordement au réseau
d'évacuation des eaux de l'ouvrage
- les ajustages pour évacuation des eaux.

213
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

3.14 REPÈRES DE NIVELLEMENT


Les repères de nivellement seront constitués par des tiges en acier galvanisé, scellées dans
le béton, d'un diamètre de 2 cm et d'une longueur de 15 cm.
Les emplacements des repères de nivellement seront indiqués par l'Entrepreneur sur les
plans d'exécution de l'ouvrage.
L'Entrepreneur aura à effectuer trois campagnes de nivellement :
- la première avant exécution du tablier,
- la deuxième après exécution du tablier,
- la troisième huit (8) jours avant les épreuves du tablier correspondant.
Les résultats seront soumis à l’Ingénieur dans un délai de sept (7) jours après la réalisation
de chaque campagne de nivellement.
Trois types de repères pourront être utilisés :
- sur les parois verticales accessibles, le type "M" de l'I.G.N. en fonte rendue inoxydable,
- sur les parois verticales difficilement accessibles, le type "cible" en fonte émaillée,
- sur les surfaces horizontales, le type "rivet" en acier inoxydable.
Les repères type "M" sont scellés au mortier de ciment puis enduits d'une couche protectrice
au minium.
Les repères type "rivet" sont scellés au mortier de ciment.

3.15 ÉTANCHÉITÉ DES OUVRAGES D’ART


3.15.1 Préparation du support
Le support sur lequel l'étanchéité est à mettre en œuvre est considéré comme respectant les
stipulations du C.C.T.G. et du CPT relatives à la construction du gros œuvre, concernant les
tolérances géométriques d'exécution et la qualité du béton de l'extrados de la dalle. La
hauteur des engravures est considérée comme au moins égale à dix (10) centimètres.
Le support recevra la préparation minimale et normale suivante :
- l’élimination des matières sans cohésion : argile, terre, poussière, laitance, etc. et du
produit de cure éventuel,
- le nettoyage définitif de la surface à étancher par balayage et/ou aspiration suivi, si besoin
est, d'un lavage à l'eau propre et sous pression.
Ces deux opérations seront menées simultanément et réitérées autant que de besoins.
Les procédés, matériels et programmes nécessaires à cette préparation, seront soumis au
visa de l’Ingénieur. La mise en œuvre de l'étanchéité ne sera faite que sur son autorisation,
après examen par ses soins de la préparation du support.

3.15.2 Couche d'accrochage


L'application se fera au balai à poils souples ou par pulvérisation, ou par une combinaison
des deux. L'usage de la raclette en caoutchouc sera prohibé.
On appliquera sur une surface sèche, l'application sur une surface humide ou sous la pluie
sera prohibée.
Le produit recouvrira toute la surface et les manques seront repris, les accumulations seront
éliminées.

214
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

3.15.3 Première couche d’étanchéité


Le travail ne doit être ni entrepris ni poursuivi, avant que le support soit sec et les solvants de
l'enduit d'imprégnation évaporés.
La mise en œuvre se fait par "soudage en plein" au chalumeau à gaz.
Le réchauffage devra être uniforme sur toute la largeur du rouleau pour permettre de créer
un bourrelet de bitume fondu au pied du rouleau; il devra cependant ne pas être excessif au
point de risquer de détériorer la chape.
Après pose des différents lés avec recouvrements de un (1) centimètre environ sur
l'aluminium, les joints seront repris à la spatule et au chalumeau de façon à parfaire leur
soudure et afin de leur donner un profil biais adoucissant le changement d'épaisseur au droit
du recouvrement.
La chape de bitume armé sera relevée verticalement sur la hauteur totale de l'engravure.
À toute extrémité ou coupure du tablier, la chape de bitume armé sera laissée telle quelle,
ou, en cas d'absence de joint, prolongée en descendant jusqu'à la ligne définie par les
dessins contractuels.
Les pénétrations seront traitées conformément aux règles de l'art précisées dans les DTU.
3.15.4 Deuxième couche d’étanchéité
Immédiatement avant la mise en œuvre de cette deuxième couche, des bandes de papier
crêpé autocollant de huit (8) centimètres de large seront mises en place, centrées sur tous
les joints entre les différents lés de la première couche et là où la feuille d'aluminium sera
endommagée. L'aluminium sera séché et le papier marouflé.
Le matériel de transport et de mise en œuvre devra assurer :
- le maintien de la température du produit dans la fourchette prescrite,
- une homogénéisation parfaite du matériau.
Il ne devra pas apporter de souillures sur le chantier.
La deuxième couche "d'asphalte coulé dit porphyré" aura une épaisseur telle que l'épaisseur
totale du complexe étanche soit de trente (30) millimètres dans le cas courant ou de trente-
cinq (35) millimètres dans le cas où l'Entrepreneur lui-même ou le CPT prévoit une
circulation d'engins de terrassements préalablement à la mise en œuvre des couches de
chaussée. Ces épaisseurs sont des moyennes.
La réutilisation de matériaux déposés est interdite.
Le matériau devra être au moment de la mise en œuvre à une température comprise entre
deux cent trente-cinq (235° C) degrés et deux cent cinquante-cinq (255° C) degrés. Pendant
sa fabrication la température ne devra jamais dépasser deux cent soixante (260°C) degrés
au plus.
Aux extrémités de chaque tablier, la seconde couche d'étanchéité sera laissée en l'état de
façon à permettre la mise en œuvre du dispositif destiné à assurer la continuité de
l'étanchéité sous le joint, ou, en cas d'absence de joint, prolongée en descendant jusqu'à la
ligne définie par les dessins contractuels.
En aucun cas, la surface de la couche ne doit présenter de points bas intermédiaires, sauf
où il en aurait été reconnu lors de la préparation de surface.

215
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

3.15.5 Essais à effectuer sur les produits pour la chape d’étanchéité


Des essais de réception et de contrôle (teneur en bitume, bille et anneau, indentation Wilson
ou Office des Asphaltes) à la cadence d'une série par 200 m2 et par couche seront exécutés
sur des prélèvements effectués lors de la mise en œuvre.

3.16 ÉVACUATION DES EAUX


3.16.1 Tuyaux pour évacuation des eaux
Les raccordements entre les différents éléments du réseau d'évacuation des eaux en
polyéthylène seront collés.

3.16.2 Gargouilles
Avant le bétonnage, seront placés des réservations en P.V.C. aux emplacements précisés
sur le plan d'exécution. Le tuyau PVC doit déborder de 20 cm sous l'intrados du tablier.
Les platines en plomb seront pincées entre deux couches d'asphalte pur pendant la
réalisation de la chape d'étanchéité. La hauteur de la virole à lumière reposant sur la platine
sera ajustée pour que le fil d'eau présente bien un point bas à son entrée d'eau.
3.16.3 Barbacanes
Les barbacanes noyées dans les bétons seront solidement arrimées au ferraillage. Elles
présenteront une pente suffisante pour permettre un bon écoulement. Elles seront testées
après bétonnage.

3.17 CORNICHES PRÉFABRIQUÉES EN BÉTON


3.17.1 Composition du béton
Les corniches préfabriquées en béton définies sur les plans seront réalisées avec un béton
dont la formule définitive sera mise au point lors d'essais préliminaires sur échantillons.

3.17.2 Traitement des parements


Les parements devront être de couleur constante.
Les parements vus seront de teinte uniforme tant pour les parties brutes de décoffrage que
pour celles qui seront traitées. Pour garantir ce résultat, l'Entrepreneur veillera d'une part à la
qualité et à la régularité des approvisionnements en ciment et en agrégats et d'autre part à la
régularité des conditions de préfabrication.
Les dispositifs incorporés au béton pour permettre la manutention des éléments préfabriqués
seront disposés en retrait par rapport aux parements. Après mise en place des éléments,
les vides correspondants seront bourrés avec un mortier à base de résine dont la
composition et la teinte seront soumises à l'agrément de l’Ingénieur.
Les parements des corniches seront protégés par deux (2) couches de peinture incolore
hydrofuge au silicone, dont une couche sera passée après préfabrication et une couche
après pose.

3.17.3 Préfabrication - Transport et Pose


L'Entrepreneur exécutera un prototype sur la base d'un élément de corniche et dans les
conditions normales de fabrication.

216
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

L'accord sur ce prototype conditionnera le lancement de la préfabrication. En cas de


modifications importantes sur le moule ou dans le processus de fabrication, demandées par
l’Ingénieur à la suite de la présentation du prototype, l'Entrepreneur sera tenu de
confectionner un nouveau prototype.
La pièce sera conservée sur le chantier de préfabrication comme élément de référence et
sera tenue en permanence en parfait état de propreté.
Toutes les manutentions nécessaires au transport et à la pose des corniches seront prévues
et exécutées de manière à éviter toute épaufrure. Les corniches présentant des épaufrures
seront refusées.
Les corniches seront posées et réglées à l'aide d'un mortier de calage.
Elles seront solidarisées à la dalle de l'ouvrage par le dispositif prévu sur les plans
d'exécution.
Avant la mise en place des corniches préfabriquées, l'Entrepreneur doit relever avec
précision la courbe extrados du tablier au droit des corniches, dont les caractéristiques sont
telles qu'elles devront rectifier les irrégularités que pourraient présenter les bords du tablier.
La pose devra permettre d'assurer la sécurité des personnes.
L'Entrepreneur soumettra à l'agrément de l’Ingénieur :
- le découpage longitudinal, des éléments préfabriqués autre que celui indiqué sur les
plans,
- les dispositifs d'accrochage provisoire.

3.18 DISPOSITIFS DE SÉCURITÉ


3.18.1 Garde-corps (Type S8)
Le mode de réalisation du garde-corps type S8 sera conforme aux spécifications du dossier
G.C.77 du SETRA.
L'Entrepreneur proposera à l'agrément de l’Ingénieur les dessins d'exécution, le mode de
fabrication, les dispositions de pose et la protection envisagée.
Les surfaces au droit des blessures, des coupes ou des soudures exécutées sur chantier
seront reconditionnées.

3.18.2 Glissière de sécurité


Le mode d'exécution sera conforme aux spécifications du dossier G.C. 77 du SETRA.
L'Entrepreneur proposera à l'agrément de l’Ingénieur les dessins d'exécution, le mode de
fabrication, les dispositions de pose et d'implantation.

3.19 REMBLAIS CONTIGUS AUX OUVRAGES


Les remblais contigus aux ouvrages d'art auront au moins cinq (5) mètres de longueur en
tête à partir du mur garde-grève, du piédroit ou de l'extrémité du tablier. Ils seront talutés à
3/2 au moins.
Ils seront mis en œuvre par des couches de 0,20 m d'épaisseur et méthodiquement
compactés. Ces remblais seront montés systématiquement de part et d'autre de l'ouvrage,
de telles sortes que la différence de hauteur entre les deux côtés n'excède pas l'épaisseur
de deux couches élémentaires.
La densité sèche des remblais en place devra atteindre 95% de la densité sèche de
l'optimum PROCTOR modifié.
217
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

3.20 REMPLISSAGE DES TROTTOIRS


Les trottoirs seront remplis de béton C 150 dans lequel seront noyés des fourreaux pour
passages des réseaux. Ils seront recouverts d'une chape de mortier M 450 bouchardée. Des
joints seront aménagés aux extrémités du tablier, ils recevront des joints de trottoir.

IV - ESSAIS ET CONTRÔLES
4.1 ESSAIS ET CONTRÔLES SUR LA QUALITÉ DES MATÉRIAUX
Tous les essais et épreuves des matériaux pour les Ouvrages d'Art répertoriés dans le
présent chapitre sont à la charge de l'Entrepreneur et seront exécutés par un laboratoire
agréé par l’Ingénieur;
Ils seront consignés dans le Journal de Chantier.
4.1.1 Essais à effectuer sur les granulats
a) Sable pour mortier et béton
- une (1) mesure de l'équivalent de sable par trente-cinq (35) mètres cubes ou fraction de
trente-cinq (35) mètres cubes de sable pour béton de qualité,
- une (1) mesure de l'équivalent de sable pour cinquante (50) mètres cubes ou fraction de
cinquante (50) mètres cubes des autres sables,
- un (1) contrôle de granularité par cent (100) mètres cubes ou fraction de cent (100)
mètres cubes de sable pour bétons de qualité.
Avec au moins :
- une (1) mesure de l'équivalent de sable et un (1) contrôle de granularité du sable pour
bétons de qualité par journée de livraison.
b) Granulats moyens
Il sera exécuté :
- deux (2) mesures du coefficient Los Angeles par source de granulats,
- une (1) mesure de proportion en poids de granulats passant au lavage au tamis de
module trente-quatre (34) (tamis de deux millimètres), y compris s'il y a lieu la mesure de
l'indice de plasticité des éléments inférieurs à deux (2) millimètres par cent (100) mètres
cubes ou fraction de cent (100) mètres cubes de granulats pour béton armé,
- un (1) contrôle de granularité par deux cents (200) mètres cubes ou fraction de deux
cents (200) mètres cubes.
Avec au moins :
- une (1) mesure de la propreté superficielle et du coefficient d’aplatissement,
- une (1) mesure de la proportion en poids de granulats passant au tamis de module trente-
quatre (34) (tamis de deux millimètres) et un contrôle de granularité par journée de
livraison.

218
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

c) Réception
En cas de résultats négatifs d'un essai effectué par application des paragraphes ci-dessus,
l’Ingénieur fera procéder à deux contre-essais, si le résultat de l'un des contre-essais n'est
pas satisfaisant, les matériaux correspondant seront rejetés, dans le cas contraire, ils seront
acceptés.
d) Essais Facultatifs
L’Ingénieur pourra, par ailleurs, faire exécuter à ses frais tous autres essais prévus par la
norme XPP 18 540, notamment :
❑ pour les sables pour mortier et bétons :
• essais calorimétriques,
• angularité.
❑ pour les granulats moyens et gros pour béton :
• détermination du coefficient d'aplatissement,
• porosité,
• résistance mécanique (Los Angeles).

4.1.2 Essais à effectuer sur les liants hydrauliques


Les essais de contrôle seront effectués par le laboratoire de l’Entrepreneur. S’il n’est pas
possible de réaliser tous les essais prévus par le présent CPT dans ce laboratoire,
l’Entrepreneur pourra soumettre tout autre laboratoire à l’agrément de l’Ingénieur.
a) Des prélèvements conservatoires seront exécutés, expédiés et conservés
conformément à l'additif d'Août 1976 à la norme homologuée NFVP 15-300 et à la
circulaire Ministérielle n° 78-150 du 24 Novembre 1978.
La cadence des prélèvements conservatoires sera un prélèvement par camion de
livraison avec au minimum un prélèvement pour chaque partie d'ouvrage définie à
l'article 3.4 du présent CPT
b) L'Entrepreneur devra se faire communiquer les résultats de l'autocontrôle effectué par
la cimenterie sur le ciment utilisé et transmettre ces résultats à l’Ingénieur.
Toutefois, sur deux des premiers prélèvements conservatoires de chaque variété de ciment,
désignés par l’Ingénieur, l'Entrepreneur fera effectuer par son laboratoire (agréé par
l’Ingénieur), les essais énumérés ci-après pour comparaison des résultats avec ceux de
l'autocontrôle :
- temps de prise à chaud (norme NFP 15.431) : le début de prise à 20° C doit être
supérieur à 1 h 30 mn ;
- expansion à chaud et à froid (norme 15.432) : l’expansion à chaud et à froid doit être
inférieure à 10 mm ;
- classe de résistance (NF P 15-451) : les résistances à 7 jours et 28 jours d’âge
doivent respectivement être supérieures à 17,5 MPa et être comprise entre 35 et 55
MPa ;
- surface spécifique Blaine (comprise entre 2.600 et 3.600 cm2/g) ;
- chaleur d'hydratation (devra être inférieure à 55 cal/gr avec une tolérance de mesure
sur un résultat individuel de 5 cal/gr.) ;

219
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- teneur en SO3, en chlore des chlorures, de soufre des sulfures (norme NFP 15-461):
la teneur en anhydride sulfurique (SO3) doit être inférieure à 4 % et celle en
magnésie (MgO) et en chlore à 0,05% ;
- retrait et gonflement (norme NFP 15.433) : le retrait à 28 jours d’âge doit être inférieur
à 800 micromètres par mètre ;
- essai d’identification rapide : En cas de doute sur la provenance ou la conformité
avec le bordereau de livraison et la lettre de commande, un essai d’identification
rapide pourra être effectué conformément à la norme XP P 15-466, au moment de
chaque livraison, de nature et de classe donnée ;
- l’échantillon nécessaire sera prélevé par l’Entrepreneur et transporté par ses soins
au laboratoire. Dans ce cas l’utilisation du lot de ciment sera subordonnée au
résultat positif de l’essai d’identification rapide.
Les analyses à effectuer sur les prélèvements à analyser sont les suivantes :
• temps de prise (épreuve normale) : 1 essai ;
• expansion à chaud (sur mortier normal) : 2 essais ;
• fissurabilité (après 5 jours de repos) : 2 essais.
Les résultats de ces essais devront être communiqués par l’Ingénieur dans les dix (10) jours
et en tout état de cause avant l'emploi de ces ciments.

4.1.3 Essais à effectuer sur les appareils d’appuis


L'Entrepreneur devra fournir à l’Ingénieur, sur sa demande, les résultats des essais statiques
de contrôles faits sur les matériaux constitutifs des appareils d'appui, pendant une période
de six mois précédant la livraison. Ces résultats devront être conformes à ce qui suit :
• ÉLASTOMÈRE : les valeurs numériques observées lors de ces essais faits sur
l'élastomère suivant les normes indiquées devront être en accord avec celle du tableau
ci-après :

RÉSISTANCE "R" DÉFORMATION


DURETÉ ALLONGEMENT
DE RUPTURE EN RÉMANENTE EN
SHORE "A" "A" EN %
BARS %
N.F.T. 46-003 N.F.T. 46.002 N.F.T. 46.002 N.F.T. 46.011
ou > 120 et > 600
< 55 et < 65 < 20
> 140 et > 450
Après un essai de vieillissement conformément à la Norme NFT 46-004, les variations
maximales des caractéristiques mécaniques du tableau ci-dessus devront être les suivantes
:
RÉSISTANCE À LA
DURETÉ SHORE ALLONGEMENT EN %
TRACTION
+ 15 + 0,15 R - 40
• FRETTES : les essais de traction sur les frettes doivent donner la résistance "R" à la
rupture :
- Acier " R" : 37 kg/mm² (NFA 36-401),
- Acier inoxydable" R" : 50 kg/mm².

220
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

• MODULE "G" : le module "G" sera déterminé comme il est indiqué dans la note
technique N°4 (1974) du SETRA. La valeur obtenue sera comprise
entre 7 kg/cm² et 9 kg/cm².
4.1.4 Essais à effectuer sur les produits pour chape
Des essais de contrôle (teneur en bitume, bille et anneau, indentation Wilson ou Office des
Asphaltes) à la cadence d'une série par 200 m2 et par couche seront exécutés sur des
prélèvements effectués lors de la mise en œuvre.

4.2 ESSAIS ET CONTRÔLE SUR LA MISE EN OEUVRE DES MATÉRIAUX

Tous les essais de mise en œuvre relatifs aux ouvrages d'art sont exécutés par
l'Entrepreneur, dans un laboratoire agréé par l’Ingénieur, à l'exception des essais de contrôle
des bétons effectués par l’Ingénieur.
Tous les essais effectués par l'Entrepreneur sont à sa charge.
Pour les bétons, sont à la charge de l'Entrepreneur :
- les épreuves d'études et de convenance par un laboratoire agréé par l’Ingénieur,
- par dérogation au C.C.T.G. (fascicule 65 - Art. 33) la confection, le marquage et le
transport des éprouvettes au laboratoire du Maître d'Ouvrage pour les essais de contrôle,
- les essais d'information sur le béton au jeune âge y compris, par dérogation au C.C.T.G.
(article 3.3 - Fascicule 65) la confection, le marquage et le transport des éprouvettes au
laboratoire du Maître d'Ouvrage précédemment cité.

4.2.1 Étude et contrôle des bétons


Par dérogation à l'Article 12.4.1 du fascicule 65 du C.C.T.G., la mesure de la résistance des
bétons à la traction par prisme n'est pas imposée en jumelage des mesures de résistance à
la compression.
Les dispositions des articles 12 à 15 du fascicule 65 du C.C.T.G. sont complétées comme
suit :
a) Dispositions générales
L'Entrepreneur a la responsabilité de procéder, à ses frais, aux épreuves d'études et aux
épreuves de convenance, en temps utile pour respecter ses obligations contractuelles
relatives au délai d'exécution, quels que soient les résultats desdites épreuves.
Pour les bétons de qualité ces épreuves doivent être conduites conformément aux
dispositions de la circulaire n° 79-23 du 9 Mars 1979 et de l'Instruction Technique du 15
Janvier 1979.
b) Aire de stockage des éprouvettes
L'Entrepreneur sera tenu de confectionner, à proximité des ouvrages une plate-forme
bétonnée et rigoureusement dressée pour recevoir les éprouvettes après leur confection.
c) Confection et transport des éprouvettes (voir normes NFP18.400-18.404-18.405)
L'emploi des moules en matière plastique de caractéristiques préalablement agréées par
l’Ingénieur est autorisé pour la confection des cylindres.
Le transport des éprouvettes d'études, de convenance, d'information et de contrôle au
laboratoire de contrôle, sera effectué par les soins de l'Entrepreneur et à ses frais.

221
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

d) Conditions techniques des essais


Les éprouvettes pour essais de compression et de traction par fendage auront les
dimensions normalisées (hauteur 32 cm, Ø 16 cm).
e) Épreuves d'études pour les bétons C250, Q.350, QF 350 et Q 400
Étude du béton comporte :
- la détermination de la formule nominale de béton,
- l'exécution de l'épreuve d'étude.
La formule nominale d'un béton fixe :
- la nature et la qualité des constituants, par référence aux normes ou textes
réglementaires en vigueur, ainsi que leurs origines,
- le dosage nominal de chaque constituant dans un mètre cube de béton assorti des
valeurs extrêmes des proportions acceptables de chaque constituant.
L'épreuve d'étude a pour objet :
- de vérifier que la formule nominale du béton permet de satisfaire les exigences de qualité
fixées par les spécifications,
- de vérifier que ces exigences seraient encore respectées si les proportions des
constituants atteignaient les valeurs limites tolérées,
- de vérifier que ces exigences seraient encore respectées si la qualité des constituants
atteignait les limites tolérées par les spécifications auxquelles ils sont assujettis.
Les résultats de l'épreuve d'étude sont soumis au visa de l’Ingénieur avec toutes les
justifications expérimentales nécessaires. L'Entrepreneur est tenu de fournir au cours des
travaux les études ou justifications supplémentaires qui seraient requises par l’Ingénieur.
Pour l'exécution de l'épreuve d'étude trois cas peuvent se présenter :
❑ Le béton ne dispose pas de références
L'épreuve d'étude implique l'exécution :
- de trois gâchées correspondant à la formule nominale,
- de deux gâchées dérivées de la formule nominale par une modification du rapport entre
le poids de sable et celui du total des granulats de plus ou moins dix (10) pour cent,
- de deux gâchées dérivées de la formule nominale par une modification de la quantité
d'eau de gâchage de plus ou moins dix (10) litres par m3,
- éventuellement de deux gâchées dérivées de la formule nominale par une modification
de la quantité de ciment de plus ou moins vingt-cinq (25) kg par m3 avec réajustement
éventuel de la formule.
Chaque gâchée donne lieu à un prélèvement à partir duquel sont effectués :
- un essai de consistance,
- un essai de maniabilité,
- un essai de détermination de la résistance à la compression à 7 jours dont le résultat
sera pris égal à la moyenne arithmétique des mesures effectuées sur trois éprouvettes,
- un essai de détermination de la résistance à la compression à 28 jours dont le résultat
sera pris égal à la moyenne arithmétique des mesures effectuées sur trois éprouvettes.
Si un traitement thermique du béton est envisagé, les prélèvements dans les gâchées
répondant à la formule nominale donneront lieu aux essais supplémentaires suivants:

222
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- un essai de résistance à la traction par fendage et un essai de résistance à la


compression à 28 jours sur le béton ayant subi le traitement thermique envisagé,
- un essai de résistance à la compression à 24 heures, trois jours, sept jours sur le béton
ayant subi le traitement thermique envisagé,
- un essai d'auscultation dynamique aux mêmes âges.
Dans tous les cas, le ciment utilisé pour l'épreuve d'études donnera lieu à un essai de
résistance à la compression dans les conditions normalisées et à un prélèvement
conservatoire.
L'épreuve d'étude sera réputée probante si les conditions suivantes sont toutes remplies :
- tous les résultats de consistance et de maniabilité sont dans les fourchettes fixées par
l’Ingénieur.
- la moyenne arithmétique (notée fce) des trois essais (9 mesures) de résistance à la
compression à 28 jours effectuées sur les trois gâchées répondant à la formule nominale
satisfait :
fce > 0,85 f*cn (ou fck) + K (Ce - Cmin)
fce > 1,1 f*cn (ou 1,1 f ck)
où :
f*cn : est la valeur nominale requise de la résistance à la compression à 28 Jours,
fck : valeur caractéristique de la compression requise à 28 jours,
Ce : est la résistance à la compression à 28 jours du ciment utilisé pour l'épreuve
d'étude,
Cmin : est la valeur minimale garantie de la résistance à la compression à 28 jours du
ciment fixée par la norme, compte tenu de la classe du ciment,
K : est un coefficient pris égal à 1 en l'absence de justification expérimentale.
Les résultats des essais de résistance à la compression à 28 jours sont compris dans la
fourchette :
- fce + 15 % fce
Les essais supplémentaires de résistance à la traction à 28 jours prévus dans le cas d'un
traitement devront faire apparaître un rapport des résultats obtenus respectivement sur
éprouvettes traitées thermiquement et sur éprouvettes conservées dans les conditions
normalisées supérieures à 0,9.
❑ Le béton dispose de références
Le béton proposé a été antérieurement fabriqué et mis en œuvre sur chantier dans des
conditions à peu près équivalentes à celles du chantier pour lequel il est proposé.
La population de référence, pour chaque caractère étudié, comporte tous les résultats
d'essais obtenus pendant une durée de bétonnage d'au moins six mois. Le nombre n de ces
résultats est en outre supérieur ou égal à trente. Ces populations tiendront lieu d'étude
probante si les conditions suivantes sont remplies :
- 95 % au moins des résultats de consistance sont dans la fourchette requise,
- fc : (moyenne arithmétique des n résultats d'essais de résistance à la compression à 28
jours) est supérieure ou égale à : f **cn + K Sn ou (f ck + K Sn).
ou :
f**cn : valeur nominale requise de la résistance à la compression à 28 jours,

223
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

fck : valeur caractéristique requise,


Sn : écart type des n résultats d'essais de résistance à la compression à 28 jours (si
Sn < 0,07 fc, il sera pris égal à 0,07 fc dans la formule).
K = un coefficient pris égal à 1,5 si fck < 25 MPa, 2 si fck > 25 Mpa.
Dans le cas où les résultats de l'épreuve d'étude d'un béton ne satisferaient pas aux
conditions énumérées ci avant, l'Entrepreneur devra présenter un nouveau béton d'études
qui sera soumis aux mêmes essais.
❑ Béton agréé, fabriqué en usine
Les principaux caractères spécifiés attachés à la formule figurent dans la fiche d'agrément.
Les autres caractères spécifiés, requis par le CPT seront étudiés lors de l'épreuve de
convenance.
f) Épreuve de convenance pour les bétons C250, Q.350, QF 350 et Q 400
L'épreuve de convenance a pour but de vérifier que le béton préfabriqué en application de la
formule nominale, avec les matériaux et matériels approvisionnés pour le chantier considéré
ou figurant dans l'usine productrice au moment considéré, satisfait les prescriptions du
Marché.
Elle doit permettre :
- de préjuger, compte tenu des dispersions estimées en fonction des conditions
particulières au chantier, que les caractères spécifiés auront une grande probabilité d'être
respectés,
- de vérifier que la formule de béton proposée, compte tenu des moyens de mise en
œuvre envisagés, permettra d'exécuter la partie d'ouvrage concernée sans défauts
préjudiciables au comportement de l'ouvrage,
- de constater que les prescriptions de moyens soumises à l'acceptation de l’Ingénieur
sont respectées.
Il sera exécuté sur le chantier, 28 jours au minimum avant le démarrage des travaux, une
épreuve de convenance pour chaque béton dans des conditions significatives de la durée
maximale de transport tolérée, compte tenu de la température. Dans le cas d'un bétonnage à
la pompe, l'épreuve portera en outre sur un essai de pompage, la pompe et les tuyauteries
ayant les mêmes caractéristiques que pour le bétonnage.
Elle comprendra l'exécution de trois gâchées telles que la composition visée du béton soit la
composition nominale. Ces gâchées donnent lieu aux prélèvements et essais prévus au
paragraphe relatif à l'épreuve d'étude, l'interprétation étant celle visée dans ce même
paragraphe.
Toute incorporation d'adjuvant ainsi que l'utilisation d'un béton chaud ou étuvé, entraînera la
confection d'un béton de convenance. L'emploi d'un béton chaud ou étuvé sera soumis à
l'accord préalable de l’Ingénieur.
L’Ingénieur pourra autoriser l'Entrepreneur à démarrer la fabrication effective du béton si les
résistances à la compression à sept (7) jours sont au moins égales aux quatre-vingt
centièmes (80/100) des résistances exigées à vingt-huit (28) jours.
Si les résistances à vingt-huit (28) jours ne sont pas au moins égales à celles requises, il
appartiendra à l'Entrepreneur de présenter un nouveau béton témoin, après avoir apporté à
ses installations les améliorations nécessaires.
Le nombre minimal d'éprouvettes à prélever est égal à celui prévu pour l'épreuve d'étude
pour essais aux mêmes dates.

224
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

g) Épreuve de contrôle des bétons C250, Q 350, Q 400, QF 350 et QF 400


L'épreuve de contrôle comprendra des essais de résistance à la compression à sept (7) et
vingt-huit (28) jours et des mesures à la consistance du béton frais.
Ces essais seront pris en charge par le Maître d’Ouvrage, la fourniture des matériaux étant à
la charge de l'Entrepreneur. Dans le cas d'un étuvage du béton, l'Entrepreneur devra
enregistrer l'évolution des températures.
Les prélèvements destinés aux essais sont issus chacun d'une seule gâchée (ou charge).
Chaque gâchée (ou charge) ne donne lieu qu'à un seul prélèvement et sera choisie dans
l'ensemble des gâchées (ou charges) constituant le lot d'emploi (ensemble du béton mis en
œuvre en une seule fois dans un élément de l'ouvrage).
À partir d'un prélèvement, sont réalisés :
- six éprouvettes pour la détermination de la résistance à la compression à 7 (ramené à 3
jours en cas d'étuvage) et 28 jours : le résultat relatif au prélèvement sera la moyenne
arithmétique des trois mesures faites sur les trois éprouvettes à chaque âge ;
- une mesure au cône d'Abrams
Le rythme minimal des prélèvements à effectuer par partie d'ouvrage est le suivant :
- Bétons C250, Q.350, QF 350 et Q 400 ;
• un (1) prélèvement par pieu,
• un (1) prélèvement par partie d'appui,
• dix (10) prélèvements pour le tablier, à raison de 2 prélèvements par travée.
- Béton C250, Q.350, QF 350 et Q 400 ;
• Consistance du béton frais : un cône ASTM par camion ou par gâchée.
Tout résultat négatif sur la consistance entraînera le rejet du camion ou de la gâchée.
Dans le cas où l'une des résistances à la traction ou à la compression et, à fortiori les deux,
obtenues par une épreuve de contrôle à 7 jours (ou 3 jours si étuvage), serait inférieure aux
9/10 de la valeur déduite de l'épreuve de convenance, l'Entrepreneur devra arrêter le
bétonnage et ne pourra le reprendre qu'après autorisation de l’Ingénieur.
h) Épreuve d'information
On prélèvera, au minimum, pour essais au jeune âge (auscultation dynamique et résistance)
et par partie d'ouvrage devant donner lieu à un décintrement, trois (3) cylindres.
Pour essai à 90 jours, trois (3) cylindres seront également prélevés.
i) "Lot d'emploi" - "Partie d'Ouvrage"
Il est précisé que par "lot d'emploi" ou "partie d'ouvrage", il faut entendre un élément tel que :
pieu, semelle, voile, mur, hourdis, etc..., compris dans sa totalité si le bétonnage n'a pas été
interrompu. S'il y a eu interruption de bétonnage, à chaque bétonnage correspondra un "lot
d'emploi" ou une "partie d'ouvrage" distinct.

225
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

j) Interprétation des essais


❑ Essais de résistance à la compression à 28 jours
Chaque lot est représenté par n résultats (chaque résultat étant la moyenne arithmétique de
trois valeurs) notés (n étant supérieur ou égal à trois).
fc 1 < fc 2 < f ci < fcn
Le lot sera considéré comme conforme à la spécification si les deux conditions suivantes
sont simultanément remplies :
- fc > fcn* + K1 (fc _ fck + K1)
- fc 1 > fcn* - K2 (fc1 _ fck - K2)
fc : est la moyenne arithmétique des n résultats
fc1 : est la moyenne minimale des n résultats
fcn* : est la valeur nominale requise
fck : est la valeur caractéristique
K1 et K2 sont deux coefficients dont les valeurs numériques en (Mpa) sont données ci-
après, selon les cas qui peuvent se présenter.
Dans le cas où n est égal à deux, seule la condition : fc1 > fcn*- K2 (fc1 > fck - K2),
devra être vérifiée.
- Premier cas : le béton est fabriqué en usine et bénéficie d'une certification de qualité.
- Deuxième cas : l’Ingénieur dispose (hormis le cas 1) :
• des résultats des épreuves préalables (études et convenance) jugés satisfaisants,
• d'informations suffisantes sur la fiabilité du matériel de fabrication, sur les
contrôles en cours de fabrication et sur les suites données aux résultats de ces
contrôles.
- Troisième cas : il s'agit du cas où l'une au moins des conditions appartenant au cas 2
n'est pas respectée.
❑ Valeurs des coefficients K 1 et K 2
• 1er Cas

Effectif Résistances caractéristiques


Résista Nomin
Échantill f ck_ f ck_ nce ale
on MP a MP a
25 25
N= k1 k2 k1 k2 k1 k2
3 1 3,5 2 2 0 4
6 1,5 3,5 3 3 0,7 4
9 1,8 3,5 3,3 3 1 4
12 2 3,5 3,5 3 1,2 4

226
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

• 2ème Cas

Effectif Résistances caractéristiques


Résistan Nomin
Échantill f ck _ f ck _ ce ale
on MP a MP a
25 25
N= k1 k2 k1 k2 k1 k2
3 1,5 3,5 2,7 3 0,5 4
6 2 3,5 3,4 3 1,1 4
9 2,2 3,5 3,7 3 1,3 4
12 2,5 3,5 3,8 3 1,5 4
• 3ème Cas

Effectif Résistances caractéristiques


Résista Nomin
Échantil f ck_ f ck_ nce ale
MP a MP a
lon 25 25
n= k1 k2 k1 k2 k1 k2
3 4 1 6 0 p.m. p.m.
6 3,5 1 5,5 0 3,3 1
9 3,2 1 5,2 0 3 1
12 3 1 5 0 2,9 1

Ces coefficients ont été calculés au cours d'une étude statistique, pour établir un juste
équilibre entre ce qu'on appelle "le risque du vendeur, d'une part, et le risque du client,
d'autre part", en ce qui concerne la construction d'ouvrage.
Le lot sera réputé conforme aux spécifications si les n résultats d'essais de consistance se
trouvent dans la fourchette requise dans le présent CPT.
Si le résultat d’un essai de consistance est extérieur à la fourchette requise, la gâchée (ou
charge) correspondante pourra être rebutée et la gâchée suivante fera l'objet d'un nouveau
prélèvement pour essai de consistance. Si le résultat est encore extérieur à la fourchette
requise, le bétonnage sera arrêté jusqu'à détermination des causes de l'anomalie et
modification du réglage.
k) Acceptation du béton
Un lot reconnu conforme aux prescriptions est accepté. Si un lot est reconnu "non conforme"
aux spécifications et prescriptions, il y a lieu à appréciation avant décision.
L’Ingénieur pourra, s'il le juge utile, demander des investigations complémentaires portant
notamment sur des carottes prélevées dans le béton en place et (ou) sur des essais non
destructifs du béton en place.

227
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

V – ÉPREUVES

5.1 ÉPREUVES DES OUVRAGES


1. Les frais relatifs aux épreuves d'ouvrage sont rémunérés à l'Entrepreneur par le prix
forfaitaire inclus dans le bordereau des prix.
2. Toutes les parties d'ouvrages indépendantes subiront les épreuves par poids mort, telles
qu'elles sont définies à l'article 21 du Titre II du fascicule 61 du C.C.T.G.
Par application du paragraphe 3 de l'article 20 du titre II du fascicule 61 du C.C.T.G.
l'épreuve de chaussée par poids roulant sera exécutée.
3. Le programme détaillé des épreuves sera fixé par l’Ingénieur sur propositions de
l'Entrepreneur faites sous forme de projet de procès-verbal qui tiendra compte des
caractéristiques exactes des véhicules dont il prévoit l'utilisation.
4. Au moment des épreuves, l'âge des bétons sera au moins égal à quatre-vingt-dix (90)
jours. L’Ingénieur se réserve de fixer la date des épreuves.
5. L'Entrepreneur devra établir et présenter à l’Ingénieur avant les épreuves des ouvrages,
une note de calculs des flèches que seront susceptibles de prendre, au milieu des
portées et à chaque phase principale des essais, les ouvrages surchargés dans les
conditions définies ci-dessus.
6. Les fleximètres utilisés devront être agréés.

5.2 ESSAIS À EFFECTUER SUR LES CINTRES


Avant le réglage définitif des coffrages, les cintres feront l'objet d'un essai de chargement
permettant de vérifier leurs lois charges/déformations.
Ces lois permettront de recaler le calcul des flèches ou contre-flèches et, si besoin est, de
rejeter certains éléments constitutifs impropres à être utilisés.
L’Ingénieur pourra interdire le démarrage des travaux utilisant les cintres chargés, dans le
cas où les essais susvisés n'auront pas été faits, ou auront été mal faits, ou encore si ces
essais laissent entrevoir un manque de sécurité ou un point faible dans les cintres.

VI - ASSURANCE DE LA QUALITÉ
6.1 CONTRÔLE DE CONFORMITÉ
Conformément aux prescriptions des Articles 21 à 23 du fascicule 65A du CCTG, le contrôle
de conformité aux stipulations du Marché sera appliqué de la façon suivante :
a) un contrôle intérieur à l’Entrepreneur, à la charge et aux frais de ce dernier. Il
comprend, conformément aux stipulations du Plan Général d’Assurances Qualité
(PGAQ) du présent dossier :
- un contrôle INTERNE à la chaîne de production intégrée à la conduite de chantier dont
les modalités sont fixées par un Plan d’Assurance Qualité (PAQ) établi par
l’Entrepreneur.
- un contrôle externe à la chaîne de production, placé sous la responsabilité d’un
Responsable Assurance Qualité (RAQ).
Les modalités de fonctionnement de ces deux (2) niveaux de contrôle sont à définir dans le
Plan d’Assurance Qualité à établir par l’Entrepreneur et à soumettre au visa de l’Ingénieur.

228
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

b) Un contrôle EXTERIEUR au producteur exercé par l’Ingénieur avec points d’arrêt


obligatoires.
L’Entrepreneur aura à sa charge la souscription d’un contrat auprès d’organismes agréés par
l’Ingénieur, dans le but d’obtenir les certificats de conformités des ouvrages réalisés, en ce
qui concerne le respect des règlements, normes et décrets les concernant.
L’Entrepreneur proposera à l’acceptation de l’Ingénieur la désignation des organismes
précités pendant la période de préparation.
Il tiendra compte des stipulations du présent CPT, en particulier en ce qui concerne les
contrôles minimaux à effectuer. Les essais de conformités sont à la charge de
l’Entrepreneur.
Le PAQ, soumis au visa de l’Ingénieur, explicite les dispositions adoptées par l’Entrepreneur
pour obtenir la qualité requise et les principales modalités du "contrôle interne et externe à la
chaîne de production". Il est établi par l’Entrepreneur dans le cadre des dispositions
générales d’organisation de la qualité figurant au Marché. Le PAQ sera établi conformément
au PAQ type ci-après décrit dans le présent CPT.
Il est demandé dans le cadre du présent Marché la mise en place d’un PAQ de degré 3 au
sens de l’article 35.3 du fascicule 65A du CCTG.

6.2 COMPOSITION DU PLAN D’ASSURANCE QUALITÉ


Le PAQ est constitué de :
- une première partie intitulée "Organisation Générale de la Qualité" présentant les
éléments communs à l’ensemble du chantier ;
- une succession de parties liées chacune à la réalisation d’un type d’ouvrage où sont
définies les procédures d’exécution ;
- les documents de suivi d’exécution des différentes tâches comprenant les fiches de
contrôle, les fiches de non-conformité et tous documents annexes ou récapitulatifs.
Le présent article définit le contenu minimal du document d’organisation générale et les
éléments communs aux procédures d’exécution. Il est complété par les articles du fascicule
65A et du présent CPT qui traitent des documents que l’Entrepreneur doit soumettre au visa
de l’Ingénieur et aux contrôles qu’il doit effectuer. En particulier, le PAQ doit comprendre
toutes les propositions que l’Entrepreneur doit faire après la signature du Marché, en dehors
des études d’exécution, du programme d’exécution des travaux et du projet des installations
de chantier, ainsi que des annexes à ces documents.

6.2.1. Plan Général d’Assurance Qualité


Le PGAQ traite des points définis ci-après :
- Affectations des tâches, moyens en personnel :
• Identification des parties concernées ;
• Organigramme et encadrement responsable du chantier et notamment le nom du
directeur de travaux, du chargé des ouvrages provisoires et du responsable de la
sécurité.
• Les Entrepreneurs sous-traitants et les principaux fournisseurs, en définissant la façon
dont est assurée la qualité en liaison avec ces intervenants.
- Organisation du contrôle interne et externe

229
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

• Le document définit ou rappelle les principes et les conditions d’organisation et


de fonctionnement du contrôle interne et externe, ces conditions étant en relation
avec les indications concernant les personnes désignées pour exécuter ou
coordonner les tâches.
• Il définit le mode de gestion des non-conformités et des actions correctives, les
dérogations, modifications et les enregistrements relatifs à la Qualité ;
• Il définit la liste des procédures d’exécution et leur échéancier d’établissement ;
• Il établit en outre la liste des tâches pour lesquelles il est prévu d’effectuer des
épreuves d’études ou de convenance.
• Il précise les circuits de vérifications et de diffusions des documents et
l’enregistrement des modifications et des visas de l’Ingénieur.
• Il précise les conditions d’authentification des documents et dessins visés par
l’Ingénieur pour exécution, afin de les distinguer des versions provisoires qui ont
pu être distribuées.

6.2.2. Procédure d’exécution


6.2.2.1. Contenu :
Les procédures d’exécution sont établies conformément aux prescriptions des chapitres ci-
après et définissent notamment :
- la partie des travaux faisant l’objet de la procédure considérée ;
- les moyens matériels spécifiques utilisés ;
- le choix de l’Entrepreneur en matière de matériaux, produits et composants, (qualité,
certification, origine marque et modèle exact lorsqu’il y a lieu) ;
- les points sensibles de l’exécution (un point sensible est un point d’exécution qui doit
particulièrement retenir l’attention en vue d’une bonne réalisation), par référence aux
phases d’exécution des travaux avec s’il y a lieu une description des modes
opératoires et les consignes d’exécution ;
- le cas échéant, les interactions avec d’autres procédures et les conditions préalables à
remplir pour l’exécution ultérieure de certaines tâches ;
- les modalités du contrôle interne.
6.2.2.2. Contrôle intérieur :
La partie du document traitant le contrôle intérieur explicite :
- pour les matériaux, produits et composants utilisés, soumis à une procédure officielle
de certification de conformité, les conditions d’identification sur le chantier des lots
livrés (l’identification consiste à comparer d’une part le marquage ou les informations
portées sur les documents accompagnant la livraison, d’une part le marquage prévu
par le règlement de certification ou la décision accordant le bénéfice du certificat) ;
- en l’absence de procédure officielle de certification, ou lorsque, par dérogation, le
produit livré ne bénéficie pas de la certification, les modalités d’exécution du contrôle
de conformité des lots indiquant les opérations qui incombent aux fournisseurs ou
sous-traitants ;
- le laboratoire retenu pour le contrôle des bétons ;
- les conditions d’exécution et d’interprétation des épreuves de convenance, lorsque
celles-ci sont prescrites à l’origine ou s’avèrent nécessaires en cours d’exécution ;

230
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

- le modèle de documents, dits de suivi d’exécution, à recueillir ou à établir au titre du


contrôle interne, ainsi que les conditions de leur transmission à l’Ingénieur ou de
tenue à disposition.

L’Entrepreneur assurera les contrôles suivants (liste minimale) :


a) Etudes :
• contrôle systématique des études d’exécution des ouvrages définitifs établies par
l’Entrepreneur y compris études de soutènement provisoires (à l’exception des
hypothèses de calcul de soutènements provisoires) (contrôle externe), par un
bureau d’études indépendant de l’Entrepreneur et agrée par l’Ingénieur,
l’ensemble des autres documents faisant l’objet d’un contrôle externe,
• contrôle des études de composition de bétons, mortiers e coulis (contrôle
externe), par un bureau de contrôle indépendant de l’Entrepreneur et agrée par
l’Ingénieur,
• contrôle des études de béton et des essais de parement d’un point vu de l’aspect
(contrôle externe),
• contrôle des études d’étanchéité (notamment, nature des produits, conditions de
mise en œuvre et raccords) (contrôle externe),
• contrôle des études de convenance matériaux pour le remblaiement (zone
d’emprunt, planches d’essai) contrôle externe par un bureau d’études
indépendant de l’Entrepreneur et agrée par l’Ingénieur,
b)Topographie – Implantation :
• contrôle de l’implantation des ouvrages (contrôle externe), par un cabinet de
géomètres indépendant de l’Entrepreneur,
c) Matériaux :
• contrôle relatif aux ciments (contrôle externe), identique au contrôle études
béton,
• contrôle relatif au suivi des caractéristiques des granulats (contrôle externe),
identique au contrôle ciment,
• contrôle des caractéristiques des bétons et mortiers (contrôle externe), identique
au contrôle ciment,
• contrôle des caractéristiques des aciers fournis (contrôle externe).
d)Mise en œuvre des matériaux
• contrôle de la composition et de la mise en œuvre des soutènements provisoires
(palplanches, ponts provisoires, passerelles,…) (contrôle interne),
• contrôle de la mise en œuvre du ferraillage (contrôle interne),
• contrôle des coffrages (contrôle interne et contrôle topographique externe),
• contrôle de la mise en œuvre des bétons,
• contrôle des points singuliers (contrôle interne et externe),
• contrôle des traitements de surface des bétons (contrôle interne),
• contrôle de l’implantation et des dimensions de réservations (contrôle externe) au
plutôt après réalisation,

231
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

• contrôle du remblaiement (contrôles internes et externe), contrôle externe par un


bureau d’études indépendant de l’entrepreneur et agréé par l’Ingénieur,
• contrôle de la mise en place des enrobés pour voirie neuve ou remise en état
(contrôles interne et externe).
e) Réception :
• épreuves de réception des ouvrages (contrôle externe),
• contrôle des piquetages et des levés de récolement effectués par l’Entrepreneur
en vue de la réception par un cabinet de géomètres indépendant de F
Entrepreneur.
• Le contenu de cette partie du PAQ satisfait aux prescriptions des autres Articles
du présent CPT et du Fascicule 65 A du CCTG.

6.3 PHASES D’ÉTABLISSEMENT ET D’APPLICATION DU PAQ


Conformément à l’article 35.4 du Fascicule 65 A du CCTG, le PAQ est élaboré en plusieurs
phases :

6.3.1 Phase 1 - Avant signature du Marché


A son offre, l’Entrepreneur joindra un projet de PAQ comprenant la partie “ Organisation
Générale de la Qualité ”, les procédures d’exécution et les contrôles envisagés sur les
tâches principales du projet.
Avant signature du Marché, le cadre du P.A.Q. est mis au point par accord entre
l’ingénieur et I'Entrepreneur attributaire ou susceptible de l'être, pour être incorporé au
Marché.
A ce stade sont présentés notamment :
(a) L'organigramme fonctionnel du chantier, précisant notamment les noms et
qualification de l'encadrement,
(b) Les modalités d'organisation et de fonctionnement du contrôle interne à la
chaîne de production.
(c) Les moyens de l'Entrepreneur :
• installations de chantier avec bureaux et ateliers (stockage des produits inclus),
• moyens de fabrication, de transport et mise en œuvre du béton,
• ouvrages provisoires.
(d) Les approvisionnements,
(e) La proposition, par I'Entrepreneur, des organismes chargés du contrôle
externe.
6.3.2. Phase 2 - Pendant la période de préparation des travaux
Après signature du Marché, le PAQ proprement dit est établi conformément au Fascicule
65A du CCTG ; il précise les modalités d’organisation de la Qualité. Pendant la période
de préparation, après accord sur les propositions de I’Entrepreneur, ces modalités sont
intégrées dans le Schéma Directeur de la Qualité établi par l’ingénieur en concertation
avec I’Entrepreneur.

232
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

6.3.3. Phase 3 - Pendant l’exécution des travaux


Le PAQ est complété par des documents spécifiques aux approvisionnements et aux
procédures d’exécution et contrôle des tâches élémentaires.
Avant toute phase d’exécution et conformément aux délais prescrits par le Marché ;
• établissement des autres procédures d’exécution,
• préparation des documents de suivi d’exécution.
Pendant l’exécution :
• renseignements et tenue à disposition sur le chantier des documents de suivi.

6.3.4. Phase 4 - PAQ définitif


Le PAQ définitif conforme à l’exécution est intégré au dossier de récolement accompagné
des Fiches d’action Qualité. Une note d’analyse et de synthèse établie par l’Entrepreneur,
accompagnera ce document final.

6.4 CONTRÔLE EXTÉRIEUR AU PRODUCTEUR (ASSURÉ PAR L’INGÉNIEUR)


6.4.1 Contenu du contrôle extérieur
"Le contrôle extérieur au producteur" s'assure de la convenance du PAQ puis de son
respect par l'Entrepreneur, vérifie par sondages la conformité aux stipulations du Marché, et
en particulier, exécute certaines épreuves prévues au Marché. Il est rappelé que le contrôle
extérieur ne se substitue en rien au contrôle interne et externe sauf indication contraire du
présent CPT.
Parmi les épreuves visées ci -avant, on citera :
• les contrôles d’implantation des voies en x, y et z,
• les contrôles d’implantation des ouvrages en x, y et z,
• les essais de contrôle du compactage,
• les essais de contrôle sur les ciments,
• les essais complémentaires de réception des granulats,
• les épreuves de contrôle des bétons,
• les épreuves d’information des bétons,
• les épreuves de contrôle de la chape d’étanchéité,
• les mesures en cours d’épreuve d’ouvrage.
Les essais seront exécutés par le laboratoire de l’ingénieur et les résultats seront consignés
au Maître de l’ouvrage Délégué.
La mise au point du Plan de Contrôle Extérieur (PCE.) sera réalisé par l’ingénieur
parallèlement à celle du PAQ par l'Entrepreneur. Ce Plan de Contrôle Extérieur sera
ensuite communiqué à ce dernier.
En cours de travaux, le Plan de Contrôle Extérieur sera complété en tant que de besoin.

6.4.2 Sujétions à l’égard de l’Entrepreneur


Les définitions des points sensibles et des points d’arrêt sont les suivantes :

233
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

6.4.2.1 Point sensible


Point de [’exécution qui nécessite une matérialisation du contrôle interne sur un document
de suivi d’exécution ainsi qu’une information préalable de l’Lngénieur pour qu’il puisse
effectuer son contrôle.
6.4.2.2 Point d’arrêt
Point critique pour lequel un accord formel de l’ingénieur ou d’un organisme mandaté par lui
est nécessaire à la poursuite de l’exécution.
Dans le cadre des différentes procédures d’exécution du PAQ, l’Entrepreneur récapitulera
les délais de préavis associés aux points d’arrêt.
Les documents de suivi seront tenus à la disposition de l’ingénieur lorsqu’ils se rapportent
aux points critiques, lis seront remis à l’ingénieur lorsqu’ils se rapportent aux points d’arrêt.
En tout état de cause, les fiches de synthèse seront remises à l’ingénieur. Elles feront
ressortir notamment les non-conformités, quelles que soient leurs catégories.
Pour les points d’arrêt d’exécution récapitulés ci-après sauf proposition particulière de
l’Entrepreneur acceptée par l’ingénieur ou son représentant, les délais de préavis évalués
en jours ouvrés après la remise de la demande au contrôle extérieur sont les suivants :

6.5 POINTS CRITIQUES ET POINTS D’ARRÊT


Le plan d’Assurance Qualité précisera les points critiques et point d’arrêt. Il intégrera
nécessairement et notamment les points définis dans les tableaux ci-dessous :

Points critiques Points d’arrêt


Travaux préparatoires levés par le levés par
contrôle externe l’Ingénieur
Documents d’exécution

 Visa du contrôleur autorisant la levée des points d’arrêts par X X


l’Ingénieur
Installation de chantier
X
 Visa de l’Ingénieur
Dégagement des emprises
X X
 Délimitation des zones
Documents d’exécution

 Visa du contrôleur autorisant la levée des points d’arrêts par X


X
l’Ingénieur
Réception de matériaux X X
Implantation et piquetage

 Tracé X X

 Terrain Naturel (T.N) des profils en travers X


X
 Entrée en terre pour décapage
Décapage de terre végétale

 Contrôle de l’épaisseur par puits X X

 Levé du fond de décapage X

Déblais

234
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Points critiques Points d’arrêt


Travaux préparatoires levés par le levés par
contrôle externe l’Ingénieur

 Reconnaissance : identification, teneur en eau X

 Dépôt (décision) X
X X
 Purges (décision)
X X
 Contrôle géométrique du fond de forme
X
 Compactage du fond de forme
Remblais

 Purges (décision) X X

 Contrôle géométrique du fond de purges X


X
 Compactage du remblai de purges
X
 Compactage du remblai courant
X
 Compactage de la dernière couche de remblai
 Contrôle géométrique de la dernière couche de remblai
Couche de forme

 Réception des matériaux X X

 Compactage X X
X
 Contrôle géométrique
Documents d’exécution

 Visa du contrôleur autorisant la levée des points d’arrêts par X X


l’Ingénieur
Réception de matériaux et fournitures
X X
 Qualité
Implantation et piquetage

 Tracé X

 Terrain Naturel (T.N) X

Exécution des fouilles

 Implantation X X

 Compactage du fond de fouille X X


X
 Blindage de fouille (décision)
X
 Epuisement – rabattement
Remblaiement des fouilles

 Compactage X X

Réalisation des fossés et ouvrage béton

 Implantation et pose X

 Compactage du lit de pose X


X
 Béton de propreté, béton, armatures et coffrage

235
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Points critiques Points d’arrêt


Travaux préparatoires levés par le levés par
contrôle externe l’Ingénieur
Pose d’éléments préfabriqués

 Préparation du lit de pose-assise (contrôle géotechnique et fil d’eau) X

 Remblaiement X

Essais d’étanchéité et d’écoulement


X X
 Conformité au Fascicule du CCTG
Documents d’exécution

 Visa du contrôleur autorisant la levée des points d’arrêts par X X


l’Ingénieur
Réception des matériaux et fournitures
X X
 Provenance et qualité
implantation
X
 Tracé, levé du TN
Fouilles
X
 Levé de la fouille
Mise en œuvre des protections hydrauliques X
Documents d’exécution

 Visa du contrôleur autorisant la levée des points d’arrêts par X X


l’Ingénieur
Réception de matériaux et fournitures
X
 Provenance et qualité
Implantation
X
 Délimitation des zones à mettre en place
Mise en œuvre des couches de chaussée
X X
 Compactage (planche d’essai)
X X
 Réglage et compactage final
Mise en œuvre de la couche d’imprégnation et des revêtements

 Planche d’essai X

 Contrôle de dosage
Documents d’exécution

 Visa du contrôleur autorisant la levée des points d’arrêts par X X


l’Ingénieur
Réception de matériaux et fournitures

 Glissière de sécurité, clôtures, peintures, béton, etc… X X


Implantation et piquetage

 Positionnement conformité aux plans X


Signalisation horizontale

 Exécution : nettoyage, pré-marquage, application, épaisseur des X


bandes, conformité aux plans
Equipements de sécurité

236
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Cahier des Prescriptions Techniques (C.P.T)

Points critiques Points d’arrêt


Travaux préparatoires levés par le levés par
contrôle externe l’Ingénieur

 Homologation de matériaux X

 Pose : conformité aux plans X

Documents d’exécution

 Visa du contrôleur autorisant la levée des points d’arrêts par X X


l’Ingénieur
Béton
 Epreuve d’étude
 Epreuve de convenance
X X
 Conditions différentes d’utilisation par rapport à l’étude ou à la
convenance
 Eprouvettes
Acier

 Identification X

 Façonnage X

 Montage
Fondations superficielles

 Implantation X X

 Réception de fond de fouilles X X


X
 Armatures
X
 Bétonnage
Appuis

 Implantation X X

 Coffrage
 Armatures
 Bétonnage
 Décoffrage
Appareils d’appuis – bossages d’appuis
Appuis des ouvrages provisoires
Tablier

 Coffrage
 Armatures
 Bétonnage – Contrôle du béton frais
X X
 Traitement de surface de l’extrados
 Réception extrados mise en œuvre de l’étanchéité
 Equipements
 Epreuves

237
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Bordereau Descriptif des Prix Unitaires (BPU) Cadre du Devis estimatif (DE)

PARTIE III :

BORDEREAU DESCRIPTIF DES PRIX


UNITAIRES (BPU)

CADRE DU DEVIS ESTIMATIF (DE)

238
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Bordereau Descriptif des Prix Unitaires (BPU) Cadre du Devis estimatif (DE)

BORDEREAU DESCRIPTIF DES PRIX


UNITAIRES (BPU)

239
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Bordereau Descriptif des Prix Unitaires (BPU)

TRAVAUX DE REHABILITATION DE LA ROUTE SEVARE-DOUENTZA-GAO

BORDEREAU DESCRIPTIF DES PRIX UNITAIRES : SECTION SEVARE-BORE

PRIX UNITAIRE PRIX UNITAIRE


N° DESIGNATION UNITE (F CFA HT-HD) (F CFA HT-HD)
EN CHIFFRES EN LETTRES
100 INSTALLATION DE CHANTIER
Installation générale
Ce prix rémunère au forfait les frais d’installation des bases de l'Entrepreneur.
Il comprend :
- les frais d’acquisition ou d’occupation temporaire des terrains nécessaires, les
indemnisations de toute nature au cas où l’Administration ne pourrait pas mettre
gratuitement à la disposition de l’Entrepreneur les emplacements nécessaires,
- la préparation des surfaces, les constructions, les aménagements et ou location des
baraques de chantier, des ateliers, des entrepôts, des logements, bureaux et
laboratoires de l’Entrepreneur, y compris le gardiennage,
- l’aménagement et l’entretien des voies d’accès au chantier et aux installations,
- l’alimentation en eau potable et en énergie électrique de toutes les installations et
l’évacuation des eaux usées après dégraissage et épuration par fosse septique,
- les moyens de liaison communication téléphonique,
- les frais d’entretien, de nettoyage et d’exploitation des locaux, ateliers et entrepôts, y
compris gardiennage,
101 Fft
- la fourniture et la mise en place des panneaux d’information,
- le contrôle et la vérification des plans de l’Appel d’offres, l’établissement des plans
d’exécution et des notes de calcul et la production des documents contractuels, tels
que le PAQ, le PGES, les PPES, etc.,
- les sujétions d’exécution des travaux sous trafic, les dispositions nécessaires en
matière de signalisation permettant le bon écoulement de la circulation et la sécurité du
chantier,
- la fourniture d’un plan de lutte contre le VIH/SIDA,
- les frais afférents aux respects des directives sur l’environnement,
- les frais afférents à la mise en place du PGES et des PPES,
- les frais afférents aux aménagements et à l’exploitation des points d’eau pour la
fourniture en eau du chantier (forage, margelle, clôture, pompe manuelle, abreuvoir,
tous droits, redevances et taxes liés au prélèvement, etc.),
- l’exécution de toutes les planches d’essais,
- les travaux topographiques,

240
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Bordereau Descriptif des Prix Unitaires (BPU)

PRIX UNITAIRE PRIX UNITAIRE


N° DESIGNATION UNITE (F CFA HT-HD) (F CFA HT-HD)
EN CHIFFRES EN LETTRES
- l'enlèvement des carcasses et épaves de véhicules abandonnés dans l'emprise de la
route, y compris leur évacuation vers un lieu de dépôt unique à convenir avec le
Représentant du Maître d'œuvre,
- le déplacement partiel ou total de ces installations en cours de chantier si nécessaire.
- le nettoyage général complet et la remise en état de tous les terrains occupés après
achèvement des travaux.
Le paiement sera effectué de la manière suivante :
- Quatre-vingt (80) pour cent à la fin de la mobilisation du matériel (sauf le matériel pour
les enrobés, les revêtements et la centrale d’enrobage), à la fin de l’installation de la
base vie, la réception par le Représentant du Maître d'œuvre des installations à mettre
à la disposition du Maître d’œuvre et la validation des dossiers d’exécution, du PAG,
du PGES, etc. ;
- Vingt (20) pour cent à la fin des travaux après la réception provisoire et la fourniture
des plans de recollement.
Ce prix est ferme et non révisable quel que soit la durée des travaux.
LE FORFAIT
Amenée et repli du matériel
Ce prix rémunère, au forfait, les frais d’amenée et de repliement des installations, engins
de tout genre et des divers matériels nécessaires à la réalisation des travaux.
Il comprend :
- l’amenée des engins, des camions et du matériel nécessaire à l'exécution des travaux ;
- l’amenée et l’installation des centrales d’enrobage et éventuellement de bétonnage ;
- le repli des engins, des camions et du matériel nécessaires à l'exécution des travaux;
- le démontage et le transfert des centrales d’enrobage et éventuellement de bétonnage ;
- le repli des centrales d’enrobage et éventuellement de bétonnage ;
- l’enlèvement en fin de chantier de tous matériaux en excédent et la remise en état de
102 Fft
tous les terrains occupés par l’Entrepreneur ou qui ont pu être détériorés à l’occasion de
l’exécution du chantier,
- le démontage et enlèvement ou la suppression de toutes les installations fixes
appartenant à l’Entrepreneur, sauf en cas d’accord avec les autorités locales (accord
signé au moment de l’installation),
- le repli de tout le personnel du chantier,
- le nettoyage complet de l’aire d’implantation des installations et du chantier,
- l’établissement et la remise des plans de récolement.
Ce prix est ferme et non révisable.
Le paiement sera effectué de la manière suivante :

241
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Bordereau Descriptif des Prix Unitaires (BPU)

PRIX UNITAIRE PRIX UNITAIRE


N° DESIGNATION UNITE (F CFA HT-HD) (F CFA HT-HD)
EN CHIFFRES EN LETTRES
- Quatre-vingt (80) pour cent à la fin de la mobilisation de tous le matériel y compris le
matériel pour les enrobés, les revêtements et l’installation de la centrale d’enrobage et
de bétonnage ;
- Vingt (20) pour cent à la fin des travaux après le repliement de tous les matériels et de la
remise en état des lieux constatés par procès-verbal.
Ce prix est ferme et non révisable quel que soit la durée des travaux.
LE FORFAIT
Installation et repli de la station de concassage
Ce prix rémunère au forfait (Fft), Installation de la centrale de concassage y compris un
pont bascule, le déplacement total ou partiel de son installation au cours du chantier.
Ce prix comprend :
- l’amenée du matériel de concassage et des matériaux annexes,
- la location des terrains,
- la préparation, l’amenée et l’entretien des voies d’accès et des aires nécessaires,
- l’étude et la reconnaissance des gisements,
- les opérations d’ouverture des carrières,
- le montage et le démontage de la centrale de concassage,
- les transferts éventuels en cours de chantier,
- la réalisation de tous les essais et les réglages nécessaires au bon fonctionnement de la
centrale,
103 Fft
- l’installation et le déplacement des bureaux de chantier et des hangars de réparation
pour la centrale,
- le repliement du matériel de concassage et des matériels annexes,
- la remise en état des lieux après repliement,
- et toutes sujétions.
Ce prix est ferme et non révisable pour toute la durée du chantier y compris tout
déplacement de la centrale en cours de chantier pour quelque motif que ce soit, et y
compris, dans le cas de retard ou de prolongation des délais.
Le paiement sera effectué de la manière suivante :
- Quatre-vingt pour cent (80%) à la mobilisation et à l'arrivée sur le site du matériel, du
montage de la centrale et sa mise en fonction effective ;
- Vingt pour cent (20%) après le repliement du matériel du chantier.
LE FORFAIT
Installation de la Mission de Contrôle et des agents de l'Administration (bureaux,
104 logements et laboratoires) Fft
Ces prix rémunèrent au forfait (Fft), les frais de construction et de la mise à la disposition de

242
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Bordereau Descriptif des Prix Unitaires (BPU)

PRIX UNITAIRE PRIX UNITAIRE


N° DESIGNATION UNITE (F CFA HT-HD) (F CFA HT-HD)
EN CHIFFRES EN LETTRES
la mission de contrôle et des agents de l’Administration (Direction Nationale des Routes)
des locaux équipés (logements, bureaux et laboratoire) conformément au CPT (articles
C1.1.1, C.1.1.2, C.1.1.3, C.1.1.4).
Ces prix comprennent également :
- L’équipement, l’alimentation en eau, l’électricité, l’installation du téléphone
(consommations exclues), l'entretien et le gardiennage,
- l'achat de mobiliers, d’équipements et de fournitures diverses conformément au CPT
- l’aménagement des accès,
- et toutes sujétions.
- Pour ce prix, les paiements s’effectueront à raison de :
- Quatre-vingt pour cent (80%) après constatation par le Maître d’ouvrage, de la
construction des locaux et de la présence sur le chantier et en état de fonctionnement de
toutes les installations,
- Vingt pour cent (20%) à la réception provisoire des travaux.
Les plans de principe des bâtiments seront soumis à l’approbation préalable de
l’Administration avant exécution.
Ces prix sont fermes et non révisables pour toute la durée du chantier pour quelque motif
que ce soit et y compris, dans le cas de retard ou de prolongation des délais.
LE FORFAIT
Fonctionnement et entretien des bureaux, logements et laboratoires de la mission de
contrôle et des agents de l'Administration
Ce prix rémunère par mois le fonctionnement et l’entretien des bureaux, logements et
laboratoires de la mission de contrôle et des agents de l’Administration. Il comprend les
frais d’alimentation en eau, l’électricité, l'entretien et le gardiennage, etc.
105 Fft
A l’issue des travaux, les bâtiments et leurs équipements deviendront la propriété de
l’Administration.
Ces prix sont fermes et non révisables pour toute la durée du chantier pour quelque motif
que ce soit et y compris, dans le cas de retard ou de prolongation des délais.
LE FORFAIT
Achat et fourniture d’un véhicule pour l’Administration
Ce prix rémunère à l’unité l’achat d’un (01) véhicule neuf climatisé de type Station Wagon
106 V8 Land Cruiser 200 VX-R tout terrain diesel à mettre à la disposition de l’Administration tel u
que défini à la clause C.115 du CPT.
L’UNITE
Fonctionnement et entretien du véhicule au prix 106
107 mois
Ce prix rémunère par mois le fonctionnement et l’entretien du véhicule au prix 106. Il

243
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Bordereau Descriptif des Prix Unitaires (BPU)

PRIX UNITAIRE PRIX UNITAIRE


N° DESIGNATION UNITE (F CFA HT-HD) (F CFA HT-HD)
EN CHIFFRES EN LETTRES
comprend l’assurance tous risques, carburant, lubrifiant, l’entretien et réparation, la prise en
charge du chauffeur, etc., pendant toute la durée du chantier. A l’issue des travaux, ce
véhicule restera la propriété de l’Administration.
LE MOIS
Campagnes de déflexion et de mesure d’Uni de chaussée à la fin des travaux :
Ce prix rémunère, au kilomètre, la réalisation des mesures de déflexion à la fin du chantier
après la réception provisoire des travaux et avant la réception définitive, à la période la plus
favorable, qui sera déterminée en accord avec l’Ingénieur et, plus vraisemblablement, juste
après la saison des pluies.
108 Km
Ce prix comprend également, au kilomètre, la réalisation des mesures d’uni à la fin du
chantier après la réception provisoire des travaux et avant la réception définitive, à la
période la plus favorable, qui sera déterminée en accord avec l’Ingénieur et, plus
vraisemblablement, juste après la saison des pluies.
LE KILOMÈTRE

200 DEGAGEMENT DES EMPRISES, PREPARATION DE TERRAIN

Préparation de terrain, décapage, abattage et dessouchage des arbres


Ce prix rémunère au mètre carré le nettoyage, le débroussaillement et le curage sur la
surface comprise entre l'entrée en terre des élargissements et au maximum le bord de
chaussée ou toute autre largeur définie en accord avec le Représentant du maître
d'œuvre.
Compte tenu de la faible végétation, la largeur de débroussaillement pourra être adaptée à
l'existant suivant les instructions du Représentant du maître d’œuvre.
Ce prix comprend :
201 - le défrichement, l’arrachage des herbes, de broussailles, de plantations et de haies sur m2
toute l'assiette des terrassements et des fossés latéraux ainsi que les talus,
- l’abattage, le tronçonnage en élément d’un (1) mètre des arbres,
- le débroussaillement, l'essouchement, l’enlèvement des racines des arbustes et
arbres,
- le ramassage, l’enlèvement, le transport, l’évacuation des arbres, des arbustes, des
souches et leur mise en dépôt hors de l’emprise en un lieu agréé par le Représentant
du Maître d'œuvre,
- la dépose, l’enlèvement, le transport, l’évacuation de la signalisation verticale, des

244
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Bordereau Descriptif des Prix Unitaires (BPU)

PRIX UNITAIRE PRIX UNITAIRE


N° DESIGNATION UNITE (F CFA HT-HD) (F CFA HT-HD)
EN CHIFFRES EN LETTRES
balises et des bornes et leur mise en dépôt en un lieu agréé par le Représentant du
Maître d'œuvre,
- le nettoyage de tout débris,
- la démolition de clôture et de tous les éléments qui se trouvent dans l’emprise de la
route,
- l'égalisation du terrain après essouchement et nettoyage, par apport de matériau de
remblai si nécessaire y compris sa mise en œuvre et particulièrement son compactage
à la compacité de la couche dans laquelle il se situe,
- l’enlèvement des produits de débroussaillage, de nettoyage et de curage des fossés et
de tout matériau impropre à une réutilisation, son chargement, son transport quelle que
soit la distance, son déchargement et sa mise en dépôt provisoire ou définitif, séparée
des autres produits d’extraction, et le répandage conformément aux spécifications du
CPT, aux plans approuvés ou aux directives du Représentant du Maître d’œuvre, y
compris les mesures de protection de l’environnement,
- toutes sujétions afférentes à un nettoyage du terrain en grande ou petite largeur.
Les superficies à prendre en compte seront celles de l’emprise des terrassements résultant
des calculs électroniques diminuées de l’emprise de la route existante conservée.
LE METRE CARRE
Scarification de revêtement existant
Ce prix rémunère au mètre carré la scarification et le recyclage de la plate-forme sur toute
sa largeur (chaussée et accotements), sur une profondeur d’environ 20 cm (revêtement +
couche de base existant), la réduction des plaques de revêtement en éléments passant au
tamis de 50 mm, le réglage des matériaux, leur humidification éventuelle, remise en forme
202 m²
et compactage à 95% de l’OPM.
Ce prix s'applique au mètre carré (m²) de surface de plate-forme scarifiée, recyclée et
remise en forme, suivant la longueur réelle et sur la largeur définie au cours de la
reconnaissance par le Représentant du Maître d’œuvre et le Titulaire.
LE METRE CARRE
Réparation des dégradations de l'ancien revêtement (nids de poule, flaches,
épaufrures, fissures…)
Ce prix rémunère au mètre carré la fourniture et la mise en œuvre des matériaux pour la
réparation des dégradations (nids de poule, flaches, etc.) de la chaussée existante afin
203 m²
que la route soit parfaitement circulable sous un trafic T3 en toute saison et en tous points
à une vitesse moyenne de 80 km/h.
Ce niveau de service devra être atteint au plus tard quatre (4) mois après l’ordre de
service de démarrage des travaux et ensuite maintenu de façon régulière.

245
Travaux de réhabilitation de la section Sévaré-Boré (111 Km)
Bordereau Descriptif des Prix Unitaires (BPU)

PRIX UNITAIRE PRIX UNITAIRE


N° DESIGNATION UNITE (F CFA HT-HD) (F CFA HT-HD)
EN CHIFFRES EN LETTRES
Ce prix comprend :
- la délimitation par un marquage à la peinture de la zone concernée en accord avec le
Représentant du Maître d'œuvre, deux des côtés seront parallèles à l’axe de la
chaussée et les deux autres perpendiculaires à ce même axe,
- le décaissement après découpe soignée de la chaussée existante et l'extraction des
matériaux impropres jusqu’à atteindre une couche stable et saine de tous côtés mais en
aucun cas la profondeur atteinte ne sera inférieure à 0,10 m,
- le chargement, le transport des matériaux jusqu'à un lieu de décharge agréé par le
Représentant du Maître d'œuvre,
- leur régalage au lieu de décharge,
- le réglage et le compactage du fond de fouille à 95 % de l'OPM,
- toutes sujétions d'exécution en faibles quantités,
- le remplacement des matériaux impropres jusqu’au niveau supérieur de la couche de
revêtement par des matériaux similaires et compactés à une densité égale à celle du
matériau utilisé pour le corps de chaussée existant,
- toutes les sujétions liées à la fourniture de tous les matériaux nécessaires à la mise en
œuvre.
Les quantités à prendre en compte résulteront d'instructions ordonnées par le Représentant
du Maître d'œuvre et mesurées contradictoirement après la réalisation des réparations.
LE METRE CARRE
SERIE 300: TERRASSEMENT GENERAL
Déblai mis en dépôt
Ce prix rémunère au mètre cube compacté en place l’extraction des déblais réalisés en
terrain de toute nature, selon les instructions du Représentant