Vous êtes sur la page 1sur 6

Pharmacie Hospitalière

Cours 02 : Circuit du Médicaments à l'Hôpital

- Pharmacie hospitalière : service médicotechnique qui a pour mission d’assurer la gestion des
produits pharmaceutiques au sein de l’établissement : approvisionnement, préparation, contrôle
qualité, stockage, détention et dispensation.
- Circuit du médicament à l’hôpital : processus de prise en charge thérapeutique médicamenteuse
d’un patient hospitalisé dans un établissement de santé.
- Circuits :
o Circuit logistique : responsable de l’approvisionnement, la réception, le stockage et la
détention des produits pharmaceutiques.
o Circuit clinique : responsable de la prescription, la dispensation, l’administration, le suivi et
l’évaluation du traitement.
- Rôle de la pharmacie hospitalière : circuit logistique et dispensation.

Nomenclatures
Nomenclature Nationale des Produits Pharmaceutiques
- Commission de la nomenclature nationale : responsable de proposer l’enregistrement ou le
retrait des produits pharmaceutiques soumis à une expertise, donnant une liste de produits
pharmaceutiques à usage humain dont la production, la commercialisation et la prescription
sont autorisés en Algérie, et qui doit être révisée chaque année.
- Organisation :
o Président : ministre de la santé, ou son représentant ;
o Comités techniques :
▪ Comité technique d’évaluation ;
▪ Comité technique d’experts cliniciens ;
▪ Comité technique de pharmacovigilance.
o Directeur ou représentant :
▪ Agence nationale des produits pharmaceutiques (ANPP) ;
▪ Ministre chargé de la défense nationale ;
▪ Ministre de commerce ;
▪ Ministre de l’industrie et de l’énergie ;
▪ Ministre des finances ;
▪ Ministre de l’agriculture ;
▪ Ministre de la protection sociale ;
▪ Ordre des médecins, des pharmaciens, et des chirurgiens-dentistes.
- Rôles :
o Président : coordination de l’action des comités techniques et des réunions de
concertation.
o Directeur de la pharmacie et du médicament : secrétariat.
- Réunions :
o Session ordinaire tous les 06 mois ;
o Sessions extraordinaires si besoin.
Nomenclature de l’Établissement en Médicaments
- Définition : ensemble des médicaments utilisés par les différents services et unités de soins,
approuvés par le conseil médical ou le conseil scientifique, lors d’une séance extraordinaire
programmée par le directeur de l’établissement.
- Conditions de validation de mise en œuvre des établissements publics de la santé :
o Examen des propositions de nomenclature par le comité du médicament de Wilaya
(sous l’autorité du directeur de la santé et de la protection sociale) ;
o Transmission des propositions de nomenclature à la direction de la pharmacie et du
médicament au niveau du ministère de la santé et de la population ;
o Validation des propositions de nomenclature par un comité mise en place auprès du
directeur de la pharmacie et du médicament ;
o Notification du DG de la pharmacie centrale des hôpitaux, du directeur de la santé, et du
directeur de l’établissement public de santé après formalisation de la validation.

Nomenclature des Services


- Définition : liste des médicaments d’usage courant, des médicaments psychotropes et
stupéfiants, et des médicaments spécifiques à la spécialité du service, élaborée par le
pharmacien en collaboration avec les chefs de services, et approuvée par le conseil médical
pour les EPH et EHS, et le conseil scientifique pour les CHU.
Exceptionnellement, et dans le cas des patients hospitalisés pour plusieurs pathologies, un
service peut disposer de médicaments non-inscrits dans la nomenclature sur la base d’une
prescription nominative contresignée par le chef de service, adressée au pharmacien responsable.

Circuit du Médicament Usuel


Circuit Logistique des Médicaments Usuels
- Cette étape a lieu après valorisation des besoins pour donner la nomenclature de
l’établissement en médicaments selon la circulaire N°007 relative à la gestion des produits
pharmaceutiques dans les établissements de santé public.
1- Émission de la commande : établissement d’un bon de commande mensuel pour les produits
stocks essentiels qui doit être déposé chez le fournisseur par le pharmacien ou par une
personne déléguée pour cette tâche.
o Bon de commande : document permettant la passation de commande auprès d’un
fournisseur choisi, en respectant la réglementation des marchés publiques (pré-imprimé
de la nomenclature de l’établissement de santé). Signé par le responsable de la pharmacie
et par le directeur de l’établissement (sources financières).
o Informations mentionnées dans le bon :
▪ Client : nom de l’établissement, adresse, numéro de téléphone, numéro
chronologique et date.
▪ Fournisseur : nom et adresse.
▪ Commande : DCI, formes, dosages, et quantité libellée en unité de quantité
o Exemplaires :
▪ Un premier qui sert d’élément de supervision à la pharmacie où le fournisseur
devra apposer son visa (archives) ;
▪ Un deuxième qui reste chez le fournisseur comme preuve de livraison.
2- Réception des médicaments :
o Toute livraison doit être accompagnée de 03 documents :
▪ Bon de transport : tampon, nombre de colis, date et heure ;
▪ Bon de livraison : liste des produits livrés, il doit être signé par le fournisseur et par
la personne réceptionnant la commande. Il se présente en 02 exemplaires aussi.
▪ Facture.
o Le pharmacien responsable, ou la personne qui réceptionne les commandes, doivent
vérifier :
▪ L’identité du fournisseur ;
▪ La date de livraison ;
▪ Le numéro de la commande identifiant la commande du client ;
▪ L’adéquation entre le bon de commande et le bon de livraison ;
▪ Les conditions de transport.
3- Contrôle des colis :
o Réclamation : signalisation de toutes les observations, commentaires et/ou réserves au
fournisseur dans les 24 heures.
o Avoir : document émis par le vendeur afin d’annuler une facture incorrecte ou de
rembourser un achat.
4- Entrée de la commande : enregistrement de la commande sur les supports de gestion (fiche de
réception, registre et outil informatique) :
o Numéro de réception ;
o Nom du fournisseur ;
o Désignation des produits ;
o Quantité en unité ;
o Prix unitaire ;
o Numéro de facture et date de remise à l’économat.
5- Envoi de la facture aux services comptables : 02 copies sont remises pour règlement avec un
formulaire daté (bordereau d’envoi). Elles sont classées avec la fiche de réception et le bon de
livraison.
6- Stockage : les produits sont ordonnés dans la pharmacie sur des palettes (colis fermés) et sur
des étagères (produits en vrac), selon la forme galénique et/ou la voie d’administration et/ou
selon la classe thérapeutique. Cette même classification doit se retrouver au niveau des unités
de soins pour faciliter l’ensemble des procédures (commande, stockage et dispensation).
7- Contrôle de stock : inventaire régulier des produits pharmaceutiques physiquement présents
dans le local de la pharmacie.
o Intérêts :
▪ Suivi des consommations, des stocks de sécurité (1 mois) et des péremptions ;
▪ Retrait des médicaments périmés ou de mauvaise qualité ;
▪ Décharge (transfert) des produits en surstocks.

Dispensation des Médicaments Usuels


- Définition : acte pharmaceutique associant la délivrance des médicaments à :
o L’analyse pharmaceutique de l’ordonnance médicale ;
o La préparation éventuelle des doses à administrer ;
o La mise à la disposition du malade d’informations nécessaires au bon usage du
médicament.
- Le pharmacien peut demander au prescripteur tout renseignement utile conformément à :
o L’article 3 (dispensations des médicaments de l’arrêté N°067 fixant les conditions
d’exercice de la profession de pharmacien).
o Circulaire N°007.
o Loi sanitaire (02/07/2018).
- Modalités de dispensation :
o Par des pharmaciens ;
o Par des résidents ou des internes en pharmacie ayant reçu délégation du pharmacien ;
o Par des réparateurs en pharmacie qualifiés et diplômés sous le contrôle des pharmaciens.
Seuls les praticiens chefs de service et les médecins autorisés peuvent signer les bons de
commande hebdomadaire et les ordonnances.
- Types de dispensation :
o Dispensation à délivrance globale (D.D.G) pour les unités de soins : délivrance globale
des médicaments aux différentes unités de soins selon une dotation (nomenclature)
initiale révisable selon les besoins, permettant de faire face aux besoins courants et
immédiats
En dehors des demandes urgentes, non prévisibles mais justifiées, la dotation est
rapprovisionnée régulièrement selon un planning entre la pharmacie et l’unité de soins.
▪ Étapes :
• Réception d’un bon de commande interne : précisant la quantité demandée
et les quantités en stock au moment de la commande en DCI.
• Récupération des médicaments : par l’agent de l’unité de soins désigné par le
chef de service, avec un bon de dispensation. L’agent doit contrôler la
commande et signer sur un registre de retrait.
• Transport des médicaments vers les unités de de soins : dans des chariots ou
des conteneurs clos, avec une attention particulière aux produits réfrigérés.
• Organisation des médicaments : dans les locaux et armoires des unités de
soins qui sont considérés comme des stocks secondaires de la pharmacie. Ils
sont sous la responsabilité de l’unité et supervisés par la pharmacie.
▪ Avantages : simplicité.
▪ Inconvénients :
• Difficultés de traçabilité ;
• Difficultés de maîtrise des coûts ;
• Risques iatrogènes liés aux erreurs de dispensation des médicaments.
o Dispensation à délivrance nominative (D.D.N) pour les unités de soins : dispensation
individuelle de médicaments pour chaque patient, selon les ordonnances reçues à la
pharmacie. Elle est mise en œuvre pour les médicaments onéreux (antibiotiques,
antiviraux, cytostatiques, facteurs de croissance…)
▪ Étapes :
• Analyse de la conformité administrative de l’ordonnance : identité du
médecin et du patient.
• Analyse pharmaco-thérapeutique de l’ordonnance :
o Détection des éventuelles erreurs des nomination des médicaments :
o Détection des éventuelles incohérences pouvant conduire à des
interactions entre les médicaments prescrits (RCP du médicament).
• Validation de la prescription et dispensation ;
• Mise à disposition des informations et conseils.
▪ Avantages :
• Réduction des erreurs en thérapie ;
• Sécurisation du circuit du médicament entre la pharmacie et les unités de
soins ;
• Traçabilité de la prescription à l’administration.
▪ Inconvénients : nécessité d’une organisation et d’un investissement significatifs
quant aux ressources humaines et pharmaceutiques.
o Dispensation ambulatoire : prise en charge d’un patient en médicaments uniquement
disponibles à l’hôpital sans qu’il ne soit hospitalisé (exemple des immunosuppresseurs).
- Enregistrement des sorties : dans les fiches, registres ou outils informatiques.
- Archivage : classement des bons, ordonnances et décharges.
Circuit des Médicaments Stupéfiants
Circuit Logistique des Médicaments Stupéfiants
- Émission de la commande : rédigée par le pharmacien responsable sur un bon de commande
spécial à 03 volets, extraits d’un carnet d’un modèle fixe selon la réglementation.
o Premier volet : élément de supervision à la pharmacie ;
o Deuxième volet : preuve de livraison, il reste chez le fournisseur ;
o Troisième volet : comportant les mentions obligatoires du fournisseur et du client,
accompagné du bon de transport, du bon de livraison et de la facture. Le fournisseur
devra y apposer son visa. Il retourne à la pharmacie.
- Réception, contrôle, réclamation, enregistrement des entrées et transmission des factures.
- Stockage :
o Dans la pharmacie : dans des coffres ou armoires, dans des locaux sécurisés ;
o Dans les unités de soins : les dotations pour besoins urgents sont aussi rangées dans
coffres sécurisés.
- Inventaire.

Dispensation des Médicaments Stupéfiants


- Bon de commande spécial ou ordonnance spéciale rouge : extraits d’un carnet à souches à 02
volets d’un modèle fixe selon la réglementation :
o Un volet qui sert comme élément de supervision chez le prescripteur ;
o Un volet qui reste au niveau de la pharmacie comme preuve de livraison.
Les modalités de prescription et de dispensation des stupéfiants sont fixées par l’arrêté du 20
Chaaâbane 14134 (29 Juin 2013) :
Seuls les praticiens chefs de service et les médecins autorisés peuvent signer les bons de
commande hebdomadaire et les prescriptions individuelles. Et seul le personnel autorisé par les
chefs d’unité de soins peut réceptionner les médicaments stupéfiants.
La liste des prescripteurs et du personnel autorisés est mise à jour régulièrement.
La dotation doit être revue 01 fois par an pour suivre l’évolution et la traçabilité des besoins.
- Types de dispensation :
o Dispensation à délivrance globale pour besoins urgents :
▪ Bon de commande rouge (deuxième volet) : précisant la quantité demandée en
DCI, le dosage, la forme et le nombre d’unités thérapeutiques ;
▪ Relevé nominatif d’administration des médicaments stupéfiants signé ;
▪ Ampoules vides correspondantes aux quantités consommées.
o Dispensation à délivrance nominative :
▪ Analyse de la conformité administrative de l’ordonnance rouge : identité du
médecin et du patient, son sexe, son âge, son poids et sa taille ;
▪ Analyse pharmaco-thérapeutique de l’ordonnance : DCI, dosage, forme, nombre
d’unités thérapeutiques par prise et durée du traitement (28 jours au maximum) ;
▪ Validation de la prescription et dispensation ;
▪ Enregistrement des dispensations sur :
1. Ordonnancier : coté et paraphé par la police ;
2. Registre de dispensation (retrait) aux unités de soins : coté et paraphé par le
directeur de l’établissement ;
3. Registres de dispensation des dotations pour besoins urgents dans les
différentes unités de soins : cotés et paraphés par le directeur de
l’établissement ;
Les bons et ordonnances sont conservés chronologiquement pendant 5 ans, les
registres pendant 10 ans. Ils sont représentés à toute réquisition de la pharmacie.
Circuit des Médicaments Psychotropes
Circuit Logistique des Médicaments Psychotropes
- Émission de la commande :
o La commande du psychotrope et la facture sont formulés séparément des médicaments
usuels.
o Le bon de commande en double exemplaire (blanc et rose) ressemble à celui des
médicaments usuels.
o Elle comporte la signature du pharmacien, sa griffe et son numéro d’inscription à
l’organe de déontologie des pharmaciens.
- Réception, contrôle et réclamation.
- Enregistrement des entrées sur 02 documents : la fiche de stock et le registre des substances et
médicaments ayant des propriétés psychotropes.
- Transmission des factures aux services comptables.
- Stockage : comme les stupéfiants.
- Inventaire trimestrielle et annuel : une copie est adressée à la commission de Wilaya.

Dispensation des Médicaments Psychotropes


- Les prescriptions doivent être enregistrées sur le registre de prescription. Elles doivent
comporter l’identité du patient, le numéro de la série de l’ordonnance et l’identification du
médecin prescripteur, sa signature, sa griffe et son numéro d’inscription à l’organe de
déontologie médicale.
- Les médicaments psychotropes à prescription restreinte doivent être prescrits par un médecin
spécialiste en psychiatrie pour une durée d’un mois au maximum.
- L’ordonnance en double exemplaire (blanc et jaune) :
o Quand le traitement est totalement dispensé : la jaune est restituée au patient ;
o Quand le traitement est partiellement dispensé : la blanche est restituée au patient.
L’exemplaire de l’ordonnance du pharmacien est conservé pendant 2 ans.
- Types de dispensation :
o Dispensation à délivrance pour besoins urgents : en respectant la dotation
hebdomadaire ;
o Dispensation à délivrance nominative.
- Registres de dispensation : obligatoirement présents dans la pharmacie et dans les unités de
soins, cotés et paraphés par le directeur de l’établissement. Ils comportent les mêmes mentions
saisies dans le médicament stupéfiant et sont conservés pendant 5 ans.
Les médicaments psychotropes sont gérés selon le décret exécutif N°19-379, fixant les modalités de
contrôle administratif, technique et de sécurité de ces médicaments.

Vous aimerez peut-être aussi