Vous êtes sur la page 1sur 58

Dr.

Souhir TOUNSI Année Universitaire : 2020-2021

UNIVERSITE DE SFAX

Ecole Nationale d’Electronique et des Télécommunications de Sfax

CONCOURS SUR DOSSIER POUR LA PROMOTION AU


GRADE DE PROFESSEUR
DISCIPLINE :
« SYSTEMES ELECTRIQUES »

DOSSIER DE CANDIDATURE DE
SOUHIR TOUNSI
Maître de Conférences à l’ENET’COM
(Date de nomination dans le grade : 22/10/2013)

Spécialité : Machines Electriques

Cours et Travaux Dirigés de la Matière « Machines


Electriques et Variation de Vitesse » :

Chapitre II: Machines Asynchrones

FILIERE: 1 ING GII

Réalisé par Dr. Souhir TOUNSI

Ecole Nationale d’Electronique et des Télécommunications de Sfax


Email: souhir.tounsi@enetcom.rnu.tn

Souhir TOUNSI
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Sommaire
1. Introduction....................................................................................................................................................................................... 2
1.1. Définition ............................................................................................................................................................................. 2
1.2. Principe de fonctionnement .................................................................................................................................................. 2
1.3. Constitution .......................................................................................................................................................................... 4
1.3.1. Stator ............................................................................................................................................................................... 4
1.3.2. Le rotor ........................................................................................................................................................................... 5
1.3.3. Plaque signalétique ......................................................................................................................................................... 7
1.3.4. Symboles......................................................................................................................................................................... 8
1.4. Principe de fonctionnement : ................................................................................................................................................ 8
1.4.1. Le glissement .................................................................................................................................................................. 8
1.4.2. Force électromotrice induite ......................................................................................................................................... 10
1.5. Caractéristiques d'un moteur asynchrone ............................................................................................................................ 11
1.5.1. Plaque signalétique ....................................................................................................................................................... 12
1.5.2. Fonctionnement à vide .................................................................................................................................................. 12
1.5.3. Fonctionnement en charge ............................................................................................................................................ 13
1.5.4. Caractéristique mécanique ............................................................................................................................................ 13
1.6. Modèle d'un moteur asynchrone a rotor bobiné.................................................................................................................. 14
1.6.1. Relation des f.e.m. ........................................................................................................................................................ 14
1.6.2. Relation des f.m.m. ....................................................................................................................................................... 15
1.6.3. Modèle équivalent ......................................................................................................................................................... 16
1.6.4. Parallèle entre modèle et bilan de puissances :.............................................................................................................. 19
1.6.5. Détermination des éléments du modèle simplifié: ........................................................................................................ 20
1.7. Etude du couple électromagnétique .................................................................................................................................... 23
1.7.1. Expression du couple .................................................................................................................................................... 23
1.7.2. Evolution du couple ...................................................................................................................................................... 24
1.8. Bilan énergétique ............................................................................................................................................................... 26
1.8.1. Schéma traduisant le bilan énergétique en fonctionnement moteur .............................................................................. 26
1.8.2. Inventaire des puissances .............................................................................................................................................. 27
1.8.3. Rendement .................................................................................................................................................................... 29
1.8.4. Détermination des pertes constantes ............................................................................................................................. 29
1.9. Contrôle de vitesse d’une machine asynchrone: ................................................................................................................. 30
1.9.1. Démarrage par action sur le rotor: modification du glissement ..................................................................................... 30
1.9.2. Démarrage par action sur le stator: ............................................................................................................................... 34
1.9.3. Freinage de la vitesse d’une machine asynchrone ......................................................................................................... 37
1.1) Contrôle de vitesse d’une machine asynchrone: ...................................................................................................................... 38
Travaux Dirigés : Machines Asynchrones .........................................................................................................................................39
Correction de TDs: Machines Asynchrones .......................................................................................................................................45

1
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

1. Introduction

1.1. Définition

Une machine asynchrone est un convertisseur électromécanique de l’énergie électrique en une


énergie mécanique qui peut être utilisée pour entraîner une charge mécanique en vitesse. Ce
fonctionnement est nommé par fonctionnement en moteur. Dans le cas où le rotor est constitué par
des bobines, dans ce cas les enroulements rotoriques accessibles, la machine asynchrone peut
fonctionner en générateur. En effet, les enroulements rotoriques alimentés, sont en mouvement et
génèrent par la suite un champ magnétique variable dans les enroulements statoriques, ce qui permet
d’induire trois forces électromotrices aux bornes des enroulements statoriques. On dit dans ce cas
que la machine synchrone fonctionne en générateur et peut être utilisé pour alimenter une charge
électrique. Les enroulements des machines asynchrones à cage d’écureuil sont non accessibles, d’où
elles ne peuvent pas fonctionner en générateur.

1.2. Principe de fonctionnement

Les enroulements du stator alimentés par des tensions triphasées sinusoïdales, absorbent des courants
triphasés sinusoïdaux, et créent par la suite un champ tournant. Ce champ induit dans le circuit
magnétique du rotor des courants de Foucault qui s’opposent à la cause qui les a données naissance,
c-à-dire la variation du champ magnétique.

Le champ magnétique généré par les courants statoriques tourne à la fréquence des tensions
d’alimentation des enroulements statoriques. Ce champ tournant induit trois forces électromotrices,
elles même provoquent la circulation de trois courants induits, étant donné que les enroulements
rotoriques sont courcir-cuités en étoile ou en triangle. Les enroulements du rotor du moteur
asynchrone étant court-circuités (en étoile ou triangle), ils sont donc le siège de courants induits. Ces
courants créent un champ magnétique dans le rotor qui tend à s’aligner avec celui du stator. Le
champ magnétique statorique tourne à la vitesse Ns=(f*60)/p dit vitesse de synchronisme.

P est le nombre de paires de pôles de la machine et f est la fréquence des tensions d’alimentation des
enroulements statoriques.

2
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Si le rotor atteint la vitesse du champ tournant créé par le stator, le champ magnétique dans le rotor
ne sera pas variable et les courants induits disparaissent aussi que le champ de réaction rotorique. La
vitesse de rotation de la machine n’atteint jamais la vitesse du champ tournant statorique c’est pour
cela que cette machine est appelée machine Asynchrone c-à-dire Non synchrone.

On dit que la machine glisse.

Le glissement est définit par le rapport entre la différence entre la vitesse de synchronisme et la
vitesse de rotation de la machine par la vitesse de synchronisme :

g=(Ns-N)/Ns

Le principe d’induction des courants rotoriques est illustré par les Figure 1 et 2.

Figure 1

3
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Figure 2

1.3. Constitution
1.3.1. Stator

C'est la partie fixe du moteur fixe de la machine. Il permet de générer un champ tournant dans le
rotor. Il comporte donc trois enroulements alimentés par un secteur triphasé de fréquence f.

Chaque enroulement comprend p bobines en série pour faire apparaître 2p pôles.

1
y2

3' 2'

2/3

y1
O
2/3

2 3

y3
1'

Machine bipolaire

Figure 4
Figure 3

Pour limiter les pertes magnétiques le circuit magnétique du stator est feuilleté (limitation des
courants de Foucault).

4
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Couplage sur un réseau : Les enroulements statoriques sont conçus pour fonctionner sous une tension
déterminée. De ce fait, en fonction du réseau disponible, on choisira le couplage étoile ou triangle de
ces enroulements.

Une tension trop faible entraînerait :

L’arrêt du moteur ou le non démarrage (couple magnétique trop faible).

Une tension trop forte entraînerait :

Des pertes Joules excessives  destruction des enroulements  baisse du rendement.

1.3.2. Le rotor

C’est la partie tournante de la machine. Le rotor n'est relié à aucune source de tension extérieure en
fonctionnement normal, il est court-circuité soit en étoile soit en triangle).

Il doit être parcouru par des courants de Foucault: il doit donc être en matériau conducteur.

1.3.2.1. Rotor bobiné ( fig. 1 )

Il s'agit d'un enroulement triphasé, logé dans des encoches à la périphérie du rotor, dont le nombre de
pôles est 2p est le même que celui du stator, et dont les phases sont couplées en étoile ou en triangle.
Les extrémités des enroulements sont reliées à trois bagues en cuivre calées sur l'arbre. Ces bagues
frottent sur des balais fixes ce qui permet l'insertion d'un rhéostat triphasé en série avec le rotor pour
réduire le courant de démarrage.

Avantage : possibilité de modifier la résistance des enroulements rotoriques, donc la caractéristique


mécanique

Inconvénient: fragilité des contacts glissants (balais frottant sur des bagues) ce qui mène à un coût
élevé.

En fonctionnement normal, ces enroulements sont court-circuités (Figure 5).

5
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Figure 5

Figure 6

1.3.2.2. Rotor à cage d'écureuil (Figures 7 et 8)

Il est constitué de barres conductrices parallèles entre elles et réunies par deux couronnes également
conductrices.

Avantage : robuste et peu coûteux.

6
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Inconvénient : pas de possibilité d'agir sur la caractéristique mécanique.

Figure 7
Figure 8

Figure 9

1.3.3. Plaque signalétique

Sur une plaque signalétique de moteur asynchrone deux tensions sont présentes : la plus petite des
deux est celle à laquelle doit être soumis un enroulement du moteur asynchrone.

Si sur la plaque du moteur on trouve 220/380 V, un enroulement du moteur doit être soumis à 220 V.

Donc

7
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

pour un réseau 127/220 V pour un réseau 220/380 V

Il faut appliquer une tension de 220 V à Il faut appliquer une tension de 220 V à
chaque enroulement donc une tension chaque enroulement donc une tension simple
composée donc procéder à un couplage donc procéder à un couplage étoile (Figure
triangle (Figure 10). 11).

127/220 220/380
220

1 1
220 V 380 V
2 2

3
3
220 V
127 V
N
N

Figure 10 Figure 11

1.3.4. Symboles

A cage MAS MAS A rotor


~ ~ bobiné

Figure 12

1.4. Principe de fonctionnement :


1.4.1. Le glissement
1.4.1.1. Nécessité du glissement

Le stator crée un champ magnétique tournant à la vitesse S=/p avec  = pulsation des courants
statoriques.

(fréquence ns = f/p)

8
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Les f.e.m.s induites au rotor provoquent la circulation de courants induits qui s’opposent à la cause
qui leur donne naissance c’est à dire la rotation du champ tournant.

Le rotor tourne à une vitesse  inférieure à la vitesse de synchronisme. (fréquence n proche de ns :

n < nS)

Il y a donc mouvement relatif du rotor par rapport au champ magnétique tournant statorique, à la
fréquence de glissement notée ng: ng = nS-n

ng
On appelle glissement g d'un Machine Asynchrone le rapport g = .
nS

 rad/s (pulsation du courant)


nS − n  S −   S −  
D’où g = = = avec  rad/s (pulsation mécanique)
nS S S n tr/s ou tr/min

avec p = 

et  r = g ou f r = gf

g n'a pas d'unité. Il s'exprime en général en %.

Relation entre n et g : n = (1 – g ) nS, (ng =g nS = nS – n ).

1.4.1.2. Ordre de grandeur de g

Au démarrage : n = 0  g = 1 A vide : n  ns  g = 0

Puissance du MAS < 1kW > 1 kW > 150 kW


g nominal 10 à 20 % 3 à 8 % 1à3%

1.4.1.3. Fréquence des courants rotoriques ( rotor bobiné )

Le rotor, à p paires de pôles, voit le champ statorique tourner par rapport à lui à la fréquence n g
=g.nS . Ces enroulements voient donc apparaître à leurs bornes des f.e.m.s de fréquence

9
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

fR = p.ng = p.g.nS et de pulsations R=g= p.g=p.(S -) =p.g.S=g.. La fréquence des courants
rotoriques est fR : p.ng = p.g.nS = g.f.

D'où une nouvelle définition du glissement :

g = fR/f

Exemple : f = 50 Hz ; g = 3%  fR = 1,5 Hz.

Conséquence : le rotor produit un champ magnétique tournant appelé champ magnétique de


réaction d'induit.

Sa fréquence de rotation par rapport au rotor =fR/p=g.f/p=g.nS=ng (g=R/p). La fréquence de


rotation du champ rotorique par rapport au stator =ng+n = g.nS+n =nS. (vitesse du champ tournant
rotorique par rapport au stator=+g=S ) . Ce champ se superpose à celui dû au stator et se déplace
à même fréquence ns . On a bien deux champs tournants synchrones.

1.4.2. Force électromotrice induite


1.4.2.1. Fem théorique dans un enroulement :

N d N N max 2 . f
Si  = max sin t e= e= max cos t E= = 2, 22  f  N  max
2 dt 2 2 2

1.4.2.2. Facteur de bobinage (ou d’enroulement) :

La fem pratique est légèrement différente de la fem théorique. Elle est multipliée (entre autres) par un
facteur Kb.

Kb=Kd.Kr.Ki < 1.

1.4.2.2.1. Facteur d’inclinaison Ki

Les encoches sont inclinées de manière à diminuer les harmoniques de denture.

1.4.2.2.2. Facteur de raccourcissement Kr :

10
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Pour le calcul de la fem théorique, on a considéré 2 conducteurs situés à  /p. Cela n’ est possible que
si le nombre d’encoches est un multiple de 2p. Sinon, on place le 2ème conducteur dans l’encoche la
plus proche de la position  /p, d’où un modification de la fem.

1.4.2.2.3. Facteur de distribution Kd :

On a considéré les N /2 conducteurs placés dans une même encoche ; en fait , ils sont placés dans un
certain nombre d’encoches voisines (facilité de construction et réductions d’harmoniques).Les f.e.m.s
créées ne sont donc pas en phase.

1.4.2.3. Facteur de forme Kf :

Le champ magnétique dans l’entrefer n’est pas sinusoïdal.

Facteur correctif KF . Kf >1

1.4.2.4. Coefficient de Kapp :

K=2 ,22 KbKf E = K  f  N  S  Bmax .

Kb=KdKrKi < 1

La fem induite par un champ tournant à la vitesse S a une pulsation w=pS et est égale à :
E=K.f.N.max

K coefficient de Kapp, f fréquence des fem f=pn, p nombre de paires de pôles, N nombre de
conducteurs par phase , max : flux maximun sortant d’un pôle, E fem induite dans un
enroulement.

1.4.2.5. Valeurs efficaces des f.e.m.s

Fem dans les enroulements du stator : E1 = K1  N1  f  

Fem dans les enroulements du rotor : E2 = K 2  N 2  f R  

1.5. Caractéristiques d'un moteur asynchrone

Les principales caractéristiques sont fournies ci-contre.

11
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

1.5.1. Plaque signalétique

Figure 13

1.5.2. Fonctionnement à vide

Le courant à vide Io est relativement réduit (20% du courant nominal), le facteur de puissance cos o
est faible. Ce courant à vide est donc essentiellement réactif, et correspond à la magnétisation du
circuit magnétique. D'autre part, la fréquence de rotation no est pratiquement égale à la fréquence de
synchronisme ns.

IN

I0

0
PuN Pu

Figure 14

12
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

1.5.3. Fonctionnement en charge

• La fréquence de rotation n diminue peu quand la charge augmente,


• Le moteur peut démarrer seul même en charge,

g% cos 
cos 
10% 1
 I1n

5% 0,5 I1
Tun
g
Tu

0
PuN Pu

Figure 15

1.5.4. Caractéristique mécanique

Dans sa partie utile (partie linéaire), la caractéristique mécanique est pratiquement rectiligne, Tu est
une fonction affine de n et le moment du couple utile est proportionnel à g.

Tu=k.g ou Tu =an+b , a,b et k étant des constantes.

Le moment du couple Tem est proportionnel à V². Avec V tension simple d’une tension
d’alimentation.

Si le point de fonctionnement dépasse le maximum de la caractéristique mécanique, le moteur


décroche.

13
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

U = cte
Tu

PN
Tud
P

Trd

n
0 nS
g
1 0

Caractéristique mécanique typique sous


tension constante

Figure 16

Figure 17

1.6. Modèle d'un moteur asynchrone a rotor bobiné


1.6.1. Relation des f.e.m.

Il doit permettre de décrire le fonctionnement d'un moteur dans sa plage d'utilisation pratique.

14
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Ce modèle est établi pour un enroulement d'un moteur à rotor bobiné.

A l’arrêt (g=1) , le moteur asynchrone se comporte comme un transformateur.

Pour un moteur en rotation, le modèle est encore utilisable, à condition de tenir compte du fait que g
n’est plus égal à l’unité.

Les tensions primaires et secondaires n’ont plus la même fréquence.

Pulsation statorique :

Pulsation rotorique : R. R=g . 

V1 tension d’alimentation d’un enroulement primaire

K1,K2 coefficient de Kapp d’un enroulement primaire et secondaire.

N1, N2 nombre de brins de conducteurs de ces enroulements.

n’1 et n’2 les nombres de spires corrigés par les coefficients de Kapp

r1,r2 : résistances de ces enroulements.

l1,l2 :inductances de fuites de ces enroulements.

Les fem induites dans les enroulements primaire et secondaire ont pour expression :

E1 = K1  N1  f   E2 = K 2  N 2  f R   fR = g  f

E2 K N n
= g 1 1 = g 1 = g m
E1 K2  N2 n2

Où m est l’équivalent d’un rapport de transformation.(rapport de transformation à l’arrêt)

1.6.2. Relation des f.m.m.

Pour l’étude des intensités, on peut remplacer le rotor réel par un rotor fictif à l’arrêt parcouru par des
courants de pulsation . (g=1, R=) .

15
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Le théorème d’ampère permet d’écrire: n1I1 + n2 I 2 = n1I10 =  ou I1 + mI 2 = I10 .

Donc I u = I1 − I10 = mI 2

Soit Iu = mI 2

On retrouve la même relation pour les intensités que pour un transformateur.

L’écriture du théorème d’Ampère n’est pas impactée par la fréquence des courants considérés.

On n’a pas le même rapport de transformation pour les tensions (gm) et pour les courants (m).

1.6.3. Modèle équivalent


1.6.3.1. Modèle du transformateur

Comme l’analogie est faite avec un transformateur le modèle équivalent est donc le suivant :

V1 − r1 I1 − j 1 I1 = E1 V − r I − j 1 I1 = E1
  1 1 1
 E21 − r2 I2 − j 2R I2 = 0  E21 − r2 I2 − j 2 g I2 = 0

I1 r1 1  g2 r2
I1 − I10 = Iu = mI2
I10

V1 Rf Lm E1 E2 = g  m  E1 I2

Stator Rotor
Pulsation g

Figure 18

On divise par g coté rotor

E21 r2
− I2 − j 2 I2 = 0
g g

16
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

r2
I1 r1 1  I2 2  g
I1 − I10 = Iu = mI2
I10

V1 Rf Lm E1 E2
= m  E1
g

Stator Rotor
Pulsation 

Figure 19

1.6.3.2. Modèle simplifié pertes négligées

Souvent, on néglige les pertes par rapport à r1 et 1.

On peut donc ramener les pertes à la tension V1

Le modèle équivalent simplifié est alors le suivant :

r1 r2
I1 1  I2 2  g
Iu

V1 Rf Lm E1 E2
= m  E1
g

Stator Rotor
Pulsation 

Figure 20

17
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

1.6.3.3. Modèle simplifié ramené au stator :

I1 r1 1  g2 r2
I1 − I10 = Iu = mI2
I10

V1 Rf Lm E1 E2 = g  m  E1 I2

Stator Rotor
Pulsation g

Figure 21

Comme E2 = ( r2 + j 2 g ) I2 et en remplaçant E2 et I2

Iu
 mgE1 = ( r2 + j 2 g ) puis en divisant par mg
m

Iu
 E1 = ( r2 + j 2 g )
m  mg

 r  r
 E1 =  2 2 + j 22   Iu ce qui fait apparaitre  R = 22 et 2 = 22
 gm m  m m

Soit en ramenant l’impédance secondaire au stator, cela donne le schéma suivant :

18
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

 R r
2 = 2
= 22
I1 r1 1  m 2
g gm
I10

V1 Rf Lm Iu

Approximation
On suppose la chute de tension dans r1 et 1 très faible

 R r
2 = 2
= 22
I1 r1 1  m 2
g gm
I10
X
V1 Rf Lm Iu

Approximation : r1 négligés

X I1 − I10 = Iu
I1
I10
R
V1 Rf Lm g

Figure 22

La pulsation est  pour tout le schéma.

Remarque : les tensions et courants considérés sont ceux d’un enroulement.

Couplage étoile : tension simple et courant de ligne.

Couplage triangle : tension composée et courant dans un enroulement.

1.6.4. Parallèle entre modèle et bilan de puissances :

La puissance électromagnétique transmise est Pem = 3E1 I u cos  E1 / Iu

19
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Cette puissance part en pertes et en puissance mécanique.

Les pertes sont la puissance électrique perdue au rotor est (pertes joules rotoriques si roto

Iu
r en court circuit) p jr = 3E2 I 2 cos  E2 / I2 = 3  m gE1   cos E2 / I2 = 3gE1 Iu cos E2 / I 2 = g  Pem donc
E2
m
I2

p jr = g  Pem

La puissance mécanique résulte du bilan donc Pmeca = (1 − g )  Pem

Dans le schéma réel pjr


I1 r1 1  I2 g2 r2
Iu = mI2
I10

V1 Rf Lm E1 E2
= m  E1
g

Stator Pfer
Pem PMeca=(1-g)Pem

Rotor
Pulsation g

Dans le schéma simplifié

I1 I1 − I10 = Iu X
I10 p jr = 3RI u2
R
V1 Rf Lm V g
1
(1 − g ) 2
PMéca = (1 − g ) Pem = 3 RI u
g
Pfer Pem Pem = 3
R 2
Iu
Pabs g

Figure 23

1.6.5. Détermination des éléments du modèle simplifié:


1.6.5.1. Essai à vide

En effectuant un essai à vide (g=0), le modèle d’une phase revient à ceci

20
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

X I1 − I10 = Iu
I1
I10 I10
R
V1 Rf Lm → V10 Rf Lm
{g
0

Figure 24

on mesure P10, I10 et le cos0 consommés par le moteur et on en déduit Rf et Lm.

 V12 V12
 10
P = 3  Rf = 3
 Rf P10

 V12 V12
Q
 10 = 3  Lm = 3
 Lm . Q10  

1.6.5.2. Essai en court-circuit :

X I1 − I10 = Iu
I1
I10

V1 Rf Lm R

En effectuant un essai à l’arrêt (g=1 rotor bloqué) dit essai en court-circuit par analogie avec le
transformateur triphasé, sous tension V1 réduite, on mesure P1CC , I1CC , cos1CC

Par un bilan des puissances active et réactive (théorème de Boucherot), on détermine les puissances
active et réactive dissipées dans R et X

P1CC = P10CC + PR et Q1CC = Q10CC + QX


V2 V2
3 1CC 3 1CC
Rf Lm

et comme V1CC est une tension réduite P1CC  PR et Q1CC  QX

et on en déduit :

21
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

 P1CC
 P1CC = 3  R  I1cc  R=
2

 3  I12cc

Q = 3  X  I 2  X=
Q1CC
 1CC 1cc
3  I12cc

1.6.5.3. Essai en charge

X I1 − I10 = Iu
I1
I10
R
V1 Rf Lm g

Grâce à l’essai en charge on peut aussi déterminer R et X .

Par un bilan des puissances active et réactive (théorème de Boucherot), on détermine les puissances
active et réactive dissipées dans R et X mais cette fois on ne peut négliger P10 et Q10 que l’on connait
grâce à l’essai à vide.

P1n = P10 + PR et Q1n = Q10 + QX

et on en déduit :

 R 2 P1n − P10
 P1n = P10 + 3   I1n  R = g
 g 3  I12n

Q = Q + 3  X  I 2  X = Q1n − Q10
 1n 10 1n
3  I12n

On peut aussi déterminer Iµ.

construction de Fresnel.

I1 = I10 + I µ I µ = I1 − I 10

22
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

r
I1


V1
1
r

10 r
I10
r

I Rf
I1 0

I Lm

Figure 25

1.7. Etude du couple électromagnétique


1.7.1. Expression du couple

D’après le modèle équivalent de la Figure 23 en régime permanent :

Schéma simplifié

X I1 − I10 = Iu
I1

I10 p jr = 3RI u2
R
V1 Lm g
(1 − g ) 2
PMéca = (1 − g ) Pem = 3 RI u = Tem 
g
R 2
Pem = 3 I u = Tem  S
Pem g

Figure 26

R 2
3  Iu
R 2 Pem g
Pem = 3  I u  or Pem = Tem  S  Tem = =
g S S

V1
Comme Iu =
2
R
 g  +(X )
2

 

23
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

R V12
En combinant les deux équations Tem = 3 
g   s  R 2
g +X
2

 

R
 3 pV 2
g
Et comme  s = Tem = 1

p  R
2

g +X
2

 

De plus comme PMeca = (1 − g ) Pem = (1 − g )TemS = Tem

1.7.2. Evolution du couple


1.7.2.1. Influence du glissement:

L’évolution du couple en fonction de g donne une courbe représentée sur la Figure 27

- Il apparait la symétrie de la courbe


3 pV12 g
- Le début de la courbe est quasiment rectiligne et d’équation Tem =  car comme g0
 R
R
 X : proche de la fréquence de synchronisme la courbe peut donc être assimilée à une
g
droite
3 pV12 1 R
- Un maximum Tem Max =  existe pour gT max =
 2X X
3 pV12 R
- Le couple de démarrage (g=0) Temd = 
 ( R)
2
+ X2

24
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Tem

instable

g
-1 0 1

stable

instable

génératrice moteur

Figure 27

Tem

n
0 nS 2nS

moteur génératrice

Figure 28

• La machine asynchrone est réversible. Elle peut fonctionner en génératrice couplée au réseau.
• Bilan de puissance pour une génératrice:

25
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Pu=3 UI cos
Pa= T Pem

Pfs Pjs
Pm Pjr=gPtr +

1.7.2.2. Influence de la résistance rotorique:

Voir la variation de vitesse

1.7.2.3. Influence du rapport V/f pour le réglage du couple

V1KfN

V
Si on veut garder  constant ou Tmax constant, il faut travailler à = cte .
f

3 p.V12 3 p.V12
si V1/f=cte Tmax = = = cte
2 '2 . 2 2 '2 .4 2 f 2

A fréquence et tension élevée, le modèle équivalent correspond assez bien, et on peut donc régler
correctement le couple.

A fréquence et tension basse, les résistances et inductance de fuite statoriques ne sont plus
négligeables et l’expression du couple n’est plus valable.

1.8. Bilan énergétique


1.8.1. Schéma traduisant le bilan énergétique en fonctionnement moteur

26
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Réseau Stator Entrefer Rotor Arbre moteur


Charge
(1 − g ) '2
PMec = 3 RI
g Pu = Tu 
R '2
Pemtr = Ptr = 3 I = Tem 
g
= Ptr (1 − g )
= Tem  s
P1 = 3V1 I1 cos 1
pméc

p jR = 3RI '2
PfR  0 = gPtr
V2
PfS  3
Rf
X I
I
3
p jS = 3r1 I12 = 3rJ 2 = RB I 2 I10
2 R
V1 Rf Xm g

Figure 29

1.8.2. Inventaire des puissances


1.8.2.1. Puissance absorbée Pabs:

Pabs = 3 U  I  cos  = 3 V  I  cos  quelque soit le couplage

1.8.2.2. Pertes dans le stator : PjS

Couplage étoile : Couplage triangle :


i1
1 r i1 j12
1 r
i1
i2 j23
2 r 2 r
i1 3 i3 j31
3 r
r
N
N

PjS = 3rI 2 PjS = 3rJ 2 = rI 2

Si on mesure la résistance entre 2 phases Si on mesure la résistance entre 2 phases on


on mesure mesure

2  r  r 2r 2 2
Rb = ( 2  r ) / / r = = = r soit
2  r + r 3 r 3

27
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Rb 3
Rb = 2  r soit r = r= Rb
2 2

Si on exprime Pjs en fonction de Rb on Si on exprime Pjs en fonction de Rb on obtient


obtient
3
PjS = rI 2 = Rb I 2
Rb 2 2
PjS = 3rI 2 = 3 I
2

3
Quelque soit le couplage : PjS = Rb I 2
2

r : résistance du bobinage et R : résistance mesurée entre deux phases du stator couplé.

1.8.2.3. pertes fer pfS:

Elles dépendent de U et f.

1.8.2.4. Puissance transmise au rotor. Ptr Moment du couple électromagnétique.

Ptr = Pa − PjS − PfS

La puissance est transmise au rotor par l'action du champ magnétique tournant dans l'entrefer à la
fréquence S Il lui correspond un couple électromagnétique Tem tel que:

Ptr = Tem  S

1.8.2.5. Puissance mécanique au rotor : PM

Le couple électromagnétique est responsable de la rotation du rotor à la fréquence n.

Pm = Tem  = Tem  2  n = Tem  2  ns (1 − g ) = Ptr (1 − g )  Pm = Ptr (1 − g ) S>  ;

PTr> PM

La différence entre les deux correspond aux pertes rotoriques.

28
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

1.8.2.6. Pertes joules dans le rotor pjR .

Si on néglige les pertes magnétiques dans le rotor (faibles fréquences),

PJr = Ptr − PMec = Tem   S − Tem  


 PJr = Tem (  S −  ) = Tem   S  g
 S −
g=
S Ptr

 PJr = gPtr

1.8.2.7. Puissance utile PU .

Du fait des pertes mécaniques (frottements mécaniques, ventilation du moteur), la puissance


utilisable est :

Pu
Pu = Tu  = Pm − pméca Tu =

1.8.3. Rendement

Pu Pu P − pertes Tu 2 .n
= = = a =
Pa Pu + pertes Pa 3UI cos 

 pertes = P fS + PJS + PJR + Pméca

PM (1 − g ) Ptr
Remarque : Si on néglige les pertes autres que rotoriques  = rotor = = = 1− g
Ptr Ptr

rendement optimum du moteur asynchrone et Pa rotor = Ptr

1.8.4. Détermination des pertes constantes

pcoll = p fS + pmeca

Elles sont déterminées par un essai à vide.

En effet :

Pabs vide = p fS + pmeca + p jS vide

29
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

3
pcoll = p fS + pmeca = Pabs vide − p jS vide = 3  U  I vide  cos vide − Rb I vide
2

Équation 1

1.9. Contrôle de vitesse d’une machine asynchrone:


1.9.1. Démarrage par action sur le rotor: modification du glissement

f (1 − g )
n = ns (1 − g ) =
p

1.9.1.1. Sur un rotor bobiné ou à bagues

En modifiant la résistance rotorique, on agit sur le glissement tout en conservant un couple maximal
constant. Cela implique d’avoir une machine à rotor bobiné

- Le démarrage se fait par insertion en série avec les enroulements du rotor, un rhéostat à plots
triphasé monté en étoile.

- Sur le premier plot, la résistance R2 est telle que le couple est maximum pour g = 1, et ensuite
quand la vitesse augmente on change le plot de façon que le couple varie toujours entre le couple
nominal et le couple maximal.

- Une autre solution électronique, c'est à partir de montage à thyristor : c'est un hacheur rotorique
donnant une "résistance" variable "R2" réglable par thyristor.

30
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Rhro
tor
S
tato
r ²

3~

R
2=R in+
2m Rh
2

T R2n<R23<R22<R21
R21 R22 R23 R2n
T
Max

Tnomi

n(ou)
0 g1 g2 g3 gnn
S

C
P(n, Cn)
P ’(s, 0)

Grande
vitesse P Cr

P’

Puissance absorbée = Puissance utile + pertes


Cn x s Cn x n

Petite
vitesse P Cr

P’

Augmentation des pertes

Inconvénient :
- rendement très faible
- échauffement du moteur

31
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

1.9.1.2. Sur un rotor à double cage d'écureuil ou à encoches profondes

- Ces moteurs sont plus faciles à démarrer que pour le rotor bobiné.

- Le rotor est constitué de deux cages de résistances Ra et Rb (Rb << Ra).

- Au démarrage presque tout le courant passe dans la cage (Ra), la plus proche de l'entrefer. La
résistance du rotor correspond donc à la section de la barre extérieure au moment du démarrage et à
la somme des deux sections lorsque la période de démarrage est achevée. Tout se passe comme si la
résistance du rotor diminuant au cours du démarrage ; donc même effet qu'avec l'utilisation d'un
rhéostat

STATOR

Ra
ROTOR

Rb

Remarque :

On peut aussi remplacer les deux barres par une barre unique s'enfonçant profondément dans le fer.
C'est ce qu'on appelle : le moteur à encoches profondes.

32
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

T
Couple résultant

Couple de la
cage interne

Couple de la
cage externen
0
nS

1.9.1.3. Nombre de pôles variable : moteur Dalhander ou moteur part winding

Le couplage Dahlander permet un rapport de nombre de paires de pôles de 1 : 2.

Commutation des raccordements des moteurs Dahlander : raccordement en série (petite vitesse),
raccordement en parallèle (grande vitesse).

33
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

http://www.netprof.fr/Voir-le-cours-en-video-flash/Electricite/Electrotechnique/Variateur-de-vitesse-
2.-Moteur-Dalhander-et-cablage-avec-API,29,186,2154,1.aspx

1.9.1.4. Conclusion

Utilisable pour le démarrage des moteurs asynchrones car les pertes importantes ne sont que
transitoires

1.9.2. Démarrage par action sur le stator:

* S'applique à tous les types de moteur mais plus particulièrement au moteur à simple cage
d'écureuil.

* Méthode qui consiste à réduire le courant par diminution de la tension d'alimentation.

1.9.2.1. Rhéostat de démarrage du stator:

Méthode peu intéressante, car le couple est affaibli très considérablement (on n'est plus à flux forcé).

- Si on divise le courant par 2, on divise le couple par 4.

- Si on divise le courant par 3, on divise le couple par 9.

S
TAT
OR

R
h

1.9.2.2. Transformateur abaisseur

- Meilleur solution que précédemment, la machine travaillant à flux forcé ; utilisé pour la petite
puissance.

- Pour cette méthode, le couple et le courant sont réduits dans le même rapport.

34
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

- Pour le cas de forte puissance, on utilise un transformateur en V.

S
TAT
O R
1

1.9.2.3. Démarrage Etoile-Triangle

- La machine est utilisée à flux forcé.

- On considère un moteur dont les phases du stator sont couplées successivement en étoile puis en
1
triangle, à glissement égal, chaque phase sera parcourue par un courant 3 fois moins élevé lors du

couplage en étoile que lors du couplage en triangle.

U
U 3

35
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

• Donc, lorsque le moteur a atteint la vitesse convenable, on revient au couplage en triangle. La


figure suivante montre une réalisation de ce dispositif :

- couplage étoile : les contacts A, B et C à .

- couplage triangle : les contacts A, B et C à .

On sait que le couple est proportionnel au carré du courant et donc, il est trois fois plus petit
dans un cas que dans l'autre.

T
TRIANGLE

ETOILE

n
0
nS

1 1 1
2 2 2
A B C

1.9.2.4. Démarrage par gradateur alternatif

Les thyristors sont montés en tête-bêche ou à triacs, il permet de faire varier "V1" efficace à
fréquence constante : ne convient qu'a des charges mécaniquement de types Tr = K0 2.

36
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)
STATOR

i (t)
3

v (t)

Neutre

v(t)

i (t)
t
0

1.9.3. Freinage de la vitesse d’une machine asynchrone


1.9.3.1. Freinage par injection de continu dans le rotor

En coupant l'alimentation du stator : peu intéressant sauf pour le blocage des machines-outils : frein
magnétique.

1.9.3.2. Freinage à contre-courant :

On inverse deux phases, le champ tournant est inversé, donc, il y a un freinage hyper synchrone, le
moteur ralenti. Si on n’arrête pas le moteur, alors il repart dans l'autre sens.

1.9.3.3. Freinage avec rhéostat rotorique :

La même méthode qui est utilisée pour le démarrage est utilisée pour le freinage mais, dans le sens
inverse.

Pour : f = 100 Hz, alors le couple s'annule tous les 10 ms.

37
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

1.1) Contrôle de vitesse d’une machine asynchrone:

Pour faire varier n de manière significative, il faut faire varier ns et donc f. V=KNfmax

max=V/KNf=K’.V/f

T dépend du champ magnétique donc du flux. Pour garder le même T quand f varie , il faut garder le
même flux et donc travailler à V/f = cte. Ceci est réalisé en utilisant un onduleur autonome.

Tem

^
Tem
M2 M1

Tn A B2 B1

C2 C1
n
0 nM1 ns2 nM2 ns1

Caractéristique couple vitesse

A ce moment-là, n=ns-n = cte, les caractéristiques se déplacent parallèlement à elles-mêmes. On


peut avoir variation de vitesse sur une large plage.

Ceci correspond à une alimentation sous fréquence et tension variable.

38
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Travaux Dirigés : Machines Asynchrones

Exercice 1 :
Un moteur asynchrone triphasé héxapolaire est alimenté par un réseau triphasé 230V / 400V ; 50 Hz.
La résistance R mesurée entre deux bornes du stator est R = 0,8. En fonctionnement nominal, le
glissement g = 6%, la puissance absorbée PA par la méthode des2 wattmètres est P1 = 8700 W et
P2 = 3600 W. Les pertes collectives PC = Pfs + PM = 1100 W et Pfs = PM.
1- Déterminer la puissance active Pa.
2- Déterminer la puissance réactive Qa.
3- Calculer la valeur de l'intensité I lors du fonctionnement nominal et le facteur de puissance cosφ.
4- En déduire les pertes par effet Joule au statorPJS.
5- Déterminer la vitesse de rotation du rotor.
6- Déterminer les pertes par effet Joule dans le rotor.
7- En déduire la puissance utile Pu de ce moteur ainsi que le couple utile Cu .
Ce moteur entraîne une charge mécanique dont sa caractéristique C (n) peut-être assimilée à une
droite passante par les points (960 tr/min ; 60 N.m) et (1000 tr/min ; 40 N.m).
8- Déterminer les coordonnées du point de fonctionnement.

Exercice 2 :
Un moteur triphasé tétrapolaire à cage d’écureuil ossèdep les caractéristiques suivantes :
230 V / 400 V 50 Hz.
La résistance d'un enroulement statorique, mesuréeà chaud, est R = 0,70 W.
Ce moteur est alimenté par un réseau 400 V entre phases.
1) Déterminer :
- le couplage du moteur
- la vitesse de synchronisme
2) A vide, le moteur tourne à une vitesse proche de la vitesse de synchronisme, absorbe un courant
de 5,35 A et une puissance de 845 W.
Déterminer :
- les pertes Joule statoriques à vide.
- les pertes fer statoriques sachant que les pertes mécaniques s’élèvent à 500 W.
3) A la charge nominale, le courant statorique est de 16,5 A, le facteur de puissance de 0,83 et la
vitesse de rotation de 1400 tr/min.

39
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Calculer :
- les pertes Joule statoriques
en charge
- la puissance absorbée
- la puissance transmise au rotor (les pertes fer statoriques sont sensiblement les mêmes
qu’à vide) - le glissement
- les pertes Joule rotoriques en charge
- la puissance utile en bout d'arbre (les pertes mécaniques sont sensiblement les mêmes
qu’à vide) - le moment du couple utile
- le rendement.

Exercice 3 :
Un moteur asynchrone à cage est alimenté par un réseau triphasé de fréquence 50 Hz, de tension
entre phases égales à 380 V.
Il a été soumis aux essais suivants :
A vide :
Puissance absorbée : PV = 360 W
Intensité du courant de ligne : IV = 3,6 A
Fréquence de rotation : nV = 2 995 tr/min.
En charge :
Puissance absorbée : P = 4 560 W
Intensité du courant de ligne : I = 8,1 A
Fréquence de rotation : n = 2 880 tr/min
Les enroulements du stator sont couplés en étoile la; résistance de chacun d’eux vaut 0,75 W.
Les pertes fer sont évaluées à 130 W.
1) Quelle est la vitesse de synchronisme ? En déduire le glissement en charge.
2) Pour le fonctionnement à vide :
Calculer les pertes Joule au stator.
Justifier que les pertes Joule au rotor sont négligeables.
En déduire les pertes mécaniques.
Calculer pour le fonctionnement en charge : - les pertes Joule au stator et au rotor
- la puissance utile et le moment du couple utile Cu - le rendement du moteur
3) Le moteur entraîne maintenant une pompe dont le moment du couple résistant Tr est
proportionnel à la fréquence de rotation et vaut 18 Nm à 3 000 tr/min.

40
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Dans sa partie utile, la caractéristique mécanique Cu(n) du moteur peut être assimilée à
une droite. Déterminer la vitesse de rotation du groupe moteur-pompe.

Exercice 4 :
Un moteur asynchrone triphasé tétrapolaire 220 V /380 V à cage est alimenté par un réseau 220 V
entre phases, 50 Hz.
Un essai à vide à une fréquence de rotation très proche du synchronisme a donné pour la puissance
absorbée et le facteur de puissance : Pv = 500 W et cos jv = 0,157.
Un essai en charge a donné:
- intensité du courant absorbé : I = 12,2 A
- glissement : g = 6 %
- puissance absorbée : Pa = 3340 W.
1) Quelle est, des deux tensions indiquées sur la plaque signalétique, celle que peut supporter un
enroulement du stator ?
- En déduire le couplage du stator sur le réseau 220 V.
2- Pour le fonctionnement à vide, calculer :
- la fréquence de rotation nv supposée égale à la fréquence
de synchronisme - l'intensité du courant en ligne vI
- la valeur des pertes Joule dans le stator PJs v
- la valeur des pertes dans le fer du stator Pfs, supposées égales aux pertes mécaniques PM
3- Pour le fonctionnement en charge, calculer : - la fréquence de rotation (en tr/min)
- la puissance transmise au rotor Ptr et le moment du couple électromagnétique Cem
- la puissance utile Pu et le rendement h
- le moment du couple utile Cu
4) Le moteur entraîne une machine dont le moment du couple résistant (en Nm) est donné en
fonction dela fréquence de rotation n (en tr/min) par la relation:
Cr = 8×10-6 n²
La partie utile de la caractéristique mécanique dumoteur est assimilée à une droite.
Déterminer la relation entre Cu et n (on prendra Cu = 17,5 Nm pour n = 1410 tr/min).
En déduire la fréquence de rotation du groupe.
Calculer la puissance utile du moteur.

41
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Exercice 5 :
Le rendement d’un moteur est par définition : η=Pu/Pa
1- A partir du bilan de puissance du moteur, montrer que le
rendement peut être exprimé comme suit :
η = ((1-g).(Pa-Pjs-Pfs)-PM)/Pa
2- Un moteur possédant deux paires de pôles est alimenté par un réseau de fréquence 50 Hz.
Au fonctionnement nominal, on mesure :
Vitesse de rotation : 1425 tr/min
Puissance absorbée : 1,9 kW
Pertes fer : 90 W
Pertes mécaniques : 60 W
Courant absorbé : 3,4 A
- Calculer le glissement g.
- Calculer les pertes Joule au stator sachant que la résistance d’un enroulement statorique est
de 5,5 W et que le couplage est en étoile.
- En déduire le rendement nominal.
3- Montrer que le rendement d’un moteur asynchrone est toujours inférieur à (1 - g).

Exercice 6 :
Un moteur asynchrone à rotor bobiné et à bagues est alimenté par un réseau triphasé 50Hz,
220V/380V. L couplage de l'enroulement stator est en triangle, celui du rotor est en étoile. En
mesurant à chaud la résistance entre 2 bornes on trouve au stator R = 0,267 et au rotor
R= 0,1.
Un essai à vide a étés effectué sur cette machine. Le moteur tourne pratiquement à la vitesse
de synchronisme (n s = 1500 tr/min).
La méthode des 2 wattmètres indique:
P1 = 2200 W P2 = - 700 W I0 (courant de ligne) = 20 A.
Un essai en charge est effectué à l'aide d'une charge mécanique, les courants absorbés étant
alors équilibrés.
On a les résultats suivants:

n' = 1450 tr/min P1 = 14481 W P2 = 5519 W I = 38,5 A. 3/4


Sachant que les pertes mécaniques sont constantes et égales à 700 W:

42
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

1) Calculer les pertes Joule au stator lors de cet essai à vide de 2 façons différentes. En
déduire les pertes fer au stator Pfs (que l'on supposera constante dans la suite du
problème).
2) Calculer les puissances active et réactive totales absorbées par le moteur. En déduire le
facteur ed puissance lorsqu'on charge le moteur.
3) Calculer la fréquence des courants rotoriques. Que peut-on dire sur les pertes fer
au rotor (Pfr)
4) Faire un bilan de puissance et calculer les pertes Joule au stator et la puissance
transmise. En déduire les pertes Joule rotor Pjr. Calculer la valeur efficace des courants
rotoriques de 2 façons différentes.
5) Calculer la puissance utile Pu et le rendement du moteur lors de cet essai.
6) Calculer le couple utile Cu et le couple électromagnétique Cem.

Exercice 7 :
On s’intéresse à un moteur asynchrone triphasé dontles indications de la plaque
signalétique sont reportées dans le tableau suivant :
Fréquence : 50 Hz Tensions : 230/400 V Intensité nominale :In = 2 A

Cosφn = 0,8 Vitesse : Nn = 1450 tr/min Nombre de pôles : 4

1) Que vaut la vitesse de rotation de synchronisme : Ns (tr/min) ?


2) Calculer alors la valeur du glissement nominal : gn.

3) Représenter un schéma équivalent monophasé de lamachine. On précisera la signification


des divers éléments introduits, sachant que la résistance parphase au stator vaut R = 30 m.
4) Un essai à vide sous tension nominale donne les valeurs suivantes : P0 = 130 W, I0 =
0,8 A. On supposera que les pertes mécaniques et les pertes fer sont devaleurs
équivalentes. Calculer alors le détail deces pertes. En déduire la valeur des deux des
éléments introduits dans le schéma.
5) Calculer la puissance consommée par le moteur aurégime nominal :Pn.
6) Calculer la valeur de la puissance perdue par effet Joule au stator : Pjs (on fera
l’hypothèse que le courant qui la traverse est sensiblement égal à In.

43
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

7) En déduire la valeur de la puissance reçue par le rotor Pr . Calculer alors la puissance


perdue par effet Joule au rotor : Pjr . En déduire la valeur de la puissance utile fournie par
la machine : Pu.
8) Représenter l’ensemble des puissances avec leurs valeurs sur un graphe d’écoulement des
puissances.
9) Calculer la valeur du rendement nominal de la machine. Quel élément pourrait être négligé
dans ce schéma équivalent ?
10) Déterminer également la valeur de la puissance réactive nominale consommée par la
machine.
11) Sachant que I’ 2 = 1.56 A, calculer alors la valeur de tous les éléments indéterminés du
schéma équivalent.
12) Calculer pour finir la valeur du rendement correspondant à une puissance utile valant
le quart de celle correspondant au régime nominal et une vitesse de 1475 tr/min.

44
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Correction de TDs: Machines Asynchrones

Exercice 1

45
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Exercice 2

46
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Exercice 3

47
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

48
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Exercice 4

49
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

50
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Exercice 5

51
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Exercice 6

-Pertes Joules et pertes fer au stato r Pertes Joule au stator à vide ( Pjs0)
Quelque soit le couplage les pertes Joule au stator sont données par :

Pjs0 = ( 3/2 )RsI02 = 160,2 W

Elles peuvent aussi être calculées à partir du courant dans les enroulements du stator. Ce
dernier étant couplé en triangle les spires sont parcourues p ar un courant de valeur efficace

et la résistance par phase est de

R' = ( 3/2 )R = 0,4W

Les pertes Joule dans ces enroulements sont alors

Pjs0 = 3R'J02 = 160,1 W

Pertes fer ( Pfs )

A vide, la puissance utile (Pu) est nulle. Les pertes Joule au rotor (Pjr) sont proportionnelles au
glissement. Celui ci étant peu différent de zéro à vide les pertes Joule au rotor sont
négligeable. La puissance absorbée par le moteur se décompose alors en

P0 = Pm + Pfs + Pjs0

où Pm représente les pertes mécanique

Par ailleurs, la méthode des deux wattmètres nous donne :

P0=P1+P2=1500W

d'où Pfs = P0 - Pjs0 - Pm = 639,8 W

2) Puissances active et réactive -facteur de puissance

Toujours en exploitant les résultats donnés par laméthode des deux wattmètre

P = P1 + P2 = 20 kW

et le facteur de puissance

cos f = P / S = 0,79

52
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

4) Fréquence au rotor, pertes fer

au roto Le glissement en charge

est de

g = ( N - N' ) / N = 0,033

La fréquence des courants au rotor est don

fr = gfs = 1,66 Hz

Les pertes fer sont une fonction croissante de la tension et de la fréquence. Pour un moteur
asynchrone, les enroulements du rotor sont en court circuit et, comme nous venons de le
calculer, la fréquence est très faible. Les pertes fer au rotor seront par conséquent
négligeables.

Bilan de puissance en charge


La puissance utile est:

Pu = P - Pjs - P fs - Pjr + Pm = ( 1 - g ) ( Pabs - Pjs - Pfs ) = ( 1 - g )Ptr - Pm

Pu: puissance utile


Pjr: pertes Joule au rotor en charge
Pjs: pertes Joule au stator en charge
Ptr: puissance transmise

Connaissant le courant absorbé en c harge, on obtient lespertes Joule au stator en charge

Pjs = ( 3/2 )RsI2 = 593,6 W

Les pertes fer au stator étant constantes, la puissance transmise est

Ptr = P - Pjs - Pfs = 18,766 kW

On en déduit les pertes Joule au rot o

Pjr = gPtr = 619,3 W

Le couplage des enroulements rotor étant en étoile on peut écrire :

Pjr = 3RJ2 ou Pjr = ( 3/2 )RrJ2

où J désigne la valeur efficace du courant au rotor et R la résistance mesurée sur une


phase. Pour un couplage étoile on a R = 2.Rr

d'où

53
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

- Puissance utile et rendement en

charge la puissance utile

Pu = ( 1 - g ) Ptr - Pm = 17,441 kW

54
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

et le rendement

h = Pu / P = 0,91

la puissance utile

4) Couples utile et électromagnétique

Connaissant les puissances utile et transmise on en déduit les couples correspondant :

Couple utile

Tu = Pu / 2pN' = 114,9 Nm

Couple électromagnétique

T = Ptr / 2pN = 119,5 Nm

55
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones Dr. Souhir Tounsi
1 Génie Informatique Industrielle (1 G II)

Exercice 7

56
Dr. Souhir TOUNSI Machines Asynchrones 1ièreAnnée Génie Informatique Industrielle (1 G II)

1
Cours : Machines Electriques et Variation de Vitesse : Chapitre II : Machines Asynchrones

Vous aimerez peut-être aussi