Vous êtes sur la page 1sur 99

Le guide de la

chaudière

Vos questions sont entre de bonnes mains


Le guide de la
chaudière
Vos questions sont entre de bonnes mains

Ma maison Mon argent Ma famille Ma santé

Mes droits Ma carrière Mon véhicule Mon entreprise

Plus de 5 000 documents à télécharger gratuitement


eBooks PDF, modèles de lettres, modèles de contrats, études,
rapports, fiches pratiques…

www.ooreka.fr
Dans la même collection

Le guide des Le guide du Le guide de la


radiateurs chauffe-eau plomberie

Le quide de la Le guide de la Le guide du


pompe à chaleur VMC luminaire

© Fine Media, 2010


ISBN : 978-2-36212-010-7
Ooreka.fr est une marque de Fine Media, filiale de Solocal Group.
204, rond-point du Pont de Sèvres - 92649 Boulogne-Billancourt cedex
Vous pouvez partager ce fichier avec vos proches uniquement dans le cadre du droit à
la copie privée. Vous n’avez le droit ni de le diffuser en nombre ou sur Internet, ni d’en
faire des utilisations commerciales, ni de le modifier, ni d’en utiliser des extraits. Mais
vous pouvez communiquer l’adresse officielle pour le télécharger :
http://chaudiere.ooreka.fr/ebibliotheque/liste
Pour toute question : www.ooreka.fr/contact
Table des matières

L’essentiel en un coup d’œil 8


Bien choisir sa chaudière 8
Les alternatives 9
Faire des économies d’énergie 9
L’eau chaude sanitaire 10
La sécurité 11
La puissance 11
Crédit d’impôt et prix 11
Trouver son installateur 12

La chaudière à bois ou à granulé 13


Le fonctionnement 13
Les avantages 13
Les inconvénients 15
Un chauffage écologique 16
Choisir son bois 16

La chaudière à gaz 20
Le fonctionnement 20
La chaudière au gaz naturel ou « gaz de ville » 21
Le chauffage au gaz propane ou « GPL » 22

La chaudière au fioul 24
Le fonctionnement 24
Les avantages 24
Les inconvénients 24

5
Les alternatives :
électricité, pompe à chaleur, solaire 27
Le chauffage électrique 27
La pompe à chaleur 30
Le solaire 34
Vous construisez 39
Vous rénovez un chauffage à chaudière déjà existant 40

Économies d’énergie : chaudière à condensation et


basse température 42
Les bons gestes 42
Le remplacement de sa chaudière 45
Convertir sa chaudière au fioul en chaudière au bois ou
à gaz 47
La chaudière à condensation 47
La chaudière basse température 51

L’eau chaude sanitaire 53


Les chaudières mixtes 53
Le chauffe-eau indépendant 55
Le chauffe-eau solaire 56

La sécurité 62
L’évacuation des gaz de votre chaudière 62
L’entretien 64

Quelle puissance pour votre chaudière ? 70


Bien estimer la puissance de votre chaudière 70
Calcul de la puissance 72

6
Prix et financement 76
Les prix 76
Les aides financières supplémentaires 81
L’éco-prêt 81

Comment trouver un spécialiste ? 84


Les types de chauffagistes 84
Les prix 86

Lexique 87

Les professionnels et experts cités dans cet ouvrage 94

7
L’essentiel en un coup d’œil

Bien choisir sa chaudière


La chaudière est le moteur de votre chauffage central. Chaudière
au gaz, au fioul, à bois, ou au GPL, il y en a pour tous les goûts
et toutes les bourses. Selon votre situation géographique et vos
objectifs, il vous faudra choisir entre quatre types de chaudière :

• La chaudière à bois est en très fort développement, car


économique, écologique et automatique (granulés). Elle
nécessite néanmoins l’installation d’un espace de stockage
pour le bois. En 2010, elle bénéficie d’un crédit d’impôt
de 25 % pour une nouvelle installation et de 40 % pour
le remplacement d’une chaudière à bois existante, dont la
preuve de la destruction devra être faite.

• La chaudière à gaz est idéale si vous êtes raccordé au réseau


de gaz de ville. Elle offre d’excellentes performances et
l’investissement initial est abordable. À l’utilisation, elle est
moins chère que le fioul ou l’électricité, même si le prix du
gaz augmente.

• La chaudière au gaz propane GPL tombe en désuétude. En


effet, elle est peu pratique puisqu’elle nécessite une citerne,
et chère du fait de la flambée du prix du propane. En outre,
elle est peu écologique. Il est donc préférable d’opter pour
une chaudière à bois !

8
L’essentiel en un coup d’œil

• La chaudière au fioul est très efficace, mais également


peu pratique puisqu’elle nécessite une cuve. En outre, elle
est chère de par le prix du fioul et peu écologique. Elle
est toutefois en fort développement, avec les nouvelles
chaudières à condensation plus économiques, et éligible au
crédit d’impôt pour les nouveaux modèles.

Les alternatives
Pour chauffer votre intérieur ou votre eau, d’autres alternatives
existent. Le chauffage électrique est une solution pratique si
votre logement n’est pas relié au réseau gazier. La pompe à
chaleur est, elle, très en vogue car plus écologique et moins
chère à la consommation. Enfin, le solaire est la solution éco-
logique par excellence mais nécessite un dispositif d’appoint.

Rénovation ou construction, les recommandations varient en


fonction de votre projet.

Faire des économies d’énergie


Acheter ou changer de chaudière est une chose. Alléger sa
facture de chauffage en est une autre. Ce guide vous livre
quelques idées pour faire des économies d’énergie.
• La chaudière à haut rendement : la bonne alternative ! La
plupart des chaudières actuelles sont des chaudières à haut
rendement. Elles permettent d’économiser 20 % d’énergie
par rapport à une chaudière ancienne (20 ans et plus).

9
L’essentiel en un coup d’œil

• La chaudière à condensation : la vapeur d’eau présente dans


les gaz de combustion est récupérée et non évacuée dans
les conduits de fumée. Ce système permet des économies
de 20 à 30 %.
• La chaudière basse température : elle fonctionne avec une
eau de 40 à 60°C, au lieu des 90°C habituels. Son utilisation
n’est optimale qu’avec des radiateurs basse température ou
des planchers chauffants.
• Convertir sa chaudière au fioul : une solution hybride. En
changeant le brûleur, votre chaudière au fioul peut devenir
une chaudière à bois ou au gaz. Mais attention ! Cette
alternative ne fait pas l’unanimité chez les spécialistes.

L’eau chaude sanitaire


La chaudière mixte ou « à double service » fonctionne pour le
chauffage et l’eau chaude sanitaire. On distingue :
• La chaudière mixte instantanée chauffe directement,
instantanément et sur demande l’eau dont vous avez besoin.
• La chaudière mixte à accumulation utilise un ballon comme
réservoir d’eau chaude.
• La chaudière mixte à semi-accumulation est une solution
intermédiaire entre l’instantanée et l’accumulation.
D’autres dispositifs permettent de produire de l’eau chaude
indépendamment de votre chaudière. Ces chauffe-eau
indépendants peuvent être électriques, à gaz ou encore solaires.

10
L’essentiel en un coup d’œil

La sécurité
La sécurité de votre installation dépend de deux critères
importants :
• La bonne évacuation des gaz de votre chaudière est
primordiale pour éviter tout risque d’intoxication au
monoxyde de carbone.
• L’entretien de votre dispositif de chauffage permet également
de préserver la qualité de l’air en réduisant les rejets de
CO2, préserve votre matériel et lui assure une durée de vie
optimale.

La puissance
La puissance d’une chaudière mesure la capacité et la rapidité
de la chaudière à alimenter le circuit en eau chaude. Bien
estimer la puissance de votre chaudière est crucial pour le bon
fonctionnement de votre installation. Pour vous aider dans
votre choix, nous vous proposons deux méthodes simples de
calcul.

Crédit d’impôt et prix


L’installation d’une chaudière est un véritable investissement.
Au delà des prix, donnés à titre indicatif, nous vous présentons
tout ce qu’il faut savoir sur les différentes aides au financement,
comme le crédit d’impôt ou encore l’éco-prêt.

11
L’essentiel en un coup d’œil

Trouver son installateur


Artisans indépendants ou grands réseaux, les professionnels
vous garantissent une installation dans les normes et un suivi
pour l’entretien de votre chaudière.
Multimarques, ils vendent, installent et entretiennent toutes les
marques de chaudières. Petit tour d’horizon des différents spé-
cialistes et de leur tarif...

12
La chaudière à bois ou à
granulé

Le bois est économique, écologique et très efficace. Cette


solution fait son grand retour sur le devant de la scène. C’est
pourquoi nous la présentons en premier.

Le fonctionnement
Le bois brûlé dans la chaudière sert à chauffer de l’eau chaude
qui circule ensuite dans toute la maison et alimente les radiateurs
ou le plancher chauffant. Il existe quatre sortes de bois de
chauffage et donc quatre types de chaudières adaptées :
• la bûche classique ;
• les bûchettes reconstituées ;
• les plaquettes ;
• les granulés.
Les avantages
L’investissement initial est identique au gaz, grâce au crédit
d’impôt. En effet, le prix d’une chaudière à bois est deux ou
trois fois plus élevé que les chaudières à gaz. Ce surcoût est
néanmoins compensé par le crédit d’impôt qui peut vous faire
bénéficier d’une économie allant jusqu’à 40 % de la valeur de
la chaudière.

13
La chaudière à bois ou à granulé

Le bois est aussi le combustible le moins cher, ce qui rend


l’usage d’une chaudière à bois plus économique que celui
d’une chaudière à gaz ou au fioul. Son prix est d’autant
plus intéressant si vous habitez en région forestière, en ce
qui concerne le bois bûche ou déchiqueté. Si ce n’est pas le
cas, le granulé de bois est une solution intéressante, au prix
stable. Il est disponible sur tout le territoire en qualité certifiée
NF ou DIN Plus. De plus, le bois est une solution pratique.
En effet, le granulé de bois et le bois déchiqueté apportent
un fonctionnement 100 % automatique. Le granulé de bois
permet également un stockage très compact. Une chaudière à
bois apporte ainsi une autonomie d’un an environ, et vous ne
dépendez pas du réseau du gaz.

Crédit d’impôt pour chauffage au bois


J’habite dans une ancienne ferme rénovée en 1985 et
chauffée avec une chaudière à bois bûche. Je voudrais
changer l’installation en 2010 pour une nouvelle chaudière
du même type. Est-ce que je pourrai bénéficier du crédit
d’impôt de 40 %, sachant que la loi a changé en décembre
2009 ?
par Ih38

Réponse de entreprise PUIG


La modification de décembre 2009 est très claire. Le
crédit d’impôt de 40 % sur le matériel TTC n’est accordé
qu’en remplacement d’une vieille chaudière à bois.

14
La chaudière à bois ou à granulé

Le matériel choisi doit également être référencé et


éligible et l’installation doit être réalisée par un pro-
fessionnel certifié (Qualibois, garantie décennale en
thermique bois...). Enfin, votre facture doit mention-
ner tous ces éléments (agréments, référence exacte de
l’ancienne chaudière...) au risque d’être rejetée. En cas
de contrôle, vous devrez prouver l’existence de votre
ancienne chaudière bois, donc ne jetez pas les docu-
ments et prenez des photos avant et après.

Les inconvénients
Une chaudière à bois est plus coûteuse à l’achat qu’une chaudière
à gaz. De plus, ce système nécessite un approvisionnement
régulier, un stockage dans un environnement sec et l’installation
d’un silo pour les chaudières à granulés.

Chaudière à bois et production d’eau chaude


Je souhaiterai savoir s’il existe des chaudières à bois qui
font double emploi, chauffage et production d’eau chaude
sanitaire.
par Lip

Réponse de Dom&Lux
Effectivement, certaines marques de chaudières le pro-
posent. En revanche, il faut prévoir systématiquement
un appoint électrique pour le maintien à température

15
La chaudière à bois ou à granulé

de l’eau chaude sanitaire durant les périodes où votre


chaudière est arrêtée. La plupart du temps, il s’agit
d’un ballon attenant à la chaudière avec un échangeur
à l’intérieur.

Un chauffage écologique
Lorsqu’il brûle, le bois libère du CO2, un gaz polluant responsable
de l’effet de serre. Toutefois, un arbre a aussi pour propriété de
capter naturellement du CO2 dans l’air.
Au final, on peut considérer qu’un arbre, entre le moment où
il est planté et le moment où il est brûlé, capte plus de CO2
qu’il n’en dégage lors de sa combustion. Il s’agit donc d’un
chauffage propre !
Quant à la question : en brûlant du bois, contribue-t-on à
abattre des arbres qui ne le seraient pas si l’on ne les brûlait
pas ?
La réponse dépend des pays. En France, on plante plus d’arbres
que l’on en coupe. Les règles en matière d’exploitation forestière
sont strictes et appliquées. En revanche, dans certains autres
pays, on assiste au contraire à une déforestation. Dans ce cas,
se chauffer au bois n’est donc pas écologique.

Choisir son bois


Vous pouvez vous procurer du bois sous 3 formes. Bûches,
plaquettes ou granulés, chacune exigera une chaudière adaptée.

16
La chaudière à bois ou à granulé

Prenez un bois sec !


Afin d’optimiser l’utilisation de votre cheminée ou de votre
poêle à bois, nous vous conseillons l’achat d’un bois bien
sec, c’est-à-dire ayant été coupé il y a minimum 2 ans.
Il évite l’encrassement de votre conduit, chauffe mieux et
pollue moins.
par Woody Flam Center

Les bûches
Les bûches traditionnelles sont issues d’arbres débités en
morceaux de 33 ou 50 cm. Il faut compter environ 200 € la
tonne, livrée en corde ou en stère.
Les bûchettes ou bûches canadiennes ou briquettes sont
composées de bois reconstitué au même format que les bûches
classiques. Leur taux d’humidité est seulement de 8 à 10 %, ce
qui en fait un excellent combustible à fort pouvoir calorifique.
Leur prix se situe entre 280 et 350 € TTC la tonne.

Les plaquettes
Les plaquettes se présentent sous forme de copeaux, il s’agit
de bois déchiqueté. Elles s’utilisent dans des chaudières à
alimentation automatique : la chaudière est directement reliée
au silo, pas besoin de remettre des bûches tous les 2 ou 3 jours.
Comptez environ 100 € la tonne.

17
La chaudière à bois ou à granulé

Les granulés ou pellets


Il s’agit également de bois aggloméré, compressé et reconstitué
à partir de sciures. Les granulés permettent un fonctionnement
automatique des chaudières et des poêles.
Extrêmement denses, ils permettent également des stockages
très compacts. Ils disposent d’un pouvoir calorifique haut et
constant. En effet, 1 tonne de granulés équivaut à 500 litres
de fioul. Leur taux d’humidité est constant et inférieur à 10 %
et leur taux de cendre est très bas. Les granulés de bois sont
certifiés en NF ou DIN Plus.
Les petits granulés (2 cm de long) s’achètent en sac et sont plus
facilement transportables et manipulables que les bûchettes.
Ils peuvent être également livrés « en vrac » par un camion-
citerne. Il faut compter entre 180 et 230 € la tonne en vrac et
entre 250 et 300 € la tonne en sac.
Les granulés ou pellets s’utilisent dans des chaudières à alimen-
tation automatique c’est-à-dire une chaudière directement
reliée à un silo de stockage spécialement conçu pour les granu-
lés, qui assure une autonomie de 1 an.

Quelques précautions
Quelle que soit la forme du bois, le paramètre clé reste le taux
d’humidité du bois. La logique est identique à celle d’un feu
de bois : il prend mieux avec du bois sec ! Un bois humide
encrassera le matériel et polluera davantage.

18
La chaudière à bois ou à granulé

Vous pouvez demander à votre fournisseur de bois qu’il mesure


devant vous ce taux d’humidité. Un taux satisfaisant devra être
inférieur à 20 %. Assurez-vous également que le bois que vous
achetez est certifié « NF bois de chauffage ».
Enfin, conservez le bois dans un endroit sec et bien aéré.

Attention aux arnaques : un bois humide pèse plus lourd, bon à savoir si
vous achetez au poids...

Conseil d’achat
Ne tardez pas pour acheter votre bois de chauffage, il
vous coûtera moins cher au printemps qu’à l’approche
de l’hiver !
Par Nono19

19
La chaudière à gaz

Le fonctionnement
Le chauffage au gaz est un système à combustion : le gaz est
brûlé dans une chaudière, avec un corps de chauffe.
L’eau chaude est ensuite diffusée dans l’habitation via des
tuyaux, des radiateurs ou un chauffage au sol via une pompe
à eau.
On distingue :

• Le gaz naturel, aussi connu sous le nom de gaz de ville est le


gaz acheminé par un réseau gazier. Il suffit alors d’ouvrir le
robinet pour alimenter la chaudière.

• Le gaz propane, parfois appelé GPL, est un gaz liquéfié


qui doit être stocké dans une cuve qu’il faut souvent
réapprovisionner par camion.

De préférence, optez pour une chaudière à condensation,


plus écologique et économique à l’utilisation, et qui vous fera
bénéficier d’un crédit d’impôt de 15 % pour un achat réalisé en
2010 (25 % pour les achats effectués en 2009).

Attention : le chauffage au gaz est parfois à l’origine d’acci-


dents domestiques (intoxication, explosion).

Il est donc important d’entretenir régulièrement sa chaudière et


de la remplacer quand elle devient trop vieille.

20
La chaudière à gaz

La chaudière au gaz naturel ou


« gaz de ville »
Le chauffage au gaz naturel est une excellente solution si votre
habitation est reliée au réseau gazier.

Les avantages
Son installation est simple, tout comme son utilisation, puisque
la chaudière est raccordée au système gazier. De plus, son prix
d’achat est abordable et le gaz reste moins cher que le fioul ou
l’électricité à l’utilisation, bien qu’il subisse lui aussi la hausse du
prix des matières premières. En général, comptez entre 70 et
100 € par mois, abonnement compris.
La chaudière à gaz naturel offre d’excellentes performances
pour une pollution moindre que le fioul, dans le cas d’une
chaudière au fioul ancienne, sans système à combustion. Elle
a donc une réputation de « chauffage propre » malgré ses
émissions de CO2.
Son prix est également attractif, comptez entre 1 500 et 6 000 €
environ pour l’achat de la chaudière.

Les inconvénients
Malgré ses bonnes performances par rapport à une chaudière
au fioul, la chaudière au gaz de ville n’est pas réellement
écologique. De plus, le raccordement au réseau gazier n’est
pas toujours possible en dehors du milieu urbain.

21
La chaudière à gaz

Mon eau n’est pas assez chaude


J’ai une chaudière à gaz de ville à production instantanée
et l’eau n’est pas assez chaude à la douche alors que le
chauffage fonctionne très bien. Comment faire pour avoir
de l’eau plus chaude ?
par Grandidoo

Réponse de Énergies Diagnostic Solutions


Avec une production instantanée de l’eau chaude
sanitaire, il faut absolument que le corps de chauffe ne
soit pas entartré pour avoir une bonne performance.
Si le réglage de la température d’eau chaude est déjà
au maximum, faites appel à un chauffagiste pour le
détartrage.

Le chauffage au gaz propane ou « GPL »


Comme le fioul, le gaz propane tombe en désuétude. En effet,
il subit de plein fouet la flambée des cours du pétrole et n’est
pas considéré comme un combustible propre.

Les avantages
Contrairement à une chaudière au gaz de ville, ce système peut
convenir aux habitations isolées, qui ne peuvent être raccordées
au réseau gazier et qui doivent garantir leur autonomie en
matière de chauffage.

22
La chaudière à gaz

Les inconvénients
Ce système de chauffage n’est pas écologique et nécessite
l’installation d’une cuve enterrée ou à l’air libre dans le jardin.
Un réapprovisionnement régulier est également nécessaire.
De plus, l’achat, l’entretien et les factures mensuelles sont plus
coûteux avec une chaudière à gaz propane. Comptez environ
2 000 à 7 000 € d’investissement initial, 130 à 140 € de facture
mensuelle et entre 200 et 250 € d’entretien de la cuve tous les
ans.

Du bruit dans la tuyauterie


Ma maison est équipée d’une vieille chaudière à gaz, or
dans toutes les pièces, on entend un bruit d’eau qui coule
dans les tuyaux, comme une fontaine. C’est très pénible
mais je ne sais pas quoi faire ?
par Isaofm13

Réponse de Actsun
Le bruit vient probablement de la présence d’air dans
le circuit de chauffage. Pour l’éliminer, fermez tous les
radiateurs et si vous en avez la possibilité, commencez
par purger la chaudière puis chaque radiateur, en
débutant par le plus éloigné du réseau. N’oubliez pas
d’ouvrir les robinets des radiateurs, au moment de les
purger.

23
La chaudière au fioul

De nombreuses habitations sont encore équipées au fioul, et


les chaudières au fioul ont réalisé de considérables progrès en
termes de rendement, d’écologie et d’hygiène. Cependant, ce
système est en déclin. En effet, peu de nouvelles installations
se font avec le fioul, car il est aujourd’hui dépassé par d’autres
énergies plus économiques et moins polluantes.

Le fonctionnement
La chaudière au fioul fonctionne avec un système à combustion
c’est-à-dire que le fioul est brûlé dans une chaudière. Le
feu chauffe alors de l’eau qui est ensuite envoyée dans les
canalisations de la maison.

Les avantages
C’est le chauffage traditionnel des grandes maisons de cam-
pagne et une solution très efficace pour chauffer de grandes
surfaces dans les régions froides.

Les inconvénients
À puissance égale, une chaudière au fioul est plus chère qu’une
chaudière au gaz. Elle est aussi plus chère à l’usage car le fioul
pâtit directement de la flambée des cours du pétrole, comptez
entre 110 et 140 € par mois. Mais le stockage est le vrai
problème puisqu’il faut installer chez soi une cuve de grande
capacité et la faire remplir régulièrement par un camion-citerne.

24
La chaudière au fioul

Il faut donc enterrer la cuve dans son jardin, ce qui nécessite


d’avoir un jardin, et de réaliser des travaux supplémentaires.
Mais cette option a l’avantage de rendre la cuve totalement
invisible. Sinon, il faut la placer dans l’habitation, ce qui revient
à consacrer une pièce au chauffage et génère parfois une odeur
désagréable. Enfin, cette chaudière utilise des énergies fossiles
et rejette du CO2, ce n’est pas un système écologique.

Entretien d’une chaudière fioul à ventouse


J’ai souscrit un contrat d’entretien pour ma chaudière
fioul à ventouse mais je doute du sérieux du technicien. En
effet, il n’a pas réalisé de mesures de contrôle sur la pres-
sion, l’eau ou encore le CO2 depuis trois ans. Il n’a jamais
nettoyé le conduit d’évacuation des fumées et se contente
de nettoyer le brûleur. J’avoue ne pas m’y connaître mais
je reste sur un sentiment de travail bâclé. Il doit bientôt
revenir faire l’entretien, j’aimerai donc en savoir plus sur
la procédure afin de couper court à ce contrat au besoin.
Pouvez-vous me donner des conseils éclairés ?
par Gero600

Réponse de René Hdt

L’entretien annuel d’une chaudière fioul à ventouse


doit comprendre impérativement :

• le nettoyage complet du brûleur et du corps de


chauffe ;

25
La chaudière au fioul

• la dépose arrière du coude ventouse pour le


ramonage de l’ensemble de la ventouse ;
• le remplacement du gicleur ;
• le réglage et le contrôle de la pression de la
pompe d’injection ;
• le réglage et le contrôle de la combustion et
de l’évacuation des fumées avec une valisette
électronique de contrôle.
L’intervenant doit vous remettre impérativement le
ticket imprimé par la valisette qui atteste et valide son
intervention et vous apporte la sécurité. Si ces étapes
ne sont pas respectées, je vous conseille de ne pas le
payer, il est en tort.

26
Les alternatives :
électricité, pompe à chaleur,
solaire

Il existe deux principales alternatives à un chauffage à com-


bustion, c’est-à-dire avec chaudière : le chauffage électrique
ou la pompe à chaleur. Selon que vous rénovez un système
existant ou que vous construisez, la recommandation ne sera
pas la même.

Le chauffage électrique

Le fonctionnement
Les radiateurs ou le plancher chauffant sont la pièce centrale du
dispositif. Ces appareils sont à la fois producteurs et émetteurs
de chaleur. En effet, une ou plusieurs résistances électriques
dégagent de la chaleur lorsqu’elles sont traversées par un
courant électrique, comme un grille-pain. On appelle cela
l’effet Joule.

Les avantages
Ce système est simple d’utilisation, il suffit de brancher les
appareils sur le secteur, et ne nécessite aucun entretien. De
plus, l’investissement initial est moindre car n’exige pas d’autres
dépenses que l’achat des radiateurs ou du plancher chauffant

27
Les alternatives : électricité, pompe à chaleur, solaire

électrique (pas de canalisation à installer). Comptez 4 000 à


6 000 € pour une maison de 100 m2 avec 80 m2 de chauffage
au sol à 50 €/m² et 3 radiateurs ou 8 à 12 radiateurs standard.

Note : ces chiffres sont donnés pour une habitation récente


(années 1980) correctement isolée avec une surface au sol de
100 m² et une hauteur de sous plafond de 2,5 m. Ils peuvent varier
très significativement en fonction de la qualité de votre isolation et
de vos habitudes de consommation. La consommation annuelle de
chauffage est estimée sur une base de 15 000 kWh.

Les inconvénients
Le premier inconvénient de ce système de chauffage est la note
d’électricité, souvent salée. En effet, pour produire la même
quantité de chaleur, les appareils électriques consomment plus.
Sans compter l’abonnement auprès du distributeur d’électricité
(250 €/an). Car si tout le monde paye d’ordinaire un abonnement
pour l’électricité, le fait d’utiliser le chauffage électrique vous
fait passer dans la tranche supérieure.
Enfin, la chaleur sèche est moins agréable. C’est tout du moins
le reproche classique que l’on fait au chauffage électrique.
Mais ne généralisons pas, c’est vrai pour les radiateurs convec-
teurs, beaucoup moins pour les planchers rayonnants.
De plus, on trouve aujourd’hui des radiateurs électriques très
agréables.

28
Les alternatives : électricité, pompe à chaleur, solaire

Une énergie propre ?


L’électricité est une énergie « propre » chez soi, les questions
environnementales se posent au niveau des centrales de
production de l’électricité. En France, l’électricité est produite à
80 % par des centrales nucléaires. Or, le nucléaire est désormais
considéré par de nombreux spécialistes de l’environnement
comme une énergie propre. Et ce, par opposition aux autres
moyens de produire de l’électricité, comme les centrales
thermiques (10 % de la production d’électricité) qui rejettent
de grandes quantités de CO2 dans l’atmosphère. Cependant,
le nucléaire produit des déchets radio-actifs qui mettent encore
aujourd’hui de nombreuses années à perdre leur nocivité.

Plancher chauffant électrique ou à eau ?


Quel système de chauffage choisir pour un plancher
chauffant ?
par Daminou

Réponse de Énergie Diag Service


Sachez que le kWh d’électricité est le kWh le plus
cher. Ainsi, si un chauffage électrique est moins cher
à l’installation, son coût en consommation est plus
important. Le plancher chauffant à eau apporte un
grand confort et une chaleur douce bien repartie. Vous
pouvez faire chauffer l’eau à partir de l’énergie que
vous voulez (gaz, pompe à chaleur électrique, fioul,
bois).

29
Les alternatives : électricité, pompe à chaleur, solaire

Réponse de Rénove chaudière


Je suis d’accord avec cette analyse. Sachez qu’au 12
janvier 2010, le prix d’un kWh de gaz était de 0,043 €
TTC contre 0,094 € TTC le kWh d’électricité (en heures
pleines). Il s’agit des tarifs GDF et EDF, et cela nous
prouve qu’un kWh électrique, même en 2010, coûte
toujours plus de deux fois plus qu’un kWh de gaz.

La pompe à chaleur
La pompe à chaleur est très en vogue. Plus écologique, elle
est aussi 3 à 4 fois moins chère à la consommation. Elle est
toutefois plus chère à l’installation.

Vapeur basse pression Vapeur haute pression


ÉMETTEURS
DANS
CAPTEURS
L’HABITATION
EXTÉRIEURS
Radiateur
Air
Plancher
Eau Chauffant
COMPRESSEUR
Sol Ventilo-
convecteurs
ÉVAPORATEUR DÉTENDEUR CONDENSEUR

Fluide basse pression Fluide haute pression

Une pompe à chaleur pompe la chaleur de l’extérieur pour la


restituer, encore plus chaude, à l’intérieur. Pour cela, elle utilise

30
Les alternatives : électricité, pompe à chaleur, solaire

l’énergie, renouvelable et gratuite, contenue dans le sol, l’air


ou l’eau et ne rejette aucun CO2 dans l’air. Elle fonctionne
cependant à l’électricité, et n’est donc pas 100 % écologique,
mais sa consommation est très raisonnable.
Une pompe à chaleur peut, selon les modèles, assurer le
chauffage, l’eau chaude sanitaire et le rafraîchissement pour
l’été. Au besoin, elle se couple très bien à une installation
existante ou à un chauffage d’appoint. L’investissement initial
est de 6 000 à 20 000 € TTC pour une maison de 100 m²
auquel vous pourrez déduire 25 % ou 40 % de crédit d’impôt
(15 000 € max). Surtout adaptée aux maisons, la pompe à
chaleur est utilisable également pour chauffer une piscine,
un appartement et même des immeubles. Son usage est en
forte croissance : + 100 % par an ! Attention, il faut prévoir un
entretien assez coûteux pour les pompes en géothermie et il
faut changer le fluide calorifique tous les 7 ans environ.

Les types de pompe à chaleur


Le type de PAC dépend de la source d’énergie utilisée :
• Sol : la pompe puise la chaleur dans la terre, dans les sous-
sols. Le procédé s’appelle alors géothermie.
• Eau : la pompe puise la chaleur dans les nappes phréatiques
souterraines, les lacs ou encore les points d’eau avoisinants.
On parle d’hydrothermie (parfois aussi de géothermie).
• Air : la pompe puise la chaleur dans l’air ambiant. Le procédé
s’appelle alors aérothermie.

31
Les alternatives : électricité, pompe à chaleur, solaire

Comparatif

Aérothermie Géothermie Hydrothermie


Air-eau Air-air Sol-sol Eau-eau
Capteurs hori-
zontaux : 10 à
5 000 à
18 000 € TTC (avec
8 000 €
7 000 à 9 000 à option rafraîchisse-
Investissement initial (selon le
15 000 € 15 000€ ment)
nombre de
Capteurs
pièces)
verticaux :
15 à 20 000 € TTC
Crédit d’impôt Oui Non Oui Oui
Consommation 25 à 40 € TTC / mois
Maintenance 150 € / an
Possible sans chauffage
d’appoint pour les Performant. Chauffage d’appoint
Autono-
systèmes très non nécessaire. Convient au climat
mie
performants et froid.
si climat pas trop rude
Rapi-
dité de Bonne Bonne
Performance
chauffe
Eau
chaude Oui Non Oui Oui
sanitaire
Rafraî- Non si
chisse- Oui Oui plancher Oui
ment chauffant
Système relativement
Très performant.
simple.
Divers Installation plus complexe
Adaptable à
et coûteuse.
un chauffage existant.

*Ces chiffres sont donnés pour une habitation récente (années 1980) correcte-
ment isolée avec une surface au sol de 100 m² et une hauteur sous plafond de
2,5 m. Ils peuvent varier très significativement en fonction de la qualité de votre
isolation et de vos habitudes de consommation. La consommation annuelle de
chauffage est estimée sur une base de 15 000 kWh, à partir des critères énoncés
ci-dessus.
32
Les alternatives : électricité, pompe à chaleur, solaire

Rentabilité d’une pompe à chaleur


En combien d’années peut-on espérer rentabiliser une
PAC ?
par Jacques35

Réponse de Kloe
La rentabilité de votre PAC peut s’effectuer sur 10 ans,
tout dépend de votre projet de financement. N’oubliez
pas que vous avez droit à un crédit d’impôt de 25 à
40 % de la valeur de votre PAC.

Réponse de Rédaction Enr Chauffage


Le retour sur investissement d’une pompe à chaleur
est bien sûr dépendant de l’efficacité de la pompe
installée, de son prix à l’achat, de sa puissance, de
la qualité de son installation, du montant du crédit
d’impôt, mais aussi du coût de l’énergie sur 10 ou
15 ans, un paramètre difficile à évaluer en ces temps
incertains sur le plan énergétique. En moyenne, et en
incluant les aides et le crédit d’impôt, il faut compter
entre 10 et 15 ans pour rentabiliser son investissement.

Le solaire
Le chauffage solaire utilise des capteurs ou des panneaux
solaires placés sur le toit ou dans le jardin qui contiennent de
l’eau qui, une fois réchauffée, est diffusée dans la maison.

33
Les alternatives : électricité, pompe à chaleur, solaire

Trois variantes sont possibles : le plancher solaire, le ballon d’eau


chaude en série avec votre installation ou le ballon unique. Si
le chauffe-eau solaire fonctionne parfaitement, la technologie
actuelle d’exploitation de l’énergie solaire ne permet pas d’assu-
rer plus de 30 à 60 % des besoins en chauffage. Pour assurer un
chauffage suffisant et constant, il faut le compléter par un chauf-
fage fonctionnant avec une autre énergie. On parle alors de
systèmes bi-énergie. Deux solutions sont possibles : compléter
par un procédé de chauffage à eau chaude comme une chau-
dière à gaz, une PAC, etc. ; compléter par un chauffage d’appoint
comme des poêles ou des radiateurs électriques indépendants.

Le plancher direct solaire


L’eau, sitôt chauffée par les capteurs, circule dans un plancher
chauffant. La dalle de béton dans laquelle est noyé le circuit
d’eau chaude permet de diffuser lentement et continuellement la
chaleur.

34
Les alternatives : électricité, pompe à chaleur, solaire

Entretien du plancher chauffant


Les planchers chauffants à eau sont à entretenir obli-
gatoirement tous les 5/7ans par un professionnel. Un
désembouage permet d’éliminer les dépôts de boue pré-
sents dans votre circuit et qui altèrent le fonctionnement
de votre chauffage. Il est obligatoire en cas de remplace-
ment d’une chaudière.
par Assistance dépannage gaz 29

Le ballon en série de votre chaudière


C’est un système simple qui s’intègre à l’installation de chauffage
central. Le chauffe-eau solaire sert à préchauffer l’eau. L’eau
modérément chaude est transmise à la chaudière qui achève de
chauffer l’eau, à température élevée cette fois-ci.

35
Les alternatives : électricité, pompe à chaleur, solaire

Le ballon d’eau chaude unique


Votre système ne comporte qu’un seul ballon d’eau chaude
de grand volume. L’eau est chauffée par les capteurs solaires,
et en appoint soit par une résistance électrique, soit par une
chaudière indépendante.

Chauffage maison basse consommation


En projet de construction d’une maison passive aux
alentours de Toulouse, je me heurte au choix du chauffage.
Mon projet réside sur le fait de réduire les coûts de
fonctionnement, entre autres pour le poste chauffage /
production ECS (eau chaude sanitaire). Après moult
recherches, j’avoue être aujourd’hui fort incertain et très
dubitatif sur toutes les solutions. J’envisageais au départ
un chauffage poêle à bois avec un système de chauffe-eau
solaire, complété par de l’électrique.

36
Les alternatives : électricité, pompe à chaleur, solaire

Aujourd’hui, je suis orienté vers un système de plancher


chauffant, complété d’un poêle à bois pour la partie chauf-
fage et électrique pour l’ECS. En lisant tous les articles sur
les PAC, je reste perplexe. D’autant que mon architecte
me propose cette installation couplée avec un plancher
chauffant (géothermie). Auriez-vous des retours d’expé-
rience, des conseils ou des préconisations à me donner ?
En terme de PAC, quel est le meilleur système  : air/air,
eau, géothermie ?
par Fred1202

Réponse de Rémy
Le choix du meilleur chauffage dépend de la superficie et
de la configuration de votre maison (plein pied, étages,
couloirs...) ainsi que de vos besoins en chauffage. Il
est donc difficile de se prononcer. Néanmoins, le poêle
à granulés est souvent une bonne idée pour une mai-
son passive car il permet de contrôler avec précision
la puissance de chauffage. À compléter, par exemple,
avec un appoint électrique à certains endroits, comme
la salle de bain. Mais un poêle à bois n’est pas mal
non plus et est beaucoup plus adapté à l’esprit d’une
maison passive qu’une PAC.

Réponse de Entreprise PUIG


Je suis effectivement du même avis que Rémy et vous
déconseille également le système PAC. Un projet
s’aborde de façon globale et multi-énergies. L’idée d’un
chauffage centralisé sur la base d’un poêle à granulés
équipé d’un bouilleur combiné à un solaire thermique

37
Les alternatives : électricité, pompe à chaleur, solaire

est une excellente alternative, avec une visibilité


énergétique dans la durée, à l’inverse de l’électricité.
En effet, le coût de l’électricité risque de flamber vu la
vétusté du parc nucléaire.

Je vous déconseille également dans le sud le plancher


chauffant dont l’inertie devient vite une contrainte
quand le temps est réactif, c’est-à-dire frais le matin
et très chaud l’après-midi. Choisissez plutôt des
radiateurs design, qui peuvent actuellement donner un
plus à la bâtisse, avec des robinets thermostatiques.

Enfin, pour trouver un artisan qualifié, exigez les CAP et


l’assurance décennale dans chaque corps d’intervention
ainsi que les labels Qualisol/Qualibois avec copie des
audits, qui ne doivent comporter aucune anomalie.
Il n’est pas possible de vous apporter une réponse
plus pertinente, votre projet nécessite une étude plus
approfondie.

Réponse de Énergie Diag Service


Tout d’abord, félicitations pour votre projet de
construction d’une maison passive  ! Pour ma part,
je vous conseille de réaliser un puits canadien. Cette
installation consiste à faire passer, avant qu’il ne
pénètre dans la maison, une partie de l’air neuf de
renouvellement par des tuyaux enterrés dans le sol,
à une profondeur de 1 à 2  m. Cela permet ainsi de
préchauffer l’air à 10°C en hiver et de le rafraîchir en

38
Les alternatives : électricité, pompe à chaleur, solaire

été. Le chauffage doit néanmoins être complété par une


chaudière (bois, gaz ou condensation), une PAC ou un
appoint électrique. Attention à la géothermie conseillée
par votre architecte, qui à priori n’est pas chauffagiste.
La géothermie désigne l’énergie géothermique issue de
l’énergie de la Terre qui est convertie en chaleur, mais
le terme est souvent galvaudé par les vendeurs de PAC.

Vous construisez
Dans ce cas, toutes les possibilités sont ouvertes. Le chauffage
électrique peut être une bonne solution, si votre logement
n’est pas relié au réseau gazier. En revanche, si vous en avez la
possibilité, préférez le gaz de ville.
La pompe à chaleur et le chauffage solaire sont des installations
idéales pour une construction, particulièrement si vous optez
pour un plancher chauffant qui nécessite de refaire entièrement
votre sol. Cependant, n’oubliez pas de choisir un complément
de chauffage pour le solaire.

Vous rénovez un chauffage à chaudière


déjà existant
Si vous rénovez un chauffage à chaudière déjà existant, les
tuyaux et les radiateurs sont déjà en place et dans ce cas
installer un chauffage électrique n’aurait pas beaucoup de sens.
En effet, plus cher à la consommation, on l’utilise plutôt pour

39
Les alternatives : électricité, pompe à chaleur, solaire

éviter le coût d’installation des canalisations du chauffage à


combustion. Si vos tuyaux sont déjà en place, autant les utiliser
avec une nouvelle chaudière ou avec une pompe à chaleur.
La pompe à chaleur est une bonne option puisqu’elle s’adapte
sur les canalisations existantes. La chaudière peut alors être lais-
sée en place et utilisée en appoint, plutôt que l’électrique. En
revanche, vous devrez changer vos radiateurs classiques pour
des radiateurs basse température.
Enfin, pour le solaire, privilégiez le ballon d’eau chaude, couplé
ou non avec votre chaudière. Ces systèmes permettent en
effet de conserver sa chaudière et ses radiateurs. L’installation
d’un plancher chauffant n’est possible que dans le cas d’une
rénovation profonde.

Nouvelle chaudière pour une vieille maison


Nous venons d’acheter une vieille maison qui n’était plus
habitée depuis plus d’un an. Un chauffage central au gaz
était installé ainsi que huit radiateurs. Pas de chance,
la chaudière est morte. Aujourd’hui nous hésitons entre
remettre une chaudière au gaz ou une PAC (pompe à
chaleur) en aérothermie. Qu’en pensez-vous ?
par Dm

Réponse de Rémy
La chaudière gaz est généralement très efficace pour
chauffer une maison, surtout que vous avez déjà le
système pour, puisque tous les radiateurs sont présents

40
Les alternatives : électricité, pompe à chaleur, solaire

et utilisables. Concernant les PAC, il me semble que les


types géothermie et hydrothermie offrent un meilleur
rendement et une efficacité plus sûre. Mais le choix
se fait en fonction de votre région, du climat, de votre
isolation... Faites un bilan thermique et vous en saurez
plus.

Réponse de Énergie Diag Service


Pourquoi ne pas remplacer votre chaudière par une
chaudière automatique bois  ? Le bois est l’énergie la
moins chère et la plus stable dans le temps, et il est
considéré comme neutre en terme de réchauffement
climatique. De plus, vous bénéficiez d’un crédit d’impôt
de 50 %.

Réponse de Dépannage & Entretien


Mieux vaut vous renseigner auprès d’un professionnel,
pour diagnostiquer l’état de votre isolation ainsi que
celui des radiateurs, avant d’envisager un quelconque
achat.

41
Économies d’énergie :
chaudière à condensation et
basse température

Il est possible de faire des économies conséquentes grâce à des


gestes simples ou en choisissant une chaudière économique.
Ce chapitre vous révèle tout ce qu’il faut savoir pour alléger
votre facture de chauffage.

Les bons gestes


Les bons gestes permettent de diminuer votre consommation
d’énergie de 15 à 20 %, il est donc essentiel de les connaître...

Que faire en cas d’absence ?


En cas d’absence, il est vivement recommandé de baisser la
température de votre chauffage. Inutile cependant de le couper
totalement.
En effet, il vous faudrait alors réchauffer votre domicile, ce
qui demandera plus d’énergie que si vous aviez juste baissé la
température. Les murs et les meubles de votre habitation sont
des « masses inertes » longues à réchauffer.
En cas d’absence supérieure à 2 h, baissez la température de 3
ou 4°C pour maintenir une température moyenne de 15/16°C.
Prenez garde à ne pas faire d’écart de plus de 4°C, sinon vous
consommerez plus pour regagner cette température à votre
retour dans la maison.

42
Économies d’énergie : chaudière à condensation et basse température

En cas d’absence supérieure à 48 h, basculez en position « hors


gel ». Et si vos émetteurs n’offrent pas cette option, calez la
température entre 8 et 12°C.

Adapter la température à chaque pièce


Les pièces n’ont pas besoin d’être toutes chauffées à 22°C. En
hiver, il est conseillé de ne pas dépasser 19°C. En effet, chaque
degré supplémentaire représente une hausse de 7 % de la
consommation.
Tableau des températures idéales pour chaque pièce
Températures Pièces
16°C Chambre à coucher pour adultes et enfants
18°C Chambre à coucher pour bébés et jeunes enfants
19/20°C Pièces à vivre: salon, cuisine, salle à manger, etc.
21/22°C Bureau
24°C Salle de bain

Quelques réflexes au quotidien


La nuit, pensez à fermer volets, rideaux et persiennes pour
garder la chaleur à l’intérieur de la maison. Ils sont autant de
remparts contre le froid. Pensez également à ne pas obstruer
les radiateurs en veillant, par exemple, à ce que les rideaux ne
les couvrent pas. Enfin, en hiver, continuez à aérer les pièces
mais par à-coups, sans ouvrir les fenêtres au-delà de 5 minutes
par pièce.

43
Économies d’énergie : chaudière à condensation et basse température

Vannes thermostatiques
Avec une chaudière à condensation, doit-on mettre des
vannes thermostatiques à chaque radiateur ?
par Java

Réponse de Elyotherm
Le besoin de mettre ou non des vannes thermosta-
tiques sur des radiateurs n’est pas directement lié à
la technologie utilisée par la chaudière. On emploie
généralement des robinets thermostatiques dans des
pièces dont la température ne peut être gérée par la
régulation de l’installation.

Par exemple, on peut vouloir limiter la température


des chambres à 17°C alors que la chaudière fournit une
température de confort à 20°C dans les pièces de vie.

Ces vannes sont également utiles lorsque l’environne-


ment « perturbe » la température, comme dans le cas
d’une pièce exposée à un fort rayonnement solaire.
En effet, si la pièce est déjà à 20°C du fait du rayon-
nement, il ne sert à rien que de l’eau chaude arrive
encore dans le radiateur.

Pratiques et économiques, ces vannes ne sont pas obli-


gatoires mais fortement conseillées.

44
Économies d’énergie : chaudière à condensation et basse température

Le remplacement de sa chaudière
Il est possible de simplement remplacer sa vieille chaudière :
l’achat peut être rapidement amorti grâce aux économies
d’énergie réalisées. En effet, la plupart des chaudières vendues
aujourd’hui sont des chaudières à haut rendement qui
permettent une économie de 20 % d’énergie, par rapport à
une chaudière classique de plus de 20 ans.

Remplacement de chaudière
Ma copropriété envisage de remplacer notre chaudière à
gaz collective, par un chauffage électrique individuel. Cela
me laisse très pensive car notre maison est vieille (années
1900) donc mal isolée. Qu’en pensez-vous ?
par Francoise

Réponse de Énergies Diagnostic Solutions


Dans le cas d’une maison ancienne, avec sûrement des
murs assez épais, la solution du chauffage électrique
n’est pas très adaptée. En effet, les murs ont une
grande inertie thermique, ce qui convient mieux à un
chauffage permanent comme un chauffage central à
eau chaude. D’autre part, un chauffage collectif est
toujours plus économique que plusieurs chauffages
individuels. Une étude de la consommation à partir
d’un bilan thermique serait pour vous d’une grande
utilité.

45
Économies d’énergie : chaudière à condensation et basse température

Réponse de Rénove Chaudière


Tout d’abord, il faut savoir que le kWh d’électricité est
deux fois plus cher qu’un kWh de gaz. Rappelons aussi
que, dans le cas d’un chauffage central, l’air ambiant
est chauffé par l’eau chaude en circulation, on parle
de « chaleur douce ». En revanche, avec des radiateurs
électriques, l’air est chauffé par une résistance, ce qui
produit un air sec, conduisant à un inconfort ambiant.
Il est vrai que des radiateurs électriques utilisant les
technologies récentes apportent un confort similaire
aux radiateurs à eau chaude, cependant ils sont très
coûteux.

Si le logement était vraiment très bien isolé, une


solution électrique pourrait être intéressante. Elle a
comme avantages le peu d’entretien et son esthétique.
En revanche, elle est plus énergivore que le gaz et le
passage des câbles et la dépose de l’ancien réseau
chauffage risquent à coup sûr de dégrader les intérieurs.

Pour conclure, il ne me semble pas judicieux de


remplacer votre chauffage central existant par un
chauffage électrique individuel. En effet, les avantages
de l’électrique semblent beaucoup trop faibles par
rapport à votre solution actuelle. Préférez optimiser
votre chaudière à gaz actuelle, ce sera un bien meilleur
investissement que de vous lancer dans une rénovation
hasardeuse et très coûteuse.

46
Économies d’énergie : chaudière à condensation et basse température

En outre, le fait de mieux isoler les logements me


semble être la vraie solution. Vous consommerez moins
d’énergie, polluerez moins et gagnerez en confort. Voilà
une bonne idée !

Convertir sa chaudière au fioul en


chaudière au bois ou à gaz
Convertir sa chaudière au fioul en chaudière à bois ou à gaz,
en ne changeant que le brûleur, est techniquement possible.
Cela évite de devoir remplacer intégralement sa chaudière et
de subir la hausse constante du cours du fioul.
Néanmoins, ces solutions hybrides ne font pas l’unanimité chez
les spécialistes. De plus, ce remplacement est parfois plus élevé
que d’installer une nouvelle chaudière. En effet, il faut compter
1 400 € pour un brûleur à gaz.
Ce n’est d’ailleurs pas le seul élément à changer, le stockage
des énergies premières (bois, GPL) est aussi à revoir.

La chaudière à condensation
Les chaudières à condensation sont les dernières nées des
chaudières et connaissent un réel succès.
Disponibles aussi bien parmi les chaudières à bois (ou à granu-
lés), à fioul ou à gaz, elles permettent de réaliser jusqu’à 30 %
d’économies de combustible.

47
Économies d’énergie : chaudière à condensation et basse température

Le fonctionnement

La vapeur d’eau présente dans les gaz de combustion est


récupérée et non évacuée par les conduits de fumée. La
température des fumées passe alors d’environ 200 à 38°C. La
vapeur d’eau est alors utilisée pour chauffer l’eau plus froide de
retour des radiateurs arrivant dans la chaudière. Elle évite ainsi
à la chaudière ce travail de « réchauffement ». La vapeur d’eau
qui a transmis sa chaleur se refroidit ensuite et se condense ;
elle est ensuite évacuée via le circuit des eaux usées.

Les avantages
La chaudière à condensation est un système économique
puisque sa consommation et ses dépenses d’énergie sont
amoindries de l’ordre de 20 à 30 %.

48
Économies d’énergie : chaudière à condensation et basse température

De plus, l’État vous rembourse 15 % de l’investissement initial


de la chaudière. Ce crédit d’impôt permet ainsi de compenser
le surcoût de 30 % à l’achat. Une chaudière à condensation
coûte en moyenne 3 000 €, avant crédit d’impôt.
C’est aussi un système écologique puisqu’il entraîne une
moindre consommation de combustible.
En outre, les fumées issues de la combustion sont évacuées à
des températures inférieures (elles passent de 200°C à 38°C) ce
qui est moins polluant.

L’inconvénient
Les chaudières à condensation n’atteignent leur meilleure
performance que si elles sont associées à un plancher chauffant
basse température ou des radiateurs « chaleur douce ».
Cela ne pose pas de problème si vous construisez, il vous suffit
de choisir des radiateurs basse température.
En revanche, si vous avez déjà des radiateurs haute température,
il faudra les changer pour un bon fonctionnement du système.

Une chaudière dans ma salle de bain


Est-il possible d’installer une chaudière près d’une
douche ?
par Ddermenghem

49
Économies d’énergie : chaudière à condensation et basse température

Réponse de Rénove Chaudière


La réglementation en vigueur sur l’implantation d’une
chaudière en milieu humide (salle de bain, de douche...)
impose depuis le 1er janvier 2006 l’interdiction d’ins-
taller un appareil de chauffage ou de production
d’eau chaude sanitaire de type A ou B (c’est-à-dire
raccordé ou non à un conduit de cheminée) dans un
local contenant une baignoire ou une douche. Seul le
remplacement d’un appareil déjà installé dans un tel
local est autorisé, s’il est réalisé dans l’axe et dans
l’emprise de l’appareil précédent. Les chaudières à
ventouse n’entrent cependant pas dans ces catégories
(A ou B).

Attention, l’installation des appareils électriques dans


un tel local est aussi soumise à des règles particulières.
Ils doivent être au minimum à 60 cm de votre douche
(c’est-à-dire dans le volume III). Néanmoins, si votre
chaudière est de classe II, c’est-à-dire dispensée de
raccord à la terre, elle peut être installée dans le
volume II, donc à proximité de la douche.

Enfin, vous avez la possibilité de placer une petite


cloison entre la chaudière et la douche, ainsi même si
la chaudière est de classe I vous pouvez l’installer à
proximité de la cabine de douche.

50
Économies d’énergie : chaudière à condensation et basse température

La chaudière basse température

Le fonctionnement
Avec une chaudière basse température, le chauffage fonctionne
avec une eau à seulement 40/60°C au lieu des 75/90°C
habituels. Le rendement est maximal lorsque la chaudière
est combinée avec des radiateurs ou un plancher chauffant
adaptés, basse température également.

L’avantage
Ce système permet de réaliser 15 % d’économies d’énergie
et d’argent par rapport à une chaudière classique et 30 % par
rapport à une vieille chaudière de plus de 20 ans.

Les inconvénients
La chaudière basse température ne fonctionne bien qu’avec
des radiateurs ou un plancher basse température. De plus,
la chaudière basse température n’est plus éligible au crédit
d’impôt depuis janvier 2009.

Basse température ou à condensation ?


Je dois changer de chaudière, j’ai consulté les forums mais
je suis toujours dans le doute. J’hésite entre une chaudière
à condensation et une basse température. Quel est le
meilleur choix pour une maison de 110 m² ?
par Andnad

51
Économies d’énergie : chaudière à condensation et basse température

Réponse de Énergie Diag Service


La chaudière basse température implique en général
d’adapter son installation en changeant les radiateurs.
Ce n’est donc pas la solution la plus économique pour
un remplacement de chaudière.

La chaudière à condensation offre un excellent rende-


ment. Le tubage des fumées doit être en inox mais il y
a la possibilité d’installer une chaudière à ventouse qui
permet d’éviter cette dépense. Je vous conseille donc
cette dernière solution.

52
L’eau chaude sanitaire

L’eau chaude sanitaire

Pour votre chauffage et votre distribution d’eau chaude, vous


avez deux possibilités : la chaudière pour le chauffage avec un
chauffe-eau indépendant pour l’eau sanitaire ou la chaudière
mixte ou « à double service » qui fonctionne pour le chauffage
et l’eau chaude sanitaire.

Les chaudières mixtes


Les chaudières mixtes existent pour tout type de chaudière
(bois, gaz ou fioul). Les chaudières mixtes sont plus simples
et plus économiques qu’un système avec une chaudière et
un chauffe-eau. Elles apportent également un gain de place
puisqu’elles n’entraînent l’installation que d’un seul appareil et
d’un seul réseau de tuyaux.

Qu’est-ce qu’un bouclage ECS ?


Un bouclage ECS (Eau Chaude Sanitaire) est un circuit
avec une pompe qui permet de faire tourner l’eau chaude
dans les circuits. Cette boucle s’utilise le plus souvent
dans les immeubles collectifs pour que les appartements
les plus éloignés de la chaufferie aient de l’eau chaude
quasi instantanément. Ce système n’est pas utilisé dans
les maisons individuelles.
par Énergies Diagnostic Solutions

53
L’eau chaude sanitaire

La chaudière mixte instantanée


Ce système n’utilise pas de ballon d’eau chaude. Il chauffe
directement, instantanément et sur demande l’eau dont vous
avez besoin.
Pour cela, il a besoin d’une grande capacité de chauffe donc
d’une chaudière puissante. Ce système est économique car il
ne chauffe pas d’eau inutilement. Sa capacité est cependant
limitée et ne suffit pas au besoin d’une famille entière.

La chaudière mixte à accumulation


Ces systèmes utilisent un ballon comme réservoir d’eau
chaude : un grand volume d’eau (entre 80 et 300 litres) y est
chauffé puis maintenu à une température de 45°C minimum.
Le principe est d’anticiper les besoins en eau chaude et de
faire à rythme constant et modéré des réserves d’eau chaude.
Cela évite ainsi d’avoir à installer une chaudière surpuissante.
Néanmoins, une fois la capacité du ballon épuisée, il n’ y a
plus que de l’eau froide et il faut attendre que le système se
recharge.

La chaudière mixte à semi-accumulation


C’est la solution intermédiaire entre l’instantané et l’accumu-
lation qui réunit les avantages des deux tout en limitant les
inconvénients. Un ballon d’eau chaude de petite capacité
(30 litres maximum) est intégré à la chaudière. Il permet donc
d’avoir de l’eau chaude tout de suite, sans attendre qu’elle

54
L’eau chaude sanitaire

chauffe. De plus, il se recharge rapidement et peut donc assurer


plusieurs « pointes » dans la journée. Enfin, il n’est pas encom-
brant puisqu’il est intégré à la chaudière.

Manque de pression ?
Est-ce qu’un manque de pression peut empêcher l’eau
chaude d’arriver tout de suite lorsqu’on a une chaudière à
condensation avec ballon ? L’arrivée d’eau n’est qu’à deux
mètres de la chaudière.
par Franfred

Réponse de Énergies Diagnostic Solutions


Votre chaudière a un ballon de stockage qui va lui éviter
de se mettre en route à chaque puisage d’eau chaude.
Par contre, les 2 m de tuyauterie entre la chaudière
et votre robinet redescendent à température ambiante
entre chaque puisage, il est donc normal d’attendre
quelques secondes pour avoir de l’eau chaude.

Le chauffe-eau indépendant
Ce dispositif fonctionne avec de l’énergie électrique, plus chère,
ou du gaz. Il peut être intéressant d’avoir un chauffe-eau
indépendant de votre chaudière lorsque celle-ci n’est pas assez
puissante pour subvenir aux besoins en eau des résidents ou
que certaines pièces d’eau sont trop éloignées de la chaudière,
cela évite d’installer des canalisations.

55
L’eau chaude sanitaire

Le chauffe-eau électrique
L’installation de ce chauffe-eau répond à des normes de sécurité
strictes. En effet, il est conseillé de le poser hors des pièces
d’eau ou, tout du moins, à plus de 60 cm de la baignoire. À
accumulation ou instantané, le chauffe-eau électrique délivre
une eau chaude à température constante. Toutefois, son
rendement énergétique est très mauvais, et la durée pour
reconstituer la réserve d’eau chaude est importante.

Le chauffe-eau à gaz
Ce dispositif fonctionne, comme son nom l’indique, au gaz,
qu’il soit naturel ou de type propane ou butane, ce qui nécessite
alors une cuve pour le stockage.
Il doit être placé dans une pièce ventilée et il est impératif de
respecter les mises en garde du fabricant quant aux dimensions
de la salle de bain et des aérations sinon vous risquez l’intoxication
au monoxyde de carbone ! Son rendement énergétique est
très bon, donc son coût thermique très bas. En revanche, le
chauffe-eau à gaz est cher à l’achat et la température de l’eau
peut fluctuer.

Le chauffe-eau solaire
Le chauffe-eau solaire est également appelé ballon solaire ou
CESI (chauffe-eau Solaire Individuel). Facile à intégrer, c’est la
1re utilisation de l’énergie solaire au sein de l’habitat, avant le
chauffage solaire ou la production d’électricité photovoltaïque.

56
L’eau chaude sanitaire

Le fonctionnement
Son installation et son fonctionnement sont simples et bien
maitrisés. Il repose sur l’utilisation de panneaux solaires
thermiques et d’un ballon qui stocke de l’eau chauffée par le
soleil. 50 à 80 % de vos besoins en eau chaude peuvent ainsi
être couverts par un chauffe-eau solaire. L’énergie solaire étant
gratuite, votre facture de gaz ou électricité est donc réduite de
même de 50 à 80 % en ce qui concerne l’eau chaude sanitaire !
Toutefois, le chauffe-eau solaire ne parvient pas à couvrir la
totalité des besoins en eau chaude d’un foyer, notamment
lorsque l’ensoleillement est trop faible ou la demande en eau
chaude trop importante. Il est donc nécessaire de prévoir un
dispositif d’appoint ou d’utiliser l’existant, dans le cas d’une
rénovation.
Il existe trois types de chauffe-eau solaires qui bénéficient tous
de crédit d’impôt et d’aides au financement. Le choix dépend
de votre budget, de vos besoins et de votre équipement actuel
ou souhaité. Votre installateur vous aidera à choisir le dispositif
le mieux adapté.

Le chauffe-eau solaire monobloc


Ce chauffe-eau est 100 % solaire et ne nécessite ni électricité,
ni moteur thermique pour fonctionner. Les capteurs et le ballon
sont solidaires, tous deux sur le même châssis. Il s’agit du système
le plus simple et le moins coûteux. Comptez environ 1 500 €
pour un monobloc avec 2 m² de panneaux et un ballon de
100 litres. Placé à l’extérieur de l’habitation, il s’agit néanmoins

57
L’eau chaude sanitaire

du système le moins performant puisque l’eau refroidit vite. Il


est donc à réserver pour une résidence secondaire ou pour des
régions très ensoleillées.

Le chauffe-eau solaire thermosiphon


Le chauffe-eau solaire thermosiphon est une solution idéale.
Son fonctionnement est simple et ne nécessite que peu
d’entretien. Les capteurs et le ballon sont distincts et distants,
le ballon est placé plus haut que les capteurs afin que l’eau
chaude s’élève naturellement. Ainsi, si les capteurs sont placés
sur le toit, l’installation de ce chauffe-eau n’est possible que
si vous avez un grenier permettant de le placer plus haut que
les capteurs. Sans cela, le système ne fonctionnera pas. Ces
dispositifs coûtent moins chers que les chauffe-eau à pompe
électrique, comptez environ 4 000 € pour un ballon de 200 litres
et 4 m² de capteurs, installation comprise.

58
L’eau chaude sanitaire

Associer chauffe-eau solaire et pompe à chaleur


Je réfléchis à l’achat d’une PAC et cherche à rassembler
des informations. Est-il possible de coupler un chauffe-
eau solaire individuel (CESI) avec une pompe à chaleur ?
par Thomas10

Réponse de Rédaction Enr Chauffage


Le «  mariage  » pompe à chaleur et CESI est souvent
judicieux. En hiver, PAC et CESI vont participer à la
production de l’eau chaude sanitaire. En été, couplée à
une installation géothermique, la chaleur excédentaire
du CESI peut servir à recharger le sol en calories, qui
seront bien utiles l’hiver suivant.
Réponse de SEDENE
Il est possible d’installer une PAC et un chauffe-eau
solaire, ce concept est actuellement le plus demandé
pour bénéficier de l’éco-prêt. Je vous conseille de choisir
un ballon d’eau chaude sanitaire solaire avec appoint
thermodynamique, cela vous permettra d’avoir de l’eau
chaude à température constante. Il vaut 8 000 € mais il
faut réfléchir à long terme. Dans 20 ans, il fonctionnera
toujours !

Réponse de Mp.Light.Énergie
C’est tout à fait possible mais une seule PAC se prête
à cette installation  : la géothermique. Les autres ne
conviennent pas.

59
L’eau chaude sanitaire

Le chauffe-eau solaire à pompe électrique


Il s’agit du chauffe-eau solaire le plus répandu. Comme le
chauffe-eau thermosiphon, le chauffe-eau à pompe électrique
est constitué d’un ballon et de capteurs distants et distincts.
En revanche, le ballon peut être placé n’importe où dans votre
maison puisque la circulation de l’eau est assistée par une
pompe électrique. Cet équipement supplémentaire entraîne un
coût plus élevé, comptez entre 5 000 et 6 000 €, pose comprise.

Aides au financement
L’État encourage le solaire en attribuant un crédit d’impôt de
50 % sur la valeur TTC de l’équipement. Ce crédit d’impôt est
soumis à certaines conditions. Vous devrez par exemple passer
obligatoirement par un professionnel. Vous pouvez également
souscrire un prêt à taux zéro spécifique ou obtenir des aides au
financement sous forme de subventions nationales, régionales,
départementales et/ou communales.

60
L’eau chaude sanitaire

Remarque : si vous réfléchissez à mettre des panneaux solaires pour


un chauffe-eau, pourquoi ne pas augmenter la surface de capteurs et
en profiter pour chauffer votre maison. Le chauffage solaire permet de
couvrir 30 à 60 % de vos besoins.

Bénéficier du crédit d’impôt pour deux


installations ?
Est-ce que le crédit d’impôt peut intégrer l’achat de deux
installations de types renouvelables simultanément  ? Il
s’agit d’un chauffe-eau solaire et d’une chaudière à bois.
par Cara

Réponse de Elyotherm
Tout à fait  ! Par exemple, vous pouvez bénéficier de
40 % sur l’achat de votre chaudière à bois et 50 % sur
le chauffe-eau solaire. En revanche, le crédit d’impôt
ne dépasse pas 8  000  € pour une personne seule et
16 000 € pour un couple, sans enfant à charge.

61
La sécurité

Une chaudière n’est pas une installation sans risque. L’évacuation


des gaz et l’entretien sont primordiaux. Ce chapitre vous guide
pour un usage optimum de votre installation.

L’évacuation des gaz de votre chaudière


L’évacuation des gaz issus de la combustion et l’apport en
oxygène « neuf » vont de pair : on appelle cela le tirage pour un
appareil à combustion. Le tirage est une question importante
pour votre sécurité. En effet, une mauvaise évacuation de
ces gaz détériore la qualité de l’air et provoque parfois des
intoxications au monoxyde de carbone. La norme est de
-0,03 hPA (hectopascal).
La performance des appareils dépend également du tirage. Si
le débit d’air frais diminue, c’est-à-dire si l’apport en oxygène
est insuffisant pour permettre une bonne combustion, le
rendement de la chaudière diminue en proportion.

Les évacuations classiques


Les évacuations classiques utilisent le conduit d’évacuation
de votre habitation. Il faut pour cela que la chaudière puisse
être raccordée à ce conduit. L’évacuation des gaz et l’apport
en oxygène se font par le même et unique conduit, les fumées
s’élevant « naturellement » pour laisser place à l’air ambiant.

62
La sécurité

Les conditions d’un bon tirage sont une bonne aération de la


pièce (tirage créé par la montée en température des conduits),
un conduit entretenu, pas trop humide, et surtout pas de prise
d’air au conduit, sinon il refroidit.
À noter : pour les chaudières à condensation basse température à
évacuation classique, il faut tuber le conduit.

Les évacuations par ventouse


Elles permettent de se passer du conduit de fumée en
reproduisant un conduit artificiel. Pour cela, un tuyau est amené
jusqu’au mur extérieur (ventouse horizontale) ou jusqu’au
toit (ventouse verticale). Le conduit se compose en réalité de
deux tuyaux concentriques. Le premier, intérieur, est dédié à
l’évacuation des gaz, le deuxième, périphérique, à l’apport en
oxygène. Ces ventouses se montent sur n’importe quel type
de chaudière. Elles se révèlent particulièrement pratiques avec
des chaudières murales installées en cuisine par exemple. La
ventilation du local peut être naturelle ou assistée, grâce à un
ventilateur.

Risque de contamination de mes légumes par les


fumées d’évacuation de ma chaudière ?
Le conduit d’évacuation par ventouse de ma chaudière
sort à 15 cm du sol et à 50 cm de mes légumes, y a-t-il un
risque de contamination ?
par Lerom

63
La sécurité

Réponse de Elyotherm
Certes les condensats sont légèrement acides, ce qui
pourrait déplaire à vos légumes. Mais cela ne comporte
pas de risque pour votre santé. Le plus préoccupant me
semble être la non-conformité de votre installation ! En
effet, votre axe de ventouse devrait être à au moins
30 cm du sol. En cas de contrôle de votre installation
par Gaz de France, vous ne serez pas aux normes et le
gaz pourrait vous être coupé en attendant la mise en
conformité.

L’entretien
L’entretien d’une chaudière, récente ou ancienne, est impératif.
Il en va aussi bien de la santé de votre matériel que de la vôtre.
En effet, une installation de chauffage déficiente peut être
dangereuse particulièrement dans le cas d’une chaudière à gaz
ou fioul.
Plusieurs solutions sont possibles. Vous pouvez signer un
contrat d’entretien de chaudière avec un professionnel,
demander et garder précieusement un guide d’utilisation ou
effectuer un contrôle annuel. Certes, il faut payer cet entretien
et tout le monde n’est pas prêt à accumuler les dépenses. Mais
celle-ci n’est pas superflue, bien au contraire. L’entretien d’une
chaudière est utile et nécessaire pour plusieurs raisons. Tout
d’abord, il assure un meilleur fonctionnement et une durée de vie
plus longue à votre installation. Il réduit également les dépenses

64
La sécurité

supplémentaires comme le dépannage, le remplacement, etc.


Enfin, il permet de préserver la qualité de l’air en réduisant les
rejets de CO2.

Attention : il est obligatoire de nettoyer (ramoner) chaque année le


conduit de cheminée de l’appareil de chauffage.

Durée de garantie
J’ai fait installer une chaudière il y a 6 mois. S’il arrivait
un problème, devrais-je payer ou la garantie fonctionne-t-
elle pour les pièces et la main d’œuvre ? Je n’ai pas pris de
contrat d’entretien vu que la chaudière est neuve...
par Chantm

Réponse de Énergies Diagnostic Solutions


La garantie d’un an s’applique sur les pièces. En
revanche, la main d’œuvre peut être prise en charge
par le fabricant de la chaudière si celui-ci fait un geste
commercial, sinon elle est à votre charge.

La révision annuelle
Chaque année, il est obligatoire de faire réviser son installation
par un professionnel. Sans cela, vous n’êtes pas couvert par
l’assurance en cas d’incident. Cette vérification permet de
détecter les dysfonctionnements et prévient d’éventuels
accidents. En outre, l’entretien et le nettoyage du matériel

65
La sécurité

enlèvent la crasse et redonnent au matériel son rendement


originel, tout en prolongeant la durée de vie du système
(ex : remplacement des anodes des ballons).

L’entretien du circuit de chauffage


Faites réaliser périodiquement un nettoyage/désembouage
de votre circuit de chauffage, pour éliminer les dépôts
de boues constitués d’oxydes métalliques et de tartre.
Ce nettoyage est obligatoire lors du remplacement
d’une chaudière pour bénéficier en outre de la garantie
constructeur. Une fois réalisé, protégez votre installation
en injectant un produit protecteur dans le circuit et en
installant un système anticalcaire.
Sans cet entretien, vous risquez de voir apparaître de pro-
blèmes comme des bruits dans votre circuit, une baisse
du rendement de votre chaudière, des micros fuites, un
dysfonctionnement de vos radiateurs ou de votre plancher
chauffant, etc.
par Elyotherm

Le contrat d’entretien
Il est possible de signer un contrat d’entretien avec une
entreprise spécialisée, de 80 à 150 € TTC l’année. L’entreprise
effectue une visite de contrôle chaque année et vous permet
de rentrer dans les normes. Elle s’engage également à vous
secourir en cas de panne et remplace le matériel défectueux
par du matériel neuf, à votre charge. De plus, un bon entretien

66
La sécurité

permet de vérifier les teneurs en CO2 rejetées dans l’air ambiant


de l’habitation et le bon tirage du conduit. Il est aussi possible
d’opter pour l’entretien forfaitaire, qui inclut uniquement
l’entretien obligatoire annuel. Comptez entre 60 et 130 €
l’année.

L’entretien pour lutter contre la légionellose


Les légionelles sont des bactéries qui prolifèrent dans
l’eau tiède. Elles représentent un risque important pour la
santé, c’est pourquoi certaines règles sont à suivre pour
empêcher leur apparition. Si vous possédez une chaudière
à production instantanée, veillez à bien faire effectuer son
entretien tous les ans par un professionnel. Dans le cas
d’un ballon, pensez à le détartrer régulièrement et en cas
de longue absence, ne vous servez pas en eau chaude
sans l’avoir vidangé au préalable. Enfin quelle que soit
votre installation, il est conseillé de chauffer votre eau à
60°C.
par Tinee

Les petits plus d’un professionnel


L’entretien d’une chaudière doit s’accompagner de conseils
pour réduire votre consommation, choisir le modèle en cas de
remplacement et trouver une alternative ou un complément à
la chaudière. Un professionnel compétent et consciencieux ne

67
La sécurité

se limitera donc pas à l’entretien. Un expert a en effet toujours


des conseils à donner ou à soumettre. Si le besoin est là, il le
fera de lui-même mais vous pouvez aussi lui demander.

Problème lors de l’entretien annuel d’une


chaudière gaz
Suite à l’entretien annuel de notre chaudière à gaz par les
plombiers qui nous l’ont installée il y a 3 ans, la chaudière
se met en sécurité et affiche une erreur. Prévenus, les
plombiers passent mais se déclarent incompétents et
préviennent un technicien. Celui-ci passe 2 h à poser un
diagnostic, change un réducteur de pression qui était HS
et prend un nouveau rendez-vous pour changer une sonde
et un échangeur, également HS mais qu’il n’a pas en
stock. La vétusté serait due au calcaire mais ma chaudière
n’a que 3 ans et était garantie 2 ans donc j’ai du mal à
le croire... Résultat  : visite annuelle de 110  €, visite du
technicien 115 € et prochaine visite 333 € avec les pièces,
ce qui fait un total de 558 € et 3 semaines de délai ! Y a-t-il
un recours ?
par Coalek25

Réponse de Procédurière
Commencez en écrivant une lettre recommandée
avec accusé de réception leur expliquant que tous les
frais sont dus à une mauvaise manipulation lors de
l’entretien annuel.

68
La sécurité

Prenez le temps de tout retranscrire et de mettre


en avant que le problème vient d’eux et que, par
conséquent, ce n’est pas à vous de payer. Joignez-y
une copie de la facture d’entretien, des devis et autres
coûts à venir. S’ils ne répondent pas, refaites la même
lettre en précisant cette fois qu’il s’agit d’une mise
en demeure (en haut de la lettre), avec injonction de
payer, et prévenez le tribunal d’instance lié à votre
adresse d’habitation.

Réponse de Assistance Dépannage Gaz 29


L’intervention du technicien est à la charge de
l’installateur-dépanneur puisqu’elle est due à son
manque de savoir-faire. Même si le problème était venu
du calcaire, il aurait dû vous proposer un adoucisseur
d’eau ou un nettoyage à l’acide. Là encore, il est en
cause pour défaut de conseil et donc de compétence.
De plus, si l’intervention du technicien s’est faite sans
devis, ne réglez rien. En effet, celui-ci est obligatoire,
pas de devis, pas de paiement ! Quoi qu’il en soit, votre
installateur-dépanneur est fautif.

69
Quelle puissance pour votre
chaudière ?

En physique, la puissance est la quantité d’énergie (en joule)


fournie par unité de temps, le débit d’énergie en quelque sorte.
La puissance d’une chaudière mesure donc la capacité et la
rapidité de la chaudière à alimenter le circuit en eau chaude.
L’unité de calcul est le Watt, sachant que 1 Watt = 1 joule par
seconde.

Bien estimer la puissance de votre


chaudière
Bien estimer la puissance de votre chaudière est crucial. En effet,
si votre chaudière n’est pas assez puissante, elle fonctionnera
en sur-régime et votre facture s’en ressentira.
De plus, vous risquez d’avoir des robinets d’eau chaude avec
peu de débit et des radiateurs tièdes en bout de circuit. Enfin,
pour bénéficier de la prise sous garantie, une mise en service
complète devra être effectuée lors du premier allumage par un
professionnel agréé (SAV ou installateur agréé).
Si votre chaudière est trop puissante, c’est moins grave. Vous
aurez simplement acheté un matériel un peu plus cher en vain.
En effet, plus une chaudière est puissante, plus elle est chère et
volumineuse.

70
Quelle puissance pour votre chaudière ?

Estimation rapide de la puissance de votre chaudière


Puissance chaudière Puissance chaudière
Votre logement* chauffage seul (sans chauffage + eau chaude
eau chaude sanitaire) sanitaire

Appartement < 100 m² 12 à 20 kW 23-28 kW + 40-80 litres

Appartement > 100 m² 18 à 25 kW 25-35 kW** + 80-150 litres

Maison > 100 m² > 20 kW 25-45 kW** + 150-200 litres

* Estimation pour une famille de quatre personnes.


** 25 kW pour une chaudière au sol et 35 ou 45 kW pour une chaudière murale.

Note : la puissance dépend surtout de la qualité d’eau chaude souhaitée


et pas forcément de la surface de la maison.

Taille et puissance d’une chaudière à


condensation pour 60 m2 ?
Je vis en couple dans un appartement de 60  m2. Notre
famille va bientôt s’agrandir. Quelles sont la puissance
et la taille nécessaire pour une chaudière à condensation
murale ?
par Marie Appart

Réponse de Tinee
Pour un appartement de moins de 100 m2, la puissance
nécessaire est d’environ 23-28 kW pour le chauffage et
l’eau chaude sanitaire.

71
Quelle puissance pour votre chaudière ?

Réponse de Elyotherm
À mon sens, une chaudière à condensation, si l’on met
de côté l’aspect environnemental, n’est clairement pas
rentable pour une telle surface.

Malgré tout, si vous devez produire votre eau chaude


sanitaire en instantané ou avec un système micro-
accumulé, je vous conseille de choisir une puissance
de chaudière de 23-25 kW. En accumulé, vous pourrez
opter pour une puissance moindre vu votre besoin de
chauffage, mais vous serez limité par l’offre du marché.

Calcul de la puissance
La première méthode consiste à faire la somme de la puissance
des radiateurs. Pour cela, additionnez la puissance indiquée sur
chacun des radiateurs de votre maison reliés à la chaudière.
Majorez ensuite le résultat de 20 % pour prendre en compte
les pertes de chaleur, et d’un peu plus si la maison est grande.
Cette méthode a cependant quelques limites puisqu’elle part
du principe que vous avez le bon nombre de radiateurs, ce qui
n’est pas sûr...
Aussi, il est judicieux d’essayer la seconde méthode.
La deuxième méthode considère uniquement vos besoins réels
en chauffage. Elle donne un ordre de grandeur, à confirmer par
votre installateur chauffagiste.

72
Quelle puissance pour votre chaudière ?

Étape 1 : calculez la puissance théorique P


L’équation pour calculer la puissance (P) de votre chaudière
est : P = C × DT × V
• C est le coefficient de consommation d’énergie.
Habituellement, on compte 1,5 pour une maison bien isolée,
1,6 pour une maison normalement isolée et 2 pour une
maison mal isolée.
• DT représente la différence de température entre la
température moyenne que l’on souhaite avoir dans chaque
pièce et le minimum extérieur régional. Ce minimum extérieur
régional est un indicateur du climat moyen de votre maison.
• V exprime le volume de la maison et se calcule en multipliant
la superficie par la hauteur sous plafond.

Étape 2 : prendre en compte les perditions


d’énergie et obtenez P’
Pour prendre en compte de nouvelles perditions d’énergie, il
faut multiplier P par 1,10 et 1,20. On obtient alors P’.
P’ = 1,10 × 1,20 × P

Étape 3 : comparez le résultat final


Dans la plupart des cas, les besoins en eau chaude sanitaire
sont supérieurs aux besoins de chauffage. La puissance de la
chaudière est alors déterminée par les besoins en eau chaude
sanitaire. Ces besoins sont fonction du nombre de personnes
sous votre toit, à la différence du chauffage où l’on chauffe une

73
Quelle puissance pour votre chaudière ?

maison de la même manière pour 2 ou 10 habitants. Dans les


maisons neuves, une puissance de chauffage de 8 kW pour 12
radiateurs peut suffire, mais la puissance est surtout importante
pour le sanitaire. Ainsi, de 1 à 3 personnes une puissance de
23 kW est conseillée, 28 kW à partir de 3 à 4 personnes et
33 kW pour 5 personnes et plus.

Exemple
Prenons une maison de 120 m² normalement isolée, avec
2,50 m de hauteur sous plafond, située à Paris. Les habitants
estiment qu’une température intérieure de 21°C dans la mai-
son suffira pour leur confort. Il y a 2 adultes et 2 enfants dans
ce foyer. La chaudière doit aussi s’occuper de l’eau chaude.
Étape 1 : P = C × DT × V
C = 1,6 puisque la maison est isolée normalement.
DT = 21- ( -9) = 30
V = 120 × 2,5 = 300
donc P = 1,6 × 30 × 300 = 14 400 W = 14,4 kW
Étape 2 : P’ = 14,4 × 1,1 × 1,2 = 19 kW
Étape 3 : P’’ = 28 kW (puissance nécessaire pour 4 personnes)
et P’’ > P’ = 19 kW
La puissance nécessaire est de 19 kW pour assurer le chauffage
de l’habitation. La puissance totale nécessaire est donc au
minimum de 28-30 kW pour répondre aux besoins en chauffage
et en eau chaude sanitaire de cette maison.

74
Quelle puissance pour votre chaudière ?

Quelle capacité d’ECS pour deux personnes ?


Nous allons construire une grande maison de 160 m², pour
recevoir nos enfants et petits-enfants quelques fois par
an. Le reste de l’année, nous ne serons que deux dans
la maison. Nous allons faire installer une chaudière à
condensation avec ECS. Un chauffagiste nous propose une
chaudière avec 75 L, l’autre avec 160 L. Est ce que cela a
de l’importance, que vaut-il mieux choisir et pourquoi ?
par Mamie87

Réponse de ELYOTHERM
Si vous choisissez une chaudière avec un ballon ECS
intégré, quelque soit la capacité de ce dernier, vous
aurez largement tout le confort nécessaire en eau
chaude, même si vous avez beaucoup de monde à la
maison ! Le 160 L est même clairement sur-dimensionné !
Il faut savoir que, suivant la qualité de l’échangeur et
la puissance de la chaudière, le chauffage de l’eau du
ballon à 50°C s’effectue en environ 10 à 20 min, et que
75 L d’eau à 50°C, vous produira peut-être 120 L d’eau
à 40°C pour vos douches, sachant qu’une douche de
10 min consomme environ 30 à 60 L.

75
Prix et financement

Les prix

Les prix des chaudières


Pour vous aider dans votre choix, ce tableau récapitule tout ce
qu’il faut savoir sur les différents types de chaudières. Les prix
sont donnés à titre indicatif.
Système à combustion ( chaudière)
Gaz de ville GPL cuve Fuel Bois
2 à 18 000€
Investissement 3 à 8 000 €
selon type
initial 1 500 à + 1 000 €
2 à 7 000 € de chaudière
(chaudière 6 000 € pour l’achat
(bûches,
seule)** de la cuve.
granulés, etc)

Coût (pour Facture


Entre 60 et Entre 130 et Entre 110 et Entre
une maison consommation
90 € 150 € 140 € 60 et 90 €
de 100 m²)* mensuelle***
Abonnement
annuel / loca- 120 € 200 à 250 € -- --
tion cuve
Maintenance : À partir de À partir de À partir de À partir de
contrat annuel 65 € 65 € 100 € 100 €
Totale autonomie quelles que soient les conditions
Autonomie
extérieures
Performance Réactivité Bonne rapidité de chauffe
Rendement Bon rendement

76
Prix et financement

Système à combustion ( chaudière)


Gaz de ville GPL cuve Fuel Bois

Excellent.
Mitigé (en fonction condensation ou Bilan d’émissions de
non) CO2 égal à 0
Environnement Émissions de CO2 (gaz à effet de Utilisation d’énergies
serre) fossiles (avec possibili-
té complément solaire)
Utilisation d’énergies fossiles
Utilisation d’énergies
renouvelables

Aucun, il suffit
d’être raccordé au
Stockage Cuve Cuve Abri sec
réseau de gaz de
ville.

* Ces chiffres sont donnés pour une habitation récente (années 80) correctement
isolée avec une surface au sol de 100 m², une hauteur de sous plafond de 2,5 m et
une puissance chaudière de 30 à 40 kW. Ils peuvent varier très significativement
en fonction de la qualité de votre isolation et de vos habitudes de consommation.
La consommation annuelle de chauffage est estimée sur une base de 15 000 kWh.

** Ces prix s’entendent pour l’achat d’une chaudière seule, sans l’installation, la
dépose de votre ancienne chaudière et sans la déduction d’impôt.

*** Il s’agit d’une estimation, variable en fonction de l’isolation et du type de


chauffage (par radiateur ou plancher chauffant).

77
Prix et financement

Les prix des solutions alternatives


Énergie renouvelable
Électrique
Solaire PAC

Coût annuel Solaire gratuit


(conso + + coût du
1 500 à 2 500 € 400 à 600 €
abonnement + chauffage
maintenance) d’appoint
Bonne mais
Pas suffisant pour nécessite un
chauffer une mai- chauffage
son,
Très bonne d’appoint pour
besoin chauffage
Performance Bonne rapidité d’appoint. certains types
de chauffe de pompes ou si
Suffisant pour eau hiver très rude.
chaude Rendement très
sanitaire.
supérieur
Très bon : énergie
Énergie propre renouvelable mais
chez soi mais
Environnement Excellent fonctionne en
d’origine partie à
nucléaire. l’électricité.
* Prix donnés à titre indicatif pour du matériel de taille et de qualité standard, pose
comprise.

Le crédit d’impôt

Le principe
Un crédit d’impôt est une aide financière incitative, accordée
par l’État sur l’achat de certains équipements. Il vise à orienter
les contribuables dans leur choix de consommateurs.

78
Prix et financement

Pour cela, il prend la forme d’une déduction fiscale, si vous êtes


imposable ou d’un chèque du Trésor Public, si vous n’êtes pas
imposable.
Le crédit d’impôt porte exclusivement sur l’achat du matériel.
La pose et la main d’œuvre ne sont pas sujettes au crédit
d’impôt même si le matériel doit impérativement être acheté et
posé par un professionnel.

Attention : le matériel posé directement par le contribuable ne


permet pas d’obtenir le crédit d’impôt.

Condition d’obtention du crédit d’impôt


Pour toucher le crédit d’impôt, peut-on acheter une
chaudière chez un fournisseur X et la faire poser par un
professionnel Y ?
par Ravbahia

Réponse de AASPEC Énergies


Pour obtenir un crédit d’impôt, il faut une facture
unique, c’est donc à l’installateur de fournir la
chaudière. Il y a cependant une exception pour la
géothermie. Dans ce cas, les travaux de terrassement
peuvent être facturés à part.

79
Prix et financement

Les conditions et la marche à suivre


Le crédit d’impôt est alloué aux propriétaires et locataires ayant
entrepris des travaux mais ne s’applique que sur les résidences
principales. Il vaut aussi bien pour les constructions neuves que
pour l’ancien. Pour l’obtenir, il suffit de mentionner les travaux
sur votre déclaration fiscale et de joindre les factures.
Les chaudières à basse température ne sont plus éligibles au
crédit d’impôt depuis janvier 2009. En revanche, la chaudière
à condensation bénéficie d’un crédit d’impôt de 15 %. Enfin,
les chaudières, poêles et inserts à bois donnent le droit à 25 %
de crédit d’impôt pour une nouvelle installation et 40 % pour
le remplacement d’un ancien équipement, dont la destruction
devra être prouvée. Il est plafonné à un montant maximal
de 8 000 € pour un(e) célibataire, 16 000 € pour un couple
(plus 500 € environ par enfant à charge). Ce plafond est valable
durant cinq années consécutives, situées entre le 1er janvier
2005 et le 31 décembre 2012. Le contribuable qui réalise des
dépenses à plus de 5 ans d’intervalle peut bénéficier du plafond
à deux reprises.

Crédit d’impôt et chaudière électrique


Le corps de chauffe de ma chaudière électrique est percé.
Je suis propriétaire de ma résidence principale achevée au
1er janvier 1990. Le crédit d’impôt s’applique-t-il pour une
chaudière électrique ?
par Amiralfox

80
Prix et financement

Réponse de Énergie Diag Service


Il n’y a pas de crédit d’impôt pour la chaudière électrique.
En revanche, il en existe un sur la pompe à chaleur
air/eau, justement pour que vous remplaciez votre
chaudière électrique par une PAC, plus performante en
termes d’efficacité énergétique.

Les aides financières supplémentaires


Si vous utilisez des énergies renouvelables telles que le bois,
vous pouvez obtenir d’autres aides financières. Ces aides ne se
cumulent pas avec les crédits d’impôt, mais en sont déduites.
Elles sont surtout proposées aux personnes qui ont peu de
ressources. Elles proviennent de l’ANAH (agence nationale
pour l’amélioration de l’habitat) et des collectivités territoriales
comme le conseil régional, le conseil général ou la commune.

L’éco-prêt
L’éco-prêt est un prêt écologique destiné aux travaux
d’économie d’énergie dans l’immobilier. Il met ainsi en œuvre
deux principales mesures :
• L’éco-prêtà taux zéro vise à financer la rénovation ther-
mique des logements privés.
• L’éco-prêtlogement social finance l’amélioration de la
performance énergétique des logements sociaux.

81
Prix et financement

Réunissant les professionnels du bâtiment et de l’immobilier, les


organismes HLM et la caisse des dépôts dans un but commun
de croissance verte, l’éco-prêt poursuit trois objectifs.
Tout d’abord, il vise la réduction de la consommation d’énergie
et par conséquent de votre facture d’électricité, de gaz...
Il a également pour but la diminution des émissions de gaz à
effets de serre, principalement le CO2 (dioxyde de carbone)
représentant 74 % du total, cause du réchauffement climatique.
Enfin, il contribue à la création de milliers d’emplois,
principalement dans le bâtiment et les énergies renouvelables.

Éco-prêt à taux zéro Éco-prêt logement social


Amélioration de la
Rénovation thermique des
Quoi ? performance énergétique des
logements privés. logements sociaux.

Entré en application le 1er avril Entré en application le 1er avril


Quand ? 2009 et visant des objectifs à 2009 et visant des objectifs à
long terme (2020). long terme (2020).

Habiter un logement social


« énergivore ».
Être propriétaire de sa
résidence principale. Contacter la mairie d’une
Comment ? Contacter les banques commune possédant des
logements sociaux,
partenaires de l’État par une société d’économie mixte
signature d’une convention. ou un organisme d’habitation à
loyer modéré.

30 000 € maximum sans 16 000 € à un taux fixe de


Combien ? intérêts de remboursement. 1,90 %

82
Prix et financement

Alors, n’hésitez plus pour une question d’argent, achetez et


faites installer par un professionnel :
• une chaudière écologique, en remplaçant votre chaudière
fioul par une chaudière à granulé ;
• un système de chauffage écologique en associant des
panneaux solaires et un chauffe-eau ;
• un poêle ou une cheminée écologique en achetant un poêle
à granulé ou une cheminée bio éthanol ;
• un radiateur écologique en achetant un radiateur à inertie ;
• une pompe à chaleur écologique en associant une pompe à
chaleur air-air avec un chauffage au sol ;
• ou encore des panneaux solaires écologiques si vous habitez
une zone ensoleillée.

83
Comment trouver un
spécialiste ?

Les marques de chaudière, sauf exception, n’assurent pas


le service après-vente pour l’installation, l’entretien ou le
dépannage des chaudières qu’elles fabriquent. Vous devrez
donc passer par une société spécialisée dans l’installation et
l’entretien c’est-à-dire un « chauffagiste », également appelé
« installateur ». Les chauffagistes sont multimarques. Ils
vendent, installent et entretiennent aussi bien une chaudière
Leblanc qu’une Frisquet. En effet, ils passent des accords avec
les différentes marques pour avoir des conditions préférentielles,
dont ils vous font bénéficier.

Les types de chauffagistes


Il existe deux principaux types de chauffagistes.
• Les réseaux nationaux (ou indépendants) sont une seule et
même enseigne composée d’antennes réparties à travers la
France, les chauffagistes sont des salariés de ladite société.
Certains réseaux ne font que l’entretien et le dépannage,
pas l’installation (SAV).
• Les chauffagistes indépendants sont des artisans qui
travaillent « à leur compte ». Ils réalisent aussi bien la vente,
que l’installation, l’entretien et le dépannage.

84
Comment trouver un spécialiste ?

Certificat de conformité
J’ai fait procéder en avril au remplacement de ma vieille
chaudière très gourmande en gaz.
Est-il normal que l’installateur n’ait pas pris la peine de
raccorder le groupe de sécurité et qu’il se soit contenté
de laisser un seau sous la chaudière pour récupérer
les condensats  ? Seau que je suis obligé de vider
quotidiennement ! Je précise que l’installateur ne m’a pas
non plus donné de certificat de conformité et ce, malgré
sa facturation de 86  €. Que suis-je en droit d’exiger de
celui-ci ?
par Zanpol

Réponse de Pj
Tout d’abord, faites revenir l’installateur car les
condensats comme le groupe doivent être raccordés au
tout-à-l’égout.

De plus, il doit obligatoirement vous fournir le double


du certificat de conformité, dûment rempli. La confor-
mité doit ensuite être confirmée par Caligaz ou un
autre organisme agréé. S’il constate que votre installa-
tion n’est pas aux normes, Gaz de France peut couper
le gaz au compteur et demander la mise aux normes
avant de rouvrir le compteur. Et cette intervention est
payante  ! Ne vous laissez donc surtout pas faire et
recontactez votre installateur.

85
Comment trouver un spécialiste ?

Les prix
Même si le fabricant suggère aux chauffagistes un « prix de
vente conseillé », les chauffagistes sont libres de fixer leur prix.
Résultat : les prix d’achat pour une même chaudière varient
d’un chauffagiste à l’autre !
Les prix de la main d’œuvre, de l’installation et de l’entretien
varient également en fonction du taux horaire décidé par le
chauffagiste.
De plus, réseau national ne veut pas dire prix identique sur toute
la France. En effet, le prix dépend de la région et également de
la distance entre votre domicile et l’antenne la plus proche.
Il est donc important de faire plusieurs devis et de comparer !

86
Lexique

Accumulation ou micro accumulation


Système utilisant une réserve d’eau chaude stockée dans le bal-
lon ou préparateur à accumulation. Il est indispensable si vos
besoins en eau chaude sont importants et permet d’avoir une
eau chaude instantanément au robinet (pas d’effet retard).

Brûleur
Un brûleur est l’élément mécanique assurant la production de
chaleur en opérant un mélange entre un combustible, gaz ou
fioul, et l’air comburant chargé d’oxygène, ce qui entraîne une
combustion.

Chaleur douce
Chaleur douce signifie que les émetteurs sont à « basse tem-
pérature » : radiateurs, plancher chauffant (inférieur à 50°C).

Chaudière murale
La chaudière murale sert le plus souvent à produire de l’eau
chaude sanitaire. Fixée sur une paroi, la chaudière murale est le
plus souvent installée dans la salle de bain ou la cuisine.

Chauffage central
C'est une installation de chauffage (chaudière fioul ou gaz) qui
distribue un réseau alimentant des radiateurs dans une maison
ou dans les différents appartements d’un immeuble.

87
Lexique

Convecteur
Le convecteur est un appareil de chauffage qui a pour objectif
de chauffer l’air ambiant. En fonction de la nature de l’énergie
utilisée, on distingue les convecteurs électriques (effet Joule) et
les convecteurs à eau chaude.

Corps de chauffe
Le corps de chauffe correspond à la zone de la chaudière où la
chaleur est transmise au circuit d’eau.

Désembouage
Le désembouage consiste à nettoyer l’ensemble du circuit
de chauffage, en éliminant les boues qui se sont formées et
accumulées. Cette opération est primordiale pour le bon
rendement et la durée de vie de votre installation.

Échangeur
C'est un équipement qui assure le transfert des calories d’un
fluide à un autre. Ces fluides échangent leur chaleur mais ne se
mélangent pas.

Effet Joule
L’effet Joule correspond à la manifestation thermique de la
résistance électrique. Son nom vient du physicien anglais James
Prescott Joule qui l’a étudié vers 1860.

88
Lexique

Émetteur
L’émetteur est un équipement qui permet de transférer l’éner-
gie d’un fluide à un autre.

Inertie
L’inertie est la capacité d’une paroi, d’un bâtiment ou d’un local
à atténuer un transfert de calories.

Insert
L’insert est une chambre de combustion métallique qui possède
une ou plusieurs portes et qui laisse apparaître le feu à travers
des vitres spéciales.

PCI (Pouvoir Calorifique Inférieur des


combustibles)
PCI = quantité totale de chaleur dégagée par la combustion.
Exemple : la combustion de 1 litre de fioul ou de 1 m3 de gaz
naturel dégage environ 10 kWh. On peut comparer le coût des
énergies entre elles : 1 m3 de gaz naturel = 1 l de fioul = 10 kWh
d’électricité.

PCS (Pouvoir Calorifique Supérieur)


PCS = PCI + chaleur latente dans la vapeur d’eau produite
par la combustion. En faisant condenser cette vapeur d’eau,
on récupère un supplément de chaleur (de l’ordre de 10-12 %
pour le gaz naturel).

89
Lexique

Priorité à l’eau chaude sanitaire


C’est une option de fonctionnement disponible sur certaines
chaudières qui combinent chauffage et eau chaude sanitaire
permettant de donner la priorité à l’eau chaude lorsque l’on
ouvre un robinet.

Régulation
Les nouvelles chaudières sont équipées de régulation
électronique : la puissance fournie par la chaudière est adaptée
aux besoins de chauffage réels en fonction des conditions
climatiques, selon des heures de présence. Le thermostat
d’ambiance est également un système de régulation
fonctionnant sur toutes les chaudières : son coût est faible et il
permet de réaliser jusqu’à 20 % d’économies, avec parfois un
crédit d’impôt.

Rendement
C’est le rapport entre l’énergie restituée par l’équipement et
celle fournie par le combustible.

Robinet thermostatique
Le robinet thermostatique régule le débit d’eau chaude du
radiateur sur lequel il est monté. Il permet de contrôler la
température ambiante de la pièce dans laquelle il est installé :
donc de chauffer plus ou moins les différentes pièces, ou de ne
pas utiliser le radiateur dans les pièces exposées au soleil.

90
Lexique

Simple service (chaudière)


Une chaudière simple service est utilisée pour le seul chauffage,
elle ne possède pas de production d’eau chaude sanitaire par
opposition à la chaudière double service.

Sonde d’ambiance
La régulation fait varier la température de la chaudière en
fonction des informations qu’elle reçoit des sondes et des
besoins de confort programmés.
La régulation ne contrôle pas la température ambiante directe-
ment. Pour cela, vous pouvez :
• installer sur les radiateurs un robinet thermostatique ;
• installer une sonde d’ambiance dans la maison qui sera reliée
à la régulation et la corrigera en fonction de la température
réelle de votre maison.

Sonde extérieure
La régulation peut comporter une sonde extérieure mesurant
la température extérieure et qui ajustera automatiquement la
température de chauffage.

Soupape de sécurité
Évite les surpressions dans la chaudière et son circuit.

91
Lexique

Thermosiphon
Le thermosiphon est le phénomène de circulation d’eau qui se
produit dans les circuits par simple différence de niveau et de
température.

Thermostat d’ambiance
Il contrôle la température de la pièce dans laquelle il est placé.
Lorsque la température de la pièce atteint la température pré-
vue par vous dans le thermostat d’ambiance, ce dernier coupe
le brûleur ou l’accélérateur.

Thermostat de chaudière (ou aquastat)


Le système de régulation peut être un simple thermostat placé
sur la chaudière. Il contrôle la température de l’eau dans les
radiateurs ou de l’eau sanitaire.

Tirage
Le tirage correspond au mouvement ascendant des gaz chauds
dans le conduit de fumée.

Vase d’expansion
Il s’agit d’un petit réservoir, parfois intégré à la chaudière
qui corrige les variations du volume d’eau dans le circuit
de chauffage de manière à le maintenir constant. En effet,
lorsque le système chauffe, l’eau a tendance à se dilater, le

92
Lexique

vase d’expansion recueille alors le surplus. À l’inverse, lorsque


le système refroidit, l’eau a tendance à manquer et le vase
d’expansion approvisionne alors le circuit en eau.

Ventouse (chaudière à)
La ventouse a pour objectif d’éviter la rénovation ou la mise
en place d’un conduit de cheminée en inox pour l’évacuation
des gaz. Elle est formée par deux tubes qui débouchent vers
l’extérieur en toiture (ventouse verticale) ou au travers d’un mur
(ventouse horizontale). Le premier tube introduit l’air nécessaire
à la combustion, le second évacue les gaz de combustion.

93
Les professionnels et experts
cités dans cet ouvrage
Nos sites permettent aux professionnels et spécialistes
de publier et partager leur savoir-faire (réponses aux
questions des internautes, astuces, articles...). Une
sélection de leurs meilleures contributions à été incluse
dans cet ouvrage. Tous les jours de nouveaux professionnels
s’inscrivent et publient sur nos sites. Faites appel à eux :
ces pros savent de quoi ils parlent !

Actsun
Pour nos enfants, protégeons ensemble notre environnement !
• Activité : Installateur Conseil en équipement utilisant les éner-
gies renouvelables: Chauffe eau solaire P.A.C Chauffage bois
Chauffage piscine solaire Chaudière gaz à condensation
• Départements d’intervention : 7 / 13 / 30 / 84
• Adresse : 26 rue de la Prétentaine, Lot les Sabines, 84140
Montfavet

• Téléphone : 04 90 33 38 46 / 06 62 91 24 86
AASPEC Énergies
Installations et dépannages en : Aérothermie (pompe à chaleur
air/eau, air/air), Panneaux photovoltaïque, Chauffe-eau solaire,
Plomberie, Électricité, Chauffage.
• Activité : Panneaux photovoltaïques, Chauffe-eau solaire,
Chaudières automatiques et poêle à bois, Électricité, Chauffage,
Neuf ou rénovation.

94
Les professionnels et experts cités dans cet ouvrage

• Départements d’intervention : 44 / 49 / 85
• Adresse : Le coin du Bois, 44330 La Chapelle Heulin
• Téléphone : 06 83 27 04 45
Assistance dépannage gaz 29
Découvrez un autre service avec un vrai suivi client.
• Activité : service après-vente
• Départements d’intervention : 29
• Adresse : 12 rue docteur Dujardin, 29290 Saint Renan
Dépannage & Entretien
• Activité : Formé par l’AFPA, en cours de création d’entreprise.
Technicien de maintenance en Chauffage.
• Départements d’intervention : 43
• Adresse : Brugerolles, 43100 Vieille-Brioude
• Téléphone : 06 63 43 92 69
Dom&Lux
Dom&Lux, spécialiste ENR sud 35
• Activité : Installée en Ile & Vilaine, la société Dom&Lux est spécia-
lisée dans la rénovation de vos systèmes de chauffage. Pompe à
chaleur, Photovoltaique, Solaire thermique, Poêles et chaudières
bois, Radiateur.
• Départements d’intervention : 35
• Adresse : La Changeonnière, 35134 Sainte Colombe
• Téléphone : 02 99 47 76 93 / 06 30 59 86 67

95
Les professionnels et experts cités dans cet ouvrage

Elyotherm
Notre objectif : économies d’énergie & confort durable pour votre
installation. Chauffage Gaz Bois.
• Activité : Installation — Rénovation : Chauffage toutes énergies
— Plomberie Sanitaires — Énergies renouvelables
• Départements d’intervention : 1 / 38 / 42 / 69
• Adresse :: 10, chemin de Crépieux, 69300 Caluire et Cuire
• Téléphone : 09 50 23 32 78
Énergies Diagnostic Solutions

Expertise-conseil en rénovation énergétique grâce à un bilan


thermique agréé écoprêt taux 0 %
• Activité : Expert-conseil en rénovation énergétique
• Départements d’intervention : 16 / 17 / 24 / 33 / 40 / 47
• Adresse : 41 rue des Vignes, 33320 Eysines
• Téléphone : 05 56 05 92 51 / 06 37 03 21 52
Énergie Diag Service
Réduire vos coûts en améliorant l’environnement. Réalisation
d’études énergétique.
• Activité : consultant énergies renouvelables et maitrise de l’énergie
• Départements d’intervention : France entière
• Adresse : 22 rue Paul Vaillant Couturier, 94140 Alfortville
• Téléphone : 06 13 82 14 52

96
Les professionnels et experts cités dans cet ouvrage

Entreprise PUIG
Expert thermique sur Narbonne, nous accompagnons nos clients sur
le choix d’énergies et technologies adaptées (condensation, pompe
à chaleur, solaire...) à leur mode de vie.
• Activité : sanitaire — énergie solaire thermique — chauffage gaz/
fioul/bois — traitement des eaux
• Départements d’intervention : 11
• Adresse : Le Lavandou, chemin de la petite Licune, 11100
Narbonne

• Téléphone : 04 68 41 34 98
Mp.Light.Énergie o
Venez voir du travail d’art, que ce soit en installation de pompe à
chaleur, plancher chauffant, géothermie, panneaux solaires et vol-
taïques — Plomberie générale à l’ancienne — électricité
• Activité : installation de pompe à chaleur, plancher chauffant,
géothermie.
• Départements d’intervention : 11 / 30 / 34 / 66 / 84
• Adresse : 3 rue Baroncelli, 30800 Saint-Gilles
• Téléphone : 04 66 23 40 66/06 98 20 03 56
Rénove Chaudière
Spécialiste des pannes complexes sur chaudières
• Activité : Chauffage
• Départements d’intervention : 59 / 62
• Adresse : Rue Prosper Franck, 59160 Lomme

97
Les professionnels et experts cités dans cet ouvrage

• Woody Flam Center


Bois Energie
• Activité : Production et vente sur place ou livraison de bois éner-
gie sous toutes ses formes (granulés, bûches)
• Départements d’intervention : 30 / 34
• Adresse : 386 rue Bandido, ZA Les Cousteliers, 34160 Castries
• Téléphone : 04 67 70 06 66

98
FIN

Vous aimerez peut-être aussi