Vous êtes sur la page 1sur 95

2020

COURS DE CONSTRUCTIONS
METALLIQUES I (CMI)

Paul-Ramsès LANGOUO

18/06/2020
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

AVANT PROPOS
Cette note de cours, traite des méthodes de calcul des constructions métalliques sans
oublier l’acier qui est son élément fondamental. C'est une contribution qui s'ajoute à l'ensemble
des méthodes qui traitent des méthodes modernes selon l'EUROCODE 3 et anciennes selon les
règles CM 66, CM 97 et l'additif 80 de calcul des structures en acier. Destiné aux étudiants de
3ème, 4ème année des instituts supérieurs des études technologiques, ce travail constitue un support
d'initiation et de familiarisation avec le vocabulaire et les techniques de calcul en construction
métallique (selon les règles CM 66, CM 97, l'additif 80 et plus récemment l'EUROCODE 3)
dans cette discipline.

La première partie est consacrée premièrement aux généralités sur le matériau acier, de
ses caractéristiques mécaniques et géométriques normalisées, de ses avantages et inconvénients
et aussi du vocabulaire usuel de la construction métallique. Ensuite sur les principaux éléments
constituant ou terminologie d’une ossature métallique classique et les problèmes propres aux
structures métalliques. Puis la limite entre le domaine élastique et celui plastique en CM. Et enfin
sur l’analyse des constructions métalliques : les principales normes applicables en CM.

La deuxième partie présente successivement les actions, les différentes actions et les
combinaisons d'actions (permanentes G, variables Q, accidentelles…Etc.) suivant les 03
réglementations connues sur une construction métallique. Ensuite, la classification des sections
transversales (uniquement selon l'Eurocode 3).

La troisième partie est consacrée premièrement à la résistance des sections


transversales notamment par le développement des organigrammes de dimensionnement (et/ou
vérification) des éléments tendues, fléchies et/ou comprimés et enfin à la résistance des
sections longitudinales ou résistances des barres (phénomènes d'instabilités élastiques) par la
vérification de la stabilité des éléments fléchies et/ou comprimés.

La quatrième partie est consacrée aux calculs d'assemblages (boulonnés ou soudés) en


construction métallique.

La cinquième partie (plus applicative) concerne le dimensionnement concret des


composants de base (squelette) d'un bâtiment métallique.

Enfin la sixième partie qui est consacrée à la protection et l'entretien sans oublier les
annexes 1, 2 & 3.
Paul-Ramsès LANGOUO. Douala, Mai, 2019
Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

2
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

PRE REQUIS & NIVEAU

 EN MATHEMATIQUES: Calcul matriciel, Équations différentielles, Équations


intégrales.
 EN PHYSIQUE: Résistance Des Matériaux (RDM), Résistance Des Structures (RDS).
 NIVEAU : Troisième et quatrième et cinquième année d'école d'ingénieurs.

OBJECTIFS

 Repérer les différentes actions s’exerçants sur une structure métallique,


 Etre capable de dimensionner les éléments élémentaires tendus, comprimés et fléchies
d’une construction métallique,
 Vérifier les assemblages d’une structure métallique,
 Etre capable de lire et interpréter une note de calcul en construction métallique.

ADMISSIBILITE

La condition d'admissibilité sera approuvée selon la combinaison suivante :

Note examen ≥ 13/20

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

3
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

PARTIE I :

GENERALITE SUR LE MATERIAUX


ACIER/TERMINOLOGIE & ANALYSE DES
STRUCTURES MATALLIQUES : NORMES
DE CALCUL

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

4
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

CHAPITRE 1 : GENERALITE SUR LE MATERIAUX ACIER & TERMINOLOGIE


D’UN BATIMENT METALLIQUE

1. Introduction
La construction métallique dans le monde est utilisée pour la réalisation de la charpente
des bâtiments industriels et commerciaux (usines, hangars), des ouvrages d’art (passerelles,
ponts), des ouvrages de génie civil (pylônes, plates-formes de forages, remontée mécaniques) et
à un degré moindre, des bâtiments d’habitation. Elle se fait à l’aide d’un matériau principal
qu’est l’acier.
Jusqu'a 1993, la conception et le calcul des constructions métalliques étaient régis par
différentes réglementations :
 "Les règles de calcul des constructions en acier" dites règles CM 66, qui
réglementait tous les bâtiments en acier
 Le titre V du fascicule 61 du cahier des prescriptions communes; intitulé
"conception et calcul des ponts et constructions métalliques en acier" qui
réglementaient essentiellement les ponts et ouvrages d'art en acier
 Les normes NF, qui régissaient les calculs des assemblages et des éléments à paroi
minces
 L'additif 80, qui introduisait les notions de plasticité de l'acier et des états limites,
ce qui permettait de tirer des propriétés élasto-plastiques de l’acier et d'alléger les
structures.
Depuis 1993, une nouvelle réglementation européenne est entré en vigueur et impose, en
remplacement de ces divers et précédents textes un code unique : l'Eurocode 3.
2. Le matériau acier
2.1 L’acier
L’acier est essentiellement une combinaison de fer et de carbone. On ne le retrouve pas à
l’état naturel ; il résulte d’une transformation de matière première tirée du sol. Les conditions
matérielles de cette transformation entrainent dans sa composition la présence, en très faibles
proportions, d’autres éléments (phosphore, souffre) considérés comme impuretés. Suivant la
qualité de l’acier que l’on veut obtenir, il est possible d’abaisser le pourcentage de ces impuretés
au cours de l’élaboration.
Mais l’acier peut également contenir d’autres éléments (silicium, manganèse, chrome,
Nikel, tungstène…) introduits volontairement en vue de modifier sa composition chimique et par
suite ses caractéristiques physiques et mécaniques.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

5
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

Les éléments additionnés permettent d’obtenir des qualités différentes classes sous formes
de « nuances ».
2.2 Les procédés d’élaboration de l’acier
1.2.1 Des matières premières à l’acier liquide
Les matières essentielles entrantes dans la composition de l’acier sont les minerais de fer,
le coke et la ferraille.
1.2.2 De l’acier liquide aux demi-produits
A la fin de l’opération d’élaboration de l’acier, par quelque procèdes que ce soit, les
scories sont déversées dans une cuve et l’acier est recueillies à l’état liquide dans une poche
garnie de réfractaire. A partir de ce stade, la mise en forme en vue du laminage finale peut se
faire suivant deux schémas différents : la coulée continue et la coulée en lingots.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

6
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

Pour les formes carrées, ces produits prennent le nom de bloom ou biellette suivant que
la dimension est plus grande ou plus petite de 120 mm. Le nom de brame pour les formes
rectangulaires d’épaisseurs supérieure à 50mm.

1.2.3 Des demi-produits aux produits sidérurgiques


Les formes des produits sidérurgiques finis laminés à chaud sont classes suivant 02
familles :
 Les produits plats : plaques (épaisses) tôles (minces) et feuille ou bobine
 Les produits longs, comprenant les profils de petites sections : rond, carré, rectangle,
trapèze, T, L, U, tube (sans soudure), les profils lourds : poutrelle (I, H), palplanche,
rails, fils machine.
Leurs dimensions et caractéristiques sont normalisées et répertoriées sur catalogues.

3. Les principaux produits utilisés comme éléments de structures


3.1 Produits lamines à Chaud

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

7
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

3.2 Les produits formés à Froid


Ce sont des produits donc la forme finale est obtenue par pliage à froid (température
ambiantes).

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

8
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

3.3 Produits dérivés des produits laminés et des profils reconstitués soudés (PRS)

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

9
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

3.4 Les autres produits


3.4.1 Les pièces moulées
Il s’agit de pièces aux formes complexes qui sont difficilement réalisables par
soudure et que l’on coule dans des moules réfractaires. Leur utilisation ne se justifie que par un
effet de série ou par leur taille, comme des nœuds d’assemblage répétitifs.
3.4.2Les pièces forgées
Cette technologie concerne les pièces pleines (bielles, poteaux…) de grandes
dimensions qui sont obtenues par façonnage à chaud au moyen de presses hydrauliques de grande
puissance.
3.4.3 Les pièces mécano soudées
Ces pièces d’attache complexes sont composées à partir d’éléments standards
(plats, cornières, profils…) soudés entre eux. Elles constituent une alternative économique aux
pièces moulées.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

10
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

4. Classification des produits sidérurgiques

La construction métallique utilise essentiellement des poutrelles et laminés marchands


(les profilés métalliques) :

4.1 Poutrelles classiques

4.2 Laminées marchands

4.3 Caractéristiques générales des profilés

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

11
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

12
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

5. Système de repérage
Le système utilisé est un d’axe de coordonnée cartésiens lié à la section donc l’origine
passe par le centre de gravité de la section.
Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

13
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

6. Les essais Mécanique/propriétés mécaniques


6.1 Essai de traction
Il s’agit de l’essai fondamental qui fournit les grandeurs de calcul directement utilisable
dans le dimensionnement

6.2 Essais de flexion par choc (essai de résilience)

Cet essai a pour objectif de mesurer l’énergie absorbée par une éprouvette bi-appuyée,
comportant une entaille médiane en V, lors de sa rupture en flexion sous le choc d’un mouton-

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

14
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

pendule. Cette énergie caractérise l’acier et sa sensibilité à la rupture fragile en fonction de la


température.

6.3 Essai de dureté


Les essais de dureté consistent à mesurer la pénétration d’un outil conventionnel dans la
pièce à tester sous une charge prédéterminée.
6.4 Les essais de pliage
Cet essai permet d’apprécier qualitativement la ductilité de l’acier et l’aptitude au
formage à froid par pliage des tôles ou barres constitués de ce matériau.
6.5 Un peu de Ductilité
Notons que bien entendu, il sera toujours préférable qu'un matériau de construction soit
ductile, plutôt que fragile.
En effet les ruptures de matériaux fragiles sont soudaines, et de plus, explosives. La
structure ne donne aucun signe avant-coureur de la rupture, contrairement à celles réalisées en
matériaux ductiles et en particulier écrouissables, qui préviennent en affichant une évolution
importante de la déformation à charge quasi-constante. C'est pourquoi il faut dimensionner les
structures utilisant des matériaux fragiles avec des marges de sécurité importantes sur la valeur
de la contrainte de limite élastique.
Un autre intérêt de la ductilité est la capacité du matériau à dissiper beaucoup d'énergie au
cours d'un chargement alterné et cyclique de grande amplitude, auquel une agression sismique
peut le soumettre.
Cette ductilité permet alors d'amortir le mouvement, d'accommoder de grands
déplacements imposés tout en soutenant l'effort maximum, et d'écrêter les forces en redistribuant
les efforts aux sections voisines.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

15
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

Les armatures du béton armé permettent de conférer de la ductilité à ce matériau, aussi bien
dans sa rupture et traction qu'en compression. En particulier le confinement du béton par des
cages d'étriers permet d'accroître et la résistance et la ductilité du béton en compression.
6.6 Le domaine élastique et plastique de l’acier
Reprenons l’essai de traction de l’acier, cet essai est normalisé et consiste à tirer sur une
éprouvette cylindrique de dimensions normalisées. Nous mesurons la force appliquée
progressivement et l’allongement de l’éprouvette. Nous obtenons un diagramme contrainte-
déformation. La figure ci-dessous montre ce diagramme idéalisé :

- Phase OA :
Cette première zone est la phase élastique. L’allongement relatif de l’éprouvette (ε= ∆L/L)
est proportionnel à la contrainte (donc force) appliquée. Cette phase est réversible, cela signifie
que si nous supprimons l’effort de traction, l’éprouvette revient à sa longueur initiale.

- Phase AB :
Nous entrons dans le plateau plastique. Contrairement à la zone élastique, les déformations
de cette phase ne sont plus réversibles. Cela signifie que si nous supprimons l’effort de traction,
l’éprouvette conserve une déformation permanente appelée aussi déformation plastique.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

16
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

o La zone AA’ : Encerclé en rouge sur la figure 1, zone nommée plateau


plastique ou palier de ductilité, l’allongement et l’effort appliqué
augmentant sans augmentation de la contrainte.
o La zone A’B : appelée zone d’écrouissage, la contrainte doit augmenter pour
continuer l’allongement.
- Phase BC
Dans cette dernière phase, nous dépassons la contrainte maximale (𝑓𝑢 ) : c’est le début de
la phase de rupture. Dans cette phase, la section de l’éprouvette diminue de manière visible et
localisée à l’endroit de la rupture : il y a striction de la section.
Grâce à cet essai, nous déterminons la limite d’élasticité (𝑓𝑦 ), la résistance ultime à la
traction (𝑓𝑢 ) et le module d’élasticité longitudinale de l’acier (E).
Les caractéristiques mécaniques de l’acier sont données dans la NBN EN 1993-1-1:2005,
article 3.2.6.
o Module d’élasticité longitudinale E = 210 000 N/mm²
o Module de cisaillement G = 81 000 N/mm²
o Coefficient de Poisson ν = 0,3
o Coefficient de dilatation α = 12 x 10-6par °C
o Masse volumique ρ = 7850 kg/m3

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

17
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

NB :Pour des jeunes débutants comme vous il est conseillé de faire vos études en
uniquement en ELASTICITE car le domaine de la PLASTICITE est réservé aux experts et aux
avertis du domaine de la CM!
7. Désignation symbolique des aciers
La désignation des aciers se fait comme suit :

8. Les propriétés des aciers laminés

Les nouvelles normes européennes: les nouvelles normes européennes n’ont pas
fondamentalement changés les caractéristiques des aciers normalisés. Aussi il est utile d’établir
une correspondance entre anciennes et nouvelles notations:

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

18
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

Norme EN 10025: elle est tout à fait essentielle en construction métallique en ce qu’elle
définit les aciers constitutifs de la très grande majorité des produits sidérurgique utilisés par la
profession, soit les nuances :

 Le S235 pour des constructions privées,


 Le S275 pour des constructions publiques,
 Le S355 pour des constructions spéciales telles que les ponts, ouvrages d’art et
autres

Ces nuances d’acier sont les plus utilisés de nos jours. Il s’agit d’aciers non alliés, prévus
en principe pour la réalisation d’ouvrages destinés au service à température ambiante. La norme
définit les nuances d’aciers, les classes de qualités, ainsi que les caractéristiques mécaniques en
fonction de l’épaisseur:

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

19
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

9. ACIER/BETON : AVANTAGE ET INCONVENIENTS


Par rapport aux structures en béton, armé ou précontraint, les structures métalliques
présentent de nombreux avantages et certains inconvénients.
a) Les avantages
Les principaux avantages sont :
 Industrialisation totale : Il est possible de préfabriquer intégralement des bâtiments
en atelier, avec une grande précision et une grande rapidité (à partir des laminés). Le
montage sur le site par boulonnage est d’une grande simplicité;
 Transport aisé, en raison du poids peu élevé, qui permet de transporter loin, en
particulier à l’exportation ;
 Résistance mécanique :
La grande résistance à l’acier à la traction permet de franchir des grandes portées,
La possibilité d’adaptation plastique offre une grande sécurité
La tenue au séisme est bonne, du fait de la ductilité de l’acier, qui résiste grâce à la
formation des rotules plastiques et grâce au fait que la résistance en traction de l’acier

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

20
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

est équivalente à sa résistance en compression, ce qui lui permet reprendre des


inversions de moment imprévus
 Modifications : les transformations, les adaptations, surélévations ultérieure d’un
ouvrage sont aisément réalisables ;
 Recyclage possible du bâtiment ;
 Possibilités architecturales beaucoup plus étendues qu’en béton.

b) Les inconvénients
Les principaux inconvénients sont :
 La résistance en compression moindre que le béton ;
 Le prix élevé (concurrentiel avec le béton pour des grandes portées) ;
 La susceptibilité aux phénomènes d’instabilité élastiques, en raison de la minceur des
profils ;
 La mauvaise tenue au feu, exigeant des mesures de protection onéreuses ;
 La nécessité d’entretien régulier des revêtements protecteurs contre la corrosion,
pour assurer la pérennité de l’ouvrage.

10. Terminologie dans un bâtiment métallique classique

La terminologie s’assimilera au fil du temps.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

21
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

Panne : Poutre placée au-dessus des fermes et reliant ces fermes. Elle permet de reporter
directement sur ces fermes les charges et surcharges transmises directement par les éléments de
couverture.

Lisse : Poutre placée au-dessus des poteaux et reliant ces poteaux. Elle permet de reporter
directement sur ces poteaux les charges et surcharges transmises directement par les éléments de
bardages.

Poteau : Elément vertical d’une ossature collectant les charges et surcharges des poutres
qui s’y attachent (ferme, lisses, sablière…etc.) en les reportant sur l’infrastructure ou sur les
fondations.

Versant : Pan incliné d’une toiture.

Toiture : Partie supérieure d’un bâtiment ensemble de tous les éléments qui ont pour
fonction de supporter la couverture.

Sablière : Poutre généralement située entre 02 poteaux et permettant en général d’assurer


la stabilité des 02 poteaux.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

22
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

Contreventement : Dispositif assurant la stabilité d’un bâtiment, d’une ossature et


s’opposant à la déformation, au déversement et au renversement des constructions sous l’action
des forces horizontales.

Gousset : Pièces de tôle plane sur laquelle viennent s’assembler plusieurs barres
convergentes.

Chenaux : Canal disposé en bas de la pente des toitures et servant à recueillir les eaux de
pluie pour les diriger vers tuyaux de descente.

Voir figures ci-dessus pour compréhension.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

23
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

11. Types de section de barres tendues dans un bâtiment métallique classique

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

24
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

CHAPITRE 2 : L’ANALYSE DES STRUCTURES METALLIQUES : LES NORMES


ET REGLEMENTS EN VIGEUR POUR LE CALCUL DE STRUCTURE
METALLIQUE

1. Introduction
Jusqu'a 1993, la conception et le calcul des constructions métalliques étaient régis par
différentes réglementations :
 Les règles de calcul des constructions en acier dites « règles CM 66 », qui
réglementaient tous les bâtiments en acier
 Les règles de calcul des constructions en acier dites « règles CM 97 », qui
réglementaient tous les bâtiments en acier
 Le titre V du fascicule 61 du cahier des prescriptions communes; intitulé
"conception et calcul des ponts et constructions métalliques en acier" qui
réglementaient essentiellement les ponts et ouvrages d'art en acier
 Les normes NF, qui régissaient les calculs des assemblages et des éléments à paroi
minces
 L'additif 80, qui introduisait les notions de plasticité de l'acier et des états limites,
ce qui permettait de tirer des propriétés élasto-plastiques de l’acier et d'alléger les
structures.
Depuis 1993, une nouvelle réglementation européenne est entré en vigueur (d’abord
comme une prénorme ENV) et impose, en remplacement de ces divers et précédents textes un
code unique : l'Eurocode 3.
2. Bref historiques

Les textes de conceptions et de calculs des structures métalliques ont longtemps laissé
l’analyse des structures hors de toute codification. Implicitement il était considéré que cette
question ne relevait que de la RDM. Le fait est que la détermination des sollicitations dans une
ossature courante par une analyse élastique du premier ordre, telle qu’elle reste encore très
dominante aujourd’hui, ne nécessite pas un cadre d’hypothèse explicitées dans les règles de
calculs.

Il en va tout différemment quand on envisage recourir à une analyse plastique de la


structure : car une telle approche nécessite en pratique un ensemble de simplifications et de
conventions qui entre dans le champ des codes de calculs. De plus cette ouverture conduit
généralement à des structures plus déformables, pour lesquels il convient d’examiner avec
attention l’influence sur l’équilibre finale des déplacements et des imperfections globales. Pour

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

25
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

ces raisons alors, les règles CM 66 ne notent aucune mention relative à l’analyse plastique des
structures, l’Additif 80 et l’Eurocode 3 ont consacré à cette question des développements de plus
en plus poussés.

3. Les règles CM 66 & Add 80


Elles désignent les anciennes et premières normes utilisées en CM. Certains (BET) Bureau
d’Etudes Techniques et entreprises du domaine l’utilisent toujours.
 Elle est moins rigoureuse que l’EC3 en termes de facteurs et coefficients de
sécurité.
 Car elle gère partiellement le domaine plastique de l’acier (contrairement à
l’Eurocode 3).
4. L’Eurocode 3 (l’EC3)
En 1990, les Eurocodes sont d’abord établis en tant que normes provisoires (ENV). La
conversion en normes EN des Eurocodes 1, 2, 3, et 4 débute en 1996. La publication des textes
se fera à partir de l’année 2000. Les intitules des normes sont les suivantes :
EN 1990 Eurocode 0 : Base de calcul des structures.
EN 1991 Eurocode 1 : Actions sur les structures.
EN 1992 Eurocode 2 : Calcul des structures en béton.
EN 1993 Eurocode 3 : Calcul des structures en acier.
EN 1994 Eurocode 4 : Calcul des structures mixte en acier-béton.
EN 1995 Eurocode 5 : Calcul des structures en bois.
EN 1996 Eurocode 6 : Calcul des structures en maçonnerie.
EN 1997 Eurocode 7 : Calcul géotechnique.
EN 1998 Eurocode 8 : Calcul des structures pour la résistance aux séismes.
EN 1999 Eurocode 9 : Calcul des structures en alliage d’aluminium.
Il était prévu qu’en 2010, les Eurocodes soit les seuls textes normatifs en vigueur au sein
de l’Union européenne.
L’Eurocode 3 quant à elle qui définit les exigences de résistance, d’aptitude au service et
de durabilité des structures an acier est subdivisé en différentes parties :
 EN 1993-1 Règles générales et règles pour les bâtiments ;
 EN 1993-2 Ponts métalliques ;
 EN 1993-3 Pylônes, mâts et cheminées ;
 EN 1993-4 Silos, réservoirs et canalisations ;
 EN 1993-5 Pieux et palplanches ;
 EN 1993-6 Chemin de roulement.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

26
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

5. Relation entre les normes Eurocodes

6. Analyse globale d’une structure selon l’Eurocode 3


Pour faire une analyse globale d’une structure selon l’EC3, nous devrions définir :
 Le domaine d’analyse élastique ou plastique ;
 Le choix une type d’analyse du premier ordre (analyse linéaire) pour les structures
simple et pas sensibles aux déformations, et du second ordre (non-linéaire ou P-
Delta) pour les structures complexes et très sensibles aux déformations ;
 Le choix d’une structure à nœuds déplaçables ou à nœuds fixes qui dépendra le plus
souvent des imperfections globales ou imperfections initial d’Aplomb.
Notons que les Effets du second ordre sont les effets additionnels des actions, provoqués
par les déformations de la structure.

Pour une première expérience en construction métallique, il sera préférable de faire :

 Une analyse en domaine élastique ;


 Un choix de calcul du type analyse du premier ordre (analyse linéaire) ;
 Un choix de calcul d’une structure à nœuds déplaçables ;
 Un choix des imperfections locales, globales….

7. Les problèmes propres aux structures métalliques


Problèmes causés par l’élancement important des structures en acier Les structures
métalliques étant, en général, constituées de pièces relativement minces ou élancées, elles sont
Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

27
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

particulièrement sensibles aux phénomènes d’instabilités. Ces derniers se présentent sous trois
formes principales :
 La première concerne la forme des sections transversales des composants. Il s’agit
d’un voilement local dû à un élancement important des parois constitutives. Elle
se traduit par une ondulation potentielle des zones comprimées des pièces qui
limite la capacité de résistance de ces sections.
 La seconde est celle de l’instabilité des éléments eux-mêmes. Il s’agit du
flambement des éléments comprimés, du déversement (ou du flambement latéral)
des semelles comprimées des poutres fléchies et du voilement des âmes.
 La troisième est celle de l’instabilité globale. Selon la souplesse des structures, elle
se traduit par une amplification plus ou moins importante des déplacements des
nœuds en fonction du chargement appliqué (effet P-δ).

8. Conclusion

En conclusion au Cameroun nous avons comme normes :

 Les règles C.M. 66 : Règles de conception et du Calcul des structures Métalliques


(en Acier) dont la détermination des sollicitations dans une ossature courante se
faisait naïvement par une analyse élastique classique du premier ordre et de
second ordre par les instabilités élastiques telles que le flambement
 L’Add 80 qui vient compléter les règles CM66,
 L’Eurocode 3: Normes européennes de conception, de dimensionnement et
de justification des structures en acier, mars 2010.
La tendance aujourd’hui est d’utiliser les normes Eurocodes 3, car :
 Elles introduisent (ou alors sont plus rigoureuse) dans la notion de
classification d’une structure par une analyse desdites structures
(ossatures souples qui entrainera une analyse au second ordre, ossatures
rigides et enfin celle contreventés qui entraineront une analyse au premier
ordre)
 Elles introduisent un recours la notion de plasticité qui permet un gain de
matière (car la classification des sections transversales en celles
plastiques et celles élastiques entraine des économies sur le poids total
des structures)
 Elles introduisent les notions d’imperfections globales des structures

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

28
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

 La prise en compte de manière indirecte les effets du second ordre en


plasticité.

Dans la suite du cours nous nous focaliserons principalement sur la norme Eurocode 3 et
ses DAN (Documents d’Applications Nationales qui en principe réadaptent les différents
coefficients de sécurité et autres pris par défauts dans l’Eurocode 3 à chaque pays concernés).

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO

29
PARTIE II :

GENERALITE SUR LES ACTIONS ET


COMBINAISONS D’ACTIONS EN CM &
CLASSIFICATION DES SECTIONS
TRANVERSALES SELON L’EUROCODE 3

Cette partie présente un certain nombre d’informations sur les principales natures
d’actions auxquelles sont soumis les ouvrages (actions gravitationnelles, météorologiques,
accidentelles…etc.). Elle présente en outre les combinaisons d’actions prévues par la norme en
vigueur : cas de l’Eurocode 3.
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

CHAPITRE 1 : LES ACTIONS

1. Les unités de mesures principales

Les principales unités de mesures utilisées en construction métalliques pour la


caractérisation des actions sont :

 Longueur: cm, m, (mm) ;


 Surface: cm2, m2, (mm2) ;
 Masse: Kg, Tonne (T) ;
 Volume: cm3, m3 ;
 Force: Kgf, Tf, Newton (1 kgf = 9,8 N= 1 daN), 1KN=100 daN;
 Contrainte: Kg/cm2, T/m2, KN/m2, MPa, Bar ;
1MPa = 10 Bar = 10 Kg/cm2 = 100 T/m2 = 1000 KN/m2 = 1 N/mm2;
 Pression: Bar (Kg/cm2), 1 Bar = 105 Pa = 1,02 Kg/cm2;

2. Pourquoi les actions

La structure en construction est un assemblage d'éléments structuraux, c'est-à-dire porteurs,


qui assure l'intégrité d'une construction et le maintien des éléments non structuraux (équipements,
garnissage…).
Une structure est soumise à différentes actions, permanentes ou variables dans le temps,
statiques ou dynamiques, de nature mécanique ou thermique, et sa conception vise à satisfaire
certains critères vis-à-vis de ces actions:
 Sécurité: sa résistance, son équilibre et sa stabilité doivent être assurés avec
une probabilité choisie ;
 Performance: son fonctionnement et le confort associés doivent être garantis pour une
durée suffisante ;
 Durabilité: la dégradation de la structure dans le temps doit être limitée et maîtrisée pour
satisfaire les deux premiers critères.
3. Les actions:
Les actions sont des forces 𝐹⃗ et/ou 𝑀
⃗⃗⃗ couples dus aux charges appliquées et aux
déformations imposées 𝜖, qui individuellement ou réunies sont capables d'engendrer des
contraintes ou des déformations aux ouvrages.
Les valeurs de chacune de ces actions ont un caractère nominal, c’est-à-dire connu dès le
départ ou données par des textes réglementaires ou contractuels. On distingue trois types
d’actions: Permanentes ; Variables ; Accidentelles.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


31
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

A. LES ACTIONS PERMANENTES:


Les actions permanentes représentées par (G), sont celles dont l’intensité est constante,
ou très peu variable dans le temps ; Elles comprennent notamment:
a) Le poids propre des éléments constituant la structure, représenté par (G0) ;
b) Les poids des équipements fixes, tels que les cloisons et les revêtements de sols dans les
bâtiments et les machines dans les constructions industrielles ;
c) Les poids, les poussées et les pressions dus à des terres ou des liquides lorsque les
niveaux de ces derniers varient peu dans le temps;
d) Les déformations imposées à la construction: retrait, fluage, tassement différentiels des
appuis. Les charges permanentes sont obtenues à partir des dimensions géométriques
des éléments et des ouvrages, déduites des plans et du poids volumique des matériaux
les constituant.
Quelques Exemples:
 Acier = 7850 daN (kg)/m3 ;
 Béton Gras = 2400 daN/m3 ; Béton Armé = 2500 daN/m3 ;
 Mortier de Ciment = 2000 daN/m3
 Briques Creuses = 1000 daN/m3 ;
 Plancher 16+4 = 265 daN/m2

B. LES ACTIONS VARIABLES:


Les actions variables sont celles dont l’intensité qui varie fréquemment et de façon
importante dans le temps, on distingue les actions de bases notées (𝑄1) et les
actions d’accompagnements (𝑄𝑖 ). Ces actions comprennent en particulier:

a) Les charges d’exploitation: ( 𝑄𝐵 ) en bâtiments (𝑄𝑅 ) pour les ponts ;


Ces charges sont fixées par les règlements ou les normes en vigueur (ponts, bâtiments à
usage d’habitation ou à usage de bureau); ou déterminées par les conditions d’exploitation (pont-
canal, réservoir). Dans le cas des constructions particulières, telles que les entrepôts, elles sont
fixées par le cahier des charges ;

Quelques Exemples:
 Archives de Bureaux = 1000 daN (kg)/m2;
 Escalier Publique = 400 daN/m2 ;
 Grand Magasin = 500 daN/m2 ;
 Salle de Classe = 250 daN/m2 ;
 Logement = 175 daN/m2
 Terrasse Accessible Privé = 150 daN/m2

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


32
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

b) Les charges climatiques (Vent ( 𝑊) et Neige ( 𝑆)): Ces charges sont fixés par les
textes réglementaires en vigueur comme RNV99.
c) Les charges appliquées en cours d’exécution et qui proviennent, en général, des
équipements de chantier ; de coffrages, engins de transport ou de levage,
dépôts provisoires de matériaux ;
d) Les effets dus à la température ( 𝑇 ), ces efforts sont dus des déformations bloquées
comme la dilatation thermique climatique ou d’utilisation (cheminée).
A défaut de justifications plus précises on adopte, pour les constructions situées à l'air libre
des variations uniformes de température suivantes ;

 Au nord Cameroun: 45° C et - 15° C.


 Pour le reste on prendra : 37° C et - 20° C.
 Pour l'extrême Sud : + 50° C et - 30° C.
Les déformations linéaires à considérer entre les températures initiales moyennes au
moment de la réalisation de l'ouvrage (généralement comprises entre + 10° et + 25°) et les
températures extrêmes peuvent être évaluées en admettant forfaitairement un coefficient de
dilatation

C. LES ACTIONS ACCIDENTELLES:


Représentées par (𝐹𝐴 ), Ces actions sont celles provenant de phénomènes se produisent
rarement et avec une faible durée d’application. A titre d’exemple, on peut citer:

a) Les séismes, ces actions sont à prendre en compte suivant les combinaisons du
règlement en cours de validité.
b) Le choc des véhicules, des bateaux ou encore des avions contre les éléments d’une
structure.
c) Les cyclones et tempêtes tropicales.
d) Les effets induits par la rupture d’un remblai suite à une crue exceptionnelle.
e) Les effets induits par les glissements de terrains contre les flancs d’une construction.
f) Les explosions accidentelles dans un complexe industriel.
Les actions accidentelles autres que le séisme et autres ne sont à considérer que si des
documents d'ordre public ou le marché les prévoient.
4. Les sollicitations de calcul:
Les sollicitations sont les efforts internes (effort normal (N), effort tranchant (Ty et Tz)) et
les moments (moment de flexion (Mfy et Mfz), moment de torsion (Mt)), les moments de

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


33
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

gauchissement (Mw) induits dans la structure par les différentes actions cités plus haut. Elles
sont calculées à l’aide de méthodes appropriées dérivées de la RDM et de la RDS et après
combinaisons des actions suivant deux catégories liées aux états limites. Ces sollicitations se
𝑁 𝑀𝑦
traduisent par des contraintes de deux natures : celles normales 𝜎 (𝜎𝑁 = ,𝜎𝑀𝑦 = 𝑧,𝜎𝑀𝑧 =
𝑆 𝐼𝑦

𝑀𝑧
𝑦) et celles de cisaillement 𝜏 ( dues aux efforts tranchants et au moment de torsion). En outre
𝐼𝑧

on distingue aussi les contraintes équivalentes de « Von Mises » et de « Tresca » car elles
représentent les valeurs superposées des contraintes normales « + » celles tangentielles
(équivalentes) dans n’importe quelle direction.

5. RDM/RDS VS CM
Le tableau suivant donne une comparaison de première approche entre la RDM/RDS et la
CM (Construction Métallique).

On remarque qu’en CM il y’a présence d’un coefficient supplémentaire 𝛾𝑅 𝑜𝑢 𝛾𝑀 qui est


sensé toujours nous placer du côté de la sécurité. Ce terme est appelé facteur de résistance. Ce
facteur tient notamment compte des divergences entre le système porteur réel et celui considéré
dans les calculs, des simplifications et des imprécisions sur le modèle de résistance et enfin des
imprécisions relatives aux dimensions des sections.
D’après la norme Européenne Eurocodes 3, pour les structures métalliques sauf indication
contraire, on aura :
 Pour les vérifications des résistances en sections : 𝛾𝑅 = 𝛾𝑀0 = 1.0
 Pour les vérifications des instabilités des barres : 𝛾𝑅 = 𝛾𝑀01 = 1.0
 Pour les vérifications des éléments de fixation et des assemblages : 𝛾𝑅 = 𝛾𝑀2 = 1.25

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


34
CHAPITRE 2 :
NOTION D’ETATS LIMITES / COMBINAISON D’ACTIONS

1. Introduction

La notion de sécurité dans les constructions du 19ème siècle ne dépendait que de


l'expérience et de 1'intuition du constructeur (l’Architecte et l’Ingénieur). Ce n'est qu'à partir des
progrès réalisés dans la connaissance des charges, de la résistance des matériaux et dans l'analyse
des structures que le problème de la sécurité a été traité scientifiquement. Les justifications
classiques se sont avérées insuffisantes, ce qui a conduit à considérer des vérifications dans des
conditions normales d'utilisation et des conditions de ruine. Ceci signifie qu'il y a distinction d’au
moins de deux états limites à partir desquels la construction ou l'un de ces éléments cesserait
immédiatement ou à terme de remplir leur fonction. La sécurité serait définie comme étant la
probabilité que ces états ne soient pas atteints.
Couramment, pour justifier la sécurité d’une structure, les calculs sont conduits selon la
méthode des états limites qui représente des états au-delà desquelles la structure ne satisfait plus
aux performances pour lesquelles elle a été construite.
Ainsi la norme européenne retient une justification de la sécurité d’une construction
métallique fondée sur la notion d’états limites.

2. LES ETATS LIMITES

Ce sont en général des états dont le dépassement entraîne la ruine immédiate ou très rapide
de 1'ouvrage. Un risque élevé de perte en vies humaines est à envisager, la probabilité d'atteinte
de cet état doit être en conséquence très faible durant la vie de la structure. Un "état-limite" est
un état particulier, dans lequel une condition requise d'une construction (ou d'un de ses éléments),
est strictement satisfaite et cesserait de l'être en cas de modification défavorable d'une action. En
CM, on distingue deux catégories d’états limites : Etat Limite Ultime et Etat Limite de Service.
L’état limite ultime (ELU) permet de garantir la pérennité de l’ouvrage sous des charges
pondérées (la sécurité structurale), l’état limite de service (ELS) permet sa bonne utilisation pour
des charges normales (l’aptitude au service). Il existe aussi un état limite du à la fatigue (la
sécurité à la fatigue) qui ne sera pas abordé dans ce cours.

A. LES ETATS-LIMITES ULTIME (ELU=ULS=EFF) OU SECURITE


STRUCTURALE:
Le dépassement de cet état conduit à la ruine de la structure. Au-delà de l’état limite ultime,
la résistance des matériaux béton et acier est atteinte, la sécurité n’est plus garantie et la structure
risque de s’effondrer.
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala
On peut définir l'état limite ultime notamment par l’atteinte de la résistance, ou par
1'instabilité locale ou totale.
 Etat limite de résistance:
La destruction de la structure est due à l'atteinte de la résistance à la rupture de 1'un des
matériaux constituant le béton-armé ou de l’acier.
 Etat limite de la stabilité de forme:
C'est la ruine d'un élément de la structure par perte de stabilité avant 1'atteinte de la résistance. Il
s'agit généralement du flambement.
 Etat limite d'équilibre statique:
C'est 1'instabilité de 1'ensemble de la structure c-à-dire le renversement de celle-ci.

B. LES ETATS LIMITES DE SERVICE (ELS=SLS=DEP) OU APTITUDE AU


SERVICE:

Une structure ne doit pas uniquement résister mais elle doit aussi assurer certaines
conditions d'utilisations acceptables (rigidité). Ces dernières font partie de l'état limite de service
dont le dépassement causerait des dommages matériels, sans pour autant qu'il en résulte du moins
à court terme, la ruine de l'ouvrage. Les états-limites de service, qui constituent les limites au-
delà desquelles les conditions normale de bon fonctionnement de la structure ont été atteintes ou
la durabilité de la structure est remise en cause l’aptitude au service de la structure (désordres
divers). On est ainsi amené à considérer:
 Etat limite de déformation:
Tout élément soumis à des sollicitations se déforme, mais on ne peut tolère une
déformation excessive pouvant engendrer des dégâts considérables dans les différents éléments
de la construction. Il est donc indispensable de limiter toute déformation causée par n'importe
que type de sollicitation dans la structure résistante (𝐿⁄200 𝑜𝑢 ℎ⁄150). Dans cet état limite, on
distingue :
 ELS Caractéristiques
 ELS Fréquentes
 ELS Quasi-permanente.

 Etat limite de vibration


Qui est contre les effets des vibrations et les amplifications dynamiques dues aux
phénomènes de résonance
3. Conclusion
Ainsi, une structure sera dite dimensionnée lorsqu’elle satisfera simultanément les 02 états
limites cités plus hauts (ELU & ELS).

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


36
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

CHAPITRE 3 : COMBINAISON D’ACTIONS AUX ETATS LIMITES

1. Introduction

En fonction des situations qu’une construction va connaître et pour tenir compte des risques
non mesurables, nous allons être obligé de superposer les effets de plusieurs actions. Pour cela :
a) Nous affectons à chaque type d’action, un coefficient de sécurité partiel : c’est la
pondération ;
b) Nous combinons les actions obtenues (principe de superposition des effets) ;
c) Nous déterminons la ou les combinaisons qui engendrent les sollicitations les plus
défavorables dans les éléments de la construction.
Nous utiliserons les combinaisons avec les notations suivantes :
 𝐺𝑀𝑎𝑥 : L'ensemble des actions permanentes défavorables, c'est-à-dire celles qui ont
tendance à augmenter les sollicitations ou tout simplement 𝐺;
 𝐺𝑀𝑖𝑛 : L'ensemble des actions permanentes favorables, c'est-à-dire celles qui ont
tendance à diminuer les sollicitations;
 𝑄1: Une action variable dite de base ou tout simplement 𝑄 ;
 𝑄2 , 𝑄3 … 𝑄𝑛 : Les autres actions variables, dites d'accompagnement.

2. Combinaisons d’actions liées aux états limites ultimes (cas extrême):

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


37
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

3. Combinaisons liées aux états limites de service (cas courant):


3.1 Combinaison des cas de charges

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


38
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


39
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

3.2 Valeur des limites de déformations ou des flèches

a) Déformations

En général, les critères portant sur les déformations maximales à ne pas dépasser sont
fournis par le cahier des charges (CDC) ou la spécification du maître d’ouvrage dans la mesure
où ils dépendent étroitement de l’usage auquel est destinée la structure.

b) Flèches verticales

L’Eurocode distingue les différentes flèches suivantes (figure 3.5) :

 𝛿0 est le contre-flèche donnée à l’élément lors de sa fabrication,


 𝛿1 est la flèche due aux charges permanentes immédiatement après la mise en
charge,
 𝛿2 est la flèche provoquée par les charges variables.

𝛿𝑚𝑎𝑥 = 𝛿1 + 𝛿2 − 𝛿0

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


40
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

Le tableau (3.2) donne les valeurs limites recommandées pour 𝛿2 et 𝛿𝑚𝑎𝑥 dans quelques
cas usuels avec L égale à la portée des poutres. Dans les bâtiments industriels, les flèches de
poutres de plancher recevant des machines tournantes ou alternatives, doivent être inférieures à
L /500.

c) Flèches horizontales

Le tableau (3.3) donne les valeurs limites recommandées pour les flèches horizontales d’un
bâtiment classique en présence ou non de charge de vent.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


41
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

3.3 Effets dynamiques

Les constructions, d’une manière générale, doivent être protégées contre les effets des
vibrations et les amplifications dynamiques dues aux phénomènes de résonance. A la source de
ces effets, on trouve, par exemple, des machines installées dans les bâtiments, les effets du vent
sur les structures élancées, les déplacements des occupants à l’intérieur des bâtiments. Les
vibrations sont à éviter absolument. Le principe de base consiste à avoir des fréquences propres
𝑓𝑝 de la structure ou de certaines parties critiques suffisamment différentes de celles des sources
d’excitation 𝑓𝑒 afin d’éviter les phénomènes de résonance.

Une règle souvent rencontrée qui borne ces fréquences propres est [Vercellino, 2001]:

𝑓𝑝 ≤ 0.8𝑓𝑒 𝑜𝑢 𝑓𝑝 ≥ 1.25𝑓𝑒

Pour les cas assez courants où 0.8𝑓𝑒 ≤ 𝑓𝑝 ≤ 1.25𝑓𝑒 il faut procéder à une analyse
dynamique sous l’excitation afin de déterminer les niveaux des vitesses et des accélérations
verticales et de les comparer ensuite aux critères adéquats spécifiés par le maître d’ouvrage ou
l’autorité compétente.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


42
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

CHAPITRE 04 : CLASSIFICATION DES SECTIONS TRANSVERSALES SELON


L’EUROCODE 3 : PRISE EN COMPTE DE LA PLASTICITE DE L’ACIER

1. Introduction

Les sections de profilés laminés ou soudés peuvent être considérées comme un assemblage
de parois distinctes;

 des parois internes ;


 des parois «en console»;

Les parois étant relativement minces, si elles sont comprimées, elles risquent de «voiler».
Ce risque de «voilement » local peut réduire la capacité de résistance à la compression et/ou à la
flexion d’une section. Pour éviter une ruine prématurée par «voilement local», on limite le
rapport largeur/épaisseur des parois d’une section.

Ainsi, pour le calcul des résistances des éléments métalliques, utiliserions-nous :

 les sections Brutes ou celles Effectives (𝐴 𝑜𝑟 𝐴𝑒𝑓𝑓 ) ?

 les modules Plastique, Elastique ou alors Effectif (𝑊𝑒𝑙 , 𝑊𝑝𝑙 𝑜𝑟 𝑊𝑒𝑓𝑓 ) ?

Donc on conclura simplement que la « Résistance des sections transversales » et la


« Résistances des barres » en construction métallique dépendent intimement de leur
classification.

2. Classification des sections transversales selon l’Eurocode 3

L’EC3 définit 4 classes de sections. La classe d’une section transversale dépend:

 de l’élancement de chaque paroi totalement ou partiellement comprimée


(élancement =rapport «largeur/épaisseur»)
 de la distribution des contraintes de compression dans la paroi;

Notons aussi que Les classes sont définies en termes d’exigences de comportement pour
la résistance à la flexion.
Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO
43
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

a) Section de classe 1

b) Section de classe 2

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


44
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

c) Section de classe 3

d) Section de classe 4

Remarque :

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


45
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala
1. Les différentes parois comprimées d'une section transversale (âme ou semelle) sont sou
vent de classes différentes, on prend alors en compte la classe la plus élevée
(de manière conservative) pour définir la classe de la section.
2. On définit les classes en fonction des élancements limites des parois. Au-delà de l'élan
cement limite de parois de la classe 3, on bascule naturellement en classe 4.
3. Pour les sections de classe 4 (particulièrement sensibles), on parle systématiquement de
valeurs efficaces (aire, modules de flexion), plutôt fastidieuses à calculer. On
les détermine généralement en utilisant des largeurs efficaces pour les portions comprim
ées de parois.

4. Les méthodes de calculs avec la classification des sections transversales selon


l’Eurocode 3

Remarque Fondamentale 1:

La classification des sections transversales concerne uniquement les éléments soumis entre
autre à une compression et/ou une flexion. C’est-à-dire qu’elle ne concerne pas les éléments
uniquement soumis soit uniquement à la traction. Mais plutôt les sections soumis par exemple à
une compression, flexion simple, flexion composée, flexion déviée (ou flexion gauche) et flexion
composée déviée.

Remarque Fondamentale 2:

La plastification d’une section n’est possible qu’en absence de tout problème d’instabilité
(voilement local, déversement)

La figure suivante illustre la capacité de rotation des différentes classes de sections. Elle
montre la résistance et la capacité qui peuvent être atteintes avant l’apparition du voilement local.
Tout risque de déversement est supposé empêché.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


46
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala
Fig : Comportement des sections suivant la classification de l’Eurocode 3

Remarque Fondamentale 3:

La classification des sections transversales ne s’intéresse qu’aux éléments comprimés et/ou


fléchis. Ainsi donc, les méthodes de calcul dépendent fortement de la classification des sections
traversables comme l’indique le tableau suivant :

5. Comment déterminer la classe d'une section transversale ?

Telle que stipule l'Eurocode 1993-1-1 :


Tableau 100A&B : tableau pour les parois comprimées internes (âmes = parois internes
perpendiculaires à l'axe de flexion).
Tableau 100C : tableau pour les semelles en console.

NB : ε est la racine carrée de 235 sur la limite élastique de l'acier considéré. ε vaut donc
1 pour les aciers S235.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


47
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


48
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


49
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

NB :

 On remarque que pour des sollicitations simples, compression pure & flexion
pure, la détermination de la classification des sections est très facile et simple. Mais pour les
sollicitations composées, telles que flexion composée, flexion double etc…, elles sont un peu
plus complexes et dépendent naturellement de la charge appliquée par habitude, on les calcule
facilement par un logiciel approprié.
 Dans certaines tables des profilés, la classification des sections est indiquée pour
les deux cas «flexion pure ou seule» autour de l’axe fort y-y (âme en flexion, aile en
compression) et «compression pure ou seule» (âme et aile en compression).

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


50
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

EXEMPLES D’APPLICATION

Exemple1 : IPE400 fléchi selon son plan principal d'inertie --> une semelle en traction,
une semelle en compression et flexion dans l'âme (correspondant à une compression
partielle). Acier S235 donc ε = 1.
b = largeur du profilé = 180mm, d = hauteur de la portion droite de l'âme = 331mm, tf =
épaisseur aile (ou semelle) = 13.5mm et tw = épaisseur âme 8.6 mm.
Semelle comprimée, cf tableau 100C : c = 180/2=90mm donc c/tf = 90/13.5 = 6.67 < 9
ε = 9 d'où classe 1.
Ame fléchi, cf tableau 100A : d/tw = 331/8.6 = 38.5 < 72ε = 72 d'où classe 1.

Le profilé est de classe 1.

Exemple2 : PRS type H 1000x360x22x10 en acier S355, fléchi selon son plan
principal d'inertie --> ε = 0.81.
Semelle comprimée, cf tableau 100C : c = 175mm donc c/tf = 175/22 = 7.9 et 9ε=7.3
< 7.9 <10ε=8.1 d'où classe 2.
Ame fléchi, cf tableau 100A : d/tw = 940/10=94 et 83ε=67 < 94 < 124ε=100 d'où
classe 3.

Le profilé est de classe 3.

Exemple3 : IPE550 fléchi. Acier S235 donc ε = 1.


b = largeur du profilé = 210mm, d = hauteur de la portion droite de l'âme = 467.6mm, tf
= épaisseur aile (ou semelle) = 17.2mm et tw = épaisseur âme 11.1 mm
Semelle comprimée, cf tableau 100C : c = 210/2=105mm donc c/tf = 105/17.2 = 6.1<
9 ε = 9 d'où classe 1.
Nota : en fait on devrait prendre en lieu et place de 105mm une valeur de 75.5mm
correspondant à la partie plane : c = 210/2-24-11.1/2 = 75.5mm.
Ame fléchi, cf tableau 100A : d/tw = 467.6/11.1 = 42.1 < 72ε = 72 d'où classe 1.

Le profilé est de classe 1.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


51
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

PARTIE III :

RESISTANCE DES SECTIONS


TRANSVERSALES, DIMENSIONNEMENT
ET/OU VERIFICATION DES ELEMENTS,
TENDUS, COMPRIMES ET/OU FLECHIES
& LES PHENOMENES D'INSTABILITES
ELASTIQUES
Dans chaque section transversale, la valeur de calcul d’une sollicitation ne doit pas excéder
la résistance de calcul correspondante, et si plusieurs sollicitations agissent simultanément, leurs
effets combinés ne doivent pas excéder la résistance pour cette combinaison.

En général, les valeurs de calcul des résistances dépendent de la classe de la section


transversale (voir partie précédente).

Toutes les sections peuvent être vérifiées vis-à-vis de leurs résistance élastique, à condition
d’utiliser pour la classe 4 les propriétés de la section transversale efficace.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


52
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

CHAPITRE 1 : RESISTANCE DES SECTIONS TRANSVERSALES

1. Introduction

Comme nous avons mentionné depuis le départ, nous choisirons L'Eurocode 3 comme
règlement de calcul en construction métallique. Cette norme est un règlement très novateur, qui
fixe des règles détaillés, des notions et des classifications très pertinentes
(classes de sections par
exemple), et qui propose diverses alternatives de dimensionnement au
calculateur, selon la stratégie et la finalité retenues (calculs des assemblages
par platines, calculs en élasticité ou plasticité, calculs selon des analyses au
premier ou au second ordre...). Le tout étant pensé selon une approche de
sécurité semi-probabiliste, qui conduit à une calibration de très nombreuses
formules de calculs de résistance.

Pour qu’un élément soit bien dimensionné :

 La résistance de la section transversale doit être satisfaite (vérifié avec la combinaison


ELU),
 Les conditions d’instabilités élastiques ou résistance en section longitudinale (vérifié
avec la combinaison ELU: risque de flambement pour la compression, risque de
déversement pour la flexion et risque de voilement pour les plaques et coques soumises
à des efforts de compression.) qui
constituent un danger de premier ordre pour les constructions métalliques et doivent
aussi être satisfaites.
 Les conditions de flèches et de confort (vérifié avec la combinaison ELS ou aptitude au
service) doivent aussi être validées.
 Les conditions de fatigues (ou sécurité à la fatigue) pour les ponts roulants ou des actions
dynamiques.

Rappelons que l'Eurocode 3 permet de les appréhender plus finement le comportement des
éléments ou des sections transversales en construction métallique, notamment à travers la
classification des profilés (Classe 1 à 4). Les profilés les plus sensibles, définis en classe 4, sont
à cet effet soumis à des vérifications minutieuses et pointues.

2. Type d'analyse : 1er ou 2nd ordre

Dans l'analyse globale des structures, deux types de méthodes existent :

 analyse au premier ordre (ou analyse géométrique


lineaire) : la géométrie initiale de la structure est alors utilisée
Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO
53
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala
 analyse au second ordre (ou analyse Delta P/P
delta): les calculs sont réalisés en prenant en compte l'influence de la déformation de
la structure sous le poids de ses charges.

Si les effets de déformations de la géométrie (effets du second ordre) augmentent les ef


fets des actions ou modifient de façon significative le comportement structural (structures
souples), il est nécessaire d'effectuer une analyse du second ordre. Par contre pour une structure
rigide une analyse du 1erordre est largement suffisante.

A l'inverse, on peut considérer que ces effets sont négligeables (bien entendu effet du
second ordre), et qu'on peut ainsi réaliser une analyse du premier ordre si :

𝐹𝑐𝑟
𝛼𝑐𝑟 = ≫ 10 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑙 ′𝑎𝑛𝑎𝑙𝑦𝑠𝑒 é𝑙𝑎𝑠𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒
𝐹𝐸𝑑

𝐹𝑐𝑟
𝛼𝑐𝑟 = ≫ 15 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑙 ′𝑎𝑛𝑎𝑙𝑦𝑠𝑒 𝑝𝑙𝑎𝑠𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒
𝐹𝐸𝑑

Avec

𝛼𝑐𝑟 = coefficient par lequel la charge de calcul devrait être multipliée pour provoquer l'i
nstabilité élastique dans un mode global ;

𝐹𝐸𝑑 = charge de calcul exercée sur la structure ;

𝐹𝑐𝑟 = charge de flambement critique élastique pour l'instabilité dans un mode global, cal
culée avec les rigidités élastiques initiales.

Remarque :

L'analyse élastique repose sur l'hypothèse d'un comportement contrainte-déformation


d’un matériau linéaire, quel que soit le niveau de contraintes.

Le type d'analyse est indépendant de la classe des sections : on peut calculer les sollicita
tions avec une analyse élastique, tout en utilisant les valeurs plastiques des
sections lorsqu'elles sont de classe 1 ou 2 (cf. Classification des sections transversales).

L'analyse plastique permet quant à elle de prendre en compte les effets de la non-
linéarité de comportement des matériaux dans le calcul des effets des actions sur un
système structural. Ce comportement peut être modélisé soit par analyse élastique-plastiq
ue (sections et assemblages plastifiés modélisés comme des rotules
plastiques), soit par analyse plastique non linéaires (prises en compte de la plastification partielle

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


54
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala
des barres le long de zones plastiques), soit enfin par analyse rigide-plastique (comportement
élastique des barres entre rotules négligées)

NB : Dans notre cas, sous supposerons avoir toujours à faire à des structures rigides et/ou
contreventés ainsi elles exigeraient uniquement une analyse du 1 er ordre. Et non des structures
souples qui exigeraient une analyse plus poussée au second ordre.

3. Résistances des sections

Il est nécessaire de vérifier les sections pour les différentes sollicitations qu'elles subisse
nt, en termes d'efforts et de moments :

 la traction simple
 la compression simple (avec le risque d'instabilité associée, le flambement)
 la flexion simple suivant un seul moment (avec le risque d'instabilité associée, l
e déversement)
 les efforts tranchants (perpendiculaires à l'axe de la poutre)
 le combiné flexion simple + efforts tranchants
 la flexion composée (effort axial traction ou compression + flexion, qui représe
nte finalement le cumul des contraintes longitudinales)
 la flexion déviée (ou flexion gauche)
seule ou composée (2 moments de flexion agissant, cumulés ou non avec l'effort
axial).

Les différences à retenir par rapport aux normes précédentes sont les suivantes :

 avant la norme
Eurocode 3, la notion de réserve de plasticité n'était pas ou peu prise en compt
e par les précédentes normes (CM66, Add 80, CM
99) (simple coefficient supplémentaire dans le CM66). Ainsi, on calculait
habituellement et en tout
temps les contraintes de flexion avec les modules de flexion élastique. Ce qui re
vient finalement à des profilés de classe 3. Si les profilés sont de classe 1 et 2, c
e qui est
souvent le cas des profilés laminés, il est possible d'utiliser les valeurs plastique
s, et donc d'obtenir des contraintes moindres (donc une économie de matière).
 la présence de forts efforts tranchants diminue la résistance des sections en flexi
on.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


55
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

a) La traction simple
La vérification d’une section soumise à la traction devra satisfaire :
𝑁𝐸𝑑 < 𝑁𝑅 = 𝑀𝑖𝑛(𝑁𝑝𝑙 𝑁𝑢 𝑁𝑛𝑒𝑡 )(EC3 5.4.3)
𝐴𝑣𝑒𝑐 ∶
𝑁𝑒𝑑 ∶ 𝑒𝑓𝑓𝑜𝑟𝑡 𝑑𝑒 𝑡𝑟𝑎𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 à 𝑙𝑎𝑞𝑢𝑒𝑙𝑙𝑒 𝑒𝑠𝑡 𝑠𝑜𝑢𝑚𝑖𝑠 𝑚𝑎 𝑏𝑎𝑟𝑟𝑒
𝑁𝑅 ∶ 𝑒𝑓𝑓𝑜𝑟𝑡 𝑟é𝑠𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑏𝑎𝑟𝑟𝑒
𝑁𝑝𝑙 = 𝐴. 𝑓𝑦 ⁄𝛾𝑀0 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝛾𝑀0 = 1
𝑁𝑢 = 0,9. 𝑓𝑢 ⁄𝛾𝑀2 = 0,72𝐴𝑛𝑒𝑡 . 𝑓𝑢 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝛾𝑀2 = 1.25
𝑁𝑛𝑒𝑡 = 𝐴𝑛𝑒𝑡 . 𝑓𝑦
𝑓𝑦 : 𝐿𝑖𝑚𝑖𝑡𝑒 é𝑙𝑎𝑠𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒 𝑑𝑒 𝑙′𝑎𝑐𝑖𝑒𝑟
𝑓𝑢 : 𝐿𝑖𝑚𝑖𝑡𝑒 𝑑𝑒 𝑟𝑢𝑝𝑡𝑢𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑙′𝑎𝑐𝑖𝑒𝑟
𝐴: 𝑆𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒 𝑑𝑢 𝑝𝑟𝑜𝑓𝑖𝑙
𝐴𝑛𝑒𝑡 : 𝑆𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑛𝑒𝑡𝑡𝑒 𝑑𝑢 𝑝𝑟𝑜𝑓𝑖𝑙 = 𝑠𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒 − 𝑠𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒𝑠 𝑡𝑟𝑜𝑢𝑠 𝑑𝑒 𝑝𝑒𝑟𝑐𝑎𝑔𝑒

b) La compression simple (N)

La valeur de calcul de l’effort de compression 𝑁𝐸𝑑 dans chaque section transversale de


classe 1, 2 ou 3 doit satisfaire la condition suivante:
𝐴.𝑓𝑦
𝑁𝐸𝑑 < 𝑁𝑃𝑙,𝑅𝑑 = avec 𝛾𝑀0 = 1 (EC3 5.4.4)
𝛾𝑀0

c) La flexion simple suivant un seul moment : La flexion simple (My ou Mz)

La valeur de calcul du moment 𝑀𝐸𝑑 dans chaque section transversale doit satisfaire la
condition suivante (EC3 5.4.5.2-1) :
 pour les sections transversales de classe 1 ou 2
𝑊𝑝𝑙 .𝑓𝑦
𝑀𝐸𝑑 < 𝑀𝑝𝑙,𝑅𝑑 = avec 𝛾𝑀0 = 1
𝛾𝑀0

 pour les sections transversales de classe 3 :


𝑊𝑒𝑙 .𝑓𝑦
𝑀𝐸𝑑 < 𝑀𝑒𝑙,𝑅𝑑 = avec 𝛾𝑀0 = 1
𝛾𝑀0

Avec

𝑊𝑝𝑙 𝑒𝑡 𝑊𝑒𝑙 qui sont les modules de flexion plastique et élastique de la section.

d) La flexion composée déviée (My+Mz+N) : Sollicitations combinées

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


56
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

Les éléments d’un portique ou d’une structure sont généralement sollicités par une
combinaison de l’effort normal et de moment de flexion. Comme approximation plaçant en
sécurité pour toutes les classes de section transversale, nous pouvons utiliser une sommation
linéaire des rapports sollicitation/résistance propre à chaque sollicitation agissante. Ainsi, pour
les sections de classe 1, 2 ou 3 soumises à une combinaison de 𝑁𝐸𝑑 , 𝑀𝑦,𝐸𝑑 𝑒𝑡 𝑀𝑧,𝐸𝑑 (y et z
sont les axes principaux de la section) on peut utiliser le critère suivant :

𝑁𝐸𝑑 𝑀𝑦,𝐸𝑑 𝑀𝑧,𝐸𝑑


+ + ≤1 (EC3 5.4.7 -12)
𝑁𝑅𝑑 𝑀𝑦,𝑅𝑑 𝑀𝑧,𝑅𝑑

où 𝑁𝑅𝑑 , 𝑀𝑅𝑑 𝑒𝑡 𝑀𝑅𝑑 sont les valeurs de la résistance dépendant de la classe de section
transversale et comprenant toute réduction éventuelle pouvant résulter des effets de cisaillement.

La valeur de la résistance de la section transversale à l’effort normal et celles de la


résistance à la flexion par rapport aux axes principaux sont déterminées les expressions
précédentes.

e) Effet de cisaillement

La valeur de calcul 𝑉𝐸𝑑 de l’effort tranchant dans chaque section transversale doit
satisfaire la condition :

𝐴𝑣 (𝑓𝑦 ⁄√3)
𝑉𝐸𝑑 < 𝑉𝑃𝑙,𝑅𝑑 = (EC3 5.4.5.4-1)
𝛾𝑀0

𝐴𝑣 est l’aire de cisaillement. Pour une Section laminée en I et H et pour une charge de
direction parallèle à l’âme, l’aire de cisaillement est :

𝐴𝑣 = 𝐴 − 2𝑏𝑡𝑓 + (𝑡𝑤 + 2𝑟)𝑡𝑓 (EC3 5.4.5.4-1)

 𝑏 est la largeur de la section ;


 𝑟 est le rayon de congé ;
 𝑡𝑓 est l’épaisseur de semelles ;
 𝑡𝑤 est l’épaisseur d’âme.

Lorsque l’effort tranchant est inférieur à la moitié de la résistance plastique au cisaillement,


son effet sur le moment résistant peut être négligé. Dans le cas contraire, il convient de considérer
un moment résistant réduit égal à la résistance de calcul de la section transversale déterminée en

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


57
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

utilisant pour l’aire de cisaillement une limite d’élasticité réduite (1 − 𝜌)𝑓𝑦 sans que cette
résistance réduite soit supérieure à 𝑀𝑅𝑑 .

2
2𝑉𝐸𝑑
𝜌=( − 1) (EC3 5.4.9-3)
𝑉𝑝𝑙,𝑅𝑑

CHAPITRE 2 : RESISTANCE DES BARRES OU SECTIONS LONGITUDINALES OU


ELEMENTS : PHENOMENES D’INSTABILITE ELASTIQUES

Ainsi de manière général, dans le cadre des petites déformations, suffit de vérifier que les
contraintes restent inférieures à la contrainte de ruine. Dans le cas des grandes déformations, une
analyse du second ordre (Effets du second ordre : effets additionnels des actions, provoqués par
les déformations de la structure) s’avère nécessaire, car il faut vérifier les phénomènes
d’instabilité élastiques (qui attaquent les parties de la section soumises à la compression) tels que
:

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


58
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala
 Le flambement, très dangereux, il affecte les pièces simplement comprimées et
comprimées fléchies.
 Le déversement, il affecte les semelles comprimées des pièces fléchies.
 Le voilement, de moindre importance ; il affecte l’âme des pièces comprimés. Notons
que il est beaucoup plus important pour les PRS car les profiles marchand classiques
sont déjà calibrés pour éviter cet instabilité (ou désordre) élastique.

a) Résistance au flambement – Elément comprimé et fléchi (compression


avec le risque d'instabilité associée : le flambement)

On étudie premierement le flambement par flexion d'une barre simplement comprimée (


pas de sollicitation en flexion simultanée). Notons que la compression est toujours associée au
flambement.

Le flambement est le mode de ruine prépondérant et le plus dangereux des composants


comprimés. Il se traduit par une déformation de flexion brutale du composant à partir d’un niveau
donné de l’effort de compression.

D’après la théorie d’Euler,

 Une poutre ayant un 𝑁𝑐𝑟 elevé est insensible au flambement,


 Une poutre ayant un 𝑁𝑐𝑟 faible est sensible au flambement.

Une barre comprimée doit donc être vérifiée vis-à-vis du flambement de la façon suivante:

𝑁𝐸𝑑
≤ 1.0
𝑁𝑏,𝑅𝑑

Où 𝑁𝑏,𝑅𝑑 est la valeur de calcul de la résistance de la barre comprimée au flambement.


Pour des sections transversales de classe 1, 2 ou 3 on a :

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


59
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala
Pour calculer l'effort maximal admissible, il est nécessaire de connaître :

 les caractéristiques de la section (aire A, inerties de flexion I)


 les propriétés du matériau (module d'Young E et limite élastique fy)
 les conditions d’accroches aux limites qui permettent de déduire la longueur de
flambement 𝐿𝑐𝑟
L’équation à vérifier s’écrit :
𝑓𝑦
𝑁𝑏,𝑅𝑑 = 𝜒 × 𝛽𝐴 × 𝐴 ×
𝛾𝑀1
 Tout profilé soumis à une compression est susceptible de flamber.
selon §6.3.1.1 (6.47) et (6.48) NF EN 1993-1-1 de octobre 2005)

𝜒 peut aussi être déterminé d’après le tableau suivant :

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


60
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

Pour une section d’un profilé ayant deux plans de flambement possibles, χ doit être déterminé pour
chacun des deux plans et la valeur la plus faible doit être retenue pour le dimensionnement de l’élément.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


61
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

NB : 𝜆 ∶ L’élancement ; l’élancement maximum prend en général la valeur de 210

Lorsqu’un élément est comprimé (𝑁𝐸𝑑 ≠ 0 ) et fléchi (𝑀𝑖,𝐸𝑑 ≠ 0, 𝑖 = 𝑦 𝑜𝑢 𝑧 ≠ 0, i = y),


il peut périr par excès de flexion dans un mode d’instabilité additionnant les effets de la flexion
due à l’instabilité à ceux des moments de flexion proprement dits et il y a lieu de vérifier la
condition suivante :

NB : Méthode de détermination de la longueur de flambement selon l’Annexe-E de


l’Eurocode-3 (méthode des barres aboutissantes)

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


62
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


63
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


64
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala
Exemple d’application

Exemple d'application 1 : Calculer l’effort critique en flambement d'un IPE450 en acier


bi-rotulé de 6mètres. (E235, on suppose qu’il est de classe 1).

Solution 1

Si vous avez rentré correctement les paramètres, vous devez trouver un effort critique de 6
84 kN (684 000 N).

Exemple d'application 2 : Calculer l’effort critique en flambement d'un HEB 200 en acier
bi-encastré de 8 mètres (E235, on suppose qu’il est de classe 2).

Solution 2

Si vous avez rentré correctement les paramètres, vous devez trouver un effort critique de 1
061 kN.

b) Résistance au déversement – Elément comprimé et fléchi


(La flexion simple suivant un seul moment avec le risque d'instabilité associée : le
déversement)
 Aspect expérimental du déversement:

Soit une poutre mince (fer plat), dont les appuis sont encastrés vis-à-vis de la torsion et
quelconques vis-à-vis de la flexion:
On remarque un effondrement de la poutre pour une contrainte inférieure à la contrainte limite
d’élasticité du matériau.

Avant application Après application


de la charge de la charge

Figure 1: Phénoène du déversement

Ainsi, le déversement est un phénomène d’instabilité géométrique des poutres fléchies qui
survient lorsque la partie comprimée de la section droite se dérobe latéralement, entraînant la
section dans un mouvement de translation horizontale orthogonale à l’âme et de rotation autour
du centre de cisaillement. Il se définit aussi comme étant le flambement latéral de la membrure
comprimé de la poutre. Cette membrure étant en liaison avec une partie de la section tendue, le
flambement s’accompagne d’une torsion.

 Profilés soumis au déversement

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


65
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala
Les poutres peuvent être considéré comme non sujettes au déversement si :

 Elles sont fléchies l’axe faible inertie de leurs sections ;


 Elles sont constituées de profils offrant des rigidités latérales et de torsion élevées
(caissons, sections rectangulaires creuses, sections circulaires creuses)

 Calcul du déversement

Lorsque l’élément est uniquement fléchit,


Le déversement se produit par rapport à l'axe d'inertie forte. Une barre ne se déverse pas si le m
oment maximal M qu'elle encaisse est inférieur à :

𝑀𝐸𝑑
≤ 1.0
𝑀𝑏,𝑅𝑑

𝐴𝑣𝑒𝑐 𝑀𝐸𝑑 : 𝑉𝑎𝑙𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒 𝑐𝑎𝑙𝑐𝑢𝑙 𝑑𝑢 𝑚𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑓𝑙é𝑐ℎ𝑖𝑠𝑠𝑎𝑛𝑡

𝑀𝑏,𝑅𝑑 : 𝑀𝑜𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑟é𝑠𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑐𝑎𝑙𝑐𝑢𝑙 𝑎𝑢 𝑑é𝑣𝑒𝑟𝑠𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡

𝑓𝑦
𝑀𝑏,𝑅𝑑 = 𝜒𝐿𝑇 × 𝛽𝑊 × 𝑊𝑝𝑙,𝑦 ×
𝛾𝑀1

 Les poutres donc la semelle comprimée est suffisamment maintenue ne sont pas sensibles
au déversement.
 Les poutres constitués de profils creux circulaires ou carrées, de sections creuses
circulaire ou en Caisson carrées reconstituées, ne sont pas sensibles au déversement.
(selon §6.3.2.1 (6.55) NF EN 1993-1-1 de octobre 2005).

Détermination du coefficient de réduction 𝜒𝐿𝑇

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


66
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala
Ce coefficient se lit sur les mêmes courbes que celles du flambement (cf flambement si
mple). Dans le cas général de déversement (§6.3.2.2), on utilise le tableau 6.4 :

Section transversales Limites Courbes de déversement

Sections en I laminés ℎ⁄𝑏 ≤ 2 a


ℎ⁄𝑏 > 2 b
Sections en I soudés ℎ⁄𝑏 ≤ 2 c
ℎ⁄𝑏 > 2 d
Autres sections - d

Il faut donc connaître l'élancement réduit pour le déversement qui se définit par la form
ule suivante :

𝛽𝑊 × 𝑊𝑝𝑙,𝑦 × 𝑓𝑦
𝜆𝐿𝑇 = √
𝑀𝑐𝑟

Mcr est le moment critique de déversement élastique, calculé quelle que soit la classe de
la section à partir de la section brute. Pour les sections de classe 4, on considère
une inertie de torsion nulle It = 0.

Le moment critique de déversement s'écrit :

1⁄
𝜋 2 𝐸𝐼𝑧 𝑘 2 𝐼𝑤 (𝑘𝐿)2 𝐺𝐼𝑡 2
2
𝑀𝑐𝑟 = 𝐶1 {[( ) + 2 + (𝐶2 𝑧𝑔 − 𝐶3 𝑧𝑗 ) ] − (𝐶2 𝑧𝑔 − 𝐶3 𝑧𝑗 )}
(𝑘𝐿)2 𝑘𝑤 𝐼𝑧 𝜋 𝐸𝐼𝑧

Avec :

C1, C2, C3 dépendent des conditions de charge et d'encastrement, et sont disponibles da


ns des tableaux.

k et kw sont des facteurs de longueur effective (0.5 pour une fixation parfaite, 0.7 pour e
ncastrée/appuyée et 1 pour des appuis simples). On prend généralement 1 pour kw.

zg est l'excentrement entre le point d'application de la charge et le centre de cisaillem


ent (positif si action des charges vers le centre de cisaillement). Si zg est positif(action vers cent
re de cisaillement), il a un effet déstabilisant donc le moment critique diminue. Dans le cas cont
raire, l'effet est stabilisant (effet de redressement).

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


67
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala
Iw est le facteur de gauchissement. Iz est l'inertie de flexion faible. It est l'inertie de torsi
on.

L est la longueur de la poutre entre des points latéralement maintenus.

Cette grosse formule fait un peu peur, mais on peut la simplifier la plupart des
temps. Par exemple, pour un profilé doublement symétrique (I et H par exemple → 𝑍𝑗 =
0), avec chargements par moments(𝐶2 = 0)ou charges transversales appliquées au centre de
cisaillement (𝑍𝑗 = 0), 𝑘 = 𝑘𝑤 = 1 (pas d’extrémités chargée), le moment critique de
déversement devient donc :

1⁄
𝜋 2 𝐸𝐼𝑧 𝐼𝑤 (𝐿)2 𝐺𝐼𝑡 2
𝑀𝑐𝑟 = 𝐶1 {[ + 2 ] }
(𝐿)2 𝐼𝑧 𝜋 𝐸𝐼𝑧

Pour calculer C1 et C2, en supposant, 𝑘 = 𝑘𝑤 = 1 :

Lorsqu’un élément est comprimé et fléchi, il peut périr par flambement par flexion et
torsion et il y a lieu de vérifier la condition suivante :

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


68
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

Ou les différents termes seront détaillés plus tard.

Exemple d’application

Exemple d'application 1 : déversement d'un IPE450 en acier S235


bi-rotulé de 6mètres, avec chargement en une extrémité par moment (matériau standard --> vale
urs par défaut OK).

Si vous avez rentré correctement les paramètres, vous devez trouver un moment critique
de 277 kN.m.

Exemple d'application 2 : déversement d'un PRS de classe 3 en acier S235


bi-rotulé de 40mètres, avec chargement linéique sur toute sa longueur (son propre poids).

Caractéristiques : Iz = 42 707 cm4, It = 1 867cm4, Iw = 227 600 000 cm6, Wely = 27 5


15 cm3, Wply = 30 920 cm3.

Si vous avez rentré correctement les paramètres, vous devez trouver un moment critique
de 842 kN.m.

Exemple d'application 3 : déversement d'un HEA400 en acier S235


bi-encastré de 6mètres. C1 = 0.938 et C2 = 0.715

Si vous avez rentré correctement les paramètres, vous devez trouver un moment critique
de 505 kN.m.

Exemple d'application 4 : déversement d'un IPE600 en acier S235


bi-encastré de 15mètres, chargé par des pannes et une couverture, le tout étant soumis au soulèv
ement par le vent.

C1 = 0.712 et C2 = 0.652

Si vous avez rentré correctement les paramètres, vous devez trouver un moment critique
de 379 kN.m.

Nota : on considère des charges excentrées zg = -300mm.

c) Flambement et déversement sous l'effet d'une compression et d'une flexion

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


69
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala
Sous l'effet d'une compression et d'une flexion simultanée, 2 inéquations combinées son
t à respecter, suivant la classe (1, 2, 3 ou 4) de la section considérée (§6.3.3).

Les facteurs d'interaction kyy, kyz, kzy et kzz peuvent être calculés d'après l'annexe A (
Méthode 1 ou Méthode Franco-Belge) ou d’après l’annexe B (Méthode 2 ou Méthode Germano-
Autrichienne) de la NF EN 1993-1-1 Oct 2005 (plutôt pénibles à calculer manuellement...).

d) Voilement

Aspect expérimentale :
Sous l’effet de l’effort tranchant dans l’âme de la poutre, les éléments de surface de l’âme
ont tendance à se plisser sous des efforts de compression et traction conjugués.

Raidisseur
Figure 2: Phénomène du voilement Déformation transversale de la section

Observation :
Si l'on soumet une plaque rectangulaire à une compression uniforme sur deux côtés opposés,
parallèlement à son plan moyen, on observe que la plaque, au-delà d'une certaine charge, se
déforme transversalement. Il s'agit du phénomène de voilement, qui peut également apparaître
sous un effort de cisaillement simple.

Les essais montrent également que les âmes, bien que voilées, résistent encore à des efforts
additionnels. Autrement dit, le voilement ne conduit pas à une ruine rapide et brutale de ces
pièces, ce qui en fait un phénomène finalement peu dangereux.
Pour éviter le voilement des âmes des poutres, deux moyens sont possibles:
 Soit augmenter l'épaisseur de l'âme.
 Soit disposer des raidisseurs d'âme, judicieusement positionnés.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


70
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

N .B : La vérification des au voilement des âmes des laminés normalisés (IPE, HE, …)
n’est pas nécessaire puisqu’ils sont largement surdimensionnés à cet égard. Cependant les
règles CM66 préconisent de positionner des raidisseurs au droit des appuis et des charges
concentrées, pour éviter d’éventuelles déformations locales.
En résumé, le
voilement est un peu aux plaques ce que le flambement est aux poutres (le voilement est néanm
oins moins brutal et moins dangereux).Les profilés normalisés ne sont pratiquement pas concer
nés par le voilement. En revanche, l'âme des profilés reconstitués soudés (PRS) est souvent à ét
udier, minutieusement.

La résistance au voilement par cisaillement doit être vérifiée si :

Deux méthodes de calcul sont possibles, non explicitées dans ce


cours : la méthode post-critique simple et la méthode du champ diagonal de traction.Il est néces
saire par ailleurs de vérifier les raidisseurs intermédiaires.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


71
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

PARTIE IV :

CALCULS D'ASSEMBLAGES BOULONNES


OU SOUDES EN CM
Le calcul des assemblages en acier de charpente métallique est maintenant régi par
l'Eurocode 3 partie 1-8 qui doit être complétée par l'Eurocode 2 pour les pieds de poteaux. La
mise en place de ces normes entraîne d'importants changements par rapport à la pratique
selon l’ancienne norme française au niveau du calcul des attaches (méthode des tronçons
en T, semi-rigidité) mais aussi des produits de boulonnerie (boulons SB/HR/HV/HRC)
pouvant être utilisés.

Ainsi, le remplacement des normes françaises de calcul de structure par les Eurocodes a
fortement modifié les méthodologies de calcul utilisées. Les assemblages de charpente
métallique ne font pas exception puisque la partie 1-8 de l’Eurocode 3 [1] qui régit leur calcul

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


72
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala
introduit de nouveaux concepts pour les calculateurs de bureau d’étude. Le calcul des
assemblages par platines boulonnées est ainsi assez significativement modifié avec
l’introduction de la méthode des composants. L’assemblage est ainsi décomposé en un
ensemble d’éléments simples (voir Figure 1) tels les boulons, platine, soudure, âme du
poteau… auxquels sont associées une résistance et une rigidité élastique.

Figure 1

CHAPITRE 1 : LES ASSEMBLAGES EN CONSTRUCTION METALLIQUES

1. Introduction
Une structure métallique est un ensemble de pièces individuellement assemblé. Il existe
02 possibilités d’assemblages en CM :

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


73
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala
Le rôle d’un assemblage est :
 Réunir et solidariser plusieurs pièces entre elles
 Assurer la répartition et la transmission des différentes sollicitations entre les
différentes pièces assemblées sans générer des sollicitations parasites.

2. Fonctionnement des assemblages


2.1 Fonctionnement par obstacle
C’est le cas des boulons ordinaires, non précontraint ou les tiges reprennent les efforts de
cisaillement.
2.2 Fonctionnement par adhérence des pièces
assemblées
Dans ce cas la transmission des efforts se fait adhérence des
surfaces des pièces en contact. Cela concerne le soudage, le collage,
le boulonnage par boulons HR
2.3 Fonctionnement mixte

C’est le cas du rivetage (et dans le cas extrêmes des boulons


HR), à savoir que les rivets assurent la transmission des efforts par
adhérence des pièces jusqu'à une certaine limites qui lorsqu’elle est
dépassée fait intervenir les rivets par obstacle, au cisaillement.

CHAPITRE 2 : LES ASSEMBLAGES BOULONNES

1. Introduction
Cette technique autorise une grande rapidité de montage sur le chantier et ceci à un
coût très économique. Deux types de boulons sont couramment utilisés :
 Les boulons ordinaires travaillant en traction et au cisaillement par butée.
 Les boulons HR pour lesquels l’effort de serrage empêche le glissement entre les
pièces assemblées. On les appelle aussi boulons précontraints.
2. Composition
Les boulons sont constitués de :
Une vis,
Un écrou hexagonal,
Eventuellement 01 ou 02 rondelles.
2.1 Désignation des vis selon les normes internationales ISO

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


74
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

2.2 Désignation des vis selon les normes françaises NF E-25-004

3. Caractéristiques mécaniques et propriétés géométriques des boulons


Elles sont récapitulées sous forme de tableaux suivants :

4. Dimensionnement des boulons ordinaires


4.1 Assemblages sollicités au cisaillement
Dans ce cas, il convient vérifier :
o D’une part la résistance au cisaillement des boulons,
Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO
75
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala
o D’autre part la résistance à la pression diamétrale des pièces.

4.1.1 Cas de la résistance au cisaillement des boulons

Résistance des boulons par plan de cisaillement :


- Pour les classes de qualité 4.6, 5.6, 6.6, 8.8 :
𝐴𝑠
𝐹𝑉 = 0.6𝑓𝑢𝑏
𝛾𝑀𝑏
- Pour les classes de qualité 4.8, 5.8, 6.8, 10.9 :
𝐴𝑠
𝐹𝑉 = 0.5𝑓𝑢𝑏
𝛾𝑀𝑏
𝐴𝑠 ∶ 𝐴𝑖𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑙𝑎 𝑠𝑒𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑟é𝑠𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑡𝑒 𝑒𝑛 𝑡𝑟𝑎𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑢 𝑏𝑜𝑢𝑙𝑜𝑛, 𝑠𝑖 𝑙𝑒 𝑝𝑙𝑎𝑛 𝑑𝑒
𝑐𝑖𝑠𝑎𝑖𝑙𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑝𝑎𝑠𝑠𝑒 𝑝𝑎𝑟 𝑙𝑎 𝑝𝑎𝑟𝑡𝑖𝑒 𝑓𝑖𝑙𝑒𝑡é 𝑑𝑢 𝑏𝑜𝑢𝑙𝑜𝑛
𝑓𝑢𝑏 : 𝐶𝑜𝑛𝑡𝑟𝑎𝑖𝑛𝑡𝑒 𝑙𝑖𝑚𝑖𝑡𝑒 𝑑𝑒 𝑟é𝑠𝑖𝑠𝑡𝑎𝑛𝑐𝑒 à 𝑙𝑎 𝑡𝑟𝑎𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛 𝑑𝑒𝑠 𝑏𝑜𝑢𝑙𝑜𝑛𝑠
𝛾𝑀𝑏 = 1.25 ∶ 𝐶𝑜𝑒𝑓𝑓𝑖𝑐𝑖𝑒𝑛𝑡 𝑑𝑒 𝑠é𝑐𝑢𝑟𝑖𝑡é 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑙𝑒 𝑐𝑖𝑠𝑎𝑖𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡

4.1.2 Cas de la résistance à la pression diamétrale des pièces


𝑡
𝐹𝐵 = 2.5𝑓𝑢 𝑑0
𝛾𝑀𝑏
4.2 Assemblages sollicités à la traction
Résistance des boulons à la traction :
𝐴𝑠
𝐹𝑇 = 0.9𝑓𝑢𝑏
𝛾𝑀𝑏
4.3 Assemblages sollicités simultanément au cisaillement et à la traction

Les boulons soumis à des efforts combinés de cisaillement 𝑉 et de traction 𝑇, doivent


satisfaire aux conditions suivantes :
𝑉 𝑇
+ ≤1
𝐹𝑉 1.4𝐹𝑇
5. Vérifications à effectuer pour le dimensionnement des boulons

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


76
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

6. Précautions/Dispositions constructives
Les assemblages constituent les zones particulièrement fragiles que les zones courantes des
pièces, car ses sections sont réduites du faite des perçages ou de la nature des pièces affaiblie par
la chauffe du soudage. Pour cela :
Il faut proscrire tout assemblage par recouvrement simple et utiliser un assemblage
symétrique par double couvre-joint.

Il faut s’assurer que les axes neutres des barres soient concourants aux nœuds du treillis
dans les systèmes réticulés.

Par ailleurs il faut prendre en compte les majorations de contraintes engendrées par les
moments secondaires dans les assemblages excentrés.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


77
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

Des valeurs minimales et maximales des pinces longitudinales et transversales et de


l’entraxe des boulons sont également prescrites par l’Eurocode 3 telles que le présente les figures
ci-dessous.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


78
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

7. Exemples d’assemblages boulonnés

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


79
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


80
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

CHAPITRE 3 : LES ASSEMBLAGES SOUDES

1. Introduction

Le soudage est le procédé qui permet d’assembler 02 pièces par liaison intime de la matière,
obtenue par fusion ou plastification.

Le soudage présente par rapport au boulonnage, plusieurs avantages :

- Il assure la continuité de la matière et de ce fait garantie une bonne retransmission des


sollicitations,
- Il dispense de pièces secondaires (gousset, attaches, boulons, …etc.)
- Il est de moindre encombrement et plus esthétique que le boulonnage

En revanche, il présente divers inconvénients :

- Le métal de base doit être soudable


- Le contrôle des soudures est nécessaire et onéreux
- Le contrôle des soudeurs est aléatoire
- Le soudage exige une main-d’œuvre qualifiée et le matériel spécifique
-

2. Les procédés de soudage


On peut citer comme procédé :
- Procédés par pression
- Procédés par résistance électrique
- Procédés par friction
- Procédés chimique au chalumeau oxyacéthylénique
- Procédés par laser
- Procédés par bombardement électronique
- Procédés à l’arc au plasma
Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO
81
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala
- Procédés à l’arc électrique

3. Dispositions constructives
3.1 Définition de la gorge des cordons d’angle

3.2 Soudure bout-à-bout

3.3 Soudure d’angle

Il convient de ne pas arrêter la soudure d’angle aux extrémités des éléments assemblés.
Elles doivent contourner les coins des assemblages sans interruption en gardant leur dimension
sur une longueur égale à 02 fois le pied du cordon à tous les endroits où ce retour est possible
dans le même plan.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


82
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

3.4 Autres types de liaisons soudées

4. Précautions constructives
Le soudage des aciers exige une température élevée qui vont provoquer la dilatation locale
des pièces. Lors du refroidissement de la zone de cordon de soudure, le retrait va :

a) Provoquer la déformation des pièces si ces dernières sont facilement dilatables


b) Soit générer des contraintes intérieures dans les pièces si ces dernières sont bridées.

Dans le premier cas, pour remédier aux déformations il est possible de :

 Soit de donner aux pièces initiales des déformations inverses qui vont être
compensées lors des déformations en retrait,
 Soit de redresser les pièces à froids sous presses,
 Soit d’effectuer les cordons par tronçons discontinus et espacées dans le temps ;

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


83
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

 Soit de préchauffer les pièces pour qu’ils évitent le refroidissement brusque.

Dans le second cas, pour limiter les contraintes internes il est possible de :

 Soit d’assoupir le bridage ce qui autorisera de faibles déformations, acceptable ;


 Soit de post chauffer les pièces.

Quelques autres précautions élémentaires doivent être prises en compte

 Eviter l’assemblage des pièces de trop grandes différence d’épaisseur, car il y’a
risque de déformations de la pièce la plus mince et risque de fissuration du cordon
de soudure au refroidissement ;
 Eviter l’assemblage par soudure pour des pièces d’épaisseur supérieure à 30 mm ;
 Réaliser des cordons de diamètre supérieur à 4 mm et de longueur supérieur à 50
mm ;
 Veuillez à une bonne corrélation entre l’épaisseur du cordon et l’épaisseur de la
pièce mince à assembler.
5. Calcul des cordons de soudures

Avant toute chose il est nécessaire de rappeler que les soudures ‘bout-à-bout’ ne se
calculent pas.

5.1 Prédimensionnement de la gorge

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


84
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

5.2 Cordons frontaux

5.3 Cordons latéraux

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


85
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

5.4 Cordons obliques

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


86
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

PARTIE V :

DIMENSIONNEMENT DE QUELQUES
COMPOSANTS DE BASE (SQUELETTE)
D'UN BATIMENT METALLIQUE

VOIR FICHIER JOINT :


 Calcul des pannes selon l’Eurocode 3
 Calcul des lisses selon l’Eurocode 3
 Calculs des potelets selon l’Eurocode 3
 Calculs des contreventements selon l’Eurocode 3

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


87
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

PARTIE VI :

PROTECTION ET L'ENTRETIEN DES


BATIMENTS EN CONSTRUCTION
METALLIQUE

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


88
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

1. Introduction

L’acier tend à se dégrader superficiellement lorsqu’il est soumis à des milieux corrosifs :
Atmosphère humide, condensation des eaux et du sol. La rouille est donc devenue la terreur des
maitres d’œuvre et des maitres d’ouvrages. Pourtant des précautions prises à la conception et à
la réalisation des éléments en acier permettent de la prévenir totalement… lorsque le risque
existe ! Dans la plupart des cas il faut le protéger ou utiliser une nuance assurant son auto
protection. Les aciers entrent dans les constructions métalliques sous différentes forme qui ne
seront pas protèges de la même façon (profilés laminés à chaud pour les ossatures, tôles formés
à froid pour les éléments plan : façades, couverture, plancher, équipement…Etc.). De plus tous
ses produits ne seront pas soumis aux mêmes agressions et le taux de corrosions n’est pas
identique dans toutes les atmosphères.

Pour l’acier la forme de corrosion la plus courante est la corrosion uniforme, ou généralisée
qui se traduit par une formation de la rouille. Ce produit constitué d’oxydes plus ou moins
hydratés ne se forme qu’en présence d’oxygène et de d’eau à température ordinaire. Cette
corrosion est dite aqueuse et c’est la forme couramment rencontré en construction métallique.

D’autre forme de corrosion peuvent se manifester dans des conditions particulières :


corrosion localisées, corrosion sous contrainte, corrosion à haute température.

2. Préparation de la surface de l’acier (sablage ou décapage)

La bonne préparation de la surface de l’acier est importante pour obtenir un bon système
de protection efficace.

Les 02 facteurs importants dans la préparation d’une surface sont la propreté et la rugosité.

2.1 La propreté de la surface

Le profilé ou la tôle sortant du laminoir est généralement recouvert d’une couche de


calamine bleu foncé. Pendant le stockage à l’air libre, la calamine se transforme progressivement
en rouille ; celle-ci s’écaille peu à peu, découvrant l’acier sous adjacent. Certaine propriété du
laminage évite la formation de la calamine telle que le laminage thermomécanique des tôles.

Différents procédés de protection contre la corrosion sont :

 Galvanisation à froid
 Zingage électrolytique
 Mise en peinture
 Métallisation par protection suivi de la mise en peinture
Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO
89
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

 Galvanisation à chaud suivi de la mise en peinture.

Il existe des spécifications techniques particulières pour les préparations de surfaces par
grattage, piquage et brossage jusqu'à élimination de la calamine et de la rouille. Ces opérations
peuvent se faire au burin pneumatique, au pistolet à aiguille pneumatique ou à la brosse
métallique rotative, électrique ou pneumatique. Le dégré de soin de décapage correspondant à
ces techniques s’apprécie par référence à la norme française NF E 05-501 « échantillon de
comparaison par viso-tactile »

2.2 Rugosité de surface

Il faut éviter une rugosité excessive par ce que la corrosion peut se former facilement sur
les pics de l’acier avivé là où la couche de peinture est mince (ou au moins plus mince) et ne
constitue pas une protection suffisante. En général il est conseillé d’avoir les écarts de rugosité
aussi faible que permises par les conditions techno-économiques.

2.3 Procédés de préparation de surface


Comme procédés on distingue :
 Le nettoyage par projection d’abrasif,
 Le nettoyage à la main,
 Le nettoyage à la flamme
 Le décapage chimique.

Ces procédés peuvent s’appliquer différemment s’il s’agit de structures nouvelles


d’entretien ou de parties soudées.

3. Le revêtement des structures par la peinture

L’emploi des peintures est le procédé le plus couramment utilisés pour protéger l’acier de
la corrosion. Comme beaucoup d’autre domaine, la technique de peinture a fait beaucoup de
progrès. En conséquence on obtient une durée de vie beaucoup plus longue avant la première
période d’entretien.

3.1 choix du type de peinture

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


90
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


91
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


92
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

3.2 Système de peinture

Un système de peinture de l’acier de construction comprend :

 Une ou plusieurs couche primaires : constitué d’une base d’adhérence pour les
couches ultérieures et inhiber le processus de corrosion,
 Une ou des couches intermédiaires : contribuer à l’épaisseur totale du revêtement,
 Une ou des couches de finition : résister à l’influence de l’atmosphère.

Le système de peinture s’applique sur une surface préparée. Plus la peinture est de bonne
qualité plus la surface devrai être bien préparée.

3.3 Modes d’application des peintures


Dans le cas de l’acier de construction, l’application se fait :
 A la brosse
 Au rouleau
 Par pulvérisation pneumatique
 Par pulvérisation sans air

Le choix d’un mode d’application ne se fait pas seulement en fonction du résultat mais
aussi du prix de revient. Celui-ci varie beaucoup d’une méthode à l’autre.
a) A la brosse
Elle ne peut qu’être faite à la main et présente un travail long et couteux. Elle se fait
lentement et l’opérateur à le temps de contrôler son travail et retoucher immédiatement
d’éventuelles imperfections. Un autre avantage de ce procédé c’est qu’il y’a peu de perte de
peinture.

b) Au rouleau
Il est beaucoup plus utilisé pour les surfaces planes. Elle est beaucoup plus rapide que la
précédente et plus économique par unité de surface.

c) Par pulvérisation pneumatique

C’est le mode d’application le plus employé. Il est pratiquement le plus universel.


Néanmoins il présente des inconvénients lorsqu’il est appliqué aux charpentes métalliques. Car
pour pouvoir être projeté correctement, la peinture doit avoir une teneur en solvant élevée ce qui
donne de faible épaisseur (30 à35 𝜇𝑚) par passe si l’on veut éviter les coulures.
Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO
93
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

d) Par pulvérisation sans air


Dans ce procédés la peinture est amandée sous pistolet et pulvérisé à une pression élevée
(jusqu'à 20 MPa ou 200 bars) et pulvérisé sans air dans le gicleur à grande vitesse. Ce procédé
produit un excellent contact. C’est une bonne méthode pour appliquer les couches primaires.

4. Contact entre 02 matériaux différents : « EFFET PILE »

Si deux matériaux métalliques comme l’aluminium et l’acier doivent être assemblés, il faut
se prémunir contre l’éventualité d’un « effet pile ».

Pour cela, il faut disposer un isolant efficace à l’interface entre les 02 matériaux (voir figures
suivante). En ce qui concerne le cuivre, son utilisation est absolument proscrite avec des éléments
de charpente métallique revêtus par des couches à base de poudre de Zinc ou par Zingage à
chaud.

Une autre solution consiste à galvaniser les pannes, lisses ou les profiles en acier en contact
direct avec les tôle Alu.

5. Conclusion Générale

La protection contre la corrosion est un élément important dans la conception d’une structure
métallique. Si les cas particuliers nécessitent la collaboration d’un spécialiste, les cas courants
peuvent être résolus en considérant le problème sous les trois aspects de la connaissance du
milieu, (agressivité), de la durée de service prévus et de l’exécution soignée des détails.

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


94
Cours de Constructions Métalliques (CM), South Polytech Douala

BIBLIOGRAPHIE

 Philippe JOSSE -Cours de constructions métalliques, IST-AC Douala Edition 2008-2009.


 WISSEN TAKTAK - Cours de charpente métallique, Institut supérieur de technologie de
Radés, Edition 2005.
 Jean MOREL- Calcul des structures métalliques suivant l’Eurocode 3, Edition Eyrolles
3éme tirage (1997).
 Marc LANDOWSKI, Bertrand LEMOINE - Concevoir et construire en acier, Collection
Mémentos acier 2005.
 Manfred A. Hirt, Rolf Bez-Construction Métallique, Vol 10: Notion de
dimensionnement, Traité de Génie Civil de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne,
Presses polytechniques et universitaires romandes.
 Manfred A. Hirt, Michel Crisinel-Charpente Métallique, Vol 11 : Conception et
dimensionnement des halles et des bâtiments, Traité de Génie Civil de l’Ecole
polytechnique fédérale de Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.
 Pierre Maitre : Formulaire de construction métallique, Règles CM66+Add 80, Normes
d’assemblage, Eurocode 3, Collection Mémento technique.

FIN

Par Ing. Paul-Ramsès LANGOUO


95

Vous aimerez peut-être aussi