Vous êtes sur la page 1sur 119

Sommaire

CHAP 0.INTRODUCTION GENERALE ................................................................................................. 6

I. GENERALITES............................................................................................................................... 7

II. VRD ET URBANISME.................................................................................................................... 7

III. TERME DE VRD ............................................................................................................................. 8

1. ESPACE COLLECTIF ............................................................................................................................ 8

2. VRD ET ASSAINISSEMENT ................................................................................................................. 8

3. VRD et AEP ........................................................................................................................................ 9

4. VRD et ENERGIE ................................................................................................................................. 9

5. VRD ET TELECOMMUNICATION ......................................................................................................... 9

6. VRD ET ANTENNE COMMUNICATIVE ................................................................................................. 9

IV. CONCLUSION PARTIELLE : ..................................................................................................... 10

CHAP.I RESEAU DE VOIRIE .......................................................................................................... 11

I. GENERALITES............................................................................................................................. 12

II. LES DIFFERENTES FONCTIONS DE LA VOIRIE................................................................... 12

III. FORMES DE CIRCULATION ..................................................................................................... 12

1. TRANSPORT ET DESSERTE ................................................................................................................ 12

2. MODES DE TRANSPORTS ................................................................................................................. 13

3. TYPES DE CIRCULATION ................................................................................................................... 13

IV. HIERARCHISATION DE LA VOIRIE ........................................................................................ 13

1. CARACTERISTIQUES DES DIFFERENTS TYPES DE RESEAUX................................................................ 14

2. CREATION D’UNE VOIRIE URBAINE .................................................................................................. 15

V. RAPPELS SUR LES RACCORDEMENTS .................................................................................. 15

1. INTERPRETATIONS GEOMETRIQUE DE LA COURBURE EN VOIRIE ..................................................... 16

2. TERMINOLOGIE ............................................................................................................................... 16
3. DIFFERENTES TYPES DE RACCORDEMENTS ...................................................................................... 17

VI. TRACE EN PLAN ......................................................................................................................... 18

1. POSITION DU PROBLEME................................................................................................................. 18

2. CONSIDERATION GENERALE ............................................................................................................ 19

VII. STATIONNEMENT ...................................................................................................................... 26

1. MOTIF DE STATIONNEMENT ............................................................................................................ 26

2. DEMANDE DE STATIONNEMENT ...................................................................................................... 26

3. L’OFFRE DE STATIONNEMENT .......................................................................................................... 27

VIII. TROTTOIR ................................................................................................................................... 28

1. CAPACITE DES TROTTOIRS ET VITESSE DE MARCHE ......................................................................... 28

2. LARGEUR DES TROTTOIRS ............................................................................................................... 29

3. BORDURE DE TROTTOIR .................................................................................................................. 29

IX. PROFIL EN LONG ....................................................................................................................... 30

1. DEFINITION ..................................................................................................................................... 30

2. TERMINOLOGIE ............................................................................................................................... 30

3. REDACTION DU PROFIL EN LONG..................................................................................................... 30

4. RAYON DE COURBURE AUX CHANGEMENTS DE DECLIVITES ............................................................ 32

X. LA COORDINATION DU TRACE EN PLAN ET DU PROFIL EN LONG ............................... 33

XI. PROFIL EN TRAVERS ................................................................................................................ 34

1. TERMINOLOGIE ............................................................................................................................... 34

2. REDACTION DU PROFIL EN TRAVERS ............................................................................................... 35

CHAP.II : TERRASSEMENTS GENERAUX ....................................................................................... 38

I. GENERALITES............................................................................................................................. 39

II. TERMINOLOGIE ......................................................................................................................... 39

III. APPROCHE GLOBALE DES TRAVAUX DE TERRASSEMENT ............................................ 40

IV. CUBATURE DES TERRASSES ................................................................................................... 42


1. DECAPAGE DE LA TERRE VEGETALE ................................................................................................. 42

2. CUBATURE DES PLATES FORMES ..................................................................................................... 43

CHAP.III : A.E.P. ..................................................................................................................................... 46

I. GENERALITES............................................................................................................................. 47

II. CAPTAGE DES EAUX ................................................................................................................. 47

1. EAU SOUTERRAINE .......................................................................................................................... 47

2. EAU DE SURFACE ............................................................................................................................. 47

III. TRAITEMENT DES EAUX .......................................................................................................... 48

IV. CONSIDERATIONS GENERALES : ........................................................................................... 48

1. BESOIN EN EAU POTABLE ................................................................................................................ 49

2. ANALYSE DES POSSIBILITES DE RACCORDEMENT AUX RESEAUX EXISTANTS .................................... 49

3. RESEAU DE DISTRIBUTION D’EAU POTABLE : ................................................................................... 50

4. TRACE EN PLAN ET IMPLANTATION ................................................................................................. 52

5. DIMENSIONNEMENT DES CANALISATIONS ...................................................................................... 53

V. PROTECTION DU RESEAU : ..................................................................................................... 57

1. PROBLEMES FREQUENTS ................................................................................................................. 57

2. SOLUTIONS ...................................................................................................................................... 57

VI. ORGANES ANNEXES .................................................................................................................. 57

CHAP. IV : ASSAINISSEMENT ............................................................................................................ 65

I. GENERALITES............................................................................................................................. 66

II. CHOIX DES TYPES DE RESEAU ............................................................................................... 66

III. LE RESEAU D’EAUX USEES ...................................................................................................... 67

1. LA COLLECTE ET LE TRANSPORT ....................................................................................................... 67

2. L’EPURATION ................................................................................................................................... 68

IV. LE RESEAU D’EAUX PLUVIALES ............................................................................................ 71


1. RESEAU DE SURFACE ....................................................................................................................... 71

2. RESEAU ENTERRE DE CANALISATIONS ............................................................................................. 72

3. OUVRAGES PONCTUELS DE STOCKAGE ET D’INFILTRATION ............................................................. 72

V. CONDITION DE CALCUL .......................................................................................................... 74

1. CALCUL DES DEBITS D’EAUX USEES .................................................................................................. 74

2. CALCUL DES DEBITS D’EAUX PLUVIALES .......................................................................................... 75

3. ABATTEMENT SPATIAL DES AVERSES ............................................................................................... 77

4. METHODE DE CALCUL ...................................................................................................................... 77

5. CALCUL DES CONDUITES ET DES CANAUX ........................................................................................ 83

6. CONDITIONS DE PENTE ET LIMITE D’AUTOCURAGE ......................................................................... 85

7. CONDITIONS DE PROFONDEUR ....................................................................................................... 85

VI. TRACE EN PLAN (RECOMMANDATIONS GENERALES) ..................................................... 85

ANNEXE 1 : SCHEMA RESEAU RAMIFIE ET MAILLE....................................................................................................... 88


ANNEXE 2 : ELEMENTS D’UN RESEAU .......................................................................................................................... 89
ANNEXE 3 : COEFFICIENTS RELATIFS A LA PLUVIOMETRIE ........................................................................................... 90
ANNEXE 4: REGIONALISATION DES AVERSES ............................................................................................................... 91
ANNEXE 5: INTENSITE - DUREE - FREQUENCE (REGION I) ............................................................................................ 92
ANNEXE 6 : INTENSITE – DUREE – FREQUENCE (REGION II) ........................................................................................ 93
ANNEXE 7: INTENSITE – DUREE – FREQUENCE (REGION III) ........................................................................................ 94
ANNEXE 9 : REGARDS DE VISITE / BRANCHEMENTS .................................................................................................... 96
ANNEXE 10 : RESERVOIR DE CHASSE/AERO-EJECTEUR / STATION DE RELEVEMENT OU DE REFOULEMENT .............. 97
ANNEXE 11 : DEBIT DES CANALISATIONS CIRCULAIRES EN SYSTEME UNITAIRE OU SEPARATIF ................................. 98

CHAP. V : ELECTRICITE ...................................................................................................................... 99

I. GENERALITES............................................................................................................................100

II. MOYENS DE TRANSPORT ET DE DESSERTE .......................................................................101

III. BESOINS ......................................................................................................................................102

IV. RESEAU HT ET BT .....................................................................................................................103

V. DETERMINATION DES CABLES .............................................................................................103

VI. LES POSTES DE TRANSFORMATION ....................................................................................109

VII. BRANCHEMENTS B.T................................................................................................................109

VIII. ECLAIRAGE PUBLIC .................................................................................................................109


CHAP 0.INTRODUCTION GENERALE
I. GENERALITES

Jusqu‟à une époque récente dans l‟histoire, les modifications qui s‟effectuaient sur les
espaces Collectifs étaient faites à partir des critères purement architecturaux et de
confort. Ceci a fait que la consommation de l‟espace était très abusive et le coût de
l‟habitat très élevé. La croissance rapide de la démographie et la révolution industrielle
apparue à la fin de 19ème siècle, ont traduit le fait que les habitants se regroupent dans
des espaces très limités.
De telles difficultés ont poussé les hommes à rationaliser l‟utilisation de l‟espace,
séparer les zones industrielles des zones agricoles et de celles à urbaniser. Cette
dernière qui fait l‟objet de cette étude devra recevoir des opérations d‟urbanisation qui
permettent la satisfaction des (04) quatre principaux objectifs :
 Rechercher la meilleure intégration possible de l‟opération dans son
environnement général (paysage naturel, milieu bâti, contexte socioéconomique)
selon l‟aspiration des habitants ;
 Limiter les couts d‟investissement sans pour autant négliger les problèmes
techniques ;
 Créer un cadre de vie satisfaisant pour les usagers ;
 Assurer un développement équilibré et harmonieux des communes
Afin de satisfaire ces quatre (04) principes, une étude de faisabilité et de conception
technique des opérations doit être menée.
Pour ce faire, l‟on fait appel aux VRD qui ont une influence directe et déterminante pour
atteindre ces objectifs.

Définition des VRD

L‟ensemble des techniques de conception, et méthodes de calculs élaborés pour


répondre aux quatre (04) principes précités sont l‟objet des VRD. Ces techniques
interviennent dans la modification du terrain naturel (conception de la voirie et bâtisse)
et également l‟implantation des différents réseaux destinés aux services publics (AEP,
Eclairage, Assainissement, Télécommunication …etc.).

II. VRD ET URBANISME


Les concepteurs dans les champs d‟application des VRD doivent intégrer dans leurs
réflexions et dans leurs choix, les véritables contraintes techniques et économiques
liées aux VRD. Ainsi à ne raisonner qu‟en terme de sécurité et d‟espace collectif en
perdant de vue l‟objectif final de ce type d‟opération d‟urbanisme réalisé pour les
habitants, un cadre de vie dont toutes les conditions de sécurité et de confort sont
réunies.
Inversement, les concepteurs de l‟aménagement et de l‟implantation doivent intégrer
dans leurs réflexions et dans leurs choix l‟introduction des grands ensembles dans le
cadre de vie qui satisfait les aspirations des habitants, et conformément à la planification
de l‟urbanisme. Ainsi à raisonner en termes de confort et d‟un aménagement de qualité.
Ceci induit des difficultés techniques, et des investissements considérables pour la
conception et la réalisation de l‟opération.
Pour faire face à ce paradoxe, il est toujours possible de trouver des solutions
moyennes qui permettent d‟assurer pour les habitants la sécurité et un confort minimum
dans un cadre de vie simple.

III. TERME DE VRD


1. ESPACE COLLECTIF

D‟une opération à l‟autre, l‟espace collectif occupe 30% à 60% de l‟emprise de


l‟opération, il constitue ainsi un élément essentiel d‟un cadre de vie de traitement de
l‟aménagement (Voirie, Espace vert, Aire de jeu, Aire de stationnement). Il est
déterminant pour la qualité de l‟environnement d‟un cadre de vie mais aussi en partie,
pour le développement de la fréquentation et la diversité des activités qui s‟y déroulent.

2. VRD ET ASSAINISSEMENT

Les VRD interviennent dans l‟assainissement pour l‟étude des ouvrages ainsi que
l‟implantation du réseau d‟assainissement afin de collecter, de transporter et
éventuellement traiter puis la restituer en milieu naturel et dans un état satisfaisant, des
eaux pluviales ou de ruissellement et les eaux usées ou domestiques (eaux ménagères,
eaux vannes), eaux industrielles.
3. VRD et AEP
L‟eau est un bien public et indispensable à toute urbanisation et doit être disponible en
quantité suffisante pour assurer les besoins des populations.
Les VRD interviennent dans son champ d‟application afin de répondre à ce besoin, par
la conception et l‟implantation d‟ouvrages.

4. VRD et ENERGIE
L‟énergie est un élément très utile, la vie moderne y très attachée, l‟absence de cet
élément peut paralyser toute une agglomération même un territoire entier qui pourra
avoir des conséquences indésirables sur l‟économie.
Aussi les VRD prennent en charge la conception et la réalisation de tels réseaux afin de
répondre aux besoins de la population.

5. VRD ET TELECOMMUNICATION

De nos jours, la circulation rapide de l‟information est très déterminante pour le


développement économique social, les réseaux de télécommunication s‟avèrent très
indispensable.
C‟est les VRD qui conçoivent et réalisent l‟implantation de la télécommunication.

6. VRD ET ANTENNE COMMUNICATIVE

La réception des programmes de T.V ainsi que ceux de la radiodiffusion en modulation


de fréquence s‟effectue traditionnellement par une antenne individuelle située sur le Toit
de la maison.
Lorsque la densité de l‟habitat augmente cela donne un aspect inesthétique des
réalisations. En outre, elle est inefficace lorsqu‟il se présente des difficultés de réception
(Obstacle naturel…)
La meilleure solution consiste à utiliser un réseau communicatif de radio et télédiffusion
appelé couramment réseaux d‟antenne communicative. Les VRD offrent le moyen
technique et opératoire pour la réalisation d‟un tel réseau.
IV. CONCLUSION PARTIELLE :
Les VRD possèdent tout un arsenal de techniques qui permet d‟urbaniser sur espace
minime le maximum d‟habitation avec des conditions de vie normale.
CHAP.I RESEAU DE VOIRIE
I. GENERALITES
L‟idée d‟une voie est née dans les temps anciens depuis que les gens se sont mis
d‟accord spontanément pour emprunter les mêmes parcours pour accomplir leurs
activités quotidiennes. Cette idée n‟a pas cessée d‟évoluer a travers l‟histoire compte
tenu de l‟évolution du mode de vie des usagers. L‟apparition des engins mécaniques, a
donné un grand pas pour la réalisation des voiries qui, à présent fait l‟objet de toute une
étude technique avant d‟entamer les travaux pour sa réalisation.

La voirie est un réseau constitué d‟un espace collectif qui est appelé à couvrir la
circulation des différents usagers (piétons, véhicules) avec une certaine fluidité.

II. LES DIFFERENTES FONCTIONS DE LA


VOIRIE
Les fonctions de la voirie sont de plusieurs ordres :
 Fonction de circulation et de transports de personnes, véhicules,
marchandises, etc ;
 Lieu public de communication et de rencontre entre différentes zones ;
 Lieu d'activités et d'échanges (sociaux, culturels) ;
 Eléments de composition et conception urbaine ;
 Espace d'implantation des réseaux ;
 Support de circulation et de transports.

III. FORMES DE CIRCULATION

1. TRANSPORT ET DESSERTE
Les flux de circulation répondent à deux fonctions :

 Fonction de desserte : C'est la capacité offerte par la voirie d'accéder aux


parcelles et aux bâtiments riverains ;
 Fonction de transport : C‟est les flux, qui empruntent une voie sans s'y
arrêter et qui forment une circulation de transit.

2. MODES DE TRANSPORTS
 Marche (à pied)
 Les animaux (chevaux, ânes,….)
 Les deux-roues
 Les transports en commun
 Transport de marchandises
 Voiture individuelle

3. TYPES DE CIRCULATION
On peut distinguer trois niveaux dans la séparation des circulations :

 Circulation mêlée dans laquelle les voitures particulières, les "deux-roues",


les transports en commun circulent sur la même chaussée;
 Circulation juxtaposée dans laquelle chaque mode de transport circule sur
un support spécifique dans une même emprise;
 Circulation séparée dans laquelle chaque mode de transport circule dans
son emprise propre.

IV. HIERARCHISATION DE LA VOIRIE

On distingue généralement (03) trois niveaux de la voirie :

 Voirie primaire à l'échelle de la ville


Liaisons urbaines, interurbaines et aménagement des rencontres des de flux
de circulation (carrefours)

Pas d‟accès des riverains, pas d‟arrêt sauf sur les BAU, pas de stationnement

 Voirie secondaire ou de distribution à l'échelle de la zone, du quartier


Liaisons inter-quartier, liaisons entre zones contiguës et aménagement des
points de rencontre des différentes circulations (carrefours et passages à
niveau).
Les arrêts sont possibles, les stationnements limités ou interdits et circulation
de transports en commun

 Voirie tertiaire ou de desserte à l'échelle de la cellule d‟habitation


Parcours terminaux, trafic de transit et limitation physique de la vitesse de
circulation, accès aux parcelles
Desserte des parcelles et immeubles des riverains, stationnement aménagé,
accessibilité des riverains

1. CARACTERISTIQUES DES DIFFERENTS TYPES DE


RESEAUX

a. Le réseau primaire

Il a pour principale mission d'assurer les fonctions à l'échelle de la ville :


 Vitesse …………… : 60-80-100-120 Km/h (voie rapide)
 Largeur des voies …. 7,00 m - 10,5 m - 14 m
 Chaussée généralement revêtue
 Capacité de la voie est fonction des caractéristiques géométriques
 Circulation séparée ou juxtaposée
 Débit : 1600 UVP/h
 La communication nulle avec l'espace riverain et les piétons
 Transport en commun se fait sans arrêts
 Conception indépendante de l'aménagement aux alentours
b. Le réseau secondaire

C'est un réseau intermédiaire, dont les services rendus sont à l'échelle de la zone, du
quartier :

 Vitesse….......... 40 - 60 Km/h
 Largeur………………………….. : 7,00 m
 Chaussée revêtue
 Capacité est liée aux conditions d‟exploitation de l‟environnement
 Débit maxi : 1200 UVP/h
 Circulation juxtaposée ou mêlée
 Domaine privilégié du TC
 Arrêts possibles des TC
 Passage piéton aménagé
c. Le réseau tertiaire

 Vitesse ….......... 10 - 40 Km/h


 Largeur des voies…….. : 5.00 à 6,00 m
 Circulation automobile faible
 Chaussée généralement revêtue en pavés ou non
 Circulation juxtaposée ou mêlée
 Peu ou pas de TC
 Empiètement ou débordement des activités possibles sur la voirie
 Conception de la voirie est liée à la composition des habitations
 Interpénétration de la voirie à l'espace riverain

2. CREATION D‟UNE VOIRIE URBAINE

La décision de création d‟une voirie est d‟abord politique puis juridique ensuite
urbanistique, et enfin technique. Cette dernière qui nous concerne, porte l‟objet de la
faisabilité du réseau de voirie afin d‟aboutir aux objectifs pour lesquels ce réseau est
conçu.

Une voirie tertiaire qui est conçue dans le but d‟établir une liaison de circulation dans les
habitations et groupe d‟habitation, doit se conformer aux critères suivants :

 Desservir chaque habitation et chaque groupe d‟habitation par un tronçon de


voirie.
 Assurer une fluidité de circulation suffisante afin d‟éviter les problèmes de
Circulation.
 Aménagée de telle façon à protéger les piétons et les véhicules en
stationnement.

V. RAPPELS SUR LES RACCORDEMENTS


Lorsqu‟un automobiliste et sur le point d‟effectuer un changement de direction que ce
soit en planimétrie ou en altimétrie le confort, et surtout la sécurité est remise en cause
si des dispositions appropriées ne sont pas prises en considération. A cet effet, les
raccordements des alignements de la voirie sont conçus pour répondre aux exigences
du confort et de la sécurité.

1. INTERPRETATIONS GEOMETRIQUE DE LA
COURBURE EN VOIRIE

Soit un tronçon de voirie constitue de 2 alignements droits de direction différente (voir


fig.1-a). Ce tronçon peut être assimilé à son axe médian en formant deux droites de
directions différentes qui présentent l‟intersection au sommet “ S ” (fig. 1-b). Leur
raccordement se fait pour une voie tertiaire, par un arc de cercle de rayon R à
déterminer.

S S

Fig 1.a Fig.1.b

2. TERMINOLOGIE

 Tangente “ T ” est la distance sur lesFig.1-b


Fig.1-a deux alignements de part et d‟autre du
sommet (intersection des 2 alignements) sur laquelle on doit effectuer le
raccordement.
 Angle au sommet “ a ” : C‟est l‟angle que forment les deux alignements au
point d‟intersection.
 Angle au centre “ b ” : C‟est l‟angle formé par l‟intersection de deux rayon du
même raccordement tracés à partir des points tangence (A, B).
Perpendiculairement.
 Développée “ D ” : c‟est de la longueur totale mesurée sur la corde du
raccordement.
 Longueur du raccordement “ L ” : C‟est la projection sur l‟axe horizontal de la
longueur total de raccordement mesurée sur les deux alignements. En
générale elle vaut approximativement le double de la tangente.
 Flèche “ F ” : C‟est la longueur du déplacement (sur la bissectrice de l‟angle
au sommet) du sommet vers la courbe du raccordement.

3. DIFFERENTES TYPES DE RACCORDEMENTS

Il y a lieu de distinguer deux types de raccordement.


S

T a/2 a/2 T
A B

b/2 b/2 R

fig.2

a. RACCORDEMENT EN PLANIMETRIE

Ce type de raccordement est utilisé pour créer un ou plusieurs virages au même


sommet (carrefour). Les données de base par lesquelles sont déterminées les
caractéristiques géométriques de ce raccordement :
 Angle au sommet
 Rayon de raccordement
b. RACCORDEMENT EN ALTIMETRIE
Ce type est utilisé pour adoucir le changement de pente d‟un alignement de voirie tout
en assurant le confort et la sécurité. Les données de base à partir desquelles les
caractéristiques géométriques de ce type de raccordement seront calculées sont :

 Le rayon R
 Les déclivités P et P‟ de ces alignements.

c. RACCORDEMENTS PARABOLIQUES

Ce type de raccordement est généralement utilisé pour les profils en long où les
déclivités sont très faibles. Leur rayon est très grand
Le principe consiste à assimiler le cercle à une parabole d‟équation caractéristique.

X² - 2RY = 0 (1)

VI. TRACE EN PLAN


Le tracé en plan d‟un réseau de voirie est la projection verticale de l‟espace occupé par
ce réseau sur un plan horizontal. Ce tracé est composé d‟un ensemble d‟alignements
droits qui se croisent en certains points d‟intersection appelés sommets qui donnent lieu,
dans la voirie, aux virages et carrefours. Un traitement spécial de ces lieux est à
envisager car ces endroits peuvent porter préjudice au confort et surtout à la sécurité
des usagers.

1. POSITION DU PROBLEME

Lorsqu‟un automobiliste emprunte un changement de direction (virage), il est soumis


aux effets suivants :

 Dérapage sous l‟effet de l‟accélération centrifuge.


 Distance insuffisante pour éviter un obstacle sur la voie.
 Affranchissement sur le trottoir des véhicules long.
Afin d‟épargner les usagers de ces problèmes, il est recommandé d‟exécuter des
raccordements circulaires pour les voies tertiaires.
Ces raccordements doivent justifier les conditions suivantes :

 Stabilité du véhicule pendant l‟emprunt du virage, en agissant sur les deux


facteurs suivants :
- Rayon de raccordement qui est facteur de la vitesse de
référence et le coefficient de frottement des pneus avec la
chaussée et l‟accélération de la pesanteur
- Relèvement des virages (dévers) qui donne naissance à une
force opposée à celle qui a tendance à éjecter le véhicule à
l‟extérieur du virage.

 Assurer une distance de visibilité dans les virages afin de permettre aux
véhicules de s‟arrêter avant d‟atteindre l‟obstacle.
 Envisager dans certains cas des surlargeurs dans les virages afin de
permettre aux véhicules long l‟affranchissement des virages sans que leur
gabarit n‟atteigne le trottoir.
Ce type d‟opération est utilisé dans les voies secondaires et primaires.

Remarque :
Il est recommandé d‟éviter les grands alignements droits, surtout pour les voies
projetées sur les terrains accidentés car leur réalisation revient très couteuse. Les
grands alignements droits (supérieure à 3 km) peuvent être source d‟accidents pour
deux raisons :
 Ils poussent l‟usager à accélérer son allure alors que par leur monotonie ils
l‟engourdissent et diffusent son attention.
 Ils sont gênants la nuit à cause de l‟éblouissement des phares des
automobiles venant en face.
Il est donc préférable de remplacer les AD par des courbes de grand rayon. On
recommande en général de limiter le pourcentage d‟AD de 40% à 60% du tracé.

2. CONSIDERATION GENERALE
a. LE VIRAGE : EQUILIBRE TRANSVERSAL DU VEHICULE

Pour améliorer la tenue au dérapage, on donne à la chaussée une pente transversale


unique vers l‟intérieur du virage. Cette pente est appelée : Devers
P

o Condition de non-glissement du véhicule :

-Psinα+PV2/gR≤Pfcosα Avec f=coefficient de frottements

V= vitesse du véhicule (m/s)

R=rayon de la courbe(m)

g= accélération de la pesanteur

Soit R≥V2/g(sinα+fcosα) ; α étant très petit, on a cosα 1

D‟où : R≥V2/g (d+f)


f dépende de l‟état des pneus et de la chaussée :

f=0.80 si les pneus neufs et la chaussée antidérapante.

f=0.40 à 0.50 si la chaussée est sèche et normale

f=0.25 à 0.30 si la chaussée est mouillée

f=0.10 si la chaussée est verglacée ou d‟argile détrempée

o Distance de visibilité

La distance de visibilité dans un virage est la distance nécessaire qu‟il faut aménager
pour éviter qu‟un conducteur atteigne un obstacle qui surgit subitement dans le virage.
Elle est égale au moins à la distance d‟arrêt, cette distance peut être améliorée :
 par modification du rayon de raccordement.
 Par arasement au recul des obstacles.
dV  2 * df

o Distance de freinage (d’arrêt)

Cette distance est fonction de l‟attention du conducteur, selon qu‟elle soit concentrée ou
diffusée. En effet, le temps “t1 ” nécessaire de réflexe d‟une attention diffusée est plus
importante que le temps t2 celui d‟une attention concentrée.

A cet effet : On a estime t1 =2t2.

Donc pour un véhicule roulant à une vitesse de base V (c‟est la vitesse à laquelle un
véhicule peut circuler sans contrainte sur le réseau)., la distance d‟un arrêt nécessaire
est : Df = V/5 + V² / 100 (V (Km/h) pour une attention concentrée.

Df = 2(V/5) + V²/100 (V (Km/h) pour une attention diffusée.

Le terme V²/100 : correspond à la distance nécessaire pour l‟arrêt du véhicule. Pendant


l‟opération du freinage.

(V/5, 2V/5) / corresponde à la distance parcourue par le véhicule pendant la réflexion du


conducteur au freinage respectivement pour une attention concentrée et une attention
diffusée.

Les normes fixent : Df = 15 m pour une attention concentrée.

Df = 21 m pour une attention diffusée.

b. LES CARREFOURS ET ECHANGEURS

Les carrefours ou échangeurs sont des points de rencontre de deux ou plusieurs voies.

Ils peuvent être en croix, en Y, en T ou en étoiles ou giratoires et visent à limiter le


nombre de conflits entre les véhicules.

L‟aménagement des carrefours vise à réduire le nombre de points de conflits entre les
courants de circulation, ou tout au moins à améliorer la sécurité et la fluidité de la
circulation.
« Croix » «Y» «T» « Etoile » » « Giratoire »

On canalise les courants (véhicule et piétons) en mettant en place des ilots ou en


marquant au sol, les couloirs de circulation ou les passages réservés. Les conditions à
prendre en compte sont les suivantes :
 La sécurité
 Le débit
 La commodité (signalisation, freinage, visibilité et rayon de courbure)
o Champ de visibilité

Il convient de dégager des champs de vue triangulaires, situés à plus de 1,00 m de


hauteur, dont les côtés sur les itinéraires sécants sont les suivants :

L1

(1) prioritaire

V= 80 Km/h
L2

 (2) non prioritaire

 V= 60 Km/h

 Longueurs minimales
Voie prioritaire L1=0,2 V1+0,02 V1*V2
Voie affluente L2=0,2 V2+0,01 V22
 Longueurs recommandées
Voie prioritaire L1=0,2 V1+0,01 V12
Voie affluente L2=0,2 V2+0,02 V1*V2

o Conflits aux intersections


On peut distinguer 3 types :

Conflit de divergence

Conflit de convergence

Conflit de croisement

o Aménagement des carrefours libres ou sans feux

On distingue 3 types d'aménagement des carrefours :

 Les carrefours à niveau sans feux (carrefours libres)


Le principe est de réaliser un ensemble cohérent d'intersection de voies qui permet de
réduire la vitesse à l'approche des intersections. Les carrefours comportent des
signalisations appropriées, des îlots ou des couloirs. On distingue les ilots directionnels,
les ilots séparateurs et les ilots de refuge.

 Les carrefours à niveau avec feux


Indispensables pour les débits horaires par voie de 3 m de deux courants qui
s'entrecroisent et qui peuvent atteindre 1200 UVP/h.

Ils sont également nécessaires si :

Les accidents sont fréquents


Les débits piétons sont supérieurs à 250 piétons par heure
L'attente est importante et même difficile sur la voie secondaire
 Les carrefours dénivelés (échangeurs et diffuseurs)
Ils sont nécessaires, lorsque la circulation est trop intense et où les itinéraires sont
importants. On distingue les passages souterrains et les échangeurs

Exemples : ilots et carrefours

Figure.1
Figure 2

Figure 3
VII. STATIONNEMENT

Une bonne conception d‟un réseau de voirie ne se limite pas uniquement à une fluidité
satisfaisante de la circulation. Il faut résoudre le problème de stationnement qui
s‟accentue surtout pendant les heures de pointe ou le débit horaire des véhicules est
très important.

A cet effet, une partie de l‟espace collectif doit être aménagé pour les besoins de
stationnement. Car en aucun cas on ne doit laisser le choix de stationnement aux grés
des conducteurs, ceci pourra compromettre la raison principale pour laquelle est conçue
le réseau de voirie qui est la fluidité de la circulation.

Afin de parvenir à des solutions rationnelles et économiques du problème de


stationnement dans son ensemble, nous avons jugé utile d‟examiner certaines données
techniques de ce problème

1. MOTIF DE STATIONNEMENT

a. STATIONNEMENT LOGEMENT

Ceci est caractérisé par une durée longue, en général, ce stationnement est assuré en
dehors des voiries de circulation.

b. STATIONNEMENT TRAVAIL

Ce stationnement est également de longue durée sauf les zones industrielles modernes,
et est assuré par les employeurs. En zone dense, ce stationnement se répercute sur
plusieurs voies aux alentours de l‟établissement.

c. STATIONNEMENT AFFAIRE

Contrairement aux deux premiers, ce stationnement est de courte durée, il est de l‟ordre
de ¼ heure à 1 heure.

2. DEMANDE DE STATIONNEMENT
Deux méthodes peuvent être utilisées pour évaluer la demande basée sur des procédés
statistiques et enquêtes qui sont fonctions de certains paramètres dont on distingue :

 La population totale de la zone urbanisée.


 Le taux de motorisation de la zone considérée.
 Le taux des véhicules en heure de pointe.
Afin de fixer les idées, le tableau ci-dessous donne la demande de stationnement selon
les besoins des endroits considérés :

 Habitation ………………………….…………0,5 à une place / gratte


 Bureaux, laboratoires ………………………1 place /20m2 bureaux
 Centre commercial …………………………1 place /50 m2 de surface.
 Hôtel ………………………………………....1 place /5 chambres.
 Zone industrielle …………………………….0,7 place / ouvriers.
 Hôpital ………………………………………..1 place / 5 lits.
 Cinéma ……………………………………….1 place / 10 spectateurs.
 Restaurant ……………………………………1 place / 10 clients.

3. L‟OFFRE DE STATIONNEMENT

Le stationnement de véhicule est organisé sur des bandes prévues à cet effet. Ces
bandes sont aménagées, soit sur la voie de circulation, soit sur une voie latérale.

Il existe (03) trois sortes d‟aménagements :

 Stationnement longitudinal
 Stationnement perpendiculaire ou à 90°
 Stationnement en épis ou à 45°
VIII. TROTTOIR

Les accotements dans une voie urbaine sont remplacés par les trottoirs dont la fonction
n‟est pas seulement d‟assurer une certaine fluidité rapide des piétons mais aussi les
promenades des gens pour admirer les expositions dans les vitrines.

1. CAPACITE DES TROTTOIRS ET VITESSE DE


MARCHE

Dans certains pays occidentaux on a observé que la vitesse moyenne de marche sans
obstacle est de :

 En palier 5,8 km/h.


 En déclivité 2,9 km/h en montant. ; 3,5 Km/h en descendant.
A partir de ces vitesses moyennes, on pourrait déduire un débit horaire connaissant
l‟encombrement moyen d‟un piéton qui varie selon l‟environnement de la voirie. Ainsi on
estime que les débits horaires / mètre de largeur de trottoir sont les suivants :

 Pour une voie commerçante 1000 p/h.


 Pour une voie non commerçante 2000 p/h.
 Pour les passages spéciaux où les gens circulent sans distraction (accès à la
gare) 4000 à 4500 p/h.

2. LARGEUR DES TROTTOIRS

La largeur des trottoirs dépend :


 du débit piétonnier à écouler;
 des activités bordant la rue;
 de la signalisation et du mobilier urbain à implanter (bancs, éclairage, abris
bus, etc.…);
 de la sécurité.
La largeur minimale des trottoirs sera :

 de 1,5 à 2,00 m : largeur permettant le croisement de (02) deux personnes


chargées ou non de paquets
 de 2,50 m : S‟il doit supporter une signalisation ou des luminaires
 de 5,00 m : s‟il y a une rangée d'arbres (arbres à 2,00 m de la chaussée et à
3,00 m des immeubles ou constructions).

3. BORDURE DE TROTTOIR

La séparation physique entre la chaussée et le trottoir est matérialisée par des bordures
qui constituent un obstacle pour l‟envahissement du trottoir par les véhicules pendant
les manœuvres de stationnement. La hauteur de bordure est fixée selon le lieu de son
implantation.

TROTTOIR

CHAUSSEE

BORDURE

Fig.14
Au droit d‟un garage 7 cm.
Sur le pont 18 à 20 cm.
Dans une voirie tertiaire, cette hauteur est prise égale à 14 cm.

IX. PROFIL EN LONG

1. DEFINITION

Le profil en long d‟un réseau de voirie est une coupe longitudinale du terrain naturel sur
un plan vertical portant les altitudes des points se trouvant sur l‟axe du futur réseau
projeté et celles du T.N correspondant.
NB : le profil en long est relatif au tracé en plan du réseau de voirie.

2. TERMINOLOGIE

 Déclivité de la voie c‟est la tangente de l‟angle que fait le profil en long avec
le plan horizontal, elle prend le nom de pente pour la descente et de rampe
pour la montée.
 Angles saillants ; ce sont les points hauts du profil en long (sommets)
 Angles rentrants : sont les points bas du profil en long (creux, cassis)
 Ligne rouge : le tracé du projet de voirie sur le plan.
 Points de passage : ce sont les points géométriques où la ligne rouge coupe
le TN

3. REDACTION DU PROFIL EN LONG

La détermination des dimensions des éléments géométriques constituant le profil en


long est fondée sur des critères touchant soit au confort de l‟usager soit à la création
des conditions de visibilité permettant d‟accomplir les opérations fondamentales de
conduite(arrêt, dépassement, etc.…), soit encore aux conditions rendant facile et
économique la circulation des véhicules, en particulier des poids lourds.
Le profil en long comprend deux tracés superposés :
 ligne Rouge : la construction de la ligne rouge doit être conforme aux
recommandations exposées plus loin.
 profil T.N : s‟obtient soit par un nivèlement direct sur le terrain suivant le
tracé en plan, soit d‟après les indications du plan coté.

2 Altitude TN

1 Ligne rouge

Distance

CONSTRUCTION DE LA LIGNE ROUGE :

Le profil en long suivra, dans la mesure du possible, le terrain naturel (à condition que
distance
les conditions de circulation soient remplies). Dans le cas contraire, la route sera en
1 2 3 4
remblai (au-dessus du terrain naturel) ou en déblai (en dessous du terrain naturel).
Pour les voies urbaines, le profil en long diffère assez peu de celui des routes en rase
campagne, mais il est souvent soumis à des contraintes plus sévères. Il doit assurer :
fig.22-b
o Ecoulement des eaux
Le profil en long des fossés et caniveaux est lié à celui de la route. Il faut éviter les
paliers de grande longueur ou les pentes inférieures à 0,5%.
On peut substituer au palier, un profil "ondulé" composé d'une succession de pentes et
rampes de 0,5% avec des avaloirs rapprochés.
Aux carrefours, la continuité du profil en long pose des problèmes délicats. Il faut éviter
les discontinuités de pente sur la voie principale et ménager l'écoulement des eaux.
o Déclivités
Selon la catégorie des voies, on peut admettre des pentes de 4 à 8%. En site urbain, on
ne doit pas dépasser ce maximum, sauf en relief difficile, où pour des voies de desserte
on peut tolérer des pentes de 10%.
o Raccordement ou pour des voies de desserte en angle saillant
En point haut, le rayon de raccordement est fonction de la visibilité et le rayon minimal
est tel que R = 0,1(Dv) 2 (Dv étant la distance de visibilité).
Pour une chaussée unidirectionnelle, le rayon minimal absolu est compris entre 500 et
1200 m.
Pour une chaussée bidirectionnelle, ce rayon varie entre 2 500 et 2 800 m.
o Accessibilité aux Lots
Prévoir la ligne rouge à niveau très proche aux accès des bâtiments pour éviter
l‟intervention des ouvrages spéciaux (mur de soutènement, escaliers) qui nécessitent
des dépenses excessives.
Dans les terrains très accidentés, assurer une pente de :
 7 % sur les tronçons de voirie ayant des aires de
stationnement
 12 à 14 % sur les tronçons simples, et ce, pour ne pas
compromettre la stabilité des véhicules en stationnement
surtout pendant la période hivernale où la chaussée est
glissante. Eviter les grandes vitesses d‟écoulement qui
entraînent des inondations, pour les eaux pluviales et
l‟intervention des ouvrages spéciaux (les regards de chute)
pour le réseau d‟assainissement.

4. RAYON DE COURBURE AUX CHANGEMENTS DE


DECLIVITES

L‟intersection de deux alignements en déclivité pourra compromettre et le confort et la


sécurité des usagers. En effet, le changement brusque de déclivité (pente, rampe,
creux) ou (rampe pente) entraine le changement brusque du sens de l‟accélération. Ceci
engendre des sensations désagréables aux usagers, en particulier la sécurité de
l‟usager au sommet peut être compromise si la distance de visibilité n‟est pas suffisante
pour freiner le véhicule avant d‟atteindre un obstacle.

 RAYON DE RACCORDEMENT
Le raccordement dans les creux et les sommets s‟avère le seul moyen pour épargner
des problèmes cités ci-dessus. Ainsi, on peut distinguer deux types de raccordements :
 Raccordements aux sommets : qui doit justifier surtout une visibilité
suffisante.
 Raccordements aux creux : qui doit adoucir le changement du sens de
l‟accélération.
NB : Voir les cours de Route 1 et 2 sur La méthode à suivre pour le calcul de
raccordement.

X. LA COORDINATION DU TRACE EN PLAN ET


DU PROFIL EN LONG

Les paramètres qui précisent les conditions d‟aménagement du tracé en plan et du profil
en long pris isolement figurent dans le tableau ci-dessous. Le tracé en plan et le profil en
long sont deux formes de représentation d‟une seule et même structure qu‟est la route.

TABLEAU-1 : DES CARACTERISTIQUES FONDAMENTALES DES PROJETS ROUTIERS

Vitesse de référence 40 60 80

Dévers maximal 7% 7% 7%

Minimal absolu 40 120 240

Tracé
Minimal normal 120 240 425
en Rayon en plan
plan
Au dévers (3%) 250 450 650

Non déversé 400 600 900

Déclivité maximale en rampe 8 7 6

Angle Minimal absolu 500 1 500 3 000

Saillant Minimal normal 1 500 3 000 6 000


Angle Minimal absolu 700 1 500 2 200
Profil
en Rentrant Minimal normal 1 500 2 200 3 000
long
Rayon assurant la distance de visibilité de
2 500 6 500 11 000
dépassement sur route à 2 ou 3 voies

TABLEAU-1bis : PARAMETRES CINEMATIQUES

Vitesse du véhicule V (km/h) 40 60 80


Longueur de freinage d0(m) 15 35 65
Distance d‟arrêt en d1(m) 40 70 105
alignement
Distance d‟arrêt en d2(m) 45 80 120
courbe
Distance minimale dd(m) 150 250 325
de
normale dD(m) 250 350 500
visibilité
Distance de visibilité de dMd(m) 70 120 200
manœuvre de
dépassement

XI. PROFIL EN TRAVERS


Le profil en long établi pour un réseau de voirie ne représente que l‟état des points se
trouvant sur l‟axe du réseau.
Cependant, la connaissance de l‟état altimétrique des points situés de part et d‟autre de
l‟axe sur une largeur allant de 10 m et plus, est très indispensable surtout pour le calcul
de cubature de la voirie. De ce fait, l‟établissement des profils en travers sur des points
bien définis du profil en long, s‟avère nécessaire pour représenter complètement les
dispositifs du projet et du terrain naturel.
Le profil en travers d‟une route est la coupe transversale de celle-ci suivant un plan
vertical à l‟axe de la route

1. TERMINOLOGIE
 Chaussée : c‟est la partie où doit s‟effectuer la circulation ; pour une voirie
tertiaire, elle comporte 2x1 voie.
 Accotement : c‟est un espace qui borne la chaussée de part et d‟autre, qui
peut être au même niveau que la chaussée, ou bien surélevé par rapport à
celle-ci. Dans ce cas, il est appelé trottoir ; il est fréquent dans la voirie de
desserte et sert à la circulation des piétons.
 Plate-forme :c‟est la partie du terrain devant recevoir la chaussée et les
accotements et éventuellement la terre plein.
 Talus : c‟est l‟inclination qu‟on doit donner au terrain de part et d‟autre de la
plate-forme pour éviter l‟éboulement (glissement) du terrain sur la chaussée
en période hivernale. Il est selon la configuration du T.N, soit déblai, soit
remblai
 Assiette : C‟est la surface de terrain limitée par l‟intersection des talus de
remblais, de déblais et des extrémités extérieures des ouvrages
indispensables à la route, avec le terrain naturel. En d‟autres termes, c‟est la
surface de terrain réellement occupée par la route.
 Emprise : C‟est la partie du terrain réservée au domaine public et qu‟on doit
acquérir pour la réalisation du projet de voirie, celle-ci renferme en plus de
l‟assiette, une autre partie qui pourra servir le cas échéant à l‟élargissement
de la route ou à son exploitation.

Profil en travers

Accot chaussée accot

Plate forme

Assiette

Emprise

Fig.26
2. REDACTION DU PROFIL EN TRAVERS

Pour établir un croquis du profil en travers, en général, on rapporte les distances et les
hauteurs à la même échelle, prise (1/100).
Sur le plan vertical, à la coupe transversale de la voirie sont représentées toutes les
dispositions prévues pour la voirie (chaussée, trottoir, fosse ou caniveau, talus) et la
limite de chaque élément, on fixe leurs déclivités.
En ces mêmes points, on doit représenter également les côtés du terrain naturel.
Ainsi, le T.N et le projet auront délimités des surfaces qui seront utilisées pour le calcul
de cubature de la voirie.

En Déblai
En Remblai

ACCOT.
.

Risberme

ACCOT.

Fossé ou
Chaussée caniveau

PROFIL EN TRAVERS TYPE


Le long du tracé en plan d‟un réseau de voirie en général, on rencontre des parkings,
parfois des élargissements de la chaussée, ainsi que des rétrécissements ….etc.
Ceci fait, que le profil en travers de la voirie change chaque fois qu‟un pareil cas se
présente.
Pour établir tous les profils en travers du réseau de voirie, il est recommandé et plus
pratique de tracer un profil en travers projet pour chaque changement du profil en
travers de voirie appelé profil en travers type. Tous les PT doivent nécessairement
appartenir à l‟une des familles des profils en travers type.
Les terre-pleins centraux
Leur largeur minimale est de 0,50 m ;
CHAP.II : TERRASSEMENTS GENERAUX
I. GENERALITES

Le terrain tel qu‟il se trouve dans la nature n‟est pas souvent apte à recevoir l‟emprise
d‟une opération de construction notamment si celle-ci est d‟une grande envergure. Car
les ondulations du terrain naturel modelées spontanément par les phénomènes naturels
(vent, pluie) ne correspondent pas à la géométrie conçue pour la construction en
question. En outre, le bon sol sur lequel la construction devrait se tenir stable est loin
d‟être rencontrée sur la surface du terrain naturel.

De ce fait, la modification du terrain naturel pour l‟adopter à la construction s‟avère


nécessaire même inévitable. L‟opération qui a pour souci cette modification, s‟appelle
“terrassements généraux”.

DEFINITION :

Les terrassements généraux sont l‟ensemble des travaux qui ont pour objet de mettre le
terrain naturel en état de recevoir les bâtiments et les différents réseaux publics, compte
tenu de leur importance dans une opération d‟urbanisation.

II. TERMINOLOGIE

 Déblaiement : c‟est l‟opération qui consiste à abaisser le niveau altimétrique


du terrain en vue de réaliser une fouille, une tranchée,….etc.
 Remblaiement : c‟est l‟opération opposée à la première, elle consiste à
apporter des terres en vue de combler un vide, ou former un massif de terre.
 Cote Plate Forme (C.P.F) : c‟est le niveau altimétrique à donner au terrain
naturel sur une surface définie par l‟une des opérations de déblaiement ou de
remblaiement.
 Dépôt : c‟est l‟endroit où l‟on doit déposer les terres résultant d‟une opération
de déblaiement.
 Emprunt : c‟est l‟endroit où l‟on doit emprunter les terres afin de réaliser un
remblaiement.
 Foisonnement : c‟est une propriété que possède les sols d‟augmenter le
volume lorsqu‟on les met en mouvement. Lorsqu‟on remet en place les sols
remaniés, ils ne reprennent par leur volume initial qu‟ils occupaient, ceci est
caractérisé par la variation de l‟indice des vides “ e ” qui est donné par

l‟expression suivante : e = - avec Vv : volume des vides ; Vs :

volume des solides. Par suite, la variation du volume total Vo (avant


déblaiement) qui devient V1 (après déblaiement) est donnée par la relation
suivante : V1 = Vo (1 + 1/m) avec : 1/m = taux d‟augmentation de volume.
Le foisonnement des sols est très variable suivant sa nature, il varie de 10 %
à 40 % environ, on peut compter en moyenne 15 % à 25 % pour les argiles.

 Tassement : C‟est la propriété que possède le sol de diminuer de volume par


l‟action des phénomènes naturels dans le temps ou par compactage direct à
l‟aide des engins mécaniques appropriés. Le tassement ultérieur des sols
fraîchement remués et remis en place, fait diminuer leur volume de 15 % à 20
% environ.

III. APPROCHE GLOBALE DES TRAVAUX DE


TERRASSEMENT

Pour exécuter un projet de terrassement sur un site destiné à l‟urbanisation, il est


raisonnable de décomposer cette tâche en trois phases principales :

PHASE I : L‟élaboration des documents nécessaires et indispensables tels que la


représentation du relief du terrain en question sur un levé topographique sans négliger
aucun détail qui pourra servir d‟information. Le plan de masse est le plan sur lequel se
trouvent tous les détails concernant le futur projet (plan d‟implantation des bâtiments et
de la voirie) sans oublier l‟étude géotechnique du sol présentée sur un rapport complet
du sol. Il est à signaler que la fidélité des informations fournies par ces documents est
déterminante pour la qualité d‟exécution de la deuxième phase.

PHASE II : Le but de cette phase est de permettre la meilleure prévision possible des
conditions de réalisations, les difficultés techniques, qualité des terres à emprunter pour
les remblais, et à mettre en dépôt pour les déblais, le matériel approprié à engager et le
coût qui revient à cette opération. Une grande précision dans cette étude n‟est pas
exigée par ailleurs, les méthodes utilisées pour les calculs donnent généralement des
résultats approximatifs mais, il ne faut pas en abuser.

Phase III : Le but essentiel de cette phase consiste à réaliser des emprises devant
recevoir les ouvrages pour les opérations d‟urbanisation ou les travaux des
terrassements généraux qui sont réduits aux tâches suivantes :
 établissement des plates formes au droit des bâtiments et chaussée
 creusement des tranchées pour l‟implantation des réseaux publics
(assainissement, AEP…etc.)
 soutènement des terres par des talus ou par des ouvrages spéciaux qui
doivent être évité.
 il est à signaler que toutes les tâches de troisième phase doivent être
réalisées selon les indications fournies par les plans d‟exécution élaborés
dans la deuxième phase.
POSITION DU PROBLEME :

Chaque chantier possède des problèmes et des difficultés techniques spécifiques, ainsi
toutes les solutions techniques apportées aux différents problèmes ne peuvent être
généralisées.

Les objectifs des terrassements étant fixes dans la troisième phase, il faut les atteindre
de la manière la plus simple possible, mais des exceptions à cette règle ne sont pas à
écarter:
 le bâtiment peut comporter un sous-sol sur toute ou une partie de sa surface
qui nécessite une fouille en pleine masse importante.
 Pour les projets linéaires, même si le terrain présente une légère pente peu
appréciable à l‟œil nue, la dénivellation peut être très importante sur une
longue distance.
 Lorsque la qualité du sol est très mauvaise et qui ne peut pas être réutilisé,
ou difficile à compacter, qui engendre des mouvements de terre très
importants.
 Dans les terrains qui présentent une morphologie très accidentée, afin de
limiter les mouvements des terres, les décrochements de niveau sont parfois
inévitables. Ceci fait appel au soutènement des terres par les talus lorsque
ces décrochements sont minimes. Dans le cas contraire, on a recours à des
ouvrages spéciaux (murs de soutènement) qui sont onéreux, surtout s‟ils
s‟étendent sur une longue distance.
 Si le sol est utilisable, il faut penser à l‟équilibre du déblai – remblai pour ne
pas avoir recours à l‟emprunt ou à mettre en dépôt des terres, car ceci
nécessite des dépenses non négligeables.

IV. CUBATURE DES TERRASSES

La cubature des terrasses est la détermination les quantités en volume des terres à
extraire et à emprunter séparément pour mettre le terrain en état de recevoir la
construction moyennant les différentes méthodes de calculs.

Dans ce qui suit, nous allons exposer les méthodes de choix des côtes plates formes
(CFP), ainsi que le calcul du volume des terres (déblais – remblais) revenant
séparément au bâtiment et à la voirie compte tenu de leur importance dans un chantier
des travaux de terrassement.

1. DECAPAGE DE LA TERRE VEGETALE

Il est évident, avant d‟entamer les travaux de terrassement, de procéder au nettoyage


du sol naturel, cette tâche consiste à débarrasser le terrain de toute la terre végétale,
des détritus, des matières organiques, des arbres et arbustes qui pourraient s‟y trouver.
La mise en réserve de la terre végétale est recommandée car elle peut servir
ultérieurement pour la conception des espaces verts, aires de jeu…..etc.

La couche de terre végétale est à décaper selon la nature du sol constituant le site, son
épaisseur varie entre 20 et 40 cm, elle est quantifiée de la manière suivante:
Le volume approximatif de la (TV) est égal à la surface en plan du bâtiment débordé de
1,5 à 2 m de part et d‟autre, multipliée par l‟épaisseur de la couche qui varie de 20 à 40
cm.

Vtv = a.b.e

2. CUBATURE DES PLATES FORMES

Après le nettoyage du terrain naturel, la cote plate forme étant fixée par le plan
d‟exécution à l‟aide d‟un matériel approprie, on doit réaliser cette plate forme par :
 L‟opération de déblaiement si elle est prévue au-dessous de TN
 L‟opération de remblaiement si elle est prévue au-dessus du TN dans les
terrains accidentés.
En général, la plate forme est réalisée par une opération mixte, déblai et remblai afin :
 de ne pas créer des décrochements de niveau important
 de ne pas dépasser la hauteur du remblai autorisé (qui est fixé suivant
l‟infrastructure des constructions et la nature du sol)
 de s‟arranger de telle manière à limiter au minimum les décrochements entre
la chaussée et la plate forme
a. CALCUL DE LA COTE PLATE FORME

Pour déterminer les cotes plates formes selon les critères précités, deux cas se
présentent :
 cas où la surface est carrée ou rectangulaire
C.P.F. = H min + H /2 ou CPF = Hmax – H/2
Sachant que H = Hmax – Hmin.
Hmax : l‟altitude du sommet le plus haut de la plate forme considérée.
Hmin : l‟altitude du sommet le plus bas de la plate forme considérée.

Hmax + Hmin
CPF= -------------------- ; avec Hmax : la plus grande cote traversant la PF
2 Hmin : la plus basse cote traversant la PF
Ou :  Hi
CPF = ----------- ; avec H : courbe traversant la plateforme
N N : nombre de courbe traversant la PF
N B : les CPF calculées par les méthodes citées ci-dessus sont purement
théorique, elles sont prises sous réserve, car ces méthodes de calcul ne prennent
en considération que l‟équilibre déblai – remblai. Donc, il est recommandé de
vérifier les cotes formées si elles conviennent à la réalité du projet, surtout si le
terrain naturel présente une morphologie très accidentée.

b. CALCUL DES CUBATURES DES PLATEFORMES :

Deux méthodes de calcul des cubatures des plates formes peuvent être utilisées :
 Méthode de quadrillage : cette méthode consiste à :
1) Décomposer la plate forme en surfaces élémentaires de forme
géométriques régulières et identiques (carres ou rectangles)
2) Tracer la courbe représentant la cote plateforme :
- les surfaces élémentaires au-dessous de CPF sont comptées en
remblais
- les surfaces élémentaires au-dessus de CPF sont comptées en déblais
3) Déterminer les quatre cotes (H1 H2 H3 H4) des sommets de chaque
surface élémentaire par interpolation des courbes
- dHi = Hi – CPF > 0 => déblai
- dHi = Hi – CPF < 0 => remblai
4) Calculer la hauteur moyenne (Hm) qui est donnée par la relation :
Hi
Hm = -------- ; et déterminer la dénivelée dH telle que :
4
dH = Hm – CPF
5) Calculer la surface élémentaire Si = ai*bi
6) Calculer le volume élémentaire donné par le produit de la hauteur
moyenne par la surface élémentaire.
Vi = dHmi*Si avec Si : surface élémentaire
dHmi : hauteur moyenne revenant à la surface Si et Vi : volume
élémentaire et dHmi : pris en valeur algébrique.
7) Déterminer le volume total séparément du déblai et du remblai
revenant à la plate forme : VT =  Vi
 méthode des triangles : cette méthode ne diffère de la première que par la
décomposition en surface élémentaire. Donc la surface à considérer dans ce
cas est celle d‟un triangle auquel on détermine la hauteur moyenne de ces
trois sommets :

Hi
Hm = -------- dHi = Hmi - CPF
3

La surface revenant à chaque triangle :

Si = ½*Bi*Hi avec Bi : base du triangle et Hi : hauteur


Le volume élémentaire généré par chaque triangle : déblai – remblai
séparé ; Vi = ½Bi*Hi*dHi =Si*dHi

Remarque : Les deux méthodes exposées ci-dessus présentent des résultats


approximatifs, cependant la méthode des triangles a trouve son champ d‟application
dans les terrains accidentes car elle présente des résultats plus précis que la méthode
des quadrillages. Il est à signaler que pour les deux méthodes, plus le nombre de
surface élémentaire est important plus la précision est meilleur.
CHAP.III : A.E.P.
I. GENERALITES

L‟eau est un bien public, chacun a le droit de l‟acquérir en quantité suffisante et en


qualité satisfaisante.
Dans les temps anciens, le transport de l‟eau se faisait par des moyens rudimentaires.
De nos jours, l‟évolution a permis de canaliser l‟eau depuis la source jusqu‟aux points
d‟utilisation. La conception et l‟étude d‟une telle canalisation nécessitent la considération
de tous les facteurs agissant sur ce genre d‟opération, pour assurer un fonctionnement
rentable et durable de l‟ouvrage.
Il est bien de rappeler les procédés à effectuer avant l‟introduction de l‟eau dans les
canalisations de distribution dont voici certains :

II. CAPTAGE DES EAUX


C‟est une opération qui consiste à capter l‟eau douce pour la mettre en réserve, puis la
distribuer après traitement; l‟eau peut provenir soit des eaux souterraines soit des eaux
de surface.

1. EAU SOUTERRAINE
La perméabilité de certains sols permet à l‟eau de pluie de pénétrer dans des
profondeurs variables de la terre. Arrivant à une certaine profondeur, l‟eau se stagne
pour former des nappes ; cette nappe constitue la source de prise d‟eau pour l‟adduction
en eau potable.

2. EAU DE SURFACE
L‟origine de cette eau est également la pluie sur les bassins versants du milieu
récepteur, elle finit par se déverser dans les cours d‟eau, les lacs,….etc, et qui constitue
la source de captage des eaux de surface.
III. TRAITEMENT DES EAUX

Traiter les eaux, c‟est maitriser les corps qui y sont contenus de façon à rendre l‟eau
propre à l‟usage que l‟on a l‟intention d‟en faire. L‟accent est mis aujourd‟hui sur les
micropollutions constituées par de faibles résidus de matières toxiques avec effet
organoleptique, qui ne sont que très partiellement visées par les normes officielles. La
toxicité de ces corps n‟est souvent liée qu‟à un effet cumulatif d‟autant plus insidieux
qu‟il ne provoque pas des réactions aiguës à court terme. C‟est pourquoi aux procédés
classiques d‟épuration des eaux s‟ajoutent maintenant des traitements d‟affinage visant
les micropollutions.
Pour diminuer ou supprimer les nuisances des corps contenus dans les eaux à traiter, il
faut extraire ceux-ci, les détruire ou encore les modifier. Ce dernier mode d‟action peut
être également une étape permettant une destruction ou une extraction finale.
Les méthodes d‟extraction sont fournies par les techniques courantes du génie
chimique : extraction solide-liquide, extraction liquide-liquide, extraction gaz-liquide, et
adsorption.
Les modifications et destructions sont obtenues par des méthodes d‟attaque chimique
et, plus rarement, d‟attaque physique.
Une eau potable doit présenter un certain nombre de caractères physiques, chimiques,
biologiques et en outre répondre à des critères organoleptiques essentiels (elle doit être
incolore, insipide, inodore, fraiche) appréciés par le consommateur. Toutefois, ces
qualités ne peuvent pas se définir dans l‟absolu, ni d‟une manière inconditionnelle.
L‟Organisation mondiale de la santé a édicté des normes internationales pour l‟eau de
boisson, qui comprennent un exposé général des normes bactériologiques, physiques,
chimiques, biologiques et radiologiques.

IV. CONSIDERATIONS GENERALES :


La conception d‟un réseau d‟eau potable comprend les phases suivantes :
 Evaluation des besoins ;
 analyses des possibilités de raccordement aux réseaux existants, impact sur
son fonctionnement et définition des aménagements à réaliser ;
 choix du système et tracé de principe ;
 dimensionnement.

1. BESOIN EN EAU POTABLE

Le calcul des besoins en eau doit résulter d‟une analyse détaillée des différentes
catégories de besoins : usages domestiques, arrosage des espaces privatifs ou publics,
etc.…Dans les cas courants, l‟évaluation des besoins est effectuée suivant que le
réseau assure ou non la défense contre l‟incendie.
Ainsi les besoins en eaux ménagères peuvent être estimés de deux formules
différentes :
 La première méthode fait intervenir le volume journalier moyen par habitant
(250 l environ) affecté d‟un coefficient de pointe <P>. la formule est :
N * 250 * P
QP 
24
N étant le nombre d‟usagers et Qp étant le débit de pointe en l/h.
 La deuxième méthode consiste à calculer le débit de pointe par la formule de

M.TRIBUT : QN  0.018 * N  0.137 N  0.345

N étant le nombre de logements.


Et les besoins en défense incendie: débit minimal est de 60 m3/h pendant 2 heures soit
17 l/s sous 1 bar (0,1 MPa). Les appareils doivent être espacés de 200 m à 300 m les
uns des autres et être répartis suivant l‟importance des risques à défendre. Si le risque
est faible, l‟écartement pourra être porté de 400 m.

2. ANALYSE DES POSSIBILITES DE RACCORDEMENT


AUX RESEAUX EXISTANTS

L'augmentation des débits entraine des pertes de charges supplémentaires, c'est-à-dire


une diminution de pression qu'il faut connaitre pour évaluer les difficultés de desserte de
l'opération elle même et les perturbations éventuelles induites à l'extérieur ; ces
perturbations et difficultés peuvent nécessiter des aménagements complémentaires :
 soit sur le réseau général en augmentant la capacité du réservoir, installer
des suppresseurs, nouveau forage, etc.
 soit sur le réseau propre à l'opération en installant un suppresseur pour
l'opération par exemple.

3. RESEAU DE DISTRIBUTION D‟EAU POTABLE :

C‟est un assemblage de plusieurs conduites en série ou en parallèle accompagné d‟un


ensemble d‟accessoires (coude robinets bouche d‟incendie…), qui sont appelées à
remplir des fonctions bien spécifiques.
a. DIFFERENTS TYPES DE RESEAUX :

On distingue deux types de réseaux (voir Annexe 1) :


 RESEAU RAMIFIE
C‟est le système le plus ancien, l‟écoulement des eaux s‟effectue dans le même sens,
c‟est à dire pas de canalisations de retour ; c‟est un système économique mais il
présente un grand inconvénient en matière de sécurité et de souplesse lorsqu‟un arrêt
se produit en un point. Il nous oblige à isoler tout ou partie d‟un réseau située en aval
(tous les abonnés situés en aval sont privés d‟eau). Il a comme avantage, la facilité de
réalisation et de calcul.
Ie. Conduite principale sur laquelle viennent se greffer des conduites secondaires qui
desservent des conduites tertiaires éventuelles.

Schéma a :

 RESEAU MAILLE
Il présente l‟avantage de simplifier considérablement l‟exploitation car les coupures
peuvent se faire en isolant une seule maille le reste étant toujours alimenté. Aux heures
de pointe les surcharges en point sont absorbées par les possibilités multiples
d‟alimentation. Ce système rend possible, par un simple jeu de robinets-vannes,
l'alimentation en retour et permet ainsi d'isoler uniquement le tronçon défectueux.
Avantage : la sécurité est garantie en cas de panne
Inconvénient : coûteux et calcul complexe

Schéma b :
b. INTEGRATION D‟UN RESEAU DANS LE RESEAU
EXISTANT

6
1 Point de raccordement (té de
raccordement. manchon de prise 9
en charge) 1
8 7
2 Canalisation principale 4
3 2
3 Prise d'incendie 1
4 Té de dérivation
5
5. Canalisation secondaire,
antenne Réseau existant
6 Branchement particulier
7 Bouche d'arrosage. Lavage
8 Eventuellement dispositif
complémentaire: régulateur de
pression. Réducteur de pression
aval
9 Robinet vanne
c. LES BRANCHEMENTS

1 1 Réseau de distribution
2 Prise en charge avec robinet d'arrêt
3 5
3 Canalisation de branchement
2 4 Compteur avec robinet d'arrêt
4
5 Réseau de l'abonné

 Prise en charge avec robinet d'arrêt (2)


Système composé d'un collier fixé par serrage sur la canalisation, sur lequel est posé un
robinet d'arrêt permettant le percement de la canalisation en service; ceci est utilisé pour
les canalisations de petits diamètres («40 mm) mais, un système analogue permet des
branchements en charge sur des diamètres beaucoup plus importants.
Le robinet d'arrêt, « quart de tour », est enterré et commandé par une bouche à clé.
 Canalisation de branchement (3)
Elle est en PVC ou polyéthylène de 20 à 40 mm de diamètre quelque soit le matériau.
 Compteur avec robinet d'arrêt (4)
Il marque la limite de prestation du service gestionnaire (compteur compris) et est
précédé d'un robinet d'arrêt de l'installation privée. Il est gélif, comme le réseau, et il
convient de le protéger. Il doit être installé en limite du domaine privé et rester libre
d'accès au service gestionnaire. Il est recommandé l'installation d'un clapet, à l'aval du
compteur, pour éviter les retours d'eau.

4. TRACE EN PLAN ET IMPLANTATION

Le réseau présentera dans toute la mesure du possible un trajet rectiligne et le plus


court possible. Les branchements seront également rectilignes et perpendiculaires à la
canalisation principale.
Le profil en long de la conduite comportera :
 Des tronçons ascendants (pente de 4mm par mètre) de façon à faciliter la
montée de l‟air aux points hauts qui sera évacué par des ventouses,
 Des tronçons descendants comportant des robinets de purge aux points bas
destinés à éliminer les matières susceptibles de sédimenter (oxydes, sable,
etc.)
Dispositions constructives
choix des matériaux: PVC ou polyéthylène
les points singuliers :
o les vannes ou robinets-vannes de sectionnement permettant d'isoler un
tronçon de réseau ;(voir annexe 2)
o les purges placées aux points bas du réseau ;
o les ventouses aux points hauts pour évacuer les éventuelles poches d'air
lors du remplissage des canalisations.
o les anti-béliers généralement situés au point de production ou de
surpression.
Tous ces éléments sont placés sous bouches à clé ou dans des regards de visite.
pose des canalisations :
o la couverture du terrain varie de 0,80 m à 1,20 m mais peut atteindre 2 m
en haute montagne
o les conduites ne sont pas auto-butées donc nécessitent la mise en place
de massif de butée aux changements de direction, de diamètre et
extrémités pour reprendre les efforts dues à la poussée de l'eau sous
pression ;
o les épreuves d'étanchéité sont faites à une pression supérieure de 50% à
Ps ;
o le plan de récolement doit être établi en tranchée ouverte.
o toutes les canalisations sont posées en tranchée sous trottoir
o limiter le nombre de traversée de la chaussée
o occupation de la voirie qui ne contient pas le réseau d‟assainissement
o prévoir une protection en béton en cas de traversée de la chaussée et au
cas où la profondeur est inférieure à 80 cm.
o Dans le cas de tranchée commune, il convient de veiller à ce que son
emprise soit suffisante pour que le réseau d‟eau soit décalé de :
 0,50 m avec le réseau de gaz,
 0,60m avec le réseau électrique haute tension,
 0,20m avec le réseau électrique basse tension,
 0,20m à 0,50m avec le réseau téléphonique.

5. DIMENSIONNEMENT DES CANALISATIONS

Une méthode simplifiée consiste en l'évaluation des débits le long des canalisations puis
des pertes de charge en fonction des diamètres choisis.
 estimation du débit de pointe : utilisation de formules empiriques fonction du
nombre de logements
 estimation de la .pression de service et des pertes de charges
La pression de service (Ps) chez l'usager est la différence entre la cote piézométrique
(Pz) du réseau principal au droit du branchement et l'altitude (H) du point de passage le
plus élevé diminuée en outre des pertes de charges(Jint) propres au branchement :
compteur + réseau intérieur.
Ps = Pz - (H + Jint) ; elle doit être comprise entre 1 bar et 6 bars.
 choix des diamètres
o si la pression disponible est faible (< 2 bars) : réduire les pertes de
charges donc augmenter les diamètres mais avec une vitesse de l'eau
toujours > 0,5 m/s pour le débit de pointe ;
o si elle est forte (4 bars ou plus) : réduire les diamètres avec v < 2,5m/s ;
o si réseau assure la défense incendie : 100 mm minimum ;
o canalisation de distribution doivent avoir un diamètre > 40 mm
o dans les petites opérations, éviter d'avoir trop de diamètres différents.
 vérification des débits pour la défense-incendie
a. DEBIT DE POINTE

La plus grande consommation est enregistrée durant la journée, d‟autre part, il faut tenir
compte des pertes admissibles liées au rendement du réseau qui sont généralement
estimées à 15 %.
L‟expression qui donne le débit de pointe Qp pour alimenter les points à usage
d‟habitation est :
1,15 Cj.N.P
Qp = ------------------ (l/s)
86400
Cj : dotation journalière (l/j/hab.)
N : nombre d‟habitant
2,5
P : coefficient de pointe. p  1,5  . ; Généralement, p=2,5 ou 3
Qm

 Débit horaire de pointe  dimensionnement des réseaux


 Débit journalier de pointe  dimensionnement des réservoirs
 Débits annuels de pointe  ressources suffisantes

b. CALCUL DES DIAMETRES :

L‟expression qui permet de calculer le diamètre est :


Qp = V.S V : vitesse [m/s] ; S : section de la conduite (m²)
Qp : débit de pointe (m3/s) ; Sachant que S = D² / 4 ; D = D (m) :

diamètre de la conduite.
N.B : Le diamètre D calculé doit être normalisé (), par conséquent la vitesse réelle
d‟écoulement Vr est :
4Qp
Vr. = ----------- (m/s)
 ²

c. PERTES DE CHARGES :

Les pertes de charges sont dues aux frottements entre particules du liquide et la paroi
de la canalisation.
Dans une conduite elles sont proportionnelles à sa longueur. On définit une perte de
H
charge J par unité de longueur. : J  .Les différentes formules empiriques donnent J
L
en fonction de différents paramètres tels : Le diamètre de la conduite, la vitesse, la
viscosité, la rugosité, etc.…
La formule générale de J en fonction du diamètre D et de débit Q peut s‟exprimer
Q2
comme suit : J  C Avec C un coefficient qui varie suivant les auteurs :
D5
Q2
Formule de Dupuit : J  0,001858 * 5.46 . .
D
0.0000839 Q 2
Formule de Darcy J  (0.00329  ) 5
D D
La formule la plus utilisée est celle de COLEBROOK :

j = .V² / 2g.D
j : perte de charge de m de hauteur du fluide circulant dans la conduite par m de celui-
ci
V : vitesse moyenne de l‟écoulement (m/s)
g: accélération de la pesanteur (m/s²)
 : En fonction du nombre de REYNOLDS
Re : VD /µ et K/D
K : coefficient de rugosité en m
V : coefficient de viscosité cinématique du liquide en mouvement.
La formule de COLEBROOKE donne le coefficient de perte de
1 K 2,51
charge  2 * log(  )
 3.7 D Re 
Pour une conduite ancienne K = 0,1 mm
Pour une conduite neuve quelle que soit la nature du matériau (fonte, acier, béton armé,
amiante-ciment) qui les compose K= 0,03 mm
En pratique, on utilise les tables de COLEBROOK qui donnent les pertes de charges en
fonction du débit, la vitesse et le coefficient k.
Les pertes de charges singulières
Il y a aussi l‟évaluation des pertes de charges singulières qui sont occasionnées par les
singularités (coudes, vannes, clapets, branchements…) du réseau.
V2
J K* La valeur de K est précisée par les fabricants pour certaines singularités
2g
(vannes, raccords, etc.) pour d‟autres (coudes, etc.…) elle figure dans des formulaires.
En général, quand on calcule un réseau, on évalue les pertes de charges singulières à
10% des pertes de charges linéiques.
Conduites Equivalentes

 Conduites en série
Quand un circuit est composé de plusieurs tronçons de canalisations de différents
diamètres sur des longueurs différentes, la conduite équivalente à cet ensemble est
celle pour laquelle le débit Q qu‟elle transiterait engendrerait la même perte de charge
totale que celle occasionnée par le passage de ce même débit Q dans le circuit.
Q2 C1* l1 Cn * ln
L  l1  l 2  l 3  ..... ln On a donc H  C 5
L  Q2 ( 5
 ..... )
D D1 Dn5
L Cn ln
D‟où 5
 Lorsque les différents tronçons sont constitués par des tubes de
D CDn5
même nature, donc des valeurs de C identiques, la formule précédente devient :

Cette relation permet de calculer rapidement le diamètre équivalent de plusieurs


conduites en série.
 Conduites en parallèles
La conduite équivalente à un ensemble de canalisations en parallèle est celle pour
laquelle le débit total Q entrainerait une perte de charge totale identique à celle créée
par le passage des débits élémentaires q1….qn dont la somme est égale à Q.
!!!!!!Ecrire les formules correspondantes.

V. PROTECTION DU RESEAU :

1. PROBLEMES FREQUENTS

 coup de bélier due à la propagation d‟une onde de pression (ou dépression)


 détérioration des coudes due aux grandes vitesses d‟écoulement.

2. SOLUTIONS

 Prévoir une ventouse (purgeur) aux points hauts du réseau


 Prévoir des robinets vannes à ouverture et fermeture progressive (à vis)
 Prévoir en face des coudes, des butées pour absorber les effets de vitesse

VI. ORGANES ANNEXES

 Les canalisations : sont en acier galvanisé, ont pour objet le transport de l‟eau
du point de piquage jusqu‟aux points d‟utilisation.
 Les joints : l‟assemblage de deux conduites successives.
 La bouche d‟incendie : utilisées pour satisfaire les besoins de lutte contre
l‟incendie, rayon de balayage de 150 à 200 m et le débit est de 17 l / s.
 La bouche d‟arrosage : besoins en eau pour les espaces verts, lavages des
trottoirs, etc. le débit d‟alimentation est de 0,4 l /s.
 La ventouse : placée aux points hauts du réseau, permet l‟évacuation de l‟air
entraîné à l‟intérieur des conduites.
 La vidange : placée aux points le plus bas du réseau, permet de vider la
maille pour l‟entretien ou la réparation, elle est reliée au réseau
d‟assainissement.
 Robinet vanne : l‟isolation des conduites.
 Robinet de branchement : commande le branchement des immeubles
 Surpresseur : l‟augmentation de la pression
 Dépresseur : les réductions de la pression
 Butées : Les butées sont calculées pour compenser la poussée hydraulique
aux points singuliers pour des réseaux de canalisation à joint souple. Le
calcul des butées prenant en compte la compression et/ou la friction du
terrain existant, il est donc Très important de couler le béton directement en
contact avec celle-ci. Il peut y avoir des butées non ferraillées ou des butées
ferraillées. Les poussées peuvent se produire :
o A chaque extrémité d‟une conduite, au droit des plaques pleines,
o A chaque changement de direction (coudes) ou de diamètres (cônes
de réduction),
o A chaque dérivation (tés)
La valeur de la poussée est obtenue par : F= kxpxs où F exprimé en daN, p
pression maximale dans le réseau (pression d‟essai) en bar, S section
intérieure du tuyau en cm² ou celle de la tubulure pour les tés réduits, ou la
différence de section pour les cônes de réduction, k coefficient. Dont la valeur
est fonction de la géométrie de la pièce.
K=1 si la conduite se termine par une plaque pleine
Sur un cône F= p(S1-S2)
Sur un coude F=2pS sin(α/2) ; α étant l‟angle fermé par le coude
Pour le coude au 1/4 k=1,414 ; Pour le coude au 1/16 k=0,391
Pour le coude au 1/8 k=0,766 ; Pour le coude au 1/32 k=0,196
Il faudra pour s‟opposer à cette poussée, calculer un massif tel que son poids
P ne glisse pas sur le sol, c'est-à-dire : F/P<tgΦ avec tgΦ=0,577 ce qui
correspond à 30°.
CHAP. IV : ASSAINISSEMENT
I. GENERALITES

Il est évident que l‟eau potable apportée aux habitations, mis à part la quantité déversée
pour l‟arrosage, par exemple et qui est très faible, sera rejetée vers l‟extérieur pour
besoin de lavage, de propreté et d‟hygiène. D‟une façon générale, dans tous les
endroits où l‟homme réside et notamment dans les agglomérations, les eaux de toutes
natures ne doivent pas être laissées ruisseler naturellement. Elles doivent être guidées,
canalisées pour être dirigées vers des émissaires naturels ou artificiels et parfois être
épurées et traitées avant leur rejet définitif.

II. CHOIX DES TYPES DE RESEAU

Un réseau d‟assainissement est un système de collecteur, d‟ouvrages annexes commun


tels que regards, avaloir ou bouches d‟égout, branchement ainsi que d‟ouvrages
dessablement, siphons, postes de relèvement, stations de traitement.

Parmi les divers choix possibles, les systèmes d‟assainissement collectif les plus
courants sont les suivants :

 Le système unitaire où eaux usées et eaux pluviales sont évacuées par le


même collecteur. Les eaux usées ainsi que les eaux pluviales dépassant un
certain débit, sont déversées directement dans le milieu naturel par des
déversoirs d‟orage dont les emplacements et les côtes de déversement
seront judicieusement fixés.
 Le système séparatif où eaux usées et eaux pluviales sont acheminées
séparément, respectivement vers une station de traitement ou un milieu
épuratif et directement vers le milieu naturel après collecte.
 Le système pseudo séparatif qui recueille les eaux de ruissellement des
chaussées, placées dans un système indépendant comme pour le système
séparatif, les eaux de ruissellement provenant des propriétés riveraines étant
évacuées avec les eaux usées dans un même réseau.
Pour les nouveaux quartiers et à condition que les consommations d‟eau potable soient
suffisantes pour que les débits d‟eaux usées soient conséquents, les réseaux séparatifs
sont préconisés. Le concepteur s‟attachera à la détermination de trois critères
justificatifs des réseaux collectifs (tant des réseaux séparatifs que des réseaux
unitaires) :
 La densité d’habitat qui doit être suffisamment élevée pour que le réseau
séparatif, rapporté au nombre d‟usagers ne soit pas d‟un coût prohibitif.
 Le débit prévisible d‟eaux usées qui doit permettre, même en tête de réseau
de satisfaire, autant que possible aux conditions d‟auto curage.
 La nature de l’habitat à assainir (le raccordement d‟un habitat de bas
standing au réseau public est très difficile et couteux à réaliser).

Ces trois critères ne sont évidemment pas indépendants puisque pour une forte densité
d‟habitat il faut s‟attendre à des débits d‟effluents élevés, toutefois il faudra souvent la
conjonction de ces deux conditions, pour que le réseau collectif, dans certaines
condition devienne viable.

Si ces critères ne sont pas satisfaits ; on s‟orientera vers des solutions


d‟ « ASSAINISSEMENT AUTONOME » (fosse septique, Décanteur-Digesteur,
Epandage souterraine, Latrine double fosse, etc.…).

En ce qui concerne les eaux pluviales, le choix entre les réseaux enterrés et à ciel
ouvert ; celui-ci sera effectué sur les plans de l‟économie du projet et de l‟exploitation
des ouvrages. A noter principalement à ce propos, que l‟état de la voirie joue un rôle
prépondérant quant au type d‟ouvrage à adopter. C‟est ainsi par exemple, que les
caniveaux en béton ainsi qu‟un réseau enterré ne sont pas préconisés si les voies sont
en terre. On s‟orientera par exemple vers des fossés en terre.

III. LE RESEAU D’EAUX USEES


Le réseau des eaux usées comprend trois phases :
La collecte Le transport L‟épuration avec rejet dans le milieu
naturel

1. LA COLLECTE ET LE TRANSPORT

Le système séparatif est imposé lorsque le réseau aval sur lequel est branché le réseau
de l'opération est lui-même séparatif.
Il est préféré lorsque :

 l'opération constitue une occasion de créer le réseau eaux usées de la


commune,
 le milieu récepteur est sensible et ne permet pas le rejet de déversoirs
d'orage.
En revanche, on peut s'orienter vers un système unitaire lorsque :

 Le réseau aval est lui-même de type unitaire, sans perspective d'évolution à


court ou à moyen terme,
 Le réseau à créer englobe l'assainissement de quartiers déjà urbanisés, où la
séparation des eaux usées et des eaux pluviales est économiquement
impossible. Il existe des possibilités de mettre en place des déversoirs
d'orage pour écrêter les débits de pointe, les rejets étant compatibles avec les
objectifs de qualité du milieu récepteur.
Dans tous les cas, on vérifiera que la station d'épuration, telle qu'elle est conçue et
dimensionnée, ne verra pas son fonctionnement compromis par les apports du réseau
unitaire.

La collecte et le transport des eaux usées s'effectuent nécessairement par un réseau


étanche de canalisations enterrées, quel que soit le système de collecte choisi. Les
réseaux gravitaires sont les plus fréquents. Des stations de relèvement leur sont
associées :

 lorsque la cote de rejet possible dans le réseau aval est trop haute pour
pouvoir s'y raccorder par simple gravité,
 en terrain plat: afin d'éviter l'approfondissement excessif du réseau et
l'augmentation du diamètre des canalisations,
 en terrain accidenté.
Dans le cas d'un terrain très plat ou difficile à assainir, on peut envisager des systèmes
de réseaux sous pression ou, au contraire, sous dépression.

2. L‟EPURATION
Nécessaire pour restituer au milieu naturel des eaux satisfaisant un objectif de qualité
préalablement défini. Cet objectif, exprimé sous la forme d'un ensemble de
concentrations maximales admissibles (matières en suspension, organiques, formes
azotées, phosphore etc.) dans les eaux traitées, est déterminé en tenant compte des
caractéristiques du milieu récepteur et des usages de l'eau à l'aval du rejet.

a. Système autonome individuel

Un réseau domestique collecte toutes les eaux usées de l'habitation (ménagères et


vannes) pour les évacuer vers une fosse septique « toutes eaux » suivie d'un épandage
souterrain. On prévoit un séparateur à graisse pour les eaux ménagères (cuisine) et un
pré filtre entre fosse et épandage pour le protéger contre le colmatage. Il faut que le
terrain ne soit pas trop imperméable, la nappe phréatique pas trop superficielle, le
terrain pas trop en pente et l'urbanisation assez diffuse.(voir annexe 10 : réservoirs de
chasse)

Épandage
par regard de visite
tranchées
Regard et filtrantes
Conduite eaux ménagères système
pré filtre répartiteur
Bac à graisses

Fosse
septique
Regard de « toutes gazon
liaison
Conduite eaux vannes eaux »
Terre végétale 10 à 15 feutr
Maison ne pouvant pas être raccordée au réseau cm e
public et ayant eu l‟autorisation de créer un Graviers 20/40
assainissement individuel
Sable 10 à 15 cm

Coupe sur tranchée


filtrante

b. Systèmes collectifs

Un réseau collecte l'ensemble des eaux usées de la zone concernée par l'opération
pour les conduire vers un raccordement au réseau préexistant ou bien vers un dispositif
de traitement propre à l'opération.
 Le réseau est en général gravitaire
 Les procédés d'épuration peuvent être de deux types :

procédés extensifs procédés intensifs


occupent une grande surface au sol sont compacts
sont robustes demandent plus d‟entretien
caractéristiques demandent peu d'entretien
ils éliminent les micro-organismes
assainissement groupé : similaire au stations d‟épuration
système autonome individuel en plus biologiques (éliminent les
gros micro-organismes)
le lagunage naturel : (processus lagunage aéré (n‟élimine
d'épuration lents pendant deux mois pas les micro-organismes)
solutions dans une succession de lagune de
faible profondeur)
l'infiltration - percolation (infiltrer les
eaux usées à travers un massif de
sable)
l'épandage superficiel

arrivée des effluents rejet dans le milieu naturel

er
1 bassin : 5m²/hab. 2ème bassin : 2.5m²/hab. 3ème bassin : 2.5m²/hab.
h=0.50m
h=1.10m h=1m
Lagunage naturel

2 3 5

8
1

4
6
7

Station biologique

1 arrivée de l‟effluent 4 cellules d‟activation 7 évacuations des boues


2 dégrilleur 5 clarificateur décanteur 8 évacuations des effluents
3 aérateurs 6 récirculation des boues
IV. LE RESEAU D’EAUX PLUVIALES
Des dispositifs doivent reprendre les eaux de ruissellements pour éviter la submersion
des voies; la formation du ruissellement est due en milieu urbain à l'imperméabilisation
des voies et aires de stationnement ainsi que des toitures. Pour réduire les débits à
évacuer, on va limiter l'influence de ces zones en agissant sur :
 L‟organisation des différentes surfaces entre elles, en interposant, par
exemple, des bandes végétales faisant écran,
 La structure des matériaux composant les différentes surfaces : revêtements
perméables ou drainant, technique des chaussées à structure-réservoir,
 La conception des voies quand les terrains sont en pente : un tracé « en biais
» par rapport aux courbes de niveau assure l'évacuation de l'eau latéralement
aux parcelles drainées et réduit ainsi les vitesses d'écoulement.

1. RESEAU DE SURFACE

Ils sont constitués par un ensemble ramifié de caniveaux, fossés, canaux et tranchées
drainantes qui collectent, stockent dans certains cas, et évacuent les eaux pluviales soit
directement au milieu naturel, soit dans un réseau aval de canalisations, existant ou
projeté.

Ce type de réseau est employé de préférence aux canalisations enterrées pour drainer
les bassins versants de petite surface (quelques hectares au plus). Mais il est important
de veiller à ce que la topographie et le plan de masse soient tels qu'il n'y ait pas de
risques d'inondation d'habitations ou de points bas susceptibles de retenir les eaux de
ruissellement. On distingue :

 Les caniveaux sont bien adaptés aux éléments de desserte et aux aires de
stationnement dans la mesure où le débit à évacuer reste faible,
 Les caniveaux freins: pour ralentir l'écoulement de l'eau, on peut utiliser des
matériaux de forte rugosité,
 Les fossés ou canaux : ils sont de plus grande capacité et assurent, en plus
de l'évacuation, le stockage des eaux pluviales ainsi que le drainage de la
nappe affleurant ; réalisés par simple creusement dans le sol, ils se
caractérisent par la section, les pentes longitudinales et transversales, la
profondeur et le type de revêtement. On distingue :
o les ouvrages d'évacuation rapide : fossés ou canaux ;
o les ouvrages absorbants comme les tranchées absorbantes ou drainantes
permettant la régulation. Voir la figure ci-contre.

Revêteme
pavés autobloquants
nt
ou autre revêtement
perméable poreux
Revêtement
Paroi imperméable
éventuell Sable Gravier
s
e
Couverture en matériaux poreux facilitant le
Drain éventuel
passage des piétons ou des véhicules, tout en
Coupe verticale sur tranchée évitant le tassement de la couche drainante.
drainante

2. RESEAU ENTERRE DE CANALISATIONS

Ils sont constitués par un ensemble ramifié d'ouvrages de génie civil :

 Des canalisations le plus souvent à écoulement gravitaire et en général de


section circulaire ;
 Des avaloirs (grilles, etc. ...) accueillant les eaux de ruissellement et leur
transfert dans le réseau ;
 Des regards de visite permettant l'accès au réseau pour entretien ;
 Des stations de pompage assurant le relèvement des eaux lorsque les
conditions d'un écoulement ne sont pas remplies.
Pour satisfaire les conditions d'auto curage du réseau, il faut donner à la canalisation
une pente minimum assurant une vitesse d'écoulement suffisante.

3. OUVRAGES PONCTUELS DE STOCKAGE ET


D‟INFILTRATION

a. Les structures réservoirs


Cette technique s'applique aux chaussées, trottoirs, parkings, terrains de sport, etc. Elle
consiste à utiliser des matériaux poreux pour ralentir et stocker l'eau de pluie. Ces
structures doivent assurer trois fonctions :
 L'introduction de l'eau de pluie dans les pores du réservoir,
 Le stockage temporaire de l'eau,
 L'évacuation de l'eau qui s'effectue soit par de drains raccordés aux réseaux
d'eaux pluviales ou à des puits filtrants, soit par infiltration directe dans le sol
s'il est perméable.

Pluie Pluie

Revêtemen revêtemen
t t de
perméable surface

Matériau poreux
stockage de l’eau non tissé

Structure nid
d’abeilles

Infiltration
Sous-sol
Drain directe
perméable
Sous-sol
Sous-sol imperméable perméable

Le matériau poreux peut être un granulat dont la granulométrie a été étudiée pour
laisser un maximum de vides sans nuire à la portance. Ce peut être aussi un matériau
en polypropylène en nids d‟abeilles.

b. Les bassins de retenue

Ce sont des éléments ponctuels interposés sur un réseau de surface ou enterré; ils
permettent d'écrêter les débits de pointe des EP, le volume ainsi écrêté étant stocké afin
d'être rejeté ultérieurement dans le réseau aval. On distingue :
 Les bassins secs pour les quels toute l'eau est évacuée après l'orage dans
un délai de quelques jours; ils sont en général aménagés en espace vert ou
équipés en terrains de loisirs,
 Les bassins en eau avec un plan d'eau permanent.
c. Les bassins d'infiltration

Ils ont une double fonction de stockage (analogue au bassin de retenue) et d'infiltration
dans le sol de l'eau qu‟ils contiennent. Ce type d'ouvrage peut être utilisé :

 En cas d‟impossibilité technique ou économique de rejet dans un réseau


existant ou dans le milieu naturel ;
 En cas de volonté de ré alimenter la nappe souterraine.
Il faut un terrain à coefficient de perméabilité verticale suffisant et un entretien
périodique afin d éviter le colmatage.

V. CONDITION DE CALCUL

1. CALCUL DES DEBITS D‟EAUX USEES

Les débits d‟eaux usées à évacuer seront calculés sur la base de la plus grande
consommation journalière d‟eau par habitant de la zone étudiée pour l‟horizon retenu. Il
conviendra ensuite d‟estimer le nombre d‟habitants de cette zone, soit en absolu, soit en
densité. A titre indicatif le tableau ci-dessous donne les consommations
moyennes(selon la direction centrale de l‟Hydraulique) pour différents types de
populations :
 Employé de bureau : 15 l / employé / jour
 Ecoles externes : 10 l / élève / jour
 Ecoles internes : 40 l / élève / jour
 Dispensaire : 20 l / consultation / jour
 Hôpital : 200 l / lit / jour
 Zone industriel : 20 l / hectare / jour
 Haut standing (villa) : 350 l / h / jour, rejet = 170 l
 Haut standing (immeuble) : 200 l / h / jour, rejet = 150 l
 Collectif (op. immobi.) : 70 l / h / jour, rejet = 65 l
 Economique (log. Bande) : 50 l / h / jour, rejet = 40 l
 Evolutif : 25 l / h / jour, rejet = 20 l
 Spontané : 10 l / h / jour, rejet = 8 l
En l‟absence de donnée précises concernant les rejets, un abattement de 20 à 30 %
sera effectué sur les quantités d‟eau consommée pour tenir compte des diverses pertes.
Au débit moyen de la journée de pointe (qm en l / s) sera appliqué en suite un coefficient
de pointe (p) pour tenir compte des variations journalières de le forme :
P = a + b/qm avec : a = 1,5 ; b = 2,5
De plus, il faudra tenir compte de débits des eaux usées d‟origine industrielle qui seront
chaque fois étudiés, particulièrement en fonction de la réparation spécifique des
consommations dans la journée.
Les débits d‟infiltration qui pourraient se produire dans les réseaux se trouvant dans la
nappe phréatique seront aussi comptés. On peut retenir à titre indicatif 0,20 l / s / ha ou
70 m3 / j / km (di = 600 mm) pour les réseaux à construire.
Les débits d‟erreur de branchement qui pourraient se produire par le branchement
accidentel d‟eaux pluviales sur les réseaux d‟eaux usées seront aussi comptés. Ils
peuvent être estimés de 0 à 0,40 l / s / ha selon quartiers considérés.

2. CALCUL DES DEBITS D‟EAUX PLUVIALES

Le débit dépend :
 De l‟intensité des précipitations (I) (voir annexe 5-6-7)
 Du coefficient de ruissellement (C)
 De la superficie du bassin versant (A)
 De la nature physique de ce bassin (W)

a. PLUVIOMETRIE
Les données statistiques obtenues à partir des relevés de l‟ASECNA, ont permis de fixer
la valeur des intensités de fréquence F pour des durées de 5, 10, 15, 30, 60 minutes.
L‟intensité maximale (H) de la pluie d‟une durée T est représentée par la formule : i (t,F)
= a (F)*Tb(F), le calcul de a (F) et b (F) s‟est résumé à la détermination des coefficients
de la droite d‟ajustement à partir de cinq valeurs de i* des observations
complémentaires. Il a été délimité en Côte d‟Ivoire 3 régions (voir annexe 4) de
pluviométrie homogène pour des averses de durée inférieure à 2 h (correspondant à
des temps de concentration de bassin urbanisé).(voir Annexe 3)

b. CHOIX DE LA PERIODE DE RETOUR


D‟INSUFFISANCE DES RESEAUX
La fréquence annuelle sera en principe retenue pour le dimensionnement des réseaux
tertiaires et secondaires.
La fréquence quinquennale sera en principe retenue pour le dimensionnement des
réseaux primaires.
Pour les aménagements d‟ouvrage de franchissement des voies de communication
importantes tels que dalots, ponceaux et ponts, etc. , les dégâts causés par le
débordement sont plus importants que par des collecteurs ; une période de retour
supérieure pourra être retenue.

OUVRAGE FREQUENCE
Collecteur tertiaire, secondaire 1 an
Collecteur primaire 5 ans
Traversée d‟ouvrage simple 10 ans
Traversée d‟ouvrage important 25 ans

c. COEFFICIENT DE RUISSELLEMENT
C‟est le rapport entre le volume d’eau ruisselée et entrant dans le réseau par une unité
de temps et le volume d’eau tombant en moyenne sur la surface du bassin versant
considéré. Ce coefficient n‟est donc pas une constante puisqu‟il varie en fonction des
facteurs suivants :
 Condition de saturation du sol, humidité de l‟atmosphère, etc.
 Nature des sols et des surfaces ruissellées, rugosité, perméabilité,
végétation, nature de l‟urbanisation.

Volume..d ' eau..ruisselée


C
Volume..d ' eau..tombée

Dans les secteurs hétérogènes il convient d‟estimer un coefficient de ruissellement


pondéré, en calculant les superficies des différents types de surface élémentaires pour
lesquels on applique le coefficient élémentaire correspondant.
C =  Ci x Si /  Si
Où Si : surface de chacune des zones élémentaires et Ci : coefficient correspondant de
ces zones
A titre indicatif, pour Abidjan, les coefficients de ruissellement par type d‟habitat sont de
l‟ordre :
S.ARGILEUX S.SABLEUX
HABITAT TRADITIONNEL
Adjamé 0,9 0,7
Koumassi 0,9 0,7
HABITAT COLLECTIF
Yopougon 0,6 0,4
Port bouët 0,6 0,4
HABITAT DE HAUT
STANDING
Zone 4 – Deux plateaux 0,5 0,4
Riviera III

3. ABATTEMENT SPATIAL DES AVERSES

Les averses n‟étant pas homogènes sur un bassin tant au niveau de leur intensité et de
leur simultanéité, il convient de faire intervenir un coefficient d‟abattement des intensités
en fonction de la surface, bien que celui-ci dépende aussi de la durée et de la hauteur
d‟eau tombée. La décroissance des intensités d‟averses est exprimée par la formule
suivante :
i (t, F) = i0 (t, F) x A-0,05
i : intensité à prendre en compte,
i0 (t, F) est représentée par la courbe intensité durée pour la fréquence F et le temps de
concentration.
A : surface du bassin en hectares.

4. METHODE DE CALCUL

Trois (03) méthodes de dimensionnement sont proposées aux projeteurs :


 Formule rationnelle
 formule superficielle
 modèle de simulation de ruissellement (exposé plus tard)
a. FORMULE RATIONNELLE
Q : (l / s )
i : int .moy.de.durée.tC (l / ha / s )

Qp (F) = Cxi (tc, F) xA 
C : Coeff .de.ruissellem ent
 A : Surface.bas sin .versant.(ha)

Ou
Q : (m3 / s)
 I : int .moy.de.durée.tC (mm / h)

Qp=0.278*C.I.A  avec 1l/s/ha=2,78 mm/h
 C : Coeff .de.ruissellem ent
 A : Surface.bas sin .versant.(Km 2)

Elle donne le débit de pointe de période de retour F, Qp (F), à l‟exutoire d‟un bassin
versant de surface A, de coefficient de ruissellement C, sous une averse de durée
égale au temps de concentration tc du bassin, et d’intensité moyenne i (tc, F).
Le concept de temps de concentration, difficile à estimer avec précision est la base de
cette méthode, il est défini comme le temps d‟écoulement le plus long sur le bassin.
Elle est fondée sur les trois hypothèses :
 Le débit de pointe ne peut être observé à l‟exutoire que si l‟averse, d‟une
intensité donnée, a une durée au moins égale au temps de concentration.
 Le débit de pointe n‟est fonction que du volume de l‟averse tombée au cours
du temps de concentration (linéaire de la transformation pluie débit).
 Le débit de pointe a la même période de retour que l‟intensité moyenne, ceci
suppose que le coefficient C ne soit pas une variable aléatoire, c'est-à-dire
que le bassin soit urbanisé.
Temps de concentration

L‟estimation de ce paramètre revêt une grande importance par son influence sur le débit
maximum par l‟intermédiaire de la relation intensité-durée.
L‟intensité des averses est une fonction décroissante de la durée. Ainsi une
surestimation du temps de concentration conduira à sous estimer le débit maximum.
Rappel de la définition :
Le temps de concentration pour un bassin est la somme du temps d‟entrée ou le temps
d‟écoulement en surface entre le point le plus éloigné du bassin et son arrivée dans le
collecteur le plus proche, et le temps d‟écoulement de l‟eau dans les collecteurs entre le
point le plus éloigné du réseau et l‟exutoire.
tc = te+t
Donc deux termes sont à estimer : d‟une part un temps écoulement en surface qui
sera fonction de la topographie et des facteurs physiques et d‟autre part un temps
d’écoulement dans les collecteurs qui s‟obtiendra par un calcul hydraulique.
Temps d’écoulement en surface

Longueur bassin en m

1,1 * (1,1  C ) * L
Avec te =
i
Pente en %
te : temps d’écoulement en min.

IE. : C‟est le temps mis par une goutte d‟eau entre le point le plus éloigné du
bassin versant et son arrivée dans le collecteur le plus proche.

Temps d’écoulements dans les collecteurs

Ce temps sera fonction du collecteur, de son état, de son diamètre et du débit qui
y transitera. Ce calcul pourra se faire par tronçon successif tenant compte des
éventuels changements de section.

L : Longueur d’un tronçon en m


L
t =
V Vitesse de l’eau dans le tronçon en m/s

 Temps de concentration en zone urbaine


Formule de DEBORDES
Cette formule calée sur les bassins de CI donne des résultats satisfaisants pour
des bassins <150 ha.
t C= 5,3.A0,3C-0,45.i-0,38

mn ha %
 Temps de concentration en zone rurale
Formule de KIRPICH
1 L1,15
tC = * 0, 38
52 H
L : distance en mètre (m) entre l‟exutoire et le point le plus éloigné du
bassin versant.
H : Dénivelée en (m) entre l‟exutoire et le point le plus éloigné du bassin
versant.
En réalité, on fait l‟exclusion de 20% de la longueur en amont et en aval,
pour ne considérer que la dénivelée sur 60% du parcours.

Coefficients de ruissellement élémentaire

On sait que cette méthode conduit à une surestimation des débits de pointe pour des
bassins de faible pente.
Domaine d’application :
0,004 < pente < 0,02 pente en M/M.
0,2 < C < 1 C coefficient de ruissellement
A < 300 Ha. A surface totale du bassin

b. FORMULE SUPERFICIELLE

Qp (F) = k (F) x Iu (F) x cV(F) x AW (F)


Cette formule repose sur la conversion des volumes mis en jeu durant l‟intervalle de
temps séparant le début de l‟averse et l‟instant où l‟on observe le débit de pointe. Par
rapport à la méthode rationnelle, on notera les améliorations suivantes.
- Prise en compte d‟un effet de capacité du bassin et du réseau.
- Prise en compte de la variation du temps de concentration en fonction du débit
de pointe (modèle pseudo-linéaire).
Q est déterminé par la formule de CAQUOT Q = K.W.im.Cn.Ap
m, n, p : paramètres à déterminer en fonction de chaque zone
K : Coefficient dépendant de la fréquence (F) de pluie étudiée
i : pente du bassin versant (m/m)
C : coefficient de ruissellement
A : superficie du B.V en ha
W : Coefficient de forme du B.V
K, m, n, p sont donnés par Annexes 3
 La pente (i)
En zone urbaine, le plus long cheminement hydraulique (L) est constitué de
tronçons successifs (Lj) de pentes relativement constantes (ij).
L‟expression de la pente moyenne qui intègre le temps d‟écoulement le long du
plus long cheminement hydraulique est la suivante :
2
  Ij : pente.troncon.enm / m
 
i  
 Lj 

Lj : Longueur.tronçon.en.m
 Lj 
  
 Ij 
 Coefficient de forme
Soit M l‟allongement du bassin versant :
L
M
A
Avec ; L : longueur du plus long cheminement hydraulique ; A : superficie en ha du
BV considéré ; Si M0,80 on prendra M = 0,8
Après avoir déterminé l‟allongement (M), on pourra corriger le débit calculé en
multipliant par un « coefficient d‟influence » ou « coefficient de forme » (W).
0 ,84b
( )
M  1 0 , 29b
W  
2
Domaine d’application
0,002 < pente < 0,05 (le rapport entre les pentes extrêmes des bassins < 20)
0,2 < C < 1
A < 300 Ha
Cette limite n‟est, en général, pas atteinte pour les bassins élémentaires, mais peut
l‟être après regroupement.

PARAMETRES EQUIVALENTS D’UN GROUPEMENT DE BASSINS


L‟application de la formule superficielle à un groupement de sous-bassins
hétérogènes de paramètres individuels (Ai), (Ci), (ii), (Li) et Qpi (débit de pointe du
bassin considéré seul), nécessite l‟emploi de formules d‟équivalence pour les
paramètres (A), (C), (i) et (M) du groupement.

Les différentes formules d‟équivalence les BV en série ou en parallèles sont


consignées dans le tableau suivant :

Paramètres
Aeq. Ceq. Ieq. Meq.
équivalents
 Cj x Aj  Lj 2
 Lj
 Aj  Aj
Bassins en
 Aj
série

Bassins en  Cj x Aj  Ij x Qpj L (Tcj Max)


 Aj
parallèle Aj  Qpj  ∑Aj

Si l‟évaluation des paramètres d‟équivalence d‟un groupement de bassins en série


ne pose pas de problème dans le principe, il n‟en va pas de même pour le calcul de
l‟allongement de bassins en parallèle. En respectant la hiérarchie des débits
maximum pour un groupement de bassins en « parallèle » sur un exutoire commun
(bassins de surface A 1, A 2, … de plus longs parcours en temps d‟écoulement L 1,
L 2, … et de débits de pointes individuels Qp 1, Qp 2, …) on calculera l‟allongement
équivalent dudit groupement en prenant pour longueur équivalente du plus long
parcours celle du bassin ayant le plus long temps de concentration L (Tcj Max).

Tc = 0.0176XL0.69xA0.184xQp-0.354xI-0.41
(L en M., I en M / M., A en ha., Qp en m3 / s, Tc en mn.)
La formule superficielle repose sur l‟hypothèse que le réseau drainant le bassin versant
est entièrement canalisé. Cette formule n‟est donc pas applicable aux bassins ruraux
dont l‟écoulement est superficiel.

5. CALCUL DES CONDUITES ET DES CANAUX

a. CALCUL DES CONDUITES CIRCULAIRES

La formule retenue pour le calcul des conduites circulaires est la formule de perte de
charge de PRANDTL-COLEBROOK.

 2,51 K 
V  2.log( ) . 2.g.i.D
 D 2 . g .iD 3,71.D 

Où V : Vitesse d'écoulement en m/s ;  : Coefficient de viscosité en m2

D : Diamètre de la section circulaire, ou pour des sections non circulaires (ovoïdes)

D = 4R ; R étant le rayon hydraulique (en m)

g : accélération 9,81 m2/ s2

i : Pente de la ligne piézométrique (m/m)

K : Rugosité de la paroi (mm)

Q= V.S (Voir Annexe 11 : débit des canalisations circulaires en système


unitaire ou séparatif)
Quelques valeurs de K

Désignation Valeurs de K (mm)


Conduites existantes avec regards

Tuyau en béton en bon état 1,50

Tuyau en béton en mauvais état ayant


3,00
subi une attaque chimique

Conduites projetées avec regards

Tuyau béton 1,5

Tuyau plastique ou amiante-ciment 1,0

Conduites de refoulement sans regard ni branchement existantes ou projetées

Tuyau en acier, fonte ou plastique 1,00

b. CALCUL DES CANAUX A CIEL OUVERT

La formule retenue pour le calcul des canaux à ciel ouvert est celle de MANNING-

STRICKLER. ; V= K.R2/3.i1/2

V : Vitesse d'écoulement (m/s) K : Coefficient de rugosité de STRICKLER


R : Rayon hydraulique (m) ; i : Pente en m/m où R = Sm / Pm ; Sm : la section
mouillée
Pm : Le périmètre mouillé
Quelques valeurs de K

Désignation Valeurs de K (mm)

Canaux en béton 60 à 75

Canaux en terre 45

Canaux en plastique, acier, fonte 120

Calcul de S, P et R pour les profils usuels des canaux


6. CONDITIONS DE PENTE ET LIMITE D‟AUTOCURAGE

- Pente minimale pour les réseaux unitaires


- Vitesse minimale 0,3 m/s pour les débits d‟heures creuses
- Vitesse minimale 0,5 m/s pour les débits d‟heures de pointe
- Les vitesses d‟écoulement ne devront pas dépasser les valeurs suivantes :
 Conduites enterrées
Tuyaux en béton de haute qualité…………………4 m/s
Dalots ………………………………………………..4 m/s
 Canaux à ciel ouvert
Canaux primaires ou secondaires, caniveaux…….4 m/s
Canaux primaires importants dans talweg…………5 m/s

7. CONDITIONS DE PROFONDEUR

Une profondeur minimale de 1,10 m sera respectée. Elle sera de :

- 2,50 m pour les réseaux secondaires et tertiaires.


- 4,00 m, sauf cas exceptionnel pour les réseaux primaires.
Dans tous les cas, un recouvrement de 0,60 m sera observé pour les diamètres
supérieurs à 0,50 m.

VI. TRACE EN PLAN (RECOMMANDATIONS


GENERALES)
 Eviter les chevauchements et l‟encombrement des conduites
 Assainir le plus rapidement possible en empruntant les plus courts
cheminements
 Prévoir des pentes pour les collecteurs qui justifient :
 La sécurité de l‟ouvrage pendant les périodes d‟orage (vitesse maximum)
 Eviter les ouvrages spéciaux (regard de chute, poste relèvement, poste de
refoulement)
 Assurer l‟enterrement des conduites à une profondeur minimum :
0,90 m sur les voies publiques
0,50 m sur les allées piétonnes, aux pieds des bâtiments
 Poses des conduites :
Les conduites des eaux usées doivent être enterrées par rapport à la
génératrice supérieure au minimum :
Sur une voie non carrossable………………………..0,5
Sur une voie carrossable ……………………………0,9
Le fond et la tranchée doit être réglé et débarrassé de toutes pierrailles
Un mortier de sable d‟une épaisseur de 5 à 10 cm utilise en béton de
propreté pour protéger le bas de la conduite et établir la pente prévue.
OUVRAGES ANNEXES :

REGARDS (voir annexe 9):


Les regards doivent être installés à chaque :

 Jonction de canalisations
 Changement de direction
 Changement de pente
 Changement de section
Dans les parties droites et en pente régulière, une distance maximale de 60 mètres pour
les diamètres inférieurs à 800 mm et 80 mètres pour les diamètres supérieurs à 800 mm
sera prévue entre regards. Les regards seront dans la mesure du possible établis sous
trottoirs, suffisamment éloignés des conduites d‟eau potable.

AVALOIRS ET BOUCHES D‟EGOUTS (voir annexe 8)


Les bouches d‟égouts servent à l‟introduction dans un égout, soit unitaire, soit pluvial en
système séparatif, des eaux de pluies et de lavage des chaussées. Les caractéristiques
sont les suivantes :

 Un radier lisse étanche présentant une pente dirigée vers la canalisation


d‟évacuation.
 Une cheminée verticale.
 Un branchement dont le diamètre minimal est de 300mm.
 Un dispositif de recouvrement comportant un avaloir latéral et une trappe de
visite dans le cas de bouches à avaloirs.
BRANCHEMENTS

Le diamètre des branchements doit rester inférieur à celui de la canalisation publique.


Diam. Minimal de branchement de 150mm est imposé pour les maisons individuelles et
maisons de plusieurs îlots. La pente des branchements ne devra pas être en principe
inférieure à 3%. Les diamètres sont calcules afin que lors de la pointe, la hauteur
n‟excède pas :

 la moitié du diamètre pour les eaux usées en système séparatif ;


 les 7/10è du diamètre en système unitaire
Le tracé sera rectiligne pour faciliter les dégagements éventuels. Un ou plusieurs
regards intermédiaires doivent être prévus si la longueur du branchement est supérieur
à 35 m.
ANNEXE 1 : SCHEMA RESEAU RAMIFIE ET MAILLE
ANNEXE 2 : ELEMENTS D’UN RESEAU
ANNEXE 3 : COEFFICIENTS RELATIFS A LA PLUVIOMETRIE
ANNEXE 4: REGIONALISATION DES AVERSES
ANNEXE 5: INTENSITE - DUREE - FREQUENCE (REGION I)
ANNEXE 6 : INTENSITE – DUREE – FREQUENCE (REGION II)
ANNEXE 7: INTENSITE – DUREE – FREQUENCE (REGION III)
ANNEXE 8 : QUELQUES OUVRAGES ANNEXES AUX
CANALISATIONS
ANNEXE 9 : REGARDS DE VISITE / BRANCHEMENTS
ANNEXE 10 : RESERVOIR DE CHASSE/AERO-EJECTEUR /
STATION DE RELEVEMENT OU DE REFOULEMENT
ANNEXE 11 : DEBIT DES CANALISATIONS CIRCULAIRES EN
SYSTEME UNITAIRE OU SEPARATIF
CHAP. V : ELECTRICITE
I. GENERALITES
La production, le transport et la distribution de l‟énergie électrique sont réalisés
par un réseau, ensemble complexe de sources d‟énergie, les centrales, et de
lignes. Cette structure s‟est progressivement développée à mesure que les
besoins des usagers en énergie électrique et leurs exigences quant à la qualité
du service rendu se sont étendus à l‟ensemble du pays et non plus seulement
à quelques régions privilégiées.
Le coût de l‟énergie produite et la continuité du service sont devenus des
éléments essentiels dans l‟économie d‟un pays. La diversité des moyens de
production et de leurs caractéristiques intrinsèques, la multiplicité des besoins
à satisfaire (industrie, traction, agriculture, usages domestiques) ont rendu
nécessaire la création des grands réseaux modernes.
Les centrales électriques sont les usines où s‟effectue la transformation d‟une
source d‟énergie « primaire » en énergie électrique. On qualifie de primaires les
sources d‟énergie naturelles telles que le charbon, le pétrole, le gaz naturel, les
chutes d‟eau, la marée, le vent, le rayonnement solaire, l‟uranium. Le mot
« centrale » est ainsi généralement suivi d‟un qualificatif qui évoque la nature
de la source d‟énergie primaire employée : centrale thermique (charbon,
pétrole, gaz naturel), centrale hydraulique (chute d‟eau), centrale marémotrice
(marée), centrale nucléaire (uranium). Cette terminologie est indépendante de
toute notion de taille : il existe des centrales dont la puissance ne dépasse pas
quelques kilowatts (microcentrales), et d‟autres qui atteignent plusieurs
gigawatts.
Les procédés de conversion directe en énergie électrique de l‟énergie
potentielle des sources primaires sont à l‟heure actuelle soit inconnus, soit au
stade expérimental (piles à combustible, photopiles...).
Il est donc nécessaire d‟utiliser comme intermédiaire une forme d‟énergie aisée
à produire et facilement transformable en énergie électrique : c‟est l‟énergie
mécanique délivrée par une machine motrice rotative, la turbine, qui est
universellement adoptée, la conversion finale en énergie électrique étant
assurée par une machine réceptrice également rotative, l‟alternateur.
L‟accouplement mécanique d‟une turbine et d‟un alternateur constitue ainsi
l‟unité de conversion fondamentale de toute centrale.
Lorsque l‟énergie potentielle de la source primaire est de nature mécanique
(chute d‟eau, marée), la turbine assure directement la transformation en
énergie mécanique de rotation avec un rendement qui peut être excellent
(supérieur à 80 p. 100). Par contre, lorsque l‟énergie potentielle est de nature
chimique ou nucléaire, on ne sait pratiquement, jusqu‟à présent, que la
dégrader sous forme de chaleur, qui est ensuite cédée à un fluide intermédiaire
(vapeur d‟eau, gaz), lequel entraîne finalement la turbine. Le rendement est
alors limité par celui de la première transformation et il ne dépasse guère
40 p. 100.
Les réseaux électriques transportent l‟énergie produite dans des centrales
électriques implantées dans des lieux favorables, jusque chez les utilisateurs
industriels ou domestiques, dispersés sur tout le territoire. Ils sont constitués de
lignes aériennes ou souterraines, et de postes organisés autour de deux types
d‟appareils : les jeux de barres, auxquels les lignes sont rattachées par
l‟intermédiaire d‟appareils de coupure, et les transformateurs, nécessaires pour
relier des jeux de barres à tensions différentes. On assigne à ces réseaux des
rôles de distribution ou de transport.
Les réseaux de distribution alimentent directement les consommateurs soit
sous basse tension (BT) pour les utilisations domestiques ou artisanales, soit
sous moyenne tension (MT) pour les usagers industriels demandant des
puissances plus importantes. Les réseaux de transport transitent les énormes
puissances fournies par les centrales, ce qui leur fait jouer un, ou souvent
plusieurs, des trois rôles suivants : transport proprement dit entre deux points,
répartition à l‟intérieur d‟une zone de consommation, interconnexion entre deux
réseaux qui trouvent ainsi des secours réciproques pour les situations difficiles.

II. MOYENS DE TRANSPORT ET DE DESSERTE

On distingue :
1. La Haute Tension (H.T)
Plus de 50 KV, réservée au transport de longue distance de l‟énergie
entre les lieux de production et ceux de consommation et à leurs
éventuelles interconnexions
2. La moyenne tension (M.T)
Elle varie de 5 KV à 30 KV et est utilisée à l‟échelle du réseau dans les
villes moyennes et à l‟intérieur d‟une région.
3. La basse tension (B.T)
Elle est triphasé 200/380 V, avec une fréquence de 50 Hz.
Pour la distribution aux particuliers, 2 fils sont à la disposition de l‟usager (un
neutre et un fil de phase) et la tension est généralement de 220 V.
Pour les industriels, elle est triphasée à 4 fils et la tension est de 380 V.
III. BESOINS

On retient en général, pour les pays industrialisés, la norme de 6KVA par


logement (3KVA /logt d‟une pièce ; 9 KVA/logt de plus de 6 pièces).
Pour une généralisation au tiers monde, un coefficient de simultanéité est
introduit :
Nbre de 10- 15- 20- 30-
logements 1-4 5-9 25-29 35-39 40-49 +50
14 19 24 34

Coefficient 1 0,78 0,63 0,53 0,49 0,46 0,44 0,42 0,41 0,40

1. Population à bas revenus


En moyenne, quelques 100 W installés et quelques KWh par
concession/mois.
2. Population revenus moyens
En moyenne, peut dépasser le KW.
3. Population hauts revenus
Plusieurs dizaines de KW s‟avèrent nécessaires et les coefficients de
simultanéité deviennent :
Nombre de
logements 1-5 6-10 11-15 16-20 +20

Coefficient 1 1 0,90 0,9 0,65-0,70

Voici ci-après, la consommation horaire de quelques appareils :

APPAREILS PUISSANCE (W)

Lampe d‟éclairage 25-100

Moulin à café 60-200

Fer à repasser 600-1 200

Aspirateur 200-500

Réchaud 1000-3 000

Chauffe-eau 1500-3 000

Machine à laver 2000-5 000

Cuisinière 3000-10 000


Climatiseur 1000-2 500

Réfrigérateur 2000-3 000

IV. RESEAU HT ET BT

1. Les lignes aériennes

Economiques, mais encombrantes, inesthétiques, dangereuses, fragiles aux


intempéries et aux chocs.
Déconseillées dans les zones de fortes densités, très polluées, à proximité des
aéroports.
- Poteaux espacés de 100 m au maximum, en béton (12 à 16 m), bois traité (10
m), métallique (profilés, tubes, treillis).
- La hauteur des câbles est de 4 m en général et de 6 m dans la traversée des
voies circulées.
2. Les câbles isolés
Utilisés en milieu urbain soumis fréquemment aux orages. Les câbles peuvent
être tripolaires et unipolaires.

a. Les câbles en tranchées


Le câble est posé sur un lit de sable fin et la tranchée est remblayée en sable ou
en terre avec un grillage avertisseur rouge.
Aux traversées de chaussée, les câbles sont tirés dans des fourreaux en PVC et
doivent être à 20 cm d‟un autre réseau et à 50 cm d‟un réseau téléphonique.

b. Les câbles en galerie


Les câbles en général non armés, sont posés sur des chemins de câbles.

c. Les câbles en conduites multitubulaires


Le tirage se fait par des chambres de tirage espacées tous les 50 m environ.

d. Les câbles en aérien


Utilisés en régions boisées, polluées ou en bordures de mer et peuvent en HT
remplacer une ligne aérienne à câbles isolés.

V. DETERMINATION DES CABLES


1. CONDUCTEURS ELECTRIQUES

Une ligne électrique est un ensemble de conducteurs assurant le transport d‟une


puissance électrique. Cette puissance se manifeste par le passage d‟un courant
dans chaque conducteur, qu‟on peut assimiler à une résistance et à une
inductance dans le cas général.
La résistance du conducteur parcouru par le courant dissipe de l‟énergie sous
forme de chaleur par effet JOULE. Ces contraintes thermiques limitent le transit
de puissance dans les lignes électriques. Il faut évaluer 3 types de contraintes
thermiques pour déterminer le conducteur optimal.

- La chaleur dissipée élève la température du conducteur et des isolants. Si


cette élévation n‟est pas limitée, les isolants vieillissent, perdent leur qualité et
provoquent des défauts. Pour limiter ces effets, il suffit de limiter l‟énergie
dissipée sous forme d‟effet JOULE, donc le courant. D‟où un choix de section
déterminé par un courant admissible donné.
- La résistance de câble, compte tenu de son élévation de température et de la
réactance de celui-ci, provoque au passage du courant une chute de tension
proportionnelle à ces facteurs. On choisira une section de câble de
conducteurs limitant la chute de tension à un pourcentage admissible.
- Il est également nécessaire d‟effectuer une vérification concernant le tenue
au court-circuit pendant un temps donné.

En résumé, la section choisie doit satisfaire simultanément à ces trois


conditions :

 Echauffement normal admissible


 Chute de tension admissible,
 Surcharge temporaire admissible (court-circuit).

Rappels électrotechniques

 Distribution en monophasé
Puissance apparente (puissance que l'on voudrait avoir disponible pour le
récepteur)
S=U.I
Puissance active (puissance de réellement disponible pour le fonctionnement
pour le récepteur)
P=S.cos
Puissance réactive (puissance consommée par le récepteur c'est elle qui est
facturée
Q=S.sin
On déduit que : S²=P²+Q² ; Cos = ; tg
 Distribution en triphasé

Puissance apparente

S=U.I. =

Puissance active

P=U.I. .Cos =3.R.I²

Puissance réactive

Q=U.I. . sin =3.L I²


Déphasage tg

1.1. Détermination de la Section (Sz) basée sur la chute de tension en ligne

Dans le cas des réseaux à moyenne et Basse tension, c‟est en général la notion
de chute de tension en ligne qui sera prépondérante dans les calculs.
- Nature du courant et de la distribution

En continu : seule la résistance du conducteur aller R et du conducteur retour R


entre en ligne de compte. La chute de tension est :
Où I : courant(A) et R : résistance de chaque conducteur ( .

En alternatif :
Cas d’un transport monophasé (en alternatif monophasé, les conducteurs
présentent en plus de résistance au passage du courant, une réactance X fonction
de leur écartement. En effet, le circuit formé par les deux conducteurs embrasse un
certain flux dû au passage du courant générateur d‟induction électromagnétique. Le
rapport de ce flux au courant qui le provoque définit l‟inductance de la ligne)

cos

où : chute de tension (V) ; R : résistance d‟un conducteur ( ; L :réactance


d‟un conducteur
Cas d’un transport triphasé

V= tension simple U=V


1
U U= tension composée
V
N

3
2
On exprime finalement l‟expression de la chute de tension par :

cos )

1.1.1. Résistance linéique d’une ligne


La résistance kilométrique d‟un conducteur est donnée par la formule
classique : (ohms/kilomètre)

Avec : résistivité du métal en microhms.cm (10-6 Ωcm)


S : section du conducteur en mm²
Le tableau ci-dessous donne la valeur de la résistivité à la température de
20°c des métaux standard :

Métal Résistivité à 20°c en microhms.cm


Cuivre dur 1.8
Aluminium dur 2.9
Almélec(alliage d‟aluminium et 3.3
d‟acier)
Câbles aluminium- acier
A 7 brins 3.4
A 37 brins 3.6
Si la température est différente de la température , la résistivité doit être
multipliée par un coefficient k : k= [1+α ( ] avec α=0.004 pour les
câbles et =20°c.

1.1.2. Réactance linéique des lignes

La réactance s‟exprime par le terme L .Elle suppose que le régime du


courant soit parfaitement sinusoïdal.

Réactance d‟un circuit monophasé


L = 0.0314 [0.5+4.6log ] (Ω/km)
Avec D : écartement des conducteurs (surface offerte au flux)
d : diamètre des conducteurs (répartition de l‟induction)
Réactance d‟une ligne triphasée
La formule reste applicable mais D Avec dij la distance
entre conducteurs pris deux à deux.
Valeur numérique de la réactance des lignes de distribution
La courbe en Annexe 2 nous permet de trouver rapidement la valeur de
la réactance linéique d‟une ligne en conducteurs almélec dont on connait
la diamètre et la distance moyenne géométrique entre conducteurs.
1.2. Détermination de la section (Sj) basée sur l’intensité admissible

Il est important de connaitre la section du conducteur à adopter pour faire


passer une intensité donnée sans provoquer, en régime permanent, un
échauffement exagéré du conducteur. Les tableaux EdF ou équivalent illustre
très aisément par lecture l‟intensité admissible(A) en fonction de la section
nominale.

Exercice d’application n°1

Soit un tube fluorescent de 40W sous 220V-50Hz, on mesure cos = 0.4

Calculer la puissance apparente et intensité appelée sur le réseau.


Calculer la puissance réactive absorbée
On veut augmenter le facteur de puissance à 0.9par l‟installation d‟un
condensateur. Calculer la nouvelle puissance apparente et la nouvelle
intensité.
Calculer la nouvelle puissance réactive absorbée
Calculer la puissance consommée par le condensateur
Calculer la capacité du condensateur employé.

Exercice d’application n°2

Soit une ligne triphasée 50Hz en nappe-voute, de longueur 10km en


3x75.5mm² Almélec. On alimente une usine de 3MW en triphasé sous
tension d‟arrivée : UA=20KV et avec cos =0.8.Température moyenne de
30°.l‟ange est de α=15°

1.40
2
3

Calculer UD la tension au départ.

1) Calcul des caractéristiques géométriques et électriques


2) Calcul de l‟intensité I
3) Calcul de
2. LES CABLES SOUTERRAINS
i) Description et principaux types de câbles souterrains
Les câbles sont classés en fonction des paramètres électriques suivants :
- la nature du champ électrique : câbles à champ non radial (utilisés
jusqu‟à 25KV et les lignes de forces du champ électrique ne sont pas en
tous points normales aux couches isolantes), câble à champ radial (les
lignes de force du champ électrique sont normales aux couches isolantes)
- de la tension spécifiée
- des isolants (isolation au papier imprégné, isolation synthétique)
Exemple de câbles BT et HT voir Annexe 4.
ii) Pose des câbles souterrains
Les câbles sont les matériaux chers et délicats. Leur mise en service et leur
pose sont un facteur important de leur longévité. Certaines précautions à
prendre :
On doit éviter de blesser l‟isolant par des chocs, écrasements répétés
des courbures importantes
La temperature influe sur la souplesse de l‟isolant et la pose ne doit
jamais être effectuée sous des températures du câble inférieures à +5°c
pour les câbles isolés au papier ;0°c pour les plastiques synthétiques ; -
5°c pour les élastomères
Le tirage au treuil est à déconseiller dans tous les cas. Les câbles armés
enterrés sont disposés en tranchée à une profondeur de 0.70m (sous
trottoir) et à 1m sous chaussée.
Les câbles non armés sont disposés dans des caniveaux qui constituent
leur protection.

iii) Calcul et choix d‟un câble souterrain


Les paramètres qui interviennent dans le choix d‟un câble :
Puissance, Tension, courant, Facteur de puissance, type de câble, tension
spécifiée, nature des âmes, mode de pose et nature des milieux traversés...
La détermination de la section technique de l‟âme d‟un câble consiste à
déterminer quelle est la plus petite section normalisée appartenant au type de
câble choisi satisfait simultanément les trois conditions : Echauffement
normal, chute de tension, surcharge due à un court circuit.

3. LES LIGNES AERIENNES

Les lignes électriques aériennes comprennent quatre éléments :


Les conducteurs,
Les armements composés des isolateurs et des ferrures
Les poteaux ou supports (bois, béton ou métalliques)
Les fondations
Les lignes aériennes triphasées (3 fils en HT, 4 fils en BT) sont soit en
conducteurs nus, soit en conducteurs isolés en faisceaux torsadés.

VI. LES POSTES DE TRANSFORMATION

Ils occupent une surface de 4,00 m x 4,00 m et une hauteur de 2,50 m ; mais
avec un rayon d‟action de 150 m à 300 m : la puissance varie de 40 à 1 000
KVA.
On distingue :
 Les postes de livraison „‟abonné‟‟ construits par un particulier ayant des besoins
importants
 Les postes de distribution publique

VII. BRANCHEMENTS B.T


Les lignes B.T peuvent se poser en aérien ou en souterrain.
 Aérien : sous forme de conducteurs nus sur isolateur ou de câbles aériens
torsadés, à partir d‟un transformateur sur poteau et la portée est de l‟ordre de 30
à 40 m.
 Souterrain : par l‟intermédiaire d‟une boîte de dérivation, d‟un câble de
branchement, d‟un coffret de coupure (le comptage pouvant se faire à l‟intérieur
du logement).
Pour les immeubles collectifs ou établissements publics ou privés importants, on
tire un câble spécial à partir du poste de transformation jusqu‟à un coffret de
coupure –comptage, permettant ainsi d‟alimenter plusieurs départs.

VIII. ECLAIRAGE PUBLIC


L‟éclairage public doit permettre aux usagers de la voie publique de circuler de
nuit avec une sécurité et un confort aussi élevé que possible.
Il ne s‟agit pas pour autant de reconstituer les conditions diurnes, mais de rendre
aisé pour l‟automobiliste la perception et la localisation des points singuliers de la
route et des obstacles éventuels. Pour le piéton, il s‟agit d‟assurer la visibilité
distincte des bordures de trottoirs, des véhicules et des obstacles et d‟éviter les
zones d‟ombre.
L‟éclairage public doit assurer une bonne visibilité qui dépendra :
- Du contraste entre l‟objet à visualiser et le fond (notion de luminance)
- De l‟éblouissement dont l‟inconfort doit être réduit au strict minimum,

La perception des obstacles se faisant le plus souvent par effet silhouette.

Une installation d‟éclairage met en œuvre un certain nombre de matériel :

- Le luminaire
C‟est un ensemble mécanique, optique et électrique qui comprend une ou
plusieurs lampes qui doit répondre aux objectifs suivants :
Distribuer le flux lumineux en assurant aux lampes conservation des
caractéristiques et durée de vie.
Contrôler le flux en évitant toute gêne d‟éblouissement
- Les candélabres
La fixation des luminaires peut être assurée par divers moyens. Il peut être
adapté à une console fixée sur un immeuble, ou accroché à des câbles voir
annexe1 : pour les éléments d‟un candélabre.

1. Courbe de sensibilité de l’œil


L‟œil humain est sensible aux radiations de longueurs d‟onde comprise entre 400
m et 800 m.

2. GRANDEURS ET UNITES PHOTOMETRIQUES

a. Flux lumineux
La quantité d‟énergie rayonnée par seconde dans toutes les directions sous
formes de radiations lumineuses (débit de lumière) est nommé flux lumineux.
Il est utile en général de connaitre aussi pour une source la valeur du flux
dans une portion déterminée de l‟espace, un cône par exemple.
Le flux exprime l‟aptitude d‟un rayonnement lumineux à produire une
sensation lumineuse. Symbole : (Φ) ; unité : lumen (lm)

A titre indicatif, le tableau ci-dessous donne quelques valeurs du flux émis par
quelques sources :

Lampe à incandescence standard 100w 220w…………. : 1400 lm


Lampe tubulaire fluorescente 40w…………………………. :3000 lm
Lampe à ballon fluorescent 400w…………………………… :23000 lm
Lampe à vapeur de sodium à basse pression 180w…….. : 31500 lm

b. Intensité lumineuse dans une direction


C‟est une grandeur destinée à caractériser l‟émission de lumière dans une
direction donnée.
C‟est le rapport du flux émis par une source dans un cône infiniment petit
entourant la direction, à la valeur de l‟angle solide de cône

d
I
d ; Unité : candela (Cd)
Historiquement c‟est la première grandeur photométrique qui a été introduite.
La candéla est définie comme étant la 60e partie de l‟intensité lumineuse
émise par 1cm2 de la surface du corps noir étalon réalisé par un bain de
platine à la température de solidification (2046°K).

c. Eclairement lumineux en un point d’une surface


La densité du flux lumineux tombant sur une surface est désignée sous le
nom d‟éclairement.

d
E
ds ; Unité : lux (L) ; on dit aussi lumen/m2

On démontre que l‟éclairement horizontal E produit en un point M par une


source à une hauteur h au-dessus du sol, envoyant un rayonnement I sous
l‟angle d‟incidence est donné par :

ɣ h

Cette relation renferme les deux lois de l‟éclairement produit par un point
lumineux :

- Loi de la distance : E varie en raison inverse du carré de la distance de


la source au point éclairé.
- Loi de l‟obliquité : E varie comme le cosinus de l‟angle d‟obliquité.

Si l‟éclairement d‟une surface n‟est pas uniforme, on considère son


éclairement moyen qui est égal à ( flux total reçu par la surface S).

L‟éclairement se mesure avec un luxmètre.


d. Luminance

La notion de luminance fait intervenir directement l‟apparence d‟une surface.


Une surface grise ou blanche, placée dans les mêmes conditions
d‟éclairement, n‟apparaîtra pas à l‟œil de la manière.
La luminance d‟une surface, d‟un corps ou d‟un objet, dépend à la fois de son
éclairement et de son pouvoir réflecteur.
Chaque élément de surface agit comme une source ponctuelle secondaire et
émet de la lumière dans différentes directions avec différentes intensités
lumineuses.
La luminance en un point d‟une surface dans une direction donnée est égale
au quotient de l‟intensité lumineuse dans la direction donnée d‟un élément
infiniment petit de la surface entourant le point, par l‟aire de projection
orthogonale de cet élément sur un plan perpendiculaire à cette direction.
Unité : cd/m² Elle se mesure avec un luminance-mètre.
On considère aussi la luminance moyenne qui est la moyenne des
luminances mesurées en différents points judicieusement choisis.
La luminance sera :
- Voisine de 0 pour une surface sombre et non éclairée
- De l‟ordre de 1cd/m² pour une voie avec éclairage public
- De l‟ordre de 20.000 cd/m² pour une surface ensoleillée
- Elle peut atteindre 100.000 cd/m² pou certaines sources lumineuses.

En éclairage public on s‟intéressera :

- Aux luminances des chaussées et obstacles divers


- Aux luminances des sources qui dans certains cas pourraient provoquer
l‟éblouissement

3. CLASSES D’ECLAIRAGE PUBLIC

CLASSES Classe A Classe B Classe C Classe A

Lu/m2 de 70-100 40-150 20-30 -


chaussée

Points
Voies
singuliers
Routes et artérielles et Voies de
Usages situé sur
autoroutes de desserte
itinéraire
distribution
non éclairé
4. DISPOSITION DES LUMINAIRES

e
l

P S

P H

P : porte-à-faux  0,70 m du bord extérieur du trottoir.

S : surplomb / bord chaussée ; varie de 0 à 2,50 m

H : Hauteur luminaire ; dépend de l, varie de 8 à 10 m et égale à 12 m pour les grandes


largeurs de chaussée

e : Espacement des luminaires


Type de Voie Artères Voies de distribution Voies de densité
principales

e
Rapport 3 à 3,5 3,5 à 5 5à6
H

5. INSTALLATIONS TYPES
 Autoroutes urbaines et routes express : implantation de candélabres à double crosse
dans le terre-plein central (hauteur : 15 m et espacement : 45 m)
A partir de 25 000 à 30 000 Véh. /j, prévoir un éclairage latéral avec entretien plus facile.

 Points singuliers autoroutes : L‟éclairage axial de la plateforme autoroutière et latéral


des bretelles ou bifurcation améliore le guidage optique.
En cas d‟échangeur complexe, on peut recourir à l‟éclairage par mâts de grande
hauteur ; c‟est aussi le cas des plateformes aéroportuaires ou portuaires.
ANNEXE 1 : Candélabres
ANNEXE 2 : Résistance linéique d’une Ligne
ANNEXE 3 : Les Lignes électriques aériennes
ANNEXE 4a : Exemple de constitution de câbles
ANNEXE 4b : Exemple de constitution de câbles

Vous aimerez peut-être aussi