Vous êtes sur la page 1sur 4

Centrale 2009 PC : Maths I

Les calculatrices sont autorisées.


Le problème porte sur l’étude des séries factorielles, séries de fonctions de la forme
X n!
an .
x(x + 1)(x + 2) . . . (x + n)
n>0

Les parties I et II traitent d’un exemple. Les parties III, IV et V, indépendantes des deux pre-
mières, ont pour objet l’étude des propriétés de la somme d’une série factorielle convergente sur
l’intervalle ]0, +∞[.

Partie I : Préliminaires
I.A - Pour tout entier p naturel non nul, on pose :

1
∀n ∈ N∗ , u(n, p) = .
n(n + 1) . . . (n + p)
X
I.A.1) Montrer que la série u(n, p) est convergente.
n>1
X
+∞
I.A.2) On pose : σ(p) = u(n, p). Calculer σ(1).
n>1
I.A.3) Pour p > 2 et pour n quelconque dans N∗ , exprimer u(n, p − 1) − u(n + 1, p − 1) en fonction
de p et de u(n, p).
I.A.4) En déduire la valeur de σ(p) en fonction de p, pour p > 2.
I.B - Soient q un entier > 2 et N un entier > 1.
X+∞
1
Donner une majoration du reste R(N , q) = en le comparant à une intégrale.
nq
n=N +1

Partie II : Un exemple d’accélération de convergence.


II.A -
II.A.1) Montrer par récurrence l’existence de trois suites (ap ), (bp ) et (cp ) d’entiers naturels définies
pour p > 2 telles que, pour tout réel x strictement positif et pour tout entier p > 2, on ait :
p
1 X ak bp x + cp
= + .
x3 x(x + 1) . . . (x + k) x3 (x + 1)(x + 2) . . . (x + p)
k=2

II.A.2) Exprimer ap+1 , bp+1 et cp+1 à l’aide de p, bp et cp .


II.A.3) Montrer que : ∀p > 2, bp > cp > 0.
II.A.4) Calculer ap , bp , cp pour p = 2, 3 et 4.

1
II.B - On désire calculer une valeur décimale approchée de
X
+∞
1
ζ(3) =
n3
n=1

avec une erreur inférieure ou égale à ε = 5.10−5 .


X
+∞
1
II.B.1) En utilisant I.B, déterminer un entier naturel N suffisant pour que soit inférieur
n3
n=N +1
à ε.
II.B.2) Donner un majorant simple de :
X
+∞
b4 n + c4
3
n (n + 1)(n + 2)(n + 3)(n + 4)
n=N +1

et montrer, à l’aide de tout ce qui précède, comment calculer ζ(3) pour la même valeur ε avec une
valeur de N moins grande que celle trouvée à la question II.B.1.
II.B.2) Donner une valeur approchée à ε près (par défaut) de ζ(3) en utilisant ce qui précède.

Partie III : Séries factorielles


III.A - Pour tout entier naturel n et pour tout réel x strictement positif, on pose :
n! 1 un (x)
un (x) = , vn (x) = , wn (x) = .
x(x + 1) . . . (x + n) (n + 1)x vn (x)
!
wn (x)
Montrer que la série de terme général ln , définie pour n > 1, est convergente.
wn−1 (x)
III.A.2) En déduire qu’il existe l(x) (dépendant de x et strictement positif) tel que :

un (x)
lim = l(x).
n→+∞ vn (x)

III.B - Soit (an )n>0 une


X suite de complexes et x un réel strictement positif.
Montrer que la série an un (x) est absolument convergente (en abrégé AC) si et seulement si la
X n>0
série an vn (x) est AC.
n>0
III.CX- On désigne désormais par A l’ensemble des suites (an )n>0 indexées par N telles que la
série an un (x) soit AC pour tout réel x strictement positif.
n>0
Soit a = (an )n>0 un élément de A ; montrer que :
X
+∞
III.C.1) la fonction fa définie par : x 7−→ fa (x) = an un (x) est continue sur l’intervalle ]0, +∞[ ;
n=0
III.C.2) la fonction fa tend vers 0 en +∞.
III.D -
III.D.1) Donner un exemple d’un élément a de A avec an non nul pour tout entier naturel n.
III.D.1) Donner un exemple d’une suite (an )n>0 qui ne soit pas un élément de A.

2
III.E - Soit a un élément de A.
III.E.1) Montrer que, pour tout entier n la fonction un est de classe C1 sur l’intervalle ]0, +∞[ et
que :   
1 n
∀x > 0, |un0 (x)| 6 un (x) + ln 1 + .
x x

III.E.2) En déduire que la fonction fa est de classe C1 sur l’intervalle ]0, +∞[.

N.B. On dira alors que la fonction fa est développable en série factorielle (sous-entendu ici sur
]0, +∞[ et en abrégé DSFA) et on admettra qu’un tel développement est unique.

Partie IV : Représentation intégrale


IV.A -
IV.A.1) Soit n un entier naturel. On pose :
Y
n
∀k = 0 . . . n, Pk = (X + i).
i=0,i,k

Montrer que les polynômes Pk forment une base de l’espace vectoriel Rn [X] des polynômes à
coefficients réels et de degré inférieur ou égal à n.
IV.A.2) En déduire qu’il existe des rationnels indépendants de x notés α0 , α1 , . . . , αn tels que :

n! X α n
k
∀x > 0, = .
x(x + 1)(x + 2) . . . (x + n) x+k
k=0

Exprimer αk en fonction de k et n.
IV.B - Montrer, pour x > 0 et k entier naturel, l’existence de l’intégrale :
Z1
(1 − y)x−1+k dy
0

et calculer sa valeur en fonction de k et x.


IV.C - Montrer que :
Z 1
n!
∀x > 0, ∀n ∈ N, (1 − y)x−1 y n dy = .
0 x(x + 1)(x + 2) . . . (x + n)
En déduire que, pour tout élément a de A, on a :
X
+∞ Z 1
∀x > 0, fa (x) = an (1 − y)x−1 y n dy.
n=0 0

IV.D - Soit a un élément de A. X


IV.D.1) Montrer que la série entière an y n a un rayon de convergence supérieur ou égal à 1.
n>0
X
+∞
On note φa la fonction définie sur [0, 1[ : φa (y) = an y n .
n=0
Z 1
IV.D.2) Montrer que la fonction x 7→ (1 − y)x−1 φa (y) dy est définie sur ]0, +∞[, DSFA sur ce
0
même intervalle et égale à fa .

3
Partie V : Dérivabilité d’une série factorielle
V.A - On reprend les notations des parties I et II.
V.A.1) Montrer que fa est dérivable sur ]0, +∞[ et que :
Z 1
∀x > 0, fa0 (x) = (1 − y)x−1 φα (y) ln(1 − y) dy.
0

V.A.2) Montrer que la fonction ψa : y 7→ φa (y) ln(1 − y) est développable en série entière sur
l’intervalle ] − 1, 1[
(n)
ψa (0)
V.A.3) On pose : ∀n ∈ N, bn = . Vérifier que b0 = 0 et que :
n!
X
n−1
ap

∀n ∈ N , bn = − .
n−p
p=0

V.B - Soient x > 0 et N > 1. Montrer que :


 
X
N
|bn | X
N −1 N −p
X 1 
 
6 |a |
p  .
(n + 1) x 
 k(k + p + 1) 
x
n=1 p=0 k=1

V.C - Montrer que, pour tout entier p tel que 0 6 p 6 N − 1, on a :


N
X −p Z +∞
1 1 dt
x
6 + .
k(k + p + 1) (p + 1)x 1 t(t + p + 1)x
k=1

V.D - Montrer que :


N
X −p  
1 ln(p + 1) 1 1
6 + 1 + .
k(k + p + 1)x (p + 1)x x (p + 1)x
k=1

bn
V.E - En déduire que la série de terme général est AC pour x > 0.
(n + 1)x
V.F - Montrer enfin que la fonction fa0 est DSFA sur l’intervalle ]0, +∞[ et que :

X
+∞
∀x > 0, fa0 (x) = bn un (x).
n=0

V.G - Exemple
1
Montrer que la fonction x 7→ f (x) = est DSFA sur ]0, +∞[ et calculer les coefficients notés a0n et
x
a”n pour les fonctions f 0 et f ” pour n = 0, 1, 2, 3, 4.
Vérifier qu’on retrouve ainsi les calculs faits en seconde partie.

Vous aimerez peut-être aussi