Vous êtes sur la page 1sur 19

Les différentes charges

Charges Permanentes « G »
Charges Variables d’Exploitation « Q »
Charges Variables Climatiques de Neige « S » et de Vent « W »

CHARGES G EN 1991-1-1 (mars 2003)


+ Annexe Nationale (juin 2004)

CHARGES I EN 1991-1-1 (mars 2003)


+ Annexe Nationale (juin 2004)

Q NEIGE S EN 1991-1-3 (avril 2004)


+ Annexe Nationale (mai 2007)

VENT W EN 1991-1-4 (novembre 2005)


+ Annexe Nationale (mars 2008)

2
Charges permanentes : « G »
Il convient de classer les poids propres des ouvrages
de construction comme actions permanentes fixes.

Dans les charges permanentes, il faut différencier le


poids propre :
- des éléments structuraux
- des éléments non structuraux

La norme NF P 06-111-2/A1 de mars 2009, donne les


valeurs moyennes que l’on peut appliquer pour les calculs
de construction.

La valeur des charges permanentes s’exprime en


kN/unité d’ouvrage.
Exemple : plancher en kN/m² ; poutre en kN/m …

3
Charges permanentes : « G »
Extrait des valeurs moyennes : NF P 06-111-2/A1 de mars 2003
Matériaux Poids volumique γ [ kN/m3]
Béton
- Béton non armé 22,0
- Béton armé courant 25,0
- Béton de granulats légers 7,5 à 15,5
- Béton bitumineux 22,0

Matériaux Ep. réelle Poids surfacique


[ cm] [ kN/m2]
Revêtements de plancher
A. Chape en mortier ciment Par cm 0,20
C. Carrelage scellés, y compris la couche de
mortier de pose 2 cm
- Grès cérame mince (4,5 mm) 0,50
- Grès cérame (9,0 mm) 0,60

4
Charges permanentes : « G »
Application
Etude du plancher haut RDC du Bâtiment « A ». Ce plancher est
composée d’une dalle pleine en béton armé de 20 cm, d’un revêtement
de sol en grès cérame de 9 mm scellé sur une chape mortier de 6 cm et
en sous face une couche de peinture.

Charges permanentes structurelles:


- Dalle pleine 20 cm : 20 cm * 0,25 kN/ = 5,00 KN/m²
Gstruc = 5,00 kN/m²

Charges permanentes non structurelles:


- Grès cérame (y compris 2 cm chape) : = 0,60 kN/m²
- Complément chape : (6-2) cm * 0,20 kN/m² = 0,80 kN/m²
- Couche de peinture: Négligeable = 0,00 kN/m²
Gnonstruc = 1,40 kN/m²

5
Charges variables :
Charges d’exploitation : « Q »
Il convient de classer les charges liées au
fonctionnement de la construction comme des actions
variables et plus spécifiquement d’exploitation.

La norme NF P 06-111-2/A1 de mars 2009, donne les


valeurs moyennes que l’on peut appliquer pour les calculs
de construction.

La valeur de la charge d’exploitation s’exprime en kN/m².

Les charges d’exploitation ne sont pas prises en compte


simultanément avec les charges de neige ou les actions du vent.

6
Charges variables :
Charges d’exploitation : « I »
Extrait des valeurs moyennes : NF P 06-111-2 de juin 2004

Cas particulier : Cloisons de distribution

7
Charges variables : « Q »
Charges d’exploitation : « I »
Application
Etude d’un porteur horizontal d’une habitation. Ce plancher est
composée d’une dalle pleine en béton armé de 18 cm, d’un revêtement
de sol en grès cérame de 9 mm scellé sur une chape mortier de 4 cm et
en sous face un enduit plâtre de 20 mm.

- Locaux : habitation => 1,5 kN/m²

Etude des cloisons : Cloison de distribution 72/48


La masse d’1 m² de cloison est de 22 kg/m², en supposant que sa
hauteur est de 2,80 m.
Il s’applique 2,80 * 22 = 61,6 kg/m de cloison.
Soit un poids de 61,6 * 10 = 616 N/m = 0,62 kN/m < 1,00 kN/m
On peut appliquer cette simplification

- Cloison de distribution => 0,5 kN/m²

I = 2,00 kN/m²
8
Charges variables : « Q »
Charges de neige : « S »

9
Charges variables : « Q »
Charges de neige : « S »
Classification des actions de la neige:
 (1) Les charges de neige doivent être classées comme actions
variables fixes, sauf lorsqu’il en est spécifié autrement dans la
norme.
 (2) Les charges de neige considérées dans la norme doivent
être classées comme des actions statiques.
 (3) Les charges exceptionnelles de neige (SAd) peuvent être
traitées comme actions accidentelles.
 (4) Les charges dues à des accumulations exceptionnelles de
neige peuvent être traitées comme actions accidentelles.

10
Charges variables : « Q »
Charges de neige : « S »
Charges de neige sur le sol : « Sk »

Charge de Neige sur le sol Sk = S0,k + ΔSi


Charge exceptionnelle de Neige sur le sol SAd 11
Charges variables : « Q »
Charges de neige : « S »
Charges de neige sur les toitures : « S »
Les charges de neige sur les toitures doivent être déterminées comme
suit :
pour les situations de projet durables et transitoires :
S = µi Ce Ct Sk
pour les situations de projet accidentelles dans lesquelles l’action
exceptionnelle est la charge de neige accidentelle :
S = µi Ce Ct SAd

Il convient de considérer la charge de neige comme


s’exerçant verticalement, et de la rapporter à une
projection horizontale de la surface de la toiture.

12
Charges variables : « Q »
Charges de neige : « S »
Coefficients d’exposition : « Ce »

Topographie Ce
Lorsque les conditions d’abri quasi permanentes de la toiture, dues aux
bâtiments voisins, conduisent à empêcher pratiquement le déplacement 1,25
de la neige par le vent.
Dans tous les autres cas. 1,0

Coefficients thermique : « Ct »
Les bâtiments normalement chauffés étant systématiquement isolés, il
convient de prendre Ct = 1 sauf spécifications particulières dûment
justifiées du projet individuel.

13
Charges variables : « Q »
Charges de neige : « S »
Coefficients de forme « μi » pour les toitures à un seul versant:

Le coefficient de forme µ1 à utiliser pour les toitures à un seul versant est


donné par le tableau 5.2.
Il convient d’utiliser la disposition de charge de la figure 5-2, aussi bien pour
les cas de charge avec accumulation (S2) que sans accumulation (S1 et Sa).

µ1
Tableau 5.2 – Coefficients de forme

α α 0° ≤ α ≤ 30° 30° ≤ α ≤ 60° α ≥ 60°


µ1 0,8 0,8 (60 – α) /30 0

14
Charges variables : « Q »
Charges de neige : « S »
Majoration de la charge de neige pour les pentes ≤ 5%

Lorsque la toiture présente des zones de faible pente (inférieure ou égale à


5%), il y a lieu, pour tenir compte de l’augmentation de la densité de la neige
résultant des difficultés d’évacuation de l’eau, de majorer la charge de neige
« S » sur la toiture de:
de 0,2 kN/m² lorsque leur pente est inférieure à 3 % ;
de 0,1 kN/m² si elle est comprise entre 3 % et 5 %.

La zone de majoration est limitée aux parties enneigées de la toiture, et


s’étend dans toutes les directions sur une distance de 2 mètres au-delà de la
partie de toiture visée.

15
Charges variables : « Q »
Charges de neige : « S »
Application
Etude des balcons (pente <3°) situé à Bordeaux (Altitude <50 m).

Charges de neige au sol :


- Gironde => zone A2 S0,k = 0,45 kN/m²
Sad = 1,00 kN/m²
- Pondération altitude (A<200m) Δsi = 0,00 kN/m²
Sk = 0,45 + 0,00 = 0,45 kN/m²

Charges sur la toiture:


- Coefficient de forme => μi = 0,8
- Coefficient d’exposition => Ce = 1,0
- Coefficient thermique => Ct = 1,0

S = 0,45 * 0,8 * 1 * 1 = 0,36 kN/m²


Majoration pente ≤ 5%
S = 0,36 + 0,20 = 0,56 kN/m²
16
Charges de vent: W

17
Action du vent sur les parois d'une
construction
 Les actions du vent s’appliquent
directement sur les surfaces
extérieures des constructions
fermées et, du fait de la porosité de
la surface extérieure, agissent
également indirectement sur les
surfaces intérieures.

 Elles peuvent également affecter 0° W0


directement la surface intérieure W-9 °

des constructions ouvertes.

18
Action du vent sur les parois d'une
construction
 Les pressions (ou dépressions) [kN/m²] qui s’exercent sur les
éléments de la surface engendrent des forces perpendiculaires à la
surface de la construction ou des éléments de façade individuels.

dépr
ression essio
dép n

dépression
pression

Vent

19

Vous aimerez peut-être aussi