Vous êtes sur la page 1sur 3

Enseignant - formateur Denis Christine

WEB / PAO formation@inaden.org

Cahier des charges d’un site Web


Partie 1 : Descriptif du projet :: Définition et structure d’un cahier des charges :: Introduction

Définition et structure d’un cahier des


charges

Introduction
Un cahier des charges est un document permettant de construire un projet.

Dans le cas d’un site Web, ce cahier des charges comporte trois parties distinctes :

• Une partie liée à la définition du projet


• Une partie liée à l’ergonomie et au Design
• Une partie liée à la technique

Vous devez pouvoir construire intégralement la première partie, au minimum participer à la deuxième et
plutôt pouvoir la concevoir intégralement, et analyser la troisième.

La première partie du cahier comporte :


• La définition générale du projet
• Planning prévisionnel
• Le benchmark, c’est-à-dire l’étude de la concurrence
• Le plan de communication
• Le positionnement du projet dans l’entreprise et son fonctionnement technique, humain et finan-
cier
• La définition de la cible
• La définition des fonctionnalités côté internaute et côté du commanditaire
• La définition des données présentées et acquises ainsi que leur organisation (arborescence et
passerelle entre les données).
• Les chemins utilisateurs
• La projection de son évolution

La deuxième partie comporte :


• Le zoning et l’ergonomie
• Le design et la charte graphique
• La visualisation des chemins utilisateurs

Tous droits d'utilisation de ce cours est soumis à demande p. 5 / 47


Cahier des charges d’un site Web
d'autorisation
Enseignant - formateur Denis Christine
WEB / PAO formation@inaden.org

Cahier des charges d’un site Web


Partie 1 : Descriptif du projet :: Définition et structure d’un cahier des charges :: Introduction

Le zoning est le découpage des grands blocs (zones) du site, c’est une première approche de l’ergono-
mie. Une fois cette approche effectuée chaque partie est remplie des éléments qui la composent : c’est
la mise en place des wireframes, seconde partie de l’ergonomie. Un wireframe est donc la mise en place
des éléments dans chaque bloc du zoning, et de ces transformations ou réactions selon le comporte-
ment de l’internaute — qu’est-ce qu’il se passe quand je passe ma souris sur un élément réactif, quand
j’entre dans un formulaire… Le wireframe détermine donc les éléments statiques et les éléments inte-
ractifs et dépend de différents états tant côté internaute que côté administrateur (identifié/non identifié,
période promotion/période normale…).

Cette deuxième partie doit comporter une double étude :

• Celle pour ordinateur


• Celle pour smartphone et tablette

On appelle responsive design, l’adaptation de l’interface au type de machine et de navigateur qui per-
mettent la fréquentation du site. On parle aussi de media query. Dans le premier cas, on se place plutôt
exclusivement sur la partie-écran de la machine. Dans le second on pousse aux différents éléments
connexes comme l’imprimante.

Enfin, les chemins utilisateurs représentent le parcours qu’un internaute doit faire pour accéder à une
action et la mener à son terme. Cela représente souvent les actes d’achat, d’inscription, d’identification,
d’abonnement ou d’accès à certaines fonctionnalités selon le type d’application que propose le site.
Chaque fonctionnalité doit avoir un chemin et sa définition, ou bien dans le wireframe si cette fonction-
nalité ne nécessite pas de changement de page, ou de connexion, ou bien dans les chemins interpage si
cette fonctionnalité nécessite un changement de page.

La troisième partie doit comporter :


• Le type d’hébergement de votre site
• La façon d’utiliser un ou plusieurs noms de domaine
• La mise en place du protocole HTTPS
• L’arborescence des dossiers sur le serveur
• La liste des langages de programmation utilisés et leur fonction (qu’est-ce qui est utilisé pour quoi)
• La liste des API, open data et services externes utilisés ainsi que leur coût et leur protocole d’utili-
sation
• La description informatique des parcours utilisateurs, c’est-à-dire une partie de « l’algorithme ».
• Les frameworks et/ou CMS utilisés et leurs éventuelles modifications
• Les phases et le temps de développement, c’est-à-dire le planning final
• Des gabarits HTML de chaque type de page
Tous droits d'utilisation de ce cours est soumis à demande p. 6 / 47
Cahier des charges d’un site Web
d'autorisation
Enseignant - formateur Denis Christine
WEB / PAO formation@inaden.org

Cahier des charges d’un site Web


Partie 1 : Descriptif du projet :: Définition et structure d’un cahier des charges :: Méthodologie

Méthodologie
Il existe plusieurs approches pour la mise en place d’un cahier des charges. Elles dépendent du type
de projet, de la façon de travailler de chacun, de la chaîne d’intervenant… Néanmoins, il est possible de
donner quelques règles de bases.

La première est qu’il est pour ainsi dire impossible de travailler de façon continue en suivant les points
de présentation dans l’ordre présenté dans l’introduction. Par exemple, certains projets vont nécessiter
de commencer par le modèle de données quand d’autres vont plutôt nécessiter de commencer par la
description des fonctionnalités. Et là, parfois ce sera par celle du front-office, et pour d’autres parts celle
du back-office.

Il est, en règle générale, avantageux de prendre des notes sur chacun des points et de les compiler
quand on commence à être suffisamment avancé, car il est nécessaire de faire tout au long de la mise
en place du cahier des charges un rapprochement entre le modèle de données et les fonctionnalités,
qu’elles soit back-office ou front-office.

D’autre part, il faut garder à l’esprit que si vous êtes spécialiste dans votre domaine, votre commandi-
taire l’est dans le sien. Il est donc important de savoir l’écouter pour parvenir à faire la synthèse de votre
expertise et de la sienne. Même s’il arrive que le commanditaire ait apparemment de mauvaises idées,
soient parce qu’elles sont inutiles, soit parce qu’elles ne sont pas adaptées au Web, il est important de
les prendre en compte et de les reconsidérer à l’aune de son expertise.

À noter que la partie Wireframing est, en règle générale, une bonne façon de vérifier le cahier des charges
en visualisant l’emplacement et le comportement des fonctionnalités et des données, néanmoins, il
arrive que pour penser le projet, certaines personnes commencent par poser des esquisses de l’inter-
face. Ce préwireframe peut en effet permettre de fixer les idées. Dans ce cas, il sera quand même néces-
saire de reconsidérer cette étape une fois le cahier des charges rédigé.

Tous droits d'utilisation de ce cours est soumis à demande p. 7 / 47


Cahier des charges d’un site Web
d'autorisation

Vous aimerez peut-être aussi