Vous êtes sur la page 1sur 1

PCSI 1 - Stanislas DS de PHYSIQUE N◦ 3 - 28/11/15 - CORRIGÉ A. MARTIN PCSI 1 - Stanislas DS de PHYSIQUE N◦ 3 - 28/11/15 - CORRIGÉ A.

MARTIN

ÉLECTRICITÉ
d’après Banque PT 2015

I. Extraction du signal de position d’un capteur à condensateur double

1. u = U ej(ωt+ϕ) , avec j 2 = −1. On pose U = U ejϕ .


2. Les condensateurs sont en série et les résistances aussi, donc on peut appliquer la relation du pont diviseur b)
A0
de tension pour chacune des branches : c) Il s’agit d’un filtre passe-bande. Le gain G(x) = q est maximal pour x = 1 donc il s’agit
2
1+Q2 (x− x1 )
1 !
R C1 1 1 C2 d’une résonance en x = 1. On a H(x = 1) = A0 > 0 donc u1 et u2 sont en phase, le déphasage est nul.
   
jωC2
u=e 1 1 − d’où U =E − =E − .
jωC1 + jωC2
R+R C1 + C2 2 2 C1 + C2 d) Soient x1 et x2 les fréquences (réduites) de coupure, avec x2 > x1 . Elles vérifient G(x1,2 ) = A0
√ donc
2

|x| 2 s
1 1 x 1 1
  
3. On en déduit U = E Lx . D’où U = E . Q2 x − =1⇔Q x− = ±1 ⇔ x2 ∓ − 1 = 0 ⇒ x1,2 = ∓ + +1 .
L x x Q 2Q 4Q2
E
4. On obtient σU = . Cette sensibilité est indépendante de x, donc cela permet d’avoir une amplitude de
L 1
On en déduit la largeur de la bande passante : ∆x = x2 − x1 = = 4, 0 × 10−2 .
signal de tension qui reproduit fidèlement (linéairement) l’amplitude du mouvement oscillatoire capté. Q
5. On a ϕ = arg(U ) donc ϕ = arg(x) = 0 si x > 0 ou π [2π] si x < 0. e) Par le pont diviseur de tension nous obtenir en Régime Sinusoïdal Forcé (RSF) :
Ainsi, l’argument indique de façon binaire le signe de x.
1 1 A0
H=   = q   =  
1 1 R0 C 1 1
1 + R0 R + jωL + jωC 1+ R + jR0 L x− x
1 + jQ x − x
II. Analyse des signaux par oscilloscope
−1 −1 s
ω 1 R0 R0 C
 
6. On a donc Ωi  ω (avec i = 1, 2). On linéarise le produit :
avec x= , ω0 = √ , A0 = 1 + et Q = R0 1+ .
ω0 LC R R L
BXm
a) u(t) = 2 (cos ((ω − Ω1 )t) + cos ((ω + Ω1 )t)) et b) u(t) = − BX
2
m
(cos ((ω − Ω2 )t) + cos ((ω + Ω2 )t))
10. a) Comme i− = 0, les résistances R1 et R2 sont en série. Le potentiel v − s’obtient donc par le pont
Les deux spectres en amplitude sont identiques : u R2
diviseur de tension. Comme u2 = v + = v − = R1R+R
1
u3 , donc G = 3 = 1 + .
2 u2 R1
R2
b) Comme la fonction de transfert est réelle et positive, on obtient K = |G| = G = 1 + .
R1
11. a) En RSF, on obtient u3 = Ku2 = KH u1 = KH u3 d’où

  1 d2 u3 1 − KA0 du3
jx + Q(jx)2 + Q u3 = KA0 jx u3 ⇐⇒ + + u3 = 0 .
7. Fréquence « électrique » : ω02 dt2 ω0 Q dt
40
On compte environ 40 périodes rapides en 0,1 s donc fe = 0,1 = 400 Hz.
Fréquences mécaniques : b) Il s’agit d’une équation différentielle linéaire d’ordre 2 à coefficients constants sans second membre.
1
En a) on observe une période pendant 0,1 s donc fm1 = 0,1 = 10 Hz. L’oscillateur se trouve en régime harmonique si le terme d’ordre 1 est nul, c’est-à-dire si KA0 = 1 :
En b) on observe à peu près 2,5 périodes pendant 0,1 s donc fm2 = 2,5 1
0,1 = 25 Hz. ü3 + ω02 u3 = 0. La pulsation des oscillations est ω0 , donc f0 = √ .
2π LC
8. On en déduit Ω1 = 2π fm1 = 62 rad.s−1 , et Ω2 = 2π fm2 = 1, 6 × 102 rad.s−1 . Remarque : on retrouve ce critère sur l’équation en complexe ci-dessus après simplification par u3 .
D for D
a) fosc = √ √D x

12. ≈ 1+ d’où fosc = ax + b avec a = et b = for = √ .
III. Conditionnement des signaux par oscillateur C0 (1− x` ) C0 2` 2` C0

for 2`∆fmin
9. a) GdB ∼ 20 log
A0
+ 20 log x et GdB ∼ 20 log
A0
− 20 log x . b) D’où ∆f = fosc − for = 2` x et donc xmin = = 1, 9 × 10−4 m ≈ 0, 2 mm.
x→0 Q x→∞ Q for

1 2

Vous aimerez peut-être aussi