Vous êtes sur la page 1sur 11

Institut National des Sciences et Techniques d’Abéché (INSTA)

Cours : Organisation et Gestion d’Entreprise (OGE)


Chargé du Cours : Mr Issakha Al-Nadjib Senoussi
Année Académique : 2020-2021
Niveau : Licence 2
Email : senoussii@gmail.com

Objectifs :
Ce cours a pour objectif de répondre aux questions essentielles qui permettent de mieux
comprendre, le fonctionnement et l’organisation des entreprises.
Qu’est-ce une entreprise ? Par quoi caractère-t-on la diversité des entreprises ? Comment on
organise le travail ?
Répondre à ces questions, c’est aussi comprendre l’importance d’une organisation et
l’importance du choix d’une structure, qui sont des critères stratégiques du développement
économique de l’entreprise et de la réussite de ses projets. Préalablement, il est fondamental
d’identifier les activités et les fonctions essentielles d’une entreprise. Pour un manager, il faut
savoir engager ses équipes dans une logique de prévention et d’amélioration continue au
quotidien en considérant la qualité comme une dimension à part entière de la performance de son
activité.
- Maîtriser les acquis théoriques de base (définir correctement les notions et concepts,
utiliser convenablement les termes, etc.) ;
- Analyser, traiter et synthétiser des informations ;
- Résoudre des problèmes par application des savoirs appris ;
- Comprendre et traiter des informations économiques ;
- Cerner ce qu’est la vie dans une entreprise et les relations qu’il y a entre les différents
intervenants ;
- Permettre aux étudiants de comprendre la place et le rôle de l’entreprise ainsi que les
différentes fonctions qu’elle joue ;
- Développer une représentation adéquate de l’organisation des entreprises ;
- Comprendre le rôle que joue chacun des départements au sein de l’entreprise et sur le
marché.
1
Programme du Cours

Introduction

Chapitre 1 : Les fonctions essentielles de l’entreprise


Chapitre 2 : L’environnement de l’entreprise
Chapitre 3 : Les structures de l’entreprise
Chapitre 4 : Les différentes activités de l’entreprise
Chapitre 5 : Les acteurs et décideurs de l’entreprise
Chapitre 6 : La gestion d’Entreprise
Chapitre 7 : La performance durable de l’Entreprise
Méthodologie
- Cours donné oralement
- Analyse de documents
- Exercices
- Visualisation des vidéos

Bibliographie
Management des Organisations, J. Saraf, éd Nathan, avril 2005
Analyse économique et gestion d’entreprise, D. Roux, Dunod, 1986
Connaissances de gestion, J-M Brunel, éd labor 2009
Management des Organisations, M-J Chacon, éd Nathan 2007
Management des Organisations, T Brunet, éd Bréal 2006

2
Introduction

La gestion se définit comme l’ensemble des techniques d’organisation d’une entreprise. Ces
techniques peuvent être basées sur plusieurs disciplines, comme la production avec le découpage
des tâches, mais aussi de la comptabilité dans le cadre de l’analyse des comptes de l’entreprise,
ou encore relative à la gestion des ressources humaines (GRH) pour établir les fiches de
rémunération.
Pour gérer une entreprise, il est donc nécessaire d’appréhender l’ensemble de ces techniques qui
sont fortement dépendantes les unes des autres. Le management ou gestion est aussi l’art de
conduire une entreprise vers un objectif qui est généralement la réalisation de bénéfice. Une
entreprise, pour réaliser ses objectifs doit effectuer des choix afin de pouvoir répondre aux
besoins du marché. Ces choix peuvent relever du marketing notamment en adaptant la
communication ou encore des ressources humaines afin de s’entourer des meilleurs potentiels ou
encore en termes de stratégie en choisissant au mieux vos fournisseurs.
I) Organisation et entreprise
1) La pluralité des termes
Des différents termes aussi proches les uns des autres sont employés quotidiennement dans le
monde professionnel. Des auteurs, chercheurs et praticiens ont souvent évoqué plusieurs termes
pour designer l’entreprise.
- Entreprise 
Ce terme économique, qui est parfois assez flou pour certains, contient des situations et des
activités très variées. De manière courante, une entreprise, c’est un acteur économique
(fournisseur, fabriquant, commerçant, etc.) qui produit des biens et services pour d’autres acteurs
(clients). L’entreprise est à la fois une cellule économique (création de richesses), une cellule
sociale, un centre autonome de décision et également distributeur de revenus (salaires et
dividendes). Elle est en relation permanente avec les autres cellules économiques (ménages,
fournisseurs, concurrents, etc…).
Ce terme découle d’une optique macro-économique cherchant à définir des typologies (par taille,
par secteur, etc.). Une entreprise c’est aussi un ensemble d’individus regroupés au sein d’une
même structure, ayant un système de communication dans le but de répondre à des besoins et
d’atteindre des objectifs.
- Société
De manière générale, on répond qu’une société est un groupe d’individus distincts qui se rendent
mutuellement services. En économie, elle est considérée comme un terme juridique ne retenant
qu’une des formes légales possibles pour exercer et encadrer une activité économique, le contrat
de société, que cette société soit de personne physique (entreprise individuelle) ou de capitaux
(SA, SPRL, etc.). Ce concept met en valeur l’aspect juridique de l’activité de l’entreprise. Dans

3
une société, il y a une séparation entre les biens de l’entreprise et les avoirs de l’entrepreneur.
Une partie du patrimoine peut donc être soustraite au risque entrepreneurial.
- Firme
Ce terme s’est développé chez les anglophones ou du moins chez les anglo-saxon dans les années
30. Par essence, la firme est traditionnellement reconnue comme une personne juridique qui est
distincte des êtres humains qui la composent.
- Institution
Elle fait référence plus particulièrement aux organismes qui ont une valeur officielle, légale :
L'O.N.U. est une institution internationale. En économie, ce terme s’applique plus à ce qui
entoure l’entreprise à savoir son environnement qu’à l’entreprise elle-même : institutions
financières, juridiques, bancaires.
2) Qu’est-ce qu’une organisation ?
a) Définition
« Une Organisation, c’est un ensemble d’éléments structurés ainsi que la manière d’organiser
ces éléments. » Retenons la définition de Robbins1 (1987) : « Une organisation est un ensemble
de moyens structurés constituant une unité de coordination ayant des frontières identifiables,
fonctionnant en continue en vue d’atteindre un ensemble d’objectifs partagés par les membres
participants. »
Notons également qu’une organisation c’est un « ensemble d’éléments constitués en vue de
réaliser un but ».
Au sein de l’organisation, nous retrouvons des éléments qui sont les suivants :

2.Structures 4.Ressources
1.Individus matérielles et
immatérielles
3.Procédures
et outils de
gestion

Parmi tant de définissions retenons aussi qu’une organisation est « la manière dont cet ensemble
est organisé ».
b) L’Organisation : quelle utilité ?
Dans la vie de tous les jours ou celle professionnelle, un minimum d’organisation pour exécuter
ou réaliser une action est requise : il faut un certain ordre pour que chaque action soit exécutée,
des individus doivent collaborer pour la réalisation d’une même opération.
1
S.P. Robbins., (1987), Théorie des organisations, Prentice Hall.
4
La complexité d’une action nécessite deux exigences fondamentales :
- Diviser le travail en plusieurs tâches ;
- Coordonner les tâches ainsi divisées pour que l’action finale soit réalisée.
Ce qui implique à dire qu’organiser c’est finalement diviser et coordonner.
c) Les approches de l’organisation
L’organisation est aussi perçue comme une activité c’est-à-dire le fait d’organiser, un objet d’où
le résultat de l’action même d’organisation et enfin une entité sociale c’est-à-dire le vivant.
- Une activité : identifier les éléments et les agencer de manière cohérente.
- Un objet : l’organisation, ici est considérée comme le résultat de l’activité. C’est la
somme totale de moyens : organigramme, fiches de postes, locaux, manuels de
procédures, etc.
- Une entité sociale : l’organisation permet de dépasser la vision du seul outil
organisationnel. Etzioni2 (1964) définit l’organisation comme une « entité sociale
délibérément construite pour promouvoir des buts spécifiques et constamment
réaménagée pour atteindre ces buts ».
II) Gestion et entreprise
1) Qu’est-ce que la gestion ?
La gestion est la fonction qui consiste à établir et à maintenir les conditions pour assurer entre les
agents ou employés une collaboration efficace afin d’atteindre un but collectif. C’est aussi la mise
en œuvre en s’efforçant de façon permanente afin de tirer les meilleures parties des ressources et
moyens dont on dispose pour répondre aux besoins de la structure.
2) La nécessité de la gestion
Il y a des choix de survie qui s’imposent en permanence aux entreprises ou organisations. Les
décisions diverses prises dans l’organisation composent la gestion ou le pilotage de l’entreprise.
Pour certains, la logique associe deux axes (stratégique et opérationnel) pour comprendre ou pour
définir la gestion :
- Le management stratégique s’intéresse à la gestion du marché par la stratégie, c’est ce
qu’on appelle la gestion vue de l’extérieur (vision externe).
- Le management opérationnel quant à lui s’intéresse à la gestion des processus qui sont
propres à chaque entreprise d’où l’on appelle la gestion vue de l’intérieur (vision interne).

3) Les caractères dominants de la gestion


La gestion, c’est aussi une science hybride : sciences exactes et sciences humaines mais
également le centre ou carrefour de plusieurs disciplines.

2
Amitai Etzioni, les organisations modernes (Modern Organizations, 1964), Bruxelles, Duculot, 1971.
5
Pour piloter une entreprise, la gestion a besoin d’une alliance des formalisations théoriques d’une
part et des pratiques opérationnelles d’autre part. C’est ainsi que nous considérons que la gestion
est conjointement une science des choix et une science de l’action. Elle intègre des variables
considérées dures (objectives et quantitatives) ; et des variables molles (subjectives et
qualitatives).
Pour comprendre les problèmes de gestion d’entreprises, il est important de procéder à
l’intégration des domaines tels que le droit, la finance, la comptabilité, l’économie, etc.

6
Chapitre 1 : Les fonctions essentielles de l’entreprise
Toute Entreprise a des objectifs économiques, financiers et sociaux à atteindre. Et c’est pourquoi
l’entreprise réalise un ensemble d’activités tels que l’achat des matières premières, la production
ou la transformation de ces matières ainsi que leurs ventes, recruter des employés, communiquer
etc.
I) Le rôle et stratégie de la direction générale
1) Le rôle de la direction générale
La direction générale est souvent personnifiée par un homme appelé directeur, ou parfois
manager ou encore manager-dirigeant. Par définition, le manager est celui chargé de canaliser les
ressources (humaines, financières et matérielles) dans une unité organisée et dynamique dans le
but d’atteindre les objectifs fixés par l’organisation. Un bon manager, en poursuivant les objectifs
de l’organisation, devrait aussi tenir compte de la satisfaction et de l’accomplissement de ses
ressources humaines ainsi que de l’éthique dans l’exécution des tâches. Et c’est aussi la personne
qui « fait faire » dans la règle de l’art.
Pour Henry Mintzberg (1984), l’activité de manager se compose de trois rôles principaux : les
activités relationnelles, la gestion de l’information et la production de décisions.
Le manager est non seulement le dirigeant mais il est aussi le représentant de l’autorité formelle.
Il se doit d’entretenir des relations avec des individus en interne (subordonnés, administrateurs,
etc.) tout comme en externe (clients, partenaires, fournisseurs, etc.) de l’entreprise.
En multipliant des relations au sein de l’entreprise et à l’extérieur, le manager-dirigeant obtient
des informations riches et fiables pour faire progresser l’organisation. Grâce à ces informations, il
remplit sa fonction : c’est-à-dire la prise de décision. Dans chaque organisation, le manager peut
parfois faire face à des perturbations fréquentes et traiter des imprévus.
2) La formulation et le déploiement de la stratégie
a) La formulation de la stratégie
Une stratégie de développement porte d’abord sur une conquête de marchés nouveaux (zones
géographiques ou clients) et puis sur l’évolution du système d’offre (produits et services).
Exemple : Les concurrents de notre entreprise grignotent des parts de marché, quelles seront
alors les décisions à contrecarrer cela et regagner nos positions ?
Pour expliquer la stratégie d’entreprise, nous pouvons recourir à la matrice de Ansoff 3 afin
d’identifier les orientations de développement. Cette matrice propose 4 orientations de
développement :

3
Ansoff, McDonnell, Stratégie de développement de l’entreprise, Éditions d’Organisation, 1989
7
•La pénétration de marché : c’est accroître la part de marché détenue (montre que l’entreprise
capitalise sur sa maîtrise des produits et aussi sur sa connaissance de la clientèle et de marchés
géographiques) ;
•Le développement de marchés : c’est proposer une offre existante sur de nouveaux
marchés (propose l’offre actuelle à de nouveaux clients par exemple) ;
•Le développement de produits : c’est proposer une nouvelle offre sur des marchés existants (vise
l’élargissement de la gamme des produits et services en capitalisant sur la connaissance des
clients et marchés) ;
•La diversification : c’est s’engager sur des domaines d'activités dans lesquels nous ne sommes
pas encore présents, tant en termes d'offres que de marché (consiste à développer de nouveaux
produits et services qui sont destinés à de nouveaux clients et marchés).

b) Le déploiement de la stratégie
Le déploiement de la stratégie peut suivre soit un processus rationnel (stratégie planifiée), soit un
processus incrémental (stratégie émergente).
La stratégie planifiée permet à l’entreprise de disposer d’une ligne de conduite claire, tandis que
la stratégie émergente est plus aléatoire et propose un processus évolutif c’est-à-dire une
succession de petits pas.
Il est à noter qu’aucune approche n’est supérieure à l’autre. Une stratégie planifiée peut être
efficace lorsque l’environnement évolue lentement et de façon claire, nette et prévisible. Elle
offre donc une cohérence et une stabilité qui permet de rassurer les acteurs de l’entreprise tout en
facilitant leur coordination. Cependant, il peut y arriver que l’environnement connaît des

8
changements fréquents et rapides, la stratégie émergente ou incrémentale est plus efficace car elle
permet d’évoluer au même rythme que l’environnement.

II) Les fonctions de l’entreprise


Pour Porter (1986), la chaîne de valeur correspond à plusieurs activités réalisées par l’entreprise.
La chaîne de valeur comprend des activités principales et des activités de soutien. Et toutes ces
activités génèrent de la valeur pour l’organisation. Les activités principales contribuent
directement à l’exploitation de l’entreprise, tandis que les activités de soutien ont pour but
d’augmenter l’efficacité et l’efficience des fonctions (activités) principales.
La chaîne de valeur permet à l’entreprise de comprendre pourquoi elle crée plus de valeur que ses
concurrents. Ceci permettra à l’entreprise de savoir que si elle a une génération de valeur
supérieure à la concurrence alors elle maîtrise l’avantage concurrentiel.
D’une part, nous avons la maîtrise des coûts mieux que les concurrents et d’autre part la capacité
à se distinguer (la différenciation) c’est-à-dire offrir mieux que les rivaux.
Ainsi le rôle de la direction générale est de définir premièrement une stratégie compétitive de
nature à construire un avantage concurrentiel (la chaîne de valeur constitue un outil fondamental).
Deuxièmement, le manager-dirigeant cherche à faire valoir l’avantage concurrentiel de son
entreprise sur différents marchés géographiques.

1) Les fonctions principales


Pour rappel et selon Porter (1986), une entreprise doit avant tout assurer un ensemble d’activités
principales : la logistique, la production et le marketing. Toutes ces fonctions contribuent à la
création du produit, sa vente et son transport jusqu’à la destination finale voulue par le client.
- La logistique
Elle consiste à acheminer les matières premières achetées chez les fournisseurs vers les sites de
productions. Une fois la production terminée, les produits prendront la direction de stocks de
vente afin d’être vendus aux clients.

9
- La production
La production a pour but la fabrication d’une quantité variable de produits et services différents, à
des coûts les plus faibles possibles, dans des délais courts et raisonnables. Elle représente le
processus de transformation, grâce aux moyens techniques, humains et des matières premières.
- Le marketing
Il désigne l’analyse des besoins des consommateurs et l’ensemble des moyens d’action utilisés
par les organisations pour influencer leur comportement. Le marketing est défini comme un
ensemble de techniques et d’outils permettant d’identifier les besoins actuels et futurs des clients
et d’adapter en conséquence l’offre de l’entreprise.
Le marketing se définit également par les 4P :
 La politique du produit
Cette politique qui concerne les biens tangibles (produits) ainsi que les services, consiste à définir
l’offre. La conception de l’offre consiste à définir l’assortiment des produits. Un produit est avant
tout une offre présentée sur un marché, qu’elle soit un service ou un bien.
 La politique de prix
La politique de prix consiste à définir le prix du lancement du produit et à le modifier au cours de
sa vie. Pour fixer le prix, l’entreprise a trois techniques principales : la connaissance des coûts de
revient, le seuil psychologique (rapport qualité-prix que le client est prêt à payer) et la
connaissance des prix des produits concurrents.
 La politique de distribution
Elle consiste à choisir le circuit que le produit suit pour parvenir au client. Ce circuit se réfère à
l’ensemble des intervenants qui contribuent à faire passer le produit de la production à la
consommation. Il existe trois types de circuits :
- Le circuit direct : le producteur et le consommateur n’ont aucun intermédiaire ;
- Le circuit court : il n’y a qu’un seul intermédiaire ;
- Le circuit long : il y a au moins deux intermédiaires.
 La politique de communication
La politique de communication quant à elle, consiste à faire parvenir aux clients des messages
afin de faire connaître le produit et le faire acheter. Généralement on distingue deux stratégies
principales de communication : celle des médias et celle hors-médias.
La première permet de diffuser le message par la voie des médias : la télévision, le cinéma, la
radio, la presse et l’affichage.
La seconde qui concerne les hors-médias comprend la promotion des ventes, les relations
publiques et le marketing direct.

10
III) Les fonctions de soutien
Porter (1986), pense que les fonctions de soutien concernent les services financiers (infrastructure
de l’entreprise), la gestion des ressources humaines (GRH), le développement technologique
(recherche et développement) et les approvisionnements. Celles-ci permettent aux fonctions
principales d’être plus efficaces et plus efficientes.
- Les services financiers
Ces services comprennent la comptabilité, la finance et le contrôle de gestion. Ils ont pour but
d’assurer le financement de l’activité et de veiller à la santé financière de l’entreprise.
- La gestion des ressources humaines
Elle comprend un ensemble d’activités qui suivent le « cycle de vie » du salarié. La GRH permet
d’abord d’exprimer les besoins de l’entreprise en personnes et en compétences, d’attirer les
meilleurs candidats, les recruter, les intégrer et gérer leurs carrières. Intégré la dimension
ressources humaines dans la stratégie d’une entreprise est aujourd’hui une nécessité reconnue.
Les directions générales savent que les structures et les hommes peuvent donner un avantage
compétitif à leur organisation.
- Le développement technologique
La technologie de nos jours influence la performance des fonctions principales et plus
généralement la compétitivité de l’entreprise. La technologie contribue à la conception et au
développement de produits et de procédés de production, d’organisation et de vente.
- Les approvisionnements
Les achats concernent les processus d’acquisition des ressources nécessaires au bon
fonctionnement des fonctions principales. Ils influencent l’efficience et la compétitivité de la
firme.

11

Vous aimerez peut-être aussi