Vous êtes sur la page 1sur 4

LES VANNES DE REGLAGE

I. Introduction
Lorsque les grandeurs à maîtriser s’écartent des valeurs désirées, il est nécessaire d’agir sur
certaines grandeurs incidentes convenablement choisies ; on utilise alors des appareils appelés
actionneurs, qui sont généralement des vannes.

II. Vannes progressives à commande pneumatique


A l’aide d’un signal pneumatique (1.4 bar), appelé signal de commande, on provoque le
déplacement de l’ensemble tige-clapet permettant le passage de plus ou moins de fluide.
Suivant le montage de l’ensemble membrane-ressort, on peut obtenir une vanne qui s’ouvre
ou qui se ferme lorsque la pression du signal de commande augmente.

figure 1 : représentation élémentaire de deux vannes

On distingue les deux sortes de vannes par la position du clapet en l’absence de signal de
commande :

 Vanne N. F. : pour une vanne dont l’ouverture augmente quand l’amplitude du signal
de commande croît ;
 Vanne N. O. : pour une vanne qui se ferme d’autant plus que le signal de commande
croît.

Les vannes étant essentiellement réalisées en technologie pneumatique et les salles de


contrôle émettant surtout des signaux électriques, il faut disposer de blocs convertisseurs
électriques-pneumatiques.
Le choix du sens d’action de la vanne est essentiellement dictée par les contraintes de sécurité
de l’installation : lors d’un défaut de l’alimentation en puissance électrique ou pneumatique,
l’installation doit se mettre en position de repli, pour laquelle la sécurité des personnes et des
biens est assurée.

Exemple : cas d’un réacteur discontinu.


III. Vannes tout ou rien
Le contrôle de certains organes de sécurité nécessite souvent de disposer uniquement de deux
état : ouvert ou fermé. Ces vannes sont essentiellement de technologie électrique.

figure 2 : vanne N. O.

figure 3 : Vanne N. F.

IV. Caractéristique des vannes de régulation


La caractéristique la plus importante étant la caractéristique intrinsèque de débit. C'est la loi
entre le débit Q et le signal de vanne V, la pression différentielle aux bornes de la vanne étant
maintenue constante.
On distingue essentiellement trois types de caractéristiques intrinsèques de débit :
 Linéaire ;
 Égal pourcentage ;
 Tout ou rien.

1. Débit linéaire PL
Le débit évolue linéairement en fonction du signal. La caractéristique est une droite. Des
accroissements égaux du signal vanne provoquent des accroissements égaux de débit.

2. Débit égal en pourcentage EQP


La caractéristique est une exponentielle. Des accroissements égaux du signal vanne
provoquent des accroissements égaux de débit relatif.

3. Débit tout ou rien PT


Cette caractéristique présente une augmentation rapide du débit en début de course pour
atteindre alors environ 80% du débit maximum.
V. Choix d’une vanne de réglage
Au-delà des considérations économiques liées au coût de l’actionneur et au choix stratégique
du type de grandeurs commandées, ce problème est majeur pour le technicien.
L’actionneur doit permettre d’assurer la sécurité d’une installation. Sans entrer dans des
considérations trop techniques, on peut se sensibiliser aux contraintes de fonctionnement des
vannes :

 Le fluide véhiculé peut être corrosif, chargé de particules solides, maintenu sous des
pressions et des températures variables ;
 Les conditions d’écoulement sont fonction du débit ;
 L’environnement peut être la cause de dysfonctionnement ;
 Afin de pouvoir choisir et comparer les capacités des différentes vannes, on utilise la
notion de coefficient de vanne ou CV

CV 1,156.Qv. d
P

En général, le CV est donné pour l’ouverture maximale de la vanne : on parle alors de


CV maximal.
 Le coefficient de réglage r qui est le rapport du débit maximal contrôlable au débit
minimal contrôlable. Ce coefficient est important pour le choix d’une vanne de
régulation car il permet de déterminer la plage de fonctionnement normale de la
vanne.

Vous aimerez peut-être aussi