Vous êtes sur la page 1sur 117

Priorités scientifiques et techniques - Impact de l'humidité dans

le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences - Partie 1 :


bâtiments : typologies et pathologies (Recherche - Expertise,
CSTB Centre Scientifique et Technique du Bâtiment, février
2016)

Ce document est à usage exclusif et non collectif

Société : DEKRA INDUSTRIAL SA


N° client : DEKRA INDUSTRIAL SA
Téléchargé le : 08/01/2020 16:23

Ce document est protégé par le droit d’auteur. Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque
procédé que ce soit, des pages publiées dans Batipédia, est illicite et constitue une contrefaçon.
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com

Priorités scientifiques et techniques – Partie I – Bâtiments : typologies et pathologies

RECHERCHE – EXPERTISE
Priorités scientifiques
et techniques
Impact de l’humidité dans le bâtiment :
diagnostics et retours d’expériences
Partie I – Bâtiments : typologies et pathologies

SIÈGE SOCIAL
8 4 , AV E N U E J E A N J A U R È S | C H A M P S - S U R - M A R N E | 7 74 4 7 M A R N E - L A -VA L L É E C E D E X 2
T É L . ( 3 3 ) 0 1 6 4 6 8 8 2 8 2 | F A X ( 3 3 ) 0 1 6 0 0 5 7 0 3 7 | w w w. c s t b . f r
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com

Impact de l'humidité
dans le bâtiment :
diagnostics
et retours d'expériences

Partie I – Bâtiments : typologies


et pathologies
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com

Établissement public au service de l'innovation dans le bâtiment, le CSTB, Centre Scientifique et Technique du Bâtiment exerce
quatre activités clés : la recherche, l’expertise, l’évaluation, et la diffusion des connaissances, organisées pour répondre aux
enjeux de développement durable dans le monde de la construction. Son champ de compétences couvre les produits de
construction, les bâtiments et leur intégration dans les quartiers et les villes.
Avec plus de 900 collaborateurs, ses filiales et ses réseaux de partenaires nationaux, européens et internationaux, le CSTB est
au service de l’ensemble des parties prenantes de la construction pour faire progresser la qualité et la sécurité des bâtiments.

Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, des pages publiées dans le présent ouvrage, faite sans l’autorisation de
l’éditeur ou du Centre Français d’Exploitation du droit de copie (3, rue Hautefeuille, 75006 Paris), est illicite et constitue une contrefaçon. Seules sont autorisées, d’une part,
les reproductions strictement réservées à l’usage du copiste et non destinées à une utilisation collective et, d’autre part, les analyses et courtes citations justifiées par
le caractère scientifique ou d’information de l’œuvre dans laquelle elles sont incorporées (Loi du 1er juillet 1992 - art. L 122-4 et L 122-5 et Code Pénal art. 425).
© CSTB 2016 ISBN 978-2-86891-648-8
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com

COLLECTION RECHERCHE – EXPERTISE

Impact de l'humidité
dans le bâtiment :
diagnostics et
retours d'expériences
Partie I – Bâtiments : typologies
et pathologies
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com

Ce document a été rédigé par les partenaires du projet ANR "Bâtiment et villes durables",
édition 2011, HUMIBATex (2012-2016), "Comment prédire les désordres causés par
l'humidité ? Quelles solutions techniques pour rénover le bâti existant ?".

Coordinateur du projet : CSTB

Contributeurs : CETHIL, LOCIE, LaSIE, CEREMA, CSTB, ISOVER, ALDES, VENTILAIRSEC

Couverture : CEREMA

Nous remercions les partenaires du projet ayant participé de près ou de loin à la rédaction/
relecture de ce document sans qui sa publication n’aurait pas été possible.

Charlotte Abelé, Fabien Auriat, Christophe Barras, Rafik Belarbi, Julien Berger,
Fabien Boithias, Julien Borderon, Xavier Boulanger, Catherine Buhe, Julien Burgholzer,
Serge Buseyne, Cécile Caurdon, Bernard Collignan, Teddy Connan, Matthieu Cosnier,
Salem Farkh, Mohammed Yacine Ferroukhi, Roula Ghazal, Géraldine Garnier,
Sylvain Gallier, Jordan Gauvrit, Jérôme Gilles, Pierre-Antoine Gonzalez,
Didier Gossard, Nabil Issaadi, Rofaida Lahrech, Wilhemine Lecointre, Karim Limam,
Eric Mangematin, François Maupetit, Bertrand Michea, Michel Nedelec,
Pierre Yves Pamart, Claude Pompeo, Michèle Potard, Daniel Quenard, Mireille Rahmeh,
Simon Rouchier, Thierry Salset, Christophe Schmauch, Sihem Tasca-Guernouti,
Sabrina Talon, Abdelkrim Trabelsi, Monika Woloszyn, Lin Xueyun.

Nous remercions également l’équipe Edition du CSTB pour le travail effectué.

Contact : Coordinateur du projet, Géraldine Garnier (geraldine.garnier@cstb.fr)


Retrouvez l'ensemble des publications de la collection RECHERCHE – EXPERTISE
sur www.cstb.fr
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com
Sommaire 1

Sommaire

Partie I 4. Scénarios d’apports hygriques internes������� 89


Bâtiments : typologies et pathologies...................5 4.1 L’ambiance intérieure avec un W/n fixe�������� 90
1. Lecture typologique du parc bâti existant 4.2 L’ambiance intérieure selon la norme
français au regard des aspects thermiques, NF EN ISO 13788������������������������������������������ 91
hydriques et aérauliques�������������������������������� 7 4.3 L’ambiance intérieure selon la norme
1.1 Introduction���������������������������������������������������� 7 NF EN ISO 15026������������������������������������������ 92
1.2 Contexte historique de la construction 4.4 L’observatoire de la qualité
en France pour le résidentiel�������������������������� 7 de l’air intérieur��������������������������������������������� 93
1.3 Propriétés hygrothermiques 5. Synthèse de l’état de l’art sur les pathologies,
des parois existantes�������������������������������������� 9 les paramètres gouvernants et proposition
1.4 Les parois anciennes������������������������������������� 10 des critères de leurs apparitions ����������������� 95
1.5 Les parois entre 1948 et 1975����������������������� 13 5.1 Introduction�������������������������������������������������� 95
1.6 Typologies d’implantations des logements 5.2 Les pathologies liées à l’action
et des modes constructifs���������������������������� 16 propre de l’humidité������������������������������������� 96
1.7 Aspect aéraulique de la typologie��������������� 18 5.3 Les altérations dont l’humidité
est le vecteur������������������������������������������������ 98
1.8 Typologie hygro-thermo-aéraulique������������ 20
5.4 Les altérations se développant
2. Pathologies dues à l’humidité
en milieu humide������������������������������������������ 99
dans le bâtiment������������������������������������������� 26
5.5 Proposition de facteurs influençant
2.1 Introduction�������������������������������������������������� 26
l’apparition de pathologies������������������������ 102
2.2 Documents à destination
6. Conclusions et perspectives����������������������� 103
des professionnels du bâtiment������������������� 26
7. Bibliographie����������������������������������������������� 108
3. Les principes de la ventilation
en résidentiel et pathologies rencontrées��� 60
3.1 Les principes de ventilation en résidentiel��� 60
3.2 La réglementation de la ventilation
dans le résidentiel����������������������������������������� 62
3.3 Les types de ventilation rencontrés
dans l’habitat résidentiel������������������������������ 65
3.4 Cas de la réhabilitation, pathologies
rencontrées et types de ventilation������������� 79

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
3
Avant-propos

Avant-propos
La réhabilitation des bâtiments existants est un enjeu majeur pour
réduire d’un facteur 4 les missions de gaz à effet de serre. Des solutions
techniques complètes (isolation, ventilation) doivent être proposées afin
que cet effort soit consenti par tous. Ces solutions doivent être acceptables
pour les professionnels et doivent apporter des réponses aux réductions
énergétiques mais également au confort des occupants et à la durabilité
de la solution proposée. Lors de réhabilitations, le principal risque, mal
appréhendé à l’heure actuelle tant dans les pratiques que dans la régle-
mentation, réside dans une dégradation lente et irréversible de certains
composants sensibles à l’humidité (poutres en bois, pierres tendres,
enduits anciens, etc.). Cette dégradation peut, dans certains cas, conduire
à l’effondrement de tout ou d’une partie du bâtiment. L’humidité a en effet
toujours été l’ennemi numéro un du bâtiment. Moisissures, pourriture du
bois, corrosion des métaux figurent parmi les effets courants des liaisons
dangereuses qu’entretient l’eau avec les matériaux et les ouvrages.
Pour apporter des solutions viables, le projet HUMIBATex s’inscrit dans une
démarche de rénovation énergétique « globale » du parc de bâtiments
existants, en distinguant les époques et les modes constructifs (principale-
ment « bâti ancien » d’un côté, « bâti moderne » de l’autre) et en cherchant
à coupler les aspects liés :
• à l’amélioration thermique de l’enveloppe (parois courantes et liaisons) ;
• aux transferts hydriques au travers de l’enveloppe ;
• à la ventilation et à la perméabilité à l’air ;
• aux conséquences des effets de l’humidité sur les émissions des
matériaux et sur les risques de moisissures.
Les objectifs du projet sont :
• d’élaborer un outil d’aide à la décision articulant les différents modèles
existants (climat intérieur, ventilation, perméabilité, occupation, paroi,
etc.) et répondant à la question : « est-ce que des désordres liés à l’humi-
dité sont générés par la réhabilitation envisagée ? » ;
• d’élaborer une base de données hygrothermiques sur un certain nombre
de matériaux manquants dans les modèles actuels (murs anciens,
isolants naturels, etc.) ;
• d’élaborer un guide d’aide à la réhabilitation des bâtiments existants.
La démarche scientifique repose sur un état de l’Art préalable (transferts
hygro-thermo-aéraulique et outils existants pour les étudier), puis sur la
mise en place d’un outil alimenté par des données réelles mesurées à
une triple échelle : le matériau, la cellule expérimentale, les bâtiments
réels avant et après rénovation.
L’état de l’Art vise à préparer l'ensemble du projet et à permettre de mieux
cerner l'état des connaissances au sujet :
• des transferts hygrothermiques dans l'enveloppe des bâtiments ;
• des moyens de mesure existant de l’échelle du matériau à celle du
bâtiment ;
• des différentes pathologies dans le bâtiment liées à l’humidité ;
• des moyens de simulation numérique existants (thermo/hygro/
aéraulique).
Ce rapport se compose de plusieurs fascicules :
• Partie 1 – Bâtiments : typologies et pathologies ;
• Partie 2 – Mesures : matériaux, parois, bâtiments ;
• Partie 3 – Modélisation hygrothermique et aéraulique dans le bâtiment ;
• Partie 4 – Humidité et qualité de l’air.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
4
Avant-propos

La présence anormale d'humidité dans les bâtiments peut altérer la qualité


des constructions. L’humidité a aussi une incidence sur la qualité des
ambiances et le confort thermique des occupants. Elle peut donc être
potentiellement une source d'apparition de pathologies dans les bâtiments
l'objectif de ce document est de réaliser un état de l'art des typologies de
bâtiments et les pathologies liées à l’humidité pouvant y être rencontrées.
Une lecture typologique du parc bâti existant français au regard des aspects
thermiques, hydriques et aérauliques est proposée afin de balayer les cas
possibles, d'articuler le futur guide développé dans le cadre du projet
HUMBATex et de replacer les cas d'étude dans le contexte global. Dans
une première phase, le contexte historique de la construction est rappelé
avec les évolutions successives. Ensuite, une synthèse des propriétés
hygrothermiques des parois anciennes et plus généralement existantes est
réalisée. Enfin les bases de la typologie avancée sont présentées.
Ensuite une synthèse de plusieurs documents à destination des
professionnels de la construction sera présentée. Ces documents sont
de publication assez récente et visent pour la plupart à sensibiliser les
professionnels sur :
• les phénomènes en jeu dans l’apparition d'un excès d'humidité ;
• les différentes formes des pathologies dues à l’humidité ;
• les principes constructifs pour éviter les pathologies.
Nous présenterons ensuite, l'exploitation et les résultats d'une enquête
réalisée auprès d'un panel de professionnels du bâtiment, par le biais d'un
questionnaire électronique, sur les pathologies causées par l’humidité dans
le bâtiment.
Nous ferons le point par la suite sur les différents principes et
réglementations de ventilation dans le résidentiel et nous effectuerons
également, une synthèse des différents scénarios d'apports hydriques
dans les ambiances intérieures étant donné le fort impact qu'ont ces
apports sur le confort et sur le développement de désordres dans
le bâtiment.
Enfin, nous établirons une liste exhaustive des pathologies liées à
l’humidité dans le bâtiment et proposerons des critères d'apparition
de ces pathologies. Ces critères pourront être adoptés dans la phase
modélisation des risques d'apparition de pathologies suite à des travaux
de rénovations. Par ailleurs, cette liste dresse la synthèse non seulement
des travaux scientifiques réalisés dans ce domaine mais aussi des retours
d'expériences des professionnels du bâtiment ainsi que des différents
guides techniques qui seront présentés en détail dans la partie 2.2.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com

PARTIE I
Bâtiments : typologies
et pathologies

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
7
Bâtiments : typologies et pathologies

1. Lecture typologique du parc bâti


existant français au regard des aspects
thermiques, hydriques et aérauliques

1.1 Introduction
Le parc de bâti existant français se caractérise notamment par son
ancienneté, d’après le Compte logement 2002 du ministère du Logement,
la majorité du parc a été construite avant 1975. Un tiers avant 1948 et
un deuxième tiers entre 1949 et 1975. Par ailleurs, on estime que le parc
existant d’aujourd’hui représentera toujours les 2/3 du parc de 2050
[Habitat et DD, 2001]. C’est-à-dire que les bâtiments d’avant 1975 repré-
senteraient 44 % du parc de 2050. Les études sur ces bâtiments ont donc
un intérêt certain et durable. Les typologies esquissées dans ce document
seront a priori toujours présentes dans les décennies à venir.
Au sein du parc de bâtiment d’avant 1975, deux grandes familles se
distinguent, le bâti dit « ancien » d’avant la seconde guerre mondiale et le
bâti existant de la période préchoc pétrolier, entre 1945 et 1974, comprenant
la reconstruction d’après-guerre et l’architecture « moderne ». La notion de
bâtiment ancien n’est ni figée, ni normalisée. Les acteurs du secteur du
bâtiment ont chacun leur appréciation personnelle sur ce que l’on doit
appeler bâtiment ancien. Une confusion est très régulièrement faite entre
bâtiments existants, bâtiments construits avant 1975 et bâtiments anciens.
La définition formulée par Maison Paysanne de France, le CETE de l’est
et la DGUHC lors de leurs travaux communs sur le bâti ancien [Bâtiments
anciens, 2007] est celle-ci  : «  Bâti généralement conçu avant le début du
20e siècle et l’émergence en architecture du mouvement moderne (< 1950).
Il se caractérise notamment par l’emploi de techniques constructives et de
matériaux non-industrialisés, subordonnés à un contexte local. »
Une typologie thermique du parc résidentiel de bâtiment ancien Français
avait été réalisée dans le cadre du projet BAT [BAT, 2011]. Ces éléments
seront croisés ici avec les caractéristiques hygrothermiques propres aux
constructions. La définition typologique sera étendue à la période 1948-
1975.

1.2 Contexte historique de la construction


en France pour le résidentiel

1.2.1 Bâtiments anciens, repères historiques


Quelques repères temporels sont présentés dans ce qui suit afin d’aider à
se situer pour définir le bâti dit « ancien » [GRA, 2005] :
• avant 1870, tous les bâtiments étaient construits selon des modes de
construction vernaculaire, avec une architecture locale et des critères
territoriaux. Les matériaux dominants pour les murs sont : le pan de bois,
le torchis, le pisé et la pierre ;
• à partir de 1870, les poutres métalliques sont utilisées au dépend des
poutres en bois pour les planchers dans les bâtiments Haussmanniens ;
• pour le pan de bois : la brique industrielle conquiert le nord de la France
à partir du second Empire et remplace progressivement le torchis ;
• 90 % des habitations avant 1914 ont des parois continues lourdes et 6 %
sont en pan de bois ;
• l’enduit à la chaux aérienne est l’enduit de référence jusqu’en 1915 ;
• la brique creuse industrielle est commercialisé en 1920 ;

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
8
Bâtiments : typologies et pathologies

• les crises du logement en 1922-1929 correspondent à une pénurie


de l’immobilier, notamment en ville. Cette situation est le catalyseur
du développement de l’architecture moderne, avec la simplification
ornementale, la mise au point de normes standards dans la construc-
tion, une rationalisation de la production et des procédés constructifs.
Ce mouvement commence par les immeubles puis après la seconde
guerre mondiale, se répand dans l’habitat individuel ;
• avant 1948, aucun matériau à simple but d’isolation thermique n’est
utilisé ;
• après la première guerre mondiale, les nouvelles constructions en pan
de bois se marginalisent. La pierre de taille marque un retrait dans son
utilisation ;
• la période 1914-1948 correspond à l’avènement du béton armé pour les
immeubles. En 1948, 5 % de ces derniers ont une ossature béton ;
• la période 1918-1948 voit se répandre la brique pleine manufacturée  ;
les poutrelles métalliques se généralisent pour les planchers bas. Les
charpentes en bois se maintiennent, on assiste à une diminution des
sections des pièces durant la période ;
• les caractères locaux se maintiennent jusqu’en 1948 dans la plupart des
régions, en particulier dans les zones rurales, mais de moins en moins
fortement dans les zones urbanisées ;
• 1948 : apparition des dalles pour les planchers ;
• jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale, les combles des habi-
tations n’étaient jamais occupés et servaient systématiquement de
pièces tampons ;
• après la guerre 39-45, 1/5 des bâtiments existants en 1939 sont à recons-
truire ou à remettre en état ;
• 1950 : l’architecture moderne s’installe sur tout le territoire.
Par rapport aux constructions d’après-guerre, les bâtiments anciens
présentent des caractéristiques particulières qui influent sur leur compor-
tement thermique. Les constructions anciennes, notamment en milieu rural
ont une implantation bien souvent stratégique par rapport à la course du
soleil, aux vents dominants, aux pluies et à l’hydrologie du terrain. Il y a
une forte corrélation du comportement thermique du bâtiment vis-à-vis
du contexte extérieur [Bâtiments anciens, 2007]. Généralement l’organi-
sation intérieure est réfléchie selon les activités, au niveau de l’orientation
des pièces et de la position des espaces tampons. Les ouvertures sont
dimensionnées selon les besoins spécifiques et les logements sont le
plus souvent traversants pour favoriser la ventilation naturelle. Les modes
constructifs étaient tournés vers des matériaux locaux pour limiter le trans-
port, des éléments à forte inertie thermique sont utilisés en façade ou en
refend intérieur, il n’y a pas de standardisation des éléments : les maçon-
neries ont des épaisseurs différentes suivant les étages et les charges des
planchers. De plus, les liaisons façades-planchers sont souvent discontinues
et limitent les ponts thermiques. Les parois opaques sont souvent hétéro-
gènes et composées de matériaux très sensibles à l’humidité. Des barrières
aux remontées capillaires sont prévues dans la plupart des cas. Les ouver-
tures sont généralement non-étanches, source de déperditions thermiques
et de ventilation naturelle. Enfin, les occupants d’un bâtiment ancien inte-
ragissent avec leur bâtiment et le site par l’ouverture et la fermeture des
fenêtres, des volets, la gestion de la ventilation naturelle en fonction des
saisons. On peut parler de comportement bioclimatique.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
9
Bâtiments : typologies et pathologies

1.2.2 Architecture moderne, procédés constructifs


Sur la frise historique suivante (Figure 1), les nouveautés et l’apparition des
différents procédés constructifs que l’on retrouve entre 1945 et 1975 sont
représentés. L’isolation fait son apparition de manière assez marginale au
cours de cette période et sera plus généralisée après les chocs pétroliers.
Pour le gros œuvre, les matériaux les plus couramment employés
regroupent :
• pierres de tailles, meulières, moellons ;
• briques pleines ;
• briques creuses ;
• aggloméré ;
• béton banché ;
• bois ;
• combinaison béton et aggloméré ;
• combinaison béton et briques.

Figure 1 :  Frise historique entre 1945 et 1974

1.3 Propriétés hygrothermiques


des parois existantes
Nous retenons trois caractéristiques hygriques principales pour la carac-
térisation des matériaux constituant les parois et les caractéristiques
thermiques traditionnelles.
• La teneur en eau de référence W80 (kg/m3) : il s’agit de la masse d’eau
présente dans le matériau à l’équilibre dans une ambiance d’humidité
relative stable à 80  %. Avec cette valeur, le caractère plus ou moins
hygroscopique du matériau peut être évalué. Plus un matériau est hygro-
scopique, c’est-à-dire plus il a la capacité à stocker de l’eau en étant au
contact d’air humide, plus son W80 est élevé.
• Le coefficient de résistance à la diffusion de vapeur d’eau µ et
l’épaisseur de lame d’air équivalente Sd (m)  : plus un matériau est
étanche à la vapeur d’eau plus son µ est élevé. Par convention le µ de
l’air immobile est considéré égal à 1. L’épaisseur de lame d’air équiva-
lente Sd prend en compte l’épaisseur du matériau et s’exprime comme
le produit de µ fois l’épaisseur du matériau.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
10
Bâtiments : typologies et pathologies

• Le coefficient d’absorption liquide A (kg/m²s1/2) : il caractérise la capacité


d’un matériau à absorber de l’eau liquide par capillarité. Plus un matériau
est capillaire, plus son coefficient A est élevé. Ce paramètre est fonction
de la nature porométrique du matériau.
Pour les caractéristiques thermiques, une paroi est caractérisée par une
résistance thermique et une capacité inertielle. Ces éléments dépen-
dant de l’épaisseur de la paroi et des caractéristiques intrinsèques des
matériaux, la conductivité thermique, la masse volumique et la capacité
thermique massique.

1.4 Les parois anciennes

1.4.1 Considérations thermiques


Les matériaux traditionnels les plus courants dans les bâtiments anciens
ont été répertoriés à partir de l’étude typologique architecturale de Pascal
Graulière [GRA, 2005]. Les liants et les enduits jouent également un rôle
thermique, notamment sur la résistance thermique totale de la paroi.
Du point de vue de la thermique, 4 grandes catégories se dessinent
[BAT, 2011] :
• les roches denses (ou très denses) à conductivité thermique moyenne ou
forte : granit, basalte, gneiss, grès quartzeux, calcaire extra-dur, ardoise
et schiste.
Les parois constituées de ces matériaux présentent une épaisseur
de mise en œuvre moyenne de 50  cm. Leur capacité de stockage/
déstockage au sens de l’inertie thermique est très bonne puisqu’elles
associent une grande conductivité thermique avec une grande capacité
thermique volumique. Suivant les enduits recouvrant ces parois, leur
grande effusivité thermique sera profitable l’été à condition de décharger
la masse par aération nocturne ;
• les matériaux de densité moyenne et de faible conductivité  : calcaire
tendre, brique de terre cuite pleine.
Les parois à base de matériaux de densité moyenne présentent de
bonnes résistances thermiques malgré qu’elles ne soient pas isolées.
En confort d’été, la faible diffusivité permet de se mettre à l’abri des pics
de chaleur quotidiens mais l’inertie thermique globale n’est pas aussi
importante qu’avec des roches plus denses ;
• les terres crues et roches extra tendres  : pisé, adobes, bauge, calcaire
extra-tendre (tuffeau).
Leur faible diffusivité permet de se mettre à l’abri des températures
extérieures extrêmes prolongées. L’avantage de ces parois est de
présenter une bonne résistance thermique et une mise à température
rapide des parois en hiver. Ces parois ont des épaisseurs qui peuvent
être diverses. Les plus courantes présentent des épaisseurs de 50  cm
pour du pisé, 50 à 60  cm pour une maison de plein pied en bauge et
jusqu’à 70 ou 80  cm pour une maison de 2  niveaux. Les maisons en
adobe ont des murs d’épaisseurs variables suivant les régions, de 20 à
40 cm à Toulouse, jusqu’à 45 cm en Champagne. Les murs en torchis ont
des épaisseurs comprises entre 8 et 15 cm ;
• les matériaux de faibles densité et conductivité  : pierre poreuse
naturelle, briques creuses, bois et torchis.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
11
Bâtiments : typologies et pathologies

Pour les roches poreuses et les briques creuses, leur très bonne
résistance thermique et leur grand déphasage sont avantageux. En
revanche, ces matériaux présentent très peu d’inertie en tant que
stockage, et récupéreront donc peu les apports gratuits. Pour le torchis,
il est difficile de généraliser, étant donné d’une part du caractère divers
des propriétés thermiques mesurables et d’autre part, de l’importance
du mode constructif. En effet, le schéma de l’enveloppe passe d’une
succession de couches verticales de l’extérieur vers l’intérieur de la paroi
à un assemblage côte à côte avec l’ossature bois et du remplissage
torchis. L’ensemble génère souvent une résistance thermique moyenne
et une inertie thermique faible ou moyenne.
Finalement, si l’on compare les parois anciennes avec des parois en
blocs béton ou en béton haute densité, il apparait que le béton a une
capacité inertielle proche de celle du calcaire tendre. L’épaisseur plus
faible des parois en béton font que le déphasage thermique et la résis-
tance sont souvent plus importants pour les parois anciennes.

1.4.2 Considérations hygriques


En termes d’hygroscopicité, on peut classer les matériaux anciens
en 3 catégories (Tableau 1) issues des travaux du projet HYGROBA
[HYGROBA, 2013].
Tableau 1 :  Classement des matériaux selon l’hygroscopie
Peu hygroscopique Hygroscopique Très hygroscopique
Pierre calcaire dure Mortier chaux Pisé
Papier peint vinyle Brique de terre cuite Bois
Plâtre Enduit chaux
Enduit ciment

Pour la résistance à la diffusion de vapeur d’un matériau, deux grandeurs


sont disponibles, le coefficient de résistance à la diffusion de vapeur et
l’épaisseur équivalente d’air. Pour classer les matériaux en tenant compte
de leur épaisseur de mise en œuvre, l’épaisseur équivalente d’air (Sd) est
utilisée (Tableau 2).
Tableau 2 :  Classement des matériaux selon l’épaisseur équivalente Sd

Épaisseur équivalente Épaisseur équivalente Épaisseur équivalente


d’air faible d’air moyenne d’air importante
Plâtre Brique de terre cuite Pierre calcaire dure
Enduit chaux Pisé
Mortier chaux
Bois
Torchis

La capillarité des matériaux est dépeinte à travers le coefficient


d’absorption. Les 3 catégories obtenues sont présentées dans le Tableau 3.
À noter que le matériau inscrit dans le tableau suivant comme «  enduit
ciment  » est un matériau traité par rapport à son comportement vis-à-vis
de l’eau. Les matériaux cimentaires sont en général fortement capillaires.
Tableau 3 :  Classement des matériaux selon la capillarité
Non capillaires Capillaires Très capillaires
Bois Enduit chaux Brique de terre cuite
Pierre calcaire dure Pisé
Mortier chaux
Papier peint vinyle Torchis
Plâtre
Enduit ciment

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
12
Bâtiments : typologies et pathologies

Le Tableau 4 présente la synthèse de ces données pour les murs en pisés,


les murs en briques de terre cuite, les murs en pierres calcaires dures et
les murs en pan de bois torchis [HYGROBA, 2013].
Tableau 4 :  Synthèse

Mur en pisé Le pisé est un matériau très hygroscopique, moyennement


résistant à la diffusion de vapeur et très capillaire.
Mur en brique La brique de terre cuite est un matériau hygroscopique,
de terre cuite moyennement résistant à la diffusion de vapeur et très capillaire.
Elle est assemblée avec un mortier de chaux qui est également
hygroscopique, moyennement résistant à la diffusion de vapeur
et très capillaire.
Mur en pierre La pierre calcaire dure est peu hygroscopique, résistante
calcaire dure à la diffusion de vapeur et non capillaire.
Elle est assemblée avec un mortier de chaux qui est également
hygroscopique, moyennement résistant à la diffusion de vapeur
et très capillaire.
Mur en pan Les pans de bois sont très hygroscopiques mais peu capillaires
de bois et torchis et moyennement résistants à la diffusion de vapeur.
Le torchis est très hygroscopique, peu résistant à la diffusion
de vapeur et très capillaire.

1.4.3 Synthèse des données chiffrées


Il existe peu de bases de données chiffrées pour les caractéristiques
hygrothermiques des matériaux anciens dans la littérature. La multiplicité
des compositions des matériaux et des sources disponibles conduisent à
plusieurs jeux de valeurs pour la même famille.
À titre d’illustration, les Tableaux 5 et 6 présentent respectivement les
caractéristiques des matériaux issues de la bibliothèque WUFI et celles
issues du recueil du projet HYGROBA.
Tableau 5 :  Propriétés hygriques des matériaux du gros œuvre [WUFI, 2010]

Facteur de Coefficient
Teneur en eau
Matériaux résistance à la d’absorption
de référence
vapeur d’eau de l’eau

µ W80 en kg/m3 A en kg/m².s0,5

Pisé 11 19 0,0467

Briques pleines 15 4,5 0,36

Torchis 19,2 17,5 0,0467

Bois (chêne) 140 115 0,0007

Pierre dure
140 2,5 0
(calcaire)
Pierre tendre
10 76 0,0983
(Tuffeau)
Mortier de chaux
7 30 0,047
hydraulique

Enduit de ciment 85 35 0,0076

Béton 248 75 0,009

Briques creuses 9,5 9,2 0,3

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
13
Bâtiments : typologies et pathologies

Les ordres de grandeur des caractéristiques hygrothermiques pour les diffé-


rents matériaux sont les mêmes dans les deux tables mais les différences
peuvent atteindre 150  % des valeurs. Surtout sur les éléments dont la
composition peut beaucoup varier d’un bâtiment à un autre. Par exemple,
pour le mortier de chaux, le facteur de résistance à la vapeur d’eau varie de
7 à 15 tandis que son coefficient d’absorption varie de 0,047 à 0,15.
Tableau 6 :  Caractéristiques des matériaux composant majoritairement les parois anciennes [HYGROBA, 2013]

µ e Sd W80 A Conductivité Masse Chaleur


thermique volumique spécifique
[-] [m] [m] [kg/m ] 3
[kg/m².s ]0,5

[W/mK] [kg/m3] [J/kgK]


Pisé 10 0,5 5 20 0,62 0,59 1620 830
Brique de terre cuite 15 0,22 3,3 5 0,36 0,60 1800 850
Mortier chaux 15 0,42 6,3 7 0,15 0,70 1785 850
Torchis 12 0,12 1,5 18 0,18 0,37 14442 1000
Bois 140 0,04 5,6 115 0,0007 0,13 685 1500
Pierre calcaire dure 140 0,42 58,8 3 0,00 2,25 2440 850
Enduit ciment 85 0,02 1,7 35 0,0076 1,2 2000 850
Enduit chaux 7 0,02 0,14 30 0,0470 0,7 1600 850
Plâtre 8 0,02 0,166 6 0,2870 0,2 850 850
Papier peint vinyle 11970 0,0002 2,4 0 0 112 829 2300

1.5 Les parois entre 1948 et 1975

1.5.1 Les matériaux constituants les parois


de cette période
Les éléments qui suivent sont issus du rapport «  Base de connaissance
bâtiments existants, cartographie du parc résidentiel, 1949-1974  »
[CSTB, 2011].
Ce rapport montre que l’habitat collectif est fortement relancé entre 1948
et 1968. À partir de 1953, il se construisait près de 80 000 logements par
an. À partir de 1962, c’est le passage de l’îlot urbain à la barre. L’isolation
thermique est inexistante ou très faible en logement collectif. La période
entre 1968 et 1974 est caractérisée par la saturation des grands ensembles.
Barres et tours sont condamnées par la circulaire Guichard. C’est le retour à
la construction des petits et moyens collectifs en construction traditionnelle
ou en préfabrication. Il y a une amélioration de la qualité constructive avec
l’arrivée du double vitrage et l’intégration de matériaux isolants dans la
préfabrication. L’isolation se limite à 6 cm maximum dans les murs et 7 cm
en toitures pour les procédés préfabriqués. C’est également le début du
doublage intérieur avec 4 cm de PSE et plaques de plâtres.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
14
Bâtiments : typologies et pathologies

Tableau 7 :  Synthèse des matériaux utilisés entre 1949 et 1974

Matériaux Repères
Béton Béton En début de période résistance mal maitrisée
Béton léger Utilisation dans les années 50 puis disparition
après 1973
Dalle béton 15 cm Se généralise pour la séparation entre
appartements dans les grands programmes,
pour des raisons d’isolement acoustique
Petits panneaux de béton en plaques sur ossature En maison individuelles type Phénix
acier, béton ou bois
Parpaing de ciment typifié, Briques creuses Évolution lié à la standardisation
normalisées et à la normalisation
Matériaux naturels Pierre massive Utilisée dans certaines constructions en collectif
ou en individuel, rare.
Pierre de taille Mise en œuvre dans les immeubles bourgeois,
un isolant de faible épaisseur peut être mis
en sandwich contre la façade extérieure
et la pierre agrafée
Moellons Tend à disparaitre entre 45 et 68
Enduits Chaux artificielles ou ciments Disparition de la chaux aérienne
Matériaux associés Association bloc de béton et contre-cloison de Généralisation dans le collectif
briques plâtrière et l’habitat individuel
Autres matériaux Acier Utilisation du flocage en amiante pour protéger
les structures en acier, utilisation dans
les coffrages de béton banché.
Fenêtres aciers, tôles plissées
Aluminium Utilisation dans les panneaux de murs rideaux,
volets coulissants ou menuiseries
Bardeau bitumé, tuile béton En substitution des carrières locales,
fortement consommatrice d’énergie

Le tableau recense les matériaux utilisés entre 1949-1974 [CSTB, 2011].


Les murs de cette période sont principalement caractérisés par la présence
de béton, de ciment et de briques creuses (Tableau 8).
Tableau 8 :  Récapitulatif de la composition des parois

Matériaux dans les procédés traditionnels


Moellons ou pierres taillées, Mis en œuvre sans isolation rapportée
liés au mortier hydraulique au début de la période 45-68.
Aggloméré de ciment typifié Utilisé aussi bien dans le collectif que dans
le logement individuel dans les années 50
Parpaing et brique creuse Prédominance en début de période et déclin
en faveur de l’aggloméré sauf dans quelques
régions
Pierre ponce et béton cellulaire Présents jusque dans les années 70, mais
nécessitent une main d’œuvre spécialisée.
Matériaux dans les procédés préfabriqués
Murs banchés et panneaux béton Début de l’ère de la préfabrication, passage
sur ossature béton du système des poteaux non porteurs sur
ossature aux panneaux porteurs sans ossature.
La préfabrication est encore liée à des
fabricants régionaux, surtout pour les maisons
individuelles

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
15
Bâtiments : typologies et pathologies

Entre 1945 et 1968, en maisons individuelles, les murs sont essentiellement


réalisés en parpaings et briques creuses avec régulièrement des contre-
cloisons en briques plâtrières et vide d’air. Ensuite, entre 1968 et 1974, on
retrouve des techniques industrielles et des techniques traditionnelles.
En plus des parpaings et des briques creuses, le béton préfabriqué avec
isolation de 5 cm est présent.
Dans les logements collectifs, entre 1945 et 1968, on retrouve les murs
banchés et les panneaux préfabriqués ainsi que les briques creuses ou
pleines et le parpaing. Il est possible de trouver des couches d’isolation de
1 à 4 cm intégrées aux panneaux préfabriqués pour lutter contre l’effet de
paroi froide. Enfin, entre 1968 et 1974, s’ajoutent les techniques de murs
sandwichs avec béton et 4 cm d’isolants.

1.5.2 Caractéristiques hygrothermiques des parois


Les parois de la période 1948-1974 sont toutes sujettes à des résistances
thermiques faibles, dues au manque d’isolant et à l’épaisseur réduite des
murs. L’inertie thermique de ces bâtiments est de faible à moyenne. La
résistance à la diffusion de vapeur d’eau est plutôt forte notamment avec
le béton. Le Tableau 9 présente ces valeurs pour des matériaux de cette
période [Guide ABC, 2011].
Ces valeurs nous montrent que dans le bâti ancien, seule la pierre calcaire
dure fait au moins autant obstacle à la vapeur d’eau que le béton armé.
Tableau 9 :  Caractéristiques hygrothermiques des parois entre 1948 et 1974

Facteur Épaisseur Épaisseur


de résistance de la couche équivalente d’air
à la diffusion [m] Sd [m]
µ [-]
Lame d’air 1 1 1
Isolant en fibres 1 0,16 0,16
minérales
Panneau à fibres 2 - 20 0,06 0,12 – 1,20
de bois
Isolant en polystyrène 60 0,16 9,60
(EPS)
Isolant en polystyrène 150 0,16 24
(XPS)
Isolant en polyuréthane 60 0,12 7,20
Bardage bois 20 – 200 0,024 0,48 – 4,80
Mortier d’enduits 6 – 10 0,02 0,12 – 0,20
minéraux
Plâtre d‘enduit intérieur 6 – 10 0,015 0 09 – 0,15
Brique 5 – 10 0,24 1,20 – 2,40
Grès 20 – 40 0,30 6 – 12
Béton armé 80 – 130 0,20 16 - 26

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
16
Bâtiments : typologies et pathologies

Tableau 10 :  Classification des modes constructifs

Classe d’inertie Classe d’inertie


Catégorie Murs Planchers bas Plancher haut
quotidienne séquentielle
A Moyenne Légère Panneaux bétons avec Bois / Dalle
Lourde isolée isolation rapportée / pleine ciment
Panneaux sandwich armé / Dalle
béton armé

B Lourde Moyenne Pierre / Brique / Terre crue / Bois / Pierre / Bois / Briques
Très lourde et ou très lourde ou lourde Béton banché / Béton armé / hourdis /Dalle suspendus /
lourde non-isolée aggloméré de ciment plein pleine ciment Dalle béton /
armé / Dalle laine de verre
béton armé
C Légère Légère Briques creuses + isolation / Tous types Tous types /
Légère isolée Béton aéré isolé / Panneaux laine de verre
sandwichs sous comble,
sous rampant

D Moyenne Légère Torchis / Briques creuses / Tous types Tous types


Légère non-isolée Aggloméré de ciment creux /
Poteaux Dalles et maçonnerie
de remplissage / Parpaing /
Façade verre + allège légère /
Béton aéré / Béton armé

1.6 Typologies d’implantations des logements


et des modes constructifs

1.6.1 Les modes constructifs en 4 catégories


Les différents modes constructifs sur l’ensemble du parc bâti ancien et
bâti 48-74 ont été regroupés en 4 catégories thermiques basés sur la
présence d’isolation et le potentiel inertiel [BATAN, 2011].
Ces catégories permettent une double distinction entre les bâtiments
de la fin de la période qui intègrent déjà un peu d’isolation thermique et
les autres, ainsi qu’entre les bâtiments siège d’une inertie thermique impor-
tante et ceux dépourvus de potentiel inertiel (Tableau 10).

1.6.2 Les différentes implantations possibles


Dans le cadre du projet BATAN, 4 catégories d’implantation ont été
définies pour les bâtiments anciens [BAT, 2011] :
• catégorie 1 : les îlots fermés de centre ancien ;
• catégorie 2 : les îlots haussmanniens ;
• catégorie 3 : les îlots fermés bas ou maisons alignées ;
• catégorie 4 : les maisons ou villas isolées ou dispersées.
Le classement d’un bâtiment ancien dans l’une des 4 catégories peut être
réalisé en répondant successivement aux 4 questions suivantes :
• le bâtiment est-il mitoyen ? (Non = catégorie 4) ;
• si oui, l’îlot occupé est-il très dense ? (Non = catégorie 3) ;
• si oui, existe-il une cour intérieure ? (Non = catégorie 1, Oui = catégorie 2).
La Figure 2 présente les 4 catégories avec leurs caractéristiques.
Les éléments correspondent de haut en bas à une vue aérienne du
type d’implantation, à la mitoyenneté du bâtiment avec d’autres bâti-
ments chauffés, à l’ensoleillement des façades, au type de bâtiment le
plus souvent rencontré (collectif ou individuel), à la valeur moyenne du
coefficient d’emprise au sol (CES), à la valeur associée de la densité
bâtie (D), aux types architecturaux que l’on peut ranger dans chaque caté-
gorie et à une illustration de façade possible dans la catégorie.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
17
Bâtiments : typologies et pathologies

Figure 2 :  Typologies thermiques des implantations de bâtiments anciens

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
18
Bâtiments : typologies et pathologies

L’extension de ces catégories aux bâtiments d’après-guerre a été réalisée


et synthétisée dans la Figure 3.

Figure 3 :  Familles d’implantation étendues

1.7 Aspect aéraulique de la typologie

1.7.1 Historique des réglementations sanitaires


Nous présentons dans ce qui suit, un bref historique sur l’évolution des
différents textes réglementaires concernant la ventilation des locaux.
• 1850-1904  : pas de texte réglementaire sur l’aération des logements,
ni sur les conduits de fumée. Globalement, l’ouverture des fenêtres est
prônée pour renouveler l’air et il y a présence de conduits de fumée de
cheminées individuelles.
• 1904  : règlement sanitaire de la ville de Paris du 22  Juin. Chambres
et garnis avec conduit de fumée, salles d’eau éclairées et aérées
directement sur l’extérieur, ventilation haute et ventilation basse.
• 1906  : ordonnance de police. Obligation de disposer d’un conduit de
fumée dans chaque cuisine et pièce de vie de jour comme de nuit.
• 1937 : règlement sanitaire de la ville de Paris. Obligation d’installer une
entrée d’air de 1  dm² dans toutes les pièces disposant d’un appareil
à combustion (bois ou charbon) et un conduit de fumée dans toutes
les pièces principales. En cuisine, obligation de disposer d’un conduit
de fumée de section intérieure minimale de 4 dm² et un conduit indé-
pendant du précédent pour la ventilation. Dans les cabinets d’aisance :
aération directe et permanente sur l’extérieur.
• 1953  : circulaire ministérielle modificative. Si présence d’un chauffage
central, le nombre de conduits de fumée est réduit à un conduit de
fumée en cuisine et à un conduit de fumée en pièce principale.
• 1955 : décret du 22 octobre. Apparition des conduits shunt. Généralisation
à toute la France du principe de 1937.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
19
Bâtiments : typologies et pathologies

• 1958  : arrêté ministériel du 14  novembre  : aération des pièces tech-


niques. En cuisine, évacuation d’air par ouverture permanente d’au
moins 150 cm² située à au moins 2 m du sol ; entrée d’air d’une surface
au moins égale. En pièces humides et aveugles, entrées et sorties d’air
par conduits verticaux.
Arrêté ministériel du 14 novembre  : installations fixes de chauffage et
conduits de fumée. Section des conduits de fumée d’au moins 250 cm².
• 1969  : arrêté ministériel du 22 octobre  : principe de la ventilation
générale et permanente par balayage des pièces principales et tech-
niques. Deux systèmes répertoriés  : ventilation naturelle et Ventilation
Mécanique Contrôlée. Base de 1  vol/h pour les pièces principales. Un
conduit collectif desservant une cuisine ne peut desservir une salle de
bains ou des WC.
• 1974 : installation des premières VMC-gaz.

1.7.2 L’aération des logements


Nous distinguons ventilation naturelle et ventilation mécanique. Cette
dernière est peu représentée dans le parc de bâtiment d’avant 1975. Seule
des extracteurs mécaniques en pièces humides peuvent être rencontrés
dans les grands ensembles et tours construits après 1969, dans les collectifs
urbains construits après 1969 et dans les bâtiments du début de l’habitat
intermédiaire.
La ventilation naturelle assure le renouvellement de l’air en utilisant
uniquement le tirage naturel créé par le vent ou les différences de tempé-
rature. Elle peut prendre plusieurs formes qui peuvent se combiner entre
elles :
• la ventilation par défauts d’étanchéité ;
• la ventilation par ouverture des fenêtres ;
• la ventilation par conduit individuel ou collectif shunt.
La ventilation par défauts d’étanchéité est très présente dans les bâtiments
anciens. Elle se retrouve également dans les constructions plus modernes
notamment avec les menuiseries coulissantes et autres procédés peu
étanches. La solution des conduits de ventilation naturelle a été large-
ment adoptée pour les immeubles collectifs de la période 1850-1974. Le
système fonctionne en ventilation traversante avec la pression du vent et le
tirage thermique. L’air extérieur entre par les menuiseries et les grilles de
ventilation tandis que l’air vicié est extrait dans les pièces humides par des
conduites verticales débouchant en toiture. Au début, les logements étaient
pourvus de conduites individuelles puis, les conduites collectives shunt ont
fait leur apparition. Leur inconvénient est le pont phonique généré entre
les logements. Le problème de ces systèmes est la dépendance vis-à-vis
des conditions de température et de vent. Les débits peuvent être très
importants en période de grand froid ce qui génère d’importantes pertes
par renouvellement d’air. Les maisons individuelles existantes sont souvent
munies de bouches d’aération très simples en toiture ou en paroi verticale
(Figure 4).

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
20
Bâtiments : typologies et pathologies

Figure 4 : Bouche de ventilation naturelle dans des maisons existantes

Pour synthétiser, trois cas de figures peuvent être rencontrés dans le bâti
existant non rénové :
• aucun dispositif de ventilation, seul les infiltrations et l’ouverture des
fenêtres participent au renouvellement de l’air ;
• ventilation naturelle par grilles et conduits individuels ou collectifs ;
• ventilation mécanique, présence d’extracteur en pièces humides.
Dans le bâti ancien, les cas 1 et 2 sont présents dans le parc Français.
À partir de 1958, les bâtiments sont pourvus de conduits de ventilation
des pièces humides vers l’extérieur. Il a été vu dans le rappel des régle-
mentations pour l’aération des logements que les immeubles parisiens
sont équipés dès 1937 de conduit shunt. Le reste du territoire adopte ces
conduits qu’à partir de  1955. Le cas 3, quant à lui, concerne seulement
certaines constructions collectives d’après 1968.

1.8 Typologie hygro-thermo-aéraulique


Dans cette partie, les différents éléments thermiques, hydriques et
aérauliques sont intégrés pour illustrer une lecture typologique du parc
de bâtiments résidentiels existants d’avant 1975. L’accent est mis sur les
propriétés hygrothermiques qui sont au cœur de l’étude HUMIBATex.
Les six catégories suivantes, axées sur le comportement hygrique des
parois sont les premières branches de la typologie :
• modes constructifs peu perméables à la vapeur d’eau, peu hygrosco-
piques : les roches très denses + mortier, granit, basalte et gneiss + grès
quartzeux, calcaire extra-dur, ardoise et schiste ;
• modes constructifs perméables à la vapeur d’eau, hygroscopiques
uniquement par le mortier : briques de terres cuites pleines + mortier ;
• modes constructifs perméables à la vapeur d’eau, hygroscopiques,
possiblement capillaires : les terres crues et roches extra-tendres, pisé,
adobes, bauge, tuffeau, pan de bois-torchis.
• modes constructifs, moyennement perméables à la vapeur d’eau,
moyennement hygroscopiques, moyennement capillaires  : la meulière
jointée au mortier de chaux et matériaux de la même famille ;
• modes constructifs possiblement perméables à la vapeur d’eau, peu
hygroscopiques, capillaires : pierre poreuse naturelle, briques creuses +
mortier ;
• modes constructifs imperméables à la vapeur d’eau, hygroscopiques:
bétons etc.
Dans chacune de ces catégories, l’implantation, la catégorie thermique et
la famille de ventilation forment les différentes variantes possibles.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
21
Bâtiments : typologies et pathologies

1.8.1 Catégorie 1 – Peu perméables à la vapeur d’eau,


peu hygroscopiques
Maison de ville du 18e siècle,
Concarneau,
Granit
Catégorie d’implantation 3,
îlot fermé bas. Catégorie ther-
mique B, inertie très lourde,
pas d’isolation.
Ventilation naturelle, famille 1
avec cheminées. Renouvellement
d’air par ouverture des fenêtres et
infiltrations.
Source photo : DGUHC, MPF, CETE de
l’est, CETE de l’Ouest, ENTPE, INSA
Strasbourg, ADEME.

Immeuble du début du 20e siècle,


Paris,
Pierre calcaire extra dure
Catégorie d’implantation 2, îlot
urbain. Catégorie thermique B,
inertie très lourde, pas de matériaux
isolants.
Ventilation naturelle famille 1 avec
cheminées. Renouvellement d’air par
ouverture des fenêtres et infiltrations.
Source photo : DGUHC, MPF, CETE de l’est,
CETE de l’Ouest, ENTPE, INSA
Strasbourg, ADEME.

Maison du 19e siècle, St Julien de


Crempse
Calcaire extra dur
Catégorie d’implantation 4,
maison isolée. Catégorie ther-
mique B, inertie très lourde et
parois non isolées.
Ventilation naturelle famille 1 avec
cheminée.
Source photo : DGUHC, MPF, CETE de
l’est, CETE de l’Ouest, ENTPE, INSA
Strasbourg, ADEME.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
22
Bâtiments : typologies et pathologies

1.8.2 Catégorie 2 – Perméables à la vapeur d’eau,


hygroscopique uniquement par le mortier

Maison de ville du 18e siècle,


Bollène,
Calcaire tendre
Catégorie d’implantation 1, îlot
fermé de centre ancien.
Catégorie thermique B, inertie
lourde et pas de matériau isolant.
Ventilation naturelle famille 1,
renouvellement d’air par ouverture
des fenêtres et infiltrations.
Source photo : DGUHC, MPF, CETE de
l’est, CETE de l’Ouest, ENTPE, INSA
Strasbourg, ADEME

Maison mitoyenne du 19e siècle,


Noisiel,
Brique de terre cuite
Catégorie d’implantation 3, maison
mitoyenne. Catégorie thermique B,
inertie lourde, pas d’isolation.
Ventilation naturelle famille 2,
conduit d’aération cuisine et salle
d’eau.
Source photo : DGUHC, MPF, CETE de
l’est, CETE de l’Ouest, ENTPE, INSA
Strasbourg, ADEME.

Maison individuelle du 17e siècle,


Saudrupt,
Calcaire tendre
Catégorie d’implantation 4, maison
isolée. Catégorie thermique B,
inertie lourde et pas d’isolation.
Ventilation naturelle famille 1
avec cheminée, renouvellement
d’air par ouverture des fenêtres et
infiltrations.
Source photo : DGUHC, MPF, CETE de
l’est, CETE de l’Ouest, ENTPE, INSA
Strasbourg, ADEME

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
23
Bâtiments : typologies et pathologies

1.8.3 Catégorie 3 – Perméables à la vapeur d’eau,


hygroscopiques, possiblement capillaires
Collectif du 19e siècle, Bayonne,
Pierre calcaire coquillère d’An-
goulême.
Catégorie d’implantation I, îlot
fermé de centre ancien.
Catégorie thermique B, inertie
thermique lourde et parois non
isolées.
Ventilation naturelle famille 1,
renouvellement d’air par ouverture
des fenêtres et infiltrations.
Source photo : DGUHC, MPF, CETE de
l’est, CETE de l’Ouest, ENTPE, INSA
Strasbourg, ADEME.

Immeuble du 19e siècle, Bayonne,


Colombage bois et torchis
Catégorie d’implantation 1, îlot
fermé de centre ancien.
Catégorie thermique B, inertie
relativement lourde et parois sans
isolant.
Ventilation naturelle famille 1,
renouvellement d’air par ouverture
des fenêtres et infiltrations.
Source photo : DGUHC, MPF, CETE de l’est,
CETE de l’Ouest, ENTPE, INSA
Strasbourg, ADEME.

Maison individuelle du 19e siècle,


Vazerac,
Adobe (terre crue)
Catégorie d’implantation 4, maison
isolée. Catégorie thermique B,
inertie très lourde, aucune isola-
tion.
Ventilation naturelle, famille I avec
une cheminée en plus.
Source photo : DGUHC, MPF, CETE de
l’est, CETE de l’Ouest, ENTPE, INSA
Strasbourg, ADEME.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
24
Bâtiments : typologies et pathologies

1.8.4 Catégorie 4 – Moyennement capillaires,


moyennement hygroscopiques,
moyennement perméables à la vapeur d’eau

Maison 1900-1930, la Ferté-sous-


Jouarre,
Meulière
Catégorie d’implantation 3, maisons
alignées. Catégorie thermique
B, inertie lourde et pas e matériau
isolant.
Ventilation naturelle famille 1 avec
cheminée, renouvellement d’air
par ouverture des fenêtres et infil-
trations.
Source photo : Nicolas Bochenek

1.8.5 Catégorie 5 – Capillaires, peu hygroscopiques,


possiblement perméables à la vapeur d’eau
Pavillon Faure traditionnel des
années 50,
Briques creuses
Catégorie d’implantation 4, maison
individuelle. Catégorie thermique
D, inertie légère non-isolée.
Ventilation naturelle famille 1,
renouvellement d’air par infiltration
et ouverture des fenêtres.
Source photo : CSTB
Collectif en barre, 1958-1962,
Melun,
Briques creuses
Catégorie d’implantation 4,
immeuble isolé. Catégorie ther-
mique D, inertie faible.
Ventilation naturelle famille 2,
conduits shunts.
Source photo : CSTB

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
25
Bâtiments : typologies et pathologies

1.8.6 Catégorie 6 – Imperméables à la vapeur d’eau,


hygroscopiques
Petit collectif des années 70, Paris
Éléments bétons préfabriqués avec
4 à 6 cm d’isolant incorporé.
Catégorie d’implantation 2, îlot
fermé urbain. Catégorie thermique
A, inertie assez lourde et matériau
isolant.
Ventilation naturelle famille 2,
conduit shunt.
Source de la photo : CSTB

Grand collectif des années 70, Paris


Béton banché et éléments préfa-
briqués
Catégorie d’implantation 2, îlot
fermé urbain. Catégorie ther-
mique B, inertie assez lourde et
aucune isolation.
Ventilation mécanique famille 3,
extracteurs en pièces humides.
Source photo : CSTB
Immeuble de standing des
années 60, Annecy,
Béton armé
Catégorie d’implantation 2, îlot
urbain. Catégorie thermique A
ou B si présence ou non d’isolation.
Ventilation naturelle famille 2,
conduit de ventilation.
Source photo : CSTB
Pavillonnaire normalisé 45-68, La
Ferté Bernard
Béton banché, 5 cm d’isolant,
Placoplatre.
Catégorie d’implantation  3,
maisons mitoyennes. Catégorie
thermique  A, inertie moyenne,
présence d’isolant.
Ventilation naturelle famille 2,
conduit dans les pièces humides.
Source photo : Particulier
Collectif type MRU 1957, Bourgoing
Jailleu,
Béton armé avec isolation préin-
tégré
Catégorie d’implantation 4,
immeuble isolé. Catégorie ther-
mique A.
Ventilation naturelle famille 1, plus
conduits de fumées unitaires.
Source photo : CSTB

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
26
Bâtiments : typologies et pathologies

2. Pathologies dues à l’humidité


dans le bâtiment

2.1 Introduction
La littérature recense de nombreuses méthodologies d’enquêtes ou de
diagnostics pour apprécier les dégradations des enveloppes de bâtiments
([RoD, 2011], [AGE, 1989]). L’ouvrage de Coignet [CoI, 2006] présente une
approche très pragmatique du diagnostic des pathologies liées à l’humi-
dité dans les maisons anciennes.
Par ailleurs, de nombreux travaux ont été réalisés sur différentes patholo-
gies rencontrées dans le bâtiment pour élaborer des outils de modélisation
du développement d’une pathologie. Par exemple, Verrecken [VER 11]
recense l’ensemble des modèles existants de développement des moisis-
sures sur une paroi. De tels outils, permettant de modéliser l’apparition de
certaines altérations, existent mais ne concernent en général qu’un type
d’altération. Les modélisations restent à l’échelle de la paroi et ne sont pas
couplées avec des modèles à l’échelle du bâtiment.
Ainsi, nous disposons d’une part des ouvrages pragmatiques sur les
règles de l’art pour éviter les pathologies liées à l’humidité en rénovation
et d’autre part, des outils non exhaustifs, limités à la modélisation d’une
pathologie à l’échelle paroi.
L’objectif de ce document est de faire le point sur ces documents et publi-
cations en réalisant un état des connaissances et un état de l’art sur les
pathologies du bâtiment causées par l’humidité.

2.2 Documents à destination des professionnels


du bâtiment

2.2.1 État des lieux sur les publications à destination


des professionnels
2.2.1.1 L’Agence Qualité Construction
L’Agence de la Qualité de la Construction (AQC) diffuse plusieurs docu-
ments comportant des liens avec la problématique des pathologies dues à
l’humidité. Les documents suivants ont été répertoriés :

A. Tableau de bord SYCODES 2012, les indicateurs d’évolution


de la qualité des constructions, Observatoire de la qualité de la
construction, mai 2012
Le principe du baromètre SYCODES (SYstème de COllecte des DESordres)
est de répertorier les non qualités dans la construction et leur coût.
L’indicateur principal s’appelle le Coût Relatif du Désordre (CRD). Il est
quantifié suivant l’année de construction ou l’année d’apparition de la
pathologie. Il est à noter que cet observatoire concerne majoritairement les
travaux neufs ; 215 150 désordres sont retenus dans le baromètre. Chaque
année, le nombre de sinistres enregistrés correspond à environ 15  % des
sinistres Dommage-Ouvrage recensés. Les dossiers complets comportent
la cause des dysfonctionnements, la nature de l’ouvrage, sa destination et
le type de maîtrise d’ouvrage. La hiérarchie des éléments concernés par
des pathologies est la suivante :
• réseaux d’eau intérieurs (9 %) ;
• revêtement de sols (8 %) ;
• couverture en petits éléments (7 %) ;
• façades maçonnées en bloc béton (6 %) ;
• fenêtres (4 %) ;

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
27
Bâtiments : typologies et pathologies

• murs enterrés (3 %) ;


• façade à base de béton banché (3 %) ;
• réseaux extérieurs du bâtiment (3 %) ;
• couvertures en grands éléments (3 %) ;
• autres éléments de façade (3 %) ;
• toiture-terrasse (3 %) ;
• équipements sanitaires (2 %).
Plus de la moitié des désordres, se manifeste par un défaut d’étanchéité à
l’eau. Les statistiques sur les causes techniques sont données pour seule-
ment 4 éléments : les revêtements de sol intérieur carrelé, les couvertures
en tuiles terre cuite, les fondations superficielles ou encore les canalisations
encastrées. Pour les couvertures en tuiles terre cuite par exemple, on peut
citer les causes techniques suivantes :
• vice de matériau (2 %) ;
• défaut en partie courante (17 %) ;
• défaut sur des points singuliers (65 %) ;
• défauts de liaison sur une pénétration (11 %) ;
• insuffisance de la ventilation (1 %) ;
• envol d’éléments (2 %) ;
• autres (10 %).
Rappelons que l’observatoire SYCODES ne cible pas les travaux de rénova-
tion et manque d’information sur les causes techniques. Cet indicateur ne
permet pas de déterminer si l’humidité (excès ou défaut) est à l’origine de
la pathologie répertoriée.

B. Fiches pathologies, avril 2012


Les fiches pathologies répertorient une série de désordres couramment
observés. Chaque cas est traité de manière à donner un diagnostic
probable, des bonnes pratiques de prévention ou de réparation et enfin
des ressources documentaires pour approfondir la question. L’humidité
est identifiée soit comme une cause de pathologie soit comme une
conséquence d’autres pathologies.
Les fiches des cas suivantes peuvent concernent le sujet des pathologies
causées par l’humidité :
• humidité en sous-sol des bâtiments ;
• corrosion des armatures du béton armé en façade des bâtiments ;
• désordres dans les constructions bois ;
• remontées capillaires ;
• condensation en sous-face des couvertures métalliques ;
• micro-organismes en façade ;
• condensations dans les logements ;
• parquet et risques liés à l’humidité ;
• termites.
Les pathologies suivantes sont à l’origine d’infiltration d’eau dans le bâti :
• défauts d’étanchéité des façades en brique apparente ;
• infiltrations par points singuliers de couvertures en tuile ;
• toitures-terrasses, le point faible : les relevés ;
• écran de sous-toiture : désordres possibles d’infiltration ;
• infiltrations par les liaisons menuiserie extérieure/gros œuvre ;
• infiltrations d’eau par seuil de porte-fenêtre ;
• dégradations des revêtements d’imperméabilité de façade ;
• fuites de canalisations en cuivre incorporées dans les dalles ;

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
28
Bâtiments : typologies et pathologies

• corrosion des circuits d’eau sanitaire en acier ;


• embouage et corrosion des circuits de chauffage ;
• les défauts de traitement des bois.
Un point particulier est fait sur l’isolation thermique par l’extérieure et les
condensations qui peuvent avoir lieu par ce principe constructif :
• systèmes d’isolation thermique des façades par l’extérieur (ETICS).

C. Fiche technique  : perméance des façades à la vapeur d’eau, les


points sensibles en conception et mise en œuvre, 2009
La problématique des condensations à l’intérieur des parois verticales a été
abordée de manière synthétique dans cette fiche. Les principales bonnes
pratiques recommandées sont :
• pose d’une isolation thermique :
-- ITE (isolation thermique par l’extérieur) : lame d’air de 2 cm derrière
le bardage et respect des préconisations sur les joints de ventilation,
-- ITI (isolation thermique par l’intérieur) : pas de rupture de continuité
de l’isolant, assurer l’isolation des jonctions (plancher, plafond,
refends), assurer l’étanchéité à l’air autour de toute traversée de
paroi ;
• mise en place d’un pare-vapeur obligatoire en zone H1 et pour les
maisons ossatures bois et fortement conseillée ailleurs : assurer l’intégrité
du pare-vapeur et le recouvrement des lés pour éviter les infiltrations
d’air humide dans la paroi ;
• choix de double vitrage  : assurer l’étanchéité à l’air sur le pourtour de
menuiserie ;
• installation d’une VMC hygroréglable : il est recommandé de vérifier les
débits à réception ;
• pose d’un écran de sous-toiture de préférence hautement perméable à
la vapeur d’eau ;
• veiller à l’étanchéité à l’air autour des menuiseries.
Plusieurs configurations sont présentées :
• la présence de pare-vapeur dans une paroi assure un risque de conden-
sation limité ;
• sans pare-vapeur, toutes les situations avec revêtement extérieur imper-
méable sont considérées à risque ;
• une mauvaise ventilation et des ponts thermiques sont des facteurs
aggravants de la condensation.
Sont donnés également des conseils de gestion et de maintenance :
• maintenir une température à 19 °C en période d’occupation et 12 °C en
période d’inoccupation ;
• entretenir régulièrement la VMC : entrées d’air et bouches d’extraction ;
• aération deux fois 20 mn par jour.

D. Étude REX BBC du programme RAGE, en cours


Ce sont les bâtiments de type BBC ou mieux qui sont concernés par cette
étude :
• 40 % sont labellisés Effinergie ;
• 10 % sont labellisés Passiv Haus ;
• 50 % sont non labellisés mais de type BBC.
40  % des bâtiments étudiés sont en rénovation et 60  % sont du neuf, de
type maisons individuelles, collectifs ou encore tertiaires.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
29
Bâtiments : typologies et pathologies

Les enquêtes terrain ne sont pas réalisées directement par l’AQC. La


base de données recense pour le moment 300  bâtiments et 2 100 non-
conformités sur ces bâtiments, en neuf et en rénovation. Les principaux
dysfonctionnements observés concernent :
• des problèmes d’infiltrations, notamment au niveau de la toiture ;
• des remontées capillaires dues à l’absence de barrière ;
• de la condensation due à :
-- des défauts de conception ou de mise en œuvre de l’étanchéité à
l’air de l’enveloppe (concentration de flux d’air),
-- l’imperméabilisation de la face externe des parois (ITE avec du polys-
tyrène, parement extérieur étanche à la vapeur d’eau, etc.),
-- des malfaçons en phase chantier : évaporation de l’eau des chapes
mal évacuée, isolants exposés à la pluie, etc.,
-- une ventilation mal réglée (non équilibrée, débit insuffisant) ou
arrêtée par les occupants à cause du bruit. Ce point est très sensible
dans les bâtiments neufs très étanches à l’air, car l’excès d’humidité
ne peut être évacué que par la ventilation.
Des éléments spécifiques à la rénovation ressortent de cette étude :
• le choix du revêtement surajouté à la paroi n’est pas toujours adapté
au matériau ancien, malgré l’existence du DTU 42.1 qui prescrit des revê-
tements d’imperméabilité spécifiques à la rénovation ;
• des difficultés à traiter l’étanchéité à l’air au niveau des traversées des
vieux planchers (solives, chevrons pour les planchers hauts) ;
• le traitement des menuiseries est souvent insuffisant  : mauvaise
étanchéité à l’air entre le dormant et le bâti ;
• si une étanchéification de l’enveloppe est réalisée en site occupé  :
l’aération ne dépend que de l’ouverture des fenêtres avant activation de
la ventilation. S’il n’y a pas d’aération prévue, des moisissures peuvent
être observées en moins de 3 mois.
Enfin, il ressort de cette étude que les professionnels du bâtiment n’ont
souvent pas un niveau de connaissances suffisant pour traiter la question
de l’humidité :
• par exemple, pour traiter un mur composite bois/pierre, il persiste une
méconnaissance de la solution utilisant un enduit chaux-chanvre ;
• lors de la mise en œuvre des fenêtres doubles sur des façades
classées, de la condensation peut apparaître dans l’espace intermédiaire
si celui-ci est insuffisamment ventilé, malgré l’existence d’une grille
d’aération ;
• la ventilation est mal mise en œuvre ou mal réglée  : aucun corps de
métier spécifique à la ventilation existe, donc aucun corps de métier n’a
la responsabilité des performances à la mise en service ;
• la ventilation peut aussi être mal utilisée par les occupants, voire neutra-
lisée en raison de nuisances ressenties (bruit, courant d’air froid) ;
• la problématique de la gestion de l’humidité est méconnue de la
plupart des maîtres d’ouvrage, mais aussi de nombreux professionnels,
y compris des architectes ;
• seuls 20 % environ des bureaux d’études thermiques connaissent WUFI.
Une plus grande sensibilisation aux transferts d’humidité est perçue chez
les professionnels qui conçoivent des maisons passives.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
30
Bâtiments : typologies et pathologies

2.2.1.2 l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur


Depuis sa création en 2001 pour la mise en place d’un dispositif national
de collecte de données sur les polluants présents dans les espaces
clos, l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur (OQAI) a mené
plusieurs études de terrain, dont la « campagne nationale logements » de
2003 à 2005. Première campagne d’une telle ampleur en France, elle
a permis de dresser un état sur les pollutions chimique, biologique et
physique de l’air dans le parc des résidences principales de France métro-
politaine continentale. 567 logements ont fait partie du panel de cette
étude. Diverses informations ont été recueillies sur ces logements afin de
les caractériser au mieux. L’humidité a fait l’objet d’une partie de l’enquête.
Les résultats statistiques de l’enquête sont disponibles sur le site Internet
de l’OQAI. Les points particuliers relevés concernent :
• la présence d’humidité ;
• les infiltrations d’eau ;
• les dégâts des eaux ;
• les traitements du logement contre l’humidité ;
• la présence de condensation persistante ;
• les tâches d’humidité ;
• le salpêtre et la dégradation du revêtement ;
• les ponts thermiques.
Seulement, 5,6 % des logements laissaient une « impression d’humidité »
(expression utilisée dans le questionnaire). En revanche, 37,5 % des loge-
ments présentaient des traces de dégradation dues à l’humidité sous
formes de traces de moisissures, de papier peint décollé ou autres. 17,6 %
présentaient des traces d’infiltration d’eau et 8,9 % de l’ensemble des loge-
ments a même connu un dégât des eaux important (inondation, rupture
de canalisation, etc.). 3,6 % des logements utilisaient des déshumificateurs
d’ambiance et 1,1 % avaient fait l’objet d’un assèchement des murs. 6,2 %
des logements étaient concernés par des condensations persistantes en
salle de bains. Les pourcentages étaient moindres dans les autres pièces
du logement. 11,3 % présentaient des tâches d’humidité et 14 % des dégra-
dations (salpêtre, papier peint décollé). 3,9 % des logements ont fait part
de la présence de pont thermique dans la chambre et à des pourcentages
moindres dans les autres pièces. En termes d’humidité relative, moins de
10  % des logements présentaient des taux à plus de 60  % en moyenne
sur une période de saison de chauffe, et environ 20  % à plus de 55  %
d’humidité relative. Parmi les résultats publiés sur le site Internet, aucune
indication n’est donnée sur les typologies de bâtis concernés : nature des
matériaux, âge de construction, énergie de chauffage, etc.

2.2.1.3 Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat


L’ANAH (Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat) a fait paraître
en juillet 2004 une fiche technique sur les risques liés à l’humidité pour un
bâtiment.
Les dommages potentiels suivants ont été répertoriés :
• baisse de performance de l’isolation thermique ;
• corrosion des aciers ;
• dégradation des enduits et peintures ;
• mousses et moisissures ;
• efflorescences ;
• tâches de bistre : émergence à la surface d’une humidité chargée d’une
suie de combustion ;
• pourrissement des structures bois ;
• éclatement des matériaux.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
31
Bâtiments : typologies et pathologies

Pour prévenir ou réparer une pathologie causée par un excès d’humidité,


le principe suivant est rappelé  : d’abord supprimer la source d’humidité
puis assécher les parties humidifiées. Deux phénomènes sont ciblés  : la
condensation et les remontées capillaires. Pour les condensations, les
améliorations suivantes sont mises en avant :
• réduction de la production de vapeur ;
• suppression des zones froides ;
• aération du logement ;
• chauffage du logement.
Pour les remontées capillaires, les améliorations suivantes sont mises en
avant :
• drains ;
• dégagement de la base des murs ;
• coupure de capillarité ;
• insertion d’une plaque ;
• injection de mortier ;
• procédés électrochimiques ;
• siphons atmosphériques.
Si le séchage et la suppression de la source d’humidité ne sont pas réalisés,
certains travaux de rénovation peuvent détériorer la situation initiale :
• les doublages non ventilés ou ventilés sur l’intérieur : dans le premier cas
l’humidité est piégée à l’intérieur et dans le deuxième cas, l’air humide
peut circuler derrière le doublage ;
• les revêtements étanches qui peuvent augmenter la hauteur de remontée
capillaire.
Dans ce document, il n’est pas fait mention des règles de l’art pour les
travaux entrepris ni de typologies des bâtiments plus ou moins sensibles à
la problématique.
Un deuxième document «  prévention et lutte contre les mérules  » traite
de la question des excès d’humidité puisque les mérules sont des champi-
gnons qui ont besoin d’humidité pour se développer. L’ensemble du guide
est ainsi tourné vers l’objectif de la résorption des excès d’humidité dans le
bâtiment. Des aspects de solutions curatives et préventives sont évoqués
dans ce guide, ce qui n’est fait que partiellement dans les autres documents
cités. De nombreux éléments du chapitre sur les solutions du paragraphe
« synthèse » proviennent ou sont inspirés du guide sur les mérules.
Enfin, un guide sur l'isolation est en cours d'élaboration et devrait permettre
de répondre, dans le cas d'une rénovation, aux questions suivantes :
• dois-je isoler ?
• puis-je isoler ?
• si oui, comment et avec quels matériaux isoler ?

2.2.1.4 Espaces info énergie, associations régionales

A. Plaquette d’information Rhône-Alpes, maîtrise des transferts


d’humidité dans les parois, Région Rhône-Alpes, ADEME,
Rhonalpénergie Environnement, avril 2010 :
Le thème est la maîtrise des transferts d’humidité dans un contexte de
rénovation énergétique. Le principal phénomène qui fait l’objet d’un
point d’attention est la condensation à l’intérieur des parois et au niveau
des points singuliers. La problématique des remontées capillaires n’est
pas traitée spécifiquement. Les paramètres à l’origine du phénomène de
condensation sont :

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
32
Bâtiments : typologies et pathologies

• l’augmentation de la teneur en vapeur d’eau ;


• la diminution de la température d’air ;
• l’augmentation de la pression de l’air.
Ces paramètres évoluent dans la paroi en fonction, entre autres, des
propriétés des matériaux :
• leur porosité ;
• leur capillarité ;
• leur hygroscopicité, c’est-à-dire leur courbe de sorption-désorption ;
• leur résistance à la diffusion de la vapeur d’eau.
Les quelques règles de conception retenues sont, en général, pour l’isola-
tion thermique intérieure et extérieure :
• ajuster le débit de ventilation pour maintenir la concentration de vapeur
en-dessous d’un seuil critique ;
• disposer des matériaux dans les parois de plus en plus ouverts à la
vapeur d’eau de l’intérieur vers l’extérieur de la paroi  : Sdint > 5 x Sdext
(règle inscrite notamment dans la norme anglaise BS 5250).
Pour l’isolation thermique par l’extérieur, le seul risque se situe sur la face
extérieure de l’isolant. Il est donc conseillé :
• le choix d’un enduit capillaire et perméable à la vapeur d’eau ;
• un bardage ventilé avec un pare-pluie très ouvert à la vapeur d’eau.
Pour l’isolation thermique par l’intérieur, le risque principal se situe dans
l’absence de pare-vapeur. Dans ce cas de figure, des condensations ont
lieu à l’interface mur-isolant, parfois au cœur de l’isolant. En revanche, la
présence d’un pare-vapeur augmente les risques au niveau des interfaces
en cas d’étanchéité mal réalisée  : mur-mur, mur-plancher, traversée de
parois, etc. Il est donc conseillé :
• l’utilisation d’un frein-vapeur (plus ouvert à la vapeur d’eau qu’un pare-
vapeur) ;
• l’utilisation de matériaux de parois capillaires pour éviter la concentra-
tion d’eau liquide ;
• l’utilisation d’un enduit extérieur isolant afin de déplacer le point de
condensation sur l’extérieur ;
• de limiter l’isolation à 8 cm voire 12 cm.
Les situations sensibles qui nécessitent une attention particulière sont :
• les rénovations plus que le neuf (choix à adapter à l’existant) ;
• l’isolation thermique par l’intérieur plus que l’isolation thermique par
l’extérieur ;
• les enduits et mortiers nécessitant la présence d’humidité ;
• les matériaux peu capillaires ;
• les planchers bois avec une ITI et un pare-vapeur  : risque de conden-
sation à jonction mur-plancher ;
• les matériaux putrescibles.
Les points de vigilance dans la vie de l’opération :
• programmation : estimer le niveau de risque de pathologie/responsabi-
lité de la maîtrise d’ouvrage ;
• conception  : diagnostic de l’existant, calcul des solutions envisagées,
responsabilité de la maîtrise d’œuvre ;
• formations des entreprises ;
• vérification de la réalisation, maîtrise d’œuvre et maîtrise d’ouvrage.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
33
Bâtiments : typologies et pathologies

B. AGEDEN point info énergie Isère, Humidité dans le bâtiment,


origines et solutions, juin 2010 :
Les phénomènes considérés comme à l’origine d’un excès d’humidité
sont :
• la condensation ;
• les remontées capillaires ;
• les infiltrations directes.
Les solutions à mettre en œuvre pour chacun de ces phénomènes sont les
mêmes que celles évoquées dans le document de l’ANAH. Un ajout est
effectué pour le cas des infiltrations directes :
• canalisation des eaux de toiture par des chéneaux ;
• débords de toiture pour protéger les murs des pluies battantes ;
• recouvrement des appuis de fenêtre (feuilles de zinc par exemple).
Le cas particulier du bâti traditionnel est abordé :
• la présence d’humidité peut être nécessaire à la cohésion du bâti
contrairement au bâti moderne ;
• la pose d’un revêtement étanche peut être nocive par la création d’une
barrière empêchant l’humidité de s’évacuer.
Il faudra concilier ces deux aspects et veiller à maintenir ainsi l’équilibre
hydrique de la paroi. On conseillera donc pour le bâti traditionnel des murs
permettant la circulation de la vapeur d’eau (murs perspirants).
À noter que dans la construction traditionnelle, les murs en terre sont
souvent construits sur un soubassement étanche à l’eau et sous des
débords de toit importants.

2.2.1.5 Centre Scientifique et Technique du Bâtiment


Le CSTB a publié en septembre 2009 un guide technique intitulé « Transfert
d’humidité à travers les parois ». Les phénomènes en jeu dans les transferts
sont :
• les transferts de vapeur d’eau ;
• les transferts d’eau liquide ;
• l’adsorption par les matériaux de la vapeur d’eau ;
• l’absorption par les matériaux de l’eau liquide ou la capillarité.
Le climat intérieur est défini par le paramètre d’  «  excédent d’humidité
intérieure » qui est le rapport entre la production horaire de vapeur d’eau
et le taux horaire de renouvellement d’air. Afin de connaître la classe
d’hygrométrie d’un local, on peut se référer à la norme ISO 13788 ou aux
DTU qui, pour des ambiances de faible à très forte hygrométrie, fixent des
plages d’excédent d’humidité. Le climat extérieur est défini suivant les
4 paramètres suivants :
• la température ;
• l’humidité relative ;
• la pluie battante ;
• le rayonnement solaire.
Les préconisations faites dans les documents professionnels sont synthé-
tisées ci-après.
Lames d’air dans une paroi composite :
• orifices de ventilation > 50  cm²/ml de paroi pour une perméance de
paroi inférieure à 1,25.10-9 kg/m².s.Pa ;
• pour des orifices de ventilation < 10 cm² / ml de paroi, la perméance de
la paroi intérieure doit être inférieure à 3,12.10-11 kg/(m².s.Pa).

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
34
Bâtiments : typologies et pathologies

Isolation par l’intérieur :


• pour se prémunir de la condensation sur la face intérieure de l’isolant :

• pour se prémunir de la condensation dans l’épaisseur de l’isolant :

• pour se prémunir de la condensation à la surface intérieure du mur


extérieur :

Si RT,M > 0,086 m².K/W, alors :

Si RT,M < 0,086 m².K/W, alors :

Si la zone est très froide (température de base < à -15°C ),

Où,
• RT,I : résistance thermique de l’isolant ;
• RT,M : résistance thermique de la maçonnerie ;
• RT,P : résistance thermique du parement ;
• RD,P : résistance à la diffusion de la vapeur d’eau de la paroi ;
• RD,I : résistance à la diffusion de la vapeur d’eau de l’isolant.

A. Isolation par l’extérieur :


• système avec enduit extérieur appliqué sur l’isolant :
-- Sd < 2 m si le complexe contient un isolant à base de matière
plastique alvéolaire ;
-- Sd < 1 m si le complexe contient un isolant à base de laine minérale.
Où Sd est l’épaisseur d’air équivalente pour la diffusion de vapeur d’eau.
• système avec bardage :
-- présence de lame d’air de 2 cm au moins ;
-- entrées et sorties de ventilation de 50 cm² par mètre de mur
minimum.

B. Toitures-terrasses
Afin d’éviter des transferts de la dalle béton vers l’isolant et l’accumulation
de vapeur d’eau sous le revêtement d’étanchéité, placer un pare-vapeur de
résistance à la diffusion de vapeur d’eau entre la dalle et l’isolant :

Il faut noter que ce guide technique traite uniquement des constructions


neuves. Les particularités du bâti traditionnel ne sont pas abordées.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
35
Bâtiments : typologies et pathologies

De plus, le CSTB a également produit en mai 2012, une étude spécifique


sur les transferts d’humidité dans les maisons à ossature bois intitulée
«  Étude hygrothermique de l’influence de plusieurs paramètres dans
des parois à ossature bois  ». L’objectif de cette étude était de comparer
plusieurs techniques constructives de parois sous l’aspect des risques liés à
l’humidité. Les principales conclusions sont les suivantes :
Les configurations de paroi avec un pare-vapeur placé suivant la
règle 1/3-2/3 donnent lieu à des condensations fréquentes pour des
ambiances intérieures (W/n)=7,5 g/m3 de production de vapeur. Il faut donc
limiter la production à 5g/m3.
D’autres configurations permettent de limiter les condensations. Elles
comportent :
• un voile de contreventement placé du côté intérieur ;
• une sur-isolation du côté extérieur ;
• une barrière à la vapeur d’eau suffisante (valeur à définir en fonction du
Sd du voile de contreventement).

2.2.1.6 Bureau d’études


Le bureau d’études ENERTECH a publié sur son site Internet
(www.enertech.fr) plusieurs notes techniques sur la problématique de
l’humidité dans la construction.

A. Les transferts d’humidité dans les bâtiments, Clément Carpentier,


avril 2011
Les risques liés à l’humidité pour les matériaux mis en avant sont les
suivants :
• gonflement, déformation voire rupture des ossatures bois et des colom-
bages ;
• perte de résistance des murs en terre crue ;
• tassements des isolants hygroscopiques trop chargés en eau ;
• apparition de moisissures voire putréfaction dans le cas de matériaux
végétaux ;
• éclatement dû au gel.
Des critères sont donnés pour éviter ces pathologies d’après les concep-
teurs du logiciel WUFI :
• la teneur en eau ne doit pas augmenter d’une année sur l’autre ;
• la teneur en eau ne doit pas dépasser de plus de 1  kg/m3 son niveau
initial ;
• à l’interface de 2 matériaux non capillaires, la teneur en eau ne doit pas
dépasser de plus de 0,5 kg/m3 la teneur en eau initiale ;
• La teneur en eau du bois ne doit pas dépasser 20 % de la masse sèche
ni aller au-delà de 5 % de la teneur en eau de départ.
Pour la formation de moisissures, les normes ASHRAE donnent les critères
suivants :
• moyenne mensuelle d’humidité relative de la surface inférieure à 80 % ;
• moyenne hebdomadaire d’humidité relative de la surface inférieure à
98 % ;
• moyenne quotidienne d’humidité relative de la surface inférieure à
100 %.
Des préconisations sont données suite à des tests de sensibilité avec le
logiciel WUFI :
• en isolation intérieure, éviter le pare-vapeur (Sd>15m) et préférer un
freine-vapeur, si possible hygrovariable ;

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
36
Bâtiments : typologies et pathologies

• en isolation extérieure, proscrire les enduits imperméables à la vapeur


d’eau ;
• en isolation mixte intérieure et extérieure, combiner les deux recomman-
dations ;
• de manière générale, éviter de bloquer la diffusion de la vapeur et pour
ce faire préférer des matériaux à faible Sd ;
• l’utilisation de matériaux capillaires est favorable en général à la redistri-
bution éventuelle de condensats ;
• dans les climats humides, une étude spécifique est indispensable.

2.2.1.7 Projet ATHEBA


Le projet ATHEBA conduit par l’association «  Maisons Paysannes de
France » et le CETE de l’Est a donné lieu en 2009 à l’établissement de fiches
de cas en vue de la rénovation énergétique du bâti ancien.
Les fiches spécifiques à chaque élément du bâti ont été rédigées. Elles font
état notamment du fonctionnement hygrométrique de l’élément et des
travaux d’amélioration thermique qui peuvent être envisagés sans créer
une pathologie.

A. Les murs
Un mur ancien est perméable à la vapeur d’eau et laisse place à des trans-
ferts de vapeur d’eau importants. En termes d’amélioration énergétique,
il est conseillé non pas de parler d’isolation mais de correction thermique.
L’application directement sur la face intérieure du mur (sans lame d’air)
d’un revêtement chaux-chanvre permet un premier niveau d’isolation
thermique, tout en conservant une paroi intérieure perméable à la vapeur
d’eau et capillaire (diffusant l’eau liquide éventuellement présente). Si une
isolation intérieure est envisagée, deux solutions peuvent être avancées :
• une isolation d’épaisseur modérée avec un matériau perméable à la
vapeur d’eau et un frein-vapeur sur la face intérieure de l’isolant ;
• une isolation d’épaisseur plus importante avec l’aménagement d’une
lame d’air entre l’isolant et le mur, ventilée sur l’extérieur avec un écou-
lement possible des condensats vers l’extérieur.
Si une isolation extérieure est envisagée, un isolant respirant est utilisé avec
un bardage ventilé ou un enduit perméable à la vapeur d’eau. Une simple
correction thermique par un enduit chaux-chanvre peut aussi apporter une
première amélioration.

B. Les combles
Pour une isolation dans un comble aménagé, l’isolation doit être réalisée
de façon à ne pas confiner la charpente ancienne. Tout d’abord, le main-
tien d’une ventilation du comble suffisante est indispensable. (À ce sujet,
le DTU 40.11 et la série de DTU 40.2 à propos des couvertures, donnent
les règles de l’art pour la ventilation des combles). La démarche d’isolation
préconisée est la suivante afin de limiter les risques liés à l’humidité :
• poser un pare-pluie très perméable à la vapeur d’eau protégeant la
couverture, la charpente et le complexe isolant des infiltrations ;
• aménager une lame d’air entre les éléments de couverture et l’isolant
pour éviter les condensations sur les éléments de couverture ;
• installer une forte épaisseur d’isolant sans discontinuité ;
• placer un film freine-vapeur côté intérieur de l’isolant pour éviter les
condensations dans le complexe isolant et la charpente ;
• poser un parement intérieur perméable à la vapeur d’eau.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
37
Bâtiments : typologies et pathologies

Figure 5 : Isolation préconisée dans les combles pour limiter les risques de pathologie

Pour une isolation en comble perdu, si le plancher haut comporte une


couche de terre, un isolant perméable à la vapeur d’eau sera apposé sur
l’existant. Si le plancher haut ne comporte pas de dalle lourde formée par
de la terre, un pare-vapeur pourra être apposé entre le plancher et l’isolant.

C. Les planchers bas sur terre-plein


En construction ancienne, les dispositifs constructifs non modifiés ultérieu-
rement permettent de maintenir le plancher sec et sain : hérissons, drains,
surélévation par rapport au terrain naturel, etc. Néanmoins, les patholo-
gies les plus répandues sont dues à l’humidité survenue suite à des drains
bouchés ou à des sols imperméabilisés. Lors de travaux de rénovation,
il faut donc éviter de placer un film ou un isolant étanche au niveau du
plancher bas. Le risque est de créer ou d’accentuer des remontées
capillaires dans les murs périphériques.

D. Les planchers bas sur espaces non chauffés


Sur les planchers en maçonnerie, une isolation thermique peut être envi-
sagée soit par-dessus le revêtement existant soit en remplacement de
l’existant. Il faut néanmoins maintenir une perméance à l’eau de préférence
orientée vers le bas. Sur les planchers bois, l’isolation peut être rapportée
sous le plancher bois existant soit en apportant un nouveau plancher sur
l’existant.

2.2.1.8 Contenu et limite du guide ABC


Le guide ABC est un ouvrage qui rassemble les principes de base d’une
rénovation énergétique réussie pour les logements collectifs de la période
1850 à 1974. Le travail réalisé a mis en évidence la nécessité d’adopter une
approche globale vis-à-vis des exigences essentielles que doit satisfaire
le bâtiment pour garantir en plus de la sobriété énergétique, la sécurité
et le confort des occupants. Le guide est par ailleurs l’un des premiers
ouvrages à avoir milité fortement pour une amélioration thermique du bâti
en premier lieu avant même de songer au remplacement des équipements.
Dans ce cadre, bon nombre de risques induits par l’amélioration thermique
de l’enveloppe ont pu être identifiés et notamment ceux liés aux transferts
d’humidité sans pour autant y apporter une solution faute de moyens
disponibles au moment de la rédaction du guide.

A. Enjeux et problématique identifiée


L’un des points bloquant identifiés est le risque potentiellement augmenté
de condensation en extrémité des planchers anciens (bâtiment d’avant
1948) dès lors que l’on applique une isolation par l’intérieur sur les murs
adjacents. Les planchers des bâtiments de la période de reconstruction
(post 1948) ne semblent a priori pas concernés par ce risque du fait de l’uti-
lisation de principes constructifs contemporains (béton, maçonnerie) dont
le comportement avec isolation est relativement bien connu et ne présente
a priori pas de risque vis-à-vis des transferts d’humidité.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
38
Bâtiments : typologies et pathologies

Le recensement des typologies de bâtiments collectifs effectués dans le


cadre du projet ABC, a permis d’identifier deux types principaux de plan-
chers anciens constitués, soit de solives en bois, soit de solives métalliques.
On retrouve ces deux types de plancher dans la majorité des bâtiments de
logements collectifs construits entre 1850 et 1948 (période de construction
des bâtiments dit anciens). Les bâtiments haussmannien, faubourien et
HBM de Paris sont un bon exemple de bâtiments concernés au même titre
qu’une grande majorité des bâtiments des centres anciens. Par ailleurs,
les contraintes architecturales et d’urbanisme impliquent bien souvent de
recourir à une isolation par l’intérieur pour ce type de bâtiment. Avant de
rentrer dans le détail de la problématique, un petit rappel sur la composi-
tion des planchers anciens semble nécessaire.
• Les planchers en bois sont généralement constitués de poutres prin-
cipales sur lesquelles repose l’ensemble des charges du plancher. Les
solives principales sont en appui sur la façade. Les solives du plan-
cher sont ensuite fixées mécaniquement sur des poutres transversales
qui reportent les charges vers les poutres principales. Les différentes
couches constitutives du plancher (lattis, plâtra, finition lambourdes/
parquet ou plâtra/tomette) sont mises en œuvre sur les solives en bois.

Figure 6 : Plancher en bois

• Les planchers métalliques sont constitués de solives métalliques suppor-


tant les charges du plancher. Des entretoises et des fentons métalliques
sont mis en œuvre entre les solives métalliques puis un remplissage en
plâtra vient combler l’espace entre les solives métalliques. La partie supé-
rieure du plancher est constituée de lattis, d’une finition lambourdes/
parquet ou plâtra/tomette).

Figure 7 : Plancher en métal

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
39
Bâtiments : typologies et pathologies

B. Problématique détaillée
La mise en œuvre d’une isolation par l’intérieur sur les murs conduit obli-
gatoirement à un refroidissement de l’extrémité des poutres du plancher
en appui sur le mur de façade comme l’illustre la carte de température
ci-dessous réalisée à l’aide d’un logiciel de thermique aux différences finies
sur un plancher à solives métalliques.

Figure 8 :  Avant isolation des murs (gauche) ; Après isolation des murs (droite)

Le refroidissement de l’extrémité des poutres conduit potentiellement à


une augmentation du risque de condensation. En effet, l’air chaud, chargé
en humidité et transitant vers l’extérieur en période de chauffage, risque de
condenser à l’extrémité des poutres si sa température descend en dessous
du point de rosée. En parallèle, un gradient d’humidité relative se crée
dans les différentes couches de matériaux en fonction des propriétés de
résistance à la diffusion de vapeur d’eau des constituants du plancher. Le
risque dépendra donc d’une part des températures atteintes à l’extrémité
des poutres mais également de l’humidité relative environnante dépendant
pour les deux de la composition du plancher.
Un autre phénomène identifié est la pénétration d’eau liquide si l’enduit
extérieur du bâtiment n’est pas bien étanche à la pluie. L’eau pénétrant
dans la paroi ne pourra plus s’évaporer si l’extrémité du plancher est
refroidie par la présence d’isolation sur les murs. La présence d’eau liquide
à l’extrémité des poutres de structure pourrait à plus ou moins long terme
devenir préjudiciable pour la tenue mécanique de l’ouvrage en induisant
l’oxydation des solives métalliques ou le pourrissement des poutres en
bois. Afin de quantifier ce risque, une étude approfondie par le biais de
simulations numériques semble indispensable.
La composition des planchers montre que la problématique est complexe
et nécessiterait le recours à des calculs couplés thermiques/hydrique/
massique/aéraulique en 3D pour tenir compte à la fois des conductivités
thermiques des matériaux, des propriétés de diffusion de vapeur d’eau,
des circulations d’air. Les moyens de calcul disponibles et le temps imparti
au moment de la rédaction du guide ABC n’ont pas permis de lancer les
études nécessaires pour évaluer ce risque. Ainsi, un certain nombre de
questions, soulevées dans le cadre du projet ABC, restent à ce jour en
suspens. Ces questions pourraient faire l’objet d’une étude approfondie
afin de statuer sur les limites d’utilisation de l’isolation par l’intérieur sur les
parois des bâtiments anciens :

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
40
Bâtiments : typologies et pathologies

• les différentes compositions de planchers anciens présentent-elles


toutes les mêmes risques. A priori, les planchers en bois devrait-être
moins sensibles grâce à la capacité de sorption/désorption du bois. Il
serait intéressant de pouvoir graduer le risque sur la base d’un diagnostic
de l’enveloppe (composition des parois, état des enduits extérieurs, de
la ventilation, etc.) ;
• les propriétés thermiques et hydriques des matériaux (bois, plâtra,
enduits, etc.) utilisées comme données d’entrées dans les simulations
sont-elles suffisamment bien maîtrisées et connues pour pouvoir sur la
base de simulation se prononcer sur une absence de risques ?
• les logiciels de calcul thermo/hydrique couplés en 3D sont-ils
disponibles ?
• l’approche de calcul simplifié de type GLASER plus facile d’accès
pour les prescripteurs d’isolation est-elle sécuritaire et permet-elle
de se prononcer sur une absence de risques  ? Quelle méthodologie
adopter au niveau des jonctions entre parois ?

2.2.2 Synthèse issue de la bibliographie


sur les documents destinés aux professionnels
2.2.2.1 Les phénomènes physiques en jeu
Les phénomènes physiques à l’origine des excès d’humidité sont les
suivants :
• adsorption et condensation capillaire  : fixation et stockage dans un
matériau de l’humidité ambiante sous forme de vapeur d’eau et d’eau
liquide ;
• absorption par capillarité (ou succion) d’eau liquide ;
• transfert d’humidité par les matériaux  : transfert de vapeur d’eau et
d’eau liquide ;
• condensation de vapeur d’eau  à la surface ou dans le matériau ;
• transfert de chaleur.

2.2.2.2 Les paramètres à surveiller

A. Teneur en eau des matériaux


Plusieurs définitions de teneur en eau peuvent être utilisées. La plus
courante est la teneur en eau en masse par volume (kg/m3) ou en pourcen-
tage massique (masse d’eau présente par rapport à la masse du matériau
sec).

B. Humidité relative
Il s’agit du rapport entre la pression partielle de vapeur d’eau et la pres-
sion de vapeur saturante ou encore entre l’humidité absolue et sa valeur à
saturation. L’humidité relative comme la pression de vapeur saturante
dépend de la température.

C. Température des ambiances et des parois


Le champ de température est dépendant des transferts de chaleur à
travers le bâti. Les phénomènes de condensation sont directement liés à la
température de l’air humide. Un pont thermique, zone du bâti qui peut être
particulièrement froide, pourra par exemple être un lieu de condensation
privilégié.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
41
Bâtiments : typologies et pathologies

2.2.2.3 Les sources et les régulateurs d’humidité dans le bâtiment

A. Les sources
Les principales sources d’humidité sont les suivantes :
• l’ambiance extérieure ;
• l’ambiance intérieure (les occupants ; le lavage des sols ; le séchage du
linge ; les douches et les bains ; les plantes, etc.) ;
• le sol (remontées capillaires) ;
• l’infiltration accidentelle (inondation, rupture de canalisation, etc.) ;
• l’humidité de construction ;
• l’autre matériau en interface.

B. Les régulateurs
Les régulateurs d’humidité (apport ou évacuation) pour les ambiances
intérieures :
• la ventilation (mécanique, ouverture des fenêtres, etc.) ;
• le mobilier ;
• le papier et les livres ;
• les matériaux (si parois «  perspirantes  » sans pare-vapeur entre l’am-
biance intérieure et les parois).

2.2.2.4 Les pathologies


Dans les différents documents adressés aux professionnels, les pathologies
suivantes sont fréquemment citées :
• ambiance humide en sous-sol ;
• corrosion des armatures de béton ;
• désordre dans les constructions bois ;
• remontées capillaires ;
• condensations en sous-face des couvertures métalliques ;
• micro-organismes en façade ;
• termites ;
• salpêtre, dégradation des revêtements ;
• éclatement des matériaux ;
• pourrissement des structures bois ;
• tâches de bistre ;
• efflorescences ;
• subflorescences ;
• moisissures ;
• champignons (dont les mérules).

A. Les causes identifiées


Les causes de pathologies liées à l’humidité peuvent être classées suivant
les trois catégories suivantes :
• l’humidité directe : vapeur d’eau, condensation, eau liquide, gel :
-- par action mécanique,
-- par action chimique ;
• un agent transporté par l’humidité : des sels minéraux ;
• un agent biologique se développant grâce à l’humidité  : moisissures,
champignons (dont les mérules), etc.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
42
Bâtiments : typologies et pathologies

B. Les dégradations associées aux pathologies


Pour chacune des pathologies citées, les types de dégradation associée
peuvent être multiples :
• dégradation esthétique : tâches de bistre, d’eau liquide ;
• dégradation thermique : baisse de la résistance thermique ;
• dégradation sanitaire : développement de micro-organisme ;
• dégradation du confort : effet de paroi froide ;
• dégradation dimensionnelle : gonflements ;
• dégradation mécanique : perte de résistance mécanique ;
• dégradation de la cohésion des matériaux : effritement, éclatement.

C. Les critères d’apparition des pathologies issus


de la documentation professionnelle
Les critères d’apparition des pathologies restent encore peu abordés dans
la documentation professionnelle et demeure un champ d’étude important.
Pour le bois, des critères sont donnés pour prédire l’apparition de certaines
pathologies  : moisissures, pourrissement ou encore variations dimen-
sionnelles. Les Figures 9 et 10 présentent un exemple de critères issus
d’un guide technique canadien «  bonnes pratiques pour la construction
commerciale en gros bois d’œuvre ou d’ingénierie ».

Figure 9 : Conditions générales de développement des champignons sur le bois

Figure 10 : Retrait du bois en fonction de sa teneur en humidité

Comme déjà vu dans la note technique du bureau d’études ENERTECH,


des critères sont donnés pour éviter ces pathologies d’après les concep-
teurs du logiciel WUFI :
• la teneur en eau ne doit pas augmenter d’une année sur l’autre ;
• la teneur en eau ne doit pas dépasser de plus de 1  kg/m3 son niveau
initial ;

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
43
Bâtiments : typologies et pathologies

• à l’interface de 2 matériaux non capillaires la teneur en eau ne doit pas


dépasser de plus de 0,5 kg/m3 la teneur en eau initiale ;
• la teneur en eau du bois ne doit pas dépasser 20 % de la masse sèche ni
aller au-delà de 5 % de la teneur en eau de départ.
Ou encore, pour la formation de moisissures, les normes ASHRAE donnent
les critères suivants :
• moyenne mensuelle d’humidité relative de la surface inférieure à 80 % ;
• moyenne hebdomadaire d’humidité relative de la surface inférieure à
98 % ;
• moyenne quotidienne d’humidité relative de la surface inférieure à
100 %.

2.2.2.5 Les aménagements à éviter


• Construction neuve / Bâtiments existants modernes
• isolation intérieure sans pare-vapeur ;
• isolation extérieure avec un revêtement étanche sans lame d’air ventilée ;
• lame d’air entre l’isolant et le mur avec ventilation sur ambiance
intérieure (humide!) ;
• pare-vapeur non hygrovariable.

• Bâtiments existants anciens


Murs :
• isolations thermiques importantes par des matériaux imperméables à la
vapeur d’eau ;
• isolation thermique avec des matériaux non capillaires ;
• lame d’air entre l’isolant intérieur et le mur avec ventilation sur ambiance
intérieure (humide!) ;
• si pose d’un pare-vapeur, pare-vapeur non hygrovariable.
Sous-sols :
• étanchéification de murs de soubassement ;
• étanchéification de sols de caves ou de vide sanitaires ;
• défaut d’aération.
Planchers bas :
• recouvrement du plancher bas par une barrière à la vapeur d’eau ;
• confinement d’un plancher bois.
Combles perdus ou aménagés :
• confinement d’un plancher bois ;
• confinement d’une charpente ancienne ;
• défaut d’aération.

2.2.2.6 Les recommandations pour prévenir ou guérir


les pathologies

A. Généralités sur les solutions curatives


La démarche de remise en état du bâti suite à l’apparition d’une pathologie
humide est la suivante :
• identifier la source de l’excès d’humidité (et/ou le défaut de régulation) ;
• assécher le bâti (attention, certains matériaux anciens ont besoin d’une
teneur en eau minimale pour durer) ;
• réparer les éléments dégradés.
Pour la condensation, l’excès d’humidité s’explique par la production trop
importante d’humidité dans le local, la ventilation insuffisante et/ou la
présence de paroi froide insuffisamment isolée ou protégée de la vapeur
© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
44
Bâtiments : typologies et pathologies

d’eau. Ces trois pistes d’amélioration seront envisagées pour trouver une
solution de remise en état adéquate. En ce qui concerne les remontées
capillaires, il faudra envisager l’une des solutions suivantes :
• insérer une barrière mécanique en pied de mur ;
• dans le cas de murs homogènes et pleins, injecter un produit imperméa-
bilisant en pied de mur ;
• réaliser une tranchée drainante en pied de mur ou une ventilation
contrôlée du mur humide pour les infiltrations par le sol de faibles
ampleurs.

B. Généralités sur les solutions préventives


En cas de modification du bâti ou de son environnement, il faudra identifier
au préalable les flux d’humidité (vapeur ou liquide) afin de déterminer les
risques liés à une imperméabilisation éventuelle de certains éléments : sols,
faces intérieures de murs humides, planchers, etc.
En résumé, si une étude spécifique des transferts d’humidité est effectuée,
il faudra veiller à ce que les seuils des critères d’apparition des pathologies
ne soient pas atteints.

2.2.3 Exploitation du questionnaire électronique


transmis aux professionnels du bâtiment
2.2.3.1 Le questionnaire en bref
Afin de compléter le travail bibliographique dédié aux documents tech-
niques, un questionnaire a été transmis à un panel de professionnels du
bâtiment pouvant directement être confrontés à la problématique de
l’humidité dans le bâtiment. L’objectif de ce questionnaire était de mieux
connaître les pathologies les plus fréquemment rencontrées sur le terrain,
sur quelle typologie de bâtiments, mais aussi de connaître l’étendue des
connaissances des professionnels sur ce sujet, leur implication et leurs
besoins pour mieux traiter cette problématique. Afin de réaliser ce travail,
nous avons suivi les étapes suivantes :
• 14 septembre 2012 : lancement de l'enquête, diffusée par Saint-Gobain,
Aldes (à 5 500  personnes environ) et les CETE à leurs 6 DREAL ainsi
qu'aux bailleurs sociaux avec lesquels ils avaient déjà traité (environ
150 personnes par DREAL) ;
• 31 octobre 2012 : clôture de l’enquête et récupération des données ;
• nombre total de réponses : 556 ;
• nombre de réponses complètes : 200 ;
• nombre de réponses incomplètes : 356.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
45
Bâtiments : typologies et pathologies

Revenons sur la définition d’une réponse complète : il s’agit du cas où un


participant donné a répondu à l’ensemble des questions qui lui étaient
posées. Cela ne veut pas dire qu’il a répondu à toutes les questions
de l’enquête. En effet, l’enquête est constituée d’embranchements qui
s’ouvrent si une réponse positive est donnée à la question précédente, ou,
à l’inverse, qui se ferme. Par exemple, une personne répondant « non » à
la question «  Avez-vous déjà été confronté à l’apparition de pathologies
du bâtiment dues à une présence d’humidité excessive ?» passera au-delà
de toutes les questions concernant les pathologies dues à l’humidité. Au
contraire, une réponse incomplète est un cas où le participant a arrêté de
répondre au questionnaire alors qu’il était encore concerné par une ou
plusieurs questions.
Ce questionnaire n’a pas la prétention d’être représentatif de l’ensemble
des professions du bâtiment. Si l’ensemble des professions a été concerné
par le questionnaire, du maître d’ouvrage à l’entreprise, seul un petit
nombre de candidats a répondu, majoritairement des bureaux d’études
thermiques, des maîtres d’ouvrage et des maîtres d’œuvre. Cela étant,
ce questionnaire avait pour but de mieux appréhender les pathologies
rencontrées sur le terrain, ce qui peut d’ores et déjà être réalisé, même avec
un petit nombre de réponses (200 réponses complètes).

2.2.3.2 Arbre des questions


Avant de commencer l’exploitation proprement dite de ce questionnaire,
revenons sur l’arbre des questions. La correspondance entre les codes des
questions utilisées pour l’arbre, les numéros des questions et les questions
elles-mêmes est fournie en annexe (Annexe A). La Figure 14 présente
l’arbre qui en résulte, en utilisant les codes questions.

2.2.3.3 Profil des participants et taux de réponses complètes

A. Profil des participants


Le profil des personnes ayant répondu en partie ou en totalité au question-
naire est présenté dans la Figure 11.

Figure 11 : Répartition des participants par profession

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
46
Bâtiments : typologies et pathologies

Les participants sont donc majoritairement des bureaux d’études ther-


miques (33  % des 556 réponses), des maîtres d’ouvrage professionnels
(28  %) et des maîtres d’œuvre (19  %). Les entreprises de rénovation ne
représentent que 1 % des réponses, à l’instar des constructeurs de maisons
individuelles (ayant répondu dans la catégorie « Autres »). Cela peut s’expli-
quer par le fait que nos partenaires, grâce auxquels le questionnaire a été
diffusé, avaient plus facilement des maîtres d’ouvrage, des maîtres d’œuvre
et des bureaux d’études thermiques dans leur liste de contacts, avec qui ils
travaillent directement, que des entreprises réalisant directement la presta-
tion sur chantier. Notons que dès la première question, 50 participants ont
quitté le questionnaire.

B. Profil des participants ayant terminé/arrêté le questionnaire


Essayons à présent de comprendre quel sont les profils des participants
ayant terminé le questionnaire  : cela nous permettra de voir si une
profession ne s’est pas sentie concernée par le questionnaire, mais aussi
de déterminer les questions qui ont découragé les participants. Parmi
les 200  personnes ayant terminé le questionnaire, à savoir celles qui ont
répondu à toutes les questions obligatoires qui leur étaient posées, 47 %
d’entre elles sont des bureaux d’études thermiques, 25  % des maîtres
d’ouvrage professionnels et 19 % des maîtres d’œuvre (Figure 18).
Par ailleurs, la Figure 12 montre que ce sont tout d’abord des maîtres
d’ouvrage (29  %) qui ont arrêté de répondre au questionnaire avant la
fin, puis des bureaux d’études thermiques (25  %), puis enfin des maîtres
d’œuvre (19  %). Seuls les maîtres d’ouvrage se sont un peu moins sentis
concernés par ce questionnaire dirigé principalement vers les personnes
«  sachantes  », en lien directement avec cette problématique, quoique
l’écart entre leur part d’abandon (29  %) et leur part de participation
globale (28%) soit faible. A contrario, les bureaux d’études thermiques ont
plus largement terminé le questionnaire (47  % de ceux ayant terminé le
questionnaire). Les autres professions sont représentées en proportions
semblables entre les personnes ayant terminé et celles ayant arrêté de
répondre au questionnaire.

Figure 12 :  Répartition des participants par profession, réponses complètes

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
47
Bâtiments : typologies et pathologies

Figure 13 : Arbre des questions par code question

Figure 14 : Répartition des participants par profession, réponses incomplètes

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
48
Bâtiments : typologies et pathologies

C. Questions corrélées aux abandons


À présent, examinons les questions pour lesquelles les personnes
questionnées ont arrêté de répondre. Dès la première question «  Quel
est votre métier ou de manière plus générale votre positionnement dans
le secteur du bâtiment ?  », 50 des 556  participants se sont arrêtés. Dès
la deuxième question «  Avez-vous déjà été confronté à l’apparition de
pathologies du bâtiment dues à une présence de l’humidité excessive ? »,
108 abandons (en cumulés) sont répertoriés sur les 336 abandons totaux,
de même pour la question  3 «  Sur combien de bâtiments environ  ?  », et
110 abandons à la question 4 « Une pathologie causée par l’action directe
de l’humidité ? ». Ensuite, les questions 5 à 8 sont des questions liées non
exclusives et non obligatoires  : il est donc possible de choisir plusieurs
réponses sur une question et de ne pas répondre à celle d’après si elle
ne rentre pas dans notre cas de figure, sans que cela soit bloquant pour
la poursuite du questionnaire. Il n’est donc pas possible de déterminer le
nombre réel d’abandons à chaque question. En revanche, dès la question 9,
«  Suite à des travaux de rénovation énergétique (isolation de façade par
l’intérieur ou l’extérieur, changement de fenêtres, isolation de toiture, de
plancher), avez-vous déjà été confronté à des dégradations de parois suite
à des condensations internes, des remontées capillaires ou tout autre sorte
d’infiltration d’humidité ? », 185 abandons sont notés. Enfin, dès la ques-
tion 10, «  Vous avez indiqué que vous avez déjà rencontré au moins une
pathologie du bâti causée par l’humidité. Pouvez-vous indiquer celle qui s’est
avérée la plus problématique ou qui présente le plus d’intérêt pour un retour
d’expérience ?  », 254  abandons sont notés sur les 356. C’est cette
question 10 qui enclenche toute une série de questions sur un exemple de
cas concret rencontré par le participant.
Ainsi, plus de 70 % des abandons ont lieu avant ou à cette question cruciale,
qui en comptabilise 69 pour elle-seule. Les participants ayant abandonné
se sont arrêtés majoritairement en début de questionnaire, à chaque ques-
tion marquant une nouvelle étape (question  2, question  9, question  10).
Cette dernière question 10, de plus une question longue et dense, invite
le participant à partager son expérience propre et laisse deviner plusieurs
autres questions, ce qui a aussi très certainement rebuté un certain nombre
de participants. Ces abandons en début de questionnaire témoignent d’un
désintérêt individuel à répondre à ce type de demande. Cela peut être dû
à la thématique elle-même (l’humidité dans les bâtiments), au nombre de
questions (indiqué 114 en introduction, ce qui a pu effrayer les 50 partici-
pants ayant abandonné avant même de répondre à la première question,
alors que la moitié d’entre elles est répétée 3 fois si le participant accepte
de partager plusieurs cas pathologiques) ou encore au média employé
(répondre à une énième sollicitation par mail sans savoir le temps réel
nécessaire).
À noter que lorsque cette question 10 se répète pour un autre cas de figure
que le participant voudrait présenter, seules 11  personnes acceptent de
partager un nouvel exemple, 262 abandons ont alors eu lieu. 4 abandons
supplémentaires auront alors lieu avant de terminer le deuxième exemple.
Lors de la 3e proposition de bâtiment, aucun participant n’accepte de
partager un 3e exemple. Les derniers abandons ont donc lieu par la
suite, lors des questions sur les habitudes des participants vis-à-vis de
la problématique de l’humidité à la question 105  : «  Êtes-vous amené à
suivre, concevoir ou réaliser des travaux de rénovation de bâtiment  ?  ».
À noter que sur les personnes ayant accepté de partager un premier cas
d’étude, 23 ont abandonné à cette question, et 39 abandons concernent
en revanche des personnes ayant répondu non à la question 2 « Avez-vous
déjà été confronté à l’apparition de pathologies du bâtiment dues à une
présence de l’humidité excessive ? ». Les 28 autres abandons ont eu lieu
aux dernières questions. Les 90 abandons à cette phase du questionnaire
peuvent traduire le refus de vouloir partager des informations plus person-
nelles, qui touchent directement à la manière de travailler.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
49
Bâtiments : typologies et pathologies

D. Échantillon choisi
Étant donné que 70  % des abandons interviennent en début de ques-
tionnaire et étant donné la difficulté à déterminer l'échantillon exact des
personnes n'ayant pas abandonné aux réponses liées non exclusives et non
obligatoires (17 questions de ce type dont 13 peuvent être posées 3 fois),
nous choisissons de nous concentrer sur l’échantillon des 200  personnes
ayant complété le questionnaire. L’échantillon total sera donc constant et
égal à 200  participants. Il sera alors facile de déterminer l’échantillon de
personnes concernées par la question en fonction des réponses aux ques-
tions précédentes, ce qui limite le risque d’erreurs sur l’échantillon étudié
et permet d’optimiser l’exploitation des résultats. De plus, cela permet de
garder une cohérence dans l’exploitation du questionnaire  : les réponses
exploitées sont issues constamment du même échantillon.

E. Réponses complètes et biais supplémentaires


Vérifions que ce choix n’induit pas de biais supplémentaires probléma-
tiques. Tout d’abord, les personnes ayant complété ce questionnaire sont
réparties entre les différentes professions en proportions comparables
à la répartition de la totalité des participants (Figures 12 et 14). Cela
étant, il faut tout de même prendre conscience qu’en ne gardant que les
réponses complètes, nous perdons les 4  maîtres d’ouvrage particuliers
ayant commencé le questionnaire, et les 3  laboratoires/centres d’études.
Or, 8 d’entre eux se sont arrêtés avant la question 9 et le dernier a répondu
« non » à la question 2 puis a abandonné à la question suivante : leur parti-
cipation n’aurait donc pas été exploitable. Ensuite, les bureaux d’études
thermiques sont plus largement représentés, tandis que les maîtres
d’ouvrage sont en proportion inférieurs, mais largement significatifs.
Autre question importante, les réponses complètes ne sont-elles pas corré-
lées aux temps de réponse les plus courts  ? (à savoir à une plus grande
proportion de personnes ayant répondu « non » à la question 2).
Exemple 1 : « Avez-vous déjà été confronté à l’apparition de pathologies du
bâtiment dues à une présence de l’humidité excessive ? ».
Le Tableau 11 présente la répartition des réponses entre les réponses
complètes et les réponses totales, en ayant au préalable enlevé les partici-
pants ayant abandonné à la première question.
Tableau 11 :  Répartition des réponses à la Q2 EXP1

Réponses complètes Réponses totales


Q2. EXP1
Nombre Pourcentage Nombre Pourcentage
OUI 137 68,5 322 71,9
NON 63 31,5 126 28,1

Effectif total 200 100 448 100

Les proportions de «  oui  » et de «  non  » restent très proches d’un cas à


l’autre : 3,4 % d’écart, ce qui est acceptable.

F. Représentativité des réponses


Enfin, l’échantillon choisi peut paraître faible (200 participations complètes).
Revenons sur la représentativité des réponses obtenues. L’échantillon de
professionnels ayant répondu n’est pas représentatif de l’ensemble des
professions du bâtiment pour plusieurs raisons rendant l’échantillon non
aléatoire :
• il a été diffusé par nos partenaires à leur liste de contacts, majoritaire-
ment constituée de maîtres d’ouvrage et de bureaux d’études. Ainsi, il
n’y a pas de proportion de personnes contactées égale entre toutes les
professions du bâtiment, ce qui crée un biais ;

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
50
Bâtiments : typologies et pathologies

• les personnes ayant répondu l’ont choisi : elles se sentent donc a minima
concernées par la question de l’humidité, même si elles n’ont pas
terminé l’ensemble du questionnaire. D’autres professionnels, comme
les entrepreneurs, ont pu ne pas se sentir directement concernés.
Or, leur avis nous intéresse également.

G. Répartition géographique
À présent, vérifions qu'il n'y a pas un biais géographique supplémentaire
sur les bâtiments étudiés. La Figure 15 présente la répartition géographique
par département issue des 137  personnes ayant accepté de partager un
exemple de bâtiment atteint par une pathologie due à l’humidité.

Figure 15 :  Répartition géographique par département, n=137

55 des 96 départements sont représentés dans les différentes régions


de France métropolitaine, à raison d’une à 10  personnes maximum.
À titre d'exception, la Gironde est le département le plus représenté
(10  personnes) et représente 8  % des 137  cas étudiés. Les autres dépar-
tements sont représentés par 1 à 4  personnes pour la majorité. Il n'y a
pas de biais géographique sur la diffusion du questionnaire. De plus, le
lieu géographique ne semble pas pouvoir expliquer ici l'occurrence des
pathologies dues à l'humidité.

2.2.4 Exploitation : pathologies rencontrées et typologie


de bâtiment associée
Sur les 200 participants dont les réponses sont exploitées, 137 (soit 68,5 %)
ont déjà rencontré dans leur carrière des pathologies dans le bâtiment dues
à un excès d’humidité, et cela sur un ou plusieurs bâtiments. Parmi ces
137 personnes, 93 % ont déjà rencontré des pathologies dues à l’humidité
sur au moins 2  bâtiments, et 18  % d’entre elles sur plus de 20 bâtiments
(Figure 16).

Figure 16 :  Nombre de bâtiments atteints par une ou des pathologie(s) due(s) à l’humidité

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
51
Bâtiments : typologies et pathologies

Parmi les 200 participants, 79 % d’entre eux sont dans le secteur du bâti-
ment depuis plus de 5 ans. De même, parmi les 63  participants ayant
déclaré n’avoir jamais rencontré de pathologies dues au bâtiment, 44 soit
70 %, a également plus de 5 ans d’expérience. Ainsi, nous ne pouvons pas
associer le fait de n’avoir jamais rencontré de pathologies dues à l’humidité
et le manque d’expérience.

2.2.4.1 Type de pathologies rencontrées

A. Pathologie causée par l’action directe de l’humidité


Parmi les 137  personnes ayant rencontré des pathologies dues à l’humi-
dité, 97  (71 %) ont constaté des dégradations mécaniques du matériau
(gonflement, fissuration, éclatement), 55 (40 %) des dégradations chimiques
du matériau par corrosion d’acier, 59 (43 %) des dégradations thermiques
et 107 (78 %) des dégradations esthétiques. Bien sûr, ces réponses ne sont
pas exclusives puisqu’il s’agit de questions sur l’ensemble de la carrière du
participant. Les dégradations causées directement par l’humidité sont donc
largement rencontrées par nos participants, notamment les dégradations
mécaniques et esthétiques. Si les dégradations thermiques sont loin d’être
négligeables, elles restent néanmoins moins souvent constatées.

B. Pathologie causée par un agent transporté par l’humidité


42  de ces 137  participants (31  %) ont déjà constaté des subflorescences
(cristallisation de sel dans le matériau) et 70 (51 %) des efflorescences (cris-
tallisation de sel à la surface du matériau). À noter que les subsflorescences
sont plus graves que les efflorescences, puisqu'elles provoquent une
dégradation mécanique du matériau en plus de la dégradation esthétique.
Les dégradations chimiques ne sont donc pas négligeables.

C. Pathologie causée par un agent se développant en milieu humide


32  de ces participants (23  %) ont constaté du gel, 54  (39 %) la présence
de moisissures causant des dégradations mécaniques, mais surtout 128,
soit 93 % d’entre eux ont pu constater des dégradations dues à des cham-
pignons et moisissures, soit la quasi-totalité des participants. Ainsi, une
dégradation due à l’humidité est presque systématiquement associée à
la présence de moisissures (moisissures seules ou associées à une autre
pathologie).

D. Pathologie causée par une rénovation thermique


98 des 200 participants, soit près de 50 %, ont déjà constaté des dégrada-
tions suite à une rénovation thermique, à savoir une isolation de paroi, de
toiture ou de plancher, ou encore le changement de menuiseries. Ainsi,
les rénovations mal conçues où l’humidité n’est pas prise en considération
peuvent être à l’origine de pathologies. Attention toutefois, les nombres
indiqués ne signifient pas que les participants rencontrent ces pathologies
régulièrement, mais bien qu’ils les ont déjà rencontrées. Pour appro-
fondir, le questionnaire se poursuit avec un cas de pathologie choisi par le
participant. Encore une fois, il est à noter que le cas choisi par la personne
sera forcément un cas marquant, donc potentiellement extrême, puisque
la question elle-même est «  Pouvez-vous indiquer celle (la pathologie)
qui s’est avérée la plus problématique ou qui présente le plus d’intérêt
pour un retour d’expérience  ?  ». Tous les bâtiments rencontrés par nos
professionnels ne sont donc pas forcément atteints comme ceux présentés.

2.2.4.2 Cas d’étude de pathologie partagé


L’exploitation s’effectue sur le premier cas d’étude partagé. En effet, la
deuxième proposition n’a été acceptée que par 6 personnes et la dernière
par aucune. Le premier cas d’étude va donc permettre d’exploiter les
réponses des 137 participants et de les comparer.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
52
Bâtiments : typologies et pathologies

A. Pathologies et origines de l’excès d’humidité


Cette fois, chaque participant a choisi la pathologie qu’il considérait
comme étant la plus problématique, au travers d’un exemple de bâtiment
rencontré. Ces pathologies dues à un excès d’humidité sont diverses.
La répartition obtenue est présentée dans la Figure 17.

Légende :
22 % : pathologie causée par l'action directe de l'humidité,
dégradation mécanique du matériau ;

3 % : pathologie causée par l'action directe de l'humidité,


dégradation chimique du matériau par corrosion d'acier ;

7 % : pathologie causée par l'action directe de l'humidité,


dégradation thermique du matériau ;

10 % : pathologie causée par l'action directe de l'humidité,


dégradation esthétique du matériau ;

1 % : pathologie causée par un agent transporté par l'humidité,


cristallisation de sel dans le matériau (subflorescence) ;

1 % : pathologie causée par un agent transporté par l'humidité,


cristallisation de sel à la surface du matériau (efflorescence) ;

1 % : pathologie causée par un agent se développant en milieu humide, gel ;

4 % : pathologie causée par un agent se développant en milieu humide,


dégradations mécaniques dues à champignons ;

46 % : pathologie causée par un agent se développant en milieu humide,


dégradations mécaniques et esthétiques dues à des champignons
et des moisissures ;

3 % : autres : infiltrations, atmosphère insupportable.

Figure 17 : Pathologies des bâtiments choisis par les participants

Tous les types de pathologies proposés sont représentés. Néanmoins, ce


sont les pathologies causées par les champignons et moisissures (46 % sur
137  réponses) et celles dues à une dégradation mécanique du matériau
causée directement par l’humidité (22 %) qui sont les plus problématiques
pour nos participants. Les dégradations par les moisissures sont en effet
très souvent rapportées par les professionnels. Cependant, ce ne sont pas
celles qui dégradent le plus gravement le bâtiment (sauf cas de mérule).
En revanche, la présence de moisissures dans l’ambiance intérieure pose
un problème sanitaire (QAI) préoccupant (risques d’allergies plus ou moins
fortes, voire, sur des cas plus rares de personnes sensibles ou immu-
nodéprimées, de maladies invasives comme l’aspergillose). Quant aux
dégradations mécaniques causées directement par la présence d’humidité,
elles peuvent conduire à la ruine du bâtiment et seront donc directement
étudiées dans ce projet.
Le Tableau  12 présente la principale origine identifiée par nos 137  parti-
cipants (une origine par cas).

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
53
Bâtiments : typologies et pathologies

Tableau 12 :  Evénement à l’origine de la pathologie

Selon les participants, ce sont donc principalement les systèmes de venti-


lation non entretenus ou non remplacés (20  % des 137  cas), la baisse des
débits de ventilation (11  %), le changement de fenêtre (10  %), mais aussi la
fissuration des revêtements extérieurs des murs (7  %) qui sont les événe-
ments principaux à l’origine des pathologies exposées ci-dessus, bien avant
l’imperméabilisation des sols (4  %), l’isolation thermique par l’intérieur
(3  %) ou par l’extérieur (4  %). Remarquons que 4  % de nos 137 participants
n’ont pas su déterminer l’origine de la pathologie. Or, 66  personnes (soit
48  % des 137  participants) ont constaté d’autres origines possibles de la
pathologie (Tableau 13).

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
54
Bâtiments : typologies et pathologies

Tableau 13 :  Autres événements à l’origine de la pathologie

Cette fois, les participants pouvaient apporter plusieurs réponses.


Les événements associés aux précédents pouvant être à l’origine de la
pathologie sont principalement les systèmes de ventilation non remplacés
ou non entretenus (47 % des 66 cas), les changements de fenêtres (39 %),
la baisse des débits de ventilation (38 %), l’ouverture des fenêtres
insuffisante (36  %), mais aussi l’augmentation du nombre d’occupants
(27 %), un défaut d’entretien de l’étanchéité de toiture (26 %) et la baisse
des températures intérieures en hiver (24 %). Ainsi, même lorsqu’ils ne sont
pas considérés comme les événements principaux ayant causés la patho-
logie, le vieillissement/non entretien du système de ventilation, la baisse
des débits de ventilation et le changement des fenêtres sont la plupart du
temps considérés comme associés à l’apparition de la pathologie.
Parmi les travaux provoquant une pathologie, l’absence de prise en compte
de la ventilation après remplacement des menuiseries (entrées d’air
inexistantes ou sous-dimensionnées) ou d’un renforcement de l’enve-
loppe (isolation ajoutée avec un pare-vapeur), mais aussi l’absence de
traitement des ponts thermiques après une isolation sont explicitement
mentionnés par les participants comme étant des causes très fréquentes de
pathologies.

B. Informations sur les bâtiments sinistrés


La Figure 23 présente les éléments du bâtiment touchés par les pathologies
relevées (les réponses pouvaient être multiples) :

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
55
Bâtiments : typologies et pathologies

Figure 18 :  Eléments du bâti touchés par la pathologie

Ce sont donc majoritairement les murs extérieurs (56  % des 137  cas) et
intérieurs (61 %) qui sont touchés par ces pathologies, avant les planchers
hauts (34 %) et les ouvrants (28 %). Il conviendra donc de privilégier l’étude
des parois dans ce projet. Sur les 30 cas mettant en avant les pathologies
mécaniques causées par l’action directe de l’humidité, 70 % (21 des 30 cas)
touchent des murs intérieurs et 60 % (18 des 30 cas) des murs extérieurs. La
répartition des années de construction des bâtiments choisis est donnée
par la Figure 19.

Figure 19 :  Années de construction des bâtiments

Parmi les cas d’étude choisis par les participants, 38 % sont des bâtiments
construits entre 1949 et 1974, et 42 % sont des bâtiments construits après
1975. Ainsi, ce ne sont pas forcément sur les très anciens bâtiments que
les pathologies sont les plus fréquentes. Attention toutefois à ne pas aller
trop loin dans cette interprétation. En effet, les anciens bâtiments ont été
jusqu’à maintenant moins étudiés/rénovés que les bâtiments post  1975,
puisque bon nombre de bailleurs sociaux ont des bâtiments datant d’après
cette date. Parmi les cas «  Autres  », 4  bâtiments récents (après  2000) ont
été touchés par des dégradations liées à l’humidité dont 3 par des traces
d’eau liquides dues à des débits de ventilation mal adaptés ou à l’eau de
séchage des dalles mal évacuée (bâtiment BBC), et 1 par des moisissures.
La Figure 21 présente le type de matériau principal utilisé pour la construc-
tion des bâtiments proposés comme cas d’étude.
Le matériau utilisé est principalement le béton (53 % des 137 cas), ce qui est
en cohérence avec la redondance des bâtiments post 1975, ou de la pierre/
moellon (pour 23  % des cas), qui se retrouve souvent sur les bâtiments
construits avant 1949. Les matériaux retrouvés ici sont en cohérence avec la
répartition des bâtiments par tranche d’âge.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
56
Bâtiments : typologies et pathologies

Figure 20 :  Matériau principal utilisé

La Figure 21 présente la principale énergie utilisée pour le chauffage dans


les bâtiments proposés.

Figure 21 :  Type de chauffage principal

Sans surprise, les deux types de chauffage utilisés en France se retrouvent


ici, à savoir le gaz (52 % des 137 cas) et l’électricité (34 %).
L’usage principal retrouvé parmi ces cas d’études pathologiques est
l’habitat, à 55 % collectif et à 34 % individuel. Ces valeurs sont cohérentes
avec les matériaux étudiés. En effet, dans le collectif, le béton est très
souvent employé, notamment après  1975, tandis que les matériaux type
pisé, pierre se retrouve parmi les habitats individuels, et très rarement
dans le tertiaire. De plus, les pathologies du type moisissures, fortement
représentées ici, sont très courantes dans les logements où la production
intérieure de vapeur d’eau est forte (respiration des occupants, séchage du
linge, cuisine, bains et douches, etc.). De plus, la ventilation est majoritai-
rement de la ventilation naturelle (41 %) très souvent retrouvée en habitat
individuel, ou mécanique auto-réglable (à débit constant : 30 % sur 137 cas)
(Figure 22) ;

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
57
Bâtiments : typologies et pathologies

Figure 22 :  Type de ventilation mise en place

Enfin, 61 % de ces bâtiments se situent en zone urbaine et 24 % en zone


péri-urbaine. Seuls 15 % se situent en zone rurale.

2.2.4.3 Solutions mises en place et efficacité


Le Tableau 14 présente les solutions mises en place pour remédier aux
pathologies rencontrées. Plusieurs solutions pouvaient être choisies par
les participants. Les deux solutions les plus utilisées sont, en toute logique
avec les causes vues précédemment, l’augmentation des débits de venti-
lation (61  % des 137  cas) et l’ajustement de ces débits à l’occupation du
bâtiment (44 % des 137 cas). Le remplacement du système de ventilation
concerne également 28  % des cas. Ces solutions concernent toutes la
ventilation qui si elle est mal réglée est, d’après cette enquête, à l’origine
de la majorité des pathologies vues précédemment. Le recours au déshu-
midificateur est rencontré pour 16 % des cas, l’augmentation du chauffage
dans 15 % des cas et l’isolation thermique par l’extérieur dans 16 % des cas.
En revanche, le changement d’usage du bâtiment est très peu envisagé
comme solution, à l’instar du changement de mobilier. Les solutions se
tournent donc de préférence vers le bâtiment lui-même et son fonctionne-
ment plutôt que vers les occupants. Pour 85 % des participants, la ou les
solution(s) utilisée(s) a (ont) été efficace(s). Les 15 % de participants n’ayant
pas répondu positivement expliquent que la solution n’a pas encore été
mise en place ou qu’elle n’a pas été acceptée par le maître d’ouvrage/la
copropriété, ou encore qu’elle n’était pas adaptée au problème (exemple :
pas d’installation de VMC dans le cas d’apparition de moisissures, etc.).

2.2.5 Implication et besoins des participants concernant


la question de l’humidité dans le bâtiment
2.2.5.1 Intérêt des participants à la question de l’humidité
dans le bâtiment
Pour terminer l’exploitation de ce questionnaire, revenons sur la prise en
compte des risques liés à l’humidité dans le bâtiment par les 200 participants.
Sur les 200 participants, 157 soit 78,5 % conçoivent ou réalisent des travaux
de rénovation. Sur ces  157 participants, seuls  78 (50  %) demandent ou
réalisent un diagnostic de l’existant inspectant la présence d’humidité. Cela
peut traduire un manque de prise de conscience de la part des profession-
nels sur ce point, qui peut amener à des situations pathologiques par la
suite.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
58
Bâtiments : typologies et pathologies

Les types de diagnostics sont divers et peuvent être combinés (Figure 23).
Tableau 14 :  Solutions mises en place pour remédier aux pathologies

Figure 23 :  Type de diagnostic réalisé sur l'existant

Parmi les 78 personnes concernées par les diagnostics, 78 % d’entre elles
réalisent un diagnostic visuel, 32 % avec des capteurs d’humidité relative et
15 % avec des sondes diélectriques, capacitives ou micro-ondes.
Parmi les 157  participants amenés à concevoir ou réaliser des travaux de
rénovation, seuls 4 % réalisent systématiquement une étude sur les trans-
ferts d’humidité, 11 % souvent, 18 % parfois et 67 % jamais. Cela traduit un
manque d’intérêt ou de connaissance pour réaliser ces études. Ce nombre
est assez symptomatique de l’implication des professionnels sur cette ques-
tion de l’humidité dans les bâtiments français. De plus, sur les 52 personnes
réalisant une étude sur les transferts d’humidité (33 % des 157 participants),
27  % la réalise avec WUFI et 69  % avec Glaser (l’une pouvant compléter
l’autre). Ainsi, sur les 15 participants concernés, seuls 9 % utilisent WUFI.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
59
Bâtiments : typologies et pathologies

Enfin, sur les 200  participants interrogés, soit la totalité de l’échantillon


questionné, 37 % considèrent que la problématique de l’humidité est
incontournable pour tous les bâtiments rénovés, 28 % pour plus de 50 %
des bâtiments rénovés, 33  % pour moins de la moitié des bâtiments
rénovés et enfin, 2 % pour aucun bâtiment à rénover. Ainsi, cette problé-
matique serait bien connue des professionnels qui auraient conscience de
son importance, mais sa prise en compte sur le terrain reste néanmoins
insuffisante. Cela peut s’expliquer par le manque de connaissances et de
moyens des professionnels.

2.2.5.2 Besoins des participants liés à la question de l’humidité


dans le bâtiment
Dans cette enquête, les participants avaient la possibilité d’exprimer
plusieurs besoins. Les résultats obtenus sont présentés dans la Figure 29.
15  % des participants estiment n’avoir aucun besoin, 45  % d’entre eux
auraient besoin de formation ou de sensibilisation, 57  % d’entre eux de
méthodes pour les diagnostics ou les études et 35 % d’entre eux de maté-
riels de diagnostics ou de logiciels non disponibles à ce jour sur le marché.
Ainsi, 85  % d’entre eux expriment des besoins afin d’aller plus loin dans
leur démarche sur la prise en compte de l’humidité dans les bâtiments
(Figure 24).

Figure 24 : Type de diagnostic réalisé sur l'existant

2.2.6 Synthèse de l’exploitation du questionnaire


L’échantillon étudié dans cette enquête est de 200 personnes. Le question-
naire proposé ne prétend pas représenter l’intégralité des professionnels
du bâtiment puisque l’échantillon de diffusion du questionnaire a été
choisi  : l’échantillon de 200  personnes n’est donc pas aléatoire, ce qui
constitue le biais principal de cette étude. Il est également regrettable que
si peu d’entreprises de rénovation aient répondu à ce questionnaire alors
qu’elles sont directement sur le terrain et peuvent constater beaucoup de
malfaçons. Il pourrait être envisagé de cibler ces professionnels pour appro-
fondir cette enquête par la suite. Néanmoins, celle-ci a permis d’avoir les
retours d’expérience d’un panel de 200 professionnels, ce qui permet de
compléter l’étude bibliographique de la documentation professionnelle.
Les dégradations les plus souvent repérées sont des dégradations
mécaniques provoquées par l’action directe de l’humidité (22  % des
137 participants considèrent que c’est la pathologie due à l’humidité la plus
préoccupante qu’ils aient rencontrée), mais aussi les moisissures (46 % de
ces 137  participants). Elles touchent principalement les parois intérieures
et extérieures, mais aussi les planchers hauts et les ouvrants, et seraient
dues principalement aux systèmes de ventilation non entretenus ou non
remplacés, à la baisse des débits de ventilation ou encore au changement
inadapté des fenêtres. La ventilation revient d’ailleurs de manière récur-
rente de la part des participants comme étant une source de pathologies.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
60
Bâtiments : typologies et pathologies

Les bâtiments touchés par ces pathologies sont des bâtiments d’habitat
collectif ou individuel en béton ou en pierre/moellon pour la plupart,
datant principalement d’après 1975, mais aussi entre 1949 et 1974, chauffés
pour la majorité au gaz ou à l’électricité et situés en zone urbaine.
Les solutions envisagées par les professionnels questionnés concernent
principalement la cause principale de pathologies identifiée, à savoir le
système de ventilation : débit augmenté et adapté, voire changement du
système de ventilation, afin de l’adapter au bâtiment et à l’occupation.
Enfin, si de nombreux professionnels estiment qu’il existe un réel besoin
d’étudier la question de l’humidité avant une rénovation, la moitié seule-
ment effectue un diagnostic de l’existant et moins d’un tiers d’entre eux
peut être amené à effectuer une étude préalable sur les transferts d’humi-
dité (sans que cela soit systématique). Cela peut s’expliquer en partie par
un manque de formation aux outils à disposition des professionnels mais
aussi aux méthodes de diagnostic.

3. Les principes de la ventilation


en résidentiel et pathologies rencontrées
Après avoir balayé les principales pathologies liées à l’humidité rencontrées
dans le bâtiment, dans cette partie seront traités les principaux principes de
ventilation ainsi que les différents systèmes existants et leurs composants.

3.1 Les principes de ventilation en résidentiel


Les principes de ventilation des bâtiments résidentiels sont intimement liés
à l’évolution de la réglementation et des modes constructifs. On distingue
ainsi de grandes périodes dans l’historique de la ventilation en habitat
résidentiel correspondant à des principes de ventilation.
Début du siècle Aération par ouvrants
Jusqu’aux années 50-60 Ventilation ponctuelle
Entre 1945 et 1980 Ventilation générale naturelle
Après 1975 Ventilation générale mécanique

Figure 25 :  Historique des principaux modes d’aération et de ventilation dans le résidentiel

Il est possible de distinguer 4 grands principes de ventilation :


• la ventilation par ouvrants ;
• la ventilation par pièces séparées ;
• la ventilation par balayage partiel ;
• la ventilation générale par balayage.
Le parc français de logements existant regroupe en 2004 plus de 30 millions
de logements dont 57  % de maisons individuelles et 43  % de logements
collectifs.

Figure 26 :  Principes de ventilation rencontrés dans le parc résidentiel français


en février 2008 [AIR.H, 2008]

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
61
Bâtiments : typologies et pathologies

3.1.1 L’aération par ouvrants 


Dans ce principe, la ventilation du bâtiment est alors réalisée par les fuites
de l’enveloppe et par des ouvertures. En effet, l’ouverture des fenêtres est
nécessaire afin d’obtenir un renouvellement d’air minimal d’hygiène. Les
défauts d’étanchéité assurent aussi et en partie le renouvellement d’air du
bâtiment. L’air pénètre à la fois :
• dans les pièces principales lors de l’ouverture des fenêtres ;
• à travers les défauts d'étanchéité sous les effets du vent et du tirage
thermique ;
• par les conduits de fumées éventuellement présents dans ces pièces.
Ce principe est très limité car la circulation de l’air dans le logement n’est
pas maîtrisée.

3.1.2 La ventilation par pièces séparées


Dans ce principe de ventilation, l’entrée et l’évacuation de l’air se déroulent
dans la même pièce. Il y a plusieurs solutions :
• soit par un seul orifice de grande dimension tel qu’une fenêtre ;
• soit par deux orifices (deux orifices en façade en parties haute et basse
ou un orifice en façade et un conduit à tirage naturel) ;
• soit par un système mécanique assurant dans la même pièce l’amenée
d’air neuf et l’extraction d’air pollué (systèmes double-flux équipés ou
non d’un échangeur).
Par pièce, il est possible de dire que :
• seule la cuisine est ventilée en permanence par une entrée d’air en partie
basse de la façade et un conduit d’extraction qui peut être :
-- soit unitaire,
-- soit collectif à raccordement individuel de hauteur d’étage ;
• la salle de bains et le cabinet d’aisances sont équipés d’ouvrants et ne
sont ventilés qu’à l’ouverture de ces derniers ;
• l’air pénètre dans les pièces principales :
-- lors de l’ouverture des fenêtres,
-- à travers les défauts d’étanchéité des ouvrants sous les effets du vent
et du tirage thermique,
-- par les conduits de fumées éventuellement présents dans ces pièces,
-- par les grilles en positions haute et basse.
Tout comme pour l’aération par ouvrants, ce principe ne permet pas la
maîtrise des transferts aérauliques qui peuvent donc avoir lieu des pièces
techniques vers les pièces principales.

3.1.3 La ventilation par balayage partiel


Il s’agit d’un principe que l’on peut qualifier d’hybride puisqu’il est à
mi-chemin entre la ventilation générale et la ventilation par pièces sépa-
rées. Cette fois, l’apport d’air neuf et l’évacuation de l’air vicié ne se fait pas
dans la même pièce bien que le cheminement de l’air ne soit pas toujours
maîtrisé. La ventilation est faite par pièces séparées avec obligation de
ventiler les pièces techniques. Par pièce, il est possible de dire que :
• un conduit de ventilation ou de fumée (individuel ou collectif) est obli-
gatoire en cuisine. Le débit d’air extrait permet d’évacuer les polluants
produits dans cette pièce ;
• le renouvellement d’air de la salle de bains et du cabinet d’aisances se
fait :
-- soit au travers des ouvrants,
-- soit par deux conduits de ventilation basse et haute ;

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
62
Bâtiments : typologies et pathologies

• il ne contribue pas à la ventilation du reste du bâtiment ;


• dans les pièces principales, le débit d’air neuf (à travers les défauts
d’étanchéité de l’enveloppe) est égal au débit d’air extrait en cuisine
mais n’est pas suffisant pour assurer la qualité de l’air dans ces pièces qui
nécessitent d’être aérées.

3.1.4 La ventilation générale par balayage


Le principe de la ventilation générale par balayage basé sur l’arrêté du
24 mars 1982 repose sur 4 bases fondamentales :
1. la ventilation doit être permanente ;
2. l’air neuf est introduit naturellement (entrées d’air situées en traversée
haute de la fenêtre, en coffre de volets roulants ou en maçonnerie) ou
mécaniquement (insufflé directement) dans les pièces principales ;
3. l’air vicié est extrait naturellement (bouches d’extraction, conduit indivi-
duel ou collectif avec ou sans assistance mécanique) ou mécaniquement
des pièces de service ;
4. le transfert de l’air est assuré des pièces les moins polluées vers les
pièces les plus polluées par des passages de transit ménagés dans les
portes ou par leur détalonnage.
La valeur des débits est fixée réglementairement afin que le renouvelle-
ment d’air dans les pièces principales soit suffisant et pour que les polluants
spécifiques produits dans les pièces de service puissent être extraits. Avant
de décrire les différents types de ventilation existants, il semble nécessaire
de dresser un état des lieux de la réglementation actuelle.

3.2 a réglementation de la ventilation


L
dans le résidentiel
Il existe différents textes réglementaires et normes liés à la ventilation dans
l’habitat résidentiel parmi lesquels on trouve :
• l’arrêté du 24 mars 1982 relatif à l’aération des logements, modifié par
arrêté du 28 octobre 1983 sur la modulation des débits (résidentiel neuf) ;
• la réglementation acoustique pour les installations de VMC ;
• la réglementation thermique ;
• la réglementation protection incendie ;
• la norme NF EN 15242 ;
• le DTU 68.3 (anciennement DTU 68.1 et 68.2).

3.2.1 Arrêté de mars 1982


Tableau 15 :  Débits maximaux à extraire selon l’article 3 de l’arrêté de mars 1982

Débits extraits en m3/h


Nombre
Salle de Bains Autre salle
de pièces Cuisine WC unique WC multiple
avec ou sans WC d’eau
principales
1 75 15 15 15 15
2 90 15 15 15 15
3 105 30 15 15 15
4 120 30 15 30 15
5 et + 135 30 15 30 15

Applicable dans le résidentiel neuf, l’arrêté du 24  mars  1982 impose la


mise en place d’une aération générale et permanente avec un balayage
des pièces principales aux pièces de service. Il définit des débits maximaux
(nominal) en hiver et minimaux (réduits) à extraire.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
63
Bâtiments : typologies et pathologies

Tableau 16 :  Débits minimaux à extraire selon l’article 4 de l’arrêté de mars 1982

Nombre de pièces principales


Débits minimaux extraits 1 2 3 4 5 6 7
Total 35 60 75 90 105 120 135
En cuisine 20 30 45 45 45 45 45

Lorsque l’aération est assurée par un dispositif mécanique qui module


automatiquement le renouvellement d’air du logement, de telle façon que
les taux de pollution de l’air intérieur ne constituent aucun danger pour la
santé et que puissent être évitées les condensations, à l’exception de pollu-
tions passagères, les débits définis par le Tableau 16 peuvent être réduits.
Un tel dispositif doit être autorisé par la DHUP et les débits à relever dans
les Avis Techniques.
Tableau 17 :  Débits minimaux à extraire pour les dispositifs à modulation selon l’arrêté révisé
de 1983
Nombre de pièces principales
Débits minimaux extraits 1 2 3 4 5 6 7
Total 10 10 15 20 25 30 35

Il existe des dérogations en zones climatiques H2 ou H3 pour l’installation


d’ouvrants en salle de bains et en WC. Le raccordement de hottes sur
une installation collective de sortie d’air est interdit (risque d’odeurs et de
propagation de feu). Les entrées d’air ne doivent pas être obturables.
De plus, le décret du 27 novembre 2008 précise les dispositifs à mettre en
œuvre pour la prévention des intoxications par le monoxyde de carbone.

3.2.2 La réglementation acoustique


Afin de réaliser une installation de VMC silencieuse, un grand nombre de
bruits potentiels est à considérer :
• 1 : bruit généré par le ventilateur et son moteur transmis par les conduits ;
• 2 : bruit provenant des autres logements (en collectif) ;
• 3 : bruit rayonné par le ventilateur à l’extérieur ;
• 4 : bruit transmis par le ventilateur à la structure ;
• 5 : bruit provenant de l’extérieur.
C’est l’arrêté du 30 Juin 1999 relatif aux caractéristiques acoustiques des
bâtiments d’habitation qui précise les niveaux à ne pas dépasser.
• Bruit généré au niveau des bouches d’extraction (bruit 1 et 2)
Deux paramètres doivent être contrôlés, la pression acoustique et le niveau
d’isolement acoustique :
• le niveau de pression acoustique normalisé, LnAT, du bruit engendré par
une installation de ventilation mécanique en position de débit minimal
est limité à 30  dB(A) dans les pièces principales et 35  dB(A) dans les
cuisines de chaque logement ;
• l’indice d’isolement acoustique standardisé pondéré, DnTA, entre le
local d’un logement, considéré comme local d’émission, et la pièce
d’un autre logement du bâtiment est limité aux valeurs données dans le
Tableau 18.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
64
Bâtiments : typologies et pathologies

Tableau 18 :  Isolement acoustique normalisé

Isolement acoustique Local de réception : pièce d’un autre logement


normalisé DnTA (dB) Pièce principale Cuisine et salle d’eau
Local d’émission :
local d’un logement,
53 50
à l’exclusion des
garages individuels

• Bruit rayonné par le ventilateur à l’extérieur (bruit 3)


Le décret du 31  août  2006 relatif à la lutte contre les bruits de voisinage
modifiant le Code de la santé public fixe les limites du bruit du voisinage
qui se caractérise par une émergence sonore maximale, par rapport aux
bruits dits «résiduels», de :
• 5 dB(A) en période diurne (de 7 h à 22 h) ;
• 3 dB(A) en période nocturne (de 22 h à 7 h).
• Bruit provenant de l’extérieur (bruit 5)
L’arrêté du 30 juin 1999 fixe également une valeur de 30  dB pour l’isole-
ment acoustique standardisé pondéré, DnT,A,tr, des pièces principales
et des cuisines contre les bruits de l’espace extérieur. L’arrêté du 30  mai
1996 modifié relatif à l’isolement acoustique des bâtiments d’habitation
contre les bruits extérieurs fixe 5 isolements acoustiques (45, 42, 38, 35 et
30 dB(A)) en fonction de la construction de l’immeuble, pour un bâtiment
construit dans une rue en U ou en tissu ouvert.

3.2.3 La réglementation thermique


La RT 2012 traite des caractéristiques thermiques des bâtiments nouveaux
et des parties nouvelles de bâtiments. La ventilation doit engendrer le
minimum de déperditions thermiques possibles. Son contrôle est donc
essentiel.

3.2.4 La réglementation protection incendie


Les installations de ventilation doivent être réalisées conformément à
l’arrêté du 31  janvier  1986 relatif à la protection contre l’incendie des
bâtiments d’habitation. En habitat collectif, pour lutter contre la propa-
gation du feu d’un appartement vers un autre appartement via le réseau de
ventilation, deux solutions principales sont préconisées :
• soit le ventilateur fonctionne en permanence ;
• soit chaque conduit de raccordement à un conduit collectif est muni d’un
clapet pare-flammes.

3.2.5 La norme NF EN 15242


La norme européenne  15242 décrit la méthode de calcul des débits de
ventilation des bâtiments, pour des applications telles que les calculs de
consommation énergétique, le calcul des charges de rafraîchissement et
de chauffage, le confort d’été et l’évaluation de la qualité de l’air intérieur.
Cette méthode doit s’appliquer :
• aux bâtiments ventilés mécaniquement ;
• aux conduits passifs ;
• aux systèmes hybrides alternant ventilation mécanique et ventilation
naturelle ;
• aux fenêtres s’ouvrant manuellement pour l’aération ou le confort en
période estivale

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
65
Bâtiments : typologies et pathologies

3.2.6 Le Document Technique Unifié 68.3


Ce document fixe les règles de conception et de dimensionnement des
installations de VMC simple flux par extraction avec pour objectif l’amélio-
ration de ce fonctionnement par le respect des débits réglementaires et la
diminution des niveaux sonores. Le domaine d’application du NF DTU 68.3
concerne les installations de ventilation mécanique contrôlée dans les
bâtiments à usage d’habitation en construction neuve ou en réhabilitation/
rénovation. Il fixe des règles de conceptions telles que les critères de choix,
d’implantation et d’accessibilité des composants, pour lesquels ils fixent les
règles permettant de les caractériser. Ils servent également :
• au dimensionnement des entrées d’air tant au niveau aéraulique qu’au
niveau acoustique ;
• à la répartition des entrées d’air ;
• au dimensionnement des passages de transit au niveau des portes ;
• au dimensionnement de l’installation en fonction de la dépression et des
débits nominaux et réduits ;
• à la vérification des exigences acoustiques (bruit extracteur et conduits).
Après ce rapide constat concernant la réglementation actuelle de la venti-
lation, la prochaine partie traitera des différents types de ventilation.

3.3 es types de ventilation rencontrés


L
dans l’habitat résidentiel
Il existe trois principaux types de ventilation dans l’habitat individuel et
collectif  : la ventilation naturelle, la ventilation hybride et la ventilation
mécanique.

3.3.1 Les composants usuels de la ventilation


Il existe de nombreux composants plus ou moins essentiels à la conception
d’un réseau de ventilation qui sont décrits dans cette partie.

3.3.1.1 Les entrées d’air


Ces composants sont caractérisées normativement (NF EN  13141-1 et
NF EN 13141-9) par leur(s) débit(s) nominal (aux), exprimé(s) en mètres cube
par heure, et les limites d’utilisation en pression. Ces dispositifs d’amenée
d’air sont également caractérisés par leur isolement acoustique Dn,e et leur
résistance à la pénétration d’eau. Une norme complémentaire NF E 51-732
permet de les caractériser par leur module  M (débit sous 20 Pa). Le
dimensionnement des entrées d’air se fait également en fonction du débit
de fuite Qƒ. Il est nécessaire d’installer au moins une entrée d’air par pièce
principale.
• Les entrées d’air fixes ont une section de passage constante.
• Les entrées d’air autoréglables ont une section de passage qui se
modifie automatiquement en fonction de la différence de pression de
part et d’autre de l’entrée d’air. Elles permettent de réguler le débit d’air
qui la traverse en évitant un excès d’air incontrôlé (notamment en cas de
surpression due au vent).
• Les entrées d’air hygroréglables ont une section de passage qui se
modifie automatiquement en fonction du taux d’hygrométrie de la
pièce desservie. Elle permet de moduler le débit d’air neuf en fonction
de l’occupation des pièces. La régulation des entrées d'air hygroré-
glables s'effectue en fonction du taux d'humidité relative à l'intérieur. En
général, il y a un coefficient thermique qui permet de régler la position
du volet quelle que soit la saison. En hiver, l'air est froid et contient moins
de vapeur d'eau, ainsi la section de l'entrée d'air est réduite.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
66
Bâtiments : typologies et pathologies

Figure 27 :  Courbe de fonctionnement d’une entrée d’air hygroréglable

• Les entrées d’air anti-retour permettent d’éviter que l’air du logement ne


ressorte par leur propre orifice. Elles permettent de limiter la ventilation
transversale.
• Les dispositifs acoustiques permettent d’atténuer la pénétration des
bruits extérieurs dans le logement. Ces dispositifs ne doivent pas modi-
fier les caractéristiques aérauliques des entrées d’air. L’ensemble du
dispositif (avec entrée d’air) est caractérisé par son niveau d’atténuation,
coefficient Dn,e + Ctr.

3.3.1.2 Le transit de l’air


La circulation de l’air des pièces principales vers les pièces de service peut
être assurée par des passages de transit au droit des portes intérieures de
plusieurs manières possibles :
• détalonnage des portes (valeurs données dans le DTU 68.3) ;
• utilisation d’une grille de transfert ou de blocs-portes présentant des
passages d’air en périphérie ;
• rehaussement des huisseries de porte de manière à ménager un passage
d’air en partie basse de l’ouvrant.

Tableau 19 :  Dimensionnement des passages de transit

Portes intérieures Portes intérieures


sur cuisine sur sanitaires
2 portes : e = 1 cm
Passage d’air e = 1 cm
1 porte : e = 2 cm
Grille de transit Module 200 –

3.3.1.3 Les bouches d’extraction


L’air vicié des logements est extrait via des bouches d’extraction donnant
sur un conduit de ventilation. Les bouches sont caractérisées normati-
vement (NF EN  13141-2 et NF EN  13141-10) par leur(s) débit(s) nominal
(aux), exprimé(s) en mètres cubes par heure, les limites d’utilisation en
pression, leur isolement acoustique Dn,e,w et leur puissance acoustique en
fonction de la dépression Lw.
• Les grilles d’extraction fixes ont une section de passage fixe.
• Les bouches d’extraction autoréglables ont une section de passage
qui se modifie automatiquement en fonction de la pression de part et
d’autre du composant afin de limiter les variations de débit d’air. Ces
bouches d’extraction ont une limite d’utilisation en pression.
• Les bouches d’extraction hygroréglables ont une section de passage qui
se modifie automatiquement pour faire varier le débit en fonction de
l’humidité de l’air qui la traverse. Elle présente l’avantage de s’adapter

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
67
Bâtiments : typologies et pathologies

à l’occupation et à l’activité qui en découle  : la section de la bouche


d’extraction croît lorsque la production de vapeur d’eau croît.
Elle permet enfin de limiter les débits extraits en périodes froides.
Les débits minimaux et maximaux sont définis par les Avis Techniques
tout comme les pressions définies par le ventilateur et les caractéris-
tiques acoustiques.

Figure 28 :  Courbe de fonctionnement d’une bouche d’extraction hygroréglable

3.3.1.4 Les ventilateurs


Les ventilateurs diffèrent par leur type (centrifuges, axiaux, etc.), leur loi
débit/pression, leur vitesse de rotation, leur niveau sonore ou encore leur
puissance absorbée.

Figure 29 :  Courbe de dimensionnement d’un ventilateur

En maison individuelle, les groupes de VMC simple-flux autoréglables font


l’objet d’un droit d’usage de la marque NF-VMC suivant les exigences du
référentiel NF 205. Les ventilateurs utilisés sont généralement en plastique
puisqu’il n’existe aucune exigence vis-à-vis de la propagation du feu. Les
groupes de VMC simple-flux hygroréglables sont soumis à un contrôle
des caractéristiques aérauliques et acoustiques réalisé dans le cadre de
la certification CSTBat. Les ventilateurs utilisés en VMC autoréglable font
généralement partie d’un kit comprenant les bouches d’extraction. Ils
sont conçus pour répondre à toutes les configurations du logement. Un
réglage doit s’effectuer au niveau du piquage de la cuisine et des piquages
sanitaires afin d’assurer les débits exigés par l’arrêté du 24  mars 1982
modifié. Quant aux ventilateurs utilisés en VMC hygroréglable, ils font
partie d’un kit comprenant les bouches d’extraction et sont caractérisés
dans les Avis Techniques propres à chaque industriel. Le ventilateur doit
être placé de façon à être facilement accessibles et doit respecter certaines
caractéristiques vis-à-vis de la protection incendie.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
68
Bâtiments : typologies et pathologies

3.3.1.5 Les conduits


Les réseaux sont dimensionnés généralement pour 0,7 Pa/m de pertes
de charge linéiques selon le NF  DTU  68.3. On ne change pas systémati-
quement de diamètre pour chaque tronçon et il est généralement accep-
table de monter ponctuellement jusqu’à 1 Pa/m. Les conduits peuvent être
de différents types (spiralés, flexibles, semi-rigides, en fibre de verre, etc.).
• La vitesse dans les conduits horizontaux ne doit pas excéder 6 m/s.
• La vitesse dans les conduits verticaux ne doit pas excéder 5 m/s.
• La vitesse dans les conduits terminaux et colonnes doit être limitée à
4 m/s.
Le calcul des pertes de charges du réseau devra être réalisé du ventilateur
à la pièce, aux débits minimaux et maximaux en intégrant le réseau et
ses accessoires, les bouches et le détalonnage des portes. Les pertes de
charge standards supposent des conduits droits en amont et en aval des
singularités. Lorsque les singularités s’enchainent ou que l’une d’elle est
placée près du ventilateur, ceci induit une augmentation des pertes de
charges et du niveau sonore (effet système).
L’étanchéité des conduits est primordiale et il existe différentes classes
d’étanchéité. Selon les normes sur les réseaux (NF EN  12237, etc.), les
réseaux sont classés pour l’étanchéité de A à D, D étant la meilleure classe.
Une classe s’obtient en ayant un débit de fuite par m², sous une pression
donnée, inférieure à une limite donnée.

Tableau 20 :  Définition des classes d’étanchéité selon NF EN 12237

Limite de pression effective


Classes Limite d’étanchéité à l’air
(Pa)
d’étanchéité
à l’air Positive Négative ƒmax (m3.s-1.m-2)

A 500 500 0.027pt0.65.10-3


B 1000 750 0.009pt0.65.10-3
C 2000 750 0.003pt0.65.10-3
D 2000 750 0.001pt0.65.10-3

En ventilation mécanique double-flux, il est nécessaire d’isoler les conduits


afin d’éviter les déperditions énergétiques. (50 mm hors volume chauffé et
25 mm en volume chauffé pour l’isolant).

3.3.1.6 Les registres et régulateurs


Il peut arriver que l’équilibrage du réseau aéraulique soit indispensable
même en résidentiel. Dans ce cas, on utilise des registres qui peuvent être
de différents types (volets, iris, etc.) ou des régulateurs de débit autoré-
glables afin d’assurer une répartition correcte des débits de soufflage dans
les pièces principales d’un logement.

3.3.2 La ventilation naturelle et hybride


3.3.2.1 La ventilation naturelle

A. Les moteurs de la ventilation naturelle


Les moteurs permettant de mettre «  naturellement  » l’air en mouvement
sont :
1. le tirage thermique (gradient des masses volumiques en fonction de la
température et de l’altitude).
En hiver, l’air dans un conduit de ventilation est plus chaud et plus léger
que l’air extérieur et crée une dépression en partie basse. Cela génère la
circulation de l’air venant de l’extérieur par les entrées d’air des pièces
principales et assure la ventilation. La pression motrice due au tirage

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
69
Bâtiments : typologies et pathologies

thermique est proportionnelle à la hauteur du conduit de ventilation et à la


différence de température entre l’intérieur et l’extérieur.

Avec :
g Accélération de la pesanteur (m.s-2)
Pm Pression motrice engendrée par le tirage thermique (Pa)
Ti Température intérieure (°C)

Te Température extérieure (°C)


0 Masse volumique de l’air à 0 °C (kg.m-3)

H Hauteur du conduit de ventilation (m)

Le tirage thermique est également efficace la nuit en été car l’inertie


thermique des bâtiments entretient souvent des écarts de température
d’au moins 10 °C entre l'intérieur et l’extérieur ;
2. la pression éolienne (effet du vent).
Quand le vent rencontre un bâtiment, il comprime l’air sur les parois qui
lui font face et crée, en général, des dépressions sur les autres. Ainsi,
les passages qui mettent en communication le logement avec l’extérieur
(grilles de ventilation, débouchés des conduits en toiture, etc.) sont soumis
à des pressions différentes qui entretiennent une circulation de l’air à
travers le logement. La contribution du vent dans la ventilation naturelle
dépend de sa vitesse, de son orientation et de l’orientation du bâtiment vis-
à-vis des vents dominants. Ces moteurs « naturels » possèdent des limites
dues principalement à l’aspect aléatoire des conditions climatiques qui
peut entrainer des problèmes de ventilation non maîtrisée, de refoulement,
de siphonage ou de surventilation.

B. Le fonctionnement de la ventilation naturelle


L’air pénètre dans le logement par des entrées d’air situées dans les pièces
principales (et/ou dans les pièces de service). Ces entrées d’air peuvent
être :
• soit des grilles en traversée de parois ;
• soit des conduits horizontaux ;
• soit des conduits verticaux ;
• soit des entrées d’air autoréglables ;
• soit des entrées d’air anti-retour ;
• soit des dispositifs acoustiques.
L’air est extrait du logement par des bouches d’extraction situées dans les
pièces de service. Ces bouches peuvent être  montées en traversée de
parois (en partie haute) ou raccordées à un conduit d’extraction qui peut
être :
• un conduit collectif qui dessert plusieurs logements (shunt) ;
• un conduit individuel qui dessert une seule bouche d’extraction.
Le débouché de conduit est coiffé par un extracteur qui peut avoir un
simple rôle décoratif (rarement), servir à protéger l’intérieur du conduit de
la pluie, s’opposer à la pénétration des volatiles et utilement en termes de
ventilation, avoir un rôle « moteur » en présence de vent. Dans ce dernier
cas, on l’appelle extracteur statique.

3.3.2.2 La ventilation naturelle hygroréglable


Dans un logement équipé de conduits d’extraction pour tirage naturel,
il est possible de mettre en place des entrées d’air et des bouches d’extrac-
tion de section variable avec l’humidité relative dans le logement.
© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
70
Bâtiments : typologies et pathologies

Les entrées d’air ont une section équivalente variant de 10 à 30 cm² sur une
plage d’humidité relative de 30 à 60 % HR. Les grilles d’extraction ont une
section équivalente qui peut varier de 15 à 75 cm² sur une plage d’humidité
relative de 40 à 75 % HR. La ventilation naturelle hygroréglable permet une
limitation des déperditions par renouvellement d’air et une certaine adap-
tabilité au taux d’occupation des logements.

3.3.2.3 La ventilation hybride


La ventilation naturelle hybride ou ventilation hybride, optimise l’exploi-
tation des forces motrices naturelles, en les associant à une assistance
mécanique basse pression. L’assistance mécanique (pouvant être non
permanente) est pilotée par un système de contrôle intelligent, qui associe
automatiquement le mode naturel et le mode assistance mécanique,
en fonction des conditions météorologiques. Ceci permet d’utiliser au
maximum les forces motrices naturelles, optimisant ainsi la consommation
électrique des auxiliaires. Tous ces extracteurs ont un fonctionnement dit
« basse pression » c’est-à-dire avec une dépression inférieure à 30 Pa.

3.3.2.4 L
es composants caractéristiques de la ventilation naturelle
et hybride

A. Les typologies de conduits


• Les conduits horizontaux
Dans certaines configurations en l’absence d’un conduit vertical de venti-
lation dans une ou plusieurs pièces techniques (exemple des sanitaires),
l’usage d’un conduit horizontal de raccordement est nécessaire. La mise en
place de ce type de conduit permet d’assurer la jonction d’une ou plusieurs
bouches d’extraction a un conduit vertical de ventilation. En rénovation, en
présence de conduits de ventilation « shunt », les conduits de ventilation
utilisés pour ventiler les cuisines ne peuvent pas l’être pour ventiler les
autres pièces. Dans cette situation, on utilisera un autre conduit de ventila-
tion ou un conduit de fumée désaffecté.
• Les conduits verticaux
Les conduits verticaux ont souvent le rôle d’évacuer l’air vicié. On trouve
différentes typologies de conduits de ventilation principalement utilisés
dans les bâtiments d’habitation :
• conduits individuels de ventilation  : les conduits individuels sont en Pièce Pièce
de
agrégats de béton, en amiante-ciment, en terre cuite ou en grès vernissé. service
principale

Leur section est carrée, ronde ou rectangulaire. Ils sont facilement


repérables sur les pignons de bâtiment ;
• conduits collectifs dit « shunt »  : ce sont des conduits dans lesquels
débouchent, après une chicane anti-refoulement, les conduits indivi-
duels de chaque niveau. Les boisseaux ou wagons ont une hauteur de
33 ou 25 cm (soit 8 à 10 joints par étage, d’où risque de défauts possibles).
Le conduit peut aussi être moulé, en béton, sur une hauteur d’étage.

B. Les typologies d’extracteurs


Il existe quatre grands types d’extracteur : l’extracteur statique, l’extracteur
stato-mécanique, le ventilateur d’extraction basse pression et l’extraction
assistée par induction. Il est à noter qu’une norme de caractérisation des
performances des extracteurs est en cours de rédaction par des groupes de Figure 30 :  Schéma en coupe
travail de l’Union de la normalisation de la mécanique (UNM). d’un conduit « shunt »

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
71
Bâtiments : typologies et pathologies

„„ Les extracteurs statiques


Composant terminal installé en tête de conduit, il permet d’améliorer
le tirage généré par le vent et d’éviter la pénétration de la pluie dans le
conduit. Cet appareil est caractérisé selon la norme NF EN 13141-5. Il peut
également avoir la fonction anti-refouleur et/ou anti-volatile. Un extracteur
statique anti-refouleur permet de s’opposer activement aux dépressions de
façades créées par le vent et évite ainsi le phénomène de siphonage dans
les conduits.
La dépression engendrée par l’extracteur est exprimée comme suit :

Avec :
dP Pression statique dans le conduit (Pa)
pd Pression dynamique du vent (Pa)
dPextracteur Dépression générée par l’extracteur (Pa)

Vventsite Vitesse du vent sur site (m.s-1)


Vventréf Vitesse de référence du vent (m.s-1)
Cext Coefficient de succion (ou d’aspiration) (–)
 Masse volumique de l’air (kg.m-3)

Le coefficient Cext caractérise le rendement des forces aérauliques en


mouvement dans l’extracteur. L’effet de succion est défini pour un Cext
négatif et l’effet résistif est défini pour un Cext positif.

„„ Les extracteurs stato-mécaniques


Cet extracteur est piloté par un automate programmé en fonction de
l’heure et/ou de la température extérieure et/ou de la vitesse du vent. Il se
situe en aval des conduits de ventilation ou d’extraction des produits de
combustion et associe deux modes de fonctionnement :
• le mode « ventilation naturelle » est utilisé lorsque la température exté-
rieure et/ou le tirage éolien permettent une utilisation dominante des
forces naturelles ;
• le mode « assistance mécanique » à basse pression est activé lorsque
les forces naturelles sont insuffisantes et lors d’un besoin de ventilation
ponctuelle comme l’obtention du grand débit cuisine.

„„ Ventilation d’extraction basse pression


Le ventilateur d’extraction basse pression coiffe des conduits de ventilation
ou d’extraction des produits de combustion. Il est piloté en fonction de la
température extérieure tout en associant deux modes de fonctionnement :
• le mode « naturel » est utilisé lorsque la température extérieure baisse et
permet une utilisation dominante du tirage thermique (principale force
motrice de la ventilation naturelle) ;
• le mode « assistance mécanique » est enclenché lorsque le tirage naturel
est plus faible (température extérieure trop élevée).

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
72
Bâtiments : typologies et pathologies

„„ Extraction assistée par induction


Il s’agit d’un système d’extraction destiné à assister mécaniquement le
tirage naturel déficient au moyen d’une aide obtenue par induction d’air.
Le principe de fonctionnement consiste à injecter en partie haute au centre
du conduit d’extraction et vers le débouché, un jet d’air à haute vitesse
(air primaire) au moyen d’une buse située à l’extrémité d’une crosse rigide.
Ce jet d’air primaire soufflé à haute vitesse entraîné par friction met en
mouvement l’air vicié (air secondaire) par induction.
La gestion intelligente de régulation de cet apport mécanique est réalisée
par un automate qui calcule les insuffisances du tirage naturel à partir des
capteurs climatiques (anémomètre et sonde de température extérieure)
et à une horloge (passage au grand débit repas), pour limiter au strict
nécessaire l’apport mécanique. Le système d’assistance mécanique reste
à l’arrêt lorsque les forces motrices naturelles sont suffisantes pour obtenir
un tirage thermique naturel assuré par l’extracteur statique anti-refouleur
en tête de conduit.

„„ Cheminée solaire
La cheminée solaire permet d’augmenter le tirage thermique en incorpo-
rant dans la structure une surface vitrée inclinée. Le rayonnement solaire
« piégé » par les vitres est absorbé par des surfaces qui s’élèvent en tempé-
rature et transmettent la chaleur à l’air par convection. Toutefois, le gain
solaire doit toujours être supérieur aux pertes par conduction et la tempé-
rature intérieure supérieure à la température extérieure.

3.3.3 La ventilation mécanique


Il existe plusieurs grands types de ventilation mécanique  : la ventila-
tion mécanique par pièce séparées, la ventilation mécanique répartie
(VMR), la ventilation mécanique contrôlée gaz (VMC-Gaz), la ventilation
mécanique contrôlée simple-flux (VMC SF) et la ventilation mécanique
contrôlée double-flux (VMC DF).

3.3.3.1 La ventilation mécanique ponctuelle


Elle consiste en des aérateurs individuels intermittents disposés à proximité
de la source de pollution. Un appareil de VMP n’est destiné à fonctionner
que dans un local déterminé (WC, cuisine ou salle de bains), et seulement
durant le temps d’utilisation de celui-ci. La VMP constitue un investisse-
ment moins important que la VMC, surtout en comparaison des prix de la
VMC en rénovation. Les nombreuses combinaisons possibles en fonction
du type de pièce, de sa taille, de la gamme de l’appareil ou de sa position,
qui font de la VMP une solution flexible et efficace et offre donc la possi-
bilité d’adapter avec précision, à l’aide de coefficients de renouvellement
de l’air, le débit de la ventilation aux besoins réels de la pièce. Cependant,
la VMP ne peut pas assurer le renouvellement de l’air dans tout le
logement sans un détalonnage correct des portes. De plus, ses perfor-
mances énergétiques sont moins bonnes que la VMC, à cause des
déperditions de chaleur engendrées par l’extraction de l’air vicié. Elle ne
peut concerner que les travaux de rénovation, et n’est pas réglementaire
pour des logements neufs. La VMP constitue une solution de substitution
à la VMC en rénovation.
Le fonctionnement d’une ventilation mécanique ponctuelle est basé sur
l’extracteur d’air qui expulse l’air intérieur vicié vers l’extérieur durant
l’émission de polluants. L’air extérieur étant « aspiré » vers l’intérieur pour
compenser le volume d’air évacué, une légère dépression se crée alors à
l’intérieur. L’extracteur doit être placé le plus haut possible dans la pièce,
et l’arrivée d’air le plus bas et le plus loin possible (idéalement, à l’opposé)
de l’extracteur.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
73
Bâtiments : typologies et pathologies

3.3.3.2 La ventilation mécanique double-flux par pièces séparées


Ce type de ventilation surtout rencontré en réhabilitation est réalisé avec
des appareils équipés d’un échangeur de chaleur (air/air), stimulé par
deux ventilateurs d’insufflation et d’extraction. Il est destiné à la ventilation
d’une ou de deux pièces contigües dans un schéma de ventilation par
pièces séparées. Ce système conduit à des débits de ventilation supé-
rieurs à ceux nécessaires dans un système de ventilation par balayage du
logement ; dans le cas présent un échangeur de chaleur entre les flux d’air neuf
et extrait dans les pièces principales limite les déperditions par
renouvellement d’air qui peuvent cependant être supérieures à celles
induites en utilisant le principe du balayage. Ces systèmes se fixent sur un
mur donnant vers l’extérieur.

3.3.3.3 La ventilation mécanique répartie


Dans ce type de ventilation mécanique utilisé en rénovation, des ventila-
teurs indépendants sont installés dans les pièces de service (en traversée
de paroi ou raccords à un conduit unitaire d’extraction). Le fonctionne-
ment de ces ventilateurs peut être continu, à commande manuelle ou
à commande automatique par hygrostat. Il faut se référer au cahier des
charges Promotelec sur la VMR pour connaître les différents types d’aéra-
teur (ventilateur individuel équipé d’un moteur électrique) existants :
• type A (aérateur de paroi)  : aérateur installé sur une paroi donnant sur
l’extérieur de façon à déplacer l’air d’un côté de la paroi à l’autre, les
deux côtés étant à l’air libre. Il est constitué de l’élément mécanique,
d’un conduit de traversée et de son habillage ;
• type B (aérateur à entrée libre) : aérateur à entrée directe de l’air libre et
à refoulement sur conduit ;
• type C (aérateur à sortie libre) : aérateur à entrée d’air par un conduit et
à refoulement à l’air libre ;
• type D (aérateur à double conduit)  : aérateur à entrée d’air par un
conduit et à refoulement sur conduit ;
• type E (aérateur à entrées multiples et sortie par conduit)  : ensemble
composé d’un aérateur à refoulement sur conduit ou en traversée de
paroi et à aspiration dans au moins deux pièces techniques. La partie
mécanique peut intégrer un ou plusieurs dispositifs d’extraction dans
la pièce d’installation (appelés « bouche(s) primaire(s) ») et/ou des
piquages raccordés à des bouches situés dans d’autres locaux (appelés
« bouches secondaires »).
Outre les aérateurs décrits ci-dessus, il existe deux autres catégories : les
aérateurs monorégime (l’aérateur fonctionne en grande vitesse, GV) et
double régime (l’aérateur peut fonctionner à petite et grande vitesse, PV
et GV). Le double régime étant nécessaire pour obtenir le grand débit
de l’arrêté de 1982, notamment en cuisine, il est toléré d’utiliser un aéra-
teur monorégime en cuisine assurant le petit débit sous réserve que le
grand débit de pointe puisse être obtenu par une hotte respectant les
dispositions spécifiques définies au chapitre 3  bis du cahier des charges
(PRO 1109-2).

3.3.3.4 La ventilation mécanique contrôlée simple-flux par extraction


La VMC simple flux est le système de ventilation le plus couramment utilisé
dans les logements. Elle peut être autoréglable ou hygroréglable. Dans ce
type de ventilation, l’air neuf pénètre dans le logement par des entrées
d’air situées au-dessus des fenêtres des pièces de vie (séjour, chambres).
L’air vicié est extrait dans les pièces humides (cuisine, salle de bains, WC)
par des bouches reliées à un groupe de ventilation.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
74
Bâtiments : typologies et pathologies

A. La VMC simple-flux par extraction autoréglable


Ce type de VMC est composé :
• d’entrées d’air autoréglables (dans les pièces principales) ;
• de bouches d’extraction autoréglables (dans les pièces de service) ;
• d’un moteur compact muni d’un ventilateur.
Son débit est régulé par une différence de pression en évitant ainsi un
excès d’air incontrôlé (notamment en cas de surpression due au vent).
Cependant, la VMC simple flux autoréglable présente l’inconvénient de
ne pas tenir compte des conditions d’occupation et d’humidité intérieure.

B. La VMC simple-flux par extraction hygroréglable


Le principe de la VMC hygroréglable est le même que celui de la VMC
simple flux autoréglable mais le débit d’air est cette fois-ci régulé en
fonction du taux d’humidité. Ce système de ventilation garantit une
évacuation plus rapide de l’air très humide, tout en limitant le gaspillage,
les risques de condensation ou d’odeurs puisque la ventilation est adaptée
aux besoins. On distingue deux types de VMC hygroréglables :
• la VMC hygro  A comprend des entrées d’air autoréglables et des
bouches d’extraction hygroréglables ;
• la VMC hygro B possède des entrées d’air et des bouches d’extraction
hygroréglables.

C. Cas particulier de la VMC simple-flux par extraction couplée à une


hotte de cuisine en individuel
Ce système assure un débit de ventilation « de base » en cuisine et pour
deux pièces techniques. Il est associé à une hotte à induction permet-
tant l’évacuation des débits de pointe en cuisine. Une hotte à induction
associe une amenée d’air à haute vitesse au système d’extraction et l’air
neuf amené canalise l’air extrait. Ce principe permet d’améliorer l’efficacité
d’extraction des polluants tout en limitant les débits d’air extrait. Ce type
de matériels n’est rencontré que très rarement dans l’habitat résidentiel.

D. Cas particulier de la VMC-Gaz


Ce type de VMC est utilisé essentiellement dans les logements collectifs.
La VMC gaz est une déclinaison du système simple flux. Le principe est
d’évacuer, par le même réseau, l’air vicié du logement et les produits de
combustion d’une chaudière ou d’un chauffe-eau à gaz. Cela nécessite,
lorsque la chaudière est en fonction, la présence de bouches d’extraction
assurant le surcroît de débit à extraire. Le décret monoxyde de carbone du
27 novembre 2008 dit que les entrées d’air et passages de transits doivent
être éventuellement plus larges pour intégrer les débits de combustion :
• Qg = 4,3 P ;
• 30 à 45 m3/h pour une chaudière à condensation.
Pour éviter tout accident, il est primordial que les chaudières à gaz
raccordées à la VMC gaz s’arrêtent en cas d’arrêt de l’extracteur.
La réglementation impose donc la présence d’un système de sécurité, ainsi
qu’un entretien régulier de ces VMC. Toutes les VMC gaz doivent comporter
un système de sécurité individuelle, mis en place par le fabricant, sous la
forme d’un interrupteur thermique (pour les chaudières classiques) ou d’un
interrupteur pressostatique (pour les chaudières à condensation). Les VMC
gaz installées dans les logements collectifs doivent, en plus, comporter :
• un détecteur de défaut d’extraction ;
• un système de transmission d’ordre ;
• un organe assurant la mise à l’arrêt de chacune des chaudières de
l’immeuble ;
• un dispositif signalant cet arrêt.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
75
Bâtiments : typologies et pathologies

Tableau 21 :  Valeurs des débits totaux maximaux extrait du logement pour une VMC-Gaz

Débit total maximal


Nombre de WC
extrait du logement (m3/h)
Nombre Nombre
Présence d’un appareil
de pièces de salles Communs Absence
avec d’appareil à gaz raccordé
principales d’eau Séparés
la salle à gaz En salle
d’eau raccordé En cuisine
d’eau

1 0 90 90 ou 15 + Qg 75 + Qg
1 1
0 1 105 105 ou 30 + Qg 90 + Qg

2 1 0 1 120 120 ou 30 + Qg 105 + Qg

1 0 135 135 ou 30 + Qg 105 + Qg


3 1
0 1 150 150 ou 30 + Qg 120 + Qg

1 0 150 150 ou 45 + Qg 120 + Qg

1 0 1 180 180 ou 60 + Qg 150 + Qg

4 1 1 165 165 ou 45 + Qg 135 + Qg

1 0 165 165 ou 45 + Qg 135 + Qg


2
1 1 180 180 ou 45 + Qg 165 + Qg

0 1 195 195 ou 60 + Qg 165 + Qg

1 0 2 195 195 ou 60 + Qg 165 + Qg

1 1 180 180 ou 45 + Qg 150 + Qg


5
0 1 210 210 ou 75 + Qg 180 + Qg

2 0 2 210 210 ou 75 + Qg 180 + Qg

1 1 195 195 ou 60 + Qg 150 + Qg

3.3.3.5 La ventilation mécanique contrôlée simple-flux


par insufflation
Tous les systèmes présentés auparavant sont des systèmes de ventilation
fonctionnant en dépression. La ventilation mécanique par insufflation ou
connue aussi comme ventilation à pression positive ou ventilation posi-
tive, consiste en une entrée d’air « neuf » mécanique et d’une évacuation
naturelle d’air vicié en imposant une légère surpression dans l’habitat
(de l’ordre de 2 à 4 Pa) [RAH, 2014]
L’air « neuf » est filtré et préchauffé avant d’être insufflé dans un ou
plusieurs endroits de la maison. On distingue deux configurations de
distribution de l’air :
• une insufflation centrale : l’introduction de l’air se fait via un ou deux
points de soufflage au milieu de la maison (couloir, pièce principale).
L’évacuation s’effectue dans chacune des pièces de la maison par des
sorties d’air naturelles installées généralement au niveau des fenêtres ;
• une insufflation répartie : l’entrée d’air se fait dans les pièces de vie
(séjour et chambres). L’évacuation naturelle s’effectue dans les pièces
de service (cuisine, salle de bains et toilettes) par tirage thermique ou
à l’aide de sorties libres.
Une VMC par insufflation se présente sous forme d’un caisson (en acier, en
plastique ou en fonte d’aluminium) doté d’un ventilateur, d’une batterie
électrique, d’un filtre à particules (niveau d’efficacité varie selon le fabri-
cant et la gamme) et d’un système de régulation. Il existe des VMC par
insufflation hygroréglables, dont le débit varie en fonction de l’humidité
intérieure et/ou extérieure. La batterie électrique permet de préchauffer
l’air (entre 12 et 18 °C selon le réglage) pour un meilleur confort thermique.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
76
Bâtiments : typologies et pathologies

Afin d’augmenter les performances énergétiques, certains fabricants


travaillent et développent des solutions de couplage entre ce système de
ventilation et les systèmes d’énergie renouvelable telles que, les panneaux
solaires à air ou à eau, les panneaux photovoltaïques (en récupérant l’air
chaud sous les panneaux, on augmente l’efficacité des panneaux) et le
puits canadien. En outre, la ventilation par insufflation peut se coupler au
système de chauffage de la maison (chaudières, PAC, etc.) via un échangeur
eau/air.
Le modèle le plus connu de ce genre de ventilation est la VMI®
(VENTILAIRSEC). Des fonctions supplémentaires rajoutées à certaines
gammes de VMI® améliorent l’efficacité énergétique de la maison, telles
que la sur-ventilation nocturne et le turbo-chauffe. Il s’agit d’augmenter le
débit d’air afin de profiter le plus possible des gains gratuits lorsque les
conditions météorologiques le permettent.
Une VMC par insufflation est une solution efficace en termes de QAI car
elle permet de réduire la teneur en polluants et en allergènes (pollens par
exemple). Il s’agit d’un système utilisable aussi bien en construction qu’en
rénovation. Cependant, il reste moins présent que les autres systèmes sur
le marché français.

3.3.3.6 La ventilation mécanique contrôlée double-flux

A. Les composants propres à la ventilation mécanique double-flux

„„ Les types d’échangeurs existants


Les échangeurs peuvent être de différents types :
• échangeurs à plaques croisées  : ils ont été fortement utilisés mais
tendent à se réduire car leur efficacité n’est généralement que de l’ordre
de 70 % ;
• échangeurs à contre-courant : c’est une évolution des précédents échan-
geurs dans lesquels les flux d’air se croisent mais circulent aussi en sens
inverse, ce qui permet d’augmenter leur efficacité, généralement autour
de 90 % ;
• échangeurs rotatifs  : la roue qui tourne permet d’échanger entre les
deux flux. La plupart présentent des purges pour éviter une recirculation
d’air importante entre les deux flux par la roue. Ce sont des échangeurs
dits « enthalpiques » puisqu’ils récupèrent aussi la chaleur latente, ce
qui peut représenter de l’intérêt en présence d’humidité dans les bilans,
notamment pour des bâtiments climatisés. Leur efficacité est générale-
ment de 80 à 85 %.
• autres : échangeurs enthalpiques à contre-courant, inversion de flux, etc.
Les échangeurs, s’ils sont testés seuls, doivent l’être en respectant les
normes d’essai NF E 51-763 et NF EN 13141-7.

„„ BY-PASS et confort d’été, surventilation


Pour le réglage des by-pass, il faut se référer aux prescriptions du construc-
teur ou à celles du CCTP concernant la régulation du by-pass ainsi qu’à la
méthode de calcul de la réglementation thermique en vigueur. Plusieurs
types de fonctionnement sont prévus pour les by-pass.
• pour éviter les surchauffes :
En mi-saison, pour éviter les surchauffes, le by-passage a souvent lieu entre
15 et 18 °C (selon l’inertie du bâtiment et la température de non-chauffage
qui en résulte). En pratique, ces by-pass sont régulés en fonction de la
température de non-chauffage et de la température extérieure. La tempé-
rature de non-chauffage doit être estimée et inférieure à la température de
consigne intérieure ;

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
77
Bâtiments : typologies et pathologies

• pour le free cooling ou la surventilation :


On peut éventuellement utiliser le by-pass pour le free cooling ou la
surventilation, lorsque la température de l’air neuf devient plus fraîche que
l’air extrait en été ou en mi-saison ;
• pour reprendre la récupération en été :
En général, elle est déclenchée lorsque la température extérieure est de
3 °C au-dessus de la température d’air extrait. Le by-pass est un mode
de fonctionnement courant et doit être correctement réglé, les sondes de
températures installées dans le flux d’air, hors de tout risque d’influence
par des conditions extérieures du rayonnement. De plus, si le by-pass n’est
pas intégré à la centrale, il doit être réalisé par des conduits étanches et un
registre motorisé suffisamment étanche.

B. VMC double-flux individuelle et collective


Les VMC double-flux collectives peuvent être de deux types :
• à échangeur individuel  : situé dans chaque logement, la récupération
d’énergie revient donc directement au logement concerné. L’entretien
doit être fait dans le logement. Le système est constitué de ventilateurs
collectifs, de réseaux collectifs de soufflage et de reprise, d’un échan-
geur dans chaque logement avant la desserte des pièces ;
• à échangeur collectif : situé en local technique, de préférence en volume
chauffé, la récupération d’énergie est donc collective. Une grande partie
de l’entretien l’est également. Le système est constitué de ventilateurs
collectifs, de réseaux de soufflage et de reprise isolés.
Une VMC double-flux statique peut aussi être équipée d’un « by-pass »
échangeur pour l’été afin d’obtenir la fonction de rafraîchissement. La VMC
double-flux requiert un entretien régulier pour un fonctionnement optimal.
Les systèmes sont généralement constitués :
• d’une prise d’air neuf, en toiture ou en façade, généralement protégée
des vents dominants et éloignée des sources de pollution ;
• d’une centrale double-flux ;
• d’un réseau de soufflage qui peut-être en pieuvre ou en distribution et
peut inclure des régulateurs ;
• de bouches de soufflage dans les pièces principales, situées au plafond,
au mur ou au sol ;
• d’un détalonnage des portes pour assurer le transit de l’air ;
• de bouches de reprise en pièces humides, situées à plus de 1,80 m du
sol ;
• d’un réseau de reprise, généralement en pieuvre ;
• d’un caisson de répartition des débits (régulateurs) ;
• d’un rejet d’air en toiture, éloigné de la prise d’air.

C. VMC double-flux thermodynamique, systèmes tout-en-un


Le principe est la combinaison d’une VMC double-flux et d’une pompe
à chaleur qui va capter les calories l’air extrait par la VMC au lieu de l’air
extérieur. Elle la transmettra ensuite à l’air neuf qui sera soufflé. La tempé-
rature au niveau de la PAC est donc constante, ce qui permet des COP
constants (COP de 4 en moyenne). Parfois, une partie de l’air sera recyclé
pour pouvoir augmenter le débit de ventilation disponible. Ces systèmes
présentent les mêmes avantages qu’une VMC double-flux, c’est-à-dire
moins de bruits extérieurs et aucune entrée d’air froid. On ne trouve pas
de radiateur mais une seule centrale. L’entretien est facilité par un meilleur
accès aux filtres. Les modèles les plus connus de ce genre de systèmes sont
le T-Zen (Aldes) ou le DATEC (GAC). Le système combine une VMC double-
flux, une pompe à chaleur comme moyen de chauffage et de production
d’eau chaude sur certains modèles.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
78
Bâtiments : typologies et pathologies

Cependant, on retrouve aussi les mêmes inconvénients que pour la VMC


double-flux, c’est-à-dire plus de consommation des moteurs, possibilité
de bruits dans les gaines, nécessité d’un entretien très régulier. Le nombre
important de gaines peut se révéler problématique lors de la mise en
œuvre de part un encombrement assez important et la nécessité de placer
le système dans un local chauffé.

3.3.4 Le puits canadien ou provençal


Ce système fonctionne tel un échangeur terre/air pour préchauffer l’air
neuf en hiver et rafraîchir et surventiler en été. Son efficacité est basée
sur l’oscillation de température (amortissement par stockage dans le sol),
le déphasage et la capacité et conductivité thermique du sol et du tube.
L’efficacité moyenne d’un puits climatique en hiver est de 40 à 50 % et
dépend des différentes températures en présence. Le couplage puits
climatique et VMC double-flux présente un faible intérêt thermique mais
permet de garantir tout du moins l’absence de givrage. En été, le puits
climatique permet le rafraîchissement de l’air entrant dans les locaux avec
un gain de 2 à 4 °C en général pour des débits de 0,5 à 4 vol/h (sous 2,5 m
de hauteur sous plafond). Le puits permet de surventiler en journée. Si la
température de sortie de puits est inférieure à la température intérieure
ou si le débit est trop élevé, il faut penser à utiliser un bypass du puits
climatique. Les caractéristiques thermiques (capacité et conductivité) du sol
jouent énormément sur la performance du puits climatique. Pour les sols en
surface, on trouve majoritairement deux cas :
• puits protégé (sous bâtiment ou parking) – adiabatique ;
• puits sous-terrain soumis aux conditions climatiques.
Si le puits est protégé, il est nécessaire de l’irriguer pour régénérer le sol
autour. Il existe également un risque de drainage des calories du bâtiment en
cas de défauts d’isolation de la dalle. Il est impératif de vérifier l’étanchéité
des conduits et de respecter les pentes et l’évacuation des condensats afin
d’éviter l’accumulation d’eau et d’humidité dans le puits. Pour la qualité
d’air intérieur, l’utilisation d’un matériau propice est conseillée pour limiter
le dégagement de composés volatils olfactifs (COVs). De plus, l’entretien
des conduits est indispensable, ce qui suppose un accès facilité. La mise
en place d’un puits climatique est à éviter dans les zones de fortes émis-
sions de radon. En ce qui concerne l’énergie et la rentabilité, la thermique
d’hiver est discutable par rapport à d’autres options avec cependant un
gain sur le dégivrage. Le gain réalisé sur l’été en termes de rafraîchissement
est intéressant. Il faut faire attention aux défauts d’isolation en sortie de
puits et aux fuites des registres qui peuvent représenter près de 25 % de
perte sur l’efficacité du puits. Certains systèmes basés sur des échangeurs
eau glycolée/sol font leur apparition ces dernières années qui présentent
l’avantage de supprimer les problématiques liées à la QAI grâce à la sépa-
ration de l’air et de la partie géothermique pour une efficacité d’échange
d’environ 50 à 60 %.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
79
Bâtiments : typologies et pathologies

3.4 Cas de la réhabilitation, pathologies


rencontrées et types de ventilation
Après avoir réalisé un état de l’art sur les différents types et systèmes de
ventilation, nous allons explorer en détail la réhabilitation dans le résiden-
tiel individuel et collectif et en particulier les pathologies rencontrées et
les erreurs à éviter.

3.4.1 Comparaison des principaux types de ventilation


sur les aspects énergie, QAI et confort

Figure 31 :  Comparaison de la performance de types de ventilation sous quatre cibles


par rapport à un système de référence (simple flux par extraction)

L’objectif de cette partie est de rappeler les principaux systèmes de venti-


lation existants, avec leurs impacts en termes d’énergie, de qualité d’air
intérieur, de conforts thermique et acoustique. Plusieurs systèmes sont
comparés à un système de ventilation mécanique générale simple-flux par
extraction autoréglable, qui est donc neutre sur tous les aspects (Figure 31).
Dans un souci de simplification de la figure, la distinction entre consom-
mation électrique du ou des ventilateurs et déperditions thermiques liées
au débit de ventilation n’est pas faite. La consommation des ventilateurs
dépend de leur type et de leur technologie. La comparaison ne peut pas
s'effectuer sur la base de caractéristiques générales. De même, les
problèmes de bruit liés à la ventilation peuvent principalement avoir
deux causes  : le bruit extérieur transmis par les entrées d’air ou encore,
le bruit du ventilateur véhiculé par le réseau. Il est à noter que si l’impact
énergétique des ventilateurs avait été considéré, les données auraient
été totalement différentes. Ici, les systèmes de ventilation sont considérés
comme étant parfaitement conçus avec une bonne mise en œuvre, gestion
et maintenance. Il est à noter que le système de ventilation par insufflation
n'a pas été pris en compte dans cette étude et qu'il serait intéressant de le
comparer avec les autres systèmes.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
80
Bâtiments : typologies et pathologies

3.4.2 Arbres de décision en rénovation :


quels choix pour la ventilation en résidentiel ?
Lorsque l’on est confronté à une rénovation ou à une réhabilitation d’un
bâtiment, il y a toujours un nombre de questions à se poser afin de faire le
bon choix de système pour améliorer les performances de l’installation de
ventilation.
Dans tous les cas, une étanchéité correcte du bâti est un préalable à la
mise en œuvre de tout système de ventilation générale, qu’il soit naturel
ou mécanique d’autant plus que plus le système de ventilation à mettre en
œuvre est performant, plus l’étanchéité du bâti devient primordiale dans
l’obtention de ces performances thermiques.

3.4.2.1 En maison individuelle


Le passage à une ventilation mécanique générale centralisée est préco-
nisé quand il est possible d’installer des conduits (présence de grenier,
combles ou faux-plafond). Dans le cas contraire, on optera pour un système
décentralisé (VMP ou VMR). En cas de présence d’une chaudière ou d’un
chauffe-eau et de tout appareil à gaz, il est impératif de respecter toutes les
règles de sécurité quant à l’alimentation en air comburant de ces appareils
et à l’évacuation des produits de combustion.
Dans le cas d’un système vétuste, il faut vérifier et remplacer certains
composants du réseau. Les éventuels conduits souples doivent être
remplacés. Une vérification de l’étanchéité des raccordements des
bouches doit aussi être effectuée. Il est préconisé de remplacer le caisson
de ventilation par un appareil plus performant tel que mentionné sur le
logigramme (Figure 32). L’exposition de la maison au vent et au bruit doit
être étudiée pour choisir le système le plus adapté (entrées d’air acous-
tiques, sensibilité au vent d’un système double-flux, etc.). Il est à préciser
que l’ajout d’entrées d’air en façade ne va pas assurer de renouvellement
d’air s’il n’y a pas d’extraction.
Pour passer d’une VMC autoréglable à une VMC hygroréglable A, il est
nécessaire de vérifier les entrées d’air autoréglables et procéder à leur
changement éventuel. Le passage d’une ventilation pièce par pièce à une
ventilation par balayage doit se faire en aménageant des zones de transit
(détalonnage des portes, grilles de transfert, etc.). Lors d’un changement
de ventilation, les éléments non réutilisés doivent être condamnés, comme
par exemple les entrées d’air en partie basse. Un conduit de ventilation
naturelle non étanche ne peut pas être réutilisé en l’état pour constituer
une installation de VMC.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
81
Bâtiments : typologies et pathologies

Figure 32 :  Processus de décision pour la rénovation d’une installation de rénovation en maison individuelle

Figure 33 :  Comparaison de la performance des systèmes de ventilation sous quatre cibles par rapport
à un système de référence (VMC SF Auto)

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
82
Bâtiments : typologies et pathologies

Figure 34 :  Difficulté ou soin à apporter concernant la conception, la réalisation et la maintenance selon le système

3.4.2.2 En immeuble collectif d’habitation

Figure 35 :  Sans présence d’un appareil gaz raccordé ou avec présence d’un appareil gaz raccordé étanche

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
83
Bâtiments : typologies et pathologies

Figure 36 :  Avec présence d’un appareil gaz raccordé (non étanche)

Figure 37 :  Comparaison de la performance des systèmes de ventilation sous quatre cibles par rapport
à un système de référence (VMC SF Auto)

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
84
Bâtiments : typologies et pathologies

Figure 38 :  Difficulté ou soin à apporter concernant la conception, la réalisation et la maintenance selon le système

Le passage à la ventilation mécanique générale et permanente est préco-


nisé quand il est possible. Les critères définis pour les maisons individuelles
s’appliquent aussi en immeuble collectif. Les installations de VMC-Gaz
nécessitent un Dispositif de Sécurité Collective obligatoire, qui doit être
vérifié annuellement et tous les cinq ans. Dans le collectif, il convient de
vérifier particulièrement l’étanchéité des portes palières et des coffres de
volets roulants, ainsi que l’absence de vide-ordures individuels.
Les immeubles comportent généralement des conduits. S’ils sont réutili-
sables, leur remise à niveau est alors indispensable avec un débit de fuite
des conduits inférieur ou égal à 10 % du débit nominal. Dans le cas d’appa-
reil à combustion raccordé à un conduit de fumée, il est indispensable de
vérifier si des traînasses horizontales sont utilisées pour relier les bouches
ou grilles d’extraction des locaux à un autre conduit. En effet, ces éléments
génèrent de fortes pertes de charge.
Quelques vérifications doivent être effectuées avant de réutiliser un conduit
de fumée existant.
1. Les dimensions du conduit doivent être compatibles avec les puissances
thermiques des générateurs et il ne doit pas exister de raccordements
trop longs ni de variations de section sur la hauteur du conduit.
2. La souche du conduit en toiture ne doit pas être dans une zone perturbée
(proche d’un obstacle).
3. Le matériau composant un conduit de fumée doit être traditionnel
(NF DTU  24.1), en matériau spécial gaz ou en matériau disposant d’un
Avis Technique.
4. Le conduit ne doit pas se trouver à une distance trop faible d’une
structure bois (distance de garde au feu).
5. En présence d’appareil à gaz raccordé sur conduit, l’évacuation de l’air
vicié peut être assurée conjointement avec les produits de combustion
lorsque la partie basse du coupe-tirage est à une hauteur ≥ 1,80 m du sol.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
85
Bâtiments : typologies et pathologies

Pour une meilleure qualité de l’installation d’un système VMC, les débou-
chés en toiture des conduits shunt devraient être repris pour le raccordement
des conduits horizontaux, afin de garantir une meilleure étanchéité et
de faciliter les opérations de maintenance. Les éléments non réutilisés
doivent être condamnés. Les passages de transit doivent être vérifiés et si
nécessaire mis à niveau.

3.4.3 Les pathologies et dysfonctionnements


généralement constatés
Après avoir vu quelques conseils sur la rénovation de la ventilation dans
le résidentiel, dans cette partie sont présentés les pathologies et dysfonc-
tionnements généralement constatés dans le résidentiel. La plupart des
résultats présentés proviennent d’une étude réalisée par l’association
« air.h » auprès de professionnels et d’occupants sur le terrain.

3.4.3.1 Les dysfonctionnements récurrents et leurs origines


En résidentiel, les types de dysfonctionnements rencontrés sont nombreux
et ceux tous systèmes confondus. Il est important de préciser qu’en loge-
ment individuel, les occupants arrêtent ou colmatent les systèmes de
ventilation soit par gène soit pour faire des économies.

Figure 39 : Fréquence des types de dysfonctionnements rencontrés en résidentiel

Les problèmes les plus récurrents dans le résidentiel individuel et collectif


sont la présence de courants d’air et celle de condensations ou de
moisissures. La présence de poussières et les problèmes liés à la QAI sont
également très présents. Les problèmes d’humidité sont en général le
principal signe d’une sous-ventilation et viennent de pair avec d’autres
soucis liés aux odeurs et au confinement par exemple. Le bruit des équi-
pements est souvent lié à un mauvais dimensionnement ou réglage. Les
courants d’air sont surtout liés au comblement des entrées d’air par les
occupants, mais on peut aussi rencontrer ce type de pathologie dans des
logements peu perméables.

Figure 40 : Fréquence des origines de dysfonctionnements en résidentiel

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
86
Bâtiments : typologies et pathologies

Les problèmes de renouvellement d’air insuffisant sont le plus souvent


constatés en ventilation pièce par pièce. La ventilation générale est davan-
tage confrontée à des problèmes de dimensionnement ou de réalisation.
Les dysfonctionnements décrits dans cette partie ont des conséquences
et des impacts sur la pérennité du bâti, la santé des occupants et le bilan
énergétique du bâtiment.

„„ Insuffisance des débits globaux et locaux


Le problème peut avoir différentes sources tels que le caisson de ventilation
(respect du CDC, sens de rotation, tension de la courroie, encrassement du
filtre, adaptation du caisson au réseau de conduits, etc.), l’étanchéité du
réseau, les grilles et bouches d’extraction, les entrées d’air et passages de
transit ou encore l’équilibrage des débits sur les différentes branches du
réseau.

„„ Nuisance sonore
Les problèmes de nuisance sonore peuvent provenir de trois principaux
endroits qui sont : le caisson de ventilation (liaison moteur/roue et caisson/
support, la liaison caisson/réseau ou présence de pertes de charges
excessives dues à un filtre encrassé, des parties de réseau endommagées
ou sous-dimensionnées, à un mauvais raccordement au caisson…), le réseau
de ventilation (vitesses de passage de l’air dans les gaines supérieures
à 4 ou 5 m/s, bruits aux bouches d’extraction dus à un défaut de pression,
etc.), les fuites sur le réseau de gaines (normes EN 12237 et EN 1507).

„„ Forte consommation des ventilateurs


Le problème d’une consommation électrique exagérée peut venir du réseau
de gaines (fuites importantes entrainant un brassage plus important de l’air
par le ventilateur, pertes de charges exagérées dues à l’encrassement des
filtres, etc.), du caisson de ventilation dans le cas d’un surdimensionnement
du ventilateur ou de l’adaptation du fonctionnement aux besoins (mauvaise
gestion de l’installation de ventilation, etc.).

„„ Transferts d’odeur
Il peut s’agir ici de défauts dans les débits mis en jeu (extraits, insufflés
ou transférés, etc.) dans les différentes zones, de la position des grilles de
transfert et des portes ou d’une mauvaise évacuation des condensats de
l’échangeur (VMC double-flux).

„„ Courants d’air
Les problèmes de courants d’air froids peuvent provenir du système de
ventilation (débits excessifs dans certaines zones, mauvais positionnement
des entrées d’air, etc.) ou encore d’interactions avec le bâti (infiltrations
d’air parasites).

3.4.3.2 Lien entre pathologies et types de ventilation


Il est possible d’établir un lien entre les dysfonctionnements relevés et le
type de ventilation. En effet, certaines pathologies sont davantage attri-
buées à un système de ventilation particulier (Figure 45).

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
87
Bâtiments : typologies et pathologies

Figure 41 : Pourcentage de dysfonctionnement par type de ventilation

3.4.3.3 Mises en œuvre et dimensionnements fréquemment


rencontrés donnant lieu à des dysfonctionnements

A. Échangeurs de VMC double-flux


Il est possible de rencontrer des pathologies directement liées à l’échan-
geur d’une VMC double-flux :
• dégradation de la performance thermique du système due à la présence
de l’échangeur dans un volume non chauffé ;
• problèmes d’odeurs dus à une mauvaise évacuation des condensats,
absence de siphon, etc.

B. Ventilateurs
Il est possible de rencontrer des pathologies directement liées au ventila-
teur de la VMC :
• nuisance sonore due principalement à des liaisons entre éléments mal
gérées (absence de manchettes, plots anti-vibratiles, etc) et au niveau
sonore rayonné ;
• insuffisance de débits liés à un sens contraire de rotation, un mauvais
état de la courroie, etc. ;
• problème de QAI en cas d’encrassement du filtre.

Figure 42 : Courroie en mauvais état et filtre encrassé

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
88
Bâtiments : typologies et pathologies

C. Conduits
La plupart des pathologies liées aux conduits viennent de leur étanchéité.
Les dysfonctionnements sont surtout rencontrés pour des installations
réalisées avec des conduits flexibles extensibles plutôt que rigides ou semi-
rigides. Dans le cas de conduits souples, on trouve parfois des problèmes
d’arrachage, d’écrasement ou de déformation de conduits qui peuvent
engendrer de fortes pertes de charges dans le réseau. Les problèmes
d’étanchéité se retrouvent souvent aux points singuliers du réseau de
conduits, lors de la traversée de paroi ou de plancher (absence de joint de
caoutchouc lors de la traversée de dalle, absence ou manque de mastic
pour la jointure en traversée de paroi).
Des craquelures de mastic ou des déboîtements de conduits peuvent
être la cause de problèmes d’étanchéité et sont en général dus à une
mauvaise fixation des gaines et donc à une mauvaise tenue mécanique
de l’ensemble du réseau. Une mauvaise étanchéité du réseau de ventila-
tion peut être la cause de nuisances sonores, d’une forte consommation
électrique et de courants d’air désagréables. L’accumulation de poussières
dans les conduits engendre des pertes de charges significatives et l’insuffi-
sance des débits et diminue la QAI.

Figure 43 : Illustration de plusieurs défauts liés aux conduits de ventilation

Dans le cas d’une VMC double-flux, on trouve parfois des problèmes de


pertes thermiques liés à un mauvais calorifugeage des conduits (perte sur
l’efficacité d’échange d’au moins 10 %).

D. Entrées d’air
Les principaux problèmes liés aux entrées d’air sont des problèmes
d’insuffisance de débit, de nuisances sonores ou de QAI (entrées d’air
placées dans une zone de source de pollution ou de rejet d’air, etc.) et sont
dus à un mauvais dimensionnement.
L’obstruction et l’encrassement des entrées d’air sont également des
sources de pathologies.

E. Bouches d’extraction Figure 44 : Entrée d’air encrassée

Les principales pathologies liées aux bouches d’extraction sont dues à leur
mauvais positionnement (non conforme au NF DTU 68.3, placées derrière
un cumulus ou un placard, etc.) ou raccordement (absence de jointure
avec la paroi de type manchette à joints et problèmes d’étanchéité, etc.).
L’encrassement progressif des bouches extraction est aussi une source
fréquente de dysfonctionnement.
Dans le cas d’une bouche hygroréglable, la présence de celle-ci près
d’une source de chaleur peut entrainer un dysfonctionnement tel que des
débits extraits trop important engendrant des problèmes de bruit et une
surconsommation.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
89
Bâtiments : typologies et pathologies

Figure 45 :  Illustration de problèmes liés aux bouches d’extraction

4. Scénarios d’apports hygriques internes


L’évaluation des risques de condensations dans ou sur une paroi de bâti-
ment nécessite une bonne connaissance du climat qui l’environne. En
effet, l’humidité relative, la température mais aussi la pluie battante, le vent
et l’ensoleillement sont autant de paramètres créant un environnement
autour de la paroi ou du bâtiment. Ces paramètres interviennent dans les
transferts hygrothermiques et sont plus ou moins propices à des problèmes
d’humidité.
La définition de l’ambiance intérieure passe par la détermination de
la température et de l’humidité relative. La quantité de vapeur d’eau
contenue dans l’air ambiant intérieur est un facteur prédominant dans l’éva-
luation des risques de condensation sur les murs ou les vitrages. De plus,
le taux d’humidité relative à l’intérieur d’un bâtiment détermine en partie
le niveau de confort ressenti par les occupants et la qualité de l’air. Cette
quantité de vapeur d’eau peut être estimée en connaissant les différentes
sources de vapeur d’eau et les périodes de production ou par l’estimation
de la classe d’hygrométrie du local. En effet, l’humidité relative intérieure
d’un logement varie avec le type d’activité et d’occupation du local. Elle
dépend du nombre de personnes présentes, de leur activité physique
(debout ou assis, immobile ou mobile, etc.), du taux de renouvellement
d’air assuré par un système de ventilation, des déperditions thermiques,
des ouvertures installées (portes ou fenêtres). De plus, diverses sources
d’humidité complémentaires doivent être prises en compte lave-linge,
sèche-linge, lave-vaisselle, cuisine, entretien des sols, douche, etc. Même
le mobilier installé intervient puisqu’il peut être à l’origine du stockage puis
du déstockage de l’humidité présente dans son environnement et ainsi
modifier le taux d’humidité relative intérieure. Les conditions intérieures,
soit la température et l’humidité relative (ou tout autre paramètre mesurant
la quantité de vapeur présente dans la pièce) peuvent être obtenues de
diverses manières :
• valeurs mesurées dans un bâtiment identique situé sous un climat
similaire ;
• valeurs de consigne spécifiées par des systèmes d’air conditionné ;
• valeurs approximées à partir de la production d’humidité et le
renouvellement d’air estimés dans le local [ABE, 2009].
Pour l’ambiance intérieure, l’humidité relative correspond donc à la
quantité d’eau contenue dans l’air extérieur qui entre dans le local auquel
est ajoutée la quantité d’eau produite à l’intérieur du local (cuisson, produc-
tion humaine, etc.).

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
90
Bâtiments : typologies et pathologies

La production de vapeur est définie par :

• G : taux de production d’humidité intérieure (kg/h) ;


• n : taux de renouvellement d’air (h-1) ;
• V : volume intérieur du bâtiment (m3) ;
• Un ensemble de valeurs est donné pour approximer Dv (appelé égale-
ment classe d’hygrométrie et noté W/n) dépendant de la classe du
bâtiment.

4.1 L’ambiance intérieure avec un W/n fixe


Les valeurs W/n définies dans les DTU sont données dans le Tableau 22.
Tableau 22 : Excès d’humidité pour chaque classe d’hygrométrie

Si les classes d’hygrométrie définies précédemment ne sont pas utilisées,


l’évaluation de la production d’humidité est possible en estimant l’apport
en eau de chacune des sources d’humidité intérieures et ainsi leur contri-
bution dans la production totale d’humidité. Une valeur minimale et une
valeur maximale de la production d’humidité interne occasionnée par
diverses activités ont pu être approximées (Tableau 23).
Tableau 23 : Production d’humidité interne occasionnée par diverses activités

Le taux d’humidité relative intérieure consécutive à la teneur en eau de l’air


extérieur et au (W/n) est déterminé à partir des équations suivantes.
• La pression de vapeur extérieure à partir des données météorologiques :

• La pression de vapeur intérieur à partir de la pression de vapeur


extérieure, de la température extérieure et de la température intérieure :

• La pression de vapeur saturante intérieure :

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
91
Bâtiments : typologies et pathologies

• Enfin, l’humidité relative intérieure :

La température intérieure est fixée arbitrairement (Figure 46). La tempéra-


ture est de 20 °C toute l’année sauf en été où elle est de 25 °C.

Figure 46 : Climats W/n fixe et (norme 13788) – Température intérieure

4.2 L’ambiance intérieure selon la norme


NF EN ISO 13788
Suivant le type d’activité d’un local (bâtiment d’habitation, activité tertiaire
ou secondaire, piscine, etc.), des classes de charge hygrométrique inté-
rieure ont pu être définies dans la norme [NF EN ISO 13788] relative à la
« Performance hygrothermique des composants et parois de bâtiments ».

Figure 47 : Climats W/n fixe et (norme 13788) – classe d’hygrométrie

Dans cette norme, il est proposé d’obtenir l’humidité de l’air intérieur à


l’aide d’une des deux formules suivantes :

où Δp est l’excédent de pression de vapeur intérieure.

où Δv est l’excédent d’humidité intérieure.


Les valeurs de Δp et Δv sont fixées par rapport à l’usage prévu du bâtiment.
Les profils pour chaque classe en fonction de la température extérieure
pouvant être adoptés sont donnés dans la Figure 48.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
92
Bâtiments : typologies et pathologies

Figure 48 : Variation de production d’humidité intérieure en fonction de la température


extérieure et de la classe d’hygrométrie du local [NF EN ISO 13788]

4.3 L’ambiance intérieure selon la norme


NF EN ISO 15026
Il existe 2 classes de charges d’humidité (normale et élevée) (Figure 50).
L’humidité de l’air intérieur vient de la température de l’air extérieur (30 à
60 % ou 40 à 70 %). La température de l’air intérieur vient de la température
de l’air extérieur (entre 20 °C et 25 °C) (Figure 49).

Figure 49 : Climats norme 15026 – Température intérieure

Figure 50 : Climats norme 15026 – Humidité relative. Courbe bleue : fort taux d’occupation ;
courbe rouge : taux d’occupation normale

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
93
Bâtiments : typologies et pathologies

4.4 L’observatoire de la qualité de l’air intérieur


Le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) a lancé ses
premiers travaux de recherche sur la qualité de l’air intérieur, il y a plus de
quinze ans. Aujourd’hui, la division Santé du CSTB est composée d’une
vingtaine d’experts regroupés autour de la plateforme de recherche
ARIA. ARIA est un équipement unique en France rassemblant des moyens
d’essais depuis l’échelle du laboratoire jusqu’à l’échelle 1 dans la maison
expérimentale MARIA et des moyens d’intervention sur site. Les principaux
domaines couverts sont la qualité de l’air intérieur dans les bâtiments
(le CSTB est l’opérateur principal de l’Observatoire de la Qualité de l’Air
Intérieur, OQAI), la qualité sanitaire des produits (construction, décoration,
ameublement, entretien, désodorisants d’intérieur, etc.) et la microbiologie
environnementale (moisissures, bactéries, virus). Missionné par les pouvoirs
publics dans le cadre d’une convention, l’Observatoire de la Qualité de
l’Air Intérieur a pour enjeu de mieux connaître la pollution intérieure, ses
origines et ses dangers, dans l’objectif de mettre au point des recom-
mandations dans le domaine du bâtiment pour améliorer la qualité de
l’air intérieur. L’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur se base sur un
réseau d’acteurs scientifiques et techniques coordonné par une équipe
centrale du CSTB. Une campagne nationale sur l’état de la qualité de l’air
dans les logements français a été menée par l’OQAI [KIR, 2006].
Un des aspects très importants quand on parle de qualité de l’air intérieur
est celui de l’humidité. Chaque personne produit environ 1 à 1,5 litre d’eau
par jour. Cette eau se répand dans le logement sous forme de vapeur. De la
vapeur d’eau est également générée au cours de la combustion du gaz, de
la cuisson, des bains, douches, séchage du linge, etc. La condensation de
l’eau contenue dans l’air se fait sur les surfaces froides, comme les vitres et
les murs, surtout s’ils sont mal isolés. Cette humidité favorise le développe-
ment des moisissures, qui peuvent avoir un impact très négatif sur la santé.
Pour conserver un taux d’humidité idéal dans l’atmosphère intérieure (entre
40 et 60 %), il convient de renouveler l’air par une ventilation. La ventilation
participe aussi à l’élimination des polluants intérieurs, mais il vaut mieux
pour cela recourir à l’aération. La part la plus ancienne du parc de loge-
ments, non soumise aux exigences réglementaires instaurant le principe de
la ventilation générale et permanente (arrêtés de 1969, 1982), représente
encore la moitié des constructions. La moitié du parc de logements a été
construite avant 1967, donc avant les règlementations sur l’aération des
logements instaurant le principe de la ventilation générale et permanente
(arrêtés de 1969, 1982). En 2006, 20 % des ménages signalaient des signes
d’humidité dans leur logement. Cette proportion s’inscrit en recul par
rapport à 2002 où 23,9 % des logements étaient concernés.
Les logements anciens sont les plus sujets à l’humidité. La prévalence des
problèmes d’humidité dans l’habitat s’explique avant tout par l’époque
de construction et l’état des façades et des vitres.
Le risque de présence d’humidité dans les logements individuels datant
d’avant 1948 est à peu près 3 fois plus élevé que dans ceux construits
après 1999. Dans les logements collectifs, il est proche du double. La
proportion de logements humides pour les bâtiments construits avant 1948
s’élève à 33,8 % en 2002 et 30,9 % en 2006.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
94
Bâtiments : typologies et pathologies

Les logements en zone de climat océanique sont les plus touchés. Le lien
entre signe d’humidité à l’intérieur du logement et présence d’humidité
à l’extérieur explique en partie le recul de la proportion de logements
humides observés entre 2002 et 2006. En 2006, 11  % des logements
souffrant d’humidité avaient subi des infiltrations accidentelles.
Les logements directement reliés au sol souffrent plus de l’humidité
(remontées capillaires). Les foyers sans personne active sont moins touchés.
Les locataires sont davantage exposés que les propriétaires. On habite
plus souvent un logement en mauvais état quand sa date de construction
est ancienne. On subit aussi plus d’infiltrations d’eau quand la façade du
logement est en mauvais état. Par ailleurs, cette étude a révélé les valeurs
caractéristiques de l’humidité relative (%) dans les pièces de sommeil
(chambre ou studio) et les pièces autres que les pièces de sommeil (cuisine
américaine, cuisine, salon, séjour) des logements (Figure 51).

Figure 51 : Valeurs caractéristiques de l’humidité relative (%) en France dans les pièces de sommeil et les autres pièces

Les fréquences relatives des logements en fonction de l’humidité relative


(%) dans la pièce de sommeil et les pièces autres que la pièce de sommeil
(figure du bas) des logements se trouvent sur la Figure 52. L’humidité rela-
tive varie de 25,5 % à 72,8 % dans les pièces de sommeil avec une médiane
à 48,7 %. Dans les autres pièces, elle varie entre 21,1  % et 80,8  % et la
médiane est sensiblement identique à 49,5 %.
L’humidité relative est supérieure à 49 % dans 50 % des logements. Dans
5 % des logements, l’humidité relative dépasse 63,1 % dans les pièces de
sommeil et 64,7  % dans les autres pièces. L’étude révèle également que
la température est supérieure à 21  °C dans 50  % des logements français
alors que 5  % des logements ont une température supérieure à 25,5  °C
dans les pièces de sommeil et 24,8 °C dans les autres pièces. L’amplitude
des températures est la plus importante dans les pièces de sommeil
(5,4 °C – 29,5 °C).

Figure 52 : Humidité relative relevée dans une pièce de sommeil et hors pièce de sommeil

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
95
Bâtiments : typologies et pathologies

5. Synthèse de l’état de l’art


sur les pathologies, les paramètres
gouvernants et proposition
des critères de leurs apparitions

5.1 Introduction
Dans le cadre de ce travail, nous présenterons une liste exhaustive des
pathologies liées à l’humidité, et leurs critères d’apparition. Les patholo-
gies ont été regroupées en 4 catégories en fonction du rôle de l’humidité
[AGE, 1989] :
Les altérations dues à l’action propre de l’humidité :
Ici l’action directe de l’eau sur les caractéristiques
thermo-physiques des matériaux
est prise en compte.

Les altérations dont l’humidité est le vecteur :


à travers les matériaux poreux, nous pouvons observer
la migration et la variation de l’humidité. En fonction
du sens de migration et de l’importance de la variation,
certaines pathologies peuvent apparaître. Dans cette
catégorie de pathologie, l’humidité est donc considérée
comme un vecteur.

Les altérations se développant en milieu humide :


ces pathologies dépendent directement du niveau
d’humidité présente dans le milieu. Contrairement
à la précédente catégorie, ces altérations ne dépendent
pas du profil d’humidité dans les matériaux.

La dégradation des ambiances intérieures :


dans cette catégorie, sont considérées les pathologies
liées à l’humidité dans les pièces et non pas dans les
matériaux.

Pour chacune des pathologies rencontrées dans les bâtiments, une propo-
sition de facteurs gouvernant leur apparition complète ce travail. Nous
appelons, facteur gouvernant ou facteur clé  : un paramètre important
des champs hygrothermiques ou des propriétés thermophysiques du
matériau qui influence l’apparition d’une pathologie. Généralement, ce
facteur dépend d’autres paramètres, appelés paramètres d’entrée. Enfin,
ce facteur est associé à un critère qui détermine s’il y a un risque potentiel
d’apparition d’une pathologie. L’ensemble (facteurs gouvernants, critères)
constitue un indicateur d’apparition de pathologie. La Figure 53 explicite
ces notions.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
96
Bâtiments : typologies et pathologies

Figure 53 :  Notion d’indicateur d’apparition de pathologie

5.2 Les pathologies liées à l’action


propre de l’humidité
Les transferts de vapeur d’eau ou d’eau liquide à travers la paroi entraînent
des modifications des caractéristiques thermo-physiques des matériaux.
Ces modifications concernent les propriétés thermiques, les propriétés
mécaniques et les variations dimensionnelles des matériaux.

5.2.1 Modifications des propriétés mécaniques


La résistance mécanique des matériaux est inversement proportionnelle
à leur teneur en eau [COI, 2006]. Les courbes de résistances mécaniques
en fonction de la teneur en eau permettent de caractériser cette varia-
tion. BECK [BEC, 2003] caractérise l’influence de la teneur en eau sur la
résistance à la compression d’une pierre tuffeau. Il montre que la résistance
à la compression diminue de 55 % entre l’état sec et l’état de saturation.
La Figure 54 présente un autre exemple de diminution de la résistance
mécanique pour la pierre calcaire.

Figure 54 :  Diminution de la résistance à la compression avec augmentation


de la teneur en eau pour la pierre calcaire [BEC, 2006]

Si la teneur en eau du matériau atteint une valeur critique, la structure du


mur peut être compromise. Les Avis Techniques du CSTB sur les matériaux
donnent les résistances minimales à la compression. Pour estimer le risque
d’apparition de ce genre de pathologie, il faut déterminer la variation de
la résistance mécanique Rmeca en fonction de la teneur en eau w du maté-
riau (Figure 55). Si cette résistance mécanique atteint la valeur critique
Rcrit définie pour l’usage convenu, alors il y a risque de dégradation de la
structure du matériau. Le critère d’apparition de la pathologie est donc le
suivant : Figure 55 :  Définition de la résistance
mécanique critique pour prévenir
les pathologies

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
97
Bâtiments : typologies et pathologies

5.2.2 Modification des propriétés thermiques


Lorsqu’un matériau est placé dans un air où l’humidité relative
augmente, ses pores se remplissent d’eau au lieu de l’air. La conductivité
thermique de l’eau est 25 fois supérieure à celle de l’air (λeau = 0.6 W/m².K,
λair = 0.024 W/m².K). Il en résulte que, pour des matériaux hygroscopiques,
des excès d’humidité relative dans un bâtiment accentuent les déperditions
thermiques à travers l’enveloppe. Ces déperditions sont aussi augmentées
à cause de la chaleur latente. La Figure 56 donne un exemple d’évolution
de la conductivité thermique pour le béton cellulaire et la brique.

Figure 56 : Evolution de la conductivité thermique en fonction de l’humidité relative


pour la brique et le béton cellulaire [CHE, 2008]

• La variation de la conductivité thermique d’un matériau en fonction de


l’humidité peut être représentée comme suit [KÜN, 1996] :

Où λ0 est la conductivité thermique du matériau sec [W/m.K], w est la


teneur en eau du matériau [kg/m3] et b est un coefficient spécifique à
chaque matériau, caractérisé expérimentalement. KÜNZEL et KIESSL
[KÜN, 1996] donnent les courbes de variations de la conductivité thermique
en fonction de la teneur en eau pour quelques matériaux.
Même si la variation des propriétés thermiques n’est pas une source de
pathologies physiques, nous proposons d’étudier la sensibilité de la paroi
à l’humidité. Nous proposons ainsi de comparer le coefficient moyen de
déperdition thermique surfacique U (W/m².K) de la paroi, calculé à partir
de λ(w) (à l’état humide) et celui calculé à partir de λ0 (à l’état sec). Lorsque
le coefficient calculé à l’état humide dépasse un seuil, nous considérons
que la dégradation de la performance thermique de la paroi devient
pathogène. Dans la mesure où les conductivités thermiques définies par
la réglementation thermique française ont une incertitude de 5  %, nous
proposons comme critère de dégradation de la performance thermique de
la paroi, le temps cumulé τdep.th où U(w) ≥ 0.05U0.

5.2.3 Variations dimensionnelles


Lorsque le taux d’humidité d’un matériau augmente, son volume augmente.
Les matériaux poreux tels que les pierres, les terres crues, les terres cuites
et les bois subissent ainsi successivement des gonflements et retraits.
Le coefficient de dilatation ou de variations dimensionnelles traduit
ce phénomène. Il est généralement exprimé en mm de dilatation par
pourcentage de variation d’humidité relative (HR). Nous proposons le
seuil de 10  % de variation dimensionnelle du matériau comme critère
d’apparition d’altérations.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
98
Bâtiments : typologies et pathologies

5.3 Les altérations dont l’humidité est le vecteur

5.3.1 Le gel des matériaux


L’action du gel peut provoquer la dégradation des matériaux poreux. Si
la température est abaissée sous 0  °C, l’eau présente dans les pores se
transforme en glace. S’il n’existe pas suffisamment d’espace vide dans les
capillaires pour permettre son expansion, la glace exerce alors une pres-
sion destructrice sur la matrice poreuse. Il existe une teneur en eau critique
pour laquelle le gel entraîne des altérations du matériau. Cette teneur en
eau est différente suivant les caractéristiques des matériaux. Les matériaux
constitués de pores fins (1 mm) ouverts atteignent plus facilement la teneur
en eau critique que les matériaux à gros pores (> 50 μm) dans les mêmes
conditions climatiques d’exposition [MAM, 1994]. Les facteurs qui inter-
viennent dans la dégradation par le gel des matériaux poreux sont : leurs
propriétés, notamment la constitution de la matrice poreuse et le taux de
sels dissous dans l’eau. Pour évaluer le risque d’apparition de cette patho-
logie, il est possible de recenser le nombre d’occurrences Ngel des cycles
de gel où les conditions en température de gel de l’eau sont atteintes. Ce
nombre de cycles est à comparer à la valeur de la résistance au gel des
matériaux Rgel, caractérisée par la norme EN  12371. Cette norme définit
la variation massique du matériau en fonction du nombre de cycles de
gel/dégel subi.

5.3.2 Les phénomènes d’origine chimique :


la cristallisation des sels
Les solutions aqueuses qui transitent dans l’enveloppe du bâtiment sont
chargées en sel. Les plus fréquents sont  : les chlorures de sodium et les
sulfates de magnésium, de sodium et de calcium. Les sels présents dans
ces solutions ont plusieurs origines [SCH, 2004]. Ils peuvent naturellement
être présents dans les sols souterrains des bâtiments, apportés par voie
éolienne, par le traitement des chaussées enneigées en hiver, par les gaz
polluant l’atmosphère (SO2, etc.), ou encore par contamination biologique
du matériau. Les sels peuvent aussi être inhérents aux matériaux. Lorsque
l’eau présente dans la paroi s’évapore, la concentration en ions augmente
et la solution arrive à saturation [VER, 2011]. Il y a alors précipitation de sels.
De même, une baisse de température induit une diminution de la solubilité
des sels. La Figure 57 présente ce phénomène.

Figure 57 :  Phénomène de cristallisation des sels au sein d’une paroi [VER, 2011].

La cristallisation peut avoir lieu soit à la surface (efflorescence) soit dans la


paroi (subflorescence) [VER, 2011]. Les cristallisations internes exercent des
contraintes sur la matrice poreuse pouvant engendrer des dégradations
du matériau (effritements, décrochements de blocs). Les efflorescences
altèrent seulement l’aspect esthétique du matériau. Afin de prédire si
la cristallisation interne peut endommager le matériau, deux approches
sont possibles. Une première, physique avec l’existence d’une pression
de cristallisation dans les pores ([SCH, 2004], [VER, 2011]). La pression de
cristallisation peut être comparée ici au module d’élasticité du matériau.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
99
Bâtiments : typologies et pathologies

La deuxième approche est chimique et compare la variation du volume


molaire de la réaction de cristallisation au volume moyen des pores
[KUH, 2004]. Il est alors nécessaire de caractériser les matériaux avec un
histogramme de répartition des pores. Il est aussi important de savoir si
l’eau présente dans la paroi peut amener des sels. Le type de sels sera alors
déterminant dans cette approche. À ce stade nous n’avons pas proposé
d’indicateur d’apparition de la pathologie compte tenu de la complexité
du processus et des paramètres mis en jeu.

5.4 Les altérations se développant


en milieu humide

5.4.1 Les dégradations biologiques


Les phénomènes de dégradation biologique apparaissent lorsque
l’humidité excède la tolérance du matériau. Ces processus accentuent
le vieillissement des matériaux de construction. En étant une source
hydrique importante, ils catalysent l’apparition des pathologies listées
dans cet article. Ils apportent une source d’acides organiques toxiques qui
peuvent dégrader les matériaux par réaction chimique. Ces proliférations
biologiques peuvent être néfastes pour la santé de l’homme et peuvent
provoquer des allergies, des maladies, des infections, etc. Différents
organismes peuvent se développer et proliférer : bactéries, champignons,
insectes. Les facteurs abiotiques principaux sont l’apport en eau, la
température, la qualité du substrat (pH, sels nutritifs, perméabilité à l’eau),
la luminosité et le temps d’exposition.
Plusieurs modèles de développement de moisissures sont recensés par
VEREECKEN [VER, 2011] et peuvent être utilisés pour prédire l’apparition
d’une telle pathologie. Nous notons l’existence de deux modèles statiques,
basés sur la température et l’humidité relative comme données d’entrées.
Trois modèles dynamiques existent, dont deux sont basés sur la tempé-
rature et l’humidité relative et l’autre sur le bilan hydrique des spores.
Le Tableau 24 recense ces différents modèles et propose une comparaison.
Le modèle VTT semble le mieux intégrer le développement de moisissures
en régime dynamique. Son indicateur de moisissure M semble adapté
pour la prévision des proliférations biologiques. Pour l’apparition de cette
altération, nous retiendrons donc cet indicateur.

5.4.2 La corrosion des métaux


La corrosion est le phénomène par lequel les métaux ont tendance à
retourner à leur état originel d’oxydes [COL, 2006]. Dans le domaine du
bâtiment, les dommages sont multiples : salissures de façades, destruction
totale de certaines parties d’ouvrage se produisant la plupart du temps
par éclatement des matériaux enrobant des métaux corrodés. La corrosion
se produit lorsque la température de surface atteint le point de rosée. La
vapeur contenue dans l’atmosphère se condense en fines gouttelettes
enrobant le métal d’une mince pellicule liquide qui dissous les gaz oxydant
présents dans l’atmosphère (O2 , CO2 , SO2 , etc.). Le fer par exemple réagit
avec le dioxygène et l’eau pour former des oxydes de fer, connus sous le
nom de rouille.
Les facteurs influents sont  : la nature du métal, l’état de sa surface, la
composition de l’atmosphère, la température et l’hygrométrie ambiantes,
les caractéristiques des vents et des pluies et l’exposition de l’élément
métallique concerné.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
100
Bâtiments : typologies et pathologies

Une approche simple d’indication d’apparition de la corrosion atmosphé-


rique serait de stipuler que lorsque la température de surface d’un métal
est égale à la température de rosée de l’air, il y a une forte probabilité que
le métal se corrode. Le temps cumulé τcorr où ces conditions sont atteintes
sera comptabilisé pour la prédiction de cette altération. Les phénomènes
complexes de corrosion du béton par carbonatation ou par ions chlorures
ne sont pas étudiés dans notre approche.
Tableau 24 :  Principaux paramètres utilisés par les modèles de développement
de moisissures (inspiré de [VER, 2011])

Time
AIE Modèle Courbes
Modèle of Bio-hygrothermal
Annexe 14 VTT isoplèthes
Wetness

Influence
Oui Non Oui Oui Oui
de T

Influence
Indirectement Oui Oui Oui Oui
de HR

Prise
en compte Non Non Oui Oui Oui
des matériaux

Développement
(D) ou
D
indication I I D D
(modéré)
du début
du processus (I)

Tint, φint & bilan


Paramètres
Tint, Text, Tsint φint Tint, φint Tint, φint hydrique
d’entrées
des spores

Ratio Index
Teneur
de temps de Courbes
Indicateurs en eau minimale
où HRint > moisissure isoplèthes
du spore
80 % M

Couplage avec
un modèle Non Non Oui ESP-r Wufi-bio
Bâtiment

5.4.3 La dégradation des ambiances intérieures


L’humidité de l’air est un élément important pour la qualité des ambiances
intérieures des bâtiments. Elle peut avoir une action directe sur l’homme en
étant un paramètre clé du confort thermique et peut agir indirectement sur
la qualité de l’air intérieur en favorisant le développement d’agents nocifs.

5.4.3.1 Les actions directes : confort hygrothermique des occupants


Le premier des enjeux du confort thermique est d’assurer le bien-être de
l’occupant dans son cadre bâti. La société américaine ASHRAE définit le
confort thermique comme l’ensemble des conditions requises pour que
les occupants d’un bâtiment soient satisfaits de l’ambiance thermique.
À l’heure actuelle, il existe deux approches pour la définition du confort
thermique. L’approche statique ou d’équilibre thermique de l’homme et
l’approche adaptative ([DJO, 2010],[MOU, 2007]).

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
101
Bâtiments : typologies et pathologies

L’approche statique est basée sur le modèle expérimental de Fanger. Les


indicateurs PMV (Predicted Mean Vote) et PPD (Predicted Percentage
Dissatisfied) permettent de qualifier les ambiances thermiques ressenties
par les occupants. La norme NF ISO 7730 se base sur cette approche.
BRAGER définit l’approche adaptative en s’appuyant sur le fait que l’être
humain n’est pas passif face à son environnement. Il intervient activement
pour créer ses conditions de confort. La norme NF EN  15251 a basé des
limites de températures opératives sur cette approche.
Pour l’approche adaptative, l’humidité relative n’est pas un paramètre
intrinsèque du modèle. Le modèle empirique de FANGER intègre
l’humidité comme paramètre de calcul du PMV/PPD. Les occupants sont
insatisfaits de l’ambiance lorsque le PMV n’est pas dans la plage [-1;1].
Les temps cumulé τconf de période d’insatisfaction seront comptabilisées
comme critère de mauvaise ambiance thermique.

5.4.3.2 Les actions indirectes : qualité de l’air intérieur


BAUGHMAN et ARENS [BAU, 1996], dressent un état de l’art des polluants
intérieurs dégradant la qualité de l’air intérieur (QAI) et ayant un impact sur
la santé de l’homme à cause de l’humidité intérieure. Seuls les effets des
humidités importantes sur la santé sont pris en compte dans ces travaux.
Ces effets sont soit liés au développement d’agents biotiques, soit liés à
l’interaction de l’humidité avec des polluants abiotiques. Il peut y avoir
4 catégories de polluants liés au développement d’agents biotiques, ayant
diverses formes de manifestation sur l’homme : bactéries, virus, champi-
gnons et acariens. Les champignons se développant sur des substrats ont
déjà été abordés. Ce développement de moisissures est une pathologie
pour le bâtiment mais aussi pour les occupants car il peut provoquer des
réactions allergiques telles que l’asthme ou, plus rarement, des infections
aggravées.
L’humidité relative est un paramètre influant sur la qualité de l’air intérieur.
La Figure 58 récapitule la plage d’humidité optimale (40-60  %) pour une
qualité de l’air intérieur.

Figure 58 :  Plages d’humidité favorables à la croissance de polluants [ROU, 2004]

Les zones bleues et rouges correspondent respectivement aux zones de


faibles et fortes humidités relatives, favorables à la croissance de polluants.
Nous proposons donc d’évaluer le temps τQAI où l’humidité relative ne sera
pas comprise dans la plage 40-60 %, ce qui permettra de qualifier la qualité
de l’air intérieur vis-à-vis de l’humidité.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
102
Bâtiments : typologies et pathologies

5.5 Proposition de facteurs influençant


l’apparition de pathologies
Une liste exhaustive des pathologies liées à l’humidité a été réalisée.
L’apparition d’une altération dépend de la satisfaction d’un critère qualifié
par un facteur gouvernant. Ce dernier est assujetti à plusieurs paramètres
d’entrées, dont les caractéristiques physiques du matériau. L’ensemble de
ces paramètres d’entrée, facteurs et critères ont été synthétisés dans le
Tableau 25. Les facteurs ont été définis de manière simple pour pouvoir
être intégrés à un modèle global du bâtiment couplant les transferts hygro-
thermo-aérauliques. L’objectif étant, dans une première approche, de
prédire les conditions de risque d’apparition d’une pathologie et non de
modéliser précisément cette dernière. Ces facteurs influents combinés aux
modes constructifs et aux durées d’exposition nous permettront d’affiner
les critères proposés dans le Tableau 25.
Tableau 25 :  Synthèse des facteurs d’apparition de pathologie

Propriété des Paramètres


Pathologies Données d’entrée Critère
matériaux gouvernants

Rinitial,w, Rcrit Variations Rmec Rmec(w) < Rcrit


Propriétés mécaniques
Rmec = f(w)

λ0, w, b Variations U(w) < 0.05*U0 τdep.th.


Propriétés thermiques
λ = f(w)

Variations φ Coefficient
dimensionnelles de dilatation

T and w Rgel Ngel nombre Ngel < Rgel


Gel dans le matériau de cycle
de gel

Corrosion T dans le matériau – T = Trosée τcorr

T, φ dans le matériau sensibilité aux index de moisissure M M > 3, moisissures


Moisissures proliférations observables
biologiques visuellement

Polluant φint – φint τQAI

Confort T, φint, Met, Clo, va – PMV/PPD τconf


hygrothermique

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
103
Bâtiments : typologies et pathologies

6. Conclusions et perspectives
Quatre documents autoportants ont été rédigés pour traiter l’impact
de l’humidité dans le bâtiment. Chaque document ayant sa spécificité,
les auteurs ont choisi de rédiger une conclusion générale, commune à
chaque partie, dont la synthèse peut reprendre certains éléments clés,
communiqués au préalable dans le texte d’une des parties.
Ce document répond à la problématique de la tâche 1 du projet HUMIBATex
qui vise à améliorer l'état de connaissance au sujet :
• des transferts hygrothermiques dans l’enveloppe des bâtiments ;
• des moyens de mesure existant de l’échelle du matériau à l’échelle du
bâtiment ;
• des différentes pathologies dans le bâtiment et qui sont liées à
l’humidité ;
• des moyens de simulation numérique existants (thermo/hygro/
aéraulique).
Les travaux entrepris ont permis de diffuser 4 documents autoportants :
• Partie I : Bâtiments – typologies et pathologies liés à l'humidité ;
• Partie II : Mesures – matériaux, parois, bâtiments ;
• Partie III : Modélisations hygrothermique et aéraulique dans le bâtiment ;
• Partie IV : Humidité et qualité de l'air intérieur.
La partie 1 a permis de réaliser un état de l’art des typologies de bâti-
ments et les pathologies liées à l’humidité pouvant y être rencontrées.
Une liste exhaustive des pathologies liées à l’humidité a été réalisée et des
facteurs d’apparition de ces pathologies ont été proposés dans l’optique
d’être utilisés dans la suite du projet et notamment dans la tâche dédiée
à la modélisation (tâche 5). L’apparition d’une altération dépend de la
satisfaction d’un critère qualifié par un facteur gouvernant. Ce dernier
est assujetti à plusieurs paramètres d’entrées, dont les caractéristiques
physiques du matériau. L’ensemble de ces paramètres d’entrée, facteurs et
critères ont été synthétisés dans le Tableau 26. Les facteurs ont été définis
de manière simple pour pouvoir être intégrés à un modèle global du
bâtiment couplant les transferts hygro-thermo-aérauliques. L’objectif
étant, dans une première approche, de prédire les conditions de risque
d’apparition d’une pathologie et non de modéliser précisément cette
dernière. Ces facteurs influents combinés aux modes constructifs et aux
durées d’exposition nous permettront d’affiner les critères proposés dans
le Tableau 26.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
104
Bâtiments : typologies et pathologies

Tableau 26 :   Synthèse des facteurs d’apparition de pathologie [BER, 2015]


Données Propriété des matériaux Paramètres Critère
Pathologies
d’entrée gouvernants

Rinitial,w, Rcrit Variations Rmec Rmec(w)< Rcrit


Propriétés mécaniques
Rmec=f(w)

λ0, w, b Variations U(w) < 0.05*U0 τdep.th.


Propriétés thermiques
λ =f(w)

Variations Φ Coefficient de dilatation


dimensionnelles

T and w dans le Rgel Ngel nombre Ngel < Rgel


Gel matériau de cycle de gel

T dans – T = Trosée τcorr


Corrosion
le matériau

T, Φ dans sensibilité aux index M > 3, moisissures


Moisissures le matériau proliférations de moisissure M observables visuellement
biologiques

Polluant Φint – Φint τQAI

T, Φint, Met, – PMV/PPD τconf


Confort hygrothermique
Clo, va

La partie 2 dédiée à l’instrumentation a permis d’établir un inventaire sur :


• les procédures d’essais en laboratoire sur des échantillons de parois
(échelle matériau et paroi) ;
• les outils de mesures in situ sur bâtiment réel avant et après rénovation,
en particulier pour l'humidité dans les murs (échelles paroi et bâtiment) ;
• les cellules expérimentales au moins bizones avec façade climatique
en contact avec l’extérieur, déjà existantes en Europe (échelle paroi et
bâtiment).
Cette partie a permis également de tirer les enseignements suivants pour
la construction de la cellule expérimentale HUMIBATex et pour l’instrumen-
tation des bâtiments in situ (tâche 4).

• Mesure de l’humidité et de la teneur en eau


La majorité des pays ayant mené des travaux de recherche et développé
des plateformes expérimentales sur le thème des transferts hygrother-
miques dans les parois de bâtiment ont une tradition constructive de
parois à ossature bois et non de parois massives. La mesure d’humidité
par capteurs d’humidité relative de l’air est utilisée essentiellement pour
les lames d’air, cavités ventilées ou à l’interface isolant/matériau. Des élec-
trodes résistives sont utilisées pour mesurer la teneur en eau des éléments
en bois (massif ou reconstitué) ou en plâtre. Une calibration pour chaque
essence ou chaque matériau est nécessaire. Un écart de profondeur entre
les deux électrodes peut être une source d’importantes erreurs par rapport
à la valeur calibrée. Dans les parois massives, certains capteurs T/HR
supportent mal l’exposition prolongée à une forte humidité. Des dispositifs
de protection type filtre renforcé ou membrane pare-vapeur sont parfois
ajoutés pour faire barrière notamment à la condensation. Il apparaît que le
mode de positionnement des capteurs peut influencer la représentativité
de la mesure. Un capteur T/HR placé à l’interface entre un isolant et un
panneau de parement crée une micro-poche d’air qui réagit beaucoup
plus vite que la surface de l’isolant. Dans certains cas, des stratégies sont
employées pour que le tube protecteur ou le cordon de liaison soient posi-
tionnés pour ne pas perturber les échanges hygrothermiques.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
105
Bâtiments : typologies et pathologies

La confrontation calcul/mesure s’effectue sur la base de la teneur en eau


des différentes couches de matériau  ; lorsque la mesure est indirecte, la
précision des capteurs d’humidité relative et celle de la courbe de sorption/
désorption notamment pour les teneurs en eau élevées sont décisives.
La précision de la localisation des capteurs est également déterminante ;
une erreur de +/- 0,5 mm sur la position de la sonde peut engendrer une
erreur de +/- 0,5 K sur la température. Le temps de séchage de certains
matériaux comme le chanvre projeté ou la maçonnerie de moellons de
tuffeau montés à la terre s’avère particulièrement long.

• Étude en vraie grandeur de parois hétérogènes


Les plus-values d’une cellule à l’échelle 1 exposée à des conditions clima-
tiques réelles sont :
• la complexité et l’interaction des conditions climatiques qui créent des
sollicitations difficiles à reproduire en laboratoire et qui sont parfois
celles à l’origine des problèmes ;
• l’étude des points singuliers et détails constructifs de l’enveloppe (ponts
thermiques, liaisons, pièces en saillie exposées aux infiltrations de pluie,
pièces en saillie côté intérieur gênant la mise en œuvre d’un isolant, etc.).
Dans les parois hétérogènes, chaque mesure représente un cas particulier
difficile à localiser précisément et à modéliser. Se pose la question de
la représentativité d’un point de mesure et du recours nécessaire à une
grandeur équivalente.
L’étude en vraie grandeur s’accompagne de la détermination de certaines
propriétés sur des échantillons de taille réduite, réalisés en amont ou
lors de la construction de la cellule expérimentale, notamment pour déter-
miner les conditions initiales. Parmi les essais préalables, il peut s’agir
d’étudier l’homogénéité du comportement d’un échantillon pour optimiser
l’instrumentation. En effet, l’étude des points singuliers dans une paroi
comprenant des détails constructifs peut requérir l’utilisation de nombreux
capteurs étant donnée la variabilité du champ hygrothermique.
La mesure de la teneur en eau par pesée avant/après essai, voire
régulièrement en cours d’essai ou en continu donne accès précisément à
la quantité d’eau présente dans l’échantillon, quelle que soit son hétéro-
généité. Réalisée composant par composant, elle permet en complément
d’étudier la contribution de chaque élément. Sur le même principe
d’observation directe des phénomènes, des portions amovibles ou
transparentes dans les couches de parois peuvent permettre de constater
visuellement en cours d’essai des phénomènes de condensation ou de
moisissures.

• Étude sur une cellule « zone » en climat réel


Dans le cas d’une cellule « zone », la maîtrise du taux de renouvellement
d’air nécessite un très bon niveau d’étanchéité à l’air et une mesure fine
des débits de ventilation. Malgré cela, des mesures en continu par gaz
traceur constituent une méthode plus fiable pour déterminer le taux de
renouvellement d’air.
Le stockage hygrique par les parois horizontales n’est pas négligeable,
il peut être intéressant de le contrôler par un pare-vapeur très étanche si on
ne veut étudier que les parois verticales. En conditions climatiques réelles,
non régulées à l’intérieur, le stockage/déstockage dynamique n’est pas
toujours bien modélisé et/ou mesuré.
Deux paramètres climatiques nécessitent une attention particulière  :
la pluie battante et le rayonnement incident sur les parois. Pour la mesure
de la pluie battante, les pluviomètres de façades ne doivent pas retenir
les gouttelettes d’eau et le ratio pluie pénétrante/pluie battante est
encore mal connu. Pour le rayonnement incident, une mesure directe du
rayonnement reçu est préférable à un calcul sur la base du rayonnement

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
106
Bâtiments : typologies et pathologies

global horizontal. D’une manière générale et assez triviale, il est nécessaire


de connaître précisément :
• les conditions initiales ;
• les conditions aux limites ;
• les propriétés des matériaux ;
• la géométrie des détails constructifs et la position des capteurs.
La partie 3 a permis de présenter les différents mécanismes des transferts à
l’échelle de la paroi et du bâtiment ainsi que les modèles de calcul associés
à ces mécanismes. Une comparaison des modèles a été réalisée dans cette
partie ainsi qu’une revue des moyens de couplage des modèles HAM-BES.
Cette partie a permis de faire une proposition du cahier des charges du
modèle intégré HUMIBATex (tâche 5). Ainsi le futur modèle devra satisfaire
les exigences suivantes :
Modèle enveloppe
• Transferts couplés masse/chaleur.
• 2D (pour la représentation de points sensibles et ponts thermiques).
• Sources d’humidité : climat et ambiance interne (pluie, humidité relative).
• Large gamme d’HR.
• Modèle de transport des sels (possibilité d’intégration mais mise en
œuvre compliquée).
Matériaux
• Variation des propriétés de transfert avec la teneur en eau.
• Évolution des propriétés avec le temps.
Les modèles d’enveloppe existants remplissent déjà la plupart de ces
critères  : la réflexion va surtout porter sur le choix d’un modèle pour le
bâtiment et sur les possibilités de couplage enveloppe/bâtiment.
Modèle bâtiment
• Multizone et/ou zonal.
• Échanges surfaciques et transferts radiatifs entre parois.
• Intégration de scénarios d’occupation et de charges internes d’humidité.
• HVAC.
Couplage
• Couplage direct (1 environnement) ou indirect (plusieurs codes).
• Freeware et open source.
• Possibilité de créer des modules complémentaires.
Les Tableaux 27 et 28 présentent un rappel des différentes granularités
existantes pour les modèles de bâtiment ou d’enveloppe.
Tableau 27 :   Granularité des modèles bâtiment/enveloppe

Approche Zone d’air Enveloppe

Simplifié Mono-zone (bâtiment = 1 zone) Modèles type « fonction


de transfert »

Intermédiaire Multizone (1 pièce = 1 zone) Modélisation 1D

Fine Zonal (1 pièce = plusieurs zones) Modélisation 2D

Très fine CFD Modélisation 3D

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
107
Bâtiments : typologies et pathologies

Tableau 28 :  Granularité du modèle HUMIBATex (en bleu)

Enveloppe

Simplifié Intermédiaire Fine Très fine

Simplifié X X X

Intermédiaire X X X X
Air
Fine X

Très fine X X

Le cahier des charges de l’environnement numérique à développer dans


le cadre d’HUMIBATex situe cet environnement dans les cases bleues du
Tableau 5. Les croix indiquent des associations existantes.
Partie IV : l’impact de l’excès d’humidité sur la qualité de l’air intérieur se
traduit principalement par un risque de croissance de micro-organismes,
dont les moisissures, et par un risque d’augmentation des émissions de
certains polluants volatils, notamment du formaldéhyde. La croissance de
moisissures sur les surfaces intérieures ou dans les cloisons des bâtiments
est un phénomène très répandu puisque près de 37 % des logements
français présentent des traces visibles ou masquées de contamination
fongique (OQAI, 2011). La croissance de ces moisissures sur les maté-
riaux de construction n’est possible que si l’activité en eau (aw ) devient
supérieure à 0,7, ce qui peut être rencontré accidentellement (dégât des
eaux, inondations), en présence de ponts thermiques dans l’enveloppe du
bâtiment ou du fait de mauvaises pratiques des occupants (séchage du
linge à l’intérieur, non utilisation de la hotte en cuisine, etc.). Dans tous les
cas, l’absence de bonnes pratiques d’aération ou les défauts des systèmes
de ventilation déclenchent et/ou aggravent les phénomènes de conden-
sation sur les surfaces intérieures en n’éliminant pas les excès d’humidité.
La bibliographie récente présente de plus en plus d’évidences d’un risque
accru de symptômes respiratoires, d’infections respiratoires et d’exacerba-
tion de l’asthme, en particulier chez les populations sensibles comme les
enfants.
Par ailleurs, l’effet saisonnier observé dans les environnements intérieurs
avec des concentrations plus élevées de nombreux polluants en été
suggère une influence des paramètres environnementaux (température,
humidité relative) sur les émissions chroniques des produits de construc-
tion et de décoration. S’il est difficile d’identifier le rôle prépondérant
de la température et/ou de l’humidité relative sur les émissions selon
les différents couples polluants/matériaux considérés, il est évident que
les émissions de formaldéhyde des matériaux à liants urée-formol, dont
les isolants thermiques en laine minérale et les panneaux à base de bois
largement utilisés dans les secteurs de la construction et de l’ameu-
blement, sont particulièrement sensibles aux variations d’humidité
relative dans les environnements intérieurs. Le caractère ubiquitaire du
formaldéhyde dans les différents environnements intérieurs, la multipli-
cité de ses sources ainsi que ses propriétés toxicologiques en font un
des polluants prioritaires à contrôler. Plusieurs études ont montré que la
ventilation seule ne permettait pas d’éliminer complètement ce polluant et
que le contrôle des sources (choix de matériaux faiblement émissifs) était
la stratégie prioritaire à mettre en œuvre pour abaisser les concentrations
de formaldéhyde en deçà des valeurs guides de qualité de l’air intérieur
préconisées.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
108
Bâtiments : typologies et pathologies

7. Bibliographie
[ABE, 2009]  Guide Technique « Transferts d’humidité à travers les parois »
C. Abelé et al. Septembre 2009.
[AIR.H, 2008] [AIR.H, 2008] : H. AIR = Association Initiative Réglementation
Hygiène. http://www.airh.asso.fr/etudes.aspx
[BAT, 2011] Modélisation du comportement thermique du bâti ancien
(avant 1948). CETE Est, CETE ouest, LASH-DGCB, MPF, INSA de Strasbourg
(DHUP, ADEME)-2008-2011.Tâche 1 : État de l’art du comportement
thermique du bâti ancien.
[BAT, 2007]  : «  Connaissance des bâtiments anciens et économies
d’énergie  ». CETE de l’Est, Le Laboratoire des Sciences de l’Habitat
(LASH - DGCB) et l’association Maisons Paysannes de France (DGUHC)-
Août 2007.
[BAU, 1996]  A. V. Baughman et E. A. Arens, « Indoor Humidity and Human
Health - Part I: Literature reviex of health effects of humidity-influenced
indoor Pollutants », ASHRAE transactions : Research, vol. 102, no. Part 1.,
1996.
[BEC, 2003]  K. Beck, M. Al-Mukhtar, O. Rozenbaum, et M. Rautureau,
«  Characterization, water transfer properties and deterioration in tuffeau:
building material in the Loire valley–France  », Building and Environment,
vol. 38, no. 9-10, p. 1151-1162, oct. 2003.
[BEC, 2006]  K. Beck, « Étude des propriétés hydriques et des mécanismes
d’altération de pierres calcaires à forte porosité  », Université d’Orléans,
Orléans, 2006.
[BER 2015] Julien Berger, Sihem Guernouti, Monika Woloszyn,
Catherine Buhe (2015) « Factors governing the development of moisture
disorders for integration into building performance simulation  ».
"http://www.sciencedirect.com/science/journal/23527102" Journal of
Building Engineering. "http://dx.doi.org/10.1016/j.jobe.2015.04.008"
doi:10.1016/j.jobe.2015.04.008
[CHE, 2008] M. Chereches, «  Étude expérimentale sur la conducti-
vité thermique des matériaux humides  », présentée aux XXVIe rencontres
universitaires de Génie Civil, Nancy, 2008.
[COI, 2006]  J. Coignet, La maison ancienne. Paris: Eyrolles, 2006.
[COL, 1989]  R. Collombet, L’humidité des bâtiments anciens : causes et
effets, diagnostic et remèdes, 2e édition mise à jour, Paris: éditions du
Moniteur, 1989.
[CSTB, 2011] : A. Fery et R. Lahrech, Base de connaissance bâtiments exis-
tants, cartographie du parc résidentiel, 1949-1974, Rapport de recherche
Modernisation durable de l’existant, CSTB, février 2011.
[DJO, 2010]  N. Djongyang, R. Tchinda, et D. Njomo, « Thermal comfort: A
review paper », Renewable and Sustainable Energy Reviews, vol. 14, no 9,
p. 2626-2640, décembre 2010.
[GRA, 2005]  : P. GRAULIERE, Typologie des bâtiments d’habitation
existants en France  ; synthèse des caractéristiques des bâtiments
d’habitation existants permettant l’évaluation du potentiel d’amélioration
énergétique. Rapport de synthèse pour le MEDAD, 2005.
[Guide ABC, 2011]  EDF, ARC, ADEME, FFB, CSTB, Amélioration
thermique des Bâtiment collectifs construits de 1850 à 1974, Guide ABC,
2011.
[Habitat et DD, 2001]  : Habitat et développement durable  : bilan
rétrospectif et prospectif, avril 2001.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - Impact de l'humidité dans le bâtiment : diagnostics et retours d'expériences
mohammed.atif@dekra.com
109
Bâtiments : typologies et pathologies

[HYGROBA, 2013] DGALN, CETE de l’est, ENSA, LMDC Toulouse, MPF,


HYGROBA, Étude de la réhabilitation hygrothermique des parois anciennes.
2013.
[KIR, 2006]  S. Kirchner et al, Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur
– Campagne nationale Logements 165, État de la qualité de l’air dans les
logements français, Rapport final, DDD/SB – 2006-57, novembre 2006.
[KÜH, 2004] H.M. Kühnel, Cause and consequence: volume changes
behind building material deterioration, Materials Characterization, vol. 53,
no. 2-4, p. 171-180, nov. 2004.
[KÜN, 1996]  H.M. KÜNZEL et K. KIESSL, Calculation of heat and moisture
transfer in exposed building components, International Journal of Heat and
Mass Transfer, vol. 40, no. 1, p. 159-167, oct. 1996.
[MAM, 1994] M. Mamillan, Restauration des bâtiments en pierre, Centre
Expérimental de Recherches et d’Études du Bâtiment et des Travaux
Publics, C2150, 1994.
[MOU, 2007]  B. Moujalled, Modélisation dynamique du confort thermique
dans les bâtiments naturellement ventilés, Institut des Sciences appliquées
de Lyon, Lyon, 2007.
[NF EN ISO 13788] Performance hygrothermique des composants et
parois de bâtiments, Température superficielle intérieure permettant
d’éviter l’humidité superficielle critique et la condensation dans la masse,
décembre 2001.
[NF EN ISO 15026]  Performance hygrothermique des composants et parois
de bâtiments, évaluation du transfert d’humidité par simulation numérique,
février 2007.
[RAH, 2014] Rahmeh M., Etude expérimentale et numérique des
performances de la ventilation mécanique par insufflation : Qualité de l’air
intérieur dans les bâtiments résidentiels. 2014
[ROD, 2011]  M.F.S. Rodrigues, J.M. C. Teixeira, et J.C.P. Cardoso, Buildings
envelope anomalies: A visual survey methodology, Construction and
Building Materials, vol. 25, no 5, p. 2741-2750, mai 2011.
[SCH, 2004] G.W. Scherer, Stress from crystallization of salt, Cement and
Concrete Research, vol. 34, no 9, p. 1613-1624, sept. 2004.
[VER, 2011]  E. Vereecken, « Review of mould prediction models and their
influence on mould risk evaluation », j.buildenv, 11.003, 2011.
[VER, 2011] S. Veran-Tissoires, Cristallisation discrète à la surface ou à
l’intérieur d’un milieu poreux, Institut National Polytechnique de Toulouse,
2011.
[WUFI, 2010] WUFI, Calculation of the transient heat and moisture
transport in multi-layer building components exposed to natural weather,
IBP Fraunhofer material database, 2010.

© CSTB
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com
CSTB Editions pour DEKRA INDUSTRIAL SA le 08/01/2020 16:23
mohammed atif - mohammed.atif@dekra.com

Priorités scientifiques et techniques – Partie I – Bâtiments : typologies et pathologies

RECHERCHE – EXPERTISE
Priorités scientifiques
et techniques
Impact de l’humidité dans le bâtiment :
diagnostics et retours d’expériences
Partie I – Bâtiments : typologies et pathologies

SIÈGE SOCIAL
8 4 , AV E N U E J E A N J A U R È S | C H A M P S - S U R - M A R N E | 7 74 4 7 M A R N E - L A -VA L L É E C E D E X 2
T É L . ( 3 3 ) 0 1 6 4 6 8 8 2 8 2 | F A X ( 3 3 ) 0 1 6 0 0 5 7 0 3 7 | w w w. c s t b . f r

Vous aimerez peut-être aussi