Vous êtes sur la page 1sur 6

Université Batna2 (Mostefa Benboulaïd) Année universitaire 2019/2020

Dép.Génie industriel
Option Génie des procédés TP n°3 (Génie Chimique)
TP chimie physique 2 (L3-S6)

MESURE DE LA TENSION DE SURFACE PAR LA MÉTHODE DU STALAGMOMÈTRE

Définition :
La tension superficielle notée 𝛾𝛾 est l’énergie superficielle d’un liquide par unité d’aire de sa surface libre.
C’est aussi la force nécessaire, pour briser la couche superficielle par unité de longueur L de sa surface libre.

1. Explication (exemple sur l’eau liquide)

• Les molécules d’eau sont des dipôles permanents.

• Elles s’attirent entre elles, pour former des liaisons

intermoléculaires (par pont-hydrogène). co


p ie
mi
se
à
• du s’entoure jour
À l’intérieur du récipient, chaque molécule
TP ,
n°3
L3 de
d’un maximum de molécules, dans toutes Sles
6 ch
im
un GP ie-
ive phy
rsi siq

directions, conduisant à un équilibre des forces u
B atn eI
AU I
a2
20
d’attraction. 19
res /2 02
ten 0
td
eu
• x Tà l’interface
À la surface, chaque molécule d’eau est P 's 1
et TP
1T su de
P s et les molécules
entre le reste des molécules d’eau r l'
u r la a ds
NB ch orp
. ale tio
les fortement uattirées
l’air. Les molécules sont plus vers n
rd
co ed
mp iss
tes oc
s
l’intérieur, par leurslimcongénères. Pour ren assurer un iatio
an du n.
im sc
oh ho
am isir
équilibre des forces d’attraction, ed les molécules 3T
P's

subissent des forces d’attraction horizontales plus

fortes, au niveau de la surface.

• Cette force, plus concentrée au niveau de la surface est

appelée tension superficielle ou tension de surface.

• Formation d’une pellicule au niveau de la surface, ce

qui se traduit par une résistance à la pénétration,

d’objets (trombone) et la flottaison de certains insectes

(libellules).

1
Université Batna2 (Mostefa Benboulaïd) Année universitaire 2019/2020
Dép.Génie industriel
Option Génie des procédés TP n°3 (Génie Chimique)
TP chimie physique 2 (L3-S6)

A B co
p
C D
ie
mi
se
Fig. A et B : Formation d'une couche superficielle, empêchant le liquide de déborder.
à jou
du r,
TP
Cette couche est due à la tension de de surface.
L
n°3
3 de
6 himS c
Fig. C : tube étroit, ascension capillaireuconduisant à la formation
ie du ménisque concave.
niv GP -ph
ers ys
Fig. D : goutte d’eau accrochée aux parois du plafond i t é (salle de bain, iqu cuisine), grâce à la tension
Ba eI
AU tna I
superficielle. 20 2
19
res /20
ten 20
td
e
Formalisme de la tension superficielle : ux TP
's 1
et TP
Soit la F, la force nécessaire pour 1 T écarteler la couche su de surface libre en deux parties, sur une
Ps r l'
longueur L. ur ad
NB la so
ch rpt
. ale ion
les ur
co d ed
mp iss
tes oc
slim ren iat
an du ion
im s .
oh c ho
am isir
ed 3T
P's

Cette force F est proportionnelle à la longueur L, et le coefficient de proportionnalité 𝛾𝛾 est


appelée tension superficielle.

𝐹𝐹 = 𝛾𝛾. 𝐿𝐿 (1)
𝐹𝐹
𝛾𝛾 = (2) en 𝑁𝑁𝑁𝑁𝑁𝑁𝑁𝑁𝑁𝑁𝑁𝑁/𝑀𝑀è𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡: [𝑁𝑁/𝑀𝑀]
𝐿𝐿

2
Université Batna2 (Mostefa Benboulaïd) Année universitaire 2019/2020
Dép.Génie industriel
Option Génie des procédés TP n°3 (Génie Chimique)
TP chimie physique 2 (L3-S6)

Chaque liquide est caractérisé par sa tension superficielle 𝛾𝛾.


La tension superficielle d’un liquide dépend de la température, et de l’environnement (air, vapeur, etc.).

Exemples de tensions superficielles de quelques liquides usuels dans l’air à température ambiante.
Liquide eau Et. glycol Huile de xylène méthanol éthanol
arachide olive soja silicone
5 7199 4770 3223 3203 2943 ∼ 1800 2847 2270 2210
𝛾𝛾𝑁𝑁 10
( )
𝑀𝑀

Expression de 𝛾𝛾 en fonction de la surface


D’un autre côté, à cette force est associée l’énergiecpotentielle
op superficielle, correspondant à un
ie
mi
écartement 𝛥𝛥𝛥𝛥 : se
àj
du ou
T r,
|𝑑𝑑𝑑𝑑| = |𝐹𝐹 P𝑑𝑑𝑑𝑑| n°3 (3)
L3 de
S6 ch
im
un GP ie-
ive ph
rsi ys
t é
|𝐸𝐸| = �� 𝛾𝛾. B𝐿𝐿.a 𝑑𝑑𝑑𝑑� (4) ique I
AU tna I
20 2
19
res /20
ten 20
td
eu = |𝐹𝐹| 𝐿𝐿 𝑥𝑥
|𝐸𝐸| (5)
xT
P's
et 1T
1T Ps
Ps ur
ur l'a
NB la ch
𝐿𝐿 𝑥𝑥 = 𝑆𝑆 (6) dsor
. ale pti
on
les ur
co d ed
mp iss
tes oc
slim ren𝐸𝐸 = 𝛾𝛾 𝑆𝑆 iat
(7)
an du ion
im s .
oh c ho
am isir
ed 3T
𝐸𝐸 P's
𝛾𝛾 = (8)
𝑆𝑆
𝛾𝛾 𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝 ê𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡 𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒é 𝑒𝑒𝑒𝑒: [ 𝐽𝐽𝐽𝐽𝐽𝐽𝐽𝐽𝐽𝐽/𝑚𝑚2 ] 𝑜𝑜𝑜𝑜 [𝑁𝑁/𝑚𝑚]
Conséquence : surface minimale
𝐸𝐸 = 𝛾𝛾. 𝑆𝑆 (9)
• Un liquide est caractérisé par une tension superficielle constante à une température donnée.
• La stabilité du liquide exige une énergie minimisation de son énergie.
• 𝐸𝐸 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 ⟹ 𝑆𝑆 𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚𝑚 ( 𝛾𝛾 é𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐 à 𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡é𝑟𝑟𝑎𝑎𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡𝑡 𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐𝑐)

⟹ 𝑙𝑙𝑙𝑙 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠é 𝑑𝑑𝑑𝑑 𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙𝑙 𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒𝑒 𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎𝑎é 𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝 𝑢𝑢𝑢𝑢𝑢𝑢 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠𝑠 𝑙𝑙𝑙𝑙 𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝 𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝 𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝𝑝.
Géométriquement, la surface la plus petite correspond à une forme sphérique.
→ D’où les formes arrondies à l’interface avec l’air d’un récipient rempli.

3
Université Batna2 (Mostefa Benboulaïd) Année universitaire 2019/2020
Dép.Génie industriel
Option Génie des procédés TP n°3 (Génie Chimique)
TP chimie physique 2 (L3-S6)

Objectif du TP
L’objectif de ce TP, est la détermination expérimentale de la tension superficielle d’un liquide, par la
méthode stalagmométrique.

3. Instrument utilisé : le stalagmomètre

Stalagmomètre : le stalagmomètre est un instrument de mesure de la

tension superficielle par stalagmométrie. C’est un tube capillaire en

verre élargi au milieu. co


p ie
mi
se
La partie du dessous du tube est rétrécie pour forcerà le
jo fluide à
du ur,
TP
n°3
s’échapper sous forme de gouttelettes.L3 de
S6 ch
im
un GP ie-
ive phy
rsi du pesage).
4. Principe de la première méthode (Méthode siq
t éB u
atn eI
AU I
a2
5. On compare la masse de la goutte du2liquide01
9/2
à de l’eau. En celle
r e
faisant le rapport entre les deux on steen déduit 02 la tension superficielle
nt 0
du liquide inconnu. d eu
x TP
's 1
et le stalagmomètre,
Soit un liquide se trouvant dans TP s’écoulant en gouttes.
1T su
Ps r l'
ur ad
NB la so
Avant de s’échapper, la goutte . doit atteindreha
l
c
e
un volume telrpque tio son poids
n
les ur
(𝑃𝑃 = 𝑚𝑚𝑚𝑚) soit égal à la force de rétention
co due à la dtension
ed superficielle 𝐹𝐹.
mp iss
tes oc
slim𝐹𝐹 = 2𝜋𝜋𝜋𝜋𝜋𝜋 ren iat
an du ion
im s .
oh c h
(Force nécessaire pour décoller am la goutte du opérimètre isir de l’orifice bas du
ed 3T
stalagmomètre de rayon r) P's

𝑚𝑚𝑚𝑚 = 2𝜋𝜋𝜋𝜋𝜋𝜋 (10)


Rappelons que l’objectif de ce TP, est de déterminer la tension superficielle d’un
liquide inconnu, connaissant celle de l’eau.

Soient :

𝛾𝛾1 , la tension superficielle de l’eau.


𝛾𝛾2 , la tension superficielle du deuxième liquide.
𝑚𝑚1 , la masse d’une goutte d’eau.
𝑚𝑚2 , la masse de la goutte du liquide inconnu.

4
Université Batna2 (Mostefa Benboulaïd) Année universitaire 2019/2020
Dép.Génie industriel
Option Génie des procédés TP n°3 (Génie Chimique)
TP chimie physique 2 (L3-S6)

Il est évident que la masse de la goutte d’eau est différente de la masse de la goutte du deuxième liquide
(sauf s’ils ont les mêmes densités et mêmes tensions superficielles).
𝑚𝑚2 ≠ 𝑚𝑚1
La masse de la goutte du liquide dépend de sa tension superficielle
En effet, en appliquant l’équation (10)

e dévié
𝑚𝑚1 𝑔𝑔 = 2𝜋𝜋𝜋𝜋𝛾𝛾1

mètr
𝑚𝑚2 𝑔𝑔 = 2𝜋𝜋𝜋𝜋𝛾𝛾2

gmo
co
p

ent
La tension superficielle est proportionnelle à la masse i:e mi

lem
se

Stala
à jou
du

ang
TP r,
n°3

Etr
𝑚𝑚L23 𝛾𝛾2 de
=S6 ch
(11)
im
un𝑚𝑚1 𝛾𝛾1 G ie-
ive P ph
rsi ys
𝑚𝑚té2 iqu
𝛾𝛾 = B𝛾𝛾
a (12) eI
AU 2 1tna I
2 𝑚𝑚 1 2
01
res 9/2
ten 02
0
td
eu
xT
5. Principe de la deuxième méthode (Méthode du comptage des gouttes)
P' s1
et TP
1T s
On compte le nombre de Ps
gouttes, ur entre les repères (repère1 et repère 2)
s’échappant
ur l'ad
NB la so
c ha rpt
. leu io
pour les deux liquides, leensuite
sc il suffitr dde
e
remplacer len rapport des masses par le rapport
om dis
pte so
s sr cia
des nombres delimgouttes pour en
déduire la tension tiosuperficielle du liquide inconnu.
an du n.
im sc
oh ho
am isir
ed 3
La masse est reliée à la masse volumique par l’équation TP's

𝑚𝑚 = 𝜌𝜌 𝑉𝑉 (13)
Soient 𝑛𝑛1 , le nombre de gouttes de l’eau, récoltées entre les deux repères ; 𝑛𝑛21 le nombre de gouttes du
liquide inconnu, récoltées entre les deux repères.
Soient 𝜌𝜌1 , la masse volumique de l’eau ; 𝜌𝜌2 la masse volumique du liquide inconnu.
La masse moyenne d’une goutte est égale à la masse totale sur le nombre de gouttes recueillies.
𝜌𝜌1
𝑚𝑚1 = 𝑉𝑉 (14)
𝑛𝑛1
𝜌𝜌2
𝑚𝑚2 = 𝑉𝑉 (15)
𝑛𝑛2

𝜌𝜌2 𝑛𝑛1
𝛾𝛾2 = 𝛾𝛾 (16)
𝜌𝜌1 𝑛𝑛2 1

5
Université Batna2 (Mostefa Benboulaïd) Année universitaire 2019/2020
Dép.Génie industriel
Option Génie des procédés TP n°3 (Génie Chimique)
TP chimie physique 2 (L3-S6)

Mode opératoire
1. Méthode du pesage
1. Monter le stalagmomètre (propre et sec) dans le support vertical.

2. Mesure par peser la masse de la bouteille de pesage vide 𝑚𝑚0 .

3. Remplir le bécher avec de l’eau distillée. Monter un tuyau avec une pompe à eau au-dessus du

stalagmomètre.

4. Introduire la partie basse du stalagmomètre dans l’eau et emplir avec l’eau jusqu’à ce que le niveau

de l’eau soit au-dessus de la partie élargie du stalagmomètre.


co
p
5. Enlever la pompe à eau, et collecter 20 gouttesied’eau
mi
s dans la bouteille de pesée. eà
du jou
,
TPd’eau, en déduire r
6. Peser la bouteille contenant les gouttelettes n° la masse des 20 gouttes d’eau.
L3 3d
ec
6 im S h
7. Vider le stalagmomètre, et la bouteille
un de pesage
i G en lesieséchant,
-p pour les préparer pour les mesures
ve P hy
rsi siq
té u
Ba eI
suivantes. AU tna I
20 2
19
res /2
ten pour0le
8. Refaire les opérations précédentes 20 deuxième liquide.
td
eu
xT
s1 P'
En utilisant les données du tableau
et relatifs à la variation
TP de la tension superficielle de l’eau avec la
1T su
P
température, déterminer la tension superficielle
su du liquider l'qui vous est présenté.
r la a ds
NB ch orp
T °C 15 16 17 18
les
.
ur 20 19ale 21 tion 22 23 24 25 26
𝛾𝛾 ∗ 105 73,49 73,34 co
73 ,19 73,09 d
72,90 e 72,75 72,59 72,44 72,28 72,13 71,97 71,72
mp dis
𝜌𝜌 ∗ 102 99913 99897s 99880 99862 tes 99843 99823 so 99802 99780 99757 99733 99707 99681
r c ia
lim en tio
an du n.
im sc
oh ho
am isir
𝛾𝛾: [𝑁𝑁/𝑚𝑚2 ] ; 𝜌𝜌: [𝑘𝑘𝑘𝑘/𝑚𝑚3 ] ed 3T
P's

B. Méthode du comptage de goutte

1. Remplir le stalagmomètre par l’eau distillée, jusqu’au trait de jauge du dessus.

2. Relâcher l’eau du stalagmomètre dans la bouteille de pesage, en comptant le nombre de goutte versées,

jusqu’à ce que son niveau, atteigne le trait de jauge du bas du stalagmomètre

3. Répéter les mêmes opérations pour le deuxième liquide.

4. Relever la densité du deuxième liquide à partir des données de la bouteille qui le contient.

5. Relever la température du milieu de travail (température du liquide).

6. Utiliser la densité et la tension de surface de l’eau, à cette température, pour calculer la tension

superficielle du deuxième liquide.

Vous aimerez peut-être aussi