Vous êtes sur la page 1sur 32

2.

4 Modèle de rotor de Jeffcott


Pour surmonter les limites du modèle Rankine, Jeffcott (1919) a proposé un modèle, et la figure 2.15
montre un modèle de rotor Jeffcott typique (il est également appelé modèle Föppl ou Laval). Il se
compose d'un arbre sans support, flexible et sans masse, avec un disque rigide et mince monté à mi-
portée de l'arbre. Le centre de rotation du disque, 𝐶, et son centre de gravité, 𝐺, sont décalés d'une
distance, 𝑒, appelée excentricité. La vitesse de rotation de l'arbre est 𝜔, et l'arbre déformé tourbillonne
autour de l'axe du roulement avec une fréquence de tourbillon, 𝜈. Dans le cas présent, le tourbillon est
supposé synchrone (c'est-à-dire 𝜈 = 𝜔), ce qui est courant dans le cas des réponses de déséquilibre. Le
mouvement synchrone se produit également entre la terre et la lune, et pour cette raison, nous voyons
toujours la même face de la lune depuis la terre. Dans le mouvement synchrone de l'arbre, la vitesse
orbitale et sa propre vitesse de rotation sont égales comme le montre la figure 2.16a. Le sens de rotation
de la rotation de l'arbre et le tourbillon sont les mêmes (c.-à-d. CCW pour la figure 2.16a) et cela s'appelle
un mouvement synchrone vers l'avant. Le point noir sur l'arbre représente l'emplacement du déséquilibre
ou toute autre marque sur l'arbre. La force de déséquilibre, en général, conduit à des conditions de
tourbillon synchrones ; par conséquent, cette motion est essentiellement une réponse forcée.

FIGURE 2.15 (a) Un modèle de rotor Jeffcott. (b) Un modèle de rotor de Jeffcott dans le plan 𝑦 − 𝑧. (c)
Diagramme du corps libre du disque dans le plan 𝑥 − 𝑦.
D'autres types de mouvements tourbillonnaires qui peuvent se produire dans des systèmes réels sont
antisynchrones ou synchrones en arrière (c'est-à-dire 𝜈 = −𝜔, comme le montre la figure 2.16b) et
asynchrones (c'est-à-dire 𝜈 ≠ 𝜔). Le tourbillon antisynchrone peut se produire en cas de frottement
entre le rotor et le stator ; cependant, cela se produit très rarement. Dans ce cas, le sens de rotation de
l'arbre et du tourbillon sont opposés. Un tourbillon asynchrone vers l'avant ou vers l'arrière) peut se
produire lorsque les vitesses sont élevées (par exemple, alors les effets gyroscopiques sont
prédominants) ou lorsque le rotor est asymétrique ou lorsque les propriétés dynamiques du roulement
sont anisotropes. Le mouvement de tourbillon asynchrone peut se produire même dans le rotor
parfaitement équilibré en raison de perturbations momentanément transversales. Pour cette raison, il

1
aura la fréquence de tourbillon comme fréquence naturelle du système de rotor et ne sera pas égale à la
vitesse de rotation tant que le modèle de rotor est linéaire. La marque noire sur l'arbre ne sera pas aussi
systématique que sur la figure 2.16 et peut occuper différentes positions en fonction de la fréquence du
tourbillon.
La rigidité transversale, k, d'un arbre simplement supporté est exprimée comme

où 𝐸 est le module d'Young, 𝐼 est le deuxième moment de l'aire de la section transversale de l'arbre et 𝐿
est la portée de l'arbre. 𝑥 et 𝑦 sont des coordonnées pour définir la position du centre de rotation du
rotor, 𝐶 (figure 2.15c). Ici, 𝑂 est le point d'équilibre statique du disque (pour les petites déflexions, il
peut être approximé comme s'il était situé sur l'axe d'appui, comme illustré à la figure 2.15a).
L'emplacement du déséquilibre est donné par 𝜃, qui est mesuré à partir de l'axe des 𝑥 dans le sens
antihoraire. Ainsi, trois coordonnées géométriques (𝑥, 𝑦, 𝜃) sont nécessaires pour définir la position du
rotor de Jeffcott (c'est-à-dire qu'il a trois DDL avec deux déplacements en translation et un déplacement
en rotation). Le disque est au milieu ; par conséquent, l'inclinaison du disque autour des axes
transversaux (c'est-à-dire, 𝑥 et 𝑦) n'est pas là.

FIGURE 2.16 Mouvements tourbillonnants : (a) tourbillon synchrone ; (b) tourbillon antisynchrone.
D'après la figure 2.15c, les équilibres de force et de moment dans les directions x, y et θ peuvent être
écrits comme

et

où (𝑥 + 𝑒 cos 𝜃) et (𝑦 + 𝑒 sin 𝜃) sont la position du centre de gravité, 𝐺, du disque; 𝑚 est la masse;


et 𝐼𝑝 est le moment d'inertie de la masse polaire du disque. En plus de la contribution de la force de
rappel de l'arbre, une force d'amortissement est considérée. La force d'amortissement est idéalisée en
tant qu'amortisseur visqueux et provient principalement des forces de support et des forces

2
aérodynamiques du disque. L'amortissement du matériau de l'arbre n'est pas pris en compte, ce qui peut
conduire à l'instabilité du rotor, qui sera examinée en détail au chapitre 11.
Pour le cas 𝜃 = 𝜔𝑡, c'est-à-dire lorsque le disque tourne à une vitesse de rotation constante, le modèle
de rotor de Jeffcott se réduit à un modèle de rotor à deux DDL. Physiquement, cela signifie que seule la
vibration transversale est prise en compte et que la vibration de torsion est ignorée. En considérant
l'équilibre statique comme référence pour le système d'axes, l'effet de la gravité pourrait être ignoré avec
l'hypothèse d'une petite déviation statique. Dans le cas d'une grande déviation statique, lorsque l'axe de
référence est à la position de l'axe des paliers, la force de gravité doit être prise en compte et elle donne
une déviation constante avec la réponse de déséquilibre dépendante du temps. Un tel effet non linéaire
de la gravité dans l'équation 2.44 sera considéré lorsque nous discuterons du phénomène de vitesse sous-
critique au chapitre 11. Pour le cas présent, seul le système linéaire est considéré. Par conséquent, les
équations de mouvement dans les directions 𝑥 et 𝑦, des équations 2.42 et 2.43, peuvent être écrites
comme

et

En dérivant des équations de mouvement, la force centrifuge due au déséquilibre n'est pas considérée
comme la force externe comme elle a été considérée dans la section 2.1.2. Cependant, il a été pris en
compte dans la force d'inertie sous la forme de la position excentrique du centre de gravité du disque,
comme indiqué dans les équations 2.42 et 2.43. Il convient de noter que les équations du mouvement ne
sont pas couplées et que les mouvements peuvent être analysés indépendamment dans deux plans
transversaux (c'est-à-dire les plans 𝑧 − 𝑥 et 𝑦 − 𝑧). En notant l'équation 2.9, à partir des analyses de
vibrations libres non amorties, on peut voir que, parce que le système de rotor est symétrique, le système
de rotor aura deux fréquences naturelles transversales égales, non amorties dans deux directions
orthogonales, qui sont données comme

Les deux fréquences naturelles étant identiques, une seule fréquence est observée lors du
tourbillonnement du rotor dans deux plans orthogonaux. Cependant, pour un système de support de rotor
anisotrope, ceux-ci seront distincts, comme nous le verrons au chapitre 3. La fréquence propre amortie
peut être obtenue comme décrit dans la section 2.2.
2.4.1 Réponse en régime permanent (méthode du domaine réel)
L'amortissement n'affecte pas sensiblement la fréquence naturelle du système. Cependant, son effet est
plus prédominant pour supprimer l'amplitude des vibrations à la vitesse critique (c'est-à-dire la
résonance). Les réponses forcées en régime permanent des équations 2.45 et 2.46 peuvent être supposées

et

où 𝑋 et 𝑌 sont respectivement l'amplitude de réponse forcée en régime permanent dans les directions 𝑥
et 𝑦; 𝜔 est la même que la fréquence d'excitation due à la force de déséquilibre et est égale à la vitesse
de rotation de l'arbre (une condition synchrone est supposée); et 𝜙 est le retard de phase du déplacement,
𝑥(𝑡), par rapport à la force de balourd. La différence de phase entre les deux réponses de direction
orthogonales pour la direction de rotation de l'arbre choisi est de 𝜋/2 radians. Pour la direction du
tourbillon de l'arbre représentée sur la figure 2.15 (c.-à-d. CCW) pour le système d'axes actuel, la réponse
3
dans la direction 𝑦 retardera la réponse dans la direction 𝑥 de 𝜋/2 radians. Par conséquent, le décalage
de la réponse de la direction y par rapport à la force sera (𝜋/2 + 𝜙). En prenant les dérivées première
et deuxième fois de la réponse, 𝑥(𝑡), nous obtenons

En remplaçant les équations 2.48 et 2.50 par l'équation 2.45, nous obtenons

qui peut être étendu comme

En séparant les termes en phase (c'est-à-dire cos 𝜔𝑡) et en quadrature (c'est-à-dire sin 𝜔𝑡) de l'équation
précédente, on a

et

L'équation 2.54 peut être résolue pour l'angle de phase comme

qui donne

La substitution de l'équation 2.56 dans l'équation 2.53 donne l'amplitude de déplacement comme

De même, nous pouvons obtenir l'amplitude de la réponse dans la direction 𝑦 à partir de l'équation
2.46 comme

Ces amplitudes pourraient être tracées en fonction de la vitesse de rotation de l'arbre pour une
compréhension globale de la réponse, ce qui sera vu dans la sous-section suivante. D'après les équations

4
2.48, 2.49, 2.57 et 2.58, on peut voir qu'en raison de la symétrie du rotor, nous avons 𝑋 = 𝑌 = 𝑅 et
l'orbite est de nature circulaire, c'est-à-dire,

avec

2.4.2 Réponse en régime permanent (méthode du domaine complexe)


Une approche alternative très populaire dans les analyses dynamiques du rotor consiste à utiliser une
algèbre complexe pour définir le rayon de tourbillon complexe comme

où 𝑗 = √−1. En multipliant l'équation 2.46 par 𝑗 et en ajoutant à l'équation 2.45, nous obtenons

Maintenant, la réponse en régime permanent peut être supposée

où 𝑅 est l'amplitude du tourbillon (c'est une grandeur réelle) et 𝜙 est le retard de phase de la réponse par
rapport à la force de déséquilibre. 𝑅 et 𝜙 sont des quantités constantes. En différenciant l'équation 2.62
par rapport au temps, 𝑡, nous obtenons

En remplaçant les équations 2.62 et 2.63 par l'équation 2.61, nous obtenons

L'équation 2.64 peut s'écrire

En égalisant les parties réelles et imaginaires des deux côtés de l'équation 2.65, nous obtenons

et

De l'équation 2.67, nous obtenons la phase comme

En remplaçant la phase de l'équation 2.68 par 2.66, l'amplitude du tourbillon peut s'écrire

5
Les équations 2.67 et 2.69 sont similaires aux résultats précédents, c'est-à-dire les équations 2.55 et 2.57,
respectivement. La forme non dimensionnelle des équations 2.68 et 2.69 peut être écrite comme

et

avec

où 𝑅 est le rapport d'amplitude de tourbillon, 𝜔 est le rapport de fréquence, 𝜔𝑛𝑓 est la fréquence naturelle
transversale non amortie du système de rotor non rotatif, 𝜁 est le rapport d'amortissement et 𝑐𝑐 est le
facteur d'amortissement critique pour lequel le rapport d'amortissement est égal à l'unité. La figure 2.17
montre l'amplitude du tourbillon et la variation de phase avec le rapport de fréquence. La figure 2.17a
montre que l'amplitude maximale (c'est-à-dire l'emplacement de la vitesse critique) se produit à 𝜔 = 1
pour le cas non amorti, bien qu'à un rapport de fréquence légèrement supérieur à un (c'est-à-dire 𝜔 >
1), lorsque l'amortissement est présent dans le système. Il est à noter que nous avons observé
précédemment que la fréquence naturelle amortie est moindre que le cas non amorti. On a pu constater
que l'amortissement est le paramètre le plus important pour réduire l'amplitude du tourbillon à la vitesse
critique.
On peut voir sur la figure 2.17b que pour un système légèrement sous-amorti, l'angle de phase
passe de 0 degrés à 90 degrés lorsque la vitesse d'essorage est augmentée à 𝜔𝑛𝑓 (c'est-à-dire 𝜔 = 1) et
devient progressivement 180 degrés lorsque la vitesse d'essorage est augmentée à un rapport de
fréquence plus élevé. Il est à noter que l'angle de phase est de 90 degrés à 𝜔 = 1 même pour le cas de
différents niveaux d'amortissement dans le système de rotor. Pour un système fortement suramorti (𝜁 >
10), l'angle de phase reste toujours à 90 degrés avant et après 𝜔 = 1, ce qui pourrait être un cas
physiquement irréaliste à atteindre.
Lorsque la vitesse de rotation du rotor croise la vitesse critique, le centre de gravité du disque
vient à l'intérieur de l'orbite du tourbillon et le rotor essaie de tourner autour du centre de gravité (car la
phase passe de 0 degrés à 180 degrés pour les non amortis). Cela peut être vu sur la figure 2.17a - lorsque
la vitesse de rotation s'approche de l'infini, le déplacement de l'arbre tend à égaler l'excentricité du disque
(𝑅̅ = 1). Du fait que la mesure de l'amplitude des vibrations à la vitesse critique est difficile, il est
difficile de déterminer la vitesse critique précise. Pour surmonter ce problème, la mesure de la phase à
la vitesse critique est avantageuse (car elle reste constante à 90 degrés quel que soit l'amortissement dans
le système). Le changement de phase entre la force et la réponse est également illustré sur la figure 2.18
pour trois vitesses de rotation différentes (c'est-à-dire en dessous de la vitesse critique, à la vitesse
critique et au-dessus de la vitesse critique).

6
FIGURE 2.17 Graphique de (a) réponse adimensionnelle et (b) rapport phase / fréquence 𝜔
̅.

FIGURE 2.18 Orientation de la force de déséquilibre en présence d'amortissement dans le système de


rotor : (a) en dessous de la vitesse critique ; (b) à vitesse critique ; (c) après la vitesse critique.
Parce que pour la présente analyse, la condition de tourbillon synchrone est supposée, à une
vitesse de rotation particulière, l'arbre n'aura aucune vibration de flexion et dans une configuration
particulière, il tourbillonnera (en orbite) autour de son axe de paliers, comme le montre la figure 2.16a.
On peut voir que le point noir sur la section transversale de l'arbre aura une tension pendant le
tourbillonnement. Cependant, on peut voir sur la figure 2.16b pour le tourbillon antisynchrone que
l'arbre (le point noir sur la section transversale de l'arbre) subira une inversion des contraintes de flexion
deux fois par tourbillon de l'arbre. Pour le tourbillon asynchrone, le point noir sur la section transversale

7
de l'arbre prendra différentes positions pendant le tourbillon de l'arbre. Ces cas seront discutés au
chapitre 5 lors de la discussion des effets gyroscopiques.
2.4.3 Réponse en régime permanent (méthode matricielle)
En utilisant un logiciel (Scilab ou MATLAB) qui peut gérer des matrices complexes, la procédure de
matrice suivante peut être très utile pour la simulation numérique, et elle peut être étendue même pour
des systèmes de rotor multi-DOF très complexes. Les équations 2.45 et 2.46 peuvent être combinées
sous forme matricielle comme

Le vecteur force dans l'équation 2.73 pourrait être exprimé comme

où 𝑅𝑒(. ) représente la partie réelle de la quantité entre parenthèses. 𝐹𝑢𝑛𝑏𝑥 et 𝐹𝑢𝑛𝑏𝑦 sont les composantes
de la force de déséquilibre dans les directions 𝑥 et 𝑦, respectivement. En remplaçant l'équation 2.74 par
l'équation 2.73, elle peut s'écrire (dorénavant, par souci de concision, le symbole 𝑅𝑒(. ) Sera omis, car
l'expression de gauche est une quantité réelle)

La relation (équation 2.75) est vraie pour le système d'axes actuel avec les directions du
tourbillonnement (R) et les vecteurs de force de déséquilibre choisis comme indiqué sur la figure 2.19a.
Dans ce cas, 𝐹𝑢𝑛𝑏𝑦 est en retard de 90 degrés sur 𝐹𝑢𝑛𝑏𝑥 . Dérivons cette relation d'une manière alternative
: si 𝐹𝑢𝑛𝑏𝑥 = 𝐹𝑒 𝑗𝜃 , alors

où 𝜃 = 𝜔𝑡. Pour la direction du tourbillon (𝑅) ainsi que la rotation du rotor opposée à la direction de
l'axe positif comme le montre la figure 2.19b, la relation suivante est valable :

afin que

8
auquel cas 𝐹𝑢𝑛𝑏𝑦 mène 𝐹𝑢𝑛𝑏𝑥 de 90 degrés. Il convient de noter dans l'équation 2.76 que les éléments
vectoriels de force à droite ont uniquement une signification pour les parties réelles, ce qui ressort
clairement de la forme développée du vecteur de force dans l'équation 2.74. L'équation 2.76 peut être
écrite sous une forme plus compacte comme

avec

FIGURE 2.19 (a) La direction du tourbillon est la même que la direction de l'axe positif. (b) La
direction du tourbillon est opposée à la direction de l'axe positif.

où [𝑀] est la matrice de masse, [𝐶] est la matrice d'amortissement, [𝐾] est la matrice de rigidité,
{𝑥(𝑡)} est le vecteur de réponse et {𝐹𝑢𝑛𝑏 } est le vecteur d'amplitude de force de déséquilibre. La
solution peut être choisie comme

où les éléments du vecteur {𝑋} sont, en général, complexes.


L'équation 2.81 peut être différenciée pour donner

En remplaçant les équations 2.81 et 2.82 par l'équation 2.80, nous obtenons

avec

où [𝑍] est la matrice de rigidité dynamique. La réponse peut être obtenue comme

9
Cette méthode est de nature assez générale et peut être appliquée aux systèmes multi-DOF
également une fois que les équations de mouvement sous la forme standard sont disponibles. Pour
obtenir directement les fréquences naturelles du système, nous devons mettre |𝑍| = 0 pour obtenir
l'équation de fréquence sous la forme d'un polynôme. L'exemple suivant illustre la méthode décrite dans
la présente section pour un rotor Jeffcott.
Exemple 2.4:
Obtenez la réponse de déséquilibre d'un système de rotor avec les équations de mouvement
suivantes :
et
Solution :
Comme les équations de mouvement ne sont pas couplées, les deux équations peuvent être
résolues indépendamment. La première équation peut s'écrire
avec
où la partie réelle du terme à droite est pertinente. La solution peut être supposée

où en général 𝑋 est une grandeur complexe. L'équation précédente donne

En substituant des solutions supposées dans l'équation du mouvement, nous obtenons

qui donne

Par conséquent, la réponse dans la direction 𝑥 devient

De même, la deuxième équation du mouvement peut s'écrire

où la partie réelle du terme à droite est pertinente. La solution peut être supposée

En remplaçant dans l'équation du mouvement, nous obtenons

Maintenant, le même problème est résolu sous forme matricielle. Nous avons

10
de sorte que

La réponse dans les directions 𝑥 et 𝑦 peut s'écrire

Il convient de noter que pour les vibrations forcées non amorties, l'équation dans le domaine
fréquentiel prend la forme [𝑍]{𝑋} = 0. Pour obtenir la fréquence naturelle du système, nous
devons mettre |𝑍| = 0, ce qui donne

2.5 Un modèle de rotor Jeffcott avec un disque décalé


La figure 2.20a montre un cas plus général du rotor Jeffcott lorsque le disque rigide est placé avec un
certain décalage par rapport à la mi-portée. À l'aide de 𝑎 et 𝑏, localisez la position du disque dans un
arbre de longueur 𝑙. La vitesse d'essorage, 𝜔, de l'arbre est considérée comme constante. Pour de tels
rotors, à part deux déplacements transversaux du centre du disque (c'est-à-dire 𝑥 et 𝑦), l'inclinaison
(déplacements de rotation transverse) du disque autour des axes 𝑥 et 𝑦 (c'est-à-dire 𝜑𝑥 et 𝜑𝑦 ) se produit
également, et il fait du système de rotor un système à quatre DOF. Pour la présente analyse, l'inertie
rotative du disque est considérée ; cependant, l'effet du moment gyroscopique a été ignoré, qui autrement
serait présent en raison du décalage du disque par rapport à la largeur médiane de l'arbre (voir le chapitre
5). Sur la figure 2.20b, les points 𝐶 et 𝐺 représentent respectivement le centre géométrique et le centre
de gravité du disque. L'angle, 𝜑, représente la phase entre la force et la réponse radiale.

11
FIGURE 2.20 (a) Un rotor de Jeffcott avec un disque décalé par rapport à la médiane dans le
plan 𝑦 − 𝑧. (b) Diagramme du corps libre de l'arbre dans le plan 𝑥 − 𝑦. (c) Diagramme du corps libre
du disque dans le plan 𝑦 − 𝑧. (d) Diagramme du corps libre de l'arbre dans le plan 𝑦 − 𝑧.
D'après la figure 2.20b, nous pouvons avoir les relations suivantes pour l’excentricité :

où 𝑒𝑥 et 𝑒𝑦 sont des composantes de l'excentricité, 𝑒, à un instant particulier, 𝑡, dans les plans 𝑦 − 𝑧


(figure 2.20c) et 𝑧 − 𝑥 (figure 2.21b), respectivement.
A partir de la figure 2.20c, les équations de mouvement du disque dans les directions 𝑦 et 𝜑𝑥
peuvent être écrites comme

et

ce qui simplifie

où 𝑚 est la masse du disque, 𝐼𝑑 est le moment d'inertie de la masse diamétrale du disque, 𝑓𝑦 est la force de
réaction et 𝑀𝑦𝑧 est le moment de la réaction de l'arbre sur le disque. Il convient de noter que le moment est
pris autour du point 𝐺. Ces équations sont couplées de manière non linéaire avec la composante rotationnelle
(titrage) du déplacement, 𝜑𝑥 .

12
FIGURE 2.21 (a) Un rotor de Jeffcott avec un disque décalé par rapport à la médiane dans le plan 𝑧 − 𝑥. (b)
Diagramme du corps libre du disque dans le plan 𝑧 − 𝑥. (c) Diagramme du corps libre de l'arbre dans le plan
𝑧 − 𝑥.
La figure 2.21a montre le rotor dans le plan 𝑧 − 𝑥. À partir de la figure 2.21b, nous pouvons écrire des
équations de mouvement comme

et

où 𝐼𝑑 est le moment d'inertie de la masse diamétrale autour de l'axe 𝑦, 𝑓𝑥 est la force de réaction et 𝑀𝑧𝑥 est le
moment de réaction de l'arbre sur le disque. Ces équations sont également couplées de façon non linéaire avec
la composante rotationnelle du déplacement, 𝜑𝑦 . Cependant, les mouvements de deux plans transversaux (c.-à-
d. 𝑦 − 𝑧 et 𝑧 − 𝑥) ne sont pas couplés et cela permettra aux mouvements de deux plans d'analyser
indépendamment l'un de l'autre, c'est-à-dire que l'ensemble de l'équation 2.89 et un autre ensemble de l'équation
2.92 peuvent être résolus indépendamment les uns des autres.
Les forces de déséquilibre peuvent être simplifiées (c.-à-d. Par linéarisation) en supposant un petit
déplacement en rotation (c.-à-d. cos 𝜑𝑥 = cos 𝜑𝑦 ≈ 1 et sin 𝜑𝑥 ≈ 𝜑𝑥 ; sin 𝜑𝑦 ≈ 𝜑𝑦 ), et les équations 2.89 et
2.92 peuvent être simplifiées comme suit :

et

Maintenant, les équations sont assemblées comme

13
qui peut être écrit en notation matricielle comme

avec

où [𝑀] représente la matrice de masse, {𝑓𝑢𝑚𝑏 } est le vecteur de force de déséquilibre, {𝑥} est le vecteur de
déplacement, {𝑅} est le vecteur force/moment de réaction, et les indices 𝐿 et 𝑁𝐿 représentent respectivement le
linéaire et le non linéaire. Il convient de noter que l'ordre du vecteur de déplacement peut être modifié en
fonction de la commodité, et les éléments d'autres matrices et vecteurs changeront leurs positions en
conséquence. Les forces et les moments de réaction sur l'arbre peuvent être exprimés en termes de déplacements
de l'arbre à l'emplacement du disque à l'aide de coefficients d'influence tels que Timoshenko et Young, 1968)

où 𝛼𝑖𝑗 représente le déplacement à la 𝑖 è𝑚𝑒 station dû à une force unitaire à la 𝑗 𝑖è𝑚𝑒 station maintenant toutes les
autres forces à zéro. Il convient de noter que les termes de déplacement et de force sont utilisés dans un sens
général de sorte que le déplacement peut être un déplacement en translation ou en rotation, tandis que la force
peut être une force ou un moment. Le couplage de la force et du déplacement dans deux plans orthogonaux n'a
pas été considéré en raison de la symétrie de l'arbre. L'équation 2.97 peut être écrite sous forme matricielle
comme

avec

où 𝐸 est le module d'élasticité de Young du matériau de l'arbre, 𝐼 est le deuxième moment de l'aire de la section
transversale de l'arbre, et les paramètres de longueur 𝑎 et 𝑏 sont définis sur la figure 2.20a avec 𝑙 = 𝑎 +
𝑏. De la théorie de la flexion simple de la poutre, nous pouvons obtenir ces coefficients d'influence (Timoshenko
et Young, 1968). L'équation 2.98 peut s'écrire

14
où 𝑘𝑖𝑗 est le coefficient de rigidité et défini comme la force à la 𝑖 è𝑚𝑒 station due à un déplacement unitaire à la
𝑗 è𝑚𝑒 station en maintenant tous les autres déplacements à zéro. De même, comme l'arbre est symétrique par
rapport à son axe de rotation, on peut obtenir

Les équations 2.99 et 2.100 peuvent être combinées sous forme matricielle comme

avec

Notant l'équation 2.101, le vecteur de force de réaction non linéaire prend la forme suivante :

Cette équation contient un produit des déplacements de translation et de rotation, ce qui rend les équations du
système non linéaires. La présente analyse ne considère que les systèmes linéaires, de sorte que les contributions
de ces termes non linéaires peuvent être ignorées avec l'hypothèse de petits déplacements. En substituant les
forces et les moments de réaction de l'équation 2.101 aux équations de mouvement (c.-à-d. L'équation 2.96),
nous obtenons

15
2.5.1 Calcul des fréquences naturelles
Pour obtenir les fréquences naturelles du système, le déterminant de la matrice de rigidité dynamique, [𝑍] =
2
([𝐾] − 𝜔𝑛𝑓 [𝑀]), doit être égal à zéro et résolu pour les fréquences naturelles, 𝜔𝑛𝑓 , qui donne quatre fréquences
naturelles du système de rotor. Il convient de noter que parce que deux mouvements de plan orthogonaux sont
découplés (c'est-à-dire, correspondant à 𝑦 et 𝜑𝑥 , et 𝑥 et 𝜑𝑦 ), les équations de mouvement de chaque plan
pourraient être résolues indépendamment. Cela diminuerait de moitié la taille de la matrice [𝑍], ce qui sera
illustré par des exemples ultérieurement. Une méthode plus générale basée sur le problème des valeurs propres
sera discutée au chapitre 7.
2.5.2 Réponses de force déséquilibrées
Le force de balourd avec fréquence, 𝜔, peut s'écrire

où {𝐹𝑢𝑛𝑏 } est le vecteur de force de déséquilibre complexe, et il contient l'amplitude et les informations de phase,
𝑟 et 𝑖 représentent les parties réelle et imaginaire, 𝑘 représente le numéro de ligne dans le vecteur {𝐹𝑢𝑛𝑏 }, et 𝑁
est le total des DOF du (𝑁 = 4 dans le cas présent). La réponse du système peut être écrite comme

où {𝑋} est le vecteur de déplacement complexe et 𝜔 est la vitesse de rotation de l'arbre. En remplaçant les
équations 2.104 et 2.105 dans l'équation 2.103, nous obtenons la réponse de déséquilibre comme

où [𝑍] est la matrice de rigidité dynamique. Semblable au vecteur d'amplitude de force, le vecteur de réponse
aura également des quantités complexes et peut être écrit comme

qui donnera des informations d'amplitude et de phase comme

L'équation 2.106 est une forme plus générale de la réponse du rotor de Jeffcott que celle du disque au milieu.
Cependant, il devrait fournir quatre vitesses critiques correspondant aux quatre DOF du système de rotor. Le

16
plus souvent, il est avantageux d'observer l'amplitude et la phase de la réponse plutôt que l'historique temporel.
La présente méthode donne la réponse dans le domaine fréquentiel. Lorsque le terme d'amortissement est
également présent, la procédure de réponse de déséquilibre précédente peut facilement gérer le terme
d'amortissement supplémentaire, et la rigidité dynamique prendra la forme suivante :

où [𝐶] est la matrice d'amortissement. Il convient de noter que [𝑍] est maintenant une matrice complexe et que,
par la simulation numérique, des vitesses critiques peuvent être obtenues en remarquant des pics de réponses
tout en faisant varier la vitesse de rotation de l'arbre. La procédure pour obtenir des fréquences naturelles
amorties pour les systèmes multi-DOF sera discutée au chapitre 11. L'analyse de la présente section est
également valable pour d'autres conditions aux limites. Le seul changement serait l'expression des coefficients
d'influence correspondant aux nouvelles conditions aux limites (par exemple, cantilever, fixe-fixe, libre-libre,
surplomb, etc.).
2.5.3 Forces de réaction des paliers
Les paliers sont, dans la présente étude, supposés ne transmettre que des forces et non des moments. Les forces
transmises par les paliers sont celles qui sont liées à la déflexion de l'arbre, comme le montre la figure 2.22 sur
le plan 𝑦 − 𝑧.
En prenant des moments aux extrémités 𝐿 (gauche) et 𝑅 (droite) de l'arbre, nous avons

et

À partir de ces équations, les forces de réaction des paliers sur les côtés gauche et droit sont liées à la charge sur
l'arbre, 𝑓𝑦 et 𝑀𝑦𝑧 , à partir du disque. Sous forme matricielle, les équations 2.110 et 2.111 peuvent s'écrire

avec

où les indices b et s représentent respectivement le roulement et l'arbre. Les vecteurs complexes {𝐹𝑏 } et {𝐹𝑠 } sont
des forces d'appui aux extrémités d'arbre et des forces de réaction d'arbre au disque, respectivement. En utilisant
les équations 2.101 et 2.106 sous la forme de l'équation 2.112 pour les deux mouvements plans (c'est-à-dire,
𝑦 − 𝑧 et 𝑧 − 𝑥), nous obtenons

avec

17
Il convient de noter que l'équation 2.113 a été écrite pour les deux mouvements plans (c'est-à-dire 𝑦 − 𝑧 et 𝑧 −
𝑥) ; cependant, ils ne sont pas couplés pour la présente affaire. Semblable au vecteur d'amplitude de force de
déséquilibre, le vecteur de force d'appui aura également des quantités complexes et peut être écrit comme

FIGURE 2.22 Forces de réaction sur l'arbre dans le plan 𝑦 − 𝑧.

où 𝑛𝑏 est le nombre de paliers. Cela donnera l'amplitude et les informations de phase comme

Il est à noter que dans le cas d'absence d'amortissement, la phase reste nulle entre une force dans un plan et une
réponse dans ce plan. Maintenant, ces procédures seront illustrées par de simples exemples numériques.
Exemple 2.5 :
Trouvez la fréquence naturelle transversale du système de rotor indiquée à la figure 2.23. Le disque est
rigide et a une masse de 10 𝑘𝑔 avec un moment d'inertie de masse diamétrale négligeable. Considérez
l'arbre comme sans masse et flexible avec 𝐸 = 2,1 × 1011 𝑁/𝑚2 . Prenez un seul mouvement plan.

FIGURE 2.23 Un arbre simplement supporté.


Solution :
La figure 2.24 montre la position déviée de l'arbre. Pour un faisceau simplement supporté, le coefficient
d'influence est défini comme (voir le chapitre 9)

FIGURE 2.24 Un arbre en position déformée.

18
Pour obtenir 𝛼11 (qui est défini comme la déviation à la station 1 pour la force unitaire à la station 1),
nous avons 𝑧 = 0,6 𝑚, 𝑙 = 1,0 𝑚 et 𝑏 = 0,4 𝑚. Par conséquent, il peut être obtenu comme

En considérant un mouvement dans un seul plan (𝑦 − 𝑧) et en ignorant le déplacement en rotation 𝜑𝑥 , la


fréquence naturelle peut être obtenue comme (voir la section 2.5.1)

qui donne

Exemple 2.6 :
Obtenez les fréquences propres transversales d'un système de rotor de Jeffcott décalé comme illustré à la
figure 2.25. Supposons que la masse du disque 𝑚 = 10 𝑘𝑔, le moment d'inertie de la masse diamétrale
𝐼𝑑 = 0,02 𝑘𝑔 − 𝑚2 et que le disque soit placé à 0,25 𝑚 du support droit. L'arbre a un diamètre de 10 𝑚𝑚
et la longueur totale de la travée est de 1 𝑚. L'arbre est supposé sans masse. Utilisez la méthode du
coefficient d'influence. Prenez le module de Young du matériau de l'arbre comme 𝐸 = 2,1 × 1011 𝑁/𝑚2 .
Ignorez l'effet gyroscopique et prenez un seul mouvement plan.

FIGURE 2.25 Un rotor de Jeffcott avec un disque décalé.


Solution :
Les coefficients d'influence pour les déplacements de translation et de rotation (𝑦, 𝜑𝑥 ) correspondant à
une force (𝑓) et à un moment (𝑀) agissant sur le disque sont définis comme

19
Pour le problème actuel, seul un mouvement sur un seul plan est pris en compte. Pour la vibration
libre, de l'équation 2.103, nous obtenons

Parce qu'il exécutera le mouvement harmonique simple pour la vibration libre, nous avons

où 𝜔𝑛𝑓 est la fréquence naturelle du système. L'équation précédente est un problème de valeur propre. Pour la
solution non triviale, nous avons

ce qui donne une équation de fréquence sous la forme d'un polynôme comme

En remplaçant les valeurs des paramètres actuels du problème, nous obtenons

Cela peut être résolu pour donner deux fréquences naturelles du système comme
(Translation couplée et mouvements
d'inclinaison)
Pour le problème actuel, les déplacements de translation et de rotation dans un même plan sont couplés.
Les fréquences naturelles obtenues sont des fréquences naturelles du système et ne sont donc pas en tant
que telles liées aux mouvements de translation ou de rotation purs. Si nous considérons que ces deux
mouvements sont découplés, alors les fréquences naturelles correspondantes peuvent être obtenues
comme

(Mouvement de translation pur du disque)

(Mouvement d'inclinaison pur du disque)

On peut voir qu'il y a une petite différence dans la fréquence naturelle fondamentale en raison du mouvement
de translation pur (29,65 𝑟𝑎𝑑/𝑠) et de la fréquence naturelle fondamentale du système couplé (29,4 𝑟𝑎𝑑/𝑠), et

20
une grande différence dans le naturel fréquence pour le mouvement de basculement pur (188 𝑟𝑎𝑑/𝑠) et la
deuxième fréquence naturelle du système couplé (290 𝑟𝑎𝑑/𝑠). Pour le rotor de Jeffcott avec un disque au
milieu, ces équations de mouvement sont découplées.
Exemple 2.7 :
Un disque de masse 13,6 𝑘𝑔 et de moment d'inertie massique polaire 0,02 𝑘𝑔 − 𝑚2 est monté au milieu
d'une poutre d'une portée de 0,4064 𝑚. Supposons que l'arbre soit simplement supporté au niveau des
paliers. Le rotor est connu pour avoir un balourd de 0,2879 𝑘𝑔 − 𝑐𝑚. Déterminez les forces exercées sur
les paliers à une vitesse de rotation de 6000 𝑡𝑟/𝑚𝑖𝑛. Le diamètre de l’arbre en acier est de 2,54 𝑐𝑚 avec
𝐸 = 200 𝐺𝑁𝑚−2.
Solution :
Les données suivantes sont disponibles :

Les forces d'appui sont obtenues en considérant d'abord l'arbre comme rigide puis en considérant l'arbre
comme flexible. Dans les deux cas, les paliers sont considérés comme rigides dans les directions
transversales.
i. Pour l'arbre rigide et les roulements rigides (figure 2.26) :

La force à chaque palier (amplitude) = 113,66 / 2 = 56,83 𝑁


La composante des forces dans les directions horizontale et verticale est donnée, respectivement, comme

ii. Pour l'arbre flexible et les roulements rigides (Méthode 1) (Figure 2.27) :
Parce que 𝑓𝑦 = 𝑘𝑦, les forces de réaction des roulements peuvent s'écrire (Figure 2.28b)

La rigidité du système de rotor indiquée dans le tableau 2.1 est donnée par

L'équation de mouvement (MOE) du disque, obtenue à partir du diagramme du corps libre du disque
(figure 2.28a), est donnée par

Pour le mouvement harmonique simple, nous avons 𝑦 = −𝜔2 𝑦; d'où l'équation précédente peut être
écrite comme

21
La force de réaction du roulement peut être obtenue comme

Les composantes de la force d'appui dans les directions horizontale et verticale peuvent être obtenues
comme, respectivement,

iii. Pour l'arbre flexible et les paliers rigides (Méthode 2) : Maintenant, la méthode du coefficient
d'influence est utilisée. Les forces d'appui sont données comme

22
où les forces de réaction du disque peuvent être exprimées comme

avec

Les vecteurs de déplacement sont liés à la force de déséquilibre

avec

Au vu des équations précédentes, les forces de réaction des roulements peuvent s'écrire

23
A partir de ces équations, nous avons

et

qui est la même que celle obtenue par la méthode précédente. Il serait intéressant de faire varier
la vitesse de rotation et de tracer les forces d'appui avec elle. Il est à noter que le disque étant au
milieu, il n'y a pas de contribution du moment d'inertie de la masse diamétrale sur les réactions
d'appui. S'il y avait eu un déséquilibre de couple, alors le moment d'inertie de la masse diamétrale
aurait affecté les réactions des appuis. En exercice, prendre l'emplacement du disque du support
gauche 𝑎 = 0,3 𝑙 et obtenir des forces d'appui pour celui-ci.

Exemple 2.8 :
Trouvez la fréquence naturelle transversale d'un système de rotor comme le montre la figure 2.29.
Considérez l'arbre comme sans masse et en acier avec un module d'Young de 2,1 × 1011 𝑁/𝑚2 .
et une densité de masse de 7800 𝑘𝑔 / 𝑚3 . Le disque a 10 𝑘𝑔 de masse. L'arbre est simplement
appuyé aux extrémités.

FIGURE 2.29 Un arbre étagé avec des supports simples (toutes les dimensions sont en cm).

Solution :
En considérant uniquement le déplacement en translation, nous allons d'abord obtenir la rigidité (ou le
coefficient d'influence, 𝛼11 ) pour la figure 2.30 en utilisant la méthode de l'énergie. En prenant les bilans
de force et de moment, nous avons

FIGURE 2.30 Diagramme de corps libre de l'arbre entier (les dimensions sont en m).

24
ce qui donne les forces de réaction comme

Des moments de flexion sont obtenus sur différents segments de l'arbre pour obtenir l'énergie de déformation
du système. En prenant l'équilibre des moments dans le diagramme du corps libre comme le montre la figure
2.31 d'un segment d'arbre pour 0,0 ≤ 𝑧 ≤ 0,6, nous obtenons

FIGURE 2.31 Diagramme de corps libre du segment d'arbre pour 0 ≤ 𝑧 ≤ 0,6.

En prenant l'équilibre des moments dans le diagramme de corps libre comme le montre la figure 2.32
du segment d'arbre pour 0,6 ≤ 𝑧 ≤ 1,0, nous obtenons

FIGURE 2.32 Diagramme de corps libre du segment d'arbre pour 0,6 ≤ 𝑧 ≤ 1,0.

L'énergie de déformation est exprimée en

Le déplacement translationnel est exprimé comme

25
La rigidité est donnée comme

ce qui donne la fréquence naturelle

Il est à noter que le mouvement de basculement du disque n'a pas été pris en compte. Pour les
mouvements de translation et de rotation couplés, les fréquences naturelles du système peuvent être obtenues
comme exercice en obtenant les coefficients d'influence correspondants. Le but du présent exercice est d'illustrer
le calcul des coefficients d'influence pour des géométries d'arbres ou des conditions aux limites peu communes.
Au chapitre 8, une méthode tabulaire plus générale de calcul des coefficients d'influence sera présentée.
Exemple 2.9 :
Obtenez la fréquence naturelle de flexion pour le mouvement synchrone d'un rotor, comme illustré à la figure
2.33. Le rotor est supposé fixe et supporté à une extrémité. Prenez la masse du disque
Exemple 2.9:
Obtenez la fréquence naturelle de flexion pour le mouvement synchrone d'un rotor, comme illustré à la figure
2.33. Le rotor est supposé fixe et supporté à une extrémité. Prenez la masse du disque 𝑚 = 1 𝑘𝑔. L’arbre est
supposé sans masse, et sa longueur et son diamètre sont respectivement de 0,2 𝑚 et 0,01 𝑚. Prenez le module
d'Young de l'arbre comme 𝐸 = 2,1 × 1011 𝑁/𝑚2.

FIGURE 2.33 Un rotor cantilever.


Solution :
Supposons pour simplifier qu'il n'y a pas de couplage entre les mouvements de translation et de rotation. En ne
considérant que le déplacement en translation, la rigidité transversale pour ce cas serait (voir le tableau 2.1)

avec

26
Par conséquent, la fréquence naturelle serait

2.6 Effet de la rigidité du couplage croisé sur les vitesses critiques

Dans la présente section, un phénomène intéressant sera traité dans lequel il sera démontré qu'une vitesse
critique sera éliminée en choisissant convenablement les paramètres du système (cependant, il peut y avoir des
régions d'instabilité dont nous discutons au chapitre 11). À cet effet, le modèle de rotor Jeffcott avec un décalage
de disque a été choisi. Maintenant, pour une analyse détaillée, une expression de forme fermée pour la réponse
est obtenue en définissant les déplacements complexes suivants :

Les équations de mouvement (équation 2.103) peuvent s'écrire

et

avec

où 𝑚𝑑 est la masse du disque et 𝐼𝑑 est le moment d'inertie massique diamétrale. Que la solution soit

où 𝑅 et 𝛷𝑟 sont les amplitudes de tourbillon de translation et de rotation, respectivement, et 𝜑𝑟 et 𝜙𝜑 sont la


phase des amplitudes de tourbillon de translation et de rotation, respectivement (ce sont toutes des quantités
réelles), de sorte que

En remplaçant les équations 2.119 et 2.120 par des équations de mouvement (équations 2.117 et 2.118), nous
obtenons

et

L'équation 2.122 peut être exprimée comme

En remplaçant l'équation 2.123 par l'équation 2.121, nous obtenons

En identifiant les parties réelles et imaginaires des deux côtés de l'équation 2.124, nous obtenons

27
et

De l'équation 2.126, nous obtenons

ce qui signifie qu'il n'y aura pas de différence de phase entre la force et la réponse (car l'amortissement est nul).
En remplaçant les informations de phase dans l'équation 2.126, nous obtenons

qui est l'amplitude du tourbillon, et la condition de résonance peut être obtenue en égalant le dénominateur de
l'équation 2.128 à zéro :

où 𝜔𝑐𝑟 représente la vitesse critique. En définissant

L'équation 2.129 peut s'écrire

La solution du polynôme précédent peut être exprimée comme

ou, plus explicitement, comme

ce qui donne des vitesses critiques du système de rotor (le signe négatif le plus à l'extérieur n'a aucune
signification car la fréquence ne peut pas être négative; cependant, la vitesse critique peut être négative
dans le sens où le rotor peut tourner dans les deux sens dans certaines applications). Par conséquent,
dans le cas où le disque n'est pas monté au milieu, il existe deux vitesses critiques dues au couplage
des déplacements en translation et en rotation. La solution antérieure (c'est-à-dire l'équation 2.133) peut
être analysée de manière plus critique comme suit. On peut voir que les termes à l'intérieur de la racine
carrée la plus intérieure sont toujours positifs, c'est-à-dire car ils
peuvent être réorganisés comme

Cette condition sera toujours vraie car tous les termes individuels 𝜔𝑟 , 𝜔𝜑 , 𝜔𝑟𝜑 et 𝜔𝜑𝑟 sont la quantité réelle.
Cependant, si la condition suivante est valide pour les termes à l'intérieur de la racine carrée la plus intérieure,

il donne alors deux vitesses critiques réelles (𝜔𝑐𝑟1,2), car l'équation 2.133 donne deux racines réelles pour les
signes positifs et négatifs à l'intérieur de la première racine carrée. Cependant, si la condition suivante prévaut,

28
il ne donne alors qu'une seule vitesse critique réelle (correspondant au signe positif à l'intérieur de la première
racine carrée) car l'autre racine sera complexe (correspondant au signe négatif à l'intérieur de la première racine
carrée). Les figures 2.34a et b donnent des réponses pour ces deux cas, respectivement. On voit que pour le
premier cas, deux pics distincts correspondent à deux vitesses critiques. Pour le deuxième cas, une seule vitesse
critique est observée, et parce que les paramètres du système choisis sont différents, cette valeur est différente
par rapport au cas précédent. Cependant, il existe une antirésonance avec une très faible amplitude de vibrations.
Les données suivantes sont prises pour la simulation: la masse du disque = 1 𝑘𝑔, l'excentricité de la masse du
balourd = 0,0001 𝑚, le moment d'inertie de la masse diamétrale = 0,03 𝑘𝑔𝑚2 , cas I (figure 2.34a) : 𝑘11 =
𝑘22 = 1000 𝑁/𝑚 et 𝑘12 = 𝑘21 = 100 𝑁/𝑚, cas II (figure 2.34b) : 𝑘11 = 𝑘22 = 10 𝑁/𝑚, et 𝑘12 = 𝑘21 =
100 𝑁/𝑚. Cependant, généralement, les termes de rigidité à couplage croisé sont plus petits par rapport aux
termes de rigidité directe. Pour le disque au centre de la portée de l'arbre, nous avons 𝑘12 = 𝑘21 = 0, donc
l'équation 2.128 devient

FIGURE 2.34 (a) Variation de l'amplitude (𝑅) en fonction de la vitesse de rotation (𝜔) pour le cas I :
𝑘11 𝑘22 > 𝑘12 𝑘21. (b) Variation de l'amplitude (𝑅) en fonction de la vitesse de rotation (𝜔) pour le cas II :
𝑘11 𝑘22 < 𝑘12 𝑘21. (c) Variation de l'amplitude (𝑅) en fonction la vitesse de rotation (𝜔) pour 𝑘12 = 𝑘21 = 0.

29
qui est le même que celui discuté dans la section précédente pour le rotor de Jeffcott. La réponse est illustrée à
la figure 2.34c. On peut observer qu'il n'a qu'une seule vitesse critique, ce qui peut ne pas coïncider avec les
vitesses critiques obtenues par l'équation 2.133 des figures 2.34a et b. Cependant, il y aura une autre vitesse
critique correspondant au déplacement en rotation, et elle est illustrée maintenant.
En remplaçant l'équation 2.128 par l'équation 2.123, nous obtenons

En égalisant les parties imaginaires de l'équation 2.138, nous obtenons

ce qui signifie qu'il n'y aura pas de différence de phase entre le déplacement en rotation et la force car il n'y a
pas d'amortissement dans le système. En remplaçant les informations de phase dans l'équation 2.138, nous
obtenons

qui est l'amplitude du tourbillon du déplacement rotationnel, et la condition de résonance peut être obtenue en
égalisant le dénominateur de l'équation 2.140 à zéro, qui est le même que dans les équations 2.128 et 2.133 pour
le déplacement translationnel. Pour le disque au centre de la portée de l'arbre, nous avons 𝑘12 = 𝑘21 = 0.
L'équation 2.140 devient

ce qui donne des vitesses critiques comme

ce qui est le cas lorsque le disque est au centre de la travée de l'arbre et que les déplacements en translation et
en rotation sont désaccouplés.
Pour le mouvement à plan unique de l'équation 2.113, nous avons

avec

L'amplitude et la phase de la force d'appui peuvent être obtenues à partir de l'équation 2.143. Les forces de
réaction des paliers auront une tendance similaire dans la variation de la vitesse de rotation à celle de la réponse,
car elle a le même dénominateur, Δ, que celui de la réponse. Il peut être démontré à partir de l'équation 2.143
que les forces transmises à travers les paliers ont également un maximum aux vitesses critiques du système. Ces
forces sont des forces dynamiques et se superposent à toutes les charges statiques qui peuvent être présentes, par
exemple, en raison de la charge de gravité. Dans les systèmes réels qui sont conçus pour fonctionner au-dessus
de leurs vitesses critiques, la machine devrait normalement parcourir la vitesse critique très rapidement afin que

30
les très grandes vibrations et forces associées à la résonance n'aient pas suffisamment de temps pour s'accumuler.
Il en va de même pendant le ralentissement où une certaine forme de freinage peut être utilisée. Si le système
doit fonctionner à la vitesse critique et que les vibrations peuvent s'accumuler, alors l'arbre se fracturera et une
défaillance catastrophique en résultera, ou il peut y avoir un amortissement suffisant dans le système pour
simplement limiter les vibrations et les amplitudes de force à certains très grande valeur (bien que tolérable). Il
est courant que certaines des vitesses critiques soient supprimées pour une combinaison de paramètres de paliers,
et au chapitre 4, nous verrons de tels exemples. De même, en raison de la présence d'un couple gyroscopique,
les vitesses critiques sont également supprimées, comme nous le verrons dans les chapitres 5 et 11.

2.7 Remarques finales


Le présent chapitre explique divers modèles simples de rotor utilisés pour décrire certains des comportements
importants du rotor, en particulier les fréquences naturelles et les vitesses critiques (c'est-à-dire les vitesses de
rotation de l'arbre auxquelles l'amplitude du rotor est maximale). Les terminologies de base généralement
utilisées pour décrire les caractéristiques dynamiques du rotor sont introduites. Pour un système à simple DDL,
la fréquence propre et donc la vitesse critique diminuent légèrement en raison de l'amortissement. Cependant,
dans le modèle de rotor de Jeffcott, il est montré que la condition de résonance se produit au rapport de vitesse
critique (qui est défini en termes de fréquence naturelle non amortie) un peu plus d'un en raison de l'augmentation
de l'amortissement dans le système (reportez-vous à l'exercice 2.1 pour plus de détails). Outre l'amplitude des
vibrations du rotor, il est montré que la phase entre la force et la réponse est également un paramètre important
pour comprendre le comportement du rotor, notamment autour de la vitesse critique, où il évolue de l'ordre de
180 degrés. L'amortissement s'est révélé être un facteur important dans la suppression des vibrations du rotor à
la résonance. Il est démontré que le rotor de Jeffcott est un modèle très basique pour comprendre plusieurs
phénomènes importants du système de rotor. Cependant, plusieurs autres phénomènes émanent également des
supports, et pour cela la compréhension de base de la dynamique des supports est très importante. L'objectif du
chapitre suivant sera de découvrir les paramètres dynamiques de l'élément roulant et des paliers
hydrodynamiques, des joints et des amortisseurs isolés de l'arbre. Cela aidera à comprendre l'effet sur les
fréquences naturelles et certaines des instabilités qui se produisent en raison de la dynamique de soutien.

NB.
Ce chapitre est une traduction à des fins pédagogique du chapitre 2 du livre de
Rajiv Tiwari - Rotor Systems_ Analysis and Identification-CRC Press (2018).

31
32

Vous aimerez peut-être aussi