Vous êtes sur la page 1sur 27

10. LE MS-DOS.

Objectifs : dans ce chapitre vous apprendrez ce qui suit :


1. Quelles sont les commandes principales du MS-DOS.
2. Comment paramétrer le MS-DOS à l'aide des fichiers de configuration.
3. Comment gérer la mémoire sous le MS-DOS.
4. Comment gérer le disque dur sous le MS-DOS.

1. Histoire du MS-DOS.
1.1. Naissance : le MS-DOS a été introduit en 1981 par MicroSoft. L'acronyme signifie MicroSoft Disk Operating
System. Le MS-DOS a été conçu pour équiper les premiers PC et il a remplacé l'ancien CP /M (Control Program
for Microprocessors), un système d'exploitation qui équipait les micro-ordinateurs à la fin des années '70.
Actuellement le MS-DOS en est à sa version 6.22 et il cède doucement la place à d'autres systèmes
d'exploitation graphiques comme, par exemple, Windows 95 et ses successeurs.

1.2. Caractéristiques techniques : le MS-DOS est un système d'exploitation avec une interface caractère, ce qui
veut dire que toutes les commandes doivent être écrites au clavier en respectant une certaine syntaxe. Afin de
rendre plus simple l'utilisation du MS-DOS, MicroSoft a équipé son produit d'une interface pilotée par menu
(dosshell). Le répertoire des commandes de MS-DOS est assez complet; en effet, on peut effectuer des
opérations sur les fichiers (copie, destruction, déplacement, sauvegardes), sur le répertoire, sur les disques
(partitionnement, formatage), sur la mémoire (consultation, gestion partielle). La limitation la plus importante
du MS-DOS réside dans l'espace mémoire maximal qu'il peut adresser (640KB) et cela du fait que le MS-DOS
est un système d'exploitation à 16 bits (les systèmes modernes sont à 32 bits ou plus).

2. Les commandes du MS-DOS.


2.1. Commandes externes et internes : une partie des commandes du MS-DOS est stockée en permanence dans la
mémoire de l'ordinateur. Elles sont accessibles par conséquent à tout moment. Ces commandes sont appelées
commandes internes, à cause de leur emplacement à l'intérieur de la mémoire centrale. Font partie des
commandes internes des utilitaires fréquemment employés, comme copy, md, cd, rd, type, dir, del et d'autres
encore.
Le reste des commandes du MS-DOS réside sur disque, normalement dans un répertoire dont le nom est DOS. Les
commandes externes se concrétisent toujours sous la forme d'un fichier EXE ou COM. Ces commandes sont
appelées commandes externes, à cause de leur emplacement à l'extérieur de la mémoire centrale. Les
commandes externes sont beaucoup plus nombreuses que les internes; en font partie des utilitaires comme
diskcopy, fdisk, format, deltree, doskey, xcopy, backup et d'autres encore. Notons enfin les points suivants :
l Toute commande peut être complétée à l'aide d'options qui sont introduites via le signe / (slash).
l Toutes les commandes MS-DOS fournissent de l'aide en ligne lorsqu'on leur fournit l'option /?.
l La grande majorité des commandes exige la spécification de l'objet sur lequel la commande doit travailler.
Cet objet est, normalement, le nom d'un fichier, d'un répertoire ou d'un lecteur de disque dur ou de disquette.
Cet objet est aussi appelé le paramètre de la commande.

2.2. Les opérations avec les fichiers : le MS-DOS offre plusieurs commandes pour la manipulation des fichiers.
Voici les principales d'entre elles :

10. Le MS-DOS Page 1 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


l DIR : cette commande sert à afficher le contenu d'une disquette ou d'un disq ue dur. Le DIR peut être donné
sans aucun paramètre, il affiche le contenu du disque actif, ou avec plusieurs paramètres par exemple Unité,
Critère de sélection, Ordre d'affichage, etc. La commande DIR, comme d'ailleurs beaucoup d'autres
commandes du MS-DOS, permet l'emploi des jokers, des symboles qui remplacent un ou plusieurs
caractères. Ainsi, le ? remplace un seul caractère, tandis que le * remplace un ou plusieurs caractères. La
figure 10.1 montre la syntaxe de la commande DIR, alors que la figure 10. 2 donne quelques exemples
d'emploi de la commande.

DIR [Unité:Critère de sélection /Option1 /Option2 /Optionn ]1

Option peut être :


/P : arrête l'affichage après chaque page (25 lignes)
/W : permet de visualiser les informations en mode fenêtre (5 colonnes)
/O : permet d'afficher en ordre alphabétique (ou autre ordre spécifié)
/A : affiche aussi les fichiers qui ont l'attribut caché qui est enclenché

1 Lors de la spécification de la syntaxe, les crochets sont utilisées pour indiquer des entrées optionnelles

FIG 10.1 : la syntaxe de la commande DIR

Commande Explication
C:\>DIR Affiche le contenu du lecteur courant (dans ce cas C:)
C:\DOS>DIR Affiche le contenu dur répertoire courant /dans ce cas C:\DOS>
C:\>DIR *.BAT N'affiche que les fichiers dont l'extension est BAT
C:\>DIR /P Affiche le contenu du répertoire courant page à page
C:\>DIR /W Affiche le contenu du répertoire courant sur 5 colonnes
C:\>DIR /O /P /W Affiche les fichiers sur 5 colonnes (/W), page à page (/P) et ordonné par leur nom
(/O)
C:\>DIR COM*.EXE Affiche tous les fichiers qui commencent par COM, terminent par n'importe quoi
et possèdent l'extension EXE
FIG 10.2 : exemples de la commande DIR

l COPY : elle sert à copier des informations depuis un endroit vers un autre endroit. Lors de l'emploi de la
commande COPY on peut se servir des jokers ? et *. La figure 10.3 montre la syntaxe de cette commande.
Notons les points suivants :
• Lorsqu'on se trouve dans le répertoire source, COPY peut être donnée sans spécifier l'unité source.
• Lorsqu'on se trouve dans l'unité cible, la commande COPY peut être donnée sans spécifier l'unité cible.
• Si le fichier cible possède le même nom que le fichier source, on peut omettre le nom du fichier cible.
La figure 10.4 illustre ces trois cas, en plus que d'au tres exemples de la commande COPY.

COPY [Unité_Source:] Fichier_Source Unité_Cible: [Fichier_Cible:]

Unité_Source: le disque où se trouvent les fichiers à copier (les deux points font partie de la syntaxe !)
Fichier_Source le fichier à copier
Unité_Cible: le disque dans lequel les informations doivent être copiées (les deux points font partie de la
syntaxe !)
Fichier_Cible le nom du fichier sur le nouveau disque

FIG 10.3 : la syntaxe de la commande COPY

10. Le MS-DOS Page 2 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


Commande Explication
C:\>copy *.* a: Copie tous les fichiers du répertoire courant (C:\) vers la disquette A:
C:\>copy *.exe a: Copie uniquement les fichiers avec extension EXE vers la disquette A:
C:\>copy *.* dos Copie tous les fichiers du répertoire courant vers le sous-répertoire DOS du
disque courant
C:\>copy *.dat a:\sauve Copie tous les fichiers avec extension DAT vers la disquette A:, dans le sous -
répertoire SAUVE
C:\>copy E:*.* A: Copie tous les fichiers du répertoire E:\ vers la disquette A:
C:\>copy *.dat a:*.bak Copie tous les fichiers avec extension DAT vers la disquette A:. Sur la
disquette A: ces fichiers auront l'extension BAK
C:\DOS>copy a:*.exe Copie tous les fichiers avec extension EXE de la disquette A: vers le
répertoire courant (C:\DOS) du disque dur
C:\>copy *.bat a: /v Copie tous les fichiers vers la disquette A: et effectue la vérification de la
copie

FIG 10.4 : exemples de la commande COPY

l DEL : cette commande sert à effacer des informations depuis le disque dur. Si après DEL on spécifie le
paramètre *.*, la commande efface tous les fichiers du disque (elle nous demande confirmation auparavant).
Si DEL est donné avec un paramètre différent de *.*, elle ne demande aucune confirmation d'office et
effectue l'effacement. On peut cependant obliger DEL à demander la confirmation de l'effacement d'un
fichier en utilisant l'option /P. La figure 10.5 illustre la syntaxe de la commande DEL, tandis que la figure
10.6 montre quelques exemples.

DEL [Unité:]Fichier_A_Effacer [/P]

/P : oblige la commande DEL a demander confirmation d'effacement.

FIG 10.5 : syntaxe de la commande DEL

Commande Explication
C:\>del *.* Efface tous les fichiers depuis le répertoire courant. Demande la confirmation
avant de procéder
C:\>del *.bat Efface les fichiers avec l'extension BAT. Ne demande aucune confirmation
C:\>del *.bat /p Efface tous les fichiers avec extension BAT. Demande la confirmation

FIG 10.6 : exemples de la commande DEL

10. Le MS-DOS Page 3 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


l XCOPY : cette commande est sans doute l'une des plus utiles disponibles dans le MS -DOS. En effet, elle
permet de copier les fichiers d'un répertoire et le contenu de tous ses sous -répertoires. XCOPY est
extrêmement utile lorsqu'on doit copier une structure de répertoires d'un endroit à l'autre. Observons la
figure 10.7.

DOS TEST
C:\DOS>copy *.* E:\TEST /S
UTILS BASIC UTILS BASIC

(a) (b) (c)

FIG 10.7 : XCOPY permet de copier une structure de répertoires

En 10.7(a) on voit que le disque C: contient un sous -répertoire DOS qui à son tour contient les deux sous-
répertoires UTILS et BASIC. On veut copier les fichiers du répertoire C: \DOS ainsi que les fichiers des sous-
répertoires C:\DOS\UTILS et C:\DOS\BASIC dans le lecteur E:, sous-répertoire E:\TEST.
En 10.7(b) on voit comment spécifier la commande XCOPY de façon à ce que la copie souhaitée soit effectuée.
Notons que l'on spécifie l'option /S.
En 10.7(c) on voit qu'après la copie le répertoire E:\TEST contient tous les fichiers de C:\DOS ainsi que les deux
sous-répertoires UTILS et BASIC et leurs fichiers.
La figure 10.8 donne la syntaxe de la commande XCOPY et la figure 10.9 montre quelques exemples.

XCOPY Fichiers Unité_Cible: [/S /V]

/S : indique que l'on veut copier aussi les sous-répertoires de la source et leur contenu vers l'unité cible.
/V : demande la vérification de la copie

FIG 10.8 : syntaxe de la commande XCOPY

Commande Explication
C:\>xcopy *.* a: Copie tous les fichiers du répertoire courant vers la disquette A:
C:\>xcopy *.exe a: /S Copie les fichiers du répertoire courant ainsi que ses sous-répertoires
(avec leur contenu) vers la disquette A:
C:\COBOL>copy *.* E: /S /V Copie tous les fichiers du répertoire courant ainsi que le contenu de ses
sous-répertoires, vers la disquette A:. Vérifie la copie

FIG 10.9 : exemples de la commande XCOPY

10. Le MS-DOS Page 4 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


l UNDELETE : cette commande est très utile lorsqu'on efface un fichier par erreur. En effet, UNDELETE
permet de récupérer un fichier effacé. Afin que la récupération soit possible, cependant, il faut spécifier la
première lettre du nom du fichier. La figure 10.10 montre la syntaxe de UNDELETE, tandis que la figure
10.11 montre quelques exemples.

UNDELETE [Unité:Fichier]

FIG 10.10 : syntaxe de UNDELETE

Commande Explication
C:\>undelete Sans paramètre, UNDELETE affiche tous les fichiers récupérables
du répertoire courant en demandant, pour chacun d'eux, si
l'utilisateur veut le récupérer
C:\COBOL>undelete PROG.COB Permet de récupérer le fichier spécifié uniquement (PROG.COB).
Demande toujours d'introduire la première lettre du nom

FIG 10.11 : exemples de la commande UNDELETE


l TYPE : cette commande sert à afficher le contenu d'un fichier texte. La figure 10.12 montre la syntaxe et la
figure 10.13 montre un exemple.

TYPE [Unité:]Nom_Fichier [ ¦ more]

¦ more : cette option permet de re-diriger le résultat du TYPE (le contenu du fichier) vers la commande
MORE qui se charge d'effectuer un affichage page à page (25 lignes à la fois).

FIG 10.12 : syntaxe de la commande TYPE

Commande Explication
C:\>type autoexec.bat Affiche le contenu du fichier AUTOEXEC.BAT
C:\>type prog.cob ¦ more Affiche le contenu du fichier PROG.COB page à page

FIG 10.13 : exemples de la commande TYPE

l RENAME : cette commande sert à renommer un fichier, ou un ensemble de fichiers. La figure 10.14 montre
la syntaxe de la commande, alors que la figure 10.15 montre quelques exemples.

RENAME [Unité:] Vieux_Nom Nouvea_Nom

FIG 10.14 : syntaxe de la commande RENAME

Commande Explication
C:\>rename autoexec.bat autoexec.bak Renomme AUTOEXEC.BAT en AUTOEXEC.BAK
C:\>rename *.BAT *.BAK Change l'extension des tous les fichiers avec extension BAT en
BAK. Le nom reste le même que l'original
C:\>rename PROG.* PROG1.* Tous les fichiers avec nom PROG prennent le nom PROG1,
tout en conservant l'ancienne extension

10.15 : exemples de la commande RENAME.

10. Le MS-DOS Page 5 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


l MOVE : cette commande sert surtout à renommer un répertoire, mais elle est aussi employée pour d éplacer
un fichier. La commande MOVE est apparue avec la version 6.0 du MS-DOS; dans les versions précédentes,
pour renommer un répertoire il fallait le récréer sous un nouveau nom, puis détruire l'ancien. La figure 10.16
montre la syntaxe de la commande MOVE et la figure 10.17 montre quelques exemples.

MOVE [Unité:] Vieux_Nom Nouvea_Nom

FIG 10.16 : syntaxe de la commande MOVE

Commande Explication
C:\>move basic basica Renomme le répertoire BASIC en BASICA

FIG 10.17 : exemples de la commande MOVE

2.3. Les opérations avec les répertoires : il s'agit d'un lot de commandes qui servent à manipuler (création,
destruction, etc.) les répertoires. Voici les principales commandes :
l CD : elle sert à se déplacer dans un répertoire. CD dérive de ChangeDirectory (change de répertoire). Elle
peut être utilisée pour descendre l'arborescence ainsi que pour la remonter. La figure 10.18 montre la
syntaxe de la commande, alors que la figure 10.19 montre quelques exemples.

CD [Nom_Répertoire]

FIG 10.18 : syntaxe de la commande CD

Commande Explication
C:\>cd DOS Se déplace dans le sous-répertoire DOS
C:\DOS>cd .. Remonte au répertoire père de DOS (ici le répertoire principal)
C:\DOS\UTILS>cd \cobol\progs\source On spécifie le chemin d'accès nécessaire à se déplacer, à partir
de la racine indiquée avec le symbole \, dans le répertoire
COBOL\PROGS\SOURCE

FIG 10.19 : exemples de la commande CD

l MD : cette commande permet de créer un sous-répertoire fils dans le répertoire courant. Le nom de la
commande dérive de MakeDirectory (crée répertoire). La figure 10.20 montre la syntaxe de la commande,
alors que la figure 10.21 montre quelques exemples de MD.

MD [Nom_Répertoire]

FIG 10.20 : syntaxe de la commande MD

10. Le MS-DOS Page 6 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


Commande Explication
C:\>md DOS Crée le répertoire DOS dans le répertoire courant
C:\DOS>md utils Crée le répertoire UTILS dans le répertoire DOS
C:\DOS\UTILS>md \dos\basica Crée le répertoire BASICA dans le répertoire DOS (Notons
comment on spécifie le chemin d'accès.)

FIG 10.21 : exemples de la commande MD

l RD : cette commande sert à détruire un répertoire. Le nom de la commande dérive de RemoveDirectory (ôte
répertoire). Notons les points suivants :
• La commande RD permet d'enlever un répertoire seulement si celui-ci est vide (ne contient aucun
fichier). Si l'on veut éliminer un répertoire plein (et effacer aussi les fichiers qu'il contient) il faut utiliser
la commande DELTREE.
• Afin de pouvoir enlever un répertoire il faut se trouver dans le répertoire parent du répertoire à enl ever.
La figure 10.22 montre la syntaxe de la commande RD; la figure 10.23 montre quelques exemples de la
commande.

RD [Nom_Répertoire]

FIG 10.22 : syntaxe de la commande CD

Commande Explication
C:\>RD DOS Enlève le répertoire DOS (seulement si celui-ci est vide !)
C:\DOS>rd DOS Cette commande donnera un message d'erreur, car on ne peut
pas enlever le répertoire dans lequel on se trouve
C:\DOS\UTILS>rd \cobol\progs\source Enlève le répertoire spécifié (notons le chemin d'accès) à
condition que ce répertoire soit vide

FIG 10.23 : exemples de la commande CD

l TREE : cette commande sert à afficher l'arborescence du disque. Le nom de la commande signifie arbre, ce
qui explique clairement sa fonction. La figure 10.24 montre la syntaxe de la commande et la figure 10.25
donne quelques exemples.

TREE [/F]

/F : cette option sert à afficher le contenu des sous-répertoires, en plus de la structure du disque.
FIG 10.24 : syntaxe de la commande TREE

Commande Explication
C:\>tree Montre la structure arborescente du disque dur C:
C:\DOS>tree /F Montre l'arborescence du disque C: à partir du répertoire DOS.
En plus des répertoires, la commande affiche les fichiers qui s'y
trouvent

FIG 10.25 : exemples de la commande TREE

10. Le MS-DOS Page 7 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


l DELTREE : cette commande sert à détruire un répertoire (ou une structure de répertoires) même s'il n'est
pas vide, c'est-à-dire s'il contient des fichiers ou des sous-répertoires. La figure 10.26 montre la syntaxe de la
commande DELTREE et la commande 10.27 montre quelques exemples.

DELTREE Nom_Répertoire

FIG 10.26 : syntaxe de la commande DELTREE


Commande Explication
C:\>deltree DOS Efface le répertoire DOS en détruisant tous les sous -répertoires. Avant de
procéder, la commande demande la confirmation de l'utilisateur

FIG 10.27 : exemple de la commande DELTREE

2.4. La personnalisation de l'environnement : le MS-DOS met à disposition de l'utilisateur quelques commandes


qui permettent de personnaliser certains aspects de l'environnement de travail.
l PATH : la variable d'environnement PATH (chemin) sert à spécifier les endroits du disque dans lesquels
l'interpréteur de commande (le COMMAND.COM) devra chercher les fic hiers à exécuter. Lorsqu'on veut
exécuter un programme qui ne fait pas partie des commandes internes, on écrit le nom du programme suivi
de la touche ENTER. A cet instant voici ce qui se passe :
• L'interpréteur de commande du MS-DOS (COMMAND.COM) cherche à localiser le fichier dans le
répertoire courant. S'il le trouve, il l'exécute.
• Si l'interpréteur de commande ne trouve pas le fichier à exécuter dans le répertoire courant, il cherche le
fichier dans les répertoires spécifiés dans la variable PATH.
Ce qui précède nous fait comprendre que si nous avons le programme COMPILE.EXE dans le répertoire
C:\PROG_C\EXE et que nous souhaitons que ce programme puisse toujours être trouvé et exécuté par
l'interpréteur de commandes COMMAND.COM, il faut ajouter le chemin C:\PROG_C\EXE à la variable
PATH. La figure 10.28 montre comment effectuer l'opération.

PATH=C:\DOS;C:\PROG_C\EXE

Le symbole ; sépare les deux


chemins

Cette commande établit deux chemins de recherche :


l C:\DOS : afin de pouvoir atteindre les utilitaires MS-DOS à partir de n'importe quel endroit du disque.
l C:\PROG_C\EXE : afin de pouvoir exécuter les application qui se trouvent dans le répertoire
C:\PROG_C\EXE

FIG 10.28 : comment modifier la valeur de la variable d'environnement PATH

10. Le MS-DOS Page 8 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


l SET : cette commande sert à définir les variables d'environnement du MS-DOS. Un exemple de variable
d'environnement est représenté par TEMP, qui vaut normalement C:\WINDOWS\TEMP et qui indique au
MS-DOS dans quel endroit du disque il doit stocker les fichiers temporaires. La figure 10.29 montre
comment créer et détruire une variable d'environnement.

Création :
SET CHEMIN=C:\DOS (CHEMIN est crée et possède la valeur C:\DOS)
Destruction :
SET CHEMIN= (CHEMIN est détruit en lui assignant une valeur nulle)

FIG 10.29 : la création et la destruction d'une variable d'environnement

l PROMPT : le prompt est le symbole (ou ensemble de symboles) que le MS -DOS affiche à l'écran pour nous
inviter à introduire nos ordres. L'aspect du prompt (ou invité) peut être modifié à l'aide de la commande
PROMPT. Dans le cadre de la commande PROMPT on utilise des caractères spéciaux afin d'obtenir des
effets bien précis. La figure 10.30 montre quelques un de ces caractères, ainsi que leur signification. L a
figure 10.31 montre quelques exemples de l'utilisation de la commande PROMPT.

Symbole Explication
$g Affiche le signe > (plus grand que)
$p Affiche le lecteur et le répertoire en cours (chemin d'accès)
$d Affiche la date du jour
$t Affiche l'heure
$_ Oblige le passage à la ligne
$q Affiche le signe = (égal)

FIG 10.30 : les symboles utilisés dans le cadre de la commande PROMPT

Commande Explication
C:\>prompt $p$g Affiche le chemin ainsi que le signe >
C:\>prompt $t$p$g Affiche l'heure, puis le chemin et enfin le signe >
C:\>prompt Bonjour $_$p$g Affiche le texte Bonjour, puis passe à la ligne où il affiche le
chemin et le signe >

FIG 10.31 : exemple de la commande PROMPT

2.5. L'édition des textes : le MS-DOS met à disposition un éditeur de texte agréable à utiliser dont le nom est EDIT.
Son seul gros défaut est celui d'exiger la présence de QBASIC.EXE pour fonctionner. La figure 10.32 montre
l'écran d'édition de EDIT.COM.

10. Le MS-DOS Page 9 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


Grâce au menu des OPTIONS on peut définir les
couleurs du fond et du texte.

Le menu EDITION permet de couper, coller et


copier du texte.

Le menu FICHIER permet de créer, sauver, quitter


et imprimer.

FIG 10.32 : l'écran de EDIT.

2.6. Les opérations avec les disques : le MS-DOS offre les commandes classiques nécessaires à gérer les disques
durs et les disquettes. A part FDISK qui est traité plus loin dans ce chapitre ( voir 6. La gestion du disque dur),
les trois commandes principales nécessaires à la gestion des disques sont les suivantes.
l FORMAT : cette commande sert à initialiser logiquement un disque dur ou une disquette. La figure 10.33
montre la syntaxe de la commande et la figure 10.34 montre quelques exemples d'utilisation.

FORMAT Unité: [/S /Q /U]

/S : formate le disque et, à la fin du formatage, y place le système. Le disque est ainsi bootable.
/U : formate le disque de manière inconditionnelle, c'est-à-dire qu'il ne sera plus possible de récupérer les
informations après l'opération de formatage.
/Q : effectue un formatage rapide. Cette option n'est conseillée qu'avec des disquettes qui sont de bonne
qualité. Pour les autres, il vaut mieux effectuer un formatage normal afin de détecter les éventuelles
secteurs défectueux.

FIG 10.33 : syntaxe de la commande FORMAT


Commande Explication
C:\>format a: Formate la disquette A: Permet la récupération des éventuelles
données avec UNFORMAT
C:\>format a: /u Formate la disquette A: de manière inconditionnelle. La
récupération des données avec UNFORMAT n'est plus possible
C:\>format a: /q Effectue un formatage rapide de la disquette A:
C:\>format a: /s Effectue un formatage de la disquette A: et place le système sur
la même disquette. Après cette opération, la disquette est
bootable
C:\>format a: /u /s Effectue un formatage inconditionnel de la disquette A: tout en
mettant le système sur la même disquette

FIG 10.34 : exemples de la commande FORMAT

10. Le MS-DOS Page 10 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


l CHKDSK : cette commande sert à tester l'intégrité d'une disquette ou d'un disque dur. CHKDSK indique la
capacité totale du disque, combien d'espace est occupé par combien de fichiers et combien d'espace
disponible reste sur disque. La figure 10.35 montre la syntaxe de la commande et la figure 10.36 en donne
un exemple.

CHKDSK [Unité:] [/F]

/F : cette option oblige la commande à corriger les éventuelles erreurs qu'elle trouve sur disque

FIG 10.35 : syntaxe de la commande CHKDSK

Commande Explication
C:\>chkdsk Contrôle le disque courant (C:) et donne un rapport de son état
C:\>chkdsk a: Contrôle la disquette A: et indique son état (voir fig 10.37)
C:\>chkdsk c: /F Contrôle le disque dur C: et corrige les éventuelles erreurs qui
pourraient s'y trouver

FIG 10.36 : exemple de la comman de CHKDSK

FIG 10.37 : résultat de la commande CHKDSK A:

l DISKCOPY : cette commande sert à copier la totalité d'une disquette (fichier et structure de répertoires) sur
une autre disquette. Elle ne peut pas être utilisée pour le disque dur. La figure 10. 38 montre la syntaxe de la
commande, tandis que la figure 10.39 montre quelques exemples.

DISKCOPY Unité_Source: Unité_Cible: [/V]

/V : cette option oblige la commande à vérifier l'état de la copie

FIG 10.38 : syntaxe de la commande DISKCOPY

10. Le MS-DOS Page 11 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


Commande Explication
C:\>diskcopy a: b: Effectue la copie de la totalité de la disquette A: sur la disquette B: (fichiers et
répertoires)
C:\>diskcopy a: a: Cette forme de la commande précédente permet de copier une disquette, même
si l'on possède un seul lecteur de disquettes. En effet, la commande va copier le
contenu de la disquette source dans la mémoire, puis elle va écrire le contenu
de la mémoire sur la disquette cible

FIG 10.39 : exemples de la commande DISKCOPY

3. La configuration du système
3.1. Le MS-DOS, comme tout autre système d'exploitation, permet une configuration logicielle de son
environnement de travail qui peut être effectuée grâce aux deux fichiers CONFIG.SYS et AUTOEXEC.BAT. La
différence entre les deux fichiers est la suivante :
l CONFIG.SYS : il sert à déclarer les paramètres relatifs aux périphériques installés dans la machine, comme
par exemple la mémoire, les disques magnétiques, les CD-ROM, les scanners et les modems. Les
instructions que l'on met dans ce fichier sont presque toujours précédées par DEVICE= qui introduit un
périphérique. En résumé, on peut dire que le CONFIG.SYS sert à configurer les aspects matériels du
système.
l AUTOEXEC.BAT : dans ce fichier on met la liste des programmes (et des opérations) qui doivent être
exécutés à chaque démarrage de la machine, comme par exemple la définition du prompt, la configuration
du clavier. On peut dire que le AUTOEXEC.BAT sert à configurer les aspects logiciels du système.

3.2. Le CONFIG.SYS : ce fichier peut être créé avec un éditeur de texte comme EDIT.COM. Il est placé dans le
répertoire principal du disque et est exécuté par le système une seule fois, au démarrage; en effet, si l'on effectue
des changements dans le CONFIG.SYS il faudra rebooter la machine afin que ces changements soient pris en
compte. La figure 10.40 montre un exemple de fichier CONFIG.SYS
DEVICE=C:\DOS\HIMEM.SYS
DEVICE=C:\DOS\EMM386.EXE NOEMS Gestion mémoire (voir paragraphe 4)
DOS=HIGH,UMB
Disque virtuel de 500 K en mémoire étendue
DEVICE=C:\DOS\RAMDRIVE.SYS 500 /E
FILES=60 Nombre max. de fichiers ouverts en simultané

Nombre de mémoires tampons


BUFFERS=10
Définition paramètres relatifs au pays
COUNTRY=041,,C:\DOS\COUNTRY.SYS
Emplacement de l'interpréteur de commande
SHELL=C:\DOS\COMMAND.COM C:\DOS\ /P
Gestionnaire de compression en UMB 1
DEVICEHIGH=C:\DOS\DBLSPACE.SYS /MOVE
Pilote d'écran en UMB 1
DEVICEHIGH=\DOS\ANSI.SYS Dernière lettre disponible pour les disques
LASTDRIVE=S

1
: Upper Memory Bloc, ou bloc de mémoire supérieure

FIG 10.40 : exemple de CONFIG.SYS

10. Le MS-DOS Page 12 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


3.3. Le AUTOEXEC.BAT : ce fichier peut être créé avec un éditeur de texte comme EDIT.COM. Il est stocké dans
le répertoire principal du disque. Il peut être exécuté à tout moment, comme tout fichier de type batch. La figure
10.41 montre un exemple de AUTOEXEC.BAT.

@ECHO OFF
LH C:\DOS\SMARTDRV.EXE 3000 3000 Programme gestion de cache mémoire

Chemin d'accès
PATH C:\DOS;C:\WINDOWS
LH C:\DOS\KEYB SF Configuration du clavier

Rappelle des commandes MS-DOS


LH DOSKEY
PROMPT $P$G
SET TEMP=C:\WINDOWS\TEMP
SUBST E: C:\WINWORD\DOCUMENT Création de lecteurs virtuels E: et F:
SUBST F: C:\BORLANDC\EXERCICE

FIG 10.41 : exemple de AUTOEXEC.BAT

4. La gestion de la mémoire dans MS-DOS


4.1. Dans le MS-DOS la mémoire vive est divisée en quatre zones distinctes (fig 10.42):
l Mémoire conventionnelle, qui correspond aux premiers 640 KB.
l Mémoire supérieure, qui correspond à la RAM qui va de 640 KB à 1 MB (donc environ 384 KB).
l Mémoire haute, qui correspond au premier bloc de 64 KB après le premier MB de RAM.
l Mémoire étendue, qui correspond à la RAM se trouvant au-delà de 1 MB.

X MB
Mémoire étendue
Cette zone a une taille de 64 KB
Mémoire haute (HMA)
1 MB
Mémoire supérieure Cette zone a une taille de 384 KB
(UMB)

640 KB

Mémoire conventionnelle

0 KB

FIG 10.42 : organisation de la mémoire sous MS-DOS

Les raisons de cette subdivision assez bizarre doivent être recherchées dans l’histoire du PC. En effet, lors de sa
naissance, le PC était équipé d’un microprocesseur 8088 (le frère mineur du 8086) qui possédait 20 lignes
d’adresse (donc pouvait atteindre au maximum 2 20 locations mémoire); voilà pourquoi ce premier PC était
équipé d'au maximum 1 MB de RAM. La division de ce 1 MB de RAM en mémoire conventionnelle et
supérieure a été un choix un peu arbitraire et un peu forcé : arbitraire parce qu’il a été décidé que 640 KB de

10. Le MS-DOS Page 13 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


mémoire étaient amplement suffisantes, car les PC de l’époque (1981) étaient équipés d’un maximum de 64
KB; forcé parce qu'il fallait, en plus de la mémoire de travail, un endroit où mettre la mémoire vidéo, le ROM et
des extensions du BIOS, qui pouvaient prendre place dans l’espace de 384 KB restant lorsqu'on avait ôté du 1
MB les 640 KB de mémoire de travail.

4.2. Emploi de la mémoire supérieure : lorsqu'on travaille avec le MS-DOS, il faut essayer d’avoir le plus possible
de mémoire conventionnelle à disposition. En effet, le PC moderne n’es t plus comme le PC d’il y a 15 ans qui
était équipé uniquement d’une carte vidéo, un clavier et cela suffisait; aujourd’hui nous avons de plus en plus de
périphériques (CD-ROM par exemple) que l’on ajoute au PC et pour lesquels, malheureusement, il faut in staller
des drivers (pilotes) qui aident le système opératif (donc le DOS) à les contrôler. Mais il y a bien pire : lorsque
notre PC devient membre d’un réseau, il faut que dans sa mémoire (du PC) se trouvent des programmes
résidants qui servent d’interface avec le réseau. Si tous ces éléments (pilotes pour périphériques, logiciels pour
interface avec le réseau) sont chargés en mémoire conventionnelle, il est évident que cette dernière diminuera et
compromettra le fonctionnement correct du PC. Afin de ne pa s arriver à cette situation catastrophique, il faut
essayer de mettre tous ces programmes résidants ailleurs que dans la mémoire conventionnelle; étant donné que
le MS-DOS exige que tout programme qu’il utilise se trouve dans son espace adressable (le prem ier MB), la
solution est de charger ces programmes résidants dans la mémoire supérieure. Le chargement en mémoire
supérieure nécessite quelques opérations préliminaires. Ces opérations doivent être effectuées dans deux
endroits:
l Dans le CONFIG.SYS pour indiquer que l’on souhaite utiliser la mémoire supérieure.
l Dans le AUTOEXEC.BAT (ou tout autre batch) pour ordonner au MS-DOS de charger le résidant dans la
mémoire supérieure.

4.3. Les opérations dans le CONFIG.SYS : ici il faudra enregistrer des instructions a fin que le MS-DOS sache se
servir de la mémoire étendue et de la mémoire supérieure. En plus, il est très intéressant de noter que, grâce à
un petit bug de conception des processeurs supérieurs ou égaux au 80386, il existe une zone de 64 KB de RAM
entre la fin du premier MB et le début de la mémoire étendue, qui peut être employée comme lieu de stockage
d’informations qui, autrement, iraient dans la mémoire conventionnelle; cette zone s’appelle la mémoire haute
(High Memory Area) et à partir de la version 5.0 du MS-DOS on y stocke le kernel du MS-DOS. La figure
10.43 montre (et explique) les instructions du CONFIG.SYS nécessaires à la gestion de la mémoire supérieure,
haute et étendue.

device=HIMEM.SYS Ce driver permet au MS-DOS de gérer la mémoire étendue

Cette instruction ordonne au MS-DOS d’employer la mémoire


device=EMM386.EXE noems supérieure comme une extension de la mémoire étendue.
L’instruction NOEMS, qui signifie No Expanded Memory
System, ordonne de ne pas mettre en fonction la mémoire
paginée
Cette instruction ordonne au MS-DOS de stocker son kernel
DOS=HIGH,UMB dans la zone de mémoire haute. UMB signifie Upper Memory
Bloc

Ici nous avons un exemple de chargement forcé d’un driver en


DeviceHigh=ANSI.SYS mémoire supérieure. Le DEVICEHIGH indique en effet que le
pilote d’écran ANSI.SYS doit être placé dans la mémoire
supérieure. L’instruction DEVICEHIGH ne peut être
employée que dans le CONFIG.SYS

FIG 10.43 : opération du CONFIG.SYS pour la gestion de UMB et HMA

10. Le MS-DOS Page 14 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


Lorsqu'on veut charger un programme résidant en mémoire supérieure, il faut employer une instruction spéciale dans
le AUTOEXEC.BAT (ou dans un autre batch ou encore directement à la ligne de commande). Il s'agit de
LOADHIGH qui peut aussi être abrégé avec LH. La figure 10.44 montre un AUTOEXEC.BAT dans lequel on
utilise l'instruction LH.

lh KEYB SF Ces instructions ordonnent le chargement en mémoire supérieure


lh SMARTDRV.EXE des programmes résidants de gestion du clavier, gestion de la
lh DOSKEY mémoire virtuelle et gestion des commandes MS-DOS

FIG 10.44 : utilisation de LH dans l'AUTOEXEC.BAT

4.4. L'examen de la mémoire : à tout moment on peut examiner la mémoire et voir comment les progra mmes ont
été chargés grâce à la commande MEM, qui peut être accompagnée des paramètres /C et /P pour respectivement
obtenir des informations détaillées et afficher ces informations page par page.

4.5. Il est très important de noter que le chargement des progra mmes résidants dans la mémoire supérieure doit être
effectuée avec un certain critère. En effet, il se peut que le chargement d’un petit programme en mémoire
supérieure, disons quelques KB seulement, compromette le chargement dans cette même mémoire des gr os
programmes, qui seraient alors obligés d’aller dans la mémoire conventionnelle. Supposons que l'on ait la
configuration suivante :
l RAM supérieure libre = 150 KB (plus au moins).
l Les programmes que l’on doit charger sont les suivants :
• PR_A de 10 KB.
• PR_B de 20 KB.
• PR_C de 130 KB.
Si l'on procède de la manière suivante :
l Chargement en mémoire supérieure de PR_A (première opération). Après cette opération, la mémoire
supérieure disponible sera de 140 KB.
l Chargement en mémoire supérieure de PR_B (deuxième opération). Après cette opération, la mémoire
supérieure disponible sera de 120 KB.
l Chargement en mémoire supérieure de PR_C (troisième opération). Cette opération est vouée à l’échec, car
il n’y a plus d’espace dans la mémoire supérieure. En conséquence, P R_C se chargera en mémoire
conventionnelle.
La morale à tirer est que l’on a chargé en mémoire supérieure des programmes pour un total de 30 KB. On a ainsi
empêché le chargement dans la même mémoire d’un programme de 120 KB. Pour une gestion optimale de la
mémoire, les opérations auraient dû s’effectuer de la manière suivante :
l Chargement de PR_B (20 KB de mémoire supérieure).
l Chargement de PR_C (130 de mémoire supérieure).
l Chargement de PR_A en mémoire conventionnelle.

5. Les attributs des fichiers


5.1. Un attribut est un bit qui fait partie de l'entête du fichier et qui peut modifier la manière dont le fichier est traité
par les commandes du MS-DOS. Dans l'environnement MS-DOS existe les 4 attributs suivants :

10. Le MS-DOS Page 15 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


l S (System) : cet attribut est affecté à un fichier système, c'est-à-dire un fichier qui a une importance
particulière pour le système d'exploitation. Cet attribut est presque toujours géré par le système
d'exploitation.
l H (Hidden) : cet attribut est employé lorsqu'on souhaite qu'un fichier devienne invisible aux commandes
MS-DOS. Il est important de noter qu'un fichier caché sera tout de même visible à quelques commandes MS -
DOS (la commande TYPE, par exemple).
l R (Read Only) : un fichier qui possède cet attribut ne pourra pas être modifié, ni effacé, mais un iquement
consulté. Si l'on veut protéger un fichier d'un effacement accidentel, cet attribut doit être activé.
l A (Archive) : cet attribut activé pour un fichier est un signe pour le système d'exploitation que le fichier doit
être sauvegardé. Comme l'attribut S, cet attribut est normalement géré par le système d'exploitation.

5.2. La commande ATTRIB : sert à activer ou désactiver les attributs des fichiers. La syntaxe est la suivante :
attrib +/- Attribut Nom_Fichier où :
l + indique que l'on veut ajouter l'attribut.
l - indique que l'on veut ôter l'attribut.
l Attribut : est la lettre qui désigne l'attribut (S, H, R ou A).
l Nom_Fichier : est le nom du fichier auquel on veut appliquer la commande attrib.
La figure 10.45 montre quelques exemples d'utilisation de la com mande ATTRIB.
Commande Explication
C:\>attrib +r *.bat Active l'attribut R (Read Only) pour tous les fichiers qui ont l'extension BAT
C:\>attrib -r +h *.exe Active l'attribut H (Hidden) et désactive l'attribut R (Read Only) pour tous les
fichiers dont l'extension est EXE

FIG 10.45 : exemples d'utilisation de la commande ATTRIB

6. La gestion du disque dur


6.1. La gestion du disque dur peut être divisée en trois étape importantes :
l Le formatage de bas niveau (low level format).
l Le partitionnement.
l Le formatage de haut niveau.
Le formatage de bas niveau s'effectue soit à partir du programme de configuration du BIOS (le SETUP) soit via des
logiciels spécialisés; le partitionnement s'effectue à partir du MS-DOS avec un utilitaire qui s'appelle FDISK
(de Fixed DISK); enfin, le formatage de haut niveau s'effectue via l'utilitaire FORMAT du MS-DOS.

6.2. Configuration dans le SETUP : certains types de disque doivent être déclarés à la machine avant d'être
employés. La déclaration du disque dur doit être faite dans le BIOS si le disque est de type IDE. Par contre, si le
disque est de type SCSI, aucune déclaration n'est nécessaire au niveau du BIOS. Lorsqu'on déclare un disque dur
au BIOS on doit spécifier les paramètres suivants :
l Nombre de cylindres.
l Nombre de têtes de lecture/écriture.
l Nombre de secteurs par piste.
l Zone de landing (atterrissage) de la tête de lecture/écriture lorsque le disque dur est au repos.

6.3. Le formatage de bas niveau : cette opération détruit toutes les informations qui se trouvent sur le disque du r.
Cette opération doit être effectuée chaque fois que l'on certifie l'existence d'un virus dans le secteur de boot (à
moins que l'on arrive à l'éliminer via un logiciel antivirus). Cette opération doit aussi être effectuée lorsque le

10. Le MS-DOS Page 16 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


disque dur commence à montrer un nombre trop élevé de mauvais secteurs : en effet, le formatage à bas niveau
peut souvent rafraîchir des zones à faible magnétisation du disque. Le formatage à bas niveau peut être aisément
effectué grâce au programme de formatage bas niveau du SETUP du BIOS (au moins dans les PC équipés de
BIOS de la dernière génération). L'opération sera plus au moins rapide, suivant la taille du disque dur.

6.4. Le partitionnement : cette opération a pour but d'assigner une partie du disque (ou le disque tout enti er) à un
système d'exploitation. FDISK est un utilitaire géré par menu qui offre essentiellement les choix suivants :
l Création de partition.
l Activation de partition.
l Destruction de partition.
l Visualisation de la table de partition actuelle.
l Choix d'une unité de disque (s'il y a plusieurs disques durs).
La figure 10.46 montre le menu principal de FDISK :

MS-DOS Version 6
FDISK
(C)Copyright Microsoft Corp. 1983 - 1993

Options de FDISK

Lecteur de disque dur en cours : 1

Choisissez parmi ce qui suit :

1. Création d'une partition ou lecteur logique MS-DOS


2. Activation d'une partition
3. Suppression d'une partition ou lecteur logique MS-DOS
4. Affichage des informations sur les partitions
5. Sélection d'un autre lecteur de disque dur

Entrez votre choix : [1]

Appuyez sur ECHAP pour quitter FDISK

FIG 10.46 : le menu principal de FDISK

10. Le MS-DOS Page 17 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


l Option 1 (Création) : cette option permet de créer une partition MS-DOS sur le disque dur. Elle donne
accès aux options montrées dans la figure 10.47

Création d'une partition ou lecteur logique MS-DOS

Lecteur de disque dur en cours : 1 Nous sommes sur la première unité de disque dur

La partition principale est celle depuis laquelle


Choisissez parmi ce qui suit : bootera le disque dur

1. Création d'une partition MS-DOS principale La partition étendue est une


2. Création d'une partition MS-DOS étendue partition supplémentaire qui
3. Création de lecteur(s) logique(s) dans la partition MS-DOS étendue s'ajoute à la partition principale

A l'intérieur de la partition
Entrez votre choix : [1] étendue il faudra créer des unités
logiques atteignables via des
Appuyez sur ECHAP pour revenir aux options FDISK lettres de D: à Z:

FIG 10.47 : les options du menu de création de partitions de FDISK

l Option 2 (Activation) : lorsqu'on crée une seule partition, celle-ci est automatiquement activée (rendue
bootable). Si par contre on crée plusieurs partitions, il faudra choisir celle depuis laquelle on vaudra booter.
On effectue ce choix à l'aide de l'option 2 du menu principal de FDISK.
l Option 3 (Suppression) : c'est ici que l'on détruira les partitions. Attention : détruire une partition signifie
perdre (et pour toujours) toutes les informations que la partition contient. La figure 10.48 nous montre les
options auxquelles on accède en choisissant l'option 3 du menu principal de FDISK.
Suppression d'une partition ou lecteur logique MS-DOS

Lecteur de disque dur en cours : 1

Choisissez parmi ce qui suit : Avant de supprimer une partition


étendue il faudra supprimer les unités
1. Suppression de la partition MS-DOS principale logiques de la partition étendue
2. Suppression de la partition MS-DOS étendue
3. Suppression de lecteur(s) logique(s) de la partition MS-DOS étendue
4. Suppression d'une partition non -DOS

Entrez votre choix : [ ]

Appuyez sur ECHAP pour revenir aux options FDISK

FIG 10.48 : les sous-options du menu d'effacement

L'option 3 du menu de FDISK nous permettra de supprimer les éléments suivants :


• La partition principale DOS.
• La partition étendue DOS (attention, il faudra auparavant supprimer les unités logiques de cette
partition).

10. Le MS-DOS Page 18 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


• Les unités logiques de la partition étendue DOS.
• Une partition non-DOS : cette option est très importante, car elle nous permet de nous débarrasser d'une
partition du disque qui est gérée par un autre système d'exploitation; attention cependan t : cette option est
très dangereuse, car elle peut amener à l'effacement d'informations importantes.
Il est important de noter qu'avant de procéder à la suppression de la partition, on nous demande d'introduire le nom
du volume du disque, ce qui constitue une petite protection contre les erreurs.

l Option 4 (Affichage Informations) : cette option permet de voir quelle est la configuration actuelle de la
table des partitions. Lorsqu'on choisit cette option, un écran comme celui de la figure 10.49 est présent é à
l'utilisateur.

Affichage des informations sur les partitions

Lecteur de disque dur en cours : 1

Partition Etat Type Nom du volume Mo Système Utilisé


C: 1 A PRI DOS 159 FAT16 98%

Espace disque total : 163 Mo (1 Mo = 1 048 576 octets)

Appuyez sur ECHAP pour continuer

FIG 10.49 : informations sur la table de partitions de l'unité de disque n. 1

Examinons la figure 10.49. Elle nous donne les informations suivantes sur le disque dur C:
• Partition : le disque contient une seule partition, qui est atteignable via la lettre C:
• Etat : la partition est active, ce qui veut dire que le disque est bootable.
• Type : la partition est de type principal (PRI) et appartient au système d'exploitation MS-DOS.
• Nom du volume : ici devrait paraître le nom du volume que le DOS assigne à ce disque.
Malheureusement, ce disque ne possède aucun nom de volume et en conséquence est vulnérable au
formatage accidentel.
• Mo (pour MegaOctets) : indique quelle est la capacité du disque.
• Système : spécifie que les entrées de la FAT sont stockées sur 16 bits, ce qui veut dire que le DOS peut
gérer 65'536 clusters. Si l'on sait qu'un cluster est composé de 8192 bytes (8 KB), on voit rapidement
pourquoi le DOS actuel ne gère pas de disques durs de taille supérieure à 524 MB (en effet, 65'536 x 8
donne 524'288).
• Utilisé : la partition DOS occupe le 98% de l'espace total disponible.

10. Le MS-DOS Page 19 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


Liste des commandes DOS

Gestion PC
Nom de la
DOS 6.x DOS 7.x Config.sys Batchs Autoexec.bat Int/Ext Invite
commande
[APPEND] Oui Non Non Oui Oui Ext Oui

[ATTRIB] Oui Oui Non Oui Oui Ext Oui

[BREAK] Oui Oui Oui Oui Oui Int Oui

[CALL] Oui Oui Non Oui Oui Int Non

[CD][CHDIR] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[CHCP] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[CHOICE] Oui Oui Non Oui Oui Ext Non

[CLS] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[COMMAND] Oui Oui Non Oui Oui Ext Oui

[COPY] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[CTTY] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[DATE] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[DEL][ERASE] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[DELTREE] Oui Non Non Oui Oui Ext Oui

[DIR] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[DISKCOMP] Oui Non Non Oui Oui Ext Oui

[DISKCOPY] Oui Oui Non Oui Oui Ext Oui

[DOSKEY] Oui Oui Non Oui Oui Ext Oui

[ECHO] Oui Oui Non Oui Oui Int Non

[EDIT] Oui Oui Non Oui Oui Ext Oui

[ERRORLEVEL] Oui Oui Non Oui Oui Int Non

10. Le MS-DOS Page 20 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


[EXIST] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[EXIT] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[EXPAND] Oui Non Non Oui Oui Ext Oui

[FC] Oui Oui Non Oui Oui Ext Oui

[FIND] Oui Oui Non Oui Oui Ext Oui

[FOR] Oui Oui Non Oui Oui Int Non

[GOTO] Oui Oui Non Oui Oui Int Non

[IF] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[INTERLNK] Oui Non Non Oui Oui Ext Oui

[INTERSVR] Oui Non Non Oui Oui Ext Oui

[KEYB] Oui Oui Non Oui Oui Ext Oui

[LABEL] Oui Oui Non Oui Oui Ext Oui

[LH][LOADHIGH] Oui Oui Non Non Oui Int Oui

[MD][MKDIR] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[MODE] Oui Oui Non Oui Oui Ext Oui

[MORE] Oui Oui Non Oui Oui Ext Oui

[MOVE] Oui Oui Non Oui Oui Ext Oui

[NLSFUNC] Oui Oui Oui Non Non Ext Non

[NOT] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[PATH] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[PAUSE] Oui Oui Non Oui Oui Int Non

[PROMPT] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[RD][RMDIR] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[REM] Oui Oui Non Oui Oui Int Non

10. Le MS-DOS Page 21 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


[REN][RENAME] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[SET] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[SETVER] Oui Non Non Oui Oui Ext Oui

[SHIFT] Oui Oui Non Oui Oui Int Non

[SORT] Oui Oui Non Oui Oui Ext Oui

[SYS] Oui Oui Non Oui Oui Ext Oui

[TIME] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[TREE] Oui Non Non Oui Oui Ext Oui

[TYPE] Oui Oui Non Oui Oui Ext Oui

[UNDELETE] Oui Non Non Oui Oui Ext Oui

[VER] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[VERIFY] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[VOL] Oui Oui Non Oui Oui Int Oui

[XCOPY] Oui Oui Non Oui Oui Ext Oui

Optimisation Démarrage PC
Nom de la commande
[INCLUDE]

[MENUCOLOR]

[MENUDEFAULT]

[MENUITEM]

[SUBMENU]

[NUMLOCK]

DOS

LA PAGE SPECIALE DES CONFIGS MULTIPLES

10. Le MS-DOS Page 22 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


Optimisation disques
Nom de la commande DOS 6.x DOS 7.x Config.sys Batchs Autoexec.bat Int/Ext Invite
[CHKDSK] Oui Oui Non Oui Oui Ext Oui

[DBLSPACE] Non Non Non Oui Oui Ext Oui

[DEFRAG] Oui Mis a jour Non Oui Oui Ext Oui

[DRVSPACE] Oui Mis a jour Non Oui Oui Ext Oui

[FDISK] Oui Oui Non Oui Non Ext Oui

[FORMAT] Oui Oui Non Oui Non Ext Oui

[SCANDISK] Oui Mis a jour Non Oui Oui Ext Oui

[SUBST] Oui Oui Non Oui Oui Ext Oui

[UNFORMAT] Oui Non Non Oui Non Ext Oui

Optimisation mémoire vive


Nom de la commande DOS 6.x DOS 7.x Config.sys Batchs Autoexec.bat Int/Ext Invite
[MEM] Oui Oui Non Oui Oui Ext Oui

[EMM386] Oui Non Non Oui Oui Ext Oui

[MEMMAKER] Oui Non Non Oui Non Ext Oui

[SMARTDRV] Oui Non Non Oui Oui Ext Oui

10. Le MS-DOS Page 23 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


Divers
Nom de la commande DOS 6.x DOS 7.x Config.sys Batchs Autoexec.bat Int/Ext Invite
[DEBUG] Oui Oui Non Oui Non Ext Oui

[EXTRACT]

[FASTHELP] Oui Non Non Oui Oui Ext Oui

[HELP] Oui Non Non Oui Oui Ext Oui

[MOUSE]

[MSCDEX] Oui Oui Non Oui Oui Ext Oui

[MSD] Oui Non Non Oui Oui Ext Oui

[START] Non Oui Non Oui Oui Ext Oui

[WIN] Oui Oui Non Oui Oui Ext Oui

UNIQUEMENT DEPUIS WINDOWS 9x------

[XCOPY32] [START] [FTP] [NBTSTAT] [PING] [NETSTAT] [ROUTE] [NET] [DMFWRITE]

LES FICHIERS PARTICULIERS----

[HIMEM.SYS] [ANSI.SYS] [CONFIG.SYS] [AUTOEXEC.BAT]

10. Le MS-DOS Page 24 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


7. Questions de révision.
7.1. Histoire du MS-DOS.
l Qui a conçu le MS-DOS ?
l Quel système d'exploitation a été remplacé par le MS-DOS ?
l Quel est le futur du MS-DOS ?
l Quelle est la nature de l'interface utilisateur du MS-DOS ?
l Le MS-DOS possède une grave limitation. Laquelle ?

7.2. Les commandes du MS-DOS.


l Quelle est la différence entre les commandes internes et les commandes externes ?
l Quel signe est utilisé pour ajouter une option à une commande ?
l Quel est le rôle de l'option "?" ?
l Qu'entend-on par paramètre d'une commande ?
l Quel est le rôle de la commande DIR ?
l Comment peut-on afficher le contenu du disque page à page ?
l Comment peut-on afficher le contenu du disque par ordre alphabétique ?
l Comment peut-on afficher uniquement les fichiers qui ont l'extension BAT ?
l Quel est le rôle de la commande COPY ?
l Donnez l'instruction nécessaire à copier tous les fichiers de la disquette A: vers le disque dur, sous-répertoire
DISQUE_A
l Donnez la commande nécessaire à copier le contenu du répertoire \DOS vers le répertoire \OLD_DOS. Vous
voulez aussi que la copie soit vérifiée.
l Donnez la commande nécessaire à copier tous les fichiers *.BAT depuis la disquette A: vers le sous-
répertoire BATCH du disque dur C:. Vous voulez que les fichiers possèdent l'extension BAK dans le nouvel
emplacement.
l Quel est le rôle de la commande DEL ?
l Donnez la commande nécessaire à effacer le conten u (tous les fichiers) du répertoire principal de la disquette
A:
l Donnez la commande nécessaire à effacer tous les fichiers du répertoire TITI de votre disque dur.
l Donnez la commande nécessaire à effacer tous les fichiers qui ont l'extension BAT depuis la d isquette A:
l Quel est le rôle de la commande XCOPY ?
l Donnez la commande nécessaire à copier le contenu du sous-répertoire C:\TITI, ainsi que tous ses sous-
répertoires, vers le disque E:
l Quel est le rôle de la commande UNDELETE ?
l Quelle information importante devez-vous fournir à la commande UNDELETE afin qu'elle puisse récupérer
un fichier effacé ?
l Quel est le rôle de la commande TYPE ?
l A quoi sert l'option ¦ more de la commande TYPE ?
l Quel est le rôle de la commande RENAME ?
l Donnez la commande nécessaire à renommer tous les fichiers avec extension BAT de la disquette A: en
fichiers ayant le même nom, mais extension BAK.
l Quel est le rôle de la commande MOVE ?
l A quoi sert la commande CD ?
l A quoi sert la commande MD ?
l A quoi sert la commande RD ?
l Créez, sur une disquette, la structure arborescente de la figure 10.50

10. Le MS-DOS Page 25 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


COURS

MS-DOS ANALYSE WIN RESEAU

RAPPORT MODELE TABLES

MCD MLD

FIG 10.50 : structure arborescente à créer pour exercice

l Peut-on enlever un répertoire qui n'est pas vide avec la commande RD ?


l Comment peut-on afficher la structure des répertoires du disque ?
l A quoi sert la commande DELTREE ?
l A quoi sert la commande PATH ?
l Donnez une commande PATH, de façon à ce que les chemins suivants soient définis : C: \DOS et
C:\CONC\MCD.
l A quoi sert la commande SET ?
l Comment peut-on détruire une variable d'environnement ?
l Comment peut-on modifier l'aspect de l'invité du MS-DOS ?
l Quel est l'utilitaire grâce auquel on peut éditer des textes sous MS -DOS ?
l A quoi sert la commande FORMAT ?
l Donnez l'instruction nécessaire à formater une disquette qui se trouve dans le lecteur A:
l Donnez l'instruction nécessaire à formater une disquette et placer sur cette même disquette le système
d'exploitation.
l Donnez la commande nécessaire à formater rapidement la disquette A:
l Quelle est la commande qui permet de vérifier l'intégrité d'un disque ?
l Quel est le rôle de la commande DISKCOPY ?
l Donnez la commande nécessaire à copier une disquette sur une autre disquette. Vous ne possédez qu'un
lecteur 3"½.
7.3. La configuration du système.
l Quels sont les deux fichiers grâce auxquels on peut configurer l'environnement du MS-DOS ?
l Dans quel fichier met-on les instructions nécessaires à configurer les aspects matériels de la machine ?
l Dans quel fichier met-on les instructions nécessaires à configurer les aspects logiciels de la machine ?
l Pouvez-vous donner un exemple du premier fichier ?
l Pouvez-vous donner un exemple du deuxième fichier ?

7.4. La gestion de la mémoire dans MS-DOS.


l En combien de parties la mémoire sous MS-DOS est subdivisée et quelle est leur taille ?

10. Le MS-DOS Page 26 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003


l Comment s'appellent les parties de la mémoire gérée par le MS-DOS ?
l Donnez la suite d'instructions nécessaires dans le CONFIG.SYS afin de pouvoir placer les programmes
résidents dans la mémoire supérieure.
l Comment peut-on charger un programme résidant dans la mémoir e supérieure depuis le AUTOEXEC.BAT
?
l Quel est l'utilitaire qui nous permet d'examiner la mémoire de la machine ?

7.5. Les attributs des fichiers.


l Quels sont les attributs des fichiers sous MS-DOS ?
l Donnez la commande nécessaire à cacher le fichier TITI.COM.
l Donnez la commande nécessaire à protéger contre l'effacement accidentel le fichier TITI.COB.

7.6. La gestion du disque dur.


l Qu'entend-on par formatage à bas niveau ?
l Qu'est-ce qu'une partition ?
l Qu'entend-on par partitionnement ?
l Quel est l'utilitaire qu'il faut employer pour partitionner un disque dur ?
l Qu'entend-on par partition principale ?
l Qu'entend-on par activation d'une partition ?
l Vous voulez supprimer une partition étendue. Quelle opération préliminaire devez -vous accomplir ?
l Vous voulez supprimer une partition non-DOS. Donnez la suite de commandes nécessaires à exécuter
l'opération.
l Examinez la figure 10.51. Pouvez-vous expliquer ce qu'elle montre ?

Affichage des informations sur les partitions.

Lecteur de disque dur en cours : 2

Partition Etat Type Nom du volume Mo Système Utilisé


D: 1 A PRI DOS DISQUE_A 250 FAT16 50%

Espace disque total : 500 Mo (1 Mo = 1 048 576 octets)

Appuyez sur ECHAP pour continuer

FIG 10.51 : informations sur un disque dur

10. Le MS-DOS Page 27 sur 27 Arches Informatique/Système d'exploitation/Bignotti/27.11.2003

Vous aimerez peut-être aussi