Vous êtes sur la page 1sur 3

Chap.

IV : Notions de géodynamique
La géodynamique : C’est une science qui étudie, décrit et explique l’évolution de la terre.
La géodynamique est :

Interne : elle concerne les phénomènes internes de la terre, exemples : les séismes, volcans,
déformation de la croute terrestre et formation des grandes chaines montagneuses.

Externe : elle concerne les phénomènes qui se produisent à la surface de la terre, exemples :
érosion, sédimentation, glissement de terrains, coulées boueuses.

I-Les séismes

1-Définitions

a)Séisme : c’est les secousses ressenties à la surface de la croute terrestre. Ces secousses
sont le résultat d’une énergie libérée brusquement lors de la rupture des roches le long
d’une faille préexistante ou qui se crée suite à cette rupture. Le séisme est aussi
accompagné d’un dégagement de chaleur qui peut faire fondre les roches.

b) Faille : c’est une rupture de la croute terrestre accompagnée d’un déplacement des deux
blocs rocheux l’un par rapport à autre. Les grandes failles se situent aux limites des plaques
tectoniques et aussi à l’intérieur des plaques. Les types de failles sont :

-Faille normale

-Faille inverse

-Faille transformante ou décrochement


c)Plaque tectonique : la lithosphère (manteau externe et écorce terrestre) est rigide et est
découpée en plusieurs plaques tectoniques ou lithosphériques. On compte 15 plaques
majeures et 50 mineures. Aux limites de ces plaques (failles) se produisent des phénomènes
géologiques tels que les séismes, volcans, formation de chaines montagneuses suite à la
convergence, divergence ou coulissement de ces plaques entre elles.

2-Caractéristiques d’un séisme

a)Magnitude : permet d’estimer la puissance d’un séisme en évaluant l’énergie libérée par
celui-ci. La notion de magnitude est introduite par le sismologue Charles Francis Richter en
1935 qui a établi une échelle pour les séismes californiens.

Il existe différentes magnitudes :

-magnitude Mb calculée à partir des ondes de volume S et P ;

-magnitude MS calculée à partir des ondes de surface ;

-magnitude du moment MW.

Ces magnitudes sont mesurées grâce au sismographe (instrument de mesure). Le


sismogramme est l’enregistrement. Selon les magnitudes, on a :

microséisme < 1,9

très mineur 2 - 2,9

mineur 3 – 3,9

léger 4 – 4,9

modéré 5 – 5,9

fort 6 – 6,9

très fort 7 – 7,9

majeur 8 – 8,9

dévastateur > 9

Le plus puissant séisme enregistré jusqu’à présent est de magnitude 9,5 au Chili en 1960.

b) Intensité : elle mesure les effets produits par le séisme de la frayeur jusqu’aux dommages
très importants sur les constructions. Un séisme de forte magnitude peut avoir une très
faible intensité s’il se produit dans une région non ou peu habitée.

La première échelle établie pour mesurer l’intensité est celle de Mercalli en 1902 modifiée
en 1956, puis il y’ a eu l’échelle MSK en 1964 (Medvedev,Sponheuer et Karnik), ensuite
l’échelle EMS98 (l’échelle européenne macrosismique). Ces échelles ont 12 degrés. A partir
du degré V, les séismes sont ressentis.
L’intensité dépend du lieu d’observation. A l’épicentre, l’intensité est dite épicentrale.

c) Foyer ou hypocentre : lieu de rupture des roches en profondeur.

d) Epicentre : se trouve en surface. C’est la projection à la surface du foyer.

Vous aimerez peut-être aussi