Vous êtes sur la page 1sur 5

Département Génie civil et Hydraulique Cours de RDM

Chapitre 5 : traction et compression


1-Définition
Une barre est sollicitée en traction (compression) lorsque les actions aux extrémités se réduisent à deux
forces égales et opposées, portées par la ligne moyenne
F F

l
2-Déterminations des efforts intérieurs :
Pour déterminer les efforts intérieurs dans une barre
(force longitudinale ou normales) soumise à une traction (compression) ,
1 1
nous appliquons la méthode des coupures (sections). 8F
La méthode consiste a recherchée l’équilibre de la partie
inférieure coupée de la barre en remplaçant l’effet de la partie
2 2
supérieure négligée sur l’autre partie par un effort longitudinal.
Ensuite, après la projection des efforts suivant une direction B
parallèle à l’axe de la barre ,
on établit les équations d’équilibre  5F

la section 1-1 : N1
∑ F y =0=¿ N 1 +8 F−5 F=0 1 1
¿> N 1 =−3 F 8F
N2 -3F
N 1 :est effort de compression
2 2
la section 2-2:
∑ F y =0=¿ N 2−5 F=0=¿ N 2=5 F B B

N 2 est effort de traction


5F 5F 5F

3- Détermination des contraintes


Les section droite planes et normales à l’axe longitudinal de la barre avant la déformation restent toujours
planes et normales à l’cet axe après la déformation (c’est l’hypothèse de Bernoulli) . Cette allure de
déformation autorise à considérer que les sections droites d’une barre sont sollicitées seulement par les
contraintes normales réparties uniformément dans la barre.
Avant la déformation Après la déformation

c d c d

σ : contrainte normale


a b
a b a b
Université Kasdi MerbahB Ouargla
Δl 2017/2018
F
Département Génie civil et Hydraulique Cours de RDM

L’effort normal N est



N=∫ σdA
A

N
Comme σ constante on a donc σ =
A
4-Détermination des déformations et des déplacements
4.1-Lois de Hook
De nombreux expériences effectuées sur des éprouvettes de matériaux différents, sollicités par une
charge jusqu’à la limite définie, ont montré que la relation entre déformation ε et la contrainte σ est de la
forme
σ
ε= (Lois de Hook)
E
∆ l l−l 0
ε= =
l0 l0
ε : Déformation (déplacement relatif) de l’éprouvette
∆ l: Déplacement total de l’éprouvette (Allongement ou raccourcissement)
l: Longueur final de l’éprouvette après la déformation
l 0: Longueur initiale de l’éprouvette avant la déformation
E : module de Young
σ N

{ ε= =
E EA
ε=
∆l
l0
¿>¿
∆l N
=
l 0 EA
²≤¿ ∆ l=
N l0
EA

4.2 Module de Young E


Le coefficient E de la loi de Hook s’appelle module de Young ou module d’élasticité longitudinal. Il
caractérisé la rigidité du matériau c'est-à-dire sa propriété de résister à la déformation longitudinale

4.3-Coefficient de Poisson : les déformation longitudinale ε et transversale ε ' sont liées par la relation
empirique suivante ε ' =−ν ε
−ε ' déformations transversales
ν= =
ε déformations longitudinales

νest le coefficient de poisson qui caractérise l’aptitude du matériau à subir les déformations transversales

5-Déformation des Barres à section variable


Le calcule de la déformation d’une barre à une section variable soumise un effort longitudinal s’effectue
Premièrement par la détermination l’allongement dx et on obtient l’allongement total par intégration

d2
d1
2
Université Kasdi Merbah Ouargla 2017/2018
Département Génie civil et Hydraulique Cours de RDM
l
∆(dx) N
=
dx EA
N
∆ (dx )= dx
EA
l l
N
∆ l=∫ ∆ ( dx )=¿ ∫ dx ¿
0 0 EA
l
N dx
Si N et E constante on a ∆ l= ∫
E 0 A
6-Déformation des Barres à section gradue
La déformation totale d’une barre graduée égale
A1=4 cm2

40 cm
à la somme algébrique des déformations
de ses parties 36 t

80 cm
n
N i li A2=2 cm2
∆ l=∑ ∆ l i=
i=1 Ei A i
N 1 l1 N 2 l2
Dans notre cas ∆ l= + 1,5 t
E1 A1 E2 A 2

7- Contrainte admissible
Les contraintes admissible sont les contraintes que peut supporter, sans danger ,une construction ou l’un
σu
de ses éléments σ adm =
η
.σ adm< σ u

σ adm: Contrainte admissible
σ u : contrainte ultime ( limite ou rupture )
η: Coefficient de sécurité
Coefficient de sécurité :il est introduit pour assurer le service sans risque de l’ouvrage et de ses partie
constitutives
8- Problème type de calcul à la résistance des barres (tendues ou comprimées)
8-Vérification de la résistance : elle se fait en comparant les contraintes réellesσ ❑dans la section
dangereuse avec les contraintes admissible σ adm
N
σ ❑= ≤ σ adm ( condition de la résistance à la traction ou à la compression )
A
A : section de la partie dangereuse
8-2Calcul de la section droite :
Après la connaissance de l’effort intérieur et la contrainte admissible, on peut déterminer les dimensions
de la section de la barre en utilisant la condition suivante
N
A≥
σ adm
8-2Calcul de l’effort admissible
N adm ≤ A σ adm

Université Kasdi Merbah Ouargla 2017/2018


Département Génie civil et Hydraulique Cours de RDM

9. Essai de traction:
il consiste à exercer sur une éprouvette normalisée (acier ,béton ….), saisie par deux mâchoires, deux
actions mécaniques et opposées qui vont la déformer progressivement puis la rompre.

Courbe de contrainte - déformation

OA: zone rectiligne pour laquelle il y a proportionnalité entre la déformation et l’effort appliqué. C’est
une zone élastique réversible
AA’: palier horizontal, traduisant un allongement sous charge constante. Il y a écoulement du matériau,
c’est la zone plastique.
A’B: la charge croît de nouveau avec les allongements jusqu’au point B. si l’on décharge l’éprouvette
dans la zone plastique A’B on constate un allongement permanent; si on la recharge, on constate un
comportement élastique jusqu’à la charge précédente: on a augmenté la limité d’élasticité, le métal a été
écroui.
BC: l’allongement continue, bien que la charge soit décroissante, jusqu’au point C où il y a rupture. Dans
cette phase il y a striction: la déformation plastique est localisée dans une faible portion de l’éprouvette et
n’est donc plus homogène.

Université Kasdi Merbah Ouargla 2017/2018


Département Génie civil et Hydraulique Cours de RDM

Université Kasdi Merbah Ouargla 2017/2018

Vous aimerez peut-être aussi