Vous êtes sur la page 1sur 2

But :

Cette manipulation consiste à déterminer le coefficient de tension superficielle de


différentes solutions (eau potable, alcool et huile d’olive), la méthode utilisée est dite
«d’arrachement », ensuite les comparer, et dernièrement Etudier l’influence de la
température sur la tension superficielle de l’eau potable.

A-Mesures et comparaison de la tension superficielle


liquide-air :
→Relations :

𝐅
Tension Superficielle : 𝛄 = 𝟒𝛑𝐑 (𝐍/𝐦)

∆𝐅 ∆𝑹
Incertitude : ∆ 𝛄 = 𝛄 ( 𝐅 + 𝑹
) (𝑵/𝒎)

Avec ∆ 𝐅 = ∆𝐅 𝒂𝒄𝒄 + ∆𝐅 𝒊𝒏𝒔𝒕 = 𝑺𝒖𝒑|𝑭 − 𝑭𝒎𝒐𝒚 | + 𝟎. 𝟏 (𝑵)

→Interprétation des résultats :


D’après les valeurs de γ dans la littérature (Tableau suivant), on remarque une petite
variation est cela du à les incertitudes de mesure et les fluctuations.

Interface Γ (mN/m)

Eau Potable 73

Eau Savonneuse 25

Huile d’Olive 32

INNAN Nouhaila
Groupe 1
INNAN Nouhaila
Groupe 1

B-Mesure de la Tension Superficielle de l’eau potable en


fonction de la Température :
On remarque que si la température d’un liquide croît, l’agitation thermique des
molécules augmente. Elles auront donc une plus grande facilité à quitter la surface
pour se déplacer vers l’intérieur. Comme cette force qui attire les molécules vers
l’intérieur est la tension superficielle, elle devrait donc décroître quand la température
augmente. C’est en général ce que l’on observe. La plupart des coefficients positifs
rapportés dans la littérature peuvent être attribués à des impuretés. Comme l’interface
disparaît au point critique liquide-gaz, la tension superficielle est nulle.

F = f(T)
8
y = -0,0318x + 8,2223
7 R² = 0,912

5
F (mN)

0
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
T (°C)

Vous aimerez peut-être aussi