Vous êtes sur la page 1sur 28

Cours échangeurs thermiques

Chapitre 2: Calculs des échangeurs à courants parallèles


I. Introduction
Les échangeurs à courants parallèles sont des appareils géométriquement simples.
On distingue deux types d'échangeurs à courants parallèles selon les sens d'écoulement de deux
fluides.
Echangeur à co-courant: les deux fluides circulent dans le même sens.

E1

S2

E2

S1
Figure1: Echangeur à co-courant.

Echangeur à contre courant: les deux fluides circulent dans le sens inverse.

E1

E2

S2

S1

Figure2: Echangeur à contre courant.

II. Distribution des températures dans un échangeur à courants


parallèles
La distribution des températures dans un échangeur à courants parallèles, c'est des courbes qui
représentent l'évolution des températures le long de l'échangeur.
Cours échangeurs thermiques

II.1. Echangeur co-courant

Fluide froid
tfe

Tce
TCs
Fluide
chaud
l=0 l=L
tfS
T
Tce
TC
TCS

tfs

tf
tfe

0 l
L
 Dans ce cas la température de fluide froid, ne peut en aucun cas dépasser celle du fluide chaud

II.2 Echangeur contre-courant


Contrairement au cas de l'échangeur co-courant, il y' a ici trois situations possibles selon que
l'on a : CC <Cf ou CC =Cf ou Cf< CC
Où CC=qmc*Cpc : Débit calorique de fluide chaud en (W/K)
 qmc : Débit massique du fluide chaud;
 Cpcc: Capacité calorifique massique du fluide chaud.

Où Cf=qmf *Cpf : Débit calorifique du fluide froid (W/K):

 qmc : Débit massique du fluide froid;


 Cpcc: Capacité calorifique massique du fluide froid.
Cours échangeurs thermiques

a) Cas où CC <Cf

Fluide froid
tfs

Tce
Tcs
Fluide
chaud
tfe

T
TC
Tce

tfs ∆Tmax

TCS

tfe

0 l
L

 Si l'échangeur est infiniment long; la température de sorite du fluide chaud égalise celle
d'entrée du fluide froid tfe = Tcs
On remarque que la différence de température maximale est ∆Tmax= Tce-tfe exercé par le fluide
chaud, le fluide chaud qui a le plus petit débit calorifique est donc celui qui commande de le
transfert.
b) Cas où Cf < CC
Dans ce cas le débit calorifique du fluide froid est inférieur à celui du fluide chaud.
D'après le schéma suivant la température de sortie de fluide froid ne peut pas atteindre celle
d'entrée du fluide chaud, sauf dans le cas théorique où l'échangeur est infiniment long. (tfs=Tce)

∆Tmax= Tce-tfe le fluide froid qui a le plus petit débit calorifique est celui qui commande le
transfert de chaleur.
Cours échangeurs thermiques

tfs Fluide froid

Tce
Tcs
Fluide
chaud
tfe

T
TC
Tce
∆Tmmax
tfs
Tcs

tfe

l
0 L

C) Cas où Cf = CC:
Dans ce cas et d'après l'égalité de deux quantités de chaleurs:TC -Tf = tce – tfs

tfs

Tce
Tcs

tfe
T
Tce
Tc
tfs

Tcs
tf
tfe

0 L
Remarque:
Cours échangeurs thermiques

Dans les trois cas examinés, il est possible d'avoir tfs >Tcs , ce qui est une disposition favorable,

irréalisable dans un échangeur co-courant.


II.3. Application
Identifier la configuration de ces échangeurs co-courant ou à contre courant, justifier votre
réponse.

E1 Tce=350°C tfe=120°C

Tcs=200°C tfs=290°C

E2 Tce=616°C tfe=16°C

Tcs=232°C tfs=67°C

Réponse: E1 tfs >Tcs Cet échangeur ne peut être qu'à contre-courant.

E2 tfs <Tcs .
Cet échangeur peut être à co-courant ou à contre courant

III. Calcul par la méthode DTLM


III.1 Bilan thermique et expressions des flux
On suppose maintenant que notre échangeur est adiabatique, donc les pertes thermiques à
travers la paroi latérale externe sont négligeables, c'est-à-dire que le flux cédé par fluide chaud
est égal à celui gagné par le fluide froid.
∅C=∅F
Soient :

 qmc : Débit magnifique


massique de fluide chaud ( kg/s);

 qmf : Débit massique


magnifique de fluide froid (kg/s);

 Cpc : Chaleur spécifique massique de fluide chaud (J/kg°C ou cal/kg°C);

 Cpf : Chaleur spécifique massique de fluide froid.

 Le flux cédé par le fluide chaud:


dφc = −q mc × Cpc × dTc
⇒ φc = q mc × Cpc × (Tce − Tcs )
⇒ φc = Cc × (Tce − Tcs )
 Le flux reçu par le fluide froid:
Cours échangeurs thermiques

dφf = −q mf × Cpf × dt f
⇒ φf = q mf × Cpf × (t fe − t fs )
⇒ φf = Cf × (t fe − t fs )

Application: On veut refroidir 2000 kg/h de benzène de 70 à 30°C dans un échangeur


U U

tubulaire, le refroidissement est assuré par de l'eau circulant à l'extérieur des tubes.
On utilise 2000kg/h d'eau, la température d'entrée de l'eau dans l'échangeur étant t=20°C
1) Calculer la température de l'eau à la sortie de l'échangeur.
2) Peut on opérer à co- ou contre- courant. justifier votre réponse.
CP (benzene) =0,44 kcal/kg°C

CP (eau) =1 kcal/kg°C

Rép: tfs =37,6°C

III.2. La méthode DTLM


III.2.1 Echangeur à une passe

Tfe Tfs

Tcs
Tce Echangeur co-courant

Dans un échangeur de type co-courant lors que les pertes de chaleur et le rayonnement sont
négligeables, alors le flux de chaleur élémentaire transmis du fluide chaud au fluide froid à
travers un élément de surface dS s'exprime sous la forme:
d φ = K × (Tc − tf ) × ds (1)
dφc = −q mc × Cpc × dTc = −Cc × dTC ( 2)
dφf = −q mf × Cpf × dt f = Cf × dt f (3)
 dφ
 dt f = C

⇒
f

dT = − dφ


C
Cc

En posant ∆ = TC =- tf
dφ dφ
d∆ = dTc − dT
dtff = − −
Cc Cf
1 1
= −dφ × ( +
Cc Cf )
Cours échangeurs thermiques


(1) ∆=
K × dS
(1) 
d∆ 1 1
⇒ = −K × dS × ( + ) (4)
∆ Cc Cf

Lorsque le coefficient global d'échangeur K est supposé constant sur l'ensemble de l'échangeur
l'intégration de cette expression donne:

∆l 1 1
Ln( ) = −K × S × ( + )
∆o CC Cf
Avec ∆ L = Tcs − t fs = TcL − t fL
∆ o = TCe − t fe = TC0 − t f0
D'autre part l'intégration de l'équation (4)
1 1
∆ L − ∆ O = −φ( + )
CC Cf
1 1 ∆ − ∆o
( + )= L
CC Cf −φ
∆L (∆ L − ∆ o )
 Ln( ∆o ) = −K × S × −φ
∆L − ∆O
φ = k ×S× = k × S × DTLM
∆L
Ln
∆o
Ce flux peut être calculé par rapport à la surface externe ou par rapport à la surface interne:
φ = K e × S e × DTLM
= K i × S i × DTLM

 DTLM : C'est la différence de température logarithmique moyenne;

 Se: Surface totale d'échange externe;


Même expression de DTLM
 Si: Surface totale d'échange interne; pour un échangeur à contre
 Ki: Cœfficient global d'échange interne; courant
 Ke: Cœfficient global d'échange externe.
Remarque : Si ∆L=∆o  DTLM = ∆L=∆o
Application:
On désire refroidir 200Kg d'eau liquide de 100 à 20°C en utilisant comme fluide réfrigérant
4000 kg/h d'eau à 10°C.
 Calculer la surface de l'échangeur, sachant que U = 4000 kcal/h*m2*°C
On prendra pour chaleur spécifique de l'eau Cp (eau) = 1kcal/kg.°C
Cours échangeurs thermiques

Le flux chaud s'écrit donc : φC = qmc × Cpc × (Tce − Tcs )


= 200*1* (100-20) = 16000 kcal/h
Le flux reçu par le fluide froid: φf = q mf × Cpf × (t fs − t fe )

Cc
t fs = + t fe = 14°C
q mg c pg
Pour un échangeur à co-courant:
T1 T2
∆0 t1 t2 ∆L

 ∆o = 100 – 10 = 90°C
 ∆L = 20 -14 = 6°C
90 − 6
DTLM = = 31,01°C
Ln (90 / 6)
φ = K × S × DTLM
φ 16000
S= = = 1,289
K × DTLM 400 × 31,01
= 1,29m 2
Pour un échangeur à contre- courant:

T1 T2
∆0 t2 t1 ∆L

 ∆o =100 – 14 =80°C
 ∆L = 20 -10 = 10°C
 DTLM = 35,32°C
φ = K × S × DTLM
φ 16000
S= = = 1,132
K × DTLM 400 × 35.32
= 1,132 m 2
Don finalement on remarque que : SCO- courant > S contre- courant
III.2.2. Echangeur à plusieurs passes
Dans ce cas le flux thermique transfère (∅) est donné par : φ = K × S × F × DTLM
Avec F est un facteur correctif de la DTLM pour tenir compte de la configuration réelle de
l'échangeur .Ce facteur est toujours inférieur à l'unité, fourni par des abaques, il dépend de deux
ts − te Te − Ts
facteur à savoir: E= et R =
Tc − t e ts − tc
 t:Température de fluide coté tube;
 T:Température de fluide coté calandre.
Cours échangeurs thermiques
Cours échangeurs thermiques

Application: On veut refroidir une coupe pétrolière de 130


13°C à 40°C, on dispose pour cela d'une
autre coupe à 25°C et qui pourra être portée jusqu'à 35°C sachant que le fluide échangée ∅ =
flux échangé
900 kW et le cœfficient global d'échange K = 450W/ m2°C
Calculer la surface d'échange dans les cas:
 D'un échangeur à co- courant;
 D'un échangeur à contre courant;
 D'un échangeur 1-2;
 D'un échangeur 2-4.
 Le fluide chaud circule à l'intérieur des tubes.
Réponse :
1) Echangeur co-courant

Tce= 130°C Tcs= 40°C

∆1 = 105°C ∆2 = 5°C

tfe= 25°C tfs= 35°C

∆1 − ∆ 2 105 − 5
DTLM = = = 32,845°C
Ln ( ∆1 / ∆ 2 ) Ln (105 / 5)
φ 900 × 10 3
S CO = S1 = = = 60,89m 2
K × DTLM 450 × 32,845

2) Echangeur contre-courant

Tce= 130°C Tcs= 40°C


∆1 = 95°C ∆2 = 5°C
tfe= 35°C tfs= 25°C

DTLM = 43,341°C
900 ×103
S CO = S2 = = 46,145m 2
450 × 43,341
3) Echangeur 1-2
40 − 130
E = = 0,857
25 − 130
25 − 35
R = = 0,11
40 − 130
F1− 2 = 0,85
φ
S1− 2 =
F1− 2 × K × DTLM contre
900 × 10 3
= = 54, 29m 2
0,85 × 450 × 43,341
Cours échangeurs thermiques

4) Echangeur 2-4
 F= 0,98
 S24 = 47,08 m2
III.2.3 Calcul du coefficient global d'échange thermique
Le passage de la chaleur du fluide chaud au fluide froid met en jeu:
 Un transfert par convection du fluide chaud à la paroi du tube hiRi = 1/hi;
 Un écoulement de la chaleur par conduction à travers la paroi métallique (e/λ);
 Un transfert par convection de la paroi externe du tube vers le fluide froid (Re=1/he)
Le coefficient global d'échange est déterminé par la relation suivante:
1 1 d d d 1
= × e + e × Ln( e ) +
U ext h i d i 2 × λ di he
 e: Epaisseur du tube;
 λ: Conductivité thermique de tube;
 hi : coéfficient de convection interne;
 he: coéfficient d'échange externe.
 de: diamètre exterieur des tubes;
Remarque: Pour un échangeur sale (présence des dépôts) on aura une résistance additionnelle au
transfert de chaleur:
1 1 d d d 1
= × e + e × Ln( e ) + + Rs
U ext h i d i 2 × λ di he
Avec Rd: Résistance d'encrassement;
Application: Le transfert de chaleur entre deux fluides s'effectue à travers un tube d'acier de
diamètre intérieur/extérieur 18/21mm
On donne :
 Coté intérieur hi =1000 w/m2k
 Coté extérieur he = 2000 w/m2k
 Acier λ = 46w/mk
1- Calculer le cœfficient global d'échangeur K
2- Après un an de fonctionnement, on estime avoir une résistance d'encrassement
Rd = 4 10-4 W-1m2k. Déterminer le nouveau coefficient d'échangeur global.

IV. Calcul par méthode NUT


La méthode DTML est basée sur la connaissance des températures des deux fluides aux
extrémités de l'échangeur (entrée et sortie).
Cours échangeurs thermiques

Dans la pratique les températures d'entrées des fluides sont définies et le coefficient moyen
d'échange K est estimé à partir des abaques, mais les deux températures de sorties sont
inconnues. Pour dimensionner un échangeur dans ce cas on utilise la méthode de NUT qui
nécessite que les températures d'entrées.
IV.1. Flux thermique maximum dans un échangeur
φ = q tc × (Tce − Tcs ) = q tf × (t fs − t fe )

 qt = qm*Cp : Le débit thermique unitaire ou la capacité thermique du fluide.

Nous avons déjà observé que le fluide qui a le plus petit débit thermique
calorifique unitaire
acquis leacquis le
chargement de température le plus important. La plage de variation des températures dans
changement

l'échangeur étant généralement limitée par des contraintes pratiques, dont on cite la différence de
température maximale qui peut être atteinte par un fluide.
Jusqu'à quelle valeur la différence de température ∆Tmax peut aller ?
 L'examen des courbes T=
T=f(f(s)
l ) étudiées par les échangeurs à courants parallèles va servir de
support pour répondre à cette question:

T
Tce TC

ΔTmax
∆tma

tC

tfe

0 l
Cours échangeurs thermiques

Tce
Tce
tfs ∆Tmax
ΔTmax
ΔTmax tfs TCS
TCS TCS
Tmax tfe
tfe tfe
0
qtc==Cqftf
Cc qCc
tf<>qCtcf
qtc<Cc
qtf< Cf

Ø = Cc (Tce-
qtmin =qtc Tcs) Ø = Cf ( tfs - tfe )
Si qtc<q ∆Ttmax
Øtf max= Cmin (Tce- fe)
= Tce - tfe Ø max= Cmin (Tce- tfe)
qtmax =qtg
Ø max = Cmin . ΔTmax Ø max = Cmin . ΔTmax
∅max = qtmin *∆Tmax Avec ∆Tmax = (Tce - tfe)

 Dans tous les autres


cas , cas quelque soit le modèle d'échangeur on voit aisément qu'aucun des
il faudrait
fluides ne peut subir une variation de température supérieure à Tce- tfe car alors fourraitque
quelele
fluide froid sorte à une température supérieur à Tce et, ou que le fluide chaud sorte à une
température inférieure à Tfe ce qui est physiquement impossible, la relation (3 ) a donc une valeur
générale. Ø max = Cmin . ΔTmax
IV.2. Efficacité thermique d'un échangeur
Pour caractériser les performances thermique d'un échangeur, la démarche la plus naturelle

parait être de comparer sa puissance thermique φ avec le flux maximum φmax précédemment

φ réel
défini, et on note l'efficacité: E = , or le flux réel est inférieur au flux maximal (0 ≤ E ≤ 1)
φ max

Cqctc × (Tce − Tcs ) Cqf tf × (t fs − t fe )


E= =
q tmin
C , min
× (Tce − t fe ) q
Ctmin
, min
× (Tce − t fe )

 Cas où qCt,min qtff  E =


Cqctc × (Tce − Tcs ) =Cqf tf × (t fs − t fe ) = t fs − t fe
min = C
q tmin
C , min
× (Tce − t fe ) C
qftf × (Tce − t fe ) Tce − t fe

 Cas où C qtcc  EC =
Cqctc × (Tce − Tcs ) =Cqctc × (Tce − Tcs ) = Tce − Tcs
min = C
qt,min
q tmin
C , min
× (Tce − t fe ) Cqctc × (Tce − t fe ) Tce − t fe
qCtmin
On définit le facteur de déséquilibre R par: R= , min

qCt max
, max
Cours échangeurs thermiques

 Cette efficacité thermique E va servir en particulier à exprimer le flux thermique ∅ dans


l'échangeur, en se reportant à la définition, dans le cas où on ne sait pas les températures de
sortie:
Flux réellement échangé φ réel
E= =
Flux max imum possible φ max
Donc le flux serait: φ = E × q , min × (Tce − t fe )
Ctmin

Cette formule présente l'avantage de ne faire intervenir que les températures d'entrées des
fluides ainsi que l'efficacité de l'échangeur.
IV.3. Nombre d'unités de transfert (NUT)
K ×S
NUT = , il s'agit d'un nombre sans dimension.
q
Ctmin
, min

débit thermique
Le nombre d'unités de transfert relatif au fluide qui possède le plus petit débit calorifiqueunitaire
qtminpeut
NUT : Lesêtre
courbes suivantes
exprimer illustrent
en fonction de Elaetvariation
R de NUT en fonction de E et de R
 Pour un échangeur à contre- courant : on peut démontrer que :
1 − exp(−(1 − R ) × NUT)
E=
1 − R × exp(−(1 − R ) × NUT)
⇒ E × (1 − R × exp(−(1 − R ) × NUT) = 1 − exp(−(1 − R ) × NUT)
⇒ exp(−(1 − R ) × NUT) × (1 − E × R ) = 1 − E
1− E
⇒ exp(−(1 − R ) × NUT) =
1− E× R
1− E
⇒ −(1 − R ) × NUT = Ln( )
1− E× R
1 1− E 1 1− E× R
⇒ NUT = − × Ln( )= × Ln( )
1− R 1− E× R 1− R 1− E
 Pour un échangeur à co- courant :

× [1 − exp(−(1 + R ) × NUT)]
1
E=
1+ R
⇒ E × (1 + R ) = 1 − exp(−(1 + R ) × NUT)
⇒ exp(−(1 + R ) × NUT) = 1 − E × (1 + R )
⇒ (−(1 + R ) × NUT) = Ln(1 − E × (1 + R ))
1
⇒ NUT = − × Ln(1 − E × (1 + R ))
1+ R

Pour les autres configurations d'échangeurs, les calculs seront plus compliqués.
On peut utiliser les abaques suivantes qui permettent de déterminer NUT en fonction
de E et R ou bien l'inverse càd déterminer E à partir de NUT et R.
Cours échangeurs thermiques
Cours échangeurs thermiques

Chapitre 3: Echangeurs avec changements de phases


I. Introduction
Echangeur à changement de phase est un appareil où l'un des fluides subit un changement de
phase, soit que l'on ait besoin de produire de la vapeur ou du liquide, soit que l'on veuille
accroître les transferts en utilisant la chaleur latente de changement d'état
L V
Evaporation
FF

V L
Condenseur
FC

II. Distribution des températures dans un échangeur à changement


des phases
II.1. Condenseur
Lorsque le fluide chaud reste à une température constante, il se condense en cédant de la
chaleur à un fluide de refroidissement.
 L'équation du bilan thermique s'écrit sous la forme suivante:

Cf (tfs – tfe) = mC*L


LcV (TC) = Ø
 LLcV est la chaleur latente de condensation (en J/kg) du fluide chaud à la
température constante TC;
 Cf: Débit calorifique du fluide froid.
Tc Le fluide froid
TC
tfs commande le transfert
Cmin= Cf

tfe
E = Ø/Ømax = tfs- tfe / Tc- tfe
et Ø = K S DTLM
l=L
Condenseur
II.2. Evaporateur
Lorsque le fluide froid reste à une température constante, il est vaporisé par la chaleur extraite
du fluide chaud.
Cours échangeurs thermiques

 L'équation du bilan thermique s'écrit sous la forme suivante:

Cc* (Tce – Tcf) = mf*LV(tf) = Ø


 LV est la chaleur latente de vaporisation
condensation (en J/kg) du fluide froid à la température
constante tf;
 Cc: Débit calorifique du fluide chaud.

Tce
TCe
Le fluide chaud
Tc commande le transfert
Tcs Cmin= Cc
tf
tf E = Ø/Ømax = Tce- Tcs / Tce- tf
l=L et Ø = K S DTLM

PourApplication 1: avec changement de phase:


les échangeurs

L'essai d'un condensateur à contre-courant vapeur d'eau – eau a donné les profils de température
suivants : NUT = ln (1/ 1-E) ou E = 1 - exp(-NUT)
Températures

Dans les abaques donnant E=f(NUT), on prendra la cas particulier où R= 0


120
Application: 90
Un évaporateur frigorifique produit du froid à la température constante de -15°C. Un mélange
60
d'eau glycolée(Cp=3500J/kg K) entre dans cet échangeur avec un débit de 3 kg/s à 8°C. La
30
surface d'échange est de 12 m2 et U= 750 W/m2 K
on demande : - l'efficacité
0 de cet échangeur
100 200
- la température de sortie de l'eau glycolée
Longueur
 Calculer les pertes thermiques en%
- la production frigorifique
Données
- le débit de la vapeur produite sachant que Lv = 240 kJ/kg à -15°C
 Débit de vapeur : 2,5 kg/s LV = 2540 kJ/kg CP = 1,98 kJ/kg
 Débit de l'eau : 20 kg/s Cp eau = 1kcal/kg°C

Réponse:
Cours échangeurs thermiques

Q f = m f × Cpf × (t fs − t fe )
= 20 × 480 × (80 − 20) = 5016 kW
Q c = Q sL + Q L + Q SV
= 2.5 × 4180 × (100 − 80) + 2.5 × 2540 ×103 + 2.5 ×1.981×103 × (120 − 100)
= 6867 kW
Q SL = Q c + Q f
= 6867 − 5016 = 1891 kW

1851
%Pertes = ×100 = 26.95 %
6867
Cours échangeurs thermiques

Chapitre 4: Dimensionnement par la méthodologie de Kern

La méthodologie de Kern est un algorithme qui comporte différentes étapes successives,


c'est la méthode la plus utilisée vue sa simplicité et la rapidité de sa mise en œuvre, elle
consiste à tester la perte de charge côté tube, ainsi que la perte de charge côté calandre et
d'examiner la convenabilité thermique de l'échangeur.

I. Différentes étapes de calculs


I.1. Collecte des données
 On commence par fixer les débits des fluides et leurs températures, ainsi que les pertes
de charge admissibles maximales et les résistances aux encrassements permises.
 On détermine les températures calorifiques et les caractéristiques des fluides.
 On définit le sens de circulation des fluides et on calcule le débit de chaleur que
l'appareil doit échanger.
I.2. Estimation du coefficient global d'échange
En utilisant les abaques, on repère le fluide côté tube en abscisse et l'autre en ordonnée, puis
on projette sur l'axe diagonal qui nous permet d'estimer le coefficient global d'échange (Uest)
Cours échangeurs thermiques

Figure 4.1: Abaque d'estimation des coefficients globaux d'échanges


I.3. Calcul de la quantité de chaleur échangée Q
La quantité de la chaleur échangée est déterminée par ces trois équations, qui sont:
Q = DC × Cp C × ∆TC = DC × Cp C × (T1 − T2 )
= Df × Cp f × ∆Tf = Df × Cp f × (t 2 − t1 )
I.4. Détermination de la température moyenne logarithmique (∆Tml)
La différence de température en moyenne logarithmique vaut :
(T1 − t 2 ) − (T2 − t1 )
∆Tml =
T −t
Ln( 1 2 )
T2 − t1

II. Calcul des paramètres côté tubes


II.1. Détermination de la surface estimée ( S0)
La quantité de chaleur échangée vaut: Q = U0*S0*∆Tml
Q
⇒ S0 =
U S × ∆Tml

II.2. Calcul de nombre de tubes (nt)


On choisit le nombre de passe côté tube np= nt/nt/p=1, c'est-à-dire un passe par tube.
Et le nombre des tubes est calculé ainsi: nt= S0/St=S0/(π*de*Lt)
II.3. Calcul de la vitesse et des nombres adimensionnels
La vitesse d'écoulement se calcule par la formule suivante:
• •
m m
Vt = =
ρf × S 0 × n t d
2
ρf × π × i × n t
4

 Le nombre de Reynolds est calculé par cette relation, qui permet de déterminer le type
de régime: Re = ρ f × Vt × d i
µf

µ f × Cp f
 Mais le nombre de Prandtl est calculé par la formule: Pr =
λf
 Pour un régime turbulent, on utilise l'équation de Bittus- Boettler:
Nu = C × Re 0.8 × Pr1/ 3 × (µ / µ p ) 0.14
Avec C la constante dépendant de la nature de fluides:
 C=0.021 pour les gaz;
Cours échangeurs thermiques

 C=0.023 pour des fluides non visqueux;


 C=0.027 Pour des fluides visqueux.
II.4. Calcul de coefficient d'échange (hi)
Le cœfficient d'échange est calculé en utilisant le nombre de Nusselt:
Nu × λ f
hi =
di
 di: Le diamètre interne des tubes;
 λf: La conductivité du fluide côté tubes.

II.5. Calcul de la perte de charge (∆Pt)


Cette perte de charge hydraulique, représente une puissance additionnelle que la pompe
devrait convaincre pour déplacer le fluide à travers l'échangeur:
 Lt µ  ρ × Vt 2
∆Pt = n p × 8 × jf × × ( f ) − 0.14 + 2.5 × ( f )
 di µ p  2

Avec jf le facteur de frottement côté tubes, qu'on peut le déterminer à partir de l'abaque
suivante:
Cours échangeurs thermiques

III. Calcul des paramètres côté calandre


III.1. Calcul de diamètre interne (Dic)
Pour calculer le diamètre interne de la calandre, il fallait déterminer le diamètre de
faisceau tubulaire (Dp) et celui inter faisceau (De).
Dic= DP+ De ,

Figure 4.3 : Diamètre inter faisceau tubulaire en fonction de diamètre de faisceau pour
quatre types d'échangeurs

 On peut choisit un pas triangulaire ou carré pour les fluides côté tubes, selon que ces
fluides sont corrosifs, entartrants ou non.
N t 1/ n1
On calculera Dp ainsi: Dp = de × ( )
k1
 de: Diamètre externe des tubes;
 Dp: Diamètre de faisceau tubulaire;
Cours échangeurs thermiques

 Nt: nombre total des tubes.


 k1 et n1 : Deux constantes qui sont fonction de l'arrangement des tubes (carré
ou triangulaire) et du nombre de passes côté tubes.
Pour un pas triangulaire (pas=1.25*de):
Nombres des
1 2 4 6 8
passes

k1 0.319 0.249 0.175 0.0743 0.0365

n1 2.149 2.207 2.235 2.459 2.675

Pour un pas carré (pas=1.25*de)


Nombres des
1 2 4 6 8
passes
k1 0.215 0.156 0.118 0.0402 0.0331

n1 2.207 2.291 2.263 2.617 2.643

III.2. Calcul du diamètre équivalent hydraulique (deq,h)


Pour un arrangement triangulaire on calcule le diamètre équivalent par cette relation:
(p t / 2 × 0.87 × p t − 1 / 2 × π × de 2 / 4
d eq ,h = 4× Avec : Pt = 1.25*de
π × de / 2
Par contre pour un arrangement carré, le diamètre équivalent hydraulique est calculé par:
 2 d 
2
4 × p t − π × e 
d eq ,h =  4 
π × de

III.3. Détermination de l'espacement de chicane (Lc)


La détermination de l'espacement entre chicanes se fait moyennant la relation
Lt
= nc + 1,
Lc
 nc : Nombre de chicane;
 Lc: L'espacement entre chicanes;
 Lt: Longueur de l'échangeur.
On peut par la suite calculer la perte de charge qui devrait être inférieure à celle admissible.
Cours échangeurs thermiques

D icc L t µ  V
2

∆PC = 8 × jf × × × ( ) −0.14 ×  ρ × c 

d eq ,h L c µp  2 

 jf: Facteur de friction déterminé à partir des abaques, dépend de nombre


Reynolds;
 Dicc: Diamètre interne corrigé de la calandre;
 deq,h: Diamètre équivalent hydraulique;
 Lc: Espacement entre chicanes;
 Lt: Longueur de l'échangeur;
 Vc: La vitesse d'écoulement dans la chicane.

Figure 4.4: Facteur de frottement jf en fonction de nombre de Reynolds

 On commence tout d'abord par le calcul de la section passante:


(p t − de) × Dicc × L c
As =
pt

 Puis on passe au calcul de la vitesse dans la calandre par :
Cours échangeurs thermiques

M
VC =
ρC × A S
ρ C × VC × d eq ,h
 Ensuite on détermine le nombre de Reynolds : Re =
µC

µ − 0.14  Vc 
2
Dicc Lt
 Pour finir par la perte des charges : ∆PC = 8 × j f × × ×( ) ×ρ × 
d eq , h Lc µ p 
 2 
III.4. Calcul de Prandlt (Pr)
Le nombre adimensionnel de Prandtl est déterminé par la même relation utilisée côté tubes:
Cp ch × λ ch
Pr =
µ ch

III.5. Calcul de coefficient d'échange (he)


Le coefficient d’échange est calculé moyennant les nombres sans dimensions Re, Pr et Nu
par la relation :
λ ch × Re× jh × Pr1/ 3
he = ;
d eq ,h

Le facteur jh est déterminé selon le régime de l'écoulement par cet abaque:


Cours échangeurs thermiques

Figure 4.5 : Le facteur de transfert de chaleur jh en fonction de Re

IV. Convergence thermique


IV.1. Calcul de coeffitient d'échange propre (Up)
Ce coefficient peut être calculer par rapport à la surface externe de tubes ou celle interne:
Se = Π*de*Lt et Si=Π*di*Lt
1 1 d d d 1
= × e + e × Ln( e ) + par rapport à la surface externe
U P hi di 2 × λ di he
1 1 d d d 1 d
= × e + i × Ln( e ) + × i par rapport à la surface inerne
U P he di 2 × λ di hi de

IV.2. Test de convenabilité thermique


Après avoir calculer les coefficients d'échange hi et he ,il convient de s'assurer que
l'échangeur permet de transférer la quantité de chaleur Q, pour cela on compare
1/Uest – 1/Up avec la résistance à l'encrassement:
1 1
 Si − << Rs L'échangeur est sous dimensionné, on reprend de l'étape
U est U p

d'estimation du coefficient global d'échange, en prenant une valeur plus faible pour
Uest , ce qui revient à augmenter la surface d'échange;
1 1
 Si − >> Rs L'échangeur est sur dimensionné, on reprend de l'étape
U est U p

d'estimation du coefficient global d'échange, en prenant une valeur plus élevée pour
Uest , ce qui revient à choisir une surface d'échange plus faible;
1 1
 Si − ≈ Rs L'échangeur est thermiquement convenable (on tolère une
U est U p

différence de 10% à15% entre des deux termes.


Cours échangeurs thermiques

IV. Algorithme du calcul suivant la méthode de Kern


Estimation de coefficient
global d’échange Uest

Calcul de la surface d’échange prévisionnelle


Q
S0 =
F × Uest × DTLM

Calcul de nombre de tubes


S S0 S0
nt = 0 = ou n t =
Stube π× d e × L t π× d i × L t

Calcul du diamètre internede la calandre Dic = Dp + De


1
 N t  n1
Dp = de ×  
 K1 
(Le De est déterminé à partir de l’abaque en fonction du type de
l’échangeur)

Calcul de la section passante


(Pt − de) × Dic × Lc
As =
Pt

• Test de pertes
M G
Calcul de la vitesse coté calandre: G = & V C=
de charges
A s ρ

Pt 2 ρ × VC × d eq ,h
Calcul du nombre deq et Re: d eq ,H = 3.48 × − d et Re =
π × de µ

C ×µ
Déduire jf d’après Re (Abaques), puis on calcule Prandtl P = r
λ
Cours échangeurs thermiques

1/ 3

λ× jh × Re× Pr
Calcul de coefficient d’échange coté calandre he : h e =
d eq, h


Vitesse de fluides côté tubes : vt =
m
di 2
ρ×π× × Nt
4

ρ ×vt ×di c ×µ
Calcul de Re et Pr coté tubes: Re= & P = rP
µ λ

hi × di
Calcul de coefficient d’échange coté tube hi: Nu =
λ
µ
1
Nu = C × Re 0.8 × Pr 3 × ( ) 0.14 Avec C dépend de régimes d’écoulements
µ paroi

Calcul de deux pertes de charges coté tubes et coté calandre


 µ
−0.14
 ρ×Vt 2 
∆Pt =nP×8× jF× Lt ×  +2.5×
2 
di  µP 
&
  
−0.14
 Dic   Lt   µ   ρ × Vc 2 
∆PC = 8 × jF ×  × ×  ×  
 d eq , H   Lc   µ P   2 

Calcul de coefficient d'échange propre


1 1  de  de   1
de
= × + × Ln   + par rapport à la surface externe
U P hi  di  2 × λ  di  he
1 1 d  d d  1
= ×  i  + i × Ln  e  + par rapport à la surface int erne
U P he  de  2 × λ  di  hi

1 1
Test de convenabilité thermique − ≈ Foi + Foe
Uest Up
à 15% d’erreur

Vous aimerez peut-être aussi