Vous êtes sur la page 1sur 3

a) Il nous a faits

b) Il nous a donné la vie éternelle

« Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que
quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. »
Jean 3 : 16

La deuxième raison tout aussi primordiale pour laquelle nous devons


aimer Dieu c’est qu’il nous a donné la vie éternelle, raison qu’on
partagera en deux points.
 L’œuvre accomplie de la croix 
Bien que nous reconnaissions dans chaque œuvre de Dieu la perfection,
il ne serait pas exagéré de mettre l’accent sur la perfection parfaite de
l’œuvre de la croix.
Christ est mort sur la croix, tout le monde le sait et ne peut le contredire,
car c’est une vérité. Et pourtant, force est de constater que cette vérité
est rejetée, minimisée, ramenée à quelque chose de banale.
Grâce soit rendue à Dieu car il fait miséricorde à ceux qui l’aiment et le
craignent de saisir le mystère cachée derrière cette vérité selon sa
parole (1Corinthiens 2 : 9-10)
Il est ici important de revenir sur l’œuvre que le Christ a accompli pour
nous car le combat mener par Christ, le Fils de Dieu, le Messi depuis
Gethsémané jusqu’à la Croix est d’une atrocité telle qu’on ne pourrait
l’imaginer. Essayons juste de visualiser dans notre esprit ce moment de
grandes angoisses quand il fit à ses disciples : « mon âme est triste
jusqu’à la mort » ou encore quand il disait dans sa prière : « mon Père
s’il est possible que cette coupe s’éloigne de moi ! » ; Savons-nous
seulement ce que cette coupe pouvais valoir ? La coupe de nos
châtiments, de nos meurtrissures, la coupe de malédictions. Oui, il a pris
sur lui toutes les punitions qui nous revenaient de droit afin de nous
réconcilier avec le père, rétablissant cette relation qui avait été brisée
dans le jardin d’Eden, nous redonnant la gloire que nous a arraché le
malin.
Sur la croix il fut au-devant de Dieu un maudit, voleur, criminel, pécheur
et non le Fils bien-aimé car, dans sa sainteté, Dieu a prononcé contre lui
notre jugement c’est-à-dire Coupable.
Sans nul doute, notre âme pourrait se saisir de ces informations et
soulever en nous des troubles et sentiments qui nous conduiraient à
adorer le Christ et lui rendre gloire momentanément, mais tel n’est pas le
but recherché.
Où est notre esprit ? Conçoit-il l’œuvre accompli de la croix ?
Derrière toutes les souffrances que subit le Christ sur la croix, il y a un
mystère plus grand, son œuvre accomplie nous a arraché du royaume
des ténèbres, du joug de la servitude, de l’humiliation continuelle, pour
son royaume de lumière (Colossiens 1 : 13 ) ; pour un joug doux et léger,
un repos pour nos âmes (Matthieu 11 : 29-30 ). Son amour, essence
même de cette grandiose œuvre parfaite, cet amour infini, sans fin, sans
condition, est une raison plus que suffisante pour nous de l’aimer de tout
notre cœur, de toute notre âme, et de toute notre force comme il le
demande dans sa parole (Deutéronomes 6 : 5 ).
En réalité, la seule chose que Dieu attend de nous est que nous
l’aimions, en acceptant le Christ comme Seigneur et Sauveur nous
marquons le premier pas de cet amour qui surmonte temps et espace.
Et si ce pas vous ne l’avez pas encore marquez, il est encore temps de
le faire, ouvrez lui votre cœur et dites Lui tout simplement : me voici prêt
à t’accepter et à t’aimer comme Sauveur et Seigneur ; c’est ce qu’il
attend de chaque âme quelle qu’elle soit.
 La vie éternelle
« Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et
celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. » Jean 17 : 3
Nous avons pour la plupart tendance à penser que la vie éternelle c’est
de gagner le paradis après la mort physique. Et pourtant, plus que cela
la vie éternelle commence ici-bas, Dieu dans son amour nous fait grâce
de le connaître nous qui ne sommes rien. Comme dit plus haut, l’œuvre
accomplit de la croix rétablit la communion entre nous et le Père, ce que
Dieu nous a accordé ici n’est pas une vague connaissance de lui, il nous
fait privilège de communier avec lui dans une parfaite harmonie.
Lorsque nous rencontrons une autorité et que cette dernière nous convie
à partager ne serait-ce qu’un moment ensemble, on se sent honoré c’est
tout à fait normal et il est dans ce cas-là rare d’oublier la personne ou le
moment passé en sa compagnie. Si la compagnie ou l’intimité avec une
autorité donnée peut nous marquer ainsi et nous être d’une grande
importance, combien grand serait le privilège que nous accorde Dieu de
pouvoir le connaître en profondeur ? Simplement parce qu’il nous aime,
il nous fait cette grâce.

Vous aimerez peut-être aussi