Vous êtes sur la page 1sur 27

Filière : Technologies Agro-alimentaires (TAA)

1ère année
Semestre de Printemps (S2)
Module: Physique Appliquée
Elément : Transfert de Chaleur

Année Universitaire 2019/2020


Table des matières
Partie III : Transfert de Chaleur .................................................................................................. 1

III.1. Généralités sur les transferts de chaleur .............................................................................. 1


III.2. Transfert de chaleur par conduction .................................................................................... 2
III.2.1. Description de la conduction ........................................................................................ 2
III.2.2. Flux de chaleur ............................................................................................................. 3
III.2.3. Analogie avec la mécanique des fluides ...................................................................... 3
III.2.4. Analogie avec l’électricité ............................................................................................ 3
III.2.5. Gradient de température ............................................................................................... 3
III.2.6. Echelle de température ................................................................................................. 4
III.3. Densité de flux de chaleur ................................................................................................... 4
III.4. Formulation d’un problème de transfert de chaleur ............................................................ 4
III.4.1. Bilan d’énergie : ........................................................................................................... 4
III.4.2. Expressions des flux d’énergie ..................................................................................... 5
III.4.2.1. Flux de chaleur transmis par conduction............................................................... 5
III.4.2.2. Flux de chaleur stocké ........................................................................................... 7
III.4.2.3. Flux d’énergie thermique générée ......................................................................... 7
III.5. Transfert de chaleur par conduction en régime permanent ................................................. 7
III.5.1. Equation de la chaleur : ................................................................................................ 8
III.5.2. Transfert unidirectionnel .............................................................................................. 9
III.5.3. Notion de la résistance thermique .............................................................................. 10
III.6. Transfert de chaleur par conduction en régime variable ................................................... 11
III.7. Transfert de chaleur par rayonnement ............................................................................... 11
III.7.1. Introduction ................................................................................................................ 11
III.7.2. Historique ................................................................................................................... 11
III.7.3. Généralité sur le transfert thermique par rayonnement .............................................. 12
III.7.3.1. Structure du rayonnement ................................................................................... 12
III.7.3.2. La transition électronique .................................................................................... 13
III.7.3.3. Vitesse de propagation des ondes électromagnétiques........................................ 13
III.7.3.4. Longueur d’onde ................................................................................................. 13
III.7.3.5. Contact d’un rayonnement avec un corps ........................................................... 14
III.7.3.6. Le Soleil .............................................................................................................. 14

i
III.7.3.7. Rayonnement solaire ........................................................................................... 15
III.7.3.8. Aspects technologiques du rayonnement solaire ................................................ 15
III.8. Transfert de chaleur par convection .................................................................................. 15
III.8.1. Introduction ................................................................................................................ 15
III.8.2. Les types de convection ............................................................................................. 16
III.8.2.1. La convection naturelle ....................................................................................... 16
III.8.2.2. La convection forcée ........................................................................................... 17
III.8.3. Loi de newton pour la convection : ............................................................................ 17
III.9. Isolation thermique ............................................................................................................ 18
III.9.1. Isolement d’un bâtiment ............................................................................................. 18
III.10. Introduction aux échangeurs de chaleur .......................................................................... 20
III.10.1. Dimensionnement d’un échangeur ........................................................................... 20
III.10.2. Fonctionnalités d’un échangeur de chaleur .............................................................. 21
III.10.3. Modes de fonctionnement d’un échangeur thermique ............................................. 21
III.10.4. Expression du flux de chaleur échangé .................................................................... 22
III.10.5. Notion de l’efficacité d’un échangeur ...................................................................... 22
III.10.6. Signification du rendement : .................................................................................... 23
III.10.7. Nombre d’unité de transfert (NUT) : ....................................................................... 23

ii
Partie III : Transfert de Chaleur

iii
Partie III : Transfert de Chaleur

Partie III : Transfert de Chaleur


L’énergie correspond à un transfert ou échange par interaction d’un système avec son
environnement, ce qui veut dire que ce système subira une transformation. On distingue
habituellement deux types d’énergie : le premier est le travail noté W qui peut prendre diverses
formes selon l’origine physique du transfert mis en jeu (électrique, magnétique et mécanique…),
le deuxième est la chaleur notée Q.

Dans cette partie concernant les transferts énergétiques, on traitera les transferts de chaleur
autrement dit transferts thermiques d’un point de vue macroscopique. On essaiera de répondre à
ces trois questions :

1. Qu’est-ce qu’un transfert de chaleur ?


2. Comment la chaleur est-elle transférée ?
3. Pourquoi est-ce important de l’étudier ?
Les réponses à ces trois questions nous permettrons de comprendre les mécanismes physiques
mis en jeu dans les transferts de chaleur et de mettre en évidence l’importance de ces mécanismes
dans les secteurs industriels, environnementaux et économiques.

III.1. Généralités sur les transferts de chaleur

Il est difficile de trouver une activité humaine où n’intervient pas un échange de chaleur, le
transfert de chaleur est un des modes les plus communs d’échange d’énergie.
Lorsqu'il existe une différence de température entre deux points d'un système, ou lorsque deux
systèmes à des températures différentes sont mis en contact, on constate une tendance à équilibrer
les températures. On dit qu'il y’a un transfert de chaleur. L’inégalité de température joue le rôle
de différence de potentiel pour l'échange de chaleur.
Le transfert de chaleur obéit aux principes fondamentaux de la thermodynamique, mais les
problèmes de transferts thermiques se ramènent généralement aux principes suivants :
- Rechercher la manière la plus efficace pour transmettre une quantité précise de chaleur
entre deux systèmes.
- Réduire au minimum les pertes de chaleur à travers une surface.

1
Partie III : Transfert de Chaleur

La résolution de ces problèmes est souvent complexe car le transfert de chaleur peut résulter de
trois mécanismes de propagation obéissant à des lois bien différentes et mis en jeu simultanément
dans certains cas les notions de la conduction, la convection et le rayonnement.

III.2. Transfert de chaleur par conduction

La conduction est le mode de transfert de la chaleur existant dans un milieu donné sans avoirun
déplacement apparent de matière. C’est ce qui se passe en particulier dans un milieu solide
homogène opaque, mais qui peut avoir lieu aussi dans les fluides immobiles, c’est à dire la
transmission de chaleur d’une région à haute température vers une autre à basse température. La
conduction ne peut se produire que s’il existe des écarts de températures ; c’est à dire si le
gradient de température n’est pas nul (Pour que ce gradient de température existe, il faut une
action externe du système pour pouvoir maintenir des conditions de températures données aux
limites des systèmes).

III.2.1. Description de la conduction


La conduction correspond au transfert de chaleur direct entre des matières en contact. Toute
matière est composée d’atomes (qui font éventuellement partie desmolécules) qui ne sont pas
généralement immobiles : ils vibrent ainsi peuvent transmettre de la chaleur de proche en proche
aux atomes voisins, ce phénomène correspond à un transfert de chaleur par conduction. La
chaleur est ainsi transmise des particules les plus agitées (celles qui ont donc la température la
plus élevée) vers les particules les moins agitées (cellesayant la température la plus faible).

Figure 1 : Représentation schématique du transfert thermique par la conduction

2
Partie III : Transfert de Chaleur

Figure 2: Sens du flux de chaleur pour la conduction

III.2.2. Flux de chaleur


On appelle flux de chaleur à travers une surface, la quantité de chaleur qui traverse cette surface
par unité de temps. Le flux de chaleur est un scalaire représentant le débit de chaleur à travers la
surface. Le symbole du flux est  , et l’ unité dans le système international est le watt (W).

III.2.3. Analogie avec la mécanique des fluides


3
Un débit de fluide est un flux de matière [ m ] : Pour obtenir un débit de fluide il faut avoir une
S
force motrice qui peut être une différence de pression ou d’énergie potentielle.

III.2.4. Analogie avec l’électricité


Un débit de courant est un flux d’électrons [ C ] : Pour obtenir un débit de courant, il faut avoir
S
une force motrice ou une différence de potentielle électrique.

Un débit de chaleur est un flux de chaleur [ J ] : Pour obtenir un débit de chaleur, il faut avoir
S
une force motrice et une différence de température.

III.2.5. Gradient de température


Le gradient de température représente la variation de température par unité de longueur est
maximale le long de la normale à la surface isotherme. C’est le vecteur qui caractérise en un
point donné la variation de la fonction température, ce vecteur est normal à la surface isotherme
passant par ce point. La température varie dans en fonction de l'endroit où on la mesure, c’est dire
que lorsqu'on se déplace du point M d’une quantité infinitésimale :

3
Partie III : Transfert de Chaleur

M  dM  T ( M  dM )  T ( M )  dT , dans ce cas la variation totale de température est égale


au produit scalaire :

T
dx
 
 X
dM  dy et   T
dT  gradT .dM Avec gradT
dz Y
T
Z

III.2.6. Echelle de température


Une échelle de température est utilisée comme référence permettant de repérer quantitativement
la température d'un corps (qui peut être solide, liquide ou gazeux).Parmi les échelles de
température les plus communes, on trouve les échelles Celsius (°C), Fahrenheit (°F) et Kelvin
(K).
Règles de conversion :

Fahrenheit et Celsius : T   F   32  T  C  . 9 , T  C   T   F   32   5


5 9
Kelvin et Celsius : T  K   T  C   273,15 , T  C   T  K   273,15

III.3. Densité de flux de chaleur

On appelle densité de flux de chaleur (s’exprimant en W )en un point d'une surface, le flux de
m2
chaleur ramené à l'unité d'aire qui s'écoule à travers un élément différentiel de surface (S) située
autour de ce point. La densité de flux est un vecteur qui caractérise la vitesse d'écoulement de la
chaleur en un point particulier (c'est un vecteur perpendiculaire à la surface).

1 dQ

S dt

III.4. Formulation d’un problème de transfert de chaleur

III.4.1. Bilan d’énergie :


Il faut tout d’abord définir un système (S) par ses limites dans l’espace et il faut ensuite établir
l’inventaire des différents flux de chaleur qui influent sur l’état du système et qui peuvent être :

4
Partie III : Transfert de Chaleur

Figure 3: Système et bilan énergétique

Avec :

: Flux de chaleur entrant

: Flux de chaleur stocké

: Flux de chaleur généré

: Flux de chaleur sortant

En appliquant le premier principe de la thermodynamique pour établir le bilan d’énergie du


système (S) :

+ = +

III.4.2. Expressions des flux d’énergie


III.4.2.1. Flux de chaleur transmis par conduction
La théorie de la conduction repose sur la loi de Fourier qui est une loi macroscopique et qui
stipule que la densité du flux est proportionnelle au gradient de température :

=− ∙ ∙

Avec :

ϕ : Flux de chaleur transmis par conduction en ( )

λ : Conductivité thermique du milieu ( ∙ ∙° )

5
Partie III : Transfert de Chaleur

x : Variable d’espace dans la direction du flux ( )

S : Aire de la section de passage du flux de chaleur ( )

> =− ∙ ∙

x
Figure 4: Schéma du transfert conductif de chaleur

Dans le tableau ci-dessous, on trouve les conductivités thermiques de certains matériaux :

Tableau 1 : Conductivité thermique de certains matériaux

Matériau Conductivité thermique ( ∙ ∙° )


Argent 419
Cuivre 386
Aluminium 204
Acier doux 45
Acier Inox 15
Glace 1,88
Béton 1,4
Brique terre cuite 1,1
Verre 1
Eau 0,60
Plâtre 0,48
Amiante 0,16
Bois 0,12-0,23
Liège 0,044-0,049
Laine de roche 0,038-0,041
Air 0,026
Polystyrène expansé 0,036-0,047
Polystyrène extrudé 0,028
Laine de verre 0,035-0,051

6
Partie III : Transfert de Chaleur

III.4.2.2. Flux de chaleur stocké


Le stockage d’énergie dans un corps correspondant à une augmentation de son énergie interne au
cours du temps à pression constante et en l’absence de changement d’état :

= ∙ ∙ ∙

Avec
: Flux de chaleur stocké ( )
ρ : Masse volumique ( ∙ )
V : Volume ( )
c : Chaleur spécifique ( ∙ ∙° )
T : Température ( ° )
t : Temps (s)
Remarque :
Le produit ∙ ∙ est appelé la capacitance thermique du corps.
III.4.2.3. Flux d’énergie thermique générée
Elle intervient lorsqu’une autre forme d’énergie (chimique, électrique, mécanique, nucléaire…)
est convertie en énergie thermique. On peut l’écrire sous la forme :

= ̇∙

Avec
Est le flux d’énergie thermique générée ( )

̇ Est la densité volumique d’énergie générée ( ∙ )


V est le volume ( )

III.5. Transfert de chaleur par conduction en régime permanent

Une notion très importante en transfert thermique est celle de la nature du régime qui peut être
permanent ou transitoire. De ce fait les transferts thermiques par conduction dépendent fortement
de la nature du régime mis en jeu. L'étude de la conduction en régime stationnaire se fait quand la
température n'est fonction que des variables d'espace.

7
Partie III : Transfert de Chaleur

III.5.1. Equation de la chaleur :


On considère un système d’épaisseur dx dans la direction x et de section d’aire S normalement à
la direction Ox :

L ≫

0 +

Figure 5: Bilan thermique sur un système élémentaire

Le bilan d’énergie sur ce système s’écrit :


+ = +

Avec

=− ∙ ∙ Et =− ∙ ∙

Et

= ∙ ∙ ∙ Et = ∙

D’où
= ∙ ∙ ∙ ∙

Et
= ̇∙ Et = ∙

D’où
= ̇∙ ∙

En reportant dans le bilan d’énergie et en divisant par dx, nous aurons :

8
Partie III : Transfert de Chaleur

− ∙ ∙ + ̇∙ ∙ − ∙ ∙ + ∙ ∙ ∙ ∙
=

Donc
∙ ∙ − ∙ ∙ ∙ ∙ ∙ ∙ − ̇∙ ∙
=

D’où

∙ + ̇ = ∙ ∙

C’est l’équation de la chaleur sous sa forme monodimensionnelle.


Et sa forme tridimensionnelle est la suivante :

∙ + ∙ + ∙ + ̇ = ∙ ∙

III.5.2. Transfert unidirectionnel


Dans le cas d’un transfert de chaleur unidirectionnel, il n’y a pas de génération ni de stockage
d’énergie.On considèrera un mur simple d’épaisseur e, de conductivité thermique λ et de deux
faces extrêmes à des températures et .

0 x x+dx e

Figure 6:Bilan thermique élémentaire sur un mur simple

9
Partie III : Transfert de Chaleur

En effectuant un bilan thermique sur le système (S) constitué par la tranche de mur comprise
entre les abscisses x et x+dx :

=
D’où
− ∙ ∙ =− ∙ ∙

Donc
= = ( )= +

Avec A et B des constantes qui dépendent des conditions aux limites :


( = 0) = ( = )=
En remplaçant :

= = + = +
D’où

=

Donc

( )= +

Le profil de la température est donc linéaire


Le flux de chaleur est :
− −
=− ∙ ∙ =− ∙ ∙ = ∙ ∙

La densité du flux est d’expression suivante :


= ∙

III.5.3. Notion de la résistance thermique


Comme en électricité, la résistance est le rapport d’une différence de potentiel donc ici de
température et d’un débit d’énergie donc ici le flux ϕ :

10
Partie III : Transfert de Chaleur


= ∙ ∙


= → =
∙ ∙
La résistance thermique de conduction s’exprime en fonction du flux de chaleur entre deux
surfaces isothermes et les températures propres à ces surfaces.

Elle s’exprime en / .

Remarque :
 La notion de résistance thermique n’est valable qu’en régime permanent, le régime
transitoire faisant appel à la notion plus complexe de quadripôle thermique.
 On peut trouver la notion de la résistance thermique surfacique exprimée en ∙ /

III.6. Transfert de chaleur par conduction en régime variable

Après avoir introduit le transfert de chaleur par conduction en régime stationnaire, on s'intéresse
maintenant au régime transitoire pour lequel on distinguera deux types de problèmes :
- Problèmes pour lesquels la température est uniquement une fonction du temps.
- Problèmes pour lesquels la température dépend du temps et des variables d'espace.

III.7. Transfert de chaleur par rayonnement

III.7.1. Introduction
Le rayonnement thermique est un phénomène se caractérisant par un échange d’énergie
électromagnétique, sans nécessairement que le milieu intermédiaire ne participe à cet échange.
Par exemple, le rayonnement solaire est capable d’échauffer la terre bien que le milieu traversé
soit à une température plus basse que la terre.
III.7.2. Historique
1668-Newton : Mise en évidence du spectre solaire.
1681-Mariotte, Du Fay et Pictet : Expériences sur la propagation du rayonnement.
1800-Herschell : Mise en évidence des propriétés calorifiques du rayonnement infrarouge.

11
Partie III : Transfert de Chaleur

1879-Stefan : Découverte de l’énergie totale émise par un élément de surface est proportionnelle
à la quatrième puissance de sa température.
1895-Rayleight et Wien : Etablissement des formules empiriques donnant la répartition de
l’énergie en fonction de la longueur d’onde et de la température.
1895-Kirchhoff : Etablissement de la loi liant la puissance émise par un corps dans une longueur
d’onde particulière et l’absorption de ce corps pour la même longueur d’onde.
1900-Planck : Introduction la notion de corpuscules et ouvre la voie de la synthèse en établissant
la loi liant la puissance émise par un corps, la longueur d’onde du rayonnement émis et la
température.

Figure 7 :Sens du flux de chaleur par rayonnement

III.7.3. Généralité sur le transfert thermique par rayonnement


III.7.3.1. Structure du rayonnement
Les mécanismes de transfert de chaleur dépendent fortement de la température, pour la
conduction et convection, cette dépendance met en jeu principalement les différences de
températures par contre pas tellement le niveau de température. Pour le rayonnement l'importance
des échanges thermiques est fortement liée au niveau de la température (suivant ce niveau la
qualité du rayonnement fortement en dépendre). Le rayonnement est un mode d’échange
d’énergie par émission et absorption de radiations électromagnétiques. L’échange thermique dans
ce mode se fait suivant différents processus :
Emission : Il y’a conversion de l’énergie fournie à la source en énergie électromagnétique.
Transmission : La transmission de cette énergie électromagnétique se fait par propagation des
ondes (on peut avoir éventuellement une absorption par le milieu traversé).
Réception :il y’a conversion du rayonnement électromagnétique incident en énergie thermique
(par l’absorption).

12
Partie III : Transfert de Chaleur

III.7.3.2. La transition électronique


Le rayonnement se produit lors d’une transition électronique entre deux états d’énergie d’une
molécule ou d’un atome.

Figure 8: Principe d’émission d’un photon

Le déplacement d’un atome entre deux niveaux permet d’avoir un photon (l’énergie produite), ce
principe d’émission du photon se base sur trois étapes:
1ère étape : L'atome absorbe de l'énergie, par exemple de la lumière (photon).
2ème étape : L'absorption d'un photon suffisamment énergétique fait monter l'électron sur un
niveau d'énergie supérieur : l’atome est alors dans un état excité instable.
3ème étape : L’état excité étant instable, l’électron va retourner à sa couche électronique initiale
(niveau moins énergétique). La désexcitation d'un électron et son retour vers un niveau inférieur
entraîne l'émission d'un photon et l'énergie restituée sous forme de photon est égale à celle
absorbée.

III.7.3.3. Vitesse de propagation des ondes électromagnétiques


m
La vitesse des ondes électromagnétiques dans le vide est notée c  3 108 .Dans un milieu
s
c
d’indice de réfraction n , la vitesse de propagation est V  .
n
III.7.3.4. Longueur d’onde

A partir de la fréquence ν (ou de la période T  1 ), de la vitesse de propagation dans le vide c,



c
on peut déterminer la périodicité spatiale de l’onde λ0 : 0  c  T 

avec : 0 en m , c en m/s , T en s ,  en s-1

cT 0
Dans un milieu homogène d’indice de réfraction n :   
n n

13
Partie III : Transfert de Chaleur

III.7.3.5. Contact d’un rayonnement avec un corps


Un rayonnement arrivant à la surface d’un un corps peut être soit :

- Transmis, Absorbé ou Réfléchi.

Figure 9: Réflexion, transmission et absorption du rayonnement

III.7.3.6. Le Soleil
Le Soleil est une étoile ordinaire de type spectral G (de séquence principale) parmi les 200
milliards que compte notre Galaxie. Etant proche de nous (8 mn lumière, 150 106 km), il présente
un diamètre apparent sur le ciel d’un demi-degré ce qui permet de l’étudier en détails.
Quelques caractéristiques :
- Diamètre : environ 1,4 millions de kilomètres,
- Distance : 150 millions de km de la terre,
- Masse : 300 000 fois la masse de la Terre,
- Age : 4,5 milliards d'années,
- Température de surface : 5780 Kelvin,
- Température interne : plusieurs millions Kelvin.

Figure 10: Composition du Soleil

14
Partie III : Transfert de Chaleur

III.7.3.7. Rayonnement solaire


Le rayonnement solaire est un rayonnement thermique qui se propage sous la forme d’ondes
électromagnétiques. En dehors de l’atmosphère terrestre, il donne un éclairement énergétique
plus ou moins constant ayant la valeur de 1367w/m2, appelé de ce fait constante solaire. Le
rayonnement solaire recouvre une gamme assez largede longueurs d'ondes, depuis les ondes
radios jusqu’aux rayons X. L'œil humain n'est cependant sensible qu'à une petite partie du spectre
solaire : le rayonnement visible est compris entre 400 et 800 nm.

III.7.3.8. Aspects technologiques du rayonnement solaire


Le rayonnement solaire peut être utilisé dans différentes disciplines comme :

- Central essolaires thermiques.


- Chauffage deshabitats.
- Production d’électricité par les cellules photovoltaïques.

Figure 11 : les applications d’énergie solaire

III.8. Transfert de chaleur par convection

III.8.1. Introduction
La convection caractérise la propagation de la chaleur dans un fluide qui va subir un mouvement,
ce mode de transfert est basé sur le fait qu'il y'a déplacement de la matière : il se produit dans les
fluides (liquides ou gaz) et aussi à l'interface entre un solide et un fluide.

15
Partie III : Transfert de Chaleur

Figure 12 : Principe de convection thermique

Figure 13: Sens du flux de chaleur pour la convection

Exemple : Si on prend le cas d’un radiateur, l’air froid s’échauffe au contact avec le radiateur, se
dilate et monte sous l’effet de la poussée d’Archimède. Il est alors remplacé par de l’air froid et
ainsi de suite ; il y’a existence de courants de fluide dans l’air ambiant.

III.8.2. Les types de convection


La convection est le mode de transmission qui implique le déplacement d’un fluide gazeux ou
liquide (écoulement) et échange avec une surface qui est à une température différente. On
distinguera la convection forcée (due à l’action d’une pompe, ventilateur…) et la convection
naturelle dans laquelle le mouvement du fluide est créé par des différences de densité (elles-
mêmes provoquées par des différences de température).

III.8.2.1. La convection naturelle


La convection naturelle est un phénomène de la mécanique des fluides, qui se produit lorsqu'un
gradient induit un mouvement dans le fluide. Le gradient peut concerner différentes grandeurs
intensives telles que la température par exemple (le cas d’une convection thermique).

16
Partie III : Transfert de Chaleur

III.8.2.2. La convection forcée


La convection forcée est provoquée par une circulation artificielle (pompe ou turbine) d'un fluide.
Le transfert est plus rapide que dans le cas de convection naturelle. On cite quelques exemples
dans des appareillages de la convection forcée :
Chauffage central avec accélérateur, chauffe-eau solaire et four à convection de cuisinière. Le
corps humain a son propre système de convection forcée ; la circulation sanguine.

III.8.3. Loi de newton pour la convection :


La loi de Newton donne l’expression de la quantité de chaleur échangée entre la surface d’un
solide à la température et le fluide à la température .

L’étude du transfert de chaleur par convection permet de déterminer les échanges de chaleur se
produisant entre un fluide et une paroi.

La quantité de chaleur qui traverse pendant l’intervalle de temps , peut s’écrire :

Où H est le coefficient d’échange par convection, il s’exprime en /( . ); s’exprime en


Joules et / en Watts ;

Quelque soit le type de convection (libre ou forcée) et quelque soit le régime d’écoulement du
fluide (laminaire ou turbulent), le flux de chaleur transmis est donné par la relation dite loi de
newton :

= . − .

Le problème majeur à résoudre avant le calcule du flux de chaleur consiste à déterminer h qui
dépend de nombreux paramètres :

 Caractéristiques du fluide ;
 Nature de l’écoulement ; (laminaire ou turbulent)
 La température ;
 La forme de la surface ;

17
Partie III : Transfert de Chaleur

III.9. Isolation thermique

On peut dire que l’isolation thermique représente tout procédé qui a pour effet de diminuer
notablement la valeur de la quantité de chaleur transmise d'un milieu à un autre (on agit surtout
sur la conduction). La réalisation d'isolants sera donc basée essentiellement sur le principe de flux
de l'air au sein d'un solide de conductibilité la plus faible possible. Dans le cas des bâtiments on
surveillera la ventilation (passage de l'air contre des parois chaudes), ce qu’on appelle les ponts
thermiques (endroits où l'isolation est interrompue), les vitrages (le verre est un bon isolant mais
son épaisseur est faible,on aura recours à l’usage du double vitrage).

III.9.1. Isolement d’un bâtiment


L’isolation thermique du bâtiment est une discipline de la thermique visant à étudier les besoins
énergétiques des bâtiments. Elle aborde principalement les notions d'isolation thermique et de
ventilation afin d'offrir le meilleur confort thermique aux occupants.
L'ensemble des parties d'un bâtiment est soumis aux transferts thermiques, qui sont des échanges
de chaleur entre le milieu chaud et le milieu froid (généralement de l'intérieur vers l'extérieur).
La connaissance et la maîtrise de ces transferts thermiques permet une gestion de la facture
énergétique d'un bâtiment. La diminution de ces échanges thermiques permet de maintenir une
température à l'intérieur du bâtiment en y apportant le moins d'énergie possible.
Cette technique permet également d'orienter la conception du bâtiment dans un cadre
réglementaire tout en visant un compromis entre coût énergétique et confort.
Une étude complète nécessite à distinguer les sources de chaleur internes et externes du bâtiment,
c'est-à-dire les parties actives, les parties passives comme les surfaces extérieures, les vitres, la
toiture par exemple.
L’analyse se reposera sur toute des paramètres d'ordre environnemental :
- L’emplacement géographique d'un bâtiment (longitude, latitude, altitude) et les données
climatiques.
- L’implantation générale du bâtiment : relief accidenté, forêt, contexte urbain ou rural …
- La nature du sol.

18
Partie III : Transfert de Chaleur

Figure 14 : l’échange thermique d'un bâtiment dans deux saisons

Un échange de chaleur se produit entre deux milieux lorsqu'il existe une différence de
température entre ces deux milieux. La chaleur se propage d'un milieu chaud vers le milieu froid
par conduction, rayonnement et convection, on parle de la notion d’enveloppe thermique d'un
bâtiment, qui est la surface séparant le volume intérieur chauffé du bâtiment de l'environnement
extérieur.

Pour les murs


Le mur transmet la chaleur par conduction dans son épaisseur entre l'intérieur et l'extérieur du
bâtiment. Le vent accélère l'échange thermique à la surface extérieure du mur par convection. Le
Soleil chauffe le mur par rayonnement. Le mur chaud rayonne aussi la nuit vers le ciel.

Pour les fenêtres


La vitre transmet la chaleur par conduction dans son épaisseur entre l'intérieur et l'extérieur du
bâtiment. Le vent refroidit la vitre par convection. Le Soleil chauffe l'intérieur de la pièce à
travers la surface transparente. L'intérieur de la pièce lui-même perd une partie de son énergie par
rayonnement vers l'extérieur. Mais la vitre bloque une grande partie du rayonnement infrarouge
émis (principe de l'effet de serre).

Pour la toiture

19
Partie III : Transfert de Chaleur

Le Soleil réchauffe le toit par rayonnement. La chaleur du Soleil est transmise à travers le toit au
reste du bâtiment. Le vent refroidit le toit avec un vent frais.

Pour le plancher
La chaleur est échangée entre le bâtiment et le sol à travers l'épaisseur de la dalle par conduction.
Les échanges convectifs n'interviennent que si la dalle est située sur un vide sanitaire ventilé. Il
n'y a pas d'échange par rayonnement.

III.10. Introduction aux échangeurs de chaleur

Un échangeur de chaleur est un système permettant de transférer un flux de chaleur d’un fluide
chaud à un fluide froid à travers une paroi (sans avoir un contact direct entre les deux fluides). Ce
type d’équipement permettant d’élever ou de réduire la température d’un fluide, mais aussi
pouvoir modifier son état physique. Généralement les échangeurs de chaleur présentent une
surface de séparation entre un fluide chaud et autre froid. Il existe plusieurs critères pour classer
les différents types d’échangeurs :

- La technologie (à tubes, à plaques...).


- Le mode de transfert de chaleur (conduction, convection ou rayonnement).
- La nature du matériau de la paroi d’échange…

III.10.1. Dimensionnement d’un échangeur

Le dimensionnement d’un échangeur obéit généralement à trois règles :

- Le choix technologique qui peut être lié par exemple à la nature du programme thermique
(les températures adéquates ainsi que le rendement voulu) et les propriétés des fluides….
- Le dimensionnement thermique qui se base sur la validation du programme thermique :
on procède au dimensionnement de l’échangeur donc en déterminer la puissance
thermique, la surface et la géométrie, différentes méthodes sont utilisées.
- Le calcul des pertes de charges : en raison du mouvement du fluide, ce dernier subira des
pertes d’énergie dues aux frottements sur les parois (pertes de charge régulières) ou à des
accidents de parcours (pertes de charge singulières). C’est la raison pour laquelle après le
dimensionnement de l’échangeur, il faut calculer les pertes de charges.

20
Partie III : Transfert de Chaleur

Afin de simplifier les calculs du dimensionnement des échangeurs, on fait recourt au NUT
(nombre d’unité de transfert) qui représente le pouvoir d’échange de l’échangeur, lié à l’efficacité
de l’échangeur.

III.10.2. Fonctionnalités d’un échangeur de chaleur


Pour limiter les pertes thermiques et afin que l’échange soit optimal, il est essentiel que le
matériau qui compose l’échangeur thermique soit un conducteur. Il faut savoir que sur le marché,
il existe deux grands types d’échangeurs thermiques. On a notamment les échangeurs thermiques
tubulaires et ceux à plaques. Ils peuvent fonctionner avec l’air ou de l’eau. Ce sont les échangeurs
tubulaires qui sont les plus résistants, car ceux-ci sont capables de supporter des pressions et des
températures vraiment extrêmes.

Un échangeur thermique est principalement utilisé dans le secteur industriel pour les opérations
de chauffage et de refroidissement d’un fluide. Dans certains cas, il sert aussi pour condenser ou
faire évaporer les liquides. En général, les fluides qui circulent dans le dispositif évoluent à
courant croisé (l’un des fluides avance horizontalement et l’autre verticalement), à contre-courant
(chaque flux de fluide passe par le haut et par le bas) ou à co-courant (les fluides transférés dans
la surface d’échange parcourent le même sens).

Pour ce qui est de la qualité du transfert, celle-ci dépend souvent de plusieurs caractéristiques
comme la vitesse du fluide (en régime laminaire ou turbulent) et ses caractéristiques, le type de
paroi de l’échangeur, l’écart de température entre les fluides circulant dans l’échangeur
thermique, etc.

III.10.3. Modes de fonctionnement d’un échangeur thermique


Le fluide chaud entre dans l’échangeur à la température et en sort à la température , le
fluide froid entre à et sort à .Deux modes de fonctionnement sont réalisables :

Co-courant Contre-courant

21
Partie III : Transfert de Chaleur

Figure 15:Schématisation des fonctionnements à co-courant et à contre-courant

III.10.4. Expression du flux de chaleur échangé


Une expression du flux de chaleur transféré dans un échangeur peut être déterminée en écrivant
qu’il est égal au flux de chaleur perdu par le fluide chaud et au flux de chaleur gagné par le fluide
froid pendant leur traversée de l’échangeur :

= ( − )= ( − )
Avec :
Et qui sont les débits calorifiques des deux fluides

III.10.5. Notion de l’efficacité d’un échangeur


On définit l’efficacité d’un échangeur comme le rapport du flux de chaleur effectivement
transféré dans l’échangeur a flux de chaleur maximal qui serait transféré dans les mêmes
conditions de températures d’entrée des deux fluides dans un échangeur tubulaire de longueur
infinie fonctionnant à contre-courant :

 Cas < , le luide commande le transfert:


Si L→ ∞ alors → d’où : = ( − ) et = ( − )
On définit alors une efficacité de refroidissement :

=

 Cas où > , le fluide froid commande le transfert :
Si L→ ∞ alors → d’où : = ( − ) et = ( − )
On définit alors une efficacité de chauffage :

=

22
Partie III : Transfert de Chaleur

III.10.6. Signification du rendement :


Lorsque le but recherché par l’installation d’un échangeur est de récupérer de la chaleur, la notion
de rendement prend toute sa justification du point de vue économique. Considérons l’exemple le
plus simple d’un échangeur fonctionnant à co-courant destiné à récupérer de la chaleur sur des
fumées. Appelons P le prix en $ du mètre carré d’échangeur (supposé constant) et C gain en $ par
W récupéré sur le fluide chaud.

Le gain total engendré par l’échangeur est : = . = . ( − ).

Avec : C est le gain en $ par W récupéré sur le fluide chaud Et est le flux de chaleur échangé.

III.10.7. Nombre d’unité de transfert (NUT) :


On appelle nombre d’unité de transfert noté NUT le rapport adimensionnel qui est aussi égal

à pour le fluide chaud dans le cas d’un échangeur tubulaire simple :

ℎ −
= =
Δ

Le NTU est représentatif du pouvoir d’échange de l’échangeur. Il est lié à l’efficacité de


l’échangeur et que son utilisation permet de simplifier les calculs de dimensionnement des
échangeurs.

23

Vous aimerez peut-être aussi