Vous êtes sur la page 1sur 4

LA RESPONSABILITE DU COMMISSAIRE AUX COMPTES ARTICLE DE M ZITOUNI PUBLIE SUR EL W

Written by ceccf
Sunday, 28 February 2010 20:54 - Last Updated Wednesday, 05 December 2012 16:35

LA RESPONSABILITE  DU  COMMISSAIRE  AUX  COMPTES  ARTICLE DE M  ZITOUNI


PUBLIE  SUR EL  WATEN LE  22 10 2012

LE  DELIT  DE NON REVELATION  PAR LE COMMISSAIRE AUX  COMPTES AU 


PROCUREUR DE  LA REPUBLIQUE DES FAITS  DÉLICTUEUX 

Selon les   normes  d’audits internationales  ISA(International Standard on Auditing) , l’audit


légal est une  mission  effectuée  par un  professionnel expérimenté indépendant , qui  exprime 
une   opinion  fondée  sur  la  régularité , la  sincérité  et l’image  fidele  des  états  financiers,
en vertu d’une réglementation  en  vigueur.   

 D’après cette définition ,  qui  est  conforme  a  loi  10/01  relative a la profession du 
commissaire aux  comptes, on déduit ,que l’auditeur  légal  a une mission  permanente  au  sien
de  l’entité, qui lui  incombe plusieurs responsabilités , a savoir:      

Primo: La responsabilité disciplinaire engagée pour toute infraction ou manquement aux règles
professionnelles devant la  commission  discipline  du Conseil national  de la   comptabilité 
CNC.

Secundo: il  est civilement responsable, lorsque des fautes et négligences commises dans
l’exécution des missions.

Tercio: il peut être poursuivi  pénalement  conformément au  code de procédures pénales pour
tout manquement à une obligation légale. comme il stipule a titre  indicatif  l’article 830 du code
de  commerce:

1/4
LA RESPONSABILITE DU COMMISSAIRE AUX COMPTES ARTICLE DE M ZITOUNI PUBLIE SUR EL WA

Written by ceccf
Sunday, 28 February 2010 20:54 - Last Updated Wednesday, 05 December 2012 16:35

(Sera puni d'un emprisonnement d'un an à cinq ans et d'une amende de 20 000 DA à 500 000
DA ou de l'une de ces deux peines seulement, tout commissaire aux comptes qui aura
sciemment, donné ou confirmé des informations mensongères sur la situation de la société ou
qui aura pas révélé au procureur de la République, les faits délictueux dont il aura eu
connaissance).

Au sens de cet article, le  commissaire aux comptes  est  considéré comme   le garant  de la loi 
au  sein de l’entité  qui  défend  les intérêts  des tiers ,ainsi  assume  le  rôle  d’auxiliaire  de 
justice  vis –a –vis les instances juridiques.

 Afin  d’éviter  toutes ambigüités dans l’application de  cet  article, il est judicieux   de  revenir  a
la notion du délit, telle qu’elle a été  définie dans  l’orthodoxie  juridique.

Le délit est un fait illicite, dommageable intentionnel qui engage la  responsabilité  pénale  de 
son auteur. En outre ces  éléments constitutifs sont:

? Elément matériel : signifier  la  preuve matérielle de l’infraction traduit par le dommage   causé
a l’autrui.

? Elément  moral :traduit par la préméditation dans l’accomplissement  des  faits  délictueux , 
en  toute    conscience  qu’il  s’agissait  des faits illicites.

  A travers  cet  bref  rappel  juridique, on  conclu  que la  responsabilité  pénale  du
commissaire  aux  comptes   est  engagée pour  non révélation des  faits   délictueux  , si il y a
un fait  illicite  commit  par l’organe  de gestion (le conseil d’administration/ le gérant) ou par un 
salarie de l’entité  tels que :

- Abus  de  confiance (Détournement  de  fonds, Trou  de  caisse, écart non  justifie) ;
- Corruption  et blanchiment d’argent ;
- Le  faux  en  écriture (Passer des  écritures comptables   fictives);
- Fraude fiscale (Vente  en  noir, Facture  de  complaisance, Dissimulation  de  recettes);

2/4
LA RESPONSABILITE DU COMMISSAIRE AUX COMPTES ARTICLE DE M ZITOUNI PUBLIE SUR EL WA

Written by ceccf
Sunday, 28 February 2010 20:54 - Last Updated Wednesday, 05 December 2012 16:35

- Non convocation du commissaire aux  comptes  a la l’assemblée  générale ;


- Distribution  des  dividendes  fictifs ;
- Présentation  et publication  du bilan inexact ;
- Attribution  des marches publiques non conforme à la réglementation en vigueur…etc .

 Additionnelle ment a  cela,  et en  connaissance  de  cause  de ces  faits   délictueux a travers 
des conclusions   d’audits , le commissaires  aux  comptes  qui ne relève pas au procureur  de
la  république,  tombe  sous  le  cout  de l’article 830  du  code  de  commerce .a  cause de 
présence  des  deux    éléments constitutifs    du  délit  ,le  préjudice  de non protection  des
actifs de l’entité d’un coté  , et  d’autre  coté l’intention criminelle de ne pas révéler ces faits dont
il  a  eu identifies.
     

Mais parallèlement, certains  professionnels  perçoivent mal  cette obligation par


méconnaissance du  droit pénal des  affaires  d’une  part ,  et  d’autre part  ils   argumentent
,que l’audit   est un  travail  de  sondage non  exhaustif des opérations contrôlées, qui dégage 
toute responsabilité  vis-à-vis la loi.  

Dans l’objectif de  battre  en   brèche  cet  argument  fallacieux , il est utile  de rappeler  que  le
commissaire aux  comptes  est tenue par l’obligation des  moyens selon  les  recommandations
de la  déontologie ,qui lui  oblige de mettre en  œuvre tous les moyens qui juge nécessaire y 
compris   faire  appel  un  expert  en la  matière (sondage) ,afin d’assurer la fiabilité  des 
procédures de contrôle  effectuées  et de  minimiser le  risque d’audits éventuel .

Surcroit, l'objectif de l'auditeur qui a recours aux sondages en audit est de disposer d'une base
raisonnable à partir de laquelle il tire des conclusions sur la population dont l'échantillon est
extrait. Et la Norme ISA 530 relative  au Sondage en audit, recommande  des techniques 
scientifiques étudiées en fonction de la taille de l’entité, l’activité et la technologie  …etc ,et les  
conclusions   de  sondage doivent  être transcrites  sur  des  feuilles  de travail , qui  constituent
un élément probant dans la  formulation de l’opinion  de l’auditeur. ainsi  des  pièces 
justificatives  qui   font   foi devant  la  justice, en cas   de non  détection  des  erreurs  
significatives (risque d’audit), qualifies ces erreurs  par le procureur de la république comme
faits  délictueux. 

3/4
LA RESPONSABILITE DU COMMISSAIRE AUX COMPTES ARTICLE DE M ZITOUNI PUBLIE SUR EL WA

Written by ceccf
Sunday, 28 February 2010 20:54 - Last Updated Wednesday, 05 December 2012 16:35

Le commissariat  aux comptes  en Algérie   a été  marqué récemment par  deux  événements 
majeurs, le premier est l’adoption  des normes IAS/ IFRS  par le  biais  du SCF , le deuxième
est la promulgation de la loi organique 10/01 relative   a la  profession,  a notre  avis  ca  sera
dans le même cadre  de mise  a niveau  de la profession  d’adopter les normes  d’audit
internationales ISA  dans le référentiel  algérien par le Conseil national  de la   comptabilité 
CNC organe normalisateur   , d’autant plus que les  IAS/IFRS les ISA se sont  deux faces  pour
une  seule monnaie.

Cette convergence permet  de valoriser le rôle  du  commissaire  aux  comptes  dans le  sphère
économique , et de  disposer des professionnels  hautement qualifies et  formés sur le  volet 
juridique  de la profession, qui  assument leurs  responsabilités   en  toute  connaissance de
cause ,parce que   devant les tribunaux ,la monnaie courantes des  magistrats  est  ,nul n’est 
sensé  d’ignorer la loi .

Fait Alger 13mars 2012


M  Zitouni  Faouzi  Commissaire  aux comptes
www.ceccf-dz.com /Email : info@.ceccf-dz.com

4/4

Vous aimerez peut-être aussi