Vous êtes sur la page 1sur 20

LACAN ET LA POLITIQUE

Jacques-Alain Miller, Jean-Pierre Cléro et Lynda Lotte

Presses Universitaires de France | « Cités »

2003/4 n° 16 | pages 105 à 123


ISSN 1299-5495
ISBN 9782130534570
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.inforevue-cites-2003-4-page-105.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour Presses Universitaires de France.


© Presses Universitaires de France. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


Lacan et la politique
ENTRETIEN AVEC JACQUES-ALAIN MILLER
PROPOS RECUEILLIS PAR JEAN-PIERRE CLÉRO ET LYNDA LOTTE
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France
JEAN-PIERRE CLÉRO, LYNDA LOTTE. — Cette occultation de Freud n’est pas
Lacan est mort il y a un peu plus de vingt sans importance pour le sujet qui nous
ans, en 1981 ; il semble que sa présence, occupe ; en effet, dans la première partie
pour ne pas dire son règne, n’ait jamais du XXe siècle – même si nous en avons
été aussi éclatante. Il faut toutefois se mé- parfois un peu perdu le sentiment, en dé- 105
fier de ce qui paraît évident et peut-être y pit de l’existence d’une littérature fine et
a-t-il eu de profonds changements au importante sur la question –, Freud lui- Entretien avec J.-A. Miller
cours de ces deux dernières décennies où même et de nombreux psychanalystes de Propos recueillis
son œuvre est apparue comme la référence son entourage ont pris des positions poli- par J.-P. Cléro
obligée, même aux contradictions de ses tiques qu’ils ont souvent payées de l’exil. et L. Lotte
thèses. Peut-être à cause de la piété de Il y a eu des freudiens de gauche (Gross,
ceux qui ont entouré son œuvre et qui, Fénichel, Marcuse, Fromm, Reich) et
comme vous l’avez fait, ont permis à des freudiens de droite (Jung, Grod-
d’innombrables leçons du Séminaire de deck), des façons d’être de gauche et
passer de l’enseignement oral à une su- d’être de droite en se réclamant de la
perbe forme écrite, Lacan n’a pas connu psychanalyse.
le passage par le « purgatoire » que subis- L’importance tout à fait extraordi-
sent le plus souvent les grands auteurs naire prise par Lacan en France de-
après leur mort. Sa figure est devenue puis 1945, et sans doute aussi hors de
celle d’une sorte de père de la psychana- France – quoique dans une moindre
lyse, en passe de se substituer à celle de mesure dans les pays anglo-saxons – pa-
Freud, et rayonnant sur la famille des raît avoir beaucoup changé les choses.
analystes, tantôt déchirée, tantôt récon- Quel a été, quel est, l’impact politique
ciliée ; comme toutes les familles. de Lacan – j’entends aussi bien en phi-

Cités 16, Paris, PUF, 2003


losophie politique que dans la pratique champ politique ? Est-ce en écrivant des
politique ? ouvrages théoriques : dès lors, quelle al-
Curieusement cet impact est difficile lure peuvent-ils prendre ? Est-ce en in-
à mesurer, à s’en tenir à Lacan lui- tervenant ès qualité dans le domaine po-
même ; mais on ne se facilite pas la tâche litique pour conseiller le prince ou les
en prenant en compte les « lacaniens » : citoyens, les mettre en garde, voire pour
un certain nombre d’entre eux ne répu- détourner ceux-ci de la politique en leur
gneraient sans doute pas à être classés à intimant de mener un destin essentielle-
gauche, voire à l’extrême gauche – à la- ment personnel et privé ?
quelle Lacan ne saurait être directement À coup sûr, de même que la psycha-
rattaché ; en revanche, un nombre non nalyse rend un peu moins inintelligent
négligeable d’autres analystes, qui se ré- sur sa vie privée, on peut s’attendre à ce
clament de Lacan, ne sont pas sans qu’elle rende un peu moins aveugle
prendre des positions que l’on classerait l’individu au sein des groupes, des fou-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France
volontiers à droite, quoique peut-être à les, des masses, des États ; mais on ren-
tort, comme celles qu’ils prennent sur la contre une difficulté particulière dans le
famille et par l’espèce de primat accordé second cas : sur quoi faut-il s’appuyer
au phallus, quand bien même le phallus pour avoir une influence politique et
ne coïnciderait pas avec l’homme mâle dans quel sens faut-il la développer ? Il
en chair et en os. J. Derrida, il y a long- est difficile de ne pas avoir dans l’oreille
temps, lui avait déjà adressé ce reproche. ici la plainte de Fénichel qui disait son
106 Il est peut-être temps de regarder d’un désespoir de n’avoir pu aider que cinq à
peu plus près ce qu’il en est ; d’autant dix personnes par an. La psychanalyse
Entretien : que, d’une part, il n’est pas si facile de peut-elle être conçue autrement que
Lacan et la politique démêler une littérature qui coule à plein comme un immense projet d’éducation
bord sur cette question, et que, d’autre privée ?
part, les années 1980 et 1990 ont été Jacques-Alain Miller — On ne sau-
fertiles en événements majeurs : l’effon- rait mieux dire. Un immense projet
drement de la coupure Est-Ouest de d’éducation privée ! C’est ainsi en effet
l’Europe et, presque du monde, avec des que la psychanalyse doit apparaître
redistributions idéologiques et politiques quand on considère sa pratique en po-
spectaculaires, une menace d’extrême litologue. Elle ne prend pas l’homme
droite qui se précise à nouveau dans des en masse, si je puis dire, mais un par
États démocratiques et qui accompagne un. Elle le retire de la scène publique,
une grande désaffection politique de leur elle le soumet à une expérience singu-
population. lière, qui reste dans la confidence des
Le problème qui se pose à quiconque deux partenaires. Elle lui promet de le
s’intéresse conjointement à la politique et soulager de certains maux intimes en
à la psychanalyse est le suivant : com- les élucidant. Et nous en sommes
ment la psychanalyse peut-elle intervenir au point où cette pratique, et celles
théoriquement et pratiquement dans le qu’elle inspire, lesdites psychothéra-
pies, sont évidemment passées à une d’armes, pénètre dans l’appartement
échelle de masse, au moins dans les so- de M. Lawrence, constate qu’il se livre
ciétés occidentales. Donc, c’est une à une activité homosexuelle avec un
éducation, elle est privée, et elle est dé- partenaire, adulte et consentant, em-
sormais immense. Voilà qui vérifie barque les deux hommes, qui sont
tous les termes de la formule. Cela va condamnés en vertu de la loi anti-
tout seul. Nous pourrons réviser ce sodomie en vigueur au Texas. Il n’y a
point de départ en avançant dans pas si longtemps, 1960, il n’y avait pas
notre entretien. un État des États-Unis qui n’ait eu
Reste encore le « projet ». Ce qui une telle loi, et il en restait encore 13.
s’est déroulé sous nos yeux dans la Eh bien, la Cour a invalidé toutes
seconde moitié du siècle dernier ré- les lois jusqu’alors traditionnelles
pondait-il à un projet ? Projet de qui ? contre le deviant sex, les déviations
de Freud ? Il est certain qu’il avait sexuelles. La décision historique, ré-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France
voulu, et anticipé, l’expansion de la digée pour la majorité par le juge
pratique qu’il avait inventée. Il avait Anthony Kennedy, élevé pourtant à la
cherché à en faciliter l’accès, il avait Cour suprême par Reagan, s’exprime
encouragé l’ouverture de dispensaires en termes chaleureux à propos des
par ses élèves, et ceux d’entre eux homosexuels, et stipule que « l’État ne
que portaient des idéaux progressistes peut ni ravaler (demean) leur exis-
ont servi ce projet. Mais cela va au- tence, ni contrôler leur destin en
delà. Il avait prévu d’emblée que de criminalisant leur conduite sexuelle 107
proche en proche il se produirait privée ».
à terme dans la société ce qu’il La Cour suprême n’a fait que Entretien avec J.-A. Miller
n’hésitait pas à appeler une Aufklä- s’aligner ainsi sur la Cour européenne Propos recueillis
rung psychanalytique, et qu’il en ré- des droits de l’homme, mais ce fut, et par J.-P. Cléro
sulterait une tolérance sociale inédite c’est encore, un tremblement de terre et L. Lotte
jusqu’alors à l’endroit des pulsions. aux États-Unis. La droite religieuse
C’est bien ce à quoi nous assistons enrage, annonce l’ouverture de gran-
tous les jours. des cultural wars : si l’on admet main-
Prenons l’exemple le plus récent, tenant que l’activité sexuelle s’inscrit
qui est passé inaperçu en France, la dé- dans une dimension qui lui est
cision de la Cour suprême des États- propre, si la responsabilité du sujet
Unis du 27 juin dernier. Depuis n’y est pas engagée au sens juridique,
qu’elle avait interdit de recompter les va-t-on maintenant légaliser la bestia-
suffrages de Floride et donné la prési- lité, la pédophilie, voire l’inceste, et
dence à Bush, on glosait sur l’orien- même le mariage homosexuel, etc. ?
tation réactionnaire de la Cour. Voici Eh bien, c’est le progrès des Lumières
qu’elle accepte d’examiner le cas sui- psychanalytiques prophétisé par
vant : la police de Houston, alertée Freud ! Il a fini par changer l’esprit
par le voisinage pour une affaire des lois !
CITÉS. — « L’inconscient nous a change-t-elle le monde tant que ça ?
changé le monde », disait Lacan au dé- Rappelez-vous, on en doutait forte-
but des années 1960. Peut-être. ment au temps où la nouvelle histoire
JAM. — Cela ne fait pas de doute, si régnait sur les esprits. Au regard de la
vous glissez entre psychanalyse et po- longue durée, la politique n’était que
litique les mœurs, ce que l’on appelle péripéties et épisodes, une agitation de
d’un mot fade les questions de so- surface. Ce n’était pas faute d’avoir été
ciété. C’est par ce biais que la psy- aux prises avec l’événement. C’est à
chanalyse a changé le monde, plutôt l’issue de la seconde guerre mondiale
que par une influence directe sur la que Braudel publia sa Méditerranée.
politique, en chuchotant à l’oreille des L’influence politique de la psychana-
princes. Laissons cela à l’astrologie. Le lyse, je la vois plutôt accordée à la
président Reagan ne prenait pas une longue ou, disons, à la moyenne
décision importante, ne fixait pas de durée, et c’est pourquoi la référence de
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France
date sans consulter son astrologue, et Freud à l’Aufklärung me semble ap-
cela est depuis toujours. Le beau propriée. Son influence est comme
livre d’Anthony Grafton sur Cardan, une contagion, une dilatation tran-
Cardan’s Cosmos, comporte un cha- quille, l’expansion d’un parfum, un
pitre bien divertissant sur l’astrologue esprit invisible qui s’empare de tou-
comme conseiller politique. Direz- tes les entrailles, de tous les organes de
vous pour autant que l’astrologie a la vie spirituelle – vous aurez reconnu
108 changé le monde ? Aucune grande les termes de Hegel à propos des
décision ne se prenait à Rome sans Lumières dans la Phénoménologie de
Entretien : que des opérateurs spécialisés ne scru- l’esprit.
Lacan et la politique tent le ciel, ne fouillent les entrailles, Cela dit, il n’est pas exclu qu’en ef-
ne nourrissent les poulets sacrés : il fet, au XXIe siècle, ce soit son psy que
faut lire là-dessus le chapitre « Signa et l’homme politique consulte avant de
portenta » de Dumézil dans sa Religion décider. Nous en avons peut-être les
romaine archaïque. Ce beau savoir, cet prémices avec la vogue de ces films co-
art si précieux, finit discrédité au miques qui montrent un mafieux dé-
temps des guerres civiles, pour avoir pressif en analyse. Le thème a touché
à répondre à une trop grande de- une corde puisqu’il a été repris dans la
mande. Cicéron rapporte que Caton série télévisée des Sopranos, qui fait un
déjà s’étonnait que deux haruspices tabac aux États-Unis. Entre une extor-
puissent se regarder sans rire, et que le sion et une exécution, le sympathique
Sénat voulut réserver cette étude aux gangster va à sa séance, parle de sa ma-
rejetons de bonne famille pour qu’elle man, qui, après l’avoir négligé dans
ne soit pas l’apanage de gens de peu, son enfance, a voulu le faire des-
ne songeant qu’au gain. cendre, et recueille les avis que sa thé-
Si je voulais pousser mon avantage, rapeute lui délivre avec componction.
je demanderais même : la politique C’est très différent de l’homme poli-
tique, bien sûr, car tout indique que chanalyse le pouvoir que j’ai soustrait
l’on devrait plutôt le représenter à la politique ? Essayons d’être précis.
comme chéri par sa mère. Ce n’est pas Quelque chose a eu lieu avec Freud,
aussi loufoque qu’il peut paraître, car qui est de l’ordre du consentement et
ce qui est psy est désormais passé à non pas seulement de la confession.
l’état de sagesse. Il y a encore besoin L’Église demandait certes que l’on
d’un opérateur spécialisé pour en avoue sa sexualité, mais dans l’élé-
communiquer les enseignements, mais ment de la culpabilité, sous l’égide
on peut imaginer que ce ne sera plus du refus de la chair, pour reprendre le
un jour que du bon sens. Le transfert titre de Peter Brown. Ce refus est
ira se faire voir ailleurs. toujours là. C’est encore à l’ency-
J’en ai assez fait dans le registre déri- clique Humanae vitae que les socio-
sion de la politique, et ne craignez pas logues attribuent les principales dif-
que je m’y maintienne. C’est assez ficultés de l’Église catholique dans
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France
pour marquer que la fonction de le mouvement de reconquête qu’elle
conseiller du prince n’a rien pour a entamé depuis l’effondrement du
éblouir. C’est plutôt une certaine im- communisme réel.
puissance du pouvoir qui apparaît au Freud a inauguré autre chose, qui
regard du mouvement de la civilisa- est la reconnaissance et l’acceptation
tion, un « on n’y peut rien ». L’histoire de « la chair », c’est-à-dire des pul-
des mœurs donne le sentiment de sions, et qu’elles ont à se satisfaire,
quelque chose d’irrépressible se frayant faute de quoi il y a malaise, maladie, 109
son chemin. Irrépressible, le mot qui névrose, symptôme. Plus précisément,
m’est venu dit bien ce dont il s’agit, qu’elles trouvent dans le symptôme Entretien avec J.-A. Miller
qu’on a touché au refoulement. Quel- une satisfaction de substitution tant Propos recueillis
que chose a été levé du refoulement, et qu’elles ne sont pas reconnues et ac- par J.-P. Cléro
à l’échelle sociale. C’est l’événement ceptées. C’est le grand secret : le symp- et L. Lotte
Freud. Après un temps d’incubation, il tôme est une satisfaction, déniée, dé-
apparaît maintenant que ses effets se guisée, à déchiffrer. Le symptôme
sont déversés dans le monde. Ne nous prospère à l’abri du secret. Quand le
arrêtons pas à dire qu’ici il a triomphé secret est levé, quand le symptôme est
et que là on y résiste, car c’est bien à interprété, il disparaît. À la place de
cela que l’on résiste. Là où l’on résiste, l’individu malade, dit Freud, met-
on ne résiste pas tant à la démocratie et tons la société qui, dans l’ensem-
au capitalisme qu’à l’impudeur et à la ble souffre de névroses, bien qu’elle
débauche, si je puis dire, c’est-à-dire à comporte aussi des bien-portants. Eh
l’émancipation des femmes et à la libé- bien, quand cette société dans son en-
ration des mœurs. semble aura connaissance du grand se-
Faut-il l’imputer à Freud ? à cret, quand elle saura interpréter les
son projet ? Est-il le démiurge de la symptômes, ceux-ci n’auront plus lieu
modernité ? Vais-je attribuer à la psy- d’apparaître. Pour preuve que l’idée
n’a rien d’utopique, il suffit de voir tendait en confiner l’extension : pas
comme les apparitions de la Vierge se touche à la religion, ni à la morale et à
sont faites plus rares depuis que le la politique. C’est d’abord la science
clergé autorise les médecins à exami- qui a changé le monde, en substituant
ner les jeunes filles visionnaires. au monde clos l’univers infini, termes
L’idée de cette prophylaxie par de Koyré, à qui Lacan a emprunté les
l’indiscrétion, si je puis dire, était sans fondements de son épistémologie. La
doute trop simple, et d’ailleurs, dès psychanalyse elle-même est impen-
les années 1920, la pratique a com- sable avant l’âge de la science. Deman-
mencé à montrer que la satisfaction du der à quelqu’un d’énoncer tout ce qui
symptôme pouvait fort bien résister à lui passe par la tête sans ordre ni idée
l’interprétation, lui survivre, d’où dé- préconçue, au hasard, dans la persua-
ception et remaniements théoriques et sion que tout ce bric-à-brac a un sens
pratiques. Il n’en reste pas moins que et répond à un ordre caché, voire obéit
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France
Freud avait bien vu que, au-delà des à des lois ? Mais il fallait pour cela que
patients qu’elle traitait un par un, la l’esprit scientifique soit passé dans la
psychanalyse finirait par avoir un effet conscience commune, la koiné, soit
social généralisé. Nous l’avons sous les devenu une croyance populaire.
yeux : la décadence de l’interdit, ou au Lacan a même professé qu’en psy-
moins une difficulté nouvelle à accré- chanalyse le sujet de l’inconscient est
diter les interdits, l’appel immédiat à le sujet de la science, qu’il identifiait
110 l’écoute dans la gestion de toute crise, au cogito cartésien. Beau paradoxe,
de tout trouble, l’exigence de transpa- alors qu’on était plutôt porté à le
Entretien : rence qui pèse sur tout pouvoir, et que mettre au principe de l’unité de la
Lacan et la politique répercutent vaille que vaille les médias, conscience.
le droit aux pulsions, à sa jouissance à CITÉS. — Il est bien que vous com-
soi – nous ne sommes pas loin de le menciez à parler de Lacan, car jusqu’à
voir inscrit comme droit de l’homme. présent on n’a guère entendu que le nom
Jefferson avait bien pu faire inscrire de Freud.
dans la Constitution des États-Unis la JAM. — Sans doute était-ce pour le
poursuite du bonheur. désocculter ! Il m’est difficile de croire
C’est sans doute là que tout a com- que Lacan soit en passe de se substi-
mencé, avec la Révolution américaine tuer à lui, encore que l’on s’introduise
suivie de la française, avec le progrès souvent à Freud par Lacan, au moins
de l’égalité des conditions, pour parler celui des Séminaires. Et quand bien
comme Tocqueville, donc avec le pro- même on ne le fait pas, Lacan est passé
jet des Lumières, auquel Freud se ré- par là. Qu’on le veuille ou non, qu’on
fère. Mais ce projet n’était lui-même le sache ou pas, on est tributaire de ce
qu’une conséquence de l’émergence de qu’il a pu en dire, fût-ce pour le réfu-
la science, une fois franchies les limites ter. Il y a l’événement Lacan. Il laissera
où la prudence d’un Descartes en- sur l’événement Freud une trace sans
doute indélébile. Il y aussi la « figure » nement politique. Il peint le conqué-
de Lacan, comme vous dites. On en rant qui arrive avec toujours ces mots
dit du bien, on en dit du mal, mais à la bouche : « Au travail ! » L’alié-
personne ne lui refuse ce que Stendhal nation du travail pour lui est un fait,
appelle quelque part dans ses Prome- mais un fait de structure, si bien que la
nades dans Rome « la hardiesse de lutte des classes encourage seulement
n’être pas comme tout le monde ». les exploités à rivaliser sur l’exploi-
Cela rend bien difficile de le clas- tation, que les exploitants s’évertuent
ser dans les catégories politiques du à perpétuer. Il reconnaît cette vérité
temps. La gauche, la droite, après tout, dans un livre anonyme écrit à l’orée du
ne sont avec nous que depuis la Révo- Consulat, qui prône sans fard l’union
lution française. sacrée des possédants anciens et nou-
Allons au plus simple. Que retien- veaux, nobles et acquéreurs des biens
drait un lecteur qui feuilletterait les nationaux. On y lit, si mon souvenir
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France
écrits et les dits de Lacan en cherchant est bon, que les gouvernements ont le
comment caractériser le rapport de La- devoir de se passer le flambeau du
can à la politique ? Il me semble que le pouvoir sans le laisser jamais tomber
trait qui lui apparaîtrait le plus sail- dans les mains du peuple, qui n’a
lant, c’est la défiance à l’endroit des qu’en faire, sinon le pire usage. Il n’est
idéaux, des systèmes et des utopies pas plus indulgent pour la « contre-
dont le champ politique est semé. Il ne société » communiste en France – le
croit pas aux lois de l’histoire. Il récuse mot, si je ne me trompe, est d’Annie 111
Bossuet comme Toynbee, Comte avec Kriegel – qui contrefait les maîtres
Marx. On ne trouve pas un mot chez mots de l’ordre bourgeois, qui sont à Entretien avec J.-A. Miller
lui qui puisse faire penser qu’il entre- ses yeux ceux de Vichy : travail, fa- Propos recueillis
tenait l’idée d’aucune cité radieuse, mille, patrie. Cela, écrit en 1970. par J.-P. Cléro
qu’elle soit placée dans le passé ou Bref, mon politologue conclura et L. Lotte
projetée dans l’avenir. Pas de nos- que, dans le champ politique, Lacan
talgie, pas d’espoir non plus. Quant au est contre tout ce qui est pour. Et ce
présent, à la modernité, il a comme lecteur, pour hâtif que je l’imagine,
Freud le sentiment très vif de ses im- n’aurait pas tort. Aux yeux de Lacan,
passes. Les lendemains ne chantent la politique procède par identification,
que le chant du malaise. Ce que l’on elle manipule des signifiants-maîtres,
trouve au contraire, et à foison, ce sont elle cherche par là à capturer le sujet.
des notations sur la politique qui vont Celui-ci, il faut le dire, ne demande
de l’ironie au cynisme, ponctuées de que ça, étant, comme inconscient, en
sarcasmes et de ricanements divers. manque d’identité, vide, évanouissant,
Elle est comique, et elle est meur- comme le cogito précisément, avant
trière. Ce qu’il retient du cardinal de que le grand Autre divin ne le stabi-
Retz, c’est que ce sont « les peuples » lise – c’est au moins la lecture de Gué-
toujours qui soldent les frais de l’évé- roult. C’est ici le rôle que joue l’Autre,
non plus divin mais politique, si l’on bien plutôt le definiens. Dire que
veut, ce que Lacan appelle le discours l’inconscient, c’est la politique, c’est
du maître, et où il voit rien de moins d’abord le situer dans une dimension
que l’envers de la psychanalyse. Car la transindividuelle, comme l’implique le
psychanalyse va contre les identifica- fait même de l’aborder dans la relation
tions du sujet, elle les défait une à une, analytique.
les fait tomber comme les peaux d’un L’inconscient freudien n’est pas
oignon. De ce fait, elle rend le sujet une réalité substantielle qui serait
à sa vacuité primordiale, ce qui, du cachée dans le psychisme individuel,
même coup, dégage le fantasme in- conçu comme un monde clos, solip-
conscient qui ordonnait ses choix et sa siste, qu’il s’agirait de forcer, et
destinée, et isole ce qui le supporte, on se demande comment. C’est l’in-
de quelque nom qu’on l’appelle : le conscient d’un sujet qui est structu-
quantum de libido, l’objet petit a, le rellement coordonné au discours de
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France
condensateur de jouissance. Il en ré- l’Autre. Ce sujet n’a d’autre réalité que
sulterait une possibilité inédite pour le d’être supposé aux signifiants de ce
sujet de « traverser » son fantasme, et discours qui l’identifient et qui le véhi-
de prendre un nouveau départ. culent. Pour le dire dans les termes des
Vous sentez bien que je cours la catégories d’Aristote, c’est un upokéi-
poste. Je vous résume en deux coups menon, ce n’est pas une ousia. C’est
de cuillère à pot ce qui demanderait de un sujet supposé savoir, ou supposé
112 tout autres développements si nous au savoir. Lacan a d’emblée abordé
avions à parler clinique. Mais tel quel, l’inconscient en ayant recours à un
Entretien : c’est suffisant, je l’espère, pour que je schéma de la communication, com-
Lacan et la politique puisse avancer devant vous que, pour portant émetteur et récepteur, avec
Lacan, la psychanalyse est l’envers de toutes les révisions que vous pouvez
la politique. imaginer, comme celle de dire que le
CITÉS. — Pourtant, Lacan ne dit-il sujet comme émetteur reçoit son mes-
pas explicitement que « l’inconscient, sage du récepteur inconscient sous une
c’est la politique » ? forme inversée. Vous m’excuserez de
JAM. — C’est précisément ce que ne pas entrer dans le détail. Il suffit
je vous permets d’apercevoir. On a pour ce qui nous occupe de remarquer
pu croire qu’il serait très raisonnable que Lacan aborde l’inconscient, en
de dire que la politique, c’est l’in- construit le concept, sans recours à
conscient, et déraisonnable de soute- aucune intuition, mais bien à partir
nir l’inverse. Il n’en est rien, car quel de la pratique analytique elle-même.
est le definiendum ? C’est de la poli- Donc, l’inconscient est une relation,
tique que l’on a une idée, alors qu’à ou quelque chose qui se produit dans
proprement parler on n’en a aucune une relation.
de l’inconscient, c’est lui le terme à En voulez-vous un exemple ?
définir, tandis que la politique est Celui-ci vient de Freud. C’est le mot
d’esprit. Il n’y a pas de mot d’esprit peu plus tard à réécrire la métapsycho-
sans un public. Il faut qu’il y ait logie freudienne dans son article des
connivence avec lui, que l’émetteur Complexes familiaux, c’est à Durkheim
s’inscrive dans le cadre des connaissan- qu’il fait appel pour situer « la famille
ces et des significations, qu’il se sou- conjugale ». Et c’est enfin chez Lévi-
mette aux idées reçues, que le message Strauss qu’il trouvera le ressort de son
se conforme aux règles du discours en enseignement, je veux dire : la triparti-
vigueur, et c’est alors seulement que le tion du symbolique, de l’imaginaire et
récepteur, en fonction d’Autre, le vali- du réel.
dera comme mot d’esprit. C’est dans CITÉS. — Mais il s’agit là du social,
le champ de cet Autre que le message non de la politique.
spirituel est émis, et, à la limite, par JAM. — C’est exact. Mais l’Autre a
cet Autre lui-même, d’où il part vers le bien des dimensions : sociale, comme
sujet qui le retransmet, lui-même sur- dans l’exemple du mot d’esprit ; lo-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France
pris de la trouvaille qui lui vient d’on gique, quand c’est la vérité qu’il va-
ne sait où. Eh bien, ce processus, que lide ; et aussi politique, quand vous ré-
je vous retranscris en termes laca- duisez sa fonction à celle du signifiant-
niens, Freud l’appelle explicitement maître qui capture le sujet, et l’attelle à
un « processus social ». C’est pour La- un travail dont la jouissance lui est dé-
can le principe commun de toutes les robée. C’est la structure dite « du dis-
formations de l’inconscient. cours du maître », et c’est aussi celle
Je ne vois pas qu’il soit là autre de l’inconscient. Allons jusque-là, qui 113
chose que freudien. Freud inaugure sa sera, je l’espère, parlant pour vous : si
Massenpsychologie en soulignant bien l’homme est un animal politique, c’est Entretien avec J.-A. Miller
que, dans la vie mentale de quelqu’un, parce qu’il est un être parlant et parlé Propos recueillis
quelque autre est toujours déjà impli- – un « parlêtre » –, disait Lacan, sujet par J.-P. Cléro
qué, comme modèle, comme object, de l’inconscient, ce qui le voue à rece- et L. Lotte
comme soutien ou obstacle, de telle voir de l’Autre les signifiants qui le
sorte que la psychologie individuelle maîtrisent, le représentent, et le déna-
est d’emblée psychologie sociale. Les turent, éteignant en lui la jouissance
termes introduits par Lacan, du sujet de l’animal que l’on doit supposer,
et de l’Autre, sont là pour articuler mais dont on ne sait rien, sinon ce
avec précision cette transindividualité qu’on peut entrevoir chez l’animal do-
primordiale. C’est l’orientation la plus mestique. Il s’en produit un supplé-
constante de Lacan, qui précède même ment, ce « plus-de-jouir » qui fait écho
son entrée en analyse. Voyez sa thèse à la plus-value, et dont toute la ques-
de psychiatrie. Elle est consacrée à la tion est de savoir où elle passe, dans
paranoïa, qui est la psychose où la re- quel lieu, dans quelle dimension, et
lation sociale, ici la relation à l’Autre qui se l’approprie.
comme persécuteur, est de premier « L’inconscient, c’est la politique » ;
plan. De même, quand il s’emploie un en proférant cette formule, Lacan n’a
rien fait d’autre que d’annoncer ce dis- vice de la politique. Faut-il y consen-
cours du maître dont il a construit le tir ? Dans ce que je vous ai déjà dit, il y
schéma dans la foulée de Mai 68, sans a la réponse, ou plusieurs, qui ne sont
doute pour indiquer à ses auditeurs, pas forcément compatibles entre elles,
qui se multipliaient alors, déconfits conformément à la logique du chau-
qu’ils étaient de la participation aux dron qui est celle de l’inconscient. Pre-
événements, que l’issue qu’ils cher- mière réponse : non, car c’est contra-
chaient ils la trouveraient plutôt du dictoire avec ce qui est son opération
côté de la psychanalyse, et par le biais propre, qui est de suspendre les certi-
d’une désidéalisation de la politique. Il tudes du sujet et de le séparer de ses
est significatif qu’on ait fait de lui par identifications.
la suite un des hérauts de la pensée-68, Seconde : elle est d’ores et déjà au
alors qu’il n’a eu de cesse de détour- service de la politique, pour autant
ner de l’impasse une génération qu’il qu’elle la désidéalise. La psychanalyse,
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France
voyait se perdre, mais il est vrai qu’il a et plus largement le monde psy, qui
pu se faire écouter d’elle, parce qu’il est à la fois son surgeon et son OGM,
aimait l’énergie de la révolte, qu’il ne concourent sans aucun doute à cette
voulait pas la décourager, l’éteindre, privatisation de l’expérience qui est à
mais la réorienter, la rendre utile. À la fois l’effet, la condition et la plaie
quoi ? Au moins à la psychanalyse ! de la démocratie représentative. Y’a
Disons, au combat des Lumières. besoin de la psychanalyse pour « dé-
114 D’autres, éminents, de la génération tourner les citoyens de la politique
de Lacan couraient après les étudiants en leur intimant de mener un destin
Entretien : ou les couvraient de sarcasmes. Quand essentiellement privé », pour citer
Lacan et la politique vous lisez le Séminaire de L’envers de la votre introduction ? La politique s’en
psychanalyse, qui date de 1969-1970, charge très bien toute seule, et je ne
vous voyez avec quel art il savait leur vois pas pourquoi la psychanalyse
dire leurs quatre vérités, mais sans ai- prendrait le péché sur elle. En re-
greur, avec sympathie, en leur expli- vanche, la désidéalisation a tendance à
quant le tourniquet où ils étaient pris, créer aux gouvernants quelques petites
en les invitant à la lucidité. Vous me difficultés qui ne sont pas pour dé-
demandiez tout à l’heure comment la plaire aux gouvernés. Le mystère est
psychanalyse pouvait intervenir dans nécessaire à la royauté, disait le fonda-
le champ politique. Vous en avez là un teur de The Economist au temps de la
exemple qui est sans doute unique. reine Victoria. Le mystère est dissipé,
Cela ne supposait pas du tout pour et l’auguste magazine s’est déclaré,
Lacan de sortir du champ de la psy- voilà quelques années, républicain. La
chanalyse, mais au contraire d’inviter à confiance n’étant plus là que sous
venir y voir. bénéfice d’inventaire, l’électeur de-
Sinon, de quoi s’agit-il ? Parlons vient consumériste, tandis que la poli-
clair : de mettre la psychanalyse au ser- tique « se privatise ». Les Lumières
n’annonçaient pas autre chose, c’est la ties représentatives ne peut plus se
liberté des Modernes. tourner vers ceux que vous appelez des
Troisièmement : oui, la psychana- citoyens, sans en passer par elle. Ce
lyse est au service de la politique, et n’est pas à vous que j’apprendrai que le
comment ! Les hommes politiques, et marketing politique est devenu un
tout ce qui les entoure au titre de spin art, voire une industrie, qui produit à
doctors, n’ont attendu la permission tire-larigot sigles, slogans, emblèmes,
de personne pour tirer quelques le- catch-phrases, sound-bites, photos-oppor-
çons utiles de la psychanalyse. Déjà tunities, en fonction des données re-
en 1936, se trouvant à Marienbad cueillies à l’aide d’enquêtes sur l’opi-
pour le Congrès international de psy- nion, des sondages pointus aux groupes
chanalyse où il présenta une commu- de discussion thématique. On crée les
nication princeps sur le « stade du mi- mots qu’il faut, comme par exemple ce
roir », Lacan se rendit à Munich aux signifiant récent qui a beaucoup servi
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France
Jeux olympiques, et fut mis en pré- ces temps derniers, « armes de destruc-
sence de Goebbels. « En lui serrant la tion massive » : il a l’avantage de
main, raconta-t-il, j’ai senti qu’il avait confondre deux types d’armes, les
été analysé. » C’était l’ancêtre des spin armes nucléaires et les armes chimiques
doctors. Avant que le spin ne devienne et bactériologiques, dont la puissance
une profession honorée, on appelait ça létale est fort distincte. Ce marketing
en bon français l’intox. On pourrait n’est pas un maquillage. C’est lui qui
parler aussi de Tchakotine et du Viol transforme les options politiques en 115
des foules. Tout cela est contem- force matérielle effective, il est lui-
porain de la découverte freudienne. même la plus puissante des armes de Entretien avec J.-A. Miller
Freud avait d’ailleurs anticipé dans sa désinformation massive et, au-delà, il Propos recueillis
Massenpsychologie quelque chose des conditionne désormais le contenu poli- par J.-P. Cléro
grands mouvements de masse totali- tique lui-même. et L. Lotte
taires, à savoir des sujets épars sont Or il est frappant que, loin de
susceptibles de tomber sous le coup cacher ces docteurs de spin, on les
d’une identification collective pour exhibe, car le public sait qu’ils existent,
peu qu’un objet soit mis en position veut les connaître, veut visiter les cou-
de dénominateur commun idéal. lisses. Donc, non seulement on met en
L’analyse a mis en évidence le carac- scène le décor, mais on fait spectacle de
tère élémentaire des modes de capture l’envers du décor, au moins un envers
du sujet, de son imagination, de son du décor. On ne peut qu’en conclure
désir, et, mieux encore, la simplicité que non seulement les praticiens de la
confondante de leurs ressorts, signi- politique sont les premiers à savoir que
fiant-maître et plus-de-jouir. la politique est désormais désidéalisée
La publicité, devenue une industrie et à faire avec, mais encore que les
essentielle à la consommation, en a tiré citoyens veulent qu’il en soit ainsi. La
profit. La politique dans les démocra- désidéalisation de la politique n’est pas
un malheur de la démocratie, mais son tions, les paysages, comme le montrait
destin, sa logique et, si je puis dire, son Simon Schama. La psychanalyse y par-
désir. On doit constater que la déca- ticipe. Depuis les Lumières, il n’y a
dence de l’absolu dans le champ poli- pas eu de discours plus puissant à faire
tique, qui est heureuse pour autant vaciller les semblants. C’est déjà ce que
qu’elle est à l’opposé du fanatisme, faisait Socrate quand il déambulait
n’ouvre pas seulement la voie à la dis- dans Athènes, mais c’était pour vous
cussion rationnelle de leurs intérêts par introduire à des symboles supposés,
des citoyens dépassionnés, mais aussi eux, tenir le coup. L’ironie de Lacan,
au règne de l’opinion, et au règne sur c’est l’ironie de Socrate, ou même celle
l’opinion, si bien que le débat public se de Marx, mais sans les Idées ni le
déroule désormais dans l’élément de communisme.
l’incroyance et de la tromperie, de la CITÉS. — Belle formule qui semble
manipulation avouée et consentie. On ouvrir des horizons de scepticisme pra-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France
filme et on diffuse les séances de brain- tique... Le fait de se dire psychanalyste
storming de M. Séguéla. L’homme in- implique-t-il nécessairement un choix
dispensable de l’équipe de M. Tony politique ?
Blair, que l’on dit passionné de spin, JAM. — Mais oui. Qui pratique la
tout le monde sait, du moins au psychanalyse doit logiquement vouloir
Royaume-Uni, que c’est son directeur les conditions matérielles de cette pra-
de la communication et de la stratégie, tique. La première, c’est l’existence
116 M. Allistair Campbell, et s’il devait d’une société civile au sens propre,
partir à la suite du suicide de M. Kelly, comme distincte de l’État, celle qu’un
Entretien : M. Blair pourra-t-il survivre ? M. Bush Adam Ferguson voyait émerger sous
Lacan et la politique a lui aussi son jumeau, M. Karl Rove, ses yeux, non sans perplexité d’ailleurs.
plus discret. Etc. Bref, c’est la règle du La psychanalyse n’existe pas là s’il
jeu. Ce sont les conditions objectives n’est pas permis d’ironiser, de mettre
de l’opération politique dans les démo- en question les idéaux de la cité, sans
craties développées. avoir à boire la ciguë. Elle est donc in-
Le déplorer ? Cela aussi fait partie compatible avec tout ordre de type to-
du jeu. D’ailleurs, qui dit encore que talitaire, qui rassemble dans les mêmes
c’est abject ? Quelques imprécateurs mains le politique, le social, l’éco-
peut-être, réduits à l’impuissance, et nomique, voire le religieux. Elle a
quand l’un d’eux a du talent, on se fé- partie liée avec la liberté d’expression
licite du piment qu’il apporte au débat et avec le pluralisme. Elle était inter-
public. Je ne vois que cela s’arrête. dite en Union soviétique, une théo-
Cela est pris dans le mouvement cratie ne saurait l’autoriser, elle ne se
même de la modernité, qui met en développe pas pour l’heure en terre
évidence le caractère artificiel, cons- d’Islam, où reste prévalent l’idéal
truit, de toute chose en ce monde : le de l’Umma, d’une communauté des
lien social, les croyances, les significa- croyants, et elle piétine en Asie. Bref,
tant que la division du travail, la dé- JAM. — Au sens que l’on donne
mocratie et l’individualisme n’ont pas aujourd’hui à ce terme, il ne l’était
exercé leurs ravages, il n’y a pas place ni plus ni moins que la moyenne de
pour la psychanalyse. ses compatriotes, et que Freud lui-
Cela n’a pas empêché qu’il n’y ait même. Il considérait que la psychana-
des psychanalystes communistes, mais lyse s’était dénaturée en traversant
c’est qu’ils imaginaient ou bien que l’Atlantique, que les immigrés qui la
le communisme guérirait les névroses répandaient avaient laissé derrière eux
par la libération sexuelle qu’il im- l’Europe comme un mauvais souvenir,
pliquait, idée démentie par les faits, ou et qu’ils n’avaient eu de cesse de se
bien qu’il était compatible avec l’exis- conformer aux valeurs de ce que l’on
tence d’une société civile, expérience appelait jadis l’American way of life. En
qui n’a pas été faite. Est-ce à dire pour faisant vibrer cette corde, que l’on
autant que le libéralisme est la condi- peut dire politique, Lacan savait cer-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France
tion politique de la psychanalyse ? tainement qu’il se faisait écouter en
Dans le feu de sa polémique contre la France, à gauche comme à droite. On
psychanalyse américaine, qu’il voyait vient de voir cristalliser au niveau poli-
serve des idéaux véhiculés par la so- tique le découplage, qui vient de loin,
ciété de consommation, the affluent so- des sensibilités et des mœurs entre
ciety comme l’appelait Galbraith, La- l’Amérique et la France, voire l’Eu-
can pouvait écrire, en manière de rope. Cela n’empêche pas pour autant
provocation certainement, qu’il trou- l’américanisation de progresser. 117
vait justifiée la prévention que la psy- CITÉS. — À la fin des années 1960,
chanalyse rencontrait à l’Est. Ce que la psychanalyse était apparue porteuse Entretien avec J.-A. Miller
l’on doit constater en tous les cas, c’est d’un idéal révolutionnaire. Pensez-vous Propos recueillis
qu’aux États-Unis, si la psychanalyse qu’il soit possible de dissocier la psy- par J.-P. Cléro
d’orientation lacanienne intéresse les chanalyse de l’usage politique qui en et L. Lotte
intellectuels, sa pratique effective ne est fait ? L’intervention politique de
fait qu’y vivoter, et d’une façon géné- la psychanalyse est-elle impliquée
rale il est à craindre que la psychana- dans sa doctrine ? La psychanalyse
lyse ne s’y étiole, coincée entre les so- s’inscrit-elle comme une idéologie réac-
ciétés d’assurance qui remboursent des tionnaire ?
traitements à durée limitée et les psy- JAM. — Je vous réponds très vite.
chotropes dont l’usage qui se répand à La psychanalyse, révolutionnaire ou
tout-va. Il semble en somme qu’il y ait réactionnaire ? C’est un Janus. Politi-
une voie française vers la psychana- quement, c’est le miroir aux alouettes.
lyse, qui se répand dans le monde la- Ou en fait-on aujourd’hui un usage
tin, mais difficilement ailleurs jusqu’à politique explicite ? Dans les débats de
présent. société, et on lui fait dire le pour et le
CITÉS. — Vous considérerez que La- contre. Qu’est-ce qui est impliqué par
can était anti-américain ? sa doctrine ? Qu’un psychanalyste est
là pour faire des psychanalyses, acces- plutôt que subversive, mais en vain.
soirement pour faire avancer la psy- C’est plutôt quand le sujet est sub-
chanalyse, et pour la répandre dans le verti, qu’il est destitué de sa maîtrise
monde, et s’il intervient dans le débat imaginaire, qu’il sort de la cage de son
public à cette fin, très bien. Mainte- narcissisme, qu’il a une chance de faire
nant, détaillons. face à toutes les éventualités.
Révolutionnaire, la psychanalyse Maintenant, attention, plus ça
ne l’est certainement pas. À l’époque change et plus c’est la même chose,
où l’on parlait encore de révolution, sans doute, mais ça change. Que cela
vers 1968, Lacan évoquait la révolu- reste la même chose veut dire que ce
tion des orbes célestes. Une révolution que vous gagnez d’un côté, vous le
est faite pour revenir au point de dé- perdez de l’autre, et que cela ne se ré-
part. La psychanalyse est plus portée à sorbe pas. Donc, si elle est subversive,
mettre en valeur ce que vous pourriez la psychanalyse n’est pas pour autant
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France
appeler des invariants anthropologi- progressiste, mais pas non plus réac-
ques qu’à placer ses espoirs dans des tionnaire. Est-elle alors désespérée ?
changements d’ordre politique. Elle Disons qu’elle vous opère de l’espoir.
croit opérer à un niveau bien plus C’est l’ablation du Principe Espé-
fondamental du sujet, celui de l’in- rance, pour reprendre le titre à mourir
conscient, et qui ne connaît pas le de rire d’Ernst Bloch. D’où résulte un
temps ou, plutôt, où les points de allégement certain.
118 l’espace-temps sont dans une relation De ce fait, non seulement les psy-
topologique et non pas métrique : le chanalystes ne sont pas des militants,
Entretien : plus lointain se révèle soudain le plus sauf parfois, et non pas forcément
Lacan et la politique proche. Un psychanalyste est donc vo- pour leur bonheur, de la psychanalyse,
lontiers du parti nil novi, qui professe mais ils sont plutôt portés à défriser les
que plus ça change et plus c’est la militants. Il en est résulté qu’ils sont
même chose, sauf que ce ne peut être dépassés par les conséquences de leur
que pire parce qu’on a cru que ce se- opération. Celle-ci a fait vaciller tous
rait mieux. les semblants, et en particulier les
La psychanalyse n’est pas révolu- normes qui tempéraient la relation
tionnaire, mais elle est subversive, ce sexuelle en l’insérant dans la famille et
qui n’est pas pareil, et pour les raisons dans l’ordre de la procréation. Et les
que j’ai esquissées, à savoir qu’elle va psychanalystes auraient voulu que ces
contre les identifications, les idéaux, semblants tiennent le coup jusqu’à la
les signifiants-maîtres. D’ailleurs, tout fin des temps. Eh bien, pas du tout. Le
le monde le sait. Quand vous voyez droit naturel, qui se perpétuait sous
partir un de vos proches en analyse, des formes diverses depuis belle lu-
vous craignez qu’il cesse d’honorer son rette, en a pris un coup. Aux dégâts
père, sa mère, son conjoint et le bon sensationnels que la psychanalyse a pu
Dieu. On a voulu la faire adaptative faire dans la tradition sont venus se
conjoindre, comme par miracle, les JAM. — Si, dans le champ qui est le
possibilités inédites offertes par le pro- vôtre, vous procédiez à un recense-
grès de la biologie, la procréation as- ment des symboles du pouvoir, vous
sistée, le clonage, le déchiffrage du n’auriez pas de doute sur le primat im-
génome humain, la perspective que mémorial du phallus et sur la pri-
l’homme devienne lui-même un orga- mauté politique virile. Cette configu-
nisme génétiquement modifié. ration est entrée en contradiction avec
Alors, le Nom-du-Père n’est plus ce l’esprit de la modernité, les droits de
qu’il était. Cela fait longtemps qu’il l’homme, si je puis dire, le développe-
battait de l’aile, Balzac aurait dit ment des forces productives, etc., et il
depuis le régicide français, depuis la y a à peine cinquante ans que l’on a en
disparition de la société d’ordre, et le France renoncé au monopole électoral
méli-mélo mis dans les affaires du du phallus, moitié moins de temps
monde par le capitalisme, comme que l’avortement est légalisé. C’était
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France
prévu par le Manifeste communiste. La- hier. La nouvelle est-elle déjà parvenue
can notait déjà en 1938, comme un à un inconscient qui tourne en rond
fait acquis, le déclin social de l’imago dans le même sillon depuis toujours et
paternelle, puis, dans les années 1950, qui, de plus, ne connaît pas le temps ?
que le complexe d’Œdipe ne pourrait La psychanalyse n’accorde aucun pri-
indéfiniment tenir l’affiche dans nos mat au phallus, elle le reconnaît, parce
sociétés. Nous y sommes. La décision que c’est ce que lui fournit son expé-
de la Cour suprême dont je parlais en rience. C’est sur le corps du mâle 119
commençant ouvre la voie au mariage qu’est prélevée la forme symbolisant
gay et lesbien. La droite religieuse de- par excellence la turgescence de la Entretien avec J.-A. Miller
mande le vote d’un amendement à la jouissance, forme glorieuse qui su- Propos recueillis
Constitution définissant le mariage blime une réalité qui l’est moins, pour par J.-P. Cléro
comme un lien hétérosexuel à finalité être à éclipses. C’est sans doute à son et L. Lotte
reproductive. L’Église mobilise. La caractère à la fois saillant, visible et
guerre de civilisation, mais intestine évanouissant, transformiste, entre pré-
celle-là, sera passionnante à suivre. sence et absence, qui vaut à l’organe
La psychanalyse est subversive tan- érigé du mâle d’être passé à l’état de
dis que les psychanalystes sont sponta- signifiant et de signification.
nément conservateurs. À bon droit, Le reconnaître, c’est du même coup
car ce bouleversement symbolique se reconnaître que la « signification phal-
paiera. Mais, tout de même, quel aveu- lique », comme disait Freud, s’en va
glement ce serait de ne pas y recon- promener bien loin de son point de
naître la conséquence de leur action ! départ. Cette signification et l’organe
CITÉS. — Mais qu’en est-il alors du mâle, cela fait deux. Rien de plus phal-
primat accordé au phallus ? licisé que le corps féminin, et spéciale-
JAM. — Qui accorde ce primat ? ment quand son défaut est mis en évi-
CITÉS. — Mais la psychanalyse. dence. C’est autour de ce manque, et
en particulier quand il est repéré sur le « Nom-du-Père et signification phal-
corps de la mère, que Freud fait tour- lique » qui tempérait désir et
ner sa clinique. Il montre que la jouissance est désormais soumis à rude
rencontre avec les modalités de ce épreuve à tous les niveaux de la civili-
manque a une fonction décisive quant sation, et qu’il fait la preuve de son
au choix de la névrose et de l’orien- insuffisance. Pour parler comme La-
tation sexuelle. can, sa décadence s’accompagne de la
Maintenant, demandons-nous montée au zénith social du plus-de-
quelle a été de fait la portée politique jouir. Il me semble que nous pouvons
des découvertes de la psychanalyse à ce nous accorder à dire que la jouissance,
propos. Ont-elles joué dans le sens de la poursuite de la jouissance, est désor-
justifier le privilège politique viril par mais une idée neuve en politique.
une sorte de nouveau droit naturel ? CITÉS. — Votre dernière formule ne
C’est le contraire. La psychanalyse a me rapelle pas seulement Saint-Just ; elle
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France
mis en lumière le montage signifiant me fait penser à ce que dit Jacques La-
du primat du phallus. Le phallus est un can dans son Séminaire VII, L’éthique
semblant ; le réel en jeu, c’est la jouis- de la psychanalyse, je cite : « L’exigence
sance ; la norme sexuelle est un arti- du bonheur sur le plan politique a
fice ; le désir n’a pas d’objet naturel : des conséquences. » Récuse-t-il ici la
comme tel, il est pervers. Au terme, théorie marxiste ? l’utilitarisme ?
Lacan a pu dire qu’il n’y a pas de rap- JAM. — Dans la formule de Saint-
120 port sexuel, que le mode de jouir n’est Just : « Le bonheur est une idée neuve
pas programmé de nature au niveau de en Europe », le bonheur, se substitue
Entretien : l’espèce humaine, mais qu’il s’établit au salut. C’est le combat des Lumiè-
Lacan et la politique différemment pour chacun des deux res : faire descendre le bonheur des
sexes, et, à un autre niveau, pour cha- cieux sur la terre. Comme le dit
cun, un par un. Pourquoi, sinon, le Prévert, « Notre Père qui êtes aux
féminisme français des années 1970 se cieux / Restez-y. » D’où, en effet, l’uti-
serait-il regroupé sous l’auvent de litarisme, le règne de l’utile. Mais
Lacan, et pour étudier ses textes ? pourquoi Lacan s’y intéresse-t-il à pro-
Sans doute les psychanalystes, pos des pulsions ? Qu’est-ce que l’uti-
Freud lui-même, ont-ils été en retard litarisme ? C’est le savoir que les signi-
sur la psychanalyse, sans doute se sont- fiants ne sont que des semblants, et
ils montrés dépassés par les consé- qu’il s’agit de les disposer, de les arti-
quences de leur acte, sans doute le culer dans des dispositifs juridiques,
sont-ils encore. Ils ont ouvert la boîte politiques, sociaux, économiques, de
de Pandore et, comme Pandore, ils façon à maximiser le plaisir et de mi-
voudraient la refermer, mais c’est en nimiser la peine. Le plaisir et la peine
vain. Ne leur demandez pas de parta- ne sont pas des semblants, c’est du
ger les espoirs des militants. Il n’en de- réel, et il s’agit d’opérer sur ça en cher-
meure pas moins que le montage chant le meilleur montage signifiant.
L’utilitarisme est un artificialisme dé- jdanovisme français, d’idéologie réac-
traditionnalisteur, si je puis dire, un tionnaire. Elle anticipait sur ce qui
« constructivisme » au sens de Hayek, maintenant crève les yeux, que la
comme l’est le marxisme. Seulement, jouissance est devenue un facteur de la
la question du bonheur, posée jadis au politique.
niveau collectif, est devenue aujour- CITÉS. — Cela crève les yeux ?
d’hui celle de la jouissance, conformé- JAM. — Quels sont les deux livres
ment à la logique individualiste de la de philosophie politique que l’on re-
modernité. tient de la dernière période ? Celui de
CITÉS. — Est-ce que les deux derniè- Fukuyama qui glose la thèse kojé-
res décennies, qui ont changé tant de vienne sur la fin de l’histoire, et celui
données que l’on croyait définitives, ont de Huntingdon sur le choc des ci-
transformé sensiblement les rapports de vilisations, qui ne parle pas d’autre
la psychanalyse et de la politique, si tant chose. Ce qui distingue les civilisa-
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France
est qu’ils fussent aisément déterminés et tions, voire ce qui les oppose, c’est es-
déterminables du temps de Lacan ? sentiellement le mode de jouir, et en
JAM. — Qu’est-ce que le temps de particulier la norme du rapport entre
Lacan ? Disons que c’est le XXe siècle les sexes. Elle est, chez nous, dé-
que Hobchawn fait commencer noncée dans son semblant, alors
en 1917 avec la révolution russe, qu’ailleurs, en Islam notamment, elle
et qui s’achève l’année du bicentenaire est encensée comme naturelle ou divi-
de la Révolution française avec la nement prescrite. Le communisme 121
chute du Mur. C’est l’âge où idéaux et réel a été emporté en Europe par son
idéologies étaient au zénith social. échec à développer les forces pro- Entretien avec J.-A. Miller
Mais les plus lucides pouvaient déjà ductives, mais surtout par le désir Propos recueillis
annoncer que l’enjeu véritable de cette d’accéder à la consommation de par J.-P. Cléro
querelle bruyante, mais aussi immobi- masse. Il n’y a plus que la religion et L. Lotte
lisée par l’équilibre de la terreur, c’était pour tenter de ranimer le désir d’autre
en fait la production et la consomma- chose. Encore lui faut-il se plier au
tion de masse. Ce n’est pas autre chose cadre utilitariste du débat. Que veut
qu’un Kojève, que Lacan tenait pour dire la vogue du born-again aux États-
son maître, appelait la fin de l’histoire, Unis ? Jésus m’a sauvé, je me porte
et qui le faisait se vouer à l’édification beaucoup mieux depuis que je crois.
du Marché commun tout en se disant Jesus is good for you ! La religion peut-
stalinien. La dispute était utilitariste, si elle se marier avec l’utilitarisme et
je puis dire, et elle s’est d’ailleurs réglée le constructivisme de la jouissance ?
sans guerre chaude entre les deux prin- Pour le christianisme, c’est très
cipaux protagonistes. La psychanalyse avancé, en dépit de la belle résistance
portait plutôt à prendre quelque dis- qu’oppose le Vatican. Pour le boudd-
tance et à désidéaliser ce qui lui hisme, cela ne fait pas difficulté.
valu d’être taxée, au beau temps du Voyons ce qu’il en sera pour l’Islam.
Alors, si vous m’accordez que la un désir inédit, ce désir se communi-
jouissance est devenu un facteur de la quer de proche en proche, dans une
politique, la psychanalyse va-t-elle, conjoncture historique donnée, bien
doit-elle conserver la même distance entendu, donner naissance à une com-
volontiers sarcastique à l’endroit de la munauté des croyants, et devenir évi-
politique qu’à l’âge des idéologies ? Je demment un facteur de la politique.
crois qu’elle ne le pourra pas. Le privé Lénine n’a pas fait autre chose, et il a
devient public. C’est là un très vaste transmis à une élite un désir très dé-
mouvement, un destin de la moder- cidé, qui a fini par dépérir et se résor-
nité, et la psychanalyse y est en- ber. Dans toute la question des natio-
traînée, pour le meilleur et pour le nalités au XIXe siècle, la question du
pire. désir est très présente. Au XXe, parlons
CITÉS. — À ma connaissance, Lacan des Catalans, des Basques, du rôle que
n’a pas écrit un ouvrage de politique, joue l’investissement libidinal de la
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France
alors qu’il a écrit un ouvrage d’éthique langue maternelle, et le montage signi-
auquel il tenait, à juste titre, beaucoup, fiant qui la fait passer de l’oral à l’écrit,
le séminaire de L’éthique de la psycha- voire qui la réinvente. Il y a encore le
nalyse. Ce livre ne contient explicite- désir farouche des Israéliens. Quand
ment que peu de propos sur la politique. on s’inquiète de l’effet sur leur « mo-
Les considérations portant sur ce terrain, ral » des attentats-suicides, de quoi
en dépit des troubles de cette période, parle-t-on, sinon de leur désir ? C’est
122 sont souvent liminaires et assez fuyantes. toujours cela qu’il s’agit d’atteindre,
Ce relatif silence, au moins direct, sur en dernière instance, chez l’ennemi. Il
Entretien : la politique ne tient-il pas au fait n’est pas vaincu, dit-on, tant qu’il ne
Lacan et la politique qu’aucune politique du désir ne vient l’a pas admis. Disant cela, on vise dans
faire pendant à l’éthique du désir qu’il le sujet quelque chose d’intraitable,
préconise ? S’il est possible de mener un qui est sourd aux bonnes raisons et à
destin individuel « sans céder sur son dé- tout prêchi-prêcha, qui est de l’ordre
sir », selon la maxime célèbre, et à du désir. Lacan dit quelque part son
condition qu’on n’en comprenne pas la admiration pour le non du 18 Juin
formule dans les limites trop étroites de comme pour l’intrépidité du peuple
la seule déontologie du psychanalyste, on anglais, reposant sur un rapport véri-
ne voit pas trop ce que signifierait cette dique au réel, qui fait contraste avec
règle éthique, étendue à une collectivité, les fantasmagories et le radotage sénile
sous quelque entité qu’elle se présente : dont Vichy berçait les Français. Et
volonté générale, moi collectif, corps po- quand on essaie de construire une
litique, république, Commonwealth. nouvelle communauté politique par
JAM. — Ah, je ne suis pas d’accord un montage signifiant complexe, mais
là-dessus. On peut tout à fait parler sans solliciter le désir, eh bien on s’en
d’une collectivité en termes de désir. aperçoit ! Je pense à l’Union euro-
Vous voyez un Luther mettre au point péenne.
Je crois donc qu’il y a une politique D’un côté, le bouffon qui profère des
du désir, ne serait-ce que parce que la vérités sans conséquences, l’imbécile ;
politique joue des identifications, et de l’autre, la canaille qui s’accommode
qu’il n’y a pas d’identification qu’un de l’ordre du monde. Avec ce curieux
désir ne supporte. C’est en ce sens que entrecroisement qui fait qu’en masse
la psychanalyse, elle, n’est pas une po- les hommes de gauche se conduisent
litique, mais une éthique, qui s’exerce en knaves – je suppose que cela désigne
en sens contraire. Et c’est ce qui justifie les staliniens – et les hommes de droite
les énoncés tranchants, provocants, an- en fools – cela, dit au temps de la guerre
tipolitiques, que vous trouvez à ce pro- d’Algérie. C’est sommaire, sans doute,
pos dans le séminaire que vous citez. mais sans quartier. On se dit que voilà
Lacan fait de l’homme de gauche un un psychanalyste qui ne cède pas sur
fool, de l’homme de droite un knave. son désir !
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 90.3.180.138 - 19/10/2019 10:09 - © Presses Universitaires de France
123

Entretien avec J.-A. Miller


Propos recueillis
par J.-P. Cléro
et L. Lotte

Vous aimerez peut-être aussi