Vous êtes sur la page 1sur 50

5 CLÉS

POUR RENDRE VOTRE

MÉDITATION
VRAIMENT EFFICACE

+ PAS À PAS
+ LIBRE ET SEREIN
+ RÉSULTATS CONCRETS
BIENVENUE

MERCI et FÉLICITATIONS de vous être procuré cet ebook pour vivre cette expérience transformante
d’une méditation puissante.

La spiritualité est revenue dans l’air du temps, et les programmes de méditation fleurissent. Chacun
a certainement son analyse d’un tel succès. De mon côté je suis convaincu que les enjeux et
bouleversements profonds de notre époque nous donnent le désir de nous centrer sur l’essentiel :

- Vous aussi, vous en avez assez du matérialisme ambiant et intéressé qui ne prend pas
réellement soin des gens dans toutes les dimensions de leur vie et de leur personne ?
- Vous aussi, avec stress du boulot, de la vie de famille, des rythmes effrénés, vous manquez
de moments pour reconstituer rapidement et efficacement votre énergie et vos forces
intérieures ?
- Vous aussi, vous êtes attirés par la beauté d’un moment de silence, de profondeur,
d’intériorité et d’intimité spirituelle ?
- Vous aussi, vous sentez cette envie d’exprimer votre potentiel intérieur, émotionnel,
spirituel, cette énergie vitale qui vous habite et vous fait avancer, pour une vie vécue avec
plus de plénitude, de liberté et de sérénité ?

Si vous répondez oui à une de ces questions, cet ebook est fait pour vous . La méditation apporte
une réponse à ces questions. Et une réponse concrète, accessible, simple et possible depuis chez
vous, qui s’intègre facilement au mode de vie contemporain.

Cependant si une première expérience de méditation est facile et accessible à tous avec un certain
nombre de méthodes et de techniques, un constat déçu se produit souvent au bout de quelques
temps : « Je n’ai pas expérimenté de vraie transformation » ; « les mêmes angoisses se
reproduisent » ; « rien n’a changé. » Pourquoi le résultat n’est-il pas à la hauteur ? Les attentes

2 / 50
profondes, la quête essentielle de notre être n’a pas été nourrie. Paix, bonheur et sérénité sont des
belles promesses, mais comment garantir ces résultats ?

Comme personne n’est intéressé de perdre son temps et son énergie au risque d’être déçu après
plusieurs mois de pratique persévérante, avec le sentiment comme de s’être investi pour du vent, il
est important de se poser les bonnes questions au départ. L’apport de la méthode que je vous
propose ici est celle du sens, un vrai sens.

La méditation chrétienne est encore peu connue. Mais je fais le constat autour de moi qu’elle est
redécouverte aujourd’hui avec une immense force. Car elle propose une sagesse authentique et
vraie, avec des exercices simples qui conduisent à une authentique paix du cœur : équilibre humain,
intelligence épanouie, liberté profonde, amour inconditionnel. En un mot, elle rend l’homme
vraiment libre, le cœur accueillant à la gratuité inconditionnelle et infinie qui est donnée d’ailleurs.
Dans mon langage j’appelle cela la grâce divine.

Je vous propose ici 5 clés pour baliser un chemin sûr et certain vers une pratique de la méditation
qui rejoint les aspirations les plus profondes de la personne humaine, à l’école d’une sagesse
chrétienne éprouvée. En suivant ces balises, vous ne pouvez pas vous perdre.

C’est l’originalité de mon approche. À la différence des courants orientaux, je vous invite à découvrir
ou redécouvrir la puissance totalement inexplorée de la méditation chrétienne, et plus
particulièrement catholique*, pourtant enracinée dans quatre millénaires d’expérience richissime.
Et c’est cette richesse que nous allons explorer ensemble pour qu’elle puisse devenir vôtre, si vous
le voulez bien, pas à pas, à votre rythme, avec les éléments de base dans cet ebook.

Je vous partage dans ce livre mon expérience, parce que je veux vous aider à gagner un temps
précieux en allant droit à ce qui est important et entrer dans la joie d’une méditation qui donne des
résultats. Pour cela, 5 clés et un outil concret que j’aborde dans la dernière partie. Il vous restera
ensuite à approfondir les axes que vous souhaitez, par exemple grâce au contenu que je présente
régulièrement sur le blog ou en vidéo ou mes formations. Je suis certain que vous avancerez à pas
de géant pour être heureux de votre vie transformée et renouvelée. Libre et sereine, pleine de
grâce.

Bonne découverte ! Amicalement,

Christophe
3 / 50
* Protestants ou évangéliques, Je vous invite à consulter l’encart page 7.
QUI SUIS-JE ?

Je m’appelle Christophe Renault, et je suis chrétien, chrétien


lambda, comme on dit. Je ne suis pas moine ou religieux, mais
pleinement engagé dans ma vie professionnelle, amicale et
familiale, j’ai débuté la pratique de la méditation chrétienne il
y a seulement quelques années grâce à une expérience
spirituelle forte qui a transformé ma vie. J’ai senti le besoin de
me connecter à cette force divine qui m’avait touché. Je
travaillais alors pour une grande entreprise en région
parisienne à la Défense et j’habitais quelques minuscules mètres carrés parisiens à Châtelet, c’était
pratique pour les transports en commun. C’est là qu’à métro-boulot-dodo, j’ai ajouté méditatio .

En commençant à méditer, j’ai eu besoin d’une méthode, d’un guide. D’une façon que je relis
aujourd’hui comme providentielle, je suis entré pour la première fois dans une librairie chrétienne.
J’ai trouvé un petit livre qui venait de sortir, une lettre du pape Jean-Paul II aux chrétiens sur le
thème de la prière. Le petit livre était assez court pour ne pas me rebuter, alors je l’ai acheté. Jean-
Paul II partageait dans cette lettre sa passion pour la prière et spécialement pour cette prière
chrétienne qu’on appelle le rosaire. Il y donnait sa méthode, pourquoi cette forme de méditation
était d’une immense profondeur, pourquoi elle constituait une méthode valable pour les temps
contemporains et les besoins d’aujourd’hui. À cette prière qui parcourrait et contemplait la vie du
Christ en 15 étapes appelées les mystères, Jean-Paul II proposait d’ajouter la méditation de 5
moments importants de sa vie publique, qu’il appelait les mystères lumineux. Aujourd’hui, le rosaire
est donc constitué de 20 mystères.

Les chemins de Dieu sont impénétrables, dit-on. C’est comme si ce livre m’attendait. Ça me plaisait
de penser que le pape se permettait de changer une prière qui avait plusieurs centaines d’années
d’existence pour la moderniser. Je trouvais ça audacieux et même osé de faire bouger ce qui
semblait gravé dans le marbre depuis des siècles. Et comme le pape expliquait sa méthode pas à
4 / 50
pas, je me suis senti concerné personnellement comme débutant et je me suis dit que j’allais essayer
de méditer le rosaire avec ses mystères lumineux. Évidemment, c’est un exercice de méditation qui
prend un peu de temps, mais j’avais vraiment décidé d’entrer dans la méthode et j’étais justement
en vacances à ce moment-là. Alors j’ai pris l’espace et le temps pour ça, avec méthode et application,
détermination aussi. Ce qui m’a énormément impressionné est la rapidité avec laquelle j’ai plongé
dans une intense méditation. Deux heures sont passées comme en 2 minutes. Tout me parlait, des
étapes de la vie du Christ, et je me souviens de ce sentiment intérieur qui devenait presque
physique, d’être éclairé, illuminé par la vie du Christ. Tout prenait sens et s’organisait, et en l’espace
de ces quelques instants de méditation, en partant de zéro, j’ai goûté une paix et une liberté comme
je n’en avais jamais vécues auparavant. C’est ainsi que le rosaire est devenu mon guide personnel.
Sa méthode me permettait d’avoir un appui sur lequel poser ma méditation pour lever les yeux vers
le ciel et contempler, me laisser visiter par la grâce de Dieu. En mettant en œuvre cette méthode
simple pas à pas, ma vie avait été renouvelée profondément.

J’ai donc reproduit l’expérience régulièrement, et chaque fois que je prenais le temps, après le
boulot le plus souvent, pour méditer sérieusement, mon intelligence était éclairée d’une lumière
nouvelle : aussi bien le fond et la forme de cette méditation m’ont entraîné dans une croissance
spirituelle fulgurante, moi qui n’y connaissais rien ou presque. Mon bien-être se voyait et j’avais des
retours de gens autour de moi qui me le disaient car ils constataient ma joie et ma paix intérieure.

Cette découverte qui a transformé ma vie durablement a été de pair avec la surprise de voir
qu’extrêmement peu de monde, même chez les chrétiens, prenait le temps de pratiquer la
méditation. Du coup très peu en parlaient. Heureusement que j’avais pu trouver ces mentors, si je
peux dire, en Jean-Paul II et plus tard dans la figure de Mère Teresa, qui témoignaient combien la
puissance du rosaire avait, bien avant moi, transformé leur vie. Je suis même allé à Calcutta quelques
temps pour essayer comprendre la puissante intuition de Mère Teresa et pourquoi elle a eu un tel
rayonnement : j’ai compris qu’elle avait fondé et enraciné son œuvre dans la méditation et la prière,
spécialement le rosaire. Et j’ai même eu le bonheur de retrouver des racines de rosaire dans ma
famille où certains anciens avaient fait cette expérience avec fruit.

5 / 50
Rapidement, en voyant les résultats de cette méditation dans ma vie je me suis dit : « Christophe,
tu dois diffuser ce secret. » J’ai rassemblé quelques amis chez moi, et nous priions pendant plusieurs
heures d’affilée sans voir le temps passer. Le miracle, si je puis dire, se renouvelait à plusieurs. Après
quelques mois, j’ai proposé cette expérience dans une église, à Paris, la Chapelle de la Médaille
Miraculeuse, qui a accueilli notre petit groupe et nous avons lancé un groupe de méditation du
rosaire. Aujourd’hui, 4 fois par an, plus de 500 personnes continuent de venir à ce groupe et en
ressortent transformés. Une association de jeunes est née de là, l’Alliance Mariale, pour diffuser
cette intuition avec un Festival chaque année, appelé le Festival Marial. Ces événements ont touché
à ce jour des milliers de personnes et se poursuivent avec enthousiasme et fruits, j’en suis plein de
gratitude.

Aujourd’hui je me dis qu’en parallèle de mon activité professionnelle d’entrepreneur, conférencier


et agence digitale, j’ai reçu un appel intérieur authentique à faire connaître encore plus largement
cette forme de méditation : je suis convaincu de sa puissance pour transformer votre vie, puisqu’elle
a transformé la mienne, alors que je partais de zéro, et on peut même dire que « j’étais dans les
moins » . Je ne sais pas où vous en êtes dans votre vie, mais c’est peut-être aussi votre cas alors
sachez qu’en suivant pas à pas le chemin de la méditation avec le rosaire, avec quelques
recommandations et la pédagogie que je suis heureux de vous partager, vous pourrez bénéficier de
mon humble expérience pour aller encore plus vite et plus loin. C’est mon souhait le plus cher, que

6 / 50
de nombreuses personnes deviennent des experts de la méditation et de la contemplation grâce au
rosaire.

Si vous voulez être guidés pour les pas qui suivront cet ebook, je continue de développer des
formations pour vous aider à entrer encore plus profondément dans la vie spirituelle : elles donnent
des repères pour grandir en humanité et en liberté, dans une plénitude quotidienne qui permet de
surmonter avec plus d’aisance les difficultés de la vie, avec la grâce à Dieu.

Mais pour l’heure, entrons dans le vif de notre sujet : quelles sont ces 5 clés pour rendre votre
méditation vraiment efficace ?

Note

Vous êtes de confession luthérienne, évangélique, ou d’une autre confession protestante ? Soyez
également bienvenu(e) dans la lecture de ce guide offert !

Étant moi-même catholique, et ayant fait une expérience de Dieu forte dans le contexte catholique,
certaines formulations ou propositions de ce livre pourront vous sembler hors du propos de votre
confession, notamment sur le pape, Marie ou le rosaire.

Mon intention n’est pas de vous choquer ni provoquer. J’ai grandement à cœur l’unité des Églises
et j’ai moi-même beaucoup reçu de protestants qui m’ont partagé leur amour de la Parole de Dieu
et de la louange.

Je vous invite donc, si vous en sentez le besoin, à lire les parties de cet ebook qui sont compatibles
avec vos propres convictions. La lecture du reste, je l’espère, si elle vous intéresse, pourra peut-être
vous apporter une connaissance renouvelée de certains traits de la spiritualité catholique.

Que Dieu vous bénisse. Je vous suis bien uni dans la prière pour l’unité des chrétiens.

7 / 50
POURQUOI CE GUIDE ?

Avec l’expérience que j’ai acquise, j’ai vu combien c’est un gain de temps et d’énergie de se laisser
guider : réinventer les étapes essentielles peut coûter énormément de temps et d’argent alors que
d’autres ont déjà fait le travail et le partagent gracieusement si possible.

Avec le constat que la méditation chrétienne est très peu proposée aujourd’hui, comme dépréciée
devant la méditation orientale ou pleine conscience, je veux faire redécouvrir sa valeur immense,
sa facilité d’accès pour tous, même (surtout) pour les enfants, fondée dans des racines millénaires,
et sans dogmatisme.

Pour ces raisons, j’ai identifié 5 clés qui sont selon moi les plus importantes pour ne pas se perdre
en chemin : je vous les donne ici, avec mes conseils pratiques et astuces qui vous seront les plus
utiles.

Mais la méditation chrétienne


est-elle vraiment pertinente ?

J’aime les images qui résument souvent mieux les choses que les discours. Je voudrais vous
emmener en esprit dans la ville éternelle, Rome. Peut-être y avez-vous déjà été, ce sera sans doute
plus facile pour vous de vous y repérer. Sinon, peut être que ces quelques lignes vous donneront
envie d’aller y faire un tour ?

Nous arrivons à la grande gare de trains de Rome, la gare de Termini. A quelques encablures de là
se trouve une église, Sainte Marie de la Victoire, dans laquelle, sur le côté gauche, vous voyez
émerger de la pénombre une des plus belles sculptures qui existe de l’expérience spirituelle :
l’extase de sainte Thérèse d’Avila par le Bernin. Thérèse d’Avila est une religieuse espagnole du

8 / 50
16ème siècle qui a fait une expérience extraordinaire de l’oraison, une forme de méditation. Cette
expérience recentrait la vie monastique sur l’oraison silencieuse, l’oraison du cœur pour faire
grandir l’âme. Thérèse la Grande, comme on l’appelle, a diffusé le cadeau inouï de cette
(re)découverte dans toute l’Europe et le monde entier en réformant son ordre religieux, l’ordre du
Carmel. Elle a écrit des ouvrages magnifiques, et notamment le château intérieur, qui décrit l’âme
humaine, le cœur humain, comme structuré en 7 demeures, toujours plus intérieures les unes aux
autres. Et au cœur du cœur se trouve le lieu de la présence divine. Thérèse a décrit avec beaucoup
de précision les différentes étapes qui conduisent d’une demeure à l’autre. Ses livres et ses œuvres
ont fait immensément grandir la pratique de la méditation en occident, méditation toujours
pratiquée aujourd’hui dans l’enceinte des monastères et par de plus en plus de laïcs. L’oraison
thérésienne est un chemin sûr pour atteindre ce qu’elle appelle le mariage spirituel, l’union de l’âme
avec Dieu qui transforme l’âme et lui donne une capacité nouvelle de plonger dans l’amour divin,
lieu du bonheur vrai et infini. C’est cette hauteur spirituelle, à la beauté saisie dans le marbre, que
le Bernin a voulu représenter dans l’Église Sainte Marie des Victoires. Et il a visiblement réussi

9 / 50
En poussant nos pas romains vers le Tibre, nous le traversons pour emprunter la Via Della
Conciliazione vers la silhouette bien connue de la basilique saint Pierre de Rome. Nous passons la
colonnade du même Bernin pour entrer dans l’immense église, encadrés par des hordes de
touristes. Mais pour nous, dans le silence du profond recueillement qui nous a saisis, nous n’irons
pas plus loin que cette chapelle, sur la droite en entrant, où se trouve le chef d’œuvre universel
qu’est la Pietà de Michel-Ange. Nous ne sommes plus là dans l’extase divine comme sainte Thérèse,
mais nous contemplons la Mère avec son Fils mort sur les genoux. Comment décrire cette mère ?
Mère de douleur et de paix, mère de souffrance et de pardon pour tous les bourreaux de son Fils.
La Pietà est en effet une représentation de Marie, Mère de Jésus-Christ, qui accueille son Fils alors
qu’il vient de mourir crucifié injustement, et que son corps affreusement meurtri est détaché et
descendu de la croix. Nous ne sommes plus dans la gloire de la méditation Thérésienne, mais dans
la douleur d’un cœur de Mère qui se penche sur son Fils. Elle a le maintien royal, et pourtant elle
est la servante par excellence de celui qui vient de donner sa vie pour l’amour et le salut de tous les
hommes. Elle ne se répand pas en plaintes affligées et démonstratives. Elle ne juge personne non
plus. C’est son cœur qui aime et qui souffre un martyre inconnu, en voyant les douleurs que le
monde a infligé à son Fils innocent, agneau sans tâche comme mené à l’abattoir par la jalousie des
hommes.

10 / 50
Nous sommes dans l’autre extrême de la méditation chrétienne : la compassion de Marie, son
amour dans la souffrance offerte, par un amour indescriptible, sont inégalables. Marie pardonne, à
la suite de son Fils, à tous les bourreaux, à tous les pécheurs. Elle n’a pas une seule parole de
malédiction, mais elle bénit Dieu d’avoir accompli la grande œuvre de la Rédemption. La compassion
de la Mère, comment la comprendre ? Peut-on l’imaginer ?

Voilà comment à travers ces deux artistes incomparables et leurs chefs-d’œuvre, les deux pôles de
la méditation chrétienne nous sont rendus perceptibles : pôle de gloire et d’union mystique d’un
côté, et de l’autre, pôle d’amour inconditionnel, de compassion héroïque et pur pardon. La gloire et
la croix.

La méditation chrétienne trouve là toute sa puissance : elle ne craint pas de plonger dans
l’expérience la plus profonde comme d’être élevée à une contemplation sublime. Elle embrasse
toute l’épaisseur de la vie humaine, du plus difficile au plus glorieux, dans une union forte, concrète
et créative entre le charnel et le spirituel.

11 / 50
5 CLÉS
POUR UNE MÉDITATION EFFICACE

CLÉ 1
Être plus efficace
grâce à un rituel de méditation

L’importance des rituels n’est plus à démontrer. Capital dans l’éducation et la transmission entre
parents et enfants, mais aussi dans la vie des adultes, le rituel apporte de nombreux bienfaits :

- Le rituel marque votre croissance : les grands rituels de la vie donnent un cadre qui marque
les passages majeurs de la vie : avoir son bac, passer le permis de conduire, se marier... Les
rituels correspondent souvent à des étapes de croissance, l’entrée ou la sortie d’un âge de
la vie.

- Le rituel vous donne une appartenance et évite la solitude : dans un groupe, les rituels vont
manifester la culture de ce groupe, ses racines, son identité, ses codes, et déterminer la
limite d’appartenance ou non à ce groupe. Les rythmes de la vie de famille, ou le petit café
du matin avec votre équipe en arrivant au travail en sont des exemples quotidiens.

- Le rituel rend votre action facile : construire un rituel c’est comme muscler une
compétence : quelques semaines sont nécessaires pour changer une action en habitude. La
répétition quotidienne à une même heure, rend au bout d’un moment facile l’exécution du
rituel. Se lever le matin devient beaucoup plus facile quand c’est tous les jours à la même

12 / 50
heure.

- Le rituel vous apporte sécurité et évidence. On se pose bien moins de questions quand une
action est ritualisée. Un coucher qui passe chaque jour par les mêmes étapes facilite
l’endormissement et l’entrée paisible dans la nuit. Par exemple, les enfants ont besoin du
bisou des parents pour s’endormir.

- Le rituel vous rend solide et flexible à la fois : le rituel de lever est important pour entrer
dans la journée sereinement et avec assurance, il apporte certitude et solidité. Attention
cependant à ne pas confondre rituel et obsession : par moments il faut savoir remettre en
question des rituels existants pour éviter le syndrome « vieux gars » ou « vieille fille. »
Optimiser ses rituels est un art, dans lequel l’essentiel est de garder la sève de la vie, entre
l’écueil de l’obsession et celui de la paresse.

- Le rituel développe vos capacités personnelles : selon les psychologues et spécialistes des
neurosciences, les rituels permettent le développement de la mémoire, de la confiance en
soi, de la confiance et relation à autrui, de capacités comme l’anticipation, l’organisation
de l’espace et du temps. Avec des rituels, l’enfant se sent en sécurité pour mieux
apprendre et grandir efficacement. Ceci se transpose aisément à l’adulte.

Cet ebook n’étant pas une étude des rituels je m’arrête là avec cette idée à vous proposer :

Amusez-vous à noter vos rituels personnels, ceux de votre famille,


de votre environnement professionnel.

Il est important de dire qu’on a souvent oublié l’importance du rituel dans la méditation chrétienne
personnelle. Le rituel a comme été « réservé » pour les célébrations communes. Or se donner un
rituel de méditation vous permet de profiter de tous les bienfaits évoqués au bénéfice du
développement de votre vie spirituelle : vous pouvez mettre en place une routine simple qui vous
donne un cadre stable et paisible.
13 / 50
Quels sont les dimensions de ce cadre à vous donner ? J’en vois 5 élémentaires.

- Votre espace
- Votre temps
- Votre posture corporelle
- Votre silence
- Le contenu de votre méditation

Je détaille ces 5 éléments.

- Votre espace d’abord : fixez-vous un endroit chez vous que vous aimez bien, toujours le
même : dans l’idéal, un espace dédié à ça, intime et paisible, un lieu agréable qui n’est pas
en courant d’air, éclairé à votre convenance. Vous y êtes à l’aise et vous pouvez respirer en
toute liberté, l’espace vous permet de prendre des postures corporelles aisées. La
décoration de cet espace a son l’importance. À titre personnel, j’aime une certaine
sobriété mais je connais des personnes qu’une décoration plus abondante aide à méditer.
C’est vous qui choisissez votre espace ! Vous savez aussi que bien souvent, l’espace
extérieur dit comment notre espace intérieur est agencé lui aussi pour la méditation. Une
pièce encombrée, mal rangée, qui manque de propreté, dit un espace intérieur encombré
et rend difficile la pratique de la méditation priante.

N’oubliez pas que le ménage de printemps peut se faire toute l’année. 😉

- Votre temps : de la recommandation de tous les spirituels, fixez-vous un temps. Vous


pouvez commencer par 5 minutes chaque jour. Le secret n’est pas dans la durée, mais dans
la régularité quotidienne. Mieux vaut 5 minutes par jour qu’une heure toutes les semaines.
La régularité et la fidélité vont de pair avec une organisation de la journée qui le permet.
Pour ma part, je m’organise pour me lever à 6h chaque matin, et je médite de 6h30 à 7h30
tous les matins. Quand c’est le weekend ou les vacances, les choses se corsent et je fais
grandir ma flexibilité ! Mais je prévois dans mon agenda ce créneau d’une heure quoi qu’il
14 / 50
arrive, aussi parce qu’étant bien conscient de ce secret de la régularité, je sais que si je
lâche une fois, le lendemain il sera un peu plus difficile de m’y remettre et le surlendemain
encore davantage. Voilà qui demande une décision affirmée et une certaine ascèse
pratique.

Utilisez un réveil pour éviter de vous préoccuper du temps passé ou pas…


C’est un exercice intéressant de méditer sans regarder sa montre.
Le réveil sonnera la fin du temps de méditation que vous vous êtes donné.

- Votre posture corporelle est essentielle, pour favoriser une respiration tranquille, paisible,
régulière. Vous pouvez d’ailleurs commencer votre temps de méditation par des exercices
de respiration (cohérence cardiaque) qui aèrent le cerveau et rendent plus disponible et
attentif à la méditation. Vous pouvez changer de posture pendant la durée de votre
méditation, en trouvant le juste équilibre entre endormissement et agitation, dans une
présence attentive. Si vous avez la condition physique qui le permet, la posture que
j’apprécie et que je recommande est d’être agenouillé, assis sur un petit banc de prière
d’environ 15 cm de haut, en se levant quand c’est nécessaire pour vous oxygéner faire
circuler le sang, ce qui recentre et dynamise la prière et la méditation. Occasionnellement,
j’aime bien aussi prendre quelques minutes la posture de la prosternation devant Dieu,
porteuse d’humilité et de paix. En synthèse, la meilleure posture est celle où vous vous
sentez à l’aise et qui manifeste corporellement l’attitude intérieure que vous recherchez
dans votre méditation.1

Vous trouverez des exemples de banc de prière sur Amazon* :

Banc de prière en chêne

Banc de prière rembourré et pliable

* En toute transparence, je propose certains liens en affiliation, ce qui ne vous coûte rien de plus mais me permet de
continuer à vous partager cet ebook gracieusement.
15 / 50
- Votre silence : comment faire le silence des émotions et des pensées pour se connecter
avec Dieu et l’écouter si l’on est dans le bruit ? Il s’agit de faire le silence extérieur,
d’abord : pardon de redire cette évidence, mais personne ne peut méditer
convenablement avec près de soi les ondes sonores et publicitaires de la TV, de la radio ou
du web. Mettez votre téléphone en mode avion pour éviter les notifications intempestives
ou même seulement pour éviter de garder une case de votre cerveau attentive au message
éventuel que vous pourriez recevoir. Ensuite comment réduire les sources externes de
bruit impondérables comme la rue, les voisins, ou les enfants ? Le choix du moment de la
méditation compte ici beaucoup : ma préférence est de méditer tôt le matin, l’ambiance
nocturne est calme et favorable. Pour un calme assuré, une de mes astuces est de vous
procurer un casque antibruit. C’est la garantie d’un silence profond et durable, sans
inquiétude pour l’environnement sonore, et ça peut vous servir dans bien d’autres
occasions. Et dans la méditation personnelle, ces oreilles de Mickey ne feront rire personne
d’autre que vous.

Là aussi, Amazon propose de bons casques anti-bruit :

Casque pas trop cher

Casque 3M

Le silence intérieur est un autre enjeu essentiel. Pour l’accueillir, il y a 3 niveaux à visiter :
le silence du corps et du mouvement, le silence des sentiments et des émotions, le silence
des pensées et de la volonté. C’est un travail à faire et à refaire souvent, sans obsession
mais avec simplicité et détermination. Si vos pensées s’égarent, revenez paisiblement sur
l’objet de votre méditation et reprenez-en le fil. Respiration et posture vous aideront à
rester concentré et bien éveillé. Si vous tombez de sommeil, écoutez-vous : une petite
sieste vous fera sûrement le plus grand bien.
Au début, le silence extérieur et intérieur peut produire une vraie difficulté et même une
anxiété : le monde contemporain nous y habitue trop peu. Dans ce cas une musique douce,

16 / 50
une méditation guidée, une lecture spirituelle ou une prière enregistrée peuvent vous
aider à apprivoiser le silence. Ne vous mettez pas la pression.

Ces prières et méditations que j’ai enregistrées peuvent vous aider :


Prière du soir avant de dormir

Prière du matin

- Le contenu de votre méditation est le 5ème élément pour construire votre rituel à votre
convenance. Commencer par des exercices simples de respiration et de posture aide à se
centrer. Ensuite, le contenu s’adapte à l’objectif de votre méditation. Comme le but de la
méditation chrétienne est de recevoir le bonheur, la liberté et la sérénité, en un mot la
grâce comme don de la contemplation de Dieu et au final de communier à Dieu lui-même,
les chemins concrets pour y parvenir sont multiples : certains aimeront commencer par
une lecture spirituelle, s’arrêter sur la méditation de quelques mots. D’autres stimulent
leur gratitude pour Dieu, pour les dons reçus de la journée, de la semaine, du mois écoulés.
D’autres encore pratiquent la méditation d’un passage biblique en s’identifiant tour à tour
à chaque personnage. Les traditions de méditation sont multiples et d’une richesse inouïe.
Certains préfèreront la liberté de l’improvisation dans la méditation amoureuse. C’est
encore ici une question d’équilibre entre les deux extrêmes de la rigidité obsessionnelle et
de la dilution molle.
Dans mon expérience, j’aime être précis sur le contenu de mon heure matinale de
méditation, ce qui me permet de rester concentré, mes facultés mobilisées sans
m’endormir si la nuit a été courte. Ça donne aussi un rythme et un objectif à ma
méditation. Je m’organise en plusieurs étapes : un chapelet médité intérieurement,
quelques prières vocales, un chapelet à la miséricorde divine, et le silence du cœur.

17 / 50
Ma recommandation principale est de construire votre contenu de méditation
autour d’un noyau de méditation. Selon moi les 5 clés que je propose dans cet
ouvrage trouvent leur réalisation par excellence dans la prière du chapelet : c’est
mon noyau dur incontournable. Et vous, quel est le vôtre ?

Avec ces éléments posés, vous êtes prêts désormais à entrer dans le cœur de l’expérience pour
goûter l’efficacité de la méditation chrétienne, au point où elle devient vie spirituelle et profonde
union à Dieu. Voyons les clés suivantes pour cela.

18 / 50
CLÉ 2
Méditer plus facilement
en partant de la Bible

Au cœur de la méditation chrétienne, et c’est le point principal qui la différencie de la méditation


pleine conscience ou d’autres méditations orientales, il y a un but : expérimenter l’union d’amour
avec Dieu qui nous rend vraiment heureux. C’est ce que nous avons vu en parlant de l’oraison de
Thérèse d’Avila : la demeure la plus intérieure de notre être, la fine pointe de notre âme, diront
d’autres spirituels, c’est la chambre nuptiale, le lieu de l’union intime avec Dieu.

Pour les chrétiens, ce Dieu n’est pas simplement une énergie positive ou un amour vague qui rend
notre vie plus agréable, comme le soleil nous réchauffe. C’est un Dieu qui est quelqu’un, qui a créé
l’homme et désire entrer en relation avec l’homme. Mais Dieu a donné à l’homme ce cadeau
immense de la liberté personnelle, c’est pourquoi il ne forcera jamais la porte : Dieu attend que
l’homme choisisse de venir le retrouver au plus intime de lui-même. Saint Augustin a écrit à ce sujet
une vibrante prière :

Bien tard je t’ai aimée, ô beauté si ancienne et si nouvelle, bien tard je t’ai aimée !
Et voici que tu étais au-dedans, et moi au-dehors et c’est là que je te cherchais…
Tu étais avec moi et je n’étais pas avec toi…
Tu as appelé, tu as crié et tu as brisé ma surdité
tu as brillé, tu as resplendi et tu as dissipé ma cécité
tu as embaumé, j’ai respiré et haletant j’aspire à toi
j’ai goûté, et j’ai faim et j’ai soif ;
tu m’as touché et je me suis enflammé pour ta paix.
Quand j’aurai adhéré à toi de tout moi-même
nulle part il n’y aura pour moi douleur et labeur
et vivante sera ma vie toute pleine de toi.

Quand on lit ces lignes écrites d’une vivante et puissante expérience, on peut dire que saint Augustin
connaît le cœur de la méditation, ce cœur battant.

Mais pour rejoindre l’homme et susciter en lui le désir de l’aimer, comment Dieu fait-il ?
19 / 50
Dieu a vu l’homme s’éloigner de lui en choisissant le mal à partir de l’histoire d’Adam et Ève racontée
dans le livre de la Genèse, qui a une forte portée symbolique et théologique : l’expérience de la
tentation et du péché nous concerne tous. Depuis, l’homme fait l’expérience de la solitude, de la
misère spirituelle, de la souffrance, de l’échec et de la finitude, de la mort. Mais Dieu ne l’a pas
abandonné au pouvoir de la mort. Il s’est révélé progressivement dans l’humanité comme le Dieu
« lent à la colère et plein d’amour » : sa révélation d’amour culmine dans sa venue parmi les
hommes en Jésus : « Le Verbe s’est fait chair » : pour nous sauver des ténèbres éternelles, Dieu est
venu faire resplendir sa lumière chez les hommes et « offrir sa vie en rançon pour la multitude. »
Par l’incarnation, par la passion et la Résurrection du Christ qui signifie sa victoire définitive sur la
souffrance et sur la mort, Dieu offre une vie éternelle de bonheur et de joie à tous les hommes, et
les appelle à prononcer le oui de la foi et de l’amour pour librement consentir et accueillir la grâce
du salut.

En bref, si Dieu s’est rendu accessible aux hommes, Dieu attend que l’homme entre en lui-même
pour le rencontrer au plus profond de lui-même. La bonne nouvelle, c’est que Dieu y attend chacun,
réellement et personnellement. Pour se révéler aux hommes, Dieu a pris le chemin du Christ et de
sa parole. Pour aller vers Dieu, le chemin est le même, donc déjà tracé. C’est pourquoi le Christ est
le cœur de l’expérience spirituelle chrétienne : ce que le Christ nous dit est une parole vivante, la
parole de Dieu, exprimée dans la Bible. Saint Jérôme a dit un jour : « Connaître la Bible, c’est
connaître le Christ ».

20 / 50
Comme la méditation n’est jamais déconnectée du réel, de l’expérience, de l’histoire, ou de
l’intelligence humaine, la Bible, où est mise à notre disposition une richesse inégalable, est un lieu
incontournable pour nous communiquer un élan spirituel puissant.

Dans l’expérience du chapelet et du rosaire, la Bible a une place essentielle : chacun des événements
de la vie du Christ sur lesquels nous méditons est décrit en détail dans la Bible, parfois à plusieurs
endroits. La lecture de la Bible devient peu à peu une lecture vivante, des liens se font entre les
passages, et on comprend rapidement, avec la grâce de Dieu, que les textes de la Bible conduisent
à découvrir le projet d’amour de Dieu sur l’humanité, un plan génial inventé par le Créateur de
l’univers pour inviter librement l’homme dans un amour immense et infini.

Malgré tout, mon expérience quand j’ai débuté, et peut-être aussi la vôtre aujourd’hui, est que la
Bible est difficile d’accès. C’est la raison pour laquelle, pour qui découvre la méditation chrétienne
et la Bible, je conseille d’être accompagné pour avoir une première approche de lecture de la Bible.
Il est possible de se rapprocher de groupes d’étude biblique. Mais pour faire simple et rapide, je
vous propose mon guide offert de lecture de la Bible, élaboré justement pour vous aider à lire la
Bible avec facilité : il vous aide à comprendre le sens des textes principaux et l’appel extraordinaire
de Dieu pour l’homme révélé dans les Écritures.

Téléchargez dès maintenant mon guide de lecture de la Bible :


Comment lire la Bible facilement

Pour entrer dans la Bible simplement, je voudrais vous confier une astuce simple et incontournable,
mais que bien peu de gens utilisent : faites-vous plaisir quand vous lisez la Bible ! Il n’y a aucune
raison que ce soit une corvée, aucune raison non plus de lire une Bible en taille de police 2, version
années 50. La Bible n’est pas non plus un livre à poussière de bibliothèque : c’est un livre vivant, à
comprendre et à ouvrir quand on a besoin avec simplicité, accessible à portée de main.
Pour vous faciliter cela, je vous conseillerais de vous procurer dès aujourd’hui 2 Bibles :

21 / 50
- Une belle Bible pour méditer, écrite gros et qui se lit facilement.
- Une Bible de travail sur laquelle vous pouvez écrire, griffonner, mettre vos idées, faire des
liens aux crayons de couleur entre les textes… la Bible est la Parole vivante de Dieu, vivez
avec elle. Mais peut-on écrire sur une Bible se demandent certains avec une pointe
d’angoisse ? La Parole de Dieu est sacrée, oui, mais pas les feuilles de papier sur lesquelles
elle est écrite. Il n’y a donc aucun empêchement à écrire sur une Bible.

Il existe de nombreuses traductions de la Bible. Pour les catholiques, une traduction de référence
est la Bible de Jérusalem qui est régulièrement actualisée. N’hésitez pas à vous la procurer, et je
vous recommande fortement de prendre une édition annotée, avec des notes de bas de page :
souvent les annotations explicitent plein de choses qu’on n’aurait pas comprises dans une première
lecture.

Voici le lien vers plusieurs versions de la Bible qui peuvent vous intéresser :
Bible de Jérusalem de poche

Bible de Jérusalem de travail (Format A5)

Bible de Jérusalem compacte (Format A5)

Bible Traduction Liturgique officielle

22 / 50
CLÉ 3
Grandir à pas de géant
en imitant la bonté du Christ

Reformulons notre objectif : la méditation est une démarche pour trouver la paix, le bonheur, et la
joie de vivre.

Plus spécifiquement, nous l’avons vu, la méditation chrétienne vise l’expérience d’une union avec
Dieu. Nous existons pour ça, et cette union nous donne une plénitude inexprimable, plénitude que
nous ne pouvons pas vivre en permanence sur cette terre dans notre condition humaine, mais qu’il
est bon d’expérimenter quand même . Dieu nous aime, et sa grâce veut nous faire d’immenses
cadeaux spirituels pour accélérer notre croissance et parvenir à la « stature du Christ » comme dit
l’apôtre Paul.

Comment recevoir ces grâces ?

Il s’agit d’abord de les demander à Dieu dans la confiance. Mais comme nous ne savons pas bien
quoi demander à Dieu ni comment lui demander, nous sommes secourus par « l’Esprit qui intercède
pour nous de manière ineffable » dit l’apôtre Paul dans sa lettre aux Romains.

Comment relier cet appel à vivre pleinement avec Dieu et notre croissance humaine de chaque
jour ?

La clé est immense et simple à la fois : puisque Dieu s’est fait homme pour que l’homme devienne
Dieu, comme dit saint Irénée, la voie qui nous est donnée pour aller à Dieu est l’humanité du Christ.
Il s’agit d’imiter le Christ pour avoir part à ses vertus, à ses dons, à sa grâce. Le Père qui nous a
adoptés dans le Christ, aime voir ses fils adoptifs ressembler à son Fils premier-né. Le Christ le dit
lui-même : « mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur et vous trouverez le
repos pour vos âmes. »

Wow, le programme est fixé : imiter le Christ. Mais est-ce si compliqué ?

23 / 50
Je vois la chose en 3 étapes simples et progressives :

- 1 Connaître le Christ et pour cela, lire la Bible : la Bible, comme nous l’avons dit, est une
ressource fantastique pour connaître le Christ : elle nous donne accès au Christ vivant et
vrai.
- 2 Observer le Christ pour faire grandir mon intimité avec lui. Voir et comprendre comment
il agit, ce qu’il pense, ce qu’il veut : regarder le Christ agir, regarder comment il aime, sa
douceur, sa détermination, surtout son don d’amour incroyable à la passion et la croix et
l’effusion de vie et d’amour à partir de sa Résurrection.
- 3 Imiter le Christ : à partir de la méditation de la Bible, les scènes de l’évangile deviennent
pour nous source d’inspiration. Faire comme le Christ nous fait progresser à toute allure. La
grâce fait grandir en nous l’envie d’appliquer les demandes du Christ dans notre vie pour
goûter les fruits que nous voyons dans la sienne : amour, joie, paix, constance dans
l’épreuve, vie surabondante.

Le Christ dans les étapes et les scènes de sa vie devient ainsi la norme de notre action, non pas une
norme imposée, mais une norme à la façon dont l’ami veut ressembler à son ami et qui, à force de
le fréquenter, prend des expressions verbales, des attitudes, des façons de faire similaires. Parce
que les étapes de la vie du Christ sont chacune insondables, abîmes d’amour et de miséricorde, la
tradition théologique les a appelés les « mystères. » Un mystère est « quelque chose qu’on n’aura
jamais fini d’explorer. » Les mystères de la vie du Christ dépassent notre intelligence (de loin…) et
c’est la raison pour laquelle notre méditation est nécessairement fructueuse : nous pouvons
toujours nous nourrir spirituellement et tirer un enseignement nouveau et utile pour notre vie de
tel ou tel passage de l’évangile.

Pour pratiquer cette méditation sur les étapes de la vie du Christ, les mystères du Christ, un outil
simple et efficace nous est donné comme un cadre qui canalise, oriente, déploie et démultiplie notre
élan. Vous l’avez deviné, il s’agit du rosaire. L’image qui me vient est celle d’un boulet de canon : le
feu de l’amour canalisé nous propulse vers le ciel.

En quoi le rosaire médite-t-il sur la vie du Christ ?

Dans son élaboration, le rosaire a été composé de 3 séries de mystères : ceux qu’on a appelé les
mystères joyeux, qui retracent en 5 grandes étapes l’enfance de Jésus, puis les douloureux, qui
24 / 50
parcourent sa passion, toujours en 5 étapes, et les glorieux, qui contemplent 5 autres étapes à partir
de la Résurrection. Le pape Jean-Paul II a choisi, dans un éclair de génie qui complète le parcours de
toute la vie du Christ, d’adjoindre les 5 mystères lumineux qui complètent ce qu’il manquait pour
contempler l’ensemble de la vie du Christ. Les mystères lumineux parcourent la vie publique du
Christ de son baptême jusqu’à la veille de sa passion.

Si la vie du Christ est ainsi parcourue régulièrement, même chaque jour, dans la méditation du
chapelet voire du rosaire, une révolution bienheureuse s’opère en nous : la vie du Christ s’intègre
peu à peu à notre vie. Ou mieux, c’est l’inverse : notre vie s’intègre peu à peu à celle du Christ.
Chacun de nos actes prend une perspective et une dimension extraordinaire. La croissance que nous
vivons devient celle du Christ : nous grandissons dans les vertus, la foi, la bonté, le don de nous-
même. L’apôtre Paul l’exprime parfaitement : « ce n’est plus moi qui vit, c’est le Christ qui vit en
moi. »

Mon astuce pour méditer le rosaire avec la Bible : quand vous priez le chapelet, pendant que vous
récitez les dizaines, gardez un œil sur le passage de votre Bible, reparcourez le plusieurs fois. Un
sentiment nouveau émerge, celui de « mâcher » la Parole de Dieu, de la digérer, de l’assimiler, de
recevoir un éclair d’intelligence sur tel mot qui nous avait d’abord paru insignifiant mais qui est en
fait riche de sens… la Parole de Dieu, par la méditation des mystères de la vie du Christ devient une
vraie nourriture et une vraie boisson, prélude à la gratitude eucharistique.

25 / 50
CLÉ 4
Recevoir la protection de Marie
en la prenant pour mère

Pourquoi prier avec Marie pour aller au Christ ? Ne peut-on pas aller directement au Christ ? Il n’y a
qu’un seul médiateur, le Christ, comme dit Paul à Timothée (1 Tm 2, 5).

Cependant, le Seigneur a voulu que les membres de son Église exercent eux aussi une médiation,
dépendante de l’unique et irremplaçable médiation du Christ. Chacun à sa manière, participe à
l’unique médiation du Christ. En d’autres termes, je peux demander à quelqu’un de prier pour moi
parce que j’estime qu’il a une foi forte ou qu’il est ami de Dieu, ou tout simplement parce que je
demande à sa charité fraternelle de s’exercer pour me soutenir et m’aider par sa prière. L’Église est
un corps, et les membres de ce corps sont interdépendants et unis dans ce corps dont le Christ est
la tête.

Marie est aussi un membre du corps, comme nous, même si elle a une place spéciale parce qu’elle
est Mère de Dieu. Elle est la femme de foi par excellence : « bienheureuse celle qui a cru » la salue
sa cousine Elisabeth. Marie a en effet cru à l’annonce de l’ange Gabriel : elle enfantera Jésus, le
sauveur du monde, et accompagnera sa croissance, femme de foi, éducatrice de l’enfant-Dieu,
femme intérieure qui « retenait tous ces événements en son cœur et les méditait » (Luc 2, 19 et 2,
51). Marie est un modèle de méditation, parce qu’elle a retenu tout ce qui concerne le Christ, sans
rien oublier, sans rien ajouter ni retrancher.

Elle peut donc conseiller avec pertinence les disciples comme à Cana : « Tout ce qu’il vous dira faites-
le » (Jean 2). Et au pied de la croix, elle est debout, ferme dans la foi et l’espérance, malgré le
démenti apparent total des promesses de l’Annonciation. Celui qui devait être roi se retrouve
crucifié, roi de dérision. Et elle entend de lui ce testament, comme le disciple bien-aimé nous le
raconte en Jean 19, 26-27 :

Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère :
« Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de
cette heure-là, le disciple la prit chez lui.

26 / 50
Quel mystère : Jésus confie le disciple bien-aimé, et à travers lui chacun de nous, à sa mère. Jean la
« prend chez lui. » Comme à Jean, Jésus nous demande à nous aussi de prendre Marie chez nous.

De nombreux théologiens ont réfléchi à cette place particulière de Marie dans l’économie du salut
et dans l’Église. Elle ne remplacera jamais le Christ, puisqu’elle est une simple humaine, et que lui
est à la fois homme et Dieu, seul sauveur. Mais Dieu a voulu s’associer Marie totalement
gratuitement pour mener à bien son œuvre de salut, et encore aujourd’hui, il nous la confie comme
mère et éducatrice.

C’est pourquoi Marie exerce sur nous une protection très importante : puisqu’elle est la femme qui
accomplit la promesse de Genèse 3 d’écraser la tête du serpent, avec elle et auprès d’elle se trouve
une grande paix. Puisqu’elle a tant médité sur le mystère de Dieu, elle est un guide sûr pour nous
accompagner vers lui, sans détour, avec ferveur et efficacité, combattant avec nous et pour nous le
mauvais. Une Mère protège ses enfants avec force et fermeté contre l’ennemi.

Méditer avec Marie, c’est très concrètement poser cet acte de la prendre chez soi, dans son cœur,
dans sa prière. C’est entendre et obéir au testament du Christ sur la croix. C’est se laisser enseigner
par celle qui a connu le plus près possible l’incarnation du Fils de Dieu et la Rédemption du monde

27 / 50
et de chacun de nous accomplie sur la croix. C’est elle qui a été témoin de la Résurrection, assistant
les apôtres de son rôle maternel comme on le voit au Cénacle (Actes 1).

Enfin, elle a été reconnue comme la femme de l’Apocalypse, couronnée de 12 étoiles, reine des
cœurs qui veulent bien se donner à elle pour se laisser conduire à Jésus efficacement.

Pour toutes ces raisons, méditer avec Marie accélère de manière spéciale notre route de foi,
d’espérance et de charité. Parce que Dieu lui a confié notre éducation spirituelle et notre
avancement, d’une manière très mystérieuse et souvent invisible, elle agit dans nos cœurs, quand
nous répétons intimement « Je vous salue Marie, pleine de grâce... »

Jean-Paul II lui-même dit avoir franchi une étape spirituelle décisive quand il a compris que Marie
ne s’opposait nullement au Christ, mais qu’elle m’y conduisait d’une façon rapide et efficace.
Comme un guide, un mentor, pourrait-on dire aujourd’hui, mieux, comme une mère pleine de
tendresse, je vois moi aussi qu’elle m’accompagne chaque jour et je n’ai plus d’inquiétude sur l’issue
bienheureuse de ma méditation. Je sais, d’expérience et de foi, que Marie me conduira à l’intime
des demeures intérieures pour entrer dans cette union profonde avec Dieu où se trouve tout le
bonheur possible.

J’aime chez Marie son réalisme, son humanité, son humilité, sa transparence à Dieu. Je bénis Dieu
de sa protection maternelle.

De tout ce que j’ai pu lire sur Marie, le Traité de la Vraie Dévotion de Saint Louis Marie Grignion de
Montfort est un des plus grands chefs-d’œuvre. Il m’a permis de comprendre le sens profond de
l’amour pour Marie qui est toute relative à Dieu, et ne retient rien pour elle-même. Elle met sa joie
à nous conduire à Dieu. Vous ne perdez pas votre temps ne serait-ce qu’en lisant un ou l’autre
paragraphe de ce livre ou de son résumé, « Le Secret de Marie. » Je vous les propose en lien ici :

Le Secret de Marie, livre numérique offert + livre audio : Cliquez ici

Le Secret de Marie en livre papier sur Amazon : Livre papier

Traité de la Vraie Dévotion, livre numérique offert + livre audio : Cliquez ici

Le Traité de la Vraie Dévotion en livre papier sur Amazon : Livre papier


28 / 50
Nous pourrions aller plus loin en considérant les nombreux encouragements que le Ciel nous a
adressés pour prier et méditer en compagnie de Marie. Je ne fais qu’effleurer le sujet dans cet
ebook, qui est complété par mon site, ma chaîne Youtube et mes autres contenus. Dans ses
nombreuses apparitions à Lourdes, Fatima, l’Ile Bouchard et tant d’autres endroits, Marie nous
invite à méditer le Rosaire, comme moyen efficace pour parvenir rapidement au Christ, en imitant,
comme nous l’avons dit, ses vertus.

Les papes sont aussi très clairs et d’une parole puissante à ce sujet : je vous invite à lire, c’est l’affaire
de 3 heures, Jean-Paul II et sa lettre sur le rosaire. C’est un bijou de simplicité et d’amour filial : c’est
là qu’il a instauré les mystères lumineux.

« Le Rosaire de la Vierge Marie » de Jean-Paul II,


Ma version en livre numérique offerte + livre audio :
Livre offert

Ou en livre papier sur Amazon : Livre papier

Prenez Marie chez vous. C’est le meilleur choix que j’aie fait de ma vie, je ne l’ai jamais regretté un
seul instant.

29 / 50
CLÉ 5
Guérir et être libéré
pour une vie régénérée

Comme j’ai pu le dire plusieurs fois, la grande spécificité de la méditation chrétienne est de nous
décentrer de nous-mêmes pour nous centrer sur Dieu, source intarissable de vie et entrer en
relation avec lui pour recevoir cette vie.

La méditation pleine conscience, et de nombreuses autres formes de méditation ont une


caractéristique plus égo-centrique, dans le bon sens du terme : je suis attentif et à l’écoute de mes
émotions, ma respiration, ma posture, mes pensées. Cela procure un bien-être, une baisse de stress,
une sérénité, bien nécessaires dans la vie de tous les jours.

Ces éléments sont à la fois assumés et dépassés dans la dimension relationnelle de la méditation
chrétienne, qui apporte du même coup un changement de vision et de perspective sur les grandes
questions de la vie ainsi que celles du mal, de la souffrance et de la mort. Car le point de référence
n’est plus notre expérience subjective et humaine, mais Dieu fait homme. L’échelle change
radicalement.

Et ce changement est tel que la méditation chrétienne procure des fruits inimaginables : le plus
extraordinaire don que Dieu nous fasse est le salut éternel, que nous assumons de plus en plus dans
la relation filiale et l’alliance que nous tissons avec lui au fil de notre méditation. Dieu nous obtient,
par sa mort sur la croix et sa Résurrection, de ne plus avoir peur de la mort, qui devient un passage
vers la vie éternelle dans le Christ. Même si cela peut sembler étrange à ceux qui ne croient pas,
chacun peut avoir l’intuition de la vie éternelle, à la mort d’un proche par exemple : l’espérance
humaine va au-delà de la mort, vers des retrouvailles.

La vie chrétienne assume cela par la foi, c’est-à-dire la confiance en Dieu, appuyée sur le témoignage
de la Bible et celui des apôtres : Dieu a vaincu la mort par la Résurrection du Christ, et cette bonne
nouvelle s’est transmise fidèlement jusqu’à aujourd’hui, comme l’attestent les recherches
scientifiques sur la vie de Jésus et l’écriture du Nouveau Testament.

30 / 50
Dieu nous a sauvés et libérés, et son don gratuit accompagne notre humanité quotidiennement
pour nous relever de nos péchés, nous guérir et nous fortifier. Pour les catholiques, cette expérience
est vivante dans les sacrements. Dieu donne sa grâce chaque jour, et la méditation permet
d’accueillir cette grâce de guérison et de libération, et de grandir en gratitude en voyant Dieu à
l’œuvre dans notre vie. Notre vie est réellement transformée, purifiée et vivifiée de l’intérieur par
la vie et le salut qui viennent de Dieu.

Cette expérience peut être très concrète : pour certains, l’expérience de l’amour de Dieu
s’accompagne d’une guérison physique ou psychologique, pour d’autres c’est la libération par le
soulagement d’un poids, une nouvelle joie, une épreuve surmontée, un changement d’attitude
intérieure, la libération d’une addiction ou de relations nocives. Le salut de Dieu a un écho
aujourd’hui dans ma vie, il me guérit et me donne une nouvelle maturité humaine.

31 / 50
Avec cette 5ème clé, je voudrais vous donner 2 astuces pour accueillir guérison et libération dans
votre méditation.

La première : Dieu donne sa grâce, mais il attend parfois la prière pour nous donner certaines grâces.
Vous pouvez aisément, avec foi, confier pendant votre chapelet ou rosaire des intentions de prière
pour vous-mêmes, pour ceux qui vous entourent, pour le monde. Dieu veut vous donner son salut,
dès aujourd’hui. Avec quelques amis, je fais cette expérience de prière dans notre chapelet pour
recevoir des guérisons et des libérations. Parfois le Seigneur aime rendre actuel et perceptible
maintenant le salut qu’il nous donne. Des miracles très réels peuvent se produire par la méditation
du rosaire.

La seconde est une dimension souvent oubliée dans la méditation du rosaire en groupe : la
gratitude, aussi appelée l’action de grâce. La gratitude pour Dieu attire la grâce de Dieu. Parce qu’il
aime bénir un cœur plein d’action de grâce, Dieu prolonge sa grâce, c’est donc un cycle sans fin de
grâce et de gratitude que vous pouvez initier dès aujourd’hui : Marie elle-même a fait cette
expérience de louange et de gratitude, en composant un chant de toute beauté profondément
biblique et spirituel : le Magnificat, qu’il est profitable de méditer souvent.

Mon âme exalte le Seigneur,


exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante ;
Désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !
Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères,
en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais.

Écoutez ici 2 versions du Magnificat :


Magnificat en français et latin

32 / 50
DÉMARRER FACILEMENT :
MON GUIDE PAS À PAS

Ils en parlent et le recommandent

La Bible

Marie conservait avec soin toutes ces choses les méditant en son cœur (Lc 2, 19).

Cette parole de l’Évangile est une merveille, elle nous révèle que le Cœur Immaculé de Marie est
habité par la méditation de tous les évènements de la vie de son fils. Quand nous prenons en main
le chapelet, cette méditation de Marie devient la nôtre, puisque nous nous arrêtons en esprit sur
les grands évènements de la vie de Jésus. Le rosaire nous plonge dans l’expérience du Cœur de
Marie. Centré sur la personne de Jésus, le rosaire le contemple avec Marie, en Marie et par Marie.

Les apparitions

Dans ses nombreuses apparitions (Lourdes, Fatima, L’Ile Bouchard, entre autres), la Vierge Marie
insiste sur la nécessité de la prière du chapelet et du rosaire en vue de la paix et de la conversion
des cœurs.

Les saints et les papes

Nombreux sont les saints qui ont prié avec ardeur le rosaire. Saint Louis-Marie Grignion de Montfort,
saint Maximilien Kolbe, saint Padre Pio, saint Jean-Paul II et bien d’autres nous enseignent la
puissance du rosaire. Par mon humble expérience, je souscris profondément à cette idée, le rosaire
est le moyen par excellence pour entrer dans la contemplation et la méditation de façon efficace et
avec des résultats.

33 / 50
« Le rosaire est une prière de paix en raison des fruits de charité qu’il produit. »
Saint Jean-Paul II, Le Rosaire de la Vierge Marie, n°40

« Le rosaire enseigne à vivre en gardant le regard du cœur fixé sur le Christ, pour
faire rayonner sur tous et sur toute chose son amour miséricordieux. »
Benoît XVI, angélus du 16 octobre 2005

Et pourquoi pas vous ?

Le rosaire est une école de prière, sa simplicité le rend accessible à tous. Il oriente vers le Christ et,
par la contemplation qu’il propose, permet d’approfondir « l’intelligence des Écritures », comme
sur le chemin d’Emmaüs, en présence de Jésus lui-même et de Marie. Le rosaire est aussi une prière
d’intercession, qui élève vers le ciel nos intentions avec une efficacité particulière. Dieu aime
exaucer les prières qui lui sont présentées par les mains de Marie.

Si vous expérimentez une transformation de votre vie grâce à la méditation


du rosaire, n’hésitez pas à en témoigner en m’envoyant un message sur le site,
sur Youtube ou Facebook. Nous pourrons voir ensemble comment le diffuser,
si vous le souhaitez.

34 / 50
Comment méditer :
seul ou en groupe ?

Le Rosaire peut se prier en groupe conduit par un animateur avec des méditations et des chants.
Dans une église ou une chapelle, comme le rosaire est une prière centrée sur le Christ, il est possible
de prier le rosaire devant le Saint-Sacrement.

Pour commencer, je recommande malgré tout de méditer seul chez soi, pour entrer dans la
profondeur de la démarche : avec votre Bible, en demandant à l’Esprit Saint de vous inspirer dans
la méditation des mystères et dans les intentions de prière. Il s’agit d’entrer dans ce « cœur à cœur »
avec Marie qui conduit au Cœur du Christ.

Une astuce : au début de chaque dizaine, énoncez le mystère puis confiez vos intentions ou vos
actions de grâce, en lien avec le mystère, les fruits à méditer et à recevoir. La question-clé est ici :
« comment cet événement de la vie du Christ résonne-t-il dans ma propre vie ? »

35 / 50
Comment méditer le rosaire pas à pas ?

20 mystères pour un rosaire

Comme une couronne de roses offertes à Marie, le rosaire déploie la vie du Christ en vingt étapes,
réparties en quatre chapelets ou mystères :

- Les mystères joyeux évoquent l’enfance de Jésus ;


- Les mystères lumineux, sa vie de prédicateur jusqu’à l’institution de l’Eucharistie ;
- Les mystères douloureux nous proposent de contempler sa douloureuse Passion et sa mort
sur la croix ;
- Les mystères glorieux, sa Résurrection et sa gloire et celle qu’il donne à chacun de nous par
le don de l’Esprit Saint, gloire pleinement réalisée en Marie par son assomption et son
couronnement.

Chacun de ces grands mystères du chapelet est lui-même subdivisé en cinq mystères.

Voici l’énoncé des 20 mystères, qui sont associés à un jour de la semaine où il est plus
particulièrement recommandé de les méditer, associés avec :

- Un extrait court de la Bible en référence au mystère. Je vous recommande, comme je l’ai


dit plus haut, de concrètement ouvrir votre propre Bible, chercher le texte en question,
élargir votre lecture.
- Une grâce, qu’on appelle aussi un fruit, associée au mystère. Cette grâce n’est pas
exclusive, je vous invite à une certaine créativité sur le fruit à demander, les mystères sont
riches de plusieurs fruits.

36 / 50
Cliquez sur ce lien pour une méditation guidée en vidéo du chapelet :
Le chapelet médité

Mystères joyeux (lundi et samedi)

- 1er : l’Annonciation

« Marie répondit à l’Ange : "Voici la servante du Seigneur. "» (Lc 1,38)

Fruit du mystère : l’humilité

- 2ème : la Visitation de Marie à sa cousine Sainte Elisabeth

« Elisabeth s’écria : "Bienheureuse celle qui a cru !"» (Lc 1, 45)

La charité fraternelle

- 3ème : la naissance de Jésus

« L’Ange du Seigneur dit aux bergers : "Vous trouverez un nouveau-né couché dans une crèche."»
(Lc 2,12)

L’esprit de pauvreté

- 4ème : la présentation de Jésus au Temple

« Syméon reçut l’Enfant Jésus dans ses bras et bénit Dieu. » (Lc 2,28)

L’obéissance et la pureté

- 5ème : le recouvrement de Jésus au Temple

« Jésus répondit à ses parents : "Ne saviez-vous pas que je dois être aux affaires de mon Père ?"»
(Lc 2,49)

La recherche de la Volonté de Dieu en toutes choses

37 / 50
Mystères lumineux (jeudi)

- 1er : le baptême de Jésus au Jourdain

« Une voix venue des cieux disait : "Voici mon fils bien-aimé en qui j’ai mis tout mon amour"» (Mt
3, 17)

La fidélité aux grâces du baptême

- 2ème : les noces de Cana

« Marie dit aux servants : "Tout ce qu’il vous dira, faites-le."» (Jn 2,5)

La confiance en Marie

- 3ème : l’annonce du Royaume

« Le Royaume de Dieu est tout proche, convertissez-vous et croyez à l’Evangile. » (Mc 1,15)

La conversion du cœur

- 4ème : la Transfiguration

« Le visage de Jésus resplendit comme le soleil et ses vêtements devinrent éblouissants comme la
lumière. » (Mt 17,2)

La prière

- 5ème : l’institution de l’eucharistie

« Jésus dit : "Prenez, mangez, ceci est mon corps."» (Mt 26, 26)

La foi en la présence réelle

38 / 50
Mystères douloureux (mardi et vendredi)

- 1er : l’agonie de Jésus au jardin des Oliviers

« Père, que ce ne soit pas ma volonté qui se fasse mais la tienne. » (Lc 22,42)

La contrition de nos péchés

- 2ème : la flagellation

« Les hommes qui gardaient Jésus le bafouaient et le battaient. » (Lc 22,63)

La mortification des sens

- 3ème : le couronnement d’épines

« Jésus répondit à Pilate : "Mon Royaume n’est pas de ce monde."» (Jn 18, 36)

L’amour des humiliations

- 4ème : le portement de la croix

« Jésus sortit de la ville, portant lui-même sa croix. » (Jn 19,17)

La persévérance

- 5ème : la crucifixion et la mort de Jésus sur la croix

« Jésus s’écria : "Père, en tes mains, je remets mon esprit."» (Lc 23,46)

L’amour

39 / 50
Mystères glorieux (mercredi et dimanche)

- 1er : la Résurrection

« Jésus répondit à Marthe : "Moi, je suis la résurrection et la vie. "» (Jn 11, 25)

La Foi

- 2ème : l’Ascension

« Comme Jésus bénissait ses disciples, il fut emporté au ciel. » (Lc 24,51)

L’Espérance et le désir du ciel

- 3ème : la Pentecôte

« Jésus dit aux disciples : "Recevez l’Esprit-Saint. "» (Jn 20, 22)

Le don du Saint-Esprit

- 4ème : l’Assomption de la Vierge Marie

"Père, ceux que tu m’as donnés, je veux que là où je suis, iles soient aussi avec moi. " (Jn 17, 24)

La grâce d’une bonne mort

- 5ème : le Couronnement de la Vierge Marie au ciel

« Un signe grandiose apparut dans le ciel : Une femme ! Le soleil l’enveloppe, la lune est sous ses
pieds et douze étoiles couronnent sa tête. » (Ap 12,1)

Le triomphe du Cœur Immaculé de Marie

40 / 50
Le déroulé pas à pas

Introduction du chapelet

- Pas 1 : le Signe de croix


Le signe de croix est une véritable prière à dire posément, lentement, avec intériorité, en traçant
sur son corps un grand signe de croix en disant :

"Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Amen."

Écouter la prière du signe de croix :

Le signe de croix

- Pas 2 : « Je crois en Dieu »

Les doigts sont sur la croix de votre chapelet. Vous dites cette prière qui est le résumé de toute la
foi chrétienne du « credo » ou « je crois en Dieu. » Il en existe en 2 versions :

Credo version 1, appelé "symbole des Apôtres".

Je crois en Dieu, le Père tout puissant, créateur du ciel et de la terre,


Et en Jésus-Christ son Fils unique notre Seigneur,
qui a été conçu du Saint-Esprit,
est né de la Vierge Marie,
a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort,
a été enseveli, est descendu aux enfers.
Le troisième jour est ressuscité des morts,
est monté aux Cieux,
est assis à la droite de Dieu, le Père Tout-Puissant,
d'où il viendra juger les vivants et les morts.
Je crois en l'Esprit-Saint,
à la Sainte Eglise Catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés,

41 / 50
à la résurrection de la chair, à la Vie Éternelle.
Amen

Credo version 2, appelé "symbole de Nicée-Constantinople".

Je crois en un seul Dieu, le Père tout puissant,


créateur du ciel et de la terre, de l’univers visible et invisible,
Je crois en un seul Seigneur, Jésus Christ,
le Fils unique de Dieu, né du Père avant tous les siècles :
Il est Dieu, né de Dieu, lumière, née de la lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu
Engendré non pas créé, de même nature que le Père ;
et par lui tout a été fait.
Pour nous les hommes, et pour notre salut, il descendit du ciel :
Par l’Esprit Saint, il a pris chair de la Vierge Marie, et s’est fait homme.
Crucifié pour nous sous Ponce Pilate,
Il souffrit sa passion et fut mis au tombeau.
Il ressuscita le troisième jour, conformément aux Ecritures,
et il monta au ciel ; il est assis à la droite du Père.
Il reviendra dans la gloire, pour juger les vivants et les morts
et son règne n’aura pas de fin.
Je crois en l’Esprit Saint, qui est Seigneur et qui donne la vie :
il procède du Père et du Fils.
Avec le Père et le Fils, il reçoit même adoration et même gloire :
il a parlé par les prophètes.
Je crois en l’Eglise, une, sainte, catholique et apostolique.
Je reconnais un seul baptême pour le pardon des péchés.
J’attends la résurrection des morts, et la vie du monde à venir.
Amen.

Écoutez ici le credo en français et en latin

Symbole des apôtres en français / en latin

Symbole de Nicée-Constantinople en français / en latin

42 / 50
- Pas 3 : une courte prière pour donner les intentions générales du chapelet

C’est une courte prière libre : on prie souvent pour les intentions de la sainte Vierge, du pape et
pour l’Église, par exemple :

« Seigneur, dans ce chapelet nous prions pour les intentions de la Sainte Vierge, les
intentions du pape et pour toute l’Église. »

- Pas 4 : Notre Père

Notre Père qui es aux Cieux,


que ton Nom soit sanctifié,
que ton Règne vienne,
que ta Volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd'hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés,
et ne nous laisse pas entrer en tentation,
mais délivre-nous du mal. Amen

Écoutez ici la prière récitée du Notre Père

Le Notre Père

- Pas 5 : réciter 3 « Je vous salue Marie »

On peut ajouter une petite intention sur chacun de ces 3 premiers ave Maria, par exemple : « en
l’honneur du Père » puis « en l’honneur du Fils » puis « en l’honneur du Saint Esprit. » Ou bien
« pour grandir dans la foi, » « pour grandir dans l’espérance » et « pour grandir dans la charité. »

43 / 50
Je vous salue Marie, plein de grâce,
le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes,
et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sainte Marie, Mère de Dieu,
priez pour nous pauvres pécheurs,
maintenant et à l'heure de notre mort. Amen.

Écoutez le « Je vous salue Marie » ici :


Prière du Je vous salue Marie

- Pas 6 : récapituler la prière dans la Sainte Trinité :


C’est un moment essentiel du chapelet, qui passe souvent inaperçu. On remercie et on rend gloire
à la Trinité, Dieu unique en 3 personnes, réalité fondamentale révélée par Dieu au cœur de la foi
chrétienne. On appelle aussi ce moment la doxologie. Doxa en grec ancien signifie « gloire. »

« Gloire au Père, au Fils et au Saint-Esprit,


comme il était au commencement, maintenant et toujours,
pour les siècles des siècles. Amen. »

Écoutez le « Gloire au Père » ici :


Prière du Gloire au Père

44 / 50
- Pas 7 : la prière de Fatima
En 1917, lors d’une apparition au Portugal à Fatima, la Vierge Marie a demandé d’ajouter cette
prière à la fin de chaque dizaine de chapelet. On la prend aussi à la fin des 3 premiers « Je vous salue
Marie. »

« Ô mon Jésus, pardonne-nous nos péchés,


préserve-nous du feu de l'enfer
et conduis au ciel toutes les âmes,
surtout celles qui ont le plus besoin de ta sainte miséricorde. Amen. »

Découvrir ou en savoir plus sur les apparitions de Fatima :


Le récit intégral des apparitions de Fatima

Écouter la prière de Fatima :


Prière « Ô mon Jésus »

Les 5 mystères

- Pas 8 : une première dizaine ; nous avons déjà vu ensemble le déroulé, que je résume ici :
o Énoncer le mystère : « 1er mystère Joyeux : l’Annonciation. »
o Lire la Bible : après avoir cherché et trouvé le passage correspondant, on peut le lire
à voix haute ou basse.
o Demander le fruit du mystère, si on le souhaite. Sinon on le fait dans la méditation
personnelle qui suit.
o Méditation personnelle : un moment libre : temps de silence, méditation du
passage biblique qui vient d’être lu, prière pour une intention, moment de
gratitude. Il est bon de relier la méditation au thème du mystère, comme par
exemple de prier pour les familles ou les enfants sur le mystère de la naissance de
Jésus.
o Notre Père
o 10 Je vous salue Marie
o Doxologie
45 / 50
- Pas 9 : dire les dizaines suivantes, sur le même modèle.

Conclusion du chapelet

- Pas 10 : conclure le chapelet


Plusieurs prières peuvent conclure le chapelet, à prendre librement.

"Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous."

"Cœur Sacré de Jésus, j'ai confiance en toi."

"Cœur Immaculé de Marie, priez pour nous qui avons recours à vous. "

"Saint Joseph, priez pour nous. "

Quelques prières conclusives en vidéo :


Prières pour finir le chapelet

Invoquer vos saints préférés :

« Mon saint patron, priez pour nous » « saint ange gardien, veillez sur nous. »

La consécration à Marie de saint Louis-Marie Grignion de Montfort est intéressante car elle est
comme une synthèse de la méditation du chapelet : elle remet toute notre vie à Marie avec la
confiance qu’elle nous mène directement au Christ :

Je te choisis aujourd’hui, Ô Marie,


En présence de toute la cour céleste
Pour ma Mère et ma Reine.

Je te livre et consacre,
En toute soumission et amour,
Mon corps et mon âme,

46 / 50
Mes biens intérieurs et extérieurs,
Et la valeur même de mes bonnes actions passées, présentes, futures,

Te laissant un entier et plein droit de disposer de moi,


Et de tout ce qui m’appartient,
Sans exception, selon ton bon plaisir,
À la plus grande gloire de Dieu, dans le temps et l’éternité,
Amen.

Écouter la prière de saint Louis-Marie Grignion de Montfort en vidéo :


Consécration à Jésus par Marie

- Pas 11 : Le signe de croix termine le chapelet ou le Rosaire


« Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Amen. »

- Pas 12 : célébrer !

BRAVO à vous ! N’oubliez pas de célébrer comme il se doit ce chapelet terminé : la gratitude attire
la grâce de Dieu dans un cycle vertueux de bénédiction et de paix.

47 / 50
À VOUS DE JOUER

Nous arrivons à la fin de ce guide pour entrer dans la méditation chrétienne et en goûter la puissance
de transformation pour votre vie.

J’espère profondément que vous aurez trouvé dans ces pages de quoi nourrir votre méditation pour
en faire un moment de plaisir et en ressentant que cette expérience vous fait grandir. Vous avez les
5 clés pour débuter en toute sérénité, et le guide concret pour commencer avec le chapelet pour
une efficacité décuplée !

N’hésitez pas à insuffler votre liberté et votre créativité dans la méditation du chapelet, et pourquoi
pas à écrire votre propre chapelet en famille, avec vos enfants, avec les intentions et les textes
bibliques qui vous correspondent le mieux. Le chapelet est un outil qui permet une grande flexibilité
et il s’adapte à chacun. D’ailleurs, les ramifications de cette expérience spirituelle sont multiples :
expérience de méditation à plusieurs, développement humain, leadership, service pour les plus
pauvres… les pistes sont ouvertes pour passer rapidement au niveau supérieur et que votre
méditation porte du fruit dans tous vos domaines de vie. Mes contenus ont pour objectif de vous y
aider, alors n’hésitez pas à y recourir.

Comme d’habitude, si vous avez des questions, je vous invite à les poser en commentaire des vidéos
ou sur le blog.

Je vous souhaite une bonne méditation, profonde et fructueuse pour vous et votre vie, je vous dis
au plaisir dans un prochain email. Soyez bénis !

Christophe

48 / 50
TABLE DES MATIÈRES

BIENVENUE 2

QUI SUIS-JE ? 4

POURQUOI CE GUIDE ? 8

Mais la méditation chrétienne est-elle vraiment pertinente ? 8

5 CLÉS POUR UNE MÉDITATION EFFICACE 12

CLÉ 1 Être plus efficace grâce à un rituel de méditation 12


CLÉ 2 Méditer plus facilement en partant de la Bible 19
CLÉ 3 Grandir à pas de géant en imitant la bonté du Christ 23
CLÉ 4 Recevoir la protection de Marie en la prenant pour mère 26
CLÉ 5 Guérir et être libéré pour une vie régénérée 30

DÉMARRER FACILEMENT : MON GUIDE PAS À PAS 33

Ils en parlent et le recommandent 33


Comment méditer : seul ou en groupe ? 35
Comment méditer le rosaire pas à pas ? 36
20 mystères pour un rosaire 36
Le déroulé pas à pas 41

À VOUS DE JOUER 48

TABLE DES MATIÈRES 49

49 / 50
Cet ebook, ou livre numérique, a demandé un important travail de formation et de rédaction.
Il est protégé par la législation sur le droit d’auteur. Les droits sont réservés exclusivement à Avec Marie.
Toute réutilisation, même partielle de cet ouvrage est interdite, sous quelque forme que ce soit (écrit, photo,
vidéo, enregistrement…). Pour toute demande, merci de vous adresser à l’auteur pour obtenir son
consentement écrit.

Recevoir ce livre numérique ne signifie en aucun cas un droit de revente ou une autorisation de diffusion, qui
nécessitent l’accord de l’auteur : toute réutilisation ou diffusion non autorisée porte atteinte aux droits
d’auteur et vous rend passible de poursuites judiciaires.

Copyright 2019 – Christophe R, avecmarie.fr, espritnouveau.fr


Tous droits réservés. Direction Artistique : CR.

50 / 50

Vous aimerez peut-être aussi