Vous êtes sur la page 1sur 168

ROYAUME DU MAROC

MINISTÈRE DE L’ÉNERGIE ET DES MINES, DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT MINIER ISSN 0374-9789

NOTES ET MÉMOIRES DU SERVICE GÉOLOGIQUE


N° 559

NOUVEAUX
NOUVEAUX GUIDES
GUIDES GÉOLOGIQUES
GEOLOGIQUES ET ET MINIERS
MINIERS DU
DU MAROC
MAROC
NEW GEOLOGICAL AND MINING GUIDEBOOKS OF MOROCCO
NEW GEOLOGICAL AND MINING GUIDEBOOKS OF MOROCCO
A.MICHARD,
A. Michard, O.
O. Saddiqi,
SADDIQI, A.A.Chalouan,
CHALOUAN,E. Rjimati & A.&Mouttaqi
E. RJIMATI (Eds.)(Eds)
A. MOUTTAQI

Volume 4

LE MOYEN ATLAS
Middle Atlas
par / by
André CHARRIÈRE, Driss OUARHACHE & Hassan EL-ARABI

LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL À IMILCHIL


The Central High Atlas from Beni Mellal to Imilchil
par / by
André CHARRIÈRE, Hassan IBOUH & Hamid HADDOUMI

ÉDITIONS DU SERVICE GÉOLOGIQUE DU MAROC


RABAT
2011
5

La série des Nouveaux Guides

Volume 1 (Notes & Mém. n° 556) : Présentation des circuits. Introduction à la géologie du Maroc
/ Introducing the tours. Overview of the Geology of Morocco.

Volume 2 (Notes & Mém. n° 557) : Haut Atlas et Anti-Atlas, circuit oriental (6 jours). Oukaime-
den (1 jour). Guéliz-Ourika (1 jour) / High Atlas and Anti-Atlas Eastern Loop (6 days).-
Oukaimeden (1 day). Gueliz-Ourika (1 day).

Volume 3 (Notes & Mém. n° 558) : Anti-Atlas et Haut Atlas, circuit occidental (6 jours). Anti-
Atlas central (4 jours) / Anti-Atlas and High Atlas Western Loop (6 days). Central Anti-Atlas
(4 days).

Volume 4 (Notes & Mém. n° 559) : Moyen Atlas (6 jours). Haut Atlas central de Beni Mellal à
Imilchil (4 jours) / Middle Atlas (6 days). Central High Atlas from Beni Mellal to Imilchil
(4 days).

Volume 5 (Notes & Mém. n° 560) : Rif central et occidental (6 jours). Rif oriental (3 jours) / Cen-
tral and Western Rif (6 days).- Eastern Rif (3 days).

Volume 6 (Notes & Mém. n° 561) : Anti-Atlas occidental & Provinces sahariennes (6 à 8 jours)
/ Western Anti-Atlas and Saharan Provinces (6 to 8 days).

Volume 7 (Notes & Mém. n° 562) : Haut Atlas occidental (3 jours). Haut Atlas central, partie
nord-ouest (3 jours), / Western High Atlas (3 days). Northwestern part of Central High
Atlas (3 days).

Volume 8 (Notes & Mém. n° 563) : Meseta nord-occidentale (3 jours). Rehamna (1 jour).- Jbi-
let (1 jour). Siroua (2 jours). Saghro oriental (2 jours) / Jbilet (1 day). Rehamna (1 day).
Northwestern Meseta (3 days). Siroua (2 days). Eastern Saghro (2 days).

Volume 9 (Notes & Mém. n° 564) : Les principales mines du Maroc / Main Mines of Morocco.
7

SOMMAIRE / CONTENTS

Circuit C6 : Le Moyen Atlas / Tour C6 : Middle Atlas...............................................................................................................


Points clés / Highlights.....................................................................................................................................................................
11

Documents à consulter ou emporter.......................................................................................................................................


13

J1 : Fès – Sefrou via Ribat Al Khayr (160 km)................................................................................................................


15

Arrêt J1-1 : Site géologique de Fès depuis le Bordj Nord (Tombeaux Mérinides)........................
18

Arrêt J1-2 : Séries régressives du Miocène sud-rifain au J. Bou Rdim ; Circuit pédestre op-
18

tionnel.....................................................................................................................................................................................
Arrêt J1-3 : Transgression miocène et subsidence du sillon sud-rifain (Aïn Louali)........................
22

Arrêt J1-4 : Le bassin lagunaire miocène d’Aït Youb................................................................................................


23

Arrêt J1-5 : Barrage Allal El-Fassi ; paléorelief miocène associé à la faille du Tizi n’Trettène....
26

Arrêt J1-6 : Relations socle hercynien/couverture mésozoïque au sud du Tazekka........................


26

Arrêt J1-7 : Discordance du Miocène supérieur à Ribat Al Khayr ; coupe optionnelle au SE


27

de Ribat Al-Khayr : le Toarcien-Aalénien du Zloul........................................................................


Arrêt J1-8 : La boutonnière du Pont du Sebou......................................................................................................................
29

Arrêt J1-9 : Terminaison SW de la boutonnière du Sebou et Miocène de Lebbouadis ; cir-


32

cuit optionnel vers le chevauchement des Beni Yazgha..............................................................


Arrêt J1-10 : Chevauchement des Beni Yazgha et décollement du Moyen Atlas tabulaire..........
33
34
J2 : Sefrou - Boulemane via Skoura (130 km)....................................................................................................................
Arrêt J2-1 : Site géologique de la ville de Sefrou..........................................................................................................
35

Arrêt J2-2 : La partie nord de la boutonnière paléozoïque de Bsabis.............................................................


35

Arrêt J2-3 : La partie sud de la boutonnière de Bsabis ; arrêt optionnel à la carrière à ara-
36

gonite de Tazouta..............................................................................................................................................................
Arrêt J2-4 : Le Miocène marin du bassin néogène de Skoura ; coupe optionnelle : Miocène
36

continental au pont du Mdez....................................................................................................................................


Arrêt J2-5 : Cadre géologique de la ville de Skoura.....................................................................................................
38

Arrêt J2-6 : Régression médio-jurassique au NE du synclinal de Skoura................................................


41

Arrêt J2-7 : Couloir de décrochement de Taferdoust....................................................................................................


44

Arrêt J2-8 : Taferdoust : dépôts marins du Bajocien supérieur-Bathonien inférieur..........................


45

Arrêt J2-9 : Coulée basaltique dans la vallée du Guigou.........................................................................................


45

Arrêt J2-10 : Régression bathonienne dans la partie SW du synclinal de Skoura.............................


46
46
J3 : Boulemane-Azrou via Ifrane (~80 km)........................................................................................................................
Arrêt J3-1 : Site de Boulemane et série lacunaire du « Haut-fond de Boulemane »...........................
48

Arrêt J3-2 : Série de comblement du Dogger au sud de Boulemane................................................................


48

Arrêt J3-3 : Cluse NW de Boulemane ; double discordance sous le synclinal crétacé de


50

Tighboula..................................................................................................................................................................................
Arrêt J3-4 : Discordance anté-barrémienne (combe de Bou Jaja).......................................................................
50

Arrêts J3-5 : Série crétacée du synclinal de Tighboula................................................................................................


52

Arrêt J3-6 : Vue sur l’Accident nord moyen-atlasique (ANMA)........................................................................


53

Arrêt J3-7 : L’ANMA à Aït Ben Ali ; mouvements jurassiques, crétacés et tertiaires...................
54

Arrêt J3-8 : Constructions récifales et blocs basculés liasiques du Plateau du Guigou...............


55

Arrêt J3-9 : Série liasique à l’est de l’accident du Tizi n’Trettène (ATT)................................................


60

Arrêt J3-10 : L’accident du Tizi n’Trettène (ATT) et son rôle paléogéographique........................


61
62
J4 : Azrou-Midelt via Khenifra (280 km).............................................................................................................................
Arrêt J4-1 : Toarcien-Aalénien du synclinal d’Afennourir ; « Couches du Selloum »...............
64

Arrêt J4-2 : Décrochement N-S et complexe triasique des cascades de l’Oum Rbi’a....................
65

Arrêt J4-3 : Pont de Oued Srou ; les couches de base du bassin de Kerrouchen..............................
68

Arrêt J4-4 : Boutonnière de Lenda dans la partie occidentale du bassin................................................


70

Arrêt J4-5 : Partie centrale du bassin de Kerrouchen (coupe de Tisfoula)...................................................


70

Arrêt J4-6 : Boutonnière à l’est de Kerrouchen...............................................................................................................


71

Arrêt J4-7 : La formation volcanoclastique du bassin de Tizi-n’Ghachou................................................


74
75
8 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

J5 : Midelt-Timahdite (~190 km)..................................................................................................................................................... 80


Arrêt J5-1 : Site géologique de Midelt ; Crétacé et Néogène de la Haute Moulouya.................... 80
Arrêt J5-2 : Le Toarcien réduit du haut-fond de la Moulouya........................................................................ 83
Arrêt J5-3 : La base de la série crétacée............................................................................................................................. 83
Arrêt J5-4 : Le Lias moyen minéralisé près de l’accident Aouli-Ksabi ; coupe optionnelle :
la série jurassique réduite de Mibladene..................................................................................................... 83
Arrêt J5-5 : Le toit du granite d’Aouli-Mibladene au pont sur l’oued Ansegmir............................. 84
Arrêt J5-6 : La faille des Aït Oufella (Accident sud moyen-atlasique, ASMA)................................. 85
Arrêt J5-7 : Aguelmane de Sidi Ali et Accident moyen-atlasique (AMA)................................................ 86
Arrêt J5-8 : Les dépôts discordants du Jbel Hayane au SE de l’ANMA................................................ 87
Arrêt J5-9 : L’axe triasique de l’ANMA à la maison forestière de Bekrit................................................ 88
Arrêt J5-10 : Les calcaires éocènes de Bekrit-Timahdite............................................................................................ 88
Arrêt J5-11 : Discordance de Foum Kheneg en bordure SE de l’ANMA................................................ 88
Arrêt J5-12 : Le Crétacé terminal-Paléocène du synclinal de Bekrit-El Koubbat............................. 89
J6 : Timahdite-Meknès (150 km)..................................................................................................................................................... 91
Arrêt J6-1 : Cônes volcaniques perchés à Timahdite................................................................................................. 95
Arrêt J6-2 : Le maar composite du Bou Ibalrhatène..................................................................................................... 95
Arrêt J6-3 : Le maar de Tounate-el-Mariz et son substratum liasique.......................................................... 95
Arrêt J6-4 : Le secteur volcanique du Jbel Hebri.......................................................................................................... 96
Arrêt J6-5 : Coulée récente de néphélinite............................................................................................................................. 97
Arrêt J6-6 : Le cratère du maar de Michlifène.................................................................................................................... 97
Arrêt J6-7 : Le volcan d’El Koudiate au NW d’Ifrane................................................................................................ 98
Arrêt J6-8 : Panorama d’Ito : discordance post-hercynienne sur le Massif central........................ 98
Arrêt J6-9 : Le volcanisme récurrent infraliasique sur la faille Adarouch-El Hajeb........................100
Arrêt J6-10 : Le Néogène du Saïs de Meknès........................................................................................................................100
Remerciements.............................................................................................................................................................................................102
Références.......................................................................................................................................................................................................103
Circuit C7 : Le Haut Atlas central de Beni Mellal et Imilchil / Tour C7 : The Central High Atlas
from Beni Mellal and Imilchil.....................................................................................................................................................109
Points clés / Highlights..................................................................................................................................................................... 111
Documents à consulter ou emporter...................................................................................................................................... 112
J1 : Beni Mellal-Azilal via Aït Attab (140 km)....................................................................................................................112
Arrêt J1-1 : Le chevauchement de l’Atlas sur la série subatlasique du Tadla.......................................112
Arrêt J1-2 : Structure de la partie septentrionale des unités chevauchantes............................................114
Arrêt J1-3 : Fm du Jbel Sidal et basalte B2 (Barrémien) du synclinal d’Aït Imelloul....................115
Arrêt J1-4 : Le cœur et le renversement du flanc sud du synclinal d’Aït Imelloul........................115
Arrêt J1-5 : Flanc nord du synclinal d’Aït Attab ; fluctuations des mers jurassiques....................116
Arrêt J1-6 : Les « calcaires-corniches » bajociens (Fm. de Bin-el-Ouidane) : la fin de la sé-
dimentation marine............................................................................................................................................................117
Arrêt J1-7 : Premières couches rouges (Fm des Guettioua), épisode basaltique B1 et base
de la deuxième série rouge (Fm Iouaridene)...............................................................................................118
Arrêt 1-8 : Deuxième et troisième séries rouges : Fm Iouaridène et Fm du J. Sidal, et épi-
sode basaltique B2..........................................................................................................................................................119
Arrêt J1-9 : De la sédimentation continentale barrémienne à la transgression de l’Aptien..........119
Arrêt J1-10 : Flanc sud du synclinal d’Aït Attab ; fluctuations des mers crétacées........................120
J2 : Azilal-Imilchil via Ouaouizarth (230 km)........................................................................................................................125
Arrêt J2-1 : Vue panoramique sur la retenue de Bin-el-Ouidane........................................................................126
Arrêt J2-2 : Toit des basaltes B1 et âge Jurassique supérieur de la base de la Fm des Iouaridène.... 126
Arrêt J2-3 : Intercalation laguno-marine barrémienne (partie supérieure de la Fm des Ioua-
ridène) et panorama sur le chevauchement du Jbel R’Nim..........................................................127
Arrêt J2-4 : Synclinal de Taguelft : séquence régressive du Dogger, magmatisme B1.....................130
Arrêt J2-5 : Panorama sur le bassin de Taguelft et sa bordure faillée à stock gabbroïque..........132
SOMMAIRE 9

Arrêt J2-6 : Vue sur le synclinal de Naour et sa bordure faillée (Accident Arhbala-Afourer)........ 133
Arrêt J2-7 : Coulées basaltiques de Naour ; révision de l’âge du magmatisme................................. 134
Arrêt J2-8 : Panorama sur le synclinal de Tizi n’Isli et le versant nord de la zone axiale de
la chaîne................................................................................................................................................................................ 135
Arrêt J2-9 : Plis dans le Lias du sillon atlasique entre Tizi n’Isli et Tassent................................................ 136
Arrêt J2-10 : Dykes doléritiques et constructions récifales....................................................................................... 138
J3 : Les structures de l’Atlas d’Imilchil (110 km A-R)................................................................................................ 139
Arrêt J3-1 : Evolution de la sédimentation marine bajocienne : Fm de Bab n’Ouyad (Ag2)
- Fm de Tislit (Ag3) et dyke faillé......................................................................................................................... 142
Arrêt J3-2 : Les derniers dépôts marins de la Formation de Tislit (Ag3)................................................ 143
Arrêt J3-3 : Le Plateau des Lacs : panorama sur le synclinal des Couches rouges conti-
nentales médio-jurassiques : formations d’Imilchil (An1) et d’Isli (An2)..................... 143
Arrêt J3-4 : La colline à intrusions gabbroïques du lac de Tislit........................................................................ 144
Arrêt J3-5 : Les environs du lac Isli ; déformations synsédimentaires dans la Fm de Tislit (Ag3)........ 144
Arrêts J3-6 A-E : Plis atlasiques et déformations précoces dans le Bajocien de la ride anti-
clinale de Msadrid.............................................................................................................................................................. 146
Arrêt J3-7 : La terminaison NE de la ride anticlinale d’Aït Ali-ou-Ikkou ; basaltes tria-
siques et calcaires liasiques sous les Couches rouges bathoniennes.................................. 149
Arrêt J3-8 : Discordance angulaire des Couches rouges bathoniennes sur la bordure de la
ride anticlinale d’Aït Ali-ou-Ikkou..................................................................................................................... 150
Arrêt J3-9 : Traces de pas de dinosaures dans le Jurassique continental................................................ 151
Arrêt J3-10 : L’anticlinal d’Azilal n’Tafghoult, prolongement est de la faille Tizal-Azourki.... 151
Arrêt J3-11 : Grand dyke dans le Jurassique........................................................................................................................ 152
J4 : Les rides anticlinales de Tassent et de Tasraft (50 km A-R, dont 20 km de piste)............... 152
Arrêt J4-1 : Biseaux sédimentaires dans le Bajocien du flanc sud de la ride de Tassent............... 152
Arrêt J4-2 : Le cœur de la ride : Trias et roches intrusives.......................................................................................... 152
Arrêt J4-3 : Les formations paléocènes discordantes sur le cœur anticlinal............................................ 155
Arrêt J4-4 : Failles normales synsédimentaires dans le Toarcien-Aalénien du flanc nord de
la ride de Tassent (Circuit pédestre, environ 2h)................................................................................. 157
Arrêt J4-5 : Terminaison périclinale nord-orientale de la ride de Tasraft..................................................... 157
Arrêt J4-6 : Coupes dans la série paléocène discordante............................................................................................. 158
Arrêt J4-7 : Vue panoramique à partir du flanc nord................................................................................................ 159
Remerciements............................................................................................................................................................................................. 162
Références............................................................................................................................................................................................................. 162
Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, n° 559, 2011, pp. 11-108, 116 figs.

Circuit 6 / Tour C6

LE MOYEN ATLAS
MIDDLE ATLAS
par / by
André CHARRIERE, Driss OUARHACHE & Hassan EL-ARABI

In Nouveaux Guides géologiques et miniers du Maroc / New Geological and Mining Guidebooks of
Morocco, Michard A., Saddiqi O., Chalouan A., Rjimati E., Mouttaqi A. (Eds),
Notes et Mémoires du Service géologique du Maroc, 2011, n°s 556-564
13

Circuit C6 / Tour C6

Le Moyen Atlas
Middle Atlas

A. CHARRIÈRE1, D. OUARHACHE2, H. EL ARABI2


Avec la participation de Kh. Boumir (J1 et J6) et de R. Maury & M. El Azzouzi (J6)

La branche NE du système des Atlas, avant-pays du Rif, 6 jours, 1 200 km


The NE branch of the Atlas System, at the Rif foreland, 6 days, 1 200 km drive

Points clés : Cet itinéraire (fig. 1) donne une vue générale de la chaîne moyen-at-
lasique, chaîne intracontinentale typique développée en bordure de la chaîne alpine du
Rif. Plusieurs coupes transversales sont présentées du nord au sud de la chaîne, entre
les massifs de socle paléozoïque qui bordent la chaîne au NE (Tazzeka), au sud (Mi-
delt) et au NW (Khenifra, Azrou). On examine le développement de la sédimentation
mésozoïque à partir du rifting triasique, avec la subsidence variable des blocs de socle
au cours du Jurassique, le comblement progressif au cours du Jurassique moyen,
l’émersion durant le Jurassique supérieur et le Crétacé inférieur, les conditions du re-
tour de la mer du Crétacé supérieur-Eocène. L’inversion du bassin marin et les struc-
tures développées au cours de l’orogenèse atlasique (Eocène supérieur-Néogène) sont
étudiées sur plusieurs exemples, ainsi que les dépôts syn- et post-tectoniques présents
dans la chaîne (Skoura) et en bordure septentrionale (Saïs et couloir sud-rifain). Enfin,
le volcanisme néogène à sub-actuel, développé suivant un axe N-S Timahdite-Azrou,
est illustré par divers exemples caractéristiques.

Highligts : This tour offers an overview of the Middle Atlas Belt, which is an intra-
continental belt developed in the Rif foreland. Several transects are presented across
the belt, starting from the Palaeozoic massifs that bound the belt to the northeast
(Tazekka), south (Midelt) and northwest (Khenifra, Azrou). The evolution of the Meso-
zoic sedimentation after the Triassic rifting includes subsidence variations from one
block to the other during Jurassic times, progressive upfilling of the marine basin dur-
ing Middle Jurassic, followed upward by a Late Jurassic-Early Cretaceous emersion
and the renewed marine conditions during the late Cretaceous-Eocene. Tectonic in-
version occurred during the Late Eocene-Neogene (Atlas orogeny), and is illustrated
by several exemples, as well as the syn- to post-orogenic sediments that accumulated
within the belt (Skoura) or along its northern border (Sais, South-Rifian Corridor).
The widespread Neogene to Recent volcanism of the Timahdite-Azrou N-S trend is
presented during the last day.

1
26 rue J.-P. Chabrol, 34740 Vendargues, France. E-mail : HYPERLINK "mailto:andre.charriere73@orange.fr"
andre.charriere73@orange.fr
2
Univ. Sidi Mohamed Ben Abdellah, Faculté des Sciences Dhar El Mahraz, Département des Sciences de la Terre,
BP. 1796 Atlas, 30 000 Fès, Maroc. E-mail drissouarhache@yahoo.fr , elarabihassan2001@yahoo.fr
14 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 1 : Itinéraire du circuit C6. Fond cartographique extrait de la carte géologique du Maroc au 1/1 000 000 (1985). Légende : Annexe 1.
FIG. 1 : Route of Tour C6 plotted on the Geological map of Morocco, scale 1/1 000 000 (1985). Legend : Appendix 1.
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 15

Documents à emporter : bulaire, et au SE, l’accident sud moyen-atlasique


(SMAF) qui marque le contact avec la zone tabulaire de
♦ Carte routière du Maroc (échelle 1/1 000 000 ou la Haute Moulouya.
1/800 000) ;
Volume 1 des Nouveaux Guides géologiques et mi- Le Moyen Atlas est bordé de bassins néogènes : le bassin
du Saïs et le sillon sud-rifain au N, le bassin de Guercif au

niers du Maroc ;
NE, le bassin de Missour et la Haute Moulouya au SE et
♦ Carte géologique du Maroc au millionième, feuille au sud. Des terrains néogènes discordants sont également
nord. Disponible au Ministère de l’Energie et des représentés au cœur de la chaîne dans le bassin de Skoura.
Mines, Service Documentation et Publications,
www.mem.gov.ma ; Structure
Carte géologique du Maroc au 1/100 000, feuilles Le Moyen Atlas tabulaire (figs. 2, 3) est découpé en diffé-
rents panneaux limités par des accidents directionnels N40

El Hajeb (1975), Sefrou (1989) ;


et par des accidents transverses N120 à N140. Les dépôts
Cartes géologiques au 1/50 000, feuilles Azrou
paraissent autochtones dans certains panneaux ; dans
(2005), Ribat Al Khayr (2005), Itzer et Mibladène

d’autres se rencontrent des décollements dans la partie in-


(à paraître) ; férieure de la couverture. Vers le NE, ces décollements se
Carte géomorphologique du Moyen Atlas central au généralisent et s’accompagnent de chevauchements en bor-
1/100 000, 5 feuilles, Notes & Mém. 258 (1981).

dure des panneaux. Ces faits incitent à éviter l’utilisation


du terme de "Causse" pour désigner ces plateaux désoli-
Echelle des temps géologiques : L’échelle interna- darisés de leur socle.
tionale, édition 2009, est donnée en Annexe 2, en fin
Le Moyen Atlas plissé présente des synclinaux très larges
de volume. Dans cette nouvelle charte, l’âge de la li-
d’axe N45° (Zloul, Skoura, El-Mers) ou N-S (région de
mite Pliocène-Quaternaire est passé de 1,8 à 2,6 Ma. Boulemane), à fond plat et fortement dissymétriques. Leur
Ce changement n’est pas pris en compte dans les dissymétrie provient à la fois de la tectonique synsédi-
pages qui suivent. mentaire (variation latérale du remplissage sédimentaire
originel) et de la tectonique compressive ultérieure. La pile
I- Introduction à la géologie du Moyen Atlas sédimentaire qu’ils contiennent va du Trias au Dogger
Le substratum paléozoïque du Moyen Atlas affleure à dans la partie orientale ; elle comporte en outre une
l’ouest (Meseta marocaine), à l’est (massif du Tazekka), épaisse série d’âge Crétacé-Eocène dans les synclinaux
au sud (boutonnières d’Aouli et Boumia près de Midelt) et de la partie occidentale. Les axes anticlinaux sont étroits
dans plusieurs petites boutonnières au-dessous des ter- et localisés à l’emplacement d’anciennes rides ou hauts
rains secondaires (fig. 2). Ces affleurements permettent fonds jalonnant des accidents synsédimentaires.
d’établir que le substratum paléozoïque est un socle her- Le cadre géodynamique de la sédimentation jurassique et
cynien hétérogène, avec des structures globalement orien- l’âge de la structuration sont controversés. Certains auteurs
tées selon une direction SW-NE, qui seront réactivées tout (Fedan et al., 1989 ; Fedan, 1993) considèrent le bassin ju-
au long de l’évolution atlasique. rassique du Moyen Atlas comme un vaste "pull-apart" sur
décrochements sénestres incluant des zones en extension et
La structure de la couverture méso-cénozoïque (fig. 3) per-
des zones en compressions. Dans cette interprétation, la
met de distinguer deux domaines :
structuration de la chaîne serait essentiellement jurassique
- Le Moyen Atlas tabulaire, classiquement appelé "Causse" (par exemple, la terminaison NE du J. Tichoukt (Tichoukht)
moyen-atlasique, formé de plateaux étagés entre 1000 et est considérée comme une "structure en fleur positive" d’âge
2000 m d’altitude. Sous le Néogène, la série secondaire jurassique moyen). L’orogenèse cénozoïque ne produirait
(discordante sur le socle) est limitée au Trias et au Lias. Le alors qu’une accentuation des plis jurassiques.
Moyen Atlas tabulaire est recoupé par un faisceau de failles
Dans l’interprétation alternative que nous soutenons (Char-
de direction N40 : l’accident du Tizi n’Trettène (TNTF).
rière 1990, 2000 ; Charrière et al., 1994a ; El Arabi et al.,
- Le Moyen Atlas plissé, région plus montagneuse, qui cul- 1999, 2001), le bassin jurassique s’est formé en contexte
mine à 3340 m (Adrar Bou Naceur). La série méso-cé- constamment extensif. Son découpage synsédimentaire par
nozoïque est ici développée jusqu’aux termes crétacés des accidents directionnels et transverses a déterminé des
et tertiaires dans de vastes cuvettes synclinales. Deux lanières et des blocs basculés de direction généralement NE.
accidents bordent le Moyen Atlas plissé : au NW, l’ac- Dans cette interprétation, le raccourcissement (par exemple
cident nord moyen-atlasique (NMAF) qui constitue le le chevauchement du NE du Tichoukt) est imputé uniquement
plus souvent la limite tectonique avec le Moyen Atlas ta- à la tectonique compressive tertiaire.
16 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 2 : Carte structurale du Moyen Atlas et des régions limitrophes (d’après Zizi, 2002, in Michard et al., 2008, modifié). AOF : Accident des Ait Oufella ; B :
Boulemane ; D : Debdou ; F : Fès ; GU : Guercif ; I : Ifrane ; IZ : Itzer ; K : Ksabi ; KE : Khénifra ; KT : Kasba Tadla ; M : Missour ; MD : Midelt ; ME : Mek-
nès ; MO : Mougueur ; NMAF : North Middle Atlas Fault ; RP : Rides Prérifaines ; SMAF : South Middle Atlas Fault ; TA : Taourirt ; TNTF : Tizi n’Trettène
Fault ; TZ : Taza.
FIG. 2 : Structural map of the Middle Atlas and adjoining areas (after Zizi, 2002, in Michard et al., 2008, modified.)

FIG. 3 : Coupes schématiques du Moyen Atlas suivant les deux transects parcourus par l’excursion. - A : Transect nord-oriental (journées J1-J3).- B : Transect central
(journées J5-J6). La coupe correspondant au transect méridional (J4) n’est pas représentée.
FIG. 3 : Schematic cross-sections of the Middle Atlas belt along the C6 Tour itinerary. - A : Northeastern transect (J1-J3 days). - B : Central transect (J3-J6).
The J4 southern transect is not shown.
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 17

Des coupes équilibrées dans le Moyen Atlas plissé (Gomez se comble au Bathonien supérieur–Callovien inférieur
et al., 1998) ont conduit à évaluer le raccourcissement du avec d’épais dépôts deltaïques incluant les dernières in-
Moyen Atlas à ~5 km seulement. Cette valeur, très faible par cursions marines de la période jurassique.
rapport à celle du Haut Atlas (~30 km), doit être augmentée
Du Barrémien à l’Eocène, quatre épisodes transgressifs
pour tenir compte des décollements et des recouvrements tec-
sont identifiables, à l’Aptien, au Cénomanien supérieur-
toniques situés dans la partie tabulaire du Moyen Atlas (cf.
J1-10). Elle est cependant très insuffisante pour rendre Turonien, au Santonien supérieur et au Paléocène supé-
compte de l’altitude de la chaîne par simple isostasie. Les rieur-Eocène moyen. Les deux premiers ont des faunes
données géophysiques indiquent une croûte d’épaisseur à d’obédience téthysienne, les deux derniers sont dépendants
peu près normale au niveau du Moyen Atlas et légèrement
épaissie au niveau du Haut Atlas. Le soulèvement résulte en
grande partie de la présence d’une anomalie mantélique
chaude s’étendant de l’Anti-Atlas occidental à la Méditer-
ranée (El Azouzi et al., 2003 ; Missenard et al., 2006 ; cf.
vol. 1, fig. 16) et bien identifiable dans la morphologie du
Moyen Atlas (Babault et al., 2008). Des discontinuités in-
ternes subhorizontales sont interprétées comme de vastes dé-
collements subhorizontaux ayant fonctionné en régime
distensif durant le rifting mésozoïque, puis en régime com-
pressif lors de l’inversion cénozoïque (cf. vol. 1, figs. 12, 15).
Unités lithostratigraphiques méso-cénozoïques
L’enregistrement sédimentaire (fig. 4) présente deux
grandes périodes lacunaires, d’une part entre le Dogger et
le Barrémien (30-35 Ma, avec 0-50 m de dépôts continen-
taux ponctuellement conservés de part et d’autre de la ride
du Tichoukt) et d’autre part entre l’Eocène supérieur et le
Miocène supérieur (20 Ma environ). Le premier mégacy-
cle de dépôts (Trias-Dogger), largement représentée dans
tout le Moyen Atlas, est dominé par une sédimentation ma-
rine carbonatée de plate-forme ou de sillon subsident. Le
deuxième mégacycle (Barrémien-Eocène) correspond sur-
tout à des dépôts margino-littoraux à récurrences évapo-
ritiques fréquentes, localisés dans certains bassins de la
partie occidentale du Moyen Atlas. Le dernier cycle (Tor-
tonien à Plio-Quaternaire), surtout représenté sur le ver-
sant nord de la chaîne, est à dominante détritique, avec
des épandages conglomératiques continentaux et des dé-
pôts marneux continentaux et marins.
Le volcanisme est présent, d’une part, au Trias supérieur-
Lias inférieur, avec des effusions tholéitiques suivies de
manifestations explosives, et d’autre part, du Miocène su-
périeur à la période actuelle, avec un volcanisme alcalin
intraplaque.
Paléogéographie et tectonique alpine
Un rift atlasique apparaît au Trias supérieur, avec un épi-
sode basaltique majeur voisin de la limite Trias-Lias (200
Ma ; voir vol. 1). Après un deuxième épisode volcanique
vers 195 Ma, il évolue durant le Lias et le début du Dog-
ger avec une sédimentation carbonatée de plate-forme ou
de sillon associée à une subsidence tectonique particuliè- FIG. 4 : Colonne stratigraphique du Moyen Atlas plissé.
rement active au Domérien et au Bajocien (fig. 5). Le rift FIG. 4 : Stratigraphic column of the Middle Atlas folded domain.
18 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 5 : En bas : Coupe longitudinale restaurée dans l’axe du sillon moyen-atlasique, montrant l’évolution du régime de subsidence au cours du Lias supérieur-Jurassique moyen.
t: Trias ; l1-2 : Lias inf. ; l3-4 : Lias moyen ; l5-j1 : Toarcien-Aalénien ; j2a : Bajocien inférieur marneux ; j2b : Bajocien supérieur calcaire.- En haut : Courbes de subsidence ty-
piques (Charrière et al., 1994a). H-S : Hettangien-Sinémurien ; C : Carixien ; D : Domérien ; T : Toarcien ; A : Aalénien ; Bj : Bajocien ; Bt : Bathonien.
FIG.5 : Below : Restored longitudinal profile following the axis of the Middle Atlas basin, showing the evolution of the subsidence rate during the Upper Liassic-Middle Jurassic
interval. t : Trias ; l1-2 : Lower Lias ; l3-4 : Middle Lias ; l5-j1 : Toarcian-Aalénian ; j2a : marly Lower Bajocien ; j2b : calcareous Upper Bajocien.- Above : Typical subsidence
curves (Charrière et al., 1994a).

de l’Atlantique central. Discordants sur le Jurassique, les séquences transgressives et régressives. Substratum pa-
bassins du Crétacé-Eocène sont morcelés par un décou- léozoïque (Tazekka) et couverture mésozoïque discor-
page synsédimentaire actif tout au long de cette période. dante. Moyen Atlas tabulaire versus Moyen Atlas plissé.
Rôle paléogéographique de l’accident du Tizi n’Trettène
La période orogénique, qui correspond à l’inversion tec-
au Miocène supérieur. Discordance majeure anté-Miocène
tonique définitive des bassins de sédimentation comporte
supérieur. Tectonique polyphasée tertiaire et décollement
plusieurs événements, en relation avec la tectonique des
de la partie orientale du Moyen Atlas tabulaire.
chaînes péri-méditerranéennes (voir vol. 1) : i) période de
déformation tectonique compressive, dite classiquement Route and themes (fig. 1.1) : Discovering the broad lines of
"phase majeure", d’âge probablement fin Eocène-Oligo- the regional geology. Miocene-Pliocene of the South-Rif Cor-
cène (?) ; ii) formation de nouveaux bassins extensifs au ridor and Sais Plateau, with transgressive and regressive se-
Tortonien supérieur et mise en relation avec le sillon marin quences. Paleozoic basement (Tazekka) and unconformable
sud-rifain ; iii) déformations compressives tangentielles Mesozoic cover. Tabular Middle Atlas versus Folded Middle
post-miocènes ; iv) au Pliocène, surrection du cœur de la Atlas. Major unconformity beneath the Upper Miocene de-
chaîne et formation de bassins détritiques intracontinen- posits, and palaeogeographic role of the Tizi n’Tretten Fault.
taux ; v) activité néotectonique persistante. Polyphase Cenozoic tectonics, and décollement tectonics of
Aux évènements tectoniques récents s’ajoute une importante the eastern part of the Tabular Middle Atlas.
activité volcanique, d’une part au Miocène supérieur (14,6 Arrêt J1-1 : Site géologique de Fès depuis le Bordj
à 5,5 Ma), d’autre part et principalement au Quaternaire nord (Tombeaux Mérinides)
(1,8 à 0,5 Ma). Elle est en relation avec le développement GPS : 34°04’06”N ; 004°59’00”W
d’une anomalie mantélique dite Ligne chaude du Maroc,
Cet arrêt comprend deux points de vue (sub-arrêts), de part
également responsable de la haute altitude de la chaîne.
et d’autre de l’hôtel des Mérinides. Celui-ci est bâti en hau-
J1 : Fès - Sefrou via Ribat Al Khayr (160 km) teur sur une table de travertin. Nombreux fléchages à partir
de la gare ONCF (Mérinides, Bordj nord, Tour nord de Fès).
Itinéraire et thèmes (fig 1.1) : Mise en place des grands
ensembles. Mio-Pliocène du sillon sud-rifain et du Saïs, Le premier point de vue (sub-arrêt 1A) n’est autre que
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 19

FIG. 1.1 : Trajet de la journée J1 reporté sur la carte géologique du Maroc au 1/1 000 000 (1985). Légende : Annexe 1 en fin de volume.
FIG. 1.1 : Day 1 route and stops plotted on the Geological map of Morocco, scale 1/1,000,000 (1985). Legend : Appendix 1.

le point d’arrêt touristique appelé Bordj nord, près des 1987). Cette série représente les dépôts post-nappe accu-
ruines d’un ancien fort à l’ouest de l’hôtel, sur un enta- mulés au-dessus et au front (sud) du Complexe préri-
blement formé par le "Travertin des Mérinides". Ce tra- fain (ou Nappe prérifaine) dans un bassin marin d’avant-
vertin est un dépôt de bordure du "Lac du Saïs" qui fosse reliant l’Atlantique à la Méditerranée jusqu’à la fin
occupait la région de Fès et Meknès au Plio-Quaternaire du Messinien. La fermeture de ce détroit du fait de la tec-
(Taltasse, 1953 ; Ahmamou, 2002). Au-dessous s’étale la tonique plio-quaternaire a entraîné la crise de salinité
partie ancienne de la ville de Fès (fig. 1.2A, B) construite messinienne en Méditerranée. Les résidus des dépôts du
de part et d’autre d’un affluent de l’Oued Sebou, sur les détroit sud-rifain apparaissent aujourd’hui dans l’étroit
"Marnes grises de Fès" (Miocène supérieur). Celles-ci af- "couloir sud-rifain" et dans les synclinaux post-nappe du
fleurent largement en bordure de la route de Taza (Oued Prérif et du Mésorif (voir vol. 1, figs. 1B, 18).
Zitoune) où elles sont utilisées pour la poterie. Un pro-
À l’arrêt 2 consacré aux cycles régressifs supérieurs de ce
montoire symétrique au nôtre (Borj Sud) est bâti sur le re-
couloir, a été identifié Globorotalia conomiozea (diagnose
bord d’un plateau conglomératique pliocène. Les reliefs
R. Wernli, in Boumir, 1990) marqueur méditerranéen du
visibles au-delà vers le sud sont, pour les plus proches,
Messinien. La présence de ce taxon est importante à la fois
les plateaux ("causses") du Moyen Atlas tabulaire. Les do-
sur le plan chronostratigraphique et comme indicateur pa-
lomies liasiques de ces plateaux s’enfoncent sous le Néo-
léobiogéographique. Ce marqueur planctonique méditer-
gène sud-rifain (fig. 1.3). Au dernier plan, les reliefs les
ranéen était initialement connu dans le Miocène de la
plus hauts, souvent enneigés, appartiennent à la partie NE
bordure NE du Maroc, il a été ensuite retrouvé dans la ré-
du Moyen Atlas plissé, avec le point culminant de la
gion de Taza (Robillard, 1981), au NW de Fès et dans le
chaîne, le Jbel (Adrar) Bou Naceur (3340 m).
golfe de Skoura (Wernli, 1988) et finalement dans la ré-
II- Le couloir sud-rifain gion de Rabat-Salé (Benson & Rakic-El Bied, 1996), ce
qui permet actuellement une corrélation des échelles bios-
Les forages ont montré que les « Marnes de Fès » consti-
tratigraphiques atlantiques et méditerranéennes.
tuent une série épaisse de 700 à 800 m (plus de 1200 m à
Douyet, 8 km à l’ouest de la ville) qui repose directement Un déplacement de quelques centaines de mètres jusqu’au
sur des terrains liasiques prolongeant ceux du Moyen rebord est de la table de travertin (sub-arrêt 1B) permet des
Atlas. Les « Marnes de Fès » sont marines et d’âge essen- observations complémentaires. Le panorama vers le nord
tiellement Tortonien-Messinien. Leur sommet atteint loca- dévoile le massif du Jbel Zalagh (fig. 1.4) surplombant le
lement (Moulay Yacoub) le Pliocène inférieur (Wernli, talus et la plaine marneuse. C’est un anticlinal pincé et faillé
20 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 1.2 : Le site géologique de Fès. - A : Panorama depuis le Borj nord. - B : Coupe géomorphologiques. - C : Coupe hydrogéologique,
d’après Chamayou et al. (1975). Sous le Saïs, la représentation du Lias en plis-failles successifs n’est pas documentée. On envisage plu-
tôt des blocs faillés non inversés (voir figure suivante).

FIG 1.2 : Geological setting of the city of Fes. – A : View from the northern Borj. – B : Geomorphological cross-section. - C : Hydroge-
ological cross-section after Chamayou et al. (1975). The folded geometry of the Liassic beds beneath the Sais is not documented. The cur-
rent interpretation rather considers faulted blocks without inversion (see next figure).

FIG. 1.3 : Coupe de la bordure nord du Moyen Atlas tabulaire au sud de Fès, extraite de la feuille au 1/100 000 de Sefrou (1989). l1-2D : Lias inférieur dolomitique ;
l3-4C : Lias moyen calcaire ; m6aC : Miocène sup., calcarénite ; m6abM : Miocène sup., marnes ; PCl : Pliocène sup., calcaire lacustre
FIG. 1.3 : Cross-section of the northern border of the Tabular Middle Atlas south of Fes (from the Geological map of Sefrou, scale : 1/100 000 (1989).
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 21

FIG. 1.4 : Le J. Zalagh, équivalent des Rides prérifaines, à l’est de Fès.- A : Panorama depuis le Bordj nord.- B : Carte (a) et coupe (b) d’après Chalouan et al.
(2006). 1 : Trias ; 2 : Lias inférieur (dolomies) ; 3 : Li as moyen (calcaires) ; 4 : Lias supérieur-Bajocien (marnes, calcaires) ; 5 : Miocène sup. (molasses) ; 6 :
Miocène sup. (marnes) ; 7 : Miocène sup. de la nappe prérifaine ; 8 : Quaternaire (brèches de pente) ; 9 : Quaternaire (sédiments) ; 10 : faille ; 11 : chevauche-
ment ; 12 : anticlinal.
FIG. 1.4 : J. Zalagh, eastern equivalent of the Meknes Prerif Ridges.- A : View from the northern Bordj.- B : Map (a) and cross-section (b) after Chalouan et al. (2006).

de calcaires liasiques qui affecte la zone frontale de la nappe des conglomérats polygéniques riches en galets calcaires
prérifaine et sa couverture de Miocène supérieur. Les dé- (essentiellement jurassiques). Cette assise congloméra-
pôts miocènes et plio-quaternaires du Saïs sont ainsi bordés tique à la base du travertin est la même que celle qui
du côté nord par la nappe prérifaine au front de laquelle se constitue le promontoire du Bordj Sud. On observera en-
sont formés un chapelet de plis-failles, décollés sur les ar- core, au-dessous des travertins, des marnes sableuses jau-
giles salifères du Trias et chevauchant vers le sud : le J. Za- nâtres à stratifications obliques qui représentent la partie
lagh et le J. Tratt près de Fès, les Rides prérifaines de sommitale des Marnes de Fès. Ces dépôts régressifs de la
Meknès (fig. 1.1). Le travertin des Mérinides et les conglo- mer miocène seront étudiés à l’arrêt suivant, au Jbel Bou
mérats associés sont redressés jusqu’à la verticale sur toute Rdim que l’on peut repérer à la terminaison nord du pla-
leur bordure nord au contact des unités prérifaines (au J. teau constituant le dernier plan du panorama.
Tratt comme au J. Zalagh), révèlant l’importance de la néo-
tectonique en bordure du Rif (Ahmamou, 2002 ; Chalouan Route : Rejoindre d’abord la N6 (direction de Taza/Oujda)
et al., 2006). Il est intéressant de noter que ce dispositif à l’est de Fès, puis prendre la N8 vers le nord en direction
structural (assises calcaires plongeant sous un épais man- de Taounate-Al Hoceima. La route traverse l’oued Sebou.
teau argilo-marneux, tant autochtone qu’allochtone) a per- A 10 km du carrefour, un arrêt facultatif en bord de route
mis le développement d’un hydrothermalisme qui a fait une dans la montée (GPS : 34 07 10N ; 004 52 28W) peut per-
partie de l’attrait de la région (sources chaudes de Moulay mettre de mieux voir le Jbel Zalagh à l’ouest de la route.
Yacoub en particulier ; fig. 1.2C). Au-dessus de lui, tant au nord qu’au sud s’étendent des
En descendant dans les carrières situées au-dessous du marnes blanches (Marnes de Beni-Amar) avec des passées
point d’observation, on peut observer que la base du tra- noirâtres ou rougeâtres de Trias, l’ensemble appartenant à la
vertin est chaotique (blocs travertineux déplacés) et inclut "nappe prérifaine". Ces terrains allochtones sont recouverts
des chenaux conglomératiques. Au-dessous se développent par les "Marnes grises", formation post-nappe du Miocène
22 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

supérieur que la route recoupe en montant vers le nord. successives du domaine intertidal (fore shore) sur le do-
maine infratidal (shore face et offshore). La première consti-
On poursuit l’ascension sur encore 1 km. A l’est de la route
tue la partie régressive du cycle tortono-messinien
apparaissent les parties moyenne et supérieure de la série
(régression à la fin du Messinien ou au début du Pliocène)
post-nappe, coiffée par les falaises du Jbel Bou Rdim, qui
et traduit le comblement du sillon sud rifain. Les dernières
culmine à 524 m d’altitude. Le contraste de couleur et de
séquences, qui pourraient représenter un équivalent latéral
morphologie est fort entre la nappe prérifaine et le syncli-
des "Sables fauves" de la région de Meknès (cf. J6-10), cor-
nal post-nappe du J. Bou Rdim (fig. 1.5).
respondent à la régression définitive de la mer dans la ré-
Arrêt J1-2 : Les séries régressives du Miocène gion du Saïs. Elle pourrait dater du Pliocène moyen.
sud-rifain au J. Bou Rdim
Circuit pédestre optionnel (2h minimum, dénivelée 200 m)
GPS : 34°07’30”N ; 004°51’47”W
Il permet la réalisation de la coupe suivante (localisée sur
En s’arrêtant sur la route de Taounate (N8), à environ 11
la figure 1.5) :
km du carrefour avec la route Fès-Taza (N6), on peut ob-
server les marnes grises compactes du Miocène supérieur Séquence 1 : La série de marnes grises passe verticale-
post-nappe, dans les talus abrupts à droite de la route. Des ment de façon progressive à des marnes silteuses, puis à
lavages effectués à ce niveau ont fourni des associations de des silts jaunes, enfin à des sables fins jaunâtres. La glau-
foraminifères planctoniques dont Globorotalia conomio- conie, et le plancton abondant jusque dans les marnes sil-
zea (Boumir, 1990) marqueur méditerranéen du Messinien teuses, disparaissent progressivement dans les sables.
(§ II italique). Au-dessus (première corniche) se développent des grès
moyens bioclastiques à stratifications obliques arquées
La succession visible de la route correspond à trois des qua-
(paléocourants vers l’ouest) et intercalations plus gros-
tre séquences régressives (fig. 1.6). La première correspond
sières de couches à terriers remaniés, surmontés de bancs
au talus marneux (environ 100 m) suivi de la première cor-
de calcaires bioclastiques où abondent les Hétérostegines
niche grèso-carbonatée. La séquence suivante débute avec
et les Serpulidés.
le talus marneux sus-jacent (environ 40m) et se poursuit
avec la deuxième falaise. La troisième séquence, peu Séquence 2 : Une série marneuse, généralement encroû-
épaisse, constitue la dernière corniche visible de la route. tée, affleure dans un talus de piste où elle présente une in-
Par-dessus, la quatrième et dernière séquence (invisible de tercalation médiane de calcaires bioclastiques à balanes.
la route) est faite de sables puis de grès bioclastiques. Ces Ces marnes sont surmontées par des bancs décimétriques
séquences négatives (fig. 1.7) traduisent des progradations de calcaires bioclastiques à fragments de balanes détermi-

FIG. 1.5 : Vue satellitaire oblique (Google Earth) du J. Bou Rdim, butte-témoin de Miocène supérieur-Pliocène (?) de l’avant-fosse sud-rifaine posée sur la nappe prérifaine.
FIG.1.5 : Oblique Google earth view of the J Bou Rdim, an Upper Miocene-Pliocene (?) post-nappe hill preserved onto the Prerif Nappe.
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 23

FIG. 1.6 : J. Bou Rdim (suite).- A : Profil des falaises SW montrant les trois séquences inférieures (S1-S3).- B : lame mince riches en
tubes de serpulidés.- C : microphotographie de coupes de parois et de loges de balanes.
FIG. 1.6 : J. Bou Rdim (continuation).- A : View of the southwestern cliffs showing the three lower sequences (S1-S3).- B : Thin section
with pipes of Serpulides.- C : Microphotography of barnacles sections.

nant une "barre à balanes" d’environ 7 m d’épaisseur.


Séquence 3 : Au-dessus se développent des grès moyens
jaunâtres bioclastiques en bancs décimétriques ; latérale-
ment, affleurent des silts jaunâtres à leur base.
Séquence 4 : Elle débute par des sables fins jaunâtres qui
passent vers le haut à des grès bioclastiques plus grossiers.
L’activité biologique est bien marquée dans ces séquences
(terriers, pistes au sein des couches ou en surfaces de
bancs) ; des cavités de lithophages se localisent dans des
surfaces durcies de la partie sommitale de la formation.
Route : Revenir vers Fès jusqu’à la jonction de la N6, en
rive gauche du Sebou, puis prendre vers l’est en direction
de Taza/Oujda. La route suit la rive gauche du Sebou.
Après ~10 km, juste avant de retraverser le Sebou, quitter
la route nationale vers le SE et emprunter l’étroite route
(RS 5027) qui longe la rive gauche de Oued Sebou en di-
rection d’Aïn Louali (fig. 1.1, arrêt 3). La vallée de l’oued
Sebou, assez large dans les marnes, est entaillée en gorge
dans les dolomies du Lias.

Arrêt J1-3 : Transgression miocène et subsidence du


sillon sud-rifain (Aïn Louali)
GPS : 33°59’36”N ; 004°47’49”W

Le point d’arrêt est à ~9 km de l’embranchement sur la


N6, à la confluence d’un oued venant du SW (oued
Yhoudi) avec Oued Sebou. Prendre le sentier qui remonte
la rive gauche de la vallée encaissée de l’oued Yhoudi. On
recoupe la série miocène, du plus récent au plus ancien, FIG. 1.7 : Diagramme des quatre séquences régressives du Miocène sud-rifain au

jusqu’à atteindre le substratum liasique après ~ 600 m de


J. Bou Rdim. Remarquer le caractère de plus en plus grossier des niveaux
régressifs.
marche vers le sud (GPS : 33 59 24N ; 004 48 02W). FIG. 1.7 : Diagram of the four regressive sequences of the South Rif Upper
Miocene series at J. Bou Rdim. Notice the coarser and coarser facies of the
Cet affleurement permet de voir un paléorivage miocène successive regressive levels.
24 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

(fig. 1.8) avec transgression des grès bioclastiques sur une L’unité supérieure (U3) débute par un grès très grossier à
surface irrégulière, oxydée et taraudée par des lithophages. graviers dolomitiques et bioclastes, surmonté de grès plus
Les dépôts transgressifs subhorizontaux recouvrent un pa- fins à intercalations silteuses. La série se termine par des
léorelief constitué de dolomies grises liasiques, affectées silts jaunes puis des marnes grises (Marnes de Fès) qui af-
par un réseau de fractures subverticales et par des phéno- fleurent dans les collines alentour.
mènes karstiques.
Les phénomènes diagénétiques se manifestent essentiellement
Les différents faciès de cette coupe sont organisés en sé- sous forme de concrétions carbonatées dans toute la série.
quences élémentaires granodécroissantes qui peuvent être
Une succession analogue a été étudiée en détail (Wernli,
groupées en trois unités lithologiques (figs. 1.8, 1.9).
1988 ; Charrière, 1990, p 435), à 6 km au sud de notre arrêt
L’unité inférieure (U1) débute par un conglomérat déci- (coupe Chabat Mansour) et permet une interprétation d’en-
métrique. Il s’agit d’un poudingue hétérométique (élé- semble incluant la série marneuse sus-jacente. Après la-
ments de 1 à 10 cm de diamètre) dont les éléments, cune prolongée et érosion, la succession des dépôts traduit
essentiellement empruntés au substratum liasique, sont liés trois séquences d’aggradation littorale qu’on peut interpré-
par une matrice grèseuse. Au-dessus, se développe une di- ter comme représentant l’apparition (U1), l’installation
zaine de mètre de grès et sables bioclastiques, d’abord ro- (U2), puis l’approfondissement (U3) des environnements
sâtres puis jaunâtres. littoraux de la mer miocène. L’installation d’une plate-
La limite inférieure de l’unité moyenne (U2) est matéria- forme marine se manifeste avec le dépôt des marnes sus-ja-
lisée par un niveau repère lumachellique à graviers, sur- centes. Les foraminifères planctoniques apparaissent dans
monté de sable fin. Les hétérostégines (fig. 1.8C), qui sont la série sableuse supérieure (équivalent de U3) et se déve-
présentes dès la base de la première unité sont particuliè- loppent considérablement dans les marnes sus-jacentes
rement abondantes dans celle-ci au point de constituer une savec un rapport quantitatif : foraminifères planctoniques/
bioaccumulation à hétérostégines. Ces calcaires biogé- foraminifères benthiques avoisinant 2/1. La présence de
niques présentent des intercalations silteuses vers le som- Globorotalia dutertrei dès les faciès transgressifs de base a
met. L’étude biométrique de ces foraminifères (Dayja et permis à Wernli (1988) de leur attribuer un âge Tortonien
Bignot, 2005) a permis de reconnaître l’espèce Heteroste- supérieur (m6).
gina papyracea. L’activité biologique est particulièrement Route : Revenir sur la N6. Le trajet de la N6 (fig. 1.1) va
abondante dans cette unité (fig. 1.8B). d’abord suivre la vallée alluviale du Sebou de direction

FIG. 1.8 : Le Miocène supérieur transgressif d’Aïn Louali. - A : Affleurement des deux séquences inférieures au-dessus du paléokarst
formé sur le Lias dolomitique. - B : Bioturbations. - C : Section subaxiale d’hétérostégine (dimension ~1 cm).
FIG. 1.8 : The transgressive Upper Miocene deposits at Aïn Louali.- A : Outcrops of the two lower sequences on top of the Liassic
dolomite paleokarst.- B : Bioturbations. - C : Subaxial section of Heterostegina (~1 cm wide).
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 25

NW-SE dans la zone d’affleurement des marnes tortono-


messiniennes, zone d’intérêt agricole évident. La route va
s’élever d’abord sur plusieurs terrasses de la rive droite,
puis grimper vers le plateau par plusieurs lacets.
Un arrêt optionnel dans le dernier lacet (GPS : 34 02 01N ;
004 47 30W ; alt. 435 m) donne un panorama intéressant
sur la région qu’on vient de traverser. Vers le sud, les fa-
laises du fond de vallée (dolomies liasiques du Moyen Atlas)
s’ennoient sous la série marneuse du Tortonien-Messinien.
Celle-ci débute par des marnes sableuses littorales et se
poursuit par des marnes marines franches. La partie haute de
la série est tronquée par d’épaisses croûtes calcaires de cou-
leur rose-saumon, d’âge Villafranchien. Entre cette haute
surface encroûtée et le cours actuel de l’oued Sebou s’ob-
serve un bel étagement de terrasses fluviatiles quaternaires.
Route : La route se poursuit sur le plateau villafranchien
(fig. 1.10), puis sur les marnes du Miocène supérieur dont
la base (calcarénites discordantes sur le Lias) réapparaît
avant Bir Tam Tam. Au niveau de cette localité, quitter la
FIG. 1.9 : Colonne stratigraphique du Miocène supérieur transgressif d’Aïn Louali. N6 et prendre la direction de Ribat Al Khayr, El Menzel
FIG. 1.9 : Stratigraphic column of the transgressive Upper Miocene at Aïn Louali. vers le sud. Moins de 800 m après, prendre la bifurcation

FIG. 1.10 : Carte géologique (extrait de la feuille


Sefrou au 1/100 000) montrant les séries mio-
cènes transgressives sur le Lias du Moyen Atlas
tabulaire dans la zone de l’accident du Tizi
n’Trettène. t : Trias ; l1-2 : Lias inf. ; l2-3 : Lias
inf-moyen ; l3-4 : Lias moyen ; l4O : Lias
moyen oolithique ; psk et pcl : Pliocène moyen à
supérieur ; q : Quaternaire.
FIG. 1.10 : Geological map (part of Sefrou
sheet, scale : 1/100 000) showing the transgres-
sive Miocene strata overlying the Liassic for-
mations of the Tabular Middle Atlas next to the
Tizi n’ Trettene Fault.
26 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

à droite vers le barrage Allal El- Fassi, situé à 7 km vers le bien calibrés à stratifications entrecroisées et dont diffé-
SW. La route va alors recouper des terrains miocènes sub- rentes barres sont recoupées en contrebas par la route.
horizontaux de plus en plus anciens. On descend d’abord
L’ensemble inférieur est essentiellement formé de marnes
dans les "Marnes bleues" (m6abM), puis on atteint leur
beige saumon riches en lithoclastes et grains de quartz,
substratum (m6aC) constitué par une dalle sur laquelle est
mais très pauvres en microfossiles, avec de rares charo-
installé le douar Sidi Mbarek, dominant le lac de retenue.
phytes, ostracodes et gastéropodes. Les termes les plus an-
Arrêt J1-4 : Le bassin lagunaire miocène d’Aït Youb ciens affleurent au niveau de la retenue d’eau.
GPS : 33°55’41”N ; 004°39’49”W
L’évolution verticale traduit le passage d’un milieu sau-
S’arrêter à la sortie du douar de Sidi Mbarek, en haut de la mâtre protégé à un milieu laguno-marin affecté d’un hy-
descente vers le lac. La dalle sous le douar représente un drodynamisme fluctuant. Ainsi, ce bassin d’Aït Youb a été
équivalent latéral des terrains transgressifs étudiés à l’arrêt le siège d’une importante phase de sédimentation de ca-
3. Elle repose au NW en discordance (fig. 1.11) sur le Lias. ractère lagunaire, antérieurement à la transgression de la
Cette dalle est surtout formée par des biocalcarénites jaunes mer tortono-messinienne. Ce bassin n’a pas d’équivalent à
à hétérostégines, mais elle inclut plusieurs barres récifales l’ouest de l’accident du Tizi n’Trettène, qui passe non loin
superposées (El Hamzaoui, 2000 ; El Hamzaoui & Lach- à l’ouest du barrage, domaine où les calcarénites littorales
khem, 2003). L’ensemble récifal s’effiloche en direction du sont directement transgressives sur le substratum liasique
sud, occupant ainsi une position de récif frangeant. (cf. arrêt 3).
Au-dessous de cette dalle et jusqu’au lac du barrage, on va Arrêt J1-5 : Barrage Allal El-Fassi ; paléorelief
recouper, de haut en bas et du plus récent au plus ancien, miocène associé à la faille du Tizi n’Trettène
une nouvelle série sédimentaire miocène concordante : la GPS : 33°55’41”N ; 004°41’05”W
"Formation d’Aït Youb-Lebbouadis " (m5-6M), définie
On rejoint l’arrêt 5 en traversant la vallée sur la crête du
(Charrière, 1990) dans la Chabat Remana située à l’est de
barrage et en remontant sur la rive gauche de Oued Sebou
la route (fig. 1.10).
où se localise le Douar Aït Youb. Au point d’arrêt se dé-
Sa partie supérieure est organisée en séquences décamé- gage un panorama d’ensemble (fig. 1.12). Le barrage est
triques avec : i) des marnes à crassostrea et microfaune ancré sur les calcaires et marno-calcaires liasiques, la re-
benthique, parfois abondante mais toujours peu diversifiée, tenue d’eau étant située quant à elle dans les marnes de la
particulièrement riche en ammonia (foraminifère benthique Fm Ait Youb-Lebbouadis. On retrouve dans le panorama
tolérant d’importantes variations de salinité) ; ii) des grès plusieurs des failles cartographiées (fig. 1.10), notamment

FIG. 1.11 : Coupe illustrant la disposition et les variations des terrains miocènes à la bordure orientale de l’Accident du Tizi n’ Trettène (localisation : fig. 1.10).
FIG. 1. 11 : Cross-section showing the setting and variations of the Miocene series at the eastern border of the Tizi n’ Trettene Fault (see fig. 1.10 for location).

FIG. 1.12 : Le site du barrage Allal El-Fassi (panorama depuis la rive gauche du Sebou).
FIG 1. 12 : Geological setting of the Allal El-Fassi dam, as seen from the Wadi Sebou left bank).
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 27

celles qui limitent un synclinal de Lias moyen entre deux ments situés de part et d’autre de la chaîne, le Massif central
panneaux de Lias inférieur. Ce découpage tectonique cor- à l’ouest, les boutonnières de la Haute Moulouya à l’est.
respond à la terminaison en "queue de cheval" du décro-
On remarquera que la chaîne méso-cénozoïque du Moyen
chement d’Aït Ameur qui relaie vers le NE l’accident du
Atlas s’est installée sur la zone limite entre deux domaines
Tizi n’Trettène . La Fm Ait Youb-Lebbouadis repose en
de la chaîne paléozoïque de la Meseta, d’une part la Me-
discordance sur des panneaux liasiques différents.
seta orientale à plissement synmétamorphique anté-viséen,
La zone faillée Aït Ameur/ Tizi n’Trettène a constitué un d’autre part la Meseta centrale et occidentale dont la dé-
paléorelief miocène à l’ouest du bassin lagunaire d’Ait formation est essentiellement d’âge carbonifère supérieur
Youb. Ce paléorelief n’a été recouvert que lors de la trans- (voir vol. 1). En comparant les caractères des boutonnières
gression marine du Tortonien supérieur-Messinien, avec situées au sud de Fès (Imouzzer du Kandar, Beni Mlalla,
d’abord le dépôt de calcarénites littorales, puis celui des Bhalil) et de Bsabis (plus au SE ; fig. 2), on a pu mettre en
marnes pélagiques du corridor sud-rifain. évidence (Charrière, 1989) que les premières se rattachent
Route : Revenir sur la route de Bir Tam Tam à Ribat Al à la Meseta centrale, la deuxième au front de la Meseta
Khayr (9 km) et continuer vers le SE en direction de cette orientale, tel qu’il affleure dans le Tazekka.
dernière ville (ex-Ahermoumou). Après quelques kilomè-
Le massif du Tazekka (fig. 1.14) est en effet découpé en
tres à travers les collines marneuses cultivées (terrains
trois ensembles tectoniques séparés par des accidents de
miocènes), apparaissent les plateaux dolomitiques avec
direction SW-NE (Hoepffner, 1978) :
leur relief dénudé et l’empreinte d’une érosion karstique
caractéristique du Lias inférieur du Moyen Atlas tabulaire. - Le domaine nord-oriental comprend une série sédimen-
A l’entrée de Ribat Al Khayr, prendre la route goudronnée taire allant de l’Ordovicien inférieur au Dévonien basal.
(4803) vers le nord en direction de Tleta-Zerarda. Les barres de grès et quartzites de l’Ordovicien sont ici
affectées par un plissement isopaque, déversé vers le SE ;
Arrêt J1-6 : Relations socle hercynien/couverture
mésozoïque au sud du Tazekka - La partie sud-occidentale du massif est occupée par une
GPS : 33°52’45”N ; 004°24’51”W formation homogène, les "Schistes du Tazekka", locale-
ment datée de l’Ordovicien inférieur (Rauscher et al.,
S’arrêter à ~6 km au nord du carrefour d’entrée de Ribat 1982). Ils sont intensément plissés et affectés par un mé-
Al Khayr. On découvre un panorama coloré sur la termi- tamorphisme épizonal ;
naison SE du massif du Tazekka, substratum paléozoïque
- Entre les 2 secteurs, il existe une bande étroite (zone de
du Moyen Atlas septentrional (fig. 1.13).
Bab Azhar) de schistes ordoviciens microplissés, inter-
III- Le socle hercynien au NE du Moyen Atlas prétée comme un couloir de décrochement tardi-hercy-
nien. La faille limitant ce couloir au NE est appelée
Le socle du Moyen Atlas est visible au NE de la chaîne dans
"Accident de Bsabis-Tazekka".
deux types d’affleurement, des « boutonnières » sous le
Moyen Atlas tabulaire, et le massif du Tazekka, en continuité Discordante (fig. 1.14A) sur ce socle paléozoïque plissé et ci-
avec le Moyen Atlas plissé. A cela s’ajoutent les affleure- saillé, la couverture mésozoïque débute par des terrains tria-

FIG. 1.13 : Panorama sur l’extrémité SW du J. Tazekka depuis l’arrêt 6, illustrant la discordance (D) du Trias sur le Paléozoïque et le décolle-
ment (S) du Lias inférieur carbonaté (laminage de l’empilement basaltique). O2-3 Ordovicien (Schistes de Bab Azhar) ; tcg : Trias gréso-
conglomératique ; ta : Trias argileux ; l1-2 : Lias inférieur dolomitique.
FIG. 1.13 : View of the J. Tazekka SW tip from stop 6 showing the Triassic unconformity (D) on top of the Palaeozoic basement and the de-
tachment (S) of the Liassic dolomites with slicing of the Triassic basalts.
28 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 1.14 : L’ennoyage sud du massif du Tazekka sous la couverture moyen-atlasique décollée. - A : Image satellitaire oblique (Google). - B :
Carte géologique (Charrière, 1990, inédit). - Marron : paleozoïque ; rose : Trias (basaltes) ; rouge (Trias argilites) ; bleu : Lias (carbonates). Re-
marquer le biseautage du Lias inférieur dans le centre et le SW de la carte, indice du décollement de la couverture sur des failles en replat et rampes.
FIG. 1.14 : Southern plunge of the Tazekka Massif below the detached Middle Atlas cover. - A : Oblique Google earth view. - B : Geologic map
(unpubl. survey, Charrière, 1990,). - Brown : Palaeozoic ; pink : Triassic (basalts) ; red : Triassic (argilites) ; blue : Liassic (carbonates. Notice
the Liassic cut off in the center and southwest part of the map.

siques et infraliasiques. Après des termes détritiques non dans la mesure où elle indique un âge légèrement antérieur
datés, mais relevant sans doute du Trias supérieur, se déve- à celui des trapps basaltiques du Haut Atlas (Rhétien à Lias
loppent des argilites rouges inférieures, puis, normalement, basal ; Marzoli et al., 2004 ; Verati et al., 2007), alors que les
une centaine de mètres d’épanchements basaltiques de cou- critères géochimiques plaident en faveur d’un magmatisme
leur gris-verdâtre, bien visibles dans le panorama. tholéitique identique d’un secteur à l’autre (Mahmoudi et
Bertrand, 2007). Surmontant les basaltes, une série "d’argi-
Des études palynologiques (Baudelot et al., 1990) ont indi-
lites rouges supérieures" passe vers le haut à des marnes et
qué un âge Carnien pour le dernier niveau d’argilites re-
marno-calcaires noirs (Formation de Harira, Baudelot &
couvert par les basaltes et un âge Lias inférieur pour une
Charrière, 1983) de l’Hettangien-Sinémurien.
intercalation sédimentaire située en milieu de l’épanchement
basaltique. La première datation mériterait d’être réévaluée Au-dessus se développe une épaisse dalle de dolomies rap-
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 29

portée pour l’essentiel au Lias inférieur. Les faciès dolo- seur, constituée de biocalcarénites marines alternant avec
mitiques et calcaires représentés (niveaux à oncholites, la- des lentilles récifales qui sont interprétées comme des
minites, bird eyes) dénotent des paléoenvironnements monticules dispersés (patch reefs) dans la mer miocène
inter- à supratidaux. Les calcaires lités sus-jacents sont ma- (Saint Martin, 1987 ; El Hamzaoui, 2000). Cette dalle re-
rins ; les ammonites (Fuciniceras gr. celebratum) récol- couvre au SE des marnes sableuses et des grès à micro-
tées à leur base permettent de dater le Domérien basal. faune benthique. Elle est surmontée par des marnes
contenant une microfaune benthique associée à une mi-
La cartographie détaillée (fig. 1.14B) illustre la discor-
crofaune planctonique à Globigerinoïdes et quelques Gl.
dance majeure des terrains triasiques sur le substratum pa-
dutertrei, marqueur du Tortonien supérieur.
léozoïque, mais aussi la présence d’un décollement
au-dessous de la dalle carbonatée liasique. L’étude du Du point d’observation se dégage vers l’est un large pa-
contact entre les coulées basaltiques et la dalle dolomitique norama sur la série jurassique dilatée du Moyen Atlas
a révélé la présence de terrains argilo-marneux de couleur plissé. Les terrains jurassiques inclinés (fig. 1.16) consti-
sombre présentant de considérables variations d’épaisseur. tuent le flanc NE du large synclinal du Zloul qui est re-
Le laminage peut également affecter la totalité des argi- couvert en discordance par la dalle miocène. Au dessus des
lites supérieures et de l’empilement basaltique, les couches séries calcaires du Lias inférieur et moyen (Sabaoui, 1978 ;
du Lias carbonaté reposant alors directement sur les argi- Laadila, 1996 ; Sabaoui, 1998) se développent d’épais dé-
lites inférieures (fig. 1.13). Ces différents faits conduisent pôts marneux au Toarcien (Fm de Bechyne = Fm de Taf-
à admettre l’existence d’un décollement général de la série fert), marno-calcaires à l’Aalénien (Fm d’Amane Ilila),
de couverture à la terminaison SE du massif du Tazekka puis encore marneux au Bajocien inférieur. Ce dernier en-
(Sabaoui & Viallard, 1987 ; Charrière, 1990 ; Sabaoui, semble, formé par les « Marnes de Boulemane » (Colo,
1998) qui n’apparaît pas vraiment sur la carte géologique 1961), occupe l’essentiel du vaste synclinal à fond plat
de Ribat Al Khayr (Ramirez Merino et al., 2005). (zone synclinale septentrionale) occupé par la large vallée
de l’oued Zloul. Vers le sud, au-delà de la vallée, on a une
Route : Revenir à Ribat Al Khayr et atteindre l’ancien fort vue d’ensemble sur le Moyen Atlas plissé dont le versant
militaire conservé dans la ville. nord apparaît dominé par les terrains marneux et marno-
Arrêt J1-7 : Discordance du Miocène supérieur à calcaires, dépôts typiques des sillons atlasiques. Au der-
Ribat Al Khayr nier plan vers le sud, se dégage la ride anticlinale du Jbel
GPS : 33°49’07”N ; 004°24’03”W Bou Naceur culminant 3340m (cf photo-couverture).

L’arrêt est localisé au point coté 1166m (fig. 1.15) sur la La discordance angulaire du Miocène supérieur visible
bordure est du plateau de Ribat Al Khayr. La ville est dans le panorama est manifeste sur la carte géologique
construite sur une dalle sub-horizontale de 15 m d’épais- (fig. 1. 15). Sur cette dernière, il apparaît par ailleurs que
les dépôts miocènes recouvrent en discordance la zone
tectonique complexe de l’Accident nord moyen-atlasique
(ANMA). La phase de structuration majeure de la chaîne
est donc antérieure au Miocène supérieur (Colo, 1961).
La tectonique post-miocène se limite ici à des rejeux de
failles verticales.
Coupe optionnelle au SE de Ribat Al Khayr :
le Toarcien-Aalénien du Zloul
La série toarço-aalénienne du Zloul, décrite successivement
par Colo (1961), Guex (1973) Benshili (1989) et El Arabi et
al. (1999), constitue la série de référence du sillon moyen-
atlasique. Une coupe réalisée à l’ESE de Ribat Al Khayr
(fig. 1.15 et 1. 16) permet de retrouver les grandes lignes de
la succession détaillée des dépôts (fig. 1.17) dont la des-
cription ci-dessous est extraite de El Arabi et al. (1999).
FIG. 1.15 : Carte géologique de la région de Ribat Al Khayr, montrant le Miocène supé-
rieur discordant sur l’Accident Nord Moyen-Atlasique et le flanc NE du synclinal du
« La Formation (Fm) de Bechyne, épaisse d’environ 200
Zloul (Charrière, 1990, inédit). t : Trias ; l1-2 : Lias inf. ; l2-3 : Lias inf-moyen ; l4 : Do- m, est constituée de marnes avec quelques niveaux cal-
mérien ; l5 : Toarcien (Marnes de Beychine) ; J1 : Aalénien ; J2a : Bajocien inférieur caires ou marno-calcaires au sommet. Elle succède aux al-
(Marnes de Boulemane) ; m : Miocène supérieur ; q : Quaternaire
FIG. 1.15 : Upper Miocene unconformity over the North Middle Atlas faults and NE limb
ternances marnes-calcaires du Domérien supérieur de la
of the Zloul syncline at Ribat Al Khayr (unpubl. Survey, Charrière, 1990). Fm Tamakant 3.
30 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 1.16 : Panorama de l’arrêt 7 sur le flanc NE du synclinal du Zloul. - Noter l’importance des dépôts marneux au Toarcien (l5) et au Bajocien inférieur (J2a)
dans cette sédimentation typique du sillon moyen atlasique (indices comme fig. 1.15, nb : niveau brun du Toarcien inférieur).
FIG. 1.16 : View from stop 7 toward the northwest limb of the Zloul syncline. Notice the great thickness of the marly deposits during the Toarcian (l5)
and Lower Bajocian (J2a). See fig. 1.15 for stratigraphic symbols, with nb : Lower Toarcian dark layer.

FIG. 1.17 : Succession détaillée des dépôts du Toarcien-Aalénien dans le synclinal du Zloul (d’après El Arabi et al., 1999). ). - d : surface condensée ;
D : limite de séquence ; S : sequences de dépôt ; LST : cortège de bas niveau marin ; TST : cortège transgressif ; HST : cortège de haut niveau marin.
FIG. 1.17 : Detail stratigraphy of the Toarcian-Aalenian deposits in the Zloul syncline (after El Arabi et al., 1999). d : condensed surface ;
D : disconformity ; S : sedimentary sequences ; LST : lowstand system tract ; TST : transgressive system tract ; HST : higstand system tract.
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 31

Nous avons subdivisé cette formation en 4 unités lithos- La Fm d'Amane Illila, épaisse de 50 m et d'une rythmi-
tratigraphiques : cité d'apparence homogène, est découpée en 3 unités cor-
respondant à 3 faisceaux carbonatés comprenant chacun
Unité 1 : série marneuse basale, d'une épaisseur de 30
une douzaine de doublets : calcaires micritiques - marnes.

m. Cet ensemble est constitué de marnes vertes à fins


grains de quartz et débris bioclastiques. Il se termine par ● Unité 1 (16 m). Dans ce premier faisceau, les séquences
des marnes jaunes intercalées de quelques minces lits élémentaires sont formées de bancs calcaires épais de 15
calcaires plus ou moins discontinus et pseudonoduleux. cm, séparés par des niveaux marneux de moins en moins
A la base de cette unité, on peut situer avec précision la épais, de 50 cm pour les séquences de base, à 5 cm, pour
limite Domérien – Toarcien : l'existence du Domérien les séquences du sommet. Le sommet de la dernière sé-
supérieur (zone à Emaciatum) est prouvée par une faune quence élémentaire présente un dédoublement des bancs
d’ammonites avec Amaltheus idrisensis FAUGERES et al., calcaires, les marnes ne constituent alors que de petits
(inédit) et Emaciaticeras cf. archimedis (FUCINI), alors joints. Dans les bancs calcaires apparaissent les premiers
que quelques centimètres en dessus, la récolte de Eo- Zoophycos ;
dactylites pseudocommunis (FUCINI) date déjà le Toar-
Unité 2 (14 m). Il correspond à une succession de dou-
cien basal (zone à Polymorphum, sous-zone à Mirabile) ;

blets marnes-calcaires, riches en Zoophycos. Les cal-


● Unité 2 : "niveau brun repère " (Colo, 1961) d’une épais- caires sont des microsparites argilo-gréseuses à
seur de 10 m. Ce membre intercalé entre des niveaux microfilaments Les ammonites récoltées à ce niveau et
marneux bleus ou jaunâtres est facilement identifié sur composées de Graphoceras limitatum BUCKMAN ; Gra-
le terrain par sa couleur brune et sa dureté relative dé- phoceras formosum BUCKMAN ; Graphocera sp., Lud-
terminant un net ressaut dans la topographie. Son ex- wigella sp., Haplopleuroceras subspinatum BUCKMAN
tension est quasi générale dans tout le Moyen Atlas indiquent l'Aalénien supérieur, zone à Concavum, sous-
septentrional (Sabaoui, 1987 ; Akhsass, 1993). Sa base zone à Limitatum. Le membre se termine par une barre
correspond à une discontinuité sédimentaire, marquée calcaire de 4 m dont le sommet est souligné par une sur-
par une coupure lithologique brutale qui s'accompagne face ferrugineuse ;
parfois de l'apparition de figures de glissement synsédi-
Unité 3 (10 m). Ce dernier faisceau se différencie par
mentaire. Des empreintes de tiges de végétaux ont été

des passées marneuses nettement plus épaisses (1 à 1,5


également repérées. Ce niveau correspond, vers le NE,
m) que les bancs calcaires. Ce membre est couronné par
à un épisode turbiditique à "séquences de Bouma" ty-
une discontinuité sédimentaire ferrugineuse (d14) à no-
piques (Akhssas, 1993 ; Akasbi et al., 1993) ;
dules calcaires.
Unité 3 : niveau noduleux (~5 m d’épaisseur). Ce niveau
Ages. Les différentes unités reconnues dans la Formation

noduleux repose en discordance cartographique, soit di-


de Bechyne s'échelonnent du Domérien supérieur, "zone
rectement sur le "niveau brun", soit sur une série mar-
à Emaciatum", au Toarcien supérieur, "zone à Bonarelli".
neuse qui apparaît au-dessus de ce dernier en direction
Une discontinuité sédimentaire jalonne la base du "niveau
du NE. Cette unité correspond à un horizon condensé de
brun" turbiditique. Cet épisode caractéristique des zones
calcaires noduleux. L'encaissant calcaire des nodules est
les plus subsidentes du Moyen Atlas septentrional (Robil-
riche en ammonites dont : Hildoceras sublevisoni FU-
lard, 1981 ; Akhssas, 1993) est attribué par encadrement à
CINI, Hildoceras lusitanicum MEISTER, Harpocears me-
la zone à Serpentinum. Une deuxième discontinuité im-
diterranum PINNA, Hildoceras cf. ? apertum GABILLY,
portante correspond à la discordance cartographique de la
Hildoceras tethysi GECZY, Hildoceras cf. lusitanicum ?
base du Toarcien moyen.
MEISTER ; Nodicoeloceras zloulense GUEX, Callyphyl-
loceras cf. ? nilssoni (HEBERT). Celles-ci datent le Toar- A 10 m de la base, du second faisceau s'observe une surface
cien moyen basal zone à Bifrons : de condensation, à bélemnites, gastéropodes, Zoophycos et
abondantes ammonites. Les ammonites, dont Graphoceras
Unité 4 : marnes et calcaires argileux (~125 m d’épaisseur).
limitatum BUCKMAN, Graphoceras formosum BUCKMAN,

Il s'agit d'une succession de nombreuses séquences élé-


Graphocera sp., Ludwigella sp., Haplopleuroceras subspi-
mentaires marnes-calcaires dans laquelle les termes mar-
natum BUCKMAN, indiquent l'Aalénien supérieur, zone à
neux sont généralement plus épais que les termes calcaires.
Concavum, sous-zone à Limitatum (dét. Sadki).
Ces séquences montrent une organisation tantôt strato-dé-
croissante tantôt strato-croissante. Le point d'inversion de la La discontinuité qui surmonte le 3ème faisceau est une dis-
stratonomie correspond souvent à une discontinuité maté- continuité sédimentaire ferrugineuse à nodules calcaires.
rialisée par une surface ferrugineuse condensée à posido- Des ammonites prélevées sur la coupe de Ribat Al Khayr,
nomies et ammonites fragiles et friables. vraisemblablement originaire de cette surface, ont permis à
32 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

Benshili (1989, 1990) d’identifier les zones à Concavum et El-Menzel, localité située vers 800 m d’altitude dans le
à Discites (Aalénien terminal - Bajocien basal). Latérale- fond d’une "boutonnière" de terrains paléozoïques (Ordo-
ment vers le sud, au confluent de l'Oued Zloul et de l’oued vicien supérieur et Silurien) qui se raccordent à la partie
Sebou, cette discontinuité sommitale correspond à un ni- nord-occidentale du Tazekka. Après une remontée recou-
veau condensé d’ammonites du sommet de l’Aalénien pant les basaltes verdâtres triasiques, on aboutit à un col
(zone à Concavum) et de l’extrême base du Bajocien (par- peu marqué, vers 900 m d’altitude. On roule ensuite ~6
tie inférieure de la zone à Discites) avec notamment : Ha- km jusqu’à l’arrêt 1, en faible pente vers l’ouest sur les ba-
plopleuroceras subspinatum BUCKMAN, Ludwigella sp. ?, saltes altérés, dominés au nord et au sud par les falaises
Ludwigella cf. attenuata BUCKMAN, Hammatoceras (Eud- calcaires du Lias, passant ainsi de la boutonnière d’El-
metoceras sp.), Eudmetoceras cf. mosticonnensis ELMI, Menzel à celle du Pont du Sebou.
Euaptetoceras infernense ROMAN et Euaptetoceras cf. pro- Au cœur de celle-ci apparaît, au-dessous des argiles rouges
phues BUCKMAN (dét. R. du Dresnay in Charrière, 1990). triasiques, le substratum paléozoïque constitué de schistes
En résumé, les dépôts du Toarcien et de l’Aalénien, tou- ordoviciens fortement plissés
jours riches en céphalopodes, témoignent d’un stade de Arrêt J1-8 : La boutonnière du Pont du Sebou
maturité du sillon moyen atlasique, suivi d’un début de GPS : 33°50’48”N ; 004°37’33”W ; alt. 636 m
comblement.
Le premier arrêt dans ce secteur est situé en rive droite du
Route : A Ribat Al Khayr reprendre la direction de Bir Sebou, au cœur de la boutonnière. Une descente en contre-
Tam Tam, et à une dizaine de km tourner vers le SW (an- bas de la route permet de toucher la discordance (fig.1.19)
cienne route 4610, notée R504 sur la nouvelle carte rou- entre les schistes paléozoïques violacés (rubéfaction tria-
tière) en direction d’El-Menzel et Sefrou (fig. 1.18). Traverser sique) et les argilites rouges inférieures triasiques qui les

FIG. 1.18 : Extrait de la carte géologique de Sefrou au 1/100 000 montrant les boutonnières d’El-Menzel et du Pont du Sebou,
le bassin miocène de Lebbouadis et les duplications du Moyen Atlas tabulaire. Légende du Miocène : voir fig. 1.10.
FIG. 1.18 : Part of the Geological map of Sefrou (scale 1/100 000) showing the El Menzel and Sebou bridge Palaeozoic inliers,
the Lebbouadis Miocene basin and the Tabular Middle Atlas thrusts. t : Trias; (Legend for the Miocene : see fig. 1.10).
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 33

FIG. 1.19 : Panorama sur la boutonnière du Sebou à l’aval du pont de la route El Menzel– Sefrou. -D : discordance du Trias..
FIG. 1. 19 : View of the Sebou bridge Palaeozoic inlier from the road El Menzel-Sefrou.- D : Triassic unconformity.

recouvrent. Ces argilites sont surmontées par les basaltes des marnes saumon. Ils représentent la base de la Fm Aït
gris-verdâtres du Trias terminal-Lias basal, suivis eux- Youb Lebbouadis.
même par les dolomies massives du Lias inférieur. Les fa-
Circuit optionnel vers le chevauchement des
laises liasiques s’élèvent jusqu’à 900 m au SE de la
Beni Yazgha (~ 2h)
boutonnière (dominant de près de 300 m le point de vue de
la fig.1.19), tandis qu’elles culminent à 700 m au NW. Cet Quitter la route 400 m à l’ouest de l’arrêt 9 par la piste
affaissement des panneaux triasico-liasiques septentrio- grimpant au douar perché de Dchar Lebbouadis, puis pour-
naux a permis la conservation de leur couverture miocène suivre cette dernière en direction du sud pendant 3 km dans
(bassin de Lebbouadis = Lebbwadis) qui descend en pente les marnes et grès de la Formation Aït Youb-Lebbouadis.
douce vers le sillon sud-rifain. Au-delà et par temps clair, Stopper au niveau d’un petit col où bifurquent deux pistes
on peut apercevoir les montagnes du Rif. et se déplacer à pied d’une cinquantaine de mètres vers
l’est de façon à avoir un nouveau panorama sur la vallée du
Route : Poursuivre la descente jusqu’au Pont du Sebou
Sebou (GPS : 33 49 04N ; 004 39 11W).
(alt. 478 m) situé sur le bord ouest de la boutonnière où
apparaissent dans plusieurs panneaux faillés les schistes A partir de là, une marche jusqu’au point GPS : 33 48 57N ;
vert-olive de l’Ordovicien inférieur, puis remonter sur la 004 49 04 (via une maison en ruine visible à partir du point
rive gauche. d’observation précédent) permet de toucher le contact de
chevauchement des Beni Yazgha. Il s’agit d’un remarquable
Arrêt J1-9 : Terminaison SW de la boutonnière du exemple de duplication de la dalle liasique du Moyen Atlas
Sebou et Miocène de Lebbouadis tabulaire, décrit en panorama à l’arrêt 10. En descendant
GPS : 33°50’07”N ; 004°39’03”W ; alt. 554 m du point d’observation parallèlement à la vallée on constate
En haut de la montée, on découvre sous un autre angle de que les dolomies massives de la crête surmontent des do-
vue la boutonnière creusée par l’oued Sebou. Vers le NW, lomies à stratification régulière. Ce contact est accompa-
les terrains du Miocène supérieur reposent sur les assises gné de brèches tectoniques et inclut localement (notamment
carbonatées limitant la boutonnière. La terminaison SW à côté de la maison en ruine) quelques mètres d’argilites
de cette dernière présente un réseau complexe de failles triasiques indurées. En suivant ce contact vers l’est on dé-
visibles en contrebas de la route (fig. 1.20). On remarquera couvrira une vallée transverse au cours du Sebou dans la-
que si le Miocène est discordant sur le Lias et le Trias et quelle des affleurements de basalte triasique apparaissent
scelle plusieurs failles, certaines d’entre elles, notamment dans le contact chevauchant. Ce front de chevauchement
les plus septentrionales, présentent un jeu normal post- est décalé verticalement par plusieurs failles transverses.
miocène. Des terrains miocènes basculés affleurent sous Route : Continuer la route 4610-R504 en direction de Se-
une terrasse perchée, dans le talus sud de la route : ils sont frou, sur un plateau mamelonné correspondant au bassin
constitués de conglomérats polygéniques alternant avec tortono-messinien de Lebbouadis.
34 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 1.20 : Réseau de failles à la terminaison SW de la boutonnière du pont du Sebou (en contrebas de l’arrêt 9). t(a) : argilites
triasiques ; t(b) : basaltes triasiques
FIG. 1.20 : Fault network at the SW tip of the Sebou bridge inlier, below stop 9). - t(a ) : Triassic argilites ; t(b) : Triassic basalts.

La série de ce bassin débute avec une sédimentation exclu- siques (argilites rouges et basaltes altérés verts). Ce Trias
sivement limnique à charophytes et ostracodes. En milieu en position anormale est lui-même surmonté de Lias do-
de série apparaissent des associations de foraminifères ben- lomitique qui forme un panneau méridional (Jbel Lejraf)
thiques et (ponctuellement) planctoniques dénotant une dis- correspondant au "Causse d’El Menzel" (fig. 2.6). Le
crète ingression marine. Dans la partie supérieure le contact entre les deux unités (celle du pont et celle d’El
benthos est généralement pauvre dominé par les ammonia, Menzel) est un plan de chevauchement à pendage sud mo-
et la macrofaune est représentée par des crassostrea. La déré où des schistes paléozoïques sont présents en écailles,
formation se termine avec des barres gréseuses et sableuses révélant l’ampleur du déplacement. De plus, sur le plateau
à benthos abondant et diversifié. Le développement du appartenant à l’unité inférieure se rencontre une butte
plancton dans les marnes grises sus-jacentes traduit un net (Koudiat Lemdik), longtemps considérée comme un sim-
approfondissement du paléoenvironnement associé à la ple témoin de la transgression miocène, mais qui comporte
transgression marine du sillon sud-rifain. Comme celui également des schistes paléozoïques et des argilites rouges
d’Aït Youb, le bassin lagunaire de Lebbouadis se trouve triasiques surmontées d’une dalle dolomitique. Il s’agit
bordé à l’est par une zone paléogéographique surélevée. donc d’une klippe ou lambeau tectonique de l’unité supé-
rieure. L’intérêt de cette klippe est en outre de démontrer
Après avoir roulé environ 3,5 km vers l’ouest sur ces ter-
l’âge post-Miocène du chevauchement.
rains miocènes, quitter la route de Sefrou et prendre vers
le sud la route qui monte en direction de Sidi Lahsen. Au Des forages réalisés dans l’unité d’El Menzel (voir carte
carrefour des deux routes, on peut observer la transgres- géologique au 100 000ème, feuille Sefrou) ont permis de re-
sion directe des niveaux à crassostrea sur le Lias (paléo- trouver le chevauchement décrit en surface, mais également
seuil limitant le bassin de Lebbouadis). Après avoir de mettre en évidence la présence de contacts mécaniques
parcouru 2,6 km sur la route de Sidi Lahsen, prendre une à la base des dalles liasiques et même d’y rencontrer des
(bonne) piste vers l’est pendant 1 km pour gagner le point schistes paléozoïques. En définitive, les différents pan-
de vue de l’arrêt 10. neaux carbonatés de ce secteur ne sont pas demeurés stables
(comme ceux des Causses du sud du Massif central fran-
Arrêt J1-10 : Chevauchement des Beni Yazgha et çais), mais ils ont été au contraire décollés et raccourcis par
décollement du Moyen Atlas tabulaire un système de failles en replats et rampes. Ces chevauche-
GPS : 33°48’54”N ; 004°40’35”W ments impliquent des écailles de schistes paléozoïques,
suggérant un serrage au niveau du socle. Ils présentent ici
Un large panorama se dégage vers l’est sur la vallée du
un jeu post-Miocène. Ce réseau de failles chevauchantes se
Sebou, illustrant magnifiquement l’importance des dupli-
poursuit vers le NE dans la couverture du Tazekka. Cer-
cations dans le Moyen Atlas tabulaire (fig.1.21).
tains auteurs (Sabaoui & Viallard, 1987) ont proposé pour
La dalle liasique qui dominait le Pont du Sebou constitue lui le nom "d’accident médian moyen-atlasique", dénomi-
ici un plateau légèrement incliné vers le sud où il s’enfonce nation discutable car elle sous-entend la présence d’une
au-dessous d’une nouvelle bande E-W de terrains tria- faille de socle à fort pendage et tend à minimiser l’ampleur
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 35

FIG. 1.21 : Le chevauchement des Beni Yazgha (arrêt 10) à la base de la duplication d’El-Menzel, depuis les hauteurs de la rive gauche du Sebou
FIG. 1.21 : Beni Yazgha thrust (stop 10) at the bottom of the El Menzel duplex, as seen from the high left bank of Wadi Sebou.

FIG. 1.22 : Coupe du Moyen Atlas tabulaire (feuille de Sefrou au 1/100 000). Noter la discordance des terrains miocènes et le décollement du "Causse"
d’El-Menzel associé à son double chevauchement vers le NW et le SE. Situation, fig 2.1. Légende : voir figures 1.10 et 1.18.
FIG. 1.22 : Cross-section of the Tabular Middle Atlas (Geological map of Sefrou, scale : 1/100 000). Notice the Miocene unconformity and the detachment
of the El Menzel “Causse” thrust both to NW and SE. See fig. 2.1 for location, and figs.1.10 and 1.18 for stratigraphic legend.

des décollements et duplications. Route and themes (fig. 2.1) : Bsabis Palaeozoic massif, and
L’unité d’El-Menzel forme une dalle carbonatée d’environ its correlation with the Tazekka one. Skoura Neogene basins
15 km de large sur 25 km de long (fig.1.19). Le décolle- and their correlation with the South Rif and Sais basins.
ment de cette unité sur le Trias est également visible à sa Middle Jurassic sedimentation of the Skoura syncline, up-
filling of the Atlas Basin and synsedimentary deformation.
bordure SE où, au niveau de l’accident nord moyen-at-
Alpine tectonics and thrusting of the Tichoukht anticline.
lasique apparaissent d’autres chevauchements (Taghit),
dirigés vers le sud sur le synclinal du Zloul (fig.1.22). De Arrêt J2-1 : Site géologique de la ville de Sefrou
fait, le "pseudo-causse" d’El-Menzel est entièrement dé- GPS : 33°49’22”N ; 004°50’48”W
collé de son substratum paléozoïque, tout autant que les Monter au marabout de Sidi Bousserghine, situé sur un
différents panneaux tabulaires inclus entre "l’accident mé- promontoire au SSW de la localité, pour avoir un point de
dian moyen-atlasique" et l’accident nord moyen-atlasique. vue panoramique. La ville, en pleine extension vers l’est,
Route : Revenir sur la route 4610-R504 et traverser Az- apparaît dans une dépression verdoyante qui se prolonge
zaba, puis poursuivre vers l’ouest jusqu’à Sefrou. au NE dans la vallée de l’oued Ihoudi. Les reliefs ceintu-
rant la ville sont essentiellement constitués de dolomies
J2 : Sefrou - Boulemane via Skoura (130 km) bréchiques (Lias inférieur) qui sont intensément exploi-
tées, notamment à proximité du marabout, comme granu-
Itinéraire et thèmes (fig. 2.1) : Boutonnière paléozoïque lats pour la construction. Cette morphologie résulte d’un
de Bsabis et corrélations avec le Tazekka. Bassins néo- réseau structural bidirectionnel N40° (failles satellites de
gènes de Skoura et corrélations avec le couloir sud-rifain l’accident du Tizi n’Trettène) et N150°-160° (fig. 2.2).
et le Saïs. Sédimentation du Jurassique moyen dans le La dépression a constitué un fond de golfe (calcarénites et
synclinal de Skoura : série de comblement du sillon faciès sableux) de la mer du Miocène supérieur, puis a été
moyen atlasique ; déformations médio-jurassiques asso- occupée par un lac (Pliocène). Durant le Plio-Quaternaire,
ciées. Structuration alpine du synclinal de Skoura et che- elle est devenue le réceptacle de décharges congloméra-
vauchement de la ride anticlinale du Tichoukht. tiques, alors que le versant occidental, associé à la faille
36 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

le SSE en prenant la direction Tazouta-Skoura. A l’ouest de


la falaise travertineuse de Mezdra Jorf, la route s’élève peu
à peu pendant 9 km sur les dolomies liasiques depuis 800
m (route de Sefrou) jusque vers 1100 m. Elle décrit ensuite
une baïonnette pour contourner une vallée karstique, puis
poursuit vers le SE en s’élevant en lacets. Elle atteint la
zone forestière vers 1200 m d’altitude et pénètre dans la
boutonnière paléozoïque de Bsabis, 3 km plus loin.
Arrêt J2-2 : La partie nord de la boutonnière
paléozoïque de Bsabis
GPS : 33 43 59 N ; 004 42 06 W, alt. 1280 m
La boutonnière apparaît au sud d’une faille de direction
N40° dans laquelle se trouvent pincés des basaltes tria-
siques. Un arrêt peu au sud de ces basaltes, dès les premiers
affleurements de Paléozoïque, illustre le style tectonique
superficiel de la déformation hercynienne (métamorphisme
de très faible degré, une seule phase de déformation obser-
vable) dans la partie NE de la boutonnière (fig. 2.3). La
coupe regroupant les observations réalisées de part et d’au-
tre de la route montre des failles inverses qui déterminent
un système d’écaillage avec, de bas en haut : Silurien ter-
minal (daté par graptolithes), Ashgillien (argiles microcon-
FIG. 2.1 : Itinéraire Sefrou-Boulemane (J2), reporté sur la carte géologique du
Maroc au millionième. Légende : Annexe 1 en fin de volume.
glomératiques, écaille quartzitique), Silurien inférieur
FIG. 2.1 : J2 route and stops plotted on the Geological map of Morocco, scale
(phtanites) et Ordovicien inférieur ("Schistes de Bsabis"
1 :1,000,000 (1985). Legend : Appendix 1. datés par palynomorphes et graptolithes).
N150° a été le siège d’une succession de drapages traver- Route : En se dirigeant vers le SE sur 5 km, la route tra-
tineux (Martin, 1981 ; Gourari, 2001). Corrélativement ont verse des terrains quaternaires qui masquent un contact
été enregistrés plusieurs épisodes successifs de déforma- tectonique important (l’accident de Bsabis - Tazekka), puis
tions néotectoniques (Hinaje et al., 2002). des basaltes triasiques et enfin de nouvelles formations
Un détour à la cascade de l’Oued Aggay (700 m au nord de quaternaires, au-dessous desquelles le Paléozoïque appa-
l’arrêt 1) permet de voir des travertins en cours de formation. raît ça et là.

Route : Reprendre la route 504 en direction d’El Menzel Arrêt J2-3 : La partie sud de la boutonnière
pendant 6 km, en recoupant notamment (vers 4 km) le fais- paléozoïque de Bsabis
ceau de l’accident du Tizi n’Trettène (fig. 1) qui affecte le GPS : 33°42’28”N ; 004°40’25”W ; alt. 1256 m
Miocène et le Plio-Villafranchien. Bifurquer ensuite vers Ce deuxième arrêt dans la boutonnière est lo-
calisé au-dessous de la maison forestière de
Bsabis, dans les "Schistes de Bsabis" qui oc-
cupent la partie sud de la boutonnière. Contrai-
rement au domaine NE, les Schistes de Bsabis
présentent une structuration polyphasée et un
métamorphisme anchizonal. Une foliation pri-
maire (S1) subparallèle à la stratification S0 est
reprise par un plissement de crénulation
d’échelle centimétrique associé à une schisto-
sité S2 (photos A et B, fig. 2.3). Les linéations
d’intersection et les axes des plis de crénula-
tion sont groupés autour d’une direction N40°.
Des replis plurimétriques sont par ailleurs ob-
FIG. 2.2 : Site de la ville de Sefrou (Image Google Earth oblique). t : Trias , l1-2 : Lias inférieur dolomi- servables dans les talus de la route. Des filons
tique ; m : Miocène silteux ; pq : Plio-Quaternaire conglomératique ; Tr(q) : Travertins plio-quaternaires.
En rouge : failles majeures, (ATT) : faille associée à l’accident du Tizi n’Trettène. de lamprophyres à patine brun-marron recou-
FIG 2.2 : Geological setting of the city of Sefrou (Oblique Google earth view). pent par ailleurs les structures.
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 37

FIG. 2.3 : Les boutonnières paléozoïques du Moyen Atlas central et leurs relations avec le massif du Tazekka. - Carte et coupe de
détail (Arrêt 2) montrant les écaillages tectoniques dans la zone de Bsabis nord. - A Microplis centimétriques dans l’Ordovicien
inférieur de Bsabis sud. - B : Microphotographie de détail de A : Le litage sédimentaire est partiellement recristallisé (aplatisse-
ment des grains), plissé et recoupé par une schistosité de fracture (crénulation).
FIG. 2.3 : Palaezoic inliers in the central Middle Atlas and relationships with the Tazekka Massif. Sketch map and detail cross-sec-
tion at stop 2 (North Bsabis). A, B : Photograph and microphotograph of the crenulated Bab Azhar Schists (South of Bsabis).

Les secteurs nord et sud de la boutonnière de Bsabis s’op- la couverture, du fait de l’existence du décollement géné-
posent l’un à l’autre par leur composition lithostratigra- ralisé dans les couches triasiques.
phique et par leur degré de déformation. Ils se rattachent Route : Poursuivre la route vers le sud. Au niveau de la
respectivement à la partie NW du Tazekka (II, fig. 2.3) et localité de Tazouta on recoupe l’accident nord moyen-at-
au couloir de déformation de la zone de Bab Azhar (I ; voir lasique (ANMA), faisceau de failles verticales affectant le
aussi fig. 1.14) Entre ces deux domaines passe l’accident Lias et le Trias séparant le Moyen Atlas tabulaire du
hercynien de Bsabis-Tazekka (ABT), dont la trace N40 Moyen Atlas plissé.
présente un décrochement dextre au sud de la boutonnière
d’El Menzel. L’impact de l'ABT sur l’histoire méso-céno- Arrêt optionnel : Carrière à aragonite de Tazouta
zoïque demeure limité : son influence sur la sédimentation Au niveau de l’épingle de la route, à l’entrée de Tazouta,
liasique semble négligeable, mais il pourrait éventuelle- prendre une nouvelle route vers le sud pendant 3,5 km. On
ment fournir une racine au chevauchement des Beni Yaz- aboutit à une exploitation artisanale d’aragonite. Celle-ci
gha et à "l’accident médian moyen atlasique" en général. est située dans des argilites rouges correspondant proba-
Cependant, si l’existence de structures de raccourcisse- blement à des argilites triasiques resédimentées, surmon-
ment du socle sous le Moyen Atlas tabulaire et/ou à sa li- tées d’un glacis consolidé de fragments de dolomies
mite avec le Moyen Atlas plissé doit être envisagée pour liasiques. L’aragonite, de couleur généralement rouge à
rendre compte des duplications observées, elles ne sont pas grenat, constitue des masses et des boules au sein des ar-
nécessairement en connexion directe avec les structures de gilites. Les récoltes et pillages de surface ont conduit à
38 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

l’appauvrissement du gisement qui nécessite actuellement mier, permet de poursuivre la coupe dans la série infra-
une exploitation en galeries. récifale.
Route : Traverser la localité de Tazouta en direction de ● Marnes jaunes (5) affleurant sur une dizaine de mètres
Skoura et atteindre le col de Tazouta (1200 m). A ce ni- d’épaisseur. Elles renferment une population de forami-
veau, on ne pénètre pas directement dans le Moyen Atlas nifères benthiques abondante et diversifiée, mais égale-
plissé, mais dans le bassin néogène de Skoura. ment jusqu’à 10 % de plancton avec des formes
Arrêt J2-4 : Le Miocène marin du bassin néogène généralement de petite taille dont Globorotalia plesio-
de Skoura tumida et Gl. Conomiozea, marqueur du Messinien
GPS : 33°40’28”N ; 004°36’06”W (Wernli, 1988). Ce nanisme correspond à un certain
confinement du milieu, mais la diversité de la micro-
Situé au cœur du Moyen Atlas plissé (fig.
2.4) et aujourd’hui séparé du couloir sud- ri-
fain, ce bassin a enregistré un cycle sédi-
mentaire du Tortono-Messinien avec une
succession de sept termes lithostratigra-
phiques (fig. 2.5A) traduisant une évolution
transgressive (de 1 à 5), puis régressive (6 à
7). Les reliefs dominant la route au SW cor-
respondent à des dépôts encore plus jeunes,
les "Poudingues de Skoura" (Pliocène
moyen-supérieur ?), formation continentale à
galets jurassiques, discordante jusque sur le
substratum mésozoïque. A l’est, se dresse une
butte-témoin de travertin probablement plio-
cène, la "gara de Tazouta", dominant le bas-
sin de près de 100 m.
En début de descente du col de Tazouta, la
route recoupe des silts et marnes blanches à
ostréidés (7), puis des calcaires récifaux au
niveau desquels s’effectue un premier arrêt
(sub-arrêt 4A) dans le Miocène de Skoura.
L’édifice récifal (6), s’étirant du nord au sud
sur une dizaine de kilomètres (fig. 2.4) et
d’épaisseur avoisinant 100 m, est constitué
de deux ensembles légèrement discordants
(fig. 2.6A). Ils sont formés de séquences mé-
triques à décamétriques marquées par l’alter-
nance de lentilles récifales et de barres
biodétritiques. Les faciès construits sont do-
minés par des colonies branchues (Porites) et
accessoirement des colonies massives (Tar-
bellastrea) (fig. 2.6B). Après les premières
études de Saint Martin (1987), les analyses
détaillées de plusieurs coupes (El Hamzaoui,
2000) conduisent à préciser l’organisation in-
terne des séquences de dépôts et à interpréter
l’édifice comme un récif frangeant (fig. 2.5 FIG. 2.4 : Carte géologique du bassin néogène de Skoura (partie nord), et légende du Jurassique du Moyen Atlas
B) adossé au nord à la bordure de l’ANMA et plissé, extraites de la feuille de Sefrou au 1/100 000 N.B : Carixien et Domérien sont les sous-étages inférieur
ouvert en direction du sud dans le bassin de et supérieur du Pliensbachien. Le Lotharingien correspond au Sinémurien supérieur. Légende du Miocène

Skoura (El Hamzaoui & Lachkhem, 1996).


comme fig. 2.10.
FIG 2.4 : Geological map of the northern part of the Neogene Skoura Basin and legends of the Jurassic suc-
Le deuxième arrêt (sub-arrêt 4B ; GPS : 33 cession in the folded Middle Atlas (from the sheet of Sefrou, scale 1/100 000). N.B. : Carixian and Domerian
are broadly equivalent to Lower and Upper Pliensbachian. Lotharingian corresponds to Upper Sinemurian.
40 21N ; 004 35 41W), en contrebas du pre- Legend for Miocene : see fig 2.10.
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 39

FIG. 2.5 : A : Succession stratigraphique du Miocène su-


périeur de Skoura (A) (d’après Charrière, 1990, modifié).
1 à 7 : découpage stratigraphique (voir texte).- B : Bloc
diagramme reconstituant le récif frangeant de Tazouta
(B), d’après El Hamzaoui & Lachkhem (1996), modifié.
FIG. 2.5 : A : Upper Miocene succession of the Skoura
basin (A) (after Charrière, 1990, modified) ; 1 to 7 De-
tail of the stratigraphy (see text).- B : Diagrammatic rep-
resentation of the Tazouta fringing reef (B) (after El
Hamzaoui & Lachkhem, 1996, modified).

faune témoigne de conditions franchement marines. dance angulaire sur le Lias et le Dogger de la ride anti-
● Grès et marnes saumon (4) affleurent au-dessous. Le clinale septentrionale du Moyen Atlas plissé (fig. 2.4).
dernier terme gréseux présente des figures de prograda- La série marneuse médiane est souvent gypsifère, le
tion vers la cuvette. Latéralement, il est localement af- gypse pouvant provenir du lessivage du substratum ju-
fecté de slumps (fig. 2.6C) également dirigés vers le rassique (marnes à gypses de Skoura) ; elle est en grande
centre du bassin de Skoura Le dernier niveau marneux partie masquée par un glacis-terrasse.
montre un important bioherme à Crassostrea (fig. 2.7) Après avoir longé la base méridionale de la butte de tra-
d’extension régionale. Les assises gréseuses et mar- vertin (sur lequel se localise le douar perché d’Aït Chaïb),
neuses ont une microfaune limitée à des foraminifères on atteint bientôt (1 km) une patte d’oie. La route de droite,
benthiques (essentiellement Ammonia) dénotant des en- qui file vers le S, est celle de Skoura.
vironnements saumâtres. Ce terme (4) repose en discor-
Coupe optionnelle :
Le Miocène continental au
pont du Mdez
Prendre la route de gauche, diri-
gée vers l’est, pour un aller et re-
tour jusqu’au pont du Mdez (en
travaux) sur l’oued Guigou (cours
supérieur du Sebou) en vue d’étu-
dier la base de la série miocène.
On atteint cet arrêt optionnel
(GPS : 33 40 14N ; 004 31 17W)
après avoir roulé 5 km sur le gla-
cis. Descendre par la piste au
vieux pont établi à la limite sud
des couches jurassiques en pen-
dage sud. La coupe du Miocène
continental transgressif (fig. 2.5)
est la suivante :
● Silts rouge orangé (1). Ce terme
basal montre à l’ouest du pont du
Mdez des intercalations volcano-
sédimentaires qui sont vraisembla-
FIG 2.6 : Le récif frangeant messinien de la bordure orientale du bassin de Skoura. - A : Organisation de l’édifice récifal. - blement corrélables avec le
B : Colonies en boule de Tarbellastrea. - C : slump dans des grès calcaires situés à la base de la formation récifale.
FIG. 2.6 : The Messinian fringing reef along the eastern border of the Skoura Basin. - B : Tarbellastrea colony. - C : Slump-
volcanisme du bassin de Oued Zraa,
ing in the calcarenites over the reefal formation. situé 15 km au NW (Martin, 1981).
40 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 2.7 : Bioherme à Crassostrea. - A : aspect en surface (le marteau à droite donne l’échelle). - B : coquilles bivalves de Crassostrea en position
de vie (verticale) dans les sédiments marneux.
FIG. 2.7 : Ostreid bioherm with Crassostrea. - A : View of the outcrop (scale see hammer at right). - B : Crassostrea shells fossilised in life
position in marly deposits.

● Marnes bariolées (2). Les assises marneuses diversement gression, puis de la régression du Miocène supérieur. Ce
coloré : noir, gris, beige, orangé, rouge et lie de vin présen- cycle a débuté durant le Tortonien avec des dépôts exclu-
tent un contenu paléontologique limité à des charophytes, sivement continentaux (1, 2 : Fm de l’oued Zraa), évoluant
des ostracodes, des gastéropodes et exceptionnellement vers des environnements lagunaires (3, 4 : Fm Aït Youb-
quelques fragments osseux. La série est entrecoupée de Lebbwaddis). L’épisode marin messinien (5) est suivi du
marno-calcaires lacustres dont l’équivalent est bien déve- développement d’un complexe récifal original (6), puis de
loppé dans le bassin de Oued Zraa. dépôts régressifs (7).
● Ensemble clastique (3). Il est formé d’une succession de Les corrélations entre les différents bassins miocènes du
séquences : poudingues polygéniques/marnes saumon. Moyen Atlas et les dépôts du couloir sud-rifain permettent
Les microfossiles contenus dans les marnes se limitent d’esquisser une paléogéographie de cette période (fig. 2.8).
à des restes de charophytes dénotant la persistance d’un Il apparaît que le cycle tortono-messinien débute dans des
environnement continental. bassins intramontagneux, à la base desquels on observe
(oued Zraa) des basaltes datés à ~10 Ma et des couches
Route : Retourner à la patte d’oie proche de la Gara de Ta- continentales datées par micromammifères du Vallésien su-
zouta et prendre vers le sud jusqu’à la localité de Skoura périeur (Jaeger et al., 1973). Durant une partie du Torto-
(17 km). La route reste dans le bassin néogène, lui-même nien supérieur, ces bassins évoluent en une zone de "bassins
superposé à un synclinal de couches du Jurassique moyen lagunaires du Haut Sebou" (Charrière, 1984), localisée
à dominante marno- gypsifère (Fm El Mers 3). A 5 km de dans la partie orientale du Moyen Atlas central. Enfin la sé-
Skoura, à l’est de la route (GPS : 33 33 28N ; 004 32 15W) dimentation marine franche se généralise plus tardivement
apparaissent en rive droite de l’oued Guigou de puissantes au Tortonien supérieur-Messinien, en relation avec la mer
falaises. Elles sont formées par les « Poudingues de du couloir sud-rifain qui transgresse directement sur la
Skoura » (psk) faiblement pentés vers le nord ; les maté- bordure NW du Moyen Atlas tabulaire. La partie régres-
riaux sont grossiers, on se situe ici à proximité des sources sive du cycle observée au J. Bou Rdim (arrêt J1-2) se re-
d’alimentation de ce vaste épandage détritique. trouve également conservée dans la cuvette de Skoura.
Quelques kilomètres avant Skoura, on entre dans une zone Les « Poudingues de Skoura » (psk sur cartes 1.10, 2.4
agricole remarquable par ses plantations d’oliviers. La 2.9) discordants sur le Miocène ainsi que sur le substratum
route franchit l’oued Guigou (alt. ~1000 m) et sinue entre jurassique qui constitue sa principale source en matériaux,
vergers et champs jusqu’au pied de travertins en gradins. relèvent d’un cycle tectono-sédimentaire distinct. Ces dé-
pôts s’échelonnent depuis la région de Skoura jusqu’au
IV- Le Néogène moyen-atlasique : corrélations entre
Saïs ( J1-1B) où ils peuvent être datés par encadrement du
bassins intramontagneux et bassins de la marge
Pliocène moyen (à supérieur ?). Cette sédimentation conti-
septentrionale
nentale, détritique, grossière, remaniant l’ensemble de la
Le bassin de Skoura a donc enregistré, jusqu’au cœur de pile sédimentaire jurassique, témoigne directement d’une
la chaîne atlasique, les différents épisodes de la trans- « phase orogénique » affectant au cours du Pliocène le
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 41

FIG. 2.8 : Esquisse paléogéographique schématisant les relations spatio-temporelles entre les différents bassins continentaux et marins du Néo-
gène moyen-atlasique et leurs relations avec le détroit sud-rifain (extrait de la carte géologique au 1/100 000, feuille de Sefrou, 1989).
FIG. 2.8 : Schematic paleogeographic diagram showing the relationships between the continental and marine Neogene basins and the South
Rif marine corridor (after the geological map of Sefrou, scale 1/100 000,1989).

Moyen Atlas plissé. affectés de plis de direction N45 analogues à ceux des ter-
rains renversés sous le chevauchement. On peut donc en-
Arrêt J2-5 : Cadre géologique de la ville de Skoura
visager un fonctionnement polyphasé du chevauchement,
GPS : 33°31’28”N ; 004°33’18”W : alt. 1090 m
anté- et post-tortonien.
Environ 400 m avant d’atteindre le carrefour du bas de la
ville menant d’une part à la ville haute de Skoura et d’autre Vers le sud (fig. 2.10), se poursuit l’imposant alignement
part à Boulemane (route 4653), prendre pendant 500 m la des crêtes du Tichoukht, structure anticlinale à cœur tria-
piste vers le NW qui atteint le quartier perché sur la butte do- sique, correspondant à l’affrontement des flancs liasiques
minant l’oued Guigou (situation fig. 2.9). Cet arrêt, localisé des synclinaux d’El Mers et de Skoura. Vers le SW le pa-
sur une terrasse surélevée, permet une vision sur 360°. norama se complète par une vue sur le synclinal de Skoura.
C’est une structure très dissymétrique comprenant un flanc
Au SE, la ville ancienne de Skoura est située sur des tra- NW avec différents terrains du Dogger en série monocli-
vertins du Quaternaire moyen, posés sur, et emboîtés dans nale faiblement inclinée, et un flanc SE limité aux termes
des travertins du Quaternaire ancien, eux-mêmes emboîtés les plus récents, renversés, laminés et écaillés au-dessous
dans des travertins du Plio-Quaternaire (fig. 2.9). Ces du pli anticlinal chevauchant du Jbel Tichoukt (fig. 2.11).
roches se sont formées au griffon des sources issues des La série monoclinale présente la succession classique du
masses carbonatées liasiques du NE du J. Tichoukt qui do- Bajocien supérieur et du Bathonien. Dans l’axe de la val-
minent Skoura. Les différents travertins de Skoura recou- lée du Guigou, perché sur un chevron bien dégagé s’ob-
vrent, à l’est de la ville, les "Poudingues de Skoura" du serve le pittoresque douar Taghrout (= Tarhrout) (fig.
Pliocène, discordants sur le Miocène et sur le Dogger sous-
2.12A), site du prochain arrêt.
jacent. Au sud et au SW de la ville, les Poudingues de
Skoura surmontent le Lias et le Trias du J. Tichoukt et "fos- Route : Revenir au carrefour en contrebas de la ville et
silisent" ainsi le front de cette structure. Au NE, une faille prendre la route 4653 vers le SW en direction de Boule-
transverse sépare le Trias (base du chevauchement) des dé- mane (28 km). Cette route suit la vallée de l’oued Guigou,
pôts miocènes. Ces derniers remanient des éléments tria- puis celle de l’oued el-Atchane, toujours vers le SW (tan-
siques (basaltes, quartz bipyramidés) et sont par ailleurs dis que le Guigou tourne vers le NW). Depuis Skoura, la
42 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 2.9 : Carte géologique du NE du synclinal jurassique de Skoura et du chevauchement du J. Tichoukt (assemblage de levers inédits avec un fragment de la feuille de Sefrou au
100.000ème). - t : Trias ; l1-2 : Lias inf. ; l2-4 : Lias inf.-moyen ; l : Toarcien ; j2MB : Bajocien inf.(Marnes de Boulemane) ; j3M : Bathonien (Fm El Mers 1) ; j3- 4 ? : Bathonien
sup- Callovien inf. ? (MG : Fm El Mers 2 terminée par les « Grès de Tarhrout » ; G : Fm El Mers 3 avec « Gypses de Skoura » ; m : Miocène ; psk : Pliocène moyen-supérieur ?
« Poudingues de Skoura » ; pq : Plio-quaternaire ; qa : Quaternaire ancien ; qm : Quaternaire moyen. Etoiles : arrêts (étoile vide : arrêt optionnel).
FIG. 2.9 : Geological map of the northeastern part of the Skoura syncline and Tichoukht thrust anticline(unpublished personal mapping and extract of the Geological map of Se-
frou, scale 1 : 100,000). Stars : stops 5 - 7. Empty star : optional stop.

FIG. 2.10 : Cliché du haut : L’anticlinal du J. Tichoukt à cœur triasique, déversé au nord sur le synclinal de Skoura. - Cliché du bas : Bordure sud du synclinal de Skoura,
montrant la discordance intra-bathonienne. l1-2 : Lias inf.-moyen ; l5-j1 : Toarço-Aalénien, j2a : Bajocien inf. ; j2b : Bajocien sup. ; j2-3 : Bajocien sup.-Bathonien ;
j3-4 : Bathonien sup-Callovien inf. (Grès de Taghrout).
FIG. 2.10 : Top : Tichoukht anticlinal ridge, thrust northward onto the Skoura syncline.- Bottom : South border of the Skoura syncline showing the Bathonian unconformity.
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 43

FIG. 2.11 : Coupe du synclinal de Skoura et des anticlinaux faillés qui le limitent (extrait de la feuille de Sefrou au 1/100 000). Légende : voir figure 2.4.
FIG. 2.11 : Cross-section of the Skoura syncline and adjoining faulted anticlines (extract from the Geological map of Sefrou, scale 1/100 000). Legend as fig. 2.4.

FIG. 2.12 : Vallée de l’oued Guigou à l’ouest de Skoura. - A : Douar Taghrout sur les "Grès de Taghrout" (Bathonien supérieur - ? Callovien
inférieur). - B : Douar Tafardoust sur les "Calcaires-corniches" (Fm de Recifa, Bajocien supérieur).
FIG. 2.12 : The Guigou Valley west of Skoura. - A : Taghrout village on top of the Taghrout sandstones (Upper Bathonian- Lower Callovian
?).- B : Tafardous village on top of the Calcaires-corniches (Recifa Fm, Upper Bajocian).
44 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

route recoupe des formations de plus en plus anciennes du El-Mers 2 (Charrière, 1990) dans laquelle alternent des
Jurassique moyen, du fait d’un redressement de l’axe syn- marnes, des calcaires marneux sombres et des lumachelles
clinal vers le SW. Au départ de Skoura, la route sinue en (thanatocénoses) de milieux confinés avec des grès clairs
rive droite du Guigou dans la base de la Formation El Mers associés à des épisodes calcaires à échinodermes corres-
3, alors qu’en rive gauche les chevrons constituant le toit pondant à des phases d’oxygénation du bassin. L’avant-
de la Fm El Mers 2 pendent vers le SSE. Stopper à 8 km dernière dalle gréseuse se termine par un banc calcaire à
du carrefour lorsque la route 4653 s’abaisse jusqu’à l’oued Pseudocyclammina maynci, foraminifère classique du Ba-
Guigou, juste au sud du douar Tarhrout. thonien supérieur-Callovien inférieur. Les dernières in-
Arrêt J2-6 : Régression médio-jurassique au NE du tempéries de 2010 ont détruit le pont d’accès au douar et
synclinal de Skoura : des Grès de Tarhrout (Fm El auraient dégagé un nouveau site à dinosauriens au-dessous
Mers 2) aux Gypses de Skoura (Fm El Mers 3) des « Grès de Tarhrout ».
GPS : 33°28’59” N ; 004°36’27” W ; alt. 1100 m Poursuivre sur 400 m la route 4653 vers le SW pour attein-
Situé sur la rive droite de l’oued Guigou, au point de dé- dre le sub-arrêt 6B. Les termes de base de la Fm El-Mers
part de la piste montant au douar Tarhrout, un premier arrêt 3 sus-jacente à la dalle de Tarhrout sont dégagés dans plu-
(sub-arrêt 6A) permet d’abord d’admirer le revers du che- sieurs talus. Ils sont constitués de marno-calcaires sombres
vron supportant le douar Tarhrout. Le chevron est consti- associés à des lumachelles monospécifiques à bivalves (fig.
tué par une puissante dalle gréseuse (Grès de Tarhrout) 2.13B) ou gastéropodes témoignant d’environnements sau-
formée de bancs massifs à fortes stratifications obliques mâtres (Mongin, 1967). Au point GPS 33 28 45, 04 36 30
(fig. 2.13C) dans du matériel bien vanné, témoignant d’un s’observent d’importantes déformations hydroplastiques
hydrodynamisme élevé. Ces dépôts gréseux marquent (fig. 2.13A) dénotant un déversement vers l’axe du syncli-
l’aboutissement de l’évolution strato-croissante de la Fm nal. Le gypse apparaît dans la partie inférieure de la Fm El

FIG. 2.13 : Déformations synsédimen-


taires (A) et faune lagunaire de petits
bivalves (B) dans la partie inférieure
des "Marnes à gypse de Skoura" (Fm
El-Mers 3).- C : Vue rapprochée sur
des couches de "Grès de Taghrout"
(sommet de la Fm El-Mers 2).
FIG. 2.13 : Synsedimentary slumping
(A) and lagunal small bivalves (B) in
the lower part of the « Gypsum marls
of Skoura” (El Mers 3 Fm). C: Close
view of the Taghrout Sandstone (El
Mers 2 Fm).
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 45

Mers 3, puis se développe en bancs massifs au sein de ride est matière à discussion (cf. Introduction). Elle pour-
marnes verdâtres. Ces « Gypses de Skoura » constituent une rait être tributaire du diapirisme des séries triasiques.
série monotone de plusieurs centaines de mètres d’épaisseur
Route : Notre route descend pendant 1,5 km jusqu’à
qui marque la régression médio-jurassique dans le Moyen
l’oued Guigou en pénétrant dans le couloir de décroche-
Atlas (du Dresnay, 1963 ; Choubert & Faure-Muret, 1967).
ment de Taferdoust dans lequel apparaissent des termes
Route : Poursuivre la route vers le SSW sur environ 1km et anciens de la succession médio-jurassique.
repérer en rive gauche l’interruption brutale de l’alignement
Arrêt J2-7 : Couloir de décrochement de Taferdoust
des chevrons gréseux. Ceci correspond au passage d’une
GPS : 33°28’34”N ; 004°38’01”W ; alt. 1180 m
première faille transverse de direction N120 du décroche-
ment de Taferdoust. Avant d’aborder la descente qui Situé 1,5 km avant la traversée de l’oued Guigou, cet arrêt
conduira à traverser l’oued Guigou une option se présente. permet d’observer sur l’autre rive la Fm d’El Mers 1, iden-
tifiable par ses argilites rouge-violacé, surmontées d’une
Arrêt optionnel : Discordance bathonienne et
barre calcaire. Cette succession subtabulaire au sud est lo-
déformations médio-jurassiques (trajet A/R 1h30)
calement déformée par un pli-faille : les niveaux inférieurs
Prendre le chemin au SSE de la route 4653 en direction de de la formation et de son substratum sont faillés et la barre
la grande cluse menant au Tichoukht (fig. 2.9). Après une calcaire sus-jacente est affectée par un pli décamétrique de
marche d’environ 1,3 km et un dénivelé de l’ordre de 100 direction N45°. Au nord l’ensemble redevient monoclinal
m, on atteint un promontoire élevé à partir duquel se dé- à faible pendage SE.
voile un panorama vers le sud et le SW sur la zone d’arti-
Route : Traverser l’oued et poursuivre sur la rive gauche
culation du synclinal de Skoura (partie SW) avec
jusqu’à recouper la seconde faille transverse N120. A l’ouest
l’anticlinal du Tichoukht. Sur le rebord du synclinal de
de cette dernière, les structures redeviennent simples, on pé-
Skoura (fig. 2.10, en bas), des grès subhorizontaux (Fm El
nètre dans la partie SW du synclinal de Skoura, large cu-
Mers 2) de la colline sommitale reposent avec un angle va-
vette à fond plat qui ne présente plus de flanc inverse sur
riable sur différents termes de la série bathonienne et ba-
son bord sud. La faille a entraîné le soulèvement de la par-
jocienne sus-jacente. Le « Calcaire-corniche » (Bajocien
tie SW du synclinal de Skoura et l’oued Guigou entaille les
supérieur) constituant la falaise est affecté de décalages
termes les plus anciens de la série jurassique du synclinal
mineurs, puis se trouve brutalement interrompu par le pas-
au niveau de la localité de Taferdoust.
sage de la deuxième faille transverse N120° du décroche-
ment de Taferdous. Le décalage cartographique sénestre Arrêt J2-8 : Taferdoust : dépôts marins du Bajocien
résultant atteint 1,2 km (fig. 2.9). Dans le compartiment supérieur-Bathonien inférieur
nord sur lequel on se situe, les grès de la Fm El Mers 2 re- GPS : 33°28’29”N ; 004°39’16”W ; alt. 1240 m
posent directement sur le « Calcaire-corniche » ainsi que Un premier arrêt au NE de Taferdoust donne une approche
sur les marnes sous-jacentes (Bajocien inférieur), l’en- de ce douar pittoresque perché sur un éperon rocheux en-
semble étant renversé sous le chevauchement du Tichoukht touré de falaises abruptes. En contrebas apparaît un pont et
(carte fig. 2.9, coupe fig. 2.11). en rive droite grimpe le seul chemin d’accès à ce site na-
V- Un point sur les mouvements synsédimentaires du turellement fortifié.
Lias-Dogger Un second arrêt au SW du douar (GPS : 33 28 25 N ; 004
L’existence de biseaux stratigraphiques avec discordance 39 16 W, alt. 1280 m) permet une vue plongeante sur le
des termes élevés de la Fm d’El-Mers sur différentes for- village et le méandre encaissé qui l’entoure (fig. 2.12B)
mations du Jurassique moyen se retrouve au NE du Ti- dans son contexte géologique. Le douar est bâti sur la
choukt (fig. 2.9) où elle fut décrite (du Dresnay) dès 1963 partie supérieure du « Calcaire-corniche », dépôt de
comme une discordance intraformationnelle. Les termes plate-forme épirécifale, défini comme Formation de Re-
marno-gréseux de la partie supérieure de la Fm d’El-Mers cifa au sud de Boulemane et daté du Bajocien supérieur
reposent en discordance angulaire jusque sur le Lias de (du Dresnay, 1963). Au-dessus de la route, se développe
l’anticlinal (discordance du Tizi-n-Issoulitène, Termier, une épaisse série de marno-calcaires à faune marine ben-
1936). Ces différents faits sont les marqueurs d’une tecto- thique entrecoupés de barres oolithiques ou bioclastiques,
nique synsédimentaire de basculement de panneaux des alternances traduisant des fluctuations de l’environne-
séries carbonatées du Lias-Dogger dans le contexte géné- ment marin de plate-forme. Ces dépôts constituent la For-
ral de comblement du bassin moyen-atlasique. Ces bascu- mation Bou Akrabène/Ich Timellaline du Bajocien
lements sont associés à la surrection d’une ride supérieur-Bathonien basal.
préfigurant ici l’anticlinal du Tichoukt, au cours du Ba- Route : Poursuivre vers le SW en remontant progressive-
thonien supérieur-Callovien inférieur. L’origine de cette ment la base de cette série pendant 1,5 km.
46 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

Arrêt J2-9 : Coulée basaltique dans la vallée localité-type d’El Mers) des empreintes reptiliennes. Ce
du Guigou niveau-repère, très réduit dans le synclinal de Skoura, est
GPS : 33°27’34”N ; 004°40’20”W ; alt 1334 m surmonté par plusieurs dizaines de mètres de marnes lie-
de-vin à passées verdâtres qui constituent un talus facile-
Un point de vue sur la vallée montre, dans un méandre res-
ment repérable (fig. 2.15). Elles renferment des
serré, une coulée basaltique entaillée par érosion récente et
associations monospécifiques de charophytes (Porochara
recouverte en partie par des éboulis et cônes alluviaux ac-
hians) et d’ostracodes (Metacypris) de milieu limnique ou
tuels (fig. 2.14). Cette coulée s’est épanchée dans une val-
éventuellement saumâtre. Ces marnes sont surmontées
lée préexistante, déjà creusée dans le substratum
d’une corniche morphologiquement bien différenciée de
marno-calcaire jurassique.
calcaires à charophytes et ostracodes (fig. 2.16). Au-dessus
Sur la rive gauche, le profil de la vallée montre plusieurs se développent d’autres successions de marnes versico-
alignements de cuestas correspondant aux barres ooli- lores alternant avec des calcaires lacustres. Succédant à la
thiques la Fm Bou Akrabène/Ich Timellaline, qui donnent sédimentation marine antérieure, les dépôts de la Fm d’El
une idée de la puissance kilométrique de la formation. Mers 1 traduisent la première apparition d’une sédimen-
tation lagunaire.
Route : Poursuivre vers le SW. Un nouvel affleurement
700 m en amont montre la coulée affectée d’une belle pris- Route : Le trajet de la route suit pendant 600-700 m cette
mation. La route traverse ensuite la confluence de
l’oued Guigou avec l’Oued el-Atchane, puis se pour-
suit dans cette dernière vallée. Elle recoupe alors pen-
dant ~6 km la partie supérieure de la Fm Bou
Akrabène/Ich Timellaline, jusqu’à atteindre la base vi-
vement colorée de la Fm d’El Mers.
Arrêt J2-10 : Régression bathonienne dans la
partie SW du synclinal de Skoura
GPS : 33°25’02”N ; 004 42 49W
Cet arrêt dans vallée de l’oued El-Atchane se situe
dans la zone de passage de la Fm Bou Akrabène/Ich
Timellaline, dont la partie sommitale se marque par
une barre gréseuse, à la Fm d’El-Mers 1. Celle-ci dé-
bute par un niveau-repère de un ou plusieurs mètres FIG. 2.15 : Partie inférieure de la Fm El-Mers (Bathonien) au SW de Skoura (arrêt 10). La série
de dolomie de couleur gris bleuté en bancs peu épais marneuse versicolore à intercalations de calcaires à ostracodes et charophytes est coupée par
dont les surfaces supérieures montrent souvent des une faille normale (le poteau électrique marque la faille !).

rides de courant, des fentes de dessiccation et (dans la FIG. 2.15 : Lower part of the Bathonian El Mers Fm. The clayey red beds are crosscut by a
normal fault (marked by the electricity pole !) .

FIG. 2.14 : Coulée basaltique quaternaire dans la vallée de Oued Guigou.


FIG. 2.14 : Quaternary basalt flow in the Oued Guigou valley.
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 47

FIG. 2.16 : Microfossiles du synclinal de Skoura.- A : micrite à oogones de charophytes (Porochara hians) et ostracodes laguno-lacustres (par-
tie inférieure de la Fm El Mers). B : Fragment de Dasycladales : Salpingoporella lusitanica. C : sections axiales de Pseudocyclammina maynci
(toit de la Fm El Mers au SW du synclinal de Skoura). Microphotographies, objectif x 25.
FIG. 2. 16 : Microfossils of the Skoura syncline.- A: micrite with charophyt oogons (Porochara hians) and lagunal-lacustrine ostracods (lower
part of the El Mers Fm). B: Dasycladals : Salpingoporella lusitanica. C: axial sections of Pseudocyclammina maynci (uppermost part of the El
Mers Fm, SW of Skoura syncline). All microphotos using x 25 objective.

zone de passage entre les deux formations. Au point GPS : rine de l’intervalle Bathonien supérieur-Callovien inférieur
33 24 40 N ; 004 43 01 W, soit ~6 km avant la ville de (Charrière et al., 1994b).
Boulemane, une piste partant vers le NW peut offrir l’oc- On peut suivre ce niveau-repère pendant 1 km vers le sud
casion d’un arrêt optionnel.
et revenir ensuite au douar Aït Ben Youssef. Cette
Arrêt optionnel : dernière récurrence marine deuxième coupe (au SW du douar) montre que les cal-
(Bathonien supérieur-Callovien inférieur) dans caires à dasycladacées et foraminifères reposent ici sur une
le synclinal de Skoura (trajet A-R ~2h) douzaine de mètres de marnes à gypse qui peuvent repré-
senter l’équivalent, extrêmement réduit ici, des "Marnes à
La piste indiquée, en direction du douar Aït Ben Youssef, gypses de Skoura" (Fm El Mers 3). Sur cette coupe et
recoupe différentes assises calcaires et marneuses lacus- d’une façon générale dans la partie SW du synclinal de
tres de la Fm d’El-Mers (fig. 2.1). A partir du douar, pour- Skoura, on ne retrouve pas les importantes intercalations
suivre à pied sur 700 m vers le NW en remontant la série
gréseuses (dont les Grès de Tarhrout) développées au NE
jusqu’à l’apparition d’épisodes marno-calcaires, de cal-
du synclinal (arrêts J2-5 et J2-6) et l’épaisseur de la série
caires bioclastiques et de lumachelles à faune benthique
y est réduite. Ainsi, le secteur sud-occidental du synclinal,
diversifié (Fm El Mers 2). La succession jurassique se ter-
avoisinant le méridien de Boulemane, apparaît comme une
mine par un niveau calcaire jaune-orangé, en bancs déci-
zone relativement stable et surélevée par rapport au sec-
métriques, directement surmonté par des marno-calcaires
teur nord-oriental, proche de Skoura, ayant fonctionné en
blancs et les premiers conglomérats crétacés. Ces calcaires
zone subsidente piègeant les sédiments lors du comble-
sommitaux sont bioclastiques, riches en gastéropodes as-
ment bathonien à callovien.
sociés à une abondante microfaune et microflore marine
benthique. Ils ont notamment livré des algues vertes dasy- Route : Pendant 5 km la route demeure dans la Fm d’El
cladacées (Sarfatiella dubari et Heteroporella lusitanica) Mers 1, puis oblique vers le sud en recoupant notamment
et des foraminifères (Pseucyclammina maynci et Praekur- les « calcaires-corniches » verticalisés dans la cluse d’en-
nubia cruzei) qui permettent de dater cette récurrence ma- trée à la petite ville de Boulemane.
48 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

J3 : Boulemane-Azrou via Ifrane (~80 km) de Tighboula). Fonctionnement polyphasé de l’accident


Itinéraire et thèmes (fig. 3.1) : Le cœur du Moyen Atlas nord moyen-atlasique (ANMA). Récifs liasiques du pla-
plissé. Haut-fond de Boulemane et comblement toarço-aa- teau de Guigou.
lénien à sa bordure orientale. Discordance du Crétacé sur Route and themes (fig. 3.1) : In the heart of the folded Mid-
les terrains jurassiques. Structuration régionale anté-bar- dle Atlas. Boulemane shoal and Toarcian-Aalenian upfill-
rémienne et plis alpins. Les fluctuations de la sédimenta- ing series along its eastern side. Cretaceous unconformity
tion continentale, lagunaire et marine du Crétacé (synclinal over the Jurassic deposits. Pre-Barremian structures versus
Alpine folds. The changing, continental to marine
Cretaceous sedimentation in the Tighboula syncline.
Polyphase activity of the North Middle Atlas Fault
(ANMA). The Guigou Plateau Liassic reef mounds.

Arrêt J3-1 : Site de Boulemane et série lacu-


naire du « Haut-fond de Boulemane »
GPS : 33°21’52”N ; 004°43’21”W ; alt. 1780 m

La ville s’est établie dans une cluse à la terminaison


périclinale SW de l’anticlinal du J. Tichoukt (fig. 3.2).
Plus au NE, cet anticlinal érige une barrière entre les
synclinaux de Skoura au nord (zone synclinale sep-
tentrionale) et d’El-Mers au sud (zone synclinale mé-
diane). Le site de la ville présente une géomorphologie
FIG. 3.1 : Itinéraire Boulemane-Azrou (J3), reporté sur la carte géologique du Maroc au millio- jurassienne typique (fig. 3.2), avec un mont dérivé
(calcaires du Lias moyen), un talus (Marnes de Bou-
nième. Légende : Annexe 1 en fin de volume.
FIG. 3.1 : Day 3 route and stops reported on the Geological map of Morocco, scale
1/1,000,000 (1985). Legend : Appendix 1. lemane du Bajocien inférieur), et des crêtes ("cal-

FIG. 3.2 : Vue satellitaire oblique Google earth sur la région de Boulemane, orientée dans l’axe de l’anticlinal du J. Tichoukt.
FIG. 3.2 : Oblique Google earth view of the Boulemane area, looking towards the axis of the J. Tichoukt anticline.
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 49

caires-corniches" du Bajocien supérieur ; fig. 3.2). caires massifs à Lithiotidés d’âge Domérien. Le dernier
L’arrêt se fera à la sortie SE de Boulemane, à la retoubée SE banc est tapissé par un hard ground et surmonté par les
du mont dérivé. Au point d’arrêt (fig. 3.4), la série calcaire Marnes de Boulemane (Colo, 1961, Yacoubi, 1984) du Ba-
constituant l’ossature du Tichoukt se termine par des cal- jocien inférieur. Il y a donc une lacune complète de l’en-

FIG. 3.3 : Les Marnes de Boulemane (fin du Bajocien inférieur) re-


couvertes par les « Calcaires-corniches » (= Fm de Recifa, Bajocien
supérieur) au NW de Boulemane.
FIG. 3.3 : Boulemane Marls Fm (Uppermost zone of the Lower Ba-
jocian) topped by the « Calcaires-corniches » (Recifa Fm, Upper
Bajocian), NW of Boulemane city.

FIG. 3.4 : Carte géologique et coupe illustrant


la double discordance du Crétacé inférieur sur
la ride anticlinale du J. Tichoukt dans la ré-
gion de Boulemane (d’après Charrière, 1990),
avec localisation des arrêts (étoiles).
FIG. 3.4 : Map and cross-section of the
Boulemane area showing the double Lower
Cretaceous unconformities over the Tichoukt
anticlinal ridge (after Charrière, 1990). Stars
indicate the stops.
50 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

semble des Marnes de Bechyne (Toarcien) et de la Fm calement à des marnes à passées calcaires, puis à des cal-
d’Amane Ilila (Toarcien sup. à Bajocien inférieur). Ces caires noirs, surmontés d’une puissante série marno- gré-
termes réapparaissent discrètement 8 km au NE, de part et seuse. La formation se termine localement (NE de Skoura,
d’autre du Tichoukht, puis se développent de plus en plus Marmoucha) par d’épais dépôts évaporitiques.
jusqu’à la terminaison NE de ce massif. A ce niveau, la
Route : Repartir vers le nord, traverser Boulemane et em-
série du Tizi-n-Issoulitène révèle de riches faunes d’am-
prunter la cluse NW (route 503) qui traverse les calcaires-
monites qui ont permis d’affiner (Benshili, 1989 et 1990) la
stratigraphie du Toarço-Aalénien et de mettre en évidence corniches en direction de Sefrou.
la superposition de deux hard grounds superposés, d’âge Arrêt J3-3 : Cluse NW de Boulemane ; double
Toarcien moyen et post-Aalénien moyen. En poursuivant discordance sous le synclinal crétacé de Tighboula
encore au NE dans le Moyen Atlas plissé, les séries du GPS : 33°22’12”N ; 004°44’30”W ; alt. 1680 m
Toarcien, Aalénien et Bajocien inférieur deviennent encore
plus dilatées (Benshili & Elmi, 1994 ; Akasbi et al., 2001). L’arrêt est situé immédiatement après la cluse. Dans son
A contrario, la coupe de Boulemane illustre l’existence talus occidental, une formation conglomératique polygé-
d’un "haut-fond de Boulemane", seuil paléogéographique nique d’âge Barrémien repose directement en discordance
important séparant au Toarcien-Aalénien le sillon moyen- sur les calcaires bajociens : c’est la Fm de Sidi Larbi (du
atlasique au NE du bassin du Selloum au SW (cf. J4-1). nom du douar voisin), qui débute par des paléosols mar-
morisés entrecoupés de conglomérats. C’est la base des sé-
Route : Suivre la route R503 (ex-P 20) en direction de Mi- ries crétacées constituant le synclinal de Tighboula.
delt sur environ 1,5 km. Au fur et à mesure de la montée sur
le talus encroûté des "Marnes de Boulemane" une vue plon- Cependant, en suivant le contact de discordance vers le
geante se dégage sur la ville et sur la cluse septentrionale. NNE (fig. 3.4), on constate l’apparition, sous les conglo-
mérats de Sidi Larbi, d’une formation conglomératique
Arrêt J3-2 : Série de comblement du Dogger au sud distincte, monogénique (galets de calcaires à ostracodes
de Boulemane
de la Fm d’El-Mers), nommée Fm de l’oued El Atchane.
GPS : 33°21’05”N ; 004°43’ 35”W
Celle-ci, encadrée entre deux discordances, n’est pas datée,
S’arrêter après avoir franchi le tunnel creusé dans la pre- sauf par encadrement entre le Bathonien sup-Callovien inf.
mière corniche calcaire et poursuivre à pied. Les diffé- et le Barrémien.
rentes formations du Dogger du Moyen Atlas ont été
VI- Un hiatus presque complet dans l’histoire
définies par R. du Dresnay (1963) sur ce flanc nord du syn-
géologique entre 160 et 130-135 Ma
clinal d’El-Mers. La succession est analogue à celle du
synclinal de Skoura : Cette région du Moyen Atlas plissé montre donc trois unités
stratigraphiques continentales (en partie ou en totalité), sé-
• Formation de Recifa (j2b) correspondant aux "Calcaires-
parées par deux discontinuités (D1 et D2, fig. 3.5). La pre-
corniches" avec deux barres épaisses formées de cal-
caires massifs. La barre supérieure est particulièrement mière formation partiellement continentale, la Fm d’El-Mers,
riche en brachiopodes et colonies de polypiers branchus. se termine par une incursion marine d’âge bathonien supé-
Cette formation marine de plate-forme épirécifale, riche rieur-callovien inférieur (cf. fin J2). Après la discontinuité
en faunes benthiques, est datée du Bajocien supérieur. D1 (une discordance cartographique associée à une évolu-
tion pédogénétique des terrains jurassiques émergés) se dé-
• Formation Bou Akrabène-Ich Timellaline (j2-3). Ce sont
pose la deuxième formation continentale, à ce jour non
essentiellement des dépôts marno-calcaires et marneux
datée, celle des conglomérats de Oued el-Atchane (C1). Ils
correspondant à des alternances d’environnements ma-
sont tronqués par la discordance angulaire D2 (fig. 3.6), et
rins littoraux de milieu ouvert et de milieu restreint. Des
suivis par la troisième formation continentale, la Fm de Sidi
brachiopodes et de rares ammonites du Bajocien supé-
Larbi (C2). A la base de celle-ci se trouvent des marno-cal-
rieur y ont été récoltés.
caires lacustres blancs datés du Barrémien par charophytes
• Formation d’El-Mers (j3-4). Cette formation est aisément (Atopochara trivolvis, Globator trochilidiscoïdes, Flabello-
repérable par ses niveaux argileux rouge-violacé témoi- chara harissi ; Andreu et al., 1988).
gnant des premières influences continentales. Elle est cé-
lèbre en raison de sa richesse en restes de dinosauriens (de Les dépôts de l’oued el-Atchane, à peine épais de 0 à 50 m, très
Lapparent, 1955), dans la partie inférieure de la série, à localisés (au nord et au sud de la terminaison périclinale SW
proximité de la localité d’El-Mers. La découverte, excep- du J. Tichoukht) et non datés, représentent l’unique trace d’un
tionnelle dans ce type d’environnement, d’une ammonite : enregistrement sédimentaire durant la période de 30-35 Ma
Cadomites bremeri associée aux niveaux à dinosauriens séparant la fin de la sédimentation du Dogger de celle du Bar-
date le Bathonien moyen (Fedan, 1993). Elle passe verti- rémien. Que s’est-il passé pendant ce grand laps de temps ?
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 51

FIG. 3.5 : Succession crétacée du synclinal de Tighboula. - A : Schéma de localisation.- B : Coupe longitudinale. - C : Détail de la base de la série discordante.
- D : Détail de la série marine turonienne.
FIG. 3.5 : Cretaceous succession of the Tighboula syncline.- A : Location. - B : Longitudinal cross- section. - C : Detail of the base of the unconformable
Cretaceous series . - D : Detail of the Turonian marine serie.

FIG. 3.6 : Discordance "D2" des deux ensem-


bles conglomératiques à la base de la série cré-
tacée du synclinal de Tighboula. Le
conglomérat de l’Oued El Atchane (C1) est mo-
nogénique, le conglomérat de Sidi Larbi (C2)
polygénique.
FIG. 3.6 : Unconformity "D2" between the
monogenic Oued el Atchane Conglomerate (C1)
and the polygenic Sidi Larbi Conglomerate (C2)
at the bottom of the Tighboula syncline.
52 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

La discordance D2 recoupe jusqu’au substratum bajocien biocalcarénites datées de l’Aptien (<125 Ma) par forami-
au sud (Boulemane) et au nord (Aït Ben Ali, cf. arrêt J3-7 nifères benthiques (Charrière & Vila, 1991 ; fig. 3.8C, D).
ci-dessous) du synclinal de Tighboula, ce qui démontre Cette première transgression crétacée n’est pas représentée
l’importance de la déformation dès cette époque (fig. 3.7). plus à l’ouest, et ses faciès les plus franchement marins
Les conglomérats de Sidi Larbi sus-jacents sont polygé- sont situés vers le nord, aussi est-elle considérée comme
niques ; les éléments proviennent des différentes assises d’origine téthysienne.
carbonatées du Dogger et du Lias et témoignent d’une im- Route : Reprendre la route vers Sefrou. A 1,3 km de l’ar-
portante reprise érosive. On observe l’amorce du pli faillé rêt 3, face au tranformateur électrique, une piste permet de
du Tichoukht dès avant le Barrémien (arrêt suivant). On s’engager dans la dépression de Bou Jaja au sud de la route
peut invoquer des mouvements de blocs, comme on le principale.
verra à propos de l’ANMA (cf. arrêt 3-7) et/ou le diapi-
risme du Trias. L’essentiel, cependant, est que le Moyen Arrêt J3-4 : Discordance anté-barrémienne
Atlas s’est trouvé émergé et plus ou moins érodé pendant (combe de Bou Jaja)
le Jurassique supérieur-Néocomien. Que s’est-il passé GPS : 33°21’46”N ; 004°45’10”W
entre le Callovien et le Barrémien, qui explique cette La piste traverse les terrains crétacés infra-turoniens et, à
longue émersion? La question déborde le seul Moyen environ 800 m au sud de la route de Sefrou, atteint la dis-
Atlas, elle intéresse tout le Maroc atlasique (voir ce vol., cordance des conglomérats barrémiens (C2) (pentés de 30°
circuit 7) et même le Maroc saharien (vol. 6). On tend à au N300) sur les calcaires-corniches du Bajocien supérieur
l’expliquer par la mise en place d’une anomalie lithosphé- (pentés 45° au N340 ; c’est le flanc NW du J. Tichoukht). La
rique chaude (Frizon de Lamotte et al., 2009). combe de Bou Jaja est occupée par les "Marnes de Boule-
La formation continentale barrémienne de Sidi Larbi passe mane" recouvertes à l’ouest et l’WSW par les conglomérats
vers le haut à la « Série rose » formée de marnes rubéfiées barrémiens. Au SSE s’observe la retombée des calcaires-
et de barres calcaréo-dolomitiques blanchâtres (fig 3.8A). corniches du flanc SE de l’anticlinal du Tichoukht (fig. 3.4).
Ces dernières passent latéralement au nord et au sud à des Si le temps le permet, un trajet à pied d’environ 1 km vers

FIG. 3.7 : Bloc-diagramme figurant la structuration anté-barrémienne au nord de Boulemane.


FIG. 3.7 : Diagrammatic representation of the pre-Barremian structure North of Boulemane (after Charrière, 1996).
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 53

FIG. 3. 8 : Partie inférieure de la série crétacée du synclinal de Tighboula, au NW de Boulemane. - A : "Série rose" aptienne.- B : "Série jaune" albo ?- cénoma-
nienne.- C, D : Microfaciès (x25) de calcaires aptiens avec Choffatella decipiens (D) et Cuneolina gr Laurentii-camposauri (C).
FIG. 3.8 : Lower part of the Cretaceous series of the Tighboula syncline NW of Boulemane city. - A : Aptian ”pink series”.- B : Albian ?-Cenomanian «yellow
serie ». - C, D : Microfacies (x25) of the Aptian limestone with Choffatella decipiens (D) and Cuneolina gr Laurentii-camposauri (C).

le sud permettra d’atteindre le flanc SE de l’anticlinal et de Une série d’arrêts rapprochés sur ~2 km permet d’observer
toucher la discordance des conglomérats (C2) sur plusieurs la suite de la série du Crétacé de Tighboula en bordure
barres de calcaires-corniches (arrêt optionnel). Les nord, puis ouest de la route de Sefrou. Commencer à l’est
conglomérats barrémo-aptiens de Sidi Larbi, d’épaisseur de l’embranchement de la piste de Bou Jaja (point GPS in-
limitée à quelques mètres dans cette zone axiale du pli du diqué). La succession des couches C3 à C7 est équivalente
Tichoukht, reposent directement sur les Marnes de Boule- de celle qui est décrite au nord du synclinal (fig. 3.5).
mane (Bajocien inférieur) et sur la Fm calcaire de Recifa C3 : La "Série jaune" (fig. 3.8B) est formée de dépôts ar-
(Bajocien supérieur) affleurant de part et d’autre. gilo-évaporitiques lagunaires à microfaune très rare. Elle
Cette discordance D2 peut encore être suivie vers le sud en a pu se déposer dans un intervalle Albien-Cénomanien.
terminant la coupe A-A’ (fig. 3.4) qui montre que la termi-
C4 : La puissante corniche morphologique cénomano-tu-
naison SW du Tichoukt présentait une voussure anticlinale ronienne présente dans la plupart des régions maghrébines
affectée par une faille axiale N45E dès avant le Barrémien. n’est représentée ici que par un modeste talus blanc,
La coupe B-B’ révèle par ailleurs la présence, au cours du crayeux. La série débute par un ou plusieurs bancs de cal-
Crétacé, d’une paléobordure liasique faillée de direction N- caires phosphatés terminés par un hard ground (fig. 3.9A),
S, à l’ouest du synclinal de Tighboula (fig. 3.7). Cette ré- associés à un niveau condensé riche en ammonites (fig 3.9B
gion montre donc la superposition de structures jurassiques et C) (dont Mammites nodosoides) et contenant localement
NE-SW et de structures crétacées N-S, reprises par le plis- du plancton (Helvetoglobotruncana helvetica) marqueurs
sement tertiaire : un gage de complexité ! du Turonien inférieur. Au-dessus se développent des cal-
Arrêts J3-5 : Série crétacée du synclinal de Tighboula caires blancs crayeux à faune circalittorale de bivalves, puis
GPS : 33°22’09”N ; 004°45’ 19”W ; alt. 1700 m une série marneuse et gréseuse régressive. L’ostracofaune
54 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 3.9 : Crétacé supérieur du synclinal de Tighboula. - A : "Hard ground" du Turonien inférieur. - B et C : Ammonites du Turonien inférieur avec Mammites nodosoïdes (B) et
Hoplitoides ingens (C). - D : Vue d’ensemble sur la série gypseuse des Marnes de Tighboula (Sénonien). - E : Détail des faciès gypseux.
FIG. 3.9 : Upper Cretaceous series of the Tighboula syncline.- A : Lower Turonian hard ground. - B and C : Lower Turonian ammonites with Mammites nodosoïdes (B) and
Hoplitoides ingens (C). - D : Overview of the « Tighboula gypsum marls » (Senonian). - E : Detail of the gypsiferous facies.

indique des affinités téthysiennes (Andreu, 1991) pour ce 1995) une importante diversification de l’ostracofaune, des
second épisode transgressif du Turonien inférieur. foraminifères benthiques et la présence de plancton dont
C5, C6 : Ce sont des dépôts de milieux confinés. C5 est Dicarinella asymetrica et des formes primitives de Glo-
une formation d’épaisseur très variable, maximale au nord, botruncana stuartiformis permettant de dater du Santonien
en bordure de l’ANMA, qui est essentiellement constituée supérieur ce troisième épisode transgressif.
de marnes à gypses. C6 fut confondu antérieurement avec Route : La route de Sefrou se poursuit pendant 5 km en di-
la « dalle cénomano-turonienne » en raison de sa richesse rection du nord dans la formation C7, en passant près de la
en calcaires massifs, mais il s’agit en fait de dépôts de mi- maison forestière de Tighboula (alt. 1888 m), puis elle re-
lieux restreints d’âge Santonien. coupe l’entablement des calcaires (C6) en amorçant la des-
cente vers la vallée du Guigou. Trois lacets ressérés étagés
C7 : Les "Marnes de Tighboula" débutent par une épaisse se succèdent. Stopper sur la boucle d’altitude intermédiaire.
série de marnes rouges à gypse (fig 3.9D, E). Dans la par-
tie supérieure, le gypse se raréfie, et les marnes grises et Arrêt J3-6 : Vue sur l’Accident nord moyen-atlasique
beiges sont entrecoupées de barres gréseuses et conglo- (ANMA)
mératiques clairement visibles à l’ouest de la route. L’ana- GPS : 33 25 03 N ; 004 46 17 W
lyse micropaléontologique des marnes situées entre la De cet arrêt, un bon point de vue se dégage vers le SW sur
première et la deuxième barre à révélé (Andreu et al., la zone où passe l’ANMA, qui est recouvert de formations
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 55

superficielles de part et d’autre de la route. Les calcaires


santoniens C6 horizontaux au sud sont affectés d’une
flexuration brutale et verticalisés (crochon de faille). A leur
contact, apparaît en fond de vallée un liseré d’argilites
rouges triasique. Sur le versant NE opposé s’observent
quelques dizaines de mètres de la série basaltique verdâtre
triasico-liasique et une falaise sommitale formée par des
calcaires dolomitiques du Lias inférieur-moyen à fort plon-
gement NE. L’ANMA se manifeste ici simplement par une
remontée de matériaux triasiques pincés entre deux failles
subverticales, la faille majeure se situant au contact du
Crétacé du flanc SE de la structure anticlinale.
Route : Reprendre la descente et juste après avoir franchi
l’oued Guigou (alt. 1478 m), prendre la piste empiérrée
vers le nord et remonter la vallée en rive gauche du Gui-
gou, vers les villages de Charchara (1 km) et Aït Ben Ali
(5 km). Sur ce trajet (fig. 3.10), on longe l’ANMA, qui est
ici constitué par un faisceau de failles tressées de direction
générale N10E. L’image satellitaire (fig. 3.11) jointe aux
coupes de terrain (coupes 2 et 3, fig. 3.10) montre que ces
failles ont eu un jeu transpressif sénestre pendant la com-
pression néogène.
Arrêt J3-7 : L’ANMA à Aït Ben Ali ; mouvements
jurassiques, crétacés et tertiaires
GPS : 33°27’53”N ; 004°44’55”W ; alt. 1500 m
Arrivé à proximité du douar des Aït Ben Ali prendre à
droite pour traverser le Guigou (alt. 1440 m). Puis, au lieu
de monter jusqu’au village, poursuivre à gauche la piste,
entaillé dans une faille orientale de l’ANMA (fig. 3.12) en
longeant une écaille verticalisée de dolomies liasiques. La
piste franchit un petit col, puis redescend vers la vallée du
Guigou. On s’arrêtera (arrêt 7A ; GPS indiqué) au niveau FIG. 3.10 : Carte géologique schématique et coupes du secteur des Aït Ben Ali
du col dégagé dans des marnes barrémo-aptiennes qui sont (Charrière, 1990), avec localisation des figures suivantes.

en contact par faille avec une écaille liasique, au–dessus du


FIG. 3. 10 : Simplified geological map and cross-sections of the Aït Ben Ali area
(Charrière, 1990) with location of the next figures.
talus occidental de la piste.
On prendra à pied vers l’est en recoupant un premier relief Sub-arrêt 7B (GPS : 33 28 01 N ; 004 44 35 W). De ce
d’une dizaine de mètres constitué par une écaille de cal- point élevé, on observe dans les meilleures conditions, vers
caires barrémo-aptiens pincée entre deux failles verticales. le NE, la discordance du Crétacé sur le Jurassique (fig.
Au-delà apparaît un champ cultivé longé par une piste qui 3.12). La discordance se fait ici entre le Barrémien et le Ba-
amènera à un nouveau col situé en contrebas de la tour rui- jocien avec un angle de près de 90° en direction (fig. 3.12)
née coiffant la colline au nord d’Aït Ben Ali. La série cré- et en pendage (coupe 1, fig. 3.10).
tacée est ici exceptionellement réduite : au-dessous des Depuis le même belvédère, on observera en outre vers le
marnes sénoniennes constituant la colline, le Turonien est NNE, une coupe naturelle du Lias dans la crête dominant
limité à 1,5 m de plaquettes blanches encadrées par deux Taghzout à l’est (fig. 3.13). On peut reconnaître dans sa
hard grounds, l’Albo ?-Cénomanien est réduit à une di- partie inférieure une disposition des couches en éventail
zaine de mètres de calcaires dolomitiques jaunâtres. L’Ap- ouvert vers le SE, suggérant un soulèvement synsédimen-
tien sous-jacent conserve une épaisseur importante, mais taire des régions plus au NW. De plus, les bancs de la par-
des niveaux bréchiques envahissent la plupart des bancs tie supérieure de la coupe recoupent ceux de la partie
calcaires. On recoupera sur une dizaine de mètres ces cal- inférieure avec un pendage SE plus fort, suggérant ainsi un
caires afin d’atteindre la barre la plus élevée permettant basculement de sens opposé pendant la sédimentation. Ce
d’avoir une vision vers le NE. basculement pourrait résulter d’un glissement en masse de
56 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 3.11 : Image satellitaire (Google earth) du système de failles de l’ANMA au sud d’Aït Ben Ali (localisation : fig. 3.10).
FIG. 3.11 : Google earth view of the North Middle Atlas fault zone (fig. 3..10 for location).

FIG. 3.12 : Image satellitaire (Google Earth) du secteur d’Aït Ben Ali et Taghzout (localisation : fig. 3.10), avec localisation de l'ar-
rêt 7A (étoile) et du point panoramique 7B (symbole en V).
FIG. 3.12 : Google earth view of the Aït Ben Ali area (fig. 3..10 for location) and location of stop A (star) and of the panorama stop
7B (V symbol).
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 57

la partie inférieure sur une faille listrique à pendage SE. La Fm calcaire d’Amane Ilila débute avec des calcaires à
On peut préciser la date de ces mouvements. La butte 1722 joints marneux qui assurent la transition des marnes aux
observée (fig. 3.13) est constituée essentiellement de do- calcaires francs. Les bancs de cette série strato-croissante
lomies (Formation de Tamakant 1). Dans la zone sommi- (fig 3. 14B) sont composés de calcaires oolithiques et de
tale s’observe un passage latéral de faciès brutal d’ouest calcaires à crinoïdes. La partie terminale de cette formation
en est entre des bancs dolomitiques tapissés d’enduits fer- (texture packestone à grainstone) présente un niveau de
rugineux et intercalés de marnes rouges à une masse cal- condensation à brachiopodes (Homoeorhynchia meridio-
caro-dolomitique à faune benthique avec des foraminifères nalis DESL., Homoeorhynchia batalleri DUBAR, Telo-
imperforés qui ont permis de dater (M. Septfontaine, in
thyris jauberti DESL) du Toarcien moyen, âge corroboré
Charrière, 1990) le Sinémurien élevé-Carixien inférieur.
La Formation de Tamakant 2 sus-jacente (Carixien moyen- par la récolte de Hildoceras bifrons au toit de l’avant- der-
supérieur) est essentiellement constituée de calcaires et de nier banc. Le toit du dernier banc présente une surface éro-
marno-calcaires à silex ; elle est surmontée par la Forma- sionelle, bioturbée, ferrugineuse et encroûtée de débris
tion de Tamakant 3 (Domérien et Toarcien basal), formée bioclastiques (fig. 3.14C). Cette discontinuité sédimentaire
d’alternances rythmiques de marno-calcaires et de marnes (hard ground) marque une importante lacune de l’enregis-
correspondant à une ouverture de plus en plus accentuée trement sédimentaire (Toarcien supérieur, Aalénien, Bajo-
du milieu marin. Ces formations présentent ici une épais- cien inférieur pro parte) jusqu’à l'envasement au Bajocien
seur minimale et s’épaississent en direction du NE sur la inférieur-moyen des Marnes de Boulemane.
bordure NW du synclinal de Skoura, puis sur la bordure
NW du synclinal du Zloul (cf. J2). La comparaison de cette coupe du Toarcien-Aalénien avec
Si le temps le permet, on pourra se rendre par piste à Aït celle du synclinal de Zloul (arrêt J1-7 ; fig. 1.17) fait ap-
Al Bgal pour un sub-arrêt optionnel 7C, situé 2 km au paraître une grande différence de faciès et d’épaisseur
NE du point d’observation (fig. 3.12). La coupe révèle ici entre les deux régions (fig. 3. 15).
l’existence d’une série toarço-aalénienne réduite entre les Du SW vers le NE, en direction du synclinal de Zloul, la
calcaires domériens et les Marnes de Boulemane bajo- série toarcienne–aalénienne est dilatée par épaississement
ciennes (fig. 3.14). des marnes de la Fm de Bechyne et le développement des
La Fm des Marnes de Bechyne est constituée d’une ving- calcaires de la Fm d’Amane Illila (fig. 3.15 B). Par ail-
taine de mètres de marnes vertes, riches en foraminifères leurs, le mur et le toit de cette dernière sont diachrones et
benthiques (surtout nodosariidés et lagénidés) et en bio- de plus en plus récents en direction du NE (fig. 3.15 A). Le
clastes composés de coquilles de lamellibranches, de frag- "niveau brun" turbiditique observé dans le synclinal de
ments d'échinodermes et de radioles d'oursins ; avec Zloul est ici absent (fig. 3.15C) alors qu’il se développe
sporadiquement quelques ammonites et bélemnites. La dans le NE du Moyen Atlas (Akhssas, 1993 ; Sabaoui,
partie médiane de la formation se distingue par des inter- 1998). Inversement, une lacune apparaît au SE dans le
calations de calcaires noduleux. Toarcien-Aalénien, lacune dont la durée augmente en di-

FIG. 3.13 : Discordance intra-liasiques vues du sol (arrêt 7B).


FIG. 3.13 : Intra-Liassic unconformities observed from stop 7B.
58 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 3.14 : Le Toarcien-Aalénien d’Aït Al Bgal .- A : Diagramme de la succession du Toarcien (El Arabi et al., 1999). - B : Série toarcienne strato-crois-
sante (polarité vers la droite du cliché). - C : Toit du dernier banc calcaire avec encroûtements ferrugineux et poches de remplissage à bélemnites.
FIG. 3.14 : Toarcian-Aalenian deposits at Ait Al Bgal. - A : Stratigraphic column (El Arabi et al., 1999). - B : Thickening-upward Toarcian beds
(top on the right). - C : Top of the uppermost bank showing ferruginous crust and belemnite accumulations.

rection du SE (fig. 3.15D), pour atteindre son maximum à détail s’observent des biseautages et des discordances in-
Boulemane (arrêt J3-1). On retrouve sur ce transect une ternes. Ces phénomènes se retrouvent dans les termes plus
manifestation du "Haut-fond de Boulemane" (El Arabi et récents (Sénonien) de la série crétacée sur la bordure NW
al., 1999) qui a constitué une barrière paléogéographique du synclinal de Tighboula, à l’approche de l’ANMA. Cer-
dont l’influence perdure durant le Lias supérieur et une tains niveaux de la formation C5 reposent même en dis-
partie du Dogger. cordance directement sur le Trias de la zone axiale de
l’accident (fig. 3.10, coupes 2 et 3). (Remarque : en vue
VII- Fonctionnement polyphasé de l’accident
verticale, les couches crétacées semblent dessiner un cro-
nord moyen-atlasique
chon au contact de l’ANMA (fig. 3.12). Les différentes for-
On vient de relever (arrêt 7B) deux indices de fonctionne- mations crétacées s’emboîteraient les unes au-dessus des
ment liasique de l’ANMA, à savoir un éventail sédimen- autres en formant des "crochons" de moins en moins ac-
taire et une faille de glissement synsédimentaire indiquant centués en allant du Crétacé inférieur au Crétacé supé-
un soulèvement synsédimentaire (Carixien) du bloc situé à rieur. Pour Duée et al. (1977) et Charrière (1990) ce serait
l’ouest de l’ANMA (du côté du Moyen Atlas tabulaire) par l’indice d’un fonctionnement décrochant sénestre de
rapport au bloc situé à l’est (bassins de Skoura et de Zloul, l’ANMA au cours de la période crétacée, mais la géomé-
du côté du Moyen Atlas plissé). trie détaillée des "crochons" gagnerait à être précisée.
Le fonctionnement crétacé est d’abord mis en évidence par Le fonctionnement de l’ANMA au cours du Tertiaire est
les observations réalisées le long du trajet 7A-B : amin- mis en évidence par la déformation de l’ensemble de la
cissement drastique de l’Albo ?-Cénomanien et du Turo- série crétacée dont les strates sont verticalisées (arrêt J3-
nien, enrichissement systématique des assises calcaires en 6), voire renversées le long de la zone de failles (figs. 3.10,
faciès bréchiques. Les éléments proviennent du remanie- 3.11). Ce jeu inverse s’accompagne d’un jeu décrochant
ment des assises du Lias inférieur et moyen qui consti- sénestre comme l’indique la présence de copeaux tecto-
tuaient une bordure émergée au nord de l’ANMA. Dans le niques verticalisés (associant Lias et Crétacé supérieur)
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 59

FIG. 3.15 : Evolution de la sédimentation toarço-aalénienne du SW au NE du Moyen Atlas.- A : Corrélations SW-NE des dépôts du bassin ; D7…D13 : disconti-
nuités sédimentaires limitant les séquences de dépôts.- B : diachronisme des formations lithostratigraphiques toarciennes et aaléniennes.- C : Série toarço-aalé-
nienne des environs d’Amane Illila. l5M : Toarcien marneux (Fm de Bechyne) ; l5-j1 : Toarcien supérieur-Aalénien (Fm Amane Ilila), j2MB : Bajocien inférieur
(Marnes de Boulemane) ; J2 CC : Bajocien supérieur (Calcaires-corniches, Fm de Recifa) - D : Schéma de la mégaséquence de comblement au Toarcien-Aalé-
nien. S : séquences de dépôt. (A, C, D d’après El Arabi et al., 1999).
FIG. 3.15 : SW-NE variations of the Toarcian-Aalenian sedimentation in the Middle Atlas.- A : SW-NE correlations ; D7…D13 : Gaps between the depositional
sequences.- B : Diachronism of the Toarcian-Aalenian lithostratigraphical formations. - C : Toarcian-Aalenian serie close to Amane Ilila. l5 M : Toarcian (marly
Bechyne Fm) ; l5-j1 : Upper-Toarcian-Aalénian (calcareous Amane Ilila Fm) ; j2MB : Lower Bajocian (Boulemane Marls Fm) ; J2 CC : Upper Bajocian (Recifa
calcareous Fm). - C : Interpretation of the Toarcian-Aalenian infilling ; S : Depositional sequences. (A, C, D, from El Arabi et al., 1999).
60 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 3.16 : Coupe W-E (de gauche à droite) à travers le bassin de Charchara, 1 km au N de la localité, d’après Fedan (1993). Les couches A-C (II), discordantes sur le Crétacé su-
périeur, et les couches discordantes supérieures (III) sont attribuables respectivement au Miocène et au Pliocène (?).
FIG 3.16 : West to East (left to righ) cross-section in the Charchara basin (from Fedan, 1993). The unconformable layers A-C (II) overlying the Upper Cretaceous formations, and
the uppermost unconformable layers (III) are attributed to the Miocene and Pliocene (?), respectively.

disposés en échelon entre les failles. Notons que les dé- lée de l’oued Guigou que l’on peut observer sur le chemin
formations compressives en bordure de l’ANMA affectent du retour (GPS 33 26 29 N, 04 46 25 W), 2km avant d’at-
également l’Eocène supérieur et l’Oligocène (?) à la bor- teindre la jonction avec la route de Boulemane.
dure du synclinal d’Ain Nokra (cf. J5). Route : On retourne sur la route de Sefrou, et poursuit en di-
Les dépôts continentaux non datés, attribuables au Néo- rection de cette ville et d’Ifrane dans la plaine de l’oued Gui-
gène, présents dans l’étroit bassin de Charchara sont bas- gou. La route longe d’abord la coulée de la vallée du Guigou,
culés contre la zone de failles ; les discordances entre les venue au Quaternaire récent des volcans situés plus au SW
différents niveaux stratigraphiques du bassin (fig. 3.16) té- (fig. 3.1), puis s’éloigne de cette dernière. En remontant vers
moignent de plusieurs épisodes de déformation au cours le nord (au-delà du carrefour de la route d’Almis et Timha-
du Miocène-Pliocène (?) (Fedan, 1993). dite), la route recoupe des terrains liasiques dénudés. Après
Une manifestation néotectonique s’observe même avec le une cluse, quitter la R 503 (ex-P20) au carrefour et prendre
décalage et l’inclinaison de la coulée basaltique de la val- vers l’ouest la R707 (ex-S309) en direction d’Ifrane.

FIG. 3.17 : Implantations récifales du Plateau de


Guigou.- A : Vue sur un alignement récifal. -B-
C : Détails de colonies de polypiers en gerbes
(dernier terme de chaque séquence de croissance
du récif. -D : cartographie d’ensemble et organi-
sation intérne du récif de Koudiat Echham. I-IV :
Séquences récifales à 3 termes. 1 : calcaires bio-
clastiques (packestone à grainstone) slumpés ; 2 :
barres bioclastiques (grainstones) ; 3 : construc-
tions récifales (bafflestones) 4 : calcaires et
marno-calcaires à ammonites du Domérien (ob-
server le passage latéral à la partie inférieure du
complexe récifal).
FIG. 3.17 : Reef build-ups of the Guigou
Plateau.- A : View toward a reef mound align-
ment. -B-C Detail of a polype bundle (last level
of the sequence of reefal accumulation). -D :
Map and schematic cross-section of the Koudiat
Ech Cheham reef mound ; I to IV : reefal se-
quences with 3 levels (1,2,3). 1 : slumped bio-
clastic limestones (packestone à grainstone) ; 2 :
bioclastics barrier (grainstone) ; 3 : reefal build-
up (bafflestone) ; 4 : limestones and marly lime-
stones with Domerian ammonites (notice the
transition to the reefal deposits at the lower part
of the build-up).
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 61

Arrêt J3-8 : Constructions récifales et blocs basculés Route : A partir de l’arrêt 8, la route d’Ifrane se maintient
liasiques du Plateau du Guigou pendant 5 km sur le plateau du Guigou, à 1700 m d’alti-
GPS : 33°26’25”N ; 004°55’00”W tude. Elle s’élève ensuite d’une centaine de mètres en fran-
chissant une faille SW-NE, soulignée par l’apparition de la
Stopper à ~6 km du carrefour précédent, losque la route at-
forêt de cèdres, encore clairsemée. Après 5 km encore vers
teint le plateau, et gravir le côteau au sud de la route pour un
le NW, un nouveau gradin correspond au passage de l’ac-
panorama géologique sur les récifs liasiques du plateau du
cident du Tizi n’Trettène (nommé d’après le col situé peu
Guigou. Peu au nord, l’imposant récif de Koudiat Echham
au SW, sur la route de Michlifène à Ifrane).
(fig. 3.17) fournit un bon exemple de l’organisation de ces
constructions récifales du Lias moyen. Il est développé au- Arrêt J3-9 : Série liasique à l’est de l’accident du
dessus d’un substrat formé de marno-calcaires lités à am- Tizi n’Trettène (ATT)
monites. L’édifice n’est pas exclusivement récifal mais GPS : 33°27’34”N ; 004°59’51”W ; alt. 1830 m
montre la succession de 4 unités de dépôts. Chaque unité
Cet arrêt dans la partie occidentale du bloc de Guigou cor-
correspond à une séquence régressive composée de 3 termes
respond à la coupe de Taylillout (Taïlilout) qui constitue un
principaux : mudstones finement lités (plate-forme externe),
exemple classique de la sédimentation carbonatée de plate-
grainstones à encrines (barre distale), calcaires récifaux à
forme (El Arabi, 1987 et 2001) associée à la transgression
polypiers isolés, puis coloniaux. Au sein des séquences, la
liasique (Septfontaine, 1986). La succession des faciès ré-
répartition des faciès est dissymétrique et traduit une pola-
vèle l’arrivée progressive de la mer et l’augmentation de la
rité entre des dépôts de plate-forme interne vers le NE et de
bathymétrie au cours du Carixien-Domérien (fig. 3.19).
plate-forme externe vers le SW. Enfin, chaque séquence pro-
Dans le sens E-W de notre parcours, on recoupe les bancs,
grade sur la précédente ce qui entraîne une migration de
modérément inclinés vers le SE, du plus ancien au plus
l’édifice au cours du temps en direction du SW. La termi-
jeune. Afin de suivre l’ordre stratigraphique des dépôts, il
naison SW du récif a livré Protogrammoceras bonarellii
est donc nécessaire d’étudier la succession d’ouest en est
(FUCINI) et Protogrammoceras celebratum (FUCINI) indi-
entre les points J3-9A (GPS indiqué, borne Boulemane 39
quant la zone à Celebratum du Domérien inférieur.
km) et J3-9B (GPS : 33 27 29N ; 004 59 15W, 1760 m,
Une quinzaine de récifs ont été dénombrés sur le plateau de borne Boulemane 38 km).
Guigou (du Dresnay, 1975). Ils passent latéralement à des
Calcaires micritiques et bioclastiques (~ 48 m) (Fm Maf-
dépôts de nature et d’âge différents. Plusieurs constructions
tah 1 pro parte). Ces calcaires micritiques et bioclastiques
ont pu être datées avec une bonne précision. D’une façon
forment des bancs massifs de 1 à 1,50 m d'épaisseur, or-
générale, ces récifs s’étagent du Carixien inférieur au NE, au
ganisés en 3 types de faciès différents à caractère séquen-
Domérien moyen dans le SW du plateau de Guigou. Le pla-
tiel répétitif :
teau du Guigou représentait ainsi au Lias un panneau peu
profond, paléogéographiquement bien individualisé entre - Calcaires à gros lamellibranches et à foraminifères, de
deux accidents SSW-NNE, l’accident nord moyen-atlasique texture mudstone à wackestone, en bancs épais à base
(ANMA) à l’est et l’accident du Tizi n’Trettène (ATT) à ravinante ;
l’ouest. Le panneau ou « Bloc du Guigou » se situait dans la - Calcaires à foraminifères et algues, avec de rares frag-
zone de transition entre la partie surélevée et stable du ments bioclastiques de macrofaune (biomicrosparites à
Moyen Atlas tabulaire au NW et le sillon moyen-atlasique texture wackestone à packestone) ;
au SE (fig. 3.18). La migration et le diachronisme des - Calcaires à "bird eyes" et "keystone vugs", en barres à li-
constructions récifales témoignent d’une certaine subsi- tages obliques ; ils forment le terme ultime des sé-
dence du bloc en direction du SW (El Arabi et al., 1986). quences élémentaires régressives.

FIG. 3.18 : Interprétation en blocs basculés du cadre tectonique de la sédimentation du Lias moyen du Moyen Atlas (d’après El Arabi et al., 1987).
FIG. 3.18 : Interpretation of the tectonic framework of the Middle Liassic sedimentation in the Middle Atlas in an exensional, tilted block setting (from El Arabi et al., 1987).
62 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

montrent des touffes de polypiers. Des discontinuités mi-


neures, matérialisées par des surfaces bioturbées, séparent
les barres bioclastiques et oolithiques. Une discontinuité
majeure soulignée par une surface ferrugineuse à bois flot-
tés marque le sommet de ce membre.
Calcaires à silex (Formation Maftah 2). Au voisinage de
l’arrêt J3-9B, les silicifications apparaissent puis se dé-
veloppent tantôt dans des calcaires bioclastique et ooli-
thiques à bryozoaires et polypiers tantôt dans des calcaires
argileux fins. Les récoltes de quelques Tropidoceras du
Carixien moyen à la base, de Becheiceras gallicum SPATH
et Fuciniceras aff. bastianii FUCINI du Carixien supérieur
(zone à Davoei) au sein de la série datent cette dernière du
Carixien moyen et supérieur. Sur le plateau du Guigou,
certains niveaux de calcaires à silex passent latéralement à
des complexes récifaux.
Calcaires lités à ammonites (Formation Maftah 3). Les si-
licifications se font de plus en plus rares et s’intercalent
préférentiellement dans les interbancs de calcaires lités.
Les bancs carbonatés d’épaisseur décimétrique alternent
régulièrement avec des interlits marneux. Les faciès cal-
caires sont limités à des micrites. Cette série marno-cal-
caire a livré sur le plateau du Guigou des ammonites du
Domérien inférieur et du Domérien moyen.
J3-10 : L’accident du Tizi n’Trettène (ATT) et son
rôle paléogéographique
GPS : 33°28’27”N ; 005°01’04”W ; alt. 1880 m
L’arrêt correspond à une coupe (fig 3.20) qui s’étale entre
2,5 km et 3,5 km au NW de l’arrêt J3-9A, dans la zone du
col (Tizi) où la route S309 recoupe l’ATT. Cet accident
correspond à une zone de failles subparallèles, verticales
ou inverses, affectant les terrains du Lias inférieur et
moyen (cf angle NE de la carte Azrou 1/50 000).
FIG. 3.19 : Les séries du Lias moyen de part et d’autre de l’Accident du Tizi n’ Tret-
tène (d’après El Arabi, 2001). 1 : « Dolomies inférieures d’Ifrane » ; 2 : calcaire ; La première faille (F1) recoupée par la route se situe en
3 : calcaire graveleux ; 4 : calcaire oolitique ; 5 : calcaire à silex ; 6 : dolomie à
silex ; 7 : « Dolomies supérieures d’Ifrane » ; 8 : calcaire marneux ; 9 : stylolithes ; haut du col, à la limite entre le plateau dénudé et la forêt,
10 : stratifications obliques ; 11 : granoclassement ; 12 : bird eyes ; 13 : oncholites ; ce qui correspond au contact entre, au SE, des calcaires
14 : foraminifères benthiques ; 15 : échinides ; 16 : bryozoaires ; 17 : lamelli-
branches ; 18 : gastéropodes ; 19 : ammonites ; 20 : algues vertes ; 21 : crinoïdes ; lités fossilifères du Domérien inférieur et au NW, des do-
22 polypiers isolés ; 23 : édifices récifaux. lomies massives, non stratifiées du Lias inférieur. Le pen-
FIG 3.19 : Comparison of the Middle Liassic series on both sides of the Tizi n’Tret- dage des calcaires lités passe sur le trajet de 200m de 40°
tene fault (after El Arabi, 2001).
NW à 80° NW, puis se renverse au contact de la faille. Un
Par l’association de foraminifères composée de : Haurania plan de faille vertical (direction N40°), dégagé juste au sud
sp., Haurania deserta (HENSON), Haurania amiji (HEN- de la route, montre plusieurs générations de tectoglyphes
SON), Mayncina termieri (HOTTINGER), Everticyclamina sp. et notamment une striation subhorizontale. Au-delà vers le
nov., Pseudopfenderina butterlini (BRUN), Cayeuxia sp, la sud part une piste d’environ 600 m en direction d’une gra-
base de la coupe de Taylillout est attribuée au Carixien in- vière. Celle-ci est installée dans les dolomies très fractu-
férieur (biozone C1 de Septfontaine, 1984). rées du Lias inférieur, qui chevauchent (F’, fig 3.20B) par
Calcaires oolithiques (~ 15 m) (sommet de la Formation l’intermédiaire de quelques mètres d’argilites rouges tria-
Maftah 1). Les bancs sont plus massifs, formés d'une suc- siques les calcaires domériens.
cession de barres oolithiques et bioclastiques (oosparites / De retour sur la route on franchit le col situé dans les do-
grainstones) à stratifications obliques. Certains niveaux lomies du Lias inférieur et en abordant la descente on pé-
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 63

FIG. 3.20 : Coupe schématique de la zone de l’accident du Tizi n’ Trettène. A : Structures observables dans le talus de la route S 309 ; B : Coupe 600 m au sud de la route.
FIG. 3.20 : Schematic cross-section of the Tizi n’ Trettène Fault Zone.- A : Observations along the road S 309. - B : Additional observations 600 m south of the road.

nètre, au-delà d’une faille (F2) peu visible, dans un com- L’ATT paraît au total avoir joué en décrochement sénestre
partiment de Lias inférieur (Carixien) comprenant un en- à structure en fleur positive pendant la compression ter-
semble de dolomies massives intercalées de quelques tiaire. Son rôle synsédimentaire se déduit des variations
alternances marno-dolomitiques ou de bancs calcaires à d'épaisseur et de faciès du Lias moyen observées entre les
pendage vers le NW. deux compartiments qu’il sépare (fig. 3.19). Ainsi les fa-
Dans la partie inférieure de la descente apparaît entre deux ciès marins francs à ammonites du Carixien et du Domé-
failles subverticales (F3, direction N60° et F4, direction rien du Plateau du Guigou sont remplacés par des faciès
avoisinant N40°), une bande monoclinale constituée de peu profonds dits "Dolomies supérieures d'Ifrane" dans le
bancs de calcaires lités (Domérien inférieur) à fort pen- synclinal d'Ifrane-Tidrine.
dage NW, qui se verticalisent et même se renversent loca- Au total, les variations latérales du Lias moyen suggèrent
lement. En bas de pente, au-delà de l’épingle de la route une structuration précoce du Moyen Atlas en trois do-
affleure un nouvel ensemble de dolomies massives à faible maines paléogéographiques, avec du NE au SW (fig.
pendage vers le SSW. Quelques intercalations de calcaires 3.21) :
à foraminifères (notamment des orbitopselles) ont permis - Un domaine de sillon à séries marno-calcaires (forma-
de rapporter au Lias moyen cet ensemble faiblement dé- tions de Tamakant) riches en ammonites à l’emplace-
formé qui se raccorde au Plateau d’Ifrane. ment de l’actuel Moyen Atlas plissé ;

FIG. 3.21 : Tableau synthétique des unités lithos-


tratigraphiques du Lias moyen, d’après El Arabi et
al. (2004), modifié. I : dolomies ; 2 : calcaires orga-
nogènes ; 3 : calcaires oolithiques ; 4 : calcaires bio-
construits ; 5 : alternances marno-calcaires ; 6 :
mégabrèches collapsées ; 7 : calcaires à silex ; 8 : la-
mellibranches ; 10 : coraux ; 11 : algues vertes ; 12 :
ammonites ; 13 foraminifères benthiques ; La Lavi-
nianum, Al algovianum ; Em Emmaticeras.
FIG. 3.21 : Correlation diagram of the Middle Liassic
formations in the Middle Atlas (El Arabi et al., 2004,
modified). I : dolomites ; 2 : organic limestones ; 3 :
oolitic limestones ; 4 : biolithic limestones ; 5 : Marl-
limestone alternations ; 6 : collapse megabreccia ; 7 :
cherty limestones ; 8 : lamellibranchs ; 10 : corals ; 11
: green algae ; 12 : ammonites ; 13 benthic
foraminifèra ; La Lavinianum ; A. algovianum ; Em
Emmaticeras.
64 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

- Un domaine de plate-forme carbonatée à séries calcaires J4 : Azrou-Midelt (280 km)


comportant parfois des intumescences récifales, au NE Itinéraire et thèmes (fig 4.1) : Les panneaux occidentaux
du Moyen Atlas tabulaire (cf. Plateau du Guigou) ; du Moyen Atlas au Jurassique et leur basculement vers
- Un domaine à forte instabilité tectonique dont les séries l’Atlantique. Le bassin toarcien-aalénien du SW du Moyen
montrent des dépôts chaotiques et des phénomènes de Atlas. Fonctionnement polyphasé du rifting triasico-lia-
resédimentations au SW du Moyen Atlas, à l’emplace- sique à travers l’étude de deux bassins diachroniques : le
ment du Bassin de Selloum qui fera l’objet de l’arrêt 1 bassin triasique de Kerrouchène et le bassin infraliasique
de la journée J4. de Tizi-n-Ghachou.
Route : Au delà de la zone faillée de l’ATT, s’étend un do- Route and themes (fig. 4.1) : The Middle Atlas western
maine essentiellement dolomitique, subtabulaire et dé- blocks during the Jurassic, and their tilting toward the At-
nudé, le Plateau d’Ifrane. On continue la route en direction lantic Ocean. Toarcian-Aalenian basin of southwest Middle
d’Ifrane (10 km) en traversant des paysages karstiques mo- Atlas. Polyphase Triassic-Liassic rifting illustrated by two
delés dans les calcaires dolomitiques et dolomies du Lias diachronic basins, namely the Triassic Kerrouchene Basin
inférieur et moyen. and the Lower Liassic Tizi n’Ghachou Basin.
Dans la station climatique d’Ifrane (alt. 1650 m), prendre la Route : Quitter Azrou par la route N8 en direction de Khe-
N8 vers le SW, en direction d’Azrou (17 km). On demeure nifra. Après 12 km vers le SW, quitter la N8 et prendre au SE
sur le Plateau d’Ifrane, sur lequel se détache vers le sud vers Aïn Leuh (S 303). Traverser la localité, qui est située au
l’édifice volcanique d’El Kouddiat (cf arrêt J6-7). Dans la pied du causse liasique, vers 1400 m d’altitude. La route re-
descente sur Azrou, on recoupe les basaltes triasiques, les monte sur le causse d’Aïn Leuh, prolongement SW de celui
argilites rouges inférieures et enfin le substratum paléo- d’Ifrane. Arrivée en haut (alt. 1650 m), quitter la route S 303
zoïque de la Meseta centrale sur lequel est installée la ville. (qui continue vers le SSW) pour bifurquer à gauche (vers le
Azrou ("rocher" en tamazight) doit son nom à la colline ro- SE) sur la petite route 3390 jusqu’à recouper le synclinal
cheuse de Dévonien carbonaté qui en marque l’entrée. d'Iguer Awragh-Afennourir, d’axe SW-NE. Dans le détail,

FIG. 4.1 : Itinéraire Azrou-Midelt (J4) reporté sur la carte géologique du Maroc au millionième. Légende : Annexe 1 en fin de volume.
FIG. 4.1 : Day J4 route and stops plotted on the Geological map of Morocco, scale 1/1 000 000 (1985). Legend : Appendix 1.
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 65

celui-ci comporte deux parties décalées par un décroche- Unité 1, argilites rouges (~15 m), fréquemment masquées
ment sénestre subméridien, la faille de Mermel (fig. 4.2A). par des dépôts superficiels ;
Arrêt J4-1 : Toarcien-Aalénien du synclinal Unité 2, subdivisée en deux sous-ensembles (2a) Barre jau-
d’Afennourir ; «Couches du Selloum » nâtre (~15 m), première corniche carbonatée à crinoïdes, la-
GPS : 33°14’63”N ; 005°17’24”W mellibranches, brachiopodes et ammonites. Elle est
A environ 5 km du carrefour avec la route S303, après la sor- composée d'une alternance de bancs calcaires ondulés et de
tie de la cédraie, stopper au début d'une piste vers le NE. lits marneux. Le lit marneux médian (2 m) forme un niveau
L’objectif est d’examiner une coupe dans les couches toarço- repère riche en ammonites Collina gemma. La base de la
aaléniennes, dites « Couches du Selloum ». La coupe est ac- barre est datée du Toarcien moyen, zone à Gradata, avec une
cessible par la piste, 1 km au NE de l’arrêt voiture (GPS : 33 surface de condensation à Collina gemma BONARELLI. Le
14 84 N ; 005 17 25 W). Comprises entre les carbonates sommet de la barre est recouvert par des marnes dont la base
pliensbachiens (Carixien-Domérien) et les marno-calcaires à Protogrammoceras aff. falaciosum (BAYLE) (zone à Bo-
à Zoophycos (Couches d’Iwansitn, Benshili, 1989) du Bajo- narellii) date du Toarcien supérieur. (2b) Marnes et barre
cien inférieur, les "Couches du Selloum" comportent plu- blanchâtre de la 2ème corniche (~22 m), série stratocrois-
sieurs unités lithostratigraphiques superposées (fig. 4.3). sante de marnes et de calcaires. Les marnes de 15 m d'épais-

FIG. 4.2 : Les synclinaux du Moyen Atlas au sud d’Aïn Leuh. - A : Carte schématique (image satellitaire Google earth) montrant le synclinal toarcien-
aalénien d’Iguer Awragh-Afennourir recoupé par la faille de Mermel (F.M.).- B : Coupe dans le synclinal d’Iguer Awragh.- Tn : Lias moyen ; A à F :
Différents ensembles lithologiques différenciés dans le Toarcien (A-D) et l’Aalénien (E-F) ; Iw : Bajocien inférieur (d’après El Hammichi et al., 2002).
FIG. 4.2 : The Iguer Awragh-Afennourir syncline, south of Ain Leuh.- A : Schematic map (Google earth image) showing the Toarcian-Aalenian
syncline crosscut by the Mermel sinistral strike-slip fault.- B : Transverse cross-section of the Iguer Awragh syncline. Tn : Middle Liasics ; A-
F : Lithostratigraphic succession of the Toarcian (A-D) and Aalenian (E-F) ; Iw : Lower Bajocian (from El Hammichi et al., 2002).
66 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

Praeschuleridae sp., Kinkelinella gr. Sermoisensis (Apos-


tolescu), gramanella sp., Kinglerella sp. (dét. Andreu). Les
ammonites dont Cypholioceras bifidatum (BUCKMAN),
Leioceras sp. indét. Cypholioceras opaliniforme BUCK-
MAN, Cypholioceras lineatum BUCKMAN, Cypholioceras
sp. et Leioceras cf. opalinum, récoltées à différents ni-
veaux, dateraient l’Aalénien inférieur (zone à Opalinum).
VIII- Le bassin toarço-aalénien du Selloum,
basculé vers l’Atlantique
Dans le Moyen Atlas tabulaire méridional, les affleure-
ments du Toarcien et de l'Aalénien sont représentés d’une
part sur la bordure du synclinal de Bekrit-Timahdite et
d’autre part sur celui d'Iguer Awragh-Afennourir. Nette-
ment distincts des dépôts du sillon moyen-atlasique, défi-
nis dans les secteurs septentrionaux (coupe de Ribat
Al-Khayr), les faciès de "calcaires roux gréseux" (calca-
rénites plutôt que grès) qu’on trouve ici ont été mention-
nés par Termier (1936) sous l'appellation de "Couches du
Selloum". Cette terminologie a été reprise par Colo (1961)
qui considérait ces dépôts comme un faciès de la bordure
SW du sillon moyen-atlasique. Les études récentes (El
Arabi, 2001 ; El Arabi et al., 2001 ; El Hammichi, 2002 ;
El Hammichi et al., 2002) ont conduit à des interpréta-
tions en partie différentes de celles des auteurs antérieurs.
Les variations latérales de faciès et d’épaisseur sont très
importantes. Dans une coupe du synclinal d’Iguer Awragh
relevée à l’ouest de l’accident de Mermel, 3 km au SW du
site précédent, El Hammichi et al. (2002) mettent en évi-
dence une dissymétrie E-W remarquable (fig. 4.2B) à l’in-
térieur de ces couches, définies ici comme "Formation
d’Al Yabès". La dissymétrie de cette coupe illustre la mo-
bilité de la zone du Tizi n’Trettène (qui borde le synclinal
du côté NW) pendant le Lias supérieur-Aalénien. Les iso-
paques du Toarcien inférieur et moyen traduisent par ail-
leurs un découpage longitudinal intense en blocs basculés
(fig. 4.4) avec augmentation de l’épaisseur des dépôts du
FIG. 4.3 : Succession stratigraphique des Couches du Selloum dans le flanc sud du syncli-
nal d’Afennourir (d’après El Arabi, 2001).
NE au SW, où se rencontrent les faciès marins les plus ou-
FIG. 4.3 : Lithostratigraphic column of the Afennourir syncline (from El Arabi et al., 2001). verts (marnes à ammonites). Dans le synclinal de Bekrit-
Timahdite, situé plus au sud (fig. 4.1), des coupes sériées
seur sont riches en foraminifères et pauvres en ammonites. (El Arabi, 2001 ; El Arabi et al., 2001) montrent une évolu-
La barre carbonatée sus-jacente, de couleur grise, est riche tion analogue avec, au NE, des dépôts carbonatés conden-
en brachiopodes et fragments d’ammonites. Les brachio- sés typiques d’un haut-fond faiblement subsident, et au SW,
podes (récoltés au sommet) dont : Stroudithyris infraooli- des dépôts marins marneux dilatés. Cette organisation pa-
thica DESLONCHAMPS et Stroudithyris stephanoides léogéographique était déjà individualisée durant le Lias
ALMERAS-MOULAN correspondent aux zones à Speciosum moyen avec des dépôts de plate-forme stable au NE, et un
et à Aalensis, du Toarcien supérieur. bassin marin profond au SW, siège d’une importante sédi-
Unité 3, série à stratification diffuse (~50 m). Elle est for- mentation gravitaire (El Arabi et al., 2004).
mée d'une alternance de marnes et de calcaires fins auxquels On retiendra que les faciès dits Couches du Selloum, repré-
s’associent quelques silex, et a livré des fragments d'ammo- sentés dans les secteurs occidentaux du Moyen Atlas, ne re-
nites et de brachiopodes ; certains niveaux marneux sont présentent pas des faciès de bordure du sillon
riches en foraminifères et ostracodes de milieu profond : Cy- moyen-atlasique, mais révèlent l’existence au Lias et au début
therella sp., Paracypris sp., nombreux Pontocyprella sp., du Dogger d’une entité paléogéographique distincte, appelée
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 67

FIG. 4.4 : Reconstitutions palinspatiques des dépocentres et zones sur-


élevées au Toarcien-Aalénien selon l’axe du synclinal d’Iguer Awragh-
Afennourir (d’après El Hammichi et al., 2002). 1 : argiles rouges ; 2 :
calcaires oolitiques ; 3 : altenances marnes-calcaires ; 4 : calcaires jaunes
bioclastiques ; 5 : coraux ; 6 : calcaires marneux et marnes ; 7 : niveau
condensé.
FIG. 4.4 : Palinspatic reconstitutions showing the depocentres and up-
flited areas during the Toarcian and the Aalenian along the axis of the
Iguer Awragh-Afennourir syncline (from El Hammichi et al., 2002).

FIG. 4.5 : Blocs diagrammes schématiques illustrant l’évolution géody-


namique de la bordure occidentale du Moyen Atlas au Toarcien-Aalénien,
(d’après El Arabi et al., 2001). 1 et 2 : substratum Lias inférieur et moyen ;
3 : marnes ; 4 : argiles rouges ; 5 : calcaires mamelonnés ; 6 : calcaires cri-
noïdiques ; 7 : dépôts turbiditiques ; 8 : calcaires à silex ; 9 : calcaires mar-
neux à Zoophycos ; 10 : « hard ground »
FIG. 4.5 : Schematic diagrams showing the Toarcian and Aalenian geo-
dynamical evolution of the western border of the Middle Atlas (from El
Arabi et al., 2001).

"Bassin du Selloum". Une reconstitu-


tion de l’organisation toarço-aalé-
nienne (fig. 4.5) montre ce bassin,
séparé du sillon moyen-atlasique par
le "Haut-fond de Boulemane". Il faut
souligner l’originalité du "Bloc du
Selloum" (bloc composite, en fait), qui
présente un basculement vers le SW,
dans une direction "atlantique" oppo-
sée à celle du sillon téthysien.
Route : Revenir au carrefour avec la
S303 et reprendre cette dernière vers
le sud. A environ 5 km du carrefour,
on peut admirer au bord de la route
(GPS : 33 14 52 N ; 005 21 03) des
formes karstiques en champignons
dans les séries calcaro-dolomitiques
du Lias moyen. Le trajet se poursuit
à travers la superbe cédraie dite
"Kissaria", passant par le lac
Ouiouane au voisinage duquel on
peut voir des dépressions en enton-
noir, certaines inondées. Ces formes
karstiques au sens large sont dues à
la dissolution du sel gemme contenu
dans les argilites rouges du Trias sa-
lifère sous-jacent.
On continue vers le SSW dans la val-
lée de l’oued Ouiouane qui va re-
joindre la vallée de l’Oum Rbi’a
(Oum er-Rbia) juste à l’aval des
sources de ce fleuve. Les formations
triasiques affleurent le long de la val-
lée de l’oued Ouiouane ; celle-ci est
délimitée par un réseau de failles
SSW-NNE, prolongement sud de la
faille de Mermel (fig. 4.6A).
68 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 4.6 : Carte géologique et stratigraphie des affleurements triasiques au voisinage des cascades de l’Oum Rbi’a, (d’après Ouarhache, 2002).
FIG. 4.6 : Geological framework of the Triassic outcrops near the Oum Rbia falls (after Ouarhache, 2002).

Arrêt J4-2 : Décrochement N-S et complexe triasique En contrebas des falaises liasiques, les affleurements tria-
des cascades de l’Oum Rbi’a siques sont représentés essentiellement par des basaltes re-
dressés à la verticale au contact des failles. Au niveau du
GPS : 33°07’01”N ; 05°22’09”W
pont sur l’Oum Rbi’a (GPS : 33 03 13 N ; 05 24 56 W) ces
Un premier arrêt (J4-2A) est situé quelques kilomètres basaltes présentent une intercalation lenticulaire de sédi-
avant les sources de l’Oum Rbi’a. Un plan de décroche- ments continentaux (fig.4.6.B), datée du passage Carnien-
ment sénestre est visible au bord de la route. Depuis l'ar- Norien (Lachkar et al., 2000).
rêt, on voit affleurer les basaltes altérés et les argiles rouges Route : Poursuivre vers le sud par la route 3211 (fig. 4.7).
du complexe triasique. Des galeries d’exploitation artisa- La route suit un trajet plus ou moins sinueux dans le Lias,
nale du sel gemme sont visibles dans les argilites rouges puis dans le Trias, avant d’atteindre un carrefour où on bi-
supra-basaltiques. L’empilement de plusieurs coulées de furquera vers l’ouest, en direction de Khenifra. En arrivant
lave donne au complexe basaltique "CAMP" (cf. vol. 1) dans cette ville, on quitte la couverture mésozoïque de
un aspect stratifié, qui montre ici un léger pendage SE. l’Atlas pour entrer dans son socle primaire, représenté ici
L’activité magmatique s’est déroulée en plusieurs épi- par des couches continentales d’âge permien discordantes
sodes, séparés par des périodes d’accalmie au cours des- sur le Paléozoïque plissé. Le bassin permien de Khénifra
quelles reprenait la sédimentation (fig. 4.6B). est un exemple classique de petit bassin détritique intra-
Les sources d’Oum Rbi’a font l’objet d’un deuxième arrêt continental sur décrochements associé à des mouvements
(J4-2B). Elles constituent un site écotouristique intéres- tardi-hercyniens cassants (Cailleux et al., 1983 ; El Wartiti,
sant, qui mérite d’être aménagé et développé davantage. Il 1990 et 1996 ; Youbi et al., 1995).
s’agit d’une quarantaine de sources jaillissant à la base des En quittant Khenifra vers le sud par la N8 (en direction de
assises carbonatées liasiques, avec un débit considérable, Marrakech), on quitte aussi le Permien et on traverse
de l’ordre de 10m3/s. Ce site se caractérise par une "curio- d’abord des schistes et quartzites paléozoïques de la bordure
sité hydrogéologique" du fait que les sources de la rive orientale du Massif hercynien central. La route décrit une
droite sont douces et ont un fort débit, alors que celles de large courbe vers l’est pour contourner le massif du Bou
la rive gauche ont un débit faible, avec des eaux salées en Guergour, massif peu élevé (culminant à 1100 m) constitué
raison de leur contamination par le sel contenu dans les ar- de quartzites ordoviciens en fenêtre sous les nappes hercy-
gilites rouges du Trias. niennes orientales. Au bout d’une quinzaine de kilomètres,
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 69

FIG. 4.7 : Carte géologique simplifiée et localisation des arrêts dans le bassin triasique de Kerrouchen (arrêts 3 à 6) et le bassin liasique de
Tizi-n’Ghachou (arrêts 6 et 7).
FIG. 4.7 : Schematic structural map and location of stops in the Kerrouchen basin (stops 3 to 6) and the Tizi-n’Ghachou basin (stops 6 and 7).

on atteint la vallée de l’oued Srou (Serrou), affluent de rive Bassin de Kerrouchen), séparés par des zones de seuils à
gauche de l’Oum Rbi’a, où l’on retrouve les formations tria- sédimentation réduite (~ 10 à 15 m dans certains secteurs
siques. Elles appartiennent au grand bassin triasique de Ker- du Moyen Atlas tabulaire).
rouchen que l’on va étudier en remontant la vallée du Srou. Il est généralement admis que cette série a enregistré le
IX- Le Trias-Infralias du Moyen Atlas méridional : fonctionnement d’un rift atlasique avec deux phases (Beau-
deux bassins diachrones champ, 1988 ; Laville et al., 1995 ; Charroud et al., 1996 ;
E. H. El Arabi, 2007), i) une phase syn-rift, représentée par
La série triasique typique du Moyen Atlas méridional dé- les dépôts continentaux de remplissage de bassins ; ii) une
bute par une formation détritique et argilo-évaporitique phase post-rift, représentée par les argilites évaporitiques,
rouge, surmontée par le complexe basaltique, lui-même les trapps basaltiques et les dépôts carbonatés du Lias, qui
recouvert par des argilites évaporitiques de la formation fossilisent les bassins et les seuils. Les nouveaux travaux
rouge supérieure, mais parfois directement par les cal- dans le Trias-Infralias du Moyen Atlas méridional et de la
caires et les dolomies du Lias. Alors que l’épaisseur des Haute Moulouya (Ouarhache et al., 2000 ; Ouarhache,
basaltes est relativement constante, avoisinant 100 à 120 2002) ont mis en évidence qu’une deuxième génération de
m, celle des dépôts sédimentaires est extrêmement varia- bassins intracontinentaux s’étaient individualisés au niveau
ble, ce qui permet de distinguer certains bassins étroits et des linéaments majeurs. Ces bassins, créés après les épan-
allongés SW-NE, à sédimentation épaisse (~ 400 m dans le chements basaltiques et avant les dépôts marins carbona-
70 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

tés du Lias, ont été le siège d’une sédimentation fluvio-la- Srou au lieu dit Albkhile.
custre associée à des projections volcaniques.
Sur le substratum paléozoïque, la sédimentation débute par
Dans cette partie d’excursion, nous allons étudier deux des conglomérats, suivis d'un niveau lenticulaire de cal-
bassins, un bassin triasique de première génération (Bas- caire lacustre micritique à grains de quartz (fig. 4.11A et
sin de Kerrouchen : T1) situé dans le Moyen-Atlas méri- B). Un conglomérat remaniant des éléments de schistes et
dional, et un bassin infraliasique de deuxième génération de quartz filonien, dont la taille moyenne est de l’ordre de
(Bassin de Tizi-n-Ghachou : T2) situé dans la zone de pas- 5 cm, vient perturber cette sédimentation calme. L’ensem-
sage de l’Accident sud moyen-atlasique (fig. 4.7). ble calcaire-conglomérat a une épaisseur de 4 à 5 m.
Arrêt J4-3 : Pont de l’Oued Srou ; les couches de base Au-dessus, des grès massifs à ciment carbonaté présentent
du bassin de Kerrouchen d’abord un faciès grossier ; puis la granulométrie diminue
GPS : 32 49 38 N ; 005 36 55 W pour donner des grès moyens à fins. Ces grès sont chena-
lisés et montrent de nombreuses structures sédimentaires :
Cet arrêt, une centaine de mètres avant le pont de la N8 sur
lamines horizontales, stratifications obliques arquées, sur-
l’oued Srou, permet de voir les premiers dépôts triasiques
faces de ravinement, rides de courant et rides en auge (fig.
discordants sur le socle paléozoïque, à la bordure occiden-
4.11C). Dans les grès grossiers, on note une dominance
tale du bassin de Kerrouchen. Les talus de la route mon-
des grains de quartz et de schistes avec peu de matrice ar-
trent des grès fins à moyens présentant des structures en
gileuse ou carbonatée, ce qui reflète un paléoenvironne-
auge de grande taille qui indiquent un paléocourant d’ouest
ment fluviatile. Les chenaux sont bien développés dans
en est (fig. 4.8A). Ces grès affleurent sur 300 à 400 m le
cette localité (fig. 4.8B). La sédimentation gréseuse est
long de la N8 de part et d’autre du pont. Le socle paléo-
perturbée par l’arrivée de décharges conglomératiques de
zoïque affleure quelques dizaines de mètres plus à l’ouest.
0,5 à 2 m d’épaisseur. Il s’agit de brèches intraformation-
Route : Peu à l’aval du pont, quitter la N8 et bifurquer vers nelles dont les éléments de 10 à 20 cm sont anguleux et
le SSE en direction d’Al Qbab (El Kebab). La direction aplatis, ou de poudingues dont les éléments sont consti-
suivie devient ESE peu avant l’arrêt J4-4. tués presque exclusivement de grès et calcaires en prove-
nance des niveaux sous-jacents avec quelques rares
Arrêt J4-4 : Boutonnière de Lenda dans la partie
éléments de schistes paléozoïques (fig. 4.11D).
occidentale du bassin
GPS : 32 45 46 N ; 005 34 40 W Des siltites argileuses peu consolidées présentent des in-
tercalations de bancs de grès fins et localement de calcaires
Stopper environ 600 m avant le carrefour de Lenda, dans
micritiques et de marnes grises fossilifères. Ces dépôts fins
l’entaille d’un oued N-S (Assif n’Douna) que recoupe la
sont parfois entrecoupés par des chenaux congloméra-
route. Les formations triasiques dessinent une structure an-
tiques à stratifications obliques, de 2 à 3 m de large et 0,5m
ticlinale faillée d’axe NE dont le cœur est occupé par des
de profondeur, correspondant à des dépôts de crue.
schistes paléozoïques (fig. 4.9, coupe D). La formation de
base de la série (Fm de Kerrouchen, fig. 4.8B) est plus dé- Les paléocourants et l’orientation des chenaux indiquent
veloppée ici qu’à l’arrêt précédent. La colonne lithostrati- que le matériel détritique provenait de l’ouest, comme au
graphique locale (fig. 4.10) a été levée le long de oued pont de la N8 (fig. 4.7). Généralement, les dépôts de la Fm

FIG. 4.8 : Les dépôts détritiques de base de la série triasique à la bordure occidentale du bassin de Kerrouchen.- A : Structures en auges au ni-
veau du pont de l’oued Srou (arrêt 3) ; B : barres de grès chenalisés dans la partie basale de la série triasique au niveau de Lenda (arrêt 4).
FIG. 4.8 : Earliest detrital deposits of the Triassic sequence at the western border of the Kerrouchen basin.- A : Trough structures at wadi
Srou bridge (stop J4-3).- B : Channelized sandstone bar at the bottom of the Lenda Triassic series (stop J4-4).
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 71

FIG. 4.9 : Coupes structurales à travers le bassin de Kerrouchen (d’après Scheele, 1994, modifié in Ouarhache, 2002).
FIG. 4.9 : Structural cross-sections of the Kerrouchen basin (after Scheele, 1994, modifié in Ouarhache, 2002).

de Kerrouchen dans la partie occidentale du bassin sont grossiers du membre (a) (fig. 4.13) qui renferment des élé-
relativement fins, ce qui suggère une zone nourricière éloi- ments de schistes, quartzites, granite rose et quartz filo-
gnée et/ou à relief modéré (Meseta centrale ou Bloc an- nien (fig. 4.14B).
cien de l’Atlas de Marrakech ?).
La série sédimentaire s’organise en une séquence positive,
Route : Le trajet sinueux se poursuit vers l’ESE jusqu’au débutant par des dépôts grossiers et se terminant par des ar-
village d’Al Qbab accroché à la montagne, avant de longer
gilites évaporitiques. Le membre (a) renferme de nom-
la vallée de Oued Srou d’ouest en est.
breux indices d’émersion tels que des traces de racines
Arrêt J4-5 : Partie centrale du bassin de Kerrouchen (fig. 4.14C), des encroûtements calcaires d’origine pédo-
(coupe de Tisfoula) logique (fig. 4.14D), des fentes de dessiccation, etc. La sé-
GPS : 32°46’40”N ; 005°21’59”W dimentation grèso-conglomératique s’organise en
Dans cette partie centrale du bassin de Kerrouchen, la base séquences élémentaires positives de type fluviatile (fig.
de la série triasique n’est pas visible. La coupe de Tisfoula, 4.14A). Ces séquences débutent par des conglomérats de
à ~14 km à l’est d’Al Qbab, débute par des dépôts gros- fond de chenaux, et se terminent par des dépôts fins de
siers (fig. 4.12), dominés par des conglomérats et des grès plaines d’inondation. Les chenaux et les structures sédi-
72 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 4.10 : A : Colonne lithostratigraphique de la série triasique de Lenda.- B : localisation des


niveaux à Ostracodes (Lda) (d’après Ouarhache, 2002).
FIG. 4.10 : A : Stratigraphic column of the Triassic series at Lenda.- B : Location of the ostra-
cod-bearing samples (Lda) (after Ouarhache, 2002).

FIG. 4.11 : La base de la Formation de Kerrouchen


à Lenda.- A : vue d’ensemble. - B : détail du niveau
calcaire lacustre.- C : chenaux emboités de grès
grossiers à moyens surmontant le niveau calcaire.-
D : niveau conglomératique à éléments de schistes
paléozoïques, grès rouges et calcaire lacustre.
FIG. 4.11 : The bottom layers of the Kerrouchen
Fm at Lenda.- A : Overview.- B : Detail of the la-
custrine limestone.- C : Superimposed sandstone
channels above the calcareous level.- D : con-
glomerates with pebbles of Palaeozoic schists,
red sandstone and lacustrine limestone.
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 73

FIG. 4.12 : Partie basale de la série triasique dans la partie centrale du bassin de Kerrouchen (secteur de Tisfoula).
FIG. 4.12 : Base of the Triassic series from the axis of the Kerrouchen Basin (Tisfoula section).

FIG. 4.13 : Colonne lithostratigraphique de la série triasique dans la partie centrale du Bassin de Kerrouchen (coupe de Tisfoula) (d’après Ouarhache, 2002).
FIG. 4.13 : Stratigraphic column of the Triassic series of the axis of the Kerrouchen Basin (Tisfoula section) (after Ouarhache, 2002).
74 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 4.14 : Structures sédimentaires et pédogénétiques dans les termes grossiers de base (membre a) de la série triasique de Tisfoula.- A :
séquences fluviatiles grèso-conglomératiques.- B : détail d’un conglomérat de fond de chenal.- C : traces de racines (taches décolorées).-
D : croûte calcaire dont les éléments sont remaniés dans les dépôts sus-jacents (au niveau du marteau).
FIG. 4.14 : Sedimentary and pedogenetic structures in the basal massive conglomerates (Membre a) of the Tisfoula Triassic series.- A : sandy-
conglomeratic fluviatile sequences.- B : detail conglomerates from the channel base.- C : root marks (bleached red clays).- D : calcare-
ous crust whose fragments are resedimented within the younger layers (next to the hammer).

mentaires indiquent un paléocourant du SE vers le NW, discordant. Le socle est formé par des schistes métamor-
suggérant une origine à partir du massif granitique de Bou phiques et par un granite rose (fig. 4.15A) qui fait probable-
Mia en Haute Moulouya (fig. 4.7). Le caractère continen- ment partie de l’ensemble de massifs granitiques de la Haute
tal de cette formation est confirmé par la présence de frag- Moulouya. On pourra suivre la coupe en bord de route depuis
ments de tiges de végétaux, et surtout d’ostracodes de la discordance jusqu’au Lias du col de Tizi-n-Ghachou.
milieu lacustre ou marécageux oligohalin.
Sur cette bordure orientale du bassin de Kerrouchen, la
Après le dépôt des conglomérats et des arkoses, la sédi- série triasique débute avec un épais drapage d’arkoses im-
mentation devient sableuse dans le membre (b) (figs. 4.12 matures de couleur rose (fig. 4.15 A et B) fossilisant une
et 4.13). Avec l’amenuisement des reliefs, les systèmes flu- superbe faille hercynienne. Elles sont surmontées d’une
viatiles dégénèrent sous l’influence de l’avancée d’une série gréseuse, suivie d’argilites et de siltites rouges, ces
tranche d’eau peu profonde, lagunaire à marine, où se dé- dernières étant recouvertes par les basaltes altérés. Au-des-
posent des argilites rouges salifères. Les épanchements ba- sus de ceux-ci et dessous des calcaires liasiques, apparaît
saltiques recouvrent enfin ces dépôts argilo-évaporitiques. une nouvelle formation de couleur violacée, constituée de
Route : Une fois arrivé au pied de la localité de Kerrou- litharénites, de conglomérats à éléments basaltiques, de
chen (~13 km après Tisfoula, alt. 1300 m), continuer vers siltites tufacées, de tufs, de lapillis et de cendres. Il s’agit
l’est en direction de Boumia et Zeida par la route 3437. La des dépôts volcanoclastiques du bassin de Tizi-n-
route s’élève en nombreux virages vers le Tizi-n’Ghachou Ghachou qui fera l’objet de l’arrêt suivant.
(Tizi-n’Rechou) qui fait passer du versant atlantique (bas- X- Le bassin de Kerrouchen, résultat du
sin de l’Oum Rbi’a) au versant méditerranéen du Moyen rifting triasique
Atlas (bassin de la Moulouya). L’évolution du bassin de Kerrouchen (arrêts 3-6), relève ap-
paremment d’un seul cycle tectono-sédimentaire consécutif
Arrêt J4-6 : Boutonnière à l’est de Kerrouchen
au rifting triasique. Sa série sédimentaire constitue une mé-
GPS : 32°48’25”N ; 05°16’00”W
gaséquence positive, débutant par des dépôts grossiers
Arrivé vers 1800 m d’altitude, on atteint une petite bouton- continentaux et se terminant par des argilites évaporitiques.
nière anticlinale faillée de socle paléozoïque sous le Trias On note une importante dissymétrie du bassin, dans l’épais-
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 75

FIG. 4.15 : Boutonnière paléo-


zoïque et sa couverture triasique à
l’est de Kerrouchen.- A : granite
hercynien et couverture triasique
discordante ; B : arkoses imma-
tures de la base de la série tria-
sique.
FIG. 4.15 : Palaeozoic inlier and
Triassic cover east of Ker-
rouchen.- A : Hercynian granite
unconformably overlain by the
Triassic cover.- B : coarse
arkosic levels at the base of the
Triassic cover.

seur des dépôts, dans les directions


d’alimentation des séries de base
ainsi que dans la répartition des dé-
pôts d’halite, limitée au côté SE le
plus affaissé. Ces faits illustrent l’im-
portance du jeu normal de l’accident
sud moyen-atlasique (ASMA) sépa-
rant le môle surélevé de la Haute
Moulouya de la zone subsidente du
Moyen Atlas où s’est individualisé le
bassin de Kerrouchen.
Route : A partir de col du Tizi-n-
Ghachou, on pénètre dans une nou-
velle structure : le bassin de
Tizi-n-Ghachou, qu’on définira
après l’étude d’une coupe typique,
au pied du col.
Arrêt J4-7 : La formation
volcanoclastique du bassin de
Tizi-n’Ghachou
GPS : 32°46’30”N ; 005°13’13”W
La coupe-type de Bou Tkhoubay
est observable à 600 m au nord du
souk de Bou Tkhoubay, dans les af-
fleurements de l’oued du même
nom (accès par piste). Elle est loca-
lisée dans le compartiment méri-
dional du bassin de Tizi n’Ghachou
(fig. 4.16), à l’ouest d’une faille mi-
neure (faille de Bou Tkhoubay,
FBT) parallèle à l’accident sud
moyen-atlasique (ici nommé faille
des Aït Oufella, FAO). Cette coupe
permet d’illustrer la série de com-
blement du bassin avec trois en- FIG. 4.16A : Carte géologique du bassin de Tizi-n’Ghachou.- B : Coupe suivant la trace indiquée en rouge sur la carte
sembles lithologiques successifs (d’après Ouarhache et al., 2002).- 1 : granite hercynien ; 2 : schistes paléozoïques ; 3 arkoses, grès et argilites du Trias ;
4 : basaltes triasiques ; 5 : série volcano-sédimentaire de Tizi-n-Ghachou ; 6 : dolomies liasiques ; 7 : Crétacé.
(fig. 4.17) décrit ci-dessous (Oua- FIG. 4.16A : Geological map of the Tizi n’Ghachou Basin .- B : Cross-section along the red line shown on the map (after
rhache et al., 2000). Ouarhache et al., 2002).
76 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 4.17 : Colonne lithostratigraphique de la Fm de Tizi-n’Ghachou à Bou Tkhoubay (d’après Ouarhache et al., 2002).
FIG. 4.17 : Stratigraphic column of the Tizi-n-Ghachou Fm at Bou Tkhoubay (after Ouarhache et al., 2002).
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 77

Le membre (a) est un conglomérat grossier de 5 à 10 m


d’épaisseur (fig. 4.18A). Les éléments arrondis ou parfois
anguleux sont presque exclusivement basaltiques ;
quelques blocs anguleux proviennent du niveau silicifié
interstratifié dans les basaltes. Les éléments sont de taille
variable entre 4 cm et 80 cm. La matrice est microconglo-
mératique à litharénitique, composée d’éléments basal-
tiques mêlés à quelques rares grains de quartz émoussés.
Ces éléments sont liés par un ciment dolomitique, parfois
ferrugineux. Les structures sédimentaires sont rares et se
limitent à des stratifications obliques de grande taille et à
de rares imbrications de galets, surtout vers le sommet. Ces
caractères soulignent un faible transport et une sédimen-
tation proximale correspondant à la partie basale d’un cône
de piedmont. La mise en place d’un tel cône est liée à un
contraste géomorphologique entre une région au relief ac-
cidenté et une zone basse.
Le membre (b) s’organise en séquences élémentaires po-
sitives de 1 à 4 mètres d'épaisseur (fig. 4.18B). Les conglo-
mérats, à base ravinante, y sont moins grossiers et
contiennent des éléments mieux classés que ceux du mem-
bre a. Ils correspondent à un système de chenaux généra-
lement étroits (2 à 3m) et peu profonds (20 à 50 cm), mais
FIG. 4.18 : Aspects de la Fm Tizi-n’Ghachou à l’affleurement.- A : Conglomérats
grossiers à galets de basalte altéré (membre a).- B : Dépôts volcanoclastiques chenal-
pouvant localement atteindre plus de 10 m de large. Ces isés (membre b).
FIG. 4.18 : Outcrops of the Tizi-n’Ghachou Fm at Bou Tkhoubay.- A: Coarse con-
chenaux sont le plus souvent emboîtés et leurs litages glomerates with weathered basaltic pebbles (Member a).- B: Channel with volca-
obliques s’entrecroisent. Chaque séquence élémentaire noclastic infilling (Member b).

comprend de bas en haut : un conglomérat à galets basal- précédente, mais chaque séquence élémentaire se termine
tiques bien triés et une matrice litharénitique à éléments
par un terme carbonaté. Il s'agit principalement de dolo-
basaltiques relativement abondante ; des litharénites à la-
mies ou de calcaires oolithiques dolomitisés jaunâtres, par-
minations horizontales ou litages obliques, alternant avec
fois de calcaires microbréchiques à petits fragments
des tufs et tuffites de lapillis ; enfin des argilites et siltites
siliceux ou basaltiques. En lame mince, la boue carbona-
tufacées de couleur noire ou verte, à restes de végétaux,
correspondant à la décantation de boues basaltiques mê- tée apparaît parsemée de cristaux entiers ou en éclats de
lées à des retombées de projections volcaniques (échardes feldspaths automorphes et d’échardes de verre dévitrifié
de verre) (fig. 4.19) à sec ou sous une faible tranche d'eau, (fig. 4.19). On peut qualifier ces roches carbonatées de bio-
dans des plaines d'inondation. Les axes des chenaux sont microdolosparite tufacée ou de biomicrosparite tufacée.
généralement orientés SW-NE. Les imbrications des ga- Parallèlement apparaissent des restes d'organismes : la-
lets et les litages obliques semblent indiquer un sens mellibranches et gastéropodes dans les carbonates, restes
d’écoulement du SW vers le NE. de végétaux dans les argilites et siltites tufacées.
Ce membre b se caractérise également par de nombreuses L'enchaînement des faciès de ce membre (c) montre le pas-
structures pédogénétiques, qui se matérialisent par des sage de dépôts fluviatiles à une sédimentation de type
concrétions carbonatées et le développement de sols. En playa littorale ou sebkha côtière. Cette évolution traduit un
effet, sur les dépôts fins de plaines d’inondation, nous amenuisement des reliefs basaltiques de la zone nourri-
avons rencontré des témoins de paléosols ravinés par les cière et la poursuite du volcanisme explosif.
chenaux de la séquence élémentaire sus-jacente. Ces pa-
léosols sont très friables et montrent des tubules verticaux XI- Le Bassin de Tizi n’Ghachou et la poursuite du rif-
de teinte claire, encroûtés de gypse. Ces tubules pourraient ting jusqu’au début du Lias
correspondre à des manchons racinaires, témoignant du Le bassin qu’illustre la coupe de Bou Tkhoubay affleure
développement d’une végétation, ce qui expliquerait sur environ 5 x 10 km dans une zone de fractures qui
l’abondance des vestiges de plantes rencontrés dans les dé- constitue la limite entre le Moyen Atlas au nord et la Haute
pôts fins de plaines d’inondation.
Moulouya au sud (fig. 4.16). La faille des Aït Oufella (une
Les séquences du membre (c) conservent l’organisation branche de l’ASMA) constitue la limite septentrionale du
78 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 4.19 : Microphotographies d’éléments pyroclastiques associés à la sédimentatin du bassin infraliasique de Tizi-n’Ghachou. A : Fragment de basalte altéré à contours déchi-
quetés entourés d’une gangue dolosparitique (L.P.) ; B : Eclat de verre recristallisé (L.N.) ; C : Cristaux automorphes de plagioclase entiers ou cassés dans une dolomicrite (L.P.) ;
D : Microphotographie montrant un éclat de verre dans des siltites rouges (L.N.).
FIG. 4.19 : Microphotographs of pyroclasts within the Tizi-n’Ghachou Infra-Liassic sedimentation.- A : Basaltic splinters included within a dolosparitic cement (L.P).- B : Mi-
crocrystallized glass splinter (L.N.).- C : Entire or broken plagioclase crystals scattered within a dolomicritic cement (L.P.).- D : Volcanic glass splinters in red siltites (L.N..)

bassin, alors que la faille de Bou Tkhoubay (FBT), sou- dans le bloc méridional, déterminant un éventail de sédi-
vent jalonnée de brèches à minéralisations ferrifères, mentation ouvert vers le SE. Des brèches d’écoulement
constitue sa limite méridionale. Une faille médiane de sous-aquatique, des paquets glissés et des slumps décimé-
même direction SW-NE sépare le bassin longitudinalement triques à métriques apparaissent localement dans des in-
en deux compartiments, un compartiment méridional où tercalations dolomitiques. Enfin des failles synsédimentaires
la série est épaisse (100 m) et la sédimentation assez gros- hydroplastiques à rejet métrique tronquent les dépôts par
sière, et un compartiment septentrional où la série est plus place. Ces failles synsédimentaires, les structures de glis-
réduite (60m). Le remplissage du bassin de Tizi-n- sement et d’une façon générale la géométrie des corps sé-
Ghachou est ainsi constitué de dépôts continentaux, accu- dimentaires, témoignent de l'instabilité du substratum et
mulation de débris essentiellement basaltiques et de du contrôle étroit de la sédimentation par la tectonique.
projections volcaniques. Les sédiments surmontent par L'existence de projections volcaniques suppose la forma-
l’intermédiaire d’une surface érosive les basaltes tria- tion de fractures majeures à l’échelle crustale dans la ré-
siques altérés et sont recouverts en discordance cartogra- gion considérée. Ainsi, le bassin de Tizi-n-Ghachou
phique par la dalle carbonatée liasique. témoigne d’une tectonique infraliasique distensive ou
L’étude sédimentologique montre la part prédominante de transtensive, postérieure à l’épanchement des coulées ba-
la dynamique fluviatile (dépôts de cônes de piedmont, che- saltiques principales du complexe CAMP et antérieure à la
naux en tresse ou anastomosés), et l’influence d’une pé- transgression liasique. Cette tectonique, associée à un re-
dogenèse semi-aride. Le remplissage du bassin implique la gain de l’activité volcanique, pourrait être contemporaine
mise en relief des coulées basaltiques sur les bordures du de l’émission des "basaltes récurrents" du Haut Atlas,
bassin. L’instabilité tectonique associée à l’édification de datés (Verati et al., 2007) de 196,6 ± 0,6 Ma (voisinage de
la limite Hettangien Sinémurien).
ce nouveau bassin est enregistrée dans la sédimentation. Il
s'agit notamment de brusques changements d'épaisseur, de L’étude des différentes séries du Trias supérieur et de la
biseautage des couches du SE vers le NW, en particulier base du Lias du Moyen Atlas et de la Haute Moulouya
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 79

(Ouarhache, 2002) conduit à proposer une reconstitution n’Trettène, accident sud moyen atlasique (Tizi-n-
de l’évolution des bassins durant cette période (fig. 4.20). Ghachou) et accident d’Aouli-Ksabi dans la Haute Mou-
On identifie deux générations successives de bassins. Les louya (Ouarhache et al., déposé). La sédimentation,
premiers : SE Tazekka (J1-6) et Kerrouchen (J5-3 à 6), sont détritique dans la partie inférieure (fig.4.20 D) passe pro-
d’abord de nature détritique et localisés (fig. 4.20A). Ils de- gressivement vers le haut à la sédimentation carbonatée du
viennent ensuite argilo-évaporitiques et recouvrent l’en- Lias qui va recouvrir l’ensemble du domaine (fig. 4.20E).
semble Moyen Atlas-Haute Moulouya (fig. 4.20B). Le A la sédimentation détritique de cette seconde génération
volcanisme fissural clôture ce premier cycle de dépôts (fig. de bassin se trouve associé un second épisode volcanique,
4.20C). Une deuxième génération de bassins apparaît en ou "volcanisme récurrent" de nature explosive (fig. 4.20D).
bordure de certaines lignes structurales : bordure NW du Route : Immédiatement au SE du bassin, la route 3437 pé-
Moyen Atlas (Oued Defali) (cf J6-9), accident du Tizi nètre dans la Haute Moulouya. Elle rejoint la R503 au nord

FIG. 4.20 : Succession des évènements sédimentaires, tectoniques et magmatiques dans le Moyen Atlas et la Haute Moulouya au Trias supérieur-
Lias inférieur (d’après Ouarhache et al., soumis).
FIG. 4.20 : Synthetic sedimentary, tectonic and magmatic evolution of the Middle Atlas and High Moulouya area during the Late Triassic and ear-
liest Liassic times (after Ouarhache et al, submitted).
80 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

de Boumia où de minces dépôts d’arkoses triasiques an- Route and themes (fig. 5.1) : Moulouya Jurassic high.
ciennement exploitées pour leurs minéralisations viennent Palaeogeographic role of the Aouli fault. The South Middle
recouvrir le granite rose de Boumia exposé en bord de Atlas Fault (ASMA) at Aït Oufella. Upper Cretaceous-Eocene
route. Au carrefour de Zeida on emprunte la N13 vers le syntectonic sedimentation. Maastrichtian bituminous shales,
sud en direction de Midelt. Les paysages granitiques sont Thanetian-Lutetian marine deposits and Upper Eocene re-
alors remplacés par les grands espaces de plaine à alpha. gression. Unconformable J. Hayane deposits (Oligo-
(Cet itinéraire est décrit en détail dans le circuit C1, vol. 2 Miocene?). Main folds and faults of Central Middle Atlas.
des Nouveaux Guides, journée J6). Route : Se déplacer de 8 km vers l’est de Midelt par la
J5 : Midelt-Timahdite (~190 km) route N13 (direction Errachidia). On roule sur des terrains
ravinés de couleur ocre (Bajocien) puis rouge (Crétacé in-
Itinéraire et thèmes (fig 5.1) : Haut-fond jurassique de la férieur) en gagnant un peu d’altitude.
Moulouya. Rôle paléogéographique de l’accident d’Aouli.
L’accident sud moyen-atlasique à Aït Oufella. Sédimenta- Arrêt J5-1 : Site géologique de Midelt ; Crétacé et
tion syntectonique du Crétacé supérieur-Eocène. Dépôts ré- Néogène de la Haute Moulouya
gressifs du Maastrichtien (schistes bitumineux), récurrence GPS : 32°40’95”N ; 004°41’35”W ; alt. 1510
marine du Thanétien-Lutétien et régression fini-Eocène. Stopper là où la N13 s’oriente au SE et gravir la colline ta-
Dépôts discordants du Jbel Hayane (Oligo-Miocène ?). Plis bulaire à 300 m au sud de la route (s’en rapprocher par une
et failles majeures du Moyen Atlas. piste) pour gagner une vue d’ensemble sur le site de Midelt

FIG. 5.1 : Trajet de la journée J5 reporté sur la carte géologique du Maroc au 1/1 000 000. Légende : Annexe 1 en fin de volume.
FIG. 5.1 : Day J5 route and stops plotted on the Geological map of Morocco, scale 1/1 000 000 (1985). Legend : Appendix 1.
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 81

et le bassin néogène de la Haute Moulouya. Le bassin séparées par des failles inverses. Le bassin lui-même est
s’étend entre deux chaînes de montagnes, le Haut Atlas au accidenté dans sa partie orientale par des failles et des plis
sud et le Moyen Atlas au NW (fig. 5.2). Ces deux chaînes de direction NE-SW, tels que l’accident d’Aouli (Ahouli,
plissées se déversent vers le bassin néogène, dont elles sont Hawli) et les plis de Zebzate ou de Ksabi. En revanche, la

FIG. 5.2 : Tectonique du bassin de la Haute Moulouya. - A : Photo Landsat. xP : schistes paléozoïques (Cambro-Ordovicien) ; Gr : Granite ; t(b) : Trias (essentiellement basaltes) ;
ji : Jurassique inférieur ; jm : Jurassique moyen ; ci : Crétacé inférieur ; cm : Cénomanien-Turonien et Sénonien ; mC : Néogène continental ; q1 : glacis quaternaire ; qB : basaltes
quaternaires.- B : Carte structurale. ANMA : accident nord moyen-atlasique ; AAO : Faille des Aït Oufellah (accident sud moyen-atlasique) ; AAK : accident Aouli-Ksabi ; C :
Coupe schématique.- B et C d’après Morel at al. (1993).
FIG. 5.2 : Tectonic framework of the High Moulouya Basin.- A : Landsat Image. xP : Palaeozoic schists (Cambrian-Ordovician) ; Gr : Granite ; t(b) : Triassic (mainly basalts) ;
ji : Lower Jurassic ; jm : Middle Jurassic ; ci : Lower Cretaceous ; cm : Cenomanian-Turonian and Sénonian ; mC : Continental Néogène ; q1 : Quaternary alluvium ; qB : Qua-
ternary basalts.- B : Structural map; ANMA : North Middle Atlas Fault; AAO : Ait Oufellah Fault (South Middle Atlas Fault); AK : Aouli-Ksabi Fault. - C : Schematic cross-sec-
tion. B and C from Morel et al. (1993).
82 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

partie occidentale est tabulaire avec, sous le Néogène, une puis incluant en son milieu de nombreuses intercalations
couverture mésozoïque sub-horizontale ("causse") discor- évaporitiques exploitées de façon artisanale pour le plâtre,
dante sur les vastes boutonnières paléozoïques d’Aouli- enfin s’achevant par des marnes à ostracodes du Cénoma-
Mibladene et de Boumia. nien. La falaise calcaire de couleur claire (fig. 5.4B) cor-
respond à la dalle cénomano-turonienne, définie comme
Les formations continentales néogènes sont attribuées au
Fm d’Amghourzif (Ensslin, 1992) et qui marque, comme
Miocène supérieur-Pliocène (Dutour, 1985 ; Morel et al.,
dans l’ensemble des domaines atlasique et saharien, le
1993). Ce sont des molasses syntectoniques, particulière-
maximum de la transgression crétacée. Les ammonites ré-
ment développées au front de l’accident (décrochevau-
coltées (notamment le marqueur Neolobites vibrayeanus
chement dextre) qui limite le Haut Atlas. Le Néogène est
du Cénomanien supérieur), les ostracodes et les foramini-
discordant sur tous les terrains mésozoïques (fig. 5.1). Le
fères benthiques (faunes à Rhapidionininae) suggèrent des
Crétacé est bien développé, particulièrement à l’est de l’ac-
relations paléobiogéographiques tant avec la marge sud-
cident d’Aouli. Il est discordant jusque sur le Trias à
téthysienne qu’avec l’Atlantique sud par le couloir trans-
l’ouest de cet accident. En revanche, sous le Bajocien
saharien de la Bénoué (Charrière et al., 1998). La partie
(marnes de Boulemane et calcaire-corniche) rarement
sommitale des collines est occupée par des terrains gréso-
conservé, le Lias se signale par sa réduction, caractérisant
sableux du « Sénonien ».
un paléoseuil entre les sillons haut-atlasique et moyen-at-
lasique (arrêt J5-2). La sédimentation triasique, mis à part A partir de cette coupe, les variations d’épaisseur et de fa-
ses niveaux de base (arrêt J5-5), est dépourvue de faciès ciès de la Fm de Midelt conduisent à mettre en évidence le
détritiques grossiers, contrastant ainsi avec celle du bassin rôle paléogéographique de l’accident d’Aouli séparant le
de Kerrouchen. Enfin, la dépression de la Haute Moulouya panneau surélevé de Boumia, au NW, du panneau méri-
comporte des terrains quaternaires bien développés ; ce dional de Midelt, plus subsident. Les données fournies par
sont surtout des glacis torrentiels, mais aussi des basaltes les ammonites et la microfaune (foraminifères, ostracodes)
(volcan Touregjed à Boumia, coulées diverses). indiquent par ailleurs que la transgression débute plus pré-
cocement (Cénomanien supérieur non terminal) dans ce
Dans le détail, la série crétacée est intéressante pour dater
panneau méridional que dans le Moyen Atlas, où elle n’est
le retour de la mer dans cette région atlasique. A 8 km à
observée qu’au Cénomanien terminal.
l’ENE de Midelt, les collines tabulaires montrent une
coupe dans les formations géologiques du Crétacé, dis- Route : Retourner à Midelt et, dans la ville, emprunter la
cordantes sur le Jurassique moyen (fig. 5.3A). La base route S317 (actuellement très médiocre) vers le NE en di-
conglomératique de la série n’est pas datée (aptienne ou rection de Mibladene (11 km). La route débute dans les
albo-cénomanienne ?). Le talus sus-jacent est constitué par formations crétacées et se poursuit dans les terrains juras-
la Fm de Midelt (Ciszack et al., 1999), d’abord fluviatile, siques sous-jacents. Stopper à 6 km du carrefour.

FIG. 5.3 : Le Crétacé de la région de Midelt.- A : Vue générale du J. Amghourzif.- B : Détail de la partie supérieure de la série
crétacée.- cgC : base gréso-conglomératique de la Formation de Midelt ; Cen : marnes à gypses du cénomanien ; C-T : Cor-
niche calcaire du Cénomanien supérieur-Turonien (Formation d’Amghourzif).
FIG. 5.3 : Cretaceous deposits from the Midelt area..- A: Overview of the Jbel Amghourzif.- B: Detail of the upper part of the
Cretaceous series. cgC: sandy conglomeratic base of the Midelt Fm; Cen: Cenomanian gypsiferous marls; C-T: Upper Ceno-
manian-Turonian limestones (Amghourzif Fm).
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 83

FIG. 5.4 : Exemple de série toarcienne condensée dans la Haute Moulouya au nord de la route Midelt-Mibladene.
FIG. 5.4 : Reduced Toarcian series, typical for the High Moulouya area, north of the Midelt-Mibladen road.

Arrêt J5-2 : Le Toarcien réduit du haut-fond de la la série crétacée discordante cartographiquement sur le Ju-
Moulouya rassique et le Trias. Ces conglomérats sont surmontés de
GPS : 32°43’42”N ; 004°41’40”W marnes rouges se terminant par un niveau gris-jaunâtre ;
celui-ci est recouvert par une deuxième décharge conglo-
Ce premier arrêt est situé à l’intersection de la route avec
mératique. Plus loin, dans le talus nord de la route, à l’en-
l’oued Akka Ali-ou-Saïd. Il permet d’observer (fig. 5.4) le
trée de la localité de Mibladène, s’observe une faille
passage du Lias moyen au Lias supérieur. Au nord de la
inverse « pédagogique » dans ces derniers terrains.
route, affleure une succession de calcaires clairs en bancs
massifs datant du Lias moyen ; la série se termine par un Arrêt J5-4 : Le Lias moyen minéralisé près de
dernier banc rougeâtre riche en brachiopodes. Il est sur- l’accident Aouli-Ksabi
monté par 5m de marnes rouges suivies d’une discrète cor-
GPS : 32°45’08”N ; 004°38’23”W ; alt. 1400 m
niche calcaire. Ces dépôts réduits (voir stratigraphie
détaillée sur la coupe optionnelle J5-4) constituent les Stopper (J5-4A) aux anciennes mines avoisinant la localité
« Couches de Mibladène » (Dubar, 1943 ; Benshili, 1989) de Mibladène (plusieurs arrêts possibles) pour observer le
qui représentent, au Toarcien, un faciès de bordure des sommet des couches calcaro-dolomitiques minéralisées du
sillons atlasiques jouxtant ce haut fond. Lias moyen (fig. 5.5), au-dessous des couches discordantes
du Crétacé (fig. 5.6A). Le Lias moyen est représenté par
Arrêt J5-3 : La base de la série crétacée 120 à 160 m de dépôts calcaires et dolomitiques de plate-
GPS : 32°44’38”N ; 004°40’03”W forme interne (Dagallier, 1977). La minéralisation (Pb, Ba,
Ce second arrêt, 3 km après le premier, se localise dans la Zn) est particulièrement développée dans la zone de l’ac-
base de la série crétacée. En bordure de route affleure un cident d’Aouli-Ksabi (fig 5.2) correspondant à la bande
ensemble gréso-conglomératique suhorizontal, encore de tectonisée entre les deux failles normales « Henri » et
couleur rougeâtre, qui constitue la base (Fm de Midelt) de « Ahmrou » (fig. 5.6B).

FIG. 5 .5 : Les mines de Mibladene dans les calcaires dolomitiques minéralisés du Lias moyen, et la couverture crétacée discordante. L3Bs : Lias moyen (Fm Bou Selloum) ; c1Mi1/2 :
Albo ?-Cénomanien, Fm de Midelt 1 et 2 ; c2Am : Turonien, Fm d’Amghourzif (d’après la carte géologique du Maroc au 1/50 000, feuille de Mibladene (Y. Raddi, sous presse).
FIG. 5.5 : Mibladen mines in the Middle Liassic dolomitic limestones, overlain by the unconformable Cretaceous deposits (after the geological map of Morocco, scale : 1/50 000,
sheet of Mibladen, Y. Raddi, in press).
84 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 5.6 A : Image Google earth oblique du bord oriental de la boutonnière d’Aouli-Mibladene.- B : Coupe schéma-
tique à travers la zone faillée de l’accident d’Aouli (d’après Dagallier, 1977). Cgb : Conglomérat basaltique
FIG. 5.6A : Oblique Google earth view of the eastern border of the Aouli-Mibladen inlier.- B : Sketch cross-section of
the Aouli fault zone (after Dagallier, 1977). Cgb : Conglomérat basaltique

En se dirigeant vers le nord jusqu’au bord du plateau lia- reprendre la N13 vers le NE (direction Azrou, Meknès). On
sique (1,5 à 2 km), on observe le contact direct du Lias va recouper obliquement le bassin néogène de la Haute
avec le socle (Cambrien métamorphique de la Meseta her- Moulouya pour retourner dans le Moyen Atlas. La route
cynienne orientale). L’absence du Trias (qui est bien dé- s’éleve sur l’interfluve entre l’oued de Midelt et l’oued An-
veloppé au NE de la boutonnière) paraît lié au passage de segmir (deux affluents de la Moulouya). Une fois en hau-
la "Faille Henri", branche nord de l’accident Aouli-Ksabi teur, à ~15 km de Midelt, on découvre de larges vues vers
qui semble avoir joué au Lias inférieur d’après la présence le sud sur la barrière du Haut Atlas, avec le J. Ayachi (3737
de conglomérats à galets de basaltes (Cgb, fig. 5.6B) sur sa m). On passe près d’une colline au sommet tabulaire (gara)
bordure SW. de ~100 m de haut, faite de silts mio-pliocènes couronnée
par une table de conglomérats plio-quaternaires. Puis la
Coupe optionnelle (J5-4B) : la série jurassique
route redescend sur l’oued Ansegmir, dont l’entaille per-
réduite de Mibladène
met de voir affleurer le soubassement des dépôts néogènes.
Cette coupe décrite par Benshili (1989) est accessible par
Arrêt J5-5 : Le toit du granite d’Aouli-Mibladene
piste à 5,5 km à l’ENE de Miblabdène (voir fig. 5.6A). La
au pont sur l’oued Ansegmir
série réduite et condensée caractéristique de la Haute Mou-
GPS : 32°44’43”N ; 004°54’48”W
louya y a été détaillée (fig. 5.7). Le Toarcien inférieur est
limité à 2 m de marnes rougeâtres peu épaisses "Couches Se garer juste après le pont, sur le contact entre le granite
de Mibladène" L’Aalénien, ainsi que l’essentiel du Toar- hercynien d’Aouli-Mibladene et sa couverture triasique
cien, sont lacunaires. Le Bajocien est représenté (dans ce (fig. 5.8). Le granite érodé en blocs arrondis affleure sous
compartiment le plus affaissé, à l’est de la "faille Ahm- une couche horizontale de grès arkosiques à fracturation
rou") par quelques mètres de calcaires et marnes hémipé- anguleuse, suivis d’argilites rouges.
lagiques surmontant un niveau de brèches à ammonites et
Le granite d’Aouli forme un vaste massif, vraisemblable-
oolithes phosphatées.
ment continu avec celui de Boumia au SW. Il s’est mis en
Route : Revenir sur Mibladène et retourner à Midelt, puis place dans les micaschistes et amphibolites de Mibladene,
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 85

FIG. 5.7 : Stratigraphie de la série jurassique réduite de Mibladene (d’après Benshili, 1989, simplifié).
FIG. 5.7 : Stratigraphy of the condensed Jurassic serie of Mibladen (after Benshili, 1989, simplified).

probablement sous forme d’un laccolite (El Mouraouah et


al., 1993). C’est une intrusion de type subalcalin (Gasquet
et al., 1996), datée de 330-320 Ma par U-Pb sur zircon
(Oukemeni et al., 1995). Le métamorphisme des mica-
schistes est antérieur, d’âge Dévonien supérieur ou Tour-
naisien : on est ici dans la zone de la Meseta orientale, dont
la limite avec la Meseta occidentale (Massif central) suit la
"Zone des Nappes" qui passe par le Tazekka et Khenifra.
Ainsi, la géométrie des bassins atlasiques, et donc celle
des chaînes qui en sont issues, ont été contrôlées par les
paléostructures hercyniennes (voir encadré III).
Route : La route continue vers le NW sur des dépôts néo-
gènes, mais à l’approche de Zeida, on voit réapparaître les
dépôts rouges du Trias. Ils sont excavés et recouverts de
terrils nombreux, du fait de l’exploitation intense de la mi-
néralisation en barytine et galène argentifère qui s’y trouve
encaissée. Cette minéralisation est analogue à celle des
carbonates du Lias à Aouli et Mibladene ; dans les deux
cas, elles sont remobilisées par hydrothermalisme à partir
du stock primaire granitique, probablement pendant les
épisodes successifs du rifting triasico-jurassique.
Au carrefour de Zeida on reste sur la N13 qui, après 7 km
horizontaux vers le NNE, se dirige vers la montagne au
NW et commence à monter sur les glacis quaternaires
jusqu’au village des Aït Oufella.
Arrêt J5-6 : La faille des Aït Oufella (Accident sud
moyen-atlasique, ASMA)
GPS : 32 55 52 N ; 05 03 12 W, alt. 1760 m
S’arrêter dans le village pour observer la faille des Aït Ou-
FIG. 5.8 : Transgression du Trias sur le granite d’Aouli-Mibladene dans l’oued Ansegmir.- fella. Le talus NE de la route (fig. 5.9) montre, du SE au
A : Vue générale des affleurements au N de la route N13.- B : Détail du contact dans le talus NW, la flexuration d’un cône de déjection du Villafran-
de la route.
FIG. 5.8 : Triassic transgression onto the Aouli-Mibladen granite in the Oued Ansegmir val-
chien (Martin, 1981), un copeau de calcaires et marnes jau-
ley.- A : View of the outcrops to the N of Road N13.- B : Detail of the roadcut. nâtres du Néogène (?), des terrains triasico-liasiques
86 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 5.9 : L’accident des Aït Oufella, dans le talus de la route N13 Midelt-Meknès. 1 : Faciès volcano-sédimentaire (Fm de
Tizi n'Ghachou) ; 2 : Carbonates à blocs basaltiques ; 3 : siltites (1 à 3 Trias supérieur-Infralias ) ; 4 : Marnes probablement
néogènes ; 5 : Conglomérats plio-villafranchiens. S0 : stratification.
FIG. 5.9 : The Ait Oufella Fault Zone as seen along the N13 Midelt-Meknes road.

cataclastiques, basaltes, siltites rouges, intercalations car- Route : Poursuivre la N13 vers le nord en recoupant d’abord
bonatées à éléments volcaniques. L’importance de celles- une zone synclinale avec Crétacé et Néogène (fig. 5.1) puis
ci augmente vers le haut jusqu’à aboutir à un ensemble une série monoclinale de dolomies liasiques dans laquelle
volcano-sédimentaire stratifié. Ces terrains correspondent s’effectue la montée au col du Zad, site typique de la haute
à la Fm de Tizi-n’Ghachou observée 25 km au SE (arrêt montagne atlasique, à végétation clairsemée où survivent
J4-7). Au-delà vers le NW, une bande décamétrique de do- quelques cèdres sur un maigre substrat de calcaréo-dolomi-
lomies cataclastiques jalonne une nouvelle faille, autre élé- tique. On aborde la descente vers le versant nord.
ment de l’Accident sud moyen-atlasique (ASMA). La route recoupe "l’Accident moyen-atlasique" (AMA ;
XII- Haute Moulouya : un ancien haut-fond Ensslin, 1992) qui fait chevaucher le chaînon liasique du
inversé en bassin col (compartiment sud) sur le synclinal crétacé de Bou An-
On observe sur ce transect un jeu néotectonique en faille in- gueur, au nord (fig. 5.1). Ce jeu chevauchant d’âge Ter-
verse de l’ASMA. Des travaux récents (Laville et al., 2005, tiaire a été précédé par un jeu normal responsable de
Delcaillau et al., 2007) réalisés sur le prolongement septen- perturbations synsédimentaires (El Hammichi et al., 2007)
trional de cet accident (fig. 5.10) démontrent la propagation dans des séries toarço-aaléniennes avoisinant l’Aguelmane
vers le SE de son jeu chevauchant pendant la sédimentation Azougagh (2 km à l’ouest de la route).
continentale du Pliocène-Pléistocène. Selon Morel et al. Arrêt J5-7 : Aguelmane de Sidi Ali et Accident
(1993), l’ASMA présente aussi un jeu sénestre pendant la moyen-atlasique (AMA)
compression néogène, associé à un jeu dextre de l’accident GPS : 33 04 29N ; 005 00 17W, alt. 2100 m
nord haut-atlasique et concourant ainsi à une expulsion vers
l’E du bloc de la Haute Moulouya. Enfin, on retiendra que Un crochet de 2 km vers l’est permet d’atteindre l’Aguel-
les deux accidents décro-chevauchants qui encadrent ce bloc mane de Sidi Ali. Ce lac de montagne est un site naturel su-
(bassin néogène surbaissé entre deux chaînes de montagnes) perbe. Il est localisé au front de l’AMA et limité au nord
traduisent l’inversion totale de la paléogéographie méso- par une coulée et un cône volcaniques.
zoïque (un haut-fond entre deux sillons). Route : Reprendre la N13 vers le nord. La descente se pour-

FIG. 5.10 : Coupe de l’Accident sud moyen-atlasique au sud du J. Bou Naçeur (voir ce vol., photo de couverture),
d’après Delcaillau et al. (2007), modifié.
FIG. 5.10 : Cross-section of the South Middle Atlas Fault, south of J. Bou Naceur (see this vol., cover photo),
after Delcaillau et al. ( 2007), modified.
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 87

suit dans le flanc SE du synclinal de Bou Angueur, occupé la partie inférieure est constituée de séquences grano-crois-
par d’importantes coulées quaternaires qui masquent sou- santes avec silts, grès et conglomérats ; les éléments rema-
vent le substrat jurassique et crétacé. Ce flanc du synclinal niés sont dominés par des silex originaire des silexites
est très développé par rapport au flanc NW (fig. 5.11). Ar- sous-jacentes. Dans la partie moyenne de la série dominent
rivé dans la zone axiale du synclinal (GPS : 33 06 43 N ; les grès et calcarénites (fig. 5.13) et dans la partie supérieure
005 01 42, alt. 1990 m), quitter la N13 en prenant vers apparaissent des marnes sableuses, recouvertes par les cal-
l’WSW la route de Bekrit. caires lacustres. Ces différents dépôts non datés (Oligo-
Arrêt J5-8 : Les dépôts discordants du Jbel Hayane cène?-Miocène?) constituent les termes les plus récents de
au SE de l’ANMA la série plissée du Moyen Atlas. Ils sont faiblement discor-
GPS : 33 06 06 N ; 005 06 18 W, alt. 2050 m dants sur les terrains éocènes, eux-mêmes discordants sur
Stopper à une dizaine de kilomètres du carrefour, à l’est des les couches antérieures (arrêt suivant), etc., ce qu’expriment
crêtes du J. Hayane. L’arrêt en bord de route se situe dans les les biseaux sur la coupe fig. 5.11. Ces biseaux ouverts vers
calcaires lacustres clôturant la série du Jbel Hayane (fig. le synclinal de Bou Angueur démontrent l’ascension pro-
5.12). En prenant la piste vers le NW, on descend dans la gressive, du Crétacé supérieur à l’Eocène inclus, de l’anti-
série en pénétrant dans les "Conglomérats du Jbel Hayane" clinal faillé qui coïncide, comme dans la plupart des cas,
à pendage SE, qui déterminent les reliefs acérés au nord. Il avec l’ANMA, ce qui évoque un phénomène diapirique lo-
s’agit de dépôts détritiques de couleur rouge orangée, dont calisé au-dessus d’une faille de socle.

FIG. 5.11 : Coupe à travers les synclinaux de Bou Angueur et de Bekrit-El Koubbat et la ride anticlinale (ANMA) qui les sépare. t : Trias ; l1-2 : Lias inférieur ; l3-4 : Lias
moyen ; l5-j1 : Toarcien-Aalénien-Bajocien inf. p.p. ; j2a : Bajocien inférieur ; j2B : Bajocien supérieur ; ci : Barrémien à Cénomanien p.p. ; C-T : Cénomanien supérieur-Tu-
ronien ; csS : Sénonien ; SB : série bitumineuse (Maastrichtien) ; p : Maastrichtien terminal-Paléocène p.p. ; e : Paléocène supérieur-Eocène ; g-m ? Oligo-Miocène ? du Jbel
Hayane ; Dj : Discontinuité du Bajocien inférieur ; Dc : Discordance anté-barrémienne.
FIG. 5.11 : Cross-section of the Bou Angueur and Bekrit-El Koubbat synclines and the Triassic anticlinal ridge in between (ANMA).

FIG. 5.12 : Image satellite (Google earth) du secteur du Jbel Hayane.


FIG. 5. 12 : Google earth view of the Jbel Hayane area.
88 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

tué par les calcaires de Bekrit-Timahdite (Paléocène supé-


rieur à Eocène moyen) qui sont, plus au nord, renversés et
chevauchés par le Trias.
Arrêt J5-10 : Les calcaires éocènes de Bekrit-
Timahdite
GPS : 33°04’28”N ; 005°12’03”W
Poursuivre 2 km au SW de la maison forestière sur une
coulée basaltique recouvrant la zone de l’ANMA, jusqu’au
coude de l’oued Aman’gous (l’oued que la route longe).
Le lit de l’oued est encaissé en canyon dans les "Calcaires
de Bekrit-Timahdite" (fig. 5.15), appartenant au synclinal
d’El Koubbat, au NW du Trias de l’ANMA. Ces calcaires
organogènes en bancs massifs, bien exposés dans les pa-
rois du canyon, représentent d’épais dépôts de plate-forme
proximale (Herbig et Trappe, 1994) formés pendant la
FIG. 5.13 : Grès et calcarénites dans la partie haute de la série détritique (Oligo-
cène-Miocène ?) du Jbel Hayane.
FIG. 5.13 : Sandstones and calcarenites in the upper part of the Jbel Hayane detri- transgression du Thanétien-Lutétien sur le domaine
tal series (Oligocene-Miocene ?). moyen-atlasique. On se situe ici sur le flanc SE du syncli-
Route : Poursuivre encore vers l’ouest sur ~10 km jusqu’à nal de Bekrit-Timahdite dont le coeur sera examiné plus
la maison forestière de Bekrit. On recoupe, sous les loin (arrêt J5-12).
Conglomérats du Jbel Hayane, une série de marnes grises Route : Revenir sur la N13, puis reprendre la progression
et rosées, puis des silexites, observées à l’arrêt suivant. vers Timahdite. On traverse obliquement le flanc NW du
synclinal de Bou Angueur, en roulant souvent en pente
Arrêt J5-9 : L’axe triasique de l’ANMA à la maison
douce vers le nord au-dessus de coulées de basalte du Qua-
forestière de Bekrit
ternaire récent (basalte des vallées).
33 04 54N ; 005 10 33W
Cet arrêt débute dans le talus jouxtant à l’est le périmètre Arrêt J5-11 : Discordance de Foum Kheneg en
de la maison forestière. On observe une succession de cal- bordure SE de l’ANMA
caires non stratifiés à abondantes masses siliceuses pluri GPS : 33°08’53”N ; 005°03’24”W ; alt. 1920 m
décimétriques qui passent vers le haut à des bancs mieux S’arrêter à ~5 km du carrefour de la route de Bekrit, avant
stratifiés (plongeant 30°vers l’E) à rares silex. Ces cal- de franchir la cluse (foum) de Foum Kheneg. Ce site géo-
caires à silexites sont régionalement considérés comme logique célèbre permet d’abord d’observer la coulée de ba-
marquant la fin du cycle sédimentaire Eocène (Martin salte quaternaire à débit plus ou moins prismatique,
1981, Charroud, 1990 ; Herbig, 1993) entaillée par l’oued Guigou. Mais ce site est surtout connu
En se déplaçant à l’ouest de la maison forestière, le pano- en raison de la (faible) discordance angulaire des couches
rama se dégage vers le NW sur la zone de passage de du Crétacé terminal-Paléocène sur les calcaires du Lias re-
l’ANMA (fig. 5.14). Dans le panneau SE, l’Eocène supé- coupés par la cluse (fig. 5.16).
rieur à silexites repose directement sur le Lias. La dépres- Les bancs de calcaires du Lias constituent la bordure sud
sion, avec un talus formé d’argilites triasiques correspond de l’ANMA (fig. 5.11) ; ils sont basculés vers le SE et re-
au passage de l’accident. Le compartiment NW est consti- couverts en discordance par des dépôts sableux phospha-

FIG. 5.14 : Panorama sur la zone de l’Accident nord moyen-atlasique à la maison forestière de Bekrit. t : Trias ; l : Lias dolomitique, ei-m : Thanétien à Lu-
tétien (Calcaires de Bekrit-Timahdite) ; es : Eocène supérieur probable (silexites et marnes) ; g-m ? : Oligo-Miocène ? (Fm du J. Hayane) ; q : Quaternaire.
FIG. 5.14 : Panorama toward the North Middle Atlas Fault (ANMA) from the Bekrit forest house. t :Triassic ; l : dolomitic Liassic ; ei-m : Thanetian to
Lutetian (Bekrit-Timahdite Fm) ; es : Upper Eocene (silexites and marls); g-m ? : Oligocene-Miocène ? (J. Hayane Fm) ; q : Quaternary.
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 89

FIG. 5.15 : Canyon dans les calcaires de Bekrit-Timahdite (Thanétien-Lutétien), au SW de la maison forestière de Bekrit.
En arrière plan, le J. Hayane. L’ANMA est ici recouvert par des basaltes quaternaires.
FIG. 5.15 : Canyon in the Bekrit-Timahdit limestones (Thanetian-Lutetian), 2 km next the Bekrit forest house, with the
J. Hayane in the background. The ANMA is covered here by a Quaternary basalt flow.

FIG. 5.16 : Discordance du Foum Kheneg (vallée du Guigou en amont de Timhadite), d’après Martin (1981) et Herbig
(1988). Figure empruntée à Frizon de Lamotte et al. (2008).
FIG. 5.16 : Foum Kheneg unconformity (Wadi Guigou valley upstream Timahdite), after Martin (1981) and Herbig (1988)
in Frizon de Lamotte et al. (2008).

tés à dents et os de poissons, surmontés d’une dizaine de la fin du Crétacé et le début du Tertiaire.
mètres de marnes bitumineuses du Maastrichtien. Au-des- Route : Environ 1,5 km après avoir traversé la cluse de
sus, des silts et des marnes claires ont livré des palyno- Foum Kheneg, on quitte la route N13 pour une route se-
morphes du Danien supérieur- Thanétien inférieur (Herbig condaire (« route des schistes ») qui franchit l’oued Gui-
et Fechner, 1994). La série se termine par les calcaires ma- gou et se dirige vers l’W, puis le SW, en direction du cœur
rins de la Fm de Bekrit-Timahdite (Thanétien-Lutétien). du synclinal de Bekrit-Timahdite ou synclinal d’El Koub-
En définitive si ce site permet une évaluation des défor- bat. Après un paysage de plaine basaltique, à ~10 km du
mations anté–maastrichtiennes, ce n’est pas le marqueur carrefour de la N13, apparaissent les falaises calcaires
d’une « phase tectonique anté-maastrichtienne ». En effet (Thanétien-Lutétien) du Jbel El Koubbat (Aari Nessaa sur
les déformations régionales ne résultent pas d’une phase le millionième, fig. 5.1). Elles surmontent une épaisse série
tectonique étroitement limitée dans le temps, mais se sont d’argilites roses, recouvrant elles-mêmes des formations
poursuivies de façon relativement continues durant la sé- bitumineuses.
dimentation du Crétacé supérieur et d’une partie du Ter-
Arrêt J5-12 : Le Crétacé terminal-Paléocène du
taire (Herbig, 1988, Charroud, 1990 ; Charrière, 1990 ;
synclinal de Bekrit-El Koubbat
Ensslin, 1992 ; Herbig & Trappe, 1994). La nature et
GPS : 33°08’19”N ; 005°10’22”W ; alt. 1900 m
l’épaisseur des dépôts discordants dans ce secteur seront
confrontées à celles qui s’observent dans le synclinal de Le flanc NW de ce grand synclinal, allongé sur ~20 km, se
Bekrit-Timahdite, à l’ouest de l’ANMA (arrêt suivant), caractérise par une série du Crétacé supérieur-Eocène lar-
afin d’apprécier le rôle de cette structure majeure pendant gement développée et qui inclut d’importantes assises de
90 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

marnes bitumineuses. La stratigraphie de la série a été ini- de la série d’Ibzer doit se rapporter au Crétacé terminal (An-
tialement établie par Rahhali (1970) et la sédimentologie dreu & Tronchetti, 1996). Aucun élément de datation directe
détaillée des dépôts phosphatés et bitumineux par Mouflih des marnes roses à gypse n’étant par ailleurs connu, la posi-
et al. (2006). Des recherches ont été menées dans un but tion de la limite K/T reste très incertaine dans ce synclinal,
d’exploitation commerciale, une ancienne zone d’expéri- alors que plusieurs données paléontologiques : charophytes
mentation subsiste actuellement. Stopper avant d’attein- (Schudak & Herbig, 1995), ostracodes (Colin & Tabuce,
dre cette dernière et descendre dans le thalweg s’écoulant 2004) et œufs de dinosauriens (Garcia et al., 2003), permet-
vers le nord. La série présente un léger pendage vers le sud tent de l’approcher au sein de la série d’Ibzer du synclinal
et, en dépit de la végétation, une coupe pourra être relevée d’Oudiksou, au sud de Boulemane.
en fond de thalweg. XIII- Cadre structural de la sédimentation moyen- at-
La base de la coupe est constituée de calcaires marneux lasique au Crétacé-Eocène
(Calcaires de l’Oued Izem) de faciès marin franc avec des La comparaison de la série de Foum Kheneg avec celle
Heterohelicides et des Globotruncanides qui permettent d’El Koubbat indique des conditions de subsidence ex-
de dater le Santonien et le début du Campanien. Toutefois ceptionnelle dans ce dernier secteur durant le Crétacé su-
la partie supérieure des calcaires montre une tendance ré- périeur et l’Eocène. Cette opposition de part et d’autre de
gressive avec la disparition des foraminifères plancto- l’ANMA suggère un jeu synsédimentaire de cet accident.
niques et le développement des foraminifères benthiques. Dans les interprétations proposées par Herbig (1988) et
Charroud (1990), un jeu inverse de l’ANMA a été privilé-
La "série phosphatée et bitumineuse d’El Koubbat" (fig. 5.17, gié, sans que cela soit documenté par des données de ter-
bas) est à dominante marneuse. Sa partie inférieure montre rain. Une opposition franche de part et d’autre d’un
des faciès phosphatés à dents et os de poissons ; la microfaune accident à cœur triasique se manifeste également vers l’est
est riche en formes benthiques qui indiquent un âge Maas- dans les autres bassins moyen-atlasiques (Aïn Nokra, Ou-
trichtien. Les marnes noires à kérogène se développent de diksou, Tighboula) et se trouve généralement associée à
plus en plus dans la partie médiane ; les microfaunes sont très des migrations de dépocentres, sans indication de défor-
rares dans ce contexte d’environnement euxinique. La partie mation compressive. Ces faits sont interprétés (Charrière,
terminale marque un retour à des marnes phosphatées asso- 1990) comme marqueurs d’une composante transtensive
ciées à des marnes bitumineuses. dans le fonctionnement des accidents moyen-atlasiques
La "Série d’Ibzer" sus-jacente (fig. 5.17) se caractérise par la majeurs, au moins durant l’essentiel du Crétacé supérieur.
disparition des niveaux bitumineux et une diversification des Le diapirisme a pu se manifester dans ces conditions.
faciès calcaires, gréseux et marneux ; les faunes rencontrées Les accumulations sédimentaires dans les divers bassins
localement ont un cachet littoral. Au-dessus se développe ne sont pas synchrones, comme l’indique la carte de dis-
une épaisse série de marnes roses à gypses, surmontée par tribution des épaisseurs des terrains crétacés (fig. 5.18,
les calcaires marins de Bekrit-Timahdite (Thanétien-Luté- Ensslin, 1992). Les séries les plus épaisses datent du
tien). Initialement attribuée au Paléocène, la partie inférieure Coniacien ?-Santonien au nord de Boulemane, du Maas-

FIG. 5.17 : Succession du Maastrichtien-Eocène du synclinal de Bekrit-El Koubbat.- cSB : partie supérieure de la série bitumineuse maastrich-
tienne ; p, Paléocène, Fm d’Ibzer ; ei-m : Calcaires de Bekrit-Timahdite (Thanetien-Lutétien). La position de la limite K /T est incertaine.
FIG. 5. 17 : Maastrichtian-Eocene succession of the Bekrit-El Koubbat syncline.- cSB : top of the Maastrichtian bituminous marls ; slope : p :
Paleocene Ibzer Fm ; ei-m : Bekrit-Timahdite limestones (Thanetian-Lutetian). The precise location of the K/T boundary is uncertain.
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 91

FIG. 5.18 : Variations d’épaisseur des séries crétacées du Moyen Atlas et des régions voisines (Ensslin, 1992).
FIG. 5.18 : Thickness variations of the Cretaceous series in the Middle Atlas and the adjoining areas (Ensslin, 1992).

trichtien-Paléocène dans le synclinal d’El Koubbat, et de l’entrée sud de la localité ; à défaut, on peut être amené à
l’Eocène supérieur à Aïn Nokra, au sud de l’ANMA. Ainsi, poursuivre jusqu’à Azrou pour atteindre un hébergement.
les bassins du Crétacé supérieur, du Paléocène et de l’Eo-
J6 : Timahdite-Meknès (150 km)
cène sont des bassins de taille limitée dépendants forte-
ment du cadre tectonique local. Celui-ci détermine à la Itinéraire et Thèmes (fig. 6.1) : Le volcanisme alcalin du
fois un morcellement géographique ainsi que les périodes Moyen Atlas dans la province Timahdite-Ifrane ; diversité
d’activation de la subsidence, diachroniques d’un endroit des morphologies volcaniques et des matériaux éruptifs.
à l’autre (ce qui est cohérent avec l’hypothèse de mouve- Discordance du Moyen Atlas tabulaire sur le Paléozoïque
ments diapiriques au-dessus des zones faillées). La spéci- de la Meseta centrale. Volcanisme récurrent infraliasique
ficité des dépôts (richesse en évaporites, marnes associé à la faille bordière d’Adarouch-El Hajeb. Plio-
bitumineuses, dépôts phosphatés) découle à la fois de ce Quaternaire du Saïs de Meknès.
cadre régional et de la position générale du Moyen Atlas
Route and themes (fig. 6.1) : Middle Atlas alkaline vol-
dans le contexte de fond de golfe atlantique. Enfin l’étude
canism in the Timhadite-Ifrane province; varied mor-
des cortèges argileux (Daoudi et al., 1995) montre les im-
phologies and volcanic products. Major unconformity of
portantes fluctuations d’ordre climatique survenues du-
the Tabular Middle Atlas Mesozoic series over the folded
rant la période Crétacé-Eocène.
Paleozoic series of the Central Massif. Lower Liassic re-
Route : Retourner sur la N13 et rejoindre Timahdite, 8 km current volcanism along the Adarouch-El Hajeb boudary
au nord du carrefour. Une auberge confortable est située à fault. Pliocene-Quaternary deposits of the Sais of Meknès.
92 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 6.1 : Trajet de la journée J6 reporté sur la carte géologique du Maroc au 1/1 000 000. Légende : Annexe 1 en fin de volume.
FIG. 6.1 : Day J6 route and stops plotted on the Geological map of Morocco, scale 1/1 000 000 (1985). Legend: Appendix 1.

XIV- Introduction au volcanisme néogène du longueurs de 30 à 50 km. Les datations K-Ar disponibles
Moyen Atlas indiquent deux périodes distinctes de mise en place, au
(M. El Azzouzi & R. Maury) Miocène supérieur (14,6 à 5,5 Ma) et principalement au
La géomorphologie volcanique du Moyen Atlas a été dé- Quaternaire (1,8 à 0,5 Ma), mais la fraîcheur morpholo-
crite par Martin (1981). Les laves ont été datées notam- gique de certains édifices suggère des âges très récents.
ment par Harmand et Cantagrel (1984), Berrahma (1995), La surface totale couverte par les formations volcaniques
Rachdi (1995) et El Azzouzi et al. (1999, 2010). Les grands est importante (960 km2), mais le volume correspondant
traits du volcanisme néogène du Moyen Atlas sont synthé- relativement faible (20 km3) car l’épaisseur des coulées
tisés par El Azzouzi et al. (dans le paragraphe 4.5 de l’ou- basaltiques dépasse rarement 20 à 30 m.
vrage Michard et al., 2008, et dans le Bull. Soc. géol. La carte pétrologique de cette région, basée sur une cen-
France, 181, 239-253, 2010). Des extraits et illustrations taine d’analyses chimiques nouvelles des laves, fait appa-
concernant le Moyen Atlas sont présentés ci-dessous. raître quatre types de laves mafiques (fig. 6.3). A la
La province volcanique basaltique du Moyen Atlas (fig. 6.2) différence de la région d’Oulmès, du Siroua et du Sarhro, les
est la plus récente et la plus étendue du Maroc. Une cen- laves intermédiaires et évoluées sont absentes. Les néphéli-
taine de cônes stromboliens et de maars très bien conservés nites (SiO2 = 36-41%) constituent généralement de petits
s’alignent sur plus de 70 km selon une direction N-S entre appareils (cônes stromboliens et coulées associées) locali-
El Hajeb et Itzer. Les dépôts pyroclastiques de certains sés sur les marges de la province dont ils occupent 1,2%
maars (Tafraoute, Bou-Ibalrhatène) sont très riches en en- seulement de la surface, et leur mise en place est dans l’en-
claves mantelliques (lherzolites à spinelle, pyroxénites). semble antérieure à celle des autres laves mafiques. Les ba-
Les nombreuses coulées basaltiques fluides issues des ap- saltes alcalins (SiO2 = 46-51%) sont les laves dominantes et
pareils stromboliens recouvrent les calcaires dolomitiques couvrent 68,5% de la surface de la chaîne (fig. 6.4) ; leur
du "causse" moyen-atlasique et certaines atteignent des mode d’émission est essentiellement fissural. Ils constituent
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 93

FIG. 6.2 : Carte pétrologique de la province volcanique du Moyen Atlas (d’après El Azzouzi et al., 2010).
FIG. 6.2 : Petrologic map of the Middle Atlas volcanic chain, (after El Azzouzi et al., 2010).

FIG. 6.3 : Position des laves du Moyen Atlas dans le diagramme (Na2O+K2O)-SiO2 (d’après
El Azzouzi et al., 2010). Carrés vides : néphélinites ; triangles pleins : basanites ; triangles
vides : basaltes alcalins ; cercles vides : basaltes subalcalins.
FIG. 6.3 : Total alcalies (Na2O+K2O)-SiO2 versus silica plot (TAS) for Middle Atlas lavas
(after El Azzouzi et al., 2010).- Empty squares: nephelinites ; black triangles : basanites ;
empty triangles : alkali basalts ; empty circles: subalkali basalts
94 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 6.4 : Vue satellitaire de la partie méridionale de la province volcanique du Moyen Atlas (image Google earth bascu-
lée vers le nord). Largeur de la scène ~15 km.
FIG. 6.4 : Google earth image with small obliquity toward the N, showing the south Middle Atlas volcanic province.
The scene is ~15 km wide.

également l’important appareil septentrional d’Outgui, dont éléments incompatibles et dont les signatures géochimiques
les coulées s’étalent sur les formations quaternaires de la sont typiquement alcalines intraplaques, quasiment indiffé-
plaine du Saïs. Les basaltes subalcalins (7,8% de la sur- renciables de celles des basaltes des îles intraocéaniques.
face), enrichis en silice par rapport aux précédents Des basaltes alcalins aux néphélinites, on observe un enri-
(SiO2 = 52%), forment le cône strombolien d’El Koudiate chissement progressif en éléments les plus incompatibles,
et les coulées associées, longues de 20 km. Les basanites suggérant la fusion partielle d’un même type de source man-
(SiO2 = 41-45%) sont les laves les plus récentes. Elles tellique enrichie à des taux décroissants.
constituent la plupart des nombreux cônes stromboliens bien
conservés situés entre Azrou et Itzer, et les coulées qui en Le faible volume des laves alcalines d’âge Miocène supé-
sont issues recouvrent les coulées basaltiques alcalines, af- rieur à Quaternaire du système atlasique paraît difficilement
fleurant sur 22,5% de la surface du plateau volcanique. compatible avec l’activité d’un mégapanache asthénosphé-
rique. On peut cependant admettre que l’anomalie thermique
D’après les données géochronologiques disponibles, la mise liée à la remontée de manteau profond, qui est à l’origine de
en place des néphélinites est la plus étalée dans le temps.
l’altitude importante de l’axe trans-atlasique (Missenard et
L’ensemble des âges miocènes du Moyen Atlas, de 14,6 Ma
al., 2006), est également responsable du volcanisme alcalin.
(Bekrit) à 5,9 Ma (Talzast) a en effet été mesuré sur ces
Celui-ci serait alors né de la fusion partielle (par érosion
laves, qui sont également apparues au Quaternaire, vers 1,6
thermique) de la base du manteau lithosphérique, qui aurait
Ma (J. Touguejid = J. Touregjed) et vers 0,75 Ma (J. Taha-
préalablement interagi avec des magmas d’origine plus pro-
brit). Les basaltes alcalins et subalcalins ainsi que les ba-
sanites semblent exclusivement quaternaires, ces dernières fonde. Ce processus de fusion aurait commencé vers 15 Ma
ayant fourni les âges les plus récents (0,8 Ma au J. Tahabrit, dans la partie méridionale du Moyen Atlas, formant les né-
0,6 Ma au J. Am Laraïs (Larays), 0,5 Ma au J. Aït el Haj). phélinites miocènes, puis se serait propagé vers le SW (Si-
roua, Sarhro) et vers le NE (Guilliz, Oujda), indépendam-
Les basaltes subalcalins d’El Koudiate montrent des indices ment des structures tectoniques antérieures.
pétrographiques (xénocristaux de quartz) et géochimiques
(enrichissements relatifs en Rb, Th, K, appauvrissement en Nous nous limiterons ci-après à la description de certains
Nb) de contamination : ils dérivent probablement de l’assi- sites de morphologie caractéristique pour illustrer la di-
milation de croûte continentale par les magmas basaltiques versité des roches et des phénomènes volcaniques. On
alcalins lors de leur remontée. Les basaltes alcalins, basa- trouvera des informations plus détaillées dans deux arti-
nites et néphélinites correspondent dans l’ensemble à des cles récents portant respectivement sur les laves (El Az-
laves relativement primitives (9% < MgO <13%, 45 < Co zouzi et al., 2010) et sur leurs enclaves mantelliques
< 60 ppm), caractérisées par des spectres très enrichis en (Raffone et al., 2009).
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 95

Arrêt J6-1 : Cônes volcaniques perchés à Timahdite. Arrêt J6-2 : Le maar composite du Bou Ibalrhatène
GPS : 33°13’55”N ; 005°03’30”W ; alt. 1800 m GPS : 33°19’56”N ; 005°02’58” W (1800 m)
Les observations se feront depuis l’entrée sud de Timah- Ce site est constitué par l’emboîtement de plusieurs maars
dite. La localité est encadrée, à l’ouest et à l’est, par les recoupant directement les calcaires liasiques du plateau de
falaises des Calcaires de Bekrit-Timahdite du Paléocène Guigou (fig. 6.4). Les brèches phréatomagmatiques pré-
supérieur-Eocène moyen, surmontés de part et d’autre de sentent de superbes litages caractéristiques de dépôts de
la ville par un cône volcanique perché. Le cône occiden- déferlantes (fig. 6.6A, B). Elles incluent à la fois du maté-
tal est facilement accessible par une courte piste débutant riel provenant du substratum sédimentaire et du matériel
au changement de direction de la route principale (N13) volcanique juvénile, qui se présente notamment sous
à la sortie NW de la ville. La corniche calcaire (qui ren- forme de bombes trempées à surface en chou-fleur. Elles
ferme un remarquable niveau beige-rosé à pinces de sont particulièrement riches en enclaves originaires de la
crabes) est recouverte par un cône strombolien complexe croûte inférieure (granulites) et du manteau lithosphérique
(fig. 6.5). (lherzolites à spinelle, pyroxénites de type websterite,
wehrlites riches en amphibole de type pargasite et en diop-
Une coupe N-S du cône peut permettre d’illustrer l’évolu-
side, dont le diamètre atteint parfois 40 cm), ainsi qu’en
tion d’un appareil pyroclastique dont l’explosivité dimi-
mégacristaux pluricentimétriques de clinopyroxènes.
nue au cours du temps. De la base au sommet, on observe
L’étude détaillée des enclaves mantelliques (Raffone et al.,
en effet : (1) des dépôts phréatomagmatiques de type maar,
2009) montre qu’elles résultent de la métasomatose de la
très bien lités et contenant des bombes à surface "en chou-
base de la lithosphère africaine par des liquides basaltiques
fleur" ; (2) des dépôts pyroclastiques mixtes, principale-
alcalins et des magmas carbonatitiques d’origine asthéno-
ment de type strombolien (présence de bombes en fuseau),
sphérique. Ce site spectaculaire et scientifiquement im-
mais avec une composante hydromagmatique ; (3) des dé-
portant mérite d’être préservé.
pôts de type spatter cones, à grosses bombes "en bouse de
vache" souvent soudées entre elles ; et enfin, au sommet, Route : Revenir sur la N13 et poursuivre vers le nord. A
(4) des coulées décimétriques superposées et plus ou 3,5 km au nord du carrefour, on pourra observer (arrêt op-
moins continues, résultant de l’activité de fontaines de lave tionnel), peu au NE de la route, le cratère égueulé de Ta’is-
de type hawaiien. saouit (fig. 6.7), de 50 m de haut, très pédagogique.
Stopper 2 km plus loin.
Au NE de la localité, l’autre cône volcanique est formé de né-
phélinites et daté à 0,67 ± 0,09 Ma (El Azzouzi et al., 2010). Arrêt J6-3 : Le maar de Tounate-el-Mariz et son
substratum liasique
Route : Au nord de Timahdite, la route est établie sur les
GPS : 33°19’29”N ; 005°07’44”W ; alt. 1940 m
vastes coulées de basaltes alcalins, amplement épanchées
vers l’est en direction de Guigou (cf. J3). A ~7 km de Ti- Cet arrêt permet de coupler l’observation d’un maar et
mahdite se détache, à l’ouest de la route, le relief compo- celle du substratum liasique. La route recoupe la partie sud
site du Bou Tagarouine, constitué de plusieurs cônes d’un maar entaillé dans les formations volcaniques et dans
stromboliens (cf. fig. 6.4). Des laves basanitiques y sont leur substratum. Les dépôts ceinturant la dépression dans
associées. En face de cet édifice, on quitte la N13 pour em- les petites crêtes au NE de la route sont constitués de
prunter vers l’est une piste de 6 km en direction du maar brèches phréatomagmatiques (fig. 6.6D) litées claires, for-
de Bou Ibalrhatène. tement hétérométrique, contenant des éléments volca-

FIG. 6.5 : Cône strombolien à l’ouest de Timahdite. e : Calcaires de Bekrit-Timahdite (Thanétien-Lutétien) ; 1 à 4 : Formtions volcaniques (voir texte)
FIG. 6.5 : Strombolian cone west of Timahdite ; e : Bekrit- Timahdite limestones (Tanetian-Lutetian) ; 1 to 4 : volcanic formations (see text).
96 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 6.6 : Volcanisme explosif.- A : Maar principal de Bou Ibalrhatène.- B : Produits pyroclastiques associés.- C : Bombe en
« chou-fleur ».- D : Brèche phréatomagmatique à fragment de carbonates liasiques (C et D : maar de Tounate-el-Maariz).
FIG 6.6 : Explosive volcanism. A : Main Bou Ibalrhatene maar. - B : Pyroclastic ejecta from this maar.- C : “cauliflower”
bomb.- D : Phreatomagmatic breccia with carbonate Liassic fragments. (C and D from the Tounate-el-Maariz maar).

FIG. 6.7 : Cône de Ta’issaouit avec cratère égueulé. Au premier plan : coulée de basalte alcalin.
FIG. 6.7 : Ta’issouit cone with an open crater. In the foreground : alkali basalt flow.

niques, mais également de nombreux fragments broyés ou brachiopodes : Térébratulidés, Spiriférines et Rhyncho-
pulvérisés de calcaires et de dolomies originaires du subs- nellides dont l’abondance a permis d’effectuer des études
tratum. A côté de "bombes en chou fleur" (fig. 6.6C), on statistiques et biométriques et de définir une nouvelle es-
rencontre des blocs noirs, brillants et souvent vacuolaires pèce Tetrarhynchia tounatensis nov sp. (Rousselle et
qui proviennent sans doute du magma juvénile. Bisch, 1967).
Au SW de la route affleure le substratum calcaire, avec un Route : Poursuivre la progression vers le NNE. Quelque
des sites paléontologiques classiques du Lias marocain 4 km plus loin, la N13 fait un zigzag pour passer entre un
(Termier, 1936 ; Dubar, 1942). Ce "gisement de Tounate- cône et un maar cerné de lapillis (fig. 6.8A). Le cône est
el-Maariz" a notamment fourni de riches faunes d’échino- celui du J. Hebri.
dermes et de brachiopodes ainsi que deux ammonites
Arrêt J6-4 : Le secteur volcanique du Jbel Hebri
permettant de le dater du Carixien supérieur. La falaise,
GPS : 33°21’29”N ; 005°08’58”W ; alt. 1940 m
constituée de calcaires lités à chailles, est surmontée d’une
lentille carbonatée à polypiers solitaires et coloniaux, bi- S’arrêter au coude de la route. Le Jbel Hebri est un cône
valves à test épais et gastéropodes. Latéralement se déve- strombolien très frais dont le cratère demeure masqué à
loppent des calcarénites recouvertes de bancs à partir de la route (fig. 6.8B). Culminant à 2104 m, ce vol-
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 97

FIG. 6.8 : A : Image satellitaire (Google earth) de deux formes volcaniques typiques, un maar et un cône (J. Hebri). Localisation : figs.
6.2, 6.4. - B : Vue du J. Hebri depuis le bord du maar, dont les projections sont exploitées pour la pouzzolane.
FIG. 6.8 : A : Google earth view showing two volcanic forms, i.e. a maar and a cone (J. Hebri). Localisation : figs. 6.2, 6.4. - B : View
of the J. Hebri from the maar border, whose pyroclasts are worked out for pouzzolane.

can aux pentes boisées est ponctuellement utilisé lors des Atlas, celle-ci représente l’un des évènements volcaniques
hivers neigeux comme station de ski. Il a émis de nom- les plus récents : 0,75 ± 0,05 Ma (El Azzouzi et al., 2010).
breuses coulées basanitiques. Le cône a été daté à 1,3 ± 0,3 Les coulées les plus jeunes actuellement datées dans le
Ma et la coulée émise en direction du sud à 1,1 ± 0,1 Ma. Moyen Atlas sont âgées de 0,50 ± 0,15 Ma (feuille Azrou au
A l’ouest de la route, une excavation est ouverte dans le ma- 1/50 000). Des industries lithiques du Paléolithique inférieur
tériel pyroclastique fortement incliné (fig. 6.8B) d’un maar. sont présentes dans les terrasses fluviatiles anciennes, et des
Ces lapillis et brèches proviennent d’un ancien cône strom- restes d'Homo erectus du Pléistocène moyen existent dans la
bolien "explosé", formé d’un empilement de dépôts de bas région d'El Hajeb (Geraads et al., 1992, 1997), contempo-
de cône relevant probablement d’éruptions différentes. rains des derniers volcans.
Route : On quitte la N13 moins d’1 km au nord du Jbel Hebri Route : Environ 5 km plus loin, on trouve un embranche-
par la route en direction du NE rejoignant Ifrane via Michlifène. ment à droite conduisant à la station du Michlifène, ins-
tallée curieusement au fond d’un cratère.
Arrêt J6-5 : Coulée récente de néphélinite
GPS : 33° 24’ 12”N ; 005°07’09”W Arrêt J6-6 : Le cratère du maar de Michlifène
GPS : 33°24’54”N ; 005°04’42”W
Stopper à ~4 km au NE du Jbel Hebri, soit à environ 3 km
à l’WSW de la station de ski de Mischlifène. Une coulée de La cuvette de Michlifène, profonde de près de 150 m, consti-
néphélinite directement épanchée sur le Lias est ici recoupée tue un second site de ski hivernal dans la région. C’est un maar
par la route. Cette lave très sous-saturée en silice est dé- creusé à l’emporte-pièce dans un chaînon de Lias moyen cal-
pourvue de feldspaths ; elle montre des phénocristaux de caréo-dolomitique qui culmine à 2036 m (fig. 6.9). Des ves-
clinopyroxène (diopside) et d’olivine, ainsi que des micro- tiges de brèches volcaniques phréatomagmatiques sont visibles
phénocristaux de néphéline. Alors que la plupart des né- dans le talus de la route ascendante, à mi-hauteur de la cuvette,
phélinites datent du début de l’activité volcanique du Moyen après la dernière maison du site (coordonnées indiquées) ; elles
98 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 6.9 : Image satellitaire oblique (Google earth) du maar de Mischliffène et de l’accident du Tizi n’Trettène.
FIG. 6.9 : Google earth oblique view of the Mischliffene maar and Tizi n’Trettene Fault Zone.

attestent l’origine volcanique de la cuvette. Il est intéressant et sont recoupées par la route El Hajeb-Fès.
de noter que ce maar se localise à proximité de l’accident du
Route : Poursuivre sur la N8 en direction d’Azrou. La
Tizi n’Trettène, qui est un linéament néotectonique actif.
route descend peu à peu, mais avant d’atteindre Azrou (qui
Route : En quittant le site de Michlifène, on continue vers
est situé vers 1300 m d’altitude), on prendra une route de
le NE en direction d’Ifrane. La route (7231) est établie sur
contournement vers le NW (direction Ben Smim, Mek-
les calcaires oolithiques et bioclastiques du Carixien ; elle
nès). Après 1 km sur le plateau dolomitique, on recoupe la
longe l’ATT pendant 6 km. Elle oblique ensuite vers le nord
base de cette formation ainsi que la série triasique, discor-
et recoupe l’accident au niveau du col éponyme (fig. 6.9),
dante sur le Paléozoïque. On rejoint la N13 au nord d’Az-
puis rejoint la R707 que l’on poursuit dans le Lias dolomi-
rou et prend la direction d’El Hajeb. La route remonte alors
tique jusqu’à Ifrane. Traverser la ville (dont on remarquera
sur le causse et se poursuit en bordure de ce dernier jusqu’à
le cachet architectural si particulier, hérité du temps du pro-
l’arrêt touristique du panorama d’Ito.
tectorat français) et prendre la direction d’Azrou (N8).
Arrêt J6-7 : Le volcan d’El Koudiate au NW d’Ifrane Arrêt J6-8 : Panorama d’Ito : discordance post-
hercynienne sur le Massif central
GPS : 33°30’06”N ; 005°08’12” W ; alt. 1650 m
GPS : 33°32’44”N ; 005°19’18”W ; alt. 1420 m
Stopper à ~4 km du centre-ville, avant l’aéroport. Le cône
strombolien d’El Koudiate, large mais érodé (environ150 m Le célèbre site touristico-géologique est bien localisé à
de haut) se détache vers le NW (fig. 6.2 ; voir aussi carte gauche de la route. Depuis le rebord du causse d’El Hajeb
géologique au 100 000ème, feuille El Hajeb, 1975). Ce volcan (fig. 6.10), constitué par les dolomies du Lias inférieur, on
a émis un ensemble de coulées de basaltes subalcalins qui se bénéficie d’une vue générale sur la partie orientale de la
sont épanchées sur une vingtaine de kilomètres vers le nord. chaîne hercynienne du Massif central marocain, partie très
Elles sont datées entre 1,39 ± 0,12 Ma et 1,14 ± 0,11 Ma (El érodée qui apparaît en contrebas de sa couverture. Cette
Azzouzi et al., 2010). Ces laves à phénocristaux d’olivine, partie de la chaîne est en effet constituée essentiellement
clinopyroxène (augite) et plagioclase (andésine) doivent leur par des flyschs du Viséen supérieur, terrains relativement
saturation en silice à des phénomènes de contamination tendres dans lesquels s’insèrent des lambeaux (nappes gra-
crustale qui se traduisent par la présence de nombreux xé- vitaires) de formations de l’Ordovicien, du Silurien et du
nocristaux de quartz entourés d’auréoles réactionnelles. Dévonien.
Le Jbel Outgui, situé à une vingtaine de kilomètres encore Les mouvements précurseurs de l’orogenèse hercynienne
plus au nord (fig. 6.2), constitue l’édifice volcanique le se sont fait sentir dès la fin du Dévonien pour s’accentuer
plus septentrional du Moyen Atlas. Ses coulées de basaltes durant le Carbonifère inférieur, entraînant une sédimenta-
alcalins, datées entre 0,93 ± 0,10 Ma et 0,89 ± 0,31 Ma (El tion turbiditique. Celle-ci s’est trouvée bientôt prise dans
Azzouzi et al., 2010), atteignent la plaine néogène du Saïs un prisme d’accrétion à vergence NW au front des nappes
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 99

FIG. 6.10 : A : Panorama d’Ito (regard vers le SW).- B : Image satellitaire du site d’Ito (scène Google earth faiblement basculée).
FIG. 6.10 : A : Ito panorama (looking SW-ward).- B : Slightly tilted Google earth image of the Ito area.

de la Meseta orientale. La chaîne plissée a émergé pendant en totalité, par les transgressions du Crétacé supérieur-
le Carbonifère supérieur. Au Permien, sous un climat ru- Eocène. Finalement, le soulèvement et surcreusement du
béfiant, divers bassins intramontagneux comme celui de relief date essentiellement du Néogène, et en dernier lieu
Khenifra (traversé pendant la journée J4) ont accueilli des du Plio-Quaternaire. Les basaltes du J. Outgui, il y a ~1
dépôts plus ou moins grossiers et de laves trachy-andési- Ma, s’écoulent déjà vers le Saïs, et ceux de la région du J.
tiques. L’érosion s’est poursuivie jusqu’à la pénéplanation Hebri vers la cuvette érodée d’Azrou.
de la chaîne avant le Trias. Au sein de la série mésozoïque discordante, il existe une
Une admirable discordance sépare le Paléozoïque, où les discontinuité importante qui se marque par un ravinement
lignes structurales SW-NE sont très apparentes, du Méso- au toit de la dernière coulée basaltique fini-triasique. La
zoïque tabulaire du plateau d’El Hajeb. C’est la discor- série sédimentaire sus-jacente repose localement en "onlap"
dance anté-triasique, déjà rencontrée sous le bassin de sur cette surface érosive. La base détritique de la série re-
Kerrouchen et en Haute Moulouya. Quand donc la péné- manie des éléments basaltiques et constitue un ensemble
plaine anté-triasique a-t-elle été reprise par l’érosion dif- volcano-sédimentaire localisé. Les dépôts pélitiques domi-
férentielle et sculptée pour donner ce relief appalachien, nent dans la partie moyenne, puis passent progressivement
typique du paysage d’Ito ? On a cru longtemps que le Mas- vers le haut à une sédimentation dolomitique. La base de la
sif Hercynien central était restée exondé au Trias-Lias in- dalle dolomitique a livré une association de brachiopodes
férieur, entre le rift atlantique et le rift téthysien de l’Atlas. dite "faune inférieure d’Ito" d’âge Sinémurien supérieur-
Cependant, les études de thermochronologie par traces de Lotharingien inférieur ; elle est surmontée d’une "faune su-
fission sur apatite (Ghorbal et al., 2008 ; Saddiqi et al., périeure d’Ito" située stratigraphiquement près de la limite
2009) ont montré qu’une couverture d’épaisseur avoisi- Lias inférieur-Lias moyen (Colo, 1961).
nant 1,5 km (analogue à celle de la Haute Moulouya ?) le Route : La route N13 se poursuit vers le NNW sur le
recouvrait avant le Jurassique supérieur (voir vol. 8, cir- causse d’El Hajeb pendant près de 20 km. La ville d’El
cuit C14). Une première reprise d’érosion a affecté le Mas- Hajeb est construite sur des travertins étagés sur la rupture
sif central au Crétacé inférieur (cf. les dépôts détritiques de pente (fig. 6.11A) correspondant à la zone de faille bor-
qui l’entourent). Il a été ensuite recouvert largement, sinon dière d’Adarouch-El Hajeb, qui limite le Moyen Atlas ta-
100 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 6.11 : La bordure NE du plateau d’El Hajeb.- A : Image satellitaire Google earth (pivotée et basculée) montrant les épais travertins quaternaires en li-
mite du plateau karstique (Trq).- B : Coupe utilisant les données de sondages dans le bassin du Saïs (extrait de la feuille au 1/100 000 d’El Hajeb).
FIG. 6.11 : Northeastern edge of the El Hajeb plateau.- A : Tilted Google earth image showing the conspicuous Quaternary travertines (Trq) at the border of
the karstic plateau.- B : Cross-section based on drill holes in the Sais Basin (from the geological map of Morocco, scale : 1/100 000, El Hajeb sheet).

bulaire et le Saïs (fig. 6.11B). Deux kilomètres à l’ouest sera suivie de la sédimentation carbonatée liasique. Ce sont
de la ville, quitter la N13 et prendre la direction d’Agou- donc des événements comparables à ceux observés dans le
raï (R402) ; 4 km plus loin prendre la route en direction bassin du Tizi-n-Ghachou (arrêt J4-7, fig. 4.20).
du sud (R712) et rejoindre la vallée de l’oued Defali. Les séries sédimentaires post-paléozoïques situées de part
Arrêt J6-9 : Le volcanisme récurrent infraliasique et d’autre de l’accident d’Adarouch-El Hajeb sont nette-
sur la faille Adarouch-El Hajeb ment différentes (fig. 6.12A). Dans le compartiment SE,
GPS : 33°37’48”N ; 005°26’18”W ; alt. 950 m on trouve une série triasique analogue à celle d’Ito, avec
des couches supra-basaltiques d’épaisseur très réduite. Un
A environ 8 km du carrefour, en rive gauche de l’oued De-
niveau carbonaté intercalé dans la partie médiane de l’en-
fali, dépasser la source de Bou Charrmou et s’arrêter 300 m
semble basaltique d’El Hajeb a livré des faunes d’ostra-
plus au sud. Dans ce secteur, situé juste au NW de l’accident
codes et des palynomorphes du Norien inférieur à moyen
d’Adarouch-El Hajeb, affleure une série supra-basaltique de
(Baudelot et al., 1986). Dans le compartiment NW, de
nature originale définie comme Fm de l’Oued Defali (Cha-
lot et al., 1986). Il s’agit d’un ensemble volcano-sédimen- puissantes séries salifères (Salvan, 1984) sont connues par
taire (fig. 6.12B) dans lequel la sédimentation argilo-silteuse forage au-dessus et au-dessous des épanchements basal-
se trouve associée à une vingtaine de niveaux de projections tiques, (fig. 6.11B), définissant le bassin évaporitique de
volcaniques, cendres, tufs, parfois blocs et, localement, pi- Boufekrane et témoignant de la forte subsidence du bloc
solithes volcaniques (fig. 6.13). Ces manifestations répéti- Agouraï-Boufekrane au Trias.
tives d’un volcanisme explosif succèdent au volcanisme Route : On reprend la R712 vers le NW en direction de
fissural et précèdent ou s’associent à la deuxième phase de Meknès dans les formations superficielles et les terrains
développement du bassin évaporitique de Boufekrane, qui pliocènes du plateau de Meknès.
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 101

FIG. 6.12 : A : Cadre structural du volcanisme infraliasique dans la région d’El Hajeb.- B : Détail de la série volcano-sédimentaire de l’oued Defali (Ouarhache et al., soumis).
FIG. 6.12 : A : Structural framework of the El Hajeb Infra-Liassic volcanism. – B : Stratigraphic column of the Oued Defali volcano-sedimentary deposits (Ouarhache et al.,
submitted).

FIG. 6.13 : Pisolites volcaniques associés au volcanisme explosif de l’oued Defali. A gauche : niveaux à pisolites volcaniques ; à droite : microphotographie des pisolites.
FIG. 6.13 : Volcanic pisolites within the Infra-Liassic sedimentation (Oued Defali Fm).- Left : layers of volcanic pisolites ; right : microphotography of these pisolites.
102 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

Arrêt J6-10 : Le Néogène du Saïs de Meknès continuant la N13 au-delà de Boufekrane, atteindre la N6
GPS : 33°51’20”N ; 005°40’06”W ; alt. 420 m qui contourne Meknès et poursuivre en direction de Rabat
jusqu’au carrefour Meknès–Oulmès. A ce carrefour, prendre
XV- Le Saïs, plateau néogène entre Rif et Atlas
la R701 en direction du SW pendant 4,5 km. Stopper en bor-
(Kh. Boumir)
dure du plateau (coordonnées indiquées) et poursuivre à
Le Saïs est un plateau néogène préservé dans une partie du pied à la découverte du superbe panorama coloré sur la val-
sillon sud-rifain, entre la région de Meknès à l’ouest et lée de l’Oued El Kell (fig. 6.14). Du fond de la vallée
celle de Fès à l’est. Au Miocène supérieur, l’avant-fosse jusqu’au bord du plateau, on observe la succession suivante :
du Rif est comblée par une série qui débute par des faciès
- Fm des Marnes grises de Fès, dépôts marins du sillon
transgressifs surmontés par la formation des Marnes bleues
tortono-messiniennes (arrêts J1-1-3). Au-dessus se déve- sud-rifain, d’âge Tortono-Messinien ;
loppe, dans le secteur de Meknès, la Formation des Sables - Fm des Sables fauves marins littoraux (Boumir, 1987)
fauves datée du Pliocène moyen : zone à Globorotalia cras- épais de 60-80 m, avec de bas en haut des sables fauves
saformis (Wernli, 1988, Dayja et al., 2005). La série se (jaune orangé), des sables fauves fortement rubéfiés,
poursuit par des dépôts continentaux fluvio-lacustres/pa- enfin des sables décolorés présentant des traces de ra-
lustres, attribués au Pliocène moyen à supérieur par des cines (fig. 6. 14B) ;
restes de micromammifères (Jaeger, in Fassi, 1999), et se
- Fm des Calcaires lacustres/ palustres du Saïs, précédés
termine par des dépôts fluviatiles quaternaires.
par une croûte de manganèse (fig. 6. 14C) et s’organisant
La rubéfaction des sables pliocènes, si typique du Saïs, est due en séquences métriques.
à une paléoaltération à tendance ferrallitique. Ce type de pa-
Fin de l’excursion C6. Retour à Fès possible par auto-
léosol, qui est plus développé dans d'autres régions du bassin
route (50 km).
(Boumir, 1990), marque l'émersion définitive du bassin du Saïs
au Pliocène moyen. La redistribution des oxy-hydroxydes de Remerciements : Les auteurs remercient vivement le profes-
fer par les eaux phréatiques et météoriques a permis la mar- seur A. Michard pour les dynamiques et fructueux échanges
morisation des sables du plateau de Meknès, d'où le qualifica- concernant la tectonique de la plupart des secteurs visités ainsi
tif de "fauves" (Taltasse, 1953). On retrouvera dans cet ouvrage que pour son aide dans la mise en forme définitive de nom-
les bases de la géologie des Calcaires lacustres du Saïs et, pour breuses figures. Ils remercient également les collègues Kh.
une actualisation, on se réfèrera aux travaux de Plaziat & Ah-
Boumir (Univ. de Fès), à propos du Néogène du Saïs, et M.
mamou (1998), Fassi (1999) et M. Ahmamou (2002).
El Azzouzi (Univ. de Rabat Agdal) et R. Maury (Univ. de
Le meilleur site d’observation se situe au SW de Meknès. En Brest) pour l'étude du volcanisme du Moyen Atlas.

FIG. 6.14 : Le Néogène du plateau de Meknès au SW


de la ville. - A : Vue panoramique sur la rive droite de
la vallée de l’oued El Kell.- B : zone de passage entre
Sables fauves et Calcaires lacustres. - C : Détail du
contact entre les deux formations montrant localement
une croûte de manganèse.
FIG. 6.14 : The Néogène plateau, SW of Meknes city. -
A : View of the right bank of oued El Kell valley.- B :
Transition from the Sables fauves (yellow sands) and
the lacustrine limestones. - C : Close up of the transi-
tion with Mn crust.
CIRCUIT C6 : LE MOYEN ATLAS 103

Références Continental Breakup and the Origin of the Atlantic Ocean and
Passive Margins. Developments in Geotectonics, 22, 477-497.
AHMAMOU M. & CHALOUAN A. (1988) : Distension synsédimentaire plio-
BENSHILI KH. (1989) : Lias-Dogger du Moyen Atlas plissé (Maroc), sédi-
quaternaire et rotation anti-horaire des contraintes au Quaternaire
mentologie, biostratigraphie et évolution paléogéographique. Doc.
ancien sur la botrdure nord du bassin du Saïs (Maroc). Bull. Inst.
Lab. Géol., Lyon, 106, 285 p.
Sci. Rabat, 12, 19-26.
BENSHILI KH. (1990) : Le Bajocien inférieur du Moyen Atlas plissé
AHMAMOU M. (2002) : Evolution et dynamique sédimentaires des carbo-
(Maroc). Mem. Descr. Carta Geol. It. 40, 71-84.
nates fluvio-lacustres plio-quaternaires dans le Saïs de Fès
(Maroc). Thèse Doct. d’Etat, Université Mohammed V, Rabat, BENSHILI KH. & ELMI S. (1994) : Enregistrement biostratigraphique et sé-
255p. quentiel des événements toarciens-bajociens dans le Moyen Atlas
plissé (Maroc). Miscellanea Serv. Geol. Naz., 5, 277-283.
AKASBI A., SADKI D., AKHSSAS A. & FEDAN B. (2001) : Dynamique sédi-
mentaire et contrôle tectono-eustatique des dépôts dans l’inter- BENSON R.H. & RAKIC-EL BIED K. (1996) : The Bou Regreg section, Mo-
valle Toarcien supérieur-Bajocien inférieur du sud-est du Moyen rocco: proposed Global Boundary Stratotype Section and Point
Atlas plissé (Maroc). Bull. Inst. Sci. Rabat (Sci. Terre), 23, 39-46. of the Pliocene. Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, 383, 51-149.
AKASBI A., AKHSSAS A. & FEDAN B. (1993) : Données préliminaires sur la BERRAHMA M. (1995) : Etudes pétrologiques des laves récentes du massif
découverte des calciturbidites jurassiques dans le Moyen Atlas du Siroua (Anti-Atlas, Maroc). Notes Mém. Serv. Géol. Maroc,
(Maroc). 14th meeting I.A.S Marrakech, Avril 1993, p 25. 380, 39p.
AKHSSAS A. (1993) : Le Moyen Atlas nord-oriental au Lias : contexte géo- BOUMIR KH. (1987) : Nouvelle interprétation de la mise en place des sables
dynamique méso-cénozoïque ; comparaison avec le bassin de fauves dans le bassin du Saïs (Maroc). Dipl. 3ème cycle, Univ. Sidi
Guercif et les Hauts Plateaux. Thèse de 3ème cycle, Univ. Mo- Med Ben Abdallah Fes, 180p.
hammed V. Rabat, 202 p. BOUMIR KH. (1990) : Paléoenvironnements de dépôts et transformations
ANDREU B. (1991) : Les ostracodes du Crétacé moyen (Barrémien à Turo- post-sédimentaires des Sables fauves du Sais (Maroc). Thèse
nien), le long d’une transversale Agadir-Nador (Maroc). Strata, 2, Univ. Nancy, 176 p.
14, 765p. CAILLEUX Y., GONORD H., LE GUERN M. & SAUVAGE M. (1983) : Taphro-
ANDREU B. & CHARRIÈRE A. (1986) : Données stratigraphiques et sédi- genèse et magmatisme permien dans le Maroc central. Bull. Fac.
mentologiques nouvelles sur le Crétacé du synclinal de Tighboula Sci., Marrakech, 1, 24-39.
(Moyen Atlas, Maroc). P.I.C.G. n° 183, Rev. Fac. Sci. Marra- CHALOT-PRAT F., CHARRIÈRE A. & OUARHACHE D. (1986) : Découverte d'un
kech, 2, 5-29. volcanisme explosif fini-triasique sur la bordure occidentale du
ANDREU B., CANÉROT J., CHARRIÈRE A. & FEIST M. (1988) : Mise en évi- Moyen Atlas (Maroc). PICG-UNESCO 183, Bull. Fac. Sci. Mar-
dence du Wealdien (Barrémien) dans le Moyen-Atlas (région de rakech, Sci. Terre, 2, 127-141.
Boulmane, Maroc). C.R.Acad.Sci.Paris, 307, II, 20, 2069-2075. CHALOUAN A., GALINDO-ZALDIVAR J., AKIL M., MARIN C., CHALBI A.,
ANDREU B., CHARRIÈRE A., MAGNÉ J., TRONCHETTI G. & VILA J.M. (1995) : RUANO P., BARGACH K., SANZ DE CALDEANO C., BENMAKHLOUF
Etude micropaléontologique du Sénonien du synclinal de Tigh- M., AHMAMOU M., & GOURARI L. (2006) : Tectonic wedge ex-
boula, Moyen-Atlas, Maroc : biostratigraphie et paléoenvironne- pultion in the southwestern front of the Rif cordillera (Morocco),
ments. Geobios, 28, 3, 281-291. in Moratti, G., Chalouan A. (Eds), Tectonics of the western
ANDREU B. & TRONCHETTI G. (1996) : Ostracodes et foraminifères du Cré- Mediterranean and North Africa, Geol. Soc. London , Spec. Publ.,
tacé supérieur du synclinal d’El Koubbat. Moyen Atlas. Maroc. 262, 101-118
Geobios, 39, 1, 45-71. CHAMAYOU J., COMB M., GENETIER B. & LECLERC C. (1975) : Le bassin de
ARBOLEYA M.L., TEIXELL A., CHARROUD M., & JULIVERT M. (2004) : A Meknès – Fès. In Ressources en Eau du Maroc, Plaines et bas-
structural transect through the High and Middle Atlas of Morocco. sins du Maroc Atlantique. Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, 231,
J. Afr. Earth Sci. 39, 319-327. 2, 41-71.

BABAULT J., TEIXELL A., ARBOLEYA M.L. & CHARROUD M. (2008) : A late CHARRIÈRE A. (1984) : Evolution néogène de bassins continentaux et ma-
Cenozoic age long-wavelength surface upflit of the Atlas moun- rins dans le Moyen Atlas central (Maroc). Bull. Soc. géol. Fr., 7,
tains. Terra Nova 20, 102-107. 6, 1127-1136.

BASSOULLET J.P., LACHKAR G., BAUDIN F., BENSHILI KH., BLANC PH., BOU- CHARRIÈRE A. (1989) : Mise en évidence de différents ensembles lithos-
TAKIOUT M., DEPÊCHE F., ELMI S. & RUGET CH. (1991) : Strati-
tratigraphiques et structuraux dans le socle du Moyen Atlas tabu-
graphie intégrée dans le Toarcien du Maroc (Rides sud-rifaines et laire. P.I.C.G. n° 27, Rabat 1983. Notes et Mém. Serv. géol. Maroc,
Moyen Atlas). Bull. Soc. Géol. France, 161, 5, 825-839. 335, 37-48.
BAUDELOT S. & CHARRIÈRE A. (1983) : Définition et datation palynolo- CHARRIÈRE A. (1989) : Carte géologique à 1/100 000 : Feuille de Sefrou.
gique (Hettangien inférieur) de la Formation de Harira, niveau de Notes et Mém. Serv. géol. Maroc, 354.
décollement sous les formations dolomitiques de causse moyen CHARRIÈRE A. (1990) : Héritage hercynien et évolution géodynamique al-
atlasique (Maroc). C. R. Acad. Sc. Paris, 296, II, 23, 1807-1812. pine d'une chaîne intracontinentale : le Moyen Atlas au SE de Fès
BAUDELOT S., CHARRIÈRE A., OUARHACHE D. & SABAOUI A. (1990) : Don- (Maroc). Thèse d’Etat, Univ. Toulouse III, 589 p.
nées palynologiques nouvelles concernant l’Ordovicien et le CHARRIÈRE A. & VILA J.M. (1991) : Découverte d'Aptien marin à forami-
Trias-Lias du Moyen Atlas tabulaire (Maroc). Géol. Méditerra- nifères dans le Moyen-Atlas (Maroc) : un golfe mésogéen à tra-
néenne, Marseille, 17, 3-4, 263-277. vers la "Terre des Idrissides". C.R.Acad.Sci.Paris, 313, II,
BAUDELOT S., COLIN J. P. & OUARHACHE D. (1986) : Le niveau sédimen- 1579-1586.
taire associé aux basaltes triasiques sur la bordure septentrionale CHARRIÈRE A. (1992) : Discontinuités entre les "Couches rouges" du Ju-
du Causse d’El Hajeb (Maroc): données palynologiques et mi- rassique moyen et du Crétacé inférieur dans le Moyen-Atlas
cropaléontologiques. Rev. de paléobiol., Genève, 5, 2, 281-287. (Maroc). C.R.Acad.Sci.Paris, 315, II, 1389-1396.
BEAUCHAMP J. (1988) : Triassic sedimentation and rifting in the High Atlas CHARRIÈRE A., DRESNAY R. DU & IZART A. (1994a) : Approche quantitative
(Morocco). In: Manspeizer W. (Ed), Triassic-Jurassic Rifting: de la subsidence du bassin moyen atlasique (Maroc) au jurassique
104 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

inférieur et moyen. C. R. Acad. Sci. Paris, 318, II, 829- 835. DRESNAY R. DU (1971) : Extension et développement de phénomènes réci-
CHARRIÈRE A., DEPÊCHE F., FEIST M., GRAMBAST-FESSARD N., JAFFREZO M., faux jurassiques dans le domaine atlasique marocain, particuliè-
PEYBERNÈS B. ET RAMALHO M. (1994b) : Microfaunes, micro- rement au Lias moyen. Bull. Soc. Géol. France. (7), XIII, 1-2,
flores et paléoenvironnements successifs dans la Formation d'El 46-56.
Mers (Bathonien - ? Callovien) du synclinal de Skoura (Moyen- DRESNAY R. DU (1975) : Le milieu récifal fossile du Jurassique inférieur
Atlas ; Maroc). Geobios, 27, 2, 157-174. (Lias) dans le domaine des chaînes atlasiques du Maroc. Mém.
CHARRIÈRE A. (1996) : Contexte paléogéographique et paléotectonique de BRGM. Orléans, 296-312.
la formation des bassins crétacés du Moyen-Atlas (Maroc), à la lu- DRESNAY R. DU (1979) : Sédiments Jurassiques du domaine des chaînes at-
mière des données stratigraphiques récentes. Bull. Soc. géol. Fr., lasiques du Maroc.- Symposium sédim. Jurassique ouest euro-
167, 617-626. péen. - A.S.F., Publ. spéc., 1, 345-365.
CHARRIÈRE A, ANDREU B., CISZAK R., KENNEDY W.J., ROSSI A. & VILA J.M. DRESNAY R. DU (1988) : Recent data on the Geoloy of the Middle-Atlas .
(1998) : La transgression du Cénomanien supérieur dans la Haute- In V.H. Jacobshagen (Ed.), The Atlas system of Morocco,
Moulouya et le Moyen Atlas méridional, Maroc. Geobios, 31, 5, Springer Verlag, Berlin, 15, 294-320.
551-569. DRESNAY R. DU & SUTER G. (1975) : Carte à 1/100 000 : Feuille d'El Hajeb.
CHARRIÈRE A. (2000) : Une interprétation de l’évolution structurale de la Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, Rabat, 160.
marge atlasique marocaine entre le Lias et le Dogger.- Séance spé- DUBAR G. (1962) : Note sur la paléogéographie du Lias Marocain.- In :
cialisée SGF/ CFS /AGSO, les événements du passage Lias-Dog- Livre à la mémoire du Professeur P. Fallot, Soc. Géol. France, 1,
ger.Strata, 1, 10, 114-116. 529- 544.
CHARROUD A. (1995) : Le bassin triasico-liasique de Kerrouchène. Un DUBAR G. (1942) : Etudes paléontologiques sur sur le Lias du Maroc. Bra-
exemple d’inversions négative et positive. Thèse de 3ème cycle, chiopodes : Térébratules et Zeilleries multiplissées. Notes et Mém.
Univ. Mohammed V Rabat, 165 p. Serv. Géol. Maroc, 57 104 p.
CHARROUD A., CHARROUD M., FEDAN B., LAVILLE E., RIOULT M., PIQUE DUBAR G. (1943) : Note explicative de la carte Géologique provisoire du
A., & DU DRESNAY R. (1996) : Dynamique sédimentaire des for- Haut Atlas de Midelt au 1/ 200 000 (feuille de Midelt et de Rhé-
mations triasiques du Moyen Atlas méridional - In : Le Permien ris). Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, 59 bis.
et le Trias du Maroc : état des connaissances. Pumag (Ed Medina,
DUÉE G., HERVOUET T., LAVILLE E., LUCA P. & ROBILLARD D. (1977 ) :
F.), 269-289.
L'accident nord moyen atlasique dans la région de Boulemane
CHARROUD M. (1990) : Evolution géodynamique de la partie sud-ouest du (Maroc) : une zone de coulissement synsédimentaire. Ann. Soc.
Moyen Atlas durant le passage jurassique-Crétacé, le Crétacé et le Géol. Nord, Lille, XCVIII, 145-162.
Paléogène : un exemple d’évolution intraplaque. Thèse 3ème cycle
DUTOUR A. (1985) : Etude géomorphologique de la partie occidentale de la
Univ Mohammed V Rabat, 219p.
Haute Moulouya (Maroc). Thèse Univ Poitiers, Centre interuni-
CHOUBERT G. & FAURE-MURET A. (1967) : Le Jurassique de la région d’El veristaire d’études Méditerranéennes, 280p.
Mers-Skoura. Notes Mém. Serv. Géol. Maroc, 200, 1-32.
EL ARABI E.H. (2007) : La série permienne et triasique du rift haut-atlas-
CISZAK R., ANDREU B., CHARRIÈRE A., ETTACHFINI E.M. & ROSSI A. (1999) : ique. Nouvelles datations et évolution tectono-sédimentaire.
Le Crétacé anté-Turonien du Moyen Atlas méridional et de la Thèse Doct. Etat Univ. Casablanca, 220 p.
Haute Moulouya (Maroc) : Stratigraphie séquentielle et Paléo-
EL ARABI E.H., HAFID M., FERRANDINI J. & ESSAMOUD R. (2006) : Inter-
géoenvironnements. Séance spéc. S.G.F. « Marges téthysiennes
prétation de la série syn-rift haut atlasique en terme de séquences
d'Afrique du Nord ». Bull. Soc. géol. Fr., 170, 5, 451-464. tectono-stratigraphiques, transversale de Telouet, Haut Atlas
COLIN J. P. & TABUCE R. (2004) : Ostracodes limniques de la Formation (Maroc). Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, 514, 93-102.
d’Irbzer, Crétacé terminal du Moyen Atlas, Maroc : taxonomie, EL ARABI H. CANÉROT J. & CHARRIÈRE A. (1986) : Dynamique récifale et
biostratigraphie, paléoécologie, paléobiogéographie. Rev. de Mi- tectonique distensive en blocs basculés : l'exemple des récifs lia-
cropal., 47, 103-109. siques du bloc de Guigou (Causse moyen atlasique, Maroc). Arch.
COLO G. (1961) : Contribution à l'étude du Jurassique du Moyen Atlas sep- Sc. Genève, 40, 3, 259-271.
tentrional. Notes et Mém. du Serv. Géol. Maroc, 139, 226p. EL ARABI H. (1987) : Etude stratigraphique et sédimentologique du Lias
DAGALLIER G. (1977) : Une série carbonatée littorale : le Lias moyen aux confins du Causse moyen atlasique et du Moyen Atlas plissé.
(Plomb et Barytine) de Mibladène Maroc. Dolomitisation et dis- Thèse 3ème cycle Univ. Toulouse III, 199 p.
solution polyphasées en environnements tectoniques semi-mo- EL ARABI H., CHARRIÈRE A., SABAOUI A., OUHHABI B., KERCHAOUI S., BOU-
bile. Sciences de la terre, Nancy, XXI, 1, 53-101. TAKIOUT M. & LAADILA M. (1999) : Le Toarcien et l’Aalénien
DAOUDI L., CHARROUD M., DECONINCK J.F. & BOUABDELLI M. (1995) : dans le nord du Moyen Atlas plissé (Maroc) : diversité de l’enre-
Distribution et origine des minéraux argileux des formations cré- gistrement sédimentaire et reconstitution du contexte paléogéo-
tacé-éocène du Moyen Atlas sud occidental (Maroc) : signification graphique. Bull. Soc. géol. Fr., 170, 629-641.
paléogéographique. Ann Soc. Géol. du Nord, 4, 31-41. EL ARABI H., OUHHABI B. & CHARRIERE A. (2001) : Les séries du Toar-
DAYJA D., JANIN M. & BOUTAKIOUT M. (2005) : Biochronologie et corré- cien-Aalénien du SW du Moyen-Atlas (Maroc) : précisions stra-
lation des bassins néogènes du couloir sud-rifain (Maroc) fondées tigraphiques et signification paléogéographique. Bull. Soc. géol.
sur les événements de foraminifères planctoniques et de nanno- Fr. 172, 723-736.
fossiles calcaires. Rev. Micropal., 48, 3, 141-157. EL ARABI H. (2001) : La plate-forme carbonatée jurassique (Hettangien ?-
DAYJA D. & BIGNOT G. (2005) : Heterostegina papyracea seguenza du Aalénien) du Moyen Atlas occidental (Maroc), zone de transition
Miocène du corridor sud-rifain (Maroc) : biométrie et particula- entre le sillon Moyen atlasique et le bassin occidental du Selloum.
rités paléoécologiques. Geobios, 38, 2, 187-19. Thèse Doctorat d’Etat, Univ. Sidi Med Ben Abdellah, Fès, 294 p.
DRESNAY R. DU (1963) : Données stratigraphiques complémentaires sur le EL ARABI H., CANÉROT J., OUHHABI B., CHARRIERE A. & KERCHAOUI S.
Jurassique moyen des synclinaux d’El Mers et de Skoura (Moyen- (2004) : The Selloum Basin : new element of the Middle Liassic
Atlas, Maroc). Bull. Soc. Géol. France. (7), V, 6, 883-900. paleogeography in the southern Middle Atlas (Morocco). Jour-
105

nal of Earth Sciences, 39, 393-400. crochements : Le Moyen Atlas (Maroc) durant le Méso-Céno-
EL AZZOUZI, M., BERNARD-GRIFFITHS J., BELLON H., MAURY R.C., PIQUÉ zoique. Thèse Doctorat Etat, Trav. Instit. Sci., Rabat (1989), sér.
A., FOURCADE S., COTTEN J. & HERNANDEZ J. (1999) : Evolution Géologie – Géographie physique, 18, 142 p.
of the sources of Moroccan volcanism during the Neogene. C. R. FIECHTNER L., FRIEDDRICHSEN H. & HAMMERSCHMIDT K. (1992) : Geo-
Acad. Sci. Paris, 329, 95-102. chemistry and geochronology of early Mesozoic tholeiites from
EL AZZOUZI M., MAURY R.C., FOURCADE S., COULON C., BELLON H., OUA- Central Morocco. Geologische Rundschau, Stuttgart, 81/1, 45-62.
BADI A., SEMROUD B., MEGARTSI M., COTTEN J., BELANTEUR O., FRIZON DELAMOTTE, D., SAINT BÉZAR B., BRACÈNE R. & MERCIER E.
LOUNI-HACINI A., COUTELLE A., PIQUÉ A., CAPDEVILA R., HER- (2000) : The two main steps of the Atlas building and geody-
NANDEZ J. & REHAULT J.-P. (2003) : Evolution spatiale et tempo- namics of the western Mediterranean, Tectonics, 19, 740-761.
relle du magmatisme néogène de la marge septentrionale du FRIZON DE LAMOTTE D., ZIZI M., MISSENARD Y., HAFID M., EL AZZOUZI
Maghreb: manifestation d'un détachement lithosphérique, Notes R.C., MAURY R ., CHARRIÈRE A., TAKI Z., BENAMMI M. &
Mém. Serv. Géol. Maroc, 447, 107-116. MICHARD A. (2008] : The Atlas system. . In A Michard, O. Sad-
EL AZZOUZI M., MAURY R.C., BELLON H., YOUBI N., COTTEN J. & KHAR- diqi, A.Chalouan A. & Frizon de Lamotte D. (Eds.), Continental
BOUCH F. (2010) : Petrology and K-Ar chronology of the Neo- Evolution : The Geology of Morocco. Lecture Notes in Earth Sci-
gene-Quaternary Middle Atlas basaltic province, Morocco. Bull. ences, Springer Verlag,, Berlin Heidelberg, 116, 133-202.
Soc. géol. Fr., 181, 239-253. FRIZON DE LAMOTTE D., LETURMY P., MISSENARD Y., KHOMSI S., RUIZ G.,
EL HAMMICHI F. (2002) : Le Moyen Atlas sud-occidental (Maroc) au Lias- SADDIQI O., GUILLOCHEAU F. & MICHARD A. (2009] : Mesozoic
Dogger : contexte géodynamique, biostratigraphie (ammonites) and Cenozoic vertical movements in the Atlas system (Algeria,
et évolution paléogéographique. Thèse de Doctorat d’Etat, Uni- Morocco, Tunisia) : An overview. Tectonophysics 475, 9-28.
versité Mohammed V, Rabat, 221 p. GARCIA G., TABUCE R., CAPETTA H., MARANDAT B., BENTALEB I., BENAB-
EL HAMMICHI F., ELMI S., FAURE-MURET A. & BENSHILI KH. (2002) : Une DALLAH A. & VIANEY-LIAUD M. (2003) : First record of dinosaur
plate-forme en distension, témoin de phases pré-accrétion téthy- eggshells and teeth from the north-west African maastrichtian
sienne en Afrique du Nord pendant le Toarcien-Aalénien (syncli- (Morocco). Palaeovertebrata, Montpellier, 32, 2-4, 59-69.
nal Iguer Awragh-Afennourir, Moyen Atlas, Maroc). C. R. GASQUET D., STUSSI J.M., NACHIT H. (1996) : Les granitoides hercyniens
Geosciences, 334, 1003-1010. du Maroc dans le cadre de l’évolution géodynamique régionale.
EL HAMMICHI, BENSHILI KH & TABYAOUI H. (2007) : L’instabilité dyna- Bull. Soc. Géol. Fr., 167, 517-528
mique pendant le Toarcien dans le Moyen Atlas (Maroc) : mise en GERAADS D., AMANI F. & HUBLIN J.J. (1992) : Le gisement pleistocène
évidence de glissements synsédimentaires dans le synclinal de moyen de l’Aïn Maarouf près d’El Hajeb, Maroc : présence d’un
Bou Angar. Ciencias de la Terra (UNL), Lisboa, 16, 135-141. Hominidé. C. R. Acad. Sci. Paris, 314, II, 319-323.
EL HAMZAOUI O. & LACHKHEM H. (1996) : Les affleurements récifaux du GERRADS, D. & AMANI, F., 1997. La faune du gisement à Homo erectus de
Miocène terminal dans la région de Tazouta (sud-est de Fès) : ana- l'Aïn Maarouf près d’El Hajeb (Maroc). L'anthropologie, 101,
lyse paléoécologique et cadre paléogéographique. Mines Géolo- 522-530
gie & Energie, Rabat, 55, 31-38.
GHORBAL B., BERTOTTI G., FOEKEN J. & ANDRIESSEN P. (2008) : Unex-
EL HAMZAOUI O. (2000) : Les faciès récifaux d’âge Miocène terminal au pected vertical Jurassic to Neogene movements in “stable” parts
sud-est de Fès (bordure sud du Sillon Sud Rifain ; Maroc septen- of NW Africa revealed by low temperature geochronology. Terra
trional) : paléoenvironnements et paléogéographie. Thèse Doct Nova, 20, 355-366.
Etat Univ. Fès, 245p.
GIESE, P. & JACOBSHAGEN V. (1992) : Inversion tectonics of intracontinen-
EL HAMZAOUI O. & LACHKHEM H. (2003) : Le phénomène récifal d’âge tal ranges : High and Middle Atlas, Morocco. Geol. Rundsch., 81,
Miocène terminal au SE de Fès (bordure sud du couloir Sud Ri- 249-259.
fain occidental ; Maroc septentrional) : synthèse paléoenvironne-
GOMEZ, F., ALLMENDINGER R., BARAZANGUI M., ER-RAJI A & DAHMANI M.
mentale. Notes Mém. Serv. Géol. Maroc, 447, 117-128.
(1998) : Crustal shortening and vertical strain partitioning in the
EL MOURAOUAH A.E.A., DIOT H., EL AMRANI I. (1993) : Les massifs gra- Middle Atlas mountains of Morocco. Tectonics, 17, 520-533.
nitiques de la Haute Moulouya : laccolites granitiques en meseta
GOURARI L. (2001) : Etude hydrochimique, morphologique, sédimentolo-
marocaine orientale. C. R. Acad. Sci. Paris, 317, 1469-1476.
gique et pétrographique des dépôts travertino-détritiques actuels
EL WARTITI M. (1990) : Le Permien du Maroc mésétien : étude géologique et plio-quaternaires du bassin karstique de l’oued Aggay (Causse
et implications paléogéographiques. Thèse de Doctorat Es de Sefrou, Maroc). Thèse de Doctorat d’Etat Univ. Sidi Moha-
Sciences Université Mohammed V, Rabat, 501p. med Ben Abdellah Fès, 421p.
EL WARTITI M. (1996) : Synthèse sur le Permien du Maroc. F. Medina GRADSTEIN F. M. et al (2004) : International stratigraphic chart,
(éd.) : Le Permien et le Trias du Maroc : état des connaissances. http://www.stratigraphy.org/chus.pdf, Stratigraphy I.C.O. Ed.
Edition Pumag, Marakkech, 1-17.
GUEX J. (1973) : Aperçu biostratigraphique sur le Toarcien inférieur du
ENSSLIN R. (1992) : Cretaceous synsedimentary tectonics in the Atlas sys- Moyen Atlas marocain et discussions sur la zonation de ce sous-
tem of Central Morocco. Geologische Rundschau, 81/1, 91-104 étage dans les séries méditerranéennes. Eclogea geol. Helv., 66,
FASSI D. (1999) : les formations superficielles du Saiss de Fès et de Mek- 3, 493-523.
nès. Du temps géologique à l’utilisation actuelle des sols. Notes HARDENBOLD. Y (Cood.) (1998) : Mesozoic and cenozoic cycle charts. In :
et Mém. Serv. Géol. Maroc, 389, 527 p. P.C. Graciansky, J. Hardenbold , T. Jacquin, A. Farley & P.R. Vail
FAURE-MURET A. & MESLOUH S. (2005) : Carte Géologique du Maroc 1/50 (Eds), Mesozoic and Cenozoic sequence stratigraphy et Europeen
000, feuille d'Azrou. Notes Mém. Serv. Géol. Maroc, 461. basins sp. publ., 60, 583-622
FEDAN B., LAVILLE E. & EL MEZGUELDI (1989) : Le bassin jurassique du HARMAND & CANTAGREL (1984) : le volcanisme alcalin tertiaire et quater-
Moyen Atlas (Maroc) : un exemple de bassin sur relais de décro- naire du Moyen Atlas (Maroc) : chronologie K/Ar et cadre géo-
chements. Bull. Soc. Géol. Fr., V, 6, 1123-1136. dynamique. J. Afr. Earth Sciences, 2, 1, 51-55.
FEDAN B. (1993) : Evolution géodynamique d'un bassin intraplaque sur dé- HERBIG H. G. (1988) : Synsedimentary tectonics in the northern Middle
106 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

Atlas (Morocco) during the late Cretaceous and Tertiary. In : Ja- MONGIN D. (1967) : Les mollusques du Bathonien saumâtre du Moyen
cobshagen V. H. (Ed.) : The Atlas system of Morocco. Lecture Atlas. Notes Mém. Serv. Géol. Maroc, 200, 37-92.
Notes in Earth Sciences, 15, Springer Verlag, 321-337. MOREL J.L., ZOUINE EL M. & POISSON A. (1993) : Relations entre la sub-
HERBIG H.G. (1993) : Stratigraphy, facies, and synsedimentary tectonics sidence des bassins moulouyens et la création de reliefs atlasiques
of the post-Middle Eocene Tertiary, Middle Atlas west of Boule- (Maroc) : un exemple d’inversion tectonique depuis le Néogène.
mane (Morocco). N. Jb. Paläont. Abh. 188 1-50. Bull. Soc. Géol. Fr. 164, 1, 79-91.
HERBIG H. G. & FECHNER G.G. (1994) : Cretaceous and early Tertiary NOMADE S., KNIGHT K.B., BEUTEL E., RENNE P.R., VÉRATI C., FÉRAUD G.,
stratigraphy, facies and palynology of the eastern Bou Angueur MARZOLI A., YOUBI N. & BERTRAND H. (2007) : Chronology of
syncline, Middle Atlas mountains, Morocco. Z. dt. geol. Ges., 145, the Central Atlantic Magmatic Province: Implications for the Cen-
249-273. tral Atlantic rifting processes and the Triassic–Jurassic biotic cri-
HERBIG H.G. & TRAPPE J. (1994) : Stratigraphy of the Subatlas Group sis. Pal. Pal. Pal., 326-343.
(Maastrichtian-Middle Eocene, Morocco). Newsl. Stratigr. 30, OUARHACHE D. (1987) : Etude géologique dans le Paléozoïque et le Trias
125-165. de la bordure NW du Causse moyen atlasique (S et SW de Fès,
HINAJE S., AÏT BRAHIM L. & GOURARI L. (2002) : Rôle de la tectonique Maroc). Thèse 3ème cycle Univ. Toulouse III, 130 p.
cassante polyphasée (du Miocène à l’actuel) dans la genèse du OUARHACHE D., CHARRIÈRE A., CHALOT-PRAT F. & EL WARTITI M.
tracé hydrographique de la vallée de l’oued Aggay et l’effondre- (2000) : Sédimentation détritique continentale synchrone d’un
ment du bassin de Sefrou (bordure NW du Moyen Atlas, Maroc). volcanisme explosif dans le Trias terminal à Infra-Lias du do-
Africa Geoscience Review, 9, 2, 171-181. maine atlasique (Haute Moulouya, Maroc). J. Afr. Earth Sci.,
HOEPFFNER C. (1978) : Le massif paléozoïque du Tazekka (Maroc) ; ana- 31, 3-4, 555-570.
lyse des déformations liées à un linéament tectonique. Sci. Geol. OUARHACHE D. (2002) : Sédimentation et volcanismes (effusif et explosif)
Bull. Strasbourg, 31, 1, 33-44. associés au rifting triasique et infraliasique dans le Moyen Atlas
JAEGER J.J., MICHAUX J. & DAVID B. (1973) : Biochronologie du Miocène sud-occidental et la Haute Moulouya (Maroc). Thèse Doctorat
moyen et supérieur continental du Maghreb. C R. Acad. Sci. Paris, Es-Sci., Université Mohamed V Rabat, 282 p.
277, 2477-2480. OUARHACHE D., CHARRIÈRE A., CHALOT-PRAT F. & EL WARTITI M. (sou-
LAADILA M. (1996) : Stades de l'évolution de la plate-forme carbonatée lia- mis) : Chronologie et modalités du rifting triasico-liasique à la
sique du Moyen Atlas (Maroc). Thèse de Doctorat d'Etat Univ. marge sud-ouest de la Téthys alpine (Moyen Atlas et Haute Mou-
Mohamed V, Rabat, 427 p. louya, Maroc) ; corrélation avec le rifting atlantique. Bull. Soc.
géol. Fr. (soumis).
LACHKAR G., OUARHACHE D. & CHARRIÈRE A. (2000) : Nouvelles données
palynologiques sur les formations sédimentaires associées aux ba- OUKEMENI D., BOURNE J. H. & KROGH T. E. (1995) : Géochronologie U-
saltes triasiques du Moyen Atlas et de la Haute Moulouya Pb sur zircon du pluton d’Ahouli, Haute Moulouya. Maroc. Bull.
(Maroc). Revue de Micropal., 43, 4, 281-299. Soc. Géol. France, 166, 1, 15-21.
LAPPARENT A.F. DE (1955) : Etude paléontologique des vertébrés du Juras- PIQUÉ A. & LAVILLE E. (1995) : L'ouverture initiale de l'Atlantique central.
sique d’El Mers (Moyen Atlas). Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, Bull. Soc. Géol. France, 166, 6, 725-738.
124, 1-36. PLAZIAT J-S. & AHMAMOU M. (1998) : Les différents mécanismes à l’ori-
LAVILLE E & PIQUÉ A. (1991) : La distension crustale atlantique et atlasique gine de la diversité des séismites, leur identification dans le Plio-
au Maroc au début du Mésozoïque : le rejeu des structures her- cène de Saïs de Fès et de Meknès (Maroc) et leur signification
cyniennes. Bull. Soc. géol. Fr., 162, 6, 1161-1171. tectonique. Geodinamica Acta, II, 4, 183-203.
LAVILLE E., CHARROUD A., FEDAN B., CHARROUD M. & PIQUÉ A. (1995) : RACHDI H.N. (1995) : Etude du volcanisme plio-quaternaire du Maroc cen-
Inversion négative et rifting atlasique : l'exemple du bassin tria- tral : pétrologie, géochimie et minéralogie. Comparaison avec les
sique de Kerrouchen (Maroc). Bull. Soc. géol. France, 166, 4, laves types du Moyen Atlas et du Rekkam (Maroc). Notes Mém.
365-374. Serv. Géol. Maroc, 381, 157p.
MAHMOUDI & BERTRAND H. (2007) : Identification géochimique de la pro- RAFFONE N., CHAZOT G., PIN C., VANUCCI R. & ZANETTI A. (2009) : Meta-
vince magmatique de l’Atlantique central en domaine plissé : somatism in the lithospheric mantle beneath Middle Atlas (Mo-
exemple du Moyen Atlas marocain. C. R. Geoscience Paris, 339, rocco) and the origin of Fe- and Mg-rich wehrlites. Journ. Petrol.,
545-552. 50, 197-249.
MARTIN J. (1981) : Le Moyen-Atlas central , étude géomorphologique. RAHHALI I. (1970) : Foraminifères benthiques et pelagiques du Crétacé su-
Notes et Mém. Serv. géol. Maroc, 258 et 258 bis, 445 p. périeur du synclinal d’EL Koubbat (Moyen Atlas). Notes et Mém.
Serv. Géol. Maroc, 30, 225, 51-97
MARZOLI A., BERTRAND H., KNIGHT K.B., CIRILLI S., BURATTI N., VÉRATI
C., NOMADE S., RENNE P.R., YOUBI N., MARTINI R., ALLENBAKH RAMIREZ MERINO J.I., PORTERO GARCIA G., ESSAMAWAL, M., ZAKIR A., TA-
K., NEUWERTH R., RAPAILLE C., ZANINETTI L. & BELLIENI G. BYAOUI H., HOEPFFNER C., CHALOUANE A. &AÏT BRAHIM L.

(2004) : Synchronism of the Central Atlantic magmatic province (2005) : Carte Géologique du Maroc 1/50 000, feuille de Ribat
and the Triassic-Jurassic boundary climatic and biotic crisis, Ge- Al Khayr au 1/ 50 000. Notes Mém. Serv. Géol. Maroc, 434.
ology, 32, 973-976. RAUSCHER R., MARHOUMI R., VANGUESTAINE M. & HOEPFFNER C. (1982) :
MICHARD A., FRIZON DE LAMOTTE D., SADDIQI & CHALOUAN A. (2008) : An Datation palynologique des schistes du Tazekka au Maroc Hypo-
Outline of the Geology of Morocco. In A Michard, O. Saddiqi, thèse structurale sur le socle hercynien de la Meseta orientale.
A.Chalouan A. & Frizon de Lamotte D. (Eds). Continental evo- C.R. Acad. Sci.Paris, 29, II, 1203-1206.
lution: The Geology of Morocco. Lecture Notes in Earth Sciences, ROUSSELLE & BISCH (1967) : Deux nouvelles espèces de Tetrarhynchiinae
Springer Verlag,, Berlin Heidelberg, 116, 1-31. (Rhynchonelles) dans le Lias mopyen du Causse moyen-atlasique
MISSENARD Y., ZEYEN H., FRIZON DE LAMOTTE D., LETURMY P., PETIT C, (Maroc). Bull. Soc. Géol. France, 7, IX, 5, 777-783.
SÉBRIER M & SADDIQI O. (2006) : Crustal versus asthenospheric ROBILLARD D. (1981) : Etude stratigraphique et structurale du Moyen Atlas
origin of the releif of the Atlas mountains of Morocco. J. Geo- Septentrional (région de Taza, Maroc). Notes et Mém. Serv. Géol.
phys. Res. 111 (B03401) doi : 1029/2005JB003708 Maroc, 42, 308, 101-193.
107

SABAOUI (1987) : Structure et évolution alpine du Moyen Atlas septentrio- SEPTFONTAINE M. (1986) : Milieux de dépôt et foraminifères (Lituolidés)
nal sur la transversale Tleta des Zrarda –Merhraoua (sud-ouest de de la plate-forme carbonatée du Lias moyen. Rev. Micropal. Paris,
Taza, Maroc) : Thèse 3ème cycle Univ Toulouse III, 189 p. 28, 255-289.
SABAOUI A & VIALLARD P. (1987) : Fractures majeures et décollement de TALTASSE P. (1953) : Recherches géologiques et hydrogéologiques dans le
couverture dans le Moyen Atlas septentrional (sud- ouest de Taza, basin lacustre de Fès-Meknès. Notes et Mém. Serv. géol. Maroc,
Maroc). C. R. Acad. Sc. Paris, 305, II, 993-998. 115, 300 p.
SABAOUI A. (1998) : Rôle des inversions dans l’évolution méso-cénozoique TERMIER H. (1936) : Etude géologique sur le Maroc central et le Moyen
du Moyen Atlas septentrional (Maroc). L’exemple de la transver- Atlas septentrional. Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, Rabat, 33,
sale El Menzel-Ribat Al Khayr- Bou Iblane. Thèse Doctorat Etat, II, 890-982.
Univ. Mohammed V, Rabat, 432 p.
TERMIER H & DUBAR G. (1941) : Notice explicative de la carte géologique
SADDIQI O., EL HAIMER F.Z., MICHARD A., BARBARAND J., RUIZ G., MAN- provisoire du Moyen Atlas septentrional à 1/200 000. Notes et
SOUR E.M., LETURMY P. , FRIZON DE LAMOTTE D. (2009) : Apatite Mém. Serv. Géol., Maroc, 24 bis, 74 p.
Fission –Track discrepancies in granites from a tabular domain
VERATI C., RAPAILLE C., FERAUD G., MARZOLI A., MARZOLI H., BERTRAND
(Western Meseta, Morocco). Role of the age and depth of em-
H. & YOUBI N. (2007) : Ar-Ar ages and duration of the Central At-
placement ; consequences for the history of vertical movements.
lantic magmatic province volcanism in Morocco and Portugal and
Tectonophysics, 475, 29-37.
its relation to the Triassic-Jurassic boundary. Paleogeogr. Paleo-
SAINT-MARTIN J.P. (1987) : Les formations récifales coralliennes du Mio- clim. Paleoecol., 244, 308-325.
cène supérieur d’Algérie et du Maroc. Aspects paléoécologiques
WERNLI R. (1988) : Micropaléontologie du Néogène post-nappes du Maroc
et paléogéographiques. Thèse Doct Etat Univ. Aix-Marseille I,
septentrional et description systématique des formations plancto-
499 p.
niques. Thèse Doct. Etat, Notes et Mém. Serv. géol. Maroc, 331,
SALVAN H.M. (1984) : Les formations évaporitiques du Trias marocain. 1-270.
Problèmes stratigraphiques, paléogéographiques et paléoclimato-
YACOUBI A. N. (1984) : Etude micropaléontologique (Ostracodes et Fora-
logiques. Quelques réflexions. Rev. Géol. Dyn. Géogr. Phys., 25,
minifères) des “ Marnes de Boulemane ” (Dogger du Moyen Atlas
187-203.
marocain). Thèse 3ème cycle Lyon, 133 p.
SCHEELE J. (1994) : Vom frühmesozoischen Riftgraben zum intrakonti-
YOUBI N. (1990) : Le complexe volcanique permien de Khenifra (SE du
nentalen Gebirge : Konvergente Blattveschiebungstektonik im
Maroc Central). Thèse 3ème cycle, Univ. Sidi Mohamed Ben Ab-
zentralen Mittleren Atlas (Marokko). Berl. Geowiss. Abh., (A),
dallah Fès, 340 p.
160, 173 p.
YOUBI N., CABANIS B., CHALOT-PRAT F. & CAILLEUX Y. (1995) : Histoire
SCHUDACK M. E. & HERBIG M. E. (1995) : Charophytes from the Creta-
volcano-tectonique du massif permien de Kenifra. (sud-est du
ceous-Tertiary Boundary Beds of the Middle Atlas Mountains,
Maroc central). Geodinamica Acta, 8, 158-172.
Morocco. Géologie Méditerranéenne, 22, 125-139.
ZIZI M. (2002) : Triassic-Jurassic extensional systems and their neogene re-
SEPTFONTAINE M. (1984) : Biozonation (A l'aide de foraminifères imper-
activation in northern Morocco; the rides Prerifaines and Guercif
forés) de la plate-forme interne carbonatée liasique du Haut Atlas
(Maroc). Revue Micropal. Paris, 27, 209-229. Basin. Notes Mém. Serv. Géol. Maroc, 146, 1-138.
109
Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, n° 559, 2011, pp. 109-164, 60 figs.

Circuit C7/ Tour C7

LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL


CENTRAL HIGH ATLAS FROM BENI MELLAL AND IMILCHIL
par / by
A. CHARRIÈRE, H. IBOUH & H. HADDOUMI
Avec la collaboration d’A. Michard

In Nouveaux Guides géologiques et miniers du Maroc / New Geological and Mining Guidebooks of
Morocco, Michard A., Saddiqi O., Chalouan A., Rjimati E., Mouttaqi A. (Eds),
Notes et Mémoires du Service géologique du Maroc, 2011, n°s 556-564
Circuit C7/ Tour C7
Le Haut Atlas central de Beni Mellal et Imilchil
Central High Atlas from Beni Mellal and Imilchil
par / by
A. CHARRIÈRE1, H. IBOUH2 & H. HADDOUMI3
Avec la collaboration d’A. Michard

Un nouveau transect au cœur de l’Atlas - 4 jours, 600 km


A new transect in the heart of the Atlas - 4 days, 600 km drive

Points clés : Cet itinéraire (fig. 1) permet la découverte de la chaîne du Haut Atlas central en
empruntant des voies peu connues, récemment asphaltées. L’accent est mis sur les événements
postérieurs au Lias. On montrera un nouvel aspect du chevauchement bordier de l’Atlas et, plus
à l’est, l’accident Aghbala-Afourer, linéament séparant l’extrémité SW du Moyen Atlas du
Haut Atlas proprement dit. Le calage biostratigraphique des « Couches rouges » jurassico-cré-
tacées sera précisé, et deux épisodes volcaniques différenciés dans le magmatisme associé à
cette évolution continentale. On verra également les formations jurassiques marines de l’axe
du bassin, recoupées par de nombreux dykes doléritiques. On rayonnera ensuite à partir d’Imil-
chil sur le synclinal du Plateau des Lacs et les anticlinaux adjacents (couches en éventail et
slumpings attestant la croissance synsédimentaire des anticlinaux, transition séries marines-
séries continentales, discordance des couches rouges bathoniennes, structures atlasiques). Un
jour entier sera consacré aux rides anticlinales triasiques de Tassent et de Tasraft, riches en in-
trusions grenues mésozoïques (gabbro, diorite, syénite) et recouvertes de couches continentales
discordantes datées du Paléocène.
Highlights : This tour (fig. 1) offers the opportunity to discovering the Central High Atlas
along newly tarred roads. Emphasis is put on the post-Liassic events. New aspects of the Atlas
northernthrust will be demonstrated, as well as the role of the Aghbala-Afourer fault zone be-
tween the south-western tip of the Middle Atlas and the High Atlas properly said. Biostrati-
graphical dating of the Jurassic-Cretaceous “Couches Rouges” (red beds) will be precised,
and two different volcanic events recognized during this continental evolution. We will also ob-
serve the Jurassic marine series of the Atlas trough axis, intruded by a number of dolerite
dykes. Then, based at Imilchil, we will visit the Plateau des Lacs syncline and the bordering
anticlines (fanned marine strata and slumpings testifying to synsedimentary growth of the an-
ticlines; transition from marine to continental sedimentation, Bathonian Couches rouges un-
conformity, Alpine compressional structures). One entire day will be dedicated to the core of
the two Triassic anticlines north of Imilchil, i.e. the Tassent and Tasraft ridges, which include
large Mesozoic intrusions (gabbro, diorite, syenite) as well as unconformable, continental de-
posits recently dated from the Paleocene.

1
26 rue J.-P. Chabrol, 34740 Vendargues, France. E-mail : HYPERLINK "mailto:andre.charriere73@orange.fr"
andre.charriere73@orange.fr
2
Faculté des Sciences et Techniques, Département de Géologie, Bd A. Khattabi BP 549, 40 000 Guéliz Marrakech. E-
mail : ibouh@fstg-marrakech.ac.ma, ibouh@yahoo.com
3
Université Mohamed 1er, Faculté des Sciences, Laboratoire des Géosciences Appliquées, BP. 524, Oujda, Maroc, E-
mail : haddoumihamid@yahoo.com
NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

Documents à emporter : remian volcanic episodes.


Carte routière du Maroc au 1/1 000 000 ; Route : Beni Mellal est située vers 500 m d’altitude au pied
des reliefs atlasiques, en bordure de la plaine quaternaire du

Volume 1 des Nouveaux Guides géologiques et miniers


Tadla. Quitter la ville par la route (N8, ex-P 24) en direction

du Maroc (expose les grands traits de l’évolution géo-
logique ; les figures 9 à 16 concernent le domaine des de Marrakech. Après une dizaine de kilomètres, le Jbel
Atlas) ; R’Nim (2250 m d’altitude) apparaît au sud. C’est une unité
Carte géologique du Maroc au millionième ; liasique chevauchante au sommet de l’Atlas de Beni Mellal
(cf. arrêt J2-3, fig. 2.4B). Dépasser la bifurcation pour Afou-

Cartes topographiques et géologiques au 100 000ème cor-


rer (à ~20 km de Beni Mellal), et poursuivre vers l’ouest sur

respondant à l’itinéraire suivi : feuilles d’Afourer, Azi-


lal, Beni Mellal et Imilchil. 2 km jusqu’à un nouveau carrefour. Là, bifurquer vers le
sud en direction de l’Atlas pour atteindre la localité de Beni
J1 : Beni Mellal-Azilal via Aït Attab (140 km) Ayyat (5 km). Au-delà, une route récemment goudronnée se
Itinéraire et thèmes (fig. 1.1) : Coupe de la bordure at- dirige vers Aït Attab et permet un nouveau transect géolo-
lasique septentrionale (Atlas d’Afourer). Chevauchement gique à travers l’Atlas d’Afourer (fig. 1.2A). Le début du
sur la plaine du Tadla. Tectonique des synclinaux d’Aït trajet est consacré à la structure de la bordure atlasique qui
Imelloul et d’Aït Attab. Stratigraphie du Jurassique marin a fait l’objet de plusieurs profils sismiques (Beauchamp et
de bordure de bassin. « Couches rouges » continentales du al., 1999 ; Hafid, 2006). L’interprétation en profondeur d’un
Jurassique moyen et du Crétacé inférieur. Episodes volca- transect situé 30 km plus à l’ouest (fig. 1.2B) souligne l’im-
niques de la fin du Dogger et du Barrémien. portance du décollement des unités de l’Atlas de Demnate-
Beni Mellal au-dessus du socle, sur les formations argilo-
Route and themes (fig 1.1) : Cross-section of the High
gypseuses du Trias.
Atlas northern border in the Afourer Atlas. Atlas thrusting
over the Tadla Basin. Ait Imelloul and Ait Attab synclines. Arrêt J1-1 : Le chevauchement de l’Atlas sur la série
Stratigraphy of the Jurassic series from the Atlas Basin subatlasique du Tadla
border. Middle Jurassic and Lower Cretaceous continen- GPS : 32°12’22”N ; 006°35’15”W
tal redbeds (« Couches Rouges »). Late Dogger and Bar- Les deux arrêts correspondant à l’arrêt 1 sont proches l’un

FIG. 1 : Itinéraire d’ensemble du circuit Beni Mellal-Imilchil reporté sur la carte géologique du Maroc au 1/1 000 000. Légende : voir Annexe 1 en fin de volume.
FIG. 1 : Route of the Beni Mellal-Imilchil tour plotted on the geological map of Morocco, scale 1/1 000 000. For legend, see Appendix 1 at the end of this volume.
113

FIG. 1.1 : Itinéraire de la journée J1 (fond : carte géologique du Maroc au 1/1 000 000 ; légende : Annexe
1 en fin de volume).
FIG. 1.1 : Day J1 route (plotted on the geological map of Morocco, scale 1/1 000 000. For legend, see Ap-
pendix 1at the end of this volume.

FIG. 1.2 : La bordure septentrionale du Haut Atlas à l’ouest d’Afourer.- A : Coupe géologique des chaînons bordiers. Li-m : Lias inférieur-
moyen ; Ls : Lias supérieur-Aalénien ; Jm : Bajocien-Bathonien ; nc : Crétacé inférieur (essentiellement Barrémien) continental avec cou-
lée basaltique B2 ; n5 : Aptien ; c1-2 : Cénomano-Turonien ; e1-5 : Eocène ; mp : Mio-Pliocène ; F1, F2 : failles chevauchantes majeures.
Noter le renversement des séries de part et d’autre de F1. - B : Interprétation géologique du profil sismique KT 11 entre les Ait Attab et le
Tadla (ONHYM, in Hafid, 2006). TWT : secondes temps double ; TD : profondeur totale des sondages ; L/M/U : inférieur, moyen, supé-
rieur ; J : Jurassique ; Cr : Crétacé.
FIG. 1.2 : High Atlas north front west of Afourer.- A : Geological cross-section.- B : Geological interpretation of the seismic profile KT 11
between Aït Attab and Tadla (ONHYM, in Hafid, 2006). TWT : two-way travel time ; TD : total depth of borehole ; L/M/U : Lower, Mid-
dle, Upper ; J : Jurassic ; Cr : Cretaceous.
114 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

de l’autre et situés peu au-dessus de Beni Ayyat. L’arrêt des terrains, ce qui permet d’estimer à environ 80°S le pen-
J1-1A, après le premier lacet contournant un palais en dage (inverse) des couches liasiques chevauchant les cal-
ruine (celui du Caïd El Bachir, de l’époque du protectorat caires cénomano-turoniens. En rive droite de l’oued, on
français), permet une bonne vue « en coupe » sur la partie retrouve le palais en ruine installé sur ces calcaires. A leur
inférieure des structures (fig. 1.3) avec, du nord au sud et limite sud passe le chevauchement frontal (F1) de l’Atlas
de bas en haut : d’Afourer. Vers l’est, le contraste entre la plaine verdoyante
du Tadla et les pentes arides de l’Atlas est frappant.
♦ un premier ressaut formé par les conglomérats du Mio-
Pliocène (molasse subatlasique) ; Route : Poursuivre la montée à travers le panneau liasique
♦ un talus avec des dépôts phosphatés du Crétacé supé- chevauchant.
rieur-Eocène, de couleur claire ;
une cuesta portant un douar, formée par les calcaires du Arrêt J1-2 : Structure de la partie septentrionale
des unités chevauchantes

Cénomano-Turonien.
(GPS : 32°11’48”N, 006°36’33”W)
Cet ensemble inférieur, basculé d’une vingtaine de degrés
vers le sud, est donc en série renversée. Il est recouvert tec- Un arrêt à plus haute altitude (830 m) permet de découvrir
toniquement (faille F1, fig. 1.2) par un ensemble supérieur, un panorama vers l’ouest sur la série chevauchante (fig.
également renversé mais à pendage plus fort, avec de bas 1.4). On observe de bas en haut (du nord au sud) :
en haut : - Une première unité tectonique étroite comportant un syn-
● des marnes rouges violacées, à nombreuses intercala- clinal de Lias moyen-supérieur (un ksar est perché sur
tions calcaires, dites « Marnes chocolat » (Rolley, les calcaires domériens du flanc sud, deux autres ksars
1978), du Toarcien-Aalénien p.p. ; en position symétrique sont installés en contrebas sur le
● des calcaires massifs du Lias inférieur-moyen ;
flanc nord) ; ce pli est suivi vers l’ouest par un anticli-
nal, seul visible sur le transect de la figure 1.2 ;
● et localement des argilites du Lias basal, signalées au

sud de la falaise (Rolley, 1977). - Une seconde écaille pinçant le Calcaire-corniche bajo-
cien qui montre une terminaison périanticlinale (dessi-
On peut voir dans la séquence inférieure le flanc inverse
d’un synclinal dont le flanc normal n’est autre que la série née par le Lias là où passe la coupe) ;
de couverture autochtone du Tadla, comme on l’observe - Une troisième unité dans laquelle on différencie, au se-
sur des transects plus à l’ouest (Sidi Rahal, Amizmiz, dans cond plan, des terrains rouges avec une zone verdâtre cor-
l’Atlas de Marrakech ; Missenard et al., 2007). Noter que respondant à un basalte (Barrémien, cf. arrêt 3), puis une
la flèche du chevauchement F1 pourrait excéder 10 km cuesta inférieure jaunâtre (Aptien) et une cuesta supé-
d’après les données sismiques (fig. 1.2B) rieure plus puissante (Cénomano-Turonien). Il s’agit de
Pour atteindre l’arrêt J1-1B (GPS : 32 12 16N, 006 35 la série crétacée en position normale qui constitue le flanc
32W), poursuivre les lacets de la route, puis se rendre à pied nord du synclinal d’Aït Imelloul (fig. 1.2).
sur le site d’une ancienne mosquée, 150 m à l’ouest de la Route : En poursuivant l’ascension, la route recoupe cette
route. De ce point de vue, un superbe panorama se dévoile. série souvent recouverte de dépôts de pente, puis une série
A gauche, vers l’ouest, un oued donne une coupe naturelle analogue, mais en position inverse.

FIG. 1.3 : Le chevauchement nord-atlasique au sud de Beni Ayyat (regard vers l’ouest).
FIG. 1.3 : North Atlas thrust fault south of Beni Ayyat (looking westward).
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 115

Arrêt J1-3 : Fm du Jbel Sidal et basalte B2 veau fossilifère a livré des ostracodes et des charophytes
(Barrémien) du synclinal d’Aït Imelloul dont Atopochara trivolvis trivolvis marqueur du Barrémien
(GPS : 32°11’27”N, 006°36’43”W) supérieur (Mojon et al., 2009). Le basalte B2 (ainsi nom-
més d’après les corrélations régionales ; cf. figs. 1.8 et 2.4)
Cet arrêt se situe dans le flanc inverse du synclinal d’Aït
est donc antérieur au Barrémien supérieur.
Imelloul (fig. 1.4). Vers le NE, en contrebas dans le virage,
on observe la base renversée des calcaires de l’Aptien. Au- Route : Poursuivre la route en direction SW, vers le col.
dessus de ces derniers, dans le talus de la route (mais stra- Vers le NW se dégage un panorama sur les terrains situés
tigraphiquement au-dessous) se développe la Formation dans le cœur du synclinal d’Aït Imelloul. Une épaisse dalle
(Fm) du Jbel Sidal, gréso-pélitique, surmontée (géométri- carbonatée (Cénomanien supérieur-Turonien) constitue
quement) par les basaltes « B2 ». l’armature principale des reliefs.

Une coupe sédimentologique détaillée de la Fm du Jbel Arrêt J1-4 : Le cœur et le renversement du flanc sud
Sidal peut être effectuée en bordure de route (fig. 4.B). Elle du synclinal d’Aït Imelloul
montre une succession (renversée !) de séquences déca- (GPS : 32°10’53”N ; 006°37’48”W)
métriques formées de barres gréseuses faiblement chena- Cet arrêt permet de repérer la falaise cénomano-turonienne
lisées et d’argiles de plaine d’inondation. La puissance des du flanc nord du synclinal, sous une imposante mosquée
décharges détritiques diminue entre le bas (au sud) et le blanche (fig 1.5). Le douar et les champs reposent sur les
haut (au nord) de la série. Dans la partie inférieure, un ni- formations sableuses du Paléocène-Eocène. Vers le sud,

FIG. 1.4 : A : Carte géologique des chaînons bordiers dans le secteur traversé par l’itinéraire, avec localisation des arrêts
1 à 4 (extrait de la carte géologique du Maroc au 100 000ème, feuille Afourer). - B : La succession barrémienne dans le flanc
inverse du synclinal d’Aït Imelloul (d’après Haddoumi et al., 2010). En noir : basalte (niveau B2).
FIG. 1.4 : A : Geological map of the Atlas border in the field trip area, with location of stops 1 to 4 (after the geological
map of morocco, scale 1/100 000, sheet of Afourer). - B : Barremian succession in the reverse limb of the Aït Imelloul syn-
cline (Haddoumi et al., 2010). Black : basalt B2.
116 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 1.5 : Vue sur le cœur du synclinal dissymétrique d’Aït Imelloul et le chevauchement F2 (localisation voir fig. 1.4).
FIG. 1.5 : View of the Aït Imelloul asymmetrical syncline and thrust fault F2 (see fig. 1.4 for location).

on observe le renversement de ces terrains et la réappari- Arrêt J1-5 : Flanc nord du synclinal d’Aït Attab ;
tion de la corniche aptienne au-dessous : il s’agit du flanc fluctuations des mers jurassiques
inverse sud du synclinal d’Aït Imelloul. Plus au sud en- (GPS : 32°09’53”N ; 006°39’10”W)
core apparaissent les falaises calcaires du Lias inférieur-
Un premier arrêt J1-5A au début de la descente (vers 1250
moyen qui chevauchent (F2) le synclinal.
m d’altitude) permet l’observation de la retombée du pan-
Un deuxième arrêt à proximité de la source en bord de neau liasique précédent sous le flanc nord du synclinal
route permet d’observer les termes de la base de la série d’Aït Attab (fig. 1.7). Les calcaires du Lias moyen clôtu-
liasique et une faille dans les éboulis consolidés (fig. 1.6) : rent le premier cycle sédimentaire marin du Haut Atlas
exemple intéressant de néotectonique atlasique. central (du Dresnay, 1979). Ils sont surmontées par
Route : On pénètre dans cette nouvelle unité chevau- des « Marnes chocolat » (= Formation d’Azilal ; Jenny,
chante, qui n’est autre que celle du synclinal d’Aït Attab 1988) qui représentent un faciès de bordure du sillon at-
(fig. 1.2). Poursuivre jusqu’au col et un peu au-delà au tra- lasique (du Dresnay, 1971), d’âge Toarcien-Aalénien. Les
vers des dolomies bréchiques et pulvérulentes du Lias in- marnes sont à leur tour surmontées par une double cor-
férieur, puis des calcaires lités du Lias moyen, jusqu’à ce niche calcaire avec une dépression médiane. Il s’agit des
que la vue se dégage vers le sud. « Calcaires-corniches », dépôts de la plateforme marine

FIG. 1.6 : Faille affectant des colluvions quaternaires (arrêt 4).


FIG. 1.6 : Faulted Quaternary alluvium (stop 4).
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 117

FIG. 1.7 : Panorama sur le synclinal d’Aït Attab depuis son flanc nord.
FIG. 1.7 : Overview of the Aït Attab syncline from its northern limb.

bajocienne (Rebouillat, 1983), regroupés en trois forma- Arrêt J1-6 : Calcaires-corniches bajociens (Fm de Bin-
tions (Fm de Bin-el-Ouidane 1, 2 et 3), définies plus à l’est el-Ouidane) : la fin de la sédimentation marine
sur la carte de Beni Mellal (Monbaron, 1985). Au sud se GPS : 32°08’45”N : 006°45’11”W
développe une vaste dépression dans des formations
rouges en partie recouvertes de Quaternaire ; elle montre Stopper dans la cluse coupant les Calcaires-corniches et, à par-
en son centre une cuesta cénomano-turonienne en syncli- tir de ce point, reprendre la coupe dans le sens N-S (fig. 1.8).
nal perché qui constitue l’éperon d’Aït Attab. Au point d’arrêt, on peut observer les Calcaires-corniches, dé-
pôts de plate-forme carbonatée correspondant aux dernières
Un deuxième arrêt (J1-5B ; GPS : 32 09 41N, 006 38
fluctuations marines dans le Haut Atlas Central (Rebouillat,
53W, alt. 1200m), au niveau de la première épingle de la
1983). On identifie aisément la trilogie : Fm de Bin-el-
route, permet des observations complémentaires vers l’est.
Ouidane 1, riche en calcaires dolomitiques ; Fm Bin-el-
Le Lias inférieur-moyen du flanc nord des Aït Attab mon-
Ouidane 2, à dominante marno-calcaire ; Fm Bin-el-Ouidane
tre des plis en genou et des amorces de plis en champi-
3, à bancs massifs de calcaires oolitiques et bioclastiques ;
gnon, probablement associés au fonctionnement du
chevauchement F3 (fig. 1.2B). La dernière épingle en ceux-ci sont particulièrement fossilifères, avec une macrofaune
contrebas montre les « Marnes chocolat » affectées de re- benthique (bivalves, échinodermes, brachiopodes, coraux dis-
plis et d’une faille inverse à vergence nord. La dépression persés) dénotant un environnement périrécifal.
à couches rouges est entaillée vers l’est et une corniche La partie sommitale de la « barre à rhynchonelles » (Rol-
jaunâtre s’y différencie : il s’agit des calcaires aptiens. ley, 1978) est datée du Bajocien supérieur par ses brachio-
podes (Haddoumi, 1988).
Les couches rouges demeurant masquées dans cette partie
du synclinal, leur succession sera étudiée latéralement vers Route : Au-dessus des calcaires-corniches apparaissent,
l’ouest, en bordure de l’ancienne route reliant Aït Attab à sur une quinzaine de mètres, des dépôts marneux versico-
Oulad Ayyad. lores qui constituent la Fm de Tilougguit. Celle-ci contient
les dernières récurrences marines jurassiques et assure la
Route : Rejoindre le carrefour au centre de la localité d’Aït transition avec la formation exclusivement continentale
Attab (lieu-dit Al Garage) puis prendre l’axe routier prin- sus-jacente, appelée Fm des Guettioua. Le trajet vers le
cipal vers le nord, puis le NW, en direction des Ouled sud s’effectue ensuite dans cette formation jusqu’à l’arrêt
Ayyad pendant 7,5 km. suivant, localisé dans sa partie supérieure.
118 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 1.8 : Le synclinal d’Aït Attab (Haddoumi et al., 2002).- A : Carte de situation.- B : Carte de la partie centrale, avec l’itinéraire proposé en rouge (6 à 9 :
localisation des arrêts).- C : Coupe N-S (localisée sur A). Noter la dissymétrie du remplissage sédimentaire, héritage probable d’une structure en hémi-graben.
FIG. 1.8 : The Aït Attab Syncline (Haddoumi et al., 2002). - A : Localisation map. – B : Map of the central area with the trip route in red (6 to 9 : stop loca-
tion).- C : Cross-section (see A for location). Notice the asymmetry of the sedimentary infilling, probably inherited from a half-graben structure..

Arrêt J1-7 : Premières couches rouges (Fm des lites. Au-dessus viennent des coulées altérées, associées à
Guettioua), épisode basaltique B1 et base de la des dépôts volcano-clastiques, et surmontées par des pé-
deuxième série rouge (Fm Iouaridene) lites rouges. Ce premier épisode basaltique apparaît ainsi
(GPS : 32°08’21”N ; 006°44’31”W) contemporain de la fin de la sédimentation marécageuse
du Bathonien-Callovien ?
L’arrêt en bord de route permet d’abord d’observer des
grès et argiles rouges inclinés de ~15° vers le sud : ce sont Il est suivi par un deuxième épisode plus épais (35 à 40 m)
les dernières séquences fluvio-deltaïques de la Formation qui débute par trois coulées massives, séparées ponctuel-
(Fm) des Guettioua. Celle-ci est une succession de sé- lement les unes des autres par des lentilles argileuses. Elles
quences fluviatiles d’épaisseur métrique à décamétrique, sont surmontées par d’autres coulées, plus altérées. Dans
constituées de grès massifs de teinte rouge violacé suivis le thalweg et de part et d’autre de la route, le toit de la der-
d’argiles rouges. Présente dans la plupart des cuvettes syn- nière coulée est recouvert par un banc de dolomie qui
clinales du Haut Atlas Central, cette formation a livré à Ti- épouse les irrégularités de la surface basaltique (paléoto-
lougguit (~50 km au SE d’Aït Attab, cf. fig. 2.1) pographie). Des observations en lame mince ont révélé la
d’importants ossements et squelettes de dinosauriens du présence de quelques fragments basaltiques remaniés dans
Bathonien-Callovien ? (Monbaron et al., 1999). la dolomie, ce qui confirme que le basalte ne s’est pas mis
en place sous forme de sill(s), comme il en existe, par
En descendant le long de la route apparaît bientôt un com-
exemple, dans le Bajocien du bassin de Taguelft (cf. J2-4),
plexe basaltique, dit « B1 », qui est représenté sur tout le
flanc nord du synclinal des Aït Attab (en noir sur la fig. mais qu’il s’agit bien de coulées au toit de la série rouge du
1.8, en rouge sur la fig. 1.1 ; attention, le rouge indiqué par Bathonien-Callovien ?
cette dernière carte dans le flanc sud est un complexe ba- Au-dessus des dolomies supra-basaltiques, une disconti-
saltique plus jeune, c’est le B2 : voir fig.1.8). Ce com- nuité sédimentaire marque la limite avec une nouvelle
plexe B1 débute par une coulée contenant quelques (deuxième) formation rouge : la Fm. des Iouaridène.
enclaves d’argile rouge, suivie d’une récurrence d’argi- Celle-ci se différencie nettement de la précédente par sa
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 119

forte dominante pélitique. Des prélèvements effectués dans Il est également intéressant de noter qu’un prélèvement ef-
les termes inférieurs ont livré des ostracodes et des charo- fectué à la base de la série pélitique surmontant les gypses
phytes dont Feistiella atlantis. Cette nouvelle espèce de la Fm des Iouaridène a révélé de petits foraminifères
(Mojon et al., 2009), de par son association avec une os- benthiques lituolidés. Cet indice fournit un argument pour
tracofaune similaire à celle des bassins brésiliens, est at- réinterpréter les dépôts évaporitiques des Iouaridène
tribuée à l’Hauterivien ? -Barrémien. Dans ce synclinal, la comme étant liés à des lagunes côtières d’une mer barré-
limite Jurassique-Crétacé pourrait ainsi se situer à la rup- mienne, et non pas associés à des chotts intracontinentaux.
ture de sédimentation qui succède aux épanchements ba-
Route : Poursuivre vers le sud. On recoupe la série rouge
saltiques (avant ou après le banc dolomitique). On verra
(épaisse d’environ 200 m) de la Formation du Jbel Sidal
en effet (arrêt J2-2) que dans le synclinal d’Ouaouizarth, la
d’où émergent plusieurs barres gréseuses. Les études sé-
limite J-C se place dans la Fm des Iouaridène.
dimentologiques (Haddoumi, 1988 ; Souhel, 1996) mon-
Route : Poursuivre la route en direction du sud à travers la trent qu’il s’agit majoritairement de dépôts de systèmes
Fm des Iouaridène, essentiellement pélitique. Son mem- fluviatiles à chenaux en tresse ou à chenaux droits à faible
bre supérieur s’enrichit en intercalations gypseuses blan- sinuosité balayant de manière discontinue une zone de
châtres, bien visibles à l’ouest de la route plaine d’inondation. En base de série, les transports de ma-
Arrêt 1-8 : Deuxième et troisième séries rouges : Fm tériaux s’effectuent selon une direction préférentielle vers
Iouaridène et Fm du J. Sidal et épisode basaltique B2 l’ouest (Souhel, 1996) ; sur l’ensemble de la succession,
(GPS : 32°07’55”N ; 006°43’52”W) les paléocourants donnent un écoulement moyen vers le
SW à SSW (Haddoumi, 1988). Bien que de caractère lo-
Cet arrêt permet d’avoir une vue frontale (fig.1.9) sur la par-
calisé, ces données indiquent que le drainage se fait glo-
tie supérieure de la Fm des Iouaridène, argilo-évaporitique,
balement en direction de l’Atlantique. Dans un thalweg à
et la base de la Fm du Jbel Sidal. Celle-ci est une troisième
l’ouest de la route, apparaît une zone constituée de strates
formation rouge qui se caractérise par l’apparition de nou-
claires, objet de l’arrêt suivant.
velles décharges détritiques grossières (conglomérats, grès)
qui alternent avec des pélites rouges, déterminant ainsi des Arrêt J1-9 : De la sédimentation continentale à la
séquences d’épaisseur décamétrique (partie supérieure du transgression de l’Aptien
paysage, fig. 1.9). Deux coulées de basaltes (B2) sont ici in- (GPS : 32°07’31”N, 006°43’01”W)
terstratifiées dans la partie basale de cette formation.
La partie supérieure de la Fm du Jbel Sidal (fig 1.10) mon-
Des échantillonnages micropaléontologiques sériés (Had-
tre des conditions émersives marquées par la présence de
doumi et al., 2002) dans cette zone de passage entre les
« mud cracks » et d’empreintes de Dinosauriens. Plusieurs
deux formations sédimentaires ont livré des ostracodes et
niveaux (D1 à D4) formés de plaquettes dolomitiques s’in-
de nombreux charophytes marqueurs du Barrémien. La
tercalent dans la série. Une faune à caractère lagunaire ap-
partie sommitale de la Fm des Iouridène renferme Globa-
paraît, avec des gastéropodes nains, des conchostracés
tor mutabilis, marqueur du Barrémien inférieur. La base
(Haddoumi, 1988) et des ostracodes limniques. Un niveau
de la Fm du Jbel Sidal contient « des utricules présentant
stromatolithique continu évoque un estran supratidal et la
un degré d’évolution avancé évoquant Globator trochili-
présence de radioles d’échinodermes indique des relations
discoïdes du Barrémien supérieur » (Mojon et al., 2009).
épisodiques avec le milieu marin.
Les basaltes (B2) associés se sont donc épanchés au cours
du Barrémien. Après de nouvelles décharges détritiques, un changement

FIG. 1.9 : Les Couches rouges supérieures dans le synclinal d’Aït Attab (flanc nord). On peut observer la superposition Fm. des Iouaridène/Fm. du Jbel Sidal, et l’épisode basaltique B2.
FIG. 1.9 : Uppermost Couches rouges in the Aït Attab syncline (northern limb). The superposition of Iouaridene and Jbel Sidal Fms and the B2 basaltic episode can be observed.
120 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 1.10 : Colonne stratigraphique du Crétacé inférieur illustrant le passage de la sédimentation continentale barrémienne à la sédimen-
tation marine de l’Aptien dans le synclinal des A¨t Attab (d’après Andreu et al., 2003, modifié)
FIG. 1.10 : Lower Cretaceous stratigraphic column showing the transition from the Barremian continental sedimentation to the Aptian
marine deposits in the Ait Attab syncline (Andreu et al., 2003, modified).

radical se produit dans la sédimentation avec le dévelop- du Cénomano-Turonien, des couches rouges de l’Albo-
pement d’un niveau de marnes jaunâtres. La microfaune Cénomanien, les calcaires jaunes aptiens, la série rouge
devient abondante et se compose alors d’ostracodes ma- barrémienne et les basaltes B2 intercalés. En fond de val-
rins (Trachelyberididae) et de foraminifères lituolidés lée (de part et d’autre du pont sur l’oued el-Abid), au-des-
(dont Choffatella decipiens) de l’Aptien inférieur (Andreu, sous de la Fm des Iouaridène, on recoupe directement le
1991 ; Andreu et al., 2003). Au-dessus se développe la Lias calcaire (Domérien) à pendage nord, affecté de
cuesta aptienne formée de lumachelles, de calcaires jaunes flexures. Après avoir traversé l’oued el Abid, on remonte
organogènes, de marno-calcaires et de marnes. Cette « Fm par sa rive gauche très abrupte sur le flanc nord de l’anti-
d’Aït Tafelt » est constituée par 4 mésoséquences de dépôt clinal du J. Aït Sari.
de plate-forme littorale (Souhel, 1996). Des ammonites ré-
coltées près de la base par cet auteur permettent de dater le Arrêt J1-10 : Flanc sud du synclinal d’Aït Attab ;
Bédoulien (Aptien inférieur) moyen. mouvements jurassico-crétacés et fluctuations des
mers crétacées
Route : La série sus-jacente (Albo-Cénomanien) demeure (GPS : 32°04’19”N ; 006°40’17”W ; alt. 810 m)
masquée vers le sud. On atteint le carrefour « Al Garage »
au centre d’Aït Attab, dans la zone axiale de la cuvette syn- Cet arrêt, au-delà du troisième lacet, offre un splendide pa-
clinale, puis poursuit vers le sud. La descente qui s’amorce norama vers le nord, sur le flanc sud du synclinal des Aït
permet de recouper, sur 2,5 km environ, le flanc méridio- Attab (fig. 1.11). On retrouve la stratigraphie des dépôts sé-
nal du synclinal perché cénomano-turonien (fig. 1.8, coupe dimentaires crétacés où s’intercalent les basaltes B2, à la base
C), avec des affleurements de bonne qualité : les calcaires de la Fm du Jbel Sidal. Les dépôts ont enregistré le retour
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 121

FIG. 1.11 : Le flanc sud du synclinal d’Aït Attab ; évolution de la sédimentation du continental au marin au cours du Crétacé inférieur (Fm Iouari-
dene : Hauterivien ? -Barrémien ; Fm. J. Sidal : Barrémien supérieur ; Fm Ouaouizarht : Albo-Cénomanien).
FIG. 1.11 : South border of the Aït Attab syncline, exposing the facies evolution from continental to marine during the Lower Cretaceous (Iouri-
dene Fm : Hauterivian ?- Barremian ; J. Sidal Fm : Upper Barremian ; Fm Ouaouizarht : Albo-Cénomanien).

hésitant des conditions marines au cours du Crétacé infé- séries jurassico-crétacées de l’anticlinal du J. Aït Sari, dans
rieur : lagunes côtières du Barrémien (partie supérieure de la la mesure où le socle n’est pas écaillé (cf. coupe sismique
Fm Iouaridène), suivi de conditions fluvio-deltaïques (Fm fig. 1.2B). Il est envisageable qu’un coussin (pillow) diapi-
du J. Sidal) ; Aptien inférieur marin (Fm Aït Tafelt), puis ré- rique se soit formé dès le Jurassique moyen dans ce secteur.
currence lagunaire (Fm de Ouoauizarth ; Andreu, 1991)
Route : Vers le sud, la route 1811 traverse des calcaires du
avant la grande transgression du Cénomanien-Turonien
Lias moyen qui sont entrecoupés en plusieurs points par
(Choubert & Faure-Muret, 1962). Mais à la différence de ce
des dykes et des sills basaltiques dont l’épaisseur va
qu’on a observé au nord (fig. 1.7), la Fm des Iouaridène re-
jusqu’à 40 m. Après avoir traversé des dolomies pulvéru-
pose ici directement sur le Lias : ni la coulée B1, ni la Fm des
lentes du Lias inférieur, la route aboutit à Ouzoud. Cette lo-
Guettioua, ni les Calcaires-corniches et marnes du Bajocien
calité est célèbre (et mérite un arrêt optionnel, si le temps
ne sont représentés. Leur biseautage (coupe C, fig. 1.8) in-
le permet) par le site de ses cascades (fig. 1.13) établies
dique une surrection du bord sud du synclinal (c’est-à-dire de
sur le rebord d’une falaise formée par le Calcaire-corniche
l’anticlinal du J. Aït Sari) durant cette période, surrection
bajocien. Au cours du Plio-Quaternaire s’est formé un im-
dont le mécanisme sera discuté plus loin (fin J1 et J4). Ce-
portant drapage de travertins qui continuent à se dévelop-
pendant, on peut déjà noter que sur une coupe générale de
per localement.
cette région de l’Atlas (fig. 1.12), les assises argilo-gypseuses
du Trias doivent dessiner un renflement important sous les Au sud d’Ouzoud, le trajet (fig. 1.1) se poursuit dans la

FIG. 1.12 : Coupe d’ensemble de la bordure atlasique au SW d’Afourer. Extrait de la carte géologique du Maroc au 1/100 000, feuille Afourer (d’après Rolley 1977, modifié). In-
dices stratigraphiques partiellement réactualisés en fonction des datations des Couches rouges. t : Trias ; li : Lias inférieur ; lm : Lias moyen ; ls : Lias supérieur ; jm : Jurassique
moyen marin et continental (Fm Guettioua) ; nC : Crétacé inférieur continental (Fm Iouaridène et Fm Jbel Sidal) ; n5 : Aptien ; n6-cI : Albo-Cénomanien ; c1-2 : Cénomano-Tu-
ronien ; c3-4 : Sénonien ; e1-5 : Eocène ; mp : Mio-Pliocène B1 : basaltes du Bathonien ; B2 : basaltes du Barrémien.
FIG. 1.12 : Overall cross-section of the Atlas norther border SW of Afourer, after the Geological map of Morocco, scale 1/100 000, Rolley, 1977, modified. The Couches rouges
and basalts stratigraphic indexes are updated taking into account the recent datations.
122 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 1.13 : Les cascades d’Ouzoud, un haut-lieu touristique de la région. Les travertins drapent le rebord de la falaise formée par le « Calcaire-corniche » bajocien.
FIG. 1.32 : Ouzoud waterfalls, a famous tourist site of the area. The Quaternary travertines drape the cliff of the Bajocian “Calcaire-corniche”.

Fm des Iouaridène qui occupe l’axe d’un nouveau syncli- d’altitude, formant un large bassin synclinal entre des crêtes
nal (synclinal d’Ouzoud). La route recoupe sa terminaison d’altitude proche de 1700-1900 m au nord et au sud.
périclinale SW au niveau de laquelle les dépôts rouges des I- Les « Couches rouges » du Haut Atlas
Iouaridene reposent sur un niveau de marnes grises datées
du Bathonien supérieur-Callovien inférieur (Haddoumi et Les grandes cuvettes synclinales du Haut Atlas central -
al., 2010). Ces marnes grises sont suivies de marnes et celles que nous avons déjà traversées (fig. 1.1) et celles
marno-calcaires diversement colorés, surmontant directe- que nous découvriront les jours suivants (fig. 2.1) renfer-
ment les Calcaires-corniches. On peut donc constater la la- ment des couches rouges continentales dont l’âge a été
cune totale de la Fm des Guettioua mentionnée sur la carte longtemps controversé (Monbaron, 1980). Des études mi-
d’Azilal (Jenny, 1985). Ce fait, général dans tout ce secteur cropaléontologiques récentes (Andreu et al., 2003 ; Char-
depuis l’arrêt J1-10, est à mettre en relation avec une émer- rière et al., 2005 ; Mojon et al., 2009 ; Haddoumi et al.,
sion et une érosion de cette aire au cours du Bathonien 2010) ont été développées sur les ostracodes et les charo-
et/ou durant le Jurassique supérieur-Néocomien. phytes des séries, dont quelques marqueurs sont repré-
sentés ici (fig. 1.14). Ces études ont apporté de nouveaux
Poursuivre la route touristique vers le sud jusqu’au carre- repères biostratigraphiques et permis des corrélations ré-
four avec la S508/R304. A cette jonction, prendre vers l’est gionales relativement précises (fig. 1.15). Les lignes qui
pour rejoindre la localité d’Azilal, située à 22 km. On tra- suivent visent à discuter la signification paléogéogra-
verse un paysage de plateaux liasiques étagés vers 1300 m phique et tectonique de ces dépôts continentaux, dont l’âge
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 123

FIG. 1.14 : Quelques charophytes marqueurs du Jurassique supérieur (A, B) et du Crétacé inférieur (C à G) du Haut Atlas central, et
du Paléocène (H, I) du Haut Atlas d’Imilchil. Diagnoses de P. O. Mojon.
A et B : charophytes de la partie inférieure de la Formation des Iouaridène du Haut-Atlas central. A1 à A3 : utricules de Dictyoclava-
tor ramalhoi GRAMBAST-FESSARD (Clavatoracées), (Kimméridgien) ; B1 à B3 : gyrogonites de Porochara kimmeridgensis (MÄD-
LER) MÄDLER emend. MOJON (Porocharacées) (Oxfordien ?–Kimméridgien). B4 : vue interne d'une gyrogonite cassée de Porochara
kimmeridgensis montrant la plaque basale composée (bipartite).- C1 à C3 : gyrogonites de Feistiella atlantis n.sp. ; Porocharacée du
Crétacé inférieur (Hauterivien ? - Barrémien inférieur), Formation des Iouaridène, Aït Attab.- D à G : utricules de Clavatoracées (cha-
rophytes) du Crétacé inférieur (Barrémien inférieur-supérieur) du Haut Atlas central. D : Globator mutabilis (MOJON) MOJON, syn-
clinal d'Aït Attab, partie sommitale de la Formation des Iouaridène et partie basale de la Formation du Jbel Sidal (Barrémien inférieur)
; E1 à E3 : Atopochara trivolvis triquetra GRAMBAST ; F : Flabellochara harrisi (PECK) GRAMBAST ; G1 et G2 : Globator tro-
chiliscoides GRAMBAST. E-G : partie inférieure de la Formation du Jbel Sidal (Barrémien supérieur), synclinal d'Aït Imelloul.- H et
I : Charophytes de la Formation de Tasraft (Paléocène supérieur), région d’Imilchil : H1-H2 : Sphaerochara edda SOULIÉ-MÄR-
SCHE, 1971 ; I1-I2-I3 : Harrisichara tougnetensis MASSIEUX, 1977.
FIG. 1.14 : Some Charophyte markers of the Late Jurassic (A, B) and Early Cretaceous (C-G) redbeds of the Central High Atlas, and
from the Paleocene of the Imilchil region. Determinations by P.O. Mojon.
124 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 1.15 : Colonnes synthétiques des Couches rouges du versant nord du Haut Atlas central (d’après Haddoumi et al., 2010, modifié)..
FIG. 1.15 : Stratigraphic columns of the Couches rouges in the northern part of the Central High Atlas.

s’échelonne du Bathonien au Barrémien, avec une récur- (Jenny et al., 1981; Monbaron, 1982a ; Jenny, 1984 ; La-
rence à l’Albo-Cénomanien. ville, 1985 ; Souhel, 1996). La présence locale de ravine-
1) Le Bathonien et la « tectonique médio-jurassique » ments sous la Fm des Guettioua indique que la plupart de
ces rides ont fonctionné antérieurement à son dépôt. Un bon
Au Bathonien, l’émersion du domaine du Haut Atlas cen- exemple est celui de la ride anticlinale du J. Abbadine au
tral est documentée par le dépôt de la Fm des Guettioua, sud du bassin de Ouaouizarth ; la discordance sur le flanc
exclusivement continentale et correspondant à un épan- NW de la ride montre que les couches bajociennes avaient
dage fluviatile grossier. La répartition discontinue de cette été basculées de 10-15° vers le NW avant d’être érodées
formation peut être interprétée, soit comme originelle (pié- puis recouvertes par les Couches rouges bathoniennes
geage des matériaux dans des bassins élémentaires), soit (Monbaron, 1982a). Ceci n’exclut pas que certaines rides,
comme secondaire (isolement de synclinaux entre des axes sinon toutes, aient pu être recouvertes par des dépôts conti-
anticlinaux). Le choix entre ces hypothèses (ou leur com- nentaux rouges (en particulier ceux du Crétacé, Iouaridene
binaison) doit être examiné sur la base des données stra- et/ou Sidal) avant leur réactivation cénozoïque.
tigraphiques précises.
L’importance des variations de la Fm des Guettioua (et
Au sein de chaque synclinal, d’importantes variations
des formations continentales sus-jacentes) d’un bassin à
d’épaisseurs peuvent être observées, notamment dans son
l’autre a conduit plusieurs auteurs (Jenny et al., 1981;
stratotype (fig. 1.15B). Elles sont d’abord liées à une dissy-
Monbaron, 1982b ; Jenny, 1984) à évoquer une « phase
métrie du remplissage initial, mais sont en outre localement
paroxysmale médio-jurassique ». Dans les synclinaux sep-
accentuées par la transgressivité de la Fm des Iouaridène
tentrionaux (fig. 1.15, colonnes D, F, G), une ou plusieurs
sur la bordure surélevée du bassin. Le caractère dissymé-
coulées basaltiques s’intercalent dans la partie supérieure
trique des bassins élémentaires, les biseaux et les discor-
de la formation. Elles soulignent le contexte extensif ou
dances progressives rencontrées à l’approche des rides
transtensif des déformations médio-jurassiques.
anticlinales (cf. J3, § italique) limitrophes confirment leur
caractère syntectonique, souligné par de nombreux auteurs La plupart des bassins synclinaux sont associés à des
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 125

rides anticlinales longitudinales WSW-ENE à W-E, alors que caux, témoignent directement de reprises érosives asso-
certains sont liés à des failles transverses, tel le bassin stra- ciées à des jeux synsédimentaires des rides. Au cours de
totype de la formation (colonne B) associé au décrochement cette période, le drainage des matériaux s’effectue vers
N120E de Demnate (Jenny, 1984). On peut envisager une l’ouest, le nord-ouest ou le sud-ouest, c’est-à-dire vers un
paléogéographie comportant un système fluviatile originaire exutoire atlantique (Souhel, 1996), ce qui prouve une in-
d’une voussure sud-occidentale (Haut Atlas de Marrakech) version totale de la pente paléogéographique, dirigée vers
d’où viendrait l’essentiel du matériel quartzeux (remanie- le secteur téthysien au Dogger, puis vers le domaine at-
ment des grès triasiques plus encore que du socle ?), qui lantique au Barrémien.
contournerait les différentes rides longitudinales ou trans-
L’apparition de la deuxième décharge détritique grossière
verses (avant de les recouvrir ?), en alimentant les zones sub-
(Fm du Jbel Sidal) est par ailleurs associée à une reprise
sidentes voisines (dépocentres) et en s’écoulant en direction
de l’activité volcanique (basaltes B2), ce qui révèle aussi, à
du domaine téthysien, vers l’est ou le sud-est, comme l’in-
notre sens, une reprise de la tectonique extensive au cours
dique le drainage d’ensemble des matériaux dans les syn-
du Barrémien. Ces différentes données sédimentologiques,
clinaux d’AÎt Attab et de Ouaouizarth (Souhel, 1996).
structurales et volcaniques, bien situées chronologiquement
2) Au Jurassique supérieur et au Néocomien à l’aide de marqueurs biostratigraphiques, conduisent à
Les archives sédimentaires sont beaucoup plus limitées, évoquer une « phase extensive paroxysmale barrémienne »
vraisemblablement en raison d’une période prolongée auparavant insoupçonnée. Ces déformations déterminent la
d’érosion subaérienne. Des dépôts continentaux maréca- reprise d’une sédimentation fluviatile à margino-littorale
geux et lacustres d’âge Oxfordien-Kimméridgien ont été au Barrémien, puis franchement marine à l’Aptien.
récemment identifiés (Charrière et al., 2005 ; Mojon et al.,
2009 ; Haddoumi et al., 2010) dans certains synclinaux à J2 : Azilal-Imilchil via Ouaouizarth (230 km)
la base de la Fm Iouaridene (fig. 1.15, colonnes A, F, G). Itinéraire et thèmes (fig. 2.1) : Synclinaux à « couches
Dans certains cas (A), ils succèdent en continuité appa- rouges » jurassico-crétacées de la partie septentrionale du
rente à la sédimentation médio-jurassique. Dans d’autres Haut Atlas (Ouaouizarth, Taguelft et Naour). Accident
cas (F), ils succèdent à des lacunes post-basaltiques (ba- Aghbala-Afourer (AAA), limite entre le Haut Atlas cen-
saltes B1). Ces dépôts témoignent toutefois de la persis- tral et l’Atlas bordier, prolongement du Moyen Atlas. Dé-
tance d’une sédimentation continentale au SW comme au formations alpines et fonctionnement synsédimentaire de
NE du Haut Atlas central, ce qui peut faire penser à une l’AAA au Jurassique moyen. Première approche des for-
extension initiale importante. En certains points comme à mations marines jurassiques.
Aït Attab (D) et Aït Imelloul (E) situés à la bordure NW de
l’Atlas, ces dépôts n’existent pas (érosion anté-barré- Route and themes (fig. 2.1) : Synclines with Jurassic-Cre-
mienne ?). Par leur lithologie à dominante argileuse ou taceous red beds (“Couches Rouges”) in the northern part
argilo-silteuse, ces dépôts témoignent d’un environnement of the High Atlas ((Ouaouizarth, Taguelft and Naour).
morphologiquement atténué ainsi que d’un calme tecto- Aghbala-Afourer Fault (AAA), tectonic boundary between
nique relatif. Leur épaisseur est assez limitée, au regard the Central High Atlas and the southern tip of Middle
des sédiments médio-jurassiques et barrémiens. Atlas. Synsedimentary and Alpine movements along the
3) Le Crétacé inférieur et la « tectonique barrémienne » AAA fault. First approach of the Jurassic marine series.

La sédimentation de cette époque apparaît d’emblée consi- Route : Quitter Azilal vers le NE en direction de Bin-el-
dérable. L’essentiel (3/4 supérieurs dans son stratotype) Ouidane et Afourer. La partie haute de la ville d’Azilal est
(A) ou la totalité (B) des dépôts de la Fm des Iouaridène construite sur les calcaires bajociens de la Formation de
date du Crétacé inférieur (Haddoumi et al., 2010), le mem- Bin-el-Ouidane 1. La partie basse est installée sur les
bre supérieur gypseux datant du Barrémien. La Fm du Jbel « Marnes chocolat », définies comme la Formation d’Azi-
Sidal sus-jacente marque un deuxième épandage détri- lal (Jenny, 1988), de milieu continental à saumâtre ayant
tique, grossier et généralisé, durant le Barrémien supé- ceinturé à l’ouest le sillon atlasique au Toarcien-Aalénien
rieur. Les dépôts lagunaires de la partie supérieure de la (du Dresnay, 1971). La route repose d’abord sur cette for-
Fm des Iouaridène transgressent souvent sur les paléore- mation, puis remonte sur un vaste plateau carbonaté consti-
liefs constituant les bordures des bassins, ce qui peut-être tué par les calcaires bajociens. A une dizaine de kilomètres
partiellement associé à la montée eustatique du Crétacé vers l’est, un décalage fait réapparaître les « Marnes cho-
inférieur (Hardenbold et al., 1998) et/ou à la subsidence colat » au NW de la route qui se poursuit alors sur un pan-
d’ensemble du domaine atlasique central. Toutefois, les neau calcaire affaissé. A la terminaison orientale du plateau
conglomérats de base, les litharénites et les grès de la Fm (~15 km d’Azilal), on découvre une vue plongeante sur la
du Jbel Sidal étant pour partie alimentés par les reliefs lo- retenue de Bin-el-Ouidane.
126 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 2.1 : Itinéraire de la journée J2 sur une carte géologique simplifiée du nord du Haut Atlas central.
FIG. 2.1 : Day J2 route on a simplified geological map of the northern Central High Atlas.

Arrêt J2-1 : Vue panoramique sur la retenue de plus jeunes du sud au nord. Pour Monbaron (1981, 1988),
Bin-el-Ouidane cette ride a constitué un relief permanent pendant la sédi-
(GPS : 32°05’46”N ; 006°29’40”W) mentation des couches rouges continentales (considérées à
son époque comme intégralement d’âge Dogger). Ce relief
Stopper dans les premiers lacets de la descente pour ad-
aurait été créé par le « paroxysme bajoço-bathonien » d’une
mirer l’étendue de la retenue. Le barrage de Bin-el-
tectonique de type controversé (compressive-transpressive
Ouidane (« au confluent des deux oueds », dont le
ou distensive-diapirique ; voir plus loin, § ital. II).
principal est l’oued El-Abid, « oued de l’esclave ») a été
construit de 1948 à 1955. C’est un barrage voûte en béton Route : La descente s’effectue à travers les calcaires en
de 133 m de haut. Les eaux turbinées à son pied sont ré- bancs massifs de la série bajocienne. Après avoir traversé
cupérées quelques kilomètres à l’aval et conduites par une le barrage (ancré sur les calcaires Bin-el-Ouidane 1), la
galerie de 10 km jusqu’à l’usine d’Afourer. route remonte faiblement au-dessus du niveau de la rete-
nue, en traversant les calcaires marneux et calcaires des
La retenue de Bin-el-Ouidane occupe le centre de la cu-
formations Bine-El-Ouidane 2 et 3. Au-dessus se déve-
vette synclinale d’Ouaouizarth. Le flanc nord du synclinal
loppe la formation versicolore de Tilougguit, caractéris-
est bien exposé dans le panorama (fig. 2.2) avec les Cal-
tique de milieux de transition entre domaine marin subtidal
caires-corniches du Bajocien (Fm Bin-el-Ouidane 1-3) qui
et domaine continental (cf. coupe type de Bin-El-
supportent le barrage, les dépôts marno-calcaires versico-
Ouidane ; Löwner, 2009). Quelques empreintes de pas de
lores (Fm de Tilougguit), puis les grès rouges (Fm de Guet-
dinosauriens sont observables sur deux dalles au nord de
tioua) qui constituent le premier dépôt exclusivement
la route (Boutakiout et al., 2006). Le trajet recoupe ensuite
continental d’âge Bathonien-? Callovien. La succession se
les barres gréseuses de la Fm des Guettioua, puis longe
complète au dernier plan par les séries crétacées affleurant
pendant quelques kilomètres le basalte B1 (fig. 2.3).
au niveau de la ville d’Ouaouizarth (arrêt J2-3).
Arrêt J2-2 : Basaltes B1 ; âge Jurassique supérieur de
La dissymétrie du synclinal apparaît dans le paysage et sur
la base de la Fm Iouaridène
la carte géologique (fig. 2.3). Alors que les couches succes-
(GPS : 32°07’13”N, 006°24’38”W)
sives sont régulièrement empilées sur le flanc nord, sur le
flanc sud les couches rouges arrivent en discordance sur la S’arrêter à environ 5 km du barrage, au débouché d’un
ride anticlinale du Jbel El-Abbadine, et elles sont de plus en thalweg au nord de la route, qui permet de relever une par-
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 127

FIG. 2.2 : Vue panoramique du flanc occidental du synclinal de Ouaouizarth au N de la retenue de Bin-el-Ouidane (arrêt J2-1).
FIG. 2.2 : Panorama on the western side of the Ouaouizarth syncline, north of the Bin el-Ouidane dam (stop J2-1).

tie de la coupe C1 (cf. « zoom » au bas de la fig. 2.3) dans base de la série continentale suprabasaltique (à l’exception
le toit de la Fm des Guettioua et la base de la Fm des Ioua- de ses premiers mètres) du Jurassique supérieur. La co-
ridène sus-jacente. La Fm des Guettioua est recouverte par lonne stratigraphique à droite de la fig. 2.3 résume la suc-
la coulée basaltique B1 (cf. arrêt J1-7). Dans le thalweg, on cession du synclinal d’Ouaouizarth, qui diffère de celle des
peut observer la base et le toit de la coulée massive, épaisse Aït Attab (fig. J1-14) par le fait que la Fm des Iouaridene
d’environ 25 m. La base fortement minéralisée surmonte débute ici par des couches du Jurassique supérieur. La da-
des grès fins carbonatés. Le toit de la coulée est affecté tation K-Ar à 169±6 Ma (Aalénien à Callovien) obtenues
d’un débit prismatique dénotant vraisemblablement un re- dans les basaltes (Westphal et al., 1979) est très imprécise,
froidissement rapide en milieu aérien. Cette surface est mais compatible avec l’âge Oxfordien ?-Kimméridgien de
surmontée par 2 m de blocs basaltiques emballés dans une la série sédimentaire sus-jacente. Ces basaltes B1 étant en-
matrice dolomitique, évoquant une mise en place sous très cadrés par le Bathonien-? Callovien et l’Oxfordien ?-Kim-
faible tranche d’eau. L’ensemble est recouvert par un pre- méridgien se sont donc mis en place au voisinage de la
mier dépôt dolomitique plus ou moins chaotique mais ter- limite Jurassique moyen-supérieur, dans un environnement
miné par une zone nodulaire continue (paléosol probable). subaquatique très peu profond.
Au-dessus apparaît une première décharge détritique gros- Route : Continuer vers Ouaouizarth sur environ 5 km. La
sière remaniant le substratum, puis un second niveau de route est établie sur la Fm des Iouaridène, avant de recou-
dolomies à déformations synsédimentaires. Une deuxième per la première barre gréseuse de la Fm du Jbel Sidal.
décharge détritique est constituée par un grès grossier très Noter l’accentuation des pendages. Le flanc NW du syn-
riche en éléments basaltiques, puis des grès fins passant clinal de couches rouges est quasi vertical à proximité
vers le haut à des marnes. Les niveaux dolomitiques et gré- d’Ouaouizarth (figs. 2.3, 2.4).
seux se sont révélés azoïques. En revanche, les premiers Arrêt J2-3 : Intercalation laguno-marine barré-
niveaux marneux sus-jacents ont livré des petits bivalves mienne (partie supérieure de la Fm des Iouaridène)
laguno-lacustres apparentés au genre Unio, des ostracodes, et panorama sur le chevauchement du Jbel R’Nim
dont Cypridea sp., ainsi que des gyrogonites de Porochara (GPS : 32°09’02”N ; 006°23’13”W)
kimmeridgensis, espèce couvrant l’intervalle Oxfordien-
Kimméridgien. Dans les couches sus-jacentes affleurant au S’arrêter à environ 3 km d’Ouaouizarht (localisation : fig
sud de la route, la coupe peut être poursuivie. Dans un ni- 2.4A) et remonter d’environ 150 m vers le nord de la route
jusqu’à atteindre les affleurements de gypse du membre
veau de marnes rouge-marron, la forme P. kimmeridgiensis
supérieur de la Fm des Iouaridène. La coupe C2 (fig. 2.3)
a été retrouvée, associée à Dictyoclavator ramalhoi, mar-
peut être relevée depuis l’ensemble gypseux principal
queur du Kimméridgien (diagnoses paléontologiques P. O.
jusqu’aux premiers grès (verticaux ou même renversés) de
Mojon, fig. 1.14 A, B).
la base de la Fm du Jbel Sidal. Cette série rubéfiée pré-
Ces données biostratigraphiques permettent de dater la sente un niveau grisâtre d’épaisseur métrique dans lequel
128 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 2.3 : Le synclinal de Ouaouizarth : carte géologique (1), coupes C1 et C2 (n° 3 et 4, correspondant respectivement aux arrêts 2 et
3), détail du toit du basalte B1 (3) et colonne stratigraphique (5), d’après Haddoumi et al. (2010). Til. : Fm de Tilougguit.
FIG. 2.3 : Ouaouizarth syncline: geological map (1), C1 and C2 cross-sections (n° 3 et 4, corresponding to stops 2 and 3, respec-
tively), detail of the beds covering the B1 basalt (3) and stratigraphic column (5), after Haddoumi et al.,(2010). Til. : Tilougguit Fm.

des échantillonnages détaillés ont révélé des faunes d’os- présence d’une incursion marine dès le Barrémien à proxi-
tracodes diversifiées, incluant notamment une association mité de la bordure septentrionale du Haut Atlas central.
d’ostracodes marins Trachyleberididae (Strigosocythere Depuis ce site se dégage en outre un panorama (fig. 2.5)
cf. strigosa, Rehacythereis sp., Protocythere sp.) apparen- sur le secteur d’Ouaouizarth. On y retrouve la succession
tés à des formes du Barrémien inférieur de l’Europe occi- crétacée déjà observée au sud d’Aït Attab (arrêt J1-10)
dentale (Mojon et al., 2009). Ces données fournissent un avec les deux intercalations marines de l’Aptien et du Cé-
deuxième argument (cf. arrêt J1-8) permettant d’évoquer la nomano-Turonien. Ces derniers terrains sont surmontés au
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 129

FIG. 2.4A : Carte géologique du synclinal crétacé de Ouaouizarth, entre le chevauchement du J. R’Nim et l’extrémité orientale de la ride anticlinale du J. El-Abbadine, d’après la
carte géologique du Maroc au 1/100 000, feuille de Beni Mellal (Monbaron, 1985), avec le trajet de l’excursion et la localisation des arrêts. l : Lias ; jm I-III : Bajocien (Fm Bine
El Ouidane) ; jm IV-V : Bathonien- Callovien ? (Fm Guettioua) ; Jm-n4 : Jurassique moyen à Barrémien ; Js-n4 : Jurassique supérieur à Barrémien (Fm Iouaridène) ; n4 : Barré-
mien (Fm Jbel Sidal) ; n5 : Aptien ; cI : Albo-Cénomanien ; cII : Cenomano-Turonien ; e : Eocène ; mp : Mio-Pliocène ; B1 : basaltes du Bathonien ; B2 : basaltes du Barrémien.
FIG. 2.4 A : Map of the Cretaceous Ouaouizarth syncline, between the J.R’Nim thrust and the eastern tip of the J. El-Abbadine anticlinal ridge, after the geological map of Marocco,
scale 1/100,000, Beni Mellal sheet (Monbaron, 1985), with the tour route and stops

FIG. 2.4B : Coupe NW-SE entre Beni Mellal et le J. El Abbadine, d’après Monbaron (1985). Localisation et légende : fig. 2.4A. Les indices concernant les Couches rouges et les
basaltes ont été modifiés d’après Haddoumi et al. (2010).
FIG. 2.4B : NW-SE cross-section from Beni Mellal to J. EL Abbadine, after Monbaron (1985). Location and legend : see fig. 2.4A. Indexes concerning the Couches rouges and
associated basalts have been modified after Haddoumi et al. (2010).
130 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 2.5 : Les séries crétacées du synclinal de Ouaouizarth (partie supérieure) et le chevauchement du Jbel R’Nim, depuis l’arrêt 3 au SE de Ouaouizarth.
FIG. 2.5 : Cretaceous series of the Ouaouizarth syncline (upper part) and the Jbel R’Nim thrust fault as seen from stop 3, SE of Ouaouizarth.

nord par une imposante dalle calcaire de Lias inférieur et du village. Les termes phosphatés du Maastrichtien-Paléo-
moyen. Il s’agit du chevauchement du Jbel Ighnayene = J. cène (cIV) ne sont préservés que localement.
R’Nim, à vergence SE (figs. 2.4A, B) qui se place à la ter-
La route monte progressivement jusque vers 1500 m d’al-
minaison sud-occidentale de l’accident d’Aghbala-Afourer
titude (virages). On atteint le bord oriental du synclinal
(=AAA) (fig. 2.1) séparant l’Atlas bordier de Beni Mellal
crétacé, sous les calcaires liasiques chevauchants du J. Igh-
(considéré comme le prolongement méridional du Moyen
nayene = R’Nim. A environ 9 km d’Ouaouizarht, on ob-
Atlas) du Haut Atlas central proprement dit (Laville, 1978 ;
serve les déblais de l’ancienne exploitation minière de
Monbaron, 1981).
Tannsrift (Subra, 1977). La minéralisation, essentiellement
La polarité du chevauchement du J. R’Nim est opposée à cuprifère, est située dans les grès barrémiens de la Fm du
celle des chevauchements de la bordure atlasique sur la Jbel Sidal, au contact d’une faille de direction N145 à
plaine du Tadla (fig. 2.4B). A priori, on pourrait les consi- N160, qui se raccorde vers le sud à la faille axiale de l’an-
dérer ensemble comme des structures conjuguées. Cepen- ticlinal du Jbel el-Abbadine (figs.2.4A, B). Le tracé géné-
dant, le pendage de la faille basale sous le J. R’Nim est ral courbe de cette zone de failles peut faire penser à un
faible et la dalle liasique paraît déracinée, presque hori- ancien réseau de failles longitudinales et transverses in-
zontale, se raccordant ( ?) quasiment comme une nappe de versées pendant l’orogenèse. Sur toute sa longueur, ce sys-
charriage au lambeau de la bordure atlasique, penté au tème de failles comporte des pincées de Trias
NW. Cette représentation est peut-être trompeuse. Axiale- argilo-gypseux et des roches gabbroïques altérées. Ces der-
ment, sur le transect de Beni Mellal, le Lias du R’Nim nières sont attribuées au Jurassique sur la carte Beni Mel-
forme un pli anticlinal massif déversé sur ses deux flancs lal, et elles sont en effet proches de dykes et petits plutons
en sens opposé. On doit en conclure que sa terminaison subvolcaniques intrusifs dans le Lias de part et d’autre de
SW (transect d’Ouaouizarth) est un chevauchement ou la faille (cf. coin SE de la fig. 2.4A).
décro-chevauchement en fleur, déformé tardivement par
Au-delà de la zone faillée et minéralisée, la route traverse une
le bombement anticlinal du J. Tazerkount qui borde à
zone de calcaires bajociens (axe anticlinal prolongeant le J. el-
l’ouest le synclinal d’Ouaouizarth. Le front haut-atlasique
Abbadine), avant de descendre vers le synclinal de Taguelft.
AAA doit passer au-dessous du recouvrement et sortir à
l’ouest, à la jonction des écailles crétacées frontales. Arrêt J2-4 : Synclinal de Taguelft : séquence
régressive du Dogger, magmatisme B1N
Route : Atteindre le carrefour situé à l’entrée ouest
(GPS : 32°13’16”N, 006°16’37”W)
d’Ouaouizarth (alt. 900 m). A ce carrefour, prendre à gauche
la route 1802 qui monte en direction de Beni Mellal. Envi- On stationne au début de la descente devant un panorama
ron 2,5 km plus loin, laisser cette direction et prendre à l’est sur le bassin de Taguelft (fig. 2.6A). Les différents chevrons
en direction de Taguelft (route 1805B). Cette partie du tra- de calcaires-corniches bajociens (Fm de Bin-el-Ouidane 1-
jet s’effectue dans les « couches rouges lagunaires » de la 3) sont surmontés par un terme laguno-marin (Fm de Ti-
Fm d’Ouaouizarht (Albo-Cénomanien, cI sur la fig. 2.4) qui lougguit), puis par la série continentale des Guettioua (fig.
succède à la transgression marine de l’Aptien (n5) et sur la- 2.6B). Celle-ci a livré à sa base (Aït Wissadane) des restes
quelle est bâti Ouaouizarth. Cette formation lagunaire est de dinosauriens (Monbaron, 1981). La Fm des Guettioua est
suivie par les couches marines du Cénomanien supérieur et un ensemble détritique rouge violacé dont l’épaisseur avoi-
du Turonien (cII, cIII), formant le synclinal perché à l’ENE sine, ici sur le versant nord, environ 500 m. Au sommet (Jbel
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 131

FIG. 2.6. : A : Vue du bassin synclinal de Taguelft depuis son bord occidental.- B : Coupe correspondante. Légende : lIII : Domérien ; jmI : Fm d'Azilal ; jmII-IV : Fm Bin-el-
Ouidane 1-3 ; jmV : Fm Tilougguit ; jmVIC : Fm Guettioua ; β1a et β1b : coulées basaltiques du Bathonien ; F : Faille d’Aït Boulmane.
FIG. 2.6 : A : View of the Taguelft syncline from its western side.– B : Corresponding cross-section. : lIII : Domérien ; jmI : Fm d'Azilal ; jmII-IV : Fm Bin-el-Ouidane 1-3 ;
jmV : Fm Tilougguit ; jmVIC : Fm Guettioua ; β1a, β1b : Bathonian basalts ; F : Ait Boulmane fault.

Sgat) apparaît une structure tabulaire de couleur noire qui l’on retrouvera à Tassent et Tasraft (journées 3 et 4).
correspond à deux coulées basaltiques intercalées au toit de
Route : Pendant 35 km, le trajet serpente à travers les fa-
la formation (fig. 2.7A). C’est l’équivalent de l’épisode B1
ciès rouges de la Fm de Guettioua, en offrant de superbes
des synclinaux d’Aït Attab et Ouaouizarth, mis en place vers
la limite Jurassique moyen-supérieur. panoramas dans toutes les directions. Par comparaison au
stratotype de la formation ou à sa lithologie dans le syn-
La disposition des différents affleurements magmatiques clinal d’Ouaouizarth, on constate ici une forte dominance
dans l’ensemble du synclinal (fig. 2.8A) révèle la présence des faciès argileux par rapport aux dépôts gréseux, ces der-
de plusieurs formes d’intrusions subvolcaniques associées à niers présentant par ailleurs une faible granulométrie. Ce
ces coulées (Monbaron & Just, 1980), i) des sills concor- caractère plus mature et plus distal des dépôts tend à cor-
dants dans le Lias, les Calcaires-corniches et les Couches roborer les conceptions de Souhel (1996) concernant le
rouges elles-mêmes, ii) une intrusion ou stock gab- drainage vers l’est des matériaux détritiques lors du com-
broïque/doléritique (Aït Boulmane), et enfin, iii) des dykes blement médio-jurassique.
rayonnants autour de ce massif et recoupant les grès batho-
niens. On remarquera sur la coupe (fig. 2.8B) la présence Après la traversée de l’oued El Abid vers 900 m d’altitude,
de lambeaux déformés d’argilites rouges du Trias, mêlés au on remonte en direction NE jusqu’au village de Taguelft
stock gabbroïque de la ride anticlinale – un dispositif que (alt. 1000 m). 200 m avant l’entrée de ce dernier, on peut

FIG. 2.7 : Le magmatisme dans le bassin de Taguelft.- A : Zoom sur la coulée β1a de la figure 2.6, intercalée dans la partie supérieure de la Fm Guettioua. - B : Dyke recoupant
cette formation, à proximité de la localité de Taguelft.
FIG. 2.7 : Magmatic events in the Taguelft Basin.- A : Zoom on the β1a lava flow of fig. 2.6, interbedded in the upper part of the Guettioua Fm. - B : Dyke intersecting the
Guettioua Fm close to the Taguelft village.
132 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 2.8 : Carte et coupe du synclinal de Taguelft et de l’anticlinal faillé qui le borde au SE (d’après Monbaron, 1985). Indices de la coupe comme
fig. 2.4. Les dépôts continentaux du Jurassique moyen (jmc) atteignent 1000 m d’épaisseur.
FIG. 2.8 : Map and cross-section of the Taguelft syncline and adjoining faulted anticline (after Monbaron, 1985). Stratigraphic indexes as in fig. 2.4.
The thickness of the Middle Jurassic continental deposits (jmc) reaches about 1000 m.

observer dans les talus de la route (arrêt optionnel, GPS 100 000ème Beni Mellal). La route atteint ensuite le pla-
N32 14 09 ; W 006 07 37) un dyke de direction N170 re- teau de calcaires bajociens.
coupant la série rouge des Guettioua (fig. 2.7B).
Arrêt J2-5 : Panorama sur le bassin de Taguelft et sa
Environ 1,5 km au-delà, on atteint un carrefour en patte bordure à stock gabbroïque
d’oie ; la route de droite va vers Anergui, la route de Un arrêt au bord du plateau vers 1500 m d’altitude (GPS:
gauche (R 306), que l’on emprunte, s’oriente au nord vers (32 16 46N, 006 05 39W) offre une vue magnifique vers
Naour, El Ksiba. Elle traverse à nouveau l’oued El-Abid le sud sur le synclinal de Taguelft et la ride anticlinale qui
qui entaille les dépôts versicolores de la Fm de Tilougguit le borde à l’est. La coupe correspondante (fig. 2.8B) sou-
sous-jacente. Elle s’élève ensuite en zigzag dans les for- ligne l’augmentation de l’épaisseur des dépôts du Juras-
mations calcaires bajociennes. Dans les premiers lacets sique moyen continental vers le SE, à l’approche de la ride
(GPS : N32 16 50, 006 06 42W), on peut apercevoir vers anticlinale, démontrant le jeu synsédimentaire de celle-ci
le nord, quelque 100 m au-dessus de la route, une falaise (paléofaille à regard NW ?). La zone de faille est intrudée
de conglomérats d’âge Mio-Pliocène reposant en discor- par le petit pluton gabbroïque/doléritique d’Aït Boulmane
dance sur la Fm de Tilougguit. Ces dépôts néogènes for- qui contient des enclaves de sédiments triasiques appa-
ment la pointe SW d’un des deux synclinaux NE-SW remment entraînées lors de son intrusion dans le Trias. Sa
présents dans ce secteur, synclinaux ouverts avec des pen- mise en place subvolcanique hors de tout contexte com-
dages de l’ordre de 25-30° sur leurs flancs (cf. carte au pressif est attestée par le système de dykes rayonnants qui
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 133

recoupent les grès continentaux (fig. 2.8A). L’inversion de rer (AAA), que nous avons frôlé peu après Ouaouizarht
la paléofaille et le serrage de la zone anticlinale triasique (chevauchement du R’Nim) et au sud duquel nous avons
au Tertiaire a conduit à la géométrie actuelle. roulé depuis lors (cf. fig. 2.1). La vue panoramique (fig.
Route : Poursuivre sur le plateau vers le NE. Le calcaire 2.9) s’ouvre sur le compartiment nord-occidental et mon-
bajocien est bientôt recouvert par les dépôts du Mio-Plio- tre une succession régulière de couches monoclinales à
cène aperçus en montant (arrêt optionnel au point GPS : pendage SE, dessinant des chevrons sur la pente. La teinte
32 22 24N, 006 04 15W). Il s’agit de décharges conglo- blanchâtre est caractéristique des dépôts phosphatés du
mératiques grossières, mal classées, constituées d’élé- Crétacé terminal et du début du Tertiaire (sables, marnes et
ments arrondis dont la nature polygénique témoigne du calcaires du Maastrichtien-Paléocène). Ils sont suivis par
remaniement de différentes formations calcaires sous-ja- des marnes rosées concordantes d’âge Eocène, recouvertes
centes. Après plusieurs kilomètres sur le plateau dénudé, à leur tour, mais cette fois en discordance, par les pou-
on franchit un col recoupant le calcaire-corniche inférieur dingues mio-pliocènes qui affleurent en contrebas de la
verticalisé. La descente débute dans les calcaires du Lias route. Dans le talus de celle-ci, on peut observer une faille
moyen à pendage SE. inverse subverticale mettant en contact les calcaires lia-
siques du compartiment sud avec une écaille de couches
Arrêt J2-6 : Le synclinal de Naour et sa bordure
rouges jurassico-crétacées verticales, pincées dans l’acci-
faillée (Accident Arhbala-Afourer)
dent. La coupe (fig. 2.9C) montre que la zone de failles
(GPS : 32°22’24”N, 006°02’14”W)
AAA affecte tous les terrains présents, y compris ceux du
S’arrêter au premier virage de la descente vers la combe Mio-Pliocène. La tectonique compressive pliocène a peut-
synclinale. La route recoupe ici l’Accident Arhbala-Afou- être été précédée par un fonctionnement synsédimentaire

FIG. 2.9 : L’extrémité sud du synclinal de Naour et l’Accident d’Aghbala-Afourer (AAA). - A : Extrait de la carte Beni Mellal au 1/100 000. - B : Panorama sur les couches mo-
noclinales du Crétacé supérieur-Paléogène. - C : Coupe, d’après Monbaron (1985). Le contraste dans l’épaisseur des dépôts bajociens (jm2) de part et d’autre de l’AAA suggère
un jeu synsédimentaire de l’accident en faille normale à regard SE. Légende: voir fig. 2.4.
FIG. 2.9 : The southern tip of the Naour syncline and the Aghbala-Afourer fault (AAA). - A : Geological map, from the Beni Mellal sheet, scale : 1/100 000. - B : Panorama on
the Paleogene-Upper Cretaceous succession. - C : Cross-section, after Monbaron (1985). The contrasting thicknesses of the Bajocian deposits (jm2) from each side of the AAA
suggest a synsedimentary normal throw of the fault to the SE. Legend as fig. 2.4.
134 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

de l’AAA, comme le suggère le contraste des épaisseurs et ciès marins intertidaux (coupe de Takoust-Naour ; Löw-
des faciès des séries bajociennes et bathoniennes de part et ner, 2007). On atteint le village de Naour. Au sud, la cuesta
d’autre de la zone faillée. du Cénomanien supérieur-Turonien surmonte des couches
Route : On descend en fond de vallée, traverse l’oued puis rouges. Celles-ci incluent les basaltes, objet de l’arrêt 7.
roule vers le NE sur les formations phosphatées. Les cal- Arrêt J2-7 : Coulées basaltiques de Naour ;
caires blancs, crayeux de l’Eocène sont flexurés et sur- révision de l’âge du magmatisme
montés de marnes roses gypsifères qui sont chevauchées (GPS : 32°28’09”N ; 005°53’39”W)
par le Lias du compartiment sud. Après avoir longé l’AAA
pendant ~5 km, la route oblique vers le nord et recoupe Dans le talus de la route, on recoupe d’ouest en est et de
des formations crétacées de plus en plus anciennes. On re- haut en bas (pendage général 25°W) un ensemble basaltique
traverse l’oued au niveau du douar Ben Cherrou, puis on supérieur formé d’une succession de plusieurs coulées dé-
le longe en rive droite sur encore ~6 km, dans une cluse qui camétriques, puis 3,5 m de marnes rouges intercalaires, et
recoupe, au-dessous du Sénonien rouge, l’épaisse dalle du enfin un ensemble basaltique inférieur avec deux coulées
Cénomanien supérieur-Turonien, maintenant subhorizon- décamétriques superposées. Ces coulées ont fait l’objet des
tale, puis les différents termes du Crétacé inférieur (cf. J1). premières études paléomagnétiques et géochronologiques
La route s’infléchit vers l’est au milieu des oliveraies. On portant sur les formations magmatiques de l’Atlas (West-
quitte la feuille au 1/100 000 de Beni Mellal pour entrer phal et al., 1979). Les datations K-Ar réalisées sur les pla-
dans celle d’Imilchil. gioclases ont donné des âges de 173±4 et 166 ± 3 Ma pour
les coulées inférieures et supérieures, respectivement. Si les
A la jonction avec la route El Ksiba-Imilchil, traverser le
résultats obtenus pour la coulée supérieure paraissaient com-
pont sur l’oued Bounoual et prendre à droite en direction
patibles avec un âge bathonien de la formation sédimentaire
de Naour (8 km), Arhbala, Imilchil (route 1901 = R317).
encaissante, attribuées à la Fm des Guettioua (Fadile, 1987
Cette route serpente au fond d’une vallée E-W dans la par-
et 2003), ceux de la coulée inférieure, avec un âge Lias su-
tie sommitale de la Formation de Bin-el-Ouidane 3 consti-
périeur, sont problématiques.
tuée de bancs massifs de calcarénites. Les coupes
naturelles en rive droite montrent de belles figures sédi- Or la suite de la coupe vers l’est traverse la série sédi-
mentaires pluridécimétriques (stratifications obliques et mentaire sous-jacente, comportant une épaisse (5 à 8 m)
entrecroisées, structures en « arête de poisson ») qui té- barre gréseuse à environ 50 m au-dessous des basaltes
moignent d’un paléoenvironnement de plateforme litto- puis, encore au-dessous, une série pélitique rouge vif avec
rale. Au-dessus apparaissent les marnes de Tilougguit, des intercalations dolomitiques et des niveaux de marnes
particulièrement développées dans ce secteur avec des fa- grisâtres (fig. 2.10). Plusieurs échantillonnages dans cette

FIG. 2.10 : Les Couches rouges sous les basaltes de Naour, datées de l’Oxfordien-Kimméridgien par ostracodes (O) et charo-
phytes (Haddoumi et al., 2010). Ab : Aclistochara bransoni, Pk : Porochara kimmeridgiensis.
FIG. 2.10 : The Aghzif redbeds beneath the Naour basalts dated as Oxfordian-Kimmeridgian by ostracods (O) and charo-
phytes (Haddoumi et al., 2010). Ab : Aclistochara bransoni, Pk : Porochara kimmeridgiensis.
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 135

série ont livré des ostracodes jurassiques et des charo- contact jalonne le passage de l’AAA (fig. 2.11) qui sépare
phytes dont Porochara kimmeridgiensis marqueur de un compartiment à pendage nord (synclinal de Naour) d’un
l’Oxfordien et du Kimméridgien (Haddoumi et al, 2010). compartiment à pendage sud (synclinal de Tizi n’Isli). La
Le niveau marneux précédant la première séquence dolo- crête des Calcaires-corniches que l’on traverse correspond
mitique contient en plus Aclistochara bransoni indiquant à une flexure de la bordure septentrionale du synclinal de
un âge Oxfordien très probable (Mojon et al., 2009). De Tizi n’Isli dont on va recouper des termes de plus en plus
par ses faciès, sa microfaune et sa microflore, cette série récents en allant vers le sud. On stoppe lorsque la forêt se
appartient à la partie inférieure de la Fm des Iouaridène, et raréfie et qu’un paysage se dégage en direction du sud.
non à la Fm des Guettioua. Les basaltes sus-jacents peu-
vent ainsi relever d’un épisode jurassique supérieur ou cré- Arrêt J2-8 : Panorama sur le synclinal de Tizi n’Isli
tacé inférieur ; il peut-être d’âge barrémien (cf. B2) si la et le bord nord de la zone axiale de la chaîne
barre-repère gréseuse marque la base de la Formation du (GPS : 32°28’06”N ; 005°47’32”W ; alt. 1470 m)
Jbel Sidal. Cette question demeure ouverte, mais en tout Cet arrêt se situe près d’un point géodésique repérable à
état de cause les datations K-Ar des plagioclases de ces l’ouest de la route. Le panorama vers le sud (fig. 2.12)
basaltes ne doivent plus être prises en compte. montre au premier plan les Couches rouges du synclinal
Route : Elle continue d’abord sur 8 km vers le NNE, pa- de Tizi n’Isli (fig. 2.11). La formation lagunaire de Ti-
rallèlement à l’axe du synclinal de Naour. L’ascension au lougguit y est particulièrement développée et la série conti-
Tizi n’Isli (alt. 1630 m) s’effectue dans une zone boisée ins- nentale bathonienne n’est pas représentée par la formation
tallée sur les Calcaires-corniches. La route oblique ensuite gréseuse des Guettioua, mais par une épaisse formation à
vers le sud et la descente du col débute dans une zone dé- dominante marneuse et silto-gréseuse : la Formation
nudée, interrompue par une importante crête calcaire. Ce d’Anemzi, définie plus au NE (Studer, 1987). Les plans

FIG. 2.11 : Le synclinal de Tizi n’Isli et sa région, modifié d’après la carte géologique du Maroc au 1/100 000, feuille d’Imilchil (Fadile, 2003), avec
la route suivie par l’excursion C7.- Ts : Trias et Lias inférieur ; Li :Lias inférieur ; L5-J1 AgI : Toarcien Aalénien ; J1-2 : Aalénien-Bajocien ; J2-3 :
Bajocien – Bathonian ; J3 : Bathonian ; J3-4 : Bathonien à Callovien ; C1 : Cretacé inférieur ; CII : Cénomano-Turonien ; Pvc : Plio-villafranchien ;
q : Quaternaire.
.FIG. 2.11 : The Tizi n’Isli syncline and neighbouring region, modified from the geological map of Morocco, scale 1/100 000, Imilchil sheet (Fadile,
2003), with the tour C7 itinerary.
136 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 2.12 : Panorama sur la ride anticlinale de Tassent dans la zone axiale du Haut Atlas depuis le cœur du synclinal de Tizi n’Isli.
FIG. 2.12 : View toward the Tassent anticlinal ridge in the High Atlas axial zone from the core of the Tizi n’Isli syncline.

intermédiaires, concernant essentiellement la vaste aire grandes lignes paléogéographiques jurassiques et n’ayant
synclinoriale d’Ikassene, montrent les puissants dépôts eu aucun rôle majeur au Jurassique.
marneux et marno-calcaires de couleur grise qui représen-
Route : Poursuivre vers le sud, après le carrefour Aghbala-
tent la sédimentation typique du sillon atlasique. L’âge de
Imilchil situé au voisinage de l’axe du synclinal de Tizi-n-
ces séries s’étale du Lias moyen à l’Aaléno-Bajocien. Les
Isli. La route vers Imilchil, récemment goudronnée,
dépôts marneux et marno-calcaires sont particulièrement
développés au Toarcien-Aalénien-Bajocien et constituent traverse d’abord un oued (assif Ikassene) puis franchit la
la Formation d’Agoudim (Studer, 1987), affleurant large- zone faillée limitant au sud le synclinal de couches rouges
ment au cœur de la chaîne atlasique. Enfin, les crêtes des et affectant son soubassement bajocien (fig. 2.11). Au-delà
derniers plans sont formées par les calcaires de différents de la faille, on pénètre dans les formations marno-calcaires
anticlinaux et notamment par celui de Tassent, étudié pen- grises du sillon jurassique du Haut Atlas. Le Calcaire-cor-
dant les journées suivantes. niche n’est plus représenté par des calcarénites biodétri-
tiques (faciès de plateforme), comme au nord de l’AAA,
Le synclinal de Tizi n’Isli est bordé au nord par la zone
faillée AAA, dont la direction passe de NE à E-W dans mais par des calcaires en plaquettes micritiques sombres
cette région, et par des failles moins importantes au sud (faciès de sillon). Rappelons que ce « sillon » ou bassin at-
(fig. 2.11). A l’est, la terminaison périclinale apparaît peu lasique dérive d’un rift formé pendant la fracturation de la
dérangée, il y est signalé la discordance du Jurassique Pangée, essentiellement à partir du Trias moyen-supérieur,
continental sur les calcaires-corniches (Fadile, 2003). A avec une géométrie contrôlée par les structures E-W et NE-
l’ouest apparaît en revanche une torsion sigmoïde attri- SW de la croûte continentale (voir Vol. 1).
buable à un mouvement décrochant dextre sur l’AAA. En
examinant les directions axiales à l’échelle régionale (fig. Arrêt J2-9 : Plis dans le Lias du sillon atlasique entre
2.13), on observe que les structures orientées SW-NE dans Tizi n’Isli et Tassent
le sud de la région sont tordues en E-W dans le nord, sug- (GPS : 32° 24’ 40”N ; 005°44’34W)
gérant un décrochement dextre de direction E-W. Il pour- L’arrêt est localisé à près de 2 km de la bordure sud du syn-
rait s’agir d’un effet de la compression NW-SE néogène, clinal de Tizi n’Isli, ~1 km au sud des calcaires bajociens
contrôlé par les paléofailles E-W limitant le haut-fond lia-
traversés en cluse. Sous les marnes du Toarcien-Aalénien
sique de la Haute-Moulouya. Morel et al. (1993) décrivent
apparaît une série du Domérien, faite de bancs décimé-
également un jeu dextre associé à la tectonique de che-
vauchement le long de l’accident nord haut-atlasique, qui triques de marno-calcaires micritiques gris-bleu et d’inter-
apparaît comme le prolongement oriental de l’AAA. bancs marneux. Les bancs dessinent des plis en chevrons
décamétriques d’axe NE, clairement visibles dans le talus
Le rôle paléogéographique de l’AAA est controversé. La de la route tout autant que sur la rive droite de l’oued Ikas-
tectonique synsédimentaire du Jurassique moyen, dont sene (fig. 2.14). Ces mésostructures peuvent être associées
nous avons vu les effets à Ouaouizarth, pourrait être argu-
aux plis d’échelle cartographique voisins, en particulier aux
mentée par des discordances signalées au SE d’Arhbala
anticlinaux et synclinaux affectant les séries du bassin (for-
(Laville, 1978 ; Fadile, 2003). Un jeu sénestre synsédi-
mation Agoudim) peu au sud de l’arrêt (fig. 2.11).
mentaire de l’AAA associé à un régime transpressif est in-
voqué par Löwner (2009). Selon Monbaron (1981), l’AAA Route : La route tourne d’abord vers le SW pour longer le
est un accident tectonique récent recoupant en sifflet les flanc nord d’un pli anticlinal de direction NE, puis tourne
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 137

FIG. 2.13 : Carte structurale du Haut Atlas central septentrional montrant les rides anticlinales et les synclinaux à Couches rouges, d’après le schéma structural au 1/400 000
de la feuille d’Imilchil au 1/100 000 (Fadile, 2003), modifié.
FIG. 2.13 : Structural map of the northern Central High Atlas showing the anticlinal ridges and Couches rouges synclines, after the structural sketch (scale 1/400,000) of
the geological map 1:100,000, Imilchil sheet (Fadile, 2003), modified.

FIG. 2.14 : Plis mineurs hiérarchisés (deux ordres) associés à la faille sud du synclinal Tizi n’Isli et/ou au pli anticlinal de premier ordre situé au sud de la faille
(voir fig. 2.11 ; regard vers l’ENE).
FIG. 2.14 : Eastward view of hierarchically ordered minor folds (two orders) associated with the southern fault of the Tizi n’Isly syncline and/or with the first order
anticlinal fold located south of the fault (see fig. 2.11).
138 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

à nouveau vers le SE pour le recouper (fig. 2.11A). Les (membre inférieur de la Fm d’Agoudim) évoluent vers des
flancs sont formés de calcaires gréseux et de lumachelles dépôts calcaires et marno-calcaires de l’Aaléno-Bajocien
d’âge toarcien et le cœur est constitué de marnes et de cal- (membre supérieur de la Fm d’Agoudim) qui déterminent
caires à silex du Lias moyen. Le trajet se poursuit vers l’est des corniches peu marquées. La vallée et la route obliquent
pendant une dizaine de kilomètres dans des séries sub-ta- ensuite vers l’ouest.
bulaires toarço-aaléniennes jusqu’à atteindre une
deuxième fois la vallée de oued Ikassène. A partir de ce Arrêt J2-10 : Dykes doléritiques et constructions
point, la route va remonter pendant une dizaine de kms récifales
cette vallée vers le sud en longeant au départ une zone de (GPS : 32°15’38”N, 005°38’41”W)
cultures sur les alluvions. Cet arrêt, choisi parmi d’autres possibilités voisines, permet
de voir dans un rayon restreint deux objets géologiques. Il
Un arrêt optionnel (GPS 32 19 58N, 005, 40, 01W) est
s’agit d’une part de dykes de basaltes doléritiques ou de mi-
préconisé après avoir dépassé le douar Ikassène et la zone
crogabbros recoupant, avec des pendages variés, les dépôts
cultivée. Il permet d’observer (fig. 2.15A) en 3D un gros
marno-calcaires de l’Aaléno-Bajocien (fig. 2.15B). D’autre
dyke doléritique recoupant les marnes toarço-aaléniennes
part, dans les pentes au-dessus des dykes, on peut observer
de la rive droite.
des épaississements localisés des corniches calcaires (fig.
La route continue dans la vallée de l’oued Ikassène, au sein 2.16). Il s’agit de petites constructions récifales ou monticules,
des séries monotones correspondant au fond plat d’un dispersés dans le plan des couches calcaires (patch reefs),
large synclinal. Les dépôts marneux du Toarço-Aalénien semblables à celles que l’on voit près de Rich (Warme, 1988 ;

FIG. 2.15 : Filons doléritiques recoupant les marnes et marno-calcaires de la Fm d’Agoudim (Toarcien-Aalénien-Bajocien) dans la vallée d’Ikassene.
Certains filons dépassent 10 km de long (cf. fig. 2.13).
FIG. 2.15 : Dolerite dykes crosscutting the marls and marly limestones of the Agoudim Fm (Toarcian-Aalenian-Bajocian) in the Ikassene valley.
Some dykes exceed 10 km in length (cf. fig. 2.13).

FIG. 2.16 : Monticule récifal développé sur un banc calcaire dans


la Fm d’Agoudim de la vallée d’Ikassene.
FIG. 2.16 : Reef mound developed in a limestone bar of the
Agoudim Fm, Ikassene Valley.
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 139

cf. vol. 2, circuit C1). Elles se sont formées lors du comble- abordés sont la stratigraphie du sillon atlasique, les indices
ment du sillon atlasique, avant son émersion bathonienne. de mouvements synsédimentaires au Jurassique, l’évolu-
tion régressive de la sédimentation durant le Dogger, les
Route : La monotonie des paysages grisâtres se trouve rom-
intrusions doléritiques et la déformation finale de l’Atlas.
pue par une tache rouge vif perchée au sud de la route. Il
s’agit de dépôts continentaux discordants sur la ride anticli- Route and themes (figs. 3.1, 3.2) : The first half of the day
nale de Tassent. Antérieurement attribués au Jurassique ou is dedicated to the “Plateau des Lacs” to the north of Im-
au Crétacé inférieur, ces dépôts rouges ont été récemment ilchil (Plateau des Lacs syncline and southern flank of the
datés du Paléocène par charophytes (cf. arrêt J4-6). La route Tassent anticline), and the second half, to the anticlinal
longe d’abord le flanc nord de l’anticlinal de Tassent, puis ridges and synclines south of Imilchil. The main topics are
oblique vers le sud. On traverse le chaînon anticlinal au prix the Atlas trough stratigraphy, the Jurassic synsedimentary
d’une montée abrupte où la route se rétrécit parfois dange- movements, the regressive evolution during the Dogger,
reusement, puis on atteint le col de Bab-n-Ouayad (2240 m), the doleritic intrusions, and the Atlas final deformation.
déjà sur le flanc sud de l’anticlinal, et enfin le Plateau des II- Les « rides anticlinales » de l’Atlas
Lacs où est installé le village d’Imilchil, à 2160 m d’altitude.
Ces secteurs seront analysés au cours des journées J3 et J4. Le terme de « ride » est utilisé de longue date dans l’Atlas
(Dubar, 1938) par les stratigraphes, paléontologues et sé-
J3 : Les structures de l’Atlas d’Imilchil (110 km A-R) dimentologistes pour désigner des axes paléogéogra-
phiques surélevés à sédimentation réduite ou lacunaire
Itinéraire et thèmes (figs. 3.1, 3.2) : La première partie de (Sadki, 1992), par opposition aux larges zones subsidentes
la journée est consacrée au Plateau des Lacs au nord situées de part et d’autre. Ce terme au sens proche de
d’Imilchil (synclinal des Lacs ou d’Imilchil, flanc sud de « seuil » (high, threshold), s’oppose ainsi à celui de dépo-
l’anticlinal de Tassent), la deuxième partie, aux rides anti- centre (depocentre). Dans la littérature atlasique, le terme
clinales et synclinaux situés au sud d’Imilchil. Les thèmes de « ride » est appliqué classiquement à des structures an-

FIG. 3.1 : Carte des itinéraires au nord et au sud d’Imilchil (journée J3) sur fond topographique simplifié. 1 : route asphaltée ; 2 : piste ; 3 : réseau hydrographique ; 4 : ligne de crête ; 5 : arrêts décrits.
FIG. 3.1 : Itinerary map north and south of Imilchil (Day J3) plotted on a simplified topographic map. 1 : tarred road; 2 : track ; 3: river pattern ; 4 : crest line ; 5 : stops.
140 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 3.2 : Image Landsat de la région d’Imilchil. AAK : Douar Aït Ali Ou Ikkou.
FIG. 3.2 : Landsat image of the Imilchil area. AAK : Aït Ali Ou Ikkou village.

ticlinales auxquelles on reconnaît aussi une évolution syn- Route : Prendre la direction de Beni Mellal et rouler sans
sédimentaire de zone haute. Dans le Haut Atlas central, arrêt vers le nord au travers du bassin synclinal des Lacs,
ces « rides anticlinales » sont orientées en majorité N60, puis vers l’ouest jusqu’au col de Bab-n-Ouayad, sur le
mais d’autres sont transverses (N120 ou N-S). Les inter- flanc sud de l’anticlinal de Tassent, soit un trajet de 12 km
prétations tectoniques proposées pour les « rides anticli- environ. Les arrêts se feront au retour, dans l’ordre strati-
nales » de l’Atlas sont très diverses et ont donné lieu à de graphique ascendant. La série stratigraphique qu’on va
nombreuses controverses : failles inverses et amorce de rencontrer est résumée par le tableau joint (fig. 3.3). En
plis compressifs synsédimentaires (Studer & du Dresnay, passant près du lac de Tislit (« la fiancée »), on peut déjà
1980 ; Studer, 1987), intrusions magmatiques (Schaer & admirer le flanc sud de l’anticlinal de Tassent, avec une
Persoz, 1976 ; Laville & Harmand, 1982), structures com- géométrie de pli ouvert en genou dans les couches d’ex-
pressives et extensives associées à des décrochements (La- trados (fig. 3.4A).
ville, 1985 ; Laville et al., 1991 ; Laville & Piqué, 1992),
Remarque : On peut également réserver l’arrêt 1 à la
structures cassantes normales, ensuite décrochantes, puis
journée J4, consacrée à l’étude des rides anticlinales de
compressives (Ibouh, 1995, 2004, Ibouh et al., 2001),
Tassent et de Tasraft, et donc commencer la journée J3 à
structures extensives associées à du diapirisme (Bou-
l’arrêt 2. Cette solution permet de disposer de plus de
chouata et al., 1995 ; Ettaki et al., 2007), ou encore bor-
temps pour l’étude des régions autour et au sud d’Imilchil.
dures surélevées de blocs basculés, découpés par des
failles normales synsédimentaires (Jenny et al., 1981 ; III- Stratigraphie du sillon atlasique ;
Monbaron, 1982b ; Poisson et al., 1998). questions de nomenclature
Ainsi, le terme de ride met-il l’accent sur l’histoire synsédi- Les séries marines du Toarcien au Bajocien, représentées
mentaire jurassique ou crétacée des structures atlasiques et dans l’axe de la chaîne atlasique ont été définies (Studer,
tend à faire perdre de vue qu’elles constituent surtout des an- 1987) au NE du secteur d’Imilchil comme « Formation
ticlinaux du système de plis et failles inverses associés à l’in- d’Agoudim ». Dans son stratotype, où elle atteint 4500 à
version tertiaire. Nous emploierons ici la locution « ride » 5000 m d’épaisseur, elle comporte un membre inférieur es-
dans un sens strictement limité à l’histoire paléogéogra- sentiellement marneux et un membre supérieur à sédimen-
phique jurassique et crétacée et celle de « ride anticlinale » tation rythmique marno-calcaire ; ces deux membres sont
(ou d’anticlinal tout court) pour désigner ces structures ac- respectivement désignés par les indices Ag I et Ag II sur la
tuelles qui seront illustrées lors des journées suivantes, plus feuille d’Imilchil. Au-dessus de la formation marine d’Agou-
particulièrement près d’Imilchil, dans l’axe de la chaîne. dim, Studer (1987) définit la « Formation d’Anemzi » (800
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 141

FIG. 3.3 : La série stratigraphique de l’Atlas d’Imilchil : divisions classiques (Studer, 1987 ; Fadile, 2003) et subdivisions détaillées (Ibouh, 1995). Fossiles
indicateurs : ammonites dans le Toarcien, brachiopodes au-dessus (avec quelques ammonites, non figurées).
FIG. 3.3 : Stratigraphy of the Imilchil Atlas : classic divisions (Studer, 1987 ; Fadile, 2003) and detailed subdivisions (Ibouh, 1995). Fossil indicators :
ammonites in the Toarcian, and brachiopods above (together with some ammonites, not shown).

à 1000 m) comme une série détritique versicolore qui enre- semble cartographié comme Fm d’Imilchil sur cette carte
gistre un confinement progressif du bassin. est pris dans un sens plus large car il regroupe en fait une
série encore marine (Ag 3) et la série de transition (An1 =
Dans le secteur d’Imilchil, la succession stratigraphique
Fm d’Imilchil au sens de Ibouh, 1995).
définie par Ibouh (1995) comporte d’abord trois ensem-
bles lithostratigraphiques marins superposés (fig. 3.3): Fm A partir des stratotypes définis par Studer (1987), qui per-
de Tassent à dominante marneuse, puis marno-calcaire mettent des corrélations élargies au domaine atlasique, et
dans le souci de conserver la logique de l’enregistrement
stratocroissante ; Fm de Bab-n-Ouayad avec des cal-
sédimentaire régional, on emploiera dans ce guide la ter-
caires, et Fm de Tislit à alternances marno-calcaires
minologie suivante :
strato-décroissantes. Par-dessus ces niveaux marins vient
une série de transition marquée par l’apparition d’inter- - Groupe d’Agoudim pour les dépôts exclusivement ma-
calations continentales, qui est appelée Fm d’Imilchil. rins, avec successivement Fm de Tassent (Ag1), Fm de
Enfin, la série continentale sus-jacente, localement dis- Bab-n-Ouayad (Ag2) et Fm de Tislit (Ag3) (Lias supé-
cordante, est nommée Fm d’Isli. Ce découpage est par- rieur-Bajocien supérieur) ;
tiellement repris dans la carte géologique d’Imilchil - Groupe d’Anemzi avec la Fm d’Imilchil (An1) débutant
(Fadile, 2003). Il convient toutefois de préciser que l’en- à l’apparition de la première intercalation continentale
142 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 3.4 : Le flanc sud de l’anticlinal de Tassent, vu depuis le lac de Tislit (A) et depuis le col de Bab-n-Ouayad (B). Une géométrie en pli coffré est observable
dans la Fm d’Imilchil (An1), dans le premier cliché.
FIG. 3.4 : The southern flank of the Tassent anticline, as seen from the Tislit Lake (A) and from Bab-n-Ouayad Pass (B). Notice the box fold geometry in the
Imilchil Fm (An1, upper picture).

dans la série marine et se terminant avec la dernière in- de calcaires bioclastiques. Cette formation débute avec la
cursion marine (Bajocien sup. à Bathonien inférieur ?) première combe marneuse qui apparaît en contrebas au ni-
et la Fm d’Isli (An2) (= Fm d’Anemzi sur Imilchil veau des gorges. Différentes coupes levées à sa base (Azizi
1/100 000) série exclusivement continentale sus-jacente Kadmiri, 1999) ont fourni des associations de brachio-
(Bathonien à Callovien ?). podes du Bajocien moyen et supérieur. La Formation de
Tislit se poursuit vers le sud, puissante série dans laquelle
Arrêt J3-1 : Evolution de la sédimentation
vont dominer les marnes, avec des pendages de plus en
bajocienne : Fm de Bab-n-Ouayad (Ag2) et de
plus faibles.
Tislit (Ag3) ; dyke doléritique déformé
(GPS : 32°12’36”N ; 005°41’54”W) Marcher vers le nord sur ~300 m, jusqu’au prochain vi-
rage (sub-arrêt 1B). On peut ici observer vers l’est un
Une fois atteint le col de Bab-n-Ouayad (2240 m), s’arrê- dyke doléritique de pendage N70, 50°N, traversant per-
ter au premier virage (repère géodésique) précédant la des- pendiculairement la série marno-calcaire (Fm de Tislit) de
cente raide. En ce point (sub-arrêt A), le panorama vers le pendage N70, 35°S (fig. 3.5). Le haut du dyke est décalé
SW (fig. 3.4B) montre le flanc sud de la ride de Tassent
par rapport au bas, suggérant un mouvement de glissement
avec les « calcaires-corniches » de la Fm de Bab-n-Ouayad
banc sur banc postérieur à l’injection.
(Ag2) constituée de barres calcaires intercalées de cal-
caires marneux. Des faunes de brachiopodes ont permis de Ce dyke fait partie d’un réseau de filons entourant de la
dater cette formation du Bajocien inférieur à moyen. Elle ride de Tassent avec un pendage vers l’axe de celle-ci.
est surmontée par la Fm de Tislit (Ag3) montrant une suc- Cette disposition a été décrite en termes de « cone-sheets »
cession de séquences décamétriques de marnes grises et par Laville (1985) et Fadile (1987) et résulterait pour ces
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 143

Arrêt J3-2 : Les derniers dépôts marins de la


Formation de Tislit (Ag3)
(GPS : 32°12’26”N, 005°40’07”W ; alt. 2280 m)
A cet arrêt, sur le côté nord de la route, des barres modé-
rément inclinées vers le sud montrent des niveaux luma-
chelliques très riches en brachiopodes (térébratules et
rhynchonelles). La récolte de plusieurs associations de ces
brachiopodes par Azizi Kadmiri (1999) a permis de réac-
tualiser les âges (Ibouh, 2004) en datant ce niveau du Ba-
jocien supérieur-Bathonien. Les chevrons au nord de la
route présentent des intumescences dispersées suggérant
la présence de monticules construits posés sur les strates
bioclastiques (patch reef mounds) comme ceux rencontrés
à l’arrêt J2.10. Ces niveaux marquent une diminution de la
bathymétrie du bassin atlasique, peu avant son émersion
générale au Bathonien, phénomène probablement accentué
ici par la proximité de la ride de Tassent en cours de sur-
rection (cf. J3-5).
Route : Reprendre la direction d’Imilchil sur environ 2,5
km, et s’arrêter en début de descente, avant que s’ouvre le
panorama sur le lac Tislit.
FIG. 3.5 : Dyke de dolérite au nord du col Bab-n-Ouayad dans la formation de Tislit Arrêt J3-3 : Synclinal du Plateau des Lacs :
(Ag3), basculé avec les couches et décalé par un cisaillement couche-à-couche en-
traînant l’extrados de l’anticlinal de Tassent vers la charnière (i.e. vers la gauche).
Couches rouges du Dogger (An 1 et 2)
FIG. 3.5 : Dolerite dyke cutting across the Tislit Fm (Ag3) north of the Bab-n-Ouayad (GPS : 32°12’36”N, 005°38’42”W ; alt. 2380 m)
Pass. The dyke is tilted together with the strata and crosscut by a bedding-parallel shear
carrying the external layers of the Tassent anticline toward the hinge (i.e. to the left). Un premier arrêt (sub-arrêt 3A) montre, dans la série mar-
neuse au NE de la route, un niveau de marnes rouges qui
auteurs d’une surpression magmatique pendant l’intrusion
marque, par convention (Ibouh, 1995), la base de la Fm
jurassique au cœur des rides. Une autre hypothèse est que
d’Imilchil (An1). Cette dernière est constituée de niveaux
ces dykes, injectés quasi verticalement comme ceux qu’on
de marnes vertes et rouges, de silts alternant avec des cal-
observe dans les synclinaux voisins à fond plat (cf. figs. caires lumachelliques, des calcaires bioclastiques et de cal-
2.7B, 2.15), ont été basculés avec leur encaissant dans les caires gréseux, à surfaces ferrugineuses. Ils présentent des
flancs nord et sud des anticlinaux au Néogène. Le mouve- figures sédimentaires associées à des environnements litto-
ment de glissement couche-à-couche observé ici est en ac- raux, des déformations hydroplastiques et parfois des fentes
cord avec cette dernière interprétation (dragage des de dessiccation indiquant des émersions temporaires.
couches d’extrados vers la charnière anticlinale).
Moins de 500 m plus au sud (sub-arrêt 3B, GPS : 32 12 30N,
Route : On fait demi-tour et roule vers Imilchil sur ~2,5 005 38 29W, alt. 2330 m), le panorama se dégage sur le Pla-
km, en restant sur le flanc sud de l’anticlinal, dans les al- teau des Lacs (fig. 3.6). On décrira ce panorama en s’aidant
ternances de calcaires et de marnes de la Fm de Tislit (Ag3). de la carte structurale de la région d’Imilchil (fig. 3.7).

FIG. 3.6 : Panorama sur le synclinal du Plateau des Lacs (synclinal d’Imilchil), depuis le bord nord du synclinal, à l’arrêt 3B, montrant les collines à intrusions gabbroïques du
lac de Tislit, et les rides anticlinales qui bordent le synclinal à l’arrière-plan.
FIG. 3.6 : Panorama on the « Plateau des Lacs » syncline (Imilchil syncline) from the northern edge of the syncline, stop 3B, showing the hills with gabbroic intrusions of the
Tislit Lake and the anticlinal ridges bordering the syncline in the background.
144 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

Depuis les crêtes au nord jusqu’au point d’arrêt affleurent les Isli (8 km). On circule sur le Plateau des Lacs en suivant la
parties moyenne (Ag2, Fm de Bab-n-Ouayad) et supérieure stratification des Couches rouges de la Fm d’Isli (An2).
(Ag3, Fm de Tislit) du Groupe d’Agoudim, surmontées par
Arrêt J3-5 : Les environs du lac Isli ; déformations syn-
la partie inférieure du Groupe d’Anemzi (An1, Fm d’Imil-
sédimentaires dans la Fm de Tislit (Ag3)
chil). Celle-ci se développe vers le sud, elle est constituée par
(GPS : 32°14’30”N ; 005°31’03”W)
des alternances de marnes gréseuses vertes et rouges, d’ar-
giles, de silts et de carbonates détritiques, bioclastiques et Le premier arrêt (sub-arrêt J3-5A) est consacré au site
parfois bioconstruits (des pinacles récifaux sont encore fré- (superbe) du lac Isli (2260 m) aux eaux sombres, dominé
quents dans la partie médiane de la formation). Des brachio- par des collines rouges, dans le creux synclinal entre les
podes datent ces niveaux du Bajocien supérieur-Bathonien anticlinaux de Tassent au nord et de Msadrid au sud. Les
moyen (Ibouh, 2004). Par son âge et ses faciès laguno-del- couches de grès et argiles rouges de la formation à laquelle
taïques associés aux dernières récurrences marines, la Fm il prête son nom l’entourent comme les bords d’une cor-
d’Imilchil peut être corrélée avec la Fm de Tilougguit de la beille, sauf du côté NW où un important placage quater-
bordure septentrionale du Haut Atlas (fig. 1. 14). naire descend jusqu’à son bord. Contrairement au lac de
Tislit, celui d’Isli n’a pas d’effluent. Son bassin versant est
Le passage de la Fm d’Imilchil à la Fm d’Isli (An2) se
restreint, de sorte que les apports annuels s’éliminent par
marque par la disparition des marnes vertes et des cal-
évaporation et infiltration. L’inclinaison des dépôts qua-
caires ; cette dernière formation se différencie par sa cou-
ternaires environnants et la bathymétrie anormalement éle-
leur rouge brique uniforme et par sa lithologie à dominante
vée (96 m) pour un lac endoréïque plaident en faveur d’une
gréseuse et silteuse. Localisée dans la partie axiale de la
activité néotectonique dans ce secteur.
structure synclinale, la Fm d’Isli, exclusivement continen-
tale, clôture l’enregistrement sédimentaire jurassique dans On se dirige ensuite par une mauvaise piste vers le NE du
la région d’Imilchil. Par continuité, elle est rapportée au lac jusqu’à atteindre (~2 km) les gorges d’un oued qui en-
Bathonien-? Callovien. Dans le paysage, elle affleure dans taille en cluse l’anticlinal de Tassent. Grimper sur la col-
les deux collines jumelles de la rive sud du lac de Tislit, où line située face à l’entrée des gorges pour atteindre la crête
les sédiments sont armés par des dykes rayonnants (arrêt (sub-arrêt J3-5B ; GPS N 32 14 30, W 005 31 03) d’où se
suivant). Au dernier plan s’observent, à gauche, la crête dégage un point de vue circulaire sur les couches enve-
anticlinale de Msadrid et à droite, le flanc nord de la ride loppant l’anticlinal.
anticlinale d’Aït Ali-ou-Ikkou. Ces anticlinaux sont dans le Vers le nord, le flanc SE de l’anticlinal de Tassent est des-
prolongement l’un de l’autre, à une déchirure transverse siné par la falaise des calcaires-corniches (Fm de Bab-n-
près, avec une forte courbure dans le secteur central, au Ouayad, Ag2), supportant les alternances marno-calcaires
nord du village d’Aït Ali-ou-Ikkou (fig. 3.2). La coupe de de la Fm de Tislit (Ag3). Celles-ci montrent clairement des
ces anticlinaux fait l’objet des arrêts J3-6 et suivants. amincissements et des biseaux dans la partie inférieure de la
Route : Avant de dépasser le lac en direction d’Imilchil, on série (fig. 3.8A). Des barres et des bancs de calcaires mar-
emprunte une piste en direction de l’est et descend neux s’amalgament en direction de la ride et inversement se
jusqu’au bord du lac Tislit. séparent et divergent dans la direction opposée. L’ensemble
constitue un éventail de sédimentation ouvert vers le sud,
Arrêt J3-4 : La colline à intrusions gabbroïques
en direction de la zone synclinale du Plateau des lacs.
du lac de Tislit
(GPS : 32°11’39”N ; 5°37’50”W) Vers le sud, on observera d’abord une faille subméridienne
décalant l’extrémité occidentale de la crête calcaire. Le dé-
S’arrêter au bord sud du lac. Les collines jumelles sont for-
calage d’une dizaine de mètres observé sur la crête disparaît
mées par les couches rouges silto-gréseuses de la zone de
vers le sud, étant fossilisé par les strates horizontales de la
passage entre Fm d’Imilchil et Fm d’Isli (fig. 3.7). Elles
partie haute de la colline. En se déplaçant d’environ 500m
doivent leur relief aux nombreux dykes gabbroïques qui
vers l’est sur la crête, on peut voir vers le sud une flexure
les traversent. Le sommet de la colline la plus haute est
dans les alternances marno-calcaires (fig. 3.8B). Celle-ci,
formé par des microgabbros à olivine, correspondant pro-
de direction axiale subméridienne, n’affecte pas les niveaux
bablement à un culot ou neck subvolcanique. De ce dernier
sus-jacents demeurés subhorizontaux. Elle a été considérée
partent plusieurs dykes doléritiques de directions variées
comme un pli rattaché à l’extrémité compressive d’un jeu
avec une géométrie d’ensemble radiaire. Le dispositif a été
décrochant sénestre synsédimentaire d’âge Bajocien (La-
décrit par Fadile (1987) comme un « stockwerk » (terme
ville, 1985 ; Ibouh et al., 1994 ; Ibouh, 1995 ; Ibouh et al.,
plus souvent utilisé pour les filons minéralisés). Il est com-
2008). Alternativement, on peut y voir une structure conju-
parable au dispositif rencontré à Taguelft (fig. 2.6).
guée de la faille synsédimentaire juste à l’ouest, et enregis-
Route : Prendre la piste qui part vers l’est en direction du lac trant avec elle une extension E-W au cours du Bajocien.
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 145

FIG. 3.7 : Carte structurale de la région d’Imilchil, d’après Ibouh (1995), modifié in Michard et al. (2011). AAK : Ait Ali Ou Ikkou. 1 : Trias ; 2: Lias inférieur ; 3 : Fm Ag1 ; 4 :
Fm Ag2 (“Calcaires-corniches”) ; 5 : Fm Ag3 ; 6 : Fm Anemzi inférieure ; 7 : Fm Anemzi supérieure ; 8 : marnes et grès rouges, Paléocène sup.-Eocène inf. (?) de Tassent ; 9 : ba-
salte paléocène ; 10 : couches rouges et calcaires lacustres, Paléocène sup. de Tasraft ; 11: troctolites ; 12 : gabbros ; 13 : “diorites”, gabbros pneumatolytiques ; 14 : syénites ; 15
: dykes (dolérites/indéterminés) ; 16 : failles ; 17 : axe anticlinal ; 18 : axe synclinal ; 19 : Quaternaire.
FIG. 3.7 : Structural map of the Imilchil area, after Ibouh (1995), modified in Michard et al. (2011). AAK : Ait Ali Ou Ikkou. 1 : Triassic green basalts and argillites ; 2 : Lower Liassic
limestones; 3: Ag1 Fm.; 4: Ag2 Fm (“Calcaires-corniches”); 5: Ag3 Fm; 6 : Lower Anemzi Fm ; 7 : Upper Anemzi Fm ; 8 : Thanetian-Ypresian red marls and sandstones (Tassent) ;
9 : Upper Paleocene basalts ; 10 : Thanetian lacustrine-lagoonal limestones, marls, red sandstones and conglomerates (Tasraft) ; 11 : Troctolites ; 12 : Gabbros ; 13 : “Diorites” or
pneumatolytic gabbros ; 14 : Syenites ; 15 : Doleritic/undetermined dykes ; 16 : Faults ; 17 : Anticlinal axis ; 18 : Synclinal axis ; 19 : Quaternary deposits.

A l’entrée des gorges enfin, l’observation de la partie som- formations synsédimentaires observées dans la série
mitale de la Fm de Bab-n-Ouayad (Ag2) apporte un com- marno-calcaire (Ag3). Remaniements, éventail de sédi-
plément de données. Plusieurs bancs calcaires présentent mentation et déformations en extension sont associés à la
un aspect conglomératique. Il s’agit de faciès noduleux surrection progressive de la ride pendant le Bajocien
formés de « pseudo-galets » centimétriques de micrite moyen à supérieur.
sombre développée autour d’un fragment coquillier. Les
Route : Retour vers Imilchil. 1 km avant d’atteindre le vil-
autres bancs sont des calcaires bioclastiques pétris de frag-
lage, on peut observer dans le talus ouest de la route (arrêt
ments d’organismes marins mélangés indiquant des rema-
optionnel, GPS : 32 10 30N ; 005 38 01W) des bancs de
niements importants. Ces deux faciès évoquent des dépôts
calcaires sableux de la Fm d’Imilchil avec des déforma-
resédimentés en bas de pente.
tions synsédimentaires évoquant des expulsions ascen-
Ainsi, dès la fin de la sédimentation de plateforme calcaire sionnelles d’eau dans du matériel incomplètement lithifié.
(Ag2) sur la ride, des indices d’instabilité sédimentaire et Ces structures sédimentaires correspondent probablement
tectonique apparaissent, qui vont s’affirmer avec les dé- à des séismites.
146 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 3.8 : Détail de la géométrie des couches dans la Fm de Tislit (Ag3) au nord du lac d’Isli. - A : Vue du flanc SE de l’anticlinal
de Tassent. Noter le biseautage des couches situées entre les tiretés. - B : Flexure affectant seulement une partie des couches.
FIG. 3.8 : Detail of the strata geometry in the Tislit Fm (Ag3) north of the Isli Lake. - A : View of the southeastern flank of the
Tassent anticline. Note the sedimentary wedging of the beds between the dashed lines. - B : Flexure affecting only part of the layers.

Dans l’agglomération d’Imilchil, prendre à gauche (vers Le premier arrêt (sub-arrêt 6A) se place au début du pre-
l’est) la direction de Rich. Imilchil est bâti sur la rive droite mier grand virage convexe à l’ouest qui marque l’entrée
de l’assif Melloul (« la rivière blanche »), à la limite entre des gorges. On se trouve vers la base de la formation mar-
les séries gréseuses de la Fm d’Imilchil, au nord, et les neuse de Tislit (Ag3), dans les niveaux faisant transition
marnes de la Fm de Tislit, au sud (fig. 3.7). La route se di- vers la formation calcaire de Bab-n-Ouayad (Ag2) que l’on
rige vers l’est sur 2 km, en suivant la rive droite de l’assif va recouper jusqu’au sub-arrêt 6E. Grimper d’une ving-
Melloul (fig. 3.1), puis franchit un affluent, s’oriente vers taine de mètres sur la colline en rive droite de façon à avoir
le SE et entre progressivement dans les gorges de Motzli, une vue dégagée vers l’est, le sud et l’ouest. La série est
dites aussi d’Aït Ali-ou-Ikkou. déformée par un pli ouvert, d’axe ENE plongeant à l’ouest,
Arrêt J3-6 A-E : Plis atlasiques et déformations éventré par l’érosion quaternaire (fig. 3.11A). Vers l’est
précoces dans le Bajocien de la ride anticlinale apparaît la charnière de ce pli droit isopaque (pli atlasique),
de Msadrid-AAK qui développe en hauteur une géométrie coffrée. La vue
(GPS : 32°10’01”N, 005°35’54”W) vers le SW montre l’ennoyage du pli en rive gauche de
l’assif Melloul, avec une barre carbonatée à pendage fai-
Les coordonnées indiquées sont celles de l’entrée des gorges
ble vers le nord (fig. 3.11B). Cette barre porte une succes-
d’Aït Ali-ou-Ikkou (AAK). Celles-ci offrent une coupe na-
sion de pinacles récifaux lenticulaires dont la taille tend à
turelle magnifique dans la zone de jonction des rides de
se réduire vers le nord, tandis que l’ensemble des couches
Msadrid et d’AAK (fig. 3.9). Cinq arrêts proches les uns des
dessine un éventail de sédimentation ouvert dans la même
autres (« sub-arrêts ») sur un trajet de ~1600 m permettront
direction nord. Ce dispositif conduit à envisager l’exis-
d’en comprendre la structure générale (fig. 3.10) et d’ob-
server des mésostructures de deux types, les unes synsédi- tence d’une paléopente synsédimentaire vers le nord.
mentaires, les autres atlasiques. De retour sur la route et en progressant de 500 m vers l’est,
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 147

FIG. 3.9 : Interprétation géologique de l’image satellitaire Google earth de la région des gorges de l’Assif Melloul, montrant les plis rencontrés
dans la vallée (cf. figs 3.10, 3.11) et la faille transverse entre les rides anticlinales de Msadrid et d’Aït Ali-Ou-Ikkou.
FIG. 3.9 : Geological interpretation of the Google earth satellite image of the Assif Melloul gorge area with the folds observed in the valley (cf. figs.
3.10, 3.11) and the transverse fault between the Msadrid and Aït Ali Ou Ikkou anticlinal ridges.

FIG. 3.10 : Coupe de la ride anticlinale de Msadrid et des plis associés, observables dans les gorges d’Ait Ali Ou Ikkou. Localisation : fig. 3.9.
FIG. 3.10 : Cross-section of the Msadrid anticline and associated folds that can be observed in the Aït Ali Ou Ikkou gorge. See fig. 3.9 for location.

puis le SE, on demeure dans les calcaires massifs de la Fm principal apparaissent deux chevrons mineurs d’axe N70
de Bab-n-Ouayad (Ag2), en traversant d’abord la zone de plongeant vers l’ouest (fig. 3.11D). Ces deux chevrons sont
charnière de ce grand pli atlasique. Or dans le flanc sud du dysharmoniques par rapport à leur enveloppe unique, où est
pli (sub-arrêt 6B) on peut reconnaître des plis hydroplas- d’ailleurs logé un monticule récifal. L’ensemble montre un
tiques à l’intérieur d’une lentille de bancs calcaires lités léger déversement nord, le flanc nord s’interrompant sur une
(fig. 3.11C) ; ces structures sont liées au glissement d’un faille inverse mineure. Remarquer que les plis d’axe N70
paquet de bancs de la pile sédimentaire sur la paléopente des arrêts A et C sont disposés en échelon sur l’axe général
du bassin, du sud vers le nord. N45 de la ride anticlinale (fig. 3.9), ce qui indique un jeu
En se déplaçant encore de 200 m vers le sud (sub-arrêt 6C), transpressif sénestre alpin sur l’axe de la ride.
on arrive dans l’axe d’un deuxième pli droit pluri-hectomé- En poursuivant vers le sud, on voit dans les couches du
trique en chevron, dessiné toujours par le calcaire-corniche flanc sud du pli précédent des indices de glissements
(Fm Bab-n-Ouayad, Ag2). En rive gauche, au cœur du pli couche-à-couche vers le nord (fig. 3.11E). Il paraît s’agir
148 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 3.11 : Principales structures observables dans les gorges d’Aït Ali-Ou-Ikkou, au sein de la Fm de Bab-n-Ouayad (Ag2).-
A : Brachyanticlinal atlasique d’axe N70, vu en rive droite.- B : Renflement récifaux et couches en éventail ouvert au N, dans
le flanc NW du pli A, vu en rive gauche.- C : Plis hydroplastiques associés à un chevauchement synsédimentaire à vergence N
dans le flanc sud du pli A (en rive droite).- D : Anticlinal atlasique d’axe N60-N70 comportant deux anticlinaux mineurs dys-
harmoniques, et dont le flanc nord est tronqué sur une rampe de chevauchement (rive gauche).- E : Plis et failles de glissement
couche à couche à vergence nord dans les niveaux calcaro-marneux du flanc sud du pli D (rive gauche).- F : Surépaississement
par empilement synsédimentaire de matériaux déversés vers le nord (rive gauche).-
FIG. 3.11 : Main structures observed in the Bab n’Ouayad Fm (Ag2) of the Aït Ali Ou Ikkou gorge.- A : N70-trending brachyan-
ticline from the Atlas folding event (right bank).- B : Reef mounds and sedimentary fan opened to the north in the northern limb
of fold A (left bank).- C : Hydroplastic folds linked to a northward synsedimentary sliding in the southern limb of fold A (right
bank).- D : N60-N70 trending anticline (Atlas folding) with two minor disharmonic anticlines and truncation of the northern
limbs on a thrust ramp.- E : Folds and bedding-parallel reverse faults in the southern limb of fold D (left bank).- F : Thicken-
ing of a calcareous layer by synsedimentary stacking of beds slumped to the north (left bank).

de structures précoces, mais on ne peut exclure dans leur directionnel, présent en rive droite, l’autre transverse, sub-
cas une déformation atlasique à l’extrados du pli 3.11D. parallèle à la cluse et qui sépare deux compartiments NE
Puis les couches adoptent un pendage vers le nord mono- et SW structurés différemment.
tone. A environ 700 m de l’arrêt précédent, le sub-arrêt
Au NE de la route, les calcaires bajociens de Bab-n-
6D permet de voir, dans les falaises de rive gauche, un
Ouayad (Ag2) que l’on a traversé jusqu’ici, pentés 40° vers
banc calcaire présentant un épaississement exceptionnel
le NW, sont recoupés par une faille à fort pendage vers le
(fig. 3.11F). Celui-ci résulte d’un empilement de matériaux
sud ; cette faille les met en contact avec la formation mar-
disloquées et glissés au cours de la sédimentation. Ces
neuse aaléno-bajocienne de Tassent (Ag1), pentée vers le
structures synsédimentaires indiquent à nouveau une pente
sud (sauf au contact, sous l’éboulis ?). Les marnes Ag1 oc-
vers le nord, comme au début de la coupe.
cupent ici l’axe de l’anticlinal de Msadrid, déversé vers le
Enfin, environ 200 m au-delà (sub-arrêt 6E), on atteint NW (fig. 3.10). Au SW de la route, en rive gauche de
l’intersection de deux contacts tectoniques (fig. 3.9), l’un l’oued, les calcaires Ag2 de la gorges, à fort plongement
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 149

NW, reposent en contact normal sur les marno-calcaires Route : Une fois terminée la coupe des gorges, on continue
et les marnes Ag1, qui présentent le même pendage NW, la en direction d’Aït Ali-ou-Ikkou et Rich. La route recoupe
série demeurant monoclinale ; l’axe anticlinal de la ride le flanc SE de l’anticlinal de Msadrid, fait de couches ma-
majeure est décalé plus au SE dans la ride AAK. rines bajociennes (Ag2 et Ag3) sur lesquelles viennent s’ap-
IV- Anticlinal atlasique et ride synsédimentaire : puyer en concordance des couches de transition (Fm
l’exemple de l’axe Msadrid - AAK d’Imilchil An1) assez réduites, puis les couches rouges
continentales bathoniennes à calloviennes (Fm d’Anemzi
L’axe anticlinal Msadrid-AAK est d’abord un bon exemple An2). On traverse l’oued Tilmi bordé de champs cultivés,
de pli atlasique majeur (premier ordre) déversé et chevau- on laisse à gauche une route secondaire allant vers le village
chant dans sa partie nord-est (Msadrid) sur le synclinal du de Tilmi au NE, puis on traverse le village d’Aït Ali-ou-
Plateau des Lacs, et accompagné de plis de second ordre Ikkou pour aller s’arrêter au sud des dernières maisons.
au front de la rampe inverse. Cette grande structure régio- Arrêt J3-7 : Terminaison NE de la ride anticlinale
nale est particulièrement remarquable par la présence d’une AAK
déchirure entre ses parties NE (Msadrid) et SW (AAK), ré- (GPS : 32°08’39”N, 005°34’28”W)
vélée par la dissymétrie observable de part et d’autre de la
cluse de l’assif Melloul. L’existence de ce décrochement Le point d’arrêt est localisé sur les basaltes triasiques altérés
transverse contemporain du plissement est encore confirmé du cœur de la ride anticlinale. On monte sur la colline, vers
par le fait que, quelques centaines de mètres plus au SE, les l’est, en suivant un niveau calcaire séparant deux coulées. La
couches de Lias moyen-supérieur affleurant au nord et au ride d’Aït Ali-ou-Ikkou (AAK) se distingue des autres rides
sud de l’assif Melloul ont des pendages opposés entre la rive de la région d’Imilchil par une zone axiale où dominent les
droite et la rive gauche. L’anticlinal de Msadrid est courbe affleurements de basaltes du Trias en coulées superposées
(cf. fig. 3.2). Il est parcouru dans son plan axial par une bien individualisées, parfois séparées par un niveau sédi-
faille directionnelle (fig. 3.9) que la route recoupe à la sor- mentaire essentiellement calcaire (Ibouh et al., 2002).
tie des gorges. Plus au sud, l’axe anticlinal est décalé laté- Depuis le sommet de la colline basaltique, on voit au pre-
ralement vers le SE par le décrochement transverse qu’on mier plan vers l’est un lambeau calcaire d’âge probable-
vient de définir et peut se raccorder aux affleurements tria- ment Lias inférieur. Il marque la limite orientale de l’axe
siques (essentiellement basaltes) d’Aït Ali-ou-Ikkou. anticlinal AAK, à la limite des couches rouges de la Fm
Mais la coupe des gorges montre un autre caractère remar- supérieure d’Anemzi, An2 (fig. 3.9). Ce type de lambeau
quable de cet axe anticlinal. En effet, les différents indices de liasique est décrit dans la ride de Tassent par Ibouh (1995)
déformations synsédimentaires observés le long du trajet mi- et interprété en terme de lentilles de décrochement juras-
litent tous en faveur de l’existence d’une paléopente sédimen- sique ultérieurement extrudées en surface par les phases
taire inclinée vers le nord pendant le Bajocien. Sur le flanc d’inversion alpine. Leur position en contact anormal avec
sud du Msadrid, le Bathonien continental repose sur une série le Trias peut également se comprendre comme le résultat
Ag2-Ag3 relativement mince par rapport au flanc nord. Ainsi d’un mouvement diapirique des masses triasiques, suivant
la ride AAK-Msadrid a dû fonctionner en zone haute ou ride l’hypothèse développée plus loin (cf. journée J4).
durant la sédimentation bajocienne. Cette interprétation sera La vue vers l’ouest permet d’admirer en premier plan, la
confirmée pour la période Bathonien-? Callovien par l’étude verdure des champs bordée de peupliers, et au second plan
de l’axe AAK lui-même (arrêt J3-8). On est amené à la conclu- le cœur de la ride AAK, occupé essentiellement par les ba-
sion que le pli atlasique s’est surimposé à une structure sur- saltes altérés verdâtres du Trias supérieur (fig. 3.12). Du
élevée jurassique. côté SE, les basaltes sont en contact tectonique (faille in-

FIG. 3.12 : Panorama sur l’axe de la ride an-


ticlinale d’Aït Ali-Ou-Ikkou, depuis la col-
line triasique au sud du village (regard vers
l’WSW).
FIG. 3.12 : Panorama on the axis of the Aït
Ali Ou Ikkou anticlinal ridge from the Trias-
sic hill in the south border of the village
(looking WSW-ward).
150 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

verse à fort pendage) avec les couches rouges jurassiques, subsidence des secteurs voisins (cf. dépôt des couches de la
et vers le sud avec les calcaires Ag2. Du côté NW, les ba- Fm de Tislit et d’Imilchil au NW). La question de savoir si
saltes sont en contact avec une écaille plus ou moins conti- ce soulèvement localisé résulte de déformations extensives
nue de calcaires liasiques (Feuille d’Imilchil 1/100 000) ou compressives, associées ou non à des décrochements, a
bordée par une épaisse série sédimentaire allant du Toar- été beaucoup discutée, tout autant qu’en de nombreux points
cien au Bajocien, avec des pendages diminuant rapidement du domaine atlasique (voir J3, § italique II). L’hypothèse
de la verticale (au contact avec les basaltes) à 50°NW puis d’une phase majeure de compression/ transpression juras-
à l’horizontale (au niveau de la crête formée par la Fm sique ménageant des zones de transtension a été défendue
Ag2). Cette géométrie de l’axe anticlinal triasique, limité par Laville (1985), Laville et al. (1991), Laville & Piqué
par des failles et bordé par des barres verticales de Lias su- (1992) et Piqué et al. (1998). Selon cette approche, la struc-
périeur ou Aaléno-Bajocien, avec des écailles de terrains ture d’Aït-Ali-ou-Ikkou résulterait d’une transtension locale
plus anciens (Lias inférieur-moyen) fait envisager une ori-
avec effondrement sur des failles transverses N160 locali-
gine en partie diapirique pour cette structure.
sées sur l’extrémité distensive (bord SW) d’un décrochement
Route : Revenir sur le village d’Aït Ali-ou-Ikkou. Une sénestre N60-70 (Ibouh, 2004). Cependant, une telle hypo-
piste traverse la rivière et se poursuit vers le SW, au-delà thèse se heurte aux nombreuses indications de régime ex-
du village. Avec une marche complémentaire de quelques tensif généralisé (Frizon de Lamotte et al., 2008).
centaines de mètres on atteint le site de l’arrêt J3-8. Comp- L’hypothèse alternative d’une déformation en blocs bascu-
ter environ 2h pour le circuit aller-retour vers ce site. lés où les rides correspondraient aux bords surélevés des
Arrêt J3-8 : Discordance angulaire des
couches rouges bathoniennes sur la
bordure SE de la ride anticlinale AAK
(GPS : 32°07’35N, 005°35’24”W ; alt. 2300 m)
La localisation de ce site est indiquée sur la fi-
gure 3.9. La carte au 1/100 000 du Maroc,
feuille Imilchil (Fadile, 2003) indique que les
couches rouges bathoniennes sont ici en dis-
cordance sur le flanc sud de la ride d’Aït Ali-
ou-Ikkou. L’image satellitaire Google earth
est en effet éloquent (fig. 3.13A). Sur le ter-
rain, on constate que les premiers niveaux des
couches rouges, pentés de 20° à 40° vers
l’ENE, reposent en discordance angulaire sur
des niveaux sub-verticaux de marno-calcaires
de l’Aaléno-Bajocien (Ag1) et de calcaires ba-
jociens (Ag2), de direction N50 à N60 (fig.
3.13B). La série discordante, débute par des
lentilles de conglomérats bréchiques, dispo-
sées en « onlap » et dont les matériaux pro-
viennent du remaniement des calcaires
bajociens sous-jacents. La série se poursuit
par une succession de séquences de grès car-
bonatés et de marnes versicolores. C’est la Fm
supérieure d’Anemzi (An2) qui atteint des
épaisseurs considérables, de l’ordre de 1000
m, dans le creux synclinal plus à l’est.
V- Quelle origine pour la surrection
bajocienne de la ride AAK ?
FIG. 3.13 : Discordance du Bathonien sur le flanc sud de la ride d’Aït Ali-Ou-Ikkou (arrêt 8 ; localisation :
On a ici une preuve irréfutable de l’émersion fig. 3.9). -A : Image satellitaire (Google earth). tB : basaltes triasiques ; Ag2 : Bajocien; An2 : Bathonien à
et de l’érosion active d’une partie de la ride Callovien.- B : Vue du contact discordant.

durant la période de la fin du Bajocien-début FIG. 3.13 : The Bathonian unconformity on the southern limb of the Aït Ali Ou Ikkou ridge (stop 8, fig. 3.9
for location). -A : Satellite view (Google earth). tB : Triassic basalts ; Ag2 : Bajocian ; An2 : Bathonian
du Bathonien, contemporaine d’une certaine to Callovian.- B : Field aspect of the unconformity.
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 151

blocs a été défendue par Jenny et al. (1981), Monbaron, Route : Retourner au douar Aït Ali-ou-Ikkou et reprendre
(1982b) et, dans le Moyen Atlas, par Charrière (1990). Une la route vers le SE (en direction de Rich).
troisième voie mérite d’être envisagée, faisant appel au dia-
pirisme. Il est en effet connu que les basaltes du Trias supé- Arrêt J3-9 : Traces de pas de dinosaures dans
rieur sont situés au sommet d’une série salifère qui produit le Jurassique moyen continental
d’importantes structures diapiriques dans le Haut Atlas oc- (GPS : 32°08’13”N, 005°33’39”W)
cidental et le bassin d’Essaouira (cf. Nouveaux Guides, vol. Cet arrêt en bord de route permet, avec l’autorisation du
6) ainsi que dans le Rif externe (Nouveaux Guides, vol. 5). propriétaire de l’enclos, de voir de belles empreintes de
On peut proposer avec Michard et al. (2011) qu’une halo- dinosaures sur une dalle gréseuse rouge violacé à pendage
cinèse /argilocinèse alignée sur un accident de socle ait dé- NW. Son toit présente une piste d’empreintes tridactyles
buté dès le Lias moyen et déterminé un relief dans la partie de petites dimensions (fig. 3.14), vraisemblablement
sud du futur axe anticlinal (Aït Ali-ou-Ikkou), alors que sa celles d’un Théropode, fortement imprimées dans la roche
partie nord (Msadrid) restait peu ou pas soulevée. On re- (l’animal devait courir !). En dessous et à gauche de la
viendra sur cette hypothèse à propos des rides de Tassent et
dalle principale, sur un banc sous-jacent, une petite em-
de Tasraft (journée J4).
preinte ovoïde de Sauropode est visible, en partie cachée
par le banc supérieur. Enfin la dalle principale offre un
autre type d’empreintes peu profondes mais de grande
taille, dont la diagnose reste à faire. Ces ichnofossiles sont
conservés sur des strates de la Fm d’Anemzi (An2), d’âge
Bathonien-? Callovien.
Route : On poursuit vers le sud en descendant dans la série
jurassique rouge du synclinal d’Aït Ali-ou-Ikkou jusqu’au
village de Sountat, puis jusqu’aux barres calcaires du Ba-
jocien, au nord du village de Tissila.

Arrêt J3-10 : L’anticlinal d’Azilal n’Tafghoult


prolongeant la faille Tizal-Azourki
(GPS : 32° 06’ 47”N ; 005° 32’ 39”W)
Entre les deux villages de Sountat au nord et Tissila au sud,
cet arrêt permet de voir vers le SW la coupe naturelle d’une
nouvelle structure anticlinale de direction N70. La série sédi-
mentaire est représentée au cœur du pli par les marnes et
marno-calcaires du Toarcien-Aalénien et se termine dans le
flanc nord par des falaises carbonatées du Bajocien (fig. 3.15).
Ce pli majeur présente un cœur déformé par de multiples plis
mineurs associés à des failles inverses. Il est situé sur le pro-
longement oriental de la faille Tizal-Azourki, linéament ma-
FIG. 3.14 : Piste de Dinosaurien tridactyle (Théropode) au SE d’Aït
Ali-Ou-Ikkou (arrêt J3-9). Les enjambées sont d’environ 0,5 m.
FIG. 3.14 : Tridactyl Dinosaurian trail (Theropod) SE of Aït Ali Ou jeur du Haut Atlas central (cf. fig. 2.1), prolongeant lui-même
Ikkou village (stop J3-9). Strides are about 0.5 m long. l’une des branches de la faille du Tizi n’ Test, dans le Haut

FIG. 3.15 : L’anticlinal d’Azilal n’Tafghoult et ses replis dysharmoniques mineurs, vus du NE.
FIG. 3.15 : Azilal n’Tafghoult anticline and its disharmonic minor folds, seen from the NE.
152 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

Atlas de Marrakech (Ibouh, 2004 ; Ibouh et al. 2001). cordants sur le cœur de la ride. Chronologie des déforma-
tions et l’implication possible du diapirisme.
Route : Si le temps le permet, on peut continuer vers le
sud jusqu’au carrefour des routes vers Rich (à l’est) et vers Route and themes (fig. 4.1) : Tassent Ridge (continuation
Tineghir-Errachidia (au sud) pour un dernier arrêt avant de of J3): structure of the ridge axis : Triassic basalts and
rentrer vers Imilchil. evaporitic clays, Liassic slivers, magmatic intrusions (gab-
bro, diorite and syenite), unconformable Paleocene cover;
Arrêt J3-11 : Grand dyke dans le Jurassique
Toarcian-Aalenian synsedimentary deformation.- Tasraft
(GPS : 32°06’02”N, 005°30’52”W)
Ridge : NE pericline ; Paleocene deposits overlying un-
En s’arrêtant à proximité du carrefour, on peut observer conformably the ridge axis. Chronology of the ridge build-
vers l’ouest une butte-témoin formée de marnes, marno- ing and role of diapirism.
calcaires et calcaires du Toarcien-Aalénien, qui est traver-
Route : Quitter Imilchil par la route de Beni Mellal. At-
sée par un dyke doléritique de direction N85. Large de 4 à teindre le col de Bab-n-Ouayad (~12 km au nord d’Imil-
5 m, le dyke présente une double bordure figée décolorée. chil), comme décrit dans l’arrêt 1 de la journée précédente.
Il est décalé par des décrochements NW-SE et par des On situera les objectifs de la journée, d’une part à l’aide de
mouvements conjugués de glissement banc sur banc de la la carte figure 3.7, d’autre part avec la coupe figure 4.2.
série aaléno-bajocienne. Ce grand dyke est à rattacher à un
centre intrusif présent plus au SW et matérialisé par un Arrêt J4-1 : Biseaux sédimentaires bajociens au flanc
massif intrusif de roches grenues (massif de Tadaghmamt, sud de la ride de Tassent
sur l’axe Tizal-Azourki ; cf. fig. 2.1). (GPS : 32°12’36”N ; 005°41’54”W ; alt. 2240 m)
Stopper au-delà du col de Bab-n-Ouayad (~2300 m), avant
J4 : Les rides anticlinales de Tassent et de Tasraft
la descente en forte pente au cours de laquelle la route de-
(70 km A-R, dont 20 km de piste) vient très étroite. Poursuivre à pied en descendant à gauche
Itinéraire et thèmes (fig. 4.1) : Ride anticlinale de Tas- de la route (fig. 4.3A ; attention aux chutes de pierres !). La
sent (suite de J3) : structure du cœur de la ride : argilites et ride anticlinale est dissymétrique : le flanc nord de la ride
basaltes triasiques, écailles de calcaires liasiques, intru- est dominé par le flanc sud où affleurent les « calcaires-
sions grenues (gabbro, diorite et syénite) ; série discor- corniches » de Bab-n-Ouayad (Ag 2). La cluse de l’oued
dante paléocène ; déformations synsédimentaires dans le donne une coupe naturelle dans cette formation (fig. 4.2B)
Toarcien-Aalénien du flanc nord. - Ride anticlinale de Tas- qui montre une organisation en séquences décamétriques
raft : terminaison périclinale NE ; dépôts paléocènes dis- terminées par des barres calcaires plus massives. Une ob-
servation attentive suggère un amincissement
progressif de certains bancs vers l’axe de la ride,
indiquant un prisme sédimentaire en éventail ou-
vert vers le sud dans la formation Ag2. Il est ce-
pendant difficile de faire la part de la
perspective, et les observations ne sont pas de la
qualité de celles faites à l’est (arrêt J3-5) dans
des niveaux un peu plus jeunes (Ag3).
Route : Après avoir descendu une partie de la
rampe (environ 100 m de dénivelée), stopper sur
la première plate-forme en bordure ouest de la
route.
Arrêt J4-2 : Le cœur de la ride : Trias et
roches intrusives
(GPS : 32°13’09”N ; 005°42’02”W)
Ce premier arrêt assez haut dans le cœur de la ride
anticlinale donne un beau point de vue vers
l’ouest (fig. 4.4). La première observation est
qu’une faille subverticale, malheureusement ca-
chée sous les éboulis, doit passer entre les cal-
caires bajociens du flanc sud et l’axe anticlinal de
FIG. 4.1: - A : Itinéraire et arrêts de la journée J4 sur fond de carte topographique au 1/50 000.
FIG. 4.1 : A : Itinerary and stops of Day J4, plotted on the topographic map, scale : 1/50 000.
Blue : tarred road ; red : track la ride. Les épaisses formations marno-calcaires
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 153

FIG. 4.2 : Coupe d’ensemble à travers les structures de l’Atlas d’Imilchil. Localisation : fig 3.7.
FIG. 4.2: Overall cross-section through the Imilchil Atlas. See fig 3.7 for location.

FIG. 4.3 : Flanc sud de la ride anticlinale de Tassent.- A : Image Google basculée situant l’arrêt J4-1 (point de vue du cliché B) et montrant un éventail de stratification dans la base
de la Fm Ag2, en contact faillé (F) avec le cœur de la ride (Trias probable sous l’éboulis : t ?).- B : Vue depuis le col Bab-n-Ouayad. Noter l’épaississement de plusieurs barres cal-
caires en direction du sud.
FIG. 4.3 : Southern limb of the Tassent anticlinal ridge. - A : Tilted Google earth image showing the stop J4-1 (point of view B) and a sedimentary fan at the bottom of the Fm
Ag2, close to the fault (F) bounding the core of the anticlinal ridge (Trias t ? hidden beneath yhe slope formations). –B : View from the Bab-n-Ouayad pass. Note the thickening
of several limestone bars towards the south.

FIG. 4.4 : Vue axiale du cœur de la ride anticlinale de Tassent à l’ouest de la route, depuis les premiers virages de la descente. Comparer avec la figure 4.3A.
FIG. 4.4 : Westward axial view of the core of the Tassent anticlinal ridge as seen from the first upper bends of the road. Compare with fig. 4.3A.
154 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

du sillon atlasique et le Lias calcaire sont supprimés. cœur anticlinal et correspondent à trois intrusions juxta-
posées du SW au NE (Bougadir, 1991 ; Rahimi et al. 1991).
En second lieu, on observe la complexité du cœur de la
Chaque intrusion comporte trois unités pétrographiques :
ride anticlinale, qui inclut des roches magmatiques di-
une unité basique (troctolites et gabbros), une unité inter-
verses: diorites, gabbros et troctolites, intrusives dans des
médiaire (diorites, diorites quartziques, monzodiorites) et
basaltes altérés verdâtres (Trias terminal) et des forma-
une unité différenciée (syénites). Les caractères géochi-
tions sédimentaires : argilites roses triasiques et masses
miques des roches (fig. 4.5) ont conduit à les considérer
calcaires liasiques. Toutes ces roches sont disposées de comme d’affinité alcaline (Bougadir, 1991 ; Saidi, 1992 ;
façon chaotique dans l’axe de la ride. Le point d’obser- Lhachmi et al., 2001) ou transitionnelle (Zayane, 1992 ;
vation lui-même est établi sur une lame calcaire verticale Zayane et al., 2002), caractéristiques d’un volcanisme ano-
recristallisée et minéralisée (cipolin). Dans le talus nord rogénique. Elles dérivent de l’évolution d’un liquide ba-
de la route, on observe un contact métamorphique cipolin- sique par un processus de cristallisation fractionnée dans
gabbro avec, sur environ 2 m, des blocs de cipolins em- une chambre magmatique que les géobaromètres situent à
ballés dans une roche gabbroïque très altérée. Une bordure une profondeur de 10-15 km. Une contamination crustale
figée est bien individualisée à la périphérie du corps gab- interviendrait à un stade tardif de la différenciation mag-
broïque dont le cœur montre par ailleurs des veinules matique (Zayane et al., 2002).
d’amiante. L’organisation d’ensemble de la ride évoque
L’âge classiquement admis (Jurassique moyen-supérieur)
une structure diapirique, compliquée par l’injection de
n’est basé que sur un petit nombre de mesures effectuées
magmas subvolcaniques.
sur des biotites extraites de gabbros-diorites par Hailwood
Vers l’est, la partie haute du cœur de la ride montre des et Mitchell (1971). Deux datations de dykes sur roche totale
couches continentales et une coulée de basalte que l’on ob- ont toutefois fourni à ces auteurs des âges Crétacé infé-
servera mieux à l’arrêt suivant. rieur. D’autres datations plus récentes (Armando, 1999)
réalisées dans une autre ride (Tirrhist) sur une troctolite et
VI- Quelques données sur les magmas intrusifs
un gabbro à olivine ont donné respectivement 151,3 ± 0,5
(Jurassique sup. ? Crétacé inf.)
Ma et 145 ± 0,5 Ma (Jurassique terminal). La mise en place
Les roches magmatiques sont bien développées dans la ride finale des intrusions (étape extrusive, Ibouh 1995, 2004)
de Tassent où elles occupent environ 60% de la surface du semble s’être effectuée à froid, sans métamorphisme de

FIG. 4.5 : Géochimie des roches intrusives du Haut Atlas central (Zayane et al., 2002). (a) Dia-
grammes des alcalins montrant le caractère transitionnel des roches basiques (cercles pleins), in-
termédiaires (cercles vides) et évoluées (triangles). (b) : Spectre des Terres Rares (même
symboles).
FIG. 4.5 : Geochemistry of the Central High Atlas intrusive rocks (Zayane et al., 2002). (a) Alka-
line diagrams showing the transitional character of the basic rocks (full circles), intermediate
(empty circles) and differentiated (triangles) ; (b) : Rare earth spectrum (same symbols).
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 155

contact dans l’encaissant, mais avec une activité hydro- une dissymétrie frappante, observable aussi bien dans le pay-
thermale. Les nouvelles datations micropaléontologiques sage que sur l’image satellitaire (fig. 4.6). Le Calcaire-cor-
obtenues dans les terrains discordants sus-jacents (arrêt 3) niche (Ag2) constitue une imposante falaise du côté sud, et
montrent que ce dernier épisode est anté-Thanétien. en revanche n’est pas du tout représenté sur le flanc nord.
Celui-ci est constitué par les marnes et marno-calcaires de la
Route : Poursuivre la descente sur environ 1 km, en né-
Fm de Tassent (Ag1) du Toarcien-Aalénien, en série normale
gociant un virage en épingle, jusqu’à atteindre une nou-
en bas de la coupe et se renversant vers le haut. On remarque
velle plateforme où stationner, en contrebas de la
en outre une diminution de l’épaisseur des couches vers le
précédente (fig. 4.6). secteur proche de la faille bordant la ride. L’interprétation de
Arrêt J4-3 : Les formations paléocènes discordantes cette variation latérale de l’épaisseur des couches (qui affecte
sur le cœur anticlinal principalement les marnes, mais aussi les calcaires) est déli-
(GPS : 32°13’19N ; 005°42’10W) cate. Elle pourrait résulter de deux processus liés à un diapi-
risme des argilites salifères, i) un éventail de sédimentation
Cet arrêt est établi, comme le précédent, sur une lame ver- s’ouvrant en direction du nord et témoignant d’un soulève-
ticale de calcaires liasiques, à côté de gabbros altérés qui ment synsédimentaire de la ride durant le Toarcien-Aalénien,
affleurent dans le talus de la route. Vers l’ouest, le cœur de et ii) un effet mécanique postérieur, dû à la poursuite de l’in-
la ride montre une autre lame calcaire (Lias inférieur) des- trusion diapirique du Lias jusqu’au Jurassique moyen au
sinant un pli anticlinal aigu à axe N70 plongeant vers le moins (cf. l’éventail observé dans les formations Ag3 du
sud, avec des argilites roses (Trias) dans son plan axial ver- flanc sud de la ride à l’arrêt J3-5).
tical. Mais l’intérêt principal de ce nouvel arrêt dans l’axe
La structure du cœur de la ride est complexe. Dans la par-
anticlinal est qu’il permet de bien voir vers l’est le syncli-
tie inférieure, on retrouve un corps magmatique gabbroïque
nal de couches paléocènes discordantes sur le cœur de la
(affleurant également dans le talus de la route) encaissé
ride et sur son flanc nord (fig. 4.7).
dans des basaltes triasiques verdâtres. Au contact des
Les flancs de la ride, tous deux limités par faille, présentent marno-calcaires du flanc nord, on rencontre une lame cal-

FIG. 4.6 : Image satellitaire (Google earth) de la ride de Tassent à l’est de la route (pointillé rouge), montrant la dis-
symétrie des flancs, l’éventail de sédimentation dans le Toarcien-Aalénien du flanc nord, et le témoin de couverture
paléocène discordante. P(a) : grès et argiles rouges paléocènes. Ts(b) : Trias supérieur (basaltes altérés). Ag1 : Fm de
Tassent (Toarcien-Aalénien) ; Ag 2 : Fm de Bab-n-Ouayad (Bajocien inférieur-moyen) ; Ag3 : Fm de Tislit (Bajocien
supérieur-Bathonien).
FIG. 4.6 : Satellite image (Google earth) of the Tassent ridge east of the road (red dotted line) showing the limb asym-
metry, the sedimentary fans in the Toarcian-Aalenian of the northern limb, and the remainder of unconformable Pale-
ocene cover. P(a): Paleocene red beds ; Ts(b) : Upper Triassic (altered basalts) ; Ag1 : Tassent Fm. (Toarcian-Aalenian) ;
Ag2 : Bab-n-Ouayad Fm (Lower-Middle Bajocian) ; Ag3 : Tislit Fm (Upper Bajocian-Bathonian).
156 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 4.7 : Vues axiales de la ride anticlinale de Tassent à l’est de la route. - A : Vue d’ensemble depuis l’arrêt
J4-4 (comparer avec la figure 4.6). - B : Vue rapprochée du Paléocène discordant.
FIG. 4.7 : Axial views of the Tassent anticlinal ridge east of the road. - A : Overview from stop J4-4 (compare
with fig. 4.6). - B : Closer view of the unconformable Palaeocene.

caire verticale (Lias ?) et latéralement, une autre lame en l’axe d’un anticlinal et non dans l’axe des synclinaux voi-
position horizontale. Au-dessus, reposent en discordance sins, où l’érosion récente très active a déblayé les dépôts
des dépôts sédimentaires gréseux rubéfiés, surmontés par post-jurassiques. La sédimentation continentale paléocène
des basaltes qui sont à leur tour recouverts de dépôts rouges s’est faite au pied des falaises bajociennes, qui a préservé
concordants, l’ensemble étant déformé en synclinal ouvert les dépôts discordants au toit de la structure antiforme tria-
d’axe N70. Une coupe correcte de ce dispositif a été four- sique injectée de magmas jurassico-crétacés. La géomé-
nie par Chèvremont (1975), à ceci près que les terrains dis- trie de cette antiforme faillée évoque un diapir allongé
cordants se trouvaient alors attribués au Crétacé, ce qui est (« mur de sel »). Cette structure s’est probablement déve-
encore le cas sur les cartes géologiques les plus récentes loppée en relation avec une paléofaille (faille de Tassent,
(Fadile, 2003). Or la série sédimentaire rouge supra-basal- Ibouh et al., 1994). L’ensemble est finalement repris en pli
tique a livré des ostracodes et des charophytes indiquant un anticlinal durant l’inversion néogène. On reviendra sur
âge Thanétien-Yprésien inférieur (Charrière et al., 2009). cette problématique à l’arrêt 7.
L’âge le plus probable pour les couches rouges sous-ja-
Route : Poursuivre la descente vers le village de Tassent,
centes, structuralement indissociables, est donc Paléocène.
puis stationner près de la maison forestière sous les peu-
On remarquera que le synclinal paléocène est perché sur pliers.
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 157

Arrêt J4-4 : Failles normales synsédimentaires dans vers la ride anticlinale de Tasraft. La terminaison nord-est
le Toarcien -Aalénien du flanc nord de la ride de de cette ride est accessible à partir d’une piste pour 4x4
Tassent (Circuit pédestre, environ 2h) (compter au moins 4 h A/R). Cette piste débute en face de
(GPS : 32°13’28”N ; 005° 42’58”W ; alt. 1920 m) la maison forestière de Tassent en direction de l’ouest et re-
Depuis la maison forestière de Tassent, se diriger vers coupe l’oued dès son départ. Elle serpente ensuite à travers
l’ouest sur la colline de la rive gauche de l’oued (qu’il faut les marnes et les marno-calcaires de l’Aaléno-Bajocien. A
traverser à gué) jusqu’à la dernière maison avec des peu- mi-pente une bifurcation se présente, prendre obligatoire-
pliers (GPS N 32 13 28, W 005 42 58). Vers l’ouest af- ment vers le nord, même si l’état de ce tronçon n’est pas
fleure largement la série marneuse (Ag1) du flanc nord de très engageant, surtout après la saison des pluies. La suite
la ride de Tassent. On se dirige à pied vers les talwegs les du trajet est visible sur la vue satellitaire (fig. 4.9).
plus proches de la ride. On y observe plusieurs failles nor- Arrêt J4-5 : Terminaison périclinale nord-orientale
males (fig. 4.8) de direction moyenne allant de N135 à de la ride de Tasraft
N160 et à pendage moyen de 50°, tantôt vers l’ouest, tan- (GPS : 32°16’22”N ; 005°43’12”W ; alt. 2330 m)
tôt vers l’est. Ces failles décalent les niveaux de calcaires
L’arrêt est situé au terme de l’ascension, là où la piste tra-
gréseux du Toarcien supérieur et sont fossilisées par les ni-
verse l’enveloppe périclinale NE du synclinal de Tasraft
veaux sus-jacents. Les miroirs sont ondulés et présentent
(fig. 4.9). Le replat débute avec des calcaires bajociens
deux générations de stries : une première génération syn-
(Ag2) qui dessinent une superbe terminaison périclinale
sédimentaire, indiquant des mouvements en faille normale
dont on aura une vue d’ensemble ultérieurement (arrêt J4-
et une deuxième génération post-sédimentaire sur des en-
7). Ces calcaires présentent un clivage schisteux, vrai-
duits calcitiques, généralement liée à des mouvements dé-
semblablement en relation avec la torsion péri-anticlinale.
crochants. Les failles de première génération sont par
Après les avoir recoupés, on pénètre dans le cœur de la
endroit ouvertes et présentent un remplissage de dépôts
ride, qui montre, d’une part, au nord de la piste, des argi-
sus-jacents sous forme de filons synsédimentaires (dykes
lites rouges gypsifères (intercalations centimétriques de
neptuniens). Cette tectonique extensive toarcienne a été
gypse ou gypse dispersé) et des basaltes triasiques et, d’au-
identifiée en plusieurs points du domaine atlasique central
tre part, au sud de la piste, des reliefs calcaires de structure
(Ibouh et al., 2000 ; Ibouh, 2004)
grossièrement synclinale. Ces calcaires blancs appartien-
Route : De retour aux voitures, on se dirige maintenant nent à la série discordante sur les matériaux de la ride. De-

FIG. 4.8 : Paléofailles normales dans le flanc sud de la ride anticlinale de Tassent. Le trait rouge marque la limite du cœur de la ride
(Trias et gabbro intrusif). Le stéréogramme concerne les failles synsédimentaires.
FIG. 4.8 : Normal paleofaults in the southern limb of the Tassent anticlinal ridge. The red line marks the boundary of the ridge core
(Triassic and intrusive gabbro). The stereogram concerns the synsedimentary faults.
158 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG 4.9 : Image satellitaire (Google earth oblique) du périclinal NE de la ride de Tasraft, montrant le reliquat de couverture continentale d’âge
Paléocène conservé sur l’axe de la ride. Ts : Trias supérieur, avec (a) : argilites rouges gypsifères, et (b) : basaltes altérés; l1-2 : Lias inférieur-
moyen calcaire ; Ag1 Fm de Tassent (Toarcien-Aalénien) ; Ag 2 : Fm de Bab-n-Ouayad (Bajocien inférieur-moyen) ; Ag3 : Fm de Tislit (Bajo-
cien supérieur-Bathonien) ; b1 à b5 : barres calcaires de la série paléocène discordante.
FIG. 4.9 : Satellite image (Google earth, tilted) of the north-eastern pericline of the Tasraft ridge, showing the Paleocene continental cover pre-
served on the ridge axis. Ts : Upper Triassic, with (a) gypsiferous red beds, and (b) : altered basalts ; l1-2 : Lower-Middle Liassic limestones ;
Ag1: Tassent Fm (Toarcian-Aalenian) ; Ag 2 : Bab-n-Ouayad Fm (Lower-Middle Bajocian) ; Ag 3 : Tislit Fm (Upper Bajocian-Bathonian) ; b1-
b5 : limestone bars of the unconformable Paleocene series.

puis la cartographie exploratrice de Bourcart (1942), ils C1) et la succession observable (fig. 4.11) sont ainsi dé-
étaient attribués au Cénomanien. La série sous-jacente crites par Charrière et al. (2009) :
montre des alternances de barres carbonatées et de couches
“La succession la plus complète débute avec un conglo-
rouges continentales qui étaient attribuées, par voie de
mérat polygénique formé de matériaux sédimentaires (cal-
conséquence, au Crétacé inférieur, au Jurassique supérieur
caires marins du Dogger provenant des flancs de la ride) et
ou au Jurassique moyen. Or il s’agit en fait d’une série
de matériaux éruptifs (notamment gabbros et autres roches
d’âge Paléocène supérieur (cf. J4-6).
grenues, ainsi que des basaltes, originaires du cœur de la
Cette série discordante, objet de l’arrêt suivant, est bien pré- ride). La série est organisée en cinq séquences qui débutent
servée seulement dans les limites du périclinal de calcaires par des termes détritiques de moins en moins grossiers vers
bajociens, où elle présente une forme de synclinal perché le haut : conglomérats, puis grès, silts et marnes (m) et se
(fig. 4.9). On reviendra plus loin sur les raisons possibles de terminent par des dépôts calcaires (b) de plus en plus dé-
cette disposition singulière, déjà rencontrée à Tassent. veloppés. Les séries marneuses évoluent de marnes et silts
rubéfiés à passées conglomératiques (m1) vers des faciès
Route : En poursuivant la piste vers le SW, on longe toujours
plus argileux, jaunâtres (m4). Les barres calcaires (b) pré-
au NW le Trias, mais au SE des termes de plus en plus anciens
sentent différents types de microfaciès d’eau douce (à on-
de la série paléocène. Le contact entre les deux ensembles se
colithes, débris de thalles et gyrogonites de charophytes,
marque généralement par une faille et un flexuration des ter-
ostracodes) qui témoignent d’environnements lacustres et
rains paléocènes dénotant un soulèvement post-thanétien de
fluvio-lacustres affectés par des conditions hydrodyna-
la partie axiale et nord occidentale de la ride.
miques très fluctuantes. Dans certaines barres (b2, b4, b5),
Arrêt J4-6 : Coupes dans la série paléocène des influences laguno-marines sont attestées par la pré-
discordante sence de quelques niveaux à foraminifères.”
(GPS : 32°15’59”N, 005°43’51”W ; alt. 2310 m)
“Les ostracodes laguno-lacustres Candonidae et Limno-
S’arrêter au point de rebroussement de la piste vers le nord cytheridae (Timiriaseviinae : Metacypris sp.; Limnocythe-
pour débuter une coupe (sub-arrêt J4-6A) dans l’un des rinae: Limnocythere sp.), très abondants, sont des formes
deux talwegs avoisinants. La coupe WSW-ENE (fig. 4.10, caractéristiques du Crétacé terminal–Paléocène. Les cha-
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 159

FIG. 4.10 : Trois coupes dans la Fm de Tasraft (Paléocène), discordante sur la terminaison NE de la ride anticlinale de Tassent (extrait de Charrière et al., 2009).
FIG. 4.10 : Three cross-sections in the Tasraft Fm (Paleocene), overlying unconformably the NE tip of the Tasraft anticlinal ridge (from Charrière et al., 2009).

rophytes (fig. 1.14H-I) comprennent cinq genres et es- temps et dans l’espace en direction du nord-ouest. »
pèces : Microchara vestita, Nitellopsis (Campaniella) he-
Route : Poursuivre la piste vers le nord. A proximité du
licteres, Sphaerochara edda, Harrisichara tougnetensis,
chemin, on rencontrera divers éléments disparates du cœur
Pseudolatochara sp. qui sont des formes classiques des
de la ride : diorite et lambeaux de calcaires jurassiques,
bassins ouest-européens et notamment des bassins nord et
parfois entièrement ferruginisés.
sud-pyrénéens. Leur association se rapporte au Paléocène
supérieur (Thanétien). Il est intéressant de noter la pré- Arrêt J4-7 : Vue panoramique à partir du flanc nord
sence de Pseudolatochara sp. et surtout la fréquence à tous (GPS : 32°16’36”N ; 005°40’60”W ; alt. 2360 m)
les niveaux de Microchara vestita (marqueurs du Thané- Ce troisième et dernier arrêt est situé sur la crête NW de la
tien et de l’Ilerdien inférieur-moyen, y compris à la base ride, d’où on découvre un superbe panorama sur le cœur
des calcaires b1 et dans la barre sommitale b5 (diagnoses chaotique de la ride et la terminaison périclinale (fig. 4.12)
paléontologiques P.-O. Mojon)”. que dessinent les calcaires bajociens (comparer à la vue sa-
Des coupes réalisées orthogonalement au flanc SE de la tellitaire fig. 4.9). Les calcaires enveloppent la dépression
ride (sub-arrêt J4- 6B) montrent des biseautages et des correspondant au cœur de la ride, constitué surtout par les
discordances imputables à des déformations synsédimen- argilites gypsifères (entaillées par le thalweg situé à l’est)
taires au cours du Thanétien (fig. 4.10, coupes 2 et 3). et les basaltes triasico-liasiques. On voit aussi, posée sur le
Cette mobilité est également décelable dans l’enregistre- cœur de la ride anticlinale, la colline paléocène faite de
ment sédimentaire. Les barres calcaires sommitales fu- couches rouges et de calcaires blancs (cf. coupe C1). Au-
sionnent entre elles. On constate que « les barres dessous de la corniche sommitale, des masses calcaires
carbonatées, dont la base est fréquemment constituée de chaotiques sont visibles, faites de blocs disposés de façon
brèches intraformationnelles, sont en fait formées de corps plus ou moins anarchique. Ces masses se raccordent aux
lenticulaires d’épaisseur métrique, se relayant dans le corniches b2 et b3 et correspondent à des déformations hy-
160 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

FIG. 4.11 : Les niveaux repères de la Fm de Tasraft. A gauche : marnes et barres de calcaire lacustre (b) de la partie inférieure (cf. fig. 4.10), regard
vers le NW. A droite : calcaires de la partie supérieure, regard vers le N.
FIG. 4.11 : The reference layers of the Tasraft Fm. Left: marls and lacustrine limestone bars (b) of the lower part (cf. fig. 4.10), looking NW-ward.
Right: Uppermost bars of the series, looking northward.

FIG. 4.12 : Vue d’ensemble de la terminaison périclinale NE de la ride anticlinale de Tasraft et du synclinal paléocène superposé, depuis les crêtes ba-
jociennes septentrionales (arrêt 7 ; localisation fig. 4.10). Comparer avec la fig. 4.9.
FIG. 4.12 : Overview of the NE pericline of the Tasraft anticlinal ridge and of the superimposed Paleocene syncline, from the northern Bajocian
crests (stop 7; see fig. 4.10 for location). Compare with fig. 4.9.

droplastiques survenues durant la sédimentation thané- structure curieuse, déjà vue à Tassent, d’un synclinal pa-
tienne. La structure dissymétrique du synclinal n’est pas vi- léocène conservé au cœur d’un anticlinal de Trias-Juras-
sible de ce point de vue, mais le dernier document joint (fig. sique. Michard et al. (2011) proposent l’explication
4.13) permet de visualiser les biseautages des couches du suivante. La sédimentation continentale et laguno-marine
Paléocène vers le SE et leur épaississement en direction du paléocène s’est faite, à Tassent en contrebas d’une crête
NW. Ce dispositif illustre le caractère syntectonique de la bajocienne, et à Tasraft, dans un périclinal éventré, dans
sédimentation thanétienne en relation avec le soulèvement des creux d’un bassin (par ailleurs peu profond) corres-
du flanc SE de la ride de Tasraft. pondant au cœur de rides antiformes faillées de type dia-
pirique. Celles-ci se sont probablement développées en
Route : Reprendre la piste en sens inverse vers Tassent, relation avec une paléofaille profonde située sous les rides
puis rentrer à Imilchil, ce qui offre l’occasion de faire le (notion de « mur diapirique »). A Tassent, un jeu normal
point sur les rides anticlinales observées. de la faille profonde durant le Thanétien peut rendre
compte de l’épanchement volcanique paléocène conservé
VII- Les rides anticlinales du Haut Atlas d’Imilchil :
au cœur de la ride. Ultérieurement, l’ensemble des flancs
bilan et discussion
jurassiques et des dépôts thanétiens sera repris en com-
Sur la position des synclinaux paléocènes et le rôle vrai- pression lors des serrages alpins avec formation des plis
semblable du diapirisme.- A Tasraft, on retrouve cette actuels et inversion de la faille axiale entraînant dans les
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 161

FIG. 4.13 : Vue satellitaire oblique (Google earth) sur le synclinal paléocène de la ride de Tasraft. b1-b5 : barres calcaires repères (voir fig. 4.10).
Noter l’ouverture vers le NW du prisme sédimentaire paléocène, conséquence de la surrection de la bordure SE de la ride durant le Thanétien.
FIG. 4.13 : Satellite oblique view on the Palaeocene syncline of the Tasraft ridge. b1-b5 : limestones bars (see fig. 4.10). Notice the NW-ward
opening of the Paleocene sedimentary prism, suggesting an uplift of the south-eastern border of the ridge during the Thanetian.

deux cas une surélévation du compartiment NW par rap- feste en de nombreux point dans un contexte de paléo-en-
port au compartiment SE. Les dépôts paléocènes s’éten- vironnement de plateforme littorale. A Tassent, des éven-
daient plus ou moins largement sur les synclinaux actuels tails de sédimentation se rencontrent sur les flancs sud
mais l’érosion plus intense de ceux-ci (inversion morpho- (arrêts J3-5, J4-1) et nord (arrêt J4-3). Des failles trans-
logique) les a fait disparaître, sauf à l’abri des crêtes ba- verses et des flexures N-S sont fossilisées au cours de la
jociennes. période bajocienne. Dans la zone anticlinale de Msadrid
Sur la paléogéographie du Paléocène et les mouvements (arrêts J3-6), la sédimentation a enregistré d’importantes
ultérieurs.- Le caractère laguno-marin d’une partie des déformations hydroplastiques (slumps, masses glissées) té-
dépôts carbonatés de Tasraft prouve qu’il ne s’agit pas moignant de paléopentes vers le nord qu’on peut mettre
d’un simple petit bassin continental localisé au pied d’un en relation avec l’ébauche de la ride d’Aït-Ali-ou-Ikkou
relief, et implique au contraire une relation avec la mer située juste au sud.
paléocène. Or les affleurements marins phosphatés paléo-
Au cours du Bathonien, dans un contexte de sédimentation
cènes sont limités actuellement aux bordures nord et sud
continentale, se manifestent des soulèvements plus impor-
du Haut Atlas central. L’affleurement le plus proche se
tants en bordure de certaines rides et plus particulièrement
situe à 25 km au NW et à des altitudes avoisinant 1500 m.
du flanc sud d’Aït-Ali-ou-Ikkou (arrêt J3-8), dont l’émer-
On est donc amené, d’une part, à envisager une relation
sion est démontrée par la discordance de différents termes
paléogéographique privilégiée avec ce secteur septentrio-
bathoniens ou calloviens, les termes les plus récents (An2)
nal et, d’autre part, à estimer le décalage vertical post-
reposant directement sur les assises liasiques préalable-
thanétien à un millier de mètres (l’altitude du synclinal de
ment basculées et érodées.
Tasraft étant proche de 2500 m).
Sur la chronologie et le mécanisme des déformations.- Au Une grande lacune de l’enregistrement sédimentaire
Toarcien-Aalénien, dans un contexte de bassin marin sub- tronque ensuite toute information relative au Jurassique
sident, sont enregistrés les premiers indices d’une tectonique supérieur et à la totalité du Crétacé. La structure des rides
synsédimentaire en contexte extensif, associant vraisembla- de Tassent et de Tasraft, avec les corps magmatiques in-
blement tectonique de blocs basculés et diapirisme. Ceci se trudés, était proche de celle que l’on observe aujourd’hui,
manifeste par un réseau de failles normales synsédimen- dès avant le Thanétien.
taires exposées au nord de la ride de Tasraft (J4-4). Des dé- Durant le Thanétien, une sédimentation continentale, la-
pôts conglomératiques aaléniens, localisés sur le flanc sud custre et localement laguno-marine (arrêt J4-6) s’installe
de la ride de Tasraft (Fadile, 1987, 2003), remanient des au cœur des rides en débordant vraisemblablement large-
calcaires et marno-calcaires du Lias, ainsi que des basaltes ment vers le nord en direction de la « mer des phos-
probablement triasiques. Ces remaniements signent une pre- phates ». Il s’agit d’une sédimentation syntectonique
mière ébauche de structuration de la ride de Tasraft. (Tasraft) qui a été localement interrompue par un épisode
Durant l’Aaléno-Bajocien, la mobilité des rides se mani- volcanique (Tassent, arrêt J4-2).
162 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

L’évolution post-paléocène se marque par un serrage des jurassico-crétacées du versant nord du Haut Atlas, ainsi
synclinaux et des rides anticlinales, dont certaines tendent que de la découverte du Paléocène discordant sur les rides
à chevaucher les synclinaux (Msadrid). Ce raccourcisse- d’Imilchil. Les auteurs remercient A. Michard pour son
ment de la couverture s’est accompagné d’un décollement aide dans la mise en forme de nombreuses figures et sur-
dans les assises triasiques, au-dessus d’un socle resté cas- tout pour son implication, y compris sur le terrain, dans les
sant. Dans les rides où des formations paléocènes assez débats sur la tectonique des « rides atlasiques ». Ils re-
épaisses s’étaient accumulées, elles sont ployées en syncli- mercient enfin E. Rjimati (Ministère de l’Energie et des
nal, tandis que se produit une verticalisation, voire un ren- Mines, Rabat) pour sa participation active à la dernière
versement des flancs jurassiques. Un chevauchement assez mission d’Octobre 2010 sur le terrain.
prononcé du Trias de la ride sur son flanc peut se manifes-
ter (ride Aït Ali-ou-Ikkou, arrêt J3-8). Enfin, un décalage
Références
vertical de 1000 m se produit entre l’ensemble des rides du
secteur d’Imilchil et les régions atlasiques septentrionales ANDREU B. (1991) : Les Ostracodes du Crétacé moyen (Barrémien à Tu-
(journées J1 et J2). Le décalage altitudinal des couches pa- ronien), le long d’une transversale Agadir-Nador (Maroc).
Strata, 2, 1–765.
léocènes du Haut Atlas central par rapport à celles du Tadla
ANDREU B., COLIN J.-P., HADDOUMI H. & CHARRIÈRE A. (2003) : Les Os-
dépasse 2000 m. tracodes des « Couches rouges » du synclinal d’Aït Attab, Haut
Sur le magmatisme.- Avec Ibouh (2004), on peut envisager Atlas Central. Maroc : systématique, biostratigraphie, paléoé-
cologie, paléobiogéographie. Rev. de Micropal. 46, 193–216.
une mise en place des corps magmatiques en deux étapes.
ARMANDO G. (1999) : Intracontinental alkaline magmatism : Geology,
L’étape intrusive est celle de la mise en place et cristallisa- petrography, mineralogy and geochemistry of the Jebel Hayim
tion des corps magmatiques vers 10-15 km de profondeur Massif (Central High Atlas – Morocco). Mémoires de Géologie
(encadré VI). Ces intrusions peuvent être associées à l’un ou Lausanne, 31, 106 p.
l’autre des épisodes effusifs B1 (fin Jurassique moyen) ou AZIZI KADMIRI R. (1999) : Stratigraphie, sédimentologie et analyse sé-
B2 (Barrémien) enregistrés dans le versant nord du Haut quentielle des faciès du Lias supérieur-Dogger du bassin d’Imil-
chil (Haut Atlas central, Maroc). Thèse Doctorat, Fac. Sci, Tunis
Atlas central (J1 et J2), ou à un évènement d’âge intermé- II, 240p.
diaire. Les datations isotopiques disponibles plaident en fa- BARBERO L., TEIXELL A., ARBOLEYA M.L., DEL RIO P., REINERS P.W. &
veur de cette dernière hypothèse, mais leur rareté et leur BOUGADIR B. (2006) : Jurassic-to-present thermal history of the
caractère disparate ne permettent pas de trancher. central High Atlas (Morocco) assessed by low-temperature ther-
mochronology. Terra Nova, 1–7.
La remontée halocinétique /argilocinétique de matériaux BEAUCHAMP W., ALLMENDINGER R.W., BARAZANGI M., DEMNATI M., EL
triasiques, amorcée au niveau de certaines rides depuis ALJI, M. & DAHMANI M. (1999) : Inversion tectonics and the
l’Aalénien (Studer & du Dresnay, 1980 ; Fadile, 1987), a evolution of the High Atlas Mountains, Morocco, based on a ge-
certainement fourni des zones favorables à l’intrusion des ological-geophysical transect. Tectonics, 18, 163–184.
magmas jusqu’à des profondeurs moindres et préparé BOUCHOUATA A., CANÉROT J., SOUHEL A. & & GHARIB A. (1995) : Stra-
tigraphie séquentielle et évolution géodynamique du Jurassique
l’étape suivante. Dans un deuxième temps, une étape extru-
de la région Talmest-Tazoult (Haut Atlas central, Maroc). C. R.
sive, associerait la remontée en surface des corps magma- Acad Sci, Paris, 320, 749-756.
tiques avec les autres matériaux du cœur des rides : argilites BOUGADIR B. (1991) : Les complexes plutoniques alcalins de la ride de
et basaltes triasiques, lambeaux de calcaires liasiques (avec Tassent (Haut Atlas central), Pétrologie, mécanisme et cinéma-
plis verticaux, cf. les épines diapiriques). Les traces de fis- tique de mise en place. Thèse 3ème cycle Univ. Cadi Ayyad, Mar-
sion apatite indiquent une exhumation régulière jusqu’à ~3 rakech, 165 p.

km de profondeur à ~90 Ma (Barbero et al., 2007). Les don- BOURCART J. (1942) : Carte géologique d’exploration du territoire auto-
nome du Tadla au 1/200 000. Notes et Mem. Serv. géol. Maroc,
nées stratigraphiques nouvelles (Charrière et al., 2009) per- 158 avec notice, 47 p.
mettent d’établir que la mise en surface des corps CHARRIÈRE A. (1990) : Héritage hercynien et évolution géodynamique
magmatiques et des minéralisations hydrothermales asso- alpine d'une chaîne intracontinentale : le Moyen Atlas au SE de
ciées s’est effectuée avant le Thanétien. Fès (Maroc). Thèse d’Etat, UPS Toulouse, 589 p.
CHARRIÈRE A., HADDOUMI H. & MOJON P.O. (2005) : Découverte du Ju-
Fin de l’excursion C7. Retour à Beni Mellal par la route rassique supérieur et d’un niveau marin du Barrémien dans les
de l’aller ou, après Naour, en passant par El Ksiba et Kasba « Couches rouges » continentales du Haut Atlas central maro-
Tadla. cain : implications paléogéographiques et structurales. C. R. Pa-
levol, 4, 385–394.
Remerciements CHARRIÈRE A., HADDOUMI H., MOJON P.-O., FERRIÈRE J., CUCHE D. &
ZILI L. (2009) : Mise en évidence par ostracodes et charophytes
Les auteurs tiennent à témoigner leur reconnaissance à leur de l’âge paléocène des dépôts discordants sur les rides anticli-
collègue micropaléontologiste P.O. Mojon (Dr. Univ. Gre- nales de la région d’Imilchil (Haut Atlas, Maroc) ; conséquences
noble) dont les travaux sur les Charophytes et les Ostra- paléogéographiques et structurales. C. R. Palevol. 8, 9-19.
codes sont à la base des datations des Couches rouges CHÈVREMONT P. (1975) : Les roches éruptives basiques des boutonnières
CIRCUIT C7 : LE HAUT ATLAS CENTRAL DE BENI MELLAL ET IMILCHIL 163

te Tassent et de Tasraft et leurs indices métallifères, Maroc. central, Maroc). Thèse Doctorat Etat Univ. Cadi Ayyad Marra-
Thèse Univ. Lyon, 209, 148. kech, 224 p.
CHOUBERT G. & FAURE-MURET A. (1960–1962) : Évolution du domaine IBOUH H., BOUABDELLI M. & ZARGOUNI F. (1994) : Indices de tectonique
atlasique marocain depuis les temps paléozoïques, in: Livre à la synsédimentaire dans les dépôts aaléno-bajocien de la région
mémoire du Professeur Paul Fallot. Bull. Soc. géol. France, Mé- d'Imilchil (Haut Atlas Central, Maroc). Miscellanea del servi-
moire HS, 1, 447–527. zio geologico nazionale Roma, 5, 305-310.
DUBAR G. (1938) : Sur la formation des rides à l’Aalénien et au Bajocien IBOUH H., CHAFIKI D., BOUABDELLI M., SOUHEL A., EL BCHARI F., EL HA-
dans le Haut-Atlas de Midelt. C. R. Acad. Sc, Paris, 206, 525-527. RIRI KH. & CANEROT J. (2000) : Rôle de la tectonique distensive
DRESNAY R. DU (1971) : Extension et développement de phénomènes réci- du Toarcien inférieur dans l’évolution de la chaîne haut-atlas-
faux jurassiques dans le domaine atlasique marocain, particuliè- ique centrale du Maroc. Strata,1, 10, 103-105.
rement au Lias moyen. Bull. Soc. géol. Fr. (7), XIII, 1-2, 46-56. IBOUH H., EL BCHARI F., BOUABDELLI M., SOUHEL A. & YOUBI N. E. (2001)
DRESNAY R. DU (1979) : Sédiments jurassiques du domaine des chaînes : L’accident Tizal-Azourki : Haut Atlas central (Maroc). Mani-
atlasiques du Maroc. Symposium « Sédimentation du Jurassique festations synsédimentaires liasiques en extension et conséquence
Weuropéen », Paris, 1977. Association des Sédimentologistes du serrage atlasique. Estudios Geologicos, 57, 1-2, 15-30.
français, publ. spéc.,1, 345–365. IBOUH H., SAIDI A., BOUABDELLI M., YOUBI N, BOUMMANE KH. & AÏT
ETTAKI M., IBOUH H., CHELLAÏ E.H. & MILHI A. (2007) : Les structures CHAYEB E. H. (2002) : Les roches volcaniques triasico-liasiques
« diapiriques » liasiques du Haut-Atlas central, Maroc : exem- du Maroc ; Exemple de la ride de Tasraft (Haut Atlas Central)
ple de la ride d’Ikerzi. Africa Geosciences Review, 14, 1, 73-99. données pétrologiques, géochimiques et implications géodyna-
FADILE A. (1987) : Structure et évolution alpine du Haut Atlas central sur miques. Africa Géoscience Review Paris, 9, 75-92.
la transversale Aghbala-Imilchil (Maroc). Thèse Doct. Ingénieur IBOUH H., LAVILLE E., BOUABDELLI M. & AMRHAR M. (2008) : Migra-
Univ. Toulouse III, 185 p. tions des aires de sédimentation au cours du Dogger dans le
FADILE A. (2003) : Carte géologique du Maroc à 1/100 000, feuille Imil- Haut Atlas central (Maroc) : exemple des synclinaux d’Azag
chil. Notes et Mém. Serv. géol. Maroc, 397. n’Ouffoulloussene et de Michlifène. Notes et Mém. Ser. géol.
Maroc, 527, 73-82.
FRIZON DE LAMOTTE D., ZIZI M., MISSENARD Y., HAFID M., EL AZZOUZI
M., MAURY R.C., CHARRIÈRE A., TAKI Z., BENAMMI M., JENNY J. (1984) : Dynamique de la phase tectonique synsédimentaire du
MICHARD A. (2008) : The Atlas system : The Geology of Mo- Jurassique moyen dans le Haut Atlas central (Maroc). Eclogae
rocco. Structure, stratigraphy, and Tectonics of the Africa–At- geologicae Helvetiae, 77, 143–152.
lantic–Mediterranean Triple Junction, in: Michard A., Saddiqi JENNY J. (1985) : Carte géologique du Maroc au 1/100 000, feuille Azi-
O., Chalouan A., Frizon de Lamotte D. (Eds.). Lect. Notes Earth lal. Notes et Mém. Serv. géol. Maroc, 339.
Sci., 116, Springer Verl, Berlin, Heidelberg, 424 p.
JENNY J. (1988) : Mémoire explicatif de la feuille d’Azilal, carte géolo-
HADDOUMI H. (1988) : Les Couches rouges (Bathonien à Barrémien) du gique du Maroc au 1/100 000. Notes et Mém. Service géol.
synclinal des Aït Attab (Haut Atlas central, Maroc) ; étude sédi- Maroc, 339bis.
mentologique et stratigraphique. Thèse de 3e cycle, Univ. Nancy
JENNY J., LE MARREC A. & MONBARON M. (1981) : Les Couches rouges
I, 133 p.
du Jurassique moyen du Haut Atlas central (Maroc) : corréla-
HADDOUMI H., CHARRIÈRE A., FEIST M. & ANDREU B. (2002) : Nouvelles tions lithostratigraphiques, éléments de datations et cadre tec-
datations (Hauterivien supérieur-Barrémien inférieur) dans les « tono-sédimentaire. Bull. Soc. géol. France, 23, 6, 627–639.
Couches rouges » continentales du Haut Atlas central marocain
; conséquences sur l’âge du magmatisme et des structurations LAVILLE E. (1978) : Incidence des jeux successifs d’un accident synsédi-
mésozoïques de la chaîne atlasique. C. R. Palevol, 1, 259–266. mentaire sur les structures plicatives du versant nord du Haut Atlas
central (Maroc). Bull. Soc. géol. France (7) XX, 3, 329-337.
HADDOUMI H., CHARRIÈRE A. & MOJON P.O. (2010) : Stratigraphie et sé-
dimentologie des «Couches rouges» continentales du Juras- LAVILLE E. (1985) : Évolution sédimentaire, tectonique et magmatique
sique-Crétacé du Haut Atlas central (Maroc) : implications du bassin jurassique du Haut Atlas (Maroc) : modèle en relais
paléogéographiques et géodynamiques. Geobios, 43, 433-451. multiples de décrochements. Thèse d’Etat, Univ. Languedoc,
Montpellier, 166p.
HAFID M. (2006) : Styles structuraux du Haut Atlas de Cap Tafelney et
de la partie septentrionale du Haut Atlas occidental: tectonique LAVILLE E. & HARMAND C. (1982) : Évolution magmatique et tectonique
salifère et relation entre l’Atlas et l’Atlantique. Notes et Mém. du bassin intracontinental mésozoïque du Haut Atlas (Maroc) :
Serv. géol. Maroc , 465, 172p. un modèle de mise en place synsédimentaire de massifs “ano-
rogéniques” liés à des décrochements, Bull. Soc. géol. Fr.,
HAILWOOD E.A. & MITCHELL J.G. (1971) : Paleomagnetic and radiomet-
XXIV, 2, 213–227.
ric dating results from Jurassic intrusions in South Morocco.
Geoph. J. Royal Astron. Soc., 24, 351-364. LAVILLE E., FEDAN B. & PIQUÉ A. (1991) : Déformation synschisteuse ju-
rassique, orogenèse cénozoïque : deux étapes de la structuration
HARDENBOL J., THIERRY J., FARLEY M. B., JACQUIN T., DE GRACIANSKY
du Haut Atlas (Maroc). C. R. Acad. Sci. Paris, II, 312, 1205-1211.
P.C. & VAIL P.R. (1998) : Mesozoic and Cenozoic sequence
chronostratigraphic framework of European basins. In Meso- LAVILLE E. & PIQUÉ A. (1992) : Jurassic penetrative deformation and
zoic and Cenozoic sequence stratigraphy of European basins, de Cenozoic uplift in the Central High Atlas (Morocco) : a tectonic
Graciansky P.C., Hardenbol J., Jacquin T. & Vail P.R. (eds). model. Structural and orogenic inversions. Geologische Rund-
SEPM Special Publication Tulsa, 60, 3-14. schau, 81, 157–170.
IBOUH H. (1995) : Tectonique en décrochement et intrusions magmatiques LHACHMI A., LORAND J.P. & FABRIÈS J. (2001) : Pétrologie de l’intrusion
au Jurassique, Tectogenèse polyphasée des rides jurassiques alcaline mésozoïque de la région d’Anemzi, Haut Atlas central,
d’Imilchil (Haut Atlas central, Maroc). Thèse DES Univ. Mar- Maroc. J. Afr. Earth Sci. 32, 741-764.
rakech, 225 p. LÖWNER R. (2009) : Recherches sédimentologiques et structurales à l’ar-
IBOUH H. (2004) : Du rift avorté au bassin sur décrochement, contrôles ticulation entre Haut et Moyen Atlas et la Haute Moulouya,
tectonique et sédimentaire pendant le Jurassique (Haut Atlas Maroc. Thèse Doctorat Univ. Berlin, 201 p.
164 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

MICHARD A., IBOUH H. & CHARRIÈRE A. (2011) : Syncline-topped anti- GOURMELEN C., LAVILLE E., REKHISS F. & TRICART P. (1998) :
clinal ridges (STARs) from the High Atlas : a Moroccan conun- Évolution structurale des domaines atlasiques du Maghreb au
drum, and inspiring structures from the Syrian Arc, Israel. Terra Méso-Cénozoïque ; le rôle des structures héritées dans la défor-
Nova, in press. mation du domaine atlasique de l’Afrique du Nord. Bull. Soc.
MISSENARD Y., TAKI Z., FRIZON DE LAMOTTE D., BENAMMI M., HAFID M., géol. France 169, 6, 797–810.
LETURMY P. & SEBRIER M. (2007) : Tectonic styles in the Mar- SADKI D. (1992) : Les variations de faciès et les discontinuités de sédi-
rakesh High Atlas (Morocco): The role of heritage and me- mentation dans le Lias-Dogger du Haut Atlas central (Maroc) :
chanical sratigraphy. J. Afr. Earth Sci., 48, 247-266. chronologie, caractérisation, corrélations. Bull. Soc. géol. Fr.
MOJON P.O., HADDOUMI H. & CHARRIÈRE A. (2009) : Nouvelles données 163, 2, 179-186.
sur les Charophytes et Ostracodes du Jurassique moyen-supérieur- SAIDI A. (1992) : Les processus de différenciation magmatique des com-
Crétacé inférieur de l’Atlas marocain. Carnets de Géologie/No- plexes plutoniques alcalins de la ride de Tasraft, (Haut Atlas central,
tebooks on Geology, Brest, Mém. 2009/03 (CG2009_M03), 1–39. Maroc). Thèse 3ème cycle, Univ. Cadi Ayyad Marrakech, 152 p.
MONBARON M. (1978) : Nouveaux ossements de dinosauriens de grande SCHAER J.P. & PERSOZ F. (1976) : Aspects structuraux et pétrographiques
taille dans le bassin jurassico-crétacé de Taguelft (Atlas de Beni du Haut Atlas calcaire de Midelt (Maroc). Bull. Soc. géol.
Mellal, Maroc). C. R. Acad. Sci. Paris, 287, D, 1277-1279. France, (7), 18, 1239–1250.
MONBARON M. (1981) : Sédimentation, tectonique synsédimentaire et SOUHEL A. (1996) : Le Mésozoïque dans le Haut Atlas de Beni-Mellal
magmatisme basique: l’évolution paléogéographique et structu- (Maroc): stratigraphie, sédimentologie et évolution géodyna-
rale de l’Atlas de Beni Mellal (Maroc) au cours du Mésozoïque; mique. Thèse Doctorat Etat Sci., Marrakech, Strata, Toulouse,
ses incidences sur la tectonique tertiaire. Eclogae Geol. Helv., 2, 27, 235p.
74, 625-638.
STUDER M.R. (1987) : Tectonique et pétrographie des roches sédimen-
MONBARON M. (1982a) : Un relief anté-Bathonien enfoui sur la ride du taires, éruptives et métamorphiques de la région de Tounfite-
Jbel La’bbadine (Haut Atlas central, Maroc) ; conséquences sur Tirrhist. (Haut Atlas central, Mésozoïque, Maroc). Notes et
la chronologie de l’orogenèse atlasique. Bull. Ver. Schweiz. Pe- Mém. Serv. géol. Maroc, 43, 321, 65-197.
troleum-Geol. u., 48, 114, 9-25.
STUDER M. & DU DRESNAY R. (1980) : Déformations synsédimentaires en
MONBARON M. (1982b) : Précisions sur la chronologie de la tectogenèse
compression pendant le Lias supérieur et le Dogger au Tizi
atlasique, exemple du domaine atlasique mésogéen du Maroc. C.
n’Irhil (Haut Atlas central de Midelt, Maroc). Bull. Soc. géol.
R. Acad. Sci. Paris (II), 294, 883–886.
France, 7, XXII, 3, 391-397.
MONBARON M. (1985) : Carte géologique du Maroc au 1/100 000, feuille
SUBRA A. (1977) : Mise en évidence d’une structure favorable à des
Béni Mellal. Notes et Mém. Serv. géol. Maroc, 341.
concentrations cuprifères stratiformes dans l’Atlas de Beni Mel-
MONBARON M. (1988) : Un serpent de mer : le problème de la datation des « lal (Maroc). Notes Mém. Serv. géol. Maroc, 38, 268, 205-208.
Couches rouges » du Haut Atlas marocain. Le point de la situation.
REBOUILLAT J.P. (1983) : Les milieux de sédimentation et les étapes de la
Actes de la Société jurassienne d’Emulation, Porrentruy, 73–92.
transgression du Dogger dans la région de Demnat, Haut Atlas
MONBARON M. & JUST E. (1980) : Les roches magmatiques basiques de central (Maroc). Thèse 3e cycle, Univ. Dijon, 173p.
la région de Tagalft (Haut Atlas central): relations spatiales et
génétiques. Mines, Géol. Energie Rabat, 48, 45–50. ROLLEY J.P. (1977) : Carte géologique du Maroc au 1/100 000, feuille
Afourer, Notes Mém. Serv. géol. Maroc, 247.
MONBARON M., RUSSELL D.A. & TAQUET PH. (1999) : Atlasaurus imelakei
n. g., n. sp., a brachiosaurid-like sauropod from the Middle Juras- ROLLEY J.P. (1978) : Carte géologique du Maroc au 1/100 000, feuille
Sic of Morocco. C. R. Acad. Sci. Paris, 329, 519–526. Afourer, notice explicative. Notes Mém. Serv. géol. Maroc,
247bis, 103 p.
MOREL J.L., ZOUINE EL M. & POISSON A. (1993) : Relations entre la sub-
sidence des bassins moulouyens et la création de reliefs atlas- WARME J. E. (1988) : Jurassic carbonate facies of the central and eastern High
iques (Maroc) : un exemple d’inversion tectonique depuis le Atlas rift, Morocco. In V. H. Jacobshagen (Ed), The Atlas system of
Néogène. Bull. Soc. géol. Fr. 164, 1, 79-91. Morocco. Lect. Notes Earth Sci. 15, Springer V., 169-199.
RAHIMI A., BOUGADIR B., SAIDI A., REUBER I. & KARSON J.A. (1991) : WESTPHAL M., MONTIGNY R., THUIZAT R., BARDON C., BOSSERT A.,
Mécanise de mise en place d'intrusion alcaline en niveau struc- HAMZEH, R. & ROLLEY J. (1979) : Paléomagnétisme et datation
turale peu profond retracé par les structures d'écoulement mag- du volcanisme permien, triasique et crétacé du Maroc. Can. J.
matique: Exemple du Haut Atlas Central (Maroc). C. R. Acad. Earth Sci., 16, 2150–2164.
Sci. Paris, 313, II, 571-577. ZAYANE R. (1992) : Série plutonique jurassique du Haut Atlas central ma-
POISSON A., HADRI M., MILHI A., JULIEN M. & ANDRIEUX J. (1998) : The rocain (région d’Imilchil) : pétrographie et géochimie ; aspects
central High Atlas (Morocco). Litho- and chrono-stratigraphic métamorphiques et structuraux de sa mise en place. Thèse Doc-
correlations during Jurassic times between Tinjdad and Toufnite. torat Univ. Bretagne occidentale, 201p.
Origine of subsidence, In Crasquin-Soleau S. & Barrier E. (Eds.), ZAYANE R., ESSAIFI A., MAURY R.C., PIQUÉ A., LAVILLE E. & BOUABDELLI
Peri-Tethys Memoir 4 : Epicratonic basins of Peri-Tethyan plat- M. (2002) : Cristallisation fractionnée et contamination crustale
forms, Mém. Mus. Nat. Hist. Nat. 179 (1998) 237-256. dans la série magmatique jurassique transitionnelle du Haut
PIQUÉ A., AÏT BRAHIM L., AÏT OUALI R., AMRHAR M., CHARROUD M., Atlas central (Maroc). C. R. Geoscience, 334, 97–104.
ANNEXES
166 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 4

Annexe 1 / Appendix 1 : Légende générale de la carte géologique du Maroc au 1/1000000


Annexe 2 / Appendix 2 : International Stratigraphic Chart (ICS 2008)
ANNEXES
167
PAO- Omar BELFKIRA

Vous aimerez peut-être aussi