Vous êtes sur la page 1sur 59

2.

Gestion des finances publiques


Contenu

▪ Introduction

▪ Principes fondateurs de la réforme

▪ Contenu de la réforme

▪ Limites de la réforme
Gestion des finances publiques : 20 ans de réformes

Phase de concertation

2011 2015
Dépôt du projet de
Lancement de texte au niveau du
Constitution : Principes Adoption de la LOF
l’expérimentation régissant les finances Parlement et du décret relatif
budgétaire publiques à l’élaboration et à
l’exécution des lois
2001 2014 de finances

Phase d’expérimentation:
Phase d’adoption
législation constante
Principes fondateurs

Entrée en vigueur le 1er janvier 2016 avec une mise en œuvre progressive sur 5 ans
1- Renforcement de la performance de la
gestion publique

Loi organique
relatives à la
loi des finances

3- Renforcement du Rôle du 2- Amélioration de la transparence


Parlement dans le débat budgétaire des finances publiques
Principes fondateurs

1. Renforcement de la performance de la gestion publique :

▪ Programmation pluriannuelle :

Objectifs :

• Améliorer les conditions de préparation de la loi de finances

• Donner une meilleure visibilité aux gestionnaires dans la gestion des programmes

• Assurer une meilleure allocation des ressources


Principes fondateurs

1. Renforcement de la performance de la gestion publique :

Périmètre :

• Budget Général : Dépenses de fonctionnement / Dépenses d’investissement

• SEGMA : Dépenses d’exploitation / Dépenses d’investissement

• Comptes spéciaux du Trésor : Dépenses des Comptes d’Affectation Spéciale, CAS

• EEP : Dépenses d’exploitation / Dépenses d’investissement


Principes fondateurs
1. Renforcement de la performance de la gestion publique :

Gestion budgétaire axée sur les résultats : Refonte de la nomenclature budgétaire (2018)

Approche normative des Nomenclature budgétaire


dépenses programmatique

Nomenclature ancienne Nomenclature actuelle

Programme
Article

Région
Paragraphe

Projet / Action
Ligne
Principes fondateurs
1. Renforcement de la performance de la gestion publique :
Gestion budgétaire axée sur les résultats : Consécration des principes de reddition des
comptes et d’évaluation

Région Y

Liberté totale de redéploiement


Projet/Action 1 Projet/Action 2 Projet/Action 3

Ligne Ligne Ligne Ligne Ligne Ligne

Programme Redéploiement sans limite avec accord préalable


du MEF
Région 1 Région 2 Région 3

Chapitre
Redéploiement plafonné à 10% avec accord
préalable du MEF
Programme 1 Programme 2 Programme 3
Principes fondateurs
1. Renforcement de la performance de la gestion publique :

Gestion budgétaire axée sur les résultats : Consécration des principes de reddition des
comptes et d’évaluation
▪ Programme : Engagement, Projet de performance
▪ Objectifs : Reddition des Comptes, Projet de Performance / Rapport de Performance
▪ Indicateurs : Evaluation : Rapport d’Audit de Performance
Principes fondateurs

1. Renforcement de la performance de la gestion publique :


Introduction de nouvelles règles financières pour maitriser l’équilibre budgétaire
▪ Dépenses de personnel :
▪ Adoption du caractère limitatif des crédits de personnel (2017)
▪ Intégration des cotisations de l’Etat au titre de la prévoyance sociale et de la retraite dans les dépenses de personnel (202 0)

▪ Dépenses d’investissement :
▪ Assainissement des dépenses d’investissement (2016)
▪ Plafonnement des reports à 30% des crédits de paiement ouverts (2018)

▪ Charges communes :
▪ Assainissement (2016)
Principes fondateurs

2. Amélioration de la transparence des finances publiques

Rationalisation de la création et de l’utilisation des Services de l’Etat Gérés de Manière

Autonome et des Comptes Spéciaux du Trésor

Nouvelles règles de création et d’utilisation des SEGMA et des CST à partir de 2016 :

▪ SEGMA : au moins 30% des ressources autorisées au titre de la LF

▪ CST : au moins 40% des ressources autorisées au titre de la LF


Principes fondateurs
2. Amélioration de la transparence des finances publiques
2.3. Renforcement de la comptabilité :

Comptabilité d ’analyse
Comptabilité budgétaire Comptabilité générale
des coûts

Mesurer
Suivre l’autorisation et Connaître la situation
le coût de chaque
l’exécution budgétaire financière et patrimoniale
politique publique

Certification des comptes de l’Etat par la Cour des comptes (2020)


Principes fondateurs
Affermissement du rôle du parlement dans le débat budgétaire
Réaménagement du calendrier de préparation de la loi de finances

Phase de cadrage Phase de concertation

Avant le 15 Mars de l’année N-1 : Avant le 15 Mai de l’année N-1 :


Avant le 31 Juillet de l’année N-1:
Circulaire du chef du Gouvernement Examen des propositions par les
Exposé du Ministre des finances au
relative à l’élaboration des commissions de programmation et de
Parlement :
propositions de projets de budget performance
- L’état d’avancement de l’exécution de
avec les objectifs et des indicateurs de
la LF en cours
performance
- Les grandes lignes du PLF N
Examen: - La programmation budgétaire globale
✓ Démarche de performance
✓ Etat d’avancement des projets en cours
✓ Nouveaux projets d’investissement
(Étude de faisabilité, coût-efficacité,
opportunité, ……)
Réaménagement du calendrier de préparation de la loi de finances

Phase de programmation Phase de concertation


Présentation aux commissions des finances du Parlement
:
Pré sentation au CG : ✓ L’évolution de l’économie nationale ;
✓ L’état d’avancement de l’exécution ✓ L’é tat d’avancement de l’exécution de la loi de
de la loi de finances en cours à la date finances e n cours à la date du 30 juin ;
Circulaire du CG:
du 30 juin; ✓ Les données relatives à la politique é conomique et
✓ Orientations générales et mesures
✓ PBT des ressources et des charges de financière ;
d’optimisation des ressources et ✓ La programmation budgétaire triennale globale.
l’Etat.
d’efficacité de la dépense publique;
Plafonds des
✓ élaboration des propositions de PBT dépenses par
assorties d’objectifs et d’indicateurs ministère (n à n+2)
Réception des propositions
de performance.
Note
d’orientation du
PLF

Lettres de
cadrages
Commissions de programmation Pré paration de la note d’orientation
et de performance du PLF Calendrier de s
commissions

15 Mars 15 Avril 15 Mai 15 Juin 15 Juillet 31Juillet


1 Se pt. 15 Sept. 1e r O ct. 20 O ct.

Actualisation Morasses et PDP


Commissions budgétaires Arbitrage Préparation des Morasses (crédits
et effectifs), PdP et tableaux de concordance Commissions Vote PLF
se ctorielles du
Parlement :
•Morasse par Morasses actualisées
département
•PdP
PdP/PBT Morasse par
dé partement et PdP PdP/PBT
actualisés actualisés

Phase des négociations


Phase d’adoption
et des arbitrages budgétaires
Délimitation du délai global de l’examen et du vote du PLF par le parlement à 58 jours à partir de la date de son dépôt par le
gouvernement au bureau de la chambre des représentants

Dépôt du PLF au plus Examen et vote par la Chambre Deuxième lecture par la
tard le 20 octobre des Représentants Chambre des Représentants

22 jours

30 jours 06 jours

Examen et vote par la Chambre


des Conseillers
Vote de la loi de finances rectificative par le parlement dans un délai global de 15 jours à partir
de la date de son dépôt par le gouvernement au bureau de la chambre des représentants.

Deuxième lecture par la


Examen et vote par la
Chambre des Représentants
Chambre des Représentants

04 jours

08 jours 03 jours

Examen et vote par la


Chambre des Conseillers
Dépôt du projet de loi de règlement à la Chambre des Représentants au plus tard à la fin du premier
trimestre du deuxième exercice qui suit celui de l’exécution de la loi de finances concernée.

PLR de la LFN

Trimestre 1
Trimestre 2
Trimestre 3
Trimestre 4

Année N + 2

17
Responsables de programmes

Responsables des programmes de Responsables des programmes supports


politiques publiques
1,45%
2,90%
4,35%

Secrétaire général
33,33%
26,09% Directeur central Directeur central
Aucun responsable Secrétaire général
66,67%
Directeur d'EEP
65,22% Autres

➢ Conforter le rôle du responsable de programmes en précisant le champ de ses attributions : Mise sous tension des
structures administratives
➢ Identifier les responsables des programmes de politiques publiques parmi les directeurs centraux
➢ Renforcer la cohérence transverse (SG) et le dialogue de gestion (DAF, DRH, services déconcentrés, ..)

18
Objectif : Logique de résultat

Indicateurs de performance :
Fixation des objectifs à Mobilisation des Mesure de la performance et
partir des ressources nécessaires évaluation du taux de
besoins/priorités pour réaliser les objectifs réalisation des objectifs /
impacts sur la population

Logique
de résultat
Objectif : Logique de résultat

Concrétisation des priorités de Optimisation de l’allocation des


l’action publique ressources

Identification des Définition des objectifs à Affectation Elaboration des indicateurs de


Programmes et projets atteindre des moyens performance

Information sur les résultats


Mesure de l’atteinte des résultats
attendus des projets / programmes
Démarche par la performance vs Budget classique

Budget classique Démarche par la performance


Lien non explicite entre les choix stratégiques et les Des objectifs mesurables par des indicateurs de performance sont associés
allocations budgétaires aux dotations budgétaires permettant de créer un lien étroit entre les
allocations budgétaires et les finalités de l’action publique

Processus budgétaire centré exclusivement sur les aspects Processus budgétaire orienté vers le renforcement de l’efficacité et de
normatifs et non pas sur l’allocation optimale des l’efficience des dépenses publiques, l’amélioration de la qualité du service
ressources et la qualité de la dépense aux citoyens et la recherche d’un meilleur impact des politiques publiques
sur les populations bénéficiaires

Un système de contrôle tatillon et coûteux accordant une Un système de contrôle assoupli orienté vers le contrôle a posteriori
importance excessive au contrôle des moyens
Évaluation et reddition des comptes

Autonomie insuffisante des gestionnaires Une plus grande responsabilisation des gestionnaires dans la gestion des
crédits

Marge de manœuvre accrue octroyée aux gestionnaires dans l’utilisation


des ressources
Programme

Ensemble cohérent d’actions ou de projets relevant d’un même département auxquels sont associés des
objectifs assortis d’indicateurs de performance en fonction de finalité d’intérêt général (art.39 LOF)

Exemples :
•Programme de construction des routes rurales
•Programme de lutte contre la pauvreté
•Programme de développement de l’enseignement fondamental
•Programme de préservation et de valorisation des ressources hydriques
•Programme national de résorption des bidonvilles

•Démarche :
• Programme => objectif => indicateur => résultat =>évaluation
Choix des objectifs

Un objectif est le but devant être réalisé au cours d’une période déterminée pour atteindre les finalités du programme
Exemples :
•Améliorer la qualité de l’enseignement secondaire
•Développer l’offre des soins de santé de base
•Renforcer la sécurité routière
•Favoriser l’insertion des jeunes dans le monde du travail
•Lutter contre l’habitat insalubre

Principes d’élaboration des objectifs :


•Nombre limité : au plus 3 objectifs par programme
•Qualités : significatif, mesurable, atteignable, pertinent, opportun
Typologie:
Objectifs globaux, objectifs spécifiques
Objectifs finaux, objectifs intermédiaires
24
Renforcement de la performance de la gestion publique
Programmation pluriannuelle

Elaboration de la loi de finances de l’année par référence à une programmation budgétaire triennale actualisée et
glissante (2019)
• Objectifs de la PBT :

1 Améliorer les conditions de préparation de la loi de finances ;

2 Donner une meilleure visibilité aux gestionnaires dans la gestion des programmes ;

3 Assurer une meilleure allocation des ressources.

• Périmètre :
• Dépenses de fonctionnement
Budget • Dépenses d’investissement
général • Dépenses d’exploitation
SEGM • Dépenses d’investissement
A
• Dépenses des Comptes d’Affectation Spéciale
CST • Recettes
• Dépenses d’exploitation
EEP • Dépenses d’investissement
25
Renforcement de la performance de la gestion publique
Gestion budgétaire axée sur les résultats : refonte de la nomenclature budgétaire

Nouvelle nomenclature budgétaire orientée vers la destination de la dépense pour le Budget Général, les SEGMA et les CAS ( 2018)

▪ Introduction de la logique de performance de la dépense publique;


▪ Adaptation de la présentation budgétaire aux exigences d’une meilleure allocation des ressources;
▪ Simplification de la présentation budgétaire;
▪ Mise en évidence de la territorialisation de la dépense;
▪ Enrichissement du débat parlementaire.
26

Gestion budgétaire axée sur les résultats : Consécration des principes de reddition des comptes et d’évaluation

Projet de Performance (2018)


• La stratégie du ministère et sa déclinaison en programmes ;
• Les crédits alloués aux programmes ;
• Les objectifs définis pour chaque programme ;
• Les indicateurs retenus et la méthode de calcul. Départements
ministériels et
institutions
Rapport de Performance (2020)
• Présentation des réalisations ;
• Comparaison avec les prévisions initiales ;
• Justification des écarts enregistrés.

Rapport Annuel de Performance (2020)


Ministère de
• Consolidation des rapports de performance ; l’Economie et
• Présentation à l’occasion de l’examen du projet de loi de règlement de la des Finances
LF.

Rapport d’Audit de Performance (2020)


• Analyse de la structuration des programmes ;
Inspection
• Analyse des objectifs et des indicateurs ;
Générale
• Analyse des résultats ; des Finances
• Analyse du dispositif de pilotage des programmes.
Renforcement de la performance de la gestion publique

La performance au niveau de la LOF : une réponse aux attentes

Des Obtenir une meilleure lisibilité du budget et une transparence sur son exécution
parlementaires

Des acteurs de
l’administration Bénéficier d’une plus grande marge de manœuvre

Citoyen : savoir à quoi est utilisé l’argent des impôts


De la population Usager : avoir une administration qui répond mieux à ses besoins
Contribuable : s’assurer que sa contribution est utilisée efficacement
Renforcement du principe de sincérité

Certification des comptes de


l’Etat par la Cour des
Comptes (2020).

SIN C É R IT
É
COMPTABLE

Régularité et
Système sincérité des
comptable comptes

▪ Consécration de la comptabilité budgétaire

▪ Mise en place de la comptabilité générale (2018)

▪ Introduction de la comptabilité d’analyse des coûts


Documents annexes
1. Note de présentation
2. Rapport économique et social
3. Rapport sur les EEP
4. Rapport sur les SEGMA
5. Rapport sur les Comptes spéciaux du Trésor
6. Rapport sur les dépenses fiscales
7. Rapport sur la dette publique
8. Budget genre
9. Rapport sur les RH
10. Rapport sur la compensation
11. Rapport sur les charges communes
12. Rapport sur le foncier privé de l’État
13. Rapport / Répartition régionale de l’investissement
Structure d’une LF:
1ère Partie LF: Données Générales de
l’Equilibre Financier
Partie I : Données Générales de l’équilibre financier
Partie II : Moyens des services

30
Structure des Charges et ressources de l’Etat (LF 2019)

Charges 443,44 Ressources 417,5


MM DH MM DH

1%
1%
9%

19% 18%

61%
20%
71%

BG CST Emprunts SEGMA


BG CST Am.Dette MLT SEGMA
31
Première partie : Données générales de l’équilibre financier
Titre premier : Dispositions relatives aux recettes publiques
I. Impôts et revenus autorisés
II. Ressources affectées

Titre II: Dispositions relatives aux charges


Budget général :
▪ Habilitation du Gouvernement à ouvrir en cours d’année des crédits supplémentaires sous conditions
▪ Création de postes budgétaires
▪ ….

SEGMA :
Comptes spéciaux du Trésor :

Titre III: Dispositions relatives à l’équilibre des ressources et des charges de l’État
▪ Tableau d’équilibre
Tableau d’équilibre

33
2ème Partie : Moyens des services
Dépenses du budget général, des budgets des SEGMA et des comptes spéciaux du Trésor

Budget général :
▪ Crédits ouverts au titre des dépenses de fonctionnement du BG
▪ CP et CE ouverts au titre des dépenses d’investissement du BG
▪ Crédits ouverts au titre des dépenses de la dette publique

SEGMA :
▪ Crédits ouverts au titre des dépenses d’exploitation
▪ CP et CE ouverts au titre des dépenses d’investissement

Comptes spéciaux du Trésor


▪ Crédits ouverts au titre des dépenses des opérations des CST ( Tableau G)

34
Ressources Dépenses

TITRE

Chapitre Chapitre

Programme

Service
Région

Nature Projet/
Action
35
(Art. 37-38 LOF)
• Renforcement du dialogue de gestion entre acteurs : administration centrale/services déconcentrés, Responsables
Programmes / directions support
Défis de • Implication des services déconcentrés
pilotage • Renforcement des échanges : MEF/ministères gestionnaires, DB/TGR
• Consolidation du rôle des SG des ministères et des équipes projets
• Déclinaison par les départements et institutions des plans d’actions, de formation et de communication

• Connexion entre la performance et le processus budgétaire:négociations budgétaires et dialogue de gestion,…

Défis • Développement de nouveaux dispositifs et de nouvelles compétences : Contrôle de gestion, gestion des risques et
techniques contrôle interne
• Alignement des EEP sur les dispositions de la LOF
• Amélioration et stabilisation de la maquette budgétaire et du dispositif de performance.

Défis • Développement ou mise à niveau des SI pour la prise en charge de la performance


SI • Mise en interface des systèmes d’information MEF (e-budget, GID, wadef@ujour,...).
36
36
La sincérité des budgets et des comptes
de l’Etat au Maroc :

Quelles implications pour l’avenir au


regard de la certification des comptes ?
Mohammed BASTAOUI,
Président de Chambre
Cour des comptes
Cour des comptes
19/01/2021
38

Introduction

La sincérité des budgets et des comptes publics : principe cardinal dans la


gestion des finances publiques :

▪ Concerne le gouvernement, le Parlement (citoyens) et la Cour des comptes

▪ Renforcement de la sincérité du budget et des comptes publics au cœur des


réformes apportées par LOF de 2015
Cour des comptes
19/01/2021
39

Sincérité du budget et des comptes de l’Etat :

Quels regards de la Cour des comptes ?


Cour des comptes
19/01/2021
40

1. Sincérité du budget

▪ Principe posé par l’article 10 de la LOF : « Les lois de finances présentent de


façon sincère l'ensemble des ressources et des charges de l'État …. »

▪ Eléments de sincérité du budget :


✓Qualité des hypothèses retenues au moment de la prévision
✓Pertinence des priorités arrêtées lors de la préparation du PLF
✓Qualité des prévisions budgétaires en termes des ressources, des charges et
de leur répartition entre les différents départements, programmes, régions …
Cour des comptes
19/01/2021
41

Quand la Cour des comptes peut-elle apprécier la


sincérité du budget ?

A deux occasions :

▪ Au moment de l’examen du PLF par le Parlement ;

▪ Au moment de Au moment de la présentation du projet du loi de règlement.


Cour des comptes
19/01/2021
42

Quand la Cour des comptes peut-elle apprécier la


sincérité du budget ?

Au moment de l’examen du PLF par le parlement :

▪ La Cour ne peut intervenir qu’à la demande du pouvoir législatif

▪ Au Maroc, la Cour des comptes n’est pas encore sollicitée par le Parlement
pendant l’examen du PLF
Cour des comptes
19/01/2021
43

Quand la Cour des comptes peut-elle apprécier la


sincérité du budget ?

Au moment de l’examen du PLR :

▪ La Cour contrôle a posteriori l’exécution de la LF

▪ RELF : Rapport ne traitant pas de manière approfondie de la sincérité du budget

▪ RELF : Rapport qui sanctionne un contrôle de conformité, le CJF limite son


contenu

• RELF élaboré deux ans après l’adoption du budget : l’appréciation de la sincérité


n’est plus d’actualité, perd de son utilité, de sa pertinence et même de sa raison
d’être. PLR suscitent moins d’intérêt dans le débat public // PLF
Cour des comptes
19/01/2021
44

Appréciation de la sincérité du budget,


Une nouveauté pour la Cour des comptes …

Depuis 2016, un nouveau rapport :

▪ La veille permanente des finances publiques et leur soutenabilité érigée en


priorité stratégique depuis 2016 : publier un nouveau rapport (RBE) / 6 mois

▪ Objectif partiellement atteint : 2016-Janv.2018 / 2017-oct.2018/ 2018- en


contradiction // Raisons endogènes et exogènes

▪ Premiers éléments / la sincérité budgétaire : traduction budgétaire des priorités


stratégiques du gouvernement, le chapitre des charges communes, les CST et les
dépenses d’investissement
Cour des comptes
19/01/2021
45

Appréciation de la sincérité du budget,


Une nouveauté pour la Cour des comptes …

En ce qui concerne les priorités stratégiques arrêtées par le gouvernement


au moment de l’élaboration du PLF,

▪ Traduction effective des priorités stratégiques dans le budget de l’Etat reste


encore à améliorer !!!
Cour des comptes
19/01/2021
46

Appréciation de la sincérité du budget,


Une nouveauté pour la Cour des comptes …

En ce qui concerne le chapitre des charges communes,


▪ Réformes apportées LOF // réduire au minimum le poids des CC
▪ Prépondérance en termes de volume des crédits (2019 – 64,5 MM DH, 20% des
crédits ouverts)
▪ Conséquences :
▪ Rôle prépondérant du MEF dans la répartition des ressources publiques
▪ Sous-budgétisation de certains programmes et certaines dépenses
▪ Point de transit vers des CST, des EEP ou des départements ministériels
▪ Dépenses imputées de manière définitive pouvant être budgétisées normalement
▪ Risque d’altérer la lecture et la lisibilité du budget, sincérité de la prévision budgétaire
affectée
Cour des comptes
19/01/2021
47

Appréciation de la sincérité du budget,


Une nouveauté pour la Cour des comptes …

En ce qui concerne les CST,

▪ Dérogation au principe de non affectation des ressources

▪ Réformes LOF // plus de clarté dans la gestion des CST

▪ Poids important (85,1 MM DH en 2019, soit 33,6% des recettes ordinaires)

▪ Dérogation reste quasiment une règle // CST budgets parallèles au BGE //


Emiettement des ressources et des dépenses publiques
Cour des comptes
19/01/2021
48

Appréciation de la sincérité du budget,


Une nouveauté pour la Cour des comptes …

En ce qui concerne les CST,


▪ Inadéquation entre les recettes affectées à certains CAS et leurs besoins réels :
▪ Certains CAS sont dotés de recettes importantes dépassant leurs besoins
▪ A fin 2018, le solde cumulé des CAS, hors engagements, s’élève à 127,5 MMDH
▪ Carence dans le processus d’allocation des ressources // Au détriment d’autres
besoins et de programmes d’investissement qui risquent d’être étalés dans le temps
▪ Conséquence : Prévision budgétaire des CST à améliorer
Cour des comptes
19/01/2021
49

Appréciation de la sincérité du budget,


Une nouveauté pour la Cour des comptes …

En ce qui concerne les CST,

▪ Imputation de dépenses du personnel sur certains CAS :


▪ Sur les 56 CAS, neuf comptes continuent à supporter des dépenses de personnel

▪ Régulières au regard de la LOF, ces dépenses ont atteint un niveau qui affecte la
lisibilité des dépenses de personnel normalement imputées au BG

▪ Conséquence : Emiettement des dépenses du personnel // 2018 : la SCRT a fait état de


106 MMDH de dépenses de personnel alors que le montant réel est largement supérieur
Cour des comptes
19/01/2021
50

Appréciation de la sincérité du budget,


Une nouveauté pour la Cour des comptes …

En ce qui concerne les CST,

▪ Imputation aux CAS de dépenses qui relèvent du BGE


▪ Certains CAS continuent de supporter des dépenses de fonctionnement et d’investissement relevant
normalement du BGE
Cour des comptes
19/01/2021
51

Appréciation de la sincérité du budget,


Une nouveauté pour la Cour des comptes …
En ce qui concerne les dépenses d’investissement,
▪ Une part importante des crédits d’investissement continue à ne pas être spécialisée
(Chapitre C.C)
▪ 2018 : 4,2 MMDH, ce qui représente 22% de l’ensemble de crédits des CC-Invest
▪ Pratique non conforme au principe de la sincérité budgétaire // dépenses
d’investissement ne peuvent pas être imprévisibles
▪ Transferts budgétaires opérés des budgets d’investissement vers des CAS réalisant
des dépenses d’intervention de l’État // 2018 : 5,7 MMDH.
▪ Pratique conforme à la LOF, mais ne respecte pas la sincérité budgétaire et de la
transparence dans la gestion des finances publiques
▪ Augmentation artificielle des dépenses d’investissement
Cour des comptes
19/01/2021
52

2. Sincérité des comptes de l’Etat

▪ Principe posé par l’article 31 de la LOF qui dispose que : « … Les comptes de
l'État doivent être réguliers, sincères et donner une image fidèle de son
patrimoine et de sa situation financière »

▪ Leviers de la sincérité comptable :


✓ Consécration de la comptabilité budgétaire
✓ Mise en place de la comptabilité générale
✓ Introduction d’une comptabilité analytique
✓ Certification, par la Cour des comptes, de la régularité et de la sincérité des
comptes de l'État
Cour des comptes
19/01/2021
53

Sincérité comptable, chantier en préparation

▪ # Contrôle budgétaire, peu de recul pour porter une appréciation objective sur la
sincérité comptable

▪ Aspects qui nous intéressent actuellement dans cette nouvelle mission sont :
✓ Portage du projet
✓ Normes comptables
✓ Contrôle interne et SI
✓ Bilan d’ouverture.
Cour des comptes
19/01/2021
54

Sincérité comptable, chantier en préparation

Concernant le portage du projet :

▪ Projet technique # portage politique


Cour des comptes
19/01/2021
55

Sincérité comptable, chantier en préparation


Concernant les normes comptables :
▪ Quel objectif cherche-on ?

✓ Se conformer à une obligation légale : produire un bilan et des états de


synthèse selon les règles de la comptabilité en droits constatés avec une
certification à minima

✓ Full Image fidèle


Cour des comptes
19/01/2021
56

Sincérité comptable, chantier en préparation


Concernant le contrôle interne et le SI :
▪ Volume important des opérations comptables effectuées, porteur de risque

▪ Complexité de l’organisation des services comptables de l’État et des services


gestionnaires : risque lié à l’hétérogénéité des pratiques en vigueur

▪ Appréciation du système de contrôle interne et des SI en place : s’assurer de


l’exhaustivité, de l’intégrité et de l’exactitude des enregistrements comptables.
Cour des comptes
19/01/2021
57

Sincérité comptable, chantier en préparation


Concernant le bilan d’ouverture :
▪ Bilan d’ouverture au 1 er janvier 2018 : premier "vrai bilan" de l’Etat
▪ Acte fondateur de tout le processus
▪ La Cour aura à certifier le bilan et les autres états de synthèse a/c de 2020
▪ Bilan d’ouverture au 1 er janvier 2018, point de départ de l’ensemble des
écritures comptables de l’exercice 2018 et des exercices ultérieurs
▪ Examen des états de synthèse des exercices 2018 et 2019 fera partie
intégrante du processus de certification
▪ Postes significatifs : produits régaliens, immobilisations, stocks et provisions
pour risque // modes d’appréciation et d’évaluation diffèrent d’un ministère à
l’autre
Cour des comptes
19/01/2021
58

Conclusion

▪ Dialogue constructif et constant devrait être établi entre la Cour des comptes et
les autres composantes de l’Etat afin de renforcer davantage la sincérité du budget
et des comptes publics.

▪ Contexte international exigeant plus de fiabilité et de transparence, la sincérité du


budget et des comptes devrait donc constituer une opportunité à saisir pour la
modernisation de l’État.
59

Débat

Vous aimerez peut-être aussi