Vous êtes sur la page 1sur 24

CV_MathsInformatique:EP 30/09/13 14:43 Page 1

Skander Belhaj
Anis Ben Aïssa

INFORMATIQUE
LICENCE 1 & 2
Skander Belhaj & Anis Ben Aïssa

Mathématiques
pour l’informatique LICENCE 1 & 2
INFORMATIQUE

Cet ouvrage présente les concepts et les outils mathématiques de base que tout

Mathématiques pour l’informatique


étudiant en première et deuxième années de Licence Informatique doit maîtriser :
initiation au raisonnement mathématique et à la modélisation de problèmes
concrets mais aussi méthodes et applications fondamentales de l’analyse
numérique.
Plus de 200 exercices corrigés complètent le cours et permettent aux étudiants de
Mathématiques
pour l’informatique

Cours & exercices corrigés


s’entraîner efficacement.
Sommaire
Partie I. Analyse 13. Variables Aléatoires Continues - Lois Continues
1. Nombres réels, nombres complexes et suites numériques 14. Notions de convergence
2. Étude des fonctions réelles d’une variable réelle Partie IV. Statistiques
3. Séries numériques 15. Statistique descriptive
4. Intégration des fonctions réelles d’une variable réelle 16. Échantillonnage et estimation
5. Équations différentielles 17. Tests d’hypothèse et tests de comparaison
Partie II. Algèbre Partie V. Analyse numérique
6. Espaces vectoriels et applications linéaires 18. Introduction à l’analyse numérique
7. Matrices, déterminant et systèmes linéaires 19. Méthodes directes de résolution des systèmes linéaires
8. Diagonalisation des endomorphismes – matrices
9. Polynômes et fractions rationnelles
10. Applications bilinéaires et formes quadratiques
20. Méthodes itératives de résolution des systèmes linéaires
21. Résolution des équations non linéaires
22. Méthodes d’intégration numérique • Cours complet
Partie III. Probabilités
11. Notion de probabilité
12. Variables Aléatoires Discrètes - Lois Discrètes
Corrigés des exercices
Annexe
• Méthodes et applications fondamentales
Docteur en mathématiques appliquées, Skander Belhaj est spécialiste d’algèbre matricielle rapide.
Chercheur à l’École Nationale d’Ingénieurs de Tunis (LAMSIN), il enseigne actuellement à l’Institut
• Exercices d’entraînement corrigés
Supérieur des Arts du Multimédia de la Manouba (Tunisie). Il est également Maître assistant et
Directeur des Études et des Stages à l'ISAMM.
Maître assistant à l’Institut Supérieur des Sciences Appliquées et de Technologie de Sousse (Tunisie),
Anis Ben Aïssa est spécialiste des probabilités et statistiques.

ISBN 978-2-311-01241-5
WWW.VUIBERT.FR

9 782311 012415
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page VIII — #6


i i

i i

i i
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page III — #1


i i

Table des matières

Analyse 1

1 Nombres réels, nombres complexes et suites numériques 3


1.1 L’ensemble des réels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2 L’ensemble des complexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.3 Les suites . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.4 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17

2 Étude des fonctions réelles d’une variable réelle 21


2.1 Limite d’une fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
2.2 Fonctions continues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
2.3 Dérivabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.4 Fonctions convexes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.5 Complément sur les fonctions classiques . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.6 Formules de Taylor . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
2.7 Développements limités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
2.8 Fonctions équivalentes, définition et opérations . . . . . . . . . . . . . 44
2.9 Applications . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
2.10 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46

3 Séries numériques 51
3.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
3.2 Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
3.3 Propriétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
3.4 Séries à termes positifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
3.5 Série quelconque. Convergence absolue. . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
3.6 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55

4 Intégration des fonctions réelles d’une variable réelle 57


4.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
4.2 Techniques de calcul d’une intégrale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
4.3 Calcul pratique des intégrales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
4.4 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63

i i

i i
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page IV — #2


i i

IV Table des matières

5 Équations différentielles 65
5.1 Équations différentielles linéaires du premier ordre . . . . . . . . . . . 65
5.2 Étude de l’équation avec second membre . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
5.3 Équations différentielles linéaires du second ordre . . . . . . . . . . . . 67
5.4 Compléments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
5.5 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 69

Algèbre 71
6 Espaces vectoriels et applications linéaires 73
6.1 L’espace vectoriel Rn . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
6.2 Espace vectoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
6.3 Combinaisons linéaires, sous-espaces vectoriels . . . . . . . . . . . . . . 76
6.4 Indépendance linéaire, base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78
6.5 Applications linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
6.6 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84

7 Matrices, déterminant et systèmes linéaires 89


7.1 Calcul matriciel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
7.2 Systèmes d’équations linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
7.3 Le déterminant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
7.4 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113

8 Diagonalisation des endomorphismes - matrices 117


8.1 Valeurs propres et vecteurs propres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 117
8.2 Caractéristique d’une valeur propre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118
8.3 Diagonalisation d’une matrice carrée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120
8.4 Application de la diagonalisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
8.5 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124

9 Polynômes et fractions rationnelles 127


9.1 Polynômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
9.2 Fractions rationnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132
9.3 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137

10 Applications bilinéaires et formes quadratiques 139


10.1 Applications bilinéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 139
10.2 Formes quadratiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142
10.3 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 145

Probabilités 149
11 Notion de probabilité 151
11.1 Modèle probabiliste . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151
11.2 Probabilités conditionelles et indépendance . . . . . . . . . . . . . . . 157

i i

i i
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page V — #3


i i

Table des matières V

11.3 Analyse combinatoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161


11.4 Formule du binôme de Newton . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163
11.5 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163

12 Variables Aléatoires Discrètes - Lois Discrètes 167


12.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167
12.2 Espérance, Moments et Variance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 172
12.3 Lois usuelles discrètes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 176
12.4 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 181

13 Variables Aléatoires Continues - Lois Continues 185


13.1 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 185
13.2 Espérance, Moments et Variance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189
13.3 Lois usuelles continues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
13.4 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198

14 Notions de convergence 201


14.1 Convergence en probabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201
14.2 Convergence en loi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 206
14.3 Convergence des lois usuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 207
14.4 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 209

Statistiques 213
15 Statistique descriptive 215
15.1 Séries statistiques à une dimension . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215
15.2 Séries statistiques à deux dimensions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 223
15.3 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 230

16 Échantillonnage et estimation 235


16.1 Échantillonnage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 235
16.2 Estimation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237
16.3 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241

17 Tests d’hypothèse et tests de comparaison 243


17.1 Tests de conformité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 243
17.2 Tests de comparaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247
17.3 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251

Analyse numérique 253


18 Introduction à l’analyse numérique 255
18.1 Représentations des nombres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255
18.2 Arithmétique flottante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 257
18.3 Normes de vecteurs et de matrices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 258

i i

i i
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page VI — #4


i i

VI Table des matières

18.4 Conditionnement d’une matrice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 260


18.5 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 261

19 Méthodes directes de résolution des systèmes linéaires 265


19.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 265
19.2 Méthode de Gauss-Jordan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 266
19.3 Méthode de Gauss . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 268
19.4 Décomposition LU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 271
19.5 Décomposition de Cholesky . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 272
19.6 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 274

20 Méthodes itératives de résolution des systèmes linéaires 279


20.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 279
20.2 Définition et convergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 279
20.3 Méthodes itératives linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 280
20.4 La méthode de Jacobi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 280
20.5 La méthode de Gauss-Seidel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 283
20.6 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 285

21 Résolution des équations non linéaires 287


21.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 287
21.2 Méthodes à base géométrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 288
21.3 Méthodes itératives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 293
21.4 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 295

22 Méthodes d’intégration numérique 297


22.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 297
22.2 Méthodes des trapèzes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 298
22.3 Méthode de Simpson . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 300
22.4 Méthode de Romberg . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 302
22.5 Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 304

Corrigés des exercices 307

Annexe 449

i i

i i
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page 3 — #9


i i

CHAPITRE 1

Nombres réels, nombres complexes et suites numériques

1.1 L’ensemble des réels


1.1.1 Ensembles ordonnés
Un ensemble E non vide est dit ordonné s’il est suivi d’une relation d’ordre, notée
« ≤ ».
« ≤ » est une relation binaire vérifiant :
1. reflexivité : x ≤ x, ∀x ∈ E ;
2. symétrique : x ≤ y et y ≤ x alors x = y, ∀x, y ∈ E ;
3. transitivité : x ≤ y et y ≤ z alors x ≤ z, ∀x, y, z ∈ E.
Si de plus, ∀x, y ∈ E, x ≤ y ou y ≤ x, on dit que la relation ” ≤ ” est d’ordre
totale (et E est dit un ensemble totalement ordonné).
Exemple 1.1.1 (N, ≤) est un ensemble totalement ordonné.
Exemple 1.1.2 Soit E un ensemble non vide. P (E) : l’ensemble des parties de E est
un ensemble ordonné mais pas totalement. En effet, la relation ” ⊆ ” est une
relation d’ordre puisqu’elle vérifie :
– la reflexivité (A ⊆ A, ∀A ∈ P (E)) ;
– la symétrie (A ⊆ B et B ⊆ A alors A = B, ∀A, B ∈ P (E)) ;
– la transitivité (A ⊆ B et B ⊆ C alors A ⊆ C, ∀A, B, C ∈ P (E)).

Majorants, minorants et ensemble bornés


Soit E un ensemble ordonné et soit A une partie de E.
1. On dit qu’un élément M de E (m ∈ E) majore A (minore A) si on a : x ≤ M
(x ≥ m), ∀x ∈ A.
2. On dit que A majorée (respectivement, minorée) si A possède un majorant (respec-
tivement, un minorant).
3. Un majorant (respectivement, minorant) de A qui appartient à A est appelé le plus
grand élément de A (respectivement, le plus petit élément de A).
4. La partie A est dite bornée si et seulement si A est majorée et minorée.

i i

i i
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page 4 — #10


i i

4 Chapitre 1. Nombres réels, nombres complexes et suites numériques

0
Exemple 1.1.3 E = Q muni de la relation d’ordre pq ≤ pq0 ⇐⇒ p.q 0 ≤ p0 .q. Soit

1
 
A = 1 − tel que n ∈ N\ {0} ⊂ Q.
n
Vérifier que A est bornée de Q. En effet, on a :
1
0≤1− ≤ 1, ∀n ∈ N\ {0} .
n
Donc, 1 majore A et 0 minore A. Le plus petit élément de A est 0 = 1 − 11 . Par
contre, A n’admet pas de plus grand élément ! Supposons que la valeur maximale
de A :
1
max A = 1 − avec n0 ∈ N\ {0} .
n0
Or, 1 − 1
2n0 >1− 1
n0 = max A. D’où la contradiction.

Borne supérieure, borne inférieure et caractérisation de R


Soit E un ensemble ordonné et soit A une partie de E.
Définition 1.1.1 On dit qu’un élément e ∈ E est la borne supérieure de la partie A
et on note e = sup A si :
1. e majore A ;
2. tout majorant M de A est tel que : e ≤ M. (autrement dit e est le plus petit des
majorants de A).
Remarque 1.1.1 e = inf A ⇐⇒ e est le plus grand des minorants de A
e minore A
 
⇔ .
tout minorant m de A est tel que : e ≥ m

Proposition 1.1.1 (Caractérisation de la borne sup et inf) : Soit E un ensemble


ordonné et soit A une partie de E. Un élément e ∈ E est la borne supérieure de
A (e = sup A) si et seulement si :
1. e majore A ;
2. ∀e0 ∈ E : e0 < e, ∃a ∈ A tel que e0 ≤ a ≤ e.
Exemple 1.1.4 Soit
1
 
A = 1 − tel que n ∈ N\ {0} ⊂ Q.
n
On sait que min A = 0 et 1 majorant de A mais n’est pas max A. A admet-elle
une borne supérieure ? Oui, 1 = sup A en utilisant le fait que 1 majore A et pour
p
e0 = ∈ Q : e0 < 1 (p 6= q) ,
q
existe t-il un élément a ∈ A tel que e0 ≤ a ≤ e ? C’est-à-dire ∃?n ≥ 1, a = 1 − n1
tel que e0 = pq ≤ a = 1 − n1 ≤ 1 (toujours vrai pour n ≥ q−pq
). D’où, sup A = 1.

i i

i i
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page 5 — #11


i i

1.1 L’ensemble des réels 5

Remarque 1.1.2 e ∈ E est la borne inférieure de A (e = inf A) si et seulement si

e minore A
 
⇔ .
∀e0 ∈ A : e < e0 , ∃a ∈ A tel que e ≤ a ≤ e0 .

Définition 1.1.2 On dit qu’un ensemble ordonné E vérifie l’axiome de la borne


supérieure si toute partie non vide majorée de E admet une borne supérieure.
Exemple 1.1.5 Z vérifie l’axiome de la borne supérieure. Q ne le vérifie pas !
Théorème 1.1.1 Il existe un seul corps (à isomorphisme près) commutatif totalement
ordonné vérifiant l’axiome de la borne supérieure. Ce corps est appelé le corps
des nombres réels et est noté R.

1.1.2 Propriétés des nombres réels


Théorème 1.1.2 (Principe d’Archimède) : Soit x un nombre réel strictement
positif alors, pour tout y ∈ R, il existe un entier relatif n unique vérifiant :

(n − 1) x ≤ y ≤ nx.

Théorème 1.1.3 (Densité de Q dans R) : Entre deux réels distincts, il existe un


rationnel.
Preuve : Soient a et b deux nombres réels distincts tels que a < b. Comme b − a > 0
d’après le principe d’Archimède, il existe un unique entier n (non nul) tel que
n (b − a) > 1. Soit m = [na] : partie entière de na ∈ R signifie que :
m m+1 na + 1 1
≤a≤ ≤ = a + < b.
n n n n


1.1.3 Propriétés topologiques de la droite réelle


Intervalles de R
Un intervalle I de R est un sous-ensemble I ⊆ R tel que : ∀x, y ∈ I, le segment joignant
x à y est tout entier inclus dans I.
Définition 1.1.3 (intervalle) : On dit que I ⊆ R est un intervalle, si,

∀x, y ∈ I, ∀λ > 0 : λx + (1 − λ) y ∈ I.

Définition 1.1.4 (intervalle fermé) : Soit a < b. On définit l’intervalle fermé d’ex-
trimité a et b par :
[a, b] = {x ∈ R / a ≤ x ≤ b} .
Définition 1.1.5 (intervalle ouvert) : Soit a < b. On définit l’intervalle ouvert
d’extrimité a et b par :

]a, b[ = {x ∈ R / a < x < b} .

i i

i i
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page 6 — #12


i i

6 Chapitre 1. Nombres réels, nombres complexes et suites numériques

Voisinage d’un point


Soit x0 ∈ R, on dit qu’une partie V de R est un voisinage de x0 s’il existe α > 0 tel
que ]x0 − α, x0 + α[ 1 ⊂ V.
Exemple 1.1.6 V = 21 , 72 est un voisinage de 2 car ]2 − 1, 2 + 1[ ⊂ V. Par contre,
 

V = 12 , 2 n’est pas un voisinage de 2 car pour tout α > 0, ]2 − α, 2 + α[ * V.


Remarque 1.1.3 Si V est un voisinage de x0 dans R alors, x0 ∈ V (donc V 6= ∅).
Remarque 1.1.4 Si V est un voisinage de x0 et si V ⊆ V 0 alors V 0 est un voisinage
de x0 .
Remarque 1.1.5 L’intersection de deux voisinages de x0 dans R est un voisinage de
x0 .

Points d’accumulation d’une partie de R


Soit A ⊆ R et soit x0 ∈ R. On dit que x0 est un point d’accumulation de la partie
A si pour tout voisinage V de x0 on a : V ∩ (A\ {x0 }) 6= ∅. Autrement dit, si tout
voisinage V de x0 rencontre A au moins en un point distinct de x0 .
Exemple 1.1.7 Soit A = ]1, 3[ ∪ {4} et x0 = 1 est-il un point d’accumulation de A ?
La réponse est oui car ∀α > 0, (]1 − α, 1 + α[) ∩ (A\ {1}) 6= ∅.

1.2 L’ensemble des complexes


1.2.1 Construction de l’ensemble des complexes
La résolution de l’équation x2 + 1 = 0, dans R est impossible et nous conduit à
introduire un nouvel ensemble, comprenant les nombres réels et d’autres nombres
parmi lequels se trouvent des solutions de x2 + 1 = 0 ou les équations de même type :
3x2 + 5 = 0, ... . Pour cette raison, nous avons construit l’ensemble des complexes.
Définition 1.2.1 Un nombre complexe est un couple de réels. L’ensemble des nombres
complexes est donc l’ensemble R2 . On peut alors écrire

C = {(x, y) / x, y ∈ R}

ou encore,
∀z ∈ C, ∃x, y ∈ R, z = x + iy
avec i est un nombre nouveau tel que i2 = −1. De plus les réels x et y sont
uniques. Le réel x est appelé partie réelle de z, noté Re(z) et le réel y est appelé
partie imaginaire de z, noté Im(z).
Exemple 1.2.1 z1 = 2 + 4i, Re(z1 ) = 2 et Im(z1 ) = 4.

1 Intervalle ouvert de centre x0 et de rayon α.

i i

i i
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page 7 — #13


i i

1.2 L’ensemble des complexes 7

1.2.2 Notation algébrique (ou cartésienne) des complexes


Définition 1.2.2 Les complexes de la forme iy sont appelés imaginaires purs. L’en-
semble des imaginaires purs est noté iR.
Théorème 1.2.1 Tout complexe z s’écrit sous la forme z = x + iy où x est la partie
réelle de z et y est la partie imaginaire de z. C’est la notation algébrique (ou
cartésienne) de z.
Propriétés 1.2.1
Re (z) = Re (z 0 )

1. z = z ⇔
0
.
Im (z) = Im (z 0 )
2. z ∈ R ⇔ Im (z) = 0.
3. z ∈ iR ⇔ Re (z) = 0.
4. Re (z + z 0 ) = Re (z) + Re (z 0 ) et Im (z + z 0 ) = Im (z) + Im (z 0 ).
5. Si α ∈ R, alors Re (αz) =α Re (z) et Im (αz) =α Im (z).
6. Formule du Binôme de Newton :
n n
n−k k
X X
∀z, z 0 ∈ C, ∀n ∈ N, (z + z 0 ) = Cnk z k (z 0 ) = Cnk z n−k (z 0 )
k=0 k=0

où Cnk = n!
k!(n−k)! est le nombre de combinaison de n par k.
Exemple 1.2.2 z1 = 2 + bi, z2 = a − 5i, si z1 = z2 alors a = 2 et b = −5.

1.2.3 Module et conjugué d’un nombre complexe


Définition 1.2.3 Soit z = x + iy un complexe. On appelle conjugué de z le complexe
_ _ _ _
noté z et défini par z = x − iy. On a donc Re ( z) = Re (z) et Im ( z) = − Im (z) .
_
Exemple 1.2.2 z1 = 2 + 3i ⇒ z 1 = 2 − 3i.
Théorème 1.2.2 Soient z, z 0 ∈ C, on a :
1. z + z 0 = z + z 0 .
2. zz 0 = zz 0 .
3. z = z.
Remarques 1.2.1
– z + z = 2 Re (z) et z − z = 2i Im (z).
– z ∈ R ⇒ z = z.
– z est un imaginaire pur si et seulement si z = −z.
Définition 1.2.4 Soit z = x + iy √ un complexe, on appelle module de z, le réel positif
noté |z| et défini par : |z| = zz avec zz = x2 + y 2 .
Propriétés 1.2.2
1. |z| = 0 ⇔ z = 0.
2. |Re (z)| ≤ |z| et |Im (z)| ≤ |z|.

i i

i i
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page 8 — #14


i i

8 Chapitre 1. Nombres réels, nombres complexes et suites numériques

3. Si z ∈ R, alors son module coïncide avec sa valeur absolue.


n
4. |zz 0 | = |z| |z 0 | , en particulier, ∀n ∈ N, |z n | = |z| (ceci reste valable pour n ∈ Z,
si z 6= 0.
_
5. |z| = | z|.
_
6. ||z| − | z|| ≤ |z − z 0 | ≤ |z| + |z 0 | (Inégalité triangulaire).
7. Pour mettre le complexe zz0 sous forme algébrique ou cartésienne, il suffit de
multiplier en haut et en bas par z 0 .
Théorème 1.2.3 Soient z et z 0 deux complexes non nuls, |z + z 0 | = |z| + |z 0 | si et
seulement s’il existe un réel strictement positif α telque z = αz 0 .

1.2.4 Équation du second degré


Théorème 1.2.4 Soit a ∈ C, l’équation z 2 = a admet dans C deux solutions opposées
(toutes deux nulles lorsque a = 0).
Théorème 1.2.5 Soient a, b, c ∈ C avec a 6= 0, l’équation az 2 + bz + c = 0 admet
deux solutions complexes qui sont
−b + δ −b − δ
z1 = et z2 =
2a 2a
avec δ ∈ C tel que δ 2 = ∆ = b2 − 4ac (discriminant). De plus, lorsque les
coefficients a, b, c sont réels et que le discriminant b2 − 4ac est strictement négatif,
ces deux solutions sont complexes non réelles et conjuguées.
Remarque 1.2.2 La somme et le produit de ces deux solutions, sont données par les
relations :
∀z ∈ C, az 2 + bz + c = a (z − z1 ) (z − z2 ) .

Notation exponentielle
Pour tout réel x, on pose eix = cos x + i sin x. On a alors les propriétés suivantes :
1. ∀x ∈ R, e−ix = cos x − i sin x = eix .
q 2 2
2. ∀x ∈ R, eix = (cos x) + (sin x) = 1.
3. ∀x, y ∈ R, eix eiy = ei(x+y) .
4. Soit z = x + iy un complexe et |z| = 1 = x2 + y 2 , donc il existe un réel θ tel que
x = cos θ et y = sin θ, c’est à dire z = eiθ .
cos x = cos y

5. Soient x, y ∈ R, eix = eiy ⇔ ⇔ {x ≡ y [2π] .
sin x = sin y

Formules d’Euler et de Moivre


n n
Formule de Moivre : ∀n ∈ Z, ∀x ∈ R, eix = eix = (cos x + i sin x) . On en
déduit que :
n
cos (nx) = Re ((cos x + i sin x) ) ;
n
sin (nx) = Im ((cos x + i sin x) ) .

i i

i i
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page 9 — #15


i i

1.2 L’ensemble des complexes 9

À l’aide du binôme de Newton, ces formules permettent d’exprimer cos (nx) et


sin (nx) sous forme d’un polynôme en cos (x) et sin (x) .
Formule d’Euler :
eix + e−ix eix − e−ix
∀x ∈ R, cos x = et sin x = .
2 2i
n n
Ces formules permettent la linéarisation de (cos x) et (sin x) .

Forme trigonométrique (ou polaire)


Soit z ∈ C tel que |z| = 1, on sait qu’il existe θ tel que z = e . Si maintenant z ∈ C
iθ ∗

alors |z| = 1 donc il existe θ ∈ R tel que |z| = e , c’est à dire z = |z| e .
z z iθ iθ

Définition 1.2.5 Soit z ∈ C∗ , on appelle argument de z tout réel θ tel que z = |z| eiθ .
Cette égalité est appelée forme trigonométrique (ou polaire)
 de z. L’ensemble
des arguments de z est noté arg (z) , on a donc arg (z) = θ ∈ R / z = |z| eiθ

et si θ0 est un argument de z, alors arg (z) = {θ0 + 2kπ / k ∈ Z} .


Définition 1.2.6 Soit z ∈ C∗ , z possède un unique argument dans ]−π; π] , par
définition cet argument est appelé argument principal de z et noté arg (z) .
Propriétés 1.2.3 Soient z, z 0 ∈ C∗ avec θ = arg (z) et θ0 = arg (z 0 ) .
|z| = |z 0 |

1. z = z ⇔
0
.
θ ≡ θ0 [2π]
2. z ∈ R∗ ⇔ θ ≡ 0 [π].
_ _
3. z = |z| e−iθ donc arg ( z) ≡ −θ [2π].
4. −z = |z| ei(θ+π) donc arg (−z) ≡ θ + π [2π].
5. zz 0 = |zz 0 | ei(θ+θ ) donc arg (zz 0 ) ≡ θ + θ0 [2π].
0

6. zz0 = |z|z|0 | ei(θ−θ ) donc arg zz0 ≡ θ − θ0 [2π].


0 

7. ∀n ∈ Z, z n = |z n | einθ donc arg (z n ) ≡ nθ [2π] .

Exponentielle complexe
Définition 1.2.7 Soit z = x + iy un complexe, on appelle exponentielle de z le
complexe noté exp (z) et défini par :

exp (z) = ex [cos y + i sin y] .

Remaques 1.2.3
1. Si z ∈ R (y = 0), alors l’exponentielle de z correspond à l’exponentielle réelle
de z. D’autre part on peut écrire (pour x, y ∈ R :)

exp (x + iy) = ex eiy .

2. exp (0) = 1.

i i

i i
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page 10 — #16


i i

10 Chapitre 1. Nombres réels, nombres complexes et suites numériques

3. exp (−z) = exp(z) .


1

4. Re (exp (z)) = eRe(z) cos (Im (z)) et Im (exp (z)) = eRe(z) sin (Im (z)).

5. |exp (z)| = eRe(z) et arg (exp (z)) ≡ Im (z) [2π].


_
6. exp (z) = exp ( z) .

Racine n-ièmes d’un nombre complexe

Soient a, z0 deux complexes et n ∈ N, on dit que z0 est une racine n-ième de a lorsque
z0n = a.

Théorème 1.2.6 Soit n ∈ N tel que n ≥ 2 et a ∈ C∗ . L’ensemble des racines n-ièmes


de a (que l’on note Rn (a)) est un ensemble fini de cardinal n et pour tout
argument θ de a on a :

np θ+2kπ
o
Rn (a) = n
|a|ei n / 0≤k ≤n−1 .

Cas particuliers : racine n-ièmes de l’unité : (noté par Un )

n 2kπ o
Un = {z ∈ C∗ et |z| = 1 / z n = 1} = ei n / 0 ≤ k ≤ n − 1 .

Exemple 1.2.3 Résoudre dans C l’équation z 5 + 1 = 0.

1.2.5 Représentation géométrique des complexes

→ →
 
Le plan complexe est un plan ℘ muni d’un repère orthonormé direct < = o, u , v .

1.2.6 Affixe

Chaque point M du plan complexe est repéré par ses coordonnées : une abscisse x
et une ordonnée y, c’est-à-dire par le couple de réel (x, y) . Plus précisement, M est
repéré par le complexe z = x + iy. Par définition, ce complexe est l’affixe du point M.
Réciproquement, tout
 → complexe
  z→est
 l’affixe d’un point M du plan que l’on appelle
image de z. Les axes o, u et o, v sont appelés respectivement axes des réels et

i i

i i
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page 11 — #17


i i

1.2 L’ensemble des complexes 11

axes des imaginaires.

y M(x, y)

ν


O u x

1.2.7 Angles orientés

Soit z un complexe non nul et M le pointdu plan d’affixe z,l’argument principal de z



− −−→ →
− −−→
est une mesure de l’angle orienté u , OM , ce que l’on écrit u , OM ≡ Arg (z) [2π] .

x + iy = reiθ avec r = OM = √ x2 + y2
y M(x, y)


ν θ

O u x

i i

i i
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page 16 — #22


i i

16 Chapitre 1. Nombres réels, nombres complexes et suites numériques

1.3.4 Suites divergentes et limite infinie


Définition 1.3.4 On dit qu’une suite de nombres réels (un )n≥0 tend vers +∞ (res-
pectivement, vers −∞) quand n tend vers +∞ si :

∀A ∈ R, ∃NA ∈ N, ∀n ≥ NA : un ≥ A.

(respectivement, ∀B ∈ R, ∃NB ∈ N, ∀n ≥ NB : un ≤ B).


Exemple 1.3.9 La suite un = an avec a > 1 tend vers +∞ quand n tend vers +∞ :
lim un = +∞. En effet, soit A ∈ R cherchons NA ∈ N, ∀n ≥ NA : an ≥ A.
n→+∞

 ln A0 si A ≤ 0

Posons NA =
ln a + 1 si A > 0
Définition 1.3.5 Une suite de nombres réels (un )n≥0 est dite divergente si elle
n’admet pas de limite ou si elle tend vers ±∞ quand n tend vers +∞.
Proposition 1.3.8
– Une suite de nombres réels croissante et non majorée tend vers +∞ quand n
tend vers +∞.
– Une suite de nombres réels décroissante et non minorée tend vers −∞ quand n
tend vers +∞.

1.3.5 Suites de nombres complexes


Proposition 1.3.9 La suite (zn = xn + iyn )n≥0 de nombres complexes converge vers
l = x + iy si et seulement si lim xn = x et lim yn = y.
n→+∞ n→+∞
Preuve :
” ⇒ ” On suppose lim zn = l. Par définition, on a :
n→+∞

∀ > 0, ∃N ∈ N, ∀n ≥ N : |zn − l| < .

Or, q
2 2
|zn − l| = (xn − x) + (yn − y) .
Ainsi, |xn − x| ≤ |zn − l| et |yn − y| ≤ |zn − l| . Donc,

∀n ≥ N : |xn − x| <  et |yn − y| < .

xn −→ x xn −→ x
! !
”⇐” n→+∞
⇒ n→+∞

yn −→ y iyn −→ iy
n→+∞ n→+∞

zn = xn + iyn −→ x + iy = l.
n→+∞

i i

i i
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page 17 — #23


i i

1.4 Exercices 17

1.4 Exercices

Exercice 1 :
Soient a et b deux nombres réels vérifiant :

0 ≤ a ≤ 5 et 3 ≤ b < 8.

Donner un encadrement de a + b, a − b, a
b et a × b.

Exercice 2 :
Déterminer chacun des ensembles suivants :
x−1
 
A = x ∈ R tels que ≥0 ,
(x + 1) (x − 2)
B = {x ∈ R tels que |x + 1| < |x − 3|} ,
C = {x ∈ R tels que |x + 1| + |x + 2| < 1} .

Exercice 3 :
Soient A et B deux parties non vides et majorées de R.
1. Montrer que si A ⊂ B alors sup A ≤ sup B.
2. Montrer que :

sup (A ∪ B) = max (sup A, sup B) ,


inf (A ∪ B) = min (inf A, inf B) .

3. Montrer que

max (inf A, inf B) ≤ inf (A ∩ B) ≤ sup (A ∩ B) ≤ min (sup A, sup B) .

Exercice 4 :
Soit A une partie de R définie par :

A = r ∈ Q / r2 − 3r + 1 < 0 .


1. Montrer que A est non vide et bornée.


2. La partie A admet-elle une borne supérieure, une borne inférieure dans R ?

Exercice 5 :
Donner, lorsqu’ils existent, le plus grand élément, le plus petit élément, la borne
supérieure et la borne inférieure des ensembles suivants :
n−1
 
A = N, B = {1} ∪ ]2, +∞[ , C = , n∈N .
n+1

i i

i i
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page 18 — #24


i i

18 Chapitre 1. Nombres réels, nombres complexes et suites numériques

Exercice 6 :
Calculer :
[ 1  \ [
,1 , [n, +∞[ , [n, n + 1[ ,
n
n≥1 n≥0 n≥0
[ 1 1 1
 \ 
−∞, , 1 − ,1 + .
n n n
n≥1 n≥1

Exercice 7 :
Écrire sous forme cartésienne les nombres complexes suivants :

2 − 3i 3 + 4i  π
z1 = √ , z2 = , z3 = exp (3iπ) , z4 = π exp −i ,
3 − 2i (2 + 3i) (4 + i) 3
9
5π (1 + i)
 
z5 = exp −i , z6 = 5.
4 (1 − i)

Exercice 8 :
n+1
1. Montrer que si z ∈ C\{1} alors 1 + z + z 2 + · · · + z n = z z−1−1 .
n n
2. En déduire, pour θ ∈ ]0, 2π[ , cos (kθ) et sin (kθ) .
P P
k=0 k=0

Exercice 9 :
Résoudre dans C les équations suivantes :
(E1) z 2 + (−3 + i) z + 4 − 3i = 0,
(E2) z 8 + z 4 +√1 = 0,
(E3) z 6 = 1−i
1+i√3
3
.

Exercice 10 :
1. Trouver le module et l’argument des nombres complexes suivants :
√  √ 5
z1 = −2 + 2i , z2 = −1 + 3i , z3 = −1 + 3i .

2. En déduire la forme polaire de ces nombres complexes.

Exercice 11 :
Soient z = exp 2iπ
, S = z + z 2 + z 4 et T = z 3 + z 5 + z 6 .

7
1. Montrer que S et T sont conjugués et que la partie imaginaire de S est positive.
2. Calculer S + T et ST. En déduire S et T .

i i

i i
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page 19 — #25


i i

1.4 Exercices 19

Exercice 12 :
Soient α ∈ ]−π/2, π/2[ , n ∈ N∗ et λ ∈ C, |λ| = 1.
1. Soit z0 = 1−i tan α . Vérifier que z0 = e
1+i tan α 2iα
.
2. Montrer que
i (1 − λ) Im (λ)
=
λ+1 1 + Re (λ)
où Im (λ) et Re (λ) désignent la partie imaginaire et la partie réelle du complexe
λ. (On pourra vérifier que (1 + λ) 1 + λ = 2 + 2 Re (λ)).


3. Déterminer les complexes z solutions de l’équation :


n
1 + iz 1 + i tan α

= .
1 − iz 1 − i tan α

Exercice 13 :
Soit (un )n≥0 la suite définie par :

1 si n = 0

un =
2 un−1 + si n ≥ 1.
1 1
4

1. Montrer que (un )n≥0 est décroissante.


2. Montrer que (un )n≥0 est minorée.
3. Vérifier que 12 est la borne inférieure de (un )n≥0 (Indication : inf (un )n≥0 = inf E
avec E = {u0 , u1 , . . . , un , . . .}).

Exercice 14 :
Soit (un )n≥0 la suite de terme générale définie par :

u0 = 0  n1
et un+1 = n + un−1 , n ≥ 1.
u1 = 1 n

 1
 n−1
n(n−1)
1. Montrer que un = 1 + 2 , n ≥ 2.
2. Montrer que la suite (ln un )n≥1 est convergente et calculer sa limite.
3. En déduire que la suite (un )n≥0 est convergente et sa limite est égale à 1.

Exercice 15 :
Soit la suite (un )n≥0 de nombres réels définie par :

u0 = 0 1
et un+2 = 1 + un+1 + u2n .

u1 = 21 3
1. Montrer que la suite (un )n≥0 est croissante et à valeurs dans [0, 1] (on pourra
raisonner par récurrence sur n).
2. Montrer que la suite (un )n≥0 est convergente et calculer sa limite.

i i

i i
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page 20 — #26


i i

20 Chapitre 1. Nombres réels, nombres complexes et suites numériques

Exercice 16 :
On considère (un ) une suite réelle. On suppose que les suites (u2n ) et (u2n+1 ) sont
convergentes. La suite (un ) est-elle convergente ? Discuter.

Exercice 17 :
On se propose d’étudier la nature de la suite :
1 1 n−1 1
un = 1 − + + · · · + (−1) , n ∈ N∗ .
2 3 n
1. Montrer que la suite (u2n ) est croissante, majorée par 1.
2. Montrer que la suite (u2n+1 ) est décroissante, minorée par 21 .
3. Montrer que pour tout n ≥ 1, u2n < u2n−1 et que les suites (u2n ) et (u2n+1 )
tendent vers la même limite. Conclure.

Exercice 18 :
On considère deux suites (un ) et (vn ) définies par :

u1 = 1 v1 = 1
 

un+1 = 5un6+vn vn+1 = un +2v


3
n
.

1. Étudier le signe de vn − un et la limite de vn − un .


2. Montrer que la suite (un )n≥1 (respectivement, (vn )n≥0 ) est croissante (respecti-
vement décroissante).
3. Déduire des équations précédentes que (un ) et (vn ) sont deux suites adjacentes,
donc convergentes vers la même limite l.
4. Calculer l.

Exercice 19 :
En utilisant le critère de Cauchy, étudier les suites suivantes :
n−1
(−1)
1. un = 1 − 2 + 3 + ··· +
1 1
n .
2. un = 1 + 1
2 + · · · + 1
n .
3. un = 1 + √1 + · · · + √1 .
2 n

Exercice 20 : q
Soit (un ) une suite réelle définie par u0 = 1 et un+1 = u2n + 1
2n .

1. Montrer que ∀n ∈ N∗ , 1 ≤ un+1 < un + 1


2n+1 .
2. Montrer que (un ) est de Cauchy. Donner une valeur approchée de sa limite à
10−3 prés.

i i

i i
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page 307 — #313


i i

Corrigés des exercices

Corrigés des exercices du chapitre 1

Exercice 1 :
– 3 ≤ a + b ≤ 13
– −8 ≤ a − b ≤ 2
– 0 ≤ ab ≤ 35
– 0 ≤ a × b ≤ 40.

Exercice 2 :
– A = ]−1, 1] ∪ ]2, +∞[
– B = ]−∞, 1[
– C = ∅.

Exercice 3 :
Soient A et B deux parties non vides et majorées de R.
1. Comme R vérifie l’axiome de la borne supérieure alors A admet une borne
supérieure dans R. Il suffit donc de montrer que sup B est un majorant de
A. Soit x ∈ A ⊂ B alors x ∈ B et comme sup B et un majorant de B alors
x ≤ sup B. D’où, sup A ≤ sup B.
2. Montrer que sup (A ∪ B) = max (sup A, sup B). On a :
A ⊂ A ∪ B ⇒ sup (A) ≤ sup (A ∪ B) ,
B ⊂ A ∪ B ⇒ sup (B) ≤ sup (A ∪ B) ,
alors sup (A ∪ B) ≥ max (sup A, sup B) . Il suffit de montrer que max (sup A, sup B)
est un majorant de A ∪ B. En effet, soit x ∈ A ∪ B alors x ∈ A ou x ∈ B c’est
à dire x ≤ sup A ou y ≤ sup B. Donc, x ≤ sup (A ∪ B) . D’où, le résultat. On
montre de même inf (A ∪ B) = min (inf A, inf B) .
3. On a :
(A ∩ B) ⊂ A ⇒ sup (A ∩ B) ≤ sup (A) ,
(A ∩ B) ⊂ B ⇒ sup (A ∩ B) ≤ sup (B) .
Donc,
sup (A ∩ B) ≤ min (sup A, sup B) .

i i

i i
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page 308 — #314


i i

308 Corrigés des exercices

De même, on a :
max (inf A, inf B) ≤ inf (A ∩ B) .

Exercice 4 :
√ √ 
3− 5 3+ 5

A = r ∈ Q / r − 3r + 1 < 0 =
2

, ∩ Q.
2 2
√ √
1. Comme Q dense dans R, alors il existe r dans Q tel que 3−2 5 < r < 3+2 5 . Donc,
√ √
A est non vide. De plus, 3+2 5 est un majorant de A et 3−2 5 est un minorant
de A donc A est bornée.
2. Comme R vérifie l’axiome de la borne supérieure alors la partie A admet une
borne supérieure et une borne inférieure dans R.

Exercice 5 :
– A = N : 0 est le plus petit élément de N car 0 est un minorant de N et 0 ∈ N,
donc 0 est la borne inférieure de N et aussi un minorant. N n’admet pas un
majorant. En effet, soit M ∈ R, montrer qu’il existe n ∈ N / n > M. Pour
n0 = E (M ) + 1, on a n0 > M donc M n’est pas un majorant de N. Ainsi, N
n’admet pas ni de majorant, ni de borne supérieure, ni de plus grand élément.
– B = {1} ∪ ]2, +∞[ . On voit que 1 est le plus petit élément de B donc inf B = 1.
D’autre part, B n’admet pas de majorant car si M est un majorant, on a M > 2.
On a M + 1 > r et M + 1 ∈ B donc c’est la contradiction. Ainsi, B n’admet pas
ni denborne supérieure,
o ni de plus grand élément.
– C = n+1 , n ∈ N . On remarque que −1 est le plus petit élément de C. ∀n ∈ N,
n−1

on a n−1
n+1 ≥ −1 et −1 ∈ C donc −1 est le plus petit élément de C et −1 = inf C.
On vérifie aussi que 1 est la borne supérieure. En effet, 1 ∈ / C sinon il existe
n ∈ N tel que n−1
n+1 = 1 absurde. Donc, C n’admet pas de plus grand élément.
Pour montrer que 1 = sup C. On a 1 est un majorant de C. Soit e un majorant
de C, montrons que e ≥ 1. Sinon, e < 1. Montrons
 qu’il existe x ∈ C tel que
e < x < 1 avec x = n−1
n+1 . Ainsi, pour n 0 = E 1−e + 1, on a e < n0 +1 < 1.
1+e n0 −1

Contradiction avec e un majorant de C. D’où, 1 = sup C.

Exercice 6 :
– n , 1 = ]0, 1[ . Car, ∀n ≥ 1, n , 1 ⊂ ]0, 1[ . Et, pour x ∈ ]0, 1[ , il existe
S 1  1 
n≥1
h h
n0 = E x1 + 1 6= 0 tel que x ∈ n10 , 1 donc x ∈ n, 1 .
 S 1 
n≥1
– [n, +∞[ = ∅. Montrons que si x ∈ R alors :
T
n≥0

\
x∈
/ [n, +∞[ (x ∈
/ [n, +∞[).
n≥0

En effet, il suffit de prendre n0 = E (x) + 1 pour vérifier l’absurdité.

i i

i i
i i

“belhajBenaissa” — 2013/9/30 — 15:57 — page 309 — #315


i i

Corrigés des exercices 309

– [n, n + 1[ = [0, +∞[ . Car, ∀n ≥ 0, [n, n + 1[ ⊂ [0, +∞[ . De plus, soit x ∈


S
n≥0
[0, +∞[ . Montrons qu’il existe n0 ∈ N tel que x ∈ [n, n + 1[ . Il suffit de prendre
n0 = E (x) + 1. i h
– −∞, n1 = ]−∞, 1[ . Car, on a ∀n0 ≥ 1, −∞, n10 ⊂ −∞, n1 . Il suffit
S   S  
n≥1 n≥1
de prendre n0 = 1 donc ]−∞, 1[ ⊂ −∞, n1 . De plus, soit
S  
n≥1

[ 1

x∈ −∞, .
n
n≥1

Montrons que x ∈ ]−∞, 1[ . On a x ∈ −∞, n1 ⊂ ]−∞, 1[ ( n1 ≤ 1).


 

– 1 − n1 , 1 + n1 = {1} . En effet,
T 
n≥1

\ 1 1 1 1
 \    
1 − ,1 + = 1 − , 1 ∩ 1, 1 +
n n n n
n≥1 n≥1

1
\  
= {1} ∪ 1, 1 + .
n
n≥1

Il suffit de montrer que 1, 1 + n1 = ∅. Pour cela, supposons qu’il existe


T  
n≥1
 
x < 1+ n1 ⇔ x−11
> n, ∀n ≥ 1, absurde car il suffit de prendre n0 = E x−1
1
+1.
D’où, le résultat.

Exercice 7 :

– z1 = 74 3 + 17 i
– z2 = 221
71 22
− 221 i
– z3 = −1 √
– z4 = −π 12 i 3 − 12

√
– z5 = − 12 − 12 i 2
– z6 = −4i.

Exercice 8 :

1. Il suffit de remarquer que z n+1 − 1 = (z − 1) 1 + z + z 2 + · · · + z n .




n
2. Remplacer z par eiθ pour θ ∈ ]0, 2π[ dans la question 1. pour déduire cos (kθ)
P
k=0
n
et sin (kθ) .
P
k=0

Exercice 9 :

(E1) SC = {1 − 2i, 2 + i} .

i i

i i
CV_MathsInformatique:EP 30/09/13 14:43 Page 1

Skander Belhaj
Anis Ben Aïssa

INFORMATIQUE
LICENCE 1 & 2
Skander Belhaj & Anis Ben Aïssa

Mathématiques
pour l’informatique LICENCE 1 & 2
INFORMATIQUE

Cet ouvrage présente les concepts et les outils mathématiques de base que tout

Mathématiques pour l’informatique


étudiant en première et deuxième années de Licence Informatique doit maîtriser :
initiation au raisonnement mathématique et à la modélisation de problèmes
concrets mais aussi méthodes et applications fondamentales de l’analyse
numérique.
Plus de 200 exercices corrigés complètent le cours et permettent aux étudiants de
Mathématiques
pour l’informatique

Cours & exercices corrigés


s’entraîner efficacement.
Sommaire
Partie I. Analyse 13. Variables Aléatoires Continues - Lois Continues
1. Nombres réels, nombres complexes et suites numériques 14. Notions de convergence
2. Étude des fonctions réelles d’une variable réelle Partie IV. Statistiques
3. Séries numériques 15. Statistique descriptive
4. Intégration des fonctions réelles d’une variable réelle 16. Échantillonnage et estimation
5. Équations différentielles 17. Tests d’hypothèse et tests de comparaison
Partie II. Algèbre Partie V. Analyse numérique
6. Espaces vectoriels et applications linéaires 18. Introduction à l’analyse numérique
7. Matrices, déterminant et systèmes linéaires 19. Méthodes directes de résolution des systèmes linéaires
8. Diagonalisation des endomorphismes – matrices
9. Polynômes et fractions rationnelles
10. Applications bilinéaires et formes quadratiques
20. Méthodes itératives de résolution des systèmes linéaires
21. Résolution des équations non linéaires
22. Méthodes d’intégration numérique • Cours complet
Partie III. Probabilités
11. Notion de probabilité
12. Variables Aléatoires Discrètes - Lois Discrètes
Corrigés des exercices
Annexe
• Méthodes et applications fondamentales
Docteur en mathématiques appliquées, Skander Belhaj est spécialiste d’algèbre matricielle rapide.
Chercheur à l’École Nationale d’Ingénieurs de Tunis (LAMSIN), il enseigne actuellement à l’Institut
• Exercices d’entraînement corrigés
Supérieur des Arts du Multimédia de la Manouba (Tunisie). Il est également Maître assistant et
Directeur des Études et des Stages à l'ISAMM.
Maître assistant à l’Institut Supérieur des Sciences Appliquées et de Technologie de Sousse (Tunisie),
Anis Ben Aïssa est spécialiste des probabilités et statistiques.

ISBN 978-2-311-01241-5
WWW.VUIBERT.FR

9 782311 012415

Vous aimerez peut-être aussi