Vous êtes sur la page 1sur 5

I.

PRESENTATION DES DEUX PROTOCOLES

1) ADRESSE IPv4
2) 10

Une adresse IPv4 est une adresse IP dans la version 4 du protocole IP (IPv4). Cette adresse
permet d'identifier chaque machine connectée sur un réseau informatique utilisant le protocole
IP version 4.Cette adresse est composée de quatre octets, chacun ayant leur valeur décimale
comprise entre 0 et 255, séparés par des points ; exemple : 212.85.150.133.Il y a donc au
maximum 232 soit 4 294 967 296 adresses possibles.

a) Introduction aux classes d'adresses

Une adresse IP peut être divisée en 2 parties : une partie servant à identifier le réseau (net id)
et une partie servant à identifier un poste sur ce réseau (host id).

La représentation décimale de la valeur de l'octet est la représentation la plus simple et la plus


facile d'accès, néanmoins il est souvent pratique de revenir à une notation binaire afin de
mieux comprendre le concept de classe d'adresse.

b) Les différentes classes d'adresses

Il existe 5 classes d'adresses IP. Chaque classe est identifiée par une lettre allant de A à E.

Ces différentes classes ont chacune leurs spécificités en terme de répartition


du nombre d'octet servant à identifier le réseau ou les ordinateurs connectés à ce réseau. Afin
d'identifier à quelle classe appartient une adresse IP, il faut regarder son premier octet.

Classe A

Une adresse IP de classe A dispose d'un seul octet pour identifier le réseau et de trois octets
pour identifier les machines sur ce réseau. Ainsi, un réseau de classe A peut comporter
jusqu'à 23×8-2 postes, soit 224-2, soit plus de 16 millions de terminaux.

Le premier octet d'une adresse IP de classe A commence systématiquement par le bit 0, ce qui
a pour effet que le premier octet d'une adresse de classe A est systématiquement compris
entre 0 et 127.

Un exemple d'adresse IP de classe A est : 10.50.49.13

Classe B

Une adresse IP de classe B dispose de deux octets pour identifier le réseau et de deux octets
pour identifier les machines sur ce réseau. Ainsi, un réseau de classe B peut comporter
jusqu'à 22×8-2 postes, soit 216-2, soit 65 534 terminaux.

Le premier octet d'une adresse IP de classe B commence systématiquement par la séquence de


bits 10, ce qui a pour effet que le premier octet d'une adresse de classe B est
systématiquement compris entre 128 et 191.
Un exemple d'adresse IP de classe B est : 172.16.1.23

Classe C

Une adresse IP de classe C dispose de trois octets pour identifier le réseau et d'un seul octet
pour identifier les machines sur ce réseau. Ainsi, un réseau de classe C peut comporter
jusqu'à 28-2 postes, soit 254 terminaux.

Le premier octet d'une adresse IP de classe C commence systématiquement par la séquence de


bits 110, ce qui a pour effet que le premier octet d'une adresse de classe C est
systématiquement compris entre 192 et 223.

Un exemple d'adresse IP de classe C est : 192.168.1.34

Classe D

Les adresses de classe D sont utilisées pour les communications multicast.

Le premier octet d'une adresse IP de classe D commence systématiquement par la séquence de


bits 1110, ce qui a pour effet que le premier octet d'une adresse de classe D est
systématiquement compris entre 224 et 239.

Un exemple d'adresse IP de classe D est : 224.0.0.1

Classe E

Les adresses de classe E sont réservées pour la recherche.

Un exemple d'adresse IP de classe E est : 240.0.0.1 les adresses de classe E débutent en


224.0.0.0 et se terminent en 255.255.255.255 réservées par IANA .

c) Masque de sous-réseau
Le masque de sous-réseau permet de savoir quelle partie d'une adresse IP correspond à la
partie numéro de réseau et laquelle correspond à la partie numéro de l'hôte.

Un masque a la même longueur qu'une adresse IP. Il est constitué d'une suite de chiffres 1


terminée par (éventuellement) des chiffres 0 :

Pour calculer la partie sous-réseau d'une adresse IP, on effectue une opération ET logique bit
à bit entre l'adresse et le masque. Pour calculer l'adresse de l'hôte, on effectue une opération
ET bit à bit entre le complément à un du masque et l'adresse.
Autrement dit : il suffit de conserver les bits de l'adresse là où les bits du masque sont à 1 (un
certain nombre de bits en partant de la gauche de l'adresse). La partie numéro d'hôte est
contenue dans les bits qui restent (les plus à droite).

Exemples

 L'adresse 193.112.2.166 avec le masque 255.255.255.128 désigne la machine numéro


38 du réseau 193.112.2.128 qui s'étend de 193.112.2.128 à 193.112.2.255 (plage de 128
adresses). Les adresses ont été converties en base 2 :

L'adresse 19.128.32.3 avec le masque 255.192.0.0 désigne la machine numéro 32.3 du


réseau 19.128.0.0 qui s'étend de 19.128.0.1 à 19.128.255.254.

d) Comment identifier les adresses IP appartenant à un même sous-réseau ?

Prenons l'exemple d'un réseau 192.168.1.0/28, c’est-à-dire le réseau 192.168.1.0 auquel on


applique un masque 255.255.255.240. Quels sont les sous-réseaux disponibles sur ce réseau et
avec quelles adresses ?

Pour trouver l'ensemble des sous-réseaux disponibles, on peut appliquer la formule 256-X où


X est le chiffre du dernier octet du masque. Dans notre exemple, on obtient 256-240=16.

16 sera donc la valeur du pas des sous-réseaux. On aura donc 16-2=14 sous réseaux possibles,
nous perdons 2 blocs d'adresses en éliminant le broadcast (192.168.1.255) et l'adresse du
réseau (192.168.1.0), soit : 192.168.1.16, 32, 48, 64, 80, 96, 112, 128, 144, 160, 176, 192,
208, 224. Le premier hôte possible de chacun de ces réseaux sera l'adresse du réseau + 1. Par
exemple, pour le réseau 192.168.1.16, le premier hôte possible est 192.168.1.17. L'adresse de
broadcast sur ce réseau est la dernière adresse du réseau soit l'adresse du réseau suivant - 1
(192.168.1.31 dans cet exemple).

2) ADRESSE IPV6
IPv6 signifie « Internet Protocol version 6 ». Il constitue l’un des processus standardisés de
transfert de paquets de données sur les réseaux informatiques. Avec les 500 autres
protocoles réseaux de la suite TCP/IP, le successeur direct d’IPv4, constitue la base de la
communication Internet. Parmi les fonctions centrales de IPv6, on compte l’envoi des
éléments réseaux aux adresses IPv6 et l’acheminement de paquets entre sous-réseaux, appelé
également routage. Pour ce faire, IPv6 est basé sur la couche réseau (Layer 3) du modèle OSI.

Les 128 bits des adresses IPv6 sont répartis sur 8 blocs de 16 bits. Un bloc de 16 bits s’écrit
avec 4 caractères sous forme hexadécimale (c’est à dire les 10 nombres entiers et 6 lettres de
l’alphabet). Pour séparer ces blocs, on utilise les deux-points comme signe de ponctuation.
Voici un exemple :

 2001:0620:0000:0000:0211:24FF:FE80:C12C

Afin de simplifier une adresse IPv6, il est possible de raccourcir l’écriture de l’adresse en
supprimant les zéros qui débutent un bloc. Si un bloc est constitué uniquement de zéro, le
dernier zéro doit être conservé.

 2001:0620:0000:0000:0211:24FF:FE80:C12C

 2001:620:0:0:211:24FF:FE80:C12C

De plus, sur uniquement une partie d’une adresse IPv6, les blocs de zéros qui se suivent
peuvent être supprimés :

 2001:620:0:0:211:24FF:FE80:C12C

 2001:620::211:24FF:FE80:C12C

Les deux-points qui se suivent (par deux reprises uniquement) permettent de connaître
l’emplacement des zéros supprimés (ci-dessus après le deuxième bloc).

II. DIFFERENCE ENTRE IPv4 et IPv6

ELEMENTS IPv4 IPv6


Espace d’adressage 32 bits 128 bits
Ecriture décimale hexadécimale
divisées en « classes » : utilise la mise en sous-
classe A pour quelques réseau pour ajuster la
réseaux très volumineux, taille des réseaux dans
classe C pour des milliers l'espace d'adressage
de petits réseaux spécifique qui a été
classe B entre les deux. attribué

utilise des adresses de utilise des groupes


« diffusion » qui forcent multicast.
chaque équipement à
s'arrêter et à examiner les
paquets

Vous aimerez peut-être aussi