Vous êtes sur la page 1sur 5

MESURE DE LA CONSISTANCE DU BETON-SLUMP TEST

I. But
Le slump test ou le cône d’Abrams permet d’évaluer la consistance d’un béton
courant , c’est-à-dire ni trop sec ni trop fluide . cette méthode convient bien pour
le contrôle du béton sur chantier lors de la réception

II. Méthode
la consistance est caractérisée par l’affaissement ,mesuré en mm après
démoulage, d’un cône en béton de forme normalisée.

- malaxer les matériaux de rapport ½ entre (gravier ,sable , ciment )


-mouiller l’intérieur du moule
- placer le moule avec la rehausse sur un support rigide et horizontal , mais non
absorbant
-a l’aide d’une truelle remplir le moule de béton frais , en trois couche à peu prés
même hauteur , éviter le déplacement du moule en pesant sur les pattes de
calage
- compacter chaque couche par 25 coups de barre
- retirer la rehausse , araser le dessus du moule et nettoyer le support autour du
moule
- retirer e moule verticalement avec précaution
- mesurer l’affaissement du cône par rapport à la hauteur initiale

III. Travail
1. La mesure de la consistance du béton

Lors de sa mise en œuvre, il est nécessaire que le béton ait une certaine plasticité lui
permettant de remplir les coffrages et d’enrober les armatures. Le béton est ainsi
qualifié d’ouvrable. Il est important de surveiller si la consistance du béton est
conforme aux conditions de mise en œuvre, car le cas contraire peut induire la
présence de vides, de nids de cailloux ou de phénomènes de ségrégation, affectant
les caractéristiques du béton durci et sur le long terme, sa durabilité.

Qu’est-ce qu’un nid de cailloux ?

Ce sont des zones où les graviers sont apparents car il manque de la pâte de ciment.
Cela peut être dû à une mauvaise granulométrie (trop de granulats de taille
importante et peu d’éléments fins), à la consistance (trop ferme par rapport aux
armatures, ou bien trop fluide, favorisant les fuites de laitance), à une mauvaise
étanchéité du coffrage ou encore à la ségrégation.

Qu’est-ce que la ségrégation du béton ?

Il s’agit de la division entre les gros granulats s’agglomérant au fond du coffrage, et la


pâte de ciment qui aura alors du mal à les recouvrir. La ségrégation forme un béton
hétérogène pouvant se fissurer par la suite. Ce phénomène se produit davantage
lorsque la vibration n’est pas adaptée à l’ouvrage et peu présente, ou quand il n’y a
pas de cheminées de bétonnage.

La consistance va déterminer l’ouvrabilité du béton, il s’agit donc d’un paramètre de


contrôle essentiel lors de sa mise en œuvre. Plusieurs outils servent à la mesurer.
Ainsi une valeur de consistance est associée à l’appareillage utilisé : on parlera
d’affaissement ou d’étalement, mesurés en mm
La consistance va déterminer l’ouvrabilité du béton, il s’agit donc d’un paramètre de
contrôle essentiel lors de sa mise en œuvre. Plusieurs outils servent à la mesurer.
Ainsi une valeur de consistance est associée à l’appareillage utilisé : on parlera
d’affaissement ou d’étalement, mesurés en mm

tableau issu de la norme EN 206-1, on peut voir l’affaissement ou l’étalement attendu


par rapport au type de consistance du béton. Ainsi, si l’on veut mesurer un
affaissement entre 10 et 40 mm pour une consistance ferme(S1).

L’essai d’affaissement (NF EN 12350-2) ou Slump test


Cet essai est également appelé la méthode du cône d’Abrams. Il est très souvent
utilisé sur les chantiers car il est facilement réalisable et peu coûteux. Il est en général
effectué pour des valeurs d’affaissement allant de 10 à 210 mm Ce test doit être réalisé
sans interruption et sans dépasser les 2mn30.
Il consiste à couler du béton dans un cône en acier (cône d’Abrams), mesurant 300
mm de haut, avec un diamètre inférieur de 200 mm et supérieur de 100 mm.

Étape 1 : L’essai se réalise sur une surface horizontale. En dessous du cône, on


humidifie légèrement la plaque pour éviter que le béton colle au lit de la
plaque.

Étape 2 : On va combler le moule en plusieurs couches, et utiliser une tige


pour venir piquer 25 fois chaque couche, afin d’éviter que trop de bulles d’air
restent piégées.

Étape 3 : Une fois le cône rempli, on vient araser sa surface.

Étape 4 : Puis on démoule le béton en 5 à 10s pour observer à quel point ce


dernier retombe.

Étape 5 : On regarde alors la forme du béton affaissé. Si l’affaissement


présente des cisaillements ou une ségrégation, le béton ne pourra pas être mis
en œuvre. On mesure l’affaissement à 10 mm près en faisant la différence
entre la taille du cône et la hauteur du béton après affaissement
Atelier de béton armé

Rapport : cône d’Abrams

Elaborée par : Mm rafika nefkha

Réalisée par : ibrahim wafa

Vous aimerez peut-être aussi