Vous êtes sur la page 1sur 3

Comment réaliser du cash pooling ?

Il est possible d’utiliser différentes techniques de cash pooling. Certaines fonctionnent par
transfert physique de fonds tandis que dans d’autres cas, on peut réaliser du cash pooling
notionnel.

Phase préparatoire
Dans tous les cas, mettre en place un cash pooling passe par plusieurs étapes préparatoires :

 Analyser les besoins,

 Désigner une banque centrale,

 Désigner une société pivot,

 Définir le périmètre du cash pooling (quelles filiales ? Sur quels types et montants de
flux ? Quelles géographies ?),

 Signer des conventions de trésorerie entre siège et filiales,

 Analyser l’environnement bancaire de chaque filiale.

  Le choix de la méthode de mise en œuvre du cash pooling

 Les conditions de mise en place du cash pooling

Tous types d’entreprises peuvent le mettre en place, il suffit simplement que les sociétés
concernées aient un lien de capital direct ou indirect entre elles.

La mise en place du cash pooling passe cependant par plusieurs étapes et pratiques
obligatoires.

-Avoir un lien de capital entre elles


1/ Vérifier le statut social des sociétés concernées
-Disposer d'un statut social leur permettant de mettre en place ce système
-L’objet social des sociétés concernées doit permettre d’effectuer les opérations de
centralisation de trésorerie. Il faut donc vérifier les statuts de chacune des sociétés.
Attention : les statuts de la société centralisatrice doivent inclure une mention
spéciale quant à la possibilité de réaliser des opérations de trésorerie.

2/ Conserver l’intérêt social de chaque société


Tous les mouvements de trésorerie ne sont pas permis dans le cadre du cash
pooling ! L’intérêt du groupe ne doit pas être privilégié aux dépens de celui des
entités qui le composent. Attention à ne pas tomber dans certaines dérives :

 Abus de biens sociaux,


 Acte anormal de gestion,
 Abus de majorité,
 Confusion de patrimoines.

3/ Mettre en place une convention de trésorerie


Pour minimiser les risques, il s’avère indispensable de formaliser une convention de
trésorerie (ou convention d’omnium) entre la société-mère et ses filiales. Elle sert à
formaliser l’existence de la centralisation de trésorerie et à en définir les modalités.

La convention de trésorerie doit préciser :

 La société centralisatrice,
 Les sociétés concernées,
 L’objet de la centralisation de trésorerie,
 La durée,
 Les clauses de résiliation anticipée,
 Les clauses de suspension le cas échéant,
 Le droit applicable et la juridiction compétente en cas de litige.

4/ Établir un cash pooling agreement (optionnel)


Le Cash Pooling Agreement (aussi appelée convention de gestion automatisée de
centralisation de trésorerie) est l’accord entre la société centralisatrice et la banque, dans le
cas où le cash pooling est automatisé et géré par un établissement de crédit. Cette
convention est facultative.

Cash pooling : conditions


Ce sont les articles L 312-2 et L 511-7 du Code monétaire et financier qui définissent les conditions de mise
en place du cash pooling en entreprise. Si tous les types d'entreprises ont le droit de mettre en place ce
système, elles doivent toutefois répondre à certaines obligations :
 Avoir un lien de capital entre elles
 Disposer d'un statut social leur permettant de mettre en place ce système
 Préserver l’intérêt social de chaque société
 Formaliser une convention de trésorerie
Même si cela n'est pas obligatoire, les groupes sont également encouragés à établir une convention de gestion
de centralisation de trésorerie.
Comment faire du cash pooling ?
Le cash pooling est géré par le trésorier, le responsable administratif et financier ou le
directeur financier de la maison-mère. Il consiste à faire remonter de façon récurrente et
régulière les soldes des comptes bancaires de toutes les entités vers un unique compte
centralisateur.

La société centralisatrice peut être la holding, la société-mère, ou n’importe quelle société du


groupe concernée par la centralisation (par exemple, une société sœur). Elle peut même être
une société financière spécialement créée par le groupe à cet effet ou avoir le statut de
banque.

Il existe plusieurs méthodes de centralisation de trésorerie, mais le principe global reste le


même. Les excédents de trésorerie d'une société sont remontés dans un compte
centralisateur. On appelle ce mouvement de trésorerie un “sweep”. À l’inverse, les sociétés
ayant un solde débiteur peuvent bénéficier de la redescente de cette trésorerie (appelée
“cover”).

En français, le terme "Cash pooling" peut être traduit par "Centralisation de la trésorerie".

Maîtriser les principales étapes du projet

 Analyser les besoins du point de vue de la société pivot, des filiales et du groupe.
 Analyser l’environnement bancaire et réglementaire de chaque pays, de chaque
filiale.
 Identifier le pivot de trésorerie : est-il toujours celui de la société mère ?
 Définir le périmètre du cash pooling : quelles seront les sociétés concernées ?
 Établir une cartographie des flux de trésorerie dans la nouvelle organisation : quels
types et quels montants de flux ?
 Choisir un mode de pilotage de son cash pooling :
 Déterminer le degré et les critères d’automatisation du nivellement des soldes et le
degré d’autonomie des filiales ;
 Déterminer les outils de pilotage requis : reporting et tableaux de bord décisionnels ;
 Élaborer un système de contrôle.
 Établir les conventions de trésorerie entre la société pivot et les filiales :
 Définir les modalités de consolidation ;
 Préciser les principes de la centralisation (par zone monétaire ou géographique) ;
 Respecter les réglementations des états des filiales.

Vous aimerez peut-être aussi