Vous êtes sur la page 1sur 4

CHM 

101 
Structure et réactivité de la matière 

Laboratoire #3 : Dosage des carbonates 
 
Au  cours  de  cette  expérience,  vous  allez  obtenir  de  façon  simple  du  dioxyde  de  carbone, 
caractériser quelques‐unes de ses propriétés et effectuer quelques réactions spécifiques à ce gaz. 
Vous allez également doser les carbonates par titrage potentiométrique et colorimétrique. 
 
Introduction 
 
Le dioxyde de carbone (CO2) est formé principalement par la décomposition ou combustion de la 
matière organique, ou lors de la fermentation des sucres, par exemple. Au laboratoire, il peut être 
obtenu facilement par décomposition thermique d’un bicarbonate (HCO3‐) : 

2NaHCO3    Na2CO3 + CO2  +  H2O                    (1) 
 
Une solution de carbonate de sodium est beaucoup plus basique qu’une solution de bicarbonate 
de sodium. La mesure du pH permet donc de suivre cette décomposition. 
 
Le CO2 peut être également obtenu par la réaction d’un acide avec un carbonate (CO3‐2) ou un 
bicarbonate (HCO3‐) : 

Na2CO3 +  HCl    NaHCO3 + NaCl                                                     (2) 
NaHCO3  +  HCl    NaCl  +  CO2  +  H2O         (3) 
 Na2CO3 + 2 HCl  2 NaCl + CO2 + H2O                                               (4) 

 
À la température de la pièce, le bicarbonate de sodium est stable. Cependant, lorsqu’il est chauffé 
à  l’état  solide  ou  en  solution,  il  se  décompose  selon  la  réaction  donnée  à  l’équation  (1)  en 
carbonate  de  sodium,  en  dioxyde  de  carbone  et  en  eau  (c’est  cette  décomposition  qui  fait 
« lever » le gâteau lors de la cuisson). 
 
De plus, le CO2 peut être facilement obtenu par sublimation d’un bloc de glace sèche, qui est du 
CO2 à l’état solide et dont la température est de ‐78.6°C. 
 
Les  réactions  de  décomposition  thermique  peuvent  être  exploitées  pour  doser  la  quantité  de 
carbonate dans un produit en mesurant, soit la perte de masse lors du chauffage, ou encore en 
mesurant la quantité de CO2 générée. 
 
Le CO2 est un gaz qui n’entretient pas la combustion ; il est même utilisé pour combattre certains 
incendies.  C’est  aussi  un  gaz  qui  absorbe  dans  l’infrarouge.  Pour  cette  raison,  il  est  considéré 
comme un gaz à effet de serre. 
 
Le CO2 est un anhydride acide, c’est‐à‐dire qu’il réagit avec l’eau pour former un acide : 

CO2 + H2O    H2CO3    H+ + HCO3‐    2H+ + CO3‐2               (5) 
 
En faisant barboter du CO2 dans l’eau, il y a donc une chute du pH qui dépend de la concentration 
et de la dissociation du CO2 dans l’eau.  

1
CHM 101 
Structure et réactivité de la matière 

La Ka de la première dissociation de H2CO3 est de 4,45 x 10‐7 (pKa = 6.35), la seconde Ka est de 
4,69 x 10‐11 (pKa = 10.33). Il neutralise l’hydroxyde de sodium selon les réactions suivantes : 
2 NaOH  +  CO2    Na2CO3 +  H2O               (6) 

En faisant barboter du CO2 dans du NaOH, il y a donc formation de carbonate de sodium, Na2CO3. 
Si un excès de CO2 est ajouté, la réaction suivante se produira : 
 
Na2CO3  +  CO2  +  H2O    2 NaHCO3                  (7) 
 
Il y a donc formation de l’ion bicarbonate en solution. Une solution aqueuse de bicarbonate de 
sodium est légèrement basique. 
 
De  la  même  façon  que  le  CO2  peut  neutraliser  l’hydroxyde  de  sodium,  il  peut  neutraliser 
l’hydroxyde de calcium, Ca(OH)2 : 
 
Ca(OH)2  +  CO2    CaCO3  +  H2O                    (8) 
 
Le carbonate de calcium est cependant insoluble dans l’eau et précipite. Si un excès de CO2 est 
ajouté, on aura la réaction : 
 
CaCO3  +  CO2  +  H2O    Ca(HCO3)2         (9) 
 
Le bicarbonate de calcium est soluble dans l’eau, mais il ne peut être obtenu en forme solide, car 
il se décompose lors du séchage pour former le carbonate de calcium. 
 
Procédure 
 
Pour générer le dioxyde de carbone, vous allez utiliser la réaction de l’acide sulfurique avec le 
bicarbonate de sodium. Pour générer 1 litre de CO2 gazeux, il faut faire réagir environ 10 g de 
NaHCO3 avec une solution de H2SO4 3 M selon l’équation suivante : 

    2 NaHCO3 + H2SO4  Na2SO4 + 2 H2O + 2 CO2                                       (10) 
 
A. pH de l’eau saturé de CO2 
 
1. Peser environ 10 g de NaHCO3 et transvider dans un erlenmeyer à vide de 250 mL muni 
d’un bouchon en caoutchouc avec un trou. 
2. Fixer  l’erlenmeyer  avec  une  pince  et  un  support  universel  (voir  la  Figure  1  à  la  page 
suivante). 
3. Raccorder un tube de plastique sur l’erlenmeyer à vide et ajouter une pipette Pasteur à 
l’autre extrémité du tube. 
4. Remplir une seringue de 5 mL de H2SO4 3 M munie d’une aiguille et l’introduire dans le 
trou du bouchon de caoutchouc.  Attention, le H2SO4 tache les paillasses. Il ne faut donc 
pas en échapper! Manipuler toujours au‐dessus d’un papier brun.   
5. Verser 50 mL d’eau dans un bécher de 100 mL, mesurer le pH initial de l’eau et mettre le 
bout de la pipette Pasteur dans l’eau. 
6. Ajouter quelques gouttes de H2SO4 dans l’erlenmeyer à l’aide de la seringue. Vous pouvez 
observer la formation de bulles dans l’eau. 

2
CHM 101 
Structure et réactivité de la matière 

7. Ajouter du H2SO4 graduellement pour générer le CO2 et observer l’évolution du pH à l’aide 
d’un pH mètre. Continuer de buller jusqu’à ce que l’eau atteigne un pH stable (saturation). 
Noter la valeur. 
 

Figure 1. Schéma du montage de génération de CO2 et du bullage 

B. Réaction avec l’hydroxyde de sodium 
 
Dans  un  bécher  de  100  mL,  mettre  environ  50  mL  d’eau,  3  à  4  gouttes  de  phénolphtaléine  et 
quelques gouttes de NaOH 1 N. La solution est colorée rose. À l’aide du générateur de CO2, faire 
barboter du CO2 dans cette solution jusqu’à ce qu’elle devienne incolore. Notez vos observations. 
 
C. Décomposition du bicarbonate de sodium en solution aqueuse par la chaleur  
 
1. Dans un bécher de 50 mL, dissoudre environ 1 g de NaHCO3 dans 20 mL d’eau. 
2. À l’aide d’un pH‐mètre, mesurer le pH initial de la solution.  
3. Utiliser une plaque chauffante pour chauffer la solution en agitant (≈80°C), puis mesurer  
       à nouveau le pH après 3 minutes de chauffage. 
 
D. Dosage du carbonate de sodium 
 
1. Peser 0.8 g de Na2CO3  et noter précisément la masse. Transférer quantitativement dans 
une fiole jaugée de 100 mL et remplir jusqu’à la jauge avec de l’eau déionisée. 
2. Verser la solution dans un bécher de 250 mL et ajouter un barreau magnétique. 
3. Remplir une burette de 25 mL avec du HCl 1.000 N. Avant de la remplir, porter attention 
à mettre le robinet de la burette du bon côté (à droite pour droitier et à gauche pour les 
gauchers). 
4. À  l’aide  d’un  support  universel  et  d’un  support  à  burette,  fixer  la  burette  à  la  bonne 
hauteur. Placer le bécher de la solution de Na2CO3 sur une plaque agitatrice. 
5. Mettre l’électrode du pH mètre dans la solution de Na2CO3 afin de mesurer le pH durant 
tout le titrage. 
6. Titrer la solution de carbonate de sodium en notant le pH de la solution en fonction du 
volume ajouté. 
 
 
 
 

3
CHM 101 
Structure et réactivité de la matière 

E. Préparation avant le laboratoire (dans votre cahier de laboratoire) 
 
 Vous pouvez acheter votre cahier de laboratoire au magasin de chimie (D1‐1109). 
 Faire un résumé de l’expérience (10 lignes max) en indiquant les étapes clés.  
 
F. Rapport de laboratoire 
 
Le rapport de laboratoire devrait être simple et concis (1 par équipe). 
 
 Décrire en quelques lignes les objectifs du laboratoire (5 points) 
o N’incluez pas de section « théorie » et utilisez vos propres mots. 
 Section résultats (30 points) 
o (20 points) Ajouter les observations et résultats de toutes les réactions que vous 
avez réalisées et inclure les calculs (Parties A à D) 
o (10 points) Ajouter la courbe de titrage (ne pas oublier de bien identifier les axes 
et donner les unités) 
o Tracer la courbe de titrage (pH versus volume) et déterminer les deux points 
d’équivalence ainsi que les pKa. 
o Calculer  la  pureté  du  carbonate  de  sodium.  À  partir  de  votre  courbe  de 
titrage, déterminez les pKa de l’acide carbonique; comparez avec les valeurs 
tabulées (note : les pKa sont donnés à la page 1 de ce texte).
 
 Discuter  des  observations  et  résultats  obtenus  (50  points)  Par  exemple,  dire  si  les 
observations  correspondent  au  résultat  attendu  et  si  ce  n’est  pas  le  cas,  expliquer 
pourquoi. 
o Expliquez les observations et les résultats obtenus dans les parties A à D. 
 Tirez une conclusion générale de votre laboratoire (15 points) 
o Faites un retour sur les objectifs du laboratoire et sur les résultats importants. 

Vous aimerez peut-être aussi