Vous êtes sur la page 1sur 11

Université de Sousse Année Universitaire : 2020-2021

Institut Supérieur des Sciences Section : LGC-A1


Appliquées et de Technologie

Série 4 : Matrices

E XERCICE 1.

1. Effectuer les produits suivants lorsque c’est possible. Lorsque c’est impossible, dire
pourquoi :

   
2 1     2 5
2 −1 2 5
a) 3 −1 × b) × 3 6 
4 2 4 6
4 2 5 7

 
    2 −1
 0 −1 6 2 5 0 −3 1 
c) −1 4 2 × 2 1 −1
 d) 3 6 3 × 
 
 4 −1
3 1 1 −1 0 2
1 −1

     
  1 −1 3 1 0 −2 2 7 8
−1 1 −2
e) × 2 −2 −1 f ) 2 −1 1  × 0 2 3
0 −3 4
0 1 0 3 0 −1 4 5 6

2. On considère les matrices suivantes :


     
2 5 −1 1 7 −1 1 2
A = 0 1 3 B = 2 3 4  C =  0 4
0 −2 4 0 0 0 −1 0

Calculer : ( A − 2B ) C, t CA, t CB, t C ( t A − 2 t B ) .

1
S OLUTION :

1. Les produits des exemples b) et d) ne sont pas définis : nombre des colonnes 6= nombre
des lignes.

Les autres produits sont bien définis et on obtient :


   
8 0   −6 −3 −4
 1 −3 −4
a)  2 −5 c) 14 7 −8 e) f)  8 17 19 
−6 10 3
16 0 2 16 18
     
 2 5 −1 1 7 −1  1 2
2. -) (A − 2B)C = 0 1 3  − 2 2 3 4   0 4 
0 −2 4 0 0 0 −1 0

   
0 −9 1 1 2
=−4 −5 −5  0 4
0 −2 4 −1 0

 
−1 −36
= 1 −28
−4 −8

-) Rappelons que la transposée d’une matrice M est la matrice, notée t M , dont la ième ligne
est la ième colonne de M .

t
M + λN = t M + λt N, t
M N = t N t M, t t
 
Formules : ( M) = M .

 
t 1 0 −1
On a C = par suite
2 4 0

 
  2 5 −1  
t 1 0 −1  2 8 −5
• CA = 0 1 3  =
2 4 0 4 14 10
0 −2 4

 
  1 7 −1  
t 1 0 −1  1 7 −1
• CB = 2 3 4 =
2 4 0 10 26 14
0 0 0

2
 
−1 −36  
  −1 1 −4
-) t C ( t A−2 t B ) = t C t ( A−2 B ) = t (A−2B)C = t
1 −28 =
−36 −28 −8
−4 −8
E XERCICE 2.

1. Dans chacun des cas, calculer les produits A×B et B×A. Quelle particularité présente-
t-il ?
   
6 −12 12 6
(a) A = et B = .
−3 6 6 3
   
2 4 0 2
(b) A = et B = .
−1 −2 0 −1
2
2. Calculer et comparer : A2 + 2AB + B 2 et A + B avec :
   
1 −1 1 −2
A= et B = .
2 1 0 1
S OLUTION :
    
6 −12 12 6 0 0
1. (a) AB = = .
−3 6 6 3 0 0
 
  
6 −12
12 6 54 −108
BA = = .
−3 6
6 3 27 −54
    
2 4 0 2 0 0
(b) AB = = .
−1 −2 0 −1 0 0
    
0 2 2 4 −2 −4
BA = = .
0 −1 −1 −2 1 2

• Le produit de deux matrices non nulles peut être nul.


• Le produit matriciel n’est pas, en général, commutatif : AB 6= BA.
     
2 −1 −2 2 1 −4 1 −3
2. •A = ,B = et AB = par suite :
4 −1 0 1 2 −3
 
2 2 2 −12
A + 2AB + B =
8 −6
 2  
2 2 −3 −2 −12
• A+B = = , on a donc
2 2 4 −2
2
A2 + 2AB + B 2 6= A + B

3
E XERCICE 3.
 
1 0 0
On considère la matrice : A =  1 −1 −1
−1 4 3

1. Déterminer la matrice J telle que A = I3 + J .

2. Montrer que J est une matrice nilpotente .

3. En déduire que pour tout entier n ≥ 0 , on a :

n(n − 1) 2
An = I3 + nJ + J
2
4. Exprimer pour n ≥ 0, An en fonction de n .

S OLUTION :
 
0 0 0
1. J = A − I3 =  1 −2 −1
−1 4 2

   
0 0 0 0 0 0
2. J 2 = −1 0 0 et J 3 = 0 0 0, donc J est nilpotente d’indice 3.
2 0 0 0 0 0

∀ k ≥ 3, J k = 0.

3. On a JI3 = I3 J = J, on peut donc utiliser la formule du binôme :

n
X
∀ n ≥ 0 , An = (J + I)n = Cnk J k I3n−k
k=0

d’aprés 2. , ∀ k ≥ 3 J k = 0, les termes de la somme sont donc nuls à partir de 3. On


obtien donc :

n(n − 1) 2
An = (J + I)n = Cn0 J 0 I3n + Cn1 J 1 I3n−1 + Cn2 J 2 I3n−2 = I3 + nJ + J
2

4
n(n − 1) 2
4. ∀ n ≥ 0 , An = I3 + nJ + J
2
     
1 0 0 0 0 0 0 0 0
n(n − 1) 
= 0 1 0 + n  1 −2 −1 + −1 0 0
2
0 0 1 −1 4 2 2 0 0

1 0 0
 
 n(3 − n)
= 1 − 2n −n  .

2
n(n − 2) 4n 1 + 2n

E XERCICE 4.
 
3 0 0
Soit A = 1 2 −1 calculer A2 − 4A + 3I3 .
1 −1 2

En déduire que A est inversible et calculer son inverse .

S OLUTION :

Définition : Une matrice carrée A, de dimension n, est inversible s’il existe une matrice
B telle que AB = BA = In . La matrice B est alors appelée inverse de A et notée A−1 .

Remarque : On montre qu’il suffit que AB = In , pour que A soit inversible .


 
9 0 0
• A2 = 4 5 −4 par suite :
4 −4 5       
9 0 0 3 0 0 1 0 0 0 0 0
A2 − 4A + 3I3 = 4 5 −4 − 4 1 2 −1 + 3 0 1 0 = 0 0 0 .
4 −4 5 1 −1 2 0 0 1 0 0 0

1 2  1 
• A2 −4A+3I3 = 0 ⇐⇒ A2 −4A = −3I3 ⇐⇒ −

A −4A = I3 ⇐⇒ A − (A−4I3 ) = I3
3 3
 
−1 0 0
1 1
Donc A est inversible et A−1 = − (A − 4I3 ) = −  1 −2 −1
3 3
1 −1 −2

5
E XERCICE 5.
 
0 0 0
On considère la matrice : A = −2 1 −1
2 0 2

1. Calculer A3 − 3A2 + 2A .

2. Quel est le reste de la division euclidienne de X n par P = X 3 − 3X 2 + 2X ?

3. Calculer An pour n ∈ N .

4. La matrice A est-elle inversible ?

S OLUTION :
   
0 0 0 0 0 0
1. A2 = −4 1 −3 , A3 = −8 1 −7 , par suite :
4 0 4 8 0 8
       
0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
A3 − 3A2 + 2A = −8 1 −7 − 3 −4 1 −3 + 2 −2 1 −1 = 0 0 0
8 0 8 4 0 4 2 0 2 0 0 0

2. La division euclidienne de X n par P s’écrit :

X n = P Q + R ; degR < degP . (1)

Le reste de la division euclidienne de X n par P est donc de la forme

R = aX 2 + bX + c

• Cherchons les racines de P :


P = X 3 − 3X 2 + 2X = X(X 2 − 3X + 2) = X(X − 1)(X − 2), les racines de P sont donc
0, 1 et 2.

• En remplaçant, respectivement dans (1), X par 0, 1 et 2, on obtient :


 n
 a = 2n−1 − 1
 
 0 = P (0)Q(0) + R(0)  0 = c
1n = P (1)Q(1) + R(1) ⇐⇒ 1 = a+b+c ⇐⇒ b = 2 − 2n−1
 n  n
2 = P (2)Q(2) + R(2) 2 = 4a + 2b + c c = 0

6
Le reste de la division euclidienne de X n par P est le polynôme :

R = (2n−1 − 1) X 2 + (2 − 2n−1 ) X

3. En remplaçant, dans (1), X par A :

An = P (A)Q(A) + R(A) = R(A) car P (A) = A3 − 3A2 + 2A = 0

= (2n−1 − 1) A2 + (2 − 2n−1 ) A
   
0 0 0 0 0 0
= (2n−1 − 1) −4 1 −3 + (2 − 2n−1 ) −2 1 −1
4 0 4 2 0 2

 
0 0 0
= −2n 1 −2n + 1
2n 0 2n

4. Supposant que A est inversible. On a :


 
A3 − 3A2 + 2A = 0 ⇐⇒ A(A2 − 3A + 2I3 ) = 0 ⇐⇒ A−1 A(A2 − 3A + 2I3 ) = 0 ⇐⇒
 
1 0 0
2 2
A − 3A + 2I3 = 0 or A − 3A + 2I3 =  2 0 0 6= 0 .
−2 0 0
Par suite la matrice A n’est pas inversible.

E XERCICE 6.

On considère les matrices à coefficients réels M et N définies par :


 
1 1 1
1
M = 1 1 1 N = (I3 + M )
4
1 1 1
où I3 désigne la matrice unité d’ordre 3.

1. Calculer M 2 , M N et N M en fonction de M .

2. Calculer N (4I3 − M ) . Qu’en concluez-vous pour la matrice N ?

7
3. Montrer que pour tout entier naturel n il existe des réels an et bn tels que :

N n = an I3 + bn M

Les suites (an ) et (bn ) vérifiant les relations de récurrence :



 an+1 = 1 an

4
1
 bn+1 =
 an + b n
4
avec a0 = 1 et b0 = 0 .

4. Exprimer an en fonction de n.

5. Montrer que pour tout entier, non nul :


n−1
X
bn = bk+1 − bk
k=0

En déduire que pour tout entier n :


1 1
bn = (1 − n )
3 4

6. Donner alors l’expression, sous forme matricielle, de N n en fonction de l’entier n.

S OLUTION :
 
3 3 3 1  1 1
1. M 2 = 3 3 3 = 3M , M N = M (I3 + M ) = (M + M 2 ) = (M + 3M ) = M
4 4 4
3 3 3

de même on trouve N M = M .

Remarque : On peut montrer par récurance que ∀ n ≥ 1, M n = 3n−1 M.

1 
2. N (4I3 − M ) = 4N − N M = 4 (I3 + M ) − M = I3 − M + M = I3 .
4

La matrice N est donc inversible, et on a :

N −1 = (4I3 − M )

8
3. La récurrence s’impose assez naturellement ici.

Montrons que la relation proposée est vraie pour n = 0


On a :
N 0 = I3 = 1I3 + 0M

La relation est donc vérifiée en posant

a0 = 1 b 0 = 0 .

Pour n ∈ N, montrons que si il existe an et bn tels que N n = an I3 + bn M , alors il existe

deux nombres réels an+1 et bn+1 tels que N n+1 = an+1 I3 + bn+1 M.

On a : N n+1 = N n N
  1 
= an I3 + bn M (I3 + M )
4
1 1 1 1
= an I32 + an I3 M + bn M I3 + bn M 2
4 4 4 4
1 1 1 1
= an I3 + an M + bn M + bn (3M )
4 4 4 4
1  1 
= an I3 + bn + an M .
4 4
Donc an+1 et bn+1 existent et on a :

 an+1 = 1 an

4
1
 bn+1 =
 an + b n
4

1 1
4. ∀ n ∈ N , an+1 = an la suite (an ) est donc géométrique de raison et de terme initial
4 4
a0 = 1. Par suite :  1 n 1
∀ n ∈ N , an = 1 = n.
4 4

9
n−1
X n−1
X n−1
X
5. • bk+1 − bk = bk+1 − bk
k=0 k=0 k=0

   
= b1 + b2 + ... + bn−1 + bn − b0 + b1 + ... + bn−1

= bn − b0 = bn

• On a
1
bk+1 = ak + b k
4
donc

1
bk+1 − bk = ak
4
par suite
n−1 n−1 n−1
X X 1 1X
bn = bk+1 − bk = ak = ak
k=0 k=0
4 4 k=0

n−1
X
ak est la somme des n premiers termes de la suite géométrique (an )
k=0

d’ou  n
1
1 1− 4 1 1
bn = = 1− n
4 1 − 14 3 4

6. N n = an I3 + bn M

1 1 1
= n I3 + 1− n M
4 3 4
   
1 0 0 1 1 1
1 1  1 
= n 0 1 0 + 1 − n 1 1 1
4 3 4
0 0 1 1 1 1

2 1 1
 
 4n + 1 − 4n + 1 − 4n + 1
1  1 2 1 
=  − + 1 + 1 − + 1 
3 
 41
n 4n 4n 
1 2 
− n +1 − n +1 +1
4 4 4n

10
Remarque : On peut retrouver le résultat en utilisant la formule du binôme, en effet :
1 n
pour n ≥ 1, N n = (M + I3 )
4
1
= (M + I3 )n
4n
n
1 X k k n−k
= C M I3
4n k=0 n

n
1  X
k k

= n I3 + Cn M
4 k=1

n
1  X 
= n I3 + Cnk 3k−1 M pour k ≥ 1, M k = 3k−1 M
4 k=1

n
1  X
k k−1
 
= I3 + C n 3 M
4n k=1

Or
n n n  4n − 1
X 1 X k k 1 X k k  1
Cnk k−1
3 = Cn 3 = Cn 3 − 1 = (3 + 1)n − 1 =
k=1
3 k=1 3 k=0 3 3

donc
1  4n − 1  1 1 1
Nn = n
I3 + M = n I3 + (1 − n ) M
4 3 4 3 4

11

Vous aimerez peut-être aussi