Vous êtes sur la page 1sur 215

SANS COMPTABILITÉ

l’ENTREPRISE
est
AVEUGLE

1
LA COMPTABILITE
SYSTÈME D’INFORMATIONS SUR LES REALITES ECONOMIQUES DE L’ENTREPRISE

INTELLIGIBLES
SIGNIFICATIVES
FIABLES
PERTINENTES

ENREGISTRER
(Informations chiffrées )
PERFORMANCE
PATRIMOINE
DE L’ENTREPRISE

DONNEES QUANTITATIVES
EN MONNAIE

A UNE DATE DONNEE


SUR LA BASE D’UN DOCUMENT
2
COMPTABILITE
D’ENGAGEMENT

OPERATIONS E N R E G I S T R E E S
MEME SI ELLES NE SONT PAS PAYEES
REALISATION

3
NON
COMPENSATION

PRINCIPES A
RESPECTER

4
COMPTABLE

Producteurs et
contrôleurs
comptabilité

EXPERT COMMISSAIRE
COMPTABLE AUX COMPTES

5
ENTREPRISES MENAGES
NON
FINANCIERES

ENTREPRISES
ADMINISTRATIONS EXTERIEUR

ENTREPRISES
FINANCIERES

6
Buts de la Comptabilité
TRADUIRE
COMPTABLEMENT

DES RELATIONS DE
FLUX

ENTRE
(AGENTS ECONOMIQUES)

7
ECONOMIE NATIONALE

COMPTABILITE NATIONALE

8
PERSONNES MORALES PERSONNES MORALES
DE DROIT PUBLIC (administrations, DE DROIT PRIVE (Sociétés, Groupes,
établissements publics) associations)

COMPTABILITE DES SOCIETES


COMPTABILITE PUBLIQUE COMPTABILITE DES
ASSOCIATIONS

9
ENTITE DE DROIT PRIVE

Établissement crédit
-Entreprise assurance
-Exploitations agricoles

COMPTABILITES SPECIALES

-COMPTABILITE BANCAIRE
- COMPTABILITE DES ASSURANCES
-COMPTABILITE AGRICOLES
-COMPTABILITE ENTREPRISES TOURISTIQUES
-

10
LA COMPTABILITE OUTIL
D’ENREGISTREMENT

LA COMPTABILITE OUTIL
DE GESTION

11
CPTE ANALYTIQUE

CPTE GENERALE
ENTREPRISE
(et)
APPROFONDIE

CPTE BUDGETAIRE
COMPTABILITE DE GESTION

12
CPTE GENERALE (et
APPROFONDIE)
Objectifs / PASSE

constate charges et
produits par nature

FLUX INTERNES ET EXTERNES

ANALYSE GLOBALE
DEGAGE LES RESULTATS ET
VARIATIONS PATRIMOINE

SITUATION DU
PATRIMOINE

13
CPTE ANALYTIQUE
Coûts par centre de
responsabilité

Objectifs/ PASSE -PRESENT

ENREGISTRE FLUX INTERNES

ANALYSE DU DETAIL

ANALYSE DES
RESULTATS PAR
PRODUITS

14
CPTE BUDGETAIRE
CPTE PREVISIONNELLE

Objectifs / FUTUR

BUDGETS

ANALYSE DU DETAIL
ET DU GLOBAL

ANALYSE DES
ECARTS

15
Rôle Comptabilité de Gestion

MONTANT ET ORIGINE DU RESULTAT ?

BIEN FONDE DES DECISIONS ?

POSITIONS VIS-À-VIS DES TIERS ?

EVOLUTION REELLE ACTUALISEE ACTIFS & PASSIFS ?

ANALYSE RESULTATS & ECARTS ?

16
 (décisions LE COMPTABLE
prises)
ENREGISTRE

☻ ENREGISTRE formations chiffrées


☻ CLASSE informations chiffrées
☻ TRANSMET informations chiffrées
☻ DIFFUSE RESULTATS

PRECISION
ABSOLUE
DES
CHIFFRES

17
 LE GESTIONNAIRE
(ressources et
moyens)
DECIDE
☻ PARTICIPE aux décisions
☻ CONTRÔLE les procédures et objectifs
☻ INTERPRETE les résultats chiffrés
☻ MESURE les réalisations

TRAITEMENT
RAPIDE
POUR AIDE
A LA
DECISION

18
L’AUDITEUR
En fonction
des
procédures VERIFIE
internes
☻ L’APPLICATION des procédures
☻ LA QUALITE ET SIGNIFICATIONS des
informations
☻ PROCEDE A DES ANALYSES
CRITIQUES ET CONSTRUCTIVES

VERIFIE QUE LA
LOI EST
RESPECTEE ET
CORRECTEMENT
APPLIQUEE

19
LA COMPTABILITE
GENERALE

E
OPTIQUE GLOBALE N SALARIES
(Fonction externe) V
I
R FOURNISSEURS
ENGAGEMENTS O
N
N BANQUES
E
M
ACTIONNAIRES
E
N
T

20
LA OPTIQUE ANALYTIQUE, REELLE, PREVISIONNELLE,
COMPTABILITE FINANCIERE
(Fonctions INTERNE et EXTERNE)
DE GESTION
E
E
N
N
V
V Optiques
Section A I
I
P1 R
R juridique, O
O Section B SCF
P2 N
N économique, N
N Section C E
E P3
financière M
M
E
E
N
N COMPTABILITE ANALYTIQUE
T
T
RESEAUX DE FLUX INTERNES, EXTERNES , PHYSIQUES, ECONOMIQUES FINANCIERS

21
LA COMPTABILITE GENERALE ( & approfondie)
dans le Système Comptable et Financier
(SCF)

COMPTABILITE
DE GESTION
(analytique, prévisionnelle,
financière…)

22
LA COMPTABILITÉ ?
DÉCRIRE, REFLÉTER

ECHANGES, MOUVEMENTS de VALEURS


=
FLUX

23
La Comptabilité enregistre
FLUX

EXTERNES INTERNES

ORIGINE DESTINATION ORIGINE DESTINATION

INTERIEUR DE L’ENTREPRISE
ENVIRONNEMENT
(Ateliers et bureaux )
(Fournisseurs, Entreprises, Clients,
Etat, Banques, Ménages, Extérieur,…)

24
Les mouvements de valeurs ou FLUX

FLUX BIENS (flux


REELS « res » ou
« choses »)

FLUX MONNAIE

(INVESTISSEMENTS)
Moyens durables
loués ou achetés

25
Les opérations D’EXPLOITATION
 Entreprise COMMERCIALE (revente en l’état)
2
STOCKAGE
MARCHANDISES 1
ACHATS AUX
VENTES AUX FOURNISSEURS
CLIENTS DE
MARCHANDISES

3 MONNAIE OU
LIQUIDITES
4

LE CYCLE D’EXPLOITATION
26
 Entreprise INDUSTRIELLE
3 2
Fabrication Stockage
ATELIERS MATIERES
PREMIERES &
PRODUITS SEMI 1
4 FINIS Achats
Stockage
PRODUITS PF
FINIS ET SEMI
FINIS FOURNISSEURS
5
Ventes

CLIENTS
LIQUIDITES 7
Paiements
6
Encaissements

27
ACTIF PASSIF

STOCKS MATIERES PREMIERES APPROVISIONNEMENTS


PRODUCTION
STOCKS PRODUITS FINIS
FOURNISSEURS

CREANCES COMMERCIALES
VENTES

DISPONIBILITES

REMBOURSEMENTS
RECOUVREMENTS

28
Enregistrement FLUX

évolution
SITUATION
(optique GLOBALE)

prévoir décisions
EXPLOITATION, GESTION
(optique PRECISE)

29
CARACTERISTIQUES
DES FLUX (4)

DESTINATION ORIGINE PERIODICITE


2.RESSOURCE VALEUR
1.EMPLOI 3.(date) 4.(unité
(point d’arrivée) (point de
départ) monétaire)
DEBIT
CREDIT
02/11/2009
Compte bancaire 55 000
Clients 55 000
Chèque N° Facture N°

Libellé 30
CATEGORIES
DE FLUX
M
A PHYSIQUES ET FINANCIERS
C
R OU
O

A
D’EXPLOITATION COURANTE ET
D’INVESTISSEMENTS
M
I OU
C
R
O EXTERNES ET INTERNES

31
CATEGORIES
DE FLUX

PHYSIQUES
ET
FINANCIERS

CLIENT « B » FOURNISSEUR « A »

1( FLUX FINANCIERS 2

FLUX PHYSIQUES
32
CATEGORIES DE FLUX

D’EXPLOITATION COURANTE ET
D’INVESTISSEMENTS

PRODUCTION CONSOMMATION REPARTITION


ENTREPRISE ENTREPRISE
FOURNISSEUR
AGENTS AYANT
CLIENTS ENTREPRISE
PARTICIPE A LA
PRODUCTION
7 - 6
12

33
CATEGORIES DE FLUX

INTERNES ET EXTERNES

INTERNES EXTERNES

PRODUCTION FOURNISSEURS

CLIENTS
CONSOMMATION

REPARTITION
ETAT

34
BUTS DE LA COMPTABILITE

ENJEU MAJEUR DE LA GESTION ECONOMIQUE

MAITRISER D’ECHANGE AVEC


L’ENVIRONNEMENT

MAITRISER

35
Buts de la Comptabilité
Instrument Outil de
D’INFORMATION FINANCIERE GESTION
+
L’ENTREPRISE N’EST PAS UNE ORGANISATION SECRETE
DOIT RENDRE DES COMPTES
AUX PARTENAIRES

SALARIES INVESTISSEURS CLIENTS FOURNISSEURS ETAT


(actionnaires, banquiers)

BILAN ANNEXES
Situation Méthodes
financière COMPTES TABLEAUX DE comptables
TABLEAUX FLUX VARIATIONS DES
RESULTATS utilisées
DE TRESORERIE CAPITAUX PROPRES
(performance (explication des (Explication des flux
financière) flux financiers de capitaux

36
DE LA REALITE
ECONOMIQUE

TRADUCTION
COMPTABLE

37
RECEPTION VERIFICATION
(du service entreprise) Accusés CONTRÔLE
DES DOCUMENTS de (Par rapport fond +forme)
(FONDAMENTAL) réception

Oui non

CLASSEMENT
(chronologique)
(Article 9 Code de
Commerce)

38
CLASSEMENT
REPARTITION DES DOCUMENTS
(chronologique)
(Article 9 Code de
Commerce)
2 3 4
1
ENGAGEMENTS FINANCIERS PHYSIQUES AUTRES
O.D
(non répétitives)
Banque Inventaire Par ex. SALAIRES
permanent
achats ventes
Caisse

CCP

BANQUE Trésorerie BANQUE


DEBIT détaillée CREDIT

JOURNAL OUVERTURE JOURNAL CLOTURE


Intangibilité, continuité, TRAVAIL DE L’EXPERT COMPTABLE OU
annualité VERIFICATION & VALIDATION JOURNAL INVENTAIRE
39
FACTURES FACTURES PIECES DOCUMENTS
ACHATS VENTES CAISSE DIVERS
CHEQUES …
PRECOMPTABILISATION PRECOMPTABILISATION PRECOMPTABILISATION PRECOMPTABILISATION
IMPUTATION IMPUTATION IMPUTATION IMPUTATION
( BROUILLARD) ( BROUILLARD) ( BROUILLARD) (BROUILLARD)
(signature qui a pré SIGNATURE SIGNATURE SIGNATURE
comptabilisé)

VERIFICATION/ VERIFICATION/ VERIFICATION/


VERIFICATION/ VALIDATION VALIDATION
VALIDATION VALIDATION

ENREGISTREMENT ENREGISTREMENT ENREGISTREMENT ENREGISTREMENT


ART.9 SCF JOURNAL VENTES J.TRESORERIE J. OPERA.DIVERSES
JOURNAL ACHATS

GRAND LIVRE
GRAND LIVRE GRAND LIVRE AUXILIAIRE
AUXILIAIRE CLIENTS GENERAL FOURNISSEURS

BALANCE CLIENTS BALANCE GENERALE BALANCE FOURNISSEURS


Ou RELEVE CLIENTS OU RELEVE FOURNISSEURS

COMPTE DE BILAN
RESULTAT 40
Charlotte DISLE, Anne-Marie BOUVIER, in DCG 9 Introduction à la
Comptabilité Cas Pratiques, Edition DUNOD

41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
59
60
61
62
63
64
65
66
Analyse du cycle d’exploitation
Les éléments du cycle d’exploitation
Au cours de ce cycle l’entreprise utilise et
paie les divers facteurs de production

Les SALARIES Les SALAIRES + CHARGES SOCIALES

Les PRETEURS (banquiers) INTERETS


+
L’ETAT IMPOTS
+
Les INVESTISSEMENTS AMORTISSEMENTS (renouvellement)
+
FOURNISSEURS (M.P ou M/SES
+
= COÛT DE REVIENT
67
BILAN Selon SCF
(Articles du SCF 7 à 43)

68
Ancien système PCN

BILAN DE L’ENTREPRISE T.C.R DE L’ENTREPRISE

ACTIF PASSIF CHARGES PRODUITS

2 1 6
5
3 7
8 8
4

69
BILAN VISION PATRIMOINE

ACTIF PASSIF
IMMOBILISE

2 1
IMMOBILISATIONS IMMOBILISATIONS
CAPITAUX PROPRES
CORPORELLES INCORPORELLES

3-4 5
ACTIF DETTES
CIRCULANT

STOCKS CREANCES DISPONIBILITES COURT MOYEN LONG


TERME TERME TERME

70
CONCEPTION PATRIMONIALE DU
BILAN (PCN)
 Bilan + important que T.C.R
 Evaluation au cout historique(cout au moment de
l’entrée de l’achat ou de la production )
 VCN (VO – AMORTISSEMENTS)
 CLASSEMENT ACTIF et PASSIF (ordre liquidité et
exigibilité croissant)
 AMORTISSEMENTS (droit fiscal)
 VALEUR D’INVENTAIRE (Valeur actuelle du marché)
 Règles de prudence pessimistes (verre à moitié vide)

71
PCN SCF
BILAN DE L’ENTRPRISE Référentiel SCF
(PCN = Vision juridique) (SCF = Vision économique et financière)

DROITS OBLIGATIONS EMPLOIS RESSOURCES

ACTIF PASSIF 2 1
EMPLOIS RESSOURCES 3 4 et 5
PROVISOIRES PROVISOIRES
4 et 5
EMPLOIS RESSOURCES
2 1 DEFINITIFS DEFINITIVES

5 6
3
8 12 7
4 RESULTAT

72
(frais de développement
IMMOBILISATIONS immobilisables, Logiciels,
INCORPORELLES brevets,…)

IMMOBILISATIONS CLASSE 2
ACTIF IMMOBILISE
CORPORELLES
(participation dans les
IMMOBILISATIONS entreprises, titres
FINANCIERES représentatifs de droits de
créances (obligations, bons)

STOCKS ET EN- CLASSE 3


COURS
ACTIF CIRCULANT CREANCES CLASSE 4 (fournisseurs,
clients, Effets à recevoir…)
(soldes débiteurs)
(actions, bons du trésor …)
VALEURS
MOBILIERES DE
PLACEMENT CLASSE 5
(soldes débiteurs)
DISPONIBILITES Caisse, banque, …)

TOTAL ACTIF

73
(CAPITAL - RESERVES - REPORT A
CAPITAL NOUVEAU - SUBVENTION
CLASSES D’ÉQUIPEMENTS

1-10-11-
RESERVES
CAPITAUX 13- CLASSES 1-10-11-
PROPRES
RESULTAT 120 +
12- 13-

BENEFICE OU 129 -
PERTE
FINANCIERES 16 - 17 EMPRUNTS – DETTES
rattachées aux participations
D’EXPLOITATION Classe 4 CLASSE 4 (fournisseurs, clients,
(soldes (soldes créditeurs)
DETTES créditeurs)
DIVERSES Classe 5 Valeurs mobilières de
(soldes placements (actions …
créditeurs)

TOTAL PASSIF

74
PRESENTATIONS POSSIBLES DU BILAN

3
LOGIQUES

Présentation juridique (PCN) Présentation économique Présentation financière

ACTIFS PASSIFS ACTIFS PASSIFS ACTIFS PASSIFS

DROITS OBLIGATIONS EMPLOIS RESSOURCES CT et LT CT et LT

Droits de Capitaux Ressources Classement Classement


Capitaux (financements par ordre par ordre
propriété propres Fixes
capitaux Fixes) de liquidité d’exigibilité
croissante croissante
Droits de Capitaux Ressources
créances Circulants (financements
Dettes capitaux circ.
75
SCF

Organisation de l’information financière

PRÉSENTER DES ÉTATS FINANCIERS

Une image fidèle


Situation Financière
Performance
Etat de la trésorerie
Variation de la situation financière et du patrimoine

« FAIRE UN RAPPORT » (to report)


« FINANCIAL ACCOUNTING »

76
QUELLE CAPACITE A QUELLE REPARTITION
GENERER DE LA DES FLUX DE
TRESORERIE ? TRESORERIE ?

QUELS BESOINS OBJECTIFS DES ETATS FINANCIERS


D’EMPRUNT FUTURS ?

QUELLE CAPACITE A
RESPECTER SES
ENGAGEMENTS
FINANCIERS ?

77
La comptabilité = ?
COMPTER et RENDRE COMPTE
= produire des informations (chiffrées ou non)
à QUI ?

1 PERSONNE OU + (stakeholders)
QUI VOUS ONT CONFIE UNE MISSION
INFORMER SUR LE RESULTAT

« FAIRE UN RAPPORT » (to report)


« FINANCIAL ACCOUNTING »
78
La comptabilité générale approfondie
est de rendre des comptes
A DES DESTINAIRES
IMAGE
FIDELE ?

De l’entreprise

Mesure du PATRIMOINE de L’ENTREPRISE =


BILAN (selon SCF)
Situation de l’entreprise
Situation juridique + économique + financière

PATRIMOINE
(ACTIF par ex. PRODUISANT DES
PATRIMOINE
RESSOURCES MEME SI ELLES
DROITS & OBLIGATIONS L’ ENTREPRISE
N’APPARTIENNENT PAS A
L’ENTREPRISE ) 79
QUELS DESTINATAIRES ?
• INVESTISSEURS
• MEMBRES DU PERSONNEL
• PRETEURS
• FOURNISSEURS ET AUTRES CREANCIERS
• CLIENTS
• ETAT
• PUBLIC

80
ETATS FINANCIERS ?

SITUATION
BILAN FINANCIERE +
CAPACITE A
TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE GENERER
TRESORERIE

COMPTE DE RESULTATS
PERFORMANCE
TABLEAU VARIATION DES CAPITAUX PROPRES FINANCIERE

81
QUELS ETATS FINANCIERS ?
• BILAN (situation financière)
• COMPTE DE RESULTAT (performance
financière)
• TABLEAU FLUX DE TRESORERIE (explication
des flux financiers)
• TABLEAU VARIATION DES CAPITAUX PROPRES
(explications flux de capitaux propres
• ANNEXES (méthodes comptables utilisées)
82
SUPERIORITE DE L’ECONOMIQUE SUR LE JURIDIQUE

ACTIF
= PASSIF
=
RESSOURCE CONTROLEE
PAR L’ENTREPRISE OBLIGATION
PROVENANT D’EVENEMENTS ACTUELLE
PASSES PROVENANT D’EVENEMENTS
ET DONT ON ATTEND PASSES
DES AVANTAGES ET DONT LE REGLEMENT
DOIT SE TRADUIRE PAR
ECONOMIQUES FUTURS LA SORTIE DE
AU BENEFICE DE L’ENTREPRISE
RESSOURCES QUI
REPRESENTENT DES
AVANTAGES ECONOMIQUES

83
ETUDE DES RELATIONS DES
SERVICES DANS L’ENTREPRISE

RESEAUX DE FLUX INTERNES

VERS UN CLASSEMENT PAR DESTINATION (FONCTIONS) (SCF)

APPROVISIONNEMENTS DISTRIBUTION COMMERCIALISATION

ou

PRODUCTION

CLASSEMENT PAR NATURE (dans les différents comptes) (PCN)


84
La situation de l’entreprise : Le Bilan
SITUATION FINANCIERE =
TABLEAU DE CAPITAUX
UTILISES DISPONIBLES

UTILISATIONS ORIGINES

EMPLOIS RESSOURCES
=
ACTIF PASSIF
BIENS = DETTES

PATRIMOINE DE L’ENTREPRISE

85
EXTERNES INTERNES
(à l’entreprise : PRETEURS) (crées
par
DETTES NON Dues l’entreprise :
aux TIERS PROFITS)

NON
REMBOURSABLES
CAPITAUX PROPRES
CAPITAL = CAPITAL
+ RESERVES (bénéfices
accumulés)
PROFITS + PROFIT
DETTES REMBOURSABLES
SITUATION NETTE
Dues aux DETTES
(lorsque le profit
TIERS
a été distribué) 86
PROVISOIRES DEFINITIFS
(Ils peuvent se (Ils ne peuvent se
transformer transformer en RESSOURCES)
Ce sont des
en RESSOURCES)
CHARGES
Ce sont les
Définitivement
BIENS CONSOMMEES
Propriétés de l’entreprise
CHARGES DE
ACTIFS DE L’ENTREPRISE L’ENTREPRISE

Compte de Résultats, Tableau des


BILAN DE L’ENTREPRISE Flux de Trésorerie, Tableau de
Variation des Capitaux Propres

87
PROVISOIRES DEFINITIVES
(Elles peuvent se transformer (Elles ne peuvent se
en EMPLOIS ) transformer en EMPLOIS)
Ce sont les Ce sont les
CAPITAUX PRODUITS
de l’entreprise réalisés par l’entreprise

PASSIFS DE L’ENTREPRISE PRODUITS DE L’ENTREPRISE

Compte de Résultats, Tableau des


BILAN Flux de Trésorerie, Tableau de
Variation des Capitaux Propres

88
Buts de la Comptabilité
Instrument Outil de
D’INFORMATION FINANCIERE GESTION
+
L’ENTREPRISE N’EST PAS UNE ORGANISATION SECRETE
DOIT RENDRE DES COMPTES
AUX PARTENAIRES

SALARIES INVESTISSEURS CLIENTS FOURNISSEURS ETAT


(actionnaires, banquiers)

BILAN ANNEXES
Situation Méthodes
financière COMPTES TABLEAUX DE comptables
TABLEAUX FLUX VARIATIONS DES
RESULTATS utilisées
DE TRESORERIE CAPITAUX PROPRES
(performance (explication des (Explication des flux
financière) flux financiers de capitaux

89
EMPLOIS PROVISOIRES ou DEFINITIFS
C’EST SUR LA
DESTINATION (ET NON LA NATURE)
QUE REPOSE LA DISTINCTION

EMPLOIS VALEUR VALEURS INVESTIES


PROVISOIRES D’USAGE ?

EMPLOIS VALEUR STOCKS/CREANCES


PROVISOIRES D’ECHANGE ?

EMPLOI est PROVISOIRE RESSOURCE

EMPLOIS
DEFINITIFS CONSOMMATIONS CHARGES/ PERTES
90
RESSOURCES PROVISOIRES ou DEFINITIVES

RESSOURCES PEUVENT EMPLOIS


PROVISOIRES SE TRANSFORMER

CAPITAUX et DETTES

RESSOURCES NE PEUVENT PAS


EMPLOIS
DEFINITIVES SE TRANSFORMER

PRODUITS

91
RESUME
OPERATIONS REALISEES PAR L’ENTREPRISE

FLUX PHYSIQUES FLUX D’EXPLOITATION FLUX EXTERNES ET


ET FINANCIERS ET D’INVESTISSEMENT INTERNES

FLUX DE P° FLUX DE C° FLUX DE REPARTITION

J O U R NA L
COMPTES DE SITUATION COMPTES DE GESTION

FLUX PROVISOIRES FLUX DEFINITIFS


REVERSIBLES IRREVERSIBLES

BALANCE
BILAN C R (FLUX DE ETAT VARIATION TABLEAU DES
(FLUX DE GESTION) CAPITAUX FLUX DE
PATRIMOINE) PROPRES TRESORERIE 92
Rappel sur Amortissements

➢L’investissement apparait à sa juste valeur


➢L’amortissement évite la consommation totale
des bénéfices
➢L’amortissement permet le renouvellement
des investissements grâce à leur épargne dans
les Actifs

1
La durée d’utilité (n) est:
(*) soit la période pendant laquelle
l’entreprise s’attend à utiliser un actif;
(*) soit le nombre d’unités de production
que l’entreprise s’attend à obtenir de
l’actif

2
DIFFÉRENTS MODES D’AMORTISSEMENT :

❑ LINÉAIRE, (charge constante sur durée d’utilité de l’actif si la valeur


résiduelle de l’actif ne change pas.)

❑ DÉGRESSIF (charge décroissante sur la durée d’utilité de l’actif)

❑ PROGRESSIF (charge croissante sur la durée d’utilité de l’actif)

❑ UNITÉS DE PRODUCTION (donne lieu à une charge basée sur


l’utilisation ou la production prévue de l’actif). L’entité sélectionne le
mode qui reflète le plus étroitement le rythme attendu de consommation
des avantages économiques futurs représentatifs de l’actif.

3
➢CONSTANT : CALCUL (constant et dégressif)
MODALITES DE
• S’applique sur tous les types d’ I amortissables
• Dotation aux amortissements est un % de la V.O (coût d’achat de
l’investissement) ou de la base amortissable (VO- Valeur résiduelle) * t%
• Valeur Comptable Nette = V.O –  Amortis.
• La Base amortissable comptable = V.O - Valeur résiduelle (Prix cession si vendu
avant n)
• t = 100/n où n = durée probable d’utilisation
• La dotation s’appelle l’annuité d’amortissement
• Elle est calculable PRORATA TEMPORIS la première année (proportionnelle au
temps d’utilisation : de la date d’utilisation à la date d’inventaire)
• Elle est constante les autres années d’utilisation
• Elle est le complément de la première annuité durant la dernière année
d’utilisation
• Elle se calcule en jours d’utilisation J et prend en compte la date d’utilisation
(et non la date d’achat)

4
TABLEAU D’AMORTISSEMENT CONSTANT

Années Annuité Cumul des VCN


Amortissements
1 (a) a VCN 1 = VO – (a) = VCN1 = VO – a
2 (a) 2a VCN 2 = VCN1 – (a) = VCN2 = VO -2a

3 (a) 3a VCN 3 = VCN2 – (a) = VCN3 = VO -3a

4 (a) 4a VCN 4 = VCN3 – (a) = VCN4 = VO – 4a

p (a) pa VCN p = VCNP-1 – (a) = VCNp = VO - pa

n (a) na VCN n = VO – (na) = VCNn = VO –nA = 0

5
Comparatif constant -dégressif
Métho. CONSTANT DEGRESSIF

Tc = 100/n (n durée d’utilisation) Td = tc x k 1.5(3,4) ; 2(5,6) 2.5 (>6)


Taux 100/5 = 20 % (biens d’équipements neufs n>3 ans)

A1 a= VO * t* j /36000 j = jours a= VO x td x m /1200 m = mois


Prorata (si il n’est pas prévu qu’il soit vendu
temporis avant n : VO = Base amortissable
Si vendu avant n, alors Base
amortissable = VO – Valeur résiduelle
Point Date de mise en service ( 1ier jour Date D’achat (1ier jour du mois
départ du mois d’utilisation) d’acquisition)
a1
Annuités CONSTANTES et calculées sur la DEGRESSIVES et calculées sur VCN
Base amortissable de l’année précédente
a = VO – VCN
Dernière a(n) = a - a1 Td < 100/ nr nombre d’années
annuité restant à courir alors :
a (n ) = VNC (nr) / (nr) 6
AMORTISSEMENT PROGRESSIF
❑ INVESTISSEMENTS NEUFS :

a (1) : (C.A ou P.R des immobilisations)* t%


➢H. T. si l'immobilisation est destinée à une activité soumise à la TVA.
➢ T.T.C si l'immobilisation est destinée à une activité non soumise à la TVA.
a (2) ….a (p) ….. a(n): V.C.N

❑ INVESTISSEMENTS ANCIENS ET NON ENTIÈREMENT AMORTIS : (V.C.N)

❑ Calcul du taux d’amortissement (n = nombre années amortissements)

t % en année (1) = 1/ n(n+1)/2=10(10+1)/2=55 = 1/55


t % en année (2) = 2/ n(n+1)/2=10(10+1)/2=55 = 2/55
t % en année (3) = 3/ n(n+1)/2=10(10+1)/2=55 = 3/55
t % en année (n) = n/ n(n+1)/2=10(10+1)/2=55 = n/55

Exemple d'application
Soit une machine acquise le 01.01.2000 pour le prix de 350.000,00 DA. Cette machine est
amortie sur 10 ans selon le mode progressif.

7
Année Base amortissable Taux Annuité Valeur nette
comptable
31.12.2000 350 000 1/55 6 364 343 636
31.12.2001 350 000 2/55 12 727 330 909
31.12.2002 350 000 3/55 19 091 311 818
31.12.2003 350 000 4/55 25 455 286 363
31.12.2004 350 000 5/55 31 818 254 545
31.12/2005 350 000 6/55 38 182 216 363
31.12/2006 350 000 7/55 44 545 171 818
31.12/2007 350 000 8/55 50 909 120 909
31.12/2008 350 000 9/55 57 273 63 636
31.12/2009 350 000 10/55 63 636 0

La règle du «prorata temporis» ne s'applique pas dans le système d'amortissement progressif.


SI AMORTIE SUR 10 ANS
55 = 10 + 9 + 8 + 7 + 6 + 5 + 4 + 3 + 2 + 1)

8
Les normes IAS 16 ( Immobilisations corporelles )
IAS 38 (Immobilisations incorporelles)

• Comment comptabiliser les immobilisations ?


• Définitions des éléments de valeur
• Quelles dotations aux amortissements ?

9
DEFINITIONS
• IMMOBILISATIONS = avantages économiques à consommer
sur plusieurs années
• IMMOBILISATIONS CORPORELLES (détenues pour produire,
fournir des B/S, louer )
• IMMOBILISATIONS FINANCIERES (créance à + 1 an ou un titre
conservé par l’entreprise)
• IMMOBILISATIONS INCORPORELLES (Actif non monétaire et
non physique : fonds de commerce, brevets d’invention…)

10
ELEMENTS DEFINISSANT UNE IMMOBILISATION

1. INTENTION DE CONSERVER L’IMMOBILISATION


(valeur d’usage)
2. L’IMMOBILSATION DOIT RESTER DANS L’ENTREPRISE
> 1 AN
3. L’IMMOBILISATION DOIT PROCURER DES
AVANTAGES ECONOMOQUES FUTURS A
L’ENTREPRISE
4. SON MONTANT DOIT ETRE SIGNIFICATIF (sinon
c’est une charge)
5. L’ENTREPRISE DOIT DISPOSER DU
CONTRÔLE SUR L’IMMOBILISATION (USUS –
ABUSUS - FRUCTUS)
6. ELEMENT IDENTIFIABLE
11
ELEMENTS DU COUT D’ACHAT

• Prix d’achat
• Droits de douane
• Taxes non remboursables
• RRR déduits
• Autres frais de transport jusqu’au lieu de l’entreprise
• Frais de montage (personnel, professionnels )
• Frais de démantèlement prévu de l’immobilisation

12
13
➢ VALEUR D’ENTREE DU BIEN AMORTISSABLE =
VALEUR BRUTE (Valeur d’entrée dans le
patrimoine)

➢ VALEUR RESIDUELLE = montant que


l’entreprise obtiendrait à la fin de l’utilisation si elle
la vendait
DOIR ETRE SIGNIFICATIVE ET
MESURABLE

➢ BASE AMORTISSABLE = V.B – V.R

➢ VALEUR COMPTABLE NETTE = V.B – (annuité)


14
Matériel : machine industrielle Modèle Inventaire : 31/12
Durée utilisation : 4 ans Taux amortissement : 25 % constant
Valeur d’Actif : 10 000 DA
Valeur résiduelle : 1 600 DA Valeur à amortir ? 8 400 DA (10 000 – 1 600)
Mise en service : : 01/04/N
Date acquisition 25/03/N
Exercices (a) Reste à amortir V.C.N
Calcul Montant
N 8400*0.25*9/12 1575 8400- 1575 = 6825 10 000 – 1575 = 8425
N+1 8 400*0.25 2100 6825 - 2100 = 4725 8425 – 2100 = 6325
N+2 8 400*0.25 2100 4725 - 2100 = 2625 6325 – 2100 = 4225
N+3 8 400*0.25 2100 2625 - 2100 = 525 4225 – 2100 = 2125
N+4 8 400*0.25*3/12 525 525 - 525 = 0.00 2125 - 525 = 1600

T = 100/4 = 25 %
9 mois = 1/04 au 31/12 /N
3 mois en N+4 (1/01 N+4 au 31/03/N+4

15
Matériel : machine industrielle Modèle Inventaire : 31/12
Durée utilisation : 5 ans Valeur Actif : 12 000 DA
Date acquisition : 12/04/2005
Date mise en service : 12/06/2005 Début amortissement : 1/04/2005
Taux constant : 20 % ; Taux dégressif : 20 % * 2 = 40 %
EXERCICE (a) V.C.N
Calcul Montant
2005 12 000*0.40*9/12 3600 12000 - 3600 = 8400 100/5
2006 8400*0.40 3360 8400 – 3360 = 5040 100/4
2007 5040 * 0.40 2016 5040 – 2016 = 3024 100/3
2008 3024 * 0.50 1512 3024-1512 = 1512 100/2
2009 1512 1512 0.00
Il reste 2 années : taux à appliquer change :
Td < 100/n (r) alors a = VCN / n(r)
Td = 40 % < 100/2 (= 50 %) alors a = 3024 /2 = 1512 100/3
2 16
ELEMENTS DU COUT D’ACHAT

• Prix d’achat
• Droits de douane
• Taxes non remboursables
• RRR déduits
• Autres frais de transport jusqu’au lieu de l’entreprise
• Frais de montage (personnel, professionnels )
• Frais de démantèlement prévu de l’immobilisation
• Eléments achetés et montés sur l’immobilisation

• SEULS LES FRAIS EN AMONT SONT PRIS EN CONSIDERATION (


ELEMENTS LIES A L’INVESTISSEMENT) (frais de formation post
installation exclus de la valeur)

17
EVALUATIONS (IAS 8)
• VALEUR D’ENTREE AU PATRIMOINE :
➢Soit COUT D’ACHAT (bien acheté)
➢Soit COUT DE PRODUCTION (fabriqué)
➢Soit VALEUR ACTUELLE (calendrier de paiement
différés)
➢Soit JUSTE VALEUR (prix sur un marché actif ou
organisé)

18
LA COMPTABILITE DES COMPOSANTS

LA COMPTABILITE PAR REGROUPEMENT

19
La norme IAS 16 Immobilisations
corporelles
• Impose que les pièces de rechanges qui ne
peuvent être utilisées qu’avec l’investissement
sont comptabilisées en ELEMENT D’ACTIF
• Tout comme les pièces principales
• Et Les stocks de pièces de rechanges de
sécurité
ELEMENT D’ACTIF (2)

215 INSTALLATIONS TECHNIQUES MATERIELS ET


OUTILLAGE INDUSTRIELS
20
Exemple
• Le 1ier janvier 2005 l’entreprise X a acquis un
équipement industriel pour un montant de
760 000 Da amortissable sur 8 ans . Le 1 juillet
2009 pour le bon fonctionnement de
l’équipement l’entreprise achète des pièces de
rechange pour une valeur de 168 000 DA
utilisées avec la machine.
• Comptabilisez ces opérations
SMAIL Bachir, Apprendre les normes IAS/IFRS, Ed. Dar El Qouds El Arabi, 2009

21
8 ANS

2005 2007 2008 2010 2012


2006 2009 2011

6 mois

1/07/2009
ACHAT ACHAT PIECES 42 MOIS
INVESTISSEMENT 168 000 DA
760 000 DA

22
1/1/2005 215 Inst.tech.Mat.Out. Indust. 760 000
404 Fournisseurs Immo. 760 000

31/12/2005 681 Dotations aux amortissements 95 000


(2006/2007/ 2815 Amortissements Immob. 95 000
2008 760 000/8

01/07/2009 215 Inst.tech.Mat.Out. Indust. 168 000


404 Fournisseurs Immo. 168 000
Achats pièces
31/12/2009 681 Dotations aux amortissements 95 000
2815 Amortissements Immob. 95 000
760 000/8
31/12/2009 681 Dotations aux amortissements 24 000
2815 Amortissements Pièces R. 24 000

(168 000 / 42 mois) 6 mois


(42 mois = durée restante
d’amortissement) = (12*3 )+ 6

23
IAS 16 :
❑ Le REGROUPEMENT d’Immobilisations corporelles est AUTORISÉ si
elles sont de faible valeur individuelle et présentent une utilité commune
(unique)
exemple : petit outillage et matériel de bureau,

❑ Le REGROUPEMENT EST INTERDIT si leur durée d’amortissements sont


différentes et si elles apportent à l’entreprise des ressources différentes
selon un échéancier différent :
exemple : Matériel et Outillage A amortissable sur 8 ans
Matériel et Outillage B amortissable sur 5 ans
Outillage amortissable sur 10 ans

24
IAS 16 :
❑Les PETITES RÉPARATIONS SONT COMPTABILISÉES EN TANT QUE
CHARGES D’EXPLOITATION (main d’œuvre et matières premières
consommées pour la réparation)

❑ Les RÉPARATIONS IMPORTANTES OU L’ACHAT DE PIÈCES DÉTACHÉES


pour la remise en service de l’Immobilisation (entretien de
l’Immobilisation à rénover ) sont intégrées dans sa Valeur Comptable
Nette et ceci au moment où elles sont réalisées.

25
26
TOUS LES FRAIS NECESSAIRES AU BON FONCTIONNEMENT DE L’ACTIF (transport,
assurance, Taxes non récupérables, préparation du site, installation et réglages)

TOUTES LES CHARGES ENGAGEES POUR LA MISE EN MARCHE (salaires…)

LES COUTS DE FORMATION ET D’ENTRETIEN NON LIES A LA MISE EN SERVICE SONT


EXCLUS DE LA VALEUR D’ENTREE DE L’ACTIF

27
28
TERRAIN

217 000 =

+
8 400 (Maitre d’Œuvre)
FIXEE AU Bâtiment +
45 000 (Travaux)
+
7 000 (VIDEO SURVEILLANCE

29
EXPLICATIONS
12750+8500+5950 x 135 000 = 21 600
135OOO + 35 000
= 82 000 + 135 000 = 217 000

Commis +Honor.+ Frais actes x 135 000 = 21 600


135OOO + 35 000

30
IAS 16 travaux de révision
et travaux d’entretien

31
LES COUTS D’ENTRETIEN ORDINAIRES (NON REPETITIFS, NON PROGRAMMES)
SONT COMPTABILISES DANS LE RESULTAT ( en CHARGES) AU MOMENT OU ILS
SONT SUPPORTES (615. Entretien et Réparations)

615 Entretiens et Réparations x


1. 53 Caisse x

LES COUTS D’ENTRETIEN REPETITIFS, PROGRAMMES SUR DES PERIODES PRECISES


(REMPLACEMENT NECESSAIRE DE PIECES COMPOSANT L’EQUIPEMENT) SONT
COMPTABILISES DANS LA VALEUR COMPTABLE DE L’IMMOBILISATION AU MOMENT
OU ILS SONT SUPPORTES (23.Immobilisations corporelles en cours ). Lorsque les
travaux sont réalisés, les coûts d’entretien précédemment enregistrés sont soldés.

615 Entretiens et Réparations x


1.
53 Caisse x

2. 23. Immobilisations corporelles en cours x


73 Production immobilisée d’Actifs corporels x
21. Immobilisations corporelles x
3. 23 Immobilisations corporelles en cours x

32
PETITES REPARATIONS NON REPETITIVES ET NON
PROGRAMMEES
615 Entretiens et Réparations x
53 Caisse x

REPARATIONS REPETITIVES ET PROGRAMMEES


615 Entretiens et Réparations x
1 53 Caisse x

23. Immobilisations corporelles en cours x


2 73 Production immobilisée d’Actifs corporels x
MEME ANNEE

3 21. Immobilisations corporelles x


23 Immobilisations corporelles en cours x
RESULTAT

33
AMORTISSEMENTS PAR COMPOSANTS
(amortissements de l’immobilisation

+
amortissements des pièces détachées)

Le 1 AVRIL N L’entreprise SAAD a acquis un équipement


industriel pour un montant de 5 900 000 da (dont travaux
de révision) ; La durée d’utilisation estimée est de 10 ans.
Cet équipement et pour des raisons de sécurité doit faire
tous les 2 ans l’objet de travaux de révision programmés.
Le cout estimés est 76 000 DA
Le 1 avril N+2 Le programme de révision est effectué
pour un montant de 81 000 DA

TAF : écritures comptables en N+3


34
215 2915

I = 5 824 000 436 800 (9mois)


« 681 » à ( -----* 9/12
+
10 (1 avril N)
REVISION = 76 000 436 800
28 500 (9 mois)
Total 5 900 000 ( ------- * 9/12
2 (1 avril N)
76000 DA COUT ESTIME DES TRAVAUX 582 400 (12 mois)
A REPARTIR SUR 2 ANS
(5 824 000/10)
(31/12/N+1)
9 mois 12 mois 12 mois
(1 avril N) N +1 1ier Avril N +2 38 000 (12 mois)
(76 000/2 (31/12/ N+1)

(76000/24)*9 582 400 (12 mois)


(76000/24)*12 (76000/24)*3 (5 824 000/10)
= 28 500 = 38 000 (31/12/N+2)
= 9 500

REVISION = 76 000 9 500 (3 mois)


(76 000/2)*3 /12 (01/04/ N+2)
35
IAS 16 et travaux de révision
215 (I) 5 824 000
01/04/N
215(P.R) 76 000
ENTREE ELEMENTS
404 5900000
IMMOBILISES

681 (I) 436 800 31/12/N


AMORTISSEMENTS
2815 436 800 EQUIPEMENTS
5 824000 /10 * 9/12

681 (PR) 28 500


31/12/N
2815 28 500 AMORTISSEMENTS
76 000 x/2 * 9/12
TRAVAUX REVISION

36
IAS 16 et travaux de révision (suite)
681 (I) 582 400
31/12/N+1
2815 5 824 000/10 582 400

681 (P.R) 38 000 31/12/N+1

2815 76 000/2 38 000

681 (PR) 9 500


01/04/N+2
2815 9 500 (à enregistrer en fin
76 000 /2 * 3/12
d’année évidemment)

37
IAS 16 et travaux de révision (Réalisation des
travaux )
2815 (P.R) 76 000
01/04/N+2
215 Réintégration des 76 000
Amortissement
pour travaux de
révision

215 (T.R) 81 000 01/04/N+2


Réalisation du
404 81 000 Programme de
Révision

681 2815 215 215

DOT. Amortis.
Amortis. INVEST. 81 000 76000
76000 76000
INVEST.
Amortis.
DOT.
INVEST.
Amortis
P.RECH.
38
I A S 38
LES IMMOBILISATIONS
INCORPORELLES
IMMOBILISATIONS INCORPORELLES
Exercice

Une entreprise achète un logiciel de comptabilité dans les


conditions suivantes :
•Prix d’achat du logiciel : 10 000 DA HT ;
•Frais de paramétrage nécessaire à la mise en service du logiciel :
3 000 KDA HT ;
•Frais de formation des utilisateurs : 5 000 DA HT.
Travail demandé
A quelle valeur figurera ce logiciel à l’actif du bilan ?

39
Le logiciel sera inscrit à l’actif pour 13 000 DA (10 000 DA
+ 3 000DA).

Les frais de formation sont obligatoirement


comptabilisés en charges.

204 Logiciels informatiques et assimilés 13 000

53 Caisse 13 000

622 Rémunérations d’intermédiaires 5 000

53 Caisse 5 000

40
RESUME
OPERATIONS REALISEES PAR L’ENTREPRISE

FLUX PHYSIQUES FLUX D’EXPLOITATION FLUX EXTERNES ET


ET FINANCIERS ET D’INVESTISSEMENT INTERNES

FLUX DE P° FLUX DE C° FLUX DE REPARTITION

J O U R NA L
COMPTES DE SITUATION COMPTES DE GESTION

FLUX PROVISOIRES FLUX DEFINITIFS


REVERSIBLES IRREVERSIBLES

BALANCE
BILAN C R (FLUX DE ETAT VARIATION TABLEAU DES
(FLUX DE GESTION) CAPITAUX FLUX DE
PATRIMOINE) PROPRES TRESORERIE 1
BILAN
VISION JURIDIQUE (PATRIMOINE) + ECONOM.&FINANC.

ENSEMBLE ENSEMBLE
DROITS OBLIGATIONS
DROITS DROITS ENGAGEMENTS ENGAGEMENTS
PROPRIETE CREANCES ENVERS ENVERS
LES ASSOCIES LES TIERS
2 – 3 – 41 (clients) 51
(Banque) 53 Caisse 1 – 40 (fournisseurs) 46
(débiteurs ou créditeurs
divers)
EMPLOIS DES SOURCES DES
FONDS = FONDS
ORDRE Délai nécessaire Proximité de la
pour qu’un actif ORDRE date de
LIQUIDITE se transforme D’EXIGIBILITE remboursement
CROISSANT en monnaie CROISSANT
2
ACTIF PASSIF

STOCKS MATIERES PREMIERES APPROVISIONNEMENTS


PRODUCTION
STOCKS PRODUITS FINIS
FOURNISSEURS

CREANCES COMMERCIALES
VENTES

DISPONIBILITES

REMBOURSEMENTS
RECOUVREMENTS

3
L’ENTREPRISE N’EST PLUS
SEULEMENT LE BILAN

SITUATION SITUATION
SITUATION DE FINANCIERE
ECONOMIQUE
PATRIMOINE

4
conception économique et financière du
bilan
SUPERIORITE DE L’ECONOMIQUE SUR LE JURIDIQUE
PASSIF
ACTIF
=
=
RESSOURCE OBLIGATION ACTUELLE
PROVENANT D’EVENEMENTS
PROVENANT D’EVENEMENTS
PASSES PASSES
ET DONT LE REGLEMENT DOIT SE
ET DONT ON ATTEND DES TRADUIRE
AVANTAGES PAR LA SORTIE
DE
ECONOMIQUES FUTURS RESSOURCES QUI
AU BENEFICE DE REPRESENTENT DES
L’ENTREPRISE AVANTAGES ECONOMIQUES
5
BILAN
+
MIX de
3 PREOCCUPATIONS DE L’ENTREPRISE
(juridique, économique, financière)

MAIS NE PAS OUBLIER QUE

LA VALEUR D’UNE ENTREPRISE EST



DE LA SOMME DES VALEURS DE SES ELEMENTS
Il est intéressant de créer une entreprise que
Si 1+1 = 3 ou plus !!!!

(une firme mieux organisée rapporte plus !)


D’après P. VIZZAVONA, « Evaluation des entreprises », Ed. Berti, Année ?

6
VALEUR ENTREPRISE =  (CRITERES)

SUBJECTIFS « OBJECTIFS »

PSYCHOLOGIQUES ECONOMIQUES JUSTE VALEUR « FAIR


VALUE »

SURPRIX SI SURPRIX
CELEBRE, BIEN SI RARE OU EN
PLACEE MONOPLOLE ELEMENTS CORPORELS ELEMENTS
(+ méthodes : cout INCORPORELS
historique, valeur de (droit au bail,
vente, valeur d’usage …. ) brevets et licences)

D’après P. VIZZAVONA, « Evaluation des entreprises », Ed. Berti, Année ?

7
VALEUR ENTREPRISE

Conception moderne Conception ancienne

RENTABILITE FUTURE SOLVABILITE


(quelles (quels sont les éléments que
sont les recettes attendues ?) l’entreprise peut revendre ?)
PREVISION OPTIMISTE PRUDENCE

VALEUR ECONOMIQUE VALEUR COMPTABLE

VALEUR DE RENTABILITE
> VALEUR PATRIMONIALE

« SUR VALEUR » ou « GOODWILL » ou « Ecart d’acquisition »


(rapproché du Fonds Commercial)

VALEUR DE L’ENTREPRISE = TOTAL VALEURS CORPORELLES + « GOODWILL »

8
EVALUATION DES ELEMENTS INCORPORELS LIES A LA VALEUR D’UTILISATION DE
L’ENTREPRISE :
LE FONDS COMMERCIAL OU « GOODWILL » ou « SURVALEUR » (≠BADWILL)

1. Clientèle de l’entreprise (fidélité des clients, nombre de clients, qualité des


clients (bons ou mauvais payeurs), marchés potentiels etc.
2. Fournisseurs de l’entreprise (possibilités de choisir ou non ses fournisseurs,
possibilités de choisir le meilleur fournisseur, qualité de leurs services

3. Personnel de l’entreprise (travailleur, compétent …

4. Banquiers de l’entreprise
5. Relations avec l’Etat (fisc, Casoran, Inspection travail)
6. Eléments liés au patrimoine de l’entreprise, à la production, à la
concurrence, etc..

« GOODWILL » =  (1 à …)  MAX Profits > à la seule rémunération


des capitaux engagés pour le bon fonctionnement de l’entreprise

VALEUR DE L’ENTREPRISE = TOTAL VALEURS CORPORELLES + « GOODWILL »

9
BILAN

ACTIF PASSIF
2,3,4,5 1,4,5

ACTIFS IMMOBILISES PASSIFS NON


NON COURANTS COURANTS
2

ACTIFS IMMOBILISES PASSIFS


COURANTS COURANTS
3,4,5

10
Tout ACTIF
ACTIFS IMMOBILISES DESTINE A ETRE UTILISE DE MANIÈRE
NON COURANTS CONTINUE à + D’1 AN
(Immobilisations corporelles et
incorporelles, placement à long terme)
(impôts différés,)

Tout ACTIF
DESTINE A ETRE CONSOMME, VENDU,
ACTIFS IMMOBILISES ECHANGE,
COURANTS à MOINS D’1 AN
(clients, stocks, )

11
Tout PASSIF A LONG TERME
PASSIFS NON PASSIF FIXE A + DE 12 MOIS
COURANTS REFINANCEMENT A LONG TERME
(dettes financières à + d’1 an, provisions
pour risques à + 1 an)

Tout PASSIF
DESTINE A ETRE REGLE DANS LE CADRE
PASSIFS DU CYCLE NORMAL D’EXPLOITATION,
COURANTS PAYE à MOINS D’1 AN APRES LA
CLOTURE DE L’EXERCICE
(dettes fournisseurs, Emprunt à – d’1 AN)

12
ACTIF
AMORT.PROV.
ACTIF IMMOBILISE (NON COURANT) BRUT
2807, 2907
Ecarts d’acquisition (goodwill) 207 280 (hors 2807)
Immobilisations incorporelles 20 (hors 207) 290 (hors 2907)

Immobilisations corporelles 21/22 281, 282, 291, 292


(hors 229)
Immobilisations en cours 23 293
Immobilisations financières 26,27
(Titres financiers, participations …)

TOTAL ACTIF IM. NON COURANT


ACTIF COURANT
Stocks et encours 30 à 38 39
Créances et emplois assimilés
CLIENTS 41 (hors 419) 419
Autres Débiteurs 409, 5,46,…
Placements
50 (hors 509)
519 59
Trésorerie
TOTAL ACTIF COURANT 13
PASSIF
CAPITAUX PROPRES BRUT
Capital émis ( ou compte exploitant) 101, 108
Primes et Réserves 104, 106
Ecarts de réévaluation 105
Résultat net 12
Autres capitaux propres Report à nouveau 11

PASSIFS NON COURANTS


16 , 17
Emprunts et dettes financières
155
Impôts
229
Autres dettes
15
Provisions
TOTAL PASSIFS NON COURANTS
PASSIF COURANT
Fournisseurs 40
Impôts 444, 445, 447
Autres dettes 419,
Trésorerie Passif 519
TOTALPASSIFS
TOTAL PASSIF COURANT
COURANTS
14
En utilisant les éléments suivants, effectuer les regroupements nécessaires et présenter le bilan au 31.12 avant répartition du résultat de
l’entreprise W.

2180 Matériel de transport 1 350 211. Terrains 400


18. Résultat en instance d’affectation 212 53. Caisse 3
2181 Mobilier et Matériel informatique 836 11. Report à nouveau 125
262. Titres de Participation 325 331. Produits en cours 247
404 Fournisseurs d’immobilisations 425 1640 Emprunt auprès établis. Crédit 4 500
2080. Fonds Commercial 500 1641. Découvert bancaire 25
106. Réserve légale 346 2151. Outillage industriel 800
310. Matières premières 145 168. Autres emprunts et dettes 300
2150. Matériel industriel 2 500 401. Fournisseurs de biens & services 945
51. Banque 45 205. Brevets 100
2130. Constructions 1 500 50. Valeurs mobilières de placement 150
311. Stocks de fournitures 33 431. Sécurité Sociale 112
101. Capital émis 5 000 2152. Agencement Matériel industriel 325
355. Produits finis 342 445. Etat, Taxes sur le Chiffre 25
403. Fournisseurs, Effets à Payer 20 d’Affaires (à payer)
4110. Clients 1 436
4111. Clients Effets à Recevoir 124
2131. Agencements des constructions 300
2182. Agencements des locaux loués 142
442. Etat, taxes recouvrables (TVA récupérable) 132
425. Avances au Personnel 300

Effectuer les regroupements nécessaires et présenter le Bilan avant


répartition du Résultat.
Source : LAMARCHE M., « SYMPA LA COMPTA ! », Ed. d’Organisation, Coll. Les livres Outils, Paris 2002
15
213. Constructions = 2130. Constructions (1500)
+ 2131. Agencements des constructions (300) = 1800
215. Installations techniques, matériel et outillage industriels =
2150. Matériel industriel ( 2500)
+ 2151.Outillage industriel ( 800)
+ 2152. Agencement du matériel industriel (325) = 3625
218. Autres Immobilisations corporelles =
2180 Matériel de transport (1350)
+ 2181 Mobilier et Matériel Informatique (836)
+ 2182. Agencements des locaux loués (142) = 2328

31 Matières premières et fournitures =


310 Matières premières (145)
+ 311 Stocks de fournitures (33) = 178

41. Clients et comptes rattachés =


4110 Clients (1436)
+ 4111 Clients Effets à recevoir (124) = 1560 16
42 Personnel et Comptes rattachés = 425 Avances au personnel (300

44 Etat et comptes rattachés 442 Etat, TVA récupérable ( 132)


51 Banque (45)
53 Caisse (3)
16 Emprunts et Dettes assimilées = 1640 Emprunts(4500)
+ 1641 Découvert (25) = 4525

40 Fournisseurs et comptes rattachés = 401 Fournisseurs de B&S (945)


+ 403 Fournisseurs et Effets à Payer (20)
+ 404 Fournisseurs d’Immobilisations (425)= 1390

17
ACTIFS/BIENS Bilan au 31.12. (avant répartition) PASSIF/DETTES
20 Immobilisations Incorporelles 600 101 Capital 5 000
2080 Fonds de Commerce 500 106 Réserve légale 346
205 Brevets 100 11 Report à Nouveau 125
21 Immobilisations Corporelles 8 153 18 Résultat en instance
211 Terrains 400 d’affectation 212
213 Constructions 1 800
215 Installations techniques 3 625
1 Total CAPITAUX PROPRES
218 Autres 2 328 5683
26 Participations 325
262 Titres de participation 325
164
2 Total Actif Immobilisé Non Courant 9 078 Emprunts et dettes assimilées 4525
3 Stocks et encours 767 168
31 Matières premières et fournitures Autres emprunts et dettes 300
178
331 En Cours de Production 247 16
355 Produits Finis 342
Total PASSIF NON COURANT 4 825
4 Comptes de Tiers 1992 401
41 Clients et Comptes rattachés 1560 Fournisseurs de Biens et Services 945
403
425 Avances au Personnel 300 Fournisseurs et Effets à Payer 20
404
442 Etat, TVA récupérable 132 Fournisseurs d’Immobilisations 425
431
5 Comptes Financiers 198 Sécurité Sociale 112
445
50 Valeurs mobilières de placement 150 Etat, Taxe sur le C.A 125
51 Banque 45
53 Total PASSIF NON COUR.
Caisse 3 1627
3-4-5 Total Actif Courant 2 957
TOTAL GENERAL TOTAL GENERAL
12 035 1218035
POUR INSCRIRE UN ELEMENT AU BILAN OU
AU COMPTE DE RESULTATS :

2 CONDITIONS :

❑ probabilité de l’ augmentation ou
diminution de l’avantage économique futur ;

❑ détermination fiable, précise du


coût ou de la valeur de cet élément qui diminue
ou augmente ;

19
PATRIMOINE DE L’ENTREPRISE

ACTIFS PASSIFS

Biens
identifiables IMMOBILISATIONS CAPITAUX PROPRES
(apports + Résultat) RESSOURCES
Contrôlés (incorporelles, A
Par l’entreprise corporelles, DISPOSITION DE
financières) L’ENTREPRISE
PASSIF EXTERNE
Qui lui procurent (Obligations envers
Des avantages ACTIFS CIRCULANTS les tiers entrainant
économiques (stocks, créances, sorties éventuelles
futurs disponibilités) ressources )

20
Hypothèses de base
1. COMPTABILITE D’ENGAGEMENT
(l’entreprise n’attend pas l’encaissement
ou le décaissement EFFECTIFS
correspondants). Les états financiers font
apparaitre ce qui a été ou pas encaissé ou
décaissé;
2. SITUATION DE CONTINUITE DES
EXERCICES (pas de cessation d’activité
dans un avenir prévisible)

21
Principes comptables fondamentaux
1. INDÉPENDANCE exercices comptables CLAIREMENT DELIMITES (le
résultat concerne une période précise)
2. COÛT HISTORIQUE (cump ; fifo) mais parce qu’il ne prend pas en
compte les fluctuations économiques alors les textes prévoient 3
solutions :
❑ Les provisions (principe de prudence)
❑ Les amortissements (baisse de valeurs)
❑ La réévaluation (tient compte de l’inflation)
3. PRUDENCE (pouvoir choisir la moindre valeur) (principe lié à la
comptabilité d’engagement) :
❑ Dans une vente on comptabilise un produit pour lequel le client s’est engagé (70
VENTES nettes HT et pas un profit espéré) ; on comptabilise par contre les pertes
probables : si on n’est pas sûr d’encaisser une créance on crée une provision.
❑ VALABLES AUSSI POUR LES STOCKS, LES EFFETS, LES VALEURS MOBILIÈRES (profits
possibles non comptabilisés, pertes probables oui)

22
4. PRINCIPE DE SOLIDARITE DES EXERCICES COMPTABLES (
continuité des exercices, indépendances des exercices,
impossibilité de changer bilan de clôture = qu’on ne peut pas
changer modifier)
5. EXISTENCE DES SOLDES (si existe un solde fournisseur = non
payé ; si existe un solde marchandises = stocks physiques
existent)
6. COMPTABILITE D’ENGAGEMENT : fondement même du
bilan : (situation créances, dettes, factures à recevoir, à
établir etc. Situations donc non réalisées)
7. PRINCIPE DE NON COMPENSATION : exemple :
Si l’entreprise a 100 Millions de dettes et 80 millions de
créances il est interdit de ne présenter dans le bilan que 20
millions de dettes (100 – 80) = 20
23
D’après HERGLI N., « Les Etats financiers selon le SCF. La semaine professionnalisation», Alger, Octobre 2007.

24
D’après HERGLI N., « Les Etats financiers selon le SCF. La semaine professionnalisation», Alger, Octobre 2007.

25
D’après HERGLI N., « Les Etats financiers selon le SCF. La semaine professionnalisation», Alger, Octobre 2007.

26
D’après HERGLI N., « Les Etats financiers selon le SCF. La semaine professionnalisation», Alger, Octobre 2007.

27
D’après HERGLI N., « Les Etats financiers selon le SCF. La semaine professionnalisation», Alger, Octobre 2007.

28
BILAN

ACTIFS DANS UNE PAGE AUTRE PAGE

PASSIFS NON COURANTS


ACTIFS CAPITAUX PROPRES
NON COURANTS DETTES

ACTIFS COURANTS PASSIFS COURANTS


DETTES
Colonne 1 : valeurs brutes (N)
Colonne 2 : Amortissements Provisions(N) Colonne 1 : Valeurs Brutes (N)
Colonne 3 : Valeurs Nettes (N) Colonne 2 : Valeurs (N-1)
Colonne 4 : Valeurs (N-1)

29
30
D’après HERGLI N., « Les Etats financiers selon le SCF. La semaine professionnalisation», Alger, Octobre 2007.

31
D’après HERGLI N., « Les Etats financiers selon le SCF. La semaine professionnalisation», Alger, Octobre 2007.

32
33
D’après HERGLI N., « Les Etats financiers selon le SCF. La semaine professionnalisation», Alger, Octobre 2007.

34
D’après HERGLI N., « Les Etats financiers selon le SCF. La semaine professionnalisation», Alger, Octobre 2007.

35
COMPTE DE RESULTAT

PRODUITS CHARGES GAINS PERTES

CONCEPTS DE BASE DU COMPTE DE RESULTATS

36
COMPTE DE RESULTATS PAR NATURE
(affectation des charges et produits par analyse de leur nature)

exemples : achats de marchandises, frais de personnel, ventes de


marchandises, Services extérieurs, Produits financiers etc.

COMPTE DE RESULTATS PAR FONCTION OU


DESTINATION
(affectation des produits et charges par affectation aux fonctions de
l’entreprise)

exemples : PRODUCTION - DISTRIBUTION - ADMINISTRATION

37
LE COMPTE DE RESULTAT (PRODUITS)
Ventes Biens,
services ou
autres
activités
courantes

ENTREE Nouvelle
Ou
RESSOURCES ACCROISSEMENT
ECONOMIQUES D’ACTIF existant

LES PRODUITS

38
LE COMPTE DE RESULTAT (CHARGES)

Activités
courantes de
l’entreprise

RESSOURCES SORTIES ou
ECONOMIQUES DIMINUTIONS d’ ACTIF
existants

Ou
AUGMENTATIONS du
PASSIF

LES CHARGES

39
LE COMPTE DE RESULTAT (GAINS) Autres
opérations que
les Ventes Biens,
services et autres
activités
courantes

CAPITAUX
PROPRES

SAUF
les augmentations  (Produits OU Apports de Capitaux)

40
LE COMPTE DE RESULTAT (PERTES)
Autres
opérations que
les Ventes Biens,
services et autres
activités
courantes

CAPITAUX
PROPRES

SAUF
les diminutions  (Charges OU Distributions de Capitaux)

41
OBJECTIFS DU COMPTE DE RESULTATS

Evaluer le
rendement d’une Comparaison dans
entité le temps

Quel rendement
dans le futur ? Quels risques pour
les flux de
trésorerie ?
Bénéfice exercice N
+ Produits
- Charges
= Bénéfice d’exploitation
Eléments Hors exploitation
= Bénéfice net
42
BON REPORTING sur la PERFORMANCE
DIFFUSER

RESULTATS ACTIVITES DE ACTIVITES DE


D’EXPLOITATION PLACEMENT FINANCEMENT

DEFINIR, CLAIREMENT
DESTINATION et
NATURE

PRODUITS, ELEMENTS NON ELEMENTS PRODUITS et RESULTATS


CHARGES, RECURRENTS EXTRAORDINAIRES CHARGES ACTIVITES
ABANDONNEES
GAINS, PRESENTES PRESENTES FINANCIERS
PRESENTES
PERTES SEPAREMENT SEPAREMENT Et impôts SEPAREMENT
/benefices
PRESENTES
SEPAREMENT

43
D’après HERGLI N., « Les Etats financiers selon le SCF. La semaine professionnalisation», Alger, Octobre 2007.

44
CARACTERISTIQUES GENERALES DU COMPTE DE RESULTATS

UNITE MONETAIRE (EN D.A OU DEVISES)

PRESENTATION EN LISTE

CLASSEMENT PAR NATURE OU DESTINATION

Mise en évidence des soldes intermédiaires de gestion (S.I.G)

Production de l’exercice
Consommation de l’exercice
Valeur ajoutée
Résultat Brut d’Exploitation
Résultat opérationnel
Résultat financier
Résultat ordinaire avant impôts
Résultat Net des activités ordinaires
Résultat extraordinaire
Résultat net de l’exercice
45
46
D’après HERGLI N., « Les Etats financiers selon le SCF. La semaine professionnalisation», Alger, Octobre 2007.

47
D’après HERGLI N., « Les Etats financiers selon le SCF. La semaine professionnalisation», Alger, Octobre 2007.

48
DETERMINATION DU RESULTAT PAR NATURE (PCN)
CONSTITUTION 70 VENTES ET PRODUITS ANNEXES
DE LA
PRODUCTION
72 VARIATIONS STOCKS PF ET EN COURS
(I) 73 PRODUCTION IMMOBILISEE
74 SUBVENTIONS D’EXPLOITATION
= Production de l’exercice

-
CONSOMMATIONS
60 ACHATS CONSOMMES
DE L’EXERCICE (II) 61 - 62 SERVICES EXTERIEURS ET AUTRES CONSOMMATIONS
= VALEUR AJOUTEE D’EXPLOITATION (I-II)

- 63 CHARGES DE PERSONNEL
64 IMPÔTS ET TAXES
= R.B.E
+ 75 Autres produits opérationnels
- 65 Autres charges opérationnelles
- 68 Dotations aux amortissements, provisions
+ 78 Reprises sur pertes de valeurs

= RESULTAT OPERATIONNEL
+ 76 Produits financiers
- 66 Charges financières
RESULTAT Net
= RESULTAT FINANCIER (Avant Impôts)
- 695, 698 – 692 et 693
49
Source :Anne Le Manh et Catherine Maillet, Normes Comptables internationales IAS/IFRS, Ed. Foucher, Coll. Plein Pot Sup. Vanves,
2006 Ed. Berti, Alger 2009 50
51
POUR CALCULER LE RESULTAT DE
L’EXERCICE
IL Y A LE PROBLEME DES STOCKS A REGLER

POURQUOI ?

IL FAUT TENIR COMPTE


➢ UNIQUEMENT DES ACHATS DE MATIERES PREMIERES CONSOMMES
AU COURS DE L’EXERCICE
➢UNIQUEMENT DES PRODUITS VENDUS
AU COURS DE L’EXERCICE

LA VARIATION DE STOCKS
PERMET DE TENIR COMPTE UNIQUEMENT DE CES ELEMENTS

52
LA VARIATION DE STOCKS PERMET
DE TENIR COMPTE
UNIQUEMENT DES ACHATS CONSOMMES AU COURS DE L’EXERCICE
ET UNIQUEMENT DES PRODUITS VENDUS AU COURS DE L’EXERCICE
(donc exclure les matières premières qui seront utilisées l’année suivante
Et exclure les produits finis qu seront vendus l’année suivante)

PARCE QUE AUGMENTER UN STOCK C’EST AUGMENTER LE RESULTAT

VARIATION DES STOCKS


=
STOCK INITIAL - STOCK FINAL
Le contrôle des stocks en fin d'exercice doit
permettre d'éviter que ces stocks faussent
le résultat de l’exercice

53
100 000 sont les ventes
54
1 283 250 - 2000000 = - 716 750

STOCK FINAL - STOCK INITIAL = VARIATION DE STOCKS P.F (ou production stockée)

( STOCK INITIAL = 2 000000 = 25 000 unités x 80 Dinars)

55
56
Achats de matières premières : 95 000 X 40 = 3 800 000
+ Variation Stocks matières premières
(S.I = 10 000 x 40) - SF (15000 x 40)
400000 - 600000 = - 200 000 = 3 600 000 57
58
59
Les comptes du SCF

VOIR NOMENCLATURE DES COMPTES DU SCF

60
BILAN AU 31 DECEMBRE 2012
Rubriques ACTIF Montants Rubriques PASSIF Montants

2 IMMOBILISATIONS 101 Capital 4 200 000


20 Immobilisations incorporelles 800 000
208 Fonds de commerce
ACTIFS 21 Immobilisations corporelles
NON 211 Terrains 530 000 Capitaux
COURANTS 213 Constructions 1 100 000 Propres
215 Instal.Tech.Mat.Outillage 440 000
2180 Matériel de transport 490 000
2181 Mat.bureau et mat.informa. 25 200
2182 Mobilier 380 000
TOTAL I 3 765 200 Total I 4 200 000
3 STOCKS
30 Marchandises 350 000 164 Emprunts
4 TIERS 401 Fournisseurs 600 000
ACTIFS 411 Clients 268 000 DETTES 445 Etat 165 000
COURANTS 512 Banque compte courant 410 000 431 Organismes 65 000
511 Valeurs à l’encaissement. (CCP) 250 000 Sociaux
53 Caisse A 9 800

TOTAL II 1 287 800 TOTAL II 853 000


TOTAL GENERAL (I+II) 5 053 000 TOT. GENERAL (I+II) 5 053 000

61
62
COMPTE DE RESULTATS

CHARGES PRODUITS
Charges D’exploitation Produits D’exploitation
600 Achats de marchandises 178 350
607 Fournitures non stockables 25 950 700 Ventes marchandises 472 950
613 Locations 15 620 708 Produits activités annexes 5 610
615 Entretiens et Réparations 19 230
616 Primes d’assurances 13 300
622 Honoraires 15 800
623 Publicité 9 300 TOTAL I 478 560
624 Transports biens 7 250
626 Frais postaux 7 550 Produits Financiers
627 Services Bancaires 4 420
631 Rémun. Personnel 15 800 768 Escomptes obtenus 4 540
635 Sécurité Sociale 19 950
641 Impôts et taxes 3 560
TOTAL I 386 080 TOTAL II 4 540
Charges Financières
661 Intérêts des emprunts 13 550 Produits Exceptionnels
668 Escomptes accordés 2 100
TOTAL II 15 650 77 Produits exceptionnels 14 100
Charges Exceptionnelles TOTAL III 14 100
68 Charges exceptionnelles 990
TOTAL III 990
Résultat (B) 94 480
TOTAL GENERAL 497 200 TOTAL GENERAL 49763200
La T.V.A ou Taxe sur la Valeur
Ajoutée
IMPÔT INDIRECT PERCU PAR L’ETAT (Article 2 Code T.C.A 2010)

IMPÔT SUR LE CHIFFRE D’AFFAIRES DES BIENS ET SERVICES CONSOMMES OU UTILISES EN ALGERIE

IMPÔT SUR LA CONSOMMATION SUPPORTE PAR LE CONSOMMATEUR FINAL

CE SONT LES ENTREPRISES QUI ENCAISSENT LA TVA A LA PLACE DE


L’ETAT ET QUI LA VERSENT ENSUITE A L’ETAT

N’EST PAS UNE CHARGE MAIS UNE DETTE VIS A VIS DU TRESOR PUBLIC

SEULE LA VALEUR AJOUTEE (P° - C.I ) EST IMPOSEE

TAUX STANDARD NORMAL : 17 %


TAUX REDUIT : 7 %
SI TAUX NON SPECIFIE 7 % ou 0 % ALORS TAUX = 17 %
64
TVA TVA SUR TVA SUR ACHATS
VENTES (à récupérer)
A VERSER
(collectée (Comprise dans le
A L’ETAT sur les Prix exigé par le
(A PAYER) ventes fournisseur (TTC))
TTC)
TVA SUR VENTES TVA SUR ACHATS
4 TIERS 4 TIERS 4 TIERS
44 ETAT 44 ETAT 44 ETAT
445 TCA 445 TCA 44 5 TCA
4451 TVA à 4457 TCA Collectée 445 6 RECUPERABLE
décaisser 44571 TVA Collectée 4456 2 sur Invest.
OU
445713 sur march. 4456 63 B/S
44567 445716 sur serv. 44566 6 sur serv.
Crédit TVA 44566 3 sur biens
445663 17 (taux 17 %tva)
65
APPLICATION

Supposons une série d’opérations de productions et de distributions (ventes d’huiles)

AGRICULTEUR GROSSISTE DETAILLANT


Prix d’achat 0 Prix d’achat 200 Prix d’achat 500

Prix de vente 200 Prix de vente 500 Prix de vente 750

Valeur Ajoutée 200 Valeur Ajoutée 300 Valeur Ajoutée 250

T.V.A = 200 * 0.17 = 34 T.V.A = 300 * 0.17 = 51 T.V.A = 250 * 0.17 = 42.5

VALEUR AJOUTEE TOTALE = 200 + 300 + 250 = 750


T.V.A = 750 * 0.17 = 127.5 ou 34 + 51 + 42.5 = 127.5

66
VERIFICATION
AGRICULTEUR GROSSISTE DETAILLANT

T.V.A /ventes = T.V.A /ventes = T.V.A/ventes =


200 * 0.17 = 34 500 * 0.17 = 85 750 * 0.17 = 127.5
(PHT) (PHT) 85 – 34 = 51 (PHT) 127.5 - 85 = 42.5

(TVA/Achats) (TVA/Achats)

TOTAL TVA
VERSEE
A L’ETAT
= 34 + 51 + 42.5
= 127.5

67
CALCUL DE LA TVA
TVA = PHT * t t%
t =
PTTC = PHT + TVA 100

PTTC = PHT + (PHT * t) Coefficient


de TVA
PTTC = PHT (1+t)

PTTC
PHT = k
(1+t)

PTTC t
TVA = Xt t TVA = PTTC x
(1+t) 1+t
68
COMPTABILISATION
CLIENT FOURNISSEUR
PAIEMENTS T T C ENCAISSEMENTS T T C
ENTREE EN H.T SORTIES EN H.T
T V A sur ACHATS = RECUPERABLE T V A sur VENTES = RECOLTEE AU
(CREANCES) PROFIT DE L’ETAT (DETTE) (44571)
(44562 ; 445663 ; 445666)

❑RECUPERATION DANS LE MOIS ❑RECUPERATION DANS LE MOIS


D’ACHAT des MARCHANDISES SERVICES D’ACHAT POUR LES INVESTISSEMENTS
Et INVESTISSEMENTS

380 H.T 411 Clients T.T.C


445663 TVA 512 Banque
53 Caisse
401 Fournis. TTC
512 Banque 70 H.T
53 Caisse 44571TVAcol. TVA
69
CALCUL TVA

JANVIER JANVIER FEVRIER MARS

ACHATS

TVA VENTES
RECUPERABLES
SUR ACHATS TVA RECOLTEES
DE BIENS SUR VENTES DECLARATION
ET SERVICES DE BIENS FISCALE AVANT LE
ET SERVICES 21 DU MOIS
4456 63 (44571)
400 000 DA 400 000
100 000 DA
- -
TVA (100 000 + 200 000)
RECUPERABLES
SUR ACHATS = 100 000 DA
INVESTISSEMENTS
(4456 2 )
200 000 DA
70
4457 3 4456 63 (6 ou 3) ou 4456 2 TVA
4457 6 TVA COLLECTEES SUR RECUPERABLES SUR LES ACHATS DE BIENS
ET SERVICES ET SUR IMMOBILISATIONS.
LES VENTES DE BIENS (3) ET
SERVICES (6)

3 CAS POSSIBLES

4451
4457 3 + 4457 6 > 4456 63 +4456 2 (à payer)
4457 3 + 4457 6 < 4456 63 +4456 2 44567
(Crédit TVA)

4457 3 + 4457 6 = 4456 63 +4456 2

SOLDE=0 71
LA T.V.A SUR LES LIVRAISONS DE BIENS ET SERVICES
LA T.V.A SUR LES LIVRAISONS DE SERVICES

LES OBLIGATIONS FISCALES


ET LA
COMPTABLISATION DE LA T.V.A
VONT DEPENDRE
DE LA NATURE D’ACTIVITE DE L’ENTREPRISE
(Livraison de Biens et Services ou livraison de Services)

BIENS SERVICES
T.V.A RECOLTEE AU MOMENT T.V.A RECOLTEE AU MOMENT
DU TRANSFERT DE LA PROPRIETE DE L’ENCAISSEMENT DU PRIX
DE LA PRESTATION

72
BIENS/SERVICES
T.V.A RECOLTEE AU MOMENT
DU TRANSFERT DE LA PROPRIETE

TRANSFERT DE PROPRIETE

TVA COLLECTEE SUR LES LIVRAISONS DE BIENS (VENTES)

¯
TVA RECUPERABLE SUR LES ACHATS DE BIENS ET SERVICES

=
TVA A PAYER
73
VENTES DE BIENS

411 CLIENTS (TTC)

70 VENTES (HT)
44571 T V A COLLECTEE
(inscrite sur chaque facture de vente

74
DANS LA VENTE DE SERVICES
IL N’Y A PAS DE TRANSFERT DE PROPRIETE MATERIELLE

ET DONC

LA TVA EST EXIGIBLE


UNIQUEMENT SUR LES
ENCAISSEMENTS DES SERVICES FACTURES
COMPTABILISATION EN 2 TEMPS
1ière étape : envoi de la facture : la TVA est inscrite dans un compte d’attente
4 1 1 CLIENTS Montant TTC
Facture
70 VENTES HT
4458 TVA A REGULARISER TVA
2ième étape : Réception et encaissement du règlement

5 1 2 BANQUE TTC
4 4 5 8 TVA A REGULARISER TVA
4 1 1 CLIENTS TTC
TVA
4 4 5 7 1 TVA COLLECTEE 75
Cas de factures avec diminutions
Exemple : Facture de 20 000 D.A H.T ; TVA : 17 %, payable à 90 jours, avec
escompte de 3 % si paiement sous 20 jours, ou 2
% si paiement avant 60
jours. Le paiement a été effectué 40 jours après.
(Réduction hors facture)
→ 1. A la date de facturation : DÉJÀ VU

→ 2. Au règlement : 23 400 - ( 2 %) = 23 400 – 468 = 22 932

NET COMMERCIAL 23 400


Réduction financière 2 %
(paiement > 20 j. (2 %) 468

NET FINANCIER A PAYER 22 932


76
Cas de factures avec réductions
1. FACTURES AVEC REDUCTION FINANCIERE
clients

LA T.V.A est toujours calculée après REDUCTION 3 Biens

Exemple : Facture de 20 000 D.A H.T ; TVA : 17 %, payable à 90 jours,


avec réduction financière de 3 % si paiement sous 20 jours, ou 2 % si
paiement avant 60 jours.
→ 1. A la date de facturation :
ACHETEUR VENDEUR

380 M/ses stockées 20 000 4113 Clients 23 400


445663 TVA récup./BS 3 400 70 Ventes 20 000
401 Fournisseurs 23 400 445763 TVA Récoltée/ 3 400
Facture n° Bon d’entrée n° Mses
Facture n° Bon SORTIE n°

TVA récupér. SUR BIENS ET SERVICES


TVA récoltée sur fournis De Biens/SERV;
77
REDUCTION SUR FACTURE
REDUCTION HORS FACTURE
→ 2. Au règlement : 23 400 - ( 2 %) = 23 400 – 468 = 22 932

ACHETEUR

VENDEUR
401 Fournisseurs 23400
765 Escomptes obt. 400
445663 TVA 68
récupérable
(400 * 0.17) 512 Banque 22 932

512 Banque 22 932 665 Escomptes acc. 400


Facture n° Bon d’entrée n° 445713 TVA récoltée 68
(400 * 0.17)
3400 Étant la TVA à récupérer 411 Clients 23 400
initialement Facture n° Bon d’entrée n°
68 DA sont Soustraits de 3400
(4456 13) (moins à récupérer) 68 DA sont Soustraits de 3400
ON A MOINS PAYE DE TVA (445713) (moins à reverser)
ON A MOINS ENCAISSE DE TVA78
LORSQUE PLUSIEURS REDUCTIONS SONT ACCORDEES

REDUCTIONS EN CASCADES

Marchandises brut 3 000,00 DA


REMISE 10 % 300,00 DA
NET COMMERCIAL 2 700, 00 DA
RABAIS 20 % 540,00 DA
NET COMMERCIAL 2 160, 00 DA
Réduction financière 10 % 216,00 DA
NET FINANCIER 1 944,00 DA
coefficient multiplicateur = prix 1 x COEF = Prix 2

Si Réduction de 10 %
coefficient multiplicateur = 0.90

3000 DA - (3000 *0.10) = 2700 OU 3 000 *0.90 = 2 700


Si Réduction de 10 % puis 20 % coefficient multiplicateur = 0.90 x 0.80 = 0.72
3000 DA - (3000*0.10) – (2 700*0.20) = 2 160
OU 3 000 * 0.90*0.80 = 2 160 ; Réduction financière de 10 % sur 2160

3000*0.9*0.8*0.9 = 1944 coefficient multiplicateur = 0.90 x 0.80 x 0.90 = 0.648


79
Cas de réductions avec diminutions
SUR FACTURES
RABAIS REMISES RISTOURNES SUR FACTURES + REDUCTION FINANCIERE
Marchandises BRUT 20 000
REMISE 10 % 2 000
NET COMMERCIAL 18 000
RABAIS 30 % 5 400
NET COMMERCIAL 12 600
RISTOURNE 10 % 1 260
NET COMMERCIAL 11 340
REDUCT. FINANC. 10 % 1 134
NET FINANCIER 10 206
TVA 17 % 1 735.02
NET A PAYER 11 941.02

38013 11 340.0 41113 11 941.02


445663 1 735.02 668 E. Accordés (ACF) 1 134.00
401 13 FR 11 941.02 700 11 340
768 E O (APF) 1 445713 1 735.02
134.00

CLIENT FOURNISSEUR
80
Cas de factures avec diminutions
2. FACTURES avec réductions HORS FACTURE (FACTURE D’AVOIR)
Rappel : Facture de 20 000 D.A H.T ; Port H.T de 400 D.A ; Total : 20 400 D.A ; TVA
: 17 % : 3 468 D.A ; Net à Payer : 23 868 D.A ; OBTENU UN RABAIS APRES ENVOI
FACTURE DE VENTE ; 20 % (calculé sur le NET COMMERCIAL PRECEDENT = 20 400 )
ACHETEUR VENDEUR

BRUT COMMERCIAL 20 400


REMISE 20 % (de 20 400) 4 080
709 RRR 4080
TVA 17 % 693.6 ACCORDEES
A VOTRE CREDIT 4 773.6 /Ventes m/ses
(20400*0.20)
40113 FOURNISSEURS 4 773.6
44576317 TVA récoltée 693.6
609 RRR sur achats 4 080 Biens/Services
44566317 TVE RECUP 693.6 411 CLIENTS 4773.6
Facture n° Bon d’entrée n° Facture n° Bon d’entrée n°

693.6 = 4080 (remise) x 0.17


81
Factures d’avoir et T.V.A

L’ AVOIR est une diminution de créance ayant pour cause :


➢ une réduction commerciale (Rabais, Remise, Ristourne)
➢ une réduction financière (escompte de règlement)
➢ un retour de marchandises
ACCORDE APRES FACTURATION (après envoi de la facture déjà enregistrée)

VENDEUR ACHETEUR

401 Fournisseurs X
709 RRR ACCORDES X 609 RRR OBTENUS SUR ACHATS X
Facture n° (Réduction commerciale R R R )
411 Clients X
Facture d’avoir n° (Réduction commerciale R R R 401 Fournisseurs X
ou retour de marchandises)
30 Marchandises X
Facture n° retour de marchandises
668 A.C.F Frais X
financiers
401 Fournisseurs X
411 Clients X
765 A.P.F Escomptes X
Facture d’avoir n° (Réduction financière type
escompte)
obtenus
82
Facture n° (Réduction financière type escompte)
Factures d’avoir et T.V.A
Exemple : Marchandises HT : 250 unités à 100 da …... 25 000
(15/05) Remise 15 % …………………………………………….. 3 750
21 250
Port payé à v/charge ………………………………… 1 600
22 850
Escompte pour paiement avant le : 2% .. 457
22 393
T.V.A à 7 % …………………………………………… 1 567.5
Net à Payer ……………………………………………… 23 960.5
Chez ACHETEUR Chez VENDEUR
3800 Achats m/ses 21 250 411 Clients 23 960.5
380608 Frais de port 1 600 668 A.F.F (F.F) 457
4456317 TVA Récup. 1 567.5
70 Ventes 21 250
401 Fournisseurs 23 960.5
53 Caisse 1 600
768 A.P.F (E.O) 457
4457 TVA Collect. 1567.5
30 Marchand. 22 850
60 M.C C.A
3800 21 250
30 M/SES C.A
380608 1 600 83

Vous aimerez peut-être aussi