Vous êtes sur la page 1sur 36

Royaume du Maroc Ecole Normale Supérieure

Ministère de l’Education Formation des Enseignants du


Nationale, de l’Enseignement Cycle Secondaire Qualifiant
Supérieur, de la Formation des Département de Langue et de
Cadres et de la Recherche Littérature Françaises
Scientifique

Module 1 : Les Types de Textes


( Tronc Commun )

Module réalisé dans le cadre du cours de


‘‘ Didactique’’

Réalisé par : Encadré par :


Mme GADI Amal Dr. KRIKEZ Abdellah
Mlle HAJJI Rhariba
Année Scolaire : 2007 / 2008
DEDICACE

Nous dédions

ce module à tous nos

camarades élèves-

professeurs de l'E.N.S de

Tétouan.
LA TYPOLOGIE TEXTUELLE
Une réflexion se situant au point de rencontre des recherches linguistiques,
pragmatiques, sémiologiques, sociolinguistiques et surtout psycho-cognitives, et à la lumière
des travaux actuels sur la compréhension et la mémorisation, on peut dire que la compétence
discursive des sujets et , à la fois, constituée par une compétence communicationnelle et par
une compétence textuelle. A l’intérieur de cette dernière, les lecteurs savent reconnaître
intuitivement un texte comme « narratif », « argumentatif » ou « descriptif ». Le fait que la
lecture soit ainsi sélective et qu’un texte puisse être perçu comme « captivant » ou « lent et
ennuyeux » selon que sa dominante est ou narrative ou descriptive, doit absolument être pensé
en termes textuels et typologiques. Il est claire qu’on ne lit pas de la même façon une
description, un dialogue ou un poème. Ces différents types de textes ou de séquences
textuelles exigent des stratégies et des compétences diversifiées.

Aussi d’un point de vue didactique était-il nécessaire que l’approche globale des textes
soit pensée en termes de typologie des types textuels puisque tout discours est un entrelacs de
séquences textuelles et que toute classification est d’abord et surtout à des fins pédagogiques.

Les principales typologies :

1) Le texte narratif : concentré sur des déroulements dans le temps.


2) Le texte descriptif qui présente des arrangements dans l’espace.
3) Le texte argumentatif : centré celui-ci sur une prise de position.
4) Le texte instructif : (ou prescriptif, exhortatif) qui incite à l’action.

Chaque texte ou chaque séquence de texte a un objectif principal que l'on appelle sa
fonction.
C'est l'intention de l'auteur qui détermine le type de texte.
Le type de texte dépend en effet de ce que l'auteur veut que son lecteur fasse, réalise, imagine,
etc.
On distingue principalement quatre types de textes. L'intention du locuteur peut être
de :
- raconter une histoire (texte narratif)
- établir une description (texte descriptif)
- argumenter, critiquer (texte argumentatif)
- imposer une opinion ou donner des conseils (texte injonctif)

Dans le domaine pédagogique, l'élève doit acquérir ces connaissances. Il doit aussi être
capable de reconnaître et de produire les différents types de textes.
Par ce module, nous aspirons à faire acquérir cette compétence à l'élève du tronc
commun du secondaire. Nous avons prévu de consacrer une séquence à chaque type de textes.
Le plan suivant montre clairement le schéma du module.

Niveau : Tronc commun.


Module 1 : Les types de textes.
Macro compétence : amener les élèves à identifier et à produire les différents types de
:::::::::::::::::::::::: :::::textes.
Nombre de séquences : 4
Nombre de séances : 18
PLAN DU MODULE

Séquence Semaine Activités Séance Durée Capacité

Lecture : 1 1h - Identifier un texte


narratif et ses
L'enfant et la rivière, caractéristiques.
Henri Bosco, - Etudier les étapes du
Cinquième partie. récit.

Langue : 2 1h - Amener les élèves à


identifier les temps du
Les temps du récit. récit et leurs valeurs.
- Amener les élèves à
utiliser les temps du
récit.

Activité orale : 3 1h - Amener les élèves à


Le développer leurs
texte I Raconter une aventure compétences
narratif personnelle ou une communicatives.
histoire fictive. - Créer un échange
d'idées au sein du
groupe classe.
- Amener les élèves à
raconter oralement
une histoire ou une
aventure personnelle.

Production écrite : 4 1h Faire en sorte que l'élève


arrive à écrire une petite
Rédiger une courte histoire de dix lignes.
histoire où on raconte
soit une aventure
personnelle soit des
événements fictifs.

Séquence Semaine Activités Séance Durée Capacité


Lecture : 5 1h Rendre l'élève capable
d'identifier un texte
Texte : La Pension descriptif et ses
Vauquer. caractéristiques.
Honoré de Balzac,
Le Père Goriot.

Langue : 6 1h Rendre l'élève capable


de caractériser un lieu
Le La caractérisation ou un objet par divers
texte II procédés.
descriptif
Activité orale : 7 1h Amener l'élève à
décrire d'une manière
Sujet : valorisante ou
Décrire un acteur ou dévalorisante une
un joueur en utilisant personne de son choix.
les procédés de
caractérisation.

Production écrite : 8 1h Amener l'élève à


produire un texte
Sujet : descriptif.
Faire le portrait d'une
personne quelconque.

Séquence Semaine Activités Séance Durée Capacité


Lecture : 9 1h Rendre l'élève capable
de reconnaitre le texte
Texte : argumentatif et
Paul VALERY, quelques unes de ses
Inspirations caractéristiques.
Méditerranéennes.

Langue : 10 1h Amener l'élève à


reconnaître les
Les connecteurs différents types de
logiques. connecteurs logiques
pour les employer dans
Le un texte argumentatif.
texte III
argumentatif
Activité orale : 11 1h Amener l'élève a bien
utiliser les connecteurs
Sujet : logiques lors d'une
Pour ou contre le discussion argumentée.
travail de la
femme.

Production 12 1h Amener l'élève à


écrite : rédiger un texte
argumentatif.
Sujet :
Rédigez un texte
argumentatif dans
lequel vous .
formulez une
opinion sur la
télévision

Séquence Semaine Activités Séance Durée Capacité


Amener l'élève à
Lecture : 13 1h reconnaître et à
utiliser quelques
Texte : formes de
Le docteur Knock. prescription.

Rendre l'élève capable


Langue : 14 1h de produire des
phrases où il donne
Conseiller / des conseils et des
Recommander. recommandations.

Activité orale : 15 1h Amener l'élève à


utiliser oralement les
Sujet : différentes formes de
En écoutant le prescription.
problème de ton
Le camarade, essaie de
texte IV lui donner des
prescriptif conseils, des ordres..

Production écrite : 16 1h Rendre l'élève capable


de rédiger un texte
Sujet : prescriptif.
Donner des conseils
à un ami qui souffre
de l'obésité.

Régulation : 17 1h Amener l'élève à


extérioriser les
Synthèse et révision connaissances
des quatre types de acquises concernant
textes. les types de textes.

Evaluation : 18 1h Evaluer la macro-


compétence du
Texte : module.
Honoré de Balzac,
Le Père Goriot.
+
Questions de
compréhension et de
langue.

SEQUENCE 1 : LE TEXTE NARRATIF


Compétence : Identifier et produire un texte narratif
Fiche 1

Niveau : Tronc Commun.


Module : les types de textes.
Séquence : le texte narratif.
Activité : lecture.
Durée : 1 heure.
Capacité :
- Identifier un texte narratif et ses caractéristiques.
- Etudier les étapes du récit.

Texte :

La barque restait immobile. Pas un courant visible n'atteignait ce petit havre où je me


sentais à l'abri. Je pouvais m'y abandonner à la contemplation des eaux glissantes et
silencieuses dont le mouvement me fascinait...
Je perdis la notion du temps, du lieu et de moi-même, et je ne savais plus qui s'en allait,
de ma barque ou de la rivière Fuyait-elle, ou était-ce moi qui merveilleusement, sans rames, la
remontais ? Dieu sait comment je m'étais détaché du rivage, et déjà je voyais s'éloigner les
quatre pilotis de la cabane... Ils s'éloignaient... S'éloignaient-ils ?...
Brusquement je revins à moi. Où étais-je ? Entre la barque et la cabane, la corde était
tombée. Pris dans un courant invisible je partais à la dérive. J'essayai de saisir, au passage,
une branche; mais elle m'échappa. Sans secousse, insensiblement, je m'éloignais du bord. Le
froid de la peur me glaçait. Car l'eau, d'abord paisible, entrait dans le courant à mesure que
j'avançais, et je voyais, sur moi, venir l'immense nappe de la rivière avec rapidité.
Elle était tout entière en marche, et sa masse profonde m'entraînait vers ce récif dressé à
la pointe de l'île où les flots se brisaient en bouillonnant.
Leur violence augmentait. Ils emportaient de plus en plus rapidement la vieille barque.
Elle craquait. L'eau montait par les fissures. De vastes tourbillons me prenaient par le travers
et la barque tournait sur elle-même. Quand elle offrait le flanc au choc de l'eau, elle roulait
dangereusement. J'allais droit un récif. Il s'avançait vers moi, terrible. Je fermai les yeux.
L'eau gronda, puis la barque saisie dans un remous vira avec lenteur. Un raclement ébranla la
coque. Elle s'immobilisa sur un lit de gravier. J'ouvris les yeux. J'étais sauvé. Nous venions
d'échouer sur une grève en pente douce, à la pointe de l'île. Le récif, évité, écumait toujours,
mais plus loin.
D'un bond je fus à terre.
Et alors je pleurai.

L'enfant et la rivière, Henri Bosco, Cinquième partie.

I – Identification du texte :

Il s’agit d’un texte narratif.


- Les indices :
o L'emploi du pronom personnel "je".
- Narrateur = auteur = personnage.
- Les temps du récit :
- L’imparfait pour raconter une action durable.
- Le passé simple pour raconter action achevée.
- Les étapes du récit.

II – Les étapes du récit :

Situation Parties du texte Mots clés

Situation de calme « La barque restait …


(d’équilibre) s’éloignaient-ils ? »

Situation de rupture « Brusquement … tombée ». Brusquement.


(de déséquilibre)

Situation de danger « Pris dans un courant … Je partis à la dérive.


(la péripétie) J'ouvris les yeux ».

Situation finale
(le dénouement) « J’étais sauvé » …fin. J’étais sauvé.

III – Synthèse :

Ce texte a une structure narrative. Il est fait de la succession de situation d’équilibre et


de déséquilibre.

Fiche 2
Niveau : Tronc Commun.
Module : les types de textes.
Séquence : le texte narratif.
Activité : langue.
Durée : 1 heure.

Capacité :
- Amener les élèves à identifier les temps du récit et leurs valeurs.
- Amener les élèves à utiliser les temps du récit.

Intitulé du cours : Les temps du récit

I – Observation :

P (1) Elle l’aperçut, se mit à rire, le fit entrer, ferma sa porte doucement, et s’affala
sur son canapé.
P (2) Le vent soufflait, il mit pourtant son bateau à la mer.
P (3) La pluie battait les vitres.
P (4) Elle le regardait, son cœur battait : il se leva, vint vers elle.
P (5) Chaque matin, elle partait à la gare, une petite valise à la main, marchait
longuement, ne parlait à personne.

II – Conceptualisation :

Phrase Temps Valeur


- Expression de la successivité : les faits passent les
1 Passé simple uns après les autres.
- Action achevée.
Passé simple Mise en place d’un premier plan exprimé par le
2 Imparfait passé simple, par rapport à l’arrière plan exprimé
par l’imparfait.

3 Imparfait Aspect duratif : la durée est soulignée.

4 Imparfait Expression de la simultanéité.

5 Imparfait Expression de l’habitude.

III – Exercice :

Dans les phrases suivantes, identifiez le temps de chaque verbe et indiquez sa valeur.
1. A l’âge préhistorique, les hommes vivaient dans des grottes.

2. Le footballeur s’élança, intercepta la balle, contourna un adversaire, shoota et marqua


un but.

3. J’écrivais tous les jours jusqu’à midi.

4. Il contemplait un beau paysage, il avait froid.

5. La salle était grande, il entra et prit une place.

IV – Appropriation :

Produire des phrases en employant les temps du récit.

Fiche 3
Niveau : Tronc Commun.
Module : les types de textes.
Séquence : le texte narratif.
Activité : orale.
Durée : 1 heure.

Capacité :
- Amener l'élève à développer ses compétences communicatives.
- Créer un échange d'idées au sein du groupe classe.
- Amener l'élève à raconter oralement une histoire ou une aventure personnelle.

Sujet : raconter une aventure personnelle ou une histoire fictive.

Consigne :
- Utiliser les temps du récit.
- Choisir un sujet de réflexion.
- Préciser la marque d'énonciation.
Fiche 4

Niveau : Tronc Commun.


Module : les types de textes.
Séquence : le texte narratif.
Activité : production écrite.
Durée : 1 heure.

Capacité : faire en sorte que l'élève arrive à écrire une petite histoire de dix lignes.

Sujet : rédigez une courte histoire où vous racontez soit une aventure personnelle soit
des événements fictifs.

Consigne :
- Marque de l'énonciation.
- Temps du récit.
- Cohérence des idées.
- Simplicité du style.

SEQUENCE N° 2 : LE TEXTE DESCRIPTIF


Compétence visée : reconnaître et produire
un texte descriptif
Fiche 5

Niveau : Tronc Commun.


Module : les types de textes.
Séquence : le texte descriptif.
Activité : lecture;
Durée : 1 heure.
Capacité : rendre l'élève capable d'identifier un texte descriptif et ses caractéristiques.

Texte :

La pension Vauquer
Naturellement destiné à l'exploitation de la pension bourgeoise, le rez-de-chaussée se
compose d'une première pièce éclairée par les deux croisées de la rue, et où l'on entre par une
porte-fenêtre. Ce salon communique à une salle à manger qui est séparée de la cuisine par la
cage d'un escalier dont les marches sont en bois et en carreaux mis en couleur et frottés. Rien
n'est plus triste à voir que ce salon meublé de fauteuils et de chaises en étoffe de crin à raies
alternativement mates et luisantes. Au milieu se trouve une table ronde à dessus de marbre
Sainte-Anne, décorée de ce cabaret en porcelaine blanche ornée de filets d'or effacés à demi,
que l'on rencontre partout aujourd'hui. Cette pièce, assez mal planchéiée, est lambrissée à
hauteur d'appui. Le surplus des parois est tendu d'un papier verni représentant les principales
scènes de Télémaque, et dont les classiques personnages sont coloriés. Le panneau d'entre les
croisées grillagées offre aux pensionnaires le tableau du festin donné au fils d'Ulysse par
Calypso. Depuis quarante ans, cette peinture excite les plaisanteries des jeunes pensionnaires,
qui se croient supérieurs à leur position en se moquant du dîner auquel la misère les
condamne. La cheminée en pierre, dont le foyer toujours propre atteste qu'il ne s'y fait de feu
que dans les grandes occasions, est ornée de deux vases pleins de fleurs artificielles, vieillies
et encagées, qui accompagnent une pendule en marbre bleuâtre du plus mauvais goût. Cette
première pièce exhale une odeur sans nom dans la langue, et qu'il faudrait appeler l' odeur de
pension. Elle sent le renfermé, le moisi, le rance; elle donne froid, elle est humide au nez, elle
pénètre les vêtements; elle a le goût d'une salle où l'on a dîné; elle pue le service, l'office,
l'hospice.

Honoré de Balzac, (1799 – 1850),


Le Père Goriot.

I – Organisation du texte descriptif :

1 - La description de la pension Vauquer est faite du général au particulier.


a- Description de l'ensemble : le rez-de-chaussée.
b- Description détaillée : le salon.

2 - La description de la pension est faite à travers :


a- La sensation visuelle.
b- La sensation olfactive : (l'odorat).
Exemple : "Exhaler – elle sent le renfermé – elle pue…"
c- La sensation gustative : (le goût).
Exemple : "Elle a le goût de…"
d- La sensation tactile : (Le toucher)
Exemple : "Elle donne froid – elle pénètre les vêtements…"

II – Le rôle de la description :

- La description permet de donner des informations sur un lieu, sur un


personnage, sur son mode de vie…
- Elle permet aussi de ralentir la narration.
- La description peut être valorisante ou dévalorisante.
==› dans notre texte, elle est dévalorisante.

III – Synthèse :

La description permet au lecteur de se représenter un lieu, un être ou un objet. Elle


peut être valorisante ou dévalorisante.

Fiche 6

Niveau : Tronc Commun.


Module : les types de textes.
Séquence : le texte narratif.
Activité : langue.
Durée : 1 heure.
Capacité : rendre l'élève capable de caractériser un lieu ou un objet par divers
,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,procédés.
Intitulé du cours : La caractérisation

I – Observation et repérage :

1. Il vit dans une grande maison.


2. La ferme est grande.
3. L'homme, épuisé, cherche où dormir.
4. L'enfant qui avait les mains vides regardait désespérément les étalages de
confiserie.
5. Elle avait un regard aussi limpide que l'eau de roche.
6. Il a mangé un morceau de gâteau.

II – Conceptualisation :

Décrire consiste à attribuer des propriétés ou des caractéristiques à une personne, à un


objet, à un lieu… de manière à en donner une impression particulière grâce à la
caractérisation utilisant divers procédés.

Procédés utilisés Phrase


Adjectif épithète 1
Adjectif attribut 2
Adjectif apposition 3
Subordonnée relative 4
Comparaison 5
Complément de nom 6

III – Exercice d'application :

Identifiez, dans ces phrases, les différents procédés de caractérisation.


1. Ahmed, fatigué, il ne veut pas sortir avec ses amis.
2. La mère est calme.
3. De sa fenêtre, il contemplait le prodigieux spectacle.
4. Elle laissa échapper une exclamation de surprise.
5. Rachid nage comme un poisson.
6. Le brouillard ensevelissait toute la région sous un voile dont les teintes grises.

III – Appropriation :

Produisez des phrases où vous caractérisez un lieu, une personne ou un objet, et ce, en
veillant à varier les procédés de caractérisation.

Fiche 7
Niveau : Tronc Commun.
Module : les types de textes.
Séquence : le texte narratif.
Activité : orale.
Durée : 1 heure.

Capacité : amener l'élève à décrire, d'une manière valorisante ou dévalorisante, une


personne de son choix.

Consigne :

Décrivez un acteur ou un joueur, de votre choix, en utilisant les procédés de caractérisation.

Fiche 8
Niveau : Tronc Commun.
Module : les types de textes.
Séquence : le texte narratif.
Activité : production écrite.
Durée : 1 heure.

Capacité : amener l'élève à produire un texte descriptif.

Sujet : faites la description d'une personne quelconque à partir des éléments suivants.

Caractérisation Elément du portrait

Médiocre, svelte… La taille


Brun / blond… Le teint
Elevé, grand… Le front
Moyens, petits, enfoncés… Les yeux
Bien tournés, arqués… Les sourcils
Court, gros, pointu… Le nez
Petite, grande. La bouche
Assez rouges. les lèvres
Blanches, bien rangées… Les dents

Consigne :

- Cette description doit s'organiser selon un ordre.


- Utiliser les moyens de caractérisation.

Rédaction :

Je suis une jeune personne d'une taille médiocre. J'ai le teint blond, mon front est élevé et
d'une raisonnable grandeur. Mes yeux sont noirs et ont la forme amande. Ils sont surmontés
par des sourcils épais et bien arqués. Mon nez est petit comme ma bouche. Les lèvres sont
assez rouges. Les dents sont blanches et bien rangées.

SEQUENCE N° 3 : LE TEXTE ARGUMENTATIF


Compétence visée : reconnaître et produire
un texte argumentatif
Fiche 9

Niveau : Tronc Commun.


Module : les types de textes.
Séquence : le texte argumentatif.
Activité: lecture.
Durée: 1heure.

Capacité : rendre l'élève capable de reconnaitre le texte argumentatif et quelques unes


de ses caractéristiques.

Texte :

Il n'est pas de spectacle pour moi qui vaille ce que l'on voit d'une terrasse d'un balcon
bien placé au-dessus d'un port.
L'œil, dans ce poste privilégié, possède le large dont il s'enivre et la simplicité générale
de la mer, tandis que la vie et l'industrie humaines, qui trafiquent. Construisent, manœuvrent
tout auprès.lui apparaissent d'autre part. L'œil peut se reporter, a chaque instant, à la présence
d'une nature éternellement primitive. Intacte, inaltérable par l'homme, constamment et
visiblement soumise aux forces universelles, et il en reçoit une vision identique a celle que les
premiers êtres ont reçue. Mais ce regard se rapprochant de la terre. Y découvre aussitôt,
d'abord l'œuvre irrégulière du temps, qui façonne indéfiniment le rivage, et puis l'œuvre-
réciproque des hommes, dont les constructions accumulées.les formes géométriques qu'ils
emploient, la laine droite, les plans ou les arcs s'opposent au désordre et aux accidents des
formes naturelles. Comme les flèches, les tours et les phrases qu'ils élèvent apposent aux
figures de chute et d'écoulement de la nature géologique la volonté contraire d'édification, le
travail volontaire, et comme rebelle, de notre race. L'œil aussi embrasse à la fois l'humain et
l'inhumain.

Paul VALERY, Inspirations Méditerranéennes.

I - Identification du texte :
C'est un texte argumentatif.

Axes de lecture :

II - Le schéma du texte argumentatif:

1 – La thèse :
- L'auteur commence par une proposition initiale : c'est la thèse ou il nous révèle ce qu'il
pense d'une chose.
- Il donne ensuite des arguments pour défendre cette thèse, il montre les avantages du
spectacle donné d'une terrasse d'un balcon au dessus d'un port.
er
1 argument :
- L'œil prend contact avec des beaux paysages qui ont résisté à la destruction de
l'homme.

2 - L'antithèse :
2ème argument :
- Il montre ensuite les points négatifs concernant le rapprochement de l'œil de la terre.
- C'est une idée introduite par "Mais" et des liens logiques "d'abord", "puis".

3 – La synthèse :
- La conclusion : "ainsi".

III- La visée de l'argumentateur :


- L'auteur donne des arguments rationnels et logiques pour nous convaincre de la
nécessité de protéger la nature.
- L'auteur expose ici sa thèse et la défend par les moyens appuyant le point de vue de
l'auteur.

IV- Bilan :

L'argumentation a pour but de convaincre ou de persuader son interlocuteur. Pour cela,


l'auteur donne des arguments et des exemples organisés à l'aide des connecteurs logiques.

Fiche 10

Niveau : Tronc Commun.


Module : les types de textes.
Séquence : le texte narratif.
Activité: langue.
Durée : 1heure.

Capacité : amener l'élève à reconnaître différents types de connecteurs logiques pour


les employer dans un texte argumentatif.

Intitulé du cours : Les connecteurs logiques

I- Observation et repérage :

Les gens qui fument risquent beaucoup de dangers. D'abord, ils peuvent attraper un
cancer, et puis, ils perdent énormément d'argent. De plus ils polluent la nature.

II- Conceptualisation :

Rôles Liens logiques


Ils introduisent une idée opposée : (les Mais, en revanche, par contre, malgré,
adversatifs). pourtant, cependant…
Introduire des exemples : (les illustratifs). Comme, par exemple, à savoir…
Ils introduisent des exemples : (les D'abord, ensuite, après, puis,
illustratifs). premièrement, deuxièmement…
Ils servent à énumérer : (les énumératifs). Enfin, pour conclure, en définitive, en
résumé
Ils indiquent les causes : (les causatifs). En effet, car, à cause de…
Ils introduisent les conséquences. C'est donc, pourquoi, par conséquent…

III- Exercice d'application :

Complétez le texte suivant par des connecteurs logiques.

Je pense que l'internet contribue au développement culturel de l'homme. D'abord, il


permet de faciliter l'ouverture et le contact avec d'autres sociétés. En plus, c'est un moyen de
communication qui facilite l'accès à tous les savoirs. Cependant, l'internet possède des cotés
négatifs. Ainsi l'internet reste une arme à double tranchant.

IV- Appropriation :

Produisez des phrases où vous introduisez des liens logiques.

Fiche 11

Niveau : Tronc Commun.


Module : les types de textes.
Séquence : le texte narratif.
Activité orale : débat.
Durée: 1heure.

Capacité : amener l'élève a bien utilisé les connecteurs logiques lors d'une discussion
argumentée.

Sujet :

Certains croient en la possibilité et la capacité de la femme de contribuer à un


développement de la société. D'autres pensent par contre, que son rôle doit se limiter à
s'occuper des tâches ménagères.

Consigne :

- Usage des connecteurs logiques.


- Bonne écoute de l'autre quand il prend la parole.
- Défendre son idée en argumentant.

Fiche 12

Niveau : Tronc Commun.


Module : les types de textes.
Séquence : le texte narratif.
Activité: production écrite.
Durée: 1heure.

Capacité : amener l'élève à rédiger un texte argumentatif.

Sujet :

Rédigez un texte argumentatif dans lequel vous formulez une opinion sur la télévision.

Consigne :

- Expliquez votre opinion par des arguments.


- Introduisez un ou des arguments opposés.
- Faites une conclusion.

Rédaction :

Je pense que la télévision possède plusieurs aspects positifs. D'abord, la télévision


nous informe sur ce qui se passe aux quatre coins du monde. Ensuite, elle nous instruit sur les
coutumes des autres sociétés. Pourtant, elle diffuse parfois des spectacles médiocres, des films
de violence, etc. Finalement, et pour bien profiter de cet appareil, il faut savoir choisir les
émissions les plus profitables.

SEQUENCE N° 4 : LE TEXTE PRESCRIPTIF


Compétence visée : Identifier et produire
un texte prescriptif

Fiche 13

Niveau : Tronc Commun.


Module : les types de textes.
Séquence : le texte prescriptif.
Activité: lecture.
Durée: 1heure.
Capacité : amener l'élève à reconnaître et à utiliser quelques formes de prescription.

Texte :

Le docteur Knock dit :

- Il faudra trouver une voiture. Vous vous coucherez en arrivant. Une chambre où vous serez
seule, autant que possible. Faites fermer les volets et les rideaux pour que la lumière ne
vous gène pas. Défendez qu'on vous parle. Aucune alimentation solide pendant une
semaine. Un verre d'eau de vichy toutes les deux heures, et, à la rigueur, une moitié de
biscuit, matin et soir, trempé dans un doigt de lait. Mais j'aimerais autant que vous vous
passiez de biscuit.

Identification du passage :
C'est un texte injonctif.

- Il s'agit d'un locuteur (médecin) qui parle à un interlocuteur (patiente).


- Le docteur Knock veut guérir cette patiente, pour cela il lui donne des conseils et des
ordres.
- Il utilise les expressions linguistiques et les formes verbales suivantes :

La phrase Le futur Le Forme


nominale simple conditionnel L'impératif impersonnelle
présent
Un verre d'eau Vous vous Mais, - Faites fermer Il faudra
de vichy toutes coucherez en j'aimerais les volets. trouver une
les deux arrivant. autant que - Défendez voiture.
heures. vous vous qu'on vous
passiez du parle.
biscuit.

Synthèse :
- Le texte injonctif se présente donc sous forme de recommandation, d'ordre ou
d'interdiction.
- Les recettes de cuisine et les règles de jeu sont aussi des textes injonctifs.

Fiche 14

Niveau : Tronc Commun.


Module : les types de textes.
Séquence : le texte narratif.
Activité: langue.
Durée: 1heure.
Capacité : rendre l'élève capable de produire des phrases où il donne des conseils et des
recommandations.

Intitulé du cours : Conseiller / Recommander

I - Observation et repérage :

- Il est donc primordial d'établir un planning.


- Mangez équilibré : fruits, légumes…
- L'idéal est d'éviter le stress et l'angoisse.
- Gardez le moral. Et bon courage.

II – Conceptualisation :

Donner un conseil consiste à exprimer notre point de vue à quelqu'un sur ce qu'il doit faire.
Si on insiste sur un conseil, il s'agit d'une recommandation. Plusieurs expressions servent à
exprimer un conseil :
- Les spécialistes recommandent…
- Mangez, gardez…
- L'idéal est d'éviter, il est primordial de…
- Bon courage.

III - Exercice d'application :

Relevez les expressions utilisées dans ces conseils.

- On vous conseille de vous relaxer de temps en temps.


- Prenez votre temps. Et bonne chance !
- Il est indispensable de garder le moral.
- Refusez le désespoir !
- Acceptez-vous tel que vous êtes et vous rencontrez des personnes qui vous
apprécieront.

IV- Appropriation :

Faites des phrases où vous donnez des conseils, et ce, en diversifiant les expressions.

Fiche 15

Niveau : Tronc Commun.


Module : les types de textes.
Séquence : le texte narratif.
Activité orale : jeu de rôles.
Durée: 1heure.

Capacité : amener l'élève à utiliser oralement les différentes formes de prescription.

Sujet :

En écoutant le problème de ton camarade, essaie de lui donner des conseils, des
ordres, etc.

Consigne :

- Bien écouter.
- Variez les formes de prescription.

Fiche 16

Niveau : Tronc Commun.


Module : les types de textes.
Séquence : le texte narratif.
Activité : production écrite.
Durée: 1heure.

Capacité : rendre l'élève capable de rédiger un texte prescriptif.

Sujet:

Votre ami souffre de l'obésité. Pour maigrir, il a eu recours à vous conseils.


Quelles prescriptions lui donnez-vous pour réussir dans sa tâche ?

Rédaction :

Pour maigrir, l'idéal est de suivre un régime alimentaire. Il est recommandé d'éviter les
aliments sucrés ou trop gras. Pour réussir cette tâche, il serait bon de pratiquer du sport. Une
Fichede gymnastique ou une demi-heure de marche deux ou trois fois par semaine, pourrait
être efficace pour avoir une bonne forme.

Fiche 17

Niveau : Tronc Commun.


Module : les types de textes.
Séquence : le texte narratif.
Activité : régulation.
Durée : 1 heure.
Capacité : amener l'élève à extérioriser les connaissances acquises concernant les
types de textes.

Intitule du cours : La Typologie Textuelle (Synthèse)

Fonctions Caractéristiques Types de textes


Raconter une histoire - Emploi des temps du
imaginaire ( conte, roman, récit : l'imparfait, le
etc.) ou une histoire réelle passé simple et le Le texte narratif
(autobiographie, journal présent de narration.
intime, etc.) - Insistance sur les
indicateurs temporels.
- Décrire un objet, un
lieu ou une personne.
- Dans les écrits - Emploi de l'imparfait
scientifiques : et du présent. Le texte descriptif
informer. - Emploi des adjectifs.
- Dans les écrits
littéraires : :créer une
impression.
- Persuader : des Abondance de mots, liens,
arguments qui s'adressent des verbes de Le texte argumentatif
aux sentiments. communication : dire,
annoncer, penser…
Inciter à faire quelque
chose (affiches L'imparfait ou l'infinitif. Le texte prescriptif ou
publicitaires, texte injonctif
publicitaire, recette de
cuisine, ordonnance, etc.)

Fiche 18

Niveau : Tronc Commun.


Module : les types de textes.
Séquence : le texte narratif.
Activité : évaluation.
Durée: 1 heure.
Niveau: Tronc Commun.
Macro-compétence : évaluer la macro-compétence du module.

Texte :

La comtesse fit généreusement des observations à madame Vauquer sur sa mise, qui
n'était pas en harmonie avec ses prétentions. " Il faut vous mettre sur le pied de guerre ", lui
dit-elle. Après bien des calculs, les deux veuves allèrent ensemble au Palais-Royal, où elles
achetèrent, aux Galeries de Bois, un chapeau à plumes et un bonnet. La comtesse entraîna son
amie au magasin de La Petite Jeannette , où elles choisirent une robe et une écharpe. Quand
ces munitions furent employées, et que la veuve fut sous les armes, elle ressembla
parfaitement à l'enseigne du Boeuf à la mode. Néanmoins elle se trouva si changée à son
avantage, qu'elle se crut l'obligée de la comtesse, et, quoique peu donnante , elle la pria
d'accepter un chapeau de vingt francs. Elle comptait, à la vérité, lui demander le service de
sonder Goriot (le père de la comtesse) et de la faire valoir auprès de lui. Madame de
l'Ambermesnil se prêta fort amicalement à ce manège, et cerna le vieux vermicellier avec
lequel elle réussit à avoir une conférence; mais après l'avoir trouvé pudibond, pour ne pas dire
réfractaire aux tentatives que lui suggéra son désir particulier de le séduire pour son propre
compte, elle sortit révoltée de sa grossièreté.

Honoré de Balzac, Le Père Goriot.

Questions :

1. Quel est le type de ce texte ?


2. Où sont allées les deux veuves ?
3. Qu'offre la comtesse à Madame Vauquer ?
4. Pourquoi ?
5. Quels sont les temps utilisés dans ce texte ?

Quelles sont leurs se vidaient comme les brocs de cidre jaune. Chacun racontait ses
affaires, ses achats et ses ventes. On prenait des nouvelles des récoltes. Le temps était bon
pour les verts, mais un peu mucre pour les blés.

- Il arrêtait des inconnus pour la leur dire. Maintenant il était tranquille, et pourtant
quelque chose le gênait sans qu'il sût au juste ce que c'était. On avait l'air de plaisanter en
l'écoutant. On ne paraissait pas convaincu. Il lui semblait sentir des propos derrière son dos.

Le paysan resta suffoqué. Il comprenait enfin. On l'accusait d'avoir fait reporter le


portefeuille par un compère, par un complice.

Mais parfois le lecteur hésite . Les linguistes parlent de « polyphonie », comme dans
cette phrase :

-La nuit vient; Il fallait partir. ( qui prend en charge la phrase soulignée : le narrateur ou le
personnage ?)
Conclusion :

Le DIL participe de l’ effet du réel, caractéristique de l’esthétique réaliste. Il est actuellement


fréquent dans le nouveau roman, l’élève doit être sensibilisé à cette forme d’écriture et aux
problèmes d’interprétation qu’ elle pose. Parfois plusieurs interprétations sont acceptées.

…………………………………

Séance11 : AO : exposé-débat sur le genre de la nouvelle

(Si le niveau de la classe est très bas, on se contente d’une simulation de la scène entre Hauchecorne et
le maire par exp).

Objectif :-connaître des critères définitoires du genre de la nouvelle.

On peut partit d’un exposé court d’un ou de deux élèves qui sera comme plate forme au débat.

NB. Certains ouvrages utilisent le terme « conte » pour désigner les nouvelles de Maupassant, vu leur
caractère d’oralité.

1.Définition :

« nouvelle (littérature), genre de fiction narrative en prose, qui se différencie du roman par sa
brièveté. Toutefois, on remarque aisément que cette caractéristique formelle ne suffirait pas à
la distinguer d'un conte ou d'un roman court. En d'autres termes, les critères définitoires de la
nouvelle, faute de trait générique véritablement distinctif, doivent inclure d'autres traits,
notamment ceux concernant la construction dramatique. (…) La construction dramatique de la
nouvelle est caractérisée par une unité d'intrigue et par le petit nombre des personnages. Le
début d'une nouvelle, si on le compare à celui d'un roman de facture traditionnelle (c'est-à-dire
en gros à un roman dont le modèle narratif est le modèle balzacien), comporte des
préliminaires très rapides et parfois un début in medias res. Le début in medias res (qui
caractérise des œuvres aussi éloignées de la nouvelle que l'Odyssée ou Ulysse de Joyce)
suppose une entrée en matière abrupte : il n'est pas obligatoire dans la nouvelle mais il lui
convient bien. Les nouvelles les plus représentatives réduisent donc à quelques traits
marquants les notations concernant le cadre spatio-temporel ou le cadre social ainsi que la
description des personnages. Tout dans la narration est censé tendre vers un effet unique et
vers une chute qu'une série d'indices permet de deviner par anticipation (ou bien ne permet
pas de deviner, auquel cas la chute est une surprise). »
CD ENCARTA 2002.

2-Caractéristiques :

-La brièveté : Récit de longueur variable mais généralement inférieure à celle du roman.

-L'histoire : Elle est constituée par une action rapide, centrée sur un noyau : une seule intrigue
condensée(crise, événement extraordinaire, effet psychologique ...) autour duquel s'organise la
structure du récit. C’est une « nouvelle » dans le sens d’information qui vise à divertir et/ou à
instruire. Les faits racontés sont en général présentés comme vraisemblables.

-Les personnages : Ils sont souvent décrits à un moment de leur vie ; leur portrait est réduit à
quelques traits significatifs. Leur comportement est surtout étudié face à l'événement. Donc,
ils n’ont pas une épaisseur psychologique comme c’est le cas dans le roman.

-L'originalité : L'auteur cherche à capter l'attention de son lecteur en cherchant un sujet ou une
narration qui sortent de l'ordinaire.

-Le décor : Organisé autour de l'événement central, il se limite souvent aux renseignements
utiles pour comprendre le déroulement du récit ou pour s'imprégner d'une ambiance.

-La chute : Le récit s'achève parfois sur une (ou quelques) phrase(s) courte(s) qui ménage(nt)
un effet de suspense, de surprise ou assène(nt) un trait de réflexion.

-Le "message" : Fréquemment l'auteur veut inciter le lecteur à réfléchir.

- Thierry Ozwald, récapitule les caractéristiques de la nouvelle dans : le souci du réalisme, la


dramatisation (la théâtralisation : étudier le dialogue et les répliques courtes) et le fait brutal
qui bouleverse la situation de départ.

-Une partie des nouvelles de Maupassant ( la farce normande) poursuivent la tradition du


fabliau ( un genre ancien).

3-La nouvelle réaliste :

1) Le réalisme est une évocation d'une réalité, fondée sur des faits réels ou qui pourraient l'être.
Quels aspects, quels problèmes de la société du XIXe siècle peut-on trouver dans cette nouvelle?

2) Le réalisme ne cherche pas à embellir, à modifier le réel, même s'il est dur à
soutenir.
Quelle scène de "La Ficelle" peut répondre à cette définition ?

3) La nouvelle réaliste doit avoir l'apparence de la vérité. Elle ne tolère pas les
invraisemblances.
Relevez dans l'organisation du récit tous les éléments de la situation, des lieux, du temps, etc.
sans lesquels la situation paraîtrait irréelle, impossible.

Conclusion :
L’unité de l’intrigue, la brièveté, l’oralité, l’inversion, la simplicité des personnages , la chute
finale sont des caractéristiques du genre de la n

ouvelle en général. La nouvelle réaliste part d’un fait réel, pris dans la vie de tous les jours.
Elle ne vise nullement à édulcorer la réalité comme chez les Romantiques par exemple.

Conclusion générale :

Au bout de cette séquence,l’élève aura appris les principales caractéristiques d’une nouvelle
réaliste. Il fera des rapprochements avec le programme de l’arabe (cf : le recueil de nouvelles
en 2ème bac.). Certes on ne fait pas de la littérature pure au lycée marocain, mais cela
n’empêche que les connaissances littéraires ou philosophique simplifiées et bien dosées
motivent l’élève et l’implique dans sa formation. Par contre, un enseignement plat et simpliste
ne peut qu’ennuyer et démotiver notre lycéen .Les connaissances de langue n’ont d’intérêt
que si elles sont intégrées dans le cadre d’un projet pédagogique sous-tendu d’une
problématique bien posée.

Pour s’assurer que l’élève a retenu l’essentiel de ce qui a été dit, une séance d’évaluation a
été prévue. Il s’agit de mettre l’élève en face d’un autre texte du même genre, du même auteur
et l’inviter à la réflexion et à l’analyse par le biais d’un bref questionnaire.

………………………………

Séance12 :

Evaluation : Durée : 2 h.

LE VAGABOND (début)

« DEPUIS quarante jours, il marchait, cherchant partout du travail. Il avait quitté son pays' Ville-
Avaray, dans la Manche, parce que l'ouvrage manquait. Compagnon charpentier, âgé de vingt-sept
ans, bon sujet, vaillant, il était resté pendant deux mois à la charge de sa famille, lui, fils aîné, n'ayant
plus qu'à croiser ses bras vigoureux, dans le chômage général. Le pain devint rare dans la maison; les
deux soeurs allaient en journée, mais gagnaient peu; et lui, Jacques Randel, le plus fort, ne faisait rien
parce qu'il n'avait rien à faire, et mangeait la soupe des autres.

Alors, il s'était informé à la mairie; et le secrétaire avait répondu qu'on trouvait à s'occuper dans le
Centre.

Il était donc parti, muni de papiers et de certificats , avec sept francs dans sa poche et portant sur
l'épaule, dans un mouchoir bleu attaché au bout de son bâton, une paire de souliers de rechange, une
culotte et une chemise. Et il avait marché sans repos, pendant les jours et les nuits, par les
interminables routes, sous le soleil et sous les pluies, sans arriver jamais à ce pays mystérieux où les
ouvriers trouvent de l'ouvrage. Il s'entêta d'abord à cette idée qu'il ne devait travailler qu'à la charpente,
puisqu'il était charpentier. Mais, dans tous les chantiers où il se présenta, on répondit qu'on venait de
congédier des hommes, faute de commandes, et il se résolut, se trouvant à bout de ressources, à
accomplir toutes les besognes qu'il rencontrerait sur son chemin.

Donc, il fut tour à tour terrassier, valet d'écurie, scieur de pierres; il cassa du bois, ébrancha des arbres,
creusa un puits, mêla du mortier, lia des fagots, garda des chèvres sur une montagne, tout cela
moyennant quelques sous, car il n'obtenait, de temps en temps, deux ou trois jours de travail qu'en se
proposant à vil prix, pour tenter l'avarice des patrons et des paysans.

Et maintenant, depuis une semaine, il ne trouvait plus rien, il n'avait plus rien et il mangeait un peu de
pain, grâce à la charité des femmes qu'il implorait sur le seuil des portes, en passant le long des routes.

Le soir tombait, Jacques Randel harassé, les jambes brisées, le ventre vide, l'âme en détresse, marchait
nu-pieds sur l'herbe au bord du chemin, car il ménageait sa dernière paire de souliers, l'autre n'existant
plus depuis longtemps déjà. C'était un samedi, vers la fin de l'automne. Les nuages gris roulaient dans
le ciel, lourds et rapides, sous les poussées du vent qui sifflait dans les arbres. On sentait qu'il pleuvrait
bientôt. La campagne était déserte, à cette tombée de jour, la veille d'un dimanche. De place en place,
dans les champs, s'élevaient pareilles à des champignons jaunes, monstrueux, des meules de paille
égrenées; et les terres semblaient nues, étant ensemencées déjà pour l'autre année.

Randel avait faim, une faim de bête, une de ces faims qui jettent les loups sur les hommes. Exténué, il
allongeait les jambes pour faire moins de pas et, la tête pesante, le sang bourdonnant aux tempes, les
yeux rouges, la bouche sèche, il serrait son bâton dans sa main avec l'envie vague de frapper à tour de
bras sur le premier passant qu'il rencontrerait rentrant chez lui manger la soupe.

Il regardait les bords de la route avec l'image, dans les yeux, de pommes de terre défoules, restées sur
le sol retourné. S'il en avait trouvé quelques-unes, il eût ramassé du bois mort, fait un petit feu dans le
fossé, et bien soupé, ma foi, avec le légume chaud et rond, qu'il eût tenu d'abord, brûlant, dans ses
mains froides.

Mais la saison était passée, et il devrait, comme la veille, ronger une betterave crue, arrachée dans un
sillon.

Depuis deux jours , il parlait haut en allongeant le pas sous l'obsession de ses idées. Il n'avait guère
pensé, jusque-là, appliquant tout son esprit, toutes ses simples facultés, à sa besogne professionnelle.
Mais voilà que la fatigue, cette poursuite acharnée d'un travail introuvable, les refus, les rebuffades, les
nuits passées sur l'herbe, le jeûne, le mépris qu'il sentait chez les sédentaires pour le vagabond, cette
question posée chaque jour : « Pourquoi ne restez-vous pas chez vous ? ", le chagrin de ne pouvoir
occuper ses bras vaillants qu'il sentait pleins de force, le souvenir des parents demeurés à la maison et
qui n'avaient guère de sous, non plus, l'emplissaient peu à peu d'une colère lente, amassée chaque jour,
chaque heure, chaque minute, et qui s'échappait de sa bouche, malgré lui, en phrases courtes et
grondantes.

Tout en trébuchant sur les pierres qui roulaient sous ses pieds nus, il grognait : « Misère... misère... tas
de cochons... laisser crever de faim un homme... un charpentier... tas de cochons...pas quatre sous...
pas quatre sous... v'là qu'il pleut... tas de cochons !.... » Il s'indignait de l'injustice du sort et s'en prenait
aux hommes, à tous les hommes, de ce que la nature, la grande mère aveugle, est inéquitable, féroce et
perfide.»

QUESTIONS :
1- Etudiez la description réaliste dans ce début de cette nouvelle de Maupassant.

2- En quoi la misère du vagabond ressemble-t-elle à celle de maître Hauchecorne ?

3- Qu’est-ce qui montre que c’est un conte normand ?

4- Dégagez du texte les formes de la voix passive et le discours indirect libre.

5- Quels sont les point de vue narratifs mis en œuvre dans le texte ? Justifier.

6- Que va-t-il arriver à ce vagabond d’après vous ? qu’est ce qui le montre dans le texte ?

…………………………………………………………………

Bibliographie :

1- La nouvelle, Thierry Ozwald, Coll. « Contours littéraires », Hachette, Paris 1996.

2- CD ENCARTA 2002.

3- Des sites Internet.

4- Des ouvrages scolaires sur Maupassant « Contes choisis »…

5- La Grammaire systématique de langue française. Baylon et Fabre. (Nathan).

Prolongement :

L’idéal serait de choisir des nouvelles de Maupassant (cf. Contes choisis) et de les mettre à la
disposition des élèves, en vue de leur donner le goût de la lecture pour soi (pour le plaisir).
C’est « l’autonomie » dont parlent les Orientations Pédagogiques.

.............................................................................

Vous aimerez peut-être aussi