Vous êtes sur la page 1sur 6

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE


SCIENTIFIQUE

Centre universitaire Maghnia


Institut de sciences et technologies
Département d’hydraulique
M2 Hydraulique urbain

Rapport : la station d’épuration Bouzedjar (Ain Temouchent)

Présente par :
 Adjadj hadjer
 Souadji kawter
Introduction :
L’eau, cette source de vie, constitue l’une des ressources naturelles les plus sensibles à la pollution ;
elle demeure largement gaspillée et polluée à l’échelle planétaire ; peu à peu, elle se raréfie et sa
qualité diminue.

Les eaux usées sont des « eaux polluées » par un usage humain, constituées de toutes les eaux de
nature à contaminer les milieux dans lesquels elles sont déversées, par des polluants physiques,
chimiques ou biologiques, donc ne devraient pas être directement rejetées dans le milieu naturel, car
sans traitement elles peuvent engendrer dégraves problèmes environnementaux et de santé publique.

Ⅰ. Présentation de la station d’épuration de Bouzedjar :

La plage de Bouzedjar (50km au nord-ouest d’Aïn-Témouchent) est désormais propre La station


d’épuration de Bouzedjar est une STEP qui été réalisée en 2009 et mise en service en 2013 avec une
superficie de 2 hectares. La station dispose une capacité de 2280 m3/j à l’horizon de 2020. la station
traite un volume d’eau usée de 300 m3/j et est conçue pour irriguer 140 hectares de terres, selon les
ressources en eau de la wilaya d’Aïn-Témouchent. Ainsi, en étroite collaboration avec le département
de l’environnement, de la direction des ressources en eau et de l’ONG.

Figure1 : Carte de situation de la STEP par rapport à la ville de Bouzedjar

Ⅱ. Différents types des eaux usées de la station :


Origine pluviales : Ce sont des eaux de ruissellement qui se forment après une précipitation.

Origine domestique : Les effluents domestiques sont un mélange d’eaux contenant des déjections
humaines : urines, fèces (eaux vannes) et eaux de toilette et de nettoyage des sols et des aliments (eaux
ménagères).

Origine agricole : Ce sont des eaux qui ont été polluées par des substances utilisées dans le domaine
agricole.

Ⅲ. Le processus utilisé dans La station d’épuration de Bouzedjar :

 Poste de relevage
 Dégrillage
 Dessablage-déshuilage
 Bassin de contact
 Traitement biologique par boue activée
 Clarification
 Mesure de débit
 Traitement des boues

Figure 2 : Plan de la STEP Bouzedjar (ONA ;2016)


1) Poste de relevage : C’est le premier contact entre le réseau d’assainissement et la station
d’épuration avec un débit de de point de 163 m3/h.
2) Dégrillage : Le dégrillage est une opération indispensable pour éliminer de gros objets
susceptibles de gêner le fonctionnement des procédés situés en aval. Il permet de séparer et
d’évacuer les matières volumineuses, amenées par l’effluent à traiter.
3) Dessablage-déshuilage : L'élimination des sables présents dans l'effluent brut est
indispensable si on veut protéger les conduites et pompes contre l’abrasion et aussi éviter le
colmatage des canalisations par une sédimentation au cours du traitement, cette opération est
aussi destinée à réduire les graisses et les huiles non émulsionnées par simple sédimentation
physique en surface.
4) Bassin de contact : il existe en amont du traitement biologique un bassin de contact ou
transiteront les eaux brutes avec les boues recerclées à l’aide d’un agitateur immergé. Le
volume de se bassin est de 61 m3 avec un temps de passage de 12.8 minute par rapport au
débit maximum.
5) Traitement biologique par boue activée : Le procédé à boues activées consiste à provoquer le
développement d’un floc bactérien dans un bassin alimenté en eaux usées à traiter (bassin
d’aération) l’apport d’air dans le bassin d’aération pour la satisfaction de la DBO5 et pour la
respiration de la masse cellulaire. Il est destiné à contribuer au brassage et au maintien en
suspension des boues activées. Il permet d’obtenir des performances poussées pour éliminer le
carbone, l’azote et le phosphore. Pour la station de Bouzedjar, les effluents prétraités sont
admis dans le bassin d’aération ou une culture bactérienne appropriée la pollution dissoute
afin de rendre les effluents compatibles avec les caractéristiques de rejet (Le bassin d’aération
réalisé est de forme rectangulaire).
6) Clarification : Cette étape consiste à séparer l’eau des boues ou des résidus secondaires issus
de la dégradation des matières organiques. Cette décantation est opérée dans des bassins
spéciaux, les « clarificateurs ». Les boues se déposent au fond du bassin, où elles sont raclées
et évacuées. L’eau débarrassée de 80 à 90 % de ses impuretés subit alors des analyses et des
contrôles avant d’être rejetée dans le milieu naturel.
Les ouvrage qui existent dans la STEP étudiée respectant les contraintes dimensionnelles
conseillées pour ce type d’ouvrage, à savoir la vitesse ascensionnelle maximale et inférieur à
0.60 m/h et la hauteur périphérique de 2.50 m.

Figure 3 : Un clarificateur
7) Mesure de débit : La mesure de débit finale permet de connaître le volume des eaux traitées
déversés dans le milieu naturel. Elle est effectuée dans un canal béton équipé d’un seuil
venturi et d’une mesure en continu par sonde ultrason.
8) Traitement des boues : Les boues récupérées lors de la décantation, le traitement biologique et
la clarification doivent être traitées. Les boues en existeront pompées avec un débit unitaire de
9.50 m3/h afin d’être stockées dans un silo à boue d’un volume de 140.82 m3. Ces boues
stockées par 2 méthodes :
 Une déshydratation naturelle « Lit de séchage » :

Figure 4 : Lit de séchage

 Une déshydratation mécanique : Cette technique permet de réduire la teneur


en eau des boues à un taux comprie entre 45% et 85%.

Figure 5 : Une déshydratation mécanique


Ⅳ. Matériel de Laboratoire :

 PH-mètre
 DBO-mètre
 Four à moufle 550C°
 Spectrophotomètre DR2800
 Balance de précision
 Conductimètre portatif
 Distillateur mural
 Réfrigérateur
 Etuve Memmert
 Oxymètre
 Dessiccateur en verre
 Thermomètre
 Microscope Binoculaire

 Centrifugeuse
– Nuve

Figure 6 : Matériel de laboratoire

Conclusion :
Le traitement des eaux usées est un processus très important pour la vie quotidienne des habitants des
villes et du monde rural. On effectue l’épuration des eaux usées non seulement pour protéger la santé
de la population et éviter les maladies à transmission hydrique, mais aussi pour protégé notre
environnement.
La station de Bouzedjar est bien planifiée et à la possibilité de développer et d’élargir son travail selon
le développement de la région.

Vous aimerez peut-être aussi