Vous êtes sur la page 1sur 12

Création d’un complexe de couture et de

vêtements prêt-à-porter

Abdoulaye NDONG
1
Fiche synoptique

PROJET : CREATION D’UN COMPLEXE DE COUTURE ET DE VETEMENTS


PRET A PORTER

FORME JURIDIQUE : Entreprise individuelle

RAISON SOCIAL : COMPLEXE JET SET

LOCALISATION : Dakar, précisément au quartier Baobab

LE PROMOTEUR : MADAME DIOP N’DEYE PENDA SARR

ADRESSE ACTUELLE : SICAP BAOBAB N° 757

TELEPHONE : 471 22 24/864 08 40

PATRIMOINE ACTUEL : 1 boutique prêt-à-porter qui se situe au quartier baobab et


un immeuble à Mermoz

NOMBRE D’EMPLOIS ACTUELS : Une employée dans la boutique

BAILLEUR DE FONDS : FONDS NATIONAL D E PROMOTION DE


L’ENTREPRENARIAT FEMININ

MONTANT SOLLICITE :

TAUX D’ INTERET : 5 %

DUREE DE REMBOURSEMENT : 3 ANS

DIFFERE DE PAIMENT : 3 MOIS

Abdoulaye NDONG
2
I. CONTEXE GENERAL DU PROJET

I.1 Présentation du projet

Le projet porte sur la création d’un complexe de couture et de prêt-à-porter dont le


second est déjà mis en place.

I.2 objectif

Ce projet a d’abord pour objectif de pouvoir lancer la griffe « jet set » par le biais de
la confection de vêtements qui constituera une diversification de l’activité
commerciale qui va en même temps développer le portefeuille clients. Ensuite ce
projet permet de créer au sein même du quartier une structure qui pourra répondre
aux besoins des clients.

1.3 Présentation du promoteur

 Situation matrimoniale

Nom de famille: SARR


Nom marital : DIOP
Prénom : N’DEYE PENDA SADIO
Sexe : féminin
Age : 29 ans
Situation matrimoniale : mariée, un enfant
Adresse : 757 rue biyou
Baobab, Dakar

 Formation

Management des unités commerciales à Paris

Expériences professionnelles

- Hôtesse de vente à Jennyfer La Défense à paris


- Stage aux Galeries Lafayette D’Evry (France) au service financier
- Stage à FM PUB (Fréquence Média Publicité) à Paris: prospection de clients
- Responsable commerciale aux Bons Meubles du Cap-Vert à Dakar
- propriétaire de boutique prêt-à-porter

II. ETUDE DU MARCHE

Le marché sera segmenté en fonction de l’âge, du sexe et des critères socio-


économiques pour pouvoir déterminer notre clientèle.

Abdoulaye NDONG
3
II.1 La demande

Les clients ciblés sont tous les hommes et femmes qui veulent s’habiller suivant les
tendances à des prix raisonnables.

II. 2 L’offre

Le projet couvre un conseil personnalisé à la clientèle pour la confection des


vêtements traditionnels et la vente de prêt-à-porter ainsi que la vente d’accessoires
(sacs, pochettes chaussures). Il s’avère que la proposition de produits
complémentaires comme les accessoires soit très importante pour la réalisation de
chiffre d’affaires escompté.
Cette ambition est à la mesure de tous ses atouts car je compte disposer d’un
personnel capable s’assurer les missions d’accueil, de personnalisation et de
confection.

II.3 La concurrence

Compte tenu de la gamme de produits qui sera proposée à notre clientèle, j’ai
recensé des concurrents qui sont ceux qui détiennent des boutiques de prêt-à-porter
(FABI, FEELING SHOP…), et les ateliers de couture qui sont omniprésents au
Sénégal.
Les faiblesses des concurrents s’expliquent par leur stratégie de spécification ainsi
que de leur offre restreinte qui ne touche qu’une partie des clients du fait des prix
élevés ou de leur gamme incomplète, de ce fait ils ne répondent pas à tous les
besoins des clients.

II.4 La stratégie de mise en marche

Deux gammes de produits seront créées au sein d’une même structure, c'est-à-dire
des vêtements traditionnels et du prêt-à-porter. La première sera assurée par des
professionnels de la place afin d’obtenir des produits de qualité. Ensuite la seconde
fera appel à des fournisseurs.

Pour la réalisation d’un chiffre d’affaires important, une stratégie d’alignement des
prix sera adoptée pour conquérir le maximum de clients.

La communication se fera à travers certains médias comme la radio, sans oublier les
magazines locaux et la distribution de prospectus dans les lieux à flux important de
clientèle afin d’informer les clients des offres et des promotions. Un programme de
fidélisation des clients sera aussi mis en place. Une collaboration sera également
établie avec des personnalités du « show biz » pour mieux véhiculer les messages.
Enfin la participation à des défilés de mode sera déterminant dans l’objectif de faire
connaître les produits et d’attirer de nouveaux clients.

Abdoulaye NDONG
4
III. ANALYSE TECHNIQUE DU PROJET

III.1 Processus de réalisation

La réalisation débute par un point de vente qui est déjà en place. Pour offrir des
produits de bonne qualité à des prix raisonnables, je compte travailler avec des
professionnels de la place ayant une large expérience dans le domaine de la
couture.

L’acquisition de locaux dont un en état neuf est déjà mis en place mais pour la
réalisation d’un tel projet, il nécessite d’autres aménagements et du matériel pour le
bon déroulement de l’activité. Il s’agit donc de :

- 3 mannequins pour présenter les produits au mieux

- 4 machines à coudre : piqueuse, 20u33, gros fil, sulfureuse.


- Matériel et fournitures
- 1 Fer à repasser

- 1 Table à repasser

- Emballages imprimés
- Installations électriques
- Eclairage
- Des cintres
- 1 Porte coulissante
- 2 meubles vitrés
- fauteuil
- 1 Enseigne lumineuse
- Décoration
- Tissus
- Accessoires
- Communication : carte de visite, programme de fidélisation, étiquettes pour les
vêtements, publicité dans des magazines.

Pour un bon déroulement de l’activité et le confort des clients, du personnel sera


recruté car il s’agira d accueillir, de conseiller, de confectionner et d’encaisser. Pour
cela des professionnels seront recrutés pour la couture et deux personnes dont une
comme gestion comptable, assureront l’accueil, le conseil et la vente. La boutique
fonctionnera 6 jours sur 7 avec un jour de repos et seront ouvertes de 10 heures à
21heures.

Abdoulaye NDONG
5
III.2 Ressources matérielles

III.2.1 Emplacement

L’emplacement est prévu au quartier Sicap Baobab et le loyer ne sera pas


comptabilisé.

III.2.2 Equipements et installations

DESIGNATION QUANTITE PRIX UNITAIRE TOTAL


Mannequins 3 50 000 150 000
Piqueuse 1 17500 17500
20u33 1 210 000 210 000
Sulfureuse 1 250 000 250 000
Gros fil 1 2 100 000 2100000
Matériel et fournitures 150 000 150 000
Fer à repasser 1 30 000 30 000
Table à repasser 1 30 00 30 000
Installations électriques 50 000 50 000
Eclairage 4 10 000 40 000
Cintres 50 300 15 000
Enseigne lumineuse 1 100 000 100 000
Porte coulissante 1 185 000 185 000
Meubles vitrés 2 195 000 390 000
Fauteuil 1 40 000 40 000
Décoration intérieure 50 000
Divers 50 000
TOTAL 3 857 500

III.3 Ressources humaines

III.3.1 Gestionnaire des comptes

Elle s’occupera de l’accueil et de la gestion; elle percevra une rémunération de


cinquante mille francs (50.000 FCFA)

III.3.2 Tailleurs

Abdoulaye NDONG
6
Ils s’occuperont de la confection des vêtements. Il y aura un qui percevra soixante
quinze mille francs (75 000F CFA) et l’autre cinquante mille francs (50 000 F CFA)
Les salaires et le personnel sont déterminés en tenant compte du fait que c’est une
activité naissante qui supporte des coûts. Mais une politique de rémunération et de
recrutement seront adoptés dés que l’activité sera en croissance.

III.3.3 Dépenses du personnel

Elles sont synthétisées dans le tableau ci-après :

Libellés MENSUE ANNUEL


Ressources humaines L 125 000 1 500 00
Dépenses du personnel 125 000 1 500 00

III.4 Dépenses d’exploitation prévisionnelles

A ce niveau nous précisons que l’achat de marchandises s’élevant à un montant de


1 500 000 F CFA est la somme de l’achat de tissus estimés à 1 000 000 F CFA et
d’accessoires à 500 000 F CFA. Cet achat va se renouveler sur une période de cinq
mois.

Libellés Montant Montant annuel


Achat de forunitures par mois 30 000 360000
Ressources humaines 125 000 1500000
Achat de marchandises (5 mois) 1500000 3600000
Emballages 30 000
Electricité par deux mois 80 000
480000
Communication (étiquette, carte visite, programme 22000
de fidélisation et pub dans les magasines) par
mois
88000
Maintenance par mois 30000 360000
Divers 50 000 50000
TOTAL 6 468 000

III.5 Recettes prévisionnelles

Le magasin compte réaliser des ventes d’une valeur de 30.000 FCFA par jour, soit
un chiffre d’affaires 720.000 FCFA par mois un chiffre d’affaires annuel de 8.640
000 FCFA. Il s’y ajoute à cela, la reprise sur la valeur résiduelle des biens d’actifs qui
ne sont pas totalement amortis à la troisième année du projet à hauteur de 2 424 250
F CFA et sur le loyer dans la mesure où le local appartient à la promotrice donc pour
un loyer mensuel moyennant 100 000 F CFA, la somme totale de 3 600 000 F CFA
durant les 3 ans sera reprise dans les flux entrant de ressources à la dernière année
du projet.
Abdoulaye NDONG
7
IV. ANALYSE FINANCIERE

IV.1 Détermination des tableaux de base

IV.1.1 Détermination du fonds de roulement

Le fonds de roulement permet de couvrir une proportion des charges jusqu’à ce que
les premières recettes puissent le faire. C’est un élément du tableau des
investissements et renouvellements. Il sera considéré dans ce projet comme les
ressources qui couvriront les charges d’exploitation sur deux mois en ayant la
certitude que les recettes pourront prendre la relève. Le tableau ci-après fait la
synthèse des charges qui seront couvertes par le fonds de roulement.
Libellés Coût total
Ressources humaines 250000
Achat de marchandises 600000
Emballage 60000
Electricité 80000
Communication 22000
Fourniture 60000
Maintenance 60000
Divers 50000
Total 1182000

IV.1.2 Tableau des investissements et renouvellements

Il est constitué des équipements et installations d’une part et du fonds de roulement


d’autre part.
Libellés/Années Année 1 Année 2 Année 3
Eauipements et installations 3 857 500 0 0
Fonds de roulement 1 182 000 0 0
Total 5 039 500 0 0

IV.1.3 Plan de financement

Emprunt : 5 039 500 – 5 039 500*0.05 = 4 787 525 F CFA ;


Apport personnel : 251 975 F CFA ;
Coût total du projet : 5 039 500 F CFA ;
Taux d’intérêt : 5 %
Durée de remboursement de l’emprunt : 3 ans ;
Période de grâce : 3 mois ;
Bailleur de fonds : Fonds National de Promotion de l’Entreprenariat Féminin
(FNPEF) ;
Garantie : Nantissement :

IV.1.4 Tableau des charges d’exploitation

Abdoulaye NDONG
8
Libellés/Années Année 1 Année 2 Année 3
Achat de marchandises 3 600 000 3 600 000 3 600 000
Achat de fourniture 360 000 360 000 360 000
Emballages 30 000 30 000 30 000
Maintenance 360 000 360 000 360 000
Electricité 480 000 480 000 480 000
Communication 88000 88000 88000
Ressources humaines 1500000 1500000 1500000
Divers 50 000 0 0
Total 6 468 000 6 418 000 6 418 000

IV.5 Tableau des amortissements des biens d’équipement

Dans ce tableau les biens d’équipement seront répartis en deux :


- les matériels, mobiliers et bureaux (éclairage, enseigne lumineuse, cintres,
porte coulissante, meubles vitrés, fauteuil, décoration et divers) ont une durée
de vie moyenne de 5 ans, soit un taux d’amortissement de 20 % ;
- les matériels d’exploitation (mannequins, piqueuse, 20u33, sulfureuse, gros fil,
matériel de fourniture, fer à repasser et installations électriques) qui ont une
durée de vie moyenne de 10 ans, ce qui correspond à un taux
d’amortissement de 10 %.
Libellés Valeur d'origine Taux d'amort Amortissement Valeur résiduelle
Matériels mobiliers et bureaux 920 000 20% 184000 368000
Matériels d'exploitation 2 937 500 10% 293750 2056250
Total 3 857 500 0 477 750 2 424 250

IV.1.6 Tableau des recettes d’exploitation


Libellés/Années Année 1 Année 2 Année 3
Recettes prévisionnelles 8 640 000 8 640 000 8 640 000
Reprise valeur résiduelle 2 424 250
Reprise sur loyer 3 600 000
Total 8 640 000 8 640 000 14 664 250

IV.1.7 Tableau du remboursement des emprunts


Années/Libellés SPDP PE IE SD
Année 1 4787525 1595842 239376 1835218
Année 2 3191683 1595842 159584 1755426
Année 3 1595842 1595842 79792 1675634
Total 9575050 4787525 478753 5266278

IV.2 ETATS FINANCIERS

Abdoulaye NDONG
9
IV.2.1 Tableau des échéanciers financiers
Libellés/Années Année 1 Année 2 Année 3
Emprunt 4 787 525
Apport personnel 251 975
Recettes d'exploitation 8 640 000 8 640 000 14 664 250
Total inflows 13 679 500 8 640 000 14 664 250
Investissements et renouvellements 5 039 500
Charges d'exploitation 5 988 000 5 938 000 5 938 000
Service de la dette 1 835 218 1 755 426 1 675 634
Total outflows 12 862 718 7 693 426 7 613 634
Cash flows nets 816 782 946 574 7 050 616
Facteur d'actualisation 0,952 0,907 0,864
Cash flows nets actualisés 777888 858571 6090587

IV.2.2 Compte d’exploitation prévisionnel

Pour la constitution de son entreprise, la promotrice a choisi pour statut juridique


l’entreprise individuelle. Elle effectue des opérations de prestations de services avec
un chiffre d’affaire prévisionnel de 8 640 000 F CFA pour les deux premières années
et de 14 664 250 F CFA à la troisième. Elle est éligible donc à la contribution globale
unique. Ce type d’impôt synthétique regroupant la taxe sur la valeur ajoutée, la
contribution forfaitaire à la charge de l’employeur, la patente, l’impôt minimal fiscal et
la licence sur les débits de boisson. Ainsi, pour un chiffre d’affaire compris entre
7 500 001 et 10 000 000 F CFA, la contribution globale unique à s’acquitter s’élève à
1 200 000 F CFA par an et de 1 800 000 F CFA par pour un chiffre d’affaire annuel
compris entre 10 000 001 à 15 000 000 F CFA. Au regard de ce qui précède, la
promotrice s’acquittera pour les deux premières années d’une CGU de 1 200 000 F
CFA et de 1 800 000 F CFA pour la troisième année.
Libellés/Années Année 1 Année 2 Année 3
Recettes d'exploitation 8 640 000 8 640 000 14 664 250
Charges d'exploitation 5 988 000 5 938 000 5 938 000
Intérêts 239 376 159 584 79 792
Amortissements 477 750 477 750 477 750
Bénéfice avant impôt 1 934 874 2 064 666 8 168 708
Impôt sur le bénéfice 1 200 000 1 200 000 1 800 000
Bénéfice après impôt 734 874 864 666 6 368 708

IV.2.3 Capacité maximale d’autofinancement


Libellés/Années Année 1 Année 2 Année 3
Bénéfice après impôt 734 874 864 666 6 368 708
Amortissement 477 750 477 750 477 750
Capacité d'autofinancement maximale 1 212 624 1 342 416 6 846 458
Capacité d'autofinancement maximale cumulée 1 212 624 1 342 416 6 846 458

IV.3 Calcul des indicateurs de rentabilité financière

Abdoulaye NDONG
10
Pour déterminer la rentabilité financière du projet nous allons sur la base des états
financiers calculer les indicateurs usuels permettant de se prononcer dans ce
domaine.

• La Valeur Actuelle Nette (VAN) est calculé sur base du tableau des
échéanciers financiers. Elle est égale à la somme des cash flows actualisés.
Le projet donne une VAN = 7 727 045 F CFA

• Le Ratio Avantage sur Coût (RA/C) est déterminé à partir du tableau des
échéanciers financiers et est le rapport entre les cash flows bruts actualisés et
les coûts totaux actualisés. Le résultat du projet donne RA/C = 1.11.

• L’Indice de Profitabilité est déterminé en faisant le rapport de la VAN et de


l’investissement initial plus une unité. Le résultat du projet donne IP = 2.61

• Le taux de rentabilité interne est le taux d’intérêt annulant la Valeur Actuelle


Nette. Il se détermine par interpolation linéaire en connaissant les taux
d’intérêt permettant d’obtenir la VAN positive la plus proche de 0 et la VAN
négative la plus de 0. le résultat du calcul montre que le TRI est compris
entre 61 et 62 % correspondant une VAN nulle comprise entre – 36695 et
9590. Ainsi, la méthode de l’interpolation linéaire donne un TRI = 61.79 %.

• Résultat d’exploitation est calculé à partir du compte d’exploitation


prévisionnel. Il représente le bénéfice issu après impôt issu de l’exploitation de
l’action ou des actions du projet. Le résultat du projet donne un résultat
d’exploitation R = 7 968 248 F CFA

IV.4 Interprétation des indicateurs financiers

La VAN est l’indicateur financier le plus utilisé pour déterminer la rentabilité


financière d’un projet. Elle peut être positive nulle ou négative. Ainsi, un projet est dit
rentable si la VAN est positive. Dans notre étude la VAN = 7 727 045 F CFA positive
donc le projet est financièrement rentable.

Le RA/C permet de comparer les recettes d’exploitations par rapport aux charges
d’exploitation et doit être supérieur à 1 pour confirmer la rentabilité financière. Notre
résultat donne RA/C = 1.11 signifie que les recettes d’exploitation projet sont en
mesure de couvrir les charges.

IP permet de connaître ce que 1 F investi rapporte en matière de recette. Il est égal à


2.61, ce qui signifie que chaque F investi nous rapporte 2.61 F de recette, ce qui
n’est pas mal si l’effet quantité est intéressant.

Le TRI est comparé au coût du projet qui correspond au taux de remboursement de


l’emprunt. Ainsi un projet est dit financièrement rentable si le TRI est supérieur au

Abdoulaye NDONG
11
coût du projet. Dans le cadre de notre projet TRI est égal 61.97 % supérieur à 5 %
donc le projet est financièrement rentable.

Le résultat d’exploitation est le bénéfice après impôt issu de l’activité économique est
satisfaisant car montrant une valeur égale à 7 968 248 F CFA durant les trois années
de remboursement du projet, cela signifie que la promotrice s’en sorte bien après
avoir acquitté de ses charges d’exploitations et financières.

En fin la capacité maximale d’autofinancement est positive sur toute la période de


remboursement du projet et montre que celui-ci pourra se prendre en charge
financièrement dès la première et continuellement sans autant avoir besoin de
recourir à d’autres sources de financement.

V. ANALYSE ECONOMIQUE DU PROJET

Elle permet de déterminer la rentabilité du projet du point de vue de la collectivité. En


fait il s’agit de dégager les externalités du projet sur la collectivité dans laquelle il est
implanté qui peuvent s’apprécier en terme d’emplois crées, de revenus distribués, de
taxes versées.

Le projet va créer des emplois qui seront rétribués à un montant global mensuel de
125 000 F, ce qui correspond à une masse salariale annuelle de 1 500 000 F CFA.
Cette distribution de revenus pourra permettre aux bénéficiaires de faire face à leurs
charges sociales et impacter positivement sur leur bien-être économique et social.

La promotrice va s’acquitter de la contribution globale unique, une taxe synthétique


regroupant l’impôt sur les bénéfices commerciaux et industriels, la taxe sur la valeur
ajoutée, la patente, l’impôt minimum fiscal, la contribution forfaitaire à la charge de
l’employeur et les licences sur les débits de boissons d’une valeur de 1 200 000 F
CFA pour les deux premières années et de 1 800 000 F CFA, ce qui correspond à
une masse fiscale de 4 200 000 F CFA à injecter dans les caisses de l’Etat durant
les trois ans.

Cependant, nous savons que la production de biens collectifs est une des fonctions
régaliennes de l’Etat vivant principalement de la fiscalité. Ainsi, toute activité
contribuant à renflouer les caisses de l’Etat contribue positivement par ricochet à la
production de biens collectifs destinés aux populations.

En conclusion donc sur la base de ces impacts positifs à tous azimuts dans le cadre
de la création d’emplois, la distribution des revenus et l’acquittement de l’impôt, nous
apprécions positivement la rentabilité économique du projet.

Abdoulaye NDONG
12