Vous êtes sur la page 1sur 75

Exploitation des systèmes industriels

1
1. L’entreprise

1.1 Qu’est ce qu’une entreprise ?

2
L’entreprise est une organisation ou une entité économique autonome, disposant de
moyens humains matériels et financiers qu’elle combine en vue de produire des biens ou
des services destinés à la vente.

L’entreprise est un système composé d’individus et une organisation faisant partie


intégrante de la société.

Elle participe pleinement à la vie économique, sociale, mais aussi politique du pays.

3
Son rôle consiste à créer de la richesse et la redistribution des revenus (par la
production et la vente de ses produits).

Son objectif principal est de faire des profits.

Pour atteindre son objectif, elle a besoin de facteurs de production (travail et capital).

Au-delà de son activité, de sa production et de ses performances, l’entreprise se


distingue par ses modèles de comportement, par son système de valeurs et par ses
modes de communication interne ou externe.

L’ensemble de ces éléments qualitatifs définit la culture d’entreprise.

4
1.2 Schéma d’une entreprise avec ses fournisseurs et clients

Marchés Dépenses Entreprise Recettes Marchés


Amont Aval
Travail et Capital
Fournisseurs Achats Ventes Clients
Production

5
2. La fonction production

6
2.1 Définition

Les besoins exprimés par les clients potentiels étant évalués par le marketing, la
production doit s’effectuer selon une combinaison efficace des facteurs de production, le
capital et le travail.

La fonction production étant définie comme la fonction technique de l’entreprise qui


consiste à produire, en temps voulu, les quantités demandées de produits ou services
par les clients dans des conditions de coût de revient et de qualité déterminée en
optimisant les ressources de l’entreprise de façon à assurer sa pérennité, son
développement et sa compétitivité.

Les méthodes de production consistent à définir un objectif, des contraintes et de


maximiser le profit.

7
2.2 Les fondements de la production

L’objectif de la production est de définir des biens ou des services de qualité et


utilisables pour le plus grand nombre.
La problématique de la production concerne les méthodes utilisées dans les entreprises
pour rendre efficace la fourniture des biens ou des services.
On distingue :
- La technologie du produit qui concerne la conception et les caractéristiques du
produit lui-même.
- La technologie du processus de production qui concerne la faisabilité technique du
produit à de travail nécessaires pour sa réalisation.
- Le management de la production qui concerne la gestion et le contrôle des ressources
humaines, techniques et financières.

8
2.3 Les variables de la production

A. Aspect organisationnel 

La structure est peu flexible, elle évolue par investissement programmé annuellement.
Cependant, le manque de flexibilité technique est compensé par une flexibilité
organisationnelle.

- Les machines ne sont pas spécialisées, elles peuvent fabriquer plusieurs produits.
- Les hommes pilotent les machines et doivent savoir s’adapter à différentes machines et
à différents postes de travail (polyvalence).
- Les matières premières, les fournitures et les composants, sont étudiés pour pouvoir être
intégrés dans différents produits.

9
B.Aspect humain 

Les ressources humaines est un facteur rare et précieux.

Quantitativement, le manque de personnel qualifié peut être résolu par le


recrutement externe.

Qualitativement, ce facteur est constitué par le savoir-faire, la compétence et


l’expérience.

10
2.4 L’évolution de la production

A. Au plan technique

Des méthodes scientifiques ont été introduites dans l’organisation du travail, telles
que l’utilisation de l’informatique qui a élargi considérablement le champ des
systèmes de planification de contrôle, de traitement de l’information et de
l’automatisation des méthodes de production.

11
B. Au plan humain 

L’efficacité de la production a de plus en plus intégré la protection et le confort des


ouvriers et des employés, ainsi que ses efforts sur l’environnement.

L’évolution de la production qui a entraîné le développement de la société, la révolution


industrielle et la transformation des conditions d’existence de l’humanité, doit servir de
point de référence à la définition des systèmes de production.

12
Le système de production .3

3.1 Qu’est ce qu’un système de production ?

13
Le système de production est un processus de transformation des ressources en
produits ou en services.
Ce processus de transformation utilise du travail (main d’œuvre, les compétences), du
capital (matières premières, machines, procédures), et de l’environnement (espace,
conditions de travail…).
Les gestionnaires de la production rassemblent, ceux-ci, en six catégories ‘’les 6 M’’ :
 Main d’œuvre
 Machines
 Matières
 Méthodes
 Milieu
 Management
Le système de production est la succession des flux et des opérations allant de la
réception des matières premières au produit fini.

14
3.2 Schéma du système de production

M.O Processus
Entrants Sortants
Biens
Machines De Et
Méthodes Transformation Services
Matières
Capital

15
3.3 Typologie des systèmes de production

Il existe, en général, trois systèmes de production :

- Le système de production linéaire (continu)

- Le système de production discontinu (par lot)

- Le système de production unitaire (par projet)

16
A. Le système de production linéaire (continu)

Succession de postes de travail par lesquels tous les produits de l’entreprise vont passer

(production à la chaîne)

17
B. Le système de production discontinu (par lot)

Les postes de travail ne sont pas en ligne pour répondre à un processus unique, mais

éparpillés pour répondre à une multitudes de processus.

18
C. Le système de production unitaire (par projet)

Le produit est tellement complexe qu’on ne peut réellement diviser sa réalisation en

postes de travail; toutes les ressources nécessaires sont assemblées une seule fois et des

méthodes spécifiques de gestion permettent d’en limiter les coûts.

19
Le choix du système de production s’impose à partir de la qualité des produits à

fabriquer et des moyens disponibles.

Trois décisions importantes s’imposent pour mettre en place des systèmes de production

dans le cadre de la ‘’configuration du système de production’’.

20
3.4 La configuration des systèmes de production

Quel que soit le système de production choisi, il reste à déterminer :

 La technologie,

 La capacité,

 La flexibilité.

21
A. La technologie

Il s’agit de choisir le local, l’équipement, l’outillage, les espaces disponibles, les

procédures de travail, la sélection des ouvriers et leur formation.

Ce premier choix détermine les deux suivants, donc le risque global de l’investissement.

22
B. La capacité du système

Le choix de la capacité du système s’impose en fonction du capital disponible et

de la demande prévisible.

Une capacité excessive accroît le coût de production, tandis qu’une capacité insuffisante

place l’entreprise dans une situation d’infériorité par rapport à des concurrents qui

produisent en plus grande quantité, donc à des coûts plus bas.

23
C. La flexibilité du système

Le choix de la capacité du système étant effectué, une décision doit être prise vis-à-vis de
la capacité d’ajustement du volume de production aux changements prévisibles de la
demande du produit.

L’ajustement de la capacité de production s’effectue à travers l’embauche, le


licenciement, le travail temporaire, les heures supplémentaires ou le chômage partiel, par
la mise en service de nouvelles machines ou l’arrêt d’une partie du parc matériel, par
l’ouverture ou la fermeture des sites de production.

24
3.5 Les problèmes des systèmes de production

L’expérience de la gestion de la production a révélé des structures types de résolutions de

problèmes, dont :

- L’allocation des ressources


- La programmation linéaire
- Le contrôle des stocks
- Le remplacement et la maintenance 
- Les files d’attentes 
- L’ordre des tâches 
- Les réseaux 

25
A- L’allocation des ressources 

Les problèmes d’allocation concernent la distribution des ressources selon des

possibilités concurrentes d’allocation avec pour objectif de maximiser le profit ou de

minimiser les coûts, soit, savoir combien de ressources affectera chaque activité.

26
B- La programmation linéaire 

Elle correspond à des techniques d’optimisation mathématiques qui ont été développées

par des systèmes de production.

Les objectifs et les contraintes doivent être connus et prennent une forme linéaire. De

nombreux problèmes réels peuvent être résolus par approximation de la programmation

linéaire.

27
C- Le contrôle des stocks 

Les stocks comprennent les matières premières, les produits semi-finis et les composants.
Le contrôle des stocks consiste à décider où les stocks doivent être présents dans le flux
de production et pour quelle quantité. La formulation du problème consiste à fixer
quelle quantité de produits acquérir et quand, de façon à minimiser la somme des coûts
induits par les stocks.

28
D- Le remplacement et la maintenance 

Les problèmes de remplacement concernent les produits qui s’abîment avec l’usage
et le temps. La maintenance est d’autant plus lourde que le produit abîmé est utilisé
longtemps, tandis que sa valeur de revente diminue et que son obsolescence s’accroît.

Le problème est donc de déterminer, par les moyens de l’analyse numérique ou de la


simulation, quand doit être remplacé le produit ainsi que le volume de la
maintenance, de manière à minimiser le total du coût d’opérations, de maintenance et
d’investissement.

29
E- Les files d’attentes 

Le problème de file d’attente consiste à déterminer dans quel délai un service doit être

proposé, en minimisant soit le coût de service, soit la durée d’attente.

30
F- L’ordre des tâches 

Lorsque les unités de travail ou des machines interviennent sur plusieurs produits
fabriqués en même temps, le problème se pose de définir l’ordre des opérations pour
chaque produit dans chaque atelier, de façon à éviter des temps morts, des
chevauchements d’opérations, des ruptures de stocks et à faciliter l’entretien des
machines (graphes GANTT)

31
G- Les réseaux 

Un réseau peut être défini comme un ensemble de points (les nœuds) reliés par des
droites (chaînons). Les routes, qui mènent d’un nœud à un autre, sont caractérisées par
des distances, des durées ou des coûts.

Le réseau consiste à trouver une route optimale entre deux ou plusieurs nœuds compte
tenu des contraintes de distance, de temps ou de coûts.

Les méthodes analytiques et graphiques permettent de résoudre ce type de problème.

Le management de la production ne se limite pas aux calculs de l’ingénierie industrielle,


mais concerne également la question importante de l’ergonomie.

32
4. La politique de la production

33
4.1 L’intégration (internalisation)

A- L’intégration verticale

- En amont : l’entreprise n’achète pas les semi-produits (inputs) à son fournisseur, elle

intègre l’activité qui assurait ce dernier pour des raisons de coûts, de

quantité, de qualité…
- En aval : l’entreprise assure elle-même la transformation du produit qui était assuré par

ses clients. Elle ajoute au produit un taux élevé de valeur ajoutée.

34
B- L’intégration horizontale

Elle relève d’une stratégie de diversification, c'est-à-dire que l’entreprise, à partir des

matières premières utilisées dans sa production traditionnelle, lance des produits

nouveaux.

35
4.2 La sous-traitance (externalisation)

L’entreprise confie une partie de ses activités à une ou plusieurs entreprises. C’est un
contrat par lequel une entreprise s’engage à livrer à un donneur d’ordres des
productions qui lui sont exclusivement réservées et qui répondent à des spécifications
précises (qualité, coûts et délais).

36
5. La stratégie de la production

37
5.1 En quoi consiste la stratégie de la production ?

La stratégie de la production consiste à définir les principaux objectifs stratégiques qui

concernent la gestion de la production dans l’environnement de l’entreprise.

38
5.2 Les concepts stratégiques de perfectionnement de la production

Trois concepts, qui se sont imposés par la rigueur de la concurrence et la course à


l’excellence organisationnelle, répondent à ces objectifs stratégiques :

- La qualité
- Le juste à temps
- Le perfectionnement permanent de la production

39
A. La Qualité

‘’La qualité est l’ensemble des propriétés et des caractéristiques d’un produit, processus
ou service, qui lui confère son aptitude à satisfaire des besoins exprimés ou explicites’’
(définition de ISO).

Il s’agit d’une qualité globale ou totale, elle concerne non pas spécifiquement les
caractéristiques des produits, mais parce qu’elle signifie que la qualité des produits
résulte de la qualité du processus de production comme de la qualité des opérateurs.

40
B. Le juste à temps (JAT)

Le juste à temps est un concept stratégique de production, qui consiste à livrer, fabriquer
et approvisionner juste à temps.

Le principe de juste à temps concerne tous les types d’organisation (systèmes) de la


production avec comme objectif un flux tendu , c'est-à-dire la livraison, la fabrication et
l’approvisionnement juste à temps par rapport aux besoins de production et de
commercialisation.

C. Le perfectionnement de la production

41
La recherche de la qualité totale et du zéro stock impliquent un perfectionnement
permanent de la production.

Ce perfectionnement s’obtient par :

- Les cercles de qualité : ils identifient, analysent et résolvent les problèmes concrets de
qualité rencontrés par le personnel de production.
- Le diagramme d’ISHIKAWA : il incite à la recherche des causes. Le diagramme est
un effort de typologie et de hiérarchisation qui permet
d’agir rationnellement sur les causes.

42
En général, ce perfectionnement consiste à améliorer la qualité ou à réduire les

stocks, il est fondé sur les principes d’une concurrence faisant pression en permanence

sur l’outil de production et sa capacité à offrir un produit répondant à la demande.

Il peut aussi s’exercer sur le coût que sur la productivité ou l’amélioration de tout

le processus de production, voire de l’entreprise toute entière.

Le diagramme d’ISHIKAWA
(Cause- Effet)

43
Machines Matières Méthodes

Cause Effet

Main d’œuvre Milieu Management

44
6. La gestion de la production

6.1 Pourquoi la gestion de la production ?

45
La gestion de la production réalise deux types de prestations :

- La définition de l’organisation de la production la plus adaptée au métier de

l’entreprise

- La planification de la production avec la mise en œuvre des méthodes et outils de

planification idoines.

Au plan tactique et opérationnel, la gestion de la production permet l’écriture des

46
partitions qui assurent la synchronisation des flux et permettront aux produits finis d’être

livrés aux clients en quantités voulues et dans les délais impartis.

Pour accroître le profit de l’entreprise, la gestion de la production aura pour objectif,

d’accroître les ventes, réduire les stocks et les dépenses d’exploitation.

Gestion de la production
- Planification de la Production à CT et MT.
Carnet de
- Calcul des besoins.
commandes
- Ordonnancement. 47
- Gestion des stocks.
Plan
d’approvisionnement

Fournisseurs Plan de fabrication

MP + F Production Clients

6.2 L’organisation de la production

48
L’objectif principal de l’organisation de la production est d’assurer une bonne
régulation du flux des produits dans l’entreprise (de la réception des M.P jusqu’au
produit fini).

Il s’agit de s’assurer que l’ordonnancement, la planification de la production et la gestion


des stocks sont efficaces.

6.3 La planification de la production

49
La planification de la production permet de répondre aux questions :

- Quoi produire ?
- Quand produire ?
- Combien produire ?
- Où produire ?
- Comment produire ?
- Qui va produire ?

A- Objectif de la planification

50
L’objectif de la planification est de répondre à la demande dans la limite des capacités
humaines, techniques et financières de l’entreprise.

La diversité de ces contrôles exige une coordination entre la planification de la


production et les différentes fonctions de l’entreprise.

B- Rôle de la planification

51
Le rôle de la planification de la production est ensuite d’utiliser les ressources dans le
sens défini par la stratégie de l’entreprise.

La planification de la production autorise, à long terme, la modification de la capacité de


production, et à moyen et court terme, il s’agit d’atteindre à capacité donnée, les objectifs
de quantité, de qualité, de coût et de délai.

C- Les méthodes et outils de planification de la production

52
Il existe plusieurs méthodes et outils de planification de la production qui sont fondés sur

les priorités différentes en matière de coordination.

 Le MRP (Matériel Requirement Planning)

 L’OPT (Optimized Production Technology)

 Le KANBAN (Etiquette)

a. Le MRP (Matériel Requirement Planning)

53
Le MRP développé au Etats-Unis et en Europe dans les années 60 :

C’est une méthode de gestion des stocks de fabrication, de façon à disposer en temps et

lieu de composants en quantité suffisante.

b. L’OPT (Optimized Production Technology)

54
L’OPT développé au Etats-Unis dans les années 60 :

C’est une méthode qui consiste à identifier les goulots d’étranglements de l’entreprise et

la production au jour le jour, produit par produit.

c. Le KANBAN (Etiquette)

Le KANBAN mis au point par TOYOTA / JAPAN dans les années 50 :

55
C’est une méthode simple de transmission de l’information de poste à poste par

l’intermédiaire d’une commande transmise en amont par un Kanban (Kanban = étiquette)

et un bon de livraison transmis en aval par un Kanban.

56
7. Le management de la production

7.1 Le concept management de la production

Le management de la production traite les problèmes stratégiques qui, généralement,


relèvent du long terme :

57
- Définition du portefeuille, des spécificités des produits types et des capacités de
production,
- Organisation de l’appareil de production,
- Localisation géographique, les risques…

Le management de la production fixe le cadre (objectifs et contraintes) dans lequel


évoluera la gestion de la production, et détermine les conditions stables de
fonctionnement de l’appareil de production.

58
Il intègre la responsabilité de la conception du produit et du processus de production, la
gestion, la direction et le contrôle de la production, afin de d’assurer un niveau suffisant
de qualité et de capacité de production.

Le manager de la production doit également choisir les machines, les méthodes,


organiser, planifier, diriger, puis contrôler les activités et les ressources de la production.

59
Dans le management de la production, les systèmes de motivation et de récompense de la
qualité du travail restent essentiels, tout en évoluant avec le contexte culturel et sociétal
de l’entreprise.

7.2 Les différentes tâches du management de la production

60
Opérations Processus Stock Inspection Coûts

Mesurer le rythme de Noter les niveaux de Contrôler les matières Mesurer les coûts
Observation production stock premières et les pièces
Noter les temps morts et détachées
les coûts de production
Comparer les résultats au Analyser la demande de Estimer les capacités Comparer les coûts
Analyse plan de production stock selon les usages du processus de réels aux estimations à
et les périodes production priori
Emettre les ordres Adapter les processus Modifier les prix de
Action corrective Réaliser la correction d’achats et de vente
production
Estimation de la capacité Remise à niveau des Réévaluation des Réévaluation des
de production et des politiques de spécifications calculs et des données
Evaluation périodes de maintenance réapprovisionnement et Amélioration des de la production
de stockage processus et des
procédures

7.3 Les concepts de qualification du management de la production

61
Le management de la production suppose une qualification dans :

 L’ingénierie industrielle,

 L’ergonomie

 L’ingénierie des systèmes.

A. L’ingénierie industrielle

62
Le manager responsable de la production dans l’entreprise a besoin d’une assistance
technique liée à la complexité du système de production (une combinaison d’hommes,
de machines, et de matières premières) et aux tâches supplémentaires de planification, de
programmation et de coordination. Chronologiquement, ces aspects techniques se sont
concentrés sur les méthodes de travail, l’établissement des standards et la technologie du
processus de production.

Il s’agit donc de mettre en place :

63
- Des méthodes de travail qui accroissent l’efficacité et réduisent la fatigue ;

- De concevoir et de standardiser des systèmes de fabrication, pour la manutention et


le transport des pièces ;

- De réaliser des procédures de planification et de contrôle de la production.

Des méthodes quantitatives fondées sur l’utilisation du traitement informatique des


données, ont été développées dans le cadre de ‘’la recherche opérationnelle’’, qui est

64
l’application des méthodes scientifiques au management des systèmes organisés comme
les systèmes de production.

La recherche opérationnelle s’intéresse aux décisions qui contrôlent les opérations d’un
système.

B. L’ergonomie

65
En tant que processus, l’ergonomie consiste à concevoir des machines, des systèmes,
des méthodes de travail et d’environnement qui prennent en compte la sécurité, le
confort, et la productivité des opérateurs humains.

Les données et les principes de l’ergonomie s’appliquent aux performances humaines,


aux comportements dans les systèmes ergonomiques de façon à les concevoir et à les
développer.

Le système ‘’Homme-Machine’’ n’est pas isolé de son environnement (température,


bruit, éclairage, vibrations, odeurs…) qui influencent son efficacité.

66
L’ergonomie tient compte de ce système pour concevoir les machines en fonction
des prescriptions ergonomiques (contrôle de machines, les espaces, l’environnement du
travail, les moyens d’entretien…).

La relation ‘’Homme-Machine’’ est de plus en plus étroite, elle nécessite donc dans le
futur un élargissement du concept et des tâches de l’ergonomie.

L’ergonomie fait partie de l’ingénierie de la production. La généralisation conduit à


l’ingénierie des systèmes.

C. L’ingénierie des systèmes

67
L’ingénierie des systèmes est liée à la recherche opérationnelle, mais s’en différencie au
sens où c’est une fonction de conception et de planification plutôt que d’opérations.

Le management de la production implique donc des responsabilités particulières et un


mode de pensée issus de l’ingénierie industrielle.

Il faut chercher à s’approcher d’un optimum qui dépend du travail humain, des capacités
techniques comme des aléas de la production et de la demande.

68
La logique du management de la production conduit, à l’instar du marketing, à englober
l’ensemble des problèmes de l’entreprise et à confondre les objectifs de la production et
de l’entreprise.

Les succès des entreprises japonaises avec le concept de ‘’Qualité totale’’ ou de juste à
temps (JAT) ont renforcé cette tendance du management de la production.

69
8. Le système d’information dans la gestion de la production

8.1 Qu’est ce qu’un système d’information dans la gestion de production ?

70
‘’ La ressource spécifique qu’utilise la gestion de la production est l’information’’.

Le système d’information prenant une place de plus en plus importante dans l’entreprise.
Il est constitué par :

- L’ensemble des informations circulant dans l’entreprise,


- L’ensemble des moyens et procédures de recherche, de saisie de mémorisation
et de traitement de ces informations, dans le but de les restituer sous une forme
directement utilisable au moment utile afin de permettre la prise de décisions
stratégiques et d’améliorer le fonctionnement opérationnel de l’entreprise.

Le système d’information est donc une interactivité avec le système opérant qui lui
fournit des informations et duquel il reçoit des décisions entraînant des réactions sur le
système opérant.

71
8.2 Les buts principaux du système d’information

- Le contrôle (détection des anomalies dans l’évolution)

- La coordination (entre les différents services)

- La décision (choix de solutions et prise de décision)

72
8.3 Les fonctions du système d’information

- L’écoute (des évolutions, des changements pour savoir les opportunités et localiser
les menaces)
- La collecte (la saisie des informations sur un support permettant la conservation, le
traitement et la communication des informations)
- La mémorisation (le stockage des informations permettant la conservation des
informations)
- Le traitement (processus manuel ou informatisé qui permet d’obtenir des résultats)
- La transmission (circulation des informations entre les divers services)

8.4 Les caractéristiques du système d’information

73
- Le degré d’automatisation (traitements manuels, mécanisés ou automatisés)
- Le degré d’intégration (systèmes éclatés et systèmes intégrés)
- L’architecture (centralisée, distribuée ou répartie)

La bonne mise à jour des bases de données techniques conditionne la qualité de la


planification de la production et accroît la confiance qu’ont les hommes de la production
dans la gestion de la production.

L’entreprise compétitive est celle qui sait se doter d’un système d’information efficace.

74
Merci de votre attention

75

Vous aimerez peut-être aussi