Vous êtes sur la page 1sur 24

Passer d’une classe présentielle à une

classe virtuelle :
enjeux et mode
d’emploi

1
1. Passage à la classe virtuelle :
quels enjeux pour l’entreprise ? 4p.
titre
a. Entrer dans une démarche RSE 4p.

b. Simplifier et optimiser le processus de formation 8p.

c. L’adoption des classes virtuelles et la digitalisation,


des choix stratégiques pour l’avenir 12p.
wcvxwcvwcvxwcv

2. Comment passer d’une classe


présentielle à virtuelle ? 14p.

a. Adoption et acceptation par les apprenants et formateurs 15p.

b. Adapter votre présentation présentielle à la classe virtuelle 19p.

c. Trouver le bon outil de classe virtuelle 20p.

3. Conclusion 23p.

2
Passer d’une classe présentielle à
une classe virtuelle :
enjeux et
mode d’emploi
La classe virtuelle est un espace en ligne qui re-
produit les conditions d’une salle de formation
réelle. Les formateurs peuvent l’utiliser afin de
dispenser leurs enseignements à plusieurs ap-
prenants à distance et en direct. La formation
est rendue possible par la mise à disposition de
plusieurs outils et fonctionnalités, à commencer Quels sont les principaux enjeux asso-
par la visioconférence. À cela s’ajoutent généra- ciés à la classe virtuelle pour les orga-
lement une messagerie instantanée, un tableau
nismes de formation, les entreprises
blanc numérique, la possibilité de partager son
ainsi que les établissements d’enseigne-
écran ainsi que des contenus variés comme des
vidéos, mais aussi de créer des sous-groupes et
ment supérieur ? Dans quelle mesure la
de contrôler la participation. La classe virtuelle, classe virtuelle est-elle devenue incon-
à l’image de la solution Glowbl, fait donc véri- tournable (pour la continuité pédago-
tablement figure d’outil pédagogique complet, gique, le développement de nouveaux
et se différencie des outils de téléréunions tels usages, les attentes utilisateurs, etc.) ?
que Zoom, Teams ou Google Meet, pour ne citer Comment passer de la classe en présen-
qu’eux.
tiel à la classe virtuelle au sein de son
organisation ? Quel outil privilégier ?
La classe virtuelle se distingue par ailleurs de
l’e-learning et des webinars, dans la mesure
Découvrez les conseils et la démarche à
où les apprenants ne sont pas seuls chacun de
suivre pour que la transition se déroule en
leur côté. Il s’agit d’une activité synchrone au
douceur et que l’ensemble du processus
cours de laquelle les formateurs et les appre-
soit couronné de succès côté apprenants,
nants interagissent en temps réel, comme lors
comme côté formateurs.
d’une formation en présentiel. Aujourd’hui, en-
viron 69 %(1) des entreprises pratiquent déjà la
• (1) Source : Panorama 2019 de la classe vir-
classe virtuelle et 15 % souhaitent la mettre en
tuelle : les prémices d’une pédagogie innovante
place dans un futur proche. ? - Glowbl

3
1.

Passage à la classe virtuelle :


Quels enjeux pour
l’entreprise ?

Pour les entreprises, le passage à la classe virtuelle présente de multi-


ples enjeux. Ces derniers font que la classe virtuelle est une modalité
pédagogique incontournable aujourd’hui.

a. Entrer dans une démarche RSE

À l’heure actuelle, la prise en compte


de la responsabilité sociétale des en- • Contribuer à limiter l’impact carbone
Grâce à la classe virtuelle, les apprenants et
treprises (RSE) est incontournable pour
les formateurs ont l’opportunité de limiter le
les organisations. Chacune d’entre elles est
nombre de déplacements professionnels réali-
en effet encouragée à mettre en place des pra-
sés chaque année. Par la même occasion, leurs
tiques en phase avec les principes du dévelop-
émissions de gaz à effet de serre diminuent, car
pement durable. Concrètement ? Cela signifie
ils n’empruntent pas de mode de transport (tout
que les entreprises doivent s’efforcer d’avoir un
particulièrement lorsqu’ils sont en télétravail).
impact positif sur la société et de respecter l’en-
vironnement, tout en demeurant économique-
ment viables.
L’amélioration de la qualité de vie au travail ain-
si que la digitalisation des méthodes de travail,
La réduction des émissions de gaz à effet de
notamment l’adoption de la formation à dis-
serre au sein des organisations n’a rien d’anec-
tance, contribuent à l’atteinte de tels objectifs.
dotique. En effet, en France, le secteur du trans-
La classe virtuelle a en effet des atouts non né-
port représente à lui seul 31 % des émissions
gligeables.

4
de gaz à effet de serre du territoire(2) (soit 136 Avant chaque formation, il s’agit donc pour les
millions de tonnes équivalent CO2). La voiture, organismes de formation et les entreprises de
avec une moyenne de 80,8 %(3) est le principal véritablement s’interroger sur la nécessité ou
mode de transport utilisé sur le territoire par les non de se déplacer pour les différentes parties.
particuliers. S’ensuivent : Il est tout à fait pertinent d’éviter les dépla-
cements lorsqu’une solution technique, ici la
• Les transports ferroviaires, classe virtuelle, le permet.
avec 11,4 % ;
• Les autobus, autocars et tramways, Pour optimiser la gestion des déplacements
avec 6,2 % ; liés aux activités professionnelles à long terme,
• Le transport aérien, avec 1,6 %. la réalisation d’un bilan carbone (pour faire le
point sur son empreinte écologique) et la créa-
Lorsque l’on s’intéresse tout particulièrement à tion d’un Plan de mobilité peuvent s’avérer
la sphère professionnelle, les données sont les utiles.
suivantes : 21 %(4) des travailleurs utilisent exclu-
sivement leur voiture pour se rendre sur leur lieu
de travail bien que le trajet soit inférieur à 9 km.
On ajoutera que selon l’Ademe, les trajets domi- • Limiter les coûts
cile-travail et les déplacements professionnels Les déplacements professionnels représentent
constituent le premier poste d’émissions de gaz un poste de dépenses significatif pour cer-
à effet de serre des activités de bureau, avec taines entreprises ou organismes de formation.
une moyenne de 12 millions de tonnes par an(5). La célèbre entreprise Apple débourserait par
Enfin, autre fait notable : ¾ des déplacements exemple pas moins de 150 millions de dol-
s’effectuent en voiture, avec bien souvent une lars en billets d’avion chaque année, pour en-
seule personne à bord. voyer ses employés aux quatre coins du monde.

• (2) Source : https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/les-comptes-des-transports-en-2018-56e-rap-


port-de-la-commission-des-comptes-des-transports-de-la(3) Source : https://www.statistiques.developpement-du-
rable.gouv.fr/sites/default/files/2020-11/datalab-73-les-comptes-des-transports-en-2019-novembre2020.pdf
• (3) Source : https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/sites/default/files/2020-11/datalab-73-les-
comptes-des-transports-en-2019-novembre2020.pdf
• (4) Source : https://agirpourlatransition.ademe.fr/particuliers/parents/ecole/semaine-europeenne-mobilite-bou-
ger-lignes
• (5) Source : https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/guide-pratique-ecoresponsable-au-bu-
reau.pdf

5
Le recours aux classes virtuelles fait partie de • Offrir davantage de flexibilité et amélio-
l’éventail de solutions offrant l’opportunité de rer le bien-être au travail
rationaliser les coûts. En effet, grâce à la forma- Libérés des contraintes de déplacement, les for-
tion à distance, il n’est pas nécessaire de louer mateurs et les apprenants peuvent s’organiser
une salle, de payer des frais de déplacement plus facilement, notamment en ce qui concerne
ou de repas, ou encore de réserver un héberge- le choix des dates de formation. Cette flexibilité
ment en cas de formation éloignée géographi- apporte un confort indéniable aux concernés.
quement. La classe virtuelle facilite par ailleurs le suivi
post-formation (individuel ou collectif). Le for-
En matière d’économies, les montants varient mateur peut se rendre plus facilement dispo-
d’une société à une autre. L’entreprise Cisco in- nible pour chacun et mettre à disposition des
diquait par exemple au magazine Usbek et Rica ressources accessibles à tous. L’engagement
que la réduction des déplacements (grâce au des collaborateurs s’en trouve renforcé.
recours à la visio, notamment) a permis d’éco-
nomiser 1,3 milliard d’eu-
ros(6) et 800 000 tonnes Bon à savoir
de gaz à effet de En France, la performance RSE des en-
serre depuis 2007. treprises ne fait que progresser au fil des
années. D’après un rapport du Média-
Aujourd’hui, la ra- teur des entreprises et d’Ecovadis, les
tionalisation des dé- entreprises françaises se situent sur la 3e
penses a plus de sens en raison marche du podium mondial pour leur ni-
de la crise causée par le corona- veau de management de la RSE(7). Elles se
virus. Le virus perturbe l’activi- placent juste derrière la Suède et la Fin-
té des entreprises et bouscule lande avec un score de 51/100 (alors que
en effet leur équilibre financier. la moyenne se situe à 46,5 dans les pays
De fait, dans un esprit similaire à de l’OCDE et 37,3 dans les BRICS).
c e l u i de la réduction des émissions de gaz à
effet de serre, la mise en place d’une politique Les entreprises françaises enregistrent la
de voyages d’entreprise plus responsable n’est plus forte progression, 6 %, par rapport à
pas à exclure pour optimiser les dépenses d’une la précédente édition du rapport. Dans le
structure à long terme. détail, on notera que tous les types d’en-
treprises obtiennent des notes favorables.

• (6) Source : https://usbeketrica.com/fr/article/climat-comment-reduire-les-deplacements-professionnels


• (7) Source : https://www.bpifrance.fr/A-la-une/Actualites/Les-entreprises-francaises-et-la-RSE-un-exemple-a-
suivre-46391

6
Les grandes entreprises dominent avec ment économique qu’elle impose nous
une moyenne de 53,8/100(8), mais elles contraint à envisager d’autres modes de
sont suivies de près par les PME et ETI qui fonctionnement », analyse ainsi Caroline
obtiennent une moyenne de 50,4/100. Villecroze(9), directrice stratégie et RSE de
Leyton, pour l’Usine Digitale.
La crise liée au coronavirus a renforcé
encore un peu plus l’intérêt porté à la
RSE. « La pandémie agit en accélérateur
de conscience puisque le ralentisse-

Focus
La crise du coronavirus fait bouger
les lignes en matière de formation
en ligne

La crise causée par la Covid-19, et tout particu- virtuelle. Pour elle, « il était impératif […] que,
lièrement l’imposition du télétravail, a profon- dans cette période anxiogène et incertaine, leur
dément impacté les modes de travail au sein objectif de poursuite d’études ne soit pas remis
des entreprises et établissements de formation. en cause ».
Nombreux sont ceux qui ont adopté des solu- Quant aux cas, plus nombreux, où les chan-
tions de visioconférence(10) et des classes vir- gements ont eu lieu dans l’urgence et ont en-
tuelles pour continuer à travailler et à assurer gendré une certaine appréhension au sein de
des formations tout en limitant la propagation l’organisation, le tableau n’est pas si noir. Les
du virus. Certaines structures ont même pas- changements vont de pair avec des retours re-
sé le cap sans écueil, à l’image de l’École Su- lativement positifs. En effet, les circonstances
périeure des Assurances-FORSEAD (ESA Paris) ont poussé les entreprises à réfléchir à la mise
dont la Responsable formation continue RH, en place d’un plan de continuité. En cas de nou-
Delphine Schneider, indiquait en mai n’avoir velles crises, la plupart des entreprises seront
« annulé aucune formation » grâce à la classe désormais mieux préparées. Cela limitera les
reports ou annulations de formations et projets.

• (8) Source : https://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/fs-2019-11-08-performance-glo-


bale-rse.pdf
• (9) Sources : https://www.usine-digitale.fr/article/meme-apres-la-crise-les-francais-envisagent-de-re-
duire-leurs-deplacement-professionnels.N1022044
• (10) Ceux qui ont optés pour les outils de visioconférence ont observés une fatigue plus importante. Cet outil n’est
pas adapté à usage prolongé. Source : https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/zoom-fatigue-pourquoi-les-dis-
cussions-en-visioconference-sont-si-epuisantes-20200423

7
b. Simplifier et optimiser le processus de formation

L’adoption de la classe virtuelle est utile


aux entreprises souhaitant simplifier et
améliorer leur processus de formation.
Il existe des solutions spécialisées sur le mar-
ché centralisant toutes les fonctionnalités dont
peuvent avoir besoin les formateurs ainsi que
leurs stagiaires. Elles sont accessibles après une
formation et, parfois, l’installation d’un logiciel
client. Ensuite, il suffira de disposer : et qu’il suffit d’avoir accès à un ordinateur, il
est plus facile de trouver un terrain d’entente
• d‘un ordinateur équipé d’une webcam ; concernant la ou les dates de formation. Les
• d’une connexion à Internet stable ; formations peuvent par ailleurs être divisées en
• d’un casque équipé d’un micro afin d’éviter plusieurs sessions lorsque cela est nécessaire.
les échos ;
• d’un navigateur Internet moderne et à jour. Pour ne rien gâcher, cette facilité d’organisation
Cela permet de profiter des technologies peut convaincre les entreprises d’augmenter le
les plus récentes et des solutions les plus nombre de formations dispensées chaque an-
performantes. née. Une excellente démarche pour la montée
en compétences des salariés, qui est détermi-
La classe virtuelle simplifie également les mo- nante pour la bonne évolution et la pérennité
dalités d’organisation des formations. Dans la des entreprises. Les DRH français estiment en
mesure où personne n’est tenu de se déplacer effet que 47 %(11) des emplois ont un risque d’ob-

• (11) Source : https://info.cegos.fr/rs/675-BZO-542/images/Livre-blanc-cegos-transformation-competences-lear-


ning.pdf

8
solescence des compétences dans les 3 ans à • Expérimenter le blended learning
venir, en raison des évolutions technologiques Le virtuel offre aussi la possibilité d’expérimen-
qui transforment les métiers. La formation est ter d’autres modes d’apprentissage, comme le
donc une priorité. blended learning. Une méthode qui consiste
à conjuguer l’apprentissage en ligne et le pré-
On notera enfin que ce format offre un nouveau sentiel. En pratique, le blended learning peut
souffle au monde de la formation. Cela s’appré- prendre différentes formes. Les apprenants
cie de différentes manières. peuvent être amenés à :

• Améliorer l’accessibilité des ressources • Alterner entre des sessions d’apprentissage


pour aider les participants à mieux ap- en ligne et des sessions en face à face avec le
prendre formateur. Ils peuvent travailler la théorie en
En passant par un outil virtuel, les formateurs ligne dans un premier temps, puis se rendre
ont l’opportunité d’enregistrer aisément les à des sessions en présentiel afin d’effectuer
formations afin que les apprenants puissent y des travaux pratiques, suivre des cours parti-
avoir accès plus tard. Une option intéressante culiers ou des cours collectifs en face à face.
lorsque certaines notions n’ont pas été correc- • Suivre une formation en présentiel, puis
tement assimilées pendant la session de forma- poursuivre avec un apprentissage en ligne
tion. dont l’objectif sera de maintenir les connais-
sances acquises dans le temps.
• Suivre une formation en présentiel et profiter
des contenus d’enrichissement proposés par
le formateur en ligne, au fur et à mesure.

• Varier les types de contenus mis à dispo- Le blended learning est motivant et favorise
sition l’implication. Il permet de profiter à la fois des
Autre opportunité offerte par la classe virtuelle avantages de la formation en présentiel – no-
: rendre les formations plus attractives en re- tamment l’interactivité et la spontanéité – et
courant par exemple à la réalité augmentée, des atouts de la formation en ligne, dont la ré-
davantage d’images, des démos, des schémas duction des coûts.
interactifs, des tests, etc.

9
• Gamifier les parcours de formation Il n’est, bien sûr, pas obligatoire de développer
Dans le cadre d’une formation, le maintien de (ou de faire développer) systématiquement des
l’attention des apprenants est crucial. Pour jeux pédagogiques complexes pour chaque for-
ne pas la perdre, les formateurs ont tout inté- mation donnée grâce à la classe virtuelle. Son-
rêt à miser sur l’interactivité, par exemple au dages, nuages de mots, quiz : les outils de base
moyen de la gamification (ou ludification). Cela mis à disposition dans les solutions de classe
consiste à intégrer des mécanismes de jeu (scé- virtuelle actuelles offrent déjà des fonctionna-
narisation, enregistrement de la progression, lités intéressantes, qui ne demandent qu’à être
système de récompenses, classements des explorées et testées pour rendre l’acquisition de
«  joueurs », etc.), voire de véritables jeux édu- savoir plus ludique.
catifs ou des jeux vidéo dans les parcours de
formation. On peut par exemple s’intéresser au La réussite de la gamification reposera
world café en ligne, un jeu reposant sur l’intelli- davantage sur la bonne cartographie, en
gence collective. amont, des connaissances et compétences
que les apprenants sont supposés acquérir.
Capitaliser sur le jeu a de multiples avantages : Ce travail guidera la conception des jeux.
À cela s’ajoute également la puissance de
• susciter l’adhésion ; l’outil choisi. Un outil peu informatisé mais
• maintenir l’attention ; doté d’une ergonomie innovante permettra
• motiver, en rendant les apprenants acteurs en effet d’inventer des scénarios variés.
de la formation ;
• améliorer l’assimilation d’informations, car
les participants apprennent en s’amusant.

10
Le rapport
des Français
aux jeux vidéo

La gamification est une piste à ne pas négliger.


Les Français sont de vrais adeptes des jeux, et
en particulier des jeux vidéo :

• Le jeu vidéo générait 1,3 milliard d’eu- (12) En complément, on rappellera que dans le pro-
ros dans le secteur audiovisuel en 2018. cessus d’apprentissage, les émotions agréables
• On dénombre 36 millions(13) de per- favorisent la mémorisation(15), tandis que celles
sonnes jouant au moins occasionnelle- qui sont désagréables et suscitent le stress pé-
ment en 2020 (soit 71 % des Français). nalisent l’apprentissage. Le jeu, grâce à la dose
• Chez les joueurs réguliers, on compte de bien-être qu’il apporte, constitue donc un
53 %(14) d’hommes et 47 % de femmes.Ils excellent outil pédagogique.
sont en moyenne âgés de 39 ans.

• (12) Source : https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Etudes-et-statistiques/Publications2/Collections-d-ou-


vrages/Chiffres-cles-statistiques-de-la-culture-et-de-la-communication-2012-2020/Chiffres-cles-2020
• (13) Source : https://www.afjv.com/news/10392_etude-les-francais-et-le-jeu-video-en-2020.htm
• (14) Source : https://www.afjv.com/news/10392_etude-les-francais-et-le-jeu-video-en-2020.htm
• (15) Neurolearning : Les neurosciences au service de la formation - Philippe Lacroix, Philippe Gil et Nadia Medjad

11
c. L’adoption des classes virtuelles et
la digitalisation, des choix stratégiques
pour l’avenir

L’intégration du numérique devient Ce passage au numérique peut aussi être le dé-


indispensable pour les entreprises, qu’il but d’une digitalisation plus globale. Certains
s’agisse de centres de formation ou outils permettant de dispenser des formations
via des classes virtuelles peuvent par exemple
d’organisations qui internalisent leur
être couplés à des Learning Management Sys-
service de formation avec la mise en
tem (LMS). C’est par exemple le cas de Glowbl,
place de la stratégie, la conception pé- qui est pensé pour être intégré nativement dans
dagogique, leurs formateurs internes, les offres de LMS. Les entreprises peuvent l’utili-
etc. ser en marque blanche et l’adapter totalement
à leur univers.
• Digitaliser la formation au sein des
entreprises : quelles conséquences ?
Emprunter la voie du digital représente une
formidable opportunité pour les entreprises
d’amorcer un changement à la fois profond et
stratégique pour leur avenir. Le recours plus im-
portant aux formations numériques rend tout
d’abord les organisations plus flexibles et plus
agiles. La transmission et l’échange des savoirs
en interne sont facilités. Cela a notamment son Le passage au numérique entraînera forcément
intérêt au sein des entreprises divisées en plu- l’apparition de nouveaux métiers au sein des
sieurs sites. entreprises. Les digital learning managers, les
ingénieurs pédagogiques, les animateurs de
communauté, mais aussi les concepteurs de
contenus digitaux ou les animateurs terrain fe-
ront partie intégrante des structures.

12
• Qu’en est-il des On dira enfin que se saisir du numérique est
entreprises de une question vitale pour les entreprises et or-
formation ? ganismes de formation. Passer à côté de cette
évolution peut menacer la pérennité des struc-
Les entreprises et organismes de formation ont tures à long terme. Elles pourront en effet conti-
aussi leur épingle à tirer du jeu. Ils ont un rôle nuer un temps à exister telles quelles, pendant
crucial à jouer pour accompagner, voire inciter la période de transition vers le digital, mais une
les entreprises à amorcer une transition vers le fois le numérique pleinement installé et intégré,
digital. Cela passera en partie par la proposition tout retard dans son adoption sera susceptible
de formats innovants et l’amélioration de l’ex- d’entraîner la perte de clients potentiels.
périence utilisateur. Les attentes sociétales sont en effet élevées
en matière de distanciel, notamment pour
Ils sont aussi des acteurs clés pour répondre les jeunes cadres (moins de 30 ans). Pour
aux besoins d’un marché de l’emploi qui se di- 76 %(17) d’entre eux, la possibilité de télétra-
gitalise et voit émerger de nouveaux métiers. vailler constitue un critère de choix dans leur
Embrasser le digital leur permettra de dévelop- recherche d’emploi.
per plus rapidement des offres de formation
et d’être plus agiles quand des besoins appa-
raissent. Bon à savoir
85 % des emplois de 2030 n’existeraient
Les entreprises de formation sont d’ailleurs pas encore selon un rapport(18) de Dell et
encouragées en ce sens par la loi Avenir pro- de l’Institut pour le Futur publié en 2017.
fessionnel(16), qui valorise le développement du On ajoutera que la durée de vie moyenne
numérique, et le dispositif du CPF, qui ouvre d’une compétence est de 5 ans selon
le droit à des formations à distance. Autant de l’OCDE. Les travailleurs de demain, les
démarches qui représentent de nouvelles op- entreprises et les acteurs de la formation
portunités de business pour les organismes de ont donc tout intérêt à se saisir de la for-
formation. mation numérique pour faire face à cette
évolution rapide de la société et rester
pertinents.

• (16) Source : https://travail-emploi.gouv.fr/demarches-ressources-documentaires/documentation-et-publica-


tions-officielles/textes-et-circulaires/lois/article/loi-avenir-professionnel
• (17) Source : https://twitter.com/EdtechFrance/status/1343657645257994241
• (18) Source : Realizing 2030: A Divided Vision of the Future.

13
2.
Comment passer d’une
classe présentielle
à virtuelle ?
Le passage aux classes virtuelles n’est pas forcément une
évidence pour les entreprises comme pour les professionnels
de la formation.

Avec environ 67 000(19) organismes de « Le formateur doit acquérir un rôle de


formation professionnelle continue moniteur, d’entraîneur, d’animateur,
(dont beaucoup de petits organismes), et ne plus seulement se concentrer
le système de la formation est bien an- sur le théorique, explique Ludovic Chisloup
(Evocime), spécialiste du e-learning. Prendre
cré en France. Cependant, nombre d’orga-
en main une classe virtuelle fait ap-
nismes emploient encore des méthodes très
pel à des techniques d’animation et
traditionnelles en matière de transmission
des outils spécifiques qu’il faut savoir
des savoirs (elles ont d’ailleurs été un obstacle
maîtriser. Le contenu doit devenir at-
supplémentaire durant la première partie de la
tractif, dynamique. »(20)
crise de la Covid-19).
Cela n’a rien de surprenant, dans la mesure où
Du côté des apprenants aussi, il y a un travail à
évoluer nécessite du temps, un investissement
effectuer, même si une adhésion rapide semble
humain, financier et organisationnel. Mobili-
plus facilement envisageable. Il faudra ainsi
ser tous ces éléments n’est pas évident, sur-
mettre en avant les atouts de la classe virtuelle
tout au sein des petites structures… Pourtant,
et bien encadrer l’évolution pour embarquer,
le constat est sans appel : il faut trouver les
convaincre et faire adhérer les formateurs et ap-
moyens d’opérer une transition de l’aveu des
prenants.
acteurs du secteur.

• (19) Source : https://www.performance-publique.budget.gouv.fr/sites/performance_publique/files/farandole/res-


sources/2020/pap/pdf/jaunes/Jaune2020_formation_professionnelle.pdf
• (20) Source : https://www.ouest-france.fr/formation/formation-pro-et-continue-dopees-par-le-teletravail-les-for-
mations-en-ligne-bousculent-les-habitudes-7054429

14
a. Adoption et acceptation par
les apprenants et formateurs

• Les apprenants 97 % des salariés ayant suivi ces for-


Convaincre les apprenants d’adopter les classes mations les ont jugées satisfaisantes
virtuelles est une tâche qui, en théorie, ne de-
(contre 95 % en Europe). On notera par
vrait pas poser de difficultés particulières. Cela ailleurs que seulement 21 % des collaborateurs
est notamment confirmé par la crise du coro- français et européens ont fait part d’une appré-
navirus. En effet, selon le baromètre européen hension par rapport à la technologie, alors que
2020 Cegos(21), Transformation, Compétences 55 % des DRH français et 50 % de leurs homolo-
et Learning, 47 % des salariés en France (64 %
gues européens les pensaient dans cette situa-
en Europe) ont participé à une formation à dis-
tion.
tance pendant la crise ou le confinement. Pour
le format de ces formations à distance, les DRH
Cette adoption sans véritable heurt du digital
ont privilégié plusieurs solutions d’apprentis-
learning en période de crise n’a rien d’étonnant.
sage :
En 2017 déjà, dans un autre baromètre Cegos,
les salariés démontraient un certain intérêt pour
• les classes virtuelles et webinars, cités par le digital learning. Parmi les avantages cités :
63 % des répondants ;
• les modules d’e-learning, cités par 55 % des • le remplacement des supports papier par
répondants ;
des supports disponibles en ligne ;
• le e-tutorat, cité par 18 % des DRH français. • l’accès à de nombreuses ressources pédago-
giques supplémentaires ;
• l’utilisation du numérique pendant la forma-
tion.

• (21) Source : https://info.cegos.fr/rs/675-BZO-542/images/Livre-blanc-cegos-transformation-competences-lear-


ning.pdf

15
Pour transformer totalement l’essai et ning, l’ISTF montre en effet que « suivre une
convaincre les derniers profils réticents, faire formation en lien avec les problématiques mé-
le point sur les avantages offerts par la classe tier » est le principal motif d’engagement pour
virtuelle est la première étape. Réduction des commencer une formation digitale. Avec une
déplacements, limitation des contraintes ho- moyenne de 24 %, il est loin devant « l’obten-
raires, mais aussi possibilité d’accéder à des tion d’une certification » (14 %) et « l’implication
replays après la formation : l’important est de de la hiérarchie » (12 %).
faire preuve d’exhaustivité quant aux avantages
de la formation à distance et de son intégration
dans le quotidien de l’entreprise.

Mettre l’apprenant au cœur de la formation,


c’est peut-être aussi varier la manière de
travailler, en faisant par exemple le choix de
la classe inversée (flipped classroom en an-
glais). Comment ça marche ? Avant le jour J,
le formateur met à disposition des ressources
sur une notion donnée, ainsi que des exercices.
Les apprenants prennent ensuite connaissance
L’adoption de ce nouveau mode passe du sujet chacun de leur côté et se l’approprient
aussi par l’intégration de l’apprenant au à leur rythme, sans stress. Le jour de la forma-
cœur des préoccupations. Les formateurs tion est quant à lui consacré la vérification des
doivent construire des formations sur mesure, acquis et à l’approfondissement des connais-
en recueillant les besoins en amont. L’appren- sances avec des activités variées. Les appre-
tissage sera ainsi centralisé sur les thématiques nants ne sont plus seulement des réceptacles
qui intéressent véritablement les apprenants, du savoir, mais deviennent des acteurs de la
ainsi que leurs besoins. Cette nécessité d’adé- formation, ce qui dope bien souvent leur mo-
quation est plus que d’actualité en 2020. Dans tivation et l’efficacité de rétention.
son livre blanc Les chiffres 2020 du digital lear-

• (22) Source : Les chiffres 2020du digital learning - Résultats et analyse d’une enquête réalisée auprès de 400 struc-
tures – ISTF (à télécharger)

16
Zoom sur la
classe inversée

La classe inversée est un type de pédagogie qui Plus tard, en 2011, c’est la publication de vidéos
a vu le jour dans les milieux scolaires. Il a été éducatives du professeur de mathématiques
impulsé par des enseignants souhaitant diversi- Salman Khan, visionnées plus d‘un million
fier leur approche pédagogique dès les années de fois, qui crée un engouement planétaire et
80, et notamment par Eric Mazur, professeur de achèvera de porter l’intérêt sur les pédagogies
physique à Harvard. d’apprentissage alternatives.

L’une des études les plus connues sur la thé- La classe inversée a fait des émules dans de
matique date de 2007 et concerne les Flipped nombreux établissements scolaires à travers
Classrooms, mises en place par deux profes- le monde, mais s’est aussi frayée un chemin
seurs de chimie, Jonathan Bergmann et Aaron jusque dans le secteur de la formation profes-
Sams. Ces derniers créaient des capsules vidéo sionnelle. Philippe Gil, co-fondateur du cabi-
à destination des élèves malades ou absents net de conseils IL&DI, expliquait à RH Matin
afin de leur permettre de suivre les cours. Rapi- en 2019 : « Grâce à cette approche, les
dement, ils se sont rendu compte que les vidéos stagiaires apprennent à leur rythme,
étaient visualisées par tous les autres élèves, et valident en amont l’acquisition de
qu’elles contribuaient à rendre les cours plus leurs savoirs et arrivent en salle avec
dynamiques. C’est ainsi que naissait le concept un niveau de prérequis sur un sujet qui
de « Lecture at home, homework in est homogène, rendant plus efficaces
class », soit la classe inversée(23). les travaux pratiques et les séquences
actives ».(24)

• (23) Source : https://cdn.uclouvain.be/groups/cms-editors-lll/carnets/Classes_Inversees.pdf


• (24) Source : https://www.rhmatin.com/formation/digital-learning/formation-comment-reussir-une-classe-in-
versee.html

17
Dernier point essentiel pour faciliter la transition
vers les classes virtuelles : donner la possibilité
aux apprenants de découvrir l’outil avant le
jour de formation. Avec Glowbl par exemple,
la prise en main est simple. L’outil se focalise
sur une expérience qui reproduit les comporte-
ments d’une salle de classe traditionnelle. Sans
rien avoir à installer en amont, les apprenants
entrent dans la salle de formation, suivent un
tutoriel embarqué et peuvent commencer à ré-
Pour obtenir leur adhésion, il est nécessaire de :
seauter avec les autres apprenants, etc.
• les intégrer au projet de numérisation en
amont, en récoltant notamment leurs be-
soins en matière de fonctionnalités ;
• choisir un outil qui leur permettra de pré-
parer la formation en amont et de suivre la
proactivité des apprenants ;
• les former à l’outil et les laisser s’approprier
les classes virtuelles.

Avant d’entrer dans le vif de la formation, il


conviendra de créer des sessions de formation
faisant office de tests, entre formateurs ou avec
un groupe d’apprenants réduit. L’idée est de les
• Les formateurs aider à gagner en confiance et de les pousser
La transition des formateurs est bien sou- à expérimenter des nouvelles manières de
vent plus complexe que celles des apprenants, travailler et transmettre leur savoir.
car le numérique bouscule parfois des années
d’expérience. Ils doivent se former, changer
leurs habitudes et faire évoluer leur manière de
penser la formation.

18
b. Adapter votre présentation présentielle
à la classe virtuelle
La classe virtuelle n’a pas vocation à être que le pôle formation de l’entreprise ou l’orga-
identique aux présentations en présen- nisme de formation se dote de profils compé-
tiel. Elle nécessite une adaptation sur la durée tents en interne et/ou que les formateurs soient
et la forme, ainsi qu’un retravail des séquences. à jour dans leurs connaissances. Il existe aussi
Côté format, l’interactivité doit être de mise. de plus en plus de formations dédiées à l’ac-
Brainstorming, exercices en sous-groupes, jeux compagnement des formateurs dans leurs évo-
de rôle ou mises en situation sont autant de lutions, ainsi que des ressources en ligne.
pistes à explorer et à adopter. Exit, donc, les
supports PowerPoint de 150 slides contenant En matière de temps, il est recommandé d’op-
pêle-mêle transitions, vidéos, images, présenta- ter pour des sessions courtes. Dans le secteur
tion, etc. L’allègement est de mise, et l’on veil- scolaire, l’Éducation nationale recommande
lera à varier les formats de contenu, le ton, le de se limiter à des sessions de 1 h 30(25) maxi-
mum pour les élèves. En effet, la classe virtuelle
rythme, les fonctionnalités utilisées, etc. Il fau-
nécessite beaucoup d’attention, de la part des
dra aussi s’intéresser aux différentes manières
apprenants comme des enseignants. Cette li-
de d’intégrer les émotions à l’expérience d’ap-
mite est donc fixée afin de limiter la surcharge
prentissage.
cognitive.

Dans le secteur de la formation profession-


nelle, les experts s’accordent eux aussi sur la
nécessité d’éviter les trop longues sessions.
Cegos, qui figure parmi les référents en matière
L’adaptation d’anciennes formations ou la créa-
de formations sur le territoire français, en at-
tion de nouvelles formations n’est cependant
teste : « la durée d’une session ne [doit]
pas toujours facile à appréhender. Il peut être
intéressant pour les entreprises disposant d’un
pas excéder selon nous 1 h 30(26) sans
centre de formation ou pour les organismes de
pause, ou 3 h avec pauses et travaux
formation de faire appel aux services de consul-
en sous-groupes ». Selon les cas, les forma-
teurs peuvent tout à fait envisager de scinder
tants dont le métier consiste à adapter ou créer
leur formation en plusieurs sessions, réparties
des contenus pédagogiques, à l’image des
sur plusieurs jours.
concepteurs pédagogiques. Et ce, jusqu’à ce

• (25) Source : https://www.ac-paris.fr/portail/jcms/p1_2017830/classes-virtuelles-conseils-pratiques


• (26) Source : https://www.elearning-news.fr/2018/06/05/la-classe-virtuelle-une-modalite-de-digitalisa-
tion-de-la-formation-presentielle-et-une-alternative-au-e-learning/

19
c. Trouver le bon outil de classe virtuelle

La réflexion sur le passage à la classe


virtuelle amène souvent les parties pre- Or, comme l’ont expérimen-
nantes à s’intéresser aux outils à utili- té des millions de télé-
ser. Un certain nombre d’éléments sont travailleurs pendant
à prendre en compte. le premier confinement,
fixer un écran de manière
• Un nombre illimité d’outils de classe prolongée dans le cadre de
virtuelle ? longues réunions ou formations,
Contrairement à certaines idées reçues, il existe est une tâche épuisante pour le cer-
peu de vrais outils spécialisés en classes vir- veau. La difficulté à fixer son regard (la
tuelles. La fausse impression d’abondance visio-conférence ne permet pas de regar-
d’outils disponibles sur ce marché vient princi- der ses interlocuteurs dans les yeux), les efforts
palement du fait que nombre de structures uti- à fournir pour composer avec les aléas des
lisent des outils de visioconférence, qui eux sont échanges (problèmes de son, décalages, décon-
véritablement nombreux sur le marché. Ils les nexions), ainsi que l’impossibilité de se reposer
détournent de leur usage premier afin de dis- sur l’analyse de la communication non verbale
penser des formations ou effectuer de longues pour adapter ses réactions sont en effet très fa-
sessions de travail. tigants et ont un impact néfaste sur l’efficacité
et l’attention. Véritable phénomène de société,

20
la fatigue suscitée par la vi-
sioconférence durant le confi- • La sécurité des données
nement s’est même vue affublée
d’un nom : la « Zoom-fatigue », Il faut tout d’abord distinguer les outils amé-
d’après l’un des outils les plus plébis- ricains des outils européens. De manière gé-
cités durant le premier confinement. nérale, les outils européens protègent bien
mieux les données utilisateurs que les outils
Plus riches en matière de fonctionnalités, les américains. Parmi les outils américains popu-
outils de classe virtuelle à l’image de Big Blue laires à éviter, on citera Zoom qui a fait l’objet
Button, Glowbl ou encore Adobe Connect, per- de plusieurs polémiques à la suite de manque-
mettent de solliciter le cerveau de différentes ments répétés concernant la confidentialité
manières et de ne pas se limiter à la fixation des données des utilisateurs. Divulgation des
d’un écran. données de connexion, facilitation d’accès à
l’administration de certains ordinateurs, ajouts
de contacts non désirés et possibilité d’intégrer
des meetings sans y avoir été convié… la liste
des griefs est longue.

Les entreprises comme les organismes de for-


mation doivent donc faire particulièrement at-
tention au choix de leur solution de classe vir-
tuelle. Cela est d’autant plus important dans la
mesure où le contenu de certaines formations,
• Des caractéristiques techniques variées en particulier les formations internes aux entre-
Outre la distinction à opérer par rapport aux prises, peuvent contenir des données très sen-
outils de visioconférence traditionnels, le choix sibles. Parmi les solutions européennes, Glowbl
d’un outil doit aussi prendre en compte certains apporte une grande attention aux données
aspects techniques et réglementaires. utilisateurs. Elles sont protégées des intrusions
externes et du piratage par un cryptage des
échanges.

21
• Les modalités d’accès
En matière d’utilisation, les outils ne sont là Dans le cas de
encore pas égaux. Certains requièrent l’instal- Glowbl, cela passe
lation d’un logiciel tandis que d’autres sont ac- aussi par le fait de
cessibles en ligne, par le biais d’un navigateur. recréer une table « phy-
Glowbl appartient par exemple à la seconde sique » dans la classe virtuelle.
catégorie. Il n’y a rien à télécharger, les classes Chaque participant peut choisir sa place, mais
virtuelles sont accessibles en un simple clic. aussi se déplacer « physiquement » dans la
classe virtuelle pour faire des apartés ou for-
mer des sous-groupes grâce à la bulle unique
• Les fonctionnalités centrées sur qui le symbolise. Les apprenants disposent
l’humain également d’une vue d’ensemble du groupe et
peuvent :
Certains outils de classe virtuelle proposent des
fonctionnalités aussi nombreuses qu’utiles à • voir les autres réagir en temps réel ;
l’apprentissage, sans pour autant négliger l’as- • intervenir en levant la main ;
pect humain. Cela se manifeste par exemple • pointer du doigt des éléments ;
par la possibilité de personnaliser la classe • prendre des notes de manière collaborative.
virtuelle pour une expérience
plus agréable. Par ailleurs, pour apporter toujours un peu
plus de dynamisme et améliorer la qualité des
échanges au cours des formations, les forma-
teurs peuvent évaluer en temps réel leur im-
pact sur leurs interlocuteurs grâce à un indica-
teur d’engagement. La convivialité est donc le
maître mot et tout est fait pour rapprocher les
participants et gommer les barrières entre ces
derniers.

22
CONCLUSION

La classe virtuelle est un outil pédagogique


devenant incontournable pour les entreprises
comme pour les organismes de formation, en mobiliser les ressources nécessaires pour se
raison des nombreuses opportunités qu’ap- former. Pour les universités, la classe virtuelle
porte son adoption au sein des organisations. permet de s’affranchir des contraintes géogra-
Elle instaure un renouveau bienvenu à l’univers phiques, créer des activités de groupe ou en-
de la formation en rendant l’expérience des core mettre en place des sessions de travail sur
apprenants plus ludique, enrichissante et per- des créneaux différents des horaires habituels
sonnalisée. En pratique, cela est rendu possible (pour des sessions de révision par exemple).
par la richesse des fonctionnalités offertes par Côté entreprises, elle favorise surtout une cer-
les outils de classe virtuelle comme Glowbl et taine agilité et facilite grandement la transmis-
l’adoption graduelle de nouvelles modalités, sion du savoir.
comme la gamification ou le blended learning.
De manière plus générale, la classe vir-
La classe virtuelle – et la digitalisation des struc- tuelle peut aider les structures intéressées
tures qu’elle amène souvent avec elle – offre par une démarche RSE ou qui en ont enta-
aussi de formidables opportunités pour les mé une. Recourir à la classe virtuelle aide
formateurs de manière globale. Pour les or- en effet à réduire l’empreinte carbone des
ganismes de formation, elle ouvre la voie à de entreprises, réduire les dépenses globales
nouvelles sources de business et favorise la pé- et améliorer le confort et le bien-être des
rennité des structures, à condition bien sûr de parties prenantes.

23
A propos

Glowbl est une société française fondée à Lyon Entièrement personnalisable et facile d’inté-
en 2011 et propose une solution SaaS pour ani- gration en marque blanche dans les outils LMS,
mer des classes virtuelles aussi naturelles que SSO, CRM... Glowbl est déjà utilisé par de grands
dans la vie réelle. groupes et universités français

Grâce à son ergonomie brevetée, elle permet Membre de la EdTech, Glowbl est reconnu au-
de reproduire, même à distance, les interac- jourd’hui parmi les sociétés françaises promet-
tions pédagogiques et d’apprentissage d’une teuses de la FrenchTech et fait de la sécurité des
vraie classe en présentiel, ce qui assure un en- données sa priorité (échanges cryptés, datacen-
gagement plus fort et une efficacité renforcée. ters en France, conforme RGPD).

Les classes virtuelles vous intéressent ?


Découvrez la solution .

24

Vous aimerez peut-être aussi