Vous êtes sur la page 1sur 106

ROYAUME DU MAROC

MINISTÈRE DE L’ÉNERGIE, DES MINES, DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT


DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT MINIER ISSN 0374-9789

NOTES ET MÉMOIRES DU SERVICE GÉOLOGIQUE


N° 562
NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC
NEWNOUVEAUX GUIDES
GEOLOGICAL ANDGEOLOGIQUES ET MINIERS DU
MINING GUIDEBOOKS OFMAROC
MOROCCO
NEW GEOLOGICAL AND MINING GUIDEBOOKS OF MOROCCO
A. MICHARD,
A. Michard,O.
O.SADDIQI, A.Chalouan,
Saddiqi, A. CHALOUAN, E. RJIMATI
E. Rjimati & A. MOUTTAQI
& A. Mouttaqi (Eds.) (Eds)

Volume 7

HAUT ATLAS OCCIDENTAL


Western High Atlas
par / by
Fida MEDINA, Mohammed ET-TOUHAMI, Peter E. OLSEN, Mohammed S. BOUAOUDA,
Mohamad HAFID & El-Mostafa ETTACHFINI

HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST


North-western Central High Atlas
par / by
Abdellatif SOUHEL, Fatima EL BCHARI, Khadija EL HARIRI, Badya LAGE,
Joseph CANEROT, Driss CHAFIKI, El-Mostafa ETTACHFINI & Ralf LÖWNER

EDITIONS DU SERVICE GEOLOGIQUE DU MAROC


RABAT
2011
La série des Nouveaux Guides

Volume 1 (Notes & Mém. n° 556) : Présentation des circuits. Introduction à la géologie du Maroc
/ Introducing the tours. Overview of the Geology of Morocco.

Volume 2 (Notes & Mém. n° 557) : Haut Atlas et Anti-Atlas, circuit oriental (6 jours). Oukaime-
den (1 jour). Guéliz-Ourika (1 jour) / High Atlas and Anti-Atlas Eastern Loop (6 days).-
Oukaimeden (1 day). Gueliz-Ourika (1 day).

Volume 3 (Notes & Mém. n° 558) : Anti-Atlas et Haut Atlas, circuit occidental (6 jours). Anti-
Atlas central (4 jours) / Anti-Atlas and High Atlas Western Loop (6 days). Central Anti-Atlas
(4 days).

Volume 4 (Notes & Mém. n° 559) : Moyen Atlas (6 jours). Haut Atlas central de Beni Mellal à
Imilchil (4 jours) / Middle Atlas (6 days). Central High Atlas from Beni Mellal to Imilchil
(4 days).

Volume 5 (Notes & Mém. n° 560) : Rif central et occidental (6 jours). Rif oriental (3 jours) / Cen-
tral and Western Rif (6 days).- Eastern Rif (3 days).

Volume 6 (Notes & Mém. n° 561) : Anti-Atlas occidental & Provinces sahariennes (6 à 8 jours)
/ Western Anti-Atlas and Saharan Provinces (6 to 8 days).

Volume 7 (Notes & Mém. n° 562) : Haut Atlas occidental (3 jours). Haut Atlas central, partie
nord-ouest (3 jours), / Western High Atlas (3 days). Northwestern part of Central High
Atlas (3 days).

Volume 8 (Notes & Mém. n° 563) : Meseta nord-occidentale (3 jours). Rehamna (1 jour).- Jbi-
let (1 jour). Siroua (2 jours). Saghro oriental (2 jours) / Jbilet (1 day). Rehamna (1 day).
Northwestern Meseta (3 days). Siroua (2 days). Eastern Saghro (2 days).

Volume 9 (Notes & Mém. n° 564) : Les principales mines du Maroc / Main Mines of Morocco.
7

SOMMAIRE / CONTENTS
Circuit C11 : Haut Atlas occidental/ Tour C11 : Western High Atlas
Points clés / Highlights............................................................................................................
Documents à consulter ou emporter........................................................................................
J1 : Marrakech - Agadir via Argana (260 km)............................................................................
Arrêt 1 : Le Turonien d’Imi n’Tanout.........................................................................
Arrêt 2 : La faille d’Ichemraren-Imi n’Tanout (accident nord-atlasique).....................
Arrêt 3 : Permien et Trias d’Irohalen............................................................................
Arrêt 4 : Formations jurassiques internes....................................................................
Arrêt 5 : Discordance TSII - TSIII et faciès de ces deux formations...........................
Arrêt 6 : Cyclicité dans le membre Hasseine inférieur (t8)............................................
Arrêt 7 : Cyclicité dans le membre Hasseine moyen (t8)............................................
Arrêt 8 : Limite palynologique Trias-Jurassique à Igounan...........................................
J2 : Agadir-Essaouira via Imouzzer (200 km)............................................................................
Arrêt 9 : Coupe d’Aït Chehrid (Anticlinal d’Anklout).................................................
Arrêt 10 : Coupe de l’oued Tidili au pied d’Imouzzer.................................................
Arrêt 11 : Imsouane : pillow and ball structures...........................................................
J3 : Essaouira (Tamanar)-Marrakech via Sebt Gzoula, Chichaoua (340 km)................................
Arrêt 12 : Anticlinal d’Amsittene.................................................................................
Arrêt 13A, B : Diapir de Tidsi......................................................................................
Arrêt 13C : Le Turonien à Dar Caid Neknafi.................................................................
Arrêt 14 : Anticlinal de Kourati.................................................................................
Arrêt 15 : La base du Jurassique des Mouissate...........................................................
Arrêt 16 : Paléofaille triasique en bordure du bassin de Sidi Chiker...........................
Arrêt 17 : Intrusions jurassiques de Sidi Chiker...........................................................
Circuit C12 : Haut Atlas central, de Beni Mellal à Aït Bouguemmez / Tour C12 : Cen-
tral High Atlas, from Beni Mellal to Ait Bouguemmez.................................................
Points clés / Highlights..............................................................................................................
Documents à consulter ou emporter...........................................................................................
Journée J1 : Beni Mellal – Bin el-Ouidane (80 km).......................................................................
Arrêt1 : Structure du front nord de la chaîne..................................................................
Arrêt 2 : Structures en tipis dans les carbonates massifs du Lias inférieur....................
Arrêt 3 : La plateforme interne carbonatée du Lias moyen..........................................
Arrêt 4 : Carbonates du Dogger (groupe de Bin El Ouidane) et structure synclinale
d’Ouaouizaght..................................................................................................
Arrêt 5 : Le Cénomano-Turonien.................................................................................
Arrêts 6 : Le Jurassico-Crétacé du synclinal d’Ouaouizaght.....................................
Journée J2 : De Ouaouizaght à Aït Bouguemmez (100 km)......................................................
Arrêt 7 : Faciès de pente en bordure de la plateforme carbonatée du Lias moyen.....
Arrêt 8 : Les faciès carbonatés liasiques de sillon......................................................
Arrêt 9 : Le rocher mio-pliocène de la Cathédrale......................................................
Arrêt 10 : Eventail sédimentaire sur la ride de Talmest-Tazolt.....................................
Arrêt 11 : le bassin d’Assemsouk et l’accident Tizal-Azourki.....................................
Journée J 3 : Aït Bouguemmez – Beni Mellal (200 km).............................................................
Arrêt 12 : Empreintes de pas de dinosaures d’Ibakelliwen..........................................
Arrêt 13 : La plateforme carbonatée centre-atlasique.................................................
Arrêt optionnel : La Fm d’Azilal à Azilal..................................................................
Route et arrêts optionnels entre Azilal et Beni Mellal.................................................
Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, n° 562, 2011, pp. 9-62, 53 fig.

Circuit C11 / Tour C11

HAUT ATLAS OCCIDENTAL


Western High Atlas
par / by
Fida MEDINA, Mohammed ET-TOUHAMI, Paul E. OLSEN,
Mohammed-Saïd BOUAOUDA, Mohamad HAFID & El-Mostafa ETTACHFINI

Comme pour les autres volumes, cette figure


manque

In Nouveaux Guides géologiques et miniers du Maroc / New Geological and Mining Guidebooks of
Morocco, Michard A., Saddiqi O., Chalouan A., Rjimati E., Mouttaqi A. (Eds),
Notes et Mémoires du Service géologique du Maroc, 2011, n°s 556-564
11

Circuit C11 / Tour C11


Haut Atlas occidental
Western High Atlas

F. MEDINA1, M. ET-TOUHAMI2, P.E. OLSEN3, M.S. BOUAOUDA4,


M. HAFID5 & E.M. ETTACHFINI4

Un bassin atlantique déformé / 3 jours, 800 km


A deformed Atlantic Basin / 3 days, 800 km drive

Points clés : L’itinéraire fait découvrir la partie du bassin marginal atlantique d’Essaouira-
Agadir qui a été déformée et incorporée au Haut Atlas occidental lors du plissement alpin.
L’accent est mis sur la stratigraphie du Trias, époque du rifting de l’Atlantique central, et sur
celle du Jurassique, époque où se différencie le bassin entre un domaine oriental lagunaire et
un domaine occidental marin subsident. La série crétacée-éocène du golfe atlantique est éga-
lement illustrée. Du point de vue structural, la région parcourue illustre particulièrement le
rôle de la tectonique salifère (décollement, diapirisme) avant et pendant le plissement.
Highlights : This tour introduces to the geology of that part of the Essaouira-Agadir Basin of
the Atlantic margin that was deformed and incorporated into the High Atlas Belt during the
Alpine orogeny. Emphasis is put on the stratigraphy of the Triassic, which corresponds to the
Central Atlantic rifting process, and of the Jurassic, during which the basin evolved with a la-
goonal eastern part and a deep marine western part, respectively. The Cretaceous-Eocene
succession of the Atlantic gulf is also illustrated. From the structural point of view, the im-
portance of salt tectonics before and during folding will be particularly illustrated.

1
Université Mohammed V Agdal, Institut Scientifique, Département de Géologie, Laboratoire de Géologie et Télé-
détection (URAC 46), BP 703 Agdal, Rabat, Maroc. E-mail : medina@israbat.ac.ma
2
Université Mohammed Premier, Faculté des Sciences, Département de Géologie, Oujda, Maroc. E-mail : mo-
hammed_et_touhami@yahoo.com
3
Lamont-Doherty Earth Observatory, Columbia University, 61 Rt. 9W, Palisades, New York 0964-1000, Etats-Unis.
E-mail : polsen@ldeo.columbia.edu
4
Université Chouaïb Doukkali, Faculté des Sciences, Département de Géologie, B.P. 20, El Jadida, Maroc. E-mail :
bouaoudasaid@yahoo.fr, emettachfini@yahoo.fr
5
Université Ibn Tofail, LPGERN, Faculté des Sciences, Kénitra, BP 133, 14000 Kénitra, Maroc. E-mail :
hafidmo@yahoo.com
12 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

Documents à emporter ou consulter : Echelle des temps géologiques : L’échelle internationale,


édition 2009, est donnée en Annexe 2, en fin de volume.
Carte routière du Maroc, échelle 1/1 000 000 ou supé-
Dans cette nouvelle charte, l’âge de la limite Pliocène-

rieure. Voir le site http://www.mtpnet.gov.ma/MET


Quaternaire est passé de 1,8 à 2,6 Ma. Ce changement
_New/Fr/MenuServices/Services/Carte+routi%C3%A8
n’est pas pris en compte dans les pages qui suivent.
re.htm
♦ Volume 1 des Nouveaux Guides ; J1 : Marrakech-Agadir via Argana (260 km)
Carte géologique du Maroc au millionième, feuille nord.
Itinéraire et thèmes (figs. 1.1, 1.2) : Ce trajet comporte deux

Disponible au Ministère de l’Energie et des Mines, Ser-


centres d’intérêt : 1) dans le NE du Haut Atlas occidental, la
vice Documentation et Publications, www.mem.gov.ma ;
stratigraphie du Jurassique du bassin d’El-Jadida – Agadir ;
Carte géologique du Maroc au 1/500 000, feuille Mar-
2) dans le couloir d’Argana, la stratigraphie du Permien su-

rakech (épuisée) ;
périeur et Trias du bassin d’Argana, premier cycle sédimen-
Carte géologique du Maroc au 1/100 000, feuilles Ar-
taire post-hercynien lié au rifting de la Pangée.

gana, Imi n’Tanout, Taghazout et Tamanar ;


♦ Cartes topographiques au 1/50 000, feuilles Ichemrarn, Route and topics (figs. 1.1, 1.2) : This trip has two major
Imouzzer des Ida-ou-Tanane, Taghazout ; topics : i) the stratigraphy of the El Jadida-Agadir Basin in
♦ Carte géologique et gîtologique des Jbilet au 1/200 000 the north-eastern part of the Western High Atlas ; and ii) the
(par P. Huvelin, 1972) ; stratigraphy of the Upper Permian-Upper Triassic deposits
♦ Carte géologique de la Meseta entre Mechrâ Benabou et in the Argana corridor, which record the first post-Variscan
Safi au 1/200 000 (par M. Gigout, 1954) sedimentary cycle coeval with the Pangaea break-down.

FIG. 1.1 : Itinéraire général sur une carte géologique


simplifiée du bassin d’El Jadida-Agadir, avec localisa-
tion des principaux arrêts.
FIG. 1.1 : General itinerary on a simplified geological
map of the El Jadida-Agadir basin, with location of the
main arrêts.
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 13

FIG. 1.2 : Itinéraire du début du circuit et localisation des stops (a : arrêt optionnel). Légende : voir Annexe 1 en fin de volume.
FIG. 1.2 : Itinerary of the first part of the tour and stop location (a : optional stop). Caption : see Appendix 1 at the end of the volume.

I. Le Haut Atlas occidental, un bassin marginal tante récente au nord du système Jbel Hadid-Kourati ; elle
atlantique déformé est localisée dans le bloc relativement stable de la Meseta.
Les formations mésozoïques de l’Ouest marocain affleu- On distingue trois périodes majeures dans l’histoire du
rent le long de la côte atlantique depuis Casablanca bassin (fig. 1.3) :
jusqu’à Agadir à l’intérieur du bassin d’El Jadida-Es-
- Un stade synrift en rapport avec le rifting de l’Atlan-
saouira-Agadir, dont la partie sud est désignée sous le nom
tique central, qui a démarré pendant l’Anisien/Ladinien,
de bassin d’Essaouira-Agadir. Elles s’étendent vers l’ouest
voire dès la fin du Permien, pour durer jusqu’à l’Het-
dans la marge continentale offshore. La limite extrême du
tangien. Les dépôts pendant ce stade sont principale-
bassin marginal vers l’ouest coïncide avec celle du bassin
ment des couches rouges et du sel, visibles dans le
évaporitique triasique et avec la limite probable entre
couloir d’Argana et le bassin de Sidi Chiker, forées à
croûte continentale et croûte océanique, reflétée par l’ano-
Essaouira et dans les Doukkala plus au nord. Le pa-
malie magnétique « S ». La partie méridionale du bassin
roxysme volcanique eut lieu à la fin du Trias (Province
d’Essaouira-Agadir, limitée par la zone de faille du Tizi
magmatique de l’Atlantique central, CAMP). La tecto-
n’Test (ou d’Agadir) de direction ENE-WSW, appartient à
nique est dominée par des structures extensives ayant en
la chaîne du Haut Atlas ; elle est déformée par la tecto-
général la forme de demi-grabens de 20 km de large, de
nique compressive tertiaire, conséquence de la collision
direction NNE–SSW (Argana, Sidi Chiker, Meskala).
Afrique-Europe. La partie septentrionale, entre Essaouira
et El Jadida, est dépourvue de toute déformation impor- - Un stade post-rift, du Lias à l’Eocène, durant lequel se
14 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

J1, première partie : Le nord-est du Haut


Atlas occidental
(M.S. BOUAOUDA, E.M. ETTACHFINI &
F. MEDINA)
Route : Partant de Marrakech, nous suivons la
route nationale N8 qui court vers Chichaoua sur la
plaine plio-quaternaire du Haouz (fig. 1.2). Au nord
apparaissent les Jbilet et leurs unités paléozoïques
qui forment des reliefs modérés, et au sud les re-
liefs du Haut Atlas formant une barrière majes-
tueuse. La route court principalement sur des
formations quaternaires, particulièrement sur des li-
mons et des formations caillouteuses et sur d’an-
ciennes croûtes calcaires (Dutour, 1985). A
Mzoudia est située l’une des cimenteries les plus
importantes du Maroc, qui exploite les calcaires
frasniens du Jebel Ardouz (Tahiri, 1983).
En se rapprochant de Chichaoua, nous voyons ap-
paraître progressivement les formations méso-
zoïques et le socle hercynien qui forment le « horst
de Chichaoua », structure probablement néotecto-
nique (Huvelin, 1973). A Chichaoua, petite ville
renommée pour ses tapis, bâtie au pied d’une
cuesta éocène (arrêt optionnel « a » ; fig. 1.4), la
N8 tourne vers le sud en direction d’Agadir. Le
long de la route, nous recoupons les formations
néritiques carbonatées et silicoclastiques d’âge
crétacé et éocène. Vers l’ouest, nous observons les
anticlinaux très ouverts de Jbaïl, Kharouba et Bou
Zergoun (fig. 1.2), orientés E-W et disposés en
échelons, en relation avec la compression atlas-
ique. Ces anticlinaux sont des plis de couverture
thin-skin, décollés au niveau du Trias (Bouatmani
et al., 2003).

Arrêt 1 : Le Turonien d’Imi n’Tanout


31°10’03"N ; 08°50’59"W ; alt. 900 m
FIG. 1.3 : Colonne stratigraphique synthétique des formations du Haut Atlas occidental (modifié La ville d’Imi n’Tanout (« entrée du petit puits »
en langue amazigh) est située sur le compartiment
d’après Broughton & Trépanier, 1993).
FIG. 1.3 : Synoptic stratigraphic column of the western High Atlas formations (modified from
Broughton & Trépanier, 1993). inférieur de la faille qui délimite la frontière sep-
tentrionale du Haut Atlas occidental (fig. 1.5).
L’arrêt se fera à la sortie sud de la ville, c’est-à-
sont déposées d’épaisses séries de calcaires et de marnes
dire à l’entrée de la gorge qui correspond au franchisse-
sur le plateau continental. La sédimentation était contrô-
ment de la barre calcaire turonienne. Les formations
lée par la variation du niveau marin, l’halocinèse et une
basculées au nord, sont principalement d’âge crétacé à éo-
tectonique mineure en extension. La subsidence était plus
cène. Les conglomérats du Mio-Pliocène du Haouz recou-
rapide entre la fin du Jurassique et l’Albien-Cénomanien.
vrent en discordance les formations tertiaires (par endroits,
- Un stade d’inversion, qui se développe essentiellement à à l’E et à l’W, elles reposent jusque sur le Crétacé supé-
partir de l’Eocène supérieur et dans lequel le bassin a été rieur), mais elles sont elles-mêmes nettement basculées au
déformé et soulevé ; les formations sédimentaires sont alors nord. Notez le pli déversé que soulignent les calcaires tu-
plissées et faillées selon des styles divers en rapport avec la roniens. C’est l’effet de la faille inverse nord-atlasique, que
présence ou l’absence d’un niveau de décollement. l’on examinera plus au SW (arrêt 2).
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 15

FIG. 1.4 : La butte de Chichaoua, vue de l’est. Un talus de marnes du Maastrichtien supporte les calcaires et sables phosphatés de l’Eocène inférieur-moyen.
FIG. 1.4 : The Chichaoua residual hill as seen from the east. The slope with Maastrichtian marls is overlain by Early to Middle Eocene limestones and phosphate sands.

FIG. 1.5 : Vue satellitaire Google Earth, pivotée et légèrement basculée, de la région d’Imi n’Tanout. Le regard plonge vers l’est ; la faille inverse nord-atlas-
ique (tireté blanc) à rejet kilométrique soulève le socle hercynien et écrase la couverture en pli déversé au nord. Légende d’après la carte géologique du Maroc
au 1/100.000, feuille d’Imi n’Tanout (1981). e1-5 : Paléocène-Eocène sup. ; c6 : Maestrichtien ; c5 : Campanien ; c3-4 : Coniacien-Santonien, c2 : Turonien ;
c1 : Cénomanien ; n6b : Albien sup. ; n6-n1 : Néocomien-Albien inf. ; jc : Jurassique sup.-Néocomien.
FIG. 1.5 : Rotated and slightly tilted Google Earth satellite view of the Imi n’Tanout area. View is to the east. The North-Atlas reverse fault (white dashed line)
with a kilometric-scale throw uplifts the Hercynian basement and deforms the cover by a northerly recumbent fold. Caption after the gGeological map of Mo-
rocco, Imi n’Tanout sheet (1981).
16 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

II. Le Crétacé du Haut Atlas occidental : introduction du « Crétacé moyen » y sont bien développées (fig. 1.6).
Le Crétacé affleure largement dans le bassin d’Agadir-Es- Au-dessus des Marnes vertes albiennes de l’Oued Tidsi
saouira, dans la région d’Imi n’Tanout (feuille Imi n’Ta- (Albien inférieur ; Rey et al., 1993), la Formation Ké-
nout ; Duffaud et al., 1981), dans l’anticlinal d’Ida ou choula (Albien supérieur ; Rey et al., 1993) affleure sur
Zem-Zem (feuille El Khemis des Meskala ; Duffaud et al., une épaisseur de 20 m. Elle se compose pour l’essentiel de
1970b) et autour du diapir de Tidsi (feuille Tamanar ; Duf- barres massives grano- et strato-croissantes de calcaires
faud et al., 1970a). dolomitiques et gréseux à chenalisations de grande échelle
et ponctuellement à stromatolithes. Ces faciès ont été dé-
La série type du Crétacé, désignée sous le nom de trilogie posés dans des environnements de plate-forme confinée
mésocrétacée (Choubert, 1948 ; Basse & Choubert, 1959 ; de milieu médio- à supralittoral.
Choubert & Faure-Muret, 1960-1962), comporte trois
termes et correspond à la partie moyenne du Crétacé avec, La Formation des Marnes d’Aït Lamine (Cénomanien) se
de la base au sommet : développe sur une épaisseur d’environ 260 m (fig. 1.7) au-
dessus d’une discontinuité régionale qui limite à son toit la
des grès rouges continentaux azoïques attribués à l' « Infracénoma-
Formation Kéchoula. L’analyse séquentielle de cette for-

nien » ou à l'Albien ;
♦ des marnes versicolores à gypse, rapportées à la partie inférieure du mation a permis la mise en évidence de 4 unités majeures
Cénomanien ; ce faciès lagunaire n'existe pas à l'ouest, où il est rem- (C1 à C4).
placé par des marno-calcaires et par des marnes vertes à huîtres ;
● L’unité C1 est composée de trois types de faciès : marnes
des calcaires et marno-calcaires blancs à silex qui s'étendraient sur le
dolomitiques ; calcaires dolomitiques à rares foramini-

Cénomanien terminal et sur une partie, voire sur la totalité, du Turo-
nien ; c’est la barre calcaire spectaculaire, appelée communément fères benthiques, algues calcaires et ostracodes ; et dolo-
"barre cénomano-turonienne", dont la constance depuis l’Atlantique mies et gypse. Ces dépôts reflètent des conditions
à l'ouest jusqu’au golfe de Gabès en Tunisie à l'est, en fait un repère d’environnements médio- à supra-littoraux.
lithologique et géographique, qui a acquis une dimension chronos-
tratigraphique à l'échelle de l’Afrique du nord et de la marge nord- ● L’unité C2 est constituée de calcaires bioclastiques à la
ouest africaine. base, et de dolomies et de marnes au sommet. Ces cal-
La coupe du Crétacé d’Imi n’Tanout est observable le long caires montrent une faune assez diversifiée de foramini-
de la route principale reliant Chichaoua à Agadir, immé- fères benthiques (fig. 1.6) d’algues calcaires et de
diatement au sud du bourg. Les couches plongent réguliè- bioclastes. Après un épisode marin basal de faible am-
rement d’environ 30°N. Les trois formations habituelles plitude, l’unité C2 est caractérisée par l’importance des

FIG. 1.6 : Panorama du Crétacé d’Imi n’Tanout. Vue vers l’est depuis la route nationale Marrakech-Agadir (d’après Ettachfini, 1993).
FIG. 1.6 : View of the Cretaceous formations SW of Imi n’Tanout. View towards the east from the Marrakech-Agadir highway (after Ettachfini, 1993).
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 17

FIG. 1.7 : Coupe des formations du Crétacé d’Imi n’Tanout (Ettachfini, 1993).
FIG. 1.7 : Stratigraphic section of the Cretaceous formations at Imi n’Tanout (Ettachfini, 1993).
18 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

faciès confinés qui témoignent de la pérennité des envi- Dans l’unité T2, les faciès évoluent depuis un calcaire
ronnements infralittoraux restreints à supra-littoraux. wackestone à rares filaments et spicules de spongiaires et
● L’unité C3 est dominée à sa base par des marnes beiges quelques foraminifères planctoniques d’environnement in-
riches en ostracodes et à rares foraminifères benthiques, fralittoral jusqu’à un grainstone fortement dolomitisé déposé
surmontés par une succession de calcaires lumachel- dans un environnement plus restreint, vraisemblablement
liques-calcaires dolomitiques. Par endroits, apparaissent médiolittoral.
des marnes gypsifères associées à des bancs métriques L’unité T3, par son faciès de calcaires dolomitiques et bio-
de gypse massif saccharoïde. Cette unité révèle à sa base clastiques, s’est déposée vraisemblablement dans un envi-
des influences marines infralittorales de durée limitée, et ronnement restreint de type médiolittoral.
au sommet, des environnements confinés dominants. L’unité T4 révèle à sa base des influences marines infra-
● L’unité C4 montre des calcaires dolomitiques et bioclas- littorales de courte durée comme en témoigne la présence
tiques. La biophase est diversifiée et composée de forami- de calcaires micritiques en plaquettes et à nodules de silex ;
nifères benthiques, nombreux ostracodes et des bioclastes par la suite, ce sont les calcaires dolomitiques d’environ-
variés. Cette unité traduit des conditions marines relevant nements médiolittoraux qui dominent.
vraisemblablement d’un environnement infralittoral. Cette série est surmontée par des marnes et dolomies
La Formation des calcaires de la Kasbah (= Casbah) jaunes de la Formation d’Anou N’Feg (fig. 1.6) attribuée
d’Agadir (Turonien) succède en continuité sédimentaire à au Sénonien (Duffaud et al., 1966).
la Formation des Marnes d’Aït Lamine (fig. 1.6). Elle se
présente sous la forme d’une grande falaise d’environ 59 Arrêt 2 : La faille d’Ichemraren-Imi n’Tanout
m de hauteur, correspondant à son épaisseur. Son étude (accident nord-atlasique)
peut être effectuée le long d’une piste sur la rive droite de 31°08’40”N ; 08°52’55”W
l’Oued Imi n’Tanout. Les calcaires ont pu être subdivisés Sortant d’Imi n’Tanout, la route d’Agadir tourne à l’ouest
en 4 unités lithostratigraphiques (T1 à T4), limitées par des pour suivre la vallée d’Asserratou, remarquable par ses
discontinuités d’ampleur régionale (fig. 1.7). amandiers. Situé au milieu de la vallée, à environ 3 km du
Par ses dépôts de calcaires micritique fins en plaquettes à arrêt précédent, cet arrêt panoramique permet d’avoir une
la base, et de calcaires dolomitiques massifs au sommet, belle vue vers l’est sur la faille d’Ichemraren-Imi n’Tanout,
l’unité T1 traduit, à sa base, la phase maximale d’inonda- le premier accident « nord-atlasique » rencontré sur le par-
tion de la plate-forme dans un environnement infralittoral cours (figs. 1.5, 1.8). La trace de la faille, qui monte vers le
ouvert, suivi de l’installation d’environnements restreints col, est soulignée par les argiles et grès rouges de l’Haute-
infralittoraux à médiolittoraux. rivien inférieur, chevauchées par les schistes et quartzites

FIG. 1.8 : Vue vers l’est de l’accident nord-atlasique d’Ichemraren-Imi n’Tanout depuis la route nationale Marrakech-Agadir à la sortie SW d’Imi n’Tanout.
FIG. 1.8 : Eastward view of the Ichemraren-Imi n’Tanout North-Atlas fault from the Marrakech-Agadir highway.
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 19

cambro-ordoviciens. Le bloc de socle au sud de la faille est WSW qui décalent la base du membre ; ces failles ne sem-
soulevé de plus d’un kilomètre ici, il se déverse sur la cou- blent pas affecter les argilites et grès du Membre d'Agle-
verture du compartiment nord et y fait naître un pli déversé. gal (t4, Trias moyen).
Le rejet diminue vers l’est où le bloc est recouvert par la
Route : Nous retournons ensuite à la route principale lon-
série méso-cénozoïque (fig. 1.1). On a affaire à une tecto-
geant la faille d’Ichemraren-Imi n’Tanout. Celle-ci re-
nique de revêtement (thick-skin), presque sans décollement
coupe obliquement à droite le pli de Tafaytour, d’axe
de la couverture du fait de l’absence de couches du Trias.
N120, qu’elle tord jusqu’à rendre l’axe vertical. Apparais-
Comme la série de couverture commence par des terrains
sent ensuite à gauche (GPS 31°07’00’’N ; 08°58’57’’W)
attribués au Jurassique supérieur-Crétacé inférieur conti-
les marnes et grès rouges hauteriviens dont une dalle porte
nental (feuille au 1/100 000 Imi n’Tanout, 1981), on ne peut
des traces de pas de sauropodes reconnus par Ishigaki
exclure que l’absence de Trias soit due à son érosion.
(2009). On monte ensuite au plateau des Ida Ou Bouzia,
Ce même arrêt est situé en contrebas du Jbel Lemgo constitué de formations jurassiques mal dégagées.
(1500 m d’altitude), qui s’élève au nord de la route. Il est
constitué de formations calcaires, dolomitiques et mar- Arrêt 4 : Formations jurassiques internes
neuses de l’Aptien et de l’Albien, la crête sommitale cor- 31°03’32”N ; 09°01’27”W ; alt 1338 m
respond aux calcaires dolomitiques de l’Albien supérieur. Le but de cet arrêt est de montrer les faciès des formations
Route : Tout en roulant vers le SW, nous descendons pro- jurassiques typiques de la partie peu profonde du bassin
gressivement dans les différentes formations crétacées, en (fig. 1.9), située dans la partie septentrionale du couloir
observant d’abord les couches rouges hauteriviennes, puis d’Argana (fig. 1.10). La coupe correspond à la partie oc-
les évaporites portlando-berriasiennes. cidentale de la coupe d’Oumssissene de Bouaouda (2007).
Elle est localisée le long de la route N8, (coordonnées
Arrêt 3 : Permien et Trias d’Irohalen Lambert x1=155,1 ; x2 =155,5 ; y1 = 57,8 ; y2 = 58,2 ;
31°06’13”N ; 08°56’31”W ; alt. 1193 m feuille Ichemrarn 1/50 000).
A 13 km d’Imi n’Tanout, nous prenons une route secon-
II. Les dépôts jurassiques de l’est du bassin d’Agadir :
daire à gauche qui conduit au marché de Had Rohala. L’ar-
transgression et événement continental bathonien
rêt est situé ~2 km au sud, à côté de Talat Oudmane dans
les couches rouges permo-triasiques (fig. 1.2). Cet arrêt, Ils correspondent à une partie interne, peu subsidente, du bassin.
qui demande un détour, pourra être aisément supprimé si Les niveaux inférieurs du Lias ne sont pas représentés, et le Lias
on désire disposer de plus de temps pour la suite. Il offre supérieur est inconstant. Les dépôts sont rangés, de la base au
cependant l’intérêt de montrer la base des séries détritiques sommet, dans les formations (Fm) suivantes :
du couloir d’Argana, y compris des couches appartenant à ● Fm d’Id Ou Moulid (Bouaouda, 2007), d’âge Toarcien-Aalé-
la Fm d’Ikakern (t1-t2), attribuées au Permien supérieur nien : dolomies et argilites qui représentent la première trans-
(voir tableau stratigraphique ci-après, fig. 1.15). gression marine atlantique dans cette région ;
La vallée d’Irohalen recoupe les formations permiennes et ● Fmd’Ameskroud (Duffaud et al., 1966), d’âge Aalénien-début
du Bathonien, siliciclastique et à dominante continentale ;
triasiques, qui reposent en discordance angulaire majeure à
l’est sur les couches paléozoïques (Cambrien-Ordovicien) ● Fmd’Oumssissene (Bouaouda, 2007), d’âge fin Bathonien-fin
Oxfordien avec dépôts marins, principalement calcaires et
du Jebel Waninalene, et sont recouvertes à l’ouest en concor-
marnes ;
dance par les couches jurassiques des formations d’Ames-
kroud et d’Oumssissene. Au sud, les formations triasiques ● Fm d’Imouzzer (Duffaud et al., 1966) du début du Kimmérid-
sont chevauchées par le bloc paléozoïque du Jebel Oussoud, gien, consistant en marnes rouges ;
alors qu’au nord, elles sont tronquées par la faille d’Ichem- ● Fm de Timsilline (Duffaud et al., 1966), principalement dolo-
raren – Imi n’Taout. Les formations triasiques (Timezga- mitique, d’âge Tithonien.
diouine et Bigoudine), à pendage WSW, ont fourni ici un On remarquera la particularité de la formation continentale
riche ensemble de restes de vertébrés, en particulier dans le d’Ameskroud, qui vient interrompre la progression de la trans-
membre gréseux et argilitique d’Irohalen (t5). gression jurassique. Pour Amrhar et al. (1997), ces dépôts se sont
Les niveaux présumés permiens (il n'y a pas de datations formés dans le même contexte géodynamique que les Couches
rouges du Haut Atlas central, ce que confirme la présence d’un
dans ce secteur, mais les faciès sont pratiquement ceux du
magmatisme alcalin à transitionnel (sill et coulée semblables à
centre du bassin, datés du Permien supérieur par Jalil, celles du Haut Atlas) au sommet de la Fm d’Ameskroud dans la
(1996) apparaissent à l'extrémité nord-orientale du bassin, vallée de Doutama, à l’ouest d’Argana. Amrhar et al. (1997) en-
où les Conglomérats de l'Assif n'Aït Driss remplissent un visageaient un contexte transtensif à extensif, mais on tend au-
petit bassin de 250 m de profondeur, affecté à sa limite sep- jourd’hui à imaginer une anomalie mantélique chaude sans
tentrionale par des failles normales de direction ENE- extension significative associée (Frizon de Lamotte et al., 2009).
20 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

FIG. 1.9 : La transgression jurassique sur le Trias continental au nord du couloir d’Argana (secteur du stop 4).- A : Extrait de la Carte géologique du Couloir
d’Argana, échelle 1/100.000, (Tixeront, 1974).- B : Aspect des couches jurassiques transgressives. t8 : Trias ; ji3 : Toarço-Aalénien ; jm : Dogger ; js1-2 :
Callovo-Oxfordien ; qm : Quaternaire moyen.
FIG. 1.9 : The Jurassic transgression on the Triassic continental redbeds north of the Argana Corridor (area of Stop 4).- Excerpt of the geological map of
the Argana Corridor, scale 1/100,000 (Tixeront, 1974).- B : Aspect of the transgressive Jurassic beds.
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 21

FIG. 1.10 : Localisation des arrêts des journées J1 et J2 sur un extrait de la carte géologique du Maroc au millionième. (a-c) Arrêts optionnels (début de J2). FTNT : Zone de
faille du Tizi n’Test. Légende : voir fig. 2, avec magmatisme bathonien en noir (Am : sill d’Amelal ; IT-B : neck d’Imi n’Tighirt et coulées de Bigoudine) ; ligne pointillée
blanche : limite inférieure des basaltes (tb) d’après la carte de Tixeront (1974), au toit du Trias supérieur (ts).
FIG. 1.10 : Location of the stops of days J1 and J2 plotted on an excerpt of the geological map of Morocco, scale 1/1,000,000. (a-c) optional stops at the beginning of J2. FTNT
(Tizi n’Test fault). Caption as fig. 2, with Bathonian magmatism, black ((Am, Amelal sill; White dotted line : lower limit of the basalts (tb) after Tixeront (1974) map, on top of
the Upper Triassic beds.

La Formation d’Id Ou Moulid niveaux superposés comportent des argiles rouges et des do-
lomies évaporitiques gris-rose finement litées. Le microfa-
Cette formation jaunâtre épaisse de 20 m, qui représente le
ciès est une micrite légèrement silteuse, contenant de fines
premier dépôt jurassique dans la région, disparaît en bi-
intercalations stromatolithiques, et par places, des pseudo-
seau vers le nord et le nord-est.
mophoses de gypse. Certains niveaux montrent des faciès
Le contact avec la formation sous-jacente se fait par 1-1,5 plus marins : des pelmicrosparites de structure packstone
m de marnes argileuses incluant un niveau microconglo- avec de nombreuses sections de Favreina et des traces bi-
mératique avec des débris carbonatés, ou correspondant furcantes de bioturbation. Au niveau des affleurements, on
peut-être à une brèche de dissolution ou de dessiccation. observe des phénomènes de collapse ainsi que des dolomi-
On y trouve la succession suivante (fig. 1.11) : tisations précoces. Cette unité n’a pas fourni d’éléments pa-
µ Une première unité comporte 10 m de couches de faciès
léontologiques permettant de la dater directement.
dolomitique et argileux. Les premières couches dolomi- µ La seconde unité (9-10 m) débute par des dolomies cal-
tiques (1 m d’épaisseur) sont des dolomies/calcaires évapo- caires avec oolites et pellets. Les principaux microfaciès
ritiques de structure packstone avec restes d’oolites et sont des pelmicrosparites dolomitisées de structure pack-
coprolithes de crustacés. Le microfaciès est celui d’une do- stone, des oodolomicrosparite, des dolomicrites à restes de
lomicrite avec de nombreuses vacuoles de dissolution. Les d’oolites, des dolomicrites avec des microvacuoles de dis-
22 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

µ La troisième unité correspond à des faciès calcaires


qui dominent largement les faciès dolomitiques mar-
gino-littoraux. Les calcaires correspondent à des oo-
biomicrites / oobiosparites avec une structure
packstone à grainstone, ou wackestone, et des frag-
ments de lamellibranches, gastéropodes et oursins.
Les Dasycladacées et les Foraminifères sont repré-
sentés par Sarfatiella dubari, Pseudocyclammina cf.
liasica, Ammobaculites sp., Sarfatiella n.sp., Me-
soendothyra sp., associée à de rares Ophtalmidium
sp., Cayeuxia sp., Girvanella sp. et de nouvelles
formes de Lituolidés.
Les faciès variés de cette formation suggèrent une
sédimentation à l’intérieur de la partie proximale
d’une rampe carbonatée s’approfondissant progres-
sivement vers le centre du bassin (à comparer aux
dépôts de ces formations dans les anticlinaux
d’Imouzzer et d’Anklout), dans un climat chaud et
souvent aride (environnement de type sebkha), de-
venant plus humide vers le sommet (estran et lagon
inondable).
La transition vers la formation sus-jacente est pro-
gressive, matérialisée par 1,5 m de marnes argileuses
rouges où est intercalé un niveau microcongloméra-
tique contenant des éléments calcaires.
Age : L’assemblage micropaléontologique identi-
fié peut être corrélé à la biozone à Pseudocyclam-
mina cf. liasica, qui a été définie dans les bassins
d’Essaouira et d’Agadir (partie occidentale). Cette
biozone est attribuée au Toarcien terminal – Aalé-
nien basal.
La Formation d’Ameskroud
La Formation d’Ameskroud, épaisse de 56 m, cor-
respond à des conglomérats rouges à clastes de socle,
interrompus par de fins niveaux argileux (fig. 1.12).
Vers le sommet apparaissent quelques intercalations
d’évaporites et de dolomies. Plusieurs faciès-type
peuvent être identifiés lors de cet arrêt : des cônes
microconglomératiques distaux, des conglomérats,
des grès à stratification horizontale, des grès à ter-
FIG. 1.11 : Lithologie et biostratigraphie de la Formation Id Ou Moulid au SW d’Imi n’ Tanout riers verticaux, des argiles, des dolomies et finale-
(d’après Bouaouda, 2007). ment des marnes gypsifères. Ces faciès évoluent
FIG. 1.11 : Lithology and biostratigraphy of the Id Ou Moulid Formation SW of Imi n’Tanout
(after Bouaouda, 2007).
depuis un environnement continental (fluviatile à la
base) jusqu’à des faciès marins littoraux.
solution. Quelques niveaux stromatolitiques fins sont ob-
Membre inférieur : cette unité épaisse de 44 m est conglo-
servés au sommet. Une croûte ferrugineuse scelle le som-
mératique et microcoglomératique :
met de ce terme. Le terme intermédiaire (1,5 à 2 m),
comporte des argiles rouges intercalées par un niveau vert ♦ 7-9 m de dépôts argileux à fins niveaux microconglomératiques sans
structures particulières.
de 0,6 à 0,8 m. Le terme supérieur (3 à 4 m) correspond à
5-6 m de conglomérats et microconglomérats. Ce terme débute par 3
l’alternance de couches de dolomies évaporitiques et de

m de conglomérat à stratifications obliques, mal classé, contenant des
marnes gypsifères. fragments de socle. Les microconglomérats sus-jacents (2-2,5 m) sont
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 23

FIG. 1.12 : Lithologie de la Formation Ameskroud, coupe d’Oumssissene (d’après Bouaouda, 2007).
FIG. 1.12 : Lithology of the Ameskroud Formation at Oumssissene section (after Bouaouda, 2007).
24 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

constitués par des graviers centimétriques recouverts par une couche branches et d’échinidés, et d’une dolomicrite à texture wackestone
de grès (0,4 -0,8 m). contenant de nombreuses pistes fossiles du type Thalassinoïdes. Des
♦ 4-5 m d’argiles rouges avec un conglomérat épais d’1 m à la base. Les dolomies avec traces de dissolution sont observables dans ces séries.
clastes sont quartzitiques et mal classés. Au sommet apparaît un ni- De fins niveaux silteux verts sont interstratifiés dans les dolomies.
veau de grès de 0,4 m à grain moyen, sans structures apparentes. ♦ Les derniers 6.5 m de ce membre correspondent à des microconglo-
♦ 24 m de conglomérats intercalés de rares couches de grès ou d’argiles ; mérats clairs interrompus par quelques intercalations de marnes gyp-
les conglomérats sont peu ou pas classés, sans structures apparentes ou sifères et de grès.
avec un litage oblique sur une surface d’érosion plane. Les niveaux
conglomératiques sont recouverts directement par des niveaux argi- La Formation d’Oumssissene
leux ou par des grès à litage parallèle, puis par des argiles rouges en sé-
quences fluviatiles typiques. Ce terme contient deux niveaux La Fm d’Oumssissene est une unité carbonatée de 30 à 60
dolomitisés consistant en des brèches de dissolution (0,4 m) et des do- m d’épaisseur qui inclut les faciès les plus marins et les
lomies évaporitiques (microdolosparite silteuse). plus ouverts de tout le Jurassique dans cette région. Elle
♦ 5-6 m d’argiles rouges intercalées de niveaux argileux verts (5,9 m). est caractérisée par la prédominance de carbonates d’es-
Membre supérieur : Ce membre (12,5 m) est caractérisé tran avec parfois une transition vers des environnements
par des marnes dolomitiques gypsifères et des lits conglo- plus proximaux comme ceux de sebkha. Elle contient les
mératiques et microconglomératiques : unités suivantes dans cet arrêt (fig. 1.13) :
♦ 6 m de dolomies ou de grès dolomitiques ; leur contenu lithologique et ♦ 6-10 m de calcaires dolomitiques, de dolomies à lamines, de marnes et
biologique montre qu’il s’agit d’une dolosparite ou grès dolomicros- silts ;
parite de structure rudstone avec de très rares fragments de lamelli- ♦ 10 m de calcaires bioclastiques, de stromatolites et de brèches

FIG. 1.13 : Lithologie et biostratigraphie de la Formation Oumssissene à Oumssissene (d’après Bouaouda, 2007).
FIG. 1.13 : Lithology and biostratigraphy of the Oumssissene Formation at Oumssissene (after Bouaouda, 2007).
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 25

♦ 2 à 3 m d’alternances de calcaires fins, de dolomies et de marnes gyp- calcaires et dolomies jurassiques d’Id Ou Moulid, recou-
sifères vrant quelques affleurements verdâtres de basaltes altérés.
♦ 1 à 1,5 m de dolomies évaporitiques et de marnes gypsifères en alter-
nance ; A Tazidra, on observe un bel exemple de tectonique exten-
♦ 4 à 6 m de calcaires bioclastiques et de calcaires dolomitiques ; sive, avec la répétition des grès de Tadrart Ouadou dans une
♦ 3 à 3,5 m de marnes et de calcaires bioclastiques ; série de demi-grabens délimités par des failles à pendage est.
♦ 3 m de dolomies calcaires et de marnes affectées par une dolomitisa- On traverse ensuite une série épaisse de grès puis la faille
tion secondaire ;
WNW-ESE d’Amzri (fig. 1.10), avant de longer le contact
3 m de calcaires bioclastiques, de dolomies calcaires et de marnes ;
entre la Fm d’Aït Hssaine et les formations sous-jacentes.

3-4 m de calcaires dolomitiques à bioclastes et à laminites algaires ;
On remarque la disparition des niveaux de grès épais et la

♦ 8-10 m de dolomies massives roses, de dolomies sableuses bioclas-
tiques qui forment un niveau repère au sommet de la formation. Le différentiation progressive des formations du Jurassique.
microfaciès est celui d’une dolosparite à une dolomicrosparite bio-
clastique ; La région d’Aït Khattab montre le passage des faciès de bor-
♦ 1-2,5 m de calcaires bioclastiques riches en oursins, couronnés par une dure vers les faciès de bassin, par le biais d’une faille diri-
surface ferrugineuse ; gée N120. La plupart des formations s’épaississent en
♦ 3-5 m de marnes rouges et de marnes jaunes ; direction du SW, se différenciant en 3 barres bien distinctes
♦ 1,5 -2 m de calcaires dolomitiques bioturbés ; (cf. J2) ; de même, les coulées de basalte s’épaississent
1,5-2 m d’argiles et de marnes vertes.
considérablement (Tixeront, 1974 ; Aït Chayeb et al., 1998).

Faciès : Dolomies sableuses (littoral proche des plages),


calcaires coquilliers (infralittoral ouvert), dolomies cal- J1, deuxième partie : Le Trias du couloir
caires bioclastiques (barre bioclastique infralittorale à d’Argana
proche du littoral), marnes vertes : infralittoral distal. Les (M. Et-TOUHAMI & P.E. OLSEN)
autres faciès sont semblables à ceux rencontrés dans la for-
mation d’Id Ou Moulid. III. Le bassin triasique d’Argana
Ces faciès suggèrent une sédimentation sur une rampe car- De vastes bassins remplis de couches rouges silicoclas-
bonatée, dans un climat chaud des zones infra- à médio- et tiques continentales se sont ouverts au cours du rifting de
supra-littorales et supra littorales avec la présence de rares la Pangée, pendant l’intervalle Permien supérieur-Trias
environnements de type sebkha. supérieur (fig. 1.14). Une partie seulement de ces bassins
Biostratigraphie : De la base au sommet, cinq biozones est visible en surface, le couloir d’Argana est une de ces
différentes ont été définies (fig. 1.13 ; cf. détail in zones d’affleurement, avec des strates particulièrement
Bouaouda, 2007) : bien exposées et peu déformées, relativement riches en
restes de Vertébrés (Dutuit & Heyler, 1983 ; Jalil, 1996).
0Biozone à Pseudocyclammina maynci, fin du Bajocien – milieu du Ba-
thonien ; Les couches rouges, principalement continentales, du bas-
0Biozone à Praekurnubia crusei, fini-bathonienne ; sin d’Argana, sont subdivisées en quatre séquences tec-
0Biozone à Megaporella boulangeri, début du Callovien ; tono-stratigraphiques TS I à TS IV (fig. 1.15), limitées par
0Biozone à Kurnubia variabilis, milieu du Callovien p.p ; des contacts au moins en partie discordants. Elles sont
0Biozone à Valvulina lugeoni / Nautiloculina sp., qui peut être attribuée pourvues chacune d’un ensemble caractéristique de faciès
à l’intervalle Callovien moyen p.p. – fin du Callovien. et d’un style propre de cyclicité lacustre à évaporitique.
Remarque : Le reste de la coupe est généralement dolo- La séquence tectonostratigraphique la plus ancienne (TS I)
mitisé et ne permet pas d’identifier les deux autres bio- est constituée par la Formation Ikakern d’âge permien
zones : Cylindroporella sp. arabica (Oxfordien inférieur) dans sa totalité suite à la découverte de restes de Paraeio-
et Alveosepta jaccardi (milieu – fin de l’Oxfordien), bien saurus (Jalil & Janvier, 2005) et à faciès à dominance flu-
définies dans le Jurassique de Mouissat (voir J3). Sur les viatile. Elle est subdivisée en deux membres (T1 et T2 de
bordures du bassin atlantique, le sommet de la Formation Tixeront, 1973) : Assif Aït Driss et Tourbiain (= Tourbihine).
d’Oumssissene ne livre pas de fossiles d’affinité Kimmé-
La séquence tectonostratigraphique TSII, séparée de la
ridgien inférieur, dont les espèces-marqueurs ont été iden-
Formation Ikakern sous-jacente par une forte discordance
tifiées dans les régions d’Essaouira et d’Agadir.
locale, est constituée par la Formation de Timezgadiwine
Route : Après l’arrêt 4, nous entrons dans le couloir d’Ar- à faciès lacustres, detaïques et fluviatiles. Elle est subdi-
gana (fig. 1.10). La route traverse le Membre d’Aït Hssaine visée à son tour en trois membres : Tanameurt , Aglegal et
(Hasseine Member des auteurs anglophones) du Norien su- Irohalene (T3, T4 et T5 de Tixeront, 1973). La partie mé-
périeur (voir 2ème partie). A gauche apparaissent les cuestas diane de la formation (base de T5), pour le moins, est fran-
de grès de Tadrart Ouadou (Carnien-Norien inférieur) à pen- chement cyclique, montrant un motif fortement hiérarchisé
dage WNW, alors qu’à droite, la corniche correspond aux avec des cycles lacustres bien développés de 20, 100, 400
26 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

FIG. 1.14 : A gauche : A, Carte paléogéographique montrant la position en latitude du bassin d’Argana au début du Jurassique. Les latitudes sont basées sur Kent et Tauxe (2005) ;
B, distribution du magmatisme « CAMP » (Central Atlantic Magmatic Province) et zone de rift de l’Atlantique central. A droite, carte du bassin d’Argana montrant la position
des arrêts et la distribution des séquences tectonostratigraphiques (d’après Olsen et al., 2003).
FIG. 1.14 : Left : A, paleogeographic map showing the latitudinal position of the Argana basin during earliest Jurassic time. Latitudes based on Kent and Tauxe (2005) ; B,
distribution of the CAMP and the central Atlantic rifting zone. Right : map of the Argana basin showing the position of the stops and the distribution of the tectonostratigraphic
sequences (after Olsen et al., 2003).

FIG. 1.15 : Colonne lithostratigraphique du bassin d’Argana montrant les âges, les for-
mations (t1-t8) et les séquences tectono-stratigraphiques (TS), ainsi que la location des
arrêts dans la chronologie (adapté d’après Olsen et al., 2003).
FIG. 1.15 : Lithostratigraphic column for the Argana basin showing ages,formations
(t1-t8) tectonographc sequence (TS)s, and stops (adapted from Olsen et al., 2003).
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 27

ka, et plus longs encore (~1750 ka) Le Trias inférieur a ré- Par ailleurs, le membre d’Aït Hasseine consiste principale-
cemment été identifié au sein de certains niveaux inférieurs ment en cycles de type « sand-patch » avec de grandes va-
de t3, sur la base de traces chirothérioïdes (Klein et al., riations dans la quantité d’argilites rouges. Les derniers
2010 ; Tourani et al., 2010). mètres du membre sont caractérisés par une cyclicité bien dé-
La Formation Timezgadiwine est recouverte en faible dis- veloppée marquée par des niveaux minces d’argilites schis-
cordance angulaire, au moins localement, par la Formation teuses noires et grises. Cette partie qui contient la limite
Bigoudine (fig. 1.16), qui est également subdivisée en trois Trias-Jurassique définie sur la base de la palynologie, repré-
membres, Tadrart Ouadou, Sidi Mansour et Aït Hasseine (T6, sente la partie inférieure du TS IV. La magnétostratigraphie
T7 et T8 de Tixeront, 1973). La Fm de Bigoudine englobe TS préliminaire de la moitié inférieure de la Fm de Bigoudine
III et la base de TS IV. Toute la formation est pratiquement cy- permet de déterminer la vitesse de dépôt de la formation par
clique, mais le mode de cyclicité change en montant dans la corrélation avec l’échelle de temps à calibration astrono-
coupe. La partie basale de la Fm de Bigoudine, Membre Ta- mique du bassin de Newark. Sur la base de cette corrélation,
drart Ouadou (T6), consiste en un conglomérat basal et des l’échelle des épaisseurs peut être convertie en en temps.
grès fluviatiles surmontés par des grès éoliens persistants la- Ainsi, l’analyse de Fourier indique la présence constante
téralement et présentant des interstratifications de sel argi- de cycles lacustres bien développés de 20, 100, 400 et 1750
leux dans la partie méridionale du bassin. Le Membre Sidi ka qui se corrèlent remarquablement bien avec ceux de la
Mansour (T7), recouvrant en concordance le Membre Tadrart Passaic Formation. La corrélation est pleinement appuyée
Ouadou, montre une cyclicité bien développée ressemblant à par la palynologie disponible de la Fm de Bigoudine, et
celle des parties médiane et supérieure de la Passaic For- indique que le dépôt de cette formation débuta vers 218
mation du bassin de Newark (USA) ; certains cycles montrent Ma et s’acheva vers 201 Ma avec le début de l’installa-
des argilites schisteuses gris-foncé bien développées. Les tion des émissions volcaniques concordantes qui consti-
phases les plus sèches des cycles sont caractérisées par un tuent le Basalte d’Argana.
faciès éolien-playa de type « sand-patch » qui prend pro-
La séquence tectonostratigraphique TS IV comprend donc
gressivement de l’importance vers le sommet. Le Membre Aït
les tous derniers mètres de la Fm de Bigoudine, le Basalte
Hasseine (T8) repose en concordance sur le Membre Sidi
d’Argana et le Membre Ameskroud ou T9 qui repose en
Mansour et à l’exception des tout derniers mètres, continue la
concordance sur les coulées basaltiques.
tendance cyclique du Membre Sidi Mansour, bien qu’avec un
seul niveau bien développé d’argilites schisteuses gris-foncé. Le membre T9 présente à sa base, au minimum, un cycle

FIG. 1.16 : Vue vers le sud, depuis l’arrêt 5B, de la discordance entre la Formation de Timezgadiwine et celle de Bigoudine (flèche blanche).
Notez les unités tabulaires et latéralement continues dans le membre Irohalene (t5) de la Fm Timezgadiwine plongeant un peu plus que la Fm
Bigoudine superposée. Celle-ci est constituée de lits plus légèrement colorés et moins continus, qui tronquent les limites amont-pendage des
bancs du membre Tadrart Ouadou (t6) de la Fm de Timezgadiwine.
FIG. 1.16 : View to the south of Stop 5B of the unconformity between the Timesgadiouine and lower Bigoudine formations (white arrow). Note
tabular, laterally continuous units in the Irohalene Member (t5) of the Timesgadiouine Formation dipping slightly steeper than the overlying
Bigoudine which consists of lighter colored beds that are individually less continuous and truncate the up-dip edges of the Tadrart Ouadou
Member (t6) of the Timezgadiwine beds.
28 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

d’argilites schisteuses gris-foncé et de carbonates, suivi bonne perméabilité. Au-delà de la rivière Issene, on voit
par une suite rouge en majorité cyclique. La nature de la que le contact entre les unités conglomératiques du Mem-
cyclicité laisse présager que le dépôt de ce membre s’est bre Tadrart Ouadou (T6) (TSIII) est clairement séparé du
produit sous des conditions beaucoup plus humides que la membre d’Irohalene sous-jacent (T5) (TS II) par une dis-
plus grande partie de la Fm de Bigoudine sous-jacente. cordance angulaire de quelques degrés (fig. 1.16). Comme
Sur la base de corrélations cyclostratigraphiques unique- décrit par Tixeront (1973), le grand affleurement montre
ment, le membre T9 affleurant ne couvrirait que ~450 ka que plusieurs dizaines de mètres du haut du membre d’Iro-
du début de l’Hettangien. halene (T5) absents à l’est, sont présents en aval-pendage
Les contraintes de temps vont limiter nos arrêts à la Fm à l’ouest. Cette discordance marque un changement ma-
Bigoudine (TS III) et à la discordance entre les formations jeur dans le contexte climatique du bassin d’Argana : on
de Bigoudine et de Timezgadiwine (TS II). passe d’un régime climatique plus humide à un autre plus
aride. Ceci correspond à une dérive vers le nord de la Pan-
Arrêt 5 : Discordance TSII – TSIII et faciès de gée d’au moins 7°N ; depuis les tropiques les plus humides
ces deux formations (~6° N) jusqu’aux tropiques les plus arides (~13°N), avec
30°47’36.08’’N ; 009°6’23.14’’W un hiatus de dépôt qui a duré à ce niveau plus de 10 Ma,
Cet arrêt comporte trois « sub-arrêts » (A-C). Il montre des du Carnien supérieur au milieu du Norien.
affleurements spectaculaires (fig. 1.16) de la discordance Arrêt 5C : Dunes éoliennes, partie supérieure du membre
entre le sommet de la Formation Timezgadiwine (TS II) et Tadrart Ouadou (t6)
la base de la Formation Bigoudine (TS III). On peut voir
de près les deux formations et la discordance le long de la Présente en affleurement dans l’ensemble du bassin et
route Ej Jemâa-Argana (route 6405) et observer à distance, épaisse ici de 20 m, la séquence éolienne de la partie su-
vers le sud et à une échelle « sismique » la discordance sur périeure du Membre Tadrart Ouadou (T6) est constituée
la rive gauche de la rivière. par des ensembles de couches festonnées à stratification
entrecroisée représentant des complexes dunaires à crête
Arrêt 5A : sommet local de TSII rectiligne (fig. 1.17). La migration des dunes se faisait glo-
La partie supérieure du Membre Irohalene de la Forma- balement vers le SW alors que des petites rides secondaires
tion Timezgadiwine (T5), consiste en unités plus gréseuses surimposées et bien préservées migraient vers le NW pa-
formées de couches très continues latéralement alternant rallèlement à la ligne de crête du modelé principal. Cela
avec des unités plus argileuses. Ces cycles apparents n’ont montre que l’interprétation subaquatique de ces unités
pas été étudiés. Ils contiennent beaucoup de bioturbations donnée par divers auteurs est incorrecte. L’excellent clas-
ainsi que de nombreuses fentes de dessiccation Ils pour- sement, la continuité latérale des couches et l’absence d’ar-
raient représenter la suite de la cyclicité observée dans la gile entre les surfaces, suggèrent que cet intervalle pourrait
partie médiane de la formation, mais avec une sédimenta- former un bon réservoir.
tion dans des conditions moins humides. L’interprétation la Arrêt 6 : Cyclicité dans le membre Hasseine inférieur
plus simple pour le dépôt de ces unités serait une sédi- (t8)
mentation dans un environnement de dépôt fluctuant entre 30°47’4,98’’N ; 009°7’10,02’’W
le lacustre très peu profond et le lacustre marginal.
Localisation : peu au NE d’Argana. La partie inférieure du
Arrêt 5B : Discordance et partie inférieure du membre Membre Hasseine (T8) de la Fm de Bigoudine (TS III)
Tadrart Ouadou (T6) consiste principalement en cycles de type « sand-patch »,
La base de la Fm Bigoudine (Membre Tadrart Ouadou, comme le reste du membre d’ailleurs (cf. arrêt 2.3). Cepen-
T6), vue sur le talus de la route, est marquée, sur 10 m en- dant, il existe un cycle avec un niveau bien développé d’ar-
viron, par des ensembles de bancs à base ravinante de gilites schisteuses gris-foncé que Tixeront (1973)
conglomérat et de grès brun. Il leur succède des bancs de cartographia dans la partie septentrionale du bassin d’Ar-
grès et de pélites interstratifiés à gémétrie plutôt lenticu- gana car il montre souvent des minéralisations de cuivre
laire et à base ravinante pour les unités les plus grossières. bien développées (fig. 1.18a). Fait intéressant, du nord (Ti-
La bioturbation est toujours présente, mais il y a aussi une mezgadiwine) au sud (Argana), ces argilites schisteuses
excellente préservation de différents types de figures de noires changent de couleur. La transition peut être observée
base de banc. Le régime de sédimentation semble avoir été dans les ravins localisés juste au NE d’Argana ; la couleur
principalement fluviatile. La continuité latérale des change sans qu’il y ait un changement manifeste de faciès
couches est faible et il y a de nombreux lits de pélites sug- et la minéralisation en cuivre est absente. Cette unité a livré
gérant la mauvaise qualité de ce faciès en tant que réser- une palynoflore caractéristique du Norien ainsi que d’abon-
voir, même si certains lits ont une bonne porosité et une dantes carapaces bivalves de branchiopodes (conchostra-
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 29

FIG. 1.17 : Stratifications obliques de dune éolienne,


partie supérieure du membre Tadrart Ouadou (T6),
arrêt 5C. L’ouest est à gauche.
FIG. 1.17 : Eolian dune crossbedding, upper Tadrart
Ouadou Member (t6) at Stop 5C. West is to left.

FIG. 1.18 : A, cycle avec shale gris sombre dans la


partie inférieure du Membre Hasseine (t8) sur la rive
nord de la rivière Issen, arrêt 6. La coupe entre les
flèches est un cycle lacustre simple daté par la pré-
cession climatique de 20 ka.- B, crevettes à coquille
(conchostracés), arrêt 6.
FIG. 1.18 : A, Dark gray-shale bearing cycle in the
lower part of the Hasseine Member (t8) on the north
bank of the Issen River, Stop 6. Section between ar-
rows is a single lake level cycle timed by the ~20 ky
climatic precession.- B, Clam shrimp (conchostra-
ceans) from Stop 6.

cés : fig. 1.18b). Bien que souvent gris-foncé à noire, cette ment riches et pauvres en ce faciès. Le taux élevé d’argile et
unité, à l’image de niveaux semblables dans le Membre Sidi la présence de sulfates abondants fait du Membre Hasseine
Mansour sous-jacent (T7), possède un faible taux de car- un mauvais réservoir, mais un bon scellement potentiel.
bone organique total (TOC < 1%) ce qui fait de tous ces ni-
Arrêt 8 : Limite palynologique Trias-Jurassique à
veaux de mauvais candidats pour constituer une roche-mère.
Igounan
Arrêt 7 : Cyclicité dans le membre Hasseine moyen (t8) 30°48’13.07’’N, 009°09’6.69’’W
30°44’28.46’’N ; 9°10’52.58’’W
Un embranchement pour Igounan prend à l’ouest de la N8
Localisation : rive droite concave de l’Oued Issene en au point 30°47’37’’N ; 09°08’33’’W. Peu au nord du vil-
contrebas de la N8 (qui suit la rivière côté ouest dans ce sec- lage, les tout derniers mètres sommitaux du membre d’Aït
teur), au NE de Bigoudine. Presque tout le Membre Has- Hasseine (T8) situés juste sous le basalte d’Argana, mon-
seine (T8) consiste en cycles de type « sand-patch » décrits trent une cyclicité bien développée consistant en alternances
originellement à partir de coupes dans les bassins d’Argana de très minces niveaux d’argilites schisteuses noires et grises
et de Fundy en Nouvelle-Écosse (Canada) (fig. 1.19). Le fa- et d’argilites rouges (fig. 1.20). Cet intervalle contient la li-
ciès « sand-patch » est le résultat de la formation et de la mite Trias-Jurassique (fig. 1.21) d’après la palynologie
destruction répétitive de croûtes efflorescentes de sel qui (Whiteside et al., 2006), le paléomagnétisme et les isotopes
piègent du sable éolien, un peu de sable fluviatile et de la (Deenen et al., 2010), contrairement à l’interprétation pro-
boue. C’est un faciès aride, mais qui requiert la présence posée par Marzoli et al., (2004), et représente la partie infé-
d’une nappe phréatique qui affleure à la surface Les cycles rieure de la Formation TS IV qui lui succède. Dans les
consistent en l’alternance de couches métriques respective- bassins marocains plus septentrionaux comme celui de Khe-
30 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

FIG. 1.19 : Vue depuis la terminaison sud-ouest de la coupe, à l’arrêt 7, membre Hasseine moyen (t8) sur le côté ouest de la rivière Is-
sene. Remarquez la grande continuité latérale des couches sableuses et les rares unités grises (haut de la falaise). Les unités grises for-
ment des bancs-repères qui peuvent être suivis sur des dizaines de kilomètres.
FIG. 1.19 : View from the southwest end of section at Stop 7, middle Hasseine Member (t8) on the west side of the Issene River. Note great lateral
persistence of individual beds and the rare gray unit (upper cliff). These gray units are marker beds that can be traced for tens of kilometers.

FIG. 1.20 : Coupe caractéristique du Membre Hasseine supérieur (t8) à l’arrêt 8, au nord du village d’Igounan. Les lits gris et noirs tendent à être riches en palynoflores ; ils
montrent une déformation due à la dissolution du sel, ainsi que des déformations postérieures au dépôt.
FIG. 1.20 : Section of the distinctive uppermost Hasseine Member (t8) at Stop 8, north of the village of Igounan. Grey and black beds tend to be palyniferous and exhibit salt
dissolution-related deformation and growth as well as post-depositional deformation.

misset, ce faciès est remplacé en subsurface par une sé- CAMP (Central Atlantic Magmatic Province), qui inté-
quence épaisse de halite (~100 m). Ici nous pouvons voir resse la quasi-totalité du Maroc et que Marzoli et al. (2004)
que les strates sont essentiellement parallèles et latéralement placent à la limite Trias-Lias, à 199-200 Ma (cf. circuit C1,
continues, là où elles ne sont pas décalées par des failles mi- vol. 2 des Nouveaux Guides), tandis que nous plaçons
neures. Cependant, il y a localement des creux ou fléchis- cette limite légèrement au-dessous.
sements non-érosifs de l’ordre du mètre, caractéristiques de Route : Après l’arrêt 8, nous reprenons sur la N8 la direc-
la dissolution du sel, montrant la présence antérieure de ha- tion d’Agadir (fig. 1.10). La route recoupe des plis anticli-
lite y compris dans cette portion du bassin. naux ouverts à plongement ouest : pli en genou de
Les basaltes sus-jacents appartiennent à l’événement Bigoudine, dirigé ENE-WSW, relayé à l’ouest par le pli dé-
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 31

FIG. 1.21 : Comparaison lithologique et palynologique de coupes sous les basaltes des bassins de Fundy et d’Argana (d’après Whiteside et al., 2006).
FIG. 1.21 : Comparison the sections below the lowest basalt in the Fundy and Argana basins in lithology and palynology (from Whiteside et al., 2006).

collé d’Imouzzer – Doutama, là où les coulées de basalte K-Ar roche totale à 157 ± 9 Ma (Manspeizer et al., 1978 ;
sont les plus épaisses (près de 160-200 m), montrant de Brown, 1980 ). D’autres manifestations de ce magmatisme
nombreuses coulées élémentaires (Aït Chayeb et al., 1998), du Jurassique moyen-supérieur sont présentes peu au nord,
dont l’étude morphologique récente permet de les attribuer à l’ouest de Bigoudine : un neck qui perce le Jurassique
au type Pahoehoe (El Hachimi et al., 2011). Ensuite nous moyen (Fm d’Ameskroud) et des coulées qui s’y interca-
commençons à monter vers le col de Tizi El Hajaj. Sous les lent, épaisses de 10 à 40 m, avec un filon-couche de dolérite
coulées de basalte triasique apparaît un sill tardi-jurassique, peu altéré daté à 156±7 Ma par K-Ar roche totale (Ferran-
intrusif dans les argiles rouges qui sont cuites sur plusieurs dini et al., 1991). Certains filons sont injectés jusque dans le
dizaines de mètres. C’est le sill d’Amlal (fig. 1.10), daté par Callovien au toit des coulées, ce qui est compatible avec
32 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

l’âge K-Ar cité. D’autres filons, présents dans le socle pa- Route and topics (figs. 1.0) : The main topic deals with
léozoïque plus à l’est, semblent attribuables au magmatisme the stratigraphy of the Jurassic, open marine deposits of
jurassique (De Koning, 1957 ; Ferrandini et al., 1991 ; Aït the Imouzzer area. The Cretaceous deposits will be also
Chayeb et al., 1998). observed at some optional arrêts.
Ensuite, la route descend vers la plaine du Souss, montrant Route : Au départ d’Agadir, la route N1 vers Essaouira tra-
divers exemples de disharmonie et de décollement au sein verse d’abord l’anticlinal de la Kasbah (fig. 2.1) dont le flanc
des calcaires d’Id Ou Moulid, particulièrement à Ameskroud. sud affleure bien le long de la route entre l’ancien port et
celui d’Anza, montrant des calcaires turoniens (cm, fig.
Le long de la bordure septentrionale de la plaine du Souss,
1.10) à fort pendage puis des lumachelles cénomaniennes
nous roulons près du flanc méridional inverse de l’anticli-
qui forment le cœur du pli. Sur ces formations crétacées sont
nal de Lgouz, puis longeons le flanc sud faiblement plon-
posées des terrasses quaternaires dont la description est don-
geant, de l’anticlinal de Tagragra, jusqu’à Agadir (la coupe
née dans le guide de l’excursion de l’Association Française
de ces structures atlasiques et des structures cachées sous
pour l’Etude du Quaternaire (AFEQ), dirigée par A. Weis-
la plaine du Souss est donnée dans le vol. 3 des Nouveaux
rock et al. en 2010, téléchargeable depuis le site de l’AFEQ
Guides, circuit C4).
www.afeq.cnrs-bellevue.fr .
J2 : Agadir-Essaouira via Imouzzer (200 km) Plus au nord, au-delà de la faille de la Kasbah (Casbah), les
faubourgs nord d’Agadir sont bâtis sur les formations car-
Le Jurassique de la région d’Imouzzer bonatées du Crétacé terminal (cs) qui fournissent la source
(M.S. BOUAOUDA & F. MEDINA) principale du béton de la région du Souss, avec plusieurs
sites industriels établis dans la région. Nous traverserons
Itinéraire et thèmes (fig. 1.10) : Le thème principal est la
progressivement le Crétacé du synclinal d’Assersif du
stratigraphie du Jurassique marin franc de la partie externe du
sommet vers la base.
bassin d’Agadir-Essaouira, dans la région d’Imouzzer. Le
Crétacé sera également illustré par quelques arrêts optionnels. A 10 km d’Agadir, la route arrive au village d’Aourir, à par-

FIG. 2.1 : Vue satellitaire oblique (Google Earth) sur le Haut Atlas occidental, montrant la disposition des plis dans la série du Jurassique (couleurs sombres) – Crétacé (cou-
leurs claires). Les plis du premier plan montre des terminaisons périclinales à l’est et à l’ouest ; ceux du second plan, en couverture du Trias d’Argana et du socle sous-jacent,
plongent uniquement vers l’ouest.
FIG. 2.1 : Oblique satellite view (Google Earth) of the western High Atlas, showing the fold setting in the Jurassic (dark colours) – Cretaceous (light colours) cover. The folds
at the front view show periclinal terminations to the east and to the west; those of the background, upon the Argana Triassic formations and underlying basement, plunge only
westward.
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 33

tir duquel nous prenons à droite la route P1001 vers Imouz- La route pénètre ensuite dans les gorges creusées dans le
zer. Après 7 km parcourus dans les marnes, marno-calcaires flanc sud de l’anticlinal d’Anklout pour en atteindre le
et dolomies jaunes sénoniennes, la première barre remar- cœur triasique. La vallée recoupe principalement les for-
quable correspond aux calcaires turoniens. Vient ensuite une mations du Jurassique supérieur (30°33’35"N ; 9°33’25"W
dépression constituée par le Cénomanien, puis une barre im- à 30°35’07"N ; 9°32’00"W). Là aussi un arrêt optionnel
posante de calcaires et dolomies de l’Albien supérieur (toit « c » pourra permettre d’observer quelques petits plis et
du ci). Celle-ci est traversée par une cluse qui permet l’ac- failles inverses associés à l’anticlinal d’Anklout, ainsi que
cès à la dépression d’Alma (Oulma, Elma), sur la terminai- des structures extensives (fig. 2.3), conséquence de l’in-
son occidentale de l’anticlinal du J. Lgouz. Un arrêt stabilité tectonique de la fin du Jurassique ou de mouve-
optionnel (30°31’59’’N ; 09°35’17’’W ; alt. 350 m ; « a » ments diapiriques sous le futur l’anticlinal. Ces structures
sur la fig. 1.10) est à prévoir dans ce beau périclinal où af- consistent en des failles normales, des monoclinaux conte-
fleurent les marnes de l’Albien inférieur, la barre aptienne, nant des couches bréchiques, des plis synsédimentaires et
la barre de grès et calcaires barrémiens à exogyres, et enfin des sédiments dissociés.
les marnes grises hauteriviennes (fig. 2.2).
IV. Le Jurassique marin du bassin externe
Après le col de Tizi-ou-Elma (altitude 430 m), nous abor-
dons une descente dans le synclinal de Tamraght qui nous Dans la partie ouest du bassin d’Agadir-Essaouira, les sé-
mène à Tamzargout. C’est un arrêt classique « b » ries jurassiques sont plus épaisses et plus franchement ma-
(30°33’04’’N ; 09°33’44’’W ; alt. 180 m) dans la « vallée de rines qu’à l’est, et la transgression sur le Trias continental
Paradis », montrant la palmeraie surplombée d’un monocli- est plus précoce. On distingue huit formations jurassiques
nal à marnes jaunes hauteriviennes. dans cette partie du bassin (fig. 2.4) :

FIG. 2.2 : Vue vers l’ouest du Crétacé de la région d’Aksri, sur la terminaison occidentale de l’anticlinal de Lgouz. Au premier plan, les calcaires ar-
gileux lumachelliques du Barrémien (Duffaud et al., 1971) ; au fond, les argiles grises surmontées de calcaires dolomitiques (Albien). L’Aptien est
masqué.
FIG. 2.2 : Westward view of the Cretaceous formations of the Aksri area on the western termination of the Lgouz anticline. The shelly clayey lime-
stone of Barremian age (Duffaud et al., 1971)are exposed in the foreground; the background shows grey clays overlain by dolomitic limestones (Al-
bian). The Aptian layers are masked.
34 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

FIG. 2.3 : Structures tectoniques en extension et en compression le long de la


route de la « vallée du Paradis » (oued Tamraght), d’après Medina & Chorowicz
(1983).
FIG. 2.3 : Extensional and compressional structures along the « Paradise valley »
(Oued Tamraght) after Medina & Chorowicz (1983).

FIG. 2.4 : Lithostratigraphie des formations juras-


siques (Lias - base du Kimmeridgien) de la région
d’Agadir (d’après Bouaouda, 2007).
FIG. 2.4 : Lithostratigraphy of the Jurassic Forma-
tions (Liassic – base Kimmeridgian) of the Agadir
area (after Bouaouda, 2007).
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 35

- Formation (Fm) d’Amsittene : grès et conglomérats, long de la route à 4-5 km d’Imouzzer. La fin de la coupe
Pliensbachien-Toarcien tardif ; est visible le long de la piste vers Tarhazout (x =105,8 ; y
- Fm d’Id Ou Moulid (Bouaouda, 2007), d’âge Toarcien- = 412,4 ; feuille Taghazout au 1/50 000).
Aalénien : dolomies et shales (argilites) représentant la La vue satellitaire de ce secteur et les observations sur le pen-
première transgression atlantique dans la région ; dage sud des couches dans la montée du col permettent tout
- Fm d’Ameskroud (Duffaud et al. 1966), d’âge Aalénien - d’abord quelques remarques sur la structure de l’anticlinal
Bathonien inférieur : conglomérats et marnes ; d’Anklout (fig. 2.5). D’une part, le flanc nord de l’anticlinal
- Fm d’Ouanamane, Bathonien supérieur - Oxfordien infé- montre à la fois une faille inverse, par laquelle l’anticlinal à
rieur, constituée par des dépôts marins, calcaires et noyau salifère se déverse vers le nord sur le Jurassique su-
marnes principalement ; périeur-Crétacé inférieur. D’autre part, la disposition en
- Fm de Tidili, Oxfordien-Kimméridgien précoce, principa- éventail des couches jurassiques (très nette à l’est du col)
lement des calcaires récifaux ; évoque une croissance synsédimentaire de l’anticlinal, qui
- Fm Iggui El Behar, Kimméridgien, calcaires lithogra- correspondrait donc à un diapir. Cette hypothèse est confor-
phiques ; tée par la présence d’un pli à axe fortement plongeant dans
- Fm Imouzzer (Duffaud et al. 1966), du début du Kimmé- les assises triasiques (et liasiques ?) du dôme en bas du col,
ridgien, constituée par des marnes rouges ; au sud de la discordance progressive. L’hypothèse mériterait
cependant un contrôle structural détaillé sur le terrain.
- Fm de Timsilline (Duffaud et al. 1966) d’âge Tithonien.
La coupe du Jurassique du col de Tizi n’Tinketti permet
L’itinéraire choisi permet l’observation des termes suc-
d’observer très facilement les formations sédimentaires
cessifs de la série jurassique dans de bonnes conditions.
d’Ouanamane et de Tidili (fig. 2.6).
Un itinéraire par la route du littoral n’offre que peu d’af-
fleurements jurassiques, dont les plus intéressants, au Cap Formation d’Ouanamane
Rhir (Ghir) montrent des faciès récifaux du Kimméridgien,
décrits par Ourribane et al. (1999). Ici, cette formation épaisse de 80 m est très fossilifère, et
comprend trois membres : 1) le membre à calcaire ooli-
Arrêt 9 : Coupe d’Aït Chehrid (Anticlinal d’Anklout)
thique ; 2) le membre à calcaires riches en brachiopodes et
30°39’02’’N ; 09°30’56’’W ; alt. 1070 m
calcaires marneux ; 3) le membre à marnes et argilites
Cette coupe est située au col de Tizi n’Tinketti, sur le flanc (shales). Le substratum est représenté par un ensemble de
nord de l’anticlinal d’Anklout autour d’Aït Chehrid, le marnes et de dolomies.

FIG. 2.5 : Formations jurassiques (Ameskroud, Ouanamane et Tidili) de la coupe d’Aït Chehrid (d’après Bouaouda, 2007).
FIG. 2.5 : Jurassic formations (Ameskroud, Ouanamane and Tidili) of the Ait Chehrid section (after Bouaouda, 2007).
36 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

Fig. 2-6 : manque légende


CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 37

- Membre à calcaire oolitique. Épais de 28 à 31 m, il est do- 4 : Dolomies vacuolaires : Sans aucune transition s’ins-
miné par des calcaires oolitiques encadrés par des niveaux talle un ensemble de carbonates d’aspect massif. Sur le
marneux. Les limites supérieure et inférieure sont franches terrain, l’aspect évoque une bioconstruction (dôme ré-
et correspondent à des surfaces ferrugineuses avec des cifal). Quelques observations montrent des organismes
croûtes d’huîtres, la surface supérieure étant perforée. d’affinité récifale tels que coraux associés à des algues
- Membre à calcaires riches en brachiopodes et calcaires encroûtantes, serpulidés, entroques…
marneux. Epais de 36 à 38 m, il est constitué principale- 5 : Calcaires et dolomies (Ch96-98) : Cette unité de 15-20
ment par des calcaires et des marnes alternant dans la par- m est composée de dolomies et de calcaires dolomitiques.
tie inférieure, et par des calcaires dans la partie supérieure. L’unité est peu stratifiée et fournit une biophase consistant
- Membre à marnes et argilites. Epais de 10 à 15 m, ce mem- en madréporaires, bryozoaires, Nérinées et entroques. Les
bre est principalement marneux et homogène. Il est consti- microfaciès des couches basales correspondent à une bio-
tué par des marnes gris-vert, sans faune apparente. micrite wackestone-boundstone avec d’abondants bio-
clastes et microfossiles tels que Bullopora tuberculata,
Formation de Tidili Coscinophragma sp., Valvulina sp. et des Textulariidés.
La limite inférieure de cette formation correspond à la dis- Les 2-3 m supérieurs sont des calcaires contenant des ac-
parition des marnes marines gris-vert qui caractérisent le cumulations de débris : biomicrite avec débris de bio-
sommet de la Fm d’Ouanamane. La limite supérieure coïn- clastes graviers, intraclastes et très rares oolites.
cide avec l’apparition et la dominance de faciès lagunaires 6 : Dolomies vacuolaires (Ch100-101) : Cette unité (18 à
de la Fm d’Iggui El-Behar. Des niveaux sédimentaires à 20 m) correspond à des dolomies massives avec d’abon-
faune caractéristique sont fréquemment intercalés dans dantes vacuoles. Le microfaciès est celui de biomicrites
cette formation principalement récifale. De la base au som- grises ou de wackestone-boundstone aux fragments re-
met on observe les unités suivantes (fig. 2.6) : cristallisés, et bioclastes de coraux, entroques, larges ra-
1 : Calcaires bioclastiques et coquilliers (Ch74-84). Ce dioles d’oursins, Nérinées et microfossiles : Tubiphytes
premier terme (12 à 15 m), apparaît brutalement au des- morronensis, Reophax sp., Verneuilina sp., Valvulina sp.,
sus des marnes sommitales qui caractérisent le sommet et Nautiloculina oolithica.
de la Formation Ouanamane. Il est constitué par une suc- 7 : Calcaires et marnes (Ch101X-103) : Cette unité (2-3
cession de lits de wackestones bioclastiques et coquillers m) formant une dépression topographique, n’est pas
jusqu’à des microfaciès de boundstones où dominent les continue. Elle commence par des faciès calcareux soit
organismes constructeurs (serpulidés, échinides, bryo- bioturbés, soit dolomitiques avec de probables laminites
zoaires, huîtres, entroques, coraux et quelques algues cal- algaires, et se poursuit par un niveau marneux jaunâtre
caires). Le microfaciès correspond à une biomicrite ou à dépourvu de fossiles.
une biodolomicrosparite fréquemment bioturbée et 8 : Calcaires bioclastiques (Ch104-108) : Les couches cal-
contenant d’abondants bioclastes ainsi que des micro- caires de cette unité forment une barre de 5 m d’épaisseur.
fossiles tels que : Textularia sp., Spirillina sp., Nodosa- Ce sont des calcaires bioturbés micritiques ou microdo-
ria sp., Falsopalmula sp., Lenticulina sp., Valvulina cf. losparitiques avec d’abondants bioclastes. La biophase
lugeoni, Tubiphytes cf. morronensis, Astacolus, Everti- consiste en coraux Cladocoropsis mirabilis, lamelli-
cyclamina n.sp. (forme évoluée). branches, oursins, entroques, annélides, Térébratules (à la
2 : Dolomies (Ch85-87). Le terme de base correspond à 5 m base), bryozoaires, algues : Tubiphytes morronensis, fora-
de dolomies massives montrant de fréquentes vacuoles de minifères : Alveosepta jaccardi, Rectocyclammina cf.
dissolution. Le terme intermédiaire (3-4 m) montre des chouberti, un grand lituolidé, Otaina sp., Coscinophragma
couches de dolomie vacuolaire mieux stratifiées. Ils cor- cribosum et Textularia sp. Le microfaciès du dernier lit
respondent à des dolomicrosparites ou à des dolosparites calcaire (1 m à 1,50 m) est une biomicrite bioturbée conte-
avec des fantômes d’oolites (ou à des sections de Nubé- nant des dasycladacées et des foraminifères tels que : Aci-
culaires totalement dolomitisés) avec d’abondantes taches cularia sp., Salpingoporella annulata, Alveosepta jaccardi,
de sparite. Le terme supérieur (23 m), est composé de do- Rectocyclammina sp., Nautiloculina oolitica et quelques
lomies massives avec d’abondantes vacuoles de cristalli- Everticyclammina virguliana.
sation de dimension centimétrique à décimétrique.
L’aspect massif et les structures en dôme suggèrent un en- Arrêt 10 : Coupe de l’oued Tidili au pied d’Imouzzer
vironnement récifal. 30°40’30’’N ; 09°28’46’’W ; alt. 1150 m
3 : Calcaires (Ch89-Ch95) : L’unité correspond à un en- Cet arrêt permet l’observation de faciès variés ainsi que de
semble de lits calcaires, admettant dans leur partie médiane beaux exemples de phénomènes tectono-sédimentaires
quelques niveaux marneux. L’épaisseur varie de 5 à 10 m. dans la Fm de Tidili (Oxfordien-Kimméridgien inf.).
38 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

Avant de descendre vers le village de Tidili par la nouvelle ritiques correspondant à un environnement lagunaire et de
route menant à Tamri et à Essaouira, nous pouvons voir sebkha ; la Fm rouge d’Ameskroud, fluviatile à deltaïque,
depuis le village perché d’Imouzzer des Ida Ou Tanane à conglomérats, grès, siltstones et roches argileuses rouges,
(sub-arrêt A ; coordonnées GPS ci-dessus) les différentes et enfin, la Fm grise d’Ouanamane, à faciès marins ouverts
unités lithostratigraphiques qui affleurent au pied du vil- pélagiques, calcaires, calcaires marneux et marnes.
lage vers le NW, près de Tidili et Tamarout, deux localités La coupe typique de la Fm de Tidili (fig. 2.7) s’observe au
situées au cœur de l’anticlinal d’Imouzzer. Celui-ci a un nord du village de Tidili (sub-arrêt B), à environ 3 km au
axe NE-SW dans sa partie méridionale, tandis que plus au NNW d’Imouzzer des Ida Ou Tanane (x1=107,9 ; x2 =
NE, il se tord en direction ENE (fig. 2.1). A distance, trois 108,2 ; y1= 417 ; y2 = 418 ; feuille au 1/50 000 Imouzzer
types de faciès qui caractérisent les formations jurassiques des Ida Ou Tanane). Dans ce site, les marnes et les argilites
peuvent être observés : la formation (Fm) jaunâtre d’Id Ou de la Fm d’Ouanamane sont recouvertes directement par
Moulid, constituée par des carbonates et des faciès évapo- les faciès récifaux de la Fm de Tidili (fig. 2.8). De la base

FIG. 2.7 : Evolution des faciès dans la coupe de Tidili.


Fig 2.7 : Facies evolution in the Tidili section.

FIG. 2.8 : Les formations d’Ouanamane et de Tidili à Tidili.


FIG. 2.8 : The Ouanamane and Tidili formations at Tidili.
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 39

au sommet, on trouve la succession suivante (cf. fig. 2.7, met l’attribution à l’Oxfordien terminal (tardif). La base
colonne de droite) : de l’unité est représentée par des calcaires coquillers de
1 : 10 à 15 m de dolomies dures et massives, qui ne livrent forme lenticulaire, attestant des phénomènes de slumping.
pas de fossiles. Cette masse carbonatée s’amincit vers le 7 : Le reste de l’unité, représenté par des calcaires et des
bas de la coupe puis est remplacée par des marnes et des calcaires dolomitisés, prograde sur l’unité sous-jacente.
calcaires finement lités. L’aspect massif et la structure Ces couches comportent 10-15 m de dolosparite mas-
lenticulaire de l’ensemble basal suggèrent une forma- sive ou une dolomicrosparite à traces d’organismes
tion bioconstruite dolomitisée. Localement, on observe constructeurs (coraux et nérinées). Néanmoins, certains
des traces d’organismes constructeurs tels que des co- niveaux calcaires sont des framestones ou des wackes-
raux branchus associés à des Nérinées, serpulidés et cri- tones. Le sommet de certaines strates est fortement bio-
noïdes. Ce premier ensemble, qui forme une barre dans turbé. L’unité s’achève par environ 4 m de dolomies
le panorama, semble recouvrir (et prograder sur) le som- calcaires ou de grainstones à pellets, oolites et forami-
met de la Fm d’Ouanamane. nifères (Rectocyclaminna chouberti, A. jaccardi) et des
2 : Un fin niveau de marnes ou marno-calcaires (0,10 m) qui algues dasycladacées (Salpingoporella annulata).
s’épaissit vers le bas jusqu’à 3 m dans la partie subsidente Environ 50 m en contrebas de la crête, au SW dans la cluse
de la structure. Ce niveau recouvre l’unité récifale après à gauche de la photo (sub-arrêt C), la Fm de Tidili mon-
un épisode de régression. Microscopiquement, le faciès tre des variations de faciès par rapport à la coupe décrite ci-
est une biomicrite mudstone/wackstone à foraminifères et dessus. De la base au sommet, les faciès sont organisés en
macrofossiles de mer ouverte. Les bioclastes incluent des plusieurs unités ou mésoséquences de dépôt (fig. 2.7, co-
oursins, lamellibranches, quelques brachiopodes, des ser- lonne médiane).
pulidés et le foraminifère Alveosepta jaccardi.
3 : 50-60 m de dolomicrites avec coraux et huîtres, le fa- La base de la coupe correspond à une suite de marnes et de
ciès étant un wackestone et souvent un floatstone avec marno-calcaires semblables à celles de la Fm d’Ouana-
quelques niveaux de framestones et des coraux en posi- mane. Ce faciès typique de mer ouverte est l’équivalent
tion de vie. Les autres fossiles constructeurs sont des co- latéral des dolomies récifales et des calcaires dolomitiques
raux, des nérinées et des algues encroûtantes. de la base de la coupe de la crête.
4 : 50-60 m de faciès carbonatés, avec une microstructure en Une lentille calcaire qui s’amincit vers le bas de la coupe
framestone incluant des coraux et des algues encroûtantes s’avance sur les marnes. Ces lentilles de forme sigmoïdale
La matrice est micritique à microsparitique avec quelques ont 4 à 18 m d’épaisseur. Le microfaciès est celui de
taches sparitiques. Les lits les plus calcaires sont très fos- wackestone ou de floatstone bioturbé contenant annélides,
silifères et semblent former des édifices bioconstruits. Les crinoïdes, oursins et foraminifères (A. jaccardi, R. cf chou-
bioclastes sont représentés par des coraux de dimensions berti et hyalins).
variées, des algues rouges encroûtantes, des serpulidés, Cette unité est recouverte par 0,40-2 m d’un niveau de
des bryozoaires ainsi que des organismes non construc- marnes, rétrogradant et s’épaississant vers le bas de la
teurs comme les oursins et les foraminifères. coupe. Cet intervalle marneux est recouvert directement
5 : Une barre saillante dolosparitique de 25-30 m d’épais- par 1,50 m de calcaires wackestone à entroques et lamel-
seur progradant sur les couches précédentes. Au sommet, libranches, puis par 4-5 m de lits dolomitiques fins noirs.
quelques rares bioclastes correspondent à des coraux et à Le sommet en forme de hummock pourrait correspondre à
des algues rouges. Une surface ferrugineuse recouvre le une surface karstifiée.
sommet de ces dolosparites. L’unité disparaît latérale-
ment en direction de la zone subsidente, laissant la place L’unité suivante montre 20 m de dolomies et de calcaires
à des faciès carbonatés de mer ouverte (marnes et cal- bioconstruits progradants et massifs. Microscopiquement,
caires micritiques). ce sont des framestones contenant des organismes
constructeurs (coraux, algues encroûtantes et bryozoaires).
6 : 1-5 m de marnes riches en brachiopodes et marno-cal-
Une intercalation de 1,20 - 1,50 m de calcaires wackes-
caires, régressifs par rapport aux strates précédentes. Dans
tones et de dolomies interrompt la monotonie de ce faciès.
la crête, cette unité s’amincit et devient difficile à distin-
guer à l’intérieur des calcaires récifaux et des dolomies do- Au-dessus, 2-4 m de marnes à brachiopodes et oursins re-
minants. Dans ce cas, elle est remplacée soit par un mince couvrent en transgression l’unité sous-jacente. Ce sont des
niveau de calcaire micritique, soit par une surface ferrugi- biomicrites mudstones, plus rarement des wackestones,
neuse. Dans les parties subsidentes, elle correspond à des contenant une micro- et macrofaune de mer ouverte (No-
mudstones à brachiopodes et foraminifères (Alveosepta dosaria sp., Dentalina sp., Everticyclammina cf. virgu-
jaccardi et Evertcyclammina cf. virguliana), ce qui per- liana, A. jaccardi) et des foraminifères planctoniques.
40 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

Le sommet de la coupe correspond à 10 m de dolomies dente de cette localité : un biofaciès avec Everticyclammina
calcaires de fine texture (wackestone), à nombreuses traces n. sp. et de nombreux foraminifères hyalins ; un biofaciès
de bioactivité. Les rares bioclastes identifiés correspon- avec Alveosepta jaccardi, et finalement un biofaciès avec
dent à des coraux, à des serpulidés et probablement à des Alveosepta jaccardi et Everticyclammina cf. virguliana.
crinoïdes. De taille variable, ils sont souvent recristallisés Route : A partir d’Imouzzer, la nouvelle route P1000A
en sparite ou sont micritiques. Certains niveaux toujours passant par le barrage Moulay Abdallah, qui alimente Aga-
calcaires, permettent l’identification de la microfaune (A. dir en eau depuis le nord, permet de rejoindre la N1 au
jaccardi, R. cf. chouberti, Otaina sp. et d’autres Lituoli- nord de Tamri au bout de ~50 km de virages, en traversant
dés indéterminés). le flanc nord de l’anticlinal du Cap Ghir, prolongement oc-
Interprétation des paléoenvironnements cidental de celui d’Anklout (fig. 2.1). Les affleurements
sont constitués des mêmes formations crétacées que sur le
Dans la coupe de la crête, la succession lithologique et fa- flanc sud de l’anticlinal d’Anklout, mais qui sont ici sub-
ciologique montre clairement la domination du faciès ré- tabulaires. L’anticlinal du Cap Ghir est un pli coffré dont
cifal. Ce sont des environnements infralittoraux de salinité le cœur est fait de faciès récifaux d’âge Oxfordien – Kim-
normale, d’hydrodynamique forte à moyenne, autorisant méridgien (fig. 1.10). Puis la route monte pour courir sur
le développement d’organismes constructeurs. les terrasses plio-quaternaires, attestant le soulèvement
Dans la partie intermédiaire, la succession sédimentaire néotectonique de la côte. Le Moghrébien (Pliocène) appa-
reflète une évolution séquentielle de l’environnement de- raît soulevé en de nombreux endroits.
puis un milieu externe infralittoral à un milieu pré-récifal, Arrêt 11 : Imsouane : pillow and ball structures
voire typiquement récifal. La prédominance de ces termes 30°50’38’’N ; 009°49’19’’W
varie selon la position dans la coupe. Plusieurs mésosé-
quences de dépôt caractérisent la Fm de Tidili, découlant La bretelle d’accès au village de pêcheurs et surfeurs d’Im-
d’évènements tectoniques et eustatiques. souane prend sur la route N1 à 85 km environ d’Agadir
(point 30°50’38’’ ; 9°49’19’’ ; alt. 300 m). A partir de la
Vers le bas, au SSW, le contenu lithologique et paléonto- N1, nous prenons la route 6649 à gauche, qui traverse sur
logique devient différent. Les caractéristiques des faciès
3 km les épaisses formations dunaires consolidées du Mo-
sont plus proches de celle de la Fm d’Ouanamane et la Fm
ghrébien. La descente abrupte vers le village traverse la
de Tidili fait défaut. Généralement, les faciès observés
falaise armée de formations du Crétacé inférieur. L’arrêt,
dans ce site sont des calcaires à grain fin et des marnes. Ce
situé sur la plage même d’Imsouane, montre de remar-
sont surtout des biomicrites et des micrites contenant une
quables structures en boules et coussins (pillows and
faune et une microfaune de mer ouverte : brachiopodes,
balls ; fig. 2.9). Ces structures, décrites par Einsele (1982),
oursins, ammonites pyriteuses, foraminifères hyalins ben-
correspondent ici à des cylindres de taille métrique à pluri-
thiques et agglutinés et probablement quelques foramini-
métrique, dont les parois sont formées de lumachelles et le
fères planctoniques.
cœur par des grès poreux du Crétacé inférieur. Elles sont
Biostratigraphiquement, de la base au sommet, quelques séparées entre elles par des vides ou par des marnes. Ces
« coupures » peuvent être identifiées dans la partie subsi- structures sont interprétées comme dues à des perturba-

FIG. 2.9 : Structures en pillow-and-ball dans le Crétacé inférieur de la plage d’Imsouane. A, allure générale d’un pillow ; B, détail montrant la déformation
d’un niveau lumachellique.
FIG. 2.9 : Pillow and ball structures in the Lower Cretaceous deposits of Imsouane beach. A, overall shape of a pillow; B, close-up view showing the defor-
mation of a shelly bed.
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 41

tions qui ont conduit à l’expulsion d’eau et à la déforma- Route and themes : (fig. 3.1) : The J3 route is dedicated to
tion des couches semi-consolidées suite à une liquéfaction the following three topics : i) in the Cape Tafelney area, the
probablement liée à des séismes. Cenozoic tectonics and the role of the Triassic salt in the
synsedimentary and post-sedimentary deformation (J. Am-
Route : On reprend la N1 jusqu’à Tamanar (22 km). La
sitten anticline, Tidsi diaper); ii) in the Essaouira area, the
N1 est constamment établie sur les calcarénites quater-
naires. On peut prévoir de passer la nuit, soit dans ce J. Hadid-J. Kourati folds ; iii) in the Mouissat area, the
bourg, soit à Essaouira, qui n’est qu’à 60 km par la N1. stratigraphy of the Jurassic platform deposits and the ex-
tentional evolution of the Sidi Chiker Triassic basin.
J3 : Essaouira (Tamanar)-Marrakech via
Première partie : Le bassin d’Essaouira (onshore
Sebt Gzoula, Chichaoua (340 km)
et offshore) et le rôle du sel dans son évolution
Itinéraire et thèmes (fig. 3.1) : L’itinéraire est consacré à tectonique
trois thèmes : i) dans la région du cap Tafelney, la tecto- (M. HAFID, M.S. BOUAOUDA, F. MEDINA & E.M. ETTACHFINI)
nique cénozoïque et le rôle du sel triasique dans la défor-
V. Evolution structurale : halocinèse et compression
mation syn- et post-sédimentaire (pli du J. Amsitten, diapir
du Tidsi) ; ii) dans la région d’Essaouira, la tectonique des Le bassin d’Agadir-Essaouira a été exploré depuis la fin des
plis des J. Hadid et Kourati ; iii) dans la région de Mouis- années 1950 par la Société Chérifienne des Pétroles, et a livré
sate, la stratigraphie du Jurassique sur la plate-forme de la plusieurs champs productifs. Aujourd’hui, la marge offshore
Meseta et la tectonique distensive du bassin triasique de est activement explorée. L’interprétation des profils sismiques
Sidi Chiker. industriels en mer et sur terre des bassins d’Essaouira, Haha

FIG. 3.1 : Localisation des arrêts de la journée J3 sur un extrait de la carte géologique du Maroc au millionième.
FIG. 3.1 : Location of the stops of day J3 plotted on an excerpt of the geological map of Morocco, scale 1/1 000 000.
42 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

(bassin Essaouira-Agadir) et Abda (sud du bassin de Douk- sont les plus épaisses (fig. 3.4). Cet épaississement local, qui
kala) a permis de dégager les points suivants, concernant l’évo- a été bien cartographié depuis le travail précurseur de Duf-
lution structurale du bassin (Hafid, 2006 ; Hafid et al., 2008). faud et al. (1966), peut être expliqué par la subsidence dif-
férentielle due au retrait du sel (Hafid et al., 2000, Hafid,
Tectonique salifère
2006). Toutefois, les données sismiques ne permettent pas
Le bassin d’Essaouira-Agadir est le seul segment de la d’exclure la possibilité que l’épaississement ait pu être en
marge marocaine où le bassin salifère atlantique fait une in- partie dû à la reprise de l’extension pendant le Jurassique,
cursion à terre (fig. 3.2). La fig. 3.3 montre la carte structu- comme il a été suggéré par les travaux antérieurs (e.g. Me-
rale des principaux corps mobiles de sel tels qu’ils sont dina, 1994). Dans les zones où le sel est plus mince (e.g.
cartographiés dans ce segment, à partir des forages et de la Meskala), il y a quelques indications que la migration du sel
sismique. La distribution inégale de ces corps suggère que le a débuté avant l’ouverture océanique (~175 Ma). Cepen-
sel le plus épais est situé au-dessus d’hémi-grabens (Tari et dant, dans d’autres zones (e.g. le puits OTA), le sel est resté
al., 2003). A terre, la zone de Necnafa (=Neknafa) renferme interstratifié dans la séquence stratigraphique. Cette évolu-
les principaux dômes et diapirs (e.g. Tidsi), ainsi que les par- tion structurale essentiellement gouvernée par le diapirisme
ties du bassin où les formations du Jurassique et du Crétacé salifère a duré du Lias au début du Crétacé supérieur.

FIG. 3.2 : (a) Localisation de la province saline marocaine; (b) Carte géologique simplifiée de la terminaison occiden-
tale du système Jbilet-Haut Atlas montrant les principales structures atlasiques, les localisations des coupes sismiques
et les puits de référence (Hafid, 2006). C.R. : Cap Rhir ; C.S. : Cap Sim ; C.T. : Cap Tafelney ; EKF : Faille d’El Klea ;
JHF : Faille du Jbel Hadid ; JKF : Faille du Jbel Kourati; Mk : Meskala ; Td : Tidsi.
FIG. 3.2 : (a) Localisation of the Moroccan Salt Province; (b) simplified geological map of the western termination of
the Jbilet-High Atlas system showing main geological trends, location of seismic transects and key wells.
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 43

FIG. 3.3 : Schéma structural et carte


du sel de la terminaison occidentale
du système Jbilet-Haut Atlas et Es-
saouira-Cap Tafelney de la marge at-
lantique marocaine, basée sur les
données sismiques disponibles. Les
structures du front de la zone charriée
sont cartographiées d’après Tari et al.
(2000). Zones de tectonique salifère
d’est en ouest : P.D.O.Z. Zone de
coussins et de diapirs à terre;
C.T.H.A. Cap Tafelney-Haut Atlas;
U.S.T.Z. Zone des langues de sel che-
vauchantes; T.T.Z.; Zone du charriage
frontal; F.S.Z. Zone des sédiments ho-
rizontaux (d’après Hafid, 2006).
FIG. 3.3 : Structural sketch and salt
map of the western termination of the
Jbilet-High Atlas system and of the
Essaouira-Cape Tafelney segments of
the Moroccan Atlantic margin, based
on the available seismic data. The toe
thrust zone structures are mapped
after Tari et al. (2000). Salt tectonic
related zones are, from east to west :
P.D.O.Z., Pillows and Diapirs On-
shore Zone; C.T.H.A., Cape Tafelney
High Atlas; U.S.T.Z., Upthrusted Salt
Tongue Zone; T.T.Z., Toe Thrust Zone;
F.S.Z., Flat Sediment Zone (after
Hafid, 2006).

FIG. 3.4 : Tracés de profils sismiques E-W intéressant les parties onshore du bassin.- a, tracé du profil sismique E-W entre la région de Chichaoua et le J. Khourati (paléofaille
inversée).- b, c, tracé de deux profils recoupant d’est en ouest, le horst de Meskala, la dépression de Neknafa-Est, le diapir de Tidsi et, pour le profil inférieur, se poursuivant
dans le plateau continental et la partie nord du bassin du Cap Tafelney. Localisation : fig. 3.2. ; âge des unités sismiques : fig. 3.7.
FIG. 3.4 : E-W line drawings seismic profiles of the onshore part of the basin. a,, transect extending from the Chichaoua area in the east to the inverted Jebel Kourati near the
coast; b and c, transects crossing from east to west, the Meskala horst, the East Neknafa depression, the northern part of the northern branch of the Tidsi diapir and the west
Neknafa depression; and for the lower panel, extending into the continental shelf and the northern branch of the Tidsi diapir, the West Neknafa depression, the present day coast-
line, the continental shelf and the northern part of the Cape Tafelney basin. For location see FIG. 3.2, and for the age of seismic units see FIG. 3.7.
44 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

Compression atlasique nique a engendré une grande variété de structures sali-


fères montrant une complexité croissante en direction du
A la fin du Crétacé et pendant le Tertiaire, une compres-
bassin profond, de l’est vers l’ouest. Ces structures sont
sion dirigée NNW-SSE (convergence Afrique-Europe) eut
des plis peu accentués et coussins à cœur salifère, des dia-
pour conséquence l’inversion partielle des rifts orientés NE
pirs comprimés, des synclinaux dus à la migration du sel
et NNE et/ou la formation d’anticlinaux de sel. La même
et des lames et canopées de sel pluri-kilométriques com-
compression engendra des failles inverses dirigées E-W,
plètement allochtones, limitées à l’ouest par le front des
suggérant la réactivation des failles de transfert d’âge
unités salifères charriées sur la croûte océanique, dans la
Trias-début du Jurassique. Cette compression a aussi gran-
partie profonde du bassin (fig. 3.6). Ceci offre une grande
dement modifié le profil morphologique classique de la
variété de sites favorables aux pièges à hydrocarbures. Les
marge passive atlantique et ceci de trois façons : i) la
recherches actuelles s’appuient sur une stratigraphie dés-
marge du plateau continental a été fortement soulevée,
ormais bien connue (fig. 3.7).
créant une flexure de marge prononcée d’âge crétacé/ter-
tiaire (shelf margin flexure, SMF), superposée à la limite de Globalement, nous interprétons la flexure de la marge des
la plate-forme carbonatée d’âge jurassique/crétacé infé- bassins marins d’Essaouira et de Haha ainsi que la zone
rieur ; ii) un bassin flexural de plus de 100 km de large fut plissée du cap Tafelney par un système de rampe latérale
créé dans la partie marine du plateau de Haha, en réponse associé à la terminaison occidentale du Haut Atlas. Dans
à la charge tectonique due aux montagnes atlasiques nais- ce modèle, la faille nord-Jbilet, la faille nord-atlasique, la
santes vers le sud. Ce domaine a été rempli par une sé- faille de la flexure de la marge continentale, le décolle-
quence de bassin s’épaississant considérablement vers le ment basal de la zone plissée du Cap Tafelney et la faille
sud, séquence qui a été déformée du Cénomanien au Ter- sud-atlasique convergent vers un niveau de découplage en
tiaire (fig. 3.5, coupe 5b) ; iii) cela a induit également la milieu de croûte tel que suggéré par les premières études
formation de la chaîne plissée du Cap Tafelney, caractéri- géophysiques portant sur la structure profonde de la
sée par des structures dirigées NE-SW formées au-dessus chaîne du Haut Atlas.
d’un décollement basal.
Il n’y a pas d’affleurement onshore de masse saline impor-
Dès le début de l’orogenèse atlasique, la combinaison des tante dans l’ensemble du domaine salifère ouest-marocain.
processus halocinétiques et de raccourcissement tecto- Il y a néanmoins plusieurs manifestations en surface ou en

FIG. 3.5 : Trois tracés de profils sismiques N-S. Localisation : fig. 3.2 ; âge des unités sismiques : fig. 3.7. (a) Profil à terre montrant la plate-forme et le sondage OTA, la dé-
pression de Necnafa et les parties affleurantes des anticlinaux d’Amsittene et de Timsiline (TMS) ; (b) Profil en mer montrant le plateau continental d’Essaouira avec la flexure
qui le sépare du bassin plissé du Cap Tafelney ; (c) Profil à travers la partie supérieure de la pente continentale montrant un vaste massif de sel allochtone ainsi qu’un diapir
extravasé (d’après Hafid, 2006, modifié).
FIG. 3.5 : Line drawings of three N-S seismic profiles. Location : fig. 3.2 ; age of seismic units : FIG. 3.7. (a), regional transect across the near-shore onshore Essaouira-Haha
basin showing from north to south : the OTA platform, the West Neknafa depression and the outcropping Amsittene and Timsilline (TMS) anticlinal structures ; (b), across the
Essaouira-Haha offshore zone showing from north to south the Essaouira shelf margin flexure that separates it from the folded Cape Tafelney basin to the south ; (c), across
the upper slope of the Essaouira offshore showing extensive allochtonous salt and an extruded diapir (after Hafid, 2006, modified).
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 45

FIG. 3.6 : Tracés de profils sismiques E-W offshore.- (a) Profil s’étendant depuis le plateau continental du Cap Tafelney jusqu’à mi-pente et montrant la bassin plissé du Cap
Tafelney, des structures en radeau et des langues de sel chevauchantes.- (b) Profil recoupant les mêmes zones que (a), mais s’étendant jusqu’aux sédiments abyssaux où fut
foré le sondage DSDP 415.
FIG. 3.6 : Line drawings of E-W seismic regional transects extending from the Cape Tafelney shelf to the middle slope, and showing the folded Cape Tafelney basin, a raft struc-
tures and thrust salt tongues ; b, profile crossing the same zones as (a) but extending farther west to the deep, horizontal Mesozoic-Cenozoic sediments where DSDP 415 was drilled.

subsurface de diapirs et de dômes. Nous proposons d’exa- la formation jurassique marine la plus ancienne du bassin
miner au cours de ce circuit deux des structures salifères les d’Essaouira, la Fm d’Arich Ouzla, considérée auparavant
plus importantes : l’anticlinal à cœur salifère d’Amsitten comme un récif (Duffaud et al., 1966). En fait, il s’agit de
(=Amsittène) et le diapir complexe de Tidsi (fig. 3.8). calcaires de mer ouverte décrits en détail par Du Dresnay
Route : Depuis Tamanar, principale agglomération des (1988), puis par Bouaouda (2007), apparaissant en lam-
Haha (fig. 1.10), on roule pendant ~25 km sur des assises beaux remontés à la faveur du diapirisme.
du Jurassique supérieur-Crétacé largement recouvertes de Route : On continue sur la N1 en direction du nord, on
Quaternaire dunaire (calcarénites moghrébiennes). passe l’agglomération de Smimou. Environ 4 km au-delà,
on atteint le diapir de Tidsi (fig. 3.1).
Arrêt 12 : Anticlinal d’Amsittene
31°08’32’’N ; 09°42’28’’ W ; alt. 430 m Arrêts 13A, B : Diapir de Tidsi
C’est une longue structure anticlinale (20 km sur 3 km) à 31°14’24’’N ; 09°43’33’’ W
cœur salifère, un peu dissymétrique avec un faible déver- Un premier arrêt 13A est possible le long de la N1 (coor-
sement au nord (fig. 3.6, coupe 5a). Sa terminaison péricli- données ci-dessus, alt. 230 m) sur des basaltes altérés et
nale W est en partie cachée par les paléodunes quaternaires. redressés appartenant au cœur du diapir de Tidsi (en noir
Elle est située au sommet d’une faille de transfert triasique sur la carte détaillée du diapir, fig. 3.10a). Depuis le point
orientée E-W, la faille de Taghzoute, constituant la limite d’arrêt, le diapir apparaît vers l’est comme une zone dé-
entre la dépression de Neknafa dans le bassin d’Essaouira, primée entre des collines (fig. 3.10 d). Ces dernières cor-
et le bassin de Haha moins subsident (fig. 3.1). respondent aux couches du Jurassique terminal et du
Un premier arrêt (coordonnées indiquées ci-dessus) est Crétacé inférieur (cf. coupes géologiques fig. 3.10 b et c,
situé dans le flanc sud de l’anticlinal (fig. 3.9A). Il montre basées sur les données de terrain et de subsurface). La
le basculement modéré vers le sud des couches calcaires structure en profondeur, définie par la sismique, est mon-
jurassiques des formations Iggui El Behar (Kimmérid- trée dans la figure 3.4 (coupes 4a, 4b).
gien), Tidili (Oxfordien-Kimméridgien p.p.) et Ouana- Un deuxième arrêt 13B est utile pour avoir une meilleure
mane (Callovien). vue du diapir. Dans ce but, environ 6 km au nord du pre-
Environ 2 km plus loin, un deuxième arrêt, aux salines mier arrêt (soit à ~11 km de Smimou), prendre à Tidzi
d’Arich Ouzla (31°09’38’’N ; 09°42’17’’ W ; alt. 360 m), (Tidsi) la route P2208 à droite menant à Neknafa. A envi-
permet d’observer un curieux affleurement (fig. 3.9B) de ron 6 km de son embranchement, cette route secondaire
46 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

FIG. 3.7 : Colonne stratigraphique synthétique du bassin d’Essaouira (partie onshore) avec les âges et la corrélation des subdivi-
sions utilisées dans les profils sismiques présentés (d’après Hafid, 2006, modifié).
FIG. 3.7 : Synthetic stratigraphic column of the onshore Essaouira basin with age and correlation of the seismostratigraphic subdi-
visions used in the shown line drawing sections (after Hafid, 2006, modified).
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 47

FIG. 3.8 : Localisation des arrêts dans les structures salifères.


FIG. 3.8 : Location of stops in the salt structures.

FIG. 3.9 : Le pli à noyau salifère


du J. Amsittene.-A : Vue vers le
nord-est depuis la route nationale
N1.- B : Vue du cœur de l’anticli-
nal d’Amsittene aux salines
d’Arich Ouzla. Au premier plan,
les calcaires d’Arich Ouzla, pre-
miers dépôts marins jurassiques
du Haut Atlas occidental, remon-
tés en partie par le diapirisme.
FIG. 3.9 : The J. Amsittene fold,
with salt core.-A : View to the
north-east from the Agadir-Es-
saouira.highway.- B : View of the
core of the Amsittene anticline at
the Arich Ouzla salina. Front
view, first Jurassic marine de-
posits of the Western High Atlas,
uplifted through diapirism.
48 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

FIG. 3.10 : Le diapir de Tidsi. (a) Carte géologique simplifiée montrant la trace des coupes b et c (d’après Hafid, 2006) ; (b) et (c) Coupes transversales, d’après Amghar,
1995, modifié ; (d) vue axiale, de l’ouest vers l’est, de la branche E-W du diapir.
FIG. 3.10 : The Tidsi diapir. (a) simplified geological map showing the trace of sections b and c (afer Hafid, 2006); (b) and (c) transversal sections, modified from Amghar
(1995); (d) axial view from west to east, of the E-W segment of the diapir.
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 49

atteint et traverse le flanc nord du diapir. (31°17’57’’N ; contraire, les Calcaires de la Casbah d’Agadir apparaissent
09°39’21’’ W ; alt. 320 m) offre une belle vue sur le cœur sous forme d’une falaise d’environ 70 m de haut (fig. 3.12).
de cette partie sud du diapir, orientée E-W (fig. 3.11). Les
Dans la région de Nekfana, la Fm des Marnes d’Aït La-
formations triasiques salifères et les basaltes occupent le
mine ne montre que les deux unités supérieures (fig. 3.13),
cœur de l’anticlinal alors que les flancs ne montrent que les
qui peuvent être corrélées avec les unités C3 et C4 de la
formations crétacées, couronnées par les crêtes formées de
coupe d’Imi n’Tanout. L’unité C3 est agencée en alter-
calcaires vraconiens (Albien supérieur). On notera la sup-
nances de marnes jaunes puis vertes – calcaires ou marnes
pression des couches jurassiques sur les flancs du diapir, et
– dolomies marneuses. La faune recueillie, surtout dans
la présence d’éventail de sédimentation dans les couches
les niveaux marneux, traduit dans son ensemble des envi-
du Crétacé inférieur (fig. 3.11, coupe b en particulier).
ronnements infralittoraux restreints à médiolittoraux.
Route : On poursuit sur ~5 km sur la route de Nekfana, en L’unité C4 est constituée d’une alternance de marnes
contournant la partie sud du diapir vers l’est, puis traver- jaunes très fossilifères et de calcaires bioclastiques. Elle
sant « l’isthme » triasique entre les deux parties nord et montre une diversification faunique bien marquée, tradui-
sud. La route continue d’abord vers le sud (3 km) puis re- sant de bas en haut le retour à un milieu marin vraisem-
monte vers le NE. blablement infralittoral restreint puis progressivement plus
Arrêt 13C : Le Turonien à Dar Caid Neknafi ouvert aux influences marines.
31°16’55”N ; 09°34’27”W La Fm des Calcaires de la Casbah d’Agadir peut être dé-
Dans cette coupe, à ~2 km seulement du diapir, les couches composée en quatre unités lithostratigraphiques (T1 à T4),
sont quasi horizontales (5° à 15° NE). Les marnes d’Aït La- limitées par des discontinuités d’extension régionale (fig.
mine n’affleurent pas dans de bonnes conditions ; au 3.13). Le motif lithologique de base de chaque unité cor-

FIG. 3.11 : Vue panoramique de la partie méridionale du cœur du diapir de Tidsi. Vue vers l’ouest depuis la route vers Necnafa. Les flancs sont essentiellement du Crétacé
inférieur, couronnés par les calcaires dolomitiques de l’Albien supérieur.
FIG. 3.11 : Panoramic view of the southern part of the core of the Tidsi diapir. View to the west from the road to Necnafa. The limbs mainly consist of Lower Cretaceous de-
posits, overlain by upper Albian dolomitic limestones.

FIG. 3.12 : Aspect du Turonien de Dar Caïd Neknafi vu depuis la route vers Necnafa.
FIG. 3.12 : Aspect of the Turonian of Dar Caïd Neknafi as seen from the road to Necnafa.
50 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

FIG. 3.13 : Colonne stratigraphique du Turonien de Dar Caïd Neknafi (d’après Ettachfini, 1993).
FIG. 3.13 : Stratigraphic section of the Turonian of Dar Caïd Neknafi (after Ettachfini, 1993).

respond généralement à l’enchaînement : calcaires micri- l'échelle du bassin d’Essaouira, permet de déboucher, pour
tiques ou en plaquettes et à silex noduleux ou stratiformes la série du "Crétacé moyen", sur les propositions chronos-
– calcaires bioclastiques et dolomitiques, rarement à silex tratigraphiques suivantes (fig. 3.14) :
noduleux. Dans l’unité T1, les faciès composés de muds-
– La Fm des Calcaires dolomitiques de Kéchoula est avant
tone à wackestone à quelques foraminifères planctoniques
tout considérée, dans le bassin d’Essaouira, comme un re-
témoignent d’un environnement infralittoral ouvert
père lithologique majeur ; l’âge Vraconien qu’on lui a ha-
jusqu’au sommet de l’unité où la stagnation se concrétise
bituellement attribué résulte de sa position au-dessus de la
par une sédimentation dolomitique. L’unité T2 traduit,
Fm des Marnes de l’Oued Tidsi dont l’âge Albien est éta-
dans son intégralité, un environnement relativement ou-
bli sans ambiguïté par la présence de petites ammonites
vert par rapport à l’unité précédente, comme en témoigne
pyriteuses assimilables à Beudanticeras dupinianum var.
l’épanouissement des foraminifères planctoniques dans cet
africana (Pervinquières) (Rey et al., 1986) ;
intervalle. Les dépôts de l’unité T3 paraissent moins ou-
verts que ceux de l’unité T2, tout en suggérant un dépôt – Les unités C1 et C2 de la Fm des Marnes d’Aït Lamine re-
sur plate-forme infralittorale. Dans l’unité T4, on retrouve lèvent du Cénomanien inférieur et moyen ; sur l’ensem-
les conditions de sédimentation comparables à celles re- ble des coupes, elles présentent une microfaune variée
connues dans les autres unités, mais avec affirmation de la composée de foraminifères benthiques et d'ostracodes ;
sédimentation carbonatée de type plate-forme. l’association de foraminifères benthiques la plus caracté-
ristique est composée de Thomasinella punica, Sellial-
Attribution stratigraphique
veolina viallii, Peneroplis parvus, Biconcava bentori et
La confrontation des données livrées par les différents Pseudorhapidionina laurinensis (Ettachfini et al., 1989 ;
groupes paléontologiques au niveau des coupes étudiées à Ettachfini, 1992) ; les espèces d’ostracodes trouvées per-
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 51

FIG. 3.14 : Tableau biostratigraphique synthétique du Cénomano-Turonien de la coupe de Dar Caïd Neknafi.
FIG. 3.14 : Synoptic biostratigraphic table of the Cenomanian-Turonian of the Dar Caïd Neknafi section.
52 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

mettent de conforter cette hypothèse (Andreu, 1991) ; à lagune évaporitique. Cette évolution rend compte d’une
phase régressive continue, de l’ouest vers l’est. L’unité C3
– Les unités C2 et C3, tant par leurs associations d’ostra-
est marquée par une transgression pelliculaire rapide et ex-
codes que de foraminifères benthiques, paraissent devoir
tensive. La plate-forme qui en résulte oscille entre les mi-
être restreintes au Cénomanien moyen – Cénomanien su-
lieux littoraux et confinés. Une nouvelle transgression se
périeur pro-parte (Andreu, 1991 ; Ettachfini, 1992). L’as-
développe au cours du dépôt de l’unité C4, caractérisée par
sociation d’ostracodes la plus caractéristique de cet
la généralisation de la sédimentation carbonatée. Cette mise
intervalle est composée de Protobuntonia semmamaen-
en eau n’est que l’annonce de l’inondation qui va se reflé-
sis, Spinoleberis kasserinensis, Kalyptovalva tifratinen-
ter dans les termes inférieurs de la formation sus-jacente des
sis, Veeniacythereis gr. jezzineensis, Metacytheropteron
Calcaires de la Casbah d’Agadir.
gr. parnesi, Cytherella aegyptiensis et Ovocytheridea gr.
Reniformis ; Les caractères lithologique et biologique de la base de l’unité
T1 sont en faveur d’un accroissement de la tranche d’eau,
– Les nouvelles associations qui apparaissent dans l’unité
tout en maintenant les conditions les plus marines à l’ouest
C4, associations d’ostracodes (avec présence de Reticu-
et les moins marines à l’est. Les unités T2 et T3, lithologi-
locosta tarfayaensis en particulier), de foraminifères ben-
quement comparables à T1, sont attribuables, sensu lato, à
thiques (présence de Spirocyclina atlasica) et surtout de
des dépôts infralittoraux. L'unité T4, dolomitique parfois ter-
planctoniques (Whiteinella inornata, Praeglobotruncana
rigène, marque le retour à des conditions plus confinées, dans
praehelvetica, …) imposent un âge au moins Cénoma-
un environnement médiolittoral. Les dépôts des unités T1 à
nien sommital. Ces différentes formes planctoniques ac-
T4 traduisent un retrait continu de la mer vers l’ouest.
compagnent habituellement la transgression Cénomanien
terminal - Turonien basal en de nombreux points de la Route : Le retour vers la N1 (~16 km) se fait par la route
Mésogée. suivie à l’aller. On continue ensuite vers le nord pour une
trentaine de kilomètres, en laissant à gauche la direction
– Les unités T1 et T2 pro-parte, tant par leur association de
d’Essaouira. Après un court trajet vers l’est, on reprend l’axe
foraminifères planctoniques (présence de Praeglobotrun-
de la N1 vers le NE en direction de Sebt Gzoula. Bientôt
cana praehelvetica dans l’unité T1 et Witheinella para-
apparaissent à l’ouest deux reliefs allongés correspondant
dubia dans l’unité T2), que par la présence d’ostracodes
aux anticlinaux du Jbel Hadid et du Jbel Kourati, d’orienta-
(Reticulocosta tarfayaensis) relèvent d’un Turonien infé-
tion « atypique » NNE-SSW (fig. 3.15). Comme le Jbel Am-
rieur à moyen ;
sitten, le Jbel Hadid est armé de calcaires d’âge
– La partie supérieure de l’unité T2, les unités T3 et T4, si- Callovo-Oxfordien. Il culmine à 600 m, témoignant d’une
tuées au dessous de la Formation des Calcaires et Marnes importante tectonique récente. Cet anticlinal, d’accès diffi-
d’Anou N’Feg, datée du Coniacien par ammonites (Duf- cile, est relayé plus au nord par celui du Jbel Kourati que
faud et al., 1966), se trouvent ainsi incluses dans l’inter- traverse la route P2202 menant à la Zaouia d’Akermoud
valle Turonien moyen pro-parte - Turonien supérieur ? puis à Essaouira. C’est cette route que nous empruntons au
carrefour d’El Kouat situé au point 31°45’24’’N ;
Il apparaît ainsi que la Fm des Calcaires de la Casbah
09°23’07’’W ; pour atteindre le cœur du pli 4 km à l’ouest.
d’Agadir dans le bassin d’Essaouira est synchrone dans ses
limites inférieure et supérieure, à la formation-type définie Arrêt 14 : Anticlinal de Kourati
dans le bassin d’Agadir où, rappelons-le, El Kamali (1990), 31°45’41"N ; 09°25’54"W ; alt. 340 m
a récolté, à la base Mammites nodosoides de la partie supé-
Le coeur de l’anticlinal est une combe creusée dans les ar-
rieure du Turonien inférieur et au sommet, Subprionocyclus
gilites rouges salifères et les basaltes triasiques (fig. 3.16),
neptuni de la partie supérieure du Turonien supérieur.
perchée entre deux crêtes jurassiques dissymétriques, celle
La base du Turonien n’est pas biologiquement positionnée du flanc SE étant moins basculée que celle du flanc NW :
avec précision. Nous la plaçons, en l’absence d’arguments le pli à noyau diapir est déversé au NW. Il en va de même
plus rigoureux, à la base des calcaires micritiques à silex du J. Hadid (fig. 3.15). Les deux anticlinaux se relaient au-
à la base de l’unité T1. dessus de la rampe latérale de la faille nord-Jbilet (fig. 3.2),
dans le prolongement des plis les plus septentrionaux du
Interprétation paléoenvironnementale
domaine plissé offshore (Haut Atlas du Cap Tafelney ;
Pendant le dépôt de l’unité C1, on constate le maintien des Hafid, 2006). Ils témoignent de l’importance de la tecto-
conditions les plus marines à l’ouest et les plus littorales à nique atlasique ainsi que du rôle du sel dans le décolle-
l’est. Au cours du dépôt de l’unité C2, les environnements ment. Les profils sismiques montrent la structure profonde
infralittoraux s.l., à l’ouest, font place vers l’est à des envi- sous les anticlinaux, suggérant la présence et l’inversion
ronnements de plate-forme proximale puis margino-littorale d’une ancienne faille normale triasique (cf. fig. 3.4).
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 53

FIG. 3.15 : Image satellitaire oblique (Google earth) du J. Hadid (premier plan) et du J. Kourati (arrière plan).
FIG. 3.15 : Oblique satellite image (Google Earth) of J. Hadid (front) and J. Kourati (background).

Deuxième partie : La partie nord-orientale du et poursuit vers le NE pour quelque 40 km, jusqu’à Sebt
bassin : les Mouissate Gzoula. Nous quittons alors la N1 et prenons la route
(M.S. BOUAOUDA, F. MEDINA & E.M. ETTACHFINI) P2317 menant à Chichaoua par Tleta d’Ighoud. La route
C’est la marge interne du bassin d’Agadir-Essaouira, dans le traverse d’abord la plaine en direction du SE (8 km), puis
plateau des Mouissate, qu’on parcourt dans cette dernière pénètre dans les collines du Plateau des Mouissate en fran-
partie de l’excursion (fig. 3.1). Au-dessus du socle paléo- chissant la « flexure de la Meseta » (Gigout, 1951), passant
zoïque des Jbilet, la série mésozoïque est sensiblement dif- ainsi d’une altitude de 200 m à une altitude moyenne de
férente de ce qu’on a observé au cours de la première 500 m. Cette « flexure » est un élément morphologique
journée. Il ne subsiste qu’un témoin restreint des dépôts du majeur de la Meseta côtière (jusqu’à la région de Settat,
Trias, le bassin de Sidi Chiker, enclavé dans les Jbilet occi- 200 km plus au NE) qui semble dériver du recul du miroir
dentales. La série du Jurassique montre des faciès particu- de failles du système de la marge atlantique du fait de
liers, dominés par des évaporites qui sont exploitées depuis l’érosion marine pendant le Quaternaire ancien.
longtemps pour le gypse (Mazéas & Nataf, 1967). Quant à Le Plateau des Mouissate est une région de structure ta-
la série du Crétacé-Eocène, que l’on retrouvera seulement à bulaire, mis à part quelques plis peu importants (Huvelin,
Chichaoua, elle s’amincit et se caractérise par les faciès 1973). Les affleurements, peu dégagés, sont constitués de
phosphatés du Maaestrichtien- Paléocène.
dolomies et de gypses du Jurassique supérieur, souvent ex-
Route : Après la visite du J. Kourati, on retourne sur la N1 ploités en carrière.
54 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

FIG. 3.16 : Vue depuis la route vers Akermoud des argilites triasiques au cœur de la combe de l’anticlinal du Jbel Kourati (regard vers le NNW). Voir la section sismique 3.4 (a)
FIG. 3.16 : View from the road to Akermoud of the Triassic mudstones at the core of the Jbel Kourati anticline (view to the NNW). See the seismic section in figure 3.4 (a).

Arrêts 15 A, B : La base du Jurassique des Mouissate ➢ 1 à 1,5 m de dolomies et de calcaires dolomitiques gréseux (do-
A : 31°56’03"N ; 08°53’21"W lomicrosparite à sparite gréseuse), surmontés par des marnes
évaporitiques jaunes (0,5 à 1 m) ;
Une première coupe (arrêt 15A) s’observe juste après le ➢ 1 à 2,5 m de calcaires bioclastiques très riches en oursins, cou-
col d’Iguaguen (530 m) au début de la descente vers le Pa- ronnés par une surface ferrugineuse ; ce sont des biomicrites
léozoïque des Jbilet, qui apparaît ici 150 m plus bas, en wackestone où l’on trouve les premières sections de Pseudo-
boutonnière sous la couverture jurassique. L’entaille de la cyclammina maynci ;
route permet de voir quelques niveaux de gypses, marnes ➢ 3 à 5 m d’argiles rouges et de marnes jaunes ;
et calcaires (fig. 3.17) qui ont livré une microfaune attri- ➢ 1,5 à 2 m de calcaires dolomitiques bioturbés, correspondant à
buée au Jurassique supérieur (Bouaouda, 2007). Le détail une biomicrite de texture mudstone à wackestone à fragments
de la coupe est donné en continuité avec celle observée 9 de lamellibranches, gastéropodes et oursins ; la biophase com-
km plus au sud, près de Tleta Ighoud. prend Pseudocyclammina maynci, Pseudoeggerella elongata,
coprolithes (Favreina sp.) et les premières sections de Prae-
Route : Du col Iguaguen vers Tleta Ighoud, la route arrive kurnubia crusei ; cet ensemble se termine par un banc de cal-
au croisement avec la P2327 que nous prenons à droite ; caire dolomitique (0,40 à 0,60 m) de texture grainstone
elle s’oriente au SE puis au sud. On voit bientôt apparaî- (oomicrosparite), couronné par une surface ferrugineuse et à
tre sur la gauche le Jbel Ighoud, crête de calcaires cam- nombreuses vacuoles de dissolution.
briens que l’on examinera sur son autre versant après le ➢ 1,5 à 2 m d’argiles et de marnes vertes.
arrêt 15B. L’agglomération de Tleta Ighoud (Irhoud) est Ensemble carbonaté inférieur
située à la pointe sud de la crête cambrienne.
Cet ensemble de 10 à 12 m, qui forme le sommet de la col-
La deuxième coupe (arrêt 15B) se situe sur la piste qui line surplombant Tleta Irhoud, correspond à une alternance
part de Tleta Ighoud vers l’ouest, à 1 km de l’aggloméra- de marno-calcaires, calcaires bioclastiques et de calcaires
tion (31°51’48"N ; 08°53’39"W). On y observe la base dolomitiques.
même des formations du Jurassique (fig. 3.18), dont la dis- ➢ 2 à 2,5 m de calcaires lumachelliques en bancs de 0,40 à 0,60 m, à la-
cordance jusque sur le Paléozoïque est particulièrement re- mellibranches, gastéropodes, oursins et rares brachiopodes et céphalo-
marquable. L’ensemble des deux coupes permet de décrire podes (nautiles) ; le microfaciès est une biomicrite wackestone à
ainsi la série jurassique des Mouissate, (fig. 3.19). fragments de bioclastes et à nombreux microfossiles dont Megaporella
boulangeri Sarfatiella dubari, Terquemella sp., Paleopfenderina cf. gra-
A Tleta Ighoud, sur un ensemble conglomératique (3 à cilis, Pseudocyclammina sp., Pseudocyclammina maynci, Praekurnu-
bia crusei, de rares sections de Praekurnubia–Kurnubia, Kilianina, des
3,5 m), rattaché à la Fm Ameskroud du Bathonien, se dé- Valvulinidae et des lenticulines.
pose une unité lithologique qui peut atteindre 30 à 35 m. Il
➢ 1,5 à 2 m de calcaires dolomitiques en bancs plus durs que les calcaires
s’agit d’une série sédimentaire mixte qui peut être subdi- lumachelliques. Le microfaciès, généralement varié, correspond à une
visée en 3 ensembles : biomicrite graveleuse à pelmicrite, à pseudomorphoses de gypse, de
texture wackestone à packstone. Certains bancs montrent parfois une
Ensemble argilo-dolomitique structure laminée d’origine algaire ou mécanique. Le sommet se ca-
ractérise par une surface ferrugineuse bien repérable dans l’affleure-
Il s’agit d’une alternance de calcaires dolomitiques, d’ar- ment. Les microfossiles identifiés sont Sarfatiella dubari,
giles rouges et de marnes évaporitiques (10 à 12 m). Pseudocyclammina maynci, Praekurnubia crusei, Valvulina cf. lu-
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 55

FIG. 3.17 : La base des formations mésozoïques des Mouissate au col d’Iguaguen. Vue vers le NW depuis la route Sebt Gzoula-Chichaoua.
FIG. 3.17 : The base of the Mouissate Mesozoic formations at Iguaguen Pass. View to the NW from the Sebt Gzoula-Chichaoua road.

FIG. 3.18 : Vue de la base des formations mésozoïques de Tleta Ighoud depuis la piste vers l’ouest de Tleta Ighoud.
FIG. 3.18 : View of the base of the Tleta Ighoud Mesozoic formations from the track west of Tleta Ighoud.

geoni, Megaporella boulangeri (rare) et Favreina sp. rhomboèdres de dolomite et à fragments de macrofossiles (lamelli-
➢ 0,80 m de marnes vertes et de calcaires à abondantes Pseudocyclam- branches, gastéropodes et de rares oursins et annélides). Les micro-
fossiles sont représentés par Pseudocyclammina sp. (très abondante),
mina sp. et Pseudocyclammina maynci.
Pseudocyclammina maynci, Nautiloculina sp., Valvulina lugeoni, Me-
Au col d’Iguaguen, la suite de la coupe, masquée à Tleta soendothyridae et quelques rares sections d’Everticyclammina sp. et de
Praekurnubia-Kurnubia. Vers le sommet, le microfaciès correspond à
Irhoud, se complète par la succession suivante : une biomicrite à oncoïdes, couronnée par une surface ferrugineuse.
➢ 3 à 3,5 m de marnes et de calcaires lumachelliques à abondants bio- Ensemble carbonaté supérieur (10 à 12 m)
clastes de lamellibranches, gastéropodes, oursins et brachiopodes. Il
s’agit d’une biomicrite wackestone à foraminifères dont Kurnubia va- Il s’agit d’une alternance de calcaires bioclastiques géné-
riabilis, Nautiloculina sp., Paleopfenderina sp., Valvulina lugeoni, ralement dolomitisés et de dolomies calcaires, organisés
Pseudocyclammina maynci, Mesoendothyra sp. (ou Charentia sp.),
en bancs rythmiques de 0,30 à 0,60 m. Quelques rares ni-
Ammobaculites sp., Everticyclammina sp. et des Nodosariidae. Cet en-
semble se termine par une surface ferrugineuse. veaux marneux interrompent la succession.
➢ 2 à 3 m de calcaires dolomitiques jaunes parfois bioclastiques, organi- ➢ 5 à 6 m de calcaires bioclastiques le plus souvent épigénisés. Ce sont
sés en bancs de 0,40 à 1,20 m. Il s’agit d’une biomicrite bioturbée, à des biomicrites ou des biomicrosparites, de texture wackestone à pack-
56 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

Figure illisible sur le CD

FIG. 3.19 : Coupe composite de la base des formations mésozoïques des Mouissate (échantillons R, Tleta Ighoud ; échantillons C, col d’Iguaguen), d’après Bouaouda (2007).
FIG. 3.19 : Composite section of the base of the Mesozoic formations of Mouissate (samples R, Tleta Ighoud; samples C, Iguaguen pass), after Bouaouda (2007).
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 57

stone, à débris de coraux, lamellibranches, gastéropodes, oursins, et est recoupé par deux failles transverses qui ont, semble-
algues rouges (rares). Certains niveaux calcaires ont livré l’associa- t-il, contrôlé une minéralisation en barytine de type kars-
tion micropaléontologique suivante : Flabellocyclolina sp.; (détermi-
nation J.P. Bassoullet, 1994), Paleopfenderina sp., Pseudocyclammina tique, exploitée depuis longtemps. Selon Valenza et al.
sp., P. maynci, Cylindroporella cf. arabica, Sarfatiella dubari, Acicu- (2000), cette minéralisation, présente également dans les
laria sp., Valvulinidae, Mesoendothyridae et les dernières représen- formations triasiques voisines, est liée à la phase d’ouver-
tantes de Megaporella boulangeri. Vers le milieu de cet ensemble ture de l’Atlantique Central. Cependant, Jebrak et al.
s’intercale un niveau de calcaires graveleux à surface ferrugineuse et
à abondantes sections de Pseudocyclammina sp. (2011) conclut qu’il s’agit vraisemblablement de la remo-
bilisation d’une minéralisation primaire d’âge Cambrien
➢ 2 à 3 m de calcaires fins jaunes et de calcaires dolomitiques. Cet en-
semble, qui affleure mal, correspond à une biomicrite bioturbée, de tex- inférieur-moyen, liée au volcanisme bimodal qui caracté-
ture mudstone à wackestone et à abondants bioclastes vers le sommet rise la Meseta occidentale à cette époque.
(lamellibranches, oursins et coraux). La microfaune est représentée par
Kurnubia gr. palastiniensis Alveosepta jaccardi, Praekurnubia-Kurnu-
Le Jbel Irhoud est également célèbre suite à la découverte
bia, Pseudocyclammina maynci, Paleopfenderina sp. et de nombreuses d’ossements humains dans ses grottes karstiques.
sections de coraux dont Cladocoropsis mirabilis. L’Homme d’Ighoud, d’abord supposé être un Néandertha-
La coupe se termine par une alternance de dolomies cal- lien (en partie à cause de son industrie lithique de type
caires bioclastiques à lamellibranches, échinodermes, gas- moustérien), appartient en fait à un type humain de transi-
téropodes, et de dolomies à litage parallèle et à abondantes tion vers l’Homme moderne, vieux « seulement » de 120-
vacuoles de dissolution. Les microfossiles, généralement 100 000 ans, alors que Homo erectus est présent sur le
épigénisés, correspondent à des fantômes de Lituolidés et littoral marocain depuis plus de 400 ka (Zouhri, 1999 ; Pla-
d’algues dasycladales (3 à 4 m). ziat et al., 2008, avec réf.).
On poursuit vers le SE et on arrive à l’arrêt 16 au bout de
En somme, l'ensemble argilo-dolomitique et les ensembles
7 km, parcourus sur des schistes cambriens.
carbonatés inférieur et supérieur, constituent une seule
unité lithologique. Ils correspondent à l'installation de sé- Arrêt 16 : Paléofaille triasique en bordure du bassin
diments argileux, marneux, calcareux et dolomitiques. de Sidi Chiker
Cette unité se corrèle parfaitement du point de vue litho- 31°50'15,08"N 8°47'59,30"W
logique et biostratigraphique, avec la Fm Oumssissène
Le bassin triasique de Sidi Chiker est un demi-graben tria-
dans la région d'Imi n’Tanout.
sique limité à l’ouest par la faille des Dehahna, qui est scel-
Biostratigraphie lée par les formations jurassiques (fig. 3.1) : c’est donc une
paléofaille datant du rifting triasique. Sa direction N20 est
De la base au sommet, plusieurs assemblages de micro-
héritée des structures hercyniennes. Les formations tria-
fossiles, ont été identifiés au sein de la Fm Oumssissène :
siques (grès, argilites et basaltes) atteignent 700 m d’épais-
- Biozone à Pseudocyclammina maynci, attribuée au Bajocien supérieur– seur dans le bassin, sous la discordance jurassique. Ce
Bathonien moyen. Cette biozone a été mise en évidence dans des sédi-
demi-graben se situe dans le prolongement de ceux d’Ar-
ments marins d'âge Bajocien supérieur – Bathonien moyen.
- Biozone à Praekurnubia crusei, attribuée au Bathonien supérieur.
gana et de Meskala, celui-ci étant connu en subsurface (fig.
- Biozone à Megaporella boulangeri, attribuée au Callovien inférieur. 3.4, coupe 4b).
- Biozone à Kurnubia variabilis, rapportée au Callovien moyen p.p. L’arrêt est situé sur la faille, entre les schistes cambriens à
(sous la Zone à Coronatum). l’ouest et les argilites rouges et basaltes à l’est (fig. 3.21).
- Biozone à Valvulina lugeoni et Nautiloculina sp., qui peut être attri-
buée à l'intervalle Callovien moyen p.p. – Callovien supérieur, en se
Ces derniers dessinent un pli synclinal ouvert, lié au jeu
basant sur les indications des biozones encadrantes. normal de la faille. Sous le pont, à Aïn Zerga, s’observe le
- Biozone à Cylindroporella arabica, d'âge Oxfordien inférieur. contact entre les basaltes et les schistes.
- Biozone à Alveosepta jaccardi, attribuée à l'intervalle Oxfordien Route : On continue vers le SE pendant ~10 km, en rou-
moyen p.p. – Oxfordien supérieur.
lant sur les terrains triasiques, dominés au sud par la cor-
Route : On quitte Tleta Ighoud vers le SE en direction de niche calcaro-dolomitique du Jurassique.
Sidi Chiker. Dès le début de la route (arrêt optionnel), on
Arrêt 17 : Intrusions jurassiques dans le bassin de
découvre le versant oriental du J. Ighoud (fig. 3.20A). Ce
Sidi Chiker
massif, souvent présenté comme un pli anticlinal hercy-
31°46'46.23"N ; 8°43'11,66"W
nien à armature de calcaires du Cambrien inférieur, est plu-
tôt un demi-anticlinal, émergeant du Cambrien moyen qui Un premier arrêt, au croisement avec la route R201 Chi-
le couvre à l’ouest, coupé à l’est par une faille de chevau- chaoua-Chemaia (coordonnées ci-dessus), au cœur du bas-
chement, et où les calcaires cambriens sont intensément sin triasique, permet d’observer 1,5 km à l’est, une
plissés et affectés par une schistosité pénétrative à fort pen- corniche dont la forme en plan est arrondie d’un côté, rec-
dage vers l’est (Mayol, 1987 ; fig. 3.20B, C). Le massif tiligne de l’autre (fig. 3.22). Elle délimite un sill doléri-
58 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

FIG. 3.20 : Le Jbel Ighoud (Cambrien inférieur).- A : Vue du versant oriental depuis la route de Tleta Ighoud vers Sidi Chiker et Chichaoua.- B : Vue ver-
ticale Google earth du massif calcaire qui s’ennoie à l’ouest sous le Cambrien moyen ; les calcaires sont limités à l’est par une faille inverse Fc et recoupés
par les failles F1 et F2.- C : Zoom sur les calcaires au niveau de la faille transverse principale F1 ; la stratification reste invisible à cette échelle, elle est oc-
cultée et transposée par une forte schistosité à pendage ESE (Mayol, 1987).
FIG. 3.20 : The Jbel Ighoud (Lower Cambrian limestones).- A : View of the eastern slope from the road from Tleta Ighoud to Sidi Chiker and Chichaoua.- B :
Google Earth vertical view of the massif bounded to the east by the reverse fault Fc and crosscut by faults F1 and F2.- C : Enlarged view of the of the trans-
verse fault F1 area; The strongly folded bedding is transposed in the conspicuous east-dipping cleavage (Mayol, 1987).
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 59

FIG. 3.21 : La faille des Dehahna vue depuis la route Sebt Gzoula-Chichaoua. Au premier plan, les schistes du Cambrien; au fond, les argilites triasiques sommitales et les
basaltes, surmontés par les calcaires dolomitiques jurassiques (crêtes).
FIG. 3.21 : The Dehahna fault from the road Sebt Gzoula-Chichaoua. Foreground : Cambrian metapelites; background, uppermost Triassic mudstones and basalts overlain
by Jurassic dolomitic limestones.

FIG. 3.22 : Dyke et sill doléritiques jurassiques au nord de Sidi Chiker (image Google earth oblique).
FIG. 3.22 : Jurassic diabase dyke and sill intrusion north of Sidi Chiker (Google Earth oblique image).
60 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

tique attribuable à l’événement jurassique déjà rencontré Jurassique et du Crétacé inférieur en partie couvertes par
au sud d’Argana. Le sill est lié à un dyke qui fait partie les dépôts néogènes. A l’entrée de Chichaoua, on retrouve
d’un système traversant le bassin et le Paléozoïque des Jbi- la butte témoin (31°33'30,89"N ; 8°44'55,92"W) étudiée
let, système localement daté aux alentours de 140 Ma par au passage le premier jour, avec son entablement du Maas-
K-Ar (Manspeizer et al., 1978). trichtien-Eocène, puis on tourne vers l’est sur la route de
Un deuxième arrêt, au pont de la route de Chichaoua sur le Marrakech.
Tensift (31°45'01"N 8°44'07"W), permet d’observer les Remerciements : Nous remercions S. Bogdanoff pour la
basaltes doléritiques en contact faillé avec la base des traduction du texte de la deuxième partie de la journée J1.
couches jurassiques (fig. 3.23). Nous remercions également notre chauffeur Mohamed
Route : Du pont de Tensift jusqu’à Chichaoua, nous tra- Jouadi (Institut Scientifique, Rabat) pour sa patience et sa
versons sur une trentaine de kilomètres les formations du disponibilité lors de la préparation de la journée J3.

FIG. 3.23 : Au pont du Tensift, sur la route Chemaia-Chichaoua, vue vers l’ouest du contact abrupt par faille entre des basaltes triasico-liasiques et les sédiments liasiques.
FIG. 3.23 : At the Tensift Bridge on the road from Chichaoua to Chemaia, view to the west of a sharp fault contact between the Triassic-Liassic basalts and the Liassic sediments.
CIRCUIT C11 : HAUT ATLAS OCCIDENTAL 61

Références DUFFAUD, F. et al. (1971) : Carte géologique du Maroc au 1/100 000,


feuille Taghazoute. Notes & Mém. Serv. géol. Maroc, 204.
AÏT CHAYEB E.H., YOUBI N., EL-BOUKHARI A., BOUABDELLI M. & AM- DUFFAUD, F. et al. (1981) : Carte géologique du Maroc au 1/100 000,
RHAR M. (1998) : Le volcanisme permien et mésozoïque infé-
feuille Imi n’Tanout. Notes & Mém. Serv. Géol. Maroc, 203.
rieur du bassin d’Argana (Haut Atlas occidental, Maroc) : un
magmatisme intraplaque associé à l’ouverture de l’Atlantique DUFFAUD F., BRUN L. & PLAUCHUT B. (1966) : Le bassin sud-Ouest Ma-
central. J. Afr. Earth Sci., 26, 4, 499-519. rocain. In : Reyre, D. (ed.), Bassins sédimentaires du littoral
Africain. Publ. Assoc.Serv. Géol. Afric., 1, 5-26.
AMRHAR M. (1995) : Évolution structurale du Haut Atlas occidental dans
le cadre de l’ouverture de l’Atlantique centrale et de la collision DUTOUR A. (1985) : Formations alluviales et terrasses du Quaternaire
moyen dans le Haouz de Marrakech (Maroc). Physio-Géo,
Afrique–Europe : Structure, instabilités tectoniques et magma-
14/15, 103-116.
tisme, Thèse Doct. Etat, Univ. Cadi Ayyad, Marrakech, 235 p.
DUTUIT, J.M. & HEYLER, D. (1983) : Taphonomie des gisements de Ver-
AMRHAR M., BOUABDELLI M & PIQUÉ A. (1997) : Les marqueurs struc-
tébrés triasiques marocains (couloir d'Argana) et paléogéogra-
turaux et magmatiques de l’extension crustale dans le Haut Atlas
phie. Bull. Soc. géol. Fr., XXV, 4, 623-633.
occidental (Maroc) au Dogger, témoins de l’évolution de la
marge orientale de l’Atlantique central. C. R. Acad. Sci. Paris, EINSELE, G. (1982): Cretaceous coastline-connected mass movements,
324, 119-126. southern Morocco. In : Von Rad, U. , Hinz, K. , Sarnthein, M.
& Seibold, E. (eds) : Geology of the Northwest African conti-
ANDREU B. (1991) : Les ostracodes du Crétacé moyen (Barrémien à Tu-
nental margin, Springer-Verlag, pp. 415-426.
ronien) le long d'une transversale Agadir – Nador (Maroc).
Thèse Doct. Etat, Univ. Paul Sabatier, Toulouse et Strata, sér. 2, EL HACHIMI H., YOUBI N., MADEIRA J., BENSALAH M.K., MARTINS L.,
14, 2 tomes, 765 p. MATA J., BERTRAND H., MARZOLI A., MEDINA F., MUNHÁ J., BEL-
LIENI J., MAHMOUDI A., BEN ABBOU M. & ASSAFAR H. (2011) :
BASSE E. & CHOUBERT G. (1959) : Les faunes d’ammonites du "Céno-
Morphology, internal architecture, and emplacement mecha-
mano-Turonien" de la partie orientale du domaine atlasique ma-
nisms of lava flows from the Central Atlantic Magmatic
rocain et de ses annexes sahariennes. XX Congr. Geol. Inter.
Province (CAMP) of Argana basin (Morocco). In : Van Hins-
Mexico, 1956, Symp. Cretàcico, 59-82.
bergen D.J.J., Buiter S., Torsvik T.H., Gaina C. & Webb S.
BOUAOUDA M.-S. (2007) : Lithostratigraphie, biostratigraphie et micro- (eds) : Out of Africa - a synopsis of 3.8 Ga of Earth History. The
paléontologie des formations du Lias au Kimméridgien du bas- Geological Society of London Special Publication (sous presse)
sin atlantique marocain d’El Jadida – Agadir (Maroc). Trav. Inst.
EL KAMALI N. (1990) : Le Cénomano-Turonien du bassin d'Agadir (Haut
Sci., Rabat, sér. Géol. & Géogr. Phys, 22, 175 p.
Atlas occidental, Maroc) : biostratigraphie, sédimentologie et
BOUATMANI R., MEDINA F., AÏT SALEM A. & HOEPFFNER CH. (2003): Thin- essai de caractérisation des séquences de dépôt. Thèse 3ème cycle,
skin tectonics in the Essaouira basin (western High Atlas, Mo- Univ. Cadi Ayyad, Marrakech, 128 p., 50 fig., 12 pl.
rocco): evidence from seismic interpretation and modelling. J.
ETTACHFINI EL M. (1993) : Le Vraconien, Cénomanien et Turonien du
Afr. Earth Sci. 37, 1-2, 25-34.
Bassin d'Essaouira (Haut Atlas occidental). Thèse Doct. Univ.
BROUTIN J., FERRANDINI J. & SABER H. (1989): Implications stratigra- Paul Sabatier, Toulouse, 1992, publié dans Strata, 2, 18, 1-247.
phiques et paléogéographiques de la découverte d'une flore per-
ETTACHFINI E.M., EL KAMALI N. & BILOTTE M. (1989) : Essai de carac-
mienne euraméricaine dans le Haut Atlas occidental (Maroc).
térisation bio et lithostratigraphiques des séquences sédimen-
C.R. Acad. Sci. Paris, 308, sér. II, 1509-1515.
taires de la région d'Imi n'Tanout (Haut Atlas occidental, Maroc).
BROWN R.H. (1980): Triassic rocks of Argana valley, southern Morocco, Sciences Géologiques, Strasbourg, Mém., 84, 71-81.
and their regional structural implications. AAPG Bull., 64, 988-
FERRANDINI J., AMRHAR M., BONHOMME M.G., CORNÉE J.J. & VIVIER G.
1003.
(1991) : Premières données sur un magmatisme et des altéra-
CHOUBERT G. (1948): Essai sur la paléogéographie du Mésocrétacé ma- tions hydrothermales au Jurassique moyen et supérieur dans le
rocain. vol. jubilaire 1920-1945, Société Sciences Naturelles, Haut Atlas occidental du Maroc (analyses K-Ar). C. R. Acad.
Maroc, p. 307 à 329. Sci. Paris, 312, sér. II, 1351-1357.
CHOUBERT G. & FAURE-MURET A. (1960-1962) : Evolution du domaine GIGOUT M. (1951) : Etudes géologiques sur la Meseta marocaine occi-
atlasique marocain depuis les temps paléozoïques. Livre à la mé- dentale (arrière pays de Casablanca, Mazagan et Safi). Trav. Inst.
moire du Professeur Paul Fallot, tome 1, Soc. géol. Fr., Mém. h. Sci. Chérif., sér. Géol. Géogr. Phys. 1, tome 1, 507 p., tome 2,
s., 447-527. 27 pl., 1 tab.
DE KONING G. (1957) : Géologie des Ida-ou-Zal (Maroc). Stratigraphie, HAFID M (2006) : Styles structuraux du Haut Atlas de Cap Tafelney et de
pétrographie et tectonique de la partie SW du bloc ancien du la partie Septentrionale du Haut Atlas Occidental : tectonique
Haut Atlas. Leidse Geol. Mededelingen, 23, 210 p. salifère et relation entre l’Atlas et l’Atlantique. Notes Mém. Serv.
DEENEN M.H.L., RUHL M., BONIS N.R., KRIJGSMAN W., KÜRSCHNER Géol. Maroc, 465, 174 p.
W.M., REITSMA M. & VAN BERGEN M.J. (2010) : A new chronol- HAFID M., AIT SALEM A. & BALLY A.W. (2000) : The western termination
ogy for the end-Triassic mass extinction. Earth and Planetary of the Jbilet High Atlas system (Offshore Essaouira Basin, Mo-
Science Letters, 291, 113-125. rocco). Mar. Petrol. Geol., 17, 431-443.
DU DRESNAY R. (1988) : Répartition des dépôts carbonatés du Lias infé- HUVELIN P. (1973) : Mouvements pré-atlasiques, atlasiques et récents
rieur et moyen le long de la côte Atlantique du Maroc : consé- dans les Jbilet et leur pourtour. Notes & Mém. Serv. géol. Maroc,
quences sur la paléogéographie de l’Atlantique naissant. J. Afr. 249, 83-124.
Earth Sci., 7, 2, 385-396. ISHIGAKI S. (2009) : Trampled ground and extremely narrow gauge track-
DUFFAUD F. et al. (1970a) : Carte géologique du Maroc au 1/100 000, way of Jurassic sauropod dinosaur from Western High Atlas
feuille Tamanar. Notes & Mém. Serv. géol . Maroc, 201. mountains, Morocco. 1st Intern. Congr. North African Verte-
Duffaud, F. et al. (1970b) : Carte géologique du Maroc au 1/100 000, brate Palaeont., Marrakech, 25-27 May 2009, abstract vol., p.
feuille El Khemis des Meskala. Notes & Mém. Serv. géol. 25.
Maroc, 202. JALIL N. (1996) : Les Vertébrés permiens et triasiques de la Formation
62 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

d'Argana (Haut Atlas occidental) : liste faunique préliminaire et plexe récifal à stromatoporidés, coraux et microbialites : exem-
implications stratigraphiques. In : Medina, F. (éd.) : Le Permien ple du Kimméridgien de Cap Guir (Haut Atlas atlantique,
et le Trias du Maroc : état des connaissances. Pumag, Marra- Maroc). Géol. Méditer., 26, 79-88.
kech, 227-250. PLAZIAT J.C., ABERKAN M., AHMAMOU M. & CHOUKRI A. (2008) : The
JALIL N. & JANVIER, P. (2005). Les pareiasaures (Amniota, Parareptilia) Quaternary deposits of Morocco. In : Michard A., Saddiqi O.,
du Permien supérieur du Bassin d’Argana, Maroc. Geodiversi- Chalouan A., Frizon de Lamotte D. (Eds.). Lect. Notes Earth
tas, 27, 1, 35-132. Sci., 116, Springer Verl, Berlin, Heidelberg, 359-376.
JÉBRAK M., WARTITI M.E., MARCOUX E. & ZAHRAOUI M. (2011) : The REY J., CANÉROT J., ROCHER A., TAJ-EDDINE K. & THIEULOY J.P. (1986) :
Bouznika Cambrian barite deposit (Morocco), an early miner- Le Crétacé inférieur sur le versant nord du Haut Atlas (région
alization on the Iapetus margin. J. Afr. Earth Sci., doi: d'Imi-N-Tanout et d'Amezmiz) : données biostratigraphiques et
10.1016/j.jafrearsci.2011.02.001 évolutions sédimentaires. 5ème conf. Sci. intern. PICG.-UNESCO
JONES D.F. (1975) : Stratigraphy, environments of deposition, petrology, 183, Marrakech, 393-411.
age, and provenance of the basal redbeds of the Argana Valley, REY J., TAJ-EDDINE K., AADJOUR M., ANDREU B., AOUTEM M., BEN ABBES
western High Atlas Mountains, Morocco. Ms. thesis, New Mex- TAARJI R.B., BILOTTE M., CANÉROT J., EL KAMALI N., ETTACH-
ico Inst. Mining & Technology, 148 p. FINI E.M., ETTACHFINI M., GHARIB A., IBNOUSSINA M. ROSSI A.

KENT D.V. & TAUXE L. (2005) : Corrected Late Triassic latitudes for con- & WITAM O. (1993) : Le Crétacé inférieur et moyen du Haut
tinents adjacent to the North Atlantic. Science, 307, 240-244 Atlas occidental : essai de synthèse. Intern. Assoc. Sedimentol-
ogy, 14th Regional Meeting, Marrakech, 27-29 April, Abstracts
KLEIN H., VOIGT S., HMINNA A., SABER H., SCHNEIDER J. & HMICH D. volume, pp. 279-280.
(2010) : Early Triassic Archosaur-dominated footprint assem-
blage from the Argana Basin (Western High Atlas, Morocco). TAHIRI A. (1983) : Lithostratigraphie et structure du Jebel Ardouz, Maroc
Ichnos, 17, 1-13. hercynien. Bull. Inst. Sci. Rabat, 7, 1-16.
LUND J.J. (1996) : Palynologie der tieferen Bigoudine Fm., Ober-Trias, TARI G., MOLNAR J. & ASHTON P. (2003): Examples of salt tectonics from
Marokko. A.P.P. Tagung, Bonn, 17-19 mai 1996, 14-15. West Africa: a comparative approch. In Arthur T.J., MacGregor
D.S. & Cameron N.R. (eds)- Petroleum Geology of Africa : New
MANSPEIZER W., PUFFER J.H. & COUSMINER H.L. (1978) : Separation of Themes and Developing Technologies. Geol. Soc. Lond. Spec.
Morocco and eastern North America : a Triassic-Liassic strati- Publ., 207, 85-104.
graphic record. Geol. Soc. Am. Bull., 89, 901-920.
TIXERONT M. (1973) : Lithostratigraphie et minéralisations cuprifères et
MARZOLI A., BERTRAND H., KNIGHT K.B., CIRILLI S., BURATTI N., VÉRATI uranifères stratiformes, syngénétiques et familières des forma-
C., NOMADE S., RENNE P.R., YOUBI N., MARTINI R., ALLENBACH tions détritiques permo-triasiques du couloir d'Argana, Haut
K., NEUWERTH R., RAPAILLE C., ZANINETTI L. & BELLIENI G. Atlas occidental (Maroc). Notes & Mém. Serv. géol. Maroc, 33,
(2004) : Synchrony of the Central Atlantic magmatic province 249, 147-177.
and the Triassic–Jurassic boundary climatic and biotic crisis.
Geology, 32, 973-976. TIXERONT M. (1974) : Carte géologique et minéralisations du couloir
d'Argana. Notes & Mém. Serv. géol. Maroc, 205.
MAZÉAS J.P. & NATAF M. (1967) : Le gypse de la région de Safi : gise-
ments, utilisations, marché. Rev. Géogr. Mar., 12, 91-112. TOURANI A., LUND J.J., BENAOUISS N. & GAUPP R. (2000) : Stratigraphy
of Triassic synrift-deposition in western Morocco. In: Bach-
MEDINA F. (1991) : Superimposed extensional tectonics in the Argana mann, G.H. & Lerche, I. (eds) : Epicontinental Triassic. Zen-
Triasic formations (Morocco), related to the early rifting of the tralblatt für Geologie und Paläontologie, 1193-1216.
Central Atlantic. Geol. Mag., 128, 5, 525-536.
TOURANI A., BENAOUISS N., GAND G., BOURQUIN S., JALIL N.-E., BROU-
MEDINA F. (1994) : Evolution structurale du Haut Atlas occidental et des TIN J., BATTAIL B., GERMAIN D., KHALDOUNE F., SEBBAN S.,
régions voisines du Trias à l'Actuel, dans le cadre de l'ouverture STEYER J.-S. & VACANT R. (2010) : Evidence of an Early Trias-
de l'Atlantique central et de la collision Afrique-Europe. Thèse sic age (Olenekian) in Argana Basin (High Atlas, Morocco)
d'Etat, Fac. Sci. Rabat, 272 p. based on new chirotherioid traces. Comptes Rendus Palevol, 9,
OLSEN P.E., KOEBERL C., HUBER H., MONTANARI A., FOWELL S.J., ET- 5, 201-208.
TOUHAMI M. & KENT D.V. (2002): Continental Triassic-Jurassic VALENZA K., MORITZ R., MOUTTAQI A., FONTIGNIE D. & SHARP Z. (2000) :
boundary in central Pangea : Recent progress and discussion of Vein and karst barite deposits in the Western Jbilet of Morocco :
an Ir anomaly. In Koeberl, C. & MacLeod, K.G. (eds.)- Cata- fluid inclusion and isotope (S, O, Sr) evidence for regional fluid
strophic events and mass extinctions : impacts and beyond. mixing related to Central Atlantic rifting. Economic Geol., 95,
Geol. Soc. Am. Sp. Paper, 356, pp. 505-522. 587-606.
OLSEN P. E., KENT D. V., ET-TOUHAMI M. & PUFFER J. H. (2003) : Cyclo, WHITESIDE J.-H., OLSEN P.E., KENT D.V., FOWELL S.J. & ET-TOUHAMI M.
magneto-, and bio-stratigraphic constraints on the duration of the (2007) : Synchrony between the Central Atlantic magmatic
CAMP event and its relationship to the Triassic-Jurassic bound- province and the Triassic–Jurassic mass-extinction event ?
ary, in Hames W.E., McHone J.G., Renne P.R & Ruppel C. (eds.)- Palaeogeogr., Palaeoclimatol., Palaeoecol., 244, 345-367.
The Central Atlantic Magmatic Province : insights from fragments
of Pangea, Geophys. Monogr. Ser., 136, pp. 7-32. ZOUHRI S. (1999) : L’ère quaternaire au Maroc. In : Maroc, mémoire de
la Terre. Ed. Muséum Nat. Hist. Nat. Paris, 210-213.
OURRIBANE M., CHELLAI E.H., EZAIDI A. & IÇAME N. (1999) : Un com-
63
Notes et Mém. Serv. Géol. Maroc, n° 562, 2011, pp. 63-112, 41fig., 1 tabl.

Circuit C12 / Tour C12

HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST


NORTH-WESTERN CENTRAL HIGH ATLAS
A. SOUHEL1, F. EL BCHARI2, K. EL HARIRI3, B. LAGE4, J. CANÉROT5, D. CHAFIKI6,
E. M. ETTACHFINI7 & R. LOWENER8

Comme pour les autres volumes, cette figure


manque

In Nouveaux Guides géologiques et miniers du Maroc / New Geological and Mining Guidebooks of
Morocco, Michard A., Saddiqi O., Chalouan A., Rjimati E., Mouttaqi A. (Eds),
Notes et Mémoires du Service géologique du Maroc, 2011, n°s 556-564
Circuit C12 / Tour C12
Haut Atlas central, partie nord-ouest
North-western Central High Atlas
A. SOUHEL1, F. EL BCHARI2, K. EL HARIRI3, B. LAGE4, J. CANÉROT5, D. CHAFIKI6,
E. M. ETTACHFINI7 & R. LOWENER8

Le fond du golfe téthysien du Haut Atlas


The far end of the High Atlas Tethyan gulf
3 jours, 400 km
3 days, 400 km drive
Points clés : Cette excursion donne l'occasion de visiter le Haut Atlas dans le secteur correspondant
à l’extrémité occidentale du golfe téthysien jurassique (fig. 1). La chaîne montagneuse élevée (envi-
ron 3000 m) est déversée sur son avant-pays septentrional (bassin néogène du Tadla). Des paysages
pittoresques caractérisent cette traversée, tels que le lac de Bin El Ouidane, les chutes d'Ozoud, la
vallée d'Aït Bougemmez, le passage d'Azourki (presque 3000 m d’altitude), les conglomérats de la
« cathédrale », etc. Du point de vue de l'évolution sédimentaire, les aspects suivants sont illustrés : i)
Rifting triasique et transgression jurassique de la mer téthysienne ; stratigraphie séquentielle des
dépôts du Lias-Dogger depuis la plate-forme interne jusqu’à l'axe du sillon ; ii) Sénescence du bassin
au Jurassique moyen à supérieur et Crétacé basal ; tectonique synsédimentaire, volcanisme basal-
tique, dépôts rouges deltaïques et continentaux ; iii) Transgression crétacée de l'Océan Atlantique
dans les golfes aptiens de l’Atlas et la Meseta ; plate-forme du Cénomanien-Turonien ; limite Crétacé-
Tertiaire au niveau de quelques sections typiques.
Highlights : This tour is an opportunity to visit the High Atlas in the area of the far end of the Jurassic
Tethyan gulf (fig. 1). The mountain belt, which rises up to about 3000 m there, is thrust over its northern
foreland (i.e. the Tadla Neogene basin). Scenic landscapes characterize this transect, such as the Bin el-
Ouidane lake, Ouzoud waterfalls, Ait Bougemmez Valley, Azourki Pass (almost 3000 m a.s.l.), the “Cathe-
dral” conglomerates, etc. Concerning the sedimentary evolution, emphasis is on the following topics : i)
Triassic rifting and Jurassic transgression of the Tethys Sea ; sequence stratigraphy of the Lias-Dogger
deposits from the internal platform to the trough axis ; ii) senescence of the basin during the Middle-Late
Jurassic and Early Cretaceous; synsedimentary tectonics, basaltic volcanism, deltaic to continental red
beds ; iii) Cretaceous transgression from the Atlantic Ocean into the Aptian gulfs of the Meseta and Atlas;
Cenomanian-Turonian platform, Cretaceous-Tertiary limit within some typical sections.

1
Université Chouaïb-Doukkali, Faculté des Sciences, Laboratoire de Géosciences et Techniques de l’Environnement, BP 20,
24000 El Jadida, Maroc. E-mail : abdellatif.souhel@yahoo.fr
2
Université Cadi Ayyad, Faculté Polydisciplinaire, Maroc. E-mail : elbchari@yahoo.fr
3
Université Cadi Ayyad, Faculté des sciences et technique Gueliz, Département des sciences de la Terre, Maroc. E-mail :
hariri03@yahoo.fr
4
Académie régionale de l’éducation et de formation Abda-Doukkala, 24000 El Jadida, Maroc. E-mail : lagebadya@yahoo.fr
5
37, avenue de Cousse 31750 Escalquens. France. E-mail : jcanerot@free.fr
6
Université Cadi Ayyad, Faculté des sciences et technique Gueliz, département des sciences de la terre, Maroc. E-mail :
chafiki@fstg-marrakech.ac.ma
7
Université Chouaïb-Doukkali, Faculté des Sciences, Laboratoire de Géosciences et Techniques de l’Environnement, BP 20,
24000 El Jadida, Maroc. E-mail : emettachfini@yahoo.fr
8
Technische Universität Berlin, Institut für Angewandte Geowissenschaften, FG Explorationsgeologie-Sekr. ACK 1-1 -Ackers-
traße 76 D-13355 Berlin. E-mail : ralf.loewner@tu-berlin.de
66 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

FIG. 1 : Carte de situation, d’après les schémas structuraux au 1/1 000 000 des cartes géologiques d’Azilal, Beni Mellal et Zawyat Ahançal au 1/100 000.
Beige : socle ; lilas : Trias ; bleu : Lias ; brun sombre : Dogger calcaire ; brun clair : couches rouges ; vert : Crétacé marin ; jaune : Tertiaire.
FIG. 1 : Location of the studied area and structural setting, after the geological maps of Azilal, Beni Mellal et Zawyat Ahançal, scale 1/100 000
(structural sketchs at scale 1/500 000).

Documents à emporter : ♦ Carte géo-touristique du Haut Atlas central Azilal-Dem-


nat (édition 2003). Disponible à l’Agence nationale du
Carte routière du Maroc (échelle 1/1 000 000 de préfé-
cadastre et de la conservation foncière - Rabat.

rence) ;
Volume 1 des Nouveaux Guides géologiques et miniers Les améliorations récentes de l’infrastructure routière per-
mettent l’usage d’un véhicule normal pour la quasi-totalité

du Maroc ;
Carte géologique du Maroc au millionième, feuille nord. du trajet. Toutefois, il est conseillé d’avoir recours à des vé-
hicules 4x4 notamment pour le tronçon reliant Tilougguit à

Disponible au Ministère de l’Energie et des Mines, Ser-


vice Documentation et Publications, www.mem.gov.ma Zawiat Ahançal. Il est conseillé par ailleurs de réaliser cette
excursion durant la période allant de mai à octobre.
♦ Carte géologique du Maroc au 1/100 000, feuilles
d’Afourer (Rolley, 1977), de Beni Mellal (Monbaron, Les coordonnées des sites visités sont adaptés de Google
1986), d'Azilal (Jenny, 1985) et de Zawiat Ahançal (Jos- earth. Le visiteur pourra ainsi visualiser et préparer à
sen, 1988) ; l’avance son itinéraire.
CIRCUIT C12 : HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST 67

I. Cadre géomorphologique et climatique tiques d'âge jurassico-crétacé. Ces anticlinaux sont sépa-
rés par de larges synclinaux à fond plat.
La partie centrale du Haut Atlas marocain comporte deux
grandes unités structurales : i) à l'ouest, le massif ancien Le périmètre de l’excursion se situe dans la partie nord-oc-
du Haut Atlas est constitué d'un socle précambrien, de ter- cidentale du Haut Atlas central (fig. 2). Au sud de la plaine
rains primaires plissés et de granites relevant de l'oroge- de Tadla (altitude moyenne 500 m) à remplissage essen-
nèse hercynienne ; ii) à l’est, le Haut Atlas central (HAC), tiellement quaternaire, deux unités morphologiques se dis-
prolongement du massif précité, où dominent les séries tinguent au sein de ce domaine atlasique :
mésozoïques plissées. Le HAC est donc une chaîne intra- i) la moyenne montagne au nord (altitude moyenne 1200 m;
continentale typique (Choubert & Faure Muret, 1962 ; Mi- Couvreur, 1988) correspond à l'Atlas de Béni-Mellal et
chard, 1976 ; Mattauer et al. 1977), qui résulte de d’Afourer tels qu'ils ont été définis par Rolley (1973b). Il se
l'inversion d'un bassin essentiellement jurassique et d'obé- compose pour l'essentiel d'une ossature liasique dont les plus
dience téthysienne. La couverture post-hercynienne, plis- importants éléments culminent à 2200 m. Cet alignement est
sée et décollée sur le Trias, comporte une épaisse série bordé au nord par un important accident le séparant de la
d'âge jurassique inférieur et moyen avec, localement, des plaine de Tadla et au sud par les synclinaux de Tagleft, de
dépôts crétacés et tertiaires affleurant surtout sur les bords Ouaouizaght et d'Aït Attab (zone synclinale de l'Oued El
de la chaîne. Elle montre un système de plis anticlinaux, Abid, Rolley ; 1973b). A l'échelle de l'ensemble du secteur vi-
généralement droits et étroits, érodés jusqu'au Lias ou au sité, c'est dans ces seuls synclinaux que les témoins de la cou-
Trias avec localement des intrusions de roches magma- verture d'âge Crétacé se trouvent conservés ;

FIG. 2 : Cadre géologique et itinéraire de l’excursion, reporté sur la carte géologique du Maroc au 1/1 000 000. Légende : Annexe 1 en fin de volume.
FIG. 2 : Field trip itinerary drawn on the geological map of Morocco, scale 1/1 000 000. Legend : see Appendix 1, end of the volume.
68 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

ii) la haute montagne dans la partie sud du terrain visité (al- caractéristiques de la région. Les sols établis sur les grès,
titude moyenne 2600 m, Couvreur; 1988) dont les terrains les marnes et argiles rouges des cuvettes de la haute et
plus récents sont d'âge Bajocien. Vers l’est, cependant, au- moyenne montagne, sont utilisés pour l'agriculture. Orge
tour d’Imilchil, ce même domaine présente deux grands syn- et blé sont cultivés d'une façon extensive.
clinaux de couches rouges jurassiques (Bathonien) et trois
petits synclinaux discordants de terrains rouges du Paléo- Introduction à la stratigraphie régionale
cène (voir circuit C7, vol. 4 des Nouveaux Guides). Compte-tenu de l’orientation stratigraphique dominante de
Le Haut Atlas central fonctionne comme une limite clima- ce circuit, la description de l’itinéraire proprement dit est
tique, les précipitations d'origine atlantique étant bloquées précédée ici d’une notice stratigraphique régionale. La des-
sur les pentes occidentales. Le climat est chaud et tempéré cription des formations (tabl. I) est présentée conformé-
avec une saison sèche en été au NW, et aride, d'une tem- ment à ce qui est reporté sur les cartes au 1/100 000 de la
pérature annuelle moyenne inférieure à 18° au SE. La bor- région. Les attributions stratigraphiques des formations li-
dure septentrionale du Haut Atlas est bien arrosée avec thologiques reconnues sont fondées sur les ammonites, les
environ 1.200 mm de précipitations annuelles, tandis que foraminifères benthiques et les brachiopodes. Des com-
l'est et le sud sont soumis à une relative aridité avec des pléments concernant les couches rouges proviennent des
précipitations moyennes de 400 mm. L'hiver permet sou- déterminations d’ostracodes et de charophytes (Charrière
vent l'accumulation d'une épaisse couverture de neige sur et al., 2005 ; Mojon et al., 2005 ; Haddoumi et al., 2010).
les sommets du centre de la chaine. Les orages, ou les
Les terrigènes et évaporites du Trias
chutes abondantes de neige, causent souvent la destruc-
tion des pistes et autres voies de communication. Dans les Les affleurements correspondant au Trias présentent une
chaînons bordiers, apparaît une végétation abondante et extension réduite dans le secteur visité. Le faciès principal
diversifiée : oliviers, caroubiers, amandiers, chênes verts correspond à des argiles roses et évaporites affleurant uni-
qui poussent sur les calcaires jusqu'à une altitude de 1600 quement en association avec les roches magmatiques au ni-
m. Il s'agit probablement des vestiges d'une forêt primaire veau des principales rides anticlinales. Ici, la stratification
à conifères et chênes verts de sous-bois, dégradée par est inexistante : argiles et paillettes évaporitiques sont inti-
l’homme. Au-dessus de chênes verts, les cèdres sont seuls mement liées donnant à l’ensemble un aspect bréchique.

TABLEAU I : Les formations sédimentaires du Haut Atlas central et leurs attributions stratigraphiques ; découpage adopté.
Table I : Sedimentary rock formations and there stratigraphic classification used in this work.
CIRCUIT C12 : HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST 69

La masse triasique emballe par ailleurs des lambeaux dé- tiques sédimentologiques plaident en faveur d'un milieu
camétriques voire hectométriques de Lias inférieur cal- de dépôt côtier intertidal à supratidal de type sebkha. Les
caire ou dolomitique. Ces derniers sont fortement deux principales variations latérales de faciès et d'organi-
déformés et recristallisés, indiquant le développement d’un sation d'ensemble sont, d'une part, les intercalations argi-
léger métamorphisme lors de leur remobilisation au sein leuses et évaporitiques abondantes au nord et à l’ouest et
du complexe chaotique. d'autre part, la désorganisation d'ensemble affectant les do-
Formations d’Aït Ras et Tighanimine lomies au sud, vers l’axe de la chaîne. Ces deux variantes
constituent les guides principaux permettant de dresser la
La base de la série stratigraphique carbonatée du Jurassique trame paléogéographique dans un contexte climatique fa-
est constituée par une unité à dominance dolomitique qui vorable à la précipitation des évaporites entre une zone de
marque les prémisses du régime marin dans l'ensemble de ce bordure soumise à des influences terrigènes et une zone
secteur. Les caractéristiques lithologiques ainsi que la dé- centrale, loin de ces influences. Dans ce dernier secteur, la
nomination de cette unité sont variables. Elle correspond à fréquence des déformations synsédimentaires qui peuvent
la formation marno-dolomitique gypsifère dans la feuille concerner des masses de plusieurs centaines de mètre (for-
d’Afourer (Rolley, 1973b); à la formation d'Aït Ras dans les mation de Tighanimine dans sa localité éponyme, Jossen,
feuilles d'Azilal et de Demnat (Le Marrec, 1988 et Jenny, 1988) sont à mettre en relation avec la nature évaporitiques
1988) et à la formation des dolomies et brèches de Tigha- du substratum triasique (mobilité et/ou dissolution).
nimine (Jossen, 1988) dans la feuille de Zawiat Ahançal).
Cadre paléogéographique. Le Lias basal-Hettangien?-
Les affleurements de ces formations sont géographique- Sinémurien inférieur (fig. 3) est caractérisé par le déve-
ment peu étendus. Ils se présentent en bandes disconti- loppement de vastes sebkhas à dépôts dolomitiques et
nues au voisinage des accidents bordiers de la chaîne évaporitiques témoignant d'une topographie plane et d'une
ainsi qu’à la faveur de certaines rides anticlinales en son très faible tranche d'eau. La zonation des faciès suggère un
centre. Le décollement systématique de la masse carbo- domaine bordier soumis à des influences terrigènes. Les
natée sus-jacente produit des phénomènes de laminage, indices d'activité tectonique sont rares. Néanmoins, les
de dédoublement et de replis au sein de cette formation, brèches qui caractérisent la formation de Tighanimine au
de telle manière que ses relations avec le Trias sous-ja- centre du bassin, ainsi que leur grand développement dans
cents ne sont jamais claires. la bordure sud (sillon de Telouet), indiquent que les phases
La formation d’Ait Ras correspond à une suc-
cession de petits bancs dolomitiques blan-
châtres plus ou moins crayeux alternant avec
des marnes de couleur rouge ou lie de vin. La
formation de Tighanimine présente quand à
elle un assemblage de brèches intraforma-
tionnelles au sein desquelles abondent des
blocs anguleux décimétriques à métriques,
des slumps ainsi que de nombreuses petites
failles synsédimentaires.
Attribution stratigraphique. Les différents
termes de ces formations n'ont pratiquement ja-
mais fourni de fossiles caractéristiques, proba-
blement en raison du caractère confiné de leur
milieu de dépôt. Seul leur encadrement strati-
graphique les fait placer dans le Lias inférieur.
Toutefois, la présence des palynomorphes de
l'Hettangien dans l'équivalent de ces assises
dans le versant sud du Haut Atlas (Courtinat in
Jenny, 1988), ainsi que l’attribution au passage
Sinémurien inférieur - supérieur des termes in-
férieurs de la formations sus-jacente permettent
d'attribuer à ces unités un âge Hettangien à Si- FIG. 3 : Esquisse paléogéographique du Lias inférieur (Hettangien? à Sinémurien inférieur) de la bordure
némurien inférieur probable. occidentale du Haut Atlas central, en carte et en coupe.
FIG. 3 : Paleogeographic sketch map for the Early Jurassic (Hettangian ? to Lower Sinemurian) of the
Milieu de dépôt. L'ensemble des caractéris- western border of the Central High Atlas Mountains, and corresponding cross-section.
70 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

précoces de subsidence étaient localisées dans la marge mique de marnes et de calcaires dolomitiques (fig. 5),
sud du sillon. riches en foraminifères benthiques et en algues, déposés
au cours de l'intervalle Carixien-Domérien moyen (bio-
Lias inférieur et moyen, 1: Domaine de plate-forme
zones C et D de Septfontaine, 1984). Le plus souvent, cette
A la suite des travaux de Dubar (1960-62), Choubert et formation comporte à sa base, intercalée d'une manière hé-
Faure-Muret (1960-62) et Du Dresnay (1971-79), les prin- térochrone, une unité à dominante de marnes rouges avec
cipaux traits paléogéographiques du Haut Atlas central au localement des passées conglomératiques. Ces dépôts cor-
cours du Lias moyen furent définis. Ces travaux mettaient en respondent à un empilement de séquences décimétriques à
évidence un sillon profond à sédimentation hémipélagique,
ceinturé par des faciès récifaux coralligènes, en arrière des-
quels s'étendent des secteurs plus ou moins vastes à dépôts
intertidaux à supratidaux. La répartition des formations sé-
dimentaires sur le terrain reflète ainsi cette différentiation
en domaine de plate-forme et domaine de bassin.
Description des formations
Parmi tous les dépôts marins jurassiques, ce sont les car-
bonates massifs du Lias inférieur qui ont présenté la plus
large extension, notamment vers l'ouest (Jenny, 1988), le
long de la terminaison occidentale du golfe du Haut Atlas.
La nette différentiation paléogéographique opérée à la fin
du Lias inférieur est responsable dans le terrain visité
d’une zonation de faciès et d’environnements complexe.
Ainsi, aux formations calcaro-dolomitiques massives du
Lias inférieur succèdent, au Lias moyen, des formations
carbonatées plus finement litées, montrant d'importantes
variations de faciès et d'épaisseur.
Quatre formations principales caractérisent la bordure oc-
cidentale du golfe atlasique, les formations d’Ait Bou
Oulli, de Jbel Rat, de Jbel Choucht et d’Aganane.
Formation d’Ait Bou Oulli : Elle forme l'ossature des re-
liefs de l'Atlas dominant les plaines adjacentes. Elle pré-
sente généralement un aspect massif : bancs de dolomies
et de calcaires de 1 à 3 m d'épaisseur, à onchoïdes et à oo-
lithes. La faune est représentée par des brachiopodes, la-
mellibranches et foraminifères benthiques de la biozone A
(Septfontaine, 1984).
Formation de Jbel Rat : Les calcaires et dolomies massifs de
la formation d’Ait Bou Oulli laissent place progressivement
à un ensemble riche en structures en « tipis » (fig. 4). Cette
succession présente les mêmes caractéristiques stratono-
miques que la formation sous-jacente, mais s'en différencie
par une plus grande fréquence des faciès à bird eyes et pi-
solithes vadoses ainsi que par la présence de nombreuses
structures en "tipis". Celles-ci sont matérialisées par des ni-
veaux calcitiques d'épaisseur centimétriques, à tracé irrégu-
lier, sur des hauteurs de 0,5 à 2 m.
Formation d’Aganane : Elle caractérise le sommet des car-
bonates liasiques dans tout le secteur visité. Sa base peut
être définie avec l’apparition des premières intercalations
marneuses et argileuses au toit des carbonates plus mas- FIG. 4 : Coupe du Lias inférieur de la région de Timoulilt.
sifs sous-jacents (fig. 4). Il s'agit d'une succession ryth- FIG. 4 : Columnar section of the Lower Liassic from the Timoulilt region.
CIRCUIT C12 : HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST 71

FIG. 5 : Stratigraphie du Lias moyen sur la transversale de Béni-Mellal. A : Localisation des


colonnes choisies (figs. 5B, 5C). B : Colonnes du Lias moyen du bassin nord. C : Colonnes
du Lias moyen de la plate-forme centrale. 1 : calcaires récifaux ; 2 : grès de faible profondeur ;
3 : silts et argiles ; 4 : calcaires oolithiques ; 5 : calcaires à silex ; 6 : marnes avec calcaires ré-
cifaux remaniés ; 7 : marnes et calcaires hémipélagiques ; 8 : marnes et dolomies péritidales ;
9 : calciturbidites ; 10 : chenaux bréchiques intertidaux ; 11 : chenaux bréchiques côtiers à
continentaux ; 12 : discontinuité karstique ; 13 : discordance marine ; 14 : horizon à ammo-
nites ; 15 : biozone de foraminifères benthiques ; 16 : brachiopodes ; 17 : grands bivalves ; 18 :
coraux ; 19 : tipis ; 20 : laminations algaires ; 21 : séquence de 3ème ordre ; 22 : système de bas
niveau ; 23 : système de haut niveau ; LPS : limite plate-forme-sillon ; AAA : « accident nord-
atlasique » (ou Tizal-Azourki).
FIG. 5 : Stratigraphy of the Middle Liassic formations along the Beni-Mellal transect . A : lo-
cation of the columnar sections (figs. 5B, 5C) ; B : columnar sections of the northern basin ;
C : columnar sections of the central platform.
72 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

métriques de tendance régressive évoluant à partir d’un Formation du J. Taguendouft : Elle comporte deux unités
milieu subtidal peu profond vers un milieu supratidal. Les distinctes : une unité basale (unité de J. Abbadine) très
faciès qui les composent témoignent d’une évolution au épaisse et relativement pauvre en faune, et une unité som-
sein de lagons temporaires, localement parcourus par des mitale (unité de J. Taguendouft) de faible épaisseur et re-
chenaux de marées. marquablement riche en ammonites.
Formation de Jbel Choucht : Cet ensemble est caractérisé Unité de Jbel Abbadine : le flanc sud de l’anticlinal du J.
dans sa localité type par des calcaires massifs à faune ré- Abbadine offre une coupe continue de cette unité sur une
cifale. Ses affleurements réduits et sa position au contact épaisseur d’environ 300 m (fig. 5). Les termes à sa base
des accidents majeurs (failles et décrochements) et des in- correspondent à des dolomies et calcaires en gros bancs
trusions de gabbros, (Jossen, 1988), rendent sa limite in- localement riches en passées de brachiopodes. Ces termes
férieure difficile à mettre en évidence. En revanche sa passent dans les deux tiers supérieurs de la coupe à des cal-
limite supérieure a été reconnue et datée par ammonites caires plus lités, organisés en bancs d’épaisseur décimé-
du Carixien (Septfontaine, 1986). triques riches en silex et alternant localement avec de
Attributions stratigraphiques minces passées marneuses jaunâtres à verdâtres. D'une ma-
nière générale, les unités de dépôt en présence montrent le
Les subdivisions chronostratigraphiques des dépôts du Lias
passage des environnements côtiers à ceux de la plate-
inférieur et moyen du Haut Atlas sont souvent probléma-
forme ouverte, circalittorale. Cette ouverture des milieux
tiques, en particulier dans les milieux évoluant périodique-
de dépôt semble être réalisée d'une manière progressive.
ment vers l’émersion où l'on note la rareté, voire l’absence
de marqueurs macro-paléontologiques fiables. Une ammo- Unité de J. Taguendouft : dans le chaînon de Taguendouft,
nite seulement a jusqu'à maintenant été signalée dans ces cette unité est épaisse d’environ 45 m et évoque par son or-
types de faciès sur la feuille de Beni Mellal (Chafiki, 1994). ganisation stratonomique une sédimentation de milieu hé-
Toutefois la microfaune est riche et diversifiée. Ce sont sur- mipélagique. Elle est constituée par une alternance de bancs
tout des orbitopsellidés, hauraniidés et pfendérinidés. calcaires fins de 20 à 30 cm de puissance séparés par des
L’échelle biostratigraphique établie par Septfontaine (1984) joints de marnes compactes ou de marno-calcaires gris à
est l’outil le plus performant pour la biozonation du Lias verdâtres. Les marnes peuvent contenir une microfaune, peu
carbonaté de la plate-forme à l’échelle de l'Atlas. abondante, représentée par des lenticulines à test hyalin. Les
calcaires localement très riches en faune d’ammonite, cor-
La faune de brachiopodes signalée dans les calcaires d'Aït
respondent au microscope à une boue carbonatée (muds-
Bou Oulli dans l'Atlas d'Azilal (Roch, 1939 et Dubar, 1942
in Jenny, 1988) comprend Terebratula moreti Dubar, Te- tone) où sont noyés des proportions variables de grains fins
rebratula marucchiensis Dubar et Zeilleria arethusa Di de quartz, des bioclastes et de rares foraminifères. Ces ca-
Stef. Elle indique un âge fin Sinémurien inférieur à Siné- ractéristiques témoignent d'un milieu de dépôt relativement
murien supérieur (Dubar, 1942). profond pour ces deux composantes de faciès.
Les foraminifères benthiques rencontrés au sein des ni- Les assises domériennes de cette unité correspondent à des
veaux calcaires de l’unité intermédiaire à « tipis », dans le dépôts réduits, noduleux et de couleur plus sombre. Ils sont
secteur de Beni Mellal, sont caractéristiques de la biozone imprégnés par de nombreuses surfaces de discontinuité et
B de Septfontaine (1984). Ils indiquent pour cette unité un de ravinement. Le sommet de l’unité montre une surface
âge Sinémurien supérieur. ferruginisée et perforée riche en "Cancellophycus" et en
faune d'ammonites du Toarcien inférieur (Eodactylitoceras).
La formation d’Aganane a livré une microfaune diversi-
fiée avec en particulier: Everticyclammina sp., Haurania Formation de Tamadout 1 : Les affleurements de bordure
sp., Pseudopfenderina butterlini, Mésoendothyra sp., Or- de bassin du Lias moyen peuvent être analysés en plusieurs
bitopsella primaeva, Lituosepta compressa, Orbitopsella endroits du secteur visité. Ils sont caractérisés au cours du
praecursor s.l., Mayncina termieri et Pseudocyclammina Domérien par une arrivée massive de détritiques fins et té-
sp.. Cette association permet de dégager clairement les bio- moignent le plus souvent d’un contexte tectonique insta-
zones : B, C1, C2, D et E de Septfontaine (1984). ble. Dans la région de Tamadout, cette unité approche les
Ainsi ces successions s’étagent dans l’intervalle Sinému- 200 m d’épaisseur et montre deux composantes différentes
rien élevé - Domérien moyen (biozones B à E). dans ses faciès (fig. 6) :
- Une composante hémipélagique à pélagique, autochtone, résul-
Lias inférieur-moyen, 2 : Domaine de bassin tant d'un processus sédimentaire de décantation. Il s’agit de
Description des formations bancs calcaires noduleux, fins, localement riches en faune
d’ammonites alternant avec des marnes argileuses rouges
Deux formations caractérisent ce secteur, celle du Jbel Ta- d’épaisseur variable (quelques centimètres à plusieurs mètres)
guendouft et celle de « Tamadout 1 ». le plus souvent azoïques ;
CIRCUIT C12 : HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST 73

- Une composante allochtone représentée par des dépôts biodé-


tritiques resédimentés par des processus gravitaires. Il s’agit de
blocs de taille variable (1 à 4 m) de calcaires organogènes à co-
raux et éponges ainsi que de biocalcarénites parfois associées à
des coulées boueuses.
Un modèle de sédimentation similaire est représenté par
les dépôts de la formation d’Assemssouk, d’age domérien
moyen à supérieur (Jossen, 1988). Les affleurements de
cette unité sont limités à de petits bassins situés aux extré-
mités W/NW et E/SE des rides d’Assemsouk et de Taguia
le long de l’Accident nord-Atlasique. On relève une alter-
nance de marnes grises à débit schisteux et de niveaux de
calcaires marneux en plaquettes. Les deux tiers inférieurs
sont très riches en passées de séquences turbiditiques cal-
caires granoclassées, mais aussi en blocs resédimentés de
différentes tailles (quelque centimètres à 300 m) issus du
démantèlement des plate-formes du Lias inférieur et
moyen sous-jacents.
Attributions stratigraphiques
Les calcaires de l’unité de Jbel Abbadine correspondent aux
termes les plus anciens qui aient livré des fossiles stratigra-
phiques. Il s’agit d’une faune oligospécifique dominée par
des Arnioceras attribuables au sommet du Sinémurien infé-
rieur ou à la base du Sinémurien supérieur. Plus haut dans la
même unité, un second horizon contient une association
d'Asteroceras et de Parasteroceras qui permet de dater le
Sinémurien supérieur. Il semble donc que la sédimentation
de cet ensemble a débuté dans le Sinémurien inférieur
comme l'indique l'épaisse série carbonatée, non datée, pré-
sente en dessous des premiers niveaux à Ammonites. Sa par-
tie supérieure a été arrêtée à l'apparition des premières
faunes d’ammonites indiquant la base du Lias moyen.
Le calage biostratigraphique des termes constituant l’unité
de Jbel Taguendouft ainsi que la formation de Tamadout 1
est réalisé grâce à l’abondante faune d’ammonites qu’ils
contiennent. Une analyse détaillée de cette faune (El Ha-
riri et al., 1996) a permis de subdiviser le Pliensbachien
de l’Atlas de Béni-Mellal en 15 horizons.
L’unité de Jbel Taguendouft est ainsi d’âge Pliensbachien
alors que la Formation de Tamadout 1 est essentielle-
ment d’âge Domérien.
Lias inférieur et moyen, 3 : Paléogéographie
Dans l’interprétation des milieux de dépôt, il convient de
distinguer entre deux périodes, sinémurienne et pliensba-
chienne.

FIG. 6 : Coupe du membre inférieur domérien de la Formation de Tamadout. Lé-


La période sinémurienne est celle au cours de laquelle se
gende : voir fig. 5B avec, en rouge : marnes et argiles rouges ; en vert : marnes mettait en place la plate-forme liasique (formations d’Ait
vertes ; jaune : grès à ciment calcaire. Bou Oulli, Jbel Rat et unité de Jbel Abbadine) dans la bor-
FIG. 6 : Columnar section of the Lower Domerian member of the Tamadout For-
mation. Legend : see fig. 5B with red : red marls and clays; green : green marls;
dure occidentale du golfe atlasique (fig. 7). Cette installa-
yellow : calcareous limestones. tion s’est réalisée avec une ouverture progressive des
74 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

FIG. 7 : Esquisse paléogéographique du Lias inférieur (Siné-


murien supérieur) de la bordure occidentale du Haut Atlas cen-
tral, en carte et en coupe. Légende : voir fig. 3.
FIG. 7 : Sketch paleogeographic map for the Lower Liassic
(Upper Sinemurian) of the western border of the Central High
Atlas Mountains, and corresponding cross-section. Legend as
fig. 3.

milieux de dépôts conduisant à une zonation paléogéogra- Les indices d'activité tectonique semblent rares et localisés
phique au sein d'une plate-forme carbonatée subtidale. Cette durant cette période. La mobilité tectonique a dû se limi-
ouverture, réalisée principalement au cours du Sinémurien ter pour l'essentiel à de lents mouvements d'ensemble
inférieur, atteint son maximum à la base du Sinémurien su- conduisant à l'approfondissement progressif des milieux
périeur. Elle a guidé l'installation d'un environnement car- de dépôt. Il n'en demeure pas moins que des lignes struc-
bonaté néritique au niveau des bordures et d'un turales ont fonctionné. Le plus manifeste de ces aligne-
environnement circalittoral à faune pélagique en direction ments dans notre secteur présente une orientation NE-SW.
du centre du bassin. Dans l'Atlas d'Afourer, il s'agit des massifs faillés de Jbel
Aourdemi et de Jbel Tazerkount le long desquels on note
Le Sinémurien supérieur marque un maximum d'ouverture une brusque variation d'épaisseur dans le Lias inférieur
des milieux. L'extension des sédiments carbonatés préfi- massif. Dans l'Atlas de Béni-Mellal, l'accident de Jbel Ta-
gure, dès cette époque, les limites du bassin haut-atlasique. zerkount se prolonge par l'accident frontal limitant la
Le paysage était celui d'une plate-forme carbonatée peu chaîne au nord-ouest. Les masses épaisses du Lias infé-
pentée marquée dans sa périphérie par des dépôts interti- rieur (Jbel Ghnim et Jbel Taçmit) présentes en bordure
daux passant progressivement à des faciès subtidaux au même de la chaîne, témoigneraient vraisemblablement du
centre du bassin. Les secteurs les plus subsidents dessinent même dispositif que celui observé dans l'Atlas d'Afourer.
deux appendices: le premier au sud, individualisé dès le Cet alignement témoigne d'un jeu normal favorisant l'af-
Lias basal (sillon de Telouet) et le second, nouvellement faissement du compartiment sud-oriental. Un environne-
individualisé au nord que nous appellerons "sillon de Ti- ment à dépôts intertidaux à supratidaux marqué par
lougguit". Ces deux secteurs ont enregistré une sédimen- l'abondance des faciès à "tipis" est installé à l'emplacement
tation à tendance euxinique. de la plate forme carbonatée subtidale du stade précédent.
CIRCUIT C12 : HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST 75

Un environnement à dépôts carbonatés, circalittoraux, ca- humide. Leur organisation verticale montre que cette plate-
ractérisés par un fort taux de sédimentation est localisé à forme est régulièrement soumise à la progradation d'un ma-
l'emplacement du "sillon de Tilougguit". rais algaire, recouvert à son tour par une nappe de terrigènes
d’origine continentale. Notons aussi que dans ces environ-
La phase régressive qui succède, au cours du Sinémurien
nements et à l’exception de la formation de Jbel Choucht, il
terminal, est marquée par le développement d'une sédi-
n'y a pas de vraie barrière récifale. Les faciès construits de-
mentation péritidale à émersions fréquentes au niveau des
vaient en effet constituer de simples protubérances en marge
bordures alors qu'en direction du centre du bassin la sédi-
de la plate-forme. Les faciès les plus "externes" correspon-
mentation témoigne de milieux de dépôt toujours pro-
draient à des platiers à grands lamellibranches.
fonds. L’absence totale de terrigènes, notamment au sein
des faciès émersifs carbonatés de la formation du Jbel Rat, Dans le secteur de « bassin » - il convient de parler plutôt
témoigne de l'éloignement des zones de rivage et de la de « sillon » - les conditions de sédimentation au cours du
large extension de la plate-forme carbonatée au cours de Carixien étaient celles d’un milieu profond, circalittoral.
cette période. Seuls les secteurs proches de la bordure du sillon montrent
des faciès turbiditiques, notamment au cours du Carixien
La période pliensbachienne (formations d’Aganane, de
terminal. A partir du Domérien, l'empreinte de la tecto-
Jbel Taguendouft et de Tamadout 1) est celle au cours de
nique sur la sédimentation devient manifeste et les divers
laquelle le dispositif « plate-forme – sillon » semble bien
secteurs évoluent différemment.
installé au niveau de la bordure occidentale du golfe at-
lasique (figs. 8, 9). L'évolution paléogéographique de la bordure occidentale du
golfe atlasique peut être décrite en trois étapes principales :
Dans le secteur de la plate-forme, les faciès indiquent un do-
maine interne protégé, développé sous un climat chaud et 1) Au Carixien inférieur, on note la persistance du schéma

FIG. 8 : Esquisse paléogéographique du Pliensbachien


basal (Carixien inférieur). Légende : voir fig. 3.
FIG. 8 : Sketch paleogeographic map for the Pliens-
bachian (Lower Carixian). Legend as fig. 3.
76 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

FIG. 9 : Esquisse paléogéographique du Pliensbachien (Ca-


rixien supérieur à Domérien inférieur). Légende : voir fig. 3.
FIG. 9 : Sketch paleogeographic map for the Pliensbachian
(Upper Carixian to Lower Domerian) , and corresponding
cross-section. Legend as fig. 3.

paléogéographique individualisé à la fin du Sinémurien. ci montrent un jeu normal favorisant l'affaissement des
De vastes tidal flats, à émersions prolongées (paléosols, compartiments N (accident nord-Atlasique) et NE (acci-
karsts et structures en "tipis", notamment sur le versant dent de Demnat).
sud du Haut Atlas; Jossen, 1987) s'installent à l'emplace-
Dans la bordure sud du Haut Atlas, le sillon de Telouet,
ment de la plate-forme subtidale du Sinémurien supé-
individualisé au cours du Lias inférieur, ne semble pas
rieur. Les grands lamellibranches colonisent, pour la
présenter d’évolution notable au cours du Lias moyen à
première fois, les principales zones situées à l'aplomb des
l’inverse de son équivalent nord (Jossen, 1988). Le sillon
accidents actifs au cours de cette période. Le plus im-
de Télouet est en effet le siège d’une sédimentation peu
portant de ces accidents dans notre secteur d'étude est re-
profonde (formation d’Aganane). Les faciès de mer ou-
présenté par la grande faille NE-SW, séparant le sillon de
verte se rencontrent à partir du méridien de Tineghir.
Tilougguit au SE de sa plate forme bordière au NW.
3) Au cours du Domérien supérieur, la paléogéographie de
2) Au cours de l'intervalle Carixien moyen - Domérien in-
ce secteur haut-atlasique devient très contrastée. On note
férieur, le milieu marin se réinstalle progressivement sur
ainsi :
toute la bordure occidentale du bassin du Haut Atlas. Le
maximum d'ouverture des milieux de dépôt est enregis- - Une émersion d'un vaste secteur de la plate-forme,
tré au passage Carixien - Domérien : sédimentation conduisant au développement de paléosols et de karst et
marno-calcaire rythmique dans le sillon de Tilougguit, à l'accumulation de dépôts ligniteux en bordure des ac-
faciès turbiditiques en bordure SE de la plate-forme de cidents tectoniquement actifs (accident de Demnat ;
Béni-Mellal et lagons subsidents dans les autres secteurs. Jenny, 1983) ;
L'activité tectonique de l'accident NW-SE de Demnat - Un comblement du sillon de Tilougguit par une sédi-
(Jenny, 1983) et de l'accident nord-Atlasique, orienté mentation carbonatée et terrigène. Celui-ci montre une
N70, devient manifeste au cours de cette période. Ceux- mosaïque de petits bassins (Tamadout, Taquat N'Agrd)
CIRCUIT C12 : HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST 77

siège d'une sédimentation à composante gravitaire, et dimentation dans un domaine marin ouvert, circalittoral. Les
de hauts-fonds (Jbel Taguendouft) à dépôts condensés. turbidites gréseuses observées au niveau de la bordure nord
du bassin témoignent d’un transit du matériel à travers la
une intensification dans l'activité de l'accident nord-Atlas-
plate-forme exondée du Lias moyen. Celles de nature car-
ique conduisant à l'approfondissement de la plate-forme
bonatée, observées plus au sud, dans le secteur de Taquat
centrale (création du nouveau bassin d'Amezraï), à l'indi-
N’Agrd, seraient determinées par l’érosion de zones hautes
vidualisation de zones fortement subsidentes à l'aplomb
intra-bassinales. Les unités 2 et 3 montrent par leur organi-
même de cet accident (gouttière de Jbel Azourki - Jbel
sation verticale un lent processus de comblement condui-
Aroudane) et à la naissance des premières rides dans le
sant à l’établissement d’un environnement côtier.
centre du bassin haut-atlasique.
Formations de Wazzant, d’Azilal
Les terrigènes du Lias supérieur
Les deux formations de Wazzant et d’Azilal caractérisent
Dans tout le domaine atlasique marocain, le passage du Lias les bordures externes du golfe atlasique au cours du Toar-
moyen au Lias supérieur est marqué par un changement bru- cien-Aalénien. Elles correspondent à une succession de
tal dans les conditions de la sédimentation (Choubert et teinte brun rouge à dominance terrigène: conglomérats,
Faure - Muret, 1960-62 ; Du Dresnay, 1979). Ce change- grès, argiles à paléosols et calcaires gréseux parfois dolo-
ment se marque essentiellement par le passage d'une sédi- mitisés (fig. 11). La formation de Wazzant présente un ca-
mentation carbonatée à une sédimentation terrigène. ractère proximal par rapport à la formation d’Azilal.
Formation de Tamadout 2
Cette unité affleure uniquement dans le secteur dans le-
quel s'est installé le bassin du Lias moyen. Dans l’ensem-
ble, malgré des variations notables d'épaisseur, la série
présente très peu de variations latérales de faciès. Elle est
essentiellement formée de marnes vertes à beiges riches
en passées gréseuses à son sommet (fig. 10).
Les éléments paléontologiques disponibles pour la data-
tion de la formation de Tamadout 2 sont de deux types :
Micropaléontologiques : les niveaux marneux situés à la
base de la formation se sont avérés particulièrement riches
en microfaune. Il s'agit essentiellement de foraminifères et
d'ostracodes. Les foraminifères ont donné l’association
suivante: Citharina sp., Lenticulina matutina, Lenticulina
munsteri, Lenticulina sp., Lenticulina toarcense, Lingulina
brizaeformis, Lingulina pupa, Lingulina dentaliformis,
Lingulina tenera, Marginulina prima, Marginulina spi-
nata, Nodosaria sexcostata, Ophtalmidium concentricum,
Pseudonodosaria sp. et Pseudonodosaria tenuis (dét. M.
Boutakiout). Cette association indique un âge Domérien-
Toarcien inférieur (zone à polymorphum).
Macropaléontologiques : la base de cette série repose sur
une discontinuité régionale marquée par une remarquable
abondance en Eodactylioceras du Toarcien inférieur. Le
sommet de l’unité a livré dans la région de Tamadout
quelques espèces rapportées à Ildoceras sublevisoni ca-
ractéristiques de la base de la zone à Bifrons.
Les dépôts de cette unité correspondent à des épandages ter- FIG. 10 : Distribution des foraminifères et environnement de dépôt du membre su-
rigènes dans l’ancien bassin du Lias moyen. La tendance périeur de la formation de Tamadout dans la coupe de Taquat N'Agrd et de jbel Ta-
guendouft. Légende : voir fig. 5B avec, jaune : grès à ciment calcaire ; bleu : marnes
générale observée montre une évolution en comblement. A fossilifères ; hachures horizontales : marnes argileuses azoïques
la base de la série, l’assemblage des foraminifères, les traces FIG. 10 : Foraminifera distribution and sedimentary environment of the upper mem-
d’ammonites ainsi que les crachées turbiditiques observées ber of the Tamadout Formation from the Taquat N'Agrd and Jbel Taguendouft
columnar sections. Legend as fig. 5B, with yellow : calcareous limestone; blue :
dans les marnes de l’unité 1 reflètent des conditions de sé- fossiliferous marls; horizontal hatching : azoic marls.
78 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

bassin d'Amezraï où elles présentent leur maximum de dé-


veloppement (fig. 12). Il s'agit essentiellement de marnes,
grès et calcaires rapportés à l'intervalle Domérien supé-
rieur - Aalénien (Bouchouata et al., 1995). L'ensemble
comporte trois unités :
- Formation d'Amezraï : caractérisée par une succession de cal-
caires gréseux à brachiopodes, de grès et de marnes rouges ;
- Formation de Tafraout: représentée par des marnes vertes et des
calcaires marneux, noduleux au sein desquels se développent
des petits récifs coralliens isolés ;
- Formation d'Aguerd-n-Tazoult : composée de calcaires, de
marnes jaunes et de grès. Son sommet est souligné par une cor-
niche de calcaires à faune récifale.
Le calage chronostratigraphique de ces séries est essen-
tiellement basé sur une faune de brachiopodes rencontrée
dans la formation d’Amezraï et dans la formation d’Agrd
N’Tazolt (Bouchouata et al., 1994).
La base de la formation d’Amezraï est d’age Domérien su-
périeur. Son sommet est daté du Toarcien par des brachio-
podes de la zone à Serpentinus (Soaresirhynchia bouchardi
(DAVIDSON), S. babtisrensis (ROUSSELLE) et Pseudogibbi-
rhynchia jurensis (QUENSTEDT)). Cet âge est attesté par les
Soaresirhynchia qui se situent sous le niveau à Hildoceras
bifrons (Toarcien inférieur, zone à Serpentinus). P. jurensis,
espèce qui accompagne ces formes, est signalée dans le
Haut Atlas central, depuis le Toarcien à Hildoceras jusqu'au
sommet de l'étage (ROUSSELLE, 1973).
Les dépôts de la formation d'Aguerd n-Tazoult sont d'âge
Aalénien comme l'indiquent les brachiopodes de la zone à
FIG. 11 : Coupes du Toarcien moyen - Aalénien (Formation d'Azilal) dans la zone
du Ghnim avec illustration d’une séquence positive. Bradfordensis/Murchizonae : Globirhynchia subobsoleta
FIG. 11 : Columnar section of the Middle Toarcian - Aalenian (Azilal Formation) (DAVIDSON), Curtirhynchia benacensis (ROTHPLETZ) et
in the Ghnim region with the illustration of a positive sequence Stroudithyris pisolithica (BUCKMAN).
L'épaisseur de ces unités est extrêmement variable (de La formation de Tamadout (1 & 2) est corrélable à la for-
quelques mètres à 800 m) en raison des irrégularités de leur mation d'Amezraï et la formation d'Azilal aux formations
substratum pliensbachien. Ces dépôts comblent en effet de de Tafraout et d'Agrd N'Tazoult.
nombreux petits bassins de déchirure dans l'Atlas d'Afourer
Les caractéristiques sédimentologiques témoignent d'une
(Laville, 1978) et dans celui d'Azilal (Jenny, 1988).
évolution, au sein d'une plate-forme interne, à partir d'en-
Cette formation n’est pas datée paléontologiquement dans vironnements terrigènes deltaïques (formation d'Amezraï)
l’Atlas de Beni Mellal. Seul son encadrement stratigra- vers des environnements carbonatés intertidaux à subti-
phique permet de la situer dans l’intervalle Toarcien daux (Bouchouata, 1994).
moyen - Aalénien.
Paléogéographie
Les dépôts à dominante terrigène de cette formation se
On peut distinguer deux étapes principales dans l'évolu-
sont déposés dans un environnement côtier à influence
tion paléogéographique de la bordure occidentale du bas-
continentale. On note, du nord au sud et d’ouest en est, un
sin haut-atlasique au cours du Toarcien et de l'Aalénien.
passage latéral depuis des faciès côtiers à fluviatiles d’es-
tran jusqu’à des faciès de plage. Au cours du Toarcien inférieur (fig. 13), ce secteur présentait
les mêmes caractéristiques paléogéographiques que celles
Formations d'Amezraï, de Tafraout et
ébauchées au cours du Domérien supérieur. On note une ré-
d'Aguerd-n-Tazoult
duction des aires de dépôt et un comblement des bassins do-
Ces trois formations sont principalement définies dans le mériens par les terrigènes des formations de Tamadout et
CIRCUIT C12 : HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST 79

FIG. 12 : Synthèse des coupes du Lias supérieur du bassin


d'Aït Bouguemmez. En noir : faciès argileux et terrigènes.
FIG. 12 : Summarized columnar section for the Upper
Liassic series of the Aït Bouguemmez Basin. Black : clays
and clastics.

FIG. 13 : Esquisse paléogéographique du Lias supérieur


(Toarcien inférieur) de la bordure occidentale du Haut Atlas
central. Légende : voir fig 3.
FIG. 13 : Sketch paleogeographic map for the Upper Lias-
sic (Lower Toarcian) , and corresponding cross-section.
Legend as fig. 3.
80 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

d'Amezraï. Le cadre structural semble contrôlé par les mêmes (1952), Rolley (1973 - 78), Rebouillat (1983), Monbaron
accidents ayant fonctionné au cours du Domérien supérieur. (1985), Jenny (1988), Jossen (1988) et Bouchouata (1993).
Au cours du Toarcien moyen – Aalénien (fig. 14), la sédi- Une suite de 2 à 3 barres calcaires séparées par des zones
mentation reprend dans l’ensemble de la région. Le bassin marneuses ou marno-gréseuses a été ainsi reconnue au sein
subsident d’Amezraï est comblé par les carbonates de de cette succession (fig. 15). Il s'agit des formations du
plate-forme interne des formations de Tafraout et d’Agrd groupe de Bin El Ouidane dans les feuilles de Béni-Mel-
N’Tazolt. Cette plate-forme carbonatée est ceinturée au lal et de Zawiat Ahançal et de celles du groupe de Tanant
nord, à l’est et au sud par un domaine côtier à sédimenta- dans la feuille d'Azilal. La nature lithologique relativement
tion terrigène dominante (formations d’Azilal et de Waz- homogène de ces unités ressort d'ailleurs de l'analyse des
zant). Cette période est marquée par l'individualisation de travaux des divers auteurs dans l’ensemble du Haut Atlas.
la ride de Talmest-Tazolt dans le centre du bassin et par un Une formation supplémentaire, celle de Tilougguit, a par
calme tectonique relatif dans les autres secteurs. ailleurs été identifiée et cartographiée séparément au som-
met de cette succession.
Les carbonates du Dogger
Description des formations
Présentation
Formation Bin El Ouidane I : dans la partie nord du sec-
Les carbonates du Dogger correspondent dans le secteur vi-
teur visité, elle correspond à une barre de calcaires lités à
sité à un ensemble sédimentaire bien défini lithologique-
bird eyes. Plus au sud, dans l'axe du bassin atlasique, elle
ment. Il s'agit d'une série à dominance calcaire encadrée, à
est formée de calcaires à dominante oolithique (formation
la base, par l'ensemble marno-gréseux du Toarcien-Aalé-
d'Aït Abdi, Jossen; 1988). Sa base correspond régionale-
nien et, au sommet, par un complexe gréso-conglomératique
ment à l'horizon à Timidonella Sarda (horizon F de Sept-
rouge d'âge Jurassico-Crétacé. Cette succession représente
fontaine, 1984).
le second et dernier grand événement transgressif du Juras-
sique, après celui du Lias inférieur - moyen, ayant conduit Formation Bin El Ouidane II : elle est formée par des
à l'installation d'une plate-forme carbonatée à l'échelle du marnes et des calcaires marneux soulignés, dans la partie
Haut Atlas central tout entier. moyenne, par des passées pétries de rhynchonelles. Des
La nature lithologique des diverses unités composant cet ammonites de la zone à sauzei y ont également été signa-
ensemble a été progressivement définie par Lévêque lées (Jossen, 1988).

FIG. 14 : Esquisse paléogéographique du Lias supé-


rieur (Toarcien moyen à Aalénien) de la bordure oc-
cidentale du Haut Atlas central. En jaune :
environnements supratidaux à intertidaux ; vert pâle :
environnements intertidaux à subtidaux.
FIG. 14 : Sketch paleogeographic map for the Upper
Liassic (Middle Toarcian to Aalenian). Legend as fig.
3. Yellow : supratidal to intertidal environments; light
green : intertidal to subtidal environments.
CIRCUIT C12 : HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST 81

Formation Bin El Ouidane III : c'est une succession de cal-


caires à onchoïdes en dalles, localement coralligènes et
riches en brachiopodes. Ces derniers indiquent un âge Ba-
jocien moyen pour les assises sommitales de cette unité.
Formation de Tilougguit : les dépôts de cette formation re-
présentent les derniers témoins marins d'âge jurassique dans
le Haut Atlas de Béni-Mellal. Il s'agit d'une série marneuse
et marno-gréseuse à sa base et carbonatée à son sommet. Le
contenu fossilifère est représenté par des restes osseux de
Dinosaures au niveau des grès, et par des coraux, lamelli-
branches et brachiopodes dans les calcaires sommitaux.
Attribution stratigraphique
Groupe de Bin El Ouidane
Les arguments paléontologiques sont recueillis dans l'Atlas
de Béni-Mellal et complétés par des éléments receuillis dans
l’Atlas de Zawiat Ahançal. Ces données montrent que la sé-
dimentation du groupe carbonaté de Bin El Ouidane débute
dans l'Aalénien moyen-supérieur et se termine au passage
Bajocien moyen-supérieur. Ces arguments sont les suivants :
* Timidonella sarda reconnue à la base de la formation de
Bin El Ouidane I, est citée dans le Haut Atlas entre deux
niveaux à ammonites appartenant respectivement à l'Aa-
lénien moyen et au Bajocien inférieur, zone à Sauzei
(Jossen, 1988). De plus, la formation d'Ait Abdi, équiva-
lent latéral de la formation de Bin El Ouidane I dans l'At-
las de Zawiat Ahançal, a fourni l'association des
foraminifères et algues suivante (Canérot et al., 1994) :
* Foraminifères : Meandrospira sp., Everticyclammina sp.,
Ophthalmidium sp., Limognella sp., Limognella dufau-
rei, Spiraloconulus pergconigi, Trocholina gr. palasti-
niensis, Neotrocholina sp., Mesoendothyra izjumiana ,
Pseudocyclammina sp. et Siphovalvulina sp.
* Algues : Thomatoporella parvoversiculifera, Sarfatiella
dubari , Boueina sp. et codiacées.
* La formation marneuse de Bin El Ouidane II dans l'Atlas
de Béni-Mellal constitue l'équivalent latéral de la forma-
tion des calcaires marneux (Jossen, 1988). Elle est datée
dans ce dernier secteur du Bajocien inférieur en raison
d'une part d'Otoites Sauzei signalées par Jossen (1988) et
des brachiopodes Burmirhynchia termierae (ROUSSELLE),
Parvirhynchia cf. parvula (DESLONGCHAMPS), Monsardi-
thyris ventricosa (HARTMANN), Tubithyris wrighti (DAVID-
SON), Rugitela prebullata ROUSSELLE et Eudesia sp. (zone
à Humphrisianum), contenus dans ses assises intermé-
diaires (Bouchouata et al., 1995).
* La formation de Bin El ouidane III est datée à son som-
FIG. 15 : Coupe synthétique du Dogger dans le secteur du Ghnim. Légende : voir met, du passage Bajocien inférieur - Bajocien supérieur
fig. 5B ; en bleu : marnes argileuses azoïques.
FIG. 15 : Summarised columnar section for the Ghnim region. Legend as fig. 5B,
en raison de la présence du brachiopode Burmirhynchia
with blue : azoic clays and marls. termieri.
82 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

Formation de Tilougguit 1979) de la mer jurassique vers l'est et le nord-est. Les fa-
ciès montrent un caractère granocroissant et régressif. Ils
La faune de brachiopodes rencontrée à la base et au som-
matérialisent un prisme terrigène progradant comportant
met de cette unité permet de la situer dans l'intervalle Ba-
une partie sous-aquatique, suivie d'une partie subaérienne
jocien supérieur - Bathonien inférieur (Souhel, 1996). Il
dominée par des processus sédimentaires fluviatiles.
s'agit, d'une part de Burmirhynchia termieri (passage Ba-
jocien moyen - supérieur) reconnu à la base de la succes- Les Couches rouges jurassico-crétacées
sion et de Holcothyris angulata et Rugitila sp. (Bathonien
inférieur) présents au sommet de l'ensemble. A partir du Bathonien inférieur et jusqu'à l'Aptien, l’Atlas
de Beni Mellal a été le siège d'une sédimentation terrigène
Milieu de dépôt et cadre paléogéographique au sein de laquelle se reconnaissent trois formations prin-
Pour le groupe de Bin El Ouidane, les milieux sédimen- cipales (Jenny et al., 1981), celles de Guettioua, d’Iouari-
taires reconnus (fig. 16) sont ceux d'une plate-forme car- dène et du Jbel Sidal (cf. tableau I). Elles s'échelonnent
bonatée peu profonde. Dans leur ordre de succession, ces dans un milieu essentiellement continental et témoignent
diverses unités témoignent d'une ouverture progressive de de la diversité des paléoenvironnements qui se sont suc-
la bordure occidentale du golfe atlasique sur le domaine cédés dans le Haut Atlas de Béni-Mellal durant la période
marin. Cette ouverture résulte de la succession de quatre jurassico-crétacée considérée.
phases transgressives, chacune responsable de la mise en
Formation de Guettioua
place d'une barre carbonatée dans ce secteur. Leur organi-
sation séquentielle reste constante à l'échelle de la bordure Cette unité correspond à une alternance de grès lenticu-
occidentale du golf atlasique. Dans la zone traversée par laires et d'argiles, occupant le fond de la plupart des bas-
l’excursion, les variations observées dans leur épaisseur sins synclinaux de la région (fig. 17). Les faciès dominant
témoignent de l'existence d'une zone haute (ride NE-SW sont des argiles de plaines d'inondation; des silts, des grés
de Jbel Abbadine) délimitant deux dépressions subsidentes lenticulaires, des conglomérats et microconglomérats. Les
: celle de Bin El Ouidane au nord-ouest et celle de Jbel Ga- diverses associations présentées par ces faciès témoignent
drouz - Jbel Laqroun au sud-est. d'un environnement continental alluvial.
Les dépôts de la formation de Tilougguit s'intègrent dans Les critères disponibles pour la datation de la formation
le contexte de la régression bathonienne (du Dresnay, de Guettioua sont de trois ordres :

FIG. 16 : Esquisse paléogéographique du Dogger


(Aalénien moyen à Bajocien moyen) de la bordure
occidentale du Haut Atlas central. Légende : voir
fig. 14, avec bleu : environnement subtidal.
FIG. 16 : Sketch paleogeographic map for the Mid-
dle Jurassic (Dogger : Middle Aalenian to Middle
Bajician). Legend as fig. 14, with blue : subtidal en-
vironment.
CIRCUIT C12 : HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST 83

FIG. 17 : Cadre géologique et schéma de corrélation des Couches rouges jurassico-crétacées de la bordure occidentale du Haut Atlas central (d’après Haddoumi et al. 2010).
FIG. 17 : Geological overview and correlation diagram of the Jurassic-Cretaceous red beds of the western border of the Central High Atlas Mountains (after Haddoumi et al. 2010).
84 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

• Géométriques : dans l'ensemble du secteur et notamment ropodes et Sauropodes. Le meilleur exemple dont on dis-
au centre des bassins, le passage des couches de Tiloug- pose est celui d'un squelette complet de Atlasaurus Ime-
guit, datées du Bathonien inférieur, aux premières as- lakei n.g., n.sp. (Monbaron et al., 1999) caractéristique
sises de la formation de Guettioua parait progressif et ne du Bathonien. Ce dernier fut découvert dans les assises
témoigne d'aucun hiatus sédimentaire important ; basales occupant le bassin de Tilougguit.
• Radiométriques : la datation K-Ar des coulées basal- L'ensemble de ces arguments plaident donc en faveur d'un
tiques (ensemble I, fig. 18), située au sommet de ces grès âge jurassique moyen pour cette formation. La succession
dans la région de Bin El Ouidane donne des âges fluc- d’ensemble des Grès de Guettioua traduit un phénomène
tuants autour de 168 Ma. (Westphal et al. 1979), soit un général de progradation fluviatile vers le centre du bassin
âge jurassique moyen. Notons que ces mesures K-Ar atlasique. La topographie irrégulière sur laquelle repose
sont à prendre avec précaution, dans la mesure où, sur cette formation témoigne de la structuration subie par le
les coulées de Naour, elles entrent en contradiction avec substratum concurremment au dépôt de cette formation.
des données paléontologiques nouvelles (Haddoumi et Les répercussions de ces mouvements tectoniques sur la
al., 2010 ; cf. circuit C7, J2) ; paléogéographie locale laissent apparaître deux types
d'environnements contigus et caractéristiques de chaque
• Paléontologiques : elle renferme les meilleurs gisements
aire de dépôt :
de dinosaures du Haut Atlas central. Il s'agit essentielle-
ment d'ossements et d'empreintes de Dinosauriens Thé- • dans les parties subsidentes des bassins, un environne-

FIG. 18. Les basaltes intercalés dans les Couches rouges jurassico-crétacées du Haut Atlas central. A : Ages radiométriques. B : Coulée de basalte B2
(~130 Ma) dans le flanc sud du synclinal de Ouaouizaght.
FIG. 18 : The basalt flows interbedded in the Jurassic-Cretaceous red beds of the Central High Atlas. A : Radiometric dating. B : B2 basalt flow
(~130 Ma) at the southern border of the Ouaouizarth syncline.
CIRCUIT C12 : HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST 85

ment de plaine alluviale à écoulements méandriformes ; les carbonates aptiens de la formation d’Ait Tafelt. En
outre, cette unité admet à sa base une coulée basaltique.
• les zones hautes, bordant chaque bassin, sont généra-
Celle-ci représente le dernier témoin des manifestations
trices d'un système fluviatile transverse au précédent
éruptives enregistrées dans la série stratigraphique du sec-
mais de moindre importance. Celui-ci draine des élé-
teur étudié. Les âges les plus récents, établis pour les cou-
ments essentiellement issus de l'érosion locale et pré-
lées conservées dans l'Atlas de Béni-Mellal (Westphal et
sente de rapides variations de faciès.
al., 1979), oscillent entre 119 Ma et 125 Ma, indiquant un
Formation d'Iouaridène Crétacé inférieur anté-Aptien (cf. ensemble II, fig. 18).
Deux membres constituent la formation d'Iouaridène (fig. Les dépôts de la Formation du Jbel Sidal montrent une
17) : un membre inférieur à dominante pélitique avec de évolution au sein d'un environnement fluviatile constant.
rares intercalations gréso-conglomératiques et un membre La nature du système fluviatile dominant ainsi que la po-
supérieur formé essentiellement de bancs de gypse asso- larité sédimentaire préférentielle indiqueraient que, loca-
ciés à des passées argileuses. lement, la bordure occidentale du golfe atlasique occupait
Andreu et al. (2003) ont daté, à Aït Attab, la base de cette une position proximale dans un système de transit ouvert,
unité du Jurassique supérieur et ses termes sommitaux du à l'échelle régionale, sur une aire de sédimentation située
Crétacé inférieur. Mojon et al. (2005) concluent, d’après à l'ouest. Les dépôts de cette formation s'intégraient ainsi
les charophytes, à un âge Hauterivien ?-Barrémien. Char- dans un système de drainage fluviatile d'origine haut-at-
rière et al. (2005) et Haddoumi et al. (2010) montrent la lasique en connexion probable avec les bassins occiden-
présence du Kimméridgien dans le synclinal des Iouari- taux de l'Atlas atlantique (fig. 19). Ces derniers présentent
dène ainsi qu’à Naour. en effet des épandages terrigène de nature comparable, no-
tamment dans leurs remplissages de l'Hauterivien et du
Dès les termes de base de la formation d'Iouaridène, on Barrémien (Rey et al., 1987). La zone nourricière, située à
note un début de confinement intéressant l'ensemble de la l'est ou au sud-est, serait l’ancien sillon atlasique lui-
région. Ce dernier se traduit d'un point de vue lithologique même, ce qui laisse supposer que les grès du Jbel Sidal
par une constance et une homogénéisation progressive des correspondent à des remaniements des formations d'Ioua-
faciès (passage des pélites aux évaporites); d'autre part et ridène et de Guettioua.
d'un point de vue morphologique, la présence de reliefs,
manifeste pour le premier membre de la formation (playa Les dépôts carbonatés et terrigènes de l’Aptien
coalescente avec un édifice de piedmont) paraît absente à l’Eocène
pour le second membre. Cette unité témoigne ainsi de l'éta-
blissement d'un domaine continental endoréique ou, selon La première pulsion marine franche sur la bordure occi-
Charrière et al. (2005), lagunaire, puisque de petits fora- dentale du golfe atlasique est représentée par des marnes et
minifères sont localement présents au-dessus des gypses calcaires d'âge Aptien, d'origine atlantique (Choubert &
du membre supérieur. Les données disponibles ne per- Faure-Muret, I960-62). Cet épisode est bref puisque se ma-
mettent pas d'avancer une interprétation quant à la pola- nifeste ensuite une sédimentation détritique continentale
rité sédimentaire régionale au cours de cette période. puis évaporitique couvrant la majeure partie de l'intervalle
Albien - Cénomanien. C'est au Cénomanien supérieur que
Formation de Jbel Sidal la mer (d'obédience plus téthysienne qu'atlantique, cf. Et-
Cette formation se présente sous forme d'une alternance tachfini et al. 2005 ; Ettachfini, 2006) conquiert à nouveau
de bancs gréseux rouges à orangés et d'argiles rouges. Ses cette région, ainsi que la majeure partie du domaine atlas-
affleurements sont observables dans la plupart des grands ique et même subsaharien, et s'affirme par une série de cal-
synclinaux de la bordure ouest du Haut Atlas central (fig. caires infralittoraux d'âge cénomano-turonien. De rares
17). Elle admet comme encadrement stratigraphique les passées marno-calcaires d'âge Sénonien (Rolley, I978) sui-
formations d'Iouaridène à la base et d'Ait Tafelt au som- vies de calcaires et sables phosphatés du Maastrichtien -
met. Puissante d'environ 200 m, elle repose partout sur le Paléocène, le plus souvent tronqués par érosion, consti-
dernier membre évaporitique de la formation d'Iouaridène. tuent le dernier témoin de la sédimentation mésozoïque
dans cette région.
Les faciès caractéristiques sont des argiles de plaines
d'inondation et faciès gréseux du système fluviatile en Formation d'Aït-Tafelt
"tresse". Les orientations préférentielles des paléocourants
Elle affleure dans les synclinaux de la bordure nord de l’at-
montrent des directions vers l'ouest et le nord-ouest.
las et présente une épaisseur décroissante du SW vers le NE.
Cette formation est datée à sa base du Crétacé inférieur Sa puissance atteint ainsi 35 m dans le synclinal d’Ouaoui-
(Haddoumi et al., 2002). Elle est limitée à son sommet par zaght et 20 m dans celui d'Aghzif-Naour. Par ailleurs, elle
86 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

FIG. 19 : Esquisse paléogéographique


du domaine atlasique marocain au
cours du Crétacé inférieur. Légende :
A : terres émergées ; B : milieu conti-
nental ; C : milieu littoral ; D : milieu
marin restreint ; E : plate-forme in-
terne ; F : plate-forme externe ; G : mi-
lieu marin profond ; H : lacune
d’observation; 1 : calcaire ; 2 : marono-
calcaire ; 3 : dolomie ; 4 : marnes ; 5 :
terrigènes grossiers ; 6 : terrigènes fins ;
7 : évaporites ; 8 : polarité sédimen-
taire ; 9 : lacune d’observation ; 10 :
sens d’ouverture du bassin.
FIG. 19 : Sketch paleogeographic map
for the Lower Cretaceous of the Mo-
roccan Atlas region.

paraît absente dans le « dir » (piedmont) de Beni Mellal ainsi Bédoulien à la base de la série et un âge Aptien moyen à su-
que dans les forages effectués plus au nord, dans la plaine de périeur pour son sommet.
Tadla. Les faciès qui composent cette unité s'échelonnent Formation d’Ouaouizaght
d'un milieu marin infralittoral (biomicrites à ammonites et
brachiopodes) à un milieu côtier laguno-continental (marnes La Formation de Ouaouizaght présente une épaisseur de
rouges bioclastiques et évaporites). 330 m dans sa localité type. Elle peut être subdivisée en
trois membres. Le membre inférieur montre une alternance
Les ammonites récoltées dans les niveaux de base de cette de bancs gréseux et de passées argileuses, typique des dé-
formation (Souhel, 1987) sont caractéristiques du Bédou- pôts de plaines alluviales. Le membre moyen est formé
lien moyen (zone à Forbesi). Il s'agit de Roloboceras ham- d'argiles rouges à intercalations de gypse, et révèle une sé-
brovi et de Roloboceras saxbyi. Outre cette macrofaune, on dimentation essentiellement chimique, à dominante éva-
note la présence d’une microfaune composée notamment de poritique lagunaire, bien affirmée vers le sommet. Enfin,
Choffatella decipiens associée à Everticyclammina sp., Glo- le membre supérieur est caractérisé par des termes cal-
bulina sp., textularidés, milioles et ostracodes. Ces macro- caires et marneux riches en microfaune : lituolidés et os-
faunes et microfaunes permettent d'attribuer un âge tracodes. Il traduit dans son ensemble l'ouverture du
CIRCUIT C12 : HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST 87

domaine sur une plate-forme infralittorale. Les derniers Le membre supérieur, carbonaté, de la Formation de
termes, surmontés par les premiers bancs des calcaires Ouaouizaght est daté avec certitude du Cénomanien supé-
blancs, lithographiques, à foraminifères planctoniques du rieur. Rolley (1978) y signale une faune d'ammonites, pro-
Turonien, confirment cette tendance. venant du synclinal d'Aghzif-Naour, au sein de laquelle
sont reconnus des Acantoceratidae et des Vascoceratidae.
Cette formation est aussi reconnue dans les forages réali-
sés dans la plaine du Tadla. Elle est représentée par une al- Une abondante microfaune est en outre décrite par Rah-
ternance de marnes souvent gypseuses et de hali (1979) et Saint-Marc & Rahhali (1982). Il s'agit des
marno-calcaires jaunes. Son épaisseur oscille entre 20 et foraminifères suivants : Cuneolina pavonia, Pseudolituo-
100 m. Les sondages ont par ailleurs montré l'existence nella reicheli, Dicyclina sp. et Spirocyclina atlasica.
d'une formation évaporitique au-dessous de la séquence Les deux membres inférieurs de cette formation, non fos-
marine cénomano-turonienne (fig. 20) silifères à ce jour, sont rapportés à l'intervalle Albien - Cé-

FIG. 20 : Log synthétique des formations crétacées rencontrées dans le forage de la plaine de Tadla (rapport ONAREP).
FIG. 20 : Summarized columnar section for the Cretaceous formations based on data from drilling in the Tadla plain (ONAREP report).
88 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

nomanien, en raison de leur position dans la série strati- Formation Ben Cherrou
graphique datée.
La barre cénomano-turonienne des auteurs est décrite
L'enchaînement vertical des divers termes de la Formation comme un ensemble de calcaire crayeux blancs ou beiges
de Ouaouizaght paraît graduel, continu, et traduit une évo- à silex formant une corniche aisément repérable dans la
lution généralisée d'un milieu continental fluviatile à un topographie (Rolley 1978). Sur la bordure nord du Haut
milieu supralittoral, ayant probablement persisté durant la Atlas central, de nouvelles observations lithologiques et
majeure partie de l'intervalle Albien - Cénomanien, et fi- biostratigraphiques effectuées en particulier dans le syn-
nalement à un milieu marin, de plate-forme restreinte puis clinal de Naour, permettent de cerner avec précision la li-
plus ouverte (fig. 21). mite Cénomanien-Turonien (fig. 22). La Formation Ben

FIG. 21 : Coupe du passage Cénomanien-Turonien dans la région d’Ouaouizaght.


FIG. 21 : Columnar section of the Cenomanian-Turonian transition in the Ouaouizarth region.
CIRCUIT C12 : HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST 89

FIG. 22 : Esquisse paléogéographique du do-


maine atlasique marocain au passage Céno-
manien-Turonien. Légende : voir fig. 19.
FIG. 22 : Sketch paleogeographic map for the
Cenomanian-Turonian transition of the Mo-
roccan Atlas region. Legend as fig. 19.

Cherrou, exclusivement carbonatée, débute par les pre- les forages, cet ensemble présente des variations latérales
miers dépôts carbonatés massifs, bioclastiques et/ou lu- de faciès. En effet, dans la partie nord de la plaine, ce sont
machellique correspondant à l'installation de la des calcaires francs, dans la partie centrale, des calcaires
plate-forme proprement dite, elle se poursuit des calcaires dolomitiques et en se rapprochant de l'Atlas, le faciès de-
crayeux, en petits bancs blanchâtres localement riches en vient dolomitique avec présence d' anhydrite, de marnes
foraminifères planctoniques et en empreintes d'ammonites, et d'argiles. Dans la partie sud, on ne peut distinguer le Tu-
alternant avec des calcaires beiges massifs et bioclastiques. ronien du Cénomanien, l'ensemble est alors décrit sous le
Sa limite supérieure est marquée par des bancs carbonatés nom de Cénomano-Turonien.
dolomitiques à structures stromatolithiques.
La datation de la Fm Ben Cherrou s'avère délicate en rai-
Cet ensemble est rencontré dans les sondages sous la son de l'absence de marqueurs biostratigraphiques fiables.
plaine du Tadla (fig. 20) sur des épaisseurs ne dépassant Seule sa partie inférieure carbonatée avait permis, jusqu'à
pas 80 m. Il est constitué de calcaires et de calcaires dolo- présent aux auteurs (Rolley, 1973; Rahhali, 1979; Saint
mitiques et présente incontestablement le meilleur aqui- Marc & Rahhali, 1982 ; Souhel, 1987 et Andreu, 1991) de
fère de la région sur les plans qualitatif et quantitatif. Dans reconnaître les termes du passage Cénomanien-Turonien.
90 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

Du point de vue de la paléogéographie, l'épaisseur et la l’Atlas (fig. 23). Sous la plaine du Tadla (fig. 20), il peut
fréquence des niveaux marins au sein de la plate-forme atteindre une puissance de 200 m.
carbonatée augmentent du SW vers le NE, ce qui implique
Cet ensemble débute par des marnes blanches et jaunâtres
la présence d'une mer ouverte au NE, vers le domaine té-
qui reposent en contact normal sur les calcaires du Turo-
thysien, contrairement à ce qui a été classiquement pro-
nien. Des niveaux métriques d'argiles blanches totalement
posé jusqu'à ce jour. Toutefois, la confirmation de cette
lessivées et décolorées s'y intercalent. Plusieurs bancs de
hypothèse reste tributaire des données à recueillir à l'ouest
calcaires jaunâtres à patine rose s'interstratifient dans cet
et au nord-ouest, sur le domaine mésétien marocain, et
ensemble marneux. La partie supérieure est constituée par
l'hypothèse d'une influence atlantique ne peut être exclue,
des marnes qui s'enrichissent progressivement vers le haut
dans une mer très largement transgressive.
en fractions sableuses et phosphatées constituant ainsi la
Le Sénonien base de la formation phosphatée sus-jacente.
Il est représenté par des marnes et des marno-calcaires af- Les sondages du Tadla ont montré que la séquence marine
fleurant au cœur des principaux synclinaux du nord de du Cénomano-Turonien s'achevait par un nouvel épisode

FIG. 23 : Esquisse paléogéographique du


domaine atlasique marocain au Crétacé su-
périeur. Légende: voir fig. 19.
FIG. 23 : Sketch paleogeographic map for
the Upper Cretaceous transition of the Mo-
roccan Atlas region. Legend as fig. 19.
CIRCUIT C12 : HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST 91

évaporitique de 50 à 200 m de puissance environ, appelé disposition rayonnée très remarquable dans le synclinal de
"Sénonien lagunaire" (fig. 20). Il est formé d'anhydrite, do- Tagleft, centrée sur la boutonnière d’Aït-Boulmane ; ils
lomies, calcaires dolomitiques et marnes. On ne retrouve occupent diverses orientations dans le cadran NW (Mon-
plus trace de cette formation évaporitique à l'affleurement baron & Just, 1980).
(lacune de sédimentation ?, lessivage postérieur à proxi- Dans les synclinaux, des coulées s'observent, où on peut
mité du continent ?). Au-dessus, on rencontre une forma- distinguer deux horizons B1 et B2, au sein de la série des
tion représentée par des calcaires lumachelliques à débris Couches rouges (ensembles I et II, tableau I & fig. 18A).
de lamellibranches, échinodermes, bryozoaires avec pré- L’horizon B1 est contemporain des récurrences gréseuses
sence de glauconie. C'est un faciès marin de type plate- de la formation de Guettioua et s'observe dans la majorité
forme qui a été décrit sous le nom de "Sénonien marin". des synclinaux de la région. Il s'agit d'un phénomène érup-
La Formation phosphatée du Maastrichtien - Yprésien tif régional, présentant plusieurs coulées et intéressant l'en-
semble de la région étudiée. La disposition des coulées
Cet ensemble phosphaté repose en concordance sur les dans la majorité des bassins suggère un écoulement de
marnes supérieures plus ou moins phosphatées du Séno- magma vers les parties subsidentes, configuration
nien dans les synclinaux d’Ouaouizaght et d’Aghzif - conforme aux paléopentes mises en évidence par les don-
Naour. Il est surtout représenté au niveau de la lame écail- nées sédimentologiques. L’horizon B2 s'intercale dans les
lée la plus externe du dir (front) de l'Atlas. Dans cette zone, assises basales de la formation du Jbel Sidal (fig. 18B). Ce
il est, soit surmonté par les conglomérats du Mio-Pliocène, second épisode volcanique parait de moindre ampleur que
soit chevauché par le Lias. Sous la plaine du Tadla, cette le premier, avec généralement une seule coulée. Ces roches
formation est aussi reconnue dans les différents sondages. présentent une altération plus ou moins poussée, le plus
Cette série, généralement tronquée et altérée, atteint une souvent en "boules" notamment pour l'horizon B2. L'en-
épaisseur de 100 m et ne présente selon plusieurs auteurs, vironnement sédimentaire qu'attestent les sédiments qui
aucune valeur économique. les encadrent (cours fluviatiles et plaines d'inondation)
plaident en faveur d'un épanchement à l'air libre ou sous
Terrains éruptifs jurassico-crétacés une très faible tranche d'eau.
Mode de gisement Caractères pétrographiques
Ces roches présentent divers modes de gisements dans le Les caractères pétrographiques des sills, dykes et coulées
secteur visité : noyaux intrusifs au cœur de certaine struc- présents dans la cuvette de Tagleft permettent de les clas-
tures, coulées, dykes et sills. Ces roches semblent toutes is- ser, selon Monbaron & Just (1980), dans la famille des
sues d'un magma commun (Chèvremont, 1975). roches gabbroïques, les minéraux principaux primaires
Très fréquents, les sills ont une épaisseur de 10 à 30 m, étant un pyroxène monoclinique, l'augite titanifère ; les
mais peuvent dépasser la centaine de mètres (Monbaron et plagioclases allant de l'albite au labrador.
Just, 1980). Ils sont parfois étroitement liés aux dykes, Dans les rides situées à l’est du secteur visité (cf. circuit
dont ils constituent des excroissances latérales. Ils sont for- C7, vol. 4), les intrusions comportent trois unités pétro-
més de roches vert sombre, grenues au centre des filons- graphiques : une unité basique (troctolites et gabbros), une
couches, microgrenues à leur périphérie, en général unité intermédiaire (diorites, diorites quartziques, monzo-
fortement arénisées et débitées en boules. Ils ont induit à diorites) et une unité différenciée (syénites). Leurs carac-
leur mur et à leur toit un léger métamorphisme de contact tères géochimiques amènent à les considérer comme
(Monbaron & Just, 1980). d’affinité alcaline (Bougadir, 1991 ; Saidi, 1992) ou tran-
sitionnelle (Zayane, 1992, Zayane et al., 2002), caracté-
Des intrusions massives grenues de dimensions modestes
ristiques d’un volcanisme anorogénique. Elles dérivent de
se retrouvent dans l’ensemble des rides anticlinales. On y
l’évolution d’un liquide basique par un processus de cris-
reconnaît des roches vert sombre; grenues, s'altérant en
tallisation fractionnée dans une chambre magmatique si-
boules, accolées à des masses plus microgrenues, le tout
tuée à 10-15 km de profondeur, avec une contamination
recoupé par des filons leucocrates (Monbaron & Just,
crustale à un stade tardif de la différenciation.
1980). Ces masses sont souvent délimitées par des liserés
d'argiles roses à fines paillettes de gypse triasiques et em- Âge
ballent des chicots de dolomies liasiques de teinte sombre.
La figure 18 donne un aperçu des datations géochronolo-
Des filons de roches vertes, en général microgrenues, giques réalisées sur les roches éruptives des synclinaux de
d'épaisseur métrique à décamétrique, recoupent subverti- la bordure nord de l’Atlas. Bien que ces âges soient éche-
calement les sédiments et peuvent parfois se suivre sur plu- lonnés entre 170 Ma et 120 Ma, on peut noter qu'ils sont
sieurs kilomètres, de manière discontinue. Ils ont une regroupés autour de deux valeurs distinctes correspondant
92 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

l'une au Jurassique moyen, l'autre au Crétacé inférieur. Journée J1 : Beni Mellal à Bin El Ouidane (80 km)
D’autres datations ont porté récemment (Armando, 1999) Itinéraire et thèmes (fig. 24) : Série stratigraphique et
sur une troctolite et un gabbro à olivine d’une ride plus à structure de la bordure nord de la chaîne atlasique dans la ré-
l’est (Tirrhist). Elles ont donné respectivement 151,3 ± 0,5 gion de Beni Mellal. Relations de la chaîne avec son avant-
Ma et 145 ± 0,5 Ma (Jurassique terminal). Ces âges pays. Organisation de la sédimentation depuis la plate-forme
concernent la mise en place magmatique à haute tempéra- nord jusqu’au sillon du Lias moyen de Tilougguit.
ture, en profondeur (4 à 6 km ? cf. Lhachmi et al., 2001).
Route and themes (fig. 24) : Stratigraphy and structure of
La mise en place finale des intrusions (étape extrusive ;
the northern border of the Atlas range. Structural rela-
Ibouh, 2004) semble s’être effectuée à froid, sans méta-
tionships between the belt and its foreland. Depositional
morphisme de contact dans l’encaissant, mais avec une ac-
setting from the northern platform to the Tillouggit Middle
tivité hydrothermale. Les datations micropaléontologiques
Liassic trough.
obtenues dans les terrains discordants de la région d’Imil-
chil (Charrière et al., 2010) montrent que ce dernier épi- Route : Quitter Beni Mellal vers l’ouest par la route de
sode est anté-Thanétien. Marrakech (N8). Sur environ 20 km, le trajet se fait au ni-

FIG. 24 : Itinéraire de la première journée (extrait de la Carte géo-touristique du Haut Atlas central Azilal-Demnat).
FIG. 24 : Itinerary of the first day trip (excerpt of the Geo-toutistic map of the Azilal-Demnat High Atlas).
CIRCUIT C12 : HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST 93

veau de la plaine verdoyante du Tadla, riche notamment La totalité de la plaine est irriguée à partir d’une conduite
par les plantations d’agrumes. Le versant nord de la chaîne d’eau souterraine provenant du barrage de Bin El Ouidane.
de l’Atlas marque le paysage sur la gauche. Au km 20, Le tunnel dépasse 10 km de long et traverse toute la série
quitter la RN8 et prendre la RP304 vers le sud en direction jurassique du secteur.
d’Afourer. Gagner le belvédère au-dessus de la ville, sur la
La coupe AA’ de la figure 25 donne une interprétation des
route de Bin el Ouidane.
structures d’après Löwner (2009). Des unités écaillées, an-
Arrêt 1 : Structure du front nord de la chaîne ticlinales et synclinales, décollées sur le Trias argilo-évapo-
(32°12’02,93’’ ; 06°31’59,51’’) ritiques, sont empilées en chevauchement à vergence nord.
La structure du socle sous-jacent est conjecturale. Elle est fi-
Le premier arrêt se situe au niveau du belvédère qui do-
gurée ici par une série de blocs faillés chevauchants, mais
mine Afourer. L’arrêt offre un panorama sur la plaine du
serait subtabulaire avec un pendage général sud d’après les
Tadla, sur ses divers aménagements hydroélectriques et sur
données de sismique-réflexion (Hafid, 2006). Les unités de
les relations morpho-structurales entre l’Atlas et la plaine.

FIG. 25. A : Coupe structurale du front nord de la chaîne (d’après Löwner, 2009). En cartouche : carte de localisation. B : Structure en « tipi » dans la Formation du Jbel Rat,
coupe de Tomoulilt.
FIG. 25. A : Cross-section of the northern border of the mountain range (after Löwner, 2009). Insert : location map. B : Tepee structure in the J. Rat Formation, Tomoulilt section.
94 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

couverture chevauchent elles-mêmes vers le NW les dépôts Arrêt 3 : La plate-forme interne carbonatée
récents de la plaine du Tadla, provoquant morphologique- du Lias moyen
ment des petites collines vallonnées d’avant-pays. (32°11’21,17’’ ; 06°23’44,67’’)
Le socle se trouverait à environ 900 m de profondeur près Le Lias moyen est entièrement composé de séquences élé-
du village de Timoulilt, juste au pied de la haute montagne mentaires régressives indiquant un milieu de dépôt de
(Medina, 1991 ; Teixell et al., 2003). Vers le nord, en s’éloi- plate-forme interne. La figure 26 illustre quelques unes des
gnant de l’Atlas, le socle devient de moins en moins profond, séquences rencontrées.
jusqu’à affleurer dans le Massif central et les Jbilet. On
La coupe peut se suivre à pied jusqu’au prochain arrêt
constate également une diminution de la profondeur vers
(~1,5 km) et permet d’observer le passage au Lias supé-
l’est. L’interprétation tectonique suppose des formations lia-
rieur terrigène (cf. fig. 11) puis l’installation de la plate-
siques très réduites (50 à 100 m) sous le Tadla, entre le Trias
forme carbonatée du Dogger. Il est toutefois conseillé de
argileux et évaporitique et le Crétacé (voir aussi le log syn-
déplacer son véhicule jusqu’à l’arrêt suivant.
thétique au niveau de la plaine de Tadla, fig. 20). Au-dessus,
il faut supposer la présence d’une discordance ou surface éro- Arrêt 4 : Carbonates du Dogger (groupe de Bin El
dée, et l’absence complète du Dogger. Par la suite, à partir du Ouidane) et structure synclinale d’Ouaouizaght
Crétacé inférieur, la série est continue, mais réduite. Par (32°10’11,03’’ ; 06°22’41,33’’)
contre, les formations de l’Eocène et du Mio-Pliocène sont
Les carbonates du Dogger offrent ici une série continue
plus épaisses que dans les secteurs montagneux plus méri-
permettant d’illustrer l’organisation en séquences klupfe-
dionaux. L’épaisseur des dépôts quaternaires peut être esti-
liennes de comblement (fig. 15) qui sont par ailleurs un
mée à environ 50 m à proximité de l’Atlas, et devient plus
point commun à l’ensemble du Dogger de la région.
importante vers le nord.
Ce point offre aussi un panorama sur l’ensemble de la
Route : Redescendre vers Afourer et prendre à la sortie de
structure synclinale d’Ouaouizaght et sur le chevauche-
la localité la direction de Timoulilt. A droite, le long de la
ment vers le SW du Lias inférieur-moyen sur la bordure
bordure N de l’Atlas, les dolomies massives du Lias infé-
nord du synclinal (fig. 27). Celui-ci présente à l'affleure-
rieur sont intensément exploitées pour la fabrication du
ment les couches rouges du Jurassico-Crétacé continental
sable nécessaire à la croissance de l’habitat de Beni Mel-
et les séries du Crétacé supérieur. Le chevauchement du
lal et environs. A Timoulilt, prendre à droite P3111 en di-
Ghnim sur son bord nord semble toutefois moins important
rection d’Ouaouizaght.
que celui du front atlasique vers le Tadla. Il s'agirait d’un
Arrêt 2 : Structures en tipis dans les carbonates mas- déplacement de quelques centaines de mètres à peine. Son
sifs du Lias inférieur interprétation (cf. fig. 27, cartouche) n’est cependant pas
(32°11’42,22’’ ; 06°26’53,71’’) claire (structure en fleur ? terminaison ouest d’une rampe
de rétrochevauchement ?).
Le arrêt est situé à environ 2 km au SE de Timoulilt. Les
dalles massives de la formation de Jbel Rat à droite de la On constate que, le long de l'axe du pli, la puissance de la
route montrent de très belles structures en tipis de dimen- pile sédimentaire devient de plus en plus forte du SW vers
sions métriques (fig. 25B), largement décrites dans la lit- le NE. Les formations du Crétacé supérieur se trouvent
térature notamment par Du Dresnay (1971-79). Elles surtout au centre du synclinal où il apparaît en couches
soulignent la première phase d’émersion qui fait suite à la subhorizontales. La compression atlasique subméridienne
large extension de la plate-forme carbonatée du Lias infé- se traduit surtout par un relèvement des bordures du bas-
rieur. Les fréquentes émersions dans cet environnement sin. Les failles normales N45° qui bordaient probablement
intertidal à supratidal entraînaient une lithification précoce la cuvette au NW et au SE ont été réactivées en failles in-
à la surface du sédiment, créant des discontinuités qui évo- verses, notamment dans la partie orientale du secteur
luaient en fentes horizontales. La contraction thermique et d’Ouaouizaght, où la couverture jurassique est coupée par
les tempêtes pouvaient ainsi conduire à la formation de la zone d’accident d’Aghbala-Afourer, à vergence SE.
structures chevauchantes ou en dôme (tipis).
Route : Continuer sur 4,8 km en direction de l’ESE ; au croi-
Route : A partir de l’arrêt précédent, la route monte en la- sement, prendre à gauche la R306 en direction de Tagleft.
cets le long de l’armature liasique du front nord de la
Arrêt 5 : Le Cénomano-Turonien
chaîne jusqu’au col du Ghnim (ou R’nim, 1400 m d’alti-
(32°10’46,61’’ ; 06°20’14,86’’)
tude). La descente à partir de ce col permet de traverser la
série allant du Lias moyen au Bajocien. Bien que faillée L’arrêt est à ~1,5 km du croisement. La coupe visible en
en certains endroits, cette série offre des conditions d’ob- bordure gauche de la route montre essentiellement des cal-
servation satisfaisantes. caires blancs en plaquettes du Turonien, la série infra-tu-
CIRCUIT C12 : HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST 95

FIG. 26 : Exemples de séquences régressives dans le Lias moyen du col du Ghnim.


FIG. 26 : Examples of regressive sequences of the Middle Liassic at the Ghnim pass

FIG. 27 : Vue panoramique sur le synclinal d’Ouaouizaght et sur le chevauchement du Lias inférieur-moyen du Ghnim. En cartouche : coupe d’après Löwner, 2009).
FIG. 27 : Panoramic view on the structure of the Ouaouizarth syncline, overthrusted by Lower and Middle Liassic sediments in a south-west direction. Insert : Cross-section, after Löwner, 2009.
96 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

ronienne étant masquée par les éboulis. Le détail de la Continuer vers le SE en direction du barrage de Bin El
coupe est donné dans la figure 21. Ouidane. Le trajet se réalise en totalité dans les couches
rouges jurassico-crétacées. Un arrêt 6A peut être prévu
Route : Revenir vers l’ouest par la route R306, puis pren-
au niveau du point (32°06’46’’ ; 06°25’01’’) pour obser-
dre vers le sud et atteindre le croisement avec la R302 à
ver les basaltes altérés de la coulée B1 (voir figs. 17, 18)
l’entrée de la localité d’Ouaouizaght.
intercalée entre les formations de Guettioua et Iouaridène.
Arrêt 6 : Le Jurassico-Crétacé du synclinal L’Oxfordien ? -Kimméridgien a été daté par charophytes
d’Ouaouizaght (Mojon et al., 2009) juste au-dessus des basaltes (voir vol.
(32°09’39’’ ; 06°21’42’’) 4, circuit C7, arrêt J2-2).
Le premier « sub-arrêt » indiqué est au carrefour d’accès Un arrêt 6B pourra se faire au point (32°06’25,75’’-
à l’agglomération. La crête à droite (32°09’38.83’’ ; 06°26’49,03’’), où une dalle silteuse des assises intermé-
06°21’46,70’’) est composée par les couches laguno-ma- diaires de la formation de Tilougguit, affleurant sur le bord
rines de l’Aptien au niveau desquelles un arrêt facultatif droit à 4 m de la route, montre de belles traces ovales de
peut être improvisé. La coupe de la figure 28 donne une pas de dinosaures (fig. 29).
description détaillée de ces couches.

FIG. 29 : Traces de pattes de dinosaures dans la Formation de Tilougguit


(Jurassique moyen).
FIG. 29 : Dinosaur footprints in the Tilougguit Formation (Middle Jurassic).

La route se continue jusqu’à la retenue du barrage de Bin


El Ouidane installée sur les assises carbonatées du Dog-
ger. Le visiteur pourra revenir vers Beni Mellal par la R304
via Afourer ou alors passer la nuit dans l’une des nom-
breuses structures d’accueil touristiques présentes aux
abords du lac de Bin El Ouidane.

Journée J2 : De Ouaouizaght à Aït


Bouguemmez (100 km)
Itinéraire et thèmes (fig. 30) : Série stratigraphique et
structure de l’axe de la chaîne atlasique. Style tectonique.
FIG. 28 : Colonne stratigraphique de l’Aptien du synclinal de Ouaouizaght. Organisation de la sédimentation autour de la plate-forme
FIG. 28 : Stratigraphic columnar section of the Aptian in the Ouaouizarth syncline. centrale. L’accident Tizal-Azourki.
CIRCUIT C12 : HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST 97

FIG. 30 : Itinéraire de la seconde journée.


FIG. 30 : Itinerary of the second day trip (excerpt of the Geo-toutistic map of the Azilal-Demnat High Atlas).
98 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

Route and themes (fig. 30) : Stratigraphy and structure of Arrêt 8 : Les faciès carbonatés liasiques de sillon
the axis of the Atlas. Tectonic style. Sedimentary organisa- 32°04’48,33’’ ; 06°16’29,27’’
tion around the central platform. Tizal-Azourki Main Fault.
La coupe du Lias sur le versant oriental de l’anticlinal du
Route: Revenir vers Ouaouizaght et penser à s’approvi- J. Abbadine (fig. 32) montre une série carbonatée conti-
sionner en carburant. Traverser cette localité et continuer nue, témoin des diverses phases d’approfondissement du
par la R302 en direction de Tilougguit. Depuis Ouaoui-
sillon liasique dans cette région. Au point GPS indiqué,
zaght, le paysage est marqué par les faciès rouges tantôt
on peut observer la Formation du Jbel Taguendouft
d’âge cénomanien (Fm Ouaouizaght), tantôt d’âge
crétacé inférieur (Fm Jbel Sidal).
Arrêt 7 : Faciès de pente en bordure de la plate-
forme carbonatée du Lias moyen
32°08’00,49’’ ; 06°18’01,60’’
L'arrêt indiqué (fig. 31A) est situé en face du pont
suspendu établi sur le débouché de l’oued El Abid
dans le lac de Bin el Ouidane. Ici, les carbonates
massifs du flanc ouest de l’anticlinal du Jbel Ab-
badine sont surmontés en discordance par les
couches rouges de la formation d’Iouaridène. Plus
au SW, c’est la Fm de Guettioua qui arrive en dis-
cordance sur le même flanc NW de la ride anticli-
nale (Monbaron, 1982a). La même discordance est
visible sur le flanc sud, en-dessous de la Fm Guet-
tioua du synclinal de Tilougguit (voir plus loin, fig.
32). Noter, dans ce dernier secteur, le développe-
ment progressif de la discordance (c’est-à-dire du
soulèvement de la ride anticlinale) dès le Bajocien,
entre jmIV et jmV.
Le Lias moyen dans ce secteur est à faciès marin
franc. Il est particulièrement remarquable par la
présence de blocs décamétriques resédimentés, té-
moins de l’existence de pentes sous-marines.
L’autre objectif du arrêt est d’observer l’articulation
entre la plate-forme interne, au nord, et le sillon pro-
fond, au sud. Les faciès correspondant peuvent être
touchés en remontant le ravin de Taquat n’Agrd, sur
le bord gauche (sud) de la route à environ 1,2 km de
la sortie du pont suspendu (point 32°07’41,50’’ ;
06°18'30,84’’). La coupe permet d’illustrer par ail-
leurs la discordance des couches rouges jurassico-
crétacées sur le Lias supérieur (fig. 31B) - voir aussi
la coupe de Taquat n’Agrd de la fig. 10.
Route : Bientôt, la route R302 de Tilougguit prend
une direction moyenne vers le SE et s’élève en lacets
pour traverser la ride anticlinale du Jbel Abbadine.
L’axe de la structure est atteint après environ 17 km FIG. 31. A : Carte géologique de la ride anticlinale du Jbel Abbadine (extrait de la carte géologique
depuis l’arrêt précédent. Le complexe présent au du Maroc au 1/100.000, feuille de Beni Mellal (Monbaron, 1985). ts : Trias supérieur ; l : Lias ;
jm I-III : Bajocien (Fm Bine El Ouidane) ; jm IV-V : Bathonien-Callovien ? (Fm Guettioua) ; Js-
cœur de cette structure est typique des rides du Haut n4 : Jurassique supérieur à Barrémien (Fm Iouaridène) ; n4 : Barrémien (Fm Jbel Sidal) ; n (vert
Atlas : il s’agit d’argiles roses triasiques déformées foncé) : Aptien ; cI : Albo-Cénomanien ; B1 : basaltes du Bathonien ; B2 : basaltes du Barrémien ;
δj : intrusions gabbroïques du Jurassique.- B : Discordance des couches rouges d’Iouaridene sur le
et associées à des basaltes triasiques altérés et à des flanc nord l’anticlinal de Jbel Abbadine.
blocs arrachés à l’encaissant liasique, et enfin à des FIG. 31. A : Geological map of the Jbel Abbadine anticlinal ridge (excerpt of the geological map
gabbros intrusifs d’âge jurassico-crétacé. of Morocco, scale 1/100000, sheet Beni Mellal ; Monbaron 1985). B : Iouaridene red bed uncon-
formity at the northern border of the Jbel Abbadine anticline.
CIRCUIT C12 : HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST 99

FIG. 32 : Carte géologique du flanc sud de la ride du J. Abbadine et du


synclinal de Tilougguit (même référence et même légende que fig. 31).
FIG. 32 : Geological map of the southern flank of J. Abbadine anti-
cline and adjacent Tilouggit syncline (same reference as fig. 31).

(Pliensbachien) dans sa localité-type (voir § 1.3.2 et fig. de Tilougguit est tronquée sur son flanc sud par un grand
5.2). Les couches sont inclinées au SE, et passent sous la accident chevauchant E-W (fig. 33A). Ce chevauchement
bordure du synclinal de Tilougguit, marquée par les cal- vient recouvrir les puissants dépôts conglomératiques d’âge
caires-corniches du Bajocien (jm1, fig. 32). Mio-Pliocène conservés au bord sud du synclinal. Le rocher
Cet arrêt permet aussi d’observer les modalités de passage de « la Cathédrale », curiosité de la région, est formé par
entre les carbonates du Lias inférieur-moyen et les terri- ces conglomérats. Peu au SW du rocher, la bande synclinale
gènes du Lias supérieur. La Formation de Tamadout 2 mio-pliocène est affectée par le chevauchement, comme le
(Toarcien inférieur) s’offre ici dans de bonnes conditions représente la coupe fig. 33B. Ceci montre l’âge très récent,
d’affleurement (voir § 1.4.1 et fig. 10). plio-quaternaire, des dernières déformations atlasiques.
Route : On longe la bordure NE du synclinal de Tilougguit Route : Depuis le arrêt 9, continuer sur 15 km en direc-
sur environ 10 km jusqu’à la localité du même nom. La tion de Zawiat Ahançal. La route s’élève en nombreux vi-
route longe par la suite le cours de l’oued Ahançal. Les rages de 1160 m (altitude dans l’oued Ahansal au pied de
paysages sont essentiellement marqués par les carbonates la Cathédrale) jusqu’à 1800 m où on franchit l’axe de la
du Dogger (groupe de Bin El Ouidane, appelés aussi « cal- ride Talmest-Tazolt.
caires-corniches ») qui commencent à acquérir une épais- Arrêt 10 – Eventail sédimentaire sur la ride de
seur importante dans ce secteur. Environ 14 km séparent Talmest-Tazolt
Tilougguit du pied de la Cathédrale.
31°58’10,23’’ ; 06°05’14,34’’
Arrêt 9 : Le rocher mio-pliocène de la Cathédrale
S’arrêter au niveau du croisement avec la piste qui mène à
31°59’15.91’’ ; 06°07’30.47’’
la mine de Pb-Zn d’Agrd n’Tazolt. Cet arrêt, situé peu au
L’arrêt aux coordonnées indiquées permet une vue panora- SE de l’extrémité NE de la ride de Talmest-Tazolt (fig. 33),
mique sur ce rocher de plus de 500 m de hauteur. La cuvette permet d’observer un exemple-modèle d’éventail sédi-
100 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

FIG. 33. A : Carte géologique de la ride de Talmest-Tazolt (extrait de la carte géologique du Maroc au 1/100.000, feuille de Zawyat Ahançal ;
Jossen, 1986). TA : Trias gréseux rouge ; AR : argiles roses à gypse ; βt5 : basaltes triasiques ; AO : calcaire massif du Lias inf. : l4-5 AM :
grès et marnes rouges du Lias sup. ; l5 TF : marnes à récifs isolés ; l5-j1AT : calcaires marneux jaunes du Toarço-Aalénien ; j1-2 : Fm de Bin
el Ouidane (Bajocien) ; AA, bancs oolithiques ; CM : calcaires micritiques. Ѳj3 : gabbros jurassiques ; mpC : Miocène-Pliocène conglomé-
ratique.- B : Coupe NW-SE passant peu à l’ouest de (A), d’après Jossen, 1986.
FIG. 33. A : Geological map of the Talmest-Tazolt ridge (from the geological map of Morocco, scale 1/100,000, sheet Zawyat Ahansal; Jossen,
1986). B : NW-SE cross-section located slightly west of (A), after Jossen, 1986.

mentaire dans le Lias moyen-supérieur sur le flanc d’une n’Tazolt = Aguerd n’Tazoult, Fm de Wazzant et d’Azilal,
ride atlasique (fig. 34). On doit donc conclure à un soulè- voir tableau I). La haute corniche calcaire du plateau d’Ait
vement progressif de la ride anticlinale en conditions syn- Abdi (Bajocien) limite le paysage à gauche (sud) du par-
sédimentaires. cours. Le trajet entre l’arrêt 10 et le croisement à l’entrée
de Zawiat Ahançal dure environ 1h15 mn.
Route : On continue vers le sud à travers le bassin
d’Amezraï. Elle longe le cours de l’oued Ahançal jusqu’à Arrêt 11 - Le bassin d’Assemsouk et l’accident
la localité de Zaouiat Ahançal. Ce parcours est spéciale- Tizal-Azourki
ment marqué par les puissants dépôts terrigènes du Lias 31°50’13,12’’ ; 06°06’38,17’’
supérieur-Aaléno-Bajocien qui occupent dorénavant le Au croisement à l’entrée de Zawiat Ahançal, un premier
paysage de ce secteur sous divers aspects (Fm d’Agrd arrêt (coordonnées ci-dessus) permet d’observer le pano-
CIRCUIT C12 : HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST 101

FIG. 34 : La ride anticlinale de Talmest-Tazolt. A : Vue satellitaire (Goo-


gle Earth) du flanc SE de la ride ; sous les grès et marnes rouges du Lias
supérieur (AM), éventail sédimentaire dans la Fm d’Aganane (A, Lias
moyen) au toit de la Fm du J. Choucht (JC, Lias moyen, calcaires massifs
du bord de la plate-forme).- B : Panorama correspondant.
FIG. 34 : The Talmest-Tazolt anticlinal ridge. A : Satellite view (Google
earth) on the SE flank of the ridge, showing the fanned bedding of the
Middle-Upper Liassic formations on top of the J. Choucht limestones (JC,
Middle Liassic) from the platform margin.- B : Field panorama.

rama en direction de l’est et du nord-est (fig. 35) : une vue Atlas central. Distingué par Roch (1939) sous le nom (assez
complète s’offre sur le remplissage fini-liasique du bassin, impropre) « d’accident nord-atlasique », il prolonge l’une
que vient clore la table horizontale des calcaires de plate- des branches de la faille du Tizi n’ Test du Haut Atlas de
forme du Bajocien. Marrakech (Ibouh et al., 2001). Sur les bordures de la
bande triasique centrale d’Assemsouk, le laminage fréquent
La route vers Aït Bouguemmez prend une direction ouest
des dolomies d’Aït Bou Oulli permet aux calcaires du J.
et longe les reliefs de l’accident Tizal-Azourki (J. Arou-
Choucht, fortement redressés, de venir au contact des ar-
dane). On remarquera que les pendages dans les impo-
giles évaporitiques ou des basaltes triasiques. Au-dessus,
santes parois de Jbel Aroudane (Lias inf.-moyen) sont vers
les dépôts turbiditiques discordants d’Assemsouk dessinent
le SE, tandis qu’ils sont vers le NW dans le Lias supérieur un éventail sédimentaire ouvert vers le nord ou le NW sur
du bassin : entre les deux passe l’accident Tizal-Azourki le flanc nord-occidental et vers le sud ou le SE sur le flanc
chevauchant vers le NW. sud-oriental, indiquant, dès le Pliensbachien supérieur (Do-
Notre route vient toucher l’accident au niveau du bassin mérien), la présence d’une zone haute, centrale entre deux
d’Assemsouk (Ighil n’Oussamsouq). Il faut compter envi- petits bassins latéraux. Aux turbidites pliensbachiennes sont
ron 1h pour ce trajet depuis Zawiat Ahançal. C’est ici que associés des copeaux de Lias inférieur calcaro-dolomitique
se place l’arrêt 11 proprement dit (31°47’39’’ ; ou de Trias argileux provenant de cette ride centrale
06°13’28’’). L’objectif de l’arrêt est d’examiner les moda- exhaussée et partiellement érodée. Le dispositif disparaît
lités de mise en place de ce bassin Domérien à Toarcien in- totalement au Toarcien inférieur où s’observe une remar-
férieur de moins de 3 km de long et de 1 km de large en quable uniformité des faciès à l’échelle régionale.
liaison avec le jeu de l’accident Tizal-Azourki (fig. 36). A Route : La route se continue en direction de l’ouest, passe
noter que cet accident est l’un des plus importants du Haut sur le flanc sud du Jbel Azourki et rejoint l’extrémité orien-
102 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

FIG. 35 : Vue panoramique sur le Lias supérieur de la ré-


gion de Zawiat Ahançal, depuis la route principale, en re-
gardant vers l’ESE.
FIG. 35 : Panoramic view on the Upper Liassic series of
the Zawiat Ahançal region.

FIG. 36 : L’accident du J. Azourki et la ride d’Assemsouk.-


A : Carte géologique schématique.- B : Coupe synthétique
des formations jurassiques aux abords de la ride d'Assem-
souk.- C : Coupe structurale, d’après Jossen, 1986 (cette
coupe ce place en continuation de la fig. 33B).
FIG. 36 : Jebel Azourki anticlinal ridge and fault zone. A
: Simplified geological map. B : Sedimentary succession in
the Assemsouk basin. C : Structural cross-section after
Jossen, 1986 (continuation of cross-section fig. 33B).
CIRCUIT C12 : HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST 103

tale de la vallée des Ait Bouguemmez par le col de Tizi- the Atlas Belt axis (continuation). Dinosaur tracks. Dri-
n’Targhist (2620 m), objet du arrêt 13 (J3). La vallée offre ving back to Beni Mellal.
plusieurs opportunités d’hébergement.
Route : Tabant, le chef-lieu de la région d’Ait Bougem-
Journée J 3 : Aït Bouguemmez - Beni Mellal mez, est installé vers 1900 m d’altitude dans la vallée fer-
tile de l’assif Bou Guemmez, sur des terrains liasiques
(200 km)
horizontaux en contrebas d’une table de calcaires bajo-
Itinéraire et thèmes (fig. 37) : Stratigraphe et structure de ciens. On est là dans un synclinal entre la ride anticlinale
l’axe de la chaîne (suite). Empreintes de dinosaures. Re- ou accident de Tizal-Azerki au nord, et celle du J. Waou-
tour vers Beni Mellal. goulzat au sud (fig. 38). Peu au NE de Tabant, une piste
traverse la vallée principale pour rejoindre celle d’un af-
Route and themes (fig. 37) : Stratigraphy and structure of fluent de rive gauche, l’assif n’Rhat.

FIG. 37 : Itinéraire de la troisième


journée.
FIG. 37 : Itinerary of the third day
trip (excerpt of the Geo-toutistic
map of the Azilal-Demnat High
Atlas).
104 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

FIG. 38 : Carte géologique de la région des Aït Bouguemmez (extrait de la carte géologique du Maroc au 1/100.000, feuille de Zawyat Ahançal ; Jossen, 1986). Lé-
gende : voir fig. 33.
FIG. 38 : Geological map of the Aït Bouguemmez region (from the geological map of Morocco, scale 1/100,000, sheet Zawyat Ahansal; Jossen, 1986).
Legend as fig. 33.

Arrêt 12 : Empreintes de pas de dinosaures


d’Ibakelliwen
(31°39’36,14’’ ; 06°23’26,42’’)
Le site d’Ibakelliwen est situé à environ 2,5 km du village
de Tabant vers l’est (figs. 37, 38). De nombreuses pistes de
dinosaures tridactyles (fig. 39) sont parfaitement conser-
vées sur la surface d’une dalle dolomitique clôturant la
série carbonatée du Lias moyen. Les amateurs peuvent
aussi observer quelques débris d’ossements au niveau des
grès et microconglomérats qui succèdent, quelques mètres
plus haut, à ces carbonates.
Route : Retourner au village de Tabant et rejoindre la piste
qui longe la vallée des Aït Bougemmez en direction du
NE. Le paysage verdoyant de la vallée contraste avec les
reliefs pittoresques formés par les tidalites du Lias moyen
(Fm. Aganane). Environ 1h30 sont nécessaires pour re-
joindre le col de Tizi N’Targhist (2620 m).
Arrêt 13 - La plate-forme carbonatée centre-atlasique
FIG. 39 : Traces de pattes de dinosaures au sommet du Lias moyen de la vallée
Plusieurs arrêts peuvent être effectués dans la vallée, avant de des Aït Bouguemmez.

rejoindre le Tizi n’Targhist, pour observer le Lias moyen.


FIG. 39 : Dinosaur footprints on the top of the Middle Liassic formations in the
Aït Bouguemmez valley.
CIRCUIT C12 : HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST 105

FIG. 40 : Colonnes stratigraphiques du Lias moyen-supérieur aux abords de l’accident Tizal-Azourki.


FIG. 40 : Columnar sections of the Middle and Upper Liassic series on both sides of the Tizal-Azourki fault zone
(ANA, Roch’s “accident nord-atlasique”).
106 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

Au niveau du col de Tizi n Targhist, la figure 40 donne un lénien terrigène), rejoint le plateau calcaire du Dogger des
aperçu sur les variations de la sédimentation liée au jeu de Ait M’hammed, puis par la P3107 redescend sur le Toar-
l’accident Tizal-Azourki (« accident nord-atlasique ») et cien brun terrigène et la ville d’Azilal.
permettent d’estimer le jeu normal le long de ce dernier au
Arrêt optionnel : La Fm d’Azilal à Azilal
cours du Lias.
31°56’32,74’’ - 06°33’19,91’’
Une coupe continue peut être levée depuis le point
Il est intéressant de comparer, tout d’abord, la série de Waz-
(31°44’06,70’’ ; 06°19’’51,03’’) jusqu’au point (31°43’
zant à faciès proximaux, à son équivalent latéral constitué
38,89’’ ; 06°19’42,70’’). Ici, s’observe la limite d’extension
par la formation d’Agrd N’Tazolt traversée la veille au ni-
vers l’ouest du Toarcien moyen (Fm. Tafraout, fig. 38)
veau du bassin d’Amezrai. Un arrêt au point indiqué, à
qui présente la singulière particularité de contenir dans
~2 km de l’entrée d’Azilal, permettra d’observer la forma-
ses assises des accumulations de grands lamellibranches,
tion d’Azilal dans sa localité-type de se rendre compte du fa-
réputés avoir une extension limitée au Domérien dans di-
ciès encore plus proximal de ce complexe terrigène.
vers secteur du domaine atlasique nord-africain. On est
situé sur une ancienne plate-forme carbonatée qui avan- Route et arrêts optionnels entre Azilal et Beni Mellal
çait à l’intérieur du sillon atlasique à partir du fond SW
Le retour vers Beni Mellal peut se faire par deux voies (fig.
du golfe (cf. § 1.4.4 et fig. 13).
2), par Aït Attab (130 km) ou par Bin el Ouidane (90 km).
Route : Effectuer le départ au plus tard en début d’après-
1) Route occidentale, par Ait Attab via les cascades
midi pour pouvoir profiter des paysages du chemin du re-
d’Ouzoud (arrêt touristique, fig. 41)
tour. Environ 2 km au nord du col, prendre la route vers le
NW en direction d’Ait M’hammed. La route traverse les La route traverse en direction de l’ouest le vaste plateau
puissants dépôts de la formation de Wazzant (Toarço-Aa- d’Azilal constitué par les couches monoclinales du Lias

FIG. 41 : Les cascades d’Ozoud ; les travertins drapent la falaise de calcaire bajocien.
FIG. 41 : Ozoud waterfalls ; the Quaternary travertins drape the Bajocian calcareous cliff.
CIRCUIT C12 : HAUT ATLAS CENTRAL, PARTIE NORD-OUEST 107

moyen et supérieur, puis emprunte le tracé de l’accident HADDOUMI H., CHARRIÈRE A., FEIST M. & ANDREU B. (2002) : Nouvelles
de Foum Jamaa vers le NW et rejoint le petit synclinal datations (Hauterivien supérieur-Barrémien inférieur) dans les «
Couches rouges » continentales du Haut Atlas central marocain
d’Ouzoud par le sud. Cette cuvette est essentiellement ; conséquences sur l’âge du magmatisme et des structurations
remplie par les silts rouges de la formation d’Iouaridène mésozoïques de la chaîne Atlasique. C. R. Palevol, 1, 259–266.
discordants sur le Dogger. Depuis Ouzoud, continuer vers HAFID M. (2006) : Styles structuraux du Haut Atlas de Cap Tafelney et
le nord : la route traverse la grande structure anticlinale à de la partie septentrionale du Haut Atlas occidental: tectonique
cœur liasique (Jbel Aourdemi) qui borde le synclinal d’Aït salifère et relation entre l’Atlas et l’Atlantique. Notes & Mém.
Serv. Géol. Maroc, 465, 172 p.
Attab au sud, puis recoupe de manière transversale ce syn-
IBOUH H., EL BCHARI F., BOUABDELLI M., SOUHEL A. & YOUBI N. E.
clinal et continue toujours en direction du nord pour re- (2001) : L’accident Tizal-Azourki : Haut Atlas central (Maroc).
joindre la N8 (Marrakech - Beni Mellal) au niveau de Manifestations synsédimentaires liasiques en extension et consé-
Oulad Ayad. Il est possible de prendre un raccourci en se quence du serrage atlasique. Estudios Geologicos, 57, 15-30.
dirigeant vers l’est depuis le chef lieu d’Ait Attab par la JENNY J. (1983) : Les décrochements de l’Atlas de Demnat (Haut Atlas
P3100 et bifurquer vers le nord en direction de Tizguit. Ce central, Maroc) : Prolongation orientale de la zone de décro-
trajet est décrit dans le volume 4 des Nouveaux Guides chement du Tizi-n’Test et clef de la compréhension de la tecto-
nique atlasique. Eclog. Geol. Helv. 76, 243-251.
(circuit C7, J1), dans le sens N-S.
JENNY J. (1985) : Carte géologique du Maroc au 1/100 000, feuille Azi-
2) Route orientale, par le Barrage de Bin El Ouidane lal. Notes & Mém. Serv. Géol. Maroc, n° 339.
JENNY J. (1988) : Carte géologique du Maroc au 1/100 000. Feuille d’Azi-
A Azilal, prendre la R304 en direction du NE. Le trajet lal (Haut Atlas central). Mémoire explicatif. Notes & Mém. Serv.
s’effectue sur le Dogger carbonaté du plateau d’Azilal. La Géol. Maroc, 339 bis, 104 p.
descente vers le barrage de Bin El Ouidane offre une vue JENNY J., LE MARREC A. & MONBARON M. (1981) : Les Couches rouges
imprenable (arrêt optionnel) sur le barrage et sur le grand du Jurassique moyen du Haut Atlas central (Maroc) : corréla-
synclinal d’Ouaouizaght (cf. vol. 4, circuit C7, J2). Après tions lithostratigraphiques, éléments de datations et cadre tec-
tono-sédimentaire. Bull. Soc. géol. France, 23, 6, 627–639.
la traversée sur la crête du barrage, continuer sur la R304
JOSSEN J. A. (1988) : Carte géologique de Zawiat Ahançal. 1/100.000.
en direction d’Afourer. Un dernier arrêt optionnel à en- Notes & Mém. Serv. Géol. Maroc, n° 355.
viron 8 km du barrage (GPS 32°08’12,48’’ - 06°31’42,62’’, JOSSEN J. A. (1987) : La plate-forme carbonatée liasique du fond du Golfe
alt. 1200 m) permet d’observer axialement vers le WSW haut-atlasique (Maroc) : évolution paléogéographique. In : 112ème
l’ensemble de la structure synclinale d’Aït Attab, avant de Congrès des Soc. Savantes, Lyon, lie Géol. Africaine, 45 -55.
descendre dans la plaine. LAVILLE E. (1978) : Incidence des jeux successifs d’un accident synsédi-
mentaire sur les structures plicatives du versant nord du Haut
Remerciements Atlas central (Maroc). Bull. Soc. géol. Fr. (7), 20, 329-337.
LE MARREC A. (1985) : Carte géologique du Maroc au 1/100 000, feuille
Les auteurs remercient les Autorités locales de la région de Demnat. Notes & Mém. Serv. Géol. Maroc, n° 338.
Tadla-Azilal pour l’aide et assistance apportées sur le ter- LÉVÊQUE P. (1952) : Les aménagements de l’Oued El Abid, in « Géolo-
rain. Les auteurs remercient également le Pr. André Mi- gie appliquée aux grands travaux du Maroc », Notes & Mém.
chard pour sa relecture du manuscrit et ses remarques et Serv. Géol. Maroc, 98, 165 p.
suggestions constructives. LHACHMI A., LORAND J.P. & FABRIÈS J. (2001) : Pétrologie de l’intrusion
alcaline mésozoïque de la région d’Anemzi, Haut Atlas central,
Références Maroc. J. Afr. Earth Sci., 32, 741-764.

Agence nationale du cadastre et de la conservation foncière & Association LÖWNER R. (2009) : Recherches sédimentologiques et structurales à l’ar-
pour la protection du patrimoine géologique du Maroc (2003) : ticulation entre Haut et moyen Atlas et la Haute Moulouya,
Carte géo-touristique d Maroc. Thèse Doct. Univ. Berlin, 201p.

EL HARIRI K., DOMMERGUES J. L., MEISTER C., SOUHEL A. & CHAFIKI D. MATTAUER M., TAPPONNIER P. & PROUST F. (1977) : Sur les mécanismes de
(1996) : Les Ammonites du Lias inférieur et moyen du Haut formation des chaînes intracontinentales. L’exemple des chaînes
Atlas de Béni-Méllal (Maroc). Taxinomie et biostratigraphie de atlasiques du Maroc. Bull. Soc. géol. Fr. (7), 19, 521-527.
haute résolution. Geobios, 29, 5, 537-576. MICHARD A. (1976) : Eléments de géologie marocaine. Notes & Mém.
ETTACHFINI EL M. (2006) : La transgression au passage du Cénomanien Serv. Géol. Maroc, 252, 422 p.
au Turonien sur le domaine atlasique marocain. Stratigraphie in- MEDINA F. (1991) : Superimposed extensional tectonics in the Argana
tégrée et relations avec l'événement océanique global. Thèse Triasic formations (Morocco), related to the early rifting of the
Doct. Etat Sci., El Jadida. Strata, 2008, 2, 45, 299 p., 94 fig., 36 Central Atlantic. Geol. Mag., 128, 5, 525-536.
pl. h.t., Toulouse, France. MOJON P. O., HADDOUMI H. & CHARRIÈRE A. (2009) : Nouvelles données
ETTACHFINI, EL M., SOUHEL, A., ANDREU, B. & CARON, M. (2005) : La li- sur les Charophytes et Ostracodes du Jurassique moyen-supé-
mite Cénomanien-Turonien dans le Haut Atlas central, Maroc. rieur-Crétacé inférieur de l’Atlas marocain. Carnets de Géolo-
Geobios, 38, 57-68. gie/Notebooks on Geology, Brest, Mém. 2009/03 (CG2009_
HADDOUMI H., CHARRIÈRE A. & MOJON P.O. (2010) : Stratigraphie et sé- M03), 1-39.
dimentologie des «Couches rouges» continentales du Juras- MONBARON M. & JUST E. (1980) : Les roches magmatiques basiques
sique-Crétacé du Haut Atlas central (Maroc) : implications de la région de Tagalft (Haut Atlas central): relations spatiales
paléogéographiques et géodynamiques. Geobios, 43, 433-451. et génétiques. Mines, Géol. Energie Rabat, 48, 45–50.
108 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7

MONBARON M. (1982) : Un relief anté-Bathonien enfoui sur la ride du SAIDI A. (1992) : Les processus de différenciation magmatique des com-
Jbel La’bbadine (Haut Atlas central, Maroc) ; conséquences sur plexes plutoniques alcalins de la ride de Tasraft, (Haut Atlas central,
la chronologie de l’orogenèse atlasique. Bull. Ver. Schweiz. Pe- Maroc). Thèse 3ème cycle, Univ. Cadi Ayyad Marrakech, 152 p.
troleum-Geol., 48, 114, 9-25. SEPTFONTAINE M. (1984) : Biozonation à l’aide des foraminifères imper-
MONBARON M. (1985) : Carte géologique du Maroc au 1/100 000, feuille forés de la plate-forme interne carbonatée liasique du Haut Atlas
Beni Mellal. Notes & Mém. Serv. Géol. Maroc, n° 341. (Maroc). Rev. Micropal., 27, 209-229.
MONBARON M., RUSSELL D.A. & TAQUET PH. (1999) : Atlasaurus ime- SEPTFONTAINE M. (1986) : Milieux de dépôts et foraminifères (Lituoli-
lakei n. g., n. sp., a brachiosaurid-like sauropod from the Mid- dés) de la plate-forme carbonatée du Lias moyen au Maroc. Rev.
dle Jurassic of Morocco. C. R. Acad. Sci. Paris, 329, (2), Micropal., 28, 268-289.
519-526. SOUHEL A. (1987) : Dynamique sédimentaire des couches rouges inter-
RAHHALI I. (1979) : Le Cénomanien bitumineux du bassin côtier de Tar- calaires (Bathonien - Cénomanien) dans l'Atlas de Beni-Mellal
faya et du Haut Atlas. Mines géol. et Energie, Rabat, 46, 63-69. (Haut Atlas central, Maroc). Thèse 3ème cycle, Univ. Paul Saba-
REBOUILLAT J.P. (1983) : Les milieux de sédimentation et les étapes de la tier, Toulouse, Strata, Sér. 2, 8, 173 p.
transgression du Dogger dans la région de Demnat, Haut Atlas SOUHEL A. (1996) : Le Mésozoïque dans le Haut Atlas de Beni-Mellal
central (Maroc). Thèse 3ème cycle, Univ. Dijon, 173 p. (Maroc): stratigraphie, sédimentologie et évolution géodyna-
REY J., CANÉROT J., PEYBERNÈS B., TAJ-EDDINE K. & THIEULOY J.P. mique. Thèse Doct. Etat Sci., Marrakech, Strata, Toulouse, 2,
(1987) : Lithostratigraphy, biostratigraphy and sedimentary dy- 27, 235 p.
namic of the lower Cretaceous deposits an the Northern side of TEIXELL A., ARBOLEYA M.-L., JULIVERT M. & CHARROUD M. (2003) : Tec-
the Western High Atlas (Morocco). Cretaceous Research, 9, tonic shortening and topography of the central High Atlas (Mo-
141-158. rocco), Tectonics 22 , 1051, doi :10.1029/2002TC001460.
ROCH E. (1939) : Description géologique des montagnes à l’est de Mar- WESTPHAL M., MONTIGNY R., THUIZAT R., BARDON C., BOSSERT A., HAM-
rakech. Notes & Mém. Serv. Géol. Maroc, n°51, 483 p ZEH, R. & ROLLEY J. (1979) : Paléomagnétisme et datation du

ROLLEY E. (1973) - Sur quelque paléoreliefs récifaux du Lias de l’Atlas volcanisme permien, triasique et crétacé du Maroc. Can. J.
de Beni-Mellal (Maroc). Notes & Mém. Serv. Géol. Maroc, 34, Earth Sci., 16, 2150-2164.
254, 113-120 ZAYANE R. (1992) : Série plutonique jurassique du Haut Atlas central ma-
ROLLEY J.P. (1977) : Carte géologique du Maroc au 1/100 000, feuille rocain (région d’Imilchil) : pétrographie et géochimie ; aspects
Afourer, Notes & Mém. Serv. Géol. Maroc, n° 247. métamorphiques et structuraux de sa mise en place. Thèse Doc-
torat Univ. Bretagne occidentale, 201 p.
ROLLEY J.P. (1978) : Carte géologique du Maroc au 1/100 000, feuille
Afourer, notice explicative. Notes & Mém. Serv. Géol. Maroc, ZAYANE R., ESSAIFI A., MAURY R.C., PIQUÉ A., LAVILLE E. & BOUABDELLI
247bis, 103 p. M. (2002) : Cristallisation fractionnée et contamination crustale
dans la série magmatique jurassique transitionnelle du Haut
SAINT-MARC P. & RAHHALI I. (1982) : Sur la présence du genre Spiro-
Atlas central (Maroc). C. R. Géoscience, 334, 97–104.
cyc1ina (Foraminifère) dans le Cénomanien supérieur du Maroc.
Revue de Micropal., vol. 25, n° 2, pp. 133-140.
ANNEXES
110 NOUVEAUX GUIDES GÉOLOGIQUES ET MINIERS DU MAROC - VOLUME 7
111
PAO : Omar BELFKIRA

Vous aimerez peut-être aussi