Vous êtes sur la page 1sur 52

GONESSE + ARNOUVILLE + VILLIERS - LE - BEL + GARGES + SARCELLES

TITRE II - PROJET DE TERRITOIRE


Le Grand Pari(s) des communes de Gonesse et du Val de France
AVRIL 2011

GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 77
LIMITE DU FRONT URBAIN
INTEGRATION D’UN GRAND ENSEMBLE REQUALIFICATION DES AXES MAJEURS
NOUVELLES FACADES SUR PARC 


 RENOUVELLEMENT URBAIN
PAVILLONNAIRE/CENTRE ANCIEN
LOGEMENTS ZONE D NORD  
 
  
 

RENOUVELLEMENT URBAIN URBANISATION DU SECTEUR GARE



PAVILLONNAIRE/CENTRE ANCIEN 
 
 PARC DE LA PATTE D’OIE
 CITÉ DU SPORT 
 MUTATION DE ZA EXISTANTES


MUTATION DE ZA EXISTANTES 

 DVT ECO. AGRICULTURE ET ENVIRONNEMENT 
 


  


 
 FERME PEDAGOGIQUE 
 
NOUVEAU «PARC D’ACTIVITES»
NOUVEAU MAILLAGE LOCAL GONESSE-BONNEUIL
 
 
 

PLACE DU FORUM TCSP SUR PARISIS
  
  
  




 

FORUM EVENEMENTIEL, SPORT ET CITÉ UNIVERSITAIRE
METIERS DU MONDE 
 AVENUE DU PARISIS TRIANGLE DE GONESSE
  
  
  
  
 
 COEUR DU TRIANGLE / GARE







CITÉ UNIVERSITAIRE TRAME D’ACTIVITES 


  EUROPACITY

INTEGRATION DES GRANDS ENSEMBLES  
 
MUTATION DE ZA EXISTANTES
 
 
 
  MUTATION DE ZA
  zone D
RENOUVELLEMENT URBAIN CREATION D’ACT. ECONOMIQUES GRANDS ENSEMBLES
PAVILLONNAIRE/CENTRE ANCIEN  (ANRU 2)
 
 RENOUVELLEMENT
 NOUVELLES FACADES SUR CORRIDOR URBAIN (ANRU 2)




LOGEMENTS ZONE D SUD MUTATION DE ZA


 NOUVEAU «PARC D’ACTIVITES»    


zone C
 
 DERRIERE LES MURS


mPlan explicatif du Projet de Territoire de Gonesse / Val de France (Plan Masse p142)
PRÉAMBULE / INTRODUCTION

Les communes de Gonesse / Val-de-France sont au-


jourd’hui confrontées au défi de parvenir à inscrire leur pro-
jet de territoire dans la dynamique de construction du Grand
Paris, et non plus aux marges du développement francilien. A
cet égard, les 400 hectares disponibles à proximité du corridor
aéroportuaire (Roissy CDG – Le Bourget), du Parc de la Cour-
neuve et des grandes plaines céréalières de la Plaine de France
constituent une ressource de développement stratégique.

Pour autant, la réussite du CDT est entièrement conditionnée


par sa capacité à mettre en liaison ses différents espaces de
projet, et notamment de faciliter les déplacements entre la
future gare du Triangle de Gonesse et celle de Garges-Sarcelles
via l’Avenue du Parisis et l’ensemble des aménagements pré-
vus.

L’objectif est aussi d’être en capacité de se rattacher aux pôles


environnants, avec au premier rang, celui du Bourget via
Garges, Bonneuil en France et le Parc de la Courneuve et celui
de Roissy-CDG via Gonesse, Villepinte et Roissy.

Le territoire est donc ici envisagé comme un patchwork urbain,


dont les différentes entités participent d’un même territoire.
Loin d’être une mosaïque de projets épars et indépendants, ils
participent ensemble au devenir collectif, liant Sarcelles, Villiers-
le-Bel, Arnouville-lès-Gonesse, Garges-lès-Gonesse et Gonesse.

La mise en œuvre parallèle d’un développement économique


qualifié et d’un développement social est au cœur de l’affir-
mation d’une nouvelle identité commune et fédératrice à
l’échelle du territoire.

GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 79
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE
1. STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE POUR LE TERRITOIRE GONESSE / VAL DE FRANCE
La question du développement économique est au cœur des réflexions sur l’avenir du terri- A/ LA FILIERE «AÉRONAUTIQUE D’AFFAIRE ET SERVICES AÉROPORTUAIRES D’AFFAIRES»
toire de Gonesse/Val de France. L’arrivée du nouveau métro du Grand Paris est en effet l’occasion Potentiel : Filière structurante
d’apporter des réponses à une interrogation lancinante : comment profiter de la situation straté-
gique du territoire aux portes de la métropole parisienne (métro du Grand Paris, RER D, A1) et de Val de France/Gonesse se positionne comme un territoire « pivot » entre l’aéroport de Roissy et l’aé-
celles du monde (Roissy-CDG), pour le transformer ? Comment capter les bénéfices de la présence roport du Bourget (affaires).
toute proche de l’aéroport Roissy-Charles-De-Gaulle, un des pôles de développement les plus dy- En termes de stratégie de développement économique, la proximité immédiate de l’aéroport du
namiques de la région parisienne, et plus seulement les nuisances ou les risques ? Le projet terri- Bourget (limitrophe des communes de Gonesse et de Garges-lès-Gonesse) doit être considérée
torial apporte des éléments de réponse, avec des objectifs chiffrés mais aussi des projets urbains comme un atout majeur pour développer une filière Aéronautique d’affaires et Services aéropor-
forts qui se proposent de rattacher les projets de développement du triangle de Gonesse à ceux tuaires d’affaires ».
du Val de France, et d’irriguer le territoire de nouvelles implantations d’activité, notamment via
l’avenue du Parisis. Plusieurs espaces sont en effet susceptibles de recevoir des activités liées à l’aéroport d’affaires sur
le territoire du Val de France (nouvelle ZA à Garges-les-Gonesse, nouvelle ZA à Gonesse et Bonneuil
Enfin, ce projet est en soi une volonté de révéler les autres aspects d’une identité territoriale trop le long de l’avenue du Parisis, Triangle de Gonesse à l’est...).
souvent simplifiée (pour ne pas dire «biaisée») qui empêche ce dernier d’avoir une attractivité
suffisamment forte. En acceptant les orientations d’un projet territorial ambitieux, l’ensemble Go- Le projet AIGLE :
nesse/Val de France a la possibilité de s’affirmer avec force afin de mettre enfin à profit sa position La proximité de l’aéroport du Bourget constitue d’autant plus une opportunité de développement
stratégique. Passer d’un territoire «dortoir» à un territoire «à vivre», augmenter la proportion économique que le pôle de compétitivité Astech Paris-Région (aéronautique et spatial, dont le
d’emploi par habitant, améliorer les relations entre les populations locales et les entreprises Conseil général est membre), porte le projet AIGLE, qui vise à développer sur le secteur du Bourget
présentes sur place, notamment les demandeurs d’emplois pour que l’implantation de nouvelles un pôle d’excellence francilien dans le domaine aéronautique.
entreprises leur profite, valoriser la présence d’une population jeune et cosmopolite … Autant Le projet AIGLE repose sur un ensemble industrie-recherche-formation. Il inclut notamment le pro-
d’enjeux déjà présentés dans les parties précédentes et qui trouvent ici leurs traductions spatiales jet de transfert d’Eurocopter («Joséphine», actuellement implanté sur 18 hectares de l’ancienne
et territoriales. base militaire de Dugny, située à cheval sur les communes de Dugny et de Bonneuil-en-France).
Le futur site du projet regroupera 1100 employés (750 Eurocopter + 250 sous traitants) dont une
équipe de R&D de 60 personnes en provenance de Suresnes.
1.1. REVUE DE L’ATTRACTIVITÉ DU TERRITOIRE POUR DIFFÉRENTS SECTEURS D’AC-
TIVITÉS ET FILIÈRES ÉCONOMIQUES Le projet prévoit la structuration d’un pôle avec les composantes suivantes :
- Concentration d’entités industrielles (sièges d’entreprises, usines, PME), notamment le trans-
Nous analyserons ci-après le potentiel d’attractivité du territoire pour certaines filières d’activités, fert d’Eurocopter,
pour lesquelles des analyses préalables ont pu détecter certains facteurs d’attrait du territoire. - Plate-forme de recherche et d’innovation : laboratoires publics et privés, pépinière d’entre-
Certaines de ces filières peuvent avoir un réel effet structurant pour l’identité du territoire. prises, incubateurs,
- Plate-forme de mutualisation de moyens : laboratoires, productions, services, base de vie
Nous distinguerons ensuite : (restauration d’entreprise, logements étudiants, hôtellerie, centres de documentation, centre d’af-
- les filières structurantes susceptibles de contribuer directement à l’identité du territoire, faire, etc.),
- des filières secondaires, contribuant au développement territorial mais pas nécessairement à son - Plate-forme de formation et d’information technique : centres de formation initiale (mas-
identité tères, écoles d’ingénieurs), en apprentissage (CFA, lycées) et continue, ainsi que des vitrines techno-
- des filières complémentaires, » dans lesquelles les entreprises ont des rapports d’affaire entre logiques ;
elles et/ou des intérêts de proximité et/ou un potentiel de projets communs. - nouveau siège d’Astech (actuellement implanté à Meudon).
Remarques : Astech estime que pour développer le pôle aéronautique en lien avec l’aéroport du Bourget (pro-
- Les indices + et – utilisés dans les tableaux des pages suivantes indiquent s’il pourrait y avoir ou jet AIGLE), le besoin en surfaces est de 40 hectares environ (y compris le projet Eurocopter de 18
non une bonne probabilité de fort développement. ha), avec près de 150 000 m² de SHON à construire) ; 40 hectares supplémentaires sont prévus
- Contrairement aux filières, les Secteurs d’activités désignent des entreprises du même domaine pour le site à l’horizon 2015. En effet, de nombreuses entreprises ont vocation à s’implanter dans
sans nécessaire lien entre elles. le cadre du projet AIGLE.
Au regard de l’ambition du projet de regrouper sur un même pôle de pointe des entreprises du
secteur de l’aéronautique et des entreprises aux spécificités techniques en lien avec l’aéronau-
tique (haute technologie, traitement technique, énergie, etc.), la demande foncière pourrait être
forte sur le territoire sud de Val de France – Gonesse. Au total, il est prévu la création de 2 000
emplois supplémentaires à court terme (dans les 3 ans) et 4 500 0
à long
500
terme1000(10 / 15 ans).
2000m

Source : Mr. Gérard Laruelle, Directeur Général du Pôle Astech et porteur du projet AIGLE.

80 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

L’analyse du potentiel de la filière Aéronautique s’appuie d’autre part sur le benchmark présenté en
partie 1 de ce document (Diagnostic - A propos des aéroports d’affaires) portant sur l’impact écono- Intensité
concurrentielle
mique des aéroports d’affaires positionnés près de grandes métropoles.
Ce benchmark a montré qu’ils sont à l’origine d’importantes activités en périphérie ; celles-ci peu-

EVALUATION AERONAUTIQUE
vent se décliner en plusieurs cercles d’impacts : Potentiel
Forces endogène
Nous distinguerons donc ci-après les activités de la filière aéronautique d’affaire et les activités de
services aéroportuaires d’affaires.

→ Critères d’attractivité territoriale pour les différentes composantes de cette filière :


Paramètres Attractivité du
Paramètres Attractivité dude

D’AFFAIRES
Composantes de la d’attractivité territoire du Val Filière cible pour
Composantes de la d’attractivité territoire du Val de Commentaires Filière cible pour?
filière aéronautique territoriale du secteur France pour le secteur Commentaires GONESSE/VDF
filière aéronautique territoriale du secteur
d’activité Franceconsidéré
pour le secteur GONESSE/VDF ?
d’activité considéré Faiblesses Attractivité
Très cohérent avec les générale du site
Très cohérent avec
caractéristiques du les
Proximité d’un aéroport caractéristiques du
Proximité; d’un aéroport + : proximité du premier territoire ;
Filière aéronautique d’affaire transit +aéroport
: proximité du premier territoire ;
Filière aéronautique d’affaire ; transit d’affaire de complémentaire aux
d’affaire aéroportuaire ; aéroport d’affaire de complémentaire aux
d’affaire aéroportuaire ; France ; filières présentées :
disponibilité d’espace France ; filières
disponibilité d’espace sécurité, logiciels :
présentées → Détails Filière Aéronautique d’affaires :
sécurité, logiciels
complexes … etc
complexes … etc
L’aviation d’affaire a eu une forte croissance ces dernières années, comme le montre le graphe ci-
dessous ; la part de l’aviation d’affaire est passée de 2003 à 2009 de : 7,9% à 17,9 %.
-: notoriété du territoire
Services aéroportuaires -: notoriété du territoire La crise a eu cependant un fort impact, impliquant les compagnies à d’importantes opérations de
Servicesd’affaire
aéroportuaires
Proximité aéroport ; Très cohérent en matière
fermeture, diminution des effectifs, mais aussi diversification. Les principales compagnies sont :
d’affaire
(dont fret express, Bombardier, Cessna, Golf stream aerospace, Hawker beechkraft, Dassault, etc.
Proximité aéroport
disponibilité ;
d’espaces Trèsdecohérent en matière
développement
(dont fret express,
hub messagerie) - : notoriété du site ;
disponibilité d’espaces de développement
hub messagerie) -absence
: notoriété du site ;
de coordination
absence de coordination
Les aéroports suivent cette croissance avec des créations d’emplois directement liés à l’aviation
avec le pôle de Roissy et
avec le pôle de Roissy et d’affaire de l’ordre de 1000 à 2000 emplois ; mais les emplois induits peuvent être nettement plus
le Bourget
le Bourget importants suivant l’insertion dans un pôle urbain, la capacité d’accueil en entreprises …

Légende code couleur :


Légende code couleur :
À écarter
À écarter
Peu d’intérêt
Peu d’intérêt
A prendre en considération
A prendre en considération
Intéressant
Intéressant
Très intéressant
Très intéressant
→ Détails Filière Services aéroportuaires d’affaire :
Enjeux stratégiques d’une implantation géographique : • Focus Fret express :
• Présence d’un aéroport d’affaire, et hub de communications Le transport des marchandises express connaît un véritable essor depuis plusieurs années et est
• Proximité pôle urbain et industriel devenu un outil de travail vital pour le développement des entreprises de tous les secteurs. Les
• Offres immobilières et foncières avec dimensions de parcelles significatives taux de croissance enregistrés (y compris en temps de crise) sont de l’ordre de 10% an (source :
• Possibilités de recrutement important Expansion).
Le marché mondial est estimé à 130 milliards de dollars dont 30 pour l’Europe et 10 pour la France.
Facteurs de Succès pour une implantation sur le territoire : Leader en Europe pour le fret express, Paris rassemble tous les grands professionnels de l’express
• Disponibilité d’immobiliers et fonciers au nord du Triangle, et extension vers le Val de France ou «intégrateurs», notamment Fedex, qui a implanté sur l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle
• Cohérence de l’offre en périphérie et donc synergie entre Val de France/Gonesse, Bonneuil et Le son deuxième hub mondial après celui de Memphis. Sont également implantés UPS, DHL, TNT,
Bourget SODEXI, etc.
• Réalisation du pôle Astech (projet AIGLE) le marché français est caractérisé par la juxtaposition de filiales d’entreprises publiques Chrono-
• Desserte rapide et multiple à partir du Triangle post (filiale de La Poste), le Sernam ou Calberson (entités de la SNCF), actives et un secteur privé
• Ressources humaines disponibles qui tente de percer sur le marché ; il y a par ailleurs de très importantes structures internatio-
• Dynamique territoriale nales..

GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 81
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

B/ LA FILIERE «TÉLÉCOM EMBARQUÉ – SURETÉ - GESTION DES RISQUES »


• Focus Hub messagerie : Potentiel : Filière structurante
Le hub messagerie peut être considéré comme un ensemble d’entreprises liées à la messagerie
rapide type CHRONOPOST-FEDEX. Cette filière désigne un secteur vaste concernant les domaines de la conception, la réalisation et
Il apparaît dans des centres comme Memphis des agglomérats d’entreprises ayant des liens maîtrise des systèmes de mesure et instrumentation pour les applications telles que : télécommuni-
entre elles. cation, automobile, sécurité et défense, mais également, la sécurité – sûreté et gestion des risques
De nombreuses entreprises sont concernées et en particulier celles ressortissantes de la logis- .., mobilité embarquée et software mobile.
tique et/ou transportant des produits de forte valeur ajoutée mondialement ; sont également
concernées des entreprises du logiciel (cf. filière du même nom dans ce chapitre). → Caractéristiques générales de ce secteur d’activité dans le département :
Fortes consommatrices de main d’œuvre, elles s’intègrent très bien dans les autres filières préa-
lablement annoncées. • Logiciel et système complexe : sur les dix premiers opérateurs de sécurité, huit sont des filiales
de groupes présents dans le Val d’oise : Securitas, Brink’s contrôle sécurité , Chubb sécurité, Silliker,
Tyco … Marché en croissance globale de 30 % par an pour le secteur informatique. Le nombre d’in-
novations est important ; le Val d’Oise a quatre établissements de formation et recherche impliqués
: université, ENSEA, EISTI, EPMI (Cergy Pontoise).
• Sécurité – sûreté et gestion des risques en Val d’Oise : présence dans le département de toutes
les composantes de la filière : grands opérateurs (Sagem …), tissu de 500 PME-PMI et maillage de
laboratoires publics et privés ; secteur en fort développement …
• Télécom et software mobile en Val d’Oise : forte concentration d’activités (entreprises et labora-
toires de recherche) dans le département avec siège de la Mobile Alley … concentration sur Cergy
Pontoise …

→ Critères d’attractivité territoriale pour les différentes composantes de cette filière :


Paramètres Attractivité du
Composantes de la Paramètres
d’attractivité Attractivité
territoire dude
du Val Filière cible pour
Composantes de la d’attractivité territoire du Val de Commentaires Filière cible pour?
filière aéronautique territoriale du secteur France pour le secteur Commentaires GONESSE/VDF
filière Télécom – sureté territoriale du secteur
d’activité Franceconsidéré
pour le secteur GONESSE/VDF ?
d’activité considéré
Très cohérent avec les
caractéristiques du
Proximité d’un aéroport
Proximité + : proximité du premier territoire ; intéressant
Filière aéronautique d’affairede voies de
; transit C’est un secteur
communication (notamment +aéroport
: proximitéd’affaire de ;
aéroportuaire complémentaire aux
mais qui devra s’accompagner
d’affaire aéroportuaire ;
aéroportuaire) ; disponibilité de France ; d’une plate-forme ;
existence filières
d’une présentées
politique : de
volontariste
Groupes internationaux disponibilité
main d’oeuvre ;d’espace
coûts ; autoroutes ; présence d’autres recherche
sécurité,de projets
logiciels
proximité de centres de entreprises du secteur … d’entreprises et moyens de
complexes … etc
compétence ; qualité du site … formation-recherche

-: notoriété du territoire
Services aéroportuaires
d’affaire Compte-tenu de la
Proximité aéroport ; Très cohérent
concentration de en matière
moyens sur le
(dont fret express, + : forte concentration de
disponibilité
Proximité d’espaces
de plate-forme, de développement
Val d’Oise, c’est un axe de
hub messagerie)
Start up centre de formation et - : notoriété
moyens du site ;
au-niveau
développement important ; il
départemental ( à tout niveau
absence de coordination
entreprises … faudra une réelle volonté
de la filière) ;
avec le pôle de Roissy et d’ouvrir un second pôle sur le
le Bourget Val de France

Légende code couleur :


Légende code couleur :
À écarter Peu d’intérêt A prendre en considération Intéressant Très intéressant

0 500 1000 2000m


À écarter Peu d’intérêt A prendre en considération Intéressant Très intéressant

82 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

C/ LA FILIERE « INFORMATIQUE HARDWARE / LOGICIEL / SERVICE »


Potentiel : Filière secondaire +
Intensité
EVALUATION TELECOM - SURETE concurrentielle Elle regroupe l’ensemble des acteurs industriels travaillant dans les secteurs de l’informatique en
considérant les intervenants de la fabrication de matériels, du logiciel en général et des services.
Forces
Potentiel → Critères d’attractivité territoriale
Paramètres
pour les différentes composantes de cette filière :
Attractivité du
endogène Composantes de la d’attractivité territoire du Val de Filière cible pour
Commentaires
filière aéronautique territoriale du secteur
Paramètres d’attractivité
France pour le secteur
Attractivité du territoire du
GONESSE/VDF ?
Composantes de la filière d’activité considéré Filière cible pour
territoriale du secteur Val de France pour le secteur Commentaires
Informatique GONESSE/VDF ?
d’activité considéré

Très cohérent avec les


caractéristiques du
Proximité d’un aéroport
+ : proximité du premier territoire ;
Filière aéronautique d’affaire ; transit
aéroport d’affaire de complémentaire aux d’un
Faiblesses d’affaire aéroportuaire ; Dans le cadre du développement
Attractivité Hardware
Accès voies de communication ; + : Proche aéroport et autoroute ;
France Paris; ; proximité du pôle sécurité filières
pôle présentées
informatique, :
une implantation +
disponibilité
disponibilité de maind’espace
d’oeuvre proche
locale peut être envisagée
générale du sécurité, logiciels
site complexes … etc

→ Détails Filière Télécom embarqué – Sureté - Gestion des risques -: notoriété du territoire
Services aéroportuaires
Facteurs de Succès pour une implantation sur le territoire : Logiciel d’affaire
Disponibilité de main d’oeuvre;
présence pôle ; accès communication ;
Proximité aéroport ;
+ : aéroport ; proximité du pôle sureté ;
télécom-logiciels mobiles … Très cohérent en matière
• Disponibilité de site immobilier conséquent, (dont fret express, attrait du territoire
disponibilité d’espaces de développement
• Synergies avec Cergy Pontoise et animation au-niveau départemental hub messagerie) - : notoriété du site ;
• Organisation de manifestation : Global Security Process avec 380 professionnels, absence de coordination
avec le pôle de Roissy et
• Présence de l’association S2R2 , qui pourrait être localisée sur le VdF Disponibilité de main d’oeuvre ; le Bourget
• Proximité aéroport et plate-formes logistiques, Service disponibilité de bureaux ; coûts + : voies de communication

• Développer les moyens de formation d’implantation ; accès ferroviaire

• Améliorer le cadre de vie Légende code couleur :


• Se démarquer de la concurrence : reste de l’Ile de France, Rhône-Alpes Légende code couleur :
À écarter Peu d’intérêt A prendre en considération Intéressant Très intéressant
À écarter Peu d’intérêt A prendre en considération Intéressant Très intéressant
Enjeux stratégiques d’une implantation géographique :
Compte-tenu e la densité d’entreprises et organismes de ce secteur en Val d’Oise, les conditions
d’implantation dépendent essentiellement de deux conditions :
• la promotion de la filière afin qu’elle soit connue → Détails Secteur Informatique/Hardware :
•la disponibilité de locaux adaptés.
Présentation des acteurs sur le territoire (IdF et périphérie) :
Bonne concentration en Seine Saint Denis et périphérie avec : 1. Pôle de Roissy (Tremblay-PN2 :
DISPATCH SA, AKAI, Samsung) - 2. Proche couronne parisienne (ex : 35 entreprises à St Denis, Pana-
sonic, Métalarc à Epinay) - 3. Noisy-le-Grand (Neurosoft, Océ France) 4. Eclaté (Ex : Tec Data à Bobi-
gny) ; Activités : 1. Négoce & vente - 2. montage ; Profil : majorité d’entreprises de 20 à 50 salariés.

Enjeux stratégiques d’une implantation géographique :


L’hybridation du modèle (du build-to-forecast au build-to-order) a forcé les constructeurs leaders à
adopter une stratégie d’implantation spécifique pour : disposer par grand territoire (Europe, Asie,
US) d’une ou deux usines de montage spécialisées dans l’intégration et la livraison d’une gamme de
produits, puis assurer un service-après-vente sans faille.

GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 83
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

Facteurs de Succès pour une implantation sur le territoire : Conditions à développer :


• Disponibilité de site immobilier conséquent • Liaison transport
• Synergies avec Cergy Pontoise • Développer la R&D, l’effet filière
• Proximité aéroport et plate-formes logistiques • Peu de formation
• Prix compétitifs • Cadre de vie

Conditions à développer : → Secteur Informatique/Logiciel :


• Améliorer le potentiel de recrutement (= formation)
• Développer la R&D, l’effet filière Présentation des acteurs sur le territoire (IdF et périphérie) :
• Améliorer le cadre de vie Localisation sur l’ensemble du périmètre régional et grands sites tertiaires : Noisy-le-Grand (Staff
• Se démarquer de la concurrence : étrangère, 92, 91 (Saclay, ...), Rhône-Alpes & line,
(leur stratégie = effet filière - efforts sur la logistique) PARSYS, ADOBE SYSTEMS) & PN2 - proche couronne parisienne (Sage à St Ouen) …
Activités : Edition de logiciel + helpdesk ; Profil : majorité d’entreprises < 5 sal.
→ Détails Secteur Informatique/Services :
Enjeux stratégiques d’une implantation géographique :
Présentation des acteurs sur le territoire (IdF et périphérie) : Disposer des relais de distribution que sont :
Localisations telles que : 1. PN2 (SSII) - 2. Noisy-le-Grand (IBM, Océ France, INFOGOLD)- 3. • les SSII et intégrateurs
proche couronne parisienne (St Ouen : HEPTA, Techsoft) ; Localisation à venir : Saint Denis • les revendeurs à valeur ajoutée
avec la venue de grands comptes, mais également Est parisien ; Activités : Ingénierie, main- • les constructeurs
tenance, conseil, formation.
Profil : majorité d’entreprises < 10 salariés. Facteurs de Succès pour une implantation sur le territoire :
• Présence d’activités sur Cergy
Enjeux stratégiques d’une implantation géographique : • Disponibilité de site immobilier
• Se positionner rapidement sur les prestations les plus larges concernant Internet • Prix
• Attirer, motiver et retenir la (meilleure) main d’œuvre • Présence aéroportuaire

Facteurs de Succès pour une implantation sur le territoire : Conditions à développer :


• Disponibilité de site immobilier et foncier • Liaison avec Paris ferroviaire
• Son prix • Développer la R&D, l’effet filière
• Proximité Cergy et Seine Saint Denis • Cadre de vie
• Proximité aéroportuaire • Se démarquer des principaux concurrents : 92, 91 (Saclay, ...), 75, 93 ; Concurrence étrangère;
Rhône-Alpes

Intensité Intensité
concurrentielle Intensité
concurrentielle
concurrentielle
EVALUATION INFO-HARDWARE

Potentiel
Potentiel

EVALUATION INFO-LOGICIELS
EVALUATION INFO-SERVICES

Forces endogène Forces VdF Potentiel Forces


endogène
endogène

0 500 1000 2000m


Faiblesses Faiblesses VdF Attractivité Faiblesses Attractivité
Attractivité
générale du site générale du site
générale du site
84 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

D/ LA FILIERE « SANTE, BIOTECHNOLOGIE ET COSMETIQUES »


Potentiel : Filière secondaire Composantes de la Paramètres Attractivité du territoire
Filière cible pour
filière santé – biotech - d’attractivité territoriale du Val de France pour le Commentaires
Cette filière regroupe l’ensemble des acteurs industriels, de la recherche (universitaire et privée), et GONESSE/VDF ?
cosmétique du secteur d’activité secteur considéré
de la formation œuvrant dans les domaines de la santé et des biotechnologies ; il s’agit notamment
des laboratoires pharmaceutiques, de PME PMI spécialisées, des établissements hospitaliers, des
universités; etc. + : proximité aéroportuaire ;
Le pôle de compétitivité Medicen, pour l’essentiel, matérialise cette activité en Ile de France (voir Logique de développement existence d’une plate-forme
hospitalière …
Sur les dernières années, nombre
carte page suivante). Groupes
industrielle : qualité du site,
proximité de moyens de
d’implantations en baisse (voir
plus loin, l’état des
pharmaceutiques/cosmétique *
communication ; prix main investissements étrangers); cible
non français ; production
S’agissant de cette filière, le territoire présente des atouts: la présence de 3 centres hospitaliers : Vil- d’œuvre ; coût de l’implantation
(foncier-immobilier) … - : qualité de l’environnement ;
qui n’entre pas dans une logique
territoriale
liers le Bel (APHP), Gonesse (activité de formation), le pôle médical privé de Sarcelles (spécialisé ra- Paramètres absence d’autres entreprises du
Attractivité du
diothérapie, imagerie médicale, pédiatrie, cancérologie...). Cette offre totalise une capacité de 1720 Composantes de la d’attractivité
secteur
territoire du Val de Filière cible pour
lits et génère 3454 emplois médicaux et fonctions supports (voir détails dans la partie Diagnostic de Commentaires
filière aéronautique territoriale du secteur France pour le secteur GONESSE/VDF ?
ce document). d’activité
Idem et tradition territoriale (ex : considéré
Conjugué à la proximité aéroportuaire, l’ensemble représente un potentiel de développement inté- Groupes pharmaceutiques
français R&D et production
Fabre à Castres ; Servier, idem Très peu de nouveaux projets *

ressant (d’autres hôpitaux et centres de recherches ont d’intéressants résultats : Pasteur, Mondor…). Orléans, Paris …)
Très cohérent avec les
caractéristiques du
→ Critères d’attractivité territoriale pour les différentes composantes de cette filière : Proximité d’un aéroport
+ : proximité du premier territoire ;
Filière aéronautique d’affaire ; transit + : existence d’une plate forme
aéroport d’affaire de
hospitalière ; proximité
complémentaire aux
d’affaire aéroportuaire ;
• Le département accueille déjà une centaine de PME PMI de ce secteur (3M Santé, HYPHEN BIO- disponibilité d’espace
France ;
aéroportuaire
L’accueil
filières d’activités
présentéesde ce: type
est intéressant autour de la plate-
MED, CATALENT…), avec des moyens de formation sur Cergy. Start up
Proximité de plate-forme, centre
hospitalier, sensibles aux appuis :
sécurité, logiciels
forme hospitalière de Sarcelles ;
+
Dans une approche prospective, il est possible d’imaginer un double pôle d’activités Cergy-Val de complexes
mais …économique,
l’incidence etc
pépinière d’entreprises …
tout en étant intéressante
France sur cette filière à terme. - : forte concurrence d’autres
territoires Ile de France ; voir restera limitée.
• Cette filière présente sur le territoire un potentiel secondaire, par rapport à des pôles structu- page suivante
rants susceptible d’avoir une plus grande incidence en matière d’emplois locaux, dans le court -: notoriété du territoire
moyen terme. Services aéroportuaires
d’affaire + : existence du projet de pôle de Très cohérent en matière
Proximité aéroport ;
Ce secteur est souvent considéré comme prometteur en matière de développement économique. (dont fret express,
disponibilité d’espaces
recherche en biologie
de développement
Le nombre d’implantations
hub messagerie) moléculaire
- : notoriété; proximité
du siteaéroport
;
Il est certain que l’Ile de France concentre un volume d’activités exceptionnel. La concentration est PME PMI de la cosmétique
Qualité environnementale du
territoire ; image du territoires ;
nouvelles dans ce secteur est
-
absence de coordination limité ; cible intéressante mais
cependant plus au Sud et à l’est qu’au Nord de Paris. Certains hôpitaux se sont dotés d’outils immobi- coût de l’implantation
avec le pôle de Roissy et peu d’entrainement territorial
liers et ont attiré plusieurs start up. Mondor est à la fois un exemple récent et remarquable. le Bourget
- : image du territoire

Légende code couleur :


Légende code couleur :
Intensité
EVALUATION SANTE-BIOTECHNOLOGIE

À écarter Peu d’intérêt A prendre en considération Intéressant Très intéressant


concurrentielle
À écarter Peu d’intérêt A prendre en considération Intéressant Très intéressant

Potentiel → Perspectives :
Forces endogène
• Promouvoir une plate-forme hospitalière peut aboutir à la localisation d’une dizaine de PME-PMI
innovantes après plusieurs années, soit, un potentiel d’une centaine d’emplois, mais avec une
faible incidence sur l’embauche locale.

• A cela s’ajoute la possibilité d’accroissement par la création de nouveaux services hospitaliers,


COSMETIQUE

avec génération de plusieurs centaines d’emplois. Il peut être intéressant d’étudier les moyens in-
novants de traitement pour étrangers souhaitant bénéficier, à proximité de l’aéroport, de moyens
de soins et traitement.
Faiblesses Attractivité
générale du
site GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 85
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

E/ LA FILIERE « COMMERCE DE GROS »


Paramètres Attractivité du F/ LE SECTEUR « COMMERCE »
Composantes de la d’attractivité
Potentiel : Filière secondaire territoire du Val de Filière cible pour Potentiel : Activité complémentaire
Commentaires
filière aéronautique territoriale du secteur France pour le secteur GONESSE/VDF ?
La filière commerce de grosd’activité considéré
concerne les activités de logistique situées entre
la distribution finale Il ne s’agit pas d’une activité structurante et différenciatrice : il est plus probable qu’elle accom-
par bassins et la logistique de masse. Elle implique d’importantes possibilités de stockage ; il existe pagne le développement du territoire (effet d’entraînement plutôt que levier initial).
une complémentarité entre entreprises logistiques mais peut Trèsêtre transversales
cohérent avec les par type de pro- Sur ce territoire idéalement positionné entre Paris et les aéroports internationaux, le secteur com-
duit. Proximité d’un aéroport
caractéristiques du merce s’inscrit dans la vocation internationale
Paramètres du périmètre
Attractivité du d’étude.
+ : proximité du premier territoire ; Composantes de la d’attractivité territoire du Val de Filière cible pour
Filière aéronautique d’affaire ; transit Commentaires
aéroport d’affaire de complémentaire aux
→ Critères d’attractivité
d’affaire territoriale
aéroportuaire ; pourFrance
les différentes
;
composantes de cette
filières présentées :
filière : → Critères d’attractivité territoriale pour les différentes
filière aéronautique territoriale du secteur France pour le secteurcomposantes de cette filière :
GONESSE/VDF ?
disponibilité d’espace d’activité considéré
sécurité, logiciels
complexes … etc
Paramètres d’attractivité Attractivité du territoire du Très cohérent avec les
Composantes de la filière Filière cible pour
territoriale du secteur Val de France pour le secteur Commentaires Paramètres Attractivité du caractéristiques du
commerce de gros
d’activité considéré
GONESSE/VDF ? Composantes du Proximité d’un aéroport Filière cible pour
d’attractivité territoriale + : territoire pour
proximité du le
premier Commentaires
territoire ;
secteur commerce
Filière aéronautique d’affaire ; transit GONESSE/VDF ?
du secteur d’activité secteurd’affaire
aéroport considéré
de complémentaire aux
-: notoriété du territoire d’affaire aéroportuaire ;
Services aéroportuaires France ; filières présentées :
disponibilité d’espace
d’affaire sécurité, logiciels
Proximité aéroport + : proximité du premier
Proximité d’une plate forme; Très cohérent en matière complexes … etc
(dont fret express, aéroport (Roissy/Bourget) et
disponibilité
multimodale d’espaces
; possibilité de de développement Proximité autoroute ;
hubdemessagerie)
Transport marchandise de
recrutement ; disponibilité
accès autres moyens
- : notoriété de ;
du site Très cohérent avec les Grande surface + : bassin de population, À considérer avec
faible valeur ajoutée transport ; proximité région caractéristiques du territoire ; bassin de population ;
d’espace ; présence absence de coordination commerciale proximité autoroute, prudence
parisienne ; sur l’axe nord concurrence
d’entreprises du même secteur avec le
Europe pôle de
; surfaces Roissy et
disponibles,
le Bourget -: notoriété du territoire
Services aéroportuaires
d’affaire
Proximité aéroport ; Très cohérent en matière
(dont fret express, + : proximité pôle
Légende code couleur : disponibilité
Proximité d’espaces
aéroport ; de développement
Légende code couleur : hub messagerie)
Complexe - : notoriété du site ;
aéroportuaire
positionnement ; bassin
À écarter Peu d’intérêt A prendre en considération Intéressant Très intéressant Loisirs/Culture/Commerc absence de coordination
international ; Fort impact emploi
À écarter Peu d’intérêt A prendre en considération Intéressant Très intéressant de population ; proximité
e spécialisé (combinés) avec le pôle de Roissy
positionnement à et
de grande métropole
le Bourgetde Paris
proximité

Légende code couleur :


Intensité
EVALUATION COMMERCE DE GROS

concurrentielle À écarter
Légende code couleur : Peu d’intérêt A prendre en considération Intéressant Très intéressant

À écarter Peu d’intérêt A prendre en considération Intéressant Très intéressant


Forces Potentiel
Intensité
endogène concurrentielle

Potentiel
Forces

EVALUATION COMMERCE
endogène

Faiblesses Attractivité
générale du site

Faiblesses Attractivité
générale du site
0 500 1000 2000m

86 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

G/ LE SECTEUR «ENTREPRISES : EVÈNEMENT – LOISIR – CULTURE » Trois projets majeurs illustrent cet axe du développement économique sur le territoire :
Potentiel : Activité complémentaire
• Le projet EUROPA CITY (Immochan) :
Il ne s’agit pas d’une activité structurante et différenciatrice : il est plus probable qu’elle accom- Ce complexe de 450 000 m2 prévoit 50% consacrés aux commerces, 35% aux loisirs, 10% à la
pagne le développement du territoire (effet d’entraînement plutôt que levier initial). culture (soit 45 000 m2), 5% aux locaux administratifs (voir partie Diagnostic). Gonesse et Val de
Sur ce territoire idéalement positionné entreAttractivité
Paramètres Paris et du
les aéroports internationaux, le secteur com- France ont la volonté d’intégrer au programme une ou deux institutions culturelles métropolitaines
merce s’inscritdedans
Composantes la la vocation internationale
d’attractivité du du
territoire périmètre
Val de d’étude. Filière cible pour et/ou européennes, qui seront autant d’éléments d’attractivité et d’image pour le projet comme
Commentaires pour le territoire.
filière aéronautique territoriale du secteur France pour le secteur GONESSE/VDF ?
→ Critères d’attractivité territoriale
d’activité pour les différentes
considéré composantes de cette filière : Les retombées attendues sont les suivantes :
• une nouvelle image à l’attractivité renouvelée pour le territoire ;
Très cohérent avec les • un effet d’entrainement positif sur l’urbanisation du triangle de Gonesse ;
Paramètres d’attractivité Attractivité du territoire du
Composantes du secteur
territoriale du secteur Val de France pour le secteur caractéristiques du
Commentaires
Filière cible pour • 8000 emplois directs et indirects (hôtellerie, transports, services) à Gonesse auxquels s’ajoute-
Proximité d’un aéroport
Evènement – Loisir - Culture
Filière aéronautique
d’activité
d’affaire ; transit
+ : proximité du premier
considéré territoire ; GONESSE/VDF ? ront les emplois créés pendant la phase de travaux ;
d’affaire aéroportuaire ;
aéroport d’affaire de complémentaire aux • hypothèses de fréquentation attendue : 27 millions de visiteurs à moins de deux heures et 3 à 4
disponibilité
Bassin d’espace
de population;
France ;
proximité + : bassin de population,
filières présentées : millions de visiteurs/touristes.
Etablissement culturel sécurité, logiciels
métropole ; souhait des proximité aéroport À considérer
(ex : CCSTI) complexes … etc
collectivités international, • Le projet de la Cité du Sport :
Ce parc sportif et ludique de 70-100 hectares prévoit :
• De nombreux équipements : skate parc, base nautique, terrain de basket, murs d’escalade, valo-
Pole vert associant : site de Disponibilité d’eau ; surfaces -: notoriété du territoire risation des interfaces interactives de dernière génération, etc.
Services
détente aéroportuaires
et pratique verte
(jardinage, maraichage
disponibles ; dynamique locale + : façade verte du territoire bon impact emploi
• de former et d’héberger des jeunes (8-16 ans) pendant les congés scolaires,
d’affaire … ) …
Proximité aéroport ; Très cohérent en matière • un musée du sport « Just Play Exhibit », pour valoriser sa dimension culturelle,
(dont fret express,
hub messagerie)
disponibilité d’espaces
- : notoriété du site ;
de développement • un complexe cinématographique et une offre de restauration
• une zone de commerce tournée vers le sport
+absence
: déficit dede coordination
l’offre sur Roissy ;
Zone hôtelière
Demande locale ; proximité avec le pôle de Roissy
proximité Villepinte et
; proximité • des complexes hôteliers pour permettre l’hébergement des visiteurs (entre 2000 et 2500 chambres
aéroportuaire ; concurrence
le Bourget
Paris prévues).
Le projet « Just Play » sera exploité pour l’Euro 2016 ; il prévoit d’accueillir 10 millions de visiteurs
annuels. Les premières estimations évaluent que la Cité du Sport pourrait créer 4000 à 5000 em-
Légende code couleur :
Légende code couleur : plois.
À écarter Peu d’intérêt A prendre en considération Intéressant Très intéressant
À écarter Peu d’intérêt A prendre en considération Intéressant Très intéressant
• Le Projet de CCSTI - Centre Scientifique Techniques et Industrielle (porté par Sarcelles et sou-
tenu par le Conseil Général) : un atout reconnu pour développer une économie de l’innovation et
de la R&D (cf. Saclay, Toulouse, Grenoble…). Leur offre contribue en effet fortement à la diffusion
Intensité de la culture scientifique et technique, grâce au partage des savoirs entre la communauté scienti-
concurrentielle fique et le grand public.

Le secteur Loisirs-Evénementiel-Culture peut se voir renforcé par ces projets locaux :


Forces Potentiel • Développement du « complexe » loisirs-sport-nature formé par la vallée du Croult, la Ferme péda-
endogène gogique Lemoine (rayonnement régional auprès des scolaires et familles), le Château d’Arnouville
(Centre horticole), un centre aéré, la maison des ados « l’Envol », un projet de Haras (Arnouville )
EVALUATION LOISIR

• Projet de création d’un centre d’étude et de conservation du patrimoine gonessien, etc.

Faiblesses Attractivité
générale du site

GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 87
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE
Comité de rédaction du CDT Gonesse/Val de France – Contribution des Collectivités + Maîtrise d’oeuvre

Comité de rédaction du CDT Gonesse/Val de France – Contribution des Collectivités + Maîtrise d’oeuvre

Filière Projet Incidence emploi local


H/ LE SECTEUR «DESSERREMENT DES ENTREPRISES DE LA 1ÈRE COURONNE PARISIENNE» I/ BILAN SYNTHÉTIQUE DES Filière Projet Incidence emploi local
Potentiel : Activité complémentaire PRINCIPALES FILIÈRES Santé, Biotech, Cosmétique Projet de plate forme de Potentiel limité : 100 emplois sur
RETENUES : Santé, Biotech, Cosmétique PME – de
Projet PMIplate
périphériques
forme de aux cinq ans ; limité
Potentiel 300 -500 suremplois
: 100 10 ans sur

→ Critères d’attractivité territoriale pour les différentes composantes de cette filière : établissements
PME hospitaliers
– PMI périphériques aux part locale
cinq : 40%.
ans ; 300 -500 sur 10 ans –
établissements hospitaliers Mais possibilité
part locale : 40%.d’implantation
d’une grande
Mais possibilitéentreprise ou d’un
d’implantation
service hospitalier : création
d’une grande entreprise ou d’un
Paramètres Attractivité du immédiate de 500 :àcréation
service hospitalier 1000 emplois
Paramètres Attractivité du
Composantes de
Composantes dula d’attractivité territoire du Val de Filière cible pour (locaux à 60%)
immédiate dansà ce
de 500 cas.emplois
1000
d’attractivité territoire du Val de Commentaires Filière cible pour
secteur Entreprises de
filière aéronautique territoriale du secteur France pour le secteur Commentaires GONESSE/VDF ? Telecom embarqué, Création d’un pôle tertiaire (locaux
Avec à 60%)
mise dansde
en place cemoyens
cas. de
territoriale du secteur France pour le secteur GONESSE/VDF ?
la Pete Couronne  d’activité considéré Sureté, embarqué,
Telecom facilement
Création accessible
d’un pôle tertiaire formation
Avec mise ;enle place
potentiel total peut
de moyens de
d’activité considéré Gestion
Sureté, des risques (en bipôle avec
facilement Cergy,
accessible être significatif
formation :1000/1500
; le potentiel totalà peut
5 ans
Gestion des risques éventuellement)
(en bipôle avec Cergy, ;être
30-40% emplois
significatif locaux à 5 ans
:1000/1500
Très cohérent avec les éventuellement) ; 30-40% emplois locaux
caractéristiques du Informatique : Création d’un pôle tertiaire Avec une image sur la sureté,
Proximitérapide
Desserte d’un aéroport
vers + : proximité du premier territoire ; hardware, logiciel,
Informatique : service facilement
Création accessible
d’un pôle tertiaire télécoms
Avec une embarquées, c’est un
image sur la sureté,
Filière aéronautique d’affaire ; transit
capitale (dont train) ; (en bipôle avec Cergy, ensemble d’activités très large
Entreprises +aéroport d’affaire de; complémentaire aux hardware, logiciel, service facilement accessible télécoms embarquées, c’est unà
d’affaire (PME-PMI) aéroportuaire
coût des ; : proximité de Paris
éventuellement) envisager : sur 5 ans, potentiel
ne dépendant pas France ;
futures moyens de filières présentées : (en bipôle avec Cergy, ensemble d’activités très large à
disponibilité d’espace;
terrains/immobiliers Àsécurité,
considérer éventuellement) >envisager
1000 emplois,
: sur 5 sians,
moyens de
potentiel
nécessairement de la communication ; espaces logiciels
qualification de la zone complexes … etc >formation adaptés.
1000 emplois, si moyens de
présence d’un aéroport disponibles,
d’accueil ; accès habitat Aéronautique d’affaire Pôle d’activité : Aigle formation
Très adaptés.
cohérent avec fort potentiel
attractif Aéronautique d’affaire (dontd’activité
Pôle projet Joséphine
: Aigle d’emplois local : 2000
Très cohérent avec fortà potentiel
3-4 ans ;
d’Eurocopter)
(dont projet Joséphine plusieurs milliers
d’emplois au-delà
local : 2000 ; 50%
à 3-4 ans ;
d’Eurocopter) d’emplois induits.au-delà ; 50%
plusieurs milliers
-: notoriété du territoire
Services aéroportuaires Services aéroport d’affaire d’emplois2000
Potentiel induits.
emplois à 3-4 ans
d’affaire Services aéroport d’affaire Potentiel 2000 emplois à 3-4 ans
Proximité aéroport ; Très cohérent en matière
(dont fret express, Commerce de gros Potentiels 500 emplois à 3-4 ans
Entreprises dépendant disponibilité d’espaces de développement
hub messagerie) Proximité aéroport et +- : notoriété du site ; et
présence aéroport
de la présence d’un A considérer Commerce de gros Potentiels 500 emplois à 3-4 ans
idem ci-dessus absence de coordination
services
aéroport
avec le pôle de Roissy et
le Bourget Légende code couleur : Très pertinent Pertinent Potentiel limité
Légende code couleur : Très pertinent Pertinent Potentiel limité

Légende code couleur :


J/ IMPACTS POTENTIELSZones
Activités à forte SUR L’EMPLOI LOCAL
Zones DES DIFFÉRENTES CATÉGORIES D’ACTIVITÉS
Zones Infrastructures
industrielles
Légende code couleur : : R&D/innovation/
connotation
Activités à forte
logistiques et
Zones
essentiellement
commerciales touristiques :
pôle techno de Zones
services Zones
et services Infrastructures
parc à thème …
À écarter Peu d’intérêt A prendre en considération Intéressant Très intéressant connotation industrielles
production
À écarter Peu d’intérêt A prendre en considération Intéressant Très intéressant logistiques et commerciales touristiques :
R&D/innovation/ essentiellement
pôle techno de services et services parc à thème …
production
Intensité Les pôles Ceci inclut de très La France accueille de La cartographie des Les grandes
concurrentielle technologiques nombreuses activités moins en moins zones commerciales de infrastructures
Les pôlesêtre
peuvent Ceci inclut
allant de très ss
du stockage La France accueille
d’activités de de La cartographie
l’Ile de France estdes Les grandes
touristiques
technologiques
générateurs nombreuses
aux zones deactivités
service moins
production,
DOCUMENT en moins
DE TRAVAIL même
DU si
15 avril 2011 zones; commerciales
dense il s’agit de de infrastructures
structurantes (parc
24/58 à
Potentiel d’activités
elles de15 avril 2011
peuvent être activités
d’importantes allant
de typedu « stockage ss
tertiaire ». DEexistent. l’Ile de France
secteurs est
en évolution touristiques
thème, Astérix, Disney
EVALUATION DESSERREMENT

Forces générateurs
et créateurs de aux zones de service
DOCUMENT TRAVAIL DU
production, même si dense ; il s’agit
permanente avecdede …)structurantes
24/58
(parc à
sont des projets
endogène
d’importantes
nombreux activités
emplois : deproblématique
La type « tertiaireest». elles
La existent.
proximité de secteurs en
nouvelles évolution
formes de thème, Astérix, Disney
importants,
et créateurs
les pôles de de ici de valoriser au liaisons aériennes, permanente avec de
service. …) sont desleprojets
structurant
nombreux emplois
compétitivité :
en sont, La problématique
maximum l’ensembleest La Paris
de proximité
et de nouvelles formes de importants,
territoire.
les partie,
en pôles dela preuve. ici de
des valoriser au
activités liaisons aériennes,
d’autoroutes Leservice.
potentiel de structurant le
compétitivité
Ce type de en sont, maximum l’ensemble
logistiques en de Parisàet
invitent considérer recrutement local est territoire.
Les montées en
en partie, la preuve.
développement des activités
périphérie des d’autoroutes
cette cible. Le potentiel de
significatif. puissance sont
Ce type de
présente plusieurs logistiquesRoissy
aéroports en et le invitent à considérer recrutement local est Les montées en
complexes.
développement
inconvénients : forte périphérie des
Bourget. cette cible. significatif. puissance
L’impact en sont
matière
présente plusieurs
concurrence aéroports Roissy et le complexes.
d’emplois local est
inconvénients
notamment en: Ile
fortede Bourget.
Une zone logistique L’impact en matière
significatif.
concurrence
France, durée de mise peut être à l’origine d’emplois local est
Faiblesses Attractivité notamment
en place … Maisen Ile
ils de Une important
d’un zone logistique
volume significatif.
générale du site France, durée
peuvent avoir de
un mise
fort peut être àlocal.
d’emplois l’origine
en place
effet … Mais ils
d’image. d’un important volume
peuvent avoir un fort d’emplois local.
effet d’image.

88 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

1.2. POTENTIEL D’IMPLANTATION DES FILIERES IDENTIFIEES ET MARKETING TERRITORIAL, EN LIEN AVEC LES PROJETS ET LES SPECIFICITES DU TERRITOIRE
A/ POINT SUR LES PROJETS QUI CONSTITUENT LES PRINCIPAUX POINTS D’APPUI DE LA LOGIQUE démarche de partage des savoirs, de citoyenneté active, permettant à chacun d’aborder les nou-
DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE veaux enjeux liés à l’accroissement des connaissances.
Le CCSTI poursuit une approche pluridisciplinaire et transversale de la notion de science et de tech-
→ Projet AIGLE (Aéronautique) : nique et engage des démarches de partenariat et de mise en œuvre permettant d’impliquer une
Le projet Aigle, porté par le pôle de compétitivité Astech Paris-Région (aéronautique et spatial), dont multitude de publics, diversifiés dans leurs origines et leurs implantations géographiques.
le Conseil général est membre. Ce projet vise à développer sur le secteur du Bourget un pôle d’ex-
cellence francilien dans le domaine aéronautique, comprenant un ensemble industrie-recherche-
formation. Ce projet inclut notamment le projet de transfert d’Eurocopter («Joséphine») sur 18 B/ L’IDENTITÉ ÉCONOMIQUE DU TERRITOIRE VAL DE FRANCE/GONESSE DEMAIN
ha de l’ancienne base militaire de Dugny, située sur les communes de Dugny (93) et Bonneuil-en-
France (95). Ce futur site regroupera 1 100 employés (750 Eurocopter + 250 sous traitants) dont Au regard des atouts identifiés dans sur le territoire dans le diagnostic, des projets portés par les
une équipe de Recherche & Développement (R&D) de 60 personnes en provenance de Suresnes. communes du territoire et surtout des filières identifiées au point suivant, voici l’identité écono-
Il est ainsi proposé la structuration d’un pôle avec les composantes suivantes : mique proposée pour le territoire Val de France/Gonesse :
- Concentration d’entités industrielles (sièges d’entreprises, usines, PME), notamment le transfert
d’Eurocopter,
- Plate-forme de recherche et d’innovation : laboratoires publics et privés, pépinière d’entreprises,
incubateurs, Loisirs en ville

- Plate-forme de mutualisation de moyens : laboratoires, productions, services, base de vie (restau- et commerce
spécialisé
ration d’entreprise, logements étudiants, hôtellerie, centres de documentation, centre d’affaires…)
- Plate-forme de formation et d’information technique : centres de formation initiale (mastères,
écoles d’ingénieurs), en apprentissage (CFA, lycées) et continue, ainsi que des vitrines technolo- Commerce
Tertiaire supérieur
associé
giques ; de gros à l’aéroportuaire

- nouveau siège d’Astech (actuellement implanté à Meudon). Pôle industrie-


FILIERES
recherche Filières structurantes car
Astech estime que pour développer le pôle aéronautique sur le Bourget (projet AIGLE), le besoin en -services-affaires
aéroportuaire
* différenciantes et identitaires

surfaces est de 40 hectares environ (y compris le projet Eurocopter de 18 ha), avec près de 150 000 Télécoms embarqués Filières secondaires
m² de SHON à construire (y compris projet Joséphine d’Eurocopter). Sureté
Gestion des risques
Au total, il est prévu la création de 2 000 emplois supplémentaires à court terme (dans les 3 ans) Opportunitiés complémentaires,
et 4 500 à long terme (10 / 15 ans). Desserrement
d’entreprises
Hardware Logiciels
ou activités « supports »
Services informatiques Services aux
de la 1ère
entreprises
couronne

→ Projet Europa City (loisir, culture, commerce)


Eco-activités * Cette filière inclut les activités de
Fret express et de Hub messagerie.

Le Groupe Auchan est, avec sa filiale Immochan, un acteur important de l’immobilier commercial.
Soucieux de poursuivre son développement en France, le Groupe Auchan souhaite proposer de MOYENS A DEPLOYER
nouveaux lieux de vie et d’échanges, intégrés à la Ville. Nouveaux services Hospitaliers
Offre de Formation renforcée
Le projet Europa City s’inscrit dans cette démarche. Grand équipement à vocation touristique, Santé-Biotechnologie Cosmétique
d’ambition métropolitaine par sa taille et son attractivité, ce projet mixera, dans un même lieu, des (Start up, PME PMI) Implantation de Pépinières

fonctions commerciales, des activités de loisirs et une offre culturelle articulée autour de la décou-
verte des pays d’Europe.
Librement accessible, ouvert sur son territoire, exemplaire d’un point de vue environnemental, doté
d’une architecture exceptionnelle contribuant à son attractivité, ce projet peut être un levier puis- → Trois filières économiques ont été identifiées comme ayant un potentiel structurant fort pour le
sant d’aménagement et de développement économique de son territoire d’implantation territoire de Val de France et de Gonesse, du fait de leur caractère différenciant.
Elles sont positionnées dans le premier cercle :
→ Santé – Cosmétique : plate-forme autour de centres hospitaliers
• La filière aéronautique va marquer le territoire et se développer sous deux axes :
→ Informatique – sûreté : pôle d’activité - un pôle majeur enclenché par le projet AIGLE (d’industries de pointe – Recherches – Formation,
avec des conséquences directes sur l’attraction d’un tissu d’entreprises (PME notamment) du ter-
→ Centre de Culture Scientifique Technique et Industrielle : tiaire supérieur, d’ingénierie, etc. associées aux activités aéronautique
Un Centre Scientifique Technique et Industriel (CCSTI) est une structure ayant pour mission de fa- (voir détails en partie 1.1.2.),
voriser les échanges entre la communauté scientifique et le public. Cette mission s’inscrit dans une - un second pôle se services en association avec l’activité de l’aviation d’affaire.

GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 89
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

Ces deux pôles se déploieront principalement sur le Triangle de Gonesse, l’Avenue du Parisis et la L’objectif étant que la population puisse bénéficier des retombées locales du développement en
partie frontalière de l’aéroport du Bourget. termes d’emploi, et que dans le même temps les investisseurs et dirigeants d’entreprises aient la
possibilité de recruter localement en réponse à leurs besoins en ressources humaines.
• La filière des « télécoms embarqués, de la sûreté et de la gestion des risques » est déjà implan- De plus, la structuration d’une offre de formation performante, pour tous tout au long de la vie,
tée dans le Val d’Oise (grands opérateurs tel que Sagem, tissu de PME-PMI et maillage de labora- pourra bénéficier au territoire en termes d’identité et d’attractivité (voir partie 2.4. sur la Formation).
toires publics et privés, recherche). C’est un secteur en fort développement qui pourrait s’appuyer
sur la présence dans le département pour se développer sur le territoire de Val de France et de → Par ailleurs, une partie des filières identifiées verra son développement facilité par l’implantation
Gonesse si la stratégie économique et territoriale valorise ces activités tertiaires. de pépinières en des lieux stratégiques (ex : interface entre l’avenue du Parisis et Le Bourget, sur le
Triangle, au niveau de la polarité Forum/Dôme). Voir schéma de synthèse en partie 1.2.D, et détails à
• La filière informatique « hardware, logiciels, services » (acteurs industriels travaillant dans les propos des moyens d’accompagnement en partie 2.2.C).
secteurs de l’informatique : fabrication de matériel, du logiciel en général et des services associés).
Cette filière est en plein essor avec le développement d’Internet, des logiciels et des services asso-
ciés. C/ PHASAGE

→ D’autres secteurs d’activité sont également importants pour le développement économique, En termes de phasage, les activités les plus structurantes et les projets majeurs sont à développer
bien qu’ils soient moins différenciants (second cercle) : dans un premier temps, pour marquer l’identité économique du territoire, et créer un effet d’entraî-
nement vis-à-vis des activités « support » (commerces et services).
• le tissu d’entreprises du tertiaire supérieur associé à l’aéroportuaire qui va venir renforcer l’iden-
tité de la filière aéroportuaire,
• La filière « loisirs en ville et commerce spécialisé » : elle va marquer de plus en plus le territoire
du fait des grands projets structurants comme Europa City, le Forum, le Dôme, la Cité des Sports,
et à une moindre échelle la valorisation de la vallée du Croult.
L’ensemble de ces projets, qui vont créer des emplois locaux (principalement pour Europa City et
la Cité des Sports), attirer de nombreux visiteurs (équipements et pôle de commerce rayonnants)
tout en bénéficiant à la population locale, sont autant de facteurs qui vont donner au territoire de
Val de France et de Gonesse une identité « culture, loisirs en ville et commerce spécialisé ».

→ Des opportunités complémentaires ont été identifiées (3e cercle) :

• la filière Santé hospitalière, formation et recherche médicale : la présence des trois hôpitaux,
leurs filières de pointe, la présence d’une offre de formation spécialisée (proposée par le Centre
Hospitalier de Gonesse)… font de Val de France/Gonesse un territoire fortement équipé et ambi-
tieux dans ces domaines.

• La filière « santé, biotechnologies, cosmétique » : elle ne recèle pas un grand potentiel identi-
taire pour le territoire mais l’importance de la filière « santé hospitalière et recherche » pourrait
permettre son développement du fait que ces activités sont déjà présentes sur le territoire du Val
d’Oise (tissu de PME) : elles pourraient se développer sur Val de France/Gonesse dans une logique
de bipolarité avec Cergy. D/ INSERTION DES FILIÈRES ÉCONOMIQUES SUR LE TERRITOIRE, EN LIEN AVEC TERRITOIRES VOISINS

• les « éco-activités », qui vont pouvoir se développer notamment au nord-ouest, sur la base d’ac- → Schéma d’implantation des filières économiques identifiées
tivités environnementales existantes (liées aux déchets, etc.) ;
Les filières structurantes, secondaires et complémentaires identifiées précédemment peuvent s’im-
• Enfin les « services aux entreprises », s’ils ne sont pas des axes centraux de l’identité du territoire planter comme suit sur le territoire de Gonesse/Val de France.
vers l’extérieur, vont nécessairement se développer de façon conséquente en lien avec l’ensemble Précisions :
des autres filières et des projets majeurs du territoire (secteurs « supports »). • Le pôle aéronautique s’appuie sur un interaction étroite entreGonesse/Val de France et Bonneuil
• La filière »Télécoms embarquées – Sureté – Gestion des risques » bénéficie aux deux aéroports et
s’inscrit dans un secteur important du Val d’Oise.
→ Le développement de l’ensemble de ces filières et secteurs d’activité requiert une coordination • Les pôles hébergement bénéficient à la zone Roissy + Villepinte + Musée de l’air et espaces
optimale avec l’offre de formation (initiale, continue, pré-qualifiante...) du territoire et un renfor- • Les pôles hébergement et services s’appuient sur la zone verte ; l’ensemble constitue un espace
cement des liens entre la population et les entreprises locales. d’accueil à Roissy

90 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE
   

   


Deux projets suivent une logique prioritaire : 3 
FILIERES STRUCTURANTES ET DIFFERENCIANTES
•  
 
• Europa City, d’ores et déjà positionné à proximité immédiate de la gare du Triangle •  
 
•      
• Les 2 polarités Formation/Equipements (Campus du Triangle et Forum/Dôme) qui formalisent le •      
•   
développement bipolaire en profitant de l’accessibilité du futur métro Grand Paris pour le premier, •   

du RER et du futur Barreau pour le second. 


     
 ­€‚ƒ„…  †

     
 ­€‚ƒ„…  †
           ­€‚
          ­€‚
‡ ˆ  ‰ †    † ‰  …  ‚ „† 
  ‡Šˆ   ‹† ŠŒŽ­
Autour, les autres activités ainsi que les services et commerces peuvent s’implanter en fonction de €    ƒ„
‡ ˆ  ‰ †    † ‰  …  ‚ „† 
  ‡Šˆ   ‹† ŠŒŽ­
€    ƒ„
    
      

leurs logiques propres.     
      

      
      
†   ‘ 
     †   ‘ 
    
          
   ’          
  ’

 …† „  ‡ˆ …‰


 …† „  ‡ˆ …‰
ƒ ˆ  “    † €†“    ƒ
  
 

 
 ƒ ˆ  “    † €†“    ƒ
  
 

  ‰ †     ”† ‰ 
Š ‹ˆŒŽˆ‘’‰
    ‰ †     ”† ‰ 
Š ‹ˆŒŽˆ‘’‰
 
 
 •–• €Œ€“”€’€•–Š“ ­–Œ—˜ ­•­ Œ€€Œ­€Œ ™€„€•­­šŠ€›„–Œ–“­—˜€ „„šœ „˜˜Š€ˆ
€Œ€“”€’€•–Š“ ­–Œ—˜ ­•­ Œ€€Œ­€Œ ™€„€•­­šŠ€›„–Œ–“­—˜€ „„šœ „˜˜Š€ˆ
œ „–ŒŒ ­ Œ„€
•–•
  œ „–ŒŒ ­ Œ„€
  „ 
 ƒ €  ” †‘      Šˆ     ‰
 „ 
 ƒ €  ” †‘      Šˆ     ‰
 ƒ€ „‹
 
ƒ€ „‹
 
 †   ƒ

  ’
ƒ

  ’ †  
ƒ„    “ 
 
   …Š —ˆ   •€ˆž‰
  ƒ„    “ 
 
   …Š —ˆ   •€ˆž‰
         

       


“  €  ˜ “ Š
        
 
˜

“  €  “ Š
  
        
 
  

        
 
     


         


 
   


         


 
   
  
   

  



   

 
   

  


 
   

 
   

  


      ­€­€
 
   

  



   

  


     ­€­€

     ­€­€


€‚ƒ„… †‡
 
  ­ ­
     ­€­€

€‚ƒ„… †‡
 
   ­ ­
     ­€­€

€‚ƒ„… †‡
 
   ­ ­
ˆ 
‰Š‹‹  Œ

€‚ƒ„… †‡
 
 
ˆ 
‰Š‹‹  Œ  ­ ­
        

€‚ƒ„… †‡
 
   ­ ­
         ˆ 
‰Š‹‹  Œ
ˆ 
‰Š‹‹  Œ
‚­­ ƒ„
ˆ 
‰Š‹‹  Œ
‚­­ ƒ„
   ŒŽ

   
‘’‚“
‚­­ ƒ„
  

 
ŒŽ

   
‘’‚“
  
    
   
‚­­ ƒ„
 
  ­  

ŒŽ

   
‘’‚“
  ­€    
  
    
   
‚­­ ƒ„
  ­  

  
    
   
ŒŽ

   
‘’‚“
  ­€    
   €
ŒŽ

   
‘’‚“
  ­€    
  
    
   
   €   ……†‡ ­€­ˆ‰Š‡ ‹„
€­ ‚ƒ     
    
   
  ­€    
……†‡ ­€­ˆ‰Š‡ ‹„
€­ ‚ƒ
  ­€    
ˆ ƒ
 ” 


• •  
……†‡ ­€­ˆ‰Š‡ ‹„

ˆ ƒ
 ” 


• •  
……†‡ ­€­ˆ‰Š‡ ‹„

ˆ ƒ
 ” 


• •  
……†‡ ­€­ˆ‰Š‡ ‹„
 
ˆ„
­ 
† 
 

 ˆŒ ––—

 ˆ ƒ
 ” 


• •  

ˆ„
­ 
† 
 



ˆŒ ––—
 ˆ ƒ
 ” 


• •  

ˆ„
­ 
† 
 

 ˆŒ ––—
Œ
 
ˆ„
­ 
† 
 

 ˆŒ ––—
 
ˆ„
­ 
† 
 


Œ ˆŒ ––—
Œ
  
˜™
 ‚• Œ

† ™


  
˜™

Œ

 ‚• Œ

† ™
  
˜™

Œ

 ‚• Œ

† ™

  
˜™
  ‚• Œ

† ™
Ž­…‘­­
’ “ ­€‹„† 

  
˜™

€ 

Œ‡  ‚• Œ

† ™
Ž­…‘­­
’ “ ­€‹„† 
€ 

Œ‡
Ž­…‘­­
’ “ ­€‹„† 
GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES€ 

Œ‡
/ SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
Ž­…‘­­
’ “ ­€‹„†  91
€ 

Œ‡
Ž­…‘­­
’ “ ­€‹„† 
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

→ Focus sur la logique de développement des filières en périphérie de l’aéroport du Bourget sence de Roissy à proximité, sièges sociaux...), du fait que le Triangle de Gonesse constitue une ré-
serve foncière de grande ampleur unique dans la métropole parisienne : une desserte métropolitaine
La constitution d’une « colonne vertébrale » du développement économique en lien avec le pôle exceptionnelle à terme (avec le Grand Paris Express) couplée à une desserte internationale unique en
du Bourget serait pertinente (depuis les activités de services jusqu’à l’ingénierie). France (2 aéroports à proximité immédiate).

La filière service aéronautique d’affaire : comme nous l’avons montré précédemment, elle peut • Atelier du Monde :
être considérée selon trois niveaux : les services immédiats liés à l’aéroport, les services liés aux Secteur présentant un très fort potentiel de développement en lien étroit avec le projet AIGLE porté
différentes activités transitant, puis d’autres activités essentiellement tertiaires qui leur sont liées par le Pôle ASTECH aux abords de l’aéroport du Bourget : opportunités pour des filières telles que :
… Aéronautique (Services aéroportuaires - Affaires/R&D/Formation/Hub messagerie...) ; Télécom em-
Cette déclinaison s’inscrit spatialement depuis les périmètres jaunes vers ceux en rouge (carte ci- barquées/Sûreté/Gestion des risques ; Informatique (Logiciels/Hardware/Services)...
dessous).
• Salon du Monde :
La filière télécom embarquée – sureté – gestion des risques, relaie directement le pôle aéronau- Secteur qui se distingue par la très grande diversité culturelle de la population qui vit aux alentours
tique : il lui est naturellement lié, tout en amplifiant l’incidence au-niveau du second niveau d’acti- (100 nationalités environ) et par les perspectives d’implantation de grands équipements comme le
vités. Elle pourrait être matérialisée centralement à la zone rouge (carte ci-dessous). Dôme multisports et le Forum multipolaire (accès à la connaissance, Formation, Cultures du monde...).
Le développement visé combine Loisirs en Ville et Formation (notamment Linguistiques), ce à quoi
Le projet Aigle (Astech) a un rôle à la fois central et moteur dans ces développements. s’ajoute l’opportunité de développer l’offre de Santé en lien avec le Pôle Sanitaire et Hospitalier de
Afin d’accélérer l’émergence de ces activités et mieux les insérer sur le territoire, il pourrait être Sarcelles (soins et/ou biotechnologies).
envisagé une série d’immobiliers d’accueil d’entreprises à proximité de centres techniques privés
ou publics selon la configuration suivante : • Jardin du Monde :
Secteur marqué par la présence de grands espaces non bâtis, en capacité d’accueillir des activités
agricoles et des projets qui nécessitent de l’espace (ex : Cité du Sport, Zone de Fret Express en lien
Ensemble de avec Roissy...), tout en développer fortement la place de la Nature en ville comme atout spécifique
pépinières/immobiliers du territoire.
d’accueil spécialisés avec
centres techniques

Zône centrale de la filière


« Télécom embarquée –
Sureté – Gestion des Risques»

Pôle Aigle
(par Astech –
dont projet Joséphine)

E/ MARKETING TERRITORIAL : UN POTENTIEL DE « PLACE DES ÉCHANGES » À VALORISER


Accompagnement du développement économique visé par la valorisation des spécificités du
territoire

Les univers d’implantation proposés (voir « Schéma d’implantation des filières économiques iden-
tifiées » présenté plus haut) font partie d’un même concept marketing : « Gonesse / Val de France
: Place des Echanges Internationaux ».
En tant que « pivot » entre l’aéroport de Roissy et l’aéroport du Bourget, connecté au monde,
le territoire de Gonesse / Val de France doit s’attacher à valoriser sa spécificité de « place des
échanges » unique dans le Grand Paris pour attirer les activités comme les services aéroportuaires,
les clients d’un « hub messagerie »/fret express, l’implantation de sièges sociaux internationaux...

La stratégie marketing se décline ainsi en 4 univers, qui visent tous à promouvoir un territoire riche
en univers d’implantations différenciés et complémentaires les uns des autres :
• Porte du Monde :
Secteur à très fort potentiel de développement (avec tertiaire supérieur, entreprises liées à la pré-

92 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

2. ARTICULATION DE LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE AVEC LE PROJET DE TERRITOIRE EN TERMES D’AMENAGEMENT, D’EMPLOI LOCAL ET DE FORMATION
POTENTIEL 2026
2.1. RÉCEPTIVITÉ FONCIÈRE ET IMMOBILIÈRE REQUISE POUR METTRE EN ŒUVRE LE Détail des zones d'activités
DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE VISÉ ET ACCUEILLIR LA CROISSANCE DE L’EMPLOI
Surface Ratio Taux de
COS m² construits Emplois potentiels m² construits Emplois en 2026
totale (ha) emplois/ha remplissage

Une stratégie d’aménagement ambitieuse, fondée sur une vision à long terme TOTAL 886 ha 2 100 367 m² 91 025 emplois 2 812 943 m² 46 215 emplois

Emplois existants sur les ZA 424 ha 1 197 691 m² 19 140 emplois 1 197 691 m² 19 140 emplois

Estimation des nouveaux emplois sur les ZA


Développement économique Actifs Emplois localisés sur le territoire 1036 ha 2 652 676 m² 71 885 emplois 61% 1 615 252 m² 27 075 emplois
du territoire
Habitants
Val de France - Gonesse %/pop tot nombre tx d'emploi nombre
dont densification des ZA existantes 424 ha 131 676 m² 1 645 emplois 42% 55 052 m² 690 emplois

dont ZA programmées 314 ha 70 000 m² 910 emplois 100% 595 000 m² 910 emplois
1999 - INSEE 163 016 44% 71 937 0,57 40 700 emplois
dont Triangle 150 ha 1 750 000 m² 56 090 emplois 30% 525 000 m² 16 825 emplois

2006 - INSEE 164 447 45% 74 559 0,59 44 100 emplois dont ZA projetées 148 ha 701 000 m² 13 240 emplois 63% 440 200 m² 8 650 emplois

dont emplois administrations publiques (4 337)


et santé, action sociale (4 839) 21% 9 175 emplois
dont ZONES D'ACTIVITES EXISTANTES
dont emplois localisés en ZA (estimation) 43% 19 140 emplois
TOTAL POTENTIEL (AVEC DENSIFICATION) 1 329 367 m² 20 785 emplois 94% 1 252 743 m² 19 830 emplois
dont emplois localisés hors ZA 36% 15 785 emplois dont situation 2011 424 ha 1 197 691 m² 19 140 emplois 100% 1 197 691 m² 19 140 emplois

2026 169 000 46% 84 500 0,85 72 000 emplois dont densification 131 676 m² 1 645 emplois 42% 55 052 m² 690 emplois
PA La Grande Couture Ouest (Gonesse) 0,28 75 040 50 1 340 100% 75 040 1 340
26,8
14% 10 000 emplois densification 0,04 10 720 55 134 50% 5 360 67
dont emplois administrations publiques et santé, action sociale
PA La Grande Couture Est (Gonesse) 0,28 203 700 50 3 638 100% 203 700 3 638
72,75
dont emplois localisés en ZA 64% 46 215 emplois densification 0,04 29 100 55 364 50% 14 550 182
Aeropark (Gonesse) 0,28 41 104 50 734 100% 41 104 734
dont emplois localisés hors ZA 22% 15 785 emplois 14,68
densification
Entrée Sud (Gonesse) 0,28 54 516 50 974 100% 54 516 974
19,47
densification 0,04 7 788 55 97 50% 3 894 49
nombre d'emplois créés entre 2006 et 2026 27 900 emplois
Tulipes Sud (Gonesse) 0,28 102 088 35 1 276 100% 102 088 1 276
36,46
dont emplois en administrations publiques et santé, action sociale 825 emplois densification
Tulipes Nord (Gonesse) 0,30 130 740 35 1 525 100% 130 740 1 525
dont emplois créés en ZA 27 075 emplois 43,58
densification
PA Cressonnière (Gonesse) 0,28 118 132 50 2 110 100% 118 132 2 110
dont création d'emplois liée aux filières structurantes à 5 ans 5 à 10-15 ans 2011-2026 42,19
densification 0,04 16 876 55 211 50% 8 438 105
Santé Biotech Cosmétique 100 400 500 PA Grande Vallée (Gonesse) 0,28 38 836 50 694 100% 38 836 694
13,9
Telecom embarqué– Sureté / Gestion des risques 500 500 1 000 densification 0,04 5 548 55 69 50% 2 774 35
Informatique : hardware, logiciel, service 500 500 1 000 Espace Godard (Gonesse) 0,32 3 488 50 55 100% 3 488 55
1,09
densification 0,04 436 55 5 50% 218 3
Aéronautique 1 000 4 500 5 500
ZA de la Muette (Garges-lès-Gonesse) 0,29 46 139 35 557 100% 46 139 557
Europa City 8 000 8 000 15,91
densification 0,04 6 364 40 80 50% 3 182 40
Evènementiel – Culture 200 500 700 ZA les Doucettes (Garges-lès-Gonesse) 0,28 81 900 35 1 024 100% 81 900 1 024
29,25
TOTAL 2 300 14 400 16 700 densification 0,04 11 700 40 146 50% 5 850 73
ZAC de l'Argentière (Garges-lès-Gonesse) 0,28 9 688 35 121 100% 9 688 121
3,46
densification 0,04 1 384 40 17 25% 346 4
AC de la Fontaine aux Prêtres (Garges-lès-Gonesse) 0,28 23 072 35 288 100% 23 072 288
8,24
densification 0,04 3 296 40 41 25% 824 10
Parc Val de France (Sarcelles) 0,28 211 736 50 3 781 100% 211 736 3 781
A/ SCÉNARIO DE CROISSANCE DE L’EMPLOI HORIZON 2026
75,62
densification 0,04 30 248 55 378 25% 7 562 95
Parc Val de France (Villiers-le-Bel) 0,28 57 512 50 1 027 100% 57 512 1 027
20,54
densification 0,04 8 216 55 103 25% 2 054 26
Sur la base des projets portés par le territoire et du fort développement visé en lien avec l’implan- dont ZONES D'ACTIVITES PROGRAMMEES
tation d’une gare du Grand Paris Express sur le Triangle de Gonesse, mais aussi des projets complé- travaux en cours, projets
314 ha 70 000 m² 910 emplois 100% 70 000 m² 910 emplois

mentaires d’amélioration de l’offre de mobilité, nous souhaitons fixer des objectifs ambitieux en Extension Tissonvilliers VDF (Villiers-le-Bel)
Entre-Deux – Pointe Trois Quarts (Sarcelles)
10 ha
4 ha
0,5
0,5
50 000
20 000
65
65
650
260
100%
100%
50 000
20 000
650
260
termes de création d’emploi pour le territoire.
dont TRIANGLE 150 ha 1 750 000 m² 56 090 emplois 30% 525 000 m² 16 825 emplois
Ce scénario de croissance de l’emploi se base sur les postulats suivants : Triangle de Gonesse 150 ha 1,2 1 750 000 56 090 30% 525 000 16 825

dont ZONES D'ACTIVITES FUTURES


• croissance modérée de la population : 169000 habitants en 2026. Projet de territoire - CDT
148 ha 701 000 m² 13 240 emplois 63% 440 200 m² 8 650 emplois

• légère augmentation du taux d’actifs (population qui rajeunit) : 84500 actifs en 2026. Avenue du Parisis 24 ha 0,5 120 000 100 2 400 80% 96 000 1920

• volonté de faire progresser le taux d’emploi de 59% (source Insee 2006) jusqu’à 85% (projection Gonesse/Bonneuil
Derrière les Murs
34 ha
23 ha
0,5
0,5
170 000
115 000
100
100
3 400
2 300
100%
100%
170 000
115 000
3400
2300
à horizon 2026). Secteur Gare Villiers-le-Bel/Gonesse/Arnouville 28 ha 0,5 140 000 100 2 800 20% 28 000 560
N/E Parc des Géants 23 ha 0,4 92 000 60 1 380 20% 18 400 276
N/O Parc des Géants 9 ha 0,4 36 000 60 540 20% 7 200 108
Résultat correspondant : créer 27900 nouveaux emplois à horizon 2026. Frange Parc des Géants 7 ha 0,4 28 000 60 420 20% 5 600 84

GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 93
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

B/ SPATIALISATION DES EMPLOIS SUR LE TERRITOIRE Aménagement : vers plus d’attractivité et de services
• Développement des transports en commun
Le projet de territoire prévoit ainsi la création de 27 900 emplois sur la période 2006-2026, portant • Haute qualité d’usage des parcs d’activités (desserte, services, mutualisation des moyens…)
ainsi le nombre d’emploi total à 72 000. • Renforcer la densité d’emplois pour mieux mutualiser les services (masse critique)

Dans la mesure où la population évolue peu, le taux d’emploi passera ainsi de 0,59 à 0,8. Une offre foncière et immobilière diversifiée aux prix durablement compétitifs
• Structurer l’offre immobilière pour faciliter la « mobilité résidentielle» des entreprises
Les filières structurantes (voir chapitre précédent) représentent un potentiel de plus de 15 000 • Diversité : Logique d’offre globale « tous segments » avec possibilité d’implanter des sièges sociaux,
emplois sur la période 2011-2026. des site de production, des lieux de vente...
• Saut qualitatif : ne pas tout laisser aux activités consommatrices d’espace/faible ratio d’emploi, pré-
Si, en 2006, 43% des emplois étaient localisés en zones d’activités, 64% le seront en 2026, grâce à server des terrains pour les investisseurs valorisants qui ne veulent pas passer par des promoteurs.
la création de nouveaux espaces :

• 14 ha de zones d’activités programmées représentant environ 70 000 m² pour 900 emplois D/ MOYENS D’ACCUEIL ET D’ACCOMPAGNEMENT DES INVESTISSEURS À METTRE EN ŒUVRE
• 150 ha pour le Triangle, avec ces 1,75 millions de m² et plus de 55 000 emplois à terme
• 148 ha de zones d’activités en projet représentant 700 000 m² pour 13 000 emplois. Les filières technologiques évoquées précédemment sont susceptibles d’accueillir un nombre signi-
ficatif d’entreprises, notamment en essaimage de celles déjà implantées ; le potentiel de création est
Le projet de territoire anticipe la croissance économique liée à la temporalité du CDT. significatif.
En proposant un taux de remplissage global de 61% des espaces d’activité, il restera donc 1 million
de m² à construire représentant 44 000 emplois potentiels supplémentaires. Il est utile de prévoir des moyens d’accueil et d’accompagnement : dans le prolongement de ce qui
Cette stratégie foncière est appuyée par la création de ZAD sur les futures zones d’activités. est réalisé dans le département du Val d’Oise, il s’agit d’étendre le réseau existant :

• En créant deux ou trois pépinières de 2000 à 3000 m² en associant une fonction incubation et des
C/ LA STRATÉGIE FONCIÈRE AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT DE « PARCS D’ACTIVITÉS À HAUTE espaces modulaires aptes à accueillir des entreprises des filières présentées. L’incubateur rassemble
QUALITÉ D’USAGE » des services préalables à la création et la pépinière les entreprises effectivement créées.

Politique foncière • Un conseiller technologique (cf. réseau départemental) a toute sa place pour accélérer les proces-
sus de création et d’essaimage.
Les principaux outils réglementaires de politique foncière à mobiliser par les communes pour
mettre en œuvre le projet de territoire sont les suivants : Les immobiliers à prévoir devront être modulables, câblés, disposant de matériels techniques com-
munes, espace de convivialité, etc.
→ PLU
Les PLU intégreront des dispositions favorisant les points suivants sur l’habitat et l’économie

• Pour intégrer de nouvelles zones d’urbanisation : activité, habitat, mixte


- Evolution du zonage

• Pour favoriser la densification du tissu urbain existant


- Création d’un périmètre de droit de préemption urbain sur l’ensemble des zones U des PLU ter-
ritoire
- Inscription de périmètre de grande mobilité le long des axes de transports collectifs en site propre,
(400 m de part et d’autre des lignes et 800m autour des stations de RER). Ces périmètres peuvent
fixer des densités minimum d’habitat à atteindre
- Inscription de périmètre de densification autour des équipements structurants

→ ZAD – Zone d’Aménagement Différée


Toutes les nouvelles zones de développement sur du foncier « non urbanisé » feront l’objet de ZAD.
L’objectif est bien de favoriser la mise en œuvre du projet urbain territorial en organisant l’exten-
sion et l’accueil des activités économiques, en réalisant des équipements collectif et en permettant
le renouvellement urbain. Les ZAD aideront ainsi le territoire à se constituer des réserves foncières
en vue de permettre la réalisation de ces actions.

94 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

2.2. RECRÉER DU LIEN GRÂCE À LA MIXITÉ FONCTIONNELLE ET ENVISAGER DE 2.3. MOYENS DE « FORMATION POUR TOUS ET À TOUT ÂGE » À DÉPLOYER POUR LA
NOUVELLES IMPLANTATIONS MISE EN ŒUVRE DU VOLET ÉCONOMIQUE DU PROJET DE TERRITOIRE
 De façon générale, pour insérer les filières présentées ci-avant dans le territoire il est souhaitable
 qu’elles puissent bénéficier de moyens d’appui permettant leur développement ; il s’agit de mettre
en place une offre de formation adaptée, d’une part, et des soutiens techniques et technologiques,
ROISSY - CDG
d’autre part.

En matière de formation, le territoire n’est pas assez équipé comme le diagnostic l’a montré, ce qui
peut empêcher la population de profiter de l’embauche locale qui sera générée par le développe-
Villiers le Bel-Sarcelles
ment des filières d’activité pressenties.

Deux types de formation sont susceptibles d’être accueillies :
Villiers le Bel-Arnouville-Gonesse
• Des formations qualifiantes directement adaptées aux métiers locaux :


Parce que les filières présentées dans le développement économiques ont des besoins importants
  VILLEPINTE en formation bac +2 / bac +4 :
Bonneuil
- Aéronautique (en lien avec Pôle Aigle/Joséphine) : bac +2, bac + 4 et supérieures ;
- Informatique embarquée : bac + 4 et supérieures ;
Garges
Sarcelles-Garges 
- Service aéronautique + informatique : bac + 4 et supérieures ;
- Fret express / commerce de gros : CAP, Bac... et supérieures.
Pierrefitte-Stains Les Tulipes

Parinor • Des écoles et universités : plus difficile à mettre en place, ce développement nécessite un marketing
Dugny
Garonor territorial sur le long terme.

POLE BOURGET
Bourget-Blanc Mesnil-Bonneuil-Gonesse

mSites d’implantation des nouvelles activités économiques.

Le plan ci-contre présente une schématisation de la stratégie d’implantation et de localisation des


activités économiques susceptibles de se développer parallèlement à la mise en œuvre du projet
territorial. L’objectif est clair : sortir du zonage et créer des liens entre les quartiers résidentiels et
ceux d’activités en zone centrale, développer un immobilier d’activité différent, en opposition ou
en contrepoint des immenses espaces de « zoning » qui se développent à l’heure actuelle avec
plus ou moins de réussite autour de l’aéroport. Dans cette optique et pour anticiper la mutation
progressive des zones d’activités qui se retrouvent maintenant au cœur du projet territorial et seront
donc amenées à évoluer, nous proposons deux emplacements pour de nouvelles implantations de
«parcs d’activités à haute qualité d’usage» où un immobilier d’activités nouvelle génération peut se
développer.

La zone d’activités de Derrière-les-murs à Garges, se situe à proximité de l’aéroport du Bourget et


peut accueillir le développement des activités de celui-ci.

La zone d’activités de Gonesse-Sud se situe elle à proximité du Triangle de Gonesse. Elle permet de
compenser la mutation des zones d’activités aujourd’hui dans la zone centrale du projet territorial et
qui sont amenées à muter. Cet emplacement permet notamment aux activités logistiques ou à celles
qui nécessitent une proximité avec le réseau routier francilien de gagner en compétitivitégrâce à la
proximité de l’A1 ou via la route des Flandres, avec la Francilienne.

GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 95
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

A/ «L’ECOLE HORS LES MURS» : POUR UNE MISE EN MOUVEMENT QUI COMMENCE DES L’ECOLE Le concept d’une «école hors les murs», développé suite aux conclusions du diagnostic territorial
S’appuyer sur les atouts du territoire pour affronter les contraintes qui fait état d’une situation préoccupante quant au niveau de qualification moyen, aux problèmes
d’accès à l’emploi et au décrochage scolaire, s’inscrit dans la continuité du projet de Forum mul-
tipolaire. L’ambition est la même : s’appuyer sur le projet territorial et les orientations en matière
d’aménagement présentées précédemment (réseau de transport et de déplacement, nouvelle ar-
mature urbaine, nouveaux équipements, densification et mutation des tissus existants…) pour en-
Exemple de maillage des « Folies » de l’éducation nouvelle gager une transformation plus globale, plus durable et plus profonde de Gonesse/Val de France.
Révéler une nouvelle identité, plus valorisante, et surtout faire en sorte que ce projet territorial,
ce projet de « ville » soit aussi un projet de « vie », qui permette de s’interroger et d’apporter des
réponses concrètes quant à l’avenir de ce territoire.

«L’école hors les murs» se base sur la volonté de prolonger la valorisation des atouts de Gonesse/
Val de France sur lesquels reposent les fondements du projet territorial : le paysage et la diversité
des milieux, la présence de grandes infrastructures à proximité, à commencer par les aéroports,
ou encore de grands équipements (groupes hospitaliers, Forum Multipolaire, grands parcs) voire le
contact direct de zones agricoles … Et sur le désir de faire en sorte que la valorisation de ces atouts
ne se contente pas d’être une stratégie de «marketing urbain ou territorial», mais qu’elle associe les
populations locales et surtout, qu’elle leur profite. Directement ou indirectement, mais de manière
concrète : tous ces atouts peuvent être des supports de formation ou de projets pédagogiques
capables de s’ancrer dans une réalité territoriale qui permet au public visé de se sentir associé et
concerné. L’énorme proportion de population jeune au regard des statistiques nationales, impose
d’agir, mais aussi de comprendre que ces jeunes seront les habitants du territoire de Gonesse/Val
de France de demain. Les associer dès leur plus jeune âge et tout au long de leur parcours, à la vie
et l’évolution de leur territoire, c’est non seulement un devoir, c’est aussi une nécessité pour la
réussite du projet territorial.

L’école hors les murs c’est l’idée de proposer un véritable maillage d’équipements nouveaux et
polyformes qui viendront s’appuyer sur l’armature urbaine du projet territorial. Des sortes de «
folies », inspirées par le travail de Tschumi sur le parc de la Villette, qui deviennent de véritables
interfaces entre les espaces de vie ou de travail présents sur le territoire et les équipements sco-
 laires existants ou à créer. Une initiative qui amène la jeunesse à pratiquer le territoire élargi, en
apprenant de façon plus ludique grâce à des partenariats avec les activités économiques et les pro-
fessionnels implantés sur le territoire.


  mExemples des «folies» de Ts-
   chumi au parc de La Villette, des
constructions aux usages mul-
tiples et variés qui s’inscrivent

dans une trame qui ponctue et

 «unifie» le territoire






    
  

    


    
   
 



96 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

B/ ANTICIPER LES NOUVEAUX BESOINS EN TERMES D’ÉQUIPEMENTS SCOLAIRES C/ DIVERSIFIER ET RENFORCER L´OFFRE DE FORMATION

Les ratios déduits lors du diagnostic permettent d’obtenir l’estimation suivante : L’objectif du territoire est de renforcer et structurer l’offre de formation pour accompagner la
population dans son accès à l’emploi et dans son évolution professionnelle, en lien étroit avec la
stratégie de développement économique.
 Cela se traduit aussi bien par l’ambition de développer l’offre formation supérieure, qui fait à ce
jour défaut à ce territoire stratégique du Grand Paris et dont la population est très jeune, que par
 le renforcement et la diversification des formations accessibles aux moins qualifiés afin de leur
permettre de profiter des nouveaux emplois créés dans les domaines du commerce, de l’hôtellerie,
   des services, etc.
  
  
   Les acteurs du territoire portent déjà un certain nombre de projets pertinents vis-à-vis de cette
  
stratégie :
     
• Projet de Lycée d’enseignement général à sections hôtelières, et idéalement à sections euro-
      péennes, porté par le territoire (incluant un internat) : cf. besoin identifié à terme avec la croissance
      modérée de la population, mais aussi le potentiel d’emplois liés à l’international et au tourisme in-
duits par le développement économique avec les projets phares tels qu’Europa City et la Cité du
Sport qui prévoient des complexes hôteliers ;
La volonté d’accueillir une croissance modérée de population (+ 4559 habitants à horizon 2026),
qui s’ajoute au constat de saturation des équipements par les acteurs locaux, implique ainsi de • Projet d’implantation sur le territoire de WWFS et du du CAMAS à Sarcelles (universités dans le
renforcer l’offre de formation. Pour une programmation à long terme qui tienne compte des évo- domaine de l’aérien) ;
lutions à venir après 2026, il faut prévoir :
- Groupes scolaires : au moins 2 groupes scolaires supplémentaires, idéalement 3, pour tenir compte • Projet d’école d’ingénieurs dans le cadre du projet AIGLE (sur le terrritoire ou à proximité immédiate
de la saturation de l’existant (cf. bilans des opérations de logements pour le financement) ; à l’ouest de l’aéroport du Bourget)
- Collèges : prévoir 1 collège supplémentaire, qui permettra d’accueillir la croissance à long terme.
- Lycées : prévoir 1 lycée supplémentaire, qui permettra d’accueillir la croissance à long terme. •Projet de CCSTI - Centre Scientifique Techniques et Industrielle (porté par Sarcelles et soutenu
par le Conseil Général) dédié au partage des savoirs entre la communauté scientifique et le grand
Ceci d’autant plus que l’on constate que la population scolarisée de Gonesse/Val de France repré- public. Ce type d’équipement se retrouvent dans la plupart des territoires qui ont développé une
sente 19% de sa population globale (en 2006), ce qui engendre un taux de scolarisation par établis- économie de l’innovation et de la R&D (Saclay, Toulouse, Grenoble…). Leur offre contribue en effet
sement scolaire très élevé. fortement à la diffusion de la culture scientifique et technique ;
En effet, avec ses 357 jeunes scolarisés, le taux de scolarisation moyen par établissement est très
supérieur à Gonesse/Val de France vis-à-vis de territoires de comparaison comme Angers (+61%) • Implantation d’un EPID à Sarcelles.
ou les Hauts de Bièvre en IDF (+48%).
Par ailleurs, les spécificités du territoire et les dynamiques annoncées, ainsi que la prise en compte
Approche théorique :
du niveau de qualification actuel de la population relativement bas, plaident pour le développe-
Population scolarisée**
Nombre
Population scolarisée par ment à court terme de ces types de formations :
Territoire Population* établissement
d'établissement
% de la % d'élèves en plus par
pop. totale établissement • Formations liées aux besoins des aéroports : en complément de WWFS, implanter des Centres
5% de plus qu'à Angers 61% de plus qu'à Angers de formation aux métiers de la plateforme aéroportuaire (selon ADP, il est nécessaire de mieux
Val de France - Gonesse 164 000
-10%
de moins qu'en Hauts
31 759 19% 89 357
48%
de plus qu'en former les habitants du territoire en particulier aux métiers de l’accueil avec les clients et les pas-
de Bièvre Hauts de Bièvre
sagers).
Angers 155 700 18 873 12% 85 222

Hauts de Bièvre 180 632 18 877 10% 78 242 • Formations (tous niveaux) liées aux besoins du projet majeur Europa City et au développement
de la Filière Aéronautique/Services aéroportuaires d’affaires (notamment, mais utiles également
* Source INSEE 2006
** Population scolarisée 6 - 17 ans à l’ensemble des orientations des projets économiques) : Immochan est prêt à travailler très en
amont avec les collectivités territoriales sur l’aspect formation afin que les emplois puissent béné-
ficier aux habitants.
A titre indicatif (à affiner selon les précisions ultérieures par Immochan), les besoins concerneront
à minima les domaines de l’hôtellerie, de la restauration, des métiers du commerce et de la vente,
les formations linguistiques dont anglais, services…

GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 97
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

tion continue, ou à l’emploi.


• Développement de l’IUT : Dans ce contexte, il est important de renforcer et multiplier les dispositifs existants sur le territoire
En lien avec les points précédents, le développement de l’IUT de Sarcelles (dépendant de de Val de France afin de permettre à plus d’habitants d’en bénéficier pour accéder à l’emploi (source:
l’Université de Cergy) constitue une réelle opportunité. Désireux de renforcer la couverture AFE) notamment, en prenant modèle sur les actions développées par :
territoriale de proximité au regard des besoins apparents, l’IUT prévoit à l’heure actuelle de
créer deux nouveaux départements permettant l’obtention de DUT (Diplômes Universitaires • les SJT de Sarcelles et Villiers-le-Bel :
Technologiques) : Génie Industriel et Maintenance d’une part, Informatique d’autre part. - Formation linguistiques collective ;
Ces deux spécialités correspondent tant aux perspectives de développement des activités - Dispositif de sous-traitance AFPA permettant un accompagnement individuel pour la
aéroportuaires et des activités qui leur sont indirectement liées qu’aux perspectives d’implantation recherche de formation adaptée au public suivi.
d’une filière informatique sur le territoire. Le cursus pourra se prévoir en apprentissage (deux - Accompagnement pour l’Insertion des demandeurs d’emploi, des travailleurs handicapés
ans), compte tenu du bassin d’entreprises amenés à se développer. (destiné à identifier la nature des obstacles à l’insertion et à définir des plans d’action ad
hoc), des bénéficiaires du RMI pour les soutenir dans leur insertion socioprofessionnelle…
L’IUT envisage aussi de renforcer son offre dans le secteur de la communication avec l’ouverture - Actions en faveur des stages d’insertion et formation collective à l’emploi (dispensées dans
d’un secteur information-communication, ainsi qu’une nouvelle spécialité de DUT dans le secteur les métiers et secteurs suivants : Hôtesse de caisse/ELS, nettoyeur machiniste, magasinier/
de l’hôtellerie et du tourisme. cariste + CACES, standardiste/agent d’accueil, bureautique) ;
- « Passerelle Entreprise », action d’insertion professionnelle par des ateliers de formations
Ces propositions doivent être soutenues. Elles permettront en effet aux étudiants locaux de collectifs dans les secteurs du transport et de la logistique ;
répondre à la demande de recrutement du tourisme d’affaire amené à se renforcer autour des - Plans de pré-formation individualisés (remise à niveau, préparation aux concours, initiation
zones aéroportuaires ainsi qu’aux besoins du projet majeur qu’est Europa City. informatique, bureautique, etc.)
• Formations (tous niveaux) liées aux autres orientations du développement économique : • l’Association pour la Formation et l’Emploi à Sarcelles (source : Yvan Ducos, Président de l’AFE) :
Aéronautique, R&D, Commerce international, Transport/Fret express, Eco-activités (ex : valori- - aide à l’orientation sociale et professionnelle
sation énergétique des déchets), Santé. - stages de formation générale et de qualification des publics,
- dispositifs de pré-formation essentiels à l’accès à l’emploi,
• Dispositifs de Formations pré-qualifiantes, d’insertion et d’orientation pour faciliter l’accès à - cours de français dans les Maisons de quartier
l’emploi pour tous, avec notamment : - lutte aussi contre l’illettrisme, avec des ateliers de lecture et de rédaction
- Des programmes ou des ateliers qui rapprocheraient les lycées du territoire des formations • Action Plurielle, qui propose au-delà de son offre de formation continue :
existantes, l’idée étant d’acclimater et de montrer aux lycées ce vers quoi ils pourraient s’orienter. - formations linguistiques,
Le dispositif « Univ’d’hiver » proposé à l’Université de Cergy est un programme d’immersion de - actions pré-qualifiantes dans le domaine de la Santé (métiers de l’aide à la personne, actions
plusieurs jours de lycées au sein de l’Université, il leur permet de surmonter leurs craintes de validées par des certificats de compétences professionnelles de l’AFPA),
l’enseignement supérieur et de formuler un projet d’ « après lycée ». - actions d’aide à la création d’activité,
- actions d’insertion.
Ce programme ne pourrait pas être étendu dans cette forme sur un territoire si large que celui de
Val de France et de Gonesse, en revanche l’on pourrait imaginer qu’il s’organise autour de l’IUT • A.D.I.F.E (Action Développement Initiatives en Faveur de l’Emploi) :
de Sarcelles (NB : cette proposition n’engage par l’IUT mais ressort d’une discussion avec Richard - séminaires semi - résidentiels de découverte des métiers aéroportuaires favorisant
Pourret, en charge du programme d’Université d’hiver). l’émergence de projets professionnels,
- Cycles d’apprentissage de la conduite et de professionnalisation,
- Des formations de préparation au DAEU (Diplôme national de niveau 4 équivalent au Bac) - dispositif d’ Insertion sociale personnalisée
qui permet notamment de poursuivre vers des études supérieures pour les publics déscolarisés - Formation professionnelle de Proximité.
avant le Bac.
Par ailleurs, le Directeur du CIO recommande de renforcer largement l’offre de cours de langue fran-
- Renforcement des programmes de formations pré-qualifiantes et d’accompagnement vers çaise (source : entretien avec Mr. Beaubeau, Directeur du Centre d’Information et d’Orientation de
l’emploi. Gonesse, avril 2011):
La pré-formation (ou formation de remise à niveau) constitue un échelon essentiel pour accom- - par la généralisation du dispositif (existant dans certains collèges du territoire) de cours de français
pagner les jeunes déscolarisés et les adultes vers l’emploi en leurs donnant les bases de connais- pour les parents « primo-arrivants », qui y apprennent en même temps les codes du système scolaire;
sance indispensables (alphabétisation, apprentissage et perfectionnement des langues dont le - au sein des structures publiques de formation gérées au niveau régional ;
Français Langue Etrangère, maîtrise de l’informatique, pré-formation dans des métiers définis, - dans les lycées (pour les jeunes primo-arrivants avec des modules élargis d’apprentissage du
accompagnement personnalisé et définition d’un plan d’action… ). C’est un pré-requis pour qu’ils français)… ;
puissent accéder à une formation technique ou qualifiante, classique, en alternance ou en forma- - dans les associations, etc.

98 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

• En complément, deux pistes d’action potentielles pour une stratégie pour l’emploi renforcée sur D/ RENFORCEMENT DES COOPÉRATIONS EN COMPLÉMENT DU DÉVELOPPEMENT DE L’OFFRE
le territoire de Val de France/Gonesse: SUR LE TERRITOIRE

- Mener une démarche de « Gestion Territorialisée des Emplois et de Compétences », qui La proximité des pôles universitaires de Paris VII Diderot et de Paris XIII Saint-Denis pourrait
permette de façon prévisionnelle de mener des actions visant à former les habitants en lien avec conduire à un renforcement souhaitable de la coopération entre les structures de formation
les besoins du marché de l’emploi ; existante sur le territoire de Val de France/Gonesse, et l’offre universitaire de ces deux sites.

- Renforcement du PLIE déjà existant à Val de France Les lycées et étudiants de Val de France et de Gonesse pourraient dans le même temps être
informés de façon complète et régulière sur l’offre de formation de Universités Paris VII et Paris
XIII, et prioritairement sur les formations qui correspondent à la demande des recruteurs sur le
territoire.
A titre d’exemple :

• Université Paris VII


- Ecole d’ingénieur spécialité Informatique
- Licence Sciences Economiques et sociales spécialité « Emploi et Ressources humaines » et
spécialité « Economie et gestion »
- En projet Licences professionnelles en alternance « Métier de l’accompagnement médico-socio-
éducatif

• Université Paris XIII


- DUT Gestion des entreprises et des administrations
- DUT Techniques de commercialisation
- DUT mention Génie électrique et informatique industrielle
- DUT Génie mécanique et productique
- DUT Réseaux et télécommunications
- Ecole d’ingénieur spécialité Informatique et spécialité Informatique en apprentissage, spécialité
télécommunications et réseaux
- Licence professionnelle Hôtellerie et tourisme spécialité Management de produits de restauration
- Licence professionnelle Réseaux et télécommunications, spécialité Administration et sécurité
des réseaux
- Licence professionnelle Systèmes informatiques et logiciel spécialité Génie logiciel, Système
d’information
- Masters spécialisés Informatique
- Etudes médicales

GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 99
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

E/ REPÈRES POUR LA « FORMATION TOUT AU LONG DE LA VIE » Offre de "formation tout au long de la vie" : offre complète théorique


Le tableau ci-contre récapitule les composantes d’une offre de
formation « complète », qui permette à chacun de s’insérer Offre représentée 
Type de formation *  Lieux dédiés Publics
professionnellement, d’évoluer ou de se perfectionner tout au long à Gonesse/VDF
de la vie :
Formations initiales / diplômes de l’enseignement secondaire
 Baccalauréat général, technologique ou professionnel
Baccalauréat général technologique ou professionnel
 Brevet professionnel
 Brevet de technicien
 Etablissements scolaires Jeunes scolarisés offre développée
 BEP Brevet d’études professionnel ‐  qualification d'ouvrier ou d'employé qualifié
 CAP Certificat d’aptitude professionnelle ‐ qualification d'ouvrier ou d'employé 
qualifié
 CPGE Classe préparatoire aux grandes écoles

Formations initiales / diplômes de l'enseignement supérieur, 
Etudiants
jjusqu'au niveau Licence
q
 BTS Brevet de technicien supérieur offre faible
Retraités,
 DUT Diplôme universitaire de technologie  auditeurs libres
 Licence professionnelle Etablissements supérieurs publics

Etablissements supérieurs privés
Formations initiales / diplômes 
de l'enseignement supérieur, au‐delà du niveau Licence Etablissements de formation professionnelle 
 Master professionnel  supérieure (CNAM…) Etudiants
 Master recherche
pas d'offre
 Doctorat  Retraités,
 Diplômes d'ingénieur, d'école supérieure de commerce, etc. auditeurs libres
 Diplômes d
Diplômes d’étude
étude de santé (de sage‐femme bac+5 à médecin bac+9/bac+11)
de santé (de sage‐femme bac+5 à médecin bac+9/bac+11)

Etudiants
Formations continues ou en alternance 
qui délivrent des diplômes de l'enseignement supérieur Actifs occupés  offre faible
Conduisant à des diplômes nationaux  (D.U.T., licence, master professionnel, titre 
d'ingénieur, etc.) ou à un  diplôme d'université Demandeurs d'emploi 
Etablissements supérieurs publics

Etablissements supérieurs privés
Formations continues courtes dans le cadre du 
Formations continues courtes dans le cadre du
Droit Individuel à la Formation (pour salariés bénéficiant d’un CDI) : Etablissements de formation professionnelle  Actifs occupés  offre faible
unités d’enseignement au sein du cursus LMD ; diplômes  d'université ou  autres  supérieure (CNAM…)
formations qualifiantes dont la durée est inférieure à 120  heures.
Organismes publics dédiés 
formation continue ou à distance 
(CFA , AFPA , GRETA , CNED, etc.)
Jeunes déscolarisés
Formations continues ou en alternance  Organismes privés dédiés  
dans le cadre de la formation tout au long de la vie formation continue ou à distance Actifs occupés 
‐ AFPA : formations qualifiantes professionnelles pour les actifs
‐ GRETA : préparation aux diplômes professionnels du CAP au BTS, formation aux  offre développée
Demandeurs d'emploi  
concours d’entrée
concours d entrée de la fonction publique, aux technologies d
de la fonction publique aux technologies d'information
information et de 
et de
communication, aux langues étrangères  Retraités,
‐ DAEU (diplôme d'accès aux études  universitaires) auditeurs libres

* : Source Ministère de l'éducation

100 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

F/ UN NOUVEAU CAMPUS POUR « VIVRE ET ÉTUDIER » SUR CE TERRITOIRE À VOCATION MÉ- G/ STRUCTURER L’OFFRE ET LES RELATIONS ACTIFS/ENTREPRISES
TROPOLITAINE ET INTERNATIONALE AVEC L’ARRIVÉE DU MÉTRO DU GRAND PARIS ET SON
LIEN DIRECT AUX AÉROPORTS Au vu de la taille souvent modeste des organismes existants et de leur dispersion sur le territoire,
il est nécessaire d’améliorer la lisibilité de l’offre, par exemple en mettant en place un « Guichet
Gonesse/Val de France ambitionne de devenir un nouveau pôle universitaire, un campus unique ».
d’envergure qui vienne compléter l’offre francilienne avec pertinence. D’autre part, un axe identifié pour améliorer l’accès à l’emploi est de renforcer les liens entre les
Du fait des perspectives prometteuses liées au développement du territoire à moyen terme entreprises et les habitants et miser sur la jeunesse de la population.
(excellente accessibilité métropolitaine et internationale, grands projets économiques La création d’un équipement structurant comme le FORUM, présenté à la partie 3.2., est destinée à
et d’équipements structurants…), mais aussi du fait de la présence de « forces vives » répondre notamment à ces deux enjeux.
exceptionnellement nombreuses, qui ont besoin d’une offre de formation conséquente pour
pouvoir profiter au mieux du développement économique de leur territoire. Concernant l’aspect précis des formations à alternance, le CIO témoigne du fait que les jeunes du
territoire ont du mal à trouver des entreprises d’accueil, et constate une certaine discrimination à
Les projets de développement de l’offre de formation professionnelle et universitaire sur le site l’embauche. Il serait de fait utile de mener une campagne de soutien à l’alternance auprès des en-
de Val de France et de Gonesse pourraient faire de ce site l’un des « bassins d’enseignement » treprises déjà implantées ou ayant vocation à s’installer sur le territoire.
du Grand Paris, rééquilibrant ainsi l’accès à la formation dans le nord de la Région.

Or, le CROUS établit un besoin de construction de 11 171 nouveaux logements étudiants en Ile-
de-France et la région souffre d’une situation globale de sous-équipement.

Dans ce contexte, le territoire de Val de France – Gonesse se propose d’accueillir près de 25 %


de cette demande sur deux sites majeurs, le Forum (à proximité du RER de Garges-Sarcelles) et
le Triangle de Gonesse (à proximité de la station du métro automatique du Grand Paris), soit
2 750 chambres et les services associés sur 50 000 m² SHON.

Le modèle de l’éparpillement de petites structures a montré certaines limites (temps de


déplacement importants pour les personnels gestionnaires, pas d’économies d’échelles, etc.). Il
importe donc de construire les résidences étudiantes avec un seuil minimum de 500 chambres
sur un secteur (source : rapport Anciaux sur le logement étudiant remis au Premier Ministre en
janvier 2008).
La proposition de Val de France – Gonesse répond à ces recommandations.

Destinées aux boursiers en priorité, aux étudiants en difficulté économique plus généralement
ainsi qu’aux étudiants étrangers, les résidences étudiantes sont des lieux de vie et de travail
qui doivent être intégrées dans un environnement adapté : le projets du Forum, espace de
formation et lieu de partage des savoirs et le projet d’Europa City qui inclut des espaces culturels
d’envergure, sont autant d’atouts pour la construction de deux sites de résidences étudiantes
sur le territoire du CDT.

Le projet de résidence étudiante, porté par la ville de Gonesse et destiné aux personnes qui
suivent les formations de l’IFSI et de la Fondation Léonie Chaptal, vient pleinement s’inscrire
dans cette logique de développement de l’offre de logements étudiants.

GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 101
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

3. DEVELOPPER UN POLE D’EQUILIBRE DU GRAND NORD-EST PARISIEN, FONDE SUR LES EQUIPEMENTS RAYONNANTS DU TRIANGLE, DU FORUM MULTIPOLAIRE ET DU DOME
3.1. LE TRIANGLE DE GONESSE, UN NOUVEAU CAMPUS URBAIN À RAYONNEMENT 3.2. LE PÔLE ÉQUIPÉ DE LA GARE GARGES-SARCELLES QUI RÉUNIT DÔME MULTIS-
INTERNATIONAL PORTS ET FORUM MULTIPOLAIRE, NOUVEAU SYMBOLE D’UN TERRITOIRE «ACTEUR»
Tourisme d’affaires, Loisirs en ville et Aéronautique ET «SCÉNARISTE» DE SON ÉVOLUTION
Le Triangle sera l’un des 10 sites les mieux desservis du Grand Paris à terme, avec en plus l’atout → Une stratégie qui combine enjeux métropolitains et développement local
des deux aéroports à proximité immédiate. Cela implique d’équiper le territoire en conséquence,
avec des vecteurs d’identité forte et singulière, parmi lesquels : • Emergence d’une polarité d’envergure métropolitaine, capable d’exercer une vraie attractivité
pour le territoire et de renouveler son image
• Enseignement et formation :
- Les projets du Forum multipolaire et du Dôme multisports répondent dans un même élan à
- Un nouveau lycée d’enseignement général à sections hôtelières et sections européennes (avec l’enjeu d’accueillir des équipements structurants à l’échelle du Grand Paris, symboles attractifs
un internat), contribuant à la fois à la visibilité européenne du site et à former les «forces vives» du du renouveau du territoire de Gonesse/Val de France.
territoire en lien avec le développement économique à vocation internationale ; Pour cela, l’exclusivité de l’offre proposée est un atout majeur : dans une même polarité du territoire,
Culture, Savoirs, Sport et Convivialité se rejoignent, afin que leurs vocations respectives (culture
- WWFS - université dans le domaine de l’aérien et savoirs pour le Forum, sport et événementiel pour le Dôme) s’enrichissent mutuellement du fait
Implanter en complément un ou des Centres de Formation aux Métiers de la Plateforme de la proximité de ces lieux.
aéroportuaire ; Gonesse/Val de France entreprend ainsi de se donner les moyens de construire un territoire
«acteur» et «scénariste» de son évolution, et non plus spectateur ou témoin impuissant.
- Développement de formations universitaires et professionnelles, notamment autour des
activités d’hôtellerie, de la restauration, des métiers du commerce et de la vente, des formations - L’implantation d’un campus universitaire, en écho à celui proposé sur le Triangle (environ 1400
linguistiques dont l’anglais, des services… (en lien avec Europa City et en support des autres axes du chambres également), permettra de renforcer ces dynamiques et de donner vie à cette nouvelle
développement économique). Ces nouvelles formations pourront notamment être accueillies dans polarité équipée dédiée à la formation.
l’IUT de Sarcelles, qui a l’ambition de se développer pour répondre aux besoins de la population Le projet de résidence étudiante, porté par la ville de Gonesse et destiné aux personnes qui suivent
locale et aux demandes des entreprises qui ont vocation à s’installer sur le territoire. les formations de l’IFSI et de la Fondation Léonie Chaptal, vient pleinement s’inscrire dans cette
logique de développement de l’offre de logements étudiants.
- L’ensemble doté d’un Campus universitaire d’envergure (environ 1400 chambres, cf. page La présence de l’IUT de Sarcelles est un élément fort de préfiguration de ce futur Campus, autour
précedente), en capacité de générer une dynamique en termes d’attractivité, de développement duquel pourront se développer les nouvelles offres de formation de tous niveaux, destinées à la
économique et de lieu de rencontre. population.
- Le projet de la Cité du Sport (investisseur privé) viendra renforcer la visibilité de cette nouvelle
• Equipements Loisirs et Culture : polarité Loisirs en ville / Formation / Culture.
Ce projet de parc sportif et ludique est à l’étude au niveau du Parc des Géants. Il viendrait prolonger
- Projet Europa City : au-delà de sa vocation commerciale et de loisirs, ce projet vise à créer un pôle la polarité équipée Forum/Dôme par le nord :
culturel unique en Europe, une «vitrine des cultures européennes» en synergie avec le quartier Ce parc sportif et ludique de 70-100 hectares prévoit :
d’affaires du Triangle. Environ la moitié de la surface du programme sera ainsi dédiée à l’accueil - De nombreux équipements : skate parc, base nautique, terrain de basket, murs
de concerts, de spectacles, d’expositions d’art, et surtout à l’accueil d’une institution culturelle d’escalade, valorisation des interfaces interactives de dernière génération, etc.
d’envergure. Ce projet structurant pour le territoire vise également à contribuer au renouvellement - de former et d’héberger des jeunes (8-16 ans) pendant les congés scolaires,
de l’image du territoire du nord-est parisien ; - un musée du sport « Just Play Exhibit », pour valoriser sa dimension culturelle,
- un complexe cinématographique et une offre de restauration
- Projet de Maison de la Mobilité et de la Logistique, destiné à contribuer au positionnement - une zone de commerce tournée vers le sport
«recherche appliquée» du Triangle. - des complexes hôteliers pour permettre l’hébergement des visiteurs (entre 2000 et
2500 chambres prévues).
Le projet de La Cité du Sport « Just Play » compte être exploité pour l’Euro 2016 et prévoit d’accueillir
10 millions de visiteurs annuels. Les premières estimations évaluent que la Cité du Sport pourrait
créer 4000 à 5000 emplois.

102 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

• Proximité et développement local Par exemple, le regroupement sur un même site d’un Centre AFPA, de la CCI et d’un pôle jeunesse
et solidarité à proximité d’une polarité urbaine commerciale et équipée (Parc d’activité de la Grande
L’enjeu est aussi de bien insister sur la nécessité d’une appropriation locale tout autant que Vallée) illustre la capacité du territoire à créer des lieux denses d’incubation. C’est une démarche
métropolitaine, pour un équipement qui se propose de devenir le nouveau symbole du territoire qui gagnerait à être généralisée.
de Gonesse/Val de France. Ainsi, le Forum pourra accueillir les organismes de formation et d’accompagnement vers l’emploi
qui le souhaitent au Forum (logique de polarité Formation). Par ailleurs, il convient de veiller à une
Le projet de Forum repose en effet sur l’articulation entre sa portée métropolitaine et l’idée que cet desserte performante en transport entre le Forum (proche de la gare de RER Garges-Sarcelles) et
équipement doit trouver une résonance locale afin d’être approprié par la population et participer les principaux organismes de formation, les établissements scolaires, les pôles d’emplois majeurs.
à une transformation plus profonde du territoire, pour voir et vivre ce dernier différemment.
Un Forum de tous les savoirs et des réussites, c’est l’idée d’un équipement qui répond à des besoins - Découverte des métiers, renforcement des liens entre les entreprises et les jeunes
réels en termes d’accès à la culture et aux savoirs, dans des territoires souvent abandonnés par les Mais aussi, un lieu « de tous les Savoirs et de la réussite » capable d’accueillir des salons ou des
équipements culturels ou les équipements tout court. rencontres entre employeurs et demandeurs d’emploi locaux.
C’est aussi la traduction visible et fédératrice d’une conviction : le savoir et la culture sont les
moteurs de la réussite, qu’elle soit sociale, économique ou spirituelle, et qu’ils favoriseront l’accès - Formation et éducation populaire : pour multiplier les réussites, il convient de tenir compte
à l’emploi et l’amélioration des formations. de l’importance du savoir-être au-delà du savoir-faire pour l’accès à l’emploi. Certaines activités
confirment qu’elles forment elles-mêmes leurs nouvelles recrues pourvu qu’elles s’impliquent,
Le projet de Forum est l’occasion de répondre au besoin identifié de renforcer l’offre de leurs métiers étant très spécialisés pour (ex : production de pièces pour l’aéronautique). Ce sont
médiathèques. Il sera alors capital de proposer des espaces « langues » avec des méthodes là les recommandations de l’Association Formation Emploi, acteur de terrain pérenne à Sarcelles.
multimédia, des livres et des magazines en langues étrangères ainsi que des espaces « formation »
avec des annales d’examen pour les étudiants et des tutoriels de formation. • Un Forum « vitrine des Cultures du monde »
Par ailleurs, étant donné que le territoire ne bénéficie d’aucune salle de Théâtre identifiée en tant
que telle, alors même que des troupes et des cours de théâtre sont proposés localement, le Forum - Dynamisme culturel :
pourrait être le lieu d’accueil d’un Théâtre offrant une large programmation et une vraie scène au Avec son programme mixte (médiathèque multiculturelle et libre-service, salles de conférences, de
territoire de Val de France / Gonesse. projection, espaces d’exposition, mais aussi salles de formation, ateliers…), le Forum permettra une
programmation annuelle riche et variée. Il participera ainsi à la célébration et mise à disposition de
Les projets d’espaces culturels ou sportifs envisagés constituent des perspectives primordiales pour tous publics des connaissances mondiales du territoire (100 nationalités, cultures, langue…).
la population locale qui n’y a pas directement accès à l’heure actuelle, et constituent des facteurs
d’attractivité pour le territoire. C’est le cas notamment des projets phares de la Cité du Sport et - Médiathèque en libre-service, envisagée comme une « maison mère » des bibliothèques ou
du Dôme multisports qui permettront à la population d’avoir accès à plus d’équipements sportifs. médiathèques de quartier existant sur le territoire.
Cet équipement pourrait utilement établir un partenariat avec la Bibliothèque Publique d’Information
de Paris, qui voit sa capacité d’accueil saturée tant le succès est au rendez-vous.
→ Le projet du FORUM multipolaire

Concept

• Un lieu public pour tous, en accès libre


Un équipement où se développe une certaine idée de la convivialité, dans ce secteur très cosmopolite
du Grand Paris (grands événements, Café Forum, expositions multiculturelles…).

• Un Forum « de tous les Savoirs et des Réussites »

- Formation pour tous à tout âge : diversifier l´offre de formation et proposer un dispositif de
formation global, pour que chacun aie la possibilité d’évoluer au fil de sa vie professionnelle (y
compris pour les jeunes en situation de décrochage scolaire, pour les actifs occupés, pour les
retraités qui souhaitent mettre à profit leur temps libre…) ;

- Guichet unique : améliorer la lisibilité de l’offre de formation existante et à venir, aider les habitants
à gérer leur évolution professionnelle grâce à la formation continue, accompagner les jeunes en
situation de décrochage scolaire vers un projet professionnel structuré…

- Former autrement et mettre en réseau : mutualisation des moyens, mise en mouvement mLa médiathèque de Sendai au Japon et la Bibliothèque Publique d’Information de Paris : deux exemples qui nourrissent nos réflexions

GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 103
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

Programme C’est aussi le modèle de la Cité internationale universitaire de Paris : autofinancée à hauteur de
75%, elle a été fondée en 1925 par des mécènes (banquiers, industriels…) qui souhaitaient que la
Un équipement structurant de 30 000 m² SHON, avec un programme mixte : dimension universitaire de Paris se développe. De nos jours, la fondation Total, JC Decaux… ont rejoint
les rangs de ces mécènes. Cette institution de dimension internationale permet depuis de rapprocher
- Médiathèque multiculturelle libre-service : fonds documentaire qui reflète la centaine de cultures les jeunes talents du monde entier (elle offre 5700 logements).
et de langues présentes sur le territoire (partenariat envisageable avec la Bibliothèque Publique Pour diversifier ses sources de financement, la Cité internationale a lancé une campagne « Une
d’Information de Paris, en lui proposant de nouveaux espaces en réponse à sa saturation). chambre à votre nom », qui permet à des donateurs particuliers de financer l’équipement des
A titre indicatif, le programme de la BPi, c’est : chambres et des espaces communs.
- 10400 m² de salles de lecture
- 400 postes de travail (informatiques, audiovisuels…) Au-delà de l’atout financier que le Mécénat représenterait pour financier le FORUM, c’est un atout
- 1 programmation culturelle incluant des conférences et débats, ateliers, expositions, en termes d’image de marque pour un nouvel équipement que d’attirer l’attention de mécènes
cinéma… prestigieux.

- Cité des Métiers : orientation sur le mode ludique, conférences, coaching… → Le Dôme multisports

- Salles de formation, dont labos de langues Ce projet prévoit la construction d’une salle de 20000 places couplée à une salle de 3500 places. Cet
équipement a vocation notamment à héberger des clubs résidents, accueillir de grands événements
- Salles d’études sportifs et produire de l’animation pédagogique pour les scolaires.

- « Café Forum » L’association AASS (implantée à Sarcelles depuis 80 ans) préconise l’implantation de structures sportives
de haut niveau et de sport de masse complémentaires à l’existant, pour stimuler la dynamique locale
- Pépinières, incubateurs pour l’initiative économique et développer le potentiel des compétiteurs locaux de haut niveau :

- Centres de formation des entreprises, - Création d’un centre de formation des métiers du sport et des formations des bénévoles ainsi que
des formations secourisme.
Focus sur une opportunité de préfiguration du Forum : - Salle départementale d’entrainement d’athlétisme (idéalement pour l’ensemble des clubs de l’Est
Le projet de Maison des Langues de Garges-lès-Gonesse : 800 m² ayant vocation à être implantés du département, du même type qu’à Eaubonne)
dans l’espace Europe à proximité de Pole Emploi et d’une association d’insertion liée aux métiers - 3 gymnases omnisport (suite à la disparition des gymnases Pasteur et Mermoz).
de l’aéronautique. - Salle de gymnastique (scolaires + compétiteurs)
- Salle de tir à l’arc (scolaires + compétiteurs)
Focus sur le Mécénat - Dojo (reconstruction sur le grand ensemble de la salle Saint Saens)
- Salle de boxe (sport + réinsertion des jeunes)
Trois types d’acteurs particuliers sont identifiés pour jouer un rôle actif de prescripteurs dans le
développement d’opérations de mécénat culturel, en s’appuyant notamment sur un maillage Le projet de Dôme multisports, sur le territoire de Sarcelles, peut permettre de répondre à l’ensemble
important de correspondants locaux dans l’objectif de développer et consolider des partenariats : de ces besoins en créant un pôle sportif multidisciplinaire. Ce type d’équipement permettrait
les chambres de commerce et d’industrie (CCI), les experts-comptables et les Drac. l’organisation de compétitions d’envergure, nationales et internationales, tout en valorisant le talent
des compétiteurs locaux et en permettant aux pratiquants « de masse » de progresser.
Selon une enquête de la Compagnie nationale de Commissaires aux Comptes avec Opinionway
(2007) :
- Les entreprises mécènes en France sont principalement issues du secteur des services selon cette
enquête
- Les actions de mécénat concernent très majoritairement des entreprises de grande taille (1.000
salariés et plus)
- Les entreprises mécènes favorisent les actions concernant la culture et la solidarité / le social
- Les entreprises mécènes favorisent davantage des actions d’envergure nationale et régionale
- Les entreprises mécènes s’impliquent majoritairement dans des actions à long terme – et de plus
d’un an.

Dans ce contexte, le Forum multipolaire pourrait pleinement s’inscrire dans une stratégie de
mécénat, à l’instar de la médiathèque du Quai Branly, pour laquelle Sony France est mécène
(équipements informatiques et multimédia de la médiathèque d’étude et de recherche).

104 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
A. AMELIORER LA FORMATION ET L’EMPLOI SUR LE TERRITOIRE, DEVELOPPER L’ECONOMIE LOCALE
►TRANSFORMER LE TERRITOIRE POUR VOIR ET VIVRE AUTREMENT LES VILLES DE GONESSE ET DU VAL DE FRANCE

4. PARTICIPATION DU PROJET DE TERRITOIRE DE VAL DE FRANCE/GONESSE AUX


OBJECTIFS FIXÉS PAR LE FEDER (Fonds européen de Développement Régional) DANS LE
CADRE DE LA STRATÉGIE LISBONNE-GÖTEBORG
Reconnaissant les fortes disparités économiques, sociales et environnementales sur le territoire
francilien, le Fonds européen de Développement Régional soutient 10 territoires d’Ile-de-France,
parmi lesquels le Val de France au titre de l’Axe 1 du Programme Opérationnel « Compétitivité
régional et emploi » (appel à projet « In’Europe ») pour la période 2007-2013.

Les projets portés par le Val de France et Gonesse pour le développement du territoire à 15 ans
(voir partie II) s’attachent également à répondre aux objectifs prioritaires de la stratégie Lisbonne-
Göteborg :
• Le projet de création de deux pépinières d’entreprises, les activités de soutien et conseil aux
entreprises menées par la Maison de l’Emploi de l’Est du Val d’Oise, le développement à venir
d’activités de R&D dans le cadre de l’installation du projet AIGLE et l’installation prévue de PME/
PMI reliées aux activités aéronautiques participent à l’objectif du FEDER de soutien et de promotion
de la Recherche et développement technologique, de l’innovation et de l’esprit d’entreprise ;
• La prévision du développement d’une filière « Télécoms embarqués, sûreté, gestion des risques
» et d’une filière « Informatique : hardware, logiciels, services », dont l’installation sera soutenue,
la création à venir au sein de l’IUT de Sarcelles d’une formation « Informatique » et la possibilité
d’ouverture d’une formation « Information-communication » notamment, bénéficieront à l’objectif
de promotion d’une société de l’Information promue par le FEDER ;
• En soutenant le projet Europa City ainsi que le projet de la Cité du Sport qui prévoient tous
deux des équipements hôteliers (offre touristique) et en travaillant à la revalorisation des espaces
naturels et des corridors verts (patrimoine naturel) Val de France et Gonesse valorisent le tourisme
sur le territoire francilien ;
• Le projet de Forum ainsi que le projet Europa City promeuvent de façon complémentaire une
offre culturelle qui manque fortement sur le territoire de Val de France et de Gonesse, ces projets
sont destinés à profiter à la population locale tout en participant à l’attractivité régionale.

mLa médiathèque de Sendai au Japon et la Bibliothèque Publique d’Information de Paris : deux exemples qui nourrissent nos réflexions
GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 105
B. UN NOUVEAU RÉSEAU DE RELATIONS, POUR UN VRAI TERRITOIRE DE L’ACCESSIBILITÉ ET DE LA MOBILITÉ
►UN PRÉALABLE AU PROJET DE TERRITOIRE

01 MARS 2011
2000m
1000
PLAN MASSE PROJET
500
0
D’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DE GONESSE / VAL DE FRANCE
PLAN STRATEGIQUE DE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL ET
Avenue du Parisis
Voierie créée
Voierie existante

0 500 1000 2000m

mUn nouveau réseau viaire pour le territoire de Gonesse / Val de France


106 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
B. UN NOUVEAU RÉSEAU DE RELATIONS, POUR UN VRAI TERRITOIRE DE L’ACCESSIBILITÉ ET DE LA MOBILITÉ
►UN PRÉALABLE AU PROJET DE TERRITOIRE

Le diagnostic territorial établi en première partie a particulièrement insisté sur la prépondérance Le prolongement du boulevard du Parisis, l’avenue du Parisis, est une réalisation indispensable
des enjeux liés aux questions de déplacement et de transport (routier, ferroviaire, individuel et col- pour créer une circulation structurante est-ouest à l’échelle du territoire. A terme, cet axe devien-
lectifs) pour un territoire qui souffre de l’enclavement et de l’hégémonie des infrastructures radiales dra la liaison primordiale entre le pôle gare de Garges-Sarcelles et celui du Triangle de Gonesse,
nord-sud. permettant ainsi de faciliter l’accès au réseau de transport en commun lourds de la métropole pa-
risienne.
Les pistes de réflexion explorées sont pour beaucoup directement issues de l’implantation d’une
gare du nouveau métro en rocade du Grand Paris sur le triangle de Gonesse, et la validation du Avec les nouvelles traversées du Corridor Paysager (cf. partie suivante), cet axe structurant permet
projet du barreau de Gonesse. Ce sont les «éléments générateurs» du projet. Ces opportunités de « recoudre» les discontinuités du réseau existant qui jusque-là renforçaient le sentiment de mor-
doivent aussi constituer le fondement d’un nouveau « réseau de relations » ou maillage de voies cellement du territoire. La carte en page de gauche présente la nouvelle trame viaire du projet de
et de transports publics à même de donner une réalité concrète au territoire de Gonesse/Val de territoire : un maillage transversal permettant ce «nouveau réseau de relations».
France, et de déclencher une véritable dynamique de développement territorial.
En tout et pour tout, c’est près de 59 km de voierie qui sont à créer ou requalifier : 12 km de voierie
Le développement de ce « réseau de relations » est surtout le préalable fondamental à la mise en principale avec notamment l’avenue du Parisis et la RD10, 11 km de voierie secondaire et 30 km de
œuvre du projet territorial, et à la transformation future du territoire que l’arrivée du barreau et de voierie tertiaire soit 53 km de voierie nouvelles à créer. D’autre part 9 km de voierie sont à requa-
la gare du triangle de Gonesse permettent d’envisager. lifier, avec la RD 370 actuelle amenée à être soulagée de son trafic par une déviation au nord ou
encore l’Avenue des Erables à Villiers-le-Bel et l’avenue Charles De Gaulle à Garges.
PROFITER DU RACCORDEMENT AUX RÉSEAUX DE TRANSPORTS EN COMMUN MÉTRO-
POLITAINS POUR REDÉFINIR L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Ce préalable « déplacement et transport » est incarné par l’amélioration du raccordement du terri-
toire de Gonesse/Val de France au réseau métropolitain de transports en commun lourds, notam-
ment le nouveau métro du Grand Paris ou Grand Paris Express passant par le triangle de Gonesse,
et la réalisation du barreau de Gonesse permettant l’interconnexion RER B/ RER D, ainsi que le pro-
longement du T5 jusqu’à la gare du Bourget-RER B desservant les zones d’emploi autour de l’éroport
du même nom. Ces opportunités doivent orienter les projets actés ou programmés de création ou
de prolongement de lignes de transport en commun, qu’elles soient ferroviaires, «tram viaires», ou
routières. L’enjeu est ici de parvenir à diffuser les «bénéfices» de l’arrivée du nouveau métro auto-
matique et du barreau de Gonesse à l’ensemble du territoire.

Nos propositions sont largement conditionnées par la création d’axes et de dessertes structu-
rants est-ouest permettant l’interconnexion entre les différents pôles et les différentes gares de
Gonesse/Val de France, mais aussi entre les pôles d’attractivité qui les jouxtent : Roissy et le parc
d’expositions de Villepinte à l’est, Saint Denis et la plaine de France au sud-ouest voire la vallée de
la Seine, Argenteuil et même Cergy-Pontoise à l’ouest.

Les nouveaux transports collectifs et les nouvelles voies dessinent une nouvelle ossature inter-
communale, sur laquelle s’appuie le projet de développement territorial. Les propositions qui sui-
vent passent en effet par une structuration du territoire par des liens transversaux inexistants au-
jourd’hui. Accompagnés de nouveaux lieux de promenades et de loisirs, ces liens vont chercher un
ancrage au cœur des villes et mettent en relation l’ensemble du territoire.

UNE NOUVELLE TRAME VIAIRE DE DESSERTE LOCALE ET INTERCOMMUNALE


La question du réseau routier est un second aspect de ce préalable «déplacements et transports»
à la mise en œuvre du projet territorial de Gonesse /Val de France.
Le territoire souffre d’une insuffisance de maillage dédié à la desserte locale (cf. partie diagnostic), Avenue du Parisis
notamment Est-Ouest, dans le sens des déplacements «banlieue à banlieue», entre les différents Voierie principale créée

pôles et les différentes communes du territoire de Gonesse/Val de France. De nombreux engorge- Voierie secondaire créée
Voierie tertiaire créée
ments quotidiens ont mis à jour la nécessité d’intervenir sur le réseau afin d’améliorer les temps de Voierie existante requalifiée
parcours, les relations entre les différents pôles ou secteurs du territoire, et par la même occasion
la qualité de vie et de ville.    

mDétail du linéaire de voierie créée sur le territoire de Gonesse / Val de France


GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 107
C. SAUTER UN PAS : UNE NOUVELLE ARMATURE URBAINE ARTICULÉE AUTOUR DE QUATRE ÉVÉNEMENTS
►UNE COHÉRENCE URBAINE SUR L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE
le Pôle Gare

Principes d’intégration Intégration territoriale et


urbaine du projet Europacity

EUROPACITY

mPerspectives sur le Triangle de Gonesse : le Parc Central et la Gare du Triangle (©EPA Plaine de France/Güller Güller-DHV-EBP-PaulVanBeck)
126

18 avril 2011 EPA Plaine de France / Güller Güller - DHV - EBP - PaulvanBeek

mLe projet Europa City dans le Coeur du Triangle de Gonesse (©EPA Plaine de France)

mLes différents périmètres sur le Triangle de Gonesse


mPlan de référence du Triangle de Gonesse (©EPA Plaine de France/Güller Güller-DHV-EBP-PaulVanBeck) (©EPA Plaine de France/Güller Güller-DHV-EBP-PaulVanBeck)
108 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
C. SAUTER UN PAS : UNE NOUVELLE ARMATURE URBAINE ARTICULÉE AUTOUR DE QUATRE ÉVÉNEMENTS
►UNE COHÉRENCE URBAINE SUR L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE

LE TRIANGLE DE GONESSE
Premier élément de cette nouvelle armature urbaine, le projet du Triangle de Gonesse se déve- Opération phare du Coeur du Triangle de Gonesse, l’équipement multiprogramme Europa City
loppe autour de la Gare du Triangle desservie par le Grand Paris Express à l’horizon 2020, qui est porté par Immochan (filière immobilière du Groupe Auchan) s’étendra sur 60 à 80 ha. Cet équipe-
amenée à devenir la polarité majeure du territoire. ment ambitieux prévoit une programmation originale alliant culture, tourisme, divertissement et
travail. Ce nouveau quartier «vitrine des cultures d’Europe» propose dans le Cœur du Triangle 230
Le projet du Triangle de Gonesse piloté par l’EPA Plaine de France et conçu par le maître d’œuvre 000 m² de commerces et services, 160 000 m² dédiés aux loisirs (aussi variés qu’une piste de ski, un
Güller Güller tend à endosser un rôle de vitrine internationale à l’échelle territoriale et métropo- parc d’attractions, et des salles de concert) et 30 000 m² dédiés à la culture et aux institutions par
litaine. Le territoire dit du «Triangle de Gonesse», avec une taille de près de 800 ha, s’implante sur l’implantation d’une grande institution culturelle parisienne ou européenne. Librement accessible,
les communes de Gonesse et de Roissy en France, à l’extrémité est de l’avenue du Parisis et entre les ouvert sur son territoire, exemplaire d’un point de vue environnemental, ce projet peut être un le-
deux axes routiers de l’ancienne route de Flandres ou RD 317 et de l’A1; il forme ainsi un véritable vier puissant d’aménagement et de développement économique du territoire de Gonesse / Val de
carrefour entre les aéroports de Roissy Charles de Gaulle et du Bourget, et les territoires est-ouest France. Après avoir étudié plusieurs sites en Europe, le Groupe Auchan souhaite que ce projet qui
encore enclavés. contribuera à un renouvellement de l’offre touristique voie le jour en France - première destination
touristique mondiale -, et naturellement sur le pôle touristique le plus attractif de l’Ile-de-France.
Ce grand projet d’aménagement assumera une vocation métropolitaine. Fort d’un profil écono- City deviendrait ainsi un nouveau lieu de destination et d’attraction du Grand Paris, capable de
mique orienté vers les filières de la connaissance et de l’innovation techno-tertiaire, il n’entrera conforter l’offre touristique existante et d’apporter une offre commerciale, culturelle et ludique re-
pas en concurrence avec les différents pôles de compétitivité franciliens (tels que ORSA pour les nouvelée unique au monde.
biotechnologies ou encore le plateau de Saclay). Le projet du Triangle se singularise très nettement
pas son positionnement stratégique dans le maillage des transports en s’inscrivant dans le réseau Europa City est un projet partagé depuis plusieurs mois avec les décideurs publics, de l’Etat et des
des grandes places du Grand Paris, avec l’ambitieux projet de gare multimodale en son cœur. En collectivités locales. Les critères d’implantation d’un tel équipement sont néanmoins exigeants et
irriguant son territoire proche et notamment le Val de France par un réseau de transports en com- supposent une disponibilité foncière importante et une excellente accessibilité. C’est pourquoi le
mun affiné, le Triangle est conditionné par la concrétisation des infrastructures structurantes du Groupe Auchan souhaite réaliser cet équipement à Gonesse, compte tenu des qualités de ce terri-
Grand Paris Express, du Barreau RER D-B, de l’Avenue du Parisis, du TCSP et de la nouvelle liaison toire en termes de possibilités de développement et de qualité de sa desserte, avec en particulier le
Gonesse-Villepinte qui établissent l’armature reliant le Triangle aux territoires avoisinants. pôle aéroportuaire de Roissy. A terme, cette locomotive économique devrait générer entre 7000 et
8000 emplois, pour une fréquentation de 30 millions de visiteurs par an.
Sa position stratégique lui confère en plus la caractéristique de constituer une véritable porte de
la métropole. Le site est en léger surplomb et permet déjà aujourd’hui d’admirer la métropole au Le projet Sud Roissy est quant à lui une composante du concept de «Boulevard des échanges», qui
travers d’un large panorama allant des buttes des plateaux de Romainville et d’Avron à l’est , aux devrait abriter les fonctions liées aux activités de logistique à haute valeur ajoutée en contact avec
tours de la défense à l’Ouest en passant par la butte de Montmartre. Ici, le Grand Paris Express Carex ou les autres zones de fret (la logistique se positionne dans un rayon plus large à l’échelle
dont l’arrivée est envisagée aux alentours de 2020, est prévu en aérien. On peut donc imaginer métropolitaine car elle est consommatrice d’espace), de services aux passagers et de formations
que les voyageurs en provenance de Roissy, découvriront le paysage métropolitain au niveau du aux métiers de l’aéroportuaire. La zone de Sud Roissy devrait également s’articuler avec l’ensemble
Triangle qui constituera donc le symbole de l’arrivée sur Paris. des opérations (Aéroville, Parc hôtelier de Roissy, Planète France, ITC, Carex, ‘Les grands champs’ et
les ZAC du Moulin, de la Demi-Lune, etc.). Le nouveau site Sud Roissy, dont la programmation de-
Afin d’attirer jusqu’à un quart d’entreprises internationales, le Triangle de Gonesse propose un pro- vrait être affinée dans le CDT Roissy-Tremblay-Villepinte, devrait héberger des activités d’échange
gramme mixte, inséré dans un environnement de travail attractif et verdoyant. Celui-ci se décom- (tels que les espaces d’exposition et autres vitrines professionnelles), des activités hôtelières (avec
pose en trois secteurs principaux, du nord au sud: le secteur d’action concertée de Sud Roissy (129 espaces de rencontre et de convention orientés vers le Golf de Roissy) et des activités tertiaires et
ha), le Carré Vert agricole (400 ha) et le Cœur du Triangle (228 ha). technologiques plus modestes autour de la Maison de la mobilité et de la logistique (MdM&L).
L’ensemble porte sur une capacité immobilière dont l’importance et les profils économiques restent
Le Cœur du Triangle constitue le pivot du projet du Triangle de Gonesse et se concentre ainsi autour à vérifier.
du futur pôle multimodal. Le boulevard urbain de l’Avenue du Parisis dévoile de véritables façades
urbaines vers lesquelles convergent les différents éléments du programme: tertiaire destiné aux Situé entre les deux périmètres précités, le Carré Vert, d’une superficie de 400 ha, a pour but de
fonctions stratégiques internationales, activités technologiques et industrielles (PME, PMI), ter- préserver l’activité agricole aujourd’hui présente sur l’emplacement du futur Triangle. Rappelons
tiaire dit «métropolitain», pôle innovation, fonctions hôtelières et résidences temporaires, ser- que la région de Roissy est initialement réputée pour la richesse de ses terres et sa tradition agricole
vices et commerces de proximité, et grands équipements parapublics. Avec une capacité totale qui en ont fait le berceau de l’Ile-de-France. Les porteurs du projet y voient un facteur de qualité
de 1 500 000 m² SHON à l’horizon 2035, le programme se répartit sur quatre secteurs placés «en de vie et d’attractivité économique, mais aussi un moyen d’associer les agriculteurs au projet dans
croix» autour de l’Avenue du Parisis et de l’espace public du Parc Central. Ce dernier vient relier les un contexte de crise professionnelle. Des lisières végétales encadrent le Carré sur 40 ha pour le
secteurs d’activité est et ouest par le biais d’un «jardin créatif du 21ème siècle», lieu de sérénité et protéger des conflits d’usage, et un réseau de circulations douces devrait l’irriguer afin d’éviter l’ef-
de récréation pour les usagers. fet d’îlot. Un dispositif de bassins de rétention et de recyclage des eaux pluviales en circuit fermé
assurera la consommation du Carré en eau. Enfin, la vocation agricole du Carré Vert sera diversifiée
par l’implantation d’une ferme écologique et pédagogique destinée à combiner la distribution lo-
cale de produits maraîchers et agricoles, les loisirs (centre équestre/production locale de bière), et
les formations aux métiers de l’agriculture.
GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 109
C. SAUTER UN PAS : UNE NOUVELLE ARMATURE URBAINE ARTICULÉE AUTOUR DE QUATRE ÉVÉNEMENTS
►UNE COHÉRENCE URBAINE SUR L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE

mZoom sur l’avenue du Parisis entre le Forum et le pôle gare de Garges Sarcelles et le Triangle de Gonesse

mL’emprise de l’Avenue du Parisis près du quartier de la Dame Blanche à Garges. Etat actuel. mL’emprise de l’Avenue du Parisis près du quartier de la Dame Blanche à Garges. Etat actuel.

110 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
C. SAUTER UN PAS : UNE NOUVELLE ARMATURE URBAINE ARTICULÉE AUTOUR DE QUATRE ÉVÉNEMENTS
►UNE COHÉRENCE URBAINE SUR L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE

L’AVENUE DU PARISIS
L’axe est-ouest de l’Avenue du Parisis constitue un des premiers éléments essentiels de la lisibilité
du territoire, en rétablissant une liaison claire entre les principaux lieux de projet, notamment le
Triangle et la gare de Gonesse et le Dôme-Forum et la gare de Garges-Sarcelles. Cette liaison per-
met de joindre le tronçon ouest du BIP déjà réalisé à Gonesse à la RD316 et la RD301 (prolongement
de la Nationale 1), et de reconnecter ainsi les différentes parties du territoire aux flux de déplace-
ments métropolitains (majoritairement radio-concentriques).

Cette avenue révèle le projet sur une structure d’ilots de 100m x 50m qui permet une adaptabilité
en fonction des programmes des projets à venir. Elle intègre ainsi des zones d’activité existantes,
couture les grands ensembles, pavillons et centre commerciaux à proximité, et met en scène le
vallon du Petit Rosne, poumon de l’agriculture urbaine locale, réserve de biodiversité, et espace de
formation, de loisir et de promenade. Au-delà du Forum et de la gare de Garges- Sarcelles, l’Avenue
du Parisis est une ouverture vers l’ouest. Elle prend en compte l’existant et raccroche les territoires
d’est en ouest, au reste de l’Ile de France et à la Vallée de la Seine en rompant avec la prépondé-
rance des coupures et infrastructures radiales.

Avec ses 45 mètres de large sur près de 2,5 km de long (puis 35 mètres de large sur les 500 dernier
mètres avant son intersection avec la RD 316), cet axe est envisagé comme une véritable avenue
urbaine comprenant une emprise routière de 2x2 voies, mais imaginée à l’opposé des voiries type
voie de contournement habituelles. Elle se veut particulièrement généreuse envers les mobilités
douces – piétons, cyclistes et TCSP. Elle incarne un vrai projet urbain, une nouvelle « épine dorsale
» traversant les quatre communes du Val de France et Gonesse. C’est un nouvel axe dynamique et em-
blématique à partir duquel sont mis en scène le Triangle de Gonesse, le Dôme-Forum et son équipe-
ment dédié aux cultures et métiers du monde, la gare de Garges-Sarcelles et les nouvelles activités
porteuses d’emplois entre ces deux nouveaux pôles et leurs gares.

D’est en ouest, un parc en partie inondable et une promenade paysagère, sorte de «corridor bleu»
raccroché au corridor paysager nord-sud structurant, accompagnent l’avenue du Parisis (cf. perspec-
tives ci-contre). De la butte Pinson au parc du Sausset, une grande armature paysagère se dessine,
mettant en réseau les parcs urbains du territoire (parc des Prés-sous-la-ville à Sarcelles, prome-
nade du petit Rosne à Arnouville, fort de Stains, requalification du Croult et le grand parc projeté
du triangle de Gonesse). Ces parcs situés pour la plupart en point haut permettent d’envelopper
visuellement le territoire et de le situer dans sa relation à Paris et aux pôles urbains périphériques.

Les deux vallons du Croult et du Rosne forment un «Y» traversant l’ensemble du territoire et met-
tant en continuité une succesion de milieux humides préservés depuis les bassins de Chauffour
jusqu’au parc de la Patte d’Oie. Ils élargissent les lieux de promenade vers les parcs urbains proje-
tés ou déjà réalisés, lorsqu’ils se rejoignent à proximité de l’Avenue du Parisis.

Ils deviennent ainsi le support de nouvelles attractivités qui jalonnent le territoire et de liaisons
mPerspective sur l’avenue du Parisis : les îlots, le Parc du Petit Rosne et le Forum en arrière-plan. douces qui relient presque mille hectares de promenades et d’espaces de nature, en plein cœur
d’agglomérations urbaines denses. Cette magistrale mise en réseau des paysages procure l’oppor-
NB : L’AVENUE DU PARISIS REPONDE A L’UN DES 10 PRINCIPES DU GRAND ROISSY : tunité de recomposer l’urbanité autour d’un gigantesque « jardin » (corridor paysager, parcs et
«LE MAILLAGE DES LIENS» promenades du Petit Rosne et du Croult, lisière agricole...).

GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 111
C. SAUTER UN PAS : UNE NOUVELLE ARMATURE URBAINE ARTICULÉE AUTOUR DE QUATRE ÉVÉNEMENTS
►UNE COHÉRENCE URBAINE SUR L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE

mMixité parc/parcelles céréalières/Elevage mTerra botanica Angers

mExemple d’un parc linéaire : Reim parc Munich

mLoisirs sportifs mAgriculture urbaine

mMagnifier les lignes Hautes-Tensions.

mLudic Tree - Ecoboulevard Madrid

mZoom sur le Corridor Paysager et le Parc des Géants, entre la lisière agricole et le Forum de Sarcelles.

112 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
C. SAUTER UN PAS : UNE NOUVELLE ARMATURE URBAINE ARTICULÉE AUTOUR DE QUATRE ÉVÉNEMENTS
►UNE COHÉRENCE URBAINE SUR L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE

LE CORRIDOR PAYSAGER
Du nord au sud, un corridor paysager structurant devient le support de promenades publiques,
entre des parcelles dédiées à différents usages reliant les paysages ouverts de la Plaine de France
au parc de la Courneuve, en passant par les emprises «délaissées» de l’autoroute A16 et des lignes
Hautes Tension ainsi que le Fort de Stains. Il se raccroche à la vallée du Croult et du petit Rosne ain-
si qu’à l’Avenue du Parisis. L’enjeu est ici de passer d’une «trame verte et bleue» à l’ambition d’une
vraie « reliance » : la mise en relation et le tissage de liens entre les espaces, les espèces, les lieux,
leurs usages et usagers (…) à travers ce grand paysage, support de multiples activités imaginables
et capable de justifier un « retournement » de l’urbanisation sur cet espace. Un tel enjeu, l’ampleur
de ce retournement passe par une transformation radicale de ce lieu et conduit donc à prévoir l’en-
fouissement des lignes haute-tension sur 2,7 km environ. Il s’agit de valoriser cette grande percée
qui représente actuellement une surface de 115 ha au nord et de 15 ha au sud et qui ne serait plus
mPuits carbone amorce «bois-énergie» un arrière ou une frontière, mais deviendrait un centre, une «couture» avec de vraies «façades»,
un espace unique à l’échelle de la métropole parisienne, allant du Parc de la Courneuve jusqu’à la
lisière de l’urbanisation de la Plaine de France.

Au nord, le Parc des Géants, en référence aux pylônes des lignes hautes-tensions conservés et ma-
gnifiés sous la forme de sculpture urbaines (cf. images de référence ci-contre), permet de mettre en
scène des perspectives paysagères de grande ampleur aux dimensions exceptionnelles, et de main-
tenir une continuité des milieux naturels, paysagers (boisements, prairies, etc.) productifs. Ce parc
linéaire, témoin de l’histoire rurale des communes, fédère les activités contemporaines attendues
par la population de ce territoire. Il est à la fois l’opportunité de préserver une activité agricole
d’élevage ou de maraîchage existante (60 ha), d’introduire des programmes de formations autour
l’agriculture (35 ha), et des espaces productions énergétiques (bois énergétiques ou puits carbone
sur 65 ha). C’est aussi l’occasion de développer des programmes de loisirs et de jardins familiaux
mPuits carbone amorce «bois-énergie» (25 ha), des prairies de jeux et des équipements sportifs avec le projet de «Cité du Sport» qui
occupe 30 ha avec un programme dédié à tous les sports. C’est un espace vivant et actif, habité
et traversé. Ces différentes activités en assurent la gestion. Les partitions des espaces arboricoles
ou maraîchers peuvent être un outil symbolique d’évocation des jardins renaissance. Le maintien
des prairies dans le parc est assuré par la gestion agricole : ces surfaces sont fauchées par les agri-
culteurs pour leur production de foin et de paille. L’introduction de couveuses d’activités agricoles
propose l’offre de formations vers les filières de l’agriculture à des jeunes non issus de ce milieu. Ces
formations encore très récentes dans le monde agricole sont l’un des outils d’ouverture du territoire
vers une agriculture urbaine sur des échelles restreintes en relation avec un savoir faire local. Il ne
s’agit pas de substituer l’activité céréalière, mais bien de proposer d’autres modes de production
en site urbain sur des parcelles devenues inadaptées aux cultures céréalières. On constate depuis
quelques années que les porteurs de projets d’activités agricoles sont de moins en moins issus de
ce milieu et rencontrent souvent des difficultés d’accès au foncier. Le système d’espace test, permet
de pallier ces difficultées en proposant de construire un réseau socioprofessionnel local. Cette filière
est basée sur les réseaux solidaires comme Terre de Liens, Les Champs du possible, le GAB, le réseau
AMAP, Inter-AFOG et l’AFIP.

mLe «Central Park» de La Courneuve (©Castro) En partie sud, des parcelles boisées (10 à 12 ha) sont implantées près des jardins familiaux (2 à 3
ha). Elles permettent d’étendre les massifs boisés du parc de La Courneuve vers le nord. Efficaces en
mZoom sur le Corridor Paysager et le fort de Stains, entre le Parc du Petit Rosne et celui de La Courneuve. tant que puits carbone, elles sont intégrées à un réseau de production énergétique. Le parc linéaire
le long de l’avenue du Parisis relie les parties nord et sud du corridor sur une dizaine d’hectares.
C’est un espace de milieu humide qui participe à la gestion du Petit Rosne et permet de distribuer
les circulations de cycles et de piétons vers les nouveaux îlots de l’avenue. Les fermes d’élevage
d’Arnouville, sont maintenues et leurs prairies étendues vers le corridor nord. Elles jouent un rôle
fondamental de formation auprès des scolaires, de lien social et de distribution directe de la pro-
duction locale. Viables pour les vingt prochaines années, elles gèrent près de 80 ha de pâturages.
GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 113
C. SAUTER UN PAS : UNE NOUVELLE ARMATURE URBAINE ARTICULÉE AUTOUR DE QUATRE ÉVÉNEMENTS
►UNE COHÉRENCE URBAINE SUR L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE

LE FORUM : LE DÔME ET LE LIEU DE «TOUS LES SAVOIRS»


A la croisée de ces deux nouveaux axes structurants du territoire, une nouvelle centralité est
privilégiée autour du pôle gare de Garges-Sarcelles et du projet de deux équipement d’envergure mé-
tropolitaine : Le Forum, le lieu de tous les savoirs et des réussites et le Dôme-Arena, lieu de l’évé-
nementiel et du sport de haut-niveau.

Ce projet de Forum est celui d’un équipement de «tous les Savoirs et de la réussite», inspiré par le
concept de «Foire du monde multipolaire» développé lors de la consultation sur le Grand Paris. Il se
veut un équipement métropolitain dédié à la Connaissance, à la Formation, à la Culture en général

AUX
BUREAU
AUX
et aux cultures du monde en particulier. Un tel équipement propose de développer une certaine
idée de la convivialité dans ce secteur très cosmopolite du Grand Paris, et dont le rayonnement
dépasse le seul territoire de Gonesse – Val de France. A terme, il accueille une médiathèque cultu- DO

BU
relle et libre-service, envisagée comme une «maison mère» des bibliothèques ou médiathèques de
ME


quartier existant sur le territoire, mais aussi un lieu «de tous les Savoirs et de la réussite» capable

ES


BUREAUX


MERC
d’accueillir des salons ou des rencontres entre employeurs et demandeurs d’emploi locaux. Ce lieu


pourrait aussi constituer une Antenne « extra-muros » de la Bibliothèque Publique d’Information

m
FORUM

OM
de Paris. FORUM

COM
COMM

Foru
C
E RCES

FORUM
TCSP COM METIERS DU MFOORNUM


Avec le Dôme à proximité il faut aussi imaginer les possibilités et la place accordée aux évène- COM
MERC
DE
ments sportifs de haut-niveau (équipe de France de Handball intéressée, rencontres des Arts Mar- BUREAUX ES METIERS DU
tiaux imaginée par le club de karaté de Sarcelles etc.) et festifs (grands concerts ou spectacles
BUREREAAUUX
UX MONDE

BUREAUX
e du
grand public) à travers la grande salle polyvalente de 20 000 places du Dôme-Arena. Celle-ci, peut

X
FORUM
aussi accueillir des conférences, des grands débats et d’autres grands rassemblement.

AU
CU
LTU FORUM
MO RES D FORU

RE
ND
E
U
M



BU
Plac
Ce projet territorial intègre donc la population locale au travers d’une insertion professionnelle
liée au développement économique projeté, mais aussi dans le cas présent au travers d’équipe-
ments «phare» dédié à cette population et à une certaine idée de la «ville monde».

C’est la place du Forum, qui s’installe au pied de l’équipement, qui permet de révéler et d’inscrire 

cette nouvelle centralité au cœur du territoire de Gonesse-Val de France. Un espace public de près 
de 2,5 ha dont 10 400 m² de voierie (rue nouvelle 5000 m², Avenue du Parisis 5400 m²) et donc 1,5
ha d’espace dévolu aux piétons, aux déambulations et autres circulations douces. Une place en
balcon sur le vallon, dont le panorama embrasse le Parc des Géants, l’avenue du Parisis et son parc

re
linéaire, le parc du Petit Rosne et les étangs de Sarcelles : un évènement métropolitain qui permet

a
à l’échelle locale de désenclaver la Dame Blanche et Les Lochères 2, qui peuvent ainsi réintégrer le 

g
projet ANRU 2 et surtout se «retourner» et se connecter enfin au vieux Sarcelles et aux zones d’ac- 

la
tivités voisines. RER D

e
d
il
Gare de
a
M
Garges/Sarcelles
RER D
T5

  
mEsquisse sur la place du Forum, le Dôme/Forum et la connection avec le pôle gare de Garges-Sarcelles.
114 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
C. SAUTER UN PAS : UNE NOUVELLE ARMATURE URBAINE ARTICULÉE AUTOUR DE QUATRE ÉVÉNEMENTS
►UNE COHÉRENCE URBAINE SUR L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE

NB : LE FORUM ET LE DÔME REPONDENT A L’UN DES


10 PRINCIPES DU GRAND ROISSY : «L’EFFET DÉMULTI-
PLICATEUR DES ÉQUIPEMENTS»
mDes exemples qui contribuent à nourrir les réflexions : la médiathèque de Sendai (Japon), le Dôme de Londres (Angleterre) et la BPI à Paris (France).

mPerspective sur la Place du Forum. Au fond le Forum Multipolaire, combinaison du projet de Dôme Multisports et du projet d’équipement métropolitain dédié à la formation.
GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 115
D. S’APPUYER SUR LE PAYSAGE POUR RÉVÉLER UNE AUTRE IDENTITÉ TERRITORIALE
►UN PROJET DE TERRITOIRE AU SERVICE DE SON ATTRACTIVITÉ

- Conforter le réseau
des promenades et
des parcs vers La
Courneuve, la butte
Pinson et Ecouen
mais aussi vers La
Patte d’oie, le futur
parc de Gonesse, et
le parc du Sausset.

- Garantir les
continuités des
corridors verts et
bleus le long des
ruisseaux du Petit
Rosne et du Croult.

- Impulser une
nouvelle dynamique
au secteur agricole
enclavé

- Mettre en scène,
depuis les parcs en
belvédères, les vues
vers la métropole et
vers les nouveaux
pôles de centralité
du territoire.

mLa structure paysagère du territoire et la nature des activités qui s’y déploient.
116 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
D. S’APPUYER SUR LE PAYSAGE POUR RÉVÉLER UNE AUTRE IDENTITÉ TERRITORIALE
►UN PROJET DE TERRITOIRE AU SERVICE DE SON ATTRACTIVITÉ

L’amélioration et la valorisation du cadre de vie sont indispensables pour redonner à ce territoire LES PARCS DU PETIT ROSNE ET DU CROULT ET LA BIODIVERSITÉ EN VILLE
l’image d’une urbanité vivante ; à la fois spécifique aux lieux et ouverte vers les pratiques sociales
contemporaines. L’évolution des paysages va s’opérer selon différentes perspectives et conduira Parc Du Petit Rosne :
à révéler la diversité des usages. La formidable situation de rotule entre un monde urbain et des Ce parc vient compléter un dispositif de remise en valeur des rus et de leurs vallons largement
paysages ruraux céréaliers amène à considérer avec beaucoup d’attention tout le potentiel existant amorcé de Sarcelles à Gonesse par les aménagement des bassins de Chauffour jusqu’au parc de la
pour fédérer les grands corridors d’espaces naturels, paysagers et de biodiversité à l’échelle du ter- Patte d’Oie. La mise en scène dans un aménagement urbain du Petit Rosne est l’affirmation que le
ritoire de la trame verte de l’Ile de France. procéssus de réconciliation de ce territoire avec ses vallons délaissés ces dernières années est bien
acquis. En effet, l’urbanisation a investi les vallées franciliennes, les rûs et petits affluents ont été
TRESSER ET TISSER LE TERRITOIRE DE NATURES ET RIGUEURS URBAINES canalisés et les milieux humides ont fortement été perturbés. Ils ont régressés de 50% en 30 ans.
Dans ce contexte, le Petit Rosne devient le support d’un parc et d’une promenade urbaine alliant
Depuis la forêt d’Ecouen, le petit Rosne chemine en fond de vallon pour rejoindre le Croult à l’est. La loisir et découverte.
situation de ces petits vallons en cœur du territoire leur confère un rôle primordial pour construire
une ossature naturelle et paysagère que l’on cherche à étendre jusqu’au parc du Sausset. Cette Ce lieu particulier articule les communes d’est en ouest et met en valeur le vallon du Petit Rosne.
armature complète celle amorcée à l’ouest par la reconquête de la Butte Pinson. Ainsi, cette nou- De nombreux usages se regroupent et se complètent autour de ce vallon : promenades, sport,
velle charpente paysagère permet de joindre les espaces agricoles et les grands parcs du nord est respect du milieu humide, activités agricoles. L’ensemble de ces programmes va constituer un parc
métropolitain aux futurs équipements culturels et sportifs de Gonesse-Val de France, sans renier un attractif aux modes de gestion variés en lien avec les activités retenues.
passé agricole important. Les rénovations urbaines des différents quartiers du territoire permettent
de faire pénétrer à l’intérieur des tissus urbains un réseau plus fin de coulées vertes ou de liaisons Les prairies humides ou inondables, milieux de vie remarquables pour la biodiversité le long des
douces s’accrochant à l’ossature principale paysagère. berges, agissent comme filtres. Elles favorisent également l’épuration et participent à la préserva-
tion de la qualité de l’eau. Il est essentiel de maintenir ces milieux dont les superficies en Ile-de-
France sont très faibles, et de développer toutes les possibilités de leur mise en réseau. Le vallon
du petit Rosne draine les terrasses alluviales et les ruissellements de ses flancs nord et sud. La
proximité de l’avenue du Parisis impose de conforter ce rôle régulateur de rétention des eaux. Le
maintien des fermes situées le long du petit Rosne est un atout précieux pour la pérennité de ce
lieu car elles offriront à la fois un outil économiquement performant de gestion des milieux et des
espaces publics mais aussi un outil de formation et d’accueil des scolaires. La frange nord du parc
est dévolue à un programme sportif de quartier qui pourra prolonger le parc. Une activité équestre
viendra aussi animer le lieu et sera un lien avec les fermes d’élevage d’Arnouville. Avec le SAGE, le
contrat de milieu pourrait être un outil pertinent pour la mise en œuvre de ce projet.

Promenade centrale du Parisis :


A proximité de l’avenue du Parisis, l’espace public doit être plus formel. Des jardins thématiques
de milieux humides, des jardins familiaux et partagés, des esplanades ombragées percent le front
urbain et ouvrent vers le vallon. Ces espaces se développent jusqu’au vallon du Croult pour re-
joindre, par une percée végétale au nord de l’aéroport du Bourget les futurs parcs du triangle de
mLa Ferme d’Arnouville : une exploitation pédagogique à valoriser.
Gonesse. Enfin, vers l’ouest, au pied du Dôme, le parc met en scène l’ouverture urbaine sur le vallon
puis la grande percée vers le parc des Géants.

Promenade du Croult :
La promenade intègre les missions du SIAH des vallées du Croult et du Petit Rosne : lutte contre la
pollution (dépollutions des eaux usées, maîtrise des rejets industriels et réhabilitation écologique
des rivières) et lutte contre les inondations. Ces espaces se développent jusqu’au vallon du Croult
pour rejoindre les bassins d’écrêtage au sud du quartier du Vignois et se poursuivre au nord au tra-
vers du parc de la Patte d’Oie puis vers Louvres. Ce sont des espaces d’agrément qui seront gérés
strictement afin d’éviter la prolifération ligneuse et dont la palette végétale sera choisie en fonction
des fluctuations de hauteur d’eau.

mLa Ferme d’Arnouville : une exploitation pédagogique à valoriser. mExemples de parcs de milieux humides
GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 117
D. S’APPUYER SUR LE PAYSAGE POUR RÉVÉLER UNE AUTRE IDENTITÉ TERRITORIALE
►UN PROJET DE TERRITOIRE AU SERVICE DE SON ATTRACTIVITÉ

LE CORRIDOR PAYSAGER ET LES CONTINUITÉS NORD-SUD

mRepérage du zoom sur le plan de Paysage du projet de territoire (p74)

mZoom sur le Corridor Paysager nors/sud et la nature des activités qui s’y déploient. mRepérage des entités paysagères du projet de territoire, et de leur surface (ha)
118 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
D. S’APPUYER SUR LE PAYSAGE POUR RÉVÉLER UNE AUTRE IDENTITÉ TERRITORIALE
►UN PROJET DE TERRITOIRE AU SERVICE DE SON ATTRACTIVITÉ

LE PARC DE LA PATTE D’OIE LE PARC CENTRAL


Le Parc de la Patte d’Oie constitue un espace paysager très particulier. Situé sur le site d’une an-
cienne décharge, il fait l’objet d’un travail de réhabilitation écologique afin de permettre son ouver- Celui-ci constitue le point névralgique , la rotule de ces différents espaces et de la trame verte. Il
ture au public dans un avenir proche. Les buttes dessinés par son ancienne utilisation offrent des se développe au centre du Coeur du Triangle, secteur où se concentrent les projets de construc-
panoramas uniques sur la métropole parisienne. A terme, il constitue un espace paysager original tion, au premier rang desquels vient Europa City. Il propose une grande respiration centrale autour
et une pièce angulaire des continuités écologiques territoriales. de la gare et offre de larges perspectives au nord vert le Carré vert, le parc de la Patte d’Oie, le golf
et l’aéroport Roissy-CDG un peu plus loin; au sud avec les Buttes des Tulipes et le pôle du Bourget;
LE PARC DU TRIANGLE DE GONESSE à l’ouest avec l’Avenue du Parisis et le Val de France, enfin à l’est avec les autoroutes, Parsi Nord 2
et la Seine Saint Denis.
L’ample poumon vert, constitué du «Carré vert», du Parc de la Patte d’Oie, du golf de Roissy et
du Parc Central, constitue une vaste trame verte qui épaule avantageusement le projet du Coeur
du Triangle de Gonesse avec un développement urbain dense dans un secteur d’infrastructures
lourdes. Lien entre le territoire du Val de France et le «corridor aéroportuaire», le projet affirme
le maintien des espaces agricoles ouverts comme facteur d’attractivité de la porte métropolitaine
et met en scène la proximité visuelle de Paris. La trame verte du Triangle participe entièrement au
renforcement de la lisière entre l’urbain et le rural, et offre le contrepoint indispensable à la recom-
position globale du paysage du territoire tant dans le domaine d’une recherche d’économie agricole
viable, que dans celui d’une offre complémentaire de loisirs destinée aux habitants, et dans le do-
maine de la gestion de milieux humides ou de la préservation du réseau hydrologique du territoire.
LA LISIÈRE AGRICOLE NORD
Le rôle de la lisière est avant tout de construire une limite nette, lisible et irréversible entre le
front urbain et les terres agricoles de la plaine de France, et de permettre à l’habitat de se tourner
au nord vers ces vastes étendues. Cependant, associée à cette démarcation de territoire, la lisière
agit comme un ample parcours public entre l’est et l’ouest mettant en contact les pôles patrimo-
niaux, culturels et sportifs, ainsi que les fronts urbains remodelés ouverts désormais vers ces
espaces de vie collective. Cette «lanière paysagère» agrafe les nouveaux cœurs de quartier nord et
ceux des grands ensembles rénovés, s’épaissit au contact des golfs et des parcs des Eglantier et de St
Blin. A l’est, elle rejoint le projet du Carré vert qui préserve 400 ha de terres céréalières au nord du
projet du Triangle de Gonesse. Elle est avant tout une composition urbaine arborée majeure, visible
depuis les lointains, et ourlant la ville.

Mais cette lisière n’est pas que formelle, elle participe : mLe corridor paysager aujourd’hui, avec les lignes hautes tensions, et les grands ensembles de Villiers-le-Bel en arrière-plan
- au programme de formation : de petits équipements associatifs y trouvent ça et là une implanta-
tion attractive qui s’intègrent dans le maillage des ‘Folies éducatives’.
- au programme de loisir du nord-est francilien : un programme de base de loisir, Land Art.
- au programme territorial de mise en continuité des corridors de biodiversité: la lisière est souvent
de par sa position entre des milieux différents plus riche que chaque milieu pris séparément.
- au programme de développement durable : en matière de régulation de l’érosion des sols, de ges-
tion de l’eau et de participation à la production énergétique (bois énergie).

Cette lisière est donc envisagée comme un espace de vie et de contact entre la ville et les zones
agricoles, entre les habitants et les agriculteurs, et non comme une limite infranchissable entre un
front urbain et un « no man’s land » agricole disponible ou appropriable à merci. Le retournement
de la ville sur sa lisière rurale n’est pas anodin, et la formalisation spatiale de ce basculement du
paysage urbain vers ces territoires ruraux ouverts doit aussi devenir fondatrice de l’idée d’une ville
contemporaine, plus compacte et plus respectueuse des terres agricoles dont la métropole a grand
besoin. Promenade de la lisière paysage ouvert Promenade de la lisière sur une section boisée

GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 119
D. S’APPUYER SUR LE PAYSAGE POUR RÉVÉLER UNE AUTRE IDENTITÉ TERRITORIALE
►UN PROJET DE TERRITOIRE AU SERVICE DE SON ATTRACTIVITÉ

UNE APPROCHE ENVIRONNEMENTALE POUR VALORISER LE PAYSAGE : DES EXEMPLES QUI CONTRIBUENT À NOURRIR LES RÉFLEXIONS ET DES PROPOSITIONS







mExemples de grands toits d’entrepôts transformés en cultures maraîchères, Eagle Strret Farm-New York, USA.





 

mExemples de systèmes de récupération et d’assainissement alternatifs des eaux pluviales, Portland, USA.



 
mExemple de proposition d’une nouvelle trame verte et bleue dans un des sites d’intervention du projet de territoire.

Réseau pistes cyclables actuelles


Réseau pistes cyclables proposées
Centre villes et attractions

mProposition d’amélioration du réseau de pistes cyclables du territoire. mExemple d’un bassin de rétention intégré, Nottingham Science Park, Angleterre.
120 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
D. S’APPUYER SUR LE PAYSAGE POUR RÉVÉLER UNE AUTRE IDENTITÉ TERRITORIALE
►UN PROJET DE TERRITOIRE AU SERVICE DE SON ATTRACTIVITÉ

VALORISATION PAYSAGÈRE ET APPROCHE ENVIRONNEMENTALE LES CONTRATS TERRITORIAUX DÉCHETS


Le projet contribuera à l’amélioration de la dimension environnementale et socio-économique du Depuis 2001, l’ADEME a proposé respectivement aux territoires de projet (agglomérations, pays,
territoire, à travers la conception de son aménagement et l’intégration de prescriptions de construc- PNR) ou de compétence dans le domaine des déchets, des contrats territoriaux déchets (CTD). Ces
tion.La volonté initiale est d’unifier et de vivifier un espace urbain fragmenté et mal desservi, par contrats sont globalement destinés à favoriser l’intégration dans les projets de territoires des enjeux
l’introduction d’un axe mixte et dynamique. Cela constitue aujourd’hui une approche qui reflète les de l’environnement. Dans le cadre de son contrat d’objectifs Etat- ADEME 2007-2010 et dans celui
meilleures pratiques en matière de développement durable. du contrat de projet Etat Région 2007-2013, l’ADEME a pour objectif d’étendre ces démarches, re-
Le projet propose un équilibre entre des usages mixtes et relativement denses qui : groupées sous le terme de contrat d’objectifs territorial à la fois en faveur de nouveaux territoires
• subviennent aux besoins socio-économiques locaux (Forum + Dôme + Europe City), partenaires et de problématiques nouvelles comme le changement climatique. L’objectif global de
• s’articulent autour de transports publics (trame, pistes cyclables améliorées, …), l’ADEME est de contribuer à généraliser les bonnes pratiques de développement durable des ter-
• incluent l’installation de systèmes de production d’énergie à faible émissions (Réseau géothermie, ritoires à partir des retours d’expérience acquis dans des territoires engagés de façon volontaire et
panneaux photovoltaïques, …), ambitieuse dans une démarche d’amélioration continue dans ses champs de mission et prioritai-
• intègrent des espaces ouverts et aménagés. rement en faveur de la lutte contre le changement climatique. Vis-à-vis de ces territoires, l’ADEME
De nouveaux équipements pour l’emploi, l’éducation et les loisirs (Le Triangle de Gonesse, Le Fo- cherche à être un partenaire de référence dans ses champs de missions et à inscrire dans la durée,
rum de Sarcelles, …), qui découlent des besoins contextuels, contribuent à améliorer la qualité et le la connaissance par le territoire de ses enjeux environnementaux et la conduite d’un plan d’action
cadre de vie des usagers. Les préoccupations environnementales locales comme le bruit, la qualité cohérent avec son projet global de territoire et ses priorités. Le contrat d’objectifs territorial vise
de l’air ou les inondations sont abordées par l’organisation et la modélisation de l’aménagement prioritairement à faire monter en compétence les acteurs du territoire sur les questions de climat et
du territoire, et à l’échelle de la construction par des exigences de conception. Concernant l’amé- d’environnement. Ce partenariat vise 4 objectifs stratégiques :
nagement, par exemple, l’avenue du Parisis, qui est nécessaire de par l’absence d’un lien est-ouest • Fédérer les différents acteurs du territoire
à travers le territoire, prendra la forme d’un couloir urbain vert qui intègre des transports publics, • Mettre en place une expertise interne au territoire
une végétalisation, une gestion de l’eau pluviale (avenues et espaces verts inondables), des espaces • Structurer la concertation et la communication
paysagers ouverts, sûrs et0 accessibles, une certaine exposition commerciale, etc. • Intégrer les domaines de l’Environnement et de l’Energie dans les politiques locales de dévelop-
Les espaces paysagers continus jouent un rôle multifonctionnel selon leur utilisation: pement durable. A cet effet, l’ADEME affecte des moyens humains et financiers aux opérations cor-
• parcs urbains, respondant à la réalisation du programme d’action et en particulier :
• centres sportifs et récréatifs, - Une assistance technique et un soutien méthodologique à la définition et à la réalisation des ac-
• bassins de rétention d’eaux pluviales, tions, de différentes façons en particulier par :
• habitats éco-systémiques, - La formation du chargé d’animation, de l’équipe projet et des acteurs du territoire impliqués dans
• terrains agricoles, ces actions
• centre de production de biomasse, - La mise à disposition d’outils, guides et méthodes de référence utiles à la mise en ouvre des actions
• centre de R&D d’agro-industries, etc. techniques ainsi que pour le suivi, de l’évaluation et la valorisation.
Un nouveau réseau d’énergie géothermale de chauffage pour les bâtiments est proposé en parallèle - L’accès aux colloques organisés par l’ADEME, lieux d’informations et d’échanges techniques
des espaces paysagers et des infrastructures pour faciliter la maintenance, ainsi que l’installation de - Un soutien financier, conformément aux procédures d’aide de l’ADEME, qui s’appliquera en particu-
nouveaux bâtiments et une expansion future. lier au programme d’actions intégrant la mission d’animation prévue dans l’accord. Ce financement
A l’échelle de la construction, l’aménagement urbain doit veiller à ce que les quartiers soient sûrs est possible dans les limites du dispositif en vigueur, pour une durée de trois ans non renouvelable.
et à faibles émissions de pollutions locales. Cela passe par exemple par la conception de routes qui Cette durée peut toutefois être prolongée de deux ans.
permettent une priorisation des modes de transports doux, ou par la présence de sécurité « passive
» (fenêtres résidentielles sur rue, …), couplé à des façades « actives » (commerces, vues intérieures, LES AUTRES APPELS À PROJET
…). L ’ADEME met aussi régulièrement en place des Appels à Projets (Bâtiments ou Quartiers) pour
Des prescriptions obligatoires et spécifiques seront ainsi mises en place afin de réduire l’impact de l’amélioration de la performance énergétique ou l’intégration d’énergies renouvelables. Par exemple
la construction et de l’exploitation des bâtiments. Ainsi, à l’échelle des quartiers, l’utilisation d’une l’un des derniers appels à manifestation d’intérêt concerne les bâtiments ou Ilots recherchant une
approche environnementale de l’urbanisme (AEU) telle que définie par l’ADEME sera automatique. performance énergétique de 25kWhep/m² pour l’existant et BEPOS pour le neuf. L’ADEME s’associe
A l’échelle des bâtiments les certifications environnementales, telles que HQE (Haute Qualité Envi- également aux régions pour promouvoir des projets innovants et exemplaires. Il est important que
ronnementale) pour les projets tertiaires et H&E (Habitat et Environnement) pour les projets rési- les acteurs locaux se tiennent régulièrement informés des évolutions de ces appels à projet afin de
dentiels, seront obligatoires. garantir une candidature aux subventions disponibles. D’autre part, la Commission Européenne a
Ainsi, les nouvelles constructions intégreront un niveau de qualité et de performance permettant mis en place divers mécanismes de subvention pour les projets urbains exemplaires en matière de
d’anticiper les futures évolutions réglementaires concernant les consommations énergétiques. Elles Développement Durable, comme par exemple :
produiront leur propre électricité, géreront et réutiliseront les eaux pluviales, incorporeront des sys- • LIFE+ : permet de financer des projets mettant en valeur ou réhabilitant la biodiversité locale.
tèmes de végétalisation et seront construits avec des matériaux à faible impact environnemental. • CONCERTO : soutient les communautés locales pour mettre en place des stratégies et des actions
En complément de ces méthodes mises en place en amont et afin de s’assurer que les habitants/ concrètes qui sont à la fois durables et efficaces d’un point de vue énergétique.
utilisateurs gèrent correctement les ressources, une sensibilisation locale continue sera nécessaire Il est important que les acteurs locaux se tiennent régulièrement informés des évolutions de ces
afin d’améliorer la gestion des déchets, la préservation de l’eau et des ressources énergétiques. appels à projet afin de garantir une candidature aux subventions disponibles.

GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 121
E. FAIRE LA VILLE «SUR LA VILLE» ET INSCRIRE LA TRANSFORMATION DU TERRITOIRE DANS LE TEMPS
►UN DÉVELOPPEMENT AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DU TERRITOIRE
TERRITOIRES DE PROJET RESIDENTIEL HABITANTS ASSOCIES
AUX PROJETS
SCENARIO RETENU : FONCIER LOGEMENTS NEUFS Nombre théorique
CROISSANCE MODEREE (1 logement = 2,75 personnes
postulat de TMM en 2026)
2011-2026
surface % nombre % nombre %

TOTAL 2006-2026 16 200 100%

dont CONSTRUCTION NEUVE DÉJÀ REALISEE ET/OU PROGRAMMEE


2006-2010 :
CONVENTIONS ANRU 2 750 17%
HORS ANRU 1 500 9%
dont RESTE A SPATIALISER 2011-2026 11 950 74%

TOTAL A SPATIALISER 2011-2026


1 354,3 ha 100% 11 950 100% 32 863 100%
secteur de renouvellement urbain
dont "Renouvellement avec démolition/reconstruction" 5 500 46% 15 125 46%
dont renouvellement diffus 500 4% 1 375 4%
mDes exemples qui contribuent à nourrir les réflexions : les réussites de l’A.N.R.U. 1 : Quartier des Carreaux à Villiers-le-Bel (à gauche), dont construction diffuse 5 950 50% 16 363 50%

Quartier Dame Blanche Ouest à Garges (à droite) Construction nécessaire à la gestion du desserrement 5 268 44% 14 487 44%

  



  
dont ZONE C – IMPACTEE PAR LE PEB
72 72 608+43 608+43 Constructibilité limitée
922,5 ha 68% 7 255 61% 19 951 61%

248+106
 248+106 55 55 dont construction neuve hors renouvellement 2 455
625  625 213+91 213+91 dont foncier "Renouvellement avec démolition/reconstruction" :
   Postulat : 5 135 71% 14 121 71%
108 108 137 140 137 140 renouvellement + densification +7% vis à vis du 1 pour 1
154,5 ha 17%
 
135 135 483 483 Sous-total démolitions/reconstructions 1 pour 1 4 800 93% 13 200 93%
170 170
Sous-total densification 7% 335 7% 921 7%









 224 224




dont foncier renouvellé en tissu urbain (hors ZA)
417 ha 45% 1 005 14% 2 764 14%
Postulat : + 7% (Densité actuelle : 35 logt/ha en moyenne)




 
 
 
dont foncier mixte en zones d'activité :
14 Postulat : implantation de logements (60 logts/ha) 203 ha 22% 365 5% 1 004 5%
   



  494


  sur 3% des surfaces pour traiter les interfaces, la mixité urbaine…




dont foncier libre :
58 148 ha 16% 750 10% 2 063 10%



 



(60 logts/ha en moyenne sur 10% de la surface)







40 N/O Parc des Géants 9 ha 55 151

 
  


23 ha 140 385


N/E Parc des Géants

106






 



  ZA Frange Parc des Géants 7 ha 40 110
241 
 



 




 

 Secteur Gare de Villiers-le-Bel - Gonesse - Arnouville 28 ha 170 468
714+50 ZA Gonesse/Bonneuil 34 ha 205 564
24 ZA Derrière-les-Murs 23 ha 140 385

24 Parisis 24 ha résidences étudiantes

2870+200 

 

 dont ZONE D – HORS PEB
431,8 ha 32% 4 695 39% 12 911 39%
247+106 Constructibilité réglée par les PLU
111

 


111

 


 
  
 35 35
dont construction neuve hors renouvellement 3 545
269 269 dont foncier libre 18,6 ha 4% 1 130 24% 3 108 24%
608+42 608+42













     


     
 

283+122 283+122 






 Villiers-le-Bel : 60 logts/ha 10,3 ha 55% 625 55% 1 719


  

24 24
 159+70 
 159+70 

  

  




 
 Garges : 60 logts/ha 8,3 ha 45% 505 45% 1 389

  140    140 dont foncier "Renouvellement avec démolition/reconstruction" :



1 645 35% 4 524 35%


 

433 










 




433 


 Postulat : renouvellement + densification


32,5 ha 8%
 


1 150


 Sous-total démolitions/reconstructions 1 pour 1 70% 3 163 70%


505 505 


 
 

495 30% 1 361 30%




Sous-total densification








 







 



 

 






312


312
   

dont foncier renouvellé en tissu urbain (hors ZA)




  315 ha 73% 1 210 26% 3 328 26%


Postulat : densification progressive,



 





  passer de 35 logts/ha (densité actuelle constatée) à 40 logts/ha




   
 N N
dont foncier mixte en zones d'activité :

 0 1km 0 2km 1km 2km Postulat : implantation de logements (60 logst/ha)
sur 20% des surfaces pour traiter les interfaces, la mixité urbaine…
65,7 ha 15% 710 15% 1 953 15%

 
mRépartition dans l’espace des constructions de logements sur le territoire mTableau de répartition des constructions de logements sur le territoire
122 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
E. FAIRE LA VILLE «SUR LA VILLE» ET INSCRIRE LA TRANSFORMATION DU TERRITOIRE DANS LE TEMPS
►UN DÉVELOPPEMENT AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DU TERRITOIRE

Le territoire de Gonesse-Val de France soumis à de nombreuses contraintes (présence d’infras-


tructures « lourdes », PEB de Roissy et du Bourget très restrictif en matière de construction …) et
situé au cœur de multiples enjeux métropolitains (mobilité, renouvellement urbain des zones
sensibles, limitation de l’étalement urbain, développement des zones d’activité …), se fixe des
objectifs de développement qui sont une opportunité unique de transformer durablement la
ville et ce territoire.
Ces objectifs sont aussi une occasion de développer une certaine manière d’intervenir et de
transformer l’existant, voire un véritable mode de développement avant tout basé sur la volon-
té de «faire la ville sur elle-même», ce qui permet d’envisager la densification, l’intensification
et le dézonage progressif du territoire pour y développer une urbanité «retrouvée » et /ou «re-
nouvelée». Faire la ville sur la ville et avoir une certaine idée du renouvellement urbain sont
au fondement de ce projet.
ENGAGER UNE NOUVELLE PHASE DE RENOUVELLEMENT URBAIN
SUR L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE
Dans ce cadre, la question du renouvellement urbain est ici envisagée d’une manière différente.
Il s’agit à nos yeux de défendre un travail de renouvellement avant tout basé sur le projet de
territoire et non sur un zonage des zones urbaines les plus sensibles et/ou prioritaires. L’enjeu
consiste à dépasser la vision ANRU «classique» et se servir de la première phase de renouvel-
lement ANRU (ou ANRU 1) pour s’appuyer sur les réussites et ne pas reproduire les erreurs ou
échecs passés (aggravation des disparités entre quartiers, augmentation des charges locatives),
et penser le renouvellement urbain de manière plus territoriale en s’appuyant sur ce qui a fonc-
tionné et en se référant au bilan de l’ANRU 1 sur le territoire.
mTrame bâtie avant le Projet de Territoire de Gonesse/Val de France
La nouvelle phase de renouvellement urbain (ANRU 2) doit, par exemple, à tout prix s’appuyer
sur la nouvelle armature urbaine proposée au Contrat de Développement Territorial et sur la
valorisation des espaces naturels et paysagers qui jouxtent les Grands Ensembles, notamment
sur la réalisation de l’avenue du Parisis et la mise en continuité des espaces naturels à travers
le grand corridor paysager support de nouvelles activités. C’est pourquoi, le projet d’ANRU 2
doit s’étendre sur tous les tissu urbains : les Grands Ensembles, les Zones d’Activité et les tissus
urbains pavillonaires ou anciens (...) connectés aux deux grands axes de cette nouvelle trame
territoriale.

En effet, cette «grande croix» nord-sud-est-ouest, caractérisée par l’avenue du Parisis et le corri-
dor paysager, est une occasion non seulement de « retourner » les différentes communes du Val
de France, et de faire en sorte qu’elles ne se tournent plus le dos; mais aussi et surtout, de faire
en sorte que les Grands Ensembles se retrouvent au cœur du territoire et non plus à ses marges.
Afin que ces quartiers n’ignorent plus ces «délaissés» et profitent enfin des «privilèges», ou
plutôt des atouts de leurs situations, ils doivent constituer de véritables façades sur ce corridor
paysager valorisé qui constitue un lieu unique dans la métropole.

Le tableau et la carte de la répartition des constructions de logements ci-contre (page de gauche)


illustrent cette stratégie de renouvellement urbain des différents tissus bâtis du territoire par
des constructions nouvelles et des opérations de démolition-reconstruction.Il se base sur les
différents projets portés par le territoire, notamment celui du Triangle de Gonesse, et sur le pos-
tulat du maintien de la population existante et de sa croissance modérée. La répartition des lo-
gements nécessairessur le territoire est fonction des différents types de tissus bâtis : les Grands
Ensembles, les tissus urbains pavillonaires ou les centres villes anciens, les Zones d’Activité ... Le
tout étant intégré à un projet ANRU 2 sur l’ensemble du territoire partie intégrante du projet de
territoire. Ces postulats sont conditionnés par une application non mathématique de la règle du
rnouvellement urbain en zone C ouvrant de réelles marges de manoeuvre pour conduire d’am-
mTrame bâtie après le Projet de Territoire de Gonesse/Val de France bitieuses opérations de restructuration.
GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 123
E. FAIRE LA VILLE «SUR LA VILLE» ET INSCRIRE LA TRANSFORMATION DU TERRITOIRE DANS LE TEMPS
►UN DÉVELOPPEMENT AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DU TERRITOIRE

LE CAS DES GRANDS ENSEMBLES


Dans l’optique d’une nouvelle phase de renouvellement urbain ou ANRU2, nous pensons aux quar-
tiers de Puits-la-Marlière et de Derrière-les-Murs à Villiers-le-Bel, qui bordent le Parc des Géants,
ou aux quartiers de la Dame Blanche Nord, Henri Barbusse et des Basses Bauves à Garges-les-Go-
nesse, dans la partie sud du corridor reliée au Parc de la Courneuve. L’enjeu est de construire les
bords et d’habiter le corridor paysager, dans un accompagnement progressif, de la lisière agricole
nord jusqu’au Parc de la Courneuve au sud. Il paraît donc indispensable de transformer les quartiers
de Grands Ensembles qui le bordent en les inscrivant dans l’ANRU 2. On pourrait ainsi retourner
leurs façades, prendre en compte l’espace public, travailler sur la densité, les hauteurs et l’intégra-
tion de bâtiments nouveaux afin d’ouvrir ces quartiers et d’en faire de véritables morceaux de ville.

Sur le quartier de la Dame Blanche Nord, le schéma et le plan ci-contre préfigurent ce qui pourrait y
constituer une opération de renouvellement urbain dans les années futures. Ce quartier symbolise
la volonté d’inscrire le renouvellement urbain dans la nouvelle organisation territoriale proposée
dans le projet de territoire. Une nouvelle phase ANRU 2 doit s’appuyer sur cette organisation pour
imaginer des transformations plus profondes en s’appuyant sur les expériences réussies de l’ANRU1:
pour introduire ou maitenir des activités, des équipements, des commerces, et faire de ces quartiers
de véritables morceaux de ville intense. La Dame Blanche nord en constitue le plus bel exemple: à
l’articulation de l’avenue du Parisis, du grand corridor paysager, du Pôle Gare de Garges Sarcelles,
et du Dome-Forum de Sarcelles, c’est un quartier stratégique au fort potentiel de transformation.

Notre proposition repose sur trois principes:


- des démolitions ciblées pour rétablir des continuités vers le Fort de Stains et le corridor paysager
mZoom sur le projet A.N.R.U. 2 du quartier de la Dame Blanche Nord à Garges à l’est, l’avenue du Parisis au nord, et l’avenue Charles de Gaulle au Sud
- la création d’un nouveau maillage et de véritables façades, pour «éclaircir» l’organisation du
quartier, et l’ouvrir sur ses bords. Le quartier s’ouvre à l’est sur le corridor à travers une ponctuation
de nouvelles constructions de logements, au nord par la création d’une véritable façade de ville
mixte (activités) sur l’avenue du Parisis, au sud par le développement de l’avenue Charles-de-Gaulle
DOME en artère commerçante ponctuée d’espaces publics en lien avec le prolongement du T5 qui rejoint
METIERS DU ensuite la RD 84 pour relier Garges/Sarcelles au Bourget et ces zones d’emploi.
MONDE - rendre le quartier traversant en accompagnant le maillage viaire par la création d’un réseau de
jardins qui complète notre stratégie de transformation des espaces publics et de remodelage des
façade «fo
rm n
tertiaairtio
bâtiments.
LOCHERES 2 e» façade «activités AV. DU PAR
ISIS
»
um


for

«habita
re/

RERD
ga n
sio
ten

façade
en
se
mi

GARE façade
RERD «comm
erces»
LOISIR
MISE EN SCENE
CORRID

DAME BLANCHE
OUEST
OR VER
T

mSchema sur le projet A.N.R.U. 2 du quartier de la Dame Blanche Nord à Garges mLes Cascades (1er plan) et deux quartiers A.N.R.U. 2 possibles : Derrière-les-Murs et Puits-la-Marlière (2e et 3e plans)
124 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
E. FAIRE LA VILLE «SUR LA VILLE» ET INSCRIRE LA TRANSFORMATION DU TERRITOIRE DANS LE TEMPS
►UN DÉVELOPPEMENT AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DU TERRITOIRE

POUR UNE APPROCHE TERRITORIALE DU RENOUVELLEMENT URBAIN


Cette question du renouvellement urbain ne se limite pas aux Grands Ensembles, mais concerne
aussi des secteurs pavillonnaires dégradés existants sur le secteur. Cette logique s’inscrit dans la
volonté de rattacher cette problématique au projet territorial en tant que tel. Il faut penser le renou-
vellement urbain local dans la globalité de l’évolution envisagée du territoire. Le meilleur exemple
est sans doute constitué par le quartier des Marronniers à Gonesse, particulièrement dégradé et
situé à proximité de la gare de Arnouville / Villiers-le-Bel.

Le manque d’outils et de moyens pour transformer ce type de quartiers peut être l’occasion d’in-
nover et d’expérimenter sur ce territoire qui en a besoin. A ce titre, les outils du type Programme
National de Requalification des Quartiers Anciens Dégradés (PNRQAD) mis en place par l’Etat et in-
tégré dans la loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion, peut servir de guide
à une proposition de sectorisation d’un programme de renouvellement urbain (ou A.N.R.U. 2) qui
intégrerait également des quartiers pavillonaires dégradés comme Les Marroniers ou des centres-
ville menacés par la dévitalisation et la dégradation du bâti (cf. photos ci-contre).
mLe quartier des marroniers
Quasiment tous les centres anciens des communes du territoire font face, à des degrés différents,
à ces problèmes. Nous avons choisi de mettre en avant ici deux centres anciens qui nous paraissent
particulièrement concernés par ces problèmes et qui pourraient constituer également des secteurs
prioritaires de requalification ou de revitalisation urbaine, au même titre que les Grands Ensembles
précités ou les quartiers pavillonnaires.

Renouvellement n’est pas forcément synonyme de densification même si les besoins en logement
aux niveaux métropolitain et territorial sont considérables. D’autres secteurs pavillonaires, à l’image
des lotissements d’Arnouville, sont peut être moins à même d’accueillir une densification. D’une
manière générale, il faut développer pour ces quartiers anciens ou pavillonaires une stratégie
globale intégrant des mesures et des interventions aussi bien au niveau du logement, de l’espace
public, du commerce ou de la présence d’équipements. L’accélération de l’insonorisation des lo-
gements sous PEB, encore insatisfaisante dans ces secteurs, apparaît par exemple, comme un
enjeu majeur pour l’avenir du territoire, eut égard aux nuisances importantes que celui-ci subit.
maprès mavant
mLe centre-ville et le quartier des Cascades à Villiers-le-Bel

mLe vieux pays de garges mSource équipe Descartes pour la consultation du Grand Pari(s)

GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 125
E. FAIRE LA VILLE «SUR LA VILLE» ET INSCRIRE LA TRANSFORMATION DU TERRITOIRE DANS LE TEMPS
►UN DÉVELOPPEMENT AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DU TERRITOIRE

ENVISAGER LA DENSIFICATION ET INTRODUIRE DE NOUVELLES MANIÈRES D’HABITER


Le diagnostic réalisé a permis de démontrer les besoins en termes de logement, à la fois pour
subvenir aux besoins liés au solde naturel positif du territoire et aux phénomènes de décohabi-
tation, mais aussi pour tenter d’inverser le solde migratoire négatif de Gonesse/Val de France,
qui donne le sentiment d’un territoire peu attractif, sorte de passage obligé pour des popula-
tions fragiles ou au parcours résidentiel plus subi que véritablement choisi.

Le projet territorial se veut volontariste sur la question, en envisageant une densification et


en préconisant une construction d’un nombre important de logements. Mais quel que soit ce
nombre, il se heurte à la question du Plan d’Exposition au Bruit qui, par sa «rigueur» et son as-
pect restrictif, encadre très fortement les autorisations de construction de nouveaux logements
dans ce secteur.

Le projet territorial est donc l’occasion de plaider en faveur d’une application non mathéma-
tique (le 1 pour 1) de la règle des Programmes de Rénovation Urbaine (L147-5 du code de
l’urbanisme) dans le cadre de ce dispositif de protection, afin de permettre de répondre aux
besoins (décohabitation, desserrement des ménages) et de conduire de véritables processus
de transformation des quartiers. mDes exemples qui contribuent à nourrir les réflexions : concept «Habiter le Ciel» (Atelier Castro-
Denissof-Casi)
«Faire la ville sur elle-même» offre des moyens de répondre au phénomène de desserrement
de la population, et d’assouplir la contrainte du PEB par des opérations de démolition-recons-
truction, de renouvellement urbain, et de reconversion de zones d’activités monofonctionnelles.
Il faut sortir de l’immobilisme, répondre a minima aux besoins existants, et véritablement trans-
former ce territoire en y introduisant de nouvelles formes urbaines, de nouvelles typologies
d’habitat mais aussi de nouveaux habitants, de nouveaux acteurs, de nouvelles activités… Il
s’agit un impératif ou plutôt une condition pour un projet de territoire véritablement mixte et
durable qui sera en mesure de compenser les pertes de population envisagées pour le moment.

Le projet de territoire et sa nouvelle armature urbaine sont l’occasion d’une densification et


d’une relance de la construction de logements qui se doit d’être à l’opposé des dernières grandes
phases de développement du territoire. Les contraintes et notamment les nuisances sonores
auxquelles sont liées le PEB imposent d’ailleurs de développer de l’habitat de qualité, aux formes
et typologies variées, répondant aux exigences de performances énergétiques (Bâtiments Basse
Consommation) et d’isolation phonique. La nouvelle armature urbaine et la volonté de mettre
en avant l’identité du paysage territorial à l’image du corridor paysager sont en soi un mani- mDes exemples qui contribuent à nourrir les réflexions : logements à Marseille (Atelier Castro-Denissof-Casi)
feste pour une autre manière d’habiter le territoire de Gonesse et du Val de France qui se voit
complété par des propositions concrètes pour développer une mixité (des formes, des fonc-
tions, des typologies de bâti). Ces opérations de densification se développent plus rapidement
sur le foncier encore disponible en zone D du PEB.

Les objectifs visant à surmonter les problèmes liés aux pollutions locales ont pour but d’amélio-
rer la qualité de vie de la population locale.
Dans l’esprit des objectifs nationaux et des améliorations territoriales proposées par le projet,
les prochains enjeux concernant les nuisances sonores sont les suivants :
- La morphologie urbaine doit être utilisée pour réduire l’impact du bruit lorsque cela est possible
(des espaces publics couverts, des « ceintures protectrices » par des bâtiments moins sensibles),
- Des financements continus pour l’isolation acoustique du parc bâti actuel.

mDes exemples qui contribuent à nourrir les réflexions : maisons superposées à Stains (Atelier Castro-Denissof-Casi)
126 GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS
E. FAIRE LA VILLE «SUR LA VILLE» ET INSCRIRE LA TRANSFORMATION DU TERRITOIRE DANS LE TEMPS
►UN DÉVELOPPEMENT AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DU TERRITOIRE

LE CAS DES ZONES D’ACTIVITÉS


Comme pour le Renouvellement Urbain des Grands Ensembles (ANRU 2), les zones pavillonnaires
ou les centres anciens, la question du devenir et du développement du territoire de Gonesse/Val
de France met en exergue la nécessité d’intervenir à moyen ou long terme sur l’immobilier logis-
tique et d’activités : à la fois en développant de nouveaux modèles de quartier ou zone d’activités,
plus mixtes et plus durables, mais aussi en amorçant la mutation des zones existantes situées dans
des secteurs clés du projet territorial et donc forcément impactées par celui-ci (en terme d’acces-
sibilité ou de coût du foncier par exemple).

En effet, le diagnostic a mis en évidence le zonage et le morcellement du territoire entre zones


pavillonnaires, grands ensembles, tissus anciens et zones d’activités, entrecoupés d’infrastructures
lourdes. Ces «zones» ou secteurs ont chacun leur fonctionnement propre, et le projet de dévelop-
pement territorial avec sa nouvelle armature urbaine est une opportunité de revoir et redéfinir
leurs interrelations, avec l’idée de sortir de la spécialisation et de la mono-fonctionnalité urbaine.
mDes exemples qui contribuent à nourrir les réflexions :
Projet de tranformation des entrepôts boulevard MacDonald (Paris), photo de gauche.
L’idée est donc ici d’introduire de nouvelles formes et fonctions urbaines (logements, com-
Le Lieu Unique (Nantes) : transformation d’un lieu de production en lieu culturel, photo de droite. merces, bureaux) pour transformer ces « isolats » d’activité, notamment ceux dont la situation
en font des secteurs stratégiques pour le projet territorial : la zone d’activité de Sarcelles (ZA de
l’Escouvrier) ou celle de Garges (Z.A. de la Muette) par exemple.

   Cette stratégie de mutation des zones d’activités existantes pose la question des possibilités en
termes de remodelage et de reconversion de ces bâtiments. Il ne s’agit surtout pas de décréter la

 «Tabula rasa» et de continuer à opposer les différentes « fonctions » urbaines. Il est plutôt ques-
 

tion de mettre en avant les expériences de reconversion ou plus simplement d’adaptation réussies
et de trouver les moyens de les adapter finement aux réalités du territoire de Gonesse/Val de

 France pour «re-lier» les différentes zones et secteurs du territoire, et passer du «morcellement»
 territorial au «patchwork».

On peut par exemple résumer ce qui pourrait constituer les premières bases de cette stratégie de
 

 mutation des zones d’activité (ou de logistique) en cinq grands principes applicables aux diffé-
rentes zones «mutables» (cf. carte précédente) :




 


• Rénovation et/ou réhabilitation des installations existantes (entrepôts, bâtiments, réseaux, voi-

  ries…)
• Réaménagement et remembrement foncier (ZAC, ZAE …)
PEB ROISSY • Mutualisation des moyens (approvisionnement et distribution, transport/logistique, énergies …)
• Diversification des activités et mixité des usages (surfaces commerciales, surfaces tertiaires,

 plate-forme de télétravail, équipements de loisirs ou de restauration …)
• Mise à niveau en termes de développement durable (gestion des espaces publics et des dépen-
 dances, gestion de l’eau, assainissement alternatif, optimisation des performances énergétiques et
JET
BOURGET PEB EN P
RO
 mise en place de dispositifs de production énergétique, énergie solaire, géothermie …).


  Les images de référence ci-contre ne semblent pas totalement coller à la réalité des zones d’activi-




 té du territoire, mais ceux sont plus des éléments qui peuvent nourrir les réflexions sur la question.

 La mutation ou la transformation des zones d’activité monofonctionnelles en véritables quartiers

de villes actifs et mixtes est au coeur des débats actuels sur l’urbanisme et l’urbanité. Pour autant
 très peu d’expériences concrètes ont été mises en oeuvre. C’est peut être l’occasion d’en faire un

des véritables défis de l’avenir du territoire de Gonesse/Val de France, une ambition pour le trans-
 

N



  0 1km 2km former, un pari pour l’avenir d’un territoire souvent pionnier en terme d’expérimentation urbaine.

mRepérage des Zones d’Activité existantes sur le territoire
GONESSE / ARNOUVILLE / GARGES / SARCELLES / VILLIERS-LE-BEL / ATELIER CASTRO DENISSOF CASI / MANDRAGORE / ALPHAVILLE / BERIM / DEERNS 127
128