Vous êtes sur la page 1sur 14

EPFL-ENAC-GC Génie Parasismique semestre d’été 2002 M. Badoux & P. Lestuzzi 1.

Introduction à la Sismologie
Littérature:
– Géologie Pour Ingénieurs, Prof. Parriaux, EPFL, chapitre 4.1
– Les Tremblements de Terre, Bruce A. Bolt, Bibliothèque Pour La Science
– Sciences de la Terre et de l’Univers, A. Brahic et al., éd. Vuibert

Causes des séismes: Effets des séismes:


– Tectonique des plaques – Ebranlements
– Volcans – Liquéfaction des sols
– Effondrements de cavités souterraines – Eboulements de rochers
– Barrages – Glissements de terrains
– Explosions nucléaires souterraines – Tsunamis (raz-de-marée)
– Drainage de l’eau souterraine (tunnels, – Incendies
puits profonds) – Détournement de cours d’eau

Tectonique des plaques:

Les principales plaques tectoniques et leur liaison avec les séismes récents (petits points) ainsi que les
volcans (gros points).
EPFL-ENAC-GC Génie Parasismique semestre d’été 2002 M. Badoux & P. Lestuzzi 2.

Ondes sismiques
Matériel élastique
Mécanisme de rupture:

Types d’ondes:
ondes de volume
ondes de surface

Schéma montrant la forme des mouvements du sol près


de la surface pour quatre types d’ondes sismiques.
EPFL-ENAC-GC Génie Parasismique semestre d’été 2002 M. Badoux & P. Lestuzzi 3.

Ondes sismiques
Propagation des ondes:

Lors de leur propagation les ondes


de volume P et S sont réfléchies et
réfractées (comme la lumière) à
l’interface des différentes couches
géologiques formant la croûte
Schéma des trajets des ondes sismiques P et S.
terrestre. De plus, les deux types
d’ondes se mélangent car les ondes
P, par exemple, engendrent
également des ondes réfractées et
réfléchies de type S. Les ondes S ne
peuvent cependant pas se propager
dans les liquides.
Le foyer du séisme est également
nommé hypocentre et sa projection
verticale à la surface est
l’épicentre.
Réflexion et réfraction des ondes sismiques P à l’interface
de deux couches géologiques.

Vitesse des ondes:

La vitesse de propagation des


ondes transversales S varie
fortement avec la profondeur,
révélant la constitution des
enveloppes terrestres. Elle présente
une discontinuité (de Mohorovicic)
à la base de la croûte terrestre (env.
10 km sous les océans et 70 km
sous les Alpes). Ensuite, dans le
manteau, elle augmente
généralement avec la profondeur.
La zone de transition vers 700 km
de profondeur constitue la limite
au-delà de laquelle on observe plus
de foyers sismiques.

Variation des vitesses des ondes sismiques S dans la croûte


et le manteau terrestre.
EPFL-ENAC-GC Génie Parasismique semestre d’été 2002 M. Badoux & P. Lestuzzi 4.

Observation et mesure des séismes

Séismes anciens:
– Temps historiques: documents de diverses sources (fiabilité?)
– Temps préhistoriques: traces géologiques (décalage des couches géologiques ou des
sédiments lacustres, éboulements de rochers, rupture de spéléothèmes -stalagmites et
stalagtites- dans les grottes)

Enregistrement: Sismographe

Seulement pour les séismes récents,


depuis env. 1966.
En Suisse, le Service Sismologique Suisse
gère le réseau de sismographes.
(http://seismo.ethz.ch)

Quantification: deux échelles


– Magnitude: échelle de Richter, liée à l’énergie dégagée au foyer.
– Intensité: diverses échelles (EMS, MSK, Mercalli, Rossi-Forel, etc...), liée aux effets
ressentis et aux dégâts constatés.

Magnitude, échelle de Richter:

Définie par Richter en 1935 à partir du logarithme décimal de l’amplitude maximale de


l’onde (en microns) d’un sismographe normalisé situé à 100 km de l’épicentre.
Différentes Magnitudes correspondent aux différentes ondes sismiques:
– ML: local magnitude
– MS: surface wave magnitude
– Mb: body wave magnitude

Relation avec l’énergie: M = 2/3 log E[erg] -11.8 = 2/3 log E[Joule] -4.8
EPFL-ENAC-GC Génie Parasismique semestre d’été 2002 M. Badoux & P. Lestuzzi 5.

Observation et mesure des séismes


Intensité, échelle EMS98:

European Macroseismic Scale 1998, Echelle Macrosismique Européenne 1998

Forme abrégée, conçue pour donner une vision très simplifiée pour être utilisée à des fins éducatives.
Ne convient pas pour les estimations d’intensité.
EPFL-ENAC-GC Génie Parasismique semestre d’été 2002 M. Badoux & P. Lestuzzi 6.

Observation et mesure des séismes


Détermination de l’épicentre d’un séisme:

La distance de chaque station à l’épicentre est liée à l’intervalle de temps séparant


l’arrivée des ondes P et des ondes S. Trois stations sont nécessaires pour localiser
l’épicentre.

Réseau de sismographes en Suisse:


EPFL-ENAC-GC Génie Parasismique semestre d’été 2002 M. Badoux & P. Lestuzzi 7.

Observation et mesure des séismes


Sismicité historique en Suisse:

Séismes dans le temps:

Date Région Nombre de morts Magnitude

18.10.1356 Bâle, Suisse 1000 - 2000 –


26.01.1531 Lisbonne, Portugal 30 000 –
23.01.1556 Chen Si, Chine 830 000 –
11.10.1737 Calcutta, Inde 300 000 –
01.11.1755 Lisbonne, Portugal 70 000 –
28.12.1908 Messine, Italie 120 000 7.5
06.12.1920 Gansu, Chine 180 000 8.5
01.09.1923 Kwanto, Japon 143 000 8.2
31.05.1970 Pérou 66 000 7.8
04.02.1976 Guatemala 22 000 7.9
06.05.1976 Frioul, Italie 1 200 6.5
27.06.1976 Tangshan, Chine 650 000 7.6
15.04.1979 Monténégro, Yougoslavie 156 7.0
10.10.1980 El Asnam, Algérie 3 000 7.25
1985 Mexico, Méxique 20 000 8.1
17.8.1999 Izmit, Turquie 17 000 7.4
26.01.2001 Buhdj, Inde 20 000 7.7
EPFL-ENAC-GC Génie Parasismique semestre d’été 2002 M. Badoux & P. Lestuzzi 8.

Si les séismes historiques se répétaient aujourd’hui?


Séisme de Bâle 1356, estimation des dégâts:

Magnitude ≈ 6.5-7, période de retour > 1000 ans

dégâts aux bâtiments


35% 13% 4% 1%

dégâts totaux CH ≤ ≈ 100 - 150 milliards FrS

⇒ ≈ 3 budget fédéral
EPFL-ENAC-GC Génie Parasismique semestre d’été 2002 M. Badoux & P. Lestuzzi 9.

Outil de l’ingénieur
Spectre de réponse:

élastique (coefficient d'amortissement fixé: ζ)


accélération [m/s ]
2

10
2
5 S =2.31 m/s
a
0
-5
-10
0 5 10 15 20
accélération [m/s ]
2

10
5
0
-5 2
S =7.00 m/s
a
-10 spectre de réponse de l'accélération
0 5 10 15 20

ζ=5%
10
S a [m/s2 ]

0
accélération [m/s ]

0.1 1 10 100
2

10
fréquence [Hz]
5
0
-5 2
S =11.33 m/s
-10 a

0 5 10 15 20

séisme: accélérogramme
4
accélération [m/s ]
2

3 2
2 a =3.66 m/s
max
1
0
-1 2
-2 a = -2.62 m/s
min
-3
0 5 10 15 20
temps [s]
EPFL-ENAC-GC Génie Parasismique semestre d’été 2002 M. Badoux & P. Lestuzzi 10.

Outil de l’ingénieur
Définitions des spectres de réponse:
t
1
üg(τ) ·e – ζω(t-τ) · sin ω(t-τ) dτ
Sd(ω,ζ) = max |u(t)| ≈ ω ∫ max
0
t
· üg(τ) ·e – ζω(t-τ) · cos ω(t-τ) dτ
Sv(ω,ζ) = max |u(t)| ≈ – ∫ max
0
t
Sa(ω,ζ) = max |ü+üg| ≈ ω üg(τ) ·e – ζω(t-τ) · sin ω(t-τ) dτ ≈ ω Sd
∫ max
2

0
t
1
üg(τ) · e – ζω(t-τ) · sin ω(t-τ) dτ ≈ ω S a ≈ ω Sd
Spv(ω,ζ) = – ∫ max
0
Cette dernière relation permet de réunir trois spectres (Sd, Spv, Sa) en une seule courbe
dans une double échelle logarithmique (pas pratique).

Ne pas confondre avec le spectre de Fourier:

4
3 2
accélération [m/s ]

a =3.66 m/s
2

2 max

1
0
-1 2
-2 a = -2.62 m/s
min
-3
0 5 10 15 temps [s] 20

Spectre de Fourier Spectre de Réponse


ζ=5%
amplitude [m/s /Hz]

10
2

S a [m/s2 ]

0 0
0.1 1 10 0.1 1 10
fréquence [Hz] fréquence [Hz]
EPFL-ENAC-GC Génie Parasismique semestre d’été 2002 M. Badoux & P. Lestuzzi 11.

Outil de l’ingénieur
Différentes représentations des spectres de réponse:

ζ=5%
10
Sa [m/s2]

0
0.1 1 10 100
fréquence [Hz]

ζ=5%
10
Sa [m/s2]

0
0.01 0.1 1 10
période [s]

capacity spectrum

4Hz 3Hz ζ=5%


2Hz
10
Sa [m/s2]

5
1Hz

0
0.00 0.02 0.04 0.06 0.08 0.10
Sd [m]
EPFL-ENAC-GC Génie Parasismique semestre d’été 2002 M. Badoux & P. Lestuzzi 12.

Outil de l’ingénieur
Spectre de dimensionnement:
Par exemple pour la Suisse, SIA 160, édition 1989.

Zones de risque sismique:


EPFL-ENAC-GC Génie Parasismique semestre d’été 2002 M. Badoux & P. Lestuzzi 13.

Fréquence propre des bâtiments


Détermination:
10
– formule empirique en fonction du nombre d’étages n: f = [Hz]
n
– formules semi-empiriques tenant compte du sol et du système de raidissement :
12 √l
cadres: f = CS [Hz] refends: f = 13 CS [Hz]
n h
CS: coefficient du sol: - sol compact: CS= 0.9 à 1.1
- sol semi-compact: CS= 0.7 à 0.9
l: dimension du bâtiment en m dans la direction de l’oscillation
h: hauteur du bâtiment en m par rapport au niveau d’encastrement
n: nombre d’étages au-dessus du niveau d’encastrement

– Quotient de Rayleigh
– Programmes d’éléments finis

dj
Quotient de Rayleigh

F3=3f
n
h
1 ∑ Fj dj F2=2f
j=1
f =
2
√ n
∑ mj dj
j=1
2
F1=f
h H

h
mj: masse de l’étage j
dj: déplacement de l’étage j
Fj: force de remplacement agissant à l’étage j Fa2(3L-a)
d=
6EI

Calcul pratique avec la matrice de flexibilité:

d=^
f·F F
L
a
si les hauteurs et les masses d’étages sont constants:
^f h3 2
i,j = i (3j-i), j ≥ i
6EI
EPFL-ENAC-GC Génie Parasismique semestre d’été 2002 M. Badoux & P. Lestuzzi 14.

Fréquence propre des bâtiments


Rigidité effective:

Pour le béton armé, seule une portion de la rigidité de l’état non fissuré doit être
adoptée.

Mesures sur une paroi testée avec la table vibrante de l’EPFZ:

5
calculé pour l'état non fissuré (E=30 GPa)

Rigidité: état fissurée/état non fissurée [%]


mesuré
4.24 Hz Rupture 100%
4
fréquence propre [Hz]

3 50%

2.29 Hz
2.35 Hz
2 1.81 Hz
1.64 Hz
1.39 Hz
10%
1.25 Hz 1.23 Hz 1.21 Hz
1
11. 100%
5. 100%
4. 100%

7. 100%

8. 100%

9. 120%

10. 20%
1. 20%

2. 40%

3. 70%

6. 50%

0
Test: intensité du séisme [%]

Vous aimerez peut-être aussi